Version classiqueVersion mobile

Barcelone et le grand commerce d'Orient au Moyen Âge

 | 
Damien Coulon

Troisième partie. Les agents de l'activité commerciale : le milieu humain

Chapitre VIII

La prédominance des marchands de Barcelone

Texte intégral

1À travers ces longues séries chiffrées très abstraites, des profils sociaux, voire humains se dessinent, mais avec des nuances selon les époques et les niveaux d’investissements.

I. — Aperçu général

Aspects socioprofessionnels

  • 1 Voir les tableaux 71 (p. 497) et 73 (p. 499).
  • 2 Voir le tableau 71 (p. 497).

2Les marchands dominent sans partage l’ensemble des catégories professionnelles puisque parmi les bailleurs, près de six sur dix déclarent exercer cette activité, tandis que chez les preneurs cette proportion atteint presque les trois quarts1. Toutefois, ces résultats correspondent à une moyenne sur l’ensemble de la période considérée. La part des marchands présente en effet, parmi les bailleurs, un accroissement presque continu sur toute la période considérée2. Le nombre des investisseurs n’est certes pas toujours suffisant pour autoriser des conclusions sûres, en particulier avant 1370 ; par ailleurs, l’importance de ceux dont la fonction n’est pas connue gêne quelque peu l’analyse. Mais il est cependant clair que dès la fin des années 1340, les marchands représentaient déjà plus de la moitié des bailleurs du commerce de Barcelone avec le Levant (55,3 %). Cette part retombe certes ensuite à un peu plus de 40 % au cours des années 1370-1390, soit dans le contexte de dépression démographique consécutif aux épidémies de peste, alourdi encore par les répercussions des conflits (guerre entre la couronne d’Aragon et la Castille, d’une part, et raid contre Alexandrie en 1365, d’autre part). Mais dès la dernière décennie du XIVe siècle et jusqu’en 1409, un nouveau seuil d’environ 60 % de marchands parmi les bailleurs est atteint, tandis que cette proportion s’élève à près des trois quarts au cours des années 1410-1430.

3L’évolution est moins nette du côté des preneurs de fonds puisque, dès les années 1380-1400, un maximum d’un peu plus de 80 % de marchands est déjà atteint, soit autant qu’au cours des deux dernières décennies analysées (1410-1430). Néanmoins, globalement, le niveau de leur participation au commerce de Barcelone avec l’Égypte et la Syrie est supérieur à celui des marchands bailleurs, ce qui amène à considérer ce taux légèrement supérieur à 80 % comme un plafond difficile à dépasser.

  • 3 Voir les tableaux 79 (p. 503) et 81 (p. 504).
  • 4 Voir le tableau 79 (p. 503).

4L’analyse par tranches d’investissement confirme tout d’abord pleinement cet accroissement du rôle des négociants bailleurs, mais aussi preneurs de fonds, entre le milieu du XIVe et le tournant des XIVe-XVe siècles3. Toutefois, elle montre également que la participation des marchands augmente avec le niveau des investissements : le phénomène est particulièrement net et régulier pour les bailleurs entre 1393 et 14174. C’est donc l’élite de ce corps de métier, soit l’aristocratie marchande, qui assure la quasi-totalité des plus gros investissements vers l’Égypte et la Syrie.

  • 5 Voir supra p. 303.
  • 6 Il faut donc remettre en cause les conclusions dégagées par J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i (...)

5Tous ces constats confirment donc pleinement et approfondissent les conclusions déjà tirées de l’analyse des capitaux investis. En effet, ces évolutions font également ressortir le phénomène de professionnalisation des activités de grand commerce dans le cadre du trafic avec le Levant. À mesure que le temps s’écoule et que la somme des capitaux investis augmente, la modeste participation des autres corps de métiers s’amenuise et seuls de véritables professionnels du commerce peuvent faire face aux exigences grandissantes du négoce au long cours. On se souvient également que le même phénomène peut être observé à Gênes, avec une avance de plusieurs décennies5. Pour ces deux grands centres économiques, le processus de professionnalisation apparaît donc bien à la fois comme un effet et une condition de leur compétitivité dans les activités de grand commerce6.

  • 7 J. Aurell i Cardona a en effet constaté un désintérêt croissant des marchands barcelonais pour le n (...)
  • 8 Ibid., p. 99-101.
  • 9 Voir supra la conclusion du chap. iv, pp. 286-287.

6Sans être ouvertement contradictoire avec les thèses développées par J. Aurell i Cardona à propos de l’évolution des mentalités et des attitudes des marchands barcelonais au XVe siècle, ce phénomène de professionnalisation coïncide cependant mal avec leur désaffection croissante vis-à-vis du négoce, signalée par cet auteur7.Toutefois, d’autres éléments doivent encore être apportés à ce débat, qui ne sera donc complété qu’ultérieurement. Remarquons par ailleurs que le rôle actif joué par les négociants accompagnant les marchandises vers le Levant ne s’accorde pas non plus avec le constat de sédentarisation progressive des marchands également formulé par J. Aurell i Cardona8. Cette seconde divergence peut s’expliquer assez simplement. L’analyse des techniques commerciales utilisées par les Catalans dans le sultanat mamelouk a en effet montré que ceux-ci continuaient à utiliser des méthodes bien particulières dans le cadre de ces seules destinations, méthodes qui se caractérisaient notamment par le maintien de l’usage massif des commendes9. La grande mobilité qui continue à caractériser les marchands catalans dans le cadre de ce négoce, au moins jusqu’aux années 1420, ne serait alors qu’une exception. Elle ne s’appliquerait donc pas aux relations commerciales de Barcelone avec les autres destinations lointaines, pour lesquelles des facteurs installés à demeure pouvaient limiter le déplacement des marchands et, par voie de conséquence, l’usage des commendes.

La part des barcelonais

  • 10 On trouvera quelques précisions sur la définition du statut de citoyen à Barcelone dans T.M. Vinyol (...)

7Qu’ils soient bailleurs ou preneurs de fonds, les trois quarts des contractants apparaissant dans notre documentation sont originaires de la capitale catalane. Cette relative uniformité s’explique bien sûr en premier lieu par le type de sources utilisées, exclusivement barcelonaises. Toutefois, cette hégémonie n’est pas sans rappeler celle des marchands parmi les différents groupes socioprofessionnels (dont la proportion reste cependant inférieure à celle des Barcelonais). La plupart des contractants provenant de la Cité Comtale exercent d’ailleurs cette fonction : sur un total de 1.929 individus relevés, les marchands barcelonais représentent plus de la moitié de l’échantillon, avec un effectif de 1.009 personnes, soit 52,3 %. Presque tous portent le titre de citoyens, ce qui signifie qu’ils étaient nés dans la Cité Comtale, y résidaient avec leur épouse et y exerçaient leur profession10 en dehors des périodes de voyage que celle-ci leur imposait ; seule une dizaine d’entre eux sont qualifiés d’habitants de Barcelone, généralement en raison d’une arrivée récente dans la capitale catalane. Ce groupe, relativement homogène malgré les clivages sociaux qui le parcourent comme nous le verrons bientôt, constitue bien le noyau de l’expansion catalane vers l’Égypte et la Syrie.

8Aucune évolution bien nette ne se dégage des tableaux chiffrés, sinon une légère augmentation de la part des Barcelonais à mesure que le temps s’écoule, avec des mouvements de flux puis de reflux qui diffèrent selon que l’on observe le groupe des bailleurs ou bien celui des preneurs. Cependant, la proportion des contractants d’origine inconnue est souvent à elle seule suffisante pour expliquer ces oscillations, de sorte que celles-ci ne présentent peut-être pas une grande signification.

  • 11 « L’importance économique de la capitale catalane tient avant tout à son rôle de centre d’échanges, (...)
  • 12 Pierre Vilar, Cataluña en la España moderna. Investigaciones sobre los fundamentos económicos de la (...)
  • 13 Voir le tableau 74 (p. 500).
  • 14 Voir supra p. 65.

9En fait, la vocation de Barcelone, véritable porte d’entrée et de sortie pour les biens d’importation et d’exportation destinés à ou provenant de l’ensemble de la Catalogne11, explique essentiellement cette participation très active des marchands de la Cité Comtale au négoce avec les Mamelouks. Cette spécialisation de la capitale catalane dans le grand commerce, et plus particulièrement dans celui des épices, correspond tout à fait à la répartition des rôles entre les principaux centres économiques et commerciaux de la Couronne, déjà notée par P. Vilar et réaffirmée plus récemment par M. D. López Pérez12 ; tandis que les ports de Valence et de Majorque se sont respectivement spécialisés dans les relations avec le royaume de Grenade et le Maghreb, plus proches, celui de Barcelone s’est peu à peu détourné de ces destinations pour s’orienter plus spécifiquement vers le Levant. Cette spécialisation progressive des trafics, qui a été mise en évidence à partir de sources qui ne sont pas exclusivement barcelonaises — M. D. López Pérez s’est en effet appuyée principalement sur la documentation majorquine —, confirme donc pleinement la vision qu’apportent les actes notariés instrumentés à Barcelone. On remarquera par ailleurs que les résultats recueillis pour les preneurs de fonds au cours des années 1334-134413 reposent exceptionnellement sur les listes d’amendes absolutoires acquittées par des ressortissants de l’ensemble de la Couronne ; or ces données font également apparaître une nette prépondérance barcelonaise par rapport aux autres centres économiques, sans risque de déformation artificielle au profit de l’un d’entre eux. Ces mêmes données montrent en outre que la spécialisation de Barcelone dans le commerce du Levant est antérieure à la réintégration des Baléares dans la couronne d’Aragon (1343), qui avait effectivement donné lieu à une redistribution des rôles entre la Cité Comtale et Majorque dans le domaine des relations commerciales avec l’outre-mer, comme nous avons pu le constater lors de l’étude des consulats14. C’est donc au moins dès le début du second tiers du XIVe siècle que les marchands barcelonais assumèrent le rôle d’agents les plus actifs de l’expansion « catalano-aragonaise » vers l’Égypte et la Syrie, un rôle qu’ils n’ont jamais abandonné et qu’ils ont même consolidé tout au long de la période considérée.

Les différents profils de marchands barcelonais engagés dans le commerce du Levant

  • 15 Voir les tableaux 75 (p. 501), 77 (p. 502), 79 (p. 503) et 81 (p. 504).

10Le très grand nombre de marchands de Barcelone mentionnés par notre documentation recouvre évidemment des catégories sociales bien distinctes, comme le suggère leur répartition entre les différentes tranches d’investissement15.

11L’examen minutieux des pratiques commerciales de ces différents groupes n’apporte cependant que des résultats assez limités. Le plus significatif concerne le nombre moyen de contrats confiés par individu en fonction de chaque catégorie sociale : les marchands les plus modestes ne participent bien souvent qu’à un seul contrat, tandis que les opulents hommes d’affaires investissent fréquemment leurs capitaux dans le cadre de plusieurs opérations. Néanmoins, sur le plan des marchandises commercialisées ou des contrats utilisés, l’impression qui se dégage est plutôt celle d’une relative uniformité.

  • 16 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 156v° (commende d’un (...)
  • 17 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Med (...)
  • 18 Des boutons de corail sont même parfois confiés pour des sommes inférieures à 50 livres : voir AHPB (...)

12Certes, en observant attentivement les listes de produits exportés, force est de constater que le corail domine parmi les contrats de plus de 500 livres, alors que cette marchandise est bien rare — mais pas absente — parmi ceux de moins de 50 livres ou même de 30 livres. Les marchands les plus modestes confient aussi parfois des denrées inhabituelles et hétéroclites, comme ces plumes d’autruche qu’accompagnent trois draps de laine de la terra, fournies par tel petit bailleur d’occasion en 1404, ou ces deux colliers et cette ceinture confiés, avec un sac de noisettes et un autre de noix, par un autre opérateur en 141116. Certains de ces petits commerçants donnent parfois l’impression d’avoir saisi les premières marchandises venues pour pouvoir participer eux aussi au lucratif commerce du Levant, comme dans les cas où du simple matériel de navigation — cordages, poix, etc. — est confié en commende17. Cependant, ces contrats sont peu nombreux et, dans l’ensemble, ce sont les mêmes marchandises — principalement des draps de laine catalans, des fruits secs, du miel ou même du corail en petites quantités18 (ce qui mettait ainsi cet article à la portée de tous) — que l’on retrouve dans les exportations de chaque catégorie sociale.

  • 19 Cependant, certains d’entre eux pouvaient parfois confier en commende des sommes inférieures à 50 l (...)

13Bien plus que les types de biens, ce sont en fait les quantités commercialisées et la valeur des contrats qui permettent de situer le niveau social du bailleur et de déterminer si celui-ci appartient bien à l’élite des hommes d’affaires19.

14De ces quelques remarques il résulte que les négociants appartenant aux grandes familles marchandes se démarquent le plus nettement des autres par leur nom, certes, mais aussi par leurs pratiques commerciales : eux seuls en effet peuvent confier de gros capitaux, volontiers investis dans des articles précieux qu’ils ont les moyens d’assurer. Mais de plus, les représentants de l’élite marchande barcelonaise sont aussi les éléments les plus influents du monde du négoce et de la cité. À ce titre également, ils méritent une étude approfondie.

II. — La part de l’élite marchande

Le commerce du Levant dans les activités de l’élite marchande

  • 20 Les livres de comptes des membres de la famille Benet renvoient par exemple à des opérations commer (...)

15Quelques rares livres de comptes ou inventaires après décès de marchands permettent d’évaluer, dans ces cas isolés, la part de leurs investissements destinés au Levant. Les seules sources de ce type qui nous sont parvenues émanent toutes de marchands aisés, voire de l’élite de ce groupe. Cependant, l’ampleur de leurs activités, qui ne sont pas toutes détaillées dans les documents conservés20, rend impossible tout chiffrage précis, comme le montre plus loin l’exemple des Benet. Il faut donc se contenter d’évaluations qui, par leur concordance, nous renseignent néanmoins sur le rôle de ces hommes d’affaires.

  • 21 Très exactement 10.245,55 livres ; voir supra le tableau 18 p. 238.
  • 22 Voir la carte des relations commerciales de la compagnie dans Jesús Mestre i Campi et Víctor Hurtad (...)

16Nous avons déjà eu l’occasion de signaler, lors de l’étude des sociétés commerciales, que la compagnie de Pere de Mitjavila, active entre 1334 et 1342, avait alors investi plus de 10.000 livres dans le négoce avec Chypre, l’Égypte et la Syrie21. Cependant, la valeur des marchandises expédiées vers la Sardaigne ou la Sicile dépassait dans les deux cas les 4.000 livres, tandis que certains ports d’Italie du Sud, du Maghreb et de Flandre, mais également Paris et les foires de Champagne, constituaient d’autres centres secondaires, avec lesquels la compagnie était également en étroites relations22. Le commerce du Levant — Chypre incluse — constituait certes l’un des secteurs d’activité les plus importants de cette puissante compagnie mais représentait assurément moins de la moitié de ses investissements.

