Version classiqueVersion mobile

Barcelone et le grand commerce d'Orient au Moyen Âge

 | 
Damien Coulon

Troisième partie. Les agents de l'activité commerciale : le milieu humain

Chapitre X

Les marchands itinérants et autres preneurs de fonds

Quelques caractéristiques

Texte intégral

  • 1 Voir supra p. 225.

1Les preneurs de fonds méritent à leur tour une étude approfondie. Nous avons déjà eu l’occasion de remarquer qu’ils étaient deux fois moins nombreux que les bailleurs, soit 640 pour les premiers, contre 1289 pour les seconds. La spécialisation de quelques marchands itinérants dans la fonction d’accompagnement des biens confiés en commende explique que certains aient participé à de multiples commendes, ce qui n’était pas le cas des bailleurs1. Une centaine seulement de preneurs de fonds, tous citoyens de Barcelone, sont en effet présents dans les deux tiers de ces contrats, généralement confiés par des bailleurs différents. Le présent chapitre sera donc consacré à l’étude des activités très particulières de ce groupe ainsi qu’à ceux qui, sans exercer les fonctions de marchand, se voyaient également confier des biens pour le Levant — essentiellement des membres de l’équipage de navires. Enfin, ce développement sera aussi l’occasion de s’interroger sur la place et le nombre des individus qui s’étaient établis en Égypte et en Syrie afin d’y jouer le rôle de correspondants commerciaux.

I. — La vie des marchands itinérants vers le levant

  • 2 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 146-149 ; Ch.-E. Du (...)
  • 3 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 147 ; T. M. Vinyoles (...)
  • 4 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), ffos 13v°-16v° (1403) ; (...)

2Plusieurs études ont déjà décrit l’existence de ces professionnels du commerce, sillonnant les mers et le plus souvent absents de Barcelone2. Le cas de Francesc de Vic, bien connu grâce aux enquêtes de citoyenneté parfois menées à Barcelone, a ainsi retenu l’attention de plusieurs chercheurs3. Ce marchand apparaît en effet en avril 1403 dans la documentation notariée consacrée au commerce avec le Sultanat ; 25 Commendes lui sont alors remises en commun avec son collègue Jaume Rovira, pour un montant total de 2.755 livres, qu’ils doivent emporter sur la coque de Bernat Guardiola à destination de Rhodes, Jaffa et Beyrouth. Quelques mois à peine après leur retour (septembre 1404), Francesc de Vic recueille à nouveau près de 2.500 livres avec un nouveau coéquipier, Joan Prestador ; les deux hommes se rendent cette fois à Chypre, Beyrouth, Damas et Alexandrie sur la nef commandée par Pere Ferrer et Bernat Pellicer. Enfin, en août 1407, il s’apprête à nouveau à quitter Barcelone pour Rhodes, Chypre et Beyrouth, à bord de la galée de Gherardo de Doni, mais les marchandises qu’il emporte seul, cette fois, sont plus inhabituelles et leur valeur beaucoup plus réduite que lors des précédents voyages : sept draps de Perpignan, valant 84 livres, et cinq coupes d’argent qui n’atteignent que 49 livres et 10 sous4. En fait, nos connaissances relatives à ce dernier voyage sont fournies par un registre fiscal qui n’indique pas si ces biens lui avaient été remis en commende ; nous pouvons donc supposer que Francesc de Vic s’était désormais mis à son propre compte et ne convoyait plus les marchandises d’autrui, ce qui lui permettait de percevoir l’intégralité des bénéfices tirés de la vente de ces biens au Levant.

  • 5 AHCB, Fons Municipal, Consellers, Miscel.lania V, caixa 3 (7 juillet 1407) ; cité par Cl. Carrère, (...)

3C’est à ce moment précis (juillet 1407) qu’a lieu l’enquête de citoyenneté à son sujet. Le patron de nef Arnau Berenguer déclare alors que Francesc de Vic a été scribe à bord de son embarcation pendant dix années au cours desquelles ils se sont rendus tant en Flandre qu’en ultramar. De telles occupations se prêtent évidemment mal à la vie de famille, et de fait, comme l’ajoute Arnau Berenguer, si Francesc de Vic possède bien une esclave à Barcelone, il n’est pas encore marié ; il ne dispose pas non plus d’une maison personnelle, puisqu’il a toujours habité chez d’autres personnes auxquelles il verse un loyer. C’est donc là qu’il réside entre deux voyages et c’est aussi dans la Cité Comtale qu’il acquitte régulièrement ses contributions5.

  • 6 Beaucoup de ces marchands venaient d’autres localités catalanes et logeaient généralement chez des (...)
  • 7 Cl. Carrère, « La vie privée du marchand barcelonais dans la première moitié du XVe siècle », p. 26 (...)
  • 8 Sur les formules juridiques alors utilisées dans les commendes, voir J. M. Madurell i Marimon et A.(...)

4Nombreux sont ceux qui, comme Francesc de Vic, ne disposent que de leur force de travail et apparaissent régulièrement comme marchands itinérants parmi les nombreuses commendes à destination du Levant6, passant ainsi une grande partie de leur jeunesse à sillonner les mers, souvent au péril de leur vie, pour accompagner puis échanger les marchandises qui leur avaient été confiées. Car cette phase de périples successifs ne dure généralement qu’un temps, celui nécessaire au jeune marchand pour acquérir l’expérience concrète des affaires et pour tisser des réseaux personnels de relations7. Ces habitudes n’empêchent évidemment pas quelques négociants expérimentés de prendre la mer occasionnellement pour mener eux-mêmes à bien certaines opérations. Cependant, de nombreux accommenditaires précisent qu’ils sont âgés d’une vingtaine d’années ou déclarent voyager avec le consentement de leur père8.

  • 9 AHPB, Bemat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410) (...)
  • 10 Toutefois, Cl. Carrère fait fort justement remarquer que le mariage ne transformait pas pour autant (...)

5L’exemple de Francesc de Vic témoigne également de la relative sédentarisation qui caractérise souvent, dans un second temps, la carrière de ces marchands ; à partir de 1407, en effet, il ne figure plus dans les contrats en qualité marchand itinérant mais de bailleur de commendes pour l’Égypte et la Syrie9. Il joue ainsi un nouveau rôle qui ne lui impose plus d’affronter aussi souvent en personne les périls de la mer pour se rendre à l’autre bout de la Méditerranée. Sans doute put-il alors enfin se marier et posséder une maison, comme les témoins de l’enquête de 1407 lui en prêtaient l’intention prochaine10.

  • 11 Voir ces crois exemples de testaments rédigés peu avant un départ pour Alexandrie : celui de Ramon (...)
  • 12 AHPB, Bernat Nadal, Llibre de testaments (1393-1410), ffos 77r°-79v° ; seule une phrase laconique p (...)
  • 13 Aucune des commendes qu’il avait conclues avant ce voyage ne fut cassée. Sur la liquidation de ses (...)
  • 14 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 110r°-112v°, et AHPB, (...)
  • 15 Vicenç Pascal commercialisa avec régularité d’importantes quantités de marchandises expédiées vers (...)

6Car les dangers qu’encourt le marchand itinérant à travers ses nombreux voyages sont bien réels et il en est pleinement conscient, comme l’attestent les nombreux testaments établis avant de partir pour le Levant11. Celui d’Antoni Des Puig, rédigé le 2 mai 1404, ne précise pas que ce marchand s’apprête à se rendre à Beyrouth et à Damas sur la nef de Bernat Ferrer et de Pere Pellicer à partir du mois de septembre suivant ; or, c’est précisément dans la capitale syrienne qu’il trouva la mort dans des circonstances et à une date indéterminées — avant le 25 mars 1407, jour d’ouverture de son testament12. Son brusque décès place ainsi ses héritiers et exécuteurs testamentaires dans une situation très délicate puisqu’ils doivent rembourser aux bailleurs du défunt les marchandises confiées — pour une valeur de près de 2.130 livres —, qui sont restées à Damas et dont une partie est finalement récupérée après bien des efforts13. Pourtant, Antoni Des Puig devait être un homme d’expérience puisqu’au moins dix-sept autres commendes pour l’Égypte et la Syrie lui avaient été confiées, en mai 1396 puis en novembre 140014. Mais face à des circonstances exceptionnelles, même une solide connaissance du Proche-Orient mamelouk n’offrait pas d’échappatoire, comme en témoigne également le cas de Vicenç Pascal, l’un des plus importants preneurs de fonds pour la Méditerranée orientale entre 1391 et 1400, qui périt vraisemblablement lors du siège de Damas par Tamerlan ou peut-être en fuyant la Syrie après cet événement15.

  • 16 Voir l’appendice II, pp. 799-823.

7Sans doute la triste expérience d’Antoni Des Puig, qui avait reçu seul ses dernières commendes en 1404, justifiait-elle l’usage fréquent de remettre conjointement ces séries de contrats à deux marchands itinérants. En cas de mort accidentelle de l’un d’eux, l’autre pouvait ainsi toujours mener à leur terme les opérations à exécuter16. Et dans bien des cas, certains jeunes négociants qui s’initiaient aux affaires profitaient ainsi de l’occasion pour participer à leur premier voyage commercial en terres lointaines, en association avec un marchand expérimenté.

