Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Epistola 1. Écriture et genre épistolaires

 | 
Thomas Deswarte
, 
Klaus Herbers
, 
Hélène Sirantoine

I.1. — L’affirmation d’une autorité

Le Constitutum de Vigile (14 mai 553)

Un exemple extrême de décision pontificale par lettre

Philippe Blaudeau

Texte intégral

  • 1 La correspondance de Léon (440-461) s’élève à un total de 173 courriers (adressés et reçus). Parmi (...)
  • 2 Epistola [désormais cité ep.] 28 (Regesta n° 423, éd. de Jaffé et alii)  ; Acta conciliorum oecume (...)
  • 3 17 août 458, ep. 165 (Regesta n° 542, éd. de Jaffé et alii)  ; Acta conciliorum oecumenicorum, t.  (...)
  • 4 Ep. 3 (Regesta n° 573, éd. de Jaffé et alii)  ; Epistulae, éd. de Günther, p. 1276-15  ; ep. 2 (Re (...)
  • 5 Ep. 5 (Regesta n° 910, 17 septembre 540, éd. de Jaffé et alii)  ; Epistulae, éd. de Günther, pp. 3 (...)

1Durant l’Antiquité tardive, la lettre est, avec le sermon, l’un des deux médias les plus prisés par le successeur de saint Pierre pour exhorter, réconforter, orienter, enseigner et instruire ses destinataires. En fonction de sa sollicitude et des sollicitations venues d’Occident, elle prend aussi valeur de décision disciplinaire, à l’instar du modèle impérial, pour être ensuite enregistrée comme décrétale. Face au développement des querelles christologiques qui caractérisent l’histoire religieuse de la pars Orientis à partir du ve siècle, la lettre prend encore un supplément de signification. Elle constitue un moyen d’intervention assez rapide. Le pape cherche de la sorte à circonscrire l’objet de scandale et à le dénoncer dans les meilleurs délais. Surtout, par le biais de cette médiation écrite, la pensée de l’auteur est introduite dans une durée spécifique, celle de la controverse, où l’indispensable réactivité et la vigueur de l’engagement ne doivent pas empêcher de former une réflexion plus soutenue. Avec le pontificat de Léon, on observe la mise en œuvre d’une véritable stratégie de communication1. Certaines réponses approfondies, faisant suite à un certain effet d’annonce, peuvent même prendre des dimensions — que l’on songe au Tome à Flavien2 et à la lettre du même pape Léon à l’empereur homonyme également appelée Tome II3 — qui les apparentent à de véritables traités christologiques. Sans doute rencontre-t-on durant les pontificats suivants (sous Félix et Gélase surtout) certaines compositions juridico-doctrinales de longueur comparable. Mais la référence léonienne, entérinée par le concile de Chalcédoine, demeure la référence. Déjà Simplice4 fait clairement allusion à la mise en ordre du fonds léonien conservé dans le scrinium apostolique. De même Vigile5, dès ses premiers courriers à l’authenticité certaine, est-il pleinement conscient du legs ainsi constitué et de son importance cardinale. Il n’est guère surprenant de le voir chercher à s’en inspirer au moment où, en mai 553, il se trouve confronté à l’imminence d’une décision conciliaire contraire à la conscience de ses prérogatives et responsabilités.

Une décision malaisée

  • 6 Ce qui ne doit pas conduire à lui retirer l’auctorialité de la rédaction, comme le signale à raiso (...)
  • 7 Achevé avant le 11 avril 548, l’ouvrage est rendu public en Afrique en 550 vraisemblablement (Vict (...)

2Pour mieux saisir les exacts nature, teneur et objectif assignés au Constitutum qu’il compose alors avec le concours du diacre Pélage6 en s’inspirant spécialement du Pro defensione trium capitulorum libri XII de Facundus d’Hermiane7, il convient d’en replacer l’élaboration à l’issue d’un parcours pour le moins sinueux et compliqué.

  • 8 Pour une étude détaillée de ces courriers, voir Blaudeau, 2013a.
  • 9 Liberatus, Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum, 23, dans Acta conciliorum oecumenicor (...)
  • 10 Voir la remarque suggestive de Duchesne, 1884, p. 383.
  • 11 Liber pontificalis, t. I, p. 297. Voir encore Victor de Tonnona, Chronicon, § 132, p. 44.
  • 12 Les citations de ce document (Regesta n° 922, éd. de Jaffé et alii) figurent dans la lettre de Jus (...)

3Intervenue en 537, l’élévation de Vigile au pontificat fait suite à la déposition brutale et singulière de Silvère. D’emblée, le nouveau pape se voit reprocher des agissements peu avouables, tant à l’égard de son malheureux prédécesseur qu’en matière d’expression de foi. Sommé par Justinien de s’expliquer sur ses convictions, il saisit donc l’occasion pour revendiquer une première fois l’autorité du Siège apostolique et contester implicitement la logique pentarchique privilégiée par l’empereur (septembre 540)8. À cette première friction fait suite une période d’accalmie, durant laquelle Vigile signe l’édit condamnant Origène (543)9 et fait donner une lecture publique à Rome de la paraphrase versifiée, à la gloire apostolique de Rome, des Actes des apôtres composée par le diacre Agapet. Mais l’affrontement trouve une nouvelle forme d’intensité à la fin de l’année 545. Tandis que sur Rome se fait pressante la menace du roi ostrogoth Totila, Vigile en effet est emmené sous la contrainte, au moins apparente10, par la force impériale, le 22 novembre 54511 et, après avoir demeuré quelque temps en Sicile, est reçu à Constantinople le 25 janvier 547. Il commence par refuser de donner son assentiment à l’édit de Justinien (544-545) qui condamne directement ou implicitement des figures mortes dans la paix de l’Église et, pour deux d’entre elles, rétablies dans leur dignité épiscopale à Chalcédoine (Théodoret de Cyr et Ibas d’Édesse). Justinien engage alors à l’encontre du pape un long jeu d’usure orchestré depuis le palais. Vigile cherche à ménager les partis : il accomplit d’emblée un acte mémorable et spectaculaire (il suspend Ménas de sa communion jusqu’en juin 547) qui ne manque pas de rappeler l’esprit d’Agapet, mais il paraît ensuite plus incertain, usant de courriers secrets en forme de garantie donnés à l’empereur (juin 547). Par une réunion de concertation, le pape cherche bientôt à persuader les soixante-dix évêques occidentaux présents à Constantinople, mais l’opposition résolue exprimée par Facundus d’Hermiane l’amène à mettre fin aux débats (début 548). Le 11 avril, il fait connaître sa décision par un Judicatum — malheureusement très incomplètement conservé — qui vise à assurer la distinction et l’articulation entre deux principes également affirmés : condamnation des Trois Chapitres et adhésion à Chalcédoine12. Devant l’opposition à cette sentence qui se manifeste en Illyrie, en Afrique surtout, Vigile doit réviser sa ligne de conduite. De l’empereur, il obtient alors de pouvoir retirer son Judicatum mais doit prêter serment de ne pas faire obstacle à la condamnation des Trois Chapitres, mieux de la faciliter (550).

  • 13 Ainsi les diacres Pélage et Tullianus sont-ils arrachés à Sainte-Euphémie et le pape frappé : Vigi (...)
  • 14 Ibid., p. 1611-13.
  • 15 Sur celui-ci, voir ibid., pp. 27-32.

