Version classiqueVersion mobile

Barcelone et le grand commerce d'Orient au Moyen Âge

 | 
Damien Coulon

Deuxième partie. Les activités commerciales de Barcelone avec L'Égypte et la Syrie

Chapitre V

Les capitaux investis

Texte intégral

  • 1 Sur la méthodologie utilisée pour l’étude des capitaux investis, voir l’introduction du chapitre pr (...)
  • 2 Seuls subsistent les registres du dret d’entrades de septembre à novembre 1404 et de juillet à sept (...)
  • 3 La Romanie génoise, t. II, pp. 674-675.
  • 4 Voir supra, pp. 228-229 ; et D. Coulon, « Le commerce barcelonais avec la Syrie et l’Égypte, d’aprè (...)
  • 5 M. Del Treppo, « Assicurazioni e commercio internazionale a Barcellona », p. 45. L’auteur a indiqué (...)

1Une étude approfondie des flux des capitaux investis1 dans le négoce par les Catalans devrait à l’évidence commencer par situer la place du sultanat mamelouk par rapport aux autres zones commerciales. Il faut cependant se rendre à l’évidence : en dépit de sa richesse, la documentation barcelonaise ne permet pas d’atteindre cet objectif. Il n’existe en effet aucune source fiscale permettant de comparer les investissements vers différentes régions effectués sur plusieurs années consécutives, puisque les registres des droits d’eixides et d’entrades, qui grevaient les marchandises exportées et importées, ont presque tous disparu2. En outre, l’ensemble des contrats de commendes barcelonais ne peuvent être mis à contribution, par exemple selon la méthode élaborée par M. Balard pour la Romanie génoise3, puisqu’ils apportent une vision tout à fait déformée des relations commerciales de ce port, comme nous l’avons constaté précédemment4. En fait, seules les assurances offrent un échantillon de destinations assez représentatif du trafic de Barcelone, mais les minutiers spécialisés dans ce type de contrats sont assez tardifs. Le premier d’entre eux, celui de Bartomeu Masons, couvre les années 1428-1429, situées à la limite du terme chronologique de notre étude. Son analyse détaillée par M. Del Treppo5 permet tout de même de constater que le montant des assurances pour le Levant — c’est-à-dire la Syrie, l’Égypte et Rhodes — atteignait 12,3 % de l’ensemble des opérations consignées dans ce minutier. Seule la Sicile, avec 14,1 %, ainsi que la Flandre et l’Angleterre, qui à elles deux totalisent 20,7 %, surclassaient l’Orient méditerranéen. Les assurances pour cette destination devançaient donc de justesse celles conclues pour Florence (12,1 %), Venise (10,3 %) et Gênes (9,2 %). Cependant, ces données restent évidemment trop ponctuelles et trop tardives pour pouvoir être étendues à l’ensemble de la période étudiée. Dans ces conditions, force est donc de limiter l’analyse aux fluctuations saisonnières, puis à la structure des capitaux et, enfin, à leur vitesse de rotation entre deux opérations commerciales, ce qui nous permettra néanmoins d’étayer plus solidement les lignes d’évolution économique esquissées dans le chapitre précédent.

I. — Les fluctuations saisonnières

  • 6 Avant 1393, la plupart des minutiers ne couvrent pas la totalité d’une année puisqu’ils ne sont pas (...)

2La répartition moyenne des investissements au cours d’une année est particulièrement commode à définir grâce aux contrats de commendes conclus entre 1393 et 1416, puisque les minutiers utilisés au cours de cette période couvrent l’intégralité des années considérées et fournissent d’abondantes séries d’actes notariés pour l’Égypte et la Syrie, ce qui n’est pas toujours le cas des autres périodes6. Les résultats de la quantification des données par mois entre ces deux dates apparaissent dans le tableau 27 et le graphique 2 (voir p. 293).

3La répartition des contrats traduit donc de sensibles variations saisonnières. Deux temps forts se dessinent dans l’année : le printemps, plus précisément les mois d’avril et surtout de mai, qui succèdent à la longue pause hivernale, puis la fin de l’été, soit août et septembre. L’activité se prolonge ensuite, à un niveau moins soutenu mais non négligeable, en octobre et novembre, avant un net ralentissement des opérations de décembre à mars inclus.

  • 7 Voir supra, p. 38.
  • 8 M. Balard, La Romanie génoise, t. II, pp. 689-691 ; la reprise printanière était toutefois plus pré (...)
  • 9 Dans la moyenne des investissements, le « pic » du mois de juin est dû à un très gros contrat compr (...)

4Sans surprise, on constate que le rythme des investissements suit assez étroitement celui des appareillages, et s’explique bien entendu par les mêmes raisons de variations climatiques conditionnant les vents dominants et les récoltes, mais aussi du fait de la concentration, déjà signalée, des départs de pèlerins au printemps7. Ces constats ne sont nullement spécifiques au port de Barcelone, puisque le trafic de Gênes vers la Romanie présente des caractéristiques analogues8. On remarquera par ailleurs que, comme dans le port ligure, les périodes d’activité modérée — hiver et mois de juin-juillet — sont mises à profit par d’importants hommes d’affaires pour conclure des accords dont les montants sont souvent supérieurs à la moyenne9. Inversement, lors des deux phases dynamiques du printemps et de la fin de l’été, ce sont les petites sommes qui prédominent parmi les capitaux investis.

