Version classiqueVersion mobile

Barcelone et le grand commerce d'Orient au Moyen Âge

 | 
Damien Coulon

Deuxième partie. Les activités commerciales de Barcelone avec L'Égypte et la Syrie

Chapitre VI

Les produits du commerce : les exportations

Texte intégral

1L’analyse des produits proposée dans le présent chapitre est avant tout centrée sur leur commercialisation. L’étude approfondie de leur production dépasse en effet le cadre de cette recherche et, surtout, les sources utilisées ne permettent guère de détailler cet aspect. Cependant, on y aura bien sûr occasionnellement recours pour expliquer les préférences des marchands catalans parmi plusieurs variétés d’une même marchandise.

  • 1 Les sources fiscales les plus intéressantes pour cette recherche sont le registre du dret d’eixides (...)
  • 2 Rappelons par exemple que près du quart des commendes (soit près de 500 contrats) sont investies «  (...)

2L’étude des biens commercialisés repose en outre surtout sur les informations fournies par les contrats de commendes (et les assurances, à la fin de la période considérée, ainsi que par les rares sources fiscales à notre disposition1). Les données recueillies sont donc lacunaires, puisque tous les produits échangés n’ont pas nécessairement fait l’objet d’actes notariés, que la distribution des contrats dans le temps n’est pas homogène et que, dans bien des cas, les accords écrits ne permettent pas d’identifier les marchandises2. Les exemples de chiffres qui seront avancés doivent donc être interprétés comme des minima, des échantillons précis mais limités de marchandises, à partir desquels on tentera de reconstituer à grands traits la composition, le volume, la valeur et l’évolution des échanges.

  • 3 Voir supra, pp. 196-199.

3La question des destinations réelles des denrées expédiées doit aussi être soulevée, puisque dans la plupart des commendes, plusieurs lieux de débarquement possibles sont prévus au cours du voyage. Ces étapes commerciales sont, on l’a constaté lors de l’étude des parcours maritimes, assez peu nombreuses et toujours les mêmes : la Sicile, tout au long de la période considérée ; ainsi que l’île de Chypre, relayée par celle de Rhodes, à partir du début du XVe s. Si la part exacte des produits expédiés qui gagnaient réellement les rivages du Levant ne peut bien sûr être déterminée avec précision, on se souvient qu’une estimation avait cependant pu être avancée lors de l’étude des parcours suivis par les navires : les deux tiers environ des marchandises atteignaient vraisemblablement l’Égypte et la Syrie, tandis que le tiers restant était débarqué lors de ces escales commerciales3. Cette estimation ne reposant toutefois que sur des données datant de la fin du XIVe et du début du XVe siècle, il n’est pas inutile de rappeler cette autre limite documentaire avant d’aborder l’étude détaillée des denrées commercialisées.

  • 4 La nef de Bartomeu Amar avait été attaquée parle Génois Pietro Re et, compte tenu du contexte de pa (...)

4La détermination des prix fait également difficulté puisque dans la plupart des commendes investies en plusieurs produits seule leur valeur globale est consignée, ce qui empêche de connaître le montant de chaque marchandise, séparément. À ce manque de précision s’ajoute encore le problème de l’inclusion du prix du transport, autrement dit du nolis des produits, dans les sommes confiées en commende — de surcroît, ce coût du nolis n’est pas toujours intégralement compris dans la somme confiée en commende, mais seulement la moitié ou le tiers. Les indications de prix sûres sont donc peu nombreuses et seules les denrées les plus commercialisées peuvent faire l’objet de listes significatives et de schémas d’évolution. Cela dit, la valeur des articles exportés reste le moyen de comparaison le plus fiable pour déterminer la part de chacun dans les échanges entre Barcelone et le Levant et pour les hiérarchiser. En effet, les quantités de marchandises confiées en commende sont le plus souvent exprimées en des unités si variées qu’elles empêchent toute possibilité de comparaison : les tissus sont comptés par draps ou par balles (contenant généralement six à sept draps) ; le corail en caisses ou au poids (mais celui-ci n’est pas systématiquement mentionné) ; le miel et l’huile, en jarres ou au poids, etc. En fait, seuls quelques rares cas de cargaisons échappent à ces limites, grâce au complément d’autres sources — fiscales, pour la galée de Gherardo de Doni en 1407, ou pour cet inventaire de cargaison dressé à Barcelone, après l’attaque de la nef qui la transportait le 21 février 1416 à Famagouste, pour permettre de répartir des dédommagements4. Ici rassemblés sous forme de graphiques et de tableaux, ils n’ont pas d’autre prétention que de fournir quelques exemples précis de chargements de navire — à coup sûr incomplets — et restent à considérer avec les précautions qui s’imposent (tous les prix sont exprimés en livres de Barcelone).

Tableau 33. — Valeur des marchandises chargées sur les deux coques de Pere Venrell, Bernat Simon et Pere Sa Sala, pour Beyrouth ; sur la coque de Guillem Olivela, pour Chypre ; et sur la coque de Guillem Sa Riera et Pere Comte, pour Alexandrie, entre 1334 et 1342, d’après les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila

Marchandises

Sommes

%

Draps catalans

3.204,7

25

Draps français et flamands

2.632,5

20,5

Chanvre

165,15

1,3

Peaux

2.096,2

16,3

Métaux

949,6

7,4

Argent

831,75

6,5

Corail et ambre

679,6

5,3

Safran

369,5

2,9

Gerfauts

994,9

7,8

Miel et noisettes

684

5,3

Divers

227,65

1,8

Total des sommes

12.835,55

100

Source.
J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », ffos 148r°-157r°. Les comptes de la compagnie font apparaître des marchandises qui ne lui appartenaient pas et qui ont été incluses dans ce graphique, puisqu’elles ont aussi été chargées sur ces quatre navires vers les mêmes destinations

Graphique 4. — Valeur des marchandises chargées sur les deux coques de Pere Venrell, Bernat Simon et Pere Sa Sala, pour Beyrouth ; sur la coque de Guillem Olivela, pour Chypre ; et sur la coque de Guillem Sa Riera et Pere Comte, pour Alexandrie, entre 1334 et 1342, d’après les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila

Tableau 34. — Valeur des marchandises chargées sur la galée marchande de Gherardo de Doni, partie en août 1407, pour Rhodes, Chypre et Beyrouth

Marchandises

Sommes

 %

Draps catalans

4.454,25

55,9

Autres draps et tissus

608,91

7,6

Peaux

533

6,1

Corail

1.661

20,9

Objets en argent

255

3,2

Miel

292

3,7

Divers

162,68

2

Total des sommes

7.966,84

100

Sources.
AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), ffos 32r°-35r° ; AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), ffos 38v°-42r° ; et ACA, Generalitat, reg. 186.1bis, ffos 100r°-114v°

Graphique 5. — Valeur des marchandises chargées sur la galée marchande de Gherardo de Doni, partie en août 1407 pour Rhodes, Chypre et Beyrouth

Tableau 35. — Valeur des marchandises chargées sur la nef de Bartomeu Amar, partie en décembre 1415 pour Rhodes, Chypre et Beyrouth

Marchandises

Sommes

 %

Draps catalans

8.837

65

Corail

3.385

24,9

Divers alimentaire

1.024

7,5

Autres

352

2,6

Total des sommes

13.598

100

Source. Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V

Graphique 6. — Valeur des marchandises chargées sur la nef de Bartomeu Amar, partie en décembre 1415 pour Rhodes, Chypre et Beyrouth

I. — Les produits textiles

Les draps de Catalogne et des régions voisines

  • 5 La draperie au Moyen Âge, pp. 12-24.
  • 6 Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », p. 480 ; C. Batlle i Gallart (...)

5Sous cette appellation, ou sous celle de productions du « croissant drapier du Nord-Ouest méditerranéen », empruntée à D. Cardon5, seront rassemblés les draps de Catalogne, du Roussillon, du comté de Foix et du Royaume de Valence, qui présentent des caractéristiques relativement homogènes et qu’il convient évidemment de distinguer des autres grands foyers de production textile médiévale que sont les comtés de Flandre, de Champagne et les différents centres italiens. Rappelons par ailleurs qu’un drap est une étoffe de laine d’une longueur variable, qui à Barcelone pouvait atteindre une trentaine de mètres à l’ourdissage, soit 18,5 cannes (entre 23 et 27 m au tendage), tandis que sa largeur était d’environ deux mètres voire parfois davantage6.

a) Essai d’évaluation des volumes exportés

  • 7 E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, p. 147.
  • 8 Voir les graphiques 4-6, ainsi que l’appendice II, pp. 800-823.
  • 9 Le taux exact est de 54,85 % ; le total des commendes investies en draps de Catalogne et des région (...)

6« De Cathelogne et de Barselonne s’en tire moult de marchandise. Premièrement draps de laine de trois manières : barsolonois, cathelanois et perpignan ». C’est en commençant par ces articles qu’Emmanuel Pilori présente les nombreux produits catalans vendus en Égypte7. Les quantités exportées paraissent en effet considérables : pas un seul navire dont on possède quelques détails du fret n’est parti pour la Méditerranée orientale sans ces tissus au cours des XIVe et XVe siècles, et dans la majorité des cargaisons connues ils arrivent en tête, parfois très largement8. Enfin, les draps de Catalogne et des régions voisines apparaissent dans près de 55 % des commendes mentionnant des marchandises d’exportation vers le Sultanat, sur un échantillon de 1.455 contrats échelonnés entre 1349 et 14359.

  • 10 Voir graphique 6, p. 311.

7Cependant, malgré l’évidence de ce constat d’abondance, il est bien difficile de fixer avec précision le nombre de pièces de tissus généralement embarqué à bord des navires. La documentation ne permet en fait de fixer que des seuils assez éloignés. D’un côté, nous possédons quelques exemples de volumes chargés sur différents navires, connus en particulier grâce aux commendes et qui, s’ils constituent des records, ne sont en fait que des minima puisque cette documentation reste par définition incomplète : la nef de Gherardo de Doni, partie en novembre 1400, emportait près de 700 draps catalans d’après les contrats conservés ; celle de Pere Saragossa et Francesc Sa Rovira (octobre 1404), plus de 830. Le cas de la nef de Bartomeu Amar, pour lequel un inventaire du chargement a été dressé10 nous fournit un cas d’étude remarquablement plus complet que les autres. Le nombre des draps embarqués y était supérieur à 1.100 ; en valeur, ils atteignaient 65 % du chargement (pour un total de 13.600 livres). Mais ces données sont-elles représentatives ?

  • 11 Selon D. Duran i Duelt, l’expression pourrait désigner le bras de mer séparant l’île de Cythère et (...)
  • 12 Manual de Novells Ardits, p. 46.
  • 13 Cortes de los antiguos remos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluña, t. XVII, p. 417 (Cor (...)

8Car des chiffres bien supérieurs sont aussi avancés. Les annales du Manual de Novells Ardits mentionnent, à la date du 24 octobre 1394, les biens volés à bord du navire de Nicolau Pujades lors de l’attaque de celui-ci par le Génois Andrea Lomellino « en la boca del Citriy o al comensament del Arcepelech »11. En tête de la liste figurent 935 balles de draps, ce qui équivaut, sur la base d’une moyenne de six à sept draps par balle, à un total compris entre 5.610 et 6.545 pièces12. Mais le chiffre a pu être exagéré pour mieux souligner l’ampleur des dommages subis. Une quarantaine d’années plus tard, Lluís Sirvent, qui désirait obtenir le prêt des galées de la Generalitat, évaluait à 80.000 livres le prix total des marchandises embarquées par un seul de ces bâtiments pour le Levant ; sa cargaison pouvait être composée pour moitié de draps catalans, selon l’homme d’affaires13. Nous verrons plus loin que le prix moyen des draps catalans peut être évalué à sept à huit livres de Barcelone, ce qui nous ramène donc aussi à un total de 5.000 à 5.700 draps. Mais dans ce cas également, il est vraisemblable que Lluís Sirvent ait forcé les chiffres afin de persuader les députés de la Generalitat de la rentabilité d’un tel voyage — les impôts prélevés sur les marchandises embarquées devant permettre de compenser les dépenses occasionnées par le prêt des galées.

  • 14 Pour les données fournies par des sources fiscales, les plus précises et relativement sûres, voir R (...)
  • 15 De son côté, Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 638, n. (...)
  • 16 La part des draps y est parfois inférieure à 65 %, il est vrai (voir des exemples fondés sur des do (...)
  • 17 L’exportation est en effet le principal débouché des draps (Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne (...)

9Quelques exemples non catalans fournis par d’autres études consacrées aux relations avec le Proche-Orient, bien qu’indiquant des quantités de draps assez variées, restent cependant très en retrait par rapport aux 935 balles signalées par le Manual de Novells Ardits ou aux déclarations de Lluís Sirvent, à l’évidence exagérées14. Ils nous ramènent ainsi à des proportions comparables à celles déduites des commendes ou de l’inventaire de la nef de Bartomeu Amar. On peut donc considérer qu’un navire catalan emportait en moyenne environ mille draps vers l’Égypte ou la Syrie15. Ce nombre est indirectement confirmé par la plupart des autres exemples de cargaisons, certes moins complets mais qui révèlent des pourcentages de draps comparables à ceux que nous avons présentés dans les tableaux 34-35 et les graphiques 5-6 (pp. 310-311)16. Dans les dernières années du XIVe s. et les premières du XVe siècle, alors que le nombre de vaisseaux partis de Barcelone vers Beyrouth et Alexandrie atteignait voire dépassait la dizaine par an, c’est vraisemblablement par milliers que les draps catalans ont été débarqués sur les marchés du Proche-Orient mamelouk. On mesure ainsi plus concrètement l’ampleur du débouché que représentait cette destination, pour un produit qui constituait de très loin la première des marchandises commercialisées par les Catalans17.

10Or, les exportations de draps catalans et des régions voisines étaient encore amplifiées par le trafic des autres nations marchandes. La plupart des manuels de commerce italiens et les listes de tarifs de marchandises de la compagnie Francesco Datini de Prato rappellent en effet régulièrement qu’ils constituaient des produits courants sur les marchés orientaux et qu’il était donc avantageux pour des marchands italiens d’exporter du drap catalan (voir tableau 36, p. 315).

  • 18 J. Day, Les douanes de Gênes, pp. 232, 663, 674, 821 et 873 (total de 22 balles de draps catalans e (...)

11La régularité et l’abondance de ces mentions dans des sources dont l’objectif était de recommander la vente de certains articles prouvent que les draps catalans constituèrent un produit de réexportation habituel pour les marchands de nombreuses cités italiennes tout au long des XIVe et XVe siècles. Le fait mérite d’autant plus d’être souligné que ceux-ci écoulaient également et avant tout les produits textiles de Lombardie, de Vénétie ou de Toscane — pour ne citer que les plus connus —, qu’il leur était plus facile d’acquérir et dont la qualité était très renommée. De plus, les négociants italiens s’étaient en outre aussi spécialisés de longue date dans la réexportation des draps de Flandre et de Brabant, eux aussi de grande valeur. Il ne fait donc pas de doute que s’ils s’intéressaient aux tissus catalans, c’est que ces derniers constituaient également des produits appréciés sur les marchés du Levant. Mais s’il est déjà bien délicat de fixer des quantités précises pour les exportations barcelonaises, il va sans dire que la tâche est encore plus ardue pour les volumes transportés par les négociants italiens, compte tenu de la multiplicité des sources dont nous disposons. On se bornera donc à renvoyer à quelques références, montrant que la liste précédente ne constitue pas une série d’indications purement théoriques18.

Tableau 36. — Exportations de draps catalans signalées dans la documentation italienne

Types de sources

Origine des draps commercialisés

Lieux de commercialisation

Dates

Manuel de commerce de F. B. Pegolottia

Perpignan, Banyolesg ( ?), Valence, Narbonne et Carcassone

Famagouste

Vers 1340

Listes de prix de la compagnie Datinib

Barcelone, Perpignan et Villefranche de Contient

Damas

Novembre 1379, septembre 1386, octobre 1394 et août 1395

Manuel de commerce de Saminiato de’ Riccic

Catalogne

Damas

1396

Liste de prix de la compagnie Datinid

Catalogne

Alexandrie

Février 1396

Manuel de commerce de G. A. Da Uzzanoe

Sant Mateu

Damas et Alexandrie

1442

Manuel de commerce de G. L. Chiarinif

Barcelone

Damas

1458

a F. B. Pegolotti, Pratica della mercatura, p. 79.
b E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge », pp. 333-334 ; F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, p. 318 ; et Id., Aspetti della vita economica medievale, p. 384.
c S. de’ Ricci, Il manuale di mercatura di Saminiato de’ Ricci, p. 121.
d E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge », p. 334.
e G. di A. Da Uzzano (coord.), La pratica della mercatura, pp. 110 et 114.
f G. di L. Chiarini, Libro di mercatantie et usanze de’ paesi, p. 73
g A. Evans, l’éditeur de la Pratica, a identifié avec réserve la ville de « Bagnuolo » avec la localité de Bagnols-sur-Cèze, dans l’actuel département français du Gard (ibid., p. 397) ; il pourrait en fait s’agir de la ville catalane de Banyoles, dont la production de drap est attestée depuis 1271 et dont les draps apparaissent régulièrement dans les tarifs de nolis (M. Gual Camarena, « Para un mapa de la industria textil hispana en la Edad Media », p. 125 « Bañolas »)

  • 19 É. Baratier et F. Reynaud (coord.), De 1291 à 1480, p. 245, et appendice (1385, 1389-1390) ; E. Ash (...)

12De surcroît, en dehors des Catalans, les Italiens n’étaient pas les seuls à s’intéresser à la draperie du Principat et des régions voisines. En effet, des Marseillais exportaient aussi des draps de Perpignan vers Alexandrie à la fin du XIVe siècle, pour ne citer que cet exemple19.

  • 20 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 153-154.
  • 21 A. Raymond et G. Wiet (éd.), Les marchés du Caire, p. 169 ; également cité par E. Ashtor, « L’expor (...)

13Si l’on ajoute donc les exportations de draps catalans effectuées par les Italiens et les Provençaux à celles assurées par les Catalans, on mesurera que les quantités parvenues sur les marchés d’Égypte et de Syrie durent atteindre des proportions considérables. E. Ashtor, se fondant sur les archives de la compagnie Datini, affirme précisément que les draps catalans arrivaient en tête des exportations textiles occidentales vers le Proche-Orient, à cette époque20. Enfin, le chroniqueur égyptien al-Maḳrīzī confirme bien, par ses témoignages, l’existence d’importations en « quantités inimaginables » dans son pays à partir du début du XVe siècle21.

b) Évolution de la commercialisation des draps vers le Levant

  • 22 D’une part, la révolte des villes drapantes de Flandre contre le roi de France Philippe le Bel frei (...)
  • 23 C. Batlle i Gallart et alii, La ciutat consolidada, p. 165. Toutefois, à Valence, la présence musul (...)

14Telle était du moins la situation à la fin du XIVe s. et au début du XVe siècle. Mais depuis quand les draps catalans s’étaient-ils imposés sur les marchés de Méditerranée orientale et combien de temps cette tendance s’est-elle maintenue ? En fait, cette activité textile était alors assez récente en Catalogne ; l’apparition de nouveaux conflits en Europe occidentale à la fin du XIIIe s. et du début du XIVe siècle avait en effet provoqué une brusque limitation de certaines importations jusque-là traditionnelles en Catalogne et y avait ainsi entraîné le développement d’une industrie locale22. On peut suivre un mouvement de création des centres textiles, du nord vers le sud, qui n’atteignit Barcelone qu’au tout début du XIVe siècle. La Cité Comtale ne devait d’ailleurs être dotée d’une organisation corporative qu’aux environs de 131723.

  • 24 R.-H. Bautier, « Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient au Moyen Âge », p (...)
  • 25 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 37, 55, 58 et 79.
  • 26 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », ffos (...)
  • 27 Auxquelles doivent s’ajouter cinquante autres draps de Belpuig et de Puigcerdà, non distingués, pou (...)
  • 28 AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), ffos 80v°, 82v°-83v°, 93r°, 98r° et 100v°-101r°.

15Il n’est cependant pas aisé de reconstituer les débuts de ce trafic vers l’Orient car les informations relatives à la première moitié du XIVe siècle sont rares. Un manuel florentin anonyme signale toutefois, aux environs de 1315, la commercialisation de draps de Perpignan et du Languedoc en mer Noire24. Puis, vers 1340, Francesco B, Pegolotti relève la vente des mêmes tissus, ainsi que de ceux de Valence, à Constantinople, en Asie Mineure et à Famagouste, ce qui prouve qu’un courant d’exportation plus ou moins régulier existait alors vers ces destinations25. De fait, les premières mentions concrètes de draps catalans et valenciens destinés au Levant sont fournies par les comptes de la puissante compagnie de Pere de Mitjavila, entre 1334 et 134226. Ces textiles s’y classent déjà au premier rang des marchandises exportées, avec en particulier 280 pièces de Belpuig (pour une valeur de près de 1.870 livres) et 130 de Valence (coûtant 500 livres), à destination de Chypre et d’Alexandrie27. Enfin, les premières listes de commendes barcelonaises attestent pour mai 1349 l’exportation vers Famagouste et Beyrouth d’au moins 210 draps de Barcelone et 200 draps de Valence28.

16En un laps de temps assez bref, la production catalane parvenait donc à s’imposer sur les marchés du Levant malgré la concurrence et la diffusion ancienne des autres draps occidentaux, dont la réputation n’était plus à démontrer. Ce constat confirme au passage que les relations de la Catalogne furent relativement soutenues avec l’Égypte et la Syrie, au cours de la première moitié du XIVe siècle, malgré les interdictions pontificales vigoureusement réaffirmées. Il témoigne en tout cas d’une percée commerciale remarquable.

  • 29 Voir en particulier les graphiques 5 (p. 310) et 6 (p. 311).
  • 30 H. Bresc, « La draperie catalane au miroir sicilien », pp. 108-111.
  • 31 E. Ashtor, « Les lainages dans l’Orient médiéval », p. 669.

17Par la suite, comme on l’a vu, la part des draps augmenta encore jusqu’à dominer complètement les exportations catalanes en direction de la Méditerranée orientale, au moins à partir des années 139029. Cette situation d’hégémonie se maintint jusqu’à la coupure de la guerre civile catalane, entre 1462 et 1472. En somme, l’évolution des exportations de draps catalans vers le Levant est assez parallèle à celle que H. Bresc a déjà décrite en direction du marché sicilien, à cette nuance près que leur commercialisation en Méditerranée orientale paraît bien plus solidement enracinée au XIVe siècle qu’elle ne l’était alors en Sicile30. Ainsi, la « nette distinction » qu’E. Ashtor entendait tracer, dans le domaine des exportations textiles occidentales vers le Levant, entre la deuxième moitié du XIIIe s. et le XIVe siècle, d’une part, et le XVe s. et le début du XVIe siècle, d’autre part, perd de sa pertinence, tout au moins d’après le mouvement des exportations catalanes31.

c) Qualité et prix des draps du croissant nord-ouest méditerranéen

  • 32 Federigo Melis, « La diffusione nel Mediterraneo occidentale dei panni di Wervicq c delle altre cit (...)

18Les sources utilisées pour la présente recherche montrent bien que les prix des draps catalans — et sans doute aussi leur qualité — étaient moyens, voire médiocres en comparaison avec ceux de Flandre, de Brabant ou d’Italie, ce qui confirme les conclusions d’autres études : F. Melis, qui s’était fondé sur le témoignage des lettres de la compagnie Datini, était en effet parvenu à établir une claire hiérarchie des valeurs des draps dans les principaux ports de la couronne d’Aragon, reposant sur des échantillons suffisamment nombreux et donc bien représentatifs32, comme le résume le tableau ci-dessous.

Tableau 37. — Prix moyens des draps de différents centres d’Europe occidentale sur les places de Barcelone, Majorque et Valence (1393-1410) [prix exprimés en florins de Florence] (d’après F. Melis)

Draps

Prix moyens

Perpignan

13,62

Barcelone

9,66

Majorque

10,85

Sant Mateu

5,81

Valence

9,33

Wervik-Courtrai

28,23

Malines

48,38

Florence

64,43

  • 33 Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », pp. 482 et 491.
  • 34 Les contrats de nolis reflètent également cette nette différence de valeur : celui du 2 décembre 13 (...)
  • 35 E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge (...)

19Les mêmes écarts peuvent être déduits de la documentation barcelonaise : les draps catalans y ont une valeur unitaire moyenne d’environ sept à huit livres, confirmée par d’autres recherches33 ; c’est évidemment bien peu à côté des draps flamands, brabançons ou florentins, dont les prix dépassent tous vingt livres34, pour en atteindre quarante dans certains cas. On pourra certes faire remarquer que le coût de leur transport de la zone de fabrication vers la Catalogne accroissait la différence de valeur avec les tissus catalans produits sur place ; mais si l’on examine les prix de l’ensemble de ces tissus sur les marchés du Levant, on constatera que cette différence sensible y apparaît aussi nettement, comme en témoigne le tableau 38 ci-dessous, compilé à partir des données rassemblées par E. Ashtor pour la cité de Damas35 :

Tableau 38. – Prix de draps de différents centres occidentaux, à Damas (exprimés en ducats de Venise) [d’après E. Ashtor]

Dates

Origine des draps

Barcelone

Puigcerdà

Perpignan

Wervik

Malines

Florence

1386

9,7

35-54

1394

12

225-45

1395

12

12,5

14-17,3

19,2

38,5

43,3

  • 36 H. Bresc, « La draperie catalane au miroir sicilien », pp. 116-117. Les exemples de prix des draps (...)

20Cet échantillon, certes très limité dans le temps et quant à la variété des draps, correspond cependant bien aux séries chiffrées, beaucoup plus étendues, fournies par H. Bresc pour le marché sicilien : les draps catalans s’y classent également derrière ceux Florence, de Flandre et d’Angleterre. Seuls les tissus languedociens y ont une valeur équivalente à ceux de Catalogne36.

  • 37 Voir infra, pp. 400, 407 et 412.

21Cela dit, il faut également relativiser cette valeur modérée des draps catalans, caria comparaison avec les autres produits couramment importés de cette région montre qu’il s’agissait d’un article plus cher que l’antimoine, la plupart des peaux ou les denrées alimentaires, dont le quintal valait souvent bien moins de sept ou huit livres37. Les draps occupaient donc un échelon intermédiaire dans la gamme des marchandises commercialisées par les Catalans.

  • 38 H. Bresc, « La draperie catalane au miroir sicilien », p. 118.
  • 39 A. Raymond et G. Wiet (éd.), Les marchés du Caire, p. 169 ; et E. Ashtor, « L’exportation des texti (...)
  • 40 E. Ashtor, « Les lainages dans l’Orient médiéval » ; et Id., Levant Trade in the Later Middle Ages. (...)

22Leur prix modeste, signe d’une qualité très ordinaire, n’est pas contradictoire avec le succès qu’ils rencontraient sur les marchés de Méditerranée orientale et de Sicile. C’est en fait dans ce paradoxe apparent que réside la clef de l’explication : il s’agit d’un produit moyen, destiné à l’ensemble de la population, et sa très large diffusion est liée au développement d’une consommation de masse en Égypte et en Syrie ainsi que dans d’autres places commerciales méditerranéennes. À la lumière de ces caractéristiques, on s’explique mieux la part prépondérante prise par les draps catalans malgré l’exportation déjà ancienne des produits textiles italiens ou flamands de très grande qualité. Le marché sicilien reflète d’ailleurs également les mêmes tendances au XVe siècle38. Au Proche-Orient, cet engouement pour des articles de qualité moyenne et de prix modéré serait dû au coût devenu excessif des habits manufacturés sur place, selon le témoignage d’al-Maḳrīzī39. Les marchands catalans — mais aussi italiens — auraient donc profité de l’occasion pour vendre en grand nombre des draps dont la valeur devait être inférieure à celle des tissus fabriqués en Égypte et en Syrie40.

  • 41 En outre, lorsque les tarifs de nolis sont inclus dans la valeur des marchandises confiées en comme (...)
  • 42 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, pp. 668-669 et tableau (...)

23La question de l’évolution des prix reste quant à elle très délicate à déterminer, compte tenu des difficultés déjà signalées à ce sujet dans l’introduction du présent chapitre41. À celles-ci s’ajoute le problème de la diversité des draps commercialisés, en fonction de leur lieu d’origine, des procédés précis de fabrication et de leur couleur, éléments qui influaient tous sur la valeur du produit, mais qui ne sont qu’exceptionnellement précisés dans la documentation commerciale. Force est donc de renoncer à distinguer des mouvements de prix à court ou moyen terme. Tout au plus peut-on constater, en s’appuyant sur d’autres recherches, un lent mouvement de baisse des prix des draps catalans entre le dernier tiers du XIVe s. et le milieu du XVe siècle42, ce qui renforçait leur compétitivité sur les marchés du Levant.

24À Barcelone, enfin, ces faibles prix ne restèrent sans conséquences sur l’attitude des marchands : ils permirent en effet la participation de modestes individus au trafic avec la Méditerranée orientale ; car nombreux étaient ceux qui parvenaient à investir une cinquantaine de livres dans une balle de six à sept draps, comme en témoigne la répartition des commendes et des assurances par nombre de pièces (voir le graphique 7 ci-dessous), qui révèle une flagrante disproportion en faveur des contrats limités à moins de onze draps (477 contrats sur un échantillon de 792, pour lesquels un nombre de draps est précisé, soit 77,7 %). La commendc investie en une balle de draps catalans constitue donc le prototype même du contrat barcelonais à destination du sultanat mamelouk aux XIVe et XVe siècles. C’est également là un facteur à ne pas négliger pour expliquer l’ampleur de ces exportations.

Graphique 7. – Répartition, selon le nombre de draps, des contrats barcelonais de commende et d’assurances

  • 43 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 514-522.
  • 44 Voir supra, pp. 257-256.
  • 45 N. Coll i Julià, « Una compañía barcelonesa para el comercio de paños », pp. 382-387. Sur le rôle l (...)

25Cependant, l’abondante participation de marchands modestes au commerce des draps vers le Levant est aussi l’indice d’un rôle mineur dévolu aux importantes compagnies pourtant évoquées par Cl. Carrère dans le domaine textile barcelonais43. Cette caractéristique, déjà mise en évidence lors de l’étude des associations commerciales44, est également confirmée par les recherches de N. Coll i Julià consacrées à la compagnie Lobera et Junyent : sur l’ensemble des activités de cette dernière, les relations avec le sultanat mamelouk tiennent bien peu de place — à peine quatre commendes concentrées entre 1404 et 1411 — en comparaison avec l’intense trafic d’importation entretenu avec la Flandre, où les associés disposèrent de facteurs permanents jusqu’en 146745.

26Ces constats sont essentiels non seulement pour caractériser les exportations textiles de Barcelone vers le Levant, mais aussi pour discuter la thèse d’E. Ashtor expliquant le succès commercial des draps occidentaux dans cette région par le retard technologique de la production proche-orientale. D’après E. Ashtor, en effet, un des facteurs les plus importants « pour le grand développement des draperies en Occident était la fusion des petits tissages en de grandes entreprises », car leur « développement avait pour conséquence le progrès technologique ou du moins l’introduction d’innovations à l’échelle commerciale. » Or, l’exemple catalan prouve que cet avantage n’est pas aussi décisif, puisque l’expédition en très grand nombre de draps de laine vers le sultanat mamelouk n’intéresse pas, ou très modérément, ces grandes compagnies. E. Ashtor invoque également la meilleure qualité des matières premières utilisées en Occident, tout particulièrement dans le cas catalan :

  • 46 E. Ashtor, « Les lainages dans l’Orient médiéval », pp. 682-684.

Les produits de la draperie catalane étaient longtemps de qualité inférieure jusqu’à ce qu’on commençât, au milieu du XVe siècle, à importer de la laine anglaise46.

  • 47 Elle aurait précisément transité par cette région avant de parvenir en Occident ; elle est de fait (...)

27Or, nous avons bien constaté — et E. Ashtor le signale lui-même ailleurs — que le succès de la draperie catalane sur les marchés du Levant est bien antérieur à cette date. Si nos sources barcelonaises ne nous permettent évidemment pas d’établir une comparaison avec la production textile d’Égypte et de Syrie, elles contredisent en revanche clairement la thèse du retard technologique oriental telle qu’elle est développée par E. Ashtor. Notons enfin que les récentes recherches de D. Cardon tendent également à confirmer cette remise en cause puisque la roue à filer, l’un des principaux instruments ayant permis de substantiels gains de productivité dans le domaine textile en Occident, était dès le XIIIe siècle également connue au Proche-Orient47.

d) Les différents types de draps catalans et leur origine

  • 48 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 408 ; et Id., « La d (...)
  • 49 Mais l’expression « draps de la terra » existait depuis le XIIIe siècle (M. Gual Camarena, Vocabula (...)
  • 50 Voir à la page suivante, les données chiffrées précises du tableau 39, pp. 324-327.

28C’est par les expressions commodes de « draps du croissant drapier du Nord-Ouest méditerranéen » ou de « draps de Catalogne et des régions voisines » que ces produits ont jusqu’ici été désignés. Ces termes sont évidemment trompeurs, puisqu’ils masquent la grande diversité qui se cachait derrière ces tissus. Cl, Carrère a pour sa part déjà bien montré que les commendes barcelonaises constituaient des instruments fort inadaptés pour connaître avec précision l’origine des draps catalans commercialisés48. De fait, l’expression la plus souvent employée par les notaires est celle de draps « de la terra », qui désigne de façon générique les tissus de laine de Catalogne, ce qui témoigne d’une volonté de simplifier les écritures pour des produits de provenance variée et commercialisés en très grand nombre, mais qui empêche évidemment d’identifier les centres drapiers. Parmi les commendes à destination de la Méditerranée orientale, l’expression apparaît pour la première fois au début des années 138049. Faut-il y voir le signe d’une recrudescence des exportations de draps catalans ? Elle allait en tout cas connaître un vif et durable succès, comme en témoignent les données du tableau 39 (voir pp. 324-327). Si l’on y ajoute les draps dont l’origine n’est pas mentionnée, c’est un peu plus de 77 % de l’échantillon de textiles catalans qui échappe ainsi à toute possibilité d’identification50. Cette remarque permet de mesurer combien les informations tirées des 23 % restants sont lacunaires et partielles. Et de fait, leur exploitation livre des résultats au premier abord surprenants, rassemblés dans le tableau tableau 39 (pp. 324-327) [les centres de production sont classés géographiquement du nord au sud et d’ouest en est].

  • 51 La définition précise de l’expression draps de la terra donnée par Cl. Carrère et généralement adop (...)
  • 52 Les premiers ont été utilisés par Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècl (...)

29Ces données font apparaître une nette disproportion en faveur des centres de production les plus septentrionaux : Villefranche de Confient, Perpignan, Ax-les-Thermes et Puigcerdà. Ces quatre centres, qui totalisent près de la moitié des draps dont l’origine est connue (soit 47,5 % du total), talonnent donc Barcelone. En fait, la suprématie de la Cité Comtale est seulement due au résultat exceptionnel et isolé enregistré pour l’année 1349 — sans lui, la production barcelonaise se classerait derrière celles de Villefranche de Confient et de Perpignan. Une telle répartition s’explique par le fait que l’expression draps « de la terra » incluait le plus souvent la production barcelonaise — contrairement à la définition proposée par Cl. Carrère —, mais ne s’appliquait pas aux draps du Roussillon et de la Cerdagne51. On obtient ainsi, pour ces foyers septentrionaux de la draperie, un échantillon de données certainement assez représentatif. En revanche, pour le reste du Principat, les quantités exportées apparaissent insignifiantes et l’on mesure ici combien nos documents commerciaux reflètent mal la multiplicité et le dynamisme des centres de production catalans, dont témoignent en revanche les documents fiscaux du dret de la bolla ou encore ceux qui émanent des corporations municipales, par exemple52.

  • * Les pourcentages sont calculés seulement pour les draps dont l’origine précise est connue, soit sur (...)

Tableau 39. — Origine des draps exportés vers l’Égypte et la Syrie, d’après les contrats de commendes et d’assurances barcelonais*

Dates

Types de draps

Total

Draps (panni)

Draps de la terra

Ax-les-Thermes

Villefranche de Conflent

Perpignan

La Seu d’Urgell

Pingcerda

Cerret

Sant Llorenç

Bagà

Berga

Ripoll

Olot

Banyoles

Gérone

Barcelone

Vilafranca del Penedès

Sant Mateu

Valence

1347-1349

173,5

210

200

583,5

1370-1374

8,5

12

20,5

1375-1379

152

14

15

181

1380-1384

10,5

28

7

45,5

1385-1389

6

50

26

12

2

24

120

1393

86

86

1394

33

193

9

47

6

6

12

306

1395

4

557

42

603

1396

44

1 026

24

2

1.096

1397

17

458

21

30

6

18

550

1398

4

429

7

21

461

1399

66

98

3

167

1400

1.050

58

1.108

1402

100

144

7

251

1403

7

990

24

12

12

21

1.066

1404

14

1.190

64

26

47

120

8

4

14

1.487

1405

21

332

20

l

7

4

7

7

399

1406

54

260

19

10

2

14

 

359

1407

17

187

1

3

21

49

21

308

1408

49

10

21

7

7

7

35

136

1409

70

164

100

128

18

4

49

46

23

602

1411

111

218

14

7

350

1412

12

12

1413

100

68

21

189

1414

24

224

37

10

105

50

450

1415

1

123

20

8

8

160

1416

31

71

14

14

150

1417

10

10

1418

30

37

40

107

1419

7

13

7

27

1423

32

60

4

14

14

50

174

1424

71

71

1425

172

50

50

272

1428

42

106

50

8

17

5

228

1429

182

256

8

31

10

487

1430

24

24

1435

144

52

12

10

18

24

260

Types de draps

Draps (panni)

Draps de la terra

Ax-les-Thermes

Villefranche de Conflent

Perpignan

La Sen d’Urgell

Pingcerda

Cerret

Sant Llorenç

Bagà

Berga

Ripoll

Olot

Banyoles

Gérone

Barcelone

Vilafranca del Penedès

Sant Mateu

Valence

Total

1.443

8.425

288

418

386

6

275

7

20

50

240

129

34

10

97

559

5

10

341

12.743

%

10

14,5

13,4

0,2

9,6

0,2

0,7

1,7

8,3

4,5

1,2

0,3

3,4

19,4

0,2

0,3

11,9

  • 53 Voir supra les graphiques 5 (p. 310) et 6 (p. 311).
  • 54 Ces deux échantillons, plus complets que les données recueillies grâce aux commendes, ont cependant (...)

30Cependant, d’autres sources plus ponctuelles sont fort heureusement moins avares de renseignements au sujet des draps catalans exportés vers le Levant : il s’agit, d’une part, des registres des taxes sur les exportations (dret d’eixides) perçues par la Generalitat et, d’autre part, des données fournies par l’inventaire de la nef de Bartomeu Amar, qui leva l’ancre en décembre 141553. Dans les deux cas, la répartition des draps exportés apparaît sensiblement différente (voir le tableau 40 ci-dessous et le tableau 41, p. 329)54 :

Tableau 40. — Exportations de draps pour Rhodes, Chypre et Beyrouth sur la galée marchande de Gherardo de Doni (août 1407), d’après les registres du dret d’eixides

Centres de production

Draps

Barcelone

213

Berga

78

Villefranche de Conflent

42

Perpignan

27

Gérone

20

Puigcerdà

15

Ripoll

7

Draps de la terra

32

Sans précision

14

Total

448

Source.
ACA, Generalitat, reg. G.186.1 bis, ffos 100r°-114v°

  • 55 Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », pp. 477-478.

31Les centres drapiers septentrionaux, les plus fréquemment cités dans les commendes apparaissent nettement en retrait pour les années 1407 et surtout 1415, ce qui confirme que lorsque l’expression de draps « de la terra » n’est plus — ou du moins plus autant — utilisée, leur part diminue par rapport à l’ensemble. La nouvelle répartition profite d’abord à Barcelone, en particulier dans le cas de la galée de Gherardo de Doni, en 1407. Mais la production des autres centres drapiers situés sur le versant sud des Pyrénées est également bien mieux représentée, en particulier celle de Berga, qui ravit la première place à Barcelone dans l’inventaire de 1415 grâce à un important chargement de 105 pièces, sans oublier celles de Puigcerdà et de Ripoll. Nous retrouvons ainsi les foyers ruraux les plus actifs, dans lesquels la qualité des eaux de montagne améliorait les opérations de lavage et de parage55.

Tableau 41. — Exportations de draps pour Rhodes, Chypre et Beyrouth sur la nef de Bartomeu Amar (décembre 1415).

Centres de production

Draps

Berga

120,5

Barcelone

112,5

Gérone

89,5

Ripoll

70

Puigcerdà

54

Olot

34

Banyoles

24

Ax-les-Thermes

17

Valence

6

Draps de la terra

551

Sans précision

29,5

Total

1.108

Source.
Bibl. de Cat., Junta de Comerç, reg. 199 V

  • 56 D’un tiers exactement entre 1409 et 1431 (Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au X (...)
  • 57 D’autres foyers ne sont pas non plus répertoriés dans M. Gual Camarena, « Para un mapa de la indust (...)

32La confrontation des deux échantillons fait également apparaître des différences significatives qui traduisent probablement une évolution, survenue entre les deux dates, dans la composition des draps exportés vers l’Égypte et la Syrie : les pièces de Perpignan et de Villefranche de Confient, pourtant si nombreuses d’après les commendes et le chargement de 1407, ont totalement disparu en 1415, tandis que celles d’Ax-les-Ehermes suivent globalement la même évolution. Ce fléchissement des exportations des centres les plus septentrionaux est même perceptible dans le tableau général des commendes (no 39, pp. 324-327), pourtant très lacunaire : il s’amorce en fait durant la décennie 1410-1420. Cl. Carrère a par ailleurs confirmé que la production de Perpignan avait fortement chuté à partir de 140956, ce qui montre bien que les difficultés rencontrées ne se plaçaient pas en aval, au stade de la commercialisation. C’est bien en fait une même zone géographique qui semble affectée par ce phénomène de repli, et non pas un type particulier de tissus, car nous verrons plus loin que les draps d’Ax et de Perpignan représentaient précisément les deux extrêmes de la draperie catalane et des régions voisines, du point de vue de la valeur. Ce vide laissé par les trois foyers situés le plus au nord de notre zone d’analyse profite surtout aux autres centres pyrénéens, et en premier lieu à Berga. Mais on notera également qu’il stimule la production d’autres foyers plus méridionaux, comme Gérone ou Olot, qui ne figurent pourtant pas dans le recensement général des activités textiles de la Péninsule effectué par M. Gual Camarena57.

33Les mêmes sources déjà citées (contrats notariés, registres du dret d’eixides et inventaire de la nef de Bartomeu Amar) fournissent par ailleurs des listes de prix qui révèlent des différences assez sensibles entre les différents centres de production. Les séries les plus longues et par conséquent les plus intéressantes sont celles qui concernent les draps de Perpignan et de Barcelone (voiries tableaux42 et 43, pp. 332-336).

  • 58 Les tarifs de nolis des années 1353-1357 fournissent par exemple un seuil de prix, soit huit livres (...)
  • 59 Voir les prix fournis par les comptes de la compagnie Mitjavila : 3,8 livres par pièce de drap blan (...)
  • 60 Entre 1353 et 1357, alors que le transport des draps de moins de huit livres est fixé à douze sous (...)
  • 61 Cette remarque ne concerne en fait pas les draps de Berga ; voir M. Gual Camarena, « Para un mapa d (...)

34Ces listes offrent un éventail de prix assez large, témoignant d’une gamme de produits assez variés, ce que confirment les tarifs de nolis, qui eux aussi différaient selon la valeur des draps58. Les tissus de laine les moins chers étaient en fait ceux d’Ax-les-Thermes, qui ne dépassaient guère les six livres, le haut de la hiérarchie étant occupé par ceux de Barcelone et surtout de Perpignan. Cette faible valeur des tissus d’Ax, bourgade de la haute vallée de l’Ariège somme toute assez distante de Barcelone, explique sans doute leur commercialisation en grand nombre ; cet article ne pouvait en effet qu’intéresser la clientèle nombreuse et peu fortunée qui achetait les draps bon marché vendus par les Catalans en Égypte et en Syrie. Les pièces de Valence avaient elles aussi une valeur particulièrement réduite, soit moins de quatre livres entre 1338 et 134959, ce que confirme leur tarif de nolis sensiblement moins élevé que celui des autres draps, d’avec lesquels elles sont toujours distinguées, de même que celles de Banyoles60. À un niveau intermédiaire se classaient les draps de Villefranche de Confient, de même que ceux de Puigcerdà et de Berga, qui parvenaient aussi en grand nombre en Afrique du Nord, à la fin du XIVe siècle61.

  • 62 Ils sont aussi mentionnés à Tunis à la fin du XIVe siècle (M. Gual Camarena, « Para un mapa de la i (...)
  • 63 E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, p. 147.
  • 64 Ou « graine d’écarlate », teinture en fait composée de cochenilles ou kermès, petits insectes vivan (...)
  • 65 Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », précise (p. 483) : « C’est qu (...)
  • 66 La laine y gardait sa couleur naturelle (Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XV(...)
  • 67 Aucun renseignement n’est en outre donné, dans ces documents de type commercial, sur le nombre de l (...)
  • 68 Il s’agissait dans les trois cas de draps de qualité médiocre, en raison de l’absence de teinture p (...)

35Les centres urbains les plus importants, Perpignan et Barcelone, sont donc les mieux représentés dans ces listes d’exportation de draps catalans vers les marchés du Levant62. En Égypte, Emmanuel Piloti ne distingue d’ailleurs que ces deux variétés aux côtés des draps « cathelanois »63. On notera par ailleurs que les différences de prix pouvaient être occasionnellement considérables, l’exemple extrême étant l’échantillon de draps de Barcelone exportés par la compagnie de Pere de Mitjavila entre 1334 et 1342 : les prix variaient entre 6,2 et 21,9 livres de Barcelone le drap, nolis compris. Cette valeur de 21,9 livres est tout à fait exceptionnelle, de même que la teinture « en grana »64 qui la justifiait. Cl. Carrère a en effet montré que ce type de couleur, très coûteux, n’avait d’intérêt que pour des draps qui, écrus, atteignaient déjà un prix élevé, chose inhabituelle pour les produits barcelonais65. Sans atteindre un écart aussi important, la série de prix de l’année 1407 présente des amplitudes variant presque du simple au double (7,5 à 14,1 livres) pour les mêmes draps ; là encore, le type de teinture explique essentiellement l’écart de prix, car Cl. Carrère suppose en effet que le drap « blanquet » (valant 7,5 livres) n’était précisément pas teint66. Les contrats notariés, principale source de ces tableaux, n’indiquent cependant qu’exceptionnellement les couleurs des tissus confiés en commende, de sorte qu’il est vain de tenter d’évaluer les différences de coût des teintures ou d’esquisser la moindre classification numérique par couleur67. Néanmoins, d’autres études ont déjà révélé que les draps de Barcelone et de Perpignan présentaient des teintes spécialement variées, parmi lesquelles les rouges et les bleus constituaient sans doute les plus fines, par opposition aux « burells », « blanquets » et « frisons »68.

Tableau 42. – Exemples de prix relevés pour les draps de Perpignan

Dates

Prix (en livres)

Part du nolis incluse dans le prix

Nombre et types de drapsa

Références

16 juin 1381

16

Totalité

7

AHPB J. Ballester, Manual (septembre 1363 - juillet 1385), f° 80r°1.

8 mai 1394

10,3

Totalité

7

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 41v°1.

13 mai 1394

10,7

?

6

AHPB, B.Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 42r°3.

18 mai 1394

8

?

14

AHPB, A. Lledó, Llibre (mai 1394 - janvier 1404), f° 14r°4.

31 mai 1396

10,5

?

6

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 144v°.

2 juin 1396

9,4

?

18

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f°136v°.

14 juin 1397

9,4

Totalité

7

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 171v°.

26 juillet 1398

9,3

Totalité

7

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f° 29r°3.

10 septembre 1399

7,7 (estimation)

Aucune

98

AHPB, T. de Bellmunt, Manual Secundum (avril-novembre 1399), f° 61v°b.

22 novembre 1400

14,2

Moitié

7

AHPB, B.Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f°83v°1.

22 novembre 1400

9,9

Moitié

15

AHPB, B.Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f°83v°3).

27 novembre 1400

10,8

Moitié

7

AHPB, B.Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f° 95r°2.

28 novembre 1400

7,3

Moitié

13 draps « burells »

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f° 102r°.

7 avril 1402

11,1

?

7

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f° 1110v°.

