Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Epistola 1. Écriture et genre épistolaires

 | 
Thomas Deswarte
, 
Klaus Herbers
, 
Hélène Sirantoine

I.3. — L’ écriture polémique

« Nous avons vu ta lettre fétide et boueuse »

La querelle épistolaire entre Alvare de Cordoue et Bodo-Éléazar

Michaël Cousin

Texte intégral

  • 1 La traduction est de l’auteur, ainsi que pour toutes les citations qui suivent.

Pendant ce temps, tous les enfants de l’Église chrétienne gémissaient lamentablement en raison de la nouvelle qui se répandait : le diacre Bodo, appartenant au peuple des Alamans et que l’on avait éduqué presque dès le berceau dans la religion chrétienne et qui avait bénéficié de l’érudition des clercs de la cour palatine aussi bien dans les savoirs sacrés que profanes, qui avait demandé l’année précédente à l’empereur et à son épouse [augustis] la permission de se rendre en pèlerinage à Rome, permission qu’il avait obtenue en même temps que la remise de nombreux présents, séduit par l’ennemi du genre humain, abandonna la religion chrétienne et se convertit au judaïsme. […] Une fois circoncis, il laissa croître sa barbe et ses cheveux, adopta, ou plutôt usurpa, le nom d’Éléazar, ceignit un baudrier, s’unit par le mariage avec la fille d’un Juif […] et enfin, avec les Juifs auxquels il était seulement lié par la cupidité, il entra dans la misérable ville de Saragosse, en Espagne, au milieu du mois d’août1.

Annales Bertiniani, pp. 17-18.

  • 2 Outre les sources franques, la correspondance entretenue par Alvare avec Bodo-Éléazar confirme l’a (...)
  • 3 De part sa position au sein de l’administration du califat omeyyade, mais surtout du fait de son é (...)
  • 4 À l’exception de deux lettres adressées à Euloge de Cordoue.
  • 5 España Sagrada, vol. 11, p. 605.
  • 6 Alvare de Cordoue, Epistolario.
  • 7 Corpus scriptorum muzarabicorum. Les lettres qui focalisent notre attention ici sont les lettres n (...)
  • 8 On peut notamment citer ici, sans prétendre à l’exhaustivité et outre ceux déjà cités précédemment (...)
  • 9 Outre les Annales Bertiniani déjà citées, on peut mentionner l’Epistola seu liber contra Judeos ad (...)

1Le passage clandestin en al-Andalus du diacre Bodo au début de l’année 839 et sa conversion au judaïsme dans la foulée sous le nom d’Éléazar eurent un écho retentissant à travers le monde latin et en particulier au sein de l’imperium carolingien dont il était issu2, ainsi qu’en témoigne, entre autres sources, cet extrait des Annales Bertiniani. Le retentissement fut encore plus grand parmi les Mozarabes, les chrétiens d’al-Andalus. Il fut tel qu’Alvare de Cordoue († 861), conscient du danger3 que représentait la conversion au judaïsme de ce lettré de la cour carolingienne pour la fragile communauté mozarabe à laquelle il appartenait, se détourna de sa farouche polémique contre l’islam afin d’essayer de ramener l’apostat au christianisme. Les échanges entre les deux lettrés prirent la forme d’une intense correspondance regroupée au sein d’un unique manuscrit au xe siècle, lequel rassemble la totalité de la correspondance connue d’Alvare4, ainsi que certaines réponses de ses correspondants, dont celles de Bodo-Éléazar. Conservé dans la bibliothèque du chapitre de la cathédrale de Cordoue, ce manuscrit nous est parvenu intact, encore que le zèle d’un clerc du xiiie siècle, sans doute horrifié par les blasphèmes d’Éléazar à l’égard du Christ et de la Vierge, ait été à l’origine de la destruction d’une partie de la correspondance de l’apostat à grand renfort de pierre ponce. Éditées pour la première fois par Enrique Flórez au xviiie siècle dans son España Sagrada5, les œuvres d’Alvare ont fait l’objet de nombreuses autres éditions, parmi lesquelles il faut citer l’édition critique de son corpus épistolaire par le professeur José Madoz6 en 1947 et celle, plus récente, de Juan Gil7 que nous utilisons ici. Si la conversion de Bodo-Éléazar et sa correspondance avec Alvare ont suscité de nombreux débats parmi les historiens, force est de constater que cet épisode demeure mal connu et sujet à de nombreuses controverses dans son interprétation8. On s’efforcera ici de voir ce que l’étude de la correspondance — et en particulier de la stratégie épistolaire — des deux épistoliers peut nous apprendre sur ce sujet. La correspondance échangée entre les deux polémistes renferme en effet les uniques écrits de Bodo à nous être parvenus quoique de façon très fragmentaire. Cette correspondance offre donc un intéressant contrepoint au contenu des sources franques, nécessairement partiales, mentionnant l’événement9.

L’objet de la querelle entre Alvare et Bodo-Éléazar saisi au rythme de leur correspondance

  • 10 Set si ita amas ut diligo, idemtidem lucrare me tuo satage studio, quia qui conuertere fecerit pec (...)
  • 11 Le passage clandestin de Bodo dans la péninsule Ibérique date en effet de 839. Or Alvare initie sa (...)

2Alvare se trouve clairement à l’origine de la polémique épistolaire engagée entre lui et le diacre apostat. Dans la première lettre qu’il adresse à ce dernier, le Mozarabe manifeste son intention de le faire revenir au christianisme en déclarant : « Si tu m’aimes comme je t’aime, accorde-moi ton attention, car celui qui convertit un pécheur sauve son âme et obtient le pardon de ses nombreux péchés10. » Cependant, ni la correspondance entre les deux épistoliers ni les sources franques se référant à l’épisode de la polémique, ne nous apprennent comment Alvare, depuis Cordoue, a pu prendre connaissance, somme toute très rapidement11, du passage clandestin de Bodo en al-Andalus et de son apostasie du christianisme. Les Annales Bertiniani nous indiquent en effet que Bodo, sitôt après avoir franchi les Pyrénées, s’est établi à Saragosse (tandemque cum Iudaeis, miserrima cupiditate devinctus, Caesaraugustam, urbem Hispaniae, mediante Augusto mense ingressus est), ville du nord d’al-Andalus, située à plus de quatre cents kilomètres de Cordoue, distance non négligeable pour l’époque. Nous devons en conclure, ce que laissent d’ailleurs entrevoir les Annales Bertiniani, qu’à peine installé à Saragosse, Bodo-Éléazar développa une intense activité prosélyte à destination des chrétiens de cette ville, à tel point que la nouvelle s’en répandit rapidement jusqu’à Cordoue. Qui plus est, on peut penser que les résultats obtenus par Bodo n’étaient pas anodins. Ils devaient du moins être suffisamment probants pour amener Alvare à se détourner sans délai de sa farouche polémique contre l’islam.

