Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Epistola 1. Écriture et genre épistolaires

 | 
Thomas Deswarte
, 
Klaus Herbers
, 
Hélène Sirantoine

I.2. — Une écriture en tension entre les correspondants

Héloïse à Abélard : Rhetorici colores et discours persuasif

Egbert Türk

Texte intégral

  • 1 Trad. de l’auteur.

Le discours s’enrichit et gagne en élégance également grâce aux figures rhétoriques. En effet, un discours continu sans variation provoque fatigue et ennui chez l’orateur aussi bien que chez l’auditeur. Il faut donc rompre la monotonie et varier la forme du discours. L’orateur trouvera ainsi de nouvelles forces, son discours sera plus élégant, et le juge l’écoutera plus attentivement et avec une autre expression du visage1.

Isidore de Séville, Etymologiae, II, 21, l. 3-8.

  • 2 Till, 2005, p. 113.
  • 3 Ibid., pp. 53-54 et pp. 113-115 ; Türk, 2009, pp. 548-549.
  • 4 Camargo, 2003, pp. 21-24.

1Ces mots d’Isidore de Séville ne resteront pas lettre morte, et le message des Etymologiae, chaînon essentiel dans la transmission du savoir de l’Antiquité au Moyen Âge, inspirera, avec d’autres textes, des générations de futurs lettrés2. Rien d’étonnant alors à ce que les préceptes de la rhétorique se fassent sentir de plus en plus, à partir du xie siècle, dans la rédaction épistolaire et qu’on assiste, dès le siècle suivant, à l’émergence d’une nouvelle discipline, l’ars dictaminis, développée à partir des préceptes de la rhétorique tels qu’ils sont énoncés dans le De inventione de Cicéron et l’anonyme Rhétorique à Herennius, et appelée, avec plus de six cents ouvrages connus, à devenir le genre le plus important d’écrits destinés à fixer les modalités de la communication au Moyen Âge3. Conçu pour des lettres officielles, l’ars dictaminis laisse son empreinte également sur des documents quasi publics, puisque lus à haute voix, comme le montre l’exemple de la correspondance de Pierre de Blois, lui-même auteur d’un Libellus de arte dictandi rhetorice4. L’existence de la nouvelle discipline n’a d’ailleurs pas porté préjudice à l’enseignement de la rhétorique dispensé dans le cadre du trivium. Si nous soulignons ce point, c’est qu’il concerne la protagoniste de notre propos, Héloïse, dans la mesure où elle a pu subir des influences italiennes, ses lettres ayant vu le jour quelques années avant la fin du processus de théorisation de l’ars dictaminis en France (vers le milieu du xiie siècle). Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, la fonction persuasive des figures de style, il nous faut rappeler le cadre historique qui a vu naître le texte que nous nous sommes proposé d’examiner.

  • 5 Bourgain, 2012, pp. 211-222 ; Letort-Trégaro, 1997, pp. 139-141 ; Verger, 1996, pp. 339-355.
  • 6 Pierre Abélard, Historia calamitatum, l. 71 et 282-284. Pour l’Historia et les deux premières lett (...)
  • 7 Ibid., l. 284-286.
  • 8 Pour les données biographiques d’Abélard avant sa rencontre avec Héloïse, Verger, 1996, pp. 1 sqq.

2Héloïse5, jeune aristocrate de l’Île-de-France, probablement née dans un milieu proche de la cour, fut élevée au couvent d’Argenteuil, excellent monastère plutôt mondain. On ne connaît pas son père, mais on a supposé qu’elle était apparentée aux Garlande, grands officiers de la couronne. Une autre grande famille, les Montmorency, liés aux Garlande, étaient les protecteurs du couvent d’Argenteuil. Si le père reste pour nous un inconnu, nous savons que sa mère s’appelait Hersinde. Orpheline, illégitime peut-être, Héloïse est née vers 1100. Entre 1113 et 1115, l’oncle maternel, Fulbert, installa la jeune fille dans sa maison. Chanoine séculier de Notre-Dame de Paris, dignitaire nommé avec l’assentiment du roi, Fulbert, au dire d’Abélard6, était fort attaché à sa nièce déjà renommée pour sa science, spécialement dans les disciplines du trivium. Per faciem non infima, per habundantiam litterarum erat suprema, écrit Abélard7. L’oncle était résolu à soutenir Héloïse dans son désir de poursuivre ses études et d’approfondir les connaissances acquises. Fulbert ne se chargea pourtant pas personnellement d’instruire Héloïse, et comme il n’était pas question d’envoyer sa nièce au milieu des jeunes clercs de l’école cathédrale, le chanoine choisit des précepteurs particuliers, conformément aux pratiques de son milieu. C’est ainsi qu’Héloïse croisa le chemin d’Abélard8.

  • 9 Pierre Abélard, Historia calamitatum, l. 30-31.

3On retient en général comme date de naissance d’Abélard l’année 1079. Né au Pallet, petit bourg au sud-est de Nantes, Pierre Abélard était breton, le comté de Nantes étant englobé dans le duché de Bretagne. Aîné d’une fratrie de quatre enfants, il se consacre très tôt aux études et renonce à ses prérogatives, soutenu en cela par son père Bérenger, chevalier. Dès le départ, le jeune homme accorda la préférence aux sciences du langage, tout particulièrement à la dialectique (logique). En quête de maîtres de cette discipline, Abélard visita l’école de Loches, où professait Roscelin de Compiègne, et c’est en écoutant Roscelin qu’il découvrit l’approche nominaliste de la question des universaux — le nominalisme restera un des traits de son enseignement : peripateticorum emulator factus sum, écrira-t-il, en résumant son périple avant d’arriver à Paris (perveni tandem Parisius)9.

  • 10 Ibid., l. 41-42.

4À Paris, la principale école, sinon la seule, vers 1100, était l’école de la cathédrale, avec à sa tête l’archidiacre Guillaume de Champeaux qui y enseignait la dialectique et la rhétorique. Pour des raisonnements divergents à propos du problème des universaux, Abélard se trouva assez vite aux prises avec Guillaume et suscita l’hostilité des élèves plus anciens, calamitatum mearum exordia, estimera-t-il plus tard10, et début de cette invidia qui l’accompagnera jusqu’à sa mort. Protégé probablement par les Garlande, Abélard, âgé d’un peu plus de 20 ans, décida alors d’ouvrir sa propre école à Melun, contournant ainsi les obstacles dressés par Champeaux, avant de s’établir à Corbeil, au bout de deux ans (1104). Empêché par Guillaume de Champeaux de prendre les rênes de l’école cathédrale, Abélard, en attendant, s’installe sur la montagne Sainte-Geneviève (1110-1112).

