Version classiqueVersion mobile

Barcelone et le grand commerce d'Orient au Moyen Âge

 | 
Damien Coulon

Introduction

Texte intégral

À mon épouse Joëlle,
à mes enfants Tristan et Énora,
qui m'ont accompagné
sur les traces des marchands catalans
vers le Levant.

1Le grand commerce du Levant a exercé sur les historiens une attraction qui n’est pas sans rappeler celle des marchands et des marins de la fin du Moyen Age pour cet horizon lointain et fascinant. D’éminents auteurs, comme Wilhelm Heyd, Fernand Braudel et d’autres encore à leur suite en ont en effet déjà dévoilé bien des traits et dégagé les grandes lignes d’évolution, confirmant ainsi qu’il constitua un courant d’échanges fondamental, tant pour l’Occident que pour l’Orient. En outre, ces travaux ont bien révélé le caractère exceptionnel de l’espace méditerranéen, à la fois en raison de son étendue et des possibilités de communication qu’offre la vaste mer intérieure qui lui confère son unité. De fait, si au Moyen Âge le monde méditerranéen ne présente plus la cohésion politique qui le caractérisait au temps de l’Empire romain, il reste le théâtre essentiel de la rencontre entre Chrétienté et Islam, et la coexistence de ces deux communautés, certes souvent opposées, est aussi source de contacts et d’échanges, que les différences culturelles et surtout économiques stimulent particulièrement.

2Pourtant, ces travaux de base laissent encore place pour des études plus précises, fondées sur des documents inédits ou en grande partie non étudiés, qui peuvent apporter bien des informations et ainsi compléter, voire modifier, des éléments de problématique ou de chronologie ; tel est en particulier le cas des relations nouées par les commerçants catalans avec l’Égypte et la Syrie à la fin du Moyen Âge.

I. — Carence d’une étude sur le commerce de Barcelone avec le Levant

  • 1 Voir en particulier F. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Âge, et M. Balard, La Romanie génois (...)
  • 2 Voir les nombreux ouvrages d’E. Ashtor cités en bibliographie, ainsi que W. Heyd, Histoire du comme (...)
  • 3 F, Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. II, pp. 95-113 et Id., La dynamiqu (...)

3En effet, parmi les centres du grand commerce méditerranéen, les principales cités portuaires italiennes, telles Venise et Gênes, ont déjà fait l’objet de recherches approfondies, en particulier dans le cadre de leur expansion orientale, car de nombreux comptoirs dépendant de ces métropoles avaient été établis, notamment dans les îles et sur les côtes de l’Empire byzantin1. Par ailleurs, les études consacrées au commerce de l’Égypte et de la Syrie, contrées elles aussi situées au débouché des routes asiatiques de la soie et des épices, mettent également bien en valeur le rôle actif de la Sérénissime et de la République de saint Georges2. Suite à ces recherches, F. Braudel vit précisément dans cette expansion italienne du XVe siècle — spécialement celle de Venise — la première forme de domination commerciale en Méditerranée, dans le cadre de l’économie d’échange et du capitalisme naissant3. Les grands ports italiens de la fin du Moyen Age, Gênes et Venise en particulier, semblent ainsi avoir spécialement retenu l’attention des historiens, au détriment de l’expansion d’autres cités à vocation maritime.

  • 4 Voir les index des ouvrages de W. Heyd, S. Labib et E, Ashtor précédemment cités.
  • 5 F. Melis, « Note sur le mouvement du port de Beyrouth d’après la documentation florentine aux envir (...)
  • 6 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 155, signale ainsi a (...)
  • 7 Aucun minutier de notaire barcelonais installé en Méditerranée orientale n’a certes été localisé ; (...)
  • 8 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, et M. Del Treppo, I mercanti (...)
  • 9 Voir les deux thèses consacrées aux relations de la Catalogne ou de la couronne d’Aragon avec le Ma (...)

4En effet, la plupart des travaux relatifs à l’histoire du commerce du Levant soulignent aussi, sans toutefois vraiment l’approfondir, le rôle influent joué par un autre port occidental : celui de Barcelone4. De fait, la très riche documentation des Archives Datini de Prato, mise en valeur par les études de Federigo Melis, montre bien que pour le nombre, les bâtiments catalans ne le cédaient guère à ceux de Venise et de Gênes dans le trafic avec Beyrouth entre 1394 et 1408 et devançaient de loin ceux de tous les autres ports occidentaux5. En outre, quelques indices glanés dans d’autres études laissent également supposer qu’il existe une documentation très riche concernant les relations de Barcelone avec l’Orient méditerranéen dans plusieurs fonds d’archives de la capitale catalane6. Or ces sources sont jusqu’à présent restées inexploitées ou, pour le moins, sous-utilisées. À ce jour, en effet, aucune synthèse vaste et approfondie de l’expansion commerciale barcelonaise vers le Levant, équivalente à celles entreprises pour Gênes et Venise, aucune publication de sources notariées éclairant ce thème de recherche n’ont été réalisées7. Les relations de Barcelone avec l’Orient méditerranéen auraient-elles donc été oubliées par l’historiographie du grand négoce méditerranéen à la fin du Moyen Âge, malgré l’intensité du trafic maritime et l’abondance de la documentation disponible ? En effet, la plupart des ouvrages de recherche relativement récents consacrés aux activités économiques du port catalan présentent en effet celles-ci dans leur globalité8 — et à ce titre abordent certes le sujet, mais parmi bien d’autres thématiques de relations — ou sont restés centrés sur la Méditerranée occidentale et plus particulièrement sur les relations avec le Maghreb9.