  • 17 Voir supra, pp. 49 et 200 et page précédente.
  • 18 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2314, f° 75r°.

8Les dangers ne manquaient pas en effet au cours des périples vers le Levant. Nous avons déjà relevé la peur qu’avait inspirée au pèlerin Nompar de Caumont sa traversée de la Méditerranée de Barcelone à Jaffa, ainsi que quelques cas d’accidents mortels17, sans parler des attaques, déjà évoquées, de pirates, corsaires ou ennemis momentanés de la Couronne d’Aragon. Une fois parvenus à bon port, marins et marchands itinérants n’étaient pas non plus tout à fait à l’abri, comme en témoigne cette rixe qui éclata à Alexandrie en février 1375 entre un marin du pàmfil royal Sant Joan Evangelista et un habitant de ce port et coûta la vie au premier18.

  • 19 Voir en particulier Jean-Noël Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens (...)
  • 20 ACA, Cancelleria Reial, Procesos en folio, leg. 129, no 18, ffos 7r° et 12r°.
  • 21 ACA, Cancelleria Reial, Procesos en folio, leg. 129, no 18, ffos 25v°-26v°.

9Toutefois, à en juger par le nombre de témoignages qui nous sont parvenus, le péril le plus courant provenait en définitive des maladies. Point n’est besoin de revenir sur les pestes qui ravagèrent l’Orient et l’Occident à partir de la seconde moitié du XIVe siècle pour démontrer l’importance de ce nouveau danger19. Plus concrètement, divers témoignages apportés lors du procès de Joan Ribalta (1375) évoquent le cas de deux marchands catalans — Francesc Buscarons, facteur d’en Urgell, et Salvador Des Quer — qui tous deux tombèrent gravement malades puis moururent à Alexandrie20. Joan Ribalta lui-même, alité et souffrant, crut sa dernière heure venue dans le port égyptien et fit alors rédiger son testament par le scribe du navire21. Au total, sur le groupe d’une quinzaine de marchands présents à bord de ce bâtiment, deux au moins périrent et l’un faillit succomber de maladie à Alexandrie.

  • 22 Voir la traduction de Gaston Wiet, « Le Traité des famines de Maqrīzī », Journal of Economic and So (...)
  • 23 J.-Cl. Garcin, Un centre musulman de la Haute-Égypte médiévale, p. 445.
  • 24 Manual de Novells Ardits, t. I, 4 août 1391.
  • 25 M. W. Dols, The Black Death in the Middle East ; et Id., « The Second Plague Pandemic and its Recur (...)
  • 26 J.-Cl. Garcin, Un centre musulman de la Haute-Égypte médiévale, p. 448 ; M. W. Dols, « The Second P (...)

10Le fameux Traité des famines de Maḳrīzī relate en effet que l’année 776 de l’Hégire (1373-1374) fut marquée par une crue insuffisante du Nil qui provoqua une disette importante ; l’accumulation des cadavres entraîna bientôt  une épidémie de peste très meurtrière22 ». Dans l’Égypte de la fin du XIVe et du XVe siècle, ce mal devint récurrent, frappant durement les individus les moins résistants à ce fléau, autrement dit les enfants et les étrangers23. De fait, en 1391, le chroniqueur du Manual de Novells Ardits rapporte que la galée marchande commandée par Jaume Cellerer ne put atteindre Alexandrie comme cela était prévu et dut se dérouter vers Beyrouth en raison de la « fevra » qui sévissait dans le port égyptien24. Les recherches consacrées à la peste au Proche-Orient ont en effet mis en évidence que les épidémies ayant périodiquement affecté cette région étaient de type pneumonique et non bubonique, ce qui entraînait une propagation beaucoup plus rapide de la maladie et provoquait des effets qui furent probablement encore plus dévastateurs qu’en Occident25. Selon toute apparence, la nette diminution des activités commerciales catalanes avec le sultanat mamelouk que l’on observe après 1405 — que l’on peut d’ailleurs aussi observer au départ d’autres ports européens — est à mettre sur le compte de la nouvelle épidémie qui frappa de nouveau l’Égypte26.

11Ne déduisons pas cependant de tous ces maux un tableau trop sombre des voyages entre les deux rives de la Méditerranée aux XIVe et XVe siècles. Ces lointains périples constituaient certes une aventure risquée, mais si de nombreux marchands occidentaux y ont régulièrement participé, c’est que les profits qui pouvaient en découler méritaient bien de braver tous ces dangers.

II. — Les membres d’équipage des navires, preneurs de fonds

  • 27 Voir le tableau 73, p. 499.

12De même que, parmi les bailleurs, le profil social dominant du marchand est nuancé par la présence d’autres professions, chez les preneurs de fonds, un autre groupe de métiers, plus homogène, apporte également sa contribution au commerce du Levant. Il s’agit des métiers liés à la navigation, qui sur l’ensemble de la période étudiée fournissent 16 % des accommenditaires, soit un pourcentage que n’atteint aucune autre profession — en dehors des marchands, bien entendu. Les membres d’équipage jouent donc un rôle de poids dans le trafic de Barcelone avec la Méditerranée orientale, mais qui globalement diminue assez fortement entre les années 1330 et la troisième décennie du XVe siècle27.

13Cet ensemble rassemble évidemment des professions diverses que l’on peut schématiquement répartir en deux groupes : celui des patrons et des scribes de navires, qui appartiennent en fait à l’état-major des embarcations, et celui des membres d’équipage proprement dits, soit l’ensemble des marins, servicials, calfats, charpentiers ou barbiers également présents à bord.

  • 28 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 38r°2 (1.031 livres e (...)
  • 29 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 176r°-181r°, et AHP (...)

14Le premier groupe est le mieux représenté des deux, avec un effectif de 53 individus relativement bien répartis sur l’ensemble de la période étudiée et parmi les tranches de capitaux investis. En effet, les bailleurs leur remettent parfois des contrats atteignant près de 1.000 livres28. Le montant moyen des accords qu’ils concluent est cependant de 115,5 livres, soit un résultat assez proche de celui relevé pour l’ensemble des contrats (127 livres). Scribes et patrons de navires ne constituaient donc pas des concurrents vraiment sérieux pour les marchands itinérants, tant pour les effectifs que pour le montant des capitaux confiés. Pourtant, certains capitaines d’embarcation agissaient bien comme les marchands, emportant vers Alexandrie ou Beyrouth toute une série de commendes, en compagnie d’un second accommenditaire, le plus souvent un marchand ; ainsi Francesc Fogassot, avec le marchand juif Bonjuha Samuel Bolaix dont il a déjà été question, ou Pere Saragossa, qui reçut une cinquantaine de commendes pour un montant total de près de 4.920 livres, essentiellement en compagnie du marchand Miquel Franch (31 contrats), mais aussi de Perico de Niubo (quatorze commendes) et de Tomàs Andreu Castilió (cinq contrats), à l’occasion du voyage qu’il effectua à destination de Rhodes, Chypre, Beyrouth et Damas, à partir du mois d’octobre 140429. Toutefois, dans la majorité des cas relevés, scribes et patrons de navires ne concluent guère plus de quatre ou cinq contrats, ce qui confirme l’impression que leur participation au commerce du Levant était modérée et demeurait généralement secondaire par rapport à leurs fonctions de navigateur et de gestionnaire du navire.

  • 30 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 36r°2.

15Les marins et autres membres d’équipage recevant des commendes pour les mêmes destinations sont à peine moins nombreux (49), mais les sommes qu’ils reçoivent sont considérablement plus faibles : la moyenne du montant des contrats s’établit à 31 livres seulement, soit la plus faible pour l’ensemble des corps de métiers distingués. Un seul contrat dépasse les 100 livres30 et rares sont ceux qui dépassent le seuil des 50 livres. Les bailleurs de ces contrats sont eux aussi souvent issus du même milieu professionnel ou de la foule des petits métiers sans rapport avec le grand commerce. Par ces opérations, ils investissaient quelques économies dans le trafic avec le Levant, espérant aussi recueillir leur modeste part de bénéfices. Mais ils ne pouvaient pour cela s’adressera ces véritables professionnels qu’étaient les marchands et se rabattaient donc sur des individus de même origine sociale et dont le métier les amenait à se rendre en Égypte et en Syrie. Compte tenu de ces caractéristiques, il n’est évidemment pas surprenant de voir progressivement disparaître ces petites gens après le début du XVe siècle, au moment où le niveau global des investissements se redresse et où les marchands évincent peu à peu les autres professions du négoce avec le Levant.

  • 31 AHPB, Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1 385), f° 74v°3 (marin de Sitg (...)
  • 32 Voir le cas des deux patrons de navire Rodrigo Gutiérrez de Santander (AHPB, Tomàs de Bellmunt, Ter (...)
  • 33 L’origine précise de certains d’entre eux n’est pas précisée, c’est pourquoi le total n’atteint ici (...)

