Version classiqueVersion mobile

Barcelone et le grand commerce d'Orient au Moyen Âge

 | 
Damien Coulon

Première partie. Le commerce de Barcelone avec l'Égypte et la Syrie : rapports de force et moyens deployés

Chapitre II

Le rôle du monarque et des magistrats municipaux

Texte intégral

I. — La diplomatie entre la couronne d’Aragon et l’État mamelouk (1290-1444)

  • 1 Comme pour l’ensemble de notre étude, l’accent sera surtout mis sur le versant occidental de ces re (...)
  • 2 Voir C. Marinesco, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon (ouvrage rédigé avant 1928, mais pub (...)
  • 3 De nombreux documents découverts depuis le XVIe congrès d’histoire de la couronne d’Aragon, au cour (...)

1Quelques traités et de nombreuses instructions d’ambassade, qui proviennent la plupart du temps de la chancellerie des rois d’Aragon mais aussi, dans le cas de certains documents, de celle des souverains mamelouks, permettent de dégager clairement les grands axes des relations diplomatiques qui au fil du temps s’étaient tissées entre les deux États. Beaucoup de documents de ce type ont déjà été exploités dans le but d’éclairer l’attitude des différents souverains catalano-aragonais du XIVe siècle, jusqu’au changement de dynastie en 14121. En revanche, la politique orientale des premiers Trastamares n’a fait l’objet que de rares études2 ; une analyse plus détaillée lui sera donc consacrée dans le présent ouvrage ; celle-ci est d’ailleurs d’autant plus nécessaire que cette politique connaît un notable changement d’orientation à partir du règne d’Alphonse le Magnanime (1416-1458)3.

Du traité de 1290 à la mort de Pierre le Cérémonieux (1387)

  • 4 À. Masià i de. Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte Africa, pp. 72-80 ; et F. Giunta, A (...)
  • 5 Traité du 25 avril 1390 : voir P. M. Holt (éd.), Early Mamluk Diplomacy, pp. 129-140 (commentaire e (...)
  • 6 Voir le chapitre précédent.
  • 7 En particulier ceux concernant la présence des marchands, que l’on rencontre il est vrai dans de no (...)

2La ligne politique adoptée par les rois d’Aragon à l’égard du sultanat mamelouk a été définie très tôt, dans un contexte bien particulier : celui du conflit contre la papauté, le royaume de France et la maison d’Anjou, le roi Pierre III ayant arraché en 1282 la Sicile à cette dernière à l’issue de l’épisode fameux des Vêpres siciliennes4. Dès lors, pour rompre leur isolement et faire face au conflit, les souverains aragonais tentèrent avec succès de tisser des relations avec les principaux adversaires du pouvoir pontifical, à savoir les sultans du Caire. Un premier traité fut ainsi signé le 25 avril 1290 entre Alphonse III et al-Manṣūr Ḳalāwūn, puis, le 29 janvier 1293, entre leurs successeurs respectifs Jacques II et al-Ashraf Khalīl. un second traité reprenant les mêmes dispositions5. Ces accords comprenaient trois volets : le roi d’Aragon devait porter secours au Sultan en cas d’attaque, et plus particulièrement de croisade, menée par la papauté et ses alliés. Les facilités commerciales pour les sujets des deux souverains étaient réaffirmées, et les traités précisaient bien que les marchands de la couronne d’Aragon pouvaient commercialiser les denrées « prohibées » par le pape dans le Sultanat6. Enfin, le souverain mamelouk devait permettre l’accès du Saint-Sépulcre aux pèlerins chrétiens munis d’un sauf-conduit du monarque aragonais. Par certains aspects, ces accords devaient constituer un cadre durable pour les relations des Catalans avec l’Égypte et la Syrie : plusieurs points furent en effet repris à l’identique dans le traité signé en 1430, soit près d’un siècle et demi plus tard, par les représentants d’Alphonse le Magnanime et de Barsbāy7.

  • 8 F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, t. II, p. 72 ; sur le traité de Jaffa conclu le 1 (...)
  • 9 À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte Africa, p. 76 ; et F. Giunta, Aragon (...)

3Ces dispositions, qui rompaient complètement avec la politique pontificale mais qui ménageaient l’accès aux Lieux saints, ne sont pas sans évoquer la politique audacieuse d’un autre adversaire résolu des papes : l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen8, dont les souverains aragonais se présentaient du reste comme les héritiers dans l’affaire sicilienne. Par ailleurs, le contenu des deux traités était très favorable aux sultans ; à cela, une raison bien simple : en contrepartie d’accords aussi avantageux, les rois d’Aragon avaient sans doute obtenu d’importants subsides, qui devaient leur permettre de poursuivre la lutte contre leurs ennemis en Occident9.

  • 10 F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, t. II, pp. 92-101.

4La réconciliation entre Jacques II et le pape Boniface VIII conclue à Anagni, le 20 juin 1295, aurait pu remettre en cause cette stratégie d’entente avec les sultans mamelouks. En effet, Jacques II s’était engagé à participer à une nouvelle croisade et à faire respecter dans ses États les interdits pontificaux sur le commerce avec l’Égypte et la Syrie. Dès lors, le souverain catalano-aragonais se trouvait pris entre des promesses contradictoires. Cependant, avec beaucoup d’habileté, il sut ménager ses deux partenaires. Ses projets de croisade ne dépassèrent jamais l’horizon ibérique, dans le cadre de la Reconquista10 ; et nous verrons ultérieurement qu’il ne proscrivit pas le négoce avec les Mamelouks, mais imposa aux commerçants qui s’y livraient des amendes qui lui permettaient à la fois de sauver la face vis-à-vis du pape et de remplir son Trésor.

  • 11 En 1300, 1303, 1305, 1314, 1318, 1322 et 1327. Voir H. Finke, Acta aragonensia, t. II, nos 461, 467 (...)
  • 12 Grâce aux deux dernières ambassades de 1322 et 1327 (G. Golubovich, Biblioteca bio-bibiografica del (...)
  • 13 À l’exclusion toutefois des marchandises prohibées (W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moye (...)
  • 14 Voir le chapitre précédent.

5Enfin, Jacques II envoya régulièrement des ambassades pour défendre les intérêts des chrétiens en Égypte, en Syrie et en Palestine ; il sollicita ainsi la réouverture de leurs lieux de culte et le respect des fidèles qui les fréquentaient, mais intercéda aussi en faveur des captifs chrétiens, et, enfin, demanda que les pèlerins pussent se rendre librement en Terre sainte. Pas moins de sept ambassades furent ainsi envoyées à la cour du Caire entre la paix d’Anagni et la fin du règne de Jacques II, en 132711. À l’occasion de chacune d’elles, le monarque ne manquait pas de réaffirmer son amitié avec le souverain mamelouk, ce qui lui permettait d’obtenir gain de cause sans avoir à déployer les forces navales et militaires qu’aurait nécessitées une croisade. Il obtint ainsi la concession du sanctuaire du Saint-Sépulcre à des frères mineurs aragonais — des dominicains, puis des franciscains12. En outre, chacune de ces ambassades fournissait l’occasion d’envoyer un navire commercer librement en Égypte13 puisque, compte tenu des objectifs religieux de ces voyages, le pape accordait sans difficulté son autorisation. Il ne s’agit pas là d’un aspect secondaire de ces missions, car c’est par ce biais que la papauté fut progressivement amenée à tolérer des contacts marchands limites avec les Mamelouks puis, par la suite, à délivrer en série les licences de commerce pour Alexandrie et les « partes soldant Babilonio14. Enfin, dernier avantage, l’envoi fréquent d’ambassades permettait au souverain aragonais d’entretenir entre les deux États un climat de confiance qui était tout à fait profitable aux relations marchandes.

  • 15 Voir le témoignage de Giorgio Gucci, dans L. Frescobaldi, G. Gucci et S. Sigoli, Visit to the Holy (...)
  • 16 Par la même occasion, Alphonse IV demandait que lui fût également remis le bras de saint Siméon et (...)
  • 17 En 1345, 1346, 1353, 1354, 1356, 1360 et 1373 (J. Vincke, « Die Gesandtschaften der aragonischen Kö (...)
  • 18 À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte África, p. 132 ; et J. Trenchs Odena(...)
  • 19 Sur l’ambassade de 1322, voir M.A. Alarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos á (...)
  • 20 En fait, les sujets chrétiens du Sultan vouaient une dévotion particulière à la sainte et s’opposai (...)
  • 21 Le plus fameux exemple est celui de Pere de Mitjavila, important homme d’affaires qui joua un rôle (...)
  • 22 Voir les demandes présentées lors des ambassades de 1322 et 1327 (voir supra p. 146 n. 12). Les ins (...)

6Les successeurs de Jacques II poursuivirent cette politique amicale ponctuée d’ambassades régulières. Au cours de son bref règne (1327-1336), Alphonse IV prit l’initiative de réclamer de nouveau les reliques de sainte Barbe, martyrisée en 306, dont le corps reposait au Caire dans une église qui lui était dédiée15. Une nouvelle légation fut donc envoyée au cours de l’été 132916, mais n’obtint pas plus de succès que les deux précédentes, envoyées dans ce but par Jacques II (en 1322 et 1327). Or, malgré ces échecs répétés, Pierre IV, entre 1345et 137317, ne dépêcha pas moins de sept nouvelles ambassades dont l’objectif était toujours d’obtenir le corps ou, du moins, des reliques de sainte Barbe. Comme le font fort justement remarquer À. Masià i de Ros et J. Trenchs Odena, une telle obstination ne témoigne sans doute pas de la dévotion particulière des monarques pour cette sainte mais du souci de justifier, vis-à-vis de la papauté, différents voyages commerciaux vers Alexandrie18. Par ailleurs, il est révélateur de constater que les différents sultans s’appliquaient à remercier les rois d’Aragon pour leurs cadeaux mais n’évoquaient même pas, dans les quelques réponses de leur part qui nous sont parvenues, le sort qu’ils entendaient finalement réserver aux reliques de la sainte19. L’obtention du corps de sainte Barbe, objectif inaccessible20, était donc un prétexte idéal pour entretenir l’amitié entre les rois d’Aragon et les sultans mamelouks ainsi que pour affréter régulièrement des navires de commerce dans des conditions légales et certainement très profitables au Trésor royal. À cet égard, le nombre d’ambassadeurs envoyés pour solliciter les reliques de la sainte et remplissant en même temps une mission commerciale est lui aussi tout à fait révélateur21. De surcroît, l’intérêt pour ces reliques entretenait le prestige du roi d’Aragon dans la Chrétienté et levait toute ambiguïté sur ses bonnes relations avec la principale puissance musulmane de Méditerranée. C’est dans le même sens qu’il faut interpréter les instructions à l’ambassade de janvier 1361, destinées à confirmer au roi la concession de certains sanctuaires (le Saint-Sépulcre à Jérusalem et l’église de la Nativité à Bethléem) à des religieux sujets de la couronne d’Aragon22.

  • 23 G. de Machaut, la Prise d’Alexandrie, pp. 67-109 ; P. Kahle, « Die Katastrophe des mitellalterliche (...)
  • 24 En mars, celle que conduisaient Bernat Romá et Jaume Cadany puis, en juin, celle dirigée par Humber (...)
  • 25 Voir infra, pp. 128.
  • 26 A. López de Meneses, « Florilegio documental del reinado de Pedro IV de Aragón », 16 (1951), doc. 5 (...)
  • 27 Voir infra, p. 171.
  • 28 Ambassade menée par le marchand de Barcelone Pere Oliver (A. López de Meneses, « Correspondencia de (...)
  • 29 Cependant, le texte même du traité n’a pu être retrouvé : voir W. Heyd, Histoire du commerce du Lev (...)
  • 30 P. Kahle, « Die Katastrophe des mitellalterlichen Alexandria », p. 151, n. 2 ; et S. Y. Labib, Hand (...)
  • 31 Pour preuve supplémentaire de la bonne considération dont jouissaient les Catalans en Égypte et en (...)

7Le sac d’Alexandrie (10 octobre 1365) par les troupes du roi de Chypre Pierre Ier, auquel participèrent des marins et des marchands catalans, remit évidemment en cause les bonnes relations entre la couronne d’Aragon et l’État mamelouk23. Aussi le roi d’Aragon Pierre le Cérémonieux dépêcha-t-il deux ambassades au cours de l’année 1366 pour se disculper auprès du sultan al-Ashraf Shaʽbān (r. 1363-1377) de toute complicité dans ce raid qui compromettait les intérêts commerciaux des négociants catalans24. Lleó March et Ramon de Margens, patrons de la nef (ou coque) Santa Eulalia, et les marchands qui étaient à bord de celle-ci arrivèrent peu après l’événement et furent en effet arrêtés en représailles par les autorités mameloukes ; or, tandis que patrons et négociants étaient toujours retenus au Caire, les marins parvinrent à s’enfuir avec la nef mais ils ne purent la diriger convenablement car ses voiles et ses agrès avaient été confisqués par les autorités du Sultanat, comme c’était la coutume25 ; le bâtiment sombra donc au large de Chypre, entraînant la mort de seize personnes26. À la suite de ces événements, le trafic des ports occidentaux avec Alexandrie fut interrompu plusieurs années27. En octobre 1370, une nouvelle ambassade fut envoyée au Caire pour demander la libération de trente-sept sujets du roi toujours prisonniers, la restitution de leurs marchandises ainsi que des dédommagements pour le naufrage de la nef de Lleó March et Ramon de Margens28. Cependant, cette requête était aussi formulée en réponse à une lettre dans laquelle le sultan al-Ashraf Shaʽbān exprimait son souhait que les marchands catalans pussent venir commercer librement dans ses États. Et de fait, la paix semble avoir été conclue très peu de temps après entre les deux souverains, de même qu’avec la plupart des autres nations marchandes et les Hospitaliers de Rhodes29. Les bonnes relations que les rois d’Aragon s’étaient toujours efforcés de garder avec les sultans mamelouks, de même que le constat d’une participation somme toute assez limitée des sujets de Pierre le Cérémonieux au sac d’Alexandrie — par comparaison avec celle des Vénitiens et des Génois30 — finirent donc par ramener la concorde entre les deux souverains, et cet épisode ne fut en définitive qu’un grave incident sans conséquences durables31.

  • 32 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 91 ; E. Ashtor, Levant Trade in the (...)
  • 33 Claude Mutafian, « La Catalogne et le royaume arménien de Cilicie (XIIIe -XIVe siècles) », dans Mar (...)

8Un autre événement allait bientôt avoir valeur de test pour les relations diplomatiques entre les deux États. Au mois d’avril 1375, Léon V, dernier roi de Petite Arménie, fut fait prisonnier par le sultan al-Ashraf Shaʽbān qui annexa définitivement les restes du royaume de Cilicie32. La captivité d’un monarque chrétien aux mains des Mamelouks ne pouvait laisser Pierre le Cérémonieux indifférent, compte tenu de l’habitude que lui-même et ses prédécesseurs avaient prise de défendre les intérêts des chrétiens en Égypte et en Syrie. Trois ambassades envoyées en 1379, en 1380 et à la fin de l’année 1382 permirent d’obtenir la libération de Léon V, à laquelle le roi de Castille Jean Ier participa, semble-t-il, plus activement encore33. La diplomatie et les relations amicales — sans oublier, bien entendu, quelques présents de valeur — permettaient donc une nouvelle fois de résoudre les difficultés. Le fâcheux épisode du sac d’Alexandrie était oublié.

  • 34 Instructions d’ambassade confiées en mai 1386 aux citoyens de Barcelone Jaume Fivaller, Bernat Pol (...)

9Enfin, en 1386, peu avant sa mort, Pierre IV envoya encore une dernière ambassade à la cour du sultan al- Ẓāhir Barḳuḳ pour se disculpera nouveau de tout soutien aux entreprises de piraterie menées par le noble Guillem Ramon de Montcada en 1385, qui mettaient une nouvelle fois en péril le commerce des Catalans avec l’Égypte et la Syrie34.

De l’avènement de Jean Ier à la mort de Ferdinand Ier (1387-1416)

  • 35 Voir infra, pp. 70.

10Les successeurs de Pierre le Cérémonieux perdirent l’habitude d’envoyer régulièrement des ambassades à la cour des sultans du Caire. La politique d’entente avec ces souverains orientaux fut cependant poursuivie. Mais en cette fin du XIVe siècle, la normalisation des relations entre les deux États, ainsi que le net assouplissement de la position pontificale vis-à-vis du commerce avec les Mamelouks, n’imposaient plus l’envoi de légations régulières. Surtout, le bon fonctionnement des institutions consulaires35, tant à Damas qu’à Alexandrie, permettait aux rois d’Aragon de transmettre avec facilité leurs requêtes aux autorités mameloukes.

  • 36 Voir infra, pp. 482 n. 147.

11Il en allait certes de même au cours des dernières années du long règne de Pierre le Cérémonieux. Mais en fait, la personnalité de ses deux fils et successeurs, Jean Ier et Martin, telle que nous la présentent les registres de chancellerie, paraît assez différente de celle de leur père. Ces documents les montrent en effet plus souvent intéressés personnellement par l’acquisition de produits de luxe orientaux36 que préoccupés par la défense des intérêts commerciaux des marchands catalans en Égypte et en Syrie.

  • 37 D. Girona Llagostera, Itinerari, 17 septembre 1399 (doc. 57) et 6 juin 1400 (doc. 33) : « ...Que fe (...)

12Les nouveaux efforts du roi Martin pour obtenir les reliques de sainte Barbe sont à ce titre assez révélateurs, En 1399, par une simple lettre adressée au Sultan, il réclamait que le corps de sainte Barbe fut remis au consul des Catalans à Alexandrie, Antoni Ametller. L’année suivante, le roi renouvelait le même souhait, s’adressant cette fois au consul et allant jusqu’à lui suggérer de dérober le corps de la sainte avec la complicité du Sultan lui-même, qui devait transmettre au roi un certificat prouvant qu’il s’agissait bien du corps de la martyre37 ! L’irréalisme de la requête montre bien que les préoccupations de Martin étaient fort éloignées de celles de son père.

  • 38 D’après l’équivalence officielle fournie dans le document, un besant d’or d’Alexandrie valait une l (...)
  • 39 ACA, Reial Cancelleria, reg. 1854, f° 37r°-v° (2 octobre 1392 ; publié par A. López de Meneses, « L (...)

13N’en déduisons pas pour autant que les intérêts des marchands furent négligés au cours de cette période. Face aux situations difficiles, Jean Ier et Martin réagirent en suivant la ligne politique tracée par leurs prédécesseurs. En 1391, par exemple, les Mamelouks saisirent deux navires catalans à Alexandrie et emprisonnèrent les marchands qui se trouvaient à leur bord, en représailles à de nouveaux actes de piraterie perpétrés par d’autres Catalans ; en outre, dans ce même port, les négociants du Principal se voyaient infliger une amende de 6.766 besants d’or d’Alexandrie, tandis qu’à Damas 6.300 dirhams38 avaient été exigés d’autres marchands catalans, eux aussi emprisonnés. Dans l’entourage du sultan al-Ẓāhir Barḳūḳ courait même une rumeur sur les préparatifs d’une expédition punitive conduite par Jean Ier. Celui-ci demanda donc la libération de ses sujets et démentit formellement ces bruits, arguant des bonnes relations toujours entretenues entre les deux États. Puis, après de difficiles négociations, il consentit au paiement de l’indemnité demandée, en établissant un droit d’1,5 % sur le commerce avec le sultanat mamelouk39. On remarquera qu’en dépit de la gravité de la situation Jean Ier n’envoya apparemment pas d’ambassade au Caire pour régler cet incident diplomatique.

  • 40 Il avait été élu le 31 mai 1396 (A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Da (...)
  • 41 D. Girona Llagostera, Itinerari, 13 et 14 juin 1397 (doc. 32 et 33) ; et A. López de Meneses, « Los (...)

14Il en fut de même lors de la crise suivante, en 1396-1397, qui survint lorsque Pere de Quintana, le nouveau consul des Catalans à Damas, vint en Syrie occuper son poste40 ; les autorités mameloukes ne reconnurent pas ses droits et le malmenèrent sous prétexte qu’il ne disposait pas de lettre d’introduction royale. Martin intervint donc en juin 1397, expliquant que l’expédition qu’il avait personnellement conduite en Sicile l’avait empêché de délivrer un tel document en faveur du consul et s’étonnant de voir remettre en cause les « antichs uses e costums» de la cité de Barcelone en Syrie41.

  • 42 Diplomatari de l’Orient català (1301-1409), éd. A. Rubió i Lluch, doc. 636, p. 666 (18 mars 1393), (...)

15Parallèlement, enfin, Jean Ier et Martin poursuivirent l’objectif de protection des intérêts chrétiens dans le territoire mamelouk, par exemple en participant aux frais des réparations effectuées au monastère du mont Sion et à l’église de Bethléem42.

  • 43 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2382, f° 49v° (28 mars 1413).
  • 44 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 45 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2389, ffos 26r°-27r° (18 novembre 1414). Le terme melich almara est la (...)

16Le changement de dynastie survenu en 1412 n’eut pas de conséquences sur la politique suivie par les rois d’Aragon vis-à-vis des Mamelouks. Ferdinand Ier continua d’entretenir des relations cordiales avec le sultan al-Mu’ayyad Shaykh et multiplia les gestes de bonne volonté, condamnant vigoureusement la piraterie dont certains de ses régnicoles se rendaient coupables ou libérant les Mamelouks capturés par erreur avec d’autres musulmans dont les souverains étaient en guerre contre la couronne d’Aragon43. Une ambassade fut peut-être envoyée auprès du Sultan vers la fin de l’année 1413 ou le début de 1414, puisque celui-ci, dans une lettre adressée aux Conseillers de Barcelone, promettait l’arrêt des abus dont étaient victimes les marchands de la ville lors du paiement des taxes dans ses États44. Sans doute en réponse à ce document et à cette nouvelle attitude, Ferdinand Ier prit, en novembre de la même année, le soin de remercier le nouveau gouverneur d’Alexandrie (melich almara) pour son équité, qui contrastait avec les abus dont s’étaient rendus coupables ses prédécesseurs45. Son bref règne apparaît ainsi dans la continuité de ceux de ses prédécesseurs sur le plan des relations diplomatiques entretenues avec les Mamelouks.

La nouvelle politique d’Alphonse le Magnanime (1416-1444)

  • 46 Voir D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée oriental (...)
  • 47 A. Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay, pp. 331-333 ; et S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägypt (...)

17En 1416, l’avènement d’Alphonse V, fils de Ferdinand Ier, marque en revanche le début d’une ère nouvelle pour les relations de la couronne d’Aragon avec l’État mamelouk. Officiellement, pourtant, les objectifs du nouveau souverain ne changent pas : ses priorités restent bien la défense des intérêts des marchands catalans au Levant et la protection des chrétiens dans les États du Sultan. Mais les moyens qu’il met en œuvre pour y parvenir s’inscrivent en rupture complète avec la politique amicale et bienveillante de tous ses prédécesseurs. Alphonse le Magnanime organise en effet lui-même une vaste expédition de course contre Alexandrie, minutieusement préparée dans les semaines qui ont précédé son avènement46. Tout au long de son règne, la course constitua en fait un instrument au service d’une politique singulièrement plus ferme, voire plus brutale, que celle de ses prédécesseurs47.

  • 48 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, pp. 45-70 ; Anthony Luttrell, « The Arag (...)
  • 49 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, pp. 47-49 ; A. Luttrell, « Aragoneses y (...)

18Comment concilier de telles méthodes avec les objectifs de protection des chrétiens et du commerce du Levant ? Un élément fondamental avait en fait changé en Méditerranée orientale, en partie sous l’impulsion d’Alphonse V : le rôle prépondérant de l’île de Rhodes dans la politique menée par le souverain. Conquise par les chevaliers de l’ordre de Saint-Jean entre 1306 et 1310, l’île entretenait déjà depuis fort longtemps des liens assez étroits avec la couronne d’Aragon. En effet, les Chevaliers possédaient dans les territoires de cette dernière de vastes domaines qui pour l’Ordre représentaient une source importante de richesses et de recrutement48. Par ailleurs, pour les marchands qui faisaient route vers le Levant, Rhodes constituait une escale idéale, située à la croisée des routes conduisant à Constantinople d’une part, et à Chypre, Beyrouth et Alexandrie d’autre part, c’est-à-dire à l’intersection des deux axes les plus actifs du commerce du Levant. Les marchands catalans jouaient donc un rôle essentiel dans l’approvisionnement de l’île49. Plusieurs facteurs contribuaient donc au renforcement de l’influence catalano-aragonaise au sein de l’ordre de Saint-Jean aussi bien qu’à Rhodes. Ce n’est donc pas l’effet du hasard si le choix d’un nouveau grand maître, en 1421, se porta sur le Catalan Antoni Fluvià.

  • 50 D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale », (...)
  • 51 Il faut sans doute interpréter de la même manière le projet évidemment démesuré d’attaquer l’Égypte (...)
  • 52 Voir infra, p. 59-60.

19Fort de ces bases, Alphonse le Magnanime tenta donc de faire de l’île des Hospitaliers le pivot de sa politique orientale. D’une part, il se posa en défenseur de l’Ordre et des intérêts chrétiens en Orient, ce qui lui permettait également de poursuivre la politique séculaire de ses prédécesseurs, qui consistait à assurer la protection des lieux de culte chrétiens en Terre sainte50. Il tentait ainsi de se concilier l’appui de la papauté, essentiel pour ses projets de conquête en Italie du Sud51. Cependant, et d’autre part, la puissance militaire des Hospitaliers l’invitait à renforcer son alliance avec eux afin de se doter des moyens nécessaires à ses ambitions en Méditerranée. S’étant assuré de cette tête de pont orientale, le souverain aragonais entendait donc dicter sa politique aux différents pouvoirs régionaux, parmi lesquels le principal était encore, au début de son règne, celui des sultans mamelouks. De tout cela résulta donc la politique brutale qu’on vient d’évoquer, destinée à faire étalage de sa puissance mais aussi à engager des négociations en position de force, pour le plus grand profit des marchands catalans. En outre, cette stratégie était également conditionnée par les objectifs du Magnanime en Méditerranée occidentale, qui restaient déterminants dans l’ensemble de sa conduite politique ; aussi fut-il contraint à plusieurs reprises de modifier ou même d’interrompre son action en Orient, en raison de la gravité de la situation, en Italie du Sud notamment52. De cette stratégie ambitieuse et complexe résulte donc une impression d’incohérence qui s’explique en fait par la multiplicité des objectifs que le monarque entendait poursuivre avec obstination, en dépit de leurs aspects parfois contradictoires.

  • 53 Pour plus de détails sur cette expédition de 1416, voir infra, pp. 204-205 ; et D. Coulon, « Un tou (...)
  • 54 Le 15 mai 1419, Alphonse le Magnanime exigeait de recevoir sa part du butin sur les prises effectué (...)
  • 55 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2569, f° 68r° (3 mai 1420).
  • 56 Les pirates catalans étaient même parvenus à s’emparer d’un émissaire mamelouk envoyé auprès du pri (...)
  • 57 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, p. 4 (d’après ACA, Reial Cancelleria, re (...)
  • 58 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2672, f°199 v° et reg. 2678, f° 109r° (lettre de recommandation en fav (...)
  • 59 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, p. 4 (d’après ACA, Reial Cancelleria, re (...)

20Ces caractéristiques générales permettent ainsi d’analyser en détail l’action politique d’Alphonse V vis-à-vis des Mamelouks tout en la situant dans sa stratégie d’ensemble. Les relations du Magnanime avec les sultans du Caire furent donc d’emblée très tendues, à la suite de cette vaste opération de course que le souverain avait lui-même soigneusement organisée. Tandis que le sultan al-Mu’ayyad Shaykh décrétait l’embargo sur les marchandises catalanes — puisqu’il ne pouvait exercer de représailles à l’encontre des commerçants catalans, qui avaient tous dû quitter le pays sur ordre du roi53 —, celui-ci poursuivit sa campagne de course contre les Mamelouks, au moins jusqu’en 141954. L’année suivante, toutefois, à la demande de certains marchands, Alphonse réfléchissait aux moyens de rétablir des relations plus sûres pour eux avec l’Égypte et la Syrie55. Mais en 1422, de nouvelles attaques perpétrées par deux galées catalanes à Alexandrie et Beyrouth provoquèrent une vigoureuse réaction du nouveau sultan Barsbây. En représailles, les églises du Saint-Sépulcre et de Bethléem furent momentanément fermées et les marchands occidentaux furent sur le point d’être tous expulsés. Le Sultan proclama finalement un nouvel embargo sur les denrées catalanes, avec défense aux autres négociants de les exporter en Égypte et en Syrie56. Le supérieur des frères mineurs de Palestine intervint auprès d’Alphonse V pour le convaincre de se réconcilier avec Barsbāy57 et, dès septembre 1424, le roi conçut le projet d’une ambassade en terrain neutre, à Rhodes, où ses envoyés devaient rencontrer ceux du Sultan. Le roi choisit donc pour émissaire l’hospitalier Joan Descarrigues, commandeur de Masdeu, et définit les instructions nécessaires à sa mission58. Mais au moment où Descarrigues allait s’embarquer pour Rhodes, des sujets du Sultan s’emparèrent du navire du Catalan Nicolau Julià, ce qui eut pour effet d’annuler l’ensemble du projet car Alphonse faisait de la restitution du bâtiment — et des dédommagements qui devaient s’ensuivre — un préalable aux négociations59.

  • 60 L’informateur n’était autre que Joan Descarrigues, devenu pour la circonstance ambassadeur du grand (...)
  • 61 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2490, ffos 5r° 6v°, 9v°-10v° et 19v° ; reg. 2487, ffos 46v°-47r° et 84 (...)
  • 62 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2488, ffos 77v°-78r° (7 décembre 1426) ; concernant les mesures de Bar (...)

21Les relations restèrent donc tendues en raison de ces événements mais aussi du fait de la menace toujours plus précise que Barsbāy faisait planer sur Chypre, dès le début de l’année 1426, et qui ne pouvait laisser Alphonse indifférent compte tenu du rôle de protecteur des intérêts chrétiens en Méditerranée orientale qu’il entendait assumer60. En dépit d’efforts de défense entrepris à la hâte61, le Sultan parvint à débarquer et à vaincre le roi de Chypre Janus, qui fut fait prisonnier à la bataille de Chierokitia, le 7 juillet 1426. Enfin, la même année, Barsbāy étendit les mesures de monopole sultanien à la vente du poivre, imposant ainsi des prix fixes supérieurs à ceux du marché, ce qui détériora encore davantage les relations avec les marchands catalans, qu’Alphonse entendait bien défendre62.

  • 63 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2683, lettre adressée à Joan Descarrigues, lieutenant du grand maître, (...)
  • 64 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, pp. 78-60 et P. Bonneaud, Le prieuré de (...)
  • 65 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, pp. 59-60.

22En dépit de ce contexte défavorable, Antoni Fluvià, le grand maître des Hospitaliers, reprenait les contacts avec le Sultan en vue de parvenir à un accord de paix, tandis qu’Alphonse V, pour sa part, souhaitait au contraire mener une expédition punitive contre le Sultan63. Le Magnanime avait en effet conçu avec Joan Descarrigues le projet d’envoyer vingt-quatre galères défendre Rhodes, en échange de la somme que l’hospitalier devait recueillir en Catalogne pour le compte de son ordre. Cependant, Joan Descarrigues s’était en fait engagé sans le consentement de son grand maître, qui désavoua ce plan et le sanctionna sévèrement64, sans doute parce que les pourparlers qu’Antoni Fluvià avait lui-même entamés avec le sultan Barsbāy étaient proches d’aboutir. Cette affaire provoqua d’ailleurs une courte brouille entre le grand maître et Alphonse V65 ; c’est pourquoi une année s’écoula encore avant que le souverain aragonais ne participât lui aussi aux négociations de Rhodes.

