Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nec plus ultra

 | 
Gwladys Bernard

Chapitre IV

La Méditerranée extrême-occidentale dans la Pax romana

Texte intégral

  • 1 Les références seront détaillées dans la suite du chapitre, mais, sur la remise en cause de la pai (...)

1Jusqu’à la guerre civile de 69 et son dénouement immédiat, l’influence des provinces hispaniques dans la conquête et dans la création d’une première armée provinciale est essentielle dans la jeune Maurétanie tingitane. Si des statistiques précises sont impossibles à établir étant donné le caractère parcellaire des sources, on peut estimer que les trois quarts des unités engagées dans la première armée auxiliaire de Maurétanie tingitane viennent de péninsule Ibérique, que ces unités aient été levées dans le Nord-Ouest hispanique à l’époque de la pacification augustéenne, ou qu’elles soient originaires des Gaules, puis aient séjourné et procédé à des levées en Citérieure et en Lusitanie. L’influence stratégique de l’Hispanie citérieure se fait fortement sentir encore en 69, où le procurateur des Maurétanies est purement et simplement supprimé par le gouverneur d’Hispanie citérieure pour éviter une contagion favorable à Othon dans la péninsule Ibérique. Jusqu’à la fin du ier siècle apr. J.-C., la nouvelle province de Maurétanie tingitane peine à prendre son indépendance : le trop « étroit détroit » — pour reprendre les mots de Tacite — qui la sépare des provinces hispaniques, sans compter la force des liens administratifs et militaires anciens tissés dès la deuxième guerre punique expliquent cette dépendance stratégique qui semble durer jusqu’à l’époque antonine. Il faut déterminer à présent comment cette dépendance évolue dans les conditions de paix globale du iie siècle, la traditionnelle Pax romana de l’âge d’or des Antonins. Selon l’historiographie dominante dans la seconde moitié du xxe siècle, cette paix antonine aurait été cependant durablement remise en cause en Extrême Occident par les fameux troubles et invasions maures qui auraient agité les Maurétanies et même touché l’Hispanie dans les années 120 et 170 apr. J.-C.1. Yann Le Bohec résume ainsi la doxa en vigueur à propos des Maurétanies au iie siècle :

  • 2 Sur le problème suscité par l’emploi de ce terme contemporain et idéologiquement connoté pour l’An (...)
  • 3 Le Bohec, 2009, p. 2. Les « autels de la Paix » — cette désignation traditionnelle est abusive — n (...)

À partir de ce moment, les Maurétanies bénéficièrent de la paix romaine pendant près de deux siècles. Il est vrai que les Berbères2, dorénavant appelés Maures, provoquèrent une série de troubles ; des insurrections sont attestées tout au long du iie siècle. Mais, là encore, la question de l’ampleur de ces révoltes reste débattue. Les négociations se terminaient invariablement par un accord, que scellait l’érection d’un autel de la Paix, une abstraction divinisée3.

  • 4 Ibid., ainsi que nombre de travaux de René Rebuffat : Rebuffat, 1974, 1987a, 1998b et c.

2Quelques rares voix se sont élevées pour nuancer heureusement ces propos, rappelant que la « paix romaine » complète et universelle n’existe en fait nulle part dans l’espace impérial et que les épisodes d’activité militaire accrue que seraient pour l’Extrême Occident les règnes d’Antonin le Pieux ou de Marc Aurèle doivent être étudiés avec les précautions d’usage, étant donné la nature parcellaire des sources4.

3Avant de détailler précisément ces deux époques insurrectionnelles que seraient les années 120 et 170, il est nécessaire de dresser un bilan des forces romaines présentes en Maurétanie tingitane au début du iie siècle, afin de voir si elles ont connu une augmentation significative lors de ces « troubles » des règnes d’Antonin le Pieux ou de Marc Aurèle. D’autre part, il est essentiel de déterminer la provenance de ces troupes, afin de voir si les Maurétanies constituent des provinces périphériques toujours arrimées à leurs puissantes voisines ou si leurs armées sont désormais des forces organisées à part entière, capables de régler les conflits à l’échelle locale, mais aussi de participer à des expéditions lointaines.

I. — L’armée de Maurétanie tingitane et les provinces hispaniques à l’époque des « insurrections maures » sous le règne d’Antonin le Pieux

Effectifs auxiliaires en Maurétanie tingitane (100-150 apr. J.-C.) : une armée stable de « paix armée »

  • 5 Diplômes CIL, XVI, 56 (107 apr. J.-C.) ; RMD, 5, 377 (128-131 apr. J.-C.) ; AE, 2005, 1725 (128-13 (...)
  • 6 Romanelli, 1959, p. 329 ; Bénabou, 2005, pp. 119, 143.
  • 7 Spaul, 2000, p. 525.
  • 8 Euzennat, 1989a, pp. 62-68 pour Banasa, 240-274 pour le réseau de camps ceinturant Volubilis (dont (...)

4Pour comprendre si des troubles d’importance ont effectivement éclaté dans les années 120 apr. J.-C. en Maurétanie tingitane, il faut d’abord déterminer si de nouvelles troupes ont été envoyées renforcer la garnison provinciale. Et pour évaluer cette potentielle augmentation, il est d’abord nécessaire d’énumérer le plus précisément possible les effectifs avant ces supposés troubles. La Maurétanie tingitane est l’une des seules provinces de l’Empire où les évolutions des effectifs militaires peuvent être retracées avec une grande précision, étant donné le nombre important de diplômes militaires qui énumèrent les unités de la garnison provinciale. Ces diplômes sont des copies, faites sur deux plaques de bronze (d’où le nom de diplomata), des constitutions impériales qui libèrent les soldats auxiliaires ayant accompli honorablement leur temps de service. Ces documents non seulement constituent une preuve de congé honorable, mais surtout attestent de l’octroi de la citoyenneté romaine au bénéficiaire du diplôme ainsi qu’à sa famille et légitiment l’épouse comme les enfants éventuels du vétéran ainsi libéré de ses obligations militaires et en capacité de s’établir. Chaque diplôme donne la liste des unités stationnées dans la province où des soldats doivent être mis en congé honorable. À ce jour, cinquante-deux documents intégraux de ce type concernant l’armée de Maurétanie tingitane ont été retrouvés, dont trente-quatre au Maroc même (tableau 10). À titre de comparaison, l’armée de Maurétanie césarienne n’est connue qu’à travers sept diplômes militaires5, alors que ses effectifs semblent équivalents en nombre à ceux de la province procuratorienne voisine. Comment expliquer une telle abondance de diplômes pour la Maurétanie tingitane ? Il faut impérativement abandonner l’idée d’un lien entre libération d’auxiliaires et fin d’une période de troubles, idée qui a longtemps prévalu dans l’historiographie6. En effet, les soldats ne sont pas libérés car les besoins sont moindres, mais parce qu’ils ont accompli, voire dépassé leur temps de service. La comparaison avec la Maurétanie césarienne, qui aurait semble-t-il une histoire militaire plus mouvementée que sa voisine occidentale, infirme d’ailleurs cette relation proportionnelle entre l’émission de diplômes et les menaces endémiques de soulèvement. La Maurétanie tingitane étant une province procuratorienne, à l’armée constituée intégralement d’auxiliaires, les effectifs importants d’hommes susceptibles de se voir octroyer un tel diplôme à la fin de leur service — plus de 8 400 hommes stationnés pendant trois siècles7 — expliquent en partie ce grand nombre de diplômes émis pour cette armée provinciale. En outre, les trois provenances principales des diplômes retrouvés au Maroc, à savoir Volubilis, Banasa et Thamusida, sont des cités soit proches de camps pour les deux premières, soit édifiées à partir d’un établissement militaire pour la troisième8. Certes, aucun lien précis ne peut être strictement établi entre ces provenances majoritaires et les unités des bénéficiaires des diplômes, pour les rares cas où elles sont connues : les auxiliaires officiellement libérés par une constitution impériale n’allaient pas se fixer forcément dans la ville la plus proche de leur lieu de garnison. Cependant, les recherches archéologiques au Maroc ont permis de dégager des villes antiques à la population importante, situées non loin de lieux de cantonnement d’auxiliaires : la différence numérique entre les diplômes retrouvés en Maurétanie tingitane et en Césarienne s’explique sans doute par la diversité des situations de fouilles, davantage que par des paramètres historiques.

  • 9 Hamdoune, 1997, p. 135.
  • 10 Banasa, IAM, 2, 285 (voir tableau 10 pour les références complètes).
  • 11 Souk el-Arba, IAM, 2, 82.
  • 12 Banasa, IAM, 2, 237.
  • 13 Voir commentaire des IAM, 2, p. 146 et Hamdoune, 1997, p. 135.
  • 14 Les auteurs des IAM, 2, p. 146, interprètent cette onomastique inhabituelle par une adoption, Mess (...)

5Avant de passer à l’examen des unités, une remarque peut être faite sur les bénéficiaires. Ceux-ci ne sont malheureusement présents que sur à peine une quinzaine de diplômes, et parmi ceux-ci, l’origo n’est mentionnée que dans neuf cas. L’origine majoritaire des bénéficiaires de diplômes est la Syrie : les contingents spécialisés et notamment les unités d’archers continuent à recruter dans leur province de création, même à la fin de la période9. Les bénéficiaires originaires de péninsule Ibérique arrivent en deuxième position après les Syriens : un soldat originaire de Virouesca en Tarraconaise est libéré en 11810, un Lusitanien reçoit le diplôme de 154 retrouvé à Souk el-Arba11. Malheureusement, les unités auxquelles appartiennent ces bénéficiaires de diplômes ne sont pas connues, mais on peut supposer qu’il s’agit de troupes habituées à recruter en péninsule Ibérique depuis leur formation. Ces documents, qui viennent s’ajouter aux inscriptions lapidaires qui recensent des Hispani, sont autant d’indices en faveur d’un renouvellement, au moins partiel, des unités auxiliaires dans leur province de recrutement initiale. Certes, il convient d’être prudent sur cette question du maintien du recrutement ethnique, qui ne se vérifie pas pour toutes les origines : ainsi, l’un des bénéficiaires du diplôme de 12212, Marcus Antonius Maximus, un cavalier de l’ala Gallorum Tauriana, n’est pas Gaulois, mais Syrien. Cet exemple semblerait montrer que les unités originellement formées en Gaule ne recrutent plus dans les provinces gauloises au iie siècle, d’où également une disparition certaine des Gaulois dans les épitaphes militaires de Tingitane de cette période13. Le cas des Hispani a l’air toutefois différent : même si le faible nombre de témoignages empêche toute conclusion définitive, leur présence est encore perceptible dans les unités auxiliaires de Tingitane au iie siècle. Les rapports de l’armée de Maurétanie tingitane semblent maintenus avec le vivier ibérique. D’ailleurs, si Marcus Antonius Maximus, le cavalier bénéficiaire du diplôme de 122, est un « Syrus », son épouse désormais reconnue légalement par le diplôme, Valeria Messia, fille de Messius14, est originaire de Transduc(ta), soit la cité de Iulia Traducta sur le détroit de Gibraltar. Il est impossible de savoir si les deux époux se sont connus directement en Tingitane ou lors d’un séjour en Bétique de tout ou partie de la Gallorum Tauriana, mais l’existence de cette union montre les relations étroites qui unissent les cités d’Hispanie méridionale et les soldats de l’armée auxiliaire de la Tingitane.

  • 15 Seule l’aile Ia Hamiorum, d’origine syrienne, la cinquième aile de la garnison de Maurétanie tingi (...)

6L’un des premiers éléments qui apparaissent lors de l’étude de ces diplômes militaires tingitans est la relative permanence des unités stationnées dans cette province entre la fin du ier siècle et celle du iie. Des quatre ailes venues pour la conquête depuis la péninsule Ibérique, l’ala IIIa Asturum, l’ala Ia Augusta Gallorum, l’ala Gemelliana, l’ala Ia Gallorum Tauriana, toutes restent en Tingitane au moins jusque dans les années 16015. L’ala IIIa Asturum est attestée de façon formelle dans onze diplômes (tableau 4), et son nom peut être restitué avec une forte probabilité dans quatre autres (tableau 5).

Tableau 4. — Mentions sûres de l’ala IIIa Asturum

Référence IAM, 2 Références autres Date Provenance
234 9 janvier 88 Banasa
AE, 2004, 1891 103-104 Thamusida
235 14 octobre 109 Banasa
236 14 octobre 109 Banasa
RMD, 5, 409 153 Bulgarie
RMD, 5, 410 153 Bulgarie
RMD, 5, 411 153 inconnue
242 156-157 Banasa
809 156-157 Volubilis
810 159 Volubilis
AE, 1985, 992
RMD, 3, 186
Entre 162-169 ou après 180 Volubilis

Tableau 5. — Mentions probables de l’ala IIIa Asturum

Référence IAM Référence autre Date Provenance
237 114-117 Banasa
239 18 décembre 122 Banasa
RMD, 5, 382 31 décembre 133-134 Thamusida
RMD, 1, 107
AE, 1984, 529
161 Baelo Claudia
  • 16 Aïn Schkour, IAM, 2, 830 ; Hamdoune, 1997, p. 154.
  • 17 Roxan, 1986, pp. 775-777, suivie par Hamdoune, 1997, p. 137 ; Rebuffat, 1998a.
  • 18 Id., 1998b, pp. 200, 202.
  • 19 Aïn Schkour, IAM, 2, 830 ; Hamdoune, 1997, p. 154.
  • 20 Euzennat, 1989a, p. 94, n. 196, et p. 255.

7La troisième aile des Astures, comme les quatre autres ailes de l’armée de Maurétanie tingitane, reste donc dans la province de la conquête à la fin du iie siècle au moins, et probablement également au iiie siècle d’après une épitaphe tardive16. Sa position dans l’énumération des ailes dans les diplômes, qui selon la plupart des auteurs refléterait son implantation géographique dans la province17, change à partir de 122 : alors qu’elle est citée en troisième, voire en deuxième position dans les diplômes antérieurs, elle est ensuite placée en quatrième, i. e. en avant-dernière position. Sa situation serait devenue plus méridionale à la fin du premier quart du iie siècle, ce qui correspondrait à un éventuel changement de garnison de Thamusida à Aïn Schkour, près de Volubilis, comme le suppose René Rebuffat18. La dernière trace de cette aile dans la province, une épitaphe d’un vétéran appelé Vols(ienus ?), a d’ailleurs été retrouvée dans cette localité19. Mais le camp d’Aïn Schkour semble petit pour accueillir une aile ; en outre, il abrite déjà la cohors Asturum et Callaecorum et, plus tard, la IVa Tungrorum Miliaria20. En tout état de cause, même si l’emplacement exact de cette unité n’est pas connu, il est assez logique qu’elle soit cantonnée au sud de la province, non loin de l’ala Ia Hamiorum Sagittaria, à côté de laquelle elle est toujours citée dans les diplômes.

  • 21 RMD, 5, 409-410.
  • 22 Roxan, 1973, p. 845 ; Holder, 1980, pp. 34, 39.
  • 23 Tamuda, AE, 1991, 1743 ; AE, 1998, 1603 ; IAM, 22, 848.

8L’ala IIIa Asturum, recrutée au départ principalement en péninsule Ibérique, a dû probablement diversifier l’origine de ses levées de complément au cours de ces deux premiers siècles. La découverte de deux diplômes jumeaux datés de 153 en Bulgarie pourrait indiquer une présence de cavaliers levés en Europe orientale sous Hadrien, qui reviennent se fixer dans leur province d’origine une fois leur temps de service achevé21, quoiqu’il faille rester extrêmement prudent quant aux rapports entre l’origine des soldats et les lieux de découverte des diplômes. Cette cohorte porte les titres de p(ia) f(idelis) c(iuium) R(omanorum) (« pieuse fidèle de citoyens romains ») sur le diplôme de 109 apr. J.-C. : là encore, il ne faudrait pas voir dans ces titres des honneurs particuliers dus à une répression de troubles en Maurétanie, mais plutôt une récompense décernée à l’issue d’une participation à une campagne extérieure à la province, comme les guerres daciques par exemple22. La présence de cette unité dans la province de Maurétanie tingitane est attestée par une inscription du début, voire du milieu du iiie siècle. Il s’agit d’un vœu à Jupiter Optimus Maximus pour la salus et l’incolumitas de Septime Sévère et de la famille impériale. La dédicace commémore le culte rendu le jour de l’anniversaire impérial par un décurion de la troisième aile des Astures23 :

I(oui) O(ptimo) M(aximo) / Pro salute et incolumi/tate d(ominorum) n(ostrorum) [L(uci)] Septimi / Seue[r]i Pii Pertinacis Aug(usti) (et) / M(arci) Aurel(li) Antonini / Aug(usti) ⟦et P(ubli) Septimi / Getae Aug(usti) et⟧ / Iuli[ae] matri(s) Au/gu⟦storum⟧ et cas/trorum totius/que domus diui/nae procurante / ⟦---⟧ / proc(uratore) eorum / Val(erius) Ma[-]rtius ? dec(urio) / [al]ae III Asturum prae/[po]situs castelli Tamu/[den]sis c[ul]tum produx(it) / III [Idu]s Apriles / [Fa]ustino et Rufino / [co(n)s(ulibus)]. Et deinceps ob/seruabimus.

À Jupiter Très Bon Très Grand, pour le salut et la conservation de nos maîtres Lucius Septime Sévère Pieux Pertinax Auguste et Marc Aurèle Antonin Auguste ⟦et Publius Septimius Geta Auguste⟧ et de Julia, mère des Augustes, des camps et de toute la maison divine. ⟦…⟧ étant procurateur, Valerius Ma[-]rtius, décurion de la troisième aile des Astures, préposé au castellum de Tamuda, a émis ce vœu (?) le troisième jour des Ides d’avril, Faustinus et Rufinus étant consuls. Et nous l’observerons dorénavant.

  • 24 Mastino, 1990.
  • 25 Rebuffat, 1998b, pp. 218-220 et 1998c.
  • 26 Tanger, IAM, 2 et 22, 56.
  • 27 Mastino, 1990, p. 254.

9Cette inscription, étudiée notamment par Mastino24 et Rebuffat25, est difficilement lisible et restituable. Elle indique cependant avec certitude qu’un détachement de la troisième aile des Astures se trouve à Tamuda encore au début du iiie siècle, puisqu’un décurion de l’aile est préposé au commandement d’un castellum, un petit camp fortifié. Ce détachement pourrait être une vexillation de Bretons, attestée par ailleurs à Tamuda26. La Notitia Dignitatum signale ensuite une ala Herculea à Tamuco : au début du ive siècle, si l’on considère que Tamuco est la dérivation du nom de Tamuda, cette aile Herculea pourrait être la descendante de la troisième aile des Astures. L’adjectif Herculea serait un qualificatif dû à la position géographique de l’unité stationnée à proximité des colonnes d’Hercule27.

  • 28 Voir le chap. iii de cet ouvrage.
  • 29 Banasa, IAM, 2, 241.
  • 30 Voir le chap. iii de cet ouvrage.
  • 31 Papi, 2004.
  • 32 Diplômes CIL, XVI, 44 (99 apr. J.-C.) ; ZPE, 116, 193 (125 apr. J.-C.) ; ZPE, 118, 287 (127 apr. J (...)
  • 33 CIL, VII, 237 et 1229.
  • 34 Papi, 2004, p. 256.

10Les cas de l’ala Ia Augusta Gallorum, de la Tauriana Torquata et de la Gemelliana appellent le même genre de commentaires. Les diplômes qui les citent sont les mêmes que ceux qui mentionnent la IIIa Asturum. Nous avions constaté que ces unités ne portant pas d’ethnique hispanique étaient cependant passées par la péninsule Ibérique et avaient recruté des Hispani avant d’arriver en Maurétanie lors des années 40 apr. J.-C.28. Il est difficile de savoir si ces pratiques de levées dans les lieux de stationnement se maintiennent. Il serait logique que le recrutement devienne de plus en plus local. Cependant, ce phénomène de localisme n’est constatable que dans un seul cas, celui d’un bénéficiaire de diplôme émis en 129 ou 13029, M. Publilius Saturninus, cavalier de l’ala Tauriana, qui est originaire de la cité de Tingi. Il est possible que des levées de complément soient toujours effectuées en péninsule Ibérique, à l’instar du renouvellement des cohortes, même si pour ces ailes aucun témoignage ne vient étayer cette hypothèse. Les ailes de cavalerie constituant la garnison de Maurétanie tingitane restent donc stables, de l’époque de la conquête jusqu’au iiie siècle. Les cohortes, traditionnellement plus nombreuses et plus aisément déplaçables à travers l’Empire, sont elles aussi cantonnées en Tingitane de façon durable. Des unités présentes lors de la conquête et à l’époque flavienne, seule la Ia Hispan(orum) semble quitter la province pour la Césarienne puisqu’elle figure sur le diplôme de Césarée daté de 10730. La cohorte Ia Bracarorum, mentionnée dans le diplôme de 88, serait encore attestée en Maurétanie en 103-104 : une cohorte dont le nom se termine en …carorum c(iuium Romanorum) figure en effet sur un diplôme de Thamusida publié par Emanuele Papi31. Par la suite, les diplômes tingitans ne mentionnent plus cette cohorte. Une unité du même nom apparaît au début du iie siècle en Mésie inférieure32 et en Bretagne33. Si la cohorte de Mésie semble être une unité homonyme, puisqu’un diplôme émis en 99 dans cette province la cite sous le nom de I Bracaraugustanorum, l’unité de Tingitane pourrait bien être identique à celle de Bretagne34. Quoi qu’il en soit, cette première cohorte de Bracares, dont nous ignorons presque tout, sort de la province dès l’époque trajane. Au contraire, les deux autres cohortes portant des ethniques hispaniques qui ont probablement participé à la conquête, la Ia Lemauorum et la Ia Astur(um) et Callaec(orum), se fixent durablement dans la province au iie siècle.

11La Ia Lemauorum est attestée dans treize diplômes et probablement mentionnée dans trois comme le résument les tableaux 6 et 7.

Tableau 6. — Mentions sûres de la cohors Ia Lemauorum

Référence IAM, 2 Références autres Date Provenance
234 9 janvier 88 Banasa
AE, 2004, 1891 103-104 Thamusida
235 14 octobre 109 Banasa
236 14 octobre 109 Banasa
237 114-117 Banasa
239 18 novembre 122 Banasa
241 129 Banasa
RMD, 5, 409 153 Bulgarie
RMD, 5, 411 153 inconnue
242 156-157 Banasa
809 156-157 Volubilis
810 159 Volubilis
AE, 1985, 992
RMD, 3, 186
Entre 162-169 ou après 180 Volubilis

Tableau 7. — Mentions probables de la cohors Ia Lemauorum

Référence IAM, 2 Références autres Date Provenance
AE, 2004, 1891 103/4 Thamusida
RMD, 5, 410 153 inconnue
809 156-157 Volubilis
  • 35 Spaul, 2000, p. 104.

12Cette cohorte reste également en Tingitane, probablement à Sala, entre la conquête et la fin du iie siècle au moins ; elle n’est attestée nulle part ailleurs que dans cette province35. Ses liens avec la péninsule Ibérique, en revanche, ne sont plus apparents dans aucun document.

  • 36 L’inscription, connue seulement d’après des manuscrits renaissants, mentionnerait tribun(o) milit( (...)
  • 37 Tarraco, CIL, II, 4211 et p. 973 ; CIL, II2/14, 1131 ; ILS, 6936 ; RIT, 271 : P(rouincia) H(ispani (...)
  • 38 Volubilis, IAM, 2, 430.
  • 39 Aïn Schkour, IAM, 2, 820.
  • 40 Aïn Schkour, AE, 1966, 66 ; IAM, 2, 824 ; Roxan, 1973, p. 847.

13Dans le cas de la cohors Ia Asturum et Callaec(orum), au contraire, des relations semblent en partie maintenues avec la péninsule Ibérique : l’un des rares commandants connus pour cette unité est originaire de Tarraconaise, la province de recrutement initial de cette cohorte. Il s’agit d’un chevalier promu sous Trajan, Lucius Domitius Dentonianus, qui, après avoir dirigé cette unité en Maurétanie tingitane36, devient duumvir et flamine perpétuel du municipe de Consaburo, puis juge des cinq décuries et flamine de la province de Citérieure37. Il s’agirait du seul commandement militaire cité dans la carrière de ce chevalier adlecté, fait assez surprenant. Il ne faut pas oublier que l’inscription n’est conservée qu’à travers un manuscrit d’assez mauvaise facture, qui peut comporter des lacunes dans la carrière, ce qui expliquerait l’interpolation de la préfecture de cohorte et du tribunat de légion par exemple : L. Domitius Dentonianus n’est peut-être pas si inexpérimenté sur le plan des commandements militaires. La mention de la présence en Maurétanie tingitane de cette cohorte ne veut pas dire ici que celle-ci fait partie d’une expédition militaire conduite dans cette province, mais doit servir à la distinguer d’autres unités homonymes stationnées ailleurs. Si ce document montre que cette cohorte conserverait des liens avec sa province hispanique d’origine, son implantation en Maurétanie tingitane, et plus précisément à Volubilis, est marquée et dure au-delà de la seule période de conquête. Au début du iie siècle, la femme de son préfet Nammius Maternus, Aemilia Sextina, originaire de Vienne, se voit offrir l’honneur d’une dédicace et d’une statue par l’ordo de la cité maurétanienne pour ses mérites et ceux de son mari38. Sans être citée sur le diplôme de Banasa, cette cohorte est par la suite régulièrement mentionnée dans quatorze diplômes tingitans de 103-104 aux années 160-170, comme l’indique le tableau 8. Elle est en général placée en cinquième position dans les documents datés après 150. Elle doit rester dans son camp d’Aïn Schkour, comme l’atteste une dédicace à Frugifer datant du milieu du iie siècle39, et ce jusqu’au début du iiie, où elle est remplacée par la cohors IVa Tungrorum40. La suite de son parcours n’est pas connue.

Tableau 8. — Attestations de la cohors Ia Asturum et Callaec(orum)

Référence IAM, 2 Références autres Date Provenance
AE, 2004, 1891 103-104 Thamusida
235 14 octobre 109 Banasa
236 14 octobre 109 Banasa
237 114-117 Banasa
239 18 novembre 122 Banasa
240 124 Banasa
241 129 Banasa
RMD, 5, 409 153 ? Bulgarie
RMD, 5, 410 153 Bulgarie
RMD, 5, 411 153 inconnue
242 156-157 Banasa
809 156-157 Volubilis
810 159 Volubilis
AE, 1985, 992
RMD, 3, 186
Entre 162-169 ou après 180 Volubilis

Sur un autre diplôme, très fragmentaire (Volubilis, RMD, 3, 157 ; IAM, 2, 909), daté de 131, on peut restituer le nom de cette cohorte dans une lacune.

14Les trajectoires, au début du iie siècle, des unités auxiliaires arrivées en Maurétanie tingitane entre la conquête et l’époque flavienne sont résumées dans le tableau 9.

Tableau 9. — Trajectoires des unités auxiliaires de Maurétanie tingitane entre 40 et 79

Nom de l’unité Provenance antérieure Lieu de séjour entre conquête et époque flavienne Devenir (1re moitié du iie siècle)
Ala IIIa Asturum Péninsule Ibérique (Nord-Ouest, Citérieure) Tingitane, Thamusida ? El Benian ? Reste en Tingitane, déplacement à Aïn Schkour ?
Ala Ia Augusta Gallorum Péninsule Ibérique (Citérieure) Tingitane, Tocolosida Tingitane
Ala Ia Gallorum Tauriana Péninsule Ibérique (Lusitanie) Tingitane, emplacement inconnu Tingitane
Ala Gemelliana Péninsule Ibérique ? Tingitane, Thamusida ? Tingitane
Cohors Va Delmatarum Dalmatie ? Tingitane, emplacement inconnu Tingitane
Cohors IIa Syrorum Milliaria Sagittariorum Syrie ? Tingitane, Thamusida ? Banasa ? Tingitane
Cohors Ia Lemauorum Péninsule Ibérique (Nord-Ouest) ? Tingitane, Sala Tingitane
Cohors Ia Bracar(orum) Citérieure ? Dalmatie ? Tingitane Bretagne après 104 ? plus attestée dans les diplômes tingitans
Cohors Ia Hispan(orum) Péninsule Ibérique (Nord-Ouest) ? Tingitane, région de Volubilis ? Césarienne après 107, plus attestée dans les diplômes tingitans
Cohors Ia Asturum et Callaec(orum) Sud Lusitanie ? Bétique ? Tingitane, Aïn Schkour ? Tingitane : Aïn Schkour ?
Cohors IIIIa Gallorum Equitata Péninsule Ibérique (Nord-Ouest) Tingitane Tingitane : Sidi Kacem ?
  • 41 Roxan, 1973, p. 847, n. 76.

15L’impression qui se dégage de ce tableau est celle d’une armée auxiliaire relativement nombreuse, d’environ 5 500 hommes, et stable : si les unités semblent se déplacer dans la province entre les différents camps et forts, neuf sur onze restent stationnées au iie siècle dans la même province. Seules deux unités sortent de Maurétanie tingitane au début du iie siècle. Leur départ est compensé par l’arrivée de nouvelles unités : cinq nouvelles cohortes sont présentes sur les diplômes à partir de l’époque trajane. L’une viendrait de Syrie, la Ia Ituraerorum. Mais les quatre autres cohortes, sur les cinq nouvelles unités qui font partie de l’armée de la province à partir du tout début du iie, portent des ethniques hispaniques. Ces quatre nouvelles cohortes, la IIa Hispan(a) Vasconum, la IIa Hispan(orum), la IIIa Asturum et la Ia Celtiberorum portent toutes le titre de c(iuium) R(omanorum). Margaret Roxan posait une question cruciale lors de son étude sur l’armée de Tingitane41 : ce titre est-il un honneur destiné à récompenser des unités ayant participé à la répression de troubles d’importance ou vient-il qualifier des unités formées après la réorganisation flavienne de l’Hispanie ? Aujourd’hui, la découverte de nouveaux documents permet de retracer plus précisément le parcours des différentes unités impliquées et d’avancer une réponse à cette question.

  • 42 Thamusida, AE, 2004, 1891.
  • 43 Notitia Dignitatum (pars occidentalis), 26.
  • 44 Montalbán y de Mazas, 1940, p. 35, cité par Villaverde Vega, 2001a, p. 357, n. 32.

16La cohors IIIa Astur(um) apparaît pour la première fois sur le diplôme de 103-104, avec son titre de c(iuium) R(omanorum)42. Elle est ensuite régulièrement citée dans treize diplômes tout au long du iiie siècle. Sa présence est attestée au ve siècle à Tabernae, au nord de Lixus, par la Notitia Dignitatum43. Il est possible qu’elle se soit trouvée dans ce camp de Tabernae dès le iie ou iiie siècle : un autel découvert sur le site par C. L. Montalbán en 1939 et non édité dans les IAM ferait allusion à un prae(fectus) coh(ortis) III As(turum)44. On ne connaît aucune autre province pour cette unité : il semble qu’elle ait été levée dans le Nord-Ouest hispanique pour servir en Maurétanie tingitane à la fin du iie siècle. Son absence dans le diplôme de 88 n’est pas une preuve absolue de son inexistence à cette date. En effet, pour qu’une cohorte soit concernée par l’émission d’une constitution impériale libérant ses auxiliaires, il faut qu’elle ait été formée au moins vingt-cinq ans auparavant. En outre, le diplôme de 88 ne cite pas l’intégralité des troupes provinciales présentes en Maurétanie tingitane, pour une raison encore inconnue et sans que l’on sache quel critère détermine la mention de certaines unités plutôt que d’autres. La cohors IIIa Asturum a donc probablement été levée au plus tard à la fin des années 70, avec des éléments provenant majoritairement du Nord-Ouest hispanique et des Asturies. Or, depuis le début de la décennie, les habitants des cités et municipes de péninsule Ibérique disposent déjà du droit latin : il serait logique que les unités auxiliaires recrutées en Hispanie se mettent à porter le titre honorifique de c(iuium) R(omanorum), non qu’elles soient désormais fermées aux pérégrins, mais pour rester attractives auprès d’une population en voie de romanisation juridique. En outre, le nombre de citoyens romains ou venant de communautés latines, i. e. disposant des droits civiques romains, doit logiquement se multiplier à partir de l’époque flavienne dans les unités auxiliaires levées en péninsule Ibérique : il est fort possible que le titre de c(iuium) R(omanorum) soit adjoint comme une sorte de normalisation a posteriori pour des cohortes ou des ailes dont la majorité des soldats bénéficie d’un statut civique romain complet ou partiel.

  • 45 Thamusida, AE, 2004, 1891 ; AE, 2009, 1798.
  • 46 Banasa, IAM, 2, 236.
  • 47 Sydenham, CIL, XVI, 51 ; CIL, VII, 1194.
  • 48 Celanova, table d’hospitalité entre les Coelerni et le préfet de la cohorte : AE, 1972, 282.
  • 49 Banasa, IAM, 2, 237.

