Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Epistola 1. Écriture et genre épistolaires

 | 
Thomas Deswarte
, 
Klaus Herbers
, 
Hélène Sirantoine

II.1. — Les stratégies littéraires : intertextualité et innovation

Citations des auteurs antiques et chrétiens dans les lettres de Braulion de Saragosse

Elena Marey

Testo integrale

  • 1 Fontaine, 1986, pp. vi et 145-202 ; Martín Hernández, 1970, pp. 65-98 ; Riché, 1979.
  • 2 Id., 1962 ; Díaz y Díaz, 1970, pp. 45-63 ; Id., 1975, pp. 133-175 ; Gibert, 1975, pp. 603-652 ; Co (...)
  • 3 Sur l’œuvre d’Isidore, voir les index bibliographiques : Hillgarth, 1961, pp. 11-74 ; Elfassi, 201 (...)

1Le début du Moyen Âge est marqué par de profonds changements dans la culture et l’enseignement. Tandis que les écoles laïques disparaissent peu à peu, d’autres se développent à proximité des églises et des monastères1. Partout surgissent des scriptoria au sein des monastères où les moines copient les livres antiques et en écrivent de nouveaux. Les moines et le clergé, plus instruits et érudits que les laïcs, jouent un grand rôle dans une culture qui devient de plus en plus chrétienne2. Le nouvel essor de la culture dans les royaumes barbares est associé aux auteurs chrétiens et ecclésiastiques comme Sidoine Apollinaire, Grégoire le Grand, Grégoire de Tours et le fameux Isidore de Séville, auteur de nombreux traités qui ont déterminé le développement culturel du royaume de Tolède3. Après sa mort en 636, Séville perd très vite son statut de capitale culturelle. Nous ne savons rien sur les écrivains ou les savants sévillans après cette date. C’est par contre Saragosse qui devient le nouveau foyer de culture grâce à l’évêque Braulion. Grand ami d’Isidore, il fonda à Saragosse un scriptorium et une école où enseignèrent Taïon, son successeur, et Eugène, futur évêque de Tolède. La tradition culturelle inculquée par Isidore s’était donc développée à Saragosse. 

  • 4 On a attribué sans preuve décisive à Braulion les Actes des martyres de Saragosse. Voir Lynch, Gal (...)
  • 5 Iranzo Abellán, 2010, pp. 87-96.
  • 6 Miguel Franco, 2007, pp. 607-615 ; Ead., 2011, pp. 155-175 ; Krinitsyna, 2011.

2Braulion de Saragosse s’est voué au culte ecclésiastique et à rassembler des livres. Il laisse une Vie de saint Émilien (Vita sancti Aemiliani)4, une hymne en l’honneur de ce saint et une collection de quarante-quatre lettres, seul recueil complet de lettres wisigothiques. À titre de comparaison, nous avons conservé douze épîtres d’Isidore de Séville (dont six adressées à Braulion) et quelques épîtres d’autres évêques. Les lettres des laïcs sont encore moins nombreuses : six proviennent du comte Bulgare et huit du roi Sisebut (y compris deux réponses du comte byzantin César). La collection des épîtres de Braulion renferme donc à elle seule les deux tiers de l’ensemble des lettres wisigothiques5. L’évêque de Saragosse correspond avec les rois Chindaswinthe et Réceswinthe, des hommes et des femmes nobles, des abbés, des évêques et des clercs du royaume de Tolède, avec lesquels il traite de sujets très différents. Cela fait de ses épîtres une source de la plus grande importance6.

  • 7 Martín, 2007.
  • 8 De qua [Féodocie, la femme de Léovigilde] procreati sunt […] : Leandrum Yspalensem archiepiscopum, (...)
  • 9 … in breui tempore in tantam diuinarum humanarumque rerum erudicione ac sciencia uenirent, ut scol (...)

3La vie de Braulion reste méconnue. Une biographie, rédigée à Saragosse au xiiie siècle pour magnifier l’évêque wisigothique, accompagne celles d’Isidore de Séville et de ses frères Léandre et Fulgence7. Tous seraient fils du roi Léovigilde et, bien sûr, frères du roi Reccarède8. De ce point de vue, l’auteur médiéval utilise trop librement non seulement la généalogie, mais aussi la chronologie. Par exemple, il écrit que tous les « frères » ont étudié de nombreuses langues, en particulier l’arabe9. Le texte contient nombre d’assertions semblables, ce qui montre qu’il reflète la façon dont certains auteurs du xiiie siècle perçoivent le royaume de Tolède. La seule biographie contemporaine est celle d’Ildefonse de Tolède (657-669). Le texte, très court, constitue un petit chapitre de son Livre des hommes illustres (Liber de viris illustribus) et se limite à l’éloge de Braulion et à l’annotation de sa Vie de saint Émilien. C’est pourquoi il importe de reconstruire sa biographie en puisant avant tout dans ses lettres.

La biographie intellectuelle de Braulion

  • 10 Lynch, Galindo, 1950, pp. 3-22.
  • 11 Braulio frater Joannis in Caesaraugusta decedentis adeptus est locum ; vir sicut germanitate conju (...)
  • 12 Lynch, Galindo, 1950, pp. 10 sqq. ; Braulion, Vita S. Emiliani, pp. vi ; La Renotatio librorum dom (...)
  • 13 Lynch, Galindo, 1950, pp. 32-35 ; La Renotatio librorum domini Isidori, pp. 21 sqq.
  • 14 Habuit sacerdotium ferme viginti annis : quibus expletis, clausit diem vitae praesentis (Ildefonse (...)

