Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nec plus ultra

 | 
Gwladys Bernard

Conclusion

La fin des mythes et la fermeture du cercle ?

Texte intégral

1C’est une approche essentiellement pragmatique qui a prévalu dans cet ouvrage : l’objectif était de comprendre ce que signifiait pour les Anciens cet Extrême Occident en tant qu’espace à conquérir, maîtriser, ordonner, quelles limites lui donner pour mieux dominer les deux rives de la Méditerranée. Cette démarche s’est nourrie d’abord grâce à l’étude directe des sources, qu’elles soient littéraires, épigraphiques ou numismatiques : cette approche classique de « retour aux sources », qui pourrait revêtir un caractère rébarbatif ou décevant, est en fait essentielle, car elle est le seul moyen pour limiter la prolifération de mythes historiographiques, tels que les « troubles maures » sous Antonin le Pieux ou les « invasions maures » de la Bétique sous Marc Aurèle. Écrire l’histoire des territoires extrêmes-occidentaux est en effet encore semé de chausse-trapes idéologiques ; recourir avant tout aux sources permet d’en éviter quelques-unes.

2Cet espace de l’Extrême Occident n’est pas un donné ou un héritage, mais un construit permanent : le détroit des colonnes s’est progressivement modelé à partir de perceptions et d’actions des pouvoirs impériaux et locaux. Certes, la discontinuité géographique que constitue le détroit de Gadès n’a jamais échappé aux cosmographes et historiens de l’Antiquité. Mais cette discontinuité, minimisée dès l’emploi du terme fretum qui souligne l’étroitesse de la séparation, n’a jamais constitué une limite à la réflexion et surtout à l’action politique de Rome. Inspirée par l’héritage d’Hannibal et les visions de Scipion, la conception de ces espaces que la puissance romaine a élaborée aux deux derniers siècles avant notre ère est marquée du sceau de la solidarité, du fonctionnement conjoint des deux rives du détroit. Cette idée de profonde solidarité entre l’Hispanie méridionale et l’Ouest de l’Afrique du Nord s’explique bien sûr par la proximité morphologique entre les continents, un trait qui n’a pas échappé aux géographes de l’Antiquité. Cette région de « bout du monde » des mythes anciens présente la particularité d’être unie dans ses composantes : les deux colonnes d’Héraclès, les deux cités phéniciennes de Gadès et Lixus sont, dans l’imaginaire antique, des repères proches et indissociables. Le fretum Gaditanum est à la fois un pont entre l’Europe et l’Afrique, comme un canal entre la Méditerranée et l’Atlantique : cette proximité de la Maurétanie et de la péninsule Ibérique avec l’Océan extérieur renforce encore les liens entre ces régions dans l’imaginaire collectif romain. Si, localement, les cités sont indépendantes et les territoires offrent d’évidentes disparités, Rome voit ces espaces comme un tout, sans que ces différences régionales soient réellement considérées en profondeur par le pouvoir romain. L’influence de mêmes figures de pouvoir, comme les Balbi ou Juba II, la présence de patrons communs dans cette région renforcent encore cette impression romaine de communauté spatiale.

3Ce caractère de « double charnière » du détroit de Gibraltar explique la connivence stratégique tissée entre ses différents espaces. Pour remporter des victoires militaires comme politiques en Extrême Occident, Rome a privilégié une approche globale des territoires ibériques et maurétaniens. Scipion, en inversant simplement la tactique d’alliance et de conquête conduite par Hannibal, avait pressenti cette nécessité d’atteindre l’Afrique depuis l’Hispanie méridionale fraîchement conquise. Plus tard, l’épopée sertorienne montre qu’il est possible de mettre en danger des armées pourtant fermement établies en péninsule Ibérique en se servant des ressources militaires de la rive méridionale de la Méditerranée. Ces jeux de prises de position et d’alliances destinées à conquérir l’autre « versant » de l’Extrême Occident culminent lors des guerres civiles du ier siècle, où chaque camp essaie tour à tour d’envahir l’Afrique en partant de l’Europe et vice versa. Cette complexité est encore augmentée par la fragmentation politique des royaumes d’Afrique du Nord et par le caractère encore incomplet de la conquête de la péninsule Ibérique. Cet écheveau se résout peu à peu sous le règne d’Octavien-Auguste, qui réorganise militairement et administrativement les espaces du détroit de Gibraltar, de façon conjointe et même concertée avec certains partenaires locaux, comme les Balbi de Gadès ou le roi Juba II de Maurétanie. L’Hispanie méridionale et la Maurétanie, jusqu’à la conquête de 40 apr. J.-C., sont envisagées sous un horizon stratégique et administratif commun. L’annexion et la création des provinces maurétaniennes constituent un tournant dans cette politique : si désormais les Maurétanies sont des provinces fractionnées bénéficiant d’une administration romaine propre et surtout d’importantes forces auxiliaires, l’armée de Maurétanie tingitane a été largement constituée à partir d’éléments originaires ou provenant de péninsule Ibérique.