17La cohors Ia Celtiberorum apparaît, pour la première fois également, sur le diplôme de 103-10445, elle n’est cependant qualifiée de c(iuium) R(omanorum) que dans l’un des deux diplômes de 10946. Là aussi, la présence de plusieurs cohortes homonymes a eu tendance à obscurcir le parcours de cette unité. Il semble qu’il existe au moins deux cohortes Ia Celtiberorum, l’une stationnée en Bretagne en 10547, l’autre en Maurétanie tingitane à partir de 103-104, avec un probable transfert en Citérieure à partir de 13248, car elle n’est plus mentionnée sur les diplômes tingitans après celui de 114-11749. Cette unité est donc probablement restée peu de temps en Tingitane. Elle a dû également arriver à l’époque flavienne. L’omission de son titre de c(iuium) R(omanorum) sur le diplôme de 104 est-elle un signe de recrutement plus tardif ? Quoi qu’il en soit, alors que cette cohorte se trouve déjà en Maurétanie tingitane, elle reçoit ce qualificatif au plus cinq ans après les autres unités : cet écart reste trop peu significatif pour en tirer des conclusions quant à une date postérieure de recrutement. En revanche, ses liens avec les provinces hispaniques restent clairs, puisqu’elle reviendrait même en Citérieure après une quarantaine d’années passées dans la garnison de Maurétanie tingitane.

  • 50 Thamusida, AE, 2004, 1891, d’après la restitution II [Hispan(orum)] de Papi, 2004, p. 256.
  • 51 Banasa, IAM, 2, 235.
  • 52 Volubilis, AE, 1985, 992.
  • 53 Voir commentaire du CIL, II2/7, 285, pour un état du débat.

18Deux cohortes portant des noms proches apparaissent également dans les diplômes militaires du début du iie siècle : il s’agit de la IIa Hispanor(um) et de la IIa Hispana, qualifiée de Vasc(onum) dans les diplômes tingitans postérieurs à 157-158. La première unité peut être restituée sur le diplôme de 103-10450 et sa présence est attestée formellement par celui de 10951. Elle est ensuite régulièrement citée jusque dans le dernier diplôme des années 16052, toujours avec son titre de c(iuium) Romanorum. Elle semble avoir été levée directement en péninsule Ibérique, peut-être en Bétique : l’un de ses deux préfets connus, Postumius Acilianus, est originaire de Cordoue ou d’Astigi. Sa carrière est partiellement décrite par une inscription fragmentaire et difficilement lisible retrouvée à Cordoue53 :

[P(ublius)] Postumius A(uli) f(ilius) / Pap(iria) Acilianus [-] / [p]raef(ectus) cohort(is) II Hi[sp(anorum) m]il(l)iar(iae) / [eq]uit(atae) prim(us) pil(us) leg(ionis) XII Fulm(inatae) / proc(urator) prouin(ciae) A[ch]aiae / procurator / [Im]p(eratoris) Neruae C[aesar(is) Aug(usti)] / [prouinc(iae) Baeticae ?].

[P(ublius) ?] Postumius Acilianus, fils d’Aulus, (de la tribu) Papiria, [-] [p]réfet de la IIe cohorte milliaire montée des Hispaniques, primipile de la XIIe légion Fulminata, procurateur de la province d’Achaïe, procurateur de l’empereur Nerva César Auguste [de la province de Bétique ?]

  • 54 Pflaum, 1960-1961, p. 146.
  • 55 Spaul, 2000, p. 126, n. 1.
  • 56 Cichorius dans RE, 4, art. cohors, col. 302-303.
  • 57 Lixus, IAM, 2, 76. Voir HEp, 4, 279 (référence AE fausse).

19Cette inscription pose de nombreux problèmes. Je reprendrai les conclusions des auteurs de la notice 285 du CIL, II2/7, à savoir que la carrière de Postumius Acilianus s’est déroulée sous le règne de Domitien ; le reste du dossier de ce personnage nous apprend qu’il a détenu la procuratèle de Syrie en 10954. Concernant sa carrière militaire, elle commence par ce poste curieux de préfet d’une cohorte milliaire montée : s’agit-il d’une erreur de gravure ? Plus probablement, Postumius Acilianus, qui débute sa carrière équestre et n’a exercé auparavant aucune milice, ne peut immédiatement être tribun de cohorte milliaire : il serait donc bien préfet placé à la tête de mille fantassins et cavaliers, mais sans disposer du titre de tribun. Cette promotion serait due selon John Spaul à un besoin de renouveler l’ordre équestre en nommant de nouveaux commandants militaires expérimentés55. Quoi qu’il en soit, Postumius Acilianus serait chargé probablement sous Domitien de diriger une cohorte montée dont l’activité n’est attestée qu’en Maurétanie tingitane, et non en Maurétanie césarienne comme le voulait l’historiographie ancienne, antérieure à la découverte des diplômes banasitains56. Elle serait peut-être stationnée à Lixus, mais cette hypothèse n’est étayée que par une épitaphe fragmentaire et disparue d’un imagi[nifer] d’une unité d’[Hisp]anorum, qui pourrait être cette cohorte57. Cette théorie est donc extrêmement fragile. Une épitaphe tardive fait mention d’une cohorte IIa Span(orum) à Suiar :

[D(is)] M(anibus) [s(acrum)] / [---] f(ilia) Nice /[uix(it) an]n(is) XX[III ?], m(ensibus) / [---diebus---] / Zo[s]imus / [coh(ortis)] II Span(orum) / coni[ugi].

[Consacré aux dieux] mânes de [---], fille de Nice, qui a vécu vingt[-trois ?] ans, [---] mois, [--- jours]. Zo[s]imus, de la IIe cohorte des Espagnols, à son épouse.

  • 58 Hamdoune, 1997, p. 154.
  • 59 Notitia Dignitatum (pars occidentalis), 26.

Beaucoup d’éléments conduisent à dater cette inscription de la fin du iiie, voire du ive siècle : l’emploi du datif, l’invocation aux dieux mânes, la précision de l’âge en années, mois et jours, la forme tardive Span pour Hispan58. Le développement en Span(orum) plutôt que Span(a) est suggéré par la Notitia Dignitatum, qui signale la présence d’une cohors secunda Hispanorum à Duga59, site dont on ignore l’emplacement actuel.

  • 60 IAM, 2, 235.
  • 61 RMD, 1, 47 et 64. Voir Spaul, 2000, pp. 118, 127, pour la distinction de ces différentes unités et (...)
  • 62 Contra Gózalbes, 2002c, p. 30. L’auteur appelle par ailleurs la cohors IIa Hispana Vasconum la IIa(...)
  • 63 Spaul, 2000, p. 127.
  • 64 AE, 1985, 992.

20La deuxième unité portant un ethnique très proche, la cohors IIa Hispana, apparaît également sur le diplôme de 10960 et porte directement le titre de c(iuium) R(omanorum), comme les deux précédentes. Les unités homonymes ont là aussi durablement augmenté les difficultés de compréhension de sa trajectoire, comme son changement de nom, puisqu’elle devient après 157-158 la cohorte Hispana Vasc(onum). La deuxième cohorte Hispana stationnée en Tingitane doit être distinguée de la Ia Hispan(orum) (milliaria) — quelquefois appelée Fl(auia) Vlp(ia) — présente sur les diplômes de Mésie61, puisque les dates des constitutions sont quasiment contemporaines (156-157 et vers 160 pour la Maurétanie, 154 et 164 pour la Mésie)62. Avant 109, cette unité n’est connue dans aucune autre province. Il semble que cette cohorte ait été levée dans les années 70 ou 80 pour la garnison tingitane, comme les trois précédentes. Spaul interprète l’adjonction de Vasc(onum) au milieu du iie siècle comme le signe d’un regroupement entre tout ou partie de la deuxième cohorte de Basques jusque-là stationnée en Bretagne et l’unité de Tingitane63. En l’état actuel des connaissances, cette hypothèse semble la plus crédible. On ignore le lieu de stationnement de cette unité, comme son histoire ultérieure après sa mention sur le dernier diplôme tingitan des années 16064.

21En résumé, ces quatre cohortes auraient été levées directement en péninsule Ibérique à l’époque flavienne pour renforcer les unités déjà présentes en Maurétanie tingitane. L’augmentation d’effectifs et l’obtention du titre de c(iuium) R(omanorum) montrent-elles la présence de troubles particuliers que ces cohortes auraient dû combattre ? Des diplômes seuls ne peuvent en aucun cas signifier une révolte ; il n’existe aucune autre trace dans les sources littéraires, épigraphiques ou archéologiques qui vienne confirmer cette idée de troubles en Tingitane à l’époque flavienne. En outre, ces quatre cohortes, ainsi que la première cohorte des Ituréens, viennent également remplacer deux cohortes partantes, la Ia Bracarorum et la Ia Hispana. Une augmentation d’effectifs de 1 500 hommes n’est pas suffisante pour parler d’expédition de pacification. Ce recrutement d’auxiliaires en péninsule Ibérique à l’époque flavienne s’inscrit en fait dans une vaste réorganisation des corps expéditionnaires à l’échelle de l’Empire : avec la progression de la romanisation juridique en péninsule Ibérique, ces unités d’Hispani sont rapidement qualifiées de c(iuium) R(omanorum), car elles sont recrutées dans des communautés qui bénéficient désormais du droit latin, voire romain. La péninsule Ibérique est depuis Vespasien bénéficiaire du droit latin : les unités qui y sont recrutées sont toujours des unités d’auxiliaires, mais qui disposent du statut plus avantageux, et sans doute plus lucratif, d’unités de citoyens romains. En Maurétanie tingitane, le réseau de camps se densifie et donc les besoins militaires augmentent, sans que l’on puisse parler de troubles : l’implantation militaire s’organise autour d’agglomérations romaines qui s’étendent et qui ont besoin de forces armées pour les protéger comme pour assurer l’ordre. Les unités auxiliaires qui constituent la garnison militaire de la Tingitane se stabilisent : leur nombre et leurs emplacements se fixent progressivement. Dans cette réorganisation militaire des confins extrême-occidentaux de l’Empire à la fin du ier siècle, la péninsule Ibérique joue un rôle important. Certes, ce rôle est moins visible que lors de la conquête, mais il est toujours existant, puisque les trois quarts des unités auxiliaires de la province ont été levés dans les provinces hispaniques. Les quatre nouvelles cohortes venues d’Hispanie, qui renforcent la garnison provinciale de la Tingitane, semblent n’avoir jamais servi dans une autre province avant leur arrivée : ces unités sont vraisemblablement recrutées spécialement en péninsule Ibérique pour être installées sur l’autre rive de la Méditerranée. Encore au début du iie siècle, les provinces hispaniques, notamment la Citérieure et la Lusitanie, restent encore des fournisseurs importants de l’armée de Tingitane en termes d’auxiliaires, même si ceux-ci servent désormais dans des unités de citoyens romains.

  • 65 Si l’on suit toujours l’interprétation de Spaul, 2000, p. 107.

22Une autre province entretient des liens stratégiques privilégiés avec la Maurétanie tingitane : il s’agit de la province de Bretagne. Cette province, également conquise sous le règne de Claude, connaît un rythme similaire d’annexion et d’intégration dans l’Empire. Le même vivier hispanique est largement utilisé et, par la suite, lors de l’époque flavienne, des échanges d’unités auxiliaires apparaissent entre ces provinces de création récente. Ainsi, la cohors Ia Bracarorum partirait sans doute en Bretagne à l’époque trajane après son séjour tingitan, et inversement la IIa Vasconum viendrait de Bretagne pour occuper la Tingitane65. Ces rapports se maintiennent au cours du iie siècle, comme nous le verrons plus tard. Ainsi, la Maurétanie tingitane n’est pas entièrement polarisée stratégiquement par la péninsule Ibérique : elle noue des échanges réguliers avec des provinces certes lointaines, mais qui connaissent des modes d’occupation militaire proches dans des zones de confines Imperii.

23Les solidarités stratégiques entre la péninsule Ibérique et la Maurétanie tingitane existent donc dès la période de conquête et se maintiennent lors du renforcement et de la réorganisation des armées provinciales à la fin du ier siècle, même si leur visibilité est évidemment moindre en période de paix. L’une des théories anciennes, relativement répandue, à propos de ces rapports entre les armées hispaniques et maurétaniennes était l’intervention de renforts hispaniques pour réprimer le bellum mauricum, les « troubles » qui auraient agité les Maurétanies sous le règne d’Antonin le Pieux. Ce dossier doit être aujourd’hui réexaminé à la lumière des précédents résultats obtenus. La première question qui doit retenir notre attention est celle de la réalité de ces troubles : peut-on réellement parler de bellum mauricum, de « guerre des Maures » au milieu du iie siècle ? Il s’agit de voir si des apports conséquents d’armées extérieures sont nécessaires et si ces apports proviennent de contingents levés dans les provinces hispaniques, afin de déterminer si les solidarités stratégiques décelables jusqu’au début du iie siècle sont encore en vigueur à l’époque d’Antonin et de ces fameux « troubles maures ».

Les « insurrections maures » du règne d’Antonin le Pieux et l’intervention d’unités venues d’Hispanie

  • 66 Histoire auguste. Vie d’Hadrien, V, 2 et XII, 7 ; Histoire auguste. Vie d’Antonin, V, 2.
  • 67 Romanelli, 1959, pp. 329-331 ; Pflaum, 1960-1961, 1, pp. 68-169 ; Rachet, 1970, p. 88 ; Bénabou, 2 (...)
  • 68 Voir ci-dessous.
  • 69 Sasel, 1974, pp. 476-477.
  • 70 Brunt, 1983, p. 57 : « There is nothing to show that the ius gladii is an evidence for “un état de (...)
  • 71 Bénabou, 2005, p. 119.
  • 72 Gózalbes, 2002c, p. 29.
  • 73 Bénabou, 2005, p. 119.
  • 74 Magioncalda, 2006, pp. 1749-1757.

24Si les « insurrections maures » du règne d’Antonin le Pieux sont devenues un lieu commun de l’historiographie coloniale et post-coloniale, les témoignages de ces insurrections sont ténus, indirects et difficiles à interpréter. Les sources littéraires consistent en de brèves mentions éparses de l’Histoire auguste parlant de « troubles maures », sans précision de province, de noms de gentes ou de date sûre66. Différents auteurs, soucieux de comprendre et de développer le dossier des révoltes maures, se sont donc appuyés sur des éléments variés fournis par l’épigraphie. J’ai déjà évoqué le cas des diplômes militaires et de l’honesta missio d’auxiliaires longtemps utilisés à tort à titre de preuves de renvois de troupes. En outre, la désignation de gouverneurs de province qualifiés de pro legato (pro-légats) a longtemps été interprétée comme un signe de présence légionnaire rendue nécessaire par des troubles importants67. Or, ces vexillations légionnaires n’apparaissent pas en Tingitane, où se trouve l’essentiel des gouverneurs pro-légats. Inversement, un procurateur connu pour avoir réprimé les incursions maures en Bétique sous Marc Aurèle n’est pas qualifié de pro legato68. Il semble qu’au iie siècle, ce titre soit donné pour des raisons d’avancement de carrière plus que pour des motifs militaires69 : selon Peter Brunt, « Il n’y a rien qui montre que le ius gladii est une preuve d’état de siège70 ». La présence d’un subprocurator en Tingitane ne signifie pas forcément non plus une situation militaire difficile dans la province71, mais simplement un choix organisationnel dont la raison — sans doute davantage administrative ou financière que militaire — nous échappe72. L’extension de l’autorité de certains procurateurs sur deux provinces, si elle est avérée, n’est pas non plus une preuve de troubles généralisés73 : l’expression utriusque Mauretaniae impliquerait en fait un gouvernement successif et non simultané des deux provinces maurétaniennes74.

  • 75 Sala, IAM, 2, 307 : M. Sulpicius Felix met fin aux infractions courantes et au vol de bétail, assu (...)
  • 76 Rebuffat, 1994.
  • 77 Euzennat, 1984, p. 379.
  • 78 Rebuffat, 1974, pp. 501-522.
  • 79 Frézouls, 1980, pp. 78-82.

25L’édification de murailles autour des cités maurétaniennes a également été considérée comme une preuve de résistance aux troubles, puisque construire des enceintes signifierait un besoin immédiat et vital de protection. La découverte à Sala d’un décret d’hommage décidé par l’ordo du municipe en l’honneur du préfet M. Sulpicius Felix semblait confirmer cette théorie et montrer l’existence de troubles au milieu du iie siècle75. Certes, M. Sulpicius Felix commandait une unité stationnée aux alentours de la cité et s’est distingué par son efficacité à repousser les attaques de pillards et à construire une muraille peu onéreuse. Mais dans un commentaire minutieux de cette inscription, Rebuffat montre que ces félicitations sont moins l’expression d’une immense gratitude envers un sauveur exceptionnel qu’un remerciement dans les formes d’une communauté civique fière de ses institutions à un administrateur qui a su s’y intégrer et contribuer à son prestige76. Les traces archéologiques de fortifications retrouvées à Sala sont d’ailleurs modestes et ne correspondent pas à une construction d’enceinte civique de grande ampleur comme à Volubilis et à Thamusida. M. Sulpicius Felix n’a pas réprimé des troubles d’importance ni élevé une véritable muraille pour protéger la cité la plus méridionale de Tingitane ; il s’est en fait livré à des opérations de police pour protéger des pillages la ville la plus proche de son lieu de garnison77. Les enceintes urbaines ne sont donc pas systématiquement élevées dans l’urgence pour parer à un danger imminent, mais constituent aussi des éléments de prestige et de marquage de l’espace civique78. Enfin, les inscriptions érigées à Volubilis qui célèbrent des alliances romano-baquates, plus connues sous le nom impropre d’« autels de la paix », ne sont en fait pas des promesses d’entente renouvelées systématiquement après des périodes de conflit, mais après l’arrivée de tout nouveau souverain sur le trône d’une tribu alliée, qui prononce en son nom et en celui de son peuple les vœux de salut en l’honneur de l’empereur79.

  • 80 Brigetio, CIL, XVI, 99.
  • 81 Celeia, CIL, III, 5211 = ILS, 1362 ; CIL, III, 5212 = ILS, 1362a ; CIL, III, 5213 ; CIL, III, 5214 (...)
  • 82 Brigetio, CIL, XVI, 99 : « Cum essent in Mauretania Caesariensis » (« alors qu’ils se trouvaient e (...)

26Faut-il pour autant en conclure que les Maurétanies n’ont jamais connu ni insécurité, ni émeutes, et que toute intervention de forces militaires d’autres provinces est donc à exclure pour le iie siècle ? Cette formulation bien entendu excessive nous invite cependant à nous pencher de nouveau sur les témoignages directs susceptibles d’attester l’intervention en Afrique Mineure de troupes stationnées dans des provinces extérieures, et notamment dans les provinces hispaniques. Ces témoignages sont en fait beaucoup moins nombreux que prévu. Le diplôme de Brigetio émis en 15080 et les inscriptions décrivant la brillante carrière de Titus Varius Clemens, chevalier originaire de Celeia, dans la province du Norique, sont les principales traces d’éventuels troubles agitant les Maurétanies dans les années 14081. Le diplôme énumère cinq ailes des armées pannoniennes dont les auxiliaires sont libérés après avoir participé à une expeditio en Maurétanie césarienne82. Voici la liste de ces unités :

  • L’ala Ia Hispanor(um) Arau[a]co[r(um)] de Pannonie supérieure.
  • L’ala IIIa Aug(usta) Thrac(um) sagit(tariorum) de Pannonie supérieure.
  • L’ala Ia Flau[ia] Britann(ica) (milliaria) c(iuium) R(omanorum) de Pannonie inférieure.
  • L’ala Ia Thrac(um) ueter(ana) sag[ita(riorum)] de Pannonie inférieure.
  • L’ala Ia Aug(usta) Ituraeor(um) sagit(ariorum) de Pannonie inférieure.
  • 83 Cagnat, 1912, pp. 47-50 ; Gsell, Carcopino, 1931 ; Carcopino, 1943, pp. 200-230.
  • 84 Speidel, 1977b ; Christol, 2005, pp. 26-27.

De nombreux auteurs83 ont interprété l’émission de ce diplôme comme un signe de troubles majeurs en Maurétanie, qui auraient nécessité l’envoi de cinq ailes complètes, soit quasiment 3 000 hommes. En fait, comme les diplômes antérieurs concernant les armées pannoniennes ne mentionnent pas cette expeditio84, puisqu’il serait dangereux de priver la Pannonie de cinq ailes d’un coup et que le diplôme lui-même ne cite pas d’officier supérieur commandant spécialement les unités, on peut en déduire que seules des vexillations, et non des ailes complètes, sont concernées par cet envoi en Césarienne. Des troupes venues de Pannonie et commandées par un militaire en provenance de Dacie ont donc été dépêchées en Maurétanie via l’Hispanie, sans doute pour réprimer des troubles en Maurétanie.

27Malheureusement, la nature de ces troubles en Maurétanie, comme leurs auteurs, restent des plus flous. La notice la plus précise, celle de Pausanias, parle de répression menée par l’empereur contre des Maures nomades :

[…] πολέμου δὲ ἄρξαντας Μαύρους, Λιβύων τῶν αὐτονόμων τὴν μεγίστην μοῖραν, νομάδας τε ὄντας καὶ τοσῷδε ἔτι δυσμαχωτέρους τοῦ Σκυθικοῦ γένους ὅσῳ μὴ ἐπὶ ἁμαξῶν, ἐπὶ ἵππων δὲ αὐτοί τε καὶ αἱ γυναῖκες ἠλῶντο, τούτους μὲν ἐξ ἁπάσης ἐλαύνων τῆς χώρας ἐς τὰ ἔσχατα ἠνάγκασεν ἀναφυγεῖν Λιβύης, ἐπί τε Ἄτλαντα τὸ ὄρος καὶ ἐς τοὺς πρὸς τῷ Ἄτλαντι ἀνθρώπους. […] mais le jour où la guerre fut déclenchée par les Maures, c’est-à-dire la fraction la plus importante des Libyens autonomes (nomades encore plus difficiles à combattre que la race des Scythes, dans la mesure où ils se déplaçaient non sur des chariots mais à cheval, eux et leurs femmes), il [Antonin] les chassa du pays tout entier et les força à s’enfuir jusqu’aux limites de la Libye, sur le mont Atlas, et auprès des populations voisines de l’Atlas.

Source : Pausanias, VIII, 43, 3 ; trad. Casevitz et alii, 1998, p. 121.

  • 85 Histoire auguste. Vie d’Antonin, V, 4 ; Aelius Aristide, XXVI, 70.
  • 86 Hypothèse d’Euzennat, 1984, p. 383.
  • 87 Volubilis, IAM, 2, 376.
  • 88 Sa dernière milice est la préfecture de la deuxième aile des Pannoniens.
  • 89 Bénabou, 2005, pp. 139-142.

28Des Maures — que Pausanias définit comme des Libyens « autonomes », c’est-à-dire non assujettis aux autorités provinciales romaines — au mode de vie entièrement nomade auraient donc déclenché une véritable guerre. La riposte est d’ampleur : Antonin les chasse « du pays tout entier » et les oblige à s’installer aux confins de la Libye, dans l’Atlas. L’empereur éloigne des provinces maurétaniennes des populations belliqueuses et dangereuses, repoussées loin des limites de la domination romaine, aux marges de l’Afrique et du monde connu. Les autres mentions littéraires sont encore moins explicites85. Il semble cependant que les adversaires de Rome ne font pas partie de peuples en fait sédentarisés dans les Maurétanies et bien identifiés par ailleurs : il paraît étrange et peu justifié de voir dans ces populations des Baquates par exemple86, alors qu’en 140, un de leurs chefs réalise un hommage à Antonin sur le forum de Volubilis87. En tout cas, la réponse romaine semble concerner les deux provinces, puisque T. Varius Clemens, qui commande l’expédition, est envoyé d’abord en Tingitane, puis devient préfet de l’ala Britannica stationnée en Césarienne. Pourquoi d’ailleurs des troupes en majorité prélevées sur les armées pannoniennes, commandées par un officier venu de Dacie88, seraient-elles passées par l’Hispanie avant de rejoindre la Tingitane ? Faut-il imaginer plusieurs lieux de débarquement différents, les uns en Maurétanie césarienne pour les unités venues des provinces orientales, les autres en Tingitane pour des renforts hispaniques conduits par T. Varius Clemens, comme le propose Marcel Bénabou89 ? Ce passage en péninsule Ibérique est-il rendu nécessaire par une participation de l’armée venue des provinces hispaniques ?

  • 90 Celeia, CIL, III, 5211 = ILS, 1362 : « praef(ecto) auxiliarorum tempore expeditionis in Tingitanam (...)
  • 91 Celeia, CIL, III, 5212 = ILS, 1362a : « praef(ecto) auxiliorum in Mauretaniam Tingitanam ex Hispan (...)
  • 92 Sasel, 1983, pp. 295-300, not. p. 297.
  • 93 Rebuffat, 1974, p. 515, n. 2.

29Seul l’examen précis de la carrière de T. Varius Clemens, commandant de l’expédition, peut permettre de dater les événements et de répondre à ces questions. Après avoir accompli ses trois premières milices équestres, dont la dernière en Dacie, T. Varius Clemens est placé à la tête de renforts non déterminés qui, partis d’Hispanie, sont envoyés en Tingitane : son titre est « préfet des auxiliaires envoyés en Tingitane le temps de l’expédition90 » ou « préfet des auxiliaires envoyés d’Hispanie en Maurétanie tingitane91 ». La charge est donc celle d’une préfecture extraordinaire, un commandement temporaire sur un ensemble d’unités auxiliaires à conduire d’Hispanie en Maurétanie tingitane. Le terme d’Hispanie au singulier semble en fait désigner non pas une des provinces hispaniques, mais est utilisé ici dans un sens essentiellement géographique. La date de cette expédition n’est pas connue avec certitude, mais peut être estimée à 14592 ou à 14793.

  • 94 Brigetio, CIL, XVI, 99 = ILS, 9056.
  • 95 Roxan, 1973, p. 840, n. 20 ; Euzennat, 1984, p. 383.
  • 96 Bénabou, 2005, pp. 139-140.
  • 97 Carcopino, 1943, pp. 224-228 ; Romanelli, 1959, pp. 351-365.
  • 98 Voir ci-dessus.

30À une date juste postérieure, en 148 ou en 149, T. Varius Clemens est préfet de l’ala Britannica, venue de Pannonie inférieure en Césarienne avant le 1er août 150 (diplôme de Brigetio)94. Cette mission en Tingitane et cette préfecture en Césarienne qui la suit semblent donc indiquer la présence de troubles dans les deux provinces dans la seconde moitié des années 140. T. Varius Clemens, à une date comprise entre 145 et 147, est donc chargé de commander des auxiliaires pannoniens déplacés de façon temporaire en Maurétanie tingitane depuis l’Hispanie. Les inscriptions dédiées à T. Varius Clemens ne nous permettent pas de déterminer quelles troupes furent engagées dans le conflit : Roxan avançait l’idée d’emploi d’unités stationnées habituellement en Hispanie, comme la cohors IIIa Gallorum Felix et une uexillatio de Tungri, rejointe ensuite par le reste de la quatrième cohorte milliaire, mais rien ne vient prouver l’action de ces troupes en Maurétanie95. Bénabou donnait une liste impressionnante de vexillations auxiliaires et légionnaires engagées dans le conflit96, suivant en cela Jérôme Carcopino et Pietro Romanelli97. En fait, force est de constater qu’à part les cinq ailes mentionnées dans le diplôme de Brigetio98, qui correspondent davantage à des vexillations qu’à des ailes complètes, on ne peut prouver le déplacement d’aucune unité légionnaire ou auxiliaire avec T. Varius Clemens. Le passage de ces unités pannoniennes par l’Hispanie s’explique sans doute par des fins de recrutement dans les provinces hispaniques, mais on ne peut avancer que des unités stationnées en Hispanie auraient pu suivre T. Varius Clemens, en plus des vexillations pannoniennes.

  • 99 Bénabou, 2005, pp. 139-140.
  • 100 Ibid., pp. 137-138 : le mot « nettoyer » est mis entre guillemets par Bénabou. L’emploi, tout sauf (...)
  • 101 Voir Carcopino, 1943, pp. 224-228.
  • 102 Voir not. Euzennat, 1984, p. 379 ; Rebuffat, 1994.

31Quant aux unités employées dans le conflit maure citées par Bénabou, il s’agit en fait de noms tirés d’une série d’épitaphes militaires sans lien et dispersées à Cartenna, Portus Magnus ou dans l’intérieur des terres, absolument impossibles à dater précisément au cours du iie siècle99. Ces épitaphes de date différente ou indéterminée ne prouvent absolument pas la participation de toutes ces unités venues de provinces éloignées et distinctes à la répression de troubles sous Antonin le Pieux. La « vaste offensive généralisée » destinée à protéger les établissements du littoral maurétanien, voire à « “nettoyer” l’arrière-pays de la Césarienne occidentale (probablement surtout le Dahra et l’Ouarsenis)100 », n’est en rien prouvée par cette mise en série de documents disparates. Ce catalogue d’inscriptions qui semblerait témoigner de ces vastes « troubles maures sous Antonin » avait été réuni dans un premier temps par Carcopino101, à partir de son étude du décret des décurions de Sala. Ce dernier voyait en effet dans ce texte la préfiguration de troubles de grande ampleur touchant les deux Maurétanies qu’il imaginait réunies sous la même préfecture d’Uttedius Honoratus : cette interprétation du décret de Sala a été complètement revue par la suite102. Bénabou, en 1976, marqué par les opérations de la guerre d’Algérie alors récente, a repris dans sa thèse ce catalogue pour montrer l’ampleur de la réaction romaine face à l’importance des troubles qui auraient agité la Maurétanie. Il est temps aujourd’hui de défaire ce corpus disparate et de ne plus l’employer comme preuve de ces opérations des années 140.

  • 103 CIL, VIII, 21620, 9291 ; AE, 1951, 265 ; Speidel, 1977b, p. 131 et n. 4.
  • 104 Christol, 2005, p. 28.

32Il semble en fait impossible aujourd’hui de savoir combien et quelles troupes font partie de l’expédition commandée par T. Varius Clemens. En effet, l’engagement de l’ala Ia Ulpia contariorum et de l’ala Ia Canninefatium, présentes dans l’épigraphie de Césarienne103, doit être considéré avec prudence. Les inscriptions de Césarienne ne sont pas datables avec précision, et l’absence de ces unités dans le diplôme de 149, d’une constitution émise pour l’armée de Pannonie, ne signifie pas forcément qu’elles sont parties en expédition loin de leur province de rattachement, la Pannonie inférieure. Cette absence de mention dans le diplôme peut aussi signifier qu’aucun soldat n’est libéré dans leurs rangs104.

  • 105 Reddé, 1986, pp. 564-566.

33La découverte de huit diplômes issus de la même constitution du 26 octobre 153 et concernant l’armée de Tingitane (tableau 10) n’est pas non plus une preuve de répression militaire de grande ampleur dans les années 150 : ces soldats et ces marins ont accompli leurs vingt-six ans de service et sont libérés en 153. Les unités auxiliaires citées dans ces diplômes font partie de la garnison provinciale et non d’un quelconque corps expéditionnaire extraordinaire. Si une situation conflictuelle a pu exister, elle a lieu vingt-six ans avant la date d’émission du diplôme, soit en 127 : or, aucun autre témoignage de révolte ou d’agitation n’est perceptible à cette date. Seule la mention de classici indiquant la présence d’une flotte en Maurétanie tingitane pourrait s’interpréter comme un besoin nouveau d’acheminement de troupes extérieures. Il n’existerait pas en effet de flotte provinciale stationnée en permanence en Maurétanie tingitane, Césarée semblant être le seul port militaire du littoral maurétanien105. L’honesta missio de marins en Maurétanie tingitane n’est constatable que sur les diplômes de 153 parmi l’ensemble des diplômes reconstituables de la province : seul cet indice peut amener à penser que la constitution antonine de 153 entretiendrait un rapport avec des troubles, mais que l’on pourrait dater de la fin des années 120, non de la fin des années 140.

  • 106 Tableau mis à jour en janvier 2017 (publications AE jusqu’à l’AE, 2013 incluse). Ne sont référencé (...)

