Version classiqueVersion mobile

Barcelone et le grand commerce d'Orient au Moyen Âge

 | 
Damien Coulon

Troisième partie. Les agents de l'activité commerciale : le milieu humain

Chapitre XI

Les relations entre marchands au miroir des échanges avec le Levant

Texte intégral

1Les nombreux documents recueillis permettent d’observer de près les rapports qu’entretenaient entre eux les marchands engagés dans le commerce de Barcelone avec l’Égypte et la Syrie. Car si les difficultés de ce trafic lointain imposaient un constant recours à la solidarité professionnelle, les fructueux bénéfices qu’il procurait stimulaient l’esprit de profit individuel. C’est entre ces deux attitudes, antagonistes mais complémentaires, que se tissent les relations entre hommes d’affaires et que s’affinent techniques et mentalités marchandes.

I. — La confiance professionnelle

2Les contrats d’association commerciale reflètent particulièrement bien les liens de confiance et la collaboration entre négociants. Nous avons cependant déjà constaté que ces accords étaient très rarement utilisés dans le cadre du commerce de Barcelone avec le Sultanat. Fort heureusement, les autres documents recueillis sont suffisamment riches et variés pour suppléer à cette carence.

  • 1 Alors que nous savons que sa carrière de marchand itinérant s’inscrit au moins entre 1363 et 1391 ; (...)

3Les pièces du procès intenté en 1375 au marchand Joan Ribalta à son retour d’Alexandrie comprennent en effet un ensemble de témoignages de grand intérêt pour apprécier les relations entre différents négociants engagés dans le commerce du Levant. Chacun des témoins (une vingtaine au total), tous issus du milieu du négoce au long cours, commence par expliquer depuis combien de temps il connaissait l’accusé et son délateur, Francesc Sa Plana, marchand lui aussi. Tous — sauf le prêtre du navire — déclarent connaître Joan Ribalta depuis de nombreuses années ou avoir effectué avec lui l’un ou l’autre voyage commercial vers Alexandrie1.

  • 2 Voir l’ensemble de ces témoignages dans ACA, Cancellería Reial, Procesos en folio, leg. 129, n° 18  (...)

4En 1375, certains affirment le connaître depuis dix-huit ou même vingt-cinq ans, bien que la moyenne oscille plutôt autour d’une quinzaine d’années. Tous défendent sa réputation d’honnête marchand sauf son délateur, Francesc Sa Plana, ainsi que Bernat Barceló, l’un des témoins favorables à ce dernier. La situation est évidemment inverse dans le cas de Francesc Sa Plana, dont presque tous campent un portrait très négatif : il est accusé de vol, en marge de l’affaire qu’il a lui-même portée devant la justice, tous ou presque l’ont vu s’adonner au jeu et certains affirment qu’il se livre volontiers aux excès de boisson ou à la débauche avec les prostituées et les esclaves féminines. Au passage, Bernat Barceló — seul marchand à prendre parti contre Joan Ribalta et à ne pas accabler Francesc Sa Plana — n’est pas épargné non plus : il se serait rendu en Égypte sur plusieurs bâtiments partis sans licence pontificale ou royale et aurait même renié la foi chrétienne pour avoir la vie sauve, après avoir été emprisonné par les Mamelouks lors du sac d’Alexandrie en octobre 13652.

  • 3 Voir supra, p.  529.

5Ces témoignages partiaux, brossant des portraits sans nuance, doivent manifestement être analysés avec précaution. Ils montrent néanmoins de façon exemplaire que le milieu des marchands au long cours constituait un microcosme où tous se connaissaient, travaillaient régulièrement ensemble et dans lequel la réputation et les réseaux de relations jouaient un rôle essentiel. Ce n’est ainsi pas un hasard si les sources dépouillées ne livrent plus de trace de Francesc Sa Plana après ce procès, tandis que de nombreux témoignages attestent de l’ascension sociale régulière de Joan Ribalta, qui sortit acquitté et la tête haute de cette affaire, grâce aux nombreux collègues qui avaient intercédé en sa faveur, mais peut-être aussi grâce aux liens, certes ténus, qu’il entretenait avec le pouvoir royal3.

  • 4 AHPB, Bernat Nadal, Manual (juillet-novembre 1393), f° 7r°1 (procuration de Pere Bartoli en faveur (...)