  • 66 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2683, ffos 20v°-21r° (juin [?] 1428) ; reg. 2578, f°46v° (8 février 14 (...)
  • 67 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2579, ffos 49r°-50r° (18 mars 1429)   mémorial : reg. 2647, ffos 148r° (...)
  • 68 Nous ne possédons à ce jour que la copie arabe du traité (R. Ruiz Orsatti, « Tratado de paz entre A (...)
  • 69 Les points essentiels du traité étaient les suivants : a) liberté de circulation (clauses 2, 4 et 2 (...)
  • 70 En fait, cette clause a été mal traduite par R. Ruiz Orsatti et M. A. Alarcón y Santon et R. García (...)
  • 71 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2647, f° 151r°-v° : les ambassadeurs devaient demander à ce que les ch (...)

23Les préparatifs d’ambassade reprirent donc au cours de l’été 142866. Comme Joan Descarrigues avait été disgracié, on désigna deux nouveaux émissaires, Lluís Sirvent et Rafael Ferrer, marchands de Barcelone. Ils partirent pour l’île des Hospitaliers l’année suivante, munis d’un mémorial qui s’inspirait très largement de celui qui avait déjà été rédigé en 142467. C’est donc à Rhodes, en terrain neutre, que se déroulèrent les longues négociations avec les ambassadeurs de Barsbāy, qui débouchèrent enfin, le 30 mai 1430, sur la conclusion d’un nouveau traité68. Celui-ci était en fait presque entièrement consacré à l’amélioration et à la défense du commerce des Catalans avec l’Égypte et la Syrie ; la liberté de circulation des marchands sur le territoire du sultan du Caire était garantie, tandis que d’autres mesures devaient avoir pour effet de protéger le commerce contre l’arbitraire des fonctionnaires mamelouks ; par ailleurs, des efforts particuliers étaient faits pour codifier clairement les relations commerciales et les règlements judiciaires en cas de différends entre marchands des deux nationalités ; en outre, le traité de 1430 reprenait les dispositions de ceux de 1290 et 1293 relatives au paiement des taxes douanières et à l’assistance aux navires en difficulté ; enfin, un nouveau consul des Catalans devait être nommé puisque depuis l’expédition de 1416 le poste était resté vacant69. D’une manière générale, le traité était donc très favorable aux intérêts des marchands catalans, lesquels se voyaient accorder la clause de la nation la plus favorisée (articles 17 et 21) ; seules les dispositions relatives à la piraterie ou aux exactions des négociants du Principat stipulaient que leurs collègues et le consul pouvaient être également tenus pour responsables70. On notera enfin qu’en dépit du rôle de protecteur des intérêts chrétiens en Terre sainte endossé par Alphonse le Magnanime, aucune clause du traité n’abordait cet aspect des relations, qui pourtant figurait bien au programme des instructions d’ambassade, datées de mai 142971.

  • 72 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2791, ffos 103v°-105v° (7 et 9 septembre 1432) et reg. 3172, f° 85r° ( (...)
  • 73 B. de La Broquière, Le voyage d’Oultremer, pp. 55 et 66-6- ; S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägypten (...)
  • 74 Alphonse craignait en effet que se noue une alliance entre Venise, Florence et Milan pour le chasse (...)
  • 75 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, p. 63, n. 3.

24Cet accord redéfinissait donc les relations des marchands catalans avec les Mamelouks, les ramenant en gros à ce qu’elles avaient toujours été avant l’avènement d’Alphonse. Mais il ne devait être respecté que deux courtes années. En effet, dès le mois de mai 1432, le sultan Barsbāy rétablissait sa politique de monopole des ventes d’épices aux Occidentaux, pourtant contraire aux dispositions du traité (article 8), et que le Magnanime dénonça avec sa vigueur coutumière. De plus ce conflit se doublait, pour les Catalans, d’un différend portant sur le pillage des biens d’un sujet du Sultan, pour un montant s’élevant à environ 6.000 ducats72. En réaction, Alphonse reprit les opérations de course contre les côtes égyptiennes et syriennes73 et projeta même contre le Sultanat une expédition d’envergure pour l’été 1433, à laquelle devaient également s’associer les Hospitaliers de Rhodes ; mais il renonça finalement à la fin de l’année, en raison de l’urgence de ses affaires d’Italie74. Le projet fut reporté à l’année suivante, mais sans plus de résultats75.

  • 76 Si l’on excepte la venue de trois galères de pirates mentionnées par des chroniques arabes (E. Asht (...)
  • 77 A. de Capmany i de Montpalau Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ci (...)
  • 78 Il en fut de même pour celles de 1446 et de 1451 (C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V (...)
  • 79 Sur ces événements et l’attitude d’Alphonse V, voir C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse (...)

25Le 5 août 1435, Alphonse était vaincu et fait prisonnier par les Génois à la bataille de Ponza. Toute action politique en Méditerranée orientale fut donc paralysée, de même que l’ensemble du trafic catalan avec le Levant, en 143676. Les Conseillers de Barcelone reprirent alors l’initiative et réclamèrent avec insistance le rétablissement de relations diplomatiques et la redéfinition d’une paix nouvelle avec le sultan mamelouk, en octobre 1437 puis en avril 1438. Une nouvelle légation défendant la cause des marchands catalans prit donc le chemin du Caire, bien que nulle trace de cette ambassade ne soit apparemment conservée à l’Arxiu de la Corona d’Aragó ; mais une réponse du nouveau sultan Djakmak, qui avait accédé au pouvoir en septembre 1438, confirma les anciens privilèges de la Cité Comtale77. Une nouvelle ambassade royale, dont les instructions furent rédigées en août 1441, fut infructueuse, sans doute en raison du caractère excessif des exigences alors formulées par le roi78. Lorsqu’enfin Alphonse V se fut rendu maître du royaume de Naples, en 1442, il put de nouveau se consacrer plus efficacement aux affaires d’Orient. Cependant, la principale puissance musulmane avec laquelle il fallait à présent composer dans cette région n’était plus celle des Mamelouks, dont les troupes avaient échoué devant Rhodes après plus d’un mois de siège en septembre 1444, mais l’Empire ottoman, alors en pleine ascension comme en témoignait l’éclatante victoire remportée par le sultan Murad II à Varna, le 10 novembre de la même année79. Ainsi, des deux côtés de la Méditerranée, l’équilibre politique se trouvait-il modifié, et avec lui l’ensemble du jeu diplomatique.

  • 80 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2387, f° 142v° (31 juillet 1415).
  • 81 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2740, ffos 95v°-96r° (4 mai 1419).

26De ces relations tumultueuses avec les Mamelouks, on peut conclure qu’en fait la politique suivie par Alphonse le Magnanime a plus souvent contrarié l’activité des marchands qu’elle ne l’a servie, en dépit des objectifs affichés. Par la première mesure destinée à préparer la vaste opération de course qui eut lieu en août 1416, Alphonse ordonnait en effet à ses futurs sujets de quitter le Sultanat pour éviter d’être victimes de représailles80. Puis, jusqu’en 1419, d’importants hommes d’affaires qui remplissaient également les fonctions d’agents du roi (Guillem de Cabanyelles et Pere de Gualbes) veillèrent, depuis Rhodes, à faire respecter l’interdiction pour les marchands catalans de se rendre en Égypte et en Syrie81. Au début de l’année 1422, les Conseillers de Barcelone se plaignirent ouvertement de la « guerre » (sic) que le roi menait contre le sultan du Caire ; leurs explications, adressées au monarque, étaient très claires :

  • 82 « Depuis le début de la guerre, les grands navires de vos sujets, chargés de biens de vos terres, n (...)

Los navilis grans de vostres subdits despuys que dura la guerra no van ab los avers de vostres terres a la terra del dit solda [...] E los navilis e mercaderia diminuexen e los guanys e profits s.en porten altres nacions82.

27Les Conseillers priaient donc instamment le roi de conclure la paix avec le sultan mamelouk. Sans doute cette pressante requête fut-elle à l’origine de la tentative de paix de 1424.

  • 83 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2893, ffos 176v°-177r° (23 juillet 1435), document signalé par C. Mari (...)
  • 84 M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, p. 43.
  • 85 Ibid., pp. 590-592 ; et A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio (...)

28Les difficultés de la conquête du royaume de Naples, au cours des années 1430, rendirent à nouveau plus contraignante l’attitude du roi vis-à-vis des marchands catalans et des patrons de navire. Le souverain réquisitionna ainsi, peu avant la bataille de Ponza, plusieurs bâtiments qui assuraient d’ordinaire les liaisons avec le Levant83. En réaction, les Conseillers de Barcelone se plaignirent à nouveau, au début de l’année 1436, de la pénurie de navires frappant les marchands qui voulaient commercer avec l’Orient méditerranéen84. Lorsque les magistrats municipaux de Barcelone réclamèrent le rétablissement de relations diplomatiques avec le sultan du Caire, au cours des deux années suivantes, ils dénoncèrent explicitement à cette occasion les contraintes que les autorités militaires royales imposaient aux marchands85. Toutes ces protestations montrent donc clairement que les forces vives de l’expansion catalane se trouvaient absorbées ou entravées par les entreprises de conquête du roi.

  • 86 Cette stratégie est donc en fait plus limitée que celle prêtée aux souverains de la couronne d’Arag (...)

29En définitive, cette politique contraignante constitue le principal élément de rupture avec la ligne de conduite adoptée par tous les prédécesseurs d’Alphonse le Magnanime. Tandis que ceux-ci étaient parvenus avec adresse à concilier dans leur politique orientale les objectifs de défense de la Chrétienté et des intérêts mercantiles catalans86, a priori contradictoires, Alphonse V remit en cause ce subtil équilibre par une stratégie énergique et ambitieuse aux objectifs difficilement compatibles et qui, bien qu’elle aboutît à la — laborieuse — conquête du royaume de Naples et au nouvel appui stratégique sur Rhodes, fragilisa en définitive les acquis patiemment obtenus par ses prédécesseurs.

  • 87 A. Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay, pp. 293 et 304-309 ; S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ä (...)

30Le Magnanime ne portait pas seul la responsabilité de ce recul ; Barsbāy contribua lui aussi à rendre plus difficiles les relations commerciales par l’établissement du système des monopoles sultaniens et par le durcissement de sa politique fiscale, cherchant à tirer le profit maximum d’un négoce indispensable pour les Occidentaux87. Des deux côtés de la Méditerranée, le pouvoir politique adoptait donc une attitude de plus en plus contraignante pour les activités commerciales, qui s’accommodaient bien mal de ces raidissements autoritaires.

II. — Consuls et fundu-s catalans en Égypte et en Syrie88

De 1187 à 1344

  • 89 A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el C (...)
  • 90 Ibid., t. I, p. 334.
  • 91 Pierre Racine, « Les débuts des consulats italiens outre-mer », dans Michel Balard (éd.), État et c (...)

31La mise en place d’un consulat destiné à représenter les intérêts de la couronne d’Aragon à Alexandrie a déjà été décrite de façon approfondie par À. López de Meneses89 ; aussi n’est-il guère utile de revenir en détail sur les circonstances de sa création par le roi Jacques Ier en 1262, ni sur les débuts de cette institution. Il faut cependant ajouter que bien avant la fondation de ce consulat il en existait également un autre, installé à Tyr dès 1187 — du temps des États latins d’Orient fondés par les croisés — et que les marchands de Barcelone partageaient en fait avec ceux de Montpellier, de Saint-Gilles et de Marseille90. Cette institution constitue d’ailleurs l’un des plus anciens témoignages de la présence régulière de négociants catalans dans le Levant méditerranéen. Dès l’époque des États latins d’Orient, les hommes d’affaires du Principat étaient donc représentés à la fois en Égypte et en Syrie, tout comme leurs collègues italiens, qui les y avaient toutefois largement devancés91.

  • 92 A, de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 93 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 112-113, exagère sa (...)
  • 94 Voir le commentaire d A. de Capmany a ce sujet : « La magistratura municipal de Barcelona llegó a c (...)

32De nouvelles dispositions furent bientôt prises, du fait de l’importance des relations avec la Méditerranée orientale. Ainsi, en 1266, Jacques Ier accorda-t-il aux Conseillers de Barcelone le privilège de nommer eux-mêmes chaque année des consuls « itinérants » embarquant à bord des navires se rendant vers l’ultramar. Puis, deux ans plus tard, ce privilège fut étendu aux représentants permanents d’ultramar et de Romanie, concession qui devait progressivement s’appliquer aux autres ports dans lesquels le roi avait jusqu’alors procédé lui-même à la nomination de ces officiers92. Le monarque devait toutefois confirmer en dernier ressort la nomination du nouveau consul. Le partage des rôles était ainsi bien délimité entre le souverain et les édiles municipaux, du moins dans le cadre des relations avec les Mamelouks : le premier gardait bien sûr le contrôle de la diplomatie et restait en contact avec les sultans, grâce aux nombreuses ambassades envoyées jusqu’à la fin du XIVe siècle, cependant que les seconds disposaient d’une représentation permanente sur place, permettant de défendre au quotidien les intérêts des marchands grâce à l’institution consulaire, dont il ne fut en fait jamais question dans les traités et ambassades93 (sauf ceux de 1429-1430, qui appartiennent toutefois à une autre phase de relations avec les Mamelouks). Ce privilège de nommer les consuls qui allaient représenter et défendre tous les sujets du roi constituait donc pour Barcelone un gage d’autonomie mais aussi de rayonnement au sein de la couronne d’Aragon94.

  • 95 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 65,459-460 et 465-466.
  • 96 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 97 S. Semeonis, « Le voyage de Symon Semeonis d’Irlande en Terre sainte p. 973 ; Semeonis avait débarq (...)

33Cependant, en 1291, la reconquête définitive des États latins par les Mamelouks entraîna la disparition du consulat de Tyr, puisque cette cité, comme la plupart des autres ports de Syrie-Palestine, perdit alors toute son importance commerciale au profit de Beyrouth, directement reliée à Damas, la capitale syrienne95. Les Catalans ne conservaient donc en territoire mamelouk que le consulat d’Alexandrie. En effet, en dépit du renforcement des interdits pontificaux en matière de commerce avec l’Égypte, un consul continua bien à représenter les intérêts des marchands du Principat dans cet État. Une requête datée du 5 février 1302 lui fut en effet envoyée par les Conseillers de Barcelone pour appuyer la demande du marchand Guillem de Banyoles, qui souhaitait récupérer de l’antimoine et d’autres biens que son père, mort entre-temps, avait laissés à la douane d’Alexandrie une quinzaine d’années auparavant96. Deux décennies plus tard, dans la relation de son voyage, le pèlerin irlandais Symon Semeonis attestait une nouvelle fois la présence d’un consul et d’un funduḳ des Catalans à Alexandrie, aux côtés de ceux des Vénitiens, des Génois et des Marseillais97.

  • 98 C’est aussi l’opinion de S. Y, Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 77.
  • 99 Voir le présent chapitre, infra, pp. 87-97.
  • 100 À cette raison s’ajoutent aussi la disparition et la dispersion d’une grande partie des sources du (...)

34Ces institutions traversèrent donc la période des prohibitions pontificales les plus sévères (entre 1291 et 1344)98 puisque les souverains aragonais toléraient les contacts commerciaux de leurs sujets avec l’Égypte et la Syrie et en profitaient même directement, sous couvert de leur imposer des sanctions99. Mais les prohibitions pontificales expliquent sans doute en grande partie la discrétion des sources barcelonaises au sujet des institutions consulaires en territoire mamelouk pendant cette période100. De fait, les opérations commerciales alors effectuées sont principalement connues par les amendes versées et non par les contrats notariés, d’ordinaire beaucoup plus courants, mais qui ne réapparaissent en nombre qu’après cette époque d’interdits particulièrement rigoureux.

Les aires de compétence des consulats catalans en Égypte et en Syrie après 1344

  • 101 La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV, pp. 172-173 et 852.
  • 102 A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el C (...)
  • 103 Voir la liste des consulats majorquins dans ACA, Reial Cancelleria, reg. 1412, f° 142r° ; de nombre (...)

35Le nouveau contexte du début des années 1340 allait permettre de préciser les compétences des consuls catalans. Avec la fin de la politique officielle d’embargo vis-à-vis de l’État mamelouk, les sources barcelonaises nous renseignant sur les consulats catalans d’Égypte et de Syrie sont en effet de nouveau plus abondantes. Par ailleurs, la conquête du royaume de Majorque, achevée par le roi Pierre le Cérémonieux en 1343, entraîna une redistribution des rôles commerciaux entre les ports de Majorque et de Barcelone, comme l’a d’ailleurs bien confirmé récemment M. D. López Pérez101. Plusieurs actes officiels de décembre 1347 et janvier 1348102 établissaient en effet la liste des différents ports et pays dans lesquels les autorités municipales des deux emporia entretenaient des consuls ; si les représentants des deux villes pouvaient encore entrer en concurrence dans le sultanat de Fez ou dans le royaume de Chypre, il n’en allait pas de même pour le Sultanat, où les Conseillers barcelonais étaient seuls à nommer des consuls qui représentaient l’ensemble des ressortissants de la couronne d’Aragon103. Barcelone se spécialisait donc dans les relations avec la Méditerranée orientale, tandis que Majorque devait se cantonner aux contacts commerciaux avec le Maghreb.

  • 104 La date de fondation de tous les consulats vénitiens créés en Syrie au cours de la première moitié (...)
  • 105 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 106 Manuel Sánchez, « Impuis comercial i financer entre 1200 i el 1350. Mercaders i banquers », dans le (...)
  • 107 P. Voltes Bou, « Repertorio de documentos referentes a los cónsules de Ultramar y al Consulado de M (...)
  • 108 Le siège principal du consulat se trouvait à Damas, ce que signalaient déjà W. Heyd, Histoire du co (...)
  • 109 Dans la seconde moitié du XIVe siècle, le titre de consul de Syrie et de Petite Arménie était sans (...)
  • 110 Voir supra, p. 64.
  • 111 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 122. Le consul devai (...)

36Ces sources confirment que le consulat d’Alexandrie avait bien continué d’être occupé — puisque rien ne laisse supposer une nouvelle fondation effectuée au cours des années 1340 —, mais elles signalent aussi pour la première fois un consulat à Beyrouth, dont nous ignorons la date de création104. Sans doute s’agit-il dès cette époque du consulat unique de Syrie et du royaume voisin de Petite Arménie, plus tard basé à Damas, la capitale syrienne. Car tous les documents postérieurs relatifs au consul des Catalans dans cette région indiquent que celui-ci avait autorité sur le royaume de Petite Arménie ainsi que sur les régions de Damas et Beyrouth ou, d’une manière plus générale, en Syrie105. Il convient à ce sujet de rectifier une erreur qui figure sur toutes les cartes publiées présentant l’implantation des différents consulats catalans : au XIVe siècle, il n’en existait en fait qu’un seul pour la Syrie et la Petite Arménie, et non pas quatre respectivement installés à Tyr, Beyrouth, Damas et L’Aïas106. Cette erreur tient sans doute à la liste des consulats publiée par P. Voltes Bou dans laquelle cet auteur distingue curieusement deux rubriques, l’une pour l’Arménie, Beyrouth et Damas, et l’autre pour la seule ville de Damas, alors que les mêmes documents sont signalés dans les deux cas107. Il n’existe pourtant à ce jour aucune source prouvant que deux consuls catalans aient simultanément occupé un poste, l’un à Beyrouth et l’autre à Damas108, ou l’un en Syrie et l’autre en Petite Arménie109 ; quant au consulat de Tyr, il avait bien entendu disparu dès la fin du XIIIe siècle110. Si plusieurs localités de Syrie sont parfois citées dans les sources, c’est parce que le consul pouvait nommer des remplaçants dans les différentes places commerciales de ce pays, compte tenu de l’étendue de la zone sur laquelle s’étendait son autorité111. Le seul autre consulat des sujets du roi d’Aragon situé en territoire mamelouk était celui d’Égypte, situé à Alexandrie. Cette répartition entre Syrie et Égypte est donc la même que celle qui existait déjà du temps des États latins, le consulat de Tyr ayant été remplacé par celui de Damas-Beyrouth, que pour plus de commodité nous appellerons désormais consulat de Syrie.

  • 112 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 464-465 ; en Égypte, les Vénitiens (...)
  • 113 D’après l’étude déjà ancienne de W. Heyd, ils ne disposaient apparemment que de consulats destinés (...)

37La représentation permanente des intérêts catalans dans les États du sultan du Caire était donc organisée et répartie selon un modèle proche de celui adopté par les Vénitiens, qui disposaient à Damas d’un consul général ayant autorité sur l’ensemble de la Syrie cependant que des vice-consuls résidaient à Alep, Beyrouth et Tripoli112. En revanche, le nombre des consuls génois en Syrie semble avoir été nettement plus limité à partir du XIVe siècle113.

  • 114 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 123.
  • 115 Par suite de la brouille entre les souverains mamelouks et Alphonse le Magnanime (voir supra pp. 54 (...)
  • 116 M. T. Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mar i els consolats d’Ultramar », p. 74.

38L’histoire du consulat catalan de ce pays devait connaître un brutal dénouement. Lors du raid dévastateur de Tamerlan contre Damas, au cours de l’hiver 1400-1401, le consul Pere de Quintana dut en effet précipitamment abandonner son poste114. Il ne fut en fait jamais remplacé et le consulat d’Alexandrie demeura donc, pour le XVe siècle, la seule institution représentant en permanence les intérêts catalans auprès des Mamelouks — avec toutefois une vacance du poste entre 1416 et 1429115. Tout comme le Maghreb, l’Égypte et la Syrie connurent donc une tendance au regroupement des consulats catalans ou à l’extension de leur aire de compétence116.

Les prérogatives des consuls catalans en Égypte et en Syrie

  • 117 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 118 G. Petti Balbi, « La massaria genovese di Alessandria d’Egitto nel Quattrocento », p. 341, n. 8.
  • 119 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 120 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 118   et M.T. Ferrer(...)

39Les consuls jouissaient évidemment de prérogatives identiques quel que fût le lieu de leur affectation. Un règlement spécial fut cependant défini pour celui d’Alexandrie en 1381 et celui de Damas en 1386117, preuve de leur importance cruciale pour les marchands de la couronne d’Aragon. Chacun de ces deux consuls devait occuper sa charge pendant trois ans, soit une durée tout à fait comparable à celle du mandat des consuls italiens d’Alexandrie par exemple118, mais les représentants des Catalans pouvaient être reconduits dans leurs fonctions pour un second mandat si leurs administrés en faisaient la demande. Ils devaient également prêter serment devant le bailli de Barcelone lors de leur entrée en fonction119. Leurs compétences s’étendaient essentiellement à deux domaines : les attributions diplomatiques, qui consistaient à représenter et défendre les intérêts de leurs concitoyens auprès des autorités mameloukes, et les fonctions d’administration, de police et de justice concernant les sujets du roi présents en Égypte ou en Syrie120.

  • 121 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 118-119.
  • 122 Exceptionnellement, la lettre de recommandation adressée au sultan Barḳūḳ en faveur du nouveau cons (...)

40Selon ses attributions officielles, le consul représentait tous les régnicoles installés ou de passage en Égypte et en Syrie. Mais comme l’a montré Cl. Carrère, les Sardes, les Siciliens et les Napolitains, auprès desquels les Conseillers de Barcelone nommaient également des consuls, n’étaient pas compris parmi les ressortissants dont il avait la charge121. Dans la pratique, le consul défendait donc principalement les intérêts des marchands catalans — justifiant ainsi les prérogatives des édiles de la Cité Comtale — mais aussi des Majorquins, Valenciens ou Aragonais amenés à se rendre dans le sultanat mamelouk122.

  • 123 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 124 Voir infra, p. 211, les événements survenus en 1412 et leurs conséquences, rapportés par E. Piloti,(...)
  • 125 E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, p. 232 ; Piloti ajoute que le consul — il s’agit (...)
  • 126 Deux consuls vénitiens d’Alexandrie furent pour leur part fouettés jusqu’au sang, en 1302 et en 146 (...)
  • 127 AHPB, Guillem Donadeu, Manual dels actes del periatge (1404-1408) 9 avril 1405 (partiellement publi (...)
  • 128 J. Ainaud, « Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i. Alexandria », p. 328 ; et Cl. Car (...)

41C’est ainsi que les consuls catalans devaient être personnellement présents à la douane à Alexandrie ou dans le local de perception de l’oxer à Damas, pour assister à la pesée des marchandises123, ce qui leur permettait d’intervenir en cas de difficulté entre leurs compatriotes et l’administration mamelouke. Lors des attaques de pirates catalans ou d’autres sujets du roi d’Aragon, ils pouvaient être convoqués au Caire pour répondre de ces méfaits et pour communiquer à leurs administrés les sanctions décidées124. Selon le témoignage d’Emmanuel Piloti, un consul catalan fut même châtié corporellement dans ces circonstances, puis assigné à résidence, pour avoir conseillé à ses compatriotes de fuir le pays avant d’être atteints par les mesures de répression prévues125. Une telle sévérité était certes exceptionnelle, mais elle montre que l’immunité qui protégeait théoriquement le consul avait ses limites126. Dans des circonstances il est vrai très différentes, Pere de Quintana, consul de Syrie, ne put quant à lui récupérer les biens d’une valeur d’environ 4.000 florins dont, nous l’avons vu, il avait été spolié par un émir syrien alors qu’il fuyait l’arrivée des troupes de Tamerlan127. Vu l’impossibilité d’obtenir des dédommagements du sultan Faradj ou de les prélever sur les biens de marchands mamelouks commerçant avec les pays de la couronne d’Aragon, le viguier et les Conseillers de Barcelone décidèrent en 1402 d’attribuer une indemnité de 1.467 livres à Pere de Quintana, tandis qu’en 1405 les consuls de la mer (consols de mar) et le Conseil des marchands (Consell de mercaders) acceptèrent de lui verser 275 livres à titre de dédommagement complémentaire128.

  • 129 Voir le présent chapitre, supra p. 52.
  • 130 Voir infra les tableaux 3 (Consuls d’Alexandrie entre 1360 et 1449) et 4 (Consuls de Syrie entre 13 (...)
  • 131 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)

42Les consuls pouvaient également transmettre des requêtes royales au Sultan, bien qu’une telle procédure fût théoriquement contraire à la répartition des rôles établie au début du XIVe siècle, entre le roi et ses ambassadeurs d’une part, et les Conseillers de Barcelone et leurs consuls d’autre part. En fait, après la mort de Pierre le Cérémonieux en 1387, les ambassades se firent beaucoup plus rares, comme nous l’avons vu, et par voie de conséquence les prérogatives diplomatiques des consuls s’étendirent. Ainsi se virent-ils confier, à partir de 1399, la mission de demander auprès du Sultan le corps de sainte Barbe, qui jusqu’alors avait toujours été réclamé par voie d’ambassade129. Il est d’ailleurs significatif de constater que c’est à partir de cette époque que les noms des consuls successifs sont connus130. Jusqu’alors, les documents royaux étaient toujours adressés au consul de Damas ou d’Alexandrie, mais sans que celui-ci y soit nommément désigné. Le règlement du consulat en Égypte stipulait en outre que lorsqu’un consul se rendait à la cour du Sultan au Caire il devait être accompagné par deux écuyers en livrée, de même que lorsqu’il se rendait à la douane d’Alexandrie131.

  • 132 S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 203 ; et M.T. Ferrer i Mallol, « El (...)
  • 133 ACA, Reial Cancelleria, Procesos en folio, leg. 134 n° 9, leg. 129 n° 18, et leg. 113 n° 3 ; te con (...)
  • 134 M. T. Mansouri, « Les communautés marchandes occidentales dans l’espace mamlouk », p. 91. Lorsqu’un (...)
  • 135 M. Viladrich i Grau, « L’extraterritorialitat del dret ». Pour la formulation de cette clause, voir (...)

43La justice constituait une part essentielle des attributions des consuls, dont les compétences s’étendaient aux affaires civiles et criminelles132. Les minutes du procès intenté en 1375 au marchand Joan Ribalta lors de son retour d’Alexandrie en fournissent une vivante illustration. Plusieurs témoins à décharge relatèrent en effet comment le consul Miquel Sa Torra avait d’abord confondu après enquête puis condamné Francesc Sa Plana, délateur et rival de Joan Ribalta, pour avoir dérobé des biens à un autre marchand catalan mort à Alexandrie puis falsifié son livre de comptes afin d’effacer toute trace de son larcin133. Le consul exerçait ainsi son arbitrage lors des conflits qui éclataient parfois entre les marchands. En revanche, il n’était théoriquement pas autorisé à trancher un différend opposant un négociant chrétien à un musulman, ce dernier ne pouvant se soumettre à la justice d’un ḥarbī. Dans ce cas, le jugement devait être rendu en présence d’un officier musulman désigné par le Sultan134. Une clause du traité de 1430, sujette à discussion135, limitait cependant au seul consul la capacité d’exercer un arbitrage lors de ces conflits.

  • 136 Sur le sens de ce terme, voir le chapitre IV consacré aux contrats commerciaux, p. 233 n. 14.

44Les consuls devaient aussi s’occuper des biens laissés par les marchands morts en terre étrangère. Dans le cas du procès précédemment évoqué, Miquel Sa Torra avait désigné deux administrateurs chargés de restituer les marchandises confiées en commende136 à leurs bailleurs et les biens personnels du défunt à ses héritiers en Catalogne ; c’est ainsi qu’ils découvrirent le vol de Francesc Sa Plana.

  • 137 Les manifests rassemblés par le consul devaient ensuite être envoyés à Barcelone au collecteur du d (...)
  • 138 Comme en témoignent les dispositions prises le 2 octobre 1392 (ACA, Reial Cancelleria, reg. 2142, f (...)

45Les consuls de Damas et d’Alexandrie jouaient également un rôle essentiel de perception des taxes grevant le commerce avec la Syrie et l’Égypte, généralement proportionnelles à la valeur des biens transportés. Afin d’éviter toute fraude, les scribes des navires devaient remettre aux consuls, dès l’arrivée au port, une copie de leur livre de bord (manifest), sur lequel étaient répertoriées toutes les marchandises embarquées avec leur prix. Cette mesure fut notamment prise pour percevoir à partir de 1431 la principale taxe levée sur le commerce avec l’Égypte et la Syrie, le dret de les drassanes (« droit des arsenaux »)137, ainsi que certains impôts provisoires destinés à payer des amendes infligées par les sultans138.

  • 139 Sur les circonstances de son élection, voir infra, pp. 83-84.
  • 140 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2791, f° 105r° (7 septembre 1432) et reg. 3172, f° 85r° (24 août1432).
  • 141 Au moment de son remplacement, qui aurait dû intervenir en 1433, le roi et les Conseillers de Barce (...)

46Enfin, il pouvait arriver qu’un consul fût désavoué par le pouvoir royal pour ses décisions. Tel fut en 1432 le cas de Berenguer Sirvent, qui était pourtant le candidat d’Alphonse le Magnanime à ce poste139. Sirvent avait en effet accepté la perception par les Mamelouks d’une nouvelle taxe qui venait frapper le commerce de ses compatriotes en représailles à un acte de piraterie au cours duquel un sujet du Sultan avait été dépouillé de ses biens, évalués à 6.000 ducats. Or Alphonse V estimait que le cas était litigieux, puisque le navire sur lequel la victime s’était embarquée appartenait à des marchands « de Barbarie » et que l’arraisonnement avait eu lieu en dehors des limites géographiques définies par le traité de 1430. Le consul était donc prié de revenir sur ses engagements et se voyait menacé de devoir rembourser à ses frais les sommes indûment prélevées140. Nous ignorons le dénouement de l’affaire ; toujours est-il que Berenguer Sirvent semble avoir rempli jusqu’en 1437 ses fonctions de consul à Alexandrie, mais son maintien à ce poste pendant une période aussi longue était dû à des circonstances exceptionnelles tout à fait étrangères aux éventuelles qualités qu’il avait déployées dans l’exercice de ses fonctions141.