  • 10 L’expansió de Catalunya en la Mediterrània oriental.
  • 11 Ouvrage publié à Barcelone en 1947, soit une dizaine d’années après la mort de l’auteur.
  • 12 Parmi les nombreux travaux consacrés à l’expansion politico-militaire, qui ne peuvent évidemment to (...)
  • 13 Voir en particulier les passages déjà relevés par S. Bensch dans l’œuvre de Ll. Nicolau d’Olwer, L’ (...)
  • 14 C’est en particulier ce qu’illustre l’incroyable destin que connut l’œuvre de C. Marinescu, La poli (...)
  • 15 F. Giunta, La presenza catalana nel Levante dalle origini a Giacomo II. Une réédition de ce volume (...)
  • 16 Seuls font exception les articles d’A. López de Meneses (voir bibliographie), essentiellement publi (...)

5Quelques rares études relatives aux contacts des Catalans avec la Méditerranée orientale ont certes vu le jour au cours du second quart du XXe siècle. La première publication exclusivement consacrée à ce thème fut rédigée en 1926 par Ll. Nicolau d’Olwer10, mais il ne s’agissait pas véritablement d’un travail de recherche puisque l’ouvrage en question n’est fondé sur aucune source inédite. En revanche, le Diplomatari de l’Orient català d’A. Rubió i Lluch11 s’appuie sur un volumineux corpus de documents, mais ceux-ci traitent essentiellement de la présence catalane en Grèce, approfondissant ainsi une problématique d’expansion politico-militaire vers l’Orient certes déjà abordée dans le cadre de l’histoire de la couronne d’Aragon, mais bien éloignée des préoccupations commerciales12. En outre, ces deux œuvres anciennes ne pouvaient évidemment tenir compte de la très riche documentation notariée, essentielle pour reconstituer les échanges avec le Levant, qui fut seulement exploitée plusieurs décennies plus tard. Enfin, elles sont toutes deux teintées d’un certain patriotisme qui visait en grande partie à revaloriser le passé d’une Catalogne cherchant ses marques dans un contexte de renouveau culturel impulsé depuis le XIXe siècle13. Cependant, ces études sont longtemps restées sans suite, en premier lieu parce que le pouvoir franquiste, soucieux d’affirmer l’unité de l’État espagnol, ne souhaitait pas voir mise en valeur l’expansion originale de l’une de ses provinces volontiers suspectée de séparatisme14. C’est donc dans ce contexte que parut au cours des années 1950 l’étude du chercheur italien Francesco Giunta consacrée à la présence des Aragonais et des Catalans en Sicile et dans le Levant. Tout en renouvelant profondément les travaux de Ll. Nicolau d’Olwer, cet ouvrage s’appuyait essentiellement, lui aussi, sur une documentation déjà publiée et étudiait seulement l’expansion catalane vers l’Orient méditerranéen jusqu’à la fin du règne de Jacques II, soit jusqu’en 132715. Après la fin de la dictature, ce thème n’inspira manifestement pas la nouvelle génération de chercheurs, en Catalogne pas plus qu’ailleurs, si bien que les études de Ll. Nicolau d’Olwer et de Fr. Giunta, bien que partielles, continuèrent à servir de référence au thème de l’expansion catalane vers le Levant sans qu’on se souciât beaucoup de réactualiser la question16. En 1988 encore, l’historien catalan de l’économie G. Feliu i Montfort déplorait cette situation :

  • 17 G. Feliu i Monfort, « El comercio catalán con Oriente », p. 689.

En la historiografía catalana el contercio con Oriente es un tema tan clásico como dado por sabido sin sentir la necesidad de profundizar en la investigación ni de revisar los tópicos acumulados. Mientras la mayor parte de los mitos políticos nacionalistas han sido objeto de profundas revisiones, los mitos económicos, menos incómodos, han quedado intactos17

  • 18 Cette thèse a une première fois été formulée par J. Vicens Vives, « Evolución de la economía catala (...)