  • 23 Sur cette famille de marchands, voir J. Plana i Borràs, « Els Benet, una familia de mercaders barce (...)
  • 24 Voir supra le chap. i, pp. 26-29. Les voyages de la compagnie de Pere de Mitjavila à destination de (...)
  • 25 J. Trenchs Odena, « “De Alexandrinis” », p. 253.
  • 26 De cette institution caritative, à laquelle les marchands barcelonais léguaient volontiers leurs bi (...)

17La famille Benet23 a pour sa part laissé une dizaine de livres de comptes commerciaux du plus haut intérêt puisque certains sont consacrés à des voyages vers Chypre. La période au cours de laquelle ces expéditions furent entreprises (essentiellement les années 1340), explique en grande partie cette concentration des activités sur l’île des Lusignan. À cette époque, en effet, les interdits pontificaux empêchaient théoriquement le trafic avec le sultanat mamelouk, du moins sans autorisation pontificale, laquelle était parcimonieusement accordée avant 134424. Les enquêtes destinées à mettre à l’amende les contrevenants commençaient bien évidemment par l’inspection des livres de comptes et des minutiers notariaux25 : c’est pourquoi il est si difficile de retrouver la trace de voyages vers l’Égypte et la Syrie parmi les documents de cette époque — la quasi-totalité des livres de comptes conservés ayant été de surcroît légués à une institution religieuse, la Pia Almoina26. Malgré ces limites, il reste utile de tenter de mesurer grâce à cette documentation la part du négoce destiné à Chypre parmi les activités commerciales des Benet.

  • 27 ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes del viatge a Xipre de Joan Benet (1343), [110 fol.] ; (...)
  • 28 J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », ta (...)
  • 29 ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes de Berenguer Benet, del seu viatge a Orient (1341 [en (...)
  • 30 Joan Benet s’était déjà rendu à Chypre en 1341 à bord de la nef d’en Camors (ACB, Llegats de Llibre (...)
  • 31 ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes de Joan Benet (1332-1356), ffos 25r°-28r° et 32v°-33v (...)

18Deux livres complets, rédigés par Joan Benet, sont consacrés à des voyages vers cette île en 1343 et en 134727. L’analyse du premier par J. Plana i Borràs montre que ce marchand avait emporté un comú atteignant au total une valeur de 1.378 livres, 13 sous et 11 deniers de Barcelone, dont il rapporta un bénéfice 515 livres, 6 sous et 4 deniers28. Parmi les bailleurs, au nombre d’une douzaine, figuraient plusieurs membres de la famille Benet : Bernat, père de Joan, qui lui avait confié la plus grosse somme — soit 375 livres, 14 sous et 6 deniers — et Bernat Sa Pila, son beau-frère ou son neveu, bailleur de 102 livres et 10 sous. Un autre livre, tenu par Berenguer, frère de Joan, détaille les comptes d’un voyage effectué à Constantinople et en Romanie au cours de l’année 1342, tandis qu’un dernier concerne les relations commerciales que Joan avait entretenues avec le port sarde de Cagliari entre 1332 et 133829. Enfin, les sept derniers livres contiennent des comptes commerciaux sans rapport avec une destination unique, mais dont certains apportent la preuve que Joan Benet et Bernat Sa Pila avaient effectué d’autres voyages commerciaux vers Chypre en 1341, 1344 et 1348-134930 et que Berenguer Benet avait également confié des commendes pour Alexandrie et Beyrouth, en 1348-134931.

  • 32 Voir supra, chapitre vu, les nombreuses références aux livres de comptes des archives de la cathédr (...)
  • 33 J. Plana i Borràs, « Els Benet, una familia de mercaders barcelonins », pp. 57-58 ; Joan et Berengu (...)

19De cet abondant ensemble d’informations il résulte qu’à coup sûr nous ne disposons que d’une partie seulement des comptes de tous ces voyages et qu’il serait vain d’essayer de calculer l’importance proportionnelle de chaque destination à partir de données aussi incomplètes. Il n’en ressort pas moins que Chypre surtout, mais également l’Égypte et la Syrie, constituèrent des destinations commerciales privilégiées pour cette famille de marchands dont deux membres (Joan Benet et Bernat Sa Pila) semblent s’être relayés pour se rendre alternativement dans l’île des Lusignan tout au long de la décennie 1340. On s’explique ainsi l’abondance, parmi ces sources, des comptes relatifs à la vente d’épices32. Ces liaisons régulières s’interrompirent visiblement lorsque l’épidémie de peste noire atteignit Barcelone et décima la famille en 134833.

  • 34 J. M. Casas Homs, « L’heretatge d’un mercader barceloní », p. 9.
  • 35 Ibid., pp. 10 et 81-82.
  • 36 Ibid., pp. 11-12.

20Un troisième exemple peut encore être examiné grâce à l’inventaire des biens et à la récapitulation de certaines des opérations commerciales du marchand Guillem Ferrer qui furent effectués à la mort de celui-ci, survenue brusquement peu avant le 25 juillet 139834. Ces documents éclairent ainsi la période d’apogée des relations avec l’Égypte et la Syrie, cette fois dans un cas individuel. Plusieurs éléments indiquent sans ambiguïté que Guillem Ferrer était un opulent marchand : il possédait plusieurs maisons à Barcelone, dans le quartier du Lledó, ainsi qu’à Blanes ; sa résidence principale comprenait quatre boutiques dans lesquelles étaient entreposées de nombreuses marchandises de provenances diverses35. Parmi les documents commerciaux détaillés se détachent des dettes du roi Louis de Sicile et du feu roi d’Aragon Pierre le Cérémonieux. Juste avant sa mort, Guillem Ferrer participait également à plusieurs associations commerciales et avait récemment effectué un voyage en Sicile36. Il était en outre le bailleur d’une douzaine de commendes encore en cours lorsqu’il disparut en 1398 ; ce maigre échantillon d’opérations commerciales permet ainsi d’ébaucher une répartition des capitaux investis selon différentes destinations à ce moment précis :

Tableau 83. — Répartition des capitaux investis en commende par Guillem Ferrer en 1398 (sommes en livres de Barcelone)

Damas

Alexandrie

SICILEa

Non précisé

Total

Nombre de commendes

4

1

3

4

12

Total investi

790

40

312,2

456,8

1,599

Pourcentage des capitaux

49,4

2,5

20,1

28,6

100

a L’une des commendes pour la Sicile a aussi pour destination Valence, Alicante et Cagliari

  • 37 Cette commende portant sur une somme de 172 livres, 18 sous et 10 deniers avait été confiée à Guill (...)
  • 38 Ce qui contredit l’affirmation de J. M. Casas Homs, « L’heretatge d’un mercader barceloní », p. 19, (...)
  • 39 Les minutiers des notaires barcelonais fournissent en outre deux autres commendes pour l’Égypte ou (...)

21Plus de la moitié des sommes investies en commende au moment de la mort de Guillem Ferrer était donc destinée à l’Égypte et à la Syrie. Sans doute la part des territoires du Sultan était-elle encore supérieure puisque plusieurs indices suggèrent que l’un des contrats dont la destination n’est pas précisée concernait vraisemblablement les mêmes contrées37. Nous retrouvons ainsi les mêmes déformations que celles qui ont été relevées pour les commendes en général : la part de la Sicile et surtout celle du Sultanat se trouvent également exagérées. Si l’on replace ces contrats dans l’ensemble des opérations menées par Guillem Ferrer à la veille de sa mort, il ressort que toutes avaient pour théâtre le bassin occidental de la Méditerranée jusqu’à la Sicile, à l’exception de ces commendes pour Alexandrie et Damas ; jamais les centres commerciaux de Flandre ou du Sud de l’Angleterre n’apparaissent parmi les contrats indiquant une destination, et les marchandises qui en proviennent et sont stockées dans sa demeure sont très peu nombreuses en regard des épices rapportées d’Égypte et de Syrie. Parmi les centres de négoce mentionnés, la Sicile occupe une position éminente, comme le montrent l’échantillon des commendes et surtout les voyages que Guillem Ferrer effectua lui-même vers cette île. Rien ne permet en revanche de déduire qu’il s’est personnellement rendu en Égypte et en Syrie38, et son recours à la formule de la commende pour ces destinations pourrait précisément s’expliquer par le fait qu’il ne se soit jamais rendu dans les territoires soumis au Sultan39.

  • 40 Les activités commerciales de Joan Torralba, bien connues grâce à l’étude détaillée qu’en a faite M (...)

22Ces trois exemples, certes bien limités en regard des nombreux représentants de l’élite marchande ayant participé au commerce du Levant, apportent en définitive une vision concordante des relations commerciales — que confirment en outre d’autres cas fondés sur des livres de comptes, mais qui sortent du cadre chronologique ou géographique de notre étude40. Il certes bien difficile d’avancer des chiffres précis sur la base d’une documentation souvent trop lacunaire pour permettre une véritable exploitation statistique, mais il est clair que l’Égypte et la Syrie, associées à Chypre avant 1374, jouèrent un rôle prépondérant ou du moins essentiel dans les affaires de la compagnie Mitjavila, dans celles des Benet et, enfin, dans celles de Guillem Ferrer. Par ailleurs, l’abondance des commendes à destination du Sultanat instrumentées à Barcelone à la fin du XIVe s. et au début du XVe siècle confirme sans ambiguïté que cette destination offrait de fructueuses perspectives de bénéfices pour un très grand nombre de marchands barcelonais.

23Pourtant, en dépit de ces constats, aucun membre de l’élite marchande barcelonaise, pas plus d’ailleurs que les hommes d’affaires italiens, ne semble s’être véritablement spécialisé dans le trafic avec le Levant au point de négliger le négoce avec d’autres places commerciales. Sans doute la règle élémentaire de prudence consistant à diversifier les activités justifie-t-elle en partie cette attitude. Mais les marchands catalans qui commerçaient avec l’Égypte et la Syrie ne souhaitaient pas non plus se limiter aux seuls contrats de commende puisque même les plus riches d’entre eux ne disposaient manifestement pas de correspondants sur place qui leur auraient permis de diversifier leurs activités et d’utiliser des méthodes de négoce plus perfectionnées — association commerciales de longue durée avec d’autres partenaires ou lettres de change — dont l’usage était alors en pleine expansion. Une telle attitude ne pouvait être sérieusement envisagée par d’opulents hommes d’affaires soucieux de faire fructifier leurs capitaux par des instruments de négoce plus souples et plus efficaces, en un mot plus modernes que la commende, dans leurs relations avec les principaux centres de commerce de Méditerranée occidentale. Mais inversement, aucun marchand ne pouvait non plus négliger l’Égypte ou la Syrie, en raison des fructueux bénéfices que le trafic avec ces destinations commerciales était susceptible de lui procurer.

  • 41 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, p. 63 ; et F. Braudel de rappeler que si un processus de « (...)

24En définitive, ce profil se rapproche fortement de celui que F. Braudel brosse du « marchand de haut vol [qui] n’est pour ainsi dire jamais limité à une seule activité41 » et qu’il identifie à l’homme d’affaires capitaliste, sur lequel nous aurons l’occasion de revenir en conclusion de ce chapitre.

Une famille issue de l’aristocratie marchande : les Casasaja

25En dépit de ce constat essentiel d’absence de spécialisation des grandes familles marchandes, certaines témoignèrent tout de même un intérêt marqué pour le commerce du Levant, sans pour autant négliger les autres théâtres d’opérations commerciales.

  • 42 AHPB, Gombau, Manual (juin 1382 - janvier 1384), f° 86r°3 ; et A. Luttrell, « Notes on Cyprus and A (...)
  • 43 ACA, Cancelleria Reial, reg. 1955, ffos 81v° et 90r° (octobre 1388) ; reg. 1959, ffos 160v°-161r° ( (...)
  • 44 ACA, Cancelleria Reial, reg. 1957, ffos 22v°-23r° (22 septembre 1389) et reg. 1959, f° 36r° (20 jui (...)

26Les Casasaja sont de ceux-là, bien qu’ils se soient intéressés assez tard au commerce du Levant, soit à partir de la fin des années 1360 seulement. C’est le patron de navire Francesc qui semble avoir ouvert la voie avec ses voyages nombreux et réguliers vers Chypre, Beyrouth et Alexandrie : on n’en compte pas moins de douze entre 1369 et 1390 (voir l’appendice I), ce qui le place largement en tête des patrons catalans ayant commandé une embarcation faisant route vers le Levant Sans doute profita-t-il de sa fonction pour emporter personnellement quelques marchandises permettant de compléter ses revenus d’homme de mer, comme la plupart de ses collègues avaient l’habitude de le faire. Dès 1382, nous le trouvons lié, pour une affaire d’importance très modeste, à la reine de Chypre Éléonore qui était aussi la cousine du roi d’Aragon Pierre IV. Quatre ans plus tard, il transmettait à ce souverain une lettre du roi Jacques Ier de Lusignan relative aux affaires d’Éléonore et de sa fille Marguerite42. Après la mort de Pierre IV (1387), Francesc de Casasaja tissa des liens très étroits avec le nouveau monarque Jean Ier. Dès 1388, puis en 1391, celui-ci s’informa très précisément des biens précieux que le navigateur avait rapportés d’Orient, réservant pour lui-même les plus belles étoffes et les meilleurs confits43. Cependant, comme il éprouvait quelques difficultés à payer ces produits de luxe il accorda à Francesc de Casasaja un tiers des revenus provenant des licences royales vendues aux patrons de navire qui souhaitaient se rendre « ad partes ultramarinas »44.

  • 45 ACA, Cancelleria Reial, reg. 1963, f° 15v° (18 janvier 1392).
  • 46 Pietro Corrao, Governare un regno. Potere, società e istituzioni in Sicilia fra Trecento e Quattroc (...)

27En 1392, ces liens privilégiés avec le monarque devaient déboucher sur un important changement dans la carrière du patron de navire : celui-ci se vit en effet confier le commandement d’une galère de la Generalitat lors de l’expédition de Sicile45 conduite par le duc de Montblanc Martin, frère de Jean Ier, ce qui mit un terme apparemment définitif à ses voyages vers le Levant Cet épisode lui permit cependant de poursuivre son ascension en occupant le poste de trésorier en Sicile entre 1392 et 1395, puis en accédant au rang de conseiller royal lorsque Martin succéda à son frère, mort en 139646.

  • 47 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 48 Il en fut membre en 1374-1375, 1391-1392, 1396, 1407, et peut-être d’autres années encore puisque p (...)
  • 49 AHPB, Bernat Nadal, Manual (novembre 1393 - juin 1394), f° 92v°2.
  • 50 AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes (novembre 1388 - mai 1389), f° 26r° ; AHPB, Bernat Nadal, Manu (...)