Tableau 10. — Tableau récapitulatif des diplômes militaires concernant l’armée de Maurétanie tingitane106

Références Date Provenance
CIL, XVI IAM, 2 AE RMD Autres
159 234 9 janvier 88 Banasa
803 98-117 Volubilis
238 98-117 Banasa
2004, 1891 1, 11 103-104 Thamusida
80 100-107 Lixus
161 235 14 octobre 109 Banasa
162 236 1, 84 14 octobre 109 Banasa
1979, 553 14 octobre 109 Pernik
804 vers 110 Volubilis
165 237 114-117 Banasa
812 1, 18 114-120 Volubilis
166 285 28 mars 118 Thamusida
169 239 18 décembre 122 Banasa
170 805 18 décembre 122 Volubilis
813 1, 24 90-124 Volubilis
840 117-129 Aïn Schkour
171 240 124 Banasa
806 123-129 Volubilis
286 1, 29 126-128 Thamusida
173 241 18 août 129-130 Banasa
1985, 991 3, 157 131 Volubilis
5, 382 31 décembre 135 Thamusida
2007, 1778 31 décembre 135 inconnue
176 808 133-140 Volubilis
811 138-140 Volubilis
Derks, 2007 138-157 Bulgarie
244 1, 57 138-161 Banasa
González, Bermejo, 2016 138-161 Huelva ?
807 138-161 Volubilis
5, 398 22 décembre 144 inconnue
2005, 1728 145-161 inconnue
5, 409 26 octobre 153 Bulgarie
2005, 1767 5, 410 26 octobre 153 Bulgarie
2003, 1547 5, 411 26 octobre 153 Iskar-Pelovo
2005, 1727 26 octobre 153 inconnue
2006, 77 26 octobre 153 inconnue
2007, 1776 ZPE, 162, 244 26 octobre 153 inconnue
2007, 1777 ZPE, 162, 245 26 octobre 153 inconnue
2007, 1779 ZPE, 162, 251 26 octobre 153 inconnue
2007, 1780 26 octobre 153 inconnue
2007, 1785 26 octobre 153 inconnue
ZPE, 197, 243 26 octobre 153 inconnue
82 1, 48 24 décembre 154 Souk el-Arba
242 10 décembre 156-9 janvier 157 Banasa
809 10 décembre 156-9 janvier 157 Volubilis
181 810 156-157 Volubilis
182 243 156-157 Banasa
810 1, 53 159 Volubilis
1984, 529 2, 107 161 Baelo Claudia
186 245 10 décembre 165 Banasa
246 169 Banasa
910 1985, 992 3, 186 161-169 ou après 180 Volubilis
  • 107 Christol, 2005, p. 27.
  • 108 « Il importe cependant de noter que la participation à la campagne de Maurétanie a eu les plus heu (...)
  • 109 La chronologie précise est malheureusement impossible à établir, étant donné la proximité des date (...)
  • 110 Christol, 2005, pp. 28-29.
  • 111 Sur ce fameux édit appelé table de Banasa, voir en premier lieu le développement et la bibliograph (...)

34L’expeditio de la seconde moitié des années 140, commandée par T. Varius Clemens, semble en fait se composer essentiellement de vexillations des ailes en provenance de Pannonie, citées dans le diplôme de Brigetio, sans doute utilisées comme cavalerie spécialisée car elles comptent trois unités d’archerie montée107. Ce corps expéditionnaire de soldats d’élite a probablement servi de force d’appoint non négligeable pour faire face à des événements que la garnison des Maurétanies ne pouvait maîtriser seule. Le passage par l’Hispanie n’implique pas nécessairement une participation de troupes venues de la péninsule, mais peut être un simple point de ralliement du corps expéditionnaire avant la traversée vers l’Afrique. Certes, les événements maurétaniens de la fin des années 140 ont nécessité l’emploi de vexillations extérieures de troupes aguerries, commandées par un officier expérimenté en mission extraordinaire. D’ailleurs, pour T. Varius Clemens, cette mission en Tingitane et cette préfecture de l’ala Britannica en Césarienne ont été à l’origine d’une ascension rapide, signes sans doute que ces charges auraient été accomplies dans des conditions relativement difficiles108. À la suite de cette intervention dans les provinces maurétaniennes, T. Varius Clemens enchaîne les procuratèles à un rythme soutenu109 : il est d’abord procurateur financier en Cilicie et en Lusitanie, puis vers 152 procurateur-gouverneur de Césarienne110, avant d’occuper le même poste en Rhétie et enfin d’être nommé aux responsabilités financières dans la grande province de Belgique et des deux Germanies. Il devient par la suite secrétaire ab epistulis des Augustes Marc Aurèle et Lucius Verus pendant la guerre parthique entre 162 et 165. Cette brillante carrière semble être couronnée par l’entrée dans l’ordre sénatorial, comme le laisse penser la lecture de la table de Banasa dont il est l’un des signataires111. L’accélération que connaît cette carrière équestre après ce premier passage en Maurétanie, comme la précision systématique de cette mission dans les huit inscriptions l’honorant, invitent à penser que cette opération n’était pas des plus anodines. Rien ne prouve cependant le très fort engagement de forces venues de péninsule Ibérique dans cette répression de soulèvements de tribus nomades, à part ce passage par l’Hispanie mentionné dans les inscriptions. D’autre part, l’ampleur des forces employées comme la durée des opérations sont inconnues, et la plus grande prudence doit être observée à propos de ces troubles et de leurs traces éventuelles.

35Au milieu du iie siècle, force est de reconnaître la disjonction stratégique qui s’opère progressivement entre la péninsule Ibérique et les Maurétanies : si l’armée maurétanienne est toujours composée d’unités recrutées originellement en Hispanie, si les levées de complément peuvent être effectuées en péninsule Ibérique, les expéditions temporaires désormais prélèvent des troupes sur des fronts davantage garnis, comme celui des provinces pannoniennes ou de la Bretagne. L’armée d’Hispanie dispose des effectifs juste nécessaires pour maintenir l’ordre sur le sol de la péninsule. Les éventuelles troupes supplémentaires dont auraient besoin les Maurétanies ne proviennent plus de l’autre rive de la Méditerranée. En outre, dans le contexte de paix relative que connaît la Maurétanie tingitane au iie siècle, les besoins militaires se font beaucoup moins pressants, et les forces importantes stationnées dans la province suffisent à maintenir l’ordre. Seul un épisode de la fin du iie siècle semble rappeler les anciennes solidarités stratégiques établies de part et d’autre du détroit de Gibraltar : celui des incursions maures sous le règne de Marc Aurèle. Mais là, les relations politiques et militaires entre les provinces hispaniques et le Nord de l’Afrique semblent jouer dans un sens relativement nouveau. La première question à élucider est celle de la nature de ces événements : leur définition même, ainsi que la délimitation de leurs prétendues « traces », posent problème. Ensuite, quelle est la nature de la réaction romaine face à ces épisodes d’incursions, susceptibles de réactiver les solidarités anciennes entre les deux rives du détroit de Gibraltar ?

II. — Les incursions maures en Bétique sous le règne de Marc Aurèle : un bref retour des solidarités stratégiques « transdétroit »

  • 112 Parmi de nombreux exemples, Lepelley, 1998, p. 119, ou encore Walker, 2003, p. 55.
  • 113 Voir Premerstein, 1912 ; Thouvenot, 1939 et 1973, pp. 153-156 ; Fernández Chicarro, 1954 ; Pflaum, (...)
  • 114 Bernard, 2009.

36S’il est bien un épisode de relations entre les deux rives du détroit de Gibraltar qui a retenu l’attention des historiens, c’est celui des invasions maures en Bétique à la fin du iie siècle de notre ère. Des livres généraux d’histoire de l’Espagne aux manuels universitaires112, quasiment tous les ouvrages décrivent ou mentionnent ces événements survenus sous le règne de Marc Aurèle. Ils s’appuient sur une historiographie pléthorique, qui contribue à donner de ces épisodes une image de phénomène géopolitique clé113. Ces invasions expliqueraient à la fois les désordres régionaux connus par les provinces hispaniques et contribueraient à l’instabilité générale de l’Empire à partir des années 160. Ayant déjà consacré un article détaillé à cette question114, je ne reviendrai que brièvement sur ses conclusions, en proposant quelques points de mise à jour à la lecture des réactions suscitées par ce travail.

  • 115 Premerstein, 1912 ; Rachet, 1970, pp. 206-208 ; Bénabou, 2005, pp. 147-154.
  • 116 Thouvenot, 1940, p. 407 ; Pflaum, 1960-1961, p. 587.
  • 117 Rahmoune, 2001.

37La liste détaillée des publications pourrait donner l’impression que les faits et les documents qui les mentionnent sont parfaitement établis ; bien au contraire, chaque auteur a retenu des traces différentes de ces épisodes, lus tantôt comme des invasions115, tantôt comme des raids116, voire un simple « passage » des Maures en péninsule Ibérique117.

38L’ampleur des ravages et de la réponse romaine, l’identité de ces envahisseurs, les conséquences pour le fonctionnement militaire et administratif des provinces d’Extrême Occident sont autant de questions qui ont suscité un spectre large de réponses. Pour résoudre ce conflit d’interprétations, un retour critique aux sources est indispensable, pour déterminer quels documents témoignent de ces épisodes et quelle lecture en donner.

Deux incursions suivies d’une réponse de Rome : sources et faits

39Deux passages de l’Histoire auguste font clairement référence à une première incursion de Maures en Bétique :

  • 118 « Cum Mauri Hispanias prope omnes uastarent, res per legatos bene gestae sunt » (Histoire auguste. (...)

Contre les Maures qui étaient en train de dévaster presque toutes les Espagnes, une expédition victorieuse fut menée par ses légats [légats de Marc Aurèle]118.

  • 119 « Post quaesturam sorte Baeticam accepit atque inde Africam petit, ut mortuo patre rem domesticam (...)

Après la questure, il [le jeune Septime Sévère] reçut par tirage au sort la Bétique, d’où il gagna l’Afrique, afin d’y régler des affaires de famille consécutives à la mort de son père. Mais pendant qu’il s’y trouvait, la Sardaigne lui est assignée, à la place de la Bétique que les Maures étaient en train de dévaster119.

40Au début des années 170, selon l’Histoire auguste, des Maures dévastent les provinces hispaniques, particulièrement la Bétique. Des légats conduisent une expédition couronnée de succès, et la Bétique échappe temporairement au contrôle du Sénat pour devenir une province impériale. La lecture de ces extraits soulève immédiatement trois questions principales :

  • À quelles dates exactement ces faits ont lieu ? La questure de Septime Sévère fournit une piste de datation, mais celle-ci est moins précise que ce que pouvait laisser penser un examen rapide.
  • Qui sont ces Maures et quelle est l’ampleur de la réponse romaine ?
  • Quels territoires en Hispanie sont concernés par ces ravages ? Si la Vie de Marc Aurèle parle de légats au pluriel et de presque toutes les Espagnes, la Vie de Septime Sévère mentionne uniquement la Bétique.
  • 120 Chastagnol, 1994, p. 146, n. 4 ; sur Avidius Cassius, voir aussi Dion Cassius, LXXII, 4, 1.
  • 121 Dion Cassius, LXXI, 11, 1 : c’est la date traditionnellement retenue après les travaux de Guey, 19 (...)
  • 122 Calendrier de Philocalus, CIL, I2, p. 262 ; CIL, XI, 1322 ; CIL, XIV, 168 et 169.
  • 123 Histoire auguste. Vie de Septime Sévère, II, 2. Septime Sévère a d’ailleurs été préteur tardivemen (...)
  • 124 Voir Jacques, Scheid, 1990, p. 363.
  • 125 Chastagnol, 1994, pp. 312-313.
  • 126 Magie, 1921, p. 373 ; A. Birley, 1988, p. 84 ; Alföldy, 1985, p. 101, qui considère que Septime Sé (...)
  • 127 Di Vita-Évrard, 1963, pp. 410-411.

41Ces ravages des Maures sont situés dans le temps grâce à la cohérence interne du texte de la Vie de Marc Aurèle. Le chapitre qui précède cet extrait raconte les réactions de Marc Aurèle à la mort de Lucius Verus, en janvier ou février 169. La phrase suivante fait référence aux troubles causés en Égypte par des bandes de pasteurs et de brigands appelés Boucoloi et à leur défaite devant Avidius Cassius. La fin de la révolte des Boucoloi serait contemporaine des incursions des Maures en Espagne, ou immédiatement postérieure à elles. Les Boucoloi ont dévasté le delta du Nil à partir de 167 et jusque vers 174120. L’attaque des Maures et l’expédition auraient donc eu lieu pendant l’intervalle de temps entre 169 et 174, mais rien ne dit qu’elle a duré cinq ans. La mention du transfert de la questure du jeune Septime Sévère permet de confirmer cette période, mais malheureusement pas de situer davantage la transformation de la Bétique en province impériale. En effet, la date de naissance de Septime Sévère n’est pas connue avec certitude, puisque les sources indiquent le 11 avril 145121 ou 146122. En outre, rien ne prouve que Septime Sévère, jeune chevalier lepcitain adlecté tardivement dans l’ordre sénatorial et qui a d’ailleurs été dispensé du tribunat militaire pour cette raison123, ait fait sa questure à l’âge minimum, soit dans sa vingt-cinquième année124. Enfin, le problème de traduction évoqué plus haut conduit à hésiter sur la nature de cette questure en Sardaigne, qui pourrait être soit une première125, soit plus vraisemblablement une seconde questure126. En tenant compte de tous ces facteurs, l’écart chronologique se resserre peu, puisque la transformation de la Bétique en province impériale et la réaffectation du questeur Septime Sévère pourraient avoir lieu entre 170 et 174 environ, date à laquelle le futur empereur est nommé légat de Carthage par son cousin C. Septimius Severus, alors proconsul d’Afrique127.

  • 128 Blázquez, 1972, p. 815.
  • 129 Le Roux, 1982, pp. 374-376 ; Gózalbes, 2002c, pp. 463, 480 ; Bénabou, 2005, pp. 144-149.
  • 130 Nieto Navarro, 1987, pp. 217-218, 222 ; Rahmoune, 2001, p. 112.
  • 131 Rachet, 1970, p. 207.
  • 132 Sur les autels de la paix, voir ci-dessus.
  • 133 Banasa, IAM, 2, 94 ; Frézouls, 1980, p. 85.
  • 134 Premerstein, 1912, pp. 167-178 ; Thouvenot, 1939 et surtout Pflaum, 1960-1961, p. 587.
  • 135 Voir carte 3.
  • 136 Rebuffat, 2011.

42L’identité des Maures reste l’un des points les plus mystérieux ; aucune source ne précise davantage ce terme de Mauri. Un grand nombre d’auteurs ont donc cherché à mettre en relation ces épisodes avec les noms de peuples maures qui sont présents par ailleurs dans la documentation du iie siècle apr. J.-C. Ainsi, les Baquates128, l’alliance des Baquates et des Macénites129, les Zegrenses130, voire les grands nomades chameliers des franges sahariennes131, ont été successivement désignés comme les auteurs ou les responsables indirects des ravages en Hispanie. Ces peuples ne représentent pourtant pas un danger pour Rome, puisque les Baquates élèvent conjointement avec les autorités romaines des monuments pour le salut de l’empereur à Volubilis132 ; les princes des Zegrenses, ainsi que leur famille, acquièrent justement en 177 la citoyenneté romaine d’après le dossier dit de la table de Banasa133. La localisation de ces gentes à l’intérieur de la Tingitane ou sur la côte urbanisée de l’Atlantique rend par ailleurs difficile leur participation à des pillages sur la côte opposée de la Méditerranée. Des auteurs antérieurs, qui, de façon plus pertinente, ont tenu compte de la géographie, avaient invoqué la responsabilité des peuples les plus proches du Sud de l’Hispanie, à savoir les populations côtières du Rif, mais en dénonçant parfois une prédisposition atavique au pillage, sensible jusqu’en 1926, c’est-à-dire à la fin de la guerre du Rif134… Sans rapprocher abusivement des événements distants de deux millénaires, les peuples du littoral méditerranéen constituent effectivement de bons candidats : entre Rusaddir et Portus Magnus, la côte est peu urbanisée et semble peu surveillée. La cité qui est touchée par un siège en 177, Singilia Barba (site d’El Castellón, Antequera), se situe sur les routes maritimes qui partent de ce littoral135. Enfin, un peuple côtier porte le nom de Maurensioi : le nom de Mauri pourrait être un dérivé métonymique de ce terme136.

  • 137 Rome, CIL, VI, 41140 ; AE, 1934, 155 ; AE, 1957, 121 ; AE, 1958, 26 ; Pflaum, 1956, p. 195 et 1966 (...)
  • 138 La legio VIIa Gemina, commandée par Cornelius Anullinus, ancien légat de Citérieure, aurait alors (...)
  • 139 Rome, CIL, VI, 31856 = ILS, 1327, lignes 7-9 : « pra[eposito] uexil[la]tion(ibus) per Achaiam et M (...)
  • 140 Puech, 2002, pp. 198-199, n. 2.
  • 141 Sur P. Cornelius Anullinus, voir PIR2 C 1322 ; Castillo García, 1965, pp. 496-498, nos 34-35 ; Alf (...)
  • 142 173 est une hypothèse de Pflaum, 1956, p. 195 et 1966. Mais 175-176 serait une date plausible égal (...)
  • 143 Rome, AE, 2007, 257 ; Filippini, Gregori, 2009 = AE, 2012, 249.
  • 144 Le nom de la province de Bétique figure dans une lacune : les éditeurs ont compris l’énumération d (...)
  • 145 La presse internationale s’est particulièrement intéressée à la sauvegarde du tombeau de M. Nonius (...)

43L’ampleur de la réponse romaine est également difficile à quantifier : les légats de Marc Aurèle désignent-ils un ensemble de commandants extraordinaires, ou plus probablement la réunion des forces des légats impériaux des trois provinces hispaniques, puisque la Bétique passe sous le contrôle du prince ? Une inscription fragmentaire de Rome vient confirmer l’implication d’un légat d’Auguste propréteur pour les provinces d’Hispanie citérieure et de Bétique, Caius Aufidius Victorinus, proche de Marc Aurèle et gendre de Fronton137. Auparavant, il avait participé à l’expédition en Germanie de 168-169. Après son commandement en Hispanie, il est nommé proconsul d’Afrique, soit vers 173, soit en 175. Son commandement conjoint de l’Hispanie citérieure et de la Bétique ne prouve pas forcément que les deux provinces aient été ravagées par les incursions maures, mais montre qu’il peut employer dans le conflit toutes les ressources militaires de la province d’Hispanie citérieure, à cette date la legio VIIa Gemina et une partie des unités auxiliaires présentes au nord de la péninsule, voire levées pour l’occasion138. La carrière d’un autre officier, futur préfet du prétoire sous Commode, Lucius Iulius Vehilius Gratus Iulianus, qui est « préposé aux vexillations en Achaïe, en Macédoine et dans les Espagnes contre les Costoboques et les Maures rebelles139 », permet de préciser davantage à la fois la datation des faits et la nature de la réponse romaine : L. Iulius Vehilius Gratus Iulianus a été mis à la tête d’unités légionnaires chargées d’abord de lutter contre les Costoboques en Grèce centrale, puis contre les Maures dans les provinces hispaniques. Les Costoboques, des guerriers daces, ont notamment pillé Éleusis au printemps 171 probablement : lorsque la situation sur le front grec et macédonien s’est rétablie, sans doute vers 172, L. Iulius Vehilius Gratus Iulianus et ses troupes ont franchi la Méditerranée pour se placer sous le commandement de C. Aufidius Victorinus et intervenir dans les provinces hispaniques. Cette inscription établit un net parallèle entre les ravages commis par des rebelles daces et maures en Méditerranée orientale et occidentale, puisque les mêmes unités et le même commandant sont dépêchés sur place, à très peu de temps de distance. Si dans les deux cas, des raids violents et courts sont commis par des envahisseurs qui se trouvent à l’intérieur ou à l’immédiate proximité des frontières impériales, les dévastations sont mieux documentées en Grèce140, sans que l’on sache s’il s’agit d’un effet de sources ou d’une gravité plus importante en Méditerranée orientale. Combien de temps dure le conflit ? Vers 175 au plus tard, la Bétique redevient une province publique confiée à un proconsul, qui n’est autre que P. Cornelius Anullinus, l’ancien légat de la VIIa Gemina141. C. Aufidius Victorinus part, lui, gouverner l’Afrique comme proconsul : cette promotion, qui intervient en 173 ou en 175142, semble présager un règlement efficace des troubles. Une inscription et un tombeau découverts à Rome, sur la Via Flaminia, en 2009 ont amené les éditeurs de ce monument à proposer le nom d’un successeur à C. Aufidius Victorinus en tant que légat de Bétique et d’Hispanie citérieure, celui de Marcus Nonius Macrinus143. Pour ces auteurs, la violence du conflit dans les provinces hispaniques aurait obligé Marc Aurèle à envoyer l’un de ses meilleurs généraux dans une deuxième légation extraordinaire. Mais cette hypothèse repose seulement sur une restitution problématique du document144 ainsi que sur une appréciation sans doute trop louangeuse de la carrière du sexagénaire M. Nonius Macrinus, qui a moins œuvré pour la pacification de l’Empire que C. Aufidius Victorinus de dix ans son cadet145. En outre, quel besoin y aurait-il de nommer un successeur au bout d’un an à C. Aufidius Victorinus, alors qu’un légat, contrairement à un proconsul, peut rester trois ans à la tête d’une province, ce qui constitue d’ailleurs l’un des principaux intérêts de cette fonction ?

  • 146 Lambèse, CIL, VIII, 2786 = ILS, 2659.
  • 147 Bénabou, 2005, pp. 157-158, n. 185.
  • 148 Depuis ibid., pp. 158-159, on met traditionnellement en rapport cette épitaphe et cette région de (...)
  • 149 Alföldy, 1985, pp. 108-109, n. 66 ; Le Roux, 1982, pp. 295-300, 1985, p. 419, n. 4 et 2000, p. 388 (...)
  • 150 L’emploi de l’adjectif Mauricum, un quasi-hapax en épigraphie, ne signifie pas de façon certaine q (...)

44La première attaque maure dans les provinces hispaniques se situerait entre 171 et 174, selon l’écart chronologique le plus large : la Bétique, province publique inermis, passe à cette occasion sous le commandement d’un légat d’Auguste propréteur, C. Aufidius Victorinus, qui gouverne également l’Hispanie citérieure, afin de mobiliser les ressources militaires nécessaires. Des vexillations sont envoyées depuis la Méditerranée orientale pour renforcer les troupes déjà présentes sur place. Les troupes et les légionnaires qui participent au conflit, comme les lieux des combats, sont quasiment impossibles à déterminer : deux inscriptions ont été mises en relation avec la répression de cette incursion, mais l’incertitude des datations oblige à rester prudent. L’épitaphe du centurion de Mysie Publius Aelius Romanus, retrouvée à Lambèse, célèbre les qualités de « pourfendeur d’ennemis en Hispanie et dans la région Montens(-is ou -ium) » du défunt146. Cette inscription a été utilisée pour prouver l’intervention contre les Maures en Hispanie de la IIIe légion Auguste à laquelle appartient P. Aelius Romanus lors de son décès147. En fait, P. Aelius Romanus a fait partie successivement de quatre légions ; il est mort alors qu’il est centurion de la IIIe légion, qui a peut-être participé à la répression de troubles dans la mystérieuse regio Montens(-is ou -ium) en Maurétanie césarienne, traditionnellement datée du règne de Commode148. Cependant, la participation à ces combats est successive et non corrélée : P. Aelius Romanus a dû prendre part à la répression de la première incursion maure en Hispanie au début des années 170, alors qu’il appartient à l’une des quatre légions citées dans sa carrière, puis combattre une décennie plus tard en Césarienne contre d’autres adversaires. Un autre centurion, primipile celui-là, Lucius Cornelius Potitus, originaire de Liria Edetanorum en Citérieure dont il est magistrat, a trouvé la mort au cours d’« une guerre maurique ». Son épitaphe a suscité un débat intense : pour Alföldy, il ne fait pas de doute que ce primipile a trouvé la mort au cours de la défense de la Bétique contre les Maures au début des années 170, et qu’il appartenait sans doute à la legio VIIa Gemina ; pour Le Roux, qui souligne qu’aucun primipile d’origine hispanique n’a été retrouvé à cette époque à la tête de cette légion, cette expression de « guerre maurique » signifie la participation à un conflit en Maurétanie, sans doute l’expédition menée par T. Varius Clemens sous Antonin149. Le tombeau de Liria Edetanorum serait alors un simple cénotaphe élevé par les parents du défunt. Si P. Cornelius Potitus, centurion légionnaire, n’a sans doute pas participé à cette expédition de T. Varius Clemens uniquement composée d’auxiliaires, et s’il peut avoir trouvé la mort lors du conflit en Hispanie150, il reste que son épitaphe ne peut être mise en relation en toute certitude avec la première incursion maure et que son appartenance à la legio VIIa Gemina reste une hypothèse.

  • 151 Ce chiffre, qui indiquerait la totalité des combattants romains impliqués sur plusieurs années, es (...)
  • 152 Bernard, 2009.

45Sous le commandement de C. Aufidius Victorinus, un sénateur proche du prince, légat de Citérieure et de Bétique, la legio VIIa Gemina, conduite par P. Cornelius Anullinus, et des vexillations emmenées depuis la Grèce centrale par le chevalier L. Iulius Vehilius Gratus Iulianus, combattent donc les Maures dans les provinces hispaniques vers 171-174. Deux centurions, le Mysien P. Aelius Romanus, qui faisait peut-être partie des vexillations venues de Méditerranée orientale, et P. Cornelius Potitus, originaire de Citérieure, auraient participé au conflit. Une participation de la flotte est possible, ne serait-ce que pour acheminer les renforts, et les unités stationnées à Césarée pourraient fournir un appoint intéressant, mais rien ne vient prouver de façon certaine pour l’instant leur participation. Si la réponse romaine est effectivement importante numériquement parlant, puisqu’un total maximum de 10 000 hommes a pu être impliqué dans les combats151, il ne faudrait pas exagérer l’ampleur des troubles. À titre de comparaison, les ravages contemporains causés par les guerres marcomanes, qui nécessitent l’implication de l’empereur lui-même, ou même l’incursion des Costoboques, représentent des menaces autrement plus sérieuses que ce conflit localisé et rapidement étouffé. Les Maures ne s’installent pas durablement, mais se contentent d’exploiter une période militairement difficile et profitent des attaques sur d’autres fronts pour piller une province en paix depuis presque deux siècles. Le terme d’« invasions », au regard des événements contemporains en Italie du Nord ou sur le front du Danube, paraît disproportionné : son emploi est plus idéologique qu’historique et permet de faire écho à la grande invasion maure de la péninsule en 711, elle-même mal connue et considérablement déformée par la suite152. On lui préférera de loin le terme d’incursions, beaucoup plus réaliste et moins connoté.

  • 153 Italica, CIL, II, 1120, p. 838 = ILS, 1354 ; CILA, 2, 378 ; AE, 1961, 339 ; Canto, 1985, no 74, pp (...)

46Cependant, un élément objectif a contribué à renforcer l’ampleur de ces événements : il s’agit de leur récurrence. En effet, l’attaque maure de 171-174 n’est pas la seule qu’aient connue les provinces hispaniques. Si la situation semble revenir au calme, puisqu’un proconsul de Bétique serait de nouveau nommé vraisemblablement vers 175, deux inscriptions font état de nouveaux désordres, résolus cette fois par le procurateur de Maurétanie tingitane, G. Vallius Maximianus. La première a été découverte sur le forum d’Italica153 :

[Face] C(aio) Vallio / Maximiano, / proc(uratori) provinciar(um) / Macedoniae, Lusi/taniae, Mauretan(iae) / Tingitanae, fortis/simo duci, / res p(ublica) Italicens(ium) ob / merita et quot / provinciam Baetic(am) / caesis hostibus / paci pristinae / restituerit

À C(aius) Vallius Maximianus, procurateur des provinces de Macédoine, Lusitanie, Maurétanie tingitane, commandant très courageux, la république d’Italica (a élevé ce monument) pour ses mérites et pour avoir rendu la province de Bétique à sa paix antérieure après avoir tué ses ennemis.

[Sur le côté droit] Dedicata anno / Lucini Victoris et / Fabi Aeliani (duum)uiror(um) / pr(idie) Kal(endas ianuarias)

Dédié l’année du duumvirat de Lucinus Victor et de Fabius Aelianus, la veille des calendes de janvier.

  • 154 Bernard, 2009.

47J’ai déjà commenté ce document par ailleurs154 : il convient de rappeler que l’inscription serait datée du 31 décembre 177 ou 178, date à laquelle Caius Vallius Maximianus est procurateur de Maurétanie tingitane. Il aurait reçu un commandement extraordinaire pour intervenir en Bétique, afin de repousser des ennemis, des Maures, qui sont explicitement nommés dans une autre dédicace en son honneur, élevée par la cité de Singilia Barba. Ce monument, une base de statue en marbre élevée sur le forum d’Italica par les autorités de la colonie à une date importante du calendrier civique, rend hommage au sauveur non de la cité, mais de la province entière. Elle ne signifie pas que les ennemis aient assailli Italica elle-même, mais que la colonie, qui a visiblement abrité une partie des forces romaines envoyées pour repousser la première incursion, cherche à « se pousser du col » en célébrant la paix retrouvée en Bétique, comme si elle était la capitale de la province. Italica veut en cette fin du iie siècle rivaliser avec Cordoue et Séville, en honorant le gouverneur de la province voisine intervenu pour rétablir l’ordre.

  • 155 CIL, II, 2015 = ILS, 1354a ; CIL, II2/5, 783 ; AE, 1961, 340 ; Atencia Páez, 1981 et 1984-1985 ; H (...)

48Une seconde inscription en l’honneur de Caius Vallius Maximianus a été découverte à Singilia Barba155 :

G(aio) Vallio Maxumiano, / proc(uratori) Augg(Augustorum duorum), e(gregio) v(iro), / ordo Singil(iensis) Barb(ensis) / ob municipium / diu[t]ina obsidione / et bello Maurorum / liberatum / patrono. / Curantibus / G(aio) Fab(io) Rustico et / L(ucio) Aemil(io) Pontiano.

À G(aius) Vallius Max<i>mianus, procurateur des Augustes, egregius, l’ordre de Singilia Barba (a élevé ce monument) à son patron, pour avoir libéré le municipe d’un long siège et de la guerre des Maures. S’en sont occupés G(aius) Fab(ius) Rusticus et L(ucius) Aemil(ius) Pontianus.

  • 156 Voir Atencia Páez, 1981 ; CIL, II2/5, 783. Il ne faut pas tenir compte des lectures de Fernández C(...)

49Cette base de statue cylindrique rougeâtre a été retrouvée dans les années 1980 : sa lecture a longtemps été rendue difficile par une copie fautive en marbre destinée à orner un arc de triomphe moderne156. Ce monument, de facture beaucoup plus grossière que la dédicace d’Italica, est un hommage local offert par le conseil du municipe de Singilia Barba, qui a souffert d’un siège mené par les Maures, ici clairement identifiés. Le procurateur de Maurétanie tingitane est honoré avec tous ses titres de chevalier egregius (littéralement « homme remarquable ») et est fait patron, protecteur du municipe. La mention « procurateur des Augustes » indique que la datation est bien postérieure à l’élévation de Commode à l’augustat le 27 novembre 176. L’inscription est donc contemporaine de celle d’Italica, mais elle a été élevée par un municipe directement concerné par l’attaque. L’expression de « long siège » n’est cependant pas à prendre de façon excessive : le municipe ne disposait apparemment pas de fortifications d’importance en pierre, et les attaquants n’étaient pas équipés de lourdes machines de guerre difficiles à déplacer par voie maritime. Ce terme d’obsidio, qui renvoie à un encerclement menaçant, traduit sans doute la frayeur éprouvée par cette petite cité jusque-là épargnée par les ravages des conflits.

50Au contraire de la première incursion du début des années 170, qui entraîne une modification du statut de la Bétique et des envois de troupes à l’échelle péninsulaire et même impériale, la seconde attaque des Maures suscite une réponse locale, menée par le procurateur équestre de la Maurétanie tingitane, très vraisemblablement à la tête de ses propres unités auxiliaires venues de la rive méridionale du détroit. Cette solution limitée à l’échelle des provinces d’Extrême Occident vient visiblement résoudre le phénomène, dont aucune autre manifestation n’est connue pour l’instant, alors que la riposte globale au début des années 170 n’avait visiblement pas été aussi efficace. Si au cours du ier siècle et jusqu’aux années 150, les forces de conquête des provinces maurétaniennes proviennent en partie de la péninsule Ibérique, et notamment du Nord de celle-ci, à la fin du iie siècle, les flux militaires sont désormais inverses : pour défendre la Bétique de nouveau attaquée vers 177, au lieu de faire appel à des troupes en garnison dans le Nord péninsulaire, ce sont les forces stationnées en Tingitane qui s’avèrent les plus à même de ramener l’ordre.