Tableau 27. — Nombre de commendes et moyenne des investissements vers l’Égypte et la Syrie (1393-1416)

Mois

Nombre de commendes

Pourcentage de commendes

Moyenne par commende (en livres)

Janvier

71

4,6

184,33

Février

66

4,2

147,48

Mars

27

1,7

98,00

Avril

153

9,8

120,27

Mai

252

16,2

118,93

Juin

139

8,9

217,85

Juillet

122

7,8

134,73

Août

205

13,2

116,65

Septembre

197

12,7

105,53

Octobre

153

9,8

122,89

Novembre

143

9,2

125,47

Décembre

29

1,8

121,90

Total

1.557

100

Graphique 2. — Nombre de commendes et moyenne des investissements vers l’Égypte et la Syrie (1393-1416)

5Cependant, ce schéma général ne vaut évidemment pas pour chaque année ; on constate par exemple une absence quasi totale d’investissements au printemps entre 1408 et 1412. Sans doute les nombreux pèlerins étrangers à la couronne délaissèrent-ils Barcelone ces années-là en raison de l’installation dans la capitale catalane de l’antipape Benoît XIII, de plus en plus isolé ; l’activité commerciale vers le Levant s’en serait donc elle-même trouvé passagèrement affectée. Inversement, les cas d’investissements pendant l’hiver ne sont pas rares, comme en 1400, puis entre 1403 et 1406, mais également en 1409 et 1411 ainsi qu’en 1414 et 1415. Dans le détail, donc, de nombreuses nuances affectent ce mouvement général.

6De fait, les données partielles collectées dans le seul minutier de commendes antérieur à la période analysée jusqu’ici (1393-1416), celui de Jaume Ballester (1363-1385), apportent également quelques modifications à ces constats généraux. Elles restent cependant à prendre avec précaution en raison du faible nombre de contrats se rapportant à l’Égypte et à la Syrie et, surtout, de leur inégale répartition dans le temps — près de trois contrats sur dix ont été instrumentés au cours de la seule année 1363. Toutefois, l’élargissement des données collectées aux commendes à destination de Chypre permet de pallier partiellement ces inconvénients (tableau 28 p. 295).

  • 10 C’est précisément ce qui se produit en août 1374 : deux gros contrats, l’un de 400, l’autre de 700 (...)
  • 11 Voir supra pp. 182-183.

7La répartition des investissements vers l’Orient méditerranéen entre 1363 et 1385 témoigne d’un décalage des deux temps forts observés au cours des années 1393-1416 : en effet, la reprise printanière ne s’effectue qu’aux mois de mai et juin, tandis que celle de la fin de l’été ne débute ici qu’en octobre, pour se prolonger encore en partie sur le mois suivant Surtout, on notera que l’arrêt des activités paraît complet lors de la pause hivernale, soit de décembre à mars inclus. Cependant, comme pour la période comprise entre 1393 et 1416, les mois de juillet et août, bien que marqués par des investissements totaux limités, sont également mis à profit par d’opulents marchands pour conclure d’importants accords commerciaux — en particulier au cours du mois d’août Enfin, en dépit du faible nombre de contrats relevés, qui invite à considérer ces observations avec prudence — quelques grosses commendes pouvant en effet contribuer à faire augmenter très sensiblement la moyenne sans que le montant atteint reflète pour autant une réelle tendance de fond10 — on notera que les nuances relevées pour cette période (1363-1385) sont en grande partie confirmées par l’évolution du rythme saisonnier des départs de navires, déjà mise en évidence11. Autrement dit, les réticences des marins à affronter en hiver les périls de la mer paraissent avoir joué un rôle nettement plus contraignant au cours de ces années qu’à partir de l’extrême fin du XIVe siècle.

Tableau 28. — Nombre de commendes et moyenne des investissements vers Chypre, l’Égypte et la Syrie, parmi les commendes instrumentées par le notaire Jaume Ballester (1363-1385)

Mois

Nombre de commendes

Pourcentage de commendes

Moyenne par commende (en livret)

Janvier

0

0

0

Février

0

0

0

Mars

0

0

0

Avril

3

2,2

27,8

Mai

15

10,9

46,9

Juin

20

14,5

90,3

Juillet

18

13,0

49,0

Août

7

5,1

185,5

Septembre

6

4,3

61,9

Octobre

49

35,5

52,3

Novembre

20

14,5

23,7

Décembre

0

0

0

Total

138

100

II. — La structure générale des investissements et son évolution

  • 12 Seuls les montants investis dans les nolis n’ont pas été retenus pour établir ce tableau, en raison (...)

8Comme le précédent développement vient de le signaler, les sommes investies dans les contrats barcelonais à destination de l’Orient méditerranéen variaient en effet, dans des proportions importantes. Afin de déterminer la structure des capitaux placés dans le commerce avec l’Égypte et la Syrie, un classement par tranches d’investissements a été établi à partir d’un échantillon de 2.232 contrats de tous types répartis sur l’ensemble de la période considérée, soit entre 1334 et 143012. Une fois de plus, les données en valeurs absolues ne sont présentées qu’à titre indicatif, puisqu’elles sont à coup sûr très incomplètes ; seuls sont véritablement significatifs les pourcentages que l’on peut en tirer. Les résultats obtenus apparaissent ci-dessous dans le tableau 29.

  • 1 La limite inférieure de chaque tranche correspond au chiffre cité, augmenté au minimum d’un denier.

