Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les archevêques de Mayence et la présence espagnole dans le Saint-Empire

 | 
Étienne Bourdeu

Introduction

Texte intégral

Nor marching in the fields of Trasimene
Where Mars did mate the warlike Carthagens,
Nor sporting in the dalliance of love
In courts of kings where state is overturned,
Nor in the pomp of proud audacious deeds,
Intends our muse to vaunt his heavenly verse.
Christopher Marlowe, Doctor Faustus

1Lorsqu’il évoque la complémentarité des possessions de Charles Quint, Bartolomé Bennassar note que

  • 1 Bennassar, Vincent, 1999, p. 110.

grâce au contrôle relatif de l’Allemagne, l’empereur pouvait assurer la permanence des relations entre l’Italie du Nord, la Franche-Comté et les Pays-Bas. Lorsqu’il eut partagé ses États entre son frère et son fils, l’alliance entre les Habsbourg de Madrid et ceux de Vienne permit de maintenir ces relations en théorie jusqu’en 1700, en fait jusqu’aux traités de Westphalie1.

  • 2 Parker, 1972.

2Cette remarque attire l’attention sur deux caractéristiques des territoires européens des Habsbourg durant la première modernité. D’une part, malgré leur extension géographique et leur discontinuité, ces territoires possèdent une certaine cohérence : la colonne vertébrale de cet empire informel est constituée par l’isthme européen qui relie la mer du Nord à la Méditerranée. De Gênes, sur la mer Tyrrhénienne, à Anvers, à l’embouchure de l’Escaut, seules les régions des Cantons suisses et du duché de Lorraine ne sont pas sous la domination immédiate des Habsbourg. L’empereur peut toutefois y avoir quelque influence puisqu’il s’agit de terres d’Empire, du moins d’un point de vue théorique. Plus sûrement, grâce à des traités ou des alliances matrimoniales, les Habsbourg ont su se ménager des bienveillances dans ces territoires. Il existe ainsi une « route » ou un « chemin de ronde », qualifiés d’espagnols ou plus généralement de camino español, qui permet d’acheminer sur ordre de Madrid des soldats italiens ou de l’argent américain vers les Flandres, et des produits manufacturés depuis ces dernières vers les péninsules italienne et Ibérique2.

  • 3 « Die Territorien beschritten den Weg von der Landesherrschaft zur Landeshoheit » (Vogler, 2003, p. (...)

3D’autre part, les abdications de Charles Quint à partir de 1556 et le partage de ses titres et possessions entre son fils Philippe et son frère Ferdinand instaurent une coopération originale entre les deux branches de la famille Habsbourg, l’une installée en Castille et l’autre à Vienne ou à Prague. À l’issue de cette partition, Philippe II hérite des couronnes de Castille et d’Aragon, c’est-à-dire non seulement des royaumes hispaniques mais également des conquêtes plus ou moins récentes qui leur ont permis de s’accroître en Méditerranée (les royaumes de Sardaigne, de Sicile et de Naples) et sur l’autre rive de l’océan Atlantique ; il reçoit aussi les possessions de l’ancien duché de Bourgogne, soit l’actuelle Franche-Comté, le Luxembourg et les Flandres, ainsi que le Milanais que son père s’est approprié en 1535. De son côté, Ferdinand Ier devient empereur mais les innovations institutionnelles mises en place par de nombreux princes territoriaux leur permettant de s’engager « dans le chemin qui mène de la seigneurie territoriale à la souveraineté » limitent son pouvoir effectif3. Néanmoins, le prestige du titre impérial lui assure une indéniable influence et les États héréditaires, ou patrimoniaux, des Habsbourg constituent le fondement réel de sa puissance : les territoires autrichiens, la couronne de Hongrie devenue héréditaire en 1526 et celle de Bohême qui demeure élective sont le noyau d’un domaine dont le centre de gravité se trouve le long du cours moyen du Danube.

  • 4 Edelmayer, 1988 ; Schnettger, 2004 ; Id., 2006.

4Bien que les liens familiaux qui unissent les Habsbourg d’Espagne et ceux d’Autriche soient étroits et qu’ils soient régulièrement resserrés par des alliances matrimoniales, cette proximité ne signifie pas pour autant que les relations dynastiques sont dénuées de tensions. Comme cela a déjà été démontré dans le cas des fiefs impériaux en Italie détenus par Philippe II ou ses descendants, la sollicitation de l’investiture impériale pour ces territoires est l’occasion de négociations intenses, voire de confrontations feutrées entre les deux branches cousines4. Il est par conséquent réducteur de croire que l’existence d’un lien de parenté entre deux monarques supprime toutes les sources de rivalité entre leurs territoires et joue de manière mécanique à aplanir les malentendus. Il est plus intéressant d’explorer comment cette relation est utilisée, voire instrumentalisée, par les deux parties pour atteindre un objectif. Ainsi, de 1556 à 1648, soit des abdications de Charles Quint aux traités de Westphalie qui enlèvent définitivement à l’empereur la possibilité d’agir sans l’accord des autres composantes du Saint-Empire en matière de politique extérieure, les monarques ibériques doivent constamment parvenir à concilier deux modalités de relations qui peuvent s’avérer antagonistes : une relation de caractère familial qui suppose de faire des concessions pour maintenir une certaine harmonie au sein de la parentèle et une relation avec un autre souverain, amenée à se développer sur le mode de la concurrence.