16La mobilité géographique qu’imposent ces métiers de la navigation élargit également l’horizon de leurs origines. À la différence des marchands itinérants, qui sont presque tous Barcelonais ou habitent au moins la capitale catalane, quelques membres d’équipage et d’état-major proviennent aussi du reste de la Catalogne — notamment des ports de la côte, tels que Sant Feliu de Guíxols ou Sitges31 — et même du Pays Basque32. Mais dans l’ensemble, ces quelques marins et patrons de navire non barcelonais restent bien moins nombreux (ii) que ceux qui étaient originaires de la capitale catalane (77)33.

III. — Les marchands catalans installés en Égypte et en Syrie : essai d’évaluation34

  • 34 Ce développement a fait l’objet d’une communication présentée au colloque Migrations et diasporas m (...)
  • 35 Voir Cl. Carrère, « Barcelone et le commerce de l’Orient à la fin du Moyen Âge », p. 367 ; et la co (...)
  • 36 Al. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione delta Corona d’Aragona net secolo XV, p. 83 ; E.(...)

17Cl. Carrère a déjà affirmé depuis longtemps qu’aucun Catalan ne s’était installé en tant que facteur commercial en Égypte ou en Syrie, et cette assertion a également permis de justifier la persistance d’un usage massif des commendes dans le trafic avec ces destinations35. Pourtant, d’autres auteurs ont relevé la présence de Catalans assurant de telles fonctions dans ces contrées. M. Del Treppo cite par exemple le cas du marchand Lleonard Crestià, correspondant de son frère Guillem, qui devait payer en 1416 une lettre de change à Alexandrie, et surtout, E. Ashtor a relevé dans les sources vénitiennes, également pour le début du XVe siècle, la trace de modestes communautés n’excédant pas une vingtaine d’individus installés à Alexandrie et secondairement à Damas36. Faut-il voir dans cette contradiction une manifestation supplémentaire du débat opposant les partisans de la thèse du déclin des activités économiques de Barcelone à partir de la seconde moitié du XIVe siècle (Cl. Carrère) à ceux qui, à l’inverse, défendent celle d’un réel dynamisme de ce port jusque dans la première moitié du XVe siècle (M. Del Treppo) ? Ou bien d’autres raisons, moins discutées, sont-elles à l’origine de cette divergence de vues ?

  • 37 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 229-233.
  • 38 Ibid., p. 231, n. 198 et p. 232, n. 206.
  • 39 Nicolau Sant Pere (E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 226) ; Antoni de Sori (ibid (...)
  • 40 Comme l’indique également E. Ashtor lui-même, rappelant que Nicolau de Sant Pere s’était fait conna (...)
  • 41 Voir le développement consacré à la piraterie, supra, pp. 209-210 ; également, F. Thiriet, Régestes (...)

18Reprenons tout d’abord les arguments d’E. Ashtor. Celui-ci a conclu à la présence durable de Catalans en Égypte et en Syrie à partir de leur mention parmi les actes des notaires vénitiens ayant instrumenté à Damas et Alexandrie au cours du XVe siècle37. Il cite même nommément quelques-uns d’entre eux, tel Nic. Sampier », qui vendit une esclave à Alexandrie en août 1416, ou Antoni de Sori, dont E. Ashtor affirme qu’il résida dans le port égyptien au moins entre 1400 et 1406 puisque ce personnage figure dans plusieurs contrats instrumentés par le notaire vénitien Antonello de Vataciis au cours de ces deux années38. Or, comme E. Ashtor le signale lui-même dans d’autres passages de son étude Levant Trade in the Later Middle Ages, ces deux individus étaient en fait des patrons de navire, ce que confirme d’ailleurs la documentation barcelonaise39. Le premier est même bien connu, puisqu’il s’agit du fameux pirate catalan Nicolau Sant Pere, tristement célèbre dans les eaux de Méditerranée orientale entre 1416 et 142040. Plusieurs réclamations du Sénat vénitien témoignent également que Sant Pere avait en réalité établi à Rhodes sa base arrière, grâce à la bienveillance des Hospitaliers41. Sa présence à Alexandrie n’était donc que passagère ; il y écoulait sans doute une partie du butin saisi au cours de l’un de ses nombreux exploits de pirate et participait peut-être aussi au trafic des esclaves pontiques et grecs, dont le système mamelouk avait si grand besoin et qui parvenaient effectivement en grand nombre dans l’île des Hospitaliers, située à mi-chemin entre la mer Noire et l’Égypte. Ces deux personnages constituent donc des contre-exemples flagrants qui invitent à douter de la méthode utilisée par E. Ashtor pour conclure à la présence d’une petite communauté de commerçants catalans durablement installée à Alexandrie et Damas. De même que ces deux patrons de navire, les autres négociants du Principat mentionnés par les minutiers de notaires vénitiens établis dans ces deux cités marchandes avaient en fait fort bien pu conclure un contrat lors d’un simple passage en Égypte ou en Syrie, où ils se rendaient en effet régulièrement mais pour une durée limitée, comme l’attestent les très nombreux contrats de commendes barcelonais de la fin du XIVe siècle et du début du siècle suivant.

  • 42 Voir respectivement les développements consacrés aux lettres de change et aux changes maritimes inv (...)
  • 43 ACA, Cancelleria Reial, reg. 2387, f° 142v° ; voir en outre les développements consacrés à la diplo (...)
  • 44 Rappelons enfin que les opérations commerciales prévues pour Alexandrie en mars 1416 ne sont pas co (...)

19Quant à l’exemple développé par M. Del Treppo, nous avons vu qu’en fait le type de transaction auquel cet auteur fait allusion dans le cas des frères Crestià n’était pas une lettre de change mais un change confié en commende par son bénéficiaire ; comme à l’accoutumée, cette opération devait être réalisée par un marchand itinérant qui rapportait des marchandises d’importation à Barcelone et non par un agent permanent basé à Alexandrie ou Damas42. Rappelons en outre qu’au moment où le contrat fut conclu — soit en mars 1416 — celui qui n’était encore que le prince héritier Alphonse avait ordonné à tous les sujets de la couronne d’Aragon de quitter le Sultanat depuis le 31 juillet de l’année précédente afin de pouvoir mener à bien l’expédition de course qu’il préparait et d’éviter que des sanctions ne s’abattent sur eux en cas de représailles43. À supposer que Lleonard Crestià ait effectivement résidé à Alexandrie, il aurait ainsi disposé de tout le temps nécessaire pour être informé de la nouvelle et aurait donc pu quitter l’Égypte44. Les exemples développés tant par E. Ashtor que par M, Del Treppo ne prouvent donc pas que les Catalans aient disposé de facteurs commerciaux installés durablement en Égypte ou en Syrie.

  • 45 Voir le développement consacré aux Casasaja, supra, pp. 520-521, et AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual (...)
  • 46 Concernant l’installation de marchands catalans à Chypre, voir également A. Luttrell, « Notes on Cy (...)

20Comme le montre également le dernier cas analysé, le fait que le destinataire d’une somme ou de marchandises à remettre en Égypte ou en Syrie soit déclaré absent de Barcelone lors de la signature du contrat n’implique pas que l’intéressé résidait de fait dans ces pays. Par ailleurs, nous avons déjà examiné le cas des frères Guillem et Perico de Casasaja qui, dans les mêmes conditions, devaient recevoir à Alexandrie et à Chypre des biens confiés en commende dans la Cité Comtale par leur frère Bernat. Or le contrat à destination de l’île des Lusignan précisait que les deux frères s’y trouvaient effectivement au moment de la signature des accords45. Ces derniers ne résidaient donc pas non plus dans le port égyptien et avaient sans doute préféré s’installer à Chypre en raison de son rôle de tête de pont chrétienne du commerce vers la Méditerranée orientale46.

  • 47 A. Garcia i Sanz et M. T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona, t. (...)
  • 48 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 49r°-51r° (18 au 28 (...)

21Un dernier cas de change maritime mérite encore d’être analysé, puisque le bénéficiaire de l’opération, Berenguer Pomar, se trouvait à Damas au moment de la conclusion de l’accord, comme le stipule bien la minute notariale elle-même47. Tout porterait donc à croire que ce marchand était installé dans la capitale syrienne ; or il n’en est rien, car il avait en fait reçu une dizaine de commendes à destination de la Syrie, deux mois plus tôt, à Barcelone48. Berenguer Pomar venait donc tout juste de parvenir à Damas au moment où le change maritime fut instrumenté — d’où son absence signalée —, mais il n’avait aucunement l’intention de s’établir dans la capitale syrienne puisqu’il allait devoir rendre compte à Barcelone de la série des commendes qu’il y avait reçues quelques semaines plus tôt.

22C’est donc avec la plus grande circonspection qu’il importe d’utiliser les informations relatives à la présence de marchands occidentaux en Méditerranée orientale fournies par les contrats notariés.