6Entre les silences de l’historiographie et l’existence d’ouvrages abordant les relations commerciales de Barcelone avec le Levant de façon sommaire et aujourd’hui dépassée, la tâche à accomplir restait donc entière. Cependant, en dépit de ce constat, il convient de signaler que le thème de notre recherche est, de plus, fortement conditionné par un vif débat relatif à la chronologie du déclin économique catalan. Rappelons en effet brièvement que plusieurs travaux d’histoire économique, essentiellement rédigés au cours des années 1950-1970, avaient mis en évidence une longue phase de déclin de la Catalogne, amorcée dès le milieu du XIVe siècle lors des premières épidémies de peste, et qui aurait finalement conduit à la catastrophe de la guerre civile des années 1462-147218. En définitive, le destin de la Catalogne aux XIVe et XVe siècles n’aurait donc pas échappé au contexte général de difficultés qui sévissait alors en Europe et qui est résumé par l’expression, désormais célèbre, d’« automne du Moyen Âge ».

  • 19 C’est à la seconde édition de cet ouvrage, parue en 1972, beaucoup plus volumineuse et plus complèt (...)
  • 20 M. Del Treppo, I mercanti catalant e l’espansione della Corana d’Aragona nel secolo XV, pp. 582-590
  • 21 Parmi les tenants du déclin, voir notamment C. Batlle i Gallart, La crisis social y económica de Ba (...)

7Dès 1968 cependant, cette thèse du déclin économique catalan était pour la première fois remise en cause par la publication des Mercanti catalani19 de M. Del Treppo. Cet auteur constatait au contraire une tendance à la croissance au cours de la première moitié du XVe siècle, que vinrent certes entraver les entreprises de conquête d’Alphonse le Magnanime en Italie du Sud, mais qui caractérisait encore les échanges du principat de Catalogne pendant les années 1454-1462. Ainsi, selon M. Del Treppo, le véritable déclin n’aurait débuté qu’à partir de la guerre civile précédemment citée, qui ruina pour longtemps l’économie de Barcelone20. Par la suite, d’autres travaux vinrent alimenter le débat, sans véritablement parvenir à imposer de manière décisive l’une ou l’autre thèse21.

8Le peu d’éléments dont nous disposons dans le cas spécifique du commerce du Levant nous empêche bien entendu de prendre parti dans cette controverse car notre recherche, si elle doit certes y apporter sa contribution, ne peut débuter en se fondant a priori sur l’une ou l’autre thèse. Le premier objectif de la présente étude reste donc d’exploiter enfin les nombreux documents restés inutilisés jusqu’à ce jour, afin de situer le rôle de Barcelone dans le grand commerce international et plus précisément vers l’Égypte et la Syrie, espace de transit des précieuses marchandises d’Asie et en particulier des épices. Une confrontation de cette expansion de Barcelone vers le Levant avec celles de ses rivales italiennes permettra ainsi d’en dégager les spécificités, les atouts mais aussi les faiblesses, et de mieux apprécier enfin l’évolution discutée de la conjoncture économique dans le cadre du grand commerce barcelonais.

II. — Délimitations spatiales et chronologiques

Les cadres géographiques retenus

9Quels espaces précis peut-on délimiter au sein de la couronne d’Aragon et de la Méditerranée orientale, afin de déterminer un cadre cohérent pour cette problématique de relations ?

  • 22 Rappelons brièvement que cette expression désigne les différents domaines qui, bien que réunis par (...)
  • 23 La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV.
  • 24 M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV, pp. 172-173 et 852.
  • 25 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, pp. 648 et 951.

10Peut-on du côté occidental envisager de considérer la couronne d’Aragon dans son ensemble22, comme dans l’étude de M. D. López Pérez23, par exemple ? Ce serait définir une thématique de rapports d’État à État, certes non dénuée d’intérêt mais sans doute mal adaptée aux réalités commerciales du bas Moyen Âge. Dans sa thèse, M. D. López Pérez a par ailleurs mis en évidence une répartition des rôles entre les différents ports de la Couronne, d’où il ressort que Barcelone s’était en fait spécialisée dans le commerce au long cours, en particulier avec le Levant, par opposition à Majorque et à Valence dont le rayon d’action était plus limité24. En outre, Cl. Carrère a quant à elle bien montré que Barcelone constituait une véritable porte d’entrée et de sortie pour le négoce dirigé vers ou provenant de la Catalogne tout entière25. Il paraît donc logique de considérer cette problématique de relations à partir de ce seul port, ce que permet en effet la très abondante documentation relative à l’expansion barcelonaise vers la Méditerranée orientale. Enfin, les comparaisons avec les cités de Gênes et de Venise, qui n’appartiennent pas à un ensemble territorial aussi vaste que la couronne d’Aragon, s’en trouveront ainsi facilitées.