Le salaire des consuls

  • 142 Ce livre de bord était appelé manifest ; y étaient consignés les marchandises et les contats de cha (...)

47Les consuls de Damas et d’Alexandrie percevaient un salaire financé par un impôt sur les marchandises importées et sur les changes fournis par les commerçants catalans en Égypte et en Syrie. Le tarif de ce droit du consolat, directement prélevé par le consul sur présentation du livre de bord des navires142, n’était pas le même dans la capitale syrienne et dans le port égyptien et connut des variations dans les deux cas (voir les tableaux 1, p. 73 et 2, p. 74).

  • 143 En effet, les navires catalans qui faisaient voile pour Beyrouth étaient alors plus nombreux que ce (...)

48D’une manière générale, la taxe destinée à financer le salaire des consuls était donc plus faible en Syrie qu’en Égypte et cet écart s’accrut encore, compte tenu de l’évolution divergente des deux taux d’imposition. Les représentants en poste à Alexandrie disposaient donc théoriquement d’un revenu supérieur à celui de leurs homologues de Damas, sauf aux environs de 1380, mais l’inégale ampleur du trafic pouvait évidemment modifier ce rapport, ce qui semble effectivement avoir été le cas à la fin du XIVe siècle143. Les consuls de la mer, qui fixaient cet impôt, auraient donc été attentifs à l’évolution du trafic vers ces deux destinations et auraient fixé les taux d’imposition de façon à doter ces deux consulats de revenus à peu près équivalents.

Tableau I. — Impôt prélevé sur les marchandises et les changes pour financer le salaire du consul de Syrie

Tableau I. — Impôt prélevé sur les marchandises et les changes pour financer le salaire du consul de Syrie

a À cet impôt sur les marchandises devait être ajouté un droit de 20 deniers de Barcelone pour 400 ducats ou florins de Florence, prélevé sur les changes exprimés en ces monnaies.
b Rapport établi sur la base d’une équivalence de 1 dirham de Damas pour 10 deniers de Barcelone (équivalence fournie par C. VELA I AULESA, « Les espècies orientals », doc. 14 [1384]).
c Par erreur, Cl. Carrère fixe ce droit à seulement 6 sous pour 100 livres

  • 144 Le terme de djāmakiyya (pl. djawāmik) désigne en arabe un salaire, et plus précisément les dépenses (...)
  • 145 A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el C (...)
  • 146 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)

49Ce droit du consolat, perçu par les consuls eux-mêmes, était donc bien distinct de la « jamequia »144, un salaire que les sultans versaient uniquement, semble-t-il, aux consuls de Syrie. Aucun document relatif à ceux d’Alexandrie ne fait allusion à ce revenu, pas même le traité de 1430, qui détaille pourtant les relations que le représentant officiel des Catalans et des autres sujets du roi devait entretenir avec le pouvoir mamelouk. Le montant de ce salaire n’est jamais indiqué mais les différents monarques ne manquèrent pas, à chaque nomination d’un nouveau consul, de rappeler dans leurs lettres de recommandation aux autorités mameloukes que celles-ci lui devaient cette rétribution annuelle en vertu d’une antique coutume145. D’après le règlement du consulat de Syrie, édicté le 9 janvier 1386, le consul devait affecter ce revenu à l’entretien d’un prêtre chargé de dire la messe pour les sujets du roi présents à Beyrouth, afin de leur éviter d’avoir à suivre le culte célébré par le chapelain d’une autre nation146.

Tableau 2. — Impôt prélevé sur les marchandises et les changes pour financer le salaire du consul d’Alexandrie

Tableau 2. — Impôt prélevé sur les marchandises et les changes pour financer le salaire du consul d’Alexandrie

a Le quirat (ou carat) constituait l’unité divisionnaire du besant d’or d’Alexandrie, à raison de 24 quirats pour un besant ; un besant équivalait exactement à une livre de Barcelone (AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú [juin 1353 - octobre 1357], ffos 23v°, 25r°, 48r°, 61v°-62r°, 80v°, 91r° et 92v° [1353-1356] ; ACA, Reial Cancelleria, Procesos en folio, leg. 134/9, ffos 2r° et 8r° [1374] ; ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2313, f° 11r° [1374] ; ACA, Reial Cancelleria, reg. 2142, f° 64r° [1392].)
b Plusieurs autres droits étaient également prévus : une livre et 12 quirats sur tous les navires de deux et trois ponts, et une livre sur ceux d’un pont ; 12 quirats sur tous les bâtiments de plus de 100 salmes ; 1 quirat pour tout marin et tout « tengut de navili ».
c Une retenue supplémentaire de 2 quirats par livre était également prévue pour le salaire d’un prêtre.
d Impôt de 24 quirats par livre sur les marchandises, de 20 quirats par livre sur les changes en ducats er de 12 quirats par livre sur tous les autres changes

  • 147 En particulier les consuls vénitiens et florentins ; voir W. Heyd, Histoire du commerce, t. II, p. (...)
  • 148 « Nuestro señor el Sultán concede al Cónsul el disfrute de una pensión idéntica a la que gozaban su (...)
  • 149 Voir tableau 2, note c.

50Rien n’est vraiment clair, en revanche, en ce qui concerne l’attribution de la djāmakiyya au consul catalan d’Alexandrie. En effet, aucun document n’y fait explicitement référence, alors que nous savons que des consuls d’autres nations en poste dans le même port étaient pourtant rétribués par le Sultan, grâce aux revenus de la douane147. La seule indication dont nous disposions est un article du traité de 1430 qui fait allusion, mais sans aucune autre précision, à un revenu destiné au consul catalan d’Alexandrie et prélevé sur les taxes versées par ses compatriotes au Sultan148. Enfin, nous avons déjà constaté qu’un droit de deux carats par livre de marchandises commercialisées par les marchands catalans était affecté au paiement d’un prêtre à Alexandrie149 ; cette disposition rendait peut-être superflu le versement d’une djāmakiyya qui aurait alors fait double emploi, si l’on se réfère à son usage en Syrie.

Les consuls d’Alexandrie et de Syrie

  • 150 Pour les consuls des années 1262-1272 et ceux de la seconde moitié du XVe siècle, voir les travaux (...)

51Les arrêtés de nomination et autres documents adressés aux différents consuls permettent d’en établir la liste, à partir de 1360 pour ceux d’Alexandrie150 et de 1377 pour ceux de Syrie.

52Les deux règlements de consulat dont nous disposons, ainsi que les arrêtés de nomination, insistent particulièrement sur les qualités morales nécessaires à tout candidat au poste de représentant des sujets du roi en ces terres lointaines.

  • 151 CL Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 128 J. F. Cabestany F(...)
  • 152 Pour les opérations commerciales d’Antoni Ametller en rapport avec l’Égypte et la Syrie, voir ADB, (...)
  • 153 ADB, Registrum Comunium, 43, f° 179r°-v°.
  • 154 E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, p. 175.

53Quant aux listes de consuls, elles précisent le profil socioprofessionnel des différents titulaires et confirment que la quasi-totalité d’entre eux exerçaient une activité mercantile tout en bénéficiant du statut de citoyens de Barcelone, de même que la plupart des sujets du souverain aragonais qui faisaient commerce avec l’Égypte et la Syrie151. Parmi tous les consuls, le cas d’Antoni Ametller mérite une attention particulière puisque ce personnage fut, d’après les documents dont nous disposons, le seul d’entre eux à avoir exercé ses fonctions en Syrie puis en Égypte. Les sources relatives à ses activités commerciales sont peu nombreuses : nous savons seulement qu’il participa au négoce avec ces deux pays en 1376 et 1379 et qu’il ne s’agissait apparemment pas d’un marchand très actif ni particulièrement opulent152. Cela ne l’empêcha pas d’être nommé consul en Syrie en août 1390 par les Conseillers de Barcelone et de partir le mois suivant153. Sans doute donna-t-il satisfaction puisqu’en 1393 il fut reconduit dans ses fonctions pour un second mandat. Il fut ensuite élu consul à Alexandrie en 1398, poste qu’il occupa pendant quatre années. Il prolongea sans doute son séjour en Égypte au delà de 1402, car Emmanuel Piloti signale qu’après avoir abandonné sa charge de consul il fut envoyé par le Sultan auprès du roi de Chypre pour préparer de nouvelles négociations154. Cependant, pas plus pour cette nouvelle période que pour celle qui précède sa nomination au consulat de Syrie, nous ne disposons de renseignements sur ses éventuelles activités commerciales.

Tableau 3. — Consuls d’Alexandrie (1360-1449)

Tableau 3. — Consuls d’Alexandrie (1360-1449)

Tableau 4. — Consuls de Syrie (1377-1400)

Tableau 4. — Consuls de Syrie (1377-1400)
  • 155 Des les années 1351-1355, un dénommé Guillem [de] Cabanyelles participe au commerce du Levant (ADB, (...)
  • 156 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)

54Guillem de Cabanyelles, qui occupa le poste de consul d’Alexandrie entre 1405 (?) et 1408, représente en revanche le prototype du négociant spécialisé dans le commerce avec le Levant. Il appartenait à une véritable lignée de marchands — homonymes, ce qui ne facilite guère la tâche pour distinguer les différentes générations — qui se livrèrent au commerce avec la Méditerranée orientale au moins dès le milieu du XIVe siècle155. Nous savons également que l’un de ses parents, sans doute son père, participa en tant que consul de la mer à la rédaction du règlement du consulat de Syrie, le 9 janvier 1386, et que lui-même commandait un navire qui s’était également rendu « en les parts de Soria » vers 1403156, ce qui situe d’emblée cette famille au cœur de l’oligarchie marchande barcelonaise.

  • 157 En 1395, 1399, 1411 (voir l’appendice I). Sur les activités commerciales de Miquel de Gualbes en Ég (...)
  • 158 Voir l’appendice I. Francesc Sa Tria exerça également les fonctions de patron de navire (N. Coll i (...)
  • 159 Il devait d’ailleurs trouver la mort au retour de cette mission (Diplomatari de l’Orient català [13 (...)

55Ce profil social correspond en fait davantage à celui des autres consuls, avec cette différence que leurs activités commerciales paraissent avoir été plus diversifiées. On relèvera ainsi par exemple le nom des deux représentants de la puissante famille de Gualbes, Bernat et Miquel — consuls d’Alexandrie à partir de 1384 et de 1402 respectivement —, bien connus pour leur opulence et pour l’ampleur de leurs activités commerciales et financières. Par ailleurs, on sait que Miquel de Gualbes, comme Guillem de Cabanyelles et plusieurs autres consuls, a commandé des navires à destination de Beyrouth et d’Alexandrie157. Pere Oliver — consul d’Alexandrie entre 1408 et 1413 — fut ainsi capitaine de la flotte de quatre galées qui se rendit à Chypre et Beyrouth en 1397. Enfin, Pere de Quintana exerça le commandement d’une galée de la ville de Barcelone, la Sant Gabriel, qui fit voile en 1395 — de conserve avec deux autres bâtiments du même type dont l’un était commandé par Miquel de Gualbes — vers Beyrouth et Alexandrie158, avant d’occuper le poste de consul de Syrie entre 1396 et 1400. Sa fuite précipitée, en raison du raid de Tamerlan contre Damas, ne mit pas un terme à sa carrière de diplomate puisqu’en 1405 le roi Martin l’envoya à la cour de l’empereur Manuel Paléologue, à Constantinople, ainsi qu’auprès de différents princes turcomans159. La charge de patron de navire exercée par ces différents représentants des grandes familles marchandes confirmait certes leur fortune, mais elle leur conférait également l’expérience des responsabilités ainsi qu’une bonne connaissance des réalités de l’Orient méditerranéen, deux qualités sans doute jugées indispensables pour l’exercice délicat des fonctions de consul.

  • 160 Parmi les nombreux documents dépouillés, un seul acte notarié (AHPB, Bernat Pi, Manual [mars-décemb (...)
  • 161 A. López de Meneses, « Un siglo del consulado de los catalanes en Alejandría », doc. i, p. 240 (une (...)

56Rares sont en effet les représentants nommés par les Conseillers de Barcelone en Syrie et en Égypte qui ne correspondent pas à ce profil socioprofessionnel. Il est toutefois très instructif d’analyser rapidement le cas de ceux qui s’en écartent le plus. L’exemple le plus marquant est sans doute celui du conseiller royal Guillem Pere de Bellvehi, un personnage totalement étranger au monde du négoce, qui fut nommé au consulat d’Alexandrie en 1390. Berenguer Sirvent était quant à lui un obscur marchand avant d’être élu au même poste en 1429160 ; en fait, ce fut le roi Alphonse le Magnanime qui recommanda aux Conseillers de Barcelone de choisir ce personnage apparemment très effacé qui devait toute sa promotion au souverain, lequel espérait sans doute ainsi l’avoir à sa dévotion161. Sa nomination était donc due, comme celle de Guillem Pere de Bellvehi, à la volonté du monarque de placer un agent appartenant à sa clientèle à un poste normalement réservé aux élus de la Cité Comtale.

  • 162 Tension déjà remarquée par Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. (...)
  • 163 ACA, Reial Cancelleria, reg. 3225, f° 4r° (20 avril 1433). Ni l’un ni l’autre de ces deux personnag (...)
  • 164 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 165 AHCB, Fons Municipal, Consellers, Miscel.lania V, caixa 7 (Alexandria), 21 mars 1438.

57La question de son remplacement en 1433 provoqua d’ailleurs une nette tension entre les Conseillers et te pouvoir royal162. En effet, les premiers avaient choisi Bartomeu de Gualbes pour succéder à Berenguer Sirvent, mais la reine Maria, dans une lettre adressée à Alphonse V qui se trouvait alors en Italie, déclara sans autres explications que l’élu des magistrats était « indispost e repellit » (« indisposé et refusé ») ; aussi priait-elle le roi de nommer à sa place un certain Bernat Fuster163. C’était la première fois — du moins d’après les documents dont nous disposons —, que le pouvoir royal rejetait le consul d’Alexandrie choisi par les Conseillers de Barcelone. En fait, aucun des deux candidats n’occupa finalement le poste convoité puisque Berenguer Sirvent mourut dans l’exercice de ses fonctions, avant le 3 octobre 1437164, sans doute parce que les deux pouvoirs n’avaient précisément pu s’entendre sur le nom de son remplaçant. Ce fut finalement Pere de Muntros qui lui succéda le 21 mars de l’année suivante165, apparemment selon la procédure habituelle, c’est-à-dire après avoir été choisi par les Conseillers, puis confirmé par le roi.

Les fundu-s des catalans en Syrie et à Alexandrie

  • 166 M. T. Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mar i els consolats d’Ultramar », pp. 77-79 ; sur les fundu (...)
  • 167 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 168 Malcolm Letts (éd.), The Pilgrimage of Arnold von Harff Knight from Cologne (1496-1499), Londres, 1 (...)
  • 169 Le premier à le citer, en 1323, est le pèlerin irlandais Symon Semeonis (S. Semeonis, « Le voyage d (...)
  • 170 Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux XIIIe et XIVe siècles, p. 99 ; et Carme Batll (...)
  • 171 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 172 L’attaque d’Alexandrie par le roi de Chypre, en octobre 1365, avait en effet eu lieu un vendredi (G (...)

58Nous sommes en fait assez mal renseignés, dans le cadre de l’Égypte et de la Syrie, sur les funduḳ-s des Catalans, ces édifices qui faisaient office de halle et d’hôtel pour les commerçants et leurs marchandises et constituaient également la résidence des consuls166. Il n’en existait apparemment pas en Syrie puisque le règlement du consulat, rédigé en 1386, n’y fait pas allusion, à la différence de celui d’Alexandrie167. Toutefois, à l’extrême fin du XVe siècle, le pèlerin de Cologne Arnold von Harff signale un funduḳ des Catalans à Beyrouth168. Quant à celui d’Alexandrie, bien que de nombreux voyageurs et pèlerins de passage en Égypte le mentionnent dans la description de leur périple169, il n’est malheureusement jamais situé ni décrit, de sorte que la source qui nous renseigne le mieux à son sujet reste le règlement du consulat d’Alexandrie, daté de 1381. Nous savons ainsi qu’il comprenait des chambres et des boutiques, que le consul devait en priorité réserver aux sujets du roi. En cas d’absence de ceux-ci, et en ce cas seulement, il pouvait les attribuer à d’autres marchands chrétiens ou à des pèlerins de passage, qui devaient acquitter un loyer et le droit de consolat pour leurs marchandises, mais aucun juif ni musulman ne pouvait y loger. Les seules autres précisions apportées concernent l’interdiction faite au consul d’y vendre du vin et d’y entretenir des prostituées — comme il était parfois d’usage dans les funduḳ-s catalans du Maghreb170 —, afin de préserver la bonne réputation de l’établissement171. Enfin, plusieurs voyageurs, tel Ghillebert de Lannoy, rapportèrent que les marchands chrétiens ne pouvaient quitter leur funduḳ pendant la nuit ni les vendredis lors de la grande prière et que ces établissements devaient alors rester fermés de l’extérieur, les clés étant confiées aux autorités de la ville. Ces mesures étaient destinées à prévenir toute attaque des Occidentaux à un moment où, inévitablement, la vigilance des défenseurs de la cité se relâchait172.

  • 173 De même que les funduḳ-s des Chypriotes, des Génois et des Marseillais (voir P. Kahle, « Die Katast (...)
  • 174 M. A. Alarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos árabes diplomáticos del Archiv (...)

59Le funduḳ des Catalans connut quelques vicissitudes au cours de son histoire. Il fut d’abord incendié lors du raid lancé contre Alexandrie par le roi de Chypre Pierre Ier en octobre 1365173. Puis, au cours de la période de vacance de ce consulat, soit entre 1416 et 1430, le nouvel établissement fut sans doute abandonné puisque le traité de 1430 prévoyait de réinstaller un funduḳ à l’endroit jugé opportun par le nouveau consul et sans payer d’impôt supplémentaire174. Cependant, pas plus que pour le précédent bâtiment nous ne connaissons sa localisation précise ni ne disposons de sa description.

  • 175 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 431 ; et S. Y. Labib, Handelsgeschi (...)
  • 176 G. de Machaut, La Prise d’Alexandrie, vv. 2499-2500, p. 76, w. 2782-2788, p. 85 et p. 280, n. 19 ; (...)

60Les Catalans ne furent bien sûr pas les seuls à bénéficier d’un funduḳ à Alexandrie au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge. Parmi les marchands italiens, les Génois, les Florentins et les Anconitains disposaient eux aussi d’un tel établissement ; quant aux Vénitiens, ils en avaient même deux, en raison de l’importance de leur commerce avec Alexandrie ; on notera également que les Palermitains et les Napolitains possédaient aussi le leur, ce qui confirme bien que les ressortissants de la couronne d’Aragon n’étaient pas regroupés au même endroit dans le grand port égyptien. Enfin, les funduḳ -s de plusieurs cités portuaires françaises et celui de Raguse venaient compléter cette liste. Aucun de ces établissements ne bénéficiait du privilège d’exterritorialité, puisqu’ils étaient mis à la disposition des marchands étrangers par les autorités mameloukes et plus spécialement par les services du diwān175. Ils étaient probablement localisés à proximité des centres vitaux du grand commerce, à savoir le nouveau port, réservé aux navires des chrétiens, la douane et les marchés aux épices176.

III. — Les impôts sur le commerce avec l’égypte et la syrie

Amendes, licences et impôts royaux affectés à la construction des arsenaux de barcelone

a) Les amendes absolutoires (première moitié du xive siècle)

  • 177 À. Masià i de Ros, La Corona de Aragon y los Estados del Norte Africa, pp. 81-83 ; l’interdiction d (...)
  • 178 À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte África, pp. 88-89.
  • 179 Francisco de Bofarull i Sans, « Antigua marina catalana », Memorias de la Real Academia de Buenas L (...)
  • 180 Voir infra, pp. 114-117.

61À. Masià i de Ros a déjà bien montré comment le roi Jacques II était parvenu à canaliser à son profit l’interdiction de commercer avec l’Égypte et la Syrie, prononcée par les papes. Lors de sa réconciliation avec le pouvoir pontifical, à la paix d’Anagni (1295), Jacques II s’était en effet engagé à prohiber dans ses États tout négoce avec les Mamelouks177. Il s’arrogeait ainsi le droit de mettre lui-même à l’amende les nombreux contrevenants, officiellement pour pouvoir financer la lutte contre le royaume maure de Grenade178. En réalité, les sommes remises étaient versées au Trésor du roi, qui trouva dès lors un intérêt direct à surveiller étroitement ce trafic prohibé — tout comme les papes et pour les mêmes raisons, du reste. Alphonse le Bénin, successeur de Jacques II, adopta la même attitude mais décida le 17 octobre 1328 d’utiliser les amendes recueillies pour achever la construction des nouveaux arsenaux de Barcelone — situés à l’extrémité de la Rambla —, dont les navires devaient être utilisés pour lutter contre les infidèles179. Cette nouvelle affectation devait se révéler beaucoup plus durable que la précédente puisqu’elle fut maintenue jusqu’au 20 août 1453, date de la suppression de ce qui allait devenir un impôt royal sur le commerce avec l’Égypte et la Syrie180.

  • 181 L’expression est de Ch.-E. Dufourcq, La vie quotidienne dans les ports méditerranéens au Moyen Âge, (...)

62Les sommes devaient être acquittées au retour des navires et permettaient en théorie d’absoudre les marchands et patrons de navire qui s’étaient livrés au commerce interlope avec les Mamelouks. En échange de ces « amendes absolutoires »181, des rémissions étaient accordées aux Alexandrini — les contrevenants à ces interdictions—, qui s’en accommodaient et préféraient payer pour trafiquer avec l’Égypte et la Syrie plutôt que de renoncer à cette activité lucrative. Ces sanctions, qui n’empêchaient nullement les marchands officiellement mis à l’amende de retourner commercer avec les Mamelouks et qui n’étaient d’ailleurs pas destinées à cet effet, peuvent donc dès le départ être assimilées à un impôt royal sur le commerce avec l’Égypte et la Syrie.

  • 182 Libros de tesorería de la Casa Real de Aragon, éd. E. González Hurtebise, t. I, passim (nos 14-16, (...)
  • 183 À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte África, pp. 134-150 et doc. 75-109.
  • 184 J. Trenchs Odena, « “De Alexandrinis” », tableau 15, p. 288 ; le total indiqué est en fait de 19.08 (...)

63La mention de ces paiements apparaît donc à la fois dans les comptes de la trésorerie royale182 et dans les registres de grâces de la Chancellerie183. Les tableaux récapitulatifs établis par J. Trenchs Odena sur la base des travaux d’E. Gonzalez Hurtebise et d’À. Masià i de Ros montrent qu’entre 1302 et 1334 les amendes absolutoires atteignirent un total de plus de 22.332 livres, soit une moyenne de 677 livres par an184. Le dépouillement de ces deux séries, qui n’avait pas été poursuivi au-delà du règne d’Alphonse IV, fournit les résultats suivants (tableau5, pp. 90-97).

  • 185 Document publié par A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y a (...)

64De ces données relatives aux années 1336-1345 se dégagent les mêmes caractéristiques que celles déjà relevées pour la période précédente (1302-1334) : le revenu tiré des amendes absolutoires reste très irrégulier selon les années et fournit en moyenne une somme légèrement inférieure, soit 560 livres par an. Ces paiements alimentaient ainsi en permanence le Trésor et parfois de manière tout à fait substantielle, comme lors de l’amnistie générale du 7 novembre 1338, qui fut accordée contre un total de 1.250 livres185.

  • 186 Soit une taxe de deux sous pour une livre de marchandises (À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y (...)
  • 187 R. R. Eberenz, Schiffe an den Küsten der Pyrenäenhalbinsel, pp. 98, 213 et 223.

65Les montants versés étaient eux-mêmes très inégaux. Au début du siècle, l’amende ou la taxe s’élevait à 10 % de la valeur des marchandises transportées186, mais les navires étaient eux aussi imposés, selon des tarifs proportionnels à leur taille : une ordonnance royale de 1315 fixait ainsi l’impôt à 100 sous pour un leny de bandes se rendant en Égypte ou en Syrie, à 10 livres ou 200 sous pour un leny gros à un pont, à 30 livres ou 600 sous pour une coque à deux ponts et enfin à 50 livres ou 1.000 sous pour une coque à trois ponts187.

  • 188 ACA, Reial Cancellería, reg. 887, ffos 106v°-107r° (3 décembre 1348) ; voir également M. Sáez Pomés(...)
  • 189 Ramon de Margens, viguier et bailli de Barcelone, fut en effet mandaté par le roi, « habens comissi (...)

66Afin d’empêcher les fraudes ou du moins de les limiter, une commission était chargée de surveiller le trafic. L’un de ses principaux officiers, Axim Paix de Agodis, remplit les fonctions de « comissarium in facto Alexandrie et aliarum prohibitarum partium » depuis 1337 jusqu’à sa mort en 1350188. Enfin, des enquêtes plus approfondies pouvaient être confiées au viguier ou au bailli de Barcelone, dont les compétences s’étendaient en effet aux affaires maritimes189.

  • 1 Lorsque la somme est versée pour le départ d’un navire (et non pas seulement pour des marchandises (...)

TABLEAU 5. – Amendes absolutoires payées par les Alexandrini (1336-1345) [en sous de Barcelone]1

TABLEAU 5. – Amendes absolutoires payées par les Alexandrini (1336-1345) [en sous de Barcelone]1

Source.
La mention du paiement de certaines de ces sommes au trésorier du roi — consignée dans les registres de la Trésorerie royale — a été publiée par F. BAER, Urkunden und Regesten. Aragonien und Navarra, doc. 212 (ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 316, f° 17v° ; reg. 319, ffos 18 et 25)

b) Les licences royales (1344-1418)

  • 190 Voir le chapitre 1, p. 29.

67L’ensemble du dispositif mis en place dans le cadre des amendes absolutoires fut profondément remis en cause par le changement d’attitude de la papauté à partir de 1344. Nous avons en effet signalé190 que Clément VI assouplit alors sensiblement la position pontificale à l’égard des interdictions commerciales prohibant le négoce en direction de l’Égypte et de la Syrie et, à partir de cette date, délivra beaucoup plus facilement des licences de commerce. Dès lors, cette nouvelle attitude pouvait entraîner un important manque à gagner pour la Couronne puisque l’ensemble du système de perception mis au point par Jacques II au début du siècle était fondé sur les sanctions infligées aux Alexandrini. Pierre IV dut donc élaborer un nouveau dispositif qui lui permît de tirer profit des licences pontificales. Il y parvint habilement, grâce à la complicité du puissant marchand catalan Pere de Mitjavila.

  • 191 A. López de Meneses, « Florilegio documental del reinado de Pedro IV de Aragón », 13 (1950), doc. x (...)
  • 192 Voir les références dans le tableau (6) des licences royales infra pp. 100-109 ; et J. Trenchs Oden (...)
  • 193 A. López de Meneses,» Pedro et Ceremonioso y las reliquias de santa Bárbara », doc. ii ; et J. Oliv (...)

68Celui-ci avait tout d’abord obtenu du pape Clément VI une licence pour affréter un navire de commerce à destination d’Alexandrie, mais ce document n’est connu que grâce aux concessions royales qui allaient suivre. Le roi Pierre IV déclara en effet à son tour, le 1er juin 1344, qu’il ne s’opposerait pas au départ du navire de Pere de Mitjavila et s’engagea par la même occasion à ne pas autoriser d’autres vaisseaux à appareiller pour les terres du Sultan entre le 1er août de la même année et le 1er juin 1345191. Autrement dit, par cette autorisation royale, Pierre IV ajoutait à la licence pontificale son sauf-conduit personnel et garantissait également un monopole de commerce temporaire à de Pere de Mitjavila ; ainsi pouvait-il justifier la concession d’une sorte de seconde licence s’ajoutant à celle du pape. Or le roi n’agissait pas gratuitement : l’homme d’affaires avait obtenu cette faveur contre le versement de 6.000 sous, qui furent donc payés avant le départ du navire. Dans ce premier cas, un peu exceptionnel, ce double processus de concession de licence (par le pape, puis par le roi) fut compliqué par de nouvelles dispositions. En effet, le 6 août de la même année 1344, le pape Clément VI confiait à Pierre le Cérémonieux la mission de réclamer au sultan al Ṣāliḥ Ismāʽīl le corps de sainte Barbe et l’autorisait à envoyer en Égypte un navire de commerce192. Comme le souverain aragonais venait de s’engager à ne pas accorder de nouvelle licence de navigation vers ce pays avant près d’un an, il ne pouvait confier cette légation qu’à Pere de Mitjavila, mais il lui fallait ajouter une nouvelle fois quelque avantage par rapport à la mission pontificale et à ce que lui-même avait accordé le 1er juin, de façon à justifier une seconde licence royale qu’il souhaitait rendre indispensable. C’est pourquoi, le 4 octobre, Pierre IV renouvela son sauf-conduit en faveur de Pere de Mitjavila et étendit à deux années consécutives le monopole qu’il avait accordé au marchand. Cependant, en échange de cette nouvelle faveur, celui-ci dut verser 1.500 florins d’Aragon193 (soit 16.500 sous, ou 1.250 livres de Barcelone), somme très supérieure à celle qu’il avait acquittée pour la précédente licence et à toutes celles habituellement payées au titre des amendes absolutoires.

  • 194 A. López de Meneses, « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Bárbara », doc. iv (10 juin 13 (...)

69En dépit de ce coût, le monopole de commerce obtenu par Pere de Mijavila constituait un avantage d’importance, jalousé par les autres hommes d’affaires. Au printemps 1345, quelque deux cents émeutiers menés par le patron de navire Pericó Sunyol étaient d’ailleurs venus protester, en vain, auprès des Conseillers et des jurats de la ville contre ce privilège jugé déloyal194.

  • 195 Dans le document qui permet d’identifier le navire choisi par Pere de Mitjavila pour se rendre en É (...)
  • 196 La formule d’usage, pour évoquer le cas de ces navires qui partaient munis de cette double autorisa (...)

70Une fois écoulée la durée du monopole195 concédé à Pere de Mitjavila, le roi délivra donc de nouvelles autorisations, qui incluaient également son saufconduit et parfois aussi l’exclusivité temporaire du commerce avec l’Égypte et la Syrie, aux différents bénéficiaires des licences pontificales, toujours plus nombreux (voir le tableau 6, pp. 100-109). Ainsi fut rapidement mis en place ce nouveau système en vertu duquel une autorisation royale devait compléter la licence pontificale avant le départ des vaisseaux pour l’Égypte et la Syrie et moyennant une somme à remettre au trésorier du roi196.

71Parmi les bénéficiaires de ces autorisations royales nous retrouvons toute la gamme de personnages de cour étrangers au monde du commerce et revendant ces doubles licences à des marchands ou à des patrons de navire, comme on a pu le voir lors de l’étude des licences pontificales. Les quelques rares prix relevés pour ces autorisations royales sont légèrement supérieurs aux amendes absolutoires, ce que révèle déjà le changement d’unité monétaire : les premières sont le plus souvent exprimées en florins d’Aragon tandis que les secondes se comptaient en sous. Le prix des licences royales était généralement compris entre 100 et 600 florins d’Aragon (soit entre 1.100 et 6.600 sous ou entre 55 et 330 livres de Barcelone) ; la valeur de la licence accordée à Pere de Mitjavila en octobre 1344 contre 1.500 florins d’Aragon était donc bien exceptionnelle par comparaison avec cette gamme de prix et se rapprochait ainsi davantage de celles des amendes absolutoires. Mais on notera que, curieusement, les comptes de la trésorerie royale ne mentionnent pratiquement jamais le paiement de ces licences, de sorte qu’un certain nombre ont probablement dû nous échapper. Il est donc bien difficile de savoir si ces prix correspondent à des tarifs bien définis, établis en fonction de la durée du sauf-conduit ou des autres avantages accordés.