Le mythe des « invasions maures » : fausses pistes et malentendus

51Pour comprendre la genèse de ce véritable mythe historiographique né autour des « invasions maures », il ne faut pas seulement prendre en considération les preuves de ces attaques ponctuelles ; dans une perspective d’histoire critique, il faut également considérer tous les documents qui ne constituent en rien des indices, mais qui ont été versés à charge dans le « dossier » des envahisseurs maures au fil des décennies. En effet, certains de ces documents mal ou partiellement interprétés ressortent parfois de façon inattendue dans l’historiographie, où des hypothèses ont parfois été réécrites comme des certitudes. L’article paru dans Pallas en 2009 répertoriait et analysait quatre documents, trois de nature épigraphique et un extrait de source littéraire, à écarter des références relatives aux incursions maures. Pour rappel, il s’agit de :

  • L’inscription fausse d’Aruci157, fantaisie épigraphique présente dans un manuscrit de l’antiquaire Rodrigo Caro, déjà coutumier du fait158, mais « redécouverte » à tort par Blázquez159.
  • Le cursus de Tiberius Claudius Candidus160, qui triomphe de « rebelles et ennemis publics » interprétés parfois comme des envahisseurs maures161, alors que l’étude détaillée de la carrière de ce personnage montre que l’expression désigne les partisans du prétendant à l’Empire, Clodius Albinus, présents en 197 en Citérieure162.
  • Un diplôme militaire daté du 13 mai 173163, libérant un soldat de la flotte de Misène, lu comme un signe de retour au calme après la première incursion164, alors qu’il ne s’agit que d’un congé honorable classique de marins dont rien ne prouve l’intervention en Méditerranée occidentale.
  • Un passage de l’Histoire auguste, plus précisément de la Vie de Marc Aurèle165, qui mentionne brièvement des troubles en Lusitanie vers 175 : certains ont vu dans cette phrase la preuve de l’extension des attaques jusqu’à cette province166. En fait, le verbe turbari, « être perturbé », utilisé pour décrire le problème, vient d’être employé pour évoquer une situation analogue dans les Gaules, chez les Séquanes : tout laisse à penser que ces provinces connaissent à cette date des révoltes fiscales liées au census, non des incursions extérieures167.

52Des recherches ultérieures, ainsi que de fructueuses réactions à la publication m’ont conduite à ajouter encore trois autres inscriptions à cette liste des « non-invasions maures ».

  • 168 Málaga, AE, 1905, 115.

53La première est à écarter résolument et sans aucun doute : il s’agit d’un carmen epigraphicum, un poème épigraphique découvert au pied de la forteresse de Málaga au début du siècle, qui a été immédiatement interprété comme un indice des ravages causés par les Mauri168. Cette inscription perdue quelques années après sa découverte mentionne certes des travaux de réfection, mais rien ne permet de lier cette reconstruction aux invasions. L’état trop fragmentaire du texte interdit d’en donner une traduction complète :

Hic ubi congestis mons […] / mersaque ruderibus tell[…]/ splendida tecta nimis p[…]/ surrexere cito pulchr[…]/ hoc opus egregium lucem […]/ tempore curarum p[…]/ aeternam adquir[…].

  • 169 Hernández Martínez, 2007, pp. 257-260.
  • 170 Fita, 1905, pp. 423-426.
  • 171 Rodríguez de Berlanga, 1906, pp. 159-161.
  • 172 Cette étymologie est elle-même largement contestable.

54Le poème fait état de l’élévation sur une hauteur d’un nouvel édifice, « splendida tecta », en lieu et place d’un précédent bâtiment enfoui sous les décombres « congestis mersaque ruderibus ». L’inscription doit probablement se terminer par un éloge de l’auteur de ces travaux, qui s’est ainsi attiré une gloire éternelle : « egregium lucem […] / aeternam adquir[…] »169. Les premiers commentateurs de cette inscription l’ont cependant développée de façon audacieuse, en n’hésitant pas à faire explicitement référence aux Mauri et à leurs incursions sous le règne de Marc Aurèle. Ainsi, Fidel Fita faisait du procurateur de Tingitane, C. Vallius Maximianus, l’instigateur de la réfection de l’enceinte de Malaca ruinée après les invasions maures170. Rodríguez de Berlanga171 voyait dans ce carmen une trace de l’édification du mythique phare de Málaga, sur lequel le calife de Grenade Youssef Ier bâtit, au début du xive siècle, la forteresse de Gibralfaro, de Djebel-farûk, le « mont du phare »172. Son développement est encore plus poétique que le précédent, puisque l’accent est mis sur les destructions supposées qu’auraient subies les installations de pêche à Málaga et sur la construction d’un phare, la mention de lux, la lumière, le rayonnement, étant comprise au sens littéral.

  • 173 Rodríguez Oliva, 1983, p. 18 et 1987, pp. 199-200, où il est seulement précisé après la reprise de (...)
  • 174 Hernández Martínez, 2007, pp. 257-260.

55Jusque dans les années 1980, ces fantaisies littéraires de savants latinistes, dont la première témoigne de la prégnance du mythique danger maure, sont reprises dans l’historiographie, en étant mollement contestées173 ; il faut attendre l’édition la plus récente du poème pour voir leur abandon174. Même si la perte du support et du contexte n’autorise pas de datation précise, le style général du poème et l’écriture sensible dans les premières photographies incitent à penser que cette inscription serait plutôt du iiie siècle.

  • 175 AE, 1908, 233 ; Wickert, 1931, pp. 835-839 ; Encarnação, 1984, no 121.

56Une autre inscription a été interprétée également comme un indice de reconstruction à la suite de pillages attribués aux Maures, alors que sa datation est douteuse et que la reconstruction envisagée pourrait avoir d’autres causes. Il s’agit d’une dédicace175 offerte à Beryllus, affranchi impérial et procurateur des mines de Vipasca (Aljustrel), en Lusitanie :

[---] Be[ry]llo, Aug(usti) li(berto), proc(uratori) diligentissimo et amantissimo, ratio[naliu]m uicar(io), homini optimo et iu[sti]ssimo, restitutori metallo[r]um, coloni Aug(usti) d(omini) n(ostri) metalli Vipascensis statuam cum basi de suo libenter posuerunt. Ii qui infra scripti sunt, dedicante ipso [---] T. Iulius [---]. Dedicata [---] Cn(aeo) Claudio [---]

À Be[ry]llus, affranchi d’Auguste, procurateur très consciencieux et très aimant, représentant des rationales [receveurs], homme très bon et très juste, chargé d’une remise en état des mines, les coloni [exploitants], de notre maître Auguste de la mine de Vipasca, ont élevé une statue avec une base, de leur plein gré et sur leurs biens. Ceux dont les noms suivent, dédiant lui-même […] T. Iulius… […]. Dédiée par […] Cn(aeus) Claudius […]

  • 176 Christol, Demougin, 1990, pp. 192-195.
  • 177 Domergue, 1990, pp. 299-301.
  • 178 Ibid. ; Christol, Demougin, 1990, p. 195 ; Christol, 1999, pp. 235, 242-243.
  • 179 Bustamente et alii, 2008, pp. 167-169.
  • 180 Ibid., pp. 170-171, 180.
  • 181 Chic, 2005, pp. 576-586.
  • 182 Bustamente et alii, 2008, pp. 169-171.
  • 183 Ibid., pp. 171-177. Les auteurs démontrent notamment le repli de l’exploitation d’Aljustrel à la f (...)

57Cette inscription remonte à la fin du iie ou au début du iiie siècle. La mention du consul Cn(aeus) Claudius [Seuerus] à la dernière ligne permet de la dater plus précisément soit de 173, soit de 235. Michel Christol et Ségolène Demougin ont opté pour la première des deux dates, car les rationales, dont Beryllus est dit le représentant, ne sont pas qualifiés de perfectissimes. Or, cette dignité est accordée aux rationales à partir du règne de Sévère Alexandre176 et, en 235, elle aurait été probablement signalée. Si cette inscription date bien de 173, le titre de restitutor metallorum, qui signifie « chargé d’une remise en état des mines » et qui est un hapax, a été mis en relation avec les incursions maures. Les Maures en 171-172 seraient allés jusqu’à Aljustrel, au sud de la Lusitanie, et auraient mis à sac les puits, ce qui aurait entraîné la création d’une mission extraordinaire et temporaire de remise en fonctionnement attribuée à Beryllus, procurateur des mines177. Les colons lui auraient rendu un hommage appuyé afin de mettre en relief les qualités d’un bon administrateur confronté à une situation exceptionnelle178. Cependant, si cette théorie est séduisante, car elle mettrait en relation une destruction historiquement située et une remise en état consécutive, il ne faut pas oublier que la date de l’inscription de Beryllus n’est pas avérée, et que son style ampoulé correspond mieux à la période sévérienne qu’antonine. D’une part, aucune trace archéologique de pillages n’a été mise en lumière dans les mines du Sud-Ouest de la péninsule. D’autre part, des recherches récentes ont souligné l’ampleur géographique et chronologique d’une crise minière qui aurait touché la plupart des exploitations de la région dans la seconde moitié, et surtout le dernier quart du iie siècle179. Ce net ralentissement de la production minière, encore florissante sous Hadrien, est difficile à expliquer, mais un phénomène ponctuel et limité comme les incursions maures ne paraît pas être à l’origine de ce problème structurel et durable. Une étude invoque notamment une « crise de décapitalisation » qui aurait frappé l’ensemble des mines du Sud-Ouest péninsulaire sous les règnes de Marc Aurèle et de Commode180. Le pouvoir impérial, confronté à une hausse des dépenses militaires sans compensation possible par l’occupation de nouvelles conquêtes, aurait manqué de capitaux à investir dans des mines anciennes, en régie directe, comme celles de Bétique et du Sud de la Lusitanie181. En effet, ces sites miniers, exploités depuis presque deux siècles, devaient nécessiter des travaux lourds de consolidation et de réhabilitation, alors que le rendement des filons devait être moins intéressant qu’auparavant182. Le procurateur restitutor metallorum Beryllus a certes pu être remercié en 173 pour avoir effacé les traces d’une mise à sac récente, mais il aurait pu aussi réussir à mettre en œuvre une rénovation de la mine d’Aljustrel. Cette exploitation ancienne, dont la santé semble chancelante183, pouvait être éventuellement exposée à des sinistres tels qu’une inondation ou un effondrement, voire fermée momentanément par manque de rendement et de capitaux à investir. L’expression de restitutor metallorum indique une mission de remise en état des infrastructures minières, apparemment parfaitement remplie par Beryllus d’après l’hommage rendu par les coloni. Cette remise en ordre de la production a pu recouvrir diverses formes, notamment juridiques, comme l’a souligné avec justesse Alfred Hirt :

  • 184 « He [Beryllus] probably redistributed or confirmed property rights related to the mines, ruled in (...)

Il [Beryllus] a probablement redistribué ou confirmé les droits de propriété liés aux mines, tranché des litiges contractuels irrésolus, et même fourni de l’argent à ceux des coloni ou conductores qui ont subi des pertes financières à la suite des dommages de l’infrastructure minière184.

58La mine, ou plus probablement les metalla de la région d’Aljustrel, ont connu des difficultés d’exploitation sans doute assez graves pour qu’un fonctionnaire spécial, un restitutor, en l’occurrence Beryllus, soit chargé de redresser la situation. Mais rien ne permet d’affirmer avec certitude que les causes de ce désordre soient précisément un pillage effectué par les Maures. La mission de remise en état de Beryllus, qui reste pour l’instant sans parallèle ni équivalent strict, ne peut pas être utilisée comme un indice des ravages commis par les Maures ni être versée au dossier comme un élément à charge.

  • 185 Ampelum, CIL, III, 1149, 1294, 1316 ; AE, 1971, 383.
  • 186 Petolescu, 1984, pp. 329-330.
  • 187 Hamdoune, 1991, p. 175.
  • 188 Balla, 1971, pp. 245-267.

59Enfin, la présence en Dacie, à Ampelum, d’un très douteux n(umerus) M(aurorum) Hisp(anorum ?) (« corps de M(aures) Hisp(aniques ?) »)185 a été expliquée par ces incursions maures : une fois vaincus, les envahisseurs maures auraient offert des alliés. Ces derniers auraient été envoyés dans une province lointaine et auraient formé un corps dont le nom aurait rappelé les circonstances de sa formation186. Cette théorie semble peu vraisemblable : outre le fait que les Maures n’ont pu s’installer en Hispanie et devenir des « Maures hispaniques », il n’existe aucun parallèle de création d’un nom d’un numerus à partir de celui d’un peuple ou d’une province envahie. En outre, le développement Hisp(anorum) comme la date des inscriptions ne sont que des hypothèses. De façon plus pertinente, Christine Hamdoune propose que Hisp- soit le début d’un toponyme dace encore inconnu à ce jour187. En effet, les numeri de Maures en Dacie sont définis par le nom de leur garnison, comme le n(umerus) M(aurorum) Tibiscensium ou le n(umerus) M(aurorum) Miciensium. Si ce toponyme constituait une position avancée, occupée seulement par une troupe réduite envoyée en avant-garde d’Ampelum, l’impossibilité à le localiser aujourd’hui est assez aisément compréhensible. Si le développement Hisp(anorum) s’avérait exact, il pourrait être expliqué par une hypothèse plus crédible, à savoir que le numerus serait mixte, composé à la fois de Maures et d’Hispani188. En tout état de cause, l’interprétation de ce nom par une référence aux incursions maures, en plus de son manque de rigueur, paraît résulter d’une mauvaise compréhension de ce phénomène d’incursions qui sont ponctuelles, limitées, et ne sont pas suivies d’une installation des envahisseurs dans les provinces hispaniques.

  • 189 García y Bellido, 1974, p. 24.

60Les épigraphistes ne sont pas les seuls à avoir cru voir dans leurs sources ces envahisseurs maures : les traces archéologiques les plus ténues d’activité militaire ou simplement de phénomènes de destruction et de reconstruction en Bétique au cours du iie siècle de notre ère ont été systématiquement mises en relation avec ces attaques. Ainsi, Antonio García y Bellido datait la construction des arcs de triomphe d’Italica et de Malaca du règne de Marc Aurèle, car ils auraient servi à commémorer la victoire contre les Maures189. En fait, ces monuments, dont subsistent essentiellement les clés de voûte, remonteraient à la seconde moitié du iie siècle : en l’absence d’inscription précise, il est impossible d’attribuer leur élévation à une campagne victorieuse particulière.

  • 190 Le fameux « Conde Julian » de Ceuta, qui aurait trahi l’Espagne des Goths, et est devenu une figur (...)

61Outre les traces attestées des deux incursions de 171-174 et de 176-177, qui témoignent au moins pour la seconde d’un certain maintien des solidarités stratégiques « transdétroit », ces ravages et destructions imaginaires ou imputées à tort aux Mauri sont le signe d’un mythe historiographique vivace, celui d’un danger permanent d’invasions maures. Ces attaques ponctuelles et localisées sont pourtant sans lendemain ; davantage qu’une prédisposition atavique, elles montrent un opportunisme de la part de populations marginales qui profitent d’une conjoncture géopolitique favorable pour s’adonner à des pillages. Ces incursions n’entraînent cependant aucune modification administrative ou militaire dans l’appareil romain : le diocèse des Espagnes n’est pas né dans les années 180 pour protéger la péninsule Ibérique de ces assauts maures incontrôlables. La lointaine invasion de 711 n’est pas non plus la conséquence de l’effondrement des cadres militaires de l’Empire romain, seule puissance à même de contrôler l’atavisme impétueux des Maures qui chercheraient à « déferler » à toutes les époques sur la péninsule Ibérique. La « grande invasion arabo-berbère » de 711 — qui semblerait être une expédition militaire ponctuelle ayant bénéficié d’un succès assez inespéré, bien plus qu’une « invasion » stricto sensu — est un phénomène historique explicable par les conditions très particulières du début du viiie siècle, avec l’extrême morcellement des espaces du détroit et les luttes intestines entre Wisigoths et Byzantins, qui auraient favorisé les ambitions de Tariq190. Il faut donc résister à la tentation du comparatisme et ne surtout pas voir dans les incursions maures des années 170 une sorte de répétition générale des événements de 711.

III. — Hommages parallèles entre les cités et les provinces d’Extrême Occident : la connivence dans les manifestations de fidélité aux princes

62Dans des provinces strictement indépendantes, on pourrait penser que les comportements politiques des cités à l’égard du prince et des autorités provinciales s’uniformisent globalement à l’échelle impériale, tout en s’autonomisant. Comme le montrent parfaitement certains dossiers de rescrits impériaux, par exemple celui dit de la table de Banasa, les cités de l’Extrême Occident, à l’instar de chaque cité de l’empire, peuvent entretenir des relations politiques avec l’autorité impériale sous couvert hiérarchique de l’autorité provinciale. Dans ce cadre de liens à direction essentiellement verticale — de la cité au prince et du prince à la cité via le gouverneur de province —, la place pour d’éventuelles relations interprovinciales ou interciviques semble réduite, voire inexistante. Tout du moins, c’est d’après ce schéma vertical qu’ont été lues jusqu’à présent les sources épigraphiques, étudiées et mises en série d’après des corpus traditionnellement civiques ou provinciaux. Or, certains épisodes de la seconde moitié du iie siècle mettent en relief l’existence de parallèles d’ordre diplomatique, entre les provinces ou les cités d’Extrême Occident qui adoptent des comportements proches ou strictement semblables envers l’autorité impériale et ses représentants. Ces parallèles dans les hommages ou dans les choix de patrons et protecteurs montrent des solidarités ou plutôt des connivences à l’œuvre parmi les cités d’Extrême Occident, souvent à des époques où le pouvoir impérial a pu rencontrer des difficultés et a donc cherché à susciter des manifestations renouvelées de fidélité.

Un Zilitanus dans une adresse de vœux pour le salut de l’empereur de la colonie d’Astigi (Écija)

  • 191 Sur l’urbanisme d’Astigi, voir notamment Sáez Fernández, Ordóñez Agulla, García-Dils de la Vega, 2 (...)
  • 192 Sur l’inscription, voir l’édition de Saquete Chamizo, Ordóñez Agulla, García-Dils de la Vega, 2011 (...)
  • 193 Voir Scheid, 1998. On suit ici les premières conclusions des éditeurs, en attendant des publicatio (...)

63La colonie Augusta Firma Astigi, actuelle Écija, célèbre dès l’Antiquité pour ses activités de production d’huile d’olive, possédait sur son forum une vaste aire sacrée datant de l’époque augustéenne, avec un temple probablement consacré au culte impérial191. Dans un bassin situé au pied de ce temple, une inscription en cinq fragments non jointifs a été récemment découverte : il s’agit d’une déclaration solennelle de vœux faite pour le salut d’un empereur, peut-être à l’occasion de son anniversaire192. L’inscription aurait chuté ou été déposée dans le bassin vide lors de la période d’abandon du temple. Le texte, en grande partie mutilé, a été reconstitué à l’aide des protocoles annuels de la confrérie des Arvales par les premiers éditeurs193 :

[---]++s+uus quem me / [sentio dicere uiuet diem natale]m eius qui proxume p(opulo) R(omano) Qui/[rit(ibus) rei publicae populi Rom]ani Quiritium erit et eum diem [natalem incolumis ?] erit eumque saluum seruaueris ex peri/[culis si qua sunt er]untue ante eum diem euentumque bonum / [ita uti me sentio dice]re dederis eumque in eo sta[t]u qui nu[nc] / [est aut meliore seru]aueris ast tu ea ita faxi[s tum tibi] / [---]ris ubicumque ero[---] / [---nuncupauit in eade]m uerba / [--- Cons ?]tans Zilitan[us ---] / [---]us colonis […] que je m’[entends dire, s’il vit au jour de son anniversaire] qui sera le prochain pour le peuple romain et les Qui[rites, et pour la République du peuple rom]ain des Quirites, et s’il est [indemne] en ce jour [anniversaire], et si tu l’as conservé sain et sauf dans les dan[gers, s’il s’en trouve] ou doit s’en trouver avant ce jour, et si tu lui as accordé une réussite [aussi bonne que je me l’entends di]re, et si tu l’as conservé dans le même état dans lequel il [se trouve] maintenant, [ou encore meilleur], si toi tu fais cela de cette manière, [alors à toi] […] où que je sois […] [il a prononcé en ces mêmes] termes […] Constans (?) de Zilil […]

Source : Trad. Goffaux, 2013, base inédite de l’ANR Détroit (Casa de Velázquez).

  • 194 Saquete Chamizo, Ordóñez Agulla, García-Dils de la Vega, 2011, pp. 281-285.
  • 195 Zilil, AE, 1987, 1128 : dédicace à Marc Aurèle et Caracalla de la part de la res publica Zilitanor (...)

64Trois autres fragments plus anciennement découverts ont été mis en relation avec cette inscription194 : deux d’entre eux portent des traces de martelage sur les premières lignes de l’inscription, l’un fait état d’un consulat et figure après le nom martelé. Le dernier fragment comporte des noms : si sa place ne peut être déterminée, les éditeurs supposent qu’il se trouvait probablement à droite du Zilitanus, parmi les témoins du vœu. La mention du consulat, le martelage du nom impérial indiquant une damnatio memoriae, et les indices paléographiques incitent les éditeurs à dater cette inscription du règne de Commode, plus précisément entre 190 et 192. Pour ces derniers, le vœu aurait été réalisé lors des fêtes en l’honneur de l’anniversaire impérial, le 31 août, soit par les autorités de la colonie, soit par les autorités provinciales, à l’occasion d’une venue du gouverneur de Bétique dans la capitale du conuentus Astigitanus. On peut toutefois émettre un doute quant au caractère collectif du vœu, puisque la proposition ubicumque ero (où que je sois) est au singulier. Que le dédicataire soit un seul individu ou le représentant d’une communauté, le texte est de toute évidence une prière rituelle, reconnaissable à sa tournure répétitive et archaïsante, adressée très probablement à Jupiter Très Bon Très Grand, pour le salut d’un empereur qui serait donc Commode, peut-être qualifié de fils de Jupiter d’après les premières lettres conservées du premier fragment. Un personnage nommé Constans et qualifié de Zilitanus a participé à cette cérémonie et/ou à cette dédicace de promesse : Zilitanus peut être bien sûr un surnom indiquant que Constans ou sa famille sont originaires de la colonie de Zilil, mais ce serait un cognomen inédit dans ce cas. Zilitanus est attesté dans l’épigraphie pour désigner les citoyens de la République de Zilil195, cette colonie augustéenne fondée en Maurétanie occidentale. Ce Zilitanus pourrait donc être un magistrat municipal ou un sacerdos originaire de Zilil : les liens entre les deux colonies augustéennes transparaissent à l’occasion d’un vœu solennel effectué, sur un lieu public, donc avec le concours des autorités coloniales, voire provinciales. Zilil, colonie romaine rattachée explicitement à la province de Bétique jusqu’à la création de la Maurétanie tingitane vers 43 apr. J.-C., conserve visiblement des liens avec une cité de son ancienne province, peut-être avec son ancienne capitale de conuentus. Vu l’état très fragmentaire de ce texte, la prudence est de mise, mais le terme de Zilitanus figure encore sur une prière publique pour le salut de l’empereur faite à Astigi à la toute fin du iie siècle. Au cœur du forum d’Astigi, dans l’espace probablement dédié au culte impérial depuis l’époque augustéenne, un citoyen, sans doute un magistrat de Zilil, ou originaire de Zilil, participe à un hommage au prince et lui consacre une inscription commémorative, avec sans doute l’accord voire la participation des autorités d’Astigi. Les liens humains, voire politiques, entre les deux communautés se manifestent à l’occasion d’un anniversaire impérial. Si l’inscription date bien du règne de Commode, la présence d’un Zilitain à Astigi pourrait être éventuellement mise en rapport avec l’expédition contre les Mazices dans la regio Montensium : les relais locaux du pouvoir pourraient manifester leur attachement à l’empereur dans une période de conflit, ou lui rendre hommage de façon appuyée lors d’un anniversaire suivant la victoire. Cependant, en l’absence de toute datation certaine de l’inscription et de l’expédition, ce lien n’est qu’une hypothèse.

Les hommages parallèles à la famille de Septime Sévère sur les deux rives de la mer d’Alboran

  • 196 Malaca (Málaga), CIL, II, 1969 et Portus Magnus (Arzew), CIL, VIII, 21613.

65Un autre dossier de dédicaces témoigne de choix communs entre des cités situées sur les deux rives de la Méditerranée. À la toute fin du iie siècle, deux cités « se faisant face » de part et d’autre de la mer d’Alboran, Malaca (Málaga) et Portus Magnus (Arzew, l’ancienne Saint-Leu) en Algérie actuelle, utilisent un formulaire de dédicace à la fois absolument semblable et unique dans tout l’Empire pour rendre hommage à Septime Sévère et à ses fils. Voici les textes des deux inscriptions196 :

[---] / Imp(eratoris) Caesar(is) L(uci) Sept(imi) Seueri / Pii Pertinacis Aug(usti) / Parthici Arabici Adiabenici / pacatoris orbis / et fundatoris / imperii Romani [f]ilio / r(es) p(ublica) Malaci[t(ana)] d(ecreto) d(ecurionum)

[À---], fils de l’empereur César Lucius Sept(ime) Sévère Pieux Pertinax Auguste, Parthique, Arabique, Adiabénique, pacificateur du globe et fondateur de l’empire romain, la république de Malaca par décret des décurions (a élevé ce monument)

P(ublio) Septimio Getae / Caes(ari) L(uci) Septimi / Seueri Pertina/cis Aug(usti) Parthi/ci Adiabenici / pacatoris orbis / et fundatoris / imperi Romani / f[i]l(io) res pub(lica) Port(i) / Mag(ni)

⟦À Publius Septimius Geta, fils⟧ de César Lucius Septime Sévère Pieux Pertinax Auguste, Parthique, Adiabénique, pacificateur du globe et fondateur de l’empire romain, la république de Portus Magnus (a élevé ce monument)

  • 197 Voir Christol, à paraître.
  • 198 En Lusitanie, des bustes en argent et en or sont dédicacés dès 194 à Septime Sévère dans la coloni (...)
  • 199 Tarragone, CIL, II, 4114, voir p. 711 = ILS, 1140 ; CIL, II2/14, 975. Sur le personnage : PIR2 C 8 (...)
  • 200 Notamment, en Lusitanie, le sénateur C. Caesonius Macer Rufinianus, légat vers 194-197, qui a eu p (...)
  • 201 Sur P. Cornelius Anullinus, qui obtient un second consulat en 199, voir PIR2 C 1322 ; Castillo Gar (...)

Ces deux inscriptions semblent donc être des dédicaces aux fils de Septime Sévère, plus probablement à Geta, dont le nom est martelé dans la dédicace complète de Portus Magnus et manquant dans celle de Malaca. Ces deux textes sont pour l’instant les seuls témoignages dans l’Empire d’un hommage rendu à Septime Sévère en tant que pacator orbis (« pacificateur du globe ») et fundator Imperii Romani (« fondateur de l’empire romain »). Ils sont postérieurs au 28 janvier 198, puisque Septime Sévère est qualifié de Parthicus : l’acclamation impériale de Septime Sévère comme Parthicus à Ctésiphon le 28 janvier 198 est doublée d’une élévation de Caracalla à l’augustat et de Geta au césarat. Dans une étude encore inédite consacrée à l’ensemble des hommages rendus à Septime Sévère et à la famille impériale dans les provinces hispaniques et maurétaniennes, Michel Christol revient sur ces dédicaces jumelles et les date de façon précoce, probablement dès 198 ou peu après, par comparaison avec le reste du corpus197. En effet, les cités de Lusitanie et de Bétique ont tenu à montrer et à renouveler leur attachement au parti sévérien par un grand nombre d’hommages appuyés, de dédicaces et même de dons de bustes impériaux en métal précieux offerts à Septime Sévère198. Contrairement à l’Hispanie citérieure, où le parti de Clodius Albinus, rival de Septime Sévère défait en février 197 à la bataille de Lyon, a fait des émules comme en témoigne la mission de répression menée par Tib. Claudius Candidus199, les provinces voisines ont, semble-t-il, penché clairement et à une date plus précoce pour le parti sévérien. Les gouvernements de ces deux provinces étaient aux mains de partisans de Septime Sévère dès le début de la guerre civile200, et de grandes familles de Bétique, comme les Cornelii Anullini, originaires d’Iliberris (Grenade), ont par la suite été récompensées par le pouvoir sévérien201.

  • 202 Christol, à paraître, pour qui ces deux inscriptions auraient été élevées courant 198.
  • 203 Daguet-Gagey, 2004.

66Si l’on revient à ces hommages appuyés à Geta, second fils de Septime Sévère, dans ces deux cités des rivages de la mer d’Alboran, Málaga et Arzew, force est de constater leur ressemblance. Si l’on regarde les cognomina ex uirtute (« surnoms tirés de peuples vaincus »), une même inversion est visible dans les deux inscriptions : alors que le surnom Parthicus est le plus récent et date de janvier 198, il est placé devant Arabicus Adiabenicus, deux surnoms acquis dès 195. Cette inversion, très peu fréquente, semble indiquer qu’un même formulaire a été envoyé ou suivi dans chacune des deux cités : le cognomen Parthicus, le plus récent, est placé en tête pour souligner son importance202. L’expression pacator orbis est populaire parmi les cités d’Occident après les grandes victoires de Septime Sévère contre les Parthes : le fondateur de la dynastie sévérienne est honoré comme un nouvel Hercule, ou un nouveau Trajan, capable de porter la victoire aux confins de l’œkoumène203. Il ne faudrait pas, dans le cas de Portus Magnus, voir dans cette expression de propagande impériale le reflet de énièmes « troubles maures ». L’expression fundator imperii Romani est originale, celles de restitutor Imperii (« restaurateur de l’empire »), voire de fundator pacis (« fondateur de la paix ») étant plus fréquentes. Septime Sévère est honoré non seulement comme pacificateur du monde, mais également comme « fondateur de l’empire », un titre qui le replace dans la lignée des fondateurs de Rome, dans les pas de Romulus et d’Auguste. Ces hommages représentent une évolution importante en termes de propagande impériale au début du règne de Septime Sévère. Les provinces de Bétique et de Lusitanie, et également, quoique dans une mesure moindre, les provinces maurétaniennes, comme le montrent les documents de Portus Magnus et de Volubilis, témoignent d’un attachement marqué et assez précoce à la domus diuina sévérienne. Même si bien sûr ces dédicaces tendent à se répandre et à être particulièrement mises en valeur par les cités, ces hommages appuyés aux Sévères sont à mettre en relation avec les conséquences immédiates de la guerre civile de 196-197. Comme le recours à un patron de province — en l’occurrence le fameux « multi-patron » C. Iulius Asper, étudié juste après —, ces monuments élevés à la gloire de Septime Sévère et de ses fils feraient partie d’une politique de séduction en l’honneur d’un nouveau pouvoir, soit afin de faire oublier une certaine attraction pour l’autre camp, soit au contraire pour marquer la différence avec la politique davantage pro-albinienne de la province d’Hispanie citérieure.

  • 204 Robert, 1989, pp. 283-296.
  • 205 Vienne, CIL, XII, 1856 et add. = ILS, 1353 ; Inscriptions latines de Narbonnaise, Vienne, 1, 65.
  • 206 Sur ce personnage, voir en premier lieu Pflaum, 1960-1961, pp. 605-610, no 229. Pour le reste du d (...)

67Il faut comprendre également pourquoi les deux républiques de Malaca et Portus Magnus ont choisi des formulaires aussi identiques pour ces deux hommages à Geta. Portus Magnus, qui a supplanté l’ancienne cité maurétanienne Siga à la fin du iie siècle de notre ère, est situé à deux jours de navigation de Málaga. Faut-il voir dans cette similitude le résultat d’échanges entre les élites politiques des cités, voire celui de responsabilités multiples exercées par les mêmes individus ? Cela est possible. Peut-être plus probable serait la diffusion dans cette région de mêmes formulaires entre les sénats locaux : les contacts commerciaux, humains, politiques sont nombreux entre ces cités et peuvent se traduire par des pratiques épigraphiques communes. Ces similitudes ont été mises en relief à d’autres endroits de l’empire : Louis Robert avait relevé les ressemblances entre les inscriptions de Périnthe, capitale de la Thrace, et celles d’Apamée Myrlea, établie de l’autre côté de la Propontide, dans la province d’Asie204. Ces mêmes formulaires ont pu être diffusés et la réalisation de dédicaces encouragée par des responsables provinciaux favorables au camp sévérien, qui ont eu une activité tant en Bétique qu’en Maurétanie. Parmi eux, C. Iulius Pacatianus, honoré vers 198 comme patron d’Italica (Santiponce) dans une inscription de Vienne205, exerce la procuratèle de Tingitane, sans doute vers 197206 : il compte parmi les acteurs importants des guerres civiles et extérieures du début du règne de Septime Sévère. Il aurait pu participer à cette reprise en main politique des cités des provinces maurétaniennes et du Sud de la péninsule Ibérique, régions en fait beaucoup plus favorables au camp sévérien que ce que l’on retient traditionnellement.

Caius Iulius Asper, patron provincial de l’Extrême Occident à la fin du iie siècle

68Un troisième indice de ces connivences politiques entre les provinces hispaniques et maurétaniennes à la fin du iie siècle est le recours à un patron de province commun, C. Iulius Asper.