16 avril 1403

9,9

Moitié

12

AHPB, T. de Bellmunt, Manual (septembre 1402 - avril 1406), f°18r°1.

10 septembre 1404

14,5

?

4 draps rayés

AHPB, T. de Bellmunt, Manual (septembre 1402 - avril 1406), f°60r°3.

10 septembre 1404

10,1

Moitié

14

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f° 164r°.

3 ctobre 1404

11,5

?

8

AHPB, B. Nadal, Manuale (octobre 1404 - août 1410), f° 2r°1.

8 octobre 1404

8,8

?

14

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f° 192r°.

27 octobre 1404

9,3

?

7

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f° 188v°.

4 août 1407

12

Totalité (?)

7

ACA, Generalitat, reg. G.186.1.bis, f°104r°.

4 août 1407

13

Aucune

13 draps « roba scura » et 1 draps « de fugers » [?]

ACA, Generalitat, reg. G.186.1.bis, f° 105r°.

4 août 1407

11,9

Totalité (?)

7 draps « roba scura »

ACA, Generalitat, reg. G.186.t.bis, f°.107r°.

13 juillet 1409

14,3

?

2

AHPB, A. Lledó, Liber quartus (août 1407-novembre 1417), f° 18r°2.

a Pour la signification des termes placés entre guillemets, voir infra p. 337 n. 68 ; et Cl. Carrère, Barcelone, t. I, pp. 462-464.
b Contrat publié par A. Garcia et M. T. Ferrer, Assegurances, doc, 107

Tableau 43. – Exemples de prix relevés pour les draps de Barcelone

Dates

Prix (en livres)

Part du nolis incluse dans le prix

Nombre et types de draps

Références

Entre 1334 et 1342

7,5

Totalité

7 draps bleus

J.M. Madurell, « Contabilidad », f°152v°.

Entre 1334 et 1342

6,2

Totalité

7 draps de couleur

J.M. Madurell, « Contabilidad », f°155r°.

Entre 1334 et 1342

12

Totalité

7 draps rouges « passats per grama »

J.M. Madurell, « Contabilidad », f°155r°.

Entre 1334 et 1342

21,9

Totalité

12 draps rouges « tints en grama »

J.M. Madurell, « Contabilidad », f°155r°.

3 mai 1349

5,8

Totalité

14

AHPB, J., Ferrer, Liber (mars-mai 1349), f° 100v°.

9 décembre 1388

9

?

3

AHPB J., Nadal, Manual (novembre 1388 - mai 1389), f° 7v°.

5 janvier 1389

8,1

Totalité

9

AHPB, J. Nadal, Manual (novembre 1388 - mai 1389), f° 34v°.

16 juin 1397

8,1

Totalité

6 draps « acolorats per terç »

AHPB, B, Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 165r°.

27 juillet 1398

7,6

Totalité

21 draps rouges

AHPB, B, Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 27r°2.

18 novembre 1399

8,1

Totalité

3 draps rouges

AHPB, B.Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f° 49v°2.

24 octobre 1404

8,3

?

7 draps rouges

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f° 186r°.

22 août 1405

7,3

Moitié

7 draps « scurs »

AHPB, B, Nadal, Manuale (octobre 1404-août 1410), f° 19v°2.

3 août 1407

14,1

Totalité

25 draps « acolorats scurs »

ACA, Generalitat, reg, G.186 1 bis, f° 101v°.

3 août 1407

8,5

Totalité

9 draps « burells », 3 « begumats », 2 rouges et 1 « bruneta de molada »

ACA, Generalitat, reg, G.186 1 bis, f° 101v°.

3 août 1407

8,9

Totalité

18 draps « escurs »

ACA, Generalitat, reg, G.186 1 bis, f° 101v°.

3 août 1407

9,5

Totalité

6 draps « escurs »

ACA, Generalitat, reg, G.186 1 bis, f° 101v°.

4 août 1407

9,7

Totalité (?)

29

ACA, Generalitat, reg, G.186 1 bis, f° 104r°.

4 août 1407

8,9

Totalité (?)

8 « peses de frisons »

ACA, Generalitat, reg, G.186 1 bis, f° 104r°.

4 août 1407

13,2

Totalité (?)

14

ACA, Generalitat, reg, G.186 1 bis, f° 104r°.

4 août 1407

9

Totalité (?)

12

ACA, Generalitat, reg, G.186 1 bis, f° 104r°.

4 août 1407

8,7

Aucune

12 draps « scurs »

ACA, Generalitat, reg, G.186 1 bis, f° 107r°.

4 août 1407

7,5

Aucune

2 « blanquets »

ACA, Generalitat, reg, G.186 1 bis, f° 107r°.

4 août 1407

13,1

Totalité (?)

10 draps « scurs », 2 « burels » et 4 bleus

ACA, Generalitat, reg, G.186 1 bis, f° 107r°.

5 août 1407

7,9

Totalité

8 draps « burels »

ACA, Generalitat, reg, G.186 1 bis, f° 108r°.

5 août 1407

8,7

Totalité

7 draps « burels »

ACA, Generalitat, reg, G.186 1 bis, f° 108r°.

5 août 1407

9,4

Totalité (?)

4 « burels » et 6 bleu « scurs »

ACA, Generalitat, reg, G.186 1 bis, f° 109v°.

5 août 1407

10,1

Totalité

21

AHPB, B, Nadal, Manuale (octobre 1404 - août 1410), f° 40r°4.

8 février 1408

8,2

Aucune

2 draps « scurs »

AHPB, A, Lledó, Liber quartus (août 1407 - novembre 1417), f° 6v°2.

23 septembre 1408

8,3

Aucune

6 draps « scurs »

AHPB, A, Lledó, Liber quartus (août 1407 - novembre 1417), f° 13v°3.

23 septembre 1408

7,7

Aucune

6

AHPB, A. Lledó, Liber quartus (août 1407 - novembre 1417), f° 13r°1.

6 août 1409

9,2

Totalité

2 draps « lividi »

AHPB, B, Nadal, Manuale (octobre 1404 - août 1410), f° 72v°2.

6 août 1409

9,3

Totalité

2 draps « lividi »

AHPB, B.Nadal, Manuale (octobre 1404 - août 1410), f° 73r°2.

7 novembre 1411

7,9

?

9

AHPB, T. Bellmunt, Tercium manuale (avril 1406 - janvier 1414), f° 78r°2.

10 décembre 1415

7,7

Aucune

5 draps « burells », 1 rouge, « begumat »

Bibl. de Catal, Junta Comerç, reg. 199 V, no 63.

11 décembre 1415

7,5

Aucune

7 draps « burells »

Bibl. de Catal, Junta Comerç, reg. 199 V, no 29.

14 décembre 1415

8,4

Aucune

21

Bibl. de Catal, Junta Comerç, reg. 199 V, nos 60 et 67.

17 décembre 1415

7,5

Aucune

8 draps « clars »

Bibl. de Catal, Junta Comerç, reg. 199 V, no 83.

24 décembre 1415

8

Aucune

38

Bibl. de Catal, Junta Comerç, reg. 199 V, no 53.

24 décembre 1415

8,3

Aucune

7 draps bleu foncé

Bibl. de Catal, Junta Comerç, reg. 199 V, no 54.

24 décembre 1415

8,2

Aucune

7 draps « burells »

Bibl. de Catal, Junta Comerç, reg. 199 V, no 78.

27 décembre 1415

7,5

Aucune

7

Bibl. de Catal, Junta Comerç, reg. 199 V, no 64.

17 mai 1417

8

Aucune

10

AHPB, A. Lledó, Liber quartus (août 1407 - novembre 1417), f° 76r°.

18 juin 1429

7,1

?

7

AHPB, B. Sans, Manual (août 1428 - octobre 1430), f° 15r°2.

19 janvier 1430

7,8

?

24

AHPB, B. Sans, Manual (août 1428 - octobre 1430), f° 24r°2.

  • 69 Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », pp. 481-482.

36Quant aux tissus catalans réputés les plus chers et de bonne qualité, tels ceux de Sant Llorenç de Morunys ou surtout ceux de Sant Joan de les Abadesses69, on n’est pas surpris de les voir apparaître si rarement dans l’ensemble des sources à notre disposition — voire jamais dans le cas des draps de Sant Joan : ce constat confirme bien que cette gamme de produits n’intéressait pas la clientèle des pays du Levant, manifestement en raison de son prix jugé excessif.

e) Conclusion

  • 70 E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge (...)

37L’apport des contrats notariés barcelonais à l’étude du commerce de la draperie catalane est en définitive plus limité que leur grand nombre ne le laisserait supposer. Cette documentation reste par ailleurs exclusivement barcelonaise et cet unique point d’observation fausse bien sûr l’image que nous pouvons nous faire des transports de draps de Catalogne et des régions voisines vers le Levant. En effet, un centre de production de premier ordre dans les pays de la couronne d’Aragon échappe totalement à ces recherches : Majorque. Or, des sources vénitiennes attestent que les marchands catalans, génois et vénitiens expédiaient aussi ces draps vers le Sultanat, tandis que la documentation majorquine confirme à son tour que ces tissus constituaient le premier produit d’exportation de l’île70.

  • 71 Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », pp. 492 et 495 ; Id., Barcelo (...)
  • 72 Voir supra, tableau 36, p. 315.

38En outre, l’important débat historiographique entre Cl. Carrère et H. Bresc sur la commercialisation des draps catalans montre lui aussi la nécessité d’un apport documentaire étranger pour compléter la vision qu’offrent les sources catalanes. Rappelons tout d’abord les bases de ce débat. Cl. Carrère a mis en évidence un phénomène longtemps jugé essentiel, mais profondément remis en cause par H. Bresc : la dépendance complète de la production drapière catalane à l’égard des marchands barcelonais pour son écoulement sur les marchés extérieurs71. Du strict point de vue des sources barcelonaises, l’analyse de Cl. Carrère paraît plus vraisemblable : Barcelone apparaît en effet comme le grand port par où s’écoulent les draps de tout un vaste arrière-pays débordant les limites de la Catalogne, depuis la lointaine vallée de l’Ariège jusqu’à Perpignan et à Valence, lesquelles pourtant disposaient également de flottes et de marchands autonomes pour écouler ces produits. Cette perspective n’est pas fausse, mais elle fait évidemment abstraction de toute la documentation italienne, très abondante dans le domaine du négoce des draps catalans, comme on l’a vu72. Ces sources indiquent toutes que la draperie catalane constituait un important produit commercialisé par nombre de marchands italiens. Les données rassemblées par H. Bresc pour la Sicile et par E. Ashtor — dès la fin du XIVe siècle — pour l’Égypte et la Syrie le démontrent amplement ; l’analyse du commerce du Levant reflète donc bien la même image que le « miroir sicilien ».

Autres produits textiles de catalogne

  • 73 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, pp. 227-228 et 249-250 (« canabàs » et « cànem (...)
  • 74 À propos des saies, voir D. Cardon, La draperie au Moyen Âge, pp. 485-488 ; voir en outre M. Gual C (...)
  • 75 C. Batlle i Gallart et alii, La ciutat consolidada, p. 173.
  • 76 Un incident relaté dans le règlement d’un différend montre en effet l’utilité de tels emballages : (...)

39D’autres pièces tissées étaient également exportées de Catalogne. Compte tenu des caractéristiques décrites pour les draps, on ne sera pas surpris de constater que ces nouveaux articles élargissaient la gamme des produits textiles vers le bas, dans l’échelle des qualités. On trouve ainsi mentionnés dans les contrats des « barragans » et des « canamassos » — toiles grossières, de laine dans le premier cas et de chanvre73 dans le second —, des couvertures, mais aussi des saies, autre variété de tissus légers de laine74. En fait, les barragans et les couvertures — les uns comme les autres fabriqués non par les drapers mais par les flassaders, lesquels cependant étaient eux aussi des artisans de la laine75 — servaient fréquemment à envelopper les balles de draps ; par la suite, à partir des années 1380, ils furent remplacés dans cet usage par un autre type de tissu probablement encore plus grossier, les « serpelleres »76.

  • 77 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », f° 18 (...)
  • 78 On dénombre en effet au moins seize contrats répartis entre ces deux dates.
  • 79 E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge (...)
  • 80 Saies : AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 116r° (24 mai 13 (...)

40Au cours de la dernière décennie du XIVe siècle, on constate l’apparition, parmi les contrats de commendes, des canamassos et des saies. Ces dernières, il est vrai, venaient pour la plupart des îles Britanniques ; elles seront examinées ultérieurement, avec les produits textiles non catalans. Cependant, un certain nombre d’entre elles ne porte aucune indication d’origine et, puisque cette catégorie de textiles était aussi produite en Catalogne, rien ne permet alors d’exclure qu’elles en provenaient. Quant aux toiles de chanvre, elles apparaissent déjà dans les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila de la période 1334-1342 — pour une valeur certes très limitée —, puis dans les tarifs de nolis des années 1353-135777. Cependant, les commendes montrent que cette marchandise fut principalement exportée vers l’Égypte et la Syrie-Palestine au cours des années 1403-141678. Ces toiles servaient sans doute également d’emballage, ainsi qu’E. Ashtor le note pour le chanvre vénitien, utilisé pour empaqueter les cargaisons de coton et d’épices de Syrie79. Ces deux variétés de tissus ne sont guère abondantes dans la documentation barcelonaise et, comme les couvertures et les barragans, elles apparaissent le plus souvent commercialisées en complément d’autres produits d’exportation, le plus souvent en grandes quantités80.

  • 81 À une exception près : une assurance, pour Alexandrie, de diverses marchandises comprenant entre au (...)
  • 82 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 693, confirme bien que les tissus d (...)
  • 83 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 76r°2 : commende du 23 a (...)

41En dehors de ces deux types de produits textiles de laine grossiers ou de chanvre, on ne trouve aucune trace, parmi les sources barcelonaises consultées, de futaines ni d’autres étoffes de coton ou de soie, qui pourtant comptaient parmi les productions manufacturées à Barcelone81. Ces textiles étant aussi fabriqués en Orient, il pourrait a priori paraître logique d’en déduire que les Égyptiens et les Syriens n’avaient dans ce domaine aucun besoin d’importer les productions occidentales82. Pourtant, des futaines de Lombardie étaient bel et bien exportées vers le Levant, comme cela est attesté par les commendes barcelonaises elles-mêmes ainsi que par d’autres sources et travaux83. Ce qui manquait donc aux futaines de la Cité Comtale, c’était peut-être la renommée des centres de production lombards mais aussi, et surtout, l’ancienneté et la solidité des réseaux commerciaux établis en Méditerranée orientale par les marchands du Nord de la péninsule italienne.

Les produits textiles non catalans

a) Les draps

  • 84 Henri Laurent, Un grand commerce d’exportation au Moyen Âge. La draperie des Pays Bas en France et (...)
  • 85 A. E. Sayous, Els mètodes comercials a la Barcelona medieval, doc. 14 J. M. Madurell i Marimon et A (...)

42Les draps de France et de Flandre, qui parvenaient déjà nombreux en Catalogne dès la seconde moitié du XIIIe siècle84, constituèrent dès cette période un des principaux produits d’exportation vers le Levant pour les marchands barcelonais. Quelques rares contrats publiés, datant de 1252, 1265 et 1299, attestent en effet la commercialisation de tissus de laine de Saint-Quentin, de Châlons en Champagne et de « France » vers la Crète, Chypre et l’ultramar85.

  • 86 Voir le graphique 4, p. 309.
  • 87 La participation de la compagnie et de ses partenaires au fret du navire de Guillem Olivela à desti (...)

43Les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila, bien que datant des années 1334-1342) témoignent d’une certaine continuité avec cette première phase. Les draps français et flamands y représentent encore en valeur plus de 20 % des exportations de la société vers l’Orient méditerranéen, devancés de peu par les draps catalans, qui totalisaient 25 %86. Trois centres de production sont cités : Châlons en Champagne, Dixmude et Tournai87 (voir le tableau 44, p 342).

  • 88 On peut encore relever une commende investie en drap d’Ypres (AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de co (...)
  • 89 Voir le tableau 37, p. 318.
  • 90 Voir par exemple AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 13v°4 ; AHPB, (...)
  • 91 Une commende du 6 mai 1395 rappelle en effet la mesure des draps de Malines, exprimée en cannes de (...)
  • 92 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410 (...)
  • 93 Ils sont tissés en Catalogne au moins depuis l’ordonnance de 1416, qui autorise leur fabrication : (...)

44En revanche, d’après les contrats de commendes ou d’assurances, la situation est radicalement différente : entre 1349 et 1430, on ne trouve quasiment plus de trace de draps étrangers à la Péninsule ; seuls 27 contrats attestent l’exportation des productions flamandes ou florentines, lesquelles font pâle figure à côté des 800 actes répertoriés mentionnant les tissus catalans. Le groupe le plus nombreux est constitué par les draps de Flandre, au sein duquel deux centres de production, différents des précédents, se détachent : Malines et Wervik88. Les fameux draps de Malines sont les plus fréquemment mentionnés, avec dix contrats répartis entre 1349 et 1407. Les commendes barcelonaises confirment bien, après les travaux de F. Melis89, la forte valeur de ces étoffes dont une seule pièce coûtait entre 30 et 40 livres selon la couleur90, et malgré une longueur de 15 cannes91, inférieure à celle des draps de Barcelone (18,5 cannes). Ces prix, inégalés d’après nos sources, montrent à l’évidence qu’il s’agissait bien de produits de luxe. Les draps de Wervik, ou « vervins », prennent ensuite le relais, avec six contrats compris entre 1404 et 141592. Ces tissus ne provenaient pas toujours de Flandre, puisque les manufactures catalanes les imitèrent, mais seulement à partir de 141693. S’il subsistait encore un doute sur l’origine de ces draps dans les contrats à destination du Levant, leur valeur de 18 à 25 livres l’unité permet de le dissiper aisément, puisque ces prix sont très supérieurs à ceux de la production catalane habituelle.

Tableau 44. –  , l’Égypte et la Syrie (les prix sont indiqués en livres de Barcelone) [d’après les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila (1334-1342)]

Origine des draps

Nombre

Prix

Prix d’un drap

Part investie par la compagnie

Patrons de navires (coques)

Destinations

Références

Dixmude

20

248,1

124,5 %

Bernat Simo et Père Sa Sala

Beyrouth

f° 150v°

40

496,3

248,2/

Guillem Sa Riera et Père Comte

Alexandrie

f° 154v°

Totaux

60

744,4

12,4

372,7 %

Tournai

56

636,7

11,4

314,4 %

Guillem Olivela

Chypre

f° 152r°

Châlons en Champagne

46

780,6

480,6 %

Guillem Olivela

Chypre

f° 152r°

24

458.3

258,3 %

Guillem
Sa Riera et Père Comte

Alexandrie

f° 154v°

Totaux

70

1.238.9

18,8

738,9 %

Source.
J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », ffos 148v°-156r° ; ces comptes révèlent également le chargement par des particuliers de draps non catalans sur les navires affrétés par la compagnie ; d’où la différence entre les prix totaux et la part de celle-ci

  • 94 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 80r° ; AHPB, Bernat Nada (...)
  • 95 F. Melis, « La diffusione nel Mediterraneo occidentale dei panni di Wervicq e delle altre città del (...)
  • 96 Voir le tableau 37, p. 318.

45Un second groupe est constitué par les draps florentins, que l’on retrouve dans trois contrats seulement94. Leur longueur de 18,875 cannes égalait presque celle des pièces de Barcelone95. Leur prix d’un peu plus de vingt livres les place eux aussi nettement au-dessus de la moyenne des draps catalans, mais sans atteindre toutefois un écart aussi important que le montrent les données rassemblées par F. Melis à partir de la documentation de la compagnie Datini96.

  • 97 F. Melis, « La diffusione nel Mediterraneo occidentale dei panni di Wervicq e delle altre città del (...)
  • 98 Le contrat de nolis du 2 décembre 1394, par lequel un groupe de marchands catalans affrétait deux g (...)

46Ces trois types de draps (de Malines, Wervik et Florence) sont aussi ceux qui mobilisent le plus de capitaux — en dehors des draps catalans —, si l’on en croit les comptes de la compagnie Datini à Barcelone, Majorque et Valence pour les années 1393-141097. Il y a bien là l’indice sûr d’une commercialisation relativement active, d’ailleurs confirmée par d’autres documents relatifs au trafic catalan avec la Méditerranée orientale et le Maghreb98.

  • 99 Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, sans numéro, à la fin de la liste des marchandises em (...)

47Ces draps non catalans sont exportés en quantités très limitées dans chaque accord conclu. Rares sont en effet les cas dans lesquels une balle entière est commercialisée ; la plupart du temps, seules quelques pièces ou quelques cannes font l’objet d’un contrat. Les données assez complètes tirées des registres du dret d’eixides de la Generalitat ; détaillant la cargaison de la galée de Gherardo de Doni en 1407, ou celles qui proviennent de l’inventaire de la nef de Bartomeu Amar partie en décembre 1415, donnent même une image caricaturale des faibles quantités de draps étrangers réexportées par les Catalans : seuls deux draps de « Verví » bleu clair furent embarqués sur le second navire99. Le faible nombre des draps commercialisés se justifie bien entendu par leur prix élevé, qui les différenciait nettement des tissus de Catalogne et des régions voisines.

  • 100 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410 (...)

48Une seule exception notable échappe à cette habitude de commercialisation en nombre très limité : le 7 août 1409, Hug d’Aguilar confiait à Antoni de Cardona neuf balles de draps français et florentins, sans distinction, avec un « balló » de saies dont l’origine n’est pas précisée, valant au total à 1.900 livres et deux sous ; les marchandises étaient chargées sur les deux galées commandées par Jaume Esteve et Pere Saragossa à destination de Chypre, Beyrouth et Damas100. Mais cet exemple reste isolé et dans les autres opérations commerciales, les draps non catalans ne constituaient en fait qu’un complément, une marchandise d’appoint aux tissus du Principat et des régions voisines.

  • 101 Les deux types de sources utilisées — comptes d’une grande société de commerce et contrats aux somm (...)

49Schématiquement, deux phases bien nettes peuvent donc être opposées dans les exportations catalanes de draps vers l’Orient méditerranéen : une première période marquée par la redistribution des étoffes de Flandre, d’Île-de-France, de Champagne et de Languedoc, au cours de la seconde moitié du XIIIe s. et du début du XIVe siècle, puis une seconde, à partir du milieu du même siècle, qui dure au moins jusqu’à la guerre civile de 1462-1472 et se caractérise par l’exportation presque exclusive de draps de Catalogne et des régions voisines. Entre les deux phases s’intercale une étape intermédiaire au cours de laquelle les deux types de draps furent exportés en des proportions comparables, comme le montrent les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila pour les années 1334-1342101.

  • 102 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 706-707.

50La spécialisation progressive des marchands catalans dans la commercialisation des draps du Principat s’accomplit donc au prix d’un abandon presque complet du négoce de la draperie de luxe étrangère au profit de leurs concurrents italiens102. Telle est bien la contrepartie de l’essor de la draperie catalane et de sa mise en valeur par les marchands du Principat.

b) Les saies et les toiles

  • 103 Kurt Zangger, Contribution à la terminologie des tissus en ancien français, attestés dans des texte (...)
  • 104 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 99r°2 (moyenne de 27, (...)

51La réexportation de textiles étrangers ne se limitait pas aux seuls draps. En effet, quelques toiles de Constance et surtout des saies d’Irlande — et aussi, exceptionnellement, des saies provenant d’Arras et d’Angleterre — atteignaient l’Égypte et la Syrie via le port de Barcelone. Les saies étaient des tissus légers de laine ; en revanche, les toiles de Constance, bien que fréquemment citées dans les sources, ne sont jamais définies avec précision ; selon K. Zangger, la fibre textile utilisée pour les confectionner était généralement le chanvre ou le lin103. Plusieurs contrats attestent par ailleurs que le nombre moyen de pièces contenues dans une balle de saies d’Irlande était de trente environ104, soit un nombre nettement supérieur à celui des draps, généralement stockés par lots de six à sept par balle.

  • 105 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, doc xvi [54].
  • 106 Ibid., doc. i [34-35] et leude de Perpignan de 1250 ( ?), doc. v [15].
  • 107 E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge (...)

52Des toiles allemandes apparaissent déjà dans les tarifs douaniers de Perpignan de 1284, aux côtés de celles de Champagne105. En revanche, pendant toute la seconde moitié du XIIIe siècle et jusqu’au début du siècle suivant, les saies étrangères, à la différence des draps de même origine, ne sont citées dans aucun document du même type. Faut-il voir dans ce silence de la documentation la preuve d’une commercialisation tardivement entreprise par les Catalans ? Ou bien doit-on en déduire, plus simplement, que les saies produites à l’étranger acquittaient un droit équivalent à celui qui grevait les saies fabriquées dans le Principat, lesquelles sont mentionnées dès 1222 dans les tarifs de Barcelone106 ? Toujours est-il que le trafic des saies n’apparaît pas avant la fin du XIVe siècle et, de surcroît, de manière assez limitée dans le temps, si l’on en croit les sources notariales. Entre 1394 et 1409, on peut en effet relever trente contrats mentionnant des saies d’Irlande et, entre 1389 et 1404, six autres attestant la commercialisation des toiles de Constance. Les données collectées par E. Ashtor pour l’exportation de ces deux articles vers le Levant fournissent des dates équivalentes : saies d’Irlande et toiles de Constance apparaissent sur une première liste de prix de la compagnie Datini dès novembre 1379, puis de nouveau au cours des années 1390 ; les deux produits sont également exportés par les marchands marseillais au début des années 1380, et même jusqu’en 1405 pour les toiles de Constance107.

  • 108 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 177v°, 122r° et 133r°  (...)
  • 109 Un seul contrat permet en fait de calculer le prix des pièces de toiles de Constance (AHPB, Bernat (...)
  • 110 D. Cardon, La draperie au Moyen Âge, p. 486.
  • 111 Ibid., p. 487.

53Ces articles présentent les caractéristiques des produits bon marché, commercialisés en grand nombre pour compenser leur faible valeur ou en complément d’autres produits plus coûteux108. Leur prix oscillait entre 2,25 et 3 livres la pièce pour les toiles de Constance comme pour les saies d’Irlande109, soit environ le tiers de ce que coûtait un drap catalan — évalué à sept à huit livres en moyenne —, qui pourtant constituait un produit de valeur modérée. Ce constat de faible prix ne coïncide cependant pas avec les caractéristiques des saies relevées par D. Cardon : les travaux d’apprêt nécessaires à ces tissus coûtaient en effet bien plus cher que ceux destinés aux draps110. Deux hypothèses peuvent expliquer cette contradiction : les tissus réexportés par les Catalans vers le Levant pourraient être des « saies étroites », réalisées sur des métiers à un seul tisserand111 ; leur dimension plus réduite expliquerait alors le grand nombre de pièces contenues dans une balle. Mais les saies d’Irlande, de très loin les plus nombreuses dans les contrats barcelonais à destination de la Syrie et de l’Égypte, pourraient aussi constituer un type de textile à part, car on remarquera que D. Cardon n’y fait jamais allusion dans son étude pourtant très approfondie.

  • 112 E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge (...)

54Ces caractéristiques de faibles prix dans les contrats barcelonais concordent en tout cas avec celles relevées par E. Ashtor sur les marchés du Levant : la valeur des toiles de Constance baissa de 7,1 à 6 ducats à Damas entre 1379 et 1395 et celle des saies d’Irlande chuta même de 6,3 à 3,6 ducats, toujours dans la capitale syrienne, entre 1379 et 1398. Ces prix sont ainsi bien inférieurs à ceux des draps catalans : 9,7 ducats au minimum pour ceux de Barcelone en 1386, et 17,3 ducats pour les draps de Perpignan en 1395112.

55La comparaison avec la commercialisation des draps d’origine étrangère par les Catalans révèle ainsi un vigoureux contraste : à partir du milieu du XIVe siècle, les saies d’Irlande et les toiles de Constance bon marché furent exportées en des quantités très supérieures aux quelques draps flamands et florentins de luxe ; mais en valeur, l’apport des deux types de textiles était sans doute presque équivalent du fait de leur très important écart de prix. La spécialisation des Catalans dans la production et la commercialisation de masse des draps de faible coût entraînait ainsi dans son sillage la réexportation de tissus étrangers présentant avant tout les mêmes caractéristiques, mais en quantités bien sûr inférieures à celles de la draperie catalane.

II. — Matières et métaux précieux : l’argent, le corail et l’ambre

L’argent

a) Le commerce de l’argent avant 1350

  • 113 Pour cette présentation d’ensemble, voir E. Ashtor, Les métaux précieux et la balance des paiements (...)

56L’inégale répartition des gisements argentifères connus en Europe et au Proche-Orient aux XIIIe et XIVe siècles avantageait nettement la première, qui disposait de riches mines, notamment en Sardaigne et en Europe centrale. Contrôlant la région d’Iglesias, dans le Sud de la Sardaigne, les rois d’Aragon disposaient ainsi d’une source d’approvisionnement qui devait se révéler déterminante pour les échanges commerciaux et monétaires à travers la Méditerranée. Du côté du Levant, la carence de métal blanc entraînait un ample flux d’importation depuis les zones de production européennes, qui permit la reprise de la frappe de dirhams de bon aloi après une longue période de raréfaction de ce métal113.

  • 114 Il importe de remarquer que les monnaies d’argent exportées dans le cadre des commendes barcelonais (...)
  • 115 ACA, Cancelleria Reial, reg. 867, ffos 16r°-162r° ; le document du 22 juin 939 est inclus dans cett (...)
  • 116 Voir à l’appendice I les navires ayant appareillé entre 1339 et 1342 et dont la date de départ port (...)
  • 117 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)

57C’est encore dans ce contexte favorable que s’inscrivent les premiers témoignages relevés d’exportations catalanes d’argent vers le Levant, pendant la décennie 1330114. Le précieux métal entrait aussi dans la composition de la principale espèce monétaire utilisée en Catalogne, le croat, c’est pourquoi Pierre le Cérémonieux entendait en contrôler les exportations, comme l’atteste une ordonnance du 22 juin 1339 qui limitait la sortie des pièces frappées à Barcelone. Cependant, à la demande des Conseillers de la Cité, le monarque accorda également des licences de navigation et de transport d’argent vers l’île de Chypre, dès le mois d’août de la môme année, à l’exception toutefois des monnaies de Barcelone115. Huit autres autorisations du même type devaient suivre, permettant ainsi d’identifier les navires qui exportèrent de l’argent vers Chypre jusqu’à la date de juin 1342116 ; on notera au passage qu’il n’est alors jamais question de l’Égypte ou de la Syrie. Puis, le 30 avril 1343, le roi étendit cette possibilité d’exportation pour les Barcelonais à tout territoire situé hors des limites du royaume, mais en excluant toujours de cette mesure les monnaies de la capitale catalane117. Dès lors, les licences accordées pour les transports d’argent vers Chypre n’avaient plus de raison d’être.

  • 118 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », ffos (...)
  • 119 Le manque de précision dans les dates des comptes de la compagnie ne permet cependant pas de confir (...)

58Les documents commerciaux confirment ces exportations de métal précieux, pour la première fois dans les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila, entre 1334 et 1342 : 831 livres et 5 sous, soit 6,5 % du total des opérations à destination de Chypre, Beyrouth et Alexandrie, étaient investies en vaisselle d’argent — principalement des assiettes, des hanaps, des cuillères et des cruches. On remarquera cependant que seule la coque de Guillem Sa Riera et de Pere Comte, à destination d’Alexandrie, devait emporter ces marchandises118. Or la première licence d’août 1339, dont il vient d’être question, avait précisément été accordée à Pere de Mitjavila et ne faisait pourtant allusion qu’à Chypre. Le riche marchand y était certes lui-même qualifié de patron de la coque, ce qui permet éventuellement de supposer que ce navire n’était pas le même que celui commandé par Guillem Sa Riera et Pere Comte. Toutefois, la coïncidence troublante des noms et des dates invite à soupçonner Pere de Mitjavila d’avoir utilisé cette licence d’exportation à destination de Chypre pour des opérations commerciales avec Alexandrie119.

  • 120 Josep Plana i Borras, « La llei de la plata a l’Edat Mitjana », Anuario de Estudios Medievales, 16, (...)

59Toujours est-il qu’au cours de l’été 1343 des sommes bien supérieures parvenaient cette fois dans l’île de Chypre. Les comptes de Joan Benet, qui effectua alors un voyage vers l’île des Lusignan — comptes bien connus grâce aux travaux de J. Plana i Borràs — montrent en effet que ce marchand barcelonais emporta de Barcelone de l’argent pour un total de 1.942 livres 16 sous et 5 deniers, soit la quasi-totalité (88 %) de la valeur des produits qu’il transportait vers Chypre. Cependant il s’agissait cette fois, pour l’essentiel, de monnaies et non plus de vaisselle, comme on le verra plus loin120.

  • 121 Il s’agissait des coques commandées par Pere Carbonell, Pere de Cros et Pere Pocasanc : voir AHPB, (...)
  • 122 1 marc de Barcelone = 268 gr. (Cl. Alsina i Català, G. Feliu i Montfort et Ll. Marquet i Ferigle, P (...)

60Enfin six ans plus tard, deux coques appareillaient pour Candie, Rhodes, Chypre et Beyrouth, emportant d’importantes cargaisons d’argent que les commendes du notaire Jaume Ferrer ne permettent hélas que d’estimer très partiellement, en quantité comme en valeur121. Si l’on retient les seuls contrats exprimant une quantité, soit une trentaine seulement sur les cinquante-trois que compte l’ensemble de l’échantillon, le total obtenu est très légèrement inférieur à 767 marcs d’argent de Barcelone, soit un peu plus de 200 kg122, qu’il faut donc considérer comme un minimum sur ces deux navires.

  • 123 ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Llibre de deutes i de vendes e de comptes e de comandes a en (...)

61L’aspect décousu de ces premiers témoignages doit évidemment être attribué aux lacunes de la documentation. En effet, les exemples de 1343 et 1349 montrent bien que l’argent était temporairement devenu le principal article d’exportation barcelonais en direction de la Méditerranée orientale, devançant largement les draps catalans eux-mêmes, lesquels ne totalisaient en 1349 que 27 contrats contre 53 investis en argent, sur un total de 118 contrats. Par ailleurs, d’autres documents isolés attestent que le métal blanc était aussi expédié vers Chypre en 1347 et vers Alexandrie en 1348123.

  • 124 AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), ffos 82r°1, 82v°4 et 83v°5 ; seul figure le terme de vex (...)
  • 125 Federico Udina Martorell, « Un aspecto de la evolución económica sarda en el siglo XIV. La acuñació (...)
  • 126 J. Plana i Borras, « La llei de la plata a l’Edat Mitjana », p. 370.
  • 127 ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes de Joan Benet (1332-1356), f° 25r° (11 octobre 1348)  (...)
  • 128 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », f° 15 (...)

62Les nombreuses commendes de 1349 ne précisent généralement pas l’aspect sous lequel l’argent était commercialisé (dans 43 contrats sur 53), mais l’indication du poids en marcs, accompagnant parfois ces mentions de métal précieux, incite plutôt à penser qu’il pouvait s’agir d’argent sous forme de lingots ou peut-être de pièces. On trouve de la vaisselle dans trois contrats seulement, mais sans aucune description des objets confiés124. Les mêmes documents offrent en fait un peu plus de détails concernant les exportations sous forme de pièces de monnaie, présentes dans huit commendes : il s’agit presque toujours d’alfonsins, espèces frappées entre 1324 et 1362 et qui constituaient la version sarde du croat barcelonais125. Or, cette monnaie représentait déjà un peu plus de 60 %, pour la valeur, des exportations d’argent effectuées par Joan Benet en 1343126. Ces exemples pourraient donner l’impression que l’interdiction d’exporter des monnaies barcelonaises était scrupuleusement respectée, mais il ne faut pas oublier que la plupart des commendes s’abstiennent de préciser sous quelle forme le métal blanc était commercialisé. Or, deux contrats datant de 1348 et 1363 prouvent que des croats de Barcelone parvenaient effectivement au port d’Alexandrie127 ; l’absence de précision dans les autres actes invite à croire que ces cas n’étaient pas isolés. Quant aux lingots, ils n’apparaissent pas parmi les commendes, bien qu’ils soient présents dans les comptes de la compagnie Mitjavila — pour une somme de 131 livres — et dans ceux de Joan Benet128. Cependant, il faut bien entendu rappeler que dans la plupart des contrats aucun renseignement n’est donné quant à la nature de cet argent ; l’échantillon réduit qui nous reste n’a donc qu’une représentativité très limitée.

  • 129 AHPB Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), ffos 82v°1 et 81v°6. Le nom du bailleur est illisible, da (...)

63Les quantités exportées, mentionnées dans trois commendes sur cinq, dépassent dans deux cas seulement le seuil des 40 marcs (soit un peu moins de 10,7 kg) ; il s’agit de deux contrats investis en tournois, ce qui suggère que les hommes d’affaires qui maniaient d’importants volumes de métal précieux parvenaient mieux que les autres à réexporter des monnaies d’argent étrangères : les quantités confiées atteignaient dans le premier cas 100 marcs d’argent legis et 60 marcs de tournois pour une somme globale de 515 livres et, dans le second cas, 54 marcs de tournois et 5 livres et 4 onces d’argent sans autre précision, pour un total de 201 livres et 8 sous129. Toutefois, ces exemples sont exceptionnels et dans la plupart des cas les quantités sont plutôt modestes, sans doute en raison de la forte valeur de l’argent.

  • 130 C. Batlle i Gallart et alii, La ciutat consolidada, p. 180 ; J. Plana i Borras, « La llei de la pla (...)
  • 131 AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), f° 93v°2.
  • 132 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », f° 15 (...)
  • 133 ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes de Joan Benet (1332-1356), f° 25r°.
  • 134 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Med (...)
  • 135 C. Batlle i Gallart (coord.), L’expansió baixmedieval, pp. 308-310.
  • 136 Sur l’ensemble des 36 contrats à destination de Candie, Rhodes et Chypre, la moyenne n’est que de 6 (...)

64L’aloi du métal n’est, lui aussi, que rarement précisé. Seules quinze commendes sont investies en argent legis ou de ley, c’est-à-dire en un métal dont le degré de pureté correspondait bien à celui fixé par la « loi de l’argent », soit 11 deniers et 6 grans pour les grosses pièces et 11 deniers pour les petites ainsi que pour les alfonsins130. Un seul contrat signale un aloi plus pur encore, dépassant de 2,5 grans le seuil fixé pour l’argent legis131. Le prix du marc est parfois indiqué, ce qui permet là encore d’apprécier les nuances de finesse du métal : les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila font apparaître des valeurs comprises entre 72 et 80 sous le marc132 à une date que l’on ne peut situer qu’entre 1339 et 1342 ; en octobre 1348, des exemples de 70 sous le marc (pour des croats) et de 77 sous (pour des alfonsins) peuvent encore être relevés133 ; mais parmi les commendes de mai 1349, le prix des alfonsins chute et s’établit entre entre 65 et 67,5 sous134. Cette baisse s’explique sans doute par les premières mesures monétaires prises par le roi Pierre le Cérémonieux, à partir de 1349 précisément ; l’aloi du florin d’or d’Aragon — créé trois ans plus tôt, après la conquête du royaume de Majorque — fut une première fois officiellement diminué, sans que la parité de cette monnaie avec le croat d’argent changeât, ce qui invita donc à réduire également l’aloi des pièces en métal blanc ; cette situation devait perdurer jusqu’en 1408, date à laquelle la valeur du croat fut enfin relevée, passant de 11 à 18 deniers135. Ces prix du marc permettent d’autre part de déterminer la valeur de l’argent expédié vers le Levant, du moins lorsque les quantités sont mentionnées : rappelons en effet que, bien souvent, les commendes sont investies en plusieurs marchandises, pour une somme globale, ce qui empêche de connaître avec précision le prix de chacune ; le seuil de quarante marcs, évoqué précédemment pour la série des commendes de 1349, peut ainsi être évalué à 130-135 livres de Barcelone — en prenant pour base les prix de 65 à 67,5 sous indiqués dans les mêmes contrats —, soit une valeur nettement supérieure à la moyenne des commendes instrumentées la même année136 ; il n’est donc pas étonnant que cette quantité ait constitué une limite qui n’était qu’exceptionnellement dépassée.

  • 137 ACA, Cancelleria Reial, reg. 868, f° 78v° et reg. 869, f° 233r° ; et voir A. de Capmany i de Montpa (...)
  • 138 Marco Tangheroni, « Il Regnum Sardiniae et Corsicae nell’espansione mediterranea della Corona d’Ara (...)

65L’origine de l’argent n’est jamais indiquée dans les contrats ou les comptes de marchands. Toutefois, une série d’indices convergents désigne clairement la Sardaigne. Nous avons d’une part relevé que les alfonsins exportés avaient été frappés dans cette île. D’autre part, plusieurs licences parmi celles accordées par le roi Pierre IV pour exporter de l’argent, autorisaient leurs bénéficiaires à se rendre en Sardaigne avant de gagner Chypre137. Or, le gros de la production des riches mines sardes d’Iglesias était en effet affecté à la frappe des alfonsins, et pour l’essentiel destiné à l’exportation, en particulier vers la Catalogne ; l’Hôtel de la Monnaie de cette ville était ainsi en mesure de fournir jusqu’à 70.000 alfonsins par mois au cours des années 1330138. Les marchands catalans disposaient donc en Sardaigne d’une abondante et précieuse monnaie d’échange contre les épices orientales, qui explique ainsi l’ampleur des quantités d’argent emportées par Joan Benet en 1343, puis dans les commendes du printemps 1349.

  • 139 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 80-81.

66Le métal blanc qui parvenait en Méditerranée orientale trouvait sans doute un premier débouché important à Chypre, où il était refondu pour la frappe des monnaies royales. Francesco B. Pegolotti consacre en effet un long développement au coût de cette opération dans l’île des Lusignan, qui n’a d’équivalent nulle part ailleurs dans son ouvrage139. L’approvisionnement en argent de l’hôtel de la monnaie du royaume chypriote devait donc intéresser au premier chef les marchands occidentaux.

  • 140 E. Ashtor, Les métaux précieux et la balance des paiements du Proche-Orient à la basse époque, pp.  (...)

67D’autres indices montrent également que ce métal précieux était aussi destiné au Proche-Orient mamelouk, et sans doute plus précisément à la Syrie, où l’usage des monnaies d’argent était plus étendu qu’en Égypte140. En effet, en 1349, seules six commendes investies en argent (sur un total de 36) se rapportent au voyage à destination de Candie, Rhodes et Chypre, contre 47 (sur 83) pour celui vers Chypre et Beyrouth. Cette différence éloquente pourrait bien révéler une nette préférence pour l’écoulement de l’argent vers la Syrie.

  • 141 On remarquera que ces dates correspondent à l’assouplissement des interdictions pontificales sur le (...)
  • 142 E. Ashtor, Les métaux précieux et la balance des paiements du Proche-Orient à la basse époque, p. 4 (...)

68Les exportations catalanes d’argent vers Chypre, l’Égypte et la Syrie n’étaient pas isolées ; de nombreuses autres sources, vénitiennes et florentines notamment, témoignent d’une semblable recrudescence des transferts de métal blanc par les principales cités marchandes italiennes vers le Levant, en 1344 et 1345 en particulier141. La différence du prix de l’argent entre les deux rives de la Méditerranée, toujours due à sa production très inégale, expliquait bien sûr ce mouvement d’envergure. Ce négoce rapportait donc de substantiels bénéfices aux marchands de plus en plus nombreux qui s’y livraient142. Et l’évolution légèrement déclinante des prix du marc à Barcelone entre 1348 et 1349 n’était sans doute pas étrangère à l’ampleur des exportations de métal blanc vers l’Orient méditerranéen au cours de ces années.

  • 143 P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, p. 156, s’appuyant sur le témoignage de F.B. Peg (...)

69Enfin, si une grande partie de l’argent parvenu au Levant y était réutilisé pour la frappe de nouvelles monnaies, des quantités importantes poursuivaient également leur route jusqu’en Inde et en Chine, où elles étaient directement échangées contre les précieuses épices et la soie143.

b) Le commerce de l’argent après 1350

  • 144 AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357).
  • 145 AHPB, Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1385), ffos 4v°2, 5r°2 (1363), (...)
  • 146 ACA, Cancelleria Reial, Procesos en folio, leg. 129, no 18, ffos 29r°-30r°.

70Le trafic catalan de l’argent avant 1350 reposait donc sur une série de facteurs conjoncturels favorables. Ces derniers allaient-ils pouvoir perdurer longtemps encore ? Les lignes d’évolution postérieures à 1350 sont cependant moins évidentes à suivre depuis Barcelone, car la documentation y devient alors beaucoup plus clairsemée. Les exportations d’argent ont à l’évidence continué jusqu’au début des années 1390 : même si le précieux métal ne figure jamais parmi les marchandises répertoriées dans les huit contrats de nolis à destination de Chypre, Beyrouth et Alexandrie entre 1353 et 1357144, plusieurs commendes attestent bien que des exportations d’argent vers l’Orient méditerranéen étaient prévues en 1363, 1374 et 1379145, années pour lesquelles nous ne disposons pourtant que d’un nombre assez limité de contrats. En outre, l’un des principaux chefs d’accusation portés contre le marchand barcelonais Joan Ribalta lors de son procès, qui eut lieu en 1375, reposait sur le vol d’un lingot d’argent emporté à Alexandrie ; la quantité de métal, entre dix et douze marcs, avait rapporté au voleur, qui l’avait placée chez un changeur d’Alexandrie, cinquante besants de cette ville146.

  • 147 Il s’agissait de croats d’argent de Barcelone et de réaux d’or de Majorque (AHPB, Jaume Ballester, (...)
  • 148 ACA, Cancelleria Reial, Procesos en folio, leg. 134, no 9, ffos 1r° et 8v°.
  • 149 En dépit de ce qu’en dit Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I (...)

71Mais à quel rythme et sous quelles formes se sont effectuées ces exportations de métal précieux ? Les documents dont nous disposons sont trop épars pour autoriser des réponses sûres. Seules deux commendes d’octobre 1363 montrent que des monnaies étaient toujours expédiées vers le Levant147. Par ailleurs, dans son procès de 1375, Joan Ribalta était également accusé d’avoir emporté à Alexandrie la modique somme de douze livres de croats de Barcelone148 : les exportations de monnaies barcelonaises étaient donc toujours interdites, comme le rappelle clairement la formulation de ce nouveau chef d’inculpation149.

72À partir de 1389, les données sont à nouveau plus nombreuses, mais on est loin des records de l’année 1349 : on compte en effet au moins 42 commendes investies en métal blanc jusqu’en 1411. Cette nouvelle série est en outre discontinue, témoignant donc probablement d’exportations devenues de plus en plus irrégulières, car cette période (1393-1411) est précisément celle pour laquelle nous disposons du plus grand nombre de commendes (près de 1600) ; l’échantillon peut donc être tenu pour représentatif.

  • 150 Ibid., t. I, p. 358, n. 4, en a déjà donné un aperçu.
  • 151 C. Batlle i Gallart et alii, La ciutat consolidada, p. 180.
  • 152 Ibid., p. 180, et Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 35 (...)
  • 153 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 358, n. 3 ; et AHPB, (...)
  • 154 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 146r° ; et AHPB, Bernat (...)

73Les formes sous lesquelles l’argent était alors commercialisé diffèrent aussi de la première période (avant 1350). D’une manière générale, les contrats donnent plus de détails, surtout après 1389. On retrouve certes de la vaisselle, mais plus fréquemment qu’auparavant (dans 18 contrats)150 ; la production de grande qualité des orfèvres barcelonais151 trouvait donc dans le commerce avec l’Égypte et la Syrie un petit débouché au tournant des XIVe et XVe siècles. En outre, une nouvelle forme fait son apparition : des fragments de lingots, du degré de pureté exigé à Barcelone et par conséquent marqués du poinçon de la corporation des orfèvres, qui sont désignés dans les sources par l’expression « argent trencat e marcat »152 ; dix contrats au moins attestent leur exportation vers l’Égypte et la Syrie en 1395-1396 et 1400153. Enfin, à l’exception de deux commendes investies en carlins de Sicile et en une monnaie d’argent non précisée154, les pièces de métal blanc avaient totalement disparu, au cours de cette nouvelle période.

  • 155 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 111r° : 22 marcs ; AHPB, (...)
  • 156 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 145v° (2 juin 1396 ; 21 (...)
  • 157 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 111r° (4 mai 1396 ; 22 m (...)