  • 12 En témoigne notamment la correspondance entre le Mozarabe et Saul, évêque de Cordoue. Voir Corpus (...)
  • 13 Dilecto mihi Eleazaro (ibid., lettre XIV, p. 227).
  • 14 Ibid., lettre XV, p. 233.
  • 15 Ibid.
  • 16 Ibid.
  • 17 … obsecro te ut parumper rancore deposito (ibid., lettre XVIII, § 1, p. 244).
  • 18 Lara Olmo, 1998, p. 142.
  • 19 Et cum Deus conuersionem uestram usquequaque non cupiat […] Uides cecitatem tuam usque ad finem mu (...)

3Le ton général du début de la correspondance, très courtois, n’est pas sans frapper l’historien, d’autant qu’Alvare, ainsi que le démontre par exemple sa correspondance acerbe avec l’évêque de Cordoue Saul, était prompt à user de l’invective dans ses lettres et faisait preuve d’une patience limitée à l’égard de ses contradicteurs12. Dans la première lettre qu’il lui envoie, le Cordouan s’adresse en effet à son « très cher Éléazar13 », et se répand en formules d’une exquise courtoisie envers l’ancien diacre carolingien dans son prologue. En retour, Éléazar s’adresse à son « très cher Alvare » (dilecto mici Albaro14), également qualifié au fil de la lettre « d’homme de bien » (homo bone15). Plus intéressant encore, les deux épistoliers persistent dans cette voie par la suite, Alvare s’adressant dans sa réponse à son « très cher frère » (karissime frater16) Éléazar. Et il faut attendre la troisième lettre adressée par le Mozarabe au converti pour que la cordialité partagée par les deux polémistes laisse progressivement place aux invectives, encore qu’Alvare s’efforce dans cette lettre d’atténuer la violence de son propos en suppliant Éléazar de laisser sa rancœur de côté17. Comment expliquer la cordialité et la durée de ces échanges, alors même que les deux correspondants, qui s’opposent des arguments des plus classiques18, campent fermement sur leurs positions respectives ? Peut-être au regard de l’objectif annoncé par Alvare en introduction à sa première missive, à savoir la volonté de faire revenir l’ancien diacre au christianisme. Mais pas seulement. Au sein de la troisième lettre qu’il adresse à l’apostat, Alvare, comme un aveu, déclare à propos des Juifs : « Et comme Dieu ne désire pas en toute occasion votre conversion […] vois-tu qu’il a déjà été dit que ta cécité durera jusqu’à la fin du monde19 ? », laissant entendre qu’il poursuivait un autre but que celui de convaincre Bodo d’apostasier le judaïsme. Mais, en ce cas, à quelles fins Alvare a-t-il croisé la plume avec lui ? Que peuvent nous apprendre sur ce sujet les lettres échangées entre les deux polémistes ?

  • 20 Ibid., lettre IV, pp. 162-186. Outre le terme lectoribus, Alvare emploie également celui de legent (...)
  • 21 Confecta mendacio, contumeliis fetidam tuam cenerosam epistolam uidimus, morulis non multis tractau (...)

4La plupart des lettres, à l’époque qui nous occupe, étaient empreintes d’une dimension collective. De sorte qu’il n’était pas rare qu’elles soient lues — parfois à haute voix — parmi l’entourage des épistoliers. Tel était le cas pour les lettres échangées entre Alvare et son ami, Jean de Séville. Dans cette correspondance avec l’évêque de Séville, Alvare fait fréquemment référence à des lecteurs (lectoribus), bien qu’il s’adresse uniquement à Jean20. Or, si les lettres adressées par le Cordouan à Bodo-Éléazar ne mentionnent pas explicitement de protagonistes autres que les deux épistoliers, certains éléments de leur correspondance laissent à penser que Paul Alvare et l’ancien diacre carolingien n’en étaient pas les seuls lecteurs. Dans la troisième lettre qu’il adresse à l’apostat, le Mozarabe déclare en effet : « Nous avons vu [uidemus] ta lettre fétide et boueuse de par les paroles injurieuses [qu’elle contient], nous l’avons manipulée [tractauimus] brièvement, pas longtemps, et nous l’avons reconnue [cognouimus] à cause de son style21. »

5De plus, dans le même paragraphe, Alvare ajoute :

  • 22 Tibi statim respondere non pigritie fuit […] Ideo istam prefationem apologetice indidimus, ne me s (...)

Si je ne t’ai pas répondu immédiatement, ce n’était pas par paresse […] C’est pourquoi nous avons inséré cette préface apologétique, afin que tu ne m’accuses pas d’avoir tardé à te répondre ; car dans les premières lignes [fronte] [de ta lettre] nous avons vu [mirauimus] un menteur, ce qui est habituel chez les Juifs, et nous nous sommes effrayé [horruimus] de la perfidie de ta foi22

  • 23 Ibid., lettre XVI, § 1, p. 234.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid., lettre XVI, § 4, p. 237.
  • 26 Ibid., lettre XVI, § 7, p. 240.
  • 27 Ibid., lettre XVI, § 8, p. 240.
  • 28 Ibid., lettre XVI, § 10, p. 241.
  • 29 Ibid.

