Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nec plus ultra

 | 
Gwladys Bernard

Chapitre III

L’Extrême Occident dans la création de l’espace impérial (40 av. J.-C. – fin du ier siècle apr. J.-C.)

Texte intégral

1Après la dernière guerre civile entre Octavien et Antoine et la disparition du dernier roi maure indépendant Bocchus II en 33 av. J.-C., les espaces maurétaniens entrent pleinement dans l’orbite politique de Rome. À la même époque de mise en place du Principat augustéen, les régions du Nord-Ouest de la péninsule Ibérique sont totalement conquises et les provinces hispaniques sont réorganisées. Des colonies de droit romain sont installées sur les deux rives de la Méditerranée afin de lotir le demi-million de vétérans démobilisés à la fin des guerres civiles. Dans ce cadre de refonte globale des cadres provinciaux, le dessin des nouvelles structures administratives de l’Extrême Occident sera l’objet de ce début de chapitre. Certes, entre la création du royaume-client de Maurétanie, confié à Juba II en 25 av. J.-C., et le rapprochement de la Maurétanie tingitane et des provinces hispaniques opéré par Dioclétien à la toute fin du iiie siècle, il n’existe aucun cadre administratif unique regroupant les espaces du détroit de Gibraltar. Cependant, l’absence de regroupement administratif entre les espaces ibériques et maurétaniens ne signifie pas pour autant l’absence de toute relation politique, de toute solidarité interprovinciale entre les rives de la Méditerranée extrême-occidentale. Les différents modes de gestion apparus à la naissance du Principat montrent au contraire des points de convergence entre les cités hispaniques et maurétaniennes.

I. — Un « monde de cités » créé en parallèle sur les rives de la Méditerranée extrême-occidentale

La nouvelle donne augustéenne : réorganisation provinciale, créations municipales et déplacements de population

  • 1 A. T. Fear se réfugie derrière un « By this time » commode pour dater cette nouvelle création prov (...)
  • 2 Dion Cassius, LIII, 12, 4.
  • 3 25 av. J.-C. correspond à la fin de la deuxième campagne et à la création d’Augusta Emerita, colon (...)
  • 4 La Bétique résulte de la partition de la province d’Hispania Vlterior en deux ; or la Lusitanie, q (...)
  • 5 RGDA, 28, 1.
  • 6 Voir Le Roux, 2014, p. 151. D’où les débats sur la fameuse province de Transduriana, évoquée dans (...)

2Avant de s’interroger plus longuement sur les créations coloniales en Extrême Occident, il convient de revenir sur l’évolution du cadre administratif global en péninsule Ibérique et en Maurétanie. Les provinces hispaniques passent en effet de deux à trois à l’époque d’Auguste : l’ancienne province d’Hispanie ultérieure est divisée en deux. La partie méridionale de l’Ultérieure, au sud de l’Anas (Guadiana), devient la province de Bétique, sa partie septentrionale, augmentée par les récentes conquêtes des territoires astures et cantabres, se transforme en Lusitanie. La date de cette création provinciale n’est pas connue avec certitude1 : certes, Dion Cassius2 la mentionne dans sa liste des provinces attribuées au sénat en 27 av. J.-C., mais il est fort possible qu’il ait commis une anticipation et que la Bétique n’ait été fondée qu’à l’issue des campagnes d’Espagne vers 25 ou 19 av. J.-C.3, voire lors d’une réorganisation de la péninsule Ibérique en 16-13 av. J.-C4, c’est-à-dire à l’occasion du voyage d’Auguste, date qui est souvent préférée par l’historiographie française. Cette hésitation reflète celle des sources en elle-même : Auguste, à la toute fin de sa vie, parle des fondations de colonies qu’il a réalisées dans « l’une et l’autre Hispanie », montrant ainsi la prégnance de la division de la péninsule en deux encore en 14 apr. J.-C.5. En outre, le sens de « province » lui-même est en train d’évoluer au cours de la période : d’un commandement confié à un magistrat à imperium, la province est en train de se doter d’un sens géographique précis6. À partir de l’époque augustéenne, c’est la nouvelle province de Bétique, avec ses 175 cités recensées par Pline, qui va retenir mon attention.

  • 7 Cette expression, empruntée aux travaux de Desanges, désigne l’Ouest de l’Afrique du Nord, de l’At (...)
  • 8 Pour les parallèles, voir Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 19-21.

3La situation administrative maurétanienne est bien différente : l’une des particularités des implantations romaines en Afrique Mineure7 dans le dernier tiers du ier siècle avant notre ère est qu’elles ne s’inscrivent pas dans un cadre provincial. Elles se développent en effet à la faveur de l’interrègne maurétanien qui dure de 33 à 25 av. J.-C. Bocchus II, roi de Maurétanie orientale reconnu par Rome, puis souverain de la Maurétanie entière après la défaite et la fuite de Bogud, meurt en 33. La disparition apparemment sans descendance de cet allié de Rome et d’Octavien ouvre une période d’incertitude pour son royaume maurétanien à peine unifié. Que faire de ce territoire immense, voisin et pivot stratégique de l’Afrique et de l’Hispanie, en l’absence de tout candidat au trône susceptible d’être fidèle à Rome et à Octavien, alors que la lutte contre Antoine et Cléopâtre n’est pas terminée ? La possibilité que Bocchus II ait fait un testament pour léguer son royaume à Rome n’est pas à écarter totalement, mais aucune trace explicite n’en subsiste dans nos sources. Cette hypothèse d’un legs correspond certes aux usages des rois orientaux alliés. Elle pourrait en outre expliquer la création de colonies romaines en Maurétanie par le pouvoir romain, qui s’estimerait, à juste titre et à bon droit, fondé à administrer ces territoires maurétaniens8.

4Mais, malgré le caractère séduisant de cette théorie, seule une phrase de Dion Cassius nous renseigne sur la situation de la Maurétanie à la mort de Bocchus, sans faire allusion à un quelconque testament :

  • 9 « Τοῦ τε Βόκχου τελευτήσαντος οὐδενὶ τὴν βασιλείαν αὐτοῦ ἔδωκεν, ἀλλ´ ἐς τὰ τῶν Ῥωμαίων ἔθνη αὐτὴν (...)

Après la disparition de Bocchus, il n’attribua son royaume à personne et le mit au nombre des provinces romaines9.

  • 10 Gsell, 1928b, p. 201.
  • 11 RGDA, 2.
  • 12 Dion Cassius, XLIII, 12, 6.

Cette mention rapide peut signifier simplement qu’en l’absence d’héritier, c’est l’État qui recueille l’héritage : l’État romain se serait-il prévalu de cette règle de droit privé pour revendiquer la domination sur la Maurétanie ? Ni la cause de ce processus (legs volontaire ou simple héritage), ni la nature du statut juridique du royaume maurétanien tombé en déshérence ne sont définies clairement dans ce passage de Dion Cassius. La proposition d’inscrire la Maurétanie au nombre des provinces romaines semble indiquer une première ambition d’annexion, mais dont les circonstances restent floues. Octavien a-t-il eu la volonté de transformer la Maurétanie en une ou deux provinces après la mort du roi Bocchus II ? L’a-t-il confiée à des préfets, comme l’imaginait en son temps Stéphane Gsell10 ? La création d’une ou deux provinces maurétaniennes à la fin des années 30 avant notre ère paraît toutefois douteuse : la Maurétanie n’apparaît pas dans la liste des provinces occidentales qu’Auguste lui-même, dans ses res gestae, énumère comme étant en son pouvoir en 3211, ni dans celle établie par Dion Cassius pour 2712. Il est probable qu’entre 33 et 25, date à laquelle la décision est prise par le pouvoir augustéen de rétablir le royaume de Maurétanie et d’en confier le trône au fils du roi numide Juba, la Maurétanie reste un territoire sans statut bien défini, dont la situation administrative est en attente de règlement.

  • 13 RGDA, 3, 3.
  • 14 Ibid., 3, 3 et 16, 1, 2 et 3 : voir Scheid, 2007, pp. 32, 52.
  • 15 Appien, Histoire romaine, t. XII, livre XVII, Guerres civiles, livre V, 13 ; Dion Cassius, XLIX, 1 (...)
  • 16 Keppie, 1983, pp. 58-86 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 24, 125.

5Pour commencer à mailler ce territoire et régler le problème des vétérans, Octavien-Auguste crée un réseau de colonies romaines. Après 25 av. J.-C., ces déductions coloniales ont dû s’arrêter, parce qu’après cette date et jusqu’en 41-42 apr. J.-C., la Maurétanie redevient un sol étranger, avec son administration propre. En 25, la Maurétanie est désormais un royaume extérieur à l’Imperium romanum, même si son souverain, Juba II, est étroitement dépendant du pouvoir de Rome et d’Auguste, qui l’a fait roi d’une Maurétanie unifiée. Les colonies romaines déduites sur le sol maurétanien ont dû l’être dans ce court laps de temps, entre 33 et 25 av. J.-C., où le statut administratif des anciens royaumes maures n’est pas encore clairement identifié ni comme territoire provincial, ni comme royaume pérégrin. Ces fondations coloniales offrent le double mérite de satisfaire enfin les demandes des vétérans des guerres civiles, notamment celles des vétérans de Lépide et d’Antoine exclus du partage des terres italiennes, tout en créant des cités romaines redevables à la res publica et surtout à son prince le jeune César. Les res gestae avancent un chiffre de 500 000 vétérans démobilisés sous le règne d’Auguste13, qui comprennent bien entendu non seulement les soldats d’Octavien, mais aussi les transfuges de Sextus Pompée, les vétérans de Lépide et d’Antoine démobilisés depuis la période du second triumvirat. Ces dons de terres et fondations coloniales ont pesé sur les débuts du Principat augustéen14. Des mouvements séditieux ont précipité certaines fondations coloniales comme Fréjus ou Aleria15. La création des colonies de Maurétanie et d’Afrique s’inscrit dans ce contexte de recherche de terres fertiles pour calmer les revendications des armées des guerres civiles : 180 000 vétérans auraient été lotis dans les deux ans qui suivent Actium, à une époque où le royaume de Maurétanie orientale est en déshérence depuis 33 av. J.-C. et où des terres sont donc disponibles dans un territoire au statut encore indéterminé16.

6On peut distinguer deux types de colonies romaines dans le futur royaume de Maurétanie en fonction de leur date de création et de leur position géographique : les colonies de Maurétanie occidentale et celles de Maurétanie orientale. Les premières (de l’Océan jusqu’à la Moulouya) seraient plus anciennes que les secondes, car leur titulature comporte le surnom Iulia en plus ou au lieu d’Augusta. Voici la liste de ces fondations coloniales (tableau 1).

Tableau 1. — Les colonies de Maurétanie occidentale fondées à partir de 33 av. J.-C.

Nom (d’après Pline) Localisation actuelle Sources et références principales
Iulia Constantia Zilil Dchar Jdid Pline l’Ancien, V, 2, 6
3 inscriptions : Lenoir, 1987, nos 2, 3 et 4 = AE, 1987, 1128-1130 ; IAM, II2, 849, 850, 851
Lenoir, 2005
Iulia Valentia Banasa Sidi Ali bou Djenoun Pline l’Ancien, V, 5, 2
AE, 1941, 79 et 1954, 229
Thouvenot, 1941 ; Arharbi, Lenoir, 2011
Iulia Babba Campestrisa Ksar el-Kébir (Euzennat) (?)
Sidi Saïd (Rebuffat) (?)
Pline l’Ancien, V, 5, 1
Euzennat, 1989b ; Rebuffat, 1967, pp. 44-45
a. Un débat existe à propos de la localisation de Iulia Babba Campestris, que ni l’épigraphie, ni la numismatique ne permettent de situer (voir Desanges, 1980, pp. 92-93). Les sources littéraires ne sont guère plus explicites (Ptolémée, IV, 1, 7 ; Anonyme de Ravenne, Cosmographie, 3, 11) mais elles signalent que Babba était une ville de l’intérieur. Le passage de Pline l’Ancien concernant Babba (Pline l’Ancien, V, 1, 5) a donné lieu à deux interprétations : M. Euzennat a placé la cité à l’emplacement de Ksar el-Kébir, tandis que R. Rebuffat la localise sur le site de Sidi Saïd (Euzennat, 1989b ; Rebuffat, 1967, pp. 44-45). Ce dernier avis, en faveur de Sidi Saïd, est partagé par M. Coltelloni-Trannoy (Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 126-129). Deux articles récents sur le monnayage de la Babba préromaine permettent d’éclairer davantage la question : les auteurs vont en effet dans le sens de Rebuffat en suggérant de localiser Babba à proximité de Volubilis — peut-être à Sidi Saïd, mais les preuves manquent néanmoins — car les plus anciennes monnaies de Babba ont été découvertes justement à Volubilis. Voir Callegarin, 2011, pp. 42-48 ; Callegarin, El Khayari, 2011, pp. 81-88.

Tableau 2. — Les colonies de Maurétanie orientale fondées à partir de 33 av. J.-C.

Nom (d’après Pline) Localisation actuelle Sources et références principales
Cartenna Ténès Pline l’Ancien, V, 20, 1
CIL, VIII, 9663
Desanges, 1980, pp. 160-161
Gunugu Koubba de Sidi Brahim Pline l’Ancien, V, 20, 2
CIL
, VIII, 9071 ; 9423 ; 21451
Desanges, 1980, pp. 161-162
Zucchabar Miliana Pline l’Ancien, V, 21, 3
CIL, VIII, 10450 ; AE, 1940, 20
Desanges, 1980, p. 179
Aquae Calidae Hammam Righa (?) Pline l’Ancien, V, 21, 3
Desanges, 1980, p. 178
Rusguniae Cap Matifou Pline l’Ancien, V, 20, 8
CIL, VIII, 9247 ; 9250
Desanges, 1980, pp. 169-170
Rusazus Azeffoun (?) Pline l’Ancien, V, 20, 10
AE, 1921, 16 ; Carcopino, 1921, pp. 137-138
Desanges, 1980, pp. 172-173
Tubusuptu Tiklat Pline l’Ancien, V, 21, 4
CIL, VIII, 8836 ; 8837
Desanges, 1980, pp. 179-181
Saldae Béjaïa Pline l’Ancien, V, 20, 11
CIL, VIII, 8929, 8931, 8933, 20683
Desanges, 1980, pp. 173-174
Igilgili Jijel Pline l’Ancien, V, 20, 12
CIL, VIII, 8369 = ILS, 5961
Desanges, 1980, p. 174

Carte 7. — Les colonies de Maurétanie orientale (33-25 av. J.-C.)

Carte 7. — Les colonies de Maurétanie orientale (33-25 av. J.-C.)
  • 17 Desanges, 1980, p. 163, n. 7.
  • 18 Dion Cassius, LI, 4, 6.
  • 19 Cette énumération mélange allègrement les références et les sources datant du règne de Juba à celu (...)
  • 20 Héraclès-Melqart pour Amandry, Nony, 1983, p. 62, qui rappellent que la cité porte la racine « Kar (...)
  • 21 Datation entre 30 et 25 avancée par Amandry, Nony, 1983, pp. 57-62, reprise par RPC, I, 215, no 15 (...)

7Une lecture un peu rapide des noms donnés par Pline à ces communautés pourrait conduire à penser que les trois colonies de Maurétanie occidentale auraient été fondées entre 33 et 27 av. J.-C., puisqu’elles portent le surnom d’Iulia, tandis que les colonies de Maurétanie orientale auraient été déduites après qu’Octavien a reçu le nom d’Auguste en 27 av. J.-C. Il convient de préciser immédiatement que ce critère de la titulature est loin de constituer une preuve absolue de datation. Des colonies fondées avant 27 av. J.-C. peuvent en effet avoir ajouté par la suite le titre d’Augusta, comme cela semble être le cas de la Colonia Campestris Iulia Augusta Buthrotum, en Épire, fondée en 30 av. J.-C.17 et sans doute de Philippes, déduite la même année mais qualifiée de Iulia Augusta par Dion Cassius18. Pour certaines colonies de Maurétanie orientale (tableau 2), des indices peuvent, d’autre part, faire penser à une fondation antérieure à 27, bien que Pline les qualifie d’Augustae dans son énumération des cités de Césarienne (carte 7)19. Ainsi, une émission monétaire de Cartenna serait destinée à célébrer une création datée d’entre 30 et 25 av. J.-C. Aucune allusion à un titre d’Augusta n’y est faite, mais surtout, le type iconographique, une effigie barbue au droit20, et, au revers, une figure féminine laurée avec un collège de magistrats monétaires, renvoie aux deniers et aurei républicains de Vénus diadémée ou encore au monnayage de la cité de Tanger, datable des années 38 à 25 av. J.-C.21.

  • 22 Entre Rusguniae et Icosium, voir AE, 1955, 160a et b ; voir Salama, 1955, pp. 5-52, réédité en 200 (...)
  • 23 Sur le martelage de la titulature impériale et la notation rétrograde du numéro de légion sur les (...)
  • 24 Salama, 1955, pp. 5-52, réédité en 2005, pp. 39-96 et add. 456-461.
  • 25 Pline l’Ancien, III, 10. Fondation de César : Galsterer, 1971, p. 67 ; Allély, 2004, p. 209 (avec (...)
  • 26 Rusguniae, CIL, VIII, 9247 ; Salama, 1955, p. 46, réédité en 2005, p. 80 et surtout pp. 459-460.
  • 27 Une IXe légion de César a combattu à Dyrrachium et à Pharsale, puis disparaît de la documentation (...)
  • 28 Notamment par Teutsch, 1962, pp. 199-200 ; Desanges, 1980, p. 170, avec davantage d’arguments, not (...)
  • 29 Weigel, 1992, pp. 84, 157, n. 70 ; Roddaz, 2003, pp. 189-201 ; Allély, 2004, pp. 207-209. Weigel p (...)
  • 30 RGDA, 2, 23-28 ; Suétone, Vie d’Auguste, 31.
  • 31 Salama, 1955, pp. 45-50, réédité en 2005, pp. 72, 79-84.

8Il est possible également que Rusguniae — fondation punique au cap Matifou — ait été, comme Cartenna, fondée avant 27 av. J.-C. Deux bornes milliaires22 découvertes au second mille de la voie romaine allant de Rusguniae à Icosium et datant respectivement d’Élagabal (218-222) et de Gordien III (238-244) mentionnent pour Rusguniae la titulature ainsi libellée : Col(oniae) Iul(iae) [Antoniana(e)] Pontif (?) Cl(?) Rusg(uniae), ainsi que le nom de l’unité à l’origine de la fondation : (nonae) leg(ionis) Gemell(ae)23. Là aussi, l’absence d’Aug(usta) semblerait indiquer que Rusguniae, comme les colonies de Maurétanie occidentale et peut-être Cartenna, aurait été fondée avant 27 av. J.-C. Pierre Salama penche même pour une fondation antérieure24. Pour cet auteur, le qualificatif de Pontif(-icalis ou -icensis) renverrait à la charge de pontifex maximus qu’aurait revêtue le deductor de la cité. Cet adjectif se retrouve notamment dans la titulature d’Obulco (Porcuna), une colonie d’Hispanie ultérieure fondée soit par César, soit par Lépide, grand pontife de l’assassinat du dictateur en 44 jusqu’à sa propre mort en 12 av. J.-C.25. Rusguniae, colonie fondée pour abriter les vétérans d’une mystérieuse IXe légion, aurait peut-être été déduite par le triumvir Lépide, présent et actif en Afrique proconsulaire entre 40 et 36 av. J.-C. On pourrait objecter immédiatement le fait que Rusguniae, très occidentale par rapport aux autres fondations de Lépide, se trouve jusqu’à la mort de Bocchus II en 33 av. J.-C. sur un territoire qui fait incontestablement partie du royaume indépendant de Maurétanie. Cependant, certains éléments indiquent un lien clair entre le triumvir et Rusguniae : le titre parfaitement lisible de Pontif(-icalis ou -icensis), la présence à Rusguniae d’une statue dédiée au patron de la cité, personnage inconnu présenté comme le questeur de M. Aemilius Lepidus, neveu du triumvir26, et enfin la probable identification de cette IXe légion avec l’une des légions de César qui accompagne par la suite Lépide dans son gouvernement en Afrique proconsulaire entre 40 et 36 av. J.-C.27. Mais quand la colonie de Rusguniae a-t-elle été fondée ? Elle n’a pu être déduite avant 33, quand la Maurétanie cesse momentanément d’être un sol pérégrin à la mort de son roi, mais à cette date, Lépide, toujours pontifex maximus, est en exil à Circei. L’hypothèse de Salama, d’abord mal accueillie28, puis récemment réhabilitée29, résoudrait ce dernier problème. Les vétérans de la IXe légion auraient souhaité habilement honorer leur ancien général Lépide en donnant à leur colonie, fondée sans doute très peu après 33, le surnom de Pontif(-icalis ou -icensis) : ce qualificatif rappelle en effet César et fait référence à la charge vitalice qu’Octavien lui-même avait laissée à Lépide pour éviter un sacrilège en mettant à mort un personnage sacro-saint30. L’abréviation CL ferait ainsi référence à la vertu de Cl(ementia), dont Octavien ferait preuve en permettant à des vétérans de Lépide de former une colonie. Rusguniae, colonie de vétérans césariens sur le littoral maurétanien, ne serait donc pas une fondation augustéenne au sens strict, mais plutôt une colonie déduite en l’honneur de son ancien rival à une période sans doute antérieure à 27 av. J.-C. Salama va même beaucoup plus loin : en soulignant d’une part les liens administratifs qui existent entre l’Hispanie et la Maurétanie lors de la période de l’interrègne, avec notamment la contributio entre Ilici et Icosium, et en notant d’autre part le parallèle entre les surnoms d’Obulco en Ultérieure et de Rusguniae en Maurétanie orientale, il imagine une possible contributio entre le municipe hispanique d’Obulco et la colonie africaine de Rusguniae31. Si des raisons juridiques et politiques vont à l’encontre de cette hypothèse, comme on le verra plus loin, Salama distinguait déjà en 1955 avec pertinence et clarté les parallèles entre les politiques municipales entre les deux rives de la Méditerranée lors de la réorganisation augustéenne.

  • 32 Voir Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 124-125.
  • 33 Cette éventuelle fuite vers l’Extrême Occident n’appartient pas entièrement à la « politique-ficti (...)
  • 34 Les surnoms de Constantia et Valentia parlent d’eux-mêmes et sont fréquents dans la titulature des (...)
  • 35 Galsterer-Kröll, 1972, p. 59.
  • 36 Desanges, 1980, pp. 23-25, 87.

9Cartenna et Rusguniae probablement mises à part, les autres colonies de Maurétanie orientale semblent être vraiment des fondations augustéennes, déduites entre 27 et 25 av. J.-C., alors que les trois colonies occidentales Zilil, Banasa et Babba auraient été fondées quelques années auparavant, entre 33 et 27 av. J.-C. Seules quelques hypothèses peuvent être formulées pour l’instant pour expliquer ce décalage chronologique dans les fondations. L’idée de deux volontés stratégiques distinctes a été mise en avant pour justifier les dates différentes de déduction. Alors que les colonies de Maurétanie occidentale auraient eu pour mission de protéger la péninsule Ibérique des invasions maures, celles de Maurétanie orientale auraient été déterminées par la volonté d’établir une route d’escales maritimes depuis l’Africa jusqu’à Caesarea32. Mais pourquoi la Maurétanie occidentale offrirait-elle un danger maure plus pressant que sa voisine, la future Maurétanie césarienne ? Si, effectivement, des raisons stratégiques peuvent être invoquées pour expliquer la déduction coloniale plus précoce à l’ouest du territoire maurétanien, ce n’est pas le danger maure qui justifie cette antériorité, mais la nécessité de reprendre le contrôle de l’ancien royaume de Bogud. Ce roi maure allié d’Antoine est en effet en fuite, mais encore vivant à la mort de Bocchus II, et ce jusqu’en 31 av. J.-C. Dans l’éventualité où Bogud ou un autre partisan d’Antoine auraient tenté de reprendre le contrôle de la Maurétanie occidentale, les colonies récemment créées par Auguste auraient repoussé une telle domination33. Les surnoms de Constantia, Valentia et Campestris donnés à ces nouvelles cités de Maurétanie occidentale montrent que leurs premiers citoyens sont bien des vétérans, dont la fidélité et la vaillance sont célébrées par leur fondateur34. Le déplacement de la population locale pour permettre la déduction de la colonie romaine de Zilil, transfert sur lequel je reviendrai, montre une volonté claire de réorganisation de la Maurétanie occidentale, une pièce stratégique sur l’échiquier de la dernière guerre civile. Contrôler le détroit de Gibraltar et le rivage atlantique de l’Afrique est un moyen pour Octavien de marquer sa domination complète des confins occidentaux de l’œkoumène, confinant ainsi Antoine en Orient et l’empêchant de menacer les provinces occidentales via la Maurétanie et la péninsule Ibérique, comme l’avaient tenté d’illustres prédécesseurs inspirés par les exemples d’Hannibal ou de Sertorius. D’autre part, la similitude entre les titulatures tripartites des colonies de Maurétanie occidentale et celles des colonies césariennes de péninsule Ibérique montre la contemporanéité des créations. Le contrôle des territoires maures et ibériques est conçu comme un tout simultané, et les colonies de Maurétanie occidentale auraient peut-être été d’abord insérées dans une liste administrative des communautés d’Hispania Vlterior, antérieure à la mort d’Agrippa35, et utilisée par Pline l’Ancien lors de sa description de la Maurétanie tingitane36.

  • 37 Sur Tanger, voir en premier lieu la synthèse ancienne mais non remplacée de Ponsich, 1970.
  • 38 Voir le chap. ii de cet ouvrage.
  • 39 Voir le chap. i de cet ouvrage.
  • 40 Dion Cassius, XLVIII, 45, 3.
  • 41 Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 124.

10Grâce à Octavien, une autre cité est bénéficiaire d’un statut civique, qui soulève encore des questions : il s’agit de Tanger. Tingi, cité mythique du géant Antée, est une fondation phénicienne ancienne37. Dès le ier siècle avant notre ère, une conscience de ce passé mythique est apparue dans la cité, qui conserve pieusement les souvenirs de ce géant fondateur. Tanger et les Tingitans font leur apparition dans la politique romaine au moment de l’épisode sertorien, où la cité et ses habitants prennent fait et cause contre le roi Ascalis38. Leur entreprise bénéficie du secours de Sertorius et de ses combattants ; la cité effectue sa deditio in fidem, donc s’allie formellement avec le proconsul rebelle, qui se livre dans ses parages à une activité « archéologique », afin de revendiquer l’héritage d’Héraclès39. Son sort après la guerre et la défaite sertorienne n’est pas connu, mais la cité reste apparemment bien au fait de la politique romaine, et toujours indépendante vis-à-vis des rois maurétaniens. En 38 av. J.-C., elle empêche le retour du roi Bogud — allié d’Antoine — après une expédition en Hispanie en se soulevant contre le souverain et permet ainsi sa chute40. Octavien la récompense alors du droit de cité romain, un honneur encore très rare à cette époque pour une cité pérégrine41 : cet octroi de politeía, selon le mot de Dion Cassius, marque l’entrée de Tanger dans le droit civique romain. En récompense de son soutien au début de la dernière guerre civile, Octavien fait de la cité maurétanienne une cité romaine, probablement un municipe romain. Ce statut a longtemps fait débat en raison d’une apparente discordance entre les sources littéraires et épigraphiques, et des éléments fournis par la numismatique.

  • 42 « nunc est Tingi, quondam ab Anteo conditum, postea a Claudio Cesare, cum coloniam faceret, appela (...)
  • 43 Rome, CIL, VI, 31870 = CIL, VI, 41284 a = CIL, XIV, 289* d, inscription fragmentaire, voir Pflaum, (...)
  • 44 Gascou, 1974a, p. 67. Il existe en fait cinq exemplaires publiés à ce jour de cette monnaie : voir (...)
  • 45 Sur cette confusion, voir le commentaire de Desanges, 1980, pp. 83-84.
  • 46 Certes, il existe des précédents à ce phénomène de rétrogradation : Desanges, 1980, pp. 83-85, mai (...)
  • 47 Gascou, 1974a, pp. 69-70.

11Les citoyens de Tanger deviennent donc citoyens romains en 38 av. J.-C., mais le statut de la cité elle-même est sujet à débat. Pline dit que Tanger devient une colonie sous Claude42, et le surnom de la cité attesté par un témoignage épigraphique est effectivement col(onia) Cl(audia) Tingi43. Tanger, de 38 av. J.-C. à 42 apr. J.-C. environ, aurait donc été un municipe romain. Cependant, Jacques Gascou, suivant de près les travaux numismatiques contemporains, a signalé en 1974 l’existence de deux monnaies trouvées au Maroc, antérieures au règne de Tibère et portant l’inscription Col(onia) Iul(ia) Tingi44. Il formule alors l’hypothèse de la fondation augustéenne d’une colonie à Tanger pendant l’interrègne maurétanien, en même temps que les douze autres colonies d’Afrique Mineure, avec une déduction coloniale qui coïnciderait avec le transfert d’une partie de la population de Tanger à Zilil. Il souligne à juste titre que les renseignements fournis par Pline sur Tanger ne sont pas tous exacts, puisque Pline confond Tanger et Traducta Iulia, cité créée en Bétique grâce à des citoyens transférés de Zelis et de Tingi45. Tanger, selon l’hypothèse de Gascou encore communément reprise aujourd’hui, aurait donc été élevée au rang de municipe en recevant le droit de cité en 38 av. J.-C., avant qu’Octavien ne lui confère le titre de colonie julienne entre 33 et 27, sans doute en y installant un contingent de vétérans. Cette colonie aurait par la suite été rétrogradée en municipe à la fin du règne d’Auguste ou sous Tibère, étant donné l’évolution de sa titulature dans les émissions monétaires suivantes, sur lesquelles la mention Col(onia) ne figure plus46. Enfin, Claude, lors de l’organisation des provinces maurétaniennes, aurait officiellement fait de Tanger la capitale de la nouvelle province de Maurétanie tingitane et peut-être envoyé de nouveau des vétérans, ce qui expliquerait le nouveau surnom de Cl(audia) et l’erreur de Pline, qui aurait pris une refondation pour une fondation47. Les évolutions du statut civique de Tanger pourraient se résumer ainsi :

  • 38 av. J.-C. : octroi à Tanger du statut de municipe romain par Octavien (Dion Cassius, XLVIII, 45, 3).
  • Entre 33 av. J.-C. (mort de Bocchus II) et 27 av. J.-C. (Octavien reçoit le titre d’Auguste) : Tanger deviendrait une colonie julienne (voir pl. II ; RPC, I, 860 ; Mazard 618).
  • Avant 12 av. J.-C. (émission monétaire datée ne comportant plus le titre de COL) : rétrogradation au statut de municipe romain (RPC, I, 863 ; Mazard 623).
  • Vers 42 av. J.-C. : octroi du statut colonial sous Claude (Pline l’Ancien, V, 2, 1 ; CIL, VI, 31870).

Pl. II. — Émission monétaire de Tanger ayant été interprétée comme preuve d’un statut colonial à l’époque augustéenne

Pl. II. — Émission monétaire de Tanger ayant été interprétée comme preuve d’un statut colonial à l’époque augustéenne

a. — Exemplaire trouvé à Tamuda conservé à Tétouan (inv. 21) ; b. — Exemplaire conservé au médaillier du musée de Rabat (inv. 259) ; c. — Dessin de Jean Mazard du type 618

Source : RPC, I, 860 dit aussi type Mazard 618.

  • 48 Notamment les études des années 1980, comme celle de Desanges, 1980, pp. 83-84 (qui s’incline deva (...)
  • 49 Astarté selon Mateu y Llopis, 1949, p. 24 et Cérès selon Amandry, 1987, p. 6, ce qui paraît plus c (...)
  • 50 RPC, I, 860 ; Amandry, 1987, pp. 6-7, série V :
  • 51 Hamdoune, 1994, pp. 81-87.
  • 52 Ibid., p. 84 à propos de la monnaie Mazard, 1955, p. 186, no 618.
  • 53 Voir pl. IIa : la légende est malheureusement illisible sur les photographies publiées en 1949.
  • 54 Mateu y Llopis, 1949, pl. III, 21, 22.
  • 55 Quintero Atauri, 1941, pl. 26, no 1.
  • 56 Beltrán, 1952.
  • 57 « El segundo ejemplar lleva cabeza femenil vuelta hacia la izquierda, letrero en cuya parte baja s (...)

La plupart des historiens se sont ralliés à cette théorie, certes hypothétique et complexe, mais logique et apparemment étayée, sur le statut de Tanger à l’époque julio-claudienne48. La preuve de l’élévation de Tanger au statut colonial dès l’époque augustéenne résiderait donc dans l’existence d’une série monétaire sur laquelle figurent un profil féminin au droit49 et deux épis de blé au revers. D’après la première lecture de Michel Amandry, ces monnaies porteraient la légende : COL IVL TINGI FABVLLVS ANTISTIVS IV VIR au droit et L BAEBIVS COSA M CVRIVS L M AID au revers. Cet auteur a fait l’étude du dossier numismatique complet de Tanger en 1987 et a reproduit une photographie de cet as (pl. IIb). Sur cinq exemplaires attribués à la même monnaie50, seuls deux sont lisibles, avec beaucoup de difficultés. Le premier est une pièce issue de la zone sous protectorat espagnol, conservée à Tétouan selon les publications des années 1940 et dessinée dans l’ouvrage de Jean Mazard (pl. IIa et IIc). L’autre exemplaire serait conservé à Rabat et a été publié par Jean Marion dans un article de 1972 (pl. IIb). Vingt ans plus tard, Christine Hamdoune reprenait l’étude de ce dossier numismatique au Maroc51. Elle précisait d’emblée que la première pièce conservée au musée de Tétouan est aujourd’hui introuvable et celle conservée à Rabat illisible, ce qui lui faisait remettre en question cette théorie d’une déduction coloniale sous Auguste52. Mes recherches récentes dans le médaillier de Tétouan n’ont pas été plus fructueuses. Mais en reprenant la documentation espagnole ancienne sur la pièce du musée de Tétouan, on s’aperçoit que la lecture de certains numismates espagnols différait de celle des experts français à propos de ce type monétaire retrouvé à Tamuda. Felipe Mateu y Llopis, chargé de la publication du médaillier du musée archéologique de Tétouan en 1949, relevait deux exemplaires de cette monnaie, et non un seul, mais il ne notait aucune mention de colonie53. Il donne seulement la légende suivante : IVL TINGI FAB […] IV VIR pour le droit et BAEBIVS SAR […] pour le revers. Les photographies publiées sont malheureusement floues, mais le numismate espagnol ne distingue aucune lettre formant le mot COL sur ces exemplaires de Tétouan. La monnaie no 618 dessinée par Mazard, qui a le même poids (environ 11 g) et sur laquelle figure la même iconographie que les pièces vues six ans plus tôt par Mateu y Llopis, ne semble pas être un exemplaire différent. D’autre part, Mazard indique que la monnaie du type 618 est unique, alors qu’il en existe deux dans le catalogue de Mateu y Llopis54. Il semblerait que l’ouvrage de Mazard soit sur ce point moins complet que le répertoire des monnaies de Tétouan, que visiblement Mazard n’avait pas consulté. En effet, l’ouvrage que le numismate français dit avoir utilisé pour dessiner cette monnaie est celui de Pelayo Quintero Atauri55. Une erreur de pagination nous incite à penser que Mazard n’a pas directement consulté les travaux de Quintero, mais le résumé qu’en donne Antonio Beltrán dans un article sur le monnayage de Tanger56. Or, Quintero et Beltrán croient lire sur le droit de cette pièce FAB ANTISTIVS AED IV VIR COL IVL TINGI, lecture qui aurait donc inspiré l’interprétation de Mazard, suivie largement par les auteurs postérieurs. Cependant, lorsque l’on regarde les photographies publiées par Quintero et Beltrán, on peut constater que, bien qu’elles soient de piètre qualité également, il ne semble pas y avoir de légende gravée sous l’effigie féminine, là où Mazard reproduit le COL IVL. D’où proviendrait cette lecture ? Quintero a pu se laisser influencer par la lecture de l’inventeur de la monnaie à Tamuda, Manuel Gómez Moreno. Dans son rapport de fouilles daté de 1922, ce dernier écrit à propos de cette monnaie : « Le second exemplaire porte une tête féminine tournée vers la gauche, et une légende où on lit en bas : Col. Yul. Tingi, et au revers comme la monnaie précédente [c’est-à-dire deux épis]57. » Cette légende pose problème : Iul(ia) n’est jamais abrégé Yul, et le fait de ne pas donner le reste de la légende rend cette première lecture douteuse. Mais cette notice est la première mention d’une colonie julienne à Tanger : elle a dû inspirer d’abord Quintero, puis Beltrán et Mazard. Le numismate Mateu y Llopis, qui a, lui, consulté de nouveau et personnellement ces monnaies tingitanes, lit seulement Iul(ia) Tingi. En cet état de fait, avec ces lectures mal assurées et contradictoires, il vaut mieux écarter cette monnaie de Tétouan du dossier.