  • 11 Ibid., l. 222-223.
  • 12 Ibid., l. 241-243.

5Mais en ce début du xiie siècle, comme il n’était guère concevable de voir dans les arts libéraux une fin en soi, Abélard se décida à suivre des leçons d’Écriture sainte (théologie). Nous le trouvons donc à Laon, réputée pour être la meilleure école en exégèse biblique, là même où Guillaume de Champeaux avait également étudié. Maître reconnu et dialecticien redoutable, Abélard ne tarda pas à reprocher à Anselme, responsable de l’école de Laon, d’être un professeur à l’ancienne et un médiocre dialecticien. Pour montrer sa supériorité, Abélard prépara en une nuit le commentaire d’un passage difficile d’Ézéchiel en y appliquant la méthode dialectique, et rapidement, les étudiants se pressèrent à ses leçons. Anselme (senex vehementi commotus invidia11) et ses plus fidèles disciples, jaloux du succès d’Abélard, mirent assez vite fin à son enseignement non autorisé par l’écolâtre. Vers la fin de 1113, Abélard, de nouveau à Paris, prit enfin la tête de l’école de Notre-Dame. Pour citer notre dialecticien : … Parisius reversus, scolas mihi jamdudum destinatas atque ablatas unde primo fueram expulsus, annis aliquibus quiete possedi12… Cet enseignement qui portait sur les arts libéraux et l’Écriture sainte dura sans doute de 1113 à 1117.

  • 13 … cum jam me solum in mundo superesse philosophum estimarem (ibid., l. 254-255). Le passage ne pèc (...)
  • 14 Letort-Trégaro, 1997, pp. 141-142.
  • 15 Pierre Abélard, Historia calamitatum, l. 300-331.

6C’est donc à ce professeur brillant et séduisant13 que le chanoine Fulbert fit appel, ambitieux et naïf à la fois dans son amour exclusif pour sa nièce14. Abélard, de son côté, pris jusque-là par les études et l’enseignement, mais conscient de sa force de séduction, s’était proposé de conquérir cette jeune femme prodige à laquelle il trouvait des traits de beauté. Par l’intermédiaire d’amis de Fulbert, Abélard, profitant de la cupidité du chanoine et de son obsession de calmer la soif de savoir d’Héloïse, prit pension à la maison canoniale, proche des écoles, comme précepteur particulier, assuré de la totale confiance de l’oncle de sa future élève15.

  • 16 Ibid., l. 400-401 : quasi in insaniam conversus.
  • 17 Ibid., l. 570-572.

7La suite est connue. L’élève et le maître tombent éperdument amoureux l’un de l’autre. Abélard, à la grande déception de ses disciples, néglige la préparation de ses cours, mais écrit des chansons d’amour à la gloire d’Héloïse, reprises par tout le monde. Fulbert, berné, chasse l’amant. Tombée enceinte, Héloïse est enlevée par Abélard pendant une nuit d’absence de l’oncle. Confiée à la sœur d’Abélard, elle donna naissance, en Bretagne, à un fils, Astrolabe. Pour réparer le tort fait à Fulbert, fou de rage à la suite de ce rapt16, Abélard promet d’épouser Héloïse à condition que le mariage reste secret pour ne pas gêner sa réputation de clerc. Héloïse, ramenée à Paris, refuse d’abord ce mariage au nom de son droit à l’amour et de sa liberté, mais elle se résigne finalement à la décision imposée. Fulbert, pour sauver son honneur, proclame la nouvelle du mariage en dépit de l’accord conclu avec Abélard, alors que ce dernier installe Héloïse, victime d’un comportement outrageant de la part de l’oncle, au couvent d’Argenteuil17. Le chanoine y voit une autre basse manœuvre pour que sa nièce se fasse moniale. C’est alors que Fulbert et son clan (consanguinei) décident de mutiler, pendant une nuit, le mari d’Héloïse par des hommes de main.

  • 18 Ibid., l. 1017-1037.

8Humilié et blessé dans son orgueil, Abélard envisage d’entrer dans les ordres, mais pour ce faire, il lui fallait d’abord amener la mère de son fils à renoncer également au siècle. Par amour, Héloïse se plie encore une fois à la volonté d’Abélard et prend le voile à Argenteuil, suivie de son précepteur, devenu moine à Saint-Denis. Si ce dernier reprend ses cours, il ne se prive pas de critiquer les mœurs dissolues de son nouvel entourage et s’attire naturellement l’hostilité des moines et de l’abbé, qui relègue finalement le gêneur au prieuré de Maisoncelles-en-Brie. Abélard passera dans cette dépendance de Saint-Denis des années très productives (1118-1120). L’achèvement d’un ouvrage sur la Trinité donna cependant l’occasion à ses nombreux adversaires de le faire convoquer devant un concile provincial à Soissons (1121), de lui infliger une condamnation doctrinale et de l’obliger à jeter une copie de l’ouvrage incriminé au feu. Autorisé à retourner à Saint-Denis, il eut la maladresse de mettre en question l’identification du patron de l’abbaye avec Denys l’Aréopagite. Devant le tollé de la communauté conventuelle et la perspective d’un procès impliquant le roi, Abélard se réfugia à Provins, terre du comte Thibaud II de Champagne. La mort de l’abbé Adam ayant dégagé la voie d’une solution à l’amiable, le successeur, Suger, après quelques hésitations, permit à Abélard de s’établir partout, sauf dans une autre abbaye, par crainte de ne plus pouvoir se glorifier de la présence du célèbre dialecticien18.

  • 19 Ibid., l. 1109-1123.

9Avec l’accord de l’évêque du lieu, Abélard s’installe, en 1122, dans le diocèse de Troyes, sur un terrain cédé par des bienfaiteurs, près de Quincy, dans la vallée de l’Arduson. Il y construit un ermitage, appelé le Paraclet, où conflueront bientôt des élèves en grand nombre, engagés à agrandir l’ensemble par leurs propres mains19. Si les années au Paraclet ont vu la sortie de nouveaux traités, les conditions de vie semblent s’être détériorées peu à peu, et c’est ainsi qu’Abélard, toujours en butte à de possibles attaques de ses ennemis, accepta, en 1127, son élection comme abbé de Saint-Gildas en Bretagne, une abbaye rebelle à toute tentative de réforme. Les moines, totalement incultes, essayèrent à plusieurs reprises d’attenter à la vie de leur nouvel abbé.

