Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nec plus ultra

 | 
Gwladys Bernard

Introduction

Nec plus ultra

Définitions et enjeux

Texte intégral

À Michèle Bernard de Alonso, In memoriam

  • 1 « quando venimmo a quella force stretta, / ov’Ercole segno li suoi riguardi, / accioché l’uom’ piu (...)
  • 2 Strabon, III, 5, 5-6.
  • 3 Lucien, Histoires vraies, I, 5-7.

1Nec plus ultra. « Et pas au-delà. » D’après la tradition savante, ces mots auraient orné les colonnes élevées par Héraclès sur les rives du détroit de Gibraltar, à l’extrémité occidentale du monde méditerranéen, pour marquer les limites de la domination humaine. Cette locution n’est en fait pas directement extraite de la littérature ancienne, mais des relectures renaissantes de Dante, lui-même héritier d’une longue tradition géographique et poétique1. Strabon, qui publie sa Géographie au début du ier siècle apr. J.-C., affirme que les colonnes d’Héraclès sont des monuments situés sur les rives du détroit de Gibraltar — des colonnes gravées, des tourelles ou des inscriptions — qui indiquaient le terme des voyages d’Héraclès en Extrême Occident et qui ont disparu avec le passage du temps2. Lucien de Samosate, un rhéteur d’origine syrienne qui écrit dans les années 150 ou 160 apr. J.-C., entreprend un récit de voyage complètement imaginaire, paradoxalement intitulé Histoires vraies : le narrateur et ses compagnons partent des colonnes d’Hercule pour essayer de traverser l’Océan circumterrestre3. Après une tempête et quatre-vingts jours de navigation, ils abordent dans une île sur laquelle une stélè, une colonne ou une stèle, est dressée : elle porte une inscription grecque quasiment effacée sur laquelle on peut lire « Jusqu’ici sont allés Héraclès et Dionysos ». Au iie siècle, les colonnes d’Hercule sont donc des bornes, des témoins de l’avancée maximale du héros dans le monde atlantique ; les franchir pour s’avancer dans l’Océan n’est pas interdit, mais est considéré comme au-delà des possibilités humaines.

  • 4 Rosenthal, 1971, pp. 204-228.
  • 5 L’usage d’une majuscule à l’initiale d’empire (ou Empire) romain fait débat : ici, sur le modèle d (...)

2Quatorze siècles plus tard, l’entourage de Charles Quint, soucieux d’étayer la politique impériale et de célébrer la grandeur du monarque, lui-même descendant d’Hercule, aurait forgé cette expression de nec plus ultra en reprenant le mythe géographique de la création des colonnes d’Hercule et cette légende des colonnes inscrites. La devise du souverain, le conquérant du monde atlantique, devint donc le fameux Plus oultre, ou Plus ultra, aujourd’hui encore devise nationale de l’Espagne4. Ce choix marquait le dépassement symbolique de l’aïeul mythologique et fondait la grandeur de l’Empire espagnol, héritier direct de l’Empire romain5. La péninsule Ibérique, ancienne possession extrême-occidentale de Rome, devenait le centre d’un nouvel empire étendu sur l’Atlantique, l’au-delà des colonnes d’Hercule. Les cités rivales Séville et Cadix, attachées à légitimer leur attrait concurrent vers le Nouveau Monde, choisirent toutes deux comme emblème les colonnes entrelacées d’un bandeau sur lequel figurait cette expression Plus Vltra. Cette image des colonnes entrelacées, frappée au revers des monnaies espagnoles qui circulaient dans les Amériques, aurait même inspiré le symbole du dollar.

3Cette création symbolique, tirée de mythes anciens et revendiquant l’héritage impérial de Rome, montre à la fois la prégnance idéologique du modèle de l’Imperium romanum comme la réappropriation par les Espagnols des fantasmes attachés à l’Extrême Occident, terres de confins devenues à la Renaissance centre d’une nouvelle construction impériale. Le détroit de Gibraltar, cette charnière entre deux mers et deux continents, représente donc un repère symbolique essentiel dans la construction idéologique des empires de l’Occident méditerranéen. La référence aux colonnes d’Hercule est un passage obligé pour tout souverain qui se donne l’Empire romain comme source d’inspiration et comme horizon de conquête. L’image du héros antique et de ses exploits accomplis en Extrême Occident, aux « Portes du Soir », s’impose à tout pouvoir qui tend à dépasser les bornes du monde connu et à imposer un nouveau nec plus ultra.