  • 49 ACA, Cancelleria Reial, reg. 2360, ffos 168v°-169r° (7 janvier 1413).
  • 50 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410 (...)
  • 51 ADB, Registra Comunium, 45, ffos 94r°-95r° ; 49, f° 74r°-v° ; et 49, f° 131r°-v°.
  • 52 Le seul consul des Catalans alors en poste en Égypte et en Syrie en 1413 résidait à Alexandrie ; c’ (...)

23Malgré toutes ces réserves, quelques très rares documents semblent bien attester l’établissement durable de sujets de la couronne d’Aragon en Égypte et en Syrie, mais le peu que nous sachions de leurs activités professionnelles ne correspond pas, ou imparfaitement, au rôle attendu de ces individus expatriés. Ainsi, en 1413, le roi Ferdinand Ier faisait prendre des dispositions pour récupérer des biens d’une valeur de 3.500 livres, autrefois possédés par le marchand Lluís Des Cavall mort à Beyrouth et confisqués par Miquel Andreu, Joan Rosselló et Arnau de Matamala, tous trois sujets du roi et qualifiés d’« hostes e factors de Catalans en Barut »49. Ces derniers personnages étaient donc probablement établis dans ce port, où effectivement ils jouaient un rôle de correspondants. On notera toutefois qu’ils n’agissaient pas pour le compte de marchands capitalistes précis restés à Barcelone ou en Catalogne, dans le cadre d’intérêts privés. Ils n’étaient pas non plus d’actifs négociants animant les échanges entre cette région et le Levant, car parmi ces trois personnages, seul Miquel Andreu apparaît parmi les nombreuses commendes du début du XVe siècle en tant que marchand itinérant et pour une modeste somme : 35 livres seulement50. Arnau de Matamala lui non plus n’est pas un inconnu puisqu’il exerça la fonction de scribe de navire au cours d’au moins trois voyages entre 1392 et 140351. Ces trois hommes ne présentent donc pas le profil attendu de facteurs commerciaux. En revanche, l’expression qui caractérise leurs fonctions à Beyrouth indique clairement qu’ils tenaient lieu de correspondants pour l’ensemble des Catalans, peut-être — mais c’est là pure hypothèse — dans le cadre des institutions consulaires, qui elles aussi étaient collectivement destinées aux marchands du Principat52.

24Un autre témoignage intéressant est fourni par le récit de la fuite du dernier consul catalan de Syrie, Pere de Quintana, face aux armées de Tamerlan à la fin de l’année 1400. Il raconte en effet que depuis Damas il avait gagné Beyrouth, « cum meis famulis et factoribus et cum aliquibus aliis christianis ». Il était donc bien accompagné par sa suite et par des facteurs personnels qui vivaient avec lui dans la capitale syrienne au moment de l’approche des troupes de Tamerlan ; mais comme précédemment, le profil de ces individus ne correspond pas au modèle plus attendu de correspondants au service d’un marchand bailleur de fonds resté en Catalogne. De plus, les derniers membres du groupe accompagnant le consul sont simplement qualifiés de chrétiens » et non de Catalans ou même de sujets de la couronne d’Aragon : faut-il en conclure qu’il ne se trouvait pas parmi eux assez de candidats à l’expatriation pour compléter l’entourage du consul, qui devait donc les recruter parmi les autres communautés chrétiennes ? Ou, plus simplement, doit-on en déduire que ces autres chrétiens avaient simplement pris la fuite avec Pere de Quintana ? Son témoignage reste malheureusement trop imprécis sur ce point pour nous permettre de trancher avec certitude.

  • 53 Une commende datée d’août 1407 indique qu’il avait alors entre 20 et 25 ans (J. M. Madurell i Marim (...)
  • 54 Sa propre lettre datée du 1er avril 1410 révèle qu’il était arrivé à Alexandrie seulement trois moi (...)

25En fait, les seuls véritables facteurs commerciaux catalans résidant assurément en Égypte et agissant pour le compte de marchands restés à Barcelone sont des correspondants de la compagnie Datini qui représentaient la succursale barcelonaise de cette société toscane. Deux lettres provenant des archives de cette firme et datées de 1410 fournissent en effet des indications sur l’état du marché d’Alexandrie et sur le cours des principales denrées échangées. L’auteur de la première est bien connu, puisqu’il s’agit de Lluís Sirvent ; nous savons qu’à cette date il avait entre 23 et 28 ans53 ; ce poste stratégique ne constitua donc apparemment qu’une étape au début de sa longue carrière. Ces deux missives permettent en outre de calculer que son séjour en tant que représentant de la compagnie à Alexandrie dura moins d’une année54. Toutefois, le fait le plus significatif qui transparaît de ces deux lettres est assurément que, si ces deux marchands du Principat jouaient effectivement le rôle de facteurs commerciaux en Égypte, ils n’agissaient finalement pas pour le compte d’intérêts catalans. Ainsi, malgré son abondance, la documentation dépouillée atteste seulement dans le cas de quelques rares sujets de la couronne d’Aragon, au profil atypique dans ce milieu largement dominé par les marchands de Barcelone, la capacité d’assumer effectivement la tâche de représentants commerciaux en Égypte ou en Syrie ; mais celle-ci ne paraît pas en définitive répondre à de véritables objectifs privés catalans, ni à des besoins fréquents de la part de ces commerçants.

  • 55 On trouvera la liste de ces neuf notaires et la référence précise de leurs minutiers dans E. Ashtor(...)
  • 56 M. T. Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mari els consolats d’Ultramar, instrument i manifestació de (...)
  • 57 ACA, Cancelleria Reial, Procesos en folio, leg. 129, no 18, f° 25v°.
  • 58 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 140 (n. 234-235), 148 (n. 305), 151 (n. 318), (...)
  • 59 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 121.
  • 60 ADB, Registra Comunium, 48 ffos 32r°-33v°, Un autre ( ?) personnage homonyme apparaît également dan (...)

26Trois autres indices confirment ce constat décisif. Tout d’abord, les Catalans ne semblaient pas disposer de notaire dans ce pays, à la différence des Vénitiens, qui purent compter sur les services d’au moins un notaire à Damas et de huit autres à Alexandrie au cours du XVe siècle55. Les minutiers d’un éventuel tabellion catalan qui se serait établi un temps dans l’une de ces deux cités ont certes pu disparaître ; de fait, l’un d’entre eux devait théoriquement être présent dans les funduḳ-s des Catalans, y compris en pays musulman56. Pourtant, à Alexandrie en 1375, quand le marchand Joan Ribalta crut que sa dernière heure était arrivée, il put seulement recourir, pour faire rédiger son testament, au scribe du navire sur lequel il était arrivé57. Par ailleurs, la mention assez régulière de Catalans parmi les contrats instrumentés par des notaires vénitiens à Damas et Alexandrie, au moins pendant les deux premiers tiers du XVe siècle58, tend également à démontrer que les Catalans ne disposaient pas de leurs propres tabellions dans ces villes. CL Carrère a certes relevé l’existence d’un certain Guillem Pere de Costabella, « scriptor mercatorum christianorum » auprès du dernier consul catalan de Damas, Pere de Quintana, qui fut notamment chargé d’enregistrer les doléances de ce dernier après sa fuite de Syrie à la fin de l’année 140059. Mais en réalité, Guillem Pere de Costabella n’était autre que le scribe du navire qui avait précisément ramené le consul à Barcelone lors du siège de Damas par Tamerlan60. Il ne s’agissait donc pas d’un véritable notaire public agissant au nom de l’autorité royale. L’absence d’un tel notaire à Damas et à Alexandrie constitue donc un indicateur supplémentaire d’une communauté catalane aux effectifs plutôt réduits.

  • 61 AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes (novembre 1388 - mai 1389), f° 13v°2, et AHPB, Bernat Nadal, M (...)

27Quelques documents indiquent en outre que si des marchandises particulièrement pesantes — le corail notamment — n’étaient pas vendues et ne pouvaient donc être réexpédiées pour une autre destination sans frais supplémentaires importants, elles devaient être remises sur place à Damas au consul des Catalans en personne61. Nul doute que s’il s’était trouvé dans cette ville des correspondants commerciaux catalans, c’est bien vers eux que les marchands se seraient alors tournés en priorité pour assumer cette tâche de stockage.

  • 62 M. A. Alarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos árabes diplomáticos del Archiv (...)
  • 63 M. A. Alarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos arabes diplomáticos del Archiv (...)
  • 64 A. López de Meneses, « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », doc. (...)
  • 65 ACA, Reial Patrimoni, Batllia General, reg. 1065, ffos 84r°-83v° (16 mars 1388), [Azmet Pupis, rési (...)
  • 66 On a vu supra (pp. 572-573) que très peu de marchands originaires du royaume d’Aragon proprement di (...)