4Nous ne connaissons pas la date de naissance de Braulion. On peut supposer qu’il est né entre 580 et 59010. Selon Ildefonse de Tolède, Braulion était le frère cadet de Jean, évêque de Saragosse, qui a mis quelques prières en musique11. Grâce à sa propre correspondance, nous savons que Braulion eut aussi un frère, Fronimian, abbé d’un monastère, une sœur, Pompomie, qui fut abbesse, et une autre sœur qui fut la femme d’un noble Goth dénommé Vistremire12. Dès son enfance, Braulion fut voué à la carrière ecclésiastique. En 621, il est archidiacre de Saragosse quand son frère Jean est l’évêque de cette ville13. Vers 631, après la mort de Jean, Braulion devient évêque et le reste jusqu’à sa mort en 651 sous le règne de Chindaswinthe14. En tant qu’évêque de Saragosse, il participe aux trois conciles de Tolède. En 638, on le charge de répondre au pape Honorius, qui s’était plaint des nombreux Juifs non convertis. Ce fait nous montre l’autorité que Braulion a acquise parmi ses contemporains grâce à son érudition.

  • 15 Ep. ad Fronimianum : Tempore piae recordationis domini mei et germani maioris natu communis, ac sa (...)
  • 16 Dum pariter essemus… (Braulion, Epistolario de San Braulio, éd. de Riesco Terrero, 1).
  • 17 … inspiret tibi Dominus ut merear adhuc in uita uidere te et quem mestificasti abeundo, aliquando (...)
  • 18 Díaz y Díaz, 1961, pp. 345 sqq.
  • 19 Braulion, Vita S. Emiliani, pp. vii-viii.
  • 20 La Renotatio librorum domini Isidori, pp. 84-89.
  • 21 Miguel Franco, 2007, pp. 612 sqq. ; Braulion, Epistolas, éd. de Franco.

5Où Braulion a-t-il été élevé ? Il est fort probable que son premier maître ait été Jean, son frère aîné : Braulion a écrit dans une de ses lettres que Jean lui avait enseigné les Saintes Écritures et était pour lui un exemple de vie dévote15. Autrefois, l’on pensait que Braulion s’était rendu à Séville pour faire ses études à l’école du fameux Isidore. Cette opinion, partagée notamment par Lynch, Pérez de Urbel et Aznar Tello, invoquait la phrase Dum pariter essemus… de la lettre d’Isidore à Braulion16. En outre, dans une autre épître, l’évêque de Séville a écrit que Braulion l’avait chagriné en raison de son départ : cette phrase était aussi considérée comme une preuve indirecte du séjour de Braulion à Séville17. Pourtant les savants ne sont pas tous d’accord avec cette hypothèse, en premier lieu Díaz y Díaz, qui commença à la mettre en doute : il s’appuyait sur la correspondance entre Isidore et Braulion, puisque Braulion n’avait jamais désigné Isidore comme son maître18. Ce point de vue est partagé par Vázquez de Parga19 et par Martín, qui affirme que les arguments de la « théorie sévillane » ne sont pas concluants : selon lui, Isidore et Braulion se sont connus à Tolède, où ils se sont rendus pour traiter de quelques questions ecclésiastiques20. Ce point de vue est partagé par la plupart des chercheurs contemporains, comme Ruth Miguel Franco, qui a fait la nouvelle traduction de la correspondance de Braulion21. Pourtant, les deux hypothèses — celle de Séville et celle de Tolède — restent impossibles à prouver, car elles se fondent sur des arguments indirects. Quoi qu’il en soit, la figure d’Isidore et ses œuvres ont beaucoup influencé l’évêque de Saragosse : Isidore était dans une certaine mesure un maître pour Braulion.

  • 22 Quaternionem regularum per Maurentionem primiclerium direximus (Epistolario de San Braulio, 2).
  • 23 Misimus uobis Sinonimarum libellum, non quod alicuius utilitatis sit, sed quia eum uolueras (ibid., (...)
  • 24 Scripsit quoque in ultimo ad petitionem Braulionis Caesaraugustani episcopi librum Etymologiarum, (...)
  • 25 Septimum, ni fallor, annum tempora girant ex quo me memini libros a te conditos Originum postulass (...)
  • 26 Codicem Aetymologiarum cum aliis Codicibus de itinere transmisi, et licet inemendatum pre inualetu (...)
  • 27 Braulionis Praenotatio librorum Isidori : Etymologiarum codicem nimia magnitudine, distinctum ab eo (...)
  • 28 Quamobrem disciplinarum saecularium studium etsi ex parte attigi (Braulion, Vita S. Emiliani, prae (...)