4L’accord tactique passé entre l’empereur et le pape est exploité à la cour : après que la perspective d’un synode avec délégations illyrienne et africaine s’est dissipée, un deuxième édit, en forme de traité approfondi contre les Trois Chapitres est promulgué (juillet 551). Son affichage, la manière dont Askidas s’en sert surtout, suscitent le déclenchement de crises plus aiguës encore avec Vigile, jusqu’à le pousser à gagner l’asile des sanctuaires par deux fois, à la mi-août 551 (dans l’église des Saints-Pierre-et-Paul) et du 23 décembre 551 au 26 juin 552 sur la rive asiatique du Bosphore (dans le sanctuaire de Sainte-Euphémie, où se tint le concile de Chalcédoine). Dans ce deuxième refuge, Vigile, rejoint par le diacre Pélage, prend l’ensemble du peuple de Dieu à témoin et relate ses tribulations dans son encyclique Dum in sanctae Eufimiae du 5 février 552. Puis, après de nouvelles violences13, il dépose officiellement Askidas et exclut de sa communion Ménas, ainsi que les évêques inscrits dans leur dépendance en faisant afficher la condamnation composée le 14 août précédent, mais tenue secrète jusque-là14. Peu après, le pape rassemble plusieurs de ces pièces dans un dossier remis aux légats du roi franc Théodebald, afin que, par le relais de l’évêque d’Arles, l’on sache en Occident quelles souffrances il a consenties15.

  • 16 Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, pp. 235 sqq.  ; texte latin dans ibid. (première se (...)
  • 17 6 janvier 553 (Regesta n° 932, Clavis patrum Graecorum 9350, éd. de Jaffé et alii)  ; Acta concili (...)

5Un temps apaisée par la démarche de repentance de Ménas et d’Askidas, évidemment entreprise sur ordre de l’empereur, la situation prend un tour nouveau quand l’empereur relance l’idée de convoquer un concile, sans doute après la mort de l’archevêque constantinopolitain (24 août 552). Rapidement (début janvier 553), Eutychius, le nouvel archevêque constantinopolitain, insiste auprès de Vigile en compagnie d’Apollinaire d’Alexandrie, de Domninos d’Antioche et d’Hélias de Thessalonique, pour que le pape préside le concile à venir16. Déjà, Vigile cherche à se dérober à cette inquiétante sollicitation en soulignant, dans sa réponse, l’importance prioritaire de discuter cum unitis fratribus pour décider de l’affaire17.

  • 18 Premier Constitutum, Epistulae, éd. de Günther, § 20-21, p. 234.
  • 19 Ibid., § 21, p. 234.
  • 20 D’après sa réponse faite aux émissaires du concile où il rappelle cette demande faite à l’empereur (...)

6Vigile suggère aussi de tenir la réunion en Sicile ou en Italie, mais sa proposition est repoussée par l’empereur18. En revanche, Justinien l’engage à désigner lui-même des évêques occidentaux pour le concile. Si Vigile se range apparemment à cette idée19, la tâche de savoir qui faire venir, compliquée par son serment, encore tenu secret, de ne nuire en rien à la condamnation projetée, l’amène à procrastiner. Ayant bien conscience qu’il ne pourra inverser le rapport du nombre, il se contente de demander, aussi tard que possible, la venue d’Italiens20.

  • 21 Le 6 mai, Vigile avance de nouveau cette proposition devant la délégation venue le convier à se re (...)

7Il énonce encore une dernière suggestion. À en croire Justinien en effet, dans son courrier au concile lu en première session, Vigile se refusant au concile et empêchant encore un moment qu’il ne s’ouvre, propose, pour la substituer au synode, une réunion paritaire : en compagnie de trois évêques occidentaux, le pape retrouverait les trois patriarches (de Constantinople, Alexandrie et Antioche), accompagnés d’un seul évêque, pour que l’affaire soit discutée de façon contradictoire et que la décision s’impose aux pères conciliaires21. Cette option signifie qu’il ne conteste pas frontalement la logique pentarchique chère à l’empereur. Mais il la dénature en tirant profit de l’absence du patriarche hiérosolymite. Il cherche surtout à produire une décision en commission restreinte qui sauvegardera l’expression de l’autorité apostolique romaine par le jeu d’une composition paritaire de huit membres (quatre Occidentaux et quatre Orientaux). Le concile ne pourra faire autrement que d’entériner ensuite leur sentence.

  • 22 Ibid., p. 1221-36. Voir aussi Caspar, 1933, pp. 271 sqq.

8L’empereur prend acte de cette logique pour mieux la subvertir et lance deux contre-propositions se substituant à celle imaginée par le pape. L’assemblée restreinte que Justinien préconise à son tour est fondée sur le principe de parité pentarchique : elle devra être composée des cinq patriarches assistés de trois ou cinq évêques. Au cas où Vigile en refuserait la réunion et préférerait s’en tenir à une commission de huit membres, il faudrait alors, en raison de l’impossibilité pour lui d’être juge et partie, que ses débats soient jugés par d’autres évêques désignés22.

  • 23 Selon ce qui lui a été promis par Eutychius, Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, pp. 23 (...)
  • 24 The Acts of the Council of Constantinople, trad. de Price, t. II, p. 205.
  • 25 Anticipant l’imminente tenue de ses travaux, Vigile envoie Pélage aux évêques pour réclamer un dél (...)
  • 26 Sur les questions de présence et de souscription aux décisions conciliaires, voir en dernier lieu (...)
  • 27 Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, pp. 822-104.
  • 28 Ibid., pp. 1024-1111.
  • 29 Ibid., pp. 1111-1237. Il cite notamment un extrait du Judicatum (ibid., pp. 1121-126) et évoque ce (...)
  • 30 Il a donc envoyé Pélage aux évêques pour réclamer le respect de cette échéance (premier Constitutu (...)
  • 31 Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, première session, p. 194-5. De notoriété publique, i (...)
  • 32 Comme il est décidé à la fin de la deuxième session : Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol.  (...)
  • 33 En dépit de la tentative de faire siéger les Africains et les Illyriens (mais non les Italiens) qu (...)
  • 34 Sur ses attributions, voir Delmaire, 1995, pp. 59-63.
  • 35 Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, p. 18529-41. Le texte en question est évidemment le (...)
  • 36 Outre Vigile, les signataires sont onze évêques italiens, deux métropolites d’origine latine mais (...)
  • 37 Mieux, la deuxième version de ceux-ci fait même disparaître toute référence au Constitutum.