28La famille de Casasaja ne se désintéressa pas pour autant du commerce oriental, bien au contraire, comme en témoigne le rôle actif de Pere, frère de Francesc (voir p. 518 l’arbre généalogique des Casasaja). Pere bénéficiait également de la bienveillance du roi Jean Ier qui l’avait dispensé de tout impôt sur le commerce avec les Mamelouks lors des nouveaux accords conclus en 1390 avec les Conseillers de Barcelone47. Ce privilège prouve donc qu’il entretenait déjà d’étroites relations avec le Levant, au sujet desquelles très peu de documents antérieurs à cette date ont malheureusement été conservés (voir infra). En outre, Pere de Casasaja se distinguait également par ses fonctions de membre du Consell de Cent de Barcelone, dont il fit partie de nombreuses années entre 1374 et 140748. Sur le plan de ses activités commerciales, nous savons qu’en mai 1394 il loua la nef de Francesc Fogassot, qui devait se rendre à Alexandrie49, ce qui laisse supposer que le changement de carrière de son frère Francesc privait la famille d’un moyen de transport sans doute devenu habituel au cours de ses voyages réguliers vers le Levant, entre 1369 et 1390. Toujours est-il que les contrats notariés, plus abondants à partir de la dernière décennie du XIVe siècle, attestent que Pere était activement engagé dans le commerce du Levant. Sept commendes échelonnées entre 1389 et 1400 et atteignant au total un peu plus de 3.538 livres — soit une moyenne record de 505 livres par contrat — montrent que Pere expédia de très grosses quantités de corail vers Beyrouth et Alexandrie50. En outre, il confia généralement seul ces commendes, ce qui témoigne de capacités financières hors du commun — il n’était en effet pas rare de voir plusieurs bailleurs s’unir afin de rassembler des sommes équivalentes. Ses activités d’opulent bailleur de fonds complétaient donc parfaitement celles de son frère Francesc, patron de navire. Cette association constitue sans doute l’un des éléments clés de la fortune des Casasaja.

Généalogie I. – La famille de Casasaja.
Source.
Tableaux généalogiques établis par N. Coll i Julia, « Una compañía barcelonesa para el comercio de paños », tableaux 2, 3 et 4, pp. 368, 384 et 400, complétés par les liens de parenté mentionnés dans le testament de Francesc de Casasaja (mort en décembre 1406), [AHPB, Bernat Nadal, Llibre de testaments (1393-1410), ffos 69v°-72v° (5 août 1406)] et par divers contrats commerciaux (AHPB, Antoni Brocard, Manual [novembre 1419 ss- avril 1420], ffos 59v°-60r°)

  • 51 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), ffos 12v°, 20r°5, 39v°2 (...)

29Quant à Bernat, autre membre de la famille qui apparaît à partir de 1403, il manipule les capitaux avec la même aisance que Pere et consacre lui aussi de très grosses sommes à l’exportation du corail vers le Levant51.

  • 52 Voir supra pp. 378-379.
  • 53 AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes (novembre 1388 - mai 1389), f° 26r° (5 janvier 1389).
  • 54 Voir supra p. 378.
  • 55 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410 (...)
  • 56 ACA, Cancellería Reial, reg. 2740, ffos 95v°-96r°.
  • 57 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 34v°1. Dans sa recherche sur les courtiers — (...)
  • 58 Ajoutons en outre que l’honrat Pere de Casasaja était intervenu pour régler le différend qui avait (...)

30Aucun lien particulier ne rattachait pourtant ces trois bailleurs à la Sardaigne, comme c’était le cas pour Leonardo de Doni, qui tirait de l’île les importantes quantités de corail qu’il réexportait ensuite vers l’Égypte et la Syrie52. Il existe cependant d’autres indices expliquant l’intérêt des Casasaja pour l’exportation du corail. Nous avons en effet précédemment constaté que les marchands juifs avaient eux aussi activement participé à ce négoce. Or, la documentation notariée montre que Pere de Casasaja entretenait également d’étroits liens d’affaires avec plusieurs juifs. C’est en effet en association avec le juif Salomó Atzara qu’il confie la première commende que nous livre la documentation à son sujet, cas unique de collaboration entre deux bailleurs chrétien et juif dans le cadre du commerce de Barcelone avec le Levant53. Le contrat, d’une valeur d’un peu plus de 401 livres, porte précisément pour l’essentiel sur du corail. Après les pogroms de 1391, Pere de Casasaja reste lié au milieu des juifs convertis et en particulier à l’un d’entre eux, Bernat Ortal — ou Boninfant Botarell de son nom d’origine —, que nous avons déjà vu se distinguer lui aussi dans le commerce de cette matière précieuse54. C’est ainsi que le 10 juin 1410, Pere de Casasaja rachète à Bernat Ortal une commende que celui-ci avait confiée l’année précédente, à destination de Rhodes, Chypre et Beyrouth et qui était encore investie dans cette marchandise55. Quelques années plus tard, les deux hommes d’affaires font l’objet de poursuites pour s’être livrés au commerce à Beyrouth et à Damas, malgré les interdictions lancées par Alphonse V dans le cadre de sa vaste opération de course contre Alexandrie en 1416, mais aussi pour avoir trompé d’autres négociants qui leur avaient remis des marchandises en commende ; toutefois, ils sont finalement acquittés le 4 mai 141956. Enfin, les registres de paiement du dret de les drassanes font apparaître en 1429 un certain Pere de Casasaja, « convers » et « menor de dies », qui est évidemment distinct du marchand dont il vient d’être question57. Cependant, l’existence de ce nouveau personnage révèle que le patronyme Casasaja a été utilisé par des juifs convertis pour se doter d’un nom chrétien, lequel n’était bien sûr pas choisi au hasard, ce qui confirme l’étroitesse des relations de cette famille avec le milieu des juifs convertis. Cette série d’indices58 concordants invite donc à établir un lien entre ces rapports sociaux et la spécialisation de certains membres des Casasaja dans le commerce du corail vers l’Égypte et la Syrie.

  • 59 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 179r°-v° ; AHPB, Tomàs d (...)
  • 60 AHPB, Bernat Nadal, Llibre de testaments (1393-1410), ffos 69v°-72v°.
  • 61 Nous en avons la preuve avec la série de commendes que Bernat contracte au courant de l’année 1403  (...)
  • 62 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre [402 - avril 1406), folio non numéroté et no (...)
  • 63 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), ffos 19v°2 et 40v°2 (29 (...)

31Des représentants de la famille jouaient également le rôle de preneurs de fonds vers ces mêmes contrées : les deux frères Guillem et Bernat de Casasaja remplissent en effet cette fonction entre 1397 et 140459. Leur lien familial avec Pere et Francesc reste mal défini puisque ce dernier les appelle dans son testament « consanguinei met »60. Nous connaissons en fait déjà Bernat, que nous avons vu confier d’importantes quantités de corail à destination du Sultanat — car le même personnage remplit simultanément les fonctions de bailleur et de preneur de fonds61. Ce rôle de marchand itinérant pourrait a priori laisser supposer que Guillem et Bernat étaient les accommenditaires privilégiés des deux autres frères Francesc et Pere, précédemment évoqués, pour leurs exportations vers le Levant. Mais en fait, d’après la documentation dont nous disposons, ils n’emportèrent qu’une seule des commendes fournies par Pere en 140362. Guillem était pourtant l’un des partenaires privilégiés de son frère Bernat puisque d’après les clauses de deux contrats il devait réceptionner à Chypre et à Alexandrie les marchandises que Bernat avait confiées à d’autres accommenditaires ; et au cas où Guillem ne se serait pas trouvé en ces lieux à leur arrivée, il était prévu que Pericó, le jeune frère de Guillem et de Bernat, les y reçoive à la place de son aîné63. Les différents membres du clan familial coopéraient donc en se répartissant les fonctions de bailleurs de fonds et de correspondants en Méditerranée orientale.

  • 64 Ces trois frères apparaissent dans une quittance pour sept caisses de sucre en poudre de Chypre, da (...)
  • 65 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, ffos 3v°3 et 3v°4 ; les sommes sont respectivem (...)
  • 66 AHPB, Bernat Pi, Manual (mars-octobre 1424), f° 72r°-v° (assurance de 86 draps catalans estimés à 4 (...)
  • 67 Pere de Casasaja doit en effet recevoir un change maritime de 100 ducats à Rhodes, en cas de défail (...)
  • 68 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, ffos 3v°3 et 3v°4 ; Francesc d’Altello est plus (...)
  • 69 Voir l’appendice I (1437-1440) et, pour l’année 1441, Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l (...)
  • 70 Il exerça effectivement une carrière de banquier au cours des années 1440 (Cl. Carrère, Barcelone, (...)

32Une génération plus tard, au cours des années 1420, nous retrouvons toujours plusieurs membres de la famille très engagés dans le commerce du Levant. L’une des principales difficultés est alors de distinguer les trois frères Francesc, Bernat et Pere, fils de Guillem précédemment cité, des marchands homonymes de la génération antérieure64. Quelle que fût leur identité précise, ils continuèrent d’exporter de grosses quantités de corail65 ainsi que de nombreux draps, principalement vers Rhodes, et en les faisant assurer, indice clair d’une familiarisation avec les nouvelles méthodes commerciales66. Par ailleurs, comme à la fin du XIVe s. et au début du XVe siècle, différents membres de la famille assumaient les fonctions de bailleurs (Francesc et Pere) et/ou de preneurs fonds (Pere), voire de correspondants dans l’île des Hospitaliers (Pere)67. Les Casasaja disposaient en outre de facteurs à Barcelone (Francesc d’Altello) et faisaient charger en Sicile du corail pour l’Égypte et la Syrie68. Sans nul doute, il ne s’agit là que d’une fraction réduite de leur personnel, et le clan disposait de représentants à travers la Méditerranée, à l’instar des plus puissantes familles marchandes italiennes. À la fin des années 1430, un patron de navire, lui aussi prénommé Francesc, assure de nouveau des liaisons avec le Levant69. Les Casasaja contrôlent ainsi directement, comme dans un cas de concentration verticale, l’ensemble des rouages du grand commerce oriental, depuis les opérations marchandes en tant que bailleurs ou preneurs de fonds jusqu’au transport des denrées sans oublier, plus tardivement, les activités bancaires avec Jaume de Casasaja70. Il s’agit bien de véritables hommes d’affaires, maniant parfaitement les différentes techniques commerciales disponibles au XVe siècle.

  • 71 Les noms du grand maître et de Pere de Casasaja sont particulièrement mis en évidence dans le proto (...)
  • 72 Rappelons qu’une assurance confirme effectivement la présence de Pere de Casasaja à Rhodes au cours (...)
  • 73 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, ffos 9r°4 et 21v°2 ; exportation de marchandise (...)
  • 74 Voir les travaux de M. Viladrich i Grau, « Jaque al Sultán en el “Damero maldito” », et Id., « Solv (...)

33Ce brillant tableau est enfin couronné par le rôle diplomatique joué en 1429-1430 par Pere de Casasaja lors des négociations de Rhodes avec les envoyés du sultan Barsbāy. Il ne portait certes apparemment aucun titre officiel, à la différence des ambassadeurs Rafael Ferrer et Lluís Sirvent, choisis à la fois par le roi et par les Conseillers de Barcelone. Cependant, un document préparatoire à la version définitive du traité du 30 mai 1430 montre que Pere de Casasaja fut l’un des interlocuteurs des émissaires mamelouks, aux côtés du grand maître des Hospitaliers en personne71. Sa présence à Rhodes en tant que correspondant commercial lui permit donc de jouer un rôle diplomatique de premier plan au cours de l’été 142972, peut-être en attendant l’arrivée des ambassadeurs officiels. Bien entendu, l’île des Hospitaliers ne constituait pas son seul centre d’intérêt en Méditerranée orientale et ses relations commerciales soutenues avec l’Égypte et la Syrie73 lui avaient sans doute valu d’être promu au rang de négociateur face aux ambassadeurs du Sultan. On notera enfin que seul le trente-troisième et dernier article de ce document préparatoire ne fut pas repris dans le traité définitif, qui était donc en fait largement dû aux efforts de Pere de Casasaja74.

Pouvoir municipal, élite marchande et commerce du levant

  • 75 AHCB, Fons Municipal, Llibre del Consell, vol. XIV-XXIX (1338-1433). Sur le rôle de cette instituti (...)

34L’exemple des Casasaja amène naturellement à s’interroger sur les relations de l’élite marchande avec le pouvoir en général, et tout d’abord avec les institutions de la Cité Comtale. La confrontation des listes de marchands participant au commerce du Levant avec celles des membres du Consell de Cent75, assemblée consultative du gouvernement municipal de Barcelone, est particulièrement éclairante. Elle permet en effet, d’une part, d’identifier clairement les membres de l’aristocratie marchande engagés dans le négoce avec le sultanat mamelouk et, d’autre part, de cerner leurs relations avec le pouvoir urbain. Rappelons que trois groupes sociaux (ou estaments) étaient représentés au Consell de Cent : les citoyens honrats, défendant les intérêts du patriciat municipal et détenant en fait la réalité du pouvoir, les marchands et, enfin, les artisans ou menestrals. La liste des négociants relevés dans les actes notariés sera donc croisée avec celle des marchands du Consell de Cent, mais aussi avec celle des citoyens honrats ; certains d’entre eux se déclarent en effet mercatores dans les contrats et, par ailleurs, les listes des jurats composant cette institution antérieures à 1396 ne distinguent pas encore de rubrique spécifique pour les marchands — lesquels paraissent bien figurer parmi les citoyens honrats. Les données chiffrées provenant des deux types de sources sont présentées dans le tableau 84 (p. 524).

  • 76 Voir la colonne « Total » du tableau 84, p. 524.
  • 77 Voir la colonne « Marchands » du tableau 84.

35Les résultats ainsi obtenus sont tout à fait significatifs même s’ils ne représentent que des minima, en raison des lacunes de la documentation notariale. D’une manière générale, près d’un tiers des marchands et citoyens honrats du Consell de Cent participaient donc au commerce du Levant, proportion tout à fait appréciable et qui va en augmentant avec le temps, en particulier à la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle76. Cette évolution résulte principalement de la participation de plus en plus active des marchands composant cette institution au commerce du Levant77. Cette progression d’ensemble épouse en fait assez étroitement le mouvement ascendant du commerce de Barcelone avec l’Égypte et la Syrie à la même époque. Toutefois, compte tenu de l’absence de listes de membres du Consell de Cent entre 1407 et 1433, il est évidemment difficile de se faire une idée de l’évolution au cours de cette ultime période.

  • 78 Un tel rapport peut difficilement être étudié pour les autres périodes, puisque font alors défaut s (...)
  • 79 Voir le cas, précédemment étudié, de Pere de Casasaja, membre du Conseil de Cent. Voir également l’ (...)

36Inversement, les citoyens honrats et les marchands du Consell de Cent représentent seulement 5,4 % de l’ensemble des bailleurs commerçant avec le Sultanat — toutes catégories sociales confondues — entre 1390 et 141078, soit pendant une période au cours de laquelle nous venons de constater qu’ils sont particulièrement bien représentés. Ce taux peut paraître faible, mais il faut évidemment le mettre en rapport avec les sommes investies par les Conseillers dans le négoce avec le sultanat mamelouk. Or, pour la même période, les capitaux qu’ils placent dans cette activité représentent 20,9 % de l’ensemble, ce qui d’une part confirme leur solide engagement dans le commerce du Levant, et, d’autre part, témoigne de capacités financières nettement supérieures à la moyenne79. Cette fortune explique d’ailleurs en grande partie leur présence simultanée dans les rouages du pouvoir municipal, ainsi que dans le lucratif trafic avec l’Égypte et la Syrie.