4Cette expression latine de nec plus ultra, devenue un emblème et un symbole d’horizon à atteindre pour les empires méditerranéens, invite donc à se pencher sur la perception romaine des espaces de la Méditerranée extrême-occidentale. En effet, l’enjeu est de comprendre pourquoi et comment le détroit de Gibraltar, cette double charnière entre l’Europe et l’Afrique et entre la Méditerranée et l’Atlantique, est devenu la limite de l’expansion romaine. En d’autres termes, il s’agit d’envisager l’intégration politique des confins extrêmes-occidentaux de la Méditerranée dans l’empire romain, de la deuxième guerre punique (218-202 av. J.-C.) au règne de Dioclétien (284-305 apr. J.-C.). La deuxième guerre punique entraîne Rome dans la longue conquête de la péninsule Ibérique et met pour la première fois les Romains en contact avec les rois maures : les espaces ibériques et maurétaniens entrent ainsi dans le jeu politique de Rome. Cinq siècles plus tard, après la provincialisation progressive de ces territoires conquis à des dates diverses, Dioclétien entame une réorganisation administrative de l’Empire, qui aboutit au début du ive siècle à la création de vastes ensembles de provinces, les diocèses. Le diocèse des Espagnes regroupe les sept provinces ibériques et la Maurétanie tingitane : les deux rives du détroit de Gibraltar sont regroupées dans un même cadre administratif, sous la responsabilité du même représentant de l’autorité impériale.

  • 6 Voir Hurlet, 2014, pp. 13-33.

5Ce large arc chronologique choisi englobe volontairement deux régimes politiques distincts, deux périodes traditionnellement étudiées de façon séparée : les deux derniers siècles de la République et les trois premiers du Principat. Cette séparation académique entre « République tardive » et la période appelée jusqu’à une époque assez récente « Haut-Empire » a tendance à scinder de façon assez artificielle et à opposer diamétralement deux régimes politiques que les contemporains envisageaient dans la continuité de la res publica6. Cette séparation entre « République » et « Empire » est donc en réalité loin d’être évidente sur le plan scientifique ; en outre, au niveau méthodologique, le passage progressif d’un régime de pouvoir partagé à une monarchie dite « de consensus » ne peut être étudié que si l’on prend en considération ensemble les derniers siècles de la République et les premiers du Principat. D’autre part, ces cinq siècles voient l’entrée progressive des espaces de l’Extrême Occident méditerranéen dans l’empire romain : cette réflexion sur un temps long permet d’analyser la construction lente d’un ensemble politique mouvant, que l’illusion rétrospective a tendance à figer dans une image d’Empire monarchique, uni, puissant et stable. En réalité, pendant cinq cents ans, la nature politique des territoires situés en Extrême Occident a profondément évolué : ces simples zones d’influence romaine en territoire ibère ou maure sont devenues des provinces romaines à la fois distinctes et intégrées dans un vaste ensemble. Ces provinces ibériques et maurétaniennes sont des zones situées aux marges non seulement de l’empire romain, mais aussi du monde connu et habité. Or, pour comprendre la nature d’un Empire, une réflexion sur ses marges, sur les frontières qu’il se fixe et défend, est aussi nécessaire qu’une étude de son centre. En outre, ces marges impériales ont pu jouer un rôle majeur dans la conquête du pouvoir central : l’Extrême Occident représente une opportunité de gloire militaire comme un lieu de refuge prometteur pour les imperatores, ces détenteurs du commandement militaire désireux d’obtenir les pleins pouvoirs à Rome.

6L’une des problématiques centrales de cette étude est donc une réflexion sur la gestion commune d’espaces séparés par une discontinuité géographique : comment imposer et maintenir une même autorité sur deux continents et deux mers ? Cette imposition se fait toujours par l’oscillation entre deux pôles : celui de l’uniformisation des pratiques, des normes, des langues entre des espaces politiquement et culturellement divers, ou au contraire celui de l’adaptation des demandes aux réalités du terrain. On verra donc des alternances entre des phases d’organisation commune de structures uniformes entre les deux rives du détroit de Gibraltar et des périodes au contraire où chaque espace, chaque province, revendique son autonomie et où les relations politiques et administratives semblent bien moins fortes.

7L’autre facette de cette problématique, en plus de la maîtrise politique commune d’un espace discontinu, est la question de la gestion d’une zone de confins : l’Hispanie et l’Afrique Mineure représentent des confins occidentaux et méridionaux pour les Grecs et les Romains, dont le monde connu, l’œkoumène, est centré sur le Bassin méditerranéen. Cet espace périphérique, au contact avec la fin du monde habitable, offre cependant des opportunités stratégiques, commerciales ou encore halieutiques importantes, voire exceptionnelles : l’enjeu de l’intégration de l’Extrême Occident dans l’espace politique de Rome va être de tirer parti de ces ressources sans s’épuiser, ni se perdre dans des guerres coûteuses, incessantes et lointaines. L’expression nec plus ultra pose en d’autres termes la question des limites et de la nature de l’aventure impériale romaine dans l’Extrême Occident méditerranéen.