6Sans doute Braulion lisait-il beaucoup les œuvres des Pères de l’Église et les canons de conciles quand il se préparait à devenir prêtre. Il a étudié attentivement les traités d’Isidore. Nous savons ainsi par une de ses lettres qu’il a reçu un exemplaire de la Règle monastique quand il était archidiacre22. En outre, Isidore lui avait envoyé ses Synonymes23. Par ailleurs, Braulion a certainement lu la principale œuvre d’Isidore, à savoir ses Étymologies, qu’il lui avait commandée24. En effet, l’évêque de Saragosse attendit pendant sept années le texte définitif de l’encyclopédie25, car Isidore y travailla jusqu’à ses derniers jours. Quand il comprit qu’il ne pourrait pas la terminer, il l’envoya à Braulion et lui demanda de la réviser26. Braulion divisa les Étymologies en vingt livres et les édita27. Il est fort probable que Braulion connut la plupart des œuvres antiques par le biais de l’encyclopédie isidorienne, remplie de citations d’auteurs romains. Cependant, il connaît aussi directement quelques œuvres des auteurs antiques, comme en témoigne la préface de la Vie de saint Émilien, où il écrit qu’il a étudié partiellement les sciences profanes28 (cette appréciation pouvant d’ailleurs être expliquée par la modestie de Braulion).

  • 29 García Iglesías, 1979, pp. 95-106.
  • 30 Uerumtamen, queso ut, quia librum Aprincii Pacensis episcopi tractatum Apocalipsin quero et non in (...)
  • 31 … peto ita Cristus cursum propositi tui efficiat gloriosum ut mihi сodices sancti pape Gregorii in (...)
  • 32 Septimum, ni fallor, annum tempora girant ex quo me memini libros a te conditos Originum postulass (...)
  • 33 Dum pariter essemus, postulaui te, ut mihi decadem sextam sancti Augustini transmitteres. Posco, u (...)
  • 34 Istum Apostoli commentarium, quem direximus, diligenter legite prius, et in ordine constituite (ib (...)
  • 35 … suggero ut pro mercede tua de Conlationibus Cassiani inlumines monasteria ista, et uitam sanctor (...)
  • 36 Siquidem alii fuerat hic сodex conscriptus, tamen quia petitionem uestram offendere non potuimus, (...)

7Braulion a contribué à faire de Saragosse un centre intellectuel. Il y rassembla une grande bibliothèque et fonda un scriptorium29. Nous pouvons citer quelques livres de sa bibliothèque. Braulion a ainsi demandé à l’évêque Émilien de lui trouver le Commentaire de l’Apocalypse d’Apringius30. Il a chargé Taïon de lui rapporter de Rome les œuvres de Grégoire le Grand31. Enfin, il a attendu durant sept années les Étymologies d’Isidore32, alors qu’il possédait déjà ses Synonymes et sa Règle monastique. Parfois, on demandait des livres à Braulion, par exemple les traités d’Augustin33, les commentaires des épîtres apostoliques34, la règle monastique de Jean Cassien et des vies de saints35. Braulion échangeait aussi des livres avec des laïcs, comme cette Apicella qui reçut les livres de Tobie et de Judith36. L’évêque de Saragosse était l’une des personnes les plus érudites de son temps, auquel l’on adressait de nombreuses lettres avec des questions sur l’interprétation des Saintes Écritures.

La Bible et les auteurs chrétiens dans les lettres de Braulion

  • 37 Nam et sanctus Augustinus inlibro de Ciuitate Dei quinto decimo, dum annorum dissonantiam inter He (...)

8La correspondance de Braulion prouve sa vaste érudition sur la Bible et les règles ecclésiastiques. Par exemple, il commente l’âge de Mathusalem et sa mort, l’âge d’Ismaël, la Résurrection, etc37. Mais il explique toujours ces questions et les discordances au sein de la Bible en s’appuyant sur les œuvres d’Augustin, de Jérôme et des autres auteurs chrétiens. Il s’efface toujours derrière leurs opinions. D’ailleurs, ses élèves et ses contemporains qui s’adressent à lui ne cherchent pas l’opinion propre de Braulion et se contentent de celle d’une autorité. C’est une époque où le savoir est conservé.

  • 38 Unde per Apostolum insultamus : « Ubi est, mors, uictoria tua ? Ubi est, mors, aculeus tuus ? » (E (...)
  • 39 Dorsum meum posui ad flagella et maxillas meas ad palmas (ibid., 11). Voir Isaïe 50, 6 : corpus me (...)
  • 40 Sed quid agimus uel facimus, quia omnis caro fenum, et omnis gloria mundi uelut flos feni ? […] Un (...)
  • 41 Concile de Tolède IV, canon [désormais abrégé c.] 25 : Sciant igitur sacertotes scripturas sanctas (...)

9Il faut noter que ce sont seulement les clercs, les ecclésiastiques et les moines qui posent de telles questions. Dans les lettres destinées aux laïcs, où presque toujours il console ses amis qui ont perdu quelque parent ou époux, Braulion mentionne aussi assez souvent la Bible pour les assurer de la vie éternelle et leur interdire de désespérer. Parfois, Braulion change le sens d’une phrase biblique ou la cite avec quelques inexactitudes38. Par exemple, dans la lettre dédiée à son disciple Taïon, Braulion rapporte la Bible de manière approximative sans pour autant en changer le sens39. Dans la lettre XIX, écrite pour consoler deux femmes nobles, Braulion modifie le sens de la phrase biblique : alors que l’apôtre parle de la corruptibilité de la richesse et de l’argent, Braulion dit que la vie humaine est éphémère40. L’évêque de Saragosse citait donc de mémoire l’Écriture sainte, qu’il devait connaître d’après le concile de Tolède IV41. Mais ces lettres nous apprennent aussi que les laïcs, y compris les femmes (nous comptons beaucoup de lettres destinées à des dames nobles), savaient lire, connaissaient la Bible et les vies de saints, et étaient capables de comprendre les allusions bibliques. Cependant, l’Écriture sainte n’étaient pour eux qu’un texte qui doit être lu pour le salut de l’âme, sans interprétation. La culture du commentaire, de l’interprétation, appartenait au clergé.