  • 1 En fait seules quelques années ont été retenues pour procéder à la confrontation des deux listes. L (...)

Tableau 84. — Participation des citoyens honrats et des marchands membres du Consell de Cent au commerce du Levant au cours de quelques années1

Années

Citoyens honrats

Marchands

Total

Nombre

%

Nombre

%

Nombre

%

1340

11/61

18,0

Non distingués

11/61

18,0

1350

32/108

29,6

Non distingués

32/108

29,6

1360

28/105

26,7

Non distingués

28/105

26,7

1390

26/92

28,3

21/38 ?a

55,3

26/92

28,3

1396

9/65

13,8

35/51

68,6

44/116

37,9

1407

5/20

25,0

15/19

78,9

20/49

40,8

a Il n’existe pas de rubrique spécifique rassemblant les marchands dans la liste des membres du Consell de Cent de 1390, mais 21 Conseillers sur les 38 derniers de la liste sont qualifiés de marchands par les sources notariales, ce qui incite à penser que les représentants de cette profession ont été regroupés à la fin de la liste des citoyens honrats. L’hypothèse ne paraît en tout cas pas démentie par les données chiffrées qui en résultent.

  • 80 Parmi les conseillers de 1396, Simó Des Valls, Pere Bernich, Pere Vuytubri, Pere Bartoli ou Bartome (...)
  • 81 Voir supra p. 157.
  • 82 C. Batlle i Gallart, La crisis social y económica de Barcelona a mediados del siglo XV, pp. 63-131 (...)

37Encore convient-il de nuancer ces constats par un examen attentif du degré de participation des différents membres du Consell à ce négoce. Il est vrai que quelques-uns ne s’y sont livrés que très épisodiquement tandis que d’autres entretenaient au contraire d’étroits rapports commerciaux avec la Méditerranée orientale80. Ces derniers ne constituaient donc qu’une faction dans cette institution. Nous avons précisément pu mesurer les limites de son pouvoir à la fin de la décennie 1390, lorsqu’elle ne put imposer l’usage régulier des galères de la ville pour assurer les liaisons avec l’Orient mamelouk81. Ce ne sont certainement pas les autres négociants du Consell de Cent, davantage liés à d’autres marchés, qui s’opposèrent à cette mesure, mais bien les honrats, qui conservaient entre leurs mains l’essentiel du pouvoir municipal82 et que l’on sait volontiers rétifs aux innovations. De fait, les données recueillies dans le tableau ci-dessus montrent bien que la participation des honrats au commerce du Levant était proportionnellement beaucoup plus limitée que celle des marchands (voir les années 1390, 1396 et 1407). Des grands noms du pouvoir municipal de Barcelone, tels les Marquet, Fivaller, Llull, Sant Climent, Vallseca ou Destorrent sont en effet pratiquement absents des relations de Barcelone avec le Sultanat. Leurs intérêts restaient alors étrangers à ceux du commerce du Levant.

  • 83 Tous deux sont en effet déclarés honrats (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - (...)
  • 84 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 150v° et 151r°. Per (...)
  • 85 AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes (novembre 1388 - mai 1389), f° 26v° ; AHPB, Bernat Nadal, Manu (...)

38Mais inversement, d’autres jurats du Consell de Cent témoignent d’un intérêt accru pour ce trafic et élaborent même des stratégies déterminées, s’opposant en cela radicalement aux marchands les plus modestes, contraints de se limiter aux premières marchandises venues. Un certain nombre de négociants siégeant au Conseil exportent surtout du corail vers le Levant, tels les Casasaja ou d’autres hommes d’affaires que nous avons déjà identifiés lors de l’étude consacrée à cette matière précieuse — voir en particulier les cas de Leonardo de Doni ou de Guillem Sanxo83. À l’inverse, certains marchands semblent délibérément éviter de commercialiser cet article vers l’Égypte et la Syrie. Il est en effet surprenant de remarquer que parmi les nombreux accords contractés par Pere Serra ou Joan Ses Avasses, qui s’étaient associés en 140484, aucun ne se rapporte au corail. L’absence de cette denrée parmi la vingtaine d’accords passés par les deux marchands ne peut être l’effet du hasard ou d’un manque de moyens financiers ; elle semble plutôt motivée par un choix délibéré, les deux négociants s’intéressant en effet à une large gamme de produits comme les draps, le safran, l’huile, les fruits secs ou encore le mercure85.

  • 86 Les commendes et assurances fournies par Pere Venrell portent sur un total d’au moins 375 draps cat (...)

39En revanche, d’autres négociants, peu nombreux, paraissent avoir eu une prédilection pour les tissus. Tel est en particulier le cas de Pere Venrell, qui entre 1394 et 1403 investit en effet onze commendes sur quatorze à destination du sultanat mamelouk dans des draps de laine et des saies d’Irlande, pour une somme totale de près de 2.718 livres86.

40Ces hommes d’affaires aisés, introduits dans les arcanes du pouvoir municipal, sont ainsi en mesure de mettre en œuvre de véritables stratégies commerciales qui se traduisent le plus souvent par la spécialisation dans l’exportation d’un ou plusieurs produits déterminés. Eux seuls sont efficacement armés pour poursuivre leurs activités commerciales à destination du Levant dans le cadre du processus de professionnalisation dont ils sont en fait les promoteurs.

Le commerce du Levant, un moyen d’ascension sociale ?

  • 87 Si l’on excepte le cas du patron de navire Aymeric Dusay, envoyé en ambassade par Jacques II en 130 (...)
  • 88 Voir supra p. 48 n. 21 et p. 98.
  • 89 D. Coulon, « Ascensión, apogeo y caída de Joan Lombarda », pp. 22-23.
  • 90 ACA, Patrimonio Real, Batllia General, reg. 1086, f° 185v° ; A. de Capmany i de Montpalau, Memorias (...)
  • 91 Voir supra pp. 78 et 124. Sur la mission de Guillem de Cabanyelles, voir également D. Coulon, « Un (...)

41Au-delà des relations étroites que les marchands barcelonais engagés dans le commerce du Levant entretenaient avec les autorités municipales, se profilent bien sûr les liens avec le pouvoir suprême, celui du roi. Nous avons déjà eu l’occasion d’examiner plusieurs exemples de la faveur témoignée par le prince à différents hommes d’affaires. Le premier87 d’entre eux—et peut-être le plus opulent de tous — fut Pere de Mitjavila, qui dut à son expérience commerciale en Égypte et en Syrie les missions diplomatiques qui lui furent confiées auprès des sultans mamelouks ; en retour, celles-ci lui permirent évidemment de consolider sa position dans ce négoce88. Lorsque la peste noire l’eut fauché, entre 1348 et 1350, vint le tour de l’armateur Joan Lombarda qui, s’il ne se vit pas confier de rôle diplomatique particulier, n’en domina pas moins les échanges avec le Levant tout au long des années 1350 grâce à ses liens privilégiés avec le pouvoir royal, jusqu’à la disgrâce et l’exécution de son protecteur, le conseiller royal Bernat de Cabrera (1364)89. Puis l’homme d’affaires Francesc Sa Closa bénéficia à son tour de la faveur du roi Pierre le Cérémonieux90 ; à l’avènement du fils de ce dernier, le roi Jean, le patron de navire Francesc de Casasaja prit le relais, comme nous l’avons vu précédemment. Cette politique privilégiant l’un des principaux opérateurs du commerce avec le Levant connut une courte pause au cours des règnes de Martin et de Ferdinand Ier, ces souverains s’étant apparemment davantage appuyés sur les institutions consulaires pour assurer les contacts avec l’Orient méditerranéen. Cependant, avec l’accession au pouvoir de l’ambitieux Alphonse le Magnanime, le nouveau souverain confia tout d’abord des missions particulières relatives au Levant à Guillem de Cabanyelles puis, sans doute après la mort de celui-ci, à l’homme d’affaires Lluís Sirvent, qui à deux reprises, en 1430, puis en 1441, fut nommé ambassadeur auprès du sultan mamelouk ou de ses représentants91.

  • 92 M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb enel siglo XIV, pp. 807-809.
  • 93 ADB, Registrum Communium, 48, ffos 141v°, 160r°-v° ; 49, ffos 2r°-v°, 36r°-v°, 53r°-v°, 73v°-74r°, (...)
  • 94 M, D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV, p. 811.
  • 95 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 133r° ; cette commende é (...)

42Remarquons également, avec l’exemple de l’honrat Guillem de Fonollet, que d’autres hommes d’affaires ont pour leur part bénéficié de la faveur du pouvoir pontifical. Ce marchand est en effet déjà connu pour ses nombreuses interventions visant à libérer des captifs chrétiens au Maghreb92. Or, à la même époque, il se vit confier au moins neuf licences pontificales de navigation pour l’Égypte et la Syrie, valables pour un total de 22 navires, entre 1400 et 141393. Guillem de Fonollet est ainsi sans conteste le marchand de Barcelone qui a bénéficié du plus grand nombre d’autorisations pontificales. Il est évidemment tentant de voir dans la concession de ces licences une grâce récompensant son action au Maghreb, laquelle, comme le suggérait déjà M. D. López Pérez, n’était peut-être pas si désintéressée qu’il pouvait y paraître94. Quoi qu’il en soit, ces privilèges témoignent de liens étroits avec l’entourage de l’antipape aragonais Benoît XIII et avec certains prélats de la couronne d’Aragon — deux des licences lui ayant été accordées par l’abbé du monastère de San Juan de la Peña. Son rôle actif d’intermédiaire dans la concession de ces autorisations pontificales aux patrons de navires devait naturellement l’amener à participer au commerce avec le sultanat mamelouk : c’est ainsi qu’il confia au moins sept commendes vers cette destination, réparties entre 1395 et 1421, dont l’une atteignait un total supérieur à 1.255 livres95.

43Pour des raisons diverses, les monarques et même certains papes ont donc souvent privilégié un opulent homme d’affaires qui, en contrepartie de ses services, se vit accorder des grâces qui lui permirent d’accroître sa fortune et de conforter sa position sociale en accédant parfois à de hautes fonctions politiques. Mais des marchands plus modestes ont-ils pu eux aussi bénéficier de tels appuis ?

  • 96 Seul un dénommé Berenguer de Ribalta apparaît régulièrement au poste de scribe des marchands, sur d (...)
  • 97 AHPB Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1385), ffos 3r°-5r° ; le total d (...)
  • 98 Joan Ribalta avait été accusé d’usure et d’exportation illégale d’argent par Francesc Sa Plana, un (...)
  • 99 ADB, Registrum Communium, 35, ffos 127v°-130r° (1372) ; 36, ffos 116r°-119r° (1374) ; 38, ffos 168v (...)
  • 100 Bertran Sala, le patron du pàmfil royal qui s’était rendu à Alexandrie également en 1374 (voir l’ap (...)
  • 101 Voir Els quatre llibres de la reina Elionor de Sicilia a l’Arxiu de la Catedral de Barcelona, éd. M (...)
  • 102 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)

44La carrière de Joan Ribalta montre que ces derniers disposaient également de bonnes chances de promotion sociale par leurs liens avec le pouvoir royal. Ce commerçant n’appartient apparemment à aucune famille marchande d’importance puisqu’aucune étude consacrée au négoce de Barcelone ou à ses acteurs ne mentionne son patronyme96. Il apparaît tout d’abord comme simple preneur d’une vingtaine de commendes, qu’il emporte pour Alexandrie sur la nef de Jaume et Pere Oliver, en octobre 136397. Le procès qui lui fut intenté en 1375, dont il a déjà été plusieurs fois question98, montre que l’année précédente il convoyait encore des marchandises — dont la nature et la quantité restent inconnues — vers le port égyptien. Il participa en fait à une dizaine de voyages à destination du sultanat mamelouk entre 1372 et 139199. Néanmoins, quelques rares documents montrent également qu’il disposait déjà de relations sans doute directes avec le pouvoir royal — bien moins étroites cependant que dans les cas précédemment énumérés —, ce qui pourrait également expliquer son rapide acquittement lors du procès de 1375100. En 1373, il rapporta personnellement deux précieuses pièces de soie à la reine Éléonore de Sicile, troisième femme de Pierre le Cérémonieux, puis, en 1386, une missive du sultan al-Manṣūr Ḥādjdji destinée au même monarque101 Entre-temps, en 1381, il s’était vu charger, avec deux autres marchands, de recueillir à Alexandrie le serment du nouveau consul Mateu Civader, qui n’avait pu le prêter devant le bailli de Barcelone comme il était d’usage102.

  • 103 Cinq commendes principalement investies en draps de laine catalans et en antimoine pour un total de (...)
  • 104 AHCB, Fons Municipal, Llibre del Consell, vol. XXV, ffos 11v°, 67v° et 70v° ; vol. XXVI, f° 8v°.

45À partir de 1385, plusieurs contrats notariés attestent que de preneur il devint bailleur de fonds, pour plusieurs modestes commendes, qui s’échelonnent jusqu’en 1404103. Enfin, les listes du Consell de Cent révèlent qu’il occupa le poste de jurat dans cette institution au moins entre 1390 et 1392, et qu’en 1391 il fit même partie du conseil des trente prohoms plus directement associé au pouvoir de la cité104. Parti de peu, Joan Ribalta avait donc gravi les échelons sociaux au point de parvenir à siéger dans l’une des instances dirigeantes de la Cité Comtale, au terme de trente ans d’une carrière laborieuse tout entière consacrée au commerce du Levant.

  • 105 Voir les cas suivants : a) Berenguer Pomar, preneur de fonds régulier entre 1389 et 1399 (ADB, Regi (...)

46Il serait évidemment hâtif de faire de son cas une généralité. Sa promotion sociale repose en effet pour beaucoup, comme dans les cas précédents, sur ses relations avec le pouvoir royal, qui ne pouvait bien sûr accorder sa faveur à tous les négociants se rendant dans le Sultanat. Par ailleurs, son parcours s’inscrivit dans un contexte économique et commercial particulier : très déprimé au début, et de surcroît marqué par les conséquences du sac d’Alexandrie après 1365, il redevint très favorable pendant les trente dernières années du XIVe siècle grâce à la paix durable qui s’établit entre souverains aragonais et sultans mamelouks. Joan Ribalta eut donc la chance de pouvoir œuvrer durablement dans un contexte tout à fait propice aux échanges commerciaux. Cependant, la plupart des carrières des autres marchands preneurs de fonds spécialisés dans le négoce au long cours ne paraissent pas aussi réussies. Elles sont dans bien des cas plus brèves ou témoignent de la difficulté à passer du rôle d’important preneur à celui de modeste bailleur de fonds105. Toutefois, cette seconde fonction, même imparfaitement assumée, exprime bien un désir d’enrichissement, et, par là, d’ascension sociale, grâce au négoce avec le Levant.