  • 207 Harmand, 1957, pp. 411-417, qui recueille seulement onze attestations de patronat de province ; De (...)
  • 208 Nicols, 1990.
  • 209 Louis Harmand a eu également tendance à ne mentionner le patronat provincial que dans le cadre de (...)
  • 210 Lefebvre, inédit.
  • 211 Ibid., t. I, pp. 35-98 : catalogue des patrons de provinces. Sur les trente-cinq personnages évoqu (...)
  • 212 Onze inscriptions provenant de ce même territoire du Latium sont consacrées à la carrière de Caius (...)
  • 213 Ager Tusculanus, Latium, CIL, XIV, 2506, 2516.

69Brièvement évoqué dans des travaux consacrés aux patrons de cités207 ou dans des articles partiels dédiés à une province ou une époque particulières208, parfois assimilé simplement à un patronus causae dans les premières recherches sur ce terme209, le patronus prouinciae est resté longtemps un personnage méconnu de l’historiographie. Une étude est venue heureusement combler cette lacune210. Sans détailler ici tout son corpus ni ses conclusions, le patronat provincial serait confié par un concilium provincial à un personnage de haut rang, susceptible de relayer à Rome les principales aspirations des provinciaux, de défendre leurs intérêts, de contribuer à leur protection militaire. Sur un catalogue de vingt-quatre patrons de provinces, du ier au ive siècle, connus à ce jour avec certitude211, un cas retient particulièrement l’attention. Il s’agit de Caius Iulius Asper212, consul ordinaire en 212, qui cumule entre 184 — date de son consulat désigné — et 200 — date de son proconsulat d’Afrique — six patronats de provinces : en Maurétanie tingitane d’abord, puis en Césarienne, dans les trois provinces hispaniques et en Bretagne. Voici l’un des témoignages de cette carrière exceptionnelle213 :

C(aio) Iulio Aspro, co(n)s(uli), / [p]raetori, curatori / uiae Appiae, sodali / Augustali, trib(uno) pleb(is), / quaestori prouinc(iae) / Africae, / Corneliu[s---] / [amico, patrono] / prouinciarum quinque, / Hispaniar(um) trium et Mauretaniar(um) duar(um), / oratori praestantissimo, / defensori clientium / fidelissimo.

[À son ami] Caius Iulius Asper, consul, préteur, curateur de la voie Appienne, sodalis augustalis, tribun de la plèbe, questeur de la province d’Afrique, [patron] de cinq provinces, les trois Espagnes et les deux Maurétanies, orateur incomparable, très fidèle défenseur de ses clients, Corneliu[s---] (a élevé ce monument).

70Le patronat de Bretagne est indiqué dans une autre inscription de l’Ager Tusculanus plus tardive. Une telle concentration de patronats de provinces entre les mains d’un seul personnage, qui ne semble pas originaire de la Maurétanie occidentale et dont la carrière antérieure ne témoigne pas d’un passage dans ces régions, est surprenante : il faut expliquer pourquoi les provinces maurétaniennes et hispaniques ont eu recours au même homme pour assumer ces charges.

  • 214 Sur ce point discuté, voir en dernier lieu Christol, à paraître.
  • 215 Lefebvre, inédit, t. I, p. 275.
  • 216 Ibid., p. 269.
  • 217 Ibid., pp. 265-270.
  • 218 Ibid., pp. 274-276.

71Entre 184 et 200, une seule circonstance politique permet de donner une explication rationnelle satisfaisante à cette accumulation de patronats : la crise de 196-197, avec la lutte entre Decimus Clodius Albinus et Lucius Septimius Severus. La Bretagne, mais aussi une partie des autorités d’Hispanie citérieure214, auraient soutenu, à des degrés divers, le camp de D. Clodius Albinus215 : lorsque la défaite de ce dernier serait devenue évidente, ces provinces auraient désiré se donner un protecteur susceptible d’éviter ou d’adoucir les mesures punitives. Le choix s’est porté sur C. Iulius Asper, car ce personnage avait déjà été coopté comme patron de la province de Maurétanie tingitane vers 184, voire également de la Maurétanie césarienne216. Une ancienne possible légature à la tête d’une, voire des deux provinces maurétaniennes, alors sujettes à des troubles sous le règne de Commode, aurait expliqué ce premier choix comme patron217. Les provinces hispaniques font toutes les trois appel à lui sans doute vers 196-197. Lors de la montée des tensions entre Clodius Albinus et Septime Sévère, vers 195, les deux prétendants au trône envoient des émissaires chargés d’établir de bonnes relations avec les gouverneurs et les provinces pour les rallier à leur cause218. L’Hispanie citérieure, gouvernée par un légat albinien, aurait été fortement travaillée vers 196-197 par des envoyés de Septime Sévère. C. Iulius Asper, patron de Maurétanie tingitane, aurait été un futur envoyé diplomatique dans les provinces hispaniques, afin de garantir l’adhésion ou au moins la neutralité des fonctionnaires, des armées et des populations de Méditerranée occidentale. Ce serait donc fort naturellement qu’il aurait été choisi par la suite comme protecteur et garant de toutes les provinces hispaniques et de la Bretagne, un des berceaux du camp albinien. Il s’agirait pour les concilia provinciaux qui lui confient cette charge de se ménager la faveur de Septime Sévère en cooptant l’un de ses émissaires comme patron de province.

72Adoption des mêmes patrons, de pratiques épigraphiques communes, participation aux mêmes dédicaces et cérémonies de vœux… Cet ensemble partagé de traits informels caractérise les cités du détroit de Gibraltar, notamment dans les périodes de guerres civiles, où les témoignages de loyauté et de fidélité sont encouragés par le camp vainqueur. Dans le quotidien municipal, les cités d’Extrême Occident semblent entretenir une communauté de praxis, d’usages qui se retrouvent d’une rive à l’autre. Ces ressemblances sont toutefois dures à interpréter. Elles échappent aux relations administratives pures qui peuvent exister entre les provinces ou les cités ibériques et maurétaniennes, elles ne revêtent pas un caractère normatif, ni ne reflètent l’obéissance à un ordre venu de Rome. Il s’agit de choix ponctuels des autorités civiques et des concilia provinciaux, qui manifestent ponctuellement un attrait semblable pour le même type de manifestations publiques, sans doute encouragées par des gouverneurs soucieux de montrer la bonne volonté des cités placées sous leur autorité. Les circulations individuelles, fréquentes notamment parmi les élites municipales rendues mobiles par leurs intérêts politiques ou commerciaux, concourent également à expliquer cette similarité de pratiques. Ces connivences politiques sont particulièrement visibles et décelables dans la dernière décennie du iie siècle, période troublée qui voit l’installation d’une nouvelle dynastie à laquelle la Bétique, la Lusitanie et les Maurétanies se rallient successivement.

73Au iie siècle, loin de l’idée traditionnelle d’une paix romaine généralisée autour d’un lac méditerranéen paisible, les armées provinciales restent nombreuses et actives : comme le montrent les diplômes militaires, les auxiliaires circulent de façon continue entre les bassins de recrutement et les diverses zones de front et de garnison. Dans ce cadre, les solidarités stratégiques entre les provinces hispaniques et maurétaniennes continuent d’exister, même si elles alimentent des armées de garnison plus que des troupes en belligérance. Entre la répression d’insurrections ou d’incursions, l’existence de mouvements de troupes auxiliaires entre les rives de la Méditerranée extrême occidentale est réelle. Leur ampleur ou leur signification ne doivent cependant pas être surestimées : la Maurétanie tingitane, où environ 5 000 hommes stationnent en permanence, est une province située aux confins de l’empire, au contact avec le monde extérieur, qui dispose donc d’un nombre d’unités relativement important y compris en temps de paix. La présence de cette armée auxiliaire en elle-même n’implique pas pour autant de situation de danger permanent pour les cités maurétaniennes. Après la guerre civile de 69, qui fait essentiellement pour victime le gouverneur de la province, Lucceius Albinus, assassiné par son homologue de Citérieure, une seule expédition, avec quatre unités pannoniennes, est conduite à la toute fin des années 140, celle de Titus Varius Clemens. Son objectif est la Maurétanie césarienne ; son passage par l’Hispanie s’explique par des fins de recrutement et sans doute de débarquement plus aisé à partir de la côte levantine. Parmi les cinq nouvelles cohortes, levées pour quatre d’entre elles en Citérieure, que reçoit la Maurétanie tingitane lors de la première moitié du iie siècle, deux sont une simple relève de cohortes en partance. Rien ne permet d’affirmer que l’arrivée des trois nouvelles cohortes est simultanée ou vient résoudre une situation de crise en Maurétanie : l’emprise romaine semblerait plutôt augmenter que se contracter sous le poids d’attaques. Dans la seconde moitié du iie siècle, les relations diplomatiques s’intensifient avec les tribus pérégrines, les Baquates autour de Volubilis ou les Zegrenses à Banasa. Dans ces dossiers dits des autels de la paix ou de la table de Banasa, l’impression générale qui se dégage est celle d’un dialogue existant et renouvelé entre les autorités romaines et des tribus puissantes sans être hostiles, qui vivent apparemment dans l’espace provincial, au contact des cités romaines. Aucun élément épigraphique ou archéologique concret ne vient confirmer l’existence de « troubles » en Tingitane, troubles mentionnés de façon allusive et générale dans quelques sources littéraires qui ne distinguent presque jamais les deux provinces maurétaniennes.

74Les seuls épisodes de belligérance avérés en Extrême Occident dans ce deuxième siècle de relative « paix romaine » sont les fameuses incursions maures en Bétique. Ces incursions, si elles troublent le ciel relativement serein d’une province paisible depuis plus d’un siècle, ne sont pas un signe précurseur du déclin romain, de la « grande crise » du iiie siècle ou de l’invasion de 711. Contrairement aux raids des Costoboques en Grèce, survenus les mêmes années, les cités de Bétique ne livrent pas de témoignages archéologiques ou épigraphiques de ravages majeurs : la paix est certes interrompue et est heureusement rendue en 177 par l’intervention du gouverneur de Maurétanie à la tête de ses troupes auxiliaires, mais les provinces hispaniques ne sont pas pillées et dévastées en profondeur, comme une lecture hâtive de sources disparates et souvent mal datées le laissait parfois croire. Les solidarités stratégiques ici s’exercent dans un sens inverse à ce qui était précédemment constaté : l’armée auxiliaire de Maurétanie tingitane et son commandant G. Vallius Maximianus viennent au secours des cités et de la province de Bétique attaquées par les Mauri et règlent le problème, visiblement de façon définitive.

75Sur le plan politique, la participation d’un Zilitanus à une prière pour le salut de l’empereur à Astigi, comme des pratiques communes d’hommages à la nouvelle dynastie sévérienne à Portus Magnus et Malaca, ou encore le recours à un même patron de province C. Iulius Asper, montrent l’étendue des « connivences » entre les cités du détroit et de la mer d’Alboran. Ces pratiques d’hommages semblables et la diffusion de formulaires communs de dédicaces font certes partie d’un mouvement plus vaste de ralliement des provinces occidentales à Septime Sévère. Néanmoins, la proximité de formulations originales et la chronologie très rapprochée de ces témoignages incitent à penser à la présence sur les deux rives du détroit de mêmes personnages proches du pouvoir sévérien. Un Caius Iulius Asper, un Caius Iulius Pacatianus ont pu développer avec certains concilia et certaines cités de péninsule Ibérique ou des Maurétanies des liens de protection et d’influence comparables à ceux exercés par Juba II à l’époque augustéenne. Ces patrons, ces protecteurs de cités ou de provinces jouent de leur influence auprès des communautés de Méditerranée extrême occidentale pour diffuser les messages politiques insufflés par la nouvelle dynastie. Dans un sens inverse, leur présence comme patrons et les honneurs qui leur sont accordés par les provinces et les cités visent à assurer le prince de la loyauté des citoyens et des provinciaux à l’égard du nouveau pouvoir en place.

IV. — L’Extrême Occident sous la tétrarchie : vers une nouvelle organisation militaire et administrative

L’expédition de Maximien en Extrême Occident (296-298) : le glas des solidarités stratégiques ?

  • 219 Les seuls troubles qui agitent l’Ouest de l’Afrique du Nord à cette période concerneraient essenti (...)
  • 220 Exception faite des « invasions barbares », en fait essentiellement des raids de pillages francs, (...)
  • 221 Pour une synthèse sur la période tétrarchique, voir en premier lieu Christol, 2006a, pp. 191-205, (...)
  • 222 Voir Zuckerman, 2002.

76Le dernier épisode qui semble mettre en relation les espaces ibériques et maurétaniens sur les plans stratégique et militaire serait l’expédition de Maximien de 296-298 dans l’Extrême Occident méditerranéen. Après un troisième siècle relativement calme pour la Maurétanie tingitane219 et les provinces hispaniques220 où, selon la documentation disponible, ni l’armée hispanique, ni l’armée maurétanienne n’interviennent sur l’autre rive de la Méditerranée, Maximien, l’Auguste en charge de l’Occident221, doit venir en personne rétablir l’ordre dans un espace qui pourrait correspondre au futur diocèse des Espagnes. La date de création des diocèses, autrefois rattachée par l’historiographie anglo-saxonne notamment aux grandes réformes du règne de Dioclétien, est aujourd’hui revue par certains chercheurs, qui la placent à la fin de la Tétrarchie. La réforme provinciale de Dioclétien aurait préparé le terrain à la formation des diocèses, notamment en favorisant l’émergence, dans certaines régions de l’Empire, de vice-préfets du prétoire chargés de plusieurs provinces, mais il faudrait attendre l’action de Constantin pour que ces regroupements deviennent systématiques dans tout l’Empire et portent le nom de diocèse222.

  • 223 Seeck, 1962, pp. 247-251 : voir ci-dessous pour la Liste de Vérone.

77La Diœcesis Hispaniarum telle que la définit la Liste de Vérone, un document postérieur à 312, est en effet un regroupement de six provinces, cinq situées en péninsule Ibérique (la Bétique, la Lusitanie, la Carthaginoise, la Galice et la Tarraconaise) auxquelles s’ajoute une sixième, la Maurétanie tingitane223. Maximien, une quinzaine d’années avant que l’organisation en diocèses ne soit formellement fixée pour tout l’Empire, interviendrait d’abord dans les provinces hispaniques, puis se dirigerait vers la Maurétanie tingitane et la Césarienne, menant ainsi une campagne de pacification des régions occidentales de l’Empire. Les panégyriques permettent de dater les expéditions des Tétrarques, mais les ennemis à vaincre sont, dans le cas présent, difficiles à déterminer avec précision, comme le trajet et la nature des troupes qui auraient participé aux campagnes dans les provinces hispaniques et maurétaniennes.

  • 224 Heitsch, 1963, 1, pp. 22, 79-81.
  • 225 Panégyriques latins, III, 7, 2.
  • 226 Ibid., IV, 17 et 18.

78Voici les documents qui font état de l’expédition de Maximien en Hispanie et en Afrique en 296-298. À propos des troubles survenus en péninsule Ibérique, un poème épique conservé sur un papyrus de la bibliothèque de Strasbourg et daté du début du ive siècle224 célèbre les victoires de Dioclétien en Perse en rappelant que Maximien ne pouvait venir appuyer son collègue, car il était retenu par un « Mars ibérique », c’est-à-dire par la guerre en Hispanie. Deux panégyriques font, par ailleurs, état d’attaques de pirates francs sur les littoraux des régions occidentales de l’Empire, dont ceux de l’Hispanie. En 297, Maximien a rétabli la paix en triomphant de ces adversaires225. Le calme est donc censé être revenu dans la majeure partie de l’Occident cette année-là226.

  • 227 Seston, 1946, pp. 115-128.
  • 228 Fragmenta Vaticana, 41 : prescription impériale réglant un cas d’usufruit. Contrairement à ce que (...)
  • 229 Bénabou, 2005, pp. 233-237 ; Arce, 1982a, pp. 20-23 ; Zuckerman, 1994, pp. 65-67 ; Christol, 2006a (...)
  • 230 Romanelli, 1959, p. 502.
  • 231 Rebuffat, 1992b.
  • 232 Villaverde Vega, 2001a, pp. 277-278.

79Les deux principaux problèmes qui apparaissent à la lecture de ces sources sont l’identité des adversaires et la localisation des troubles qui auraient apparemment nécessité un déplacement de Maximien en personne. William Seston reconstituait ainsi le déroulement des campagnes de l’Auguste en Extrême Occident227 : après avoir combattu sur le Rhin en 296, Maximien se serait rendu en péninsule Ibérique pour lutter contre la piraterie franque et, en 297, il aurait traversé le détroit pour pacifier les Maurétanies, d’abord la Tingitane, puis la Césarienne et la Sitifienne, avant d’arriver à Carthage au début de l’année 298. Sa présence est attestée dans la capitale de l’Afrique proconsulaire le 10 mars de cette année et, à cette date, les conflits avec les Maures semblent terminés, puisque Maximien prend le temps de régler un litige purement judiciaire228. La majorité des auteurs a par la suite suivi l’hypothèse de Seston concernant le parcours de Maximien en Extrême Occident229. Cependant, quelques spécialistes ont émis des réserves sur deux points principaux, à savoir les ennemis qu’affronte Maximien et sa présence en Hispanie et en Maurétanie tingitane. Pietro Romanelli a avancé l’idée que les adversaires de l’empereur en péninsule Ibérique seraient des Maures venus d’Afrique, et non pas des Francs. Il justifie cette hypothèse par le fait que les Francs auraient été beaucoup plus actifs sur les côtes bretonnes et gauloises que sur les littoraux ibériques, et qu’ils auraient été défaits par Constance Chlore, non par Maximien230. On peut immédiatement objecter que le danger piratique en péninsule Ibérique est souligné dans les panégyriques adressés à Maximien ; si Constance Chlore a effectivement lutté en Bretagne contre des Francs, Maximien serait bien intervenu en péninsule Ibérique « dans une guerre contre les pirates ». Rien, en revanche, ne vient corroborer cette hypothèse d’incursion maure en Hispanie. Pour Rebuffat, c’est le passage de Maximien en Maurétanie tingitane qui doit être remis en question231 : selon cet auteur, les documents épigraphiques communément cités pour justifier cette expédition ne prouveraient pas l’existence d’une campagne menée par le comitatus impérial, l’entourage armé des tétrarques, contre les tribus révoltées de l’intérieur. Noé Villaverde Vega s’appuie sur les travaux de Rebuffat pour émettre une autre interprétation232 : Maximien aurait bien remporté une victoire contre les Maures en Tingitane, victoire qui aurait été célébrée comme « ibérique » car accomplie dans une province du diocèse des Espagnes, si toutefois celui-ci existait alors, mais il ne se serait pas rendu en Hispanie.

  • 233 Seston, 1946, p. 117 ; Arce, 1982a, pp. 20-23.
  • 234 Phrygie, Pessinonte : AE, 1981, 777 = Supplementum Epigraphicum Graecum, 31, 1116.
  • 235 Drew-Bear, 1981, pp. 133-136.
  • 236 Zuckerman, 1994, p. 67. Aurelius Litua, gouverneur de la Césarienne, célèbre ses victoires en 290, (...)
  • 237 Zuckerman, 1994, p. 67, n. 11.
  • 238 Arce, 1982b.
  • 239 Hidalgo, 1996, notamment pp. 149-151, 154-156.
  • 240 Maymó i Capdevilla, 2000, p. 239, n. 29 et 240, n. 31.
  • 241 Arce, 1982a, p. 22 et 1982b, pp. 359-371. Interprétation suivie par Maymó i Capdevilla, 2000, pp.  (...)
  • 242 Ibid., pp. 277-278.
  • 243 Rebuffat, 1998b, p. 223, n. 90.
  • 244 Romanelli, 1959, p. 502.
  • 245 Arce, 1982a, pp. 20-23.

80Le passage de Maximien en péninsule Ibérique reste difficilement contestable, même si la campagne hispanique a dû avoir une importance mineure. Déjà, le trajet le plus évident pour le comitatus impérial entre le Rhin et l’Afrique est la traversée des Gaules et de l’Hispanie. Ensuite, la présence de Maximien dans les zones correspondant aux futurs diocèses des Gaules et des Espagnes permet de réaffirmer l’autorité de l’Auguste sur ces territoires, face à l’influence croissante de Constance Chlore en Bretagne233. Mais, outre ces remarques de logique, trois documents épigraphiques et archéologiques appuient ce bref séjour hispanique de Maximien en 296. Tout d’abord, un sous-officier du nom d’Aurelius Gaius, originaire de Pessinonte, qui accompagne Galère, Maximien et Dioclétien dès 284 et jusqu’en 303, affirme être passé par l’Hispanie et la Maurétanie au cours de sa longue carrière militaire234. Comme l’inscription suit un ordre géographique, il semblerait que la légion VIIIa Augusta — la légion de Strasbourg à laquelle appartient à ce moment-là Aurelius Gaius et qui ferait partie des troupes escortant Maximien — aurait donc parcouru la Gaule, l’Hispanie et enfin la « Maurétanie », sans que l’on sache précisément à laquelle des trois provinces maurétaniennes se réfère l’auteur de l’inscription. L’éditeur de ce document, Thomas Drew-Bear, date certes cette expédition en Extrême Occident de 290, arguant qu’en 298, Aurelius Gaius doit se trouver en Égypte, dans l’escorte de Dioclétien235. Cependant, la présence du comitatus impérial en Hispanie et en Maurétanie ne peut être attestée qu’en 296-297, l’agitation du début des années 290 dans les Maurétanies étant apparemment réglée par les gouverneurs provinciaux sans que le déplacement d’un empereur soit nécessaire236. Le séjour d’Aurelius Gaius en Égypte doit en fait être daté non de l’expédition de Dioclétien en 298, mais de celle de Galère en 293-295237. Outre l’inscription d’Aurelius Gaius et le fragment du poème épique de Strasbourg, deux autres monuments semblent indiquer la présence de Maximien en péninsule Ibérique : un bas-relief retrouvé à Mérida238 et une résidence impériale à Cercadilla, située près de Cordoue, la capitale de la Bétique, quoiqu’il faille rester extrêmement prudent sur la datation de ce dernier monument. Cet ensemble palatial, proche de nombreux camps susceptibles d’abriter des troupes, aurait été construit par Maximien d’après les archéologues qui l’ont étudié239. Certes, cette attribution reste hypothétique : il ne paraît pas absurde de penser que Cercadilla a été construit à la toute fin du iiie siècle pour un tétrarque ou un haut dignitaire du régime240. Le bas-relief de Mérida, destiné à décorer un arc, représente sans aucun doute possible un triomphe impérial ; le style de la représentation iconographique permet de dater cette sculpture de la fin du iiie siècle et d’identifier l’empereur ainsi figuré comme Maximien241. Villaverde Vega a voulu voir dans la présence de cette commémoration triomphale à Mérida une célébration de victoires remportées contre les Maures en Maurétanie tingitane, province incluse dans le diocèse des Espagnes dont la capitale fut Mérida242. Cependant, outre que la chronologie de création des diocèses est largement revue aujourd’hui et est impossible à une date aussi précoce, aucun témoignage ne permet de certifier que Maximien a bien combattu en Tingitane ; seules les Maurétanies césarienne et sitifienne, qui font partie du futur diocèse d’Afrique, portent les traces de combats menés par le comitatus impérial contre les tribus maures243. Ce bas-relief commémore plutôt le passage et la victoire de Maximien, le « Mars ibérique » du poème de Strasbourg, en Hispanie en 296-297. Rien ne permet d’affirmer que les adversaires de Maximien en Hispanie soient des Maures venus d’Afrique plutôt que des Francs, comme l’avançait Romanelli244 : l’hypothèse de la piraterie franque qui sévirait en péninsule Ibérique n’est pas certaine, mais est toutefois plus probable245.

  • 246 « D’Espagne, Maximien passa en Afrique, non pas directement en Maurétanie Césarienne, mais probabl (...)
  • 247 Tanger, IAM, 22, 34.
  • 248 Tamuda, IAM, 2, 55.
  • 249 Rebuffat, 1998b, pp. 203-212.
  • 250 Seston, 1946, p. 118, n. 2.
  • 251 Rebuffat, 1991, pp. 396-401 et 1998b, p. 223, n. 90.
  • 252 Combats contre les Quinquegentanei : CIL, VIII, 8836. Sur le trajet parcouru, voir Rebuffat, 1998b (...)
  • 253 CIL, V, 893.
  • 254 Inscription de Sétif, CIL, VIII, 8440.
  • 255 AE, 1979, 709 et 1972, 710. Voir Speidel, 1982.
  • 256 Seston, 1946, p. 122 ; Christol, 2006a, p. 200.
  • 257 Rebuffat, 2003, pp. 387-388.

81Si Maximien a ensuite débarqué en Afrique, il ne l’a pas fait pour pourchasser les Francs et leur fermer les colonnes d’Hercule, contrairement à ce que croyait Seston246. En effet, les adversaires à combattre ne sont pas les mêmes en Hispanie et en Maurétanie : Maximien ne poursuit pas les Francs qui dévasteraient les deux rives de la Méditerranée, puisque ceux-ci n’ont apparemment pas frappé en Maurétanie tingitane. Les deux inscriptions de Tanger247 et de Tamuda248 traditionnellement invoquées pour étayer l’hypothèse d’une intervention directe de Maximien en Tingitane contre les Francs ne sont pas des preuves concluantes. D’une part, aucune de ces deux inscriptions ne fait état explicitement de combats contre les Francs. D’autre part, le cavalier enterré à Tanger fait partie de la garnison de la province, plus précisément de l’aile des Hamiens, au moment de sa mort. C’est son frère, le commanditaire de l’épitaphe, qui est membre du sacer comitatus et qui vient sans doute seul à titre privé à Tanger dédier cette inscription : rien n’oblige donc à dater cette inscription de l’expédition de Maximien de 297, puisque le défunt n’appartient pas lui-même à l’armée qui accompagne l’empereur249. Quant aux mystérieux « Barbares » qui font irruption en Tingitane et sont finalement chassés à Tamuda, il paraît improbable d’en faire des Francs transmarini venus d’Hispanie, comme l’avançait Seston dans un développement un peu audacieux250. Il peut, en effet, s’agir de Maures chassés de la région durant la fin du iiie siècle par la garnison stationnée à Tamuda, voire grâce à l’intervention d’un gouverneur comme Aurelius Cletus, qui célèbre en 291 la paix retrouvée à Ksar el-Kébir251. Cette dédicace à la Victoire Auguste, très difficilement lisible, n’est pas datable en l’état, et rien ne permet d’affirmer sa relation directe avec la campagne de 297. En outre, Maximien ne se serait peut-être pas servi du détroit de Gibraltar pour faire passer son armée, car il aurait également pu traverser directement d’Hispanie en Césarienne orientale ou occidentale pour aller lutter contre les Quinquegentanei252. Enfin, les troupes qui accompagnent Maximien en Afrique ne font pas partie de la garnison d’Hispanie. La legio XIa Claudia, qui serait intervenue en Maurétanie césarienne aux côtés de Maximien, provient d’Aquilée253, et elle appartenait auparavant à l’armée des provinces du Danube inférieur, la legio IIa Herculia vient de Mésie254, les IIa et IIIa Italica du Norique255. L’armée d’Hispanie n’a pas servi de « réservoir » pour les forces qui opèrent en Afrique avec Maximien. Le centurion Marcel, martyrisé à Tanger en 298, n’aurait pas fait partie de l’expédition, contrairement à ce que l’on pourrait croire de prime abord256. L’exécution a eu lieu à Tanger pour des raisons administratives, puisque c’était dans cette cité que se trouvait le juge de dernière instance du centurion, à savoir le vice-préfet du prétoire257. Cet épisode sera revu beaucoup plus en détail dans la partie suivante, mais il ne faudrait pas voir dans le martyre tangérois du centurion Marcel la preuve de l’engagement de la legio VIIa Gemina dans l’expédition de Maximien en Tingitane.

  • 258 Pour la péninsule Ibérique, voir ci-dessus sur l’arc de triomphe de Mérida. Pour l’Afrique, voir c (...)
  • 259 Salceo Garces, 1996.
  • 260 Seston, 1946, pp. 125-126.
  • 261 Ce personnage est connu par quatre inscriptions : 1) Bisica, Afrique proconsulaire, CIL, VIII, 122 (...)

82En conclusion, il faut admettre que le dernier épisode qui met en relation sur le plan militaire la péninsule Ibérique et l’Ouest du continent africain ne montre pas le déploiement d’une stratégie de grande ampleur concernant l’ensemble de l’Extrême Occident. Les adversaires combattus par Maximien ne sont pas les mêmes, les forces utilisées sont extérieures à la région, et même le passage par le détroit de Gibraltar n’est plus d’actualité. Les victoires paraissent avoir été célébrées localement258. Aucune solidarité stratégique, aucune connivence logistique ne peut être établie entre les espaces ibériques et maurétaniens à l’occasion de cet épisode : la campagne de Maximien se contente de passer d’un territoire à l’autre en juxtaposant les interventions, sans conjuguer les forces ou les moyens nécessaires à ces victoires. Alors que l’Ouest maurétanien et la péninsule Ibérique se retrouvent progressivement au sein du même ensemble administratif, celui de la Diœcesis Hispaniarum, rien ne fait état de cette unité sur le plan militaire. Cette absence de lien stratégique, logistique et même symbolique entre les divers territoires qui, plus tard, seront unis sous le nom de diocèse des Espagnes, contraste avec la situation des provinces voisines qui feront partie du diocèse africain au début du ive siècle. En effet, sur un bas-relief de Rapidum259 et dans la dédicace de l’amphithéâtre de Sétif260, toutes les provinces du diocèse d’Afrique rendent ensemble un vibrant hommage aux empereurs. Les Maurétanies césarienne et sitifienne semblent revendiquer leur commune appartenance à l’espace futur de la Diœcesis Africae, espace dans lequel elles seront unies à l’Afrique et la Numidie. Ce rapprochement militaire et administratif était déjà sensible dans le ressort provincial attribué à M. Cornelius Octavianus, dux per Africam Numidiam Mauretaniamque (commandant en chef pour l’Afrique, la Numidie et la Maurétanie) vers 260261. Cette solidarité stratégique et politique qui semble établie dans la seconde moitié du iiie siècle entre les provinces du futur diocèse d’Afrique contraste avec l’absence de relations militaires claires entre la péninsule Ibérique et la Maurétanie tingitane, relativement isolée politiquement à l’extrême ouest du continent africain. Les troubles attestés au second siècle et surtout au milieu du iiie siècle aux confins de la Maurétanie césarienne et de la Numidie ont amené une concentration des commandements et des troupes et un rapprochement stratégique de ces deux provinces. La Maurétanie tingitane, dont l’histoire est plus calme et dont les forces sont davantage ramassées autour des côtes, des fleuves et de quelques grands pôles de l’intérieur comme Sala et Volubilis, évolue vers une certaine autonomie militaire vis-à-vis des provinces voisines au iiie siècle de notre ère. Après les épisodes ponctuels et limités des incursions maures des années 170 apr. J.-C., la garnison de Maurétanie tingitane, quoique toujours importante en nombre, semble se limiter à des opérations intérieures de maintien de l’ordre. Le passage sans doute bref du comitatus impérial en Hispanie puis en Maurétanie ne vient pas perturber ni remettre en cause durablement cette autonomie stratégique, sans doute explicable par des besoins militaires limités.

  • 262 Carcopino, 1919 ; Rachet, 1970, pp. 238-250.

83Il ne faudrait surtout pas voir, notamment dans l’action de M. Cornelius Octavianus, ce commandant de l’Afrique à la Maurétanie vers 260, un embrasement général de toutes les provinces africaines sous le règne de Valérien et de Gallien, comme l’avaient fait Jérôme Carcopino ou Marguerite Rachet notamment262. Les troubles semblent en fait localisés à la frontière entre la Maurétanie césarienne et la Numidie, d’où l’efficacité plus grande d’un commandement militaire unique entre les trois provinces, afin de mobiliser les ressources militaires africaines pour aller combattre beaucoup plus à l’ouest. Cette mission reste toutefois temporaire et surtout ne concerne pas la Maurétanie tingitane : les espaces du détroit de Gibraltar ne connaissent pas de grande révolte généralisée dans ce milieu de iiie siècle, période anciennement considérée comme l’apogée de toutes les difficultés dans l’ensemble des provinces de l’Empire. Force est de constater qu’après les incursions maures en Bétique sous le règne de Marc Aurèle, épisode volontiers aggravé à plaisir par l’historiographie, les espaces du détroit de Gibraltar se révèlent relativement calmes, et que les solidarités militaires interprovinciales mises en œuvre au ier et encore au début du iie siècle sont progressivement en sommeil après les années 170.