4De la fin du ier siècle de notre ère jusqu’au règne de Dioclétien, les Maurétanies et la Bétique semblent évoluer dans des sphères administratives et militaires différentes, avec des personnels, des armées, des fonctionnements distincts. Une pause évidente s’observe pendant un peu moins de deux siècles dans les relations administratives et militaires interprovinciales. Cependant, la réponse commune à certains épisodes, comme les incursions maures des années 170, ou le maintien de pratiques et d’habitudes similaires dans les cités ibériques et maurétaniennes montrent que la disjonction politique entre les espaces du détroit n’est pas totale. L’ancienne habitude de considérer ensemble les deux rives de la Méditerranée reparaît d’ailleurs à la toute fin du iiie siècle, lors de la constitution progressive du diocèse des Espagnes, dont la Maurétanie tingitane fait partie. On a montré combien cette réforme administrative s’inscrivait dans la continuité des époques précédentes : la Tétrarchie essaie, non pas de bouleverser en profondeur les espaces, mais d’adapter de façon pragmatique leur organisation aux nouvelles conditions issues du iiie siècle. L’Extrême Occident, loin d’être cette périphérie largement abandonnée aux raids barbares quelquefois représentée dans la littérature de la Méditerranée centrale ou orientale, reste contrôlé par une administration active et une armée présente.

  • 1 Lassère, 2015.
  • 2 Gózalbes, 2001, pp. 69-70. Ce terme de Transfretana est même devenu le titre de la revue de l’inst (...)
  • 3 « Ac per omnes Hispanias sex nunc sunt prouinciae : Tarraconensis, Carthaginiensis, Lusitania, Gal (...)
  • 4 « Tingitana, trans fretum quod a Oceano infusum terras intrat mittitur inter Calpem et Abinam » (« (...)
  • 5 « Hispania habet prouincias sex […] et trans freta in regione Africae Tingitaniam » (« L’Hispanie (...)
  • 6 Gózalbes, 2001, pp. 73-75.

5Que ces relations interprovinciales et ces liens avec Rome soient intenses, comme aux deux premiers siècles avant notre ère jusqu’aux années 70 après J.-C., ou plus distants par la suite, cette géopolitique de l’Extrême Occident reste marquée par un grand pragmatisme romain : une fois passé les considérations des poètes sur la mainmise de Rome jusqu’aux limites occidentales de l’œkoumène, les Romains sont essentiellement guidés par un souci d’efficacité administrative et militaire dans l’organisation des territoires de l’Extrême Occident. Conquérir et maintenir l’ordre, essentiellement par des troupes auxiliaires bien réparties mais en nombre relativement réduit, veiller à la rentrée régulière des impôts, avec le concours des autorités locales, garantir le bon fonctionnement de l’appareil judiciaire sont les principales dimensions de cette politique romaine ; le reste, c’est-à-dire l’essentiel, la vie politique et économique des collectivités, les pratiques culturelles, linguistiques, religieuses… sont laissées aux bons soins des cités. Il est pourtant intéressant de voir à quel point l’intervention de la puissance romaine est souvent pensée comme une domination centralisatrice, qui bouleverserait tous les anciens équilibres, comme une colonisation au sens contemporain du terme. En effet, cette appartenance à un horizon politique et stratégique commun des espaces du détroit de Gibraltar, plus ou moins accentuée selon les périodes et les angles d’étude, a souvent été biaisée, caricaturée et détournée pour fonder des discours opposés dans les termes, mais nés en fait des mêmes présupposés idéologiques. Les historiographies coloniales françaises et espagnoles ont tendu à faire de ces contacts stratégiques et administratifs entre les deux rives de la Méditerranée une justification et un modèle pour les entreprises expansionnistes contemporaines, celles-ci devenant à leur tour une grille de lecture des comportements et événements anciens. Pourtant, la cité de Rome crée certes des colonies en Afrique du Nord comme ailleurs dans le monde romain, mais elle ne colonise pas plus qu’elle ne « romanise » ces régions1. L’historiographie de la fin du xixe siècle a tenu à recréer fictivement dans l’Antiquité une domination des puissances européennes sur l’Afrique du Nord, afin de justifier les conquêtes coloniales en cours par un recours à un faux « modèle romain ». Certains historiens espagnols ont ainsi élaboré un concept d’union organique entre les espaces du détroit de Gibraltar nommée « Transfretana », qui plongerait ses racines au cœur de l’Antiquité classique2. Cette province d’« España Tingitana » ou « España Transfretana » aurait été créée en 69 apr. J.-C. comme une dépendance administrative du conuentus juridique de Gadès, sous l’autorité des gouverneurs d’Afrique pour les questions militaires. Cette interprétation libre des divisions de l’Hispanie romaine résulte d’un certain nombre de confusions et de réélaborations successives. La « Transfrétanie », ce prolongement ultramarin de l’Espagne sur les côtes africaines, vient d’une mésinterprétation d’épisodes historiques, comme les « cadeaux fiscaux » réalisés par Othon à la Bétique en 69, mais également d’une extension abusive aux périodes antérieures de la situation administrative du ive siècle. En effet, les mentions d’une province de Tingitane rattachée à la Diœcesis Hispaniarum mais située trans fretum, « au-delà du détroit », se trouvent dans des auteurs tardifs, tels que Rufus Festus, dans son Bréviaire écrit dans les années 360-3703, Polemius Silvius dans son Laterculus datant de l’époque théodosienne4, et enfin chez Isidore de Séville5, à l’origine de la tradition médiévale. La province de Transfrétanie antique n’a jamais existé : c’est la tradition médiévale qui utilisera le terme de Transfretana pour désigner les revendications puis les possessions espagnoles situées sur la rive méridionale de la Méditerranée, depuis les époques romaines et wisigothiques6. Le mythe est alors ancré : depuis l’Empire et jusqu’à l’invasion arabe de 711, l’Espagne, héritière directe de l’Hispania romaine, contrôlait administrativement et militairement le « pays des Maures ».