Tableau 29. — Structure des capitaux investis1

Montant
(en livres)

Nombre d’actes

Capitaux investis

Pourcentage d’actes

Pourcentage de capitaux

Moyenne par acte

De o à jo

360

7.135,7

16,1

2,5

19,8

De 30 à jo

485

21.089,6

21,7

7,4

43,5

De 50 à 100

708

50.860,3

31,7

17,9

71,8

De 100 à 200

375

51.384,9

16,8

18,1

137,0

De 200 à 500

204

60.880,7

9,1

21,4

298,4

De 500 à 1.000

69

45.777,8

3,1

16,1

663,4

Plus de 1.000

31

47.097,7

1,4

16,6

1.519,3

Total

2.232

284.226,7

100,0

100,0

127,3

9C’est l’amplitude de l’éventail des sommes engagées dans le commerce avec le Levant qu’il faut en premier lieu souligner : le contraste est en effet saisissant entre les quelques livres fournies par d’humbles et obscurs personnages tout à fait étrangers au monde du grand commerce et les sommes de plus de 1.000 livres baillées par les représentants de l’aristocratie marchande de Barcelone ou même d’autres ports, sans oublier la gamme bien plus vaste de capitaux moyens apportés par des marchands de tous rangs.

  • 13 M. Balard, La Romanie génoise, t. II, pp. 695-696 (l’« aristocratie marchande » correspond aux deux (...)
  • 14 Dans le port ligure, cette tranche correspond approximativement à celle des investissements compris (...)

10Ces données traduisent aussi une répartition partiellement inégale par tranches de capitaux investis : c’est sans surprise que l’on constate que les plus petits contrats, relativement nombreux (16,1 % de l’échantillon), ne constituent que 2,5 % des sommes investies dans le commerce avec le l’Égypte et la Syrie. Inversement, on observe que chacune des tranches supérieures fournit un apport à peu près équivalent en capitaux (entre 16,1 et 21,4 % de l’ensemble), ce qui témoigne d’une structure assez homogène. Ainsi, chaque catégorie sociale à partir d’un niveau très moyen — celui de la tranche comprise entre 50 et 100 livres — voyait sa part de capitaux bien représentée dans le commerce avec l’Orient méditerranéen. L’aristocratie marchande ne domine donc pas d’une manière aussi nette qu’à Gênes, où celle-ci contrôlait plus de la moitié des investissements vers la Romanie13 : à Barcelone, en effet, les deux dernières tranches retenues ne totalisent environ qu’un tiers des capitaux confiés à destination du Levant. Comme à Gênes, cependant, une catégorie sociale moyenne (tranche des 50-100 livres) participe activement au commerce avec l’Orient, puisqu’elle est à l’origine de près d’un contrat sur trois14.

  • 15 Le découpage chronologique retenu ne peut en effet s’ordonner en fonction de phases régulières du f (...)

11Toutefois, il importe de souligner que ces données, bien que nombreuses, sont également mal réparties dans le temps : plus de 80 % d’entre elles proviennent de contrats conclus au cours des années 1393-1416. Ce tableau général reflète donc essentiellement les caractéristiques de cette période. Il importe donc de nuancer ce schéma général en croisant les tranches d’investissement avec les différentes périodes que la répartition des contrats permet de délimiter15 (voir les tableaux 30 [p. 298], 31 [p. 299] et 32 [p. 300] et le graphique 3 [p. 300]).

  • 16 Voir respectivement pp. 169-174 et pp. 229-230.

12L’examen de ces données coïncide assez bien avec les évolutions mises en évidence par le décompte des navires et par l’étude des sommes moyennes investies en commende16. Pour schématiser, nous retrouvons bien l’opposition de deux phases d’évolution bien distinctes et de durée très inégale : une chute des capitaux investis entre les deux premières périodes distinguées (1334-1349 et 1358-1365), puis une hausse qui s’étale sur le reste de la période considérée, d’abord lente, mais qui s’accélère particulièrement au cours de la dernière décennie du XIVe siècle, puis des années 1420. L’analyse de ces seules données relatives au grand commerce avec le Levant présente donc les différentes phases d’un cycle économique presque complet : expansion, crise, contraction, puis reprise. Un exame détaillé de cette série de résultats permet en effet de distinguer quatre périodes.

  • 2 La limite inférieure de chaque tranche correspond au chiffre cité, augmenté au minimum d’un denier.

Tableau 30. — Variations des tranches d’investissements par contrats2

Jusqu’à 30 livres

Entre 30 et50 livres

Entre 50 et 100 livres

Entre 100 et 200 livres

Entre 200 et 500 livres

Entre 500 et 1,000 livres

Plus de 1.000 livres

Périodes

Nombre de contrats

%

Nombre de contrats

%

Nombre de contrats

%

Nombre de contrats

%

Nombre de contrats

%

Nombre de contrats

%

Nombre de contrats

%

1334-1342

0

0

2

11,1

7

38,9

4

22,2

2

11,1

3

16,7

1344-1349

24

19,4

18

14,5

44

35,5

25

20,2

9

7,3

3

2,4

1

0,8

1358-1365

11

35,5

7

22,6

9

29,0

3

9,7

1

3,2

1370-1379

28

32,6

26

30,2

15

17,4

9

10,5

4

4,7

2

2,3

1380-1389

38

37,3

18

17,6

29

27,5

12

11,8

5

4,9

1

1,0

1393-1399

70

13,9

118

23,5

157

31,2

89

17,7

43

8,5

15

3,0

11

2,2

1400-1409

165

16,5

248

24,8

294

29,3

153

15,3

99

9,9

29

2,9

14

1,4

1410-1416

23

7,2

46

14,3

135

42,1

72

22,4

32

10,0

12

3,7

1

0,3

1420-1430

1

2,2

2

4,3

18

39,1

8

17,4

9

19,6

5

10,9

3

6,5

Tableau 31 — Variations des tranches d’investissements par capitaux investis (sommes exprimées en livres de Barcelone)