8L’Extrême Occident méditerranéen n’est pas une expression évidente : elle englobe les espaces de la péninsule Ibérique méridionale et de l’Ouest du Maghreb, c’est-à-dire les deux rives occidentales de la Méditerranée unies par le détroit de Gibraltar. Les définitions géographiques et historiques de ces termes d’Extrême Occident, de détroit de Gibraltar ou encore de mer d’Alboran feront l’objet de propos liminaires destinés à éclairer le lecteur dans ces dénominations, reflets d’époques diverses et d’enjeux multiples. Dans l’Antiquité, ces espaces représentent un finis terrae avant l’Océan circumterrestre, littéralement une fin du monde où chaque soir le Soleil disparaît. Les peuples qui habitent ces confins du monde, Ibères, Maures et Phéniciens, font d’abord l’objet de représentations mythologiques de la part des cités grecques, avant d’être approchés, puis englobés dans l’empire romain. Le détroit des colonnes d’Héraclès et ses rives sont peu à peu qualifiés dans les sources anciennes de « portes », de « passage », de « chenal » entre le monde méditerranéen et le monde atlantique d’une part, entre le continent africain et le continent européen de l’autre. Il est donc essentiel de comprendre comment, à cette idée d’ouverture, s’est substituée une image de limites impériales, et même d’interdiction de « passer outre ».

9Le détroit de Gibraltar constitue le cœur de cet Extrême Occident méditerranéen. Ce toponyme est anachronique, puisque les Anciens parlaient de colonnes d’Héraclès ou de détroit des colonnes pour désigner ce chenal entre la Méditerranée et l’Atlantique et cet isthme entre l’Europe et l’Afrique. Ce détroit sera envisagé à plusieurs échelles. On le considérera dans sa stricte acception géomorphologique et juridique actuelle tout d’abord — précisément définie dans les pages qui suivent — mais aussi comme une zone maritime et terrestre plus large, qui englobe les littoraux atlantiques et méditerranéens de Cadix à Carthagène sur la rive nord et de Larache à Melilla sur la rive sud. Cette prise en considération d’échelles variées s’explique par trois raisons principales : d’une part, il n’y a pas de « sens géographique permanent » à l’expression de détroit de Gadès ou de Gibraltar, qui serait déterminé par des constantes géographiques claires et immuables. Ce n’est pas la géomorphologie qui a créé le détroit de Gibraltar, c’est l’histoire qui l’a appelé et caractérisé ainsi. L’évolution des représentations géographiques fait que la perception de ces espaces a profondément changé. Il convient de rappeler que les Anciens ne possédaient pas d’appréhension des longitudes, seulement des latitudes, c’est-à-dire de la distance par rapport aux parallèles de l’équateur. Les colonnes d’Hercule sont l’extrémité occidentale de l’un de ces parallèles, mais leur longitude n’est pas déterminée avec précision. La géographie ancienne situait donc la région des colonnes d’Hercule, sans pouvoir lui fixer des repères absolus et permanents : le détroit que les Anciens appelaient « de Gadès » ou « des colonnes » s’étendait jusqu’à la cité de Cadix et était donc beaucoup plus étendu que notre détroit de Gibraltar actuel.

  • 7 D’après l’expression judicieuse de Jean Andreau, dans sa modération du colloque organisé par Laure (...)

10D’autre part, il existe une raison politique à considérer le détroit de Gibraltar de façon large. Depuis les époques préromaines jusqu’au ier siècle de notre ère, ces espaces ne sont pas polarisés par le détroit proprement dit, mais par les cités qui bordent le golfe ibéro-marocain ou la mer d’Alboran. Les centres majeurs d’autorité, les pôles de circulation qui permettent le franchissement entre l’Europe et l’Afrique et la liaison entre l’Atlantique et la Méditerranée ne se trouvent pas sur l’isthme gibraltarien, mais sur les littoraux périphériques. Le détroit tel que nous l’envisageons aujourd’hui, dans son acception la plus étroite, est, à l’inverse du détroit de Messine ou de l’Hellespont, un « détroit sans cités7 ». Il faut élargir la focale pour trouver les centres de pouvoir qui contrôlent le détroit des colonnes : la phénicienne Gadir-Gadès et ses comptoirs sur la côte atlantique de l’Afrique, la barcide Carthagène, et la capitale maure Iol-Caesarea contrôlent les échanges économiques et stratégiques en Extrême Occident jusqu’à la fin de l’époque julio-claudienne. L’espace du détroit en lui-même n’émerge comme pôle relationnel qu’avec l’essor de l’axe Tanger-Bolonia au ier siècle apr. J.-C. Le détroit de Gibraltar stricto sensu est un détroit quasiment vierge de cités jusqu’au début de notre ère : contrairement aux autres détroits méditerranéens, très tôt urbanisés, les centres politiques du détroit de Gibraltar se trouvent juste à l’extérieur, aux extrémités de ce chenal.

11Enfin, il existe une raison méthodologique à ce choix d’acception large : le détroit de Gibraltar est une interface qui est située à la croisée de deux continents et deux mers. Cette interface ne peut être étudiée séparément des régions qu’elle unit. Ses hinterlands terrestres comme ses prolongements maritimes font donc sans conteste partie du champ d’analyse. L’analyse d’un seuil ne prend sens que si l’on explore les lieux auxquels il donne accès ; la description d’une porte seule ne revêt aucun intérêt sans l’étude des espaces qu’elle fait communiquer. Les géographes anciens comme Strabon ou Avienus parlent du détroit en employant les termes de « portes Gadirides », d’ora, de bouche, d’embouchure. Le détroit est la porte de l’Extrême Occident, l’entrée de l’Océan extérieur, le début et la fin de notre rassurante mer Méditerranée, mer fermée et mer dite « intérieure » par les Anciens. Le détroit de Gibraltar mérite donc d’être étudié comme tel, comme la porte de l’Extrême Occident, que cette porte soit un nec plus ultra fermé ou un plus oultre, une invitation au voyage.