  • 42 Obtime nouit prudentia tua, canonum antiqua esse instituta [Tolède I, c. 20 et Séville II, c. 7], (...)

10Si Braulion et ses contemporains suivent très souvent sur le plan théologique les opinions des auteurs anciens, il n’en est pas de même quand il s’agit de liturgie ou de réglementation sur les fonctions de l’abbé ou sur la hiérarchie ecclésiastique, c’est-à-dire quand il s’agit de problèmes actuels et urgents : dans ce cas, Braulion se prononce seul et avec passion. Il utilise les textes saints, les œuvres des Pères de l’Église et les canons conciliaires seulement pour prouver sa propre opinion. Par exemple, il débrouille élégamment le problème de son disciple Eugène de Tolède42, qui ne savait pas si les fidèles baptisés et oints (chrismati) par les diacres, sans intervention de l’évêque, étaient de vrais chrétiens. Dans la brillante réponse de Braulion, les prêtres ne pouvaient pas oindre d’après les anciens canons, mais ils reçurent cette permission en cas d’absence de l’évêque ; cependant, leur onction devait être bénite par l’évêque. C’est pourquoi, poursuit Braulion, l’onction est sainte si l’évêque l’approuve : dans ce cas, le fidèle la reçoit des mains non pas du prêtre mais pour ainsi dire de l’évêque. En démontrant ainsi sa propre opinion à partir des canons conciliaires, Braulion prouve qu’il s’intéresse plus aux questions pratiques qu’aux problèmes de théologie ; en la matière, il fait confiance à l’autorité d’Augustin, de Jérôme, d’Ambroise et de quelques autres Pères de l’Église.

  • 43 I Cor. 8, 1.
  • 44 I Cor. 8, 1. Vtile est multa scire et recte uiuere. Quod si utrumque non ualemus, melius est ut be (...)

11En outre, Braulion évoque très souvent ses limites intellectuelles. En premier lieu, cela correspond au modèle culturel de cette époque et à sa grande modestie personnelle. Mais il y a là aussi un refus de la science superflue : « La connaissance enfle », dit l’apôtre43. Cette idée se retrouve dans les Sentences d’Isidore, où le Sévillan affirme que la conduite religieuse est plus importante que la connaissance mondaine : cette dernière est certes louable, mais elle ne peut sauver44. Ildefonse, évêque de Tolède, célèbre ainsi la vie pieuse et dévote : dans son Livre des hommes illustres, qui est une série de biographies de clercs hispaniques, il met sur le même plan les écrivains instruits comme Isidore et les pasteurs pieux et illettrés comme Aurose de Tolède. Braulion, dans la lettre à l’archidiacre Floride, suit littéralement les mots de l’apôtre et proclame la supériorité de la charité sur la connaissance : le savoir est déclaré superbe et envieux. Malgré cela, Braulion prouve dans ses lettres sa relative bonne connaissance de la littérature classique païenne, sans doute sous l’influence culturelle d’Isidore, qui était un grand amateur de l’Antiquité.

Les œuvres des auteurs antiques dans les lettres de Braulion

  • 45 Miguel Franco, 2010a, pp. 295-298.
  • 46 … amphora coepit institui : currente rota cur urceus exit ? (Horace, Ars Poetica, 21).
  • 47 Paene lapsus sum ad aliam materiam, et currente rota, dum urceum facere cogito, amphoram finxit ma (...)
  • 48 En dum orceum fingere uolo, ut ait Terentius, amforam finxit manus (Epistolario de San Braulio, 11 (...)
  • 49 … quia et nos iuxta Flaccum didicimus litterulas, et sepe manum ferule subtraximus, et de nobis di (...)

12Ses citations des auteurs latins (Braulion ne connaissait pas la langue grecque) sont sélectives : d’un côté il cite peu d’œuvres, de l’autre il se préoccupe de l’opportunité des citations. Sa lettre à Taïon rassemble une grande partie de ses citations classiques. Très souvent, il cite les œuvres classiques de seconde main. Par exemple le fragment de l’Art poétique d’Horace, qui apparaît dans trois lettres, est connu par le biais des lettres de saint Jérôme45 : Horace se plaint qu’il a modelé la cruche à la place de l’amphore46, tandis que Jérôme dit le contraire47. Or, Braulion suit Jérôme48, outre le fait qu’il pensait qu’il s’agissait d’un fragment de Térence ; à ce sujet, il ne faut pas y voir une marque d’ignorance puisque, dans la même lettre, Braulion cite les Satires d’Horace49 : il connaissait les œuvres d’Horace, et la mention de Térence indique son haut niveau culturel.

  • 50 … ac secundum Appium caninam uideamur exercere facundiam (ibid., 11).
  • 51 … quam, iuxta Appium, caninam facundiam exercere (ibid., 12).
  • 52 Ea est enim prorsus « canina », ut ait Appius, « eloquentia » (Quintilien, Institutio oratoria, 12 (...)