L’intégration de la Tingitane au sein du futur diocèse des Espagnes : les procès de martyrs sous le règne de Dioclétien

  • 263 Voir notamment Christol, Magioncalda, 1989 sur ces procurateurs-gouverneurs.
  • 264 Sur la réduction du territoire tingitan et le passage de la frontière méridionale au niveau du Lou (...)
  • 265 Seeck, 1962, p. 250 : « Laterculus Veronensis : Nomina prouinciarum omnium : XI : Diœcesis Hispani (...)
  • 266 Sur la Liste de Vérone et les hypothèses de datation de la création des diocèses, voir ci-dessus.

84Après la fondation des deux provinces de Maurétanie par Claude en 42 ou 43 apr. J.-C., les communautés de droit romain situées en Tingitane et en Maurétanie césarienne n’ont plus à faire appel aux autorités des provinces hispaniques voisines pour régler les affaires judiciaires ou procéder aux levées fiscales. Désormais, ce sont les procurateurs-gouverneurs, épaulés par leurs officia de Tanger et de Césarée, qui se chargent d’administrer les peuples et cités des provinces maurétaniennes263, sans que les proconsuls de Bétique ou d’Afrique n’aient à intervenir. La situation semble changer à la toute fin du iiie siècle, sous le règne de Dioclétien ; les anciennes provinces, réduites en superficie, mais multipliées en nombre, sont alors progressivement regroupées dans des ensembles plus vastes. Ces nouveaux échelons administratifs prennent par la suite le nom de diocèse, probablement après 314. La Maurétanie tingitane — qui aurait connu une diminution des deux tiers dans les années 280 et serait désormais seulement constituée de la portion septentrionale de son ancien territoire264 — fait ensuite partie du diocèse des Espagnes avec les six autres provinces hispaniques265. Si le nom de Diœcesis Hispaniarum n’apparaît qu’avec la Liste de Vérone, c’est-à-dire après 314266, les provinces hispaniques et la Maurétanie tingitane semblent placées sous la même juridiction, celle d’un vice-préfet du prétoire, dès les dernières années du iiie siècle. Un épisode semble montrer ce rapprochement administratif entre les provinces hispaniques et la Maurétanie tingitane dès la fin du règne de Dioclétien : le martyre de Marcel le Centurion à Tanger en 298.

  • 267 Delahaye, 1923.
  • 268 Manuscrit BNE A 76, voir García Villada, 1929.
  • 269 Gaiffier, 1971.
  • 270 Lanata, 1972.
  • 271 Musurillo, 1972, pp. 250-259 et introduction p. 39.
  • 272 La recension M commence par l’expression fautive In ciuitate Tingitana, Marcel est encore rattaché (...)
  • 273 Saxer, 1979, pp. 125-130.

85Les Actes de la passion de saint Marcel constituent un dossier complexe, tant au niveau de l’édition que du commentaire. Sans faire d’une étude paléographique exhaustive, il est nécessaire de reprendre les principaux points du dossier documentaire. En 1923, le père Hippolyte Delahaye avait proposé pour cette passion une édition toujours satisfaisante aujourd’hui267, bien qu’à compléter par deux découvertes postérieures, un manuscrit du xe siècle à la Biblioteca Nacional et un nouveau témoin de ce texte madrilène extrait d’un bréviaire du xive siècle conservé à la bibliothèque universitaire de Barcelone268. Ce dernier manuscrit a été publié par le père Baudouin de Gaiffier en 1971269. L’année suivante, Giuliana Lanata a entrepris une nouvelle édition des Actes de la passion de Marcel le Centurion270, plus brève que celle de Delahaye, mais destinée à la compléter grâce à la prise en compte de ces nouvelles découvertes. Herbert Musurillo a également édité le texte en 1972 dans son recueil d’actes de passion, The Acts of the Christian Martyrs271. Malheureusement, cet auteur n’est pas retourné aux manuscrits et, s’il cite les travaux des commentateurs, il n’en tient pas compte et commet de fréquentes erreurs272. Enfin, Victor Saxer a proposé une traduction récente en français de la Passio Marcelli, dans un ouvrage didactique destiné à faire connaître au grand public l’histoire des principaux saints d’Afrique du Nord273.

  • 274 Gaiffier, 1941, 1943, 1969.
  • 275 Masai, 1965a, 1965b, 1966.
  • 276 Carcopino, 1943, pp. 276-282.
  • 277 Seston, 1950a [1980a].
  • 278 Villaverde Vega, 2001a, pp. 269, 280 et 339-344.
  • 279 Rebuffat, 2003, pp. 387-391.
  • 280 Baslez, 2007, pp. 238-242. Malheureusement, cet auteur s’appuie sur l’édition fautive de Musurillo (...)

86En ce qui concerne les commentaires, les deux principaux philologues à s’être penchés sur cette Passio Marcelli sont Baudouin de Gaiffier274 et François Masai275. Jérôme Carcopino276, William Seston277, plus récemment Noé Villaverde Vega278, René Rebuffat279 et Marie-Françoise Baslez280 ont commenté ce récit de martyre dans leurs travaux respectifs.

  • 281 Delahaye, 1955, pp. 106-107, 113 ; Masai, 1965a, p. 277.
  • 282 Le R. P. Delahaye distingue en effet deux traditions de manuscrits. La première tradition baptisée (...)
  • 283 Sur ces armes et insignes, voir notamment Rebuffat, 2003, p. 388, n. 35.
  • 284 Sur les principia, voir Lenoir, 1986.
  • 285 Sur le serment, voir plus particulièrement Seston, 1950a, pp. 239-240 [1980a, pp. 635-636] ; Rebuf (...)
  • 286 Gaiffier, 1941, p. 128 ; Masai, 1965a, p. 280.
  • 287 Sur la lecture et la définition de cette expression largement corrompue dans la tradition directe, (...)
  • 288 Seston, 1950a, pp. 239-246 [1980a, pp. 635-642].
  • 289 Id., 1946, p. 122 ; Lanata, 1972, p. 516 ; Rebuffat, 2003, p. 389.

87Les Actes de la passion de Marcel le Centurion sont considérés comme un récit de martyre historiquement fiable, car fondé sur la copie de procès-verbaux du procès281. Les principales difficultés viennent des différences importantes entre deux traditions manuscrites, dont la plus tardive contient de nombreux ajouts et interpolations282. Voici les faits : le 21 juillet 298, dans un camp légionnaire, le centurion ordinaire Marcel jette son baudrier, son épée et le cep de vigne insigne de son grade283 devant les enseignes et les statues des empereurs qui se trouvent dans les principia284, en proclamant qu’il ne connaît qu’un seul sacramentum, qu’un seul serment consacré, celui qui le lie au Christ285. Sept jours plus tard, le 28 juillet, il est traduit devant le praeses Manilius (?) Fortunatus, devant qui il reconnaît les faits et en explique les raisons. Fortunatus renvoie l’affaire devant son supérieur, l’agens uice (ou uicem) praefectorum praetorio Aurelius Agricolanus, en joignant conformément au règlement un elogium, une lettre expliquant le chef d’inculpation et les raisons du transfert du dossier à sa hiérarchie286. Trois mois plus tard, le 30 octobre 298, Aurelius Agricolanus préside à Tanger le procès de Marcel, qui a été conduit devant le vicaire par un certain Caecilianus, un official de la troupe du gouverneur287. Le procès aboutit à la condamnation à mort par décapitation de Marcel, jugé coupable d’avoir manqué publiquement et gravement à la discipline en reniant son serment militaire et en jetant ses armes et son insigne lors d’une cérémonie en l’honneur des empereurs. L’acte est à la fois assimilé à une désertion et à un crime public et répété de lèse-majesté288. La condamnation à mort du centurion Marcel est inévitable et n’est pas due à sa foi chrétienne, qui ne tombe pas sous le coup de la loi en 298, soit cinq ans avant les édits de persécution décidés par les Tétrarques289.

  • 290 Seston, 1950a [1980a] ; Baslez, 2007, pp. 338-342.
  • 291 L’expression apparaît, de façon excessive à mon sens, dans Barnes, 2010, p. 109, à propos des cas (...)
  • 292 Rebuffat, 2003, p. 390.
  • 293 Le proconsul d’Afrique, qui est lui aussi obligé de condamner le conscrit réfractaire Maximilien, (...)
  • 294 Les anniversaires impériaux, à l’instar de celui qui déclenche la rébellion du centurion Marcel, n (...)
  • 295 Seston, 1950a, pp. 244-245 [1980a, pp. 634-635].
  • 296 Rebuffat souligne avec raison le caractère inéluctable de la mort de Marcel, étant donné qu’il a r (...)

88Ces Actes ont soulevé de nombreux points de commentaires et parallélismes avec d’autres sources hagiographiques, qu’il faut éclaircir brièvement avant de s’intéresser au trajet administratif du procès. Ainsi, sur la raison du refus du sacramentum par Marcel, qui s’exclut dès lors du service et encourt la mort comme d’autres martyrs militaires de la même époque, à savoir les vétérans Tipasius et Iulius ou le conscrit Maximilien, je renverrai à l’hypothèse de Seston, reprise par Baslez290. Selon ces auteurs, il ne faudrait pas voir en Marcel un modèle d’objecteur de conscience291, mais un officier loyal refusant de participer à des actes d’idolâtrie. Les empereurs de la Tétrarchie étant désormais considérés comme les fils de divinités, les festivités rendues en leur honneur étaient intolérables pour des chrétiens convaincus. Le centurion Marcel est un soldat aguerri qui n’a jamais refusé le combat et qui a assisté au cours de sa carrière à de nombreuses cérémonies officielles avec prière solennelle à Jupiter, renouvellement des vœux pour le salut et la prospérité de l’État et renouvellement du sacramentum292. Le 21 juillet 298, le centurion Marcel a changé d’attitude et préféré encourir « une mort infamante » plutôt que de se livrer à un acte qui aurait gravement compromis ses espérances de salut293. Cette attitude et cette condamnation à mort, comme celle des autres militaires à la même époque, ne témoignent pas d’une sévérité particulière de la part des autorités judiciaires, juste de l’apparition d’une nouvelle théologie politique à la fin des années 290 qu’une fraction de chrétiens rejette à titre personnel294. Le fait que ces chrétiens soient des militaires n’indique pas que l’Église impose à ses fidèles le refus du service des armes. Ces militaires chrétiens, confrontés directement à la nécessité de prêter un serment public à des empereurs divinisés, choisissent de manifester leur allégeance au Christ seul, et non à de faux dieux, fussent-ils empereurs295. Ces martyres militaires sont dus à une décision personnelle de certains fidèles, choix immédiatement condamné pour manquement à la discipline. Il ne faudrait en aucun cas imaginer une attitude concertée des soldats chrétiens qui aurait entraîné une persécution antichrétienne dans l’armée296.

  • 297 Masai, 1965a, p. 286.
  • 298 Manuscrits L, S, B, A, Q, O, K, R d’après la classification de Delahaye, 1923, pp. 258-260, 267.
  • 299 Manuscrits E, D, F, G, H : ibid., pp. 267-268.
  • 300 Le bollandiste en vient d’ailleurs à écarter purement et simplement l’introduction donnée par les (...)
  • 301 Sur les « tournées » des fonctionnaires impériaux et les rotations des tribunaux, voir notamment L (...)

89Davantage que les mobiles religieux qui ont pu animer le centurion Marcel, ce sont les circonstances de son procès et de son martyre qui doivent retenir notre attention. Il s’agit en effet de comprendre dans quel endroit le centurion a refusé de se plier aux cérémonies en l’honneur de Dioclétien et Maximien pour savoir quelles autorités étaient compétentes pour le juger. En effet, les manuscrits précisent le lieu du martyre, Tanger, mais pas celui où Marcel a renié son serment. Le praeses Fortunatus, c’est-à-dire le gouverneur de province qui entend Marcel en première instance, est inconnu par ailleurs297 : on ne sait ni où ni quand a eu lieu son gouvernement. La question principale qui se pose à la lecture de ces Actes de la Passio Marcelli est celle de la localisation exacte des faits. Les procès-verbaux originaux devaient mentionner le lieu du délit et de la première condamnation, mais ces circonstances ont disparu, probablement de façon précoce, et certains manuscrits médiévaux ont cherché à suppléer cette lacune. Si une série de manuscrits place la scène de reniement du sacramentum dans la cité de Tanger298, le lemme des manuscrits de la tradition N, selon la classification du père Delahaye, indique un déroulement de la cérémonie en Hispanie, à León, dans le camp de la legio VIIa Gemina299. Commençons par l’hypothèse tingitane : les paléographes, qui ont directement accédé aux manuscrits, ont écarté la localisation du délit à Tanger même. Tout d’abord, la tradition M2, qui mentionne l’expression in ciuitate Tingitana, n’est pas une recension des plus fiables ; elle compte de nombreux ajouts dus à la fantaisie du copiste300. En outre, cette apparition du nom de Tanger est probablement induite par la localisation du martyre. Enfin, si le crime et le jugement en appel se passent dans la même ville, il est difficile d’expliquer la présence d’un officier et d’une troupe chargés du transfert. Il semble donc plus raisonnable de penser que le martyre s’est déroulé à Tanger car il s’agissait d’un des lieux où les autorités judiciaires chargées de condamner Marcel pouvaient se réunir301, mais que le crime commis par le centurion s’est passé ailleurs.

  • 302 Voir le texte N de Delahaye reconstitué à partir des manuscrits espagnols E, D, F, G et H : (Lemme (...)
  • 303 Gaiffier, 1941, pp. 123-125.
  • 304 Id., 1969, pp. 21-22. Notons que cet argument a silentio est, en l’état actuel des connaissances s (...)
  • 305 Notamment les deux frères martyrs Emetherius et Celedonius qui, selon Prudence, étaient des milita (...)
  • 306 Sur la famille et les enfants de Marcel, évoqués par un seul manuscrit, le bréviaire de León, mais (...)
  • 307 Voir notamment Monceaux, 1928.

90Jusque dans les années 1930, les commentateurs situaient en Hispanie la scène où Marcel le Centurion jette ses armes devant les principia et celle du premier reniement du serment militaire devant Fortunatus ; Marcel aurait été un centurion de la legio VIIa Gemina, dont le camp était à l’emplacement de l’actuelle León302. Fortunatus aurait donc été le praeses de la province de Gallaecia, le gouverneur de Galice, et le premier jugement de Marcel aurait pu avoir lieu à Asturica Augusta, la capitale du conuentus Asturicensis. Le bollandiste Baudouin de Gaiffier fut le premier à émettre de fortes réserves303 : le nom de la VIIe légion n’apparaît que dans des ajouts propres aux cinq manuscrits de la tradition espagnole N, manuscrits beaucoup plus récents et douteux que ceux de la tradition M, qui eux, en revanche, ne mentionnent pas León. Les premiers martyrologes hispaniques ne citeraient pas Marcel le Centurion304. En outre, la ville de León au Moyen Âge s’était attribué un certain nombre de martyrs militaires originaires de cités voisines305, et Marcel lui-même s’était vu gratifier de toute une famille fictive de saints locaux, sans doute pour souligner son appartenance à la cité léonaise306. Pour Baudouin de Gaiffier, inspiré probablement par les travaux de Paul Monceaux et l’intérêt général croissant pour l’hagiographie ancienne307, Marcel le Centurion était en fait un Africain martyrisé à Tanger, et non un légionnaire hispanique renvoyé devant une cour lointaine. À la question « S. Marcel est-il de Tanger ou de León ? », Baudouin de Gaiffier avait dans un premier temps répondu sans aucune ambiguïté :

  • 308 Gaiffier, 1941, pp. 124-125.

Ce martyr est africain et uniquement africain. Ce n’est qu’à la suite d’un remaniement d’abord discret dans B. I 4, puis tout à fait effronté dans le bréviaire de Léon, que S. Marcel a été attribué à l’Espagne et que la première scène des Actes a été placée à León. Comme Sainte Marcienne de Césarée, S. Victor de Césarée, les SS. Cyriaque et Paule, S. Marcel doit être restitué à l’Afrique308.

  • 309 « Las hipótesis que suponían el traslado de Marcelo de León a Tánger deben descartarse y toda la a (...)

Villaverde Vega, dans un passé beaucoup plus proche et pour des raisons différentes, a lui aussi tranché en faveur d’une origine tingitane de Marcel le Centurion309. Cependant, dans l’un de ses derniers articles généraux concernant les actes de cette passion, le père de Gaiffier remettait en cause sa précédente théorie et, après l’exposé d’une série d’arguments troublants, concluait par une palinodie passée largement inaperçue :

  • 310 Gaiffier, 1969, p. 23.

En tenant compte, d’une part, des trois mois qui s’écoulent entre l’arrestation du centurion et sa mise à mort à Tanger, et, d’autre part, des cadres administratifs de l’Espagne en cette fin du iiie siècle, il est assez vraisemblable que Marcel, au moment du délit, était en Espagne. […] Nous résumerons le résultat de cette enquête en disant : à la fin du iiisiècle, Marcel, centurion d’une légion cantonnée peut-être en Espagne, a été déféré au tribunal du uicem agens, Agricolanus, à Tanger, et mis à mort310.

  • 311 Si le délai de trois mois, avec des dates qui varient d’une édition à l’autre, pourrait certes êtr (...)
  • 312 Sur l’armée de Maurétanie tingitane, voir les chap. iii et iv de cet ouvrage.
  • 313 Seston, 1950a, p. 239 [1980a, p. 629].
  • 314 Villaverde Vega, 2001a, p. 280.
  • 315 « ex c(enturionibus) (h)ast(atis) (prim)an(is) » : voir Masai, 1965a, p. 30.

91Pourquoi le bollandiste Baudouin de Gaiffier est-il revenu sur ses premières conclusions ? Le délai de trois mois entre les faits et le second interrogatoire de Marcel et surtout la présence d’un officier armé responsable du transfert, l’officialis comitatus proconsularitatis Caecilianus, montrent l’existence d’un voyage sans doute assez long entre les deux événements311. D’une part, si la VIIe légion n’est pas mentionnée par la tradition paléographique la plus ancienne et la plus sûre, les manuscrits précisent que la scène se passe dans un camp légionnaire, comme l’indiquent les mots apud signa legionis. Or, aucune légion n’est stationnée en Maurétanie tingitane, dont l’armée est composée d’unités auxiliaires312. Une seule légion est attestée en péninsule Ibérique à la fin du iiie siècle : la VIIe légion, dont le camp principal est celui de Legio, l’actuelle León. Seston avançait l’idée que Marcel pouvait provenir d’une légion située « quelque part en Afrique313 ». Mais si c’était le cas, Marcel, comme le conscrit Maximilien, aurait dû être jugé par le proconsul d’Afrique, non par le vice-préfet du prétoire siégeant à Tanger. Villaverde Vega, attaché visiblement à faire de Marcel un Tingitan, objecte qu’un centurion ordinarius n’est pas nécessairement un légionnaire, mais peut aussi faire partie d’une cohorte auxiliaire314. Cependant, Marcel porte également la distinction de « premier des hastats315 ». Or, ce grade renvoie à la formation en lignes de bataille, qui est une formation réservée à la légion. Marcel ne peut donc être un centurion auxiliaire, mais l’un des centurions hastati d’une légion.

  • 316 Voir l’exemple du dies natalis de Septime Sévère fêté dans le camp auxiliaire de Tamuda cité ci-de (...)
  • 317 « Cette dernière province [la Tingitane] semble exclue, car nous n’y avons pas trace d’une légion (...)

92D’autre part, s’il est exact qu’un camp auxiliaire comporte des principia où des cérémonies se déroulent devant les enseignes et les effigies des empereurs316, la mention répétée dans tous les manuscrits des signa legionis (enseignes de la légion) ne s’explique que dans le cas d’un camp légionnaire, ce qui n’existe pas dans les Maurétanies317. Un centurion légionnaire stationné dans un camp africain aurait été jugé en Afrique proconsulaire, et non à Tanger.

  • 318 Villaverde Vega, 2001a, pp. 339-344.
  • 319 Ibid., pp. 268-269, 343.
  • 320 La bibliographie est trop abondante sur ce point pour être ici citée dans son intégralité : voir n (...)
  • 321 Di Vita-Évrard, 1985, pp. 173-174, n. 100.
  • 322 Notamment l’interprétation de Cuq, qui n’était pas d’accord avec Pallu de Lessert sur la synonymie (...)
  • 323 Villaverde Vega, 2001a, pp. 269, 343-344. Cette idée de spécialisation judiciaire des uice agens p (...)

93En outre, si l’on suit quand même l’hypothèse de Villaverde Vega, pour qui Marcel est un centurion auxiliaire auteur d’un sacrilège dans un camp tingitan318, pourquoi ce double interrogatoire et cette condamnation par un vice-préfet du prétoire ? Villaverde Vega fait de Fortunatus non un gouverneur de province, mais le commandant de l’unité où sert Marcel, en objectant que le terme de praeses est vague et que deux manuscrits définissent Manilius Fortunatus comme le praeses legionis319. Si effectivement le titre de praeses legionis est connu, celui de praeses cohortis ne l’est pas. Or, rappelons-le, dans l’hypothèse de Villaverde Vega, Fortunatus est un responsable d’unité auxiliaire et non légionnaire. Il paraît donc difficile de faire de lui le chef de cohorte du centurion Marcel si c’est le titre de praeses legionis, et non celui de praeses cohortis, qui est mentionné par deux manuscrits légèrement douteux par ailleurs. En outre, Aurelius Agricolanus est clairement identifié comme le uice agens praefectorum pretorio, le vice-préfet du prétoire, c’est-à-dire le détenteur de la plus haute autorité militaire et administrative sur un ensemble qui regroupe plusieurs provinces320. Ces vice-préfets deviendront par la suite les vicaires responsables des diocèses321. Or, si Aurelius Agricolanus est un vice-préfet du prétoire et que Marcel le Centurion est renvoyé devant lui en dernière instance, simplement car le tribunal d’Agricolanus se tient à Tanger, la version d’un Marcel martyr maurétanien ne tient pas. Pour maintenir son hypothèse et faire d’Aurelius Agricolanus autre chose que le vice-préfet du prétoire, Villaverde Vega convoque donc une ancienne interprétation de la fonction des uice agentes praefectorum pretorio, interprétation qui aboutissait à distinguer ces personnages des vicaires et à les définir comme des adjoints destinés à remplir une fonction particulière déléguée par le vicaire322. Pour Villaverde Vega, Aurelius Agricolanus serait en fait non le vice-préfet en charge des provinces hispaniques et de la Maurétanie tingitane, mais le uice agens délégué par le vicaire pour rendre la justice en dernière instance dans une province périphérique323.

  • 324 Villaverde Vega, 2001a, p. 344.
  • 325 Notamment Delahaye, 1923 ; Gaiffier, 1941 et 1969 ; Carcopino, 1943, p. 240 ; Seston, 1950.
  • 326 Villaverde Vega, 2001a, pp. 269, 344.

94Cette hypothèse, qui aboutit à faire de Marcel le premier saint de Maurétanie tingitane324, oblige donc à admettre en premier lieu qu’il est un centurion ordinaire auxiliaire et que la scène se passe dans un camp auxiliaire, cela au mépris de l’inexistence de ce grade comme des mentions du terme de legio dans les manuscrits. Ensuite, cette interprétation implique une reconstruction totale des fonctions administratives des personnages mentionnés dans la Passio Marcelli : Fortunatus ne serait pas un gouverneur de province, comme la quasi-totalité des commentateurs l’avait compris325, mais un chef d’unité auxiliaire au grade complètement inédit. Enfin, le juge de dernière instance, Agricolanus, ne serait pas le vice-préfet du prétoire, mais l’adjoint du vicaire diocésain resté à Mérida, adjoint chargé pour l’occasion de juger en dernière instance Marcel326.

  • 327 Si la réorganisation administrative des provinces administratives a déjà eu lieu, il se peut que F (...)
  • 328 Fortunatus n’a peut-être pas le ius gladii : Rebuffat, 2003, pp. 388-389.
  • 329 Mommsen, 1896, pp. 262-264 ; Durry, 1938, pp. 172-174.

95Cette hypothèse semble complexe à l’excès et trop orientée par le désir de faire de Marcel le premier martyr tingitan pour être convaincante. En outre, elle soulève davantage de contradictions qu’elle n’en résout. Il est beaucoup plus simple de faire de Marcel un centurion légionnaire provenant d’Hispanie qu’un auxiliaire de Maurétanie tingitane. Pour expliquer les faits, on avancera la restitution suivante : Marcel, centurion ordinaire de la legio VIIa Gemina, se rend coupable au sein de son camp d’un manquement grave et public à la discipline militaire. Il est donc transféré d’abord au praeses, au gouverneur de la province hispanique où se trouvent les castra327 ; ce praeses, qui n’a probablement pas le droit de trancher une affaire aussi grave où la peine capitale est encourue328, renvoie l’accusé sous bonne garde devant son supérieur Agricolanus. Ce dernier, vice-préfet du prétoire probablement en charge des provinces hispaniques et de la Maurétanie tingitane, siège à Tanger pour juger en deuxième instance le centurion Marcel. Sa résidence n’est probablement encore pas définitivement fixée à Mérida, comme elle l’est à partir du début du ive siècle. Le vice-préfet Agricolanus exerce une juridiction qui est du ressort du préfet ; cette juridiction est non pas déléguée par les préfets eux-mêmes, mais répartie par décision de l’empereur329.

  • 330 Gaiffier, 1969, p. 23.
  • 331 Villaverde Vega, 2001a, pp. 268, 343.
  • 332 Ibid., pp. 269, 343-344.

96Comme le reconnaissait Baudouin de Gaiffier dans son réexamen de la question, ce parcours judiciaire s’inscrit parfaitement dans les nouveaux cadres administratifs qui commencent à apparaître à la fin du iiie siècle330. En revanche, l’hypothèse « maurétanienne » de Villaverde Vega oblige à forcer un certain nombre d’interprétations : si Marcel est un auxiliaire tingitan, il faudrait faire de Fortunatus un préfet d’unité331 et d’Agricolanus un « responsable judiciaire » qui ne détiendrait pas d’autorité sur un territoire précis, mais qui aurait seulement des compétences de juge332.

  • 333 Cette expression a suscité l’incompréhension des premiers éditeurs et commentateurs : Allard, 1890 (...)
  • 334 Villaverde Vega, 2001a, p. 343.
  • 335 Masai, 1965a, pp. 281-282.
  • 336 Ibid., pp. 283-285.
  • 337 Ibid., pp. 286-287.

97Dans cette optique de crime commis en Tingitane, la présence d’un officier chargé du transfert est inexplicable : Villaverde Vega fait de Caecilianus un supposé arua officialia prosequens, soit un agent du recensement ou de l’annone333 qui accompagne Marcel devant Agricolanus. Marcel aurait donc dû attendre la tenue d’une opération fiscale pour être transféré depuis son camp auxiliaire jusqu’à la capitale provinciale334. Mais cette expression d’arua officialia prosequens est une mélecture des scribes médiévaux, abusés par les nombreuses abréviations en usage dans les procès-verbaux335 : désormais, depuis les corrections essentielles de François Masai, on sait que Caecilianus est un officialis comitatus proconsularitatis, c’est-à-dire qu’il fait partie de la troupe armée du « gouvernement provincial », de la « garde du proconsulat336 ». À la fin du iiie siècle, le nom de proconsularitas est un titre formel pour désigner le personnel du gouverneur, que ce gouverneur soit proconsul ou qu’il soit simple praeses337 comme dans le cas qui nous occupe. Marcel n’attend donc pas trois mois emprisonné dans un camp maurétanien que Caecilianus parte en tournée fiscale pour être transféré à Tanger, comme l’avançait cette reconstruction hasardeuse. Il est au contraire probable que Fortunatus, après avoir entendu Marcel en première instance en Hispanie, l’envoie immédiatement sous bonne garde à Tanger et que le trajet, qui dure plusieurs semaines, explique la tenue du procès d’appel seulement fin octobre.

  • 338 L’introduction, certes interpolée, de la tradition N évoque explicitement un banquet officiel en l (...)
  • 339 Le terme de furor revient à plusieurs reprises dans les conclusions des interrogatoires et la cond (...)
  • 340 Sur la discussion praeses Callaeciae / praeses Hisp(aniae) Cit(erioris), voir ci-dessus.
  • 341 Rebuffat, 2003, pp. 389-390, n. 45.
  • 342 L’objection faite par Villaverde Vega, qui argue le coût et la lourdeur du déplacement, est pertin (...)
  • 343 Sur l’expédition africaine de Maximien, voir ci-dessus.

98Pour conclure, il faut tenter d’élucider la provenance de Marcel et la raison de sa condamnation à Tanger. Si Marcel est un centurion légionnaire en garnison en péninsule Ibérique sous le règne de Dioclétien, il appartient nécessairement à la legio VIIa Gemina, seule légion stationnée dans les provinces hispaniques depuis deux siècles. Or, le camp principal de cette légion se trouve à proximité de la cité de León, Legio, qui tire son nom de la présence de cette unité. Étant donné l’importance de l’occasion — une cérémonie officielle en l’honneur de l’anniversaire des empereurs — et le grade élevé du centurion Marcel, centurio ordinarius de la VIIe Gemina, le 21 juillet 298, Marcel est nécessairement avec l’ensemble de l’état-major de son unité devant les principia du camp de León pour assister et participer aux sacrifices, aux prières et sans doute au banquet que le principal corps des provinces hispaniques offre en l’honneur de Dioclétien et Maximien338. Par conséquent, l’attitude du centurion Marcel est hautement symbolique et absolument impardonnable : son refus de participer aux réjouissances, son reniement du serment militaire, ses propos « emplis de fureur339 » niant la divinité des empereurs et enfin le geste de jeter ses armes ne peuvent qu’être punis de mort. Mais la procédure judiciaire est scrupuleusement respectée, les autorités ne voulant sans doute pas que leur jugement soit taxé d’arbitraire ou d’expéditif dans une affaire aussi grave, qui plus est portée dès ses débuts sur la place publique. Fortunatus, qui est très probablement le praeses Callaeciae, le gouverneur de Galice340, interroge d’abord Marcel, avant de le déférer devant son supérieur, le vice-préfet du prétoire Agricolanus. Comme le suggère Rebuffat, cette résidence du vicaire à Tanger n’est pas extraordinaire, puisqu’il s’agit d’une des capitales provinciales de la future Diœcesis Hispaniarum : Fortunatus en est peut-être à l’étape maurétanienne de sa classique tournée d’inspection341. Toutefois, dans des conditions ordinaires, il paraît étrange que l’affaire n’ait pas pu attendre le retour saisonnier du vice-préfet dans une cité hispanique comme Tarragone ou Mérida. Certes, les actes de Marcel sont graves, mais les frais et la logistique qu’implique le transfert du centurion sous bonne garde de León à Tanger342 semblent indiquer une présence longue d’Agricolanus en Maurétanie tingitane. La campagne finissante de Maximien et la présence des comitatus impériaux en Proconsulaire et en Égypte expliquent peut-être qu’Agricolanus, plus haut responsable de la péninsule Ibérique et de la Maurétanie tingitane, doive rester à Tanger, à proximité des zones d’affrontements tout juste maîtrisées343. La venue du centurion Marcel à Tanger, uniquement due à des raisons judiciaires, ne peut être liée à un contexte troublé en Maurétanie tingitane, mais la résidence d’Agricolanus à Tanger semble montrer qu’à l’été et à l’automne 298, les autorités romaines maintenaient leur attention tournée vers la situation militaire africaine.

  • 344 García Villada, 1929, 1, p. 267.
  • 345 Gaiffier, 1943, p. 129, n. 1.
  • 346 Ibid., pp. 120-124.
  • 347 Gaiffier, 1943, pp. 127-139.

99Le centurion Marcel a fait par la suite l’objet d’un culte important à León, culte apparemment réactivé par la reconquête chrétienne de la ville au xe siècle. L’existence d’une tradition manuscrite espagnole relatant la passion de Marcel, la célébration précoce d’une fête en son honneur344, l’édification à son nom d’une église et d’un hôpital dès le xe siècle345 sont autant d’indices de l’attachement des habitants de León à l’un de leurs principaux saints patrons. La volonté manifeste des scribes médiévaux de souligner, parfois grossièrement, le rattachement du centurion martyr à la cité de León s’expliquerait par l’ambition des souverains léonais qui souhaitent établir l’ancienneté de la ferveur chrétienne dans la région et effacer au plus vite la « parenthèse » mozarabe346. Mais cet empressement à « récupérer » la figure de Marcel n’est pas fondé sur une imposture absolue : si Marcel avait été un martyr « africain et seulement africain » n’ayant jamais vécu dans la région de León, le transfert précoce de ses reliques dans son sanctuaire léonais et la conservation des Actes de la passion via des copies espagnoles ne s’expliqueraient pas. Si l’attribution au centurion Marcel d’une fratrie ou d’une descendance nombreuse et sainte est une forgerie évidente347, elle ne doit pas contribuer à rendre douteux tout le reste des actes et de la tradition manuscrite espagnole : il faut distinguer dans l’hagiographie les éléments purement légendaires du fond historique, sans rejeter l’ensemble. Marcel, centurion coupable de manquement grave à la discipline en raison d’une vision personnelle de sa foi chrétienne, n’est pas un apôtre supplicié, ni même un martyr victime de la grande persécution. Sa condamnation a heureusement échappé à l’oubli, sans doute en raison d’une conservation soigneuse des procès-verbaux de son procès à l’époque de Constantin, mais il n’est en aucun cas une figure de première importance. Si Marcel n’avait pas été une sorte d’« enfant du pays », la cité de León ne serait pas allée chercher à des milliers de kilomètres un saint patron « assimilé » à un martyr, en fait un condamné assez obscur. Cet officier de la VIIa Gemina en fin de carrière, peut-être cantonné depuis des années à León, devait y être bien connu : son geste spectaculaire, son procès à épisodes et sa condamnation lointaine ont dû marquer la communauté chrétienne locale, qui en a gardé le souvenir au fil des siècles et des invasions, avant d’en fixer par écrit la trace parfois embellie.