5Par ailleurs, l’idée que les relations entre les deux branches des Habsbourg sont nécessairement harmonieuses néglige le fait que la couronne impériale reste une élection selon un processus fixé en 1356 par la Bulle d’or : un collège électoral composé de trois électeurs ecclésiastiques, les archevêques de Cologne, de Mayence et de Trèves, et de quatre électeurs laïcs, le roi de Bohême, le duc de Saxe, le margrave de Brandebourg et le comte palatin du Rhin, désigne le successeur de l’empereur, soit du vivant de celui-ci en élisant un roi des Romains, soit après sa mort. Ces élections sont le moment d’importantes négociations, voire de marchandages, entre les électeurs et les candidats à la couronne impériale et se terminent par une capitulation électorale, traité par lequel le futur empereur fait des concessions plus ou moins importantes aux membres du collège électoral. De ce fait, l’action de l’empereur, tout Habsbourg qu’il soit, n’est ni libre ni uniformément favorable à ses cousins hispaniques.

  • 5 Hartmann, 1997, pp. 1-8.

6L’intérêt pour les relations entre la monarchie hispanique et le Saint-Empire est précisément né de ce constat établissant que ces relations n’étaient pas affranchies de déterminations extérieures. Une fois établie une liste succincte des acteurs susceptibles de jouer un rôle dans ces relations bilatérales, il est rapidement apparu que la fonction des archevêques de Mayence amenait ces derniers à avoir une importance sans commune mesure avec l’étendue de leurs possessions territoriales ou avec leur influence spirituelle. En plus de son titre de prince ecclésiastique et de sa dignité électorale, l’archevêque de Mayence est directeur du collège des électeurs et archichancelier impérial. Cette dernière fonction est un lointain héritage des périodes carolingienne et ottonienne, à une époque où l’Empire ne se définissait pas seulement par son caractère « germanique » : la chancellerie de langue allemande était assurée par l’archevêque de Mayence et coexistait avec une chancellerie de langue française dirigée par l’archevêque de Trèves et une autre de langue italienne attribuée à l’archevêque de Cologne. Au xvie siècle, même si des territoires francophones ou italophones font toujours officiellement partie du Saint-Empire, leurs chancelleries respectives sont plus ou moins tombées en désuétude du fait de la faible importance relative de ces territoires par rapport à ceux de langue allemande ; de ce fait, seul l’archevêque de Mayence a conservé jusqu’à l’époque moderne une activité liée au fonctionnement des institutions impériales : il maintient une correspondance avec l’ensemble des princes territoriaux de l’Empire, il dirige l’élection de l’empereur et nomme, avec l’accord de ce dernier, le personnel de la chancellerie impériale à Vienne chargée de rédiger les ordonnances impériales5.

  • 6 Hartmann (dir.), 1997 ; Id. (dir.), 1998 ; Id. (dir.), 2001 ; Hartmann, Pelizaeus (dir.), 2005.
  • 7 Roll, 1998 ; Schubert, 1997.
  • 8 May, 1997.

7Même si les fonctions de ce personnage sont relativement bien connues, un certain nombre de travaux au cours de ces quinze dernières années ont permis de mieux évaluer son rôle exact6. Il en est globalement ressorti une image plus dynamique du « deuxième homme de l’Empire » dont les prérogatives ne sont pas fixées une fois pour toutes par les différentes lois impériales mais sont le résultat d’un effort constant pour s’imposer aux autres électeurs et aux différents princes territoriaux. Ces travaux ont également souligné combien l’issue de cette lutte d’influence a dépendu de l’étroitesse des liens unissant les archevêques de Mayence aux empereurs d’une part et aux papes d’autre part. Par exemple, en œuvrant avec l’empereur Maximilien Ier aux réformes impériales de 1495 et de 1500, l’archevêque Berthold von Henneberg a su renforcer ses prérogatives institutionnelles face à ses collègues du collège électoral7. De même, la volonté d’être reconnu primat de l’Église impériale devait permettre d’obtenir un supplément de dignité par rapport aux autres prélats impériaux8.

  • 9 Duhamelle, 1995 ; Id., 1998.

