Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nec plus ultra

 | 
Gwladys Bernard

Chapitre II

L’Imperium avant l’Empire

Rome et l’Extrême Occident aux deux derniers siècles de la République

Texte intégral

1Au tournant de notre ère, la représentation géographique que possèdent les Romains de l’Extrême Occident est assez précise : elle reflète la mainmise politique, certes récente, mais réelle, de la puissance romaine sur les espaces du détroit de Gibraltar. À l’extrême fin de la République, le pouvoir romain a commencé à transformer et adapter les infrastructures de transport pour pouvoir encore accroître et faciliter sa domination politique. Il faut expliquer à présent l’origine et les causes de cette entrée en contact avec les espaces de la Méditerranée extrême-occidentale et de cette mainmise commune sur les rives du détroit de Gibraltar. Cette idée d’expansion impériale n’est pas un donné, ni une évidence : elle s’est forgée progressivement, à la faveur d’une guerre à l’échelle méditerranéenne. Les contacts politiques et militaires entre Rome et les espaces du détroit de Gibraltar ont en effet commencé à la toute fin du iiie siècle, à l’occasion du deuxième conflit avec Carthage.

I. — Carthage, facteur et acteur de la rencontre entre Rome et l’Extrême Occident

2Les Romains n’ont pas été les premiers ni les seuls à faire circuler des troupes armées de part et d’autre des rives de la Méditerranée occidentale. Ce sont les Barcides qui ont su d’abord exploiter de façon conjointe les ressources militaires de l’Ouest de l’Afrique et de l’Hispanie méridionale. Polybe et Tite-Live exposent comment Hannibal a réussi à mettre en place un réseau d’alliances mutuelles entre les deux rives de la Méditerranée pour préparer son expédition en Italie. Afin de comprendre le cadre dans lequel s’inscrivent les relations militaires entre l’Hispanie et l’Afrique au ier siècle avant notre ère, pour saisir les évolutions politiques qu’a connues l’Extrême Occident méditerranéen avec l’émergence de la puissance romaine, il est nécessaire d’étudier ce précédent stratégique de la deuxième guerre punique. En effet, c’est lors de cet épisode que commencent à s’instaurer des relations politiques entre Rome et les espaces ibériques et maurétaniens et que la puissance romaine élabore une première vision stratégique du détroit des colonnes.

Hannibal et les alliances transméditerranéennes

  • 1 « Pour ce qui est de la guerre sur terre, les Romains ont de bien meilleurs soldats, car ils consa (...)
  • 2 Nicolet, 1990, pp. 600-601.

3Les passages de troupes maures en péninsule Ibérique ou, à l’inverse, l’emploi de soldats hispaniques sur le sol africain constituent un recours tactique employé par Carthage sans doute dès les prémices du second conflit avec Rome. La première explication de ces échanges est bien sûr la proximité entre les côtes de l’Hispanie et de l’Afrique occidentale, qui a permis de favoriser des transferts rapides de soldats entre ces deux théâtres principaux du conflit. La structure de l’armée carthaginoise semble être un facteur majeur d’explication de ces déplacements militaires. Les effectifs d’auxiliaires et de mercenaires employés par les Carthaginois sont en effet composés en majeure partie d’Afri — c’est-à-dire d’Africains provenant des cités alliées à Carthage, de Numides ou de Maures — et d’Ibères. Le statut auxiliaire ou mercenaire de ces troupes étrangères est encore soumis à débat : l’historiographie ancienne a longtemps décrit ces troupes comme des mercenaires, suivant ainsi la très célèbre opposition développée par Polybe entre les conscrits romains et les mercenaires de Carthage1. Cependant, à part dans Polybe qui corrèle la supériorité de l’armée romaine et cette dimension nationale, l’emploi des termes misthophoroi ou mercenarii est relativement rare dans les sources qui décrivent plus précisément la structure des armées puniques2. La mention fréquente de gages ou d’otages semble indiquer au contraire que la participation militaire de troupes étrangères aux armées carthaginoise ou romaine ne relèverait pas uniquement du mercenariat, c’est-à-dire d’un enrôlement volontaire contre un salaire, mais davantage d’une contribution imposée par un traité de paix ou une alliance inégale. Cet appel à des auxiliaires plus qu’à des mercenaires sous-entend une véritable stratégie d’ensemble de la part de Carthage, avec des alliances préalables, ainsi que la constitution d’une zone d’influence en Afrique et en péninsule Ibérique, et non un simple recours tactique à des mercenaires.

  • 3 La première mention d’Ibères en Sardaigne date même des dernières années du vie siècle av. J.-C., (...)
  • 4 Polybe, I, 17, 4.
  • 5 Diodore, XXV, 2, 2 ; XXV, 8, 9 ; Polybe, I, 66, 1-12 ; I, 67, 1-7.

4Quel que soit leur statut, les soldats ibères sont une des composantes importantes des troupes carthaginoises dès les guerres gréco-puniques du ve siècle av. J.-C.3, et ils représenteraient même le contingent auxiliaire le plus nombreux pendant la première guerre punique4 et la « Guerre des mercenaires » qui l’a suivie5. Pendant la deuxième guerre punique, Carthage, maîtresse des deux rives occidentales de la Méditerranée, envoie en péninsule Ibérique des renforts composés d’Afri et de Mauri, pendant presque toute la durée du conflit.

  • 6 Pour cela, voir la liste établie anciennement par García y Bellido, 1964.

5Il n’y a pas lieu d’énumérer ici la totalité des apports libyens intervenus comme auxiliaires des Carthaginois en péninsule Ibérique pendant les seize ans de conflit armé6. Cependant, une réflexion de Polybe, reprise et développée par Tite-Live, éclaire de façon intéressante la signification de ces transferts d’alliés entre les espaces ibériques et africains à l’initiative de la puissance carthaginoise. Pour comprendre le fondement de cette politique d’alliances, l’analyse détaillée de ce double récit d’un même échange de troupes entre Afrique et Hispanie est nécessaire : cette stratégie inaugurée par Hannibal s’avère fondatrice. En 218 av. J.-C., juste avant le départ pour l’Italie, Hannibal se préoccupe d’assurer la protection de l’Afrique et de la péninsule Ibérique. À cette fin, après avoir renvoyé les alliés hispaniques chez eux pour hiverner avant le départ vers l’Italie et avoir confié à son frère Hasdrubal le commandement de l’Hispanie pendant son absence, il imagine un dispositif stratégique que Polybe décrit en ces termes :

τρίτον ὑπὲρ τῆς ἀσφαλείας τῶν ἐν Λιβύῃ προυνοεῖτο πραγμάτων. πάνυ δ’ ἐμπείρως καὶ φρονίμως ἐκλογιζόμενος ἐκ μὲν Λιβύης εἰς Ἰβηρίαν, ἐκ δ’ Ἰβηρίας εἰς Λιβύην διεβίβαζε στρατιώτας, ἐκδεσμεύων τὴν ἑκατέρων πίστιν εἰς ἀλλήλους διὰ τῆς τοιαύτης οἰκονομίας. ἦσαν δ’ οἱ διαβάντες εἰς τὴν Λιβύην †Θερσῖται†, Μαστιανοί, πρὸς δὲ τούτοις Ὀρῆτες Ἴβηρες, Ὀλκάδες, οἱ δὲ σύμπαντες ἀπὸ τούτων τῶν ἐθνῶν ἱππεῖς μὲν χίλιοι διακόσιοι, πεζοὶ δὲ μύριοι τρισχίλιοι ὀκτακόσιοι πεντήκοντα, πρὸς δὲ τούτοις Βαλιαρεῖς (ὀκτακόσιοι ἑβδομήκοντα), οὓς κυρίως μὲν καλοῦσι σφενδονήτας, ἀπὸ δὲ τῆς χρείας ταύτης συνωνύμως καὶ τὸ ἔθνος αὐτῶν προσαγορεύουσι καὶ τὴν νῆσον. τῶν δὲ προειρημένων τοὺς μὲν πλείους εἰς τὰ Μεταγώνια τῆς Λιβύης, τινὰς δ´ εἰς αὐτὴν Καρχηδόνα κατέταξεν. ἀπὸ δὲ τῶν πόλεων τῶν Μεταγωνιτῶν καλουμένων ἀπέστειλεν ἄλλους εἰς Καρχηδόνα πεζοὺς τετρακισχιλίους, ὁμηρείας ἔχοντας καὶ βοηθείας ἅμα τάξιν. ἐπὶ δὲ τῆς Ἰβηρίας ἀπέλιπεν Ἀσδρούβᾳ τἀδελφῷ […] καὶ μὴν ἱππεῖς Λιβυφοινίκων μὲν καὶ Λιβύων τετρακοσίους πεντήκοντα, Λεργητῶν δὲ τριακοσίους, Νομάδων δὲ Μασυλίων καὶ Μασαισυλίων καὶ Μακκοίων καὶ Μαυρουσίων τῶν παρὰ τὸν Ὠκεανὸν χιλίους ὀκτακοσίους, πεζοὺς δὲ Λιβύων μυρίους χιλίους ὀκτακοσίους πεντήκοντα, Λιγυστίνους τριακοσίους, Βαλιαρεῖς πεντακοσίους, ἐλέφαντας εἴκοσι καὶ ἕνα. Οὐ χρὴ δὲ θαυμάζειν τὴν ἀκρίβειαν τῆς ἀναγραφῆς, εἰ τοιαύτῃ κεχρήμεθα περὶ τῶν ὑπ’ Ἀννίβου κατ’ Ἰβηρίαν πεπραγμένων οἵᾳ μόλις ἂν χρήσαιτό τις αὐτὸς κεχειρικὼς τὰς κατὰ μέρος πράξεις, οὐδὲ προκαταγινώσκειν, εἰ πεποιήκαμεν παραπλήσιον τοῖς ἀξιοπίστως ψευδομένοις τῶν συγγραφέων. ἡμεῖς γὰρ εὑρόντες ἐπὶ Λακινίῳτὴν γραφὴν ταύτην ἐν χαλκώματι κατατεταγμένην ὑπ’ Ἀννίβου, καθ’οὓς καιροὺς ἐν τοῖς κατὰ τὴν Ἰταλίαν τόποις ἀνεστρέφετο, πάντως ἐνομίσαμεν αὐτὴν περί γε τῶν τοιούτων ἀξιόπιστον εἶναι· διὸ καὶ κατακολουθεῖν εἱλόμεθα τῇ γραφῇ ταύτῃ. En troisième lieu, il se préoccupait d’assurer la tranquillité de l’Afrique ; en un calcul tout à fait habile et prudent, il résolut de faire passer des soldats d’Afrique en Ibérie, et d’Ibérie en Afrique, de manière à jeter par un tel dispositif les deux peuples dans les liens d’une mutuelle fidélité. Ceux qui passèrent en Afrique furent des †Thersites†, des Mastiens, et en outre, des Orètes, des Ibères, des Olcades, soit en tout, en provenance de ces peuples, 1 200 cavaliers et 13 850 fantassins, et en outre 870 Baléares — terme qui, dans leur langue, signifie frondeurs ; de l’usage de la fronde on tire par extension le nom qu’on donne à leur peuple et à leur île. Des troupes susdites la plupart furent cantonnées par Hannibal dans les Métagonies d’Afrique et certaines à Carthage même. Des cités dites métagonites, il dépêcha à Carthage d’autres fantassins, au nombre de 4 000 tenant lieu à la fois d’otages et de renforts. […] Par ailleurs, il lui laissa encore [à son frère Hasdrubal en Ibérie] comme cavaliers 450 Libyophéniciens et Africains, 300 Lergètes [mot douteux], 1 800 Numides (Massyles, Massaesyles, Maccéens et Maures du bord de l’Océan), et comme fantassins 11 850 Africains, 300 Ligures et 500 Baléares, avec 21 éléphants. Il ne faut pas s’étonner si nous avons fait preuve d’une telle précision dans la liste des mesures prises par Hannibal en Ibérie, précision dont aurait peine à faire preuve quelqu’un qui aurait dirigé personnellement la mise en œuvre de chacune de ces mesures en particulier. Et il ne faut pas nous condamner par avance si nous avons agi à la manière de ces historiens qui cherchent à rendre leurs mensonges crédibles. Nous avons, en effet, trouvé au cap Lacinion cette liste consignée sur une tablette de bronze par Hannibal, à l’époque où il séjournait dans ce secteur de l’Italie ; nous avons pensé que, sur de telles questions du moins, elle était tout à fait crédible ; et c’est pourquoi nous avons choisi de suivre cette liste.

Source : Polybe, III, 33, 7-18 ; trad. Foulon, Molin, 2004, légèrement modifiée.

6Tite-Live fait également mention de cet échange, en s’inspirant du passage de Polybe, avec toutefois des raccourcis et des variantes :

Pro eo, supplementum ipse ex Africa maxime iaculatorum leuium armis petit, ut Afri in Hispania, in Africa Hispani, melior procul ab domo futurus uterque miles, uelut mutuis pigneribus obligati stipendia facerent. Tredecim milia octingentos quinquaginta pedites caetratos misit in Africam et funditores Baliares octingentos septuaginta, equites mixtos ex multis gentibus mille ducentos. Has copias partim Carthagini praesidio esse, partim distribui per Africam iubet. Simul conquisitoribus in ciuitates missis quattuor milia conscripta delectae iuuentutis, praesidium eosdem et obsides, duci Carthaginem iubet.
22. Neque Hispaniam neglegendam ratus, atque id eo minus quod haud ignarus erat circumitam ab Romanis eam legatis ad sollicitandos principum animos, Hasdrubali fratri, uiro impigro, eam prouinciam destinat firmatque eum Africis maxime praesidiis, peditum Afrorum undecim milibus octingentis quinquaginta, Liguribus trecentis, Baliaribus <quingentis>. Ad haec peditum auxilia additi equites Libyphoenices, mixtum Punicum Afris genus, quadringenti <quinquaginta> et Numidae Maurique accolae Oceani ad mille octingenti et parua Ilergetum manus ex Hispania, trecenti equites, et, ne quod terrestris deesset auxilii genus, elephanti uiginti unus.
Pour ce fairea, il demanda qu’on lui envoyât, de préférence d’Afrique, des lanceurs de javelots armés à la légère, afin que des Africains servent en Espagne et des Espagnols en Afrique, les uns et les autres devant faire de meilleurs soldats loin de chez eux, comme liés par un échange de gages. Il envoya en Afrique 13 850 fantassins munis de la cetra, 870 frondeurs baléares et 1 200 cavaliers recrutés chez nombre de peuples différents. Il ordonne que ces troupes soient les unes affectées à Carthage comme garnison, les autres réparties à travers l’Afrique. De même, après avoir envoyé des recruteurs dans les cités, il donne l’ordre de conduire à Carthage en qualité de renforts et d’otages 4 000 conscrits issus de la jeunesse choisieb.
Pensant qu’il ne fallait pas non plus négliger l’Hispanie, et ce d’autant moins qu’il n’ignorait pas qu’elle était parcourue d’envoyés romains chargés d’en gagner la faveur des chefs, il l’attribue comme province à son frère Hasdrubal, un homme d’action, et il la renforce avec des troupes africaines pour la plus grande part, soit 11 850 fantassins africains, 300 Ligures et <500> Baléares. À cette infanterie auxiliaire furent ajoutés des cavaliers libyophéniciens, métis de Puniques et d’Africains, au nombre de 4<50>, des Numides et des Maures habitant près de l’Océan, environ 1 800, une petite troupe d’Ilergètes venus d’Hispanie, soit 300 cavaliers, et, pour qu’aucune sorte de force auxiliaire terrestre ne fît défaut à Hasdrubal, 21 éléphants.
a. Plutôt que « pour remplacer ceux-ci », comme le propose Jal, 1988. Pro eo désigne simplement la garnison conséquente qu’Hannibal décide d’installer en Afrique pour éviter qu’elle ne soit prise à revers.
b. Jal propose « 4 000 jeunes gens mobilisés parmi l’élite de la société » (ibid.), soit une très légère sur-traduction qui conduit à insister sur le caractère social de la sélection, un pur ajout livien.

Source : Tite-Live, XXI, 21, 11 ; trad. Jal, 1988, adaptée.

7Des différences contextuelles et chronologiques séparent bien entendu ces deux récits. Cependant, Tite-Live reprenant ici assez fidèlement le modèle polybien, il semble pertinent d’étudier les deux textes de façon conjointe, car le récit livien est le seul à même d’éclairer les difficultés présentées par le passage de Polybe. Tite-Live suit le texte de Polybe notamment pour les données numériques, mais en enlevant certains détails sans doute jugés fastidieux, en procédant à certains ajouts visiblement anachroniques mais significatifs, en développant les motivations de ce dispositif stratégique. Le premier élément intéressant de ces deux passages est la référence à un engagement de fidélité mutuelle orchestré par Hannibal entre les peuples concernés par l’échange de soldats.

  • 7 Pignus a souvent le sens fort d’otages chez Tite-Live (XXVIII, 34, 9 ; XXXIII, 22, 9 ; XLIII, 10, (...)

8Ce lien de fidélité, que Polybe définit comme un lien de pístis, engage les Africains et les Ibères non seulement les uns envers les autres (hekatérôn), mais également envers Carthage, allèlôn désignant le plus souvent un nombre supérieur à deux. On comprend pourquoi cette oikonomía, cette répartition, cette « économie » de troupes, est un calcul aussi prudent : les peuples cités, en cas de désertion, encourent non seulement les représailles carthaginoises, mais également celles des troupes étrangères chargées de protéger leur propre territoire en Afrique ou en péninsule Ibérique. Hannibal, même retenu en Italie, pourra donc faire appliquer d’éventuelles mesures de rétorsion en Afrique par des soldats ibères et réciproquement, chacune des communautés ayant fait l’échange de sa garnison protectrice. Tite-Live emploie d’ailleurs le terme de pignus qui peut désigner chez lui des garanties, mais aussi des otages7. La suite du dispositif confirme ces liens mutuels : ainsi, Polybe indique que Carthage reçoit 4 000 Métagonites qui lui servent « autant de renforts que d’otages », la protection du territoire métagonite étant, elle, assurée par les peuples ibériques cités auparavant.

  • 8 Polybe, III, 56, 4.
  • 9 Tite-Live, XXVIII, 46, 16. Cette assimilation est relativement commune : Domínguez Monedero, 1995, (...)
  • 10 Jaeger, 2006, p. 393 : l’expression res gestae renvoie inévitablement au « testament d’Ancyre », a (...)
  • 11 Walbank, 1957, pp. 364-365.
  • 12 Jaeger, 2006, pp. 395-396.
  • 13 Sur le sanctuaire dédié à Héra Lacinia du cap Colonna, près de Crotone, voir notamment Spadea, 200 (...)
  • 14 Sur le rôle d’Héra dans les serments, voir notamment le serment d’Hannibal et Philippe V de Macédo (...)
  • 15 Dans le texte de Tite-Live, le temple de Junon Lacinia revient à plusieurs reprises comme un puiss (...)
  • 16 Tite-Live, XXX, 20, 6. Ce passage est douteux : Tite-Live fait de ce dernier acte d’Hannibal dans (...)

9Polybe énumère précisément les contingents concernés par cet échange et rassure immédiatement son lecteur : les chiffres énoncés ne sont pas destinés à donner une illusion de vérité, mais proviennent d’une inscription que Polybe a vue au cap Lacinion, au sud de l’Italie. Dans un autre passage8, il indique qu’Hannibal a également fait graver le catalogue de ses forces restantes lors de son entrée en Italie. Ce monument est traditionnellement identifié à l’inscription mentionnée par Tite-Live au livre XXVIII9. Ce dernier rapporte qu’à l’été 205, alors que l’armée souffre d’une épidémie et de la faim, Hannibal aurait offert à Junon Lacinia un autel avec une inscription bilingue énumérant ses res gestae, ses hauts faits en grec et en punique. Ce commentaire livien, et notamment la mention emphatique de res gestae, qui « sonne » très augustéen, doit être remis en perspective, car il est peu probable que Tite-Live ait vu lui-même l’inscription bilingue qu’il mentionne10, contrairement à Polybe qui a dû lire lui-même la liste de ces forces auxiliaires, qu’il qualifie très simplement de graphè, lors de son internement en Italie du Sud entre 267 et 250, soit soixante ans après sa rédaction11. Est-ce que ces deux passages évoquent réellement la même inscription déposée à l’actuel cap Colonna ? En quoi cette inscription bilingue célébrant des res gestae et consacrée à la déesse à l’été 205 à la suite d’une épidémie mentionnée par Tite-Live correspond au catalogue de forces au tout début du conflit décrit par Polybe ? Alors que Polybe, pour prouver ses dires, signale le sérieux de ses recherches qui l’ont conduit jusqu’à cette énumération d’auxiliaires, probablement directement écrite en grec, Tite-Live commémore un des derniers actes d’Hannibal en Italie, une dédicace d’autel et le don d’une stèle bilingue destinée à rappeler solennellement son passage dans la péninsule12. Les finalités de Tite-Live dans ce passage du livre XXVIII, davantage littéraires et mémorielles que proprement historiques, amènent à penser que plusieurs inscriptions différentes ont pu être déposées par Hannibal lors de son ou plutôt ses passages au sanctuaire d’Héra Lacinia13. L’inscription source de la description de Polybe contiendrait une liste des forces envoyées par les alliés d’Hannibal et serait plutôt le rappel solennel d’un serment d’alliance, placé à l’extrémité de la péninsule italienne, au plus près de l’Afrique, sous la protection d’Héra, une déesse centrale des panthéons grec, punique et libyque14. Polybe date cette inscription du passage des Carthaginois au sud de l’Italie, soit vers 215 au plus tôt. Mais cette datation est un peu curieuse, car il paraît étrange de faire graver cette inscription en 215, voire en 205, alors que l’alliance date des premiers temps de l’affrontement. Cette liste d’alliés a dû être gravée en 218 pour sceller l’échange de troupes. Elle a pu être affichée par la suite par les Carthaginois lors de leur arrivée au cap Lacinion, puis conservée comme un trophée par les Romains après le départ d’Hannibal d’Italie. Si effectivement le général carthaginois est bien à l’origine de cet affichage dans le temple d’Héra Lacinia15, cette longue épigraphe aurait été destinée à rendre largement publiques l’étendue des forces et la multiplicité des alliances contractées par Carthage, tout en les plaçant sous la protection de la déesse. Cette large publicité des alliances — en plus de sa valeur religieuse — visait sans doute à dissuader toute attaque et tout débarquement en Afrique ou en Hispanie, des régions protégées par un nombre considérable d’alliés. Il est d’ailleurs significatif que, selon Tite-Live, ce soit justement dans l’enceinte de ce sanctuaire d’Héra Lacinia qu’Hannibal ait fait exécuter 2 000 alliés, des soldats italiens qui avaient refusé de le suivre lors du repli carthaginois en Afrique et avaient cru y trouver refuge16. Que cette inscription ait été ou non affichée par les Carthaginois eux-mêmes dans le temple d’Héra Lacinia, sa valeur est celle d’un serment d’alliance concernant plus de 30 000 Libyens et Ibères engagés dans l’armée d’Hannibal dans un conflit qui est d’importance méditerranéenne. L’existence de res gestae bilingues d’Hannibal consacrés au temple d’Héra Lacinia en 205 et mentionnés par le seul Tite-Live (XXVIII, 46, 16) est plus douteuse ; l’identification de cette inscription commémorative avec la liste d’alliances reproduite par Polybe me semble peu probable pour les raisons précédemment énoncées.

  • 17 Cette carte 4 des échanges d’alliés reste bien entendu une construction hypothétique.
  • 18 Polybe, III, 24, 3-13 ; sur ces traités romano-carthaginois, voir notamment Scardigli, 1991 ; Espa (...)
  • 19 L’hypothèse ancienne qui subordonnait Tarseion à Mastia (« Mastia des Tarsiens », transformés en « (...)
  • 20 L’hypothèse de la localisation de « Mastia Tarseion » ou de Mastia et de Tarseion en péninsule Ibé (...)

10Si le principe d’un échange d’auxiliaires alliés entre péninsule Ibérique et Afrique du Nord se détache clairement de ces deux extraits, il est en revanche malaisé d’identifier et de localiser avec précision tous les ethnonymes cités dans ces deux passages (carte 417). Certains des noms ibériques sont de quasi-hapax, peut-être dus à la genèse de ce texte tiré de la lecture d’une inscription ou à la déformation grecque d’ethnonymes ibères. La question se complique encore en raison de certains rapprochements effectués entre les ethnonymes de ce passage et les toponymes cités dans les traités romano-carthaginois, notamment dans le traité de 348, rapporté par Polybe18. Ce traité aurait tendu à limiter les entreprises romaines dans la sphère d’influence de Carthage, une zone limitée « par le Beau Promontoire, Mastia et Tarseion19 ». Si le Beau Promontoire se trouve vraisemblablement sur la côte africaine, le débat fait rage à propos de la localisation en péninsule Ibérique ou en Afrique et en Sardaigne de Mastia et de Tarseion20. Il ne nous appartient pas de trancher cette épineuse question ici : l’extrait qui nous intéresse est postérieur de plus d’un siècle au fameux traité et mentionne des noms de peuples situés en toute certitude en péninsule Ibérique. C’est sur ces ethnonymes que portent les tentatives d’identification.

Carte 4. — Les alliés d’Hannibal en 218

Carte 4. — Les alliés d’Hannibal en 218
  • 21 Moret, 2002, p. 275, suivi par Foulon, Molin, 2004, p. 44.
  • 22 González Blanco, 1991, pp. 32-36.
  • 23 Cette hypothèse, à mettre au crédit des travaux de Schulten, a été abondamment reprise, aussi bien (...)
  • 24 Ferrer Albelda, 2011-2012, pp. 442-443 ; Olcoz Yanguas, Medrano Marqués, 2014, avec carte p. 83.

11Sur le nom de Thersîtai, les opinions divergent assez clairement, en fonction de l’identification de cet ethnonyme soit comme d’un hapax ou comme une forme corrompue, ou comme un dérivé du toponyme Tarseion, qui renverrait à la mythique Tartessos. La première hypothèse repose sur des arguments solides : la forme Thersîtai est un hapax, provenant probablement du rapprochement d’un ethnonyme indigène avec le personnage de Thersite de l’Iliade, l’incarnation de la laideur physique et morale. Éric Foulon suit cette hypothèse de Pierre Moret et va jusqu’à traduire ces mystérieux Thersites par les « Affreux21 ». Cependant, Stéphane de Byzance reprend ce terme de Thersîtai, comme un peuple ibérique d’après Polybe, et mentionne « près des colonnes d’Héraclès » la cité de Tarseion, dont « l’ethnique serait Tarséitès ou Tarsèiôtes, mais qui sont appelés épicoristiquement Tarsèinoi ». Les commentateurs du grammairien byzantin ont rapproché ces Tarséitès ou Tarseiôtes des Thersîtai de Polybe, les alliés d’Hannibal en Ibérie, en justifiant cette modification morphologique par différentes traductions grecques d’un ethnique punique22. Ces Thersites-Tarséitès ont donc été arrimés à Tarseion, la cité mentionnée par Polybe dans le second traité romano-carthaginois, sans que le Mégalopolitain n’ait donné une localisation précise à Tarseion dans ce traité. Un nouveau rapprochement a été opéré entre ces mystérieux Tarséitès et l’ethnique bien plus fameux de Tartessioi, les Tartessiens, eux cités à de multiples reprises dans la littérature ancienne23. Il est effectivement clair que Polybe, dans ce passage du livre III décrivant cet échange d’alliés, cherche à désigner par ce nom de « Thersites » un peuple de la péninsule Ibérique. Cependant, ce nom semble corrompu dans les manuscrits de façon ancienne, avant le début du vie siècle, période à laquelle Stéphane de Byzance rédige ses notices. Le grammairien byzantin porte d’ailleurs un intérêt tout particulier pour le Sud de la péninsule Ibérique et les abords du détroit de Gibraltar, un territoire qui fait partie de la récente et petite province byzantine d’Espagne. Il paraît dès lors plus prudent de ne pas tenter de rapprochement entre ces douteux Thersites et d’autres noms, comme Tarseion, dont la localisation est inconnue, ou Tartessos, dont le mythe prend très vite le pas sur les connaissances réelles. Certains auteurs vont jusqu’à localiser ces Thersites à l’ouest du rocher de Gibraltar, sur l’Atlantique (donc dans la zone tartessienne en réalité), et les Mastiens, le peuple suivant dans l’énumération de Polybe, à l’est de Gibraltar, sur la côte méditerranéenne, ou les Thersites au nord du Betis et les Mastiens au sud de son embouchure24. Je reviendrai par la suite sur ces nouvelles propositions, qui ne sont certes pas démenties par les sources et qui sont possibles sur un plan géographique, mais qui, en l’absence de preuves concluantes pour l’instant, ne doivent rester que des hypothèses de travail.

  • 25 García Moreno, 1990, pp. 58-62 ; Moret, 2002, p. 275 et 2003, pp. 300-301.
  • 26 Pline l’Ancien, III, 4, 25 : « Oretani qui et Germani cognominantur » et mention d’une cité orète (...)
  • 27 Voir notamment Walbank, 1957, p. 362, ainsi que de nombreux auteurs à la suite : voir Olcoz Yangua (...)
  • 28 Pérez Vilatela, 2003, p. 33.
  • 29 Moret, 2003, pp. 299-300 et 2006, pp. 65-67.
  • 30 Gangutia Elícegui, 1998.
  • 31 Avienus, Ora maritima, v. 248.
  • 32 Rebuffat, 2011, pp. 63-86.
  • 33 Moret, 2003, p. 300.
  • 34 Foulon, Molin, 2004, p. 196, n. 146.
  • 35 Tite-Live, XXI, 11, 13.
  • 36 De nombreux éditeurs ont ajouté ce nombre de 870 d’après la comparaison avec le passage de Tite-Li (...)
  • 37 Miguel y Ayala, 2002 ; Domínguez Monedero, 2005.
  • 38 Walbank, 1957, pp. 362-363.
  • 39 Sur la soumission des Olcades, voir Polybe, III, 13, 5. Sur la tentative de défection des Orètes e (...)
  • 40 Voir Desanges, 1980, p. 188 : la Métagonie correspondrait à la limite occidentale de la Numidie ma (...)
  • 41 Dans la carte 4, je me refuse à délimiter par de quelconques frontières ces ethnies aux contours t (...)

12Les Mastianoí font également débat : même s’il est désormais assez clair que ce peuple du Sud de l’Ibérie ne doit pas être automatiquement rapproché de la cité de Mastia, dont la situation est elle-même incertaine, mais plutôt du nom de Bastetanoi présent dans des sources plus récentes et notamment chez Strabon, leur localisation exacte, sans doute sur le littoral méditerranéen à proximité du détroit de Gibraltar, n’est pas attestée avec davantage de précision25. À propos des « Orètes Ibères », l’interprétation traditionnelle, héritée principalement des travaux de Schulten, veut que les Orètes soient qualifiés d’« Ibères » pour les différencier des Orètes « Germains26 » et pour indiquer que le peuple dont il est question ici est bien localisé en Ibérie27. Mais cette hypothèse n’est pas convaincante : l’expression d’Orètes Germains n’est employée qu’à deux reprises par des auteurs postérieurs de plusieurs siècles à Polybe. En outre, dans l’énumération, « Ibères » est un substantif, et il n’est pas distingué des autres noms de peuples, ni subordonné au terme d’Orètes28. Les Ibères pourraient donc désigner ici un peuple à part entière comme chez les auteurs archaïques29. Rappelons en effet que le document copié par Polybe est une inscription ancienne, peut-être bilingue, où des ethniques indigènes rares sont transcrits en grec, éventuellement en punique. Le sens d’Ibères dans ce texte pourrait se rapprocher davantage de celui donné par Hécatée ou Hérodore, auteurs pour qui les Ibères étaient un peuple précis parmi les autres ethnies de l’Ibérie30. Avienus, qui écrit son Ora maritima vers 370, emploie lui aussi ces termes archaïsants de Massia et Massienoi, non loin d’un cours d’eau appelé Hiberus31, qui pourrait être identifié comme le Guadiana, et non comme l’Èbre, Ibéros en grec, avec un esprit doux. Ce nom d’Ibères, qui désignait d’abord pour les auteurs archaïques un peuple isolé, peut-être localisé au sud-est de la péninsule, aurait été par la suite étendu à un ensemble de groupes ethniques selon un phénomène de métonymie comparable à celui que connaissent les Mauroi par exemple32. Ce sens archaïque du terme conviendrait d’ailleurs bien au reste du document, qui emploie la forme Mastianoi plutôt que celle, plus récente, de Bastetanoi, ou encore le nom Oretes remplacé ensuite par Oretanoi33. À propos des Orètes, leur territoire, comme celui des Olcades cités juste après, se situe sur le cours supérieur de l’Anas (Guadiana) dans l’actuelle sierra Morena, mais l’emplacement des capitales respectives de ces deux peuples n’est pas connu34. Ce peuple des Orètes apparaît mentionné par Tite-Live, qui rapporte qu’en 219, Hannibal doit lancer une expédition contre les Oretani et les Carpetani qui ont essayé de retenir les recruteurs puniques pour éviter d’envoyer des troupes à leur allié récent35. Enfin, les <870>36 frondeurs baléares envoyés en Afrique, rejetés après le reste de l’énumération, font figure de mercenaires plus que d’alliés de Carthage37 : ils sont comptabilisés à part des fantassins et cavaliers ibères, et un corps de 500 Baléares fait également partie des forces laissées à Hasdrubal en Hispanie. Le nom de Baliareîs proviendrait, selon Polybe, du mot indigène désignant la fronde, leur spécialité militaire, qui les rend si appréciables comme corps d’appoint à l’infanterie légère38. Les 15 920 soldats ibères envoyés en Afrique en 218 viendraient non du cœur du royaume barcide en Hispanie méridionale, mais des régions de la Meseta orientale conquises entre 221 et 219 par Hannibal39. Ces peuples récemment soumis ne seraient pas des alliés suffisamment sûrs pour les laisser sur leur territoire, et l’envoi à Carthage ou en Métagonie40 permettrait de limiter les risques de désertion sans se priver de forces nombreuses. Cette énumération de cinq peuples ibériques alliés de Carthage, des Thersites, des Mastiens, des Ibères, des Orètes et des Baléares, montre l’étendue de l’influence de Carthage en 218 sur le Sud de la péninsule Ibérique et la région du Guadalquivir. Cette liste suit peut-être un ordre géographique d’ouest en est, de l’Océan vers le Levant hispanique et les îles Baléares, quoiqu’il soit impossible de l’affirmer en toute certitude, ni de les localiser avec précision41 : Polybe, qui affirme copier une inscription ancienne, emploie ici des termes rares, qui seront repris et localisés beaucoup plus tard, par des auteurs amateurs d’archaïsme comme Avienus ou Stéphane de Byzance, et qui connaîtront une immense fortune historiographique à partir notamment des travaux de Schulten, sans que malheureusement de nouveaux éléments permettent de les identifier avec certitude.

  • 42 Walbank, 1957, p. 363. Sur les Libyophéniciens, les sources sont réduites, mais la bibliographie e (...)
  • 43 Walbank, 1957, p. 364 pour la liste des hypothèses.
  • 44 Rebuffat, 2006, pp. 406-408.
  • 45 Caesarea (Cherchell), AE, 1904, 150 : « gens Maurorum Macuum ».
  • 46 Pour une notice complète sur ce peuple, voir Rebuffat, 2006.

13Les Africains envoyés en Hispanie sont également difficiles à identifier car Polybe emploie les noms de Libyens et Libyophéniciens, qui renvoient à des entités géographiques et non politiques ou ethniques (carte 4). Les Libyens peuvent désigner tous les peuples non puniques de l’Afrique du Nord, les Libyophéniciens seraient issus des métissages entre populations phéniciennes et libyennes habitant les villes africaines autres que Carthage42. Aucun peuple africain du nom de Lergêtai n’est connu. Les Numides sont plus précisément identifiés : les Massaesyles et les Massyles font partie des deux royaumes numides les plus puissants, les Massyles — désormais attestés comme mercenaires en Égypte vers 200 — étant situés entre le royaume des Massaesyles à l’ouest et la chôra de Carthage à l’est. L’énumération de Polybe semble partir du peuple le plus proche de Carthage pour aller vers l’ouest et terminer par les Maures « situés près de l’océan ». En conséquence, les Makkoíoi, qui ne sont pas clairement identifiés, devraient se trouver entre le territoire des Massaesyles et les royaumes maures, dans la région de la Moulouya. Certains auteurs ont donc proposé des identifications avec les Mazices ou les Baquates43, dont les noms présentent certes des similitudes de radical linguistique en MK mais dont la localisation en Tingitane paraît différente de celle évoquée par Polybe44. En fait, ce peuple des Makkoíoi pourrait être rapproché des Maccues figurant sur une inscription de 107 trouvée à Caesarea45. Sous Trajan, leur patron est le procurateur de Maurétanie césarienne : ces Maccues ou Makkoíoi de Polybe, à bien distinguer des Maces de Tripolitaine46, se trouveraient donc à l’est de la Moulouya, entre les Massaesyles de la région de Siga et les Maures du bord de l’Océan. Polybe suit donc bien un ordre ouest-est quand il décrit les peuples numides et maures parmi lesquels Hannibal recrute des alliés.

  • 47 Polybe, X, 18, 7.
  • 48 Moret, 2006, p. 66.
  • 49 « parua manus ex Hispania » (Tite-Live, XXI, 22, 3).
  • 50 Walbank, 1957, p. 364.
  • 51 Tite-Live, XXI, 23, 2.
  • 52 Walbank, 1957, p. 364.
  • 53 Tite-Live, XXI, 61, 5. Voir Moret, 1997, p. 150 pour une tentative d’explication de ce passage en (...)

14Revenons sur le problème de l’identification des cavaliers Lergètes. Les manuscrits proposent plusieurs lectures pour ce mot : Lergètôn, Leggètôn et Lechètôn. Or, si l’on considère qu’il s’agit bien d’un peuple africain, il n’existe aucun nom approchant de ces trois ethnonymes parmi les Libyens. Polybe utilise dans son dixième livre le nom de Leggètai47, mais pour faire référence à un peuple hispanique, celui des Ilergètes48. En adoptant la traduction Ilergètes, comme Tite-Live, qui précise qu’il s’agit d’une petite troupe venue d’Hispanie49, on se trouve face à un peuple d’Hispanie qu’Hannibal aurait laissé sur place pour renforcer les forces d’Hasdrubal. Comme il s’agit d’un contingent spécialisé de 300 cavaliers, bien distingués des Africains et Numides, il n’est pas impossible qu’il s’agisse d’Ibères50. Une troupe de 500 Baléares ainsi qu’une autre de Ligures font également partie des auxiliaires de l’armée d’Hasdrubal en Hispanie, qui n’est pas exclusivement composée d’Africains. Cependant, il est problématique que figurent déjà au nombre des alliés de Carthage les Ilergètes du Nord-Est, une ethnie ibère qui, selon Tite-Live, n’est conquise par Hasdrubal qu’à la fin de 21851. S’il s’agit bien d’Ilergètes d’Hispanie, on peut formuler deux hypothèses. Soit ces Ilergètes seraient des mercenaires, qui auraient proposé leurs services à Carthage sans concertation avec la politique suivie par le reste de leur peuple52. Soit un petit contingent de cavaliers aurait été envoyé auprès d’Hannibal comme garantie, alors que les Ilergètes ont également livré des otages à Scipion, pour essayer de donner des gages aux deux camps53. Cette seconde hypothèse paraît fort plausible si l’on considère l’ensemble des revirements et coups de force menés par les chefs de cette ethnie puissante qui, avant 208, penchent plutôt du côté carthaginois que romain.

  • 54 García-Gelabert Pérez, 2005, p. 25.
  • 55 « agrum sese daturum esse in Italia, Africa, Hispania, ubi quisque uelit, immunem ipsi qui accepis (...)
  • 56 Appien, Histoire romaine, t. II, livre VI, L’Ibérique, 66-67.

15Quel sens donner à cet échange d’alliés, et peut-on le qualifier de « colonisation » des espaces ibères par des populations libyques, comme l’a fait une partie de l’historiographie espagnole ? Les effectifs africains terrestres envoyés en Ibérie — 15 200 hommes — sont sensiblement équivalents aux effectifs ibères envoyés en Afrique — 15 920. Ces forces importantes sont destinées à garder le contrôle de régions vitales pour Carthage, afin d’éviter toute prise à revers en Hispanie ou en Afrique. Les peuples cités évoquent des régions d’Extrême Occident contrôlées de façon relativement récente : peuples ibères du Sud du plateau castillan, de la façade levantine, des Baléares et de la côte méridionale, Libyens originaires de différents peuples numides de l’Ouest de la chôra de Carthage, jusqu’à la Métagonie (la région actuelle de Melilla) et aux Maures « du côté de l’Océan ». Tandis qu’Hannibal emmène en Italie les troupes carthaginoises ainsi que ses alliés les plus anciens, il fait prêter un serment d’allégeance mutuelle à des peuples ibériques et libyens plus récemment conquis et opère un double transfert, afin d’assurer plus étroitement la défense de territoires stratégiques. Mithridate dans le Pont-Euxin opère ce même genre de politique de transferts d’alliés, afin d’augmenter son emprise sur ces régions. Les forces d’alliés carthaginois stationnées en Afrique et en péninsule Ibérique composent des armées complètes et autonomes : plus de 11 000 fantassins — soit l’équivalent de deux légions —, une cavalerie représentant 10 % des forces totales, et des armes spéciales, comme les frondeurs baléares et les éléphants. Étant donné la longueur de la deuxième guerre punique et l’importance numérique des forces concernées, des contacts linguistiques, économiques, humains ont dû avoir lieu entre les troupes et les populations qui les ont accueillies54. Mais ces influences et métissages sont difficilement décelables dans nos sources. Les monnaies découvertes autour du Guadalquivir signalent l’existence de camps d’auxiliaires numides payés par ce truchement par les Carthaginois durant la deuxième guerre punique, mais ne semblent pas indiquer de colonisation réelle durable. Comme marques d’installation de troupes africaines en péninsule Ibérique, tout au plus peut-on citer une promesse d’Hannibal de donner des terres à ses soldats où ils le souhaitent, par exemple en Hispanie, avant la bataille du Tessin55, ainsi qu’un passage d’Appien56 mentionnant des « Blastophéniciens », véritable bouteille à l’encre historiographique.