28Enfin, cette absence de facteurs commerciaux catalans en Égypte et en Syrie est encore indirectement confirmée par plusieurs témoignages faisant état de contacts directs entre marchands catalans et arabes, bien que notre documentation soit largement tributaire des contrats de commende, dont les sujets du Sultan étaient par nature exclus. Plusieurs dispositions du traité de 1430 attestent ce fait de façon évidente : deux articles font allusion à la présence d’un interprète au moment des transactions62. Les accords, de même que les litiges, entre Catalans et Mamelouks font également l’objet de plusieurs articles destinés à en fixer de façon précise les modalités de règlement63. On pourra certes faire remarquer qu’il est dans la nature même d’un traité bilatéral de définir les relations que sont amenés à entretenir les sujets appartenant aux deux États contractants ; cependant, rappelons que les traités de 1290 et 1293 abordaient seulement les rapports diplomatiques entre souverains, laissant de côté les aspects commerciaux. En plus de ce traité, nous disposons de plusieurs exemples de tractations directes entre marchands catalans et mamelouks64, en tout cas plus nombreux que la poignée de sujets de la couronne d’Aragon dont la présence en Égypte et en Syrie est attestée par les mêmes sources. Parmi ces documents, une attention toute particulière doit être portée à deux cas révélant l’existence de correspondants commerciaux ou d’interprètes musulmans installés à Damas et comptant dans leur proche parenté des coreligionnaires sujets de la couronne d’Aragon65. Ces personnages soumis à l’autorité du sultan du Caire jouaient donc un rôle privilégié, mais sans doute exceptionnel, d’intermédiaires avec les commerçants catalans. Les principales communautés musulmanes de Catalogne étant situées bien au sud et à l’ouest de Barcelone, bien peu de leurs membres étaient en contact avec le grand port catalan ; les deux exemples cités révèlent des liens avec différents membres de la même famille installés en fait à Saragosse66.

29Si quelques marchands catalans s’établirent effectivement en territoire mamelouk, ce fut donc en très petit nombre et pour y jouer un rôle commercial discret. Ce constat essentiel ne constitue pas, malgré les apparences, un argument en faveur de la thèse du déclin des activités commerciales de Barcelone aux XIVe et XVe siècles, puisque nous savons que les Barcelonais entretenaient par ailleurs des échanges réguliers et substantiels avec l’Égypte et la Syrie. Comment résoudre cette apparente contradiction ? La solution réside en fait dans l’analyse des techniques commerciales barcelonaises, que nous savons largement dominées par les contrats de commende, imposant à de nombreux marchands itinérants des allers-retours réguliers vers Damas et Alexandrie pour y commercialiser les biens confiés et dispensant du même coup les principaux négociants d’y entretenir des correspondants permanents. Ainsi s’explique on l’a vu, la permanence de ce type d’accord, malgré sa rigidité et son relatif archaïsme.

  • 67 G. Petti Balbi, « La massaria genovese di Alessandria d’Egitto nel Quattrocento », p. 350, estime q (...)
  • 68 Le premier registre du dret de les drassanes (1417-1433) fait état, au départ de Rhodes, de l’appar (...)
  • 69 Il s’agit de Pere Seguerrat, notaire public agissant « per auctoritat reyal » à Rhodes en 1405 ; ce (...)

30Les conditions dans lesquelles s’inscrivait le trafic de Barcelone avec le Levant se révèlent donc assez différentes de celles dont bénéficiaient les Vénitiens ou les Génois67. C’est sans doute parce qu’ils s’étaient lancés plus tard que leurs concurrents italiens dans le commerce avec l’Égypte et la Syrie que les Catalans demeurèrent rares à s’implanter dans les principales cités marchandes de ces pays. Ils avaient en fait préféré se replier sur les têtes de pont chrétiennes du commerce en Méditerranée orientale que constituaient les îles de Chypre et surtout de Rhodes, où l’ordre des Hospitaliers fut précisément dominé par les Catalans et les Aragonais à partir des années 1420. Tel est du moins ce que l’on peut déduire du rôle de plus en plus actif joué par Rhodes dans les courants d’échanges animés par les marchands du Principal68, mais aussi de la présence d’un notaire catalan dans cette île, signalée dans la documentation notariale barcelonaise69. Mais il faudrait bien sûr brasser une documentation beaucoup plus vaste centrée sur Rhodes, afin de pouvoir avancer quelques chiffres représentatifs de cette communauté établie dans l’île des Hospitaliers et d’éviter ainsi le travers consistant à confondre marchands de passage et facteurs commerciaux installés à demeure.

IV. — Marchands égyptiens et syriens commerçant avec la Catalogne

  • 70 D. Régnier-Bohler (dir.), Croisades et pèlerinages, p. 1304 ; Benjamin de Tudèle écrit, sans doute (...)
  • 71 Voir l’article de Subhi Y. Labib, « Kārimī », dans l’Encyclopédie de l’Islam, t. IV, 1973, et J.-Cl (...)

31Le témoignage de Benjamin de Tudèle à la fin des années 1160, puis une ordonnance du roi Jacques Ier de 1227, révèlent qu’à cette époque le port de Barcelone était encore fréquenté par des navires égyptiens et syriens70. Pourtant, quelques décennies plus tard, sous la domination mamelouke, les armateurs occidentaux, dont les Catalans, paraissaient en position de monopole pour assurer les transports d’une rive à l’autre de la Méditerranée, et ce bien que les kārimī-s aient continué jusqu’au XVe siècle à jouer un rôle de premier plan dans le trafic des épices entre l’Asie du Sud et le Proche-Orient71. Quelques rares et précieux documents catalans apportent des précisions supplémentaires sur le rôle joué par certains marchands sujets des sultans mamelouks dans le commerce entre leur pays et Barcelone.

  • 72 AHPB, Guillem Donadeu, Manual dels actes del periatge (1404-1408), 9 avril 1405 (folios non numérot (...)

32Lors de sa fuite de Damas face aux armées de Lamerían en décembre 1400, le consul Pere de Quintana avait été dévalisé par un émir syrien avant d’avoir pu monter à bord du navire qui devait le ramener en Catalogne. Une fois rentré au pays, l’ancien consul demanda en vain aux autorités mameloukes des dédommagements. Le roi Martin décida donc finalement de faire prélever, par le biais d’une taxe sur les marchandises transportées par les marchands égyptiens et syriens, la somme que Pere de Quintana exigeait en compensation de la perte subie. Toutefois, l’ancien consul n’obtint pas davantage réparation par ce moyen que par le précédent, sans doute en raison du nombre insignifiant de négociants sujets du sultan fréquentant la Catalogne ; c’est pourquoi, en novembre 1402, le viguier de Barcelone fit verser une indemnité de 1.467 livres I sou et 6 deniers à l’ancien consul72. L’épilogue de cette affaire confirme donc que les marchands catalans monopolisaient complètement le commerce de Barcelone avec le Sultanat, du moins au cours de ces premières années du XVe siècle, qui correspondent en effet au niveau maximal d’activité relevé dans les échanges commerciaux avec le Levant.

  • 73 Ce marchand, dont le nom est visiblement corrompu (il est aussi appelé Ubach, terme typiquement cat (...)
  • 74 ACA, Cancelleria Reial, reg. 2682, ffos 40r°1 et 40r°2 (26 février 1426).
  • 75 ACA, Cancelleria Reial, reg. 2485, ffos 83v°2 et 84v°1 (12 avril 1426).
  • 76 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 2v°3 (3 août 1426) ; exceptionnellement, cet (...)
  • 77 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 2v°3 (3 août 1426).

33Pourtant, en février 1426, au moment même où les puissances chrétiennes redoutaient une attaque des Mamelouks contre l’île de Chypre, qui était encore aux mains des Lusignan, un certain Bulach, marchand arabe de Syrie73, arriva à Barcelone à bord de la galée commandée par Lluís Sirvent, qui revenait précisément des territoires soumis au sultan du Caire. Dans ce contexte de tension, le roi Alphonse V commença par s’étonner que ce négociant ait pu parvenir en Catalogne sans sauf-conduit74. Néanmoins, puisqu’il arrivait chargé d’épices et, surtout, que sa venue laissait espérer une détente dans les relations avec les Mamelouks, il lui fut quand même fait bon accueil75. Ce Bulach repartit finalement au début du mois d’août 1426, à bord d’un navire à destination de Rhodes, sur lequel il avait chargé des marchandises pour une valeur de 300 livres de Barcelone76. Au total, il passa donc près de six mois en Catalogne et approfondit les liens qui l’unissaient à d’importants hommes d’affaires de Barcelone, puisque les registres du dret de les’drassanes révèlent que Lluís Sirvent acquitta pour lui cette taxe la veille de son départ de Barcelone77. Aucune source ne le mentionne plus par la suite ; sans doute le débarquement à Chypre des troupes du Sultan, puis la capture du roi Janus lors de la bataille de Chierokitia, dès le 7 juillet 1426, mirent-ils un terme à cette expérience, qui resta unique d’après les sources dont nous disposons.

34Ces quelques rares documents, ainsi que l’absence d’autres mentions de marchands syriens ou égyptiens parmi les sources barcelonaises, confirment bien qu’une sorte de répartition des transports s’était établie entre marchands kārimīs et occidentaux à l’époque des Mamelouks : les premiers rapportaient les épices d’Asie du Sud vers le Proche-Orient, tandis que les seconds les acheminaient ensuite vers l’Europe. Dans ce partage des tâches, l’Égypte et la Syrie jouaient donc un rôle essentiel d’interface entre Orient et Occident.