  • 26 Rappelons brièvement que ce terme désigne des esclaves militaires qui s’étaient emparés du pouvoir (...)
  • 27 On en trouvera une excellente analyse dans J.-Cl. Garcin, « La “méditerranéisation” de l’empire mam (...)
  • 28 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 439-440 ; S. Y. Labib, Handelsgesc (...)
  • 29 Voir Subhi Y. Labib, « Kārimī », dans l’Encyclopédie de l’Islam, t. IV (1973) et les nombreux trava (...)

11Du côté du Levant également, l’abondance des sources, inédites ou publiées depuis l’étude de Ll. Nicolau d’Olwer, rend difficile d’embrasser l’ensemble du bassin oriental de la Méditerranée, comme avait encore pu le réaliser cet auteur en 1926. L’espace qui retiendra ainsi notre attention sera donc centré sur l’empire conquis par les Mamelouks26, qui s’étendait à l’Égypte et à la Syrie-Palestine entre 1260 et 1517. Mais là encore, ce sont les principaux axes et nœuds d’échanges structurant ces pays sur le plan économique27 qui seront essentiellement pris en considération. Une voie majeure du grand négoce, celle des fameuses épices, qui provenaient essentiellement d’Asie du Sud, traversait ces régions qui constituaient ainsi le théâtre privilégié des contacts commerciaux entre marchands des deux rives de la Méditerranée. De fait, dès le XIIe siècle, l’accès de la mer Rouge avait été interdit aux commerçants occidentaux et devait le rester jusqu’à la fin du régime mamelouk (1517)28. Des négociants égyptiens et syriens, les kārimīs29, allaient donc chercher les précieuses épices en Inde pour alimenter les marchés de Damas et d’Alexandrie, où les marchands européens pouvaient à leur tour les acquérir. Le sultanat mamelouk constituait donc pour les Occidentaux une sorte de vaste verrou coupant la route des épices, mais également l’espace privilégié dans lequel ils pouvaient se procurer ces riches marchandises, autrement dit une zone essentielle d’interface.

Limites chronologiques

  • 30 Voir infra, pp. 27-28.

12Commencer cette recherche au milieu des années 1330 offre en fait un double avantage : celui d’une plus grande abondance de sources et d’un changement de contexte stimulant les échanges avec l’Égypte et la Syrie ; il est en effet bien connu qu’à la suite de la conquête définitive des États latins d’Orient par les Mamelouks en 1291, la papauté interdit tout commerce avec eux30. Le négoce vers ces pays n’a probablement pas disparu pour autant, mais il a à coup sûr connu une baisse durable d’activité et, par ailleurs, les marchands ont sans doute scrupuleusement veillé à ne laisser aucune trace écrite de ces activités prohibées. Cependant, à partir du milieu des années 1340, le pouvoir pontifical assouplit sa position et permit une reprise du trafic que confirment des sources à nouveau plus abondantes : cette décision détermine clairement une nette césure dans l’évolution de ces échanges.

  • 31 Voir également infra, pp. 29 et 169.

13En outre, un autre élément d’importance modifie en outre le contexte commercial vers le milieu du XIVe siècle : le démantèlement des khanats mongols entraîna la désagrégation du principal axe de négoce reliant l’Extrême-Orient à la mer Noire et à Constantinople via le cœur du continent. Cette liaison terrestre fut alors remplacée par la route maritime de l’océan Indien, qui rejoignait la Méditerranée par la mer Rouge, l’Égypte et la Syrie31. En plaçant le début de cette recherche peu avant de telles mutations — assouplissement de la politique de prohibition pontificale et réorientation des grands axes de commerce en Asie — il devient possible d’apprécier leur portée, en particulier sur le plan du volume et du rythme des échanges réalisés entre les deux rives de la Méditerranée.

  • 32 À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte África aborde les relations de la co (...)

14Ajoutons que trois études ont déjà traité le thème des relations de la couronne d’Aragon avec le Levant au cours de la première moitié du XIVe siècle, envisagées à partir des sources officielles, royales ou pontificales32. La carence d’une recherche portant sur les échanges commerciaux des Barcelonais avec le sultanat mamelouk est donc surtout manifeste à partir du milieu du XIVe siècle, c’est-à-dire de ce moment crucial où les interdits pontificaux furent assouplis et où le trafic reprit de façon plus soutenue.