16Le premier passage mentionné, un bref extrait de Tite-Live, évoque une promesse d’Hannibal faite en novembre 218. La diversité des récompenses citées, « une terre en Italie, en Hispanie ou en Afrique, là où chacun le voudrait, avec immunité pour le bénéficiaire et ses enfants », montre toute la variété des troupes et des alliés d’Hannibal. Les conquêtes envisagées sont toutefois encore largement fictives en novembre 218 : la perspective d’une colonisation punique de l’Italie en 218 reste de l’ordre du vœu et de l’exagération invocatoire propre à la harangue, comme le confirme l’expression enthousiaste « là où chacun le voudrait », « ubi quisque uelit ». D’autre part, il est fait état à plusieurs reprises dans le récit de Tite-Live que ces peuples ibères et libyens sont des otages autant que des alliés : récompenser des otages, qui sont massacrés s’ils refusent de combattre comme les alliés italiens d’Hannibal en 205, semble une générosité assez excessive. Enfin, la mention d’immunité héréditaire dans la bouche d’Hannibal, une notion fiscale romaine relativement récente, peut être suspectée d’anachronisme. Cette promesse semble évidemment très attirante : offrir des terres « là où chacun le voudrait », dans des terroirs riches, proches et non imposables, apparaît comme une récompense alléchante. Mais Tite-Live semble ici transposer dans la bouche du général carthaginois des arguments auxquels les armées des guerres civiles romaines étaient particulièrement sensibles, à un moment où Auguste vient de lotir un demi-million de vétérans en Italie et dans les provinces de Méditerranée occidentale. Cette promesse d’Hannibal dès 218, mentionnée uniquement par Tite-Live, paraît être largement anachronique : dans l’état actuel des connaissances, on ignore si les Carthaginois au iiie siècle lotissaient leurs vétérans dans des colonies déduites avec des terres transmissibles et fiscalement immunes, ce qui semble être une pratique romaine bien plus tardive. Faire reposer une « colonisation militaire » punique et libyque de l’Hispanie sur ce passage livien, qui relate en outre un discours reconstitué d’Hannibal et non un fait, paraît donc peu solide.

  • 57 Ibid. Au sujet du raid de Punicus ou Punicos, chef lusitanien au nom étonnamment carthaginois, voi (...)
  • 58 Voir Goukowski, 1997, p. 50, n. 230, à propos de l’historiographie abondante sur ce terme probléma (...)

17L’autre passage traditionnellement invoqué pour parler de « colonisation libyque » de la péninsule Ibérique est une mention d’Appien, qui, en décrivant un raid lusitanien conduit par un certain Punicos57, parle de mise à sac du territoire des Bastulo-phéniciens. Le manuscrit primaire d’Appien, le Vaticanus 141, donne le terme de « Blastophéniciens ». Mais certains éditeurs, comme P. Goukowski, préfèrent le corriger en « Bastulo-phéniciens58 », puisque bastule est le seul ethnique ibérique connu proche de blasto- (qui rappelle étrangement le verbe blastéô « pousser ») et que Ptolémée mentionne lui aussi ces « Bastules qui sont appelés Puniques ». Une erreur du manuscrit ou une erreur d’Appien lui-même sont peut-être à invoquer ici pour expliquer ce curieux « Blastophénicien » aujourd’hui couramment repris dans l’historiographie. Voici le passage d’Appien dans son entier :

Οἷς ἐπαρθεὶς ὁ Πούνικος τὰ μέχρι ὠκεανοῦ κατέδραμε, καὶ Οὐέττωνας ἐς τὴν στρατείαν προσλαβὼν ἐπολιόρκει Ῥωμαίων ὑπηκόους τοὺς λεγομένους Βλαστοφοίνικας, οἷς φασὶν Ἀννίβαν τὸν Καρχηδόνιον ἐποικίσαι τινὰς ἐκ Λιβύης, καὶ παρὰ τοῦτο κληθῆναι Βλαστοφοίνικας. Gonflé par ce succès, Punicus ravagea le pays jusqu’à l’Océan et, s’étant assuré pour l’expédition le concours des Vettons, il assiégeait des sujets romains appelés Bastulo-phéniciens. On dit qu’Hannibal le Carthaginois avait installé dans cette région des hommes venus d’Afrique, ce qui leur valut le nom de Bastulo-phéniciens.

Source : Appien, Histoire romaine, t. II, livre VI, L’Ibérique, 66-67 ; trad. Goukowski, 1997.

  • 59 Cette historiographie se fondait sur la vision d’une péninsule Ibérique sans cesse parcourue par d (...)

18Si l’on juge le témoignage d’Appien recevable, les Bastulo-phéniciens seraient les descendants d’un métissage entre les populations locales et les colons installés par Hannibal pendant ou à l’aube de la deuxième guerre punique. Ces populations seraient devenues au milieu du iie siècle les « sujets » des Romains (hypèkóous), c’est-à-dire des alliés dans un traité inégal. Si ces Bastulo-phéniciens sont bien des Carthaginois lotis en péninsule Ibérique lors de la deuxième guerre punique, cette soumission à Rome a dû être la condition sine qua non de leur survie et de leur maintien en Hispanie. Le phénomène inverse d’installation des alliés hispaniques d’Hannibal en Afrique à la suite de la deuxième guerre punique n’est pas connu. Cette absence n’est finalement guère surprenante : dans ce sens Hispanie-Afrique, il n’y a eu probablement aucune volonté politique de fixer des alliés ibères en territoire carthaginois ou sur les terres des Libyens. Si des soldats ibères ont choisi de vivre en Afrique à la suite de ces mouvements militaires, les sources littéraires ne font pas état de ces décisions personnelles, sans doute en nombre assez réduit. Enfin, il est assez piquant de relever que seules certaines historiographies européennes voient des phénomènes de « colonisation » dans cette installation d’armées exogènes59 : ce terme n’a pas été employé pour désigner le transfert de Métagonites à Carthage, ou d’alliés ibères en Afrique du Nord, alors que l’échange d’alliés et de troupes entre ces territoires est décrit de la même façon dans les sources littéraires.

  • 60 Ferrer Albelda, Pliego Vazquez, 2010 et 2013.

19Si l’on exclut les propos de Tite-Live sur cette promesse de « déduction coloniale », ici hautement suspect d’anachronisme, il n’existe pas d’autre témoignage que ce bref passage d’Appien et ce nom cité par Ptolémée sur une éventuelle nouvelle vague de colonisation punico-libyque en Hispanie, une colonisation à comprendre comme une installation planifiée sur des terres données par Hannibal au cours de la deuxième guerre punique. Les sources numismatiques pourraient être invoquées à l’appui de cette thèse, mais il ne faut pas perdre de vue que l’utilisation de monnaies puniques (ou imitées des modèles puniques) ne signifie pas systématiquement la présence de populations carthaginoises ou libyennes en péninsule Ibérique : la « bonne monnaie » peut avoir cours dans des régions qui ne sont pas culturellement ou ethniquement semblables aux aires de production monétaire. D’autre part, les études les plus récentes de ces corpus monétaires ont tendance à faire remonter les datations de ces monnaies, qui seraient des productions du iiie, voire du ive siècle avant notre ère, et qui seront donc bien antérieures à la deuxième guerre punique, antérieures même à l’arrivée d’Hamilcar Barca en péninsule Ibérique en 23760. En conclusion, il paraît beaucoup plus sage de ne pas employer à outrance ce terme de « colonisation », sémantiquement beaucoup trop chargé ici : Hannibal n’a, semble-t-il, pas procédé à des déductions de terres ou à des fondations de cités pour lotir ses alliés libyens en péninsule Ibérique. Que certaines de ses armées libyennes, laissées pendant plus de dix ans en péninsule Ibérique, se soient installées dans l’ancien « royaume barcide » d’Hispanie et aient obtenu de Rome de pouvoir rester après la défaite carthaginoise relève de choix personnels, voire communautaires, mais ne signifie pas une décision de colonisation civique émanant directement de Carthage. En outre, les sources sont extrêmement ténues et sujettes à caution sur ce phénomène : si la chronologie des monnaies puniques, ou phénico-puniques, change, un des étais principaux de cette théorie de « colonisation lybico-punique » à l’occasion de la deuxième guerre punique s’effondre.

  • 61 Walbank, 1957, pp. 137, 362.
  • 62 À cet égard, les Romains ont fort à faire avec les Ilergètes : l’aristocratie ilergète, et notamme (...)
  • 63 Pour certains, le lien personnel est quand même très fortement présent : la femme de Mandonius et (...)
  • 64 Voir le cas des Orètes cités dans l’inscription du cap Lacinion.
  • 65 Ainsi, le changement d’alliance de Massinissa : Tite-Live, XXVIII, 16, 11 et 35, 1.
  • 66 Polybe, III, 33 et Tite-Live, XXI, 22, 11 cités et traduits plus haut : la double justification de (...)

20Une des conséquences politiques les plus importantes de ces échanges de troupes est la création d’un précédent stratégique. En effet, Hannibal, unique stratège pour l’Hispanie et l’Afrique en 21861, montre que la conservation de ces territoires passe par un point de vue géostratégique global. L’envoi de troupes alliées dans des domaines d’opérations lointains permet certes d’éviter la désertion ou des revirements d’alliances62, mais surtout de créer des liens forts entre les différents alliés de Carthage. Les troupes d’Ibères et d’Africains envoyées hors de la péninsule ne sont pas seulement les obligés personnels des chefs carthaginois63, elles doivent également protéger des attaques romaines les territoires d’alliés lointains, sous peine de laisser leur propre peuple sans défense en cas de manquement à ce devoir. Hannibal, qui entreprend son expédition avec ses meilleures troupes, c’est-à-dire les corps d’armée envoyés par Carthage ainsi que ses alliés ibères les plus anciens, ne veut dégarnir ni l’Afrique, susceptible d’être attaquée depuis la Sicile, ni l’Hispanie dont le Nord-Est demeure sous influence romaine. Il est également prudent de conserver une surveillance assez étroite à la fois sur les Ibères de la Meseta, soumis quelques années à peine avant le début de la guerre64, comme sur les Maures et les Numides, qui font partie de royaumes puissants et indépendants, capables de changer de camp assez aisément65. Ces échanges de troupes destinées à servir à la fois de garnison et d’otages66 permettent de consolider l’allégeance au camp carthaginois et d’engager Ibères et Libyens les uns vis-à-vis des autres. Si la défaite finale de Carthage met un terme à ces liens qui disparaissent sans doute dès le début du iie siècle, le précédent stratégique, lui, demeure.

Le réseau des Scipions

  • 67 Voir le cas déjà cité ci-dessus des Ilergètes. Voir également Tite-Live, XXVIII, 20, 1 avec la dés (...)
  • 68 Sur les Scipions, voir notamment Etcheto, 2012, avec la bibliographie et les débats antérieurs.
  • 69 Tite-Live, XXIV, 49, 8 indique que les Celtibères, anciens alliés des Carthaginois, sont « achetés (...)

21Le potentiel stratégique des alliances croisées entre la péninsule Ibérique et les royaumes numides et maures n’échappe pas non plus aux Romains : après avoir affronté les alliés d’Hannibal en Italie entre 218 et 216, les Romains essaient de sortir d’un isolement diplomatique dangereux. Même si les changements de camp sont toujours à craindre67, les Romains prennent peu à peu conscience de l’efficacité militaire et politique de ces échanges de troupes entre l’Afrique et l’Hispanie, couramment pratiqués par les Carthaginois. La stratégie romaine cherche donc à s’inscrire dans un cadre de synergie entre péninsule Ibérique et Maghreb. Ainsi, pour combattre en Hispanie, les concours d’alliés africains sont régulièrement sollicités par les Romains, et ce dès le tournant de la deuxième guerre punique : les Scipions68 notamment font partie des grandes familles romaines convaincues par cette nécessité d’affronter les Carthaginois ailleurs qu’en Italie et avec le concours d’alliés — voire de mercenaires69 — autres qu’Italiens.

  • 70 Syphax est le premier roi numide à battre monnaie. Silius Italicus l’appelle Massyle par erreur : (...)
  • 71 « Ad eum [Syphax] centuriones tres legatos miserunt qui cum eo amicitiam societatemque facerent et (...)
  • 72 Q. Statorius est cité également comme « l’homme qui instruit les armées de Syphax » (Tite-Live, XX (...)
  • 73 « Iisdem mandauit ut protinus Numidas qui intra praesidia Carthaginiensium auxiliares essent ad tr (...)
  • 74 Tite-Live, XXIV, 48, 11-13.
  • 75 Ibid., 49, 1-3.
  • 76 « Syphax cum paucis equitibus in Maurusios ex acie Numidas — extremi prope Oceanum aduersus Gades (...)

22Conscients de l’avantage stratégique représenté par une alliance numide, les Scipions en 213 se seraient alliés à Syphax, roi des Massaesyles70, pour appuyer leurs forces en Hispanie et encourager les désertions chez les alliés africains de Carthage. Deux auteurs, Tite-Live et Silius Italicus, détaillent cet épisode. Tite-Live fait le récit de deux ambassades successives pour la mise en œuvre de cet accord. Les Scipions ont commencé par envoyer en Afrique une ambassade composée de trois centurions, pour sonder les intentions du roi numide71. À la demande de Syphax, conscient de la supériorité de l’infanterie légionnaire, l’un, Q. Statorius, reste sur place pour former des soldats à la romaine72. Ensuite, le roi aurait profité du retour des autres Romains en Hispanie pour y envoyer à son tour des ambassadeurs chargés d’inciter les auxiliaires numides d’Hannibal à changer de camp73. Cette collaboration entre les Massaesyles et les Romains fonctionne à plein en Hispanie et en Afrique : les désertions des Numides se multiplient en péninsule Ibérique, tandis que l’enseignement de Statorius est mis à profit par l’infanterie de Syphax pour vaincre les Carthaginois en bataille rangée74. Cependant, l’alliance des Carthaginois avec le roi numide voisin de Syphax, Gala, renverse cette tendance favorable : comme le font valoir les ambassadeurs puniques auprès de Gala, l’accord entre les Romains et Syphax permet à ce dernier de briguer l’hégémonie sur les « rois et peuples d’Afrique », en tenant les deux rives de la Méditerranée75. Pour prévenir le passage des Romains en Afrique ou de Syphax en Hispanie, Gala fait alliance avec les Carthaginois, et son fils Massinissa remporte une grande victoire sur Syphax, qui est contraint de se réfugier « chez les Maures Numides, qui habiteraient à l’extrémité de son royaume, près de l’Océan et en face de Gadès ». Syphax, vaincu, prépare alors une grande expédition pour passer dans l’Hispanie voisine, mais il en est apparemment empêché par l’arrivée de Massinissa76. L’entreprise de Syphax semble avoir échoué, mais on ne peut en être certain, le récit livien étant par la suite assez peu explicite.

  • 77 Strabon, XVII, 3, 9-13.
  • 78 Pline l’Ancien, V, 19.

23Les Scipions auraient donc adopté une stratégie parallèle à celle d’Hannibal en 218 : pour espérer l’emporter en péninsule Ibérique, le recours à des alliés libyens, plus précisément massaesyles ici, s’impose. En effet, le royaume de Syphax s’étend de sa probable capitale de Siga, dans l’actuelle Oranie, jusqu’au cap Tretum, l’actuel cap Bougaroun77, sur la mer d’Alboran, « en face » de Málaga pour reprendre l’expression de Pline78. Sur le plan tactique, les cavaleries numides représentent des atouts indispensables à une armée romaine dont le point fort est toujours l’infanterie : si le discours laudateur de Syphax sur la puissance de la légion romaine est à mettre au compte du patriotisme livien, l’existence de la mission de Q. Statorius montre que les circulations de sous-officiers romains permettent l’amélioration des armées alliées. D’autre part, nouer une alliance avec des Numides est un moyen de « noyauter » l’influence punique en Hispanie : en péninsule Ibérique, les armées d’Hamilcar comptent de nombreux Numides, dont certains changent de camp, grâce à la propagande pro-romaine de Syphax. L’accord conclu avec un royaume numide situé sur l’autre rive de la Méditerranée offre aux Scipions une perspective de retournement du conflit en péninsule Ibérique, retournement qui se produit d’ailleurs, quoique de façon brève, entre 214 et leur mort en 211.

  • 79 Tite-Live, XXIV, 49, 3.
  • 80 Ibid., 49, 5 ; Tite-Live parle de 30 000 tués.
  • 81 Les troupes de Massinissa harcèlent l’armée de P. Scipion quelques semaines encore avant la mort d (...)

24Cependant, les Carthaginois font entrer dans le jeu un nouveau protagoniste, le roi massyle Gala ou Gaïa, père de Massinissa. Ce dernier intervient pour prévenir l’hégémonie de Syphax en Afrique ainsi que le passage probable de ce dernier en Hispanie : cet épisode mérite une attention particulière. En effet, si l’alliance entre les Romains et Syphax n’existe encore « que de nom » comme le prétendent les ambassadeurs carthaginois à Gala79, pourquoi imaginer une traversée de Syphax en Hispanie ? Si la réalité de la venue de Syphax en Hispanie est sujette à caution, bien qu’elle soit fermement projetée, cette alliance romano-massaesyle existe et fonctionne en 213. Elle est déjà profitable aux Romains et à Syphax : l’intervention de Massinissa, d’abord en Afrique du Nord, puis en Hispanie, montre que le danger représenté par ce front romano-massaesyle est pris très au sérieux par les voisins de Syphax. Après un revers d’ampleur dans son propre royaume contre Massinissa80, Syphax est contraint de battre en retraite dans le royaume maure, « jusqu’à l’Océan, en face de Gadès » : cette précision géographique indique la perspective d’une traversée du détroit — qualifié à plusieurs reprises « d’étroit bras de mer ». Cette proximité de la péninsule Ibérique et cette éventuelle traversée des Massaesyles expliqueraient à leur tour le passage de Massinissa en Hispanie, appui essentiel des forces puniques dès le printemps 21281.

25À partir de cette année 214, l’affrontement romano-carthaginois en Hispanie entraîne l’intervention des rois numides voisins, alliés à chacun des deux camps et tous deux pourvoyeurs de troupes alliées en péninsule Ibérique. Syphax et Massinissa entrent dans des jeux d’alliances opposées entre Rome et Carthage : il faut examiner si ces traités d’amitié impliquent des réseaux personnels et des rencontres directes entre les proconsuls romains et les souverains numides.

  • 82 Silius Italicus, XVI, vv. 193-208.
  • 83 L’île de Géryon. Les noms de lieux utilisés (Gadès, Érythée, Betis) renvoient aux représentations (...)
  • 84 « Nam repeto, Herculeas Erythia ad litora Gades / cum studio pelagi et spectandia aestibus undae / (...)
  • 85 Silius Italicus, XVI, vv. 203-207.
  • 86 Virgile, Énéide, VIII, v. 154.
  • 87 Silius Italicus, III, v. 48.
  • 88 Ibid., v. 45. Si Hannibal élevé en Hispanie ne devait pas être aussi surpris par le phénomène des (...)
  • 89 Seule la tradition poétique fait état de ces cadeaux diplomatiques. Les récits des historiens ne l (...)
  • 90 Silius Italicus, XVI, v. 198. Rien que dans le livre 16 des Punica, on trouve la mention de dépoui (...)
  • 91 Silius Italicus, XVI, vv. 199-201. Syphax se voit offrir des mors, équipement jusque-là inconnu de (...)
  • 92 Ibid., XVI, vv. 201-203 ; III, 24, 48.

26Si le récit livien semble assez circonspect à propos d’une venue de Syphax en Hispanie, le poète Silius Italicus dépeint une rencontre en péninsule Ibérique entre le roi massaesyle et les Scipions, rencontre qui aboutit à une alliance scellée par le rapport personnel et le respect mutuel82. Le poète prête le récit de cet épisode à Syphax lui-même, qui le relate à Scipion le Jeune venu à Siga renouveler cette alliance dix ans plus tard, lorsque les Carthaginois ont dû fuir l’Hispanie. Le roi numide raconte s’être rendu à Cadix, près d’Érythée83, pour contempler la marée, puis avoir rencontré à leur initiative les généraux romains dans le voisinage du Betis84. Les Romains se seraient montrés particulièrement généreux, en offrant de nombreux cadeaux sans exiger autre chose qu’une épée en retour85. Ce discours de Syphax au jeune Scipion s’inspire fortement d’un passage de l’Énéide86, à savoir l’allocution de bienvenue d’Évandre à Énée, lors de laquelle le roi Évandre dit au jeune Troyen avoir rencontré son père Anchise dans la suite de Priam lors d’un voyage du roi de Troie. Les éditeurs soulignent que les trois premiers vers de Silius Italicus (XVI, vv. 191-193) sont un décalque de l’exclamation d’Évandre à la vue d’Énée : les deux rois s’extasient sur la ressemblance physique entre les jeunes héros et leurs illustres parents. Les commentateurs de Silius Italicus concluent de ce parallélisme poétique que le poète flavien a complètement inventé cette rencontre de Syllax et des Scipions en Hispanie, ainsi que l’échange direct de cadeaux, repris de Virgile, au motif que Tite-Live fait seulement mention d’une ambassade en Afrique. Le parallèle, s’il est indéniable dans le vocabulaire de l’adresse, n’est cependant guère développé sur le fond : la puissance et la richesse de Syphax contrastent avec la pauvreté et la simplicité du roi arcadien, la description du héros Anchise que le tout jeune Évandre rêve d’approcher ne ressemble pas à la figure des Scipions que Syphax ne craint absolument pas d’aborder, et les présents n’ont que peu à voir, mis à part les freins d’or transmis au fils d’Évandre, Pallas. Silius Italicus s’est certes inspiré du style des trois premiers vers de l’adresse virgilienne : est-ce suffisant pour mettre en doute toutes les informations contenues dans ce poème ? En l’état actuel des connaissances, rien ne permet d’affirmer la rencontre directe entre les Scipions et Syphax en Hispanie, mais l’intérêt historique du passage est constitué par la multitude de détails réalistes utilisés par le poète. D’autre part, l’existence de l’alliance en elle-même n’est pas à remettre en cause puisque l’engagement de troupes massaesyles auprès de l’armée des Scipions en Hispanie et la présence de centurions en Afrique pour former les troupes numides sont attestés par le récit livien. Certes, l’existence de ce voyage du roi en Hispanie est douteuse, mais les circonstances utilisées pour rendre le récit crédible montrent tout l’intérêt d’une alliance africaine pour une armée combattant en Hispanie. Le personnage de Syphax, qui s’adresse au jeune Scipion venu renouveler des gages d’amitié, souligne bien entendu que les Romains ont été les demandeurs de cet accord pour accroître son prestige personnel. En même temps, le récit livien ne dément pas l’initiative romaine87. Le motif uniquement « touristique » donné par Syphax à son voyage en Hispanie — il se serait déplacé à Gadès pour constater le phénomène des marées — est un détail ajouté par Silius Italicus pour rehausser le caractère exotique du déplacement royal. Les princes méditerranéens, comme les géographes alexandrins, sont en effet curieux de voir les marées atlantiques : Hannibal en personne aurait profité de sa visite à l’Herakleion de Gadès pour admirer le mouvement de l’Océan88. Syphax insiste ainsi sur le caractère fortuit de sa présence dans l’Hispanie en guerre, ce qui paraît assez peu vraisemblable historiquement, mais obéit sans doute à une volonté de mise en parallèle poétique. Les présents cités ne laissent aucun doute quant à la solennité de l’alliance et à son caractère avant tout militaire89 : les dépouilles prises à l’ennemi, un des cadeaux entre alliés les plus courants90, semblent indiquer une volonté de partager désormais une hostilité commune, les armes nouvelles constituent un « transfert de technologies » apprécié91 et, enfin, les « instructeurs » chargés d’encadrer les Massaesyles montrent que la participation de ces nouveaux alliés aux combats menés contre Carthage est désormais effective92. Les Scipions ont constaté l’efficacité de ces combattants numides en ayant à les affronter en péninsule Ibérique : ils veulent en disposer pour mettre Hasdrubal en échec en Hispanie, comme pour combattre les Carthaginois en Afrique.

  • 93 Pour un récit circonstancié des faits et une première approche bibliographique, voir notamment Zec (...)
  • 94 Tite-Live, XXVIII, 16, 13.
  • 95 Silius Italicus, XVI, vv. 209-210 ; Tite-Live, XXVIII, 17, 13 ; Appien, Histoire romaine, t. II, l (...)
  • 96 César, Guerre civile, I, XVII, fr. 57, 53-56.
  • 97 Zecchini, 2002, pp. 98-100.
  • 98 Polybe, XI, 33, 7-8 ; Tite-Live, XXVIII, 38, 1.

27Huit ans après, lorsque Scipion le Jeune vient à Siga rencontrer Syphax dans son palais, il s’agit bien cette fois de mener la lutte sur le continent africain, les Carthaginois ayant été vaincus en péninsule Ibérique, dans une série de défaites dont la dernière est la bataille d’Ilipa93. Le général carthaginois Hasdrubal Gisco, qui a fui l’Hispanie en embarquant à Gadès précipitamment en 20694, tente auprès du roi massaesyle la même démarche, mais pour le motif inverse : empêcher un débarquement romain dans la Numidie voisine95. Le projet de Scipion se dessine assez nettement en 206 : il s’agit d’accomplir le trajet inverse de celui d’Hannibal, à savoir atteindre le sol carthaginois via l’Hispanie récemment conquise et les royaumes numides dont il s’agit de remporter l’alliance. Le parallèle avec le dessein du Barcide n’est certes pas explicite, mais l’ambition de Scipion de rallier immédiatement le royaume de Syphax depuis Carthagène apparaît nettement, notamment chez Dion Cassius. Pour cet auteur qui suit probablement une source plutôt favorable à Scipion96, ce projet de conquête directe de l’Afrique via l’Hispanie et la Numidie doit être ajourné, non seulement car la situation militaire s’est dégradée en Espagne mais aussi car la fraction du sénat hostile au jeune Scipion l’oblige à regagner Rome pour y répondre de ses actes97. La tradition issue de Polybe évoquait quant à elle un retour volontaire de Scipion à Rome pour se présenter aux élections consulaires98. Les deux versions ne sont peut-être pas totalement incompatibles : le jeune Scipion, simple priuatus cum imperio, ne pouvait probablement pas faire autoriser l’extension de cet imperium à l’Afrique sans aller la défendre lui-même devant le sénat, voire sans devenir d’abord consul. Quoi qu’il en soit, arrêtons-nous d’abord sur les démarches de Scipion auprès de Syphax dans sa capitale de Siga.

  • 99 Ibid., 17, 6-8. L’ambassade de Laelius est plausible, même si elle n’est pas mentionnée ailleurs. (...)
  • 100 Tite-Live, XXVIII, 17, 13-16.
  • 101 « Magnum in omnia momentum Syphax adfectanti res Africae erat, opulentissimus eius terrae rex, bel (...)
  • 102 « L. Marcio Tarracone, M. Silano Carthagine Noua, quo pedibus ab Tarracone itineribus magnis ierat (...)
  • 103 « Scipio, foedere icto cum Syphace, profectus ex Africa dubiisque et plerumque saeuis in alto iact (...)
  • 104 « Foedus ea tempestate regi cum Carthaginiensibus erat, quod haud grauius ei sanctiusque quam uolg (...)
  • 105 Voir Tite-Live, XXIV, 49 ; ci-dessus.
  • 106 François, 1994, p. 25.
  • 107 Tite-Live, XXIX, 23.
  • 108 Ibid., XXVIII, 18, 1-2.

28Tite-Live et Silius Italicus, qui mentionnent tous les deux cet épisode, n’insistent pas sur les mêmes aspects. Pour Tite-Live, l’alliance a été largement préparée par l’envoyé de Scipion auprès de Syphax, Laelius. Le roi numide n’attendrait que la venue de Scipion lui-même à Siga pour sceller l’accord et pour achever de trahir son premier engagement auprès des Carthaginois99. Mais le sort fait qu’Hasdrubal Gisco ait été déjà présent chez Syphax à l’arrivée de Scipion : Tite-Live laisse alors une large place aux circonstances particulières de la rencontre des deux généraux ennemis qui ne peuvent s’affronter dans le port de leur hôte dont ils essaient tous deux de remporter l’alliance100. Les motivations de Scipion mettent en relief la cohésion stratégique entre péninsule Ibérique et Afrique, qui est désormais clairement présente à l’esprit des deux adversaires. La proximité entre la Numidie et le Levant hispanique, notamment la région de Carthagène, est une nouvelle fois soulignée, la richesse du royaume massaesyle ainsi que l’expérience militaire de Syphax, habitué aux confrontations armées avec les Carthaginois, sont également avancées101. En résumé, Syphax est « magnum in omnia monumentum adfectanti res Africae » (« un jalon majeur pour qui s’intéressait de près à l’Afrique »). Les dispositions de Scipion avant son départ et les conditions de son aller-retour entre Hispanie et Afrique montrent à quel point la Numidie et la côte levantine ibérique ont partie liée : le « verrouillage » de deux points clés, Tarragone et Carthagène, est nécessaire et apparemment suffisant pour interdire une nouvelle invasion de l’Hispanie depuis l’Afrique102. Or, Carthagène et le littoral numide se font face pour Tite-Live : Scipion, même victime de mauvaises conditions météorologiques, ne met que trois jours pleins à effectuer le trajet Siga-Carthagène avec deux quinquérèmes103. L’importance stratégique du contrôle de la Numidie est encore soulignée par les conditions de voyage. Qui tient la Numidie menace à la fois le reste de l’Afrique et l’Hispanie ; inversement, pour plagier une formule célèbre, Carthagène est une arme pointée sur le cœur de l’Afrique. La conclusion du pacte en lui-même est évoquée très brièvement : les circonstances particulières de l’alliance, et surtout les ambitions africaines de Scipion, constituent les motifs principaux du récit livien. Syphax n’est qu’un roi barbare aux intérêts limités, qui se rallie semble-t-il automatiquement au camp du vainqueur. Cette vision est bien différente de celle donnée au personnage dans le vingt-quatrième livre, où Syphax fait preuve d’une curiosité tactique et d’un sens de l’innovation intéressant. En outre, Tite-Live fait le rappel curieux d’une alliance antérieure entre Carthage et Syphax, alliance que le souverain numide n’hésiterait pas à trahir en 206104. Cette critique ne semble pas entièrement avérée : l’amitié entre Rome et Syphax, que Tite-Live quatre livres auparavant faisait débuter sous les meilleurs auspices105, dure depuis une décennie et n’a, semble-t-il, jamais été rompue. Est-elle pour autant un pur procès d’intention essentiellement fondé sur une erreur de chronologie et sur le préjugé de manque de fiabilité habituellement imputé aux barbares106 ? Il est probable également que Syphax, en 206, soit deux ans avant son mariage avec la fille d’Hasdrubal Gisco107, ait encore l’espoir de réconcilier les deux ennemis, pour ne pas avoir à prendre parti108. Sa situation est délicate : il ne peut refuser l’hospitalité à un général carthaginois, ni au maître de l’Hispanie. Il essaie de composer avec les deux camps, jusqu’à ce que le revirement de son voisin et ennemi Massinissa le précipite dans les bras ouverts de Carthage.

  • 109 Sur la richesse et la valeur de Syphax, Silius Italicus, XVI, vv. 170-180.
  • 110 Virgile, Énéide, VIII, v. 154.
  • 111 Silius Italicus, XVI, vv. 240-244.
  • 112 La coutume des souverains numides de domestiquer les lionceaux retient l’attention de Silius Itali (...)
  • 113 Pour le manque de fiabilité, voir Tite-Live, XXVIII, 17, 7 ; XXIX, 3, 13 ; XXIX, 23, 6. Pour la se (...)
  • 114 Silius Italicus, XVI, vv. 184-229.
  • 115 Ibid., vv. 258-274.
  • 116 Voir Martin, Devallet, 1992, p. 155, n. 3 pour le commentaire des mauvais présages.
  • 117 Silius Italicus, XVI, vv. 235-244, sur la puissance et l’ancienneté de la monarchie massaesyle.

29Pour Silius Italicus, le personnage de Syphax joue un rôle essentiel : plus âgé que Scipion, ayant été l’allié de son père et de son oncle, il représente une figure de souverain raffiné et puissant109. Le parallèle établi avec le vénérable roi Évandre qui accueille Énée en Italie montre la volonté de conférer une aura de respectabilité et de puissance à Syphax110. Les emblèmes du pouvoir de Syphax tels que Silius Italicus les décrit sont ceux d’un souverain hellénistique : la chlamyde, le bandeau blanc, l’épée traditionnelle au côté et, dans la main gauche, « regnique insignique uetusti », « le symbole éclatant de son pouvoir ancien », probablement une sorte de sceptre, puisque le roi est qualifié au vers suivant de « porteur de sceptre111 ». Évidemment, ce personnage de roi exotique jouant avec ses lionceaux est aussi une figure épique112, mais elle est susceptible de nuancer l’image du chef parjure, faux et guidé par ses appétits, transmise par le récit livien113. La richesse, la puissance et l’exotisme de ce royaume massaesyle sont certes des mises en scène poétiques, elles traduisent néanmoins la fascination qu’éprouvent devant ces souverains africains les grandes familles de la République romaine. Dans la Rome des Flaviens, le nom de ces rois anciens continue d’exercer un prestige considérable, dont témoignent les Punica. Le poème de Silius Italicus commence par dépeindre la rencontre antérieure entre Syphax et les Scipions à travers le discours d’accueil du roi numide à Scipion le Jeune114. Ensuite, après avoir mentionné le banquet à trois — où Syphax est courtisé par ses deux hôtes punique et romain — et relaté un dialogue décisif entre le roi numide et le général romain, Silius Italicus fait état d’une véritable cérémonie d’alliance entre Syphax et Scipion, avant que celui-ci ne reparte en Hispanie célébrer les jeux funéraires en l’honneur de son père et de son oncle en 206115. Mais le sacrifice est interrompu par de mauvais présages, dont la chute du diadème de Syphax, prémonition de la perte de son trône. Cette série de signes défavorables semble s’inscrire dans une figure de prolepse poétique et conduit à douter de la véracité historique de cette cérémonie116. Si cet acte solennel d’engagement est aussi une mise en scène qui vise à augmenter la gravité du parjure commis par le roi par la suite, de nombreux détails du récit de Silius Italicus attirent l’attention sur la puissance du monarque numide et sur l’insistance de Scipion à conclure cette alliance, de toute première importance pour Rome117.

  • 118 Tite-Live, XXV, 34-37 ; Appien, Histoire romaine, t. II, livre VI, L’Ibérique, 16.
  • 119 Massinissa, passé dans le camp romain en 206, demeure un allié fidèle de Rome jusqu’à sa mort en 1 (...)
  • 120 Voir le chap. iii de cet ouvrage.
  • 121 García y Bellido, 1964, pp. 13-14, avec une conclusion marquée par une téléologie coloniale éviden (...)
  • 122 Pour les explications de la politique locale des Ilergètes pendant la deuxième guerre punique, voi (...)
  • 123 Sur les Ibères, ibid.
  • 124 Voir le cas des frondeurs baléares, également l’exemple des éléphants que les Numides doivent four (...)
  • 125 La réputation des cavaliers ibères et numides est reconnue dans tout le Bassin méditerranéen.
  • 126 En témoignent, par exemple, la clémence romaine envers le roi illergète Indibilis, qui a pourtant (...)
  • 127 Tite-Live, XXVII, 19.

30Après la deuxième guerre punique, lorsque s’ouvre la période de conquête de la péninsule Ibérique, cet intérêt pour les alliances africaines ne se dément pas, bien au contraire. La faible distance qui sépare la péninsule Ibérique des royaumes numides, la valeur militaire des auxiliaires libyens, le précédent carthaginois sont autant d’éléments qui concourent à expliquer l’intérêt porté par Rome à des alliances africaines en vue d’une conquête de l’Hispanie. Les rois numides, comme Massinissa, qui s’est d’abord distingué en Hispanie dans le camp carthaginois pendant la deuxième guerre punique avant de devenir un allié de Rome essentiel lors des opérations en Afrique entre 204 et 202118, envoient par la suite des détachements en Hispanie pour aider leurs alliés romains à vaincre leurs adversaires ibères et celtibères, et ce tout au long des deux premiers siècles avant notre ère119. Inversement, lors de la conquête de l’Afrique, de la fin de la troisième guerre punique en 146 à l’annexion des Maurétanies achevée par Claude en 42 apr. J.-C., les provinces hispaniques, et notamment les peuples alliés ou soumis de fraîche date, sont régulièrement mises à contribution120. La politique romaine de gestion des espaces ibériques et africains ne semble pas présenter de réelle solution de continuité avec la politique carthaginoise. Comme le précisait déjà Antonio García y Bellido en 1964, la chute de Carthage n’a pas entraîné de changement radical dans l’envoi de troupes africaines en péninsule Ibérique121. Mais, contrairement à ce qu’une historiographie ancienne affirmait dans un postulat empreint d’un certain colonialisme, ni la stratégie de Rome, ni avant elle celle de Carthage ne se limitaient à contraindre les « roitelets indigènes » africains à leur céder des troupes pour s’emparer de la péninsule. Il ne faudrait pas imaginer que les échanges de troupes sont unidirectionnels d’Afrique vers l’Hispanie : le recours à des troupes hispaniques pour combattre en Afrique n’a rien d’exceptionnel. Les rois numides et maures, comme les chefs ibères pendant la deuxième guerre punique, semblent conserver une marge de liberté importante. Ils choisissent de se mettre au service du camp punique ou romain après la défaite de Carthage, et d’aller combattre au loin pour en retirer des avantages politiques locaux souvent complexes122. La République romaine n’est pas la maîtresse d’un chapelet de rois inféodés dont elle disposerait à sa guise pour ses conquêtes. Les rois ibères, numides ou maures sont les chefs de puissantes confédérations tribales, dont la domination est fondée essentiellement sur le prestige militaire123. La capacité de ces chefs de guerre à traverser de grandes distances, à fournir des armes ou des corps d’armée spécialisés124, à disposer de forces de cavalerie légère d’élite125, explique leur expansion locale comme les efforts diplomatiques menés par Rome pour se ménager de tels appuis. Les rois ibères ou africains laissent certes des otages à Rome ou à Carthage, mais les alliances contractées sont loin d’être forcées et infamantes, et la souplesse montrée par les Romains à plusieurs reprises montre leur réel besoin d’alliés en Extrême Occident126. Ainsi, les multiples revirements des chefs ilergètes ne sont pas sanctionnés aussi durement que l’on aurait pu le penser, et les tribus numides sont également traitées avec soin, même si elles font encore partie des opposants à Rome. Parmi d’autres exemples, le jeune neveu de Massinissa, fait prisonnier par les Romains alors qu’il s’est jeté dans un combat en Hispanie à l’insu de son oncle, est libéré par Scipion, qui lui donne même en récompense un anneau d’or et un laticlave, parmi d’autres présents127.

  • 128 Frontin mentionne notamment une bataille entre Cn. Scipion et Hannon à proximité de l’oppidum d’In (...)
  • 129 Tite-Live raconte comment une initiative d’Hasdrubal mal préparée conduit les Tartessiens à se rév (...)
  • 130 García y Bellido, 1964, p. 14.
  • 131 García-Gelabert Pérez, 2005, pp. 7-26.
  • 132 Moret, 1997, pp. 147-165.
  • 133 On songe, par exemple, au jeune Jugurtha, qui s’attire le respect et l’amitié de Scipion Émilien e (...)
  • 134 Notamment dans les royaumes situés à l’ouest de Carthage.

31On peut entrevoir certaines similitudes entre l’organisation des confédérations ethniques ibères et africaines : domination temporaire d’un peuple et d’une lignée fondée avant tout sur la capacité à remporter la victoire militaire, puissante aristocratie guerrière de cavaliers, importance économique du butin… Pendant les grandes batailles de la deuxième guerre punique en péninsule Ibérique, les Carthaginois mobilisent de concert des auxiliaires libyens et hispaniques, comme les Romains, ce qui explique le succès de certaines politiques de retournement d’alliés128. Tite-Live étudie même précisément la confrontation entre un guerrier ibère et un africain, configuration de combat qui devait donc se produire sur le champ de bataille129. L’utilisation conjointe de ces troupes hispaniques et libyennes par Carthage, leur aptitude à être échangées de part et d’autre de la Méditerranée, les similarités de fonctionnement politique entraînant des attitudes proches dans la conclusion d’alliances amènent assez logiquement Rome à recourir aussi à des alliés libyens en Hispanie et à des Ibères en Afrique. Contrairement à certaines conclusions hâtives de l’historiographie ancienne, qui faisait parfois appel aux similitudes géographiques entre les espaces ibériques et africains pour expliquer l’efficacité de ces échanges, l’intérêt tactique est bien moindre que l’intérêt stratégique et politique. Si l’on voit mal les éléphants envoyés par Micipsa hiverner dans la sierra de Soria enneigée130, ou un Olcade habitué au climat de montagne de la Meseta espagnole s’accoutumer sans problème à séjourner à Carthage, les garnisons lointaines permettent de limiter les désertions131. Les victoires remportées contre un camp ennemi satisfont les ambitions et les nécessités des chefs de guerre sans dévastation de territoires voisins également alliés de Rome132, les combats partagés renforcent les alliances politiques133 et étendent l’influence romaine dans des espaces qui échappent encore à son contrôle direct134.

II. — Sertorius, ou le jeu sur les deux rives de la Méditerranée

  • 135 Pour des points de vue en français sur le personnage, voir notamment la partie du dossier de la re (...)

32L’épopée sertorienne représente une deuxième étape dans le rapprochement stratégique des espaces de l’Hispanie méridionale et de l’Afrique nord-occidentale. Cette fois, l’Hispanie et l’Afrique ne sont plus le théâtre de luttes s’inscrivant dans le contexte d’une guerre étrangère ou d’une annexion. Les espaces ibériques et africains voient se dérouler une véritable guerre civile, qui oppose pendant une décennie un exilé politique, appuyé par des forces hispaniques mais toujours attaché aux valeurs romaines, aux généraux syllaniens détenteurs légaux de l’imperium sur ces territoires135. Cet épisode contribue à souligner l’interdépendance militaire de l’Hispanie méridionale et de l’Ouest de l’Afrique du Nord. Sertorius, contraint de s’embarquer précipitamment avec une poignée d’hommes en 81 av. J.-C., réussit en sillonnant les espaces du détroit de Gibraltar pendant une quinzaine de mois à recruter une armée et une flotte susceptibles de lui faire reprendre pied en péninsule Ibérique. La durée de l’épopée sertorienne et sa gravité font prendre conscience de l’intérêt stratégique de ces territoires éloignés pour le contrôle de la vie politique de Rome elle-même. Quant aux cités et aux peuples des provinces hispaniques ou des royaumes africains, ils se rendent compte des conséquences que peut avoir l’insertion dans les guerres civiles romaines. Dans l’ère des divisions politiques et sociales qui déchirent la ville depuis 133, l’épisode sertorien est l’un des premiers à se dérouler hors d’Italie pendant une décennie. Quels impacts militaire et stratégique sur les espaces ibéro-maurétaniens a pu avoir cette exportation en Occident des guerres civiles romaines ?

  • 136 Essentiellement la Vie de Plutarque (voir Payen, 2002), quelques fragments des Histoires de Sallus (...)
  • 137 Schulten, 1926 et 1949. Depuis, les principaux historiens qui se sont attachés à Sertorius sont C. (...)

33Il ne s’agit pas ici de donner une analyse de l’intégralité de la geste sertorienne en Hispanie, narrée par des sources littéraires peu nombreuses136, mais abondamment commentée par l’historiographie depuis les travaux d’Adolf Schulten137. L’enjeu est de comprendre comment les errances d’un gouverneur chassé de sa province ont pu faire entrer les royaumes maures au cœur des guerres civiles romaines et comment les allers-retours hasardeux de Sertorius entre les deux rives de la Méditerranée ont pu conduire à une recomposition stratégique des espaces ibères et maurétaniens.