Conclusion

35En dépit des quelques cas relevés de membres d’équipages jouant le rôle de preneurs de fonds, de l’existence avérée de rares marchands catalans installés en Égypte et en Syrie, où ils exerçaient en fait des fonctions bien particulières, et même du voyage d’un négociant syrien venu jusqu’à Barcelone, les véritables protagonistes de ces échanges entre la Cité Comtale et le sultanat mamelouk restaient bien les marchands itinérants barcelonais. C’est en fait avant tout grâce à eux et malgré les nombreuses difficultés qu’ils devaient affronter, qu’une navette régulière de vaisseaux chargés de riches marchandises s’établit entre ces deux pôles économiques et dans le cadre de techniques commerciales tout à fait spécifiques à ces relations.

Notes

1 Voir supra p. 225.

2 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 146-149 ; Ch.-E. Dufourcq, La vie quotidienne dans les ports méditerranéens au Moyen Âge, pp. 25-28 ; C. Baille i Gallart, « La vida y las actividades de los mercaderes de Barcelona dedicados al comercio marítimo » ; T. M. Vinyoles i Vidal, La vida quotidiana a Barcelona vers 1400, p. 85 ; et M. Aurell i Cardona, Els mercaders catalans al quatre-cents, pp. 98-107.

3 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 147 ; T. M. Vinyoles i Vidal, La vida quotidiana a Barcelona vers 1400 ; et D. Coulon, « Le commerce barcelonais avec la Syrie et l’Égypte, d’après les actes du notaire Tomàs de Bellmunt », pp. 226-227.

4 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), ffos 13v°-16v° (1403) ; ffos 58r°-62r° (1404), et ACA, Generalitat, reg. G.186. 1 bis, ffos 104r°, 109v°, 114v° (1407).

5 AHCB, Fons Municipal, Consellers, Miscel.lania V, caixa 3 (7 juillet 1407) ; cité par Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 147 et par T. M. Vinyoles i Vidal, La vida quotidiana a Barcelona vers 1400, p. 85.

6 Beaucoup de ces marchands venaient d’autres localités catalanes et logeaient généralement chez des négociants bien établis, comme le montrent les quelques exemples suivants : Antoni, fils de Jaume Barbara, de Montagut dans l’archevêché de Tarragone, hébergé chez l’honrat Joan Sa Tria, marchand et citoyen de Barcelone (accommenditaire pour le Levant en septembre 1404 (AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes [septembre 1402 - avril 1406], ffos 57v°-62v°) ; Antoni, fils de Joan Cardona, originaire de la ville de Cardona et logé chez l’honrat Hug dAguilar, boutiquier de Barcelone (preneur de contrats pour le Levant en août 1409 (AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum [octobre 1404 - août 1410], ffos 72r°-74r°) ; Guillem, fils de Joan de Comelles, marchand et citoyen de Gérone, habitant chez le négociant Gabriel Gomis (AHPB, Bemat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum [octobre 1404 - août 1410], f° 41r°5) et acommenditaire pour la Syrie et l’Égypte en août 1407 puis en août 1409 (ibid., ffos 38v°-42v°, 75v° et 77r°), etc.

7 Cl. Carrère, « La vie privée du marchand barcelonais dans la première moitié du XVe siècle », p. 264.

8 Sur les formules juridiques alors utilisées dans les commendes, voir J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, pp. 90-92. Voir concrètement le cas de Lluís Sirvent, qui déclare avoir entre 20 et 25 ans en août 1407 (ibid., doc 174), Trois ans plus tôt, dans une série de commendes conclues en août 1404 à destination de Beyrouth et Damas, Joan, fils d’Antic Marquet, dit avoir entre 18 et 25 ans et agir « cum consensu, licencia et voluntate dicti patris met » (AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], ffos 141r°-142v°). Francesc, le fils du notaire Antoni Brocard, déclare même avoir entre 15 et 25 ans et disposer, lui aussi, de l’autorisation de son père pour se rendre à Rhodes et Alexandrie, en juin 1429 (AHPB, Bernat Sans, Manual de comandes [août 1428 - octobre 1430], ffos 14r°2-14v°1).

9 AHPB, Bemat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 41v°2 ; AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - novembre 1417), f° 12r°4 ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Quartus liber manuale comendarum (janvier 1414 - janvier 1417), f° 20v°2 ; Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, no 8 (commendes contractées entre 1407 et 1415 ; mais la dernière a en fait été rachetée par Francesc de Vic en 1416).

10 Toutefois, Cl. Carrère fait fort justement remarquer que le mariage ne transformait pas pour autant tous ces marchands itinérants « en autant d’Hercules filant aux pieds d’Omphale », citant le cas de Gaspar de Muntmany, parti pour le Levant à l’âge de 46 ans en 1451 (Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 147, n. 9).

11 Voir ces crois exemples de testaments rédigés peu avant un départ pour Alexandrie : celui de Ramon Sabater (cité sans date par T. M. Vinyoles i Vidal, « La vita quotidiana della gente di mare [esempi barcellonesi dei secoli XIV e XV] », Medioevo, 21, 1996, pp. 9-36, spéc. p. 13) ; celui de Joan Ballester (septembre 1409 [ ?] ; AHPB, Bernat Nadal, Plec de documentació diversa) ; et celui de Miquel Batlle en 1450 (rapporté par M. Aurell i Cardona, Els mercaders catalans al quatre-cents, p. 105, n. 63).

12 AHPB, Bernat Nadal, Llibre de testaments (1393-1410), ffos 77r°-79v° ; seule une phrase laconique précise qu’Antoni Des Puig est mort à Damas, selon le témoignage de diverses personnes qui l’accompagnaient mais qui ne sont pas citées (ibid., f 79v°). Au sujet des commendes reçues au cours de cet ultime voyage, voir AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 146r°-v°, 149r° et 160r°-161v°. Pere Milana, facteur du marchand de Perpignan Guillem Roger Susan, était également mort en Égypte ou en Syrie dans l’exercice de ses fonctions, en 1368 (Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », doc. 123).

13 Aucune des commendes qu’il avait conclues avant ce voyage ne fut cassée. Sur la liquidation de ses dettes par ses héritiers et exécuteurs testamentaires, voir AHPB, Bernat Nadal, Quintus liber apocarum diversarum [manumissoriarum] (1407-1417), ffos 31r°-37 bis r° et 181r°-185v°. Voir en outre L. Camos y Cabruja, « Referencias documentales en tonto al tráfico del coral en Barcelona », pp. 147-148 et doc. 2-4 : Bernat Muntaner, représentant à Damas de Leonardo de Doni et d’Antoni Vidal, devait récupérer en 1408 une partie du corail qui était en la possession d’Antoni Des Puig quand celui-ci mourut, en restitution de l’essentiel des sommes confiées en commende par ces deux bailleurs en août et septembre 1404 (AHPB, Bemat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], ffos 146v° et 160r°).

14 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 110r°-112v°, et AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 74v°-75r° et 119r°.

15 Vicenç Pascal commercialisa avec régularité d’importantes quantités de marchandises expédiées vers l’Egypte et la Syrie entre 1391 et 1400, puis disparut sans laisser de trace dans la documentation, pourtant abondante, des années suivantes : voir ADB, Registra Comunium, 45, f° 15r°-v° et 48, ffos 32r°-33v° (1391 et 1400) ; AHPB, Bemat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 12v°-13r° (1393), ffos 34r°-46v° (1394), ffos 121v°-126v° (1396) ; AHPB, Bemat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 12v°-14r° et 17r°-18r° (1398) et ffos 52r°-54v° (1400). Pour mesurer l’importance des sommes qui lui furent confiées au total, voir également l’appendice II (1394, 1396, 1398 et 1400). Aucun des contrats qu’il avait conclus en 1400 ne fut cassé au retour de la nef sur laquelle il s’était embarqué, et qui rapporta précisément la nouvelle de ta prise de Damas par Tamerlan en Occident (nef de Guillem Passadores et Francesc Fogassot) ; voir F. Melis, Aspetti delta vita economica medieval, p. 50.

16 Voir l’appendice II, pp. 799-823.

17 Voir supra, pp. 49 et 200 et page précédente.

18 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2314, f° 75r°.

19 Voir en particulier Jean-Noël Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris - La Haye, Mouton, 1975-1976 (2 vol.).

20 ACA, Cancelleria Reial, Procesos en folio, leg. 129, no 18, ffos 7r° et 12r°.

21 ACA, Cancelleria Reial, Procesos en folio, leg. 129, no 18, ffos 25v°-26v°.

22 Voir la traduction de Gaston Wiet, « Le Traité des famines de Maqrīzī », Journal of Economic and Social History of the Orient, 5, 1962, pp. 1-112, spéc. p. 42.

23 J.-Cl. Garcin, Un centre musulman de la Haute-Égypte médiévale, p. 445.

24 Manual de Novells Ardits, t. I, 4 août 1391.

25 M. W. Dols, The Black Death in the Middle East ; et Id., « The Second Plague Pandemic and its Recurrences in the Middle East » ; sur ce thème, voir également B. Shoshan, « Notes sur les épidémies de peste en Égypte ».