6Les relations professionnelles et les liens de confiance tissés entre marchands peuvent en outre être étudiés plus en détail grâce aux contrats de procuration, jusqu’ici très peu utilisés. Avant de partir pour le Levant, les marchands qui devaient franchir la Méditerranée ne s’occupaient pas seulement de faire rédiger leur testament mais aussi d’assurer le suivi de leurs affaires à Barcelone pendant leur absence. Les procurations alors délivrées sont souvent d’ordre général, de manière que les procureurs puissent faire face à n’importe quelle situation. Un lien de confiance presque absolue unit alors le marchand itinérant à son représentant. Dans de nombreux cas, il s’agit d’un membre de la famille proche, frère, père, ou épouse4, ce qui permet ainsi à certaines femmes mariées de jouer un rôle direct dans le commerce du Levant, comme nous l’avons déjà constaté.

  • 5 Ainsi, alors que Joan Lombarda avait acheté une licence de navigation pour Alexandrie puis l’avait (...)
  • 6 AH PB, Antoni Brocard, Manuale comune quartum decimum (avril-novembre 1418), f° 78v°.
  • 7 AHPB, Bernat Nadal, Manual (novembre 1394 - mai 1395), folio non relié (cité en référence au f° 80r (...)

7Dans d’autres exemples, la procuration est en revanche limitée à une opération précise, qui peut tout de même révéler d’étroits liens de collaboration entre les marchands5. Tel est en particulier le cas lorsque des mandats sont attribués par des négociants capitalistes sédentaires à des marchands itinérants pour réclamer des sommes dues par un débiteur ne résidant pas à Barcelone. Ainsi, le 26 septembre 1418, le marchand Joan Escuder donne-t-il procuration à Joan Amat pour que celui-ci obtienne de Benedetto Soro, marchand vénitien habitant Alexandrie, la restitution du prix de quinze jarres de miel de Vilafranca qu’il lui avait confiées en août 1416 à la douane d’Alexandrie6. Dans de nombreux autres cas, des marchands sédentaires qui possèdent des lots (setzenes) dans un navire s’apprêtant à lever l’ancre donnent procuration au patron de l’embarcation pour gérer ces marchandises durant le voyage et recevoir en leur nom leur part des nolis7. Dans tous ces exemples, le rôle de procureur était avant tout tenu par des négociants ou des membres de l’état-major de navires partant pour le Levant.

  • 8 AHPB, Antoni Brocard, Manuale comune quartum decimum (avril-novembre 1418), ffos 9r°2 et 15r°-v°.
  • 9 AHPB, Antoni Brocard, Manuale comune vicesimum tercium (janvier-juillet 1423), f° 66v° (15 mai 1423 (...)

8Une fois revenus à Barcelone, certains marchands itinérants devaient à leur tour délivrer des procurations pour liquider des affaires conclues en Égypte ou en Syrie. Ainsi le 18 mai 1418, Ramon Amat, marchand de Barcelone, demanda-t-il à son collègue Bartomeu Ros, de Perpignan, de recouvrer les 78 livres que lui devait Martí Farnos, perpignanais lui aussi, en vertu d’un contrat conclu entre les deux négociants à Damas en 14168. Dans certains cas, l’affaire à régler n’était pas commerciale, comme le montre cette procuration d’un marin de Barcelone, qui en son nom et en celui des autres hommes d’équipage demanda à un marchand de réclamer au patron du navire la part du butin qui devait leur revenir sur les prises qu’ils avaient effectuées au Levant9.

  • 10 AHPB, Bernat Sans, Manual (septembre-novembre 1422), f° 13r°1 (28 septembre 1422).
  • 11 AHCB, Fons Notarial, IX.3 Consolat de Mar, 1404 ( ?) (le document date en fait du 2 juillet 1406 ; (...)
  • 12 AHPB, Bernat Nadal, Plec de documentació diversa (7 février 1398 [ ?]).