74Les quantités expédiées ne sont en revanche précisées que dans une dizaine de contrats ; elles sont généralement faibles et ne dépassent les dix marcs que dans deux cas seulement155. Le prix de cette unité n’est jamais indiqué ; un seul contrat, qui précise à la fois le poids et le prix d’argent trencat e marcat, permet toutefois de le déduire : la valeur du marc y atteint 98 sous et 2 deniers156. Un prix assez proche, soit 90 sous et 11 deniers, peut être calculé dans une autre commende investie en « argent » sans aucune autre précision157. Ces prix n’ont bien sûr qu’une valeur indicative, puisque trop peu nombreux pour être considérés comme des données représentatives. Quant à l’aloi, il n’est jamais chiffré et les notaires se contentent de l’expression « ad marcham Barchinone » ou « marcat », que l’on rencontre au total dans 17 contrats, eux aussi répartis sur les années 1395-1396 et 1400.

  • 158 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 276, 389-390 ; Id., « Étud (...)

75La comparaison avec les données de la première période (avant 1350) est éloquente : les contrats sont numériquement, et surtout proportionnellement, beaucoup moins nombreux, mais aussi plus irréguliers ; les quantités expédiées, elles, sont nettement plus faibles et les contrats investis en vaisselle d’argent, beaucoup plus nombreux. Nul doute que le contexte ait alors été très différent de celui des années 1340. Pourtant, ces caractéristiques très claires ne concordent pas avec ce que l’on sait de la situation en Égypte et en Syrie. Ces pays connaissaient en effet une véritable pénurie d’argent au début du règne des Mamelouks circassiens, car leur État était dans ce domaine de plus en plus dépendant des importations provenant d’Occident, mais le déclin de la production en Europe au même moment vint tarir cette source d’approvisionnement. Les sultans se virent ainsi contraints de frapper des dirhams dépréciés158.

  • 159 P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, pp. 348-349 ; J. Day, « L’economia de la Sardeny (...)
  • 160 F. C. Lane relève que même le courant d’exportation d’argent en provenance de Venise s’orienta vers (...)
  • 161 J. Day, « The Great Bullion Famine of the Fifteenth Century ». Voir également son « Introduction » (...)
  • 162 P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, pp. 349-351.

76Le contexte dans l’ensemble de l’Europe était lui aussi très différent de celui des années 1340. L’argent commençait en effet à se raréfier en raison de l’épuisement des mines occidentales, qui gagna également les mines sardes d’Iglesias à partir de la fin des années 1340159. En outre, les longs conflits entre la France et l’Angleterre, puis entre la couronne d’Aragon et la Castille à partir de 1356, devaient conduire à une considérable augmentation de la demande de métal blanc en Occident160. Il en résulta donc une longue phase déflationniste de réduction de la masse monétaire, qui caractérisa aussi la majeure partie du XVe siècle161. Ces conditions nouvelles devaient fortement limiter les exportations d’argent vers la Méditerranée orientale. Seule Venise était épargnée par ce contexte défavorable, en raison de sa proximité avec les mines de Bosnie et de Serbie, exploitées à partir de la fin des années 1370162.

  • 163 Ibid., pp. 353-354.
  • 164 La Pratica datiniana (seconde moitié du XIVe siècle) fournit des équivalences entre le marc des pri (...)

77La Sérénissime était donc en mesure de tirer profit de la nouvelle conjoncture favorable ; toutefois, l’importance désormais acquise par l’or devait l’amener à limiter ses exportations d’argent en direction de l’Égypte et de la Syrie163. Les autres nations italiennes ne restaient pas inactives ; en effet, des manuels de commerce florentin et génois datant de la seconde moitié du XIVe siècle, ainsi qu’une liste de prix de marchandises à Damas en 1386 — communiquée par un facteur de la compagnie Datini de Prato —, montrent que d’autres commerçants italiens exportaient eux aussi volontiers de l’argent vers ces régions et s’efforçaient en tout cas d’y trouver des conditions d’écoulement avantageuses164.

  • 165 E. Ashtor, « Étude sur le système monétaire des Mamlouks circassiens », p. 276 ; B. Shoshan, « Exch (...)
  • 166 E. Ashtor, « Étude sur le système monétaire des Mamlouks circassiens », p. 276.
  • 167 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), ffos 8v°2, et 35v° (...)

78De son côté, le nouveau sultan circassien al-Mu’ayyad Sẖaykẖ parvint finalement à maîtriser les désordres monétaires dans son pays par la frappe de nouveaux dirhams de bon aloi en Syrie en 1412, puis en Égypte à partir de 1415, grâce à l’afflux de grandes quantités d’argent provenant d’Asie centrale, selon E. Ashtor, ou bien, selon B. Shoshan, par une politique délibérée de surévaluation de l’argent par rapport à l’or destinée à attirer ce métal dans ses États165. À l’appui de sa démonstration, E. Ashtor signale que dès 1407 les Vénitiens remarquaient que la demande en argent des Mamelouks, n’était plus aussi pressante, puisqu’un document émanant du Sénat affirmait que « tota Siria vult ducatos auri et non argentum »166, ce qui montre également l’importance acquise par l’or. Les commendes barcelonaises semblent aussi refléter cette nouvelle conjoncture : le trafic d’argent des années 1406-1407 n’était plus composé que de quelques objets (cuillers, coupes, colliers, ceintures, etc.)167 et jamais plus de lingots, qu’ils soient entiers ou en fragments.

  • 168 C. Batlle i Gallart (coord.), L’expansió baixmedieval, p. 310.
  • 169 Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, no 65.

79Une décision du roi Martin allait en outre contribuer à limiter encore les exportations catalanes d’argent : la nécessaire revalorisation du croat, qui passa de douze à dix-huit deniers en 1408. Sa parité avec le florin d’or était ainsi ramenée de onze à sept croats et six deniers168. Cette mesure, qui visait à mettre un terme aux fuites de métal blanc en direction de la France, allait évidemment limiter toutes les exportations d’argent quelle qu’en fût la destination. Ainsi s’expliquerait la quasi-disparition, remarquée après 1411, des mentions d’exportations catalanes de métal précieux dans l’ensemble de la documentation barcelonaise. Les données très complètes recueillies pour la nef de Bartomeu Amar, partie en décembre 1415, ne font en effet apparaître que la quantité dérisoire de trois « peces d.argent blanch » pesant seulement vingt onces169.

  • 170 E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, pp. 108-109.
  • 171 F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, doc. 93, p. 318 : valeurs des marc (...)

80À la même époque, cependant, les marchands italiens continuaient d’approvisionner les Mamelouks en métal blanc. Vers 1420, Emmanuel Pilori, fin connaisseur des réalités économiques et commerciales du Levant, affirmait en effet que les Vénitiens expédiaient en Égypte « [des] piatines d’argent, et aussi [de l’]argent laboré »170. Par ailleurs, une liste de prix des marchandises, établie à Damas en 1424 par les soins d’un marchand vénitien confirme que les hommes d’affaires de la Sérénissime vendaient de d’arzento di bolla sur la principale place de commerce syrienne171.

  • 172 C. Batlle i Gallart (coord.), L’expansió baixmedieval, p. 310.
  • 173 E. Ashtor, « Étude sur le système monétaire des Mamlouks circassiens », p. 282.
  • 174 J. L. Bacharach, « Circassian Monetary Policy », p. 277; et B. Shoshan, « Exchange-Rate Policies in (...)
  • 175 P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, p. 355.
  • 176 AHPB, Bernat Sans, Manual de comandes (août 1428 - octobre 1430), ffos 14r°4 et 21v°3.
  • 177 AHPB, Bartomeu Masons major, Manual d’Assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), ffos 58r°-v°, 97 (...)
  • 178 P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, pp. 376-377.

81Cependant, à partir de 1425, des modifications intervenues dans le domaine monétaire — en Catalogne comme en Égypte et en Syrie — allaient à nouveau bouleverser les rapports qui s’étaient instaurés depuis le début du XVe siècle. Du côté catalan, le contexte redevenait favorable aux exportations d’argent, puisqu’à cette date la valeur du croat avait été réduite de 18 à 15 deniers afin de faire face à l’invasion de monnaie française de mauvaise qualité172. Avec cette dévaluation, il devenait donc de nouveau plus avantageux d’écouler du métal blanc hors des limites du Royaume. Au même moment, des conditions nouvelles se dessinaient en Égypte et en Syrie, créant ainsi les conditions propices pour y attirer ce courant d’exportation car, selon E. Ashtor, l’État mamelouk devait alors faire face à une nouvelle pénurie d’argent. Cet auteur a en effet constaté que la valeur des dirhams recommença à baisser, d’abord en Égypte puis, après 1425, en Syrie, en raison de la diminution de leur poids et, par conséquent, de la quantité de métal précieux qu’ils contenaient173. Selon J. L. Bacharach et B. Shoshan, cependant, ce sont des motivations religieuses et une politique de prestige qui seraient à l’origine des efforts réalisés par les sultans circassiens pour attirer les monnaies d’argent périmées afin de refondre celles-ci sous forme de dirhams174. D’autre part, à partir de 1429, on assiste à un ralentissement des exportations vénitiennes d’argent en raison de l’essoufflement de la production des mines de Serbie et de Bosnie175. Le contexte était donc à nouveau favorable aux Catalans, et de fait une timide reprise des exportations barcelonaises d’argent devait se produire en 1429-1430 : seules deux commendes pour Rhodes et Alexandrie176 attestent le phénomène, mais les quantités de métal commercialisé atteignent 104 marcs dans l’une de ces commendes, pour une valeur de 446 livres et 17 sous — soit près de 86 sous le marc. Des assurances couvrant de la vaisselle, mais aussi de l’argent en maça, peuvent également être relevées en 1429 à destination de Rhodes, centre de redistribution vers l’ensemble de la Méditerranée orientale177. Cependant, cette reprise fut sans doute de courte durée compte tenu de la nouvelle et grave pénurie de métaux précieux qui s’abattit sur l’Europe à partir des années 1420-1430178.

82La mise en relation des exportations catalanes d’argent avec la conjoncture monétaire en Occident, ainsi qu’en Égypte et en Syrie, reste certes un exercice difficile et sans doute quelque peu hasardeux, compte tenu du nombre limité de documents et de leur manque de précision, d’une part, et de la complexité de ces questions monétaires, d’autre part. On retiendra néanmoins que la coupure du milieu du XIVe siècle n’est pas seulement due à une répartition arbitraire de la documentation catalane conservée et qu’elle correspond bien à un changement de contexte profond et durable, lequel ne caractérise d’ailleurs pas seulement la Catalogne en Europe. À partir de cette date, le métal blanc ne constitua plus qu’une marchandise très secondaire pour le commerce du Levant. L’ampleur des flux d’argent catalan au cours des années 1340 apparaît donc d’autant plus exceptionnelle.

Le corail

  • 179 Une première version des développements qui vont suivre a déjà été présentée dans Damien Coulon, «  (...)
  • 180 Voir Salvador Raurich Ferriol, « La pesca del coral en la costa NE de Cataluña. Reseña histórica »,(...)

83À la fin du Moyen Âge, le corail179 était abondamment répandu dans les eaux de Méditerranée occidentale, des côtes catalanes à l’Adriatique et de la Provence à l’Afrique du Nord. Ses techniques de pêche ne retiendront pas notre attention, en raison de leur caractère très particulier qui nous éloignerait de la problématique de relations marchandes entre Barcelone et le Levant ; en outre, de nombreuses études ont déjà fort bien fait le point sur ce thème180. En revanche, les étapes et les circuits de sa commercialisation par les Catalans méritent une étude détaillée.

a) La commercialisation du corail vers l’Orient par les Catalans avant 1380

  • 181 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, pp. 75, 96, 103, 136, etc.

84Dès le milieu du XIIIe siècle, le corail faisait déjà l’objet de transactions commerciales en Catalogne, comme l’attestent les différentes versions des tarifs douaniers de Collioure et de Tortosa, qui s’échelonnent jusqu’au milieu du XIVe siècle181 ; mais il s’agissait là d’un trafic purement régional.

  • 182 Si l’on excepte un premier contrat isolé daté du 14 juillet 1295, à destination d’Alexandrie ; voir (...)
  • 183 Treize charges et douze livres de corail du cap de Creus, valant 226 livres et 9 sous (J. M. Madure (...)
  • 184 A. López de Meneses, « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Barbara », doc. 13, pp. 44-45.
  • 185 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r°, 23r°, 47v°, 55r°, 61v°, 80r°, (...)
  • 186 Voir le nolis du 9 septembre 1368, de Collioure à Chypre, distinguant le corail poli dont le transp (...)
  • 187 Livre de comptes de Joan Benet : voir J. Plana i Borras, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Ven (...)

85Il faut en fait attendre le milieu du XIVe siècle pour voir apparaître, de façon encore exceptionnelle, cet article dans le négoce avec le Levant182. Le livre de comptes, particulièrement volumineux, de Pere de Mitjavila et de sa compagnie marchande (1334-1342) fait en effet état du transport d’un gros chargement de corail catalan à destination d’Alexandrie183. En 1356, un document de chancellerie confirme encore le caractère exceptionnel de cet article : le 4 août, le roi Pierre le Cérémonieux demandait à la comtesse d’Empúries de lui céder, en plus de quelques bijoux, « una bella brancha de corall » dont il souhaitait faire présent au sultan du Caire, afin d’obtenir de ce dernier les reliques de sainte Barbe184. La série de contrats de nolis des années 1350 confirme également l’exportation de corail vers le Levant185, mais ces documents n’apportent pas la preuve de quantités réellement transportées de Barcelone vers l’Orient méditerranéen ; et de fait, l’absence d’une tarification distinguant différentes variétés, comme ce fut le cas ultérieurement186, indique que cette marchandise n’était sans doute pas courante à bord des navires catalans au cours de cette période. Cette déduction est en outre confirmée par d’autres sources regroupant un assez grand nombre d’opérations : le livre de comptes de Joan Benet, rédigé à l’occasion du voyage que ce négociant fit à Chypre en 1343, ne fait pas une seule fois allusion au corail, pas plus que les 118 commendes pour l’Orient méditerranéen relevées au cours du printemps 1349187.

  • 188 S. Raurich Ferriol, « La pesca del coral en la costa NE de Cataluña. Reseña histórica », p. 376 ; à (...)
  • 189 R. Muntaner, Crònica o descripció dels fets e hazanyes del ynclit rey don Jaume primer rey d’Aragó,(...)
  • 190 M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, p. 73 ; et (...)

86Les Catalans disposaient pourtant de corail sur leurs propres côtes — comme le montrent les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila et la requête de Pierre le Cérémonieux à la comtesse d’Empúries — qui a priori leur aurait permis d’alimenter un trafic plus nourri avec le Levant dès cette époque, même si l’on pourrait certes objecter que l’exploitation des récifs du Principat fut surtout active à partir du XVIe siècle188. Mais de plus, la conquête du port d’Alghero par les Catalano-Aragonais en 1354 mit à la disposition de ces derniers de très riches bancs, dont Ramon Muntaner avait déjà signalé la très grande valeur dans sa célèbre chronique189. Cette région devait d’ailleurs devenir pour longtemps leur principale source d’approvisionnement, lorsque le commerce du corail prit de l’ampleur190.

  • 191 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2314, ffos 92r°-107v° et appendice II.
  • 192 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 127 ; certes, ce manuel visait surto (...)
  • 193 AHPB, Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1385), ffos 76v° et 77r° (9 et (...)

87Pourtant les quelques documents dont nous disposons montrent clairement que cet article joua un rôle secondaire jusqu’aux environs de 1380. L’inventaire des marchandises chargées sur le pàmfil royal parti pour Alexandrie en 1374 révèle que trois quintaux de corail seulement avaient été chargés à bord, ce qui faisait bien peu à côté des 808 quintaux de miel et des 242 quintaux d’amandes embarqués, sans compter les nombreux autres produits191. Ce cas d’expédition d’un navire royal reste certes un peu particulier et n’autorise assurément pas à considérer comme représentatives les quantités de marchandises qui se trouvaient à son bord. Mais on notera en outre que le manuel de commerce catalan, daté de 1385 environ, ne mentionne le corail que pour en donner l’équivalence en poids de Gênes sur la place d’Alexandrie et ne fournit aucun indice de sa commercialisation par des Catalans192. Enfin, les commendes barcelonaises apportent également leur lot de résultats, certes très partiels mais malgré tout utiles : entre 1350 et 1380, seules deux d’entre elles, toutes deux contractées en 1379, attestent l’exportation de corail vers l’Égypte et la Syrie — sur un total de 59 mentionnant des produits d’exportation193.

b) La commercialisation du corail vers l’Orient par les Catalans après 1380

  • 194 Trois commendes investies en corail à destination du Levant sont conclues en 1382 (AHPB, Gombau, Ma (...)

88À partir de 1380, les témoignages de commercialisation de corail par des Catalans, vers l’Égypte et la Syrie se multiplient — alors que la documentation est à peine plus abondante jusqu’en 1390194.

89Comment expliquer que les marchands du Principat aient attendu si longtemps avant de se lancer dans la commercialisation d’un produit dont ils disposaient en abondance depuis une trentaine d’années et qui allait bientôt devenir le fleuron des exportations catalanes vers le Levant ? Et pourquoi ce phénomène se produisit-il au cours des années 1380 ? La tendance économique très déprimée au cours des années 1350-1380 pourrait en fait expliquer cette indifférence des Catalans à l’égard du corail. Les épidémies de peste et leurs conséquences démographiques et économiques après 1348, en Occident comme en Orient, de même que le long conflit soutenu par la couronne d’Aragon contre la Castille (1356-1373), puis le raid du roi Pierre Ier de Chypre contre Alexandrie en 1365, avaient créé un contexte de longue durée tout à fait défavorable au grand commerce, et par conséquent à l’introduction d’un nouveau produit dans ses circuits.

  • 195 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 403-404, et A. Rich (...)
  • 196 AHPB, Gombau, Manual (1382-1384), ffos 10v°4, 11r°3, 11r°6 (1382) ; AHPB, Joan Nadal, Manual de com (...)

90La montée en puissance du trafic de corail dans le négoce avec le Levant au cours des années 1380 paraît en outre due à un groupe bien précis : les juifs. À Barcelone, cette minorité s’était en effet spécialisée dans la taille du corail à partir de la seconde moitié du XIVe siècle195. Or, plus d’une dizaine de commendes conclues au cours des années 1380, furent confiées par plusieurs d’entre eux196, alors qu’ils ne participaient pas en aussi grand nombre au trafic des autres denrées vers le Levant.

  • 197 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 129r°2 (signalé par Cl. (...)
  • 198 É. Baratier et F. Reynaud (coord.), De 1291 à 1480, pp. 232-235 ; les Marseillais s’étaient d’aille (...)

91Cependant, après les violents pogroms de 1391, les juifs disparurent tous de ce négoce, comme en témoigne la nouvelle série de contrats commençant en 1393. Le vide qu’ils laissèrent ne fut pas immédiatement comblé par les marchands chrétiens de Barcelone. En effet, jusqu’en 1397, ils furent principalement remplacés par un très petit groupe de négociants d’Avignon, puis de Marseille, qui utilisèrent des navires catalans pour exporter des quantités de corail considérables ; le plus gros contrat relevé, toutes marchandises confondues, fut en effet confié en juin 1396 par l’homme d’affaires marseillais Estève Symondel, pour une valeur de 6.300 livres de Barcelone investies en 59 quintaux de corail torejat et quatre quintaux de corail de tallar en brancha — soit au total près de 2,6 tonnes197. L’organisation de convois armés de Barcelone vers la Syrie et l’Égypte entre 1395 et 1397 semble avoir constitué, aux yeux des Provençaux, un avantage décisif par rapport à la marine marseillaise, dont les bâtiments avaient en effet connu bien des déboires sur la route du Levant avant 1395198.

92La participation des Provençaux au trafic de Barcelone fut cependant de courte durée. En effet, sans doute en raison de l’abandon des convois de galées en 1398, ils disparaissent des contrats notariés barcelonais à partir de cette date et sont alors remplacés par les marchands catalans qui contrôlent enfin seuls le trafic du corail vers le Levant. L’impulsion donnée par ces quelques négociants provençaux, après les juifs de Barcelone, aura ainsi permis aux Catalans, et plus particulièrement à une élite marchande, de s’engager pleinement dans le commerce d’un nouvel article onéreux qui contribua à puissamment dynamiser les échanges avec l’Orient méditerranéen à partir de la fin du XIVe siècle. Comme le laissent entrevoir les graphiques 8 et 9 (voir pp. 364-365), en dépit de fortes irrégularités l’exportation de cette matière précieuse devait en effet se révéler bien plus durable que celle de l’argent et soutenir de manière décisive la croissance du commerce barcelonais.

  • 199 Voir le détail des cargaisons, avec les mêmes réserves de méthode pour utiliser les résultats obten (...)
  • 200 Galée de G. de Doni, voir ACA, Generalitat, reg. 186.1 bis, ffos 100r°-114v° ; voir aussi le graphi (...)

93Il ressort en effet des éléments ainsi quantifiés que le corail est bien l’une des marchandises les plus commercialisées entre Barcelone et les ports mamelouks, du moins certaines années : près de 9.000 livres sont par exemple investies sur les cinq galées commandées par Ferrer de Gualbes en 1396, et plus de 8.000 sur deux autres navires en 1400199 ; la part du corail dans l’ensemble des marchandises exportées vers le Levant dépasse le tiers ces années-là d’après les documents conservés. Ces données ne reflètent certes pas les proportions exactes dans lesquelles le corail était réellement exporté vers le Proche-Orient. Par exemple, les commendes se rapportant à la galée commandée par Gherardo de Doni en 1407 font seulement état d’un peu moins de 500 livres, tandis que le complément d’informations fourni par un registre du dret d’eixides de la Generalitat — exceptionnellement conservé pour l’année 1407 — montre que le total investi en corail atteignait en fait 1.661 livres sur ce navire ; bien d’autres cas similaires pourraient encore être cités200. Les valeurs exprimées dans ces histogrammes ne constituent donc que des minima, des exemples précis mais incomplets, de transports de corail. Par conséquent, les résultats obtenus doivent encore être majorés, ce qui souligne d’autant plus l’ampleur de ce trafic.

Graphique 8. — Investissements en corail vers l’Égypte et la Syrie (d’après les commendes de l’Arxiu Històric de Protocols de Barcelone, entre 1388 et 1416). [Les données tirées des registres du dret d’exides de la Generalitat ; exceptionnellement disponibles pour l’année 1407, ont été ajoutées, de même que celles de la Junta de Comerç en 1415 (voir les graphiques 3, p. 310 et 6, p. 311)]

  • 201 E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, pp. 147 et 108.
  • 202 Voir l’évolution de la structure des investissements, supra p. 302.

94En outre, sur certains navires — et bien sûr dans la limite des contrats qui nous sont parvenus —, les sommes investies en corail dépassent celles consacrées aux draps, qui pourtant figuraient nettement en tête des exportations, comme nous l’avons constaté. Emmanuel Piloti confirme pour sa part que le corail était apporté en Égypte par les Catalans « à grand quantité, en casses et pour très-grant valeur », et que « chescune casse soloit valoir de V.C. en mille ducas »201. En effet, il arrivait parfois que de très grosses sommes soient investies en corail en une seule transaction. Sur l’ensemble des commendes relevées entre 1349 et 1435, quatre des six plus gros contrats sont investis en corail — et notamment les deux plus importants, qui atteignent respectivement un montant de 6.300 et 2.440 livres —, la moyenne s’établissant, on l’a vu, à un peu plus de 127 livres, mais la médiane se situant au-dessous de 60 livres (57,8 ll.). Ces cas ne sont pas isolés, même si les autres sommes ne sont pas aussi considérables. Le tableau 45 (voir pp. 368-369), qui regroupe les plus gros contrats relevés, donne un aperçu significatif de l’ampleur que pouvaient atteindre ces exportations vers le Levant. Ces quelques exemples permettent de constater que les commendes investies dans cette marchandise mobilisaient des capitaux très supérieurs à ceux consacrés aux draps par exemple, et que les exportations de corail ont bien contribué à une augmentation significative des capitaux investis vers le Levant à partir de la dernière décennie du XIVe siècle202.

Graphique 9. — Part des investissements en corail, par rapport à l’ensemble des marchandises commercialisées par les Catalans [d’après les commendes de l’Arxiu Històric de Protocols de Barcelone entre 1388 et 1416]

  • 203 Voir en particulier le graphique 8, p. 364.
  • 204 Ce qui n’est pas le cas en 1398-1399, 1402, 1410 et 1412 ; voir le graphique 9, p. 365.

95Hormis leur ampleur, un autre trait caractérise également les transports de corail tels qu’ils apparaissent dans les minutiers de commendes barcelonais : leur très grande irrégularité203. À côté des records des années précédemment citées apparaissent des chiffres insignifiants, comme en 1398-1399 ou en 1402. Pire encore, en 1405 aucune caisse de corail ne semble avoir été exportée vers l’Égypte et la Syrie alors que près d’une centaine de commendes datées de cette année ont été conservées204. Ces résultats très inégaux s’expliquent à la fois par les lacunes de la documentation et par des facteurs conjoncturels. L’étude des données recueillies année par année le démontre assez clairement.

96En 1398-1399, en effet, les exportations de corail paraissent s’effondrer et le phénomène pourrait bien être attribué à la disparition des Marseillais et des Avignonnais. On notera cependant que le nombre total de commendes relevées au cours de ces années est un peu plus restreint qu’auparavant (moins de quarante contrats) ; il se pourrait donc aussi que des lacunes dans notre documentation soient à l’origine de cette apparente interruption du trafic de corail vers l’Égypte et la Syrie.

97Quoi qu’il en soit, en 1400, les exportations culminent à nouveau, comme l’attestent les données recueillies pour la nef de Guillem Passadores et de Francesc Fogassot, partie de Barcelone en janvier, qui emportait du corail pour une valeur record de plus de 7.500 livres et une quantité de plus de 3,6 tonnes.

  • 205 F. Melis, Aspetti della vita economica medievale, p. 30.

98Cependant, un événement vint brutalement interrompre cette florissante activité : le raid de Tamerlan en Syrie au cours de l’hiver 1400-1401. C’est en effet la même nef qui rapporta la nouvelle de l’invasion de la Syrie par Tamerlan aux facteurs de la compagnie Datini en Occident, alors qu’elle venait de quitter Beyrouth en décembre 1400205.

  • 206 AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), ffos 16r°-18v° ; contrats du 16 no (...)
  • 207 Voir le tableau des quantités de corail chargées sur les navires, dans D. Coulon, « Un élément clef (...)

99Cette catastrophe eut vraisemblablement des répercussions directes sur les opérations que devaient mener les marchands embarqués à son bord, car aucune des commendes ne fut cassée au retour, à l’inverse de la grande majorité des contrats étudiés. Et lorsque le même navire repartit pour Alexandrie en novembre 1401, les négociants qui avaient pris part à cette expédition ne laissèrent dans la documentation des archives notariées que des changes maritimes, contre une seule commende — précisément investie en corail206. Enfin, aucun navire ne concentra plus par la suite pareilles quantités de corail. En dépit de la prudence que doivent inspirer les résultats issus de sources partielles, il paraît évident que le préjudice causé entraîna un effort de répartition du corail sur plusieurs bâtiments, dont les départs furent échelonnés tout au long de l’année, comme en témoignent les données recueillies en 1403 et, dans une moindre mesure, en 1404207. Ces attitudes de recherche de garanties et de protections prouvent à quel point les pertes furent considérables pour les marchands barcelonais. Les perturbations entraînées par le raid de Tamerlan sont donc sans doute à l’origine du nouvel effondrement des exportations — certain, cette fois — entre Barcelone et les ports mamelouks en 1401-1402.

  • 208 Voir sufra les graphiques 5 (p. 310) et 6 (p. 311).

100Une fois le danger écarté, le trafic du corail reprit donc son cours, mais avec une nouvelle chute, très marquée et difficilement explicable, en 1405. Ce n’est toutefois qu’après 1406 que les sommes investies et les quantités embarquées témoignent d’un essoufflement durable, comme l’ensemble des échanges de Barcelone avec l’Égypte et la Syrie. Toutefois, l’exemple de deux cargaisons assez complètes qui nous sont parvenues montre que le corail constituait toujours entre 20 % et 25 % des marchandises embarquées sur la galée de Gherardo de Doni en 1407 et sur la nef de Bartomeu Amar en 1415208.

  • 209 Voir le développement consacré aux destinations du commerce du Levant, supra, p. 193. Exemples de c (...)
  • 210 AHPB, Bartomeu Masons major, Manual d’Assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), ffos 93r°-v°, 96 (...)
  • 211 S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptensim Spätmittelalter, p. 337.
  • 212 G. Bresc-Bautier, « Le corail sicilien dans la Méditerranée médiévale », p. 182. Les données issues (...)
  • 213 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 362-364. Aux contra (...)
  • 214 Les exportations de corail n’ont en effet pas été affectées en valeur ou en quantité par la réorien (...)

101En fait, au cours de la quinzaine d’années qui s’écoula entre 1406 et 1420 environ, de nombreux changements intervinrent. Nous avons d’une part constaté que les marchands catalans abandonnèrent progressivement les ports de Syrie au profit de l’île de Rhodes209.Toutefois, d’importantes quantités de corail continuèrent à être directement exportées en Égypte210 ; cet article fut même au centre de la rupture des relations entre Alphonse le Magnanime et le sultan Barsbāy en 1432, quand celui-ci étendit les mesures de monopole au corail, ce qui pour les Catalans constituait une violation du traité de 1430211. D’autre part, les sources d’approvisionnement se diversifièrent également : un gisement de corail ayant été découvert en 1418, au large de Trapani, la Sicile devint à son tour un important fournisseur212. Cependant, vu de Barcelone, le corail sarde paraissait toujours dominer les campagnes de pêche et les arrivages213. Ces nouveaux débouchés et sources d’approvisionnement montrent donc que le réseau des exportations catalanes de corail vers l’Orient méditerranéen se recomposait et devint plus complexe à partir des années 1420, mais sans que soient véritablement modifiées l’ampleur et la composition du trafic214.

Tableau 45. — Principaux investissements en corail pour l’Égypte et la Syrie (en livres de Barcelone) [d’après les commendes barcelonaises]

Dates

Quantités et types de corail commercialisés

Montant de la commende

Total du comù

Navires et destinations

Références

16 mai 1394

5 caisses de corail.

1.049,76

Nicolau Pujada (Chypre-Beyrouch)

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 38v°1.

2 juin 1396

4 quintaux de corail « tor de tallar en brancha » ; 59 quintaux de corail « torejat »

6.300 (+ change de 1.500 livres)

Galées commandées par Francesc de Gualbes (Beyrouth)

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 122r°.

8 juin 1397

Plus de 21 quintaux de corail « tortjat ».

1.050

1.706,36

Galées commandées par Pere Oliver (Ch ypre-Bey routh )

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), fos 184r° (et 186r°).

16 juin 1397

Plus de 12 quintaux de corail « torejat ».

834,93

Galées commandées par Pere Oliver (Chypre-Beyrouth)

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), fos 185v°.

27 janvier 1400

231 liv. de corail « tor de tal » ; plus de 9 quintaux de corail « mercader ».

586,6

l.173,2

Guillem Passadores et Francesc Fogassot (Beyrouth)

AHPB, B. Nadal, Secundus liber ( 1397-1403), f° 52v°2.

27 janvier 1400

Plus de 8 quintaux de corail « mercader » ; plus de 220 liv. de corail « tor de tall ».

608,5

1.087,4

Guillem Passadores et Francesc Fogassot (Beyrouth)

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (1397-1403), f° 53v°1.

27 janvier 1400

543 liv. de corail « tor de tall » ; plus de 14 quintaux de corail « torejat ».

1.154,01

2.309,l

Guillem Passadores et Francesc Fogassot (Beyrouth)

AHPB, B. Nadal,Secundus liber (1397-1403), f° 53v°2.

27 janvier 1400

Plus de 8 quintaux de corail « torejar » ; 188 liv. de corail « tor »

507,66

1.015, 81

Guillem Passadores et Francesc Fogassot (Beyrouth)

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (1397-1403), f° 54r°1.

27 janvier 1400

Plus de 7 quintaux de corail « torde tall » ; plus de 525 liv. de corail en branche et « tor de tall ».

859.7

1.719,4

Guillem Passadores et Francesc Fogassot (Beyrouth)

AHPB, B. Nadal. Secundus liber (1397-1403), f° 54r°2.

5 avril 1403

2 caisses de branches de corail ; 6 caisses de corail « torejat » ; 1 « marsapà » de boutons de corail.

1.784.87 (dont 22 draps de la terra)

Joan Boni (Chypre-Beyrouth- Alexandrie)

AHPB, T. de Bellmunt, Manual (septembre 1402 - avril 1406), f° 12v°.

5 avril 1403

164 liv. de « tor de corail » ; plus de 19 quintaux de corail « torajat » ; plus d’un quintal de « mijans » corail.

1.860,82 (dont u’autres marchandises)

Joan Boni (Chypre- Beyrouth-Alexandrie)

AHPB, A. Lledó, Llibre (mai 1394 - janvier 1404), f° 28v°.

27 novembre 1403

Plus de 3 quintaux de « socha » et de « migans menuts » de corail ; plus de 16 quintaux de corail « torejat »

1.031,56

Gabriel Amigo (Rhodes-Chypre, Beyrouth-Alexandrie)

AHPB, T. de Bellmunt, Manual (septembre 1402 - avril 1406), f° 38r° 2.

24 janvier 1404

152 liv. de « tor de corail » ; plus de 14 quintaux de corail « torejat » ; 4 quintaux de -« socha » de corail ; 6 quintaux de « migans » de corail.

510

1.170

Nicolau Pujalt (Alexandrie)

AHPB, T. de Bellmunt, Manual (septembre 1402 - avril 1406), f° 45r°2.

15 février 1406

23 quintaux et 6 arr. de corail « torejat » ; plus de 6 quintaux de « migans » de corail.

2.440

Joan Boni et Pere Doy (Beyrouth-Alexandrie)

AHPB, B. Nadal, Manuale (octobre 1404 - août 1410), f° 37v°3.

3 août 1407

6 caisses de corail « torejal » ; 1 caisse de « tor » de corail [ ?] ; caisses de branches [ ?] de corail.

846

Gherardo de Doni (Rhodes-Chypre-Beyrouth)

ACA, Generalitat. reg. 186.1 bis, f° 100v°.

27 septembre 1414

1 caisse de corail « torejat » ; 4 caisses de « tor » de corail.

727,31

Ramon Serra (Rhodes- Chypre-Beyrouth- Damas)

AHPB, A. Lledó, Liber quartus (août 1407 - novembre 1417), f° 58v°3.

Décembre 1415

Plus de 10 quintaux de corail « tor bastart » ; plus de 4 quintaux de corail « torajat » : 125 livres de branches de corail.

1.422,5 (ou 1.406,15)

Barthomeu Amar (Rhodes-Chypre-Beyrouth)

Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, nos 18, 72, 76 et 92.

16 octobre 1417

4 caisses et un « maçapà » de corail « tors bastarts ».

816,9

Bartomeu Pisa (Rhodes)

AHPB, A. Lledó, Liber quartus (août 1407 - novembre 1417), f° 77v°.

c) Les différents types de corail

  • 215 P. Bonnassie, La organización del trabajo en Barcelona a fines del siglo XV, p. 90, définit ainsi l (...)

102C’est par commodité que le terme de corail a jusqu’à présent été utilisé pour désigner cette marchandise ; en fait, le corail pouvait prendre des aspects très différents : travaillé en boutons, c’est-à-dire en grains de chapelets, dont certains étaient taillés en forme d’olives (corall talla de oliveta), monté en patenôtres, plus simplement poli ou encore brut ; dans ce dernier cas, le terme utilisé est celui de torajat ; qui désignait le bloc de corail détaché, n’ayant encore subi aucune transformation mais vraisemblablement déjà débarrassé de ses impuretés215. En outre, on établissait une distinction entre les différentes parties de l’« arbre » de corail, telles les branches ou les troncs (soques), en raison de la différence de diamètre et de finesse qu’elles présentaient.

  • 216 G. Lavergne, « La pêche et le commerce du corail à Marseille aux XIVe et XVe siècles », p. 204 ; et (...)
  • 217 G. Lavergne, « La pêche et le commerce du corail à Marseille aux XIVe et XVe siècles », p. 203.
  • 218 Il s’agit du corail bastart, ou pical e suany, qui d’après G. Bresc-Bautier, « Le corail sicilien d (...)

103La qualité du corail faisait également l’objet de précisions : elle dépendait tout d’abord de la dimension des morceaux, désignée par les épithètes menut (« en petits morceaux ») ou mijan (« moyen »). Sa couleur s’avérait également déterminante : on distinguait le negrejat ou grenat du corail rouge, qui n’est jamais explicitement mentionné mais constituait la variété la plus commune. Parmi les types les plus fréquemment rencontrés figurent le corail tor, répandu à travers toute la Méditerranée occidentale et parfois associé à des opérations bien précises (tor de tall, tor de navegar)216, ainsi que, plus rare, le corail mercader, expression également utilisée à Marseille et désignant sans doute le produit prêt à être commercialisé217. D’autres variétés de moindre valeur complètent enfin cette liste composite218.

  • 219 Le but du manuel catalan est de définir les marchandises provenant du Maghreb et d’Orient, et non c (...)

104Dès lors, la façon la plus simple de démêler cet écheveau d’expressions et d’apprécier la qualité des différentes catégories est d’en déterminer le prix. Malgré le nombre élevé de documents, il n’a pas été possible de fixer une valeur pour chacune : bien souvent, le cumul de plusieurs variétés de corail, voire de lots de corail avec d’autres produits pour une somme globale, interdit d’entreprendre ce calcul. Par ailleurs, les contrats de nolis ou les manuels de commerce ne sont pas d’un grand secours dans ce domaine car ils ne distinguent que très peu de variétés de corail219. Ces difficultés ont donc pour conséquences de limiter partiellement les résultats (voir les chiffres ci-dessous et les tableaux 46, 47, 48 et 49, pp. 372-374).

105Corail torajat : entre 0,38 et 0,77 livre (monétaire) la livre (pondérale) (1395-1407), soit entre 39,5et 80,1 livres le quintal ;

106Soqua de corail : entre 0,081 et 0,11 livre (monétaire) la livre (pondérale) [1403], soit entre 8,4 et 11 livres le quintal.

Tableau 46. – Prix de la livre de boutons de corail (en livres de Barcelone)

Dates

Quantités totales

Prix

Particularités

Références

16 avril 1395

3 liv. 11.5 oz

4

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397).f° 68r°2.

30 mai 1396

41 liv. 6,5 oz

3,6

Cortil « picat e suany »

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 107r°

31 mai 1396

32 liv. 3 oz

4

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 121v°.

16 juin 1397

3 liv. 3 oz

3,85

AHPB, B.Nidal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397). f° 164r°.

16 juin 1397

11 liv. 7,5 oz

2,8

Corail « de suany », nolis compris

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 164v°.

13 juin 1398

2 liv. 4,5 oz

3,6

Nolis compris

AHPB. B. Nadal, Secundus liber (1397 - 1403), f° 12v°2.

18 juillet 1398

11 liv.

3,1

Nolis compris

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (1397 - 1403), f° 25r°2.

28 novembre 1400

88 liv. 11 oz

2,5

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (1397-1403), f° 99r°4.

6 octobre 1401

3 liv. 7 oz

3,5

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (1397-1403), f° 88v°2.

27 juin 1402

16 liv. 11 oz

3

AHPB, B. Nadal Secundus liber (1397-1403), f° 112v°

7 mai 1403

21 liv.

5,1

Boutons de corail « talla de oliveta » ; la moitié du nolis est comprise.

AHPB, T. de Bellmunt, Manual (septembre 1402 - avril 1406), f° 20v°3.

6 août 1403

5 liv. 4 oz

5,5

3 « massons botoni de corall negrejat »

AHPB, T. de Bellmunt, Manual (septembre 1402 - avril 1406), f° 28v°2.

9 septembre 1404

6 liv. 7,5 oz.

4,5

AHPB. B. Nadal, Secundus liber (1397-1403), f° 154r°.

25 octobre 1404

4 liv. 9 oz.

5,1

Moitié du nolis comprise

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (1397-1403), f° 194r°.

8 juin 1409

14 liv.

2

Corail « picat e suany » ; le nolis est compris.

AHPB. B. Nadal, Manuale (octobre 1404 - août 1410), f° 70v°1.

4 février 1411

17 liv. 5 oz

2,8

AHPB, A. Lledó, Liber quartus (août 1407 - novembre 1417), f° 35r°2.

27 décembre 1415

3 liv. 10 oz

2,6

Corail « picat e suany »

Bibl. de Catal. Junta de Comerç, 199. reg. V, no 114.

Tableau 47. – Prix de la livre de branches de corail (en livres de Barcelone)

Dates

Quantités totales

Prix

Particularités

Références

2 juin 1396

12 liv. 11 oz

3,6

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 – octobre 1397), f° 146v°.

17 juin 1397

3 liv. 8 oz

2,2

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 – octobre 1397), f° 188r°.

2 avril 1399

3,5 liv.

2,9

(Branche décorée avec de l’argent)

AHPB, B.Nadal, Secundus liber (1397-1403), 35v°.

6 août 1407

6 liv.

2,3

ACA, Generalitat, reg. 186.1 bis, f° 113v°.

Tableau 48. – Prix de la livre de tor de corail (en livres de Barcelone)

Dates

Quantités totales

Prix

Particularités

Références

8 janvier 1389

26 liv. 5,5 oz

1,6

« Tor » de corail

AHPB, J. Nadal, Manual (novembre 1388 - mai 1389), f° 30r°.

20 janvier 1390

9 liv.

1,9

Corail « tor de tayar »

AHPB, B. Nadal, Manual (octobre 1389 - juin 1390), f° 35r°3

31 mai 1396

90 liv.

1,5

Corail « tor de tall »

AHPB, B. Nadal. Manual (septembre 1393 - octobre 1397). f° 121v°.

26 novembre 1400

34 liv.

1,3

« Tor » de corail ; la moitié du nolis est comprise.

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (1397-1403), f° 98v°7.

27 novembre 1400

212 liv.

1,8

« Tor » de corail ; la moitié du nolis est comprise.

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (1397-1403), f° 90r°2.

26 novembre 1401

112 liv.

1

« Tor de corail bastart »

AHPB, A. Lledó. Llibre (mai 1394 - janvier 1404), f° 18v°1.

13 août 1403

79 liv.

1,4

La moitié de nolis est comprise.

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (1397-1403), f° 130v°.

10 septembre 1404

186 liv.

1,5

Corail « tor de navegar »

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (1397-1403), f° 163r°-v°.

11 octobre 1406

95 liv. 6 oz

0,8

« Tors bastart » de corail

AHPB, T. de Bellmunt, Tercium manuale (avril 1406 - janvier 1414), f° 19v°2.

24 décembre 1415

228 liv. 2 oz

0,85

Corail « tor bastart »

Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, no 35.

20 décembre 1415

226 liv. 8 oz.

0,9

Corail « tor bastart »

Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, no 68.

27 décembre 1415

8 liv.

0,75

Corail « tor bastart »

Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, no 114.

Tableau 49. – Prix des mijans de corail (en livres de Barcelone)

Dates

Quantités totales

Prix de la livre

Prix du quintal

Particularités

Références

28 février 1391

(Non précisée)

0,035

3,65

AHPB, B. Nadal, Plec de documentació diversa (28 février 1391).

janvier 1400

23 quintaux et 1 arr.

0,092

9,6

AHPB, B. Nadal. Secundus liber (1397-1403), f° 54r°3.

3 août 1407

10 quintaux et 3 arr.

0,036

3,7

ACA, Gcneralitat, reg. 186.1 bis, f° 100r°.

4 août 1407

2 quintaux et 3 liv.

0,2

20,5

ACA, Generalitat, reg. 186.1 bis, f° 105r°.

4 août 1407

8 quintaux

0,108

11,25

ACA, Generalitat, reg. 186.1 bis, f° 107r°.

4 août 1407

16 quintaux, 1 arr. et 20 liv.

0,053

5,5

« Migants menuts »

ACA, Generalitat, reg. 186.1 bis, f° 107r°.

27 décembre 1415

15 liv.

0,4

41,6

Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, no 114.

  • 220 Dans mon étude intitulée « Un élément clef de la puissance commerciale catalane », tableau 3, p. 14 (...)
  • 221 A. Garcia i Sanz et N.Coll i Julià, Galeres mercants catalanes dels segles XIV i XV, doc. i, p. 452 (...)
  • 222 Il n’a pas été possible de déterminer avec exactitude la valeur du corail mercader ; d’après des év (...)
  • 223 Vocabulario del comercio medieval, p. 279 : les branches et les boutons atteignent bien une valeur (...)

107Grâce à ces listes de valeurs, il est cependant possible d’établir une nette hiérarchie des variétés distinguées, ainsi qu’un phénomène de fluctuation de prix, qui seront étudiés successivement. Les boutons de corail constituent la variété la plus chère, leur prix variant entre deux et cinq livres (monétaires) la livre (pondérale) ; la transformation de la matière brute justifiait en effet cette valeur élevée. Les branches de corail atteignent pour leur part entre 2,3 et 3,6 livres la livre220, ce qui autorise à les classer, avec les boutons, parmi les produits de luxe. Vient ensuite le corail tor, dont la valeur est fixée en général à un peu plus d’une livre, sauf quand il est qualifié de bastart : elle chute alors légèrement en dessous d’une livre. Quant aux prix du torajat, ils varient selon une amplitude comprise entre 40 et 80 livres le quintal, qui semble en fait caractéristique de cette variété, puisqu’un contrat de nolis de 1394 confirme que celle-ci pouvait coûter « de 40 à 80 livres le quintal »221. Au bas de la hiérarchie figurent le corail mijan et les troncs dont la valeur, très proche, restait médiocre en raison des dimensions réduites de l’un et du manque de finesse de l’autre222. Ainsi, malgré les nombreuses incertitudes et variations de prix, on remarquera que cette hiérarchie et ces rapports numériques entre les différentes catégories correspondent bien à ceux des tarifs de courtage de 1372, relevés par M. Gual Camarena223, prouvant que ces échantillons de valeurs sont sans doute représentatifs.

  • 224 Je m’étais efforcé de démontrer l’inverse dans un article intitulé « Un élément clef de la puissanc (...)
  • 225 Voir le tableau 49, p. 374.
  • 226 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 378, définit ainsi les critères déterminant la vale (...)

108Néanmoins, d’amples fluctuations de prix peuvent également être relevées selon les années, dépassant un rapport du simple au double dans bien des cas. Ces différences ne sont manifestement pas dues à des variations de l’offre et de la demande224 car, en confrontant les valeurs des types de coraux aux quantités commercialisées, on aboutit au constat paradoxal de prix élevés lors des périodes de fortes exportations (en 1395-1396 et en 1403-1404), tandis que certaines années échappent cependant à cette logique (1397 et 1401). En outre, les données fournies par le registre du dret d’eixides de la Generalitat pour le mois d’août 1407 montrent que les mijans de corail fluctuaient même entre 3,7 et 20,5 livres le quintal225. Sans que l’écart soit proportionnellement aussi grand, nous avons cependant constaté que d’importantes différences de prix affectaient également le corail torajat. En fait, au sein d’une même variété, différents degrés de finition ou de qualité naturelle pouvaient distinguer les morceaux — plusieurs documents précisent bien que certains boutons sont « picats e suanys », ce qui apparemment en diminuait le prix ; l’intensité de la couleur était également un critère déterminant ; enfin, le volume des morceaux commercialisés avait aussi une incidence sur leur valeur226. Beaucoup de ces « détails » échappent en fait à la description souvent sommaire du produit faite dans le cadre d’un acte notarié ou d’un registre fiscal.

  • 227 A. Al-Dimashḳī, Éloge du commerce, pp. 31-32.

109Compte tenu de ce manque de précision, il paraît hasardeux de confronter ces tarifs avec ceux relevés au Proche-Orient, et ce d’autant plus que la terminologie utilisée pour distinguer les variétés diffère de celle observée en Catalogne227, sans parler des unités monétaires et pondérales qui imposent des calculs de conversion multipliant les risques d’erreur. On se bornera donc simplement à reprendre les données fournies par E. Ashtor, selon lesquelles, en Syrie, « vers 1390 »,

  • 228 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, p. 442 ; E. Ashtor n’indique c (...)

Les boutons de corail se vendaient, ceux de bonne qualité, 130 dirhams la livre vénitienne (100 pesi), et ceux de qualité inférieure 70 dirhams228.

110Ainsi, dans cette contrée, l’écart des prix variait également du simple au double selon la qualité, ce qui confirme les suppositions établies précédemment.

  • 229 AHPB, Bernat Nadal, Plec de documentació diversa (1386-1428), 28 février 1391.