  • 58 Hamdoune, 1994, p. 84.
  • 59 « Malheureusement, toutes ces monnaies, qui semblent sorties de la même paire de coins, sont en ma (...)
  • 60 Alexandropoulos, 2007, p. 335, n. 16, pp. 476-477, no 161, pl. 18.

12L’exemplaire « lisible » de cette même pièce, conservé à Rabat, dont le droit figurerait aussi COL. IVL. TINGI, ne pose guère moins de difficultés (pl. IIb). Selon Hamdoune, la présence de l’abréviation COL est douteuse58. Amandry, qui avait travaillé sur des photographies et repris l’interprétation de Marion sur le Col(onia) Iul(ia) Tingi, admettait que la lecture de ces monnaies était très difficile, et l’exemplaire de Rabat reproduit dans son article est très difficilement lisible59. Jacques Alexandropoulos préfère écarter l’abréviation COL, car « aucun exemplaire de cette monnaie ne permet une lecture sûre des lettres en question60 ». Le fameux type 618 dessiné par Mazard (pl. IIc), inspiré de lectures espagnoles anciennes, est donc très fortement sujet à caution et doit effectivement être écarté.

  • 61 Voir pl. III, ainsi que Bernard, Callegarin, 2017.
  • 62 RPC Cons. 860 corriged, pp. 60-61.
  • 63 RPC Cons. 873, p. 62.

13Plus récemment, des collections privées espagnoles ont livré des exemplaires inédits de cette série, avec toujours la même iconographie (tête féminine de profil au droit, et la même légende mystérieuse)61. Les photographies, cette fois de meilleure facture, montrent la présence de trois caractères au droit de cette monnaie, entre le IVVIR et le IVL TING, sans qu’il soit bien sûr possible de lire COL. Ces caractères semblent qualifier le terme de (quattuor)uir plus que celui de Iulia : s’agit-il d’une expression se rapportant aux pouvoirs des magistrats municipaux ? Ces nouveaux exemplaires et ces doutes ont conduit Amandry à proposer une correction en 2015 dans le Roman Provincial Coinage Consolidated Supplement (1992-2015)62. La lecture COL est indiquée comme pouvant être abandonnée au profit de deux hypothèses, soit IVR D pour « (quattuor)uir iure dicundo » (« quatuorvir pour dire le droit »), soit E D D « e(x) d(ecreto) d(ecurionum) » (« quatuorvir par décret des décurions »), seconde hypothèse qui est finalement préférée dans la légende finale de la notice. Cependant, on trouve dans le même ouvrage à la page suivante, à propos d’une autre monnaie63, la lecture C(olonia) I(ulia) T(ingi), qui réapparaît pour développer une contremarque illisible : les interprétations erronées ont bien du mal à s’effacer dans l’historiographie, même après deux décennies de révisions et remises en cause.

Pl. III. — Nouveaux exemplaires du type RPC, I, 860 (RPC Cons. 860 corriged)

Pl. III. — Nouveaux exemplaires du type RPC, I, 860 (RPC Cons. 860 corriged)

a. — Coll. Fajo 113 (cliché R. Pliego Vázquez, Casa de Velázquez) ; b. — Coll. privée (cliché forum OMNI). Lecture : droit : IVL·TINGI FABVLLVS ANTIST [ligature ANT] - IV·VIR·[…] ; tête féminine (Cérès ?) couronnée d’épis à gauche ; grènetis. Revers : L - BAEBIVS COSA M·CVRIVS L·M·AID ; deux épis verticaux. Grènetis. RPC Cons. 860 corriged.

  • 64 Hamdoune, 1994, pp. 84-85.
  • 65 Grant, 1946, p. 177, qui range Tingi dans les municipes romains.
  • 66 Desanges, 1972, p. 362.
  • 67 Id., 1980, pp. 83-84.
  • 68 Amandry, 1987, p. 7.
  • 69 Une seule série mentionne en toute certitude des duumvirs à Tanger, mais quatre noms de magistrats (...)
  • 70 Grant, 1946, p. 169, n. 3, p. 177.

14En tout état de cause, il convient désormais d’écarter l’hypothèse de création d’une colonie augustéenne à Tanger, car les arguments numismatiques avancés sont loin de constituer des preuves assurées du phénomène. Le principal étai de la théorie de Gascou pour une fondation coloniale à Tanger dès Auguste ne tient plus. Tanger serait donc bien dès 38 av. J.-C. un municipe qui ne deviendrait colonie honoraire qu’avec Claude64, ce qui réhabilite le témoignage de Pline sur ce point précis de la date de fondation de la colonia Claudia Tingi. Cette hypothèse avait déjà été anciennement formulée par Michaël Grant65 et Jehan Desanges66, qui s’était ensuite rétracté devant les témoignages numismatiques67, lesquels apparaissent inexistants aujourd’hui. Outre l’impossibilité de lire l’abréviation COL sur les documents numismatiques conservés, deux autres arguments incitent à pencher en faveur de l’idée selon laquelle Tanger serait restée un municipe de citoyens romains entre 38 av. et 42 apr. J.-C. D’abord, sur la majorité des séries monétaires de l’époque julio-claudienne, les magistrats mentionnés sont des quatuorvirs, comme il sied à un municipe de citoyens romains68, et pas des duumvirs comme on aurait pu s’y attendre dans le cas d’une colonie. Certes, comme le précise Amandry, il n’est pas impossible qu’une colonie garde ses institutions municipales antérieures, deux de ces quatre magistrats supérieurs étant des « quattuoruiri iure dicundo », les deux autres ayant l’« aedilicia potestas »69. Mais si la cité de Tanger a reçu de façon précoce le statut de colonie sous Auguste, il est étrange qu’elle n’en ait pas fait état immédiatement en modifiant sa titulature ou ses institutions magistrales. Une seule série du monnayage de Tanger, peut-être plus tardive, fait figurer des duumvirs, avec des édiles sur le droit : Grant combat à ce sujet l’idée selon laquelle les duumvirs seraient un signe infaillible de promotion coloniale. Selon lui, les municipes feraient progressivement évoluer leur monnayage de la mention des quatre quattuoruiri à celle des seuls quattuoruiri i(ure) d(icundo), avant d’appeler ces derniers duumvirs70.

  • 71 RPC, I, 857, 859, 863, 864, 865 ; Alexandropoulos, 2007, nos 156, 157, 158, 159, 160, 162.
  • 72 RPC, I, 863, 864 ; Alexandropoulos, 2007, nos 155-156, pl. 18, p. 476 et commentaire pp. 333-334.
  • 73 Manfredi, 1995, p. 87.
  • 74 Pour Rhorfi, 2008, pp. 2005-2015, certains mots de ces légendes renverraient peut-être à des noms (...)
  • 75 Amandry, 1987, p. 11.

15En outre, si Tanger est colonie romaine depuis le début des années 20 avant notre ère, pourquoi continuer à se faire appeler simplement Iul(ia) Tin(gi) sur son monnayage71 et même conserver des légendes en néo-punique sur le droit ? Sur une série monétaire de Tingi figure en effet au droit — Auguste et Agrippa étant relégués au revers — le profil du dieu Océan avec une légende en néo-punique72. Ces abréviations néo-puniques ne feraient pas référence à Ba’al comme l’ont longtemps pensé les chercheurs, mais signifieraient soit « fabrication de (Tanger) » pour la première formule, soit « émanant des citoyens » pour la seconde. Cette dernière lecture, plus difficile à expliquer épigraphiquement, est cependant la plus riche de sens, car elle constitue un pendant à d(ecreto) d(ecurionum)73. Mais il convient de rester extrêmement prudent, le sens des termes néo-puniques restant encore mystérieux et sujet à débat74. Quelle que soit la signification de ces légendes, l’élément à considérer en premier lieu pour notre démonstration est l’incongruité de la présence d’une légende en néo-punique dans le monnayage d’une colonie romaine. Certes, d’autres cités libres d’Afrique font apparaître des légendes en néo-punique sur leur monnayage (Thaena, Lepcis Magna, Oea, Sabratha), mais parmi elles, Tanger serait la seule colonie. Il est donc inédit qu’une colonie romaine réaffirme ainsi sa libertas, sur cette seule série. Amandry exprime d’ailleurs en ces termes son étonnement devant ce « cas particulier » qui n’appelle pas de « réponse satisfaisante75 ». Cette difficulté se résout aisément si l’on admet que Tanger n’est pas une colonie à l’époque augustéenne : en tant que municipe romain, cette légende néo-punique s’explique beaucoup mieux.

  • 76 Hamdoune, 2003, pp. 20-21.
  • 77 Strabon, III, 140.
  • 78 Pline l’Ancien, V, 2, 1.
  • 79 Rome, CIL, VI, 31870.

16De plus, la concession du statut colonial à l’époque augustéenne dans les Maurétanies ne semble pas constituer une simple promotion honoraire : les colonies font l’objet d’une véritable fondation, avec cadastration et partage des terres en faveur des nombreux vétérans des guerres civiles. Le sort des populations locales qui vivaient à l’emplacement des colonies est variable et souvent méconnu76 : elles peuvent recevoir le droit de rester sur le territoire de la colonie, en jouissant d’un statut juridique inférieur à la citoyenneté romaine pleine et entière, celui d’incola. Elles peuvent être aussi purement et simplement transférées ailleurs, comme c’est le cas pour Zilil. Si une partie de la population de Tanger semble effectivement avoir été déplacée en même temps que celle de Zilil77, aucune trace de colonisation par des vétérans n’y a subsisté : Tanger n’est pas une colonie fondée pour accueillir des vétérans. Faut-il imaginer qu’en échange de l’acceptation du transfert d’une partie de ses habitants, Tanger ait reçu le titre, là encore exceptionnel à l’époque augustéenne, de colonie honoraire ? Devant toutes ces difficultés soulevées par cette hypothèse de déduction coloniale augustéenne à Tanger, il semble plus prudent de s’en tenir à l’hypothèse du municipe fondé par Octave en 38 av. J.-C., puis devenu sous Claude une colonie honoraire, pour assurer le rôle de capitale de la nouvelle province de Maurétanie tingitane. En effet, Tanger, au contraire des coloniae Iulia Constantia Zilil, Iulia Valentia Banasa ou Iulia Babba Campestris, n’a pas été transformée en profondeur par l’éventuel passage à un statut colonial dès l’époque augustéenne, mais elle semble au contraire avoir conservé ses magistrats, sa titulature simple, la majeure partie de ses habitants d’origine bénéficiaires du droit de cité romain depuis 38. La promotion coloniale sous Claude est en revanche doublement attestée par le passage sus-cité de Pline78 et par une inscription qui mentionne le nom de Col(onia) Cl(audia) Ting(i)79.

  • 80 Treize noms exactement : voir Bernard, Callegarin, 2017, p. 187.
  • 81 RPC, I, 859.

17Quel que soit le statut de la cité romaine de Tingi, les noms de ces premiers magistrats municipaux évoquent irrésistiblement les provinces hispaniques toutes proches. Le monnayage de Tingi fait apparaître une dizaine de noms de magistrats pour l’époque augustéenne80 : pour nombre d’entre eux, il s’agit de gentilices et de surnoms dont la fréquence interdit toute conclusion définitive en termes d’origine. Cependant, quelques remarques peuvent être faites sur ce corpus de noms tous datés de l’époque augustéenne, voire tibérienne au plus tard. La quasi-absence de Iulii est le premier élément frappant — il n’y a qu’un seul C. Iul(ius) Atti(cus ?)81 : si ces magistrats de Tanger avaient reçu la citoyenneté en même temps que le reste des citoyens en 38 av. J.-C., le nombre de Caii Iulii aurait été particulièrement important, comme dans les cités gauloises. Les nomina des magistrats sont beaucoup plus variés, ce qui peut s’expliquer de deux façons : soit ces premiers magistrats n’étaient pas originaires de Tanger, mais sont venus s’installer dans la cité romaine en 38 av. J.-C. ; soit ces premiers magistrats ont reçu la citoyenneté en 38 av. J.-C., mais ont choisi leurs tria nomina en vertu de rapports clientélaires avec des patrons déjà citoyens romains. Quelle que soit la façon dont ces magistrats ont reçu leurs noms de citoyens romains (origo autre que Tanger ou liens clientélaires avec des citoyens romains), l’onomastique italienne des premiers magistrats de la cité permet d’indiquer des liens avec les provinces hispaniques. Il est légitime de penser que les premiers magistrats municipaux de Tanger aient pris des noms courants dans les cités de péninsule Ibérique toute proche, voire soient originaires eux-mêmes de cités hispaniques.

  • 82 Pour le commentaire onomastique détaillé, voir Bernard, à paraître.
  • 83 Voir Abascal Palazón, 1994. D’après les tableaux de Rhorfi, 2002, p. 2157, ce gentilice est beauco (...)
  • 84 Aucune de ces inscriptions n’est malheureusement antérieure à l’époque augustéenne.

18Dans ce corpus de nomina, on note la présence répétée de Valerius et d’Aemilius, puis de Baebius, de Fabius et de Curius. À l’exception de ce dernier nom, un des gentilices latins les moins fréquents, les quatre autres nomina cités, même s’ils sont fréquemment répandus dans l’empire, peuvent indiquer un lien avec les provinces hispaniques82. Valerius est le second gentilice en termes de fréquence en péninsule Ibérique, après Iulius : il rappellerait l’action de C. Valerius Flaccus dans les années 80 av. J.-C.83. Les autres noms évoquent des citoyens de Sagonte ou de Cadix, qui ont reçu la citoyenneté au début du ier siècle avant notre ère. Enfin, le nom Antistius, présent sur une monnaie de Tanger, peut lui aussi rappeler la péninsule Ibérique, notamment la Bétique alto-impériale, où ce nom est fréquent. Il viendrait peut-être de C. Antistius Vetus, gouverneur d’Ultérieure entre 69 et 67 av. J.-C. Dans les noms de ces magistrats, une séquence onomastique assonante gentilice + cognomen se rencontre presque uniquement en péninsule Ibérique : il s’agit de Fabius Fabullus, qui n’apparaît qu’à une dizaine de reprises dans tout l’empire toutes périodes confondues. Dans onze de ces treize cas, les Fabii Fabulli se trouvent tous en péninsule Ibérique aux ier et iie siècles apr. J.-C., à Cadix, Teba ou encore Sagonte84. Le quatuorvir Fabius Fabullus qui figure donc sur deux monnaies de Tanger serait très vraisemblablement originaire de péninsule Ibérique, ou aurait reçu son nom romain d’après un citoyen romain originaire d’Hispanie. Même si les indices onomastiques obligent à rester extrêmement prudent, les noms des premiers magistrats de Tanger semblent pour la moitié d’entre eux être inspirés par la péninsule Ibérique. Malheureusement, il est impossible de déterminer si ces personnages sont originaires d’Hispanie (un fait qui semble plausible pour le quatuorvir Fabius Fabullus notamment), ou si ce sont leurs patrons et protecteurs qui proviendraient peut-être de péninsule Ibérique. Qu’il s’agisse de migrations directes ou de réseaux, la création d’une élite municipale à Tanger s’est faite en lien étroit avec les cités hispaniques du Nord du détroit de Gibraltar.

19Pourquoi et surtout pour qui, pour quels vétérans ces colonies sont-elles créées ? L’ancien royaume de Maurétanie tombé en déshérence en 33 av. J.-C. fournit un lieu idéal de déduction coloniale, avec un littoral qui permet de mettre en relation les provinces hispaniques et l’Afrique proconsulaire. Certains auteurs ont également vu dans la diminution des armées stationnées en Hispanie la source de ces déductions de colonies militaires : après examen, cette assertion semble partiellement vraie. Partiellement, car les unités dont sont issus les colons de Rusazus et de Tubusuptu, à savoir la legio VIIa, et ceux de Gunugu, qui ont appartenu à une cohorte prétorienne, ne viennent pas d’Hispanie, et car les guerres asturo-cantabres retiennent les légionnaires et les auxiliaires engagés en Hispanie pour la plupart jusqu’en 16 av. J.-C. Mais cette idée de provenance hispanique est vérifiée au moins dans le cas d’une cité, celle de Cartenna (Ténès), à l’ouest de la Maurétanie orientale.

  • 85 Pline l’Ancien, V, 20, 1.
  • 86 Baradez, 1954, pp. 93-95, repris par Desanges, 1980, p. 160. L’écart chronologique et la distance (...)
  • 87 Cartenna, qui ne figure pas encore dans la collection des Inscriptions latines d’Algérie, compte e (...)
  • 88 Ritterling, 1913, col. 1457-1464 (1458).
  • 89 Paco de Arcos (Olisipo), CIL, II, 266 ; Burguillos del Cero, CIL, II, 985 ; Écija, CIL, II, 5053 ; (...)

20Selon le témoignage de Pline85, Cartenna est une « colonia Augusti legione secunda » : entre 27 et 25 av. J.-C., Auguste aurait donc déduit cette colonie de Cartenna à l’aide de vétérans de la deuxième légion. S’agit-il de la legio Secunda Augusta, la deuxième légion d’Octavien-Auguste, ou de la deuxième légion d’Antoine, également engagée dans les guerres civiles ? Certes, même si trois deniers de la deuxième légion de Marc Antoine faisaient partie d’un trésor enfoui à Tipasa peu après 143 apr. J.-C.86, l’hypothèse de la IIe légion Auguste comme unité de provenance des colons de Cartenna semble plus plausible. En effet, il paraît plus logique de conserver le nom d’une légion partisane d’Octavien lors d’une déduction de colonie militaire, alors que les vétérans des unités fidèles à Antoine, s’ils ont également bénéficié de terres, ont dû être divisés et leurs unités dissoutes lors de la démobilisation. Si les vétérans des légions de Lépide ralliées à Octavien ont dû faire quasiment disparaître la référence à leur ancien général dans la formation de leur colonie, comme cela semble être le cas à Rusguniae, on comprend mal pourquoi une colonie fondée avec des soldats d’Antoine aurait pu maintenir le souvenir d’une légion rebelle. En revanche, la legio Secunda Augusta, en plus d’être une légion loyale à Octavien et donc digne d’être récompensée, sert en Hispanie entre 29 et 19 av. J.-C., lors des campagnes asturo-cantabres. Les vétérans démobilisés de cette unité reçoivent des terres dans des colonies nouvellement fondées comme Barcino (Barcelone). Même si l’épigraphie de Cartenna n’a pas livré pour l’instant de traces de vétérans de l’époque augustéenne87, déduire cette colonie maurétanienne à partir de cette légion stationnée en péninsule Ibérique n’aurait rien de très surprenant. En effet, comme Emil Ritterling le précisait déjà en son temps, les nouvelles colonies maurétaniennes faisaient administrativement partie des provinces hispaniques lors de leur création avant 25 av. J.-C.88. Une légion stationnée en Hispanie citérieure pouvait donc fort logiquement démobiliser une partie de ses vétérans sur le littoral maurétanien. En outre, Cartenna, ancien comptoir punique, entretient des liens anciens avec le littoral levantin de l’Hispanie. Comme une partie du recrutement et même des officiers de la legio IIa Augusta sont des Hispani89, il n’est pas impossible que, si l’on retrouve un jour des traces de vétérans de cette légion autour de Cartenna, ceux-ci soient originaires de péninsule Ibérique, même si pour l’instant aucune preuve matérielle n’est venue étayer cette hypothèse.

  • 90 Laporte, 2000, pp. 555-579.

21Cartenna serait donc une colonie déduite à l’aide de vétérans d’une légion ayant servi en péninsule Ibérique lors des guerres asturo-cantabres. Parmi les douze autres colonies créées par Auguste en Maurétanie, elle semble toutefois constituer une exception. En effet, les autres colonies ont été formées à partir d’unités qui, lorsqu’elles sont connues, n’ont pas servi en Hispanie : Gunugu a été déduite à partir d’une cohorte prétorienne, Tubusuptu et Rusazus à partir d’une des légions qui accompagnaient César en Gaule, la VIIe légion, qui lui est restée fidèle tout au long des guerres civiles, avant de se rallier à Octavien90. Ses vétérans ont été notamment démobilisés en Narbonnaise et en Maurétanie. Si, contrairement à une idée qui a pu circuler dans l’historiographie, les colonies militaires augustéennes n’ont pas été spécialement déduites pour lotir des vétérans ayant combattu lors des guerres asturo-cantabres, voire originaires d’Hispanie, la réorganisation du réseau municipal en Extrême Occident par Auguste a entraîné d’autres types d’échanges de population. Ainsi, pour fonder Zilil, colonie de Maurétanie occidentale, une partie de la population locale a été transférée sur la rive septentrionale du détroit de Gibraltar, pour former la nouvelle cité de Iulia Traducta (Algésiras).

  • 91 Pline l’Ancien, V, 2, 6 ; voir ci-dessous pour le commentaire.
  • 92 Voir notamment Desanges, 1980, p. 86 ; Lenoir, 1987, pp. 433-442 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 12 (...)
  • 93 Mazard, 1955, p. 188, nos 628-629.
  • 94 Strabon, III, 1, 8.
  • 95 Gascou, 1974a, pp. 68-69.
  • 96 Lenoir, 1987, pp. 433-442.
  • 97 « Lacimurga Constantia Iulia » (Pline l’Ancien, III, 14 ; voir Aguilar Sáenz, Guichard, Lefebvre, (...)
  • 98 Équivalent donné par Strabon, III, 1, 8.
  • 99 Voir Chaves Tristán, 1979, pp. 9-91 avec les révisions de Bravo Jiménez, 2005, pp. 83-95 et l’étud (...)
  • 100 Dion Cassius, XLVIII, 45, 3 ; sur le statut de Tingi en 38 av. J.-C., voir ci-dessus.
  • 101 Gascou, 1974a, p. 70 ; Hamdoune, 2003, pp. 24-25.
  • 102 RGDA, 28.

22Depuis les fouilles dirigées par Maurice Lenoir dans les années 1980, on connaît avec certitude l’emplacement de la cité de Zilil, qui est selon Pline une colonie augustéenne rattachée à la province voisine de Bétique91 : Zilil se trouvait sur le site actuel de Dchar Jdid au Maroc92. La colonia Iulia Constantia Zilil est une colonie augustéenne fondée entre 27 et 25 av. J.-C. sur le site d’une ville punique nommée Zili si l’on suit les légendes monétaires93. Elle est créée grâce à un déplacement organisé de populations : un passage de Strabon94 nous apprend que la colonie de Iulia Traducta sur la côte de Bétique a été fondée à partir d’un transfert de la population de Zilil, de citoyens de Tingi et de colons romains. La raison traditionnelle invoquée pour expliquer ce déplacement de population est qu’Auguste, désireux de fonder une nouvelle colonie de vétérans en Maurétanie occidentale à l’emplacement de la punique Zilil, aurait transféré les habitants de cette communauté civique en Bétique pour laisser le champ libre aux colons romains95. Cette nouvelle fondation semble confirmée par l’archéologie, puisque les niveaux maurétaniens de Zilil sont recouverts d’un remblai important de 5 à 6 m, sur lequel s’établit la ville romaine96, fondée sur une « table rase » artificielle donc. De nombreux auteurs ont avancé l’idée d’un déplacement punitif qui viserait à châtier les anciens habitants de Zilil. Cependant, ce caractère punitif n’apparaît pas dans nos sources, qui ne témoignent pas non plus d’une quelconque trahison ou infidélité des habitants de Zilil. Peut-être convient-il de ne pas imaginer tout transfert comme une marque d’infamie infligée à des populations déloyales. Pour punir vraiment Zilil, une suppression pure et simple du nom de la communauté et de son chef-lieu aurait été bien plus simple, avec un rattachement de la population à une cité voisine. Si l’on considère l’appellation de ces deux nouvelles cités, la colonie augustéenne de Zilil porte le nom de Constantia, comme un certain nombre de colonies créées par Auguste dans les provinces occidentales : on peut citer notamment Lacimurga et Osset en péninsule Ibérique97. Ce surnom de « Constante » ne semble pas être donné par antiphrase, mais plutôt pour qualifier une attitude de fidélité, peut-être par opposition à des voisines moins sûres. D’autre part, la nouvelle cité créée en Bétique porte le nom d’Iulia, ce qui est une marque d’honneur, et celui de Traducta, ou son équivalent sémitique Ioza98, pendant toute son existence. Si le transfert avait été punitif, il serait inédit d’avoir laissé figurer aussi longtemps une marque d’infamie dans une titulature officielle. Les citoyens d’Iulia Traducta ont la permission impériale de battre monnaie : comment imaginer que des populations déloyales transférées par punition aient ce privilège ? Sur ce monnayage de bronze figurent la couronne civique et la mention de la permission expresse du prince, les profils d’Auguste, ainsi que ceux de ses petits-fils Caius et Lucius99. Punir une population en lui permettant de fonder une communauté romaine avec un statut privilégié — Iulia Traducta serait une colonie — est assez peu crédible. Enfin, on pourrait envisager à la rigueur une punition de la population de Zilil en conséquence d’un soutien possible, mais pas prouvé, au roi Bogud, partisan d’Antoine. Cependant, il est étrange que les habitants de Tanger qui sont, pour une partie d’entre eux, déplacés de l’autre côté du détroit avec les habitants de Zilil, le soient en vertu d’une sanction. Les Tingitans ont préféré favoriser Octavien aux dépens de leur souverain légitime Bogud, qu’ils ont empêché de passer en péninsule Ibérique, et ont été récompensés par l’octroi du droit de cité romain et sans doute par celui de municipe100. On peut penser, à l’instar de plusieurs auteurs, que le transfert de Tingitans, déjà citoyens romains, visait à encadrer la population pérégrine de Zilil déplacée dans son entier de l’autre côté du détroit101, et que seuls les Tingitans deviendraient des citoyens d’Iulia Traducta, les Zilitains se contentant des statuts d’incolae de la nouvelle communauté. Cependant, cette hypothèse complexe vient couronner un échafaudage précaire de suppositions, qui partent du présupposé qu’un transfert de populations équivaut nécessairement à une déportation punitive. Or, dans la période de règlement des guerres civiles, recevoir une terre dans une communauté politique privilégiée et protégée n’est pas un châtiment mais, au contraire, une récompense enviée, réclamée et proclamée par le nouveau pouvoir augustéen. Auguste lui-même insiste sur le nombre de créations coloniales qu’il a menées à bien102 : ces nouvelles communautés, comme la colonie de Zilil ou la cité d’Iulia Traducta, semblent destinées à promouvoir la fidélité récompensée au nouveau régime, sans volonté de châtier quiconque.

  • 103 Gózalbes, 1993a, p. 270 ; Hamdoune, 2003, pp. 25-26.
  • 104 « Au-delà [de Calpe], il y a une baie et sur celle-ci Carteia, l’ancienne Tartessos selon certains (...)
  • 105 Pseudo-César, Guerre d’Espagne, XXXII, 6-8 ; XXXVI, 1 ; XXXVII. La flotte de Cn. Pompée y reste an (...)
  • 106 Voir les résultats de fouilles menées par D. Bernal sur les infrastructures de salaisons : Bernal, (...)

23De façon plus large, et sans évoquer ce concept de « punition », ce transfert de population libyco-punique de la côte sud à la côte nord du détroit de Gibraltar devait obéir à des impératifs de réorganisation globale de la région, sans doute en vue d’une amélioration des circuits économiques et commerciaux. En effet, les habitants de Zilil ou de Tanger ne devaient pas rencontrer de grandes difficultés à s’implanter dans une région aussi proche, contrairement à des colons d’origine italienne ou celte103. Par ailleurs, l’Hispanie méridionale, particulièrement touchée par les guerres civiles, devait avoir besoin de nouveaux apports de population, et notamment d’apports de citoyens romains, ce qu’étaient les habitants de Tanger depuis 38 av. J.-C. Enfin, Iulia Traducta, aussi appelée Tingentera chez Pomponius Mela, « l’autre Tanger », serait située dans le golfe de Carteia, à proximité de l’ancienne colonie latine104. Or, Carteia a d’abord été favorable aux pompéiens avant de se rallier tardivement à César à la suite de bien des hésitations105. Cn. Pompée s’y est même réfugié après Munda : la cité propose de le livrer pour essayer de faire oublier qu’elle a fermé ses portes à César… L’implantation d’une nouvelle cité sur le même site portuaire pourrait être un moyen d’amoindrir l’influence du port de Carteia, alors que sa fidélité au pouvoir césarien a été plus que douteuse. Cette nouvelle cité de Iulia Traducta, constituée à partir de populations déplacées à l’époque augustéenne, semble par la suite favorisée par le pouvoir impérial et assez prospère106.

  • 107 L’un (Bogud, allié d’Antoine) a été chassé de son royaume de Maurétanie occidentale, et l’autre (B (...)
  • 108 Des inscriptions en celtibère auraient été découvertes à Banasa, dans des niveaux pré-romains. Voi (...)
  • 109 Voir la création d’Antioche de Pisidie, vers 25 av. J.-C., avec des colons qui pourraient avoir ét (...)

24Fondations coloniales, lotissements de vétérans et déplacements de population : la réorganisation qui suit la mort de Bocchus II de Maurétanie en 33 et la victoire d’Actium en 31 est importante sur les rives de la Méditerranée extrême-occidentale. Cette réorganisation n’est pas contenue à l’intérieur de cadres provinciaux eux-mêmes en cours de création, mais touche en même temps les Hispanies et les Maurétanies. La fondation contemporaine de colonies à partir des anciennes légions de Lépide, la déduction de Cartenna en Maurétanie orientale à partir des vétérans d’une légion partiellement levée en Hispanie citérieure, le déplacement des colons de Zilil et Tanger de l’autre côté du détroit de Gibraltar, à Iulia Traducta, montrent le caractère global de cette nouvelle donne augustéenne. Octavien-Auguste, confronté — comme César l’était déjà — au problème de lotissement des vétérans, doit trouver des solutions et surtout des terres disponibles, non seulement pour les anciennes légions de César et les siennes, mais également pour celles de Lépide, voire d’Antoine. L’Hispanie ultérieure étant déjà fortement pourvue en colonies et en cités ralliées — parfois tardivement — à César, les deux royaumes maurétaniens, dont les rois sont en 33 av. J.-C. sortis du jeu politique107, représentent un débouché avantageux. La première urgence est de déduire des colonies, sur des littoraux accessibles rapidement par la mer depuis l’Hispanie ou depuis la Numidie, et sur des sites anciennement peuplés par des populations libyques, comme à Banasa, phéniciennes ou puniques, comme à Rusuccuru, Rusguniae ou Rusazus. Il reste encore un certain nombre d’inconnues : les colonies de Maurétanie occidentale ont-elles été déduites à partir de légions levées dans les provinces hispaniques ? Cet établissement serait en effet logique et s’appuierait sur des liens commerciaux, voire de peuplement, anciens entre les communautés civiques de la Maurétanie et de l’Ultérieure atlantiques108. Les légions levées ou reprises par César en Hispanie en 49-48 sont démobilisées entre 30 et 25 av. J.-C., et les nouvelles colonies de Maurétanie occidentale pourraient représenter une destination idéale pour ces vétérans, que l’on trouve dans nombre de nouvelles créations coloniales, même à l’autre bout du monde connu109. Mais les preuves manquent encore pour confirmer ces hypothèses.

25Entre 33 et 25 av. J.-C., des cités de droit romain sont créées sur le littoral maurétanien, à la faveur du règlement des guerres civiles. En 25 av. J.-C., les Maurétanies sont unifiées en un seul royaume confié au souverain allié et « ami » d’Auguste, Juba II. Jusqu’à l’assassinat de son fils, Ptolémée, par Caligula et la création de deux provinces maurétaniennes vers 42 apr. J.-C., des cités de droit romain se trouvent situées dans un territoire pérégrin, certes un royaume allié, mais juridiquement extérieur à l’Imperium romanum.

Les assignations administratives de cités à une province ultramarine

  • 110 Cette situation de colonies « sans provinces » enclavées au cœur d’un royaume étranger est rare da (...)
  • 111 Les premiers à formuler cette hypothèse auraient été Eugène Albertini et Stéphane Gsell : Albertin (...)
  • 112 Notamment le premier édit d’Auguste à Cyrène, qui indique comment le gouverneur de Cyrénaïque pour (...)
  • 113 AE, 1986, 333, avec traduction de P. Le Roux.
  • 114 Voir, au chap. v de cet ouvrage, le dossier du centurion Marcel et des martyrs Servandus et German (...)

26Entre le moment des déductions coloniales et celui de la création des provinces maurétaniennes au début du règne de Claude, quel a été le sort des colonies romaines — et plus largement de toutes les communautés civiques de droit romain — situées dans le royaume de Juba II et son fils Ptolémée110 ? Comme l’ont affirmé un grand nombre d’historiens, ces colonies romaines sises en territoire maurétanien seraient rattachées administrativement aux provinces voisines111. En effet, une cité de droit romain, qu’elle soit colonie ou municipe, ne semble pas pouvoir être isolée d’une autorité provinciale. Pour les décisions de « haute justice » — quoique cette formule soit un commode anachronisme médiéval — comme pour le calcul des impôts, des colonies et municipes de droit romain ne peuvent dépendre d’une administration royale pérégrine. Les tribunaux provinciaux sont des échelons judiciaires indispensables, mentionnés dans les édits cyrénéens d’Auguste112 aussi bien que dans la loi d’Irni, qui commence dans sa rubrique 84 par réaffirmer les prérogatives des autorités provinciales avant de passer à la composition des tribunaux municipaux113. À une époque beaucoup plus tardive, les travaux sur les actes des procès de martyrs montrent que, dans les affaires où l’accusé encourt la peine capitale, sont toujours requis non les tribunaux civiques, mais les tribunaux des gouverneurs de province, voire des adjoints du préfet du prétoire, auprès duquel des appels peuvent être interjetés114.