8À cette approche institutionnelle, il faut aussi ajouter les études de Christophe Duhamelle sur le groupe social dont sont exclusivement issus les archevêques de Mayence, la chevalerie immédiate d’Empire9. Cette dernière se caractérise notamment par un lien juridique direct avec l’empereur (d’où sa qualification d’immédiate) et par une endogamie quasi exclusive. Le groupe des chevaliers immédiats se concentre pour l’essentiel dans le Sud-Ouest du Saint-Empire, en Rhénanie, en Souabe et en Franconie, et peuple très majoritairement les chapitres cathédraux de ces régions ; grâce au maintien du processus électoral pour désigner évêques et archevêques, ces derniers sont souvent, pour ne pas dire toujours, issus de cette corporation. Si les travaux de Christophe Duhamelle portent pour l’essentiel sur les stratégies sociales et familiales de ce groupe particulier, ils invitent néanmoins à s’interroger sur les conséquences de cette structuration sociale dans des relations dites extérieures. Dans la perspective de relations avec une monarchie héréditaire comme l’est la monarchie espagnole, on peut donc se demander si le caractère héréditaire ou électif d’un titre princier est en mesure d’influencer le contenu des relations avec un autre souverain. Plus précisément encore, puisque le résultat de l’élection n’est pas prévisible, comment le partenaire potentiel des archevêques de Mayence définit-il sur le long terme ses liens avec cette principauté ecclésiastique ? L’un des enjeux de cette question est donc de savoir à quelles conditions il est possible de mettre en place des relations stables entre deux princes. Enfin, dans la mesure où des ecclésiastiques sont dans l’impossibilité de prendre officiellement femme et d’avoir une descendance, il faut aussi se demander comment peut fonctionner une alliance quand l’union matrimoniale en est exclue.

  • 10 Kessel, 1979.
  • 11 « In diesem dauernden Fortschreiten von einem lokalen Konflikt zum europäischen […] Krieg » et « di (...)
  • 12 Weis, 2003.

9Si une production historiographique récente a permis de préciser les attributions et les processus de construction institutionnelle des archevêques de Mayence dans le cadre impérial, leur rôle dans ce que l’on nomme, faute de mieux, les relations extérieures reste encore à explorer, tout particulièrement en ce qui concerne la monarchie hispanique. À notre connaissance, seul un ouvrage de 1979 s’intéresse à cette question, encore qu’il envisage ce rôle de concert avec celui des archevêques de Cologne et de Trèves et uniquement en lien avec le gouvernement de l’infante Isabelle-Claire-Eugénie dans les Pays-Bas espagnols10. Une telle focalisation se justifie par le fait que les Flandres font nominalement partie du Saint-Empire depuis que la diète d’Augsbourg de 1548 a créé un cercle de Bourgogne rattaché à l’Empire ; selon les dires mêmes de Jürgen Kessel, c’est une façon de rendre compte, dans le cadre chronologique de la guerre de Trente Ans, du « passage durable d’un conflit local à une guerre européenne » et de « montrer le rôle largement méconnu de l’Espagne dans ce conflit pour un secteur de la politique impériale et rhénane »11. Le choix des bornes chronologiques de cette étude privilégie le contexte militaire puisque, outre qu’elles coïncident avec le règne personnel de l’infante à la suite de la mort de son mari Albert, elles correspondent à l’intervention de l’Armée des Flandres dans le Palatinat (1621) et à la fin de la guerre dite couverte entre les monarchies française et hispanique dans le Saint-Empire (1633). À partir d’une autre focalisation, le rôle décisif que joue la monarchie espagnole dans le Saint-Empire et la fonction de relais assumée par les Pays-Bas dans ces relations constituent également le fondement des travaux de Monique Weis12. Si l’importance des archevêques de Mayence n’est pas au centre de sa réflexion, le propos de son travail reste néanmoins d’étudier les interactions entre Philippe II, les gouverneurs généraux des Pays-Bas et les princes territoriaux germaniques durant une période marquée par les débuts de la révolte flamande et de la confessionnalisation de ses liens.

  • 13 Chudoba, 1952 ; Opll, Rudolf, 1991.

10À l’exception du travail de Jürgen Kessel, nulle recherche n’a semble-t-il été entreprise sur les liens des archevêques de Mayence avec la Monarchie Catholique. En revanche, les rapports entre les Habsbourg d’Espagne et ceux d’Autriche ont bénéficié de davantage d’attention. Des études générales sur les relations entre « l’Espagne et l’Empire » ou sur les liens entre « l’Espagne et l’Autriche » dans la longue durée ont d’abord constitué l’essentiel de la production scientifique sur cette question et partaient du principe que l’existence d’alliances matrimoniales régulièrement renouvelées était la preuve de relations harmonieuses entre les deux ensembles13. À partir de ce postulat, et sans envisager la possibilité que la forme même de la relation puisse en influencer le contenu, les échanges et transferts entre les deux espaces étaient analysés. Par la suite, cette approche a été remplacée par une focalisation sur un seul des deux partenaires : plutôt que d’envisager une relation sur un pied d’égalité entre la monarchie espagnole et le Saint-Empire, l’accent a davantage été mis sur son aspect dissymétrique. Cela a alors amené à s’intéresser aux formes d’une présence et aux objectifs de celle-ci.

  • 14 Straub, 1980.
  • 15 Edelmayer, 1998 ; Id., 1997 ; Id., 1996 ; Id., 1994 ; Id., 2002.
  • 16 Laferl, 1997 ; Pieper, 1999 ; Stieglecker, 1999.