15Le choix des années 1430 comme terme de notre étude se justifie doublement, lui aussi : il correspond à la fois à une modification du réseau commercial et du contexte économique pour les Catalans. Vers 1415 s’opère en effet un déplacement du centre de gravité du négoce vers le Levant : l’Égypte et la Syrie, qui en constituaient jusqu’alors les pôles les plus attractifs, cèdent la place à Rhodes, pour des raisons que nous étudierons en détail. En poursuivant notre recherche jusqu’aux environs de 1430, il devient possible de prendre la mesure de ce phénomène progressif. En outre, à partir de 1433, les difficultés rencontrées par Alphonse le Magnanime dans la conquête du royaume de Naples modifient encore une fois le contexte économique et constituent une nouvelle césure, comme l’ont bien montré les travaux de CL Carrère et de M. Del Treppo. Ajoutons enfin que l’existence de ces deux ouvrages, qui explorent bien au-delà de 1430 les activités économiques des Catalans, rendent moins impérieuse la nécessité de connaître en détail celles qui ont été menées vers le sultanat mamelouk après cette date.

16Ainsi délimité, notre sujet paraît centré sur une période de plénitude des relations commerciales de Barcelone avec l’Égypte et la Syrie, demeurée presque complètement inexplorée, période que viennent encadrer deux phases de difficultés. Toutefois, le risque d’une vision faussée de ces rapports — du fait d’un contexte en apparence exclusivement favorable — n’est guère à redouter puisque nous verrons également que le commerce du Levant subit de plein fouet et durablement les effets de la crise économique générale qui affecta l’Occident à la suite des grandes épidémies de peste. Dans ce contexte où changements conjoncturels et structurels s’inscrivent en contrepoint, les rapports de Barcelone avec le sultanat mamelouk connurent donc à la fois vicissitudes et temps forts, qui rendent plus complexe mais aussi enrichissent cette problématique de relations en grande partie méconnue.

  • 33 Voir à ce sujet les recherches menées dans le cadre du GDR 927 « État et colonisation au Moyen Âge  (...)

17Cependant, au-delà de ce thème bien délimité sur les plans chronologique et spatial, c’est la nature même du système de rapports économiques qui se met en place dans le Bassin méditerranéen à la fin du Moyen Âge que nous devrons aussi nous efforcer d’analyser. À bien des égards, en effet, l’expansion catalane vers le Levant paraît être l’expression particulière d’un mouvement plus vaste qui entraîne également au même moment les principales nations marchandes occidentales. Peut-on déjà assimiler ces manifestations d’essor et de dynamisme économiques à des ébauches de réseaux organisés, voire de colonisation33 ou même à des formes primitives de capitalisme ? Ou bien doit-on, au contraire, considérer ces concepts comme inopérants parce qu’anachroniques ?

18En outre, quel que fût la nature des liens économiques tissés, ces contacts marchands très enrichissants n’ont pas pu ne pas avoir de conséquences sur les rapports humains à Barcelone même. À travers ce thème d’investigations, c’est donc aussi la question de l’impact des activités commerciales au long cours sur les aspects sociaux et politiques au sein de la cité qui se trouve posée ; plus précisément, cette logique de co-relation peut même (doit même ?) déboucher sur la crise de la guerre civile qui secoua la capitale catalane entre 1462 et 1472 et la laissa ensuite incapable pour longtemps de retrouver son dynamisme marchand.

  • 34 C’est la thèse principale défendue par cet auteur dans Levant Trade in the Later Middle Ages.

19Enfin, rapportées à l’échelle des contacts entre chrétiens et musulmans, ces relations de grand commerce invitent également à s’interroger sur le rapport de domination économique qui semble s’établir dès la fin du Moyen Âge entre l’Occident et l’Orient. Les fondements de ce rapport inégal sont-ils effectivement liés à une supériorité du premier sur le second dans le domaine des techniques de production, comme a déjà tenté de le démontrer E. Ashtor34 ? Ce processus de domination était-il irréversible ? Jusqu’à quel point les marchands syriens et égyptiens en furent-ils conscients et comment tentèrent-ils de l’enrayer ? Telles sont quelques-unes des questions essentielles, et parfois singulièrement liées à l’actualité, que ce thème précis de relations commerciales permet aussi d’envisager.