Errances d’un proconsul sans province en Extrême Occident

  • 138 Plutarque, Sertorius, VII, 3. Voir Broughton, 1952, p. 77 ; Konrad, 1994, p. 100.

34Sertorius, proche des marianistes, mais incapable de s’opposer à la nouvelle prise du pouvoir des syllaniens à Rome après le retour de Sylla, part fin 83 en Hispanie citérieure, province qui lui avait été, semble-t-il, attribuée par le sénat l’année précédente138. En 82, il prend le contrôle des territoires hispaniques et se livre à d’intenses préparatifs guerriers pour repousser le nouveau gouverneur envoyé par Sylla, C. Annius. Mais celui-ci réussit à entrer en Citérieure à la fin de 82 ou au tout début de l’année 81 et repousse les forces de Sertorius jusqu’à contraindre ce dernier à la fuite vers l’Afrique au printemps 81.

35Voici le récit que fait Plutarque de cet épisode :

Σερτώριος δ’ οὐκ ὢν ἀξιόμαχος, μετὰ τρισχιλίων εἰς Καρχηδόνα τὴν νέαν καταφυγών, κἀκεῖθεν ἐπιβὰς τῶν νεῶν καὶ διαπεράσας τὸ πέλαγος, Λιβύῃ κατὰ τὴν Μαυρουσίαν προσέσχεν. Ἀφυλάκτοις δὲ τοῖς στρατιώταις ὑδρευομένοις τῶν βαρβάρων ἐπιπεσόντων, συχνοὺς ἀποβαλὼν αὖθις εἰς Ἰβηρίαν ἀπέπλει. Sertorius, incapable de lutter à armes égales contre [Caius Annius], se réfugia avec trois mille hommes à Carthagène, d’où il embarqua, traversa la mer et aborda en Afrique, sur le rivage des Maurétaniens. Mais ses soldats, qui étaient descendus sans méfiance s’approvisionner en eau, furent attaqués par les barbares ; Sertorius perdit beaucoup d’hommes et repassa en Espagne.

Source : Plutarque, Sertorius, VII, 4-5 ; trad. Ozanam, Hartog, 2001, pp. 1059-1060.

  • 139 Chaves Tristán et alii, 2000, pp. 1463-1468.
  • 140 Callegarin, 2002, p. 15, n. 21. Ces monnaies (type Mazard, nos 538-540) semblent bien être de prov (...)
  • 141 Chaves Tristán et alii, 2000, pp. 1463-1468.
  • 142 Salluste, Histoires, I, 98-99 = éd. Maurenbrecher, 1893, no 98 est un fragment quelquefois cité po (...)
  • 143 Soit une armée prétorienne pour certains auteurs, même si la question reste discutée : García Morá(...)
  • 144 Plutarque, Sertorius, VII, 1-3. Voir Broughton, 1952, p. 77.
  • 145 Plutarque, Sertorius, VII, 3.
  • 146 La trière étant le navire le plus couramment utilisé avant les victoires de Pompée sur les pirates (...)
  • 147 Plutarque, Sertorius, VII, 4.
  • 148 Ibid., 5.

36Cette échappée précipitée, après avoir été quelque peu négligée par l’historiographie, a été utilisée pour expliquer la présence de onze monnaies attribuées à Saldae dans la zone de Vejer de la Frontera, à une trentaine de kilomètres au sud de Cadix, à proximité de la côte atlantique139. Ces monnaies auraient été amenées en Hispanie par des troupes numides alliées aux marianistes africains que Sertorius aurait entraînées dans son équipée à la suite de son premier déplacement en Afrique en 81. Cette hypothèse, si elle est séduisante et a eu le mérite d’attirer de nouveau l’attention sur le premier voyage de Sertorius en Afrique occidentale, paraît toutefois encore difficile à prouver avec certitude. Déjà, l’attribution à Saldae de ces pièces à légende néo-punique est incertaine140. Ensuite, la date de leur émission et de leur enfouissement, à savoir le dernier quart du ier siècle avant notre ère selon les inventeurs, ne permet pas de rattacher de façon absolue cette présence monétaire au premier débarquement de Sertorius en Afrique141. Enfin, Sertorius, lors de sa tentative de fuite de 81, ne paraît pas avoir eu le temps d’aller jusqu’à Iol, capitale numide où il aurait pu rencontrer des marianistes venus de Saldae et de la Numidie orientale. En effet, les quelques détails donnés par le seul texte assuré142, celui de Plutarque, sur ce trajet de Sertorius en Afrique indiquent qu’il s’agit d’une fuite précipitée, destinée à sauver les reliquats d’une armée décimée, et non d’une expédition dûment préparée pour aller secourir des marianistes en difficulté. Sertorius, qui devait disposer d’un peu moins d’une dizaine de milliers d’hommes à son entrée en Hispanie143, en a perdu 6 000 (soit plus d’une légion) qu’il avait envoyés à la rencontre d’Annius Luscus et qui se sont débandés à la suite de l’assassinat de leur chef, Livius Salinator144. Avec les 3 000 hommes qui lui restent145, soit un convoi d’une quinzaine de trières, à raison de 220 à 230 hommes par bateau146, Sertorius prend la mer, peut-être dans le but de lever des soutiens rapidement, mais surtout pour éviter de se retrouver enfermé dans Carthagène par les troupes d’Annius. L’expression très vague de Plutarque « Λιβύῃ κατὰ τὴν Μαυρουσίαν προσέσχεν147 », littéralement « il aborda l’Afrique vers la Maurousie », ne permet en aucun cas de se livrer à des conjectures précises concernant le lieu de débarquement. On peut toutefois écarter l’idée qu’il s’agisse d’une cité portuaire, puisque des « barbares » assaillent les soldats qui ont débarqué des navires à la recherche d’eau : dans un véritable port, l’eau douce aurait été accessible moyennant des négociations avec la cité148.

  • 149 Arnaud, 2004, p. 7.
  • 150 Plutarque, Marius, XXXII ; Salluste, Jugurtha, XVI, 4 ; XCII, 2 ; CII, 13 ; où il est précisé que (...)
  • 151 Voir le chap. i de cet ouvrage.
  • 152 Agrandie de la Maurétanie occidentale depuis 105.
  • 153 Pour un tableau clair de la situation, voir Callegarin, 2000, pp. 14-15, et la carte 5 de cet ouvr (...)
  • 154 Pompée a pu avoir triomphé des populares dès cette date : voir Badian, 1955. Si c’est le cas, le r (...)

37Cette première traversée, loin d’être un moyen de sauver des marianistes ou de planifier une nouvelle attaque de l’Hispanie, semble guidée par le hasard et la nécessité. Rien ne nous permet de supposer que Sertorius fasse mouiller ses navires dans une cité maure ou numide, ni a fortiori qu’il ait débarqué dans une capitale royale comme Iol ou Saldae, dans le but d’aller réclamer de l’aide à un monarque. Le plus probable est qu’il se soit contenté de rallier la côte maurétanienne par le plus court trajet, et que des barbares non précisément identifiés l’aient obligé à fuir lors de la première « escale technique ». Celle-ci a vraisemblablement eu lieu dans la portion de rivage située à proximité de l’oued Chéliff, quasiment à l’aplomb de Carthagène, à 150 km à vol d’oiseau de la cité. Cette distance de 1 000 stades correspond à une journée de 24 heures de navigation à une vitesse moyenne de 3,5 nœuds149. Certes, cette côte correspond traditionnellement à la Numidie occidentale, mais celle-ci est passée sous contrôle maure à l’époque de Sertorius, après la guerre de Jugurtha et l’engagement du roi maure Bocchus Ier auprès des Romains en 105150. Un trajet Carthago Noua-Iol serait matériellement possible, mais cette cité d’Iol ne se trouve pas sous contrôle maure à l’époque de Sertorius (carte 5). Surtout, Sertorius ne semble pas en position de négocier une alliance stratégique, ni en mesure de connaître précisément l’état des forces en présence : ce court voyage aurait seulement pour but de trouver une position de repli. Même si la liaison Carthagène-Cherchell est rapide151, Sertorius ne semblait pas disposer du temps ni des informations nécessaires à l’élaboration d’une stratégie complexe pour secourir un éventuel réduit marianiste de Numidie orientale pris entre la Maurétanie152 et l’Afrique contrôlées par les syllaniens153. Il est d’ailleurs fort probable qu’il n’y ait pas de populares survivants en Afrique au printemps 81154. Le fait que Sertorius ne tente pas un autre débarquement dans un autre lieu de la côte africaine, mais se dirige de nouveau vers l’Hispanie, semble montrer que l’Afrique du Nord dans son ensemble n’est plus désormais un refuge sûr pour un marianiste exilé.

Carte 5. — Sertorius en Extrême Occident

Carte 5. — Sertorius en Extrême Occident

38La suite de son périple n’est guère plus aisée à retracer ; après avoir vu un grand nombre de ses hommes tués sur la côte de Maurousie, Sertorius fait à nouveau voile vers l’Hispanie :

αὖθις εἰς Ἰβηρίαν ἀπέπλει, καὶ ταύτης μὲν ἀποκρούεται, Κιλισσῶν δὲ λῃστρίδων αὐτῷ προσγενομένων, Πιτυούσσῃ νήσῳ προσέβαλε καὶ ἀπέβη τὴν παρ´ Ἀννίου φρουρὰν βιασάμενος. Il [Sertorius] repassa en Espagne. Il en fut repoussé ; des navires de pirates ciliciens s’étant joints à lui, il gagna l’île de Pityoussa, dont il repartit après avoir écrasé la garnison installée par Annius.

Source : Plutarque, Sertorius, VII, 5 ; trad. Ozanam, Hartog, 2001, p. 1060.

  • 155 García Morá, 1991, pp. 38-39.

39La formule de Plutarque αὖθις εἰς Ἰβηρίαν ἀπέπλει, καὶ ταύτης μὲν ἀποκρούεται n’indique pas que Sertorius ait pu débarquer : il fait voile vers l’Ibérie, εἰς marquant seulement une direction, mais « en est repoussé violemment ». Divers auteurs ont essayé d’imaginer quel pouvait être le lieu de débarquement choisi par Sertorius sur la côte hispanique, un endroit à la fois abrité des troupes d’Annius et intéressant sur le plan stratégique : les hypothèses s’étendent sur plus de 150 km de littoral, de la zone de Málaga à celle d’Almería155. Seulement, le texte de Plutarque, seule source disponible, ne permet même pas d’affirmer que la flotte de Sertorius a réellement atteint la côte hispanique. Les survivants de la troupe de Sertorius ont pu être mis en fuite avant même de prendre pied sur le sol ibérique, ce qui explique la poursuite de leur errance et leur rencontre avec les pirates ciliciens, annoncée dans la suite de la phrase.

  • 156 Cicéron, De finibus, 5, 82 ; Valère Maxime, VII, 1, 1 ; Pline l’Ancien, VII, 142. Voir Broughton, (...)
  • 157 García Morá, 1991, p. 40, n. 36 ; Konrad, 1994, pp. 102-103 ; García Riaza, 2003.
  • 158 L’hypothèse de « capture » de Sertorius par les pirates avant d’arriver à un arrangement (García M (...)
  • 159 Plutarque, Sertorius, VII, 5.
  • 160 Konrad, 1994, p. 103.
  • 161 Ibid., p. 100 ; Broughton, 1952, p. 77.
  • 162 Voir Polybe, III, 33.
  • 163 Plutarque, Sertorius, VII, 6 ; García Riaza, 2003, p. 75.

40La présence de ces pirates ciliciens dans ces régions occidentales de la Méditerranée ne doit pas surprendre. Certes, en 123, Caecilius Metellus avait triomphé des pirates ciliciens qui avaient investi les îles du mare Balearicum156. Mais à la faveur des guerres civiles, ceux-ci sont revenus en force et ont prospéré dans des eaux momentanément laissées sans surveillance. Un phénomène de « piraterie internationale » alliée à des puissances terrestres ennemies de Rome comme Mithridate s’étend à la faveur de l’affrontement entre Sylla et les marianistes157. Rien de surprenant donc à ce qu’un général exilé errant avec les restes de son armée rencontre ces pirates et décide d’unir ses forces aux leurs, afin de faire valoir son bon droit contre les gouverneurs « usurpateurs » envoyés par Sylla158. Cette alliance avec les pirates paraît plus circonstancielle que planifiée. Avec ses nouveaux alliés, Sertorius peut prendre Pityoussa, soit Ibiza, malgré la garnison qu’y a mise Annius159 : Πιτυούσσῃ νήσῳ προσέβαλε καὶ ἀπέβη τὴν παρ´ Ἀννίου φρουρὰν βιασάμενος « il aborda l’île de Pityoussa, maîtrisa la garnison qu’y avait mise Annius, puis se retira ». Les îles Pityuses sont les îles les plus méridionales des Baléares, Ibiza (Ebusus) et Formentera (Ophiussa). Ophiussa étant inhabitée, Sertorius s’est donc rendu sur Ebusus160. S’emparer d’une île comme Ibiza, surtout avec des pirates bons connaisseurs de ces parages, semble plus facile qu’assaillir un littoral continental sans doute mieux protégé. Mais cette mention de retrait après la victoire amène à se poser deux questions : pourquoi Sertorius ne reste-t-il pas sur Ibiza et où se trouve sa nouvelle retraite ? Apparemment, Sertorius ne s’éloigne pas des parages de l’île puisqu’il livre un combat naval avec la grande flotte conduite par Annius ; peut-être Ibiza n’offre-t-elle pas un refuge suffisamment sûr pour faire mouiller ses navires, et que les Ciliciens et Sertorius décident d’attendre Annius dans une île moins exposée. Le répit est cependant de courte durée : Annius, qui semble commander aux deux provinces hispaniques161, réunit une grande flotte et 5 000 hommes pour mettre fin aux agissements de Sertorius. À l’instar des traductions anglaises, on préfère comprendre hoplítais par « soldats » plutôt que par « fantassins », en général rendus par pezoí162. Leur nombre de 5 000, soit quasiment une légion — on s’interroge d’ailleurs sur la possibilité de traduire ici les « hoplites » par les « légionnaires » —, montre l’importance accordée par Annius au péril conjugué de Sertorius et des pirates. Il est possible également que ces soldats soient destinés à renforcer la garnison locale, apparemment assez aisément vaincue par les forces sertoriennes163.

  • 164 Plutarque, Sertorius, VIII, 1.
  • 165 García Morá, 1991, p. 43 et n. 40. Ont été avancées d’autres propositions d’identification pour ce (...)

41Sertorius, en dépit de l’inadaptation au combat des navires de course des Ciliciens, aurait essayé d’affronter les forces d’Annius, mais une tempête aurait dispersé ses bateaux, après en avoir drossé un certain nombre aux côtes rocheuses des îles Baléares. Plutarque fait durer le mauvais temps pendant dix jours, au bout desquels les navires restants peuvent enfin faire une escale, sans doute courte, dans des « îles éparses (dans cette mer) et sans eau164 ». Ces îles, si elles n’ont pas disparu depuis lors, pourraient être identifiées avec les îlots d’Alboran ou du Perejil, sis à proximité des côtes africaines, mais faciles à atteindre depuis la côte ibérique ou les Baléares165.

  • 166 García Morá, 1991, p. 33.
  • 167 Salluste, Histoires, I, 98-99.
  • 168 García Morá, 1991, p. 42.
  • 169 Ibid., pp. 66-70 (68-69).
  • 170 Comme le fait remarquer Konrad, 1994, p. 103 : « Plutarch’s narrative is moving very rapidly. »

42Où se trouve Sertorius à ce stade du récit de Plutarque et à quelle date peut-on placer les différentes étapes de son périple méditerranéen ? Sertorius a dû quitter l’Hispanie lorsque la conquête de celle-ci était quasiment achevée, soit probablement au début de l’année 81166. Il est possible que le temps n’était pas encore entièrement propice à la navigation, si l’on place ici l’épisode des nombreux naufrages rapporté par Salluste167 : les mois de février ou mars 81 seraient une hypothèse valable. Le premier aller-retour entre l’Hispanie et la Maurousie, qui se solde par un échec rapide, ne semble pas avoir duré plus d’une dizaine de jours. La rencontre avec les pirates entre Málaga et Almería, le trajet vers Ibiza et la prise de cette dernière nécessitent sans doute un mois entier, ce qui conduit à penser que Sertorius se trouve dans les Baléares au plus tôt vers la fin avril 81. Après, tout dépend de la rapidité avec laquelle Annius peut réunir une grande flotte et 5 000 hommes. L’hypothèse de Felix García Morá168 qui place la grande tempête déroutant Sertorius dans ces « îles sans eau » fin août-début septembre, période de perturbation climatique en Méditerranée occidentale, est séduisante, mais paraît un peu tardive : on pourrait imaginer des traversées plus courtes, qui amèneraient cette tempête au printemps 81. Son tableau récapitulatif169 est une synthèse précieuse, mais il aurait tendance à surestimer légèrement les durées de navigation et, à l’inverse, à sous-estimer les temps de préparation militaire. Cependant, il est difficile de livrer d’autres hypothèses plus sûres : l’analyse dépend essentiellement du récit de Plutarque, qui avance très rapidement170, sans que l’on sache si cette vivacité du propos est un suivi réaliste des va-et-vient de Sertorius ou simplement un effet esthétique destiné à « accrocher » davantage le lecteur. En tout cas, ces errances en Extrême Occident sont en partie une découverte pour les Romains, qui abordent pour la première fois le littoral maurétanien. Elles ne sont guidées que par la nécessité et l’obligation de fuir entre deux périls : les armées syllaniennes en Hispanie et dans les Baléares, et les populations locales pas toujours accueillantes. Dans ces circonstances peu favorables, la coopération avec les pirates ciliciens, eux de grands familiers des îles de la Méditerranée extrême-occidentale, offre à Sertorius une planche de salut inespérée. Pour ces épisodes, la grande dépendance vis-à-vis du récit haut en couleur de Plutarque oblige toutefois à une prudence redoublée : les fuites et va-et-vient de Sertorius fournissent des rebondissements propices au moraliste désireux de montrer le caractère changeant de la fortune humaine.

Premiers succès en Maurétanie : la découverte progressive d’une stratégie

  • 171 Plutarque, Sertorius, VIII, 1.
  • 172 García Morá, 1991, p. 43. À l’appui de cette hypothèse, García Morá avance notamment que le littor (...)
  • 173 Plutarque, Sertorius, VIII, 2-5 et IX, 1.
  • 174 D’après les deux fragments conservés des Histoires, qui contiennent une description semblable du c (...)
  • 175 Hypothèse lancée par Spann (1977) et largement suivie depuis. Schulten (1949) les situait à Madère (...)
  • 176 Pour une riche historiographie et un commentaire détaillé sur la question des îles Fortunées, voir (...)

43Après cette escale de circonstance dans ces « îles sans eau », Sertorius franchit le détroit de Gibraltar et remonte le long de la côte atlantique de la péninsule Ibérique, jusqu’à atteindre et dépasser l’embouchure du Guadalquivir171. Là, il s’établit probablement dans la région d’Onoba (Huelva), peut-être pour essayer d’y hiverner en reconstituant ses forces172. La rencontre avec des marins habitués à naviguer dans l’Atlantique fait naître chez Sertorius l’idée d’aller se réfugier dans les îles Fortunées. Cette mention fournit à Plutarque l’occasion de se livrer à une digression mythico-géographique173, probablement déjà présente dans les Histoires de Salluste174, sur les îles des Bienheureux que la majorité des historiens situent aux Canaries, à Fuerteventura et Lanzarote plus précisément175. L’étude de cet excursus entraînerait trop loin du propos général ; on se contentera de renvoyer à une bibliographie récente sur ce thème176. L’étape suivante de la geste sertorienne, en revanche, doit retenir toute notre attention. Selon Plutarque, les pirates ciliciens laissent Sertorius à ses rêves d’exploration pacifique pour faire voile à nouveau vers la Maurétanie, afin de remettre un certain Ascalis, fils d’Iphta, sur le trône :

Ταῦθ´ ὁ Σερτώριος ἀκούσας ἔρωτα θαυμαστὸν ἔσχεν οἰκῆσαι τὰς νήσους καὶ ζῆν ἐν ἡσυχίᾳ, τυραννίδος ἀπαλλαγεὶς καὶ πολέμων ἀπαύστων. Αἰσθόμενοι δ´ οἱ Κίλικες, οὐθὲν εἰρήνης δεόμενοι καὶ σχολῆς, ἀλλὰ πλούτου καὶ λαφύρων, εἰς Λιβύην ἀπέπλευσαν, Ἄσκαλιν τὸν Ἴφθα κατάξοντες ἐπὶ τὴν Μαυρουσίων βασιλείαν. Οὐ μὴν ἀπέκαμεν ὁ Σερτώριος, ἀλλὰ τοῖς πρὸς τὸν Ἄσκαλιν διαπολεμοῦσιν ἔγνω βοηθεῖν, ὡς οἱ σὺν αὐτῷ καινήν τινα λαβόντες ἐλπίδων ἀρχὴν καὶ πράξεων ἑτέρων ὑπόθεσιν, μὴ διαλυθεῖεν ὑπὸ τῆς ἀπορίας. En écoutant ses récits, Sertorius fut pris d’un désir extraordinaire d’aller s’établir dans ces îles et d’y vivre en repos, délivré de la dictature et des guerres incessantes. Cependant, lorsque les Ciliciens s’en rendirent compte, comme ils n’avaient aucun désir de paix ni de loisir, mais cherchaient des richesses et du butin, ils rembarquèrent pour l’Afrique, afin d’y rétablir Ascalis, fils d’Iphta, sur le trône des Maurusiens. Sertorius, loin de se décourager, décida de porter secours aux ennemis d’Ascalis, pour que ses hommes retrouvent de nouveaux motifs d’espérer et l’occasion d’autres exploits qui les empêcheraient de se débander, dans la détresse où ils se trouvaient.

Source : Plutarque, Sertorius, IX, 1-3 ; trad. Ozanam, Hartog, 2001, p. 1061.

  • 177 Pailler, 2000, p. 48.
  • 178 Certains auteurs ont été amenés à remettre totalement en cause l’existence de ce rêve de Sertorius (...)
  • 179 Salluste, Histoires, I, 100-102 (éd. Maurenbrecher, 1893, p. 43).
  • 180 Plutarque, Sertorius, VIII, 2-5.
  • 181 Payen, 2002, pp. 103-104.
  • 182 Comme le rappelle à juste titre Konrad, 1994, p. 111.

44Là encore, Sertorius semble obéir davantage à la nécessité qu’à ses inclinations propres ou qu’à une stratégie réglée. Il convient de se méfier de ses prétendus rêves « escapistes177 » de retraite pacifique dans les îles des Bienheureux. Cet épisode n’est sans doute pas entièrement fictif178, mais son caractère d’absolu à-propos le rend suspect : si sa valeur en tant qu’exemplum littéraire et philosophique est évidente, son apport historique l’est moins. En effet, ces prétendues aspirations à un Ailleurs paradisiaque, sans doute déjà présentes chez Salluste179, fournissent à Plutarque une occasion à la fois de s’aventurer dans une description géographico-poétique des îles des Bienheureux180 comme de développer la figure morale de Sertorius, homme d’État aspirant en vain à la paix et toujours contraint à la guerre181. Si Sertorius a pu effectivement entendre parler des îles des Bienheureux sur le littoral onubéen, une région qui entretient avec les Canaries des échanges presque millénaires, s’y replier aurait signifié à la fois s’exposer aux aléas d’un voyage lointain et courir le risque d’une sortie définitive du jeu politique méditerranéen182. Au lieu de cela, « l’abandon » des Ciliciens et la situation politique en Maurétanie offrent une occasion à Sertorius d’espérer sortir de sa position de fuyard. Il faut que de nouveaux acteurs lui permettent de prendre pied sur le sol maurétanien.

  • 183 Plutarque, Sertorius, IX, 2.
  • 184 Ibid., VII, 4.
  • 185 Rebuffat, 2011.

45Cerner l’identité et la position d’Ascalis, fils d’Iphta, dans le jeu politique des années 80 av. J.-C. est une tâche assez malaisée, puisque l’existence de ce personnage n’est connue qu’à travers cette mention de Plutarque. Les pirates ciliciens souhaitent « ramener Ascalis, fils d’Iphta, sur le trône des Maurétaniens183 » : ce dernier terme doit retenir la réflexion. En effet, pour parler des Maures, Plutarque utilise communément d’habitude le nom ou adjectif Maûros. L’adjectif Maurousios, d’un emploi peut-être un peu moins fréquent chez Plutarque, accompagne souvent le terme de chez cet auteur et peut désigner aussi bien la Maurétanie que ses habitants184. Soit Plutarque se livre ici à un effet de style, qu’il faut essayer de rendre dans la traduction par « trône des Maurétaniens » voire « des Maurousiens ». Soit Maurousioi n’est pas tout à fait synonyme de Maûroi et désignerait une tribu précise de Maurétanie située dans la région de Tanger, sur laquelle Ascalis prétend régner. Le problème est que les mentions de Maurousioi chez Strabon, Ptolémée — qui parle de Maurensioi, qui implique le latin Maurenses — ou Étienne de Byzance renvoient non pas à la région de Tanger, mais à celle de la Moulouya, puisqu’à l’époque romaine, les Maurensioi sont censés être à l’ouest des Massaesyles, au nord des Herpeditanoi et à l’est des Sokossioi185.

  • 186 Plutarque, Marius, XXXII ; Salluste, Jugurtha, XVI, 4 ; XCII, 2 ; CII, 13. Voir ci-dessus.
  • 187 Plutarque, Sulla, V.
  • 188 Id., Marius, XXXII, 4-5 ; id., Sulla, VI, 1-2 ; id., Des hommes illustres, 75, 6.
  • 189 « Idemque Pompeius Hiertam Numidiae regem persecutus fugientemque a Bogude Bocchi Maurorum regis f (...)
  • 190 Gsell, 1928a, pp. 271-272.
  • 191 « κατάγω τυραννίδας ἐς τάς πόλις » (« restaurer les royautés dans les villes » [Hérodote, V, 92]).

46Il faut donc tenter de s’interroger sur le trône qu’occupe Ascalis (voir Généalogie et répartition des rois maures). Bocchus, probablement mort dans la toute fin des années 80 av. J.-C., régnait sur une Maurétanie étendue qui englobait la Numidie occidentale, obtenue après l’alliance passée avec Rome contre Jugurtha186. Son soutien à Sylla fut sans ambiguïté. Il concourt à rehausser l’éclat de la préture de Sylla en envoyant à Rome une centaine de fauves avec leurs chasseurs187, et surtout, il fait ériger au Capitole des Victoires avec des trophées et un groupe figuré en or le représentant en train de livrer Jugurtha à Sylla, scène qui provoque l’irritation de Marius et aurait entraîné un conflit sans l’irruption de la Guerre sociale à la fin 91 ou au début de 90188. Sans doute peu de temps avant la disparition de son père, le prince Bogud s’engage auprès des troupes pompéiennes et combat contre l’usurpateur Hierbas en Numidie aux côtés des syllaniens, afin de permettre à Hiempsal II de gouverner sur la Numidie orientale189. Ces bons rapports de Bogud avec les Romains auraient visé à lui faciliter l’accès au trône et à lui permettre de conserver ce pouvoir sur un royaume élargi. Mais son éloignement en Numidie aurait également favorisé les séditions, comme celle d’Ascalis, fils d’Iphta. Pour Stéphane Gsell, ce personnage ne serait pas un simple chef rebelle, mais un souverain important régnant sur un État autonome centré autour de Tingis et apparenté probablement à la famille de Bocchus puisque les syllaniens lui prêtent main-forte contre Sertorius190. L’emploi par Plutarque du terme de basileía, de royauté incite effectivement à ne pas voir un simple roitelet dans la figure d’Ascalis : la souveraineté sur une seule cité aurait sans doute été mieux désignée par le mot de turannís191 plutôt que par celui de basileía qui implique en général un royaume conséquent et un titre largement reconnu. Mais l’usage du participe futur du verbe katagô, « pour ramener », « pour rétablir » littéralement, pousse à formuler une autre hypothèse que celle de Gsell quant aux rapports d’Ascalis et de Bocchus.

Généalogie et répartition des rois maures

Généalogie et répartition des rois maures

a. — Hypothèse ancienne de Stéphane Gsell ; b. — Hypothèse de Gabriel Camps, amendée

  • 192 « quem ex Mauritania rex Leptasta proditionis insimulatum cum custodibus miserat » (à propos d’un (...)
  • 193 ILAlg, 1, 735, 1581, 1582.
  • 194 Gsell, 1928a, p. 274.
  • 195 Ibid., p. 271.
  • 196 « Le même Bogud sera appelé Bocchus par César. Il n’y a qu’une différence de graphie » (Berthier, (...)

47Gsell rapprochait le nom du père d’Ascalis, Iphta, de celui de Leptasa ou Leptasta, un souverain de Maurétanie mentionné dans un fragment des Histoires de Salluste192, ainsi que des formes IFTN, YPT’N, Iepta, Ieptan, Iephta présentes dans des inscriptions libyques d’Algérie193. De ces rapprochements, Gsell concluait sans davantage de précision qu’Iphta et son fils Ascalis auraient successivement régné après Bocchus sur la partie occidentale de la Maurétanie, autour de Tanger, tandis que Bogud aurait reçu en héritage la partie orientale du royaume de son père194, tout en admettant « la fragilité de ces hypothèses195 ». Cette théorie a été largement suivie par la suite par André Berthier, sans davantage d’éléments de démonstration ; cet auteur établit même une supposition risquée, à savoir que le Bogud, fils de Bocchus l’Ancien, qui aide les syllaniens en 81 av. J.-C., et Bocchus II, roi de Maurétanie orientale à l’époque de César, sont un seul et même individu, qui règne de 81 à 33 av. J.-C. sur la « Maurétanie aurasienne196 ».

  • 197 Grammatici Latini, I, p. 143.
  • 198 Trad. Durozier, 1865, pp. 54, 101. Durozier considère que le prisonnier en question est un transfu (...)
  • 199 Maurenbrecher, 1893, à propos du fragment 2, 20.

48Or, les parallèles établis au départ par Gsell sont peu convaincants : rapprocher Iphta de Leptasta oblige à supposer une double erreur de copie sur ce dernier nom (L pour I et redoublement de « ta »), erreur ancienne puisque le grammairien Priscien, qui a transmis le fragment, lisait Leptasta dans le texte de Salluste au vie siècle197. Surtout, l’existence historique de cette double souveraineté maurétanienne après le règne de Bocchus, entre la couronne d’Iphta / Leptasa et de son fils Ascalis à l’ouest et celle de Bogud à l’est, est difficile à envisager sur les plans chronologique et géographique. Selon certains éditeurs des Histoires de Salluste dont Charles Durozier que suit manifestement Gsell, le roi Leptasa198 aurait exclu de Maurétanie un mystérieux transfuge, devenu par la suite un allié de Sertorius en Hispanie vers 77 av. J.-C. Or, Berthold Maurenbrecher bat en brèche cette reconstruction totalement hypothétique, en objectant que le fragment ne se situe pas dans le premier livre des Histoires consacré à la geste sertorienne, mais dans le premier chapitre du deuxième, qui relatait les événements survenus entre l’équipée de Lépide et l’arrivée de Pompée en Hispanie en 76. Maurenbrecher soulignait également qu’après l’épisode d’Ascalis et son départ pour l’Hispanie en 80, rien n’indique que Sertorius ne garde des contacts importants avec la Maurétanie. Avec raison à mon avis, il met en relation cette expulsion de Maurétanie sous bonne garde d’un homme accusé de trahison avec l’expédition de Pompée en Numidie contre l’usurpateur Hierbas, avec l’aide du maure Bogud vers 81199.

  • 200 Salluste, Jugurtha, XIX, 7 ; voir aussi Plutarque, Marius, 10. Bocchus était déjà roi à l’époque d (...)
  • 201 Solution logique retenue par un certain nombre d’auteurs récents, car facile à conceptualiser : Ko (...)
  • 202 Gsell, 1928a, p. 271 est à suivre sur ce point.
  • 203 Orose, Contre les païens, V, 21, 14. « Cela semblerait attester, en effet, que la souveraineté app (...)

49Même en admettant que cette expulsion d’un quelconque traître ou usurpateur ait bien eu lieu avant 80, et que le Leptasa de Salluste soit bien l’Iphta de Plutarque, ce qui linguistiquement est difficile, quand Leptasa-Iphta aurait-il pu régner en Maurétanie occidentale ? En 108 av. J.-C., c’est Bocchus qui dominait tous les Maures selon d’autres propos, plus assurés ceux-là, du même Salluste, repris par Plutarque200. On pourrait imaginer qu’Iphta et Ascalis soient des vassaux de Bocchus, dont la souveraineté sur l’ensemble des Maures serait théorique201. Mais l’emploi du terme de basileus pour désigner des roitelets locaux semble alors injustifié, et l’abandon par Bocchus à des vassaux d’une des villes de son royaume les plus importantes sur le plan stratégique paraît difficile à expliquer202. Bocchus l’Ancien était encore vivant de façon assurée au milieu ou à la fin de 91, année de l’épisode du groupe figuré au Capitole. Dans l’hypothèse de Gsell, Bocchus n’est plus forcément en vie lors de la participation à l’expédition contre Hierbas de Bogud, « fils du roi des Maures Bocchus », relatée par Paul Orose en 81203. Pour que Leptasa-Iphta et Ascalis aient régné en Maurétanie occidentale de façon contemporaine au règne de Bogud en Maurétanie orientale, il faut que Bocchus meure peu après 91. Il faudrait alors supposer qu’en dix ans, entre la fin 91 et 81, Iphta-Leptasa et Ascalis se soient succédé sur le trône de Maurétanie occidentale et qu’en ce court laps de temps, Ascalis ait même été chassé par une révolte. Pour des raisons chronologiques, cette hypothèse de succession de Bocchus à Ascalis nous paraît peu viable. En outre, sur le plan méthodologique, il nous est difficile de suivre Gsell quand il doute d’une assertion crédible de Paul Orose, mais n’hésite pas à employer un fragment impossible à dater des Histoires de Salluste et se livre à des rapprochements linguistiques pour le moins audacieux.

  • 204 Callegarin, 2002, p. 18, n. 37.
  • 205 Cicéron, Contre Vatinius, 5, 12.

50Enfin, sur le plan géographique, cette hypothèse de double royaume contemporain d’Ascalis et de Bogud est impossible à situer. Déjà, les sources littéraires localisent dans les années 50-40 le royaume d’un Bogud à l’ouest de la Maurétanie, et non à l’est de celui d’Iphta et d’Ascalis comme le voulait Gsell204. En outre, selon Cicéron205, en 62 av. J.-C., il existe, entre l’Afrique et la Maurétanie située en face de l’Espagne, deux royaumes : celui d’Hiempsal à l’est, en Numidie, et celui de Mastanesosus à l’ouest, en Maurétanie orientale, qui revient par la suite à Bocchus II en 49 av. J.-C. Où ajouter dans cet espace déjà morcelé le royaume de Bogud, à l’est de celui d’Hiempsal en Numidie, mais à l’ouest de celui d’Ascalis autour de Tanger ? Il faudrait imaginer qu’il y ait plusieurs Bogud sur des trônes tous différents, l’un régnant vers 80 sur le futur royaume de Mastanesosus en 62 av. J.-C., et l’autre étant un souverain de Maurétanie occidentale dans les années 40. Ces constructions semblent trop complexes et artificielles pour être viables. Pour toutes ces raisons linguistiques, méthodologiques, chronologiques et géographiques, il faut abandonner l’hypothèse de Gsell concernant la datation des règnes d’Iphta et d’Ascalis et revenir au texte de Plutarque afin d’en proposer une autre interprétation.

  • 206 Plutarque, Sertorius, IX, 2.
  • 207 Mort du Numide Micipsa et première attestation du règne de Bocchus : Salluste, Jugurtha, CX, 8. Ma (...)
  • 208 Date où, selon Salluste, la souveraineté de Bocchus sur les Maures est totale : Salluste, Jugurtha(...)
  • 209 Plutarque, Sertorius, IX, 4.

51Dans l’expression de Plutarque qui mentionne le projet de « faire remonter Ascalis sur le trône des Maurétaniens206 », le verbe katágô impliquerait un retour à un état antérieur. La précision du nom du père d’Ascalis, Iphta, pourrait n’être certes que l’expression de l’identité complète du personnage, mais semble ici indiquer un commencement de dynastie connue du lecteur. Le parallèle fait par Gsell entre le Leptasa de Salluste et Iphta n’est pas suffisamment étayé et doit être abandonné, mais cette mention d’un roi de Maurétanie n’appartenant sans doute pas à la famille de Bocchus, vu son nom qui est un hapax, laisse penser qu’il existe d’autres souverains de Maurétanie au début du ier siècle avant notre ère que Bocchus et ses parents. Ces indices invitent à voir dans cet épisode une tentative de récupération d’un ancien royaume ayant peut-être existé au nord de la Maurétanie occidentale, avant une possible annexion par Bocchus entre 118207 et 108208 ou avant une sédition locale des Maurousiens. La mort de Bocchus et l’éloignement de son fils Bogud, parti combattre en Numidie, auraient aiguisé les ambitions d’un descendant de rois déchus. Ascalis aurait fait appel aux pirates ciliciens pour revenir à Tanger et retrouver sa souveraineté sur les Maurousiens. Sertorius ne choisit pas de lui prêter main-forte, mais défend au contraire le parti de « ses opposants », qui ne sont pas plus précisément nommés, mais qui semblent correspondre aux Maurousiens eux-mêmes, favorables à la venue de Sertorius209.

  • 210 Payen, 2002, pp. 103-104.
  • 211 Callegarin, 2002, p. 15, n. 22.
  • 212 Raisons déjà invoquées par Plutarque : voir Plutarque, Sertorius, IX, 3.
  • 213 Ibid., 4.

52Pourquoi cette prise de position de Sertorius opposée à celle de ses anciens alliés, les pirates ciliciens ? Selon Plutarque, Sertorius serait contraint de retourner au combat afin d’éviter que ses soldats ne le quittent pour rejoindre seuls le conflit et sortir de l’impasse d’une fuite sans espoir. Mais cette raison, pertinente dans le cadre du portrait moral de Sertorius dressé par Plutarque210, n’explique pas pourquoi le général romain n’embrasse pas le parti d’Ascalis, à l’instar des Ciliciens. Bien sûr, cette question ne peut entraîner que des conjectures, mais il faut essayer de proposer une explication. Les pirates ciliciens n’interviendraient pas dans le sens d’Ascalis pour des raisons politiques, mais parce que la défense du roi maure correspondrait à la poursuite de leurs intérêts quels qu’ils fussent : rémunération ou gain d’une base fortifiée sur les côtes maurétaniennes211. En revanche, les visées de Sertorius seraient largement différentes. Il s’agit à la fois d’occuper ses soldats pour éviter la débandade, de reprendre pied et de reconstituer ses forces afin d’arrêter la fuite désespérée devant les armées syllaniennes212, mais aussi d’essayer de trouver une nouvelle base d’opérations et de nouveaux alliés en Occident susceptibles de l’aider dans sa lutte contre le pouvoir romain. Ascalis, souverain déchu cherchant à retrouver sa couronne en faisant appel à des pirates, offrait sans doute moins de garanties à Sertorius que le camp opposé, qu’il faut maintenant identifier avec davantage de précision. Apparemment, les Maurousiens ou Maurétaniens l’accueillent avec joie213 et ne soutiennent pas le retour d’Ascalis sur le trône. Ce dernier est contraint de se réfugier à Tanger après sa première défaite contre les hommes de Sertorius.

  • 214 Ibid., 5.
  • 215 C’est là la raison avancée par Plutarque. Cette aide de Sylla à Ascalis surprend quelque peu si l’ (...)
  • 216 Plutarque, Sertorius, IX, 5.
  • 217 Florus, 3, 7 ; Cicéron, Verrines, 2, 1, 31 ; 2, 4, 10. Voir Broughton, 1952, pp. 87, 99.
  • 218 Callegarin, 2002, p. 16.

53Pour être vaincu par une armée vraisemblablement limitée, Ascalis doit disposer d’un nombre réduit de troupes et de soutiens : comme appuis, ses frères et la cité de Tanger sont mentionnés par le récit de Plutarque214. Pour secourir Ascalis215, Sylla envoie un certain Paccianus avec des forces216. L’intervention de Sylla en faveur d’Ascalis a beau être indirecte, elle n’en est pas moins surprenante. Ce soutien est en effet antagoniste avec celui des pirates ciliciens, qui aident également Ascalis en étant des ennemis de Rome : deux ans après cet épisode, le consul P. Servilius Vatia Isauricus est envoyé combattre les pirates en Cilicie et sur le littoral pamphylien217. Pour Sylla, l’urgence est de s’opposer par tous les moyens à Sertorius, y compris en faisant cause commune avec des pirates. Cet agrégat fragile de soutiens circonstanciels en faveur d’Ascalis renforce l’idée que ce personnage ne serait pas un ancien monarque de Maurétanie faisant valoir des revendications fondées sur l’intégralité du royaume de Bocchus, mais bien davantage un prince opportuniste essayant d’étendre son influence locale à la faveur d’une situation politique troublée218.

  • 219 Pour une recension récente de la discussion paléographique, voir Konrad, 1994, p. 112.
  • 220 Voir Gsell, 1928a, p. 272, le premier à faire le rapprochement entre ces deux personnages : aupara (...)
  • 221 Plutarque, Crassus, IV, 1 ; Ozanam, Hartog, 2001, p. 1010, n. 19. En 87, son frère aurait été assa (...)
  • 222 Voir Cadiou, 2008, p. 117 et n. 177-179 pour la discussion sur ces dates.
  • 223 Plutarque, Crassus, IV, 2-4.
  • 224 Toujours selon Plutarque, Fénestella — annaliste de l’époque d’Auguste — aurait lui-même rencontré (...)
  • 225 Ibid., VI, 1-2.
  • 226 Caballos Rufino, 1989, pp. 247-250, avec toute la bibliographie antérieure.
  • 227 Les Vibii sont présents sur trois émissions monétaires datées de 65, 55 et 50 av. J.-C. : voir Cha (...)
  • 228 Cordoue, CIL, II2/7, 372 : -- [Pa]ciaec[ae---] / [Vib?]ius Pa[ciaecus ---], début ier siècle apr. (...)
  • 229 Sur cette grotte-sanctuaire, voir en dernier lieu Gutiérrez et alii, 2012, pp. 303-381.