11De manière schématique, il est possible de répartir ces derniers travaux en deux catégories : d’une part, on trouve des ouvrages, essentiellement germanophones, qui portent sur la présence hispanique dans le Saint-Empire et qui en analysent les ressorts. La première moitié de la guerre de Trente Ans a ainsi pu constituer un point d’observation privilégié : elle permettait de voir comment l’irruption de la guerre remettait en cause l’ordre instauré par les Espagnols à l’échelle du continent européen14. C’est toutefois à Vienne que le travail a été effectué de la manière la plus conséquente. Délaissant le xviie siècle pour le règne de Philippe II, Friedrich Edelmayer a ainsi mis au jour les réseaux du Roi Prudent dans l’espace impérial : il est apparu que l’empereur et la famille impériale n’étaient pas les seuls acteurs germaniques en contact avec les Hispaniques. Avant tout soucieux d’obtenir de l’empereur l’investiture pour les fiefs italiens, l’autorisation de lever des soldats et de maintenir les voies de communication entre le Nord de la péninsule italienne et les Pays-Bas, le Roi Catholique a très tôt été amené à nouer des liens avec d’autres membres de l’Empire : des officiers impériaux, des entrepreneurs de guerre, des princes territoriaux. Le duché de Bavière a alors fait figure de maillon essentiel de la présence hispanique dans le Saint-Empire15. Dans une perspective plus culturelle, plusieurs historiens autrichiens se sont également intéressés à la question des transferts entre la péninsule Ibérique et la cour impériale, ou à la prégnance d’un modèle hispanique dans l’entourage de l’empereur. Christopher Laferl a par exemple essayé d’apprécier l’influence espagnole à la cour de Vienne durant le règne de Ferdinand Ier. Il a ainsi montré que la cour du frère de Charles Quint a non seulement accueilli un peu plus de 70 Hispaniques mais que ces derniers sont parvenus à jouer un rôle important dans l’introduction d’objets et de produits considérés comme précieux ; de même, ils ont contribué à acclimater certaines formes littéraires liées à la Renaissance. De ce point de vue, au tournant du xvie siècle, les Espagnols jouent un rôle important de médiateurs au sein même de la cour impériale16.

  • 17 Alcalá-Zamora y Queipo de Llano, 2001.
  • 18 Weis, 2003 ; Id., 2005 ; Vermeir, 2006 ; Duerloo, 2010.
  • 19 Les deux volumes dirigés en 2002 par Crespo Solana et Herrero Sánchez, España y las 17 Provincias d (...)

12D’autre part, adoptant une approche plus large du long conflit qui oppose à partir de 1566 les provinces de Hollande et de Zélande aux Espagnols, un certain nombre de travaux se sont intéressés aux répercussions de cette guerre dans l’espace impérial : à la suite de l’ouvrage pionnier de José Alcalá-Zamora sur les projets hispaniques en mer Baltique pour y fermer la navigation aux navires hollandais, des historiens se sont penchés sur les débordements de la présence ibérique depuis les Pays-Bas en direction de l’espace impérial17. Cela a été le cas de chercheurs belges qui voient dans cette période un des moments où se cristallise l’identité d’un territoire18 ; ce mouvement a également concerné les chercheurs espagnols pour qui ce conflit constitue une pierre de touche intéressante afin de révéler la présence hispanique dans le Nord-Ouest de l’Europe et d’en illustrer les projets politiques19. Ces deux traditions historiographiques ont pour trait commun d’insister sur la dimension militaire de ce débord hispanique dans l’espace impérial, tout en donnant aux Pays-Bas un rôle central dans la présence espagnole au Nord du Saint-Empire.

  • 20 Tallon, 2010, p. 145 ; Mattingly, 1955 ; Anderson, 1993.
  • 21 « Eine spezifische Form früneuzeitlicher Staatlichkeit » (Schilling, 2007, p. 26), à propos de la p (...)
  • 22 Ruiz Martín (éd.), 1996.
  • 23 Bennassar, Vincent, 1999, p. 108.

13Qu’il s’agisse des relations avec les archevêques de Mayence ou avec l’empereur et son entourage, une même question se pose pour les Espagnols : comment agir dans des territoires qui ne sont pas placés sous leur domination directe ? À l’instar d’autres monarchies ou républiques de la première modernité, la monarchie espagnole a été amenée à mettre en place un certain nombre de structures plus ou moins permanentes lui permettant de maintenir une présence presque continue dans des espaces qui ne dépendaient pas d’elle. La création d’ambassades permanentes, ce que certains historiens ont pu qualifier de « révolution » dans la lignée des travaux de Garrett Mattingly et de Matthew Anderson, en est un des aspects mais pas l’unique20. Au nombre de ces outils diplomatiques, il faut également compter les alliances matrimoniales qui sont l’origine et la fin des relations entre souverains. Elles fondent un système de liens dynastiques qui est « une forme spécifique du caractère étatique durant la première modernité21 ». Une fois établi le lien, il reste encore à le conserver et à l’activer ; cadeaux, rétributions, pensions ou simples marques d’estime sont autant de façons de maintenir la « bonne correspondance » entre le Roi Catholique et des princes étrangers. L’ensemble de ces moyens destinés à maintenir une présence hispanique plus ou moins discrète et plus ou moins active à l’étranger est ce que l’on peut appeler la « projection espagnole22 ». L’étude de ces moyens est indissociable des objectifs auxquels ils sont assignés, à savoir la « conservation et la gestion » des territoires de la monarchie espagnole23.