9Frustré dans la reconnaissance du rôle spécifique dévolu au Siège apostolique, Vigile opte alors pour le retrait. Il sait que ne pouvant consentir à la proposition impériale de dernière minute, il ne peut davantage prendre la présidence du concile plénier23 : celle-ci promet de n’être qu’honorifique et risque fort de porter une cruelle atteinte à la conception pétrinologique si hautement proclamée par ses prédécesseurs, Léon en tête. À cette question de principe s’ajoute un deuxième péril : le risque d’emblée soulevé par Justinien de contrevenir à la fonction même de juge s’il devait chercher à plaider la cause des Trois Chapitres et en conséquence d’être réduit au simple statut de défendeur, voire d’accusé24. Ainsi donc le concile s’ouvre-t-il sans Vigile25. Justinien a également choisi de ne pas siéger au sein de l’assemblée, au contraire de Constantin. Il ne fait pas davantage diriger les débats synodaux par des commissaires pour mieux laisser imaginer que le concile dispose d’une réelle autonomie, mais il lui fixe des objectifs et se garde la possibilité d’en infléchir le cours (ainsi lors de la septième session). Vigile absent, le synode est placé sous la présidence d’Eutychius de Constantinople, assisté d’Apollinaire d’Alexandrie et de Domninos d’Antioche, tandis qu’Eustochius de Jérusalem s’est fait représenter. Le concile réunit cent cinquante-deux évêques, dont sept Africains et un évêque du diocèse de Dacie26. La lecture de la lettre programmatique composée par l’empereur ouvre officiellement les travaux de l’assemblée : fidèle aux quatre conciles de Nicée, Constantinople, Éphèse (431) et Chalcédoine27, elle doit frapper le nestorianisme encore répandu par les Trois Chapitres28. Quant au refus de prendre part aux délibérations montré par Vigile, Justinien entend en fustiger l’inconsistance, non sans brandir la menace de preuves singulièrement compromettantes pour le pape29. Invité par les évêques à les rejoindre, Vigile n’obtempère pas. Ayant anticipé l’imminent début de ses travaux, Vigile a déjà annoncé son intention de s’exprimer sur le fond dans un délai de vingt jours et fait savoir que personne ne devra exprimer quoi que ce soit au sujet des Trois Chapitres avant que le Siège apostolique n’ait publié sa sentence30. Il allègue encore la maladie31 qui n’est pas que diplomatique pour ne pas prendre part à l’assemblée. Les sessions conciliaires se déroulent donc sans lui32 ni aucun évêque occidental de ses proches33 et l’on allègue alors plusieurs cas de condamnation post-mortem pour mieux réprouver Théodore de Mopsueste. Les écrits de Théodoret, la lettre d’Ibas, dont l’inauthenticité n’a pas été démontrée, sont également trouvés hérétiques. Au lendemain de l’expiration du délai demandé par Vigile, le 26 mai, lors de la septième session, les pères conciliaires s’apprêtent donc à formaliser et rendre publiques leurs décisions, étape jusque-là retardée pour laisser ouverte la possibilité au pape de s’associer à eux. C’est alors qu’ils voient se présenter à eux l’un des dignitaires et fonctionnaires auliques les plus importants, porte-parole de l’empereur, le Questeur du Palais Sacré34, Constantinus. Il les informe que la veille, Justinien a refusé de recevoir le Constitutum de Vigile qui lui était adressé. Rédigée le 14, envoyée le 25 mai, à l’expiration du délai35, cette pièce, également signée par vingt membres de l’entourage pontifical, dix-sept évêques et trois clercs36, n’a donc pas été communiquée au concile et encore moins examinée par l’assemblée. Sa conservation ne procède donc pas des actes conciliaires37 ni de la volonté impériale. Le cheminement par lequel elle a été transmise n’en est que plus instructif.

Une pièce rare (uniquement préservée par la collectio Avellana)

  • 38 Comme en attestent les observations et les déductions énoncées par l’éditeur scientifique de la co (...)
  • 39 Il apparaît dans le De antiquis tum editis tum ineditis collectionibus et collectoribus canonum ad (...)
  • 40 Voir Günther, 1896, pp. 3-96.

10En effet, le Constitutum ne nous est connu que par l’intermédiaire de la collectio Avellana. Mieux, il présente au sein de cette dernière une double spécificité, celle d’être à la fois le document le plus récent et le plus long (quatre-vingt-dix pages dans l’édition d’Otto Günther). Rappelons que la collectio Avellana nous conserve 244 pièces documentaires en majorité pontificales et impériales, qui s’échelonnent du schisme d’Ursinus, sous le pontificat de Damase (366), jusqu’à notre Constitutum. Le manuscrit le plus ancien conservant cet ensemble (Vaticanus Latinus 3787 = V) date du xie siècle, suivi de près par le Vaticanus Latinus 4961 (= α)38, autrefois possédé par le monastère Sanctae Crucis in fonte Avellana, d’où vient le nom attribué à la collection par les Ballerini39. Ce recueil, qui présente 200 textes inconnus par ailleurs, compte cinq composantes40 :

  1. Textes concernant les deux doubles élections pontificales (Damase / Ursinus en 366-367  ; Boniface / Eulalius en 418-419) et leurs conséquences (nos 1-40)  ;
  2. Un ensemble intéressé à la situation africaine dont l’origine première est à situer du côté du registre épiscopal carthaginois : il compte quatre lettres d’Innocent Ier et six pièces concernant l’épiscopat de Zosime et son implication dans la controverse pélagienne (nos 41-50)  ;
  3. Cinq courriers, les plus tardifs de Léon, uniquement préservés par cette collection, courriers qui se rapportent à la situation alexandrine, de l’éloignement ambigu de Timothée Aelure (460) à l’intronisation de son homonyme chalcédonien (nos 51-56)  ;
  4. Un vaste groupe de pièces (nos 56-104) abordant le schisme acacien depuis le pontificat de Simplice, dans lequel est insérée la traduction latine de la fausse correspondance à Pierre le Foulon (nos 71-78). L’ensemble se prolonge jusqu’aux pontificats de Gélase, Anastase II et Symmaque  ;
  5. La correspondance d’Hormisda relative aux affaires d’Orient et à la restauration de l’unité ecclésiale (514-523) : près de 140 lettres (nos 105-243), datées de 514 à 521 qui, pour plus de la moitié, ont été composées par le pape.
  • 41 Lettre d’Agapet à l’empereur Justinien, 18 mars 536 : ep. 7 (Regesta n° 898, éd. de Jaffé et alii) (...)
  • 42 Il n’y a pas de mention explicite de Vigile dans le jugement, encore moins d’excommunication ni de (...)
  • 43 Premier Constitutum, Epistulae, éd. de Günther, p. 31814.
  • 44 Lettre des clercs milanais (début 552), Vigiliusbriefe, éd. de Schwartz, pp. 2220-2310. Sur ce cou (...)

11Placé en quatre-vingt-troisième position, le Constitutum est habituellement considéré comme la pièce fournissant le terminus post quem de la collection. Mais il relève en réalité d’une section très spéciale de la quatrième partie. Celle-ci en effet est constituée de douze documents très tardifs, eu égard au reste de la composante. De nature doctrinale (nos 82-93), ils sont à nos yeux le résultat d’une double incorporation postérieure à la constitution de l’Avellana (sans doute réunie vers 535 dans l’entourage de Cassiodore). Ces douze lettres concernent les pontificats de Jean II, Agapet et Vigile. Or, au sein de ce sous-ensemble, on observe la production par deux fois d’une même pièce (la lettre d’Agapet à Justinien)41, ce qui laisse croire à deux interventions successives, à quelque distance. Selon toute vraisemblance, la première des deux insertions opérées (pièces 84-93) a pour but d’illustrer la continuité de la politique recherchée par le Siège apostolique sous le règne de Justinien, entre 534 et 540. Un ultime ajout, qui reprend aussi la lettre d’Agapet en date du 18 mars 536, serait donc à l’origine de la préservation du long Constitutum. À n’en pas douter, il vise dans un dernier essai à conforter cette même intention : signifier la cohérence de la libre et respectueuse décision du Siège apostolique face à la pression impériale, encore manifestée en 553. Pour qu’un tel dessein fasse sens, il faut imaginer que le Constitutum a donc été versé avant que la rétractation de Vigile ne soit connue. Or, celle-ci est rendue publique à Constantinople par sa lettre à Eutychius en date du 8 décembre 553, puis lourdement confirmée par un second Constitutum (23 février 554), sûrement exigé par Justinien pour balayer le moindre doute. Bref, ne fussent la hardiesse et la rapidité de cet ultime documentateur anonyme, nous ignorerions une pièce remarquable qui insupporta au plus haut point Justinien et l’amena à obtenir d’un concile jugé plus tard œcuménique que le nom de Vigile ne soit plus célébré lors de la synaxe42, sans pour autant que «  l’union au Siège apostolique  » soit rompue. Il se peut même que notre compilateur ait eu accès à une copie authentifiée de l’original destinée aux archives romaines : l’étonnant emendavi qui figure au terme du Constitutum (avant la souscription du pape)43 marque vraisemblablement la garantie apposée par Vigile à ce double du texte adressé à l’empereur (qui, lui, ne le comportait évidemment pas). Il s’agissait sûrement pour le pontife de signifier ici la pleine autorité de sa décision, placée de la sorte au-dessus de tout soupçon de forgerie, pratique dont il avait fait savoir le risque peu auparavant44. Cette précaution participe donc de l’objectif assigné à l’ensemble du Constitutum : conférer une légitimité incontestable au jugement qu’il a arrêté. Elle se manifeste encore par la cohérence assignée à sa prise de décision.