26 J.-Cl. Garcin, Un centre musulman de la Haute-Égypte médiévale, p. 448 ; M. W. Dols, « The Second Plague Pandemic and its Recurrences in the Middle East », p. 174, situe cependant cette épidémie en 1403-1404. Sur la diminution du trafic des autres ports occidentaux avec l’Égypte et la Syrie après 1405, voir par exemple F. Melis, « Note sur le mouvement du port de Beyrouth d’après la documentation florentine aux environs de 1400 », p. 372 ; et D. Stöckly, Le système de l’incanto des gatées du marché à Venise, p. 136.

27 Voir le tableau 73, p. 499.

28 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 38r°2 (1.031 livres et 11 sous) ou AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - novembre 1417), f° 77v° (plus de 816 livres).

29 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 176r°-181r°, et AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), ffos 1r°-2v°, 6r°-v° et 13r°.

30 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 36r°2.

31 AHPB, Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1 385), f° 74v°3 (marin de Sitges) ; AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), ffos 8r°2 et 13r°1 (patrons de navires de Sant Feliu).

32 Voir le cas des deux patrons de navire Rodrigo Gutiérrez de Santander (AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum [avril 1406 - janvier 1414], f° 82v°1 ; et AHPB, Tomàs de Bellmunt, Quartus liber manuale comendarum [janvier 1414 - janvier 1417], f° 20v°2) et Juan Angles, de Palencia (AHPB, Tomàs de Bellmunt, Quartus liber manuale comendarum [janvier 1414 - janvier 1417], ffos 51°1 et 5r°2). En revanche, le patron de navire Gabriel Guich, identifié comme basque par M. Del Treppo (voir l’appendice I, p. 610), commandait bien une nef bayonnaise, mais était vraisemblablement barcelonais ; voir Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 54, n. 2 ; (son origine n’est pas précisée dans la série de commendes pour Alexandrie consignée par AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum [octobre [404-août 1410], ffos 43r°-45v°

33 L’origine précise de certains d’entre eux n’est pas précisée, c’est pourquoi le total n’atteint ici que 88 individus contre 102 un peu plus haut (53 patrons et scribes de navires, auxquels s’ajoutent 49 marins et simples membres d’équipage).

34 Ce développement a fait l’objet d’une communication présentée au colloque Migrations et diasporas méditerranéennes, sous le même titre (« Les marchands catalans installés en Égypte et en Syrie-Palestine aux XIVe et XVe siècles : essai d’évaluation » [pp. 501-511]).

35 Voir Cl. Carrère, « Barcelone et le commerce de l’Orient à la fin du Moyen Âge », p. 367 ; et la conclusion du chap. iv consacré aux techniques commerciales, supra pp. 286-287.

36 Al. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione delta Corona d’Aragona net secolo XV, p. 83 ; E. Ashtor, « Observations on Venetian Trade in the Levant in the XIVth Century », p. 564, et Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 229-233.

37 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 229-233.

38 Ibid., p. 231, n. 198 et p. 232, n. 206.

39 Nicolau Sant Pere (E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 226) ; Antoni de Sori (ibid., appendice 6 pp. 536 et 538), [départs pour Alexandrie en 1400 et 1403]. Pour la documentation barcelonaise, voir l’appendice I.

40 Comme l’indique également E. Ashtor lui-même, rappelant que Nicolau de Sant Pere s’était fait connaître parla capture d’une coque vénitienne à Beyrouth dès juillet 1416 (E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 226).

41 Voir le développement consacré à la piraterie, supra, pp. 209-210 ; également, F. Thiriet, Régestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, doc. 1644 (5 avril 1417), doc 1648 (4 mai 1417), doc. 1669 (28 juillet 1417) et doc. 1690 (7 avril 1418).

42 Voir respectivement les développements consacrés aux lettres de change et aux changes maritimes investis en commende, supra, p. 283 n. 199 et pp. 249-252. Le contrat cité par M. Del Treppo stipule simplement que le payeur était tenu de remettre la somme dans le port égyptien et qu’il n’était pas présent au moment où ce contrat fut instrumenté, ce qui a incité M. Del Treppo à déduire que Lleonard Crestià, le payeur, résidait effectivement à Alexandrie. Or, ce dernier pouvait en fait fort bien voyager de Barcelone à Alexandrie au même moment, tout comme le bénéficiaire de l’opération qui n’était autre que le scribe du navire sur lequel la somme devait être transportée et qui ne pouvait donc être établi à Alexandrie (AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio [août 1407 - novembre 1417], f° 67v°2).

43 ACA, Cancelleria Reial, reg. 2387, f° 142v° ; voir en outre les développements consacrés à la diplomatie d’Alphonse V et à la course, supra pp. 54 et 204-205 ; et D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale », pp. 1056-1058.

44 Rappelons enfin que les opérations commerciales prévues pour Alexandrie en mars 1416 ne sont pas contradictoires avec cet objectif de course puisque le navire de Bernat Roger, qui devait conduire cette expédition, était bien parti chargé de marchandises, débarquées dans un premier temps dans le port égyptien pour mieux tromper la vigilance des Mamelouks ; voir supra, p. 203. Or c’est précisément sur ce même bâtiment qu’embarqua le preneur de la commende investie en change dont il est ici question.

45 Voir le développement consacré aux Casasaja, supra, pp. 520-521, et AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), ffos 39v°2 et 40v°2 (29 novembre 1403) ; le contrat pour Chypre (ibid., f° 39v°2) précise bien que Guillem et Perico de Casasaja, ainsi que Joan Canals, à qui devaient être remises les marchandises confiées en commende, « nunc tutti in dictis partibus » — à la différence de celui cité par M. Del Treppo, dont il vient d’être question.

46 Concernant l’installation de marchands catalans à Chypre, voir également A. Luttrell, « Notes on Cyprus and Aragon », doc. ii.

47 A. Garcia i Sanz et M. T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona, t. II, doc. 115 (20 janvier 1400) ; il est bien précisé à propos de Berenguer Pomar « qui iam est in dictis partibus ultra marinis, in civitate Damasci ».

48 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 49r°-51r° (18 au 28 novembre 1399).

49 ACA, Cancelleria Reial, reg. 2360, ffos 168v°-169r° (7 janvier 1413).

50 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 12v°1.

51 ADB, Registra Comunium, 45, ffos 94r°-95r° ; 49, f° 74r°-v° ; et 49, f° 131r°-v°.

52 Le seul consul des Catalans alors en poste en Égypte et en Syrie en 1413 résidait à Alexandrie ; c’est pourquoi il existait peut-être à Beyrouth une structure d’accueil à laquelle appartenaient ces trois « hostes e factors de Catalans », car toutes les marchandises destinées à la Syrie étaient débarquées dans ce port.

53 Une commende datée d’août 1407 indique qu’il avait alors entre 20 et 25 ans (J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 174). Pour la carrière de cet important marchand et patron de navire, voir supra les développements relatifs à la diplomatie et aux changes maritimes, pp. 58 et 260-261. Quant aux deux lettres de ces facteurs, voir J. Ainaud, « Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i Alexandria », doc. iii et iv.

54 Sa propre lettre datée du 1er avril 1410 révèle qu’il était arrivé à Alexandrie seulement trois mois auparavant, soit le 26 décembre 1409, tandis que son collègue Pere Salvany l’avait remplacé au moins à partir du 27 novembre 1410 (J. Ainaud, « Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i Alexandria »). Nous savons par ailleurs que dès octobre 1411 Lluís Sirvent avait bien regagné Barcelone, où il se spécialisa dans l’envoi de changes vers le Levant.

55 On trouvera la liste de ces neuf notaires et la référence précise de leurs minutiers dans E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 762 ; B. Doumerc, « Les marchands du Midi à Alexandrie au XVe s. » ; et Id., « Documents commerciaux en langue d’oc enregistrés à Alexandrie par les notaires vénitiens ». L’intérêt des minutes du notaire vénitien d’Alexandrie Niccolo Turiano avait déjà été souligné par Robert-Henri Bautier, « Les sources de l’histoire du commerce international en Méditerranée (XIIe-XVe siècle) », dans Michel Mollat du Jourdin, Paul Adam, Marc Benoist et Marc Perrichet (éd.), Les sources de l’histoire maritime en Europe, du Moyen Age au XVIIIe siècle. IVe colloque international d’histoire maritime (Paris, 20-23 mai 1959), Paris, SEVPEN, 1962, pp. 137-179, spéc. p. 152. Un minutier du notaire Servodio Peccator a fait l’objet d’une publication (Franco Rossi [éd.], Servodio Peccator, notaio in Venezia e Alessandria d’Egitto [1444-1449], Venise, Comitato per la pubblicazione delle fonti relative alla Storia di Venezia, coll. « Fonti per la Storia di Venezia. Sezione 3, Archivi notarili », 1983).