  • 2 La liste des licences royales se poursuit après 1365 ; celles présentées dans ce tableau ne constit (...)

TABLEAU 6. — Licences royales à destination de l’Égypte et de la Syrie (1344-1365)2

TABLEAU 6. — Licences royales à destination de l’Égypte et de la Syrie (1344-1365)2
  • 197 Dans la version consignée dans les registres de chancellerie conservés à l’Arxiu de la Corona d’Ara (...)

72On notera également que dans le cadre de certaines autorisations plus limitées — voyages de Chypre vers la Syrie, simples licences de commerce sans affrètement de navire — le roi semble avoir pris l’initiative d’accorder de telles permissions sans autorisation pontificale préalable ; du moins les documents royaux n’y font-ils pas référence. Il faut cependant rester prudent car certaines licences royales ne mentionnent pas non plus ces documents pontificaux alors que d’autres sources relatives au même voyage prouvent qu’une licence avait bien été délivrée initialement par le pape197. Toutefois, parmi les derniers exemples relevés dans cet échantillon d’autorisations royales (voir le tableau 6, pp. 100-109), quelques-unes ont bel et bien été accordées avant la concession d’une licence pontificale alors que leur validité dépendait de l’obtention de ce dernier document. Le souverain qui spéculait ainsi sur l’accord d’une licence pontificale dépassait évidemment les limites de ses prérogatives, selon une logique de profit pour la Couronne qui n’est pas sans rappeler l’usurpation initiale par Jacques II du droit de mettre à l’amende les Alexandrini. Cette attitude devait bien entendu conduire à la multiplication des autorisations de commerce, pour le plus grand bénéfice des marchands catalans.

  • 198 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Med (...)
  • 199 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), f° 47v° (nolis du 10 juillet 1355 à des (...)

73Les sommes acquittées au titre des licences pontificales et royales par les patrons de navire étaient ensuite répercutées sur le prix de fret des marchandises, au moyen d’une retenue de 12 deniers par livre, soit un droit de 5 % appelé manifest, mais qui pouvait parfois être limité à 10 deniers par livre et qui portait alors le nom de quirat ou carat car son taux était alors environ d’un vingt-quatrième198. Dans plusieurs contrats de nolis des années 1350, les patrons de navire justifient ainsi la perception du quirat par les frais déjà engagés : « ço es a saber quels son fetes per obtenir les dites gracies e licencias del sant Pare e senyor Rey199 ». La somme désormais prélevée sur les marchandises était donc inférieure de moitié à celle prévue dans le cadre des amendes absolutoires au début du siècle (cette dernière était fixée à 10 % de la valeur des biens transportés).

  • 200 Seuls quelques cas bien particuliers d’amendes absolutoires ont pu être relevés après 1344 : voir A (...)
  • 201 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 202 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 21r°.

74Une vingtaine d’années plus tard, l’adoption de nouvelles mesures constitua un véritable tournant dans la politique officiellement observée à l’égard du commerce avec les Mamelouks. Les premières d’entre elles visaient les navires dépourvus de licence pontificale. Après l’année 1344, qui marque le début de la concession de licences royales payantes, nous sommes en fait très mal renseignés sur le sort réservé aux patrons de ces bâtiments et aux marchands embarqués à leur bord, car ces vaisseaux deviennent alors bien difficiles à retrouver dans la documentation200. Cependant, un certain nombre de ces navires prenaient assurément le chemin de l’Égypte ou de la Syrie sans autorisation officielle, comme l’atteste l’accord qui fut conclu entre le monarque et les Conseillers de Barcelone le 29 janvier 1373201. C’est à cette occasion que fut fixé le tarif des amendes infligées aux patrons de navires partis sans licence et aux négociants ayant chargé à bord leurs marchandises. Désormais, deux sortes de taxes allaient donc frapper ces expéditions commerciales. D’une part, les navires étaient frappés d’un impôt proportionnel à leur tonnage, comme dans l’ordonnance de 1315 (voir tableau 7, p. 112) ; d’autre part, les marchandises transportées par ces vaisseaux ayant appareillé sans licence papale étaient pour leur part frappées d’une taxe de huit deniers par livre. Les dispositions prises dans cette ordonnance de 1373 devaient se révéler durables puisqu’en 1424 les marchandises transportées sur la nef de Nicolau Oliver, qui n’avait pas été « absoute » par le pape, étaient toujours taxées a raison de huit deniers par livre202.

75Mais la grande nouveauté de ces dispositions du 29 janvier 1373 venait du fait que pour la première fois elles étaient prises par le roi en accord avec le pouvoir municipal de Barcelone. En effet, les magistrats de la cité avaient également tenu à interdire aux agents du roi de percevoir, dans le cadre du commerce non autorisé avec l’Égypte et la Syrie, toute autre amende que celles que nous avons précédemment mentionnées et, en contrepartie, ils acceptaient que désormais aucun marchand ne puisse plus bénéficier d’une remise de peine. Cette nouvelle mesure, de même que la définition très précise des tarifs, visait manifestement à limiter l’arbitraire du pouvoir royal ou de ses officiers vis-à-vis des marchands et patrons de navire partis sans l’autorisation du pape.

Tableau 7. — Taxes perçues sur les navires partis pour l’Égypte et la Syrie sans licence

Capacité des navires (en salmes)

Taxe (en livres)

Plus de 3.000

550

Entre 2.000 et 3.000

440

Entre 1.500 et 2.000

330

Entre 1.000 et 1.500

220

Entre 500 et 1.000

165

Moins de 500

a

a Pour les navires de moins de 500 salmes, la taxe devait être proportionnelle aux 165 livres versées pour les embarcations dont le tonnage était compris entre 500 et 1.000 salmes (voir l’avant-dernière ligne du tableau). Ce droit devait être perçu dans un délai d’un mois après le départ du navire

  • 203 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)

76Quelques mois plus tard, le 20 juillet, ce nouveau rôle de premier plan dévolu aux Conseillers de Barcelone devait être pleinement consacré par une nouvelle décision. Pierre le Cérémonieux leur accorda en effet, moyennant la somme de 2.000 florins d’or d’Aragon, le droit de délivrer eux-mêmes des licences de navigation pour l’Égypte et la Syrie. Nous ignorons cependant tout des conditions dans lesquelles les édiles municipaux pouvaient user de ce privilège203. Celui-ci ne signifie certes pas pour autant que le roi abandonnait cette prérogative ; néanmoins, il n’en détenait plus le monopole, ce qui limitait encore une fois son pouvoir discrétionnaire en la matière.

  • 204 Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluña, t. IV, pp. 189-217, (...)

77La portée de ces nouvelles décisions n’échappa pas aux marchands des autres ports de Catalogne, qui y voyaient un net avantage pour leurs collègues barcelonais. Aux Corts tenues dans la Cité Comtale entre décembre 1379 et mai 1380, les représentants du braç des villes royales dénoncèrent les abus dont se rendaient coupables les officiers du roi vis-à-vis des patrons de navire et des marchands se livrant au commerce avec les Mamelouks. En conséquence, ils obtinrent que tous les Catalans pourraient bénéficier des mêmes clauses que celles qui avaient été arrêtées entre le roi et les Conseillers de Barcelone204. En l’espace de quelques années, les prérogatives que les monarques successifs s’étaient accordées en matière d’autorisation de commerce avec l’Égypte et la Syrie se trouvèrent donc strictement définies et rééquilibrées au profit des pouvoirs municipaux, et particulièrement de celui de Barcelone.

  • 205 Ainsi, le 20 mars 1388, le scribe Bernat Des Coll remettait-il 181,5livres (soit 330 florins) au dr (...)
  • 206 AHPB, Joan Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comunium octavum (janvier-juin 1388), f° 21r°3 (...)
  • 207 A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants catalanes dels segles XIV i XV, doc. i, p. 45 (...)

78À la fin des années 1380 le système, parfaitement rodé semble-t-il, fonctionnait sous le contrôle d’un officier des arsenaux, le drassaner. Le scribe du navire ou des marchands se chargeait de la collecte du manifest, puis le remettait au drassaner en échange de la licence205. Mais lorsque les autorités du port apprenaient qu’une embarcation s’apprêtait à appareiller pour l’Égypte ou la Syrie sans autorisation officielle, une injonction royale était alors adressée au patron pour lui rappeler qu’il devait acquitter sa contribution auprès du drassaner, sous peine d’une forte amende206. Le manifest était donc devenu un véritable impôt permettant d’acquérir une licence désormais obligatoire, mais qui pouvait être obtenue sans difficulté auprès des autorités municipales. La somme à payer restait cependant élevée, comme en témoigne un contrat de nolis de deux galées à destination de Beyrouth, daté du 2 décembre 1394 : les patrons de chaque bâtiment devaient en effet payer 1.250 livres au titre du manifest207.

c) Le dret de les drassanes (1418-1453)

  • 208 Le premier paiement relevé dans les registres du dret de les drassanes date du 18 mars 1418 ; il co (...)
  • 209 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2611, ffos 154v°-155v° (14septembre 1431).

79Un dernier changement d’importance affecta encore les mesures concernant les embarcations qui bénéficiaient de licences, lors de la mise en place du dret de les drassanes (« droit des arsenaux »). Nous sommes en fait bien mal renseignés sur la date d’apparition de cette nouvelle taxe et sur les dispositions qui furent alors prises. La plupart des informations proviennent des registres de perception de ce droit, lequel remplaça vraisemblablement le système du manifest à partir de 1417-1418208. Toutefois, dans une ordonnance royale de 1431 destinée à prévenir la fraude contre cet impôt, il était rappelé que le dret de les drassanes frappait toute marchandise, toute somme en numéraire, tout contrat de change ou tout autre bien appartenant à un marchand sujet du roi, quel que fut son lieu d’embarquement. Il était en outre précisé que cet impôt s’inscrivait dans la continuité des dispositions prises par les prédécesseurs du roi Alphonse le Magnanime, en raison des interdictions de commerce avec l’Égypte et la Syrie, pays du « sultan de Babylone », et que les sommes perçues devaient être affectées aux arsenaux de Barcelone209. C’était, il faut le remarquer, la première fois que cette contribution était reconnue comme un impôt, alors qu’auparavant elle avait toujours été officiellement considérée soit comme une amende, soit comme le prix à verser pour obtenir la licence royale. Mais bien entendu, il s’agit là de considérations purement formelles, tous ces prélèvements permanents pouvant être considérés dès le départ comme une forme d’impôt.

  • 210 E. Ashtor, « Il volume del commercio levantino di Genova nel secondo trecento » ; sur le « drictus (...)

80La principale innovation introduite alors fut la taxation directe des biens transportés à bord des navires disposant de licences pour se rendre en Égypte ou en Syrie. Elle ne servait donc pas, comme le quirat ou le manifest, à payer les licences de navigation vers les terres du Sultan mais, comme l’indique son nom, devait directement renflouer les fonds destinés à l’entretien des arsenaux. L’impôt fut fixé à raison de quatre deniers par livre de marchandises, soit 1/60e (1,67 %) de leur valeur ; il était donc inférieur de moitié à celui perçu sur les articles chargés à bord des embarcations dépourvues de licence. Dans les deux cas cependant, le délai de prélèvement était de deux mois après le retour des navires. Cette taxe présentait en définitive de nombreuses similitudes avec le drictus Alexandrie perçu à Gênes au moins dès 1367, et qui avait été fixé à 1 % de la valeur des marchandises provenant d’Égypte et de Syrie210.

  • 211 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2611, ffos 134v°-155v° (14 septembre 1431).

81La somme à verser au titre du dret de les drassanes était déterminée après examen du livre de bord du navire — tenu par le scribe de l’embarcation —, où figurait la liste (avec indication de leur valeur) des marchandises exportées vers l’Égypte et la Syrie. Pour éviter les falsifications une fois le navire parvenu en Orient, Alphonse le Magnanime exigea que le livre de bord fût remis sous serment au consul des Catalans d’Alexandrie dès l’arrivée de l’embarcation dans ce port ; après quoi ce dernier devait transmettre le document à l’officier des arsenaux par le premier navire retournant à Barcelone, sous pli clos et revêtu de son sceau personnel211 (voir le tableau 8, p. 116).

  • 212 Jaume Des Quer, le scribe des marchands à bord de la nef de Nicolau Oliver, partie en octobre 1424, (...)
  • 213 Voir p. 116 le tableau 8, ligne « Date indéterminée ».
  • 214 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 18v°2 (taxe acquittée par Joan Des Pla) et 2 (...)

82Les résultats ainsi obtenus doivent être analysés avec précaution, puisque des erreurs manifestes ont été commises par le scribe qui tenait le registre de perception du dret de les drassanes : quelques paiements sont consignés à une date antérieure au départ du navire, ce qui normalement n’était pas l’usage et incite à tenir celle-ci pour erronée212 ; ou encore, plus simplement, la date d’acquittement de la taxe a été oubliée213. Enfin, le montant de l’impôt versé et la valeur des marchandises expédiées ont parfois été omis214, minorant d’autant ces résultats, qui n’ont donc qu’une valeur indicative. Cependant, la moyenne annuelle de près de 234 livres, entre 1419 et 1434, est clairement en deçà des sommes reçues au titre des amendes absolutoires jusqu’en 1345 — soit 677 livres entre 1302 et 1334 et 560 livres entre 1336 et 1345.

  • 215 Voir supra p. 71.

83Quant aux variations enregistrées, elles ne reflètent que très imparfaitement les fluctuations du trafic, puisque le délai écoulé entre le départ du navire et le paiement de la taxe après son retour variait dans des proportions considérables et s’étendait parfois sur plusieurs années. De même, l’augmentation du montant moyen des sommes versées observable à partir de 1431 pourrait en fait n’être due qu’à un contrôle fiscal plus efficace : de fait, des mesures furent prises contre la fraude à partir de cette date215.

Tableau 8. — Total des taxes perçues au titre du dret de les drassanes

Années

Total des sommes perçues (en livres)

1419

214,6

1420

256,9

1421

54,0

1422

117,3

1423

123,8

1424

131,9

1425

154,6

1426

133,5

1427

96,7

1428

354,6

1429

162,1

1430

202,0

1431

389,1

1432

234,7

1433

278,5

1434

233,9

Date indéterminée

600,6

Moyenne annuelle

233,7

  • 216 Voir supra p. 60 ; et également A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, (...)
  • 217 Le dret de les drassanes fut supprimé contre une somme de 3.000 ducats (A. de Capmany i de Montpala (...)

84En avril 1438, les Conseillers de Barcelone demandèrent une première fois la suppression du dret de les drassanes ou tout au moins sa réduction, dans un contexte de relations difficiles avec le roi, en raison du long conflit déclenché pour la conquête de Naples216. Cependant, l’impôt fut seulement aboli le 20 août 1453, à la suite d’une nouvelle requête des édiles municipaux217. Ainsi disparurent les contributions spéciales qui durant plus d’un siècle et demi avaient grevé le commerce catalan avec les Mamelouks.

d) La perception des taxes : un sujet de rivalité entre le roi et les Conseillers

  • 218 J. Mutgé i Vives, « Les drassanes de Barcelona en temps d’Alfons el Benigne i de Pere el Ceremoniós (...)
  • 219 Ibid. ; et A. Riera i Melis, « La construcció naval a Catalunya a les vespres dels grans descobrime (...)

85La longévité de ces contributions, qui officiellement étaient toujours destinées à la construction des arsenaux de Barcelone, ne manque pas d’étonner, d’autant plus qu’en 1328, au moment où cette affectation fut décidée, seul le toit du bâtiment restait à construire. Pourtant, la plupart des témoignages concernant l’avancement des travaux au cours du XIVe siècle soulignent les retards pris et même l’état dégradé de l’édifice, qu’il fallait réparer avec des moyens de fortune (le bois des vieilles galères démontées était réemployé pour réparer portes et fenêtres). Certes, le 26 février 1352, Pierre le Cérémonieux avait pourtant décidé que les sommes collectées au titre des licences accordées pour se rendre Égypte et en Syrie seraient affectées pour les trois quarts à la construction et à la réparation des arsenaux218, mais en 1378 le même monarque prenait de nouvelles dispositions, toujours pour commencer la toiture de l’édifice, comme si aucun travail n’avait été effectué pendant un demi-siècle219.

86La contradiction de ces témoignages avec la continuité des prélèvements opérés sur le commerce avec les Mamelouks montre à l’évidence que la majeure partie des sommes perçues était détournée de son objectif et devait certainement financer des dépenses de nature bien différente. En l’absence de tout contrôle, le monarque pouvait effectivement disposer de cet argent comme bon lui semblait. L’insistance des différents souverains pour percevoir les amendes puis vendre les licences de navigation n’était bien sûr pas désintéressée et l’affectation des sommes recueillies à la construction des arsenaux ne constituait qu’un argument de façade destiné à convaincre la papauté, qui elle aussi adoptait dans ce domaine une attitude dictée par la vénalité et le profit.

  • 220 Dispositions du 9 juin 1378, publiées par A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre l (...)

87Cependant, la paralysie des travaux finit par provoquer l’impatience des Conseillers de Barcelone, qui le 9 juin 1378 parvinrent à convaincre le roi Pierre IV de s’engager plus fermement à financer le chantier. Sur proposition des magistrats municipaux, le souverain avait en effet accepté de fournir 7.000 florins d’Aragon pour construire enfin la toiture des arsenaux, cependant que la contribution de la ville s’élevait à 10.000 florins. Les deux sommes devaient être versées conjointement pendant une période de sept ans. Il était en outre convenu que les 7.000 florins constituant la contribution du roi étaient gagés sur les revenus perçus sur les navires et les biens à destination d’Alexandrie et des régions interdites (en les parts vedades). Un officier, désigné d’un commun accord par les Conseillers et le roi, serait chargé de rassembler et de gérer ces sommes mais aussi de veiller à leur affectation aux travaux de l’arsenal. Les conditions inhabituelles que les édiles municipaux avaient posées pour garantir le respect de l’accord témoignent bien de leur défiance vis-à-vis du souverain : l’officier en question devait en effet jurer de ne pas investir un seul denier de la ville dans les travaux de couverture des arsenaux si le roi ne fournissait pas sa part ; il s’était en outre engagé à consacrer exclusivement les sommes reçues à la construction des arsenaux ; enfin, il devait tenir ses comptes à la disposition des Conseillers afin de permettre à ceux-ci vérifier à tout moment si les sommes versées étaient correctement utilisées220.

  • 221 J. Mutgé i Vives, « Les drassanes de Barcelona en temps d’Alfons el Benigne i de Pere el Ceremoniós (...)
  • 222 Ces revenus devaient être exclusivement utilisés pour la construction des arsenaux et dans la limit (...)

88Les ressources financières paraissaient donc désormais suffisantes et les sommes que le roi devait verser, enfin contrôlées, si bien que la moitié de la toiture des arsenaux fut achevée avant le début de l’année 1383221. Pourtant, le 12 juillet 1386, le roi Pierre le Cérémonieux se révélait incapable de fournir le reste de la somme promise, soit 2.000 florins. Comme sa participation était gagée sur les revenus qu’il tirait du commerce avec les Mamelouks, le roi céda donc aux Conseillers le droit de prélever ces 2.000 florins sur les navires destinés à Alexandrie222.

  • 223 AHCB, Fons Municipal, Lletres Closes (1383-1393), f° 61 bis r°-v°, également cité dans AHPB, Joan N (...)
  • 224 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2312-1314 ; et A. de Capmany i de Montpalau, Memorias h (...)

89Huit ans après avoir obtenu en 1378 du roi Pierre IV la reprise de la construction de la toiture des arsenaux, les édiles municipaux contrôlaient donc entièrement les sources de financement de ces travaux. Étant en position de force, ils pouvaient désigner le fonctionnaire qui devait se charger de la perception des droits frappant les navires faisant voile pour l’Égypte et la Syrie. Le 13 août 1387, ils choisirent le drassaner (officier des arsenaux) Bertran Sala223. Celui-ci était un proche du roi Pierre IV, qui en 1374 l’avait chargé d’une expédition commerciale : Sala avait en effet conduit le pàmfil royal Sant Joan Evangelista à destination d’Alexandrie et l’y avait vendu en pièces détachées, au mépris des interdictions pontificales mais vraisemblablement en accord avec les instructions du souverain. Sans doute en récompense de ce service, Bertran Sala avait été nommé « daraçanerius sive custos daraçanalis » le 12 novembre 1375224. La perception du dret de les drassanes revenait donc à un personnage qui avait lui-même fait l’expérience d’un voyage commercial à destination d’Alexandrie.

  • 225 J. F. Cabestany Fort, « Repertorio de cartas reales conservadas en el Instituto Municipal de Histor (...)
  • 226 ACA, Reial Cancelleria, reg. 1973, f° 150r°-v° (20 février 1388) et f° 164r°-v° (21 mai 1388). Sur (...)

90Loin de prendre fin, les dissensions continuèrent entre les Conseillers et le nouveau roi Jean Ier. Lorsque celui-ci dut confirmer Bertran Sala dans ses fonctions, il exigea qu’un tiers des sommes que le collecteur allait percevoir lui revienne, les deux autres tiers seuls devant être affectés aux arsenaux225. Cette nouvelle exigence du roi ne pouvait que raviver les tensions avec les magistrats municipaux. Cependant, si cette décision royale provoquait une baisse des revenus destinés à l’entretien des arsenaux, celle-ci devait être compensée par l’extension aux ports de Collioure et de Tortosa des prérogatives dévolues au collecteur Bertran Sala, lesquelles étaient initialement limitées à Barcelone. Les officiers royaux jusqu’alors chargés de la perception des droits sur le commerce avec l’Égypte et la Syrie au départ de ces deux autres ports eurent beau protester, le roi intervint personnellement pour leur enjoindre de respecter ces nouvelles mesures prises en faveur des arsenaux de Barcelone, « per profit e utilitat de la cosa publica226 ».

  • 227 ACA, Reial Cancelleria, reg. 1955, ffos 4v° et 5r° (19 et 18 juin 1388) ; J. F. Cabestany Fort, « R (...)

91À la mort de Bertran Sala (c’est-à-dire sans doute au début de l’année 1388), le conflit entre le roi et les édiles municipaux se cristallisa sur la nomination de son successeur. Le 18 juin 1388, Jean Ier désigna Bartomeu Sala, fils du défunt, malgré l’opposition des Conseillers, qui souhaitaient probablement éviter que la fonction de collecteur des droits sur le négoce avec le sultanat mamelouk ne prit l’aspect d’une charge héréditaire227.

  • 228 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 229 Le 6 mai 1393, à la suite d’un différend survenu entre les deux officiers, le roi Jean redéfinissai (...)
  • 230 A. M. Aragó et M. Costa (éd.), Privilegios reales concedidos a la ciudad de Barcelona, p. 216 ; et (...)

92Enfin, le 14 mars 1390, le monarque et les magistrats municipaux parvenaient à un nouvel accord. Jean Ier abandonnait le tiers qui lui revenait encore sur les revenus du trafic avec l’Égypte et la Syrie. Il reconnaissait donc aux Conseillers le droit de disposer « perpetualment » de ces revenus, qui devaient être affectés à l’entretien des arsenaux, des galères et de leur équipement, une fois terminés les travaux d’agrandissement mentionnés. Enfin, il était convenu que le collecteur de ces droits serait désigné par le roi parmi trois candidats présentés par les Conseillers228. En dépit de quelques difficultés secondaires liées à des conflits de compétences entre les officiers des arsenaux229, ce nouvel accord conclu au profit des magistrats de Barcelone mettait un terme définitif aux rivalités qui les avaient opposés au roi. Il fut confirmé par le nouveau monarque Martin le 25 août 1408230. Enfin, la définition du dret de las drassanes, perçu à partir de 1418, montre que ces dispositions continuèrent manifestement d’être appliquées après cette date.

  • 231 Voir infra, p. 125, le développement consacré aux droits provisoires perçus par l’amiral et le scri (...)

93Seules les demandes réitérées des Conseillers de Barcelone à partir de 1438, réclamant à Alphonse V l’abolition ou à tout le moins la réduction de cet impôt, laissent entrevoir de nouvelles difficultés à ce sujet. Mais celles-ci semblent alors surtout liées au contexte de tension entre les deux pouvoirs, conditionné par les efforts de guerre imposés par le roi231.

94Cette concurrence entre les édiles municipaux et les souverains prouve que les droits perçus sur le commerce avec les territoires soumis au Sultan constituèrent en permanence un enjeu financier d’importance dont les rois d’Aragon, qui avaient habilement su exploiter cette ressource, entendaient bien ne pas être privés, malgré l’affectation officielle de ces taxes à de pieux objectifs.

Les autres impôts sur le commerce avec le sultanat

95Bien d’autres contributions grevaient encore le commerce avec les Mamelouks au départ de Catalogne. Elles peuvent schématiquement être regroupées en deux ensembles : d’une part les impôts à caractère permanent, perçus sur tous les mouvements d’exportation et d’importation quelle que fut leur destination, et d’autre part les taxes prélevées temporairement, pour diverses raisons, sur le trafic avec l’Égypte et la Syrie.

a) Les impôts permanents

  • 232 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Med (...)

96Lorsque les contrats de commende n’étaient pas abrégés, ils comportaient une clause faisant explicitement référence aux impôts permanents et autres frais perçus sur les marchandises confiées : « solutis generalitate, periatico, medio naulo et manifest232 ». Nous connaissons déjà le dernier de ces impôts — le dret de les drassanes, ici appelé manifest —, spécialement affecté à la construction des arsenaux.

  • 233 M. Sánchez Martínez (éd.), Corts, parlaments i fiscalitat a Catalunya, doc. xxvii, clauses 9.2.21.1 (...)
  • 234 ACA, Generalitat, reg. G. 186.1. Seules les marchandises provenant de Syrie sont taxées à raison d’ (...)
  • 235 M, Sánchez Martínez (éd.), Corts, parlaments i fiscalitat a Catalunya, doc. xxvii.
  • 236 Voir le projet de prêt des galées de la Generalitat pour le commerce d’ultramar et de Flandre prése (...)

97En revanche, le premier — generalitate — désignait des droits revenant à la Generalitat et grevant les exportations, par le dret d’eixides, et les importations, par le dret d’entrades. Ces impôts avaient initialement été fixés aux Corts de Monzón, en 1362-1363, pour subvenir aux dépenses de la guerre contre la Castille, puis étaient devenus permanents et avaient été affectés aux besoins de la Generalitat. Aux Corts de 1376, également tenues à Monzón, les droits perçus tant à l’exportation qu’à l’importation sur le commerce avec l’ultramar avaient été réduits à un denier par livre de marchandises, tandis que ceux prélevés sur le reste du trafic atteignaient le double233. Seuls quelques rares registres de perception de cet impôt ont été conservés ; celui de 1404, relatif au dret d’entrades, montre que le terme d’ultramar désignait l’Égypte et la Syrie, et sans doute aussi l’île de Chypre, mais non celle de Rhodes234. Cette mesure, qui favorisait le commerce avec les territoires soumis aux Mamelouks et avec l’île des Lusignan, avait été prise pour stimuler ce trafic en raison de la nette préférence des patrons de navire pour le transport du grain de Sicile au détriment des épices d’ultramar, qui venaient à manquer en Catalogne si l’on en croit les justifications accompagnant la décision prise lors des Corts de 1376235. Le registre de 1404 montre donc que cette double tarification, loin d’être provisoire, avait été maintenue ; un autre document atteste qu’elle était toujours en vigueur en 1433236.

  • 237 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 55 ; et J. M. Madure (...)

98Le second des impôts mentionnés dans les commendes était le periatge ou dret de la mercaderia, également prélevé sur le commerce — mais pour le compte du Consolat de Mar (« Consulat de la mer ») — dans tous les ports de Catalogne. En 1394, il avait été fixé à une maille (ou obole) par livre à percevoir sur les marchandises d’exportation seulement, mais en 1405 il atteignait un denier par livre et frappait aussi les articles importés237.

  • 238 Voir le présent chapitre, supra, pp. 72-73.

99Rappelons enfin qu’à ces deux impôts permanents s’ajoutait encore, comme on l’a vu, le droit du consolat, destiné à rétribuer les consuls en poste en Syrie et à Alexandrie238.

b) Les taxes provisoires

  • 239 Les Génois procédaient de même pour financer des frais d’ambassade, par exemple (G. Petti Balbi, «  (...)

100À diverses reprises, plusieurs contributions furent provisoirement perçues sur le commerce avec le sultanat mamelouk. Leur justification était toujours fondée sur la nécessité de rembourser des frais engagés par les Conseillers de Barcelone au bénéfice des marchands de la cité. Chaque fois, le nouvel impôt prévu devait être prélevé jusqu’à concurrence des sommes avancées par les édiles municipaux239.

  • 240 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)

101Le 20 juillet 1353, le roi Pierre le Cérémonieux autorisait les Conseillers de Barcelone à lever une taxe de 1 % sur les marchandises exportées vers Alexandrie, Des marchands barcelonais venaient en effet d’obtenir du Sultan qu’il réduisît de 15 % à 10 % les droits de douane pour tous les sujets du roi, mais les frais engagés à cette occasion s’élevaient à 800 besants d’or. L’impôt de 1 % était donc destiné à faire supporter ces dépenses à ceux-là mêmes qui allaient profiter de la réduction des droits de douane240.

  • 241 Voir le présent chapitre, supra, p. 112.
  • 242 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 243 Peut-être en avons-nous un échantillon tardif dans les comptes d’une commende destinée à Damas, ver (...)

102Vingt ans plus tard jour pour jour, les magistrats municipaux de Barcelone se voyaient accorder, comme on l’a vu, le droit de délivrer eux aussi des licences de navigation à destination du sultanat mamelouk, contre une somme de deux mille florins241. Étant donné que cette mesure devait également favoriser les marchands barcelonais, le roi permit donc une nouvelle fois aux édiles de percevoir un impôt frappant les marchandises, les navires et même les négociants faisant route vers l’Égypte et la Syrie : de cette manière, les Conseillers de Barcelone pourraient être remboursés des deux mille florins versés en échange du privilège242. Nous ignorons cependant les modalités pratiques de perception de ce nouveau droit243.

  • 244 ACA, Reial Cancelleria, reg. 1878, f° 36r° (10 juin 1391) et reg. 1994, ffos 158v°-159r° (7 juin 13 (...)

103Ce scénario se répéta en juin 1391 : le roi Jean Ier autorisait à nouveau les magistrats municipaux de Barcelone à lever un « vectigal » de trois deniers par livre (soit 1,25 %) sur les bâtiments revenant de Méditerranée orientale afin de rembourser l’armement et l’expédition de deux vaisseaux envoyés par la ville pour lutter contre la piraterie qui menaçait le commerce ultramar244.

  • 245 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2393, ffos 150v°-152r° (18 mai 1429), cité par Cl. Carrère, Barcelone, (...)
  • 246 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2521, f° 100r°-v° (26 août 1441) ; signalé par C. Marinescu, La politi (...)