9Enfin, d’autres exemples montrent que les liens de confiance se tissaient avant tout au sein du même milieu social, outre le cadre familial : lorsque le noble Joan Eymerich est prêt à lever l’ancre pour la Sicile, Rhodes et les autres « partes de Levant » à bord d’une galée de la Generalitat dont il exerce le commandement, c’est à l’honrat Pere de Gualbes qu’il fait appel pour gérer ses affaires en son absence10. En cas de conflit, les procurations sont alors l’occasion de voir certains grands lignages s’allier les uns contre les autres, du moins dans le cadre d’une affaire limitée : c’est ainsi que Pere Serra, aidé par Berenguer Oliver, défend en 1406 les intérêts de Guillem de Cabanyelles menor, contre Guillem de Casasaja, lui-même représenté par son frère Bemat, pour régler le différend qui oppose les deux parties à propos d’un change maritime non liquidé11. À l’autre extrémité de l’échelle socioprofessionnelle, lorsqu’un marin souhaite recouvrer ses modestes créances, c’est généralement à un collègue qu’il fait appel12. Ainsi, le commerce du Levant, par la diversité des milieux sociaux qu’il attirait à Barcelone avant le début du XVe siècle, reflète-t-il bien ces liens de collaboration au sein d’un même groupe socioprofessionnel, tandis que des réseaux de représentants permettent aux marchands d’agir simultanément sur différents théâtres d’opérations, donnant ainsi à leurs affaires une envergure internationale grâce au système des procurations.

II. — L’esprit de profit individuel

10Cependant, l’existence de réseaux de relation et de formes de coopération ne constitue qu’une facette des rapports entre négociants. Elle doit évidemment être complétée par les nombreux témoignages d’individualisme, voire de rivalité entre ces derniers.

  • 13 Cl. C Arrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp.  150-152. Pour Gên (...)

11Le négociant médiéval participant au commerce au long cours était volontiers tenté d’investir ses capitaux dans de nombreuses opérations, ce qui l’amenait souvent à adopter une conduite individualiste pour mener ses affaires. Du moins en allait-il ainsi à Barcelone, et tout particulièrement en ce qui concerne le commerce avec le Levant, ainsi que dans certaines places commerciales italiennes comme Gênes13. Cet individualisme était également entretenu par l’usage massif des commendes, contrat n’associant les marchands que pour une courte durée et dont le capital était généralement réduit — davantage en tout cas que celui investi dans les associations commerciales, très rares vers ces destinations.

12Le principal fondement de cet individualisme réside sans doute dans un état d’esprit de profit, caractéristique du groupe social constitué par les marchands et qui s’inscrit en rupture avec les mentalités chrétiennes de l’Occident médiéval. Rappelons, pour souligner l’importance de ce fait, que seul l’appât du gain pouvait sans doute convaincre les commerçants itinérants de braver de nombreux dangers ou même, plus simplement, de traverser la Méditerranée dans des conditions souvent pénibles.

  • 14 H. Lot, « Essai d’intervention de Charles le Bel en faveur des chrétiens d’Orient » ; le récit des (...)
  • 15 Destinée encore une fois à tenter d’obtenir les fameuses reliques de sainte Barbe ; voir supra, p.  (...)
  • 16 F. J. Miquel Rosell, Regesta de letras pontificias del Archivo de la Corona de Aragón, doc. 645.
  • 17 Voir supra pp.  207 et 213.

13Lorsque cet esprit de profit s’exacerbait, il pouvait entraîner une attitude de cynisme commercial, qui semble être l’un des traits de caractère — et sans doute l’une des clés de la réussite — de l’opulent homme d’affaires Pere de Mitjavila. Plusieurs auteurs ont déjà rapporté de quelle façon celui-ci avait volé, puis calomnié le représentant du roi de France pour le discréditer auprès du sultan al-Nāṣir Muḥammad, lors des ambassades que tous deux avaient conjointement menées en 1327 pour le compte de leurs souverains respectifs14 : il est donc inutile de revenir en détail sur ces événements. On notera cependant que Pere de Mitjavila avait employé des procédés déloyaux pour obtenir des concessions diplomatiques avantageuses au détriment de son concurrent. Cet épisode est certes bien éloigné des considérations strictement mercantiles, mais au cours d’une autre ambassade, Pere de Mitjavila adopta la même attitude de duplicité, cette fois afin de conserver pour lui les bénéfices matériels du voyage diplomatique qu’il venait d’entreprendre ; en 1346, en effet, il dirigeait une nouvelle mission auprès du sultan du Caire15, mais en compagnie de l’archevêque de Hiérapolis, Antonius d’Alexandrie. Comme souvent en pareil cas, Pere de Mitjavila avait obtenu du pape le droit d’affréter un navire de commerce pour Alexandrie à la condition de ne pas exporter de marchandises prohibées et de consacrer les profits réalisés à l’occasion de ce voyage à la réparation des Lieux saints — et particulièrement le Saint-Sépulcre et l’église du mont Sion. Cependant, au retour de l’ambassade, l’année suivante, le pape Clément VI dut intervenir auprès du roi Pierre le Cérémonieux pour exiger que Pere de Mitjavila restitue effectivement les profits tirés des opérations commerciales réalisées, car il les avait en fait conservés, reniant ainsi ses promesses. En outre, le souverain pontife exigeait des réparations pour les injures que l’homme d’affaires avait proférées à l’encontre de l’archevêque de Hiérapolis, qui sans doute avait tenté de lui rappeler ses engagements16. Ces deux incidents, survenus à vingt ans d’intervalle, sont révélateurs de la personnalité de Pere de Mitjavila, que l’on imagine volontiers sans scrupules en affaires, de surcroît lorsque ses partenaires n’étaient pas des personnages de rang aussi élevé qu’un émissaire royal ou un archevêque. Une telle attitude aide en outre à comprendre que pour certains marchands la limite entre piraterie et commerce pouvait être parfois bien floue17.