I. — Pourquoi une histoire politique de l’Extrême Occident méditerranéen à l’époque romaine ?

  • 8 L’histoire méditerranéenne « connectée », renouvellement principal de l’historiographie méditerran (...)
  • 9 Sur la mobilité des personnes et les contrôles en Méditerranée, voir Kaiser, Moatti, 2004 et 2009  (...)
  • 10 Ce terme, connoté et réducteur, qui renvoie sans cesse à une fiction des origines aussi bien qu’à (...)

12Les enjeux de cet ouvrage sont avant tout d’ordre politique : si les réflexions actuelles sur l’histoire méditerranéenne, marquées du sceau de la « connectivité8 », sont essentiellement tournées vers l’histoire sociale et économique, l’anthropologie ou l’histoire religieuse, le propos de ce livre est la construction impériale et le rôle qu’ont pu y jouer des espaces de marges. Les relations commerciales, le métissage, les migrations individuelles, voire les contacts identitaires, font l’objet d’études importantes aujourd’hui9. Ce livre, sans s’interdire d’aborder ces questions, est centré sur la « face obscure » de la connectivité, sur la conquête, l’appropriation et la gestion d’une « micro-région » méditerranéenne, à savoir son bassin le plus occidental. S’agit-il d’un simple retour à « l’histoire-bataille », tant décriée par l’école des Annales ? L’enjeu n’est pas non plus de faire une simple liste de conquêtes, mais de comprendre les processus de passage de l’exploration à l’appropriation, les raisons de ces avancées ou de ces reculs de moments impérialistes. Le point de vue, ou plutôt les points de vue adoptés, seront ceux des sources étudiées, c’est-à-dire des textes, des inscriptions ou des monnaies dont les auteurs sont, pour la plupart, des citoyens romains, qu’ils écrivent en grec ou en latin, qu’ils soient originaires de Rome, des rives des colonnes d’Hercule ou du reste du monde romain. Il serait réducteur et inexact de voir ce choix comme l’adoption du regard du « colonisateur » ou du « puissant ». En effet, ce choix fait en toute conscience, sans nier l’existence de points de vue concurrents, découle des sources étudiées et du type de questions posées. Tant que le sens des inscriptions libyques et ibères reste encore très difficile à cerner, seules les sources littéraires et épigraphiques latines et grecques peuvent donner des réponses à la question de la nature du pouvoir impérial et de l’impérialisme romain. Les traits de la « culture matérielle » — faciès céramiques, pratiques funéraires, architecture domestique — ne permettent pas d’appréhender des identités, mais des usages : il serait fallacieux en l’état actuel des connaissances de vouloir faire parler les populations locales de leur conception du pouvoir romain, alors que l’on peine encore à distinguer clairement les cultures locales et que l’on n’a pas accès à leurs différentes langues. Seuls quelques reflets, souvent déformés, des conceptions politiques des populations de l’Extrême Occident sont discernables dans les écrits grecs ou latins : vouloir bâtir des théories identitaires à propos de ces quelques éléments épars reviendrait non seulement à construire sur du sable, mais également à se lancer dans des essentialisations dangereuses sur ces peuples autrefois qualifiés d’« indigènes10 ».

  • 11 Tarradell, 1959 et 1960, p. 61.
  • 12 Pour un bilan complet sur ce paradigme, voir Coltelloni-Trannoy, Bridoux, Brouquier-Reddé, 2016, n (...)
  • 13 Bernal Casasola, 2016, p. 33, présente un tableau récapitulatif commode des évolutions de l’expres (...)
  • 14 Ponsich, Tarradell, 1965, pp. 98-99 ; Ponsich, 1975, p. 672, 677 ; Gózalbes, 2001 et 2002b, pp. 13 (...)
  • 15 Coltelloni-Trannoy, Bridoux, Brouquier-Reddé, 2016, pp. 2-4.