Jusqu’à 30 livres

Entre 30 et50 livres

Entre 50 et 100 livres

Entre 100 et 200 livres

Entre 200 et 500 livres

Entre 500 et 1,000 livres

Plus de 1.000 livres

Périodes

Montants

%

Montants

%

Montants

%

Montants

%

Montants

%

Montants

%

Montants

%

1334-1342

0

0

85,0

2,5

462,8

13,5

400,0

11,7

500.0

14,6

1.968

57,6

1344-1349

533,6

4,0

786,4

5,9

3.139,4

23,5

3.308,7

24,8

2.715,1

20,3

1.745,4

13,1

1.126,0

8,4

1358-1365

186,9

10,2

278,6

15,2

684,0

37,4

431,4

23,6

250,0

13,7

1370-1379

442,1

6,8

1.183,9

18,3

976,1

15,1

1.105,7

17,1

1.421,1

21,9

1.350,0

20,8

1380-1389

736,0

9,2

784,7

9,8

2.311,3

27,6

1.606,2

20,1

1.419,8

17.7

1.250,0

15,6

1393-1399

1.397,5

2,0

5.060,2

7,1

11.307,8

15,8

12.154,7

17,0

12.606,6

17,6

10.221,3

14,3

18.895,7

26,4

1400-1409

3.367,7

2,7

10.936,9

8,8

21.198,1

17,0

21.275,8

17,0

29.645,0

23,7

18.255,1

14,6

20.210,3

16,2

1410-1416

444,4

1,1

1.883,9

4,6

9.501,2

23,1

9.965,6

24,3

9.239,3

22,5

8.648,7

21,1

1.370,2

3,3

1420-1430

27,5

0,2

90,0

0,7

1.279,6

9,5

1.136,8

8,5

3.083,8

22,9

3.589,1

26,7

4.245,5

31,6

  • 3 Les données obtenues pour les deux premières périodes distinguées dans les tableaux précédents (133 (...)

Tableau 32. — Moyennes et médianes des sommes investies dans les contrats, par périodes (en livres de Barcelone)3

Périodes

Moyennes

Médianes

1344-1349

118,10

68,1

1358-1365

59,06

40,0

1370-1379

77,13

44,0

1380-1389

78,70

47,4

1393-1399

127,18

60,0

1400-1409

128,48

55,7

1410-1416

134,16

83,1

1420-1430

292,44

137,5

  • 4 Les données obtenues pour les deux premières périodes distinguées dans les tableaux précédents (133 (...)

Graphique 3. — Moyennes et médianes des sommes investies dans les contrats, par périodes (en livres de Barcelone)4

  • 17 Les compagnies toscanes sont toutefois affectées par de retentissantes faillites bancaires, au cour (...)

13La première couvre les années 1334-1349. Elle se caractérise par des contrats moyennement élevés, du fait de la diversité des sommes investies, tant dans le cadre de petits accords commerciaux que dans celui des gros contrats négociés par la compagnie de Pere de Mitjavila. Cette période est généralement considérée comme la fin d’une longue phase de croissance en Europe, au cours de laquelle s’illustrent notamment les compagnies toscanes géantes ainsi que, pour la Catalogne, celle de Pere de Mitjavila, qui toutes participent activement au commerce de Barcelone avec le Levant17. En Asie, cette période coïncide également avec le déplacement des grands axes commerciaux du centre du continent vers l’océan Indien et la mer Rouge, en raison de la disparition des derniers restes de l’Empire mongol. L’Égypte et la Syrie, situées au débouché de ce nouvel itinéraire, se trouvent ainsi de nouveau valorisées par ce changement.

  • 18 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Societats mercantils medievals a Barcelona, t. I, p.  (...)

14Une lacune d’une dizaine d’années sépare cette première étape de la suivante, pour laquelle on constate une réduction de moitié de la gamme des capitaux investis, d’après la moyenne des contrats. À titre d’exemple, la part des contrats portant sur de plus de 100 livres (soit les quatre dernières tranches de capitaux), qui entre 1344 et 1349 représentait plus de 30 % des accords passés, chute à moins de 13 % entre 1358 et 1365 ; en capitaux investis, les taux sont respectivement de 66,5 % et 37,3 %. C’est évidemment la peste qui explique cet effondrement, avec ses effets directs, comme la mort d’agents actifs de ce commerce — Pere de Mitjavila disparaît entre la fin de l’année 1347 et le début de 135018 — et ses conséquences économiques et sociales, qui affectent la tendance à plus long terme. De plus, le contexte politico-militaire conflictuel, tant en Orient qu’en Occident, contribue à prolonger la crise et ses effets, comme nous l’avons constaté lors de l’étude des départs de navires. Cette nouvelle période est en effet caractérisée par la longue et difficile guerre contre la Castille, qui dure de 1356 à 1375, et par le sac d’Alexandrie en 1365, et les représailles qui s’ensuivirent. En outre, la période de troubles et de successions difficiles à la tête de l’État mamelouk qui s’ouvre après la mort du sultan al-Nāṣir Muhammad (1341) et dure jusqu’à l’avènement de Barḳūḳ (1382) constitue un facteur aggravant dans ce contexte très défavorable.