6L’emploi de la première personne du pluriel dans ces deux extraits semble indiquer que la réception et la lecture des lettres rédigées par Bodo n’étaient pas le seul fait d’Alvare, mais d’un groupe de plusieurs individus regroupés autour du Cordouan, lesquels étaient parfois amenés, quoique ponctuellement, à intervenir dans la rédaction des réponses destinées au converti prosélyte. C’est du moins ainsi, me semble-t-il, qu’il faut considérer le sens à donner au membre de phrase suivant : « C’est pourquoi nous avons inséré cette préface apologétique. » Ce passage est d’autant plus révélateur, qu’il ne peut s’expliquer par une alternance aléatoire, au sein de la correspondance d’Alvare, entre la première personne du singulier et la première personne du pluriel. Il s’agit en effet du seul moment dans la correspondance entre les deux hommes où Alvare use de la première personne du pluriel. Ce recours au « nous » ne peut pas plus s’expliquer par une erreur d’inattention de la part du copiste du manuscrit, notamment du fait de sa récurrence dans le paragraphe et de sa cohérence. Dès lors se pose une question. Qui se dissimule derrière ce « nous » employé par Alvare ? Probablement les lettrés mozarabes, clercs et laïcs, qui gravitaient dans son entourage à Cordoue. Or, cet élément, en apparence anodin, se révèle crucial pour comprendre sous un jour nouveau la querelle épistolaire engagée entre les deux hommes. Au fil de leurs lettres, ce n’est pas leur correspondant nominatif qu’essaient de persuader les deux épistoliers, mais les lettrés et cercles de notables qui les entourent. À travers cet échange épistolaire, Alvare poursuivait sans doute l’objectif de persuader les Mozarabes de Saragosse séduits par le judaïsme de ne pas renier le christianisme, tandis que le diacre apostat se voyait offrir la possibilité de répandre ses idées dans le cénacle mozarabe de Cordoue, qui n’était autre que la capitale de l’émirat omeyyade d’al-Andalus. Car, cela ne fait aucun doute, les lettres échangées entre les deux correspondants étaient lues et commentées dans leur entourage respectif. À plusieurs reprises dans ses lettres, Alvare semble d’ailleurs s’adresser par moments, au-delà de Bodo, à l’ensemble de la communauté juive de Saragosse. C’est du moins ainsi, me semble-t-il, qu’il convient d’interpréter les divers instants où Alvare apostrophe Bodo à travers la seconde personne du pluriel et non plus du singulier. Par exemple dans sa seconde lettre à l’apostat, le Mozarabe l’interpelle au sujet de « vos anciens » (uestris maioribus23), « vos rois » (regem uobis24), « votre mentalité perverse » (peruersa mente uestri25), « votre Diable » (Zabuli uestri26), « votre temps » (uestra tempore27), « vos princes » (principes uestros28) et « vos docteurs » (uestri doctoris29).

  • 30 En prenant en compte les formes enclitiques, proclitiques et hétérotomes même si elles n’influent (...)
  • 31 Iura dependo ; orando diuertit celeuma decanto ; superficiem gerit ; ueritate tenetur ; istomacantj (...)
  • 32 Domino cupio ; currit eloquio ; occasiones obtenderet ; existunt almifica ; esse cognoscerem ; con (...)
  • 33 Uerba resonantem ; duo calculentur.
  • 34 Multitudinem peccatorum ; liquidissime numerati ; caritas non ignorat ; angelus danihelo.

7Là réside probablement l’explication des efforts d’Alvare pour préserver l’échange épistolaire, d’autant qu’à en juger par l’évolution générale du ton de la correspondance — Bodo est le premier à recourir massivement à l’invective — le Mozarabe semble avoir pris le dessus sur l’apostat. Enfin, et ce n’est pas là le point le moins important, le fait que cette querelle épistolaire ait eu une dimension collective légitime la démarche qui consiste à analyser l’emploi du cursus rythmique chez nos auteurs à d’éventuelles fins stratégiques. La rhétorique s’avère en effet un élément incontournable dans l’action de persuader, puisque ses ressorts s’étendent aussi bien au registre de l’émotion qu’à celui de l’argumentation. Le cursus rythmique peut être défini comme la recherche d’un rythme à travers l’accentuation des clausules. Or, si l’on considère, à la suite des travaux de Mathieu G. Nicolau, qu’un auteur use sciemment du cursus lorsqu’on observe plus de 60 % de clausules accentuées dans son texte, alors on peut affirmer qu’Alvare comme Bodo — ainsi qu’on le verra par la suite — eurent recours à ce stratagème dans leur correspondance. L’étude de la première lettre adressée à l’apostat par le Mozarabe — la moins émaillée de citations des Écritures et, surtout, la seule exempte de propos rapportés des lettres d’Éléazar, révèle un taux de clausules finales accentuées de 94 %30. Ce taux s’élève encore à 90 % si l’on ne comptabilise pas les clausules accentuées selon les règles du cursus trispondaïque ! En effet, sur cinquante clausules observées, quarante-sept sont accentuées selon les règles propres au cursus. Parmi ces dernières, on distingue vingt-neuf cas de cursus planus31, onze cas de cursus tardus32, deux cas de cursus trispondaïque33 et quatre cas de cursus velox34. Quant à Bodo Éléazar, nous y reviendrons par la suite, il semble qu’il usait également de ce stratagème rhétorique. Cet élément peut paraître anodin si l’on considère le cursus rythmique uniquement comme un élément d’ornementation des textes en prose. Ce serait néanmoins oublier l’une des spécificités de la lettre qui, entre autres choses, se veut substitut à un discours oral rendu impossible par la distance qui sépare les correspondants.

  • 35 Le cursus planus s’applique à plus de 60 % des clausules accentuées par Alvare dans sa lettre.

8La prépondérance de l’usage du cursus planus chez Alvare35 n’est sans doute pas due au hasard. Le cursus planus confère en effet un rythme neutre à l’accentuation de la phrase. Sa fonction consiste probablement à mettre en exergue les effets de ralentissement (cursus tardus) ou d’accélération (cursus velox) provoqués dans le rythme de certains membres de phrases par l’emploi d’autres formes de cursus. Dans les lettres d’Alvare, on note un emploi stratégique et conscient du cursus tardus, parfois combiné à des clausules accentuées aux cursus planus ou velox afin de renforcer l’effet de ralentissement produit. Cet emploi rhétorique du cursus à des fins de persuasion s’applique avant tout, dans les lettres du Mozarabe, pour souligner ses sentiments ou ses émotions. Sentiments et émotions qu’il ne peut étayer au moyen de citations contrairement à ses arguments théologiques.