13En ne voyant pas de nom de territoire politique dans le titre de l’ouvrage, le lecteur pourrait imaginer avoir affaire à une étude des relations humaines ou économiques entre la péninsule Ibérique et l’Ouest de l’Afrique du Nord. En effet, les analyses politiques et stratégiques utilisent de préférence des désignations administratives, comme des noms de province ou de royaume, plutôt que des expressions géographiques. Cependant, un travail qui aborde plusieurs espaces et régimes politiques sur cinq siècles d’histoire ne peut se contenter d’un terme administratif unique : seule l’expression « Extrême Occident méditerranéen » peut rendre compte de l’évolution de ces territoires successivement nommés Hispanie ultérieure et Maurétanie occidentale, puis Bétique et Maurétanie tingitane, et enfin provinces du diocèse des Espagnes. En outre, dès les années 1960, Miguel Tarradell a popularisé l’expression de Círculo del Estrecho, que la littérature française a d’abord traduite, à l’instar de Michel Ponsich, par l’expression de « Circuit du Détroit », pour décrire les relations commerciales intenses entre les rives du golfe de Cadix à partir du vie siècle av. J.-C.11. Pour diverses raisons, j’ai choisi de ne pas reprendre cette expression de « Cercle » ou « Circuit du Détroit », devenue aujourd’hui un paradigme historiographique. Cette expression a connu en effet une large postérité, qu’elle soit reprise ou au contraire violemment combattue12, jusqu’à devenir une espèce de « fourre-tout », au sens relativement opaque13. L’idée originelle de Tarradell était de décrire une unité, une koinè économique, culturelle et commerciale, née sur les deux rives du détroit de Gibraltar à l’époque phénicienne, sans qu’il existe de stricte hiérarchie coloniale entre les principaux centres de diffusion de la zone. Ce « Circuit du Détroit » a par la suite été abondamment repris et étendu dans le temps, d’abord pour désigner un consortium commercial dominé par Gadès jusqu’à l’époque romaine14, puis pour décrire une série de relations nord-sud dans des domaines divers. Le paradigme du cercle, figure harmonieuse et égalitaire, a séduit nombre d’archéologues et d’historiens, aussi bien punicisants que romanistes, ce qui explique cette large postérité de l’expression, sans qu’une seule définition commune ait été établie et acceptée. Cependant, ce modèle a aussi conduit à la diffusion d’une idée de dépendance économique et commerciale de la rive sud du détroit de Gibraltar vis-à-vis de Gadès, ainsi qu’à une spécificité irréductible de la Méditerranée extrême-occidentale phénicienne par rapport au reste du Bassin méditerranéen qui empêcherait les comparaisons avec les autres détroits, qu’il s’agisse du Bosphore ou de Messine15.

  • 16 Voir Blázquez, 1967, pp. 29-30 ; López Pardo, 1988, pp. 741-784.
  • 17 Voir Pons Pujol, 2006 et surtout Papi, 2016.
  • 18 Les travaux entrepris depuis une dizaine d’années sur cette zone vont dans ce sens : voir notammen (...)

14La vision d’une Maurétanie tingitane « colonisée » commercialement par Gadès16, simple « appendice de l’Hispanie » pendant la fin de l’époque républicaine et au Haut-Empire, est aujourd’hui abandonnée, car elle reposait sur des présupposés colonialistes et diffusionnistes actuellement dénoncés17. Si l’expression de « Circuit du Détroit » continue d’être employée pour désigner les rapports commerciaux, culturels et monétaires privilégiés entre les deux rives de l’Extrême Occident méditerranéen, elle est dégagée de cette idée de domination absolue et pluriséculaire de Gadès sur les cités maurétaniennes18, fondée bien souvent sur un biais des données archéologiques disponibles, moins nombreuses au Maroc qu’en Espagne. Sans ignorer les travaux nombreux et importants qui se rattachent à ce courant historiographique du Cercle du Détroit, cet ouvrage reprend l’expression géographique d’Extrême Occident méditerranéen pour se concentrer sur les sources relatives à ces espaces, mais sans imposer de paradigme circulaire, ni se focaliser sur les relations économiques et commerciales. L’objet de ce livre est de combler un manque : préoccupés par les questions économiques, les chercheurs qui se sont intéressés à l’Extrême Occident méditerranéen n’ont que peu envisagé la géopolitique de cette région.

  • 19 Actas del I Came, 1954.
  • 20 Pour un vaste panorama et une réflexion approfondie sur ce paradigme, son histoire et son actualit (...)

15En effet, la Maurétanie occidentale, partenaire apparemment effacé de la péninsule Ibérique sur le plan économique, a longtemps été considérée de façon similaire sur le plan administratif et militaire. S’est imposée à propos de la Maurétanie la vision d’une province essentiellement dépendante de l’Hispanie, une parente pauvre que les « Espagnols » doivent conquérir et « romaniser » pour le compte de Rome19. Si un certain nombre de chercheurs ont repris et amendé les travaux antérieurs afin de nuancer le concept de Círculo del Estrecho20, né quelques années seulement après la fin du protectorat espagnol sur le Maroc, aucune étude d’ampleur n’a été menée pour reprendre l’analyse des relations politiques entre les espaces ibériques et maurétaniens sous l’Empire romain.

  • 21 Interprétation donnée notamment par Pons Pujol, 2006, pp. 70-72. Cette hypothèse est loin d’être c (...)

