Version classiqueVersion mobile

Barcelone et le grand commerce d'Orient au Moyen Âge

 | 
Damien Coulon

Deuxième partie. Les activités commerciales de Barcelone avec L'Égypte et la Syrie

Chapitre VII

Les produits du commerce : les importations

Texte intégral

  • 1 AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), f° 90v° (consigne : acheter du poivre à moins de 50 livr (...)
  • 2 Dans 998 commendes sur un total de 2.113, entre 1337 et 1430, soit dans 47,2 % des cas.

1En dépit du grand nombre de documents recueillis, l’étude des marchandises d’importation est beaucoup plus malaisée que celle des produits d’exportation. En effet, les contrats de commende, principale source d’information, ne peuvent indiquer de quantités rapportées puisqu’ils sont conclus avant les départs pour le Levant. Tout au plus les bailleurs peuvent-ils signaler que tel produit doit y être acheté s’il ne dépasse pas un certain prix, mais ce type de renseignement est en fait très rare1. Dans la majorité des cas, les accommendants se contentent d’énumérer une courte liste de marchandises dans lesquelles ils souhaitent voir leur capital réinvesti, mais sans indication de quantités ; et encore, dans près de la moitié des commendes, l’achat de denrées d’importation est laissé à la libre appréciation de l’accommenditaire, voire simplement non précisé2. C’est dire si les informations recueillies sont donc partielles.

  • 3 Voir le chapitre précédent, et plus particulièrement le graphique 4 et le tableau 33, p. 309.

2Nous disposons certes d’autres sources pour nous informer, à commencer par les livres de comptes des marchands. Mais leur apport est également décevant car, curieusement, les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila ne fournissent aucune indication sur les marchandises rapportées par les quatre navires envoyés vers Chypre, Beyrouth et Alexandrie, entre 1334 et 14423. En outre, aucun des autres livres n’est consacré à un voyage vers l’Égypte ou la Syrie, Il reste bien ceux qui concernent Chypre, mais ils sont tous antérieurs à 1350, ce qui encore une fois limite singulièrement nos connaissances.

3Nous avons par ailleurs déjà constaté, lors de l’étude des denrées d’exportation, que l’apport des sources fiscales est des plus restreints lui aussi ; nous disposons seulement des données du dret d’entrades, exceptionnellement conservées pour le mois de septembre 1404, qui permettent de connaître le détail des marchandises chargées sur les deux nefs commandées par Pere Ortolà, d’une part, et Jaume Esteve et Nicolau Madrenchs, d’autre part, revenues d’Alexandrie, Beyrouth, Chypre et Rhodes. Le dret de les drassanes, ne frappant que les marchandises d’exportation, n’est quant à lui d’aucune utilité pour connaître la composition des denrées d’importation car celles-ci ne sont pas mentionnées sur ses registres.

4Les quatre séries de graphiques et tableaux ci-dessous, établis à partir de livres de comptes rédigés lors de voyages commerciaux pour Chypre et des registres du dret d’entrades, constituent donc les seuls exemples précis de chargements vers Chypre, l’Égypte et la Syrie susceptibles d’étayer quelques éléments d’analyse.

Graphique 10. — Épices rapportées de Chypre à Barcelone par Joan Benet sur le navire d’en Camors le 3 janvier 1342 (prix de vente à Barcelone, en livret de Barcelone)

Sucre

Poivre

Gingembre

Laque

Total

Sommes

289,35

433

94

93

909,35

%

31,8

47,6

10,3

10,2

100

Source.
ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet (1338-1344), ffos 109r°-111v°

Graphique 11. — Épices rapportées de Chypre à Barcelone par la nef de Pere Duran en mars 1343 (prix de vente à Barcelone, en livret de Barcelone)

Sucre

Poivre

Gingembre

Cannelle

Autres

Total

Sommes

289,7

244

171

90

129,8

924,42

%

26,4

18,5

9,7

14

100

Source.
ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet (1338-1344), ffos 120r°-124r°

Graphique 12. — Épices rapportées de Chypre à Barcelone par Joan Benet (fin 1343) [valeur totale : 4.651 livres de Barcelone]. (Le tableau donne le pourcentage des différents volumes rapportés.)

Sucre

Poivre

Gingembre

Cannelle

Autres

%

36,15

27,1

7,65

14,3

14,8

Source.
J.
Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », tableau 3

Graphique 13. — Épices rapportées de Syrie par les deux nefs de Jaume Esteve, Nicolau Madrenchs et Pere Ortolà en septembre 1404

Poivre

Gingembre

Autres

Total (converti en livres de Barcelone)

Dirhams de Damasa

224.798,5

171.504,25

158.063

20.786,12

%

40,55

30,94

28,51

100

Source.
ACA, Generalitat, reg. 186.1, ffos 23v°-35r°. Le total des marchandises rapportées de Syrie par les deux navires s’élève en fait à 25.057 livres de Barcelone, en comprenant les nolis (toutes les épices consignées ne sont pas quantifiables ; ce graphique et ce tableau n’en présentent en fait que les quatre cinquièmes). Les deux navires rapportaient en outre également 14.365 livres de marchandises achetées à Rhodes et en Sicile.
a 1 dirham de Damas = 9 deniers de Barcelone ; 26,67 dirhams de Damas = 1 livre de Barcelone

Graphique 14 — Détail des « autres » épices (nefs de Jaume Esteve, Nicolau Madrenchs et Pere Ortolà, septembre 1404)

Laque

Cannelle

Girofle

Indigo

Autres

Total (converti en livres de Barcelone)

Dirhams de Damas

47.145,75

27.240

23.500

23.846,75

36.330,5

5.926,6

%

8,5

4,9

4,2

4,3

6,6

28,5

  • 4 On trouvera un bon échantillon de ce type de sources, surtout florentines et vénitiennes, chez E. A (...)

5Dans le domaine des marchandises d’importation plus que dans n’importe quel autre, nous sommes donc tributaires des sources non catalanes4. En effet, les listes de connaissements de navires rédigées par les facteurs de la compagnie Datini de Prato indiquent parfois la composition des chargements des vaisseaux catalans revenant d’Égypte et de Syrie. Une difficulté de taille subsiste cependant quand il s’agit d’exploiter ces documents : la valeur des marchandises n’y est pas mentionnée et les quantités sont exprimées dans des unités très disparates et aux capacités variables (puisqu’il s’agit de contenants), ce qui empêche de déterminer précisément les volumes commercialisés et d’établir des comparaisons fiables entre les différentes marchandises, et donc de les exprimer sous forme graphique. En outre, les cargaisons de navires qui sont inventoriées dans ces listes de connaissements sont toutes limitées à la période comprise entre 1370 et 1410.

6Cependant, dans ces conditions de données sérielles très limitées, une autre méthode peut être envisagée. En effet, le grand nombre de commendes signalant des marchandises d’importation (plus de 1.000 entre 1337 et 1430) peut tout de même être mis à profit, par simple addition des contrats à réinvestir dans un produit donné. Une critique évidente limite cette démarche : celle-ci ne tient aucun compte de la valeur de chaque commende. On pourrait certes attribuer la somme confiée dans le contrat à la marchandise d’importation mentionnée — méthode qui toutefois ne tiendrait ainsi aucun compte du profit de la vente des denrées exportées —, mais dans la plupart des commendes plusieurs produits d’importation sont également cités, laissés au choix de l’accommenditaire ou faisant l’objet d’une répartition très précise (exemple : un tiers en poivre, un tiers en gingembre et un dernier tiers en sucre), ou encore combinant les deux précédentes options (exemple : une moitié de la commende à réinvestir en poivre ou en girofle et l’autre moitié en indigo ou en brésil). Mais le bailleur prévoyait aussi fréquemment que le marchand itinérant ne parviendrait pas à se procurer les produits demandés ; dans ce cas, une seconde liste de marchandises accompagnait la première (exemple : réinvestir la commende en indigo ou en cannelle ou, à défaut de ces produits, en poivre). Dans ces conditions, les calculs qui résulteraient de la répartition du montant total de la commende entre les différentes denrées d’importation mentionnées seraient particulièrement complexes et à coup sûr erronés.

7Il paraît donc plus simple de retenir le nombre total de contrats mentionnant une marchandise donnée, en dépit d’une autre limitation dont souffre une telle méthode : celle-ci revient en effet à exagérer la part de chaque marchandise lorsque plusieurs d’entre elles étaient citées dans un seul contrat. Mais on constatera qu’inversement, l’ensemble des commendes qui ne signalent aucune denrée d’importation furent nécessairement réinvesties en des produits que l’on ne peut comptabiliser ; il en résulte donc une sous-évaluation — qui compense peut-être l’exagération précédente.

8Ainsi, cette démarche, malgré son manque de précision, met bien en évidence une demande et son évolution pour chaque produit considéré. Les histogrammes qu’elle permet de réaliser et qui accompagneront l’étude des principales marchandises d’importation, montrent en effet de claires lignes d’évolution et une hiérarchie des produits. Il importera bien évidemment de confronter ces résultats aux données plus sûres, mais plus ponctuelles, des listes de connaissements de navires, des livres de comptes et du registre du dret d’entrades de 1404, et de garder présentes à l’esprit les critiques précédemment formulées. Nous verrons que l’utilisation des commendes occasionne toujours les mêmes types de déformations, qu’il devient alors possible de corriger, ce qui rend encore plus utile leur exploitation pour cet aspect de notre étude.

  • 5 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 293-297, et J. Garcia i Fortuny, « La condimentaci (...)
  • 6 La laque ou le sang de dragon avaient par exemple des propriétés à la fois thérapeutiques et artisa (...)

9Un dernier élément doit enfin être discuté avant de passer à l’examen de ces produits : l’ordre de leur présentation et les différentes possibilités de les regrouper. Car ces marchandises sont multiples et variées, et la terminologie médiévale ne nous aide aucunement à les classer. En effet, le terme d’« épices » désignait une gamme de produits bien plus étendue qu’actuellement : c’est ainsi que la liste figurant dans le manuel de commerce de Francesco Balducci Pegolotti comprend 286 spezierie minute. Ce vocable renvoyait aussi bien à des condiments encore désignés sous ce terme actuellement, tels que le poivre, le gingembre ou la cannelle, mais également au sucre et même à des plantes tinctoriales, comme le brésil ou l’indigo, ainsi qu’à des produits minéraux ; le mot « épice » paraît donc s’appliquer à tous les produits importés d’Orient5. Dans la mesure où il s’agit de denrées non utilisées avant leur arrivée à Barcelone, la logique de présentation adoptée privilégiera donc la nature des marchandises plus que leurs usages, souvent multiples6. Seules les principales épices, le poivre et le gingembre surtout, mais aussi la cannelle et les clous de girofle, échappent à ce principe de classification en raison du grand nombre de contrats qui les concernent. Ils seront donc rassemblés dans un même groupe, placé en tête de cette étude des produits d’importation.

I. — Les principales épices

10Tous ces voyages commerciaux vers le Levant et ces efforts d’organisation marchande avaient pour objectif essentiel l’approvisionnement en épices, ces denrées si convoitées qui provenaient d’Égypte et de Syrie — ou plutôt transitaient par ces contrées. Au premier rang des épices figurait le poivre.

Le poivre

  • 7 E. Ashtor, « The Volume of Levantine Trade in the Later Middle Ages », pp. 581-582 ; J. Heers, « Il (...)
  • 8 Dans le manuel de commerce catalan, la liste des produits provenant du Levant commence également pa (...)

11Cet article constitue bien l’épice reine au Moyen Âge en Europe occidentale. La plupart des listes de marchandises rapportées de Méditerranée orientale, permettant d’établir des comparaisons entre les différents produits, témoignent de son incontestable supériorité quantitative aux XIVe et XVe siècles7. De même, l’histogramme et le tableau ci-dessous confirment pleinement cette impression générale8.

Graphique 15. — Pourcentage des commendes barcelonaises à destination de l’Égypte et de la Syrie à réinvestir en poivre ou en gingembre pour le voyage de retour (une même commende peut être investie en plusieurs produits)

  • 1 Lorsqu’aucune indication n’est donnée, le retour a lieu à Barcelone.

Tableau 57. — Exemples de cargaisons d’épices rapportées par des navires catalans1

Patrons des navires

Origine

Date de retour

Poivre

Poivre long

Gingembre

Cannelle

Girofle

Tiges de girofle

?

Alexandrie

7 novembre 1371'

III ou 143 pontsa

27 ou 22 ponts

7 ou 5 caisses

3 ou 2 marsapansb

5 ou 3 caisses

?

Beyrouth

7 novembre 1371

10 ponts

1 marsapà

6 ponts

6 ponts

2 marsapans et 1 ou 2 chamibie

2 ponts

Francesc de Casasaja

Beyrouth

21 mars 1379

201 ponts

99 ponts

40 ponts

En Capdebou

Beyrouth

4 avril 1384

650 ponts

4 marsapans

350 ponts

70 fardi

80 caisses

10 caisses

Pere Salom

Alexandrie

10 novembre 1388

125 ponts

165 ponts

38 ponts

3 ponts

Joan Morella

Beyrouth

30 mai 1391

297 ponts

5 caisses et marsapans

134 ponts

34 costals

26 (?)

5 ponts

Guillem Pujades (?)

Beyrouth

17 septembre 1393

416 ponts

170 ponts

29 ponts

48 ponts

Convoi de trois galées

Alexandrie et Beyrouth

30 novembre 13959 S

300 ponts

100 ponts

Non précisé

Non précisé

Convoi de quatre galées

Alexandrie et Beyrouth

l octobre 1397

1.000 ponts

1.000 ponts

150 ponts

120 ponts

Galée catalane

Beyrouth

1er avril 1399 à Aigues- Mortes

262 ponts

229 ponts

105 ponts

64 ponts (?)

Nef de Collioure

Beyrouth

3 avril 1400 à Marseille

131 ponts

422 ponts

13 ponts (?)

14 ponts (?)

Ortolà, Esteve et Madrenchs (deux nefs)

Beyrouth et Rhodes

Septembre 1404

275 ponts

168 ponts

35 ponts, 5 costals et 2 caisses

13 ponts

Sources.
Nefs de 1371 et convoi de trois galées de 1395 : F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, doc. 96, p. 324 et doc. 27, p. 184. Nef de Fr. Casasaja (1379), galée catalane (1399) et nef de Collioure (1400) :J. HEERS, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », pp. 174-175. Nefs d’en Capdebou (1384), P. Salom (1388), J. Morella (1391) et Guillem Pujades (?) [1393] : M. Spallanzani, Ceramiche orientali a Firenza nel Rinascimento, pp. 145-148. Convoi de quatre galées de 1397 : Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, p. 644. Nefs de P. Ortolà, J. Esteve et N. Madrenchs (1404) : ACA, Generalitat, reg. 186.1, ffos 23v°-35r°.
a Un pont de Syrie équivaut à 90 kg. Entre le milieu du XIVe s. et le milieu du XVe siècle, un pont d’Égypte équivaut à 180 kg : voir E. Ashtor, « The Volume of Levantine Trade in the Later Middle Ages », p.577 ; et Id., « Levantine Weights and Standard Parcels », p. 482 ; voir aussi infra.
b Un marsapà est un contenant d’une capacité d’environ 8,7 kg (J. Plana i Borras, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », p. 112). Au sujet de ce terme, voir également E. Ashtor, « Levantine Weights and Standard Parcels », p. 481. Ce contenant de faible capacité était utilisé pour des denrées très variées — et pas seulement pour du borax ou des clous de girofle, contrairement à ce qu’indiquent les deux auteurs cités en référence. Les tableaux établis pour l’ensemble des épices montrent en effet que son usage était très répandu pour les petites quantités. La raison pour laquelle ce contenant, d’origine arabe selon E. Ashtor, était uniquement utilisé par les Catalans en Occident (ibid., p. 481) demeure cependant obscure. Sa capacité, qui équivalait environ à 1/10e du pont syrien et à 1/10e du pont égyptien, en faisait sans doute un contenant commode à utiliser. Signalons pour terminer que ce terme n’apparaît pas dans le dictionnaire de poids et mesures catalans, publié par Cl. Alsina i Català, G. Feliu i Montfort et Ll. Marquet i Ferigle, Pesos, mides i mesures dels Països Catalans

  • 9 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 658-665. La documentation catalane (...)

12Comme la plupart des épices, le poivre ne faisait que transiter par l’Égypte et la Syrie avant d’être transporté vers l’Europe. Sa véritable origine se situait sur la côte de Malabar, en Inde occidentale et dans l’île de Ceylan. La variété la plus communément importée et consommée était le poivre rond et noir, qui prenait cette couleur après avoir été séché. Mais il en existait d’autres — poivre long ou blanc, ce dernier n’ayant précisément subi aucune dessiccation —, qui sont toutefois assez rares dans la documentation médiévale9.

  • 10 Voir le graphique 15, p. 433.
  • 11 Graphiques 10 à 12.
  • 12 Voir en outre le graphique 23 (p. 472) relatif aux importations de sucre d’après les commendes.
  • 13 Voir infra, pp. 471-472.

13La prépondérance du poivre parmi l’ensemble des épices est particulièrement évidente au milieu du XIVe siècle dans les commendes barcelonaises, puisqu’on le trouve mentionné dans deux contrats sur trois entre 1348 et 136310. Mais les quantités d’épices rapportées à Barcelone par Joan Benet11 montrent qu’il pouvait être devancé par le sucre au début des années 1340. Il y a donc bien là une contradiction entre les sources12, qui pourrait s’expliquer par les imprécisions précédemment relevées de la documentation notariale. Cela dit, un autre facteur d’importance doit aussi être pris en considération : les comptes de Joan Benet concernent des voyages à Chypre ; or on verra plus loin que l’un des principaux produits originaires de cette île, et particulièrement recherché par les marchands européens, était précisément le sucre13. Ces documents reflètent donc nécessairement une proportion de sucre supérieure à celle rapportée d’ordinaire de Syrie et d’Égypte.

14Mais à partir du dernier tiers du XIVe siècle, la demande de poivre à Barcelone amorce une chute prononcée et régulière, qui ne prend fin que vers 1410. Sa part dans les commendes tombe à 19 % entre 1400 et 1409 ; la baisse est donc spectaculaire, même si elle s’étend sur plus d’une quarantaine d’années. Cette épice est alors distancée par le gingembre, demandé dans plus de 25 % des contrats.

15Pourtant, les exemples de chargements de navires relevés dans le tableau précédent (tableau 57, pp. 436-437) ne confirment pas de recul significatif des importations de poivre ; tout au plus peut-on remarquer que l’écart entre cette épice et le gingembre se réduit dans le cas des quatre derniers bâtiments (1399-1404), mais le poivre reste généralement en tête des importations.

16On peut bien sûr s’interroger sur le degré de représentativité d’une liste de cargaisons limitée à moins d’une vingtaine de navires. Mais la contradiction entre les deux types de sources pourrait aussi venir du fait que la moitié des contrats collectés au cours de cette période, laquelle marque l’apogée des relations avec l’Égypte et la Syrie, ne fournissent aucune instruction quant aux denrées à rapporter — les accommenditaires étant libres de choisir les marchandises d’importation. Ils ont alors manifestement préféré acquérir les épices les plus communes, au premier rang desquelles figurait le poivre, valeur sûre dont l’écoulement était assuré après le retour en Catalogne ; ainsi s’expliquerait ce décalage entre les demandes formulées dans les très nombreux contrats consignés au cours de cette phase et la réalité des importations telle qu’elle apparaît dans cette liste de cargaisons.

17À partir de la seconde décennie du XVe siècle, la part du poivre croît à nouveau avec vigueur et régularité pour retrouver entre 1428 et 1430 un taux de 60 % parmi les commendes, comme au milieu du siècle précédent, alors que sa position dominante était incontestée. Globalement, la demande barcelonaise en poivre connaît donc, d’après ce type de contrats, une évolution en vaste « creux de vague » entre le milieu du XIVe s. et le premier tiers du xv e siècle.

  • 14 Voir supra, p. 195.
  • 15 Bruno Laurioux, Les livres de cuisine en Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, 1992, pp. 1073-1079

18En dépit des limites de la documentation notariale barcelonaise, force est de constater que l’évolution de la demande de poivre mise en évidence par ce type de sources suit en grande partie celle qui caractérise la fréquentation du port d’Alexandrie par les Catalans ; la part de cette épice est en effet dominante lorsqu’ils se rendent de préférence en Égypte plutôt qu’en Syrie, ce qui est précisément le cas avant 1375, puis après 1415. La cité égyptienne affirmerait bien ainsi sa vocation de grand port de réexportation du poivre, comme nous l’avions déjà constaté lors de l’étude des destinations des navires catalans14. Mais on pourra également noter que ce mouvement de reflux, puis d’afflux est aussi conforme aux modifications de la consommation du poivre en Occident au cours des XIVe et XVe siècles. B. Laurioux a en effet relevé, d’après l’étude des livres de cuisine, que cette épice perdait du terrain dès la seconde moitié du XIVe siècle, en France mais aussi en Angleterre, pour occuper la deuxième place derrière le gingembre. En revanche, au XVe siècle, le poivre connaît un regain d’intérêt, surtout en Angleterre15, vers laquelle une grande partie des épices parvenues à Barcelone était ensuite réexportée. L’évolution de la consommation dans l’Europe du Nord-Ouest n’est donc certainement pas restée sans effet sur la composition des marchandises importées par les Catalans.

  • 16 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 90.
  • 17 B. Laurioux, Les livres de cuisine en Occident à la fin du Moyen Âge, p. 1069.