  • 7 CIL, VIII, 21813 = ILS, 6872 ; IAM, 2, 6. Dernière édition : Christol, 1985, pp. 146-147 = AE, 198 (...)
  • 8 Héron de Villefosse, 1887, pp. 282-287.
  • 9 Albertini, 1923, p. 116, n. 2.
  • 10 Arce, 2005, p. 346.
  • 11 Romanelli, 1959, p. 268.
  • 12 Desanges, 1960, pp. 437-441.
  • 13 Sur la Mauretania Caesariensis Citerior par rapport à une Vlterior ou Extuma, voir Pline l’Ancien, (...)

6L’influence de cette théorie « transfrétane » a même contaminé la lecture de certains documents épigraphiques, comme celle d’un hommage public fragmentaire accordé par la cité de Tanger qui mentionnait la « prouinciae no[uae Mauretaniae] / Vlterioris Tin[gitanae]7 ». Héron de Villefosse a été l’un des premiers à voir dans cette Mauretania Tingitana Vlterior le pendant d’une hypothétique « prouincia uetus Hispania ulterior Baetica8 » : selon lui, Marc Aurèle, pour faire face aux fameuses invasions maures, aurait un temps réuni la Maurétanie tingitane à la Bétique en nommant un gouverneur de rang sénatorial doté de troupes légionnaires pour rétablir la situation militaire. Eugène Albertini avait également repris cette hypothèse9, encore suivie dans des travaux récents10. En fait, les études menées notamment par Pietro Romanelli11 et Jehan Desanges12 sur cette inscription ont permis de montrer que cette province noua Vlterior Tingitana est en fait appelée ainsi en opposition à la Césarienne13. Cette inscription daterait probablement des premiers temps de l’annexion, dans une période où le nom de la province est encore fluctuant. La Bétique, province déjà « ultérieure » par rapport à la Tarraconaise, ne pouvait devenir citerior en opposition à la Tingitane ; en outre, les qualificatifs ulterior et citerior sont bien entendu utilisés pour distinguer des provinces de même nom.

7Depuis sa création en 42 jusqu’à la formation du diocèse des Espagnes à la fin du iiie siècle et au début du ive, la Maurétanie tingitane reste une province indépendante, qui n’est pas une Transfrétanie, une « possession ultramarine espagnole » comme une partie de l’historiographie espagnole et française de la fin du xixe siècle, voire du début du xxe, aimait à le voir. Le concept d’« Espagne transfrétane » est essentiellement né des aspirations coloniales modernes et contemporaines. À aucun moment de l’Antiquité, les rapprochements militaires ou administratifs entre les espaces ibériques et maurétaniens ne sont allés vers une soumission de type colonial de la Maurétanie à l’Hispanie. Si des solidarités stratégiques ont pu s’établir de part et d’autre des rives du détroit de Gibraltar, ces liens n’ont jamais été à sens strictement unique. Certes, les colonies maurétaniennes ont été rattachées à la province de Bétique, voire d’Hispanie citérieure entre 25 av. J.-C. et 42 apr. J.-C. ; cependant, trois siècles plus tard, Tanger est susceptible de jouer le rôle de résidence du représentant des préfets du prétoire pour l’ensemble qui constituera par la suite le diocèse des Espagnes. Si la première armée de conquête de Maurétanie tingitane est issue de troupes souvent levées ou passées par la péninsule Ibérique, lors des incursions maures de 177, ce sont les troupes maurétaniennes qui interviennent en Bétique sous la direction de leur procurateur pour rétablir le calme.

  • 14 Actas del I Came, 1954, p. 18.
  • 15 Voir les travaux de numismatique accomplis à Tétouan dans les années 1940, cités au chap. iii de c (...)

8D’où viennent ces mythes historiographiques qui font à la fois de l’Afrique du Nord une projection coloniale de Rome et de l’Hispanie, comme une terre de troubles et d’invasions, qui semblent préfigurer le danger mauresque ? La Maurétanie tingitane n’a jamais été au cours de son histoire un simple appendice trans fretum de l’Hispanie méridionale, mais cette vision caricaturale de la synergie qui a pu exister entre ces deux provinces de l’Extrême Occident a appuyé les revendications contemporaines de l’Espagne sur le Maroc. Il convient de se pencher finalement sur la genèse de notre historiographie européenne : dès l’introduction, les principaux ouvrages et courants historiographiques récents ont été indiqués au lecteur, mais, maintenant que les mythes ont été analysés, il faut tenter de cerner les conditions de leur naissance. Les premiers archéologues espagnols ont commencé à travailler dans le Nord du Maroc dès 1921, en pleine guerre du Rif. Le délégué aux affaires culturelles du Haut Commissariat espagnol au Maroc, dans son discours d’introduction au Primer Congreso Arqueológico del Marruecos español tenu à Tétouan en 1953, rappelait d’ailleurs que ces « pionniers avaient dû troquer à plusieurs reprises la pioche contre le fusil14 »… Le Maroc, berceau en 1936 du coup d’État de Franco et du Movimiento Nacional, devient dans l’idéologie franquiste le lieu de naissance de la régénération de l’Espagne. L’archéologie, et notamment l’archéologie romaine, bénéficie de toute l’attention du nouveau régime, sensible à toute découverte pouvant exalter le passé de l’Hispania et de son prolongement transfrétan. L’instituto General Franco à Tétouan, même au début des années 1940 où les conditions économiques sont extrêmement rudes en Espagne, finance les publications scientifiques15, dont l’arrière-plan idéologique reste celui d’un « destin commun » de l’Espagne et du Maroc. Ces destinées partagées auraient existé de toute éternité et auraient justifié la présence des Espagnols en Afrique.