  • 18 Ils pouvaient donner lieu à des violences physiques, comme dans le cas du conflit qui opposa Joan R (...)
  • 19 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp.  154-155.
  • 20 En 1356, des marchands qui n’avaient pas achevé à temps leurs transactions à Alexandrie et avaient (...)
  • 21 Celles-ci sont malheureusement trop brèves pour pouvoir être exploitées, parce qu’elles renvoient e (...)
  • 22 Conflits consécutifs à la concession de commendes pour l’Égypte ou la Syrie ; voir AH PB, Bernat Na (...)
  • 23 Pour un exemple de conflit au moment du chargement à Barcelone, voir AHPB, Bernat Nadal, Plec de do (...)

14En outre, cet appât du gain si communément répandu entraînait inévitablement de nombreux conflits entre marchands18. Ces litiges pouvaient être portés devant le Consolat de Mar, mais le plus souvent les deux parties s’entendaient pour désigner des arbitres chargés de les résoudre19. La modicité, dans certains cas, des sommes en jeu fournit un premier indice révélateur de la fréquence de ces différends20. Les minutiers de notaires en conservent en effet de multiples traces21 qui montrent que tous les types de contrats22, de même que toutes les étapes de leur réalisation — depuis le chargement des marchandises, au moment du départ, jusqu’à la remise des biens rapportés au retour à Barcelone23 —, pouvaient faire l’objet de contestations. En effet, chaque clause de contrat non respectée était susceptible de provoquer un manque à gagner et, à ce titre, pouvait entraîner un conflit entre les parties contractantes. Ces différends témoignent donc pleinement des efforts déployés par les négociants pour ne laisser échapper aucun dividende du fructueux commerce du Levant et constituent en définitive un autre reflet de cette quête du profit si caractéristique du comportement et des mentalités marchands.

Notes

1 Alors que nous savons que sa carrière de marchand itinérant s’inscrit au moins entre 1363 et 1391 ; voir supra, pp.  528-529.

2 Voir l’ensemble de ces témoignages dans ACA, Cancellería Reial, Procesos en folio, leg. 129, n° 18 ; Bertran Sala cite nommément les navires non absous sur lesquels Bernat Barceló aurait gagné Alexandrie : il s’agirait des coques d’Arnau Guerau, d’en Rovira, ainsi que d’une coque génoise au départ de Blanes (ibid., ffos 15v°-16r°). Seul Arnau Guerau apparaît bien parmi les listes de navires répertoriés dans l’appendice I, comme patron d’une coque (voir 1365) qui n’est pas citée parmi les registres de l’Arxiu Diocesà de Barcelona, ce qui peut laisser supposer que Bertran Sala faisait allusion à ce voyage. Notons en outre qu’A. López de Meneses — alias M. Sáez Pomés — a également relevé le cas d’un marchand de Perpignan qui dans les mêmes circonstances renia sa foi chrétienne (M. Sáez Pomés, « Los aragoneses en la conquista saqueo de Alejandría por Pedro I de Chipre », doc. xv [14 août 1384]).