  • 36 Corpus scriptorum muzarabicorum, lettre XIV, § 4, p. 229.

9En effet, si l’on observe la lettre à l’origine de la correspondance entre les deux épistoliers, on constate que le Cordouan use — probablement à dessein — du cursus tardus afin de souligner l’estime qu’il porte à Éléazar, comme lorsqu’il emploie la formule mí dilectíssime36. Plus percutants encore sont les exemples de longs passages dans lesquels le Mozarabe a recours au cursus tardus créant un effet de ralentissement renforcé par l’accumulation des clausules auxquelles il s’applique. La phrase ou le paragraphe en question s’en trouve dès lors mis en exergue dans l’esprit du lecteur ou de l’auditeur de la correspondance par rapport au reste du texte. Prenons de nouveau l’exemple du premier paragraphe de la troisième lettre adressée par Alvare au diacre apostat afin d’illustrer notre propos :

  • 37 Confécta mendácio, contumeliis fetidam tuam cenerosam epístolam uídimus, morulis non múltis tractáu (...)

Nous avons vu [uídimus] ta lettre fétide et boueuse de par les paroles injurieuses [qu’elle contient], nous l’avons manipulée [tractáuimus] brièvement, pas longtemps, et nous l’avons reconnue [cognóuimus] à cause de son style. […] Si je ne t’ai pas répondu immédiatement, ce n’était pas par paresse […] C’est pourquoi nous avons inséré cette préface apologétique, afin que tu ne m’accuses pas d’avoir tardé à te répondre ; car dans les premières lignes [fronte] [de ta lettre] nous avons vu [miráuimus] un menteur, ce qui est habituel chez les Juifs, et nous nous sommes effrayé [hórruimus] de la perfidie de ta foi37

  • 38 Ibid.

10Échaudé par le contenu de la seconde lettre du diacre apostat qu’il a reçu, Alvare, dans sa réponse, en souligne avec insistance le ton injurieux en accentuant la majorité des clausules de ses phrases au moyen du cursus tardus (les clausules restantes, tel respondísse causéris, étant accentuées au cursus planus) comme pour mieux prendre à témoin les lecteurs de la correspondance appartenant au cercle des intimes de Bodo de l’impuissance de ce dernier à répondre aux arguments qu’il lui a opposés. La suite de la lettre offre d’ailleurs un intéressant exemple de combinaison entre cursus velox et cursus tardus au sein d’une même phrase : Constat enim te fallácem exístere, dum ea mici conáris impónere, que conscientja teste in meis litteris numquam uísus es percurrísse (« Il est clair que tu es un menteur, lorsque tu essaies de m’attribuer ce que, je prends ma conscience à témoin, tu n’as jamais pu lire dans mes lettres »)38.

11Lorsqu’on observe le texte latin, on s’aperçoit qu’Alvare a fait le choix d’accentuer la première clausule de la phrase au cursus tardus, de même que la seconde, alors que la dernière l’est selon les règles du cursus velox, ce qui laisse penser que le Cordouan cherchait à souligner les deux premières clausules de sa phrase (qui sous-entendent clairement que Bodo-Éléazar est un falsificateur) en en ralentissant le rythme par contraste avec la dernière clausule dont le rythme est accéléré. La succession et l’ordonnancement de ces trois clausules accentuées ne doivent sans doute rien au hasard et démontrent une volonté consciente, chez le Mozarabe, d’user du cursus rythmique pour souligner, et ainsi mettre en relief dans sa correspondance, certains points qu’il juge cruciaux — ici la tendance de Bodo-Éléazar à déformer sciemment ses propos.

12En définitive, l’analyse de la correspondance entre Alvare et Bodo-Éléazar laisse à penser que le premier usait sciemment des différentes combinaisons que lui procurait le cursus à des fins de stratégie rhétorique, en particulier pour souligner certains propos — relevant notamment du champ lexical de l’émotion — impossibles à étayer par la citation d’auctoritates. Procédé qui n’était d’ailleurs semble-t-il pas étranger au diacre Bodo.

D’Aix-la-Chapelle à Saragosse : les tribulations d’un diacre apostat

  • 39 Savigni, 2011 ; Riess, 2005, p. 139.
  • 40 Savigni, 2011.
  • 41 Ibid.

13Ces dernières années, l’historiographie consacrée à la question a tendance à voir en Bodo un « “renégat” avant la lettre qui cherche à ouvrir les frontières culturelles et géopolitiques39 ». Bodo aurait en effet renoncé spontanément, et non pas par opportunisme, à une « position très élevée40 » au sein de la cour de Louis le Pieux afin de gagner l’Espagne, où il aurait joué un « rôle intellectuel et politique très important à la cour de l’émir de Cordoue41 » après s’être converti au judaïsme. Conversion qui traduirait « un échec du programme de la renaissance carolingienne ». Néanmoins, l’analyse des sources invite à nuancer cette position.

  • 42 Annales Bertiniani, pp. 34-35.
  • 43 Ibid., pp. 17-18.
  • 44 Savigni, 2011.

14En premier lieu, les Annales Bertiniani dévoilent que la conversion de Bodo au judaïsme a été minutieusement planifiée par ce dernier. Ce n’est qu’après avoir obtenu de l’empereur la permission de se rendre en pèlerinage à Rome que le diacre, bénéficiant de la complicité de marchands juifs, passa clandestinement en al-Andalus en compagnie d’un de ses neveux ayant accepté lui aussi de renier le christianisme42. De là, il gagna la ville de Saragosse et, arrivé à destination, il se convertit au judaïsme43. Là, davantage qu’« une alliance entre Juifs et païens 44 », Bodo se serait fait le zélé porte-parole auprès des autorités musulmanes d’un projet d’alliance entre Juifs et musulmans dont il aurait été l’initiateur afin de contraindre les chrétiens à l’apostasie, comme nous l’apprend un second passage des Annales Bertiniani pour l’année 847 :

  • 45 Bodo, qui ante annos aliquot christiana veritate derelicta ad Judaeorum perfidiam concesserat, in (...)