  • 19 On peut sans doute relier ce phénomène à l’évolution des sociétés marchandes barcelonaises, caracté (...)

15Le montant moyen des accords conclus remonte légèrement au cours des années 1370-1390. Cependant la proportion de contrats inférieurs à 50 livres dépasse toujours largement la moitié de l’échantillon, tandis qu’en capitaux elle oscille entre 19 et 25 %, soit des taux équivalents à ceux de la période antérieure. La fin des conflits précédemment mentionnés aide donc au redressement de la situation, mais celui-ci reste encore de portée limitée avant 1390, peut-être en raison de la succession de faillites qui affectent le secteur bancaire barcelonais au cours de l’avant-dernière décennie du XIVe siècle, mais aussi du fait de la participation toujours importante de petites gens au négoce avec le Levant19.

16À partir des années 1390 et jusqu’en 1416, la moyenne des investissements remonte sensiblement, rattrapant et même dépassant le niveau atteint au cours de la première période. Pour la première fois apparaissent en effet plusieurs accords dépassant 1.000 livres, qui expliquent également le décalage croissant entre les valeurs médianes et les moyennes « tirées » vers le haut par ces gros contrats désormais plus nombreux. Ces résultats peuvent s’expliquer en partie par le maintien des bonnes relations entre la couronne d’Aragon et l’État mamelouk, mais nous pourrons en outre constater au cours du prochain chapitre qu’une nouvelle marchandise commercialisée par les Catalans aide puissamment au relèvement des capitaux alors investis : le corail.

17Une dernière étape est enfin franchie à partir de la troisième décennie du XVe siècle. La moyenne des contrats atteint un montant record de près de 300 livres, deux fois supérieur à celui de la période précédente ; il s’agit donc du saut quantitatif le plus important de toute cette évolution. Il convient certes de relativiser cette hausse exceptionnelle, car l’échantillon de contrats relevés pour cette période se compose essentiellement d’assurances, qui ne constituent pas de véritables investissements commerciaux et se caractérisent, comme on l’a vu, par des montants particulièrement élevés. Toutefois, la moyenne des commendes au cours de cette décennie atteint bien 244,4 livres, ce qui prouve effectivement que les montants investis vers l’Égypte et de la Syrie connaissent alors une remarquable croissance. La part des contrats inférieurs à 50 livres est désormais reléguée en dessous de 1 % tandis que celle des accords portant sur plus de 500 livres dépasse 50 % des capitaux investis, accroissant encore le décalage entre sommes médianes et moyennes, pour les mêmes raisons que celles que l’on a précédemment évoquées.

  • 20 M. Balard, La Romanie génoise, t. II, pp. 698-700.
  • 21 M. Balard, La Romanie génoise, t. II, pp. 698-700.

18La disparition presque complète des petits contrats implique aussi l’éviction des individus les plus modestes. Cette évolution traduit un phénomène majeur, également observé dans le trafic de Gênes avec la Romanie20 : celui de la « professionnalisation » du négoce au long cours, phénomène inverse de la « démocratisation » précédemment décrite pour les années 1350-1390. Ce processus est bien sûr à l’œuvre dès la fin du XIVe siècle, mais il se poursuit — quoique irrégulièrement — et s’accélère ensuite, pour culminer entre 1420 et 1430. Un tel phénomène reflète bien sûr d’importantes mutations sociales qui seront approfondies lors de l’étude du groupe des marchands commerçant avec l’Égypte et la Syrie. Pour l’instant, bornons-nous à constater qu’à Gênes le même type de transformation se produit beaucoup plus tôt, soit dès les années 1330-1350 ; et si les effets de la crise s’y font bien sentir au cours de la seconde moitié du XIVe siècle sur les gros investissements, ils provoquent d’abord l’élimination des petits épargnants21.

III. — La vitesse de rotation des capitaux

19Une fois l’opération commerciale menée à son terme, c’est-à-dire au retour à Barcelone de l’accommenditaire, les commendes étaient généralement cassées, comme l’indiquaient souvent les notaires (dans 70,8 % des cas) en précisant la date de cette cancellation dans la marge du minutier ou dans l’espace laissé vierge entre deux actes. Ces précieuses indications permettent de calculer la durée d’un contrat et d’évaluer la vitesse de rotation des capitaux pendant celle-ci. On pourra certes objecter que la date de cancellation n’était sans doute pas exactement celle à laquelle l’accommenditaire avait restitué au bailleur les marchandises d’importation demandées et que celui-ci avait probablement attendu l’occasion d’un nouveau contrat pour faire canceller par le notaire la commende qui lui était revenue, peut-être depuis un certain temps déjà. Néanmoins, ces informations fournissent un délai maximum pour la réalisation de l’opération commerciale et l’immobilisation des capitaux.

  • 22 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (déc. 1397 - août 1403), f° 112r° (délai d’un peu moi (...)

20Cette durée variait en fait entre six ou sept mois, pour les commendes les plus rapidement exécutées, et jusqu’à plusieurs années quand des complications entravaient la bonne marche des opérations22 : litige ou décès du bailleur avant le retour de l’accommenditaire — les exécuteurs testamentaires tardant parfois à être reconnus dans cette fonction. Cette durée de plusieurs mois, voire de plusieurs années, constituait à l’évidence un frein à la participation des individus modestes au grand commerce : seuls les marchands les plus aisés pouvaient en effet s’accommoder d’opérations exigeant de tels délais d’exécution.