  • 115 Fournier, 2010b, pp. 183-184.
  • 116 Cicéron distingue dans le deuxième discours de la seconde action contre Verrès les affaires entraî (...)
  • 117 P. Schøyen, I, 25 édité par Mitchell, 2005, pp. 163-258.
  • 118 Fournier, 2010b, p. 185.

27En ce qui concerne l’administration judiciaire, certes, les tribunaux civiques ou royaux pouvaient se charger de la majeure partie des affaires, celles ne conduisant pas aux condamnations capitales et impliquant des individus de même cité et de même statut, romain ou pérégrin115. Cependant, dans les affaires capitales, systématiquement distinguées des autres116, et dans les litiges où un citoyen romain est poursuivi par un pérégrin, c’est le tribunal du gouverneur provincial qui est seul compétent. En matière de répartition des juridictions dans les royaumes alliés, l’exemple de la Lycie est éclairant. En 46 av. J.-C., un traité romano-lycien définit ainsi les compétences judiciaires des différents tribunaux117 : pour les affaires non capitales, les tribunaux lyciens seront saisis dans le cas où un citoyen romain attaque un Lycien. Dans les affaires où le plaignant est un Lycien et le défendeur un Romain, ce sont les tribunaux romains qui sont compétents118. Les accusés auront ainsi la garantie d’être jugés par un tribunal de leur condition. La Lycie est, comme la Maurétanie, un État allié et non un territoire romain : les gouverneurs des provinces voisines, la Cilicie ou l’Asie, doivent en toute logique se charger des affaires où le défendeur est un citoyen romain, comme probablement des affaires capitales entre des individus de statut différent. Les citoyens romains établis en Lycie pouvaient et devaient donc, dans certains litiges, recourir aux tribunaux du proconsul d’Asie ou du légat propréteur de Cilicie, en fonction de la distance.

  • 119 Sur le nom de Zilil, voir Desanges, 1980, p. 86. Sur la localisation à Djar Jdid et les conditions (...)

28En ce qui concerne les colonies maurétaniennes, ce rattachement judiciaire est explicite dans un seul cas, celui de la colonie de Zilil (Dchar Jdid), colonie de Maurétanie occidentale qui « demande le droit à la Bétique119 ». Pline précise clairement en effet sa localisation et son statut particulier dans le livre de son Histoire naturelle consacré à l’Afrique du Nord :

  • 120 « Ab eo XXV in ora oceani colonia Iulia Augusta Constantia Zilil, regum dicioni exempta et iura in (...)

À vingt-cinq milles de Tingi, sur le bord de l’Océan, la colonie augustéenne de Iulia Constantia Zilil ; elle a été soustraite à la domination des rois et on a décidé de la rattacher à la juridiction de la Bétique120.

  • 121 Par exemple, chez Cicéron, Pour Fonteius, II : « sub populi Romani imperium dicionemque ceciderunt(...)
  • 122 Desanges, 1980, p. 87.
  • 123 Voir Galsterer-Kröll, 1972, p. 59.

29Dans cette phrase, l’expression « regum dicioni exempta » indique que Zilil est « exempte de l’autorité des rois » : dicio, terme qui désigne souvent l’autorité du peuple romain chez les auteurs classiques121, signifie explicitement que la colonie n’est pas soumise aux lois et décisions des rois de Maurétanie. À l’époque où Pline rédige cette notice, les Maurétanies ne sont plus un royaume, mais deux provinces romaines depuis 42 apr. J.-C. L’anachronisme évident comme l’usage du génitif pluriel regum montrent que Pline copie une formule juridique ancienne, probablement datée de l’époque augustéenne122 : les premiers rédacteurs de ce statut ont ainsi marqué la pérennité de l’exemption de l’autorité royale, quel que soit le souverain gouvernant sur la Maurétanie. La titulature complète que Pline donne pour les trois colonies de Maurétanie tingitane, qui contraste avec les surnoms partiels donnés pour les colonies de Maurétanie césarienne, semble également indiquer qu’il copie un document administratif complet et ancien, à savoir la formula de la province de Bétique, à laquelle ces trois colonies maurétaniennes devaient être rattachées123. Les citoyens romains de Zilil « demandent les droits » littéralement à la Bétique, c’est-à-dire obéissent aux lois de la province romaine la plus proche et cherchent justice auprès du gouverneur. Cet usage est caduc à l’époque de rédaction de cette notice, puisqu’après 42-44, le procurateur de Maurétanie tingitane régit désormais la vie politique et judiciaire des Maurétaniens. Mais durant plus de soixante ans, les citoyens de Zilil ont dépendu administrativement du proconsul de Bétique.

  • 124 Desanges, 1980, p. 87, n. 1, et p. 93. Pline dit simplement que Banasa est Valentia cognominata, m (...)
  • 125 Galsterer-Kröll, 1972, p. 59.

30Un autre indice de ce rattachement des colonies de Maurétanie occidentale est leur triple titulature, comparable à celle donnée par Auguste aux cités d’Hispanie ultérieure. Selon Brigitte Galsterer-Kröll, Pline, au moins pour la colonia Iulia Constantia Zilil et la colonia Iulia Babba Campestris124, copierait donc la formula — la liste administrative des communautés civiques — de la province augustéenne de Bétique, qui devait logiquement faire figurer les noms des colonies de Maurétanie occidentale rattachées administrativement à la province hispanique125. Pourquoi Pline exprime-t-il seulement ce rattachement administratif dans le cas de la seule Zilil ? Il est fort vraisemblable que cette situation soit partagée par les autres colonies, mais que Pline ne le mentionne qu’à propos de la première d’entre elles, la cité de Zilil. Pline commence en effet sa notice par les cités du littoral, d’abord Tingi, puis la colonie augustéenne de Zilil, avant de se pencher plus longuement sur la légendaire Lixos. Il passe ensuite plus rapidement sur les autres fondations d’Auguste situées à l’intérieur des terres, Babba puis Banasa. Pour Banasa, il ne prend même pas la peine de préciser sa triple titulature et omet l’épithète de Iulia : il est fort probable, pour des raisons de concision et de style, que Pline ne répète pas l’exemption de l’autorité royale mentionnée pour Zilil et d’ailleurs périmée à l’époque de rédaction de son texte. Il serait illogique que les citoyens des colonies de Babba et Banasa, dont la création est contemporaine de celle de Zilil, dépendent entièrement des rois de Maurétanie, alors que ceux de Zilil aillent demander justice auprès des autorités de Bétique. Le rattachement des trois colonies augustéennes de Maurétanie occidentale à la province de Bétique semble donc, sinon explicitement attesté, au moins logiquement concevable.

  • 126 La distinction moderne entre impôts directs et indirects n’existait pas dans l’Antiquité : voir Fr (...)
  • 127 Sur la suspension du tributum, voir Cicéron, Des devoirs, II, 76 ; Plutarque, Paul Émile, 38 ; Pli (...)
  • 128 Pour la liste de ces communautés, voir en premier lieu le livre 50 du Digeste, qui récapitule des (...)
  • 129 Sur les avantages fiscaux des vétérans, voir notamment Cosme, 2007, pp. 197-198. Si, apparemment, (...)
  • 130 Deux colonies maurétaniennes sont déclarées immunes dans les inscriptions, il s’agit de deux colon (...)

31L’administration de la justice n’est cependant pas le seul domaine où un rattachement des colonies à une province soit indispensable. En effet, l’évaluation et la perception des impôts dans l’Empire impliqueraient le concours successif d’au moins deux échelons, celui de la cité et celui de la province. On pourrait objecter immédiatement que les citoyens romains ne sont plus soumis à une imposition « directe126 » : les citoyens romains habitant en Italie ne paient plus de tributum depuis 167 av. J.-C.127, et, dans les provinces, les colonies bénéficiaires du « droit italique », le Ius Italicum, sont exemptes d’impôt direct sur le sol128. En outre, les vétérans jouissent de l’immunité fiscale129, au moins sur les impôts personnels, et les premiers citoyens des colonies romaines de Maurétanie sont des vétérans. La plupart des citoyens des colonies et communautés romaines de Maurétanie auraient donc bénéficié de l’immunité, même si celle-ci n’est explicite que pour un nombre limité de cités130. Étant donné ces nombreux cas d’immunité, pourquoi le droit fiscal rendrait-il nécessaire un rattachement de ces colonies maurétaniennes à une province ?

  • 131 Sur le census, voir, en plus de la thèse ancienne de Pieri (1968), qui ne porte que sur la période (...)
  • 132 Sur les impôts « indirects » — au sens ancien du terme — principaux, en plus des droits de douane, (...)
  • 133 Voir notamment France, 2003, pp. 210, 218-219, à propos d’une dédicace de Tarragone.

32La première raison est que l’exemption d’impôts ne signifie pas l’exemption de la déclaration de patrimoine au fisc, et que les procédures de déclaration — quoique encore imparfaitement connues — semblent impliquer le recours aux autorités provinciales. Même si les citoyens romains de certaines colonies extra-italiennes bénéficient d’exemptions ou de remises d’impôts, ils ne sont pas pour autant exempts de la participation au census, aux recensements, des procédures complexes qui passent le plus souvent par l’échelon provincial, intermédiaire entre la cité et la chancellerie impériale à Rome131. En outre, si beaucoup de citoyens de colonies romaines immunes sont effectivement exempts du paiement des tributa, ils doivent toujours s’acquitter d’un certain nombre d’impôts autres132. De plus, tous les habitants des colonies romaines ne sont pas des citoyens romains : les incolae, les habitants non citoyens romains, installés sur le territoire de ces cités, étaient redevables de la capitation, et ils ne traitaient probablement pas directement avec les autorités du cens à Rome. De plus, les citoyens romains pouvaient posséder des terres situées en dehors des terres coloniales : comme le tributum soli dépendait davantage du statut des terres que de celui du propriétaire, on peut supposer que cet impôt était dû au fisc pour ces biens fonciers inscrits hors du solum Italicum, mais appartenant à des citoyens romains. Enfin, pour les cités de droit romain ne bénéficiant pas du statut colonial, comme Tanger jusqu’à l’époque de Claude, les citoyens devaient également s’acquitter du tributum soli. Étant donné les principes qui président au calcul et à la perception de ces impôts, connus grâce à d’autres cas mieux documentés dans d’autres provinces occidentales133, on imagine mal que les contribuables romains vivant dans les cités maurétaniennes soient directement au contact de l’administration impériale.

  • 134 Ibid.
  • 135 Le Teuff, inédit, pp. 365-378, résumé en 2014, pp. 83-84.

33Les impôts directs, loin d’être évalués ou perçus pour chaque communauté civique de l’Empire, semblent avoir été répartis d’après une assiette établie au niveau provincial134. Cette logique de répartition, si elle paraît impossible à dater avec précision, semble avoir existé dès les premiers temps de l’Empire. À l’époque impériale, l’assiette globale de l’impôt semble donc calculée au niveau de la province, puis répartie en fonction de chaque cité, colonie ou municipe. Au niveau des archives du cens, à une époque plus tardive, dans les provinces qui ont fourni des attestations papyrologiques du phénomène, à savoir en Égypte et en Asie, on peut observer que les cités n’envoyaient pas leurs listes de contribuables directement à Rome, avec chaque déclaration de patrimoine, mais que les chancelleries des gouverneurs provinciaux établissaient des résumés cité par cité, et que seules ces listes condensées étaient envoyées à l’administration impériale sur le Palatin135. Donc dans le cas des colonies de Maurétanie, situées hors du sol provincial, il s’agit de comprendre quelles autorités provinciales se chargeaient d’estimer leur capacité contributive pour chacune, éventuellement d’envoyer leurs résumés de déclarations aux services centraux si la procédure était déjà établie.

34Les colonies romaines du royaume de Juba, ainsi que les cités ou communautés dans lesquelles vivaient des citoyens romains en nombre, ne devaient pas dépendre des rois maures pour leurs impôts, n’ayant pas les mêmes obligations fiscales que des sujets pérégrins d’un royaume extérieur à l’empire du peuple romain. Ces cités maurétaniennes de droit romain devaient probablement être rattachées aux provinces voisines, qui évaluaient leur capacité contributive et les faisaient participer à l’effort fiscal provincial. Est-il possible d’étayer davantage cette théorie ? Comment ces colonies romaines sises en territoire pérégrin s’acquittaient-elles de leurs diverses contributions financières ? Tacite, dans un passage de ses Histoires, permet d’entrevoir un élément de réponse :

  • 136 « Eadem largitione ciuitatum quoque ac prouinciarum animos adgressus : Hispa[l]ensibus et Emeriten (...)

En pratiquant la même politique de libéralités, il [Othon] tenta de gagner aussi des cités et des provinces : les colonies d’Hispalis et d’Emerita furent accrues de nouvelles familles ; […] à la province de Bétique il fit cadeau de cités appartenant aux Maures136.

  • 137 Sur l’indulgentia, pour la période et le cas qui nous intéressent, nous pouvons mentionner les tra (...)
  • 138 Mackie, 1983, p. 352.
  • 139 Sur les principes d’un impôt de répartition, voir France, 2003 ; Le Teuff, 2014, p. 83.

Même si cette courte remarque est peu précise quant aux circonstances de ce nouveau rattachement, l’esprit de ce texte nous permet de mieux comprendre sa nature. Pour rallier à sa cause la Bétique et certaines cités stratégiques, notamment une capitale de province comme Emerita (Mérida) ou le riche port fluvial d’Hispalis, où l’on peut faire stationner des bateaux pour le transport de troupes, Othon développe une politique de bienfaits, de « cadeaux fiscaux », conforme à l’indulgentia, cette faculté de distribuer les faveurs dont dispose le prince137. En attribuant aux cités de nouveaux citoyens, ou en plaçant des cités entières sous l’administration de la province de Bétique, Othon, qui a été lui-même légat de Lusitanie et qui connaît probablement bien la situation de ces cités, leur permet d’augmenter temporairement leurs ressources138. En effet, une augmentation du nombre de citoyens susceptibles de payer l’impôt, sans accroissement de la somme globale dont les entités civiques ou provinciales doivent s’acquitter, produit mathématiquement un allégement des charges pesant sur les cités ou sur les provinces concernées139.

  • 140 Sur la situation militaire et stratégique des Maurétanies en 69 apr. J.-C. et la position délicate (...)
  • 141 D’où le commentaire de J. Hellegouarch qui identifie précisément les cités de Maurétanie rattachée (...)
  • 142 C’est le commentaire de Tacite lui-même sur ces concessions : Tacite, Histoires, I, 78, 1.

35Pourquoi Othon peut-il procéder à ces libéralités sans susciter de mécontentement ou de désorganisation ? Probablement car ces cités maures ont déjà été rattachées à la Bétique par le passé, et que ce nouveau rattachement n’est pas une innovation insupportable. Elle se justifie au contraire par un retour à une longue pratique antérieure140, c’est-à-dire les soixante années de rattachement fiscal des colonies et municipes de droit romain situées en Maurétanie occidentale à la province romaine de Bétique141. D’autre part, Lucceius Albinus, gouverneur des deux Maurétanies en 69 avant son assassinat commandité par le gouverneur d’Hispanie citérieure, est un partisan d’Othon, toujours selon Tacite, donc un homme qui pourrait être prêt à accepter et à faire accepter aux provinces maurétaniennes ces rattachements faits à la Bétique. Si ces concessions sont, selon Tacite, « plus ostentatoires que durables142 », elles pourraient souligner néanmoins la prégnance du souvenir du rattachement des cités romaines de Maurétanie à la Bétique, qui les récupère très temporairement près de trente ans après la création des provinces de Maurétanie tingitane et césarienne.

  • 143 Voir Wuilleumier, Le Bonniec, 2002, p. 225.

36Cette phrase évoque en outre deux niveaux dans cette politique d’attribution fiscale : des « familles » sont « données » à des cités, des cités sont données à une province, la Bétique. Ces cités de Maurétanie données à la Bétique doivent être des communautés de droit romain, susceptibles de contribuer à l’effort fiscal au même titre que les cités de même statut. Il paraît logique de rattacher les cités de Maurétanie occidentale à la Bétique, qui semblait déjà administrer la justice pour ces communautés avant la création des Maurétanies en 42 apr. J.-C., comme Pline le précise pour Zilil. En outre, comment peut-on comprendre le cas des familiae adiectae, des « familles adjointes » aux cités d’Emerita et d’Hispalis ? Sans doute Othon se contente-t-il d’étendre le territoire des colonies hispaniques en leur attribuant des agglomérations secondaires ou des espaces disputés : en leur accordant de nouvelles familles de contribuables sans augmentation de la somme globale due par chacune de ces cités, le prince permet aux citoyens d’Emerita et d’Hispalis de diminuer automatiquement leur contribution143.

37Le cadre provincial — sans être un carcan absolu imposé aux cités qui demeurent les composantes premières et primaires de l’Empire — se révèle un échelon indispensable dans deux domaines au moins de l’administration impériale, ceux de la justice et de la fiscalité. Il n’est pas possible de concevoir que ces cités maurétaniennes de droit romain fonctionnent en toute indépendance du cadre provincial, car pour rendre la justice et pour répartir les charges fiscales, la province est une instance indispensable, à laquelle un royaume étranger, même ami et allié du peuple romain, ne peut se substituer. Il s’agit de voir à quelle province les colonies et cités de droit romain du littoral maurétanien sont censées s’adresser pour leurs questions administratives.

  • 144 Voir Salama, 2005, p. 40.
  • 145 Voir le chap. i de cet ouvrage.

38Comme nous l’avons vu précédemment, le seul rattachement explicite à la Bétique est celui de Zilil. Pour Tacite, Othon donne en cadeau à la Bétique des « cités appartenant aux Maures » en 69 apr. J.-C. Si les rares commentateurs de ce passage y ont plutôt vu une référence aux trois colonies de Maurétanie tingitane, rien n’interdit que les ou des colonies de Césarienne fassent, elles aussi, partie de ce « cadeau fiscal ». Comme l’avaient avancé certains chercheurs, il n’est pas impossible que toutes les colonies situées dans le royaume maurétanien soient administrées par la province hispanique de Bétique144. Cependant, cette hypothèse semble contestable à plusieurs titres. L’éloignement géographique de cités comme Igilgili (Jijel) ou Saldae (Bougie, l’actuelle Béjaïa) de la Bétique rend peu probable la gestion fiscale et judiciaire de ces cités de l’Est de la Kabylie actuelle depuis Cordoue, la capitale de la province hispanique, située à plus d’une semaine de trajet quand la mer est favorable145. En revanche, les cités de Maurétanie orientale sont voisines de l’Africa, un jour à peine suffit pour les atteindre depuis Carthage : un rattachement de Rusazus, Tubusuptu, Saldae et Igilgili à l’Afrique proconsulaire semble être matériellement une solution plausible. Une affirmation de Strabon semble confirmer cette hypothèse. Strabon, qui décrit la région peu après la mort de Juba II, en 23 ou 24 de notre ère, cite Saldas (c’est-à-dire Saldae) comme une ville frontière entre l’Afrique et le royaume de Juba II, avec des réserves cependant :

Μεταξὺ δὲ τῆς Καισαρείας καὶ τοῦ Τρητοῦ μέγας ἐστὶ λιμήν, ὃν Σάλδαν καλοῦσι· τοῦτο δ’ ἐστὶν ὅριον τῆς ὑπὸ τῷ Ἰούβᾳ καὶ τῆς ὑπὸ τοῖς Ῥωμαίοις· πολυτρόπως γὰρ οἱ μερισμοὶ γεγένηνται τῆς χώρας, ἅτε τῶν νεμομένων αὐτὴν πλειόνων γενομένων καὶ τῶν Ῥωμαίων ἄλλοτ´ ἄλλως τούτων τοῖς μὲν φίλοις χρωμένων, τοῖς δὲ καὶ πολεμίοις, ὥστε καὶ ἀφαιρεῖσθαι καὶ χαρίζεσθαι συνέβαινεν ἄλλοις ἄλλα καὶ οὐ τὸν αὐτὸν τρόπον. Entre Césarée, maintenant, et le promontoire Tretum s’ouvre un autre port très spacieux, connu sous le nom de Saldas. C’est là que vient tomber [actuellement] la limite entre le royaume de Juba et la province romaine : je dis actuellement, car la division intérieure du pays a subi de fréquents remaniements, tant à cause du grand nombre de tribus qui y habitent côte à côte, que parce que les Romains, suivant qu’ils étaient amis ou ennemis de ces tribus, ôtaient souvent aux unes pour donner aux autres, et cela sans s’astreindre à aucune règle fixe.

Source : Strabon, XVII, 9 ; trad. Laudenbach, 2014.

  • 146 Pomponius Mela (I, 6 ; 30), Pline l’Ancien (V, 22) et Ptolémée (IV, 2, 1 et IV, 2, 11 ; IB, 3, 1 e (...)
  • 147 Desanges, 1980, p. 174 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 132.
  • 148 Strabon, XVII, 12.

39La limite fixée par Strabon au royaume de Juba serait donc située 80 km plus à l’est que la limite indiquée dans les autres sources : les deux colonies les plus à l’est du littoral maurétanien, Saldae et Igilgili, feraient donc pour Strabon partie de la province d’Afrique et non du royaume de Juba. Les deux colonies voisines de Saldae, Rusazus et Tubusuptu, seraient donc très proches de la frontière provinciale. Ce passage est intéressant à plus d’un titre, et notamment sur celui de la construction romaine d’une limite entre le pays de Juba et celui des Romains. Construction extérieure et pragmatique, la frontière entre l’Afrique proconsulaire et la Maurétanie a été soumise à de multiples évolutions jusqu’à l’époque augustéenne, car elle est une émanation de deux facteurs, l’un culturel, l’autre politique. En effet, la frontière est non seulement déterminée par l’identité ethnique des régions qu’elle sépare, mais aussi et surtout par les relations politiques entre les Romains et les différents peuples de cet espace de marche. Dans le cas de la frontière entre le royaume de Juba et la province d’Afrique, la difficulté à la situer est donc double, non seulement en raison de la multiplicité des tribus numides, mais également en raison des précédents accords d’alliance passés entre les Romains et ces tribus. La démarcation entre l’Afrique et la Maurétanie est tellement floue que Strabon lui-même la fait passer au niveau de Saldas, au lieu du repère hydrographique donné par la majeure partie des sources, l’oued Ampsaga (Wad el-Kébir, et plus en amont le Wadi Rhummel, qui passe à Constantine)146. En outre, la frontière ne suit pas exactement le cours du fleuve : c’est l’embouchure de l’Ampsaga, au niveau de la cité de Tucca, qui constitue le repère principal des géographes antiques. Cette confusion de Strabon, ou plutôt cette divergence soulignée concernant cette frontière encore mouvante, peut s’expliquer par la position ambiguë de ces colonies orientales de Maurétanie, qui, sises à l’extrémité du territoire maure, semblent rattachées administrativement à l’Africa voisine147. En effet, la politique romaine en Afrique du Nord n’est pas régie par des règles strictes de découpage, mais par le pragmatisme politique : les colonies romaines situées dans la région frontalière entre la Maurétanie et l’Afrique proconsulaire doivent logiquement dépendre de Carthage pour leur administration judiciaire et fiscale. Strabon précise en outre que cette région est désormais la plus florissante de ces contrées148 : le pouvoir romain et la province romaine d’Afrique auraient donc eu tout intérêt à réclamer à Juba le rattachement administratif des quatre colonies les plus orientales de Maurétanie.

  • 149 Voir le chap. i de cet ouvrage.
  • 150 Voir le chap. i de cet ouvrage.
  • 151 Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 132.

40Si les colonies de Maurétanie orientale au moins jusqu’à Rusazus semblent dépendre de la province romaine d’Afrique, si celles de l’ancien royaume de Bogud — Zilil, Banasa et Babba — ont échu à la Bétique, quelle province gère fiscalement et judiciairement les colonies et communautés de droit romain comprises entre Cartenna et Rusucurru ? La province romaine la plus proche des cités de Cartenna, Gunugu, Zucchabar, Aquae Calidae et Rusguniae n’est ni la Bétique, ni la Proconsulaire, mais la Tarraconaise, ou plutôt, comme la désignent les inscriptions, l’Hispanie citérieure. Si l’on privilégie la piste de rattachements pragmatiques des colonies maurétaniennes à la province romaine la moins éloignée, c’est donc cette province hispanique qui serait la plus à même de gérer une partie de la fiscalité et de la justice de ces communautés du littoral maurétanien. La distance qui sépare ces cités de Carthagène est couverte en un peu plus d’une journée de navigation, alors qu’il en faut trois pour atteindre Carthage et quatre pour Tanger149. Le hiatus géographique qui sépare Cartenna, colonie la plus à l’ouest de la future Césarienne, de la Moulouya et de la Maurétanie occidentale rend un rattachement à la Bétique peu probable150. D’autre part, les liaisons avec l’Afrique, qui se font essentiellement par voie maritime encore à l’époque augustéenne, sont également beaucoup plus longues qu’une traversée vers la péninsule Ibérique. Les liens anciens qui existent entre le Levant autour de Carthagène et l’actuelle Oranie rendent séduisante l’hypothèse de cette attribution à la Citérieure151. Enfin, la question controversée de la contributio d’Icosium (Alger) et d’Ilici (Elche), sur laquelle je vais immédiatement m’arrêter, amène à favoriser ce rattachement fiscal et judiciaire des colonies de Maurétanie « centrale » à l’Hispanie citérieure, et même plus précisément au conuentus Carthaginensis.

  • 152 Sur la cité punique d’Ikosim, soit >WYKSM sur les monnaies de la fin du iie siècle : voir Alexandr (...)
  • 153 Ibid., pp. 65-80.

41Certaines cités en effet, en plus d’être fiscalement et juridiquement dépendantes d’une province, sont également incitées à se rapprocher, voire à fusionner avec d’autres cités, dans le cadre de phénomènes appelés contributio ou adtributio. Or, une contributio semble justement exister entre une cité d’Hispanie citérieure, Ilici (Elche), et Icosium (ou Icosi), que l’on peut identifier comme l’ancienne Alger152. Si ce lien de contributio est bien avéré entre ces deux cités situées sur les deux rives de la mer d’Alboran, il est légitime de penser que ces deux cités ont nécessairement appartenu à la même province d’Hispanie citérieure, afin que cette contributio soit juridiquement possible et matériellement gérable. À l’occasion d’une réflexion sur le phénomène de contributio — une sorte d’ancêtre de nos « communautés de communes » contemporaines —, j’ai déjà fait état de cette question153 : je ne reprendrai ici que les conclusions principales du raisonnement, ainsi que le problème toujours en suspens de la localisation d’Icosi.

  • 154 « Reliqua in ora flumen Tader, colonia inmunis Ilici, unde Ilicitanus sinus ; in eam contribuuntur (...)

42Pline fait seul état de cette relation de contributio lors de sa description des cités du Levant espagnol : « Là se trouvent l’embouchure du fleuve Tader, la colonie immune d’Ilici, où s’ouvre le golfe ilicitain ; à cette cité les Icositains sont contribués154. »

  • 155 S. v. « attributio » : col. 65-71 ; s. v. « contributio », col. 91-96, dans RE, suppl. VII, 1940.
  • 156 Laffi, 1966.
  • 157 Veyne, 1959 ; Bertrand, 1987 ; Galsterer, 1988.
  • 158 Veyne, 1959, p. 569.
  • 159 Voir notamment les éditeurs de Pline : Desanges, 1980, pp. 166-169 ; Zehnacker, 2004, p. 113 ; Col (...)
  • 160 Desanges, 1980, pp. 168-169, couramment accepté depuis.

43Selon la tradition historiographique allemande155, largement reprise dans l’étude d’Umberto Laffi156, la contributio désignerait la fusion d’au moins deux communautés autonomes en une seule entité civique, qui absorbe et centralise toutes les fonctions politiques, administratives et juridiques des communautés antérieures, sans distinction de statut entre les citoyens des diverses entités fusionnées. Cette définition commode fait toujours figure de cadre de référence, même si les particularités de l’application locale et la proximité du concept de contributio avec son paronyme d’adtributio ont amené certains auteurs à la nuancer fortement, voire à la rejeter purement et simplement comme artificielle et trop systématique157. Contrairement aux adtributiones, phénomène apparu dans l’Italie du iie siècle av. J.-C., la contributio se diffuse largement dans les provinces occidentales, notamment en péninsule Ibérique, à partir du dernier siècle av. J.-C. et jusqu’au iiie siècle apr. J.-C. Tandis que l’adtributio semble liée au contexte des conquêtes et des concessions souvent limitées de citoyenneté du iie ou du début du ier siècle av. J.-C., les cas de contributiones s’inscriraient dans le cadre de la réorganisation de l’espace civique pendant et après les dernières guerres civiles158. Toujours selon Laffi, la contributio aboutirait à un phénomène de fusion administrative : après la contributio, la communauté contribuée conserverait sa « juridiction mineure », mais sa « juridiction majeure » serait du ressort de la communauté à laquelle elle est contribuée. Dans le cas du lien entre Icosium (Alger) et Ilici (Elche), la majeure partie des commentateurs ont compris cette contributio comme une sujétion administrative des Icositains à la colonie romaine d’Elche, déduite entre les années 40 et 20 av. J.-C.159. Le seul vrai débat concernait le statut des Icositani et de la communauté d’Icosium : si la relecture attentive de Pline de Desanges a permis de montrer qu’Icosium accédait au statut de colonie à l’époque de Vespasien160, quel était son statut sous Octavien-Auguste, au moment de la contributio ? Une dédicace au roi Ptolémée, donc faite entre 25 et 40 apr. J.-C., a été retrouvée sur le site d’Icosium. Elle met en scène un magistrat municipal, un certain L. Caecilius Rufus :

  • 161 « [R]egi Ptolemae[o] / reg(is) Iubae f(ilio) / L(ucius) Caecilius Rufus / Agilis f(ilius), honorib (...)

Au roi Ptolémée, fils du roi Juba, Lucius Caecilius Rufus, fils d’Agilis, ayant exercé tous les honneurs de sa patrie, sur sa fortune a pris soin de faire [ce monument] et l’a consacré161.

  • 162 Icosium, CIL, VIII, 9258.
  • 163 Hypothèse développée en dernier lieu par Alföldy, 2003, pp. 42-45 ; Gascou, 2004-2005, pp. 261-264
  • 164 Voir notamment Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 130-131.
  • 165 Id., 2012, pp. 149-150.
  • 166 Deux faiblesses soulignées à juste titre ibid., pp. 137-152.

Une autre dédicace162, très fragmentaire, aurait été élevée par le même personnage, encore sur sa fortune personnelle, en l’honneur d’un possible flaminat. Deux théories principales ont été envisagées : soit Icosium était composée d’une cité pérégrine et d’un conuentus de citoyens romains, c’est-à-dire une association privée de citoyens qui aurait été contribuée à la colonie d’Elche163, soit Icosium était un municipe contribué dès sa fondation à Ilici164. Les deux thèses présentent des faiblesses : comment un conuentus, une sorte de « club » destiné à représenter les intérêts des citoyens romains installés en territoire pérégrin165, aurait-il pu avoir des magistrats et des charges municipales et être contribué administrativement à une colonie ? Mais si Icosium était un municipe contribué, pourquoi garde-t-elle des magistrats indépendants de ceux d’Elche166 ?

  • 167 Elche, AE, 1999, 960 = Corell, 1999, pp. 63-67, no 12 ; Chao, Mesa, Serrano, 1999, pp. 417-424 ; C (...)
  • 168 Voir ibid. pour la description de ce document.
  • 169 L’hypothèse de Guillaumin, 2002, pp. 133-134 paraît être la plus convaincante sur la question de l (...)
  • 170 Corell, 1999, pp. 63-67, no 12 ; Chao, Mesa, Serrano, 1999, pp. 417-424 ; Cebrián Fernandez, 2000, (...)
  • 171 ELRH, C1, p. 88.

44À cette situation complexe est venue s’ajouter une nouvelle inscription sur bronze espagnole. Un document cadastral découvert en 1996167 donne les noms de dix citoyens, originaires de cités différentes d’Italie ou d’Hispanie ultérieure, qui sont les heureux bénéficiaires de lots de terres situés dans la centuriation d’Elche168. L’analyse épigraphique de cet unicum et sa mise en relation avec le contexte archéologique de la centuriation d’Ilici ont conclu qu’il s’agissait d’une « table de centuriation » datant probablement des années 40 ou 30 av. J.-C. — voire des années 20 pour Géza Alföldy. Il s’agirait d’un résultat de tirage au sort indiquant les noms de dix nouveaux citoyens d’Elche, très probablement des vétérans originaires de divers endroits de l’empire, qui ont obtenu des petits lots de terres situés dans deux centuries jointives169. Trois de ces bénéficiaires sont originaires d’une cité appelée Icosi. Les éditeurs et la majorité des commentateurs de cette inscription ont donc envisagé le schéma suivant170 : la colonie militaire d’Elche a été fondée dans les années 40 ou 30 avant notre ère, par une attribution de terres à des vétérans originaires d’Italie, de cités hispaniques ou de la cité d’Icosi. Par la suite, après avoir reçu des lots de terres à Ilici, les Icositains auraient été « contribués », rattachés à la colonie d’Elche, qu’ils auraient en partie fondée. Cette thèse est aujourd’hui battue en brèche par une autre hypothèse, qui reprend le même schéma de fondation-contribution, mais qui situe Icosi en Hispanie et non en Maurétanie. Cette hypothèse a été lancée par Marc Mayer, qui a évoqué cette éventualité, reprise ensuite de nombreuses fois sans véritable démonstration et surtout sans que la présence d’une Icosi hispanique puisse être attestée en toute certitude. Icosi, dans cette optique, deviendrait une communauté indigène dont les terres auraient été expropriées au profit de la nouvelle colonie d’Elche : certains Icositani auraient bénéficié alors de la citoyenneté romaine et auraient pu recevoir des lots de terres dans la nouvelle communauté171.

  • 172 Coltelloni-Trannoy, 2012, pp. 137-152.

45Seule Michèle Coltelloni-Trannoy, dans un article récent, a défini les arguments qui la conduisent à pencher en faveur de cette thèse d’une Icosi hispanique, plutôt que maurétanienne, arguments qui sont d’ordre toponymique, onomastique et enfin juridique172.