  • 16 Sur ces liens entre archéologie, nationalisme et colonialisme, voir notamment les travaux de Díaz- (...)
  • 17 Boissier, 1895, p. 2.
  • 18 Cagnat, 1912.
  • 19 Carcopino, 1943.
  • 20 Ibid., p. 9.

9L’archéologie française de l’entre-deux-guerres fut également loin d’être en reste sur ces questions. L’expansion « civilisatrice » de Rome en Afrique inspirait la vision messianique de certains universitaires de la IIIe République : de la même façon que les Romains avaient apporté la paix, construit des routes, des cités, des aqueducs en Afrique du Nord, les Français se devaient d’étendre à leur tour les lumières de la « civilisation » au Maroc, en Algérie, en Tunisie. Les historiens français ont longtemps établi des parallèles, conscients ou non, niés ou assumés, entre la conquête romaine de l’Afrique du Nord et la colonisation du Maghreb. La découverte de vestiges romains toujours plus nombreux en Afrique du Nord semblait justifier pleinement l’entreprise coloniale. L’histoire de l’occupation romaine de ces territoires africains revêtait une utilité immédiate, car elle était envisagée comme un modèle à comprendre et éventuellement à imiter16. En 1895, les propos liminaires de L’Afrique romaine de Gaston Boissier illustrent parfaitement ce lien revendiqué entre passé et présent : « Nous ne sommes pas les premiers qui soient venus des contrées du Nord s’établir en Afrique ; nous avons eu, sur cette terre, des prédécesseurs illustres qui l’ont conquise, comme nous l’avons fait, et l’ont gouvernée avec gloire pendant plus de cinq siècles17. » Ces visées pratiques, cette volonté de tirer les leçons du passé romain orientaient nécessairement la recherche historique, qui s’est d’abord consacrée à l’histoire militaire ou civique des territoires africains. Un des exemples de cette historiographie est la somme remarquable de l’épigraphiste René Cagnat sur l’armée romaine d’Afrique, ouvrage que l’auteur, en 1912, dédiait à l’armée française d’Afrique18. La colonisation n’oriente pas seulement les thèmes de recherche et les interrogations des chercheurs, mais également leur conception de la présence romaine au Maghreb. Pour les historiens de la fin du xixe et du début du xxe siècle, ce sont la pacification et l’urbanisation qui auraient été les enjeux principaux de la politique romaine en Afrique du Nord. En effet, les Romains auraient apparemment rencontré nombre de révoltes en Afrique à la fin de la République et pendant les trois siècles du Haut-Empire. Cette vision de l’implantation romaine en Afrique du Nord, entre mission civilisatrice et nécessaire répression de Maures et Numides insoumis, transparaît notamment dans un des ouvrages fondateurs pour cette étude et là aussi fréquemment cité : il s’agit du Maroc antique de Jérôme Carcopino19. L’anachronisme « Maroc » présent dans le titre est déjà révélateur d’une certaine conception manifeste de la continuité étatique et historique de l’Afrique du Nord depuis l’Antiquité, qui serait vouée à constituer une province d’Empire. Si ce recueil d’études recèle une multitude de références précieuses et de remarques pertinentes, on ne peut faire abstraction de son contexte de réalisation, ni des objectifs qui ont explicitement guidé son auteur, et qui, malheureusement, ont eu tendance à fausser certaines de ses interprétations. Ce livre est en fait la réunion de divers mémoires écrits entre 1928 et 1940, au fur et à mesure des découvertes archéologiques de l’entre-deux-guerres. Cependant, la synthèse de ces travaux est effectuée au cœur même de la guerre, après le retrait de Carcopino du gouvernement de Vichy en avril 1942. Depuis son prieuré de La Ferté-sur-Aube, l’historien assiste à l’invasion de la zone libre le 11 novembre 1942 et au naufrage de la collaboration telle qu’il l’envisageait. Le Maroc antique est donc écrit dans une perspective consolatrice : quels que soient les malheurs traversés par la France, cet ouvrage témoigne de sa grandeur civilisatrice à l’œuvre dans le « Maroc antique », « inséparable » de l’Algérie voisine20. La dernière phrase de l’avant-propos est d’ailleurs on ne peut plus éloquente :

  • 21 Ibid., p. 12.

Ma tentative, sortie du labeur qu’entre les deux guerres nos compatriotes ont accompli au Maroc, aura au moins ce double mérite, dans les circonstances accablantes que traverse la France, de témoigner en faveur de son action civilisatrice et de provoquer, une fois de plus, l’admiration de ses enfants pour une terre privilégiée de son Empire21.

  • 22 « Résistance s’entend au moins de trois façons différentes : d’abord, dans le domaine militaire, c (...)
  • 23 Voir notamment le compte rendu sévère qu’en fit C. R. Whittaker ou encore la réaction de M. Euzenn (...)
  • 24 Thébert, 1978.
  • 25 Ibid., not. pp. 64-70.
  • 26 Lassère, 2015.
  • 27 Pour une mise en perspective et une réflexion sur l’intégralité de ce débat, voir la préface de Ch (...)