13Dans la même lettre à Taïon, Braulion mentionne une phrase qui remonte à l’Institution oratoire de Quintilien. L’évêque de Saragosse reproche à son disciple la médisance, qu’il appelle « l’éloquence du chien » (canina facundia)50, et il répète cette phrase dans la lettre à Floride51. En réalité, il se réfère non à Quintilien mais à Appius, dont le nom a été mentionné par Quintilien. Encore une fois, la source première de cette citation se trouve dans les lettres de Jérôme, parce que Braulion et Jérôme parlent de la facilité de la parole (facundia) tandis que Quintilien évoque l’éloquence (eloquentia)52. Pourtant Braulion nomme sciemment l’auteur le plus ancien pour son autorité. Cependant, les lettres de saint Jérôme étaient l’une des principales sources de Braulion, l’autre étant les Étymologies d’Isidore, remplies de citations d’auteurs classiques.

  • 53 Epistolario de San Braulio, 11 : Quia et nos iuxta Flaccum didicimus litterulas, et saepe manum fer (...)
  • 54 … sed ne faciat longas fabula nostra moras ; … ne habeat ingratos fabula nostra iocos, secundum Ou (...)
  • 55 Epistolario de San Braulio, 11 : Tu e contra uelut gragulus Isopius superbia tumidus (Phèdre, Fabul (...)
  • 56 García Sanchidrián, 1993, pp. 339-345.
  • 57 Epistolario de San Braulio, 11 : ymmo illud uirgilianum : / Et nos tela, pa[ri]ter, ferrumque [h]au (...)
  • 58 Procul Epicurus, longe Aristippus, subulci non aderunt, scropha non grunniet. « Et nos tela, pater (...)
  • 59 Epistolario de San Braulio, 44 : nec lingue eloquium (est), gentilis poete conticuum in te uertam (...)
  • 60 … quam, iuxta Appium, caninam facundiam exercere (ibid., 12).
  • 61 Pro inerudite inpedimento lingue breuem euenire uolui tramitem epistole, sed, ut est illut tibi no (...)
  • 62 … ut nauis fidei, que inter scopulos temtationum, et Caribdim uoluptatum, adque fluctus persecution (...)

14Nous pouvons parfois supposer que Braulion lisait et citait les textes originels. Dans la lettre à Taïon de Saragosse, il invoque ainsi les Satires d’Horace53, les Fastes d’Ovide54 et les fables d’Ésope55. Or, on ne trouve aucune citation similaire ni dans les lettres de saint Jérôme ni dans les autres œuvres plus tardives. Je crois donc qu’il a pu lire les textes originels, d’autant qu’ils étaient utilisés dans l’enseignement56. Parfois la situation est plus complexe, comme dans le cas de la citation d’un vers de l’Enéide57 : la citation de Braulion est semblable à celle d’une lettre de Jérôme58. Cependant, comme Jérôme n’a pas indiqué l’auteur de ce vers et que Braulion l’a attribué à Virgile, il est probable que Braulion l’ait connu d’une autre source, ou directement. Dans ses autres lettres, Braulion cite rarement les auteurs classiques. On peut voir de telles citations et allusions seulement dans ses lettres à Fructueux de Braga59, une mention de l’Institution oratoire dans la lettre à l’archidiacre Floride60, une allusion antique dans les lettres à Eugène de Tolède61 et au pape Honorius62. Il est significatif que Braulion cite les auteurs classiques seulement dans ses lettres au clergé ; en effet, la plupart de ses missives aux laïcs sont des lettres de consolation et d’espérance, qui relèvent de la foi chrétienne.

15En outre, il est possible que les laïcs n’aient connu la culture classique que de manière très superficielle. Dans ce cas, la citation ou la mention d’un auteur romain appartient à un code culturel. En effet, à cette époque, l’Église devient la gardienne de l’héritage culturel de l’Antiquité. Tous les écrivains wisigothiques étaient des évêques, sauf le roi Sisebut qui était l’élève d’Isidore de Séville. Leur cercle était très limité. Aussi, lorsque Braulion s’adresse aux clercs, qui étaient les personnes les plus instruites, il cite les auteurs classiques pour indiquer son appartenance à l’élite intellectuelle dont l’apparition d’une nouvelle classe s’accompagne de changements culturels.

  • 63 Le Goff, 1985, pp. 3-4.