Une structure composite mais démonstrative

  • 45 Tout d’abord la démarche de repentance de Ménas et de Théodore Askidas (Epistulae, éd. de Günther, (...)

12Divisé en cinq grandes parties, le Constitutum est conçu comme une missive destinée à l’empereur pour lui communiquer la sentence, établie par l’autorité du Siège apostolique, sur les Trois Chapitres. Après l’expression d’une marque de déférence louant le dessein pour l’unité et la concorde de l’empereur (§ 1), le pape cite deux documents par lesquels ses interlocuteurs ecclésiastiques orientaux ont protesté durant l’année précédente de leur loyauté à l’égard du concile de Chalcédoine et du Siège apostolique (§ 2-19)45. Puis Vigile revient sur les tractations que son destinataire et lui-même ont menées, en veillant à présenter ses initiatives temporisatrices comme autant de manifestations de son amour de la paix (§ 20-27).

  • 46 Les évêques savent en effet que Thessalonique fut le siège du vicariat apostolique comme le rappel (...)
  • 47 Tous sauf un (n° 13) sont lus lors de la quatrième session du concile. Manquent chez Vigile, par r (...)
  • 48 Epistulae, éd. de Günther, § 220, p. 29224-26.

13Vient ensuite l’examen détaillé des extraits diphysites incriminés, remis à Vigile peu avant Pâques. Non sans une pointe d’humiliante provocation, ils lui ont été apportés, de la part de l’empereur, par Benignus d’Héraclée, représentant d’Hélias de Thessalonique46. Largement identiques à ceux qui sont produits lors de la quatrième session conciliaire (12 mai), ils sont au nombre de soixante dans la lettre pontificale47. Réfutés chacun, et anathématisés, ils ne sont pas pour autant absolument tenus par Vigile pour l’œuvre de Théodore de Mopsueste (§ 211). En conséquence, après avoir souligné que ni Cyrille ni Proclus n’ont voulu condamner la mémoire de l’évêque mort dans la paix de l’Église et que Chalcédoine n’a rien dit de lui, Vigile rend son jugement : «  Nous n’osons pas le [Théodore] condamner par notre sentence et ne concédons pas qu’il soit condamné par personne d’autre48.  »

  • 49 Il poursuit : «  tous les écrits ou enseignements que ce soit, produits sous quelque nom dont il e (...)

14Sensiblement plus courte, la troisième section de son propos revient sur la question des écrits anticyrilliens de Théodoret : notant que Cyrille s’abstint de s’en prendre à lui au moment où il conclut la paix avec les Orientaux (433  ; § 225) et que l’évêque de Cyr, signataire du Tome de Léon, avait été examiné et reçu à Chalcédoine, le pape énonce la sentence suivante : «  Une fois la vérité des choses évaluée, nous avons établi et décidé que rien ne soit fait ou produit pour le dommage et le dénigrement de cet homme, qui fut très éprouvé lors du concile de Chalcédoine, c’est-à-dire Théodoret l’évêque de Cyr, par la mention de son nom, mais que la révérence de sa personne soit conservée en tout49.  »

  • 50 Ibid., § 236, p. 2972-4.
  • 51 Ibid., § 275, p. 3081-7.
  • 52 Facundus ne nomme pas l’évêque qui s’exprime de la sorte ni n’offre une traduction absolument iden (...)
  • 53 Justinien, Drei dogmatische Schriften Justinians, pp. 6523-663.
  • 54 À savoir qu’Eunome de Nicomédie se serait prononcé d’après la déclaration d’Ibas devant ses juges (...)
  • 55 Voir en dernier lieu The Acts of the Council of Chalcedon, t. II, p. 271 et p. 308, n. 125.
  • 56 Epistulae, éd. de Günther, § 277, p. 30821-26.
  • 57 Ibid., § 283, p. 31011-17.

15L’étude de la lettre d’Ibas à Maris est plus approfondie (§ 236-283) : se fondant sur l’analyse des actes de la onzième (dixième) session (§ 238-254), Vigile, qui a allégué son manque de compétence en grec50 pour mieux signifier que son entourage l’a pallié, souligne qu’Ibas, loin d’être un nestorien, s’est amendé en corrigeant ses premières affirmations sur les douze anathématismes de Cyrille51. Cette interprétation prend appui sur une affirmation lancée lors des débats de 451 par Eunome de Nicomédie. Celui-ci a laissé entendre en effet qu’il recommandait la fin de la lettre d’Ibas pour son contenu. Il s’agit là d’une affirmation indirectement contenue dans l’ouvrage de Facundus52, et déjà contestée auparavant par Justinien53. Notons d’ailleurs que ce passage, compris à la manière de l’empereur par le concile54, finira par disparaître bientôt des actes grecs de Chalcédoine55. Bref, le pape réalise le tour de force de montrer qu’Ibas sut dénoncer Nestorius en se montrant disposé à reconnaître la complète orthodoxie de Cyrille d’Alexandrie, là où Dioscore la trahit sous l’apparence de la fidélité56. Ce faisant, le pape développe un discours hérésiologique inattendu qui, en jouant du paradoxe, se révèle parfaitement conforme à la thèse romaine conçue par Léon : celle de la via media, de la juste doctrine, qui se garderait tout autant des tromperies du nestorianisme que des mensonges de l’eutychianisme. Aussi se considère-t-il fondé à faire connaître sa décision : «  Par l’autorité de notre présente sentence, nous avons établi et décidé que, comme en toute chose, le jugement intact des pères résidant à Chalcédoine doit demeurer concernant la lettre assez souvent rappelée du vénérable Ibas57.  »

  • 58 Ibid., § 299-302, pp. 3164-31716.
  • 59 Ibid., § 297, p. 31519-23 : mémoire est donc faite de la lettre donnée à Ménas (le Judicatum), sig (...)

16Vigile complète son Constitutum par une série de citations pontificales. Elles ont d’abord pour objet de signifier qu’en 451 les légats avaient mandat — mis en doute par les détracteurs des Trois Chapitres — pour décider de la réinstallation des évêques (donc de Théodoret et d’Ibas). Il croit bon d’ajouter une citation de Léon qui soulignerait sa complète approbation de ces dispositions. Mais, pour ce faire, il produit alors le passage d’une lettre à Pulchérie qui date du printemps précédant le concile de Chalcédoine. Puis viennent les extraits empruntés à Léon (au Tome II) et à Simplice qui soulignent l’imprescriptibilité des arrêts de Chalcédoine à cet égard comme en matière de foi. Enfin, Vigile va même jusqu’à revendiquer certains passages du Judicatum58 dans un acrobatique exercice destiné à prouver qu’ayant toujours défendu les décisions de Chalcédoine, il ne pouvait se déjuger et que l’empereur lui-même serait menacé d’une telle inconséquence s’il revenait sur l’annulation de ce qui avait été dit des Trois Chapitres dans la pièce de 54859.

