Version classiqueVersion mobile

Barcelone et le grand commerce d'Orient au Moyen Âge

 | 
Damien Coulon

Résumés, index et tables

Résumé

Texte intégral

1Le présent ouvrage analyse le rôle que le port de Barcelone joua depuis 1330 jusqu’aux environs de 1430 dans le grand commerce méditerranéen, en particulier celui des épices, qui transitait par l’Empire mamelouk, c’est-à-dire l’Égypte et la Syrie-Palestine. Jusqu’à présent, l’historiographie s’est attachée à mettre en valeur la participation des grandes métropoles italiennes au commerce du Levant, Venise et Gênes en particulier ; or Barcelone soutient sans difficulté la comparaison avec ces deux grands ports au cours de la période considérée.

2La première partie de l’ouvrage détermine le poids des éléments conditionnant ce négoce, et tout d’abord la politique pontificale. Dans la perspective d’une hypothétique croisade, la papauté prohibe théoriquement tout négoce avec l’État mamelouk, mais le tolère en fait et, en contrepartie, prélève des amendes ; celles-ci deviennent bientôt des licences payantes, que les papes d’Avignon multiplient pour tirer profit de cette facile source de revenus.

3La diplomatie déployée par la couronne d’Aragon constitue un second élément d’encadrement de ces activités commerciales avec le Levant. Les souverains aragonais cherchaient en effet à protéger cette activité très lucrative, de façon à profiter eux aussi de cette manne providentielle par le biais de nombreux impôts qui, dans un premier temps et à l’instar de ceux de la papauté, prirent la forme d’amendes afin de sauver la face vis-à-vis du pouvoir pontifical. Les rois d’Aragon, depuis le règne de Jacques II jusqu’à celui de Ferdinand Ier (1291-1416), eurent ainsi à cœur d’entretenir de bonnes relations avec les sultans mamelouks et d’apaiser les inévitables différends entre commerçants des deux nations, afin de permettre aux marchands catalans de poursuivre leur fructueux négoce. Cependant, avec Alphonse le Magnanime (1416-1458), cette politique s’infléchit se fit plus brutale vis-à-vis des sultans mamelouks, lesquels cherchaient eux aussi à profiter de ce commerce en imposant arbitrairement de nombreuses taxes. L’attitude du souverain aragonais devint nettement plus contraignante et autoritaire, y compris à l’égard des marchands catalans ; ce durcissement s’explique en grande partie par la volonté d’Alphonse V de mener à leur terme ses ambitieux projets de conquête en Méditerranée, qui requéraient l’aide financière des négociants et l’appui tactique de leur flotte de commerce. Le roi se heurta par moment à l’opposition des marchands ainsi qu’à celle des édiles de Barcelone, qui eux aussi entendaient encadrer cette expansion marchande vers le Levant, notamment en nommant les consuls des Catalans à Alexandrie et à Damas. Des tensions apparurent clairement entre le souverain et les magistrats municipaux dès la fin du règne de Pierre le Cérémonieux (1336-1387), par exemple au sujet du contrôle de l’impôt prélevé sur le commerce avec l’Empire mamelouk, destiné à la construction puis à l’entretien des arsenaux de Barcelone.

4Une étude de la flotte utilisée et des conditions de navigation complète cette première partie. Elle révèle l’utilisation de nefs de très gros tonnage au milieu du XIVe siècle, et de taille plus réduite par la suite, et aussi, plus rarement, le recours à des galères. Les itinéraires maritimes témoignent également de l’existence de tout un réseau d’escales ainsi que d’un rythme et d’habitudes de navigation qui pour l’essentiel étaient proches de ceux des autres grandes métropoles marchandes. Enfin, l’étude des épisodes mouvementés de course et de piraterie montre que les marchands et les navigateurs catalans qui faisaient voile vers l’Égypte ou la Syrie pouvaient tour à tour endosser le rôle d’agresseur puis de victime, générant ainsi d’interminables cycles de représailles avec les autres nations marchandes. Cependant, ces incidents, quoique de plus en plus nombreux, n’interrompirent jamais totalement les flux commerciaux entre les deux rives de la Méditerranée.