16Au début du Moyen Âge, la figure de l’intellectuel laïc disparaît au profit de celle de clercs, qui constituent désormais l’élite intellectuelle. Ceux-ci enseignent la liturgie, les canons conciliaires et les Saintes Écritures à l’école ecclésiastique. C’est pourquoi ils se consacrent à la lecture de la Bible et des œuvres des Pères de l’Église. Selon Jacques Le Goff, s’ils ne sont pas des intellectuels stricto sensu parce que leur occupation principale consiste en la célébration du culte63, ils appartiennent néanmoins à une étape de transition dans l’histoire des intellectuels au Moyen Âge. Braulion est un intellectuel typique de son temps. Il cherche et copie les traités chrétiens destinés à résoudre les problèmes théologiques. Il estime beaucoup Jérôme et Augustin, qu’il cite et dont il revendique l’influence. En revanche, à l’instar de ses confrères, il ne cherche ni à commenter ni à interpréter le texte biblique, préférant suivre l’opinion des auteurs réputés. À la suite d’Isidore de Séville, Braulion proclame la valeur de l’amour chrétien et son refus de la science mondaine, qu’il connaît pourtant bien, car la fréquentation des auteurs romains demeure un signe de prestige et une marque de culture. Il maîtrise la littérature classique à travers les Étymologies d’Isidore et les lettres de Jérôme ; il est fort probable que plusieurs œuvres classiques figuraient dans sa bibliothèque et qu’il lisait les textes originaux. Mais, à la différence d’Isidore, Braulion ne s’intéresse qu’aux auteurs les plus célèbres. Cela ne reflète pas une décadence culturelle. En effet, il s’agit plutôt d’une évolution des centres d’intérêt : Isidore admire toute la culture antique, tandis que son élève se tourne vers la littérature chrétienne. Braulion est un évêque instruit et doué de talent, il connaît l’héritage antique et les œuvres des auteurs chrétiens. Il n’est pas un théoricien ou un écrivain, mais il s’occupe des problèmes pratiques et urgents comme tous les élèves d’Isidore.

Note

1 Fontaine, 1986, pp. vi et 145-202 ; Martín Hernández, 1970, pp. 65-98 ; Riché, 1979.

2 Id., 1962 ; Díaz y Díaz, 1970, pp. 45-63 ; Id., 1975, pp. 133-175 ; Gibert, 1975, pp. 603-652 ; Collins, 1990 ; Magallón García, 1996 ; Velázquez Soriano, 2002.

3 Sur l’œuvre d’Isidore, voir les index bibliographiques : Hillgarth, 1961, pp. 11-74 ; Elfassi, 2010, pp. 165-187 ; Id., 2012, pp. 19-63.

4 On a attribué sans preuve décisive à Braulion les Actes des martyres de Saragosse. Voir Lynch, Galindo, 1950, pp. 278-292.

5 Iranzo Abellán, 2010, pp. 87-96.

6 Miguel Franco, 2007, pp. 607-615 ; Ead., 2011, pp. 155-175 ; Krinitsyna, 2011.

7 Martín, 2007.

8 De qua [Féodocie, la femme de Léovigilde] procreati sunt […] : Leandrum Yspalensem archiepiscopum, Fulgencium Astoricensem episcopum, postea Carthaginensem archiepiscopum, Hysidorum Yspalensem archiepiscopum, Braulionem Cesaraugustanum episcopum ; et alios duos, s[c]ilicet : Herminigildum martirem, quem pater securi percussit, et Recaredum, qui post eum regnauit ; et unam sobolem, Florentinam (ibid., chap. ii, § 2).

9 … in breui tempore in tantam diuinarum humanarumque rerum erudicione ac sciencia uenirent, ut scole ecclesiastice in Hyspanis doctores existerent in greco, syro, hebrayco, arabico, barbarismo, egipcio, latino, romano, et in cun[c]tis septem liberalibus (ibid., chap. vi, § 1).

10 Lynch, Galindo, 1950, pp. 3-22.

11 Braulio frater Joannis in Caesaraugusta decedentis adeptus est locum ; vir sicut germanitate conjunctus, ita non minimum ingenio minoratus (Ildefonse de Tolède, De viris illustribus, chap. xi) ; In ecclesiasticis officiis quaedam eleganter et sono et oratione composuit (ibid., chap. v).

12 Lynch, Galindo, 1950, pp. 10 sqq. ; Braulion, Vita S. Emiliani, pp. vi ; La Renotatio librorum domini Isidori, pp. 34-40.

13 Lynch, Galindo, 1950, pp. 32-35 ; La Renotatio librorum domini Isidori, pp. 21 sqq.

14 Habuit sacerdotium ferme viginti annis : quibus expletis, clausit diem vitae praesentis (Ildefonse de Tolède, De viris illustribus, 12). Voir La Renotatio librorum domini Isidori, pp. 18-19.

15 Ep. ad Fronimianum : Tempore piae recordationis domini mei et germani maioris natu communis, ac sanctae vitae doctrinaeque institutoris Ioannis epicopi (Braulion, Vita S. Emiliani, p. 3).

16 Dum pariter essemus… (Braulion, Epistolario de San Braulio, éd. de Riesco Terrero, 1).

17 … inspiret tibi Dominus ut merear adhuc in uita uidere te et quem mestificasti abeundo, aliquando iterum laetifices te praesentando (ibid., 2). Voir Bourret, 1855, pp. 73-77 ; Lynch, Galindo, 1950, pp. 29 sqq. ; Aznar Tello, 1986, p. 67.

18 Díaz y Díaz, 1961, pp. 345 sqq.

19 Braulion, Vita S. Emiliani, pp. vii-viii.

20 La Renotatio librorum domini Isidori, pp. 84-89.

21 Miguel Franco, 2007, pp. 612 sqq. ; Braulion, Epistolas, éd. de Franco.

22 Quaternionem regularum per Maurentionem primiclerium direximus (Epistolario de San Braulio, 2).

23 Misimus uobis Sinonimarum libellum, non quod alicuius utilitatis sit, sed quia eum uolueras (ibid., 1).

24 Scripsit quoque in ultimo ad petitionem Braulionis Caesaraugustani episcopi librum Etymologiarum, quem cum multis annis conaretur perficere, in ejus opere diem extremum visus est conclusisse (Ildefonse de Tolède, De viris illustribus, 9).