54L’aide de Sylla est d’ailleurs indirecte puisqu’elle s’exerce à travers un personnage que Plutarque appelle Paccianus ou plutôt Pacciacus selon les manuscrits219. Ce nom de Pac(c)iacus — orthographié avec un seul kappa — apparaît déjà dans une autre Vie de Plutarque, celle de Crassus220. Le jeune M. Licinius Crassus avait dû fuir Rome peu après 87, pour échapper aux proscriptions des marianistes221. Après avoir traversé la péninsule Ibérique pour rejoindre l’Hispanie ultérieure, province gouvernée par son père probablement entre 97 et 94222, il se serait réfugié dans une grotte du littoral du détroit, dans une propriété d’un ami de son père, Vibius Pac(c)iacus. Ce Vibius Pac(c)iacus aurait été d’abord tenu dans l’ignorance de la présence du jeune Crassus sur ses terres. Mais Vibius finit par s’apercevoir de cette présence : il cache et ravitaille Crassus dans sa grotte pendant huit mois223. Selon Plutarque, l’anecdote circule encore dans la Rome d’Auguste224. Seule la mort de Cinna en 84 permet à Crassus de sortir de sa retraite. Crassus se met alors à ravager les cités d’Ultérieure avec une armée privée de 2 500 hommes, avant de partir en Afrique225. D’après les passages de ces deux Vies de Plutarque, Vibius Pac(c)iacus serait donc un riche propriétaire terrien d’Ultérieure226 favorable aux optimates romains. Ses propriétés sont peut-être à chercher du côté de Carteia, où des Vibii figurent comme édiles et magistrats monétaires dans le monnayage de la cité au début du ier siècle227, ou dans la région de Corduba, où le cognomen Paciaecus est attesté dans deux inscriptions malheureusement fragmentaires et difficiles à dater228. Du côté de l’actuel rocher de Gibraltar, le littoral pouvait offrir des grottes susceptibles d’abriter des fuyards : on pense bien entendu aux grottes proches de la fameuse Gorham’s Cave, utilisée comme sanctuaire depuis l’époque phénicienne229. La zone de Malaca, l’actuelle Málaga, détruite par Crassus quand ce dernier sort de sa retraite, serait également une localisation possible pour cette propriété.

  • 230 Badian, 1958, p. 308 ; Knapp, 1983, p. 20 ; Caballos Rufino, 1989, nos 3 et 10 ; González Román, M (...)
  • 231 Pseudo-César, Guerre d’Espagne, III, 3-9.
  • 232 Cicéron, Ad Atticum, 12, 2, 1 ; id., Ad Familiares, 6, 18, 2.
  • 233 RE (1942), 18, 2, col. 2061, art. F. Münzer, suivi par la bibliographie postérieure, notamment Cab (...)
  • 234 Le Roux, 1995b, p. 91 ; Cadiou, 2008, pp. 656-657.
  • 235 « eius prouinciae notum et non parum scientem » (pseudo-César, Guerre d’Espagne, III, 3-9).
  • 236 L. Vibius Atticus prétend notamment que Cn. Pompée est réfugié aux Baléares, ce que Cicéron met en (...)
  • 237 Plutarque, Crassus, VI, 1-2.
  • 238 Caballos Rufino, 1989, pp. 247-250 (248).
  • 239 Plutarque, Crassus, VI, 1. Voir Badian, 1958, pp. 266-267.
  • 240 Plutarque, Crassus, IV, 2-4 : Pac(c)iacus a été le seul client des Licinii à aider Crassus avant l (...)
  • 241 Caballos Rufino, 1989, p. 248 ; Hernández Fernández, 1998, pp. 174-176.
  • 242 Cadiou, 2008, p. 121, n. 198 et p. 624, n. 60.
  • 243 « συμβαλὼν ὁ Σερτώριος τὸν μὲν Πακκιανὸν ἀπέκτεινε, τὴν δὲ στρατιὰν κρατήσας προσηγάγετο » (« Sert (...)
  • 244 Hernández Fernández, 1998, p. 165.

55La question de l’origo s’est immédiatement posée pour ce personnage : Vibius Pac(c)iacus est-il un émigré italien de relativement fraîche date, ou sa famille est-elle anciennement implantée dans la péninsule Ibérique ? Certains indices linguistiques et la présence de nombreux Vibii et Paccii en pays osque et campanien ont permis de penser que les Vibii Pac(c)ia(e)ci seraient des Italiens originaires du Centre de la péninsule italienne, qui auraient émigré à une date inconnue, peut-être dès la fondation de Carteia en 171 av. J.-C. ou au cours du iie siècle230. Mais en relisant le Bellum Hispaniense231 et la correspondance de Cicéron232 qui mentionnent un certain L. Vibius Paciaecus, personnage souvent considéré comme le fils du précédent233, certains ont émis l’hypothèse que Vibius Pac(c)iacus « premier du nom » n’aurait émigré en Hispanie qu’au début du ier siècle à la suite des proscriptions marianistes234. Cette hypothèse d’une arrivée très récente semble peu crédible : le préfet césarien L. Vibius Paciaecus est mentionné dans le Bellum Hispaniense comme un individu « connu de sa province [l’Hispanie ultérieure] et habile235 ». L’adjectif eius est ici un possessif non réfléchi, qui montre bien que L. Vibius Paciaecus est originaire de cette province d’Ultérieure qu’il faut arracher à l’emprise pompéienne. Ce L. Vibius Paciaecus, deuxième du nom, semble être un enfant du pays, qui renseigne par la suite fidèlement César sur la situation des armées pompéiennes en Ultérieure236. D’autre part, le premier Vibius Pac(c)iacus cité dans la Vie de Crassus de Plutarque237 est déjà installé en Ultérieure entre 97 et 94 ; il dispose d’un réseau personnel suffisant pour aider Crassus et les optimates en 87. Enfin, le départ de Vibius Pac(c)iacus pour la Maurétanie contre Sertorius en 80, à la tête d’une armée sans doute privée, montre encore l’importance de son influence locale et donc la longueur de son séjour en Ultérieure. Vibius Pac(c)iacus l’ancien, fidèle des optimates et ami de la gens Licinia, a été mandaté par Sylla pour résoudre enfin le problème sertorien et sans doute faire cesser les troubles de succession en Maurétanie occidentale : si Sylla le charge d’une telle mission, c’est que Vibius Pac(c)iacus possède des réseaux locaux suffisants pour rassembler en peu de temps une armée susceptible de traverser le détroit et d’affronter Sertorius. Tout semble donc indiquer que Vibius Pac(c)iacus fait vraisemblablement partie des Hispanienses, des descendants d’Italiens anciennement immigrés en péninsule Ibérique. Sa richesse et ses relations avec les optimates permettent d’imaginer que ce personnage possède un statut équestre. Antonio Caballos Rufino proposait que Sylla l’ait même fait sénateur, auquel cas il s’agirait de l’un des premiers sénateurs issus de l’Hispanie238. Cette hypothèse est possible, mais peu probable : Vibius Pac(c)iacus ne semble ici disposer d’aucun commandement officiel, ni d’aucune troupe régulière. Quoi qu’il en soit, l’influence locale du personnage239, son implication antérieure dans le parti des optimates240 et la localisation de ses terres sur le littoral hispanique tout proche du lieu du conflit241 expliquent l’intervention de cet individu, avec le concours de levées spontanées parmi les populations romanisées d’Ultérieure242. Le recours s’avère en tout cas contre-productif : Sertorius tue Pac(c)iacus et débauche son armée243, ce qui renforce l’idée d’une troupe de soldats locaux recrutés à titre individuel244. Avec ses nouvelles forces, Sertorius réussit à prendre Tanger et à vaincre définitivement Ascalis, avant de repartir avec ses troupes d’Hispaniques et de Maures vers la péninsule Ibérique.

  • 245 Plutarque, Sertorius, IX, 11.
  • 246 Payen, 2002.
  • 247 Sur la fides, voir en premier lieu Piganiol, 1950.
  • 248 Comme les conditions exigées des ennemis vaincus, comme la destruction de Carthage et son déplacem (...)
  • 249 Polybe, XXI, 2, 4, 10 ; trad. Roussel, Hartog, 2003, p. 1017.
  • 250 Par exemple, Polybe, XXXVI, 4, 1-3 : cette soumission correspond très imparfaitement au grec písti (...)
  • 251 La deditio in fidem des Mamertins et des Sagontins, dont l’existence est problématique dans le sec (...)
  • 252 Piganiol, 1950, pp. 342-343 ; Boyancé, 1972 ; Roussel, Hartog, 2003, p. 1304, n. 8.
  • 253 Salinas de Frías, 2001.
  • 254 Ozanam, Hartog, 2001, p. 1062, n. 51.
  • 255 Polybe, dans la suite du passage précédemment évoqué, montre d’ailleurs l’échec des négociations e (...)
  • 256 Payen, 2002, pp. 105-108.

56Sertorius, avec sa troupe réduite d’Italiens probablement renforcée d’appuis locaux, a réussi après deux ans d’errance à reprendre pied dans un territoire situé aux confins de l’Empire. Sa situation politique se met à changer : de fuyard soumis aux rencontres de hasard ou aux aléas de la navigation, il redevient un général romain respecté de ses hommes et investi d’une mission d’organisation des territoires qui l’ont accueilli. Le récit de ses actions en Maurétanie laissé par Plutarque245 cadre avec le portrait positif de l’homme d’État mesuré et juste qu’il incarne : Sertorius, au lieu de piller les cités qui se sont rendues à lui, se contente de rétablir leur souveraineté. Certes, Plutarque dresse un caractère moral plus qu’il ne livre des faits avérés, nourris de renseignements précis246. Cependant, le comportement de Sertorius tel qu’il est décrit ici apparaît empreint d’une cohérence non seulement psychologique, mais également historique. Sertorius ne cherche ni à piller les cités des Maurousiens, ni à bâtir un royaume à son profit ou à celui d’un éventuel allié, car ces attitudes seraient à la fois indignes de son personnage et non conformes à ses intérêts. Sertorius a triomphé dans deux batailles au moins, lesquelles l’ont opposé à un souverain maure soutenu par une cité, par sa famille et par une armée privée. Ces victoires obtenues dans des conditions difficiles, avec des forces restreintes et sur un terrain inconnu, ne sont pas négligeables, mais elles ne lui garantissent pas une position politique solide. Il n’a pas assez d’hommes pour garder le contrôle des villes maures, et s’il laisse ses troupes les mettre à sac, il court le risque de perdre ses appuis africains. Le don consenti à Sertorius des richesses, des villes et du pouvoir politique en Maurétanie, par de mystérieux « suppliants » qui viennent à lui avec confiance, renvoie à la procédure diplomatique ancienne de la deditio in fidem247, interprétée de façon libérale. Les « cités » maures se remettent à la discrétion du nouveau maître sur le terrain militaire, en livrant chacune de leurs constituantes : biens, murs et gouvernement de leurs habitants. L’expression de « cités » est ici problématique : les connaissances encore limitées sur la Maurétanie occidentale pré-romaine n’autorisent pas à affirmer l’existence généralisée dans cette région de cités-États dotées d’institutions autonomes dès le ier siècle avant notre ère, à l’exception des cités phéniciennes ou puniques. Cependant, le vocabulaire utilisé par Plutarque dans cet épisode incite à voir dans ces póleis maures de véritables États : Sertorius est ainsi assimilé à un conquérant de régions civilisées nouant des relations clientélaires prestigieuses, sans que ce rapprochement soit vérifiable. Sertorius, qui pourrait en théorie exiger des Maurousiens des conditions draconiennes248, se contente de leur rendre magnanimement la fides librement offerte. Plutarque établit sans doute un parallèle avec l’attitude — que Polybe décrit dans les mêmes termes — de Scipion l’Africain en 190 av. J.-C. lors d’une négociation avec les Étoliens249. Ce que les Romains appellent habituellement fides recouvre en fait une soumission totale du faible contraint de remettre sa propre existence et celle des siens, ses biens et sa volonté entre les mains du puissant250. Cependant, la notion romaine de fides n’implique pas une soumission à l’arbitraire : la puissance qui reçoit un individu (dans le cas d’une relation de clientèle personnelle) ou une cité dans sa fides lui doit protection et aide à la conservation de son existence251, sous peine de se rendre coupable d’impiété et d’irrespect du serment252. Les exemples de Publius Scipion et de Sertorius en Occident s’inscrivent dans ce respect mutuel du lien sacré de la fides, facilité par des traditions locales comparables chez certains peuples ibères253. Plutarque, qui reprend la pístis utilisée par Polybe à propos de Publius Scipion, montre un Sertorius qui se refuse à abuser du pouvoir total que les Maurousiens lui ont pourtant librement consenti, pouvoir qu’il va au contraire leur rendre symboliquement car il n’a pas les moyens de l’exercer en réalité254. Ajoutons que Sertorius n’étant pas reconnu comme proconsul par le sénat syllanien, cette procédure de deditio in fidem, toujours accomplie par un magistrat au nom du sénat255, n’a de toute façon aucune valeur légale. Mais sur le plan politique, Sertorius est le premier Romain à se poser comme patron et protecteur des villes de Maurétanie occidentale. En outre, son portrait gagne encore en cohérence avec cet épisode, qui le rapproche de l’exemple de Scipion, vainqueur en Hispanie et en Afrique. Sertorius est une fois de plus montré sous l’angle positif du conquérant respectueux des traditions romaines et attaché à la puissance de l’Empire sans pour autant jamais perdre son respect des autochtones256.

  • 257 Konrad, 1994, p. 115. L’idée ancienne qu’Ascalis, « oligarque syllanien », aurait été détrôné par (...)
  • 258 Je partage entièrement la démonstration de Laurent Callegarin, qui a repris la documentation arché (...)
  • 259 Plutarque, Sertorius, IX, 4.
  • 260 Strabon, XVII, 3, 8 ; Pline l’Ancien, V, 2, 3.
  • 261 García Morá, 1991, p. 52 ; Konrad, 1994, p. 113.
  • 262 Ibid., pp. 113-114.
  • 263 Pailler, 2000, pp. 50-51. Pour l’analyse complète, voir le chap. i de cet ouvrage.

57On ignore quelles villes ont été ainsi soumises par Sertorius. On peut penser que derrière ce collectif s’en remettant à la discrétion du Romain se trouvent les Maurousiens défavorables à Ascalis, autrement dit les autorités des « cités » maures du Nord, sans que l’on sache s’il s’agit de tyrans locaux ou d’aristocraties dirigeantes257. Les traces archéologiques du conflit sertorien ne sont pas visibles en Maurétanie et ne permettent pas de situer l’action du général romain258. Mais si l’on en croit le récit de Plutarque, Sertorius s’intéresse de près à la région de Tanger, au point de se livrer à une exploration archéologique du tombeau d’Antée259. Pour Strabon et Pline, ce tombeau se trouve à Lynx, soit Lixus, à 135 km au sud de Tanger260. Comme les récents commentateurs, j’aurais tendance à suivre la localisation précise de Strabon et Pline davantage que la mention vague de Plutarque, essentiellement intéressé par l’aspect symbolique de cet épisode mythologique et copiant peut-être un peu vite ses sources261. Ainsi, si le tombeau se trouve à Larache plutôt qu’à Tanger, Sertorius aurait parcouru le Nord de la Maurétanie occidentale sans rencontrer d’obstacle : sa domination diplomatique aurait été reconnue assez facilement sur une région relativement étendue. Quelle que soit la localisation exacte du tombeau d’Antée, la propagande menée par Sertorius autour de cette découverte d’ossements gigantesques sert à la fois à confirmer l’ancienneté de la cité de Tanger, à glorifier l’action pacificatrice d’Héraclès, vainqueur d’un souverain monstrueux et xénophobe262, et à renforcer la réputation de pietas de Sertorius, respectueux des mythes locaux sans tomber dans la vaine crédulité263. À la fois les sources littéraires et les traces archéologiques sembleraient accréditer la thèse d’un épisode maurétanien localisé et ciblé contre des adversaires ponctuels, sans larges représailles qui auraient empêché la tenue de bonnes relations diplomatiques par la suite. Enfin, Sertorius est le premier Romain à utiliser l’Extrême Ouest de la Maurétanie comme appui politique et tête de pont logistique vers l’Hispanie. La suite des événements le ramène en effet vers la péninsule Ibérique.

  • 264 Appien, Histoire romaine, t. II, livre VI, L’Ibérique, 66-67.
  • 265 Ibid., 57-58. Ocile, depuis Schulten, a traditionnellement été identifiée à Zilil, aussi appelée Z (...)
  • 266 Chic García, 1980 ; Callegarin, 2002, pp. 21-24.
  • 267 Konrad, 1994, p. 117.
  • 268 García Morá, 1991, p. 54.
  • 269 Konrad, 1994, p. 123 ; Payen, 2002, p. 105.
  • 270 García Morá, 1991, p. 54.
  • 271 Plutarque, Sertorius, XXII, 5 ; Tite-Live, Periochae, XCI, fragment 22, l. 15-35. Le titre de proc (...)
  • 272 Plutarque, Sertorius, XXIV, 3.
  • 273 Les offres de négociation de Sertorius sont repoussées, et sa tête est mise à un prix exorbitant p (...)

58Après avoir vaincu Pacciacus et Ascalis et avoir rendu leur souveraineté aux villes maures, la situation matérielle et politique de Sertorius s’est durablement renforcée, à tel point qu’une ambassade de Lusitaniens, à l’hiver 80, vient lui proposer de prendre leur tête contre les armées romaines. Trois remarques doivent être émises sur cet épisode. Tout d’abord, il n’est pas surprenant de voir des Lusitaniens franchir aisément le détroit pour se rendre en Maurétanie : déjà entre 155 et 153, une armée lusitanienne conduite par un certain Caucanios, venu du Nord du Tage, s’était emparée du territoire des Conii dans l’Algarve et, de là, avait traversé le golfe ibéro-marocain sur des navires marchands pour se rendre en Maurétanie264. Le général romain L. Mummius avait fini par vaincre les Lusitaniens sous les murs de la ville maure d’Ocile265. Les Lusitaniens, outre leur mode de vie fondé sur la razzia des cités voisines d’Hispanie, entreprennent donc de véritables expéditions militaires lointaines, peut-être pour des raisons politiques266 : la Maurétanie fait aussi partie de leur aire d’influence. En deuxième lieu, la réputation de Sertorius s’est étendue grâce à certains de ses compagnons, qui ont entretenu des contacts avec les Lusitaniens. On peut penser qu’il s’agit d’Hispani ayant côtoyé Sertorius à l’occasion de son tribunat militaire en Ultérieure ; cependant, pour savoir que Sertorius est non seulement un bon chef militaire, mais un homme capable de se ranger du côté des pérégrins contre les armées romaines, les Lusitaniens ont dû s’appuyer sur des témoignages plus récents que ceux datant de son tribunat. Des réfugiés marianistes romains réfugiés en Lusitanie267, des mercenaires lusitaniens recrutés lors du passage de Sertorius à Onoba ou lors du retournement des forces de Pacciacus auraient pu diffuser les derniers exploits de Sertorius268. Enfin, Sertorius est choisi par les Lusitaniens non seulement pour son expérience et son prestige militaire, mais aussi parce qu’il est susceptible d’accepter de les former à combattre des Romains. Quoique positif soit le portrait dressé par Plutarque d’un héros qui, à l’instar d’un Coriolan, resterait toujours patriote malgré son exil et sa xénophilie269, Sertorius semble se comporter comme un chef de guerre professionnel peu regardant sur ses alliés et prêt à assurer toute mission du moment que l’adversaire désigné reste Sylla. Pour les Lusitaniens menacés par les troupes romaines, l’appui d’un condottiere capable de les former à la lutte contre des légions est aussi inespéré qu’indispensable270. Certes, Sertorius n’aurait eu de cesse de se revendiquer comme un légitime proconsul d’Hispanie, conduit simplement à s’appuyer sur des auxiliaires indigènes pour combattre des usurpateurs271. Cependant, ses actes ou ses alliances avec des ennemis notoires de la Pax romana, comme les pirates ciliciens ou Mithridate272, amènent à considérer cette attitude comme une posture de propagande, qui restera dans l’historiographie mais qui échouera à infléchir la position du sénat concernant Sertorius, toujours considéré comme un ennemi de Rome, même après la mort de Sylla273.

Le retour en Hispanie : une lutte désormais planifiée en péninsule Ibérique

  • 274 « itaque Sertorius, leui praesidio relicto in Mauretania, nactus obscuram noctem, aestu secundo, f (...)
  • 275 Plutarque, Sertorius, XII, 2.
  • 276 Callegarin, 2002, p. 21.
  • 277 Plutarque, Sertorius, XII, 3 ; trad. Ozanam, Hartog, 2001, p. 1064.
  • 278 Broughton, 1952, pp. 80, 96.
  • 279 Itinéraire antonin, 407, 2.
  • 280 Sillières, 1988, p. 794 ; Alonso Villalobos, García Vargas, 2003.
  • 281 García Morá, 1991, p. 59.
  • 282 Salluste, Histoires, I, 105.
  • 283 Plutarque, Sertorius, XII, 3-5.
  • 284 Spann, 1987b, p. 306, largement suivi depuis, notamment par García Morá, 1991, p. 59. Konrad rappe (...)

59Deux ans après sa fuite précipitée de Carthagène, Sertorius revient en péninsule Ibérique. Le temps lui permet cette fois de se livrer à des préparatifs stratégiques. Selon les Histoires de Salluste274, il a soin de ne pas laisser la Maurétanie sans protection, et il attend des conditions météorologiques favorables pour tenter une traversée nocturne la plus rapide et la plus discrète possible. Laisser une garnison, même peu importante en Maurétanie, vise à éviter les trahisons éventuelles des cités maures ou les tentatives d’invasion de l’Afrique Mineure, qui l’exposeraient à une prise à revers de la part de ses adversaires. Comme Sertorius emmène des Libyens275, on peut supposer l’existence d’un échange de troupes semblable à celui réalisé par Hannibal en 218 : des Ibères resteraient en Afrique, tandis que des Libyens seraient choisis pour combattre en Hispanie. L’emploi de garnisons étrangères, avec dans certains cas le recours à des otages, limite en effet les risques de défection et de désertion, comme le souligne Laurent Callegarin276. Pour réaliser une traversée brève, mais nocturne, il faut que l’itinéraire choisi soit à la fois court et sûr, entre des côtes présentant le moins de récifs possible : le trajet occidental, entre les baies de Tanger et de l’actuelle Bolonia, serait à cet égard préférable à la route méditerranéenne entre Ceuta et Algésiras. Mais Sertorius n’atteint pas l’Hispanie sans avoir à livrer bataille, puisque Plutarque277 mentionne une victoire navale obtenue dans le détroit près de Mellaria sur un certain Cotta278. Mellaria, petite cité littorale située à 6 milles soit à 9 km à l’est de Baelo selon l’Itinéraire antonin279, serait localisée sur la rive gauche du río del Valle, près d’une baie sablonneuse où le débarquement est relativement sans danger280. Le lieu de bataille n’est peut-être pas l’endroit exact où Sertorius comptait arriver, mais l’endroit où sa flotte a été interceptée par l’ennemi. Le terme de porthmós désigne d’abord un moyen ou un lieu de passage, donc par extension un lieu de traversée, un bras de mer, un détroit : entre la zone de Mellaria / Baelo et l’Afrique une voie de traversée maritime aurait donc existé, qui empruntait certainement le canal de los Cabezos, étroit canal situé en face de Mellaria selon García Morá281. Sertorius, probablement parti de la zone de Tanger, cherchait à rejoindre le mons Belleia d’après Salluste282. La flotte syllanienne, sans doute basée dans le port de Carteia, aurait tenté en vain de lui barrer la route. Cotta est le premier des antistratègoi romains vaincus par Sertorius dont Plutarque fait la liste avant de décrire en détail la guerre entre Sertorius et Metellus283. Selon Philip O. Spann, il s’agirait de Caius Aurelius Cotta, le consul de 75, qui serait en 80 le légat en charge des opérations contre Sertorius284.

  • 285 « Transgressos omnis recepit mons Belleia, praceptus a Lusitanis » (Salluste, Histoires, I, 105 ; (...)
  • 286 Spann objecte que si le mons Belleia avait servi de point de rencontre entre l’armée de Sertorius (...)
  • 287 L’équipe et le projet Archeostraits sont présentés sur le site de l’université de Toulouse II : ht (...)

60Après cette traversée mouvementée et cette première victoire, Sertorius gagne un point de ralliement indiqué par les Lusitaniens : « Toutes ses troupes, étant passées, prirent position sur le mont Belleia, que lui avaient indiqué les Lusitaniens285. » Ce mont au lieu inconnu par ailleurs a été traditionnellement identifié par la plupart des auteurs avec le site de la Silla del Papa, malgré quelques hésitations de Spann aujourd’hui assez largement résolues286. L’agglomération de la Silla del Papa, fouillée ces dernières années par une équipe franco-espagnole287, s’étend sur un sommet de la sierra de la Plata, à 4 km de la baie de Bolonia. Il s’agirait d’un vaste oppidum qu’il convient pour l’instant d’appeler « bastulo-phénicien », dont les premières traces d’occupation remonteraient au début du Ier millénaire, et qui serait abandonné dans le second quart du ier siècle avant notre ère. Cet oppidum serait à l’origine des émissions monétaires de Bailo, qui présentent des légendes bilingues en caractères latins et tardo-punique. À partir du milieu du iie siècle av. J.-C., un petit établissement côtier se serait installé dans la baie de Bolonia, à l’emplacement du futur municipe de Baelo Claudia.

  • 288 Plutarque, Sertorius, XII, 2 ; trad. Flacelière, Chambry, 1973, p. 24 : la traduction de R. Flacel (...)

61D’après Plutarque, les troupes de Sertorius au début de ses campagnes en péninsule Ibérique sont peu nombreuses et d’origines diverses : Sertorius serait passé avec « […] deux mille six cents hommes qu’il appelait Romains, mais auxquels se trouvaient mêlés sept cents Africains qui étaient passés avec lui en Lusitanie, avec quatre mille peltastes lusitaniens et sept cents cavaliers288 ».

  • 289 Peut-être venus le rejoindre sur le mons Belleia cité par Salluste ?
  • 290 Plutarque, Sertorius, VII, 3. La remise en question du caractère romain des troupes de Sertorius v (...)
  • 291 Plutarque, Sertorius, IX, 5.
  • 292 Cadiou, 2008, p. 624, n. 60.
  • 293 Chaves Tristán et alii, 2000, pp. 1464-1468.
  • 294 Plutarque, Sertorius, XIV, 1.
  • 295 Ibid., XII, 5-7.
  • 296 Sur la localisation de cette cité, d’abord identifiée à l’actuelle Lagos en Algarve, puis située p (...)
  • 297 Plutarque, Sertorius, VII.
  • 298 Ibid., XIII, 8.
  • 299 Ibid., 9.
  • 300 Chic García, 1980.

62Sertorius a donc franchi le détroit avec 2 600 hommes, parmi lesquels 700 Libyens au printemps 80, et les Lusitaniens lui ont fourni par la suite 4 700 soldats289. Les 1 900 « Romains », auxquels vient s’ajouter le contingent africain, sont pour une part les survivants des 3 000 compagnons originels de Sertorius, qui avaient fui avec lui l’Hispanie à Carthagène au printemps 82290, auxquels sont venues s’ajouter les troupes de Vibius Pacciaecus291, lesquelles devaient sans doute compter des citoyens romains établis en Ultérieure, des Hispanienses et des Hispani292. Les Libyens seraient des Maurétaniens ou des Numides alliés à Sertorius depuis le conflit contre Ascalis. Les monnaies de Zilil, voire de Saldae, découvertes à Vejer de la Frontera sont peut-être à mettre en relation avec cet épisode davantage qu’avec celui du premier voyage avorté de Sertorius en Afrique293. Le renfort lusitanien est essentiel : Sertorius est choisi pour se mettre à la tête d’une armée locale, qu’il entraîne à la romaine294. Mais les forces sertoriennes sont insuffisantes pour tenir tête aux armées romaines dans des batailles rangées : seule l’adoption d’une tactique de guérilla lui permet de résister aux légions pendant quasiment une décennie295. Le caractère mixte des forces de Sertorius, composées à la fois d’Hispaniques et d’Africains, apparaît dans l’un des premiers épisodes du conflit, celui du siège de Lacobriga ou Langobriga296. Metellus, désireux de faire tomber rapidement cette cité favorable à Sertorius, ordonne un siège, censé réussir en cinq jours puisque la ville ne possède qu’un seul puits297. Mais Sertorius fait remplir des outres d’eau moyennant finances et les envoie par coursier à travers la montagne pour ravitailler les assiégés298. Les soldats qui se proposent pour cette tâche d’acheminement sont des Maures et des Ibères299. L’engouement pour ce genre de besogne peu glorieuse s’explique sans doute par l’offre d’une rémunération supplémentaire : la motivation financière déterminerait en grande partie la participation de ces troupes aux campagnes sertoriennes. Si les Lusitaniens semblent combattre pour une raison politique, à savoir lutter contre l’avancée romaine qui leur interdit les expéditions au sud du Baetis et commence à menacer leurs propres territoires300, beaucoup d’Hispani ou d’Ibèroi se seraient engagés aux côtés de Sertorius avant tout pour gagner leur vie, comme les Africains qui l’ont suivi depuis la Maurétanie.

  • 301 Broughton, 1952, pp. 83, 98.
  • 302 Callegarin, 2002, pp. 33-35.
  • 303 Plutarque, Sertorius, XXI, 10.
  • 304 Callegarin, 2002, p. 27.
  • 305 Rodríguez Neila, 1980, pp. 35-39 ; contra López Castro, 1995, pp. 224-225.
  • 306 Badian, 1958, p. 159 ; Callegarin, 2002, p. 25.
  • 307 Sur le traité gaditain et les Balbi, voir ci-dessous.

63À partir de 79 et jusqu’à sa mort en 72, Sertorius combat les armées de Q. Caecilius Metellus, proconsul d’Ultérieure en 79301, et de Pompée, envoyé en Citérieure en 76, sans s’aventurer de nouveau dans les espaces du détroit de Gibraltar. Comme la Maurétanie, le Sud de l’Hispanie compte peu de traces archéologiques imputables au conflit sertorien, qu’il s’agisse de trésors ou de niveaux de destruction302. Après les premières offensives des années 80-78, l’activité de Sertorius est peu sensible en Hispanie méridionale, qui reste globalement fidèle aux optimates, garants de la paix et du maintien des liaisons commerciales avec Rome. Ces derniers défendent ardemment les régions minières de l’Hispanie méridionale, la vallée du Betis et les grandes cités d’Ultérieure, pour éviter que Sertorius et les Lusitaniens ne s’emparent de moyens financiers essentiels pour la poursuite de la guerre et, éventuellement, son extension en Gaule, voire en Italie303. Ainsi, le traité unissant Rome et la cité de Gadès depuis la fin de la deuxième guerre punique, en 206 av. J.-C., est renouvelé en 78, cette fois-ci en observant les formes religieuses et juridiques les plus traditionnelles304. Ce renouvellement du traité, sans doute à l’initiative de Rome305, mais relayée sur place par la puissante famille des Cornelii Balbi, permet de renforcer les liens diplomatiques existants entre la cité phénicienne et les autorités romaines mises en place par Sylla. Gadès, toujours étroitement soumise à Rome par ce foedus iniquum, délègue à son allié le soin d’assurer sa protection contre d’éventuelles incursions sertoriennes sur son territoire. Le traité permettrait en outre de garantir une certaine sécurité des liaisons maritimes avec l’Italie : la multiplication des expéditions contre les repaires de pirates s’expliquerait par les pressions des élites gaditaines, soucieuses de voir leurs marchandises arriver à bon port. Ce traité de 78 aurait favorisé les rapprochements clientélaires entre l’aristocratie locale et les familles d’optimates implantées en Hispanie méridionale306. En 77, L. Cornelius Balbus reçoit la citoyenneté romaine et devient chevalier : cette entrée dans l’élite politique romaine est directement liée à la rénovation du traité et au soutien inconditionnel de Gadès à Metellus307.

  • 308 Salluste, Histoires, II, 28.
  • 309 Tite-Live, Periochae, XCI ; Florus, II, 10, 7 ; Frontin, II, 2, 5 ; Orose, V, 23, 12.

64Au-delà du traité gaditain, l’assise militaire et politique de Metellus est solidement établie en Ultérieure. C’est à Corduba qu’il passe l’hiver 77-76, alors que Sertorius se trouve dans la vallée de l’Èbre308. Metellus remporte deux victoires importantes en Ultérieure, la première à l’été 76 contre Hirtuleius à Italica, la seconde à Segouia, sur la rive droite du Genil, à 8 km d’Astigi (Écija), où les deux frères Hirtulei trouvent la mort309.

  • 310 Étienne, 1958, pp. 98-99, 101-104.

65Malgré ses efforts, Sertorius ne parvient ni à s’imposer militairement, ni à s’attirer des soutiens politiques en Hispanie méridionale. Les élites des cités d’Ultérieure honorent somptueusement Metellus à la fin de l’année 74, après une absence d’un an passé en Gaule et en Citérieure. Les sources sont unanimes pour rendre compte d’un véritable culte voué à Metellus à la fin du conflit. Ces manifestations, décrites comme excessives et déshonorantes par des sources ici favorables à Sertorius310, sont sans doute à la mesure de la peur infligée par Sertorius et les Lusitaniens aux riches cités méridionales vivant des richesses agricoles et du commerce avec Rome. Le fragment de Salluste mérite une attention particulière :

At Metellus in ulteriorem Hispaniam post annum regressus magna gloria concurrentium undique, uirile et muliebre sexus, per uias et tecta omnium uisebatur. Eum quaestor C. Vrbinus aliique cognita uoluntate cum ad cenam inuitauerant, ultra Romanum ac mortalium etiam curabant, exornatis aedibus per aulaea et insignia, scenisque ad ostentationem histrionum fabricatis ; simul croco sparsa humus et alia in modum templi celeberrimi. Praeterea tum sedenti transenna demissum Victoriae simulacrum cum machinato strepitu tonitruum coronam capiti imponebat, tum uenienti ture quasi deo supplicabatur. Toga picta plerumque amiculo erat accumbenti, epulae uero quasitissumae neque per omnem modo prouinciam, sed trans maria ex Mauretania uolucrum et ferarum incognita antea plura genera. Quis rebus aliquantam partem gloriae dempserat, maxumeque apud ueteres et sanctos uiros superba illa, grauia, indigna Romano aestumantis. Mais Metellus revint en Ultérieure l’année suivante ; sa grande gloire attirait les foules qui, sans distinction de sexe, accouraient de toutes parts. Le questeur Urbinus et d’autres personnes qui connaissaient ses goûts l’invitèrent à dîner ; en le traitant, ils dépassaient ce qu’autorisaient les mœurs romaines et même les coutumes qui régissent les humains : les maisons étaient abondamment décorées de tentures et autres ornements ; des scènes étaient dressées pour que paraissent des histrions ; en même temps, sur le sol, on répandait du safran, et le reste était disposé comme pour un temple des plus fameux. De plus, quand il était assis, la statue d’une Victoire, descendue d’une tabatière du lambris, imposait sur sa tête une couronne dans l’accompagnement du fracas du tonnerre provoqué par les machines ; quand il arrivait, on le suppliait en brûlant de l’encens comme pour un dieu. Il portait la toge brodée des triomphateurs et le plus souvent le petit mantelet quand il prenait place dans un repas ; les mets étaient les plus recherchés non seulement pour l’ensemble de la province, mais on faisait venir d’au-delà des mers, de Maurétanie, plus d’une espèce, jusqu’alors inconnue, d’oiseaux et de bêtes sauvages. De tels faits lui avaient fait perdre une part sensible de sa gloire, surtout aux yeux de vénérables citoyens d’un autre temps, pour qui ces manifestations insolentes étaient pénibles à supporter, indignes de la souveraineté romaine.

Source : Salluste, Histoires, II, 70 ; trad. Étienne, 1958, p. 102.

  • 311 Valère Maxime, IX, 1, 5 ; Plutarque, Sertorius, XXII, 2-4. Voir le commentaire d’Étienne, 1958, p. (...)
  • 312 Le couronnement par des Victoires descendues du ciel était un procédé couramment utilisé dans le t (...)

66Ce passage a été partiellement repris par Valère Maxime et par Plutarque : Robert Étienne, en confrontant ces trois textes, voyait dans ce « triomphe local » de Caecilius Metellus la naissance du culte impérial en Bétique311. On peut cependant modérer ces propos et voir davantage dans ces honneurs une reproduction des hommages de type hellénistique faits aux imperatores qui se diffusent dans tout l’Empire. En dehors de la critique du luxe excessif et de la démesure propre à un monarque d’un des optimates les plus éminents312, un processus de divinisation de l’imperator est effectivement à l’œuvre.

  • 313 Voir Thouvenot, 1940, p. 136 ; Rodríguez Adrados, 1946, pp. 186-200 ; García Morá, 1994, p. 284.
  • 314 Étienne, 1958, p. 105.
  • 315 Salluste, Histoires, II, 70, 1.
  • 316 Plutarque, Sertorius, XXII, 4.
  • 317 « in horrida et bellicosa prouincia » (Valère Maxime, IX, 1, 5).
  • 318 Plutarque, Sertorius, XXII, 5 ; XIII, 1-3.
  • 319 Salluste, Histoires, II, 70.
  • 320 Pour plus de détails sur ces mets maurétaniens, ces « volatiles ultramarins » servis à Metellus et (...)

67Mais qui sont les instigateurs de ce culte ? Les Romains de Bétique seraient à l’origine de ces manifestations excessives, selon la majorité des auteurs313. Seul d’Ors rapprochait le terme d’hospites employé par Valère Maxime de celui de clientes : Metellus aurait été honoré de la sorte par ses clients indigènes314. Si ce rapprochement est effectivement trop fragile pour être recevable sans discussion, d’autres indices invitent à penser que Metellus n’est pas seulement fêté par des negotiatores romains installés en Bétique. En effet, les honneurs rendus à Metellus, s’ils restent de l’ordre de l’initiative privée, se généralisent dans les cités d’Ultérieure. Salluste insiste sur l’universalité de la gloire de Metellus, qu’hommes et femmes désirent voir et recevoir sous leur toit315. Plutarque fait, lui aussi, état d’une sorte de tournée triomphale à travers les cités de la future Bétique, qui accueillent Metellus par des autels, des sacrifices, des banquets, des spectacles et des chœurs de jeunes gens et de jeunes filles chantant des hymnes triomphaux316. Des témoignages d’exaltation si spectaculaires ne semblent pas être le seul fait des Italiens résidant en Ultérieure ; il semble que les élites locales leur aient volontiers emboîté le pas en mettant leurs demeures à disposition du triomphateur. Certes, seul un Romain, Caius Urbinus, le questeur de Metellus, est explicitement nommé par Salluste, qui mentionne également des « autres » susceptibles de connaître les goûts du général romain. Mais l’état-major de Metellus doit être probablement secondé par des pérégrins ayant adopté le mode de vie des élites italiennes : si Salluste précise que les hôtes de Metellus lui prodiguent des soins supérieurs « à ceux attendus par un Romain et même par un humain » (« ultra Romanum ac mortalium morem curabant »), c’est que Metellus doit séjourner dans des demeures où un accueil « à la romaine » représente déjà une attention particulière. Valère Maxime souligne que l’excès de luxe est d’autant plus choquant qu’il n’est pas prodigué dans une province grecque ou orientale, où ce type de débauche est courant, mais dans « une province épouvantable et belliqueuse317 » : les émigrés italiens n’étant pas aussi nombreux en Occident qu’en Orient, le contraste est saisissant entre les manifestations triomphales prodiguées à Metellus par tous les personnages éminents des cités d’Ultérieure, et les mœurs frugales de Sertorius partageant la vie militaire de ses alliés lusitaniens318. Enfin, sont offerts à Metellus pendant les banquets des oiseaux et des bêtes d’espèces inconnues jusqu’alors, donc des mets exotiques pour des goûts romains, que ses hôtes font venir non seulement de la province, mais également « d’outre-mer », de Maurétanie319. Cette marque d’attention recherchée présuppose une insertion ancienne des hôtes de Metellus dans les circuits commerciaux ; une répartition de leurs propriétés sur les deux rives du détroit pourrait également expliquer l’origine de cette faveur difficile à réaliser en temps de guerre320.

  • 321 Plutarque, Sertorius, IX, 5.
  • 322 L’alliance de Sertorius avec les pirates ciliciens ou les Lusitaniens, ennemis traditionnels des c (...)
  • 323 Plutarque, Sylla, XI, 1-2.
  • 324 Coarelli, 1997, pp. 111-112.
  • 325 Étienne, 1958, p. 105.

68Ce milieu d’Italiens expatriés en Ultérieure sans doute depuis plusieurs générations et de riches Hispani ayant adopté les mœurs romaines évoque le souvenir de Vibius Pac(c)iaecus, qui, depuis ses terres du littoral malacitain ou cartéien, avait franchi sans peine la Méditerranée avec une armée pour aller combattre Sertorius dans la région de Tanger321. Les élites des cités d’Ultérieure, qu’elles soient d’origine italienne ou pérégrine, semblent mettre leurs richesses et leurs appuis politiques au service de la cause syllanienne. Elles utilisent leurs réseaux pour tenter de faire échec à Sertorius en Afrique, puis rendent une série d’hommages inhabituels au général qui a ramené la paix et la sécurité dans leur province. Peu importe que celui-ci n’ait pas été à la hauteur sur le plan militaire ; la victoire contre une armée menaçante322 entraîne des manifestations de culte à la fois royal et surhumain. Les Victoriae ex machina couronnant Metellus sont des rappels directs de celles descendues du plafond du théâtre de Pergame pour Mithridate, le mauvais présage de la chute du couvre-chef royal en moins323 ; elles sont également des préfigurations de celles installées dans le théâtre de Pompée, ami et compagnon d’armes de Metellus en Hispanie324. Dès les années 70 av. J.-C., les élites de Bétique non seulement affichent clairement leur prise de position du côté des optimates dans les guerres civiles romaines, mais font figure de précurseurs dans la voie du culte des imperatores, première étape du culte impérial325.

  • 326 Sur ces stratégies de « jeu sur les deux tableaux », voir les cas des Ilergètes ou de Bocchus l’An (...)
  • 327 Les sources littéraires n’y font pas référence. Sur l’éventuel déplacement de population infligé à (...)