  • 23 Voir l’appendice II, rubrique « Dates de cancellation ».

21Cependant, d’autres facteurs conditionnaient le temps écoulé entre la signature et la cancellation du contrat, par exemple la durée du voyage effectué par un navire, puisque le marchand qui avait pris place à bord revenait généralement sur le même bâtiment ; mais pour une série de plusieurs commendes emportées par le même accommenditaire, les dates de cancellation pouvaient aussi considérablement varier23.

22Ces variations s’expliquaient aussi par une dernière cause : le montant de la commende. De fait, les contrats de plus de 1.000 livres étaient cassés en moyenne près de trois ans et demi (soit exactement 40,5 mois) après leur signature ; pour les commendes de 500 à 1.000 livres, ce délai tombe à 26 mois, tandis qu’à l’autre extrémité de la hiérarchie, les actes de moins de 15 livres étaient en moyenne cassés 18,5 mois après leur conclusion. Ainsi, la durée de ce délai, proportionnelle à la somme investie, contribuait également à limiter l’ampleur des capitaux confiés et réservait à la longue le rôle de bailleur à de véritables spécialistes.

Conclusion

  • 24 Son calcul des investissements annuels par une cité marchande repose en effet sur une double estima (...)
  • 25 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 101, 184-198 et 268.
  • 26 E. Ashtor utilise pour les désigner l’expression non moins significative de « small trading nations (...)

23Un étonnant parallélisme se dégage en définitive de la comparaison entre les investissements barcelonais vers le sultanat mamelouk et ceux de Gênes à destination de la Romanie. Dans les deux cas, les capitaux confiés sont fortement hiérarchisés et expédiés selon un rythme annuel qui subit globalement les mêmes variations saisonnières ; on observe surtout dans les deux ports le même processus essentiel de « professionnalisation » des activités de grand commerce, qui fit de ces deux emporia des pôles majeurs du commerce méditerranéen à la fin du Moyen Âge. La comparaison avec Venise est hélas plus malaisée puisque le niveau de ses investissements commerciaux est généralement évalué sur la base des enchères de galées envoyées vers les principaux marchés, c’est-à-dire à partir d’une source qui n’a d’équivalent nulle part. Toutefois, les recherches effectuées par E. Ashtor sur les investissements des principales cités portuaires occidentales dans le commerce du Levant à partir des listes de cargaisons de navires fournissent des éléments de comparaison qui méritent d’être examinés, en dépit des légitimes critiques de méthode qui peuvent leur être adressées24. Elles montrent que les capitaux fournis par les marchands génois et vénitiens augmentèrent eux aussi entre 1370 et 1430 environ, en dépit de fluctuations annuelles qui brouillent parfois cette ligne d’évolution. Une comparaison directe des investissements catalans avec ceux de Venise et de Gênes peut même être établie pour la dernière décennie du XIVe siècle, également marquée dans les deux cités portuaires italiennes par un regain d’intérêt pour le Levant en raison du déclin affectant au même moment le commerce vers la mer Noire. Il en ressort que les achats annuels d’épices et autres produits orientaux effectués par les Vénitiens arrivaient en tête, se situant entre 200.000 et 350.000, voire 450.000 dinars, au cours des années 1390 ; ils atteignirent même un maximum d’au moins 540.000 dinars, en 1395. À Gênes, les investissements de ce type se situaient aux environs de 200.000 à 300.000 dinars par an entre 1394 et 1401. Quant à ceux des Catalans, ils sont estimés entre 150.000 et 250.000 dinars25. Enfin, dernier élément significatif, le trafic des autres ports occidentaux n’a pas été évalué par E. Ashtor en raison de son caractère beaucoup plus limité26. D’après son étude, Venise, Gênes et Barcelone constituaient donc clairement les trois principaux pôles de l’Occident pour le commerce avec le sultanat mamelouk.

  • 27 M, Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, p. 590.

24L’analyse détaillée du commerce romaniote de Gênes, essentiellement fondée, comme dans le cas de Barcelone, sur les contrats notariés, permet cependant d’approfondir les comparaisons et de mieux saisir les spécificités des deux cités portuaires. À Gênes, l’aristocratie marchande exerçait une influence bien plus décisive sur le grand commerce, comme nous l’avons vu précédemment. Ce constat rejoint les conclusions de M. Del Treppo, qui remarquait une moindre disponibilité en capitaux à Barcelone par rapport à Gênes, due selon lui à un moindre développement capitalistique de l’économie de la Cité Comtale27. L’implication plus réduite d’importants négociants barcelonais dans le commerce du Levant expliquerait donc le décalage remarqué, par rapport à Gênes, dans l’impulsion donnée au processus de « professionnalisation » marchande. Cependant, elle constitue sans doute aussi un facteur qui aggrava cette rigidité des méthodes commerciales adoptées dans le négoce au long cours que nous avons constatée dans le chapitre précédent, puisque le rôle de cette aristocratie du commerce en matière d’innovation technique y est plus limité.

  • 28 Voir la conclusion générale, pp. 607-612.

25Notons enfin que la progression constante des capitaux investis dans le commerce du Levant, entre le milieu du XIVe s. et la fin du premier tiers du XVe siècle, mérite d’être soulignée puisqu’elle apporte un argument de poids dans le débat sur le « déclin catalan », qu’il est cependant encore prématuré d’examiner en détail28.