111Un seul document permet de confronter la valeur d’une variété de corail simultanément à Barcelone et à Damas : le règlement d’un différend entre deux marchands catalans révèle en effet que des morceaux mijans avaient été acquis dans la Cité Comtale pour une valeur de 73 sous (soit 3,65 livres) le quintal et que l’un des deux négociants espérait en tirer un prix de six livres pour la même quantité à Damas, ce qui lui aurait alors rapporté un bénéfice de 64,4 %. Le gain paraît considérable ; or il ne s’agissait que de simples mijans ; bon marché. Toutefois, le prix de six livres demandé à Damas pour un quintal de Barcelone ne repose pas ici sur une observation mais sur une estimation ; en outre, le marchand intéressé par ce corail n’avait pu obtenir du vendeur la garantie qu’il pourrait bien l’écouler au prix escompté à Damas, ce qui entraîna précisément la remise en cause de l’accord229. Ce prix de vente et le taux de bénéfice escompté pourraient donc être surévalués.

  • 230 Voir supra le tableau 45, qui présente les principales commendes (pp. 368-369).

112Malgré quelques incertitudes, une image plus précise se dessine toutefois, permettant de mieux saisir la composition des exportations catalanes de corail : dans l’ensemble, la plupart des commendes associent deux variétés d’inégale valeur, comme dans le cas du très gros contrat de 6.300 livres conclu en 1396230 et de ceux qui concernent le départ de la nef de Guillem Passadores et Francesc Fogassot en 1400, associant de grosses quantités de corail mercader ou torajat avec des volumes plus réduits de tor de tall ou, plus simplement, de tor. En se fondant sur les quelques prix relevés, on peut estimer — avec toute la prudence qui s’impose pour ce genre de déduction — que la forte valeur des seconds compensait les grosses quantités des premiers et que le montant total de chaque catégorie devait être à peu près équivalent. Ajoutons que ces exemples ne peuvent guère être suspectés de manque de représentativité, compte tenu des sommes records et des importantes quantités commercialisées.

  • 231 Voir ibid., et le tableau des quantités de corail chargées sur les navires catalans, dans D. Coulon(...)

113Il en résulte que les exportations catalanes se composent pour l’essentiel, du point de vue quantitatif, de corail brut ou de médiocre qualité. En effet, le corail torajat était de loin la principale variété transportée sur l’ensemble des navires, et plus spécialement sur les galées ayant appareillé en 1396 et en 1397 ou encore sur la nef de Joan Boni en 1403231 ; il représentait alors environ les trois quarts des quantités relevées. La marchandise travaillée ne représente donc qu’une part secondaire sur le plan quantitatif, mais sa forte valeur lui redonne bien sûr toute son importance dans la balance des échanges avec l’Égypte et la Syrie.

d) Quelques cas de spécialisation dans la commercialisation du corail vers le Levant

  • 232 Il s’agit de Ramon Alguer, Gispert Ballester, Bernat Fabre, tous trois « courtiers d’oreille », de (...)
  • 233 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 403 ; le premier doc (...)
  • 234 F. Plazolles-Guillen, « Les courtiers de commerce à Barcelone au XVe siècle », pp. 129-133 : « De l (...)
  • 235 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (sept. 1393 - oct. 1397), f° 121v° (31 mai 1396) ; AHPB, Ber (...)

114Parmi les diverses marchandises commercialisées par des Catalans vers l’Égypte et la Syrie, le corail est sans doute la seule pour laquelle on puisse relever des cas aussi nets de spécialisation marchande. Un groupe particulier mérite tout d’abord quelque attention : celui des juifs qui s’étaient convertis (appelés convers) après les pogroms de 1391. Dix d’entre eux apparaissent parmi les bailleurs de fonds investissant dans cet article232, alors que cette minorité joue un rôle beaucoup plus discret dans la commercialisation des autres biens. Les convers participent séparément au trafic du corail tout au long de la période considérée. Leur présence s’explique tout d’abord par leur spécialisation dans la taille du corail à Barcelone233 ; mais elle se justifie également par leur bonne connaissance du milieu du négoce, qui les prédisposait d’ailleurs à exercer la fonction « de courtiers d’oreille »234. Les juifs convertis constituaient par conséquent une catégorie de population toute désignée pour participer à la commercialisation du corail. L’un d’entre eux, Bernat Ortal, ou Boninfant Botarell de son nom juif, semble en effet s’être particulièrement intéressé à cet article. Quatre commendes comprises entre 1396 et 1409 témoignent de ses activités de bailleur de fonds investis en corail — atteignant en 1400 près de 860 livres235. Le nombre total de documents recueilli ne permet pas de parler à son sujet de véritable spécialisation, mais il n’apparaît dans aucun accord commercial concernant une autre marchandise — du moins parmi les contrats à destination de l’Égypte et de la Syrie que nous avons dépouillés —, ce qui constitue tout de même un indice de préférence pour le corail. Ainsi, bien qu’a priori éliminés de ce négoce vers le Levant après les pogroms de 1391, d’anciens juifs ont effectivement continué d’y participer après leur conversion.

  • 236 AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes (novembre 1388 - mai 1389), f° 14v° ; AHPB, Bernat Nadal, Secu (...)
  • 237 Dans une sentence du 8 février 1421 en sa faveur, il est précisé que Leonardo était fils et héritie (...)
  • 238 Leonardo de Doni était marié à Caterina Partagás, fille de l’honrat Pere Partagás, marchand d’Alghe (...)

115Parmi les marchands chrétiens, le cas le plus intéressant est sans doute celui de Leonardo de Doni, honrat et citoyen de Barcelone. Il est le bailleur d’au moins dix contrats investis en corail entre 1388 et 1415236 — contre cinq seulement portant sur des draps et deux autres sur des marchandises non précisées. Les sommes qu’il consacre au corail sont impressionnantes : plusieurs centaines de livres à chaque commende et jusqu’à 2.440 livres le 15 février 1406. Il s’agit donc d’un riche négociant, mais il est également attesté que son père était marchand de Cagliari et que son frère, Gherardo, patron de navire, possédait un fief en Sardaigne237. En outre, Leonardo de Doni était le gendre de Pere Partagás, marchand et habitant d’Alghero, également connu pour avoir organisé des campagnes de pêche de corail dans cette région ainsi que dans les eaux de Trapani238. On comprend mieux dès lors son intérêt marqué pour le commerce du corail : grâce à son entourage familial, Leonardo de Doni pouvait en effet directement s’approvisionner en matière première. Il avait en outre bien saisi tous les profits qu’il pouvait tirer de sa commercialisation vers l’Orient méditerranéen où cet article était si demandé. Sans doute ce trafic fut-il à l’origine de la fortune et du haut rang social acquis par cet homme d’affaires, dont témoigne d’ailleurs son titre d’honrat.

  • 239 Commendes investies en corail à destination de l’Égypte et de la Syrie : voir AHPB, Bernat Nadal, M (...)
  • 240 Joan et Jaume Des Quer : voir AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - no (...)
  • 241 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 38v° (16 mai 1394 ; Pere (...)

116Bien d’autres exemples de spécialisation pourraient être cités, tel celui de Guillem Sanxo, honrat lui aussi239, ou ceux des frères Joan et Jaume Des Quer, ou encore celui de Pere Gual, qui confirment ces liens privilégiés avec la Sardaigne240. Tous ces marchands spécialisés — de même que l’homme d’affaires marseillais Estève Symondel — disposaient généralement d’importants moyens financiers pour se livrer au commerce du corail, tout en bénéficiant d’un accès privilégié aux sources d’approvisionnement, conditions que n’imposaient pas la plupart des autres biens exportés par les Catalans, Ils ne jouissaient cependant pas d’un monopole des exportations de corail vers l’Orient méditerranéen, comme en atteste l’activité de représentants de certaines grandes familles marchandes, tels les de Gualbes, les Casasaja ou les Junyent241, qui s’intéressaient aussi au commerce de bien d’autres articles.

e) Aperçu de la commercialisation du corail en Égypte et en Syrie

  • 242 Voir les documents de la Geniza cités par S. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, pp. 10 (...)
  • 243 Muḥammad al-Nuwayrī, Kitāb al-Ilmām fī mā djarat bihi l-aḥkām al-maḳdiyya fï wāḳi āt al-Iskandariyy (...)
  • 244 Cité par S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 316.
  • 245 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 458, et M. Gaudefroy-Demombynes, La (...)
  • 246 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p, 469, et J.-Cl. Garcin (dir.), États (...)

117Les exportations occidentales de corail vers le Levant sont attestées au moins dès le XIe siècle242 et jusqu’à la fin du Moyen Âge. Que devenaient donc ces abondantes quantités si régulièrement expédiées vers les pays mamelouks ? Plusieurs sources littéraires montrent qu’à la fin du Moyen Age Alexandrie constituait sans doute un centre majeur de transformation du corail. L’historien alexandrin al-Nuwayrī, qui rédigea une chronique de sa ville natale au cours des années 1366-1374, relate en effet qu’il existait dans la cité, un marché du corail (sūḳ almurdjāniyya) particulièrement actif et influent dans toute la Méditerranée et que les magasins des artisans corailleurs occupaient toute une rue — ils n’échappèrent d’ailleurs pas au pillage lors du sac d’octobre 1365 organisé par le roi de Chypre Pierre Ier243. Un siècle plus tôt, le minéralogiste al-Tīfāshī rapportait pour sa part que les transformations opérées à Alexandrie sur le corail brut permettaient de tripler voire de quadrupler sa valeur244. De telles activités ne sont pas attestées dans les chroniques damasquines publiées, mais rien n’interdit de supposer que le corail était également travaillé dans la capitale syrienne compte tenu du renom de ses artisans, abondamment souligné, en particulier dans le domaine des matières précieuses, par la plupart des chroniqueurs, voyageurs et autres contemporains245. Ce n’est enfin pas par hasard si Tamerlan lui-même, jaloux de leur savoir-faire, ordonna leur déportation à Samarcande après la prise de Damas au début de 1401246.

  • 247 G. Lavergne, « La pêche et le commerce du corail à Marseille aux XIVe et XVe siècles », pp. 205-206 (...)
  • 248 G. Bresc-Bautier, « Le corail sicilien dans la Méditerranée médiévale », p. 185. Sur les liens comm (...)

118Nous avons d’autre part constaté qu’avant les pogroms de 1391 les juifs de Barcelone étaient nombreux à participer à la taille du corail et à son exportation, et même après cette date, désormais en qualité de convers. Or il en était de même à Marseille et en Sicile247. Il existait nécessairement des liens entre les différentes communautés juives de Méditerranée, comme le montrent avec évidence deux ou trois siècles plus tôt, les documents de la Geniza. De plus, selon G. Bresc-Bautier, « la nette suprématie technique des juifs » dans le domaine du travail des perles de corail « témoigne d’une origine orientale du métier, exercé par ceux qui conservent et qui divulguent les sciences arabes »248. On peut donc raisonnablement supposer que des réseaux de commercialisation reliaient la production occidentale aux ateliers de corailleurs juifs au Proche-Orient que les pogroms de 1391 n’avaient sans doute pas coupés, compte tenu de la participation toujours active des convers Barcelonais au commerce de cet article.

  • 249 On notera que l’usage du corail à des fins pharmacologiques est également attesté par les sources o (...)

119Enfin, de nombreux traités de minéralogie et de médecine arabes décrivent les propriétés du corail. La plupart d’entre eux détaillent assez longuement les vertus pharmacologiques et les usages médicaux très variés pour lesquels le corail était fort apprécié et fréquemment utilisé. Il servait par exemple à la fabrication de collyres ou de poudre dentifrice et entrait aussi dans la composition de remèdes contre les hémorragies ou le blocage des voies urinaires249. Pour toutes ces applications, il devait être broyé et parfois même chauffé à de hautes températures, ce qui imposait évidemment de choisir des catégories bon marché et non travaillées.

  • 250 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 610.
  • 251 Au cours de la première moitié du XIVe siècle, alors que la pax mongolica avait consolidé un axe d’ (...)
  • 252 R.-H. Bautier, « Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient au Moyen Âge », p (...)

120Tous ces éléments montrent que le corail était donc un article très demandé sur les marchés du Levant. Mais bien souvent, les quantités exportées de Méditerranée occidentale ne faisaient que transiter par l’Égypte ou la Syrie et parvenaient en fait jusqu’en Inde et même en Chine. W. Heyd a le premier souligné les très longs trajets parcourus par cette marchandise. Selon lui, la demande était si forte en Asie du Sud qu’elle y attirait la plus grande partie du corail pêché en Méditerranée occidentale250. Plusieurs études et publications de sources variées ont depuis clairement confirmé ce courant d’exportation251. Certaines montrent en outre que c’est sous la forme de boutons et de patenôtres que le corail parvenait en Inde et en Chine, où l’usage des chapelets était également répandu252. Il n’est en effet pas surprenant de voir un produit de luxe s’échanger sur d’aussi longues distances.

  • 253 J. Heers, Gênes au XV siècle, p. 378, affirme bien à propos du commerce de Gênes, que le corail con (...)

121Le corail représente donc une marchandise exceptionnelle pour le grand commerce médiéval ; ses très longs parcours, de la Méditerranée occidentale jusqu’en Chine, et les gros volumes exportés le démontrent clairement. On remarquera par ailleurs que lorsqu’il est travaillé, il effectue un trajet rigoureusement inverse de celui des épices ; dans la balance des échanges entre la Catalogne et le Levant, il constitue donc une sorte de contrepoids à ces articles orientaux si convoités253 même si les quantités exportées n’équilibrent pas, loin s’en faut, les importations d’épices.

  • 254 Histoire naturelle, XXXII, ii.
  • 255 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II p. 610 ; pour la commercialisation du c (...)

122La remarquable continuité dans le temps des exportations de corail occidental vers l’Inde mérite également d’être soulignée : Pline l’Ancien l’attestait déjà au premier siècle de notre ère, ajoutant que cet article y avait autant de valeur que les perles en Occident254. Et à la fin du XIXe siècle, W. Heyd signalait encore la permanence de ce trafic, de même que la forte valeur du produit en Inde255. Cette singulière constance à travers les siècles confirme que le corail constituait bien une marchandise exceptionnelle dans les courants d’échanges entre Occident et Orient.

  • 256 É. Baratier et F. Reynaud (coord.), De 1291 à 1480, pp. 238-241.
  • 257 Excepté les douanes de Gênes en 1376-1377 (J. Day, Les douanes de Gênes, pp. 234, 283, 316, 323, 37 (...)
  • 258 J. Heers, Gênes au XV siècle, pp. 426-429 ; et Philippe Gourdin, « La première intervention europée (...)

123Conscients qu’il s’agissait là d’un article vital pour leur négoce, les Catalans se sont donc efforcés d’en contrôler la commercialisation vers le Proche-Orient. Sans doute ont-ils également été servis par les circonstances, en particulier par le retrait des Marseillais, qui après la courte expérience de chargement sur les galées catalanes ne jouèrent plus qu’un rôle très secondaire dans le trafic avec le Levant256. Mais les marchands italiens eux-mêmes ne paraissent pas avoir exporté de quantités de corail aussi importantes que celles chargées à bord des bâtiments catalans pendant les quelques décennies marquant le tournant du XIVe s. au XVe siècle, à l’exception peut-être des Génois257. Les Catalans se trouvèrent donc en position dominante pendant toute cette période. Ce n’est que très progressivement — à partir du milieu du XVe siècle, et surtout à la faveur de la guerre civile qui déchira la Catalogne entre 1462 et 1472 — que Génois et Vénitiens parvinrent à prendre le contrôle des sources d’approvisionnement catalanes, et donc du trafic du corail vers l’Orient méditerranéen258. Ils privaient ainsi les Catalans d’un article qui avait fait toute leur originalité et qui leur avait sans doute fourni l’occasion d’un leurs plus beaux succès commerciaux, comme en témoigne l’évolution des capitaux investis vers le Levant.

L’ambre

124On ne saurait achever ce développement consacré aux matières précieuses ou semi-précieuses sans évoquer l’ambre. Certes, le nombre de documents mentionnant cette substance minérale est très restreint — une dizaine seulement au total —, mais leur distribution s’étend assez régulièrement tout au long d’une vaste période, soit à partir des années 1330 et jusqu’en 1409.

  • 259 Les ouvrages de W. Heyd et E. Ashtor sur le commerce du Levant, le dictionnaire de F. M. Alcover et (...)
  • 260 W. Heyo, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 571-573.
  • 261 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 74 et index p. 218. On rencontre éga (...)
  • 262 A. M. Alcover et F. de B. Moll, Diccionari català-valencià-balear, article « Ambre » ; AHPB, Tomàs (...)
  • 263 Ibid.
  • 264 Ibid., p. 4 ; ce terme était en fait dérivé du persan.
  • 265 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 375-376 ; M. Gual Camarena, El primer manual hispá (...)
  • 266 E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, p. 107. On remarquera que l’ambre est, après les (...)

125Avant d’aborder les sources plus en détail, il importe de rappeler qu’il ne faut pas confondre deux matières très différentes, toutes deux désignées sous le nom d’ambre en catalan comme en français259. Il peut s’agir d’une substance odorante, cireuse et grise, provenant du tube digestif des cachalots, utilisée comme parfum et alimentant un commerce de l’Orient vers l’Occident puisqu’elle était surtout recueillie sur les rivages de l’océan Indien260 ; tel est par exemple le cas de l’ambre mentionné dans le manuel de commerce catalan anonyme de 1385261. Mais la plupart des autres documents catalans contemporains désignaient sous ce terme une résine fossilisée, de couleur dorée, avec laquelle les bijoutiers confectionnaient des perles, des chapelets, des crucifix et bien d’autres objets262. En outre, comme le corail, l’ambre était également utilisé pour ses vertus médicinales et protectrices qui en faisaient un article très apprécié au Proche-Orient, aux dires de nombreux écrivains arabes, et ce malgré son origine lointaine, la Baltique263. Le manuel de commerce de Francesco B. Pegolotti nous fournit cette fois une description détaillée de cette substance minérale, que le manuel catalan semble désigner sous le nom de carabe, qui signifie précisément « ambre » en castillan, ainsi qu’en arabe (kāhrubā)264. On notera en effet que selon ces deux ouvrages la matière décrite doit être jaune, claire et se présenter sous forme de gros morceaux pour être de bonne qualité et que le carabe se compose de morceaux d’ambre265. Le développement qui va suivre sera donc exclusivement consacré à cette matière fossile, qu’Emmanuel Pilota mentionne clairement parmi les produits d’Occident exportés vers l’Égypte266, alors que la substance homonyme grise n’apparaît jamais explicitement dans la documentation catalane — à l’exception du manuel de commerce précité.

  • 267 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », f° 15 (...)
  • 268 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 164, relève les mêmes parcours pour l’ambre co (...)
  • 269 AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), f° 82v°3. Pour les « lapidibus de latovaris », voir M. G (...)
  • 270 AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 6v°1 (1394) ; AHPB, Bernat Nada (...)

126La première mention d’ambre relevée figure parmi les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila : un peu plus de 65 livres « d.oliveta de lambre, a pes de Bruges », pour une valeur totale de 183 livres et 15 sous de Barcelone, sont chargées sur la coque de Guillem Sa Riera et Pere Comte à destination d’Alexandrie267. Comme le montre l’unité de poids utilisée, il s’agit en fait d’une marchandise de réexportation, dont l’origine se situe sur les rives de la mer Baltique, et qui transitait ensuite par Bruges, où avait été fondée une guilde de tourneurs d’ambre qui fabriquait des chapelets vendus dans toute la Chrétienté268. Un peu plus tard, en mai 1349, une commende prévoyait l’exportation vers Chypre et Beyrouth de vingt marcs d’argent et deux « ligays de lapidibus de latovaris », mais aussi de 1,5 once d’ambre269. La documentation, trop rare durant les années qui suivent, empêche de poursuivre l’analyse pour la période comprise entre 1350 et 1390. Puis les commendes redevenues plus nombreuses attestent de nouveau l’exportation de cette matière minérale vers l’Égypte et la Syrie, au moins pour les années 1394-1395, 1400, 1403 et 1409270.

  • 271 Citées par E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 164.
  • 272 Voir par exemple le manuel de commerce florentin anonyme de 1315, qui signale la vente de corail, d (...)
  • 273 T. Lewicki, « Écrivains arabes du IXe au XVIe siècle traitant de l’ambre jaune de la Baltique et de (...)
  • 274 Ibid., p. 29, selon le témoignage d’al-Ḏjāfiḳī. rédigé en 1034 ou 1035.

127À chaque fois, les quantités commercialisées sont très faibles, toujours inférieures à douze livres sauf dans le dernier cas, où 30,5 livres d’ambre sont confiées en commende avec une quantité à peine supérieure de boutons de corail — ce qui ne fait toutefois qu’un peu plus de douze kilos. Comme le montre par ailleurs cet exemple et ainsi que le suggèrent ces faibles quantités, l’ambre est presque toujours commercialisé avec d’autres produits et n’intervient qu’en tant que marchandise complémentaire, ce qui empêche de connaître son prix à l’unité puisqu’il chaque fois seul le montant global de la commende est indiqué. Cependant, les listes de valeurs des produits établies par la compagnie Datini montrent qu’il s’agissait d’un article particulièrement onéreux271. Dans la documentation catalane, il est de fait le plus souvent associé au corail et à l’argent, mais aussi au safran, c’est-à-dire à d’autres marchandises de prix élevé. La concurrence des marchands italiens explique peut-être partiellement la modicité des volumes exportés par les Catalans, car eux aussi étaient bien sûr en étroit rapport avec la Flandre et participaient aux réexportations d’ambre vers l’Orient, comme l’attestent différents manuels de commerce italiens ainsi que des documents provenant des archives du Sénat vénitien et de la compagnie Datini de Prato272. Par ailleurs, il est bien évident que ce parcours commercial, effectuant un long détour par la Flandre et les péninsules Ibérique ou Italienne, ne constituait donc qu’une voie secondaire par rapport à celles qui reliaient directement l’espace baltique au Proche-Orient, par la vallée de la Volga et la mer Caspienne ou par le Dniepr et Constantinople273. Ce détour traduit toutefois la force d’attraction commerciale des pôles flamand, italien et catalan, ce dernier ayant peut-être bénéficié dans ce domaine de l’héritage d’un courant d’importation déjà établi du temps où l’essentiel de la péninsule Ibérique était dominée par les Arabes274.

III. — Le safran

  • 275 Son importance dans ce domaine en Catalogne fut telle que le safran, plante de la famille des crocu (...)
  • 276 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 412 ; W. Heyd, Histoire du commerce du Leva (...)

128En raison de ses multiples usages de condiment, de produit tinctorial275, cosmétique et médicinal276, le safran constitue une marchandise d’exportation à part. En outre, son prix élevé le distingue nettement des autres denrées alimentaires, de même que sa qualité d’épice occidentale, d’où sa présentation après les matières et les métaux précieux.

  • 277 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 412.
  • 278 CL Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 343.
  • 279 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 62 (tarifs des leudes de la ville de Barcel (...)
  • 280 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 351.

129Dès le Xe siècle, cette variété de crocus était déjà cultivée dans la région de Valence mais on la trouvait également dans le royaume d’Aragon proprement dit, ainsi qu’en Catalogne277. Dans cette région, sa localisation se concentrait à l’ouest de Barcelone, « sur une grande bande prenant le Principat en écharpe, de la capitale aux plaines de l’Èbre, et se prolongeant en Aragon278 ». Les traces de sa commercialisation apparaissent dès le début du XIIIe siècle parmi les tarifs douaniers de la couronne d’Aragon279. Aux XIVe et XVe siècles, cette marchandise constituait avant tout une culture d’exportation dont les profits devaient notamment servir à l’approvisionnement de la Catalogne en céréales280.

  • 281 S. D. Goitein, The Jewish Communities of the Arab World, I, pp. 153-154; Cl. Cahen, « Douanes et co (...)
  • 282 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Med (...)
  • 283 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 14-15; et Zibaldone da Canal, éd. A. Stussi e (...)
  • 284 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 376 ; et E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middl (...)
  • 285 Voir le manuel florentin anonyme des environs de 1315, partiellement publié par R.-H. Bautier, « Le (...)

130Sur les marchés du Proche-Orient, cette épice était déjà importée d’Occident — en particulier depuis ou via l’Ifrīḳiya — selon le témoignage de lettres de la Geniza datant de la seconde moitié du XIe siècle et du Minhādj d’al-Makhzūmī, postérieur d’une centaine d’années281. Les documents catalans publiés attestent pour leur part qu’une première commende investie en safran et en d’autres marchandises devait être envoyée à Candie et Chypre, en 1299, pour une somme totale fort modique, soit 86 sous282. Mais on sait également que dès la fin du XIIIe siècle les marchands vénitiens et toscans exportaient eux aussi cette épice vers Chypre, l’Égypte et la Syrie ; il s’agissait bien sûr, dans ce cas, d’un produit issu de la péninsule Italienne283. En effet, dans son manuel de commerce de 1340, Francesco B. Pegolotti précise bien que le safran était également cultivé en Toscane, dans les Abruzzes, mais aussi dans la Marche ; l’ordre de cette énumération respecte d’ailleurs la hiérarchie décroissante des différentes qualités de safran ; en quatrième et dernière position arrivait celui de Catalogne, ce que confirment par ailleurs les listes de prix de la compagnie Datini284. Tous les autres manuels de commerce mentionnent eux aussi cette denrée parmi les marchandises d’exportation approvisionnant les principaux marchés orientaux, depuis la Crimée jusqu’à l’Égypte en passant par Constantinople, L’Aïas, Chypre et Damas285. Il ne fait donc aucun doute, par conséquent, que le safran constituait dès le XIVe siècle une denrée d’importance pour le grand commerce des Italiens et des Catalans.

  • 286 Et seulement 2,9 % du total des marchandises exportées par cette compagnie vers Chypre, Beyrouth et (...)
  • 287 AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), ffos 81v°-102r° ; et AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (ma (...)
  • 288 AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r°, 23r°, 47v°, 55r°, 61v°, 80r°, (...)

131Les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila (1334-1342), le confirment également : deux costals, pesant 480 livres et 11 onces (soit 192,4 kg) et valant 369 livres 6 sous et 3 deniers, chargés sur la coque de Guillem Sa Riera et Pere Comte, devaient en effet être expédiés à Alexandrie au bénéfice de la société ; sur ce navire, toutefois, la part du safran ne représente que 4,7 % des marchandises286. La longue série de commendes de mai 1349, à destination de Candie et de Rhodes mais surtout de Chypre et de Beyrouth, atteste elle aussi le succès du safran catalan sur ces marchés. Cette année-là, plus de 300 kg furent emportés sur les deux coques de Pere Carbonell, Pere de Cros et Pere Pocasanc dans le cadre de seize commendes287. De façon regrettable, la valeur de cette quantité ne peut être calculée car la plupart des contrats associent différentes marchandises et n’indiquent que le prix global de l’ensemble. Du moins convient-il de souligner que les tarifs des huit contrats de nolis pour Chypre, Beyrouth et Alexandrie des années 1353-1357 prévoient tous le transport de cette épice. Le prix à acquitter pour le transport d’un quintal de safran était le plus élevé avec ceux du corail, des toiles et de certaines fourrures : il se maintint à vingt sous jusqu’en 1355, puis atteignit 35 sous en 1357288.

  • 289 AHPB Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1385), f° 35v°2.
  • 290 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2314, ffos 88v°-90r°.
  • 291 F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, doc. 93, p. 318.

132Bien que la documentation notariale se fasse ensuite plus rare, on constate que le safran est toujours bien présent parmi les produits d’exportation catalans : 67 livres et 3 onces de safran mercader (environ 27 kg) sont par exemple confiés en commende le 19 novembre 1370 à destination de Constantinople, Chypre ou Alexandrie289. Par ailleurs, la liste des marchandises chargées sur le pàmfil royal parti pour Alexandrie en mai 1374 atteste également que cinq quintaux de safran (soit 203 kg) avaient été embarqués à bord290. En outre, les listes de prix relevés en 1386 à Damas par un facteur de la compagnie Datini de Prato mentionnent elles aussi le safran catalan291. De fait, des séries plus fournies réapparaissent à l’Arxiu Històric de Protocols à partir de 1382. Cl. Carrère en a déjà donné un aperçu en quantifiant les prix des contrats confiés pour le Levant. Ils sont ci-dessous résumés dans le tableau 50.

Tableau 50. — Exportations de safran vers le Levant (sommes exprimées en livres de Barcelone)

Années

Prix

1382

104 ll. 2 d

1383

347 ll.5 s 2 d

1389

228 ll. 4 d

1393

136 ll. (environ)

1394

939 ll. 17 s 4 d

1395

417 ll.

1396

450 ll

Source.
Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 348, n. 1

133Il faut évidemment rappeler qu’il s’agit là de mínima saisis au hasard de la documentation conservée. Des totaux parfois si précis peuvent également susciter quelques réserves puisque, comme souvent, plusieurs marchandises entrent aussi dans la composition d’un même contrat pour une valeur unique commune. Par ailleurs, on verra plus loin que le prix du safran pouvait subir de substantielles variations selon les années et les types commercialisés. Ces résultats requièrent donc, pour en affiner l’analyse, des renseignements très précis qu’en fait la documentation nous fournit rarement. Ces données ont donc seulement pour but de fixer quelques ordres de grandeur. L’importance des revenus tirés du commerce du safran est de toute façon bien confirmée par les quantités, assez systématiquement précisées dans les commendes. Elles montrent qu’entre 1394 et 1397, c’est par centaines de kilos que le safran catalan parvenait en Égypte et en Syrie — avec un record d’au moins 738 kg en 1397.

  • 292 On peut relever au moins 39 commendes à destination de l’Égypte et de la Syrie en 1398, 32 en 1398 (...)
  • 293 Soit au total 38 livres —ou un peu plus de 15 kg — et 4 costals dont le poids n’est pas précisé, ma (...)
  • 294 Soit 65 livres et une aluda de safran, relevées dans quatre contrats seulement. Une aluda contenait (...)
  • 295 Car l’échantillon de commendes pour l’Égypte et la Syrie atteint le nombre de 95 en 1405, 62 en 140 (...)
  • 296 S. de’ Ricci, Il manuale di mercatura di Saminiato de Ricci, p. 122 (Damas, 1396) ; La « pratica di (...)
  • 297 La quantité précise est de 1.762,5 livres, auxquelles il faut ajouter cinq costals et un ballonum, (...)

134Cependant, la série de contrats s’interrompt brusquement en 1398-1399, puis de nouveau en 1401-1402. Il est vrai que, pour ces quatre années, les documents rassemblés à destination du Levant sont moins nombreux qu’au cours des précédentes, ce qui pourrait entraîner un manque de représentativité et expliquer ainsi l’absence du safran292. Le phénomène, qui affecte quatre années presque consécutives, a tout de même de quoi surprendre. En 1403, sur un total de plus de 150 commendes, trois actes seulement attestent l’exportation vers la Méditerranée orientale de quantités de safran d’ailleurs inégales293. Ce mouvement de déclin se poursuit au cours des années 1405-1407, caractérisées par l’expédition de volumes assurément limités vers l’Égypte et la Syrie294. On ne peut dès lors mettre en cause un manque de représentativité des sources295 ni l’insuffisance des récoltes sur une durée aussi longue. Par ailleurs, rien n’indique que la demande avait faibli sur les marchés du Levant, caries manuels de commerce continuent d’y mentionner ce produit296 et les données recueillies pour l’année 1404 attestent encore que plus de 720 kg de safran devaient gagner l’Égypte et la Syrie297.

  • 298 Pour 1408-1409 :170 livres (soit 68 kg) et une balle de poids non précisé, le tout consigné dans se (...)
  • 299 Et une valeur de 118 livres 3 sous 2 deniers (Bibl. de Catal., Junta de Comen, reg. 199 V, no 130).
  • 300 F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, doc. 93 et 94, pp. 318 et 320.
  • 301 Deux commendes attestent à nouveau l’exportation d’un peu plus de 150 kg de safran vers Rhodes et A (...)

135Même si le mouvement d’exportation se ressaisit quelque peu, en 1408-1409 puis en 1413-1414298, les quantités transportées sont nettement inférieures à celles qui datent d’avant 1397 ou de 1404. Lors du départ de la nef de Bartomeu Amar pour Rhodes, Chypre et Beyrouth en décembre 1415, sur laquelle nous disposons de données sont assez complètes en raison de l’inventaire de sa cargaison établi en 1417, le safran ne figure que dans un seul contrat, pour une quantité de 75 livres et une once (soit 30 kg)299. En 1418 et 1424 encore, des listes de prix communiquées par des marchands italiens en Égypte et en Syrie ne mentionnent que le safran de la Marche et non celui de Catalogne300. Ce n’est finalement qu’en 1429 que plusieurs commendes et assurances attestent de nouveau l’exportation de safran catalan au cours d’une même année301.

  • 302 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 348-349 et tableau (...)
  • 303 G. di A. Da Uzzano (coord.), La pratica della mercatura, p. 110 ; G. di L. Chiarini, Libro di merca (...)

136À quoi peut-on attribuer cet affaiblissement brutal et durable ? La concurrence d’un nouveau débouché vers le nord, de Paris aux terres d’Empire en passant par la Flandre, pourrait bien en être la cause. Les premières traces de cette nouvelle orientation apparaissent en effet au début du XVe siècle et, de fait, le commerce du safran vers le Saint-Empire témoigne de quantités exportées bien supérieures à celles expédiées vers la Méditerranée orientale si l’on en croit les données contenues dans les registres du dret dels Alamanys e Saboyenchs à partir de 1426, ou celles révélées par les paiements de la leude de Mediona de 1434302. Sans doute les conditions de vente y étaient-elles plus avantageuses. La concurrence du safran italien ne doit pas non plus être négligée, mais on voit mal pourquoi elle serait subitement devenue plus dure pour les Catalans au XVe siècle alors qu’elle existait déjà depuis plus d’une centaine d’années et que, de toute façon, des manuels de commerce florentins eux-mêmes — ceux d’Uzzano en 1442 et de Chiarini en 1458303 — signalent que le safran de Catalogne se vendait à Alexandrie et Damas. En définitive, la documentation met donc bien en évidence une réorientation complète du commerce de cette épice, au moins durant le premier quart du XVe siècle, puisque les dernières références prouvent que les ventes de safran catalan vers le Levant avaient sans doute repris au moment où Uzzano et Chiarini rédigèrent leur manuel de commerce ; les deux contrats de 1429 signalés précédemment constituaient d’ailleurs peut-être les prémices de ce renouveau.

  • 304 Cl, Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 347, n.3.

137Reste à présent à examiner les différents types de safran commercialisés et leur prix. Les recherches de Cl. Carrère, fondées dans ce domaine sur les documents des archives Datini de Prato304 (et concernant bien sûr les prix à Barcelone), fournissent un utile complément d’information qui a été ajouté aux données collectées principalement à l’Arxiu Històric de Protocols de Barcelone, rassemblées ci-contre dans le tableau 51. Les variétés de safran y sont classées par ordre décroissant de valeur et donc sans doute de qualité.

  • 305 Ibid. On relèvera toutefois qu’en 1394, exceptionnellement, son prix était inférieur à celui du saf (...)
  • 306 A. M. Alcover et F, de B. Moll, Diccionari català-valencià-balear, article « Horta » 2°.
  • 307 F. Melis, Documenti per la storia economica det secoli XIII-XVI, p. 312, doc. 90.
  • 308 Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 347, n. 3.

138À une exception près, les commendes de l’Arxiu Històric de Protocols de Barcelone ne distinguent pas de catégories de safran avant 1370. À partir de cette date ces séries mentionnent la variété dite mercader, la moins chère — et sans doute la plus communément commercialisée —, que l’on trouve dans 27 contrats jusqu’en 1415. Le safran lescat valait un peu plus, car il s’agissait d’une variété triée305. Quant à celui de Balaguer, c’est la seule catégorie à être régulièrement désignée par son lieu d’origine. Il est déjà cité parmi les documents de 1349 et jusqu’en 1409 au moins, dans un total de douze commendes. À en juger par son prix, il devait être de qualité supérieure. Mais le plus onéreux était le safran d’orta – graphie ancienne du catalan horta, désignant une plaine couverte de riches cultures306, où l’on n’est pas surpris de le voir croître. La liste de prix des facteurs de la compagnie Datini à Barcelone en décembre 1383 révèle par ailleurs qu’à 38 sous la livre ce type de safran était presque le plus cher de tous les articles, devançant largement les clous de girofle (16,5 sous la livre) et même la muscade (20 sous) à ce moment précis307. Quinze contrats attestent son exportation vers le Levant entre 1383 et 1404. Enfin, Cl. Carrère indique que le safran de contado (« du pays »), absent des documents barcelonais, est en fait une appellation spécifiquement florentine désignant un type de safran catalan308.

Tableau 51. — Prix de quelques variétés de safran, en sous, pour une livre (pondérale)

Dates

Safran « de orta »

Safran de Balaguer

safran « de contado »

Safran « lescat »

Safran - « mercader »

Safran sans précision

Nombre de contrats ou références

1334-1342

15,4

ACB, Extravagants, Llibre.de (…) Mitjavila i companyia.

Mai 1349

18,2-20

5

Novembre 1370

23,7-26

2

Mai-août 1374

37-40

3

Juillet- novembre 1382

30,8-35,3

2

Décembre 1383

38

34

29

24

F. Melis, Documenti, doc. 90.

Mai 1394

25-29,3

27,3

15,4-19,3

17,5-21,1

4-1-2-4

7 avril 1395

16,8

1

Mai-juin 1396

20,5

23

17,4-18,1

1-1-3

19 décembre 1396

24

22,5-23

20-21

17,5-18

AD, Prato, 635

25 octobre 1397

37

35

33

31-32

27-28

AD, Prato, 635

8 août 1399

46

45-46

40

35

AD, Prato, 637

11 décembre 1399

48

44

40-42

36

AD, Prato, 637 ( ?)

Juillet- septembre 1404

24,8-28

23,5

2-1

19 avril 1405

18

1

a Les données de cette colonne sont un indicateur du degré de précision des résultats obtenus : plus le nombre de contrats est élevé, plus les prix sont sûrs, de même que s’ils proviennent de la correspondance des archives Datini, dont les faneurs avaient précisément pour mission de relever et de communiquer les prix exacts des marchandises sur la place de Barcelone

  • 309 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 347-348.
  • 310 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, p. 432.

139Les données collectées confirment bien les irrégularités de prix déjà relevées par Cl. Carrère et témoignent de l’inégalité des récoltes selon les années. L’amplitude des variations peut en effet aller du simple au double, quelle que soit la catégorie de safran considérée, comme entre 1396 et 1399. Cela dit, le même auteur avait aussi remarqué que sur la longue durée, les limites extrêmes de ces oscillations ne changent guère et restent cantonnées entre une et deux livres309 ; cette relative stabilité est par ailleurs confirmée par les prix du safran catalan en Égypte et en Syrie310. Tout au plus peut-on nuancer ce constat avec l’apport des chiffres des années 1340, qui attestent des valeurs clairement inférieures à vingt sous la livre. Toutefois, l’échantillon est trop fragmentaire pour que l’on puisse conclure à une augmentation certaine des prix du safran catalan au cours du second tiers du XIVe siècle.

  • 311 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 342.
  • 312 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 94,

140D’une manière générale, ces données confirment également que le safran, comme toutes les épices, était un produit onéreux, un constat spécialement justifié dans son cas par les soins laborieux que nécessitaient sa cueillette surtout, mais aussi son conditionnement311. Rien d’étonnant à ce que son prix soit régulièrement donné à la livre — et non pas au quintal ou même à la charge, comme il était habituel pour les produits bon marché dans les comptes et les manuels de commerce312. Sans doute la forte valeur de cette marchandise explique-t-elle aussi pourquoi la plupart des contrats sont investis dans une quantité limitée de safran, généralement inférieure à 100 livres (soit une quarantaine de kilos). Cependant, chaque année — du moins pour celles dont les données sont suffisamment fournies —, quelques commendes atteignent ou dépassent même de beaucoup ce seuil, témoignant d’un effet de concentration du commerce du safran entre les mains de quelques marchands seulement. Le tableau 52 (voir ci-dessous) permet d’en rendre compte :

Tableau 52. — Proportion des commendes supérieures ou égales à 100 livres (pondérales) dans le commerce du safran à destination de l’Égypte et de la Syrie

Années

Nombre de commendes

 % des quantités exprimées

1349

3 sur 16

45,2

1394

3 sur 19

36,8

1395

5 sur 12

77,4

1396

3 sur 15

39,8

1397

2 sur 2

100

1400

2 sur 4

98,2

1404

2 sur 22

79,7

  • 313 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 163v° et 179v°.

141Cet effet de concentration, perceptible dès 1349, semble s’affirmer encore lors des dernières années de fortes exportations de safran vers l’Égypte et la Syrie, aboutissant parfois à des situations extrêmes, comme en 1397 : les quantités expédiées, qui au total atteignent un record d’au moins 738 kg, sont en fait consignées dans deux contrats seulement, portant sur douze et six quintaux respectivement313. Et l’échantillon total de 73 commendes saisies au cours de cette année n’est pas le moins représentatif. Cette concentration explique sans doute la facilité avec laquelle le courant d’exportation se réorienta vers l’Europe du Nord au début du XVe siècle : quelques marchands bien informés ont ainsi pu détourner vers une autre destination l’essentiel du trafic de cette épice. Mais ce constat doit aussi nous amener à une attitude de prudence, car l’essentiel des quantités expédiées certaines années a pu facilement nous échapper si les deux ou trois contrats les plus importants ont disparu ou si ces accords n’ont pas été consignés par-devant notaire.

IV. — Les autres produits non alimentaires ; les métaux et les peaux

Métaux et sels minéraux

a) Les métaux

  • 314 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval articles « Alcofoll » (p. 195), « Argent viu » (...)
  • 315 Cl. Carrère signale pourtant que ce minerai pouvait aussi parvenir à Barcelone depuis le Proche-Ori (...)

142Plusieurs types de métaux et sels minéraux sont commercialisés par les Catalans vers le Levant. Dans le premier cas, trois minerais se distinguent particulièrement : l’étain, le plomb et le mercure. Tous trois provenaient de Catalogne, sauf le premier qui était en fait importé d’Angleterre314. On trouvait aussi, plus rarement, du cuivre à destination de l’Égypte et de la Syrie, qui venait probablement des pays germaniques315.

  • 316 S. D. Goitein, The Jewish Communities of the Arab World, t. I, p. 154 ; et Id., Letters of Medieval (...)
  • 317 Zibaldone da Canal, éd. A. Stussi et F. C. Lane : cuivre et étain en vente à Alexandrie, p. ; manue (...)

143Les lettres de la Geniza attestent très tôt — dès le second tiers du XIe siècle — l’exportation de cuivre, de fer, de plomb, de mercure et d’étain d’Occident vers la Méditerranée orientale316, qui, on le sait, était déficitaire en métaux. L’une d’entre elles est spécialement intéressante car elle contient une liste de prix de marchandises dont une grande partie provenait de la péninsule Ibérique. Il s’agit presque exclusivement de produits minéraux : en tête apparaît le cuivre, puis viennent l’étain et le mercure. Autre élément intéressant : cette liste fut établie à Aden en 1198, ce qui prouve que, comme le corail, ces métaux étaient au moins partiellement réexportés vers l’océan Indien et peut-être plus loin encore, car le manuel de commerce florentin anonyme de 1315 signale également que l’étain s’exportait jusqu’en Asie centrale et en Chine. Le même ouvrage, relayé par de nombreux autres, indique également que l’ensemble des métaux cités précédemment trouvaient un débouché au Levant317.

  • 318 J. Trenchs Odena, « “De Alexandrinis” », pp. 245-252.
  • 319 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », ffos (...)
  • 320 Voir graphique 4, p. 309.

144On ne sera évidemment pas surpris de ne trouver pratiquement jamais mention de fer dans notre documentation puisque cette marchandise figurait au premier rang de celles qui avaient été interdites par la papauté dans tout commerce avec les pays musulmans, compte tenu de son usage possible pour la fabrication des armes318. Il n’est évidemment pas exclu que du fer ait cependant été exporté de façon illicite de Barcelone vers le sultanat mamelouk, mais les sources dépouillées restent évidemment muettes à ce sujet. En revanche, les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila montrent que dès les années 1334-1342 tous les autres métaux parvenaient bien à Beyrouth et surtout à Alexandrie, par l’intermédiaire des marchands catalans319. Le plomb, qui provenait des mines de Falset situées dans le Priorat, arrive nettement en tête avec une quantité de 500 cantars et 6,5 livres, soit plus de cinq fois le total des autres métaux réunis. Au total, la compagnie investit ainsi, en comptant les frais de chargement et de nolis, 950 livres dans ce commerce, ce qui représente 7,4 % de ses exportations vers la Méditerranée orientale320.

  • 321 Ces quantités de métaux avaient été confiées par Guillem Costabella avec 38 pièces de draps, pour u (...)

145L’échantillon de commendes de mai 1349 témoigne de quantités de métaux beaucoup plus restreintes et de types moins variés : seuls figurent l’étain et le plomb, dans un total de six contrats. Mais le dernier d’entre ceux-ci concerne des volumes tout à fait respectables : 100 quintaux de plomb et 28 quintaux, une arrobe et 23 livres d’étain, pesant au total près de 5.268 kg321. Les quantités figurant dans les autres contrats sont exprimées en des unités de contenants trop variées (fays, garbis, voire non précisées) pour permettre une évaluation du total des métaux exportés au cours de ce mois vers Chypre et la Syrie.

  • 322 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r°, 23r°, 47v°, 55r°, 61v°, 80r°, (...)

146Pourtant, dans la liste des tarifs de nolis des années 1353-1357, la même diversité de minerais que celle dont témoignaient les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila se manifeste à nouveau : plomb, étain, cuivre et mercure sont en effet régulièrement mentionnés à destination de Chypre, Beyrouth et Alexandrie pour un prix compris entre 3 et 4,5 sous le quintal de plomb — le plus bas que l’on puisse relever avec les tarifs d’affrètement de l’antimoine — ou pour six à huit sous le barquí de mercure ou le quintal d’étain et de cuivre322. Ce décalage quantitatif entre les informations fournies par les commendes et celles qui proviennent des contrats d’affrètement ne peut guère provenir d’un manque de représentativité de la première catégorie de contrats puisque l’échantillon se compose de 118 commendes ; en revanche, il pourrait bien être le fait de listes stéréotypées de marchandises dans le cas des nolis, répondant avant tout à un souci d’exhaustivité sans refléter pour autant la réalité des produits les plus communément transportés vers la Méditerranée orientale.

  • 323 AHPB, Bernat Nadal, Secundus libercomandarum (décembre [397 - août 1403), f° 151v° (9 septembre 140 (...)
  • 324 Trois commendes investies en mercure en avril 1395 ne totalisent qu’un peu moins de 200 kg et 2 bar (...)
  • 325 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 133r°, et J. Ainaud, « Q (...)

147L’évolution ultérieure semble confirmer cette hypothèse car les exportations de métaux deviennent effectivement de plus en plus rares après les années 1350. Parmi les documents dépouillés on ne dénombre plus que onze commendes investies en métaux, irrégulièrement réparties entre 1388 et 1413. Leur typologie est aussi légèrement différente puisque si l’étain et le mercure figurent toujours en bonne place de cet échantillon, le plomb a pour sa part complètement disparu, tandis que le fer fait une brève mais remarquable apparition dans un seul contrat323. À cette occasion, en effet, 106 quintaux, arrobes et 20 livres de ce métal (soit 4.365 kg) sont exportés vers Alexandrie et Beyrouth, malgré les interdictions pontificales en principe toujours en vigueur. Les autres quantités ne sont pas, de loin, aussi importantes324. On comprendra que cette répartition très dispersée dans le temps pour un type de métal donné et ces unités si différentes d’un contrat à l’autre conduisent à renoncer à toute tentative sérieuse de calcul de prix. Quant au cuivre, il reste toujours aussi rare parmi les exportations catalanes de métaux ; un seul contrat y fait référence en 1396, pour une quantité de 9 quintaux et 90 livres (405 kg). Une quinzaine d’années plus tard, Lluís Sirvent allait lui aussi avoir bien du mal à écouler ce métal à Alexandrie, reconnaissant même qu’il eût mieux valu le laisser à Barcelone325.

  • 326 E. Ashtor Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 124, 126, 136, 143-144, 158-160.
  • 327 Voir la note 317 et F. Melis, Documenti per la storia economica del secoli XIII-XVI, doc. 93, p. 31 (...)
  • 328 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages. pp. 126 et 151: « The shipments of metals were ap (...)