  • L’argument toponymique en faveur d’une Icosi espagnole invoque la similitude des toponymes puniques en péninsule Ibérique et en Maurétanie : dans cette hypothèse, on pourrait trouver sans difficulté une autre Ikosim-Icosi, une autre « île aux hiboux » en Hispanie, parmi les toponymes remontant au royaume barcide. Les ressemblances toponymiques sont évidentes entre les côtes africaines et la côte méridionale ibérique173, mais l’existence d’une communauté baptisée également du même nom — pourtant rare — d’*Ikosi et n’ayant jamais laissé aucune trace dans les sources littéraires, épigraphiques et onomastiques serait pour le moins inédite174. D’autre part, créer de toutes pièces une cité homonyme pour résoudre une difficulté d’interprétation pose un problème méthodologique réel175.
  • L’argument onomastique invoque la présence d’un C. Annius Seneca originaire d’Icosi appartenant à la tribu Galeria dans l’inscription d’Elche. Si ce nom de Sénèque évoque bien sûr l’Hispanie, on trouve le cognomen Seneca à la même époque sur les monnaies de Tanger176. En Hispanie, la séquence Annius Seneca n’est épigraphiquement attestée qu’à une seule reprise au iie siècle, c’est-à-dire autant qu’au Norique et à Turin. Seneca est un nom ou un surnom probablement d’origine celte, fréquent à une époque précoce en Italie du Nord et dans les Gaules177. De façon générale, les noms plutôt communs des bénéficiaires de terres à Elche ne permettent pas de se livrer à une étude onomastique poussée, sauf peut-être pour Aufustius, nom sans doute d’origine étrusque attesté en Hispanie, mais à des dates plus tardives178. Sur l’utilisation de la tribu, les commentateurs ont conclu que les citoyens mentionnés sur cette table de centuriation avaient dû recevoir la citoyenneté romaine avant leur communauté mentionnée comme origo, puisque les tribus des individus et des cités ne concordent pas179. La tribu Galeria, où sont inscrits les trois Icositani, serait la tribu de la nouvelle colonie d’Elche plutôt que la tribu d’Icosium180. Le critère de la tribu n’est donc pas pertinent dans le cadre d’une déduction coloniale à une époque précoce.
  • Enfin, le dernier argument d’ordre juridique renvoie à la question du statut d’Icosium : la communauté d’Icosium possède déjà des magistrats au ier siècle de notre ère, elle serait donc tout à fait capable de s’administrer elle-même, sans être contribuée à une autre cité. Coltelloni-Trannoy analyse dans ce cadre la dédicace au roi Ptolémée, faite par L. Caecilius Rufus, fils d’Agilis ; l’auteur insiste sur le haut degré de romanité présenté par cette dédicace, sur le caractère impeccable du formulaire et sur l’identité du dédicant, un citoyen romain descendant d’un pérégrin, fier de sa carrière municipale au sein de sa patria, la terre de ses pères. Icosium posséderait donc des magistrats sous le règne de Ptolémée, des magistrats parfaitement capables d’administrer cette communauté romaine, probablement un municipe selon l’auteur, sans qu’il y ait besoin de contribution d’aucune sorte. Le lien de contributio unirait donc à la colonie d’Elche des Icositani originaires d’une Icosi pérégrine et hispanique, et non des Icositani originaires d’Icosium.

46Si le raisonnement est logique et le dernier argument pertinent, la conclusion d’une contributio entre Elche et une communauté pérégrine d’Hispanie n’est pas pour autant obligatoire ni indiscutable.

47En effet, si L. Caecilius Rufus est bien un magistrat municipal, qui a accompli tous les honneurs dans sa patrie, rien ne dit que cette patrie soit Icosium. Sans aller jusqu’à imaginer un déplacement de ces monuments depuis la colonie de Rusguniae, située à 50 km, comme l’ont fait certains chercheurs, il convient de laisser ouverte la possibilité que L. Caecilius Rufus ne soit pas un Icositain. En effet, cette dédicace n’est pas le fruit d’un décret des décurions ou d’un ordo précis, mais est réalisée « d(e) s(ua) p(ecunia) » (« sur fonds privés »), à un emplacement choisi sans doute par le dédicant lui-même. Or, rien n’oblige un dédicant à élever un monument privé dans sa propre patrie : les exemples sont nombreux de monuments dédiés sur fonds privés par des magistrats municipaux d’une cité dans une cité voisine ou dans une agglomération se trouvant sur le territoire d’une cité. Si Icosium est une communauté de citoyens romains qui ne bénéficie pas encore d’un statut municipal, quoi d’étonnant à ce qu’un magistrat de la colonie de Rusguniae, par exemple, souhaite honorer de son propre chef le roi maurétanien à Icosium, une communauté où il pourrait posséder une résidence, des intérêts, et pourquoi pas des ambitions ?

48On pourrait objecter que L. Caecilius Rufus aurait eu intérêt à préciser le nom de sa patrie en ce cas, avant de dédicacer un monument dans une communauté différente. D’autre part, même si Caecilius Rufus est un magistrat icositain, cela n’empêche pas l’existence d’une relation de contributio entre Elche et Icosium. Les Icositani auraient pu posséder des magistrats sous le règne de Ptolémée, sans que cela implique nécessairement l’existence d’un municipe ou l’impossibilité d’une contributio. En effet, l’exemple des multiples agglomérations secondaires du type castella et pagi de la confédération cirtéenne montre qu’il existe des magistrats dès le ier siècle dans ces communautés contribuées : l’expression « honoribus omnibus patriae suae consummatis » (« ayant exercé tous les honneurs dans sa patrie ») est d’ailleurs assez habile : aucun nom de charge précis n’est mentionné. Si L. Caecilius Rufus avait été édile, questeur, quattuorvir dans un municipe, pourquoi ne pas préciser le nom de ces charges ? Cette formule parfaitement exprimée, mais relativement floue, pourrait décrire aussi bien une charge de magister dans une communauté composée en grande partie de citoyens romains, communauté qui cependant ne disposerait pas encore d’un statut civique déterminé.

  • 181 Voir Gascou, 1983, pp. 175-207.
  • 182 Veyne, 1959, pp. 568-593 ; Bernard, 2014, pp. 65-75.
  • 183 Bien avant la découverte de cette table de centuriation, Nicola Mackie avait eu l’intuition que le (...)

49D’autre part, cet argument d’indépendance « par statut municipal » découle en toute logique de la définition de la contributio telle qu’elle a été donnée par Laffi dans sa thèse datée de 1966, qui fait encore autorité aujourd’hui faute de synthèse plus récente. Cette définition est la suivante : selon le juriste italien, le lien de contributio soumettait une communauté civique à une autre ; la communauté contribuée n’aurait plus que le droit de « juridiction mineure » sur son territoire, les affaires relevant de la « juridiction majeure » étant du seul ressort des autorités de la cité principale. Par conséquent et toujours suivant cette théorie, les communautés dotées d’un statut de colonie ou de municipe ne pouvaient être contribuées, quelques exceptions comme Cirta mises à part. Après la découverte de la loi d’Irni et la rénovation considérable des travaux concernant les statuts municipaux, cette définition semble aujourd’hui très imprécise : qu’est-ce qui relève exactement des juridictions majeures et mineures dans les communautés civiques ? En outre, la totalité des affaires judiciaires ou fiscales n’est pas du ressort de la seule cité, comme nous l’avons vu, puisqu’une partie des opérations fiscales et des procédures judiciaires dépend des autorités provinciales, y compris pour les colonies de droit romain. Enfin, bien des cas montrent qu’il faut désormais revoir cette notion d’assujettissement des communautés contribuées. L’exemple de Cirta, où quatre colonies et une quinzaine de communautés civiques sont contribuées, sans perdre ni leurs magistrats locaux181, ni leur identité civique, mais aussi ceux de Capoue et Bénévent font réaliser que la contributio ne provoque pas d’effacement ou de sujétion d’une communauté. La contributio n’équivaut pas automatiquement à la mort civique de la communauté contribuée, qui peut conserver ses propres magistrats, sa propre administration, voire son propre statut colonial ou encore posséder sa propre représentation figurée, comme sur l’arc de Bénévent182. Le lien de contributio peut être dissous, et la communauté contribuée reprendre ou acquérir un statut municipal ou colonial indépendant. Dans le cas qui nous occupe, la contributio des Icositani à Ilici n’oblige pas Icosi à disparaître. Pourquoi cette contributio ? Puisque Pline précise immédiatement dans le même corps de phrase que les Icositani contribuent à une colonie bénéficiant de l’immunité, cette contributio semble avoir d’abord un sens et un intérêt fiscaux. Comme le terme de contributio l’indiquerait, une communauté contribuée partage le sort fiscal de la cité à laquelle elle est rattachée. Dans le cas d’Icosi, quelle que soit sa localisation, des citoyens originaires de cette communauté civique ont reçu des terres au cours d’une déduction coloniale dans une nouvelle cité, comme le montre la table de centuriation d’Elche183 ; par la suite, les deux communautés sont contribuées, à savoir qu’elles déclarent leurs ressources ensemble en premier lieu. Pour ce faire, il n’est pas besoin de déplacements continuels entre les deux cités, et la distance n’est en aucun cas un obstacle : les colonies contribuées à Cirta se trouvent dans un rayon de 200 km par voie terrestre, soit une semaine de voyage, et pendant deux siècles, des relations administratives intenses ont eu lieu entre les magistrats et décurions de ces colonies et Cirta. Si Icosi est bien Alger, il faut deux à trois jours de trajet maritime pour rejoindre Ilici, et de là un jour de plus pour atteindre Carthagène. L’argument de la distance qui empêcherait cette contributio semble donc difficilement tenable.

50Quel serait l’intérêt de cette contributio ultramarine, alors qu’Icosium pourrait être contribuée à sa voisine Rusguniae ? Si la contributio est bien un processus fiscal, la suite de la phrase de Pline apporte un éclairage : Ilici bénéficie de l’immunité fiscale. Il est sans doute beaucoup plus avantageux pour Icosium d’être contribuée à une colonie immune. En outre, Rusguniae, comme les autres colonies de Maurétanie centrale, doit dépendre d’une autorité provinciale peut-être située en Hispanie citérieure, Tarraco ou la capitale de conuentus Carthago Noua (beaucoup plus proches que Carthage). Pour une communauté « infra-civique » comme semble l’être Icosi, être contribuée à une cité d’Hispanie citérieure est administrativement beaucoup plus justifié qu’être contribuée à une colonie située en territoire extra-provincial. Enfin, la communauté civique d’Icosi a contribué à fonder Ilici, et non Rusguniae : comme on le voit dans les autres cas de contributio et notamment à Cirta, il faut une raison historique, politique, une centuriation réalisée en même temps à partir des mêmes vétérans par exemple, pour justifier par la suite un processus de rattachement fiscal.

51Pour conclure sur ce point, ces arguments sembleront sans doute contestables aux partisans de l’Icosi « espagnole », et il reste indéniablement des difficultés et des incertitudes. Si, un jour, l’existence d’une Icosi et d’Icositani est fermement attestée en Hispanie, il faudra revenir donc sur cette interprétation. Mais il ne faudrait pas l’écarter trop vite pour de mauvaises raisons, qui tiendraient à une surévaluation des distances entre Hispanie citérieure et Maurétanie, ou à une définition trop partielle et catégorique de la contributio, dont il n’existe que quelques rares exemples attestés épigraphiquement. Pour revenir à la question originelle, une contributio fiscale entre Icosi et Ilici s’intégrerait dans le cadre d’un rattachement administratif entre les colonies de Maurétanie « centrale » et l’Hispanie citérieure. Les colonies et communautés civiques de la Maurétanie centrale semblent donc être rattachées en dernier ressort aux autorités provinciales d’Hispanie citérieure, qui peuvent siéger à Carthago Noua, capitale de conuentus.

52Pendant les six décennies qui s’écoulent entre la déduction des colonies de Maurétanie, entre 33 et 25 av. J.-C., et la création des provinces de Maurétanie tingitane et césarienne en 42 apr. J.-C., les communautés de droit romain enclavées au sein du royaume jubéen nécessitent un rattachement judiciaire et fiscal à une province romaine. Le pragmatisme dont le pouvoir romain fait preuve dans cette situation administrativement inédite de cités romaines sans province amène à privilégier l’hypothèse d’une assignation « au plus proche », d’une intégration de ces communautés à une province romaine voisine. Les douze colonies romaines du royaume maurétanien, auxquelles il faut sans doute adjoindre les cités de droit romain comme Tanger, ainsi que les communautés de citoyens romains ne bénéficiant pas encore de statut civique, comme Icosium, auraient donc été assignées à ces deux provinces hispaniques. Il serait peu réaliste d’envisager un rattachement de toutes ces communautés à la seule Bétique, à l’instar du seul cas explicitement connu, celui de Zilil : l’hypothèse d’une assignation à la province la plus proche se laisse entrevoir, dans les difficultés de détermination des frontières entre le royaume de Maurétanie et la province d’Afrique par exemple. Les colonies de Maurétanie occidentale, Zilil, Babba et Banasa, ainsi que le municipe romain de Tanger, auraient été rattachés à la Bétique voisine ; Cartenna, Gunugu, Zucchabar, Aquae Calidae et Rusguniae, ainsi que les Icositani « contribués » à Elche, dépendraient administrativement de la Tarraconaise, tandis que Rusazus, Tubusuptu, Saldae et Igilgili auraient été assignées à la province d’Africa. Cette triple assignation reste pour l’instant de l’ordre de l’hypothèse, mais il est très difficile d’imaginer la vie administrative de ces citoyens romains en territoire pérégrin sans envisager de « référent » provincial.

  • 184 Si l’on fait exception des colonies les plus orientales comme Rusazus, Tubusuptu, Saldae et Igilgi (...)

53Pendant environ sept décennies, la quasi-totalité des communautés de citoyens romains situées dans le royaume maure184 a dû être administrée par les provinces hispaniques, même si cette assignation judiciaire et fiscale reste largement implicite dans nos sources. Par la suite, ce rattachement a laissé quelques souvenirs dans les mentalités et les pratiques, comme le montrerait le cadeau fiscal intenté par Othon en 69 apr. J.-C. Cependant, après la création des deux provinces romaines de Maurétanie tingitane et de Maurétanie césarienne par Claude en 42 apr. J.-C., cette administration des communautés de droit romain par les provinces hispaniques n’a plus lieu d’être. Jusqu’au rapprochement de la Maurétanie tingitane des provinces hispaniques dans le diocèse des Espagnes au début du ive siècle, les cités romaines des provinces maurétaniennes sont administrées au niveau fiscal et judiciaire par les autorités des procurateurs-gouverneurs de Tanger ou de Cherchell. De cette dernière mesure fiscale en 69 au rattachement de la province de Tingitane à la péninsule Ibérique sous la Tétrarchie, les colonies et communautés de droit romain des Maurétanies n’ont plus aucune nécessité d’assignation administrative à des provinces hispaniques. À la fin du iiie siècle cependant, le cas du procès de Marcel le Centurion nous fait entrevoir une reprise des liens judiciaires entre la Maurétanie tingitane et l’Hispanie, mais selon des modalités toutes différentes, puisqu’un personnage qui semble venir de péninsule Ibérique se retrouve jugé et exécuté à Tanger, sur l’autre rive du détroit de Gibraltar : le dernier chapitre sera l’occasion de revenir sur ce nouveau rapprochement administratif, à l’aube de la formation du diocèse des Espagnes.

Patrons et protecteurs communs des cités du détroit

54Cette situation inédite de cités de droit romain incluses en territoire pérégrin a, semble-t-il, fonctionné sans heurt, si l’on peut interpréter ainsi le silence des sources. Les rois de Maurétanie, Juba II et son fils Ptolémée (honoré par la dédicace d’une statue à Icosium), ont sans doute contribué à cette administration paisible : certes rois d’un territoire indépendant, ils sont fortement alliés à l’Imperium romanum. En plus des liens personnels tissés entre Juba II et Auguste, le monarque maurétanien entretient des relations de patronat et de protection avec certaines cités hispaniques, relations pérennes jusqu’à la mort de son fils Ptolémée. Juba II et Ptolémée détinrent en effet des charges honorifiques dans deux métropoles anciennes de l’Hispanie méridionale, la phénicienne Gadès et la punique Carthagène. Ce patronat, attesté par des témoignages épigraphiques, numismatiques et littéraires, montre le prestige et l’influence des monarques maures dans les cités de l’autre rive de la Méditerranée extrême-occidentale. Avienus, poète de la fin du ive siècle apr. J.-C., décrit dans son ouvrage Ora maritima la cité de Gadir-Gadès, qui est passée en quelques siècles du statut de grande puissance à celui de « champ de ruines ». Aux vers 276-281, il décrit en ces termes le duumvirat, la charge de magistrat municipal suprême, détenu par Juba II à Gadès :

Nos hic locorum, praeter Herculaneam / solemnitatem uidimus miri nihil. At uis in illis tanta uel tantum decus / aetate prisca sub fide rerum fuit / rex et superbus omniumque praepotens / quos gens habebat forte tum Maurusia / Octauiano principi acceptissimus et lit(t)erarum semper in studio Iuba / interfluoque separatus aequore / inlustrioren semet urbis istius / duunuiratu crederet. Pour notre part, en ces lieux, nous n’avons rien vu d’admirable si ce n’est le culte d’Hercule. Mais une si grande puissance, une si grande gloire s’attachèrent à ces lieux à une époque ancienne, si l’on en croit les historiens, que Juba, un roi fier, puissant entre tous ceux qui pouvaient alors régner sur la Maurousie, le plus proche du prince Octavien, un monarque toujours enclin à l’étude des lettres, se sentait fort honoré d’avoir reçu le duumvirat de cette ville dont il était séparé par l’étendue de la mer.

Source : Avienus, Ora maritima, vv. 276-281 ; trad. Bernard, Guillaumin, à paraître.

  • 185 Cicéron, Pour Balbus, XV, 34.
  • 186 Tite-Live, Periochae, 110 ; Dion Cassius, LXI, 22 ; César, Guerre civile, II, 2, 20. Sur le rôle d (...)
  • 187 Cadix, CIL, II, 1727 ; AE, 1920, 79 ; Des Boscs-Plateaux, 2005, p. 339, n. 10. Certains auteurs, d (...)
  • 188 Mangas, 1988, p. 735.
  • 189 Gil Farrés, 1966, p. 383.
  • 190 Mangas, 1988, p. 736.
  • 191 Avienus, Ora maritima, vv. 273-274.

55Presque quatre cents ans après les faits, Avienus rappelle à ses lecteurs le duumvirat du roi de Maurétanie à Gadès. Il oppose ainsi l’état actuel de la cité gaditaine, alors pauvre et désertée, à sa splendeur passée : Juba II, roi puissant, lettré et intime d’Octavien, se sentait honoré par l’octroi de cette charge de duumvir. Gadès, ancienne cité fédérée depuis 206 av. J.-C.185, est promue en septembre 49 av. J.-C. municipe de droit romain par César, soucieux de récompenser l’engagement à ses côtés d’une partie des élites gaditaines emmenées par les Cornelii Balbi186. Sous Auguste, le statut de municipe romain de la cité serait confirmé, mais, d’après l’épigraphie, les quatre magistrats supérieurs, les quattuorvirs, sont ramenés au nombre de deux et deviennent des duumvirs, sans doute entre 16 et 13 av. J.-C.187. Le roi de Maurétanie Juba II a donc obtenu une charge de duumvir de Gadès entre la date de création de la fonction vers 15 av. J.-C. et sa mort en 23 apr. J.-C. La valeur de cette distinction était symbolique et visait essentiellement à augmenter le prestige des deux parties, le magistrat honoraire et la cité qui octroyait cet honneur. Des préfets devaient probablement assurer la réalité de la charge188, mais à Gadès, contrairement au cas de Carthagène, nous n’avons malheureusement aucune mention épigraphique ou numismatique susceptible de nous renseigner davantage sur le détail de ce duumvirat honorifique. Gadès n’émet plus de monnaie après 14 apr. J.-C.189, le duumvirat de Juba peut certes être postérieur à cette date, mais l’octroi de magistratures honorifiques est rare après le règne de Tibère. Dans le cas où Juba II aurait été duumvir de Gadès sous Auguste, ce qui serait le plus évident190, la frappe sans doute émise en l’honneur de cette charge peut avoir disparu sans que l’on n’en retrouve aucun exemplaire. Julio Mangas émet l’hypothèse qu’Avienus a pu voir une inscription ou un monument en l’honneur de Juba II à Gadès, puisqu’il mentionne explicitement son passage dans la cité, qui a selon lui presque tout perdu de son lustre d’antan191. Cette idée est en effet séduisante : selon le poète, c’est Juba lui-même qui se serait senti honoré par l’octroi de ce duumvirat. Cette formule incite à penser à un monument élevé ob honorem duumuiratu(s) par les décurions du municipe pour Juba II, comme il en existe fréquemment dans les cités de Bétique pour commémorer les détenteurs de charges municipales et bienfaiteurs de la cité. On peut penser que Juba était également le patron du municipe romain de Gadès, comme il l’était pour Carthagène, où il avait détenu la charge de duumuir qu(inquennalis).

56À Carthagène, Juba II a en effet été duumvir quinquennal et patron de la cité punique, devenue colonie romaine au cours du ier siècle av. J.-C. Un piédestal de micrite porte la dédicace suivante :

  • 192 « Regi Iubae reg[is] / Iubae filio regis / Iempsalis n(epoti) regis Cau[dae] / pronepoti regis Mas (...)

Au roi Juba, fils du roi Juba, petit-fils du roi Hiempsal, arrière-petit-fils du roi Cauda, arrière-arrière-arrière-petit-fils du roi Massinissa, duumvir et patron [de Carthagène] les citoyens de la colonie [offrent ce monument]192.

  • 193 « Iuba Rex Iubae f(ilius) (duum)u(ir) (quinquennalis) » (RPC, I, 169).
  • 194 Voir la dédicace à Sérapis, Isis et Mercure de la fin du ier siècle apr. J.-C. offerte par un cito (...)
  • 195 Abascal Palazón, 2002.
  • 196 RPC, I, 172.
  • 197 Mangas, 1988, p. 736.

57Cette inscription a été dédiée par les colons de Carthagène eux-mêmes en l’honneur de leur patron et duumvir quinquennal, dont la filiation royale est indiquée jusqu’à Massinissa, le roi numide qui s’est allié aux Romains à la fin de la deuxième guerre punique. À Carthagène, une cité fondée par le gendre d’Hannibal, rappeler cette illustre filiation permet d’augmenter encore le prestige de Juba II. Le roi de Maurétanie a en outre accepté d’être non seulement le patron de Carthagène, c’est-à-dire le protecteur de la cité, mais aussi son duumvir quinquennal, c’est-à-dire le magistrat supérieur désigné tous les cinq ans pour présider au recensement civique. La numismatique confirme ces données : une émission monétaire de Carthagène porte au droit « roi de Juba, fils de Juba, duumvir quinquennal193 », autour d’un symbole d’Isis, une divinité particulièrement adorée à Carthagène si l’on en croit les découvertes récentes194. Cette charge de duumvir quinquennal de Juba aurait été accomplie aux alentours de 2 apr. J.-C., si l’on suit les hypothèses de Juan Manuel Abascal Palazón qui a proposé une liste de duumvirs successifs. Le patronat serait, quant à lui, exercé un peu avant la charge de duumvir, vers 4-3 av. J.-C.195. Une autre émission monétaire indique que Ptolémée serait à son tour duumvir quinquennal de Carthagène et magistrat monétaire vers 12 apr. J.-C. Seule la mention « R[ex] Ptol[emaeus] » est lisible, mais on peut restituer le nom du collègue du roi Ptolémée, le duumvir C. Laetilius Apalus196. Certains ont affirmé que Ptolémée serait également devenu patron de Carthagène, à la mort de son père, vers 23 ou 24 apr. J.-C.197, mais rien n’est venu étayer cette hypothèse.

58Pourquoi les cités hispaniques de Gadès et de Carthagène ont-elles fait appel au roi de Maurétanie Juba II, et à son fils Ptolémée dans le cas de Carthagène, pour exercer des magistratures honorifiques au début du ier siècle de notre ère ? Les autres patrons et duumvirs quinquennaux honorifiques que l’on trouve dans les colonies et municipes romains du Sud de l’Hispanie ou du Nord de la Maurétanie occidentale sont des membres de la famille impériale. Il semble que Juba II, qui compterait au nombre des proches d’Auguste, représente pour les cités hispaniques à la fois un protecteur haut placé susceptible d’avoir l’oreille du prince, mais aussi un possible évergète dont les intérêts commerciaux et économiques sont voisins des leurs. Certains auteurs ont d’ailleurs imaginé que Juba II, qui a combattu dans les guerres asturo-cantabres avant d’être désigné roi de Maurétanie par Auguste, aurait pu participer aux frais occasionnés par la construction de la Via Augusta en Bétique, autour de 9 apr. J.-C. De grands travaux édilitaires sont menés à Carthagène à l’époque augustéenne : finition de la Via Augusta, réfection de quais portuaires, construction du théâtre et de l’amphithéâtre… Nommer un riche souverain voisin patron et duumvir quinquennal, lui élever des dédicaces, peut-être au sein du théâtre de la cité, c’est bien sûr espérer — ou remercier pour — des actes d’évergétisme, des dons et des versements honoraires. Choisir les rois de Maurétanie comme protecteurs pour Gadès et Carthagène, les deux « bornes hispaniques » de l’espace du détroit, des cités fondées par des Phéniciens ou des Puniques venus d’Afrique, c’est faire honneur à des membres de la famille impériale dont le crédit est important à Rome et dont l’influence est essentielle dans la Méditerranée extrême-occidentale. Le choix pour Gadès et Carthagène de ces mêmes patrons situés sur l’autre rive du détroit, « interfluoque separati aequore » (« séparés par un étroit bras de mer ») pour reprendre l’expression d’Avienus, représente la consécration de liens commerciaux, économiques et politiques anciens qui existent entre ces cités hispaniques et la Maurétanie.

  • 198 Pour Grant et Étienne, Agrippa aurait pu être l’organisateur du municipe romain de Gadès lors de s (...)
  • 199 RPC, I, 77-84.
  • 200 Guadán proposait que les monnaies de Gadès sur lesquelles figure Agrippa soient frappées à titre p (...)
  • 201 Carthagène, AE, 1979, 366 ; voir Abascal Palazón, Ramallo, 1997, no 42.
  • 202 Abascal Palazón, 2002, pp. 21-44.
  • 203 RPC, I, 164 : son préfet Hiberus apparaît seul sur les monnaies RPC, I, 162 ; 163 ; 165.
  • 204 Domergue et alii, 2012, pp. 81-104.
  • 205 García-Bellido, 1998, pp. 9-43.

59Il est intéressant de noter qu’un membre de la famille impériale compte au nombre des patrons et magistrats honoraires des cités de Carthagène, Gadès et Tanger : il s’agit de Marcus Vipsanius Agrippa. Le gendre d’Auguste est en effet patron (peut-être même fondateur, selon certains auteurs198) du municipe de Gadès ; il est donc honoré dans les premiers monnayages à légende latine de la cité199, entre 27 et 12 av. J.-C.200. Il exerce également le patronat à Carthagène201, sans doute entre 19 et 12 av. J.-C.202. Il apparaît aux côtés d’Auguste dans le monnayage de la cité, en tant que duumvir quinquennal (vers 14 av. J.-C.), remplacé la plupart du temps par son préfet203. Agrippa aurait peut-être eu des intérêts commerciaux dans les mines de la région de Carthagène : 102 lingots de plomb provenant de mines de Carthago Noua, retrouvés dans l’épave de Comachio, dans l’Adriatique nord, portent le timbre AGRIP, comme un lingot de plomb extrait dans la région de Linares (province de Jaén), retrouvé vers Minorque204. Certes, une homonymie est toujours possible, d’autant que le cognomen est relativement fréquent, et que l’on pourrait être en présence d’un familier du gendre d’Auguste. Mais d’après Claude Domergue, étant donné la fréquence de ce timbre, il est très possible que ce négociant en plomb ne soit autre que M. Vipsanius Agrippa. Agrippa, présent et actif dans la péninsule depuis plus d’une décennie, aurait pu profiter de ses contacts régionaux pour s’approvisionner en plomb auprès des producteurs des mines de Carthagène. Ces derniers sont désormais des entrepreneurs privés : les mines de plomb de Carthagène, dont la production a fortement diminué depuis un siècle, sont, semble-t-il, sorties du domaine public. Agrippa n’aurait pas exploité de mines lui-même (son timbre n’est pas une estampille moulée, c’est un simple timbre qui vient se superposer à d’autres), mais avec l’aide d’au moins un associé local, un certain L. Cae[…] Bat[…], il aurait réuni un stock important de lingots de plomb auprès de divers marchands dont les noms sont connus de longue date à Carthagène. À quel usage ce stock de plomb était-il destiné ? S’il faut abandonner l’hypothèse d’approvisionnement des légions conduites par Agrippa pour diverses raisons205, il existe plusieurs possibilités : soit Agrippa se fournit en plomb auprès de négociants de Carthagène, dont il est patron et duumvir, pour les travaux édilitaires qu’il mène à Rome, et notamment ses fameux ouvrages d’adduction d’eau. Soit Agrippa mène des affaires à titre privé et se sert de ses fréquents passages dans la péninsule pour prendre part au commerce du plomb entre la Citérieure et l’Italie.

  • 206 RPC, I, 864.
  • 207 Desanges, 1957 ; Des Boscs-Plateaux, 2005, pp. 339-342.

60Enfin, Agrippa est représenté aussi dans le monnayage du municipe romain de Tingi : il est possible qu’il soit également patron de ce municipe maurétanien206. M. Vipsanius Agrippa, pacificateur au nom d’Auguste du Nord-Ouest hispanique, a également joué un rôle de protecteur pour les récentes communautés de droit romain de l’espace du détroit, qui l’ont honoré presque aussi fréquemment qu’Auguste lui-même. Gadès le fait même figurer sur ses monnaies avant Balbus le Jeune, qui n’apparaît dans le monnayage de la cité qu’après 12 av. J.-C. Ce célèbre Gaditain, dans le temps où Agrippa combat les Astures et les Cantabres dans le Nord-Ouest de la péninsule, est en train de lutter contre les Garamantes du Sud tunisien207. Ces influences et ces mouvements constants entre les deux rives de la Méditerranée occidentale au cours du dernier quart du ier siècle av. J.-C. montrent combien les espaces ibériques et maurétaniens entrent dans un horizon stratégique partagé au tout début du Principat. Les patrons et protecteurs des cités du détroit sont les rois maurétaniens ou certains membres de la famille impériale, qui partagent des intérêts communs sur les deux rives de la Méditerranée extrême-occidentale. Les mêmes personnages se retrouvent, appartenant à un « petit monde » qui visite ou emprunte les ports des deux rives et gravite également autour du prince. Des relations administratives, mais aussi politiques et commerciales s’instaurent, profitant de la nouvelle ère de prospérité ouverte par le Principat, ainsi que des nouveaux marchés offerts par les créations civiques et les récents apports de population dans les régions d’Extrême Occident.

II. — L’émergence des provinces maurétaniennes

La conquête de la Maurétanie et les provinces hispaniques : l’engagement des troupes légionnaires

  • 208 PIR2 P 1025.

61Presque soixante ans ont passé entre la fin de la pacification de la péninsule Ibérique en 19 av. J.-C. et la conquête du royaume de Maurétanie, commencée en janvier 40 avec l’exécution du roi Ptolémée208 par Caligula et considérée comme terminée à la fin 42 apr. J.-C. Pendant ces six décennies de calme relatif et de réorganisation politique de l’Extrême Occident de l’Empire, les armes se taisent enfin dans les espaces ibériques et maurétaniens. Le temps des campagnes quasi permanentes, des échanges d’alliés et des préparations d’expéditions outre-mer est terminé, pour laisser place à l’organisation administrative de l’Extrême Occident, qui transforme de façon considérable, mais pacifique, les rives de la Méditerranée extrême-occidentale. Cependant, l’assassinat du roi Ptolémée, suivi de l’annexion rapide de son royaume, nécessitent de nouveau l’envoi de forces armées pour conquérir les espaces maurétaniens. Cette conquête représente un gain non négligeable pour l’Empire, puisqu’elle aboutit à la création des deux provinces de Maurétanie césarienne et de Maurétanie tingitane. Or, il appert que cette annexion rapide et, semble-t-il, relativement aisée de l’Afrique Mineure a été menée à bien grâce à un engagement important de forces et de moyens venus d’Hispanie.

  • 209 Dion Cassius, LIX, 25, 1.
  • 210 Suétone, Caligula, XXXV, 1.
  • 211 Carcopino, 1943, p. 194.
  • 212 Sigman, 1977, pp. 415-417 ; Gózalbes, 1988 et 1997, pp. 177-178 ; Lenoir, 2001, pp. 119-123 ; Sche (...)
  • 213 Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 58-59 ; Lenoir, 2001, pp. 123-125.
  • 214 Causes énumérées par Lenoir, 2001, pp. 118-125.
  • 215 Dion Cassius, LX, 9, 5.
  • 216 Tubusuptu, CIL, VIII, 8836 ; Di Vita-Évrard, 1992, pp. 844-847 ; id., 1994.
  • 217 Sénèque, Sur la tranquillité de l’âme, 11, mentionne le roi Ptolémée qui aurait été vu dans les fe (...)
  • 218 Fishwick, 1971, p. 468.

62Sur les raisons de l’exécution de Ptolémée, roi de Maurétanie, par son cousin Caligula, tout a été écrit ou presque : les raisons invoquées par les auteurs anciens différaient déjà. Dion Cassius rappelait la richesse de Ptolémée209, Suétone son manteau de pourpre qui suscite l’admiration du peuple et offense la dignité impériale210. Les interprétations des historiens sont multiples sur cet acte, qui relèverait soit de la folie du prince211, soit de la « Realpolitik » en permettant enfin l’annexion d’un royaume riche, à moins qu’il ne s’agisse de jalousie envers un parent qui peut, lui aussi, revendiquer l’héritage d’Antoine212. Une thèse davantage en faveur ces dernières années explique ce geste comme un ultime soubresaut de la répression de la conjuration de Gaetulicus : Caligula aurait cru ou feint de croire à l’implication de Ptolémée dans cette conspiration afin de se débarrasser d’un rival potentiel, qui plus est un roi sans héritier qui règne sur de vastes et riches territoires213. Cette décision d’exécution pourrait avoir une multiplicité de causes, dont cette rumeur de participation à une conjuration214. Davantage que les raisons de cet acte, qui seront toujours diverses et sujettes à caution étant donné la personnalité pour le moins complexe de son auteur, il est plus essentiel pour mon propos de déterminer quand Ptolémée a été mis à mort. Cette exécution est immédiatement suivie de l’annexion de la Maurétanie. Un second passage de Dion Cassius montre Claude, arrivé au pouvoir le 25 janvier 41, se laisser convaincre par ses affranchis de recevoir le triomphe pour la Maurétanie, alors que la conquête, décidée par son prédécesseur, est déjà terminée215. Les premières opérations d’annexion auraient donc eu lieu dès 40, ce qui est confirmé par la dédicace des entrepôts de Tubusuptu, qui fait figurer l’ère de la province de Maurétanie216. L’exécution de Ptolémée aurait pris place alors que Caligula se trouvait à Rome ou dans les environs217, au début de l’année 40 av. J.-C., sans doute dès le printemps, pour que les premières opérations soient terminées lors de l’assassinat de Caius en janvier 41218.

  • 219 PIR2 L 190.
  • 220 PIR2 S 957.
  • 221 PIR2 H 216.
  • 222 Dion Cassius, LX, 9, 5. Les victoires d’Hosidius Geta sont annoncées juste avant la mention du con (...)

63La Maurétanie est alors considérée immédiatement comme une zone de commandement et est confiée à des légats impériaux : M. Licinius Crassus Frugi, ancien consul, d’abord légat de Caius, puis de Claude, et récompensé des honneurs du triomphe219 ; G. Suetonius Paulinus ensuite, légat de rang prétorien envoyé en 41220 ; puis Cn. Hosidius Geta, lui aussi de rang prétorien, envoyé en 42221. À la fin de l’année 42 si l’on suit scrupuleusement le récit de Dion Cassius, ou au début de l’année 43, si l’on considère que Claude a besoin de davantage de temps pour apprendre la nouvelle et que Dion a pu prendre une légère liberté avec la chronologie222, les Maurétanies sont séparées en deux territoires administrativement distincts, deux provinces au sens spatial du terme, gouvernées par des procurateurs équestres : les provinces de Maurétanie tingitane et de Maurétanie césarienne.