  • 60 Voir Blaudeau, 2012, pp. 142 sqq.
  • 61 Voir : Epistulae, éd. de Günther, pp. 31815-3208 et n. 33 ci-dessus.

17Le Constitutum s’achève en affirmant, à propos des Trois Chapitres, que l’affaire est close. Exprimé en vertu de «  l’autorité apostolique  », le jugement qu’il consigne est censé rendre sans effet toute expression contraire déjà énoncée ou à venir. Pour souligner, face au concile, que ce jugement, présenté comme pleinement conforme aux décisions de Chalcédoine, a déjà été embrassé par nombre de confrères en une sorte de synode et peut-être prévenir le reproche allégué d’une décision unilatérale, comme il en avait été pour Félix dans l’affaire de la condamnation d’Acace60, Vigile fait parapher son Constitutum par les dix-sept évêques et trois clercs romains restés autour de lui61.

  • 62 Ibid., § 202, p. 28617-19 : «  Nous anathématisons tout individu appartenant aux ordres ecclésiasti (...)

18Sans doute le pape ne s’illusionne-t-il guère sur la manière dont sa sentence pourra être reçue par l’empereur et, de là, transmise aux pères conciliaires. On notera encore qu’entre la date assignée à sa composition et sa tentative, ratée, de la faire accepter par l’empereur, une dizaine de jours s’est écoulée, ce qui laisse place à l’idée qu’il a cherché à en exploiter d’abord l’ébruitement, sinon la diffusion officieuse. Il n’empêche, son courrier est destiné à prendre date et à affirmer une bonne fois la cohérence de la doctrine romaine et de l’ecclésiologie pétrinienne qui, en dernière instance, ressortit aux promesses même du Christ. Pour avoir un minimum de chance de faire prévaloir le Constitutum sur le consensus d’une assemblée à prétention œcuménique répondant à la volonté impériale, ce qui ne manque pas d’audace, Vigile ne se contente pas de menacer tous les membres de l’ordre ecclésiastique qui ne se rallieraient pas à sa décision62. Il émaille encore son raisonnement de certaines inflexions argumentaires tactiques qui attestent la prise en considération de la conscience ecclésiologique de l’empereur, puisque sur le terrain christologique, le constat de désaccord est dressé.

Un argumentaire adapté

  • 63 Pour d’autres attestations de recherche documentaire, en limitant notre considération aux seules a (...)
  • 64 Ainsi du dossier compromettant Vigile dont il évoque une partie du contenu dans sa lettre au conci (...)
  • 65 Epistulae, éd. de Günther, § 27, p. 23610-20.

19En premier lieu, le pape accomplit un effort de documentation remarquable pour persuader Justinien. On sait que l’empereur aime à insister sur les recherches qu’il a entreprises pour élaborer sa réflexion63. Il n’hésite pas à réunir en dossiers les pièces méconnues dont il dispose, y compris pour déstabiliser ceux, tel le pape, qui lui résistent64. Répondant à la même exigence documentaire, Vigile ne se contente pas d’insérer de nombreux textes in extenso ou par extraits, dès le début puis tout au long du Constitutum, comme nous l’avons déjà signalé. Il insiste sur le travail de consultation accompli65, bref il produit ses sources et rend dès lors son raisonnement plus difficilement contestable, comme l’atteste la référence déjà évoquée à l’intervention conciliaire d’Eunome de Nicomédie qui s’avère décidément fort gênante pour le pouvoir.

  • 66 Édit sur la foi orthodoxe (551), dans Justinien, Drei dogmatische Schriften, p. 10826-33, p. 10926 (...)
  • 67 Voir Dell’Osso, 2010, pp. 190-196 et 268.
  • 68 Augustin d’Hippone, Enarrationes in psalmos, ps. XXXVII, § 6, p. 387. Voir aussi The Acts of the C (...)
  • 69 Epistulae, éd. de Günther, § 100, p. 2583-4.
  • 70 Ibid., § 213, pp. 290 sqq.
  • 71 Ibid., § 235, p. 29622-24. Il maintient ainsi en principe la ligne définie à Rome dans le cadre du (...)

20Conscient que l’argumentaire ne doit laisser libre aucun des champs d’investigation privilégiés par Justinien, Vigile répond également à l’empereur lorsque celui-ci revendique l’autorité d’Augustin pour s’en prendre à la mémoire de Théodore de Mopsueste. Dans plusieurs de ses écrits en effet, l’empereur avait tiré profit de la lettre que l’évêque d’Hippone avait envoyée à Boniface en 417 : Augustin y concédait que si Caelestinus s’était avéré coupable des charges que les donatistes lui imputaient, même mort, il l’aurait anathématisé. L’Africain soulignait alors combien l’Église du Christ ne dépend pas des personnes mais des témoignages divins66. Vigile estime qu’il est donc des plus utiles de faire à son tour référence à Augustin. Il sait en effet que Justinien, à la suite des moines scythes, a perçu combien son œuvre permettait d’articuler christologie de l’unique hypostase et théologie trinitaire67. Tandis qu’il réfute l’un des soixante chapitres (n° 23) portant sur le partage des vêtements tirés au sort (Psaume 21, 19), le pape propose donc d’appliquer à l’Église le verset du Psaume 21, 2 («  loin de mon salut se tiennent les paroles de mes fautes  »). Il reprend là l’explication donnée par Augustin qui assigne la responsabilité des péchés au corps ecclésial tandis que sa tête, le Christ, unie à lui, les confesse en vérité68. Et Vigile de commenter : ces fautes sont celles de l’Église «  qui dans ce monde ne peut être sans faute69  ». Comme s’il reconnaissait ici, sinon un sentiment de culpabilité personnelle à l’égard des maux suscités par la controverse et sa gestion, du moins une conscience des dommages déjà provoqués pour mieux inciter son destinataire impérial à la modération dans ses initiatives. Le pape ajoute d’ailleurs que le pouvoir de juger les morts dans la paix de l’Église n’a pas été remis aux apôtres, pas même à Pierre70, tandis que ceux qui sont morts hors d’elle, dans la communion de Nestorius ou d’Eutychès, ont été ipso facto condamnés71.

  • 72 Selon l’expression de Perrin, 2003, p. 72.
  • 73 Pour mieux répondre à Justinien qui alléguait ces deux exemples afin de montrer que l’Église était (...)
  • 74 Voir Blaudeau, 2013b, pp. 228 sqq.
  • 75 Epistulae, éd. de Günther, § 218, pp. 291 sqq. d’après Eusèbe, Histoire ecclésiastique, VII, 24.
  • 76 Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, p. 114.