  • 106 Et, dans une moindre mesure, des Serra, des Ses Avasses, des Cabanyelles et des Galliners, toutefoi (...)
  • 107 Voir en particulier la liste des marchands accompagnant l’ambassade envoyée auprès du sultan al-Nāṣ (...)
  • 108 V. Hurtado, « Els Mitjavila », pp. 213-214 (d’après les comptes de Jaume de Mitjavila, 1344-1370) ; (...)

47Remarquons pour finir que la participation sur la longue durée des grandes familles marchandes au commerce du Levant révèle d’intéressantes évolutions, directement liées au thème de l’ascension sociale. Nous avons en effet déjà pu observer que les membres de l’oligarchie municipale dominant la vie politique de la Cité Comtale à la fin du XIVe s. et au début du XVe siècle ne s’intéressaient pas au commerce du Levant, à l’exception notable des Gualbes106. Pourtant, des représentants d’illustres familles — les Dusay, Marquet, Marimon, Carbó, Fivaller et les Vallseca —, avaient activement participé à ce négoce jusqu’au milieu du XIVe siècle107. La même évolution peut être observée au sein du clan Mitjavila : si les héritiers de Pere s’adonnaient encore aux activités commerciales et financières et siégaient également au Consell de Cent, ils n’investirent plus dans le trafic avec le Levant après 1350108. D’autres familles prirent donc la relève, tels les Casasaja au cours des années 1370 puis, plus tard encore, celle des Sirvent, sans oublier entre-temps les Gibert, les Venrell, Gircos, Muntros, Prexana, les Vidal et bien d’autres encore à peine moins prestigieuses, qui se distinguent toutes par leur participation active au commerce du Levant et par leur présence au Consell de Cent, au tournant des XIVe et XVe siècles. Un phénomène essentiel de renouvellement des élites marchandes, qui s’inscrit dans la longue durée — sur une, voire deux générations — marque ainsi le commerce de Barcelone avec l’Égypte et la Syrie.

  • 109 Commendes confiées par Guillem de Cabanyelles à son fils Guillem pour l’Égypte et la Syrie (AHPB, B (...)
  • 110 Sur ce thème, voir Cl. Carrère, « La vie privée du marchand barcelonais dans la première moitié du (...)
  • 111 Voira ce sujet Cl. Carrère, « La vie privée du marchand barcelonais dans la première moitié du XVe (...)

48Cependant, certaines familles — les Gualbes surtout, mais aussi les Cabanyelles, les Serra ou les Ses Avasses — témoignent, il est vrai, d’une constance remarquable, leurs activités dans le commerce du Levant s’étendant d’un bout à l’autre de la période considérée. De fait, les membres de ces lignées constituent souvent les exemples les plus réussis de coopération entre générations : Guillem de Cabanyelles confia fréquemment d’importantes quantités de marchandises en commende à son fils du même nom pour les amener jusqu’en Égypte et en Syrie, alors que lui-même, aux temps de sa jeunesse, avait activement pris part au négoce avec le sultanat mamelouk109. Remarquons au passage que l’homonymie entre générations et l’étroite association aux affaires vont également de pair chez d’autres grandes familles, ce qui pourrait indiquer une volonté délibérée du marchand, devenu père, de choisir pour successeur un de ses fils110. Celui-ci était ainsi introduit dans le monde du grand commerce, tissait des contacts personnels avec d’autres négociants et acquérait une expérience approfondie sur laquelle il s’appuierait plus tard, lorsqu’il agirait pour son propre compte. Pouvoir disposer d’un fils capable d’assurer la relève constituait donc un avantage de poids pour bien des grandes familles marchandes111.

  • 112 J. Favier, De l’or et des épices, pp. 346-358, 372-375, et 396-405 ; P. Racine, « Le marchand, un t (...)

49Habituellement, cette étroite coopération ne dépasse guère deux générations, et l’impression générale est donc bien celle d’un lent mais inexorable roulement des grandes lignées barcelonaises assurant l’essentiel du commerce au long cours. Et, comme le montre le cas des premières grandes familles engagées dans le trafic avec le Levant pendant la première moitié du XIVe siècle, l’abandon progressif de ces activités commerciales paraît bien motivé par leur promotion au sein de l’oligarchie municipale dominant les instances politiques de la Cité Comtale, phénomène également courant dans les principales cités marchandes occidentales de l’époque112. Dans ce parcours, l’étape d’engagement dans le négoce au long cours représente une phase essentielle d’accumulation de capital par l’élite marchande.

  • 113 J. Aurell i Cardona, Els mercaders catalans al quatre-cents, pp. 328-390.
  • 114 Voir le compte rendu critique de l’ouvrage de J. Aurell i Cardona, Els mercaders catalans al quatre (...)

50Cette mutation essentielle remet donc partiellement en cause la thèse développée par J. Aurell. À partir de l’étude qu’il a menée sur des contrats non commerciaux (testaments, inventaires de biens des commerçants et contrats de mariage) datant d’entre 1370 et 1470, cet auteur a conclu à une désaffection croissante des marchands barcelonais pour le négoce au profit d’activités rentières, plus sûres mais moins rémunératrices et faisant progressivement perdre à ce groupe social son rôle de moteur de l’économie barcelonaise. Les individus les plus dynamiques et les plus entreprenants, attirés par un nouveau mode de vie aristocratique, seraient précisément les plus concernés par ces changements d’attitude et de mentalité113. Si ce processus ne peut guère être mis en doute, en revanche, son caractère de nouveauté au XVe siècle et son influence directe sur l’évolution économique de la capitale catalane sont clairement contredits par la documentation commerciale précédemment analysée. En effet, l’aspiration de l’élite marchande à rejoindre les rangs de l’oligarchie municipale, quitte à abandonner les activités de grand commerce, est nettement perceptible dès la seconde moitié du XIVe siècle. Pourtant, cette situation n’entraîna pas un déclin des échanges de Barcelone, paradoxe apparent qui s’explique par le fait que la relève fut rapidement assurée par de nouvelles familles marchandes. Or, celles-ci assumèrent pleinement le rôle dynamique des précédentes, s’imposant même comme le seul groupe social capable de fournir les capitaux nécessaires au trafic du Levant (voir tableau 71, p. 497) en raison d’une professionnalisation accrue114.

  • 115 On rejoint ainsi l’idée essentielle de la thèse de C. Batlle i Gallart, qui voit dans ces conflits (...)

51À long terme, dans ce contexte de recomposition progressive des élites de la cité, les conflits sociaux étaient semble-t-il inévitables en raison des intérêts nécessairement différents, voire divergents, entre les nouveaux venus — tel Joan Ribalta — porteurs de revendications nouvelles et les anciens membres de l’oligarchie municipale, de plus en plus décidés à confisquer le pouvoir. Nous saisissons là un facteur essentiel de la fermeture du groupe aristocratique et donc un ferment de crise, sans doute plus déterminant pour l’avenir de la Cité Comtale115 que l’altération des mentalités de certains négociants appartenant à l’élite marchande.

Conclusion

  • 116 Voir supra la conclusion du chap. v, p. 305.
  • 117 J. Heers, Gênes au XVe siècle, pp. 607-611.
  • 118 Ibid., pp. 197 et 577-562.
  • 119 F. C. Lane, Venise, une république maritime, pp. 214-217.

52Une fois de plus, la comparaison avec d’autres cités portuaires ayant connu une vaste expansion maritime est utile pour dégager les principales caractéristiques des milieux d’affaires barcelonais. Confrontée avec celles de Gênes et de Venise, l’élite marchande barcelonaise accuse en fait un double handicap. Sa fortune est d’une part inférieure, ou du moins ses investissements dans le commerce du Levant le sont à l’évidence116, en partie parce que cette activité n’y est pas aussi ancienne que dans les deux ports italiens ; l’accumulation de capital qui en a résulté, quoique loin d’être négligeable, est donc moindre. Mais surtout, l’élite marchande à Barcelone reste en définitive exclue du pouvoir, essentiellement détenu par les citoyens honrats en dépit de la présence nombreuse et constante de riches hommes d’affaires au Consell de Cent, simple assemblée consultative. En revanche, l’aristocratie du négoce se trouve étroitement associée au pouvoir à Gênes, à Venise et dans de nombreuses villes italiennes. Cela ne signifie certes pas pour autant que la vie politique n’y est pas troublée par des luttes de factions, mais les conflits qui surviennent, en particulier à Gênes, ne mettent pas aux prises l’ensemble de l’élite marchande aspirant au pouvoir avec une oligarchie municipale — détachée des contingences commerciales — qui cherche à le confisquer ; les oppositions y sont d’une tout autre nature117. À Gênes, l’aristocratie du négoce, qui détient une large part du pouvoir, n’est pas exclusivement attirée par le mode de vie de l’aristocratie foncière : elle continue de s’adonner aux activités marchandes118, qui reposent souvent sur des fortunes constituées dans les comptoirs génois d’Orient, structures essentielles dont n’ont jamais pu bénéficier les hommes d’affaires catalans. Quant à Venise, la réputation de stabilité de son gouvernement et la participation active de la plupart de ses membres au négoce au long cours sont des phénomènes suffisamment bien connus119 qui montrent que le modèle sociopolitique proposé par cette cité diffère fondamentalement de celui de Barcelone.

53Dans ces conditions, le commerce du Levant ne constituait donc pour les principaux hommes d’affaires de la capitale catalane qu’une étape de longue durée, sans doute décisive par l’enrichissement et l’ascension sociale qu’elle pouvait entraîner, mais provisoire dans une stratégie à long terme visant en fait l’accession au pouvoir dans la cité. Face à l’impasse que constitua finalement cette voie à Barcelone, seule l’autorité royale pouvait réellement apporter aux hommes d’affaires enrichis dans le commerce du Levant une promotion rapide leur permettant d’exercer une certaine autorité dans les fonctions de conseiller royal ou de diplomate. Ces constats ne constituent sans doute pas une source de déclin pour Barcelone, mais bien plutôt de limites à ses capacités d’expansion outre-mer par comparaison avec d’autres modèles de cités portuaires.

  • 120 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, pp. 49-50 : « Ce mot de combat est ambigu, terriblement ch (...)

54Cependant, l’étude approfondie de l’élite marchande à Barcelone montre bien que ses éléments les plus dynamiques peuvent être qualifiés de capitalistes. Ce terme et les concepts qui s’y rattachent doivent évidemment être utilisés avec la plus grande précaution120. Toutefois, Fernand Braudel a déjà bien explicité la notion de capitalisme, dont il situe précisément les origines dans les principaux ports de Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge. Pour lui, ce stade supérieur de l’économie n’apparaît en effet que lorsqu’une série de facteurs bien particuliers sont réunis :

    • 121 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, pp. 61-62.

    — La fortune dont disposent les marchands capitalistes est bien supérieure à la moyenne, ce qui leur permet notamment d’attendre de longs mois, parfois même plusieurs années, que leurs investissements rapportent des bénéfices121 ;

    • 122 Le premier membre de la famille prénommé Pere trafique également avec la Provence, confie d’importa (...)
    • 123 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, p. 63 : « Il [le capitaliste] est marchand, bien sûr, mais (...)

    — Corollaire de la caractéristique précédente, leurs activités sont généralement diversifiées, autrement dit les importants capitaux dont ils disposent leur permettent de se consacrer simultanément à plusieurs affaires. Nous l’avons de fait bien constaté pour les plus importants commerçants barcelonais et même si le cas des Casasaja donne a priori l’impression de constituer un contre-exemple ; en fait, leur intérêt marqué pour le commerce du Levant n’a rien d’une spécialisation exclusive122 et la diversité des fonctions qu’ils assument dans cette activité est également bien représentative du comportement capitaliste tel que le définit Fernand Braudel123 ;

    • 124 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, pp. 60-61.

    — Les marchands capitalistes entretiennent également avec le pouvoir politique des liens privilégiés124 qui sont à la fois cause et conséquence de leur richesse ; le prince ne dédaigne pas leur fréquentation car il a besoin de leur fortune, ce qui leur permet en retour d’en tirer des avantages et par là, de consolider leur position sociale et de continuer à s’enrichir. Tels sont bien les liens tissés avec le pouvoir souverain par Pere de Mitjavila, puis Joan Lombarda, Francesc Sa Closa, Francesc de Casasaja et bien d’autres à leur suite ;

    • 125 Ibid., p. 57 : « Il est évident qu’il s’agit d’échanges inégaux où la concurrence — loi essentielle (...)
    • 126 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, p. 58 ; la citation qui précède est empruntée à la même pa (...)

    — Enfin, les précédentes caractéristiques réunies permettent au marchand capitaliste de fausser le jeu de la concurrence et d’imposer le monopole de ses activités125. Ce mécanisme lui est d’autant plus facile à établir dans le commerce lointain, que peu de concurrents sont en mesure d’y participer activement : « Le Fernhandel est par excellence un domaine de libre manœuvre, il [le marchand capitaliste] opère sur des distances qui le mettent à l’abri des surveillances ordinaires ou lui permettent de les tourner » ; c’est là qu’émerge clairement le « processus capitaliste », qui permet à l’homme d’affaires de choisir systématiquement « ce qui maximise ses profits », affirme encore Fernand Braudel126.

  • 127 À Barcelone, on l’a vu, cette élite marchande ne fut que progressivement attirée par un mode de vie (...)

55Ainsi, à Barcelone comme à Gènes, Venise ou Florence, apparaît en cette fin du Moyen Âge une nouvelle forme de pouvoir, celui de l’argent ; comme dans les principaux ports ou centres économiques de Méditerranée occidentale, ce pouvoir repose sur une véritable élite marchande qui se démarque radicalement de l’aristocratie nobiliaire127 et même des commerçants ordinaires par son comportement clairement capitaliste.

Notes

1 Voir les tableaux 71 (p. 497) et 73 (p. 499).

2 Voir le tableau 71 (p. 497).

3 Voir les tableaux 79 (p. 503) et 81 (p. 504).

4 Voir le tableau 79 (p. 503).

5 Voir supra p. 303.

6 Il faut donc remettre en cause les conclusions dégagées par J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz qui, à partir de l’échantillon de commendes qu’ils publiaient, concluaient à un effacement progressif du marchand en tant que bailleur de fonds, au profit d’autres professions, y compris des artisans, entre le milieu du XIVe et le milieu du XVe siècle (J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, pp. 82-83). Cet échantillon de moins de 200 contrats pour la période considérée n’est pas représentatif, du moins pour le grand commerce de Barcelone avec le Levant, comme le montre d’ailleurs le cas en fait plutôt atypique du courtier-boutiquier Bernat Fabre qu’ils citent en exemple ; voir infra pp. 337-339 le développement consacré aux courtiers et plus particulièrement à ce personnage.