  • 223 Voir le chap. ii de cet ouvrage.
  • 224 Sur les difficultés de recrutement et les craintes suscitées par le service en Hispanie, voir nota (...)
  • 225 Le Roux, 1982, p. 84.
  • 226 Ce rapport convient seulement pour l’époque julio-claudienne. Voir Christol, Le Roux, 1985, p. 25.
  • 227 L’ala IIa Gallorum, l’ala Augusta, la cohors IVa Gallorum, la cohors (IVa ?) Thracum, et les quatr (...)
  • 228 L’ala Tauriana torquata (Christol, Le Roux, 1985) et la IIa Thracum (Leveau, 1973). Voir ci-dessou (...)
  • 229 Roddaz, 2002, pp. 206-207.
  • 230 « Les grandes concentrations de troupes en des zones choisies continuaient à prévaloir dans la per (...)
  • 231 Tacite, Annales, IV, 5, 1 ; Strabon, III, 3, 8 et 4, 20 ; García y Bellido, 1961, p. 14 ; Le Roux,(...)
  • 232 Dite in Hispania dans une inscription de Pergame mentionnant un de ses tribuns militaires : CIL, I (...)
  • 233 Dédicace datée de 5 av. J.-C. de Forum Clodii (Bracciano, Étrurie) à un ancien tribun militaire, é (...)
  • 234 Dédicace à un tribun de la legio Xa Gemina pendant seize ans in Hispania, trouvée dans le Samnium (...)
  • 235 D’après le rapport évoqué antérieurement de cinq unités auxiliaires pour une légion.
  • 236 Christol, Le Roux, 1985, p. 25.
  • 237 Ibid.
  • 238 Le Roux, 1982, pp. 94-95. Ce décompte est volontairement réduit aux seules unités dont le recrutem (...)

64Avant d’examiner en détail les troupes engagées dans la guerre de conquête maurétanienne et d’évaluer le rôle joué par les provinces hispaniques dans ce conflit, il est nécessaire d’exposer rapidement l’état des forces dont dispose le pouvoir romain en Hispanie. La péninsule Ibérique, à la fois l’un des théâtres essentiels des guerres civiles223 et l’une des conquêtes les plus longues et les plus difficiles de Rome224, abrite sept ou huit légions au début de notre ère, soit un quart de l’effectif total de l’armée permanente du Principat225. À la même date, les unités auxiliaires seraient au nombre de trente-cinq, si l’on considère un rapport de cinq corps auxiliaires pour une légion226, mais seules huit unités seraient restées de façon longue en péninsule Ibérique pendant la période julio-claudienne227, et deux autres y auraient séjourné à des fins de recrutement228. Au cours de la première moitié du ier siècle de notre ère, l’armée d’Hispanie, devenue pléthorique par rapport aux nécessités de provinces désormais pacifiées229, sert de vivier au reste des provinces occidentales230. Dès le début du règne d’Auguste, après la fin des guerres asturo-cantabres en 19 av. J.-C., le besoin en hommes se fait de moins en moins sentir. Le nombre de troupes en garnison en péninsule Ibérique diminue graduellement pendant la période julio-claudienne, au fur et à mesure que les armées sont envoyées dans des théâtres d’opérations nouveaux, comme la Germanie, la Pannonie, la Dalmatie, la Bretagne… Sous le règne de Tibère, l’Hispanie n’abrite déjà plus que trois légions231 : la IVa Macedonica232, la VIa Victrix233, la Xa Gemina234, et donc vraisemblablement plus qu’une quinzaine d’unités auxiliaires235. Ce chiffre tombe probablement à dix sous Néron236. Mais l’énoncé de ces chiffres ne doit pas nous faire perdre de vue qu’il ne s’agit que d’hypothèses ou d’évaluations. La situation, le dénombrement et même l’identification des corps auxiliaires de l’époque julio-claudienne restent en effet difficiles, faute de sources datables avec précision, et ce particulièrement pour les troupes en garnison en Hispanie237. Cependant, parallèlement à ce phénomène décelable de diminution des unités légionnaires et auxiliaires stationnées en Hispanie, un grand nombre de troupes auxiliaires sont levées en péninsule Ibérique au début de la période julio-claudienne. Pour cette période, Patrick Le Roux dénombre vingt et une unités d’origine hispanique, dont cinq ailes et seize cohortes238, repérées d’après les adjectifs ethniques présents dans les inscriptions. Or, parmi ces unités, certaines sont mentionnées dans des épitaphes ou des diplômes militaires de Tingitane ou de Césarienne, éléments qui concourent à indiquer le passage de troupes levées en Hispanie dans les provinces maurétaniennes. Les Maurétanies, après la période de conquête où interviennent des légionnaires, sont en effet occupées par des unités auxiliaires, leurs gouverneurs étant des procurateurs équestres. Il s’agit de voir si ces légions, puis ces troupes auxiliaires envoyées pour conquérir l’ancien royaume de Ptolémée, sont des troupes levées ou passées par la péninsule Ibérique. La faible distance du détroit, comme la diminution des besoins militaires dans les provinces hispaniques conduisent à formuler cette hypothèse : les sources en présence permettent-elles de la vérifier ?

  • 239 Certes, l’appartenance à une unité levée en Hispanie n’est pas systématiquement synonyme d’origine (...)
  • 240 Sur les diplômes militaires, voir Cosme, 2007, pp. 175-181. Pour les diplômes découverts au Maroc (...)
  • 241 Roxan, 1973, p. 838.
  • 242 Le terme de « photographie » apparaît sous la plume de Rebuffat, 1998a, p. 278, n. 4.

65Les épitaphes de soldats qui mentionnent l’origo du défunt ou son appartenance à une unité recrutée à l’origine en Hispanie sont cependant, dans l’état actuel des découvertes, relativement rares239. Elles ne constituent donc pas notre source d’information principale. En revanche, les diplômes militaires, nombreux pour les vétérans des armées maurétaniennes240, présentent l’avantage d’être précisément datables et de citer un nombre important d’unités. Le problème majeur suscité par ces diplômes est bien sûr la question de l’exhaustivité des unités dont ils font la liste241. Quelle que soit la réponse à cette question encore largement débattue, nous pouvons admettre d’ores et déjà que les diplômes militaires sont une sorte de « photographie242 » d’une armée provinciale, donc une source d’information de premier ordre sur les troupes stationnées à une date et un endroit précis. Leur intérêt est donc essentiel, mais toujours limité dans le temps et l’espace, d’où la difficulté de reconstituer avec les seuls diplômes militaires l’histoire des forces stationnées pendant trois siècles sur cinq provinces du Bassin méditerranéen. L’étude des autres documents épigraphiques, comme les épitaphes de militaires, les dédicaces ou les inscriptions honorifiques, ainsi que l’exploitation des renseignements archéologiques issus des fouilles des camps, doivent venir s’ajouter aux informations des diplômes militaires.

  • 243 Suétone, Caligula, XXXV, 1 ; Dion Cassius, LIX, 25, 1.
  • 244 Pline l’Ancien, V, 11.
  • 245 Ibid., 14 ; Dion Cassius, LX, 9, 1. Voir Thomasson, 1996, pp. 197-198, nos 2-3.

66Une fois ces documents épigraphiques réunis, il faut essayer de retracer les différents mouvements de troupes entre les espaces ibériques et maurétaniens pendant le Haut-Empire. La mise en place de relations militaires suivies entre la péninsule Ibérique et l’Afrique Mineure se situe au moment de la conquête de l’ancien royaume de Maurétanie, qui fait son entrée dans l’Empire entre 40 et 42. Déterminer la nature, le nombre et la provenance des troupes d’annexion des Maurétanies ne peut se faire par le recours aux seules sources littéraires. Les quelques historiens qui ont raconté l’annexion des Maurétanies ont privilégié les épisodes les plus saisissants et romanesques, comme l’exécution de Ptolémée243, la révolte de l’affranchi royal Aedemon244, ou les expéditions de Suetonius Paulinus et Hosidius Geta245. La composition et le nombre des troupes engagées dans la conquête entre 40 et 42 ne font l’objet d’aucune mention dans les sources littéraires. Mais la réflexion peut cependant s’appuyer sur un point de départ, qui est la situation militaire de 69 évoquée dans un passage des Histoires de Tacite. Son récit procède province par province : il expose les positions de chaque région de l’Empire en cette « année des trois empereurs ». Lorsqu’il évoque les Maurétanies, l’auteur des Histoires les associe d’abord aux provinces procuratoriennes, comme si le mode de gestion administrative constituait une clé d’explication de leur implication dans la guerre civile :

Duae Mauretaniae, Raetia, Noricum, Thracia et quae aliae procuratoribus cohibentur, ut cuique exercitui uicinae, ita in fauorem aut odium contactu ualentiorum agebantur. Les deux Maurétanies, la Rhétie, le Norique, la Thrace et les autres provinces gouvernées par des procurateurs, en fonction de l’armée que chacune avait pour voisine, se laissaient entraîner à la faveur ou à la haine, suivant les contacts qu’elles entretenaient avec des forces armées supérieures.

Source : Tacite, Histoires, I, 11, 1 ; trad. Wuilleumier, Le Bonniec, 1987, pp. 11-12, modifiée.

  • 246 Comte-Sponville, s. v. « solidarité », dans Encyclopédie Universalis, 2001.

67Pour Tacite, tous les territoires placés sous l’autorité de procurateurs équestres subissent l’influence des provinces gouvernées par des légats impériaux et dotées d’armées légionnaires. Dans les temps troublés qui suivent l’assassinat de Néron, les choix politiques de ces provinces auraient donc été conditionnés par ceux de leurs puissantes voisines. Tacite décrit ici un réflexe des armées provinciales en temps de crise que l’on pourrait qualifier de « solidarité stratégique ». La solidarité, d’après André Comte-Sponville, n’est pas « d’abord un sentiment, encore moins une vertu. C’est une cohésion interne ou une dépendance réciproque, l’une et l’autre objectives et dépourvues, au moins en ce premier sens, de toute visée normative246 ». Suit l’exemple fameux de la boule de billard, qui roule quel que soit l’endroit où elle est touchée. Ce qui est solidaire se meut ensemble : pour Tacite, les armées des provinces procuratoriennes sont entraînées par les mouvements des armées voisines plus puissantes, des armées légionnaires. Dans le cas des Maurétanies césarienne et tingitane, cette affirmation soulève immédiatement plusieurs interrogations : quelles sont ces armées voisines (« cuique exercitui uicinae »), ces forces supérieures (ualentiores) susceptibles de déterminer l’attitude de ces provinces ? Cette expression de « solidarité stratégique » implique aussi une possible réciprocité : est-ce que les mouvements politiques des armées maurétaniennes ont pu influencer la position des troupes stationnées en Hispanie ?

  • 247 Tacite, Histoires, II, 58, 1 : voir ci-dessous.
  • 248 Tacite développe ailleurs (Histoires, I, 51, 3) le thème des armées réunies alors qu’elles étaient (...)

68Tacite se fait ensuite plus précis sur la position stratégique des Maurétanies. Il procède à une pesée globale de la puissance militaire des provinces maurétaniennes, ici associées, et dénombre dix-neuf cohortes, cinq ailes ainsi qu’un contingent (« numerus ») de Maures247. On a évalué cet effectif à 15 000 hommes au moins, sans tenir compte de la troupe de Maures recrutée au sein des populations établies dans l’espace provincial ou à ses marges. Les images des provinces maurétaniennes renvoyées par le récit de Tacite pour l’année 69 apr. J.-C. sont la puissance militaire et l’unité administrative248. La question principale est bien sûr la provenance de ces unités auxiliaires qui conquièrent la Maurétanie puis constituent la première garnison des deux nouvelles provinces. Il s’agit de comprendre si les solidarités militaires interprovinciales qui s’établissent entre les provinces procuratoriennes et leurs voisines dotées d’armées légionnaires sont à chercher du côté de l’Hispanie ou de l’Afrique.

  • 249 Idée défendue notamment par Romanelli, 1959, pp. 259-260, qui mentionne cependant l’importance des (...)
  • 250 Rebuffat, 1998a, pp. 297-298.
  • 251 Ibid.
  • 252 Volubilis, IAM, 2, 511 ; voir Christol, 2000, 1639 = AE, 2000, 104.
  • 253 Volubilis, IAM, 2, 448 ; voir Lenoir, 1989, pp. 89-102.
  • 254 Rebuffat, 1998a, pp. 287-288, n. 4.
  • 255 Voir le chap. i de cet ouvrage.
  • 256 Dion Cassius, LX, 60, 24 ; Alföldy, 1969, pp. 153-154.
  • 257 Rebuffat, 1998a, p. 289.

69La faible distance entre les grands ports de Gadès (Cadix), Baelo (Bolonia) ou Malaca (Málaga) sur la côte méridionale de l’Hispanie et Tingi (Tanger) ou Septem Fratres (Ceuta) sur l’autre rive de la Méditerranée a conduit certains chercheurs à émettre l’hypothèse de la venue du gros des troupes par le détroit de Gibraltar depuis la Citérieure ou la Lusitanie. Cependant, c’est une théorie totalement différente qui a longtemps prévalu : nombre d’historiens ont en effet pensé que la conquête du royaume de Maurétanie était le fait de troupes venues d’Afrique, c’est-à-dire appartenant à la puissante IIIe légion ou à ses auxiliaires249. Deux arguments majeurs viennent étayer cette deuxième hypothèse : l’éloignement moindre des troupes africaines, proches notamment de la capitale royale de Césarée, et un acheminement des troupes plus facile par voie terrestre que maritime. René Rebuffat montre que l’argument de la proximité entre Afrique et Césarienne n’est guère recevable, car la majeure partie des conflits semble s’être déroulée dans la future Maurétanie tingitane250. Je verrai par la suite que le nombre d’unités sans doute présentes en Maurétanie occidentale à l’époque de la conquête est supérieur à celui estimé plus à l’est, ce qui semble indiquer un besoin en hommes majeur à l’endroit de la plus importante concentration de troupes. En outre, Suetonius Paulinus a fait campagne à partir de la future Maurétanie tingitane251. Enfin, c’est à Volubilis qu’ont été retrouvées l’épitaphe du seul légionnaire connu pour le ier siècle dans les deux Maurétanies252 ainsi qu’une inscription mentionnant la chute d’Aedemon et des morts au combat, dont les biens sont en déshérence253. Si, comme l’indique la localisation des témoignages épigraphiques, les troubles les plus importants ont eu lieu en Maurétanie occidentale et non dans la future Césarienne, l’argument de la plus grande proximité de la IIIAugusta et de ses auxiliaires stationnés en Numidie par rapport aux zones de combat perd de sa valeur. En effet, plus de 500 km séparent la Numidie de la région de Volubilis ; en outre, cette cité adossée à la montagne est difficilement accessible par l’est254. En ce qui concerne l’argument de la rapidité supérieure de la voie terrestre pour le transport des troupes, j’ai déjà mis en doute le bien-fondé de cette affirmation255. Enfin, un autre élément indique la forte implication de la péninsule Ibérique dans ces opérations maurétaniennes : Umbonius Silo, gouverneur de Bétique probablement dans les années 43-44, est traduit en justice à sa sortie de charge et chassé du sénat pour avoir mal assuré l’approvisionnement des troupes en garnison en Maurétanie256. Que ce chef d’accusation soit fondé ou, comme le suggère Dion Cassius, ne soit qu’un simple prétexte pour masquer un conflit entre Umbonius Silo et certains affranchis impériaux, cette affaire judiciaire montre le rôle clé joué par la province de Bétique dans l’approvisionnement des premières troupes stationnées dans la nouvelle province257.

  • 258 Tacite, Histoires, I, 11, 1 ; II, 58, 1.

70Pour répondre avec davantage de clarté à la question de l’origine du recrutement et des effectifs des armées maurétaniennes, il est préférable de dissocier les armées provinciales, dont Tacite donne un aperçu global258, et de commencer par examiner le cas de l’armée de Maurétanie tingitane.

  • 259 Voir Bernard, Christol, 2009, pour un examen exhaustif de la question, présentée ici de façon plus (...)
  • 260 Notamment Roxan, 1973 ; Rebuffat, 1998a ; Gózalbes, 2002b et c.
  • 261 Inventaire des épitaphes militaires de Tingitane : Hamdoune, 1997.
  • 262 Les premières publications de ces diplômes militaires avaient d’ailleurs suscité des réactions nom (...)
  • 263 Roldán Hervas, 1974, pp. 265-267.

71Pour rejoindre un théâtre d’opérations situé à l’ouest de l’ancien royaume maurétanien259, les troupes semblent donc être passées majoritairement par la Bétique et avoir traversé le détroit de Gibraltar probablement par les ports de Baelo — qui bénéficie justement sous Claude d’une promotion et devient le municipe de Baelo Claudia — ou de Carteia en direction de Tingi (Tanger) ou de Septem Fratres (Ceuta). Si une partie de l’historiographie ancienne supposait à tort un rôle particulier de l’armée d’Afrique dans la conquête de la Maurétanie, des études plus récentes sur l’armée maurétanienne ont montré que des troupes souvent recrutées dans les provinces hispaniques et venues de péninsule Ibérique avaient constitué les principales forces de conquête et d’occupation de la Maurétanie tingitane au ier siècle apr. J.-C260. La confrontation des sources épigraphiques disponibles pour cette période, les épitaphes et les premiers diplômes militaires, permet d’observer deux phénomènes significatifs de cette utilisation de la péninsule Ibérique comme tête de pont et réservoir d’hommes pour l’occupation de la Maurétanie tingitane261. En effet, on constate dans cette province à la fois la présence d’unités ayant appartenu à l’armée des provinces ibériques et celle de soldats originaires d’Hispanie. Un indice de la présence en Tingitane d’ailes et de cohortes recrutées en péninsule Ibérique est l’abondance des ethniques hispaniques dans la nomenclature des unités citées dans les diplômes militaires tingitans262. Il faut cependant user de cet argument avec prudence. En effet, l’existence d’ethniques hispaniques ne signifie pas que l’intégralité des soldats de ces unités soit originaire d’Hispanie à toutes les époques. Si les unités qui portent un ethnonyme hispanique ont été initialement recrutées dans la péninsule Ibérique, des déplacements ou des levées de complément ont pu changer leur composition au fil des années. Mais si l’on prend soin de confronter les informations données par les diplômes de Maurétanie tingitane avec celles fournies par d’autres documents, comme les épitaphes de soldats, les déplacements effectués par ces unités auxiliaires apparaissent plus nettement, au moins pour le ier siècle apr. J.-C. En outre, selon la majorité des spécialistes des armées auxiliaires, le nom des unités nous fournit des données valables sur le recrutement originel des cohortes et des ailes, qui se produit pendant la période julio-claudienne en péninsule Ibérique263. Compte tenu de la relative précocité de l’annexion du royaume de Maurétanie, entre 40 et 42, les Maurétanies tingitane et césarienne ont dû représenter pour ces auxiliaires présents dès l’avènement de Claude le premier théâtre d’opérations sur lequel ils aient eu à intervenir ou la première garnison à l’extérieur de leur province d’origine.

  • 264 Volubilis, IAM, 2, 511 ; voir Christol, 2000, p. 1639 = AE, 2000, 104.
  • 265 Cagnat, 1912, t. I, p. 29.
  • 266 Carcopino, 1943, pp. 36-37, 86, 240.
  • 267 Rachet, 1970, p. 129 ; et même plus récemment, Perea Yébenes, 2003, pp. 28-29.
  • 268 Ritterling, 1925 dans RE, art. Legio, col. 1499.
  • 269 Bénabou, 2005, p. 91, qui s’est d’autant plus élevé contre cette « prétendue présence légionnaire  (...)
  • 270 Sur la présence en Maurétanie de M. Licinius Crassus Frugi, voir Gascou, 1974b ; Rebuffat, 1998a, (...)
  • 271 Coltelloni-Trannoy, 2001, pp. 154-157.
  • 272 Cette règle reste à l’origine du droit triomphal, même si elle connaît de nombreux aménagements et (...)
  • 273 RE, art. Legio, col. 1567 ; Roldán Hervas, 1974, pp. 199-201 ; Morillo Cerdán, García Marcos, 2000 (...)

72En ce qui concerne les troupes légionnaires, leur présence a longtemps été jugée évidente par l’historiographie ancienne, mais une seule preuve de participation d’une légion au conflit a été trouvée en Tingitane, à Volubilis264. René Cagnat pensait que des trois légions encore en Hispanie sous Tibère, soit la IVa Macedonica, la Xa Gemina et la VIa Victrix, les deux premières avaient été utilisées pour conquérir le royaume de Maurétanie265. Jérôme Carcopino a repris cette théorie, très en vogue à l’époque coloniale, où seule une armée légionnaire composée de citoyens romains paraissait légitimement destinée à conquérir l’Afrique du Nord266. Une majorité d’auteurs a suivi par la suite, sans plus de discussion, cette idée d’une participation de deux ou trois légions venues d’Hispanie à la guerre de conquête de la Maurétanie267, sans tenir compte des observations prudentes d’Emil Ritterling, qui soulignait en 1925 l’absence d’attestations de cette présence légionnaire268. Marcel Bénabou a été l’un des seuls à remettre radicalement en question la participation de légions à la conquête, devant les nombreuses unités auxiliaires constamment attestées dans l’épigraphie269. Toutefois, la présence de légats impériaux tout au long du conflit270, dont l’un, M. Licinius Crassus Frugi, bénéficie des ornamenta triumphalia, indique que le conflit maurétanien est un véritable bellum, utilisé par l’empereur Claude pour asseoir sa légitimité271. Selon le droit triomphal et la tradition républicaine, pour être couronnée par un triomphe et non une simple ovation, la victoire doit être remportée par un général détenteur du pouvoir suprême de l’imperium, donc un magistrat ou promagistrat curule commandant au moins une légion éventuellement accompagnée des troupes auxiliaires nécessaires272. En ce qui concerne la VIa Victrix, rien n’indique sa participation à la conquête maurétanienne : cette légion, probablement présente en Hispanie depuis les années 25 av. J.-C. et les guerres asturo-cantabres, aurait stationné en Hispanie pendant toute la période julio-claudienne, sûrement dans la région d’Astorga, à Petauonium (Rosinos de Vidriales), et ce jusqu’en 70, où une révolte batave fait sortir les légions de péninsule Ibérique273.

  • 274 RE, art. Legio, col. 1551 ; Roldán Hervas, 1974, pp. 194-198.
  • 275 Mayence, CIL, XIII, 6853, 6854, 6858, 6865, 6869, 6856 et Bingen, CIL, XIII, 7506.
  • 276 Mayence, CIL, XIII, 6853, 6854, 6865 et 6856.
  • 277 Avenches, CIL, XIII, 5093-5094.
  • 278 Cagnat, 1912, t. I, p. 29, n. 4.
  • 279 Rebuffat, 1998a, p. 289, n. 1 ; Gózalbes, 2006, p. 37, quoique ce dernier fasse de C. Iulius Camil (...)
  • 280 Van Berchem, 1982, p. 62.
  • 281 Morillo Cerdán, 2000, p. 611.

73La IVa Macedonica, en revanche, semble quitter la péninsule Ibérique pour rejoindre la région de Mayence soit en 39, à l’occasion de la guerre germanique de Caligula, soit en 43274, lors de la campagne bretonne de Claude : cette guerre entraîne en effet une réorganisation de l’armée de Germanie afin d’éviter un dégarnissement du limes rhénan. La IVa Macedonica stationne ensuite à proximité de Mogontiacum dans la seconde moitié du ier siècle275, période durant laquelle elle continue à recruter des Hispani276. Une inscription d’Avenches indique qu’un Caius Iulius Camillus, tribun de la IVa Macedonica, reçoit pour la deuxième fois une lance et une haste pure à l’occasion de l’expédition de Claude en Bretagne277. La première décoration a pu avoir lieu, comme l’indiquait déjà Cagnat278, lors de la campagne maurétanienne : la IVa Macedonica ou tout au moins des vexillations de cette légion pourraient avoir pris part à la conquête du royaume de Maurétanie279. Cependant, cet indice est relativement fragile : l’hypothèse d’une décoration du tribun à la suite d’une autre campagne, par exemple celle du Rhin sous Gaius280, n’est pas à écarter. La IVa Macedonica aurait pu en théorie participer à la conquête de la Maurétanie en 40 sous la légation de M. Licinius Crassus Frugi, mais elle semble plutôt destinée aux provinces du Nord de l’Empire après sa sortie de péninsule Ibérique, et son séjour à Mayence est bien attesté à partir de 43, voire de 39281.

  • 282 La présence de la Xe légion n’est cependant pas attestée par l’épitaphe CIL, VIII, 21669, retrouvé (...)
  • 283 Volubilis, IAM, 2, 511 ; voir Christol, 2000, p. 1639 = AE, 2000, 104.

74En revanche, la présence en Maurétanie de tout ou partie de la Xe légion est relativement assurée282. En effet, c’est à Volubilis qu’a été trouvée l’épitaphe d’un soldat de la Xa Gemina, originaire de Toulouse283 :

M(arcus) Vale/rius M(arci) / (filius) Vol(tinia) Tol(osa) / Rufinus, / mil(es) leg(ionis) X Gem(inae), (centuria) [-] / Atti, an(norum) XXX, / ae(rorum) XI ; h(ic) s(itus) / e(st), s(it) t(ibi) t(erra) l(euis) ; / sec(undus) her(es) f(aciendum) c(urauit).

Ci-gît Marcus Valerius Rufinus, fils de Marcus, de la tribu Voltinia, originaire de Toulouse, soldat de la Xe légion Gemina, de la centurie de […] Attius, âgé de 30 ans, dont 11 ans de service. Que la terre te soit légère ; son héritier secondaire s’est occupé de faire [ce monument].

  • 284 Sur cette légion Xa Gemina, voir Ritterling, 1925, dans RE, art. Legio, col. 1678-1680 ; Roldán He (...)
  • 285 Christol, 2000, p. 1642.
  • 286 Comme l’indique Rebuffat, 1998a, p. 288, la datation de l’époque antonine proposée par Fishwick, 1 (...)
  • 287 Depuis Raymond Thouvenot qui l’a éditée, la majorité des auteurs s’est accordée pour lier cette in (...)
  • 288 Tacite, Histoires, II, 58, 2. Sur Cluvius Rufus, voir Alföldy, 1969, pp. 16-17. Le rapprochement e (...)
  • 289 Il est difficile de considérer sec(undus) comme un nom unique ou un cognomen (rarement abrégés à c (...)
  • 290 Rebuffat, 1998a, p. 288, n. 5.
  • 291 Gómez-Pantoja, 2000, p. 179, n. 75.
  • 292 Christol, 2000, p. 1639.
  • 293 Le Roux, 1982, p. 174, no 7, p. 178, no 21, p. 180, no 30.
  • 294 Volubilis, IAM, 2, 448 ; Christol, Gascou, 1980, pp. 329-345 ; Lenoir, 1989, pp. 89-102.

La Xa Gemina appartint à l’armée des provinces ibériques de l’époque augustéenne jusqu’en 63, date de son transfert à Carnuntum, avant de revenir en Hispanie pour un bref séjour de 68 à 70284. Cette épitaphe a dû être rédigée à l’occasion d’une intervention de cette légion dans la Maurétanie occidentale voisine de la péninsule Ibérique. L’absence d’invocation aux dieux mânes, le recrutement d’un Toulousain, c’est-à-dire un citoyen originaire de la Gaule narbonnaise, dans une légion de l’armée d’Hispanie285, incitent à dater cette inscription du ier siècle et plus précisément d’avant l’époque flavienne286. À cette période, seuls deux épisodes peuvent expliquer la présence d’un légionnaire de la Xa Gemina à Volubilis : les opérations liées à l’annexion du royaume maurétanien au début des années 40287, ou la brève intervention de 69 mentionnée par Tacite, pendant laquelle le gouverneur de Citérieure, Cluvius Rufus, envoya des centurions de cette légion dans les provinces voisines afin de rallier les esprits à Vitellius288. En lui-même, cet épisode de 69 montre que les Maurétanies étaient dans l’orbite de l’armée encore puissante de Citérieure. Nous retrouvons la capacité d’intervention et la puissance d’attraction des armées légionnaires voisines évoquées par Tacite. Cependant, cette opération de 69 n’est pas une campagne militaire, mais une mission de propagande, au cours de laquelle un nombre restreint d’officiers est mandaté pour gagner au parti vitellien les unités stationnées dans les Maurétanies. Il est possible, quoique peu probable, que le soldat Rufinus enterré à Volubilis et son héritier substitué289 aient justement fait partie tous les deux de l’escorte de cette poignée de centurions qui passent en Maurétanie en 69290. En revanche, l’hypothèse de l’appartenance de ces deux légionnaires aux troupes engagées dans la guerre d’annexion du royaume maurétanien entre 40 et 42 est beaucoup plus plausible, d’abord car le document remonte à une date précoce291. Certaines caractéristiques paléographiques, comme l’absence de F pour indiquer la filiation292, incitent à rapprocher cette inscription d’autres épitaphes de soldats de cette légion antérieures à 68293. Le soldat Rufinus serait mort lors de l’engagement de son unité dans une opération de conquête, dont les incidences furent plus sensibles dans les régions méridionales de la future province de Maurétanie tingitane294.

La conquête de la Maurétanie et les provinces hispaniques : l’engagement des troupes auxiliaires

  • 295 Le gouverneur est M. Fadius Celer Flauianus Maximus : Volubilis, IAM, 2, 369.
  • 296 C’est là l’interprétation traditionnelle de ce titre : Thomasson, 1982, p. 33 ; Christol, Magionca (...)
  • 297 Huit procurateurs de Tingitane sont pro legato, contre un seul pour la Césarienne, une province po (...)

75Le royaume de Maurétanie a donc été conquis par une armée composée d’au moins une légion débarquée d’Hispanie, la Xa Gemina, dont le recrutement vient majoritairement des provinces hispaniques et de la Narbonnaise. La participation d’unités de la IVa Macedonica, autre légion hispanique, serait également possible, mais beaucoup plus fragilement attestée et limitée à une très courte période. La date de départ de ces troupes légionnaires des nouvelles provinces maurétaniennes est difficile à déterminer : dès 43, la mise en place d’une administration procuratorienne équestre semble signifier le passage à des armées composées d’unités auxiliaires, et donc le départ des légionnaires, seulement nécessaires pendant le temps de conquête. Mais ce passage a pu être progressif ; le gouverneur de Tingitane pour l’année 44-45, qui dédicace une statue offerte à Claude par le nouveau municipe de Volubilis tout juste créé295, a le titre de procurator pro legato (procurateur pro-légat). Il peut donc commander des légionnaires296, sans que cette possibilité soit une obligation, et sans que ce titre signifie forcément une période de troubles297. En tout cas, même si les précautions prises sont toujours importantes après la conquête, là où les légions cèdent assez vite la place à des unités auxiliaires nombreuses et aptes à assurer la sécurité des nouvelles provinces maurétaniennes. La plupart de ces troupes auxiliaires ont dû arriver dès la conquête, depuis l’Hispanie en grande partie, notamment pour conquérir et occuper l’Ouest du royaume maurétanien.

  • 298 Bernard, Christol, 2009, pp. 189-208.

76Un article ayant déjà été publié sur cette question298, je me contenterai d’exposer ici un tableau récapitulatif et d’ajouter quelques remarques sur cet aspect.

Tableau 3. — La conquête de la Maurétanie tingitane et les provinces hispaniques : l’engagement des troupes auxiliaires

Unités auxiliaires stationnées en Tingitane de 40 aux Flaviens Passage en péninsule Ibérique (PI) Passage en Gaule Attestations de la présence en Tingitane au ier siècle Principales références bibliographiques
Ala Ia Hamiorum (Syrorum Sagittaria) Non Non Diplôme de 88 : CIL, XVI, 159 = IAM, 2, 234
Inscriptions : Tanger : IAM, 2, 9 et 34
Tocolosida : IAM, 2, 816
Ksar el-Kébir : IAM, 2, 81 (père du précédent défunt) ; relecture dans AE, 1991, 745
Banasa : IAM, 2, 235
Camp probable : Ksar el-Kébir (Oppidum Nouum)
Labory, 1998, pp. 84-85 (avec références antérieures)
Akerraz, Rebuffat, 1991, pp. 382-385
Ala IIIa Asturum – Levée dans le Nord-Ouest sous Auguste (Sagonte, CIL, II2/14, 348)
– Stationnée en PI jusqu’en 40 ?
– Attestée en Tingitane (nord) jusqu’au iiie siècle
Non Diplôme de 88 : CIL, XVI, 159 = IAM, 2, 234 et 10 diplômes ultérieurs
Inscriptions : Tamuda : IAM, 2, 253
Thamusida : IAM, 2, 830 et p. 424 (M. Sentius Victor de Fauentia ?)
Camp probable : El Benian ?
Bernard, Christol, 2009
Ala Ia Gallorum Tauriana – Présente en PI dès Tibère ? (Calahorra, CIL, II, 2984 ; Mérida, ILER, 6412)
– Retour en PI vers 70-71 (AE, 1939, 60)
– Levée en Gaule sous Auguste ?
– En 69-70 à Lyon (Tacite, Histoires, I, 59, 4 ; I, 64, 9)
Diplôme de 88 : CIL, XVI, 159 = IAM, 2, 234
Épitaphe : Volubilis, IAM, 2, 508 (Cosuobnus Priscus, éduen)
Christol, Le Roux, 1985
Bernard, Christol, 2009
Ala Gemelliana Levée en PI ? (Tanger : IAM, 2, 30 : épitaphe de Valeria Bastula de Cordoue, mère d’un cavalier de l’aile) Incertain Diplôme de 88 : CIL, XVI, 159 = IAM, 2, 234
Épitaphe : Tanger : IAM, 2, 30 (Valeria Bastula)
Bernard, Christol, 2009
Cohors Va Delmatarum Non Non Diplôme de 88 : CIL, XVI, 159 = IAM, 2, 234
Unité inconnue hors de Tingitane
Bernard, Christol, 2009
Cohors IIa Syrorum milliaria Sagittariorum Non Non Diplôme de 88 : CIL, XVI, 159 = IAM, 2, 234 Labory, 1998, p. 86 (avec références antérieures)
Cohors Ia Bracarorum – Levée en Citérieure sous Auguste ?
– Stationnée à Bigeste en Dalmatie sous les Julio-Claudiens ?
Non Diplôme de 88 : CIL, XVI, 159 = IAM, 2, 234 Bernard, Christol, 2009
Cohors IIIIa Gallorum equitata – Attestée à Astorga jusqu’à l’époque de Claude (Roldán Hervas, 1974, nos 468-475 [termini pratorum])
– Départ en Tingitane en 40 ou sous les Flaviens ?
Levée en Gaule sous Auguste ? Diplôme de 88 : CIL, XVI, 159 = IAM, 2, 234 Bernard, Christol, 2009
Cohors Ia Asturum et Callaecorum Levée en Hispanie : Andújar, dédicace à Silvain Auguste de Runcanius Victor (CIL, II2/7, 58) Non Volubilis en 57 : dédicace d’un portique à Néron (IAM, 2, 821)
Construction d’un praetorium à Aïn Schkour
Camp : Aïn Schkour ?
Bernard, Christol, 2009
Cohors Ia Hispanorum Levée en Hispanie vers 40 pour la conquête maurétanienne ? Non Volubilis : épitaphe de Saturninus (IAM, 2, 510) et épitaphe fragmentaire Bernard, Christol, 2009
  • 299 IAM, 2, 253.
  • 300 Rebuffat, 1998b, pp. 195-197.