  • 20 Ibid., l. 1306-1307 et 1309-1310.
  • 21 Ibid., l. 1344-1350.

10L’année 1129 apporta du réconfort aux tourments de l’abbé de Saint-Gildas. C’est en effet le moment où Suger, faisant valoir d’anciens droits de Saint-Denis et décidé à mettre fin à des désordres manifestes, expulsa les moniales d’Argenteuil, avec, à leur tête, Héloïse, devenue prieure. Pour Abélard, ce fut l’occasion d’offrir le Paraclet, sa propriété, à la communauté pourchassée, occasion aussi pour lui de revoir, après de longues années, celle qu’il appelle illa jam in Christo soror potius quam uxor Heloysa ou encore illa comes nostra20, et de s’occuper de nouveau de son ermitage. De retour à plusieurs reprises pour soutenir matériellement la nouvelle communauté, il fit encore l’objet de médisance de tous ceux qui confondaient volontairement des actes de charité (sincera karitas) avec de simples désirs charnels, nés de l’absence de son ancienne maîtresse (me […] quadam carnalis concupiscentiae oblectatione teneri, qua pristine dilecte sustinere absentiam vix aut numquam paterer21). Les visites d’Abélard au Paraclet cessèrent au début de l’année 1132 pour des raisons inconnues, et c’est à ce moment (1132 ou 1133) qu’il faut placer l’Historia calamitatum, notre guide principal pour suivre le parcours du philosophe.

  • 22 Dans l’édition Monfrin, l’Historia comporte 43 pages, 1 609 lignes.
  • 23 Pierre Abélard, Historia calamitatum, l. 1564.
  • 24 Duby, 1995, pp. 91-92.
  • 25 Gilson, 1997, pp. 174 sqq.
  • 26 Marenbon, 2000, pp. 19-34.
  • 27 Bourgain, 2012, p. 221 ; Ward, Chiavaroli, 2000, pp. 53-120. Pour ces extraits d’un manuscrit de T (...)

11Le long traité22, qualifié par son auteur d’epistola à la manière des auteurs du xie siècle23, retrace la vie d’Abélard depuis sa naissance jusqu’à l’installation d’Héloïse au Paraclet, et cette autobiographie fut l’élément déclencheur des lettres d’Héloïse, dont on a contesté l’authenticité depuis le xixe siècle, avec des répercussions jusqu’à une époque récente24. Sans entrer dans les détails de ce débat, rappelons simplement qu’Étienne Gilson, dès 1936-1937 (cours du Collège de France), a montré l’erreur de départ de toutes ces critiques25, en relevant une faute de traduction. Depuis, d’autres arguments en faveur de l’authenticité se sont ajoutés et on a relevé les ambiguïtés dans le raisonnement des partisans de l’inauthenticité26. Nous ne tiendrons pas compte non plus de l’avis de ceux qui voient dans des extraits faits à Clairvaux au xve siècle sous le titre d’Epistole duorum amantium une partie de la correspondance du début de la rencontre entre Héloïse et Abélard27.

  • 28 Jean de Salisbury, Metalogicon, p. 52, l. 24.
  • 29 Ibid.

12En revanche, ce qui retiendra ici notre attention, c’est le maniement des techniques rhétoriques dont Héloïse fait preuve dans la première de ses lettres, où elle évoque les années de sa folle passion amoureuse afin d’obtenir d’Abélard, en dépit de son état monacal, l’aveu de sentiments identiques. Nous avons vu qu’Abélard souligne dans son Historia calamitatum la culture littéraire extraordinaire d’Héloïse (suprema), connue dans tout le royaume de France, que Fulbert désirait voir s’approfondir. Il va sans dire que la rhétorique, matière du trivium, faisait partie de cette scientia litterarum d’Héloïse. Si nous ne savons rien de précis de sa formation, il ne faut pas perdre de vue le rôle de Pierre Damien pour la valorisation de la rhétorique, sans parler d’Albéric du Mont-Cassin qui ouvre, dans les années quatre-vingt du xie siècle, la voie aux artes dictandi à venir et dont le premier théoricien, Adalbert Samaritanus, maître séculier de Bologne, inaugure, en 1115, la longue série. Plus près de Paris, on pense à Bernard de Chartres, dont Jean de Salisbury nous a laissé une description instructive de l’enseignement consacré aux auteurs et à leurs artifices stylistiques28. Parmi ceux-ci figurent, entres autres, les colores rhetorici29, termes que nous avons choisis pour le présent article, avec inversion de l’adjectif, il est vrai, et qui se font l’écho de l’oratio ornatior évoquée par Isidore de Séville.

  • 30 Cicéron, Brutus, p. 230 (c. 87).
  • 31 Onulfe de Spire, Rhetorici colores, p. 381.
  • 32 Ibid., pp. 333 sqq. ; Quadlbauer, 1986.

13Si le rapprochement entre color et rhétorique remonte à l’Antiquité30, l’ajout de l’adjectif rhetoricus est l’œuvre du Moyen Âge. Le syntagme rhetorici colores, quant à lui, se rencontre pour la première fois dans la subscriptio d’un ouvrage de maître Onulfe de Spire et fut adopté comme titre par la dernière éditrice du texte, Cornelia Linde, suite à la perte d’une page du manuscrit31. Daté longtemps des années soixante-dix du xie siècle, l’ouvrage, selon Linde, appartient au xiie siècle, avec, pour terminus ante quem, 1114 et, pour terminus post quem, le deuxième quart du xiie siècle. Ses vingt-six figures rhétoriques proviennent du livre IV de la Rhétorique à Herennius (vers 80 av. J.-C.), traité faussement attribué à Cicéron, mais qui a fortement marqué, à l’instar du De inventione du même Cicéron, le débat rhétorique médiéval32.

  • 33 Till, 2005, p. 114, col. 2.
  • 34 Reboul, 1991, pp. 55-56.
  • 35 Pierre de Blois, Libellus, p. 52, l. 255-258.
  • 36 … tria sunt enim […] quae sint efficienda dicendo : ut doceatur is, apud quem dicetur, ut delectetu (...)
  • 37 Reboul, 1991, p. 60 ; Lausberg, 1963, pp. 36-37.