  • 24 Burbank, Cooper, 2011, pp. 34-35.
  • 25 Dandelet, 2001, p. 9 et n. 15, p. 223.

14Cette notion de projection s’inscrit également dans le cadre d’une histoire impériale s’intéressant aux outils et « répertoires du pouvoir » mis en place par des empires pour régir des territoires étendus et hétérogènes24. Non seulement elle permet de réutiliser les cadres analytiques d’une politique impériale fondée sur le recours alterné à l’intégration et à la différenciation, mais elle peut aussi s’appliquer à des territoires qui ne sont pas placés sous la domination politique directe de l’empire hispanique. Dans un tel contexte de réflexion, la souplesse de la structure impériale, ici espagnole, est ainsi préservée. Par ailleurs, une telle approche peut aussi éviter certains raccourcis historiques faisant de la présence espagnole en Europe une forme de soft, or informal, imperialism par lequel il est sous-entendu que le projet hispanique vise au contrôle de « la souveraineté politique effective d’une autre société politique »25. Une telle formulation tend à faire passer au second plan la finalité de la présence hispanique hors de ses territoires (la conservation de ces derniers et celle de la réputation du souverain) et à accorder le rang d’objectif à ce qui n’est qu’un moyen, l’influence et la constitution de réseaux clientélaires.

  • 26 Gantet, 2003, p. 9.
  • 27 Bély, 2004, p. 91.
  • 28 Elliott, 1992a ; Cardim et alii (dir.), 2012.
  • 29 Fasano Guarini, 2009.
  • 30 Martínez Millán (dir.), 1998 ; Belenguer Cebría (dir.), 1999.

15Étroitement lié à cette dernière remarque, un autre intérêt de l’utilisation de la notion de « projection » appliquée à la monarchie espagnole est qu’elle permet de sortir d’une impasse régulièrement constatée par l’histoire des relations internationales à l’époque moderne. En effet, même si travailler sur « l’ensemble des relations engagées lorsque des individus, des groupes, des biens, des institutions ou des idées traversent une frontière politique » constitue l’objectif de cette branche de l’histoire, une telle approche pose problème quand le processus de construction des États nationaux n’est pas encore achevé : il est donc difficile de parler de relations internationales en évoquant le cas des nombreux États composites de la première modernité26. L’expression d’histoire diplomatique ne convient guère davantage. Pour Lucien Bély, son objet est « le traité, le résultat de la négociation » et elle finit, « par métonymie, par désigner tout l’effort pour parvenir à lui »27. Une fois de plus, cette approche n’est pas satisfaisante : une grande partie des relations engagées entre États ou entre princes se passe de traités et de diplômes. Ainsi, l’étude de la projection espagnole dans le Saint-Empire nous a paru éviter ces deux écueils en tenant compte du fonctionnement spécifique de la monarchie composée et polycentrique qu’est la monarchie hispanique28 : agrégat de territoires dispersés en Europe et dans le monde entier qui ont pour seul point commun un même souverain, ce vaste ensemble, dont la Castille n’est qu’un des centres, entretient une multitude de liens avec d’autres États, d’autres maisons princières, d’autres individus qui ne dépendent pas de lui. Une grande partie de ces territoires sous l’autorité des souverains hispaniques disposant d’une autonomie certaine, variable toutefois dans le temps, des relations directes peuvent même s’établir entre ces « périphéries » de la Monarchie Catholique et les cours étrangères. Une telle approche centrée sur la projection et le système hispaniques a bénéficié du renouveau historiographique impulsé notamment par les cérémonies du quatrième centenaire de la mort de Philippe II et du cinquième centenaire de la naissance de Charles Quint29. À cette occasion, les règnes de ces deux souverains ont profité d’un nouveau regard qui a permis, entre autres choses, de réévaluer leur politique extérieure. Celle-ci n’a plus été envisagée comme une simple politique de prestige ou d’interventions militaires, sa cohérence en fonction des espaces dans lesquels elle se déployait a été particulièrement mise en valeur30.

  • 31 Kessel, 1979 ; Weis, 2003.