104Enfin, sous le règne d’Alphonse le Magnanime, pour financer la légation que le monarque dépêcha à Rhodes en 1429-1430 pour négocier avec les envoyés du sultan Barsbāy, un nouvel impôt, dont le taux est resté inconnu, fut prélevé sur le commerce avec l’Orient mamelouk. Les consuls de la mer étaient cette fois autorisés à percevoir cette taxe sur les marchandises exportées aussi bien que sur celles qui étaient importées, jusqu’à remboursement des frais avancés par les ambassadeurs245. Mais la rupture diplomatique entre les deux souverains, consécutive à la politique de monopole commercial suivie par Barsbāy dès l’été 1432, mit fin à la perception de cet impôt. C’est pourquoi Alphonse le Magnanime décida d’octroyer deux mille ducats d’or de Venise à Lluís Sirvent, lors de la nouvelle ambassade que celui-ci devait conduire auprès du sultan Djaḳmaḳ en 1441 ; cette somme était destinée à couvrir les dépenses occasionnées par cette nouvelle mission mais également à rembourser à Sirvent ce qui lui était encore dû au titre de sa précédente ambassade (celle de 1429-1430). Cette fois encore, les indemnités prévues devaient être financées grâce à un nouveau droit de 2 % prélevé sur les marchandises et les contrats de change expédiés vers Alexandrie246.

  • 247 Un premier impôt lût perçu à partir de 1339 pour recueillir les fonds nécessaires à la construction (...)
  • 248 C. Vela i Aulesa, « Les espècies orientals », doc 15 (vers 1384) ; impôt de la « Lotge » (une maill (...)

105À toute cette série de taxes provisoires peut encore être ajouté l’impôt destiné à financer la construction de la Loge des marchands de Barcelone, au cours du XIVe siècle. Comme dans les cas précédents, cette contribution devait servir à améliorer les conditions du négoce, mais elle en différait dans la mesure où elle frappait toutes les denrées, exportées aussi bien qu’importées, quelle que fut leur destination ou leur provenance247. À ce titre, le commerce avec l’Égypte et la Syrie n’en fut pas exempt, comme l’attestent quelques rares documents248.

  • 249 ACA, Reial Cancelleria, reg. 1858, f° 139r°-v°. Un autre document confirme qu’une taxe instituée po (...)

106La modicité de ces taux d’imposition imposait généralement de maintenir assez longtemps ces différentes taxes pour pouvoir parvenir au remboursement complet des frais avancés. Nous ignorons la date exacte de suppression de chacune d’elles, mais dans un cas au moins il est certain que la contribution décidée s’étala sur plusieurs années. Un document du 27 octobre 1393 révèle en effet qu’un impôt de trois deniers par livre (soit 1,25 %) continuait de grever le commerce avec l’Orient mamelouk et qu’il était destiné à payer les frais d’une ambassade envoyée auprès du Sultan sous le règne de Pierre le Cérémonieux ; il s’agissait probablement de la dernière que ce souverain envoya, en 1386249. Des taxes provisoires de ce type devaient donc sans doute constamment s’ajouter, les unes après les autres, aux impôts permanents qui étaient prélevés sur le commerce avec les Mamelouks.

  • 250 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 251 AHCB, Consellers, Miscel.lània V, caixa 7 (Alexandria) : document de deux folios non daté, portant (...)
  • 252 Dans le document final (publié par A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marin (...)

107Malgré leur caractère répétitif, ces impôts étaient tous perçus en vue de rembourser des dépenses visant à favoriser le commerce, ce qui permettait de les justifier et sans doute de les faire accepter sans difficulté majeure. Il en allait bien sûr tout autrement lorsqu’il s’agissait de taxes exceptionnelles qui n’avaient aucun rapport avec le négoce. Un document préparatoire à la supplique que les Conseillers de Barcelone adressèrent au roi le 1er avril 1438250 révèle que le principal grief reproché à l’amiral et au scribe des armées royales — et donc indirectement à Alphonse le Magnanime — était de percevoir des droits pour l’armement et l’entretien de sa flotte, soulignant que ces prélèvements étaient contraires aux anciens privilèges de la ville251. Le maintien de ces taxes à des fins non commerciales paraissait donc inadmissible aux édiles municipaux, qui s’enhardirent jusqu’à protester, fût-ce à mots couverts252, contre ces impôts voulus par le souverain.

Les impôts perçus par les Mamelouks sur le commerce catalan

  • 253 La synthèse ancienne de W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 448-451, d (...)

108La fiscalité mise en place par les maîtres de l’Égypte et de la Syrie, qu’ils fussent ayyūbides ou mamelouks, est une question particulièrement complexe dont plusieurs historiens de ces pays ont déjà rendu compte253. Leurs études serviront donc de cadre à ce thème — qu’il ne peut être question ici d’aborder dans son intégralité — et permettront ainsi de replacer dans leur ensemble les éléments relatifs au système fiscal et douanier des Mamelouks, tels qu’ils apparaissent dans les sources barcelonaises.

  • 254 Cl. Cahen, « Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale », pp. 219-220
  • 255 Ibid., p. 251.

109Cependant, même simplifiée de la sorte, l’entreprise présente de nombreuses difficultés. Tout d’abord, nous ne disposons pas, pour l’époque mamelouke, d’un traité fiscal aussi méthodique que le fameux Minhādj d’al-Makhzūmī, rédigé vers la fin de la période fāṭimide, auquel s’ajoutent en outre les compléments dus à Ibn al-Mammāṭï254. Ensuite, comme le notait Cl. Cahen lui-même lors de l’étude de ce document exceptionnel, la correspondance est souvent loin d’être parfaite entre les sources arabes et occidentales : en particulier, bien des termes techniques ne concordent pas. Cela est dû, en partie tout au moins, aux adaptations et aux corruptions orthographiques255, phénomène que nous ne manquerons pas de remarquer également à propos des documents barcelonais. Enfin, la difficulté de la tâche est en outre accrue du fait de la multiplicité et de l’enchevêtrement

des droits de douane à proprement parler, des rémunérations de services ou de « protections » [et], enfin, des impôts sur les transactions commerciales ; en fait, tout cela est mélangé, sans vraie démarcation possible,

  • 256 Ibid., p. 244.

110comme le reconnaissait encore Cl. Cahen avant d’entreprendre de classer les taxes énumérées dans le Minhādj256. Suivant l’exemple de cet auteur, différents types d’impôts seront donc abordés successivement, depuis les droits prélevés de façon permanente sur les marchandises jusqu’aux impôts provisoires, en passant par les taxes de service.

  • 257 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 430 ; et S. Y. Labib, Handelsgeschi (...)
  • 258 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 449-450 ; et S. Y. Labib, Handelsg (...)
  • 259 La seule source dont nous disposons à ce sujet est l’autorisation, datée du 20 juillet 1353, accord (...)
  • 260 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 450 ; et S. Y. Labib, Handelsgeschi (...)

111Lorsqu’ils parvenaient en Égypte et en Syrie, tous les marchands occidentaux devaient en premier lieu verser par personne une taxe d’admission d’un ducat (qui fut doublée par la suite) ainsi qu’un droit de 2 % sur les espèces monétaires exportées257. Ensuite, le principal impôt prélevé sur leurs marchandises était la taxe douanière perçue sur toutes les denrées à l’entrée dans les territoires du Sultanat258. Initialement fixée à 15 % de la valeur des biens exportés par les Catalans, elle fut ramenée à 10 % peu avant le milieu de l’année 1353259. Les négociants du Principat disposèrent ainsi des mêmes conditions que les Vénitiens et les Génois, et bientôt tous les marchands occidentaux bénéficièrent de ce taux avantageux, plus faible que celui que les musulmans eux-mêmes devaient acquitter, compris entre 10 et 25 %260.

  • 261 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)
  • 262 Paul G. Forand, « Notes on ‘ušr and maks », Arabica, 13, 1966, pp. 137-224, spéc. p. 137 ; le ‘ushr(...)
  • 263 M. A. Alarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos árabes diplomáticos del Archiv (...)

112Cette taxe d’un dixième correspond donc vraisemblablement à celle que le règlement du consulat catalan de Syrie désignait du nom d’ara-261 (d’après l’arabe ʽushr), autrement dit la « dîme » que les marchands étrangers au Dār al-Islām devaient acquitter262. À ces droits de douane proprement dits s’ajoutaient deux autres contributions, le nazl et le ṣādir, qualifiées d’habituelles dans le traité de 1430 mais dont les taux ne sont cependant pas précisés263.

  • 264 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 448-449 et 451. On pourra réactual (...)

113En abaissant les droits de douane, les autorités mameloukes faisaient montre d’une générosité de pure apparence car, comme l’ont fait remarquer W. Heyd et plus récemment R. Mortel, les épices, qui représentaient la raison d’être du trafic des marchands occidentaux, étaient déjà lourdement taxées à Djeddah, dès leur entrée en mer Rouge, et peut-être aussi à Tor, sur la rive méridionale du Sinaï, où elles étaient débarquées pour être acheminées jusqu’au Caire ; là, elles étaient de nouveau taxées, de même qu’à leur arrivée à Alexandrie. Si bien que, selon W. Heyd qui s’appuie sur le témoignage d’Emmanuel Pilori, le prix des épices doublait entre le moment où elles entraient en mer Rouge et celui où elles parvenaient enfin entre les mains des marchands occidentaux, du fait non seulement de ces nombreuses taxes mais également des constants abus des fonctionnaires mamelouks chargés de les percevoir264.

  • 265 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 430.
  • 266 AC A, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2314, ffos 35r°-37r° (30 juin - 16 juillet 1374) : « C (...)
  • 267 S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptensim Spätmittelalter, p. 256 ; et M. T. Mansouri, « Les commun (...)

114Par ailleurs, aux impôts sur les marchandises venaient s’ajouter les taxes de service. Dès leur arrivée dans les ports du Sultanat, les patrons des navires occidentaux devaient remettre leurs voiles aux autorités de la douane. Celles-ci ne les restituaient qu’une fois payées toutes les taxes dues par les patrons de navire et les marchands ; les fonctionnaires égyptiens gardaient ainsi un moyen de contrainte en cas de difficulté avec les Occidentaux débarqués et abusaient, semble-t-il, de cette situation265. Les comptes du voyage que Bertran Sala effectua en 1374 à destination d’Alexandrie comme patron du pàmfil royal Sant Joan Evangelista montrent en effet que cette disposition permettait aux officiers mamelouks de percevoir plusieurs taxes, lors de la remise des voiles mais surtout au moment de les récupérer. Au total, le patron du pàmfil dut ainsi verser 480 millareses ; soit 11 livres et 4 sous de Barcelone, qui représentaient déjà plus de la moitié du prix des quatre quintaux de biscuit achetés en prévision du prochain voyage au prix de 840 millareses266. À ces contributions s’ajoutaient encore d’autres taxes variées, prélevées aussi bien sur les services d’interprétariat que sur l’opération de criblage des épices267.

  • 268 Impôt de 1,5 % sur la valeur des marchandises et des changes exportés vers le Sultanat ou importés (...)
  • 269 Taxe de 6,3 % sur tous les biens des Catalans. Elle nuisait fortement à leur négoce, dans un contex (...)
  • 270 Le 27 avril 1431, le marchand Antoni Vila informait par contrat notarié le bailleur qui quatre ans (...)
  • 271 Nouveau droit de 4 % sur la valeur des marchandises, imposé aux marchands catalans par Barsbāy pour (...)
  • 272 ACA, Reial Cancelleria, reg. 3172, f° 85r°,

115Enfin, lors de pillages commis par des pirates catalans, les sultans infligèrent aux marchands du Principat de fortes amendes qui furent payées au moyen de taxes provisoires prélevées sur le commerce. De tels droits furent ainsi assez régulièrement perçus sur le négoce des Catalans, au moins en 1392268, puis en 1410269, en 1431270 et en 1432271. C’est à cette ultime occasion que le consul des Catalans, Berenguer Sirvent, fut désavoué par le pouvoir royal pour avoir accepté le principe d’une nouvelle taxe et celui de dédommagements dans un cas considéré comme litigieux. Comme le soulignait l’une des lettres qui lui était adressée par le roi, « Es odiosa cosa imposar novelles vectigals272 ». Le souverain aragonais avait évidemment beau jeu de prendre la défense d’un commerce accablé par des impôts dont il avait pourtant lui-même contribué à alourdir le poids.

  • 273 En raison de la fréquence de ces taxes, le marchand d’origine italienne Giacomino Calvi, citoyen d’ (...)
  • 274 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 448 ; J.-Cl. Garcin, « La “méditerr (...)
  • 275 C’est ce qu’en conclut Cl. Cahen, « Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte m (...)

116Ces quelques exemples montrent en tout cas que les sultans mamelouks ne craignaient pas de multiplier les nombreuses taxes qui grevaient le négoce des Catalans et, plus généralement, des Occidentaux273 : en fait, ils avaient très clairement compris que les courants d’échanges — et en particulier le trafic des épices — faisaient de leur pays une destination obligée du grand commerce des nations occidentales. Par conséquent, les taxes et impôts qu’ils pouvaient prélever sur ce commerce constituaient une source de revenus presque inépuisable, qui d’ailleurs allait bientôt devenir la principale richesse du pays dans un contexte de dépression démographique et de difficultés économiques. Rien d’étonnant donc à ce que les sultans mamelouks aient de plus en plus cherché à tirer profit de cette manne inespérée, tout d’abord en instituant de nombreux impôts puis, peu après, en renouant avec le système des monopoles commerciaux274. Ces différentes mesures s’inscrivaient dans le prolongement de la politique séculaire de fiscalité lourde qui déjà était appliquée par le Sultanat pendant l’époque fāṭimide-ayyūbide et grevait le grand commerce transitant par l’Égypte et la Syrie275.

Conclusion

117L’étude de la politique menée par les rois d’Aragon à l’égard des Mamelouks, puis de la représentation consulaire et, enfin, des aspects fiscaux grevant le commerce de Barcelone avec l’Égypte et la Syrie révèle en fait qu’à travers chacun de ces trois aspects le monarque et les Conseillers de la Cité Comtale se sont trouvés, à un moment ou à un autre, en compétition. Il ne s’agissait certes pas d’un véritable conflit ouvert pouvant se solder par l’échec définitif de l’une des parties. En fait, face aux personnalités inégales des souverains successifs, on perçoit nettement un subtil mouvement d’avancée, puis de recul du pouvoir municipal. Sous les longs règnes de Jacques II (1291-1327) et de Pierre IV (1336-1387), les monarques se trouvaient en position dominante et sans doute incontestée, respectant toutefois les privilèges attribués par Jacques Ier (en 1266 et 1268) aux édiles de Barcelone en matière de nomination des consuls. Cependant, le contexte de l’épuisante et stérile guerre contre la Castille paraît bien avoir fragilisé les bases du pouvoir royal à la fin du règne de Pierre le Cérémonieux. Les Conseillers de Barcelone parvenaient pour la première fois en 1373 à limiter et réglementer ce qu’il faut bien appeler l’arbitraire du pouvoir royal en matière de sanctions contre les marchands ne disposant pas de licence pontificale, ainsi qu’à se faire reconnaître le droit de délivrer eux-mêmes des autorisations de commerce avec le Sultanat. Enfin, en 1378, ils prenaient des dispositions pour contraindre le roi à reverser effectivement au profit de l’entretien des arsenaux, les sommes collectées sur ce trafic. La personnalité plus effacée des deux fils et successeurs de Pierre IV ne pouvait que renforcer les positions des magistrats municipaux, ce qui se traduisit, au cours de cette nouvelle phase (1387-1410), par un rôle diplomatique accru des consuls, nommés par les Conseillers. Le bref règne de Ferdinand Ier (1412-1416) ne changea apparemment rien à ce rapport.

118En revanche, sous le règne d’Alphonse le Magnanime (1416-1458), la tendance s’inversa radicalement, d’une part sous l’effet de la nouvelle politique diplomatique adoptée par le souverain aragonais, qui gênait clairement le commerce et, partant, les intérêts des Conseillers, et d’autre part en raison de son attitude autoritaire et volontiers interventionniste qui l’amenait à empiéter sur les prérogatives séculaires des édiles en matière de nomination des consuls (par exemple en 1429 et en 1433).

  • 276 En 1374, Pierre le Cérémonieux envoya le pàmfil royal Sant Joan Evangelista à Alexandrie, où le nav (...)
  • 277 De cette entente superficielle découlent les thèses présentant le pouvoir royal et l’aristocratie m (...)

119En résumé, les premiers monarques cités ont surtout cherché à tirer profit de relations commerciales particulièrement lucratives tandis qu’Alphonse V, sans négliger cet aspect, s’est aussi efforcé de contrôler cette activité pour en faire un instrument au service de sa politique orientale. Notons au passage que tous les souverains aragonais participèrent eux-mêmes de façon plus ou moins directe au commerce avec l’Orient mamelouk, considéré soit comme une source de revenus complémentaires soit comme un moyen pour s’approvisionner en produits de luxe nécessaires à leur Cour276. De leur côté, les Conseillers de Barcelone ont tenté de protéger le commerce du Levant, source essentielle de la fortune et du rayonnement économique de la Cité Comtale en Occident. Autrement dit, c’est parce que le négoce de Barcelone avec le Sultanat constituait un enjeu de taille entre le pouvoir royal et le pouvoir municipal que leurs représentants s’affrontèrent pour le contrôle des revenus tirés du trafic maritime avec le Levant. Cependant, au-delà de ces heurts somme toute occasionnels, c’est plutôt une certaine forme d’entente qui se dessine entre les deux pouvoirs277. En effet, si l’on excepte quelques rares moments de tension ouverte — comme lors des difficultés apparues lors de la conquête en Italie du Sud au cours des années 1430 —, cette rivalité s’exprima le plus souvent de façon feutrée, car les deux pouvoirs s’entendaient au moins sur un point essentiel : il convenait de préserver cette source de richesse que constituait le commerce de Barcelone avec l’Égypte et la Syrie.

Notes

1 Comme pour l’ensemble de notre étude, l’accent sera surtout mis sur le versant occidental de ces relations, le seul pour lequel quelques nouveautés puissent être apportées à partir des sources barcelonaises. Pour la période correspondant aux dernières années du XIIIe s. et au premier tiers du XIVe siècle, voir la note 11 ; pour les règnes de Pierre le Cérémonieux et de ses deux successeurs Jean Ier et Martin, voir l’ensemble des articles rédigés par A. López de Meneses ainsi que ceux que ce même auteur a signés de l’anagramme M. Sáez Pomés. Une grande partie de ces documents est consignée dans le registre 1389 de l’Arxiu de la Corona d’Aragó (intitulé « Guerre Sarracenorum [1367-1386] », mais couvrant en réalité les années 1360-1386), spécialement consacré aux relations avec les différents États musulmans ; un catalogue sous forme de régestes en a été établi par Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon ».

2 Voir C. Marinesco, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon (ouvrage rédigé avant 1928, mais publié seulement en 1994 et de façon partielle, en raison de la perte de la fin du manuscrit entretemps) ; et les articles d’A. Ryder, « The Fastern Policy of Alfonso the Magnanimous » ; E. Ashtor, « Alfonso il Magnanimo e i Mamlucchi » ; et D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale ».

3 De nombreux documents découverts depuis le XVIe congrès d’histoire de la couronne d’Aragon, au cours duquel j’avais présenté la communication intitulée « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale », m’ont permis de compléter et d’affiner l’analyse de la stratégie adoptée par Alphonse le Magnanime vis-à-vis des Mamelouks avant 1442 ; ces documents m’ont pour la plupart été communiqués par R. Salicrú i Lluch, que je remercie vivement.

4 À. Masià i de. Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte Africa, pp. 72-80 ; et F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, t. II, pp. 64-78.

5 Traité du 25 avril 1390 : voir P. M. Holt (éd.), Early Mamluk Diplomacy, pp. 129-140 (commentaire et traduction du traité en anglais) ; il en existe de nombreuses autres publications et traductions antérieures, en arabe, français et italien. Le traité du 29 janvier 1293 est daté par la plupart des auteurs du 28 janvier 1292 : voir W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 31 ; M. A. Alarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, doc 145 ; F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, t. II, pp. 71 et 81 ; et S. Y. Labib, Handelsgeschtchte Ägyptens im Spätmittelalter, pp. 78-79. Cependant, M. Amari a bien daté de 1293 ta version arabe de cet accord : voir Michele Amari, « Trattato stipolato da Giacomo II di Aragona col sultano d’Egitto, il 29 gennaio 1293 », Atti della Real Accademia del Lincei, 3e série, 11, 1882-1883, pp. 423-444 ; tandis que la version catalane du traité est elle aussi datée du 29 janvier 1393 : voir À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte África, doc. 3, pp. 266-270 et p. 79, n. 8 ; également, P. M. Holt, « The Mamluk Sultanato and Aragon ». Enfin, A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II(1), doc. 53, a publié des instructions d’ambassade, datées du 9 août 1292, se rapportant à ce traité, qui n’était alors pas encore signé. Le second traité paraît donc bien avoir été signé en 1293 et non en 1292. Une version en est conservée à l’Arxiu de la Corona d’Aragó, mais ce document est en grande partie inutilisable en raison de son très mauvais état de conservation. Les traducteurs ont donc eu recours à la version consignée par Al-Ḳalḳashandī dans son célèbre Ṣubḥ al-d shāfī ṣinā at al-inshā’, t. XIV, pp. 63 sqq. ; voir à ce sujet la notice de M. A. Alarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, p. 344.

6 Voir le chapitre précédent.

7 En particulier ceux concernant la présence des marchands, que l’on rencontre il est vrai dans de nombreux traités bilatéraux du même type. La sécurité des sujets des deux souverains était ainsi garantie dans les deux États ; en cas de naufrage ou de décès en terre étrangère, les négociants ou leurs héritiers devaient pouvoir récupérer les biens perdus ou laissés par le défunt ; les litiges entre marchands des deux États survenus en Égypte ou en Syrie devaient faire l’objet d’un jugement par les autorités mameloukes ; les marchands de la couronne d’Aragon devaient acquitter aux services du dīwān les taxes en vigueur, qui ne sont pas précisées dans ces accords. Sur le traité de 1430, voir infra, n. 68.

8 F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, t. II, p. 72 ; sur le traité de Jaffa conclu le 18 février 1229 entre l’empereur Frédéric II et le sultan ayyūbide al-Kāmil, voir Ernst Kantorowicz, L’empereur Frédéric II, Paris, Gallimard, 1987, pp. 175-178 ; et Pierre Racine, Federico II di Svevia, Milan, Giuffré, 1998, pp. 258-259.

9 À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte Africa, p. 76 ; et F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, t. II, pp. 72 et 80.

10 F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, t. II, pp. 92-101.

11 En 1300, 1303, 1305, 1314, 1318, 1322 et 1327. Voir H. Finke, Acta aragonensia, t. II, nos 461, 467, 470 et 472 ; G. Golubovich, Biblioteca bio-bibiografica della Terra Santa e dell’Oriente francescano, t. III, pp. 73-85, 185-187, 232-237 et 309-318 ; A, S. Atiya, Egypt and Aragon, pp. 7-71 ; M. A. Alarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, nos 147-151 ; À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte África, pp. 100-129 ; F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, t. II, pp. 106-114 ; E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 33-34. Voir également — mais avec précaution — la synthèse sur cette question due à Gabriel González Maurazos, « La documentación diplómatica entre la Corona de Aragon y el Sultanato Mameluco durante el reinado de Jaime II. Un ejemplo de las transformaciones en las relaciones internacionales del ámbito Mediterráneo en la Baja Edad Media », dans Juan Antonio Barrio Barrio, José Vicente Gabezuelo Pliego et Juan Francisco Jiménez Alcázar (éd.), Jaime II, 700 años después. Actas del congreso internacional, Alicante, Universidad de Alicante, coll. « Anales de la Universidad de Alicante, Historia Medieval » (11), 1997, pp. 395-403 : cet article ne fait aucune référence aux travaux d’À. Masià i de Ros ni à ceux de Fr. Giunta, pourtant essentiels pour cette question, et passe sous silence l’importance fondamentale des relations commerciales entre les deux États. Quant au document de 1306, présenté et commenté par Mercè Viladrich i Grau dans son intéressante étude « Noves dades sobre les relacions entre el solda del Caire al-Nāṣir Muḥammad Ibn Sayf al-Dīn Qalawūn i el rei Jaume II », qui figure dans les actes du congrès international sur Jacques II d’Aragon, précédemment cité (pp. 501-507), il avait en fait déjà été publié et analysé par A.S. Atiya, Egypt and Aragon, pp. 28-32. Concernant spécifiquement la première ambassade, voir enfin Peter M. Holt, « Al-Nāṣir Muhammad’s Letter to a Spanish Ruler in 699/1300 », Al-Masāq, 3, 1990, pp. 23-29.

12 Grâce aux deux dernières ambassades de 1322 et 1327 (G. Golubovich, Biblioteca bio-bibiografica della Terra Santa e dell’Oriente francescano, t. III, pp. 232-237 et 309-321 ; A. S. Atiya, Egypt and Aragon, pp. 46 et 53 ; et F, Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, pp. 112-114). Réciproquement, le sultan mamelouk était placé dans un rôle de protecteur des sujets musulmans du roi d’Aragon (A, S. Atiya, Egypt and Aragon, p. 52).

13 À l’exclusion toutefois des marchandises prohibées (W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 32 ; À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte África, pp. 118-119 ; F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, t. II, p. 116 ; et E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 34-35).

14 Voir le chapitre précédent.

15 Voir le témoignage de Giorgio Gucci, dans L. Frescobaldi, G. Gucci et S. Sigoli, Visit to the Holy Places of Egypte, Sinai, Palestine and Syria in 1384, p. 101 ; également, A. S. Atiya, Egypt and Aragon, p. 45, n. 2 ; et J. Vincke, « Die Gesandtschaften der aragonischen Könige und die Reliquien der heiligen Barbara », p. 115, n. 6.

16 Par la même occasion, Alphonse IV demandait que lui fût également remis le bras de saint Siméon et que fussent libérés des captifs chrétiens ; ces requêtes s’inscrivaient donc en parfaite continuité avec la politique suivie par son père Jacques II ; voir J. Vincke, « Die Gesandtschaften der aragonischen Könige und die Reliquien der heiligen Barbara », pp. 117-118 ; À. Masià i de. Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte África, pp. 127-128 ; et A. López de Meneses, « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Bárbara », pp. 300-301.

17 En 1345, 1346, 1353, 1354, 1356, 1360 et 1373 (J. Vincke, « Die Gesandtschaften der aragonischen Könige und die Reliquien der heiligen Barbara » ; et A. López de Meneses, « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Bárbara »).

18 À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte África, p. 132 ; et J. Trenchs Odena, « “De Alexandrinis” », p. 271.

19 Sur l’ambassade de 1322, voir M.A. Alarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, doc. 150 ; sur celle de 1329, voir ibid., doc. 152 ; et A. S. Atiya, Egypt and Aragon, p. 67.

20 En fait, les sujets chrétiens du Sultan vouaient une dévotion particulière à la sainte et s’opposaient au départ de ses reliques hors d’Égypte (A. López de Meneses, « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », pp. 317-318 ; Id., « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Bárbara », doc. xxviii, pp. 356-357 ; et Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », doc. 197). Cette explication est envoyée en réponse à l’ambassade de 1373, mais dès 1356 au moins Pierre le Cérémonieux savait que la minorité copte était à l’origine du refus des sultans (A. López de Meneses, « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », p. 316). Entre 1399 et 1403, le roi Martin tenta de nouveau d’obtenir ces reliques, sans plus de succès (voir infra, pp. 52).

21 Le plus fameux exemple est celui de Pere de Mitjavila, important homme d’affaires qui joua un rôle de premier plan dans le négoce avec le Levant, en particulier grâce à la grosse compagnie commerciale qu’il fonda en 1334 (J. M. Madurell I Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa »). Il fut envoyé à la cour du sultan du Caire pour demander les reliques de sainte Barbe, par Jacques II en 1327, puis par Pierre le Cérémonieux en 1345 et 1346 (J, M. Madurell i Marimon, « Les activitats diplomàtiques i mercantils de Pere de Mitjavila »). En 1360, sur quatre ambassadeurs, deux étaient marchands (Joan Lombarda et Jaume Bosca) et un troisième, changeur (Jaunie de Vilar), [voir A. López de Meneses, « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Bárbara », p. 318 et doc. xvii ; sur Joan Lombarda, voir D. Coulon, « Ascension, apogeo y caída de Joan Lombarda»], En 1373, les deux ambassadeurs étaient les marchands Pere de Manresa et Francesc Sa Closa ; ce dernier eut un destin assez parallèle à celui de Pere de Mitjavila, se consacrant comme lui au commerce avec le Levant grâce à la revente de licences royales (AHPB Jaume Ferrer, Llibre comú [juin 1353 - octobre 1357], ffos 25v°-26r°, 43r°-46r° et 77v°-78v°), mais aussi en armant plusieurs navires (voir l’appendice I, années 1362, 1366, 1371, 1373 et 1379) ; selon A. López de Meneses, « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Barbara », pp. 322-323, et M. Sáez Pomés, « Los aragoneses en la conquista saqueo de Alejandría por Pedro I de Chipre », p. 375, n. 35, il remplissait également les fonctions de conseiller royal. Par ailleurs, les frais de cette ambassade de 1373 étaient en grande partie avancés par le marchand Bernat de Gualbes (A. López de Meneses, « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Bárbara », doc. xxvi). Francesc Sa Closa assuma une nouvelle fois les fonctions d’ambassadeur du roi en 1379 pour demander au sultan al-Manṣūr ʽAlī la libération de marchands et de pirates catalans ainsi que la restitution de leurs biens ; à cette occasion il sollicita pour la première fois la libération du roi Léon V d’Arménie (voir infra, n. 33) : voir A. López de Meneses, « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », doc. xxi-xxii ; ID., « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc. x-xi ; et Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », nos 257-261.

22 Voir les demandes présentées lors des ambassades de 1322 et 1327 (voir supra p. 146 n. 12). Les instructions de l’ambassade de 1361 ont été publiées par J. Vincke, « Pedro IV de Aragón y la Tierra Santa » ; et A. Rubió i Lluch (éd.), Diplomatari de l’Orient català (1301-1409), doc 708-710, pp. 735-742.

23 G. de Machaut, la Prise d’Alexandrie, pp. 67-109 ; P. Kahle, « Die Katastrophe des mitellalterlichen Alexandria », pp. 135-154 ; M. Sáez Pomés, « Los aragoneses en la conquista saqueo de Alejandría por Pedro I de Chipre » (en dépit de son titre, ce dernier article est en fait centré sur la participation des seuls marins et marchands catalans au sac d’Alexandrie) ; voir également S. Y. Labib, Handelsgcschichte Ägyptens im Spätmittelalter, pp. 340-341 ; E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages. pp. 90-92 ; et N. Housley, The Later Crusades, pp. 39-43.

24 En mars, celle que conduisaient Bernat Romá et Jaume Cadany puis, en juin, celle dirigée par Humbert de Fonollar et Jaspert de Camplonch (M. Sáez Pomés, « Los aragoneses en la conquista saqueo de Alejandría por Pedro I de Chipre », spéc. pp. 371-376 et les doc. i-iii et vi-viii ; voir également A. López de Meneses,« Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc vi ; Id., « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », doc. xiii-xiv ; Id., « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Bárbara », pp. 320-321 et doc. xviii ; Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », nos 82-86 et 88-93 ; et également G. Zurita, Anales de la Corona de Aragón, lib. IX, chap. lxiv). G. de Machaut, La Prise d’Alexandrie, v. 6194, p. 188, mentionne également la présence d’ambassadeurs « dou roy Arragonnois » en Égypte au début de l’année 1367. Pour prouver sa bonne foi vis-à-vis du Sultan, Pierre IV fit confisquer les marchandises rapportées par les navires dont les patrons et les marins avaient participé au sac et fit en outre mettre ceux-ci à l’amende (M. Sáez Pomés, « Los aragoneses en la conquista saqueo de Alejandría por Pedro I de Chipre », doc. iv, pp. 376-381 [nef d’Arnau Guerau, coque de Pau de Montarras]).