5La seconde partie du livre, consacrée au négoce proprement dit, débute par une analyse des techniques commerciales utilisées, caractérisées par la pratique massive de contrats de commandes maritimes, laquelle impliquait un va-et-vient continuel de marchands itinérants entre Barcelone et les territoires mamelouks. Les premiers contrats d’assurance à prime font par ailleurs leur apparition au début du XVe siècle et se généralisent au cours des années 1420, en grande partie sous l’impulsion des marchands italiens présents à Barcelone. L’étude des capitaux investis révèle d’importantes fluctuations reflétant les différentes phases d’un cycle économique presque complet : expansion, crise, dépression, puis reprise. Les investissements atteignent un niveau respectable au cours des années 1340, sans doute en raison de la réorientation des grandes routes de commerce qui remettait en valeur l’Égypte et la Syrie après le démantèlement de l’unité mongole, laquelle avait en son temps permis l’établissement d’axes commerciaux traversant le centre du continent. Cependant, la décennie suivante est caractérisée par une chute brutale du niveau moyen des capitaux catalans investis vers le Levant, en grande partie du fait des épidémies de peste et de leurs conséquences démographiques et économiques qui s’abattent alors sur le bassin méditerranéen et plus généralement sur l’Europe. Les conflits entre la couronne d’Aragon et la Castille (1356-1375), d’une part, et le raid du roi de Chypre contre Alexandrie en 1365, d’autre part, achèvent de détériorer encore cette conjoncture très déprimée. Toutefois, à partir des années 1370, lentement mais sûrement, le niveau moyen des capitaux investis se redresse, rattrapant à la fin du XIVe siècle celui des années 1340 puis le dépassant largement au cours de la troisième décennie du XVe siècle.

6Les très nombreux contrats de commandes dépouillés permettent par ailleurs de savoir précisément quelles étaient les marchandises exportées par les Catalans vers le sultanat mamelouk. Les draps constituent de loin le principal article commercialisé ; leur arrivée en très grand nombre sur les marchés du Proche-Orient provoqua même un recul de la production textile au Levant. Outre ce produit de qualité moyenne et relativement bon marché, des marchandises précieuses étaient également exportées : de l’argent, tout d’abord, sous forme de lingots, de pièces de monnaie ou de vaisselle, mais seulement pendant une période bien délimitée (jusqu’aux années 1340) car les gisements sardes sous contrôle catalano-aragonais, principaux fournisseurs de ces exportations, arrivèrent bientôt à épuisement ; puis du corail, à une époque plus tardive (la fin du XIVe siècle) mais de façon beaucoup plus durable (jusqu’à la guerre civile des années 1462-1472). L’exportation successive de ces deux types d’articles de luxe contribua à relever de manière significative le niveau des investissements, apportant un élément d’explication supplémentaire aux évolutions commerciales précédemment décrites. Bien d’autres produits encore étaient exportés : du safran, des denrées alimentaires de moindre valeur comme le miel, les fruits secs ou l’huile, ou encore des fourrures et de l’antimoine. Les données chiffrées sont si abondantes qu’il est parfois possible de déterminer des séries de prix et d’en saisir les fluctuations.

7En revanche, les mêmes contrats, rédigés avant le départ des marchands, sont évidemment beaucoup plus avares de renseignements sur les articles importés. Aucune indication précise de quantité n’est en effet fournie dans les commandes, de sorte qu’il est impossible d’établir des séries chiffrées aussi détaillées que pour les exportations. Néanmoins, l’identification des produits d’Orient demandés reste très claire et un classement des différentes épices, par ordre d’importance, peut même être établi. Au premier rang arrive bien sûr le poivre, parfois dépassé par les différentes sortes de gingembre ; puis viennent la cannelle et le clou de girofle. Quant aux importations de sucre, elles connaissent une brutale interruption à partir de la fin du XIVe siècle en raison de l’expansion de la culture de la canne dans des régions plus proches de la Catalogne, comme la Sicile ou le Levant ibérique. Bien d’autres denrées — condiments, colorants ou articles à usage médicinal — complètent encore la liste des nombreuses épices importées à Barcelone par les Catalans. En raison de l’imprécision des données concernant les marchandises d’importation, il est bien difficile de déterminer avec exactitude le solde de la balance commerciale entre Barcelone et le Proche-Orient mamelouk.