16Toutefois, pour éviter les risques évidents de dispersion, seules ont été ici prises en compte les relations impliquant les Rois Catholiques ou leurs agents directs dans le Saint-Empire avec les archevêques de Mayence et la famille impériale. De la sorte, l’action des différents gouverneurs et vice-rois n’a pas été retenue, de même que le rôle pourtant crucial des Pays-Bas espagnols. En effet, l’importance de cet espace dans les relations engagées entre la monarchie espagnole et le Saint-Empire a déjà été soulignée par les travaux de Monique Weis ou de Jürgen Kessel31. En concentrant l’attention sur trois acteurs et les relations qu’ils entretiennent durant le court siècle qui sépare les abdications de Charles Quint des traités de Westphalie, l’objectif initial de cette recherche était de montrer comment la monarchie espagnole mettait à profit ses relations avec les archichanceliers impériaux pour renforcer ses liens avec les empereurs et consolider une position dans l’Empire qui restait marquée par une certaine ambiguïté. Néanmoins, il est rapidement apparu qu’il ne s’agissait pas seulement de relations fonctionnant selon un sens unique mais que chacun des acteurs qui y étaient impliqués s’efforçait d’en retirer des bénéfices propres. De la même façon, la chronologie a joué un rôle non négligeable dans la nature de ces liens et a justifié le maintien d’un cadre chronologique relativement large pour un travail ayant trait aux « relations internationales » : ce que les monarques espagnols et les archevêques de Mayence attendent les uns des autres n’a pas toujours été la même chose et les contextes locaux et européen y ont eu une grande part. Ces constats ont orienté notre réflexion et nous ont amené à nous interroger d’une part sur les conditions dans lesquelles se sont élaborés les liens entre la monarchie hispanique, la principauté de Mayence et, plus largement, le Saint-Empire, et d’autre part sur la façon dont chacun de ces acteurs a essayé de tirer parti de cette relation à des fins propres. Il en est ressorti un ensemble de liens assez complexes et une réévaluation du rôle et de la présence hispanique dans l’Empire.

  • 32 Sur l’intérêt d’une telle approche et ses apports, voir entre autres Schaub, 2014, pp. vii-viii.

17Une telle approche a été déterminée par la nature de la documentation utilisée. Pour l’essentiel constituée de correspondances adressées au Conseil d’État espagnol et des documents produits par ce dernier, elle a permis de développer un point de vue spécifiquement hispanique. Par ailleurs, ces sources ont été abordées non pas seulement comme des gisements d’informations éparses mais comme des documents ou des ensembles documentaires dotés d’une cohérence propre permettant d’avoir accès aux logiques déployées par des acteurs souvent différents et de saisir comment ces stratégies peuvent s’inscrire dans des contextes institutionnels32. Pour cette raison, un intérêt récurrent a été porté aux auteurs et destinataires de ces documents, et partant aux objectifs qui leur ont été assignés, ainsi qu’à la langue ou au vocabulaire qui y a été employé. Rester au plus près de l’aspect matériel de cette documentation et des usages qui pouvaient en être faits est ainsi devenu un moyen à part entière d’appréhender les aspects particuliers des relations établies entre les agents de la monarchie espagnole et les archevêques de Mayence.

18Pour parvenir à ce résultat, il a donc fallu compulser de nombreuses sources documentaires dont l’éclatement géographique n’a été qu’un des moindres problèmes qu’elles posent à l’historien. En fin de compte ont été retenus les papiers d’États et les correspondances contenus dans l’Archivo General de Simancas (AGS), l’Archivo Histórico Nacional (AHN), la Biblioteca Nacional de España (BNE), la Real Academia de la Historia (RAH) et la Biblioteca del Palacio Real de Madrid d’une part et ceux du fonds Spanien de l’Haus-, Hof- und Staatsarchiv (HHSA) de Vienne. Si les fonds hispaniques ont été privilégiés, une certaine complémentarité a néanmoins pu être trouvée entre sources espagnoles et sources impériales, notamment dans leur répartition chronologique : les documents hispaniques sont ainsi assez nombreux jusqu’au début des années 1640, alors que la dernière décennie de la guerre de Trente Ans voit l’intérêt des Espagnols pour le Saint-Empire décroître en raison sans doute des nombreux problèmes intérieurs qui se multiplient et accaparent leur attention (révoltes de Catalogne et du Portugal ou irruption de la guerre dans le Nord de la péninsule italienne, par exemple). Dans le même temps, l’activité impériale dans les affaires ibériques semblent se développer, ce que l’on peut en partie expliquer par la consolidation du pouvoir impérial. De manière ponctuelle, les papiers de l’Archivio Segreto Vaticano (ASV) et ceux du Staatsarchiv de Wurtzbourg ont été utilisés ; les premiers ont fourni des indices précieux pour parvenir à évaluer le processus de confessionnalisation dans l’archevêché de Mayence grâce aux relations ad limina et pour comprendre la nature des liens unissant les archevêques à la papauté. Les seconds ont essentiellement intéressé dans la mesure où ils contiennent une grande partie des archives de Johann Philipp von Schönborn, archevêque de Mayence à partir de 1647.

  • 33 Pour une définition plus précise du champ de compétences du Conseil d’État espagnol, voir Fernández (...)