148Ce rôle déclinant des Catalans dans la commercialisation des métaux vers le Levant ne correspond pas à celui joué par les marchands italiens. E. Ashtor a en effet montré que les Vénitiens, mais aussi les Génois, exportaient de très grandes quantités de cuivre vers l’Égypte et la Syrie, permettant ainsi aux sultans de subvenir à leurs besoins pour frapper des monnaies de billon. Ils étaient aussi grands pourvoyeurs de plomb et d’étain, de même que les Anconitains ou les Ragusains326. Ainsi s’explique la mention très régulière de tous ces métaux sur les marchés de Méditerranée orientale parmi les manuels de commerce et les listes de prix fournies par les facteurs commerciaux italiens327. Leur dynamisme dans ce domaine, contrastant fortement avec celui des Catalans, se justifie par leur proximité et surtout par l’intensité de leurs échanges avec l’Europe germanique et la Bosnie, où se situaient les principaux gisements de ces métaux aux XIVe et XVe siècles328. Leur position privilégiée dans ce trafic n’a donc concédé qu’une place de plus en plus réduite aux Catalans.

b) Les sels minéraux

  • 329 M. Del Treppo, « Antimonium, stibium, alcofoll »; Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’épo (...)
  • 330 Cet auteur se fonde sur un manuscrit du XVIIe siècle plagiant en partie le manuel de commerce catal (...)
  • 331 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, article « Ferret » (p. 316) ; et Id., El prime (...)
  • 332 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, articles « Vermelló » (p. 449) et « Tàrtar » ( (...)

149Si les exportations catalanes de métaux vers le Proche-Orient connaissent une évolution déclinante, il n’en va pas de même pour les sels minéraux. Parmi ces produits, l’antimoine, un sulfure de plomb faisant office de kohol en Égypte, en Syrie et au Maghreb — et précisément appelé cofoll dans les documents catalans — ou servant plus généralement de colorant noir, connut au cours du XVe siècle un essor commercial remarquable329. Mais les exportations de sels minéraux se composaient aussi secondairement de verdet, un acétate de cuivre de couleur vert foncé, utilisé comme colorant, ainsi que de ferret, un sulfate issu du même métal selon M. Gual Camarena330 ; on remarquera pourtant que le même terme désigne en français l’hématite rouge, c’est-à-dire un oxyde ferrique naturel, dont le ferret de nos documents pourrait bien tirer son étymologie. Sa couleur était en effet bien rouge, comme le confirme le manuel de commerce catalan de 1385, ce qui lui conférait également un usage de colorant331. On trouvait encore parfois du vermillon, un sulfure de mercure d’un beau rouge vif également appelé cinabre, ainsi que du tartre, ce dépôt salin que laisse le vin à l’intérieur des tonneaux, qui était utilisé pour l’opération de mordançage lors de la teinture des tissus332.

  • 333 Les marchands italiens exportaient en outre du réalgar, que l’on ne trouve jamais dans la documenta (...)
  • 334 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 236 et 489.

150Les marchands italiens commercialisaient eux aussi la plupart de ces sels minéraux, même si seuls le vermillon et parfois le verdet sont mentionnés dans les manuels de commerce et les listes de prix établies par eux sur les marchés de Méditerranée orientale333. Cependant, l’une de ces marchandises échappait à cette règle : l’antimoine ; il s’agissait donc d’un produit « réservé » aux seuls marchands catalans sur les marchés de Damas et d’Alexandrie334.

  • 335 S. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, pp. 103, 215 (voir en particulier les notes 12 e (...)
  • 336 M. Del Treppo, « Antimonium, stibium, alcofoll », p. 196.

151L’exportation de ce sulfure de plomb et de cinabre de la péninsule Ibérique vers le Proche-Orient, est attestée très tôt, dès le milieu du XIe s. et jusqu’à la fin du XIIe siècle, dans les documents de la Geniza335. Il n’est évidemment pas possible de prouver qu’il s’agissait d’antimoine provenant de la région de Tortosa, d’où il fut certainement extrait au cours des siècles suivants336. On possède en revanche de claires indications sur les débouchés de ces deux produits, car leur présence dans la liste de prix de marchandises établie à Aden en 1198 — fournie par les mêmes sources — prouve qu’ils étaient eux aussi réexportés, au moins partiellement, vers l’océan Indien, tandis que d’autres lettres montrent qu’il existait aussi des marchands spécialisés dans la vente d’antimoine sur place en Égypte.

  • 337 Soit vers le milieu du XIIIe siècle pour le verdet et le vermillon et vers le dernier quart du même (...)
  • 338 AHCB, Fons Municipal, Llibre del Conseil, f° 15 ; signalé par P. Voltes Bou, « Repertorio de docume (...)
  • 339 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Med (...)

152La commercialisation de ces minéraux dans les pays de la couronne d’Aragon est quant à elle attestée dès le premier quart du XIIIe siècle pour l’antimoine, et un peu plus tardivement pour les autres sels minéraux337. Dans le cas de l’antimoine, les bases de sa commercialisation vers la Méditerranée orientale paraissaient déjà fondées dès la fin du XIIIe siècle. En effet, une lettre de réclamation des Conseillers de Barcelone auprès de l’émir de la douane d’Alexandrie fait allusion au dépôt d’une quantité d’antimoine non précisée, laissée sur place par un certain Guillem de Banyoles, vers 1287338. Pourtant, indice révélateur, les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila ne font pas la moindre allusion à ce produit — ni à aucun autre sel minéral — dans cette direction, et les commendes de mai 1349 ne laissent apparaître qu’une seule fois 18 coffes de coffoll à destination de Chypre et de Beyrouth339.

  • 340 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r°, 23r°, 47v°, 55r°, 61v°, 80r°, (...)
  • 341 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), f° 61r° ; nolis pour Alexandrie du 3 ju (...)

153En revanche, comme dans le cas des métaux, les tarifs de nolis des années 1353-1357 mentionnent des sels minéraux variés ; trois d’entre eux sont systématiquement cités dans les huit contrats d’affrètement : l’antimoine, le vermillon et le tartre340. Le premier était grevé d’un droit de trois à quatre sous par quintal à destination de Chypre, Beyrouth ou Alexandrie, soit les prix de transport les plus bas, toutes marchandises confondues ; pour le second, le tarif atteignait six à huit sous ; enfin, l’unité de base pour le dernier n’était pas le quintal, mais la bota, pour laquelle les marchands devaient acquitter une somme de six à sept sous. Cette énumération de produits ne figure pas ou peu parmi les contrats de commendes, ce qui confirme que les listes de nolis couvraient une gamme de marchandises la plus large possible, sans pour autant signifier que celles-ci étaient régulièrement commercialisées. Toutefois, l’un des contrats d’affrètement prévoit bien le chargement de 840 quintaux d’antimoine — soit plus de 34 tonnes — ou d’autres robes grosses, sans doute pour lester correctement le navire341.

  • 342 ASG, Notai antichi, Raffaele Casanova, 1/10 (30 mai 1388) : de l’antimoine, des draps et de la lava (...)

154La liste des contrats investis en sels minéraux montre ensuite un fléchissement des exportations catalanes en raison de la crise des années 1350-1380. Il faut donc attendre la fin de cette période pour voir apparaître de nouveau de l’antimoine et, pour la première fois parmi les documents dépouillés, du verdet et du ferrer342. Mais ce n’est qu’au milieu de la dernière décennie du XIVe siècle que la commercialisation de ces types de produits devient enfin plus régulière, surtout grâce aux exportations d’antimoine : entre 1394 et 1416, 53 contrats investis en divers sels minéraux, dont 30 dans ce sulfure de plomb, peuvent ainsi être relevés.

  • 343 M. Del Treppo, « Antimonium, stibium, alcofoll », p. 197; Cl. Carrère, Barcelone, centre économique (...)
  • 344 AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 5r°2 (12 mai 1394) ; AHPB, Bern (...)
  • 345 A. Garcia i Sanz et M. T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona, t. (...)
  • 346 Ibid., t. I, p. 357.
  • 347 M. Del Treppo, « Antimonium, stibium, alcofoll », pp. 197-198.
  • 348 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 77v°2; et AHPB, Bernat N (...)

155Les volumes de cofoll expédiés ne dépassent cependant jamais les 100 coffes, ces emballages de sparte qui, une fois remplis, atteignaient un poids légèrement inférieur à un demi-quintal343. Pareilles quantités ne figurent d’ailleurs que dans trois commendes344 ; la plupart du temps, la moyenne oscille entre vingt et soixante coffes. Il faut ensuite attendre 1429 pour voir le seuil de cent coffes dépassé dans plusieurs contrats345, signe précurseur de la hausse des exportations d’antimoine, qui devaient atteindre le record de 1.500 coffes le 24 novembre 1445346. Mais le prix de l’antimoine était bas : M. Del Treppo a pu fixer sa valeur à 25-27 sous la coffe pour le second tiers du XVe siècle347. Entre 1395 et 1408, son prix n’était que de 20 sous, soit une livre348.

  • 349 AHCB, Fons Notarial, IX. 13 Documents mercantils (anys 1421-1449). Liasse de cinq folios portant la (...)
  • 350 Voir l’équivalence entre le quintal de Damas et celui de Barcelone, dans M. Gual Camarena, El prime (...)
  • 351 L’unité monétaire alors utilisée était alors le ducat corent de Damas, subdivisé en 32 dirhams.

156Un ultime document très intéressant détaille les étapes de transport et de vente d’une quantité de 50 coffes d’antimoine en Syrie349. Il s’agit des comptes de cette opération, précédé d’un mémorial résumant la position du bailleur de la commende, Joan Buada, dans le cadre d’un différend qui avait surgi avec son commendité, Nicolau Viastrosa, à la suite de cette opération. Le mémorial n’est pas daté mais signale que la vente de l’antimoine avait eu lieu à Damas le 7 ( ?) octobre 1432. Au total, les 50 coffes valaient 52 livres et 5 sous, somme qui comprenait aussi les frais de chargement à bord de la nef qui les avait transportées d’abord à Rhodes, contre un nolis de quatre sous par coffe — soit le même tarif qu’en 1356, mais pour Alexandrie. L’antimoine avait ensuite gagné Damas, via Chypre et Beyrouth, où les 50 coffes, pesant 13 quintaux et 70 ròtols de Damas (soit 43,85 quintaux de Barcelone350 ou un peu moins de 1.800 kg), avaient été échangées contre un quintal et 73 ròtols d’encens (soit 227 kg) appartenant à Elli « moro de Domas » ; la transaction s’était effectuée par l’intermédiaire du courtier Callill [Khalîl]. On notera au passage la faible valeur de l’antimoine, bien soulignée par les quantités très inégales des deux produits échangés. Cependant les frais de transport du sulfure de plomb, ajoutés à ceux de son débarquement à Chypre ainsi qu’aux divers impôts que Nicolau Viastrosa avait dû acquitter, s’étaient avérés si onéreux selon celui-ci qu’il avait jugé nécessaire de s’approprier l’encens pour couvrir toutes ces dépenses ; mais cette mesure n’avait encore pas suffi et le commendité réclamait donc une somme de 34 ducats et 10 dirhams351 au bailleur, qui bien sûr remettait en cause ces frais. L’affaire est en fait révélatrice des difficultés de commercialisation d’un produit bon marché mais lourd, dont le poids accroissait le coût de transport, lequel représentait un cinquième de la valeur du produit lui-même dans cette opération. Les marges bénéficiaires devaient donc être particulièrement réduites, inconvénient que seules pouvaient compenser de grandes quantités de produits exportées.

  • 352 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 82 (ferret) et 99 (verdet et vermil (...)

157Les autres sels minéraux—verdet, ferret, vermillon et tartre — sont bien moins souvent cités, sans doute en raison de la concurrence des marchands italiens. Ils ne totalisent que 23 contrats entre 1395 et 1414 — contre 30 pour le seul antimoine. Les quantités exportées sont elles aussi sensiblement inférieures à celles du sulfure de plomb : elles oscillent généralement entre deux et cinq quintaux lorsque le poids de ces marchandises est indiqué, car bien souvent seul un nombre de contenants aux capacités irrégulières figure dans les contrats (costals, caisses, balles, etc.). Le ferret et le verdet dominent ce nouvel ensemble, apparaissant respectivement dans dix et neuf commendes. Des listes aussi réduites de contrats, de même que les indications irrégulières de poids, empêchent de déterminer des prix sûrs pour ces minéraux. Il est toutefois certain que leur valeur était supérieure à celle de l’antimoine, car d’après le manuel catalan de 1385 l’unité utilisée pour leur commercialisation était la livre, tandis que les prix de l’antimoine étaient toujours indiqués au quintal352.

Fourrures et peaux

  • 353 S. D. Goitein, The Jewish Communities of the Arab World, t. I, p. 154 ; toutefois, ces articles ne (...)
  • 354 Voir le témoignage d’al-Maḳrīzī dans A. Raymond et G. Wiet (éd.), Les marchés du Caire, pp. 196-197 (...)

158Le commerce des fourrures occidentales ou d’Europe du Nord vers le Proche-Orient est également ancien ; les documents de la Geniza montrent en effet, une fois de plus, que dès la seconde moitié du XIe siècle des peaux provenant de ou transitant par la Sicile et la Tunisie parvenaient en Méditerranée orientale353. À l’époque des Mamelouks, elles étaient toujours très appréciées en Égypte et en Syrie, en particulier par les élites, qui les utilisaient pour leurs costumes d’apparat, puis progressivement par de nombreuses femmes, quelle que fut leur condition354.

  • 355 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, articles « Anyels » et « Anyines » (pp. 209-21 (...)

159Leur commercialisation dans les pays de la couronne d’Aragon est attestée dès le XIIIe siècle, par divers tarifs douaniers. On y trouve déjà les principaux types exportés vers l’Orient méditerranéen au siècle suivant : des peaux de lapin, des agnelines (ou anyines, terme désignant des peaux de jeunes agneaux de moins d’un an qui conservaient parfois leur laine) ainsi que des fourrures d’hermine et, un peu plus tard (1271), de vair, ce petit écureuil dont la pelleterie était particulièrement estimée. Ces articles avaient des provenances bien distinctes : les deux premiers abondaient dans la Péninsule tandis que les deux derniers provenaient principalement des rivages de la Baltique et constituaient donc des marchandises de réexportation355.

  • 356 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », pp. 4 (...)
  • 357 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 446, citant Libros de tesorería de la Casa (...)
  • 358 Voir la note 293 et M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 269.
  • 359 Ibid., p. 105.

160Les premiers documents connus attestant l’exportation de peaux par les Catalans vers le Sultanat nous sont une fois de plus fournis par les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila. Entre 1334 et 1342, en association avec un autre marchand, celle-ci expédia vers Alexandrie, d’une part, 48.000 dos de vair de Flandre contenus dans huit balles et valant en tout près de 1.039 livres, et vers Beyrouth, d’autre part, 7.600 agnelines et 7.000 autres dos de vair, pour un prix total de près de 459 livres356. Comme en témoignent ces chiffres, les quantités emportées lors de ces deux voyages sont impressionnantes ; elles constituent en valeur 16,4 % des exportations de la compagnie vers la Méditerranée orientale. Les documents postérieurs ne mentionneront jamais plus de pareils volumes. L’échantillon relevé fait également ressortir l’inégale valeur de ces différents types de peaux ; en effet, les quatre costals de fourrure de vairs coûtaient, en incluant les frais de chargement sur le navire et le paiement du nolis pour Beyrouth, 150 livres 10 sous et 4 deniers tandis que les six costals d’agnelines barbaresques ne revenaient, dans les mêmes conditions de paiement, qu’à 94 livres et 16 sous. Il ressort de cette comparaison que la fourrure de vair constituait presque un article de luxe, que le roi lui-même faisait acheter357, tandis que les agnelines, malgré leur finesse, étaient destinées à une clientèle plus large. Il serait vain de tenter de calculer la valeur d’un costal de fourrure afin de mieux pouvoir apprécier la différence de coût des marchandises, puisque nous avons constaté précédemment qu’il s’agissait d’un contenant sans capacité fixe358. Les comptes de la compagnie Mitjavila le confirment d’ailleurs : dans le dernier cas cité, les 3.000 agnelines barbaresques étaient transportées dans six costals tandis que deux autres costals ne contenaient que 600 peaux du même type provenant de Majorque, soit une moyenne fluctuant entre 300 et 500 peaux par costal. En outre, comme le montrent encore ces documents, les agnelines n’avaient pas toutes la même origine : les unes provenaient du Maghreb, les autres du camp de Tarragone et de la région de Valence et les dernières de Majorque. Les premières revenaient à 7,6 deniers la pièce, les secondes à 10,5 deniers et les dernières à 13,6 deniers. On remarquera que les anyines de la Péninsule sont qualifiées de « blanches », ce qui justifie peut-être le net écart de prix avec celles provenant d’Afrique du Nord. Cependant, le manuel de commerce catalan de 1385 explique que ces différentes origines traduisent bien des qualités inégales : selon son auteur, les meilleures agnelines sont celles d’Aragon, dépassant celles de Valence et de La Plaga, qualifiées de bonnes, et celles de Sardaigne et d’Alcudia, dans l’île de Majorque, considérées de niveau moyen ; situées au bas du classement, celles de Naples et du Maghreb avaient la réputation d’être de mauvaise qualité359. On notera donc avec intérêt que la hiérarchie des différentes agnelines reflétée par les comptes de la compagnie — qui pour la valeur situait celles de Majorque au-dessus de celles des régions de Tarragone et de Valence —, ne correspond pas exactement à celle du manuel de commerce catalan.

  • 360 Rappelons qu’il s’agit des mêmes tarifs que pour le safran (AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú [juin 13 (...)

161Les contrats notariés qui prennent la suite chronologique de ces documents comptables nous donnent une image bien différente des exportations catalanes de peaux et de fourrures vers l’Égypte et la Syrie. En effet, l’échantillon de 118 commendes datées de mai 1349 ne fournit que deux contrats investis en peaux d’animaux sauvages et dans trente cots de lapins, qui tranchent singulièrement avec les abondantes mentions d’argent ou de safran contemporaines. Les contrats de nolis des années 1353-1357 pour Chypre, Beyrouth et Alexandrie font quant à eux de nouveau apparaître parmi leurs tarifs les fourrures de vair, qui sont grevées du même prix de transport que les peaux tannées, soit vingt sous le quintal jusqu’en 1355 puis trente-cinq sous en 1357360. Pour la même quantité d’agnelines, les marchands ne devaient acquitter que de dix à quinze sous.

  • 361 Voir supra p. 301.

162Ces marchandises subissent ensuite une longue éclipse que la crise des relations entre la Catalogne et le Proche-Orient mamelouk, entre 1350 et 1380361, ne suffit pas à expliquer. Ce n’est en effet qu’en 1394 que les exportations de peaux reprennent, pour s’intensifier surtout entre 1396 et 1400 (24 commendes), puis dans une moindre mesure entre 1404 et 1407 (14 contrats). La part des peaux embarquées en août 1407 sur la galée marchande de Gherardo de Doni atteint alors 533 livres, soit 6,7 % du chargement en valeur. Cependant, dès 1410 cet article disparaît de nouveau de la documentation dépouillée, Dans l’ensemble, la contribution catalane à ce négoce paraît donc étonnamment modeste compte tenu de l’engouement précédemment décrit pour ce type d’article en Égypte et en Syrie.

  • 362 ACA, Generalitat, reg. G.186.1 bis, f° 103r° ; selon R. Delort, Le commerce des fourrures en Occide (...)
  • 363 ACA, Generalitat, reg. G.186.1 bis, f° 101v° ; AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 13 (...)

163Trois types d’animaux sont surtout mis à contribution : les lapins, en fait principalement à l’origine de la reprise de ce trafic entre 1396 et 1400 ; les hermines, surtout exportées en 1404-1406 ; ainsi que les agneaux, dont les peaux se répartissent de manière diffuse tout au long de cette nouvelle phase et qui sont finalement les seules à être commercialisées durant toute la période considérée (depuis les années 1330). Un seul accord commercial concerne les peaux de vair, dont le nombre impressionnant — 10.000 panxes (terme désignant la peau du ventre de l’animal) et 1.300 dos — atteint tout de même 376 livres, avec six timbres d’hermine362. Les fourrures de renard sont quelquefois mentionnées, et plus rarement encore, celles de castor, ainsi que, plus inattendues, des peaux de léopard363.

  • 364 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f° 35v°3.
  • 365 Dans un autre contrat de 1402, la valeur du « cot d’agnelines blanches atteint le prix légèrement s (...)
  • 366 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 284.
  • 367 Commende du 9 septembre 1399 (AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1 (...)
  • 368 Il arrivait même que le prix du nolis dépassât celui des marchandises (ACA, Generalitat, reg. G.186 (...)

164Les prix des pelleteries variaient assez sensiblement selon l’espèce intéressée, mais ils sont en fait malaisés à déterminer car bien souvent ces marchandises étaient confiées en commende avec d’autres et seul un prix global figure dans le contrat, ce qui, une fois de plus, empêche d’en connaître la valeur. Une commende rédigée le 7 août 1407 donne pourtant plusieurs prix à l’unité364 : une pièce d’agneline blanche y coûte dix deniers (soit un prix équivalent à ceux relevés dans les comptes de la compagnie Mitjavila soixante-dix ans plus tôt) ; un cot de anyels blancs vaut 17 sous365, soit près d’une livre, ce qui montre qu’un cot, sorte de cape366, était constitué de plusieurs pièces d’anyels. Les peaux de lapin coûtaient bien sûr moins cher : la même commende du 7 août 1407 indique un prix d’un denier seulement pour un ventra de lapin. Assemblés en un cot, ils valaient un peu moins de sept sous367, mais dans la plupart des contrats où leur prix peut être déterminé, celui-ci s’élève à une dizaine de sous car il inclut alors la valeur du nolis ; or les peaux tannées étant grevées des tarifs d’affrètement les plus chers — avec le corail et le safran —, il est logique que leur prix, modique à l’unité, s’en trouve sensiblement augmenté368.

  • 369 R. Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Âge, p. 1357 ; et AHPB, Bernat N (...)
  • 370 Il atteint en fait 7 livres 4 sous dans la commende de 1396, mais ce prix comprenait la totalité du (...)
  • 371 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410 (...)

165La comparaison avec les peaux d’hermine n’est pas aisée car celles-ci étaient commercialisées de manière différente. Elles n’étaient en effet pas assemblées en cots mais regroupées en timbres, soit des lots de quarante peaux369. Leur prix variait de cinq à six livres entre 1396 et 1404370, ce qui à l’unité — une peau — revenait à une valeur comprise entre 2,5 ou 3 sous, soit nettement plus que les peaux de lapin et même les agnelines, qui restaient inférieures à un sou. Des queues d’hermine étaient également commercialisées, le plus souvent en très grand nombre — par milliers — car leur valeur à l’unité était inférieure à un denier371.

  • 372 R. Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Âge, p. 1240.

166Ces prix élevés sont confirmés par les travaux de R. Delort ; celui-ci a en effet établi que l’hermine coûtait généralement plus cher que le vair et que l’écart de valeur entre les deux fourrures était plus élevé en Occident qu’en Orient ; il en conclut que l’hermine était moins appréciée au Levant, ce qui selon lui explique pourquoi les marchands italiens ou marseillais exportaient davantage de vair que d’hermine vers l’Égypte et la Syrie372. Or les commendes barcelonaises investies dans ces marchandises font apparaître une proportion exactement inverse entre ces deux types de fourrures (11 contrats pour l’hermine contre un seul pour le vair). Leur petit nombre limite cependant les possibilités d’explications ; il faudrait sans doute pouvoir déterminer l’origine et le réseau des approvisionnements en peaux d’hermine pour résoudre cette contradiction ; on remarquera en tout cas que leur réexportation vers le Levant est strictement limitée aux années 1403-1406.

  • 373 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 8 et 163-164. Les Vénitiens s’étaient d’aille (...)
  • 374 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 163 ; et R. Delort, Le commerce des fourrures (...)

167À l’exception des hermines et en dehors des activités de la compagnie de Pere de Mitjavila, les peaux principalement commercialisées par les marchands catalans étaient donc de qualité inférieure (peaux de lapin) ou moyenne (agnelines), leur prix à l’unité restant modéré. Il est donc normal que ces marchandises aient constitué le plus souvent un appoint à d’autres produits ou qu’elles aient été commercialisées parfois en grand nombre. Cependant, les listes de prix établies à Damas par les marchands vénitiens et par ceux de la compagnie Datini montrent qu’une fois de plus les Catalans devaient affronter dans le trafic des peaux la concurrence des Italiens. À y regarder de plus près, cependant, il ne s’agissait pas du tout des mêmes types d’articles ; la documentation italienne, et vénitienne en particulier, concerne en fait les fourrures de luxe (vair, zibeline, castor, belette, martre et hermine), dans des proportions parfois considérables373. Il n’est en revanche jamais question de peaux de lapin ou d’agneau. La raison de telles différences ne réside pas seulement dans les talents mercantiles des hommes d’affaires italiens : ils jouissaient d’une part d’une plus grande proximité vis-à-vis des zones d’approvisionnement et profitaient aussi de leurs relations privilégiées avec la Hanse par l’intermédiaire de marchands allemands — comme dans le cas des métaux — ou de Flandre374. Comme pour le commerce des draps, donc, le trafic occidental des peaux et des fourrures vers le Sultanat avait abouti à une spécialisation des marchands italiens dans les produits de luxe, ne laissant aux Catalans que ceux de qualité moyenne ou faible.

V. — Les marchandises alimentaires

Le miel

  • 375 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 359 ; Id., El primer manual hispánico de me (...)
  • 376 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 17, 23, 25. Zibaldone da Canal, éd. A. Stussi(...)
  • 377 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, signale la vente de miel à Acre (p. 64), en précisant (...)
  • 378 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 90.

168Le miel est une denrée abondamment produite en Catalogne et commercialisée de longue date dans les pays arabes375. Ainsi s’explique sa présence très régulière sur les navires catalans faisant voile vers la Méditerranée orientale. Toutefois, les premiers documents connus relatifs à l’exportation de miel vers l’Égypte et la Syrie ne sont fournis que par les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila entre 1334 et 1342, tandis que de nombreuses sources italiennes attestent de sa commercialisation à Alexandrie par les Vénitiens et les Génois dès la fin du XIIIe s. et le début du XIVe siècle376. Vers 1340, Francesco B. Pegolotti confirme ces activités et ajoute les Anconitains à l’énumération des marchands italiens. Enfin, dans les deux listes de prix établies à Alexandrie en 1386 et 1419 par les facteurs de compagnies vénitiennes et florentines, le miel figure toujours parmi les produits alimentant ce marché377. On notera ainsi d’emblée que cette denrée était plus volontiers dirigée vers le grand port égyptien que vers la capitale syrienne, peut-être en raison des taxes particulièrement élevées qui la frappaient à Damas : 10,5 %, contre 3,5 % pour les autres marchandises378.

  • 379 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », ffos (...)
  • 380 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Med (...)
  • 381 AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r°, 23r°, 47v°, 55r°, 61v°, 80r°, (...)
  • 382 AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), f° 61r° (nolis du 3 juillet 1355, à dest (...)

169Du côté catalan, les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila révèlent que ses membres expédièrent au moins 3.066 kg de miel de Vilafranca del Pene dès vers Beyrouth et Alexandrie au cours de deux voyages, entre 1334 et 1342379. Si la quantité exportée est plus que respectable, son prix est en revanche beaucoup plus modique puisqu’il n’atteint au total que 151,6 livres en incluant les frais de chargement sur les navires, ce qui ne représente en valeur que 1,2 % des exportations de la société vers ces destinations. En 1349, sur le lot de 118 commendes à destination de Candie, Rhodes, Chypre et Beyrouth, seules six sont investies en miel mais, encore une fois, pour une quantité sans doute impressionnante puisque les trois contrats qui précisent le poids des marchandises totalisent 6.076,6 kg380, chiffre qu’il faut donc considérer comme un minimum. Les huit contrats de nolis des années 1353-1357, à destination de Chypre, Beyrouth et Alexandrie, mentionnent eux aussi régulièrement le miel ; celui-ci est frappé d’une taxe de 4,5 a 6 sous le quintal, acquittant donc le tarif le plus bas après celui des droits grevant le plomb et l’antimoine381. L’un de ces accords prévoit un chargement de 120 quintaux de miel par part de nolis, ce qui, à raison de sept parts, donne un total théorique de 34,4 tonnes, tandis qu’une nef partie de Barcelone pour Chypre en 1357 emportait à son bord 156 jarres de miel382.

  • 383 AHPB, Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1383), f° 35v°3 (il s’agit en f (...)
  • 384 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2314, ffos 88v°-90r°.

170Puis la série des contrats notariés s’interrompt longuement au cours des années 1360-1380, mis à part deux commendes isolées en 1370 et 1378383. La liste des marchandises chargées sur le pàmfil royal parti pour Alexandrie en mai 1374 montre pour sa part que le miel y était le principal produit exporté, avec 808 quintaux, soit 33,1 tonnes384. Cet exemple, ainsi que les deux commendes précédentes, prouve donc que les transports de miel vers l’Égypte et la Syrie ne se sont pas interrompus au cours des années 1370, malgré un contexte commercial défavorable.

  • 385 Manual de Novells Ardits, p. 46. En fait, le pirate génois laissa repartir la nef de Nicolau Pujada (...)
  • 386 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410 (...)
  • 387 Il faut certes redoubler de prudence pour tenter de déterminer le poids d’un canter, sorte de cruch (...)
  • 388 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), ffos 77r°-78v°.

171La série des contrats reprend ensuite, assez abondamment fournie, à partir de 1393, mais on ne note aucune exportation de miel pour les années 1395-1396, du moins d’après la documentation dépouillée, qui regroupe pourtant plus de deux cents commendes à destination de l’Égypte et de la Syrie concernant cette brève période. En revanche, les autres années, certains navires emportèrent parfois des quantités records de miel : le Manual de Novells Ardits, signalant que la nef de Nicolau Pujada avait été attaquée par le Génois Andrea Lomellino au large du Péloponnèse alors qu’elle faisait route vers le Levant, indique que 1.000 jarres de miel furent finalement restituées à Nicolau Pujada385 ; or une seule d’entre elles pesait environ un quintal (soit 41 kg d’après plusieurs contrats)386. Nous avons eu l’occasion de constater, lors de l’étude des draps, que les données chiffrées consignées par le scribe de ce document pouvaient ne pas être fiables ; mais il s’agit ici de marchandises restituées par le pirate génois ; l’auteur n’avait donc nul besoin d’en exagérer la quantité pour mieux souligner l’ampleur des dommages, comme il l’a fait pour les draps, qui pour leur part furent bel et bien volés. En outre, d’autres chiffres viennent confirmer cette impression de très gros volumes commercialisés : la nef de Martí Vicens, partie au même moment que celle de Nicolau Pujada, en mai 1394, transportait quant à elle 1.026 jarres et 480 canters — lesquels pesaient, semble-t-il, moitié moins que les jarres, ce qui permet ainsi d’évaluer l’ensemble du miel transporté à près de 52 t387. Les exemples chiffrés en poids sont de fait concordants : les deux nefs de Pere Joan et de Pere Ortolà, parties en février 1405 pour Rhodes et Alexandrie, emportaient 1.301 quintaux, soit plus de 53,3 tonnes, auxquelles s’ajoutaient 342 jarres et 29 canters, ce qui devait donc représenter au total, d’après les hypothèses d’équivalence établies, près de 68 tonnes. Quant au convoi de cinq nefs parties en novembre 1411, il emportait 1.469 quintaux de miel (soit plus de 60,2 tonnes) contenus dans 1.587 jarres388.

  • 389 ACA, Generalitat, reg. G.186.1.bis, ffos 103r° et 111r° ; et graphique 5, p. 310.
  • 390 Bibl. de Catal. Junta de Comerç, reg. 199 V et graphique 6, p. 311.

172Il est cependant bon de rappeler que ces cas sont des records ; un exemple « moyen », fourni grâce à la série relativement complète du registre du dret d’eixides, montre que la galée marchande de Gherardo de Doni n’emportait en août 1407 que 162 jarres de miel de Mequinensa, pour un prix de 292 livres, soit seulement 3,7 % de la valeur des marchandises exportées par ce navire389. La nef de Bartomeu Amar, pour laquelle un inventaire de cargaison fut dressé après son pillage à Famagouste par le Génois Pietro Re, ne contenait à son bord, au moment de son départ de Barcelone en décembre 1415, que 65 jarres pour une valeur de 115 livres et 16 sous, soit 0,85 % du total chargé390. L’impression qui domine est donc celle de quantités irrégulières, sans doute liées à la concentration des exportations de miel sur quelques navires seulement.

  • 391 AHPB, Bernat Pi, Manual (1419), f° 4r°-v° : nolis pour Rhodes et Jaffa, comprenant entre autres 214 (...)
  • 392 AHPB, Bartomeu Masons major ; Manual d’Assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), ffos 38r°-v° et (...)

173On notera qu’au cours des années 1417-1428, pour lesquelles un très petit nombre de documents notariés nous sont parvenus, le trafic du miel semble s’être maintenu avec une certaine régularité391. Enfin, la reprise des séries d’assurances et de commendes à partir de 1428-1429 atteste d’une reprise des exportations de miel en grandes quantités vers la Méditerranée orientale392.

  • 393 S. de’ Ricci, Il manuale di mercatura di Saminiato de’ Ricci, pp. 104 et 121 ; G. di A. Da Uzzano ( (...)
  • 394 Sur les miels vendus par les Catalans, voir E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 1 (...)

174L’impression d’ensemble qui résulte de tous ces éléments chiffrés est donc celle d’une croissance des ventes de miel catalan en Méditerranée orientale, en valeurs relatives et peut-être même en valeurs absolues — car les données beaucoup plus rares et dispersées de la dernière période imposent de rester prudent. Les Catalans sont donc parvenus à s’imposer sur un marché pourtant initialement dominé par les hommes d’affaires italiens. Les manuels de commerce de ces derniers consacrent effectivement la percée du miel catalan sur les marchés de Syrie et d’Égypte : Saminiato de’ Ricci, en 1396, ne signale la commercialisation du miel qu’en deux places significatives : Barcelone et Damas. En 1442, Giovanni di Antonio Da Uzzano est encore plus explicite, énumérant, parmi les diverses sortes de miels vendues à Alexandrie, le micchinese, autrement dit celui de Mequinensa aux confins de la Catalogne et de l’Aragon, le catalano et celui de Narbonne393. Ses prédécesseurs s’étaient tous cantonnés aux variétés italiennes lorsqu’ils fournissaient quelques détails sur les origines de cette denrée : il y a donc bien là l’indice d’une commercialisation accrue des miels de la couronne d’Aragon et du Languedoc. De son côté, E. Ashtor, confirme bien l’augmentation de la part du miel catalan parmi les exportations occidentales vers le Levant, même si les marchands italiens et narbonnais ont bien sûr continué d’approvisionner ce marché en miels de production locale394.

  • 395 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 319.
  • 396 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410 (...)
  • 397 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 74r°2 ; autres commen (...)
  • 398 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f° 77v°1 (667 quin (...)
  • 399 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410 (...)
  • 400 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 52r°1 (14 jarres de m (...)
  • 401 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f°58v°2 : huit jar (...)

175Par ailleurs, certains contrats barcelonais postérieurs à 1393 indiquent l’origine du miel, permettant ainsi d’ésquisser une géographie des zones de production. La principale région mise à contribution était le bassin inférieur de l’Èbre, de Mequinensa à Tortosa en passant par le Priorat395. Le miel de Mequinensa est en effet la variété la plus fréquemment commercialisée, avec 17 contrats, dont plusieurs atteignent 100 quintaux ou 100 jarres, voire davantage, répartis entre 1404 et 1429396 ; celui de Tortosa apparaît dans neuf commendes, entre 1394 et 1421, avec des quantités pouvant dépasser les 1.300 quintaux397. Du miel provenant du Magistrat de Montesa, en plein cœur du Royaume de Valence, était également écoulé vers l’Égypte et la Syrie via Barcelone398. Plus proche de ce port, le Penedès constituait également une zone de production active, totalisant huit contrats entre 1404 et 1418399. Pour être tout à fait complet, il s’exportait également du miel provenant de régions plus septentrionales, comme les environs de Balaguer, de Banyoles ou de Narbonne, mais en des proportions très inégales400. Enfin, on notera, parmi les différentes variétés détaillées, que deux récoltes devaient avoir lieu au cours d’une même année puisqu’une commende distingue bien le miel du mois de mai de celui de septembre401.

  • 402 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 88 ; et F. B. Pegolotti, La pratica (...)
  • 403 Valeurs extrêmes fournies par J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales ba (...)
  • 404 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410 (...)
  • 405 Les unités de quantités ne sont pas précisées pour le miel de Mequinensa dans les deux lettres conc (...)

176Reste à présent à déterminer la valeur de ce produit. Dans le manuel de commerce catalan rédigé aux environs de 1385, cette marchandise est classée parmi les avers de càraga, c’est-à-dire les produits bon marché vendus à la charge ; à Alexandrie, elle était également vendue au cantar gervi, de grande capacité402. Le prix exact des différentes variétés reste difficile à déterminer, du fait de la diversité des contenants utilisés et de la possibilité de les remplir complètement ou non. Une vingtaine de contrats aux données précises permettent cependant de déterminer que la valeur du miel pouvait varier du simple au double, ou plus concrètement entre 19,6 et 41 sous le quintal403. Une telle différence s’explique par la diversité des origines du miel : celui de Mequinensa paraissait en effet le plus cher, à un prix oscillant entre 32,2 et 41 sous le quintal404. Mais les contrats notariés ne permettent pas d’esquisser une hiérarchie des différentes variétés car le nombre de documents fournissant des valeurs sûres reste trop réduit pour autoriser ce calcul. En revanche, plusieurs lettres de facteurs de la compagnie Datini informant leurs correspondants des prix des marchandises à Damas en 1395 et à Alexandrie en 1410, permettent de fixer cette hiérarchie pour quelques variétés de miel, comme indiqué dans les tableaux53 et 54 ci-dessous405.

  • Équivalent à 3 quintaux et 21 livres de Barcelone, voir l’appendice IV.

Tableau 53. — Prix de différentes variétés de miel à Damas en août 1395 (prix en dirhams pour un quintal de Damas)

Types de miels

Prix

Miel de Tortosa

300

Miel de Penedès

350

Miel de Mequinensa

400

Source.
E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, p. 406

Tableau 54. — Prix de différentes variétés de miel à Alexandrie en 1410 (prix en besants d’or d’Alexandrie, par jarre)

Types de miel

Prix au 1er avril

Prix au 27 novembre

Miel de Banyoles

3,125

Miel catalan

De 4,5 à 5

5

Miel de Mequinensa

6,5

6

Source.
J. Ainaud, « Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i Alexandria », pp. 331 et 334

  • 406 AHCB, Fons Notarial, IX.13 Documents mercantils (anys 1400-1420) ; document de 1413 (?).

177Un autre document confirme par ailleurs, s’il en était besoin, que les miels n’avaient pas tous la même valeur. Il s’agit de l’exposé des griefs de plusieurs bailleurs envers leur commendité, à son retour de Rhodes et d’Alexandrie, sans doute en 1413 : ils affirment en effet qu’il devait répondre des dommages et diminutions de prix (« guast, dan e diminució feta per sa culpa »), résultant du mélange volontaire de miel de Mequinensa avec ceux de Catalogne406.

  • 407 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, p. 318 : 1396 : 4 à 7 dinars ; (...)

178Ces différences de valeur constatées se justifient également par des fluctuations saisonnières, voire de tendance à plus long terme, selon les conditions du marché, comme le montrent les variations de prix du miel de Mequinensa ou les relevés effectués par E. Ashtor concernant la valeur de diverses sortes de miel en Égypte407. Mais là encore, les échantillons par type de miel sont bien trop limités pour que l’on puisse tenter de décrire de telles évolutions.

Les fruits secs

  • 408 M.T. Ferrer i Mallol, « Figues, panses, fruita seca i torrons », pp. 191-194.
  • 409 Éloge du commerce, p. 42 ; on notera toutefois, qu’al-Dimasẖḳī (fin du IXe s. [?] - fin du XIIe s. (...)

179Les fruits secs — noisettes et amandes, surtout, mais aussi pignons et noix — étaient des denrées de production locale abondantes en Catalogne408. Leur consommation était très répandue depuis fort longtemps dans l’ensemble du monde arabe, à en croire le témoignage d’al-Dimashḳī409. Aussi est-il logique de les trouver parmi les marchandises alimentaires principalement exportées vers l’Égypte et la Syrie.

  • 410 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Med (...)
  • 411 Zibaldone da Canal, éd. A. Stussi et F. C. Lane (fin du XIIIe s.), p. 66, signale la vente à Alexan (...)
  • 412 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, signale la vente de noix, châtaignes, amandes et noise (...)
  • 413 Les noisettes étaient également frappées d’un impôt de 10,5 % à Damas, comme le miel et à la différ (...)

180Les premières traces d’exportation de fruits secs par les Catalans sont assez anciennes puisque dès 1265 une commende atteste que 21 quintaux et 21 livres d’amandes (soit près de 870 kg) devaient gagner l’ultramar, avec d’autres marchandises410. Mais dans ce domaine comme dans la plupart des précédents, les marchands du Principat devaient affronter la concurrence des Italiens. En effet, les plus anciens manuels de commerce vénitiens ou florentins signalent eux aussi que les noisettes, surtout, mais également les amandes, les châtaignes et les noix s’exportaient vers la Méditerranée orientale, car la Campanie et la Marche étaient elles aussi des zones de production abondantes411. Ce trafic s’est régulièrement maintenu, à en croire les documents postérieurs du même type, les listes de prix établies à Alexandrie, ou encore les nombreuses mentions d’exportations relevées par E. Ashtor dans les divers fonds d’archives italiens412. On pourra ainsi affiner les premières données et constater que l’Égypte était en fait la principale destination des fruits secs, la Syrie n’étant souvent pas même mentionnée, sans doute pour les mêmes raisons que celles déjà évoquées pour le miel413. D’autre part, les marchands languedociens participaient également à ce commerce, tandis que la Provence et la Ligurie constituaient d’autres zones d’approvisionnement possibles. Quelle place les marchands catalans purent-ils donc se tailler dans ce trafic, malgré l’activité de leurs nombreux concurrents ?

  • 414 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », ffos (...)
  • 415 M.T. Ferrer i Mallol, « Figues, panses, fruita seca i torrons », p. 198 J. M. Madurell i Marimon et (...)
  • 416 Le transport des fruits secs est en effet prévu dans des sarries ou des sacs, mais les tarifs des n (...)

181Les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila fournissent une fois encore les premières indications connues pour le XIVe siècle : entre 1334 et 1342, 203 sacs de noisettes furent expédiés vers Alexandrie mais surtout vers Beyrouth — ce qui remet ainsi en cause les informations consignées dans les manuels de commerce. Le coût de ces exportations s’élevait, en tenant compte des frais de chargement sur les navires, à un peu plus de 540 livres414. En mai 1349, l’échantillon de 118 commendes à destination de Candie, Rhodes, Chypre et Beyrouth révèle que six étaient investies en amandes, dont une comprenait aussi des châtaignes415. Dans la moitié des cas, cependant, les quantités ne sont pas précisées ; les autres spécifient des contenants ou des mesures assez divers, qui empêchent toute tentative de quantification. Puis, la série des huit contrats de nolis des années 1353-1357 montre que les patrons de navire avaient régulièrement prévu de transporter des amandes, des noisettes et des noix, mais dans des contenants ou à des poids divers, ce qui gêne les possibilités de comparaison416.

  • 417 ACA, Reial Patritnoni, Mestre Racional, reg. 2314, ffos 88v°-90r°.

182Les années 1360-1370 sont quant à elles marquées par la lacune documentaire habituelle, en raison de la crise qui affecta durement le grand commerce au cours de cette période. Mais les exportations de fruits secs ont bien repris au cours des années 1370, comme l’atteste la liste des marchandises chargées sur le pàmfil royal Sant Joan Evangelista, parti pour Alexandrie en mai 1374 : aux côtés des importantes quantités de miel embarquées se trouvaient également 117 sacs de noisettes, 40 saries de noix et 242 quintaux, soit près de 10 tonnes d’amandes417. D’après les exemples dont nous disposons, peu de navires emportèrent autant de fruits secs, même au début du XVe siècle, qui marque pourtant l’apogée du commerce de Barcelone vers l’Égypte et la Syrie.

  • 418 M. T. Ferrer i Mallol, « Figues, panses, fruita seca i torrons », pp. 197-198. Une commende de onze (...)

183Il faut ensuite attendre 1388 pour voir à nouveau les noisettes et les amandes figurer parmi les commendes à destination de la Méditerranée orientale418. Toutefois, les listes régulières ne commencent véritablement qu’à partir de 1394, d’après la documentation dépouillée, comme en témoignent les tableaux 55 et 56 (voir pp. 416-417).

  • 419 Les costals étaient également utilisés pour les transports de safran et de peaux (sur ces marchandi (...)
  • 420 Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, nos 4 et 5 ; la quantité est de trois quintaux et hui (...)

184Il convient bien sûr de rappeler que toutes ces quantités sont des minima saisis au hasard de la documentation notariale conservée ou des indications précisées dans les contrats. Les données complètes relevées pour le pàmfil royal en 1374 montrent en effet que les quantités embarquées à bord d’un seul navire — qui plus est de petite taille, s’agissant d’un pàmfil — pouvaient égaler voire dépasser la plupart des totaux rassemblés pour une année entière à partir des contrats notariés dont nous disposons. Malgré les lacunes certaines, donc, le trait dominant de ces exportations de fruits secs est bien leur commercialisation en grandes quantités, même si la diversité des unités utilisées empêche d’additionner toutes les quantités d’amandes signalées dans les contrats. Quelques commendes indiquent bien le poids contenu dans les costals ou les ponts ; mais nous avons déjà constaté qu’il s’agissait en fait de contenants de taille variable, ce que confirment pleinement les exportations de fruits secs419. En revanche, les sacs utilisés pour contenir les noisettes paraissaient peser régulièrement une charge environ420.

Tableau 55. — Quantités de noisettes exportées vers l’Égypte et la Syrie

Années

Sacs

Références

1397

6

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f°155r°.

1399

31

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), ffos 44v° et 48v° ; Cl. Carrère, Barcelone, p. 317, n. 3.

1400

53

Cl. Carrère, Barcelone, p. 317 n. 3

1401

7

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f 103r°.

1402

17

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f° 110r° ; AHPB, T. de Bellmunt, Manual (septembre 1402 - avril 1406), f° 5r°.

1403

94

AHPB, T. de Bellmunt, Manual (septembre 1402 - avril 1406), ffos 10v-22r° ; AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f° 121r° ; AHPB, A. Lledó, Llibre (mai 1394 - janvier 1404), ffos 28r°-31v°.

1404

300

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), ffos 59r°-187v° ; AHPB, B. Nadal, Manuale (octobre 1404 - août 1410), ffos 1-10v°.

1405

126

AHPB, T. de Bellmunt, Manual (septembre 1402 - avril 1406), ffos 73r°-76r° ; AHPB, B. Nadal, Manuale (octobre 1404 - août 1410), ffos 11r°-12v°.

1407

18

AHPB, T. Bellmunt, Tercium manuale (avril 1406 - janvier 1414), f° 42v°.

1408

18

AHPB, T. Bellmunt, Tercium manuale (avril 1406 - janvier 1414), f° 43v°

1409

26

AHPB, B. Nadal, Manuale (octobre 1404 - août 1410), ffos 75v°-76r° ; AHPB, A. Lledó, Liber quartus (août 1407 - novembre 1417), f° 21r°.

1411

14

AHPB, A, Brocard, Manuale (juin 1411 - avril 1412), ffos 41r°-43r° ; AHPB, T. Bellmunt, Tercium manuale (avril 1406 - janvier 1414), f° 79r°.

1413

15

AHPB, A. Lledó, Liber quartus (août 1407 - novembre 1417), ffos 46v°-48r°.

1414

150

AHPB, T. de Bellmunt, Quartus liber (janvier 1414 - janvier 1417), f° 16r°.

1415

69

Bibl. de Catal. Junta de Comerç, reg. 199 V.

1416

80

AHPB, T. Bellmunt, Quartus liber (janvier 1414 – janvier 1417), f° 31v° ; AHPB, A. Lledó, Liber quartus (août 1407 - novembre 1417), ffos 66v°-68r°.

Source.
Arxiu Històric de Protocols de Barcelone

Tableau 56. — Quantités d’amandes exportées vers l’Égypte et la Syrie

Années

Quantités

Références

1394

11 ponts et 9 costals

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 34v°4 ; AHPB, A. Lledó, Llibre (mai 1394 - janvier 1404), f° 12v°2 ; AHPB, A. Lledó, Llibre (mai 1394 - janvier 1404), f° 9r°1 ; AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 39v°1.