69Le conflit sertorien marque la véritable entrée des espaces de l’Extrême Occident méditerranéen dans la vie politique romaine. Cet engagement n’est ni univoque, ni uniforme. Les milieux qui participent aux luttes armées aux côtés des Romains, qu’il s’agisse de mercenaires maures ou ibères, de peuples hispaniques en lutte contre l’expansion romaine dans la péninsule, de rois maures ou d’élites des cités du détroit de Gibraltar, cherchent avant tout la satisfaction d’intérêts locaux. Aider Rome ne représente pas une finalité idéologique, mais un moyen politique d’arriver à ses objectifs stratégiques. En fonction des buts à atteindre, le soutien à une faction romaine revêt des natures et des degrés divers. En se gardant d’un excès de schématisation, on peut toutefois souligner la tendance des alliés militaires de Rome, qui peuvent être des peuples entiers à la recherche de leaders comme les Lusitaniens, à suivre logiquement le meilleur chef de guerre, donc le plus souvent des généraux populares, qui tirent leur prestige non de leur naissance, mais de leurs aptitudes au combat. En revanche, les élites locales des cités d’Ultérieure, qui désirent avant tout la stabilité et le maintien de relations commerciales intenses avec Rome et l’Italie, soutiennent plutôt les optimates, dont les ancêtres ont participé aux campagnes du iie siècle en péninsule Ibérique et ont commencé à tisser des réseaux clientélaires toujours vivaces. Les rois et les cités de Maurétanie se rangent du côté leur offrant le plus de garanties contre leurs rivaux locaux traditionnels, en général leurs voisins immédiats. Toutes ces différentes factions hispaniques et maures cherchent à tirer parti des troubles politiques de l’Vrbs pour augmenter leur influence politique et leur poids économique sur l’autre rive de la Méditerranée, tout en se ménageant des portes de sortie pour éviter l’annihilation complète, conséquence toujours possible d’un soutien unilatéral absolu326. À la différence de la Lusitanie ou de la vallée de l’Èbre, les cités de la province d’Ultérieure s’étaient montrées dans l’ensemble fidèles au camp syllanien. Ce choix avisé du futur vainqueur a bien sûr évité les représailles, phénomène apparemment très limité en Ultérieure327, et a au contraire permis aux élites des cités de Bétique de s’insérer encore davantage dans les réseaux clientélaires optimates.

III. — L’Extrême Occident au cœur des guerres civiles romaines (49-33 av. J.-C.)

70Après la période de calme relatif ouverte à la fin du conflit sertorien, qui se termine dès 74-73 pour l’Hispanie ultérieure, l’Extrême Occident méditerranéen redevient une zone d’enjeux stratégiques majeurs lors de la guerre entre César et les pompéiens. Des tentatives multiples de débarquement depuis la Maurétanie vers l’Hispanie et, fait nouveau, entre la province d’Ultérieure et le royaume de Bogud sont lancées à partir de l’année 49.

Intervenir en Maurétanie depuis l’Hispanie

  • 328 Voir Sertorius fuyant Annius ou, après le conflit, les sertoriens cherchant en vain refuge en Maur (...)
  • 329 César, Guerre civile, I, 39 et 60.
  • 330 Voir ci-dessous.

71La nouveauté dans la stratégie césarienne à l’œuvre dans les régions de l’Extrême Occident méditerranéen est de planifier une intervention importante depuis l’Hispanie vers la Maurétanie. En effet, si l’on excepte les envois ponctuels de renforts et l’épisode de Vibius Pac(c)iaecus qui traverse le détroit pour aller combattre Sertorius à Tanger, initiative apparemment limitée et personnelle, les expéditions militaires de grande ampleur depuis la deuxième guerre punique se font essentiellement dans le sens Afrique — péninsule Ibérique. Alors que les rois maures vont régulièrement participer aux combats qui se déroulent en Hispanie pour le compte de leurs alliés d’abord carthaginois puis romains, les cités hispaniques privilégient l’expansion commerciale et l’implantation de comptoirs sur les littoraux atlantique et méditerranéen. Les mouvements de troupes dans le sens Hispanie — Afrique se sont jusque-là limités aux échanges d’alliés comme garanties mutuelles contre les retournements d’alliances, à l’instar des transferts de 218 av. J.-C., aux déplacements de « mercenaires » attirés par les conflits, ce qui se produit lors des guerres sertoriennes, ou aux tentatives de fuite des vaincus dans les royaumes maures, à l’extérieur de l’empire328. Au début du conflit césaro-pompéien, le premier mouvement envisagé entre les régions de l’Extrême Occident méditerranéen répondait d’ailleurs à cette logique traditionnelle, puisque, selon César, les pompéiens avaient imaginé conquérir l’Hispanie depuis l’Africa en traversant la Maurétanie et le détroit de Gibraltar329. Apparemment, ce plan s’évanouit rapidement. L’opposition très probable de Bogud, roi de Maurétanie occidentale et farouche partisan de César330, cause sans doute cet abandon de stratégie, qui aurait poussé un certain nombre de cités hispaniques, libérées de la menace pompéienne, à basculer dans le camp césarien.

  • 331 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 61.
  • 332 Suétone, César, XXXIV, 2.
  • 333 César, Guerre civile, I, 39.
  • 334 Ibid., I, 39, 3 ; I, 43-47 ; II, 18.
  • 335 Ibid., II, 19-20 ; II, 42-43. Voir également Le Bohec, 2004.
  • 336 D’après la chronologie ancienne, mais toujours reprise jusqu’à présent, de Walter Judeich : voir J (...)

72Cependant, ce projet suscite une réaction chez César, qui se met à organiser, depuis l’Hispanie via la Maurétanie occidentale alliée, la conquête des régions africaines aux mains des pompéiens. En rassemblant les forces disponibles en Ultérieure et les renforts fournis par Bogud, il s’agit d’attaquer et de réduire la Numidie de Juba Ier, allié de Pompée331, puis d’atteindre la province d’Afrique. Il convient de faire un bref rappel des événements antérieurs et des forces en présence pour expliquer l’idée de cette expédition. Après le départ de Pompée et des principaux chefs optimates d’Italie au début de 49, César se tourne vers les légions pompéiennes stationnées en Hispanie, choisissant ainsi, selon les mots de Suétone, de ne pas s’attaquer à un « général sans armée, mais à une armée sans général332 ». Il laisse deux de ses légats mener le difficile siège de Marseille et, au printemps 49, il parvient à franchir les Pyrénées : c’est le début de ce que l’historiographie a appelé « la campagne d’Ilerda ». En effet, les légions des légats de Pompée, L. Afranius et M. Petreius, étaient stationnées tout près de la cité : César fit établir son camp à proximité sur une colline plus basse. Mais une crue imprévue d’un affluent de l’Èbre inonda son camp et le mit en très mauvaise posture333. Il réussit à en construire un autre et à mettre suffisamment en difficulté les légats pompéiens pour que ceux-ci se retirent et tentent de rejoindre la puissante armée du légat d’Ultérieure, M. Terentius Varro, fidèle de Pompée. Mais la manœuvre n’aboutit pas : César encercle le camp et obtient la reddition des cinq légions de Citérieure à la toute fin juin 49. Il se tourne par la suite vers M. Terentius Varro : celui-ci, replié à Gadès, se prépare à la guerre avec ses deux légions, après avoir écrasé la province d’impôts et réclamé un serment de fidélité aux envoyés des cités d’Hispanie. Mais sa legio Vernacula l’abandonne, les cités lui ferment toutes leurs portes devant l’avancée de César, et M. Terentius Varro finit par se rendre à César avec sa légion restante334. César quitte donc l’Hispanie, en laissant en Ultérieure un homme apparemment de confiance, Q. Cassius Longinus. En Afrique, en revanche, la situation est bien moins favorable à César : Curion, son légat, après avoir rencontré des succès, finit par être défait et tué par les troupes numides de Juba Ier, lors de la bataille de Bagrada, tout près d’Utique335. Au début de 48, César envisage donc de reprendre le contrôle en Afrique grâce à une expédition menée à partir des provinces hispaniques et avec l’appui des armées stationnées en péninsule Ibérique, apparemment solidement tenues en main. C’est précisément Q. Cassius Longinus, légat de la province d’Hispanie ultérieure, qui, au printemps de 48336, reçoit l’ordre d’organiser et de commander cette expédition :

Interim litteras accepit a Caesare ut Africam exercitum traiceret perque Mauretaniam ad fines Numidiae perueniret, quod magna Cn. Pompeio Iuba miserat auxilia maioraque missurus existimabatur. Quibus litteris acceptis insolenti uoluptate efferebatur, quod sibi nouarum prouinciarum et fertilissimi regni tanta oblata esset facultas. Itaque ipse in Lusitaniam profiscitur ad legiones arcessendas auxiliaque adducenda ; certis hominibus dat negotium ut frumentum nauesque C praepararentur pecuniaeque discriberentur atque imperarentur, ne qua res cum redisset moraretur. Reditus eius fuit celerior omnium opinione. Non enim labor aut uigilentia cupienti praesertim aliquid Cassir deerat. Entre-temps, il reçut l’ordre écrit de César « de faire passer son armée en Afrique et de gagner par la Maurétanie les frontières de la Numidie, car Juba avait envoyé de grands secours à Pompée, et devait à son avis en envoyer de plus grands ». En recevant cette lettre, il était transporté d’une joie extraordinaire de voir à sa disposition de nouvelles provinces et un royaume si fertile. Aussi il part en personne pour la Lusitanie, afin d’y chercher des légions et d’y concentrer des troupes auxiliaires ; il donne mission à des hommes sûrs de tenir prêts du blé et cent navires, de répartir et de faire rentrer des impôts pour que rien ne le retarde à son retour. Mais il revient plus vite que chacun ne s’y attendait. En effet, Cassius ne manquait pas d’activité ou de vigilance, surtout quand il convoitait quelque chose.

Source : pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 51 ; trad. Andrieu, 1954, p. 50.

  • 337 César, Guerre civile, II, 25.
  • 338 « Nemo enim aut in prouincia natus, ut uernaculae legionis milites, aut diuturnitate iam factus pr (...)
  • 339 Ibid., p. 48, n. 2, p. 52, n. 2.
  • 340 « Quintam legionem nouam conscribit. Augetur odium et ipso dilectu et sumptu additae legionis. Com (...)
  • 341 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 52, 1.

73Cet ordre écrit de César à son légat Cassius Longinus à propos de l’expédition en Afrique, que l’auteur du Bellum Alexandrinum a probablement tiré directement de la documentation, permet de mieux cerner la stratégie césarienne dans les régions de l’Extrême Occident méditerranéen. L’adversaire ici nommément désigné est Juba, le roi de Numidie, soutien essentiel des pompéiens en Afrique, qu’il a notamment aidés lors de la bataille de Bagrada en août 49337. Cependant, la réaction de Cassius Longinus à cette nouvelle montre que le projet de César ne se limite pas à empêcher Juba d’envoyer des renforts aux pompéiens : l’occupation de la Numidie, « ce royaume si fertile », est envisagée. Le double sens de prouincia, à la fois zone d’opérations militaires et région appartenant de plein droit à l’Empire romain, évoque l’idée d’une conquête pure et simple du royaume de Juba. Les effectifs engagés et les préparatifs lancés confirment cette idée. Cassius Longinus dispose de cinq légions en Ultérieure au début de 48338 : deux légions de l’armée de Varron, la legio Vernacula et la IIe légion, deux amenées d’Italie, les XXIe et XXXe légions339, une levée récemment en péninsule Ibérique, la Ve340. Seule cette dernière est explicitement désignée comme devant rester sur place341.

  • 342 Ibid., 56, 5, qui narre le passage en revue des légions et des troupes auxiliaires avant la traver (...)
  • 343 Sur la tentative de meurtre dont Cassius Longinus est victime à Cordoue à la mi-août 48 et ses con (...)
  • 344 « Interim L. Titius qui eo tempore, tribunus militum in legione uernacula fuerat, nuntiat eam a le (...)
  • 345 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 53, 5 ; Andrieu, 1954, p. 52, n. 2.
  • 346 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 54, 2 : après avoir été informée de l’attentat dont a été victi (...)
  • 347 Voir Reddé, 1986, pp. 110-112 pour les effectifs.
  • 348 « il donne mission à des hommes sûrs de tenir prêts du blé et cent navires, de répartir et de fair (...)
  • 349 Ibid., 50, 2.
  • 350 Voir le chap. iii de cet ouvrage.
  • 351 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 56 : la nouvelle de la victoire serait parvenue vers la fin aoû (...)
  • 352 « sanatis uulneribus » (« une fois ses blessures guéries… » [ibid., 56, 3]).
  • 353 Ibid., 52, 2.
  • 354 Ibid., 56, 2.
  • 355 Sur la haine des légions « provinciales » à l’encontre de Cassius Longinus, ibid., 53, 5. La legio (...)

74Cassius Longinus prévoit de se rendre en Maurétanie avec trois voire quatre légions suivies de leurs troupes auxiliaires342. Quelles sont-elles et combien d’hommes compte l’expédition ? La IIe légion est du nombre, puisqu’elle est en route vers le littoral lorsque Cassius Longinus organise de nouveau le départ, après la tentative d’attentat dont il a été victime343. La legio Vernacula fait sans doute également partie de l’expédition, comme la XXXe qui partage le même commandant et le même campement, puisque lorsque la légion vernaculaire se révolte à Ilipa, elle rejoint la IIe légion « qui se dirigeait par un autre chemin vers le détroit344 ». Seul un doute subsiste pour la XXIe légion, qui est avec la XXXe une des troupes les plus fidèles à son chef345 : Cassius Longinus semble toujours garder auprès de lui des soldats d’une de ces deux légions pour se prémunir des séditions et tentatives d’attentat346. Si la XXXe légion est envoyée à l’avance près du détroit, la XXIe qui accompagne Cassius Longinus dans ses préparatifs à Hispalis, n’était peut-être pas censée partir avec lui en Maurétanie. L’indication des « cent navires » tenus prêts à Hispalis, sur le Guadalquivir, pourrait indiquer que l’expédition pourrait compter environ 22 000 hommes, s’il s’agit bien de trières, soit quatre légions de 5 000 hommes, soit plus probablement trois légions plus nombreuses et accompagnées d’auxiliaires347. L’approvisionnement et la logistique sont prévus, puisque Cassius Longinus aurait affermé le transport des troupes, le ravitaillement en blé et les impôts permettant de financer les frais de l’expédition348, sans doute auprès des élites d’Hispalis, voire auprès de ses intermédiaires corrompus qui complotent finalement à sa perte349. Le nombre des troupes engagées et la mise en œuvre d’une telle logistique incitent à penser que l’objectif de l’expédition est non seulement l’éviction des pompéiens d’Afrique, mais également la conquête du royaume de Juba et de celui de Ptolémée : l’ordre de César cite expressément la Numidie comme objectif, qu’il s’agit de gagner en traversant la Maurétanie. D’autre part, Cassius Longinus exulte à l’idée de se voir confier de nouvelles provinces au pluriel : si l’ordre de mission désigne Juba, Cassius Longinus semble avoir également la Maurétanie en ligne de mire pour préparer ainsi une expédition de cent navires et d’une vingtaine de milliers d’hommes. Cent ans plus tard, l’empereur Claude annexe le royaume maure de Ptolémée avec des forces guère plus importantes et uniquement composées d’auxiliaires, alors que l’espace à maîtriser est plus important que la Numidie des années 40 avant J.-C.350. En outre, la poursuite d’un tel projet d’expédition en Afrique, alors que la nouvelle de la victoire césarienne de Pharsale est parvenue en Occident351 et que Cassius Longinus se relève à peine des blessures infligées par les conjurés de Cordoue352, indique la volonté de César d’éradiquer complètement les soutiens africains des pompéiens. Cassius Longinus, même blessé et confronté à une situation financière et politique difficile, embrasse pleinement les vues de son général : les richesses du royaume numide l’attirent353, la paix l’empêcherait de continuer ses exactions354 et l’Afrique lui offrirait un refuge sûr, loin d’une population hispanique qui lui voue une haine sans mélange et de légions qui ne lui obéissent plus, voire qui soutiennent ouvertement ses détracteurs355.

  • 356 Ibid., 48, 1.
  • 357 Ibid. : la continuité entre les deux attentats est soulignée par l’auteur, Cassius Longinus se con (...)
  • 358 Ibid., 59, 1.

75Cette expédition de grande ampleur se heurte cependant à un obstacle de taille : le mécontentement de la population provinciale, qui rejoint celui des armées, rapprochement que le légat de César avait justement essayé d’éviter356. Cassius Longinus polarise la haine des provinciaux qui s’estiment injustement pressurés, qu’il s’agisse des élites pérégrines, des Hispanienses — les Hispani d’origine italienne — ou des soldats en garnison de longue date en péninsule Ibérique, devenus des « quasi-provinciaux ». Dans les seize chapitres consacrés aux affaires d’Espagne du Bellum Alexandrinum (48 à 62), le motif de la haine, de l’odium est essentiel pour définir les relations entre le légat Cassius Longinus et l’Hispanie. Odium revient à dix reprises dans ces paragraphes. Le mot est d’abord utilisé trois fois au paragraphe 48, pour décrire le ressentiment mutuel entre Cassius Longinus et l’Ultérieure, province où ce dernier, alors questeur entre 54 et 50 av. J.-C, a été blessé dans une embuscade : les mêmes causes produisant les mêmes effets, un nouvel attentat contre un administrateur avide est à craindre357. On relève encore deux occurrences d’odium, au paragraphe 50, l’une pour définir le sentiment que les favoris de Cassius Longinus font grandir parmi la population à l’encontre de leur protecteur, l’autre pour indiquer les conséquences de la levée de la Ve légion en Hispanie : une autre levée parmi les citoyens romains d’Ultérieure et une autre légion à nourrir sont autant de causes de mécontentement parmi les populations locales. Le terme est employé deux fois un peu plus loin à propos de la haine farouche portée par les soldats de la legio Vernacula et de la Secunda contre leur légat. Après le nouvel attentat subi par Cassius Longinus à Cordoue, la logique répression et ses nouvelles exactions, le ressentiment s’accroît encore. Certes, il peut être question d’odium Caesaris chez les fidèles de Pompée mais la particularité de Cassius Longinus est qu’il suscite la haine chez les partisans des deux camps358.

  • 359 Les exactions commises par Cassius Longinus à l’encontre des provinciaux, riches ou pauvres, à l’o (...)
  • 360 Sur les exactions de Varron et l’abandon par ses légions, en premier lieu la legio Vernacula : Cés (...)
  • 361 Sa fuite précipitée par mer en plein hiver laisse à penser que sa conscience était loin d’être tra (...)
  • 362 Cordier, 2004, p. 317.
  • 363 Dion Cassius, XLI, 24, 2.
  • 364 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 50, 3.
  • 365 Un premier don est fait à l’issue de l’expédition contre la cité lusitanienne de Medobriga : ibid. (...)

76D’après les commentaires césariens, cette opposition de l’Ultérieure à César serait essentiellement due à l’avidité de son légat359, qui avait déjà laissé un mauvais souvenir dans la province lors de sa questure quelques années plus tôt. Une deuxième cause serait en fait l’attachement traditionnel à Pompée des cités d’Ultérieure et des légions de Varron, qui avait pressuré la province et vu ses légions se rallier en 49 sans combat à César, vainqueur des légats pompéiens en Citérieure360. S’il est vrai que Cassius Longinus semble coupable d’enrichissement personnel361, ses exactions ont aussi pour but la victoire du parti césarien et l’organisation d’une expédition d’une ampleur inouïe en Afrique, sans recours à d’autres moyens que ceux fournis par la province d’Ultérieure362. César l’a nommé légat d’Ultérieure en 49 précisément car il avait été questeur quelques années auparavant363 : Cassius Longinus devait disposer de réseaux bien implantés dans les cités d’Hispanie méridionale, même si ses méthodes sans doute brutales étaient loin de faire l’unanimité. Il lève ainsi une nouvelle légion et une cavalerie de 3 000 hommes sans subsides extérieurs au printemps 48364. Il entretient cinq légions ainsi que leurs troupes auxiliaires dans la province d’Ultérieure, soit autour de 30 000 hommes, et doit leur promettre des gratifications de cent sesterces par soldat pour se ménager leur fidélité au cours des expéditions365. Il fait affermer à Hispalis l’approvisionnement, le transport et le financement de l’armée destinée à l’Afrique, ce qui entraîne une vague de ressentiment supplémentaire parmi les provinciaux, mais rend possible l’équipement d’une flotte de cent trières et le départ de plus de 20 000 hommes.

  • 366 Les paragraphes 52 à 55 du Bellum Alexandrinum citent dix noms : Minucius Silo, le premier exécuta (...)
  • 367 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 55, 1.
  • 368 Ibid., 50, 2.
  • 369 Ibid., 52, 4.
  • 370 Minucius Silo, qui porte le premier coup, est un client de L. Laterensis : ibid., 52, 2. Racilius (...)
  • 371 Après l’attentat, Cassius reprend les préparatifs du départ en organisant un dilectus parmi les ch (...)
  • 372 Roldán Hervas, 1974, p. 124.
  • 373 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 53, 4. 
  • 374 L’auteur du Bellum Alexandrinum aggrave à plaisir le portrait au vitriol de Cassius Longinus, accu (...)
  • 375 Valère Maxime, IX, 4, 2.

77Au beau milieu de ces préparatifs de départ, à la mi-août 48, Cassius Longinus réchappe de peu à un attentat commandité par une conjuration bien organisée à Cordoue. Les auteurs de l’attentat, plus d’une dizaine d’individus366, sont des hommes « maximae dignitatis et gratiae » de la province d’Ultérieure367, des familiers de Cassius Longinus, qui l’avaient secondé habilement dans ses actes malhonnêtes368. Ils s’appuient sur des liens clientélaires et familiaux forts, étant originaires de la même cité d’Italica pour nombre d’entre eux369 et disposant d’un grand crédit et de nombreux obligés370. Pourquoi ce revirement des provinciaux complices de Cassius Longinus contre leur gouverneur ? Cassius Longinus s’était peut-être rendu compte que certains de ses familiers s’étaient enrichis à ses dépens, mais il n’aurait sans doute pas sévi très durement, étant lui-même dépendant de leurs rapines. Une des explications probables est que l’organisation de l’expédition en Afrique et les frais qu’elle engendre entraînent une sédition chez les complices de Cassius Longinus, qui risquent de ne pas être épargnés par les prochaines levées371. Il est possible que ces personnages douteux ne veulent pas être victimes d’une sédition prochaine de l’armée anti-Longinus et pro-pompéienne372 ; ils auraient préféré devancer la rébellion pour en prendre la tête, comme l’indique l’empressement d’un des conjurés à se faire proclamer préteur par les légions Secunda et Vernacula, avant même d’avoir l’assurance de la mort de Cassius Longinus373. Après l’échec de la conjuration, certains coupables s’en tirent avec une amende, signe de la situation financière désespérée dans laquelle se trouve le légat et de la lourdeur des frais engagés pour cette expédition en Afrique374. Ici, il convient de rétablir immédiatement les propos quelque peu excessifs du Bellum Alexandrinum : les seuls conjurés condamnés à une amende sont des exécutants qui ont livré des noms sous la torture, et les sommes réunies sont des amendes officielles imposées par le tribunal du préteur et qui vont dans les caisses publiques de la province. Valère Maxime donne d’ailleurs les chiffres beaucoup plus élevés et plus réalistes de 5 000 000 et 6 000 000 de sesterces375 au lieu des 50 000 et 60 000 du Bellum Alexandrinum, chiffres qui semblent ici corrompus.

  • 376 « Equitum autem Romanorum dilectum instituit : quos ex omnibus conuentibus colonisque conscriptos (...)
  • 377 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 57, 3.
  • 378 Ibid., 57, 5.
  • 379 « Paucis diebus adfertur conuentum Cordubensem ab eo defecisse Marcellumque aut uoluntate aut nece (...)
  • 380 Lors de l’attentat contre Cassius Longinus, les Cordouans se portent en masse devant T. Thorius, p (...)
  • 381 « nomen Pompei ex scutis deterserunt, Marcellum qui se Caesaris causam defensurum profitebatur, du (...)
  • 382 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 59, 2. 
  • 383 Ibid., 63 ; Allély, 2004, pp. 49-52.

78L’organisation de l’expédition reprend peu après, avec notamment une taxe levée sur les chevaliers pour le rachat de leur service outre-mer376, quand la legio Vernacula se mutine et rejoint la IIe légion qu’elle rallie à ses vues377. Cette mention du rachat de service des chevaliers montre à la fois la richesse de la province d’Ultérieure, qui compte un nombre considérable de citoyens romains disposant de patrimoines supérieurs à 400 000 sesterces, comme le manque d’empressement de ces citoyens à soutenir la politique d’annexion en Afrique. Ce recours et la reprise rapide de ces levées montrent également les capacités censoriales des légats césariens, qui compulsent les archives des census provinciaux un an à peine après la prise de la province. L’expédition de Numidie n’est pas annulée après Pharsale et après l’attentat dont Cassius Longinus a été victime : elle correspond visiblement à l’une des priorités césariennes, qui entend profiter de la tête de pont offerte par les cités d’Ultérieure vers la Maurétanie toute proche. Mais une nouvelle rébellion s’arme et enterre définitivement le projet. Avec l’appui d’une partie de la Ve légion378 et le soutien des citoyens romains de Cordoue379, qui redoutent par-dessus tout un pillage de leur cité380, les mutins font défection à Cassius Longinus et portent à leur tête son questeur, un certain Marcellus. Marcellus parvient à faire accepter le ralliement à César aux légions rebelles qui avaient d’abord affiché le nom de Pompée sur leurs boucliers381, mais il doit immédiatement affronter la réaction de Cassius Longinus. Ce dernier appelle à son secours le roi Bogud de Maurétanie et le légat de Citérieure Aemilius Lepidus, provoquant ainsi une implication des armées et des territoires voisins de l’Hispanie ultérieure dans les affaires internes de la province hispanique382. Alors que Bogud s’engage sans réserve auprès de Cassius Longinus, légat légitime et compagnon de César depuis le début des troubles, Lépide conserve un rôle d’arbitre, en fait favorable à Marcellus383.

  • 384 Roldán Hervas, 1974, pp. 123-124.
  • 385 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 63, 5-6. 
  • 386 « Sub idem tempus Trebonius proconsul ad prouincia obtinendam uenit » (« Vers la même époque [dépa (...)
  • 387 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 64, 2.
  • 388 Ibid., 64, 3. Sur le mare clausum, voir le chap. i de cet ouvrage.

79Le silence de César pendant ces mois d’affrontements entre des armées qui se réclament toutes de son camp est assez surprenant. Cette distance entre cette absence de réaction pendant plus de six mois de la part de César — certes en mauvaise posture en Égypte — et le réquisitoire vibrant d’indignation contre le légat Cassius Longinus lancé dans le Bellum Alexandrinum incite à ne pas se fier aveuglément au commentaire césarien, qui a tendance à « charger » excessivement le légat384. À aucun moment du conflit, même après une attaque particulièrement déloyale contre Marcellus devant Vlia385, Cassius Longinus ne semble avoir été désavoué ni destitué publiquement par César. Trebonius arrive aux alentours de janvier 47 comme légat propréteur de la province d’Ultérieure, sans qu’il soit même question d’un remplacement explicite de Cassius Longinus386. Celui-ci s’empresse d’aller s’embarquer à Malaca en laissant ses légions dans leurs quartiers d’hiver, sans que ses ennemis désignés, Marcellus, Lépide et Trebonius, ne prennent la peine de le poursuivre387. Il remonte le littoral levantin en faisant escale dans l’embouchure de l’Èbre, axe essentiel pour le commerce et la sécurité de la Citérieure : si le gouverneur de Citérieure avait eu l’intention d’arraisonner Cassius Longinus, il lui aurait été facile de saisir cette occasion. Cassius Longinus représente, pour ses amis, un ancien légat de province qui ne veut pas perdre la face, pour ses détracteurs, un promagistrat avide et corrompu, mais il ne constitue pas un rebelle à réduire d’urgence. On peut se demander quelle est sa destination, peut-être l’Italie, ou une cité alliée comme Marseille. Son empressement à partir malgré le mare clausum, signe de sa culpabilité et de son avarice, finit par le perdre. Son naufrage dans l’estuaire de l’Èbre en janvier ou en février 47 débarrasse fort opportunément le clan césarien d’un partisan autrefois indispensable, mais devenu gênant388. L’insistance sur l’avidité de Cassius Longinus et son empressement à le condamner post mortem montrent que les membres de l’entourage de César qui rédigent le Bellum Alexandrinum cherchent surtout à dédouaner César de toute responsabilité envers la conduite de son légat, qui a bien failli lui aliéner une province clé.

  • 389 Gózalbes, 1993, pp. 289-291.
  • 390 Les auteurs de l’attentat contre Cassius Longinus à Cordoue sont en majorité d’Italica, comme T. T (...)

80La véritable guerre que se livrent les légions d’Ultérieure interdit donc toute expédition lointaine et toute lutte efficace contre les pompéiens à partir de l’Hispanie pendant l’année 48389. Si les partisans de Pompée, particulièrement présents dans la région d’Italica notamment390, finissent par se rallier à César après Pharsale, la province d’Hispanie ultérieure n’aura pu être utilisée comme base arrière pour les opérations en Numidie grâce à l’activité des réseaux pompéiens et sénatoriaux. Ceux-ci parcourent à la fois les élites civiques et les légions recrutées sur place ou stationnées depuis longtemps dans la province. Cependant, cet affrontement voit l’arrivée d’un nouvel acteur sur la scène hispanique, le roi maure Bogud, et augmente encore le degré d’intégration des territoires de Maurétanie occidentale dans les guerres civiles romaines.

Les royaumes maurétaniens, pivots et enjeux entre Pompée et César

Carte 6. — Les royaumes maures et numides en 49 av. J.-C.

Carte 6. — Les royaumes maures et numides en 49 av. J.-C.
  • 391 « πρὸς δὲ δὴ τοῦ Καίσαρος, τῶν τε ἐν τῇ πόλει, αἰτίαν εἶχε, καὶ πολέμιος ἀπεδείχθη ὅ τε Βόκχος καὶ (...)
  • 392 Strabon, VIII, 4, 3 ; Dion Cassius, L, 11, 3.
  • 393 Orose, Contre les païens, V, 21, 14.
  • 394 Voir Généalogie et répartition des rois maures, b, dans cet ouvrage. Pour Gózalbes, 1993, pp. 287-2 (...)
  • 395 L’idée de cette relation de fraternité entre Bocchus et Bogud est présente depuis Müller, 1860, 3, (...)

81Deux personnages reviennent avec fréquence dans nos sources à propos du conflit césaro-pompéien en Méditerranée occidentale : il s’agit des rois maurétaniens Bogud et Bocchus (carte 6). Il convient immédiatement d’éclaircir une difficulté sur l’identité du premier personnage. Le roi Bogud qui nous intéresse ici est roi de Maurétanie occidentale pendant les dernières guerres civiles : comme Bocchus, il est reconnu roi de Maurétanie par le sénat de Rome vers la fin 49, après le désastre subi par l’armée de Curion contre le roi numide Juba et avant l’expédition que Cassius Longinus doit conduire en Afrique depuis l’Hispanie391. Bogud reste un farouche partisan de César, puis d’Antoine, il est fait prisonnier à la suite d’une embuscade à Methone, en Messénie, et est exécuté par Agrippa en 31392. Il ne peut s’agir du même individu que le Bogud, fils de Bocchus, qui combat en Numidie aux côtés de Pompée en 81393, car pour cela, il faudrait imaginer qu’il soit mort les armes à la main âgé de plus de 70 ans394. Ce deuxième Bogud, dès le début de son règne, essaie de tirer parti au maximum des affrontements romains pour asseoir son pouvoir ; il comprend l’intérêt tactique que peuvent représenter ses troupes de cavaliers légers et exploite au mieux la situation stratégique de son royaume proche de l’Hispanie. Les dernières guerres civiles lui offrent également l’occasion de se démarquer de son voisin et parent Bocchus II, roi de Maurétanie orientale. Leur lien de fraternité a souvent été présenté comme une certitude, alors qu’il n’est pas avéré, puisque seul le monnayage de Bocchus porte la mention du nom de son père Sosus ou Mastanesosus, les monnaies de Bogud étant, il est vrai, très rares395. Les deux rois maures sont au départ sur la même ligne pro-césarienne, attitude assez surprenante si l’on considère les liens de clientèle anciens noués par Pompée en Afrique du Nord, mais qui s’explique dans le cadre de l’engagement de Juba Ier de Numidie auprès des pompéiens. En effet, les rois maures ont tout à craindre d’une victoire pompéienne qui nourrirait les ambitions hégémoniques du monarque le plus puissant d’Afrique, et au contraire tout à gagner d’un rapprochement avec les césariens en mal d’alliés et en mauvaise posture sur le continent africain.

  • 396 « De reliquis rebus ad senatum refertur : tota Italia dilectus habeatur ; Faustus Sylla pro praeto (...)
  • 397 « Audierat Pompeium per Mauretaniam cum legionibus iter in Hispaniam facere confestimque esse uent (...)
  • 398 « Magna celeriter commutatio rerum : perfecto ponte, magnis quinque ciuitatibus ad amicitiam adiun (...)
  • 399 César, Guerre civile, II, 25, 1-7. Voir Berthier, 1981, pp. 82-83.

82Les tentatives des pompéiens pour reprendre le contrôle des deux royaumes maurétaniens échouent les unes après les autres. Début janvier 49, avant l’arrivée de César à Rome et sous l’impulsion des pompéiens, le sénat tente de faire envoyer Faustus Sylla comme propréteur de la Maurétanie, Mauretania au singulier désignant sans doute ici l’ensemble géographique constitué par les deux royaumes qui doivent être enlevés à César. Cette disposition est rejetée à Rome grâce au veto d’un certain Philippus, tribun de la plèbe césarien396. Par la suite, en juin 49, les pompéiens envisagent d’envahir la Maurétanie pour gagner la péninsule Ibérique397 et prêter main-forte aux légats d’Hispanie contre les troupes césariennes, qui se rassemblent devant Ilerda fin juin 49, mais ce projet reste visiblement à l’état d’ébauche et a finalement pour effet d’augmenter la cohésion et la puissance du camp césarien. César, en prévision de cette expédition pompéienne, emprunte de l’argent aux officiers pour les distribuer aux soldats, manœuvre qui engage envers sa personne les deux composantes de l’armée. Certaines cités hispaniques pourtant assez éloignées de la Citérieure, ne voyant toujours pas venir de troupes pompéiennes par le détroit, finissent par se rallier à César398. La province d’Afrique reste tenue par les pompéiens, notamment grâce au roi numide Juba, fils d’Hiempsal, qui défait l’expédition de Curion, tribun de la plèbe envoyé par César prendre le contrôle de l’Africa pour assurer le ravitaillement de Rome en blé399. Cependant, la péninsule Ibérique, efficacement protégée par les royaumes maurétaniens qui empêchent tout débarquement depuis le continent africain, reste dans le camp césarien après la défaite ou le ralliement des légats de Pompée à l’été 49. Au début de l’affrontement entre César et Pompée, l’Ouest de la Méditerranée s’organise autour de blocs stratégiquement solidaires, avec une péninsule Ibérique et des Maurétanies étroitement liées, et une province d’Afrique dont le sort se décide à partir du Sud de l’Italie, de la Sicile et de la Numidie.

  • 400 Pour une explication de cette datation, qui n’est donnée que par Dion Cassius, mais qui semble per (...)
  • 401 Dion Cassius, XLIII, 3, 1-2.
  • 402 Ibid. ; pseudo-César, Guerre d’Afrique, XXIV, 2.
  • 403 Dion Cassius, XLIII, 3, 2.
  • 404 Ibid., XXIX, 1-2.
  • 405 L’étape maurétanienne n’est donnée que par le corpus césarien. Dion Cassius ne la mentionne pas, m (...)

83Les pompéiens et les césariens essaient tour à tour de briser ces liens de solidarité, pour s’emparer soit de la péninsule Ibérique, soit de l’Afrique. Les Maurétanies ont une position de pivot essentiel dans cette stratégie. Dans les derniers mois de 47400, les deux camps tentent de prendre appui sur ces territoires maures pour conquérir l’Afrique pour les premiers, l’Hispanie pour les seconds. P. Sittius, un aventurier exilé d’Italie, décide de s’engager du côté de César401. Parti d’Hispanie, il traverse les Maurétanies et décide d’unir ses forces à celles du roi de Maurétanie Bocchus II, pour attaquer la Numidie de Juba par l’est402. Juba, parti combattre César en Afrique, est finalement obligé de rejoindre précipitamment son royaume qui menace d’être entièrement conquis403. Dans l’autre camp, les pompéiens tentent une expédition vers l’Hispanie ultérieure, où le nouveau gouverneur césarien Trebonius ne rencontre qu’une soumission de façade : la rancœur engendrée par les exactions de Cassius Longinus incite certains Hispani à souhaiter que l’Ultérieure tombe aux mains des pompéiens404. Les pompéiens, profitant du fait que César s’attarde en Égypte, ont reconstitué leurs forces en Afrique et souhaitent atteindre Rome par deux voies : le débarquement direct en Italie et la conquête de l’Hispanie depuis l’Afrique et via la Maurétanie405. Dion Cassius et le récit du Bellum Africum constituent les deux sources les plus détaillées concernant ces événements, mais ce dernier ouvrage a tendance à minimiser et ridiculiser cette expédition menée par Cn. Pompée, tandis que le premier donne peu de détails sur les déplacements et les forces en présence. Apparemment, Cn. Pompée, sur les conseils de Caton, aurait d’abord fait voile vers la Maurétanie, avant de se diriger vers les Baléares :

His uerbis hominis grauissimi incitatus adulescentulus cum nauiculis cuiusque modi generis XXX, inibi paucis rostratis, profectus ab Utica, in Mauretaniam regnumque Bogudis est ingressus expeditoque exercitu numero seruorum liberorum II milium, cuius partem inermem, partem habuerat armatam, ad oppidum Ascurum accedere coepit. In quo oppido praesidium fuit regium. Pompeio adueniente, oppidani usque eo passi propius accedere donec ad ipsas portas ac murum adpropinquaret, subito eruptione facta prostratos perteritosque Pompeianos in mare nauesque passim compulerunt. Ita re male gesta Cn. Pompeius filius naues inde auertit neque postea litus attigit classemque ad insulas Baleares uersus conuertit. Ces reproches, venant d’un homme d’une telle autorité, stimulèrent le jeune homme. Avec trente petits bâtiments de toute espèce, dont peu avaient un éperon, il partit d’Utique pour la Maurétanie, entra dans le royaume de Bogud, et avec une troupe légère composée de deux mille esclaves et hommes libres, partie sans armes, partie armée, il entreprit l’approche de la ville d’Ascurum. Cette ville avait une garnison royale. Quand Pompée arriva, les occupants le laissèrent approcher jusqu’aux portes mêmes et aux murs, puis brusquement, firent une sortie en jetant la panique parmi les pompéiens, les écrasèrent et les rejetèrent en désordre à la mer dans leurs bateaux. Après cet échec, Cn. Pompée le fils s’éloigna avec sa flotte, et, sans plus toucher terre, cingla en direction des îles Baléares.

Source : pseudo-César, Guerre d’Afrique, XXIII, 1-3 ; trad. Bouvet, Richard, 1997.

  • 406 D’après Drumann, 1899-1928, 4, pp. 560, 562, la naissance de Cneus aurait lieu entre 80 et 76. Voi (...)
  • 407 Pseudo-César, Guerre d’Afrique, XXII, 1-5. Pompée le Grand, dans ce discours offensif de Caton, es (...)

84Le ton du passage est clairement ironique. Cn. Pompée, à plus de 30 ans406, n’a plus rien d’un adulescentulus, et le diminutif répond aux nauiculis utilisé deux mots plus loin : Cn. Pompée, mis durement en cause par Caton, qui lui rappelle les exploits de son père au même âge, serait un « petit jeune homme avec de petits bateaux407 ». Malheureusement, les éléments fournis par Dion Cassius ne permettent pas de vérifier si la flotte employée par Pompée ne compte vraiment que trente bateaux de taille réduite, ainsi dépareillés et sans éperon, et quel est le véritable état des forces engagées. Reste que l’impression donnée par les deux passages est toute différente. En effet, l’intervention de Cn. Pompée telle qu’elle est racontée par Dion Cassius semble une opération de grande ampleur, qui a pour objectif non seulement l’Hispanie, mais également la prise de l’Italie, et qui paraît particulièrement bien préparée :

τελευτῶντές τε ἐς τοῦτο καὶ τῆς παρασκευῆς καὶ τῆς διανοίας, οἷα μήτε στρατοῦ σφίσιν ἐναντιουμένου καὶ τοῦ Καίσαρος ἔν τε τῇ Αἰγύπτῳ καὶ ἐν τῷ ἄστει χρονίσαντος, ἀφίκοντο ὥστε καὶ ἐς τὴν Ἰβηρίαν τὸν Πομπήιον ἀποστεῖλαι. Στασιάζειν τε γὰρ αὐτὴν πυνθανόμενοι, καὶ ἐκεῖνον ἑτοίμως ἅτε τοῦ Πομπηίου τοῦ Μάγνου παῖδα ὄντα δέξεσθαι νομίσαντες, παρεσκευάζοντο ὁ μὲν ὡς τήν τε Ἰβηρίαν διὰ βραχέων κατασχήσων καὶ πρὸς τὸ ἄστυ ἐκεῖθεν ὁρμήσων, οἱ δὲ ὡς τὸν πλοῦν ἅμα τὸν ἐς τὴν Ἰταλίαν ποιησόμενοι. Et ils en étaient arrivés à des préparatifs et à des plans si avancés que, comme on ne leur opposait aucune armée et que César s’attardait en Égypte et à Rome, ils avaient même envoyé Cneius Pompée en Espagne, en apprenant qu’elle était en proie aux déchirements et convaincus qu’elle était toute prête à accueillir le jeune homme, vu qu’il était fils de Pompée le Grand. Ils faisaient leurs préparatifs, l’un pour s’emparer sous peu de l’Espagne et de là voler vers Rome, les autres pour faire en même temps que lui la traversée vers l’Italie.

Source : Dion Cassius, XLII, 56, 4-5 ; trad. Freyburger-Galland, 2002.

  • 408 Gsell, 1928b, p. 46.
  • 409 Ibid. La racine Rus- ne ferait en effet pas partie du radical ; on trouve par ailleurs un évêché A (...)
  • 410 Gsell, 1928b, p. 46.

85La stratégie adoptée par les pompéiens est symptomatique de cette organisation en blocs antagonistes de l’Extrême Occident : le contrôle de l’Hispanie dépend de la possibilité de prendre pied en Maurétanie et dans les Baléares, l’une ou l’autre de ces étapes étant nécessaire pour reformer la flotte et recruter de nouvelles troupes. Si l’on revient à l’épisode maurétanien mentionné par le Bellum Africum, la tentative de prise d’Ascurum, cité non identifiée du littoral maurétanien, avait sans doute pour objectif la mise sous contrôle d’une étape de relâche sur le trajet entre l’Afrique et l’Hispanie. Comme le fait remarquer à juste titre Gsell, aucune ville ne porte un nom ressemblant à celui d’Ascurum dans la Maurétanie de Bogud qui s’étend jusqu’à la Moulouya408. Faut-il y voir une transformation de Rusuccuru (Dellys), importante cité punique susceptible de compter en son sein une garnison royale409 ? L’auteur de la Guerre d’Afrique ferait alors erreur en plaçant Ascurum dans le royaume de Bogud, Rusuccuru appartenant à la Maurétanie orientale de Bocchus II. Cette localisation orientale est d’ailleurs plus logique : Ascurum doit se situer en deçà des Baléares, donc à l’est de l’oued Chéliff, et non au-delà, en Maurétanie occidentale410. Quoi qu’il en soit, la tentative échoue, en raison d’une sortie inopinée de la garnison de la ville ; les troupes pompéiennes auraient donc fui et fait voile vers les Baléares piteusement et en désordre, sans même toucher terre. L’ironie du texte est ici patente. Si aucune étape n’était possible sur le littoral maurétanien, étant donné la fidélité des deux rois maures envers le parti de César, la seule solution restait de gagner les Baléares au plus vite, sans se laisser encercler dans un siège : le repli désordonné serait en fait la seule manœuvre logique et réalisable vu les circonstances.