77Aux propos parus en 2009, on ajoutera deux commentaires sur deux de ces unités. Une autre inscription, l’épitaphe de M(arcus) Sen[tius ?] Victo[r ?]299 qui indique des liens clairs avec la péninsule Ibérique, doit être versée au dossier de l’ala IIIa Asturum. Cette épitaphe, probablement datée du ier siècle, situerait plutôt le camp de cette troisième aile des Astures à Thamusida, si l’on en croit les propositions de restitution faites par Rebuffat300. L’épitaphe fragmentaire de M(arcus) Sen[tius ?] Victo[r ?] serait en effet un monument dédié à un cavalier de cette unité, quoiqu’il faille rester très prudent compte tenu de l’état du document. Le texte conservé de l’inscription ne mentionne qu’Asturu[m] :

M(arcus) Sen[tius ?] / Victo[r ?] / Asturu[m…] / Fauentia […] / stip(endiorum) XVI H(ic) S(itus) [E(st)…] /Latiurus f(ecit).

Ci-gît Marcus Sen[tius ?] Victo[r ?], [de la IIIe aile] des Astures, de Fauentia […], seize ans de solde. Latiurus a fait [ce monument].

  • 301 Voir reproduction des dessins dans Rebuffat, 1998b, p. 198.
  • 302 CIL, XVI, 162.
  • 303 Rebuffat, 1998b, p. 198.
  • 304 Voir ci-dessous.
  • 305 Rebuffat, 1998b, p. 198, avec beaucoup de prudence cependant, la présence de la cohors IIIa Asturu (...)
  • 306 Pline l’Ancien, III, 23.
  • 307 Ibid., 10.
  • 308 Barcelone, IRC, 4, 410.
  • 309 Ptolémée, II, 4, 9 : Oueskís. Peut-être correspond-elle à la Vescelia de Tite-Live, XXXV, 22, 6.
  • 310 Voir Santos Yanguas, 2004b, p. 64.
  • 311 Saragosse, AE, 1978, 379 (Valeria Laturina) ; Lara de los Infantes, AE, 1980, 586 ([M]adigenus Lat (...)

78Plusieurs unités peuvent donc être concernées à première vue par cette inscription : l’ala IIIa Asturum, mais aussi les cohortes IIIa Asturum et Ia Asturum et Callaecorum. Les modes de désignation de cette dernière unité conduisent à l’écarter. En effet, quand le premier terme Asturum est développé, le second est très peu abrégé pour éviter un déséquilibre : on aurait donc à la troisième ligne Asturu[m et Callaecor(um)] ou même Asturu[m et Callaecorum] ce qui est trop long compte tenu des dimensions supposées de la plaque301. Restent donc en lice les deux unités du même nom, la cohorte et l’aile IIIa Asturum. Si le soldat était un cavalier, la deuxième ligne serait composée comme suit : Victo[r eq(ues) al(ae)] ; s’il s’agissait d’un fantassin, on aurait Victo[r mil(es) coh(ortis)]. Rebuffat préfère la première solution, toujours d’après les dimensions supposées du support, hypothèse partagée après révision de l’inscription. On peut ajouter également que la troisième cohorte des Astures n’apparaît sur les diplômes militaires tingitans qu’au début du iie siècle, sur le diplôme du 14 octobre 109302. Or, l’inscription du soldat M(arcus) Sen[tius ?] Victo[r ?] semble plutôt dater de la seconde moitié du ier siècle en raison du formulaire au nominatif, de l’absence de mention des divinités mânes, du support en grès dunaire et de la présence de h(ic) s(itus) e(st), formule employée de 40 à 150 environ au Maroc303. La probabilité de mention de la troisième cohorte des Astures est donc moindre que celle de l’aile, dont la présence en Maurétanie tingitane est bien attestée à une période précoce. Enfin, les cohortes Ia Asturum et Callaecorum et IIIa Asturum sont cantonnées ailleurs qu’à Thamusida, puisque la première se trouve à Aïn Schkour en 57304 et la seconde serait probablement localisée à Tabernae, au nord de Lixus305. Mais l’élément qui s’avère le plus intéressant dans notre optique est sans doute la mention de la provenance du défunt, originaire de Fauentia. Trois cités portent ce nom ou ce surnom dans l’Empire, une en Émilie, l’actuelle Faenza, et deux en Hispanie, l’actuelle Barcelone, Colonia Fauentia Iulia Augusta Paterna Barcino306, et une cité de Bétique mentionnée par Pline, Vesci quod Fauentia307. Il serait plus cohérent d’imaginer qu’un soldat recruté dans une unité d’Astures à une époque relativement précoce soit originaire d’Hispanie plutôt que d’Italie. Cependant, Barcino n’est jamais appelée Fauentia seule dans l’épigraphie, mais plutôt Fau(entia) Barc(ino), plus couramment Col(onia) F(auentia) I(ulia) A(ugusta) P(aterna) B(arcino)308. Or la restitution de Barcino en entier après Fauentia est trop longue, Barc(ino) serait possible, mais un Fauentia Barc(ino) serait un hapax. Une provenance de Bétique n’est pas à exclure, mais la cité de Vescis, surnommée Fauentia, de localisation inconnue, n’est pas mentionnée par les inscriptions, seulement par les sources littéraires309. La mention d’une unité d’Astures invite en tout cas à voir dans M(arcus) Sen[tius ?] Victo[r ?] un citoyen d’une communauté de Citérieure, peut-être la mystérieuse Fauentia Vescis310, même si l’origine italienne ne peut pas être totalement écartée. Ce cavalier aurait été recruté dans une unité d’Astures, très probablement la troisième aile, il aurait servi dans la seconde moitié du ier siècle en Maurétanie tingitane et il serait mort à proximité de Thamusida où un certain Latiurus lui élève un monument. Ce nom est un hapax, mais la forme proche Latur* et ses composés se trouvent seulement en Hispanie citérieure311. Cette inscription contribue à montrer que, même plusieurs décennies après le transfert en Maurétanie tingitane, les unités à ethnique hispanique continuent à recruter des soldats citoyens romains originaires de cités de péninsule Ibérique.

  • 312 Roxan, 1973, pp. 846-847.
  • 313 « Ogrigenus / Pintili f(ilius) ex / cohorte / Aestureru(m) / et Callaec/oru(m) an(norum) / XXIX st (...)
  • 314 Ogrigenus, le nom du défunt, est un hapax. En revanche, Pintilius* ou Pintilus* serait hispanique, (...)
  • 315 Spaul, 2000, pp. 79-80.
  • 316 Roldán Hervas, 1974, pp. 65-66, 94, 124-126.
  • 317 « Siluano / Aug(usto) / Runcani/us Vic/tor op/tio coh(ortis) / I Asturu(m) / [e]t Call(aecorum) / (...)
  • 318 Banasa, IAM, 2, 234.
  • 319 Diplôme illyrien, provenance inconnue (CIL, XVI, 4 = ILS, 1987).
  • 320 Gózalbes, 2002d, p. 28, qui parle d’un départ pour la « Pannonie ».
  • 321 Banasa, IAM, 2, 236. Sur cette unité, voir Santos Yanguas, 2004a.
  • 322 Roldán Hervas, 1974, pp. 94-96.
  • 323 Spaul, 2000, p. 80.

79Toujours par rapport à notre publication de 2009, une remarque doit être faite à propos de la trajectoire de la première cohorte des Astures et des Callaïques. Pour certains auteurs312, la Maurétanie tingitane représenterait la première garnison de la cohors Ia Asturum et Callaecorum, unité levée en Espagne et venue directement lors de la conquête du royaume de Maurétanie en 40. La possibilité que cette unité ait fait un séjour en Germanie pendant l’époque julio-claudienne n’est également pas à écarter. Une épitaphe de Zahlback, près de Mayence, datée du tout début du ier siècle étant donné la forme de la dénomination de l’unité, mentionne une cohorte Aestureru(m) et Callaecoru(m)313. L’absence de numéro, les ethnonymes développés et archaïsants comme Aestureru(m), les anthroponymes pérégrins, dont l’un, Pintilius*, est hispanique314, semblent indiquer une datation haute. Si cette cohorte est bien la même que la Ia Asturum et Callaecorum de Tingitane, elle aurait d’abord combattu un temps en Germanie, peut-être dès le règne d’Auguste, avant d’être transférée en Maurétanie sous Claude315. Mais on peut avoir affaire à deux cohortes différentes, comme le propose notamment José Manuel Roldán Hervas316. Quoi qu’il en soit, cette cohorte envoyée en Maurétanie semble bien avoir maintenu un recrutement en péninsule Ibérique : un optio de cette unité, Runcanius Victor, fait une dédicace à Silvain Auguste sans doute au début du ier siècle à Andujár, dans la région de Jaén317. Cette cohorte constitue par la suite l’une des unités les plus stables de l’armée de Maurétanie tingitane. Elle participe à des travaux édilitaires dans le municipe voisin du camp d’Aïn Schkour, à Volubilis, en 57, et elle édifie elle-même son praetorium dans ses castra, sous l’impulsion de son préfet. Cependant, le diplôme de 88318 ne la mentionne pas, alors qu’une cohorte Asturum et Callaecorum figure sur un diplôme illyrien de 60319. Faut-il en conclure que cette unité soit partie de Maurétanie à la fin du règne de Néron, juste après avoir construit l’édifice à portique de Volubilis, et qu’elle soit arrivée en Dalmatie en 60, juste pour la libération d’une partie de ses troupes320 ? Étant donné qu’une cohors Asturum et Callaecorum figure par la suite sur les diplômes militaires321 et les inscriptions de Maurétanie tingitane, alors qu’elle n’apparaît plus en Dalmatie, il faudrait plutôt en déduire qu’il existe au moins deux unités homonymes, ou que la cohorte citée sur le diplôme illyrien soit la IIa Asturum et Callaecorum connue par ailleurs dans cette province322. L’intérêt d’un aller-retour Tingitane-Illyricum à des fins de recrutement reste à prouver323. Quel que soit son parcours à la fin du ier siècle, la Ia Asturum et Callaecorum de Maurétanie continuerait à recruter au moins partiellement en Hispanie pendant les deux premiers siècles de notre ère, et son activité reste sensible en Maurétanie tingitane jusqu’au début du iiie siècle.

  • 324 Cohortes Ia Lemauorum, Ia Hispanorum, Ia Asturum et Callaecorum, IVa Gallorum equitata. À noter le (...)

80En conclusion, on peut affirmer que la péninsule Ibérique représente donc un passage privilégié pour les unités auxiliaires qui constituent la première armée de Maurétanie tingitane. Si une seule des cinq alae qui figurent sur le diplôme de 88, l’ala IIIa Asturum, a une origine hispanique évidente, deux, voire trois autres unités ont séjourné dans la péninsule et effectué des levées auprès des Hispani. Ces ailes, la Ia Augusta Gallorum, la Tauriana Torquata et peut-être la Gemelliana, ont été d’abord levées en Gaule ; une fois transférées en péninsule Ibérique, elles ont reçu des compléments provinciaux. Sur les sept cohortes présentes en Tingitane dans la seconde moitié du ier siècle, cinq proviennent de l’armée de péninsule Ibérique324. L’étude des documents épigraphiques disponibles montre donc que la première armée de Tingitane a été principalement créée à partir de troupes venues de péninsule Ibérique, en plus d’unités spécialisées d’archers syriens, ainsi qu’une cohorte de Dalmates arrivée sans doute à l’époque flavienne. Cela ne signifie pas que l’origo individuelle des auxiliaires présents en Tingitane au ier siècle est à chercher uniquement du côté de l’Hispanie : des Gaulois font partie de ces unités également. Cependant, huit des onze unités auxiliaires envoyées en Maurétanie occidentale de l’époque de Claude jusqu’à celle de Domitien ont auparavant séjourné en péninsule Ibérique pendant la période julio-claudienne. La Tingitane représente, pour la plupart de ces unités, leur première garnison ex Hispania.

  • 325 Tacite, Histoires, I, 11, 1.

81Si, comme l’affirme Tacite, les provinces procuratoriennes subissent dans les périodes troubles et moins troubles une influence déterminante de la part de l’armée la plus proche, il faut dans le cas de la Maurétanie tingitane chercher l’origine de cette attraction du côté de la péninsule Ibérique et des troupes qui y stationnent. Non seulement la Xa Gemina, seule légion attestée en Maurétanie lors de la conquête entre 40 et 42 apr. J.-C., vient de Citérieure, mais les unités auxiliaires stationnées en Tingitane dans la seconde moitié du ier siècle de notre ère ont le Nord de la péninsule Ibérique pour origine ou pour provenance. Les solidarités militaires entre l’Hispanie et la Maurétanie tingitane ne s’arrêtent pas aux seuls déplacements d’unités : sur le plan stratégique, la Bétique est la base arrière de l’armée envoyée conquérir le royaume de Maurétanie, comme le montre le procès subi par Umbonius Silo. Cette solidarité stratégique s’est instaurée dans un contexte de conflit : lors de la conquête de la Maurétanie, le recours à l’armée de péninsule Ibérique, l’utilisation de la Bétique comme base arrière s’imposaient. Mais il semble que les liens au départ établis à court terme se soient maintenus de façon durable, comme le montre la présence continue au ier siècle en Tingitane d’unités levées au moins en partie dans les provinces hispaniques. L’idée tacitéenne de forte dépendance des provinces équestres envers les provinces impériales voisines est confirmée par l’épigraphie dans le cas de la Tingitane, étroitement liée à la Citérieure sur les plans militaire et politique. Mais en est-il de même pour l’autre province de Maurétanie, la Césarienne, apparemment plus proche de l’Afrique proconsulaire que de la péninsule Ibérique ? Dans sa réflexion sur l’état des provinces en 69 apr. J.-C.325, Tacite associe fortement Tingitane et Césarienne ; il faut voir si les sources épigraphiques vont dans le sens d’un tel rapprochement.

  • 326 Cherchell, CIL, XVI, 56 = CIL, VIII, 20978 = ILS, 2003.
  • 327 Voir Bernard, Christol, 2010, pp. 2201-2226.

82Sur le plan documentaire, les situations entre les deux Maurétanies sont bien diverses : le plus ancien diplôme de Maurétanie césarienne, retrouvé à Cherchell, est daté de 107 av. J.-C.326, alors que le premier diplôme découvert à Banasa date de 88. Sur les quinze unités connues pour la Maurétanie césarienne — treize unités mentionnées par le diplôme de Cherchell, auxquelles il faut ajouter deux unités citées dans les inscriptions —, un premier passage au crible est nécessaire pour déterminer celles qui ont pu être présentes en Césarienne lors de la conquête et de la constitution de la première armée provinciale. Ensuite, sur cette première armée de Césarienne, il faut déterminer quelles unités et quels individus témoignent de levées dans les provinces hispaniques. Une première analyse a été publiée sur ce point327 : ici ne figureront donc que les conclusions résumées de ce travail.

  • 328 L’ala milliaria, créée sans doute à l’époque flavienne, est envoyée en Césarienne dès la fin du ie (...)

83Sur les quinze unités présentes en Maurétanie césarienne au début du iie siècle, d’après le diplôme de 107 et les inscriptions, neuf ont pu arriver dès les années 40. Sur ces neuf unités, deux, l’ala IIa Thracum et la cohors IIIIa Sygambrorum, semblent venir de la péninsule Ibérique, où elles auraient été partiellement complétées. D’après les documents épigraphiques à notre disposition, la première armée de Césarienne aurait été constituée à partir d’un recrutement diversifié, provenant tant des provinces occidentales qu’orientales de l’Empire. Il est en outre à noter que les forces chargées de conquérir l’Est du royaume maurétanien entre 40 et 42 seraient sensiblement équivalentes sur le plan numérique à celles présentes à l’ouest. Neuf unités peuvent avoir été envoyées entre 40 et 42 dans la future Césarienne, soit 4 500 hommes, dont 1 000 cavaliers et 3 500 fantassins ; l’armée présente en Maurétanie occidentale aurait pu compter jusqu’à 5 000 auxiliaires (quatre ailes, soit 2 000 cavaliers, et six cohortes, soit 3 000 fantassins). Lors de l’époque flavienne et jusqu’au début du iie siècle, les effectifs se seraient accrus fortement en Maurétanie césarienne328, alors qu’ils seraient restés plus constants en Maurétanie tingitane. Cette évolution différente s’explique par la divergence des choix stratégiques et des nécessités à l’œuvre dans les deux provinces maurétaniennes. Alors que la Maurétanie occidentale, où se concentre l’essentiel des opérations militaires de conquête au début des années 40, est occupée rapidement sur une grande superficie par des troupes prélevées au plus près, c’est-à-dire de péninsule Ibérique, la partie orientale du royaume de Ptolémée, apparemment beaucoup plus calme et ne nécessitant pas l’arrivée immédiate d’une armée nombreuse, n’est contrôlée au départ que sur une frange littorale d’une centaine de kilomètres. Par la suite, l’armée de Maurétanie tingitane, qui contrôle dès le règne de Claude la majeure partie du territoire, de la Méditerranée jusqu’à Sala et Volubilis, n’a guère besoin d’accroître ses effectifs. L’occupation romaine de la Maurétanie césarienne, en revanche, s’étoffe progressivement, et les besoins en troupes se font sentir avec un décalage chronologique aux iie et iiie siècles.

  • 329 Suétone, Galba, X, 2.
  • 330 L’Ala Ia Augusta Gallorum, la Ia Hamiorum, la IIIa Asturum et la Gemelliana.
  • 331 L’Ala IIa Thracum Aug p f et la [-] ? Parthorum.
  • 332 La cohors Ia Lemauorum, la IIa Milliaria Sagittaria, la IIIIa Gallorum equitata, la Ia Bracarorum (...)
  • 333 La cohors Ia Corsorum c(iuium) R(omanorum), la Ia Nurritanorum, la Ia Pannoniorum equitata, la IIa(...)
  • 334 Rebuffat, 1998a, pp. 278-285.
  • 335 Rebuffat (ibid., p. 278, n. 4) suspecte en effet le diplôme de 88, complet sur le plan matériel, d (...)
  • 336 Rebuffat, 1998a, p. 284.
  • 337 Pour la Citérieure en 69, Suétone (Galba, X, 2) dénombre une légion, deux ailes et trois cohortes, (...)
  • 338 Cherchell, AE, 1975, 945.
  • 339 Cherchell, CIL, VIII, 9390.
  • 340 Aïn Defla (Oppidum Nouum), AE, 1926, 23, modifiée par Albertini par la suite : voir Bernard, Chris (...)
  • 341 Spaul, 2000, pp. 217-219.

84Tacite établit un bilan des forces militaires présentes dans les Maurétanies en 69 et dénombre cinq ailes et dix-neuf cohortes pour les deux provinces. La précision de ce renseignement et sa proximité avec d’autres informations du même type pour l’année 68329 permettent de penser que Tacite a dû se servir d’une notice administrative fiable. Notre étude épigraphique a montré que six ailes étaient susceptibles de se trouver dans les Maurétanies à cette date, quatre en Tingitane330 et deux en Césarienne331. On ne peut déterminer dans l’état actuel des connaissances quelle est l’aile en trop par rapport à l’évaluation de Tacite. Pour les cohortes, toujours selon les sources épigraphiques, six pourraient se trouver en Tingitane en 69332 et sept en Césarienne333 : manquent donc six cohortes par rapport au décompte de Tacite. Rebuffat334, qui s’appuie non seulement sur le diplôme de 88 pour la Tingitane mais également sur ceux de 109335, arrive à un nombre total d’unités en 69 beaucoup plus proche de celui indiqué dans les Histoires, puisqu’il dénombre vingt cohortes pour les deux Maurétanies, dont douze pour la seule Tingitane336. Mais ce décompte est celui des unités présentes dans les Maurétanies au début du iie siècle, soit quarante ans après la date de l’évaluation des forces faites par Tacite. Pour la Tingitane, où nous disposons d’un premier diplôme postérieur de deux décennies seulement au récit des Histoires, je n’ai pas inclus des unités qui sont attestées pour la première fois en 109 dans la province. En raison de méthodes divergentes, la différence entre mon évaluation des forces maurétaniennes en 69 et le décompte de Tacite est donc plus importante que celle obtenue par les travaux de Rebuffat. Cependant, les conclusions pour la période comprise entre 40 et 69 vont sensiblement dans le même sens : les deux Maurétanies disposaient de forces importantes lors de l’avènement de Vespasien, compte tenu de leur superficie réduite337. Tandis que l’armée de Maurétanie tingitane était fortement dépendante des troupes issues de la péninsule Ibérique, la Maurétanie césarienne l’était moins, puisqu’elle recevait des forces d’origine et de provenance variées. Même si certaines unités de Césarienne ont été partiellement levées en Hispanie, comme l’ala IIa Thracum et la cohors IIIIa Sygambrorum, même si des milites hispaniques ont été actifs dans cette province, tels les cavaliers Siluanus, Vegetus338 et l’anonyme de Cauca339 ou le curator praesidi Condonius340, la participation de troupes venues de péninsule Ibérique dans la constitution de la première armée de Maurétanie césarienne reste globalement modeste. Le recrutement des auxilia stationnés en Césarienne est hétérogène, au contraire de celui de l’armée de Tingitane, qui provient en grande majorité de l’autre rive de la Méditerranée. La péninsule Ibérique ne constitue donc pas un vivier essentiel pour les forces de la Césarienne, car cette province voit arriver des troupes aussi bien des îles méditerranéennes que des régions danubiennes. En outre, la Césarienne, dès Trajan, devient elle-même une province où sont effectuées des levées pour des unités stationnées en Bretagne ou en Mésie inférieure341.

  • 342 Le Roux, 1982, pp. 96-98, 136-138.
  • 343 Voisinage déjà relevé par Salluste, Jugurtha, 19 : « proxumi Hispanias Mauri sunt » (« les Maures (...)
  • 344 « Duae Mauretaniae » (Tacite, Histoires, I, 11, 1) ; « utramque Mauretaniam » (ibid., II, 58, 1).
  • 345 Ibid. Sur les rapports entre armées et cadres provinciaux, Le Roux, 1982, p. 136.

85Ainsi, à partir de la documentation épigraphique relative aux armées des Maurétanies, un tableau contrasté se dégage. L’armée de Maurétanie tingitane apparaît comme un prolongement de l’exercitus de la péninsule Ibérique, par la provenance de nombre d’unités et par l’origine des effectifs qui s’y trouvaient enrôlés. La décrue des effectifs de la garnison hispanique durant l’époque julio-claudienne s’est donc traduite, à partir d’un certain moment, par des transferts substantiels d’unités auxiliaires vers cette province voisine342. Il faut alors constater, à l’époque envisagée, d’étroites solidarités de part et d’autre du détroit de Gibraltar, qui s’expriment d’ailleurs dans un contexte de proximité géographique343. En revanche, la première armée de Césarienne paraît plus composite, de sorte que les traits de solidarité avec la puissante garnison hispanique sont moins nettement dessinés. Ces dissemblances conduisent à s’interroger sur le sens à attribuer aux propos de Tacite lorsqu’il regroupe en une seule expression les deux Maurétanies344, ou bien lorsqu’il additionne les forces des deux armées placées pour un temps sous la même autorité345, celle du procurateur Lucceius Albinus.

Le meurtre du procurateur des Maurétanies en 69 apr. J.-C. : le glas des rapprochements politiques à la tête des provinces

  • 346 Ce personnage est peu connu : il serait gouverneur de Judée entre 62 et 64 si l’on suit le témoign (...)
  • 347 Cluvius Rufus, consul suffect avant 41, ami personnel de Néron et historien (RE, 4, col. 121-125), (...)

86Le dénombrement total des forces stationnées dans les deux Maurétanies s’inscrit dans la narration d’un épisode clé des Histoires. Tacite précise le nombre d’unités concernées lorsqu’il relate le ralliement à Vitellius des Maurétanies et de toutes les troupes qu’elles abritent en 69. Ce changement de camp s’opère après le meurtre de Lucceius Albinus346, procurateur des Maurétanies favorable à Othon. Cet assassinat serait probablement commandité par Cluvius Rufus, légat impérial d’Hispanie citérieure347, soucieux de prévenir les intentions belliqueuses du responsable provincial voisin. Voici le récit complet de cet épisode fait par Tacite :

Isdem diebus accessisse partibus utramque Mauretaniam, interfecto procuratore Albino, nuntii uenere. Lucceius Albinus a Nerone Mauretaniae Caesariensi praepositus, addita per Galbam Tingitanae prouinciae administratione, haud spernendis uiribus agebat : decem nouem cohortes, quinque alae, ingens Maurorum numerus aderat, per latrocinia et raptus apta bello manus. Caeso Galba, in Othonem pronus nec Africa contentus Hispaniae angusto freto diremptae imminebat. Inde Cluuio Rufo metus, et decimam legionem propinquare litori ut transmissurus iussit ; praemissi centuriones, qui Maurorum animos Vitellio conciliarent. Neque arduum fuit, magna per prouincias Germanici exercitus famam spargebatur insuper spreto procuratoris uocabulo Albinum insigne regis et Iubae nomen usurpare.
59, 1 : Ita mutatis animis, Asinius Pollio alae praefectus, e fidessimis Albino, et Festus ac Scipio cohortium praefecti opprimuntur ; ipse Albinus, dum e Tingitana prouincia Caesariensem Mauretaniam petit, <in> adpulsu litoris trucidatus ; uxor eius, cum se percussoribus obtulisset, simul interfecta est, nihil eorum quae fierent Vitellio anquirente : breui auditu quamuis magna transibat, impar curis grauioribus.
Vers la même date, on vint lui [Vitellius] annoncer l’adhésion à son parti des deux Maurétanies, après le meurtre du procurateur Albinus. Lucceius Albinus, placé par Néron à la tête de la Maurétanie césarienne, à laquelle Galba avait joint le gouvernement de la province de Tingitane, disposait de forces nullement négligeables : dix-neuf cohortes, cinq ailes de cavalerie étaient sous ses ordres, ainsi qu’un fort contingent de Maures, troupe que les brigandages et le pillage entraînent à la guerre. Après le meurtre de Galba, penchant pour Othon et ne se contentant plus de l’Afrique, il [Lucceius Albinus] menaçait l’Espagne, qui n’en est séparée que par un bras de mer. Cluvius Rufus s’en alarma et il donna l’ordre à la dixième légion de se rapprocher de la côte, comme s’il voulait lui faire passer le détroit ; des centurions furent envoyés en avant, pour gagner les Maures à Vitellius. Cela ne fut pas difficile, tant était grande dans les provinces la réputation de l’armée de Germanie ; de plus, on répandait le bruit que, dédaignant le titre de procurateur, Albinus usurpait l’insigne de la royauté et le nom de Juba.
59, 1 : Une fois obtenu ce revirement des Maures, le préfet de cavalerie Asinius Pollio, un des amis les plus sûrs d’Albinus, ainsi que les préfets de cohortes Festus et Scipio sont assassinés ; Albinus lui-même, qui se rendait de la province Tingitane en Maurétanie césarienne, fut égorgé au débarquement ; sa femme, qui s’offrit aux coups des meurtriers, fut tuée en même temps que lui, sans que Vitellius demandât aucun compte de ces événements : il n’accordait aux plus grandes affaires qu’une attention fugitive, incapable qu’il était d’une application un peu sérieuse.

Source : Tacite, Histoires, II, 58-59 ; trad. Wuilleumier, Le Bonniec, 1987.

  • 348 Voir, par exemple, Tacite, Histoires, I, 59, 2 sur les ralliements des Gaules à Vitellius.
  • 349 Ibid., 76, 1. Ce ralliement tiède et prudent de Cluvius Rufus est à mettre en relation avec ceux d (...)
  • 350 Le Roux, 1982, pp. 137-138. On ajoutera à ce propos Tacite, Histoires, I, 26.
  • 351 Il doit s’agir d’un diadème, voir le chap. ii de cet ouvrage sur le diadème de Syphax.
  • 352 Ces accusations d’usurpation du titre royal maurétanien semblent assez largement douteuses. Il par (...)
  • 353 Le danger pour les Maurétanies vient plutôt du rapprochement de la Xe légion en Bétique.

87Sur le plan des rapports stratégiques entre les provinces, trois éléments se dégagent de l’étude de ce passage : la proximité entre les espaces hispaniques et maurétaniens, les divergences croissantes entre les deux provinces maurétaniennes et enfin l’isolement de l’Afrique proconsulaire. Les Hispanies, et surtout la province impériale de Citérieure, jouent en effet un rôle majeur dans le ralliement des Maurétanies à Vitellius. Selon le schéma d’explication de Tacite, le voisinage d’une armée importante facilite l’impulsion agrégative entre les provinces348. Le passage cité ci-dessus illustre parfaitement cette réflexion. Les provinces ibériques, d’abord favorables à Othon, tombent dans le camp de Vitellius lorsque le gouverneur de Citérieure Cluvius Rufus, chef des principales forces militaires d’Hispanie, se rallie à ce dernier349. C’est ce même puissant personnage qui entraîne à son tour le basculement des Maurétanies dans le camp de Vitellius, en rapprochant ses troupes du littoral méditerranéen. Mais, fidèle à son explication, Tacite ajoute une référence à l’arrière-plan constitué par l’ébranlement impressionnant des légions germaniques350. Même si effectivement le prestige de l’armée du Rhin est grand et peut expliquer l’adhésion à Vitellius des provinces gauloises, le changement d’état d’esprit des Maurétaniens, gouvernés par un partisan d’Othon, semble bien davantage dû aux décisions du gouverneur de Citérieure. En effet, en dépêchant près du détroit de Gibraltar, dont l’étroitesse vient d’être soulignée, une légion entière et anciennement implantée en Hispanie, Cluvius Rufus tente une claire démonstration de force. Outre cette manœuvre d’intimidation, des centurions sont envoyés en mission de propagande auprès des « Maures ». Quels sont les Maures dont Cluvius Rufus cherche à gagner les esprits ? Les deux arguments qui, selon Tacite, auraient porté le plus de fruits permettent de renseigner le lecteur sur l’identité des destinataires de cette propagande pro-vitellienne. Agiter le spectre d’une revendication de l’héritage royal de Juba est un moyen de discréditer le procurateur Lucceius Albinus aux yeux des citoyens romains présents en Maurétanie : les populations pérégrines ont accepté pendant plus de soixante ans un régime monarchique et n’ont aucune raison de se soulever à la vue des symboles de la royauté ou à la perspective d’une sécession des Maurétanies. En revanche, le refus réel ou inventé du titre de procurateur, l’acceptation des insignes royaux351 et la reprise du nom du roi numide Juba sont autant de « chiffons rouges » destinés à provoquer une rébellion contre Lucceius Albinus de la part des soldats et des autorités civiques des Maurétanies352. Cet argument vient s’ajouter — « insuper », « par-dessus le marché » — à l’utilisation de la fama, de la renommée de l’armée de Germanie qui s’est déclarée pour Vitellius. Les Maurétanies n’étant pas menacées directement par ces forces lointaines353, le rappel de ce précédent est sans doute destiné aux unités stationnées dans les provinces maurétaniennes, les soldats étant les plus à même d’être séduits par l’exemple de pairs prestigieux. L’emploi de cette tactique de propagande et son succès contribuent à montrer les liens persistants qui unissent les armées hispaniques et maurétaniennes depuis l’époque de l’annexion du royaume de Ptolémée. Le ralliement effectif des Maurétanies à Vitellius s’obtient par la suppression de trois responsables d’unités, un préfet d’aile, ami du procurateur Albinus, nommé Asinius Pollio et deux préfets de cohortes dont les noms ne sont même pas cités en entier, Festus et Scipio. On ne sait si ces assassinats sont le fait des agents de Cluvius Rufus ou celui des unités maurétaniennes manipulées par la propagande vitellienne, puisque les meurtres ont lieu une fois que les esprits ont été ralliés (« Ita mutatis animis »). En tout cas, sur les 24 unités que comptent les deux Maurétanies, seuls trois commandants sont tués : le ralliement à Vitellius ne s’est pas obtenu au prix d’un bain de sang, mais par des éliminations ponctuelles de fidèles du procurateur othonien. Ce dernier est ensuite assassiné avec sa femme alors qu’il débarque en Césarienne. Le procurateur Lucceius Albinus avait probablement décidé de quitter la Tingitane, trop proche des armées hispaniques, pour se réfugier avec sa famille dans son palais de Césarée et organiser une riposte après le meurtre de trois de ses proches officiers.

  • 354 Sur le rôle des autorités, ibid., I, 76, 2.
  • 355 Rappelons en effet que, si ces provinces sont administrativement voisines, les zones de présence r (...)
  • 356 Tacite, Histoires, II, 58 : Albinus semble ne plus vouloir se contenter de l’Afrique du Nord, et i (...)
  • 357 Suétone, Galba, X, 2 : pour la Citérieure, une légion, trois ailes et deux cohortes ; pour la Lusi (...)
  • 358 Pour le décompte, voir ci-dessus.

88En plus de la grande proximité stratégique et militaire entre la péninsule Ibérique et l’Ouest de la Maurétanie, cet épisode montre également les différences entre les provinces maurétaniennes. Les deux provinces de Maurétanie sont certes politiquement associées en 69 apr. J.-C., mais sont-elles pour autant en symbiose ? C’est la décision occasionnelle de Galba de les rapprocher administrativement en les plaçant sous la même autorité354 qui les conduit à passer ensemble dans le camp d’Othon. Ce choix de ne placer qu’un seul responsable à la tête de deux provinces s’explique par le contexte d’urgence de la guerre civile : Galba aurait été conduit à concentrer les troupes maurétaniennes aux mains d’un seul gouverneur estimé loyal, le procurateur de Maurétanie césarienne, qui occupe un rang hiérarchique plus élevé que son collègue de Maurétanie tingitane. Par la suite, c’est l’engagement personnel du gouverneur Lucceius Albinus qui entraîne les deux Maurétanies dans le parti d’Othon et non une proximité géographique d’ailleurs discutable355. Certes, lorsqu’il évoque les craintes de Cluvius Rufus devant les ambitions de Lucceius Albinus356, Tacite désigne les Maurétanies sous le terme d’Africa, c’est-à-dire comme un ensemble cohérent qui fait face aux Hispaniae et qui dispose de suffisamment de troupes auxiliaires pour menacer la péninsule Ibérique, celle-ci ne comptant plus qu’une dizaine de milliers d’hommes en 69357. En utilisant ce mot d’Africa, Tacite envisage l’apparition d’une réalité politique nouvelle, née du regroupement des Maurétanies et de la coalescence de leurs forces militaires. Cette Africa, dont l’acception est d’abord ici entièrement géographique, sert de substrat à la définition d’un espace politique en gestation, qui légitime son existence par la référence à l’ancien royaume de Juba et Ptolémée. Le jeu de puissance entre l’Africa et les Hispaniae toutes proches est inversé désormais, puisque les forces militaires de la péninsule Ibérique sont moins nombreuses que celles de l’Africa. Toutefois, l’aventure de Lucceius Albinus dure peu : sa montée en puissance est fragile et quasiment virtuelle, puisqu’elle existe surtout à travers les craintes du gouverneur de Citérieure. Aussi les rapports de force anciens se rétablissent-ils bien vite : Cluvius Rufus oblige les Maurétanies à rejoindre le camp de Vitellius en agissant en Césarienne, dans l’épicentre de ce pseudo-pouvoir provincial. Cette Africa maurétanienne de Lucceius Albinus, fondée sur le souvenir du royaume jubéen et susceptible de faire trembler le puissant gouverneur de Citérieure avec son armée de 12 000 auxiliaires358, se désagrège en quelques semaines sans besoin d’une invasion des Maurétanies. Les solidarités stratégiques entre les deux provinces maurétaniennes, dont les capitales sont plus facilement jointes par voie maritime que terrestre, ne sont pas suffisamment fortes pour permettre aux Maurétanies de constituer un ensemble cohérent. Les unités auxiliaires maurétaniennes ne forment pas un bloc uni derrière le même gouverneur ; elles suivent plus volontiers des centurions de l’armée hispanique voisine que leurs propres officiers, dont certains sont tués, alors que leurs troupes restent passives, voire complices.