14L’ars dictaminis s’inspire des quatre parties du système rhétorique, plus spécialement de la dispositio et de l’elocutio33, c’est-à-dire la mise en ordre des arguments et la rédaction écrite du discours, son style34. Les rédacteurs d’artes dictandi s’en tiennent en général à cinq parties, et pour citer le Libellus de arte dictandi rhetorice de Pierre de Blois, écrit au début des années quatre-vingt du xiie siècle, on aura donc la salutacio (l’adresse), l’exordium (l’exorde), la narratio (narration), la peticio (pétition) et la conclusio (conclusion)35. De même que la rhétorique, la lettre cherche à persuader par des moyens à la fois d’ordre rationnel et d’ordre affectif, résumés chez Cicéron par les trois verbes docere (instruire), delectare (plaire) et movere (toucher)36. Le persuasif du discours comporte donc deux aspects, l’un argumentatif (docere), l’autre oratoire (delectare, movere). L’affectif, on le voit, connaît deux degrés d’intensité, le premier ressortissant à l’ethos, le caractère que doit prendre l’orateur pour capter l’attention de l’auditoire, le second relevant du pathos, les émotions de l’auditoire sur lesquels peut jouer l’orateur37.

15Conformément au titre de notre propos, nous laisserons de côté l’aspect argumentatif, malgré son importance, mais avant de nous intéresser à l’aspect oratoire de la lettre, il nous faudra en retracer l’articulation afin que le lecteur puisse se faire une idée du contenu du texte. Pour cela, nous nous inspirerons du schéma en cinq parties proposé par Pierre de Blois, Héloïse évitant de marquer de facon trop nette le passage d’une partie de la lettre à l’autre.

  • 38 Pierre de Blois, Libellus, p. 56, l. 430-432.

16Si la salutacio se détache clairement (l. 1-3), la suite se détermine plus difficilement. Cela étant, nous limitons l’exordium aux lignes 4-76, où Héloïse informe Abélard qu’elle vient de prendre connaissance de l’Historia calamitatum par l’intermédiaire d’un tiers. Elle évoque l’effet angoissant des nouvelles qu’apporte ce récit et estime que la moindre des choses aurait dû être une information de première main, fût-elle écrite, vu leur passé commun. La narratio, plus longue et plus complexe, comprend les lignes 76-216. Après avoir rappelé la brève existence du Paraclet, sa création à partir de rien, sans aucune aide extérieure, Héloïse se plaint du manque de soins de la jeune pousse et dit n’éprouver qu’abandon, sans un mot apaisant de la part d’Abélard, pourtant son mari, quoique malgré elle. La mutilation de ce dernier l’a ruinée, elle aussi, et le maître de son corps et de son âme, à qui elle voue toujours un amour absolu, devrait prendre soin de ses blessures à elle. Dans ses souvenirs, elle voit encore le philosophe célèbre, l’homme désiré par le public et par toutes les femmes, charmeur grâce à son talent poétique et à ses chansons à la gloire de sa maîtresse. S’ensuit la peticio (l. 217-274). Dans son Libellus, Pierre de Blois en distingue sept espèces38, dont deux nous intéressent ici, la peticio deprecatoria et la peticio increpatoria — demande et reproche —, l’une et l’autre étroitement liées dans notre lettre. Pourquoi une telle indifférence après leur entrée en religion, décidée d’ailleurs par Abélard ? se demande Héloïse. Pas de discussion, pas de nouvelles. Qu’Abélard avoue enfin que leur passion lui servait uniquement à assouvir ses désirs, qu’il n’avait que faire de l’amour. Absent, qu’il se manifeste au moins par écrit, puisqu’elle mérite mieux que le silence, et qu’il se rende compte qu’autrement, tout ce qu’elle a fait pour le satisfaire serait dénué de sens, y compris la méfiance blessante le jour où il l’a poussée à entrer dans les ordres avant lui, simplement pour être sûr d’elle. Qu’il réfléchisse à son iniquité après tant de sacrifices qu’elle s’est imposés, les plaisirs charnels inclus, pour lui appartenir. Elle le conjure de lui rendre sa présence d’une manière ou d’une autre, fût-ce par écrit. Elle se sentirait ainsi stimulée à se consacrer plus intensément au service divin. À l’époque de leurs turpitudes voluptueuses, il l’incitait en permanence par l’envoi de lettres, il composait des chansons dédiées à sa bien-aimée et sifflées par tout le monde. Alors, pourquoi ne l’inciterait-il pas maintenant à servir Dieu ? Qu’il mesure bien l’enjeu et qu’il satisfasse ses exigences. La conclusio, quand elle existe, se limite souvent à peu de lignes, comme c’est le cas ici (l. 274-275) où elle sert à dire adieu au destinataire.

  • 39 Cicéron, Brutus, p. 106 (c. 38).
  • 40 Kerbrat-Orecchioni, 2001, pp. 8-16.
  • 41 Ibid., actes illocutoires, pp. 16-17.

17Venons-en maintenant à l’aspect oratoire de la lettre d’Héloïse, et analysons les rhetorici colores, ces figures de style censées rendre plus frappant le message, car l’orateur aussi bien que le rédacteur de lettres, en cherchant à persuader, s’appliquent à agir sur autrui (la lettre est lue à haute voix au Moyen Âge). Pour Démosthène, rappelons-le au passage, l’action, quatrième partie du système rhétorique, était l’élément central de la performance d’un orateur39. Une action par la parole, car dire, c’est faire (voire faire faire), et il n’est guère étonnant qu’à partir des années 1960, les représentants de la théorie des actes de langage40 aient réactualisé ce concept. Quand je parle, je cherche à modifier une situation de départ entre moi et mon (mes) interlocuteur(s) au moyen d’un acte langagier ou acte illocutoire41 que je suis en train d’accomplir, la valeur illocutoire, dans un énoncé donné, exprimant la nature de mon acte (par exemple, forme impérative : ordre).

  • 42 Il s’agit de la première lettre d’Héloïse, dans Pierre Abélard, Historia calamitatum, Appendice, p (...)
  • 43 Reboul, 1991, pp. 121 sqq. Également, Molinié, 2006 ; Suhamy, 2010.

18Héloïse, après avoir pris connaissance de l’Historia calamitatum, envoyée, ne l’oublions pas, à un ami d’Abélard en détresse, non pas à elle, s’est vu réduite à réagir par écrit aux nouvelles du message de son ancien amant42. Dès le départ, l’auteure montre au lecteur sa maîtrise des finesses de la rhétorique et sa familiarité avec les figures de style. Le classement de ces dernières variant depuis l’Antiquité selon les auteurs, on se reportera avec profit à l’ordre proposé par Reboul, pratique, même s’il y a à y redire, et on le complétera, le cas échéant, par les remarques de quelques autres auteurs43. Reboul parle de figures de mots (matière sonore), de figures de sens (signification de mots / groupes de mots), de figures de construction (structures de la phrase / du discours) et de figures de pensée (rapport du discours avec l’orateur ou son objet).