21Cette même attention au sens de l’expérience et de l’expertise ecclésiales l’engage à suivre une voie où ses prédécesseurs ne l’avaient guère devancé. Confronté à un empereur féru de droit certes mais aussi d’histoire, qui n’hésite pas à convoquer les travaux historiographiques pour enrichir son lot de testimonia que les florilèges patristiques ne parviennent plus seuls à satisfaire, Vigile recourt lui aussi aux ouvrages d’Histoire ecclésiastique. Certes, dans la hiérarchie même des attestations, ce genre de documentation occupe le dernier rang et n’empiète pas sur la «  théologie du droit72  » si caractéristique du raisonnement romain. Mieux, il contribue encore à l’enrichir en un sens. Il n’empêche qu’il s’agit d’un complément remarquable, puisque aussi bien il ne s’agit plus seulement de faire état de faits mémorables (comme le maintien dans la communion romaine de Chrysostome et de Flavien de Constantinople73) mais de citer des auteurs grecs, promoteurs d’un genre qui n’a pas connu de succès comparable en espace latin. Pour faire bonne mesure, tandis que Justinien s’était référé, dans cet ordre, à Sozomène, Hésychios, Socrate et même, avec une pointe polémique bien affûtée, à Théodoret de Cyr74, Vigile n’hésite pas à surenchérir en quelque sorte. Il produit en effet un long passage du père de l’Histoire ecclésiastique, Eusèbe de Césarée, en fonction duquel il montre l’exemple de ce qui doit être observé dans le cas de Théodore de Mopsueste. Après enquête in situ, Denys d’Alexandrie condamna les écrits millénaristes de l’évêque Nepos, déjà décédé au moment de l’investigation. Mais il ne s’en prit pas à sa personne75. Ne manquant ni d’à-propos ni d’audace, cette tentative de retourner l’argument ne parvient cependant pas à faire décisivement obstacle au processus en cours : le 17 mai l’historiographie, évidemment convoquée selon des critères partisans, est auditionnée au tribunal conciliaire conformément au souhait impérial  ; les Histoires ecclésiastiques d’Hésychius et de Théodoret76 sont ainsi citées pour perdre la mémoire de Théodore de Mopsueste.

  • 77 Au point de vilipender Vigile et son entourage plus encore pour leur reniement. Voir son In defens (...)
  • 78 Voir Blaudeau, 2012, pp. 151 sqq. et spécialement p. 211.
  • 79 En privilégiant un codex tardif de l’Avellana, dérivé de l’Ottobonianus 1105 (xvie s.) et corrigé (...)
  • 80 Dans sa dissertatio quarta critica de synodo V generali, associée à la poursuite du travail d’édit (...)
  • 81 Caspar, 1933, p. 277.
  • 82 The Acts of the Council of Constantinople, t. II, p. 144 évoque un document maladroitement édité et (...)

22En dépit des protestations d’autorité qu’il contient, le Constitutum ne mène donc à aucun résultat, sinon à ce que le concile, sur instruction de l’empereur, suspende le pape de sa communion. Bientôt désavoué par Vigile lui-même, il est ensuite relégué dans l’oubli par celui qui avait été, un bref moment, son plus ardent partisan77, le diacre Pélage, une fois celui-ci devenu pape. Ses successeurs s’empressent de lui emboîter le pas. Aussi l’échec du Constitutum sonne-t-il le glas du programme géo-ecclésiologique pétrinien développé par le Siège apostolique à l’échelle de l’Empire romain. Ce projet avait paru obtenir l’acceptation impériale sous Agapet (536)78, mais Justinien s’était employé à dissiper cette illusion dès les premières années du pontificat de Vigile. Le Constitutum demeure donc comme le monument tardif et quelque peu décalé d’une prétention cohérente mais décisivement révolue à l’époque de la promotion pentarchique. Son appréciation est en outre compliquée par le souvenir des palinodies de Vigile, d’ailleurs décelables jusque dans la lettre du texte lui-même. Aussi le Constitutum a-t-il suscité des jugements variés dans l’historiographie moderne, depuis que son premier éditeur, Baronius, le redécouvrit dans les rayonnages de la bibliothèque apostolique vaticane79. Si l’on ne s’étonne guère que le jésuite français Jean Garnier l’ait hautement et sans doute excessivement estimé80, Caspar a exploité les citations du Judicatum qu’il contient pour glisser une redoutable comparaison entre Vigile et Libère81. On notera avec intérêt que des jugements récents demeurent encore très tranchés82. Énonçons donc à notre tour l’appréciation que nous suggère cette enquête : composite et médiocrement original en certaines de ses sections sans doute, le Constitutum ne manque cependant ni d’attrait ni de force et s’affiche comme l’ultime acte d’une libre décision prétendant convertir les intentions de l’empereur et du concile. Surtout, il consigne pour ainsi dire le testament théologico-ecclésiologique d’un pape qui, le premier, sut ce qu’il en coûtait d’affronter directement Justinien.

Notes

1 La correspondance de Léon (440-461) s’élève à un total de 173 courriers (adressés et reçus). Parmi ceux-ci, 143 sont des lettres émises par le pape, 115 sont envoyées vers l’Orient et 112 d’entre elles ont été catégorisées par les frères Ballerini comme des lettres dogmatiques.

2 Epistola [désormais cité ep.] 28 (Regesta n° 423, éd. de Jaffé et alii)  ; Acta conciliorum oecumenicorum, t. II, vol. 2, collectio Novariensis, pp. 24-33, courrier annoncé ou recommandé par les ep. 27, p. 97-9  ; 29, pp. 932-102  ; 31, p. 1427-28  ; 32, p. 1316  ; 34, pp. 1634-172  ; 35, p. 611. Notons au passage que le Tome, sans doute préparé et mis en forme par Prosper d’Aquitaine, emprunte à plusieurs homélies antérieures de Léon pour donner à l’enseignement du pape un degré d’achèvement sans précédent. Voir Léon Le Grand, Sancti Leoni Magni, p. cliii. Le premier volume (jusqu’à l’année 604) de la 3e édition actualisée du Regesta de Jaffé est paru en 2017 sous la direction de Klaus Herbers.

3 17 août 458, ep. 165 (Regesta n° 542, éd. de Jaffé et alii)  ; Acta conciliorum oecumenicorum, t. II, vol. 4, pp. 113-131 : sa promotion est assurée par l’ep. 162, p. 10628-29 (voir aussi ep. 164, p. 11219-21).

4 Ep. 3 (Regesta n° 573, éd. de Jaffé et alii)  ; Epistulae, éd. de Günther, p. 1276-15  ; ep. 2 (Regesta n° 572, éd. de Jaffé et alii), p. 1323-9.

5 Ep. 5 (Regesta n° 910, 17 septembre 540, éd. de Jaffé et alii)  ; Epistulae, éd. de Günther, pp. 35226-3532.

6 Ce qui ne doit pas conduire à lui retirer l’auctorialité de la rédaction, comme le signale à raison Sotinel, 1992, p. 461. Sur la connaissance intime que Pélage montre du Constitutum (appelé Judicatum de la première indiction), voir spécialement son In defensione [Pelagii diaconi ecclesiae Romanae « in defensione trium capitulorum »], pp. 1424-34, 428-14, 4625-31, 6726-32 où il est allégué.

7 Achevé avant le 11 avril 548, l’ouvrage est rendu public en Afrique en 550 vraisemblablement (Victor de Tonnona, Chronicon, § 142, p. 46). Voir Blaudeau, 2010, p. 549.

8 Pour une étude détaillée de ces courriers, voir Blaudeau, 2013a.

9 Liberatus, Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum, 23, dans Acta conciliorum oecumenicorum, t. II, vol. 5, p. 140. L’édit impérial est conservé : ibid., t. III, pp. 189-214.

10 Voir la remarque suggestive de Duchesne, 1884, p. 383.

11 Liber pontificalis, t. I, p. 297. Voir encore Victor de Tonnona, Chronicon, § 132, p. 44.

12 Les citations de ce document (Regesta n° 922, éd. de Jaffé et alii) figurent dans la lettre de Justinien au concile lue lors de la première session, Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, pp. 1121-126 et dans le premier Constitutum, Epistulae, éd. de Günther, 83, § 299-302, pp. 3164-31716.