56 M. T. Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mari els consolats d’Ultramar, instrument i manifestació de l’expansió del comerç català », pp. 77-78.

57 ACA, Cancelleria Reial, Procesos en folio, leg. 129, no 18, f° 25v°.

58 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 140 (n. 234-235), 148 (n. 305), 151 (n. 318), 162 (n. 406 et 408), 164 (n. 440), 198 (n. 520), etc. ; B. Doumerc, « Les marchands du Midi à Alexandrie au XVe s. », pp. 275 (n. 48), 277 (n. 64 et 66), 278 (n. 70-71), 281 (n. 88 et 93), etc. ; Id., « Documents commerciaux en langue d’oc enregistrés à Alexandrie par les notaires vénitiens », doc. VIII ; et F. Rossi (éd.), Servodio Peccator, doc. 11, 12, 15, 19 et 31.

59 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 121.

60 ADB, Registra Comunium, 48 ffos 32r°-33v°, Un autre ( ?) personnage homonyme apparaît également dans les mêmes fonctions, puis comme patron de navire emportant également des commendes pour l’Égypte et la Syrie, au cours des années 1380 ; voir ADB, Registra Comunium, 40, f° 140r°-v° (1380) ; 39, ffos 188v°-189r° (1382) ; C. Vela i Aulesa, « Les especies orientais », doc. 14 et 15 (1384 ?), et AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes (novembre 1388 - mai 1389), ffos 22v°-37r° (1389). Qu’il s’agisse ou non de la même personne, rien n’indique non plus dans ce parcours une formation de notaire ; ce cursus est au contraire très proche de celui de Pere de Quintana lui-même, qui exerça les fonctions de patron de l’une des galées destinées à Beyrouth et Alexandrie en 1395, soit juste avant d’être nommé consul à Damas.

61 AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes (novembre 1388 - mai 1389), f° 13v°2, et AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 43v°2.

62 M. A. Alarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragon, doc. 153, clauses 16 et 29. Sur les transactions à la douane, voir l’article 15 ; et W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Age, t. II, p. 451.

63 M. A. Alarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos arabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragon, doc. 153, clauses 11, 15, 19 et 20.

64 A. López de Meneses, « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », doc. XI (u septembre 1364) ; Id., « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc. XII (17 juin 1379), XXVII-XXVIII (10 octobre 1386) et XXXV (2 octobre 1392). Voir également ACA, Cancelleria Reial, Procesos en folio, leg. 129, no 18, ffos 9r° et 29r° (1375) ; ACA, Cancelleria Reial, reg. 2585, f° 130v° (9 octobre 1416) et reg. 2643, f° 34v° (14 mai 1425). Voir enfin AHCB, Fons Notarial, IX. 13 Documents mercantils (1421-1449), document de cinq folios (1433-1434). J’ai approfondi ce thème des relations commerciales directes entre marchands catalans et mamelouks dans une communication intitulée « Des sources barcelonaises pour éclairer le commerce de l’Égypte et de ta Syrie avec l’Occident (fin du XIVe et début du XVe siècle) », dans Urbain Vermeulen et Jo Van Steenbergen (éd.), Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras. XII Colloquium (Louvain, 15-16 mai 2003), [à paraître].

65 ACA, Reial Patrimoni, Batllia General, reg. 1065, ffos 84r°-83v° (16 mars 1388), [Azmet Pupis, résidant à Saragosse, frère d’Inte et d’Abrasim, « sarraceni, mercatores civitatis Damasci omnibus mercatoribus submissis nostris in dicta civitate Damasci mercantiliter agentibus »], et ibid., f° 116r°-v° (4 février 1390), [Abrahim el Pradiel, habitant à Saragosse, frère de Jucef, interprète à Damas]. Ces deux cas sont révélés au moment de l’installation en Syrie des membres de la famille jusque-là restés dans la couronne d’Aragon.

66 On a vu supra (pp. 572-573) que très peu de marchands originaires du royaume d’Aragon proprement dit participaient aux activités commerciales de Barcelone vers le Levant, Le port de Tortosa était en fait bien mieux situé et mis en valeur par les communautés musulmanes du Sud de la Catalogne pour leurs déplacements en Méditerranée ; voir supra, p. 563 n. 94. On notera enfin que dans les deux documents cités, le choix de ces musulmans de la couronne d’Aragon de s’installer à Damas mit nécessairement fin, à terme, à ce rôle d’intermédiaire privilégié.

67 G. Petti Balbi, « La massaria genovese di Alessandria d’Egitto nel Quattrocento », p. 350, estime qu’à Alexandrie la communauté des Génois était plus réduite que celle des Vénitiens et avance le nombre d’une quinzaine de représentants entre 1472 et 1475. Les estimations d’E. Ashtor concernant le nombre des représentants d’autres cités marchandes à Damas et Alexandrie doivent être considérées avec les mêmes réserves que celles indiquées pour les Catalans, puisqu’elles ont également été établies à partir des mentions de marchands apparaissant parmi les actes des notaires vénitiens (E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 125-126, 133-135, tableau VII, pp. 142 et 253) ; on notera en effet les importantes variations d’effectifs d’une même communauté, d’une année à l’autre, qui reflètent sans doute davantage le mouvement des marchands de passage que la présence irrégulière de facteurs installés à demeure (ibid., tableau VII, p. 142).

68 Le premier registre du dret de les drassanes (1417-1433) fait état, au départ de Rhodes, de l’appareillage de plusieurs navires catalans ou du chargement d’importantes quantités de marchandises vers l’Égypte et la Syrie (AC A, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, ffos 2V°3, 5v°4, 6v°4, 9r°2, 10r°3, 10v°1-4, 11r°2, 14v°3, 15v°3, 16r°3 et 33v°3). Mais bien entendu, rien ne prouve que les négociants qui ont participé à ces activités depuis l’île des chevaliers de Saint-Jean étaient bien des facteurs commerciaux établis à demeure. On trouvera cependant des indices plus sûrs dans le fait que le pirate catalan Nicolau Sant Pere avait installé sa base arrière à Rhodes grâce à la bienveillance des Hospitaliers (voir supra, pp. 209-210), dont l’ordre était à cette époque récemment dominé par les frères aragonais et catalans. Rappelons également que c’est depuis Rhodes que Guillem de Cabanyelles et Pere de Gualbes veillaient à faire respecter l’interdiction de commercer avec l’Égypte et la Syrie que le roi Alphonse V déclara après l’expédition de course organisée contre Alexandrie en 1416 (ACA, Cancelleria Reial, reg. 2740, ffos 95v°-96r° [4 mai 1419]).

69 Il s’agit de Pere Seguerrat, notaire public agissant « per auctoritat reyal » à Rhodes en 1405 ; ce notaire est inconnu à l’Arxiu Històric de Protocols de Barcelone et n’a laissé aucun minutier parmi les autres fonds d’archives de la ville (AHCB, Fons Notarial, III.1 [1405]) i le document nous a été aimablement communiqué par D. Duran i Duelt.

70 D. Régnier-Bohler (dir.), Croisades et pèlerinages, p. 1304 ; Benjamin de Tudèle écrit, sans doute vers 1165, que « les marchands accostent de tous côtés [à Barcelone] pour leur commerce. Il en vient de la Grèce, de Pise, de Gênes, de la Sicile, d’Alexandrie en Égypte, de la terre d’Israël et d’Afrique et des pays limitrophes ». Pour l’ordonnance de 1227, voir A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II, doc. 5, et W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. I, p. 327.

71 Voir l’article de Subhi Y. Labib, « Kārimī », dans l’Encyclopédie de l’Islam, t. IV, 1973, et J.-Cl. Garcin (dir.), États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, p. 355. Sur le déclin commercial musulman en Méditerranée, voir O. R. Constable, Trade and Traders in Muslim Spain, en particulier p. 255.

72 AHPB, Guillem Donadeu, Manual dels actes del periatge (1404-1408), 9 avril 1405 (folios non numérotés) ; en 1405, les consuls de la mer décidèrent en outre de versera Pere de Quintana, une indemnité supplémentaire de 275 livres. Le document a été partiellement publié par J. Ainaud, « Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i Alexandria », doc. II, et est cité par Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 123-124.

73 Ce marchand, dont le nom est visiblement corrompu (il est aussi appelé Ubach, terme typiquement catalan), devait sans doute s’appeler en réalité Abü Bakr. Il ne semble pas figurer parmi la liste de marchands kārimīs publiée par G. Wiet, « Les marchands d’épices sous les sultans mamlouks ».

74 ACA, Cancelleria Reial, reg. 2682, ffos 40r°1 et 40r°2 (26 février 1426).

75 ACA, Cancelleria Reial, reg. 2485, ffos 83v°2 et 84v°1 (12 avril 1426).

76 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 2v°3 (3 août 1426) ; exceptionnellement, cette taxe fut donc versée au départ et non, comme il était d’usage, au retour à Barcelone puisque Bulach (appelé Ubach par cette source) n’avait manifestement pas l’intention de revenir plus tard dans la Cité Comtale.

77 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 2v°3 (3 août 1426).

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search