Notes

1 Voir en particulier F. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Âge, et M. Balard, La Romanie génoise. La publication de nombreuses sources, notamment des contrats instrumentés par des notaires génois ou vénitiens installés outre-mer, témoigne également de l’intérêt porté au thème de l’expansion commerciale, en Italie. Pour Venise, voir notamment Raimondo Morozzo Della Rocca (éd.), Benvenuto de Brixano, notaio in Candía (1301-1302), Venise, Alfieri, 1950 ; Salvatore Carbone (éd.), Pietro Pizzolo, notaio in Candia, Venise, Comitato per la pubblicazione delle fonti relative alla Storia di Venezia, coll. « Fonti per la Storia di Venezia. Sezione 3, Archivi notarili », 1978-1985 (2 vol. ) ; A. Lombardo (éd.), Nicola de Boateriis, notaio in Famagosta e Venezia ; Franco Rossi (éd.), Servodio Peccator, notaio in Venezia e Alessandria d’Egitto (1444-1449), Venise, Comitato per la pubblicazione delle fonti relative alla Storia di Venezia, coll. « Fonti per la Storia di Venezia. Sezione 3, Archivi notarili », 1983, etc. Pour Gênes, voir notamment la publication, dans la collection des Notai genovesi in Oltremare, des nombreux actes du notaire Lamberto di Sambuceto par Valeria Polonio, Romeo Pavoni et Michel Balard, Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto, Gênes, Università di Genova, 1982-1987 (5 vol. ) ; Michel Balard (éd.), Gênes et l’Outre-mer. Les actes de Caffa du notaire Lamberto di Sambuceto (1289-1290), Paris - La Haye, École Pratique des Hautes Études, 1973 ; dans la même collection des Notai genovesi in Oltremare, voir également Michel Balard (éd.), Atti rogati a Chio da Donato di Chiavari (17 febbraio - 12 novembre 1394), Gênes, Istituto de Medievistica, 1988 ; Enrico Basso (éd.), Atti rogati a Chio da Giuliano de Canella (1380-1381), Athènes, 1993 ; Paola Piana Toniolo (éd.), Atti rogati a Chio da Gregorio Panissaro (1403-1405), Gênes, Accademia Ligure di Scienze e Lettere, 1995, etc.

2 Voir les nombreux ouvrages d’E. Ashtor cités en bibliographie, ainsi que W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, et S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter.

3 F, Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. II, pp. 95-113 et Id., La dynamique du capitalisme, pp. 88,90 et surtout p. 102.

4 Voir les index des ouvrages de W. Heyd, S. Labib et E, Ashtor précédemment cités.

5 F. Melis, « Note sur le mouvement du port de Beyrouth d’après la documentation florentine aux environs de 1400 », p. 372 ; le total des bâtiments catalans obtenus est de 224, contre 262 pour Gênes et 278 pour Venise entre 1394 et 1408 ; en quatrième position arrivaient les Provençaux avec seulement 30 navires. Il faut cependant prendre garde au fait que dans le terme de « Catalogne », F. Melis englobait Barcelone et Majorque mais excluait en revanche Perpignan et Collioure ; voir ibid., p. 373.

6 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. I, p. 155, signale ainsi avoir trouvé « plusieurs milliers [de commendes] en direction du Levant ». La plupart des autres ouvrages consacrés au commerce de Barcelone ou à ce type de contrats confirme que les documents commerciaux ayant pour destination l’Égypte ou la Syrie sont également très nombreux ; voir M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, pp. 17-20 (voir en particulier les n. 32 et 35), et J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, passim.

7 Aucun minutier de notaire barcelonais installé en Méditerranée orientale n’a certes été localisé ; pourtant, de très nombreux actes instrumentés à Barcelone concernant directement l’expansion commerciale vers cette région sont conservés à l’Arxiu Històric de Protocols de cette ville ; certains d’entre eux, rédigés par le notaire Joan Nadal, sont en cours de publication par M. T. Ferrer i Mallol. Quelques autres minutiers ont certes été récemment édités, mais ils n’ont pas été rédigés par des notaires spécialisés dans les opérations de grand commerce : voir par exemple El protocol del notari Bonanat Rimentol de 1351, éd. Laureà Pagarolas i Sabaté, Barcelone, Fundació Noguera, 1991 ; et El protocol del notari Pere de Folgueres (1338), éd. Gener Gonzalvo, Maria Carme Coll et Oliva Samprón, Barcelone, Fundació Noguera, 1996.

8 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, et M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV.

9 Voir les deux thèses consacrées aux relations de la Catalogne ou de la couronne d’Aragon avec le Maghreb respectivement dues à Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux XIIIe et XIVe siècles et à M. D. López Pérez, La Corona de Aragon y el Magreb en el siglo XIV.