13 Ainsi les diacres Pélage et Tullianus sont-ils arrachés à Sainte-Euphémie et le pape frappé : Vigiliusbriefe, éd. de Schwartz, p. 1610-11.

14 Ibid., p. 1611-13.

15 Sur celui-ci, voir ibid., pp. 27-32.

16 Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, pp. 235 sqq.  ; texte latin dans ibid. (première session), pp. 15 sqq., pièce reprise dans le premier Constitutum, Epistulae, éd. de Günther, § 11-18, pp. 232 sqq.

17 6 janvier 553 (Regesta n° 932, Clavis patrum Graecorum 9350, éd. de Jaffé et alii)  ; Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1 (première session), p. 188.

18 Premier Constitutum, Epistulae, éd. de Günther, § 20-21, p. 234.

19 Ibid., § 21, p. 234.

20 D’après sa réponse faite aux émissaires du concile où il rappelle cette demande faite à l’empereur. Les émissaires ne veulent pas la connaître et affirment que Justinien n’avait rien promis de tel (Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, deuxième session, p. 256-7).

21 Le 6 mai, Vigile avance de nouveau cette proposition devant la délégation venue le convier à se rendre au concile et dont le rapport est lu lors de la deuxième session : ibid., p. 2520-22.

22 Ibid., p. 1221-36. Voir aussi Caspar, 1933, pp. 271 sqq.

23 Selon ce qui lui a été promis par Eutychius, Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, pp. 235-236 (texte grec)  ; ibid. (première session), pp. 15 sqq. (texte latin). La lettre figure aussi dans le premier Constitutum, Epistulae, éd. de Günther, § 11-18, pp. 232 sqq.

24 The Acts of the Council of Constantinople, trad. de Price, t. II, p. 205.

25 Anticipant l’imminente tenue de ses travaux, Vigile envoie Pélage aux évêques pour réclamer un délai de 20 jours (premier Constitutum, Epistulae, éd. de Günther, p. 2361-10).

26 Sur les questions de présence et de souscription aux décisions conciliaires, voir en dernier lieu The Acts of the Council of Constantinople, t. II, pp. 287-299.

27 Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, pp. 822-104.

28 Ibid., pp. 1024-1111.

29 Ibid., pp. 1111-1237. Il cite notamment un extrait du Judicatum (ibid., pp. 1121-126) et évoque certaines des tractations récemment tenues sur les réunions alternatives à un concile général (voir n. 50). Il fait encore le nécessaire pour que soient communiqués au concile la lettre de Vigile condamnant Rusticus et Sébastien, et les courriers du pape à Valentinien de Tomi et Aurélien d’Arles (voir ci-dessus). Surtout, il annonce dès alors et sans ambages d’après la première version latine, que Vigile a souvent condamné les Trois Chapitres tant par écrit que par oral et qu’il détient les exemplaires, authentifiés par la signature de la main du pape, de ces prises de position. L’allusion est manifeste : elle vise tout particulièrement les deux courriers à Justinien et Théodora de juin 547.

30 Il a donc envoyé Pélage aux évêques pour réclamer le respect de cette échéance (premier Constitutum, Epistulae, éd. de Günther, § 26, p. 2361-10), concédant que s’il ne faisait pas connaître sa résolution durant ce délai, il suivrait le jugement du concile : Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, deuxième session, p. 269-13  ; voir aussi ibid., p. 288 et le premier Constitutum, Epistulae, éd. de Günther, p. 23528.

31 Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, première session, p. 194-5. De notoriété publique, il souffrait de la maladie de la pierre qui devait lui être fatale : Liber pontificalis, p. 29911-12. Déjà il signalait son mauvais état de santé au début de l’année 552 (Vigiliusbriefe, éd. de Schwartz, Contestatio, p. 13)  ; voir encore son premier Constitutum, Epistulae, éd. de Günther, pp. 23527-2364.

32 Comme il est décidé à la fin de la deuxième session : Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, § 5-6, pp. 24-27.

33 En dépit de la tentative de faire siéger les Africains et les Illyriens (mais non les Italiens) qui lui sont fidèles et malgré les menaces brandies contre Primasius d’Hadrumète (deuxième session), ibid., p. 3031-32. Les trois évêques daces également attachés à Vigile, Sabinien de Zapara (Macédoine Seconde), Proiectus de Naïssus (Dacie Méditerranéenne) et Paul de Justiniana Secunda (ou Ulpiana, Dardanie) sont eux épargnés en raison de l’excuse qu’ils ont présentée, à savoir recueillir au préalable l’assentiment de Benenatus de Justiniana Prima (ibid., pp. 3032-311).

34 Sur ses attributions, voir Delmaire, 1995, pp. 59-63.

35 Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, p. 18529-41. Le texte en question est évidemment le premier Constitutum, Epistulae, éd. de Günther, pp. 230-320.

36 Outre Vigile, les signataires sont onze évêques italiens, deux métropolites d’origine latine mais incardinés en Orient, les trois évêques daces déjà évoqués ainsi que Primasius d’Hadrumète (Byzacène) et les clercs romains Théophane (archidiacre), Pélage et Pierre (diacres). Voir le premier Constitutum, ibid., pp. 31815-3208.

37 Mieux, la deuxième version de ceux-ci fait même disparaître toute référence au Constitutum.

38 Comme en attestent les observations et les déductions énoncées par l’éditeur scientifique de la collectio : voir Epistulae, éd. de Günther, pp. iv-xxv.

39 Il apparaît dans le De antiquis tum editis tum ineditis collectionibus et collectoribus canonum ad Gratianum usque tractatus dans Appendix ad Sancti Leonis Magni opera, II-12, col. CLVIII-CLIX.

40 Voir Günther, 1896, pp. 3-96.

41 Lettre d’Agapet à l’empereur Justinien, 18 mars 536 : ep. 7 (Regesta n° 898, éd. de Jaffé et alii)  ; Epistulae, éd. de Günther, 82, pp. 229 sqq. et 91, pp. 342-347. Dans le premier cas, au contraire du second, la copie ne comprend pas l’insertion d’une partie importante de la lettre de Jean II à Justinien (Regesta n° 884, 25 mars 534, ep. 1, éd. de Jaffé et alii  ; Epistulae, éd. de Günther, 84, pp. 320-328, insérée en CJ [Codex Justinianus] I, 1, 8) qui elle-même reprenait un courrier impérial d’orientation théopaschite.

42 Il n’y a pas de mention explicite de Vigile dans le jugement, encore moins d’excommunication ni de déposition, ce qui accrédite l’idée que l’œcuménicité du concile n’est pas altérée. Le pape est encore visé lorsque le concile affirme que «  personne ne peut énoncer un jugement préalable à celui de l’Église entière en matière de foi, puisque chacun a besoin de l’aide de son prochain  » (Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, p. 2098-9). Sur l’emploi déjà expérimenté à Constantinople, au début du schisme acacien, d’une telle stratégie d’effacement du nom pontifical, voir Blaudeau, 2006, p. 457.

43 Premier Constitutum, Epistulae, éd. de Günther, p. 31814.

44 Lettre des clercs milanais (début 552), Vigiliusbriefe, éd. de Schwartz, pp. 2220-2310. Sur ce courrier, voir en dernier lieu Sotinel, 2007, p. 92.