19D’une manière générale, cette documentation a permis de mettre en valeur le rôle décisif joué par le Conseil d’État espagnol dans la formation d’une politique hispanique à l’égard du Saint-Empire : chargé, notamment, de définir les grandes orientations de la Monarchie Catholique et de se prononcer sur l’intérêt des alliances matrimoniales passées par les Habsbourg de Madrid, ce conseil exerce également une fonction capitale dans la centralisation et la circulation des informations nécessaires au bon gouvernement de la monarchie et à sa projection : c’est ainsi le Conseil d’État qui discute les correspondances que lui adressent les ambassadeurs hispaniques et les princes étrangers33. Sur cette base, il rédige les consultas soumises au souverain qui prend ensuite une décision. À ce titre, le Conseil d’État peut ponctuellement apparaître comme le lieu de débat de la politique monarchique. L’expression d’un désaccord entre les membres du conseil n’est pas la règle et le fonctionnement de ce débat se fonde davantage sur la nuance des avis donnés par les conseillers. Enfin, le Conseil d’État est également chargé du choix des ambassadeurs hispaniques et de la rédaction des instructions adressées à ces derniers, instructions rédigées le plus souvent sur la base d’un document de sortie de fonction établi par un prédécesseur. Ainsi, le Conseil d’État, peuplé d’aristocrates qui sont associés par ce moyen au gouvernement de l’empire espagnol, peut apparaître comme le lieu où se donne à voir la connaissance qu’a la monarchie espagnole du monde et du Saint-Empire en particulier.

20Trois difficultés ont surgi lors de la manipulation de ces sources. En premier lieu, la confrontation avec un sujet dont les archives n’étaient pas définies a priori a imposé un travail empirique d’« invention » des sources à utiliser : s’en tenir aux papiers évoquant de manière exclusive les liens entre Mayence et la Monarchie Catholique n’était pas suffisant mais retenir tous ceux impliquant les Espagnols dans l’espace impérial revenait à créer une masse documentaire impossible à manipuler. Une voie médiane a donc dû être trouvée qui, à l’image de ce corpus ouvert, ne prétend pas épuiser le travail d’interprétation et de réflexion. Ensuite, il a fallu reconstituer l’unité des événements. Ainsi, si l’on peut dater avec précision le transfert de la dignité électorale du comte palatin au duc de Bavière (25 février 1623), la décision n’apparaît jamais sous forme de bloc unique dans la documentation. Ce sont alors autant les décisions et les réactions qu’il faut sonder que les tentatives antérieures, espagnoles en l’occurrence, pour empêcher cette translation. En dépit de l’échec constaté a posteriori, il y a là une manœuvre qui s’amorce deux années avant que le duc de Bavière ne se voie conférer le titre d’électeur et qui ne s’éteint pas d’elle-même après 1623. Enfin, il a fallu se défaire de l’illusion de rationalité que s’attachent à donner d’eux-mêmes les différents acteurs qui participent aux affaires des gouvernements. Bien des décisions présentées comme les meilleures solutions possibles cachent en réalité des motivations moins avouables qui renvoient à des tentatives empiriques de trouver une issue à un problème donné ou à des stratégies d’ordre privé, au diapason de ce que sont les relations entre princes à l’époque moderne. Dans un cas comme dans l’autre, il s’est agi d’insister sur la mise au jour des processus et des rapports de forces qui permettent de contextualiser les relations.

21Par souci de clarté, le plan adopté insiste sur l’aspect chronologique. Ce choix est la conséquence de la volonté de séparer le moins possible la nature et le contenu des relations qui engagent les monarques espagnols, les archevêques de Mayence et l’Empire du contexte dans lequel elles prennent place. Une première partie s’intéresse donc à la place qu’occupent la principauté ecclésiastique de Mayence et la monarchie espagnole dans l’espace impérial au mitan du xvie siècle. La deuxième partie tente d’élucider les raisons et les modalités de la mise en relation de ces deux acteurs durant la seconde moitié du xvie siècle. Enfin, une troisième partie traite de la première moitié du siècle suivant, marquée pour l’essentiel par la guerre de Trente Ans (1618-1648), et de son impact sur les liens noués entre les Rois Catholiques et les archevêques de Mayence. À chaque fois, l’accent est mis sur les formes de la présence hispanique dans le Saint-Empire et les modalités de l’intégration des archevêques à ces dispositifs.