19Parmi les épices, le poivre atteignait un prix relativement modéré, car il en existait de bien plus coûteuses. Le manuel de commerce catalan le mentionne parmi les avers de carga, c’est-à-dire que sa valeur était fixée à la charge, la plus grosse unité de poids existant alors, habituellement utilisée pour déterminer le prix des articles les moins coûteux16. B. Laurioux n’hésite pas à employer à son sujet l’expression d’« épice de pauvre » en raison de la faiblesse de son coût, qui en faisait une denrée très répandue17. Le poivre apparaissant fréquemment dans la documentation barcelonaise, il est possible de suivre l’évolution de sa valeur dans la capitale catalane, essentiellement au cours de deux périodes (graphiques 16 et 17 [p. 441]).

Graphique 16. — Prix de la charge de poivre à Barcelone (1338-1350) [ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Manual de Comptes de Joan Benet (1338-1344), ffos 5v° à 120r°]

  • 18 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, appendice C 3, pp. 546-548.

20Ces listes de prix témoignent d’amplitudes relativement modérées par comparaison avec certains produits d’exportation dont la valeur pouvait varier du simple au double en quelques années seulement. Au cours des deux derniers tiers du XIVe siècle, les chiffres restent en effet compris entre 50 et 68 livres, si l’on excepte les prix exceptionnellement élevés entre 1348 et 1350 (jusqu’à 95 livres) et celui, particulièrement bas, de 1382 (40 livres). Ces écarts limités sont confirmés par les données rassemblées par E. Ashtor, déterminant les cours du poivre à Damas entre 1379 et 1437 — entre 1.200 et 2.000 dirhams le quintal, même si ponctuellement les prix pouvaient brutalement changer, comme entre avril et septembre 1386, où ils chutèrent de 2.000 à 1.215 dirhams18. Cette relative stabilité qui s’inscrit dans le temps long s’explique sans doute par la régularité des approvisionnements en poivre entre les deux rives de la Méditerranée et d’une manière plus générale entre l’Asie du Sud et l’Europe occidentale, au cours de cette période.

  • 19 Ibid., pp. 74-75.

21Arrêtons-nous toutefois brièvement sur le principal accident qui affecte cette stabilité au cours des années 1348-1350. Le phénomène pourrait a priori être attribué aux contrecoups économiques de la peste qui apparaît en Catalogne à partir du printemps 1348. Pourtant, E. Ashtor a bien relevé que la hausse des prix affectant le poivre avait commencé dès 1345 à Alexandrie ; elle ne peut donc être imputable à cette épidémie. Selon lui, la valeur du poivre resta élevée jusqu’en 1355 au moins, et le phénomène serait dû à une augmentation des prix en Inde même19.

Graphique 17. — Prix de la charge de poivre à Barcelone (1377-1400).
Dates et références précises. — 1377 (24 juillet, 64,5 livres) : voir R. CONDE I DELGADO, « Las actividades y operaciones de la banca barcelonesa trecentista de Pere Descaus y Andreu d’Olivella », p. 161, n. 61. — 1382 (3 octobre, 40 livres) : voir J. HEERS, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del xv », p. 203. — 1383 (30 mars, 51 livres) : ibid. — 1383 (décembre, 54 livres) : ibid. — 1384 : ibid. — 1392 (4 décembre) : ibid. — 1394 (20 janvier) : ibid. — 1397 (24 février) : voir AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 — octobre 1397), f° 155v°. — 1400 (4 décembre) : voir J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », p. 203. Le livre de comptes de l’épicier Francesc Canes, transcrit par Caries Vela i Aulesa et couvrant les années 1378-1380, ne peut malheureusement être utilisé pour compléter cette série de prix car le poivre y est vendu au détail, c’est-à-dire à la livre, pour une valeur de 5 sous ; rapporté à une charge, ce prix atteindrait ainsi 78 livres, soit une valeur sensiblement supérieure à celles relevées précédemment. Cette différence met ainsi en évidence le bénéfice réalisé par l’épicier entre les prix d’achat en gros et de revente au détail (voir C. Vela i Aulesa, L’obrador d’un apotecari medieval segons el llibre de comptes de Francesc Canes)

  • 20 E. Ashtor, « Spice Prices in the Near-East in the Fifteenth Century », tableau I, II et p. 34 ; et (...)

22Les séries établies par E. Ashtor montrent que cette relative stabilité des prix s’est maintenue jusqu’aux premières années du XVe siècle, à Alexandrie et Damas ; ils y fluctuaient en effet entre 62 et 86 dinars pour une sporta. Mais brusquement, à partir de 1410, ils atteignirent 110 dinars et se maintinrent au-dessus de 100 jusqu’en 1425, avec un « pic » de 220 dinars en 1412 à Alexandrie. Puis les prix baissèrent à 70-80 ducats, pour remonter encore brièvement, au cours des années 1435-1437, à un niveau de 100 à 120 ducats. Enfin, au cours des années 1440, le poivre retrouva une valeur équivalente, voire légèrement inférieure à celle d’avant 141020.

  • 21 J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », p. 18 (...)
  • 22 AHPB, Bartomeu Masons, Manual d’assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), ffos 61r° et 92r°-93v° (...)

23Il reste à présent à déterminer la valeur du pont, cette unité de mesure utilisée pour la commercialisation du poivre et de nombreuses autres épices. Plusieurs auteurs se sont déjà efforcés d’en calculer le poids mais ont abouti à des résultats bien différents. Pour J. Heers, le pont désignait en effet une unité de poids, commune à Venise, Gênes et Florence, utilisée pour indiquer les quantités d’épices et équivalant à 91 kg. E. Ashtor a ensuite affiné cette définition, montrant qu’un pont n’avait pas la même valeur selon les époques et les origines : il pesait bien 90 kg en Syrie, quelle que fut l’époque considérée, mais il équivalait au double en Égypte entre le milieu du XIVe s. et le milieu du XVe siècle environ, et sa capacité augmenta pour atteindre 360 kg, puis jusqu’à 500 kg à la fin du XVe siècle. De son côté, J. Plana i Borràs avait bien relevé que le poids d’un pont d’épices variait sensiblement, mais il attribuait cette différence au type d’épice contenu dans cet emballage : du poivre ou du gingembre21. Enfin, les contrats barcelonais apportent eux aussi leur lot d’informations : deux assurances, concernant chacune deux ponts de poivre réexpédiés de Barcelone à L’Écluse en 1428 et 1429, indiquent en effet clairement la quantité contenue dans ces deux ponts : dix quintaux et quarante livres dans le premier contrat et trois charges et six livres dans le second, soit respectivement 213 kg et 184 kg pour un pont22.

  • 23 Ce que confirme également M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 275, affir (...)
  • 24 Voir supra, pp. 414-418 n. 419.

24Tous ces éléments indiquent qu’il s’agissait d’une unité de capacité spécialement utilisée pour les épices et sans doute d’origine orientale23. Cependant, nous avons constaté que les amandes étaient également commercialisées depuis Barcelone par ponts, pour des quantités variant entre 131 et 164 kg24. Il en résulte ainsi que ce terme désignait un contenant, une sorte de sac, dont la capacité n’était pas aléatoire, en dépit de la diversité des données chiffrées collectées : car il est logique que pour un même volume, le poids d’un pont d’amandes reste bien inférieur à celui d’un pont d’épices, qui occupent plus densément l’intérieur du sac. Quant à la différence d’une trentaine de kilos qui caractérise les exemples cités, pour le poivre comme pour les amandes, elle s’explique vraisemblablement par un inégal niveau de remplissage des ponts. Les équivalences très précises fournies par J. Heers et E. Ashtor sont donc à nuancer en fonction de ces quelques remarques. Mais on notera surtout que les deux exemples d’assurances confirment approximativement la capacité de 180 kg indiquée par E. Ashtor pour les ponts égyptiens du début du XVe siècle. On s’en tiendra donc aux quantités précisées par cet auteur, soit 90 kg pour un pont syrien et environ 180 kg pour un pont égyptien entre le milieu du XIVe et le milieu du XVe siècle, qui constituent précisément les bornes de cette étude. Un problème de taille subsiste cependant pour exploiter les séries chiffrées des cargaisons de navires revenant à la fois d’Égypte et de Syrie, où la capacité de chargement variait donc du simple au double ; puisqu’aucune indication n’est apportée par les sources dans ces cas, les quantités resteront exprimées en ponts et non converties en kilos.

Le gingembre

  • 25 Voir supra les graphiques 10 à 12 (pp. 430-431).

25Comme le poivre, le gingembre constituait une des principales épices consommées en Occident, pour ses vertus médicinales et culinaires. Mais au milieu du XIVe siècle, cette denrée ne bénéficiait pas du même intérêt que le poivre sur le marché de Barcelone, comme en témoignent les cargaisons d’épices rapportées de Chypre par les navires d’en Camors, de Pere Duran et d’Arnau Marquet en 1342 et 134325. Le gingembre arrive en effet loin derrière le poivre, dans des proportions comprises entre 7 et 10 % de la valeur ou des quantités transportées (et atteint exceptionnellement 18,5 % des marchandises embarquées sur la nef de Pere Duran), ce que confirment les nombreuses commendes conclues en 1349 à destination du Levant : cette épice figure dans moins de 9 % des contrats.

26Les données dont nous disposons pour les années 1370-1390 témoignent d’une demande irrégulière de gingembre à Barcelone : celle-ci est en effet plutôt élevée entre 1370 et 1380, atteignant une proportion d’un contrat sur trois (exactement : 33,75 %), mais nettement plus réduite ensuite (soit pendant les années 1380-1390), puisqu’elle retombe à 15 % des commendes. Cette brusque augmentation est en fait difficilement explicable, car ce taux apparaît presque comme un accident au cours de la seconde moitié du XIVe siècle. L’hypothèse qui peut être formulée est qu’une tentative de diversification des épices à rapporter à Barcelone, débuta à partir de 1370, ce que confirme en effet l’amorce de la baisse du poivre au même moment et la hausse enregistrée pour la plupart des autres épices. L’évolution des prix du gingembre explique peut-être également ces irrégularités, car nous verrons plus loin que sa valeur était particulièrement élevée au cours de la dernière décennie du XIVe siècle ; malheureusement, les séries de prix relevées sont trop lacunaires pour autoriser une explication de ces irrégularités par ce seul facteur.

  • 26 Voir le tableau 37, pp. 436-437.

27À partir de la dernière décennie du XIVe siècle, le gingembre figure dans plus du quart des commendes à destination du sultanat mamelouk (27 % exactement). La croissance de sa demande, bien qu’irrégulière, est donc tout à fait nette au cours de la seconde moitié du XIVe siècle. Pendant près d’une vingtaine d’années, entre 1393 et 1410, ce fut même l’épice la plus demandée sur le marché de Barcelone, devançant le poivre d’après les indications fournies par les commendes. On notera pourtant, comme il a déjà été constaté lors de l’étude du poivre, que sur les douze cas de cargaisons d’épices connues dans le détail entre 1371 et 140426, deux seulement attestent que le gingembre fut bien la principale épice rapportée ; la contradiction entre les sources s’explique sans doute, on l’a vu, par le décalage entre les recommandations théoriques formulées par les bailleurs dans les contrats et le choix des marchands une fois parvenus au Sultanat. L’évolution des importations catalanes selon les commendes montre enfin qu’à partir de 1410, le taux de demande du gingembre resta relativement stable jusqu’en 1428-1430 (23,3 %), en dépit du regain d’intérêt que connut le poivre au même moment

  • 27 Voir le chap. iii, pp. 190-193.
  • 28 J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », pp. 1 (...)
  • 29 Sans compter les cargaisons de navires se rendant à la fois à Alexandrie et à Beyrouth.

28L’évolution de la demande de gingembre semble donc suivre de près celle de la fréquentation du port de Beyrouth. Rappelons que le trafic catalan vers cette destination se développe surtout après la prise de Famagouste par les Génois, soit à partir de 1374, puis disparaît presque complètement après 141527 ; nous saisissons bien là l’intervalle au cours duquel la demande de gingembre est à son apogée d’après les commendes barcelonaises. Plusieurs exemples de chargement de navires génois et vénitiens confirment bien que les quantités de gingembre embarquées à Beyrouth étaient effectivement supérieures à celles provenant d’Alexandrie28. Mais une fois de plus, ce constat se heurte aux chiffres fournis par les cargaisons réellement rapportées d’Égypte et de Syrie par des navires catalans entre 1371 et 1404 ; la plupart des bâtiments ainsi répertoriés ont en fait importé plus de poivre de Beyrouth (2.242 ponts au total29) que de gingembre (1.578 ponts). Faute d’indications supplémentaires, l’explication de cette contradiction oscille donc encore entre les mêmes hypothèses : celle d’un échantillon de données non représentatif dans le cas des quelques cargaisons connues, rapportées par les navires catalans ; ou celle d’une distorsion entre la demande théorique reflétée par les commendes avant les départs pour le Levant et les quantités d’épices réellement achetées par les marchands itinérants, une fois ceux-ci parvenus à destination et s’étant informés des prix.

  • 30 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 238 ; ces cinq variétés sont aussi l (...)

29À la différence du poivre, plusieurs types de gingembre étaient cependant commercialisés par les Catalans. Parmi les variétés exportées vers l’Occident, cinq se distinguaient particulièrement : le baladí, qui était cultivé sur toute la côte ouest de l’Inde ; le colomí, qui provenait plus spécialement de la région de Quilon, sur la côte de Malabar (et non de Colombo dans l’île de Ceylan, comme il est parfois indiqué) ; le maquí, qui tirait son nom de La Mecque, principal marché à partir duquel il était commercialisé, mais provenait en fait de l’ensemble de l’Arabie, des îles de la mer Rouge et peut-être même de Zanzibar et de Madagascar ; enfin, les gingembres serriol et conjucarí, qui restent deux espèces non identifiées30.

  • 31 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 331-333 et 414-419 ; Id., (...)
  • 32 La pratica della mercatura, p. 360.
  • 33 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 101.

30Les travaux d’E. Ashtor distinguant ces variétés permettent d’établir entre elles une hiérarchie, mais ils ne mentionnent jamais le type serriol31. Cependant, les sources catalanes, ainsi que celles publiées par F. Melis, reprises ci-après sous forme de tableaux, comblent cette lacune. Il ressort des données ainsi collectées que les types les plus chers étaient le serriol et le baladí, suivis de près par le colomí, tous trois présentant des écarts de valeur très réduits ; le bas de la hiérarchie était occupé par le maquí, nettement inférieur aux précédentes variétés, ce que confirme d’ailleurs Francesco B. Pegolotti32. Enfin, aucun prix n’a pu être relevé pour le gingembre conjucarí, qui n’apparaît que rarement dans la documentation barcelonaise. Seul le manuel de commerce catalan présente une hiérarchie légèrement différente, plaçant en tête le baladí, pour sa valeur inégalée, suivi des variétés serriol et bell scull (« à la belle écorce »), de bonne qualité, et qualifiant enfin le colomí de mauvais ; le maquí n’est pas mentionné dans cette comparaison 33 (tableaux58 et 59, p. 446).

  • 34 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, pp. 645-646.

31Les quelques valeurs relevées dans le tableau 58 (p. 446) permettent d’affiner les constats établis précédemment : elles montrent en effet qu’au milieu du XIVe siècle la différence de prix entre le maquí et les autres types de gingembre était limitée mais qu’elle s’accrut progressivement, la valeur du premier restant stable, tandis que celle des autres variétés augmentait. Les causes de cette stagnation des prix du gingembre maquí apparaissent clairement dans ce protêt notarié de 1433, déjà relevé par Cl. Carrère : un marchand y expliquait en effet qu’en raison de l’abondance de cette variété à Barcelone, sa valeur diminuait de jour en jour— c’est pourquoi il engageait des poursuites contre l’accommenditaire qui lui avait rapporté du maquí au lieu du baladí qui pourtant était explicitement demandé dans le contrat de commende34.

Tableau 58. — Prix à la charge de différents types de gingembre, à Barcelone (en livres)

Dates

Maquí

Colomí

Baladí

Serriol

Sources

Janvier 1342

42-44

ACB, Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet (1338-1344), f° 104v°.

Décembre 1342 (?)

44

48

51

ACB, Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet (1338-1344), ffos 63v° et 120v°.

Février 1343

51

ACB, Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet (1338-1344), f° 651r°.

Fin 1343

48-50

56

J. Plana, « The Account », pp. 164-165.

Décembre 1348

60

ACB, Extravagants, Comptes de Joan Benet (1332-1356), f° 29v°.

Juillet 1358

31

ACB .Extravagants, Comptes de Berenguer Morell (1357-1376), f° 11r°.

Décembre 1383

47

90-92

95

F. Melis, Documenti, p. 312.

Février 1397

55

AHPB, B. Nadal, Manual (sept 1393 - oct. 1397), f° 155v°.

Juillet 1398

35-40

AHPB, B. Nadal, Secundus liber, (1397-1403), f° 17v°2.

  • 2 Un quintal de Damas = 3 quintaux et 21 livres de Barcelone (voir l’appendice IV).

Tableau 59. — Prix d’un quintal (de Damas) de différents types de gingembre à Damas (en dirhams)2

Dates

Maquí

Colomí

Baladí

Serriol

Sources

1384 (?)

2.550

C. Vela, « Les espècies », doc 14

1395 (?)

5.250 (?)

5.250 (?)

AHPB, B. Nadal, Plec de documentació diversa (11 janvier 1396).

Août 1395

2.600

5.000

5.000

F. Melis, Documenti, p. 184a.

1404

2.370-2.850

ACA, Generalitat, reg. G.186.1, f° 23v°.

a Lettre de B. Mignanelli du 2 août 1395 ; les prix indiqués dans cette lettre ont aussi été relevés par E. Ashtor dans ses diverses publications sur les épices, mais à chaque fois avec des différences de lecture par rapport à la publication de F. Melis

  • 35 J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », p. 20 (...)

32Ces données très partielles dessinent en tout cas une nette tendance à la hausse au cours de la seconde moitié du XIVe siècle — à l’exception du maquí. Élément symptomatique de cette évolution, à partir des années 1380, les gingembres baladí et serriol coûtaient nettement plus cher que le poivre (90 à 95 livres la charge pour les premiers, contre 51 à 54 livres pour ce dernier), alors que le rapport était inverse au cours des années 1340. Ce constat rejoint ainsi les résultats établis par J. Heers et E. Ashtor, qui avaient déjà mis en évidence le niveau particulièrement élevé des prix du gingembre au cours de la dernière décennie du XIVe siècle, à Alexandrie comme à Barcelone, pour constater ensuite une baisse d’abord très marquée dès les premières années du XVe siècle, puis plus progressive au cours des décennies suivantes35.

  • 36 J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », ta (...)

33Les comptes de Joan Benet, les seuls à permettre de confronter directement les prix d’achat au Levant — à Chypre plus précisément — puis de vente à Barcelone, révèlent un bénéfice comparable à celui du poivre (fixé à 25,37 %) ? mais le profit augmentait en fonction de la variété de gingembre commercialisée : le moins cher, le maquí, rapporta à ce marchand un gain de 23,27 %, contre 29,06 % pour le colomí, à la fin de l’année 134336.

34Conséquence logique, les différents types de gingembre n’étaient en fait pas importés dans les mêmes proportions et leur demande subissait de nettes variations selon les années, à en croire les indications fournies dans les commendes. Le graphique 18 (p. 448) permet d’en rendre compte.

  • 37 Autres variétés rapportées : 12 ponts de maquí, 5 de serriol et 23 non précisés.
  • 38 C’est en particulier le cas dans le registre du dret d’entrades de la Generalitat, contenant la lis (...)

35Entre 1388 et 1416, d’après les instructions fournies par les commendes, la principale variété commercialisée en Catalogne était le gingembre baladí, ce que confirme pleinement le détail du fret rapporté par les nefs de Pere Ortolà et de Jaume Esteve, revenues à Barcelone en septembre 1404 : la part de cette variété y apparaît en effet plus écrasante encore, totalisant 128 ponts sur un total de 168 pour l’ensemble du gingembre rapporté37, soit 76,2 % — contre 45 % seulement d’après les commendes, cette année-là. L’abondance de cette variété est en outre confirmée par le fait que le terme baladí s’est finalement répandu sous la forme d’un substantif, sans que fût rappelé qu’il s’agissait d’un gingembre — selon le même processus qui conduisit à utiliser le terme de vervins pour désigner les draps de Wervik, ou leur contrefaçon catalane38. Une fois de plus donc, un exemple précis de cargaison ne confirme pas les proportions indiquées par les contrats de commendes. Sans doute le décalage s’explique-t-il encore par le souci des bailleurs de présenter un choix étendu de variétés de gingembre, tandis qu’une fois arrivés sur place les accommenditaires se contentaient probablement d’acquérir le type le plus répandu et le plus facilement commercialisable.

Graphique 18. — Répartition des différents types de gingembre parmi les commendes à réinvestir dans cette marchandise

  • 39 Une dernière commende du 19 novembre 1370 en fait encore mention (AHPB Jaume Ballester, Manual de c (...)
  • 40 Voir par exemple, F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, pp. 312, 318 et (...)
  • 41 À l’exception de la liste de prix de marchandises établie à Barcelone en 1383 par un facteur de la (...)
  • 42 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 83. On notera toutefois que leur des (...)

36On notera également que la demande de maquí — le moins cher — est souvent inversement proportionnelle à celle de serriol, l’un des plus onéreux, leur différence de prix et de qualité expliquant sans doute cette évolution contraire sur le marché de Barcelone. Quant au gingembre colomi, il ne figure plus dans les sources catalanes après les années 1370-138039, alors que les documents italiens continuent régulièrement d’y faire référence40. Le phénomène est exactement inverse pour la variété serriol, qui n’apparaît que dans la documentation catalane41. Il serait évidemment tentant de penser que ces deux types n’en faisaient qu’un, dénommé différemment selon le lieu et l’époque. Mais le manuel de commerce catalan distingue bien les deux variétés42.