25 Voir infra, pp. 128.

26 A. López de Meneses, « Florilegio documental del reinado de Pedro IV de Aragón », 16 (1951), doc. 57 ; Id., « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », doc. xiii ; Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », nos 88 et 148-150. À propos du conflit qui surgit ensuite entre les patrons et les marins en raison du naufrage du navire, voir AHPB, Francesc de Ladernosa, Llibre comú (octobre 1367 - janvier 1368), ffos 20v°-22r° (9 décembre 1367) ; et AHPB, Tricesimum octavum capibrevium (janvier-juin 1368), ffos 37v°-38r° (15 février 1368).

27 Voir infra, p. 171.

28 Ambassade menée par le marchand de Barcelone Pere Oliver (A. López de Meneses, « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », doc. xvi ; et Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », nos 148-150). Lors de l’ambassade de 1373, destinée à solliciter une ultime fois les reliques de sainte Barbe, les représentants du roi devaient une fois encore demander des dommages pour la nef de Lleó March et Ramon de Margens (Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », nos 187-188).

29 Cependant, le texte même du traité n’a pu être retrouvé : voir W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 57 ; et E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 102.

30 P. Kahle, « Die Katastrophe des mitellalterlichen Alexandria », p. 151, n. 2 ; et S. Y. Labib, Handelsgescbichte Ägyptens im Spätmittelalter, pp. 339-341.

31 Pour preuve supplémentaire de la bonne considération dont jouissaient les Catalans en Égypte et en Syrie malgré les derniers événements, notons que le roi de Chypre Pierre Ier eut recours à leurs services pour rétablir des contacts diplomatiques avec le Sultan après son coup de main sur Alexandrie (voir L. Makhairas, Recital, § 182, p. 163 : le chroniqueur chypriote cite les noms de Joan Alfons, juif converti, de Jordi « Settica » et du notaire Pau de Belonia).

32 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 91 ; E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 104 J.-Cl. Garcin, « Le Proche-Orient à l’époque mamluke », p. 354, et Claude Mutafian, Le royaume arménien de Cilicie (XIIe-XIVe siècle), Paris, Éd. du CNRS, 1993, pp. 89-90.

33 Claude Mutafian, « La Catalogne et le royaume arménien de Cilicie (XIIIe -XIVe siècles) », dans Maria Teresa Ferrer i Mallol et Damien Coulon (éd.), L’expansió catalana a la Mediterrània a la Baixa Edat Mitjana (Barcelona, 20 d’abril de 1988), Barcelone, CSIC, 1999, pp. 105-119, spéc. pp. 116-118. La première ambassade de 1379 avait également d’autres objectifs, qui passaient avant la libération de Léon V : il s’agissait, comme pour l’affaire du sac d’Alexandrie, de désavouer des sujets catalans qui s’étaient livrés à la piraterie et d’obtenir la libération des marchands qui avaient été faits prisonniers en représailles (A. López de Meneses, « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », nos XXI et XXII ; Id., « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc. x-xi ; et Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », nos 257-261). Par ailleurs, dès 1377, Pierre le Cérémonieux s’était préoccupé du sort de la reine Marie de Petite Arménie, prisonnière à Jérusalem (A. López de Meneses, « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », doc xix ; et Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », doc 243). Sur les deux autres ambassades, exclusivement consacrées à la libération du monarque arménien et de sa famille, voir M. Sáez Pomés, « Exilados de Armenia en los dominios de Pedro IV de Aragon », pp. 415-424 ; Id., « La ayuda de Valencia a León V de Armenia, I de Madrid » ; A. López de Meneses, « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », pp. 323-327 ; et Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », nos 265-266). Pour les sources publiées, voir Próspero de Bofarull i Mascaró (éd.), Procesos de las antiguas cortes y parlamentos de Cataluña, Aragón y Valencia, custodiados en el Archivo General de la Corona de Aragón, Barcelone, Eusebio Monfort, Colección de Documentos Inéditos del Archivo General de la Corona de Aragón (6), 1850, doc. 117 et 118, pp. 370-374 ; et G. Zurita, Anales de la Corona de Aragon, lib. X, chap. xxi, qui date cependant de 1377 la seconde ambassade menée par le cavaller Bonanat Sa Pera.

34 Instructions d’ambassade confiées en mai 1386 aux citoyens de Barcelone Jaume Fivaller, Bernat Pol et Bernat de Gualbes, ce dernier remplissant la charge de consul des Catalans à Alexandrie : voir A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », nos XXX-XXXII ; Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », nos 309-310 ; et infra, pp. 203-204. Dès janvier 1386, Pierre IV adressait déjà au sultan al-Zàhir Barķūķ une lettre dans laquelle il dénonçait ces actions de piraterie (A. López de. Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc. xxv, republié par le même auteur dans « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », doc xxxi ; et Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », doc. 299).

35 Voir infra, pp. 70.

36 Voir infra, pp. 482 n. 147.

37 D. Girona Llagostera, Itinerari, 17 septembre 1399 (doc. 57) et 6 juin 1400 (doc. 33) : « ...Que fessets tot vostre poder ajustant hi totes maneres possibles d.aver lo per via de furt. Per que fets per manera que ab consentiment del dit solda, lo dit cors sia furtat [...] vos empero portant nos letra testimonial del dit solda com aquell cors es lo cors de Madona sancta Barbara » ; voir également A. López de Meneses, « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Bárbara », pp. 327-328. Avec le même entêtement que son père, mais poursuivant donc des objectifs différents — sincère dévotion ou recherche de prestige auprès de ses coreligionaires ? —, Martin répéta sans succès ses demandes au consul d’Alexandrie : voir D. Girona Llagostera, Itinerari, 5 novembre 1401 (également publié par A. Rubio i Lluch [éd. J, Diplomatari de l’Orient català [1301-1409], doc. 668, pp. 692-693), 18 août 1402 et 22 juin 1403.

38 D’après l’équivalence officielle fournie dans le document, un besant d’or d’Alexandrie valait une livre de Barcelone (ACA, Reial Cancelleria, reg. 2142, f° 64r°), tandis qu’un dirham ne valait que 10 à 12 deniers à cette date (voir infra, pp. 257, tableau 22).

39 ACA, Reial Cancelleria, reg. 1854, f° 37r°-v° (2 octobre 1392 ; publié par A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc. xxxvi), et ACA, Reial Cancelleria, reg. 2142, ffos 62r°-65v° (25 septembre 1404, avec copie d’un autre document daté du 2 octobre 1392, beaucoup plus détaillé que le premier) ; à la date du 23 septembre 1404, il restait encore à payer 1.036 besants d’Alexandrie.

40 Il avait été élu le 31 mai 1396 (A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc. xxxvii).

41 D. Girona Llagostera, Itinerari, 13 et 14 juin 1397 (doc. 32 et 33) ; et A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc. xxxviii.

42 Diplomatari de l’Orient català (1301-1409), éd. A. Rubió i Lluch, doc. 636, p. 666 (18 mars 1393), 648, p. 676 (18 avril 1395), 652, p. 679 (9 octobre 1399) et 691, pp. 713-714 (13 janvier 1406).

43 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2382, f° 49v° (28 mars 1413).

44 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II(1), doc 283 ; la date — non précisée — de cette lettre est déterminée grâce à une note marginale indiquant que le nouveau consul des Catalans était Francesc Sa Tria, nommé le 25 septembre 1413. Le document cité à la suite (voir infra), qui paraît bien être une réponse à cette missive du Sultan, fut rédigé le 18 novembre 1414, ce qui confirme que la lettre du Sultan fut reçue à la fin de l’année 1413 ou au début de 1414.

45 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2389, ffos 26r°-27r° (18 novembre 1414). Le terme melich almara est la forme corrompue de Malik al-Umarā, l’un des titres des gouverneurs mamelouks, plus généralement appelés Nā’ib al-Salṭana dans les sources arabes : voir A. ‘Abd ar-Rāziq, « Les gouverneurs d’Alexandrie au temps des Mamlûks », p. 157, n. 4 ; et aussi M. Müller-Wiener, Eine Stadtgeschichte Alexandrias, p. 172, n. 1 ; sur les attributions du gouverneur, voir ibid., pp. 172-196.

46 Voir D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale », pp. 1056-1058, et aussi le développement consacré à la course, infra, p. 204. Cette expédition de course visait vraisemblablement à venger les humiliations infligées à Francesc Sa Tria, le consul des Catalans à Alexandrie, à la suite d’exactions perpétrées par des sujets du roi contre des intérêts mamelouks.

47 A. Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay, pp. 331-333 ; et S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 351.

48 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, pp. 45-70 ; Anthony Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitallers of Rhodes (1291-1350) », English Historical Review,76, 1961, pp. 1-19 ; Id., « Aragoneses y catalanes en Rodas » ; Id., « Rhodes, base militaire, colonie, métropole de 1306 à 1440 », dans Michel Balard et Alain Ducellier (éd.), Coloniser au Moyen Âge (Toulouse, mai 1991), Paris, Armand Colin, 1995, pp. 235-240. Voir en outre la synthèse de Pierre Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la Couronne d’Aragon (1415-1447), Millau, Conservatoire Larzac Templier et Hospitalier, coll. « Milites Christi » (2), 2003.

49 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, pp. 47-49 ; A. Luttrell, « Aragoneses y catalanes en Rodas » ; et M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, p. 86.

50 D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale », p. 1062 (n. 38). Cette volonté de « protection » du Magnanime vis-à-vis de l’Ordre ne répondait pas nécessairement aux objectifs politiques de son grand maître, comme le montre P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne.

51 Il faut sans doute interpréter de la même manière le projet évidemment démesuré d’attaquer l’Égypte avec l’aide du négus d’Abyssinie, Deux tentatives d’alliance de revers avec celui-ci furent en effet envisagées, en 1428 puis en 1450. Mais la première était en fait due à l’initiative du négus et les documents nous renseignant à son sujet montrent qu’Alphonse s’exagérait de beaucoup la puissance du souverain africain. Quant à la seconde, le roi attendait en fait que le négus masse ses troupes à la frontière égyptienne pour lancer à son tour une expédition dont l’effectif en navires prévus avait été volontairement grossi pour mieux persuader son allié potentiel. Aucun de ces projets n’aboutit donc (C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, pp. 20 et 200 ; et D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale », n. 37).

52 Voir infra, p. 59-60.

53 Pour plus de détails sur cette expédition de 1416, voir infra, pp. 204-205 ; et D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalane-aragonaises avec la Méditerranée orientale », pp. 1056-1058.

54 Le 15 mai 1419, Alphonse le Magnanime exigeait de recevoir sa part du butin sur les prises effectuées par Guillem Des Puig aux dépens d’un navire arabe d’Alexandrie, commandé par un certain « Squaer » ; des esclaves noirs, du lin et d’autres marchandises avaient été saisis (ACA, Reial Cancellería, reg. 2467, ffos 170v°-171r°).

55 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2569, f° 68r° (3 mai 1420).

56 Les pirates catalans étaient même parvenus à s’emparer d’un émissaire mamelouk envoyé auprès du prince turc de Karaman (F. Brancacci, « Diario di Felice Brancacci ambasciatore con Carlo Federighi al Cairo », pp. 179-180 ; N. Iorga, Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades, p. 327 ; W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 474-475 ; A. Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay, pp. 336-337 ; S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 353 ; et E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 286-288).

57 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, p. 4 (d’après ACA, Reial Cancelleria, reg. 2573, f° 75r°-v°).

58 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2672, f°199 v° et reg. 2678, f° 109r° (lettre de recommandation en faveur de Joan Descarrigues, destinée au Sultan, datée du 19 septembre 1424) ; mémorial de l’ambassade : voir ACA, Reial Cancelleria, reg. 2676, ffos 49-51v°, document signalé et commenté par C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, p. 5, qui situait ce document « aux environs de 1424 », puisqu’il n’est pas daté (dans ce mémorial, l’ambassadeur est appelé Joan Scaric — nom repris par Marinescu —, mais il s’agit bien de Joan Descarrigues : voir ibid, p. 5, n. 2). Au sujet de Joan Descarrigues, personnage central pour l’ordre en Catalogne, voir P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, pp. 357-358.

59 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, p. 4 (d’après ACA, Reial Cancelleria, reg. 2573, f° 75r°-v°).

60 L’informateur n’était autre que Joan Descarrigues, devenu pour la circonstance ambassadeur du grand maître des Hospitaliers, Antoni Fluvià (ACA, Reial Cancelleria, reg. 2485, ffos 32v°-33v° [9 février 1426]).

61 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2490, ffos 5r° 6v°, 9v°-10v° et 19v° ; reg. 2487, ffos 46v°-47r° et 84r° ; reg. 2682, ffos 52v° et 54 v° (février-avril 1426).

62 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2488, ffos 77v°-78r° (7 décembre 1426) ; concernant les mesures de Barsbāy, voir S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, pp. 377-376 ; et E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 289. Ces mesures de monopole renouaient ainsi avec les vieilles pratiques du matdjar égyptien ; à ce sujet, voir Cl. Cahen, Orient et Occident au temps des croisades, pp. 136-137.

63 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2683, lettre adressée à Joan Descarrigues, lieutenant du grand maître, insérée entre les ffos 66 et 67 (25 décembre 1426) : le roi l’informait qu’il avait bien reçu sa lettre lui annonçant la venue de mossen Suariz à Rhodes pour signer la paix avec le Sultan ; mais Alphonse ajoutait qu’il ne renonçait pas pour autant à faire préparer une armée contre les Mamelouks afin de venger l’humiliante capture du roi de Chypre. Mossen Suariz doit très probablement être identifié avec Galcerán Suárez, ce noble castillan qui avait été fait prisonnier avec Janus à la bataille de Chierokitia et qui jouait donc à présent le rôle d’intermédiaire entre le sultan Barsbāy et le grand maître des Hospitaliers. L. de Mas Latrie, Histoire de l’île de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan, t. II, p. 512, pense qu’il s’agissait d’un Catalan ; mais Pero Tafur et Amadi confirment bien qu’il était castillan (P. Tafur, Andanças e viajes de un hidalgo español, pp. 68-71 ; et Chroniques d’Amadi et de Strambaldi, éd. René de Mas Latrie, Paris, Imprimerie Nationale, 1891-1893 [2 vol.], t. I [1891], pp. 507-508). Concernant les mesures qu’Alphonse souhaitait prendre contre le Sultan, voir ACA, Reial Cancelleria, reg. 2788, f° 154r° (13 décembre 1426), f° 175r° (20 janvier 1427) et ffos 185v°-186r° (14 février 1427).

64 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, pp. 78-60 et P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, pp. 377-378 ; Joan Descarrigues perdit l’habit et toutes ses commanderies.

65 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, pp. 59-60.

66 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2683, ffos 20v°-21r° (juin [?] 1428) ; reg. 2578, f°46v° (8 février 1429).

67 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2579, ffos 49r°-50r° (18 mars 1429)   mémorial : reg. 2647, ffos 148r°-155r° (17 mai 1429) ; cité par E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 296 ; et Id., « Alfonso il Magnanimo e i Mamlucchi », p. 13. Une copie arabe de ce mémorial conservée à l’Arxiu de la Corona d’Aragó, datant sans doute de l’été 1429, a été transcrite et traduite par M. Viladrich i Grau, «Jaque al Sultán en el “Damero maldito”» ; le même auteur en avait présenté un aspect dans « L’extraterritorialitat del dret ». Le dernier article du mémorial, qui ne fut pas repris dans le traité final, a été transcrit et commenté par le même auteur dans « Solving the “Accursed Riddle” ».

68 Nous ne possédons à ce jour que la copie arabe du traité (R. Ruiz Orsatti, « Tratado de paz entre Alfonso V de Aragón y el soldán de Egipto » ; et M.A. Alarcón y Santón et R. García de Linares [éd.], Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, doc. 153). Sur les erreurs de traduction de ce traité, voir des mises en garde dans E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 296, n. 153-155 ; et ID., « Alfonso il Magnanimo e i Mamlucchi », p. 14, n. 41-42. Lluís Sirvent et Rafael Ferrer avaient séjourné à Rhodes un an et demi, comme l’atteste le document justifiant les indemnités qu’ils devaient percevoir à titre d’ambassadeurs (ACA, Reial Cancelleria, reg. 2711, f° 166r°-v° [10 mars 1431]).

69 Les points essentiels du traité étaient les suivants : a) liberté de circulation (clauses 2, 4 et 23) : cette concession était sans précédent car jusqu’alors, et depuis le règne de Saladin, les Occidentaux ne pouvaient accéder à la mer Rouge, ce qui faisait de l’État mamelouk un véritable verrou sur la route des épices (voir W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 439-440 ; S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 23 ; et J.-Cl. Garcin, « Les Zanquides et les Ayyubides », p. 253) ; b) protection contre l’arbitraire des autorités (clauses 8 et 22 ; voir en outre C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, p. 6, n, 2) : celles-ci ne pouvaient par exemple confisquer des marchandises appartenant à des sujets du roi, imposer à ces derniers l’achat forcé de denrées ou encore leur interdire de vendre leurs produits, comme elles l’avaient souvent ordonné lors des nombreuses brouilles entre les deux pouvoirs ; c)codification des relations commerciales (articles n, 15-16, 19-20 et 25) : l’obligation de conclure des accords dans le cadre des douanes ou en présence de témoins et par l’intermédiaire de courtiers permettait de contrôler et de garantir les contrats conclus ; d) les clauses 23 et 27-30 traitaient des consuls.

70 En fait, cette clause a été mal traduite par R. Ruiz Orsatti et M. A. Alarcón y Santon et R. García de Linares : voir E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 296, n. 154 ; et également les commentaires d’A. Darrag, L’Égypte mus le règne de Barsbay, p. 342 ; et de S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 356. La dernière clause prévue, finalement non insérée dans le traité, stipulait que le Sultan resterait neutre en cas d’attaque de navires catalans par des pirates maghrébins ou turcs. Selon M. Viladrich i Grau, « Solving the “Accursed Riddle” », les représentants du roi seraient donc parvenus à faire supprimer cette disposition plutôt défavorable aux intérêts catalans.

71 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2647, f° 151r°-v° : les ambassadeurs devaient demander à ce que les chrétiens peuplant les États du Sultan soient respectés, que les frères mineurs du monastère du mont Sion soient protégés, et de même aussi tous les pèlerins qui se rendraient au Saint-Sépulcre.

72 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2791, ffos 103v°-105v° (7 et 9 septembre 1432) et reg. 3172, f° 85r° (24 août 1432) ; voir également infra (pp. 71 et pp. 124) les implications fiscales de cette affaire et le désaveu infligé par Alphonse à Berenguer Sirvent, le consul des Catalans à Alexandrie. Sur le renouvellement de la politique du monopole sultanien sur la vente du poivre, voir A. Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay, p. 304 ; et E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 297.

73 B. de La Broquière, Le voyage d’Oultremer, pp. 55 et 66-6- ; S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, pp. 357-359 ; et E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 301-303 ; voir enfin le développement consacré à la course, infra p. 205.

74 Alphonse craignait en effet que se noue une alliance entre Venise, Florence et Milan pour le chasser d’Italie (C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, pp. 61-63 ; A. Ryder, Alfonso el Magnánimo, p. 241 ; et aussi Reial Cancelleria, reg. 2793, ffos 149r°-150r° [25 juillet 1433]).

75 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, p. 63, n. 3.

76 Si l’on excepte la venue de trois galères de pirates mentionnées par des chroniques arabes (E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 303). Le sauf-conduit royal destiné à une ambassade du Sultan et daté du 2 novembre 1436 par Francesco Cerone, « La politica orientale di Alfonso di Aragona », Archivio Storico per le provincie napoletane, 27 (1902), pp. 1-93 et 28 (1903), pp. 154-202, spéc. pp. 22-23, est en fait postérieur de dix ans : voir C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, p. 120, n. 5 ; et E. Ashtor, « Alfonso il Magnanimo e i Mamlucchi », p. 18, n. 57.

77 A. de Capmany i de Montpalau Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), nos 319, 321 et 316 ; ce dernier document, daté du 6 mai 1437, est manifestement postérieur puisqu’il constitue selon toute vraisemblance une réponse aux deux premiers, dates d’octobre 1437 et avril 1438, et qu’il émane du nouveau sultan Djaḳmaḳ, qui avait pris le pouvoir en septembre 1438 (E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 309, n. 223). D’autre part, S. Y. Labib, Handelsgerchichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 365, confirme qu’un envoyé d’Alphonse le Magnanime fut reçu par Djaḳmaḳ en 1438.

78 Il en fut de même pour celles de 1446 et de 1451 (C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, pp. 10-12, 121-122 et 215-216 ; et E. Ashtor, « Alfonso il Magnanimo e i Mamlucchi », pp. 18-19).

79 Sur ces événements et l’attitude d’Alphonse V, voir C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, pp. 91-101.

80 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2387, f° 142v° (31 juillet 1415).

81 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2740, ffos 95v°-96r° (4 mai 1419).

82 « Depuis le début de la guerre, les grands navires de vos sujets, chargés de biens de vos terres, ne se rendent plus vers le territoire dudit sultan. [...] Les navires et les marchandises sont moins nombreux, et les autres nations en tirent gains et profits » (ACA, Reial Cancelleria, reg. 3168, f° 96v° [22 janvier 1422]).

83 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2893, ffos 176v°-177r° (23 juillet 1435), document signalé par C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, p. 64, n. 1 ; voir également D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale », pp. 1066-1067. Par ailleurs, le 21 juillet 1438, le roi faisait interdire aux patrons de navire Nicolau Canto et Ramon Amat de se rendre à Alexandrie, comme ils en avaient l’intention, et leur intimait l’ordre de s’arrêter à Rhodes (ACA, Reial Cancelleria, reg. 3226, ffos 94r°-95r°).

84 M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, p. 43.

85 Ibid., pp. 590-592 ; et A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), nos 319 et 321.

86 Cette stratégie est donc en fait plus limitée que celle prêtée aux souverains de la couronne d’Aragon dans la célèbre thèse de J. Vicens Vives, selon laquelle l’expansion politique aurait été conduite selon l’axe que constituait « la route des îles et des épices » et au profit des marchands, principal soutien des monarques (J. Vicens Vives, España. Geopolítica del Estado y del Imperio, p. 111 ; et Id., « La economía de los países de la Corona de Aragón en la Baja Edad Media », pp. 105-106). Pour la remise en cause de cette thèse, voir M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, pp. 1-8 ; et J. E. Ruiz Doménec, « Ruta de las especias / ruta de las islas » ; voir en outre les remarques complémentaires dans notre chapitre 111, pp. 199-200.

87 A. Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay, pp. 293 et 304-309 ; S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, pp. 355-357 ; J.-Cl. Garcin, « Transport des épices et espace égyptien entre le XIe et le XVe siècle », pp. 309-312 ; et R. T. Mortel « Taxation in the Amirate of Mecca during the Medieval Period », pp. 12-16.

88 Au sujet de ces aspects, voir A. López De Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso » ; parmi les études générales consacrées à l’institution consulaire, voir Cl. Carrère , Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 111-136 ; P. Voltes Bou, « Repertorio de documentos referentes a los cónsules de Ultramar y al Consulado de Mar» ; J. F. Cabestany Fort, « “Cònsols de Mar” y “cònsols d’Ultramar” en Cataluña » ; Carl F. Rohne, The Origins and Development of the Catalan Consulados Ultramarinos from the Thirteenth to the Fifteenth Centuries, Ann Arbor (Michigan), University Microfilms International, 1983 ; et M. T. Ferrer i Mallol, «El Consolat de Mar i els consulats d’Ultramar».

89 A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », pp. 85-89. Au sujet de Ramon de Conques, sujet montpelliérain du roi Jacques Ier qui avait été envoyé auprès du Sultan en 1260, voir également W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. I, p. 334.

90 Ibid., t. I, p. 334.

91 Pierre Racine, « Les débuts des consulats italiens outre-mer », dans Michel Balard (éd.), État et colonisation au Moyen Âge et à la Renaissance. Colloque international (Reims, 2-4 avril, 1987), Lyon, La Manufacture, 1989, pp. 267-276 ; M. Balard, « Les républiques maritimes italiennes et le commerce en Syrie-Palestine » ; et D. Jacoby, « Les Italiens en Égypte aux XIIe et XIIIe siècles ».

92 A, de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 19 (16 août 1266) et 23 (6 août 1268) ; voir également J. F. Cabestany Fort, « “Cònsols de Mar” y “cònsols d’Ultramar” en Cataluña », p. 415 ; et M. L Ferrer i Mallol, « El Consulat de Mari els consulats d’Ultramar », p. 67. Concernant plus spécifiquement les consuls itinérants embarqués à bord des navires, on se reportera à Maria Teresa Ferrer i Mallol, « Sobre els orígens del Consolat de Mar a Barcelona el 1279 i sobre els consols d’Ultramar a bord de vaixells. Un exemple de 1281 », Anuario de Estudios Medievales, 23, 1993, pp. 141-1 50. Ces privilèges de 1266 et 1268 amenèrent le roi Pierre IV à refuser la nomination du Majorquin Simó Reya au poste de consul d’Alexandrie en 1384, puisque celui-ci avait été désigné parle sultan Barḳûḳ après la mort du précédent consul Mateu Civader et alors que les Conseillers de Barcelone avaient choisi Bernat de Gualbes pour lui succéder (A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc. xv-xvii [juin 1384] ; et M. T. Ferrer I Mallol, « El Consolat de Mar i els consolats d’Ultramar », p. 69). En fait, un compromis dut être trouvé car dans un document du 15 mai 1386 adressé aux deux hommes il était précisé que Bernat de Gualbes conserverait bien le poste de consul d’Alexandrie tandis que Simó Reya se voyait affubler du titre de « consul provincialium in Alexandria » (A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc. xxxi).

93 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 112-113, exagère sans doute le nombre et le rôle des ambassades envoyées par les Conseillers ; dans celle de [429, Alphonse le Magnanime joua en fait un rôle déterminant puisqu’il souhaitait signer un traité avec les Mamelouks dès 1424, comme nous l’avons vu précédemment et comme le montrent bien les nombreux documents de chancellerie que Cl. Carrère n’a pas exploités. En définitive, la seule ambassade connue qui soit exclusivement due à l’initiative des Conseillers de la ville reste celle, tardive, de 1458. Par ailleurs, les frais de l’ambassade de 1429 ne furent pas payés par le periatge, comme l’affirme Cl. Carrère (ibid., p. 113, n. 2), ou du moins pas uniquement par cet impôt puisqu’un autre droit fut spécialement prélevé sur le commerce avec l’Égypte et la Syrie, précisément par ordre d’Alphonse, pour financer cette mission (voir infra, pp. 123-124.

94 Voir le commentaire d A. de Capmany a ce sujet : « La magistratura municipal de Barcelona llegó a conseguir una de las mayores regalías a que podía entonces aspirar la ciudad más independiente [...] esta suprema autoridad que exerció constantemente por espacio de más de cuatro siglos » (A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. I, pp. 365-366) . Près de deux siècles plus tard, Pierre Vilar affirmait toujours à ce sujet : « L’importance de ces fonctions fit de la nomination des consuls un des plus grands privilèges de la municipalité barcelonaise [...] Un des signes les plus nets de l’unité des possessions de la couronne d’Aragon, malgré les divisions politiques et dynastiques, et de la prépondérance morale et matérielle de Barcelone au sein de cette “couronne”, fut cette représentation officielle des “Catalans” par des hommes nommés par elle, en théorie pour les seuls intérêts du commerce, en fait, pour un rôle bien plus large » (P. Vilar, La Catalogne dans l’Espagne moderne, p. 454).

95 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 65,459-460 et 465-466.

96 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 69 ; cette requête était en fait adressée à l’officier de la douane d’Alexandrie (ibid., doc. 68) et le consul des Catalans, dont le nom n’est pas mentionné, en était à son tour informé.

97 S. Semeonis, « Le voyage de Symon Semeonis d’Irlande en Terre sainte p. 973 ; Semeonis avait débarqué à Alexandrie en octobre 1323 (ibid. p. 959).

98 C’est aussi l’opinion de S. Y, Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 77.

99 Voir le présent chapitre, infra, pp. 87-97.

100 À cette raison s’ajoutent aussi la disparition et la dispersion d’une grande partie des sources du Consolat de Mar de Barcelone : voir J. F. Cabestany Fort, « El archivo del “Consolat de Mar” ».

101 La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV, pp. 172-173 et 852.

102 A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », p. 93.

103 Voir la liste des consulats majorquins dans ACA, Reial Cancelleria, reg. 1412, f° 142r° ; de nombreuses localités du sultanat de Fez et du royaume de Chypre y sont en effet citées, faisant double emploi avec les consulats barcelonais, après l’annexion du royaume de Majorque en 1343. Au sujet de la rivalité entre les deux ports, voir J. F. Cabestany Fort, « “Cònsols de Mar” y “cònsols d’Ultramar” en Cataluña », pp. 417-418 ; et M. F Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mar i els consolats d’Ultramar », p. 70. Le roi Pierre IV trancha définitivement en faveur des édiles de la Cité Comtale le 10 mars 1351 (A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II [1], doc. 161).

104 La date de fondation de tous les consulats vénitiens créés en Syrie au cours de la première moitié du XIVe siècle reste également inconnue (W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 464).

105 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 219 ; Diplomatari de l’Orient català (1301-1409), éd. A. Rubio i Lluch, nos 509-510 (et 716) ; A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », nos 9, 11, 20-24, 27 et 35-37 ; Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 121-122 ; et W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 464.

106 Manuel Sánchez, « Impuis comercial i financer entre 1200 i el 1350. Mercaders i banquers », dans le tome III (1978) de Josep Maria Salrach (dir.), Albert Balcells [1 González] Joan M Aluquer De Motes, Joaquim Nadal i Farreras et Manuel Riu i Riu (collab.), Història de Catalunya, Barcelone, Salvat, 1978-1979 (6 vol.), pp. 101-116, voir pp. 114-115 ; Carme Batlle i Gallart (coord.), L’expansió baixmedieval (segles XIII-XV), t. III (1988) de Pierre Vilar (dir.), Història de Catalunya, Barcelone, Edicions 62 (1987-), [10 vol.], carte 6, pp. 136-137 ; J. Mestre i Campi et V. Hurtado (dit.), Atles d’Història de Catalunya, p. 102 ; et Ernest Belenguer i Cebriá et Coral Cuadrada i Majó (coord.), La forja dels Països Catalans (segles XIII-XV), t. III de Borja de Riquer i Permanyer (dir.), Historia, politica societat i cultura dels Països Catalans, Barcelone, Enciclopèdia Catalana, 1996, p. 102.

107 P. Voltes Bou, « Repertorio de documentos referentes a los cónsules de Ultramar y al Consulado de Mar », pp. 107 et 1 10 ; cette présentation a également été reprise par J. F. Cabestany Fort, « “Consols de Mar” y “cònsols d’Ultramar” en Cataluña », pp. 420-421, qui distingue quatre rubriques différentes pour l’Arménie, Beyrouth, Damas et la Syrie, alors que tous ces documents se rapportent en fait au même consulat.

108 Le siège principal du consulat se trouvait à Damas, ce que signalaient déjà W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t II, p. 464 ; et Ll. Nicolau d’Olwer, L’expansió de Catalunya en la Mediterrània oriental, p. 168. Un seul document, après celui de 1347 (voir supra) mentionne le cas d’un consul catalan à Beyrouth sans faire également allusion à la capitale syrienne (A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc. vii [22 septembre 1377]) ; mais il s’agit alors du cas bien particulier d’un consul « itinérant », élu en cas de vacance du poste : Tomàs Llopart avait été choisi par les marchands qui souhaitaient se rendre à Beyrouth sur la nef de Jaume Sorell et d’Arnau Beseya et devait occuper ces fonctions jusqu’à son retour en Catalogne (M. T. Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mar i els consolats d’Ultramar », p. 69).