Notes

1 Sur la méthodologie utilisée pour l’étude des capitaux investis, voir l’introduction du chapitre précédent ; et M. Balard, La Romanie génoise, t. II, pp. 673-700.

2 Seuls subsistent les registres du dret d’entrades de septembre à novembre 1404 et de juillet à septembre 1434 et les registres d’eixides d’août 1407 et de juillet à septembre 1434 (voir ACA, Generalitat, reg. G.186.1-3, G.187.1-3 et G.188). Le droit d’ancrage, dont l’institution ne date que de 1439, ne permet de déterminer que le nombre et te tonnage des bâtiments arrivés à Barcelone ; voir Cl. Carrère, « Le droit d’ancrage et le mouvement du port de Barcelone au milieu du XVe siècle », p. 70.

3 La Romanie génoise, t. II, pp. 674-675.

4 Voir supra, pp. 228-229 ; et D. Coulon, « Le commerce barcelonais avec la Syrie et l’Égypte, d’après les actes du notaire Tomàs de Bellmunt », p. 206 ; rappelons que la part des commendes destinées à l’Égypte et à la Syrie atteint près de 60 % de celles qui ont été rédigées par le notaire Tomàs de Bellmunt et qui mentionnent une destination, soit un échantillon de 1.027 contrats instrumentés entre 1402 et 1416.

5 M. Del Treppo, « Assicurazioni e commercio internazionale a Barcellona », p. 45. L’auteur a indiqué le total des investissements en valeur absolue atteint par chaque destination. Ces résultats exprimés en valeurs absolues étant nécessairement incomplets, il est préférable de se fier aux pourcentages que l’on peut en déduire, qui reflètent plus fidèlement la part revenant à chaque destination dans le commerce de Barcelone. Les données qui suivront, calculées à partir des travaux de M. Del Treppo, sont donc exprimées en pourcentages, et non pas en livres de Barcelone comme dans son article.

6 Avant 1393, la plupart des minutiers ne couvrent pas la totalité d’une année puisqu’ils ne sont pas spécialisés dans la rédaction des commendes ; celles-ci se trouvent donc disséminées dans les manuals courants, qui contiennent de nombreux autres types d’actes au cours d’une période limitée (à l’exception du minutier de commendes de Jaume Ballester couvrant les années 1363-1385, qui fera l’objet d’un examen particulier, voir infra pp. 294-295).

7 Voir supra, p. 38.

8 M. Balard, La Romanie génoise, t. II, pp. 689-691 ; la reprise printanière était toutefois plus précoce dans le port ligure puisqu’elle avait lieu dès le mois de mars.

9 Dans la moyenne des investissements, le « pic » du mois de juin est dû à un très gros contrat comprenant à la fois une commende de 6.300 livres et un change de 1.500 livres (AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes [septembre 1393 - octobre 1397], f° 129r° [2 juin 1396]). Ce contrat est de très loin le plus important de tous ceux que nous avons relevés ; voir infra la structure des investissements, pp. 296-302.

10 C’est précisément ce qui se produit en août 1374 : deux gros contrats, l’un de 400, l’autre de 700 livres, contribuent à faire particulièrement augmenter la moyenne des commendes au cours de ce mois (AHPB, Jaume Ballester, Manual de comandes [septembre 1363 - juillet 1385], ffos 56r°1 et 3 [3 août 1374]).

11 Voir supra pp. 182-183.

12 Seuls les montants investis dans les nolis n’ont pas été retenus pour établir ce tableau, en raison de la concentration de ces gros contrats d’affrètement pendant les années 1350, qui déformeraient complètement les moyennes et la répartition des tranches d’investissements puisque cette période est particulièrement pauvre en documents notariaux.

13 M. Balard, La Romanie génoise, t. II, pp. 695-696 (l’« aristocratie marchande » correspond aux deux dernières tranches délimitées par M. Balard),

14 Dans le port ligure, cette tranche correspond approximativement à celle des investissements compris entre 100 et 500 livres de Gênes, qui représente 23,16 % des actes et 23,03 % des capitaux.

15 Le découpage chronologique retenu ne peut en effet s’ordonner en fonction de phases régulières du fait d’importantes lacunes documentaires, en particulier au début de la période considérée. On notera en outre que les données de la dernière période (1428-1430) restent peu nombreuses en regard de celles des autres phases ; les déductions qui s’appuieront sur ces chiffres seront donc à considérer avec plus de prudence que les autres.

16 Voir respectivement pp. 169-174 et pp. 229-230.

17 Les compagnies toscanes sont toutefois affectées par de retentissantes faillites bancaires, au cours des années 1340, à la différence de celle de Pere de Mitjavila ; mais les causes essentielles de ces faillites sont sans rapport avec les activités commerciales ; voir Y. Renouard, Les hommes d’affaires italiens du Moyen Âge, pp. 185-186.

18 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Societats mercantils medievals a Barcelona, t. I, p. 395.

19 On peut sans doute relier ce phénomène à l’évolution des sociétés marchandes barcelonaises, caractérisées au même moment par un processus de « démocratisation », selon J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Societats mercantils medievals a Barcelona, t. I, pp. 400-407 (« La període de popularització del contracte de societat [1348-1400]) ».