8La troisième et dernière partie est consacrée au milieu humain qui anime ces échanges avec le Levant. L’analyse des origines géographiques et sociales révèle des profils très différents : les marchands sont bien sûr très nombreux à participer à ce négoce, mais on trouve aussi des courtiers, des banquiers, des pharmaciens, des drapiers, des pelletiers et bien d’autres professions encore. On perçoit clairement, néanmoins, une évolution qui conduit rapidement à une uniformisation au profit des marchands et traduit un processus de « professionnalisation » qu’il faut relier directement avec l’augmentation observée de la moyenne des capitaux investis dans ce trafic. Les individus modestes qui risquaient eux aussi quelques économies dans le fructueux commerce avec l’Égypte et la Syrie disparaissent ainsi progressivement de ces activités. En revanche, les riches négociants qui contrôlent de plus en plus étroitement le trafic avec l’Empire mamelouk appartiennent à l’élite marchande de Barcelone et font souvent partie de l’institution consultative du Conseil des Cent (Consell de Cent). Le commerce du Levant, source de leur opulence, constitue donc pour eux un moyen d’ascension sociale. Cependant, ils n’occupent pas les postes dirigeants de la cité, ceux-ci restant en effet monopolisés par un groupe oligarchique qui entend conserver jalousement ses privilèges et s’oppose par moment aux objectifs commerciaux des marchands. La tension entre ces groupes sociaux rivaux conduira progressivement à la guerre civile des années 1462-1472.

9Les Barcelonais sont de loin les plus nombreux à participer au commerce du Levant, avec parmi eux des minorités actives de juifs puis de judéoconvers (après les pogroms de 1391), ainsi que quelques femmes, souvent épouses ou veuves de négociants. Les autres Catalans constituent le second groupe pour l’importance numérique ; parmi eux, les Perpignanais se distinguent particulièrement. Les autres habitants de la couronne d’Aragon sont en revanche relativement rares, du moins d’après le témoignage de sources très majoritairement barcelonaises, qui empêchent sans doute de cerner précisément la participation des Majorquins ou des Valenciens. Toujours est-il que, selon cette documentation, les Italiens — les Génois et les Florentins en particulier — sont certaines années plus nombreuses que les trois groupes précédents à prendre part au commerce barcelonais avec l’Empire mamelouk. Quant aux marchands du Midi de la France, ils participent exceptionnellement à ce trafic, mais il n’est pas rare que des Marseillais chargent des quantités de marchandises considérables à bord des navires appareillant depuis Barcelone.

10Enfin, quelques développements complémentaires montrent que les Catalans résidant en Égypte et en Syrie formaient une communauté à l’effectif très réduit, à la différence des Génois et des Vénitiens, qui pour leur part pouvaient sur place bénéficier de l’appui de facteurs de leur propre nation. Cette absence de correspondants explique que le commerce barcelonais avec le Levant ait si fréquemment recouru aux contrats de commande — c’est-à-dire aux accords limités à un seul voyage et par lesquels des bailleurs de fonds confiaient des biens à des marchands itinérants, qui se déplaçaient ainsi continuellement —, alors que des techniques commerciales plus souples et plus modernes étaient utilisées par les autres nations commerçantes — et par les Catalans eux-mêmes pour les échanges avec d’autres destinations.

11On retiendra cependant qu’au cours de la période étudiée Barcelone constitua bel et bien un centre économique majeur, structurant et dominant d’importantes portions de l’espace méditerranéen, à l’égal de Venise ou de Gênes, souvent tenues pour les cités fondatrices d’un capitalisme marchand moderne et d’un « système-monde », pour reprendre l’expression et la perspective de Fernand Braudel. Les tensions sociales au sein de la capitale catalane constituaient sans doute son principal facteur de fragilité ; elles expliquent en grande partie le déclenchement de la guerre civile qui ravagea la cité entre 1462 et 1472 et mit un terme à cette brillante expansion commerciale.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search