1395

3 ponts

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 75r°2.

1397

1 costal et 7 charges, soit 854 kg

AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 187v° ; AHPB, B. Nadal, Manual (septembre 1393 - octobre 1397), f° 190r°.

1400

36 ponts

AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), ffos 79v°-92r°.

1403

4 costals et 8,5 charges, soit 1.037 kg

AHPB, A. Lledó, Llibre (mai 1394 - janvier 1404), f°31v° ; AHPB, T. de Bellmunt, Manual (septembre 1402 - avril 1406), ffos 18r°-22v°.

1404

5,8 quintaux, soit 237,8 kg et 14 ponts

AHPB, T. de Bellmunt, Manual (septembre 1402 - avril 1406), ffos 51r° et 61r° ; AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f° 167r°.

1405

25 ponts et 12 costals

AHPB, T. de Bellmunt, Manual (septembre 1402 - avril 1406), f° 73r°3 ; AHPB, B. Nadal, Secundus liber (décembre 1397 - août 1403), f° 197r° ; AHPB, B. Nadal, Manuale (octobre 1404 - août 1410), f° 11r° 3.

1406

3,9 quintaux, soit 159,9 kg, 1 costal et 5 ponts

AHPB, B. Nadal, Manuale (octobre 1404 - août 1410), f° 27v°1 ; AHPB, T. Bellmunt, Tercium manuale (avril 1406 - janvier 1414), f° 9r°1 ; AHPB, T. Bellmunt, Tercium manuale (avril 1406 - janvier 1414), ffos 101° et 20r°

1408

35,5 charges, soit 4.331 kg

AHPB, B. Nadal, Manuale (octobre 1404 - août 1410), ffos 51r°-52r°.

1409

13,6 charges, soit 1.659,2 kg et 13 ponts

AHPB, A. Lledó, Liber quartus (août 1407 - novembre 1417), f° 23r°2 ; AHPB, T. Bellmunt, Tercium manuale (avril 1406 - janvier 1414), f° 59r°2.

1412

8,1 arrobes, soit 84,2 kg

AHPB, T. Bellmunt, Tercium manuale (avril 1406 - janvier 1414), f° 82v°1.

1414

92,3 charges, soit 11.260,6 kg, 4 costals et 150 sacs

AHPB, T. de Bellmunt, Quartus liber (janvier 1414 - janvier 1417), ffos 4r° et 16r° ; AHPB, T. de Bellmunt, Quartus liber (janvier 1414 - janvier 1417), f° 8v°2 ; AHPB, T. de Bellmunt, Quartus liber (janvier 1414 - janvier 1417), f° 16r°3.

1415

21,8 charges, soit 2.659,6 kg et 17 costals

AHPB, T. de Bellmunt, Quartus liber (janvier 1414 - janvier 1417), f° 26v°2 ; Bibli. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V.

Source.
Arxiu Històric de Protocols de Barcelone

  • 421 Quatre quintaux et dix carratells (ou tonneaux) de pignons en 1400, deux autres carratells en 1402, (...)
  • 422 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 39v°1 ; AHPB, Amau Ll (...)

185À ces importants volumes de noisettes et d’amandes, il faut encore ajouter des exportations sporadiques de pignons et de raisins secs entre 1400 et 1414421. On trouve également 27 quintaux de raisins secs en 1403, puis 714 l’année suivante, et enfin 38, puis 30 sacs de noix en 1407 et 1408422. On notera donc qu’une certaine diversité caractérise les exportations de fruits secs ou séchés pendant la première décennie du XVe siècle, tandis que le maximum de ce trafic est atteint, d’après la documentation dépouillée, au milieu de la décennie suivante.

  • 423 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 18v°2 : cinq ponts d’amandes (mai 1419) ; f° (...)
  • 424 AHPB, Bartomeu Masons major, Manual d’Assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), ffos 13r°2 et 29 (...)

186La rareté des contrats notariés à destination de l’Égypte et de la Syrie relevés entre 1417 et 1428 empêche ensuite de suivre l’évolution de ces exportations, mais les registres du dret de les drassanes, qui pourtant ne mentionnent qu’exceptionnellement les marchandises commercialisées, montrent que les fruits secs ont bien continué d’être régulièrement exportés vers le sultanat mamelouk423. Enfin, les nouvelles séries d’assurances et de commendes témoignent qu’en 1428 puis en 1429 plusieurs dizaines de sacs de noisettes durent parvenir en Méditerranée orientale424. Malgré la concurrence des marchands italiens, les Catalans ont donc réussi à se maintenir et même à développer ce créneau d’exportations entre la fin du XIVe siècle et les années 1414-1415. De ce point de vue, les similitudes avec la commercialisation du miel sont frappantes.

  • 425 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, pp. 139 et 146 ; les noisettes sont toujours c (...)
  • 426 Bibl. de Cat., Junta de Comerç, 199 V, no 4, 5, 79 et sans numéro : prix compris entre 3 livres 2 s (...)
  • 427 Pour le prix d’un pont, voir AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 14 (...)

187Les prix des fruits secs s’avéraient plutôt modérés : les listes de tarifs douaniers de la couronne d’Aragon montrent que les amandes étaient des avers de carga, c’est-à-dire une denrée dont la valeur réduite imposait la commercialisation selon l’unité de poids la plus volumineuse, à savoir la charge425. À Barcelone, à la fin du XIVe s. et au début du XVe siècle, un sac de noisettes de 125 kg environ ne valait qu’un peu plus de trois livres426. Une charge d’amandes (soit 122 kg) atteignait le double, voire jusqu’à six livres et douze sous, tandis qu’un pont (soit entre 130 et 165 kg environ) était payé entre sept et dix livres (monétaires)427. Ainsi s’expliquent les très grandes quantités enregistrées certaines années : les exportations en grand nombre sont plus rentables lorsque la valeur du produit est faible, exactement comme pour l’antimoine, certaines peaux et les saies.

L’huile

  • 428 À cette époque, elle provenait de Tunisie : voir S. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders,(...)
  • 429 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 160.
  • 430 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Med (...)
  • 431 R.-H. Bautier, « Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient au Moyen Âge », p (...)
  • 432 Ventes à Chypre d’huile de Majorque et de Séville : voir F. B. Pegolotti, La pratica della mercatur (...)

188L’huile du bassin occidental de la Méditerranée était exportée au moins dès l’extrême fin du XIIe siècle vers le Proche-Orient, comme l’attestent des documents de la Geniza ainsi que le Minhādj d’al-Makhzūmī, bien que la Syrie et la Palestine fussent également des régions productrices428. Aux XIVe et XVe siècles, ces deux zones bien différentes constituaient toujours les principales sources d’approvisionnement en huile pour l’ensemble du Levant, Selon E. Ashtor, cette double origine recoupait une différence de qualité et de clientèle : la première était réservée aux élites sociales du sultanat mamelouk, tandis que la seconde, moins chère et de qualité inférieure, était destinée aux populations les plus humbles429. Les premières sources connues signalant la commercialisation d’huile catalane vers ces destinations remontent à 1299430 ; un peu plus tard — sans doute vers 1315 —, un manuel de commerce florentin confirmait que cette denrée alimentait le marché d’Alexandrie, ce qui montre que ce courant d’exportation ibérique était sans doute déjà bien établi dès cette époque, même si les huiles des Pouilles, de Gaète et de la Marche étaient également signalées sur la même place de commerce431. Vers 1340 pourtant, Francesco B. Pegolotti ne recommandait plus la vente d’huile catalane en Méditerranée orientale, mais il est vrai que d’une manière générale son manuel contient assez peu d’informations concernant le Principat et même Barcelone. En revanche, il indiquait bien que les huiles de Majorque, de Séville et surtout du Sud de la péninsule italienne parvenaient bien sûr les marchés chypriotes432.

  • 433 AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r°, 23r°, 47v°, 55r°, 61v°, 80r°, (...)

189Les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila, contemporains du manuel de commerce de Francesco B. Pegolotti, ne font pas eux non plus allusion à la commercialisation d’huile vers la Méditerranée orientale, mais il ne faut sans doute y voir qu’une absence passagère puisque les commendes de 1349 à destination de Candie, Rhodes, Chypre et Beyrouth montrent que les quantités d’huile exportées étaient loin d’être négligeables ; douze contrats y font en effet référence, pour un total d’au moins 400 jarres, chiffre qui apparemment ne devait pas être dépassé avant en 1408. Les huit contrats de nolis des années 1353-1357, pour Chypre, Beyrouth et Alexandrie, prévoient quant à eux régulièrement son transport vers ces destinations, à un prix compris entre 8,5 et 10 sous la jarre433.

  • 434 Voir p. 46. Une bota contenait environ cinquante litres (Cl. Alsina i Català, G. Feliu i Montfort e (...)

190Après la période de crise des années 1350-1380, la série de contrats ne reprend que tardivement, en 1394. La même année, le scribe du Manual de Novells Ardits signale que 100 botes d’huile furent finalement restituées avec les 1.000 jarres de miel à Nicolau Pujada, après le pillage de sa nef par le Génois Andrea Lomellino434. Mais les quantités commercialisées restent irrégulières jusqu’en 1403, et c’est à partir de cette date que l’exportation d’huile est assurée chaque année ou presque jusqu’en 1411. On compte alors pour cette décennie, au moins 33 commendes et assurances, dont près de la moitié est concentrée en 1409 et 1411.

  • 435 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Quartus liber manuale comendarum (janvier 1414 - janvier 1417), f° 22r°2 ( (...)
  • 436 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 135-136, 161, 214, 230 et 267. Les douanes de (...)

191Mais le mouvement d’exportation connaît ensuite un brusque déclin, puisque seuls quelques documents épars témoignent de chargements d’huile vers l’Égypte et la Syrie en 1415, 1426 et 1430435.Il n’est pas exclu que la redistribution de cette denrée par les marchands italiens ait fini par concurrencer les exportations catalanes. De fait, E. Ashtor relève des quantités d’huile toujours plus nombreuses transportées vers le Proche-Orient par les Génois, les Vénitiens et les marchands de Gaète à partir du dernier tiers du XIVe siècle ; or ces Italiens ne s’approvisionnaient pas seulement en Campanie ou dans les Pouilles, mais aussi en Andalousie, à Majorque, en Provence et même dans la région de Tunis, à la différence des Catalans, qui ne disposaient que de leur production et de celle de Majorque. C’est donc sans doute l’extension du réseau d’approvisionnement des marchands italiens qui entraîna un déclin des exportations catalanes, par un effet de concurrence que les marchands du Principat ne pouvaient plus soutenir436.

  • 437 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 315, n. 3, relève pa (...)

192La série des contrats des années 1394-1411 permet d’établir que le prix d’une jarre d’huile était compris entre 33,7 et 46,5 sous (nolis exclu). Cet écart s’explique sans doute, comme pour le miel, par des niveaux de remplissage variables, autant que par des aléas saisonniers, car en 1349, les prix relevés (32,5 et 32,8 sous) étaient assez proches des précédents437, ce qui montre que les fluctuations à long terme pouvaient rester très modérées.

  • 438 Une commende vers le Levant conclue en 1397 stipule explicitement que la somme confiée devait être (...)

193L’origine de l’huile n’est par ailleurs qu’exceptionnellement mentionnée, aussi est-il impossible d’esquisser une répartition géographique comme dans le cas du miel. On relèvera cependant que l’huile exportée vers le Proche-Orient provenait parfois de Majorque, ce qui constitue un lieu d’origine inhabituel et inattendu, pour notre point d’observation barcelonais en amont de cette escale sur la route vers la Méditerranée orientale, mais confirme bien la hiérarchie des zones d’approvisionnement établie par Cl. Carrère438. Toutefois, ce constat doit également nous inciter à la prudence pour formuler toute hypothèse concernant le commerce de l’huile, car il est le gage d’une activité marchande sans doute plus développée, mais observable surtout à partir de sources majorquines. La chute des exportations catalanes d’huile vers l’Égypte et la Syrie, à partir de 1411, peut donc aussi s’expliquer par un changement des zones d’approvisionnement pour les marchands catalans, ce dont la documentation barcelonaise ne permet évidemment pas de rendre compte.

Les autres denrées alimentaires

  • 439 En 1349, huit contrats sont par exemple investis en cette céréale, pour une quantité d’au moins 44 (...)
  • 440 Bibl. de Catal., junta de Comerç, reg. 199 V, nos 12, 44, 58, 59, 85, 135 et s. n. Voir également l (...)

194Beaucoup d’autres denrées alimentaires étaient encore exportées par les Catalans à destination de l’Égypte et de la Syrie, notamment du riz qui y parvenait parfois en très grandes quantités439, bien représentatives des marchandises bon marché dont la commercialisation n’était profitable qu’en très gros volumes. L’inventaire détaillé des biens chargés sur la nef de Bartomeu Amar permet en effet de fixer à une livre seulement la valeur d’un quintal de riz (soit 41 kg) en décembre 1415. Les vingt tonnes de riz transportées sur ce navire n’atteignaient ainsi en valeur qu’un peu plus de 500 livres, soit à peine 3,7 °/o de l’ensemble des biens chargés à bord440.

  • 441 Voir par exemple AHPB Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), f° 95v°2 et f° 96r°3 ; et J. M. Madurell (...)
  • 442 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2314, ffos 19v°-24r°.

195Les autres denrées alimentaires commercialisées sont beaucoup plus rares et n’apparaissent qu’épisodiquement dans la documentation ; la viande et le poisson salés, ainsi que des fromages, sont par exemple bien représentés parmi les commendes de 1349 et les contrats de nolis des années 1353-1357441, mais disparaissent ensuite presque complètement de la documentation notariale. En fait, leur mention dans les contrats se justifie sans doute davantage par leur consommation à bord des navires pendant la durée de la traversée que par leur commercialisation dans le Sultanat ; la liste des provisions prévues pour le trajet du pàmfil royal vers Alexandrie, en mai 1374, confirme en tout cas cette hypothèse442.

Conclusion

196Une double typologie des marchandises exportées par les Catalans vers l’Égypte et la Syrie peut donc être esquissée, en fonction de leur valeur, d’une part, mais aussi de l’évolution déclinante ou ascendante de leur trafic, d’autre part. La hiérarchie des prix montre que l’argent, le corail et le safran étaient les produits les plus chers, exportés en grandes quantités par les marchands catalans, tandis que les denrées alimentaires, l’antimoine et les peaux — à l’exception des fourrures de vair et d’hermine, occupaient les échelons inférieurs de cette gamme de produits. Les draps se situaient quant à eux à un niveau intermédiaire. Sans fournir de prix, le témoignage du Manual de Novells Ardits nous permet lui aussi de hiérarchiser les marchandises embarquées sur la nef de Nicolau Pujada lors de son pillage par le Génois Andrea Lomellino en 1394 ; en effet, ce n’est pas un hasard si le pirate restitua finalement le miel et l’huile, de faible valeur, mais garda les draps, le safran et le corail, dont les prix étaient bien supérieurs. Le même type de distinction parmi les denrées commercialisées vers le sultanat mamelouk, caractérise curieusement la dernière décennie du XIVe siècle : entre 1395 et 1397, on observe en effet une concentration inhabituelle des trois marchandises les plus chères : argent, corail et safran, surtout en 1396 ; en revanche les denrées alimentaires disparaissent complètement, du moins d’après notre documentation, en 1395 et 1396. Une telle sélection des marchandises n’est évidemment pas le fait du hasard et doit être mise en relation avec le type de bâtiments utilisé pour rallier le Proche-Orient mamelouk : c’est en effet entre 1395 et 1397 que trois convois successifs de galées marchandes furent organisés. La protection assurée par ces navires armés permettait ainsi de concentrer sans risque majeur les produits d’exportation les plus chers. La hiérarchie des marchandises établie précédemment s’en trouve ainsi confortée et l’on comprend mieux, également, les irrégularités relevées dans le trafic de chacun de ces produits au cours de la dernière décennie du XIVe siècle.

  • 443 Voir pp. 301-302.

197Cette classification des denrées en fonction de leur valeur doit aussi être mise en relation avec la variation des investissements vers le Levant. Leur évolution tout au long des années 1330-1430 témoignait en effet d’un niveau relativement élevé avant 1350, puis surtout après 1390443. Sans bien sûr remettre en cause les éléments d’explication alors avancés pour justifier une telle évolution, on constatera que ces deux périodes correspondent précisément à l’exportation des deux types de denrées les plus précieuses dont disposaient les Catalans : l’argent, provenant essentiellement des mines sardes, au cours des années 1340, puis le corail après 1390. La commercialisation de ce dernier article explique en effet mieux qu’aucune autre cause le redressement du niveau moyen des capitaux investis dans le commerce avec le Sultanat à partir de la dernière décennie du XIVe siècle. Le mouvement des exportations catalanes vers cette région est ainsi stimulé par deux cycles successifs de matières précieuses entre 1330 et 1460 : le premier, de courte durée, celui de l’argent, essentiellement centré sur les années 1340 ; le second, beaucoup plus long, s’étendant approximativement des années 1390 à la guerre civile (1462-1472). En contrepoint vient s’inscrire le mouvement régulier et constant des exportations de draps — surtout —, mais aussi d’antimoine et de denrées alimentaires.

198Une typologie des marchandises exportées établie en fonction de l’évolution de leur trafic montre qu’entre 1330 et 1430, sauf le corail, qui constitue une notable exception, les articles les plus chers déclinent généralement au profit de ceux meilleur marché : l’argent ne joue un rôle important que durant la décennie 1340 et le safran se replie vers d’autres destinations après 1400, tandis que les draps catalans, l’antimoine, le miel et les fruits secs occupent une part de plus en plus importante dans la cargaison des navires catalans se rendant en Égypte et en Syrie. Au sein d’une même catégorie de marchandises se subdivisant en plusieurs articles de qualités inégales, la même évolution est également perceptible : la draperie de luxe étrangère est ainsi abandonnée, surtout au profit des draps catalans, mais aussi des saies étrangères, de faible valeur ; à une échelle commerciale plus réduite, les fourrures de vair cèdent également la place aux peaux de lapin.

  • 444 É. Baratier et F. Reynaud (coord.), De 1291 à 1480, planche hors texte en fin de volume (État des d (...)
  • 445 Exportations de draps de Valence vers Alexandrie : voir J. Guiral-Hadziiossif, Valence, port médite (...)

199Une comparaison avec les autres ports de Méditerranée occidentale s’impose également afin de situer le trafic de Barcelone avec le Sultanat. La gamme des produits commercialisés par les Catalans n’était pas fondamentalement différente de celle des autres nations marchandes occidentales. Aux premiers rangs des exportations marseillaises figuraient en effet le corail et surtout les draps444. Ceux-ci entraient bien sûr également dans la composition des cargaisons valenciennes, génoises et vénitiennes vers le Levant, de même que l’huile, le miel, les fruits secs et séchés. En fait, la différence essentielle sur le plan de la gamme de marchandises d’exportation résidait dans le transport, par les Génois et surtout par les Vénitiens, d’importantes quantités de métaux —plus particulièrement de cuivre, d’étain et même d’or — qui faisaient défaut parmi les cargaisons de leurs concurrents445.

  • 446 É. Baratier et F. Reynaud (coord.), De 1291 à 1480, pp. 229-230.
  • 447 Valence se spécialisait alors avant tout dans les contacts avec le royaume de Grenade et le Maghreb (...)
  • 448 J. Gui Ral-Hadziiossif, Valence, port méditerranéen au XVe s., pp. 148 et 428.
  • 449 Les ACA contiennent en effet plusieurs documents relatifs au départ de navires de Valence vers Alex (...)

200Cependant, ce sont la durée et la solidité des liens avec l’Orient méditerranéen qui distinguent de manière plus fondamentale encore l’histoire des différentes nations. En effet, pour les Marseillais, les contacts avec l’Égypte et la Syrie furent limités et de courte durée aux XIVe et XVe siècles : en effet, le nombre des bâtiments phocéens appareillant vers ces destinations ne dépassa jamais cinq pendant la période d’apogée de ce trafic, qui ne dura que de 1379 à 1385 selon É. Baratier. Les relations commerciales se maintinrent certes au-delà de cette date, mais les envois de navires ne furent même plus assurés chaque année ; aucun départ n’est en effet attesté entre 1410 et 1417 et, après le sac de Marseille par les Catalano-Aragonais en 1423, la cité fut définitivement éliminée du commerce avec le Sultanat446. À la même époque, le trafic de Valence avec le Levant était encore réduit puisque les contacts avec ces pays étaient précisément l’apanage de Barcelone447. Ses premières relations régulières avec l’ultramar semblent en fait ne dater que des années 1420, avec la tentative d’établissement d’une ligne de galées448, ce qui prouve certes des contacts antérieurs mais assurément plus sporadiques que ceux de la capitale catalane449.

  • 450 M. Balard, La Romanie génoise, pp. 675-678 ; voir également les synthèses d’Id., « Les républiques (...)

201La situation est évidemment tout autre pour des ports tels que Venise et Gênes, dont les hommes d’affaires sont parvenus à affirmer la vocation marchande dès les XIe-XIIe siècles. L’ancienneté de ces activités contribua au développement d’un puissant réseau d’échanges au sein duquel l’Égypte et la Syrie se sont trouvées solidement intégrées450. Les marchands des deux cités disposaient ainsi de capacités commerciales plus étendues que celles des Catalans ; nous l’avons déjà clairement constaté dans le cas de l’huile, pour laquelle Génois et Vénitiens étaient parvenus à mettre sur pied un vaste réseau d’approvisionnement étendu à l’ensemble de la Méditerranée occidentale. Mais à plus vaste échelle, ce constat se révéla bien être un avantage décisif pour eux. La redistribution des produits de Flandre, autre grand pôle économique de l’Europe occidentale, vers l’Orient méditerranéen paraissait en effet plus que jamais concentrée entre les mains des Génois, des Vénitiens et, plus tardivement, des Florentins. Du côté catalan, seule la compagnie de Pere de Mitjavila fait figure d’exception au début de la période considérée. Elle seule réexportait en aussi grand nombre les riches draps flamands, les fourrures de vair ou l’ambre, qui n’apparaissent ensuite qu’épisodiquement dans la documentation barcelonaise, tandis que Génois et surtout Vénitiens en assuraient toujours la redistribution en Méditerranée orientale.

202Le commerce de Barcelone apparaît donc dans une situation intermédiaire : les marchands catalans sont bien parvenus à développer des contacts commerciaux continus et variés avec le sultanat mamelouk au cours des XIVe et XVe siècles, bien mieux que ne purent le réaliser les Valenciens ou les Marseillais à la même époque. À cet égard, le trafic de Barcelone avec le Levant peut soutenir la comparaison avec ceux de Gênes et de Venise. Mais dans ce contexte de puissance commerciale des grands ports italiens solidement enracinée, les Catalans ne purent au fond étendre leurs activités que dans deux types de domaines : celui des produits qui leur étaient spécifiques, dont le corail constitue le meilleur exemple, et celui des marchandises bon marché, en grande partie composées de denrées alimentaires. On remarquera, enfin, que deux des produits exportés par les Catalans qui connaissent un vigoureux essor cumulent ces deux avantages — spécialité catalane et marchandises bon marché : les draps et l’antimoine.

  • 451 Voir l’appendice II (pp. 799-823).

203Cette logique de « spécialisation » entre marchands de nations différentes aboutit enfin à une réduction progressive de la diversité des produits commercialisés, dont rend bien compte la série des trois graphiques donnée en introduction au présent chapitre. Les marchandises commercialisées par la compagnie de Pere de Mitjavila entre 1334 et 1342 sont en effet beaucoup plus variées que celles chargées sur la nef de Bartomeu Amar en décembre 1415. Les relations commerciales et la puissance financière de cette société n’expliquent pas à elles seules cette différence puisque l’examen des denrées chargées sur les deux nefs de Pere Carbonell, Pere de Cros et Pere Pocasanc, parties en mai 1349, montre également une diversité que l’on n’observe plus ensuite451. S’il est impossible de présenter leur cargaison sous forme graphique ou statistique, vu l’absence de données suffisamment précises dans de nombreux contrats, il est néanmoins clair que la part des draps n’y était pas aussi écrasante qu’elle le fut par la suite. Ainsi l’argent y apparaît-il en très bonne position, mais aussi les autres métaux — étain et plomb en particulier—, le safran également, sans oublier l’huile, le riz, le miel, les amandes, la viande et le poisson salés. Cette longue énumération donne un peu l’impression que les marchands catalans tentent alors de commercialiser une gamme de produits étendue vers la Méditerranée orientale afin de déterminer quels sont les « créneaux » les plus prometteurs. À l’inverse, la composition du chargement de la nef de Bartomeu Amar, en 1415, montre un étonnant manque de diversité. Mais son cas est peut-être un peu exceptionnel, compte tenu des très importantes quantités de riz chargées à bord, lesquelles, par leur grand volume et leur faible prix, ont nécessairement accru la part des draps catalans en valeur. S’il faut donc quelque peu nuancer ce dernier exemple, il ne fait pas de doute, en revanche, que la gamme des produits exportés par les Catalans vers l’Égypte et la Syrie s’est progressivement recentrée, au cours du premier tiers du XVe siècle, sur les quatre grandes spécialités catalanes : les draps surtout, mais aussi le corail, l’antimoine et les denrées alimentaires bon marché, qui constituent indubitablement les succès commerciaux les plus remarquables des marchands catalans.

204On notera, enfin, que l’incessante activité déployée par les cités marchandes occidentales en perpétuelle émulation, dominant les transports méditerranéens et tissant des réseaux de relations étendus, constitue sans doute, plus que l’argument d’un déclin technologique généralisé au Proche-Orient, un facteur déterminant du succès des produits occidentaux sur les marchés du Levant.

Notes

1 Les sources fiscales les plus intéressantes pour cette recherche sont le registre du dret d’eixides de la Generalitat, couvrant les départs du mois d’août 1407, conservé à l’Arxiu de la Corona d’Aragò sous la cote G. 186.1 bis, ainsi que les registres du dret de les drassanes, des mêmes archives, qui indiquent parfois les marchandises exportées.

2 Rappelons par exemple que près du quart des commendes (soit près de 500 contrats) sont investies « in comuni meo », c’est-à-dire sans aucune description des marchandises confiées ; dans ce cas, les accommenditaires avaient d’ailleurs généralement pour tâche d’investir eux-mêmes les sommes données par les bailleurs en une denrée d’exportation, après la signature du contrat.

3 Voir supra, pp. 196-199.

4 La nef de Bartomeu Amar avait été attaquée parle Génois Pietro Re et, compte tenu du contexte de paix qui régnait cette année-là entre Gênes et la couronne d’Aragon, la République de saint Georges s’était engagée à dédommager les marchands qui avaient chargé des marchandises à bord de ce navire.

5 La draperie au Moyen Âge, pp. 12-24.

6 Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », p. 480 ; C. Batlle i Gallart et alii, La ciutat consolidada, p. 167 ; et D. Cardon, La draperie au Moyen Âge, pp. 339-342 et tableau 9, pp. 344-346 (longueurs) et pp. 507-508 et tableaux 16 et 19, pp. 518-525 (largeurs).

7 E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, p. 147.

8 Voir les graphiques 4-6, ainsi que l’appendice II, pp. 800-823.

9 Le taux exact est de 54,85 % ; le total des commendes investies en draps de Catalogne et des régions voisines, entre 1349 et 1435, est de 798. Par rapport à l’ensemble des commendes, y compris celles qui ne mentionnent pas de marchandises d’exportation (soit un échantillon de 2.113 documents), le taux de commercialisation des draps est de 37,8 %.

10 Voir graphique 6, p. 311.

11 Selon D. Duran i Duelt, l’expression pourrait désigner le bras de mer séparant l’île de Cythère et la côte du Péloponèse des premières Cyclades. Le navire en question devait se rendre à Rhodes, Chypre, Beyrouth et Alexandrie.

12 Manual de Novells Ardits, p. 46.

13 Cortes de los antiguos remos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluña, t. XVII, p. 417 (Corts de Barcelone, du 9 février 1433).

14 Pour les données fournies par des sources fiscales, les plus précises et relativement sûres, voir Robert-Henri Bautier, « Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient, au Moyen Âge. Point de vue et documents », dans Michel Mollat du Jourdin (éd.), Sociétés et compagnies de commerce en Orient et dans l’océan Indien. Actes du VIIIe colloque international d’histoire maritime (Beyrouth, 5-10 septembre 1966), Paris, SEVPEN, 1970, pp. 263-331, spéc. p. 302 ; J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIV e nei primi anni del XV », pp. 167-168 ; et E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge », p. 373 (tableau).

15 De son côté, Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 638, n. 3, a aussi relevé des maxima de 800 à 1.000 draps exportés vers la Sicile.

16 La part des draps y est parfois inférieure à 65 %, il est vrai (voir des exemples fondés sur des données beaucoup plus partielles dans D. Coulon, « Le commerce barcelonais avec la Syrie et l’Égypte, d’après les actes du notaire Tomàs de Bellmunt », second tableau, pp. 221-222).

17 L’exportation est en effet le principal débouché des draps (Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », pp. 491-493). Ce constat ressort également avec évidence de l’exploitation d’un registre du dret d’eixides perçu par la Generalitat sur les marchandises exportées hors de Catalogne : M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, p. 278, a ainsi établi qu’entre juillet et septembre 1434 les exportations se composaient à plus de 70 % de draps de laine, toutes destinations confondues. Il s’agissait sans doute essentiellement de draps catalans car, comme nous le verrons plus loin, les tissus étrangers ne constituaient qu’une part infime des exportations vers le Levant.

18 J. Day, Les douanes de Gênes, pp. 232, 663, 674, 821 et 873 (total de 22 balles de draps catalans et barcelonais exportés vers Beyrouth et Famagouste, en 1376 et 1377, pour une valeur de 1.688 livres de Gênes) ; E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 151 et 268 ; Id., « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge », pp. 331-335 ; et Id., « Les lainages dans l’Orient médiéval », p. 680, n. 246.

19 É. Baratier et F. Reynaud (coord.), De 1291 à 1480, p. 245, et appendice (1385, 1389-1390) ; E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge », p. 333.

20 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 153-154.

21 A. Raymond et G. Wiet (éd.), Les marchés du Caire, p. 169 ; également cité par E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge », p. 303. Il est vrai qu’al-Maḳrīzī parle des draps occidentaux en général, sans préciser leur provenance, mais l’on verra plus loin que l’usage qui en était fait en Egypte coïncide parfaitement avec les qualités de draps venus de Catalogne.

22 D’une part, la révolte des villes drapantes de Flandre contre le roi de France Philippe le Bel freina les exportations de tissus flamands ; voir Antoni Riera i Melis, « La draperia, un sector clau de la manufactura barcelonina a la Baixa Edat Mitjana », dans C. Batlle i Gallart et alii, La ciutat consolidada, pp. 155-163. D’autre part, l’opposition entre les couronnes d’Aragon et de France au sujet de la question sicilienne (1283-1313) empêcha d’autre part les tissus du Languedoc de parvenir en Catalogne ; voir M. Gual Camarena, « Para un mapa de la industria textil hispana en la Edad Media », p. 111 ; et Id., « Orígenes y expansion de la industria textil lanera catalana en la Edad Media », pp. 513-514.

23 C. Batlle i Gallart et alii, La ciutat consolidada, p. 165. Toutefois, à Valence, la présence musulmane semble avoir favorisé le développement d’une activité textile plusieurs décennies avant ces événements (M. Gual Camarena, « Para un mapa de la industria textil hispana en la Edad Media », p. 111).

24 R.-H. Bautier, « Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient au Moyen Âge », p. 314.

25 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 37, 55, 58 et 79.

26 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », ffos 148r°-157v° ; voir le graphique 4, p. 309.

27 Auxquelles doivent s’ajouter cinquante autres draps de Belpuig et de Puigcerdà, non distingués, pour une valeur totale de près de 353 livres (J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », fo 148v°).

28 AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), ffos 80v°, 82v°-83v°, 93r°, 98r° et 100v°-101r°.

29 Voir en particulier les graphiques 5 (p. 310) et 6 (p. 311).

30 H. Bresc, « La draperie catalane au miroir sicilien », pp. 108-111.

31 E. Ashtor, « Les lainages dans l’Orient médiéval », p. 669.

32 Federigo Melis, « La diffusione nel Mediterraneo occidentale dei panni di Wervicq c delle altre città della Lys attorno al 1400 », dans Studi in Onore di Amintore Fanfani, Milan, Giuffrè, 1962 (6 vol.), t. III, pp. 217-243, voir en particulier les données des pp. 223-229, qui ont permis de réaliser le tableau 37 ci-dessus ; celui-ci, de même que de nombreux autres qui suivront, exprime des résultats en système décimal avec chiffres après la virgule, pour faciliter la lecture et la comparaison entre les données, selon le modèle présenté par F. Melis lui-même dans l’article cité.

33 Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », pp. 482 et 491.

34 Les contrats de nolis reflètent également cette nette différence de valeur : celui du 2 décembre 1394, par lequel un groupe de marchands catalans affrétait deux galées de la ville de Barcelone à destination de Beyrouth, montre que les draps catalans étaient grevés d’un tarif de onze à treize sous, contre vingt sous pour les draps de Wervik, de Malines et de Florence ; voir A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants catalanes dels segles XIV i XV, doc. i, pp. 447-455.

35 E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge », voir les rubriques mentionnant les différents centres de production cités. Au sujet des faibles prix de la draperie catalane à Alexandrie et Damas, voir également, du même auteur, « Les lainages dans l’Orient médiéval », pp. 679-680, et Id., Levant Trade in the LaterMiddle Ages, pp. 152-154. Les prix rassemblés par J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del secolo XIVe nei primi anni del XV », p. 198, concernant la place de Damas en 1386 et 1398, confirment ces écarts.

36 H. Bresc, « La draperie catalane au miroir sicilien », pp. 116-117. Les exemples de prix des draps de Lombardie ne sont pas assez nombreux pour autoriser des comparaisons sûres.

37 Voir infra, pp. 400, 407 et 412.

38 H. Bresc, « La draperie catalane au miroir sicilien », p. 118.

39 A. Raymond et G. Wiet (éd.), Les marchés du Caire, p. 169 ; et E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge », p. 305.

40 E. Ashtor, « Les lainages dans l’Orient médiéval » ; et Id., Levant Trade in the Later Middle Ages. ; pp. 204-205.

41 En outre, lorsque les tarifs de nolis sont inclus dans la valeur des marchandises confiées en commende, il n’est pas possible de les déduire puisqu’ils ne sont jamais précisés.

42 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, pp. 668-669 et tableau I, pp. 719-720, a en effet constaté que le prix des draps catalans, tous types et origines confondus, avait chuté, par paliers, d’environ dix livres au cours des années [370 à environ six livres au milieu du XVe siècle. De son côté, E. Ashtor a également décelé une baisse des prix pour l’ensemble de la draperie occidentale, sur les marchés d’Alexandrie et de Damas entre la fin du XIVe s. et les dernières années du XVe siècle (E. Ashtor, « Les lainages dans l’Orient médiéval », pp. 679-680).

43 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 514-522.

44 Voir supra, pp. 257-256.

45 N. Coll i Julià, « Una compañía barcelonesa para el comercio de paños », pp. 382-387. Sur le rôle limité de cette compagnie dans le commerce du Levant, voir en outre le développement consacré aux sociétés commerciales, supra pp. 257 et 240 (sur ces quatre commendes pour la Sicile et l’Orient méditerranéen, deux ne concernaient qu’un seul des associés, sans aucune référence à la compagnie, ce qui a fort justement amené N. Coll i Julià à douter de l’implication de celle-ci dans ces opérations).

46 E. Ashtor, « Les lainages dans l’Orient médiéval », pp. 682-684.

47 Elle aurait précisément transité par cette région avant de parvenir en Occident ; elle est de fait magnifiquement représentée dans un manuscrit des Maqāmāt d’al-Ḥarīrī, enluminé à Bagdad en 1237 ; selon D. Cardon, La draperie au Moyen Âge, pp. 232-233 et fig. 91 p. 235, ce document constituerait même « la plus ancienne représentation connue de fileuse à la roue à filer dans le monde méditerranéen ». Il est vrai qu’E. Ashtor insiste surtout sur la carence de « truands » et de moulins drapiers au Levant ; mais il n’hésite toutefois pas à conclure qu’« il n’y a pas eu de progrès dans les techniques de la draperie. […] On pourrait donc considérer, croyons-nous, la ruine de la draperie orientale comme un phénomène du recul technologique, lequel a eu une si grande importance dans la décadence de la civilisation arabe » (E. Ashtor, « Les lainages dans l’Orient médiéval », pp. 685-686).

48 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 408 ; et Id., « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », p. 483.

49 Mais l’expression « draps de la terra » existait depuis le XIIIe siècle (M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, pp. 76 et 171). Premiers contrats relevés dans lesquels apparaissent les draps de la terra exportés vers l’Égypte et la Syrie-Palestine (AHPB, Gombau, Manual [1382-1384], f° 10r°-v° [juillet 1382]).

50 Voir à la page suivante, les données chiffrées précises du tableau 39, pp. 324-327.

51 La définition précise de l’expression draps de la terra donnée par Cl. Carrère et généralement adoptée ensuite par les autres chercheurs est celle de « draps catalans non barcelonais ; les draps du Roussillon et de la Cerdagne sont la plupart du temps mentionnés à part » (Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 409, n. 2).

52 Les premiers ont été utilisés par Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », et les seconds par M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, et D. Cardon, La draperie au Moyen Âge.

53 Voir supra les graphiques 5 (p. 310) et 6 (p. 311).

54 Ces deux échantillons, plus complets que les données recueillies grâce aux commendes, ont cependant aussi leurs limites : le premier est assez restreint — le petit nombre de draps chargés sur le navire s’explique probablement parle fait qu’il s’agissait d’une galée, de capacité souvent plus réduite qu’une nef ; et le second est encore composé pour plus de la moitié de draps dont nous ignorons l’origine précise.

55 Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », pp. 477-478.

56 D’un tiers exactement entre 1409 et 1431 (Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », p. 482).

57 D’autres foyers ne sont pas non plus répertoriés dans M. Gual Camarena, « Para un mapa de la industria textil hispana en la Edad Media » : la Seu d’Urgell, en 1394 (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], f° 42r°1) et Vilafranca del Penedès, en [428 (AHPB, Antoni Brocard, Manual [février-juin 1431], f° 8v°), Des draps de Vilafranca del Penedès apparaissent aussi dans les comptes du dret d’eixides de la Generalitat de 1434 (M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, p. 278). Il s’agit manifestement d’un centre de production créé tardivement.

58 Les tarifs de nolis des années 1353-1357 fournissent par exemple un seuil de prix, soit huit livres le drap ; en dessous de ce prix, le quintal de draps est transporté pour Chypre, Alexandrie ou Beyrouth moyennant 12 a 14 sous et parfois davantage. Au-delà, le prix varie de 15 à 17, voire 20 ou 21 sous ; voir AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r°, 23r°, 47v°, 61v°, 80r° et 93r°. Dans deux listes de tarifs, un second seuil est fixé au-delà de 14 livres le drap (AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 55r° et 116v°).

59 Voir les prix fournis par les comptes de la compagnie Mitjavila : 3,8 livres par pièce de drap blanc (J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », f° 152r°) ; voir également AHPB Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), ffos 83r°2 et 98v°.

60 Entre 1353 et 1357, alors que le transport des draps de moins de huit livres est fixé à douze sous minimum pour la Méditerranée orientale, les pièces de Valence et de Banyoles ne sont grevées que d’un tarif de sept sous le quintal (AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú [juin 1353 - octobre 1357], ffos 9r°, 23r°, 47v°, 61v°, 80r° et 93r°). Un nolis plus tardif — du 25 mars 1394 — témoigne encore d’un écart de même ampleur pour les draps de Banyoles (M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, appendice III, pp. 737-738), mais en décembre 1415, leur prix atteignait pourtant entre 8,8 et 9,6 livres le drap (Bibl. de Cat., Junta de Comerç, reg. 199 V, nos 9 et 10). Rappelons qu’ils étaient en fait également imités à Barcelone et que les termes « banyolenchs » ou « banyolins » étaient devenus des noms communs (M. Gual Camarena, « Orígenes y expansion de la industria textil lanera catalana en la Edad Media », p. 521).

61 Cette remarque ne concerne en fait pas les draps de Berga ; voir M. Gual Camarena, « Para un mapa de la industria textil hispana en la Edad Media », pp. 147 et 157 ; et Id., El primer manual hispánico de mercadería, ffos 38v° et 95r°.

62 Ils sont aussi mentionnés à Tunis à la fin du XIVe siècle (M. Gual Camarena, « Para un mapa de la industria textil hispana en la Edad Media », pp. 126 et 146 ; et Id., El primer manual hispánico de mercadería, ffos 37, 56 et 95r°).

63 E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, p. 147.

64 Ou « graine d’écarlate », teinture en fait composée de cochenilles ou kermès, petits insectes vivant sur certaines variétés de chênes ; voir Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 462 ; W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 607-609 ; et D. Cardon, La draperie au Moyen Âge, p. 125.

65 Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », précise (p. 483) : « C’est que la grana est la teinture de luxe par excellence, et d’un luxe qui se paie très cher ; aucun des draps catalans vendus en Sicile et en Aragon » n’a « droit à cette mention flatteuse : ils ne méritent pas cette valorisation » ; voir Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 462-463.

66 La laine y gardait sa couleur naturelle (Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », p. 484).

67 Aucun renseignement n’est en outre donné, dans ces documents de type commercial, sur le nombre de ligatures à la chaîne ou sur la largeur des draps, éléments qui, avec les couleurs, interviennent pourtant de manière décisive pour déterminer leur qualité (ibid., pp. 479-481).

68 Il s’agissait dans les trois cas de draps de qualité médiocre, en raison de l’absence de teinture pour les « burells » et les « blanquets » et du manque de finesse de leur tissage ; voir ibid., pp. 482-484 ; Id., Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 445-446 ; et R. Salicrú i Lluch, El tràfic de mercaderies a Barcelona, p. 153. D. Cardon, La draperie au Moyen Âge, p. 508, ajoute que les « frisons » de Barcelone et de Majorque étaient des draps grossiers à cause de leur chaîne lâche, limitée à 700 ou 900 fils.

69 Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », pp. 481-482.

70 E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge », pp. 334-335. Une indication de prix à Damas, en 1433, fixe à 500 dirhams (soit 15,6 ducats) le prix d’une pièce de draps de Majorque. Ces textiles majorquins étaient aussi exportés vers Tunis (M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, f° 95r°). Pour l’exportation des draps de Majorque, voir M. D. López Pérez, La Corona de Aragon y el Magreb en el siglo XIV, p. 571, et P. Macaire, Majorque et le commerce international, pp. 424 et 426 ; selon ces deux auteurs, l’essentiel de la production majorquine était principalement destiné au Maghreb. Sur l’importance de la production drapière à Majorque, voir également D. Cardon, La draperie au Moyen Âge, passim (voir index p. 646).

71 Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », pp. 492 et 495 ; Id., Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 531-537. H. Bresc, « La draperie catalane au miroir sicilien », en particulier pp. 126-127. En corollaire de cette remise en cause du rôle des marchands barcelonais dans la commercialisation des tissus catalans, H, Bresc est également amené à revoir la question du « déclin catalan » du XVe siècle, qui est au cœur de la problématique développée par Cl. Carrère. Nous reviendrons plus loin sur ce thème, qui dépasse le seul aspect du commerce des draps (voir pp. 607-612). Notons simplement qu’aucun indice ne semble témoigner de sérieuses difficultés dans ce domaine précis : les exportations de draps sont bien restées massives tout au long de la période considérée. Seule la raréfaction des contrats nous empêche de bien mesurer l’évolution à partir de 1417, mais ce n’est pas là une preuve indubitable de déclin. Cl. Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », pp. 491-492, ne parle d’ailleurs de véritable crise qu’après 1430 et admet même, pour les années 1400-1428, une croissance des affermages de la bolla, ce droit qui grevait la production textile dans les pays de la couronne d’Aragon, ainsi qu’une augmentation de la production drapière à Barcelone entre 1390 et 1430.

72 Voir supra, tableau 36, p. 315.

73 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, pp. 227-228 et 249-250 (« canabàs » et « cànem »).

74 À propos des saies, voir D. Cardon, La draperie au Moyen Âge, pp. 485-488 ; voir en outre M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 417. Concernant les couvertures, voir D. Cardon, La draperie au Moyen Âge, pp. 270-271.

75 C. Batlle i Gallart et alii, La ciutat consolidada, p. 173.

76 Un incident relaté dans le règlement d’un différend montre en effet l’utilité de tels emballages : deux balles de draps avaient été mouillées lors de leur transport entre Barcelone et Syracuse ; elles n’étaient pas emballées dans une couverture ou une serpellera, mais dans deux draps qui furent donc abîmés. Cet incident n’empêcha toutefois pas leur vente ; voir AHPB, Bernat Nadal, Plec de documentado diversa (1386-1428), 11 janvier 1396.

77 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », f° 184v° (quatre « costals de canebàs » pour 56 livres, 10 sous et 6 deniers) ; AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r° 23r°, 47v°, 55r°, 80r°, 93r° et 116v°. Les toiles de chanvre étaient également grevées d’un tarif de huit à neuf sous le quintal.

78 On dénombre en effet au moins seize contrats répartis entre ces deux dates.

79 E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge », pp. 367-369.

80 Saies : AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 116r° (24 mai 1396 : deux balles de saies, accompagnant 50 draps de la terra), f° 125r° (17 mai 1396, 44 pièces de saie, pour une valeur de 133,4 livres, soit un prix unitaire de trois livres) ; voir également AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 117v° et 132r°. Canamassos : AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 74r°3 (908 cannes de chanvre, pour une valeur de 65,2 livres, soit un prix de 1,4 sou la canne) et ffos 17r°2, 17v°1, 3 et 4 (lot de treize balles de chanvre et huit balles de draps).

81 À une exception près : une assurance, pour Alexandrie, de diverses marchandises comprenant entre autres 7,5 pièces de « fustanis pintats », estimées au total à 81 livres mais assurées pour 50 livres (AHCB, Fons Notarial, IX.12 Assegurances marítimes [8 avril 1428]). Sur la fabrication des futaines à Barcelone, voir C. Batlle i Gallart et alii, La ciutat consolidada, p. 174.

82 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 693, confirme bien que les tissus de coton et de soie alimentaient principalement un courant d’échanges de l’Orient vers l’Occident.

83 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 76r°2 : commende du 23 avril 1395, à destination de Beyrouth, comprenant entre autres quatre pièces de futaines de Milan. Les registres des douanes de Gênes mentionnent également l’expédition d’une balle de futaines pour Alexandrie en juillet 1376 : voir J. Day, Les douanes de Gênes, p. 343. Enfin, E. Ashtor, « Observations on Venetian Trade in the Levant in the XIVth Century », p. 582, a également relevé l’exportation de futaines de Crémone et de Plaisance vers l’Égypte et la Syrie.

84 Henri Laurent, Un grand commerce d’exportation au Moyen Âge. La draperie des Pays Bas en France et dans les pays méditerranéens (XIIe-XVe siècle), Paris, Droz, 1935, pp. 108-109 ; M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, tarifs de Collioure de 1252 (doc. ix [54]), leude de Valence de 1271 [ ?] (doc. xii [133] et xiii [136-137]), ordonnances de Barcelone de 1271 (doc. xiv [64]), leude de Tortosa de 1276 [ ?] (doc. xv [94]) et tarifs de Perpignan de 1284 (doc. xvi [1-8]) ; C. Batlle i Gallart et alii, La ciutat consolidada, pp. 155-156.

85 A. E. Sayous, Els mètodes comercials a la Barcelona medieval, doc. 14 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 5, 19 et 68.

86 Voir le graphique 4, p. 309.

87 La participation de la compagnie et de ses partenaires au fret du navire de Guillem Olivela à destination de Chypre, presque exclusivement composé de draps, montre même que les draps provenant de Flandre et de Champagne devançaient ceux de Catalogne et de Valence lors de ce voyage commercial (J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », f° 152r°-v°).

88 On peut encore relever une commende investie en drap d’Ypres (AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes [septembre 1402 - avril 1406), f° 99r°2], une autre en drap d’Arras (AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum [avril 1406 - janvier 1414], f° 33v°3), une autre encore en drap de Courtrai (AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum [octobre 1404 - août 1410], f° 72r°3) et enfin une dernière en drap de Lierre (AHPB, Bernat Sans, Manual de comandes [août 1428 - octobre 1430], f° 16r°2). Le nombre de pièces est toujours inférieur à cinq.