22Un dernier mot, enfin, sur l’emploi de certains termes. Il vient d’être dit que la période moderne ne connaissait pas encore les nations dans le sens que nous donnons aujourd’hui à ce mot. Si nous employons toutefois les adjectifs et les noms communs « espagnol », « allemand » ou « autrichien », c’est que les documents portent trace de l’emploi de ces appellations. Dans les correspondances, Philippe II peut être désigné comme « roi d’Espagne » ou « archiduc d’Autriche ». De même, l’« Allemagne » désigne cette partie du Saint-Empire d’où sont soustraits les États héréditaires des Habsbourg. Dans tous les cas, il s’agit à la fois de désigner une région géographique précise et d’avoir recours à une expression ramassée qui fasse sens, même si elle n’est pas employée dans les documents officiels destinés à être publiés. L’adjectif « hispanique » est également employé comme synonyme d’« espagnol », même si sa signification est en réalité un peu plus large. En revanche, le terme « ibérique » peut désigner indistinctement un Castillan ou un Portugais et s’emploie de façon préférentielle pour la période où l’ensemble des royaumes de la péninsule Ibérique appartiennent au même souverain, soit de 1581 à 1640. De façon assez semblable, le terme « germanique » renvoie à l’ensemble des territoires ou des personnes parlant la langue allemande.

23La titulature des descendants directs de Charles Quint pose un autre type de problème. S’ils sont effectivement qualifiés de « roi d’Espagne », cette désignation n’a en revanche rien d’officiel et s’avère même réductrice au vu de l’étendue des territoires qu’ils possèdent. Dès le xvie siècle, une solution a été recherchée pour essayer de donner une certaine unité à la multiplicité des titres possédés par les monarques espagnols qui sont rois de Castille, d’Aragon, comte de Barcelone, duc de Milan, etc. Le titre de Roi Catholique, conféré à l’extrême fin du xve siècle par le pape Alexandre VI à Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille, a été la meilleure réponse apportée au manque d’unité des possessions des Habsbourg d’Espagne, leur fournissant par la même occasion un projet politique susceptible de donner une identité commune à leurs territoires. On peut également parler de Monarchie Catholique pour évoquer l’ensemble des couronnes des monarques hispaniques.

24Pour terminer, le terme d’« empire » peut désigner deux réalités distinctes. Sans majuscule, il renvoie à de vastes territoires dont les différences ne sont surmontées que parce qu’ils possèdent un souverain commun. À ce titre, la Monarchie Catholique est un empire. En revanche, seul l’espace gouverné par un empereur peut être dénommé « Empire ». Il est alors doté d’institutions communes à l’ensemble de cet espace.

Notes

1 Bennassar, Vincent, 1999, p. 110.

2 Parker, 1972.

3 « Die Territorien beschritten den Weg von der Landesherrschaft zur Landeshoheit » (Vogler, 2003, p. 49).

4 Edelmayer, 1988 ; Schnettger, 2004 ; Id., 2006.

5 Hartmann, 1997, pp. 1-8.

6 Hartmann (dir.), 1997 ; Id. (dir.), 1998 ; Id. (dir.), 2001 ; Hartmann, Pelizaeus (dir.), 2005.

7 Roll, 1998 ; Schubert, 1997.

8 May, 1997.

9 Duhamelle, 1995 ; Id., 1998.

10 Kessel, 1979.

11 « In diesem dauernden Fortschreiten von einem lokalen Konflikt zum europäischen […] Krieg » et « die weitgehend unbekannte Rolle Spaniens in diesem Konflikt an einem Ausschnitt der Reichs- und Rheinpolitik darzustellen » (ibid., p. 11).

12 Weis, 2003.

13 Chudoba, 1952 ; Opll, Rudolf, 1991.

14 Straub, 1980.

15 Edelmayer, 1998 ; Id., 1997 ; Id., 1996 ; Id., 1994 ; Id., 2002.

16 Laferl, 1997 ; Pieper, 1999 ; Stieglecker, 1999.

17 Alcalá-Zamora y Queipo de Llano, 2001.

18 Weis, 2003 ; Id., 2005 ; Vermeir, 2006 ; Duerloo, 2010.

19 Les deux volumes dirigés en 2002 par Crespo Solana et Herrero Sánchez, España y las 17 Provincias de los Países Bajos, constituent une bonne mise à jour historiographique sur la question. Voir également Esteban Estríngana, 2002 ; Id., 2005.

20 Tallon, 2010, p. 145 ; Mattingly, 1955 ; Anderson, 1993.

21 « Eine spezifische Form früneuzeitlicher Staatlichkeit » (Schilling, 2007, p. 26), à propos de la politique de mariage entre princes et des successions. Voir également Tallon, 2010, pp. 133-136.

22 Ruiz Martín (éd.), 1996.

23 Bennassar, Vincent, 1999, p. 108.

24 Burbank, Cooper, 2011, pp. 34-35.

25 Dandelet, 2001, p. 9 et n. 15, p. 223.

26 Gantet, 2003, p. 9.

27 Bély, 2004, p. 91.

28 Elliott, 1992a ; Cardim et alii (dir.), 2012.

29 Fasano Guarini, 2009.

30 Martínez Millán (dir.), 1998 ; Belenguer Cebría (dir.), 1999.

31 Kessel, 1979 ; Weis, 2003.

32 Sur l’intérêt d’une telle approche et ses apports, voir entre autres Schaub, 2014, pp. vii-viii.

33 Pour une définition plus précise du champ de compétences du Conseil d’État espagnol, voir Fernández Conti, 1998, pp. 15-17.

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540