  • 348 Fabrega Grau, 1953-1955, 2, pp. 353-357 (édition) et 1, pp. 161-164 (commentaire).
  • 349 Ibid.
  • 350 Carcopino, 1943, pp. 278-279.
  • 351 Fabrega Grau, 1953-1955, 2, p. 356.
  • 352 Cette version d’un exil en Tingitane est notamment soutenue par Villaverde Vega, pour qui la Mauré (...)

100Pour clore ce dossier des relations judiciaires entre les provinces de la future Diœcesis Hispaniarum, il faut évoquer deux autres martyres, ceux de Servandus et de Germanus, en 305 apr. J.-C. L’étude de la tradition manuscrite, beaucoup plus récente et moins fiable que celle des Actes de la Passio Marcelli, reste encore largement à faire348. En outre, contrairement à la passion de Marcel, celles de Servandus et Germanus n’a pas été écrite d’après des sources judiciaires, mais elle a été rédigée à des fins liturgiques, probablement au moins quatre siècles après les faits, d’après la tradition orale et les reprises d’autres vies de saints mieux connues349. Mais si l’histoire du texte n’est pas encore fermement établie, les faits intéressent de près cette étude. Ces deux martyres s’inscrivent dans le cadre des édits de persécution pris par les Tétrarques entre 303 et 305 : Servandus et Germanus, sans doute originaires de Mérida, sont emprisonnés et probablement condamnés en première instance car ils sont chrétiens350. Ils trouvent la mort près de Cadix, au cours de leur transfert vers la Maurétanie tingitane. Visiblement le texte confond la charge de uiator, d’appariteur chargé d’emmener les accusés jusqu’à Tanger, avec un nom propre, celui de vice-préfet du prétoire351. Mais si ce dernier avait été à Mérida, il n’aurait pas ordonné un transfert en Maurétanie tingitane, à moins d’imaginer un exil forcé, une déportation qui semble un châtiment totalement inédit pour des chrétiens tombés sous le coup d’un édit de persécution352. La phrase est en fait grammaticalement corrompue, un travail d’édition serait ici à refaire pour pouvoir trancher définitivement la question. Mais globalement, l’interprétation d’un transfert à Tanger, interrompu par la mort d’épuisement des condamnés près de Cadix, reste la plus probable. Les martyres de Servandus et Germanus sont étroitement parallèles à celui de Marcel le Centurion : en 298 et en 305, l’autorité judiciaire suprême des provinces hispaniques siège de l’autre côté de la mer, à Tanger. Mais peut-on en conclure également comme Carcopino que :

  • 353 Carcopino, 1943, p. 279.

Si Tingi (Tanger) était pratiquement, au temps de la Tétrarchie, la capitale du diocèse des Espagnes, c’est que le représentant des préfets du prétoire y détenait, de toute nécessité, non seulement la juridiction civile, mais le pouvoir militaire dont la présence était requise et l’action fixée aux confins de son ressort, à la frontière des Barbares, au contact des territoires, ou bien récemment abandonnés par l’Empire en conformité avec les plans de Dioclétien, ou bien soustraits depuis toujours par leur excentricité même à la domination romaine353.

  • 354 Ibid., pp. 371-385.
  • 355 Villaverde Vega, 2001a, pp. 275-277.

Si effectivement le vice-préfet du prétoire détient non seulement la juridiction civile, mais également les pouvoirs militaires sur les provinces hispaniques et sur la Maurétanie tingitane, la fixation de sa capitale à Tanger ne peut pas être déduite simplement de ces deux affaires judiciaires. Il peut s’agir d’une résidence temporaire en Maurétanie tingitane due à la nécessité de maintenir le contact avec des provinces africaines davantage troublées que la péninsule Ibérique en ce tournant du iiie et du ive siècle. D’autre part, Tanger n’est pas « au contact des Barbares » : si la frontière administrative de la province a été ramenée au niveau du Loukkos, la présence romaine est toujours attestée à Banasa, Volubilis ou encore dans l’enclave de Sala. Le retrait romain quasi total imaginé par Carcopino est revu aujourd’hui354 : la mesure de déplacement de la frontière vers le nord aurait été, pour Dioclétien, un moyen de redéployer le dispositif militaire dans la province, sans pour autant abandonner totalement le contrôle sur les cités romaines du Sud du Loukkos355.

101Ces affaires de condamnation de martyrs, bien loin d’être des événements anecdotiques uniquement liés à des questions d’idéologie religieuse, font entrevoir la complexité de la machine administrative romaine ainsi que les relations intenses renouées entre les rives de la Méditerranée. Ces relations antérieures anciennes expliquent la permanence de circuits administratifs réactivés, plus que créés ex nihilo, par Dioclétien. Certes, les provinces maurétaniennes et ibériques ont vécu en pleine indépendance entre le milieu du ier siècle et la fin du iiie ; cependant, lorsqu’un échelon administratif et militaire supplémentaire doit être créé, il englobe la péninsule Ibérique et la Maurétanie tingitane, car la communauté des besoins et des pratiques entre ces régions permet et justifie leur appartenance à un espace partagé. Juger des individus en deuxième instance, comme probablement répartir les impôts et faire appel à des troupes armées sont autant de gestes que la traversée du détroit n’empêche pas. Pour ces actions administratives ponctuelles, le recours à une autorité siégeant de l’autre côté de la Méditerranée n’est pas impossible. Dans les périodes de réorganisation et de transition comme le sont la période tétrarchique ou le règne d’Auguste, le mot d’ordre semble être le pragmatisme politique : la proximité géographique est finalement minimisée par l’impératif d’organisation et de concentration des « donneurs d’ordres ». À ces époques charnières, si la source d’autorité la plus à même de résoudre un problème judiciaire ou administratif se trouve sur l’autre rive de la Méditerranée, elle sera saisie, quels que soient les coûts de transport et de logistique. Certes, dans les longues phases de stabilisation territoriale et politique comme le sont les iie et iiie siècles, ces recours administratifs lointains deviennent de plus en plus rares au fur et à mesure que se développent les relais locaux qui les rendent inutiles. Mais, lorsque ces centres de décision locaux sont submergés par des crises conjoncturelles ou quand l’administration générale de l’Empire connaît des changements structurels, les anciennes solidarités transméditerranéennes sont réactivées. Les procès de Marcel, Servandus et Germanus nous font d’ailleurs prendre conscience du chemin parcouru depuis l’époque augustéenne. Alors que les colonies romaines de la Maurétanie occidentale se trouvaient sous la juridiction de la Bétique voisine et de son proconsul, trois siècles et demi plus tard, ce sont des accusés en provenance des provinces hispaniques qui sont dirigés vers la Maurétanie tingitane pour y être jugés par le vice-préfet du prétoire, la plus haute autorité pour l’ensemble de la future Diœcesis Hispaniarum.

  • 356 Propos de Blázquez, 1967 ou López Pardo, 1987a et b.
  • 357 Et notamment en péninsule Ibérique, comme pour réprimer la seconde incursion des Maures en Bétique (...)
  • 358 Voir López Pardo, 1987 pour l’utilisation répétée de cette expression.
  • 359 Cette expression de guardaespaldas revient fréquemment sous la plume de divers auteurs. D’autres c (...)

102Au tournant du iiie et du ive siècle, la Maurétanie tingitane, même réduite en superficie, n’est pas un simple appendice administratif de l’Hispanie356. Tanger est le siège, certes temporaire, du responsable suprême de la péninsule Ibérique et de la Maurétanie tingitane sous le règne de Dioclétien : le temps où elle était une petite communauté de droit romain enclavée dans un territoire étranger et rattachée à une juridiction extérieure est révolu. La cité de Tanger semble désormais absolument apte à abriter le vice-préfet du prétoire pour l’Extrême Occident, après avoir été pendant deux cent cinquante ans la capitale d’une province dotée d’une armée de quasiment 10 000 hommes et d’un procurateur-gouverneur non seulement chargé de contrôler sa province, mais susceptible d’intervenir à l’extérieur357. Province romaine « périphérique »358 au ier siècle de notre ère, la Maurétanie tingitane joue à la toute fin du iiie le rôle de centre administratif et politique d’un ensemble territorial vaste comprenant l’intégralité de la péninsule Ibérique. Le développement des infrastructures de transport, des institutions civiques, des relations économiques pendant les trois premiers siècles de notre ère a fait de la Maurétanie tingitane une province à part entière, qui bénéficie de sa position excentrée sur le Bassin méditerranéen pour devenir un intermédiaire politique, militaire et administratif de premier plan en Extrême Occident. En faire l’éternelle province de marge arrimée à la puissante Bétique, le simple appendice « garde du corps », guardaespaldas, de la péninsule Ibérique témoigne d’une vision partielle et datée de cette région du monde359. La Tingitane est certes une province de confins, de finis terrae, mais ne représente pas pour autant l’ultime et fragile réduit de la civilisation romaine face au Barbaricum, aux solitudes infinies de l’Atlas, de l’Océan et du désert. Ces images littéraires de la Maurétanie doivent être prises pour ce qu’elles sont : des représentations mentales héritées d’un fonds poétique ancien, non la simple transposition d’une réalité inquiétante.

Notes

1 Les références seront détaillées dans la suite du chapitre, mais, sur la remise en cause de la paix romaine spécifique à l’Extrême Occident méditerranéen, on peut déjà citer rapidement les travaux de Carcopino, 1943, pp. 200-230 ; Romanelli, 1959, pp. 329-331 et 351-365 ; Rachet, 1970, notamment pp. 206-208 et 238-250 ; Sigman, 1977 ; Euzennat, 1984 ; Gózalbes, 2002c ; Bénabou, 2005, pp. 121-164.

2 Sur le problème suscité par l’emploi de ce terme contemporain et idéologiquement connoté pour l’Antiquité, voir la conclusion de cet ouvrage.

3 Le Bohec, 2009, p. 2. Les « autels de la Paix » — cette désignation traditionnelle est abusive — n’ont rien à voir avec des monuments religieux, mais sont en fait des dédicaces aux empereurs élevées par des princes baquates au moment de leur accession au trône : voir ci-dessous et l’essentielle mise au point de Frézouls, 1980, pp. 78-82.

4 Ibid., ainsi que nombre de travaux de René Rebuffat : Rebuffat, 1974, 1987a, 1998b et c.

5 Diplômes CIL, XVI, 56 (107 apr. J.-C.) ; RMD, 5, 377 (128-131 apr. J.-C.) ; AE, 2005, 1725 (128-131 apr. J.-C.) ; AE, 2005, 1724 (31 juillet ou 30 avril 131 apr. J.-C.) ; AE, 2007, 1774-1775.

6 Romanelli, 1959, p. 329 ; Bénabou, 2005, pp. 119, 143.

7 Spaul, 2000, p. 525.

8 Euzennat, 1989a, pp. 62-68 pour Banasa, 240-274 pour le réseau de camps ceinturant Volubilis (dont Sidi Moussa et Aïn Schkour).

9 Hamdoune, 1997, p. 135.

10 Banasa, IAM, 2, 285 (voir tableau 10 pour les références complètes).

11 Souk el-Arba, IAM, 2, 82.

12 Banasa, IAM, 2, 237.

13 Voir commentaire des IAM, 2, p. 146 et Hamdoune, 1997, p. 135.

14 Les auteurs des IAM, 2, p. 146, interprètent cette onomastique inhabituelle par une adoption, Messius étant le nom du géniteur, Valerius celui du père adoptif : voir également Cagnat, 1914, p. 76. Cette solution paraît inutilement complexe et davantage correspondre aux mœurs de l’aristocratie romaine de la fin de la République qu’à une famille d’auxiliaires du iie siècle. Étant donné le caractère extrêmement répandu du gentilice Valerius en péninsule Ibérique, le gentilice latin le plus fréquent, il peut être abrégé dans la filiation de l’épouse du bénéficiaire, sur un diplôme où la place est précieuse. Valeria Messia serait donc la fille légitime d’un Valerius Messius désigné seulement par son cognomen Messius.

15 Seule l’aile Ia Hamiorum, d’origine syrienne, la cinquième aile de la garnison de Maurétanie tingitane, n’est jamais passée par la péninsule Ibérique.

16 Aïn Schkour, IAM, 2, 830 ; Hamdoune, 1997, p. 154.

17 Roxan, 1986, pp. 775-777, suivie par Hamdoune, 1997, p. 137 ; Rebuffat, 1998a.

18 Id., 1998b, pp. 200, 202.

19 Aïn Schkour, IAM, 2, 830 ; Hamdoune, 1997, p. 154.

20 Euzennat, 1989a, p. 94, n. 196, et p. 255.

21 RMD, 5, 409-410.

22 Roxan, 1973, p. 845 ; Holder, 1980, pp. 34, 39.

23 Tamuda, AE, 1991, 1743 ; AE, 1998, 1603 ; IAM, 22, 848.

24 Mastino, 1990.

25 Rebuffat, 1998b, pp. 218-220 et 1998c.

26 Tanger, IAM, 2 et 22, 56.

27 Mastino, 1990, p. 254.

28 Voir le chap. iii de cet ouvrage.

29 Banasa, IAM, 2, 241.

30 Voir le chap. iii de cet ouvrage.

31 Papi, 2004.

32 Diplômes CIL, XVI, 44 (99 apr. J.-C.) ; ZPE, 116, 193 (125 apr. J.-C.) ; ZPE, 118, 287 (127 apr. J.-C.) ; CIL, XVI, 78 (134 apr. J.-C.).

33 CIL, VII, 237 et 1229.

34 Papi, 2004, p. 256.

35 Spaul, 2000, p. 104.

36 L’inscription, connue seulement d’après des manuscrits renaissants, mentionnerait tribun(o) milit(um) / cohort(is) Astur(um) <et> Callaec<orum> : faut-il imaginer qu’au tournant du ier et du iie siècle la cohorte serait devenue milliaire, comme le suggérerait la présence d’un tribun et non d’un préfet de cohorte ? Comme le cursus présente de nombreuses erreurs de copie, il se pourrait également qu’une ou plusieurs lignes soient manquantes et que le tribunat légionnaire ait été interpolé au niveau de la préfecture de cohorte. L’autre commandant connu pour cette unité, Nammius Maternus, mari d’Aemilia Sextina, flaminique au début du iie siècle (Volubilis, IAM, 2, 430), est bien un préfet.

37 Tarraco, CIL, II, 4211 et p. 973 ; CIL, II2/14, 1131 ; ILS, 6936 ; RIT, 271 : P(rouincia) H(ispania) C(iterior). / L(ucio) Domitio, / M(arci) fil(io), Serg(ia tribu), / Dentoniano, / iudic(i) dec(uriarum) V (quinque), equo / publico per Traian(um), (duum)uir(o) munic(ipii) Consaburon(is) [sic], / flamin(i) perpet(uo), tribun(o) milit(um) / cohort(is) Astur(um) <et> Callaec<orum>, / {et} Mauret(ania) Tingit(ana) / flam(ini) p(rouinciae) H(ispaniae) c(iterioris). « Province d’Hispanie citérieure. À Lucius Domitius Dentonianus, fils de Marcus, (de la tribu) Sergia, juge des cinq décuries, ayant reçu le cheval public de Trajan, duumvir du municipe de Consaburo, flamine perpétuel, tribun militaire de la cohorte des Astures et des Callaïques <en> Maurétanie tingitane, flamine provincial d’Hispanie citérieure ». Cette inscription perdue pose de nombreux problèmes de lecture, attribuables aux erreurs des copistes modernes plutôt qu’au lapicide. Voir les commentaires de Roldán Hervas, 1974, no 155, p. 384 ; Étienne, 1958, pp. 131, 136, 205, 209 ; Alföldy, 1975, pp. 148-149 ; Des Boscs-Plateaux, 2005, pp. 683-684.

38 Volubilis, IAM, 2, 430.

39 Aïn Schkour, IAM, 2, 820.

40 Aïn Schkour, AE, 1966, 66 ; IAM, 2, 824 ; Roxan, 1973, p. 847.

41 Roxan, 1973, p. 847, n. 76.

42 Thamusida, AE, 2004, 1891.

43 Notitia Dignitatum (pars occidentalis), 26.

44 Montalbán y de Mazas, 1940, p. 35, cité par Villaverde Vega, 2001a, p. 357, n. 32.

45 Thamusida, AE, 2004, 1891 ; AE, 2009, 1798.

46 Banasa, IAM, 2, 236.

47 Sydenham, CIL, XVI, 51 ; CIL, VII, 1194.

48 Celanova, table d’hospitalité entre les Coelerni et le préfet de la cohorte : AE, 1972, 282.

49 Banasa, IAM, 2, 237.

50 Thamusida, AE, 2004, 1891, d’après la restitution II [Hispan(orum)] de Papi, 2004, p. 256.

51 Banasa, IAM, 2, 235.

52 Volubilis, AE, 1985, 992.

53 Voir commentaire du CIL, II2/7, 285, pour un état du débat.

54 Pflaum, 1960-1961, p. 146.

55 Spaul, 2000, p. 126, n. 1.

56 Cichorius dans RE, 4, art. cohors, col. 302-303.

57 Lixus, IAM, 2, 76. Voir HEp, 4, 279 (référence AE fausse).

58 Hamdoune, 1997, p. 154.

59 Notitia Dignitatum (pars occidentalis), 26.

60 IAM, 2, 235.

61 RMD, 1, 47 et 64. Voir Spaul, 2000, pp. 118, 127, pour la distinction de ces différentes unités et la liste des sources.

62 Contra Gózalbes, 2002c, p. 30. L’auteur appelle par ailleurs la cohors IIa Hispana Vasconum la IIa Hispanorum Vasconum, comme Labory, 1998, pp. 85-86. Mais ces positions étaient antérieures aux dernières découvertes et publications de diplômes militaires relatifs à la province dans les RMD, 5, et dans les publications les plus récentes.

63 Spaul, 2000, p. 127.

64 AE, 1985, 992.

65 Si l’on suit toujours l’interprétation de Spaul, 2000, p. 107.

66 Histoire auguste. Vie d’Hadrien, V, 2 et XII, 7 ; Histoire auguste. Vie d’Antonin, V, 2.

67 Romanelli, 1959, pp. 329-331 ; Pflaum, 1960-1961, 1, pp. 68-169 ; Rachet, 1970, p. 88 ; Bénabou, 2005, p. 119.

68 Voir ci-dessous.

69 Sasel, 1974, pp. 476-477.

70 Brunt, 1983, p. 57 : « There is nothing to show that the ius gladii is an evidence for “un état de siège” ».

71 Bénabou, 2005, p. 119.

72 Gózalbes, 2002c, p. 29.

73 Bénabou, 2005, p. 119.

74 Magioncalda, 2006, pp. 1749-1757.

75 Sala, IAM, 2, 307 : M. Sulpicius Felix met fin aux infractions courantes et au vol de bétail, assure le libre accès aux forêts et aux champs en protégeant les travailleurs.

76 Rebuffat, 1994.

77 Euzennat, 1984, p. 379.

78 Rebuffat, 1974, pp. 501-522.

79 Frézouls, 1980, pp. 78-82.

80 Brigetio, CIL, XVI, 99.

81 Celeia, CIL, III, 5211 = ILS, 1362 ; CIL, III, 5212 = ILS, 1362a ; CIL, III, 5213 ; CIL, III, 5214 ; CIL, III, 5215 = ILS, 1362b. Sur ce personnage, Christol, Magioncalda, 1989, pp. 19-20, 39-40, 44-45, 81-83, 126-127, 163-165 ; Thomasson, 1996, pp. 202-203, no 14.

82 Brigetio, CIL, XVI, 99 : « Cum essent in Mauretania Caesariensis » (« alors qu’ils se trouvaient en Maurétanie césarienne ») : le diplôme est émis alors que certains cavaliers de ces ailes sont en opération en Maurétanie, le diplôme le précise donc pour éviter que les vexillations ne soient oubliées dans la libération de ces troupes en garnison dans les provinces pannoniennes.

83 Cagnat, 1912, pp. 47-50 ; Gsell, Carcopino, 1931 ; Carcopino, 1943, pp. 200-230.

84 Speidel, 1977b ; Christol, 2005, pp. 26-27.

85 Histoire auguste. Vie d’Antonin, V, 4 ; Aelius Aristide, XXVI, 70.

86 Hypothèse d’Euzennat, 1984, p. 383.

87 Volubilis, IAM, 2, 376.

88 Sa dernière milice est la préfecture de la deuxième aile des Pannoniens.

89 Bénabou, 2005, pp. 139-142.

90 Celeia, CIL, III, 5211 = ILS, 1362 : « praef(ecto) auxiliarorum tempore expeditionis in Tingitanam missorum ». Les autres inscriptions présentent des variantes.

91 Celeia, CIL, III, 5212 = ILS, 1362a : « praef(ecto) auxiliorum in Mauretaniam Tingitanam ex Hispania misso[r]um ».

92 Sasel, 1983, pp. 295-300, not. p. 297.

93 Rebuffat, 1974, p. 515, n. 2.

94 Brigetio, CIL, XVI, 99 = ILS, 9056.

95 Roxan, 1973, p. 840, n. 20 ; Euzennat, 1984, p. 383.

96 Bénabou, 2005, pp. 139-140.

97 Carcopino, 1943, pp. 224-228 ; Romanelli, 1959, pp. 351-365.

98 Voir ci-dessus.

99 Bénabou, 2005, pp. 139-140.

100 Ibid., pp. 137-138 : le mot « nettoyer » est mis entre guillemets par Bénabou. L’emploi, tout sauf innocent, d’un tel verbe met en parallèle dans l’esprit du lecteur les opérations de l’armée romaine menées sous Antonin le Pieux et celles de l’armée française pendant la guerre d’Algérie. Le contexte d’écriture du livre de Bénabou, contemporain du plan Challe et des derniers grands ratissages des maquis algériens (voir Jauffret, Vaïsse, 2012, p. 200 sqq.), explique ce parallèle idéologique infondé sur le plan historique.

101 Voir Carcopino, 1943, pp. 224-228.

102 Voir not. Euzennat, 1984, p. 379 ; Rebuffat, 1994.

103 CIL, VIII, 21620, 9291 ; AE, 1951, 265 ; Speidel, 1977b, p. 131 et n. 4.

104 Christol, 2005, p. 28.

105 Reddé, 1986, pp. 564-566.

106 Tableau mis à jour en janvier 2017 (publications AE jusqu’à l’AE, 2013 incluse). Ne sont référencés ici que les diplômes où l’appartenance des unités à l’armée de Maurétanie tingitane est formellement attestée ; ne sont pas présents les diplômes fragmentaires attribués à l’armée provinciale.

107 Christol, 2005, p. 27.

108 « Il importe cependant de noter que la participation à la campagne de Maurétanie a eu les plus heureuses suites sur l’avancement de T(itus) Varius Clemens » (Pflaum, 1960-1961, p. 371).

109 La chronologie précise est malheureusement impossible à établir, étant donné la proximité des dates supposées d’entrée en charge. Christol, Magioncalda, 1989, pp. 58-59, 81-83, 126-127.

110 Christol, 2005, pp. 28-29.

111 Sur ce fameux édit appelé table de Banasa, voir en premier lieu le développement et la bibliographie publiés dans les IAM, 2, 94, et également Seston, Euzennat, 1971.

112 Parmi de nombreux exemples, Lepelley, 1998, p. 119, ou encore Walker, 2003, p. 55.

113 Voir Premerstein, 1912 ; Thouvenot, 1939 et 1973, pp. 153-156 ; Fernández Chicarro, 1954 ; Pflaum, 1960-1961, p. 587 ; Rachet, 1970, pp. 206-208 ; Blázquez, 1972 ; Gózalbes, 1976, amendé en 2002c ; Arce, 1981 ; Le Roux, 1982, pp. 374-377, 1985 et 2000 ; Alföldy, 1985 ; Asorey García, 1995 ; Rahmoune, 2001 et le passage fondamental du livre de Bénabou, paru pour la première fois en 1976 : Bénabou, 2005, pp. 147-154.

114 Bernard, 2009.

115 Premerstein, 1912 ; Rachet, 1970, pp. 206-208 ; Bénabou, 2005, pp. 147-154.

116 Thouvenot, 1940, p. 407 ; Pflaum, 1960-1961, p. 587.

117 Rahmoune, 2001.

118 « Cum Mauri Hispanias prope omnes uastarent, res per legatos bene gestae sunt » (Histoire auguste. Vie de Marc Aurèle, XXI, 1 ; trad. Chastagnol, 1994, pp. 146-147).

119 « Post quaesturam sorte Baeticam accepit atque inde Africam petit, ut mortuo patre rem domesticam componeret. Sed dum in Africa est, pro Baetica Sardinia ei attributa est, quod Baeticam Mauri populabantur » (Histoire auguste. Vie de Septime Sévère, II, 3-4 ; trad. Chastagnol, 1994, pp. 312-313). La traduction est ici légèrement modifiée par rapport à celle de Chastagnol, qui fait de post un adverbe et de quaesturam le complément d’objet d’accepit, dans une sorte d’apposition à Baeticam : « Ensuite le sort lui attribua la Bétique ». À la suite des commentaires de François Chausson, j’adopte ici une version plus littérale, sans doute moins évidente sur le plan du déroulement historique de la carrière de Septime Sévère, mais davantage respectueuse de la syntaxe. La traduction de Magie, 1921, pp. 372-373, donne d’ailleurs une interprétation similaire.

120 Chastagnol, 1994, p. 146, n. 4 ; sur Avidius Cassius, voir aussi Dion Cassius, LXXII, 4, 1.

121 Dion Cassius, LXXI, 11, 1 : c’est la date traditionnellement retenue après les travaux de Guey, 1956, dont le raisonnement astrologique, fondé sur la brève mention du ciel astral de Septime Sévère peint sur le plafond du Palatin, est pourtant extrêmement sujet à caution.

122 Calendrier de Philocalus, CIL, I2, p. 262 ; CIL, XI, 1322 ; CIL, XIV, 168 et 169.

123 Histoire auguste. Vie de Septime Sévère, II, 2. Septime Sévère a d’ailleurs été préteur tardivement, à 33 ans.

124 Voir Jacques, Scheid, 1990, p. 363.

125 Chastagnol, 1994, pp. 312-313.

126 Magie, 1921, p. 373 ; A. Birley, 1988, p. 84 ; Alföldy, 1985, p. 101, qui considère que Septime Sévère a dû devenir questeur à l’âge minimum, donc qui place sa première questure à Rome en 170 et son poste en Bétique, échangée contre la Sardaigne, en 171.

127 Di Vita-Évrard, 1963, pp. 410-411.

128 Blázquez, 1972, p. 815.

129 Le Roux, 1982, pp. 374-376 ; Gózalbes, 2002c, pp. 463, 480 ; Bénabou, 2005, pp. 144-149.

130 Nieto Navarro, 1987, pp. 217-218, 222 ; Rahmoune, 2001, p. 112.

131 Rachet, 1970, p. 207.

132 Sur les autels de la paix, voir ci-dessus.

133 Banasa, IAM, 2, 94 ; Frézouls, 1980, p. 85.

134 Premerstein, 1912, pp. 167-178 ; Thouvenot, 1939 et surtout Pflaum, 1960-1961, p. 587.

135 Voir carte 3.

136 Rebuffat, 2011.

137 Rome, CIL, VI, 41140 ; AE, 1934, 155 ; AE, 1957, 121 ; AE, 1958, 26 ; Pflaum, 1956, p. 195 et 1966 ; Alföldy, 1969, pp. 38-42.

138 La legio VIIa Gemina, commandée par Cornelius Anullinus, ancien légat de Citérieure, aurait alors stationné à Italica, comme l’indiquent des estampilles, CIL, II, 1125 et 6252, 2 : L(egio) VII G(emina) F(elix). Des épitaphes pourraient être mises en relation avec la présence de ces troupes en Bétique : CIL, II, 1126 ; EE, VIII, 92. Voir Le Roux, 2000, p. 391, n. 81. Une cinquième Cohors Baeticae aurait pu être recrutée localement pour l’occasion, quoiqu’il faille rester prudent quant à la datation de cette inscription fragmentaire : Ilipula minor, CIL, II2/5, 895 ; HEp 6, 1996, 868 ; AE, 1994, 913.

139 Rome, CIL, VI, 31856 = ILS, 1327, lignes 7-9 : « pra[eposito] uexil[la]tion(ibus) per Achaiam et Macedoniam et in Hispanias aduersus Castabocas et Mauros rebelles ». Sur la carrière complète, voir Pflaum, 1960-1961, p. 461 ; Lassère, 2007, pp. 698-700.

140 Puech, 2002, pp. 198-199, n. 2.

141 Sur P. Cornelius Anullinus, voir PIR2 C 1322 ; Castillo García, 1965, pp. 496-498, nos 34-35 ; Alföldy, 1969, pp. 122-123 et 1985, p. 102 ; Le Roux, 1982, p. 315.

142 173 est une hypothèse de Pflaum, 1956, p. 195 et 1966. Mais 175-176 serait une date plausible également, puisqu’en 172-173 ou 173-174, c’est C. Septimius Severus qui est proconsul.

143 Rome, AE, 2007, 257 ; Filippini, Gregori, 2009 = AE, 2012, 249.

144 Le nom de la province de Bétique figure dans une lacune : les éditeurs ont compris l’énumération des légations dans un sens purement indirect, ce qui pose problème, car une légation extraordinaire comme la Bétique apparaîtrait en premier avant la légation de Citérieure et interviendrait après le proconsulat d’Asie, ce qui serait inédit. Un ordre thématique avec une datation différente et une proposition de restitution autre pour la lacune seraient plus plausibles ; ce cursus fera l’objet d’une étude ultérieure.

145 La presse internationale s’est particulièrement intéressée à la sauvegarde du tombeau de M. Nonius Macrinus, souvent présenté à tort comme le modèle du protagoniste du film Gladiator de Ridley Scott.

146 Lambèse, CIL, VIII, 2786 = ILS, 2659.

147 Bénabou, 2005, pp. 157-158, n. 185.

148 Depuis ibid., pp. 158-159, on met traditionnellement en rapport cette épitaphe et cette région de Maurétanie avec la révolte des Mazices au début du règne de Commode dont parle l’Histoire auguste. Vie de Commode, XIII, 5. Une monnaie a été également invoquée à l’appui de cette expédition ; RIC, 3, 636, p. 438 : sesterce, portant au droit le buste lauré et cuirassé de l’empereur et au revers un Maure et la légende Mauretania S(enatu) C(onsulto). Il faut toutefois rester extrêmement prudent quant à ces rapprochements : l’épitaphe du centurion P. Aelius Romanus n’est pas datée et ne fait pas mention des Mazices, la lecture regio Montens est difficile, et le sesterce, dont aucun exemplaire n’est localisable et qui est mentionné par un seul corpus, aurait pu être confondu avec une autre monnaie : voir Kasdi, 2015, pp. 65-66, n. 6.

149 Alföldy, 1985, pp. 108-109, n. 66 ; Le Roux, 1982, pp. 295-300, 1985, p. 419, n. 4 et 2000, p. 388, n. 51.

150 L’emploi de l’adjectif Mauricum, un quasi-hapax en épigraphie, ne signifie pas de façon certaine que le conflit a eu lieu dans les Maurétanies.

151 Ce chiffre, qui indiquerait la totalité des combattants romains impliqués sur plusieurs années, est hautement hypothétique : les estampilles et les deux épitaphes retrouvées à Italica n’indiquent pas que toute la legio VIIa Gemina soit venue stationner en Bétique pendant toute la durée du conflit, au risque de dégarnir complètement le reste de la Citérieure ; d’autre part, si l’on connaît le commandant des renforts envoyés depuis l’Achaïe et la Macédoine, on ignore quelles unités composaient ces vexillations, qui ne sont peut-être pas venues dès le début des hostilités.

152 Bernard, 2009.

153 Italica, CIL, II, 1120, p. 838 = ILS, 1354 ; CILA, 2, 378 ; AE, 1961, 339 ; Canto, 1985, no 74, pp. 337-342. Photographie sur la base de données en ligne Epigraphik Datenbank Clauss Slaby, <http://db.edcs.eu/epigr/bilder.php?bild=$D_01354.jpg>.