10 L’expansió de Catalunya en la Mediterrània oriental.

11 Ouvrage publié à Barcelone en 1947, soit une dizaine d’années après la mort de l’auteur.

12 Parmi les nombreux travaux consacrés à l’expansion politico-militaire, qui ne peuvent évidemment tous être évoqués ici, ceux relatifs à la croisade entreprise par le roi Jacques Ier méritent une mention spéciale dans cette problématique de relations avec l’Orient méditerranéen ; voir Martín Fernández Navarrete, « Disertación histórica sobre la parte que tuvieron los españoles en las guerras de Ultramar o de las Cruzadas », Memorias de la Real Academia de Historia, 5, 1817, pp. 37-190 ; Reinhold Röhricht, « Der Kreuzzug des Königs Jakob I von Aragonien », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, 11, 1890, pp. 372-395 ; Francesc Carreras i Candi, « La crevada a Terra Santa », dans I Congreso de Historia de la Corona de Aragón dedicado al rey D. Jaime I y a su época (Barcelona, 1908), Barcelone, 1909-1913 (2 vol. ), t. I (1909), pp. 106-138. Plusieurs documents publiés par la suite par G. Golubovich et H. Finke complètent ces premiers éléments, mais avant tout dans une optique de relations diplomatiques avec le Levant ; voir respectivement Biblioteca bio-bibliográfica et Acta Aragonensia. Concernant l’expansion politico-militaire en Grèce, voir également Kenneth M. Setton, The Catalan Domination of Athens (1311-1388), Cambridge (Massachusetts), The Mediaeval Academy of America, coll. « The Mediaeval Academy of America » (50), 1948. Le versant commercial des relations avec l’Empire byzantin n’est en fait abordé que depuis une date très récente (S. Bensch, « Early Catalan Contacts with Byzantium »).

13 Voir en particulier les passages déjà relevés par S. Bensch dans l’œuvre de Ll. Nicolau d’Olwer, L’expansió de Catalunya en la Mediterrània oriental (3e éd., Barcelone, Proa, 1974), pp. 45-77 et dans celle d’A. Rubio i Lluch (éd.), Diplomatari de l’Orient català (1301-1409), pp. XLIII et XLIV; voir S. Bensch, « Early Catalan Contacts with Byzantium », p. 133, n. 1. Sur le contexte du renouveau catalan et ses liens avec l’historiographie, voir M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo XV, pp. 582-583.

14 C’est en particulier ce qu’illustre l’incroyable destin que connut l’œuvre de C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, déjà achevée en 1928 et qui devait être publiée par l’Institut d’Estudis Catalans ; la guerre civile, puis la fermeture des locaux de l’Institut pendant toute la durée du franquisme mirent un terme à l’entreprise et ce n’est donc qu’en 1994 que l’ouvrage parut enfin, malheureusement amputé, vers la fin, d’une vingtaine de pages qui ne furent jamais retrouvées après la réouverture de l’Institut en 1978 ; voir ibid., pp. ix-xi.

15 F. Giunta, La presenza catalana nel Levante dalle origini a Giacomo II. Une réédition de ce volume a été publiée en espagnol, sous le titre Aragoneses y catalanes en el Mediterráneo, Barcelone, Ariel, 1989 ; de nombreuses notes ayant été supprimées dans cette nouvelle version, on se référera avec plus de profit à l’édition originale.

16 Seuls font exception les articles d’A. López de Meneses (voir bibliographie), essentiellement publiés au cours des années 1950 et 1960. Mais ces études, pour utiles qu’elles soient, se limitent à aborder, selon une optique très traditionnelle, quelques aspects diplomatiques des relations de la couronne d’Aragon avec l’État mamelouk. Le volumineux article relatif au commerce interlope des sujets de la couronne d’Aragon avec les musulmans, rédigé par J. Trenchs Odena à partir des archives du Vatican, est certes beaucoup plus novateur et original, mais ne couvre que la première moitié du XIVe siècle (J. Trenchs Odena, « “De Alexandrinis” »),

17 G. Feliu i Monfort, « El comercio catalán con Oriente », p. 689.

18 Cette thèse a une première fois été formulée par J. Vicens Vives, « Evolución de la economía catalana durante la primera mitad del siglo XV », au cours du IVe Congrès d’Histoire de la Couronne d’Aragon (1955), puis réaffirmée lors du VIe Congrès d’Histoire de la Couronne d’Aragon (1957), [Id., « La economía de los países de la Corona de Aragón en la Baja Edad Media »]. À la même époque, P. Vilar, « Le déclin catalan du Bas Moyen Âge », tirait lui aussi des conclusions analogues de son étude de l’économie catalane à la fin du Moyen Âge. C’est sur la base de ces travaux que Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, réalisa sa thèse, cherchant elle aussi à démonter les mécanismes de la crise de longue durée ou, du moins, des « difficultés » continues qui affectèrent l’économie de Barcelone entre 980 et 1462 ; voir en particulier les pp. 655-850 du t. II.

19 C’est à la seconde édition de cet ouvrage, parue en 1972, beaucoup plus volumineuse et plus complète que la première, que nous renvoyons dans la présente étude.