25 Septimum, ni fallor, annum tempora girant ex quo me memini libros a te conditos Originum postulasse, et uario diuersoque modo presentem uos me frustratum esse, et absenti nihil inde uos rescripsisse, sed subtili dilatione modo necdum esse perfectos, modo necdum scriptos, modo meas litteras intercidisse, aliaque multa opponentes ad hanc usque diem peruenimus, et sine petitionis effectu manemus (Epistolario de San Braulio, 5).

26 Codicem Aetymologiarum cum aliis Codicibus de itinere transmisi, et licet inemendatum pre inualetudine, tamen tibi modo ad emendandum statueram offerre, si ad destinatum concilii locum peruenissem (ibid., 6).

27 Braulionis Praenotatio librorum Isidori : Etymologiarum codicem nimia magnitudine, distinctum ab eo titulis, non libris : quem quia rogatu meo fecit, quamvis imperfectum ipse reliquerit, ego in viginti libros divisi (La Renotatio librorum domini Isidori, p. 262).

28 Quamobrem disciplinarum saecularium studium etsi ex parte attigi (Braulion, Vita S. Emiliani, praef., 5). Voir Fontainе, 1986, pp. vi et 194-195.

29 García Iglesías, 1979, pp. 95-106.

30 Uerumtamen, queso ut, quia librum Aprincii Pacensis episcopi tractatum Apocalipsin quero et non inuenio, a uobis ad transcribendum accipiam directum (Epistolario de San Braulio, 25).

31 … peto ita Cristus cursum propositi tui efficiat gloriosum ut mihi сodices sancti pape Gregorii in expositos, qui necdum in Hispania erant tuoque studio et sudore de Roma huc sunt delati ad transcribendum ocius mittas (ibid., 42).

32 Septimum, ni fallor, annum tempora girant ex quo me memini libros a te conditos Originum postulasse (ibid., 5).

33 Dum pariter essemus, postulaui te, ut mihi decadem sextam sancti Augustini transmitteres. Posco, ut quoquo modo me cognitum ei facias (ibid., 1).

34 Istum Apostoli commentarium, quem direximus, diligenter legite prius, et in ordine constituite (ibid., 14).

35 … suggero ut pro mercede tua de Conlationibus Cassiani inlumines monasteria ista, et uitam sanctorum uirorum Honorati adque Germani, uestrique beatissimi noui Imiliani pusillitati nostre uestra largitate faciatis attribui (ibid., 43).

36 Siquidem alii fuerat hic сodex conscriptus, tamen quia petitionem uestram offendere non potuimus, uobis eum misimus. […] Habes enim ibi sanctum Tobiam, […] Abes et Iudith (ibid.). Voir Collins, 1990, pp. xv et 114-117.

37 Nam et sanctus Augustinus inlibro de Ciuitate Dei quinto decimo, dum annorum dissonantiam inter Hebreos Codices et Septuaginta euentilat translationem ex Hebreo affirmans, in finem disputationis sue de eadem re inter cetera sic dicit […] Nam multi hic multa scripserunt. Nostris uero temporibus incomparauilis scientie uir Ysidorus, Spalensis episcopus, in libro Ethimologiarum, dum uius nominis uult originem absolvere, ita fassus est : « Matusalam interpretatur mortuus est ». […] Ceterum de Smaele quod sciscitaris, quod iubenem cum ceruicibus mater uectarit, sanctus Iheronymus in praefato Quaestionum libro, ita ponit (Epistolario de San Braulio, 44).

38 Unde per Apostolum insultamus : « Ubi est, mors, uictoria tua ? Ubi est, mors, aculeus tuus ? » (Epistolario de San Braulio, 17). Voir Cor. 15, 55 . Ubi est mors victoria tua ubi est mors stimulus tuus ?… Mundi tamquam flos feni (ibid., 19). Voir Pierre 1, 24 : Omnis caro ut faenum et omnis gloria eius tamquam flos faeni.

39 Dorsum meum posui ad flagella et maxillas meas ad palmas (ibid., 11). Voir Isaïe 50, 6 : corpus meum dedi percutientibus et genas meas vellentibus.

40 Sed quid agimus uel facimus, quia omnis caro fenum, et omnis gloria mundi uelut flos feni ? […] Unde Apostolus dicit : « Ortus est sol cum ardore et arefecit fenum et flos eius decidit » (ibid., 19). Voir Jacques 1, 10-11 : dives autem in humilitate sua quoniam sicut flos faeni transibit, exortus est enim sol cum adore et arefecit faenum et flos eius decidit.

41 Concile de Tolède IV, canon [désormais abrégé c.] 25 : Sciant igitur sacertotes scripturas sanctas et canones, ut omnne opus eorum in praedicatione et doctrina consistat, atque aedificent conctos tam fidei scientia quam operum disciplina.