  • 44 Pierre de Blois, Libellus, pp. 46 sqq. ; Lausberg, 1963, pp. 153-154.
  • 45 Dans Janson, 1975, l’auteur propose un autre classement pour mieux tenir compte des cadences qui é (...)

19Parmi les figures de mots, on peut ranger les figures de rythme. Pour l’Antiquité, le rythme de la phrase a revêtu une importance capitale, et on a soigné tout spécialement les fins de kôlon et de période, appelées sententiae clausulae. L’abandon, à partir du Bas-Empire, de la quantité syllabique (syllabe longue versus syllabe brève), suite au changement d’accentuation, a abouti au cursus médiéval, appelé également cadencia, à l’instar de l’usage en vigueur chez les notaires de la curie romaine44. Le cursus se déterminera en définitive par les deux derniers mots d’un kôlon ou d’une période et par les syllabes toniques, le mot final comportant trois ou quatre syllabes et les adverbes / prépositions monosyllabiques s’intégrant au mot qui suit. On distingue ainsi, dans la première moitié du xiie siècle, quatre grands types de cursus, le cursus planus, le cursus tardus, le cursus velox et le cursus trispondiacus45.

  • 46 Ibid., p. 104.
  • 47 À ce propos, Ziolkowski, 2007, p. 143, rappelle que chanter les classiques faisait partie de la fo (...)
  • 48 Première lettre d’Héloïse (voir n. 42).

20Sur un total de 85 fins de période, Héloïse en a marqué 76 par des chutes rythmiques dont 39 relèvent du répertoire standard46. Ce nombre s’accroît encore dès qu’on tient également compte des différents cursus à l’intérieur des périodes. Au total, on a affaire à un discours bien rythmé, imprégné d’une musicalité conforme à un texte (lettre) lu à haute voix47. Pour se faire une idée de ce procédé, le lecteur comparera les lignes 11-12 (assiduas referebantcursus velox), 161 (illius imperatrixcursus trispondiacus), 265 (tibi facillimumcursus tardus), 274-275 (fine concludocursus planus) et un exemple de fin de kôlon, ligne 34 (singula expresseruntcursus velox)48.

  • 49 Par manque de place, nous énumérons simplement ces figures : antithèse, apostrophe, chiasme, dériv (...)
  • 50 Pour cette expression, Reboul, 1991, p. 160.
  • 51 Ibid., pp. 133-134.
  • 52 Türk, 2009, p. 543.

21Si l’élément rythmique caractérise notre texte de bout en bout, la majorité des autres figures de style restent en retrait. Au total, nous en relevons vingt-sept49. Ce qui frappe cependant l’observateur, c’est la prédominance d’une seule d’entre elles, l’antithèse, motif central de la lettre50. Avec ses soixante et onze occurrences, sans compter les figures apparentées (épanorthose : dix occurrences ; chiasme : deux occurrences ; oxymore : deux occurrences), elle sert de principe organisateur du texte. Figure de construction51, elle peut concerner des mots, des groupes de mots, voire des propositions entières, et remonte au sophiste Gorgias (ve siècle av. J.-C.)52. Argumentative en ce qu’elle condense des arguments, l’antithèse est oratoire en ce qu’elle contribue à plaire ou à toucher (delectare, movere).

  • 53 Lettres d’Héloïse, l. 1-3.
  • 54 Première lettre d’Héloïse (voir n. 42).

22La majorité des occurrences de cette figure dans la lettre d’Héloïse signale le rapport antagonique que l’auteure établit entre elle et le destinataire de la lettre, Abélard, le « moi » d’Héloïse s’opposant au « toi » de son ancien amant : moi, je ne peux effacer le souvenir de nos folles années amoureuses, alors que toi, tu as tiré un trait dessus. D’entrée de jeu, dès l’adresse, Héloïse annonce la couleur en recourant quatre fois de suite à la figure de l’épanorthose, l’autocorrection, pour préciser sa position par rapport à Abélard. Elle ne se voit pas en servante d’un seigneur, elle préfère à l’idée d’époux celle de fratrie, avant de retenir finalement la notion d’égalité entre deux individualités : Domino suo, immo patri ; conjugi suo, immo fratri ; ancilla sua, immo filia ; ipsius uxor, immo soror, Abaelardo Heloysa53. Parmi le grand nombre des autres figures antithétiques, citons les lignes 109-110 (obstinatis versus obedientibus), 145-146 (non meas voluptates aut voluntates, sed tuas), 178-179 (sanctus error ; beata fallatia — double oxymore), 181-182 (quod error ceteris, veritas mihi contulerat), 212 (non rei effectus, sed efficientis affectus — chiasme), 272-273 (nunc in Deum, quam tunc in libidinem) et 273-274 (perpende que debes, attende que postulo). Héloïse termine sa lettre par une dernière antithèse, lignes 274-275 (longam epistolam brevi fine concludo)54.

  • 55 Verger, 1996, p. 100. Incipiunt sententiae ex divinis scripturis collectae quae contrariae videntu (...)
  • 56 Engels, 1975, p. 226, l. 20-21.

23Quand on sait qu’Abélard a rédigé pendant son séjour au Paraclet (1122-1127) son traité Sic et Non55, on pourrait être tenté de rapprocher le procédé antithétique d’Héloïse de la démarche d’Abélard, toute proportion gardée, évidemment. La lettre d’Héloïse contient d’ailleurs deux passages qui rappellent des textes d’Abélard. Nous lisons, en effet, lignes 75-76 : … et si omnes taceant, res ipsa clamat, à comparer avec Abélard, Historia calamitatum, ligne 153 : Quod si ego taceam, res ipsa clamat et ipsius rei finis indicat. L’autre passage concerne la ligne 213 : … nec que fiunt, sed quo animo fiunt, equitas pensat, rappel d’une lettre d’Abélard contre les cisterciens : … neque que fiunt sed quo animo fiunt attendit56.

  • 57 Lausberg, 1990, pp. 359 sqq. Au sens strict du terme, l’isocolie désigne une suite de kôla de rang (...)
  • 58 Türk, 2009, p. 546.
  • 59 Première lettre d’Héloïse (voir n. 42).