109 Dans la seconde moitié du XIVe siècle, le titre de consul de Syrie et de Petite Arménie était sans doute purement théorique puisque le principal port de Petite Arménie, L’Aïas, fut définitivement conquis parles Mamelouks en 1347 après avoir été dévasté plusieurs fois par d’autres expéditions militaires ; le royaume cilicien de Petite Arménie devait lui-même succomber en 1375 ; du reste, aucun des documents que nous avons dépouillés n’atteste de relations commerciales entre Barcelone et la Petite Arménie au cours de la seconde moitié du XIVe siècle. Cette titulature fut cependant maintenue jusqu’à la suppression du consulat de Syrie en 1400.

110 Voir supra, p. 64.

111 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 122. Le consul devait toutefois prendre l’avis de marchands et de patrons de navires avant de procéder à ces nominations (ibid., p. 123).

112 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 464-465 ; en Égypte, les Vénitiens disposaient également d’une représentation consulaire à Damiette et au Caire (ibid.).

113 D’après l’étude déjà ancienne de W. Heyd, ils ne disposaient apparemment que de consulats destinés aux pèlerins en Palestine, à Jérusalem et Rama (W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 467 et index p. 752) ; leur présence en Syrie était du reste assez limitée après la prise de Famagouste, ce qui justifierait cette représentation consulaire restreinte (ibid., p. 461).

114 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 123.

115 Par suite de la brouille entre les souverains mamelouks et Alphonse le Magnanime (voir supra pp. 54-56).

116 M. T. Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mar i els consolats d’Ultramar », p. 74.

117 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), nos 214 et 231. Cl. Carrère pense que ces règlements de consulat furent en fait les seuls établis par écrit avec celui de Sicile, rédigé dès 1341, en raison (dans le cas de la Sicile) du grand nombre de Catalans qui en dépendaient ou de leur implantation « en terre infidèle et volontiers xénophobe » (Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 119).

118 G. Petti Balbi, « La massaria genovese di Alessandria d’Egitto nel Quattrocento », p. 341, n. 8.

119 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 214.

120 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 118   et M.T. Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mar i els consolats d’Ultramar ».

121 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 118-119.

122 Exceptionnellement, la lettre de recommandation adressée au sultan Barḳūḳ en faveur du nouveau consul de Syrie Arnau de Vallseca signale que celui-ci représentait également les Français à Damas (A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc. xxviii [13 octobre 1384], republié dans Id., « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », doc. xxviii/i ; et Ch.-E. Dufourcq, « Catalogue chronologique et analytique du registre 1389 de la Chancellerie de la couronne d’Aragon », doc. 291).

123 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), nos 214 et 231 (règlements des consulats d’Alexandrie et de Syrie). Sur l’oxer, voir le développement consacré aux impôts perçus parles Mamelouks, infra p. 127.

124 Voir infra, p. 211, les événements survenus en 1412 et leurs conséquences, rapportés par E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, pp. 230-231, qui les attribue par erreur à des dates antérieures (vers 1408, puis 1411).

125 E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, p. 232 ; Piloti ajoute que le consul — il s’agit probablement de Francesc Sa Tria — dut se faire soigner pendant six mois après avoir subi ces sanctions ; ces faits se sont probablement produits vers 1414-1415, après que le patron de galée valencien Miquel de Granollers eut détourné un ambassadeur mamelouk de sa mission, qui devait le conduire au Maghreb.

126 Deux consuls vénitiens d’Alexandrie furent pour leur part fouettés jusqu’au sang, en 1302 et en 1463, tandis que leur collègue de Damas fut soumis à la bastonnade en 1473 (A. Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay, p. 334, n. 2).

127 AHPB, Guillem Donadeu, Manual dels actes del periatge (1404-1408) 9 avril 1405 (partiellement publié par J. Ainaud, « Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i Alexandria », doc. ii ; et par Cl, Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 121, n. 2 et 122-123).

128 J. Ainaud, « Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i. Alexandria », p. 328 ; et Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 123. Cependant, le total des deux indemnités restait inférieur à la valeur des 4.000 florins (soit 2.200 livres). Cl. Carrère fait remarquer que les demandes d’indemnités réclamées au Sultan par Pere de Quintana n’avaient sans doute pu aboutir en raison de la gravité de la menace que représentait encore l’invasion de Tamerlan ; toutefois, celui-ci se retira de Syrie dès le printemps 1401 pour ne jamais revenir, de sorte que le retour définitif du consul en Catalogne justifia probablement davantage l’indifférence du Sultan à son égard après 1402.

129 Voir le présent chapitre, supra p. 52.

130 Voir infra les tableaux 3 (Consuls d’Alexandrie entre 1360 et 1449) et 4 (Consuls de Syrie entre 1377 et 1400), respectivement pp. 76 et 80 du présent chapitre.

131 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), nos 214 et 231.

132 S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 203 ; et M.T. Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mar i els consolats d’Ultramar », p. 74.

133 ACA, Reial Cancelleria, Procesos en folio, leg. 134 n° 9, leg. 129 n° 18, et leg. 113 n° 3 ; te consul ordonna que Francesc Sa Plana restitue aux administrateurs des biens du défunt la valeur des marchandises dérobées ; mais comme il était insolvable, il fut convenu qu’il paierait au retour à Barcelone.

134 M. T. Mansouri, « Les communautés marchandes occidentales dans l’espace mamlouk », p. 91. Lorsqu’un conflit de ce type survenait et que le marchand musulman se révélait fautif, le consul ne disposait guère, en fait de mesures répressives, que de la possibilité d’interdire à ses compatriotes de traiter toute affaire commerciale avec lui (A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc. xxvii [10 janvier 1386 et xxxv [2 octobre 1392]) ; dans ces deux exemples, ce fut en fait le roi qui prit l’initiative d’une telle mesure, dont il confiait l’application au consul en poste à Damas.

135 M. Viladrich i Grau, « L’extraterritorialitat del dret ». Pour la formulation de cette clause, voir M. A. Alarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, doc. 153, art. 26.

136 Sur le sens de ce terme, voir le chapitre IV consacré aux contrats commerciaux, p. 233 n. 14.

137 Les manifests rassemblés par le consul devaient ensuite être envoyés à Barcelone au collecteur du dret de les drassanes, qui disposait ainsi d’un bon instrument de contrôle.

138 Comme en témoignent les dispositions prises le 2 octobre 1392 (ACA, Reial Cancelleria, reg. 2142, ffos 62r°-65v°) pour payer une amende de 6.766 besants d’or d’Alexandrie (voir in fra, pp. 128 n. 268).

139 Sur les circonstances de son élection, voir infra, pp. 83-84.

140 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2791, f° 105r° (7 septembre 1432) et reg. 3172, f° 85r° (24 août1432).

141 Au moment de son remplacement, qui aurait dû intervenir en 1433, le roi et les Conseillers de Barcelone ne purent s’entendre sur le nom de son successeur (voir infra, p. 84). Par la suite, les difficultés qu’Alphonse V rencontra dans la conquête du royaume de Naples — et en particulier sa capture à la bataille de Ponza (1435) — l’empêchèrent sans doute de résoudre ce différend avec les édiles de Barcelone ; si bien que la question du remplacement de Berenguer Sirvent ne fut de nouveau d’actualité qu’à la mort de celui-ci, survenue avant le 3 octobre 1437 (A, de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II [1], doc. 319).

142 Ce livre de bord était appelé manifest ; y étaient consignés les marchandises et les contats de change emportés [voir supra], (A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II [1], nos 214 [1381] et 231 [1386] ; A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc. ix [1379], xx [1385] et xxvi [1386] ; M. A. Alarcón y Santón et R. García de Linares [éd.], Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, doc. 153, article 31 [1430]).

143 En effet, les navires catalans qui faisaient voile pour Beyrouth étaient alors plus nombreux que ceux qui appareillaient pour Alexandrie ; voir sur ce point le développement consacré aux destinations, pp. 190-191.

144 Le terme de djāmakiyya (pl. djawāmik) désigne en arabe un salaire, et plus précisément les dépenses effectuées par le Sultan pour ses Mamelouks au titre des frais relatifs aux chevaux et aux vêtements (AL- Ḳalḳashandī, Ṣubḥ al-a shā fī ṣinā at al-inshā’, t. III, p. 457 ; et M. Ḳindil Al-Baḳli, Al-ta rif bi muṣṭalaḥat Ṣubḥ al-a shā, Le Caire, 1984, p. 82 [références aimablement communiquées par M.T. Mansouri]), La djāmakiyya constituait donc un revenu supplémentaire versé par le Sultan au consul catalan.

145 A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », doc. xxii (1385), xxxvi (1392) et xxxviii (1397) ; voir également D. Girona i Llagostera, Itinerari del rey en Martí, pp. 16-17 (1397).

146 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 231. Ce revenu aurait ainsi son équivalent à Alexandrie, entre 1408 et 1413, avec ce droit de 2 quirats par livre de marchandises destiné à financer le salaire d’un prêtre (voir tableau 2, note c). Une chapelle était probablement intégrée au funduḳ des Catalans à Alexandrie, comme c’était le cas dans la plupart de ces établissements (W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 433).

147 En particulier les consuls vénitiens et florentins ; voir W. Heyd, Histoire du commerce, t. II, p. 455, n. 1 ; F. Thiriet, Délibérations, p. 38, n° XLVIII (1278) ; et M. T. Mansouri, « Les communautés marchandes », p. 90. D’après le témoignage d’Emmanuel Pilori, la djāmakiyya s’élevait à deux cents ducats au cours des premières décennies du XVe siècle (voir son Traité, p. 166). W. Heyd, Histoire du commerce, loc. cit., renvoie en outre à la publication de M. Charrière sur les Négociations de la France dans le Levant, Paris, 1848 (Collection des documents inédits sur l’histoire de France), t. I, p. 128, qui indique qu’en 1528 le consul commun des Français et des Catalans disposait également d’un salaire prélevé sur les revenus de la douane d’Alexandrie, en vertu d’un ancien traité conclu vraisemblablement sous te règne du sultan Ḳānṣawh al-Ghawrī (1501-1516), auquel il est fait allusion dans le même passage — c’est-à-dire au cours d’une époque bien plus tardive que celle qui nous occupe.

148 « Nuestro señor el Sultán concede al Cónsul el disfrute de una pensión idéntica a la que gozaban sus predecesores los Cónsules de toda clase, en oro de buena ley, cobrada con cargo a los derechos que devenguen las mercancías de los comerciantes y a los correspondientes al Sultán [souligné par nous] » (M. A. Alarcón y Santón et R. Garcīa de Linares, Los documentos árabes, n° 153, art. 28).

149 Voir tableau 2, note c.

150 Pour les consuls des années 1262-1272 et ceux de la seconde moitié du XVe siècle, voir les travaux d’A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso » ; et Id., « Un siglo del consulado de los catalanes en Alejandría ». La liste présentée dans le tableau 3 (pp. 76-81) apporte le nom d’un consul supplémentaire et corrige quelques données, par rapport à ces premiers travaux.

151 CL Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 128 J. F. Cabestany Fort, « “Cònsols de Mar” y “cònsols d’Ultramar” en Cataluña », p. 418 ; voir aussi infra, pp. 505-507.

152 Pour les opérations commerciales d’Antoni Ametller en rapport avec l’Égypte et la Syrie, voir ADB, Registrum Comunium, 39, ffos 5r°-6v° et 40, ffos 111r°-112r°. Pour le reste de ses activités, on notera qu’à la différence de la plupart de ses collègues il ne figure pas dans Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, ou dans M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, ni dans J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media ou dans A. Garcia i Sanz et M. T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona.

153 ADB, Registrum Comunium, 43, f° 179r°-v°.

154 E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, p. 175.

155 Des les années 1351-1355, un dénommé Guillem [de] Cabanyelles participe au commerce du Levant (ADB, Registrum Comunium, 17, ffos 9v°-11r° [1351] ; AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú [juin 1353 - octobre 1357], f° 15v° [1353], ffos 50v° et 58r° [1355]). Pour la période 1374-1377, voir J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc 167 (première note marginale, p. 296) ; et ADB, Registrum Comunium, 38, ffos 191v°-192r°. Pour 1389 et les années 1394-1404 voir ADB, Registrum Comunium, 43, f° 123r°-v° (1389) ; AHPB, Bernat Nadal, Manual de comandes (septembre 1393 - octobre 1397), ffos 41v°3, 47v°1 (1394), 64r°1 (1395), 128v°-129r°, 139r° (1396), 184r°-189r° (1397) ; AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum (décembre 1397 - août 1403), ffos 77r°-79r°, 84v°-86r°, 97v°-102r° (1400), f° 177v° (1404) ; et Cl. Carrére, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 313. À partir de 1416, Guillem de Cabanyelles devint l’agent de la politique royale d’Alphonse le Magnanime en Méditerranée orientale (ACA, Reial Cancelleria, reg. 2663, f° 163v° [4 janvier 1417], f° 101v° [7 décembre 1416] et reg. 2740, ffos 95v°-96r° [4 mai 1419]). Quand les opérations commerciales des Cabanyelles ne visent pas le Levant, elles s’intéressent aux grandes escales qui y mènent : voir J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 96 (Cagliari, avant 1349), 129.2 et 137 (Sicile, 1373-1374) et p. 83.

156 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 231 ; et AHCB, Fons Notarial, IX.3 Consolat de Mar (document d’un seul folio portant l’indication « 1404 [?] » écrite au crayon mais datant en fait du 2 juillet 1406).

157 En 1395, 1399, 1411 (voir l’appendice I). Sur les activités commerciales de Miquel de Gualbes en Égypte et en Syrie, voir également A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants catalanes dels segles XIV i XV, p. 229 (994) ; ADB, Registrum Comunium, 40, ffos 111r°-112r° (1379), 42, f° 14r°-v° (1383), 43, ffos 94r°-v° (1389) et 179r°-v° (1390) ; et AHPB, Arnau Lledó, Liber quartus comandarum de viagio (août 1407 - novembre 1417), ffos 62v°2 (1414) et 67v°2 (1416). Un dénommé Bernat de Gualbes commande également une nef faisant route vers Alexandrie, mais c’est en 1406, soit plus de vingt ans après le mandat du consul d’Alexandrie qui portait le même nom, de sorte qu’il s’agit fort probablement de deux personnages différents.

158 Voir l’appendice I. Francesc Sa Tria exerça également les fonctions de patron de navire (N. Coll i Julia, « Aportación al estudio de los patrones y de la propiedad de las naves en Cataluña en la Baja Edad Media », p. 380 ; et Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 142 et 143, n. 2).

159 Il devait d’ailleurs trouver la mort au retour de cette mission (Diplomatari de l’Orient català [1301-1409], éd. A. Rubió i Lluch, nos 686-690 ; et A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants catalanes dels segles XIV i XV, pp. 228-230, et doc. i et ii, pp. 447-456).

160 Parmi les nombreux documents dépouillés, un seul acte notarié (AHPB, Bernat Pi, Manual [mars-décembre 1427], f° 46r°-v°) mentionne le marchand Berenguer Sirvent dans le cadre d’une fidéjussion collective. Par ailleurs, celui-ci n’apparaît pas dans les tableaux généalogiques de la famille Sirvent au XVe siècle dressés par Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés (t. I, tableau V, p. 303) et C. Batlle, La crisis social y económica de Barcelona a mediados del siglo XV (dernier tableau hors texte).

161 A. López de Meneses, « Un siglo del consulado de los catalanes en Alejandría », doc. i, p. 240 (une copie en bon état de ce document est conservée à l’Arxiu de la Corona d’Aragó [ACA, Reial Cancelleria, reg. 2578, f° 55v°, même date]). Sans doute quelque lien éloigné de parenté unissait-il Berenguer Sirvent avec les frères Lluís et Jofre Sirvent, respectivement marchand et patron de navire, ce qui pouvait le rattacher d’une certaine manière au commerce du Levant. Concernant les activités de Lluís, voir infra, en particulier le développement consacré aux changes maritimes (p. 260) ; voir également l’appendice I (1426 et 1437) pour les navires commandés par Jofre à destination du Levant.

162 Tension déjà remarquée par Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 125-126, qui affirmait au sujet des prérogatives de la Cité en matière de nomination des consuls : « En fait, au XVe siècle, il semble qu’elle n’ait à se garder que du roi. La dynastie castillane des Trastamare désire faire sentir son autorité directe en ce domaine comme en d’autres. »

163 ACA, Reial Cancelleria, reg. 3225, f° 4r° (20 avril 1433). Ni l’un ni l’autre de ces deux personnages ne semble en fait avoir joué de rôle particulièrement actif dans le commerce avec le Levant, puisqu’ils ne sont mentionnés dans aucune des sources que nous avons dépouillées, et pas davantage dans les ouvrages de base concernant ce domaine : Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés ; M. Del i Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV ; J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media ; et A. Garcia i Sanz et M.T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona. Toutefois, le patronyme de Bartomeu de Gualbes est une indication suffisante pour le situer parmi les représentants de l’oligarchie marchande.

164 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 319. L’absence de toute décision concernant le remplacement de Berenguer Sirvent pendant plus de quatre années était bien sûr aussi due à la capture du roi à la bataille de Ponza (1435) et aux difficultés que le souverain rencontrait dans la conquête du royaume de Naples.

165 AHCB, Fons Municipal, Consellers, Miscel.lania V, caixa 7 (Alexandria), 21 mars 1438.

166 M. T. Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mar i els consolats d’Ultramar », pp. 77-79 ; sur les funduḳ-s d’Alexandrie, voir W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 430-431 ; et M.F. Mansouri, « Les communautés marchandes occidentales dans l’espace mamlouk », pp. 91-92.

167 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), nos 214 et 231 ; voir également Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 120.

168 Malcolm Letts (éd.), The Pilgrimage of Arnold von Harff Knight from Cologne (1496-1499), Londres, 1946, p. 95 ; également, W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 461-462.

169 Le premier à le citer, en 1323, est le pèlerin irlandais Symon Semeonis (S. Semeonis, « Le voyage de Symon Semeonis d’Irlande en Terre sainte », p. 973) ; voir également L. Le Grand (éd.), « Relation du pèlerinage à Jérusalem de Nicolas de Martoni, notaire italien », p. 587 (1394) ; O. d’Anglure, Le sainct voyage à Jhérusalem du seigneur d’Anglure, pp. 56 et 79 (1395) ; E. Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, p. 232 (vers 1413-1414) ; G. de Lannoy, Œuvres, p. 109 (1421-1423). Enfin en 1483, les pèlerins Felix Fabri, de Zurich, et Bernhard von Breydenbach, d’Ulm, furent également accueillis dans le funduḳ des Catalans (W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 486 ; A. López de Meneses, « Un siglo del consulado de los catalanes en Alejandría », p. 235 [qui indique par erreur la date de 1484] ; Bernhard von Breydenbach, Opus transmarine peregrinationis ad venerandu[m] et gloriosu[m] sepulcru[m] dominicu[m] in Iherusale[m], Mayence, Erhard Reuwich, 1486 [f° 123, 29 octobre 1483] ; et Jacques Masson [éd. et trad.], Voyage en Égypte de Felix Fabri 1483, Le Caire, Institut français d’Archéologie orientale, 1975, p. 166).

170 Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux XIIIe et XIVe siècles, p. 99 ; et Carme Batlle i Gallart, « La alhóndiga, centro de vida de los catalanes en el norte de África », dans Mediterraneo Medievale. Scritti in onore di Francesco Giunta, Soveria Manelli, Rubbettino, 1989 (3 vol.), t. I, pp. 75-88.

171 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 214 ; et M. T. Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mar i els consolats d’Ultramar, instrument i manifestació de l’expansió del comerç català », p. 77.

172 L’attaque d’Alexandrie par le roi de Chypre, en octobre 1365, avait en effet eu lieu un vendredi (G. de Lannoy, Œuvres, p. 109 ; également, W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 431 ; et M.T. Mansouri, « Les communautés marchandes occidentales dans l’espace mamlouk », p. 92).

173 De même que les funduḳ-s des Chypriotes, des Génois et des Marseillais (voir P. Kahle, « Die Katastrophe des mitellalterlichen Alexandria », p. 149 ; et S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 340).

174 M. A. Alarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, doc. 153, art. 24 et 30. Il ne s’agissait donc pas d’un second funduḳ s’ajoutant au premier, comme le laisse entendre M. Del Treppo, I mercanti catalans e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, p. 37. Notons cependant que G. de Lannoy, Œuvres, p. 109, mentionne encore le funduḳ des s Catalans lors de son passage à Alexandrie en 1422.

175 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 431 ; et S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 212. La plupart des autres funduḳ-s des Catalans semblent cependant avoir bénéficié de ce privilège d’extraterritorialité (M. T. Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mar i els consolats d’Ultramar, instrument i manifestació de l’expansió del comerç català », p. 78).

176 G. de Machaut, La Prise d’Alexandrie, vv. 2499-2500, p. 76, w. 2782-2788, p. 85 et p. 280, n. 19 ; W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 429-430 ; et P. Kahle, « Die Katastrophe des mitellalterlichen Alexandria », p. 142.

177 À. Masià i de Ros, La Corona de Aragon y los Estados del Norte Africa, pp. 81-83 ; l’interdiction de commerce avec l’Égypte et la Syrie fut prononcée en 1302 et 1305 ; voir aussi F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, t. II, p. 115.

178 À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte África, pp. 88-89.

179 Francisco de Bofarull i Sans, « Antigua marina catalana », Memorias de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 7, 1901, doc. 13, pp. 80-81, cité par J. Mutgé i Vives, « Les drassanes de Barcelona en temps d’Alfons el Benigne i de Pere el Ceremoniós », p. 304, et par A. Riera i Melis, « La construcció naval a Catalunya a les vespres dels grans descobriments geogràfics », p. 110.

180 Voir infra, pp. 114-117.

181 L’expression est de Ch.-E. Dufourcq, La vie quotidienne dans les ports méditerranéens au Moyen Âge, pp. 113-115.

182 Libros de tesorería de la Casa Real de Aragon, éd. E. González Hurtebise, t. I, passim (nos 14-16, etc.) ; ce premier volume couvre la période comprise entre mars 1302 et mars 1304 ; le second volume, s’étalant de décembre 1306 à septembre 1309, n’a jamais été publié et se trouve en exemplaire unique à l’Arxiu de la Corona d’Aragó ; il n’a jamais été exploité pour ce type de documentation, à la différence du premier J. Trenchs Odena, « “De Alexandrinis” », tableaux 1-2, pp. 274-275). Il révèle le paiement, au titre des amendes absolutoires, de 41.880 sous (soit 2.094 livres) pour l’année 1308 et de 3.900 sous seulement l’année suivante. À titre de comparaison, les rémissions relevées par À. Masià i de Ros dans les registres de grâces n’atteignaient en 1308 que 5.800 sous (voir les tableaux récapitulatifs établis par F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, t. II, p. 119 ; et J. Trenchs Odena, « “De Alexandrinis” », p. 278). Le mauvais état de conservation d’une grande partie des livres de comptes de la trésorerie royale empêche la consultation de cette série pour une large période comprise entre 1310 et 1342. Des amendes absolutoires peuvent également être relevées dans les livres de comptes antérieurs à ceux qu’a exploités E. González Hurtebise : voir S. Bensch, « Early Catalan Contacts with Byzantium », p. 149, n. 42.

183 À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte África, pp. 134-150 et doc. 75-109.

184 J. Trenchs Odena, « “De Alexandrinis” », tableau 15, p. 288 ; le total indiqué est en fait de 19.084 livres 13 sous et 9 deniers, mais il faut y ajouter les données recueillies dans le second volume (édité par E. González Hurtebise, Libros de tesorería de la Casa Real de Aragon, t. II et cité en note 182), que J. Trenchs Odena n’avait pas pris en compte, soit 2.289 livres correspondant aux années 1308 et 1309, ainsi que les sommes, relevées par J. Régné, relatives aux paiements de marchands juifs, soit 999 livres et 2 sous versés en 1305 et 1313 (Jean Régné, History of the Jews in Aragon. Regesta and Documents [1213-1327], Jérusalem, Magnes Press, 1978, nos 2840, 2975 et 2983). Ces deux références supplémentaires montrent que le total obtenu n’est très probablement que partiel.

185 Document publié par A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II(1), doc. 141 ; voir également A. M. Aragó et M. Costa (éd.), Privilegios reales concedidos a la ciudad de Barcelona, doc. 137 ; M. Sáez Pomés, « Los aragoneses en la conquista saqueo de Alejandría por Pedro I de Chipre », p. 365, n. 8 ; et M. Riu i Riu, « El comercio prohibido con el Oriente islámico », p. 319.

186 Soit une taxe de deux sous pour une livre de marchandises (À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte África, doc. 6 ; F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, p. 118 ; et J. Trenchs Odena, « “De Alexandrinis” », pp. 274-275). À partir de 1311, le tarif passa à 2 sous et un denier, soit 10,4 % des marchandises transportées (F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo).

187 R. R. Eberenz, Schiffe an den Küsten der Pyrenäenhalbinsel, pp. 98, 213 et 223.

188 ACA, Reial Cancellería, reg. 887, ffos 106v°-107r° (3 décembre 1348) ; voir également M. Sáez Pomés, « Los aragoneses en la conquista saqueo de Alejandría por Pedro I de Chipre », p. 366, n. 8. Deux documents témoignent en outre de ses activités, en compagnie de Bernat Cervia, entre 1337 et 1339 pour le premier (ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 337, ffos 94v°-96v°), et avec l’aide de Pere Muntanys, en 1344, pour le second (ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2954, Comercio prohibido, passim) ; la tenue de ce dernier registre, d’une richesse exceptionnelle pour la connaissance du trafic de Barcelone avec l’Égypte et la Syrie, fut sans doute abandonnée avec les modifications de la politique visant les Alexandrin :, en 1344 (voir infra, p. 98). Axim Paix de Agodis fut remplacé après sa mort par Ferrer de Manresa, qui prit ses fonctions le 5 avril 1350 (M. Sáez Pomés, « Los aragoneses en la conquista saqueo de Alejandría por Pedro I de Chipre », p. 366, n. 8). Sur le fonctionnement de la commission d’enquête, voir également A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 140.

189 Ramon de Margens, viguier et bailli de Barcelone, fut en effet mandaté par le roi, « habens comissionem [...] inquirendi de facto Alexandrie » (ACA, Reial Cancelleria, reg. 872, f° 101v° [13 janvier 1342]).

190 Voir le chapitre 1, p. 29.

191 A. López de Meneses, « Florilegio documental del reinado de Pedro IV de Aragón », 13 (1950), doc. xi, pp. 188-190 ; et J. Oliveras Caminal (éd.), Cartas reales, doc. 125.

192 Voir les références dans le tableau (6) des licences royales infra pp. 100-109 ; et J. Trenchs Odena, « “De Alexandrinis” », p. 270.

193 A. López de Meneses,» Pedro et Ceremonioso y las reliquias de santa Bárbara », doc. ii ; et J. Oliveras Caminal (éd.), Cartas reales, doc. 127.

194 A. López de Meneses, « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Bárbara », doc. iv (10 juin 1345). Perico Sunyer avait dirigé au moins une embarcation vers Famagouste entre la fin de l’année 1341 et le début de la suivante (ACA, Reial Cancelleria, reg. 873, f° 163v° [6 juin 1342]).

195 Dans le document qui permet d’identifier le navire choisi par Pere de Mitjavila pour se rendre en Égypte (la coque commandée par Guillem d’Olivella et Berenguer Ferran), la durée du monopole avait été ramenée à la Noël 1345 (A. López de Meneses, « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Bárbara », doc. iii [26 avril 1345]).

196 La formule d’usage, pour évoquer le cas de ces navires qui partaient munis de cette double autorisation, était donc la suivante : « cum cocha absoluta a summo pontifice et licenciata a domino rege » ; voir par exemple J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, doc. 101-105.

197 Dans la version consignée dans les registres de chancellerie conservés à l’Arxiu de la Corona d’Aragó, les autorisations royales accordées au comte de Ribagorça le 2 décembre 1351, à Pere Arnau Sa Vila le 25 mars 1353 ou à Bernat de Cabrera le 15 mai de ta même année ne font aucune référence à une licence pontificale préalable ; or, celle-ci existait pourtant, comme en témoignent les autres types de sources relatives à ces licences (voir dans le tableau 6, pp. 100-109, les licences concédées à Pere, comte de Ribagorça, Pere Arnau Sa Vila et Bernat de Cabrera [AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357) respectivement ffos 12v°-24v°, 100r°-101v° et 46r°-48v° ; ADB, RC, 17, ffos 105v°-107r° ; 21, ffos 3v°-4v° et 19, ffos 43v°-45v°]).

198 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, p. 102, n. 171. Le quirat fut perçu au moins à partir de 1343 (ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2954 [s. d.] et reg. 874, ffos 32v°-33r°). Le terme de manifest désignait à l’origine le livre de bord tenu par le scribe du navire, où toutes les marchandises chargées à bord étaient consignées et qui permettait de déterminer la part que chaque marchand devait verser au patron du navire ; puis, par extension, le mot vint à désigner cette contribution destinée à rembourser le prix des licences. Le mot manifest apparaît cependant dès les années 1330 (J. M. Madurell i Marimon, « Contabilidad de una compañía mercantil trecentista barcelonesa », ffos 148v°, 149v°, 150v°, 154r°, 155r°-v°).

199 AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú (juin 1353 - octobre 1357), f° 47v° (nolis du 10 juillet 1355 à destination d’Alexandrie) ; voir également ibid., f° 55r°-v°, nolis pour Chypre et Beyrouth, quirat de 10 deniers par livre pour les marchandises transportées jusqu’à Beyrouth (10 juillet 1355) ; et f° quirat de 12 deniers dans le cadre d’un nolis pour Alexandrie (3 juillet 1355 ; il fallut verser 450 livres pour obtenir les licences pontificale et royale nécessaires à cette nef à deux ponts). Dans la plupart des commendes rédigées sans abréviation, il est généralement fait allusion au paiement du quirat ou du manifest après l’énumération des marchandises et la référence au nolis.

200 Seuls quelques cas bien particuliers d’amendes absolutoires ont pu être relevés après 1344 : voir ACA, Reial Cancellería, reg. 893, ffos 136v°-137v° (rémission), et ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 333, f° 18v° (paiement figurant dans les comptes de la trésorerie royale), [7 mai 1352]. Une licence pontificale destinée à l’affrètement d’un navire vers la Syrie avait bien été accordée aux marchands qui acquittèrent cette amende absolutoire, mais en raison du conflit avec Gênes en 1351 ils ne purent se rendre jusqu’à Beyrouth avec le bâtiment qui devait bénéficier de cette licence. Comme ils avaient utilisé une autre embarcation, laquelle n’était pas « absoute », ils durent donc verser une amende à leur retour, comme avant 1344. Voir également une autre amende absolutoire acquittée par quelques marchands et patrons de navire en 1363 dans A. López de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandría y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », p. 126.

201 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc 198 ; A. M. Aragó et M. Costa (éd.), Privilegios reales concedidos a la ciudad de Barcelona, doc. 245 ; et Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, pp. 20-21.

202 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 21r°.

203 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 199.

204 Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluña, t. IV, pp. 189-217, chap. xviii ; republié dans M. Sánchez Martínez (éd.), Corts, parlaments i fiscalitat a Catalunya, doc. xxix, clause 18. Le texte est très explicite au sujet des abus des officiers royaux : « E puys, senyor, per vostres tresorers o officials sia estat introduit abús e escès en tant que cascuna nau qui va o ve de les dites parts se ha avenir ab vós o ab vostre tresorere.n han a dargrossa reemçó, per bé que no y porten ferre ne armes ne coses vedades, e.n altra manera són vexats de inquisitions e de perseguiments per vostres fiscals e officials » (texte de la nouvelle édition due à M. Sánchez Martínez).