16En ne prenant pas en considération la conception stratégique globale des régions du détroit de Gibraltar et en les considérant comme des espaces étanches sur les plans administratif et politique, la perception même des échanges économiques a été bien souvent faussée. La présence d’une armée importante et de cités romaines sur le territoire maurétanien influence en effet les transferts commerciaux et financiers. Par exemple, l’importation d’huile de Bétique en Tingitane, alors que cette province semble avoir une production oléicole suffisante pour sa consommation, peut s’expliquer par les besoins des camps militaires, ravitaillés en Occident par les grandes exploitations de l’Hispanie méridionale21.

  • 22 Richardson, 2008, pp. 182-194.

17Cet ouvrage vise donc à reprendre cette question des rapports politiques et stratégiques qui unissent les deux rives du détroit de Gibraltar, sans revenir à la vision traditionnelle de la Maurétanie comme « appendice » administratif de la Bétique. Même si les provinces maurétaniennes et ibériques ne constituent plus sous l’Empire des entités politiques indépendantes comme pouvaient l’être les royaumes maures ou les cités hispaniques à l’époque républicaine, des échanges existent, certes sous impulsion et contrôle romains, mais leur analyse mérite d’être menée. La séparation administrative qui existe entre les deux rives de la Méditerranée occidentale sous le Haut-Empire ne doit pas être une limite à la réflexion. L’Empire n’est pas une construction rigide fondée sur des unités closes, fixes et hétérogènes : au contraire, les provinces représentent des entités mouvantes dans le temps et l’espace. Elles constituent des horizons stratégiques, non des réalités géographiques délimitées de façon absolue22. L’étude des évolutions de leur découpage, de leurs similitudes de fonctionnement, des échanges qu’elles peuvent entretenir est non seulement possible, mais indispensable à la compréhension globale des relations politiques, économiques et humaines au sein de l’Empire romain.

  • 23 López Pardo, 1987a.

18Sortir de la vision de la Maurétanie occidentale comme simple dépendance de la péninsule Ibérique, qui n’accède au stade de province développée et romanisée que grâce au truchement hispanique, voilà l’une des principales raisons qui ont rendu cette étude nécessaire. Les relations entre les deux rives du golfe ibéro-marocain ne cessent pas avec l’établissement de l’influence romaine sur ces régions. Le titre de la thèse déjà ancienne de F. López Pardo, Mauritania Tingitana : de mercado colonial púnico a prouincia periférica romana23 est emblématique d’un courant historiographique qui s’attachait à montrer l’intérêt économique de la zone du détroit dès l’époque préromaine, au détriment de son importance politique : la Maurétanie dans cette optique est réduite à l’état de région marginale éternellement dépendante des grandes puissances méditerranéennes qui l’exploitent. Sans contester l’importance du travail accompli par les chercheurs spécialistes des périodes phéniciennes et puniques, il faut tout de même rappeler que l’entrée dans l’Empire romain n’est pas synonyme de fin des échanges interprovinciaux et de soumission complète à une nouvelle domination encore plus contraignante que la précédente, ni de fin des dynamiques commerciales et économiques.

19La création de ce paradigme de Cercle ou de Circuit du Détroit a donc polarisé la réflexion sur la caractérisation des relations commerciales entre la Maurétanie et l’Hispanie méridionale de l’époque phénico-punique au début de l’époque romaine : rares sont les ouvrages qui ont osé s’aventurer vers l’histoire politique impériale.

  • 24 Actas del I Came, 1954.
  • 25 Étienne, 1954, sur Volubilis ; Le Glay, 1954, sur les « trouvailles ibériques d’Algérie » ; Thouve (...)
  • 26 Balil, 1954 ; García y Bellido, 1954.
  • 27 Cherchell, CIL, VIII, 21031.

20Un tour de l’horizon historiographique conduit à retenir trois ouvrages collectifs sur l’Extrême Occident et les relations entre les rives du détroit de Gibraltar. Le premier est une rencontre internationale qui s’est déroulée dans un contexte très particulier, et qui, pour des raisons politiques, reste une expérience sans précédent ni postérité : il s’agit du Primer Congreso Arqueológico del Marruecos español, tenu en 1953 à Tétouan sous la direction du Haut-Commissariat d’Espagne au Maroc et publié dès l’année suivante24. Cette somme considérable, réalisée sous la férule notamment de Miguel Tarradell et d’Antonio García y Bellido, visait à constituer un bilan des recherches archéologiques réalisées dans le protectorat espagnol au Maroc dans la première moitié du xxe siècle, de la préhistoire jusqu’à l’invasion arabe. De nombreux savants étrangers, surtout français, comme Robert Étienne, Marcel Le Glay ou encore Raymond Thouvenot, étaient également conviés25. Si les propos scientifiques restent politiquement neutres dans la plupart des communications, l’instance organisatrice, c’est-à-dire les autorités du protectorat espagnol au Maroc, ainsi que le contexte des années 1950 ont conduit beaucoup de chercheurs à s’intéresser de près aux questions des relations politiques, humaines et militaires entre la péninsule Ibérique et les Maurétanies26. L’angle d’approche est cependant largement empreint de l’esprit de l’époque. Dans son étude intitulée « Españoles en el Norte de África durante la edad antigua », García y Bellido livre notamment un commentaire assez éloquent d’un poème épigraphique dédié à M. Furius Herrenus, originaire d’Astigi (Écija) en Bétique et mort à Caesarea (Cherchell) en Maurétanie césarienne27 :

  • 28 « Este es el sentido epitafio de un emigrante español, precursor de los miles y miles que, desde h (...)