24L’adresse de la lettre, en plus de l’antithèse, nous fournit un bel exemple d’une figure introduite, elle aussi, par Gorgias, l’isocolie, souvent associée à l’homéotéleute ou à l’homéoptote57, des figures très appréciées, entre autres, par Augustin58, ancien professeur de rhétorique. Héloïse a réussi à appliquer aux quatre premières paires antithétiques la figure de l’isocolie. En plus, elle lie les deux premières séquences par une rime grâce à l’homéoptote (l. 1 : patri / fratri), figure qu’elle a employée ensuite à l’intérieur même des isocolies suivantes (l. 2 : sua / filia / uxor / soror — le second « i » de filia probablement affaibli). À noter également que le premier élément de chacune des quatre paires est constitué d’un trisyllabe. Voici quelques autres exemples d’isocolie : lignes 46-47 (tanto amplius maturande sunt littere / quanto sunt jocundiores future — quasi-isocolie : parisose) ; lignes 137-138 (te in aliquo offendere non possem / me ipsam pro jussu tuo perdere sustinerem) ; lignes 219-220 (nec colloquio presentis recreer / nec absentis epistola consoler). Au total, on relève vingt-quatre isocolies, douze homéotéleutes, huit homéoptotes59.

  • 60 Reboul, 1991, pp. 127 et 130.

25Si l’on peut classer l’isocolie parmi les figures de construction, souvent renforcée, on vient de le voir, par ce qu’on appellerait des figures de mots, l’hyperbole, très présente dans notre lettre, appartient plutôt au groupe des figures de sens. Elle concerne le pathos, sa fonction sémantique, selon Reboul, est de dire qu’on ne peut pas vraiment dire60. Héloïse se sert de cette figure trente-six fois. Ainsi, parlant de l’Historia calamitatum, elle écrit, lignes 9-10 : Erant […] hujus epistole fere omnia felle et absintio plena… Plus loin, lignes 24-25, nous lisons : … detractiones illas gravissimas duorum illorum pseudoapostolorum…, ou encore, lignes 138-139 : Et quod majus est, dictuque mirabile, in tantam versus est amor insaniam… Vers la fin, lignes 262-264, elle explose : Que vero tua sit iniquitas perpende, si merenti amplius persolvis minus, immo nihil penitus…

  • 61 Lausberg, 1963, pp. 145-147.
  • 62 Reboul, 1991, p. 135.
  • 63 Suhamy, 2010, p. 113.

26La place nous manque pour présenter en détail toutes les figures de style que nous avons relevées. Toutefois, la lettre d’Héloïse s’entendant comme un discours persuasif censé agir sur le destinataire, nous voulons nous arrêter sur un ensemble de figures qu’on pourrait classer sous la rubrique de l’allocution et qui comprennent l’apostrophe, l’exclamation, l’obsécration et la question oratoire61. Toutes ces figures impliquent Abélard d’une manière directe. L’apostrophe, avec ses seize occurrences, se présente sous la forme impérative, un des outils les plus percutants qu’offre une langue pour toucher l’interlocuteur : sana (l. 68), considera, meditare (l. 109-110), dic, age (l. 217, 220, 251), perpende, attende (l. 273-274), etc. Figure propre à renforcer le pathos (movere), l’apostrophe, à plusieurs reprises, est associée à l’obsécration (dix occurrences), soulignant l’insistance d’Héloïse. Ainsi, ligne 68 : Sana, obsecro… Ailleurs, lignes 265-266, l’obsécration se réalise en présence d’une hyperbate, figure de construction62 : Per ipsum itaque cui te obtulisti Deum te obsecro… Un autre moyen de lancer un appel pressant en direction du destinataire est l’exclamation, intercalée dans notre texte sous forme de vocatif : ligne 11 (unice), ligne 127 (karissime), lignes 224-225 (dilectissime). On complétera ce tableau par une figure de pensée, l’optation, exprimée par utinam (l. 227, 229, 253)63.

  • 64 Kerbrat-Orecchioni, 2001, pp. 22-23.
  • 65 Muckle, 1953, p. 73.
  • 66 Ibid.

27Demandons-nous à la fin de cette présentation succincte des moyens oratoires utilisés par Héloïse, si sa lettre a atteint son objectif. En d’autres termes, les actes illocutoires ont-ils abouti à la perlocution, ont-ils produit le résultat souhaité, la perlocution dépendant, en dernière analyse, toujours de l’interlocuteur64 ? Si Abélard a effectivement réagi à la brillante lettre de son ancienne maîtresse, il a répondu, pourrait-on dire, à un message qu’Héloïse n’avait pas envoyé. D’entrée de jeu, Abélard se situe sur un tout autre plan qu’elle : Heloisae, dilectissimae sorori suae in Christo, Abaelardus, frater eius in ipso65. Cela restera sa ligne de conduite, à en juger par les autres pièces de sa correspondance. Il relève toutefois un terme de la lettre d’Héloïse, negligentia (l. 218 , 255), qu’il refuse en justifiant son silence par son extrême confiance en la grande sagesse de l’abbesse du Paraclet. À ses yeux, Héloïse joue parfaitement son rôle depuis l’époque de son priorat. Elle sait éclairer ceux qui se trompent, sait consoler les craintifs et donner du courage aux indifférents. Une telle femme n’a aucun besoin d’être instruite, voire consolée66.

  • 67 Ibid., p. 75.
  • 68 Ibid., pp. 76-77.

28Abélard se dit toutefois sensible aux prières que la communauté du Paraclet adresse à Dieu pour lui, l’homme infesté et toujours en danger. Il se tourne spécialement vers Héloïse, ad te unam veniam, qu’elle se souvienne de lui, qui specialiter est tuus. Qu’elle écoute aure cordis, quod saepius audisti aure corporis67. La lettre, après de très nombreux renvois bibliques, se conclut par une note funeste, quand Abélard demande à Héloïse qu’après sa mort, violente ou naturelle, elle fasse ramener son corps, où qu’il se trouve, au Paraclet pour y être enterré. Son âme, endeuillée en raison de l’erreur de ses péchés — c’est sa façon de se souvenir de leur passion amoureuse —, ne pourrait trouver meilleur endroit pour être accompagnée de prières après la mort68.

  • 69 Pierre Abélard, Historia calamitatum, Appendice, pp. 117-124.
  • 70 Ainsi, il lui interdit de continuer à le plaindre ou encore de garder rancune à Dieu. Muckle, 1953 (...)
  • 71 Quibus quidem singulis rescribere decrevi non tam pro excusatione mea quam pro doctrina vel exhort (...)
  • 72 Ibid., p. 94.
  • 73 Gilson, 1997, pp. 145-146 ; Pierre le Vénérable, The Letters, vol. 1, pp. 400-402.