  • 43 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 467-468 (Damas) et 548-549 (Alexandrie).
  • 44 Les prix du baladí, pourtant les plus nombreux, ne sont connus à Damas qu’à partir de 1403, puis pr (...)

37Cette différence de dénomination explique en partie la difficulté à mettre en relation les listes de prix des gingembres à Damas et Alexandrie, établies par E. Ashtor d’après la documentation italienne43, et l’évolution de leur demande selon les commendes barcelonaises entre 1388 et 1416. Les listes sont en outre trop discontinues pour établir des liens de cause à effet sûrs44. On comprendra dans ces conditions qu’en l’absence de données plus complètes, il est bien trop hasardeux de tenter de mettre en relation les deux séries.

La cannelle

38Les origines de la cannelle rejoignent celles du poivre et des gingembres baladí et colomí : l’écorce de cet arbre provenait en effet d’Inde et de Ceylan. Mais d’après les contrats notariés, son taux de demande était nettement inférieur à ces deux articles, comme en rendent bien compte les histogrammes ci-dessous et ci-contre (graphiques 19 et 20).

Graphique 19. — Pourcentage des commendes barcelonaises à destination de Chypre, de l’Égypte et de la Syrie à réinvestir en girofle ou en cannelle pour le voyage de retour

39D’une manière générale, la cannelle figure dans moins de 4 % des contrats barcelonais, sauf pendant une brève période comprise entre 1407 et 1414, au cours de laquelle ce taux atteint le quart des commendes, soutenant ainsi momentanément la comparaison avec le poivre et le gingembre. Mais à partir de 1415, la demande s’effondre à nouveau complètement et durablement.

  • 45 Voir respectivement les graphiques 11 et 12 (p. 431), puis le tableau 57 (pp. 436-437) — on notera (...)

40Une fois de plus cependant, la confrontation de ces résultats tirés des actes notariés rédigés avant le départ des marchands avec les cas précis de cargaisons rapportées — celles de deux navires catalans revenus de Chypre en 1343, d’une part, puis de douze autres entre 1371 et 1404, d’autre part — révèle un décalage entre les deux types de sources. Les quantités réelles de cannelle embarquées à bord de tous ces vaisseaux45 apparaissent en effet supérieures à ce qu’indique la documentation notariée, nous ramenant ainsi à la même alternative d’hypothèses que celle évoquée précédemment.

Graphique 20. — Pourcentage des commendes barcelonaises à destination de Chypre, de l’Égypte et de la Syrie à réinvestir en girofle ou en cannelle pour le voyage de retour (détail des années 1394-1416)

  • 46 E, Ashtor, « Spice Prices in the Near East in the Fifteenth Century », pp. 31-32 et 34.

41L’engouement aussi brusque que momentané pour cette épice au début du XVe siècle mérite cependant de nouvelles explications. Les études de prix menées par E. Ashtor attestent que la valeur de la cannelle avait considérablement augmenté, en particulier à Beyrouth et Damas, au cours des années 1411-141246 ; il n’a malheureusement pu relever de prix pour les années précédentes. Il importe donc de souligner dans cette première phase d’analyse la concomitance logique des deux phénomènes : forte hausse de la demande à Barcelone et des prix en Égypte et surtout en Syrie — la première étant d’ailleurs peut-être à l’origine de la seconde.

  • 47 Au début de l’année 1343, la charge de cannelle stagnait à un prix de 45 livres à Barcelone (ACB, L (...)
  • 48 Aux prix cités dans la note précédente, on peut encore ajouter celui de 31 livres la charge de cann (...)
  • 49 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 77.
  • 50 J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », ta (...)
  • 51 Voir les notes 47 et 48.

42Les quelques valeurs relevées dans la documentation barcelonaise ne permettent malheureusement pas d’apprécier le prix de la cannelle à Barcelone au même moment ; elles montrent cependant que les augmentations pouvaient effectivement être assez brutales47 et que, d’une manière générale, le coût de cette épice était comparable voire par moments supérieur à celui des gingembres, mais inférieur à celui du girofle48 ; comme pour les premiers, son prix était donc fixé à la charge49. Toutefois, sa commercialisation pouvait s’avérer particulièrement lucrative, si l’on en croit les comptes de Joan Benet en 1343 ; car, d’après les calculs effectués par J. Plana i Borràs, la cannelle lui rapporta en effet les plus gros profits en valeur relative : 41,35 % (contre 25 % pour le poivre et les gingembres et près de 20 % pour le girofle)50. Mais ce rapport entre le prix d’achat au Levant et de vente à Barcelone resta-t-il durablement aussi favorable ? On peut en douter, puisque les quelques valeurs relevées pour la cannelle montrent une chute spectaculaire sur le marché barcelonais entre la fin de l’année 1344 (114 livres la charge) et le début de 1349 (31 livres)51 et, surtout, que la demande en cannelle est restée pour le moins limitée pendant toute la deuxième moitié du XIVe siècle, d’après les commendes.

  • 52 On notera que ces variétés n’apparaissent pas encore dans l’ouvrage de Francesco B. Pegolotti — réd (...)
  • 53 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 77 et 107 (manuel de commerce catal (...)
  • 54 Une commende barcelonaise semble d’ailleurs apporter la preuve que les deux adjectifs désignaient l (...)
  • 55 Le manuel de commerce catalan (1385), première source catalane distinguant clairement les cannelles(...)

43Une fois de plus, cependant, il convient de distinguer plusieurs variétés de cannelles. Mais à la différence du gingembre, elles ne sont précisées que tardivement dans la documentation, qu’elle soit catalane ou italienne52. Ce n’est en effet qu’à partir des années 1380 que les types mabari et sallenia font leur apparition parmi les sources53 ; à en croire une liste de prix établie par un facteur de la compagnie Datini à Damas, un rapport du simple au double en faveur de la seconde les caractérisait. Mais les cannelles les plus chères étaient en fait celle dite de darseni dans la documentation catalane et celle appelée lunga dans les sources italiennes, qui ne constituaient d’ailleurs peut-être qu’une seule et même variété ; car ces deux noms sont bien utilisés séparément selon l’origine des documents et le type auquel ils se rapportent est chaque fois le plus onéreux54. Leurs descriptions sont malheureusement trop rares et trop sommaires pour confirmer ou infirmer cette hypothèse55.

  • 56 De leur côté, les sources italiennes publiées font aussi apparaître successivement ces différentes (...)

44On relèvera enfin que ces différentes variétés n’ont pas été importées au même moment dans le trafic entre le Levant et la Catalogne. Les commendes barcelonaises montrent en effet que la cannelle sellenia fit d’abord une apparition remarquée à partir de 1395 pour être remplacée dix à douze ans plus tard par la variété darseni, qui régna alors presque sans partage jusqu’en 1411 ; à partir de cette date, les deux variétés firent pratiquement jeu égal, tandis que la cannelle meberia n’apparut que furtivement en 141456. Sans pouvoir malheureusement en expliquer les raisons, on soulignera donc que c’est le type le plus cher, darseni, qui est à l’origine du remarquable engouement des bailleurs barcelonais pour la cannelle entre 1407 et 1414. La hausse des prix relevée par E. Ashtor autour des années 1411-1412 se justifierait donc également par la commercialisation accrue de cette — nouvelle ? — variété au cours de cette période.

Les clous de girofle

  • 57 Ils ne sont pour la première fois cités que dans les tarifs de la leude de Collioure, dont la premi (...)
  • 58 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 603-604.
  • 59 Les tarifs de la leude de Mediona, qui datent de 1222, contiennent en fait une rubrique « Autres ép (...)

45À la différence du poivre, du gingembre et de la cannelle, déjà régulièrement mentionnés dès le début du XIIIe siècle dans les premiers tarifs douaniers connus de la couronne d’Aragon, les clous de girofle ne font qu’une apparition tardive dans ce type de documentation57. Cela ne signifie bien sûr nullement que cet article y était inconnu, puisque les premières traces de sa consommation en Occident sont beaucoup plus anciennes58 ; mais le fait qu’il ne soit pas explicitement mentionné, à la différence des précédentes épices59, constitue un indice de commercialisation moins fréquente.

  • 60 Voir le graphique 19 (p. 450).

46Pour les clous de girofle, les contrats barcelonais et les exemples de cargaisons rapportées concordent : ils témoignent d’importations très irrégulières qui suivent approximativement la même évolution « en dents de scie » que celle du gingembre au cours de la deuxième moitié du XIVe siècle ; elles sont faibles en 1348-1349, puis connaissent une hausse sensible durant les années 1370 (passant de 7 % à 12,5 % des commendes)60, témoignant sans doute du souci de diversification dans le domaine des importations d’épices, déjà évoqué précédemment. Mais au cours de la décennie suivante, le taux de demande retombe à nouveau sous la barre des 10 %. En revanche, il plafonne à 18,1 % au cours des dernières années du XIVe siècle, au moment où les relations de Barcelone avec l’Égypte et la Syrie sont particulièrement soutenues. Le parallélisme avec le gingembre s’arrête cependant au XVe siècle car la demande en clous de girofle connaît alors un déclin rapide et prononcé, surtout entre 1405 et 1409 (4,2 %), période au cours de laquelle les contacts avec le sultanat mamelouk sont pourtant encore intenses. Mais ces difficultés sont passagères et, une nouvelle fois, une nette progression s’amorce au cours des années 1410-1416, pour atteindre en 1429-1430 un taux proche du maximum des années 1393-1399 (17,7 %).

47Ces irrégularités permanentes montrent que les clous de girofle constituaient sans doute une épice cantonnée dans un rôle de complément à ces deux principaux articles d’importation qu’étaient le poivre et le gingembre. Ainsi, selon l’offre et les prix rencontrés à Alexandrie et Damas, les marchands catalans ont-ils constamment adapté leur demande en girofle. Toutefois, l’importance des taux enregistrés certaines années empêche de le considérer comme une épice secondaire et prouve au contraire qu’il constituait lui aussi un article très apprécié.

  • 61 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 84 ; F. Melis, Documenti per la stor (...)

48Les données plus rares concernant le clou de girofle empêchent d’établir des listes de prix aussi fournies que pour le poivre et le gingembre. On peut cependant noter qu’à Barcelone sa valeur est indiquée à la livre et non à la charge ou même au quintal, à la différence des trois autres « principales » épices — dont le prix était fixé à la charge ; de même en Syrie, l’unité habituellement utilisée était le ròtol, centième partie du quintal, et non le quintal lui-même, ce qui constitue un premier indice sûr de valeur élevée61. Par ailleurs, les manuels de commerce du marchand Joan Benet apportent quelques indications éparses pour les années 1340 :

Tableau 60. — Prix de la livre de girofle (en sous de Barcelone)

Prix

Dates

Références

31 sous et 6 deniers la livre

10 mars 1343

ACB, Extravagants, Manual de comtes de Joan Benet (1338-1344), f° 123r°.

32-34 sous la livre

Fin 1343

J. Plana, « The Accounts », p. 166.

22 sous la livre

31 décembre 1348

ACB, Extravagants, Comptes de Joan Benet (1332-1356), f° 29v°

25 sous la livre

1350

ACB, Extravagants, Comptes de Joan Benet (1332-1356), f° 35v°

  • 62 J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », ta (...)
  • 63 Une liste de prix alors établie par les facteurs de la compagnie Datini, à Barcelone, indique en ef (...)

49Ces données limitées confirment tout de même que le rapport de valeur entre les différentes épices est très nettement favorable aux clous de girofle : il est presque de 1 à 10 avec les gingembres et de 1 à 7,4 avec le poivre, à la fin de l’année 134362.Toutefois, l’écart se réduit rapidement : à la fin de l’année 1348, le girofle ne vaut plus que 5,7 fois plus que le gingembre colomí et 4,4 fois plus que le poivre ; en décembre 1383, ces deux chiffres passaient respectivement à 2,8 et 4,963.

  • 64 ACA, Generalitat, reg. G.186.1, ffos 23v° et 33v°. La quantité de girofle est exprimée en ròtols, e (...)
  • 65 F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, p. 184 : poivre : 1.430 dirhams ; (...)
  • 66 E, Ashtor, « Spice Prices in the Near East in the Fifteenth Century », pp. 33 et 35.

50Qu’en était-il au Levant ? Les tarifs fournis par le registre du dret d’entrade de la Generalitat, en septembre 1404, montrent que le quintal (de Damas) de girofle valait 5.950 dirhams, contre 1.730 à 2.230 dirhams pour la même quantité de poivre et 2.370 à 2.850 dirhams pour le gingembre baladí64 ; les clous de girofle avaient donc à ce moment en Syrie une valeur près de deux fois supérieure à celle du gingembre. La liste des prix à Damas, fournie en août 1595 par Beltramo Mignanelli pour la compagnie Datini, confirme par ailleurs ces écarts65 et l’évolution précédemment décrite du rapport des prix entre les épices à Barcelone. De son côté, E. Ashtor a abouti à la conclusion que la courbe des prix des clous de girofle, en Égypte et en Syrie, suivit une évolution déclinante à partir du début du XVe siècle ; elle se redressa cependant au cours des années 1440, au moment où la plupart des autres épices étaient très bon marché, lui conférant ainsi une évolution atypique66.

  • 67 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 604.

51Selon W. Heyd, l’explication du coût particulièrement élevé du clou de girofle réside dans son origine lointaine, car cette épice, à la différence des précédentes, ne provenait pas d’Inde ou d’Arabie mais des îles Moluques. Le coût du transport aurait ainsi renchéri un prix initial qui ne différait guère de celui du poivre, selon le même auteur67.

52Malgré ces valeurs sensiblement plus élevées que celles des autres épices, le profit rapporté par la vente de girofle à Barcelone ne fut que de 19,7 %, d’après les comptes de Joan Benet en 1343 — contre 25 % pour le poivre et les gingembres. Cette donnée isolée n’autorise bien sûr pas à généraliser ce constat de gain un peu plus réduit à l’ensemble de la période étudiée ; elle pourrait toutefois expliquer l’irrégularité de la demande et confirmer ce rôle complémentaire attribué au girofle par rapport au poivre et aux gingembres.

  • 68 Ibid., t. II, p. 607.
  • 69 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 78.
  • 70 Voir le tableau 57, pp. 436-437 (dernière colonne).
  • 71 Marco Spallanzani, Ceramiche orientali a Firenza nel Rinascimento, p. 147 (et tableau 57). Seules c (...)

53W. Heyd indique enfin que les clous de girofle constituent les boutons à fruits du giroflier et qu’ils sont portés par un pédicule qui lui aussi était commercialisé, puisqu’il « contient, quoiqu’à un degré moindre, la même huile éthérée que le clou de girofle lui-même »68. Le manuel de commerce catalan décrit en effet ce produit sous le nom de cames de girofla et le classe, comme le girofle, parmi les produits onéreux vendus à la livre, les avers de lliura, c’est-à-dire les plus chers69. Les listes de cargaisons établies par les facteurs de la compagnie Datini sont en fait les premiers documents attestant l’importation de ces pédicules en Catalogne70. Les quantités restaient certes très inférieures à celles du girofle, mais n’étaient parfois pas négligeables, comme le montre le cas de la nef de Joan Morella, revenue de Beyrouth le 30 mai 1391 avec cinq ponts de fusti de gharofani71.

  • 72 En outre, en 1404, le girofle figurait par exemple dans 11,4 % des commendes à destination de l’Égy (...)

54À ce stade de l’analyse des marchandises d’importation, quelques précisions supplémentaires quant à la critique et à la méthode de comptage établie à partir des contrats de commende, peuvent être ajoutés. Les trois premières épices précédemment étudiées ont chaque fois montré un clair décalage entre les données obtenues à partir de cette source et les listes de connaissement de navires, reflétant les proportions réelles dans lesquelles elles étaient importées à Barcelone, mais de manière trop ponctuelle pour pouvoir être généralisées. Ce phénomène résulterait d’une distorsion entre une demande théorique formulée par les bailleurs, avant le départ des navires et donc sans connaissance des données précises du marché oriental, et le choix réel des accommenditaires, une fois parvenus en Égypte ou en Syrie. Or nous saisissons dans le cas de la cannelle un élément clé pour la compréhension des données d’importation tirées des commendes : les bailleurs préféraient en effet voir leur argent réinvesti dans la variété la plus chère, qui pouvait rapporter un profit vraisemblablement supérieur aux autres en Catalogne ou à la réexportation vers l’Europe du Nord-Ouest. Ainsi, la part des épices les plus onéreuses se trouve-t-elle exagérée par rapport à celle des autres dans ces contrats. Deux cas extrêmes de marchandises le montrent bien : le poivre, épice bon marché, se trouve sous-évalué d’après la documentation notariée tandis que le girofle, coûteux aver de lliura, voit sa part plutôt amplifiée d’après ces mêmes sources72. Il importera donc de garder présente à l’esprit cette inévitable exagération des produits chers et la sous-évaluation des denrées bon marché dans l’étude des marchandises qui vont suivre, qui sera également menée en grande partie à partir des contrats de commende.

II. — Autres condiments et articles d’origine végétale

Les gommes et résines

55Parmi cette gamme de produits très variée, la laque, surtout, mais aussi l’encens étaient les plus volontiers importés par les Catalans. W. Heyd décrit ainsi la formation du premier de ces deux articles :

  • 73 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 624.

Dans l’Inde et l’Indochine, il existe certains arbres de la familles des euphorbiacées [...] qui nourrissent des milliers de pucerons de l’espèce Coccus Lacca ; ce puceron se fixe sur les branches, les perce avec sa trompe, en fait sortir ainsi la sève résineuse de la plante qui se répand à l’extérieur, et y mêle probablement certaines matières liquides qui lui sont propres ; il lui communique en tout cas sa belle couleur rouge et il se forme ainsi autour des branches une croûte épaisse, colorée en rouge, qui finit par recouvrir les pucerons eux-mêmes. C’est la gomme laque73.

56La laque était utilisée comme teinture mais aussi comme vernis, ainsi qu’à des fins médicinales.

  • 74 Voir les tarifs douaniers de la couronne d’Aragon (M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medie (...)
  • 75 Voir supra les graphiques 10 à 12 (pp. 430-431).

57Bien que la commercialisation de cette matière soit solidement établie pour les pays de la couronne d’Aragon au moins dès le XIIIe siècle74, les importations vers Barcelone au cours du siècle suivant paraissent plutôt limitées : sur les trois voyages que le marchand Joan Benet effectua à Chypre en 1342-1343, il ne rapporta qu’une seule fois de la laque, dans une proportion de 10,2 % de l’ensemble des marchandises qu’il avait importées75 ; par ailleurs, la demande de laque resta faible dans la série de commendes du mois de mai 1349, ainsi qu’au cours des années 1370, comme en atteste l’histogramme ci-dessous.

Graphique 21. — Pourcentage des commendes à destination du Sultanat à réinvestir en laque, encens ou une autre gomme-résine pour le voyage de retour (une même commende pouvait être investie en plusieurs articles)

58Les données plus abondantes, tirées des commendes échelonnées entre 1388 et 1416, mettent en évidence une demande nettement supérieure, mais toujours inégale comme en témoigne le graphique 21 (voir p. 458). Deux phases de relative abondance peuvent être distinguées : entre 1388 et 1405, puis entre 1406 et 1416.

59Les résultats fournis par les exemples de cargaisons entre 1371 et 1404 confirment bien cette irrégularité des quantités rapportées, qui laisse ainsi parfois apparaître dans le tableau suivant un nombre de caisses de laque non négligeable.

Tableau 61. — Exemples de chargements de laque et d’encens sur des navires catalans

Patrons de navire

Origine

Dates de retour

Laque

Encens

?

Alexandrie

7 novembre 1371

5 caisses (ou 3  ?)

?

Beyrouth

7 novembre 1371

18 caisses

14 caisses

En Capdebou

Beyrouth

4 avril 1384

300 caisses

20 caisses

Pere Salom

Alexandrie

10 novembre 1388

134 caisses

16 caisses

Joan Morella

Beyrouth

30 mai 1391

30 caisses

15 caisses

Guillem Pujades (?)

Beyrouth

17 septembre 1393

123 caisses

30 ponts et caisses

Convoi de quatre galées

Alexandrie Beyrouth

3 octobre 1397

150 caisses

120 caisses

Nef de Collioure

Beyrouth

3 avril 1400 à Marseille

39 caisses

Ortolà, Esteve et Madrenchs (deux nefs)

Beyrouth et Rhodes

Septembre 1404

49 caisses

5 caisses

60L’explication de ces lignes d’évolution à moyen terme reste délicate. Aucun élément décisif ne permet en tout cas de les éclairer du côté occidental. On remarquera par contre, mais sans pouvoir en tirer de justification particulière, que le « pic » des années 1407-1413 correspond presque exactement à celui relevé pour la cannelle, tant sur le plan chronologique, que sur celui du rythme d’augmentation.

  • 76 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 424-426.
  • 77 F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, doc. 90, p. 312.
  • 78 J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », ta (...)
  • 79 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 87 et 101. Les prix fournis par J. (...)

61Seuls les prix de la laque en Syrie constituent une série suffisamment fournie pour se prêter à une analyse76, car les valeurs relevées en Égypte ou à Barcelone sont trop éparses pour pouvoir être exploitées. La liste syrienne montre que la valeur de cet article était restée relativement stable au cours des quinze dernières années du XIVe siècle (oscillant entre 1.500 et 2.700 dirhams), tandis qu’elle était nettement supérieure (jusqu’à 6.500 dirhams ou entre 105 et 160 ducats) au cours de la seconde décennie du XVe siècle. Le manuel de commerce catalan indique quant à lui qu’elle se vendait à la charge en Catalogne, comme la plupart des produits les moins chers. Par ailleurs, une liste de prix de marchandises établie en décembre 1383 à Barcelone donne un prix de 75 livres pour une charge de laque, soit sensiblement plus que la même quantité de poivre (54 livres) mais moins qu’une charge de gingembre beledí (90 à 92 livres)77. En outre, la laque vendue à Barcelone par Joan Benet à la fin de 1343 lui rapporta un bénéfice appréciable de 34 °/o, soit une marge nettement supérieure à celle que l’on pouvait gagner à la revente du poivre et des gingembres (environ 25 %)78. Le manuel de commerce catalan indique enfin que les laques provenant d’Alexandrie, de Tripoli et de Petite Arménie étaient de bonne qualité, contrairement à celle de Romanie79.