205 Ainsi, le 20 mars 1388, le scribe Bernat Des Coll remettait-il 181,5livres (soit 330 florins) au drassaner Bertran Sala pour obtenir la licence de la nef commandée par Pere Salom (AHPB, Joan Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comunium octavum [janvier-juin 1388], f° 40r°4 ; cité par Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 22, n. 2). Ce contrat portera le n° 241 dans l’édition de ce minutier, que M. T. Ferrer i Mallol prépare actuellement. Voir également A. Garcia i Sanz et M.T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis marítims medievals a Barcelona, t. I, p. 113 et t. II, doc. 129 (26 septembre 1416).

206 AHPB, Joan Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comunium octavum (janvier-juin 1388), f° 21r°3 (24 février 1388 : nef de Pere Salom, menace d’une amende de 1.000 morabatins d’or) ; ibid, f° 61r°-v° (18 avril 1388 : nef de Bernat Des Carner ; menace d’une amende de 1.000 florins d’or d’Aragon). Ces contrats porteront respectivement les nos 137 et 370 dans l’édition de ce minutier, actuellement préparée par M.T. Ferrer i Mallol.

207 A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants catalanes dels segles XIV i XV, doc. i, p. 450.

208 Le premier paiement relevé dans les registres du dret de les drassanes date du 18 mars 1418 ; il concerne un navire qui avait levé l’ancre le 10 juillet 1417. Cl. Carrère suggère que d’autres registres avaient peut-être été rédigés avant le premier conservé (qui couvre les années 1418-1433) en raison de l’absence, sur le premier folio de ce registre, du texte justifiant la levée de l’impôt ; pourtant, l’expression dret de les drassanes ne figure jamais dans la documentation avant 1418. Les données des registres de perception de cet impôt, très riches en informations sur les relations des marchands catalans avec l’Égypte et la Syrie, ont déjà été présentées et exploitées dans les études suivantes : Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 22 et tableau IV, p. 302, et t. II, tableau I b, pp. 853-869 ; M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, p. 21, n. 38 et appendice I, pp. 614-627 ; Ch.-E. Dufourcq, « La continuité des activités catalano-aragonaises dans les États musulmans méditerranéens », p. 205, n. 42 et tableau pp. 218-221 ; et D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale », pp. 1063-1064.

209 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2611, ffos 154v°-155v° (14septembre 1431).

210 E. Ashtor, « Il volume del commercio levantino di Genova nel secondo trecento » ; sur le « drictus Alexandrie », voir plus précisément les pp. 392-407 et, du même auteur, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 100-101 et 189.

211 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2611, ffos 134v°-155v° (14 septembre 1431).

212 Jaume Des Quer, le scribe des marchands à bord de la nef de Nicolau Oliver, partie en octobre 1424, aurait ainsi versé son dû (soit un peu moins de 7 livres) le 30 mai 1423 (ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 21r°1) ; pour sa part, Joan Vidal aurait payé le dret de les drassanes le 30 août 1422, pour des marchandises chargées sur un navire ayant appareillé le 9 août 1425 (ibid., f° 7r°2). Deux autres marchands auraient également acquitté une partie de leur taxe le 14 novembre 1424, alors qu’ils avaient chargé leurs biens sur un bâtiment parti en août 1433 (ibid., f° 35v°5), etc. Ces mentions de paiements ont en fait été recopiées et reclassées dans ce registre et non pas consignées directement au moment du versement de la taxe, d’où les risques d’erreur ; voir infra, pp. 173-174 ; et D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale », pp. 1063-1064.

213 Voir p. 116 le tableau 8, ligne « Date indéterminée ».

214 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2910/1, f° 18v°2 (taxe acquittée par Joan Des Pla) et 24v°2.

215 Voir supra p. 71.

216 Voir supra p. 60 ; et également A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc 321 ; M. Del Treppo,/ mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, p. 43 ; D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale », p. 1068.

217 Le dret de les drassanes fut supprimé contre une somme de 3.000 ducats (A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II [1], doc. 370).

218 J. Mutgé i Vives, « Les drassanes de Barcelona en temps d’Alfons el Benigne i de Pere el Ceremoniós », pp. 304-305.

219 Ibid. ; et A. Riera i Melis, « La construcció naval a Catalunya a les vespres dels grans descobriments geogràfics », pp. 110-111.

220 Dispositions du 9 juin 1378, publiées par A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 209 ; et par A. M. Aragó et M. Costa (éd.), Privilegios reales concedidos a la ciudad de Barcelona, doc. 262. Voir également J. Mutgé i Vives, « Les drassanes de Barcelona en temps d’Alfons el Benigne i de Pere el Ceremoniós », pp. 303-306 ; et A. Rierra i Melis, « La construcció naval a Catalunya a les vespres dels grans descobriments geogràfics », pp. 111-112.

221 J. Mutgé i Vives, « Les drassanes de Barcelona en temps d’Alfons el Benigne i de Pere el Ceremoniós », p. 308 ; et A. Riera i Melis, « La construcció naval a Catalunya a les vespres dels grans descobriments geogràfics », p. m.

222 Ces revenus devaient être exclusivement utilisés pour la construction des arsenaux et dans la limite de la somme que le souverain devait encore fournir ; voir ACA, Documentación relativa a la historia de la ciudad de Barcelona, caja II, document du 15 juillet 1387 confirmant et citant les dispositions prises par Pierre IV le 12 juillet 1386. Voir également J. F. Cabestany Fort, « Repertorio de cartas reales conservadas en el Instituto Municipal de Historia », doc. 326.

223 AHCB, Fons Municipal, Lletres Closes (1383-1393), f° 61 bis r°-v°, également cité dans AHPB, Joan Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comunium octavum (janvier-juin 1388), f°40r°4 ; ce contrat portera le n° 241 dans la prochaine publication de ce minutier préparée par M. T. Ferrer i Mallol.

224 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2312-1314 ; et A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 204 et doc. 208 (confirmation du 10 mars 1378). Voir également J. Mutgé i Vives, « Les drassanes de Barcelona en temps d’Alfons el Benignei de Pere el Ceremoniós », p. 311.

225 J. F. Cabestany Fort, « Repertorio de cartas reales conservadas en el Instituto Municipal de Historia », doc. 327 (document également conservé aux AHCB, Fons Municipal, Lletres Closes [1383-1393], f° 21r°-v°) ; ACA, Reial Cancelleria, reg. 1972, ffos 182v°-183r° ; et ACA, Documentación relativa a la historia de la ciudad, caja II, 20 août 1387.

226 ACA, Reial Cancelleria, reg. 1973, f° 150r°-v° (20 février 1388) et f° 164r°-v° (21 mai 1388). Sur les disposition prises par Bertran Sala pour percevoir les droits sur le commerce avec l’Égypte et la Syrie au départ de Collioure, voir les procurations en faveur de Guillem Oulomar, puis de son fils Bartomeu Sala (AI HPB, Joan Nadal, Manuale instrumentorum contractuum comunium octavum [janvier-juin 1388], ffos 32v°-33r° et 76r° ; ces deux contrats seront publiés sous les nos 197 et 482 dans l’édition actuellement préparée par M. T. Ferrer i Mallol).

227 ACA, Reial Cancelleria, reg. 1955, ffos 4v° et 5r° (19 et 18 juin 1388) ; J. F. Cabestany Fort, « Repertorio de cartas reales conservadas en el Instituto Municipal de Historia », nos 330, 338-339 ; et AHCB, Fons Municipal, Lletres Closes (1383-1393), f° 72r°-v°.

228 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 237 (en fait, les revenus perçus sur le trafic avec le sultanat mamelouk devaient aussi servir à des travaux de construction réalisés pour le roi et sa famille à Barcelone). Voir également A. Riera i Melis, « La construcció naval a Catalunya a les vespres dels grans descobriments geogràfics », p. 112. Les collecteurs nommés furent Bernat Sa Conamina puis Nicolau de Gualbes, qui à sa mort en 1435 fut remplacé par Pere Serra ; ils assumaient également les fonctions d’« operarius major » des arsenaux (ACA, Reial Cancelleria, reg. 3129, ffos 8r°-9r° [12 octobre 1435]).

229 Le 6 mai 1393, à la suite d’un différend survenu entre les deux officiers, le roi Jean redéfinissait la répartition des tâches dévolues à Bartomeu Sala et à Bernat Sa Conamina, « obrer major » des arsenaux (voir la note précédente). Le premier devait se charger de l’administration des arsenaux, tandis que la perception des droits sur le commerce avec l’ultramar revenait au second (Bibl. de Catal., Junta de Comerç, liasse 190, f° 15r°-v°).

230 A. M. Aragó et M. Costa (éd.), Privilegios reales concedidos a la ciudad de Barcelona, p. 216 ; et A. Riera i Melis, « La construcció naval a Catalunya a les vespres dels grans descobriments geogràfics», p. 112.

231 Voir infra, p. 125, le développement consacré aux droits provisoires perçus par l’amiral et le scribe des armées royales.

232 J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, p. 102.

233 M. Sánchez Martínez (éd.), Corts, parlaments i fiscalitat a Catalunya, doc. xxvii, clauses 9.2.21.1. et 9.2.21.2. Sur les tarifs de perception des droits d’entrades et d’eixides, voir Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, p. 531.

234 ACA, Generalitat, reg. G. 186.1. Seules les marchandises provenant de Syrie sont taxées à raison d’un denier par livre, comme le rappelle d’ailleurs explicitement, aux ffos 23v°, 32v° et 34r°, le scribe qui tint le registre. En revanche, les autres articles rapportés de Rhodes et de Sicile par les mêmes navires étaient bien grevés d’un droit de deux deniers par livre. Nous verrons plus loin (pp. 187) que le terme d’ultramar pouvait comprendre Chypre.

235 M, Sánchez Martínez (éd.), Corts, parlaments i fiscalitat a Catalunya, doc. xxvii.

236 Voir le projet de prêt des galées de la Generalitat pour le commerce d’ultramar et de Flandre présenté par Lluís Sirvent. Le financement de cette opération devait reposer sur les impôts grevant les marchandises commercialisées, principalement les droits d’eixides et d’entrades ; dans son calcul, Lluís Sirvent distingue bien une moitié des droits à raison d’un denier par livre (pour les marchandises d’ultramar) et une autre moitié, à raison de deux deniers par livre (pour les biens provenant de Rhodes, par exemple) : voir Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluña, t. XVII, pp. 417-418.

237 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 55 ; et J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, p. 102, n. 171.

238 Voir le présent chapitre, supra, pp. 72-73.

239 Les Génois procédaient de même pour financer des frais d’ambassade, par exemple (G. Petti Balbi, « La massaria genovese di Alessandria d’Egitto nel Quattrocento », pp. 347-348). D’autres taxes provisoires sur le trafic avec l’Égypte et la Syrie pouvaient aussi être perçues pour payer les fortes amendes infligées par les sultans à la suite de pillages commis par des pirates catalans. Dans la mesure où ces dernières devaient revenir aux Mamelouks, elles seront abordées dans le développement suivant (pp. 125-130), consacré aux impôts perçus dans les territoires du Sultanat.

240 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 167. Le terme d’ambassade n’est pas utilisé dans ce privilège et l’on ignore à qui était due cette initiative ; les marchands qui s’étaient rendus à la cour du Caire avaient peut-être profité de l’ambassade du noble Palou de Baldoria, dont la lettre de recommandation auprès du sultan al-Ṣāliḥ Ismā’īl, datée du 4 avril 1353, ne fait allusion qu’au transfert des reliques de sainte Barbe et de sainte Catherine (voir A. López de Meneses, « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldanía de Babilonia », doc. iv ; et Id., « Pedro el Ceremonioso y las reliquias de santa Bárbara », doc. ix). La somme de 800 besants d’or équivalait (s’il s’agit bien de besants d’Alexandrie) à 800 livres de Barcelone (AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú [juin 1353 - octobre 1357], ffos 23v°, 25r°, 48r°, 61r°-62v°, 80v° et 91r° [1353-1356]).

241 Voir le présent chapitre, supra, p. 112.

242 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 199.

243 Peut-être en avons-nous un échantillon tardif dans les comptes d’une commende destinée à Damas, vers 1384 : aux côtés du manifest, des impôts perçus pour la Generalitat et pour la construction de la Loge des marchands à Barcelone figure un « vectigal » d’un denier par livre qui pourrait être destiné à rembourser cette somme de 2.000 florins, puisque tel est le terme souvent utilisé dans les sources pour désigner ces droits provisoires ; voir C. Vela i Aulesa, « Les espècies orientals », doc. 15.

244 ACA, Reial Cancelleria, reg. 1878, f° 36r° (10 juin 1391) et reg. 1994, ffos 158v°-159r° (7 juin 1391). Concernant la résolution d’envoyer ces navires pour assurer la sécurité maritime, voir AHCB, Fons Municipal, Llibre del Conseil (1390-1392), ffos 25r°-26v° (30 janvier - 17 février 1391) ; la décision d’armer des bâtiments grâce à un impôt perçu par les Conseillers fut prise lors de ces délibérations. Voir également AHCB, Fons Municipal, Lletres Closes (1383-1393), ffos 118v°-120r° (5 mars 1391) ; les opérations devaient viser principalement la Sardaigne et la Sicile, mais toutes ces mesures relatives à la préparation de l’expédition étaient prises « per restauració dels navilis de les naus d’ultramar », ce que confirme d’ailleurs la provenance des navires sur lesquels était prélevé ce nouveau droit.

245 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2393, ffos 150v°-152r° (18 mai 1429), cité par Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 57. Les consuls de la mer étaient également autorisés à vendre des rentes pour financer l’ambassade. Lors du retour des deux émissaires, Alphonse décida de leur attribuer 1.000 florins à chacun en remboursement des frais qu’ils avaient avancés lors de cette mission (ACA, Reial Cancelleria, reg. 2711, f° 166r°-v° [10 mars 1431]).

246 ACA, Reial Cancelleria, reg. 2521, f° 100r°-v° (26 août 1441) ; signalé par C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, p. 8, n. 3 et p. 11, n. 2.

247 Un premier impôt lût perçu à partir de 1339 pour recueillir les fonds nécessaires à la construction de l’édifice, mais les travaux furent interrompus de 1357 à 1375 en raison de la guerre contre la Castille. C’est pourquoi, en 1380, un nouveau droit sur l’entrée et à la sortie des marchandises fut concédé ; il fut prélevé jusqu’à l’achèvement de la Loge, en 1392 (Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 50).

248 C. Vela i Aulesa, « Les espècies orientals », doc 15 (vers 1384) ; impôt de la « Lotge » (une maille par livre).

249 ACA, Reial Cancelleria, reg. 1858, f° 139r°-v°. Un autre document confirme qu’une taxe instituée pour payer une amende fixée par le Sultan (voir infra, p. 128 n. 268) fut maintenue plus de douze ans ; voir ACA, Reial Cancelleria, reg. 2142, ffos 62r°-65v° : le 2 octobre 1392, il fut décidé qu’un impôt de 1,5 % sur le commerce avec l’Égypte et la Syrie financerait l’amende de 6.766 besants d’or d’Alexandrie infligée par le sultan al-Ẓāhir Barḳūḳ ; or le 25 octobre 1404, 1.036 besants restaient encore à payer.

250 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 321 (supplique par laquelle les Conseillers de Barcelone demandaient au roi la suppression du dret de les drassanes et la fin des conditions imposées par l’amiral et le scribe des armées royales, qui entravaient le grand commerce) ; sur les difficultés engendrées par le conflit en Italie du Sud, voir pp. 59-60.

251 AHCB, Consellers, Miscel.lània V, caixa 7 (Alexandria) : document de deux folios non daté, portant l’indication « 1437 (?) », écrite au crayon. Cette requête préparatoire, assez proche de celle finalement adressée au souverain et datée du 1er avril 1438, devait lui être de peu antérieure. Aucune précision n’est apportée sur les taxes incriminées.

252 Dans le document final (publié par A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 321), les reproches adressés aux deux officiers royaux mis en cause sont laissés dans le vague pour éviter de heurter frontalement le souverain : l’amiral et le scribe des armées royales gênent le négoce (« destorben la mercaderia »).

253 La synthèse ancienne de W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 448-451, doit évidemment être réactualisée par les apports du Minhādj d’al-Makhzūmī (XIIe siècle), bien que ce texte soit largement antérieur à l’époque ici étudiée ; voir en particulier Cl. Cahen, Makhzūmiyyāt (et spécialement l’article intitulé « Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale ») ; S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptensim Spätmittelalter, pp. 234-261 ; et H. Rabie, The Financial System of Egypt, pp. 89-106.

254 Cl. Cahen, « Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale », pp. 219-220.

255 Ibid., p. 251.

256 Ibid., p. 244.

257 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 430 ; et S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 240 ; en outre, W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, p. 462, signale qu’une taxe était perçue à Beyrouth à l’arrivée de chaque navire occidental, afin de permettre la reconstruction de l’église du Saint-Sauveur.

258 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 449-450 ; et S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 240.

259 La seule source dont nous disposons à ce sujet est l’autorisation, datée du 20 juillet 1353, accordée par le roi Pierre le Cérémonieux aux marchands catalans qui avaient obtenu ce privilège, d’être remboursés des frais qu’ils avaient avancés (voir p. 122) : la réduction des droits de douane avait donc dû être accordée quelques semaines ou quelques mois auparavant ; voir A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 167.

260 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 450 ; et S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 80. Cependant, certains articles, tels les métaux, étaient taxés à des taux inférieurs à 10 % et les fourrures étaient libres d’impôts (S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, p. 241 ; et M. T. Mansouri, « Les communautés marchandes occidentales dans l’espace mamlouk », p. 97). Au moment des négociations menées pour rétablir les contacts commerciaux avec le Sultanat, suite au sac d’Alexandrie d’octobre 1365, il était toujours prévu que les différentes nations occidentales acquitteraient une taxe de 10 % dans les principaux ports du pays (G. de Machaut, La Prise d’Alexandrie, vv. 5700-5715, p. 173).

261 A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, c. II(i), doc. 231 (1386) ; l’oxer (prononcer « ocher ») devait être remis à un percepteur que le même document dénomme móxer.

262 Paul G. Forand, « Notes on ‘ušr and maks », Arabica, 13, 1966, pp. 137-224, spéc. p. 137 ; le ‘ushr grevait en outre bien d’autres activités marchandes, y compris celles menées par des négociants musulmans (ibid., pp. 137-141).

263 M. A. Alarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, doc. 153, clause 18. Cl. Cahen, « Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale », pp. 244 et 292, précise que le ṣādir était un impôt sur les exportations ; M. Müller-Wiener, Eine Stadtgeschichte Alexandrias, p. 100, ajoute qu’il s’ajoutait au ‘ushr pour les marchands étrangers. Le terme de nazl reste plus énigmatique : voir M. A. Abarcón y Santón et R. García de Linares (éd.), Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, p. 385, n. 2. Selon M. Chapoutot Remadi, il proviendrait du verbe nazala, qui signifie « descendre », et désignerait donc un impôt sur les marchandises débarquées.

264 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 448-449 et 451. On pourra réactualiser la démonstration de W. Heyd à partir des travaux de R. T. Mortel consacrés au commerce et à la politique fiscale appliquée dans le Ḥidjāz et spécialement à Djeddah (R.T. Mortel, « Prices in Mecca during the Mamlûk Period », pp. 294-298 ; et surtout Id., « Taxation in the Amirate of Mecca during the Medieval Period », en particulier les pp. 7-16 ; ainsi que, pour une période plus tardive, Id., « Grand Dawādār and Governor of Jedda. The Career of the Fifteenth Century Mamlūk Magnate Djānibak al-Ẓāhirī », Arabica, 43, 1996, pp. 437-456). Le privilège accordé vers 1414 par le sultan al-Mu’ayyad Shaykh aux Conseillers de Barcelone visait quant à lui à supprimer les droits indûment perçus sur les marchandises des Catalans à Alexandrie : voir A. de Capmany i de Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, t. II (1), doc. 283. Ce document, émanant de la chancellerie mamelouke, montre donc clairement que les plaintes des marchands concernant les abus des fonctionnaires edu Sultanat n’étaient pas exagérées.

265 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 430.

266 AC A, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2314, ffos 35r°-37r° (30 juin - 16 juillet 1374) : « Costaren les veles de traître de galere e metre en duane per ma den Casim dels coloms : 30 millareses / Done en Jacob de la duane per dret de les veles d.antrada : 80 millareses / a l.escriva qui scrivi la tariffa de les veles d.antrada : 75 millareses. » De plus, pour récupérer les voiles avant de repartir, Bertran Sala dut encore verser 295 millareses à sept fonctionnaires différents (dont 150 au seul « Jacob de la duane, per dret de les veles d.axida »). En octobre, puis en décembre, les mêmes opérations coûtèrent jusqu’à 708 millareses (ACA, Reial Patrimoni, Maestre Racional, reg. 2314, ffos 55v° et 68v°), car le navire effectua plusieurs voyages vers la côte syrienne et revint à chaque fois à Alexandrie. Une livre de Barcelone équivalait à 43 millareses (ibid., f° 69r°) et une millaresa valait un quart de dirham (P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, pp. 171-175).

267 S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptensim Spätmittelalter, p. 256 ; et M. T. Mansouri, « Les communautés marchandes occidentales dans l’espace mamlouk », pp. 97-98.

268 Impôt de 1,5 % sur la valeur des marchandises et des changes exportés vers le Sultanat ou importés de celui-ci, destiné à payer une amende de 6.766 besants d’or d’Alexandrie (ACA, Reial Cancelleria, reg.2142, ffos 62r°-65v° [25 septembre 1404 ; avec copie du décret du 2 octobre 1392]) ; au 25 septembre 1404, il restait encore 1.036 besants d’or à payer. Il est rappelé dans ce document que cette dernière monnaie équivalait à la livre de Barcelone.

269 Taxe de 6,3 % sur tous les biens des Catalans. Elle nuisait fortement à leur négoce, dans un contexte jugé très déprimé pour les affaires, comme le signalait le 1er avril 1410 Lluís Sirvent, alors jeune facteur de la compagnie Datini à Alexandrie, à Francesco di Marco lui-même (J. Ainaud, « Quatre documents sobre e ! comerç català amb Siria i Alexandria », doc iii). Les marchands du Principat payaient ainsi les dédommagements exigés à la suite du pillage de deux navires musulmans au large de Damiette.

270 Le 27 avril 1431, le marchand Antoni Vila informait par contrat notarié le bailleur qui quatre ans auparavant lui avait confié deux commendes qu’une taxe, d’un taux exorbitant de 40 % et grevant la valeur des biens commercialisés par les Catalans, avait été levée sur ses marchandises ; elle était destinée à rembourser aussi vite que possible une nouvelle amende exigée par le sultan Barsbāy, qui s’élevait cette fois à 7.000 ducats d’or currantes (AHPB, Antoni Brocard, Manual [février-juin 1431], f° 30r°).

271 Nouveau droit de 4 % sur la valeur des marchandises, imposé aux marchands catalans par Barsbāy pour compenser de nouvelles pertes subies après l’attaque d’un navire de Tunis à bord duquel se trouvait un sujet du Sultan qui avait été spolié d’environ 6.000 ducats (ACA, Reial Cancelleria, reg. 2791,104r°-v° [7 septembre 1432] et reg. 3172, fi1 85r° [24 août 1432]). En fait, selon le second document, le droit de 4 % ne devait servir qu’à payer les frais de nourriture (la « mangeria ») des prisonniers catalans qui avaient été retenus après cet acte de piraterie.

272 ACA, Reial Cancelleria, reg. 3172, f° 85r°,

273 En raison de la fréquence de ces taxes, le marchand d’origine italienne Giacomino Calvi, citoyen d’Avignon, avait jugé prudent de faire inscrire parmi les clauses d’une commende confiée en 1398 à des négociants barcelonais que si un tel impôt venait à frapper le commerce des Catalans au moment où ils se trouvaient à Beyrouth ou Damas, ceux-ci devraient le payer de leurs propres deniers (AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum [décembre 1397 - août 1403], f° 16r°).

274 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, p. 448 ; J.-Cl. Garcin, « La “méditerranéisation” de l’empire mamlouk sous les sultans bahrides », p. 115 ; et Id., « Transport des épices et espace égyptien entre le XIe et le XVe siècle », p. 311 ;T. Bianquis, « Pour un réexamen de l’apport de Claude Cahen sur la fiscalité », pp. 144-145. Dans le sultanat mamelouk, l’ensemble des activités en vint à se concentrer autour du grand commerce, ce qui provoqua d’ailleurs de vigoureux contrastes spatiaux au bénéfice des régions côtières méditerranéennes et du delta du Nil, qui étaient les zones par où transitaient les épices : voir J.-Cl. Garcin, Un centre musulman de la Haute-Égypte médiévale, pp. 415-420 ; et Id., « La “méditerranéisation” de l’empire mamlouk sous les sultans bahrides ».

275 C’est ce qu’en conclut Cl. Cahen, « Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale », p. 257, après un rapide examen comparatif du Minhādj d’al-Makhzūmī avec divers documents étrangers équivalents ou proches.

276 En 1374, Pierre le Cérémonieux envoya le pàmfil royal Sant Joan Evangelista à Alexandrie, où le navire fut vendu après plusieurs trajets entre ce port et celui de Sidon. Les nolis recueillis par le patron du navire, Bertran Sala, ainsi que le produit de la vente de l’embarcation en pièces détachées alimentèrent directement le Trésor royal (ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2313 et 2314). Les rois Jean Ier et Martin commandèrent régulièrement des étoffes de luxe d’Alexandrie et de Beyrouth (voir infra p. 482). Quant à Alphonse V, il envoya en 1433 plusieurs navires vendre du blé et de l’huile à Rhodes et au Levant, où ces marchandises devaient être échangées contre des esclaves et des épices (C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, p. 48, n. 7). Enfin, dans plusieurs instructions d’ambassade rédigées en vue de nouvelles négociations avec les sultans mamelouks en 1441, 1446 et 1451, Alphonse le Magnanime réclamait une exemption totale de taxe pour quatre de ses navires, tant à leur arrivée à Alexandrie qu’à leur départ (C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, p. II ; E. Ashtor, « Alfonso il Magnanimo e i Mamlucchi », p. 18 ; A. Ryder, « The Eastern Policy of Alfonso the Magnanimous », pp. 17-18 ; et D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale », pp. 1060-1061).

277 De cette entente superficielle découlent les thèses présentant le pouvoir royal et l’aristocratie marchande unis dans une attitude solidaire et complémentaire afin de diriger l’entreprise d’expansion catalane outre-mer. C’est l’essence même de la thèse de la « route des îles - route des épices », selon laquelle la conquête des îles de Méditerranée occidentale (Baléares, Sicile, Sardaigne) par les rois d’Aragon a été organisée le long d’un axe d’expansion qui devait profiter au grand commerce, en particulier celui des épices ; voir J. Vicens Vives, España. Geopolítica del Estado y del Imperio, p. 111 ; et Id., « La economía de los países de la Corona de Aragón en la Baja Edad Media », pp. 105-106. D’après M. Del Treppo lui-même, qui représente pourtant l’un des détracteurs les plus convaincants de cette thèse, le pouvoir royal constituait bien l’instrument le plus efficace des intérêts mercantiles, si l’on met à part la période des difficultés militaires en Italie du Sud (M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, pp. 596-599). Cette présentation doit donc être revue à la lumière de la lutte d’influences que se livrèrent en fait le pouvoir municipal de Barcelone et le roi dans le cadre des relations avec l’Égypte et la Syrie. On pourra certes objecter que les arguments développés par M. Del Treppo s’appliquent surtout aux années postérieures à la conquête de Naples, dans un nouveau contexte d’expansion. Cependant, même au cours de cette période, toutes les tentatives de négociations avec les sultans mamelouks entreprises par Alphonse V (en 1441, 1446 et 1451) se soldèrent par des échecs, à cause en particulier de l’exigence excessive des demandes formulées par le souverain, qui restaient donc inadaptées pour servir efficacement le commerce des Catalans. M, Del Treppo, ibid. (p. 598) a en outre vu dans ces pièces de véritables traités de paix dans lesquels triomphaient les conditions du monarque. Sur ces documents, qui n’étaient en fait que des instructions destinées à des ambassades qui se répétèrent précisément en raison de leur échec, voir C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, pp. 10-11, 121-122, 215-216 ; E, Ashtor, « Alfonso il Magnanimo e i Mamlucchi », pp. 18-19 ; et D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale », n. 74.

Notes de fin

1 Lorsque la somme est versée pour le départ d’un navire (et non pas seulement pour des marchandises commercialisées), son nom est précédé du signe ♦ ; les autres navires mentionnés sont ceux sur lesquels les marchands ont voyagé ; lorsqu’ils se sont rendus à Chypre et non en Égypte ou en Syrie, leur nom figure entre parenthèses

2 La liste des licences royales se poursuit après 1365 ; celles présentées dans ce tableau ne constituent qu’un échantillon limité aux années 1344-1365.

Table des illustrations

Titre Tableau I. — Impôt prélevé sur les marchandises et les changes pour financer le salaire du consul de Syrie
Légende a À cet impôt sur les marchandises devait être ajouté un droit de 20 deniers de Barcelone pour 400 ducats ou florins de Florence, prélevé sur les changes exprimés en ces monnaies.b Rapport établi sur la base d’une équivalence de 1 dirham de Damas pour 10 deniers de Barcelone (équivalence fournie par C. VELA I AULESA, « Les espècies orientals », doc. 14 [1384]).c Par erreur, Cl. Carrère fixe ce droit à seulement 6 sous pour 100 livres
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 2. — Impôt prélevé sur les marchandises et les changes pour financer le salaire du consul d’Alexandrie
Légende a Le quirat (ou carat) constituait l’unité divisionnaire du besant d’or d’Alexandrie, à raison de 24 quirats pour un besant ; un besant équivalait exactement à une livre de Barcelone (AHPB, Jaume Ferrer, Llibre comú [juin 1353 - octobre 1357], ffos 23v°, 25r°, 48r°, 61v°-62r°, 80v°, 91r° et 92v° [1353-1356] ; ACA, Reial Cancelleria, Procesos en folio, leg. 134/9, ffos 2r° et 8r° [1374] ; ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 2313, f° 11r° [1374] ; ACA, Reial Cancelleria, reg. 2142, f° 64r° [1392].)b Plusieurs autres droits étaient également prévus : une livre et 12 quirats sur tous les navires de deux et trois ponts, et une livre sur ceux d’un pont ; 12 quirats sur tous les bâtiments de plus de 100 salmes ; 1 quirat pour tout marin et tout « tengut de navili ».c Une retenue supplémentaire de 2 quirats par livre était également prévue pour le salaire d’un prêtre.d Impôt de 24 quirats par livre sur les marchandises, de 20 quirats par livre sur les changes en ducats er de 12 quirats par livre sur tous les autres changes
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 3. — Consuls d’Alexandrie (1360-1449)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-5.png
Fichier image/png, 509k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-6.png
Fichier image/png, 753k
Titre Tableau 4. — Consuls de Syrie (1377-1400)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-7.png
Fichier image/png, 446k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre TABLEAU 5. – Amendes absolutoires payées par les Alexandrini (1336-1345) [en sous de Barcelone]1
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-10.png
Fichier image/png, 530k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-11.png
Fichier image/png, 654k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-15.png
Fichier image/png, 621k
Légende Source.La mention du paiement de certaines de ces sommes au trésorier du roi — consignée dans les registres de la Trésorerie royale — a été publiée par F. BAER, Urkunden und Regesten. Aragonien und Navarra, doc. 212 (ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 316, f° 17v° ; reg. 319, ffos 18 et 25)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre TABLEAU 6. — Licences royales à destination de l’Égypte et de la Syrie (1344-1365)2
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-24.png
Fichier image/png, 624k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4436/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search