89 Voir le tableau 37, p. 318.

90 Voir par exemple AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 13v°4 ; AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 135r°, 121v°, 146v° et 185r°.

91 Une commende du 6 mai 1395 rappelle en effet la mesure des draps de Malines, exprimée en cannes de Barcelone (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], f° 80r°). F. Melis, « La diffusione nel Mediterraneo occidentale dei panni di Wervicq e delle altre città della Lys attorno al 1400 », p. 231, indique une longueur de 15,5 cannes pour tous les draps de la vallée de la Lys.

92 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), ffos 2r°4, 13r°1 ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 99r°2 ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f° 15v°1 ; AHPB, Antoni Brocard, Manual (juin-novembre 1411), f° 45v°4 ; et Bibl. de Cat., Junta de Comerç, reg. 199 V (sans numéro, à la fin de l’énumération des marchandises confiées en commende).

93 Ils sont tissés en Catalogne au moins depuis l’ordonnance de 1416, qui autorise leur fabrication : voir Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 439, n. 6 et pp. 443-45 ; Id., « La draperie en Catalogne et en Aragon au XVe siècle », p. 480 ; et Maria Teresa Ferrer i Mallol, « Productes del comerç catalano-portuguès segons una reclamació per pirateria (1408) », Miscel.lànea de Textos Medievals ; 6, 1982, pp. 137-164, voir p. 149. Sur la fabrication et le succès commercial de ce type de draps voir D. Cardon, La draperie au Moyen Âge, pp. 248-249, 262-265 et 472-478 ; le même auteur ajoute que les termes de « vervin » ou « à la vervinesque » sont synonymes de drap cardé dans les pays de la couronne d’Aragon et en Castille, par opposition aux draps à chaîne de laine peignée (ibid, pp. 199-200).

94 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 80r° ; AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 73v°1 ; et AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - novembre 1417), f° 35r°3.

95 F. Melis, « La diffusione nel Mediterraneo occidentale dei panni di Wervicq e delle altre città della Lys attorno al 1400 », p. 231. Dans une commende, la longueur signalée est cependant de 18 cannes de Barcelone (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397]), f 80r°.

96 Voir le tableau 37, p. 318.

97 F. Melis, « La diffusione nel Mediterraneo occidentale dei panni di Wervicq e delle altre città della Lys attorno al 1400 », tableau IV, p. 229.

98 Le contrat de nolis du 2 décembre 1394, par lequel un groupe de marchands catalans affrétait deux galées de la ville de Barcelone pour Beyrouth, ne prévoit lui aussi dans ses listes de tarifs que des draps de Malines, Wervik et Florence parmi les draps étrangers (A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants catalanes dels segles XVI i XV, doc. i, pp. 447-455). Il en est de même dans le manuel de commerce catalan de 1385, à propos des relations commerciales entre la Catalogne et Tunis (M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, f° 95r°). Les marchands catalans allaient parfois chercher spécialement ces draps en Toscane pour les écouler dans le Levant méditerranéen (A. Rubio i Lluch, Diplomatari de l’Orient català [1301-1409], doc. 388 [1380]).

99 Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, sans numéro, à la fin de la liste des marchandises embarquées. Rappelons qu’il pouvait s’agir d’imitations catalanes, ce qui à cette date (décembre 1415) paraît très vraisemblable.

100 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 73v°1.

101 Les deux types de sources utilisées — comptes d’une grande société de commerce et contrats aux sommes souvent modestes — induisent certes une nette différence de disponibilité en capitaux, qui rendait plus ou moins facile l’achat puis la réexportation de grosses quantités de draps étrangers coûteux et qui pourrait donc fausser ces lignes d’évolution. Mais cette remarque ne les remet pas fondamentalement en cause : elle les nuance simplement, car les commendes reflètent aussi l’activité des grandes compagnies de commerce ; or sur l’imposant total de contrats dont nous disposons, seule fait exception ta commende confiée par Hug d’Aguilar en 1409.

102 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 706-707.

103 Kurt Zangger, Contribution à la terminologie des tissus en ancien français, attestés dans des textes français, provençaux, italiens, espagnols, allemands et latins, Bienne, Schüler, 1945, pp. 90-93 (saie) et pp. 110-114 (toile) ; voir également M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, pp. 417 (saya) et 438 (tela).

104 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 99r°2 (moyenne de 27,3 pièces pour une balle) ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 189r° (moyenne de 33,3 pièces pour une balle).

105 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, doc xvi [54].

106 Ibid., doc. i [34-35] et leude de Perpignan de 1250 ( ?), doc. v [15].

107 E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge », pp. 349-330 et 356.

108 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 177v°, 122r° et 133r° : 300 pièces de saies d’Irlande et une balle de saies sans précision d’origine confiées en commende vers l’Égypte et la Syrie (2 juin 1396). AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 171r°, 172r° et 179r° : 473,5 pièces de saies embarquées vers les mêmes destinations (14-16 juin 1397). AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (sept 1393 - oct. 1397), f° 120r° : cinq balles de toiles de Constance, confiées en commende avec du safran et du chanvre (27mai 1396). AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 29r°1 : quatre balles de toiles de Constance et de l’ambre (5 avril 1403).

109 Un seul contrat permet en fait de calculer le prix des pièces de toiles de Constance (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], f° 106r°), soit 2,9 livres la pièce. Une autre commende indique la valeur de la canne de saie d’Irlande : 1,8 sou (AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes [mai 1394 - janvier 1404], f° 13r°2) ; ce chiffre est très inférieur à celui d’une canne de drap catalan, que l’on peut établir à environ 7,6 ou 8,6 sous (pour des dimensions de 18,5 cannes par drap et une valeur moyenne de sept à huit livres). Pour le prix de pièces de saies d’Irlande, voir par exemple AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 82r°, 125r°, 132r°, 171r° et 172r° ; et AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), ffos 35r°2 et 35r°3 (contrats instrumentés entre 1395 et 1407).

110 D. Cardon, La draperie au Moyen Âge, p. 486.

111 Ibid., p. 487.

112 E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge », pp. 349-350 et 356-357 ; à propos de la commercialisation en grand nombre des toiles de Constance, voir également E. Baratier et F. Reynaud (coord.), De 1291 à 1480, p. 245, n. 2 et 5 (exportation de 39 balles pour Beyrouth, depuis Marseille).

113 Pour cette présentation d’ensemble, voir E. Ashtor, Les métaux précieux et la balance des paiements du Proche-Orient à la basse époque, pp. 32-53 ; et Id., A Social and Economic History of the Near East in the Middle Ages, pp. 175, 216, 234, 239-248 ; Cl. Cahen, « Contribution à l’étude de la circulation monétaire en Orient au milieu du Moyen Âge », et P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, pp. 146-160. À ces flux d’argent en provenance d’Europe se joignaient également, à la même époque, des importations d’Asie Centrale vers l’Égypte et la Syrie.

114 Il importe de remarquer que les monnaies d’argent exportées dans le cadre des commendes barcelonaises sont définies par leur poids et non par leur quantité en unités de compte, comme c’est le cas dans les contrats de change. C’était donc le métal dont étaient constituées les pièces qui faisait l’objet de la transaction et qui intéressait les parties contractantes. Il ne s’agissait ainsi aucunement du transfert d’une somme d’une place à une autre, comme dans les changes ou les prêts. Le précieux métal était en effet réutilisé pour une nouvelle frappe, une fois arrivé au Levant (E. Ashtor, Les métaux précieux et la balance des paiements du Proche-Orient à la basse époque, p. 32 ; et P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, p. 284).

115 ACA, Cancelleria Reial, reg. 867, ffos 16r°-162r° ; le document du 22 juin 939 est inclus dans cette licence et dans toutes celles qui suivent En fait, dans cette première licence, les coques sont autorisées à se rendre à Chypre « chargées de marchandises », sans plus de précision. Mais dans les documents suivants, conçus exactement sur le même modèle (avec le rappel préalable de la décision du 22 juin 1339 et de l’intervention des Conseillers de Barcelone), l’autorisation d’expédier le métal blanc à Chypre est explicitement formulée : la licence du 12 juillet 1341 est par exemple accordée pour le transport d’argent « in massa, vel vasis » ou en monnaie, sauf celle de Barcelone (ACA, Cancelleria Reial, reg. 872, f° 37v°) ; celle du 26 septembre 1342 fait allusion à l’« argent en peçes e obrat e monedat, exceptat moneda barcelonesa d.argent » (ACA, Cancelleria Reial, reg. 873, f° 220v°).

116 Voir à l’appendice I les navires ayant appareillé entre 1339 et 1342 et dont la date de départ porte la mention « licence ».

117 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 68.

118 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », ffos 155v°-156r°. La part de l’argent dans ce seul navire se hausse à 10,6 % de la valeur des marchandises exportées.

119 Le manque de précision dans les dates des comptes de la compagnie ne permet cependant pas de confirmer cette hypothèse.

120 Josep Plana i Borras, « La llei de la plata a l’Edat Mitjana », Anuario de Estudios Medievales, 16, 1986, pp. 569-590, voir p. 369. Pour la publication de l’ensemble des comptes, voir J. Plana i Borras, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta »,

121 Il s’agissait des coques commandées par Pere Carbonell, Pere de Cros et Pere Pocasanc : voir AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), ffos 80v°-106v° ; et AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (mai 1349), ffos 14r°, 16v°, 35r°-v°. (Certains contrats ont été publiés par J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 99 [1 à 3], 99 [10 à 11], 99 [26], 101 [3], 102 [4] et 103-106.) De nombreuses commendes sont investies en plusieurs marchandises (des draps et de l’argent, par exemple) et n’indiquent qu’une somme globale qui empêche de connaître le détail des prix.

122 1 marc de Barcelone = 268 gr. (Cl. Alsina i Català, G. Feliu i Montfort et Ll. Marquet i Ferigle, Pesos, mides i mesures dels Països Catalans, pp. 175-177 ; et J. Plana i Borràs, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture from Barcelona to Famagusta », tableau 2).

123 ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Llibre de deutes i de vendes e de comptes e de comandes a en Joan Benet per Pere Corbó (viatge a Xipre), [1347 (en fait 1348)] : série de commendes investies en argent, en octobre et novembre 1347, folios non numérotés — l’une d’elles, investie en draps et en argent, en partie sous forme d’alfonsins, atteint près de 1.126 livres ; voir également ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes de Joan Benet (1332-1356), f° 25r° (11 octobre 1348).

124 AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), ffos 82r°1, 82v°4 et 83v°5 ; seul figure le terme de vexella pour caractériser la marchandise, sauf dans le contrat du f° 82v°4, où il s’agit d’une tasse d’argent.

125 Federico Udina Martorell, « Un aspecto de la evolución económica sarda en el siglo XIV. La acuñación de moneda », dans VI Congreso de Historia de la Corona de Aragón (Cagliari, 1957), Madrid, 1959, pp. 647-661 ; et John Day, « The Decline of a Money Economy. Sardinia in the Late Middle Ages », dans Studi in memoria di Federigo Melis, Naples, Giannini, 1978 (5 vol.), t. III, pp. 155-176, spéc. p. 158 ; F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 122, indique en effet que le marc de Sardaigne équivalait exactement à celui de Barcelone.

126 J. Plana i Borras, « La llei de la plata a l’Edat Mitjana », p. 370.

127 ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes de Joan Benet (1332-1356), f° 25r° (11 octobre 1348) ; AHPB, Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1385), f° 5r°2 (20 octobre 1363).

128 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », f° 155v° ; J. Plana i Borràs, « La llei de la plata a l’Edat Mitjana », p. 370. On trouve également des barquins d’argent confiés en commende pour Chypre en novembre 1347, d’après ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Llibre de deutes i de vendes e de comptes e de comandes a en Joan Benet per Pere Corbó (viatge a Xipre), [1347 (en fait 1348)], [folios sans numéros].

129 AHPB Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), ffos 82v°1 et 81v°6. Le nom du bailleur est illisible, dans le premier contrat Dans le second, la quantité est exceptionnellement exprimée en livres et non en marcs. Une autre commende importante peut être relevée en dehors de cette série de mai 1349 : le 11 octobre de l’année précédente, Berenguer Benet confiait à Bernat Ferrer et Francesc Des Clapers 30 marcs et 5,5 onces de croats., 71 marcs et 3 onces d’alfonsins et 52 florins d’or, ainsi que du safran, pour une valeur totale de plus de 460 livres — dont près de 405 investies en monnaies (ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes de Joan Benet [1332-1356], f° 25r°).

130 C. Batlle i Gallart et alii, La ciutat consolidada, p. 180 ; J. Plana i Borras, « La llei de la plata a l’Edat Mitjana », tableau 6, p. 388, donne un aloi légèrement inférieur pour l’argent de llei ; pour les alfonsins, voir également M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, f° 48r°.

131 AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), f° 93v°2.

132 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », f° 155v°.

133 ACB, Llegats de Llibres Extravagants, Comptes de Joan Benet (1332-1356), f° 25r°.

134 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 99 [26] et 103-105 ; et AHPB Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), f° 93v°1.

135 C. Batlle i Gallart (coord.), L’expansió baixmedieval, pp. 308-310.

136 Sur l’ensemble des 36 contrats à destination de Candie, Rhodes et Chypre, la moyenne n’est que de 62 livres ; parmi les 83 commendes pour Chypre et Beyrouth, elle atteint 107 livres.

137 ACA, Cancelleria Reial, reg. 868, f° 78v° et reg. 869, f° 233r° ; et voir A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona t. II(1), doc. 143.

138 Marco Tangheroni, « Il Regnum Sardiniae et Corsicae nell’espansione mediterranea della Corona d’Aragona. Aspetti economici ». XIV Congreso de Historia de la Corona de Aragon (Sassari-Alghero, 19-24 magio 1990), Sassari, Delfino, 1993-1997 (4 vol.), t. I (1993), pp. 49-88, voir pp. 57-58 ; J. Day, « The Decline of a Money Economy », p. 160 ; et Id., « L’economia de la Sardenya catalana », dans Jordi Carronell et Francesco Manconi (éd.), Els Catalans a Sardenya, Barcelone, Enciclopèdia Catalana, 1984, pp. 15-24, spéc. p. 19. Voir également la carte 19 « Movement of Sardinian Silver - Pegolotti Notebook c. 1321-1340 », dans P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, p. 156.

139 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 80-81.

140 E. Ashtor, Les métaux précieux et la balance des paiements du Proche-Orient à la basse époque, pp. 34-35. et Id., « Étude sur le système monétaire des Mamlouks circassiens », pp. 275-276.

141 On remarquera que ces dates correspondent à l’assouplissement des interdictions pontificales sur le commerce avec l’Égypte et la Syrie. La chronique du Florentin Giovanni Villani relate qu’en 1345, « tutte le monete d’argente si fondeamo e portavansi Oltremare » (Cronica, livre XII, chap. liii, cité par P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, p. 156). Voir également E. Ashtor, Les métaux précieux et la balance des paiements du Proche-Orient à la basse époque, p. 41 ; et Id., Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 67-68 ; dans ce dernier ouvrage, l’auteur relate la mission de l’ambassadeur vénitien Niccolò Geno, envoyé auprès du Sultan en 1344 afin d’obtenir que soient favorisées les exportations d’argent vénitiennes. Voir enfin P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, p. 284; et F. C. Lane, « The Venetian Galleys to Alexandria ».

142 E. Ashtor, Les métaux précieux et la balance des paiements du Proche-Orient à la basse époque, p. 41 ; d’après les calculs de l’auteur, le rapport or-argent était de 9,4 pour 1 au Proche-Orient, alors qu’il s’élevait à 11 pour 1 en Italie.

143 P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, p. 156, s’appuyant sur le témoignage de F.B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 23.

144 AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357).

145 AHPB, Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1385), ffos 4v°2, 5r°2 (1363), 55r°3, 56r°3, 56v°3 (1374) et 78r°2 (1379).

146 ACA, Cancelleria Reial, Procesos en folio, leg. 129, no 18, ffos 29r°-30r°.

147 Il s’agissait de croats d’argent de Barcelone et de réaux d’or de Majorque (AHPB, Jaume Ballester, Manual de comandes [septembre 1363 - juillet 1385], ffos 3v°4 et 5r°2).

148 ACA, Cancelleria Reial, Procesos en folio, leg. 134, no 9, ffos 1r° et 8v°.

149 En dépit de ce qu’en dit Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 358.

150 Ibid., t. I, p. 358, n. 4, en a déjà donné un aperçu.

151 C. Batlle i Gallart et alii, La ciutat consolidada, p. 180.

152 Ibid., p. 180, et Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 358.

153 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 358, n. 3 ; et AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 85r°3, 86r°4, 92r°2 et 93 v°1.

154 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 146r° ; et AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 98v°2.

155 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 111r° : 22 marcs ; AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 147v° : 21 marcs et 6 onces. Rappelons que le seuil maximum se situait à quarante marcs avant 1350.

156 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 145v° (2 juin 1396 ; 21 marcs et 6 oz d’argent « trencat ad marcham Barchinone » y valent près de 107 livres). Rappelons qu’on ne peut utiliser pour cette opération les contrats investis en vaisselle, puisque leur valeur incluait également le travail effectué par les orfèvres sur les objets commercialisés.

157 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 111r° (4 mai 1396 ; 22 marcs d’argent pour 100 livres).

158 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 276, 389-390 ; Id., « Étude sur le système monétaire des Mamlouks circassiens », pp. 274-276 ; J. L. Bacharach, « Circassian Monetary Policy », p. 269 ; et B. Shoshan, « Exchange-Rate Policies in Fifteenth-Century Egypt », pp. 41-46.

159 P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, pp. 348-349 ; J. Day, « L’economia de la Sardenya catalana », p. 19 ; la production des mines d’Iglesias fut interrompue à partir du début des années 1360.

160 F. C. Lane relève que même le courant d’exportation d’argent en provenance de Venise s’orienta vers l’Ouest, au détriment du Levant, à partir de la fin du XIVe siècle ; voir Frederic C. Lane, « Exportations vénitiennes d’or et d’argent de 1200 à 1450 », dans John Day (éd.), Études d’histoire monétaire (XIIe-XIXe siècles), Lille, Presses Universitaires de Lille, 1984, pp. 29-48, spéc. pp. 38-40. Par ailleurs, lorsque le conflit entre Aragon et Castille prit fin, l’argent des pays de la couronne d’Aragon fut drainé vers la France en raison d’une sous-évaluation de ce métal, liée à sa parité inchangée avec l’or dans ces pays, et de la permanence de la demande pour financer la guerre de Cent Ans en France (John Day, « The Great Bullion Famine of the Fifteenth Century », Past and Present, 79, 1978, pp. 29-48, voir p. 21 ; et C. Batlle i Gallart [coord.], L’expansió baixmedieval, pp. 309-310).

161 J. Day, « The Great Bullion Famine of the Fifteenth Century ». Voir également son « Introduction » à Id., Études d’histoire monétaire, pp. 11-13.

162 P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, pp. 349-351.

163 Ibid., pp. 353-354.

164 La Pratica datiniana (seconde moitié du XIVe siècle) fournit des équivalences entre le marc des principales places de commerce italiennes et provençales et les unités utilisées à Alexandrie (peso di miglioresi et peso di bisanto) ; voir La « pratica di mercatura » datiniana, éd. C. Ciano, pp. 49-51 ; et F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, doc. 93, p. 318 (prix à Damas en 1386). Saminiato de’Ricci (1396) signale la vente d’argent à Damas et à Alexandrie (« argento battuto e in vergho ») ; voir S. de’Ricci, Il manuale di mercatura di Saminiato de’Ricci, pp. 122-123.

165 E. Ashtor, « Étude sur le système monétaire des Mamlouks circassiens », p. 276 ; B. Shoshan, « Exchange-Rate Policies in Fifteenth-Century Egypt », p. 47.

166 E. Ashtor, « Étude sur le système monétaire des Mamlouks circassiens », p. 276.

167 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), ffos 8v°2, et 35v°2 ; AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), ffos 40v°2, 41v°2, 44v°1 et 3 ; et ACA, Generalitat, reg. 186.1 bis, ffos 109v°, 111v°, 113r° et 114v°.

168 C. Batlle i Gallart (coord.), L’expansió baixmedieval, p. 310.

169 Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, no 65.

170 E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, pp. 108-109.

171 F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, doc. 93, p. 318 : valeurs des marchandises à Damas, en 1386 et 1424 ; l’argent « di bolla » y figure dans les deux cas. Doc. 94, p. 320 : valeurs des marchandises à Alexandrie, en 1386 et 1419 ; l’argent ne figure dans aucune des deux listes.

172 C. Batlle i Gallart (coord.), L’expansió baixmedieval, p. 310.

173 E. Ashtor, « Étude sur le système monétaire des Mamlouks circassiens », p. 282.

174 J. L. Bacharach, « Circassian Monetary Policy », p. 277; et B. Shoshan, « Exchange-Rate Policies in Fifteenth-Century Egypt », p. 49.

175 P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, p. 355.

176 AHPB, Bernat Sans, Manual de comandes (août 1428 - octobre 1430), ffos 14r°4 et 21v°3.

177 AHPB, Bartomeu Masons major, Manual d’Assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), ffos 58r°-v°, 97v°-98r° et 105r°-v° (ce dernier contrat est publié par A. Garcia i Sanz et M. T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona, t. II, doc. 157).

178 P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, pp. 376-377.

179 Une première version des développements qui vont suivre a déjà été présentée dans Damien Coulon, « Un élément clef de la puissance commerciale catalane. Le trafic du corail avec l’Égypte et la Syrie (fin du XIVe s. - début du XVe siècle) », Al-Masāq, 9, 1996-1997, pp. 99-149.

180 Voir Salvador Raurich Ferriol, « La pesca del coral en la costa NE de Cataluña. Reseña histórica », Boletín de la Real Academia de la Historia, 115(2), 1944, pp. 373-390 ; Philippe Gourdin, « Émigrer au XVe siècle. La communauté ligure des pêcheurs de corail de Marsacares. Étude de la population et des modalités de départ », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge et Temps Modernes, 98(2), 1986, pp. 543-605, voir en particulier la synthèse bibliographique p. 546, n. 7 ; G. Bresc-Bautier, « Le corail sicilien dans la Méditerranée médiévale », voir spécialement les pp. 183-184, pour les techniques de pêche ; G. Lavergne, « La pêche et le commerce du corail à Marseille aux XIVe et XVe siècles » ; Ginevra Zanetti, « La pesca del corallo in Sardegna », Cuadernos de Historia Jerónimo Zurita, 10-11, 1960, pp. 99-160.

181 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, pp. 75, 96, 103, 136, etc.

182 Si l’on excepte un premier contrat isolé daté du 14 juillet 1295, à destination d’Alexandrie ; voir A. Garcia i Sanz et M. T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona, t. II, doc. 20.

183 Treize charges et douze livres de corail du cap de Creus, valant 226 livres et 9 sous (J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », f° 154r°).

184 A. López de Meneses, « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Barbara », doc. 13, pp. 44-45.

185 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r°, 23r°, 47v°, 55r°, 61v°, 80r°, 93r° et 116v° (nolis pour Chypre, Beyrouth et Alexandrie). Toutefois, les prix établis pour un autre nolis à destination d’Alexandrie, en 1374, ne distinguaient toujours pas différentes variétés ; voir M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, pp. 737-738.

186 Voir le nolis du 9 septembre 1368, de Collioure à Chypre, distinguant le corail poli dont le transport coûtait 25 sous par quintal (de Perpignan), contre 13 sous pour le corail non poli (P. Vidal, « Expéditions des marins et marchands roussillonnais sur les côtes de la Syrie et de l’Égypte pendant le Moyen Âge », p. 244). Pour d’autres exemples plus tardifs de tarifs différents selon les types de coraux exportés vers Alexandrie et Beyrouth, voir M. Del Treppo, I mercanti catalane e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, appendice III, pp. 737-38 ; et A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants catalanes dels segles XIV i XV, doc. i, p. 452.

187 Livre de comptes de Joan Benet : voir J. Plana i Borras, « The Accounts of Joan Benet’s Trading Venture front Barcelona to Famagusta » ; commendes de 1349 : voir AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349) et Llibre comú (mai 1349).

188 S. Raurich Ferriol, « La pesca del coral en la costa NE de Cataluña. Reseña histórica », p. 376 ; à ce sujet, voir l’exemple très révélateur de ce marchand de Sant Feliu de Guíxols qui avait acheté du corail d’Alghero en 1381, cité par E. Ashtor, « The Jews in the Mediterranean Trade in the Later Middle Ages », pp. 164-165.

189 R. Muntaner, Crònica o descripció dels fets e hazanyes del ynclit rey don Jaume primer rey d’Aragó, chap. 272.

190 M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, p. 73 ; et Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 362-364.

191 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2314, ffos 92r°-107v° et appendice II.

192 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 127 ; certes, ce manuel visait surtout à renseigner ses lecteurs sur les marchandises commercialisées en Afrique du Nord, mais cette absence n’en demeure pas moins significative.

193 AHPB, Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1385), ffos 76v° et 77r° (9 et 18 juillet 1379). Le total de commendes relevées entre 1350 et 1380 est de 111, mais 52 d’entre elles (soit près de la moitié) ne fournissent aucun renseignement sur les marchandises d’exportation.

194 Trois commendes investies en corail à destination du Levant sont conclues en 1382 (AHPB, Gombau, Manual [1382-1384], ffos 10v°4, 11r°3 et 11r°6, 8 et 17 août 1382) ; trois autres l’année suivante (A. Rich Abad, La comunitat jueva de Barcelona entre 1348 i 1391, doc. 59-61) ; une autre en 1387 (AHPB, Joan Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comunium octavum [janvier-juin 1388], f° 18r°-v° ; le contrat est en fait une cession de commende, conclue le 3 septembre 1387) ; puis 14 sur une série de 61, instrumentées en décembre 1388 et janvier 1389 (AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes [novembre 1388 - mai 1389], ffos 1-37r°. Les exportations de corail par les Catalans se poursuivent à un rythme encore plus soutenu après 1390 ; voir infra le graphique 8 (p. 364) et le tableau 45 (pp. 368-369).

195 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 403-404, et A. Rich Abad, La comunitat jueva de Barcelona entre 1348 i 1391, pp. 140-150.

196 AHPB, Gombau, Manual (1382-1384), ffos 10v°4, 11r°3, 11r°6 (1382) ; AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes (novembre 1388 - mai 1389), ffos 5r°, 6r°-v° et 26r°-v° ; AHPB, Bernat Nadal, Plec de documentado diversa (1386-1428), 1391. Voir en outre E. Ashtor, « The Jews in the Mediterranean Trade in the Later Middle Ages », pp. 164-165 (1381), et A. Rich Abad, La comunitat jueva de Barcelona entre 1348 i 1391, doc. 59-61 (1383).

197 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 129r°2 (signalé par Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 282, n. 6) ; à ces 6.300 livres investies en corail s’ajoutent en outre deux changes d’une valeur totale de 1.500 livres ; la commende atteint donc au total la somme record de 7.800 livres de Barcelone. À titre de comparaison, le second contrat relevé par ordre d’importance n’est « que » de 2.440 livres. L’année suivante, Estève Symondel confia de nouveau plus de 1.000 livres investies en corail torejat, alors qu’il avait déjà donné « une importante commende » comprenant aussi du corail et des draps, qui de Barcelone devaient gagner la Syrie, en 1395 ; voir AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 184r° (8 juin 1397), et E. Baratier et F. Reynaud (coord.), De 1291 à 1480, p. 235, n. 1. Avant lui, Giacomino Calvi, marchand d’origine italienne et citoyen d’Avignon, avait déjà confié deux commendes de plusieurs centaines de livres pour Chypre et Beyrouth, en 1393 et 1394 (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], ffos 13r°2 et 35v°1). Notons que la seconde est donnée en association avec le juif converti Berenguer Des Cortell. G. Lavergne avait déjà souligné que l’exploitation commune du corail sarde avait entraîné de « fructueux rapports d’affaires » entre Marseillais et Barcelonais au cours des années 1380 ; voir G. Lavergne, « La pêche et le commerce du corail à Marseille aux XIVe et XVe siècles », p. 200. Sur la participation des Provençaux au commerce du Levant de Barcelone, voir également le chapitre consacré aux marchands du Midi, pp. 574-575.

198 É. Baratier et F. Reynaud (coord.), De 1291 à 1480, pp. 232-235 ; les Marseillais s’étaient d’ailleurs déjà tournés vers les Languedociens dès 1380 (ibid., pp. 233-234). Le corail constituait de fait une marchandise importante de leur commerce, voir ibid., p. 231, « État des départs à destination du Levant des bâtiments marseillais et languedociens (1379-1410) », planche hors texte en fin de volume ; voir également G. Lavergne, « La pêche et le commerce du corail à Marseille aux XIVe et XVe siècles ».

199 Voir le détail des cargaisons, avec les mêmes réserves de méthode pour utiliser les résultats obtenus, dans D. Coulon, « Un élément clef de la puissance commerciale catalane », tableau 1, pp. 144-148.

200 Galée de G. de Doni, voir ACA, Generalitat, reg. 186.1 bis, ffos 100r°-114v° ; voir aussi le graphique 5, p. 310. Autre exemple significatif : aucun contrat investi en corail n’avait pu être localisé pour la nef de Bartomeu Amar, partie en décembre 1415 ; or les données de la Junta de Comerç (Bibl. de Catal.) permettent de découvrir que le corail chargé sur ce navire atteignait la somme de 3.385 livres (voir supra le graphique 6, p. 311). Dernier exemple de lacune particulièrement importante, le cas de ces 200 caisses de corail que des marchands catalans durent décharger à Rhodes au lieu de la Syrie, en mai 1412 (en raison de difficultés avec le Sultan), et dont les contrats barcelonais ne soufflent mot (E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 223-224, n. 141).

201 E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, pp. 147 et 108.

202 Voir l’évolution de la structure des investissements, supra p. 302.

203 Voir en particulier le graphique 8, p. 364.

204 Ce qui n’est pas le cas en 1398-1399, 1402, 1410 et 1412 ; voir le graphique 9, p. 365.

205 F. Melis, Aspetti della vita economica medievale, p. 30.

206 AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), ffos 16r°-18v° ; contrats du 16 novembre 1401. L’un de ces changes a été publié par A. Garcia i Sanz et M. T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona, t. II, doc. 119.

207 Voir le tableau des quantités de corail chargées sur les navires, dans D. Coulon, « Un élément clef de la puissance commerciale catalane », pp. 145-146.

208 Voir sufra les graphiques 5 (p. 310) et 6 (p. 311).

209 Voir le développement consacré aux destinations du commerce du Levant, supra, p. 193. Exemples de cargaisons de corail destinées à Rhodes : AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - novembre 1417), f° 77v° (voir tableau 457 pp. 368-369 des principaux investissements en commende) ; AHPB, Bernat Sans, Manual (décembre 1420 - mars 1421), ffos 8r°, 11v°, 17r°-v° (assurances de onze caisses au total) ; AHPB, Antoni Brocard, Manuale comune quartum decimum (avril-novembre 1418), f° 19r°-v° (assurance de dix caisses) ; AHPB, Bernat Sans, Manual (décembre 1420 - mars 1421), f° 24r° (six caisses) ; AHPB, Bartomeu Masons major, Manual d’Assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), ffos 13v°2, 15r°-v°, 22v°, 24v°, 58r°-60r°, 94r°-v°, 119v°, etc.

210 AHPB, Bartomeu Masons major, Manual d’Assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), ffos 93r°-v°, 96v° et 99r°-v° ; voir également AHPB, Antoni Brocard, Manuale Comendarum (1435-1446), ffos 7r°-10v° (1435, quatre commendes investies en corail pour un total de 1.539 livres), f° 19v° (1437, une commende de 153 livres), ffos 23v°-30v° (1438, treize commendes pour un total de 2.370 livres), etc.

211 S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptensim Spätmittelalter, p. 337.

212 G. Bresc-Bautier, « Le corail sicilien dans la Méditerranée médiévale », p. 182. Les données issues des registres du dret de les drassanes attestent en effet, en 1419 et 1423, le chargement de plusieurs caisses de corail en Sicile sur différents navires devant se rendre à Alexandrie (ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, ffos 3v°3 et 3v°4).

213 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 362-364. Aux contrats de pêche du corail en Sardaigne instrumentés parle notaire Bernat Pi cités p. 362, n. 4, on peut ajouter ceux de son Manual de 1427 (AHPB, Bernat Pi, Manual [mars-décembre 1427], ffos 90v°-91r°et 93r°-94r°).

214 Les exportations de corail n’ont en effet pas été affectées en valeur ou en quantité par la réorientation des relations commerciales vers Rhodes : draps et corail sont toujours les deux produits les plus commercialisés vers l’ensemble de la Méditerranée orientale en 1428-1429 (M. Del Treppo, « Assicurazioni e commercio internazionale a Barcellona », doc. 70, pp. 33-34).

215 P. Bonnassie, La organización del trabajo en Barcelona a fines del siglo XV, p. 90, définit ainsi les six épreuves successives composant l’examen de l’ouvrier corailleur : « torajar, tallar, foradar, enrodonir, polir, enfilar » ; ces termes sont en effet les plus fréquemment utilisés pour décrire le corail exporté. L’auteur les traduit de la manière suivante : détacher le bloc de corail, découper (tailler) chaque pièce à travailler, les percer, leur donner une forme ronde, les polir et finalement les enfiler pour obtenir une monture quelconque (dans l’ouvrage précité, la traduction des termes catalans est en fait donnée en espagnol). Le corail non débarrassé de ses impuretés est appelé terreny, pelos ou issent de mar, termes qui n’apparaissent jamais parmi les contrats utilisés ; voir Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 364, n. 3 ; et G. Lavergne, « La pêche et le commerce du corail à Marseille aux XIVe et XVe siècles », p. 202.

216 G. Lavergne, « La pêche et le commerce du corail à Marseille aux XIVe et XVe siècles », p. 204 ; et G. Bresc-Bautier, « Le corail sicilien dans la Méditerranée médiévale », p. 189. Cl. Carrère signale que le corail tor était « vraisemblablement poli », de même que le corail torajat, ce qui, d’après les prix et la définition de P. Bonnassie, ne semble pas être le cas. Le second n’était manifestement pas travaillé et coûtait en tout cas moins cher que le premier, en dépit d’une certaine analogie des termes.

217 G. Lavergne, « La pêche et le commerce du corail à Marseille aux XIVe et XVe siècles », p. 203.

218 Il s’agit du corail bastart, ou pical e suany, qui d’après G. Bresc-Bautier, « Le corail sicilien dans la Méditerranée médiévale », p. 189, se présentait sous la forme de débris de faible valeur. On notera toutefois que l’épithète bastart est généralement appliquée au corail tor, tandis que les qualificatifs de picat e suany semblent réservés aux boutons, qui dans ce cas atteignaient à Barcelone des prix tout à fait respectables (voir infra les tableaux 46 à 49, pp. 372-374). Enfin, l’identification de certains termes reste problématique : c’est le cas du corail levat.

219 Le but du manuel catalan est de définir les marchandises provenant du Maghreb et d’Orient, et non celles de Catalogne ; le corail n’y apparaît donc qu’exceptionnellement. La plupart des manuels italiens ne mentionnent pas une gamme de variétés aussi étendue que celle qui apparaît dans les contrats barcelonais.

220 Dans mon étude intitulée « Un élément clef de la puissance commerciale catalane », tableau 3, p. 149, j’avais relevé deux valeurs supérieures à quatre livres pour 1395 et 1403, d’après des évaluations que l’on pouvait raisonnablement tenir pour sûres. Toutefois, la donnée supplémentaire trouvée pour 1407, qui résulte d’un prix clairement exprimé, indique, de même que les autres sources, que quatre livres constituent probablement une estimation un peu exagérée ; ce chiffre ne figure donc plus dans le tableau des prix des branches de corail (tableau 47, p. 373).

221 A. Garcia i Sanz et N.Coll i Julià, Galeres mercants catalanes dels segles XIV i XV, doc. i, p. 452 ; le contrat mentionne du corail torajat, « de quaranta lliures en vuytanta lliures », dont le transport pour Beyrouth est fixé à 31 sous le quintal.

222 Il n’a pas été possible de déterminer avec exactitude la valeur du corail mercader ; d’après des évaluations, elle pourrait se situer à environ 0,8 livre la livre (pondérale) ou 83,2 livres le quintal en 1400 (cette évaluation repose sur les sommes relevées dans les deux contrats associant le corail mercader au tor de tall, dont la valeur est fort opportunément comme en 1400 : voir le tableau 48, p. 373). Le prix obtenu et les quelques renseignements recueillis au sujet du corail mercader pourraient amener à déduire que cette variété ne faisait qu’un avec le corail torajat ; ils sont pourtant bien distingués dans une commende de janvier 1404 (AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes [septembre 1402 - avril 1406], f° 45v°).

223 Vocabulario del comercio medieval, p. 279 : les branches et les boutons atteignent bien une valeur équivalente, environ quatre fois supérieure à celle du corail tor ; les fluctuations de prix du corail torajat et la terminologie divergente — corail cruu d’une pan et torajat de l’autre — empêchent ensuite de poursuivre le parallèle entre les deux séries, mais dans les deux cas les troncs occupent clairement le bas de la hiérarchie. Cette comparaison prouve donc que les valeurs obtenues doivent être assez proches des prix pratiqués à la fin du XVe siècle à Barcelone.

224 Je m’étais efforcé de démontrer l’inverse dans un article intitulé « Un élément clef de la puissance commerciale catalane » (p. 112) ; mais les données nouvelles entre-temps collectées, notamment dans le registre du dret d’eixides de la Generalitat, m’ont amené à réviser ce point de vue.

225 Voir le tableau 49, p. 374.

226 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 378, définit ainsi les critères déterminant la valeur du corail : « Corallo pulito, quanto è più vermiglio e più pulito e piue grandi branche, tanto è migliore e tanto vale meglio. Corallo non palito, quanto è più rosso e più grossetto e non troppo minuto […], tanto vale meglio. »

227 A. Al-Dimashḳī, Éloge du commerce, pp. 31-32.

228 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, p. 442 ; E. Ashtor n’indique cependant ni la date, ni sa source avec précision (« D’après les listes de prix de la maison Francisco Datini ») ; en outre, il ne précise pas s’il s’agit de livres sottile ou grosse, de sorte qu’il est impossible de tenter de calculer le profit entre ce prix de vente en Syrie et la valeur d’achat à Barcelone.

229 AHPB, Bernat Nadal, Plec de documentació diversa (1386-1428), 28 février 1391.

230 Voir supra le tableau 45, qui présente les principales commendes (pp. 368-369).

231 Voir ibid., et le tableau des quantités de corail chargées sur les navires catalans, dans D. Coulon, « Un élément clef de la puissance commerciale catalane », pp. 144-148.

232 Il s’agit de Ramon Alguer, Gispert Ballester, Bernat Fabre, tous trois « courtiers d’oreille », de Berenguer Des Cortell, Llorenç Massana, Bernat Ortal, Ramon de Perets, Ramon Pujol, Miquel Roure, marchands, et d’Arnau Pere et Berenguer Martí, corailleurs.

233 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 403 ; le premier document publié par L. Camos Cabrujas, « Referencias documentales en torno al tráfico del coral en Barcelona », p. 160, fait également apparaître, en janvier 1404, un corailleur convers du nom de Joan Ballester En Sicile, les juifs s’étaient également spécialisés dans la taille du corail et, par voie de conséquence, dans sa commercialisation ; voir G. Bresc-Bautier, « Le corail sicilien dans la Méditerranée médiévale », pp. 186-187.

234 F. Plazolles-Guillen, « Les courtiers de commerce à Barcelone au XVe siècle », pp. 129-133 : « De l’oreille comme métaphore du secret : […] il s’agit bien de courtiers d’oreille, dont l’instrument de travail est cet organe » qui symbolise à la fois l’écoute et le secret qui devaient entourer toute affaire.

235 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (sept. 1393 - oct. 1397), f° 121v° (31 mai 1396) ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 54r° (27 janvier 1400) et 154r° (9 septembre 1404 ; et AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 69r° (8 juin 1409). Le premier des contrats révèle, de façon tout à fait exceptionnelle, le nom juif de ce marchand.

236 AHPB, Joan Nadal, Manual de comandes (novembre 1388 - mai 1389), f° 14v° ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 90r°2 ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 22v°1 ; AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), ffos 27v°3, 60r°2 et 69v°2 ; ACA, Generalitat, reg. G.186.1 bis, f°100r° ; Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, no 33. Par ailleurs, l’un des documents publiés par L. Camos Cabrujas, « Referencias documentales en torno al tráfico del coral en Barcelona », doc. ii, prouve que les deux commendes contractées le 6 août et le 9 septembre 1404 (AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], f° 146v° et 160r°) ont été pour l’essentiel investies en corail — les contrats ne précisaient pas la nature des marchandises commercialisées. Cl. Carrère a par ailleurs relevé d’autres opérations menées par cet homme d’affaires, toujours dans le négoce du corail mais sans rapport avec l’Orient méditerranéen, en 1400 et 1411 (Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 400, n. 4 et p. 404, n. 3).

237 Dans une sentence du 8 février 1421 en sa faveur, il est précisé que Leonardo était fils et héritier de feu Guido de Doni, marchand de Cagliari (ACA, Cancelleria Reial, reg. 2784, ffos 155v°-156v°). Le lien de parenté avec Gherardo de Doni, patron de plusieurs navires transportant du corail vers le Levant (1407-1408 et 1411), est signalé par Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 232, n. 2. Concernant les fiefs de ce dernier dans la région de Marmilla, voir ACA, Cancelleria Reial, reg. 2228, ffos 50-52 ; ACA, Cancelleria Reial, reg. 2398, ffos 1 et 12v°-13r°, etc. ; voir en outre à son sujet l’article de Francesco Artizzu, « Registri e carte reali di Femando I, re d’Aragona », Archivio Storico Sardo, 25, 1957, pp. 216-318 (je remercie Cécile Crabot de m’avoir aimablement communiqué ces références).

238 Leonardo de Doni était marié à Caterina Partagás, fille de l’honrat Pere Partagás, marchand d’Alghero (AHPB, Joan Nadal, Liber notularum instrumentorum contractuum comunium [avril 1429 - janvier 1430], f° 41r°-v°). À propos des campagnes de pêche organisées par Pere Partagás, voir L. Camos Cabrujas, « Referencias documentales en torno al tráfico del coral en Barcelona », doc. v.

239 Commendes investies en corail à destination de l’Égypte et de la Syrie : voir AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 187r° (16 juin 1397) ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 98v° (26 novembre 1400) ; AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 18v° (26 novembre 1401) ; AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), ffos 154v° et 163v° (9 et 10 septembre 1404) ; et AHPB, Bernat Sans, Manual de comandes (août 1428 - octobre 1430), f° 16v°2. Assurances de corail transporté vers l’Orient méditerranéen : A. Garcia i Sanz et M. T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona, t. II, doc. 157 ; et AHPB, Bartomeu Masons major, Manual d’assegurances (juillet 1428 – décembre 1429), ffos 59v°-60r° et 99r°-v°. La longue période qui s’écoule entre les deux séries de documents peut toutefois faire douter qu’il s’agisse bien du même personnage.

240 Joan et Jaume Des Quer : voir AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - novembre 1417), ffos 58v°, 59v° et 62r° ; AHPB, Bernat Sans, Manual de comandes (août 1428 - octobre 1430), ffos 16v°3 et 16v°4 ; Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, no 72 (commendes investies en corail pour l’Égypte et la Syrie) ; et Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 405 (liens avec la Sardaigne). Pere Gual : voir AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - novembre 1417), ffos 9v°, 35r° et 60r° (commendes investies en corail pour l’Égypte et la Syrie) ; AHPB, Bartomeu Masons major, Manual d’Assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), ffos 68r°-v°, 84r°, 114r°-115v° ; et M. Del Treppo, « Assicurazioni e commercio internazionale a Barcellona », doc. 70, pp. 66-67 (assurances de corail sarde transporté vers Barcelone).

241 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 38v° (16 mai 1394 ; Pere de Casasaja), f° 146v° (2 juin 1396 ; Joan de Junyent) ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 53v°-54r° (27 janvier 1400 ; Pere de Casasaja), f° 169r° (17 septembre 1404 ; Bernat de Gualbes), f° 162r° (10 septembre 1404 ; Manuel de Gualbes) ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 12v° (5 avril 1403 ; Bernat de Casasaja), f° 39v° (29 novembre 1403 ; Bernat de Casasaja) et folio non numéroté et non relié en fin de minutier (19 mai 1403 ; Pere de Casasaja).

242 Voir les documents de la Geniza cités par S. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, pp. 107, 215, 247-48, 280-81, 284, 286, et Id., The Jewish Communales of the Arab World, t. I, pp. 99-100, 153-154. Dans son traité financier datant de la fin du XIIe siècle, l’Égyptien al-Makhzūmī mentionne également le corail parmi les importations en Égypte (Cl. Cahen, « Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale », pp. 227 et 229).

243 Muḥammad al-Nuwayrī, Kitāb al-Ilmām fī mā djarat bihi l-aḥkām al-maḳdiyya fï wāḳi āt al-Iskandariyya, éd. Aziz S. Atiya, Hyderabad, 1968-1973 (7 vol.) ; les informations reprises ci-dessus sont partiellement traduites par P. Kahle, « Die Katastrophe des mitellalterlichen Alexandria », p. 149 ; et rapportées par S, Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 298.

244 Cité par S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 316.

245 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 458, et M. Gaudefroy-Demombynes, La Syrie à l’époque des Mamelouks, pp. 44-45 (allusion aux artisans de Damas, d’après al-’Umarī).

246 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p, 469, et J.-Cl. Garcin (dir.), États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, p. 325.

247 G. Lavergne, « La pêche et le commerce du corail à Marseille aux XIVe et XVe siècles », pp. 205-206 ; G. Bresc-Bautier, « Le corail sicilien dans la Méditerranée médiévale », pp. 185-186.

248 G. Bresc-Bautier, « Le corail sicilien dans la Méditerranée médiévale », p. 185. Sur les liens commerciaux entre communautés juives de Méditerranée à la fin du Moyen Âge, voir E. Ashtor, « The Jews in the Mediterranean T rade in the Later Middle Ages ».

249 On notera que l’usage du corail à des fins pharmacologiques est également attesté par les sources occidentales ; voir le livre de comptes d’un pharmacien barcelonais de la fin du XIVe s. dont Carles Vela i Aulesa a effectué la transcription et l’analyse dans L’obrador d’un apotecari medieval segons el llibre de comptes de Francesc Canes., f° 97. La médecine de l’époque attribuait au corail bien d’autres propriétés curatives ; voir notamment Jutta Schönfeld, Über die Sterne. Das 14. Kapitel aus dem « Kitâb al Murshid » des Muhammad Ibn Ahmad al-Tamīmī, Fribourg, K. Schwarz, 1976, pp. 71-76 et 164-167 ; Julius Ruska, Das Steinbuch aus der Kosmograpbie des Zakarijā ibn Muḥammad ibn Maḥmūd al-Ḳazwīnī, Heidelberg, 1895-1896, pp. 56-37 ; et l’article « Mardjān » dans l’Encyclopédie de l’Islam.

250 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 610.

251 Au cours de la première moitié du XIVe siècle, alors que la pax mongolica avait consolidé un axe d’expansion commerciale à travers l’Asie Centrale, le corail était effectivement signalé par plusieurs manuels de commerce occidentaux dans les principales étapes de ce parcours et jusqu’en Chine ; voir le manuel de commerce florentin anonyme publié par R.-H. Bautier, « Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient au Moyen Âge », pp. 313-319 ; et F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 26, 35 et 77. Au cours des années 1420, une taxe frappait tes transports de corail entre le port de Djeddah, qui était alors passé sous la domination des sultans du Caire, et l’Inde (R.T. Mortel, « Taxation in the Amirate of Mecca during the Medieval Period », p. 13).

252 R.-H. Bautier, « Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient au Moyen Âge », p. 315. G. Bresc-Bautier, « Le corail sicilien dans la Méditerranée médiévale », p. 185, signale également, à propos du corail sicilien, qu’il servait « en Orient pour les “chapelets” bouddhiques et musulmans ».

253 J. Heers, Gênes au XV siècle, p. 378, affirme bien à propos du commerce de Gênes, que le corail constituait « une précieuse monnaie d’échange » avec les épices.

254 Histoire naturelle, XXXII, ii.

255 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II p. 610 ; pour la commercialisation du corail en Orient et en Extrême-Orient à l’époque moderne, voir également F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. I, p. 495.

256 É. Baratier et F. Reynaud (coord.), De 1291 à 1480, pp. 238-241.