7 J. Aurell i Cardona a en effet constaté un désintérêt croissant des marchands barcelonais pour le négoce au profit d’activités rentières, plus sûres mais moins rémunératrices : voir J. Aurell i Cardona, Els mercaders catalans al quatre-cents, pp. 328-390, le chapitre intitulé « La consolidació d’una cultura rendista ».

8 Ibid., p. 99-101.

9 Voir supra la conclusion du chap. iv, pp. 286-287.

10 On trouvera quelques précisions sur la définition du statut de citoyen à Barcelone dans T.M. Vinyoles i Vidal, La vida quotidiana a Barcelona vers 1400, pp. 80-86.

11 « L’importance économique de la capitale catalane tient avant tout à son rôle de centre d’échanges, et la part la plus importante de ces derniers se fait avant tout par voie maritime » (Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, p. 648).

12 Pierre Vilar, Cataluña en la España moderna. Investigaciones sobre los fundamentos económicos de las estructuras nacionales, Barcelone, Crítica, 1978, pp. 211-212 ; et M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV, pp. 172-173 et 852.

13 Voir le tableau 74 (p. 500).

14 Voir supra p. 65.

15 Voir les tableaux 75 (p. 501), 77 (p. 502), 79 (p. 503) et 81 (p. 504).

16 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 156v° (commende d’un peu plus de 30 livres) ; et AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f° 79r°1 (commende de 27 livres et 10 sous).

17 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 99 [12] ; et AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 13 v°1.

18 Des boutons de corail sont même parfois confiés pour des sommes inférieures à 50 livres : voir AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 74v°1 ; AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - novembre 1417), f° 35r°2 ; et AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 28v°2.

19 Cependant, certains d’entre eux pouvaient parfois confier en commende des sommes inférieures à 50 livres ; en 1396, l’honrat Pere de Casasaja investit ainsi 25 livres dans un comú de marchandises non précisées (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], f° 121v°). Plusieurs membres de la famille de Gualbes se limitent également à des sommes inférieures à 50 livres pour leurs commendes à destination de l’Égypte ou de la Syrie (AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], ffos 94r°3, 132r°, 169r° ; et AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes [septembre 1402 - avril 1406], f° 16r°4). Pour les Junyent, voir AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 146v°, et Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 142v°, etc.

20 Les livres de comptes des membres de la famille Benet renvoient par exemple à des opérations commerciales détaillées dans d’autres documents de ce type qui n’ont pas été conservés. Par ailleurs, les comptes de la compagnie Mitjavila sont particulièrement volumineux et seule une étude spécifique permettrait de déterminer avec précision la part revenant à chaque destination commerciale.

21 Très exactement 10.245,55 livres ; voir supra le tableau 18 p. 238.

22 Voir la carte des relations commerciales de la compagnie dans Jesús Mestre i Campi et Víctor Hurtado (dir.), Atles d’història de Catalunya, Barcelone, Edicions 62, 1995, p. 103.

23 Sur cette famille de marchands, voir J. Plana i Borràs, « Els Benet, una familia de mercaders barcelonins ».

24 Voir supra le chap. i, pp. 26-29. Les voyages de la compagnie de Pere de Mitjavila à destination de l’Égypte et de la Syrie avaient tous été effectués dans le cadre de ces autorisations pontificales, comme cela est bien rappelé au début de chaque liste de comptes (J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », ffos 148v°, 149v°, 150v°, 154r°).

25 J. Trenchs Odena, « “De Alexandrinis” », p. 253.

26 De cette institution caritative, à laquelle les marchands barcelonais léguaient volontiers leurs biens y compris leurs livres de comptes, ceux-ci passèrent finalement aux archives de la Cathédrale de Barcelone.

27 ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes del viatge a Xipre de Joan Benet (1343), [110 fol.] ; et ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Llibre de deutes i de vendes e de comptes e de comandes a en Joan Benet per Pere Corbó (viatge a Xipre), [1347 (en fait 1348)], (folios non numérotés à la fin ; environ une centaine).

28 J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », tableau 10 ; mais son frère Berenguer Benet lui avait aussi confié — hors comú — trois commendes d’un montant total de 255 livres, 11 sous et un denier (ibid. p. 140). Au total la famille Benet, au sens large du terme, lui avait ainsi remis plus de 1.000 livres pour ce voyage à Chypre ; voir J. Plana i Borràs, « Els Benet, una familia de mercaders barcelonins », p. 57.

29 ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes de Berenguer Benet, del seu viatge a Orient (1341 [en fait 1342]) ; et ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Llibre de compres i de vendes de Joan Benet entre Barcelona i el castell de Caller (1352-1338). Le premier livre de comptes a fait l’objet d’une publication par Daniel Duran i Duelt, Manual del viatge fet per Berenguer Benet a Romanía (1341-1342). Estudi i edició, Barcelone, CSIC, coll. « Anejos del Anuario de Estudios Medievales » (47), 2002 ; le second a été transcrit et analysé dans le cadre d’un mémoire de llicenciatura soutenu en 1977 à Barcelone sous la direction d’Emilio Sáez par Maria Marsá Vilá, Algunos elementos para el estudio de las relaciones comerciales entre Cagliari y Barcelona en la primera mitad del siglo XIV.

30 Joan Benet s’était déjà rendu à Chypre en 1341 à bord de la nef d’en Camors (ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet [1338-1344], ffos » 98r° et 104r°) ; puis en Romanie en 1342 (ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet [1338-1344], f° 119r°). Il avait donc effectué au moins trois voyages commerciaux à Chypre : en 1341, 1343 et 1347. Bernat Sa Pila était revenu de Chypre au printemps 1344 (ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet [1338-1344], f° 23r° et s’y était une nouvelle fois rendu à la fin de l’année 1348 (ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes de Joan Benet [1332-1356], ffos 26r° et 28r°).

31 ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes de Joan Benet (1332-1356), ffos 25r°-28r° et 32v°-33v° ; aucun des preneurs de fonds n’est membre de la famille Benet.

32 Voir supra, chapitre vu, les nombreuses références aux livres de comptes des archives de la cathédrale de Barcelone qui permettent notamment de déterminer les prix des principales épices au cours des années 1340, pp. 440 (graphique 16) et 446.

33 J. Plana i Borràs, « Els Benet, una familia de mercaders barcelonins », pp. 57-58 ; Joan et Berenguer Benet moururent en effet à cette date, tandis que leur père Bernat était déjà mort en 1346. Deux livres de comptes des archives de la Cathédrale rédigés par Joan Benet s’étendent pourtant au-delà de l’année 1348 : les Comptes de Joan Benet (1332-1356) et le Llibre de comptes de Joan Benet (1348-1349) ; mais ils ont dû être rédigés par un marchand homonyme, qui se trouve en fait être le beau-frère de celui mort en [348, et que J. Plana i Borràs appelle Joan Bonet pour les distinguer — les deux orthographes étant concurremment utilisées dans les sources (J. Plana i Borràs, « Els Benet, una familia de mercaders barcelonins » ; tableau généalogique pp. 55 et 58).

34 J. M. Casas Homs, « L’heretatge d’un mercader barceloní », p. 9.

35 Ibid., pp. 10 et 81-82.

36 Ibid., pp. 11-12.

37 Cette commende portant sur une somme de 172 livres, 18 sous et 10 deniers avait été confiée à Guillem Saragossa et à son fils Pericó, à qui Guillem Ferrer avait également remis l’une des commendes pour Damas, consignée sur le même folio (J. M. Casas Homs, « L’heretatge d’un mercader barceloní », pp. 77-78). Si l’on classe ce contrat parmi ceux destinés à l’Égypte et à la Syrie, ces contrées représentent alors 60,2 % des sommes investies par Guillem Ferrer en commende, pour un montant total de près de 1.000 livres.

38 Ce qui contredit l’affirmation de J. M. Casas Homs, « L’heretatge d’un mercader barceloní », p. 19, qui a publié cet inventaire. Les références aux contrats de commendes indiquent en effet très explicitement que Guillem Ferrer en est le bailleur et qu’il a donc confié ses capitaux à d’autres commerçants qui ont effectué le voyage vers l’Égypte et la Syrie. Par ailleurs, les nombreuses marchandises provenant de ces contrées se trouvant dans les boutiques de Guillem Ferrer ne prouvent évidemment pas qu’il s’y est personnellement rendu, puisqu’elles avaient certainement été rapportées par les accommenditaires précédemment cités.

39 Les minutiers des notaires barcelonais fournissent en outre deux autres commendes pour l’Égypte ou la Syrie, baillées par Guillem Ferrer au cours des dernières années du XIVe siècle (AHPB Joan Nadal, Manual de comandes [novembre 1388 - mai 1389], f° 13v°2 [commende de près de 204 livres] ; et AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 14r°3 [commende de 60 livres]).

40 Les activités commerciales de Joan Torralba, bien connues grâce à l’étude détaillée qu’en a faite M. Del Treppo, témoignent également d’une concentration de commendes, dont une de 1.304livres, à destination du Levant — île de Rhodes comprise — entre 1437 et 1449 ; mais ce négociant se livrait également à de nombreuses autres opérations destinées à d’autres marchés (M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, voir en particulier les pp. 802-803). Par ailleurs, le marchand narbonnais Jaume Olivier, dont le volumineux livre de comptes a été conservé et publié, semble avoir déployé des activités commerciales tout à fait comparables par leur ampleur à ces quelques exemples de négociants barcelonais. Il participa lui aussi très activement au commerce avec Beyrouth et Alexandrie, fournissant des marchandises au cours de douze voyages effectués vers ces destinations entre 1381 et 1391 (J. Olivier, Le livre de comptes de Jacme Olivier, pp. 4-7,15-18, 36-37, 66-68, 82, 102, 128-131, 141-142, 168-170, 208 et 257).

41 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, p. 63 ; et F. Braudel de rappeler que si un processus de « spécialisation [et de] division du travail affecte toute cette société marchande », il exclut en fait « son sommet, celui des négociants capitalistes » (ibid., p. 62).

42 AHPB, Gombau, Manual (juin 1382 - janvier 1384), f° 86r°3 ; et A. Luttrell, « Notes on Cyprus and Aragon », doc. 12 (15 mai 1386). En 1409, Guillem de Casasaja fut chargé de défendre les droits d’Éléonore à Chypre (ibid,.). Eléonore s’était rendue dans l’île des Lusignan en 1353, sur un navire de Barcelone à trois ponts (voir supra p. 149).

43 ACA, Cancelleria Reial, reg. 1955, ffos 81v° et 90r° (octobre 1388) ; reg. 1959, ffos 160v°-161r° (février 1391) ; reg. 1961, ffos 9r°-11r°, 15v°-16r° et 23v°-24r° (juin 1391).

44 ACA, Cancelleria Reial, reg. 1957, ffos 22v°-23r° (22 septembre 1389) et reg. 1959, f° 36r° (20 juillet 1389).

45 ACA, Cancelleria Reial, reg. 1963, f° 15v° (18 janvier 1392).

46 Pietro Corrao, Governare un regno. Potere, società e istituzioni in Sicilia fra Trecento e Quattrocento, Naples, Liguori, coll. « Nuovo Medioevo » (39), 1991, pp. 383-384. En tant que conseiller royal, Francesc de Casasaja fut notamment chargé de diverses missions auprès des souverains hafṣides, en 1398 et en 1402 ; voir D. Girona i Llagostera, Itinerari del rey en Martí, pp. 7, 29 sqq. ; Maria Teresa Ferrer i Mallol, « La redempció de captius a la Corona catalano-aragonesa (segle XIV), Anuario de Estudios Medievales, 15, 1985, pp. 237-298, spéc. p. 251 ; et M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV, pp. 161 et 809. Francesc de Casasaja est également qualifié d’honrat dans les actes notariés de la même époque (AHPB, Joan Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comunium undecimum [mars-juillet 1389], f° iv°). Il mourut le 11 décembre 1406 (N. Coll i Julià, « Una compañía barcelonesa para el comercio de paños », tableau 2, p. 368).

47 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II(1), doc. 237 (p. 348).

48 Il en fut membre en 1374-1375, 1391-1392, 1396, 1407, et peut-être d’autres années encore puisque plusieurs listes de jurais du Conseil de Cent n’ont pas été conservées (AHCB, Fons Municipal, Llibre del Conseil, vol. XXIV, ffos 51r° et 100v° ; vol. XXV, f° 67v° ; vol. XXVI, f° 8v° ; vol. XXVII, f° 57v° ; et vol. XXVIII, f° 97r°). Comme son frère Francesc, il porte également le titre d’honrat dans les actes notariés alors qu’il figure parmi les marchands dans les listes du Conseil de Cent (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], f° 186r°1 [cancellation]).

49 AHPB, Bernat Nadal, Manual (novembre 1393 - juin 1394), f° 92v°2.

50 AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes (novembre 1388 - mai 1389), f° 26r° ; AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 38v°2, 121v° ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 53v°2, 54r°1 et 95v°2. Le [¿septembre 1398, Pere de Casasaja avait en outre racheté une commende également investie en corail pour Chypre et Beyrouth et atteignant une somme de 656 livres 7 sous et 7 deniers (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], f° 186r°). Au cours des premières années du XVe siècle, il continua à confier des sommes substantielles, toujours principalement investies en corail, dans le commerce du Levant. Le nombre des contrats recueillis (3) et la moyenne de leur montant (un peu moins de 315 livres) sont toutefois légèrement en retrait par rapport à la période précédente ; voir AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 168r° ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 20r°6 et folio non relié et non numéroté en fin de minutier. Peut-être Pere de Casasaja avait-il subi d’importantes pertes lors du voyage de la nef de Guillem Passadores et de Jaume Fogassot, sur laquelle il avait chargé pour plus de 1.660 livres de corail et qui était arrivée en Syrie au moment du raid de Tamerlan, soit à la fin de l’année 1400 (voir supra pp. 366-367).

51 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), ffos 12v°, 20r°5, 39v°2 et 40v°2 ; quatre commendes, toutes confiées en 1403, pour un total de 2.330 livres, principalement investies en corail ; voir également ACA, Generalitat, reg. 186.1 bis, f° 107r° : exportation de corail pour une valeur de 140 livres (1407). Dès 1400, Bernat de Casasaja participait à l’armement de la galiote Santa Cristina de Bernat Amat, partie pour le Levant en juillet de cette année (ADB, Registrum Communium, 48, ffos 90r°-91r°). En septembre 1404, il rapporta d’imposantes quantités d’épices de Syrie pour une valeur totale de 54.312 dirhams de Damas, soit un peu plus de 1.966 livres de Barcelone d’après l’équivalence fournie dans le même document (ACA, Generalitat, reg. 186.1, f° 23v°).

52 Voir supra pp. 378-379.

53 AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes (novembre 1388 - mai 1389), f° 26r° (5 janvier 1389).

54 Voir supra p. 378.

55 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 69r°5 (8 juin 1409 ; commende de 166 livres, 2 sous et 10 deniers).