  • 411 Dion Cassius, XLIII, 30, 3.
  • 412 « quarta fuit Afraniana ex Africa quam secum adduxerat » (« et une quatrième [légion], celle d’Afr (...)
  • 413 Dion Cassius, XLII, 56, 4 ; voir également Amela Valverde, 2003, pp. 211-225.
  • 414 García Riaza, 2003, p. 78.
  • 415 Dion Cassius, XLIII, 29.

86À la lecture des desseins pompéiens tels que Dion Cassius les présente, l’expédition décrite dans le Bellum Africum composée de trente bateaux servant seulement à transporter 2 000 hommes, esclaves ou fraîches recrues, paraît minimiser largement la réalité. La mention de cavaliers allobroges faits prisonniers par Juba lors de l’expédition de Curion et donnés à Cn. Pompée pour passer en Hispanie411 ou encore la citation de la legio Afraniana que Pompée a amenée d’Afrique en péninsule Ibérique412 conduisent à nuancer fortement le texte du corpus césarien. L’expédition de Cn. Pompée doit compter au moins 6 000 hommes aguerris, qui doivent permettre au fils du Grand Pompée de rallier les légions et les cités hispaniques. En outre, le portrait en creux de Cn. Pompée tracé par le Bellum Africum paraît davantage tenir de la caricature que de la description réaliste : chez Dion, le jeune Pompée ne se décide pas sur un coup de tête pour répondre au discours humiliant d’un vieillard, mais est spécialement choisi pour mobiliser sur son nom les clientèles pompéiennes dans les provinces hispaniques413. La suite des événements semble montrer l’ampleur de cette expédition : les Baléares sont prises presque sans combat, ce qui confirme le pari d’une fidélité des clientèles ibériques au nom de Pompée ou l’absence de troupes césariennes dans ces îles. Seule Ebusus résiste : cette île semble être le siège de la principale garnison romaine dans les Baléares414, et elle reste visiblement sous les ordres du gouverneur césarien Trebonius415. Cependant, Cn. Pompée tombe gravement malade et reste bloqué dans les Baléares fraîchement conquises, tandis que la bataille de Thapsus met un coup d’arrêt au camp pompéien en Afrique. Cette expédition de Cn. Pompée est loin d’être un épisode anodin, puisqu’elle est le commencement véritable de la guerre d’Espagne entre César et les derniers pompéiens. Elle part d’Utique pour rejoindre la péninsule Ibérique, via la Maurétanie et les Baléares. La stratégie de reconquête de l’Hispanie depuis l’Afrique a en partie réussi : le camp pompéien s’implante en Ultérieure, où le ralliement de deux légions et la fidélité de certaines cités, comme Cordoue, permettent d’organiser une résistance efficace que César met plus d’un an à vaincre.

  • 416 À la fin de l’année 47, alors que Cn. Pompée vogue vers l’Hispanie, P. Sittius, avec l’aide du roi (...)

87Le parti pompéien n’est pas le seul à essayer d’utiliser les ressources africaines pour triompher en Hispanie : César, après avoir bénéficié de l’aide de Bocchus II et P. Sittius en Afrique416, s’appuie sur les troupes du roi Bogud pour l’emporter en péninsule Ibérique. En 46 av. J.-C., la domination des espaces s’inverse en Méditerranée occidentale : tandis que les pompéiens parviennent à reprendre pied en péninsule Ibérique à partir de l’expédition de Cn. Pompée, ils perdent le contrôle sur l’Afrique, que les pompéiens survivants doivent abandonner au printemps et à l’été 46, après la défaite de Thapsus début février. De nouveau, les Maurétanies font l’objet d’attentions particulières de la part de chacun des deux camps en présence. Après la mort de Juba Ier de Numidie, les rois maures occupent le devant de la scène. La proximité qu’entretiennent leurs royaumes avec les dernières zones d’affrontements de la guerre civile comme le concours recherché de leurs forces de cavalerie expliquent l’attrait des alliances maures auxquelles césariens et pompéiens font régulièrement appel depuis le début de la guerre civile jusqu’à sa conclusion en péninsule Ibérique en 45 av. J.-C.

  • 417 L’emplacement de cette fameuse bataille a fait l’objet depuis plus de deux siècles d’un débat nour (...)
  • 418 Dion Cassius, XLIII, 36, 1.
  • 419 « Les deux camps avaient en plus de leurs combattants citoyens et étrangers beaucoup de gens du pa (...)
  • 420 À Thapsus, les troupes de Bocchus interviennent efficacement aux côtés des césariens (AppienGuer (...)
  • 421 Gsell, 1928b, p. 157.
  • 422 AppienHistoire romaine, t. XI, livre XVI, Guerres civiles, livre IV, 54.

88Avant de décrire le soutien clair et apparemment efficace de Bogud à César lors de la guerre d’Hispanie, arrêtons-nous un instant sur l’attitude de Bocchus II, le roi de Maurétanie orientale, qui semble plus difficile à cerner. En effet, si l’on en croit Dion Cassius, Bocchus II aurait changé de camp, puisque ses fils seraient présents aux côtés de Gn. Pompée lors de la bataille de Munda417 le 15 mars 45418. Ce retournement semble relativement discret : seul Dion le mentionne, en précisant que Bocchus, au contraire de Bogud, ne s’engage pas lui-même dans le combat, mais envoie ses fils419. Sachant qu’à la fin 47 et pendant la majeure partie de la guerre d’Afrique, le roi de Maurétanie orientale appuyait encore César, ce retournement d’alliance a dû avoir lieu après les défaites pompéiennes de Thapsus420 et Utique en février 46. Cela est pour le moins surprenant : pourquoi Bocchus II se serait ainsi rapproché si tardivement dans le conflit entre César et les pompéiens du camp alors le plus en difficulté ? Gsell conclut à une confusion de Dion, qui aurait remplacé le nom d’Arabion, fils du roi de Numidie Massinissa, par celui des fils de Bocchus421. Certes, une erreur dans la désignation d’un énième souverain africain dans l’œuvre d’un historien écrivant trois siècles après les faits est toujours possible. Cependant, cette confusion est peu probable : outre le fait que les noms de Bocchus, Massinissa ou Arabion n’ont rien à voir, Dion précise bien que chacun des deux partis en présence en Hispanie possède ses propres alliés maures. Or, Arabion est un prince numide, et non maure. En outre, Arabion est le seul descendant de Massinissa qui fuit l’Afrique pour se joindre aux pompéiens422, alors que, dans le texte, Dion utilise un pluriel « toùs huieîs » pour désigner les fils de Bocchus.

  • 423 Dion Cassius, XLIII, 4, 6.
  • 424 Pour un exemple des difficultés entre les souverains africains indépendants et les populares romai (...)
  • 425 Callegarin, 1999, pp. 476-477.
  • 426 Cirta, Rusiccade, Mileu et Chullu : Pline l’Ancien, IV, 22.
  • 427 Amela Valverde, 2000, p. 258.
  • 428 Diouron, 1999, pp. 42, 44-45.
  • 429 Velleius Paterculus, II, 55 ; Frontin, II, 8, 13 ; Plutarque, César, XLVI, 2, 4 ; Florus, II, 13, (...)

89Le récit de Dion semble bien signifier que Bocchus, lors de la bataille de Munda, aurait soutenu les pompéiens. Bien sûr, il est toujours possible d’évoquer une erreur de l’auteur ou de l’une de ses sources, surtout quand le témoignage reste isolé comme c’est le cas ici. Cependant, l’hypothèse d’un retournement d’alliance de la part du roi de Maurétanie orientale n’est pas à exclure totalement : si la cause de l’engagement de Bocchus II résidait justement dans le rapport de force unissant la Maurétanie à ses voisins, la défaite et la mort de Juba changent la donne et rendent Bocchus moins dépendant du sort des armes romaines. En effet, Juba représentait le danger le plus immédiat pour le roi de Maurétanie orientale, puisqu’en cas de victoire des pompéiens, il s’était vu promettre l’intégralité de l’Afrique par Scipion423. Une fois Juba et Scipion disparus, le danger vient plutôt des alliés césariens, qui reprennent une politique de colonisation, à laquelle les rois africains indépendants se montrent hostiles424. En outre, si César n’a pas oublié de récompenser Bocchus II en lui donnant la moitié de la Numidie occidentale de Mastenissa, étendant ainsi son royaume à l’est jusqu’à l’Ampsaga425, il a également gratifié P. Sittius d’un vaste territoire. La constitution au profit du condottiere campanien d’un nouvel État autonome allant de l’Ampsaga jusqu’à la nouvelle province d’Afrique, avec la création en son sein de quatre colonies pour lotir les vétérans de Sittius426, a pu inquiéter Bocchus, au point de l’inciter à changer d’alliance. Il est enfin possible qu’une fois les rois numides disparus, le roi Bogud, qui reste un fidèle partisan de César, reprenne pour Bocchus II sa fonction de concurrent traditionnel. Comme le précise Dion Cassius, Bocchus II a donc pu choisir de se distinguer de son rival Bogud en rejoignant le camp pompéien, camp qui entretient des liens de clientèle anciens et importants avec les rois africains427. L’enjeu du règlement de la guerre d’Espagne pour les rois maures est en fait le contrôle de l’Afrique Mineure. Il ne serait pas surprenant que Bocchus II, s’estimant assez mal récompensé par César après la défaite de Juba et amer devant l’élévation de son ancien condottiere Sittius, choisisse de donner des gages aux pompéiens plutôt qu’au parti césarien, ardemment soutenu depuis des années par Bogud. Rappelons en outre qu’à la fin de l’année 46 et au début 45, la victoire de César n’est pas acquise : son armée, en partie formée de recrues, est dépassée en nombre par celle des fils de Pompée, qui disposent d’appuis solides en Ultérieure et en Celtibérie428. À Munda, César aurait évité de justesse la débandade de ses soldats au début de la bataille429. La décision de Bocchus II d’envoyer ses fils aux côtés des pompéiens, si elle a effectivement existé, ne serait pas due à un accès de folie, mais bien à un calcul avisé qui aurait pu réussir. En cas de victoire pompéienne, Bocchus II aurait pu faire prévaloir ses vues sur le royaume de Bogud, et en cas de défaite, les conséquences auraient été limitées, étant donné l’engagement antérieur de Bocchus auprès des césariens en Afrique et l’éloignement relatif de son royaume.

  • 430 Dion Cassius, XLIII, 36, 1 et 38, 2.
  • 431 Eunoé, femme de Bogud, aurait même été la maîtresse de César, qui aurait couvert le couple royal m (...)
  • 432 Dion Cassius, XLIII, 38, 2.
  • 433 Florus, II, 13, 83.
  • 434 Pseudo-César, Guerre d’Espagne, XXXI, 2-8.
  • 435 Diouron, 1999, pp. 57-59.
  • 436 Ibid., p. 57, n. 125.
  • 437 Klotz, 1909, pp. 563-564.
  • 438 Diouron, 1999, p. 126 ; Ferreiro López, 1988, pp. 344, 744, n. 740.

90L’engagement de Bogud auprès de César dans la guerre d’Espagne est plus facile à cerner, mais sa nature exacte reste à éclaircir. Le roi de Maurétanie occidentale est physiquement présent dans les combats au milieu de ses troupes430 ; il connaît personnellement César et lui est fidèle jusqu’à la fin431. Il faut toutefois relever le silence du Bellum Hispaniense lors de la description de la bataille de Munda, où, d’après Dion Cassius notamment, la participation de la cavalerie maure de Bogud est décisive432 : Bogud s’élance en effet à la tombée de la nuit sur le camp de Pompée. Le légat Labienus se rue contre lui, mais les pompéiens, croyant que ce dernier essaie de s’enfuir, se débandent largement à la suite de cette charge de Bogud. Florus parle également de cinq cohortes envoyées par Labienus secourir le camp de Pompée menacé, mouvement de troupes interprété à tort comme une fuite433. En revanche, l’anonyme du Bellum Hispaniense attribue la victoire à la seule efficacité des manœuvres césariennes434. Après que la Xe légion de César a enfoncé l’aile gauche de Pompée, la cavalerie de César défait l’autre flanc, dégarni par les secours envoyés pour soutenir la partie opposée de l’armée pompéienne. Il n’est pas surprenant que le vétéran de César, qui a lui-même participé aux combats, minimise le rôle des troupes alliées et la part de hasard dans la victoire de César, que tous les autres récits présentent comme l’une des plus difficiles à remporter435. Florus et Dion Cassius, qui dépendent d’une autre source, et peut-être d’Asinius Pollion via Tite-Live436, n’ont en revanche aucun intérêt à passer sous silence l’aide providentielle pour César du mouvement de panique des pompéiens. Cependant, la tentative d’attaque du camp de Pompée mentionnée par Florus et Dion Cassius paraît peu probable, étant donné la nature du terrain, l’éloignement des camps respectifs et la difficulté à comprendre la phrase de Florus, qui fait traverser aux cinq cohortes de Labienus le champ de bataille pour rejoindre le camp437. Il semblerait en fait que la cavalerie de Bogud ait affaibli le côté droit de l’armée, gênant ainsi l’envoi d’un soutien efficace à l’aile gauche de Pompée qui ne parvient pas à soutenir l’assaut de la Xe légion. Ensuite, cette même cavalerie aurait tenté d’envelopper les troupes ennemies, sans doute pour les couper de toute possibilité de repli vers leur camp (d’où la légère confusion de Florus et Dion Cassius) ; Labienus aurait alors dépêché des troupes pour enrayer ce mouvement, ce qui aurait induit en erreur les rangs pompéiens438.

  • 439 Voir ci-dessus l’épisode du rejet de Cassius Longinus ou le soutien des cités hispaniques à Cn. Po (...)
  • 440 Amela Valverde, 2003, pp. 208-212 : il est à noter que si la répression des partisans individuels (...)

91Lors des dernières guerres civiles, l’intérêt des alliances maures s’avère essentiel pour des armées romaines qui s’affrontent en péninsule Ibérique et en Afrique. En effet, les royaumes maurétaniens ont une position de pivot au sein de la Méditerranée occidentale : les expéditions cherchant à atteindre l’Hispanie depuis l’Afrique ou l’inverse doivent compter sur la bienveillance des souverains maures. En outre, le concours direct du roi de Maurétanie occidentale pour des opérations menées en péninsule Ibérique et celui du roi de Maurétanie orientale pour celles conduites en Afrique permettent d’ouvrir rapidement de nouveaux fronts, étant donné la proximité et la qualité des auxiliaires maures. L’efficacité des troupes de Bocchus II en Numidie et en Afrique ou de celles de Bogud à Munda montre de plus l’intérêt de la cavalerie et de l’infanterie légère maures, désormais tout à fait habituées à combattre au sein de batailles rangées entre des armées légionnaires, accompagnées de nombreuses troupes auxiliaires. Depuis la deuxième guerre punique et surtout depuis la guerre de Jugurtha, les interventions répétées de troupes maures au service des Romains ont renforcé leur expérience du mode de combat romain, leur sens de la discipline et leur fidélité. Les armées auxiliaires maures se mettent peu à peu à jouer au cours du ier siècle avant notre ère le rôle tenu par les troupes numides au siècle précédent, qui s’était achevé sur le conflit avec Jugurtha. Au cours de la guerre civile entre César et Pompée, les espaces maurétaniens entrent pleinement dans l’orbite stratégique romaine. Quant aux provinces hispaniques, elles confirment à l’occasion de la guerre civile entre César et Pompée leur pleine intégration dans l’Empire : loin de rester passives devant un affrontement entre factions romaines, les élites et les armées provinciales s’engagent auprès des deux partis, investissant leur influence et leurs moyens humains et financiers au sein du conflit439. Les conséquences de la guerre sont d’ailleurs importantes en péninsule Ibérique : César n’hésite pas à sévir contre les cités et les individus engagés dans les rangs pompéiens440. Mais la mort du dictateur moins d’un an après la fin du conflit en péninsule Ibérique met un terme à cette répression et jette de nouveau les espaces ibériques et maurétaniens dans l’incertitude.

Soubresauts ultimes des royaumes maures indépendants pendant la dernière guerre civile

  • 441 AppienHistoire romaine, t. XI, livre XVI, Guerres civiles, livre IV, 54.

92Après la mort de César, l’épicentre des conflits civils romains se déplace peu à peu et n’affecte plus autant l’Extrême Occident méditerranéen. La nouvelle province d’Afrique, que César a créée fin 46 av. J.-C. à l’emplacement de la partie occidentale du royaume de Juba, connaît des débuts difficiles. Les riches provinces africaines, grandes productrices de blé et pourvoyeuses de cavaliers, attirent de multiples convoitises à Rome et voient s’affronter les protégés des imperatores chargés de les gouverner. Bocchus est absorbé par les problèmes qui surgissent sur sa frontière orientale. En 46 av. J.-C., en récompense de ses services rendus en Afrique, César avait étendu la limite orientale de son royaume jusqu’à l’Ampsaga, avant le territoire de Cirta donné à Sittius et à ses soldats. Cette région comprise entre le Chéliff et l’Ampsaga appartenait au royaume de Numidie occidentale, dont le souverain précédent, Massinissa (ou Mastenissa), avait disparu en combattant aux côtés des pompéiens. Mais le fils de Massinissa, Arabion, qui avait fui en Hispanie pour continuer la lutte contre César, revient en Afrique, réussit à lever des forces suffisantes pour récupérer les territoires donnés à Bocchus et finit par éliminer Sittius441. Loin de ces soubresauts de l’Afrique orientale, les provinces hispaniques et la Maurétanie de Bogud restent, semble-t-il, relativement tranquilles, une fois les combats entre Sextus Pompée et les gouverneurs d’Hispanie terminés par la mort de César et le départ de Sextus Pompée en 44 av. J.-C. Les enjeux des luttes entre les césariens et les républicains, puis entre Antoine et Octavien se déplacent peu à peu vers l’Est du Bassin méditerranéen. Seule la guerre menée par Sextus Pompée perturbe les échanges entre l’Italie et les grandes îles de la Méditerranée occidentale. Mais ni les provinces hispaniques, ni les royaumes maurétaniens ne représentent plus désormais un intérêt stratégique déterminant pour l’issue de la dernière guerre civile romaine.

  • 442 Cicéron, Ad Familiares, X, 30.

93Tout au plus, le roi de Maurétanie occidentale Bogud essaie-t-il de tirer parti de son engagement auprès de César en le prolongeant par un service auprès de Marc Antoine. En effet, l’aide décisive fournie par Bogud à Munda n’a apparemment pas été suivie de récompenses sur le plan territorial ou politique ; la mort brutale de César explique sans doute cette relative absence de reconnaissance. Quoi qu’il en soit, Bogud se met rapidement à aider Antoine, qui dispose dès 43 de cavaliers maures peut-être envoyés par le roi de Maurétanie occidentale. Dans la lettre que Galba fait parvenir à Cicéron le 20 avril 43 pour lui relater la bataille de Modène, l’auteur insiste sur le rôle de cette cavalerie maure d’Antoine, sa « principale force », qui réussit presque à envelopper Galba lui-même et une partie de son infanterie au début du combat442. On retrouve les rapides mouvements de contournement et de prise à revers qui ont assuré la victoire de César à Munda : l’efficacité de cette cavalerie maure légère à la fois rapide et disciplinée n’est plus à démontrer.

  • 443 Lettre de Pollion à Cicéron : ibid., 32, 1.
  • 444 Sur les Cornelii Balbi de Gadès et sur cet épisode, voir Des Boscs-Plateaux, 1994, pp. 32, 34 ; Ro (...)
  • 445 Sur Asinius Pollion, personnage clé de la fin du ier siècle av. J.-C., notamment en Hispanie, voir (...)
  • 446 Gsell, 1928b, p. 199.

94Cependant, Bogud ne se contente pas d’envoyer des troupes : il prend directement position pour Antoine, alors même que le second triumvirat est toujours en vigueur et que l’opposition entre Octavien et Antoine n’est pas déclarée. Les ambitions des acteurs locaux semblent ici dépasser celles des factions rivales à Rome, pour qui l’Occident méditerranéen ne représente plus une priorité. L’objectif de Bogud apparaît assez clairement : profiter des hésitations éventuelles des gouverneurs d’Hispanie pour prendre pied en péninsule Ibérique. Ainsi, le proconsul Asinius Pollion, qui tente de rester dans une prudente expectative après les ides de mars et évite de renvoyer ses légions réclamées par le sénat, voit en juin 43 son questeur L. Cornelius Balbus, dit aussi Balbus le Jeune, fuir en emportant le produit des impôts des provinces et la solde des troupes pour gagner la Maurétanie443. Le Gaditain, qui, comme son oncle Balbus l’Ancien, doit sa carrière de magistrat à César, semble craindre une proscription de la part des Républicains après l’assassinat de son mentor444. Asinius Pollion, qui décrit complaisamment les exactions de son questeur à Cicéron et qui ne semble pas désireux de se rallier à Antoine, pourrait chercher à donner des gages aux Républicains en leur offrant la tête du neveu de Balbus l’Ancien, qui s’est attiré une réputation de « flatteur de César445 ». Balbus le Jeune aurait alors préféré prendre les devants et partir avec les ressources provinciales auprès du souverain de Maurétanie occidentale qui, lui, se serait nettement déclaré en faveur d’Antoine et des vengeurs de César446. L. Cornelius Balbus a-t-il récompensé l’hospitalité du roi en lui donnant une partie du produit de ses rapines ? Nul ne saurait le dire. En tout cas, le roi Bogud, en accueillant ainsi un magistrat soupçonné de corruption et en aidant militairement Antoine, montre clairement quelles sont sa position politique et ses visées futures sur l’Hispanie. L’appui que Bogud est en droit d’attendre dans l’avenir de Balbus le Jeune, l’un des hommes les plus puissants et les plus riches d’Ultérieure, peut lui permettre de peser sur le sort des provinces hispaniques.

  • 447 AppienHistoire romaine, t. XII, livre XVII, Guerres civiles, livre V, 26, 4.
  • 448 Gsell, 1928b, p. 199.
  • 449 AppienHistoire romaine, t. XI, livre XVI, Guerres civiles, livre IV, 54 ; Gsell, 1928b, p. 193.

95Une première intervention militaire de Bogud en Hispanie aurait peut-être lieu lors de la guerre de Pérouse. Appien parle d’un roi des Maurousiens nommé Bocchus qui serait allé combattre le gouverneur césarien Carrinas à la demande de Lucius Antonius447. Gsell a proposé de corriger Bocchus en Bogud, arguant de la plus grande proximité entre la Maurétanie occidentale et l’Hispanie448. Comme Appien vient de relater la guerre entre les gouverneurs des provinces d’Afrique, Sextius et Fufidius Fango, qui s’achève en 41 par la victoire de Sextius le protégé d’Antoine449, la confusion entre les deux rois de Maurétanie aux noms presque semblables n’est pas impossible : l’État limitrophe de l’Africa Noua est la Maurétanie de Bocchus. Mais ce dernier semble intervenir le moins possible au début de la dernière guerre civile romaine, et il ne prend position pour Octavien que lorsque les factions sont clairement définies. Un engagement en Hispanie, à la demande non du triumvir Antoine lui-même mais à celle de son frère Lucius Antonius lors de la guerre de Pérouse en 41-40 av. J.-C., paraît donc assez improbable de la part du plus prudent des rois maures. La correction de Gsell au texte d’Appien semble ici recevable : il faudrait donc comprendre du texte d’Appien que Bogud, roi de Maurétanie occidentale, serait intervenu vers l’automne 41 — avant le début de la mauvaise saison — en Hispanie à la demande de Lucius Antonius, pour combattre le gouverneur Carrinas partisan d’Octavien.

  • 450 On peut se demander si l’intervention décrite par Appien en 41 et celle relatée par Dion Cassius n (...)

96Par la suite, Bogud intervient de façon certaine en Hispanie vers 38 av. J.-C. comme le relate Dion Cassius450 :

Ἐν μὲν δὴ τῇ πόλει ταῦτα ἐγίγνετο, ὑπὸ δὲ τὸν αὐτὸν τοῦτον χρόνον ὁ Βογούας ὁ Μαῦρος ἐς τὴν Ἰβηρίαν, εἴτ’ οὖν κατ’ ἐντολὴν τοῦ Ἀντωνίου εἴτε καὶ ἀφ´ ἑαυτοῦ γνώμης, πλεύσας πολλὰ μὲν ἐλυμήνατο πολλὰ δὲ καὶ ἀντέπαθε, κἀν τούτῳ τῶν οἴκοι τῶν περὶ τὴν Τίγγιν ἐπαναστάντων αὐτῷ τῆς τε Ἰβηρίας ἐξέστη καὶ τὴν οἰκείαν οὐκ ἐκομίσατο· οἵ τε γὰρ τὰ τοῦ Καίσαρος ἐν τῇ Ἰβηρίᾳ πράσσοντες καὶ ὁ Βόκχος προσγενόμενός σφισι κρείττους αὐτοῦ ἐγένοντο. Καὶ ἐκεῖνος μὲν πρὸς τὸν Ἀντώνιον ἀπῆλθεν, ὁ δὲ δὴ Βόκχος τὴν βασιλείαν αὐτοῦ αὐτίκα τε κατέσχε καὶ μετὰ τοῦτο καὶ παρὰ τοῦ Καίσαρος ἐβεβαιώσατο· τοῖς τε Τιγγιτανοῖς πολιτεία ἐδόθη. Tandis que ces événements se déroulaient à Rome [le mariage d’Auguste et de Livie], Bogud, de Maurétanie, ayant, soit par ordre d’Antoine, soit de son propre mouvement, cinglé vers l’Espagne, y fit beaucoup de mal et en souffrit beaucoup lui-même. Sur ces entrefaites, les Tingitans, ses sujets, s’étant détachés de sa domination, il quitta l’Espagne, mais ne recouvra pas son royaume ; car les partisans de César en Espagne, et Bocchus qui se joignit à eux, furent plus forts que lui. Bogud, alors, alla trouver Antoine, et Bocchus s’empara aussitôt de son royaume, et s’en fit ensuite confirmer la possession par César ; le droit de cité fut donné aux Tingitans.

Source : Dion Cassius, XLVIII, 45, 1-3 ; trad. Freyburger, Roddaz, 1994.

  • 451 Gsell, 1928b, p. 200.

97Bogud entreprend donc une conquête des provinces hispaniques, pour son propre compte ou pour celui d’Antoine. Arguant du fait qu’en 38 av. J.-C., le triumvirat était renouvelé et que la rupture n’était pas encore consommée entre Antoine et Octavien, Gsell préfère croire que le roi de Maurétanie a agi suivant ses propres intérêts, voire à l’instigation de Sextus Pompée451. Cette dernière hypothèse paraît peu probable : pourquoi Bogud irait-il s’engager auprès d’un homme qu’il a combattu à Munda sept ans auparavant et qui ne semble plus avoir tellement d’influence sur le sort de l’Afrique Mineure ou de la péninsule Ibérique ? Bogud peut certes avoir défendu ses seuls intérêts en s’attaquant à l’Hispanie, d’autant qu’il semble profiter du passage en péninsule Ibérique pour se livrer à des pillages : selon l’expression de Dion Cassius, « il fait beaucoup de mal » au cours de cette expédition.

  • 452 « Ἐν τοῖς Γαδείροις καὶ τόδε συνέτυχεν. Βόγος ἦν βασιλεὺς Μαυρουσίων ὁ ἐν Μεθώνῃ σφαγεὶς ὑπ’ Ἀγρίπ (...)
  • 453 Ibid., 7-11.
  • 454 Dion Cassius, XLVIII, 45, 1-3.
  • 455 « Τῆς γὰρ πολιορκίας ἐγχρονιζομένης » (« le siège s’éternisant » [Porphyre, De l’abstinence, I, 25 (...)
  • 456 Voir ci-dessus.

98C’est peut-être d’ailleurs à cette occasion qu’il assiège l’Herakleion de Gadès452. D’après Porphyre, le siège du temple est long, mais a dû s’achever de façon heureuse pour le sanctuaire, car cet épisode s’inscrit dans une liste d’exemples de secours divins : ici, les prêtres de l’Herakleion, à court de victimes pour les sacrifices en raison du blocus mené par Bogud, reçoivent l’aide des dieux qui leur envoient des oiseaux453. S’il s’agit seulement de piller un sanctuaire voisin de son royaume et célèbre pour ses richesses, qui ont attiré à de multiples reprises les convoitises au cours des guerres civiles, Bogud peut effectivement avoir agi de sa propre initiative. Mais visiblement, l’expédition de Bogud semble plus ambitieuse qu’un simple raid de piraterie : son absence est suffisamment longue pour que les Tingitans se révoltent et que Bocchus s’approprie son royaume454, et son armée — ou plutôt sa flotte — est capable d’imposer un siège durable à l’Herakleion455. Que Bogud puisse mener une intervention de cette ampleur sans l’accord de Marc Antoine dans des provinces romaines sous contrôle de ses adversaires paraît surprenant. Bogud aurait peut-être agi sans en informer auparavant son mentor ; mais en tout état de cause, Marc Antoine ne l’a pas désavoué ensuite, puisque Bogud se réfugie auprès de lui après l’échec de l’opération. Il continue d’ailleurs à le servir jusqu’à sa mort à Méthone cinq ans plus tard456.

  • 457 Dion Cassius, XLVIII, 45, 3 : voir le chap. iii de cet ouvrage.

99Les vainqueurs de Bogud sont récompensés officiellement et largement par Octavien lui-même, puisque Bocchus se fait confirmer la prise de possession de la Maurétanie occidentale, tandis que les Tingitans se voient accorder le droit de cité457. Ces largesses sont significatives de l’importance du péril encouru en Hispanie, dont le ou les gouverneurs ont eu recours à des aides extérieures pour lutter contre le roi de Maurétanie occidentale. Sans la déstabilisation de son royaume par la sédition des Tingitans et par la menace d’une invasion de Bocchus, le séjour de Bogud en péninsule Ibérique se serait peut-être prolongé, voire soldé par une victoire. Mais la quatrième expédition du roi maurétanien en Hispanie se conclut sur une sévère défaite, qui le prive de son royaume, au profit de Bocchus. L’engagement avisé du roi de Maurétanie orientale s’achève par une prise de possession pleine et entière de la Maurétanie et de la Numidie orientale, de l’Atlantique jusqu’à l’Ampsaga. De 38 av. J.-C. jusqu’à sa mort cinq ans plus tard, Bocchus est le seul roi indépendant que Rome laisse gouverner en Méditerranée occidentale.

  • 458 Roddaz, 2002, p. 202.

100Au cours de la dernière guerre civile, les espaces ibériques et maurétaniens ne représentent plus le même enjeu stratégique majeur que lors du conflit entre César et les pompéiens. Les protagonistes ne sont plus présents en personne en péninsule Ibérique ou en Afrique, les batailles décisives et les armées les plus importantes se trouvent désormais en Orient, le contrôle politique de ces territoires est moins âprement disputé car moins crucial pour l’issue du conflit. À la fin des années 30, la péninsule Ibérique est désertée par les meilleurs généraux, qui sont rassemblés auprès d’Octavien en Égypte. En 31 av. J.-C., seul un tribun militaire, C. Baebius, praefectus orae maritimae Hispaniae citerioris bello Actiensi (préfet de la côte d’Hispanie citérieure en vue de la guerre d’Actium), semble indiquer que l’Hispanie citérieure se protège contre une éventuelle offensive d’Antoine, mais l’Ultérieure comme la Maurétanie ne semblent pas davantage gardées458. Les acteurs locaux, entrés de plain-pied dans les luttes entre factions romaines au début de la décennie précédente, sont désormais davantage livrés à eux-mêmes par ce glissement oriental de l’épicentre de la guerre. Ils essaient de défendre leurs intérêts propres sans faillir à leurs engagements antérieurs auprès des partis en présence, engagements qui peuvent soit leur coûter leur royaume, soit au contraire leur assurer l’hégémonie sur leurs voisins.

  • 459 Voir ci-dessous.

101Certes, la proximité stratégique entre péninsule Ibérique et Maurétanie occidentale est toujours sensible : la province d’Ultérieure est régulièrement investie par les troupes du roi de Maurétanie, sans que les armées locales, elles-mêmes sollicitées sur un territoire immense, ne soient capables de juguler ces mouvements. Leurs troupes de cavaliers légers ont joué un rôle important dans les batailles de la seconde moitié du ier siècle av. J.-C. ; disciplinées et rapides, elles peuvent faire basculer l’issue d’un affrontement, comme à Munda. Leur nombre est certes restreint, mais leur contribution n’est pas négligeable. Cependant, la complexité, la versatilité des jeux d’alliances et la primauté des intérêts locaux pour les rois africains amènent le nouveau pouvoir romain à vouloir réorganiser les cadres stratégiques et politiques de l’Afrique après les guerres civiles. L’objectif serait de continuer à profiter des ressources militaires des alliés africains, et notamment du renfort précieux de leur cavalerie légère ou de leur infanterie spécialisée, sans qu’un renversement d’alliances ou un brusque affaiblissement d’un souverain allié ne vienne remettre en question cette aide. En 33 av. J.-C., la mort du roi de Maurétanie Bocchus, apparemment sans héritier, bouleverse encore la donne. L’immense territoire situé entre l’Atlantique et l’Ampsaga se trouve en effet en déshérence459 ; Octavien, encore aux prises avec Marc Antoine et Cléopâtre, se doit de trouver une solution pour cet espace maurétanien aux portes de la péninsule Ibérique et de la nouvelle province d’Afrique.

  • 460 Sur le royaume jubéen, voir ci-dessous.

102En 31 av. J.-C., la victoire du jeune César à Actium vient sonner le début de la réorganisation politique et militaire de l’espace méditerranéen. Dans la péninsule Ibérique, le processus de colonisation bat son plein, la pacification du Nord-Ouest est longue et difficile, mais son achèvement rend à la fois possible et nécessaire une grande réorganisation administrative de l’Hispanie en trois provinces, dont l’une est publique et inermis. La Maurétanie, après huit ans d’hésitation, n’est finalement pas annexée, mais confiée à un roi dont la loyauté ne fait aucun doute. En effet, Juba II, fils de Juba Ier, descendant de Jugurtha et époux de la fille de Cléopâtre et Marc Antoine, a été élevé à Rome dans la propre famille d’Octavien depuis sa plus tendre enfance. Le trône maurétanien ne lui est attribué qu’après sa participation active aux combats de la dernière guerre civile et de la guerre cantabrique. Le rôle de ce royaume jubéen se dessine assez clairement : assurer la sécurité en Afrique Mineure, maintenir les échanges commerciaux avec l’Italie et les autres provinces de l’Empire, permettre le développement de cités romanisées dans les régions proches de la côte460.

  • 461 Desanges, 1957 ; Des Boscs-Plateaux, 1994, p. 34 ; Roddaz, 2002, p. 204.

103De 31 av. J.-C. à 40 apr. J.-C., une période de paix s’instaure en Extrême Occident : les espaces ibériques et maurétaniens, autrefois enjeux puis acteurs de luttes quasi incessantes pendant le dernier siècle avant notre ère, profitent de ces sept décennies de calme relatif pour s’intégrer dans l’Empire, suivant une chronologie légèrement décalée. En effet, alors que le processus de conquête s’achève en péninsule Ibérique, la Maurétanie n’est pas annexée, mais transformée en royaume-client. Sur le plan militaire et stratégique, l’interdépendance de ces espaces se relâche : les troupes locales suffisent à maintenir le calme en Maurétanie et en Hispanie, l’achèvement de la pacification en 19 av. J.-C. rend la concentration de forces moins nécessaire. La même année, un Gaditain, L. Cornelius Balbus, l’ancien questeur d’Ultérieure en fuite en juin 43, est le dernier promagistrat à bénéficier des honneurs du triomphe personnel, par la suite réservé aux empereurs, pour des succès remportés précisément en Afrique461. La normalisation de la situation politique en Méditerranée occidentale voit logiquement les échanges militaires décroître entre les espaces ibériques et maurétaniens. Ces relations sont cependant réactivées dès que le besoin s’en fait sentir, c’est-à-dire dès que le processus d’intégration de la Maurétanie dans l’Empire reprend, avec le passage à une étape supérieure, celle de l’annexion pure et simple du royaume maurétanien.

  • 462 Dion Cassius, XVII, fr. 57, 53-56.

104Au cours de la période comprise entre la deuxième guerre punique et le début du Principat augustéen, Rome prend progressivement conscience de la cohésion politique et stratégique des espaces ibériques et maurétaniens. La stratégie d’Hannibal au début de l’affrontement avait montré à ses adversaires romains l’importance d’un réseau d’alliances mutuelles tissé entre les deux rives de la Méditerranée. Scipion, par sa volonté de gagner la confiance des rois numides, montre qu’une des clés du conflit réside dans la capacité de porter la guerre hors d’Italie et d’utiliser les ressources de la péninsule Ibérique jusque-là pacifiée pour atteindre l’Afrique. Si, en 206, les remous de la politique interne romaine le forcent à revenir dans la capitale, son projet, aux dires de Dion Cassius, était de rallier la Numidie depuis l’Hispanie citérieure toute proche462. Tout au long du iie siècle, les alliés numides et maures sont d’ailleurs mis à contribution par les généraux romains pour mener les opérations militaires en péninsule Ibérique.

  • 463 Voir Blázquez, 1967, pp. 29-30 ; López Pardo, 1988, pp. 741-784.
  • 464 Pour la définition donnée à cette expression, voir le chap. iii de cet ouvrage.

105Cependant, c’est véritablement lors de l’équipée de Sertorius en Extrême Occident entre 82 et 79 av. J.-C. que la démonstration est faite de l’interdépendance entre les deux rives de la Méditerranée extrême-occidentale, non parce que la Maurétanie serait de toute éternité un « appendice » de l’Hispanie463, mais parce qu’au contraire, les ressources politiques et militaires des territoires maures permettent à un général déterminé de renverser la situation en péninsule Ibérique. Inversement, c’est en partie la perte du soutien des populations locales du Sud de l’Hispanie qui entraîne sa chute : l’adhésion à la cause métellienne des élites de Cordoue ou Gadès n’a pas compté pour rien dans la défaite du dernier marianiste. La guerre civile entre César et Pompée consacre cette entrée de plain-pied des territoires ibères et maures dans l’orbite de la politique intérieure de Rome, puisqu’une part extrêmement importante du conflit se joue en Extrême Occident. La nécessité de contrôle des deux rives de la Méditerranée apparaît là encore pleinement : Rome prend conscience que l’heure des royaumes maures indépendants, et donc toujours susceptibles d’un retournement d’alliance en fonction de leurs intérêts propres, met en péril sa domination sur l’Hispanie. Le temps est venu d’un contrôle accru des espaces maurétaniens, contrôle politique d’abord avec la mise en place d’un royaume-client confié au roi Juba II, puis contrôle militaire avec l’instauration de provinces et d’armées provinciales : là encore, on verra que le rôle joué par la péninsule Ibérique dans cette mainmise est tout sauf négligeable. Comment établir un contrôle militaire efficace et peu coûteux dans l’ancien royaume de Juba II ? Quel rôle jouent les provinces hispaniques dans cette rapide annexion et, par la suite, dans la constitution des armées de garnison maurétaniennes ? Ces questions de mise en place d’importantes « solidarités stratégiques464 » constituent le point de départ du troisième chapitre, consacré aux relations militaires entre la péninsule Ibérique et les espaces maurétaniens de la fin du ier siècle av. J.-C. à la fin du ier siècle apr. J.-C.

Notes

1 « Pour ce qui est de la guerre sur terre, les Romains ont de bien meilleurs soldats, car ils consacrent tous leurs soins à l’entraînement tandis que les Carthaginois négligent tout à fait leur infanterie et n’accordent que peu d’attention à la cavalerie. La raison en est que les troupes qu’ils emploient sont des mercenaires (misthophoroi) étrangers, tandis que celles des Romains sont des gens du pays et des citoyens » (Polybe, VI, 52, 3-4, cité par Napoli, 2010, p. 68).

2 Nicolet, 1990, pp. 600-601.

3 La première mention d’Ibères en Sardaigne date même des dernières années du vie siècle av. J.-C., selon Pausanias, X, 17, 9. Pour toutes les références à la participation de troupes mercenaires ibères dans les guerres gréco-puniques, voir García-Gelabert Pérez, 2005, p. 24.

4 Polybe, I, 17, 4.

5 Diodore, XXV, 2, 2 ; XXV, 8, 9 ; Polybe, I, 66, 1-12 ; I, 67, 1-7.

6 Pour cela, voir la liste établie anciennement par García y Bellido, 1964.

7 Pignus a souvent le sens fort d’otages chez Tite-Live (XXVIII, 34, 9 ; XXXIII, 22, 9 ; XLIII, 10, 3).

8 Polybe, III, 56, 4.

9 Tite-Live, XXVIII, 46, 16. Cette assimilation est relativement commune : Domínguez Monedero, 1995, p. 228 ; Jaeger, 2006, p. 393 ; Olcoz Yanguas, Medrano Marqués, 2014, pp. 66-67.

10 Jaeger, 2006, p. 393 : l’expression res gestae renvoie inévitablement au « testament d’Ancyre », au texte qu’Auguste, âgé de 74 ans, fait graver et placer au front de son mausolée. Des copies seront effectuées pour orner les temples dédiés à Rome et à Auguste, comme à Ankara : voir Scheid, 2007. Si le passage livien mentionnant ces res gestae gravés par Hannibal est sans doute antérieur à 14, cette pratique de commémoration épigraphique par les inscriptions monumentales se diffuse dans la seconde moitié du ier siècle av. J.-C. L’inscription élevée par Hannibal au cap Lacinion un siècle plus tôt en 205 n’aurait donc pas le sens commémoratif que lui donne Tite-Live.

11 Walbank, 1957, pp. 364-365.

12 Jaeger, 2006, pp. 395-396.

13 Sur le sanctuaire dédié à Héra Lacinia du cap Colonna, près de Crotone, voir notamment Spadea, 2006 ; Baumer, 2010. Le temple consacré à une déesse appelée Junon Lacinia par Tite-Live (XXIV, 3, 1-7) est sans nul doute le temple périptère dorique dédié à Héra et construit au deuxième quart du ve siècle, dont ne subsiste aujourd’hui qu’une colonne, et qui était probablement déjà à l’état de ruine en 173 av. J.-C., quand le censeur Q. Fulvius Flaccus fit prélever de façon sacrilège une partie de la toiture pour orner le temple dédié à la Fortune équestre à Rome (ibid., XLII, 3, 1-10).

14 Sur le rôle d’Héra dans les serments, voir notamment le serment d’Hannibal et Philippe V de Macédoine : Polybe, VIII, 9, 2-3. Pour l’analyse de ce serment, voir Barré, 1983 ; sur l’interpretatio d’Astarté, déesse de Sidon, en Héra, voir Lipinski, 1995, pp. 128-154, not. p. 152 pour l’Espagne punique.