20 M. Del Treppo, I mercanti catalant e l’espansione della Corana d’Aragona nel secolo XV, pp. 582-590.

21 Parmi les tenants du déclin, voir notamment C. Batlle i Gallart, La crisis social y económica de Barcelona a mediados del siglo XV, et J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media. Ce dernier ouvrage insiste particulièrement sur le déclin du commerce avec le Levant, notamment à la suite des destructions opérées par Tamerlan à Damas (pp. 28-29), ou à propos du négoce des épices (p. 52) ou encore du rôle effacé tenu par les marchands dans ce trafic (pp. 82-83). Du côté des tenants de la thèse de M. Del Treppo, voir en particulier, parmi la série de conférences publiées dans Federico Udina i Martorell (dir.), La mutación de la segunda mitad del siglo XIV en España, Madrid, CSIC, coll. « Anejos de la revista Hispania » (8), 1977, celle de J. E. Ruiz Doménec, au titre significatif : « La crisis económica de la Corona de Aragón. ¿Realidad o ficción historiográfica ? », ou encore (pp. 257-247) celle de Charles-Emmanuel Dufourcq, « Que fut la seconde moitié du XIVe siècle ? Comment l’étudier ? », qui s’efforce de relativiser la notion de crise au cours de la période considérée. Enfin, les synthèses récentes parues dans les grandes collections d’histoire de Barcelone et de la Catalogne montrent bien que le débat reste ouvert ; voir C. Batlle i Gallart (coord.), L’expansió baixmedieval, pp. 301-308 : « La discutida situació del comerç » ; également, C. Batlle i Gallart et alii, La ciutat consolidada, pp. 211-212, où l’argumentation de M. Del Treppo paraît toutefois quelque peu simplifiée, faisant ainsi une plus large place à la thèse du déclin ; et enfin, G. Feliu i Montfort, « El comercio catalan con Oriente », p. 697.

22 Rappelons brièvement que cette expression désigne les différents domaines qui, bien que réunis par les rois d’Aragon, demeurèrent juridiquement et linguistiquement distincts les uns des autres ; les quatre principaux étaient au milieu du XIIIe siècle le royaume d’Aragon proprement dit, l’ensemble des comtés catalans — dominés par le comté de Barcelone —, le royaume de Valence et enfin celui de Majorque. L’épisode des Vêpres siciliennes vint ajouter la Sicile à cet ensemble, puis la Sardaigne à partir de 1324.

23 La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV.

24 M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV, pp. 172-173 et 852.

25 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, t. II, pp. 648 et 951.

26 Rappelons brièvement que ce terme désigne des esclaves militaires qui s’étaient emparés du pouvoir en Égypte en 1250, puis en Syrie dix ans plus tard. Ils obéissaient à un sultan issu de leurs rangs, installé au Caire. Voir à leur sujet les articles de David Ayalon, « Mamlûk », et de Peter M. Holt, « Mamlûks », dans l’Encyclopédie de l’Islam, t. VI, 1986 ; J.-Cl. Garcin, « Le Proche-Orient à l’époque mamluke », pp. lxxxvi-lxxxvii, et la bibliographie indiquée dans ces travaux.

27 On en trouvera une excellente analyse dans J.-Cl. Garcin, « La “méditerranéisation” de l’empire mamlouk sous les sultans bahrides » ; voir en particulier les pp. 115-116, et dans Id., « Transport des épices et espace égyptien entre le XIe et le XVe siècle », pp. 311-312.

28 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, t. II, pp. 439-440 ; S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, pp. 27-29.

29 Voir Subhi Y. Labib, « Kārimī », dans l’Encyclopédie de l’Islam, t. IV (1973) et les nombreux travaux consacrés à ces marchands, cités en référence dans cet article.

30 Voir infra, pp. 27-28.

31 Voir également infra, pp. 29 et 169.

32 À. Masià i de Ros, La Corona de Aragón y los Estados del Norte África aborde les relations de la couronne d’Aragon avec l’ensemble de l’Afrique du Nord, Égypte comprise, entre 1291 et 1336, à partir des sources issues de la Chancellerie royale ; pour sa part, F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, t. II, analyse la présence catalane au Levant à partir du XIIIe siècle et jusqu’en 1327, sur la base de documents publiés ; enfin, l’article de J. Trenchs Odena, « “De Alexandrinis” » a exploré le thème du commerce prohibé avec l’Égypte et la Syrie à parti r des archives du Vatican,

33 Voir à ce sujet les recherches menées dans le cadre du GDR 927 « État et colonisation au Moyen Âge » sous la direction de Michel Balard et d’Alain Ducellier, qui ont donné lieu à trois colloques internationaux : M. Balard (éd.), État et colonisation au Moyen Âge et à la Renaissance ; M. Balard et A. Ducellier (dir.), Coloniser au Moyen Âge ; Michel Balard et Alain Ducellier (dir.), Le partage du monde. Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale. Actes du IIIe congrès sur la colonisation médiévale, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Byzantina Sorbonensia » (17).

34 C’est la thèse principale défendue par cet auteur dans Levant Trade in the Later Middle Ages.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search