Bodo, qui quelques années auparavant avait définitivement renoncé à la vérité du christianisme et s’était abandonné à la perfidie des Juifs, avait progressé dans le mal à tel point qu’il s’appliqua à exciter les esprits des Sarrasins, tant du roi que du peuple, contre tous les chrétiens qui vivaient en Espagne, afin qu’abandonnant la religion chrétienne ils se convertissent à la folie des Juifs, à la démence des Sarrasins ou qu’on les tue tous sans exception45.

  • 46 Ibid., p. 53.
  • 47 Senac, 2003, pp. 18-21.

15Bien qu’il faille prendre ce renseignement avec prudence du fait qu’il émane d’une source carolingienne opposée à Bodo, l’information n’en est pas moins révélatrice de ce que l’ancien diacre, résidant à Saragosse et non pas à Cordoue, n’occupait pas à proprement parler une place importante à la cour émirale. Pour ne pas dire qu’il n’y occupait aucune place. En effet, Saragosse entretenait des liens pour le moins distants avec le pouvoir central omeyyade. Ainsi, durant les années où Bodo résida à Saragosse, soit de 840 à 847 (peut-être davantage), la ville n’était pas contrôlée directement par l’émirat de Cordoue, mais placée sous la direction d’un gouverneur dont la loyauté envers le pouvoir central était variable. L’ancien diacre carolingien ne jouait donc vraisemblablement aucun rôle au sein de la cour de Cordoue. En revanche, il semble avoir joui d’une certaine influence au sein de l’administration du gouverneur de Saragosse. La connaissance de la réalité politique d’al-Andalus était en effet assez limitée parmi les chroniqueurs carolingiens, ainsi que l’a démontré Philippe Sénac46. De sorte qu’il ne paraît pas exagéré de penser que les Annales Bertiniani, lorsqu’elles évoquent le « roi » et le « peuple » des Sarrasins, se réfèrent au gouverneur de la ville de Saragosse et aux musulmans résidant au sein de la ville et dans les territoires sous son contrôle et non pas à l’émir lui-même. D’ailleurs, les chroniqueurs carolingiens n’étaient sans doute pas réticents à exagérer les méfaits de celui qu’ils considéraient comme un apostat assorti d’un traître. Il paraît donc difficile d’accréditer l’idée selon laquelle Bodo aurait recherché, depuis Saragosse, l’alliance de l’émir de Cordoue dans sa lutte contre les chrétiens mozarabes. En revanche, le choix par Bodo de résider à Saragosse ne semble pas le fruit du hasard et peut, dans une certaine mesure, éclairer sa conversion. En effet, des contacts diplomatiques entre Saragosse et Aix-la-Chapelle existaient depuis le règne de Charlemagne. Ils furent même à l’origine de l’entreprise pyrénéenne du roi carolingien qui se solda par l’embuscade de Roncevaux47. Or, la ville de Saragosse semble avoir abrité derrière ses remparts un foyer de prosélytisme juif très dynamique au viiie siècle. En 737, en effet, c’est-à-dire quelques années seulement après la conquête de la péninsule par les armées musulmanes, Evance, archidiacre de Tolède, dénonçait dans une épître au ton polémique le prosélytisme d’un groupe de chrétiens de Saragosse convertis au judaïsme ! Dans cette Lettre sur les Écritures divines rédigée contre ceux qui considèrent que le sang est impur (Epistula de scripturis diuinis edita contra eos qui putant inmundum esse sanguinem), l’archidiacre mettait l’accent sur les interdits alimentaires en contradiction avec le christianisme qu’observaient ces convertis :

  • 48 Corpus scriptorum muzarabicorum, pp. 2-5.

His explosis, ad agnitionem serui uestri euenit quod succedentes in quibusdam Cesarauguste partibus repperisse uos adseratis Xpianos necdum eruditos paginibus sacris Iudaico quodam more sequi litteram occidentem et postponere spiritum uiuificantem, qui dicunt inmundum fieri hominem alicuius animalis sanguinem conmedentem, nescientes neque intellegentes precepta prisca magis moiores hominum demonstrare quam in animalium natura seruari48.

  • 49 Ibid., lettre XVIII, § 4.
  • 50 Vauchez et alii, 2000, p. 730.

16Or, au sein de la troisième missive qu’il envoie au Franc, Alvare l’accuse de ne détenir de connaissances sur le judaïsme que par le truchement de docteurs juifs qui collaboreraient avec lui dans la rédaction de sa correspondance polémique49. Bien que ces éléments doivent être considérés avec prudence, compte tenu de leur caractère polémique, ils laissent à penser qu’un groupe bien organisé et influent de prosélytes juifs (peut être eux-mêmes descendants des chrétiens judaïsants que tance Evance dans son épître) étendait son influence, au gré d’activités commerciales notamment, non seulement en al-Andalus, mais aussi au sein de l’imperium carolingien, ainsi qu’en témoigne la conversion de Bodo-Éléazar au judaïsme. Or, le passage de ce dernier en al-Andalus coïncide avec un contexte de grandes tensions internes au christianisme mozarabe. Le concile de Cordoue, célébré en 839, témoigne en effet d’importantes divisions au sein de la chrétienté péninsulaire. C’est dans ces mêmes années, antérieures à 840, qu’il convient de replacer la correspondance entre Alvare et son maître, l’abbé Speraindeus. Dans la lettre qu’il adresse à l’abbé du monastère de Saint-Zoïle50, le Cordouan dénonce vertement les hérésies trinitaires qui fleurissent alors parmi les Mozarabes au sein de la capitale de l’émirat omeyyade :

  • 51 Xpm Deum hac Dominum nostrum hominem tantum asserunt propter illut quod de eo in euangelio legunt  (...)