15 Dans le texte de Tite-Live, le temple de Junon Lacinia revient à plusieurs reprises comme un puissant vecteur idéologique, comme l’expose notamment Jaeger, 2006, p. 412 : « Yet by returning repeatedly to the temple of Juno and its environs, by reiterating the idea of violation and by making use of the place’s location at the end of Italy, Livy spins a strand of narrative that complements his main thread. The result is to show how a place that for centuries was important to the Greeks of southern Italy became of historical and even religious significance to Rome. » (« En faisant référence à plusieurs reprises au temple de Junon et à ses environs, en répétant l’idée de sacrilège et en rappelant la localisation de ce site à l’extrémité de l’Italie, Tite-Live tire le fil d’une idée qui valide sa thèse principale. Il aboutit à montrer combien un site considéré comme majeur depuis des siècles par les Grecs d’Italie du Sud devient d’une importance historique et religieuse capitale pour Rome »). Tite-Live présente le temple de Junon Lacinia à la fois comme le jalon de l’avancée romaine en Grande Grèce et le point crucial de la domination d’Hannibal en Italie du Sud. Ce sanctuaire est pour Tite-Live un lieu de mémoire essentiel, la quintessence de la culture grecque en Italie, le symbole du retournement d’alliance des cités de Grande Grèce.

16 Tite-Live, XXX, 20, 6. Ce passage est douteux : Tite-Live fait de ce dernier acte d’Hannibal dans la péninsule italienne à la fois un acte majeur d’impiété et une preuve de sa haine contre les Italiens. En revanche, Appien ne mentionne pas la localisation dans le sanctuaire et présente ce massacre comme une décision stratégique, certes cruelle, mais nécessaire pour éviter que ces Italiens combattent contre lui à l’avenir (Appien, Histoire romaine, t. III, livre VII, Le livre d’Annibal, 59).

17 Cette carte 4 des échanges d’alliés reste bien entendu une construction hypothétique.

18 Polybe, III, 24, 3-13 ; sur ces traités romano-carthaginois, voir notamment Scardigli, 1991 ; Espada Rodríguez, 2013.

19 L’hypothèse ancienne qui subordonnait Tarseion à Mastia (« Mastia des Tarsiens », transformés en « Tartessiens ») n’était possible qu’au prix d’une correction du texte, correction inspirée notamment par l’influence d’Adolf Schulten et jugée aujourd’hui moins probable qu’une simple juxtaposition de deux toponymes (Moret, 2002, pp. 265-266 ; Pérez Vilatela, 2003, pp. 32-33).

20 L’hypothèse de la localisation de « Mastia Tarseion » ou de Mastia et de Tarseion en péninsule Ibérique est la plus répandue aujourd’hui, notamment dans l’historiographie espagnole (voir en dernier lieu Ferrer Albelda, 2011-2012, pp. 443-445 ; Olcoz Yanguas, Medrano Marqués, 2014, pp. 91-93 pour le bilan historiographique). Mais Pierre Moret a repris et développé une hypothèse ancienne, qui plaçait Mastia et Tarseion, dans le cadre du second traité romano-carthaginois, respectivement en Afrique et en Sardaigne : voir Moret, 2002, pp. 257-276. Cette hypothèse a depuis été battue en brèche par Ferrer Albelda, 2006, pp. 2019-2030 et 2011-2012, pp. 431-446. Le débat reste ouvert : tout dépend du crédit accordé aux notices tardives de Stéphane de Byzance, qui situent Mastia (ou Massia) en Ibérie vers les colonnes d’Héraclès (citation attribuée à Théopompe : FGrH 115, F 200 = THA IIB 64b), ainsi que de la vision de la situation stratégique de 348 : est-ce que Carthage avait besoin de protéger des menées romaines une zone d’influence en péninsule Ibérique dès le milieu du ive siècle ? Pour Moret, la question de l’influence romaine en Méditerranée occidentale ne se posait pas encore, la « zone interdite au commerce romain » ne pouvait pas comprendre une telle surface, et le traité ne pouvait donc désigner que des toponymes africains, situés à une proximité relative de Carthage ; au contraire, pour Eduardo Ferrer Albelda, une telle clause de garantie visait à protéger dès 348 l’Ibérie des alliés de Rome, notamment de Marseille qui, elle, pouvait couramment intervenir en Ibérie.

21 Moret, 2002, p. 275, suivi par Foulon, Molin, 2004, p. 44.

22 González Blanco, 1991, pp. 32-36.

23 Cette hypothèse, à mettre au crédit des travaux de Schulten, a été abondamment reprise, aussi bien dans l’historiographie allemande que chez les auteurs espagnols : voir notamment Tovar, 1989, p. 189 ; Koch, 2003, p. 16 ; Ferrer Albelda, 2011-2012, pp. 442-443 ; Olcoz Yanguas, Medrano Marqués, 2014, p. 79, n. 62 (avec la bibliographie antérieure).

24 Ferrer Albelda, 2011-2012, pp. 442-443 ; Olcoz Yanguas, Medrano Marqués, 2014, avec carte p. 83.

25 García Moreno, 1990, pp. 58-62 ; Moret, 2002, p. 275 et 2003, pp. 300-301.

26 Pline l’Ancien, III, 4, 25 : « Oretani qui et Germani cognominantur » et mention d’une cité orète appelée « Oreton Germanôn » chez Ptolémée, II, 6, 58. Selon Moret, voir dans ce surnom la preuve d’une origine celtique des Orètes manquerait de fondements archéologiques (Moret, 2003, p. 297, n. 97). D’autre part, si ces Orètes surnommés Germani sont attestés au moins par cette référence plinienne, les « Orètes Ibères » ne sont, eux, jamais mentionnés dans les sources ; on peut donc en conclure à une pure création schultenienne à partir de ce seul passage : voir Moret, 2003, p. 297 ; Olcoz Yanguas, Medrano Marqués, 2014, p. 78.

27 Voir notamment Walbank, 1957, p. 362, ainsi que de nombreux auteurs à la suite : voir Olcoz Yanguas, Medrano Marqués, 2014, p. 78, n. 57-58, pour une révision bibliographique.

28 Pérez Vilatela, 2003, p. 33.

29 Moret, 2003, pp. 299-300 et 2006, pp. 65-67.

30 Gangutia Elícegui, 1998.

31 Avienus, Ora maritima, v. 248.

32 Rebuffat, 2011, pp. 63-86.

33 Moret, 2003, p. 300.

34 Foulon, Molin, 2004, p. 196, n. 146.

35 Tite-Live, XXI, 11, 13.

36 De nombreux éditeurs ont ajouté ce nombre de 870 d’après la comparaison avec le passage de Tite-Live correspondant ; son oubli s’expliquerait par un phénomène d’haplographie : Foulon, Molin, 2004, p. 196, n. 147.

37 Miguel y Ayala, 2002 ; Domínguez Monedero, 2005.

38 Walbank, 1957, pp. 362-363.

39 Sur la soumission des Olcades, voir Polybe, III, 13, 5. Sur la tentative de défection des Orètes en 219, voir Tite-Live, XXI, 11, 13.

40 Voir Desanges, 1980, p. 188 : la Métagonie correspondrait à la limite occidentale de la Numidie massaesyle, soit l’actuel Oranais, et non le Constantinois, comme l’indiquent Foulon, Moulin, 2004, p. 45, n. 148. Walbank, 1957, p. 363 pense également que Polybe fait référence à la région de l’embouchure de la Moulouya et non à celle du cap Tretum, aussi quelquefois appelée Métagonie. Stationner des forces importantes dans cette Métagonie occidentale, au niveau de l’actuelle Melilla, permet d’intervenir rapidement tant en Afrique qu’en Espagne, et des monnaies carthaginoises datant d’un naufrage ayant eu lieu entre 220 et 210 ont précisément été trouvées dans le port de Melilla : Gózalbes, 2000, pp. 117-120. Un travail récent a repris la question, et pour des raisons historiques, en s’appuyant notamment sur les traités romano-carthaginois, préfère localiser la Métagonie ici entre le cap Bon et l’autel des Philhellènes : voir Olcoz Yanguas, Medrano Marqués, 2014, pp. 68-73.

41 Dans la carte 4, je me refuse à délimiter par de quelconques frontières ces ethnies aux contours très flous, contrairement à Olcoz Yanguas, Medrano Marqués, 2014, p. 83, où les frontières apparaissent largement postérieures à la situation de 218.

42 Walbank, 1957, p. 363. Sur les Libyophéniciens, les sources sont réduites, mais la bibliographie est trop abondante pour être citée ici. Sur cette question, voir notamment Domínguez Monedero, 1995, pour un effort sérieux de définition et de mise en série des documents.

43 Walbank, 1957, p. 364 pour la liste des hypothèses.

44 Rebuffat, 2006, pp. 406-408.

45 Caesarea (Cherchell), AE, 1904, 150 : « gens Maurorum Macuum ».

46 Pour une notice complète sur ce peuple, voir Rebuffat, 2006.

47 Polybe, X, 18, 7.

48 Moret, 2006, p. 66.

49 « parua manus ex Hispania » (Tite-Live, XXI, 22, 3).

50 Walbank, 1957, p. 364.

51 Tite-Live, XXI, 23, 2.

52 Walbank, 1957, p. 364.

53 Tite-Live, XXI, 61, 5. Voir Moret, 1997, p. 150 pour une tentative d’explication de ce passage en apparence contradictoire avec l’idée d’une alliance des Ilergètes hispaniques avec Carthage datant de 218.

54 García-Gelabert Pérez, 2005, p. 25.

55 « agrum sese daturum esse in Italia, Africa, Hispania, ubi quisque uelit, immunem ipsi qui accepisset liberisque » (« Il leur donnerait une terre en Italie, en Afrique, en Espagne, là où chacun le voudrait, avec immunité d’impôts pour le bénéficiaire et ses enfants » [Tite-Live, XXI, 45, 4-5 ; trad. Jal, 1988]).

56 Appien, Histoire romaine, t. II, livre VI, L’Ibérique, 66-67.

57 Ibid. Au sujet du raid de Punicus ou Punicos, chef lusitanien au nom étonnamment carthaginois, voir Chic García, 1980 ; Callegarin, 2002 ; Díaz Fernández, à paraître.

58 Voir Goukowski, 1997, p. 50, n. 230, à propos de l’historiographie abondante sur ce terme problématique : Bastule est mentionné par Pline l’Ancien, III, 8 et par Ptolémée, II, 4, 6.

59 Cette historiographie se fondait sur la vision d’une péninsule Ibérique sans cesse parcourue par des invasions phéniciennes et carthaginoises successives : d’abord les Tyriens fondateurs de Gadès, puis les Carthaginois conduits par Hamilcar Barca, ces peuples ayant réussi à « verrouiller » complètement le détroit de Gibraltar face aux menées grecques, puis romaines : voir notamment García y Bellido, 1942 et 1952b ; Blázquez, 1980 et 1991. Plus récemment, les travaux de Whittaker, 1978b, sur l’hégémonie (plutôt que l’impérialisme) punique en Sicile ont incité à une intense remise en cause historiographique de cette vision de Carthage comme puissance colonisatrice : voir notamment González Wagner, 1989 ; López Castro, 1991.

60 Ferrer Albelda, Pliego Vazquez, 2010 et 2013.

61 Walbank, 1957, pp. 137, 362.

62 À cet égard, les Romains ont fort à faire avec les Ilergètes : l’aristocratie ilergète, et notamment l’infatigable Indibilis, ne s’est ralliée que tardivement et après maints revirements, au jeune Scipion. Les Romains semblent commencer par maintenir les Ilergètes fraîchement ralliés à proximité de leur territoire, ce qui permet à ces derniers d’aller fréquemment piller pour leur propre compte leurs voisins, pourtant également des alliés de Rome : voir Moret, 1997.

63 Pour certains, le lien personnel est quand même très fortement présent : la femme de Mandonius et la fille d’Indibilis, rois des Ilergètes, sont otages auprès d’Hasdrubal à Carthagène. Le traitement clément que leur réserve Scipion, à la différence du chef punique, occasionne un revirement d’alliance des Ilergètes, qui passent aux côtés des Romains en 208 (Tite-Live, XXVII, 17, 1-17). Voir Moret, 1997, pp. 152-160.

64 Voir le cas des Orètes cités dans l’inscription du cap Lacinion.

65 Ainsi, le changement d’alliance de Massinissa : Tite-Live, XXVIII, 16, 11 et 35, 1.

66 Polybe, III, 33 et Tite-Live, XXI, 22, 11 cités et traduits plus haut : la double justification de cet envoi de 4 000 hommes à Carthage « pour servir à la fois de renforts et d’otages » est présente chez les deux auteurs.

67 Voir le cas déjà cité ci-dessus des Ilergètes. Voir également Tite-Live, XXVIII, 20, 1 avec la désertion de contingents numides après la défaite carthaginoise d’Ilipa et la mention lors de la prise d’Iliturgi de l’engagement aux côtés des Romains de transfuges africains : « transfugas Afri, qui tum inter auxilias Romanas erant » (« des transfuges africains, qui se rangèrent alors parmi les auxiliaires romains »).

68 Sur les Scipions, voir notamment Etcheto, 2012, avec la bibliographie et les débats antérieurs.

69 Tite-Live, XXIV, 49, 8 indique que les Celtibères, anciens alliés des Carthaginois, sont « achetés » par les Romains qui leur versent la même solde en 213 : il s’agirait du premier cas de mercenariat auquel l’armée romaine recourt.

70 Syphax est le premier roi numide à battre monnaie. Silius Italicus l’appelle Massyle par erreur : Silius Italicus, XVI, v. 170. La confusion se généralise par la suite : Martin, Devallet, 1992, p. 153.

71 « Ad eum [Syphax] centuriones tres legatos miserunt qui cum eo amicitiam societatemque facerent et pollicerentur, si perseueraret urguere bello Carthaginienses, gratam eam rem fore senatui populoque Romano et admisuros ut in tempore et bene cumulatam gratiam referant » (« Ils lui [Syphax] envoyèrent comme ambassadeurs trois centurions chargés de conclure avec lui un pacte d’amitié et d’alliance et de lui promettre, s’il continuait à exercer une pression armée sur les Carthaginois, la reconnaissance du sénat et du peuple romain et leurs propres efforts pour que, le moment venu, ils lui témoignent de la reconnaissance et au-delà » [Tite-Live, XXIV, 48, 3 ; trad. Jal, 2005]).

72 Q. Statorius est cité également comme « l’homme qui instruit les armées de Syphax » (Tite-Live, XXIV, 48, 4-8), et d’ailleurs appelé le semilixa, « semi-goujat » (ibid., XXX, 28, 3).

73 « Iisdem mandauit ut protinus Numidas qui intra praesidia Carthaginiensium auxiliares essent ad transitionem perlicerent » (« Il donna aux mêmes hommes la mission de pousser aussitôt à la désertion des Numides qui servaient comme auxiliaires dans les armées carthaginoises » [ibid., XXIV, 48, 10 ; trad. Jal, 2005]).

74 Tite-Live, XXIV, 48, 11-13.

75 Ibid., 49, 1-3.

76 « Syphax cum paucis equitibus in Maurusios ex acie Numidas — extremi prope Oceanum aduersus Gades colunt — refugit, adfluentibusque ad famam eius undique barbaris ingentes breui copias armauit, cum quibus in Hispaniam angusto diremptam freto traiceret » (« Syphax s’échappa du champ de bataille avec quelques cavaliers pour aller chez les Maures Numides — ils habitent à l’extrémité, près de l’Océan, en face de Gadès — et comme, devant la réputation de son nom, les Maures affluaient de tous les côtés, il arma en peu de temps d’immenses forces, avec l’intention de passer avec elles en Espagne dont il n’était séparé que par un détroit de peu de largeur » [ibid., 49, 5 ; trad. Jal, 2005]).

77 Strabon, XVII, 3, 9-13.

78 Pline l’Ancien, V, 19.

79 Tite-Live, XXIV, 49, 3.

80 Ibid., 49, 5 ; Tite-Live parle de 30 000 tués.

81 Les troupes de Massinissa harcèlent l’armée de P. Scipion quelques semaines encore avant la mort de ce dernier : ibid., XXV, 34, 1-5.

82 Silius Italicus, XVI, vv. 193-208.

83 L’île de Géryon. Les noms de lieux utilisés (Gadès, Érythée, Betis) renvoient aux représentations mythologiques traditionnelles des confins de l’Hispanie atlantique : le poète fait ainsi écho à Homère, Hésiode ou encore Stésichore.

84 « Nam repeto, Herculeas Erythia ad litora Gades / cum studio pelagi et spectandia aestibus undae / uenissem, magnos uicina ad flumina Baetis / ductores miro quodam me cernere amore » (« Oui, je m’en souviens, lorsque j’étais allé à Gadès, la ville d’Hercule, sur le rivage d’Érythée, attiré par l’Océan et le spectacle des marées, j’ai vu avec une étonnante sympathie, sur les bords du Bétis tout proche, les deux grands chefs » [ibid., vv. 194-197 ; trad. Martin, Devallet, 1992]).

85 Silius Italicus, XVI, vv. 203-207.

86 Virgile, Énéide, VIII, v. 154.

87 Silius Italicus, III, v. 48.

88 Ibid., v. 45. Si Hannibal élevé en Hispanie ne devait pas être aussi surpris par le phénomène des marées, l’intérêt des géographes grecs pour les marées océaniques, constatées notamment dans les puits de Gadès, est en revanche, lui, parfaitement attesté depuis Poséidonios : voir Strabon, III, 5, 8.

89 Seule la tradition poétique fait état de ces cadeaux diplomatiques. Les récits des historiens ne les mentionnent pas, non car ces présents sont purement fictifs, mais car leurs sources annalistiques n’en parlent pas. Ces dernières mentionnent seulement les alliances en elles-mêmes et ne décrivent pas le déroulement des cérémonies qui les scellent.

90 Silius Italicus, XVI, v. 198. Rien que dans le livre 16 des Punica, on trouve la mention de dépouilles puniques offertes à Massinissa (ibid., vv. 165-167) ou de trophées de diverses origines offerts par Scipion aux vainqueurs des jeux funèbres (ibid., vv. 450, 460-462, 554-557). Voir Martin, Devallet, 1992, p. 86, n. 1.

91 Silius Italicus, XVI, vv. 199-201. Syphax se voit offrir des mors, équipement jusque-là inconnu des Massaesyles — on peut douter de la véracité de cette affirmation, étant donné les qualités de cavaliers des Massaesyles —, ainsi que des arcs, auxquels les Numides préfèrent des javelots, qu’ils manient avec une dextérité propre : ibid., III, v. 339.

92 Ibid., XVI, vv. 201-203 ; III, 24, 48.

93 Pour un récit circonstancié des faits et une première approche bibliographique, voir notamment Zecchini, 2002.

94 Tite-Live, XXVIII, 16, 13.

95 Silius Italicus, XVI, vv. 209-210 ; Tite-Live, XXVIII, 17, 13 ; Appien, Histoire romaine, t. II, livre VI, L’Ibérique, 29.

96 César, Guerre civile, I, XVII, fr. 57, 53-56.

97 Zecchini, 2002, pp. 98-100.

98 Polybe, XI, 33, 7-8 ; Tite-Live, XXVIII, 38, 1.

99 Ibid., 17, 6-8. L’ambassade de Laelius est plausible, même si elle n’est pas mentionnée ailleurs. En revanche sur la facilité d’acceptation du traité par Syphax et l’alliance préalable avec les Carthaginois, voir ci-dessous.

100 Tite-Live, XXVIII, 17, 13-16.

101 « Magnum in omnia momentum Syphax adfectanti res Africae erat, opulentissimus eius terrae rex, bello iam expertus ipsos Carthaginienses, finibus etiam regni apte ad Hispaniam, quod freto exiguo dirimuntur, positis » (« Syphax était en tout point un jalon majeur pour qui s’intéressait à l’Afrique : il était le roi le plus riche de cette contrée ; il avait déjà, au cours d’une guerre, fait l’expérience de ce que valaient par eux-mêmes les Carthaginois ; en outre, les frontières de son royaume s’ajustaient parfaitement avec l’Espagne, dont il n’était séparé que par un étroit bras de mer » [ibid., 17, 10 ; trad. Jal, 1995, modifiée]).

102 « L. Marcio Tarracone, M. Silano Carthagine Noua, quo pedibus ab Tarracone itineribus magnis ierat, ad praesidium Hispaniae relictis » (« laissant L. Marcius à Tarragone, M. Silanus à Carthagène — où il s’était rendu par terre, à grandes étapes, à partir de Tarragone — pour garder l’Espagne » [Tite-Live, XXVIII, 11 ; trad. Jal, 1995, modifiée]).

103 « Scipio, foedere icto cum Syphace, profectus ex Africa dubiisque et plerumque saeuis in alto iactatus uentis, die quarto Nouae Carthaginis portum tenuit » (« Scipion, après avoir conclu un traité avec Syphax, partit d’Afrique et après avoir eu, sous l’effet de vents changeants et la plupart du temps violents, une traversée agitée en haute mer, il entra, le quatrième jour, dans le port de Carthagène » [Tite-Live, XXVIII, 18, 12 ; trad. Jal, 1995, modifiée]). Sur les bateaux de Scipion et d’Hasdrubal dans le port de Siga, voir Tite-Live, XXVIII, 17, 12-16.

104 « Foedus ea tempestate regi cum Carthaginiensibus erat, quod haud grauius ei sanctiusque quam uolgo barbaris, quibus ex fortuna pendet fides, ratus fore, oratorem ad eum C. Laelium cum donis mittit » (« Il y avait alors un traité entre le roi et les Carthaginois ; estimant que cet état de choses n’aurait pour lui pas plus d’importance et de caractère sacré que ce n’est le cas d’habitude chez les barbares, pour qui la fidélité dépend des circonstances, Scipion lui envoie, comme ambassadeur, Laelius avec des cadeaux » [ibid., 17, 6-7 ; trad. Jal, 1995]).

105 Voir Tite-Live, XXIV, 49 ; ci-dessus.

106 François, 1994, p. 25.

107 Tite-Live, XXIX, 23.

108 Ibid., XXVIII, 18, 1-2.

109 Sur la richesse et la valeur de Syphax, Silius Italicus, XVI, vv. 170-180.

110 Virgile, Énéide, VIII, v. 154.

111 Silius Italicus, XVI, vv. 240-244.

112 La coutume des souverains numides de domestiquer les lionceaux retient l’attention de Silius Italicus à plusieurs reprises (ibid., I, v. 406 ; II, vv. 439-440 ; XVI, vv. 235-239). Cette relation entre les lions et les souverains numides — qu’elle soit un symbole de puissance comme dans les Punica ou de feritas, de férocité, ailleurs — est soulignée fréquemment dans les sources : voir Ripoll, 2000, pp. 8-9. Cet intérêt pour les lions vient sans doute de l’attrait marqué du public romain pour les fauves africains dans les jeux de l’amphithéâtre au ier siècle (Martial, Spectacula, X ; Stace, Silves, II, V).

113 Pour le manque de fiabilité, voir Tite-Live, XXVIII, 17, 7 ; XXIX, 3, 13 ; XXIX, 23, 6. Pour la sensualité débordante, voir l’épisode du mariage avec Sophonisbe : ibid., 23, 4.

114 Silius Italicus, XVI, vv. 184-229.

115 Ibid., vv. 258-274.

116 Voir Martin, Devallet, 1992, p. 155, n. 3 pour le commentaire des mauvais présages.

117 Silius Italicus, XVI, vv. 235-244, sur la puissance et l’ancienneté de la monarchie massaesyle.

118 Tite-Live, XXV, 34-37 ; Appien, Histoire romaine, t. II, livre VI, L’Ibérique, 16.

119 Massinissa, passé dans le camp romain en 206, demeure un allié fidèle de Rome jusqu’à sa mort en 149 et envoie des troupes importantes combattre en péninsule Ibérique en 151 : Valère Maxime, V, 2, ext. 4. Son successeur Micipsa doit faire de même dans la lutte contre Viriathe dix ans plus tard (Appien, Histoire romaine, t. II, livre VI, L’Ibérique, 67), et envoie le jeune Jugurtha combattre auprès de Scipion Émilien à Numance fin 134 (ibid., 89).

120 Voir le chap. iii de cet ouvrage.

121 García y Bellido, 1964, pp. 13-14, avec une conclusion marquée par une téléologie coloniale évidente : « les Africains changèrent de maître, mais pas de destin ».

122 Pour les explications de la politique locale des Ilergètes pendant la deuxième guerre punique, voir Moret, 1997, pp. 147-165. Les revirements inverses de Syphax et Massinissa s’expliquent par la compétition entre Massyles et Massaesyles, de même, l’implication des rois maurétaniens Bogud et Bocchus II dans les dernières guerres civiles est principalement due à leur inimitié et leurs volontés d’annexion mutuelle. Rome n’est pas la seule à se servir des alliés pour suivre ses propres intérêts, ceux-ci se prêtent largement au jeu pour en obtenir des avantages locaux essentiels, quoique reflétés dans nos sources dans un nombre de cas limités.

123 Sur les Ibères, ibid.

124 Voir le cas des frondeurs baléares, également l’exemple des éléphants que les Numides doivent fournir fréquemment : Appien, Histoire romaine, t. II, livre VI, L’Ibérique, 67, 89.

125 La réputation des cavaliers ibères et numides est reconnue dans tout le Bassin méditerranéen.

126 En témoignent, par exemple, la clémence romaine envers le roi illergète Indibilis, qui a pourtant multiplié les revirements et les actes de déloyauté entre 208 et sa mort (Moret, 1997, pp. 147-165), ou le bon accueil réservé à Massinissa, tardivement rallié en 206, par Scipion, qui accepte dans son camp le vainqueur de son père et de son oncle, tués en 211.

127 Tite-Live, XXVII, 19.

128 Frontin mentionne notamment une bataille entre Cn. Scipion et Hannon à proximité de l’oppidum d’Indibilis (vers 218 ?) où le général romain a l’avantage sur le Carthaginois grâce à un stratagème jouant sur la valeur des différents auxiliaires. Scipion commence par enfoncer l’aile gauche, composée de Numides apparemment moins forts que les Ibères, mais davantage loyaux ; l’aile droite d’Hannon, formée d’Ibères, se rend sans grande résistance : Frontin, Stratagèmes, II, 3, 1.

129 Tite-Live raconte comment une initiative d’Hasdrubal mal préparée conduit les Tartessiens à se révolter. Le général carthaginois affronte les rebelles avec les nouveaux contingents numides et maures qu’il vient de recevoir, mais le combat montre la supériorité des Hispani. Le cavalier hispanique est supérieur au numide, et le caetratus, le fantassin équipé du traditionnel bouclier rond, résiste au lanceur de javelot maure : Tite-Live, XXVIII, 26, 11.

130 García y Bellido, 1964, p. 14.

131 García-Gelabert Pérez, 2005, pp. 7-26.

132 Moret, 1997, pp. 147-165.

133 On songe, par exemple, au jeune Jugurtha, qui s’attire le respect et l’amitié de Scipion Émilien en combattant avec lui à Numance : Salluste, Jugurtha, VII.

134 Notamment dans les royaumes situés à l’ouest de Carthage.

135 Pour des points de vue en français sur le personnage, voir notamment la partie du dossier de la revue Pallas, 60, 2002, qui lui est consacrée (Sertorius).

136 Essentiellement la Vie de Plutarque (voir Payen, 2002), quelques fragments des Histoires de Salluste, et des passages des Guerres civiles d’Appien.

137 Schulten, 1926 et 1949. Depuis, les principaux historiens qui se sont attachés à Sertorius sont C. F. Konrad, F. García Morá, B. Scardigli et Ph. O. Spann. Pour une bibliographie détaillée sur le personnage de Sertorius, voir Chaves Tristán et alii, 2000, pp. 1468-1469, n. 8-9 ; Scardigli, 2002 ; Pallas, 60, 2002 ; Cadiou, 2008, pp. 118-123.

138 Plutarque, Sertorius, VII, 3. Voir Broughton, 1952, p. 77 ; Konrad, 1994, p. 100.

139 Chaves Tristán et alii, 2000, pp. 1463-1468.

140 Callegarin, 2002, p. 15, n. 21. Ces monnaies (type Mazard, nos 538-540) semblent bien être de provenance africaine, et non hispanique, en raison de leur teneur élevée en cuivre et de l’absence de traces de plomb fréquentes dans les monnaies hispaniques (Chaves Tristán et alii, 2000, p. 1468). Cependant, certains auteurs restent encore circonspects quant à l’attribution de ces monnaies à Saldae (Manfredi, 1995, pp. 304-305).

141 Chaves Tristán et alii, 2000, pp. 1463-1468.

142 Salluste, Histoires, I, 98-99 = éd. Maurenbrecher, 1893, no 98 est un fragment quelquefois cité pour cette traversée. Or, Salluste ici ne parle que d’un embarquement précipité sur des navires surchargés dont certains coulent. F. García Morá relie ce passage à la première traversée de Sertorius vers l’Afrique, mais le fragment est douteux et difficile à placer avec certitude dans la geste sertorienne (García Morá, 1991, p. 34). Berthold Maurenbrecher place ces deux phrases entre le départ de Carthagène et l’excursus sur les îles Fortunées, tandis que Charles Durozoir, dans sa traduction ancienne, situait le premier fragment en 80, lors du franchissement du Guadalquivir par l’armée sertorienne (Maurenbrecher, 1893, 1, pp. 42-43 ; Durozoir, 1865, fragments 99-100). L’édition de référence de Maurenbrecher met en relation cet épisode de naufrage avec la tempête essuyée par Sertorius relatée par Plutarque (Sertorius, VII, 7), tandis que Durozoir séparait les deux phrases de fragment et rapprochait la seconde d’un autre membre de phrase réputé impossible à contextualiser pour Maurenbrecher (1893, p. 55). Selon Durozoir, Sertorius, en 80, aurait fait une sorte de pont de bateaux pour franchir le Guadalquivir en évitant les naufrages d’embarcations (Durozoir, 1860, fragments 99-100). Même si l’édition de Maurenbrecher fait autorité aujourd’hui, cet exemple d’interprétations divergentes nous sert à rappeler que le texte des Histoires de Salluste est à manier avec des précautions particulières étant donné sa nature parcellaire et incertaine.

143 Soit une armée prétorienne pour certains auteurs, même si la question reste discutée : García Morá, 1991, p. 18. Pour un point précis et complet sur l’armée dont dispose le proconsul Sertorius en Hispanie, voir Cadiou, 2008, pp. 118-123.

144 Plutarque, Sertorius, VII, 1-3. Voir Broughton, 1952, p. 77.

145 Plutarque, Sertorius, VII, 3.

146 La trière étant le navire le plus couramment utilisé avant les victoires de Pompée sur les pirates, et d’après les calculs d’équipage réalisés par Reddé, 1986, pp. 110-112.

147 Plutarque, Sertorius, VII, 4.

148 Ibid., 5.

149 Arnaud, 2004, p. 7.

150 Plutarque, Marius, XXXII ; Salluste, Jugurtha, XVI, 4 ; XCII, 2 ; CII, 13 ; où il est précisé que Bocchus Ier reçoit le tiers de la Numidie : la frontière entre la Maurétanie de Bocchus et la Numidie doit donc être repoussée dans la région de l’oued Chéliff. Voir Camps, 1960, p. 242.

151 Voir le chap. i de cet ouvrage.

152 Agrandie de la Maurétanie occidentale depuis 105.

153 Pour un tableau clair de la situation, voir Callegarin, 2000, pp. 14-15, et la carte 5 de cet ouvrage.

154 Pompée a pu avoir triomphé des populares dès cette date : voir Badian, 1955. Si c’est le cas, le roi de Maurétanie n’a pas dû tarder à se rallier au parti syllanien s’il ne l’était déjà.

155 García Morá, 1991, pp. 38-39.

156 Cicéron, De finibus, 5, 82 ; Valère Maxime, VII, 1, 1 ; Pline l’Ancien, VII, 142. Voir Broughton, 1951, 1, pp. 512-513.

157 García Morá, 1991, p. 40, n. 36 ; Konrad, 1994, pp. 102-103 ; García Riaza, 2003.

158 L’hypothèse de « capture » de Sertorius par les pirates avant d’arriver à un arrangement (García Morá, 1991, p. 39) a été formulée en opposition à celle d’une initiative sertorienne d’alliance formelle contre Rome (Spann, 1987a, pp. 48-49). Cette « capture » s’inspire de celle de César en 78 alors qu’il revient à Rome après la mort de Sylla. Cependant, les deux situations n’ont que peu à voir : César voyage comme un riche priuatus, accompagné d’une escorte que l’on imagine réduite, Sertorius se trouve avec une armée, certes fortement diminuée après les déboires initiaux, mais de l’ordre de 2 000 hommes aguerris. D’autre part, si les pirates avaient réussi à capturer Sertorius, ils n’auraient sans doute pas hésité à négocier avec Annius pour livrer le marianiste dans les meilleures conditions. Quant à l’hypothèse d’une alliance formelle des pirates et de Sertorius contre Rome, elle n’est plus tellement tenable aujourd’hui : des projectiles de type balles de fronde, marqués de la légende « Sert(orius) proco(n)sul », montrent que Sertorius se considérait comme le proconsul légitime d’Hispanie citérieure, contre des usurpateurs envoyés par Sylla. Le recours aux pirates est donc le moyen de revenir en Hispanie faire valoir ses droits, pas de remettre en cause l’autorité de Rome sur les provinces. Sur ces glandes et leur message politique (le proconsulat est suivi de fides ou ius), voir ELRH, G2-10, pp. 244-247 et photos pp. 349-350.

159 Plutarque, Sertorius, VII, 5.

160 Konrad, 1994, p. 103.

161 Ibid., p. 100 ; Broughton, 1952, p. 77.

162 Voir Polybe, III, 33.

163 Plutarque, Sertorius, VII, 6 ; García Riaza, 2003, p. 75.

164 Plutarque, Sertorius, VIII, 1.

165 García Morá, 1991, p. 43 et n. 40. Ont été avancées d’autres propositions d’identification pour ces îles, comme celles de Benidorm ou des Columbretes (Spann, 1987a, p. 187, n. 57). Mais F. García Morá fait remarquer à juste titre que les premières sont très petites et proches de la côte hispanique, tandis que les secondes sont situées au nord-ouest des Baléares : il paraît difficile que les navires de Sertorius y soient jetés au cours d’une tempête où le vent vient précisément de cette direction. Avec un vent de nord-ouest et un cap futur vers le détroit de Gibraltar, c’est bien des îlots de la mer d’Alboran qui sont les meilleurs candidats pour ces « îles éparses et sans eau ». Konrad, 1994, p. 105, propose les îles Zaffarines (ou Chaffarines) et Farallones, au large du Maroc (3,5 km au large de la côte marocaine) : ces îles ont cependant des sources et sont de très petite taille pour abriter une flotte de guerre.

166 García Morá, 1991, p. 33.

167 Salluste, Histoires, I, 98-99.

168 García Morá, 1991, p. 42.

169 Ibid., pp. 66-70 (68-69).

170 Comme le fait remarquer Konrad, 1994, p. 103 : « Plutarch’s narrative is moving very rapidly. »

171 Plutarque, Sertorius, VIII, 1.

172 García Morá, 1991, p. 43. À l’appui de cette hypothèse, García Morá avance notamment que le littoral onubéen, situé à une centaine de kilomètres à peine au nord du Guadalquivir, est un espace qui vit essentiellement de la pêche atlantique déjà dans l’Antiquité. La présence de marins susceptibles de connaître les îles Fortunées est assez concevable à Onoba.

173 Plutarque, Sertorius, VIII, 2-5 et IX, 1.

174 D’après les deux fragments conservés des Histoires, qui contiennent une description semblable du climat météorologique des îles Fortunées et la même mention d’Homère : Salluste, Histoires, I, 100-101 = ServiusIn Aen., 5, 735. Voir Maurenbrecher, 1893, p. 43 ; Syme, 1964, pp. 203-205.

175 Hypothèse lancée par Spann (1977) et largement suivie depuis. Schulten (1949) les situait à Madère, mais cet archipel paraît trop éloigné. Les Canaries en revanche étaient parfaitement connues des Anciens depuis leur occupation par les Phéniciens venus de Gadir au début du Ier millénaire.

176 Pour une riche historiographie et un commentaire détaillé sur la question des îles Fortunées, voir Konrad, 1994, pp. 106-111. Pour une bibliographie récente, voir Mederos Martín, 2012.

177 Pailler, 2000, p. 48.

178 Certains auteurs ont été amenés à remettre totalement en cause l’existence de ce rêve de Sertorius (García Moreno, 1992), mais cette position semble quelque peu excessive (Konrad, 1994, pp. 106-107).

179 Salluste, Histoires, I, 100-102 (éd. Maurenbrecher, 1893, p. 43).

180 Plutarque, Sertorius, VIII, 2-5.

181 Payen, 2002, pp. 103-104.

182 Comme le rappelle à juste titre Konrad, 1994, p. 111.

183 Plutarque, Sertorius, IX, 2.

184 Ibid., VII, 4.

185 Rebuffat, 2011.

186 Plutarque, Marius, XXXII ; Salluste, Jugurtha, XVI, 4 ; XCII, 2 ; CII, 13. Voir ci-dessus.

187 Plutarque, Sulla, V.

188 Id., Marius, XXXII, 4-5 ; id., Sulla, VI, 1-2 ; id., Des hommes illustres, 75, 6.

189 « Idemque Pompeius Hiertam Numidiae regem persecutus fugientemque a Bogude Bocchi Maurorum regis filio spoliari omnibus copiis fecit ; quem continuo Bullam reuersum tradito sibi oppido interfecit » (« Le même Pompée, ayant poursuivi le roi de Numidie Hierta, le fit, pendant sa fuite, dépouiller de toutes ses troupes par Bogud, fils du roi des Maures Bocchus ; Hierta étant ensuite retourné à Bulla, Pompée le tua, une fois que la ville lui fut livrée » [Orose, Contre les païens, V, 21, 14 ; trad. Arnaud-Lindet, 1991]).

190 Gsell, 1928a, pp. 271-272.

191 « κατάγω τυραννίδας ἐς τάς πόλις » (« restaurer les royautés dans les villes » [Hérodote, V, 92]).

192 « quem ex Mauritania rex Leptasta proditionis insimulatum cum custodibus miserat » (à propos d’un individu « que le roi Leptasta avait envoyé de Maurétanie sous escorte accusé de trahison » [Salluste, Histoires, II, 20]).

193 ILAlg, 1, 735, 1581, 1582.

194 Gsell, 1928a, p. 274.

195 Ibid., p. 271.

196 « Le même Bogud sera appelé Bocchus par César. Il n’y a qu’une différence de graphie » (Berthier, 1981, p. 81, n. 2).

197 Grammatici Latini, I, p. 143.

198 Trad. Durozier, 1865, pp. 54, 101. Durozier considère que le prisonnier en question est un transfuge que Sertorius utilisait en Hispanie pour alimenter ses troupes, alors qu’il affamait celles de Metellus. Cette hypothèse serait à notre connaissance purement gratuite.

199 Maurenbrecher, 1893, à propos du fragment 2, 20.

200 Salluste, Jugurtha, XIX, 7 ; voir aussi Plutarque, Marius, 10. Bocchus était déjà roi à l’époque de Micipsa, mort en 118 : Salluste, Jugurtha, CX, 8. Mais régnait-il déjà en 118 sur l’ensemble de la Maurétanie comme l’affirme Gsell, 1928a, p. 274 ?

201 Solution logique retenue par un certain nombre d’auteurs récents, car facile à conceptualiser : Konrad, 1994, p. 111.

202 Gsell, 1928a, p. 271 est à suivre sur ce point.

203 Orose, Contre les païens, V, 21, 14. « Cela semblerait attester, en effet, que la souveraineté appartenait alors à Bocchus, son fils Bogud n’étant que prince royal. Mais on ne saurait l’affirmer : peut-être Orose, trouvant dans l’auteur qu’il copiait la mention du roi des Maures Bogud, fils de Bocchus, a-t-il reproduit ces termes inexactement, de manière à en fausser le sens » (Gsell, 1928a, p. 271).

204 Callegarin, 2002, p. 18, n. 37.

205 Cicéron, Contre Vatinius, 5, 12.

206 Plutarque, Sertorius, IX, 2.

207 Mort du Numide Micipsa et première attestation du règne de Bocchus : Salluste, Jugurtha, CX, 8. Mais, contrairement à ce que pense Gsell, le royaume de Bocchus ne s’étendait probablement pas sur toute la Maurétanie dès le début de son règne. En effet, les petits royaumes maures et numides semblent encore nombreux à la fin du iie siècle, et le comportement de Bocchus pendant la guerre de Jugurtha, qui joue sur les deux alliances numide et romaine jusqu’à la fin, laisse penser que sa position dominante en Maurétanie était récente et loin d’être solidement assurée. Bien sûr, tout cela reste à l’état d’hypothèse.

208 Date où, selon Salluste, la souveraineté de Bocchus sur les Maures est totale : Salluste, Jugurtha, XIX, 7.

209 Plutarque, Sertorius, IX, 4.

210 Payen, 2002, pp. 103-104.

211 Callegarin, 2002, p. 15, n. 22.

212 Raisons déjà invoquées par Plutarque : voir Plutarque, Sertorius, IX, 3.

213 Ibid., 4.

214 Ibid., 5.

215 C’est là la raison avancée par Plutarque. Cette aide de Sylla à Ascalis surprend quelque peu si l’on maintient l’hypothèse qu’Ascalis n’est pas un parent ou un vassal de Bogud, mais plutôt un prétendant séditieux à la couronne du défunt Bocchus, ami et allié du peuple romain. Pour résoudre cette incohérence, on est tenté de voir dans cette aide, apparemment tardive pour Ascalis qui cherche à regagner son trône depuis plusieurs mois, une volonté de régler enfin le problème sertorien qui s’étend déjà aux royaumes maures : voir Callegarin, 2002, p. 16, n. 26.

216 Plutarque, Sertorius, IX, 5.

217 Florus, 3, 7 ; Cicéron, Verrines, 2, 1, 31 ; 2, 4, 10. Voir Broughton, 1952, pp. 87, 99.

218 Callegarin, 2002, p. 16.

219 Pour une recension récente de la discussion paléographique, voir Konrad, 1994, p. 112.

220 Voir Gsell, 1928a, p. 272, le premier à faire le rapprochement entre ces deux personnages : auparavant Mommsen, 1856, III, p. 20 faisait plutôt venir ce Paccianus d’Afrique.

221 Plutarque, Crassus, IV, 1 ; Ozanam, Hartog, 2001, p. 1010, n. 19. En 87, son frère aurait été assassiné et son père (consul en 97) se serait alors donné la mort : Broughton, 1952, pp. 2, 50.