89Trente ans après la disparition du royaume de Juba et l’annexion des Maurétanies, la situation de l’Extrême Occident méditerranéen lors de la guerre civile de 69 apr. J.-C. permet de montrer les nouvelles dynamiques à l’œuvre dans les espaces ibériques et maurétaniens. Le meurtre du procurateur Lucceius Albinus fomenté par le gouverneur de Citérieure Cluvius Rufus révèle les liens forts et persistants entre la péninsule Ibérique et la Maurétanie tingitane. La première armée de Tingitane avait été constituée lors de la conquête par des apports hispaniques, dont la présence dans la péninsule Ibérique pacifiée était devenue moins nécessaire. Trois décennies plus tard, les effectifs stationnés en Hispanie ont décru des deux tiers et sont devenus inférieurs en nombre aux garnisons maurétaniennes. Mais les unités auxiliaires maurétaniennes ne forment pas une armée politiquement et stratégiquement homogène capable de déstabiliser le jeu de puissance inégal établi avec les Hispaniae. La grande absente du récit de Tacite est la province consulaire d’Afrique, qui elle aussi dispose d’une grande armée légionnaire susceptible de faire évoluer les rapports de force dans l’Occident romain. Mais force est de constater que les orientations de l’Africa, la province proconsulaire, n’influencent pas ses voisines maurétaniennes. Ces dernières d’ailleurs, malgré leurs importants traits communs, ne sont pas aussi unies que le laisseraient croire les formules ramassées et les effets d’amplification de Tacite. L’étude des dossiers épigraphiques relatifs aux premières armées provinciales a permis de montrer que la Maurétanie tingitane était davantage en symbiose avec la péninsule Ibérique qu’avec la province de même nom dont Cherchell était la capitale. Mais la Césarienne, moins liée par les affinités militaires à la péninsule Ibérique, n’était pas pour autant tournée vers la Proconsulaire ou attirée par elle. Quand, selon la suggestion de Tacite, on recherche quelles sont les armées voisines (« cuique exercitui vicinae »), les forces supérieures (« ualentiores ») qui seraient susceptibles de déterminer l’attitude des provinces procuratoriennes, le récit de l’auteur apporte des renseignements qui, même épars, conduisent à quelques constats : la diversité des provinces africaines et l’absence de solidarités interprovinciales sur la rive méridionale de la Méditerranée. L’Africa, la province proconsulaire, et les Maurétanies vivent dans des contextes différents. Et même les Maurétanies, pourtant contraintes par des décisions politiques de s’engager derrière Vitellius, ne sont pas façonnées de la même manière par l’empreinte de leur histoire politique et militaire : si les relations avec la péninsule Ibérique sont fortes et évidentes en ce qui concerne la Tingitane, il n’en va pas de même pour la Césarienne. Cette dernière possède une armée importante en nombre et provenant d’horizons divers. Par ailleurs, cette province jouit d’un prestige politique supérieur à celui de sa voisine occidentale : ses procurateurs bénéficient notamment d’un rang hiérarchique plus élevé. Elle conserve fortement ancré le souvenir du royaume de Juba, qui avait choisi Caesarea pour capitale. Ces divers atouts lui permettent de prétendre à davantage d’indépendance par rapport à ses deux puissantes voisines que sont la péninsule Ibérique et l’Afrique proconsulaire.

Notes

1 A. T. Fear se réfugie derrière un « By this time » commode pour dater cette nouvelle création provinciale (Fear, 2009, p. 274).

2 Dion Cassius, LIII, 12, 4.

3 25 av. J.-C. correspond à la fin de la deuxième campagne et à la création d’Augusta Emerita, colonie de vétérans et future capitale de la Lusitanie, 19 est la date de la fin de la troisième et dernière campagne.

4 La Bétique résulte de la partition de la province d’Hispania Vlterior en deux ; or la Lusitanie, qui n’est, elle, pas citée par Dion Cassius, ne semble pas avoir été fondée avant cette date, et il n’y a aucune raison pour que la Bétique soit de création antérieure : voir Étienne, 1992, pp. 355-362 ; Le Roux, 2010, pp. 60-61.

5 RGDA, 28, 1.

6 Voir Le Roux, 2014, p. 151. D’où les débats sur la fameuse province de Transduriana, évoquée dans le « bronze de Bembibre », qui agitent encore la communauté scientifique : voir notamment Richardson, 2002, pp. 410-415 ; Le Roux, 2011, pp. 113-131.

7 Cette expression, empruntée aux travaux de Desanges, désigne l’Ouest de l’Afrique du Nord, de l’Atlantique à la frontière avec l’Afrique proconsulaire (voir Desanges, 2013).

8 Pour les parallèles, voir Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 19-21.

9 « Τοῦ τε Βόκχου τελευτήσαντος οὐδενὶ τὴν βασιλείαν αὐτοῦ ἔδωκεν, ἀλλ´ ἐς τὰ τῶν Ῥωμαίων ἔθνη αὐτὴν ἐσέγραψεν » (Dion Cassius, XLIX, 43, 7 ; trad. Freybruger, 1994).

10 Gsell, 1928b, p. 201.

11 RGDA, 2.

12 Dion Cassius, XLIII, 12, 6.

13 RGDA, 3, 3.

14 Ibid., 3, 3 et 16, 1, 2 et 3 : voir Scheid, 2007, pp. 32, 52.

15 Appien, Histoire romaine, t. XII, livre XVII, Guerres civiles, livre V, 13 ; Dion Cassius, XLIX, 14 et 34.

16 Keppie, 1983, pp. 58-86 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 24, 125.

17 Desanges, 1980, p. 163, n. 7.

18 Dion Cassius, LI, 4, 6.

19 Cette énumération mélange allègrement les références et les sources datant du règne de Juba à celui de Vespasien : pour Zilil et Babba, des colonies de Maurétanie occidentale — que Pline qualifie d’abord de « colonies d’Auguste », « coloniae Augusti » —, l’adjectif Iulia vient plus loin, lors de l’énoncé de la titulature complète de la cité.

20 Héraclès-Melqart pour Amandry, Nony, 1983, p. 62, qui rappellent que la cité porte la racine « Kart » dans son nom punique ; pour Alexandropoulos, 2007, pp. 329, 453-454 et pl. 18, cette tête barbue est « trop fruste pour que l’on puisse se livrer à des hypothèses », au niveau de l’identification (mais la datation ancienne paraît plus assurée). On retrouve ce même genre d’effigie, de face ou de profil, dans le monnayage de Tingi, effigie qui correspondrait au dieu Océan d’après id., 1987 et 2007, pp. 333, 454.

21 Datation entre 30 et 25 avancée par Amandry, Nony, 1983, pp. 57-62, reprise par RPC, I, 215, no 152 ; Alexandropoulos, 2007, p. 329.

22 Entre Rusguniae et Icosium, voir AE, 1955, 160a et b ; voir Salama, 1955, pp. 5-52, réédité en 2005, pp. 39-96 et add. 456-461, avec de nouveaux commentaires.

23 Sur le martelage de la titulature impériale et la notation rétrograde du numéro de légion sur les bornes, qui pourrait s’expliquer par une copie d’une estampille sur brique, voir Salama, 1955, pp. 9-10, 26-28, réédité en 2005, pp. 43-44, 60-62.

24 Salama, 1955, pp. 5-52, réédité en 2005, pp. 39-96 et add. 456-461.

25 Pline l’Ancien, III, 10. Fondation de César : Galsterer, 1971, p. 67 ; Allély, 2004, p. 209 (avec des nuances). Fondation de Lépide : Roddaz, 2003, pp. 189-201.

26 Rusguniae, CIL, VIII, 9247 ; Salama, 1955, p. 46, réédité en 2005, p. 80 et surtout pp. 459-460.

27 Une IXe légion de César a combattu à Dyrrachium et à Pharsale, puis disparaît de la documentation après Thapsus. Il est tentant d’en faire une légion semi plena, reconstituée par Lépide à l’aide de vétérans de César et de nouvelles recrues, ce qui explique l’appellation de Gemella : Roddaz, 2003, p. 197 ; Allély, 2004, p. 208.

28 Notamment par Teutsch, 1962, pp. 199-200 ; Desanges, 1980, p. 170, avec davantage d’arguments, notamment sur la clementia toute relative d’Auguste et le caractère difficile à expliquer du surnom d’Obulco.

29 Weigel, 1992, pp. 84, 157, n. 70 ; Roddaz, 2003, pp. 189-201 ; Allély, 2004, pp. 207-209. Weigel précise toutefois que pour lui, CL serait à développer en Cl(assica) et non en Cl(ementia), ce que rejette à nouveau et avec raison Salama, en précisant que Rusguniae, colonie littorale en fond de baie, ne disposerait pas d’une situation apte à en faire un port de guerre (Salama, 2005, add. 456-461).

30 RGDA, 2, 23-28 ; Suétone, Vie d’Auguste, 31.

31 Salama, 1955, pp. 45-50, réédité en 2005, pp. 72, 79-84.

32 Voir Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 124-125.

33 Cette éventuelle fuite vers l’Extrême Occident n’appartient pas entièrement à la « politique-fiction ». Cléopâtre, après Actium, aurait imaginé de rejoindre les confins occidentaux du monde par la mer Rouge en contournant la Libye (Dion Cassius, LI, 6, 3 ; Plutarque, Antoine, LXIX, 4-5 ; Florus, II, 21, 9) : voir Roddaz, 2012.

34 Les surnoms de Constantia et Valentia parlent d’eux-mêmes et sont fréquents dans la titulature des colonies de vétérans comme les Valence actuelles, respectivement dans le Levant espagnol ou dans la Drôme française. Le cognomen de Campestris renvoie aux Dei Campestres, divinités honorées dans les camps : voir Rebuffat, 1967, p. 51.

35 Galsterer-Kröll, 1972, p. 59.

36 Desanges, 1980, pp. 23-25, 87.

37 Sur Tanger, voir en premier lieu la synthèse ancienne mais non remplacée de Ponsich, 1970.

38 Voir le chap. ii de cet ouvrage.

39 Voir le chap. i de cet ouvrage.

40 Dion Cassius, XLVIII, 45, 3.

41 Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 124.

42 « nunc est Tingi, quondam ab Anteo conditum, postea a Claudio Cesare, cum coloniam faceret, appelatum Traducta Iulia » (« de nos jours, on trouve Tingi, fondée jadis par Antée, puis appelée par Claude César, alors qu’il en faisait une colonie, Traducta Iulia » [Pline l’Ancien, V, 2, 1]).

43 Rome, CIL, VI, 31870 = CIL, VI, 41284 a = CIL, XIV, 289* d, inscription fragmentaire, voir Pflaum, 1960-1961, p. 430 ; Bernard, Callegarin, 2017, pp. 185-186, n. 10-11, pour le commentaire et le développement de ce cursus.

44 Gascou, 1974a, p. 67. Il existe en fait cinq exemplaires publiés à ce jour de cette monnaie : voir ci-dessous.

45 Sur cette confusion, voir le commentaire de Desanges, 1980, pp. 83-84.

46 Certes, il existe des précédents à ce phénomène de rétrogradation : Desanges, 1980, pp. 83-85, mais ils sont très rares, et l’hypothèse paraît assez désespérée pour sauver la lecture COL IVL TING sur l’émission monétaire précédente : Alexandropoulos, 2007, p. 335, no 17.

47 Gascou, 1974a, pp. 69-70.

48 Notamment les études des années 1980, comme celle de Desanges, 1980, pp. 83-84 (qui s’incline devant les « preuves numismatiques ») et d’Amandry, 1987. Voir également Rhorfi, 2000, 2004 et 2008 : les études de cet auteur s’appuient sur les seules légendes monétaires du corpus de Mazard et surtout partent du principe que Tanger est une colonie dès 38 av. J.-C. Pour cet auteur, il s’agirait d’une colonie de droit romain, et non pas d’une colonie latine comme l’affirmait L. Teutsch (Teutsch, 1962, pp. 206-208). Même si ses remarques sur la composition des élites municipales tangéroises sont pertinentes, A. Rhorfi n’inclut pas dans son étude toutes les séries monétaires de Tingi et surtout ne prend pas en considération l’hypothèse du municipe romain, ce qui rend ses conclusions fragiles.

49 Astarté selon Mateu y Llopis, 1949, p. 24 et Cérès selon Amandry, 1987, p. 6, ce qui paraît plus crédible, étant donné la présence d’épis au revers et l’absence de tout symbole punicisant sur cette monnaie.

50 RPC, I, 860 ; Amandry, 1987, pp. 6-7, série V :

1er exemplaire : Rabat, Marion, 1972, no 259 et p. 125, photographie ; reproduite dans Amandry, 1987, pl. 1, p. 3.

2e exemplaire : Copenhague, SNG, 1969, p. 42 ; Grant, 1946, p. 177, no 3. Seulement trois lettres lisibles au revers.

3e exemplaire : Tétouan, Mateu y Llopis, 1949, pl. III, 21, illisible.

4e exemplaire : Tétouan, Mateu y Llopis, 1949, pl. III, 22 = Quintero Atauri, 1940, pl. 26, no 1 ; Mazard, 1955, p. 186, no 618.

5e exemplaire : Rabat, Marion, 1972, no 260, illisible.

51 Hamdoune, 1994, pp. 81-87.

52 Ibid., p. 84 à propos de la monnaie Mazard, 1955, p. 186, no 618.

53 Voir pl. IIa : la légende est malheureusement illisible sur les photographies publiées en 1949.

54 Mateu y Llopis, 1949, pl. III, 21, 22.

55 Quintero Atauri, 1941, pl. 26, no 1.

56 Beltrán, 1952.

57 « El segundo ejemplar lleva cabeza femenil vuelta hacia la izquierda, letrero en cuya parte baja se lee : Col. Yul. Tingi, y reverso como el de la anterior. Sus restantes leyendas contienen nombres de magistrados » (Gómez Moreno, 1922, p. 10).

58 Hamdoune, 1994, p. 84.

59 « Malheureusement, toutes ces monnaies, qui semblent sorties de la même paire de coins, sont en mauvais état et leur lecture est difficile » (Amandry, 1987, p. 7, pl. 1, 3).

60 Alexandropoulos, 2007, p. 335, n. 16, pp. 476-477, no 161, pl. 18.

61 Voir pl. III, ainsi que Bernard, Callegarin, 2017.

62 RPC Cons. 860 corriged, pp. 60-61.

63 RPC Cons. 873, p. 62.

64 Hamdoune, 1994, pp. 84-85.

65 Grant, 1946, p. 177, qui range Tingi dans les municipes romains.

66 Desanges, 1972, p. 362.

67 Id., 1980, pp. 83-84.

68 Amandry, 1987, p. 7.

69 Une seule série mentionne en toute certitude des duumvirs à Tanger, mais quatre noms de magistrats figurent sur les monnaies : les deux autres personnages cités seraient les deux édiles. Voir RPC, I, 861 ; Alexandropoulos, 2007, p. 476, no 160 ; Bernard, Callegarin, 2017, pp. 187-191 pour une nouvelle proposition de datation des séries et le commentaire des différentes titulatures magistrales.

70 Grant, 1946, p. 169, n. 3, p. 177.

71 RPC, I, 857, 859, 863, 864, 865 ; Alexandropoulos, 2007, nos 156, 157, 158, 159, 160, 162.

72 RPC, I, 863, 864 ; Alexandropoulos, 2007, nos 155-156, pl. 18, p. 476 et commentaire pp. 333-334.

73 Manfredi, 1995, p. 87.

74 Pour Rhorfi, 2008, pp. 2005-2015, certains mots de ces légendes renverraient peut-être à des noms d’institutions de type punique toujours existantes dans le municipe romain de Tanger, par exemple une assemblée de citoyens comme dans le municipe romain de Gadès à la même époque.

75 Amandry, 1987, p. 11.

76 Hamdoune, 2003, pp. 20-21.

77 Strabon, III, 140.

78 Pline l’Ancien, V, 2, 1.

79 Rome, CIL, VI, 31870.

80 Treize noms exactement : voir Bernard, Callegarin, 2017, p. 187.

81 RPC, I, 859.

82 Pour le commentaire onomastique détaillé, voir Bernard, à paraître.

83 Voir Abascal Palazón, 1994. D’après les tableaux de Rhorfi, 2002, p. 2157, ce gentilice est beaucoup plus fréquent en Hispanie qu’en Narbonnaise et en Afrique.

84 Aucune de ces inscriptions n’est malheureusement antérieure à l’époque augustéenne.

85 Pline l’Ancien, V, 20, 1.

86 Baradez, 1954, pp. 93-95, repris par Desanges, 1980, p. 160. L’écart chronologique et la distance Tipasa-Cartenna rendent ce parallèle assez osé.

87 Cartenna, qui ne figure pas encore dans la collection des Inscriptions latines d’Algérie, compte environ 66 inscriptions répertoriées dans le CIL, VIII, 9649-9695 et 21506-21513, dans L’année épigraphique ainsi que dans le Bulletin du Comité des travaux historiques. Les épitaphes de vétérans sont en majorité du iie siècle et mentionnent en général la legio XXIIa Primigenia.

88 Ritterling, 1913, col. 1457-1464 (1458).

89 Paco de Arcos (Olisipo), CIL, II, 266 ; Burguillos del Cero, CIL, II, 985 ; Écija, CIL, II, 5053 ; EE, IV, 2480 et p. 16. La deuxième légion Auguste semble en effet être bien implantée en Hispanie citérieure à l’époque augustéenne, assez pour recruter des officiers parmi des citoyens romains originaires d’Hispanie. Un tribun angusticlave de cette légion, L. Marcius Optatus, a été honoré à Iluro (Mataro) en Citérieure (CIL, II, 4616 = ILS, 6948 = IRC, 1, 101), dont il est sans doute originaire. Après avoir été magistrat municipal (premier duumvir quinquennal) à Iluro et Tarraco (Tarragone), il devient préfet en Asturie, puis tribun militaire de la deuxième légion Auguste, avant de mourir à l’âge de 36 ans en Phrygie. La datation de cette inscription a suscité un débat fourni. Un certain nombre d’éléments incitent à penser à une datation haute, de l’époque augustéenne : le formulaire est caractéristique du ier siècle, et la fonction de premier duumvir quinquennal dans une cité qui a été municipe romain au plus tard sous Auguste (Wiegels, 1984, p. 163) indique une date précoce, même si Le Roux préfère dater l’inscription de la fin de l’époque julio-claudienne en raison de la fonction de praefectus Asturiae, interprétée comme une préfecture de cohorte (Le Roux, 1982, pp. 101-103, suivi par les auteurs des IRC, 1, 101). On préfère reconstituer cette carrière ainsi : L. Marcius Optatus, citoyen romain de seconde génération, a pu être l’un des premiers magistrats de sa cité d’Iluro au début des années 20 av. J.-C., puis de la colonie de Tarraco, avant d’exercer des fonctions d’administrateur civil dans le Nord-Ouest fraîchement conquis vers 25 et de faire partie des officiers d’une des légions d’Hispanie, la secunda Augusta, qui démobilise justement des vétérans à Barcino et également à Cartenna. Même sa mort en Phrygie est explicable dans ce contexte, puisque l’on pourrait la mettre en relation avec le voyage d’Auguste en Orient, entre 21 et 19. À l’appui de cette hypothèse, voir Pflaum, 1965, p. 99 et 1977, p. 16, n. 6 ; Galsterer, 1971, p. 57, n. 65 ; Alföldy, 1983, pp. 511-528 ; Demougin, 1992, no 47 ; Des Boscs-Plateaux, 2005, pp. 619-620.

90 Laporte, 2000, pp. 555-579.

91 Pline l’Ancien, V, 2, 6 ; voir ci-dessous pour le commentaire.

92 Voir notamment Desanges, 1980, p. 86 ; Lenoir, 1987, pp. 433-442 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 126 ; Lenoir, 2005, pp. 65-76.

93 Mazard, 1955, p. 188, nos 628-629.

94 Strabon, III, 1, 8.

95 Gascou, 1974a, pp. 68-69.

96 Lenoir, 1987, pp. 433-442.

97 « Lacimurga Constantia Iulia » (Pline l’Ancien, III, 14 ; voir Aguilar Sáenz, Guichard, Lefebvre, 1993, pp. 109-130) et « Osset Constantia Iulia » (Pline l’Ancien, III, 11).

98 Équivalent donné par Strabon, III, 1, 8.

99 Voir Chaves Tristán, 1979, pp. 9-91 avec les révisions de Bravo Jiménez, 2005, pp. 83-95 et l’étude de Moreno Pulido, Quiñones Flores, 2011, pp. 9-63.

100 Dion Cassius, XLVIII, 45, 3 ; sur le statut de Tingi en 38 av. J.-C., voir ci-dessus.

101 Gascou, 1974a, p. 70 ; Hamdoune, 2003, pp. 24-25.

102 RGDA, 28.

103 Gózalbes, 1993a, p. 270 ; Hamdoune, 2003, pp. 25-26.

104 « Au-delà [de Calpe], il y a une baie et sur celle-ci Carteia, l’ancienne Tartessos selon certains, et aussi Tingentera qu’habitent des Phéniciens transférés d’Afrique et dont je suis originaire. Puis Mellaria, Baelo et Baesippo occupent la rive du détroit jusqu’au promontoire de Junon » (Pomponius Mela, II, 6, 96, trad. Silberman, 1988). Cet hapax de Tingentera a été interprété par la plupart des paléographes comme la contraction de Tingis Altera. Ce nom d’« autre Tanger » serait cohérent pour désigner Iulia Traducta, cité créée à partir de Tingitans transférés sur la côte de Bétique. La situation d’Iulia Traducta a suscité un débat assez important : la cité a été localisée soit sur le site de l’actuelle Tarifa, soit sous celui d’Algésiras. En l’absence de preuves épigraphiques, on ne peut qu’émettre une préférence pour cette seconde hypothèse : l’ordre énoncé par Pomponius Mela, suivi par la majorité des sources postérieures, dont Ptolémée et l’Itinéraire antonin, place, d’est en ouest, Carteia (San Roque), puis Iulia Traducta plus à l’ouest dans la même baie, avant Mellaria (río de la Miel, près de Tarifa) et Baelo (Bolonia). Pierre Sillières et la plupart des archéologues espagnols ont donc émis l’hypothèse que Iulia Traducta se trouverait sous l’actuelle Algésiras et que Mellaria correspondrait à l’embouchure de la Miel, près de Tarifa : Sillières, 1988, p. 799 et 1990, carte finale ; Sedeño Ferrer, 1988, pp. 810-811 ; Gózalbes, 1993, p. 270 ; Bravo Jiménez, 2005, pp. 83-95 et 2012, pp. 38-44.

105 Pseudo-César, Guerre d’Espagne, XXXII, 6-8 ; XXXVI, 1 ; XXXVII. La flotte de Cn. Pompée y reste ancrée pendant les campagnes de 46-45, et il s’y réfugie lui-même après avoir été vaincu à Munda. Une ambassade d’habitants de Carteia vient même dénoncer Cn. Pompée à César, dans l’espoir de susciter sa clémence.

106 Voir les résultats de fouilles menées par D. Bernal sur les infrastructures de salaisons : Bernal, Jiménez-Camino Álvarez, 2007.

107 L’un (Bogud, allié d’Antoine) a été chassé de son royaume de Maurétanie occidentale, et l’autre (Bocchus II) est disparu sans héritier.

108 Des inscriptions en celtibère auraient été découvertes à Banasa, dans des niveaux pré-romains. Voir Arharbi, Lenoir, 2016.

109 Voir la création d’Antioche de Pisidie, vers 25 av. J.-C., avec des colons qui pourraient avoir été levés en Ultérieure en 49 av. J.-C., plutôt qu’en Gaule cisalpine comme l’avaient d’abord pensé Christol, Drew Bear, 1998, pp. 303-332, voir en dernier lieu Bru, 2009, pp. 263-270.

110 Cette situation de colonies « sans provinces » enclavées au cœur d’un royaume étranger est rare dans l’Empire, mais pas unique : ainsi, entre 39 et 25, les six colonies romaines déjà créées en Pisidie se retrouvent au sein du royaume de Galatie, puisque Antoine a confié ce territoire au roi galate Amyntas, chargé de rétablir les liaisons avec la Pamphylie en réprimant les peuples récalcitrants. Pendant six ans, jusqu’à la mort du roi et la formation de la province de Pisidie, des cités romaines se trouvent enclavées dans un royaume étranger, mais nous ignorons presque tout de leur administration lors de cette période troublée.

111 Les premiers à formuler cette hypothèse auraient été Eugène Albertini et Stéphane Gsell : Albertini, 1923, p. 41, n. 2, pp. 62, 65-66 ; Gsell, 1928b, p. 206. Raymond Thouvenot, Jérôme Carcopino, Louis Chatelain, Pierre Salama ont également repris, sous des angles divers et sans la développer vraiment, cette théorie du rattachement des colonies maurétaniennes à la Bétique ou, de façon vague, « à l’Espagne ». Certains auteurs ont tenté de distinguer par la suite diverses modalités de rattachement, comme Léo Teutsch et Pietro Romanelli : le premier imaginait un rattachement double, à la Bétique et à la Tarraconaise, Romanelli un triple, aux deux provinces hispaniques et à l’Afrique : Teutsch, 1962, pp. 220-221 ; Romanelli, 1959, pp. 204-205. Dans les années 1980, Jehan Desanges et surtout Nicola Mackie ont repris cette question : Desanges, 1980, p. 87 ; Mackie, 1983, p. 352. Pour un bilan de ces questions et un point bibliographique complet, voir Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 22-27, 131-132.

112 Notamment le premier édit d’Auguste à Cyrène, qui indique comment le gouverneur de Cyrénaïque pourra, le cas échéant, constituer des jurys mixtes d’Hellènes de différentes cités et de citoyens romains, et le quatrième édit, qui réaffirme explicitement la prérogative du gouverneur de province en matière de peine capitale : « à l’exception des accusés d’un crime capital à l’égard desquels le gouverneur de province est tenu soit de connaître et de statuer lui-même, soit de réunir un jury » (trad. de Visscher, 1940, pp. 16-19, 20-23, et commentaire sur les prérogatives des gouverneurs pp. 62-69).

113 AE, 1986, 333, avec traduction de P. Le Roux.

114 Voir, au chap. v de cet ouvrage, le dossier du centurion Marcel et des martyrs Servandus et Germanus.

115 Fournier, 2010b, pp. 183-184.

116 Cicéron distingue dans le deuxième discours de la seconde action contre Verrès les affaires entraînant la peine capitale des autres : Cicéron, Verrines, II, 68. Cette distinction se retrouve notamment dans le quatrième édit d’Auguste à Cyrène : Oliver, 1989, no 11 ; voir ci-dessus.

117 P. Schøyen, I, 25 édité par Mitchell, 2005, pp. 163-258.

118 Fournier, 2010b, p. 185.

119 Sur le nom de Zilil, voir Desanges, 1980, p. 86. Sur la localisation à Djar Jdid et les conditions de la fondation de la colonie, voir ci-dessus.

120 « Ab eo XXV in ora oceani colonia Iulia Augusta Constantia Zilil, regum dicioni exempta et iura in Baeticam petere iussa » (Pline l’Ancien, V, 2, 6 ; trad. Desanges, 1980, pp. 86-87, légèrement modifiée par M. Christol à l’occasion d’une relecture de ce passage).

121 Par exemple, chez Cicéron, Pour Fonteius, II : « sub populi Romani imperium dicionemque ceciderunt » (« qui étaient tombés sous la juridiction de l’empire du peuple romain » [à propos des Gaulois de Transalpine que Fonteius aurait vaincus pendant sa préture]).

122 Desanges, 1980, p. 87.

123 Voir Galsterer-Kröll, 1972, p. 59.

124 Desanges, 1980, p. 87, n. 1, et p. 93. Pline dit simplement que Banasa est Valentia cognominata, mais sa titulature complète est connue à travers les inscriptions, notamment les deux « tables de patronat » retrouvées à Banasa : IAM, 2, 126 et 128.

125 Galsterer-Kröll, 1972, p. 59.

126 La distinction moderne entre impôts directs et indirects n’existait pas dans l’Antiquité : voir France, 2007.

127 Sur la suspension du tributum, voir Cicéron, Des devoirs, II, 76 ; Plutarque, Paul Émile, 38 ; Pline l’Ancien, XXXIII, 56 ; Valère Maxime, IV, 3, 8. Le tributum n’est pas officiellement supprimé en 167 av. J.-C. pour les citoyens romains vivant en Italie, il n’est simplement plus levé car les circonstances ne l’exigent pas. Le tributum est d’ailleurs restauré pendant les guerres civiles, mais pour une courte durée : Nicolet, 1976, pp. 3-4.

128 Pour la liste de ces communautés, voir en premier lieu le livre 50 du Digeste, qui récapitule des communautés sises dans quinze provinces différentes. Ni les cités de Maurétanie ni celles de Bétique ne sont mentionnées dans cette liste malheureusement : Digeste, 50, chap. xv, titres 1, 6, 7, 8. Il faut ajouter à ces colonies les mentions de Pline pour la Liburnie et l’Hispanie citérieure : Pline l’Ancien, III, 25 et 139. Pour la bibliographie, voir en premier lieu l’art. Ius Italicum de la RE, col. 1238-1253.

129 Sur les avantages fiscaux des vétérans, voir notamment Cosme, 2007, pp. 197-198. Si, apparemment, les vétérans et leurs descendants à l’époque d’Auguste sont largement exempts d’impôts sur la personne et sur leur patrimoine, ces avantages ont tendance à décroître dès l’époque flavienne. D’autre part, les impôts fonciers, dans le droit fiscal romain, dépendent davantage du statut de la terre que de celui de la personne, comme le montrent les documents cadastraux.

130 Deux colonies maurétaniennes sont déclarées immunes dans les inscriptions, il s’agit de deux colonies fondées à partir de vétérans de la VIIe légion : Saldae (CIL, VIII, 8931, 8933, 20683) et Rusazus (AE, 1921, 16).

131 Sur le census, voir, en plus de la thèse ancienne de Pieri (1968), qui ne porte que sur la période républicaine, les travaux de Wiseman, 1969, pp. 59-75 ; Nicolet, 1976, pp. 71-121 et 1988 ; Le Teuff, inédit et 2010, pp. 195-211, 2014, pp. 75-90.

132 Sur les impôts « indirects » — au sens ancien du terme — principaux, en plus des droits de douane, les portoria, on rappelle la création des uicesima hereditatium (XXe des héritages), la uicesima libertatis uel manumissionum (XXe des affranchissements), la centesima rerum uenalium (taxe au centième sur les ventes aux enchères), et la quinta et uicesima uenalium mancipiorum (XXVe sur les ventes d’esclaves), voir en dernier lieu Günther, 2008.

133 Voir notamment France, 2003, pp. 210, 218-219, à propos d’une dédicace de Tarragone.

134 Ibid.

135 Le Teuff, inédit, pp. 365-378, résumé en 2014, pp. 83-84.

136 « Eadem largitione ciuitatum quoque ac prouinciarum animos adgressus : Hispa[l]ensibus et Emeritensibus familiarum adiectiones, […], prouinciae Baeticae Maurorum ciuitates dono dedit » (Tacite, Histoires, I, 78, 1 ; trad. Wuilleumier, Le Bonniec, 2002).

137 Sur l’indulgentia, pour la période et le cas qui nous intéressent, nous pouvons mentionner les travaux de Corbier, 1977, p. 223 ; Gaudemet, 1979 ; Jacques, 1982, p. 116 ; ainsi que la mise au point de Lefebvre, 2003, pp. 60-62.

138 Mackie, 1983, p. 352.

139 Sur les principes d’un impôt de répartition, voir France, 2003 ; Le Teuff, 2014, p. 83.

140 Sur la situation militaire et stratégique des Maurétanies en 69 apr. J.-C. et la position délicate de l’othonien Lucceius Albinus, voir ci-dessous ; Lefebvre, 2001, pp. 217-239.

141 D’où le commentaire de J. Hellegouarch qui identifie précisément les cités de Maurétanie rattachées par Othon à la Bétique comme Tanger et Lixus : voir Wuilleumier, Le Bonniec, 2002, p. 225. Même si ces cadeaux fiscaux à la Bétique regroupent peut-être ces cités, je ne vois pas sur quelles références ou sur quelles sources s’appuie le commentateur de Tacite pour désigner précisément les cités de Maurétanie auxquelles ce passage fait allusion.

142 C’est le commentaire de Tacite lui-même sur ces concessions : Tacite, Histoires, I, 78, 1.

143 Voir Wuilleumier, Le Bonniec, 2002, p. 225.

144 Voir Salama, 2005, p. 40.

145 Voir le chap. i de cet ouvrage.

146 Pomponius Mela (I, 6 ; 30), Pline l’Ancien (V, 22) et Ptolémée (IV, 2, 1 et IV, 2, 11 ; IB, 3, 1 et 2) affirment que le royaume de Numidie s’arrête à l’Ampsaga, et que la Maurétanie orientale est comprise entre la Moulouya et l’Ampsaga. Sur cette frontière, voir Février, 1986, pp. 606-608.

147 Desanges, 1980, p. 174 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 132.

148 Strabon, XVII, 12.

149 Voir le chap. i de cet ouvrage.

150 Voir le chap. i de cet ouvrage.

151 Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 132.

152 Sur la cité punique d’Ikosim, soit >WYKSM sur les monnaies de la fin du iie siècle : voir Alexandropoulos, 2007, no 140, p. 371. Le nom grec ekosion se trouve cité dans les sources grecques (Ptolémée, IV, 2, 2 ; Solin, XXV, 17, qui fait remonter ce nom aux vingt — eikosi — compagnons d’Héraclès fondateurs de la cité). Le latin Icosium est plus tardif, et l’adjectif officiel est Icositanus (CIL, VIII, 9259, 21110), avec un suffixe -itanus courant dans les provinces occidentales après les radicaux se terminant en « i » (par exemple, Uchi, Curubi) ou en « il » / « is » (Zilil, Volubilis). Voir Coltelloni-Trannoy, 2012, pp. 144-146 (sans suivre la conclusion d’une Icosi forcément « espagnole » cependant) ; Bernard, 2014, p. 76.

153 Ibid., pp. 65-80.

154 « Reliqua in ora flumen Tader, colonia inmunis Ilici, unde Ilicitanus sinus ; in eam contribuuntur Icositani » (Pline l’Ancien, III, 19).