29Si, en réponse à une deuxième lettre enflammée d’Héloïse69, Abélard, pour calmer le jeu et en durcissant le ton à l’égard de la sponsa Christi70, évoque finalement les années de leur passion et sa mutilation, c’est pour tenter de démontrer longuement71 que ce qui leur est arrivé fut voulu par Dieu pour assurer leur salut. Malgré ses efforts de persuasion, Abélard n’a cependant obtenu qu’un résultat en demi-teinte, Héloïse renonçant à aborder dorénavant le sujet brûlant dans ses lettres, tout en jugeant impossible de taire la véhémence de ses sentiments72. Après le décès d’Abélard au prieuré clunisien de Saint-Marcel (1142), elle se souviendra du vœu du fondateur du Paraclet, car nous savons qu’à sa requête, Pierre le Vénérable, après l’avoir fait enlever secrètement, a accompagné la dépouille du philosophe jusqu’à sa dernière demeure73, et grâce à un clin d’œil de l’Histoire, le visiteur moderne du cimetière du Père-Lachaise a tout le loisir de méditer devant la tombe commune (souvent fleurie) des deux amants célèbres du xiie siècle.

Annexe

30Source : Héloïse, lettre I, l. 217-275 : peticio (et conclusio), dans Pierre Abélard, Historia calamitatum. Pour le lecteur intéressé par la traduction du texte, voir Abélard, Lamentations, éd. et trad. de Paul Zumthor, Arles, Actes Sud, 2008.

31Relevé des figures rhétoriques du passage : antithèse (l. 2-4, 5-7, 8-9, 12, 14-15, 17-18, 20, 23, 26-27, 28-29, 34-35) ; apostrophe (l. 1, 3, 10, 15, 22, 25, 34-35) ; chiasme (l. 23) ; cursus (l. 5, 8-9, 10, 11-12, 15, 16, 19-20, 24, 28-29, 32-34) ; dérivation (l. 23) ; ellipse (l. 23) ; épanalèpse (l. 20-21) ; épanaphore (l. 1-3, 5-6, 7-8, 22) ; épanorthose (l. 3, 17, 29) ; exclamation (l. 5, 23) ; gradation (l. 14) ; homéotéleute (l. 2-3) ; hyperbate (l. 5-6, 10, 35-36) ; hyperbole (l. 9, 15, 19, 20-21, 27, 29) ; interrogation (l. 34) ; isocolie (l. 2-3, 34-36) ; obsécration (l. 10, 22, 25, 30) ; optation (l. 7, 8, 23) ; parenthèse (l. 3, 18, 19) ; polyptote (l. 3, 22-23) ; synonymie (l. 32).

32… Dic unum, si vales, cur post conversionem nostram, quam tu solus decrevisti, in tantam tibi negligentiam atque oblivionem venerim ut nec colloquio presentis recreer nec absentis epistola consoler, dic, inquam, si vales, aut ego quod sentio, immo quod omnes suspicantur dicam. Concupiscentia te mihi potius quam amicitia sociavit, libidinis ardor potius quam amor. Ubi igitur 5. quod desiderabas cessavit, quicquid propter hoc exhibebas pariter evanuit. Hec, dilectissime, non tam mea est quam omnium conjectura, non tam specialis quam communis, non tam privata quam publica. Utinam mihi soli sic videretur, atque aliquos in excusationem sui amor tuus inveniret per quos dolor meus paululum resideret ; utinam occasiones fingere possem quibus te excusando mei quoquo modo tegerem vilitatem.

3310. Attende, obsecro, que requiro, et parva hec videris et tibi facillima. Dum tui presentia fraudor, verborum saltem votis, quorum tibi copia est, tue mihi imaginis presenta dulcedinem. Frustra te in rebus dapsilem expecto, si in verbis avarum sustineo. Nunc vero plurimum a te me promereri credideram, cum omnia propter te compleverim, nunc in tuo maxime perseverans obsequio ; quam quidem juvenculam ad monasticae conversationis asperitatem non religionis devotio, sed tua tantum 15. pertraxit jussio ; ubi si nichil a te promerear, quam frustra laborem dijudica. Nulla mihi super hoc merce expectanda est a Deo, cujus adhuc amore nichil me constat egisse. Properantem te ad Deum sequuta sum habitu, immmo precessi ; quasi enim memor uxoris Loth retro converse, prius me sacris vestibus et professione monastica quam te ipsum Deo mancipasti : in quo, fateor, uno minus te de me confidere vehementer dolui atque erubui. Eque autem (Deus scit) ad Vulcania loca te properantem 20. precedere vel sequi pro jussu tuo minime dubitarem. Non enim mecum animus meus, sed tecum erat ; sed et nunc maxime, si tecum non est, nusquam est : esse vero sine te nequaquam potest. Sed ut tecum bene sit, age, obsecro. Bene autem tecum fuerit, si te propitium invenerit, si gratiam referas pro gratia, modica pro magnis, verba pro rebus. Utinam, dilecte, tua de me dilectio minus confideret, ut sollicitior esset ! Sed quo te amplius nunc securum reddidi, negligentiorem sustineo.

3425. Memento, obsecro, que fecerim et quanta debeas attende. Dum tecum carnali fruerer voluptate, utrum id amore vel libidine agerem incertum pluribus habebatur ; nunc autem finis indicat quo id inchoaverim principio. Omnes mihi denique voluptates interdixi ut tue parerem voluntati ; nichil mihi reservavi, nisi sic tuam nunc precipue fieri. Que vero tua sit iniquitas perpende, si merenti amplius persolvis minus, immo nichil penitus, presertim cum parum sit quod exigeris et tibi facillimum. Per 30. ipsum itaque cui te obtulisti Deum te obsecro ut quo modo potes tuam mihi presentiam reddas, consolationem videlicet mihi aliquam rescribendo, hoc saltem pacto ut sic recreata divino alacrior vacem obsequio. Cum me ad turpes voluptates expeteres, crebris me epistolis visitabas, frequenti carmine tuam in ore omnium Heloysam ponebas ; me platee omnes, me domus singule resonabant. Quanto autem rectius me nunc in Deum, quam tunc in libidinem excitares ? Perpende, obsecro, que 35. debes, attende que postulo ; (et longam epistolam brevi fine concludo : vale, unice).