Graphique 22. — Répartition des commendes à destination du Sultanat à réinvestir en laque ou en encens pour le voyage de retour (une même commende pouvait être investie en plusieurs articles). Détail des années 1388-1416

  • 80 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 370 ; voir également W. Heyd, Histoire du commerce (...)
  • 81 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 103.
  • 82 L’un des livres de comptes de Joan Benet indique une valeur de 33 livres la charge, pour un type d’ (...)
  • 83 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, p. 419.

62À l’exception de la laque, seul l’encens se détache véritablement parmi le groupe des gommes-résines importées par les marchands catalans. Cet article provenait de la sève de certains arbustes croissant en particulier dans les régions de Tabriz et de Bagdad, lesquelles, selon Francesco B. Pegolotti, étaient les contrées offrant les meilleures variétés car l’encens d’Égypte ne les égalait pas80. Cette différence de qualité est pourtant contredite près d’un demi-siècle plus tard par le manuel catalan, qui indique que ces types d’encens se valaient bien, mais que seul celui commercialisé sous forme de poudre était déconseillé81. Les échantillons de prix relevés pour Barcelone sont malheureusement trop rares et trop dispersés pour permettre la moindre ébauche de hiérarchie82. En revanche, ceux qu’a compilés E. Ashtor pour la Syrie confirment pleinement la supériorité de l’encens de Tabriz sur celui d’Alexandrie et témoignent de variations pouvant aller du simple au triple entre 1379 et 141683.

  • 84 Voir le tableau 61, p. 459.

63Cette marchandise n’apparaît par ailleurs que sporadiquement parmi les listes de cargaisons rapportées par les navires catalans84 et les contrats notariés. La demande n’est vraiment significative qu’à partir de 1408, en particulier en 1415 (24 %) ; cette évolution rejoint ainsi celle que l’on constate au même moment pour la laque et la cannelle. Au cours de ces années, l’encens et la laque semblent ainsi avoir concentré toute la demande barcelonaise en gommes-résines au détriment des autres marchandises de même nature qui disparaissent des commendes à partir de 1408-1409.

  • 85 Mis à part l’aloès, les gommes-résines n’apparaissent pas explicitement dans les tarifs douaniers d (...)
  • 86 La scammonée est une plante grimpante très répandue dans le nord de la Syrie ; une incision dans sa (...)

64Celles-ci ne sont de toute façon mentionnées que beaucoup plus rarement dans l’ensemble de la documentation85. Les données issues des commendes, plus fournies au cours des années 1393-1416, montrent en effet que seuls le sang de dragon, la scammonée et le galbanum86 venaient parfois diversifier les demandes des bailleurs.

Racines et plantes

  • 87 Pour l’identification et l’usage de ces différents articles, voir l’index établi par M. Gual Camare (...)
  • 88 F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, p. 312, doc. 90. E. Ashtor, Histoi (...)

65Le groupe de produits réunis sous cette appellation est également très composite. Dans cet ensemble, aucun ne se détache aussi nettement que la laque ou l’encens parmi les gommes et les résines. Ces articles provenaient soit directement du Proche-Orient, comme la casse, le spic et le senet, soit d’Asie du Sud, comme le galanga, le turbith ou le spicanard, également connu sous la dénomination de « nard indien ». Ils étaient surtout recherchés pour leurs propriétés médicinales, et notamment purgatives. Ils ne font toutefois leur apparition qu’au cours de la seconde moitié du XIIIe siècle dans les tarifs douaniers de la couronne d’Aragon87. Leur prix était directement lié à leur origine, comme l’indique implicitement le manuel de commerce catalan ; les trois derniers articles cités étaient en effet commercialisés par petites quantités (à la livre), comme la plupart des articles les plus chers, tandis que le senet était vendu au quintal et la casse, à la charge. La liste de prix établie en décembre 1383 par les facteurs de la compagnie Datini à Barcelone révèle par ailleurs que le sang de dragon et le zédoar coûtaient huit sous la livre, tandis que le spicanard en valait dix-sept, le galanga, trente-trois, et la scammonée de Syrie, quarante-quatre88 ; ces deux derniers articles étaient donc les plus chers de tous ceux importés dans la capitale catalane, dépassant de loin les clous de girofle (seize sous et six deniers la livre) et même la noix de muscade et le macis (respectivement vingt et vingt-huit sous).

66La liste des quelques cargaisons de navires relevées est assez représentative des proportions dans lesquelles ces différents articles étaient importés par les marchands catalans et confirme les chiffres fournis par les commendes entre 1388 et 1416 (voir le tableau 62, p. 464). Les contrats montrent cependant encore une fois que l’évolution de la demande concernant ces racines et plantes se modifie assez profondément à partir de 1409 : avant cette date, aucune des denrées citées ne se distingue véritablement des autres sur le plan des quantités demandées tandis que brusquement, entre 1409 et 1415, la casse domine sans partage — huit des dix contrats mentionnés pour cet article dans la dernière ligne du tableau 62 (p. 464), sont conclus entre ces deux dates —, les autres subissant provisoirement une éclipse totale.

Noix et fruits

67Le groupe des noix et fruits est largement dominé par les importations de noix de muscade et de macis. W. Heyd décrit ainsi ces deux éléments d’un même fruit :

  • 89 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 646. Concernant la noix de muscade, (...)

En réalité, le macis est une arille qui entoure le noyau (noix de muscade) et sa coquille est elle-même entourée par la chair et la peau du fruit89.

  • 90 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 335-336 et 420-421.
  • 91 Toutefois, leur première mention explicite parmi les tarifs douaniers de la couronne d’Aragon ne da (...)

68Ils provenaient, comme le girofle, des lointaines îles Moluques et pour cette raison étaient particulièrement onéreux. Les séries de prix relevées par E. Ashtor pour l’Égypte et la Syrie confirment en effet le coût élevé de ces articles90 tandis qu’une liste de prix établie à Barcelone par les facteurs de la compagnie Datini en décembre 1383, révèle que la muscade était vendue pour vingt sous la livre, et le macis vingt huit sous, soit sensiblement plus que le girofle lui-même (seize sous et six deniers). Ces deux denrées apparaissent assez régulièrement dans la documentation catalane, en particulier la première91. Le tableau 63 (p 465), fondé à la fois sur les listes de cargaisons de navires catalans et les commendes (dernière ligne), rend assez bien compte de cette relative abondance. On soulignera cependant qu’après 1408 la muscade et le macis subirent une éclipse presque complète dans le trafic entre le Levant et la Catalogne.

Tableau 62. — Exemples de chargements de racines et de plantes orientales sur des navires catalans

Patrons de navire

Origine

Dates de retour

Casse

Galanga

Senet

Spic

Spicanard

Turbith

Zédoar

?

Alexandrie

7 novembre 1371

50 costals ou 4

7 ponts

?

Beyrouth

7 novembre 1371

1 marsapà

1 fardi

En Capdebou

Beyrouth

4 avril 1384

20 sandi

10 marsapans

4 marsapans

Pere Salom

Alexandrie

10 novembre 1388

13 fardi

Joan Morella

Beyrouth

10 mai 1391

7 fardi

1 costal

Guillem Pujades (?)

Beyrouth

17 septembre 1393

4 costals

2 ponts

Ortolà, Esteve et Madrenchs (deux nefs)

Beyrouth et Rhodes

Septembre 1404

2 fardes
1 estafola (?)

2 fardes

2 caisses

5 rotòls

Commendes entre 1388 et 1416

10

5

8

5

2

12

1

Tableau 63. — Exemples de chargements de noix et de fruits orientaux sur des navires catalans

Patrons de navires

Origine

Dates de retour

Galle

Macis (Flor de Macis)

Muscade

Pistaches

Temarindis

?

Beyrouth

7 novembre 1971

3 marsapans

En Capdebou

Beyrouth

4 avril 1384

55 sacs

10 marsapans

20 marsapans et caisses

3 caisses

Pere Salom

Alexandrie

10 novembre 1388

Joan Morella

Beyrouth

30 mai 1391

7 ponts

7 ponts

Guillem Pujades (?)

Beyrouth

17 septembre 1393

3 marsapans

1 caisse

2 caisses et marsapans

Ortolà, Esteve et Madrenchs (deux nefs)

Beyrouth et Rhodes

Septembre 1404

1 caisse
1 marsapà

9 ponts

1 caisse

Commendes entre 1388 et 1416

1

11

21

1

2

III. — Autres produits non alimentaires

Les matières premières textiles : le coton et le lin

  • 92 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 611-612.

69Les zones de culture du coton à la fin du Moyen Âge étaient assez diversifiées à travers la Méditerranée, depuis l’Égypte et la Syrie jusqu’au Sud de la péninsule Ibérique en passant par Chypre, mais également l’Asie Mineure, l’Italie du Sud, Malte et la Sicile92. On comprend a priori, dans ces conditions, pourquoi les importations catalanes de coton en provenance du Levant sont toujours restées assez limitées hormis une modeste percée entre 1360 et 1379, années au cours desquelles cet article fut demandé dans 8,3 % des commendes.

  • 93 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 368 et 637.
  • 94 Le manuel de commerce catalan range le coton d’ultramar en tête de toutes les régions productrices (...)

70De fait, les marchands catalans n’ont jamais cessé de s’approvisionner en Sicile aux XIVe et XVe siècles ; Cl. Carrère indique même que la demande en coton sicilien et maltais n’avait fait que croître entre 1380 et 146093. Dans ces conditions, pourquoi donc s’intéresser au coton de Méditerranée orientale ? La réponse est claire : le coton syrien offrait de loin la meilleure qualité, surpassant même celui d’Égypte vers laquelle il était exporté94 ; de là sa persistance, fût-elle modeste, dans les commendes barcelonaises.

  • 95 Voir le tableau 64 (p. 467).

71Le relevé des cargaisons connues entre 1371 et 1404, montre que les quantités embarquées étaient inégales95. Mais le coton cité dans ces listes de connaissements ne venait pas nécessairement de Syrie ou d’Égypte, puisque la plupart de ces documents ont été rédigés à l’arrivée et non au départ, ce qui signifie que leur approvisionnement dans ce type de marchandise avait pu être effectué en Sicile, par exemple ; de là, peut-être, les irrégularités signalées.

Tableau 64. — Exemples de chargements de coton et de lin sur des navires catalans

Patrons de navires

Origine

Date de retour

Coton

Coton filé

Lin

?

Alexandrie

7 novembre 1371

167 sacs (ou 143 ?)

1 sac

29 fardi

?

Beyrouth

7 novembre 1371

160 (ou 107  ?) sacs et 13 costals

Francesc de Casasaja

Beyrouth

21 mars 1379

94 sacs (coton « sodo »)

177 sacs

En Capdebou

Beyrouth

4 avril 1384

80 sacs
10 caisses

10 caisses

10 faxies

Pere Salom

Alexandrie

10 novembre 1388

92 sacs

28 fardi

Joan Morella

Beyrouth

30 mai 1391

21 sacs (10 + 11)

4 costals

18 farde

Guillem Pujades (?)

Beyrouth

17 septembre 1393

295 sacs

42 costals

2 costals (draps de lin)

  • 96 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 368, n. 2 ; R. Salic (...)
  • 97 A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants catalanes dels segles XIV i XV, doc. i, p.452 (...)

72Comme le montre également ce tableau, il s’agissait surtout de coton brut, appelé mapus dans les sources. Il était le plus souvent transporté avec des épices, de manière à combler les vides laissés par celles-ci, à l’intérieur des caisses ou des autres contenants, mais il s’agissait alors de coton de second choix96. Dans les contrats de nolis, un emplacement spécifique ou une quantité minimum devaient être réservés par les patrons de navire pour le coton de qualité, qui occupait bien sûr un très gros volume par rapport à son poids même s’il était compressé, comme l’atteste l’expression de coton d’estiba97.

  • 98 E. Ashtor, « The Venetian Cotton Trade in Syria in the Middle Ages », p. 682. À l’époque des docume (...)

73Enfin, seule une douzaine de contrats entre 1382 et 1409, ainsi que les données du tableau précédent, témoignent des rares importations de lin d’Égypte. Il est vrai que sa production était alors en plein déclin, à la différence de celle du coton syrien98.

Les bois et les plantes tinctoriales

  • 99 Les premiers tarifs douaniers connus de la couronne d’Aragon, mentionnent régulièrement le brésil e (...)
  • 100 ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet (1338-1344), ffos 42r°, 55r°, (...)
  • 101 Le faix ou faisceau, fagot, ne constituait pas une mesure aux capacités fixes : voir M. Gual Camare (...)

74Les plantes tinctoriales telles que l’indigo et le brésil faisaient l’objet d’un trafic soutenu entre leur région d’origine, l’Asie du Sud, et l’Europe occidentale99. Mais la documentation barcelonaise ne livre que des échantillons décousus de ces activités. Seul l’un des livres de comptes de Joan Benet mentionne à plusieurs reprises en 1341 et 1342 la vente d’indigo provenant de Chypre100 ; puis, le maigre échantillon de commendes des années 1360-1370 fait apparaître une timide demande en brésil. Le tableau 65 (voir p. 469), élaboré à partir des cargaisons rapportées par quelques navires catalans, nuance toutefois ce premier constat mais ne permet cependant pas de comparer quantitativement les importations de ces deux végétaux puisque les unités de mesure utilisées étaient presque à chaque fois différentes et que la plupart d’entre elles restent non déterminées, voire inconnues101.

75D’après les commendes, qui se démarquent ici une nouvelle fois des chargements effectivement rapportés, la disproportion entre les deux types d’essences est tout à fait frappante durant une vingtaine d’années, entre 1388 et 1407 : sur une soixantaine de contrats relevés, cinquante-deux sont à réinvestir en indigo contre seulement neuf en brésil. En revanche, à partir de 1408, le phénomène s’inverse brusquement : jusqu’en 1413, on compte alors vingt-sept commendes mentionnant le brésil contre trois pour l’indigo. Enfin, les trois dernières années pour lesquelles la documentation est encore assez fournie (1414-1416), témoignent à nouveau d’une proportion nettement favorable à l’indigo, cité dans onze contrats contre deux seulement pour le brésil.

  • 102 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 75 et 86.
  • 103 L’un des livres de comptes de Joan Benet indique d’importantes variations de prix pour un quintal d (...)

76Celui-ci se vendait à la charge, comme les articles les moins chers, tandis que l’indigo était commercialisé au quintal102, mais les quelques mentions de prix relevées dans la documentation103 ne permettent pas d’établir des listes de prix continues.

Tableau 65. — Exemples de chargements de bois orientaux sur des navires catalans

Patrons de navires

Origine

Dates de retour

Brésil

Indigo

Santal

?

Alexandrie

7 novembre 1371

3 costals

?

Beyrouth

7 novembre 1371

8 faixos

Francesc de Casasaja

Beyrouth

21 mars 1379

11 faixos

16 faixos

En Capdebou

Beyrouth

4 avril 1384

25 faixos

40 marsapans et marnets

Pere Salom

Alexandrie

10 novembre 1388

5 faixos

Joan Morella

Beyrouth

30 mai 1391

22 faixos

32 marsapans et caisses

Guillem Pujadcs (?)

Beyrouth

17 septembre 1393

6 costals

8 marnets

11 faxies

Galée catalane

Beyrouth

1er avril 1399 à Aigues-Mortes

67 « colli »

Nef de Collioure

Beyrouth

3 avril 1400 à Marseille

27 faixos

54 ponts

16 faxies

Ortolà, Esteve et Madrenchs (deux nefs)

Beyrouth et Rhodes

Septembre 1404

2 faixos

32 marnets

Commendes entre 1388 et 1416

37

66

2

  • 104 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 86 et 103 ; dans l’appréciation don (...)
  • 105 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 626-629.
  • 106 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 429-430 ; aucune des autre (...)

77Il existait en fait plusieurs variétés d’indigos ; le manuel de commerce catalan cite, par ordre décroissant de qualité, l’indigo de Bagdad (indi bagadell), le xaquafe et celui du Golfe (indi guolf)104. Selon W. Heyd, ces toponymes ne désignaient évidemment pas l’origine même de l’indigo, mais les principaux marchés à partir desquels ce produit était commercialisé ; en effet, cet article provenait en fait de contrées plus lointaines encore : d’Inde et de la province de Kaboul105. Par ailleurs, la liste des prix compilée par E. Ashtor pour les ventes d’indigo en Syrie entre 1379 et 1417106 fait apparaître de sensibles variations de prix selon les années : les valeurs relevées au cours de la période 1411-1417 sont en effet nettement supérieures à celles de la dernière décennie du XIVe siècle — jusqu’à 3,5 fois plus. Ces importantes variations pourraient bien être la cause des brusques changements d’achats entre brésil et indigo.

  • 107 Voir par exemple, AHPB Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1385), ffos 69 (...)
  • 108 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 157v° ; AHPB, Tomàs d (...)

78De son côté, le bois de brésil n’est généralement accompagné, dans les commendes barcelonaises, que de la mention colomí, ce qui permet d’identifier sa région d’origine — le port de Quilon, sur la côte de Malabar107 —, comme pour le gingembre désigné par la même épithète. Beaucoup plus rare est le brésil seni, qui selon W. Heyd désignait une variété commercialisée par des marchands chinois jusqu’en Inde et donc probablement originaire d’Indochine ou d’autres contrées d’Asie du Sud-Est108.

  • 109 Il n’apparaît pas dans les tarifs douaniers de la couronne d’Aragon (M. Gual Camarena, Vocabulario (...)

79Enfin, le bois de santal, utilisé pour ses propriétés odoriférantes, est quant à lui tout à fait exceptionnel dans la documentation barcelonaise, mais les quelques mentions relevées à son sujet permettent de distinguer les deux principales variétés de cette essence : la rouge et la blanche109.

  • 110 En particulier de l’orpiment, un sulfure naturel d’arsenic de couleur jaune, recherché pour ses pro (...)
  • 111 De l’ivoire, des turquoises et des perles, notamment. Ces marchandises étaient évidemment destinées (...)

80De nombreux autres produits non alimentaires, tels des sels minéraux110 ou des articles semi-précieux111, étaient encore occasionnellement importés du Proche-Orient par les Catalans, mais en des proportions si limitées qu’elles les confinaient dans un rôle très marginal sur le plan commercial.

IV. — Les produits fabriqués

Le sucre

  • 112 J’ai déjà consacré à cette denrée un article intitulé « El comercio catalán del azúcar en el siglo (...)

81Les importations catalanes de sucre112 de Méditerranée orientale constituent à première vue un phénomène paradoxal : l’expansion des zones de culture de la canne avait en effet atteint le Sud de la péninsule Ibérique dès le Xe siècle, grâce aux innovations agricoles apportées par les Arabes ; pourtant les sources barcelonaises continuent d’attester jusqu’à la fin du XIVe siècle l’achat de cette denrée à Chypre, en Égypte et en Syrie, en grandes quantités.

  • 113 Lucie Bolens, Les méthodes culturales au Moyen Âge, d’après les traités d’agronomie andalous. Tradi (...)
  • 114 A. Fábregas García, Motril y el azúcar, pp. 57-85.
  • 115 E. Ashtor, « Levantine Sugar Industry and Trade in the Later Middle Ages », p. 227 ; M.-L.von Wartb (...)

82En fait, la Reconquête et les bouleversements qu’elle entraîna dans la société musulmane avaient conduit à l’abandon d’une grande partie de ces cultures113. Par ailleurs, en al-Andalus, le sucre constituait en réalité un produit de luxe réservé aux couches sociales les plus élevées ; c’est pourquoi sa culture et sa commercialisation y restèrent longtemps limitées114. En Méditerranée orientale, au contraire, la production était en grande partie destinée à l’exportation vers l’Europe occidentale, alimentant ainsi activement le courant d’échanges entre les deux rives de la Méditerranée, en particulier entre le milieu du XIIIe s. et la fin du XIVe siècle115.

  • 116 Voir supra les graphiques 10 à 12, pp. 430-431.
  • 117 M.-L. von Wartburg, « Production du sucre de canne à Chypre », pp. 126-130 ; et G. Arnaldi, G. Crac (...)
  • 118 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353-octobre 1357), ffos 9r°-v° 55v° et 117r° (Chypre) ; ffos(...)

83Dans ce contexte, l’évolution des importations catalanes de sucre présente un profil tout à fait spécifique, marqué par l’opposition de deux phases bien distinctes. La première se caractérise par une commercialisation intense de cette denrée116 jusqu’aux années 1370. Les importations de sucre représentent en effet environ le tiers des cargaisons connues, devançant largement le gingembre et parfois même le poivre, en particulier dans le cas des navires revenus de Chypre, comme on l’a déjà signalé lors de l’étude consacrée à cette dernière épice. Les Occidentaux installés dans l’île y avaient en effet développé la culture de la canne ; aussi le sucre constituait-il l’une des principales marchandises exportées vers l’Europe117. Les contrats d’affrètement de navires catalans datant du milieu du XIVe siècle confirment d’ailleurs cette spécialisation chypriote : les listes de denrées énumérées dans ces documents commencent toujours par le coton et le sucre lorsque les bâtiments devaient se diriger vers l’île des Lusignan, tandis que dans le cas des navires se rendant en Égypte les premiers produits mentionnés sont au contraire les précieuses épices118. Cependant, en dehors des contrats de nolis, il est bien difficile de distinguer dans les sources catalanes — ou même florentines comme on le verra plus loin — ce qui devait être rapporté du Sultanat ou du royaume de Chypre. C’est pourquoi une grande partie des données recueillies et des développements qui vont suivre incluront également cette île, faute d’avoir pu identifier avec certitude l’origine exacte du sucre.