3 Voir supra, p.  529.

4 AHPB, Bernat Nadal, Manual (juillet-novembre 1393), f° 7r°1 (procuration de Pere Bartoli en faveur de sa femme Blanca avant son départ pour Alexandrie) ; AHPB, Bernat Sans, Manuale instrumentorum contractuum [comunium] decimum (octobre 1402 - avril 1403), f° 83r°-v° (procuration entre les frères Jaunie et Ramon de Galliners, avant le départ de Jaume pour Beyrouth et Alexandrie) ; AHCB, Fons Notarial, IX.13 Documents mercantils (1400-1420), 16 novembre 1411 (procuration entre les frères Leonardo et Gherardo de Doni).

5 Ainsi, alors que Joan Lombarda avait acheté une licence de navigation pour Alexandrie puis l’avait partagée avec les marchands Francesc Des Clapers et Francesc Sa Glosa, tous trois, eu avant le départ du premier pour Chypre le 17 août 1353, se donnent procuration mutuelle pour trouver un navire avec lequel ils pourront utiliser cette licence (AHPB, Jaume Ferrer, Llibre cornu [juin 1353 - octobre 1357], ffos 20v°-27r°). Ces mêmes négociants, auxquels se sont joints Bernat Martí et Guillem Sanxo, emploient finalement cette licence pour le nolis de la nef commandée par Pere de Valls et Bartomeu Basers de Majorque, qui doit se rendre de Barcelone à Alexandrie le 10 juillet 1355 (ibid., ffos 43r°-46r° [nouvelle procuration mutuelle] et ffos 46r°-48v° [nolis]).

6 AH PB, Antoni Brocard, Manuale comune quartum decimum (avril-novembre 1418), f° 78v°.

7 AHPB, Bernat Nadal, Manual (novembre 1394 - mai 1395), folio non relié (cité en référence au f° 80r°-v°) : Gabriel Gomis, marchand et citoyen de Barcelone, propriétaire d’une setzena et demie de la nef Santa Maria commandée par Salvador Gelats et Jaume de Ortals, donne procuration à Francesc Sa Closa et Francesc Alamany pour recevoir en son nom sa part de nolis et gérer cette setzena ; ce navire appareille pour Beyrouth à la fin du mois d’avril 1395 et Francesc Sa Closa y assure les fonctions de pilote (ADB, Registra Comunium, 45, f 250r°-v° Voir également AHPB, Jaume Ferrer, Llibre cornu (7-23 mai 1349), ffos 30r°-31v° : procuration de Pere Pocasanc, copropriétaire de cinq setzenes et demie d’une coque bayonnaise de deux ponts sur le point d’appareiller pour Chypre et Beyrouth, en faveur de Pere de Gros, le patron du navire.

8 AHPB, Antoni Brocard, Manuale comune quartum decimum (avril-novembre 1418), ffos 9r°2 et 15r°-v°.

9 AHPB, Antoni Brocard, Manuale comune vicesimum tercium (janvier-juillet 1423), f° 66v° (15 mai 1423) ; le propriétaire de l’embarcation est Pere Saragossa, mais celle-ci avait été commandée par Lluís Sirvent au cours du voyage en question,

10 AHPB, Bernat Sans, Manual (septembre-novembre 1422), f° 13r°1 (28 septembre 1422).

11 AHCB, Fons Notarial, IX.3 Consolat de Mar, 1404 ( ?) (le document date en fait du 2 juillet 1406 ; la date de 1404 a été réécrite ultérieurement au début du folio).

12 AHPB, Bernat Nadal, Plec de documentació diversa (7 février 1398 [ ?]).

13 Cl. C Arrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp.  150-152. Pour Gênes, voir Roberto S. Lopez, « Le marchand génois. Un profil collectif », Annales ESC, 13, 1958, pp.  501-515 ; et M. Balard, La Romanie génoise, t. II, p.  599.

14 H. Lot, « Essai d’intervention de Charles le Bel en faveur des chrétiens d’Orient » ; le récit des événements a ensuite été recopié à partir de cet article par G. Golubovich, Biblioteca bio-bibiografica della Terra Santa e dell’Oriente francescano, t. III, pp.  323-326 ; A. López de Meneses, « Pedro el Ceremonioso », pp.  301-303 ; et enfin par J. M. Madurell i Marimon, « Les activitats diplomatiques i mercantils de Pere de Mitjavila », pp.  178-179 (dans ces deux dernières études, il faut donc corriger le nom du souverain français — il s’agit de Charles IV le Bel et non de Charles le Chauve —, et rétablir l’ordre de passage entre les deux ambassadeurs devant le Sultan).