Voici l’épitaphe significative d’un émigrant espagnol, précurseur de milliers d’autres, qui, depuis un siècle, vont dans la même Algérie où est mort ce citoyen d’Écija, afin d’ouvrir la voie de la civilisation à travers les montagnes et les déserts. Aujourd’hui comme hier28.

21Le cadre de réflexion est ici clairement posé : le poème funéraire de l’Astigitain enterré à Caesarea, qui reproduit le motif traditionnel dans les poèmes épigraphiques de la mort loin des siens, devient ici le prétexte à une comparaison laudative pour tous les colons espagnols en Algérie, qui, « aujourd’hui comme hier », ouvrent « la voie de la civilisation à travers les montagnes et les déserts ». Dans un colloque tenu en 1953 dans la capitale du Maroc espagnol, bastion du coup d’État de Francisco Franco, l’action des Espagnols à la fin du xixe siècle et au début du xxe en Afrique du Nord est présentée comme une politique qui aurait suivi une continuité civilisatrice : l’œuvre de « colonisation » que les Hispani auraient menée sur le littoral de l’Afrique du Nord sert à justifier pleinement les entreprises d’expansion contemporaines. Ce point de vue, largement partagé également dans la France de la première moitié du xxe siècle et remis en question surtout à l’issue de la guerre d’Algérie, est révélateur de l’esprit d’une époque, où la puissance romaine est l’une des références majeures du colonialisme : le Primer congreso arqueológico del Marruecos español, tenu trois ans avant la disparition du protectorat, reste empreint de cette idée de « communauté de destins » entre l’Espagne et le Maroc, la première étant depuis toujours destinée à apporter au second les lumières de la civilisation.

  • 29 Tarradell, 1960, p. 61.
  • 30 Papi, 2016.

22L’indépendance du Maroc en 1956 n’interrompt pas les recherches archéologiques espagnoles, notamment dans l’ancienne zone du protectorat. Après l’Indépendance, cette vision de mission civilisatrice s’atténue peu à peu dans les écrits pour laisser place à une idée humaniste de transfert permanent de biens, d’hommes et d’influences culturelles entre les deux rives de la Méditerranée, idée théorisée par Tarradell sous le nom de « Círculo del Estrecho », le fameux Cercle du Détroit29. Ce concept censé échapper aux présupposés colonialistes — le cercle étant une figure d’égalité et de partage — finit par être parfois réutilisé pour décrire un système économique profondément inégal, au point que certains chercheurs préfèrent aujourd’hui l’éviter30.

  • 31 Ripoll Perelló, 1988. Il existe trois autres tomes, chacun sous la même direction et issus du même (...)
  • 32 Souville, 1988.
  • 33 Notamment Cara Barrionuevo et alii, 1988 ; Roca Roumens, Fernández García, 1988 ; Mangas, 1988.
  • 34 Storch de Gracía y Asensio, 1988 ; Santos Yanguas, 1988 ; Abad Varela, 1988 ; Castro Gasalla, 1988 (...)
  • 35 Certains de ces articles sont par ailleurs très intéressants, mais les objets qu’ils étudient sont (...)
  • 36 Voir Osuna, 1988.
  • 37 Ripoll Perelló, Ladero Quesada, 1995.

23Un changement d’approche est sensible lors de la deuxième période où la zone du détroit se met à susciter un regain d’intérêt parmi les historiens, à savoir les années 1980. Sous l’influence braudélienne notamment, le détroit de Gibraltar est envisagé comme une région géohistorique, un objet d’étude à part entière à toutes les époques historiques et même préhistoriques31 : un colloque international lui est consacré à Ceuta en 1987. Il s’agissait de montrer combien le détroit de Gibraltar était une charnière géographique essentielle, depuis que les occupants de ses rives réussirent à maîtriser ses contraintes. Son franchissement est possible au moins depuis le Chalcolithique, comme le démontre Georges Souville, un des cinquante-cinq contributeurs de cet ouvrage32. Cette somme impressionnante visait à éclairer de la façon la plus précise possible toutes les formes de relation entre les rives du détroit de Gibraltar, qu’elles soient économiques, culturelles ou politiques33, qu’elles puissent être mises en évidence par l’étude de sources archéologiques, épigraphiques, numismatiques ou littéraires34. L’ampleur et l’ambition de ce projet international et interdisciplinaire ne doivent cependant pas occulter le fait que le sujet du détroit de Gibraltar n’est absolument pas épuisé au terme d’un tel ouvrage. En effet, beaucoup de contributions à ce colloque se limitent en réalité à l’étude de dossiers réduits pour répondre aux contraintes de ce genre d’ouvrage collectif35. En outre, un détroit n’est pas un objet d’étude auquel les historiens et les archéologues se trouvent tous les jours confrontés. Faute d’avoir fait un effort de définition suffisant sur cette notion même de détroit de Gibraltar dans l’Antiquité, de nombreux participants à ce colloque s’en sont tenus à présenter des synthèses à propos d’une ou plusieurs cités sises à proximité des colonnes d’Hercule36. Enfin, sur les mille deux cents pages que compte cet ouvrage consacré au détroit de Gibraltar pendant la préhistoire et l’Antiquité, deux cent quatre-vingts seulement concernent les trois siècles du Haut-Empire. Pour toutes ces raisons, ces actes du colloque ne représentent pas une synthèse indépassable sur les relations entre péninsule Ibérique et Maurétanies. Le deuxième colloque qui s’est tenu trois ans plus tard sur le même thème à Ceuta présente le même genre de limites37 ; en outre, il a été élaboré avec un nombre moindre de participants et n’offre donc pas la même richesse de points de vue que le premier.