Graphique 23. — Pourcentage des commendes à destination de Chypre, de l’Égypte et de la Syrie à réinvestir en sucre pour le voyage de retour

84À partir de l’avant-dernière décennie du XIVe siècle, commence une seconde phase bien différente, caractérisée par un brusque effondrement des importations de sucre, bientôt suivi dès 1405 d’une disparition complète de cette « épice » dans les échanges entre le sultanat mamelouk et la Catalogne, ce dont témoigne le graphique 23. Aucun autre article ne connaît une évolution aussi contrastée.

Tableau 66. — Exemples de chargements de sucre sur des navires catalans

Patrons de navires

Origine

Dates de retour

Sucre

Sucre en poudre

Sucre candi

?

Alexandrie

7 novembre 1371

9 ou 21 botes et carateli

?

Beyrouth

7 novembre 1371

19 caisses

Francesc de Casasaja

Beyrouth

21 mars 1379

126 caisses

124 caisses

En Capdebou

Beyrouth

4 avril 1384

320 caisses

25 caisses

3 caisses

Pere Salom

Alexandrie

10 novembre 1388

56 caisses

1 marsapà

Joan Morella

Beyrouth

30 mai 1391

92 caisses

25 caisses

6 marsapans

Guillem Pujades (?)

Beyrouth

17 septembre 1393

12 caisses et botes

3 caisses

Convoi de trois galées

Alexandrie et Beyrouth

30 novembre 1395

100 ponts

Convoi de quatre galées

.Alexandrie et Beyrouth

3 octobre 1397

100 caisses

Galée catalane

Beyrouth

1er avril 1399 à Aigues-Mortes

166 caisses

Nef de Collioure

Beyrouth

3 avril 1400 à Marseille

228 caisses

Ortolà, Estevc et Madrenchs

Beyrouth et Rhodes

Septembre 1404

5 marsapans

  • 119 Comme dans le cas du coton, le sucre avait en fait pu être chargé en Sicile, puisque la plupart des (...)

85Dans le cas du sucre, les quantités effectivement rapportées par des navires catalans entre 1371 et 1404 confirment cet effondrement des importations, avec toutefois un décalage d’une quinzaine d’années, par rapport aux commendes : comme l’indique en effet le tableau 66, ce n’est que dans le cas des deux nefs revenues à Barcelone en septembre 1404 que l’on constate la disparition presque complète du sucre119.

  • 120 H. Bresc, Un monde méditerranéen, pp. 227-252 ; A. Fábregas García, Motril y el azúcar, pp. 57-85 ; (...)

86Cette chute brutale est sans doute essentiellement imputable à la seconde vague d’expansion de la culture de canne à sucre, vers l’Ouest du Bassin méditerranéen, conduite cette fois par les Occidentaux afin de répondre à leur demande, alors en plein essor. La culture du sucre fut ainsi réintroduite en Sicile et dans le Sud de la péninsule Ibérique au cours du dernier tiers du XIVe siècle, selon les mêmes méthodes de production et de commercialisation que celles développées au Levant120.

  • 121 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 317-318, 460-461 ; la haus (...)
  • 122 Selon les recherches de Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II (...)

87Or dès 1343, les comptes du marchand Joan Benet attestent que les profits tirés de la vente à Barcelone du sucre de Chypre étaient parmi les plus faibles par comparaison avec les autres marchandises orientales : le sucre cafatí lui avait rapporté un gain de 17,55 % et les cassons 13 % seulement (contre 25 % pour le poivre et plus de 40 % pour la cannelle). La courbe des prix du sucre en Égypte, établie par E. Ashtor, montre par ailleurs que ceux-ci avaient considérablement augmenté à partir des vingt dernières années du XIVe siècle — ils avaient quadruplé, voire quintuplé — et qu’ils se maintinrent à un niveau élevé pendant la première moitié du xv e siècle121. Cette situation favorisa ainsi l’essor de centres de production bien plus proches de la Catalogne, qui supplantèrent donc irréversiblement ceux de Méditerranée orientale122.

88Toutefois, une autre cause peut également être mise en avant pour expliquer cette chute brutale des importations de sucre provenant en grande partie du royaume de Chypre. L’année 1373 vit en effet les Génois, ennemis traditionnels des Catalans, s’emparer du principal port de commerce de l’île, Famagouste. À partir de cette date, les contacts commerciaux des marchands catalans avec le royaume des Lusignan s’en trouvèrent donc diminués, ce qui pourrait aussi expliquer la baisse du trafic constatée à partir des années 1380. Cet événement aurait alors incité les nations marchandes hostiles aux Génois à rechercher d’autres sources d’approvisionnement et stimulé la demande en provenance du Sud de la péninsule Ibérique, où la culture de la canne venait d’être réintroduite.

  • 123 E. Ashtor, « Levantine Sugar Industry and Trade in thc Later Middle Ages », voir en particulier les (...)
  • 124 M.-L. von Wartburg, « Production du sucre de canne à Chypre », pp. 126-130.

89Comme dans le cas de la fabrication des draps, ces constats essentiels amènent donc à réexaminer la thèse d’E. Ashtor, selon laquelle le déclin de l’industrie sucrière au Proche-Orient serait dû à un retard technologique de plus en plus accentué par rapport à l’Occident123. Bien qu’ils ne permettent évidemment pas d’éclairer directement cet aspect de la question, les documents barcelonais montrent clairement, néanmoins, que la nouvelle orientation du commerce du sucre obéit à des objectifs de réorganisation du réseau commercial, après la prise de Famagouste par les Génois, ainsi que de proximité vis-à-vis des sources d’approvisionnement. Les nouveaux avantages de localisation justifiaient bien à eux seuls les changements d’itinéraires constatés. Ces remarques complètent donc les réserves déjà émises à propos de la thèse d’E. Ashtor, notamment par M. L. von Wartburg124.

90Comme dans le cas de bien d’autres marchandises, le sucre était commercialisé sous des formes et des appellations très variées, qui reflétaient des qualités ou des degrés de raffinage distincts dont les prix étaient bien sûr fort différents. Si les commendes ne fournissent aucune indication à ce sujet, en revanche les listes de prix établies par les facteurs de la compagnie Datini, les livres de comptes de marchands et les manuels de commerce permettent d’établir une hiérarchie de ces différents types de sucres, présentée dans les tableaux 67, 68 et 69 (pp. 476-477).

  • 125 Mais on pouvait également distinguer plusieurs sous-groupes au sein de cette variété, selon son deg (...)

91Ces variétés n’ont été distinguées que progressivement dans la documentation notariale barcelonaise, puisqu’au début du XIVe siècle seule la différence de présentation de base, entre sucre en pains ou en poudre, était précisée. Pegolotti signale dans son manuel de commerce que la poudre avait également la forme d’un pain après sa fabrication, mais comme ce sucre n’était cuit qu’une seule fois, il se pulvérisait au cours du voyage. Les listes de prix montrent qu’il était toujours beaucoup moins cher que le sucre en pains, dans une proportion pouvant aller du simple au double. Le même auteur ajoute que le sucre en poudre de Chypre était de qualité supérieure et qu’il était hautement apprécié par les Occidentaux125.

  • 126 E. Ashtor, « Levantine Sugar Industry andTrade in the Later Middle Ages », p. 233 ; selon A. Evans, (...)
  • 127 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 362.

92Francesco B. Pegolotti décrit également la plupart des variétés de sucre en pains, aussi n’est-il guère utile de les reprendre toutes ici dans le détail. Certains types méritent cependant quelques précisions pour leurs qualités particulières ; le sucre mocara était par exemple le plus cher d’entre eux, sans doute pour son degré de raffinage, comme l’explique son étymologie : le terme arabe mukarrar signifie en effet « raffiné »126. Pegolotti ajoute que ce sucre était presque exclusivement réservé au Sultan lui-même, ce qui expliquait sa rareté en Occident127. Il n’apparaît de fait régulièrement dans la documentation commerciale catalane, qu’à partir de la fin des années 1370.

  • 3 Les orthographes utilisées dans les différentes sources ont été respectées.

Tableau 67. — Hiérarchie de différents types de sucre selon les prix ou la qualité (par ordre croissant du haut vers le bas)3

Manuel de F. B. Pegolotti (1340)a

Livres de Comptes, 1339-1350 (ACB)b

Liste de prix à Barcelone en décembre 1383 (AD)c

El primer manual catalán de mercadería (1385)d

Listes de Prix à Montpellier pour 1383-1402 (AD)e

Liste de prix à Avignon en août 1392 (AD)f

Sucres en poudre

Sucre en poudre

Sucre en poudre de Chypre

Sucre en poudre

Sucre en poudre de Chypre « mezana »

Sucre en poudre, blanc de Chypre

Sucre en poudre d’Alexandrie

Sucre en poudre de Chypre

Sucre en poudre

Sucre en poudre blanc

Sucre en poudre de Chypre

Sucre en poudre, blanc de Chypre

Sucre en poudre de Chypre « mezana »

Sucre en poudre, blanc de Chypre

Sucre en poudre de Damas

Sucres en pains

Dommaschino

Musciatto

Bambillonia

Caffettino

Muccara

Casons de sucre

Moxath

Babiloni

Cafati

Candi

Chassonata

Domasquina

Domasquino

Babilonio

Candi alesandrino

Cansi domaschino

Muchera

De Damas

Sucre de pan de senyor

Babiloni

Cafeti

Mocaran

Candi d’Alexandrie

Candi de Damas

Mucciato

Cassonata

Singnori

Babilonio

Mocarán

Damasceno

Cassonata

Musciato

Banbilonio

Damaschino

Muchere

Sources.
a F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 362-364
b ACB, Llegats de Libres Extravagants, Comptes de Joan Benet (1332-1356) ; Manual de comptes de Joan Benet (1338-1344) ; Comptes d’un innominat (1347), [Jaume Tarrascó] ; et J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », pp. 166-167.

c F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, p. 312, doc. 90 ; voir les prix précis dans le tableau 69.
d M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 93 et 102.
e A. Fábregas García, Motril y el azúcar, pp. 174-183.
f J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », p. 162 ; et E. Ashtor, « Levantine Sugar Industry and Trade in the Later Middle Ages », tableau 11, p. 256

Tableau 68. — Prix de vente de différents types de sucre à Barcelone (1339-1350) [en livres de Barcelone par charge]

Types de sucre

1339

1340

1341

1342

1343

1344

1345

1346

1347

1348

1349

1350

En poudre

20

20-20,5

17a, 23a

Cassons de sucre

27-30

Moxath

30a

67a

84a

76a

Babiloní

37,5a

72,5a

Cafati

34-35, 5, 38a

50

Candi

Sources.
ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes de Joan Benet (1332-1356) ; ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet (1338-1344) ; Comptes d’un innominat (1347), [Jaume Tarrascó] ; et J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », pp. 166-167.
a Exemple isolé

Tableau 69. — Prix de vente de différents types de sucre à Barcelone en 1383 (en livres de Barcelone par charge)

Types de sucre

1383

Polvere de Cipri Mezzana

25

Polvere de Cipri biancha

30

Chassonata domasquina

52

Zuchero domaschino

65

Zuchero babilonio

70

Zuchero candi alesandrino

72a

Zuchero candi domaschino

75a

Zuchero muchera

80

Source.
D’après F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, p. 312, doc. 90.
a Prix au quintal, convertis en prix à la charge

  • 128 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Med (...)
  • 129 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 362 ; M. Gual Camarena, El primer manual hispánico (...)

93Le terme babilonio provient à l’évidence de l’habitude que les chrétiens avaient prise de désigner la ville du Caire par le nom de Babylone : il pourrait donc s’agir d’un sucre importé d’Égypte. Il est toutefois frappant de constater que cette variété était demandée dans les commendes à destination de Candie, Rhodes, Chypre et Beyrouth128, à l’exception justement d’Alexandrie. Peut-être le processus de fabrication ou la forme des pains provenaient-ils initialement d’Égypte ? Francesco B. Pegolotti se contente d’indiquer que le sucre babilonio se présentait sous la forme de pains blancs et qu’il était inférieur en qualité au bon cafetí. Pour sa part, cependant, le manuel catalan range le babilonio dans la catégorie des bons sucres129.

  • 130 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), ffos 55r° et 58v°, et AH (...)
  • 131 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 363 ; M. Gual Camarena, El primer manual hispánico (...)
  • 132 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 691, n. 11.

94Parmi les autres variétés renommées, on trouvait également le cafetí et surtout le candi, dernier type à figurer parmi les commendes barcelonaises à destination du sultanat mamelouk —jusqu’en 1404130. Celui-ci ne se présentait ni en pains ni en poudre, mais sous la forme de gros morceaux cristallisés obtenus après une première cuisson. Francesco B. Pegolotti rapporte que le meilleur était le plus épais et le plus clair, tandis que le manuel catalan indique que celui de Damas était de bien meilleure qualité que celui d’Alexandrie131. Son nom ne venait pas de celui de Candie, capitale de l’île de Crète, mais du sanscrit khanda, qui signifie originairement « morceau »132.

95Cette hiérarchie et la fréquence d’apparition des différents types de sucres n’étaient bien sûr pas figées dans le temps : nous avons déjà pu le constater dans le cas du sucre mocarra, le meilleur et le plus cher de tous, qui n’apparaît pas dans les commendes barcelonaises avant 1370 ; sans doute le phénomène traduit-il une démocratisation de son usage, due à une baisse de son prix ou à une hausse du pouvoir d’achat des Barcelonais. À l’inverse, le sucre babilonio disparaît des commendes au cours des années 1360.

Tableau 70. — Exemples de chargements de tissus orientaux sur des navires catalans

Patrons de navires

Origine

Dates de retour

Bagadells

Bocassins

Camelots

Cotonines

Draps d’or

Draps de soie

En Capdebou

Beyrouth

4 avril 1384

8 caisses

4 caisses

10 taules

10 taules

Pere Salom

Alexandrie

10 novembre 1388

9 balles

Joan Morella

Beyrouth

10 mai 1391

3 caisses

3 caisses (draps d’or et de soie)

Guillem Pujades (?)

Beyrouth

17 septembre 1393

5 caisses et balles

Ortolà, Esteve et Madrenchs (deux nefs)

Beyrouth et Rhodes

Septembre 1404

28 balles et 30 pièces

Commendes entre 1375 et 1415

7

3

7

16

4

0

  • 133 Le manuel catalan précise simplement qu’il provenait du Levant (M. Gual Camarena, El primer manual (...)
  • 134 Germán Colón, « Fr. casson et cassonade », dans Mélanges de linguistique française et de philologie (...)

96Certaines variétés restent enfin obscures, car elles ne sont jamais décrites par les manuels de commerce. Tel est le cas des types senyor133 et cassonada134, qui d’après leurs prix ne passaient pas pour des sucres de grande qualité.

97On retiendra, en conclusion, que le phénomène majeur caractérisant le commerce du sucre par les Catalans reste le basculement des sources d’approvisionnement de l’Est vers l’Ouest de la Méditerranée à la fin du XIVe siècle. Un tel rapprochement des zones de production traduit bien l’intérêt grandissant que les Européens accordaient à ce produit. Sur la longue durée, cependant, ce déplacement ne constituait qu’une étape, mais sans doute décisive, pour la commercialisation au long cours, dans l’étonnant parcours de la culture de la canne à sucre depuis l’Asie du Sud-Est jusqu’aux Antilles et au continent américain.

Les tissus

  • 135 Concernant les tissus orientaux commercialisés en Catalogne, l’ouvrage de base reste la thèse d’A. (...)

98Le tableau 70 (p. 479), toujours établi à partir des listes de cargaisons des archives Datini et des commendes barcelonaises (dernière ligne du tableau), rend bien compte de la grande diversité des tissus orientaux135 importés d’Égypte et de Syrie.

  • 136 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 697 (Baldekino, note 1) ; la citati (...)
  • 137 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 71 [19].

99Tous ces articles correspondaient en fait à des étoffes de qualité fort variable ; les bagadells désignaient par exemple « une étoffe de soie riche et coûteuse, généralement ornée de figures ; le tissu était souvent broché d’or ». Comme l’indique également leur nom, ils provenaient à l’origine de Bagdad, puis furent ensuite fabriqués à Ahwaz, à Damas et à Chypre136. Le cendal mis à part, les bagadells sont en outre les premiers tissus orientaux cités dans les tarifs douaniers de la Couronne d’Aragon, en 1243 — leude de Valence137, témoignant ainsi d’une commercialisation plus précoce que celle des autres étoffes orientales. Quant aux bocassins, ce n’était que de la simple toile de lin mais, comme l’affirme W. Heyd,

  • 138 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 702, d’après les témoignages de Lio (...)

Les tisserands égyptiens savaient leur donner une telle finesse et un tel brillant qu’on pouvait les prendre pour de la soie138.

  • 139 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 703-705.
  • 140 A, von Brunn, Katalanische Stoffe, Kleider und Lederarbeiten orientalischen Ursprungs, p. 5.
  • 141 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 696.

100Les camelots, fabriqués avec le pelage des chameaux ou des chèvres, se distinguaient des autres étoffes par leurs longs poils caractéristiques. La finesse de certains d’entre eux leur permettait de rivaliser même avec la plus belle soie. Leur principal centre de production était l’île de Chypre mais on en trouvait également en Asie Mineure et en Petite Arménie, ainsi qu’en Syrie139. Les cotonines, enfin, n’étaient qu’une toile grossière de coton, qui constituait l’échelon le plus bas de cette gamme de textiles140. Comme le montre bien ce bref échantillon, les principaux tissus importés en Catalogne provenaient davantage de Méditerranée orientale que du reste de l’Asie ; les centres de production très renommés de Perse, d’Inde ou de Chine étaient en effet trop éloignés de l’Europe pour entretenir avec elle des échanges aussi nourris141.

  • 142 Ibid., t. II, pp. 696-702.
  • 143 Ibid., t. II, pp. 677-678.
  • 144 Romeo Pavoni (éd.), Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (6 lu (...)

101Concurremment à ces termes désignant un type de tissu bien précis, les sources mentionnent aussi des expressions plus vagues, telles que des « draps de soie » ou « draps d’or ». Il est vrai qu’il existait une telle diversité parmi les étoffes de soie orientales142 qu’un scribe non familiarisé avec ces dénominations techniques le plus souvent d’origine étrangère préférait sans doute utiliser des appellations simplifiées. Dans le cas des draps d’or, rien ne permet d’identifier avec certitude la nature de la matière textile qui constituait le tissu, mais le terme « d’or » renvoie sans doute à de riches brocarts, ces étoffes faites le plus souvent de soie et décorées de fils d’or dans les ateliers orientaux143. La taula, unité utilisée pour dénombrer ce type de draps à bord du navire commandé par en Capdebou dans le tableau précédent, servait en tout cas à mesurer le camocat, qui d’après des sources génoises était une étoffe de soie brochée d’or144.

  • 145 A. Rubio i Lluch (éd.), Documents per l’història de la cultura catalana mig-eval, t. II, doc. 215 ( (...)
  • 146 Els quatre llibres de la reina Elionor de Sicilia a l’Arxiu de la Catedral de Barcelona, éd. M. Ang (...)
  • 147 ACA, Cancelleria Reial, reg. 1954, f° 46r° (26 décembre 1388) ; reg. 1959, f° 36r° (20 juillet 1389 (...)
  • 148 D. Girona Llagostera, Itinerari del rey en Martí, 5 novembre 1401, doc. 43 bis et 22 juin 1403, doc (...)

102Les plus riches de ces tissus constituaient donc des articles de luxe qui retenaient tout spécialement l’attention de la maison royale. Ce sont indiscutablement les produits orientaux les plus souvent cités dans les comptes royaux et même dans la documentation de chancellerie. Un inventaire de biens qui venaient d’être rapportés au roi Pierre le Cérémonieux en 1366 mentionne ainsi de nombreuses étoffes orientales, parmi lesquelles des camelots, du camocat, des velours de Damas et d’autres tissus de même origine garnis de fils d’or et d’argent145. Par ailleurs, les comptes de la reine Éléonore de Sicile, troisième épouse du roi Pierre IV, font apparaître en 1373-1374 des tuniques de soie d’Alexandrie, des draps d’or de Damas ainsi que deux pièces d’atzeituní — une riche étoffe de satin provenant à l’origine du port chinois de Zayton —, que le marchand catalan Joan Ribalta avait achetées à Alexandrie146. Les deux fils et successeurs de Pierre IV et de la reine Éléonore — demandaient eux aussi régulièrement des draps d’or, de soie, mais également des velours d’Orient lorsqu’ils apprenaient qu’un navire était sur le point d’appareiller pour le Levant147. L’inventaire des étoffes mentionnées dans ces documents reste cependant décevant car les scribes de la chancellerie royale avaient particulièrement recours à ces expressions vagues et générales qui ne permettent pas d’identifier les tissus. Certaines demandes réservent pourtant quelques informations intéressantes : on apprend ainsi que l’invasion de la Syrie par Tamerlan, au cours de l’hiver 1400-1401, compromit une commande du roi Martin ; préoccupé par ce contretemps, le souverain ordonna alors qu’on fît venir ses draps d’or d’Alexandrie. Enfin, un autre document révèle que le prix d’une canne de brocarts d’or atteignait 35 florins d’Aragon en juin 1403, ce qui paraissait fort cher au monarque lui-même148.

  • 149 Voir les termes cendat et púrpura dans le lexique de M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio med (...)