Avec la décolonisation et la crise algérienne, on pourrait croire que cette conception change du tout au tout dans la seconde moitié du xxe siècle. C’est effectivement en partie le cas, notamment dans les préoccupations des historiens, qui s’inscrivent désormais dans un champ beaucoup plus vaste que celui des seules préoccupations militaires. Cependant, les rapports entre l’occupation romaine de l’Afrique et les empires coloniaux modernes établis au Maghreb continuent de hanter les chercheurs, mais en creux en quelque sorte. En effet, l’attention de nombre d’africanistes dans les années 1960-1970 est retenue par les concepts de « déromanisation » ou de « résistance africaine à la romanisation », ces dernières étant définies par l’ouvrage éponyme de Marcel Bénabou notamment22. La question de cultes indigènes résistant à l’assimilation, l’étude de flambées de violence récurrentes contre une domination romaine globalement assez mal acceptée par les populations « berbères » reviennent fréquemment à l’arrière-plan de ces recherches réalisées dans le sillage de la crise algérienne. La thèse globalement brillante de Marcel Bénabou, un peu desservie par un titre provocateur, a été fréquemment caricaturée dans les deux sens et a suscité des réactions violentes chez certains scientifiques23. Toutefois, un stimulant débat scientifique s’est engagé à partir d’un article écrit par Yvon Thébert pour les Annales24 : ce texte, qui témoigne d’une connaissance intime de l’ouvrage de Marcel Bénabou, souligne « l’inversion du questionnaire » dont est victime l’historiographie post-colonialiste. Cette dernière, en renversant les points de vue de façon salutaire, aurait également péché en se livrant à un renversement quelque peu manichéen : supposer l’existence d’une résistance à la romanisation amène en effet à se représenter l’histoire de l’Afrique romaine comme un affrontement entre deux blocs, celui de la puissance romaine « dominante » et celui du monde « indigène » se rattachant à une « culture traditionnelle » pour préserver son identité25. Ce débat a laissé des traces chez tous les africanistes contemporains, comme en témoigne encore le livre-testament de Jean-Marie Lassère26. Cette vision, bien qu’elle soit beaucoup plus nuancée que notre trop rapide présentation, aboutit finalement à réintroduire le même genre de questionnements que ceux de l’époque coloniale : le Berbère est-il apte à la romanisation27 ?

  • 28 Le cas de Paul-Albert Février, appelé de 28 ans affecté à la garde d’un camp de prisonniers, est r (...)
  • 29 « En un mot, ils étaient des hommes de leur temps. Montrons-leur la même indulgence que celle que (...)
  • 30 Sur ce point, la bibliographie est abondante : voir notamment Marthelot, 1973 ; Kaddache, 1973 ; T (...)
  • 31 Ibid.
  • 32 Sur ces stéréotypes, et notamment leurs développements littéraires, voir Marx, 1995, pp. 62-66.
  • 33 Charvériat, 1889, p. 214.
  • 34 Thébert, 1978, p. 85, avait relevé ses clichés de « permanence » dans un article de H. G. Pflaum c (...)
  • 35 Pour une mise au point sur ce problème posé par l’historiographie post-coloniale, voir notamment S (...)

10En présentant en quelques mots ce passionnant débat, il ne faut pas le simplifier de façon excessive, mais il s’agit de montrer combien « l’esprit de l’époque » marquait également les auteurs de la période post-coloniale, quoiqu’ils en soient eux-mêmes les premiers conscients. La décolonisation venait de bouleverser des pays dans lesquels ils avaient, pour beaucoup d’entre eux, vécu et grandi28. L’expérience toute récente de la guerre d’Algérie, dans laquelle certains, comme Paul-Albert Février, avaient été directement engagés, ne pouvait pas être absente de leur réflexion historique, déjà au préalable lancée sur les thèmes de l’expansion impériale, du pouvoir et de la coexistence ou de la confrontation des cultures. Comme le soulignait avec humour Gabriel Camps, personne ne peut échapper au redoutable « esprit du temps », pas même les chercheurs les plus éclairés ni les plus conscients29. Il faut cependant essayer de distinguer et combattre ces biais d’interprétation qui nuisent profondément à la compréhension même des sources. Ainsi, sur les troubles réels ou supposés connus par les Maurétanies sous le règne d’Antonin le Pieux ou sur les incursions maures du règne de Marc Aurèle, il fallait séparer les sources directes de ces événements d’une part, les indices d’agitation d’autre part, et enfin les documents « exogènes », à écarter résolument du dossier. Ce tri a eu pour objectif d’éviter l’explication par « l’atavisme maure », facteur d’insécurité pour la puissance romaine, laquelle aurait été seulement attentive à conserver son emprise sur les espaces du détroit. En outre, sans tomber non plus dans le « jeu de disparition » à la Perec, il a été nécessaire d’écarter certains termes anachroniques ou marqués par les polémiques, par souci de prudence, mais aussi par désir de refléter au maximum le vocabulaire des auteurs anciens. Ainsi, je n’ai pas utilisé le nom de Berbère, d’abord parce que ce terme n’apparaît qu’à l’époque de l’invasion arabe et regroupe sans distinction des réalités fort différentes, mais aussi parce qu’il a été chargé d’autres significations aux époques coloniales et post-coloniales30. Le Berbère, un terme popularisé à la fin du xixe siècle pour distinguer les populations d’Afrique du Nord et tenter de lutter contre l’idée d’un Maghreb uni par son passé arabe31, est fondamentalement associé à une « permanence », un immobilisme culturel qui lui permettrait de survivre aux envahisseurs sans jamais perdre ses traditions, ainsi qu’à une résistance absolue à toute forme d’encadrement et d’autorité, une « indiscipline » tenace qui rend d’ailleurs tout apprentissage et toute amélioration impossibles32. Ces stéréotypes apparaissent sous la plume haineuse de « savants » coloniaux comme François Charvériat, qui en 1889 n’hésitait pas à écrire : « le Kabyle est de la race du chacal, qui paraît se résigner à la servitude mais ne s’apprivoise jamais33 ». Cette image de la permanence finit par se retrouver, sous une forme beaucoup plus angélique, chez de très respectables spécialistes34, voire chez les auteurs qui ont le plus contribué à lutter contre l’emprise de cette historiographie coloniale35.