154 Bernard, 2009.

155 CIL, II, 2015 = ILS, 1354a ; CIL, II2/5, 783 ; AE, 1961, 340 ; Atencia Páez, 1981 et 1984-1985 ; HEp, 1989, 469. Photographie sur le site du CIL en ligne : <http://cil.bbaw.de/dateien/cil_view.php?KO=KO0003062>.

156 Voir Atencia Páez, 1981 ; CIL, II2/5, 783. Il ne faut pas tenir compte des lectures de Fernández Chicarro, 1954 ; Blázquez, 1972 ; Nieto Navarro, 1987.

157 CIL, II, 100* : l’astérisque montre qu’Hübner, auteur du CIL, II, la tenait déjà pour fausse.

158 Domergue, Étienvre, 1971.

159 Blázquez, 1972, p. 817.

160 Tarraco, CIL, II, 4114 = ILS, 1140 ; RIT, 130. Alföldy, 1969, pp. 43-45.

161 Pflaum, 1960-1961, p. 590 ; Blázquez, 1972, pp. 813-814 ; Rahmoune, 2001, p. 110.

162 Fitz, 1966 ; Arce, 1981, p. 114.

163 Cagliari, CIL, XVI, 127.

164 Premerstein, 1912, p. 169 ; Thouvenot, 1939, p. 22, suivis par Blázquez, 1972, p. 811 ; Bénabou, 2005, p. 150.

165 Histoire auguste. Vie de Marc Aurèle, XXII, 11.

166 Thouvenot, 1939, p. 23, suivi par Blázquez, 1972, p. 812 ; Gózalbes, 1976, p. 243 ; Corell i Vicent, 1988, p. 304 ; Rahmoune, 2001, p. 106. Bénabou, 2005, p. 153, relève ce passage mais reconnaît que rien ne le relie explicitement aux incursions maures.

167 Pflaum, 1960-1961, p. 589 ; le développement d’Arce, 1981, pp. 110-111 ; Chastagnol, 1994, p. 115.

168 Málaga, AE, 1905, 115.

169 Hernández Martínez, 2007, pp. 257-260.

170 Fita, 1905, pp. 423-426.

171 Rodríguez de Berlanga, 1906, pp. 159-161.

172 Cette étymologie est elle-même largement contestable.

173 Rodríguez Oliva, 1983, p. 18 et 1987, pp. 199-200, où il est seulement précisé après la reprise des développements : « La inscripción, aparte de su valor histórico y literario, no daba para tales interpretaciones » (« L’inscription, sa valeur historique et littéraire mise à part, ne permettait pas de telles interprétations »).

174 Hernández Martínez, 2007, pp. 257-260.

175 AE, 1908, 233 ; Wickert, 1931, pp. 835-839 ; Encarnação, 1984, no 121.

176 Christol, Demougin, 1990, pp. 192-195.

177 Domergue, 1990, pp. 299-301.

178 Ibid. ; Christol, Demougin, 1990, p. 195 ; Christol, 1999, pp. 235, 242-243.

179 Bustamente et alii, 2008, pp. 167-169.

180 Ibid., pp. 170-171, 180.

181 Chic, 2005, pp. 576-586.

182 Bustamente et alii, 2008, pp. 169-171.

183 Ibid., pp. 171-177. Les auteurs démontrent notamment le repli de l’exploitation d’Aljustrel à la fin de l’époque antonine et sous les Sévères par la baisse des importations de sigillée africaine : le volume des échanges commerciaux avec l’Afrique semble être un indicateur pertinent de la santé de l’exploitation minière.

184 « He [Beryllus] probably redistributed or confirmed property rights related to the mines, ruled in unresolved contractual issues, and even provided money to those coloni or conductores suffering financial losses from damage to the mining infrastructure » (Hirt, 2010, pp. 123-124). L’auteur lie toutefois cette inscription au contexte des « invasions maures » de 171-173, en s’appuyant sur les travaux de Domergue et sans pousser davantage la réflexion sur la datation ni les causes du désordre dans les infrastructures minières.

185 Ampelum, CIL, III, 1149, 1294, 1316 ; AE, 1971, 383.

186 Petolescu, 1984, pp. 329-330.

187 Hamdoune, 1991, p. 175.

188 Balla, 1971, pp. 245-267.

189 García y Bellido, 1974, p. 24.

190 Le fameux « Conde Julian » de Ceuta, qui aurait trahi l’Espagne des Goths, et est devenu une figure mythique de la littérature espagnole jusqu’à Juan Goytisolo, est-il d’ailleurs Byzantin ou Wisigoth ? Voir Goubert, 1946 ; Gózalbes, 2011.

191 Sur l’urbanisme d’Astigi, voir notamment Sáez Fernández, Ordóñez Agulla, García-Dils de la Vega, 2005. Sur le nouveau temple, voir García-Dils de la Vega, Ordóñez Agulla, Rodríguez Gutiérrez, 2007, pp. 75-114.

192 Sur l’inscription, voir l’édition de Saquete Chamizo, Ordóñez Agulla, García-Dils de la Vega, 2011, pp. 281-290.

193 Voir Scheid, 1998. On suit ici les premières conclusions des éditeurs, en attendant des publications futures plus approfondies. La traduction française est l’œuvre de notre regretté collègue Bertrand Goffaux, qui l’avait faite en février 2013 dans le cadre de l’ANR Détroit, à la Casa de Velázquez, quelques mois avant son décès brutal. Ce passage est l’occasion de lui rendre hommage.

194 Saquete Chamizo, Ordóñez Agulla, García-Dils de la Vega, 2011, pp. 281-285.

195 Zilil, AE, 1987, 1128 : dédicace à Marc Aurèle et Caracalla de la part de la res publica Zilitanorum.

196 Malaca (Málaga), CIL, II, 1969 et Portus Magnus (Arzew), CIL, VIII, 21613.

197 Voir Christol, à paraître.

198 En Lusitanie, des bustes en argent et en or sont dédicacés dès 194 à Septime Sévère dans la colonie de Norba et dans le municipe de V[…] à Miróbriga : Norba, CIL, II, 693 ; AE, 1919, 88 ; Miróbriga, CIL, II, 863. Il existe une certaine concentration d’hommages à la domus diuina et à Septime Sévère comme pacator orbi en Bétique, notamment à Martos (Tucci, CIL, II2/5, 74-77). On en trouve également à Isturgi (CIL, II, 2124 ; CIL, II2/5, 1028) et à Vrso (CIL, II2/7, 60). À Vcubi, Septime Sévère est honoré dès 195 par les décurions de la colonie comme le plus grand et le plus fort de tous les princes (Vcubi, AE, 1946, 202 ; CIL, II2/5, 441).

199 Tarragone, CIL, II, 4114, voir p. 711 = ILS, 1140 ; CIL, II2/14, 975. Sur le personnage : PIR2 C 823 ; Pflaum, 1960-1961, pp. 548-549, no 203 ; Alföldy, 1969, pp. 43-45.

200 Notamment, en Lusitanie, le sénateur C. Caesonius Macer Rufinianus, légat vers 194-197, qui a eu par la suite une longue carrière : PIR2 C 210 ; Alföldy, 1969, pp. 146-147 ; Christol, à paraître.

201 Sur P. Cornelius Anullinus, qui obtient un second consulat en 199, voir PIR2 C 1322 ; Castillo Garcia, 1965, pp. 496-498, nos 34-35. Il avait été auparavant légat de la légion VIIa Gemina : Alföldy, 1969, pp. 122-123 ; Le Roux, 1982, p. 315 ; A. Birley, 1988, pp. 112-113.

202 Christol, à paraître, pour qui ces deux inscriptions auraient été élevées courant 198.

203 Daguet-Gagey, 2004.

204 Robert, 1989, pp. 283-296.

205 Vienne, CIL, XII, 1856 et add. = ILS, 1353 ; Inscriptions latines de Narbonnaise, Vienne, 1, 65.

206 Sur ce personnage, voir en premier lieu Pflaum, 1960-1961, pp. 605-610, no 229. Pour le reste du dossier et pour la relecture d’une dédicace au Génie du municipe de Volubilis (IAM, 2, 423 ; IAM, 22, 880), voir Christol, à paraître, avec les photos du nouveau fragment qui permettrait de lire le nom de C. Iulius Pacatianus sur cette inscription de Volubilis.

207 Harmand, 1957, pp. 411-417, qui recueille seulement onze attestations de patronat de province ; Deininger, 1965, pp. 168-169.

208 Nicols, 1990.

209 Louis Harmand a eu également tendance à ne mentionner le patronat provincial que dans le cadre de la défense en justice des provinciaux : Harmand, 1957, pp. 411-417.

210 Lefebvre, inédit.

211 Ibid., t. I, pp. 35-98 : catalogue des patrons de provinces. Sur les trente-cinq personnages évoqués dans la bibliographie antérieure, l’auteur n’en retient que vingt-quatre attestés avec certitude comme patroni prouinciae.

212 Onze inscriptions provenant de ce même territoire du Latium sont consacrées à la carrière de Caius Iulius Asper : CIL, XIV, 2505-2515b, 2518. Ce personnage est également cité dans onze autres documents épigraphiques et trois passages de Dion Cassius (LXXVIII, 5, 3 ; LXXIX, 22, 2-4 ; LXXX, 4, 4). Voir Lefebvre, inédit, t. I, pp. 66-70, no 8, avec l’intégralité du dossier documentaire et de la bibliographie.

213 Ager Tusculanus, Latium, CIL, XIV, 2506, 2516.

214 Sur ce point discuté, voir en dernier lieu Christol, à paraître.

215 Lefebvre, inédit, t. I, p. 275.

216 Ibid., p. 269.

217 Ibid., pp. 265-270.

218 Ibid., pp. 274-276.

219 Les seuls troubles qui agitent l’Ouest de l’Afrique du Nord à cette période concerneraient essentiellement la Numidie et la Maurétanie césarienne.

220 Exception faite des « invasions barbares », en fait essentiellement des raids de pillages francs, qui touchent surtout le Nord de la côte levantine : pour une mise au point, voir Brassous, inédite.

221 Pour une synthèse sur la période tétrarchique, voir en premier lieu Christol, 2006a, pp. 191-205, puis sur Maximien, PLRE Maximianus 8 ; Barnes, 1982, pp. 32-35 ; Kienast, 1990, pp. 273-286.

222 Voir Zuckerman, 2002.

223 Seeck, 1962, pp. 247-251 : voir ci-dessous pour la Liste de Vérone.

224 Heitsch, 1963, 1, pp. 22, 79-81.

225 Panégyriques latins, III, 7, 2.

226 Ibid., IV, 17 et 18.

227 Seston, 1946, pp. 115-128.

228 Fragmenta Vaticana, 41 : prescription impériale réglant un cas d’usufruit. Contrairement à ce que l’on peut lire souvent, cette date du 10 mars 298 ne correspond pas à une entrée triomphale de Maximien dans la capitale africaine.

229 Bénabou, 2005, pp. 233-237 ; Arce, 1982a, pp. 20-23 ; Zuckerman, 1994, pp. 65-67 ; Christol, 2006a, p. 200.

230 Romanelli, 1959, p. 502.

231 Rebuffat, 1992b.

232 Villaverde Vega, 2001a, pp. 277-278.

233 Seston, 1946, p. 117 ; Arce, 1982a, pp. 20-23.

234 Phrygie, Pessinonte : AE, 1981, 777 = Supplementum Epigraphicum Graecum, 31, 1116.

235 Drew-Bear, 1981, pp. 133-136.

236 Zuckerman, 1994, p. 67. Aurelius Litua, gouverneur de la Césarienne, célèbre ses victoires en 290, tandis que son collègue de Tingitane, Aurelius Cletus, annonce que sa province a retrouvé la paix par une inscription de Ksar el-Kébir datée du 19 septembre 291. Pour la bibliographie sur ces épisodes, voir notamment Rebuffat, 1998b, pp. 223-224.

237 Zuckerman, 1994, p. 67, n. 11.

238 Arce, 1982b.

239 Hidalgo, 1996, notamment pp. 149-151, 154-156.

240 Maymó i Capdevilla, 2000, p. 239, n. 29 et 240, n. 31.

241 Arce, 1982a, p. 22 et 1982b, pp. 359-371. Interprétation suivie par Maymó i Capdevilla, 2000, pp. 238-239 ; Villaverde Vega, 2001a, p. 277.

242 Ibid., pp. 277-278.

243 Rebuffat, 1998b, p. 223, n. 90.

244 Romanelli, 1959, p. 502.

245 Arce, 1982a, pp. 20-23.

246 « D’Espagne, Maximien passa en Afrique, non pas directement en Maurétanie Césarienne, mais probablement en Tingitane. […] Si l’on admet que le but principal de Maximien était alors de pourchasser les Francs des rives de la Méditerranée, il est normal qu’il ait cherché à leur fermer le détroit des Colonnes d’Hercule en occupant ses deux rives » (Seston, 1946, pp. 117-118).

247 Tanger, IAM, 22, 34.

248 Tamuda, IAM, 2, 55.

249 Rebuffat, 1998b, pp. 203-212.

250 Seston, 1946, p. 118, n. 2.

251 Rebuffat, 1991, pp. 396-401 et 1998b, p. 223, n. 90.

252 Combats contre les Quinquegentanei : CIL, VIII, 8836. Sur le trajet parcouru, voir Rebuffat, 1998b, p. 223, n. 90. Contre cette hypothèse de passage direct par la mer d’Alboran, Zuckerman, 1994, p. 68, n. 19-20 ; Maymó i Capdevilla, 2000, pp. 240, 243-244. Cependant, les arguments exposés par Rebuffat, et notamment celui de la distance (1 300 km de Tamuda à la Kabylie, dans une zone montagneuse sans relais militaire connu), ne sont pas à négliger. La proposition de compromis retenue par Maymó i Capdevilla (trajet par une route littorale et peut-être par cabotage au nord de la Tingitane, puis trajet terrestre de la Moulouya à la Kabylie) ne paraît pas très satisfaisante, étant donné sa durée (Maymó i Capdevilla, 2000, p. 243) : Maximien a pu simplement faire route de la côte espagnole jusqu’à la Césarienne.

253 CIL, V, 893.

254 Inscription de Sétif, CIL, VIII, 8440.

255 AE, 1979, 709 et 1972, 710. Voir Speidel, 1982.

256 Seston, 1946, p. 122 ; Christol, 2006a, p. 200.

257 Rebuffat, 2003, pp. 387-388.

258 Pour la péninsule Ibérique, voir ci-dessus sur l’arc de triomphe de Mérida. Pour l’Afrique, voir ci-dessous les cas de Rapidum et de Sétif.

259 Salceo Garces, 1996.

260 Seston, 1946, pp. 125-126.

261 Ce personnage est connu par quatre inscriptions : 1) Bisica, Afrique proconsulaire, CIL, VIII, 12296 = ILS, 211 a. 2) Sitifis, Maurétanie césarienne, CIL, VIII, 8435 =ILS, 4498. 3) Cherchell, Maurétanie césarienne, CIL, VIII, 21000 ; AE, 1900, 125 ; Libyca, 1, 1953, 181 = AE, 1954, 136. 4) Près de Sétif, Maurétanie césarienne, ILS, 9006 ; AE, 1907, 4. Sur ce personnage, préfet de la flotte de Misène et dux temporaire de toutes les provinces africaines à la fin des années 250 pour réprimer les troubles, dont le foyer principal se situerait à la frontière entre Numidie et Césarienne, voir Pflaum, 1960-1961, pp. 905-923 ;Christol, 1976 et 1986, pp. 38, 47, 212. L’efficacité de ce gouvernement conjoint avait été contestée par la découverte d’autres « bulletins de victoires » de gouverneurs de Maurétanie césarienne, mais Christol, après avoir revu la chronologie de ces inscriptions et la prosopographie des gouverneurs provinciaux, a pu circonscrire ces troubles et montrer que le gouvernement conjoint de M. Cornelianus Octauianus avait efficacement servi pour redresser la situation africaine, qui, en 260, à la fin du règne de Valérien et de Gallien, paraît moins critique que sept ans plus tôt.

262 Carcopino, 1919 ; Rachet, 1970, pp. 238-250.

263 Voir notamment Christol, Magioncalda, 1989 sur ces procurateurs-gouverneurs.

264 Sur la réduction du territoire tingitan et le passage de la frontière méridionale au niveau du Loukkos entre 289 et 291, voir notamment Rebuffat, 1991 ; Rebuffat, 1992c, pp. 367-369 ; en dernier lieu Villaverde Vega, 2001a, pp. 265-270.

265 Seeck, 1962, p. 250 : « Laterculus Veronensis : Nomina prouinciarum omnium : XI : Diœcesis Hispaniarum : Baetica, Lusitania, Carthaginensis, Callaecia, Tarraconensis, Tingitana » (« Liste de Vérone : noms de toutes les provinces, [rubrique] XI, diocèse des Espagnes : Bétique, Lusitanie, Carthaginoise, Galice, Tarraconaise, Tingitane »). La septième province hispanique donnée d’après d’autres listes du ive siècle serait les Baléares : Arce, 1982a, pp. 34-35 ; Villaverde Vega, 2001a, p. 266.

266 Sur la Liste de Vérone et les hypothèses de datation de la création des diocèses, voir ci-dessus.

267 Delahaye, 1923.

268 Manuscrit BNE A 76, voir García Villada, 1929.

269 Gaiffier, 1971.

270 Lanata, 1972.

271 Musurillo, 1972, pp. 250-259 et introduction p. 39.

272 La recension M commence par l’expression fautive In ciuitate Tingitana, Marcel est encore rattaché à la légendaire légion trajane et considéré comme un natif d’Hasta Regia (au lieu d’être un centurion ex hastatis primanis), la charge de Caecilianus, l’officialis, est éditée de façon erronée. Je n’ai donc pas pris en considération cette édition, faite intégralement à partir d’ouvrages de seconde main.

273 Saxer, 1979, pp. 125-130.

274 Gaiffier, 1941, 1943, 1969.

275 Masai, 1965a, 1965b, 1966.

276 Carcopino, 1943, pp. 276-282.

277 Seston, 1950a [1980a].

278 Villaverde Vega, 2001a, pp. 269, 280 et 339-344.

279 Rebuffat, 2003, pp. 387-391.

280 Baslez, 2007, pp. 238-242. Malheureusement, cet auteur s’appuie sur l’édition fautive de Musurillo, ce qui amène quelques erreurs dans le commentaire, comme la fausse appartenance de Marcel à la légion trajane.

281 Delahaye, 1955, pp. 106-107, 113 ; Masai, 1965a, p. 277.

282 Le R. P. Delahaye distingue en effet deux traditions de manuscrits. La première tradition baptisée M, la plus ancienne, compte dix témoins (les neuf répertoriés par Delahaye et le manuscrit madrilène A 76). La seconde tradition, N, se compose de cinq manuscrits, tous espagnols. La tradition N semblerait plus éloignée de l’original que la M, mais n’est pas dénuée de fiabilité. Ces manuscrits espagnols de la tradition N sont les seuls à donner des détails précieux, comme la date consulaire ou encore la transcription de l’elogium, du « bordereau » que le praeses Fortunatus envoie à Aurelius Agricolanus. Voir Delahaye, 1923, pp. 267-268 ; Lanata, 1972, pp. 509-512, qui propose une édition reconstituée à partir des plus anciens manuscrits des traditions M (manuscrit Matritensis A 76 dans sa version barcelonaise dit MB) et N (manuscrit E de l’Escurial), en ajoutant la tradition indirecte, à savoir le manuscrit romain Farfensis des Actes de la Passio SS Marcelli et Apulei.

283 Sur ces armes et insignes, voir notamment Rebuffat, 2003, p. 388, n. 35.

284 Sur les principia, voir Lenoir, 1986.

285 Sur le serment, voir plus particulièrement Seston, 1950a, pp. 239-240 [1980a, pp. 635-636] ; Rebuffat, 2003, pp. 388-389.

286 Gaiffier, 1941, p. 128 ; Masai, 1965a, p. 280.

287 Sur la lecture et la définition de cette expression largement corrompue dans la tradition directe, voir l’explication minutieuse et convaincante de Masai, 1965a, pp. 281-289.

288 Seston, 1950a, pp. 239-246 [1980a, pp. 635-642].

289 Id., 1946, p. 122 ; Lanata, 1972, p. 516 ; Rebuffat, 2003, p. 389.

290 Seston, 1950a [1980a] ; Baslez, 2007, pp. 338-342.

291 L’expression apparaît, de façon excessive à mon sens, dans Barnes, 2010, p. 109, à propos des cas de Marcel et Maximien.

292 Rebuffat, 2003, p. 390.

293 Le proconsul d’Afrique, qui est lui aussi obligé de condamner le conscrit réfractaire Maximilien, essaie de raisonner le jeune homme en soulignant le caractère infamant du châtiment qui l’attend s’il persiste dans sa folie : Monceaux, 1928, pp. 251-255.

294 Les anniversaires impériaux, à l’instar de celui qui déclenche la rébellion du centurion Marcel, ne seraient plus de simples occasions de vœux pour le salut impérial, mais deviendraient des cérémonies destinées à rappeler la nature divine des Tétrarques : Seston 1950b [1980b]. Baslez a repris ce raisonnement en l’englobant dans une perspective plus vaste à propos de l’ensemble de ces martyres précédant la « grande persécution », martyres qui seraient signes d’une radicalisation des chrétiens désormais confrontés à des empereurs « nés des dieux » et divinisés de leur vivant (Baslez, 2007, pp. 338-342).

295 Seston, 1950a, pp. 244-245 [1980a, pp. 634-635].

296 Rebuffat souligne avec raison le caractère inéluctable de la mort de Marcel, étant donné qu’il a renié publiquement et plusieurs fois le sacramentum en jetant à terre ses armes et les insignes de son grade. Le praeses Fortunatus, devant la gravité et la publicité de l’acte, ne peut passer outre : comme dit la lettre qu’il a adressée à son supérieur Aurelius Agricolanus, dissimulare non possum (je ne peux le passer sous silence). Le manquement à la discipline est trop manifeste et la provocation trop importante pour que les responsables s’abstiennent de sévir, mais ils le font sans excès aucun : Rebuffat, 2003, p. 391 et n. 53. L’épuration de l’armée sera conduite ultérieurement vers 301, pour mettre un terme à ces provocations, mais sans acharnement antichrétien d’après Eusèbe : Baslez, 2007, p. 342.

297 Masai, 1965a, p. 286.

298 Manuscrits L, S, B, A, Q, O, K, R d’après la classification de Delahaye, 1923, pp. 258-260, 267.

299 Manuscrits E, D, F, G, H : ibid., pp. 267-268.

300 Le bollandiste en vient d’ailleurs à écarter purement et simplement l’introduction donnée par les manuscrits de cette tradition M2 : « Le début de l’introduction, comme l’introduction tout entière, n’appartient donc pas à la Passion primitive, et il n’y a pas lieu de tenir compte d’aucune des données du récit par lequel débute la recension M2 » (ibid., p. 270).

301 Sur les « tournées » des fonctionnaires impériaux et les rotations des tribunaux, voir notamment Lefebvre, 2008.

302 Voir le texte N de Delahaye reconstitué à partir des manuscrits espagnols E, D, F, G et H : (Lemme) : « Passio sancti Marcelli martyris qui est passus apud Legionem prouinciae Galleciae sub Manilio Fortunato praeside III Kalendas nouembris. 1. Sub die iduum augustarum, Fausto et Gaio consulibus, apud legionem septimam Geminam […] » (« Passion du saint martyr Marcel, qui s’est passée à León, dans la province de Galice, Manilius Fortunatus étant gouverneur, le troisième jour des calendes de novembre. 1. Le jour des ides d’août, sous le consulat de Faustus et Gaius, devant la VIIe légion Gemina […] » [Delahaye, 1923, p. 264]).

303 Gaiffier, 1941, pp. 123-125.

304 Id., 1969, pp. 21-22. Notons que cet argument a silentio est, en l’état actuel des connaissances sur les martyrologes hispaniques, assez ténu, et que les calendriers mozarabes d’Al-Andalus fêtent bien Marcel le 30 octobre, jour de son martyre tangérois : García Villada, 1929, 1, p. 267.

305 Notamment les deux frères martyrs Emetherius et Celedonius qui, selon Prudence, étaient des militaires suppliciés et constituaient la gloire de la cité de Calahorra, en raison d’un double miracle survenu lors de leur mort. L’auteur du Peristephanon se plaint de ne trouver aucun autre renseignement à leur sujet : Prudence, Peristephanon, 1, vv. 52, 73-78 ; 8, vv. 31-39. Mais des manuscrits beaucoup plus tardifs en font des militaires ayant séjourné à León : Gaiffier, 1941, pp. 131-132.

306 Sur la famille et les enfants de Marcel, évoqués par un seul manuscrit, le bréviaire de León, mais ensuite abondamment cités dans la littérature hagiographique des ixe-xe siècles, voir ibid., pp. 127-131.

307 Voir notamment Monceaux, 1928.

308 Gaiffier, 1941, pp. 124-125.

309 « Las hipótesis que suponían el traslado de Marcelo de León a Tánger deben descartarse y toda la acción del relato se desarrolla en Tingitana » (« Les hypothèses qui soulignaient le transfert de Marcel de León à Tanger doivent être écartées ; toute l’action se déroule en Tingitane » [Villaverde Vega, 2001a, p. 342]).

310 Gaiffier, 1969, p. 23.

311 Si le délai de trois mois, avec des dates qui varient d’une édition à l’autre, pourrait certes être imputé à la procédure et à la nécessité d’attendre la session judiciaire du tribunal du vice-préfet, la présence de l’official chargé du transfert armé montre sans conteste l’existence d’un déplacement de l’accusé : argument de Delahaye, 1923, complété par Masai, 1965a, pp. 281-288, admis finalement par Gaiffier, 1969.

312 Sur l’armée de Maurétanie tingitane, voir les chap. iii et iv de cet ouvrage.

313 Seston, 1950a, p. 239 [1980a, p. 629].

314 Villaverde Vega, 2001a, p. 280.

315 « ex c(enturionibus) (h)ast(atis) (prim)an(is) » : voir Masai, 1965a, p. 30.

316 Voir l’exemple du dies natalis de Septime Sévère fêté dans le camp auxiliaire de Tamuda cité ci-dessus ; Mastino, 1990.

317 « Cette dernière province [la Tingitane] semble exclue, car nous n’y avons pas trace d’une légion à cette date. Peut-être faut-il revenir, tout en admettant que la Passion ne le précise pas, à Léon, comme à l’hypothèse la plus vraisemblable, puisque nous sommes dans un camp légionnaire (apud signa legionis istius) » (Rebuffat, 2003, p. 388).

318 Villaverde Vega, 2001a, pp. 339-344.

319 Ibid., pp. 268-269, 343.

320 La bibliographie est trop abondante sur ce point pour être ici citée dans son intégralité : voir notamment Arnheim, 1970.

321 Di Vita-Évrard, 1985, pp. 173-174, n. 100.

322 Notamment l’interprétation de Cuq, qui n’était pas d’accord avec Pallu de Lessert sur la synonymie des uice agentes praefectorum praetorio et des vicaires : Cuq, 1899 ; contra Pallu de Lessert, 1899, pp. 251-253. Cette synonymie des deux termes est pourtant globalement acceptée aujourd’hui : Arnheim, 1970, même si les vice-préfets du prétoire semblent précéder l’apparition des diocèses et donc des vicaires diocésains.

323 Villaverde Vega, 2001a, pp. 269, 343-344. Cette idée de spécialisation judiciaire des uice agens praefectorum praetorio est un débat ancien : pro, Barnes, 1982, p. 224 et n. 60 ; contra, Di Vita-Évrard, 1985, pp. 173-174, n. 100 : « Je considère ces fonctionnaires comme des délégués de l’empereur coiffant dans leurs attributions militaires les gouverneurs de province et non pas seulement comme des officiers de justice supérieure. »

324 Villaverde Vega, 2001a, p. 344.

325 Notamment Delahaye, 1923 ; Gaiffier, 1941 et 1969 ; Carcopino, 1943, p. 240 ; Seston, 1950.

326 Villaverde Vega, 2001a, pp. 269, 344.

327 Si la réorganisation administrative des provinces administratives a déjà eu lieu, il se peut que Fortunatus soit le premier praeses Callaeciae (PLRE, 1, 370 : Astasius Fortunatus) ; mais Di Vita-Évrard avance l’idée que Fortunatus pourrait porter le même titre que son prédécesseur attesté avant 286 et être un praeses Hisp(aniae) Cit(erioris) : Di Vita-Évrard, 1985, p. 171, n. 96.

328 Fortunatus n’a peut-être pas le ius gladii : Rebuffat, 2003, pp. 388-389.

329 Mommsen, 1896, pp. 262-264 ; Durry, 1938, pp. 172-174.

330 Gaiffier, 1969, p. 23.

331 Villaverde Vega, 2001a, pp. 268, 343.

332 Ibid., pp. 269, 343-344.

333 Cette expression a suscité l’incompréhension des premiers éditeurs et commentateurs : Allard, 1890, p. 137, n. 1 ; Delahaye, 1923, pp. 273-274.

334 Villaverde Vega, 2001a, p. 343.

335 Masai, 1965a, pp. 281-282.

336 Ibid., pp. 283-285.

337 Ibid., pp. 286-287.

338 L’introduction, certes interpolée, de la tradition N évoque explicitement un banquet officiel en l’honneur des empereurs.

339 Le terme de furor revient à plusieurs reprises dans les conclusions des interrogatoires et la condamnation finale. Mais le gouverneur ne « plaide [pas] la folie » pour autant, comme l’énoncent un peu vite certains commentateurs (Baslez, 2007, p. 341).

340 Sur la discussion praeses Callaeciae / praeses Hisp(aniae) Cit(erioris), voir ci-dessus.

341 Rebuffat, 2003, pp. 389-390, n. 45.

342 L’objection faite par Villaverde Vega, qui argue le coût et la lourdeur du déplacement, est pertinente, quoique l’on ne suive pas les conclusions qu’il en tire : Villaverde Vega, 2001a, p. 343.

343 Sur l’expédition africaine de Maximien, voir ci-dessus.

344 García Villada, 1929, 1, p. 267.

345 Gaiffier, 1943, p. 129, n. 1.

346 Ibid., pp. 120-124.

347 Gaiffier, 1943, pp. 127-139.

348 Fabrega Grau, 1953-1955, 2, pp. 353-357 (édition) et 1, pp. 161-164 (commentaire).

349 Ibid.

350 Carcopino, 1943, pp. 278-279.

351 Fabrega Grau, 1953-1955, 2, p. 356.

352 Cette version d’un exil en Tingitane est notamment soutenue par Villaverde Vega, pour qui la Maurétanie tingitane serait une « prouincia marginal en la Diœcesis Hispaniarum y confín del Imperio apto para neutralizar a personajes molestos para la actuación jerárquica del estado » (« une province marginale dans le diocèse des Espagnes, une marche de l’Empire idéale pour neutraliser des personnages gênants pour la hiérarchique étatique » [Villaverde Vega, 2001a, p. 345]). Cependant, le châtiment des chrétiens qui tombent sous le coup des édits de persécution de 303-305 n’est pas l’exil, mais la mort. En outre, l’exil dans une province sous contrôle romain ne semble guère imaginable. Le parallèle avec les deux chrétiens Servandus et Macaire qui auraient été « exilés » et auraient trouvé la mort en Maurétanie sous l’empereur Julien n’est pas tenable : la passion de ces deux martyrs, confondus avec d’autres par des sources indirectes et imprécises, ne permet pas de conclure à un exil, mais plutôt à une exécution en Maurétanie après un jugement éventuel ailleurs dans l’Empire (à Antioche ?) : voir Gaiffier, 1960, pp. 24-40.

353 Carcopino, 1943, p. 279.

354 Ibid., pp. 371-385.

355 Villaverde Vega, 2001a, pp. 275-277.

356 Propos de Blázquez, 1967 ou López Pardo, 1987a et b.

357 Et notamment en péninsule Ibérique, comme pour réprimer la seconde incursion des Maures en Bétique en 177.

358 Voir López Pardo, 1987 pour l’utilisation répétée de cette expression.

359 Cette expression de guardaespaldas revient fréquemment sous la plume de divers auteurs. D’autres chercheurs, malgré leurs efforts pour se détacher de l’historiographie traditionnelle, sombrent aussi dans ce travers de minimisation du rôle politique et administratif de la Maurétanie tingitane. Ainsi Villaverde Vega, à propos de l’exil qu’auraient subi Servandus et Germanus, dépeint la Tingitane comme une province de relégation à la géographie idéale pour y déporter les fauteurs de troubles (Villaverde Vega, 2001a, p. 345). Il semble que la situation soit précisément inverse : la Tingitane n’est pas destinée à abriter des exilés et des personnages dangereux pour la hiérarchie impériale, mais au contraire accueille le vice-préfet du prétoire chargé de juger en dernière instance les accusés à la peine capitale pour toutes les provinces hispaniques.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site