155 S. v. « attributio » : col. 65-71 ; s. v. « contributio », col. 91-96, dans RE, suppl. VII, 1940.

156 Laffi, 1966.

157 Veyne, 1959 ; Bertrand, 1987 ; Galsterer, 1988.

158 Veyne, 1959, p. 569.

159 Voir notamment les éditeurs de Pline : Desanges, 1980, pp. 166-169 ; Zehnacker, 2004, p. 113 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 130-131 ; Alföldy, 2003, pp. 42-45 ; Gascou, 2004-2005, pp. 261-264.

160 Desanges, 1980, pp. 168-169, couramment accepté depuis.

161 « [R]egi Ptolemae[o] / reg(is) Iubae f(ilio) / L(ucius) Caecilius Rufus / Agilis f(ilius), honoribus / omnibus patriae / suae consummatis / d(e) s(ua) p(ecunia) f(aciendum) c(urauit) et consacrauit » (Icosium, CIL, VIII, 9257).

162 Icosium, CIL, VIII, 9258.

163 Hypothèse développée en dernier lieu par Alföldy, 2003, pp. 42-45 ; Gascou, 2004-2005, pp. 261-264.

164 Voir notamment Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 130-131.

165 Id., 2012, pp. 149-150.

166 Deux faiblesses soulignées à juste titre ibid., pp. 137-152.

167 Elche, AE, 1999, 960 = Corell, 1999, pp. 63-67, no 12 ; Chao, Mesa, Serrano, 1999, pp. 417-424 ; Cebrián Fernandez, 2000, p. 57 ; Mayer, Olesti, 2001, pp. 109-130 ; Guillaumin, 2002, pp. 133-134 ; Alföldy, 2003, pp. 42-45 = AE, 2005, 863 ; résumé indispensable, avec bibliographie supplémentaire, dans ELRH, C1, pp. 85-89.

168 Voir ibid. pour la description de ce document.

169 L’hypothèse de Guillaumin, 2002, pp. 133-134 paraît être la plus convaincante sur la question de la répartition et de la localisation des lots.

170 Corell, 1999, pp. 63-67, no 12 ; Chao, Mesa, Serrano, 1999, pp. 417-424 ; Cebrián Fernandez, 2000, p. 57 ; Alföldy, 2003, pp. 42-45.

171 ELRH, C1, p. 88.

172 Coltelloni-Trannoy, 2012, pp. 137-152.

173 Desanges, 1977, pp. 261-262.

174 Voir Bernard, 2014, pp. 75-76.

175 Sans compter des arrière-pensées identitaires qui peuvent parfois traverser une certaine historiographie espagnole ou catalane, attachée à montrer l’importance des communautés « indigènes » dans la structuration des provinces hispaniques.

176 RPC, I, 857 : L. Aurelius Seneca.

177 Voir Kajanto, 1965, pp. 16-17 ; Abascal Palazon, 1994, p. 503.

178 ELRH, C1, p. 88.

179 Ibid., p. 87.

180 Alföldy, 2003, pp. 42-45 ; ELRH, C1, p. 88.

181 Voir Gascou, 1983, pp. 175-207.

182 Veyne, 1959, pp. 568-593 ; Bernard, 2014, pp. 65-75.

183 Bien avant la découverte de cette table de centuriation, Nicola Mackie avait eu l’intuition que le verbe contribui n’était peut-être pas à prendre dans un sens aussi « technique » que la définition indiquée par Laffi. Contribui, pour elle, aurait pu signifier « être physiquement rattaché », « être transféré » : voir Mackie, 1984, p. 384. Concepción Falomir Pastor (inédite, pp. 135-136) reprend aujourd’hui cette hypothèse, qui certes semble plus pertinente au vu de la découverte de l’inscription d’Elche. Toutefois, cette signification de contribui est relativement inédite ; si effectivement il faut abandonner une définition normative de la contributio, il ne convient pas pour autant d’en faire un simple transfert de citoyens.

184 Si l’on fait exception des colonies les plus orientales comme Rusazus, Tubusuptu, Saldae et Igilgili, qui seraient peut-être rattachées à l’Africa.

185 Cicéron, Pour Balbus, XV, 34.

186 Tite-Live, Periochae, 110 ; Dion Cassius, LXI, 22 ; César, Guerre civile, II, 2, 20. Sur le rôle des Cornelii Balbi à Gadès, voir notamment Rodríguez Neila, 1992, pp. 66-67, 95 ; Callegarin, 1999, pp. 461-465 ; Des Boscs-Plateaux, 2005, pp. 339-342.

187 Cadix, CIL, II, 1727 ; AE, 1920, 79 ; Des Boscs-Plateaux, 2005, p. 339, n. 10. Certains auteurs, davantage attentifs à la numismatique, ont avancé l’idée que Gadès pourrait être une colonie dès l’époque augustéenne, à partir de la lecture d’une monnaie à légende bilingue néo-punique / latin : García-Bellido, 1988. Mais le cas de Tanger amène à relativiser l’importance de ces témoignages numismatiques uniques.

188 Mangas, 1988, p. 735.

189 Gil Farrés, 1966, p. 383.

190 Mangas, 1988, p. 736.

191 Avienus, Ora maritima, vv. 273-274.

192 « Regi Iubae reg[is] / Iubae filio regis / Iempsalis n(epoti) regis Cau[dae] / pronepoti regis Masinissae / pronepotis nepoti / (duum)uir(o) quinq(uennali) patrono / Coloni » (Carthagène, CIL, II, 3417, pp. 711, 952 = ILS, 840 ; voir Abascal Palazón, Ramallo Asensio, 1997, no 49, pl. 55).

193 « Iuba Rex Iubae f(ilius) (duum)u(ir) (quinquennalis) » (RPC, I, 169).

194 Voir la dédicace à Sérapis, Isis et Mercure de la fin du ier siècle apr. J.-C. offerte par un citoyen, M. Bombius, très probablement originaire de Numidie vu son nom, plus précisément de la région de Cirta. Cette dédicace, trouvée en plein cœur de la colonie romaine (Abascal Palazón, Noguera, Madrid, 2012, pp. 287-290), vient s’ajouter aux deux autres petits monuments aux divinités orientales découverts dans les années 1980 (Carthagène, AE, 1986, 635-636).

195 Abascal Palazón, 2002.

196 RPC, I, 172.

197 Mangas, 1988, p. 736.

198 Pour Grant et Étienne, Agrippa aurait pu être l’organisateur du municipe romain de Gadès lors de son proconsulat en 19 av. J.-C., et ces monnayages pourraient être des frappes de fondation : Grant, 1946, pp. 171-172 ; Étienne, 1958, p. 395. Pour Rodríguez Neila, en revanche, Gadès est municipe romain depuis 49 av. J.-C., depuis que César lui a octroyé le droit romain : Rodríguez Neila, 1980, pp. 44-46.

199 RPC, I, 77-84.

200 Guadán proposait que les monnaies de Gadès sur lesquelles figure Agrippa soient frappées à titre posthume, mais aucune preuve ne vient étayer cette hypothèse : Guadán, 1963, pp. 50-51, contra RPC, I, 81-88.

201 Carthagène, AE, 1979, 366 ; voir Abascal Palazón, Ramallo, 1997, no 42.

202 Abascal Palazón, 2002, pp. 21-44.

203 RPC, I, 164 : son préfet Hiberus apparaît seul sur les monnaies RPC, I, 162 ; 163 ; 165.

204 Domergue et alii, 2012, pp. 81-104.

205 García-Bellido, 1998, pp. 9-43.

206 RPC, I, 864.

207 Desanges, 1957 ; Des Boscs-Plateaux, 2005, pp. 339-342.

208 PIR2 P 1025.

209 Dion Cassius, LIX, 25, 1.

210 Suétone, Caligula, XXXV, 1.

211 Carcopino, 1943, p. 194.

212 Sigman, 1977, pp. 415-417 ; Gózalbes, 1988 et 1997, pp. 177-178 ; Lenoir, 2001, pp. 119-123 ; Schettino, 2003.

213 Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 58-59 ; Lenoir, 2001, pp. 123-125.

214 Causes énumérées par Lenoir, 2001, pp. 118-125.

215 Dion Cassius, LX, 9, 5.

216 Tubusuptu, CIL, VIII, 8836 ; Di Vita-Évrard, 1992, pp. 844-847 ; id., 1994.

217 Sénèque, Sur la tranquillité de l’âme, 11, mentionne le roi Ptolémée qui aurait été vu dans les fers par les Romains ; Dion Cassius, LIX, 25, 1, parle des distributions d’or et d’argent, mêlés de fer coupant, faites par Caligula au peuple de Rome lors de l’exécution de Ptolémée.

218 Fishwick, 1971, p. 468.

219 PIR2 L 190.

220 PIR2 S 957.

221 PIR2 H 216.

222 Dion Cassius, LX, 9, 5. Les victoires d’Hosidius Geta sont annoncées juste avant la mention du consulat de Claude et G. Largus en 42, donc cette expédition serait à placer strictement en 42, mais Fishwick et Gascou pensent que le temps d’apprendre la nouvelle et d’organiser deux provinces mène plutôt en 43, d’autant que Dion Cassius a pu préférer organiser ainsi son récit pour éviter de revenir plusieurs fois sur la question maurétanienne : voir Fishwick, 1971, p. 80 ; Gascou, 1974b, p. 307, n. 5.

223 Voir le chap. ii de cet ouvrage.

224 Sur les difficultés de recrutement et les craintes suscitées par le service en Hispanie, voir notamment Nicolet, 1998, pp. 138-139, mais également les nuances apportées par Cadiou, 2008.

225 Le Roux, 1982, p. 84.

226 Ce rapport convient seulement pour l’époque julio-claudienne. Voir Christol, Le Roux, 1985, p. 25.

227 L’ala IIa Gallorum, l’ala Augusta, la cohors IVa Gallorum, la cohors (IVa ?) Thracum, et les quatre cohortes c(iuium) R(omanorum) ; Le Roux, 1982, pp. 86-92.

228 L’ala Tauriana torquata (Christol, Le Roux, 1985) et la IIa Thracum (Leveau, 1973). Voir ci-dessous.

229 Roddaz, 2002, pp. 206-207.

230 « Les grandes concentrations de troupes en des zones choisies continuaient à prévaloir dans la perspective d’un recul toujours possible des limites de l’Empire. L’armée d’Hispania faisait de plus en plus figure d’armée de l’intérieur et ses effectifs pouvaient être diminués au profit des régions les plus exposées » (Le Roux, 1982, p. 98).

231 Tacite, Annales, IV, 5, 1 ; Strabon, III, 3, 8 et 4, 20 ; García y Bellido, 1961, p. 14 ; Le Roux, 1982, p. 84.

232 Dite in Hispania dans une inscription de Pergame mentionnant un de ses tribuns militaires : CIL, III, 399. Transfert à Mogontiacum (Mayence, Germanie) dès 43 : CIL, XIII, 6853, 6859.

233 Dédicace datée de 5 av. J.-C. de Forum Clodii (Bracciano, Étrurie) à un ancien tribun militaire, élevée par des centurions de la légion ex Hispania : CIL, XI, 3312.

234 Dédicace à un tribun de la legio Xa Gemina pendant seize ans in Hispania, trouvée dans le Samnium à Aueia Vestina (Fossa) : CIL, IX, 3610 = ILS, 2707.

235 D’après le rapport évoqué antérieurement de cinq unités auxiliaires pour une légion.

236 Christol, Le Roux, 1985, p. 25.

237 Ibid.

238 Le Roux, 1982, pp. 94-95. Ce décompte est volontairement réduit aux seules unités dont le recrutement en Hispanie peut être daté à la période julio-claudienne. Les unités à ethnique hispanique qui figurent dans les inscriptions de l’Empire sont quatre fois plus nombreuses.

239 Certes, l’appartenance à une unité levée en Hispanie n’est pas systématiquement synonyme d’origine hispanique. Cependant, cette information, une fois mise en relation avec les renseignements issus de l’onomastique du miles ou de sa tribu, est un élément important du faisceau d’indices qui conduit à déterminer l’origine du défunt.

240 Sur les diplômes militaires, voir Cosme, 2007, pp. 175-181. Pour les diplômes découverts au Maroc ou concernant les armées des Maurétanies, voir la liste ci-dessous, qui appelle une mise à jour régulière étant donné l’abondance des découvertes.

241 Roxan, 1973, p. 838.

242 Le terme de « photographie » apparaît sous la plume de Rebuffat, 1998a, p. 278, n. 4.

243 Suétone, Caligula, XXXV, 1 ; Dion Cassius, LIX, 25, 1.

244 Pline l’Ancien, V, 11.

245 Ibid., 14 ; Dion Cassius, LX, 9, 1. Voir Thomasson, 1996, pp. 197-198, nos 2-3.

246 Comte-Sponville, s. v. « solidarité », dans Encyclopédie Universalis, 2001.

247 Tacite, Histoires, II, 58, 1 : voir ci-dessous.

248 Tacite développe ailleurs (Histoires, I, 51, 3) le thème des armées réunies alors qu’elles étaient dissociées par l’organisation provinciale.

249 Idée défendue notamment par Romanelli, 1959, pp. 259-260, qui mentionne cependant l’importance des contingents auxiliaires hispaniques, et par Fishwick : « Given that the principal royal capital was at Iol Caesarea, it might have presented a simpler problem in logistics to move troops from that direction of Proconsularis and Numidia rather than from Spain […] A general movement of the theater of war from est to west would at least be convenient with epigraphical evidence for hostilities in the Volubilis region » (« Étant donné que la principale capitale royale était à Iol-Caesarea, il aurait été plus simple logistiquement parlant de déplacer des troupes vers cette direction depuis la Proconsulaire et la Numidie que depuis l’Espagne […] Un mouvement général du théâtre d’opérations d’est en ouest correspondrait d’ailleurs avec les preuves épigraphiques d’hostilités dans la région de Volubilis » [Fishwick, 1971, p. 467]).

250 Rebuffat, 1998a, pp. 297-298.

251 Ibid.

252 Volubilis, IAM, 2, 511 ; voir Christol, 2000, 1639 = AE, 2000, 104.

253 Volubilis, IAM, 2, 448 ; voir Lenoir, 1989, pp. 89-102.

254 Rebuffat, 1998a, pp. 287-288, n. 4.

255 Voir le chap. i de cet ouvrage.

256 Dion Cassius, LX, 60, 24 ; Alföldy, 1969, pp. 153-154.

257 Rebuffat, 1998a, p. 289.

258 Tacite, Histoires, I, 11, 1 ; II, 58, 1.

259 Voir Bernard, Christol, 2009, pour un examen exhaustif de la question, présentée ici de façon plus succincte.

260 Notamment Roxan, 1973 ; Rebuffat, 1998a ; Gózalbes, 2002b et c.

261 Inventaire des épitaphes militaires de Tingitane : Hamdoune, 1997.

262 Les premières publications de ces diplômes militaires avaient d’ailleurs suscité des réactions nombreuses dans l’historiographie espagnole des dernières années du protectorat sur le Nord du Maroc. Cette historiographie se montrait très attachée à souligner l’influence des « troupes espagnoles » dans la conquête du « Maroc ancien » (García y Bellido, 1952a ; Balil, 1954).

263 Roldán Hervas, 1974, pp. 265-267.

264 Volubilis, IAM, 2, 511 ; voir Christol, 2000, p. 1639 = AE, 2000, 104.

265 Cagnat, 1912, t. I, p. 29.

266 Carcopino, 1943, pp. 36-37, 86, 240.

267 Rachet, 1970, p. 129 ; et même plus récemment, Perea Yébenes, 2003, pp. 28-29.

268 Ritterling, 1925 dans RE, art. Legio, col. 1499.

269 Bénabou, 2005, p. 91, qui s’est d’autant plus élevé contre cette « prétendue présence légionnaire » que les auteurs antérieurs l’avaient au contraire surestimée.

270 Sur la présence en Maurétanie de M. Licinius Crassus Frugi, voir Gascou, 1974b ; Rebuffat, 1998a, pp. 297-299 ; pour les fastes provinciaux, voir Thomasson, 1996, pp. 196-197, nos 1-3.

271 Coltelloni-Trannoy, 2001, pp. 154-157.

272 Cette règle reste à l’origine du droit triomphal, même si elle connaît de nombreux aménagements et assouplissements au cours des deux derniers siècles de la République : Auliard, 2001, pp. 112-122 ; Richardson, 2008, pp. 32-37.

273 RE, art. Legio, col. 1567 ; Roldán Hervas, 1974, pp. 199-201 ; Morillo Cerdán, García Marcos, 2000, pp. 589-607.

274 RE, art. Legio, col. 1551 ; Roldán Hervas, 1974, pp. 194-198.

275 Mayence, CIL, XIII, 6853, 6854, 6858, 6865, 6869, 6856 et Bingen, CIL, XIII, 7506.

276 Mayence, CIL, XIII, 6853, 6854, 6865 et 6856.

277 Avenches, CIL, XIII, 5093-5094.

278 Cagnat, 1912, t. I, p. 29, n. 4.

279 Rebuffat, 1998a, p. 289, n. 1 ; Gózalbes, 2006, p. 37, quoique ce dernier fasse de C. Iulius Camillus un tribun de la Xa Gemina, au lieu de la IVa Macedonica.

280 Van Berchem, 1982, p. 62.

281 Morillo Cerdán, 2000, p. 611.

282 La présence de la Xe légion n’est cependant pas attestée par l’épitaphe CIL, VIII, 21669, retrouvée à Aïn Témouchent et citée par Cagnat (1912, 1, p. 29) : cette inscription en l’honneur d’un légionnaire de la Xa Gemina, faite par un signifer, est beaucoup plus tardive, comme l’indiquent l’invocation aux dieux mânes ainsi que l’origine du soldat, Lindo, probablement Lindum (Lincoln) en Bretagne.

283 Volubilis, IAM, 2, 511 ; voir Christol, 2000, p. 1639 = AE, 2000, 104.

284 Sur cette légion Xa Gemina, voir Ritterling, 1925, dans RE, art. Legio, col. 1678-1680 ; Roldán Hervas, 1974, pp. 205-207 ; Le Roux, 1982, pp. 85, 105, 121, 134-135 ; Gómez-Pantoja, 2000, pp. 169-184.

285 Christol, 2000, p. 1642.

286 Comme l’indique Rebuffat, 1998a, p. 288, la datation de l’époque antonine proposée par Fishwick, 1973, p. 478, est impossible.

287 Depuis Raymond Thouvenot qui l’a éditée, la majorité des auteurs s’est accordée pour lier cette inscription à la guerre de conquête : voir Thouvenot, 1934, p. 8 et 1954, p. 385 ; Carcopino, 1943, p. 37 ; Hamdoune, 1997, p. 142 ; Rebuffat, 1998a, p. 288 ; Christol, 2000, p. 1642 ; Labory, 2003, pp. 84-85 ; Gózalbes, 2006, pp. 36-37.

288 Tacite, Histoires, II, 58, 2. Sur Cluvius Rufus, voir Alföldy, 1969, pp. 16-17. Le rapprochement entre l’épitaphe de Rufinus et l’épisode de 69 a notamment été souligné par Le Roux, 1982, p. 97, qui précise également que la mort du légionnaire a pu survenir hors temps de conflit, lors d’une mission, et ne signifie pas l’engagement de toute une légion dans une guerre de conquête. Voir Salomies, 1983, p. 165, pour un avis similaire. On objectera que, comme l’a reconnu lui-même l’auteur dans un travail postérieur, les critères épigraphiques et paléographiques penchent plutôt vers une datation claudienne (Christol, Le Roux, 1985, p. 23). En outre, le décès d’un jeune soldat de 30 ans dans une province éloignée de son lieu de garnison et de sa patrie a statistiquement plus de chances d’être liée à un contexte belliqueux qu’à une mort naturelle en temps de paix.

289 Il est difficile de considérer sec(undus) comme un nom unique ou un cognomen (rarement abrégés à cette époque). Sec(undus) apposé à her(es) est facilement compréhensible comme « héritier secondaire » ou « substitué » (Christol, 2000, p. 1642). Le premier héritier de Rufinus aurait-il, lui aussi, trouvé la mort ?

290 Rebuffat, 1998a, p. 288, n. 5.

291 Gómez-Pantoja, 2000, p. 179, n. 75.

292 Christol, 2000, p. 1639.

293 Le Roux, 1982, p. 174, no 7, p. 178, no 21, p. 180, no 30.

294 Volubilis, IAM, 2, 448 ; Christol, Gascou, 1980, pp. 329-345 ; Lenoir, 1989, pp. 89-102.

295 Le gouverneur est M. Fadius Celer Flauianus Maximus : Volubilis, IAM, 2, 369.

296 C’est là l’interprétation traditionnelle de ce titre : Thomasson, 1982, p. 33 ; Christol, Magioncalda, 1989, pp. 14-15.

297 Huit procurateurs de Tingitane sont pro legato, contre un seul pour la Césarienne, une province pourtant plus prestigieuse, qui fait face au cours de son histoire à plus de difficultés militaires et dont le gouvernement est mieux rémunéré. Le titre de pro legato pourrait être en fait donné pour des raisons de prestige et d’avancement personnel de carrière. Voir Sasel, 1974, pp. 467-477.

298 Bernard, Christol, 2009, pp. 189-208.

299 IAM, 2, 253.

300 Rebuffat, 1998b, pp. 195-197.

301 Voir reproduction des dessins dans Rebuffat, 1998b, p. 198.

302 CIL, XVI, 162.

303 Rebuffat, 1998b, p. 198.

304 Voir ci-dessous.

305 Rebuffat, 1998b, p. 198, avec beaucoup de prudence cependant, la présence de la cohors IIIa Asturum à Tabernae étant attestée par la Notitia Dignitatum et par une inscription inédite signalée par Euzennat au musée de Tétouan et non retrouvée à ma connaissance.

306 Pline l’Ancien, III, 23.

307 Ibid., 10.

308 Barcelone, IRC, 4, 410.

309 Ptolémée, II, 4, 9 : Oueskís. Peut-être correspond-elle à la Vescelia de Tite-Live, XXXV, 22, 6.

310 Voir Santos Yanguas, 2004b, p. 64.

311 Saragosse, AE, 1978, 379 (Valeria Laturina) ; Lara de los Infantes, AE, 1980, 586 ([M]adigenus Laturus) et ERLara, 113 (Secius Laturus) ; Fresnena, CIL, II, 2903 (Laturus) ; Numance, ERPSoria, 112 (M(arcus) Laturico).

312 Roxan, 1973, pp. 846-847.

313 « Ogrigenus / Pintili f(ilius) ex / cohorte / Aestureru(m) / et Callaec/oru(m) an(norum) / XXIX stip(endiorum) ; IX heres / p(osuit) » (« [Ci-gît] Ogrigenus, fils de Pintilius, de la cohorte des Astures et des Callaïques, âgé de 29 ans, dont onze ans de solde ; son héritier a érigé [ce monument] » [Zahlback, CIL, XIII, 7037]).

314 Ogrigenus, le nom du défunt, est un hapax. En revanche, Pintilius* ou Pintilus* serait hispanique, puisque les seules occurrences de noms proches se situent en péninsule Ibérique, à Puebla de Alcocer en Bétique (limite nord du conuentus Cordubensis, à proximité de la Lusitanie), où est inhumée une Atia, fille de Pintilius*, ou Pintilus* (CIL, II2/7, 863) et à Saldeana en Lusitanie, où l’on trouve une Pintilisina (HEp, 9, 1999, 500 = HEp, 10, 2000, 493 = AE, 1999, 883 = AE, 2000, 713).

315 Spaul, 2000, pp. 79-80.

316 Roldán Hervas, 1974, pp. 65-66, 94, 124-126.

317 « Siluano / Aug(usto) / Runcani/us Vic/tor op/tio coh(ortis) / I Asturu(m) / [e]t Call(aecorum) / - - - - - - » (« À Silvain Auguste, Runcanius Victor, optio de la Ire cohorte des Astures et des Callaïques [a élevé ce monument] » [Andujár, CIL, II2/7, 58 = CILA, III, 267 = HEp, 4, 1994, 470 = AE, 1991, 1077]).

318 Banasa, IAM, 2, 234.

319 Diplôme illyrien, provenance inconnue (CIL, XVI, 4 = ILS, 1987).

320 Gózalbes, 2002d, p. 28, qui parle d’un départ pour la « Pannonie ».

321 Banasa, IAM, 2, 236. Sur cette unité, voir Santos Yanguas, 2004a.

322 Roldán Hervas, 1974, pp. 94-96.

323 Spaul, 2000, p. 80.

324 Cohortes Ia Lemauorum, Ia Hispanorum, Ia Asturum et Callaecorum, IVa Gallorum equitata. À noter le cas particulier de la Ia Bracarorum, certes levée en Hispanie, mais peut-être stationnée en Dalmatie avant d’être envoyée en Tingitane.

325 Tacite, Histoires, I, 11, 1.

326 Cherchell, CIL, XVI, 56 = CIL, VIII, 20978 = ILS, 2003.

327 Voir Bernard, Christol, 2010, pp. 2201-2226.

328 L’ala milliaria, créée sans doute à l’époque flavienne, est envoyée en Césarienne dès la fin du ier siècle. Deux cohortes arriveraient en Césarienne également à cette période : la Ia Flauia Hispanorum equitata et la Ia Flauia Musulamiorum (cette dernière se trouvant dans la province après 88, date où elle apparaît sur un diplôme militaire syrien). Trois autres cohortes sont, pour la première fois, attestées dans la province en 107 : la Ia Augusta Neruiana Velox, la IIa Gallorum et la IIa Flauia Brittonum equitata. La garnison de Césarienne est donc progressivement renforcée de 3 500 hommes entre 69 et 107. Sur les objectifs militaires à cette époque, Salama, 2005, p. 307.

329 Suétone, Galba, X, 2.

330 L’Ala Ia Augusta Gallorum, la Ia Hamiorum, la IIIa Asturum et la Gemelliana.

331 L’Ala IIa Thracum Aug p f et la [-] ? Parthorum.

332 La cohors Ia Lemauorum, la IIa Milliaria Sagittaria, la IIIIa Gallorum equitata, la Ia Bracarorum (à moins qu’elle ne soit encore à Bigeste), la Va Delmatarum et la Ia Hispanorum.

333 La cohors Ia Corsorum c(iuium) R(omanorum), la Ia Nurritanorum, la Ia Pannoniorum equitata, la IIa Breucorum Peditata, la IVa Sygambrorum, les VIa et VIIa Dalmatarum equitata.

334 Rebuffat, 1998a, pp. 278-285.

335 Rebuffat (ibid., p. 278, n. 4) suspecte en effet le diplôme de 88, complet sur le plan matériel, de ne pas rendre compte de la totalité des unités de Tingitane, voire de n’en présenter qu’une moitié. Ce diplôme de 88 indique seulement la présence de huit unités, cinq ailes et trois cohortes. Les deux diplômes du 14 octobre 109, qui sont fragmentaires, auraient pu mentionner à eux deux jusqu’à une quinzaine d’unités. Pour expliquer la parfaite contemporanéité de ces deux diplômes de 109, les éditeurs du CIL, XVI (nos 161-162), et des IAM, 2 (no 235, p. 138) ont élaboré l’hypothèse suivante : l’armée de Maurétanie tingitane serait scindée en deux parties, l’une chargée de protéger la province au nord, l’autre au sud. Chacun des deux diplômes de 109 rendrait compte de la moitié des unités auxiliaires présentes dans la province ; d’où l’idée que le diplôme de 88, resté lui « orphelin », serait incomplet. Cependant, le diplôme de 88 mentionne cinq ailes, soit la totalité des unités de cavalerie présentes en Tingitane à cette date. Les unités qu’il cite ne sont pas stationnées toutes au nord ou au sud de la province, mais réparties à travers tout le territoire tingitan. Enfin, le cas des diplômes « jumeaux » de 109 est visiblement une exception dans les diplômes militaires de Tingitane. Il est possible que le diplôme de 88 omette une ou deux cohortes, mais en aucun cas la moitié de la garnison provinciale. De toute façon, les diplômes militaires ne sont pas censés faire état de toutes les unités auxiliaires présentes à une date donnée dans une province, mais citent seulement celles où des auxiliaires obtiennent leur congé.

336 Rebuffat, 1998a, p. 284.

337 Pour la Citérieure en 69, Suétone (Galba, X, 2) dénombre une légion, deux ailes et trois cohortes, soit 8 500 hommes ; les deux Maurétanies réunies, dont la superficie totale n’atteint pas celle de la Citérieure, comptent 12 000 auxiliaires à la même date.

338 Cherchell, AE, 1975, 945.

339 Cherchell, CIL, VIII, 9390.

340 Aïn Defla (Oppidum Nouum), AE, 1926, 23, modifiée par Albertini par la suite : voir Bernard, Christol, 2010, pp. 2216-2218 = AE, 2010, 1847 et AE, 2012, 1931.

341 Spaul, 2000, pp. 217-219.

342 Le Roux, 1982, pp. 96-98, 136-138.

343 Voisinage déjà relevé par Salluste, Jugurtha, 19 : « proxumi Hispanias Mauri sunt » (« les Maures sont au plus proche des Hispanies »).

344 « Duae Mauretaniae » (Tacite, Histoires, I, 11, 1) ; « utramque Mauretaniam » (ibid., II, 58, 1).

345 Ibid. Sur les rapports entre armées et cadres provinciaux, Le Roux, 1982, p. 136.

346 Ce personnage est peu connu : il serait gouverneur de Judée entre 62 et 64 si l’on suit le témoignage de Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, XX, 9, 1-5 et Guerre des juifs, II, 14, 1. Pline le Jeune cite dans sa correspondance (Lettres, III, 9, 7 ; IV, 9, 13 ; et peut-être le destinataire de IV, 6, 10) un brillant avocat appelé Lucceius Albinus qui pourrait être un descendant du procurateur maurétanien. Ce Lucceius Albinus cité par Pline serait lui-même originaire d’une grande famille d’Olisippo (Lisbonne) présente dans l’épigraphie municipale (notamment CIL, II, 195). Cette hypothèse n’est étayée que par l’homonymie d’une séquence onomastique assez rare, mais elle est souvent relayée dans l’historiographie. Voir en dernier lieu Lefebvre, 2001 ; González Herrero, 2005, pp. 250-252.

347 Cluvius Rufus, consul suffect avant 41, ami personnel de Néron et historien (RE, 4, col. 121-125), est l’une des sources des Annales de Tacite. Sur le personnage, voir Alföldy, 1969, pp. 16-17 ; Thomasson, 1996, p. 198, no 5 et p. 225. Il a déjà été mentionné dans le premier livre des Histoires, 8, 1 : « E prouinciis Hispaniae praeerat Cluuius Rufus, uir facundus et pacis artibus, bellis inexpertus » (« Quant aux provinces, l’Espagne avait à sa tête Cluvius Rufus, un homme éloquent, talentueux en temps de paix, mais sans expérience de la guerre » [trad. Wuilleumier, Le Bonniec, 1987]). Son ralliement hésitant à Vitellius est relaté dans le paragraphe 76, 1 du même livre : « Idem ex Hispania adlatum laudatusque per edictum Cluuius Rufus ; et statim cognitum est conuersam ad Vitellium Hispaniam » (« Une nouvelle semblable arriva d’Espagne [le serment prêté par les légions à Othon] et Cluvius Rufus en fut loué par un édit ; mais aussitôt après, on apprit que l’Espagne était ralliée à Vitellius » [trad. ibid.]).

348 Voir, par exemple, Tacite, Histoires, I, 59, 2 sur les ralliements des Gaules à Vitellius.

349 Ibid., 76, 1. Ce ralliement tiède et prudent de Cluvius Rufus est à mettre en relation avec ceux de l’Aquitaine, « par peur et par nécessité », ou de la Narbonnaise, qui facilite le passage aux troupes les plus proches et les plus dangereuses, c’est-à-dire celles de Vitellius, qui, parties de la Germanie, se préparent à investir l’Italie.

350 Le Roux, 1982, pp. 137-138. On ajoutera à ce propos Tacite, Histoires, I, 26.

351 Il doit s’agir d’un diadème, voir le chap. ii de cet ouvrage sur le diadème de Syphax.

352 Ces accusations d’usurpation du titre royal maurétanien semblent assez largement douteuses. Il paraît peu crédible qu’un responsable provincial romain se mette à revendiquer l’appartenance à une dynastie numide, d’autant plus que Lucceius Albinus est peu connu par ailleurs pour son esprit d’accommodement avec les populations locales, comme le prouve son comportement brutal en Judée dont il a été gouverneur de 62 à 64 (Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, XX, 9, 1-5 ; id., Guerre des juifs, II, 14, 1). Mais le fait que cette rumeur soit diffusée et crue montre le prestige de la monarchie jubéenne, qui persiste encore trente ans après sa disparition. En revanche, une crainte de sécession des Maurétanies othoniennes ou d’attaque de l’Hispanie pro-Vitellius semble davantage crédible. Les responsables de grandes provinces, courtisés par tous les camps et disposant d’importantes forces armées, sont d’ailleurs soupçonnés de briguer le pouvoir et de fomenter des soulèvements : Cluvius Rufus lui-même doit d’ailleurs répondre à une telle accusation devant Vitellius quelques mois plus tard (Tacite, Histoires, II, 65, 1).

353 Le danger pour les Maurétanies vient plutôt du rapprochement de la Xe légion en Bétique.

354 Sur le rôle des autorités, ibid., I, 76, 2.

355 Rappelons en effet que, si ces provinces sont administrativement voisines, les zones de présence romaine effective en Tingitane et en Césarienne sont distantes de plusieurs centaines de kilomètres. Voir notamment Hamdoune, 2002, pp. 1427-1443 et le chap. i de cet ouvrage.

356 Tacite, Histoires, II, 58 : Albinus semble ne plus vouloir se contenter de l’Afrique du Nord, et il n’est séparé de l’Hispanie que par un « étroit détroit » selon les mots de Tacite.

357 Suétone, Galba, X, 2 : pour la Citérieure, une légion, trois ailes et deux cohortes ; pour la Lusitanie, sans doute une garnison d’unités auxiliaires en nombre indéterminé.

358 Pour le décompte, voir ci-dessus.

Table des illustrations

Titre Carte 7. — Les colonies de Maurétanie orientale (33-25 av. J.-C.)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4380/img-1.png
Fichier image/png, 68k
Titre Pl. II. — Émission monétaire de Tanger ayant été interprétée comme preuve d’un statut colonial à l’époque augustéenne
Légende a. — Exemplaire trouvé à Tamuda conservé à Tétouan (inv. 21) ; b. — Exemplaire conservé au médaillier du musée de Rabat (inv. 259) ; c. — Dessin de Jean Mazard du type 618
Crédits Source : RPC, I, 860 dit aussi type Mazard 618.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4380/img-2.png
Fichier image/png, 247k
Titre Pl. III. — Nouveaux exemplaires du type RPC, I, 860 (RPC Cons. 860 corriged)
Légende a. — Coll. Fajo 113 (cliché R. Pliego Vázquez, Casa de Velázquez) ; b. — Coll. privée (cliché forum OMNI). Lecture : droit : IVL·TINGI FABVLLVS ANTIST [ligature ANT] - IV·VIR·[…] ; tête féminine (Cérès ?) couronnée d’épis à gauche ; grènetis. Revers : L - BAEBIVS COSA M·CVRIVS L·M·AID ; deux épis verticaux. Grènetis. RPC Cons. 860 corriged.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4380/img-3.png
Fichier image/png, 357k

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540