  • 36 À cet égard, l’ouvrage de Rachet (1970) est assez révélateur de ce floruit de termes berbères ou a (...)
  • 37 Terme utilisé par Christol pour définir les choix de vocabulaire prudents, mais justifiés, de cert (...)

11Pour sortir de ce dualisme qui oppose une masse indigène berbère, rurale et montagnarde, aux colonisateurs romains urbanisés, organisés et tenant à imposer de force leur culture, il fallait écarter ces termes anachroniques et sémantiquement trop chargés comme celui de Berbère, et plus largement, tous ceux tels douars, bleds, spahis et autres aguellids qui fleurent plus l’Algérie coloniale que la Maurétanie antique36. Cette volonté de souligner de prétendues « permanences » en utilisant le même lexique ne facilite pas du tout la tâche à l’antiquisant, sans cesse obligé de s’interroger sur la pertinence de ces prétendues équivalences entre les termes contemporains et anciens. En outre, sous couvert de remettre à l’honneur « l’héritage africain », ce comparatisme repose en fait sur l’idée que les populations d’Afrique du Nord n’auraient pas ou peu connu d’évolutions depuis deux mille ans. J’ai donc préféré aux indigènes les populations locales, aux Berbères les Libyens, aux aguellids les rois ou princes de tribus. On pourra reprocher à ce choix sa « grisaille37 » ou quelquefois son manque de lisibilité immédiate. Cependant, cette optique ne vise pas seulement à éviter les polémiques, mais à dépasser les clichés anciens et à éviter les pièges des nouveaux nationalismes qui exaltent la supériorité des cultures « traditionnelles » et « préromaines ». Cette attitude n’est pas limitée à l’Afrique du Nord : en France ou en Espagne par exemple, les engouements pour les cultures « indigènes » (celtes, cantabres, astures…) amènent la même glorification de la permanence et la même revendication d’origines lointaines, celles de « nos ancêtres les Gaulois » (ou les Cantabres, les Berbères, etc.).

  • 38 Thébert, 1978, pp. 76-81.

12Au-delà de ces questions de vocabulaire, qui sont loin d’être un détail, cet ouvrage s’est penché sur des problèmes de construction impériale, de conquête et de gestion de l’espace, sans présenter ces affrontements comme des chocs de civilisations. Pour les périodes les plus anciennes et pour ce qui s’éloigne de la culture strictement matérielle, nous ne pouvons entendre essentiellement qu’une voix, celle qui s’exprime en latin ou en grec, et malheureusement pas encore celles qui parlent en néo-punique, en libyque ou en ibère… Enfin, la romanisation, concept commode mais souvent vain, ne se présente pas comme un écrasement de la culture dominée par celle du dominant. Comme le montre Thébert, Rome n’avait ni la volonté, ni les moyens de mener en Afrique une entreprise strictement coloniale avec une acculturation systématique et contrainte des populations locales38. Au contraire, au niveau des transformations culturelles ou religieuses notamment, ce sont les populations locales qui ont elles-mêmes choisi d’adopter ou non certaines pratiques romaines, à des rythmes et des degrés divers, en fonction de leurs évolutions propres et des intérêts qu’elles pouvaient trouver à cette adhésion.

  • 39 López Pardo, 1988 ; ou encore Cheddad, 2004.

13Puisque l’heure est venue de conclure, de « refermer le cercle », concernant les espaces du détroit de Gibraltar, comment tenter de définir et de qualifier en quelques mots l’action de Rome à l’Extrême Occident de son empire ? En s’efforçant de ne pas se limiter à la dialectique « dominant-dominé », cet ouvrage a cherché à montrer quelles relations pouvaient exister entre les mondes hispaniques et maurétaniens, certes via l’entremise romaine, mais sans rapport de sujétion de l’Afrique à la péninsule Ibérique ou vice versa. Au ier siècle de notre ère, les espaces du détroit de Gibraltar ont déjà été considérablement modifiés par les influences phéniciennes, puniques et gaditaines. La puissance romaine cherche à s’étendre symboliquement et politiquement sur ce finis terrae de l’œkoumène, mais elle ne bouleverse pas en profondeur les équilibres existants, elle les utilise au contraire pour tirer parti des territoires en n’optant pas toujours pour la confrontation directe, destructrice et inutile. Dans la conquête des Maurétanies, politiquement progressive, mais militairement rapide, Rome semble avoir tiré les leçons des deux siècles et demi de conquête de la péninsule Ibérique comme des révoltes africaines. Les cas des cités de Tanger, de Volubilis, où les élites locales profitent pleinement du ralliement sous condition à Rome, montrent parfois la réussite d’une politique de négociation et de coopération ; les opposants, qui ont dû certainement exister, n’ont pas laissé de traces aussi nettes dans les Maurétanies que dans d’autres endroits de l’empire. Les espaces du détroit de Gibraltar, situés au confluent des expériences ibères et africaines, incarnent une évolution significative dans les processus d’intégration à l’empire, dans l’évitement au maximum de l’affrontement direct au profit d’une intégration politique plus longue. Sans doute le fonds phénicien commun, l’urbanisation précoce, les échanges économiques forts et le passage de Carthage dans ces régions de l’Extrême Occident ont facilité l’implantation d’une nouvelle puissance, qui a plutôt cherché à tirer profit de ces relations préexistantes qu’à les détruire. Certes, comme l’ont souligné les punicisants ou les spécialistes de l’histoire républicaine, la puissance gaditaine semble pâlir, au point que le « cercle du Détroit » se désagrégerait sous l’Empire39. Cette vision oublie que ce « cercle », qui évoque de façon à la fois commode et plaisante des échanges harmonieux entre les deux rives du détroit de Gibraltar, est un modèle construit par les archéologues spécialistes des périodes antérieures à l’époque romaine, pas une réalité intangible ni même une représentation véhiculée par les auteurs anciens.