42 Obtime nouit prudentia tua, canonum antiqua esse instituta [Tolède I, c. 20 et Séville II, c. 7], ut presbiter crismare non audeat, quod seruare et orientem et omnem Italiam hucusque scimus. Sed postea consultum est ut crismarent presbiteres [Grégoire Ier, Epistolae, IV, 26], sed de crismate benedicto ab episcopis, ut non uideretur presbiterorum hoc esse preuilegium, quum ab illa unctione sancta populum Dei sacrant, sed episcoporum, quorum benedictione et permissu quasi de manu episcopi ita huiusce rei peragunt officia. Quod si ita est, quur et iste, quasi manus episcopi quamuis inutilis, quos crismauit, non habeantur catolici, quum, ut dixi, sancto et uero crismate ab episcopo sacrato, et cum illius permissu fuerunt peruncti ? (Epistolario de San Braulio, 36). Concile de Tolède I, c. 20 (397-400) : Statutum uero est diaconum non crismare, sed presbyterum absente episcopo, praesente vero si ab ipso fuerit praeceptum. Concile de Séville II, c. 7 (619) : Sed neque coram episcopo licere presbyteres in babtisterium introire neque praesente antestite infantes tingere aut signare… Grégoire Ier, Epistolae, IV, 26 : Sed si omnimo hac de re aliqui contristantur, ut episcopi desunt, ut presbiteri et in frontibus baptizandos chrismate tangere debeant, concedimus.

43 I Cor. 8, 1.

44 I Cor. 8, 1. Vtile est multa scire et recte uiuere. Quod si utrumque non ualemus, melius est ut bene uiuendi studium quam multa sciendi sequamur. Non pertinere ad beatitudinem consequendam scientiam rerum, nec esse beatum multa scire, sed esse magnum beate uiuere. Nihil prodesse omnem scire prudentiam cum ignorantia Dei, et nihil obesse scientibus Deum ignorantiam mundi (Isidore de Séville, II, 1, 11-13).

45 Miguel Franco, 2010a, pp. 295-298.

46 … amphora coepit institui : currente rota cur urceus exit ? (Horace, Ars Poetica, 21).

47 Paene lapsus sum ad aliam materiam, et currente rota, dum urceum facere cogito, amphoram finxit manus (Jérôme, Epistolae, 107, 3, 1).

48 En dum orceum fingere uolo, ut ait Terentius, amforam finxit manus (Epistolario de San Braulio, 11). Pro inerudite inpedimento lingue breuem euenire uolui tramitem epistole, sed, ut est illut tibi notum, dum orceum facere nitor, amforam finxit manus (ibid., 36). Et, ut ayt quidam, dum orceum facere nitor, anforam finxit manus (ibid., 44).

49 … quia et nos iuxta Flaccum didicimus litterulas, et sepe manum ferule subtraximus, et de nobis dici potest : Fenu habet in cornu, longe fuge (ibid., 11).

50 … ac secundum Appium caninam uideamur exercere facundiam (ibid., 11).

51 … quam, iuxta Appium, caninam facundiam exercere (ibid., 12).

52 Ea est enim prorsus « canina », ut ait Appius, « eloquentia » (Quintilien, Institutio oratoria, 12, 9, 9). Voir : Prudentes estis, et eruditi, et de canina, ut ait Appius, facundia, ad Christi disertitudinem trasmigrastis (Jérôme, Epistolae, 119, 1) et Sed, et juxta Appium canina exerceretur facundia (ibid., 134, 1).

53 Epistolario de San Braulio, 11 : Quia et nos iuxta Flaccum didicimus litterulas, et saepe manum ferule subtraximus, et de nobis dici potest: « Fenu[m] habet in cornu, longe fuge » (Horace, Satires, 1, 4, 34).

54 … sed ne faciat longas fabula nostra moras ; … ne habeat ingratos fabula nostra iocos, secundum Ouidium… (Epistolario de San Braulio, 11). Comparer avec Ovide, Fasti, 2, 248 ; 3, 738.

55 Epistolario de San Braulio, 11 : Tu e contra uelut gragulus Isopius superbia tumidus (Phèdre, Fabulae Aesopiae, 1, 3-4).

56 García Sanchidrián, 1993, pp. 339-345.

57 Epistolario de San Braulio, 11 : ymmo illud uirgilianum : / Et nos tela, pa[ri]ter, ferrumque [h]aud debile dextra / Spargimus, et nostro sequitur de vulnere sanguis (Virgile, Aeneis, 12, 50-51).

58 Procul Epicurus, longe Aristippus, subulci non aderunt, scropha non grunniet. « Et nos tela, pater, ferrumque haud debile dextra Spargimus, et nostro sequitur de vulnere sanguis » (Jérôme, Epistolae, 50, 5).

59 Epistolario de San Braulio, 44 : nec lingue eloquium (est), gentilis poete conticuum in te uertam preconium, et hec solum dicam : «  O decus Ispanie sacrum ! » (Virgile, Aeneis, 11, 508) ; Et, ut ayt quidam, dum orceum facere nitor, anforam finxit manus (Epistolario de San Braulio, 44).

60 … quam, iuxta Appium, caninam facundiam exercere (ibid., 12).

61 Pro inerudite inpedimento lingue breuem euenire uolui tramitem epistole, sed, ut est illut tibi notum, dum orceum facere nitor, amforam finxit manus (ibid., 36).

62 … ut nauis fidei, que inter scopulos temtationum, et Caribdim uoluptatum, adque fluctus persecutionum, vel Scille latratus, rabiemque gentilium assidue conuexatur (ibid., 21).

63 Le Goff, 1985, pp. 3-4.

Autore

National Research University, Higher School of Economics, Moscou

© Casa de Velázquez, 2018

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540