Ils affirment que le Christ, Dieu et notre Seigneur, est seulement un homme, parce qu’ils lisent dans l’Évangile : « Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul (Mathieu, 24-36). » C’est pourquoi je demande avec empressement que tu annihiles les questions de ces Gentils, car ils provoquent des chutes mortelles parmi ceux qui les écoutent, c’est-à-dire parmi ceux qui sont ignorants et ne manipulent pas les textes des Écritures sacrées51.

  • 52 Ghellinck, 1939, vol. 1, p. 166. À l’exception notamment de Raban Maur, Théodulf d’Orléans et Loup (...)
  • 53 Respondere latratibus ; Uirgili dicere ; cui tu exprobrasti ; Deux omnipotens ; in eum dixisti (Cor (...)
  • 54 Celi et terre ; traxisti erratis (ibid.).
  • 55 Posset considerassem (ibid.).
  • 56 Ibid.

17Dans ce contexte, la conversion au judaïsme d’un membre de la cour palatine et son passage en al-Andalus représentaient sans doute un grave danger aux yeux des chrétiens qui, comme Paul Alvare, étaient soucieux de préserver l’unité du christianisme mozarabe. Et ce d’autant plus que l’ancien diacre disposait d’une solide connaissance de la langue latine. La correspondance échangée entre le Mozarabe et l’apostat nous enseigne en effet que ce dernier maîtrisait les règles du cursus rythmique, ce qui, à la cour carolingienne, n’était pas le cas de tous les lettrés52. En effet, si l’on observe le fragment qui nous est parvenu de la troisième lettre adressée par Bodo-Éléazar à son contradicteur, on dénombre sur onze clausules finales huit cas de cursus rythmique, répartis entre cinq exemples de cursus tardus53, deux clausules accentuées selon les règles du cursus planus54, et un cas de cursus velox55. Cette conclusion, bien qu’il faille la considérer avec prudence en raison de la brièveté du texte analysé, est renforcée par le fait que Bodo, comme Alvare, semble user sciemment du cursus tardus lorsqu’il veut souligner certains de ses propos. Ainsi des deux phrases suivantes. Dans la première, Bodo juge inutile de « répondre aux hurlements des chiens emportés », c’est-à-dire aux propos d’Alvare, soulignant son invective en recourant au cursus tardus : Ideoque superstitiosum duxi cunctorum canum rapidorum respondére latrátibus (« Par conséquent, j’ai considéré comme inutile de répondre aux hurlements de tous les chiens emportés »)56.

  • 57 Dans sa correspondance, Alvare déclare à maintes reprises, y compris dans ses lettres à Bodo, reje (...)

18La seconde est également accentuée à l’aide du seul cursus tardus afin, d’une part, de bien insister sur le caractère « faux » (falsiloqua) de la lettre d’Alvare à laquelle il répond, mais surtout pour mettre en exergue le fait qu’une citation d’un auteur classique57, en l’occurrence Virgile, s’applique à la situation : Pro hac tua kartula falsiloqua possumus illud Virgílii dícere (« Au sujet de ta lettre falsifiée nous pouvons citer ce [vers] de Virgile »).

  • 58 Miror tue eruditjonis in Hebrea lingua tam uelox peritja (Corpus scriptorum muzarabicorum, lettre  (...)
  • 59 Lara Olmo, 1998, p. 146.

19L’une des nombreuses originalités de cette correspondance réside dans le fait d’opposer deux épistoliers de religion différente mais partageant ou ayant partagé un même langage et une même culture. La culture juive semble en effet avoir été en partie étrangère — au moins dans les premières années de sa conversion — à Bodo-Éléazar. Ses lettres, rédigées dans un parfait latin et faisant appel à des auteurs profanes classiques tels que Virgile sont celles d’un clerc carolingien plus que d’un prosélyte juif. Cet état de fait n’a pas échappé à Alvare. Lequel relève avec ironie dans la seconde lettre qu’il lui adresse : « Je vois avec étonnement que ton érudition dans la langue juive a [progressé] avec une rapidité remarquable58. » Il semble dès lors exagéré de voir en l’ancien diacre carolingien l’attitude d’un homme cherchant à « ouvrir les frontières culturelles et géopolitiques » alors même qu’il n’a que très peu assimilé la culture juive, se référant notamment aux textes hébreux à travers des traductions latines59. Qui plus est, les fragments de la correspondance de Bodo à nous être parvenus invalident l’idée d’« échec du programme de la renaissance carolingienne » à travers l’itinéraire du jeune diacre, ce dernier témoignant de la qualité de la formation dispensée au sein de l’école palatine. En revanche, cet épisode de la conversion d’un diacre palatin au judaïsme et son passage clandestin en al-Andalus témoigne de la persistance d’échanges (notamment culturels) entre la péninsule Ibérique et la cour palatine en dépit des troubles liés à la fin du règne de Louis le Pieux.

une polémique annonciatrice du mouvement des martyrs de Cordoue

  • 60 La correspondance d’Alvare témoigne des liens qu’entretenait ce dernier avec de nombreux laïcs et (...)

20L’usage conscient et volontaire du cursus rythmique dans cette correspondance par Alvare de Cordoue comme par son contradicteur, loin d’être anodin, éclaire à bien des égards l’épisode de la conversion au judaïsme de Bodo-Éléazar. D’une part, cet emploi du cursus témoigne sans doute du véritable enjeu poursuivi par les deux épistoliers. On peut en effet vraisemblablement penser que ni l’un ni l’autre de ces farouches polémistes n’envisageait sérieusement la possibilité de convaincre son contradicteur. En revanche, l’emploi conjoint chez les deux épistoliers d’un procédé rhétorique davantage destiné, intrinsèquement, à la dimension de l’oralité, laisse à penser que les lettres échangées étaient lues — et peut-être commentées — dans les cercles entourant chacun d’entre eux, ce que confirment d’autres indices stylistiques. Dès lors, la querelle épistolaire ayant opposé le Mozarabe à l’ancien diacre change de dimension. Elle dépasse le cadre des deux individus pour s’étendre aux élites mozarabes lettrées de Cordoue et Saragosse. À travers la correspondance qu’il adresse à Éléazar, ce n’est probablement pas ce dernier, mais les lettrés mozarabes de Saragosse séduits par son discours, voire ses coreligionnaires, qu’Alvare essaie de persuader. Et inversement pour Bodo qui, à travers ses lettres en apparence adressées au seul Alvare, touche un auditoire bien plus large composé, entre autres, des élites monastiques et laïques60 mozarabes cordouanes. C’est sans doute dans cette dimension collective rapprochant l’epistola de la prédication qu’il faut saisir la querelle entre les deux épistoliers, plutôt que comme un acte individuel isolé.