257 Excepté les douanes de Gênes en 1376-1377 (J. Day, Les douanes de Gênes, pp. 234, 283, 316, 323, 371, 396, 518, 661-62, 696, 750-751, 794 et 831), les sources et la documentation italiennes mentionnent en effet plus que rarement la commercialisation de corail vers l’Orient méditerranéen à cette époque ; seuls quelques documents provenant des archives Datini mentionnent du corail commercialisé en Syrie durant les années 1390 ; voir E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, pp. 371 et 442 ; et également S. de Ricci, Il manuale di mercatura di Saminiato de’ Ricci, p. 122. Il est par ailleurs significatif de constater que les tarifs vénitiens et florentins de marchandises qui furent établis à Damas et Alexandrie en 1386, 1419 et 1424 ne mentionnent pas le corail (F. Melis, Documento per la storia economica dei secoli XIII-XVI, doc. 93-94, pp. 318 et 320).

258 J. Heers, Gênes au XV siècle, pp. 426-429 ; et Philippe Gourdin, « La première intervention européenne dans l’exploitation du corail maghrébin. Les Catalans et les Siciliens à Tabarka (1446-1448) », Anuario de Estudios Medievales, 27(2), pp. 1021-1044, spéc. pp. 1022 et 1042.

259 Les ouvrages de W. Heyd et E. Ashtor sur le commerce du Levant, le dictionnaire de F. M. Alcover et F. de B. Moll ou le manuel de commerce catalan publié par M. Gual Camarena, qui constituent autant de références de base, le plus souvent indispensables, confondent pourtant ces deux matières ; voir W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 571-574 ; E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 164 ; A. M. Alcover et F. de B. Moll, Diccionari català-valencià-balear, article « Ambre » ;et M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 74, n. 23. A. Al-Dimashḳī, Éloge du commerce, p. 33, paraît également confondre ces deux matières puisqu’il affirme tout d’abord que « ses qualités les plus appréciées […] sont la blancheur », puis que « s’il est de bonne qualité, il doit être […] d’une couleur qui tend vers le noir », ce qui est pour le moins contradictoire. Cette confusion est entretenue d’une part par l’origine maritime des deux substances et par l’étymologie du terme, dérivé de l’arabe anbar (désignant le cachalot) et utilisé dans les deux cas. F. B. Pegolotti, Lapratica della mercatura, p. 412, utilise aussi le même terme pour l’ambre gris ou jaune, mais A, Evans a bien montré que la description et l’usage imposaient de distinguer deux matières différentes.

260 W. Heyo, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 571-573.

261 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 74 et index p. 218. On rencontre également ce parfum parmi les produits commercialisés par les marchands de la Geniza à la fin du XIe siècle, en Égypte ; voir S. D. Goitein, The Jewish Communities of the Arab World, t. I, pp. 153-154.

262 A. M. Alcover et F. de B. Moll, Diccionari català-valencià-balear, article « Ambre » ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 17v°5 (trois « fils de patrenostres de lambre groch »). Voir en outre T. Lewicki, « Écrivains arabes du IXe au XVIe siècle traitant de l’ambre jaune de la Baltique et de son importation en pays arabes », pp. 1-2.

263 Ibid.

264 Ibid., p. 4 ; ce terme était en fait dérivé du persan.

265 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 375-376 ; M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 78 ; cet auteur fournit dans son index d’autres exemples plus tardifs d’un produit lui aussi appelé carabe mais qui n’avait semble-t-il rien à voir avec l’ambre jaune ; c’est probablement ce qui l’a dissuadé d’identifier le carabe avec ce dernier article (ibid., p. 227).

266 E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, p. 107. On remarquera que l’ambre est, après les draps, la deuxième marchandise exportée d’Occident citée par Emmanuel Pilori.

267 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », f° 155r°.

268 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 164, relève les mêmes parcours pour l’ambre commercialisé en Égypte et en Syrie par les Vénitiens (les lieux d’origine cités indiquent clairement qu’il s’agit d’ambre jaune et non d’ambre gris).

269 AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), f° 82v°3. Pour les « lapidibus de latovaris », voir M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval arricie « Perles », p. 391 ; A. M. Alcover et F, de B. Moll, Diccionari català-valencià-balear, article « Lletovari » ; et Du Cange, Glossarium, article « Electuarium ». Ces pierres avaient manifestement un usage médicinal.

270 AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 6v°1 (1394) ; AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 73v°2 (1395) ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 64r°1, 98v°1 (1400), et 130r° (1403) ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 17v°5 (1403) ; AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 70v°3 (1409).

271 Citées par E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 164.

272 Voir par exemple le manuel de commerce florentin anonyme de 1315, qui signale la vente de corail, d’ambre « a modo di pater nostri » et d’argent en mer Noire, en Petite Arménie, à Damas et jusqu’en Chine ; et R.-H. Bautier, « Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient, au Moyen Âge », pp. 314-315 et 319. Voir également F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 78 (Chypre) ; et E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 164 (archives du Sénat vénitien et de la compagnie Datini).

273 T. Lewicki, « Écrivains arabes du IXe au XVIe siècle traitant de l’ambre jaune de la Baltique et de son importation en pays arabes », pp. 38-39.

274 Ibid., p. 29, selon le témoignage d’al-Ḏjāfiḳī. rédigé en 1034 ou 1035.

275 Son importance dans ce domaine en Catalogne fut telle que le safran, plante de la famille des crocus, a donné son nom à la couleur jaune en catalan : groc.

276 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 412 ; W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 668-669.

277 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 412.

278 CL Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 343.

279 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 62 (tarifs des leudes de la ville de Barcelone, du 21 janvier 1222).

280 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 351.

281 S. D. Goitein, The Jewish Communities of the Arab World, I, pp. 153-154; Cl. Cahen, « Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale », p. 227. A. Al-Dimashḳī, Éloge du commerce, p. 34, mentionne également le safran dans son manuel de commerce (fin du IXe s. - fin du XIIe s.).

282 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 64.

283 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 14-15; et Zibaldone da Canal, éd. A. Stussi et F. C. Lane, pp. 63 et 65.

284 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 376 ; et E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 162-163.

285 Voir le manuel florentin anonyme des environs de 1315, partiellement publié par R.-H. Bautier, « Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient, au Moyen Âge », pp. 313-319 (la commercialisation du safran est même attestée jusqu’aux lointaines cités d’Urgendj et de Saraï, en Asie centrale) ; F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, passim, voir index p. 434 ; S. de’ Ricci, Il manuale di mercatura di Saminiato de’ Ricci, p. 122. La « pratica di mercatura » datiniana, éd. C. Ciano, pp. 50 et 132, etc.

286 Et seulement 2,9 % du total des marchandises exportées par cette compagnie vers Chypre, Beyrouth et Alexandrie au cours de la même période (J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecencista barcelonesa », f° 154r° et graphique 4, p. 309).

287 AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), ffos 81v°-102r° ; et AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (mai 1349), f° 14r°. Par chance, la plupart des contrats mentionnent en effet le poids du safran confié en commende (seuls trois ne le précisent pas).

288 AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r°, 23r°, 47v°, 55r°, 61v°, 80r°, 93r° et 116v°.

289 AHPB Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1385), f° 35v°2.

290 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2314, ffos 88v°-90r°.

291 F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, doc. 93, p. 318.

292 On peut relever au moins 39 commendes à destination de l’Égypte et de la Syrie en 1398, 32 en 1398 et seulement 36 pour les deux années 1401 - 1402, contre 136 en 1396 ou 154 en 1400, mais 17 seulement en 1393, année au cours de laquelle deux commendes investies en safran peuvent pourtant être relevées.

293 Soit au total 38 livres —ou un peu plus de 15 kg — et 4 costals dont le poids n’est pas précisé, mais qui n’était sans doute pas négligeable ; voir AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 29r°1 ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), P 127v° ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), P 29r°2. Les costals constituaient un contenant de capacité indéterminée, notamment utilisés pour le transport du safran (M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 269). Dans un contrat du 27 octobre 1413, 6 costals contenaient 8 quintaux, 2 arrobes et 23,5 livres de safran, soit 358 kg (AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum [avril 1406 - janvier 1414], f° 98r°). Ces données ne correspondent en rien à la description et à la capacité données par Cl. Alsina i Català, G. Feliu i Montfort et Ll. Marquet i Ferigle, Pesos, mides i mesures dels Països Catalans, p. 146 (costal).

294 Soit 65 livres et une aluda de safran, relevées dans quatre contrats seulement. Une aluda contenait 20 à 50 livres de safran selon Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 342. Cette capacité pouvait cependant être encore inférieure : voir ACA, Generalitat, reg. G 186.1 bis, f° iiiv° (deux aludes de safran contenant seulement vingt livres au total).

295 Car l’échantillon de commendes pour l’Égypte et la Syrie atteint le nombre de 95 en 1405, 62 en 1406 et 85 l’année suivante. De plus, les données du dret d’eixides complètent la documentation notariale en 1407 ; elles ne font état d’exportation de safrans que pour la somme très modique de 39 livres ; voir ACA, Generalitat, reg. G. 186.1. bis, ffos iiiv° et 113v°.

296 S. de’ Ricci, Il manuale di mercatura di Saminiato de Ricci, p. 122 (Damas, 1396) ; La « pratica di mercatura » datiniana, éd. C. Ciano, p. 50 (Alexandrie), par exemple.

297 La quantité précise est de 1.762,5 livres, auxquelles il faut ajouter cinq costals et un ballonum, dont le poids n’est pas mentionné.

298 Pour 1408-1409 :170 livres (soit 68 kg) et une balle de poids non précisé, le tout consigné dans sept contrats. Pour 1413-1414 :385 kg et deux ballons de poids non précisé, en cinq commendes.

299 Et une valeur de 118 livres 3 sous 2 deniers (Bibl. de Catal., Junta de Comen, reg. 199 V, no 130).

300 F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, doc. 93 et 94, pp. 318 et 320.

301 Deux commendes attestent à nouveau l’exportation d’un peu plus de 150 kg de safran vers Rhodes et Alexandrie (AHPB, Bernat Sans, Manual de comandes [août 1428 - octobre 1430], ffos 15r°3 et 16v°1), de même qu’une assurance (couvrant également d’autres marchandises) pour une aluda de safran de la terra pesant quinze livres à destination de Rhodes (A. Garcia i Sanz et M.T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona, t. II, doc. 154).

302 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 348-349 et tableau II, p. 420 ; R. Salicrú i Lluch, El tràfic de mercaderies a Barcelona, pp. 180-182. Les quantités relevées dans les registres du dret dels alemanys sont toujours supérieures à 2.800 livres (soit 1.120 kg), sauf en 1437-1439 ; celles de 1430-1431 dépassent même les 10.000 livres. Il faut évidemment nuancer cet écart des chiffres entre les deux débouchés, par la différence de nature des sources qui permettent de les déterminer : documentation fiscale, sans doute très complète dans le cas des relations avec l’Empire, et contrats de commendes dispersés, dont un grand nombre ne nous est pas parvenu, pour le commerce avec l’Orient méditerranéen.

303 G. di A. Da Uzzano (coord.), La pratica della mercatura, p. 110 ; G. di L. Chiarini, Libro di mercatantie et usanze de’ paesi, p. 146.

304 Cl, Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 347, n.3.

305 Ibid. On relèvera toutefois qu’en 1394, exceptionnellement, son prix était inférieur à celui du safran mercader.

306 A. M. Alcover et F, de B. Moll, Diccionari català-valencià-balear, article « Horta » 2°.

307 F. Melis, Documenti per la storia economica det secoli XIII-XVI, p. 312, doc. 90.

308 Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 347, n. 3.

309 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 347-348.

310 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, p. 432.

311 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 342.

312 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 94,

313 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 163v° et 179v°.

314 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval articles « Alcofoll » (p. 195), « Argent viu » (p. 214), Plom » (p. 395) et « Stany » (p. 432) ; et Id., El primer manual hispánico de mercadería, voir les mêmes termes dans l’index ; le plomb qui provenait de Sardaigne était le plus onéreux, selon ce manuel de commerce ; ceux de Falset et de Tarragone étaient de bonne qualité, mais inférieurs au premier (ibid., p. 103). Voir aussi Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 352-356.

315 Cl. Carrère signale pourtant que ce minerai pouvait aussi parvenir à Barcelone depuis le Proche-Orient ; cependant, les sources notariées dépouillées ne confirment pas d’échanges dans ce sens et on notera que Cl. Carrère elle-même cite pour référence un seul document des archives Datini, qui indique un prix pour le cuivre d’Alexandrie vendu à Barcelone, tout en précisant qu’on n’en trouvait pas alors dans la Cité Comtale (Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 353). Une commende barcelonaise mentionne certes du cuivre parmi les marchandises à importer, mais elle est à destination de Rhodes, AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - novembre 1417), f° 76r° (17 mai 1417).

316 S. D. Goitein, The Jewish Communities of the Arab World, t. I, p. 154 ; et Id., Letters of Medieval Jewish Traders, pp. 17-18, p. 103 et spécialement p. 215 (liste des marchandises de la péninsule Ibérique). Les mêmes types de métaux sont également cités dans le manuel de commerce d’A. Al-Dimashki, Éloge du commerce, pp. 38-39 (fin IXe-fin XIIe s.).

317 Zibaldone da Canal, éd. A. Stussi et F. C. Lane : cuivre et étain en vente à Alexandrie, p. ; manuel florentin anonyme de 1315 : mêmes métaux en vente sur les principales places de commerce de Méditerranée orientale, d’Asie centrale et de Chine, auxquels il faut ajouter le plomb et le fer au Caire, voir R.-H. Bautier, « Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient, au Moyen Âge », pp. 313-319 ; F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 63-64, 70 et 77 : étain et cuivre présents sur les principaux marchés orientaux, de même que le mercure à Acre et le plomb à Alexandrie ; M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, voir l’index aux entrées « Argent viu » (p. 220), « Coure » (p. 257), « Plom » (p. 249) et « Stany » (p. 257).

318 J. Trenchs Odena, « “De Alexandrinis” », pp. 245-252.

319 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », ffos 150v° et 154r°. Seul le cuivre, dont les quantités exportées sont les plus faibles (10 cantars, 2 ròtols et 16,5 livres), était destiné à Beyrouth.

320 Voir graphique 4, p. 309.

321 Ces quantités de métaux avaient été confiées par Guillem Costabella avec 38 pièces de draps, pour une somme globale de plus de 368 livres (AHPB, Jaume Ferrer, Liber [mars-mai 1349], f° 93r°1).

322 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r°, 23r°, 47v°, 55r°, 61v°, 80r°, 93r° et 116v°. Seul le cuivre n’est mentionné que dans le contrat du 3 juillet 1355 à destination d’Alexandrie (f° 61v°).

323 AHPB, Bernat Nadal, Secundus libercomandarum (décembre [397 - août 1403), f° 151v° (9 septembre 1404).

324 Trois commendes investies en mercure en avril 1395 ne totalisent qu’un peu moins de 200 kg et 2 barquins (voir AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], ffos 62r°3, 73r°3 et 73v°3 ; également mentionnées par Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 356, n. 4). L’échantillon de documents n’est pas assez fourni pour permettre de déterminer le poids d’un barquí ; d’après les comptes de la compagnie Mitjavila, un barquí pèse un peu plus d’un quintal ; d’après le contrat instrumenté par B. Nadal (AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], f°73v°3), son poids serait de plus de sept arrobes, soit près de deux quintaux). Trois autres contrats mentionnent également des exportations d’étain vers le Levant — soit un peu plus de 1.455 kg, auxquels s’ajoutent 3 garbis — en septembre et octobre 1404 (AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], ffos 153v° et 181r ; et AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes [septembre 1402 - avril 1406], f° 64r°2).

325 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 133r°, et J. Ainaud, « Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i Alexandria », pp. 330 et 334.

326 E. Ashtor Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 124, 126, 136, 143-144, 158-160.

327 Voir la note 317 et F. Melis, Documenti per la storia economica del secoli XIII-XVI, doc. 93, p. 318 et 94, p. 320; S. de’ Ricci, Il manuale di mercatura di Saminiato de’ Ricci, p. 120; G. di A. Da Uzzano (coord.), La pratica della mercatura, pp. 110-114.

328 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages. pp. 126 et 151: « The shipments of metals were apparently much less important than those carried by the Italian merchantmen, since the Catalans bad no access to regions that supplied the Italians with great quantities of copper and lead. » Sur l’approvisionnement en métaux d’Europe Centrale par les Vénitiens, voir également G. Arnaldi, G. Cracco et A. Tenenti (éd.), La formazione dello Stato patrizio, p. 552.

329 M. Del Treppo, « Antimonium, stibium, alcofoll »; Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 356-357; M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, article « Alcofoll » (p. 195).

330 Cet auteur se fonde sur un manuscrit du XVIIe siècle plagiant en partie le manuel de commerce catalan de 1385 (M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 233). Selon E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 211, le ferreto était. un oxyde de cuivre. F. B. Pegolotti ne décrit pas ce produit. Pour le verdet, voir M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 448.

331 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, article « Ferret » (p. 316) ; et Id., El primer manual hispánico de mercadería, pp. 82 et 233.

332 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, articles « Vermelló » (p. 449) et « Tàrtar » (p. 437) ; Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 460.

333 Les marchands italiens exportaient en outre du réalgar, que l’on ne trouve jamais dans la documentation barcelonaise, voir E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 211-212 ; F.B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 70 (Alexandrie) et p. 77 (Chypre) ; G. di A. Da Uzzano (coord.), La pratica della mercatura, p. 112 (Alexandrie) et p. 114 (Damas) ; F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, doc. 94, p. 320 (Alexandrie).

334 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 236 et 489.

335 S. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, pp. 103, 215 (voir en particulier les notes 12 et 14) et 280; et Id., The Jewish Communities of the Arab World, t. I, pp. 99, 154-155, 197 et 334. Sur la commercialisation du kohol de la Péninsule à la même époque, voir M. Del Treppo, « Antimonium, stibium, alcofoll », pp. 192-193.

336 M. Del Treppo, « Antimonium, stibium, alcofoll », p. 196.

337 Soit vers le milieu du XIIIe siècle pour le verdet et le vermillon et vers le dernier quart du même siècle pour le tartre et le ferret ; voir M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, références pp. 195, 316, 437 et 448-449 ; et M. Del Treppo, « Antimonium, stibium, alcofoll », p. 196.

338 AHCB, Fons Municipal, Llibre del Conseil, f° 15 ; signalé par P. Voltes Bou, « Repertorio de documentos referentes a los cónsules de Ultramar y al Consulado de Mar », p. 29. Le document date du 5 février 1302, mais l’antimoine et d’autres marchandises non précisées avaient été déposés à la douane d’Alexandrie quinze ans auparavant.

339 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 102.

340 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r°, 23r°, 47v°, 55r°, 61v°, 80r°, 93r° et 116v°.

341 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), f° 61r° ; nolis pour Alexandrie du 3 juillet 1355. La nef de Joan Garcia partie pour Chypre en novembre 1357 emportait pour sa part 196 coffes d’antimoine (Cl.-G. Maubert, « Le mouvement du port de Barcelone pendant l’hiver 1357 », p. 683).

342 ASG, Notai antichi, Raffaele Casanova, 1/10 (30 mai 1388) : de l’antimoine, des draps et de la lavande étaient chargés sur la nef du Génois Raffaele Vatacio, à Barcelone et Majorque, à destination d’Alexandrie (un trou empêche malheureusement de lire la quantité d’antimoine chargée : il s’agit de 400 « d…tas » ; document aimablement communiqué par D. Duran i Duelt) ; ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg.2314, ffos 88v°-90r° (3,7 quintaux de verdet chargés sur le pàmfil royal, parti pour Alexandrie en mai 1374) ; AHPB, Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1385), ffos 56r°3 et 77r°5 (3 août 1374 et 18 juillet 1379).

343 M. Del Treppo, « Antimonium, stibium, alcofoll », p. 197; Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 356.

344 AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 5r°2 (12 mai 1394) ; AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 61r°2 (22 septembre 1408) ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Quartus liber manuale comendarum (janvier 1414 - janvier 1417), f° 16r°3 (3 décembre 1414).

345 A. Garcia i Sanz et M. T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona, t. II, doc. 143 et 153 ; pour la commende correspondant au second contrat d’assurance, voir AHPB, Bernat Sans, Manual de comandes (août 1428 - octobre 1430), f° 16v°4. (Les assurances avaient déjà été signalées par M. Del Treppo, « Antimonium, stibium, alcofoll », p. 197 ; et Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 357).

346 Ibid., t. I, p. 357.

347 M. Del Treppo, « Antimonium, stibium, alcofoll », pp. 197-198.

348 AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 77v°2; et AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 61r°2.

349 AHCB, Fons Notarial, IX. 13 Documents mercantils (anys 1421-1449). Liasse de cinq folios portant la date de 1433-1434.

350 Voir l’équivalence entre le quintal de Damas et celui de Barcelone, dans M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 276 (1 quintal de Damas et de Tripoli = 3 quintaux et 21 livres de Barcelone).

351 L’unité monétaire alors utilisée était alors le ducat corent de Damas, subdivisé en 32 dirhams.

352 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, pp. 82 (ferret) et 99 (verdet et vermillon).

353 S. D. Goitein, The Jewish Communities of the Arab World, t. I, p. 154 ; toutefois, ces articles ne sont pas signalés dans A. al-Dimashḳī, Éloge du commerce (du IXe s. au XIIe s.).

354 Voir le témoignage d’al-Maḳrīzī dans A. Raymond et G. Wiet (éd.), Les marchés du Caire, pp. 196-197 ; voir également M. T. Mansouri, « Les communautés marchandes occidentales dans l’espace mamlouk », pp. 95-96 ; E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 8 ; et F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 71, qui affirme que toutes sortes de peaux (« pilliceria tota ») se vendaient à Alexandrie vers 1340.

355 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, articles « Anyels » et « Anyines » (pp. 209-210), « Cunils » (pp. 290-291), « Erminis » (pp. 301-302) et « Vayr et Uayres » (p. 446) ; également, R. Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Âge, pp. 15 (agneline) et 42 (vair).

356 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », pp. 408-481 et 487.

357 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 446, citant Libros de tesorería de la Casa Real de Aragón, éd. E. González Hurtebise, t. I, pp. 59-360. R. Delort classe cependant le vair parmi les fourrures « moyennement précieuses », par opposition aux peaux de martre, de zibeline et de genette, qualifiées de « précieuses » (R. Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Age, pp. 1245-1276).

358 Voir la note 293 et M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 269.

359 Ibid., p. 105.

360 Rappelons qu’il s’agit des mêmes tarifs que pour le safran (AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú [juin 1353 - octobre 1357], ffos 9r°, 23r°, 47v°, 55r°, 61v°, 80r°, 93r° et 116v°).

361 Voir supra p. 301.

362 ACA, Generalitat, reg. G.186.1 bis, f° 103r° ; selon R. Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Âge, p. 433, un dos de vair valait deux fois moins qu’un ventre.

363 ACA, Generalitat, reg. G.186.1 bis, f° 101v° ; AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f° 111v° ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 18r°2, 29v°2, 86v°3 (fourrures de renard) et 82v°3 (peaux de léopard) ; les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila faisaient déjà apparaître deux peaux de léopard (J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », f°148v°). Pour les fourrures de castor, voir cette assurance comprenant entre autres une douzaine de chapeaux en peau de castor (« capells de vebra »), du 8 avril 1428 (AHCB, Fons Notarial, IX. 12 Assegurances marítimes).

364 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f° 35v°3.

365 Dans un autre contrat de 1402, la valeur du « cot d’agnelines blanches atteint le prix légèrement supérieur de 20,7 sous (AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], f° 115r° [il n’est pas précisé si le nolis était inclus dans le prix]).

366 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 284.

367 Commende du 9 septembre 1399 (AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], f° 46r°2).

368 Il arrivait même que le prix du nolis dépassât celui des marchandises (ACA, Generalitat, reg. G.186.1 bis, f° 100v°) : un lot d’agnelines et de peaux de lapin valant 46 livres et 12 sous est grevé d’un nolis de 53 livres.

369 R. Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Âge, p. 1357 ; et AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), f°106r° (deux timbres de 80 peaux) ; ce terme ne figure dans aucun dictionnaire ou ouvrage de référence sur le commerce ou les poids et mesures catalans (A. M. Alcover et F. de B. Moll, Diccionari català-valencià-balear ; M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval ; Id., El primer manual hispánico de mercaderíal ; et Cl Alsina i Catai.à, G. Feliu i Montfort et Ll. Marquet i Ferigle, Pesos, mides i mesures dels Països Catalans).

370 Il atteint en fait 7 livres 4 sous dans la commende de 1396, mais ce prix comprenait la totalité du nolis. Dans le second contrat de 1404, il n’était plus que de 5 livres 2 sous (sans précision quant au nolis). Les contrats suivants fournissent également d’autres prix, incluant à chaque fois la moitié de la valeur du nolis : AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 132r° (5 livres 15 sous), f° 161v° (8 livres 8 sous) ; et AHPB, Tomàs de Belimunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 40v°1 (6 livres et 8 sous).

371 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 21r°5 (4.700 queues pour 19,5 livres, moitié de nolis comprise).

372 R. Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Âge, p. 1240.

373 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 8 et 163-164. Les Vénitiens s’étaient d’ailleurs souciés très tôt d’obtenir des exemptions de droits sur la vente des fourrures dans le sultanat mamelouk (en 1302, ibid., p. 27, puis en 1344, ibid., p. 68). E. Piloti énumère également les mêmes types de fourrures, sans préciser qui les apportait en Égypte, mais il ne pouvait s’agir des Catalans puisqu’en dehors des hermines et, exceptionnellement, des castors les animaux cités n’apparaissent jamais dans ta documentation barcelonaise (E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, p. 108).

374 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 163 ; et R. Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Âge, carte hors texte du commerce des fourrures en Occident.

375 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 359 ; Id., El primer manual hispánico de mercadería, p. 244 ; et A. Al-Dimashḳī, Éloge du commerce, p. 41. Voir également, pour la commercialisation du miel jusqu’en Arabie au XIVe et XVe siècles, R. T. Mortel, « Prices in Mecca during the Mamlûk Period », tableau 11, p. 331.

376 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 17, 23, 25. Zibaldone da Canal, éd. A. Stussi et F. C. Lane, p. 65 ; cette mention dans un manuel de commerce prouve que les circuits vénitiens de commercialisation du miel étaient déjà bien établis.

377 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, signale la vente de miel à Acre (p. 64), en précisant que ce produit pouvait provenir d’Ancône (p. 65), ainsi qu’à Alexandrie (p. 70), où il était également commercialisé par les Vénitiens (p. 74), en Chypre (pp. 77,92 et 97 ; vente par les Anconitains notamment), etc. Voir aussi F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, doc. 94, p. 320.

378 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 90.

379 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », ffos 149v° et 154r°. Dans la seconde référence, il s’agit probablement de 28 quintaux et non de 28 charges ; sans cette correction, en effet, le poids serait supérieur à la première mention d’exportation de miel, alors que le prix des 28 quintaux est inférieur, de même que le nombre de canterets les contenant.

380 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 99 [7], 99 [15], 99 [20], 99 [22], 102 [4], et AHPB Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), f° 96r°1.

381 AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r°, 23r°, 47v°, 55r°, 61v°, 80r°, 93r° et 116v°.

382 AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), f° 61r° (nolis du 3 juillet 1355, à destination d’Alexandrie) ; et Cl.-G. Maubert, « Le mouvement du port de Barcelone pendant l’hiver 1357 », p. 683.

383 AHPB, Jaume Ballester, Manual de comandes (septembre 1363 - juillet 1383), f° 35v°3 (il s’agit en fait dans ce contrat de miel de canya mell, c’est-à-dire de mélasse, ce résidu liquide provenant de la cuisson du sucre) ; et AHPB, Pere Martí, Llibre comú (juillet 1378 - décembre 1380), f° 22r°.

384 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2314, ffos 88v°-90r°.

385 Manual de Novells Ardits, p. 46. En fait, le pirate génois laissa repartir la nef de Nicolau Pujada avec ces 1.000 jarres de miel.

386 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), P 18r°4 (cent jarres pesant 97 quintaux 2 arrobes et 20 livres), f° 45r°2 (96 jarres pour 101 quintaux, 2 arrobes et 11,5 livres) ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402-avril 1406), f° 84r°1 (six jarres pesant cinq quintaux et trois arrobes) ; AHPB, Tomàs de Bellmunt,Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f° 77r° (203 jarres pesant 220 quintaux une arrobe et 19 livres), f° 77 v°2 (93 jarres pour 96 quintaux) ; AHPB, Bernat Sans, Manual de comandes (août 1428 - octobre 1430), f° 14r°2 (420 jarres pesant 402 quintaux et 72 livres), f° 15v°4 (30 jarres pour 50 quintaux, 3 arrobes et 9 onces). B faut évidemment rester très prudent car ces exemples montrent que l’équivalence d’une jarre pour un quintal n’est jamais tout à fait exacte. Tout dépendait sans doute du niveau de remplissage de ce contenant, comme l’indiquent d’ailleurs clairement divers témoignages au cours d’un procès : le marchand Francesc Sa Plana est ainsi accusé de ne pas avoir complètement rempli ses jarres de miel, ce qui lui permettait d’en fixer le prix à 6,5 besants d’or d’Alexandrie alors que ses concurrents les vendaient dans ce port pour huit besants ; il y trouvait ainsi un net, mais déloyal avantage (ACA, Cancelleria Reial, Procesos en folio, leg. 129, no 18, f° 123r° [1375]).

387 Il faut certes redoubler de prudence pour tenter de déterminer le poids d’un canter, sorte de cruche (M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, p. 252), car sa capacité ne peut être calculée qu’à partir de contrats comprenant également des jarres et qui n’indiquent en fait que le poids total du miel confié, sans distinction de contenant. Néanmoins, grâce au calcul du poids d’une jarre (voir note précédente), celui du canter peut être évalué et les quantités totales exprimées dans les deux exemples suivants confirment l’équivalence approximative d’une jarre pour deux canters ; voir AHPB, Arnau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 4v°2 : 296 jarres et 98 canters, pesant 343 quintaux, une arrobe et 21,5 livres ; AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 29r°2 : 61 jarres et 24 canters pesant 71 quintaux, deux arrobes et 21 livres. Faute de certitude, on peut donc adopter cette équivalence d’un demi-quintal pour un canter, du moins comme hypothèse de travail.

388 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), ffos 77r°-78v°.

389 ACA, Generalitat, reg. G.186.1.bis, ffos 103r° et 111r° ; et graphique 5, p. 310.

390 Bibl. de Catal. Junta de Comerç, reg. 199 V et graphique 6, p. 311.

391 AHPB, Bernat Pi, Manual (1419), f° 4r°-v° : nolis pour Rhodes et Jaffa, comprenant entre autres 214 jarres de miel ; le prix du transport d’un quintal de miel y est fixé à quatre sous, soit moins que dans les contrats d’affrètement consignés entre 1353 et 1357 (voir supra le tableau 26 p. 274). AHPB, Bernat Sans, Manual (décembre 1420 - mars 1421), f° 7v°3 : procuration du 8 janvier 1421, révélant qu’Antoni Pujada avait confié en commende 1.501 jarres de miel pour Rhodes en 1419 ou 1420. J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 205 : commende de 150 jarres de miel de Tortosa (août 1421) ; AHPB, Bernat Pi, Manual (mai 1425 - janvier 1426), f° 98r° : assurance de 76 jarres de miel à destination d’Alexandrie (janvier 1426). Le registre du dret de les drassanes, pourtant avare en renseignements sur les marchandises, confirme le maintien de ces exportations de miel au cours des années 1420 (ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, ffos 7r°1, 11v°1, 12r°1, 19v°2 et 32r°2).

392 AHPB, Bartomeu Masons major ; Manual d’Assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), ffos 38r°-v° et 120r°-v° ; AHPB, Bernat Sans, Manual de comandes (août 1428 - octobre 1430), ffos 14r°-15v°.

393 S. de’ Ricci, Il manuale di mercatura di Saminiato de’ Ricci, pp. 104 et 121 ; G. di A. Da Uzzano (coord.), La pratica della mercatura, p. 112.

394 Sur les miels vendus par les Catalans, voir E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 151, 161 et 235 ; sur les miels commercialisés par les marchands italiens, provençaux ou narbonnais, voir ibid., pp. 126, 146, 237-238, 244-245, etc. (et aussi l’index, p. 596).

395 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 319.

396 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), ffos 43r°-v° et 45r° (quatre commendes de 100 jarres) ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f° 78v° (486 quintaux) ; AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - novembre 1417), f° 24v°4 (100 jarres) ; AHPB, Bernat Sans, Manual de comandes (août 1428 - octobre 1430), ffos 14r°2 et 15v°4 (196 et 246 jarres), etc.

397 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 74r°2 ; autres commendes importantes investies en miel de Tortosa : AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f° 77v°2 (96 quintaux) ; J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 205 (150 jarres).

398 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f° 77v°1 (667 quintaux et 2 arrobes, au poids de Peñíscola) ; AHPB, Bernat Sans, Manual de comandes (août 1428 - octobre 1430), ffos 14r°2 et 15r°1 (plus de 402 quintaux).

399 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), ffos 27v°2 et 29r°2 (plus de 71 quintaux) ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f° 77r° (plus de 220 quintaux), etc.

400 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 52r°1 (14 jarres de miel de Balaguer) ; AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - novembre 1417), ffos 21r°3 et 21v°2 (64 jarres et 102 canters de miel de Banyoles) ; AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - novembre 1417), ffos 46v° et 49v°3 (1.961,5 quintaux de Narbonne).

401 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f°58v°2 : huit jarres de miel de Tortosa du mois de mai et douze jarres du mois de septembre (23 août 1409).

402 M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercadería, p. 88 ; et F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 70.

403 Valeurs extrêmes fournies par J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 99 [7] ; et AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404-août 1410), f° 45r°2 ; ce dernier document ne précise cependant pas si le nolis des 101 quintaux, 2 arrobes et 11,5 livres était inclus dans le prix de la commende.

404 AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 18r°4 (le prix du quintal obtenu est en fait de 34,7 sous mais il incluait la moitié du nolis ; sachant que celui-ci était encore de 5 sous par quintal en 1394 [voir M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, p. 737], il convient donc de soustraire 2,5 sous à ce résultat pour obtenir la valeur indiquée).

405 Les unités de quantités ne sont pas précisées pour le miel de Mequinensa dans les deux lettres concernant Alexandrie, mais il devait vraisemblablement s’agir de jarres. Seuls les prix du miel de Banyoles sont fournis en canters et ont donc été reconvertis en jarres dans le tableau 34, selon l’équivalence déjà indiquée de deux canters pour une jarre (voir supra p. 409).

406 AHCB, Fons Notarial, IX.13 Documents mercantils (anys 1400-1420) ; document de 1413 (?).

407 E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, p. 318 : 1396 : 4 à 7 dinars ; 1418 : 4,5 à 5,5 dinars ; 1440 : 6 à 7,5 dinars (l’origine ou la nature de ces « diverses espèces de miel » ne sont cependant pas précisées).

408 M.T. Ferrer i Mallol, « Figues, panses, fruita seca i torrons », pp. 191-194.

409 Éloge du commerce, p. 42 ; on notera toutefois, qu’al-Dimasẖḳī (fin du IXe s. [?] - fin du XIIe s. [?]) ne mentionne pas les noisettes parmi sa liste de fruits secs et séchés, alors qu’il s’agit de la principale de ces denrées exportées par les Catalans vers le sultanat mamelouk aux XIVe et XVe siècles.

410 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc 19.

411 Zibaldone da Canal, éd. A. Stussi et F. C. Lane (fin du XIIIe s.), p. 66, signale la vente à Alexandrie de noisettes, noix et châtaignes provenant de Naples. Le manuel florentin anonyme de 1315 mentionne lui aussi des noisettes, noix et châtaignes de Naples et de la Marche vendues au Caire, à Alexandrie et à Damas (R.-H. Bautier, « Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient, au Moyen Âge », pp. 314 et 319).

412 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, signale la vente de noix, châtaignes, amandes et noisettes de Naples et de Salerne à Acre (pp. 64 et 67), à Alexandrie (pp. 70 et 72-73), à Chypre (pp. 77, 88 et 95) ainsi qu’à Rhodes (p. 105). La « pratica di mercatura » datiniana, éd. C. Ciano, p. 49, mentionne la vente à Alexandrie de noisettes de Salerne. Les listes de prix établies à Alexandrie et Damas, en 1386 et 1419, indiquent également que noix, châtaignes amandes et noisettes se trouvaient effectivement sur les marchés d’Alexandrie (bien qu’aucun prix ne soit mentionné en 1386 pour les noisettes et les châtaignes et que ces dernières aient disparu de la liste de 1419) ; voir F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, doc. 94, p. 320. G. di A. Da Uzzano (coord.), La pratica della mercatura, pp. 110 et 112, signale enfin en 1442, la vente à Alexandrie d’amandes, châtaignes et noisettes des Fouilles, de la Marche et de Provence. Voir en outre E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 23, 139, 162, 230, 237-238, 244-245, etc., ainsi que l’index pp. 594-598 (almonds, chestnuts, fruits, hazelnuts, nuts et raisin).

413 Les noisettes étaient également frappées d’un impôt de 10,5 % à Damas, comme le miel et à la différence des autres denrées, taxées à 3,5 % seulement (F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 90).

414 J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », ffos 150v° et 154v° ; le prix exact est de 540 livres un sou et 9 deniers.

415 M.T. Ferrer i Mallol, « Figues, panses, fruita seca i torrons », p. 198 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc 99 et 101 ; à compléter par AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), f° 96r°1 et 2 ; et AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (mai 1349), f° 7r°2.

416 Le transport des fruits secs est en effet prévu dans des sarries ou des sacs, mais les tarifs des nolis sont aussi donnés au poids (quintal) pour les amenlons, qui étaient de taille plus grosse que les En 1357, la nef de Joan Garcia emportait pour sa part vers Chypre quarante sacs d’amandes et de châtaignes (Cl.-G. Maubert, « Le mouvement du port de Barcelone pendant l’hiver 1357 », p. 683).

417 ACA, Reial Patritnoni, Mestre Racional, reg. 2314, ffos 88v°-90r°.

418 M. T. Ferrer i Mallol, « Figues, panses, fruita seca i torrons », pp. 197-198. Une commende de onze sacs de noisettes peut cependant être relevée en 1363 ainsi qu’une autre, investie en 4,5 quintaux de pignons de pommes de pins, en 1383 (voir ibid., p. 199 ; et AHPB, Jaume Ballester, Manual de comandes [septembre 1363 - juillet 1385], ffos 3r°4 [et 83r°2]).

419 Les costals étaient également utilisés pour les transports de safran et de peaux (sur ces marchandises, voir supra, p. 388 n. 293 et pp. 402-403). Ils pouvaient contenir des quantités très différentes de fruits secs, comme en témoignent les contrats suivants : AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 19r°2 : 34 arrobes et 10 livres d’amandes (soit 357,6 kg), contenues dans deux costals ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Quartus libermanuale comendarum (janvier 1414 - janvier 1417), f° 4r°2 : six charges et deux arrobes (soit 752,8 kg), contenues dans deux costals également ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Quartus liber manuale comendarum (janvier 1414 - janvier 1417), f° 26 °2 : quatre charges, neuf arrobes et treize livres (soit 586,8 kg), contenues dans cinq costals ; Bibl. de Catal. Junta de Comerç, reg. 199 V, no 65, dix-sept charges (soit 2.074 kg), contenues dans dix-sept costals. Les quantités contenues dans un costal d’amandes étaient donc comprises entre une et plus de deux charges ; d’après les équivalences en kilogrammes, l’écart oscillait entre 117,4 et 376,4 kg. Les indications recueillies pour les ponts montrent que la capacité de ces derniers variait entre 131 et 164 kg, voir AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), 22v°4 et 51r°2 ; AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 27v°1.

420 Bibl. de Catal., Junta de Comerç, reg. 199 V, nos 4 et 5 ; la quantité est de trois quintaux et huit livres par sac dans chaque contrat, soit 126,2 kg. Plusieurs autres contrats relevés au cours de cette période (1397-1415), sans préciser le poids des sacs, indiquent un prix à l’unité similaire ou très proche des deux précédents, ce qui tend à confirmer indirectement cette quantité d’une charge environ par sac.

421 Quatre quintaux et dix carratells (ou tonneaux) de pignons en 1400, deux autres carratells en 1402, puis en 1406 ; deux barrils en 1411 et enfin quatre carratells en 1414 ; voir AHPB, B. Nadal, Manual de comandes (sept. 1393 - oct. 1397), f° 74v°2 et 3 ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 72r°1, 80r°-v°, 110r° et 112r° ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f° 10r°2 ; AHPB, Antoni Brocard, Manual (juin-novembre 1411), f° 43r°1 ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Quartus liber manuale comendarum (janvier 1414 - janvier 1417), f° 8v°2.

422 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), f° 39v°1 ; AHPB, Amau Lledó, Llibre de comandes (mai 1394 - janvier 1404), f° 43r°1 ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), ffos 42v°2 et 43v°2.

423 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 18v°2 : cinq ponts d’amandes (mai 1419) ; f° 23r°1 : quantité non précisée d’amandes (août 1419) ; f° 23v°1 : quantité non précisée de noisettes (mai 1421) ; f° 27r°2 : 39 costals de noisettes (octobre 1430) ; f° 32r°2 : deux carratells de pignons (1433).

424 AHPB, Bartomeu Masons major, Manual d’Assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), ffos 13r°2 et 29v°2 : 51 sacs de noisettes assurés à destination de Candie et de Rhodes ; AHPB, Bartomeu Masons major, Manual d’Assegurances (juillet 1428 - décembre 1429), f° 94r°, et AHPB, Bernat Sans, Manual de comandes (août 1428 - octobre 1430), ffos 14r°1 et 16v°4 : 44 sacs à destination d’Alexandrie.

425 M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, pp. 139 et 146 ; les noisettes sont toujours commercialisées par sacs, d’après ces mêmes tarifs douaniers ; on ne peut donc en tirer de conclusion quant à leur prix. Pegolotti range également amandes et noisettes parmi les produits commercialisés en des unités de poids les plus volumineuses : a diana di cantar gervi à Alexandrie, et au cantare à Famagouste (F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, pp. 70 et 77). [Le manuel catalan ne précise pas les unités de poids généralement employées pourla vente des fruits secs.]

426 Bibl. de Cat., Junta de Comerç, 199 V, no 4, 5, 79 et sans numéro : prix compris entre 3 livres 2 sous et 3 livres 6 sous ; exceptionnellement 3 livres 13 sous le sac (décembre 1415). On peut cependant relever une valeur de 3 livres 19 sous le sac en 1388 (AHPB, Joan Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comunium octavum [janvier-juin 1388], f° 36r°-v°). Cependant, les prix mentionnés en 1404 sont compris entre 2 livres 19 sous et 3 livres 2 sous (AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], ffos 176v°, 181r°, 187v° ; et AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum [octobre 1404 - août 1410], f° 1r°). Dans les comptes de la compagnie de Pere de Mitjavila, entre 1334 et 1342, le prix du sac revient, en incluant les frais de chargement sur le navire, à 2 livres et 12 sous.

427 Pour le prix d’un pont, voir AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), f° 83r°2 ; AHPB, Tomàs de Bellmunt, Manual de comandes (septembre 1402 - avril 1406), ffos 22v°4, 73r°3. Pour le prix d’une charge, voir AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - novembre 1417), f° 23r°2 ; et AHPB, Bernat Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comandarum quintum (octobre 1404 - août 1410), f° 51r°2.

428 À cette époque, elle provenait de Tunisie : voir S. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, p. 18 ; Id., The Jewish Communities of the Arab World, t. I, p. 154 ; et Cl. Cahen, « Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale », p. 227.

429 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 160.

430 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc 65 ; et A. E. Sayous, Els mètodes comercials a la Barcelona medieval, doc 26, vingt jarres et une quantité non précisée exportées vers Candie et Chypre en septembre et octobre 1299.

431 R.-H. Bautier, « Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient au Moyen Âge », p. 314 : dans ce document, l’huile de Chatalogna est la seule marchandise vendue en Orient qui provienne explicitement du Principat.

432 Ventes à Chypre d’huile de Majorque et de Séville : voir F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, p. 100 ; ibid. : huile des Pouilles vendue à Acre (p. 66), à Alexandrie (p. 73) et à Chypre (p. 94), huile de Gaète et de Naples commercialisée à Chypre (pp. 95-96), huile de Venise écoulée à Alexandrie (p. 74).

433 AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r°, 23r°, 47v°, 55r°, 61v°, 80r°, 93r° et 116v°.

434 Voir p. 46. Une bota contenait environ cinquante litres (Cl. Alsina i Català, G. Feliu i Montfort et Ll. Marquet i Ferigle, Pesos, mides i mesures dels Països Catalans, p. 125 [article « Bota », 2°]).

435 AHPB, Tomàs de Bellmunt, Quartus liber manuale comendarum (janvier 1414 - janvier 1417), f° 22r°2 (commende dont la quantité n’est pas précisée) ; AHPB, Antoni Brocard, Manuale comune vicesimum octavum (janvier-avril 1426), f° 5r° (assurance, pour 100 ducats, de50 jarres d’huile à destination de Chio ou Alexandrie) ; et ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 27r°2 (transport de 222 jarres d’huile de Majorque, en 1430).

436 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 135-136, 161, 214, 230 et 267. Les douanes de Gênes témoignent aussi des activités de redistribution parles Génois, en 1376-1377, de l’huile « de Yspania » ou d’Italie méridionale vers l’Orient méditerranéen ; voir J. Day, Les douanes de Gênes, pp. 240, 269, 285, 299, 302, 309, 322-323, 339, 353-354, 358, 360, etc. Bien plus tard, vers 1442, le Florentin G. di A. Da Uzzano, signalait encore dans son manuel de commerce, que les huiles de Séville, de Majorque et Tunizesco se vendaient à Alexandrie, ce qui prouve que leur distribution vers le Proche-Orient était toujours assurée par des marchands italiens (G. di A. Da Uzzano [coord.], La pratica della mercatura, pp. 110-111).

437 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 315, n. 3, relève par exemple que la récolte d’huile catalane de 1428-1429 fut particulièrement déficitaire, tandis qu’al-Dimasẖḳī recommande dans son manuel de commerce de ne pas remplir complètement les jarres, « en prévision d’un accident qui casserait une jarre ; on pourrait alors récupérer l’huile déversée pour la répartir dans les jarres intactes » (A. Al-Dimashḳī, Éloge du commerce, p. 41).

438 Une commende vers le Levant conclue en 1397 stipule explicitement que la somme confiée devait être investie en huile de Majorque au cours du voyage, ou en un change (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], f° 158v°). Les 222 jarres embarquées en 1430 d’après les registres du dret de les drassanes avaient en fait été chargées à Majorque : voir ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 27r°2 ; et Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 314. Sur les exportations d’huile de Majorque, voir également P. Macaire, Majorque et le commerce international, pp. 424 et 426.

439 En 1349, huit contrats sont par exemple investis en cette céréale, pour une quantité d’au moins 44 charges et 2 quintaux (soit 5.460 kg), auxquels s’ajoutent seize ponts et cinq costals, dont le poids n’est malheureusement pas indiqué ; le volume total de riz devait donc probablement égaler sinon dépasser celui des métaux exportés cette année-là vers la Méditerranée orientale : voir AHPB, Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), ffos 81r°1 et 95r°3 ; AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (mai 1349), f°7r°2 ; et J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 99 [10], 99 [12], 99 [13], 99 [16] et 99 [19].

440 Bibl. de Catal., junta de Comerç, reg. 199 V, nos 12, 44, 58, 59, 85, 135 et s. n. Voir également le graphique 6, p. 311, concernant l’ensemble des marchandises chargées sur ce navire.

441 Voir par exemple AHPB Jaume Ferrer, Liber (mars-mai 1349), f° 95v°2 et f° 96r°3 ; et J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 99 [16] et 99 [18]. Nolis : voir AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), ffos 9r°, 23r°, 47v°, 55r°, 61v°, 80r°, 93r° et 116v° (voiries rubriques faces, formatges, carna salsa, sardina et tonyina).

442 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2314, ffos 19v°-24r°.

443 Voir pp. 301-302.

444 É. Baratier et F. Reynaud (coord.), De 1291 à 1480, planche hors texte en fin de volume (État des départs à destination du Levant des bâtiments marseillais et languedociens [1379-1410]). Les draps exportés par les Marseillais étaient cependant bien moins nombreux que ceux commercialisés par les Catalans et leur origine était plus variée — on comptait évidemment beaucoup moins de draps de Catalogne et davantage de tissus de France.

445 Exportations de draps de Valence vers Alexandrie : voir J.