20 M. Balard, La Romanie génoise, t. II, pp. 698-700.

21 M. Balard, La Romanie génoise, t. II, pp. 698-700.

22 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (déc. 1397 - août 1403), f° 112r° (délai d’un peu moins de cinq mois), f° 122r° (sept mois), f° 138v° (six mois et demi), f° 198r° (six mois), etc. Parmi les délais les plus longs, voir AHPB, Tomàs de Bellmunt, Tercium manuale comandarum (avril 1406 - janvier 1414), f° 9r° : plus de quinze ans. À Gênes, ce délai de restitution variait entre quatre mois et quatre ans — la moyenne se situant à quinze mois —, mais la cancellation des commendes y était beaucoup plus rarement consignée par les notaires et l’échantillon étudié par M. Balard, La Romanie génoise, t II, p. 606, ne repose que sur une centaine de contrats.

23 Voir l’appendice II, rubrique « Dates de cancellation ».

24 Son calcul des investissements annuels par une cité marchande repose en effet sur une double estimation : d’une part celle du coût des marchandises transportées par certains navires dont la cargaison est connue en détail, et d’autre part celle du nombre moyen de bâtiments ayant relâché dans ce port. En outre, les résultats ainsi obtenus reposent parfois sur des échantillons de données réduites, comme dans le cas de Barcelone ; on notera par exemple que le nombre moyen des navires catalans parvenus en Égypte et en Syrie doit parfois être corrigé à la hausse, comme au cours des premières années du XVe siècle (E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 194-199). On peut toutefois tenir pour plus sûrs les résultats obtenus pour Venise puisqu’ils reposent sur des recherches archivistiques beaucoup plus approfondies que ceux qui concernent Barcelone.

25 E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 101, 184-198 et 268.

26 E. Ashtor utilise pour les désigner l’expression non moins significative de « small trading nations » (ibid., pp. 236-244).

27 M, Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, p. 590.

28 Voir la conclusion générale, pp. 607-612.

Notes de fin

1 La limite inférieure de chaque tranche correspond au chiffre cité, augmenté au minimum d’un denier.

2 La limite inférieure de chaque tranche correspond au chiffre cité, augmenté au minimum d’un denier.

3 Les données obtenues pour les deux premières périodes distinguées dans les tableaux précédents (1334-1342 et 1344-1349) ont été ici regroupées, car celles des années 1334-1342 sont issues des comptes de la puissante compagnie de Pere de Mitjavila et livrent des valeurs sensiblement supérieures aux autres (189,78 livres, contre 107,70 livres pour les commendes de la période 1344-1349). Comme ces deux résultats sont l’un et l’autre représentatifs de certaines catégories d’investissements, ils ont donc été pris en compte, mais rassemblés, pour éviter de donner l’impression d’une chute tout à fait artificielle de la moyenne des contrats encre les années 1334-1342, d’une part, et 1344 et 1349, d’autre part (ajoutons que les sommes de plusieurs milliers de livres investies dans le commerce avec le Levant dans le cadre de la compagnie Mitjavila ont été écartées de l’ensemble de ces tableaux, puisqu’elles étaient remises sans contrat notarié ; celles qui ont été retenues proviennent en fait pour l’essentiel — 16 contrats sur 18 — de commendes confiées par des marchands étrangers à la compagnie, qui entendaient profiter du voyage de l’un des associés — Arnau Espaser — pour Alexandrie). Par ailleurs, les résultats obtenus pour la dernière décennie du XIVe siècle ne prennent pas en compte une commende exceptionnelle de 7.800 livres (tous les autres contrats restent inférieurs à 2.500 livres) confiée par un bailleur marseillais, laquelle modifierait sensiblement la moyenne obtenue (qui serait alors de 142,43 livres).

4 Les données obtenues pour les deux premières périodes distinguées dans les tableaux précédents (1334-1342 et 1344-1349) ont été ici regroupées, car celles des années 1334-1342 sont issues des comptes de la puissante compagnie de Pere de Mitjavila et livrent des valeurs sensiblement supérieures aux autres (189,78 livres, contre 107,70 livres pour les commendes de la période 1344-1349). Comme ces deux résultats sont l’un et l’autre représentatifs de certaines catégories d’investissements, ils ont donc été pris en compte, mais rassemblés, pour éviter de donner l’impression d’une chute tout à fait artificielle de la moyenne des contrats encre les années 1334-1342, d’une part, et 1344 et 1349, d’autre part (ajoutons que les sommes de plusieurs milliers de livres investies dans le commerce avec le Levant dans le cadre de la compagnie Mitjavila ont été écartées de l’ensemble de ces tableaux, puisqu’elles étaient remises sans contrat notarié ; celles qui ont été retenues proviennent en fait pour l’essentiel — 16 contrats sur 18 — de commendes confiées par des marchands étrangers à la compagnie, qui entendaient profiter du voyage de l’un des associés — Arnau Espaser — pour Alexandrie). Par ailleurs, les résultats obtenus pour la dernière décennie du XIVe siècle ne prennent pas en compte une commende exceptionnelle de 7.800 livres (tous les autres contrats restent inférieurs à 2.500 livres) confiée par un bailleur marseillais, laquelle modifierait sensiblement la moyenne obtenue (qui serait alors de 142,43 livres).

Table des illustrations

Légende Graphique 2. — Nombre de commendes et moyenne des investissements vers l’Égypte et la Syrie (1393-1416)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Graphique 3. — Moyennes et médianes des sommes investies dans les contrats, par périodes (en livres de Barcelone)4
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4448/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search