  • 61 Aillet, 2010, p. 139.
  • 62 Faute d’éléments, il est difficile de déterminer si ces lettres furent compilées du vivant même d’ (...)

21D’autre part, l’étude de l’emploi du cursus au sein de cette correspondance démontre qu’au-delà d’une volonté d’ornementation esthétique de leurs phrases, les auteurs du haut Moyen Âge poursuivaient parfois également des effets rhétoriques. C’est notamment le cas lorsque le cursus tardus, provoquant un effet de ralentissement dans la lecture de la phrase à laquelle il s’applique, était employé pour souligner la force d’une affirmation. Qui plus est, l’usage du cursus dans les lettres de Bodo tend à démontrer que ce dernier était doté d’une solide culture latine qu’il n’abandonna pas immédiatement au profit de la culture juive en dépit de sa conversion. Enfin, l’usage du cursus par Alvare étaye l’hypothèse émise par Cyrille Aillet d’un « revival » de la culture latine à Cordoue au milieu du ixe siècle61. Demeure une question en suspens : comment expliquer la présence de cette correspondance au sein du corpus épistolaire du Mozarabe ? Il s’agissait sans doute, pour les scribes mozarabes qui composèrent la collection épistolaire d’Alvare62, d’offrir à une communauté chrétienne en voie d’arabisation un recueil de modèles de lettres rédigées dans un latin de bon aloi et répondant à différentes situations concrètes de communication. Plusieurs indices plaident en ce sens. Tout d’abord, la correspondance d’Alvare y est organisée par thèmes et non pas chronologiquement. En effet, à la correspondance amicale échangée entre Alvare et Jean de Séville succèdent des échanges épistolaires plus formels entre le Cordouan et son vieux maître, l’abbé Speraindeus, correspondances postérieures à celle échangée avec Bodo-Éléazar. À ces deux échanges épistolaires succède une lettre de sollicitation adressée à un mystérieux « médecin romain », puissant personnage dont Alvare semble avoir été le client. Enfin, le corpus épistolaire d’Alvare s’achève par deux modèles de polémique épistolaire. Une correspondance acerbe à l’encontre d’un évêque mozarabe, l’évêque Saul de Cordoue et la polémique entretenue par Alvare avec Bodo-Éléazar objet de la présente étude. Toutes ces lettres sont d’ailleurs traversées par un thème commun qui assure la cohérence du corpus formé par leur assemblage : à savoir la défense intransigeante du christianisme mozarabe et de l’usage de la langue latine. Dès lors, la conservation de ces lettres dans les milieux monastiques cordouans pourrait également s’expliquer par le désir de conserver un élément de la « sainteté » de Paul Alvare, ce dernier ayant été étroitement associé à la destinée d’Euloge de Cordoue et, plus généralement, au mouvement des martyrs spontanés qui ensanglanta la capitale de l’émirat péninsulaire entre 851 et 859.

Notes

1 La traduction est de l’auteur, ainsi que pour toutes les citations qui suivent.

2 Outre les sources franques, la correspondance entretenue par Alvare avec Bodo-Éléazar confirme l’appartenance de ce dernier au cercle des clercs du palais. À ce propos, voir notamment la lettre XVIII, § 14, publiée par Juan Gil, Corpus scriptorum muzarabicorum, p. 257 : Fumos uero tue cecitatis adspargens domorumque caligines, quibus lumen nostrum obcludere cupis, dicis te Francorum regis palatjo uidisse quatuordecim uiros inter se ipsos cultu diuersos.

3 De part sa position au sein de l’administration du califat omeyyade, mais surtout du fait de son érudition et de sa parfaite connaissance des Écritures et de la culture latine que ne possédaient pas les musulmans d’al-Andalus, Bodo, dont le prosélytisme est dénoncé (et aussi probablement exagéré) par les sources franques, représentait en effet un danger plus aigu encore que le pouvoir musulman pour les Mozarabes.

4 À l’exception de deux lettres adressées à Euloge de Cordoue.

5 España Sagrada, vol. 11, p. 605.

6 Alvare de Cordoue, Epistolario.

7 Corpus scriptorum muzarabicorum. Les lettres qui focalisent notre attention ici sont les lettres numérotées XIV à XX au sein de l’épistolaire du Cordouan.

8 On peut notamment citer ici, sans prétendre à l’exhaustivité et outre ceux déjà cités précédemment, les travaux suivants : Steinová, en ligne ; Blumenkranz, 1954 ; Lara Olmo, 1998 ; Savigni, 2011 ; Riess, 2005.

9 Outre les Annales Bertiniani déjà citées, on peut mentionner l’Epistola seu liber contra Judeos ad Carolum regem d’Amulon qui se réfère directement à l’épisode de la conversion de Bodo.

10 Set si ita amas ut diligo, idemtidem lucrare me tuo satage studio, quia qui conuertere fecerit peccatorem lucrauit animam eius et suorum cooperit multitudinem peccatorum (Corpus scriptorum muzarabicorum, lettre XIV, § 1, p. 227).

11 Le passage clandestin de Bodo dans la péninsule Ibérique date en effet de 839. Or Alvare initie sa polémique avec lui dès l’année suivante.

12 En témoigne notamment la correspondance entre le Mozarabe et Saul, évêque de Cordoue. Voir Corpus scriptorum muzarabicorum, lettres XI à XIII, pp. 221-226.

13 Dilecto mihi Eleazaro (ibid., lettre XIV, p. 227).

14 Ibid., lettre XV, p. 233.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 … obsecro te ut parumper rancore deposito (ibid., lettre XVIII, § 1, p. 244).

18 Lara Olmo, 1998, p. 142.

19 Et cum Deus conuersionem uestram usquequaque non cupiat […] Uides cecitatem tuam usque ad finem mundi esse predictam ? (Corpus scriptorum muzarabicorum, lettre XVIII, § 23, pp. 267-268).