56 ACA, Cancellería Reial, reg. 2740, ffos 95v°-96r°.

57 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 34v°1. Dans sa recherche sur les courtiers — fonction souvent occupée parties convers— F. Plazolles-Guillen, « Les courtiers de commerce à Barcelone au XVe siècle », tableau II, p. 153, a également identifié un dénommé Francesc Casasaja parmi les convers exerçant ce métier à Barcelone.

58 Ajoutons en outre que l’honrat Pere de Casasaja était intervenu pour régler le différend qui avait opposé le juif de Syracuse Leo Romano au patron de navire catalan Antoni Roig, qui devait le ramener avec ses marchandises d’Alexandrie et Rhodes en Sicile en 1431 (AHCB, Fons Notarial, IX.10 Nòlits [1420-1449, 1432], [document de deux folios non reliés]).

59 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 179r°-v° ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 61r°1 et folio non numéroté et non relié en fin de minutier.

60 AHPB, Bernat Nadal, Llibre de testaments (1393-1410), ffos 69v°-72v°.

61 Nous en avons la preuve avec la série de commendes que Bernat contracte au courant de l’année 1403 : les quantités de corail qu’il confie alors sont respectivement chargées sur les nefs de Joan Boni en avril (AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes [septembre 1402 - avril 1406], f° 12v°), de Pere Doy et de Bernat Roger le mois suivant (ibid., f° 20r°5) et enfin de Gabriel Amigo en novembre 1403 (ibid., ffos 39v°2 et 40v°2) ; or d’autres documents montrent que Bernat était lui-même revenu avec de nombreuses épices sur l’une des deux nefs commandées par Jaume Esteve et par Pere Ortolà en septembre 1404 (ACA, Generalitat, reg. 186.1, f° 23v°) ; nous ignorons cependant sur quel navire il était lui-même parti.

62 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre [402 - avril 1406), folio non numéroté et non relié en fin de minutier ; commende d’un montant de 689,5 livres investies en corail.

63 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), ffos 19v°2 et 40v°2 (29 novembre 1403 pour les deux commendes).

64 Ces trois frères apparaissent dans une quittance pour sept caisses de sucre en poudre de Chypre, datant du 27 mars 1420, qui atteste également que leur père Guillem de Casasaja était mort, à cette date (AHPB, Antoni Brocard, Manual [novembre 1419 - avril 1420], ffos 59v°-60r°).

65 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, ffos 3v°3 et 3v°4 ; les sommes sont respectivement de 388 livres et 2.880 livres, investies en 1419 et 1423, par Francesc de Casasaja. Voir également AHPB, Bartomeu Masons, Manual d’assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), f° 15r°-v° (assurance de 350 livres, à destination de Rhodes, en date du 17 août 1428).

66 AHPB, Bernat Pi, Manual (mars-octobre 1424), f° 72r°-v° (assurance de 86 draps catalans estimés à 480 livres et assurés pour 400 livres) ; AHPB, Bernat Pi, Manual (mai 1427 - janvier 1426), ffos 58r° et 60r° (total de 172 draps de laine destinés à Rhodes) ; AHPB, Bartomeu Masons, Manual d’assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), f° 15r°-v° (voir note précédente).

67 Pere de Casasaja doit en effet recevoir un change maritime de 100 ducats à Rhodes, en cas de défaillance de Nicolau Ferran, à qui ce change est confié le 22 janvier 1421 (AHPB, Bernat Sans, Manual [décembre 1420 - mars 1421], f° 17r°). Le même (?) Pere charge des épices et d’autres marchandises à Rhodes au cours de l’été 1429 (AHPB, Bartomeu Masons, Manual d’assegurances [juillet 1428 - décembre 1429], f° 101v°2).

68 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, ffos 3v°3 et 3v°4 ; Francesc d’Altello est plus exactement le facteur de Francesc de Casasaja, pour lequel il acquitte le dret de les drassanes à Barcelone.

69 Voir l’appendice I (1437-1440) et, pour l’année 1441, Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, p. 862.

70 Il exerça effectivement une carrière de banquier au cours des années 1440 (Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 738, n. 1). Il participait toujours activement au commerce du Levant, y expédiant notamment du corail ; mais sa fonction de banquier lui apportait en outre une puissance financière probablement inconnue de ses aïeux. Jaume fit cependant faillite en 1446.

71 Les noms du grand maître et de Pere de Casasaja sont particulièrement mis en évidence dans le protocole de ce document rédigé en arabe. Ce texte se présente comme un traité comprenant différents articles tous introduits par une formule précisant que chacun d’eux est la réponse, fournie par Pere de Casasaja, à une question posée par les ambassadeurs du Sultan. Pere de Casasaja y est qualifié de « représentant du royaume des Francs catalans et envoyé du roi d’Aragon » ; toutefois, aucun document de la chancellerie royale ne confirme ces fonctions, pas plus qu’un quelconque rôle joué par Pere de Casasaja dans les négociations. Cette version préparatoire a été rédigée au cours de l’été 1429 (peut-être le 4 août), soit près d’un an avant le traité du 30 mai 1430. Voir la présentation et l’analyse de ce document, patiemment reconstitué dans M. Viladrich i Grau, « Jaque al Sultán en el “Damero maldito” », et Id., « Solving the “Accursed Riddle” » ; l’original est déchiré en 111 morceaux ! La présence à l’Arxiu de la Corona d’Aragó de ce document émanant de la chancellerie mamelouke demeure inexpliquée.

72 Rappelons qu’une assurance confirme effectivement la présence de Pere de Casasaja à Rhodes au cours de l’été 1429 (AHPB, Bartomeu Masons, Manual d’assegurances [juillet 1428 - décembre 1429], f° 101v°2). Il s’y était rendu en septembre de l’année précédente, à bord de la nef d’Antoni Marques, sur laquelle il avait chargé de nombreuses marchandises destinées à l’île des Hospitaliers pour le compte d’autres marchands (AHPB, Bartomeu Masons, Manual d’assegurances [juillet 1428 - décembre 1429], ffos 18r°3, 22v°-23r° et 24v°1).

73 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, ffos 9r°4 et 21v°2 ; exportation de marchandises vers l’Égypte ou la Syrie, pour une valeur de près de 2.000 livres, au cours de l’année 1422.

74 Voir les travaux de M. Viladrich i Grau, « Jaque al Sultán en el “Damero maldito” », et Id., « Solving the “Accursed Riddle” ». Il faut cependant rappeler que le texte du traité s’inspire largement du mémorial d’ambassade, rédigé dès 1424 (voir supra p. 58). Sans doute Pere de Casasaja connaissait-il ce texte, probablement élaboré en concertation étroite avec des représentants des marchands catalans, puisque le traité de 1430 porte essentiellement sur des clauses commerciales.

75 AHCB, Fons Municipal, Llibre del Consell, vol. XIV-XXIX (1338-1433). Sur le rôle de cette institution au cours de ces années, voir C. Batlle i Gallart, La crisis social y económica de Barcelona a mediados del siglo XV, t. I, pp. 63-131.

76 Voir la colonne « Total » du tableau 84, p. 524.

77 Voir la colonne « Marchands » du tableau 84.

78 Un tel rapport peut difficilement être étudié pour les autres périodes, puisque font alors défaut soit les sources notariales, soit les listes du Consell de Cent.

79 Voir le cas, précédemment étudié, de Pere de Casasaja, membre du Conseil de Cent. Voir également l’exemple de Guillem de Cabanyelles, siégeant dans la même institution en 1375, 1391-1392 et 1396 et confiant des commendes de plus de 500 livres pour le Levant (AHPB, Jaume Ballester, Manual de comandes [septembre 1363 - juillet 1385], f° 56r°3 ; AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], ffos 102r°, 128v° ; et AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 188v°), Voir encore le cas de Berenguer Gibert, membre du Consell de Cent entre 1390 et 1392 et également bailleur de commendes de plus de 1.000 livres (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], f° 122r° ; et AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 29v°2 et 189r°). Bien d’autres exemples pourraient être cités.

80 Parmi les conseillers de 1396, Simó Des Valls, Pere Bernich, Pere Vuytubri, Pere Bartoli ou Bartomeu Bou n’ont chacun participé qu’à un seul contrat à destination de l’Égypte et de la Syrie, du moins d’après la documentation dont nous disposons (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], ffos 63v°3, 117r°, 155r°, 179V° ; et AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes [mai 1394 - janvier 1404], f° 14r°2) ; tandis que Pere de Casasaja, Joan Ses Avasses, Berenguer Marri, Pere Oliver, Guillem de Cabanyelles, Ferrer Rossell, Pere de Muntros, Pere Gircos, Pere Venrell, Pere de Prexana et Pere Serra confient chacun entre huit et quatorze commendes au minimum à destination des mêmes contrées.

81 Voir supra p. 157.

82 C. Batlle i Gallart, La crisis social y económica de Barcelona a mediados del siglo XV, pp. 63-131 et en particulier les pp. 80, 99 et 129.

83 Tous deux sont en effet déclarés honrats (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], f° 120r°3, et AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], ffos 161r°2 et 163v°2) ; nous savons d’autre part que Guillem Sanxo fut membre du Consell de Cent en 1390.

84 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 150v° et 151r°. Pere Serra et Joan Ses Avasses furent tous deux membres du Consell de Cent entre 1390 et 1392, puis en 1396 ; enfin, Joan Ses Avasses exerça seul cette fonction en 1407. Tous deux sont également déclarés honrats dans les sources notariales (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], ffos 185r°3 et 189r°3).

85 AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes (novembre 1388 - mai 1389), f° 26v° ; AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 43v°1, 62r°3, 73r°3, 94r°1, 128v°, 185r° 189r° ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 43v°3, 86v°1, 150v°-151r°, 186v° ; et AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 9r°1.

86 Les commendes et assurances fournies par Pere Venrell portent sur un total d’au moins 375 draps catalans et 101 pièces de saie d’Irlande (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], ffos 48v°3, 49r°1, 144v°, 186v° ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], ffos 30r°, 128r°, 131r°, 186v° ; AHPB, Bernat Sans, Manuale instrumentorum contractuum [comunium] decimum [octobre 1402 - avril 1403], f°73r°-v° ; et AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes [septembre 1402 - avril 1406], f°18r°4). Pere Venrell fut membre du Consell de Cent entre 1390 et 1392, puis en 1396. Parmi les représentants de cette institution également spécialisés dans le commerce des tissus vers l’Égypte et la Syrie, voir également le cas de Berenguer Gibert, jurat entre 1390 et 1392 (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], f° 122r° ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], ffos 29v°2, 46r°2, 85r°3, 101r°, 114v°, 152v° et 189r° ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum [avril 1406 - janvier 1414], ffos 5v°3, 15v°2, 16r°2, 22v°2, 73v°2 et 77v : total de 336 draps de laine catalans, 334 pièces de saies, ainsi que d’autres marchandises complémentaires [peaux, miel, huile, antimoine et argent], pour une somme totale d’un peu plus de 5.100 livres).

87 Si l’on excepte le cas du patron de navire Aymeric Dusay, envoyé en ambassade par Jacques II en 1303, puis en 1305, qui sort des limites chronologiques de notre étude (voir supra, pp. 45-46). La plupart des nombreux autres ambassadeurs nommés par le même souverain furent en fait des officiers royaux ou des nobles.

88 Voir supra p. 48 n. 21 et p. 98.

89 D. Coulon, « Ascensión, apogeo y caída de Joan Lombarda », pp. 22-23.

90 ACA, Patrimonio Real, Batllia General, reg. 1086, f° 185v° ; A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 199 ; M. Sáez Pomés, « Los aragoneses en la conquista saqueo de Alejandría por Pedro I de Chipre », p. 375, n. 35 ; A. López de Meneses, « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », pp. 315-317 et 321-322 ; Id., « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Bárbara », pp. 322-327 ; Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », nos 182-188, 197 et 257-261. Sur Francesc Sa Closa, voir en outre supra p. 48 n, 21.

91 Voir supra pp. 78 et 124. Sur la mission de Guillem de Cabanyelles, voir également D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale », p. 1057. Sur la carrière commerciale de Lluís Sirvent, voir supra le développement consacré aux bailleurs de changes maritimes, pp. 153-154 et 260.

92 M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb enel siglo XIV, pp. 807-809.

93 ADB, Registrum Communium, 48, ffos 141v°, 160r°-v° ; 49, ffos 2r°-v°, 36r°-v°, 53r°-v°, 73v°-74r°, 110r°-111v°, 115r°-v°, 160v°-161r°, 192v°-193r°, 270r°-v°, 200v°-201r°, 278v°-279r° ; 51, ffos 44r°-v°, 80v°-81r°, 123v°-124r°, 126v°-127r°, 146v°, 188v°-189r°, 200v°-201r° ; et 52, ffos 78r°-v° et 143r°-145r°

94 M, D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV, p. 811.

95 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 133r° ; cette commende était investies en 77 draps de laine de la terra, 200 pièces de saies d’Irlande, 118 livres de safran d’orta ainsi qu’en antimoine et en cuivre. Pour les autres commendes, voir AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 73v°3 ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 27v°2, 164v° ; AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 51v°2 ; AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 24r°2 ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 20r°7 ; et AHPB, Joan Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comendarum septimum (février 1420 - octobre 1430), f° 7r° ; en outre, Guillem de Fonollet racheta en septembre 1409 une commende d’un peu plus de 420 livres pour Chypre, Beyrouth et Alexandrie (AHPB, Bernat Nadal, Quintus Liber Apocarum [1407-1417], ffos 181r°-185v°).

96 Seul un dénommé Berenguer de Ribalta apparaît régulièrement au poste de scribe des marchands, sur différents navires appareillant pour l’Égypte ou la Syrie entre 1350 et 1366 (M. Riu i Riu, « El comercio prohibido con el Oriente islámico », tableau des pp. 326-327, et ADB, Registrum Communium, 17, ffos 11v°-12r° ; ADB, Registrum Communium, 19, ffos 142r°-143v°, et AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú [juin 1353 - octobre 1357], f° 15v°).

97 AHPB Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1385), ffos 3r°-5r° ; le total de ces vingt commendes atteint un peu plus de 1.300 livres.

98 Joan Ribalta avait été accusé d’usure et d’exportation illégale d’argent par Francesc Sa Plana, un associé avec lequel il s’était querellé et même battu à Alexandrie en 1374 (ACA, Cancelleria Reial, Procesos en folio, leg. 134, no 9 ; leg. 113, no 3 et leg. 129, no 18 [1375-1376]). Au sujet de ce procès, voir supra pp. 70 et 246-247.

99 ADB, Registrum Communium, 35, ffos 127v°-130r° (1372) ; 36, ffos 116r°-119r° (1374) ; 38, ffos 168v°-169r° (1377) ; 39, ffos 169r°-170r° (1381) ; 40, ffos 55v°-56r° (1378), f° 155r°-v° (1381) ; 42, f° 45v°-46r° (1384), ffos 117v°-118r° (1385), et 43, f° 208r°-v° (1391).

