Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nec plus ultra

 | 
Gwladys Bernard

Résumés

Résumé

Texte intégral

1Cet ouvrage est une réflexion sur l’intégration politique des confins extrêmes-occidentaux de la Méditerranée dans l’empire romain, de la deuxième guerre punique (218 av. J.-C.) au règne de Dioclétien (305 apr. J.-C.). Il s’agit de réfléchir aux évolutions d’une aire géographique particulière au cours des siècles de son appartenance à l’espace romain, entre l’incursion politique de Rome en Extrême Occident à l’occasion du deuxième conflit contre Carthage et la réorganisation administrative de ces territoires lors de la Tétrarchie. L’étude de la Méditerranée extrême-occidentale et de son entrée progressive dans l’empire permet de questionner et de mieux cerner la nature du pouvoir de Rome, comme le fonctionnement administratif et militaire de ces espaces de confins. De simples zones d’influence à la constitution de provinces intégrées dans un vaste ensemble, la réalité politique des territoires situés en Extrême Occident a profondément évolué. Pour comprendre la structure d’un empire et du pouvoir impérial, une réflexion sur ses marges, sur les frontières qu’il se fixe et défend, est aussi nécessaire qu’une étude de son centre.

2D’après l’étymologie traditionnelle, l’expression latine nec plus ultra, littéralement « et pas au-delà », aurait orné les colonnes élevées par Héraclès sur les rives du détroit de Gibraltar pour marquer les limites de la domination humaine. L’entourage de Charles Quint, soucieux d’étayer la politique impériale et de célébrer la grandeur du monarque, aurait forgé cette expression en reprenant le mythe géographique de la création des colonnes d’Héraclès. La devise du souverain, le conquérant du monde atlantique, devint donc le fameux Plus oultre ou Plus ultra. Ce choix marquait le dépassement symbolique de l’aïeul mythologique et fondait la grandeur de l’Empire espagnol, héritier direct de l’empire romain. Cette revendication d’un héritage impérial montre la prégnance idéologique de l’Imperium romanum comme la réappropriation par les Espagnols des fantasmes attachés à l’Extrême Occident, terres de confins devenues à la Renaissance centre d’un nouvel empire.

3Outre l’aspect de repère symbolique clé, les espaces ibériques et maurétaniens, qui sont des zones de passage entre deux mers et deux continents, entretiennent des liaisons commerciales et humaines intenses depuis leur colonisation par des populations phéniciennes au viiie siècle avant notre ère. Le protohistorien Miquel Tarradell a défini en 1959 le détroit de Gibraltar aux époques phénicienne et punique non pas comme une frontière entre deux mers et deux continents, mais comme un pont. Des échanges commerciaux, humains, des influences culturelles ont certes existé tout au long de l’Antiquité entre le Sud de la péninsule Ibérique et l’Ouest du Maghreb : certaines de leurs manifestations ont été mises en évidence, d’autres ont été révisées, voire abandonnées. Mais qu’en est-il des relations politiques entre ces espaces ibériques et maurétaniens : sous quelles formes existent-elles à l’aube de l’entrée dans le monde romain ? Le détroit de Gibraltar représente-t-il une limite à la construction impériale ?

4L’une des problématiques centrales de cette étude est donc une réflexion sur la gestion commune d’espaces séparés par une discontinuité géographique : comment imposer et maintenir une même autorité sur deux continents, deux mers et une dizaine de peuples différents ? Pendant les deux derniers siècles de la République et les trois premiers du Principat alternent des phases d’organisation commune de structures parallèles entre les deux rives du détroit de Gibraltar et des périodes où chaque espace revendique des liens directs avec la puissance romaine. L’autre facette de cette problématique est la question de la représentation des confins méditerranéens que sont l’Hispanie et l’Afrique mineure pour les Grecs et les Romains. L’idée de nec plus ultra qui s’impose peu à peu au niveau du détroit de Gibraltar n’est pas une interdiction lancée aux marins : c’est une déclaration politique de Rome qui affirme ainsi contrôler l’extrémité du monde.

5Cependant, les Romains ne se sont pas contentés de représenter le détroit : ils l’ont conquis. Si les réflexions actuelles sur l’histoire méditerranéenne, marquées du sceau de la « connectivité », sont essentiellement tournées vers l’histoire sociale et économique, l’anthropologie ou l’histoire religieuse, le propos de ce livre est la construction impériale et le rôle qu’ont pu y jouer des espaces de marges. Cet ouvrage est centré sur la « face obscure » de la connectivité, sur la domination, l’appropriation et la gestion de la part la plus occidentale de la Méditerranée. L’étude s’attachera à montrer les étapes d’une conquête qui n’était au départ ni évidente, ni nécessaire. Les jeux d’alliances stratégiques avec les royaumes maurétaniens et les cités de l’Extrême Occident, les solidarités politiques et les besoins tactiques ont présidé à ce mouvement d’extension impériale vers l’Atlantique, qui commence au cours de la deuxième guerre punique et s’achève seulement sous Claude. Des modes de gestion militaire et administrative s’imposent ensuite au gré des circonstances locales, de façon pragmatique, sans plan général ou solutions prédéfinies. Contrairement à une certaine vision des Maurétanies développée à l’époque coloniale, les régions d’Extrême Occident ne sont pas nécessairement sujettes à des difficultés militaires aussi cruciales que dans d’autres zones de confins, même si la présence militaire et les expéditions y restent importantes au cours des premiers siècles du Principat. Cette intégration de l’Extrême Occident dans la construction impériale s’achève avec la création du diocèse des Espagnes à l’époque tétrarchique. Ce diocèse, qui regroupe la Maurétanie tingitane et les provinces hispaniques, est la première organisation administrative véritablement « transfrétane », qui vient consacrer une situation de fait, à savoir la circulation du pouvoir impérial entre les deux rives de la Méditerranée.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540