  • 40 Vanney, Ménanteau, 2004, p. 59.
  • 41 Voir carte 1.

14Ce « Cercle du Détroit », ce circuit continu de relations égalitaires, a tendance à lisser de façon trompeuse les différences qui existent pourtant entre les deux rives de la Méditerranée et, surtout, à isoler drastiquement le détroit de Gibraltar du reste du monde méditerranéen. Certes, ces espaces ibériques et maurétaniens ont une spécificité morphologique, humaine et politique mise en relief à maintes reprises. Le caractère de double charnière, de pont nord-sud et de connexion entre la Méditerranée et l’Atlantique du détroit de Gibraltar lui donne un faciès particulier, au point que certains géographes le qualifient de « parangon de tous les détroits40 ». Pour autant, cette image constante du « cercle » a un aspect gênant de fermeture : tout particuliers qu’ils soient, ces espaces ibériques et maurétaniens font partie de l’empire de Rome, et, à partir du ier siècle av. J.-C., ils ne peuvent pas être étudiés isolément du reste du monde romain. En outre, jusqu’où étendre ce cercle ? Le littoral ibérique est en communication constante avec les capitales provinciales situées plus au nord, avec le monde du Guadalquivir et même avec le Nord-Ouest de la péninsule, principal pourvoyeur de soldats à partir de la fin du ier siècle avant notre ère. La rive sud de la Méditerranée est, quant à elle, en liaison avec le monde atlantique, les riches plaines de l’intérieur, comme les autres colonies de la Maurétanie orientale, elles-mêmes étroitement unies aux cités situées « en face », de l’autre côté de la mer d’Alboran. Dans la représentation choisie, le cercle est donc davantage une ellipse, ses contours évoluent constamment au gré des époques, mais aussi des débats41.

15En outre, les relations qui se sont tissées au cours des époques ne sont pas forcément des échanges circulaires. En effet, les deux rives de la Méditerranée, si elles sont en contact quasi constant, ne s’apportent pas mutuellement les mêmes produits ni les mêmes pratiques. Il n’y a pas nécessairement don et contre-don immédiat, ni traces d’échanges systématiques et égalitaires entre les espaces ibériques et maurétaniens. Il s’agit en fait plus de mouvements de balancier, d’apports d’une rive à l’autre qui, finalement, parviennent à se répondre, mais quelquefois avec un siècle d’écart. Quoi qu’il en coûte d’abandonner une image agréablement simple et politiquement sympathique, cet ouvrage propose de sortir du Cercle du Détroit, afin d’en rester à celle de croisée des chemins nord-sud et est-ouest si tant est qu’il faille absolument un paradigme explicatif. Que le détroit soit vu comme un pont, une porte, une frontière, un théâtre, une charnière, chacun de ces termes approche et en même temps éloigne de la réalité mouvante qu’il cherche à saisir, chacun de ces termes rend perceptible une vision d’ensemble, tout en écrasant, en réduisant la complexité de ses détails. Plutôt que s’escrimer en vain à trouver un qualificatif idéal et ramassé qui immédiatement serait à nuancer, on conclura en rappelant que les espaces du détroit de Gibraltar, pourtant au départ morcelés sur les plans géographique, humain et politique, sont presque constamment envisagés et gérés de concert par la puissance romaine. Rome semble avoir fait le choix, non pas d’ignorer les contraintes induites par cette fragmentation, mais de privilégier les relations et les parallèles déjà développés par les populations locales pour s’établir fermement en Extrême Occident, si lointain et exotique dans les représentations littéraires et en même temps si proche politiquement et économiquement de l’Italie.

Notes

1 Lassère, 2015.

2 Gózalbes, 2001, pp. 69-70. Ce terme de Transfretana est même devenu le titre de la revue de l’institut d’études de Ceuta, enclave espagnole au cœur du Maroc, dont l’existence n’est justifiée que par le rattachement historique à l’Espagne. L’archéologie est l’un des moyens de l’ancienne Septem Fratres pour asseoir son statut particulier, âprement remis en question aujourd’hui.

3 « Ac per omnes Hispanias sex nunc sunt prouinciae : Tarraconensis, Carthaginiensis, Lusitania, Gallaecia, Baetica. Trans fretum etiam in solo terrae Africae, prouincia Hispaniarum est, quae Tingitanica Mauretania cognominatur » (« Dans toutes les Espagnes, il y a à présent six provinces : la Tarraconaise, la Carthaginoise, la Lusitanie, la Galice, la Bétique ; au-delà du détroit, sur le sol de la terre d’Afrique, il y a une province qui appartient aux Espagnes, qui est appelée la Maurétanie tingitanique » [Rufus Festus, V]).

4 « Tingitana, trans fretum quod a Oceano infusum terras intrat mittitur inter Calpem et Abinam » (« La Tingitane est laissée de l’autre côté du détroit qui, débouchant de l’Océan, pénètre les terres entre Calpe et Abina » [Polemius Silvius, Laterculus, 4, 46]).