222 Voir Cadiou, 2008, p. 117 et n. 177-179 pour la discussion sur ces dates.

223 Plutarque, Crassus, IV, 2-4.

224 Toujours selon Plutarque, Fénestella — annaliste de l’époque d’Auguste — aurait lui-même rencontré, alors qu’elle était très âgée, une des esclaves envoyées par Pac(c)iacus pour servir de concubine à Crassus. Cette anecdote, vraisemblable mais un peu douteuse au vu de la chronologie, sert surtout de « petit fait vrai » pour augmenter la crédibilité du récit de la grotte de Crassus.

225 Ibid., VI, 1-2.

226 Caballos Rufino, 1989, pp. 247-250, avec toute la bibliographie antérieure.

227 Les Vibii sont présents sur trois émissions monétaires datées de 65, 55 et 50 av. J.-C. : voir Chaves Tristán, 1979, ém. 18A, 20A (séries a et b) et 21A ; Caballos Rufino, 1989, p. 249.

228 Cordoue, CIL, II2/7, 372 : -- [Pa]ciaec[ae---] / [Vib?]ius Pa[ciaecus ---], début ier siècle apr. J.-C. ; Cordoue, CIL, II2/7, 438 : Cleobis /
Paciaecae (seruus ?)/
annor(um) VI hic /
s(itus) e(st) s(it) t(ibi) t(erra) l(euis), fin ier siècle apr. J.-C. (d’après la paléographie).

229 Sur cette grotte-sanctuaire, voir en dernier lieu Gutiérrez et alii, 2012, pp. 303-381.

230 Badian, 1958, p. 308 ; Knapp, 1983, p. 20 ; Caballos Rufino, 1989, nos 3 et 10 ; González Román, Marín Díaz, 1994, pp. 310-311 ; Hernández Fernández, 1998, pp. 167-175.

231 Pseudo-César, Guerre d’Espagne, III, 3-9.

232 Cicéron, Ad Atticum, 12, 2, 1 ; id., Ad Familiares, 6, 18, 2.

233 RE (1942), 18, 2, col. 2061, art. F. Münzer, suivi par la bibliographie postérieure, notamment Caballos Rufino, 1989, nos 3 et 10 ; González Román, Marín Díaz, 1994, pp. 310-311 ; Hernández Fernández, 1998, pp. 167-175.

234 Le Roux, 1995b, p. 91 ; Cadiou, 2008, pp. 656-657.

235 « eius prouinciae notum et non parum scientem » (pseudo-César, Guerre d’Espagne, III, 3-9).

236 L. Vibius Atticus prétend notamment que Cn. Pompée est réfugié aux Baléares, ce que Cicéron met en doute (Cicéron, Ad Atticum, 12, 2, 1) et il informe César sur le nombre des troupes pompéiennes en 45 (id., Ad Familiares, 6, 18, 2).

237 Plutarque, Crassus, VI, 1-2.

238 Caballos Rufino, 1989, pp. 247-250 (248).

239 Plutarque, Crassus, VI, 1. Voir Badian, 1958, pp. 266-267.

240 Plutarque, Crassus, IV, 2-4 : Pac(c)iacus a été le seul client des Licinii à aider Crassus avant la mort de Cinna en 84. Ce soutien pendant la période des proscriptions, traumatisme fédérateur du parti syllanien, a dû être connu à Rome, où l’anecdote de la grotte circulait encore pendant la période augustéenne : Ozanam, Hartog, 2001, p. 1011, n. 20.

241 Caballos Rufino, 1989, p. 248 ; Hernández Fernández, 1998, pp. 174-176.

242 Cadiou, 2008, p. 121, n. 198 et p. 624, n. 60.

243 « συμβαλὼν ὁ Σερτώριος τὸν μὲν Πακκιανὸν ἀπέκτεινε, τὴν δὲ στρατιὰν κρατήσας προσηγάγετο » (« Sertorius engagea le combat contre lui, le tua et, une fois vainqueur, attira à lui les troupes de son adversaire » [Plutarque, Sertorius, IX, 5 ; trad. Ozanam, Hartog, 2001, p. 1061]).

244 Hernández Fernández, 1998, p. 165.

245 Plutarque, Sertorius, IX, 11.

246 Payen, 2002.

247 Sur la fides, voir en premier lieu Piganiol, 1950.

248 Comme les conditions exigées des ennemis vaincus, comme la destruction de Carthage et son déplacement à 80 stades de la mer voulu par l’ambassade romaine de 149 (Florus, I, 35 ; Appien, Histoire romaine, t. IV, livre VIII, Le livre africain, 83). Sur ce dernier épisode, voir Heurgon, 1976, pp. 449-450.

249 Polybe, XXI, 2, 4, 10 ; trad. Roussel, Hartog, 2003, p. 1017.

250 Par exemple, Polybe, XXXVI, 4, 1-3 : cette soumission correspond très imparfaitement au grec pístis, mais davantage à epitropè : voir Roussel, Hartog, 2003, p. 1304, n. 7.

251 La deditio in fidem des Mamertins et des Sagontins, dont l’existence est problématique dans le second cas, est invoquée pour justifier les interventions romaines à l’origine des deux premières guerres puniques : Badian, 1958, pp. 35, 50-51.

252 Piganiol, 1950, pp. 342-343 ; Boyancé, 1972 ; Roussel, Hartog, 2003, p. 1304, n. 8.

253 Salinas de Frías, 2001.

254 Ozanam, Hartog, 2001, p. 1062, n. 51.

255 Polybe, dans la suite du passage précédemment évoqué, montre d’ailleurs l’échec des négociations entre les Étoliens, qui essaient d’obtenir un allégement des conditions de la deditio, et Lucius Scipion, qui ne peut outrepasser le mandat du sénat et changer de sa propre initiative les termes de négociation définis au préalable par les sénateurs romains (Polybe, XXI, 5, 4-6).

256 Payen, 2002, pp. 105-108.

257 Konrad, 1994, p. 115. L’idée ancienne qu’Ascalis, « oligarque syllanien », aurait été détrôné par une révolte « sociale » appuyée par le marianiste Sertorius n’est pas étayée par le récit plutarquien et doit être à notre sens abandonnée (Gózalbes, 1994, p. 287).

258 Je partage entièrement la démonstration de Laurent Callegarin, qui a repris la documentation archéologique des cités maurétaniennes pour évaluer l’ampleur des destructions traditionnellement attribuées à Sertorius, et je cite sa conclusion : « Ainsi, l’épisode africain de Sertorius ne semble pas avoir affecté le territoire maurétanien occidental, ou du moins les traces de destruction relevées sur les différents sites ne semblent pas imputables aux menées sertoriennes en terre maure » (Callegarin, 2002, p. 32).

259 Plutarque, Sertorius, IX, 4.

260 Strabon, XVII, 3, 8 ; Pline l’Ancien, V, 2, 3.

261 García Morá, 1991, p. 52 ; Konrad, 1994, p. 113.

262 Ibid., pp. 113-114.

263 Pailler, 2000, pp. 50-51. Pour l’analyse complète, voir le chap. i de cet ouvrage.

264 Appien, Histoire romaine, t. II, livre VI, L’Ibérique, 66-67.

265 Ibid., 57-58. Ocile, depuis Schulten, a traditionnellement été identifiée à Zilil, aussi appelée Zelis ou Zilis dans les sources, et donc localisée jusque récemment à Asilah. Mais cette hypothèse semble peu établie : le rapprochement linguistique n’est pas évident, et l’identification de Zilil avec la moderne Dchar Jdid est désormais avérée (voir Lenoir, 1987). Il est possible qu’Ocile soit en fait le nom antique de l’actuelle Asilah, entre Tanger et Larache, sans aucune certitude cependant : García Morá, 1991, p. 53.

266 Chic García, 1980 ; Callegarin, 2002, pp. 21-24.

267 Konrad, 1994, p. 117.

268 García Morá, 1991, p. 54.

269 Konrad, 1994, p. 123 ; Payen, 2002, p. 105.

270 García Morá, 1991, p. 54.

271 Plutarque, Sertorius, XXII, 5 ; Tite-Live, Periochae, XCI, fragment 22, l. 15-35. Le titre de proco(n)s(ul) est attesté par des balles de fronde sertoriennes trouvées à Huelva et Salamanque. Sur ces découvertes, voir Konrad, 1994, pp. 87-88 et surtout ELRH, G2-10.

272 Plutarque, Sertorius, XXIV, 3.

273 Les offres de négociation de Sertorius sont repoussées, et sa tête est mise à un prix exorbitant par Metellus (ibid., XXII, 1).

274 « itaque Sertorius, leui praesidio relicto in Mauretania, nactus obscuram noctem, aestu secundo, furtiuaque celeritate, uitare proelium in transgressu conatus est » (« En conséquence Sertorius, après avoir laissé une garnison peu nombreuse en Maurétanie, choisit une nuit obscure ; puis, par une brise favorable, par le secret et la promptitude, il s’efforça d’effectuer sans combat la traversée » [Salluste, Histoires, I, 94]).

275 Plutarque, Sertorius, XII, 2.

276 Callegarin, 2002, p. 21.

277 Plutarque, Sertorius, XII, 3 ; trad. Ozanam, Hartog, 2001, p. 1064.

278 Broughton, 1952, pp. 80, 96.

279 Itinéraire antonin, 407, 2.

280 Sillières, 1988, p. 794 ; Alonso Villalobos, García Vargas, 2003.

281 García Morá, 1991, p. 59.

282 Salluste, Histoires, I, 105.

283 Plutarque, Sertorius, XII, 3-5.

284 Spann, 1987b, p. 306, largement suivi depuis, notamment par García Morá, 1991, p. 59. Konrad rappelle l’existence des deux autres frères de Caius Aurelius Cotta, Marcus, consul en 74, et Lucius, consul en 65 : il pencherait plutôt pour ce dernier, rejoignant ainsi une tradition historiographique plus ancienne. En outre, les Aurelii Cottae ne sont pas les seuls détenteurs de ce cognomen parmi la noblesse romaine : il existe aussi un L. Aurunculeius Cotta, légat de César en Gaule de 58 à 54. Cette hypothèse est cependant peu probable : cette famille est beaucoup moins connue que celle des Aurelii Cottae, Plutarque aurait sans doute précisé le nomen dans le cas d’un Aurunculeius. Voir Konrad, 1994, pp. 128-129.

285 « Transgressos omnis recepit mons Belleia, praceptus a Lusitanis » (Salluste, Histoires, I, 105 ; éd. Maurenbrecher, 1893, I, p. 46).

286 Spann objecte que si le mons Belleia avait servi de point de rencontre entre l’armée de Sertorius et les 4 700 alliés lusitaniens, le seul site de la Silla del Papa n’aurait pas pu héberger autant d’hommes ; il localise donc le mons Belleia dans un point de la sierra de la Plata près de Belo (Spann, 1987, p. 189, n. 5). Mais cette objection tient peu si l’on considère que le territoire de l’oppidum de la Silla del Papa s’étendait bien au-delà de la seule cote 500 (García Morá, 1991, p. 62, n. 62). Les prospections récentes ont montré l’importance de cette agglomération phénicienne, qui pourrait bien correspondre à la Belo protohistorique avant le transfert de la population sur le littoral, sur le site de la future Baelo Claudia ; ce déplacement pourrait être une punition consécutive au soutien apporté à Sertorius, d’après l’hypothèse formulée notamment par Sillières (1995, pp. 52, 70) et reprise récemment par les dernières recherches : Moret et alii, 2008, 2017, ainsi que Moret, Prados Martínez, 2014.

287 L’équipe et le projet Archeostraits sont présentés sur le site de l’université de Toulouse II : http://blogs.univ-tlse2.fr/archeostraits/category/silla-del-papa.

288 Plutarque, Sertorius, XII, 2 ; trad. Flacelière, Chambry, 1973, p. 24 : la traduction de R. Flacelière est ici préférée car celle d’A.-M. Ozanam, qui traduit « parmi lesquels 700 Libyens d’origines diverses » et fait donc porter le caractère mélangé des origines sur le seul groupe des Libyens, semble légèrement erronée (Ozanam, Hartog, 2001, p. 1064). En effet, il faut comprendre le participe summíktos au datif comme se rapportant aux 2 600 hommes « mélangés à, unis à » 700 Libyens, et non comme un qualificatif des Libyens qui signifierait « d’origines diverses ». La controverse sur ce point est ancienne, puisque déjà Mommsen et Schulten ont tenu des positions différentes : Mommsen était partisan de l’inclusion des Libyens dans l’ensemble des pseudo-Romains alors que Schulten considérait qu’il existait deux groupes distincts (Mommsen, 1856, III, 20 ; Schulten, 1949, pp. 76-77). L’analyse de Konrad, qui a repris les occurrences de summíktos chez Plutarque, montre que ce participe, surtout suivi de , a une valeur d’opposition nette entre deux groupes hétérogènes. Or, si les Libyens sont « d’origines diverses », le contraste avec des Romains dont l’identité est elle-même douteuse est peu évident. En revanche, si les Libyens sont « mélangés à » ces hommes que Sertorius désigne comme Romains, l’opposition entre le discours du général et l’origine réelle de ses « Romains », en fait des Italiens mêlés à des alliés maures ou numides, est patente : voir Konrad, 1994, p. 126, suivi par Cadiou, 2008, pp. 120-121.

289 Peut-être venus le rejoindre sur le mons Belleia cité par Salluste ?

290 Plutarque, Sertorius, VII, 3. La remise en question du caractère romain des troupes de Sertorius vient probablement de l’ajout des Libyens, non du fait que cette armée pour une grande part levée en Italie par le chef marianiste ne serait pas considérée comme purement romaine : Cadiou, 2008, pp. 119-121.

291 Plutarque, Sertorius, IX, 5.

292 Cadiou, 2008, p. 624, n. 60.

293 Chaves Tristán et alii, 2000, pp. 1464-1468.

294 Plutarque, Sertorius, XIV, 1.

295 Ibid., XII, 5-7.

296 Sur la localisation de cette cité, d’abord identifiée à l’actuelle Lagos en Algarve, puis située près de Pallantia ou en Lusitanie méridionale, voir García Morá, 1991, pp. 88-90.

297 Plutarque, Sertorius, VII.

298 Ibid., XIII, 8.

299 Ibid., 9.

300 Chic García, 1980.

301 Broughton, 1952, pp. 83, 98.

302 Callegarin, 2002, pp. 33-35.

303 Plutarque, Sertorius, XXI, 10.

304 Callegarin, 2002, p. 27.

305 Rodríguez Neila, 1980, pp. 35-39 ; contra López Castro, 1995, pp. 224-225.

306 Badian, 1958, p. 159 ; Callegarin, 2002, p. 25.

307 Sur le traité gaditain et les Balbi, voir ci-dessous.

308 Salluste, Histoires, II, 28.

309 Tite-Live, Periochae, XCI ; Florus, II, 10, 7 ; Frontin, II, 2, 5 ; Orose, V, 23, 12.

310 Étienne, 1958, pp. 98-99, 101-104.

311 Valère Maxime, IX, 1, 5 ; Plutarque, Sertorius, XXII, 2-4. Voir le commentaire d’Étienne, 1958, p. 104 : « Ne vaut-il pas mieux analyser le mécanisme de cet accueil, en comprendre les rites pour s’apercevoir en fin de compte, qu’à part le mot, le culte impérial est né en Bétique à cette occasion ? »

312 Le couronnement par des Victoires descendues du ciel était un procédé couramment utilisé dans le théâtre de Pergame, pour honorer les souverains attalides lors des représentations. Plutarque raconte d’ailleurs comment en 88, Mithridate, honoré de la même manière, voit le mécanisme se briser et la couronne tomber à terre : Plutarque, Sylla, XI, 1-2. Voir Coarelli, 1997, pp. 112-113.

313 Voir Thouvenot, 1940, p. 136 ; Rodríguez Adrados, 1946, pp. 186-200 ; García Morá, 1994, p. 284.

314 Étienne, 1958, p. 105.

315 Salluste, Histoires, II, 70, 1.

316 Plutarque, Sertorius, XXII, 4.

317 « in horrida et bellicosa prouincia » (Valère Maxime, IX, 1, 5).

318 Plutarque, Sertorius, XXII, 5 ; XIII, 1-3.

319 Salluste, Histoires, II, 70.

320 Pour plus de détails sur ces mets maurétaniens, ces « volatiles ultramarins » servis à Metellus et les réseaux locaux d’approvisionnement, voir Bernard, à paraître.

321 Plutarque, Sertorius, IX, 5.

322 L’alliance de Sertorius avec les pirates ciliciens ou les Lusitaniens, ennemis traditionnels des cités de la rive gauche du Guadalquivir et des littoraux atlantique et méditerranéen, a dû peser dans le choix des élites marchandes de Gadès ou Cordoue de rallier les généraux syllaniens : Callegarin, 2002, pp. 22-28.

323 Plutarque, Sylla, XI, 1-2.

324 Coarelli, 1997, pp. 111-112.

325 Étienne, 1958, p. 105.

326 Sur ces stratégies de « jeu sur les deux tableaux », voir les cas des Ilergètes ou de Bocchus l’Ancien.

327 Les sources littéraires n’y font pas référence. Sur l’éventuel déplacement de population infligé à Belo, voir Sillières, 1995, p. 67 ; Moret, Prados Martínez, 2014.

328 Voir Sertorius fuyant Annius ou, après le conflit, les sertoriens cherchant en vain refuge en Maurétanie et massacrés par les Maures.

329 César, Guerre civile, I, 39 et 60.

330 Voir ci-dessous.

331 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 61.

332 Suétone, César, XXXIV, 2.

333 César, Guerre civile, I, 39.

334 Ibid., I, 39, 3 ; I, 43-47 ; II, 18.

335 Ibid., II, 19-20 ; II, 42-43. Voir également Le Bohec, 2004.

336 D’après la chronologie ancienne, mais toujours reprise jusqu’à présent, de Walter Judeich : voir Judeich, 1885, p. 195.

337 César, Guerre civile, II, 25.

338 « Nemo enim aut in prouincia natus, ut uernaculae legionis milites, aut diuturnitate iam factus prouincialis, quo in numero erat secunda legio, non cum omni prouincia consenserat in odio Cassii : nam legionem XXX et XXI paucis mensibus in Italia scriptas Caesar attribuerat Longino ; quinta legio nuper ibi erat confecta » (« Il n’y avait en effet personne natif de la province, tels les soldats de la légion indigène, ni parmi ceux qui par un long séjour étaient devenus provinciaux — la seconde légion était de ce nombre — qui ne fût d’accord avec la province entière pour détester Cassius : car César avait accordé à Cassius Longinus la trentième et la vingt-et-unième légion levées peu de mois avant en Italie ; mais la cinquième avait été formée récemment sur place » [pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 53, 5 ; trad. Andrieu, 1954]).

339 Ibid., p. 48, n. 2, p. 52, n. 2.

340 « Quintam legionem nouam conscribit. Augetur odium et ipso dilectu et sumptu additae legionis. Complentur equitum III milia maximisque ornantur inpensis : nec prouinicae datur ulla requies » (« Il lève une nouvelle légion, la cinquième. La haine s’accroît précisément à cause de cette levée et des dépenses que provoque la légion supplémentaire » [pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 50, 3 ; trad. Andrieu, 1954]).

341 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 52, 1.

342 Ibid., 56, 5, qui narre le passage en revue des légions et des troupes auxiliaires avant la traversée.

343 Sur la tentative de meurtre dont Cassius Longinus est victime à Cordoue à la mi-août 48 et ses conséquences, voir ibid., 52-55, ainsi qu’Amela Valverde, 2002-2003.

344 « Interim L. Titius qui eo tempore, tribunus militum in legione uernacula fuerat, nuntiat eam a legione XXX, quam Q. Cassius legatus simul ducebat, cum ad oppidum Ilipam castra haberet, seditione facta, centurionibus aliquot occisis qui signa non tolli patiebantur, discessisse et ad secundam legionem contendisse quae ad fretum alio itinere ducebatur » (« Sur ces entrefaites L. Titius qui était à cette époque tribun militaire de la légion vernaculaire, annonce que celle-ci s’était séparée de la trentième légion dont le légat Q. Cassius avait aussi le commandement, alors qu’elle campait près de l’oppidum d’Ilipa, et que, après s’être révoltée et avoir tué quelques centurions qui n’avaient pas souffert que l’on enlève de terre les enseignes, elle avait rejoint la seconde légion que l’on menait par un autre chemin vers le détroit » [pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 57, 1 ; trad. Andrieu, 1954, modifiée]).

345 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 53, 5 ; Andrieu, 1954, p. 52, n. 2.

346 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 54, 2 : après avoir été informée de l’attentat dont a été victime Cassius Longinus à Cordoue mi-août 48, la XXXe légion, suivie de la XXIe se mettent en marche pour porter secours à leur général. Par la suite, Cassius Longinus garde avec lui cinq cohortes de la XXXe légion (ibid., 55, 1) ou de la XXIe (ibid., 57, 2), en plus de sa garde personnelle de Berones et d’euocati qui l’a sauvé de l’attentat (ibid., 53, 1), pour se protéger des autres légions susceptibles de l’attaquer.

347 Voir Reddé, 1986, pp. 110-112 pour les effectifs.

348 « il donne mission à des hommes sûrs de tenir prêts du blé et cent navires, de répartir et de faire rentrer des impôts » (pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 51, 3 ; trad. Andrieu, 1954, modifiée).

349 Ibid., 50, 2.

350 Voir le chap. iii de cet ouvrage.

351 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 56 : la nouvelle de la victoire serait parvenue vers la fin août 48, une vingtaine de jours après l’issue de la bataille (9 août).

352 « sanatis uulneribus » (« une fois ses blessures guéries… » [ibid., 56, 3]).

353 Ibid., 52, 2.

354 Ibid., 56, 2.

355 Sur la haine des légions « provinciales » à l’encontre de Cassius Longinus, ibid., 53, 5. La legio Vernacula reste même cantonnée sur ses positions et ne suit pas les autres légions pour porter secours à Cassius Longinus après son attentat à Cordoue, montrant ainsi son plein soutien aux meurtriers : ibid., 54, 3.

356 Ibid., 48, 1.

357 Ibid. : la continuité entre les deux attentats est soulignée par l’auteur, Cassius Longinus se conduisant de la même façon comme imperator que comme questeur dans la province d’Ultérieure.

358 Ibid., 59, 1.

359 Les exactions commises par Cassius Longinus à l’encontre des provinciaux, riches ou pauvres, à l’occasion du rendu de la justice ou concernant les « libéralités » exigées par le légat sont décrites au paragraphe 49 de la Guerre d’Alexandrie et mentionnées en 50, 2 et 56, 3. Voir Andrieu, 1954, pp. 49-50, n. 2.

360 Sur les exactions de Varron et l’abandon par ses légions, en premier lieu la legio Vernacula : César, Guerre civile, II, 18, 19, 1-4 et 20, 4. Voir Roldán Hervas, 1974, p. 123.

361 Sa fuite précipitée par mer en plein hiver laisse à penser que sa conscience était loin d’être tranquille : pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 64, 2-3. 

362 Cordier, 2004, p. 317.

363 Dion Cassius, XLI, 24, 2.

364 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 50, 3.

365 Un premier don est fait à l’issue de l’expédition contre la cité lusitanienne de Medobriga : ibid., 48, 2. Le légat tient une seconde promesse lors des préparatifs du passage en Maurétanie : ibid., 52, 1.

366 Les paragraphes 52 à 55 du Bellum Alexandrinum citent dix noms : Minucius Silo, le premier exécutant, un client d’un certain L. Racilius, secondé dans sa tâche par Munatius Flaccus, T. Vasius, L. Mercello, L. Licinius Squillus, Calpurnius Salvianus et Manilius Tusculus. Les principaux commanditaires sont, en plus de L. Racilius, L. Laterensis et Annius Scapula. L’attentat est également décrit par Valère Maxime (Valère Maxime, IX, 4, 2) et Dion Cassius (Dion Cassius, XLII, 15, 1) : voir González Roman, 1978, pp. 135-136 pour l’énumération complète et quelques précisions onomastiques. Il est intéressant de voir quelques gentilices ou cognomina bien connus des conquérants de l’Hispanie républicaine parmi les conjurés, comme un Licinius, un Flaccus ou un Annius : voir Castillo García, 1965, pp. 383-407.

367 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 55, 1.

368 Ibid., 50, 2.

369 Ibid., 52, 4.

370 Minucius Silo, qui porte le premier coup, est un client de L. Laterensis : ibid., 52, 2. Racilius se réfugie dans la maison voisine d’un de ses familiers cordouans : ibid., 53, 3.

371 Après l’attentat, Cassius reprend les préparatifs du départ en organisant un dilectus parmi les chevaliers romains de la province : ibid., 56, 4. Vu le montant des amendes, la plupart des conjurés devaient justement appartenir à l’ordre équestre : González Roman, 1978, p. 136, n. 39.

372 Roldán Hervas, 1974, p. 124.

373 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 53, 4. 

374 L’auteur du Bellum Alexandrinum aggrave à plaisir le portrait au vitriol de Cassius Longinus, accusé d’être encore plus cupide que cruel : « Qui si maxime nocentes sunt multati, tamen periculum uitae dolorque uulnerum pecuniae remissus crudelitatem cum auaritia certasse significabat » (« Si ces hommes, quoique grands coupables, ne furent frappés que d’une amende, cela n’empêche qu’en subordonnant à de l’argent le péril de sa vie et la souffrance de ses blessures, il révélait le combat que s’étaient livré sa cruauté et sa cupidité » [ibid., 55, 5 ; trad. Andrieu, 1954]).

375 Valère Maxime, IX, 4, 2.

376 « Equitum autem Romanorum dilectum instituit : quos ex omnibus conuentibus colonisque conscriptos transmarina militia perterritos ad sacramenti redemptionem uocabat » (« D’autre part, il fait une levée de chevaliers romains qui, ainsi recensés dans tous les conuentus et toutes les colonies, redoutant par-dessus tout de servir outre-mer, sont invités à se racheter du service » [pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 56, 4 ; trad. Andrieu, 1954, modifiée]).

377 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 57, 3.

378 Ibid., 57, 5.

379 « Paucis diebus adfertur conuentum Cordubensem ab eo defecisse Marcellumque aut uoluntate aut necessitate adductum (namque id uarie nuntiabatur) consentire cum Cordubensibus ; duae cohortes legionis V, quae fuerant Cordubae in praesidio, idem facere » (« Quelques jours après [après l’envoi par Cassius Longinus de son questeur Marcellus à Cordoue], on lui apprend que la communauté de Cordoue avait fait défection et que Marcellus, obéissant soit à son propre mouvement, soit à la contrainte (les rapports différaient sur ce point), étaient d’accord avec les Cordouans ; deux cohortes de la Ve légion qui étaient en garnison à Cordoue, avaient fait de même » [ibid., 57, 5 ; trad. Andrieu, 1954]).

380 Lors de l’attentat contre Cassius Longinus, les Cordouans se portent en masse devant T. Thorius, premier chef désigné par les mutins qui se réclament alors de Pompée, pour le supplier de ne pas piller la ville (pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 58, 4). La population civile de Cordoue — qui se porte au complet, hommes, femmes et enfants en ambassade devant T. Thorius — est prise entre le marteau et l’enclume : elle est majoritairement favorable à César, contrairement aux auteurs de l’attentat, citoyens d’Italica et pompéiens. Cependant, l’attentat contre le légat a été commis sur son territoire. Elle encourt donc à la fois la vengeance de Cassius Longinus comme celle des conjurés, car elle ne veut pas se rallier à leur camp.

381 « nomen Pompei ex scutis deterserunt, Marcellum qui se Caesaris causam defensurum profitebatur, ducem adsciuerunt praetoremque appellarunt et conuentum sibi adiunxerunt castraque ad Cordubam posuerunt » (« ils [les mutins] effacèrent de leur bouclier le nom de Pompée, prirent pour chef Marcellus qui se déclarait prêt à défendre la cause de César, lui donnèrent le titre de préteur, s’unirent à la communauté et établirent leur camp près de Cordoue » [ibid., 59, 1 ; trad. Andrieu, 1954]).

382 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 59, 2. 

383 Ibid., 63 ; Allély, 2004, pp. 49-52.

384 Roldán Hervas, 1974, pp. 123-124.

385 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 63, 5-6. 

386 « Sub idem tempus Trebonius proconsul ad prouincia obtinendam uenit » (« Vers la même époque [départ de Cassius pour Carmona], Trebonius arriva pour gouverner la province comme proconsul » [ibid., 64, 2 ; trad. Andrieu, 1954]). Il s’agit cette fois d’une obtention légale de province, qui met fin à la période des légats désignés par les imperatores : voir Cordier, 2004, pp. 317-319.

387 Pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 64, 2.

388 Ibid., 64, 3. Sur le mare clausum, voir le chap. i de cet ouvrage.

389 Gózalbes, 1993, pp. 289-291.

390 Les auteurs de l’attentat contre Cassius Longinus à Cordoue sont en majorité d’Italica, comme T. Thorius, commandant de la legio Vernacula acclamé comme chef par les mutins : pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 52, 4 ; 57, 3.

391 « πρὸς δὲ δὴ τοῦ Καίσαρος, τῶν τε ἐν τῇ πόλει, αἰτίαν εἶχε, καὶ πολέμιος ἀπεδείχθη ὅ τε Βόκχος καὶ ὁ Βογούας, βασιλῆς, ὅτι ἐχθροὶ αὐτῷ ἦσαν, ὠνομάσθησαν. » (« Mais César et les sénateurs qui étaient restés à Rome le [Juba] déclarèrent criminel et ennemi public, tandis qu’ils donnèrent le nom de roi à Bocchus et à Bogud, ennemis de Pompée » [Dion Cassius, XLI, 42, 7]). Juba vient de tuer Curion, légat de César, près d’Utique, et les sénateurs exilés auprès de Pompée le reconnaissent comme roi. Par mesure de rétorsion, les souverains maures, Bogud et Bocchus, tous deux philocésariens, sont décrétés rois par les sénateurs restés à Rome.

392 Strabon, VIII, 4, 3 ; Dion Cassius, L, 11, 3.

393 Orose, Contre les païens, V, 21, 14.

394 Voir Généalogie et répartition des rois maures, b, dans cet ouvrage. Pour Gózalbes, 1993, pp. 287-288, il ne semble y avoir qu’un seul Bogud. Pourtant l’historiographie, depuis Gsell, 1928a, pp. 273-274, et à l’exception de Berthier, 1981, p. 81, n. 2, a bien distingué ces deux souverains, sans doute des parents proches, voire un père et un fils. Voir la notice « Bogud » de G. Camps dans l’Encyclopédie berbère, 1991, pp. 1546-1548.

395 L’idée de cette relation de fraternité entre Bocchus et Bogud est présente depuis Müller, 1860, 3, p. 87. Cependant, comme le faisait déjà remarquer Gsell, 1928a, p. 274, il n’est pas certain que ces rois fussent frères : aucune source littéraire ne le mentionne, et le nom du père de Bogud ne figure pas sur son monnayage. L’arbre généalogique de Camps dans l’Encyclopédie berbère, 1991, p. 1547, abondamment repris, a ancré dans les esprits cette fraternité qui n’est que supposée. Voir Alexandropoulos, 2007, p. 206, n. 2 ; et l’arbre généalogique (hypothèse b) représenté dans cet ouvrage.

396 « De reliquis rebus ad senatum refertur : tota Italia dilectus habeatur ; Faustus Sylla pro praetore in Mauretaniam mittatur ; pecunia uti es aerario Pompeio detur » (« Pour les autres questions, les propositions suivantes sont présentées au sénat : une levée sera faite dans toute l’Italie ; Faustus Sylla sera envoyé comme propréteur en Maurétanie ; Pompée sera autorisé à prendre de l’argent dans le trésor public » [César, Guerre civile, I, 1, 6, 3 ; trad. Fabre, 1936]).

397 « Audierat Pompeium per Mauretaniam cum legionibus iter in Hispaniam facere confestimque esse uenturum. Simul a tribunes militum centurionibusque mutuas pecunias sumpsit ; has exercitui distribuit. Quo facto, duas res consecutus est, quod pignore animos centurionum deuinxit et largitione militum uoluntates redemit » (« Il avait entendu dire que Pompée, par la Maurétanie, se dirigeait vers l’Espagne avec ses légions et allait arriver incessamment. En même temps, il emprunta aux tribuns des soldats et aux centurions de l’argent, qu’il distribua à son armée. Ce faisant, il obtint deux avantages : le gage qu’il avait pris lia à lui les centurions et sa générosité lui acquit la faveur des soldats » [César, Guerre civile, I, 49, 3-4 ; trad. Fabre, 1936]).

398 « Magna celeriter commutatio rerum : perfecto ponte, magnis quinque ciuitatibus ad amicitiam adiunctis, expedita re frumentaria, extinctis rumoribus de auxiliis legionum quae cum Pompeio per Mauretaniam uenire dicebantur, multae longinquiores ciuitates ab Afranio desciscunt et Caesaris amicitiam sequuntur » (« Bien vite, grand changement dans la situation : achèvement du pont, alliance de cinq grandes cités, aisance du ravitaillement, disparition des bruits touchant les légions de renfort que l’on disait venir avec Pompée par la Maurétanie, tout cela fait que beaucoup de cités plus éloignées abandonnent Afranius et se rangent dans l’alliance de César » [César, Guerre civile, I, 60, 5 ; trad. Fabre, 1936]).

399 César, Guerre civile, II, 25, 1-7. Voir Berthier, 1981, pp. 82-83.

400 Pour une explication de cette datation, qui n’est donnée que par Dion Cassius, mais qui semble pertinente, voir Diouron, 1999, p. 23, n. 24.

401 Dion Cassius, XLIII, 3, 1-2.

402 Ibid. ; pseudo-César, Guerre d’Afrique, XXIV, 2.

403 Dion Cassius, XLIII, 3, 2.

404 Ibid., XXIX, 1-2.

405 L’étape maurétanienne n’est donnée que par le corpus césarien. Dion Cassius ne la mentionne pas, mais elle est possible : le récit césarien est certes défavorable à Cn. Pompée, mais n’irait pas jusqu’à inventer une défaite militaire de toutes pièces.

406 D’après Drumann, 1899-1928, 4, pp. 560, 562, la naissance de Cneus aurait lieu entre 80 et 76. Voir Diouron, 1999, pp. 22-23, n. 21, pour le rappel de la bibliographie sur la question.

407 Pseudo-César, Guerre d’Afrique, XXII, 1-5. Pompée le Grand, dans ce discours offensif de Caton, est d’ailleurs appelé deux fois adulescentulus pour souligner le contraste entre son jeune âge et l’importance des services rendus à la République. La reprise du même diminutif pour Cn. Pompée souligne l’ironie de l’auteur du Bellum Africum, qui oppose l’incompétence et l’impréparation militaire du fils à la capacité stratégique de son père et de César : voir Militerni Della Morte, 1996, p. 30.

408 Gsell, 1928b, p. 46.

409 Ibid. La racine Rus- ne ferait en effet pas partie du radical ; on trouve par ailleurs un évêché Ausuccurensis en Numidie : Mandouze, 1982, p. 322.

410 Gsell, 1928b, p. 46.

411 Dion Cassius, XLIII, 30, 3.

412 « quarta fuit Afraniana ex Africa quam secum adduxerat » (« et une quatrième [légion], celle d’Afranius que Pompée avait ramenée d’Afrique avec lui » [pseudo-César, Guerre d’Espagne, VII, 4]).

413 Dion Cassius, XLII, 56, 4 ; voir également Amela Valverde, 2003, pp. 211-225.

414 García Riaza, 2003, p. 78.

415 Dion Cassius, XLIII, 29.

416 À la fin de l’année 47, alors que Cn. Pompée vogue vers l’Hispanie, P. Sittius, avec l’aide du roi de Maurétanie orientale Bocchus II, prend à revers la Numidie de Juba, occupé à combattre César en Afrique. Voir pseudo-César, Guerre d’Afrique, XXIV, 2.

417 L’emplacement de cette fameuse bataille a fait l’objet depuis plus de deux siècles d’un débat nourri dont il est impossible de rendre compte ici. Les deux dernières hypothèses en date consistent à localiser Munda soit dans les environs de Montilla, soit dans ceux d’Osuna, l’antique Vrso. Pour une reprise des données du problème et de la bibliographie sur cette question, voir Diouron, 1999, pp. 116-119.

418 Dion Cassius, XLIII, 36, 1.

419 « Les deux camps avaient en plus de leurs combattants citoyens et étrangers beaucoup de gens du pays et de Maures. Bocchus avait envoyé ses fils à Pompée, et Bogud en personne faisait campagne avec César. Mais c’était toujours une lutte uniquement entre Romains, et non entre eux et d’autres peuples » (ibid.).

420 À Thapsus, les troupes de Bocchus interviennent efficacement aux côtés des césariens (AppienGuerres civiles, II, 96).

421 Gsell, 1928b, p. 157.

422 AppienHistoire romaine, t. XI, livre XVI, Guerres civiles, livre IV, 54.

423 Dion Cassius, XLIII, 4, 6.

424 Pour un exemple des difficultés entre les souverains africains indépendants et les populares romains favorables à une tradition marianiste de redistribution des profits de l’ager publicus, voir les démêlés du roi numide Hiempsal et de son fils Juba avec des proches de César. Le prince Juba est dépêché par son père à Rome en 61 av. J.-C. au moment du projet de loi agraire de Servilius Rullus, afin d’obtenir la conservation (par exclusion de la vente prévue) des terres de l’ager publicus détenues par le souverain numide dans la province d’Afrique (Cicéron, Sur la loi agraire, 1, 4, 10 et 2, 22, 58-59). Devenu roi, Juba doit également réagir en 50 av. J.-C. lors de la proposition faite par Curion d’annexion de son royaume pour y lotir des vétérans (César, Guerre civile, II, 25, 4 ; Dion Cassius, XLVI, 41, 3 ; Lucain, Pharsale, IV, vv. 689-691). Voir Gsell, 1928a, pp. 78, 80, 295 ; Amela Valverde, 2000, p. 256.

425 Callegarin, 1999, pp. 476-477.

426 Cirta, Rusiccade, Mileu et Chullu : Pline l’Ancien, IV, 22.

427 Amela Valverde, 2000, p. 258.

428 Diouron, 1999, pp. 42, 44-45.

429 Velleius Paterculus, II, 55 ; Frontin, II, 8, 13 ; Plutarque, César, XLVI, 2, 4 ; Florus, II, 13, 84 ; AppienGuerres civiles, II, 104. Seul le Bellum Hispaniense n’en fait pas état.

430 Dion Cassius, XLIII, 36, 1 et 38, 2.

431 Eunoé, femme de Bogud, aurait même été la maîtresse de César, qui aurait couvert le couple royal maure de cadeaux si l’on en croit Suétone : Suétone, Vie de César, LII, 1.

432 Dion Cassius, XLIII, 38, 2.

433 Florus, II, 13, 83.

434 Pseudo-César, Guerre d’Espagne, XXXI, 2-8.

435 Diouron, 1999, pp. 57-59.

436 Ibid., p. 57, n. 125.

437 Klotz, 1909, pp. 563-564.

438 Diouron, 1999, p. 126 ; Ferreiro López, 1988, pp. 344, 744, n. 740.

439 Voir ci-dessus l’épisode du rejet de Cassius Longinus ou le soutien des cités hispaniques à Cn. Pompée.

440 Amela Valverde, 2003, pp. 208-212 : il est à noter que si la répression des partisans individuels est immédiate, la punition des communautés civiques, souvent plus longue, n’a quelquefois pas pu être menée à bien avant la mort de César.

441 AppienHistoire romaine, t. XI, livre XVI, Guerres civiles, livre IV, 54.

442 Cicéron, Ad Familiares, X, 30.

443 Lettre de Pollion à Cicéron : ibid., 32, 1.

444 Sur les Cornelii Balbi de Gadès et sur cet épisode, voir Des Boscs-Plateaux, 1994, pp. 32, 34 ; Rodríguez Neila, 2006, pp. 131-184 ; Pina Polo, 2011, pp. 189-203.

445 Sur Asinius Pollion, personnage clé de la fin du ier siècle av. J.-C., notamment en Hispanie, voir Amela Valverde, 2001, pp. 99-100 ; Edmonson, 2014, p. 292.

446 Gsell, 1928b, p. 199.

447 AppienHistoire romaine, t. XII, livre XVII, Guerres civiles, livre V, 26, 4.

448 Gsell, 1928b, p. 199.

449 AppienHistoire romaine, t. XI, livre XVI, Guerres civiles, livre IV, 54 ; Gsell, 1928b, p. 193.

450 On peut se demander si l’intervention décrite par Appien en 41 et celle relatée par Dion Cassius ne sont pas, en fait, une seule et même opération. Cependant, les deux récits se contredisent sur la date (41 pour Appien, 38 pour Dion Cassius), l’auteur (Bocchus ou Bogud) et l’instigateur (Lucius Antonius ou Antoine lui-même). Devant ces divergences importantes, je préfère distinguer ces deux opérations, sachant que le récit de Dion Cassius, beaucoup plus détaillé et très cohérent, incite à davantage de confiance.

451 Gsell, 1928b, p. 200.

452 « Ἐν τοῖς Γαδείροις καὶ τόδε συνέτυχεν. Βόγος ἦν βασιλεὺς Μαυρουσίων ὁ ἐν Μεθώνῃ σφαγεὶς ὑπ’ Ἀγρίππα·οὗτος ἐπεχείρησεν τῷ Ἡρακλείῳ πλουσιωτάτῳ ὄντι ἱερῷ. » (« Voici ce qui arriva près du détroit de Gadès : “Bogus roi des Maurétaniens, qui fut tué à Méthone par Agrippa, avait assiégé le temple d’Hercule qui est très riche.” » [Porphyre, De l’abstinence, I, 25, 4]).

453 Ibid., 7-11.

454 Dion Cassius, XLVIII, 45, 1-3.

455 « Τῆς γὰρ πολιορκίας ἐγχρονιζομένης » (« le siège s’éternisant » [Porphyre, De l’abstinence, I, 25, 7]).

456 Voir ci-dessus.

457 Dion Cassius, XLVIII, 45, 3 : voir le chap. iii de cet ouvrage.

458 Roddaz, 2002, p. 202.

459 Voir ci-dessous.

460 Sur le royaume jubéen, voir ci-dessous.

461 Desanges, 1957 ; Des Boscs-Plateaux, 1994, p. 34 ; Roddaz, 2002, p. 204.

462 Dion Cassius, XVII, fr. 57, 53-56.

463 Voir Blázquez, 1967, pp. 29-30 ; López Pardo, 1988, pp. 741-784.

464 Pour la définition donnée à cette expression, voir le chap. iii de cet ouvrage.

Table des illustrations

Titre Carte 4. — Les alliés d’Hannibal en 218
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4379/img-1.png
Fichier image/png, 106k
Titre Carte 5. — Sertorius en Extrême Occident
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4379/img-2.png
Fichier image/png, 104k
Titre Généalogie et répartition des rois maures
Légende a. — Hypothèse ancienne de Stéphane Gsell ; b. — Hypothèse de Gabriel Camps, amendée
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4379/img-3.png
Fichier image/png, 80k
Titre Carte 6. — Les royaumes maures et numides en 49 av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4379/img-4.png
Fichier image/png, 99k

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site