100 Bertran Sala, le patron du pàmfil royal qui s’était rendu à Alexandrie également en 1374 (voir l’appendice I), prit énergiquement la défense de Joan Ribalta ; son témoignage est l’un des plus détaillés et sans doute le plus long (ACA, Cancelleria Reial, Procesos en folio, leg. 129, no 18, ffos 10r°-16v°).

101 Voir Els quatre llibres de la reina Elionor de Sicilia a l’Arxiu de la Catedral de Barcelona, éd. M. Anglada Cantarell, M. A. Fernández Tortadés et C. Petit Cibiriain, p. 63 : Joan Ribalta avait rapporté d’Alexandrie deux pièces d’« atzeitoní fogat » (comptes de 1373) ; sur ce point, voir également, Ch.-F. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », doc. 299 (3 janvier 1386).

102 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II(1), doc. 214 ; les deux autres marchands étaient Bartomeu Bou et Ferrer Sorjo.

103 Cinq commendes principalement investies en draps de laine catalans et en antimoine pour un total de 511 livres (AHPB, Joan Nadal, Manual [juillet 1384-juillet 1385], f° 30r°2 ; AHPB Joan Nadal, Manual de comandes (novembre 1388 - mai 1389), f° 10r°-v° ; AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes [mai 1394 - janvier 1404], ffos 12v°3, 14r° 4 et 36v°2) ; cette dernière commende atteint tout de même 280 livres et un sou (19 janvier 1404).

104 AHCB, Fons Municipal, Llibre del Consell, vol. XXV, ffos 11v°, 67v° et 70v° ; vol. XXVI, f° 8v°.

105 Voir les cas suivants : a) Berenguer Pomar, preneur de fonds régulier entre 1389 et 1399 (ADB, Registrum Communium, 43, f° 94r°-v° [1389] ; 45, ffos 92v°-93v° [1392] ; 46, ffos 222v°-223r° [1397], et 48, ffos 5r°-6v° [1399] ; AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], ffos 170v°-173r°, 179r°-v° [1397] ; et AH PB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], ffos 49v°-51r° [1399]) ; bailleur d’une seule commende de 120 livres pour Beyrouth en 1398 (AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], f° 271v°3) ; b) Francesc Miró : preneur de fonds entre 1396 et 1408 (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], ffos 143v°-140v° [1396] ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], ffos 86v°-95v° [1400], et ffos 183r°-194r° [1404] ; AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio [août 1407 - novembre 1417], ffos 9r°-14v° [1408]) ; bailleur de deux modestes commendes pour le Sultanat en 1407 et 1414 (AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum [octobre 1404 - août 1410], f° 44r°2 ; et AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio [août 1407 - novembre 1417], f° 61r° [total de près de 87 livres]) ; c) Francesc Des Carner, preneur de fonds entre 1405et 1415 (AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum [octobre 1404 - août 1410], ffos 16r°-18r° [1405] ; ffos 38v°-42r° [1407] ; ffos 68r°-70v°, ffos 74r°-75r° [1409] ; Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, no 1-39, etc. [1415]) ; bailleur de trois modestes commendes pour Rhodes et Alexandrie, en 1404 et 1409 (AHPB, Amau Lledó, Llibre de comandes [mai 1394 - janvier 1404], f° 35v°2 ; AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum [octobre 1404 - août 1410], ffos 75v°1 et 76v°1 [total de 121 livres, 8 sous, 9 deniers]).

106 Et, dans une moindre mesure, des Serra, des Ses Avasses, des Cabanyelles et des Galliners, toutefois un peu moins opulents et surtout moins nombreux que les Gualbes à participer au commerce du Levant au tournant des XIVe-XVe siècles. Pour l’étude des Gualbes, voir infra pp. 542-749.

107 Voir en particulier la liste des marchands accompagnant l’ambassade envoyée auprès du sultan al-Nāṣir Muḥammad en 1305 et conduite pour la seconde fois par le patron de navire Aymeric Dusay ; voir À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte África, doc. 27 (trois membres de la famille Dusay et un représentant des Vallseca). Voir également les listes de négociants acquittant les amendes absolutoires au Trésor royal ou aux autorités pontificales au cours de la première moitié du XVIe siècle (J. Trenchs Odena, « “De Alexandrinis” », tableau 1, p. 274 [1302], tableau 3, p. 276 [1305], tableau5, p. 278 [1308], tableau 7, p. 280 [1317], tableau 12, p. 285 [1328], tableau 3, p. 292 [1321], tableau 4, pp. 293-294 [1322], tableau 3, p. 302 [1340]) ; plusieurs membres des familles Dusay, Carbó, Marquet et Fivaller peuvent y être relevés. Au milieu du XIVe siècle, les mêmes familles disposaient toujours d’au moins un représentant impliqué dans le commerce du Levant : voir les activités d’un autre marchand également nommé Aymeric Dusay, ainsi que celles de Berenguer et Arnau de Vallseca ; voir J.M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 99 [1] et 99 [2] (commendes de mai 1349 pour Candie, Rhodes et Chypre), et AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), f° 92v°1 et 2 ; et AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 4r° et 50v° (commendes de 1349 et nolis de 1353 et 1355, pour Chypre et Beyrouth). Pour les autres familles précédemment citées, voir AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 15v° et 24v° ; ainsi que AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (mai-août 1351), f° 120v° (participation de Bernat Marquet à un nolis pour Alexandrie en 1353 et à une commende pour la même destination en 1350 ; Arnau Marquet commanda également un navire à destination de Chypre en 1343, avec Pere Serra (voir l’appendice I). Voir enfin AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), f° 81r°6 (commende fournie par Guillem de Marimon) ; et ACA, Cancelleria Reial, reg. 887, f° 106v° (amende absolutoire acquittée par Pere Carbó le 3 décembre 1348). Au-delà des années 1350, aucun membre de ces prestigieuses familles ne paraît plus avoir joué de rôle significatif dans le commerce avec le Levant, mis à part Arnau de Vallseca qui occupa le poste de consul des Catalans à Damas entre 1382 et 1385.

108 V. Hurtado, « Els Mitjavila », pp. 213-214 (d’après les comptes de Jaume de Mitjavila, 1344-1370) ; AHCB, Fons Municipal, Llibre del Consell, vol. XXVI, f° 8r° : présence de Joan de Mitjavila parmi les jurats du Consell de Cent de 1392.

109 Commendes confiées par Guillem de Cabanyelles à son fils Guillem pour l’Égypte et la Syrie (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], f° 128v° [1.370 livres], f° 188r°1 [500 livres], f° 188 r°2 [38 livres] ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [déc. 1397 - août 1403], f° 102r° [500 livres]). Sur le négoce des Cabanyelles avec le Levant, voir supra p. 82.

110 Sur ce thème, voir Cl. Carrère, « La vie privée du marchand barcelonais dans la première moitié du XVe siècle », p. 274.Toute une lignée de marchands dénommés Joan Ses Avasses participe aussi activement au commerce du Levant que la « dynastie » des Guillem de Cabanyelles : d’abord, entre 1349 et 1357 (voir AHPB, Jaume Ferrer, Liber [mars-mai 1349], f° 83r°2 ; AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú [juin 1353 - octobre 1357], ffos 4r°, 99r°, 104r° et 112r°), puis entre 1389 et 1404 (voir AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes [novembre 1388 - mai 1389], f° 26v° ; AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], ffos 43v°1 et 189r° ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], ffos 45v°3, 150v°-151r° et 186v° ; et A. Garcia i Sanz et M.T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona, t. II, doc. iii). Enfin, le fils de celui-ci Joan Ses Avasses menor, est également bailleur d’une commende en 1413 (AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio [août 1407 - novembre 1417], f° 50r°2). Un phénomène identique peut être relevé pour la lignée des Pere Serra : tout d’abord entre 1343 et 1357 (voir l’appendice I, année 1343 ; et AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú [juin 1353 - octobre 1357], ffos 99r°-101v°). Entre 1394 et 1404, un autre Pere Serra confia plusieurs commendes et changes maritimes à destination de l’Égypte et de la Syrie, souvent en association avec l’un des Joan Ses Avasses : voir AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 62r°3, 73r°3, 94r°1, 128v° et 195r° ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (déc. 1397 - août 1403), ffos 86v°1, 98v°4, 150v°-151r° et 186v° ; AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 9r°1 ; et A. Garcia i Sanz et M.T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona, t. II, doc iii. Or, durant l’année 1400, son fils Pere Serra confia lui aussi des commendes pour le Levant (AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], ffos 98v°-99r° et 101r°).

111 Voira ce sujet Cl. Carrère, « La vie privée du marchand barcelonais dans la première moitié du XVe siècle », p. 274, et J. Aurell i Cardona, Els mercaders catalans al quatre-cents, pp. 47-51.

112 J. Favier, De l’or et des épices, pp. 346-358, 372-375, et 396-405 ; P. Racine, « Le marchand, un type de la société médiévale », p. 7.

113 J. Aurell i Cardona, Els mercaders catalans al quatre-cents, pp. 328-390.

114 Voir le compte rendu critique de l’ouvrage de J. Aurell i Cardona, Els mercaders catalans al quatre-cents, par Flocel Sabaté, Anuario de Estudios Medievales, 26(2), 1996, pp. 1049-1052 (le compte rendu que j’en avais également donné dans la Revue historique, 607, juillet-septembre 1998, pp. 719-720, avant d’avoir pu examiner plus en détail cet aspect, doit donc être nuancé par le développement qui précède). On notera en outre que les comptes de Guillem Ferrer, qui laissaient entrevoir une participation active dans le commerce du Levant et de Sicile, témoignent également d’un intérêt marqué du même marchand pour les rentes viagères, et ce dès les années 1390 (voir J. M. Casas Homs, « L’heretatge d’un mercader barceloní », pp. 77 et 79. Dans le contexte italien, l’intérêt pour les rentes et le souci d’aristocratisation ont souvent accompagné l’action des marchands du bas Moyen Âge, sans entraîner pour autant un abandon de leurs responsabilités d’investisseurs ; voir J. Heers, Gênes au XVe siècle, p. 197 ; Y. Renouard, Les hommes d’affaires italiens du Moyen Âge, pp. 219-222 et 244 ; ainsi que F. Braudel, La dynamique du capitalisme, p. 61.

115 On rejoint ainsi l’idée essentielle de la thèse de C. Batlle i Gallart, qui voit dans ces conflits la préfiguration de la lutte fratricide que finirent par se livrer les deux factions rivales de la Busca et de la Biga, débouchant sur la guerre civile des années 1462 a 1472, qui ruina pour longtemps l’économie de Barcelone (C. Batlle i Gallart, La crisis social y económica de Barcelona a mediados del siglo XV). Certes, C. Batlle i Gallart insiste sur le contexte de dépression économique s’étalant sur les XIVe et XVe siècles pour expliquer en partie la récurrence de ces luttes et la catastrophe finale (ibid., pp. 377-378), alors que nous avons vu se dessiner une tendance économique nettement plus favorable — au moins entre 1390 et 1430 — en étudiant les échanges avec le Levant, ce qu’avait d’ailleurs déjà souligné M. Del Treppo dans ses Mercanti catalani. Cette appréciation divergente de la tendance n’est pas contradictoire avec la thèse de factions luttant pour obtenir ou conserver le pouvoir municipal, puisque c’est bien le contexte de croissance qui explique le phénomène de renouvellement des élites marchandes, stimulant leur aspiration au pouvoir et leur frustration de ne pas l’exercer.

116 Voir supra la conclusion du chap. v, p. 305.

117 J. Heers, Gênes au XVe siècle, pp. 607-611.

118 Ibid., pp. 197 et 577-562.

119 F. C. Lane, Venise, une république maritime, pp. 214-217.

120 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, pp. 49-50 : « Ce mot de combat est ambigu, terriblement chargé d’actualité et, virtuellement, d’anachronisme. »

121 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, pp. 61-62.

122 Le premier membre de la famille prénommé Pere trafique également avec la Provence, confie d’importantes sommes en commende-dépôt, participe à des affaires à Saragosse et Tortosa dans le cadre d’une association et est patron en 1382 d’une nef valant 6.000 livres qui apparemment n’intervient jamais dans le commerce du Levant (Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 155, n. 3, [56, n. 4, 209 et 540). Le second patron de navire, prénommé Francesc, qui agit au cours des années 1430, voyage aussi bien vers le Levant que vers l’Angleterre et la Flandre (ibid., p. 263). Quant à Jaume, le banquier des années 1440, il commence sa carrière en résidant à Bruges en 1427, puis entretient des liens commerciaux suivis avec Venise avant de s’adonner aux activités bancaires (ibid. t. I, pp. 108, 606, n. 1 et p. 607, n. 2).

123 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, p. 63 : « Il [le capitaliste] est marchand, bien sûr, mais jamais dans une seule branche, et il est tout aussi bien selon les occasions, armateur, assureur, prêteur, emprunteur, financier, banquier… »

124 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, pp. 60-61.

125 Ibid., p. 57 : « Il est évident qu’il s’agit d’échanges inégaux où la concurrence — loi essentielle de l’économie de marché — a peu de place, où le marchand dispose de deux avantages : il a rompu les relations entre le producteur et celui à qui est destinée finalement la marchandise (seul il connaît les conditions du marché aux deux bouts de la chaîne, et donc le bénéfice escomptable) et il dispose d’argent comptant, c’est son argument principal. »

126 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, p. 58 ; la citation qui précède est empruntée à la même page.

127 À Barcelone, on l’a vu, cette élite marchande ne fut que progressivement attirée par un mode de vie aristocratique dont l’adoption lui permettait d’accéder plus facilement au pouvoir, mais son constant renouvellement permet de bien distinguer les deux groupes, et cela quelle que soit l’époque considérée.

Notes de fin

1 En fait seules quelques années ont été retenues pour procéder à la confrontation des deux listes. La longue lacune entre 1360 et 1390 s’explique essentiellement par le faible nombre des contrats recueillis au cours de ces années, qui a pour effet de limiter les cas de marchands clairement identifiés parmi les listes du Consell de Cent (concrètement, des noms identiques apparaissent bien, mais à des intervalles de temps généralement supérieurs à une dizaine d’années, ce qui amène évidemment à douter qu’il s’agit bien des mêmes individus; les résultats restent donc trop incertains pour pouvoir être présentés). Les listes des membres composant le Consell de Cent ont par ailleurs disparu pour les années 1376-1390 et 1407-1433, ce qui explique également la sélection réduite de dates.

Table des illustrations

Légende Généalogie I. – La famille de Casasaja.Source.Tableaux généalogiques établis par N. Coll i Julia, « Una compañía barcelonesa para el comercio de paños », tableaux 2, 3 et 4, pp. 368, 384 et 400, complétés par les liens de parenté mentionnés dans le testament de Francesc de Casasaja (mort en décembre 1406), [AHPB, Bernat Nadal, Llibre de testaments (1393-1410), ffos 69v°-72v° (5 août 1406)] et par divers contrats commerciaux (AHPB, Antoni Brocard, Manual [novembre 1419 ss- avril 1420], ffos 59v°-60r°)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4463/img-1.png
Fichier image/png, 99k

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search