5 « Hispania habet prouincias sex […] et trans freta in regione Africae Tingitaniam » (« L’Hispanie a six provinces, plus, au-delà du détroit, la Tingitane sur le continent africain » [Isidore de Séville, Étymologies, XIV, 4, 29 ; trad. Sepvak, 2011]). Au début du viie siècle, la Maurétanie tingitane n’est plus sous contrôle de l’Espagne wisigothique, mais des Byzantins. L’évêque de Séville reproduit les listes datant des débuts du ive siècle.

6 Gózalbes, 2001, pp. 73-75.

7 CIL, VIII, 21813 = ILS, 6872 ; IAM, 2, 6. Dernière édition : Christol, 1985, pp. 146-147 = AE, 1985, 989.

8 Héron de Villefosse, 1887, pp. 282-287.

9 Albertini, 1923, p. 116, n. 2.

10 Arce, 2005, p. 346.

11 Romanelli, 1959, p. 268.

12 Desanges, 1960, pp. 437-441.

13 Sur la Mauretania Caesariensis Citerior par rapport à une Vlterior ou Extuma, voir Pline l’Ancien, XIII, 95 ; V, 19, 1 ; voir aussi les équivalents grecs dans Strabon, XVII, 3, 4 ; Dion Cassius, LXXVI, 13, 5. Voir également Desanges, 1980, p. 153.

14 Actas del I Came, 1954, p. 18.

15 Voir les travaux de numismatique accomplis à Tétouan dans les années 1940, cités au chap. iii de cet ouvrage, à propos du cas du monnayage de Tanger.

16 Sur ces liens entre archéologie, nationalisme et colonialisme, voir notamment les travaux de Díaz-Andreu, 2007 ; Habu et alii, 2008. En France, voir sur le cas tunisien Gutron, 2010.

17 Boissier, 1895, p. 2.

18 Cagnat, 1912.

19 Carcopino, 1943.

20 Ibid., p. 9.

21 Ibid., p. 12.

22 « Résistance s’entend au moins de trois façons différentes : d’abord, dans le domaine militaire, comme réaction de lutte dirigée contre une occupation étrangère ; puis dans le domaine politique comme force de conservation s’opposant à l’innovation et au mouvement ; enfin, dans le domaine psychologique, comme tentative de protéger une part de sa personnalité contre l’influence d’autrui. Ce faisceau de sens, que l’on pourrait sans doute encore nuancer et enrichir, nous a semblé apte à désigner un aspect fondamental des rapports de l’Afrique avec la civilisation romaine et susceptible de regrouper sous sa bannière les diverses manifestations du particularisme africain, dans tous les domaines » (Bénabou, 2005, p. 17).

23 Voir notamment le compte rendu sévère qu’en fit C. R. Whittaker ou encore la réaction de M. Euzennat dans son article sur les troubles des Maurétanies (Whittaker, 1978a ; Euzennat, 1984). Toutefois, notamment en matière religieuse, l’ouvrage de Bénabou a suscité un véritable engouement parmi certains chercheurs : Meriem Sebaï en a établi la liste (Sebaï, 2005, p. 41, n. 11) et a commenté leurs analyses.

24 Thébert, 1978.

25 Ibid., not. pp. 64-70.

26 Lassère, 2015.

27 Pour une mise en perspective et une réflexion sur l’intégralité de ce débat, voir la préface de Christol à la réédition récente de l’ouvrage de Bénabou (2005, pp. 5-20).

28 Le cas de Paul-Albert Février, appelé de 28 ans affecté à la garde d’un camp de prisonniers, est révélateur, car son expérience de la guerre de décolonisation marquera fortement sa carrière ultérieure, en plus de ses engagements politiques contre la torture notamment. Cette confrontation directe aux « événements » d’Algérie est profondément sensible à l’arrière-plan de ses écrits et de son appréciation de l’historiographie coloniale, notamment dans son Approches du Maghreb romain (Février, 1989-1990, pp. 2-14). Les lettres, cahiers et lectures de ses trois ans d’engagement dans la guerre d’Algérie ont été édités dans un ouvrage aussi poignant qu’essentiel pour comprendre la trajectoire de cet historien atypique : voir Guillon, 2006.

29 « En un mot, ils étaient des hommes de leur temps. Montrons-leur la même indulgence que celle que nous espérons de nos successeurs. Ceux-ci pourraient bien se gausser de nos tics tiers-mondistes, de nos présupposés anti-européens et surtout de notre vocabulaire abscons » (Camps, 1989, p. 158).

30 Sur ce point, la bibliographie est abondante : voir notamment Marthelot, 1973 ; Kaddache, 1973 ; Thébert, 1978, pp. 85-87.

31 Ibid.

32 Sur ces stéréotypes, et notamment leurs développements littéraires, voir Marx, 1995, pp. 62-66.

33 Charvériat, 1889, p. 214.

34 Thébert, 1978, p. 85, avait relevé ses clichés de « permanence » dans un article de H. G. Pflaum consacré à la romanisation de l’Afrique : Pflaum, 1972.

35 Pour une mise au point sur ce problème posé par l’historiographie post-coloniale, voir notamment Sebaï, 2005.

36 À cet égard, l’ouvrage de Rachet (1970) est assez révélateur de ce floruit de termes berbères ou arabes pour qualifier des réalités antérieures de deux mille ans.

37 Terme utilisé par Christol pour définir les choix de vocabulaire prudents, mais justifiés, de certains africanistes : voir sa préface de Bénabou, 2005, p. 14.

38 Thébert, 1978, pp. 76-81.

39 López Pardo, 1988 ; ou encore Cheddad, 2004.

40 Vanney, Ménanteau, 2004, p. 59.

41 Voir carte 1.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540