20 Ibid., lettre IV, pp. 162-186. Outre le terme lectoribus, Alvare emploie également celui de legentibus dans cette lettre, laissant clairement entendre qu’elle sera lue par d’autres yeux que ceux de son ami Jean de Séville.

21 Confecta mendacio, contumeliis fetidam tuam cenerosam epistolam uidimus, morulis non multis tractauimus, quam ob linguam confestim cognouimus (ibid., lettre XVIII, § 1, p. 244).

22 Tibi statim respondere non pigritie fuit […] Ideo istam prefationem apologetice indidimus, ne me sere respondisse causeris ; adque in prima fronte Iudayo more mendacem mirauimus et solitam fidei tue perfidiam horruimus… (ibid.).

23 Ibid., lettre XVI, § 1, p. 234.

24 Ibid.

25 Ibid., lettre XVI, § 4, p. 237.

26 Ibid., lettre XVI, § 7, p. 240.

27 Ibid., lettre XVI, § 8, p. 240.

28 Ibid., lettre XVI, § 10, p. 241.

29 Ibid.

30 En prenant en compte les formes enclitiques, proclitiques et hétérotomes même si elles n’influent que très peu sur le résultat de l’étude.

31 Iura dependo ; orando diuertit celeuma decanto ; superficiem gerit ; ueritate tenetur ; istomacantjum questiones ; existere nerbum ; fribolorum inuenta ; numquam reliquid ; curauo proferre ; Dominum uidet ; erunt nec mille ; uigilauerit sensus ; recolerem esse ; inprobe scio ; ducem uel unum ; terras dispersa ; opositjo dicit ; duces decurrunt ; scriptura divina ; solebatis incensa ; ipse credatur ; existere christum ; inuenietur inpletum ; potuissem probare ; scribere totum ; constringere ora ; expositjone percepta ; prosequutjone asserta ; non fide frater.

32 Domino cupio ; currit eloquio ; occasiones obtenderet ; existunt almifica ; esse cognoscerem ; cona insistere ; queso edicite ; angelus ueniat ; crisma conficere ; nouem adnumerant ; discipulum doceas.

33 Uerba resonantem ; duo calculentur.

34 Multitudinem peccatorum ; liquidissime numerati ; caritas non ignorat ; angelus danihelo.

35 Le cursus planus s’applique à plus de 60 % des clausules accentuées par Alvare dans sa lettre.

36 Corpus scriptorum muzarabicorum, lettre XIV, § 4, p. 229.

37 Confécta mendácio, contumeliis fetidam tuam cenerosam epístolam uídimus, morulis non múltis tractáuimus, quam ob linguam conféstim cognóuimus. […] Tibi statim respondere non pigritie fuit […] Ideo istam prefationem apologetice indidimus, ne me sere respondísse causéris ; adque in prima fronte Iudayo more mendácem miráuimus et solitam fidei tue pérfidiam hórruimus… (ibid., lettre XVIII, § 1, p. 244).

38 Ibid.

39 Savigni, 2011 ; Riess, 2005, p. 139.

40 Savigni, 2011.

41 Ibid.

42 Annales Bertiniani, pp. 34-35.

43 Ibid., pp. 17-18.

44 Savigni, 2011.

45 Bodo, qui ante annos aliquot christiana veritate derelicta ad Judaeorum perfidiam concesserat, in tantum mali profecit, ut in omnes christianos Hispaniae degentes tam regis quam gentis Sarracenorum animos concitare studuerit, quatenus aut relicta christianae fidei religione ad Judaecorum insaniam Sarracenorumve dementiam se converterent, aut certe omnes interficerentur (Annales Bertiniani, pp. 65-66).

46 Ibid., p. 53.

47 Senac, 2003, pp. 18-21.

48 Corpus scriptorum muzarabicorum, pp. 2-5.

49 Ibid., lettre XVIII, § 4.

50 Vauchez et alii, 2000, p. 730.

51 Xpm Deum hac Dominum nostrum hominem tantum asserunt propter illut quod de eo in euangelio legunt : « De die autem illa et ora nemo scit, neque angeli celorum neque Filius, nisi Pater solus. » Cunctis tamen nisibus posco ut horum gentillum aniles questjones ***, quia mortiferos audientjum generant casos, his uidelicet qui sunt inperitos et scripture sancte non uentilant textus (Alvare de Cordoue, lettre VII, § 2, p. 202).

52 Ghellinck, 1939, vol. 1, p. 166. À l’exception notamment de Raban Maur, Théodulf d’Orléans et Loup de Ferrières.

53 Respondere latratibus ; Uirgili dicere ; cui tu exprobrasti ; Deux omnipotens ; in eum dixisti (Corpus scriptorum muzarabicorum, lettre XIX, p. 269).

54 Celi et terre ; traxisti erratis (ibid.).

55 Posset considerassem (ibid.).

56 Ibid.

57 Dans sa correspondance, Alvare déclare à maintes reprises, y compris dans ses lettres à Bodo, rejeter la rhétorique des auteurs latins païens au profit de la simplicité qui, selon lui, caractérise les écrits des apôtres et des pères de l’Église.

58 Miror tue eruditjonis in Hebrea lingua tam uelox peritja (Corpus scriptorum muzarabicorum, lettre XVI, § 1, p. 234 ).

59 Lara Olmo, 1998, p. 146.

60 La correspondance d’Alvare témoigne des liens qu’entretenait ce dernier avec de nombreux laïcs et ecclésiastiques de Cordoue et d’au-delà, à l’image de Jean, évêque de Séville.

61 Aillet, 2010, p. 139.

62 Faute d’éléments, il est difficile de déterminer si ces lettres furent compilées du vivant même d’Alvare, voire à son initiative, ou si elles le furent peu après sa mort. Toujours est-il que je partage l’opinion d’Evina Steinová selon laquelle cette compilation eut lieu dans un monastère de la périphérie de Cordoue. À ce sujet, voir Steinová, en ligne, p. 8.

Auteur

Université de Poitiers

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540