103Le caractère luxueux et le prix élevé de ces tissus expliquent en partie la relative modestie des quantités chargées à bord des bâtiments figurant dans le tableau ci-dessus et le fait que plusieurs d’entre eux n’en rapportèrent même pas du Levant. Il est certain que la valeur de ces étoffes et leur renom compensaient sans doute largement cette faiblesse quantitative. Mais la relative uniformité des soieries reste frappante ; on ne trouve en effet aucune trace du cendal ou du púrpura d’Oltramar, pourtant régulièrement mentionnés dans les tarifs douaniers de la couronne d’Aragon au XIIIe siècle. Sans doute les nouveaux ateliers des péninsules Italienne et Ibérique étaient-ils également parvenus à concurrencer les productions du Levant ; les mêmes documents le suggèrent en effet, distinguant à partir du dernier tiers du XIIIe siècle le cendal d’Oltremar de celui de Spanya et citant les centres de production lucquois et montpelliérain149.

V. — Les esclaves

  • 150 M. Balard, La Romanie génoise, t. II, pp. 826-828 ; sur l’importance des achats d’esclaves parles B (...)
  • 151 Le terme mamelouk signifie en effet « esclave » et plus spécialement « esclave militaire ». Sur le (...)
  • 152 AHPB, Reniu, Manual (juin-décembre 1426), 4 et 10 juillet 1426, (folios non numérotés).

104Dans une trentaine de contrats, enfin, des esclaves sont demandés en échange des marchandises d’exportation confiées. Cependant, la très grande majorité de ces documents est en fait destinée non seulement à l’Égypte ou à la Syrie, mais également à Rhodes voire à Constantinople. Mais c’est seulement dans ces deux derniers ports, également intégrés au réseau commercial génois, que certains Catalans avaient coutume d’acheter des captifs, ramenés par les marchands ligures depuis les rivages de mer Noire ou de Romanie150. L’État mamelouk était au contraire, par la nature même de son pouvoir et de son organisation, un grand centre « consommateur » d’esclaves151. Une commende barcelonaise montre très bien qu’il ne faut pas l’assimiler aux précédentes destinations dans ce domaine bien particulier : le notaire Antoni Brocard, bailleur de ce contrat, demandait en effet que lui soient ramenés de Chio ou de Romanie un esclave de quinze ans, de n’importe quelle race, mais non musulman, ainsi qu’une esclave de vingt à trente ans de même origine ; mais l’accommenditaire pouvait également se rendre à Alexandrie, et dans ce cas il devait rapporter au bailleur du poivre152.

  • 153 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 23v°, 48r°, 62r°, 80v° et 93v° (no (...)
  • 154 À propos des précautions à prendre pour exploiter ces listes de tarifs stéréotypées et exhaustives, (...)

105Huit contrats conclus exclusivement à destination de l’Égypte ou de la Syrie font pourtant référence à l’achat d’esclaves dans ces pays153. Cependant, cinq d’entre eux sont des accords d’affrètement de navire pour Alexandrie, qui certes ne prévoyaient pas d’escale à Rhodes ou en Romanie mais n’excluaient pas non plus la possibilité d’une halte en cours de route. Les tarifs de nolis indiqués par ces listes théoriques et volontairement étendues de biens comprenaient donc également des esclaves, ce qui toutefois ne prouve nullement leur transport effectif154.

  • 155 N. Iorga, Noies et extraits pour servir à l’histoire des croisades, t. I, p. 272, n. 3 ; C. Marines (...)
  • 156 Voir pp. 203-204.

106On pourra encore objecter que l’opération de course visant le port d’Alexandrie, organisée avec le concours d’Alphonse V à la fin de l’année 1416, aboutit bien à la capture de quatre-vingts sujets du Sultan qui furent ramenés comme esclaves à Barcelone155. Mais ce type d’action s’inscrit délibérément en dehors des règles de commerce. De plus, bien que ce genre de raid fût courant sur les côtes méditerranéennes, jamais une telle action ne semble avoir été projetée contre les Mamelouks par aucun des prédécesseurs d’Alphonse le Magnanime156. Le marché de Barcelone n’était donc qu’exceptionnellement alimenté par des captifs enlevés de force sur les côtes de Syrie ou d’Égypte ou par des esclaves régulièrement débarqués sur les marchés de Beyrouth, Damas et Alexandrie, qui en fait étaient avant tout destinés à répondre aux besoins du régime mamelouk.

Conclusion

Les importations catalanes de Méditerranée orientale

107Avant de tirer quelque conclusion de ces activités d’importation, il importe évidemment de rappeler que les sources à notre disposition dans ce domaine restent très peu nombreuses (dans le cas des listes de connaissements de navires ou des sources fiscales) ou doivent être utilisées avec précaution (dans le cas des commendes) ; c’est pourquoi la plus grande prudence reste de rigueur.

  • 157 À propos de cette variété d’alun, voir Claude Cahen, « L’alun avant Phocée. Un chapitre d’histoire (...)
  • 158 J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », pp. 1 (...)
  • 159 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9v°, 23v°, 48r°, 55v°, 62r°, 80r°, (...)
  • 160 J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », p. 17 (...)

108L’absence de certaines marchandises importées d’Égypte ou de Syrie par les Catalans peut cependant surprendre, malgré les lacunes de la documentation dont nous disposons. Le cas de l’alun est à ce titre spécialement intéressant ; ce mordant d’origine minérale, qui permettait de fixer les couleurs lors de la teinture des tissus, était en effet très recherché par les Occidentaux en Égypte, en particulier au cours du XIIe siècle ; les tarifs douaniers de la couronne d’Aragon attestent également la commercialisation d’un alun d’Alep au cours de la seconde moitié du XIIIe siècle157. Des navires génois en rapportaient encore d’Alexandrie en assez grande quantité à la fin du XIVe siècle, et certains auteurs arabes évoquent également son exploitation en Égypte vers 1340158. Cet article est cependant absent des listes de cargaisons et des commendes catalanes ; il n’apparaît que dans les tarifs de nolis à destination de Chypre, Beyrouth et Alexandrie au cours des années 1350159. Il faut donc en conclure, comme le suggère J. Heers, que l’alun d’Égypte, qui dès la fin du XIIIe siècle était déjà fortement concurrencé à l’exportation par celui de Phocée, était seulement commercialisé par les Génois, qui s’étaient ainsi spécialisés dans ce négoce après s’être assuré le quasi-monopole de ce produit en Asie Mineure160.

  • 161 Il faut sur ce point entièrement revoir les lignes d’évolution dégagées par J. M. Madurell i Marimo (...)

109En outre, malgré les lacunes présentées par les sources, des lignes d’évolution fort claires se dégagent du mouvement des importations catalanes entre le milieu du XIVe siècle et le premier tiers du siècle suivant. Tout d’abord, l’Égypte et la Syrie constituent, pour l’approvisionnement des Catalans en épices lointaines, des marchés de plus en plus appréciés et fréquentés161. Certes, de manière plus ou moins progressive, des articles tels que le sucre et le coton ne sont plus importés du Levant mais d’autres régions méditerranéennes plus proches de la péninsule Ibérique. Toutefois, parallèlement, la gamme des importations se diversifie dans un premier temps : le poivre perd sa position dominante au profit du gingembre et d’un éventail d’épices — au sens médiéval du terme — de plus en plus large, en particulier au tournant des XIVe et XVe siècles. À partir de 1407-1408 et jusque vers 1413-1415, la composition des produits d’importation connaît une brusque et passagère altération : la cannelle en particulier fait l’objet d’un engouement subit qui relègue au second plan le girofle ; il en va de même pour la laque et, dans une moindre mesure, pour l’encens vis-à-vis des autres gommes-résines, et pour la casse par rapport aux autres racines et plantes relevées, sans oublier le bois de brésil, qui durant cette courte période l’emporte nettement sur l’indigo. Ce brusque changement, malgré sa durée relativement brève, semble mettre un terme au processus de diversification des épices constaté précédemment. En effet, à partir de 1415 et jusqu’en 1430, le poivre retrouve progressivement sa position dominante parmi les importations catalanes. Toutefois, plus que n’importe quelle autre période, celle-ci se caractérise par un nombre de documents très réduit, ce qui impose de considérer avec réserve les dernières lignes d’évolution décrites.

  • 162 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval ; voir en particulier les graph (...)
  • 163 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 313 et appendice C3, pp. 546-548 ; Id., « Spic (...)
  • 164 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 467 et appendice C4, pp. 548-549 ; Id., « Spic (...)
  • 165 Les prix des plantes tinctoriales, dont la composition parmi les importations catalanes se modifie (...)

110Les séries de prix relevées dans les premiers travaux d’E. Ashtor pourraient a priori expliquer ces brusques changements dans la composition des importations catalanes : au début de la décennie 1410-1420, les prix des principales épices en Égypte connaissent en effet une forte hausse, ce qui aurait justifié l’achat de marchandises différentes162. Cependant, les recherches ultérieures de cet auteur imposent de nuancer sensiblement ce point de vue ; certes la hausse reste avérée pour le poivre, en Égypte comme en Syrie, tout au long de la seconde décennie du XVe siècle, de même que pour la cannelle en Syrie163, En revanche, le prix du girofle baisse en Égypte au même moment tandis qu’il n’augmente que très légèrement en Syrie ; quant à la valeur du gingembre beledí, elle suit la même évolution en Égypte (hausse modique) et reste stable en Syrie164. Les autres séries de prix ne sont malheureusement pas assez complètes pour fonder des hypothèses d’évolution conditionnant les importations catalanes165. L’évolution des prix en Égypte et en Syrie ne peut donc être retenue, du moins dans l’état actuel de la recherche, pour expliquer les changements observés dans la composition des cargaisons d’épices rapportées par les Catalans et, en particulier, la nette modification observée pour les années 1407-1415.

  • 166 Voir le développement consacré aux destinations des navires, p. 195. Rappelons que les données resp (...)

111En revanche, l’origine égyptienne ou syrienne des importations catalanes constitue un facteur déterminant. En effet, l’essor des contacts avec Beyrouth et Damas, entre la prise de Famagouste par les Génois en 1373 et jusque vers 1415, coïncide parfaitement avec les phénomènes de diversification des épices et d’augmentation des importations de gingembre précédemment décrits166. Après 1415, l’abandon presque complet des relations avec la Syrie — au profit de Rhodes — explique en grande partie la nouvelle domination du poivre, principalement acheté sur le marché d’Alexandrie, désormais seule destination commerciale du trafic catalan vers le Sultanat.

  • 167 Un décompte des commendes investies dans l’une de ces marchandises, pendant cette période montre qu (...)

112Cependant, la phase très particulière au cours de laquelle quelques marchandises, d’ordinaire plutôt secondaires — cannelle, casse, brésil, laque et encens —, s’imposèrent subitement (soit entre 1407-1408 et 1414-1415) paraît plus difficile à expliquer. La question du transit de ces denrées par la Syrie ou par l’Égypte n’apporte pas non plus d’éclaircissement puisqu’elles étaient apparemment importées aussi bien de l’un que de l’autre pays167. Les sources dont nous disposons ne nous permettent donc pas de trancher parmi les deux hypothèses qui sont susceptibles d’expliquer ce phénomène — altération de la valeur de ces articles dans les lieux de production ou bien modification passagère de la demande en Occident —, l’une comme l’autre pouvant avoir accru les profits tirés des opérations commerciales.

  • 168 Les données rassemblées par E, Ashtor, « The Volume of Medieval Spice Trade », pour le commerce vén (...)
  • 169 Qu’il s’agisse de navires isolés ou de convois de galées (on notera toutefois que les quantités de (...)

113Enfin, une comparaison des importations catalanes avec celles d’autres nations marchandes s’impose, afin de situer le niveau de ce négoce. Force est cependant de constater que la tâche dans ce domaine est particulièrement ardue, car non seulement les données chiffrées sont rares, mais de plus elles sont exprimées dans des unités différentes168. L’élément de comparaison le plus fiable reste donc l’inventaire des marchandises chargées à bord des navires, même si l’on peut objecter — à juste titre — qu’il s’agit là de données très ponctuelles. Toutefois, ce cadre restreint présente l’avantage de reposer sur une source identique quelle que soit l’origine des vaisseaux, à savoir les listes de connaissements de nefs conservées aux archives Datini de Prato ; les unités selon les types de marchandises chargées sont donc presque toujours les mêmes, ce qui évite les calculs de conversion souvent sujets à caution — en particulier dans le cas d’unités déterminées par des contenants dont la capacité n’était pas fixe. Il ressort ainsi de la comparaison avec les cargaisons emportées par les navires vénitiens et génois que les quantités de marchandises étaient globalement équivalentes à celles chargées sur des bâtiments catalans169. L’élément déterminant reste donc le nombre de vaisseaux que chacune de ces trois nations marchandes était en mesure d’expédier chaque année vers l’Égypte et la Syrie. Or, comme nous l’avons déjà remarqué dans le chapitre consacré à la navigation, les Vénitiens et les Génois disposaient dans ce domaine d’une supériorité évidente sur les Catalans, Ce constat nous ramène donc à des conclusions déjà formulées précédemment : si Barcelone était effectivement distancée par la Sérénissime et la République de Saint-Georges, elle n’en constituait pas moins, loin devant tous les autres ports de Méditerranée occidentale, le troisième grand emporium importateur de marchandises du Levant, du moins jusqu’à la guerre civile des années 1462-1472. Certes, la capitale du Principat occupait donc un rang intermédiaire, mais elle était cependant la seule cité à pouvoir prétendre partager avec ses deux rivales d’Italie du Nord une position dominante dans le grand commerce méditerranéen.

La balance commerciale entre la Catalogne et l’État mamelouk : essai de mise au point

  • 170 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 440 ; S. Y. Labib, « Egyptian Comme (...)
  • 171 Voir Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluña., t. XVII, pp.  (...)

114L’examen détaillé des marchandises d’exportation, puis d’importation amène logiquement à s’interroger sur le solde de la balance commerciale entre la Catalogne et le sultanat mamelouk. Pour classique qu’elle soit, cette question reste cependant incertaine et controversée. Selon certains historiens du commerce du Levant, elle ne laisse pas la place au moindre doute : la balance était déficitaire pour les nations marchandes occidentales compte tenu du prix élevé des épices, que justifiaient à la fois la forte demande de ces articles et les longs trajets nécessaires pour les acheminer jusqu’à leur destination170. Le témoignage de Lluís Sirvent, qui avait proposé en 1433 de créer des lignes régulières de galées de Barcelone vers la Flandre et le Levant, confirme pleinement ce rapport inégal : le négociant catalan avait en effet estimé la valeur totale des marchandises exportées et importées afin de calculer le bénéfice que pourrait en retirer la Generalitat — pourvoyeuse des navires — grâce aux taxes perçues sur ce trafic ; vers le Levant, une seule galée devait pouvoir emporter des biens pour un total de 80.000 livres contre 100.000 pour le retour, soit une valeur des importations supérieure d’un quart à celle des exportations171.

  • 172 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, pp. 647-648 ; et M. De (...)
  • 173 Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluña, t. XVII, p. 417.
  • 174 Voir M. Sánchez Martínez (éd.), Corts, parlaments i fiscalitat a Catalunya, doc xxvii, § 9.2.21.2 e (...)

115Cl. Carrère et M. Del Treppo ont certes tous deux remis en cause ce constat de déficit établi à partir du témoignage de Lluís Sirvent, rappelant que les importations de Sicile et de Rhodes, explicitement mentionnées par l’homme d’affaires barcelonais pour le retour de la galée, entraient aussi dans l’évaluation à laquelle il procédait ; par conséquent, les épices chargées à Rhodes ou le sucre et le blé embarqués en Sicile expliqueraient en fait l’écart entre les chiffres avancés172. Toutefois, Lluís Sirvent incluait également dans son estimation la valeur des marchandises exportées vers la Sicile et Rhodes, bien qu’effectivement il ne citât pas ces escales dans le parcours aller173. En effet, dans son calcul des impôts que devait percevoir la Generalitat sur les biens expédiés vers le Levant, il distinguait bien deux tarifs qui correspondaient d’une part aux marchandises à destination de l’Égypte et de la Syrie — grevées d’une taxe d’un denier par livre — et, d’autre part, aux denrées embarquées vers d’autres destinations, c’est-à-dire, en l’occurrence, la Sicile et Rhodes, pour lesquels l’impôt était de deux deniers par livre174.Il faut donc conclure que le déficit prévu entre le total des exportations et celui des importations réalisées à l’occasion de ce voyage vers le Levant en 1433 ne résulte pas d’un calcul faussé par des données de base inégales. Ce témoignage, fourni par un homme d’affaires participant directement à ce négoce et qui, à n’en pas douter, était bien informé — même s’il peut être suspecté d’avoir exagéré les chiffres du trafic avec le Levant dans le but de convaincre plus facilement la Generalitat de prêter ses galées —, paraît donc clairement répondre à la question de la balance commerciale et clore définitivement le débat.

116Pourtant, un seul exemple ne saurait suffire pour convaincre, ni surtout être généralisé à l’ensemble de la période considérée. Par ailleurs, un autre historien, Claude Cahen, grand connaisseur du monde arabo-musulman au Moyen Âge, a lui aussi remis en cause la thèse de ce déficit, en examinant cette fois les données de façon générale entre Orient et Occident :

  • 175 Cl. Cahen, Orient et Occident au temps des croisades, p. 133.

On a presque toujours admis [souligne-t-il] que le commerce du Levant, pour les Occidentaux, était déficitaire ; idée qui reposait implicitement sur la conviction que l’Orient vendait des marchandises chères, alors que l’Occident ne pouvait lui en fournir que de bon marché175.

  • 176 Ibid., p. 134, et Cl. Cahen, « L’alun avant Phocée », pp. 446-447.

117Or, en fait, Cl. Cahen avait déjà bien relevé que la plupart des précieuses épices ne faisaient que transiter par le Levant tandis que les principales denrées exportées par les Occidentaux — les draps — résultaient de la transformation de matières premières dans le cadre d’activités proto-industrielles, et qu’il s’agissait là, en d’autres termes, de produits à valeur ajoutée. Par conséquent le déficit n’était peut-être pas « aussi négatif qu’on le pense »176.

  • 177 Voir supra les graphiques 4 à 6 (pp. 309-311) et 10 à 13 (pp. 430-432).
  • 178 E. Ashtor présente certes la valeur de chargements rapportés par seize navires ou groupes de galées (...)

118Il ressort ainsi avec évidence que ces quelques remarques essentielles s’appliquent particulièrement bien au commerce de Barcelone avec l’Égypte et la Syrie, dont il importe donc de réexaminer la balance à la lumière des nouveaux apports documentaires que constituent les valeurs de cargaisons expédiées ou provenant du Levant177. Reconnaissons-le cependant d’emblée, cette démarche reste particulièrement décevante. Aucune de ces valeurs, en effet, ne se rapporte aux trajets aller et retour d’un même navire, de sorte qu’elles ne sont pas directement utiles pour la question de la balance commerciale. Par ailleurs, ces exemples connus ou déduits de cargaisons sont trop peu nombreux — surtout sur le plan des importations178 — pour autoriser des estimations d’ensemble fiables.

  • 179 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, pp. 647-648 ; M. Del T (...)

119Mais cette impasse s’explique sans doute aussi par une démarche quelque peu inappropriée pour des réalités et des sources médiévales, qui ne peuvent à l’évidence se plier aux exigences des statistiques économiques et commerciales contemporaines. En effet, comme le soulignent presque à l’unisson Cl. Carrère, M. Del Treppo et Cl. Cahen dans des études de nature pourtant différente, il est sans doute artificiel de vouloir séparer la question de la balance commerciale d’un pays avec une région déterminée, alors qu’elle se rattache nécessairement à tout un réseau de relations179. Or, celui-ci permet sans aucun doute de compenser les éventuelles pertes enregistrées vers une destination précise, mais aussi de redistribuer avec un profit accru les produits rapportés de cette région. Comme l’exprime autrement Cl. Cahen,

  • 180 Cl. Cahen, Orient et Occident au temps des croisades, p. 134.

Il faut bien penser que les marchands n’auraient pas maintenu et développé leur commerce en Orient s’il ne leur avait été profitable180.

120Ainsi s’explique cet engouement permanent des négociants catalans et occidentaux en général, pour un trafic qui, pris isolément, devait sans doute tendre au déficit.

Notes

1 AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), f° 90v° (consigne : acheter du poivre à moins de 50 livres la charge) ; AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes (novembre 1388 - mai 1389), f° 31r° (payer entre 20 et 24 dirhams de Damas le ròtol de galbanum) ; AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 155v° (payer 55 livres la charge de poivre et de gingembre maquí, et 65 livres la charge de laque), etc.

2 Dans 998 commendes sur un total de 2.113, entre 1337 et 1430, soit dans 47,2 % des cas.

3 Voir le chapitre précédent, et plus particulièrement le graphique 4 et le tableau 33, p. 309.

4 On trouvera un bon échantillon de ce type de sources, surtout florentines et vénitiennes, chez E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, p. 409, n. 5.

5 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 293-297, et J. Garcia i Fortuny, « La condimentació a la Catalunya medieval », p. 62.

6 La laque ou le sang de dragon avaient par exemple des propriétés à la fois thérapeutiques et artisanales : voir infra, pp. 457-458 et p. 462 n. 86.

7 E. Ashtor, « The Volume of Levantine Trade in the Later Middle Ages », pp. 581-582 ; J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », pp. 166-178, 185-186, 189 et 191 ; R.-H. Bautier, « Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient, au Moyen Âge », p. 320. Tous ces exemples concernent principalement le trafic des ports de Venise, Gênes et Barcelone.

8 Dans le manuel de commerce catalan, la liste des produits provenant du Levant commence également parle poivre ; voir M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 107.