45 Tout d’abord la démarche de repentance de Ménas et de Théodore Askidas (Epistulae, éd. de Günther, § 3-9, pp. 232 sqq.). Price (trad.), The Acts of the Council of Constantinople, t. II, p. 145, n. 10, place la date de ce document entre la mi-février et la mi-juin 552. Il relève également que l’insistance sur l’action du siège romain et de ses représentants suggère que la pièce fut préparée par un agent de Vigile. Cette mise en valeur particulière s’observe tout spécialement lorsque est évoqué le concile d’Éphèse (431). Le propos se fait alors particulièrement précis au plan historique : «  [le synode d’Éphèse] dont on sait que le très bienheureux pape de la plus ancienne Rome, Célestin, l’a présidé par ses légats et vicaires, à savoir le très bienheureux Cyrille évêque de la ville d’Alexandrie, Arcadius et Proiectus les évêques et Philippe le prêtre  » (premier Constitutum, Epistulae, éd. de Günther, § 4, p. 23111-15)  ; vient ensuite le courrier d’Eutychius de Constantinople, Apollinaire d’Alexandrie, Domninos d’Antioche et Hélias de Thessalonique à Vigile, peu avant le 6 janvier sinon ce jour-là (ibid., § 11-18, pp. 232 sqq.). Il figure aussi dans les Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1 (première session), pp. 15 sqq. et pp. 235 sqq. (texte grec).

46 Les évêques savent en effet que Thessalonique fut le siège du vicariat apostolique comme le rappelle Caspar, 1933, p. 277.

47 Tous sauf un (n° 13) sont lus lors de la quatrième session du concile. Manquent chez Vigile, par rapport aux actes conciliaires, les extraits nos 30 et 59-60, puis la série nos 62-71.

48 Epistulae, éd. de Günther, § 220, p. 29224-26.

49 Il poursuit : «  tous les écrits ou enseignements que ce soit, produits sous quelque nom dont il est avéré qu’ils consonnent avec les erreurs de Nestorius et d’Eutychès, nous les anathématisons et les condamnons  » (ibid., § 227, pp. 29429-2957).

50 Ibid., § 236, p. 2972-4.

51 Ibid., § 275, p. 3081-7.

52 Facundus ne nomme pas l’évêque qui s’exprime de la sorte ni n’offre une traduction absolument identique du propos. Voir : Facundus d’Hermiane, Défense des Trois Chapitres, VI, 1, 18, p. 317  ; VI, 2, 5, p. 326 et VII, 5, 13, p. 438.

53 Justinien, Drei dogmatische Schriften Justinians, pp. 6523-663.

54 À savoir qu’Eunome de Nicomédie se serait prononcé d’après la déclaration d’Ibas devant ses juges en février 449 et non d’après sa lettre. Voir : Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, p. 146 (sixième session, en date du 19 mai, cinq jours après la composition du Constitutum).

55 Voir en dernier lieu The Acts of the Council of Chalcedon, t. II, p. 271 et p. 308, n. 125.

56 Epistulae, éd. de Günther, § 277, p. 30821-26.

57 Ibid., § 283, p. 31011-17.

58 Ibid., § 299-302, pp. 3164-31716.

59 Ibid., § 297, p. 31519-23 : mémoire est donc faite de la lettre donnée à Ménas (le Judicatum), signalant également que son contenu fut ensuite annulé en ce qui concerne les Trois Chapitres, avec le consentement de l’empereur.

60 Voir Blaudeau, 2012, pp. 142 sqq.

61 Voir : Epistulae, éd. de Günther, pp. 31815-3208 et n. 33 ci-dessus.

62 Ibid., § 202, p. 28617-19 : «  Nous anathématisons tout individu appartenant aux ordres ecclésiastiques qui, en fonction des impiétés susdites, aura voulu par quelque moyen assigner ou infliger un affront aux pères et aux docteurs de l’Église  »  ; voir encore ibid., § 283, p. 31015-22 et § 306, p. 3183-8.

63 Pour d’autres attestations de recherche documentaire, en limitant notre considération aux seules affaires ecclésiastiques, voir encore la Lettre de Justinien aux moines alexandrins (contra monophysitas), Justinien, Drei dogmatische Schriften (vers 541-542), p. 2113-14 et sa Lettre contre les défenseurs des Trois Chapitres (vers 549-550), ibid., p. 6617-18.

64 Ainsi du dossier compromettant Vigile dont il évoque une partie du contenu dans sa lettre au concile lue en première session avant de le communiquer lors de la septième séance. Voir Blaudeau, à paraître.

65 Epistulae, éd. de Günther, § 27, p. 23610-20.

66 Édit sur la foi orthodoxe (551), dans Justinien, Drei dogmatische Schriften, p. 10826-33, p. 10926-33  ; voir aussi la Lettre de Justinien contre les défenseurs des Trois Chapitres (vers 549-550) se référant à l’ep. 185 d’Augustin (417), Justinien, Drei dogmatische Schriften, p. 6814-17. Lors de la cinquième session du concile de 553, Sextilianus de Tunis représentant Primosus de Carthage enrichit cet argumentaire en alléguant encore d’autres emprunts à Augustin (Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, pp. 102 sqq.).

67 Voir Dell’Osso, 2010, pp. 190-196 et 268.

68 Augustin d’Hippone, Enarrationes in psalmos, ps. XXXVII, § 6, p. 387. Voir aussi The Acts of the Council of Constantinople, t. II, p. 166.

69 Epistulae, éd. de Günther, § 100, p. 2583-4.

70 Ibid., § 213, pp. 290 sqq.

71 Ibid., § 235, p. 29622-24. Il maintient ainsi en principe la ligne définie à Rome dans le cadre du schisme acacien. Voir Blaudeau, 2012, pp. 220 sqq.

72 Selon l’expression de Perrin, 2003, p. 72.

73 Pour mieux répondre à Justinien qui alléguait ces deux exemples afin de montrer que l’Église était en droit de réhabiliter post-mortem, ce qui supposait qu’elle pût également condamner, Édit sur la foi orthodoxe (551), dans Justinien, Drei dogmatische Schriften, pp. 1106-12, 1116-12. La réponse de Vigile insiste ainsi sur la parfaite immuabilité de la position romaine : Epistulae, éd. de Günther, § 217, p. 291.

74 Voir Blaudeau, 2013b, pp. 228 sqq.

75 Epistulae, éd. de Günther, § 218, pp. 291 sqq. d’après Eusèbe, Histoire ecclésiastique, VII, 24.

76 Acta conciliorum oecumenicorum, t. IV, vol. 1, p. 114.

77 Au point de vilipender Vigile et son entourage plus encore pour leur reniement. Voir son In defensione, pp. 66 sqq.

78 Voir Blaudeau, 2012, pp. 151 sqq. et spécialement p. 211.

79 En privilégiant un codex tardif de l’Avellana, dérivé de l’Ottobonianus 1105 (xvie s.) et corrigé par des mains postérieures. Voir Epistulae, éd. de Günther, pp. lxix et xcii.

80 Dans sa dissertatio quarta critica de synodo V generali, associée à la poursuite du travail d’édition des œuvres de Théodoret de Cyr publiée en 1684, trois ans après sa mort, il s’exprime ainsi : «  Le Constitutum composé avec une logique si admirable que l’on ne trouve rien de meilleur ni peut-être même d’égal qui ait été publié au vie siècle…  » (Patrologia Graeca, t. LXXXIV, col. 499).

81 Caspar, 1933, p. 277.

82 The Acts of the Council of Constantinople, t. II, p. 144 évoque un document maladroitement édité et dont le but reste confus, là où Sotinel, 1992, p. 461 avait reconnu un texte très subtil et équilibré.

Auteur

Université d’Angers – TEMOS (CNRS FRE 2015)

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540