15 Destinée encore une fois à tenter d’obtenir les fameuses reliques de sainte Barbe ; voir supra, p.  48 n. 21.

16 F. J. Miquel Rosell, Regesta de letras pontificias del Archivo de la Corona de Aragón, doc. 645.

17 Voir supra pp.  207 et 213.

18 Ils pouvaient donner lieu à des violences physiques, comme dans le cas du conflit qui opposa Joan Ribalta à Francesc Sa Plana et à Miquel Barceló : le premier en était venu aux mains dans le funduḳ des Catalans à Alexandrie, à la suite des différends qui l’opposaient aux deux autres négociants (ACA, Cancellería Reial, Procesos en folio, leg. 129, n° 18, ffos 3v°, 14r°, 15r°-v°, 45r°) ; à cette occasion, les témoins du procès précisent que les blessures occasionnées par cette bagarre ne résultaient pas de coups de couteau ou d’épée puisqu’il était interdit aux marchands chrétiens de débarquer dans le port égyptien en portant de telles armes (ibid., ffos 26v° et 32r°).

19 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp.  154-155.

20 En 1356, des marchands qui n’avaient pas achevé à temps leurs transactions à Alexandrie et avaient ainsi retardé de quinze jours la date du retour de la nef Santa Clara durent payer aux patrons de l’embarcation une somme de 36 livres pour prix des frais supplémentaires que ces derniers avaient déboursés pendant cette courte période (AHPB, Jaume Ferrer, Llibre cornu [juin 1353 - octobre 1357], ffos 102v°-103v° [13 avril 1357]). Cette somme est manifestement dérisoire à côté de celle que les marchands avaient dû payer pour affréter cette nef à deux ponts (et qui n’est malheureusement pas connue).

21 Celles-ci sont malheureusement trop brèves pour pouvoir être exploitées, parce qu’elles renvoient en fait à des documents sur folios non reliés — qui ont donc souvent été égarés —, sur lesquels tous les détails des règlements étaient consignés.

22 Conflits consécutifs à la concession de commendes pour l’Égypte ou la Syrie ; voir AH PB, Bernat Nadal, Plec de documentació diversa (11 décembre 1395) [ou 11 janvier 1396] ;AHCB, Fons Notarial, IX.13 Documents mercantils, (1400-1420, 1413 ?), [affaire opposant Nicolau Costo et Gabriel Valls à Guillem Linyà] ; (février 1400 [ ?]), [le document date en fait de 1403 ; affaire opposant Joan Marot à Jaume Faner] ; (3 novembre 1433), [affaire opposant Antoni Berga à Joan de Vilasica] ; (1433-1434), [affaire opposant Joan Buada à Nicolau Viastrosa], etc. — Litiges portant sur des changes maritimes : AHCB, Fons Notarial, IX.3 Consolat de Mar (1404 ?), [le document date en fait du 2 juillet 1406 ; affaire opposant Guillem de Cabanyelles menor, à Guillem de Casasaja]. — Affaires concernant des nolis : AHCB, Fons Notarial, IX.10 Nòlits (1420-1449, 1432 ?) ; AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 102v°-103v° ; AHPB, Bernat Nadal, Plec de documentació diversa (21 juillet 1393) ; (8 et 9 août 1393), etc. — Différends à propos de cautions versées pour des marchandises destinées à être vendues au Levant : voir AHPB, Bernat Nadal, Plec de documentació diversa (28 février 1391), et ACA, Cancellería Reial, Procesos en folio, leg. 129, n° 18, ffos 3r° et 31V°.

23 Pour un exemple de conflit au moment du chargement à Barcelone, voir AHPB, Bernat Nadal, Plec de documentació diversa (16 juin 1397) ; document signalé par Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p.  314, n. I. Pour les autres étapes, notamment au retour des voyages, voir les références citées dans la note précédente. Ces conflits étaient généralement dus, dans le cas des commendes, au non-respect par le marchand itinérant des consignes fournies par le bailleur de fonds.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search