Notes

1 Trad. de l’auteur.

2 Till, 2005, p. 113.

3 Ibid., pp. 53-54 et pp. 113-115 ; Türk, 2009, pp. 548-549.

4 Camargo, 2003, pp. 21-24.

5 Bourgain, 2012, pp. 211-222 ; Letort-Trégaro, 1997, pp. 139-141 ; Verger, 1996, pp. 339-355.

6 Pierre Abélard, Historia calamitatum, l. 71 et 282-284. Pour l’Historia et les deux premières lettres d’Héloïse, l’édition de Jacques Monfrin nous sert de référence.

7 Ibid., l. 284-286.

8 Pour les données biographiques d’Abélard avant sa rencontre avec Héloïse, Verger, 1996, pp. 1 sqq.

9 Pierre Abélard, Historia calamitatum, l. 30-31.

10 Ibid., l. 41-42.

11 Ibid., l. 222-223.

12 Ibid., l. 241-243.

13 … cum jam me solum in mundo superesse philosophum estimarem (ibid., l. 254-255). Le passage ne pèche pas par modestie.

14 Letort-Trégaro, 1997, pp. 141-142.

15 Pierre Abélard, Historia calamitatum, l. 300-331.

16 Ibid., l. 400-401 : quasi in insaniam conversus.

17 Ibid., l. 570-572.

18 Ibid., l. 1017-1037.

19 Ibid., l. 1109-1123.

20 Ibid., l. 1306-1307 et 1309-1310.

21 Ibid., l. 1344-1350.

22 Dans l’édition Monfrin, l’Historia comporte 43 pages, 1 609 lignes.

23 Pierre Abélard, Historia calamitatum, l. 1564.

24 Duby, 1995, pp. 91-92.

25 Gilson, 1997, pp. 174 sqq.

26 Marenbon, 2000, pp. 19-34.

27 Bourgain, 2012, p. 221 ; Ward, Chiavaroli, 2000, pp. 53-120. Pour ces extraits d’un manuscrit de Troyes faits par Jean de Vepria, voir Epistolae duorum amantium, éd. de Köngsen.

28 Jean de Salisbury, Metalogicon, p. 52, l. 24.

29 Ibid.

30 Cicéron, Brutus, p. 230 (c. 87).

31 Onulfe de Spire, Rhetorici colores, p. 381.

32 Ibid., pp. 333 sqq. ; Quadlbauer, 1986.

33 Till, 2005, p. 114, col. 2.

34 Reboul, 1991, pp. 55-56.

35 Pierre de Blois, Libellus, p. 52, l. 255-258.

36 … tria sunt enim […] quae sint efficienda dicendo : ut doceatur is, apud quem dicetur, ut delectetur, ut moveatur vehementius (Cicéron, Brutus, p. 136, c. 185 ).

37 Reboul, 1991, p. 60 ; Lausberg, 1963, pp. 36-37.

38 Pierre de Blois, Libellus, p. 56, l. 430-432.

39 Cicéron, Brutus, p. 106 (c. 38).

40 Kerbrat-Orecchioni, 2001, pp. 8-16.

41 Ibid., actes illocutoires, pp. 16-17.

42 Il s’agit de la première lettre d’Héloïse, dans Pierre Abélard, Historia calamitatum, Appendice, pp. 111 sqq. Pour se faire une idée du style d’Héloïse, le lecteur trouvera en annexe à cet article la peticio de la lettre.

43 Reboul, 1991, pp. 121 sqq. Également, Molinié, 2006 ; Suhamy, 2010.

44 Pierre de Blois, Libellus, pp. 46 sqq. ; Lausberg, 1963, pp. 153-154.

45 Dans Janson, 1975, l’auteur propose un autre classement pour mieux tenir compte des cadences qui échappent au répertoire classique.

46 Ibid., p. 104.

47 À ce propos, Ziolkowski, 2007, p. 143, rappelle que chanter les classiques faisait partie de la formation centrée sur les arts verbaux.

48 Première lettre d’Héloïse (voir n. 42).

49 Par manque de place, nous énumérons simplement ces figures : antithèse, apostrophe, chiasme, dérivation, ellipse, épanalèpse, épanaphore, épanorthose, exclamation, gradation, homéoptote, homéotéleute, hyperbate, hyperbole, interrogation, ironie, isocolie, litote, obsécration, optation, oxymore, parenthèse, paronomase, polyptote, polysyndète, prétérition, synonymie. Pour plus de détails, voir Lausberg, 1963 ; Id., 1990 ; Molinié, 2006 ; Suhamy, 2010.

50 Pour cette expression, Reboul, 1991, p. 160.

51 Ibid., pp. 133-134.

52 Türk, 2009, p. 543.

53 Lettres d’Héloïse, l. 1-3.

54 Première lettre d’Héloïse (voir n. 42).

55 Verger, 1996, p. 100. Incipiunt sententiae ex divinis scripturis collectae quae contrariae videntur. Pro qua quidem contrarietate haec compilatio sententiarum Sic et Non appellatur (Pierre Abélard, Sic et Non, p. 113).

56 Engels, 1975, p. 226, l. 20-21.

57 Lausberg, 1990, pp. 359 sqq. Au sens strict du terme, l’isocolie désigne une suite de kôla de rang syntaxique égal et comportant chacun le même nombre de mots.

58 Türk, 2009, p. 546.

59 Première lettre d’Héloïse (voir n. 42).

60 Reboul, 1991, pp. 127 et 130.

61 Lausberg, 1963, pp. 145-147.

62 Reboul, 1991, p. 135.

63 Suhamy, 2010, p. 113.

64 Kerbrat-Orecchioni, 2001, pp. 22-23.

65 Muckle, 1953, p. 73.

66 Ibid.

67 Ibid., p. 75.

68 Ibid., pp. 76-77.

69 Pierre Abélard, Historia calamitatum, Appendice, pp. 117-124.

70 Ainsi, il lui interdit de continuer à le plaindre ou encore de garder rancune à Dieu. Muckle, 1953, pp. 86 sqq.

71 Quibus quidem singulis rescribere decrevi non tam pro excusatione mea quam pro doctrina vel exhortatione tua, ut eo […] libentius petitionibus assentias nostris, quo eas rationabilius factas intellexeris… (ibid., p. 83).

72 Ibid., p. 94.

73 Gilson, 1997, pp. 145-146 ; Pierre le Vénérable, The Letters, vol. 1, pp. 400-402.

Auteur

Université de Sarrebruck

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540