9 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 658-665. La documentation catalane confirme la prépondérance du poivre noir : les contrats notariés ne mentionnent qu’exceptionnellement les deux autres variétés, du moins dans les échantillons dépouillés ; le manuel de commerce catalan les signale toutefois : voir M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 65, 91 et 101.

10 Voir le graphique 15, p. 433.

11 Graphiques 10 à 12.

12 Voir en outre le graphique 23 (p. 472) relatif aux importations de sucre d’après les commendes.

13 Voir infra, pp. 471-472.

14 Voir supra, p. 195.

15 Bruno Laurioux, Les livres de cuisine en Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, 1992, pp. 1073-1079.

16 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 90.

17 B. Laurioux, Les livres de cuisine en Occident à la fin du Moyen Âge, p. 1069.

18 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, appendice C 3, pp. 546-548.

19 Ibid., pp. 74-75.

20 E. Ashtor, « Spice Prices in the Near-East in the Fifteenth Century », tableau I, II et p. 34 ; et Id., Levant Trade in the Later Middle Ages, tableau XXIX, pp. 313-315.

21 J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », p. 184 ; E, Ashtor, « The Volume of Medieval Spice Trade », pp. 575-577 ; Id., « Levantine Weights and Standard Parcels », pp. 482-483 ; et J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », pp. 109-110. Sur les ponts, voir en outre M, Balard, H. Bresc, J.-Cl. Hocquet et J. Guiral-Hadziiossif, « Le transport des denrées alimentaires en Méditerranée à la fin du Moyen Âge », p. 109.

22 AHPB, Bartomeu Masons, Manual d’assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), ffos 61r° et 92r°-93v°. On rappellera que les commendes pour le Levant, ayant été rédigées avant le départ des marchands, ne renseignent jamais sur les quantités précises d’épices rapportées.

23 Ce que confirme également M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 275, affirmant qu’il s’agissait d’une mesure de capacité employée dans les pays musulmans. Le terme de pont n’apparaît pas dans le dictionnaire d’A. M. Alcover et de F. de B. Moll, du moins dans le sens utilisé par nos documents, ni dans l’ouvrage sur les poids et mesures catalans de Cl. Alsina i Català, G. Feliu i Montfort et Ll. Marquet i Ferigle, Pesos, mides i mesures dels Països Catalans.

24 Voir supra, pp. 414-418 n. 419.

25 Voir supra les graphiques 10 à 12 (pp. 430-431).

26 Voir le tableau 37, pp. 436-437.

27 Voir le chap. iii, pp. 190-193.

28 J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », pp. 166-168 et 171-172 ; et E. Ashtor, « The Volume of Levantine Trade in the Later Middle Ages », p. 584.

29 Sans compter les cargaisons de navires se rendant à la fois à Alexandrie et à Beyrouth.

30 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 238 ; ces cinq variétés sont aussi les plus fréquemment mentionnées dans cet ouvrage ; voir également F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 419 ; et W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 619-623. Il existait en outre d’autres types de gingembre d’après ces deux manuels de commerce, mais ils ne figurent pas dans les sources barcelonaises consultées. Enfin, les comptes de l’épicier Francesc Canes (C. Vela i Aulesa, L’obrador d’un apotecari medieval segons el llibre de comptes de Francesc Canes) mentionnent encore d’autres variétés : gingembres blanc, vert, perat, tallat et triat.

31 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 331-333 et 414-419 ; Id., « Spice Prices in the Near East in the Fifteenth Century », pp. 32-33 ; et Id., Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 467-468 et 548-549.

32 La pratica della mercatura, p. 360.

33 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 101.

34 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, pp. 645-646.

35 J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », p. 203 ; E. Ashtor, « Spice Prices in the Near East in the Fifteenth Century », pp. 32-33 ; et Id., Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 467-468 et 548-549. L’évolution en Syrie diffère quelque peu, avec des hausses momentanées en 1406, 1411 et 1413, voire plus durables, comme entre 1416 et 1428 ; E. Ashtor a déjà souligné le coût supérieur du gingembre en Syrie (E. Ashtor, « Spice Prices in the Near East in the Fifteenth Century », p. 35).

36 J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », tableau 8.

37 Autres variétés rapportées : 12 ponts de maquí, 5 de serriol et 23 non précisés.

38 C’est en particulier le cas dans le registre du dret d’entrades de la Generalitat, contenant la liste des marchandises rapportées par les deux nefs de Pere Ortolà et Jaume Esteve (ACA, Generalitat, reg. 186.1, ffos 23v°, 29v°, etc.).

39 Une dernière commende du 19 novembre 1370 en fait encore mention (AHPB Jaume Ballester, Manual de comandes [septembre 1363 - juillet 1385], f° 35v°1). Les comptes de l’épicier Francesc Canes (1378-1380), qui nous permettent pourtant de connaître une longue liste de variétés de gingembre, ne font pas apparaître le colomí (C. Vela i Aulesa, L’obrador d’un apotecari medieval segons el llibre de comptes de Francesc Canes). Seul se distingue le manuel de commerce catalan (1385), qui continue de le mentionner (M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 63, 83, 101, 107 et 203).

40 Voir par exemple, F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, pp. 312, 318 et 320 ; G. di A. Da Uzzano (coord.), La pratica della mercatura, p. 111.

41 À l’exception de la liste de prix de marchandises établie à Barcelone en 1383 par un facteur de la compagnie Datini (F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, p. 312) ; les autres listes, relevées ailleurs, ne mentionnent pas cette espèce.

42 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 83. On notera toutefois que leur description est très similaire.

43 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 467-468 (Damas) et 548-549 (Alexandrie).

44 Les prix du baladí, pourtant les plus nombreux, ne sont connus à Damas qu’à partir de 1403, puis présentent une lacune en 1404-1405 ; à Alexandrie, la liste s’interrompt entre 1396 et 1401, puis de 1403 jusqu’en 1410.

45 Voir respectivement les graphiques 11 et 12 (p. 431), puis le tableau 57 (pp. 436-437) — on notera cependant que le navire d’en Camors revenu en 1342 ne rapportait apparemment pas de cannelle (voir le graphique 10, p. 430).

46 E, Ashtor, « Spice Prices in the Near East in the Fifteenth Century », pp. 31-32 et 34.

47 Au début de l’année 1343, la charge de cannelle stagnait à un prix de 45 livres à Barcelone (ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet [1338-1344], f° 121v°), tandis qu’elle avait atteint 75 à 80 livres — et même 91 livres dans un cas certes unique — à la fin de la même année (J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », pp. 163-164). Au mois de décembre de l’année suivante, la charge de cannelle s’élevait à la valeur record de 114 livres ; voir ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet (1338-1344), f° 82r°.

48 Aux prix cités dans la note précédente, on peut encore ajouter celui de 31 livres la charge de cannelle à Barcelone en janvier 1349 et à une date indéterminée au cours de l’année suivante ; voir ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes de Joan Benet (1332-1356), ffos 31r° et 36r°.

49 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 77.

50 J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », tableau 8.

51 Voir les notes 47 et 48.

52 On notera que ces variétés n’apparaissent pas encore dans l’ouvrage de Francesco B. Pegolotti — rédigé vers 1340 —, qui pourtant détaille de manière minutieuse les différents types de produits.

53 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 77 et 107 (manuel de commerce catalan, vers 1385), et F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, pp. 318 et 320 (listes de prix des facteurs de la compagnie Datini à Alexandrie et Damas en 1383 et 1386).

54 Une commende barcelonaise semble d’ailleurs apporter la preuve que les deux adjectifs désignaient la même variété, puisqu’on y trouve l’expression canella longa de arceni (AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes [septembre 1402 - avril 1406], f° 98v°3) ; c’est l’une des premières commendes mentionnant cette variété, d’où peut-être la raison de cette expression inhabituelle (février 1406). Documents attestant la forte valeur de cette variété : J. M. Madurele i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandar comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 182 (commende de 1409 estimant la valeur de la cannelle darseni à 40 besants d’or d’Alexandrie la centaine de mines, contre 22besants pour la même quantité de cannelle comuna) ; également, J. Ainaud, « Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i Alexandria », appendice III p. 334 (lettre d’un facteur de la compagnie Datini chiffrant la valeur de la cannelle d’arseni à Alexandrie en 1410, à 53 besants d’or pour 100 mines, contre 27 besants d’or pour la même quantité de cannelle selani). Pour les prix de la cannelle lunga, voir E. Ashtor, « Spice Prices in the Near East in the Fifteenth Century », pp. 31-32.

55 Le manuel de commerce catalan (1385), première source catalane distinguant clairement les cannelles de darseni (ou d’arceni), grossa et sallenya, les décrit si sommairement qu’il n’est guère possible de saisir quelles sont leurs différences essentielles (M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 77 et 107).

56 De leur côté, les sources italiennes publiées font aussi apparaître successivement ces différentes variétés : la cannelle longa n’est par exemple pas mentionnée dans les listes de prix de 1386, mais dans celles de 1419 et 1424 ; voir F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, pp. 312, 318 et 320.

57 Ils ne sont pour la première fois cités que dans les tarifs de la leude de Collioure, dont la première version est supposée dater de 1249, mais pourrait en fait être postérieure (M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 75 [8]).

58 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 603-604.

59 Les tarifs de la leude de Mediona, qui datent de 1222, contiennent en fait une rubrique « Autres épices » qui pouvait inclure les clous de girofle (M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 58 [21]).

60 Voir le graphique 19 (p. 450).

61 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 84 ; F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, p. 184.

62 J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », tableau 7.

63 Une liste de prix alors établie par les facteurs de la compagnie Datini, à Barcelone, indique en effet que le girofle valait 16 sous et 6 deniers à cette date ; voir F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, p. 312.

64 ACA, Generalitat, reg. G.186.1, ffos 23v° et 33v°. La quantité de girofle est exprimée en ròtols, elle a été convertie ici en quintaux pour permettre la comparaison avec les autres marchandises.

65 F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, p. 184 : poivre : 1.430 dirhams ; gingembre beledí : 5.000 dirhams ; girofle : 9.200 dirhams.

66 E, Ashtor, « Spice Prices in the Near East in the Fifteenth Century », pp. 33 et 35.

67 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 604.

68 Ibid., t. II, p. 607.

69 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 78.

70 Voir le tableau 57, pp. 436-437 (dernière colonne).

71 Marco Spallanzani, Ceramiche orientali a Firenza nel Rinascimento, p. 147 (et tableau 57). Seules cinq commendes barcelonaises à destination de l’Égypte et de ta Syrie, mentionnent ce produit entre 1397 et 1414.

72 En outre, en 1404, le girofle figurait par exemple dans 11,4 % des commendes à destination de l’Égypte et de la Syrie, contre seulement 0,4 % pour la cannelle ; or les nefs de Jaume Esteve et de Pere Ortolà rapportèrent en septembre de la même année 13 ponts de girofle contre 35 ponts, 5 costals et 2 caisses de cannelle. Il pouvait certes exister un décalage de plusieurs mois pour adapter la demande barcelonaise aux conditions du marché dans le sultanat mamelouk, compte tenu de la durée des transports. Dans ce cas, la cargaison rapportée en septembre 1404 pourrait refléter la demande de l’année précédente (les deux navires avaient en effet quitté Barcelone en août 1403) ; mais cette année-là, la disproportion entre cannelle et girofle était encore plus grande parmi les commendes : 11,8 % devaient être réinvestis en girofle tandis qu’aucun contrat ne faisait allusion à la cannelle. La contradiction n’en est donc que plus flagrante.

73 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 624.

74 Voir les tarifs douaniers de la couronne d’Aragon (M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, pp. 58 [13], 67 [6], 71 [26], etc.).

75 Voir supra les graphiques 10 à 12 (pp. 430-431).

76 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 424-426.

77 F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, doc. 90, p. 312.

78 J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », tableau 8.

79 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 87 et 101. Les prix fournis par J. Ainaud, d’après des lettres de marchands catalans se trouvant à Alexandrie en 1410, sont difficilement utilisables puisque les quantités ne sont généralement pas indiquées (J. Ainaud, « Quatre documents sobre et comerç català amb Siria i Alexandria », pp. 331 et 334) ; il pourrait s’agir du quintal, car à la date du 30 août 1409 les contractants d’une commende précisent qu’ils espèrent trouver le quintal de laque au prix de 22 besants d’or d’Alexandrie (J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc, 182) ; or les 1er avril et 27 novembre 1410, Lluís Sirvent et Pere Salvany indiquent que sa valeur était de 26 besants.

80 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 370 ; voir également W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 614 ; et M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 80 (qui cependant met par erreur en relation le terme taurins ou tauris avec la Tauride en Crimée, et non pas avec le nom de la ville de Tabriz en Perse, ibid. pp. 233 et 298).

81 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 103.

82 L’un des livres de comptes de Joan Benet indique une valeur de 33 livres la charge, pour un type d’encens non déterminé, à Barcelone le 6 décembre 1341 (ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet [1338-1344], f° 101r°) ; à la fin de 1343, la même quantité valait 36 livres (J. Plana i Borras, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », p. 168) ; la liste de prix fournie par les facteurs de la compagnie Datini à Barcelone, en décembre 1383, indique une valeur de 50 livres la charge d’encens de Tabriz, mais ne cite aucune autre variété. Enfin, le manuel catalan fournit des données pour le moins surprenantes sur les unités de poids généralement utilisées pour la commercialisation de cet article : l’encens de Tabriz se vendait bien à la charge, tandis que les autres variétés (encens de Damas et d’Alexandrie) sont citées parmi les avers de lliura, catégorie qui regroupait habituellement les marchandises les plus chères (M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 80-81).

83 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, p. 419.

84 Voir le tableau 61, p. 459.

85 Mis à part l’aloès, les gommes-résines n’apparaissent pas explicitement dans les tarifs douaniers de la couronne d’Aragon et sont regroupées sous le vocable général de « gommes » (goma) : voir M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, pp. 72 [46] et 76 [39].

86 La scammonée est une plante grimpante très répandue dans le nord de la Syrie ; une incision dans sa racine permettait de recueillir une sève blanchâtre que l’on utilisait autrefois comme purgatif ; voir W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 669-670 ; et F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 375 ; M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 81. Le sang de dragon est une résine de couleur rouge extraite d’un arbre tropical, utilisée à la fois comme encre et à des fins médicinales (ibid., pp. 95 et 254). Enfin le galbanum est une gomme-résine provenant d’une ombellifère et recherchée pour ses propriétés aromatiques et médicinales (ibid., pp. 85 et 237). Ces trois articles étaient classés parmi les avers de lliura dans le manuel de commerce catalan.

87 Pour l’identification et l’usage de ces différents articles, voir l’index établi par M. Gual Camarena, El primer manual hispánica de mercadería, pp. 215-263 et son Vocabulario del comercio medieval, aux articles correspondant à ces termes. Pour les premiers tarifs douaniers, voir M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, pp. 75-76 (1249 ?) [3], [58] et [64], etc. Certaines racines et plantes, comme le senet et le turbith, ne sont cependant jamais citées dans ces documents.

88 F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, p. 312, doc. 90. E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 338-339 et 423-426, a également relevé quelques prix épars pour certains de ces articles, en Syrie et en Égypte.

89 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 646. Concernant la noix de muscade, voir également F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 374 ; et M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 82 et 90.

90 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 335-336 et 420-421.

91 Toutefois, leur première mention explicite parmi les tarifs douaniers de la couronne d’Aragon ne date que du milieu du XIIIe siècle (M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 75 [12]).

92 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 611-612.

93 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 368 et 637.

94 Le manuel de commerce catalan range le coton d’ultramar en tête de toutes les régions productrices citées en précisant qu’il avait le plus de valeur ; voir M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 102. Voir également W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 612 ; E. Ashtor, « The Venetian CottonTrade in Syria in the Middle Ages », p. 682.

95 Voir le tableau 64 (p. 467).

96 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 368, n. 2 ; R. Salicrú i Lluch, El trafic de mercaderies a Barcelona, pp. 156 et 174-175 ; C. Vela i Aulesa, « Les espècies orientals », doc 14.

97 A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants catalanes dels segles XIV i XV, doc. i, p.452 (clause 41) ; AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 19v°, 60v°, 89r° et 115v°. Cette clause concernant le coton accompagne généralement les contrats de nolis a escar.

98 E. Ashtor, « The Venetian Cotton Trade in Syria in the Middle Ages », p. 682. À l’époque des documents de la Geniza, le lin apparaissait en effet parmi les listes de marchandises exportées depuis l’Égypte (S. D. Goitein, The Jewish Communities of the Arab World, t. I, p. 154). Rappelons enfin qu’il était également cultivé en péninsule Ibérique, d’où la précision presque systématique de l’origine orientale de cet article, attestant une qualité supérieure ; voir M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 349.

99 Les premiers tarifs douaniers connus de la couronne d’Aragon, mentionnent régulièrement le brésil et l’indigo : voir M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 58 [18] (1222), pp. 67-68 [6] et [14] (1243), etc. ; également, F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 371 ; et Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 460-461.

100 ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet (1338-1344), ffos 42r°, 55r°, 95r°, 97r° et 102r°.

101 Le faix ou faisceau, fagot, ne constituait pas une mesure aux capacités fixes : voir M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 271 (fax)-, et Cl. Alsina i Català, G. Feliu i Montfort et Ll. Marquet i Ferigle, Pesos, mides i mesures dels Països Catalans, p. 154 (feix). Quant au marnet, exclusivement réservé à l’indigo, il n’est cité par aucun ouvrage.

102 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 75 et 86.

103 L’un des livres de comptes de Joan Benet indique d’importantes variations de prix pour un quintal d’indigo en 1341-1342 : il valait en effet 20 livres le 12 janvier 1341, puis 43 livres le 4 mai suivant et enfin 12 livres le 3 août de la même année ; en avril 1342, le prix du quintal était toujours de 12 livres ; voir ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Manual de comptes de Joan Benet (1338-1344), ffos 42r°, 55v°, 95r°, 97r° et 102r°. La liste des prix à Barcelone indiqués en décembre 1383 par les facteurs de la compagnie Datini cite une valeur de 60 livres pour le quintal d’indigo de Bagdad (F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, p. 312, doc 90). Enfin, en novembre 1389, un contrat permet d’établir le prix du quintal à 64 livres et 17 sous (AHPB, Bernat Nadal, Manual [octobre 1389 - juin 1390], f° 8r°3).

104 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 86 et 103 ; dans l’appréciation donnée de ces différentes variétés, l’auteur du manuel catalan ajoute un type supplémentaire, appelé indigo nadador, qualifié de bon, ce qui le plaçait dans une position intermédiaire entre l’indigo de Bagdad et celui du Golfe (ibid, p. 103).

105 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 626-629.

106 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 429-430 ; aucune des autres variétés ne figure dans cette liste.

107 Voir par exemple, AHPB Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1385), ffos 69r°-70r° ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (déc. 1397 - août 1403), f° 94r°4, etc.

108 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 157v° ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f° 16v°2 ; et W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 587-590. Paradoxalement, d’après les listes de prix de ventes en Syrie établies par E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 430-431, le brésil seni, bien que théoriquement de provenance plus lointaine, valait en général moins cher que le brésil colomí.

109 Il n’apparaît pas dans les tarifs douaniers de la couronne d’Aragon (M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval) ; parmi les contrats notariés, voir AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 132r° (santal rouge) et ibid., f° 180v° (santal blanc). La troisième variété connue, le santal citrin, plus fin que les deux précédents mais aussi plus cher, était encore plus exceptionnellement commercialisée vers l’Europe occidentale (W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 585-587 ; voir également M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 254 [sandills], et F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 377).

110 En particulier de l’orpiment, un sulfure naturel d’arsenic de couleur jaune, recherché pour ses propriétés colorantes et pharmaceutiques ; du borax, un borate hydraté de sodium, d’origine volcanique, utilisé en médecine et pour la fabrication du verre ; de la tutie (mot qui désignait l’oxyde de zinc, ou le minerai lui-même), recherchée pour ses propriétés curatives ; du noxadre, un sel ammoniac ou plus précisément du chlorure d’ammonium, et de l’azur, un colorant minéral. La valeur de ces articles est donnée à la livre dans le manuel de commerce catalan, ce qui montre qu’il s’agissait de produits onéreux (M. Gual Camarena, Et primer manual hispánico de mercadería, pp. 72, 76, et 98) ; seul l’orpiment était vendu au quintal (ibid., p. 85). En outre, le borax était le produit le plus cher de tous ceux achetés par Joan Benet lors de son voyage à Chypre en 1343 (J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », tableau 7).

111 De l’ivoire, des turquoises et des perles, notamment. Ces marchandises étaient évidemment destinées à la confection de bijoux et autres riches objets d’ornement, mais certaines perles broyées, dites de latovari ou d’électuaire, étaient également recherchées pour leurs vertus médicinales : voir M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 249 ; et F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 36 et 109 (perle da pestare). Perles et turquoises étaient vendues à la livre, comme les produits les plus chers, tandis que l’ivoire n’était commercialisé qu’au quintal : voir M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 91 (perles de letovari) et 99 (vori), et la liste de prix établie à Barcelone en décembre 1383 par les facteurs de la compagnie Datini dans F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, p. 312, doc. 90.

112 J’ai déjà consacré à cette denrée un article intitulé « El comercio catalán del azúcar en el siglo XIV », dont le présent chapitre s’inspire en grande partie.

113 Lucie Bolens, Les méthodes culturales au Moyen Âge, d’après les traités d’agronomie andalous. Traditions et techniques, Genève, Éditions Médecine et Hygiène, 1974, pp. 17-86 ; Jacqueline Guiral-Hadziiossif, « Le sucre à Valence au XVe et XVIe siècles », dans Denis Menjot (éd.), Manger et boire au Moyen Âge. Actes du colloque (Nice, 15-17 octobre 1982), Paris, Belles Lettres, 1984 (2 vol.), t. I, p. 122.

114 A. Fábregas García, Motril y el azúcar, pp. 57-85.

115 E. Ashtor, « Levantine Sugar Industry and Trade in the Later Middle Ages », p. 227 ; M.-L.von Wartburg, « Production du sucre de canne à Chypre », pp. 126-127.

116 Voir supra les graphiques 10 à 12, pp. 430-431.

117 M.-L. von Wartburg, « Production du sucre de canne à Chypre », pp. 126-130 ; et G. Arnaldi, G. Cracco et A. Tenenti (éd.), La formazione dello stato patrizio, pp. 540-541.

118 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353-octobre 1357), ffos 9r°-v° 55v° et 117r° (Chypre) ; ffos 23v°, 48r°, 62r°, 80r°-v° et 93r°-v° (Alexandrie).

119 Comme dans le cas du coton, le sucre avait en fait pu être chargé en Sicile, puisque la plupart des listes de connaissements de navires ont été établies à leur arrivée en Occident. Nous en avons la preuve avec les deux dernières nefs, qui ont en effet rapporté d’importantes quantités de sucre de cette île, qui n’ont pas été prises en compte dans le tableau 66 (p. 473) puisque la source — registre du dret d’entrades de la Generalitat — indique clairement qu’elles ne provenaient pas du Levant méditerranéen ; voir ACA, Generalitat, reg. G.186.1, ffos 26v°, 27v°-28r°, 29v°, 30v°, 35v°-37v°, 43r°-v° et 48r° (sucre de Sicile) ; il est en effet possible de distinguer très clairement les marchandises provenant de Rhodes ou de Sicile de celles acquises à Beyrouth car ces dernières étaient deux fois moins taxées par la Generalitat à leur arrivée en Catalogne.

120 H. Bresc, Un monde méditerranéen, pp. 227-252 ; A. Fábregas García, Motril y el azúcar, pp. 57-85 ; et Jacqueline Guiral-Hadziiossif, « La diffusion et la production de la canne à sucre (XIIIe-XVIe siècles) », Anuario de Estudios Medievales, 24, 1994, pp. 225-246, spéc. p. 228.

121 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 317-318, 460-461 ; la hausse fut semble-t-il moins sensible en Syrie (ibid., pp. 405-406). E. Ashtor explique déjà cette évolution par le déclin technologique de la production sucrière ainsi que par la hausse des salaires des ouvriers, consécutive à la fermeture de nombreuses manufactures.

122 Selon les recherches de Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, p. 636, la Sicile devint le grand foyer d’approvisionnement en sucre de Barcelone à partir de la fin du XIVe siècle, devançant le Sud de la péninsule Ibérique.

123 E. Ashtor, « Levantine Sugar Industry and Trade in thc Later Middle Ages », voir en particulier les pp. 257-262 et 279.

124 M.-L. von Wartburg, « Production du sucre de canne à Chypre », pp. 126-130.

125 Mais on pouvait également distinguer plusieurs sous-groupes au sein de cette variété, selon son degré de blancheur : la « polvere di Cipri bianca » et, moins bonne que la précédente, la « polvere di Cipri mezzana » ; voir F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 363-364. Le manuel de commerce catalan précise pour sa part que le sucre en poudre d’Alexandrie était de qualité inférieure (M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 102).

126 E. Ashtor, « Levantine Sugar Industry andTrade in the Later Middle Ages », p. 233 ; selon A. Evans, le terme mukarrar indiquerait même la répétition de cette opération de raffinage, d’où la très grande pureté de ce sucre ; voir F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 434-435.

127 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 362.

128 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 99 [27] (Candie, Rhodes et Chypre) ; AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), ffos 93v°, 95r° et 102 ; et AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú (mai 1349), f° 83r°3 (Chypre et Beyrouth). À propos du nom de Babylone, voir supra p. 27 n. 6.

129 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 362 ; M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 102.

130 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), ffos 55r° et 58v°, et AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 151r°-163v° ; et ACA, Generalitat, reg. G.186.1, ffos 32v°, 34r° et 35v°. On notera toutefois, qu’à Montpellier, au même moment, le sucre candi figurait parmi les moins chers (voir le tableau 67, p. 476), sans qu’aucune explication réellement satisfaisante permette de résoudre cette contradiction.

131 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 363 ; M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 93.

132 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 691, n. 11.

133 Le manuel catalan précise simplement qu’il provenait du Levant (M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 107).

134 Germán Colón, « Fr. casson et cassonade », dans Mélanges de linguistique française et de philologie et littérature médiévales offerts à Monsieur Paul Imbs, Strasbourg, Centre de philologie et de littérature romane de l’Université de Strasbourg, 1973, pp. 191-198, spéc. pp. 197-198, s’appuyant entre autres sur la documentation mercantile barcelonaise du XIVe siècle, avait déduit que cette variété désignait en ancien français un sucre brisé. Cependant, il reconnaît malheureusement que le mot cassonada n’avait probablement pas ce sens dans les documents provençaux et catalans du XIVe siècle et qu’il n’est donc pas possible de déterminer avec précision les caractéristiques de ce type de sucre.

135 Concernant les tissus orientaux commercialisés en Catalogne, l’ouvrage de base reste la thèse d’A. von Brunn, Katalanische Stoffe, Kleider und Lederarbeiten orientalischen Ursprungs. On notera par ailleurs que pour ce thème, les informations fournies par le manuel catalan sont très limitées.

136 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 697 (Baldekino, note 1) ; la citation qui précède est également empruntée au même auteur (même référence). À propos des bagadells, voir également A. von Brunn, Katalanische Stoffe, Kleider und Lederarbeiten orientalischen Ursprungs, p. 4.

137 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 71 [19].

138 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 702, d’après les témoignages de Lionardo Frescobladi et de Simone Sigoli. Ce tissu n’apparaît pas parmi les tarifs douaniers de la couronne d’Aragon.

139 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 703-705.

140 A, von Brunn, Katalanische Stoffe, Kleider und Lederarbeiten orientalischen Ursprungs, p. 5.

141 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 696.

142 Ibid., t. II, pp. 696-702.

143 Ibid., t. II, pp. 677-678.

144 Romeo Pavoni (éd.), Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (6 luglio - 27 ottobre 1301), Gênes, Istituto di Paleografía e Storia Medievale, coll. « Collana Storica di Fonti e Studi » (32), 1982, doc. 365 ; Valeria Polonio (éd.), Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (3 luglio 1300 - 3 agosto 1301), Gênes, Istituto di Paleografía e Storia Medievale, coll.»  Collana Storica di Fonti e Studi » (31), 1982, doc. 130 et 246 (« tablarium ») ; Cornelius Desimoni, « Actes passés à Famagouste par-devant le notaire génois Lamberto di Sambuceto », Archives de l’Orient latin, 2(2), 1884, doc. 46.

145 A. Rubio i Lluch (éd.), Documents per l’història de la cultura catalana mig-eval, t. II, doc. 215 (20 janvier 1366).

146 Els quatre llibres de la reina Elionor de Sicilia a l’Arxiu de la Catedral de Barcelona, éd. M. Anglada Cantarell, M.À. Fernández Tortadés et C. Petit Cibiriain, p. 35 (« una aljuba de drap de seda d’Allaxandria de diversos collors » ; l’aljuba était une longue tunique que portaient les Arabes), p. 63 (« II pesses de aczeitoní fogat, los quals aportà d’Elaxandria Johan Ribalta [...], los quals draps an de lonch, la una IIII canes e III palms, e l’altra, III canes, IIII palms ») et p. 84 (« una aliuba de draps d’or de Damàs »). Concernant l’atzeituní, voir W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 701-702 (Zetani) ; et A. von Brunn, Katalanische Stoffe, Kleider und Lederarbeiten orientalischen Ursprungs, pp. 98-110.

147 ACA, Cancelleria Reial, reg. 1954, f° 46r° (26 décembre 1388) ; reg. 1959, f° 36r° (20 juillet 1389) et ffos 160v°-161r° (9 février 1391) ; reg. 1961, f° 9r° (31 mai 1391), f° 11r° (3 juin 1391) et ffos 23v°-24r° (19 juin 1391) ; reg. 2247, f° 46r° (30 janvier 1404) ; reg. 2251, ffos 72v°-73r° (23 août 1407), etc. Plusieurs de ces documents ont été publiés par D. Girona Llagostera, Itinerari del rey en Martí, voir 5 novembre 1401, doc 43 bis ; 22 juin 1403, doc 50 bis et 7 décembre 1405, doc. 84.

148 D. Girona Llagostera, Itinerari del rey en Martí, 5 novembre 1401, doc. 43 bis et 22 juin 1403, doc. 50 bis. Autre commande intéressante, celle qu’adressa le roi Jean Ier pour le retour de deux nefs en partance pour l’ultramar : deux draps d’or, deux draps de soie brodés d’or, quatre draps de soie dont deux draps blancs, deux pièces de « cetony » (de l’atzeituní ?) bleu, ainsi que deux pièces de camelot (ACA, Cancelleria Reial, reg. 1961, f° 11r° [5juin 1391]).

149 Voir les termes cendat et púrpura dans le lexique de M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, pp. 263 et 400.

150 M. Balard, La Romanie génoise, t. II, pp. 826-828 ; sur l’importance des achats d’esclaves parles Barcelonais et les Majorquins auprès des Génois, voir également ibid. pp. 831-832. Sur le thème de la traite organisée par les Génois à destination du sultanat mamelouk, voir également, Charles Verlinden, « Mamelouks et traitants », dans Économies et sociétés au Moyen Âge. Mélanges offerts à Édouard Perroy, Paris, Publications de la Sorbonne, 1973, pp. 737-747.

151 Le terme mamelouk signifie en effet « esclave » et plus spécialement « esclave militaire ». Sur le système mamelouk, voir D. Ayalon, Studies on the Mamluks of Egypt ; Id., The Mamluk Military Society ; et Id., Outsiders in the Lands of Islam. Mamluks, Mongols and Eunuchs, Londres, Variorum Reprints, coll. « Collected Studies Series » (269), 1988.

152 AHPB, Reniu, Manual (juin-décembre 1426), 4 et 10 juillet 1426, (folios non numérotés).

153 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 23v°, 48r°, 62r°, 80v° et 93v° (nolis pour Alexandrie) ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 13v°1, 112r° ; et AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - novembre 1417), f° 19v°2 (commendes pour l’Égypte ou la Syrie).

154 À propos des précautions à prendre pour exploiter ces listes de tarifs stéréotypées et exhaustives, voir les développements consacrés aux exportations de métaux et de sels minéraux, supra pp. 396 et p. 399.

155 N. Iorga, Noies et extraits pour servir à l’histoire des croisades, t. I, p. 272, n. 3 ; C. Marinescu, La politique orientale, pp. 2-3 ; E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 224-225 ; et D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale », p. 1057.

156 Voir pp. 203-204.

157 À propos de cette variété d’alun, voir Claude Cahen, « L’alun avant Phocée. Un chapitre d’histoire économique islamo-chrétienne au temps des Croisades », Revue d’histoire économique et sociale, 41, 1963, pp. 435-447 ; S. D. Goitein, The Jewish Communities of the Arab World, t. I, p. 154. Alun « d’Alep » : voir M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, pp. 97 [67], 105 [71], 117 [105], etc. (tarifs douaniers de 1252 à 1298) ; sur cet alun, voir Cl. Cahen, « L’alun avant Phocée », pp. 442-443.

158 J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », pp. 171-172 ; Cl. Cahen, « L’alun avant Phocée », p. 444.

159 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9v°, 23v°, 48r°, 55v°, 62r°, 80r°, 93r° et 117r°.

160 J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », p. 171. Sur l’exploitation et le commerce de l’alun d’Asie Mineure, voir M. Balard, La Romanie génoise, t. II, pp. 769-781.

161 Il faut sur ce point entièrement revoir les lignes d’évolution dégagées par J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, p. 52, qui situent au cours de la première moitié du XIVe siècle l’apogée du commerce des épices à Barcelone, puis notent une décadence à partir du début du XVe siècle.

162 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval ; voir en particulier les graphiques p. 329.

163 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 313 et appendice C3, pp. 546-548 ; Id., « Spice Prices in the Near East in the Fifteenth Century », p. 32. Les prix de la cannelle en Égypte ne sont pas assez nombreux pour permettre de dégager des lignes d’évolution au cours de la période envisagée.

164 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 467 et appendice C4, pp. 548-549 ; Id., « Spice Prices in the Near East in the Fifteenth Century », p. 33 ; et Id., Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, p. 417.

165 Les prix des plantes tinctoriales, dont la composition parmi les importations catalanes se modifie radicalement au cours de la période 1408-1413, présentent bien une nette augmentation — surtout pour l’indigo — entre la dernière décennie du XIVe siècle et la seconde du XVe s. (E, Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 429-431) ; mais ils restent inconnus entre ces deux périodes, de sorte que l’on ne sait quand faire débuter cette hausse, et donc si elle coïncide avec les changements relevés en 1408.

166 Voir le développement consacré aux destinations des navires, p. 195. Rappelons que les données respectivement rassemblées par J. Heers et E. Ashtor à propos des commerces génois et vénitien avec le Levant montrent que durant cette période les importations de poivre venaient en priorité d’Alexandrie (dans une proportion du simple au double par rapport à la Syrie, selon E. Ashtor), tandis que celles de gingembre arrivaient essentiellement de Syrie (sous un rapport variant de 1 à 2,5, voire de 1 à 4 selon les années, par comparaison avec les approvisionnements égyptiens) : voir J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », pp. 171-172 ; et E. Ashtor « The Volume of Levantine Trade in the Later Middle Ages », p. 584.

167 Un décompte des commendes investies dans l’une de ces marchandises, pendant cette période montre que la cannelle et la laque transitaient par l’Égypte dans 60 % des cas environ, contre 40 % pour la Syrie, qui commence effectivement à être un peu moins fréquentée que l’Égypte à partir de ces années.

168 Les données rassemblées par E, Ashtor, « The Volume of Medieval Spice Trade », pour le commerce vénitien sont par exemple exprimées en sportas ou en kintârs, et non en ponts, comme dans les listes de connaissements des archives Datini (sur l’ensemble de ces termes, voir M. Balard, H. Bresc, J.-Cl. Hocquet et J. Guiral-Hadziiossif, « Le transport des denrées alimentaires en Méditerranée à la fin du Moyen Âge », pp. 109-110). Il faut par ailleurs rester prudent quant à aux valeurs totales de marchandises importées que fournit E, Ashtor dans ses tableaux (E. Ashtor, « The Volume of Medieval SpiceTrade » ; et Id., Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 264-266), puisqu’elles sont d’une part fondées sur une estimation des prix, du moins en ce qui concerne le trafic catalan, et que les données utilisées pour déterminer celui-ci sont d’autre part très incomplètes : elles ne reposent en effet que sur des recherches publiées au début des années 1980, dont aucune ne faisait véritablement le point sur ce négoce.

169 Qu’il s’agisse de navires isolés ou de convois de galées (on notera toutefois que les quantités de marchandises rapportées par les galées catalanes de 1395 étaient exceptionnellement faibles, mais vraisemblablement pour des raisons de conjoncture défavorable aux marchands du Principat ; voir supra la fin du développement consacré aux vaisseaux longs, p. 156 n. 64) ; voir J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », pp. 168, 171-172 et 185-186 ; R.-H. Bautier, « Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient, au Moyen Âge », p. 320 ; et F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, p. 184, doc. 27 (commenté par E. Ashtor, « Observations on Venetian Trade in the Levant in the XIVth Century », p. 563).

170 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 440 ; S. Y. Labib, « Egyptian Commercial Policy in the Middle Ages », p. 76.

171 Voir Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluña., t. XVII, pp. 417-418 ; cité par Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, p. 647 ; et M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, p. 88.

172 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, pp. 647-648 ; et M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, pp. 88-89.

173 Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluña, t. XVII, p. 417.

174 Voir M. Sánchez Martínez (éd.), Corts, parlaments i fiscalitat a Catalunya, doc xxvii, § 9.2.21.2 et 9.2.21.3. L’existence de tarifs différents pour les impôts perçus par la Generalitat est effectivement attestée par le registre du dret d’entrades établi par cette institution : voir ACA, Generalitat, reg. G.186.1, ffos 23v°-49r° (arrivée à Barcelone, en septembre 1404, de deux nefs venant de Beyrouth via Rhodes et la Sicile).

175 Cl. Cahen, Orient et Occident au temps des croisades, p. 133.

176 Ibid., p. 134, et Cl. Cahen, « L’alun avant Phocée », pp. 446-447.

177 Voir supra les graphiques 4 à 6 (pp. 309-311) et 10 à 13 (pp. 430-432).

178 E. Ashtor présente certes la valeur de chargements rapportés par seize navires ou groupes de galées catalans revenant d’Égypte ou de Syrie entre 1371 et 1397 (E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, tableau XVIII, pp. 196-197). Cependant, ces données doivent être considérées avec la plus grande prudence car elles résultent en fait d’une évaluation des cargaisons en dinars ; les connaissements de nefs apparaissant dans la correspondance de la firme Datini de Prato, sur lesquels elles reposent, ne fournissent en fait que des unités pondérales ou des contenants.

179 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, pp. 647-648 ; M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, pp. 88-89 ; et Cl. Cahen, Orient et Occident au temps des croisades, pp. 133-134. Cl. Carrère souligne en outre que « la vente des services que représente le recours à peu près exclusif aux bateaux nationaux sur les lignes de la Méditerranée orientale » compensait en outre, au moins partiellement, le probable déficit de la balance commerciale avec l’Égypte et la Syrie.

180 Cl. Cahen, Orient et Occident au temps des croisades, p. 134.

Notes de fin

1 Lorsqu’aucune indication n’est donnée, le retour a lieu à Barcelone.

2 Un quintal de Damas = 3 quintaux et 21 livres de Barcelone (voir l’appendice IV).

3 Les orthographes utilisées dans les différentes sources ont été respectées.

Table des illustrations

Légende Graphique 10. — Épices rapportées de Chypre à Barcelone par Joan Benet sur le navire d’en Camors le 3 janvier 1342 (prix de vente à Barcelone, en livret de Barcelone)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Graphique 11. — Épices rapportées de Chypre à Barcelone par la nef de Pere Duran en mars 1343 (prix de vente à Barcelone, en livret de Barcelone)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4454/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Graphique 12. — Épices rapportées de Chypre à Barcelone par Joan Benet (fin 1343) [valeur totale : 4.651 livres de Barcelone]. (Le tableau donne le pourcentage des différents volumes rapportés.)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4454/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Graphique 13. — Épices rapportées de Syrie par les deux nefs de Jaume Esteve, Nicolau Madrenchs et Pere Ortolà en septembre 1404
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4454/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Graphique 14 — Détail des « autres » épices (nefs de Jaume Esteve, Nicolau Madrenchs et Pere Ortolà, septembre 1404)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4454/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Graphique 15. — Pourcentage des commendes barcelonaises à destination de l’Égypte et de la Syrie à réinvestir en poivre ou en gingembre pour le voyage de retour (une même commende peut être investie en plusieurs produits)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4454/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Graphique 16. — Prix de la charge de poivre à Barcelone (1338-1350) [ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Manual de Comptes de Joan Benet (1338-1344), ffos 5v° à 120r°]
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4454/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Graphique 17. — Prix de la charge de poivre à Barcelone (1377-1400).Dates et références précises. — 1377 (24 juillet, 64,5 livres) : voir R. CONDE I DELGADO, « Las actividades y operaciones de la banca barcelonesa trecentista de Pere Descaus y Andreu d’Olivella », p. 161, n. 61. — 1382 (3 octobre, 40 livres) : voir J. HEERS, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del xv », p. 203. — 1383 (30 mars, 51 livres) : ibid. — 1383 (décembre, 54 livres) : ibid. — 1384 : ibid. — 1392 (4 décembre) : ibid. — 1394 (20 janvier) : ibid. — 1397 (24 février) : voir AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 — octobre 1397), f° 155v°. — 1400 (4 décembre) : voir J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », p. 203. Le livre de comptes de l’épicier Francesc Canes, transcrit par Caries Vela i Aulesa et couvrant les années 1378-1380, ne peut malheureusement être utilisé pour compléter cette série de prix car le poivre y est vendu au détail, c’est-à-dire à la livre, pour une valeur de 5 sous ; rapporté à une charge, ce prix atteindrait ainsi 78 livres, soit une valeur sensiblement supérieure à celles relevées précédemment. Cette différence met ainsi en évidence le bénéfice réalisé par l’épicier entre les prix d’achat en gros et de revente au détail (voir C. Vela i Aulesa, L’obrador d’un apotecari medieval segons el llibre de comptes de Francesc Canes)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4454/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Graphique 18. — Répartition des différents types de gingembre parmi les commendes à réinvestir dans cette marchandise
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4454/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Graphique 19. — Pourcentage des commendes barcelonaises à destination de Chypre, de l’Égypte et de la Syrie à réinvestir en girofle ou en cannelle pour le voyage de retour
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4454/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Graphique 20. — Pourcentage des commendes barcelonaises à destination de Chypre, de l’Égypte et de la Syrie à réinvestir en girofle ou en cannelle pour le voyage de retour (détail des années 1394-1416)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4454/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Graphique 21. — Pourcentage des commendes à destination du Sultanat à réinvestir en laque, encens ou une autre gomme-résine pour le voyage de retour (une même commende pouvait être investie en plusieurs articles)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4454/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Graphique 22. — Répartition des commendes à destination du Sultanat à réinvestir en laque ou en encens pour le voyage de retour (une même commende pouvait être investie en plusieurs articles). Détail des années 1388-1416
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4454/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Graphique 23. — Pourcentage des commendes à destination de Chypre, de l’Égypte et de la Syrie à réinvestir en sucre pour le voyage de retour
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4454/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search