  • 38 Voir Callegarin, inédite.
  • 39 Des comptoirs tels que Malaca (Málaga), Sexs / Sexi (Almuñecar), Abdera ou Lixus, longtemps attrib (...)
  • 40 Callegarin, inédite, pp. 165-247.
  • 41 Ibid., pp. 516-630.
  • 42 Ibid., annexes, pp. 761-806 et 807-867.
  • 43 Ibid., p. 2.
  • 44 Braudel, 1969, pp. 41-83.

24Outre ces ouvrages collectifs, une thèse intitulée Gadir-Gadès et le « circuit du Détroit » de la genèse à l’époque augustéenne a été soutenue par Laurent Callegarin en 200038. Ce travail de grande ampleur s’appuie également sur tous les types de sources possibles pour essayer de retracer l’histoire du grand port phénicien de Gadir, dont l’influence commerciale s’est rapidement étendue sur les deux rives du détroit de Gibraltar dès le viie siècle. Les Phéniciens profitèrent en effet de la proximité entre les régions méridionales de l’Ibérie et la côte africaine pour implanter des comptoirs de part et d’autre de la Méditerranée39. À partir du ve siècle avant notre ère, lors de la première grande phase d’expansion punique, la cité de Gadir garde une influence prépondérante dans la région du détroit de Gibraltar et sert de point de départ pour les explorations de la côte atlantique de l’Afrique40. Après la deuxième guerre punique qui sonne le glas de la domination carthaginoise en Hispanie, la cité de Gadir désormais appelée Gadès se sert de son réseau ancien de comptoirs pour réexporter à son compte vers Rome et l’Italie des marchandises venues de ses satellites41. En étudiant non seulement les rares textes disponibles, mais aussi et surtout les frappes et les flux monétaires ou encore les types amphoriques42, Callegarin met en évidence l’ampleur et la permanence des relations commerciales gaditaines. Cet ouvrage remarquable reste en réalité plutôt centré sur la période préromaine. En effet, le projet initial de recherche, limité au dernier tiers du Ier millénaire avant notre ère, soit de 237 av. J.-C. jusqu’à l’époque augustéenne, a été considérablement élargi pour remonter aux origines de Gadir, au viiie siècle av. J.-C.43. Ce découpage chronologique finalement choisi permet certes d’aborder la question du Circuit du Détroit sur la « longue durée » au sens braudélien du terme44. Mais la nécessité de couvrir huit siècles d’histoire a obligé l’auteur à se contenter d’effleurer seulement la période augustéenne, expressément désignée dès le titre comme la limite finale d’une recherche en fait centrée sur les âges phénicien puis punique.

II. — La documentation disponible et la démarche suivie

  • 45 Voir les positions les plus radicales de Pons Pujol, 2016 et surtout Papi, 2016.

25Nul géographe ancien n’a écrit de traité entier sur le détroit des colonnes ou sur l’Extrême Occident méditerranéen, nulle inscription ne cite les colonnes d’Hercule, et le détroit ne serait représenté que dans une seule émission monétaire. Ce silence a paru en lui-même éloquent à un certain nombre d’historiens contemporains, qui ont par conséquent fait abstraction pure et simple d’éventuels rapports entre ces régions, réduisant le « Cercle du Détroit » à un pur « mythe historiographique45 ». En fait, cet apparent mutisme des géographes et des historiens antiques est à nuancer. Les textes du corpus césarien, de Strabon, Pline, Pomponius Mela, Tacite, Plutarque ou Dion Cassius, des passages de l’Histoire auguste, sont émaillés de multiples épisodes, précisions et remarques qui font référence à certains aspects de cette proximité interprovinciale entre les rives du détroit des colonnes. Les sources littéraires concernant l’Extrême Occident sont de nature variée ; elles sont souvent parcellaires et réparties dans un corpus qui s’étend sur douze siècles, d’Hésiode à Rufius Festus Avienus. Elles nécessitent un long travail de mise en série avant de pouvoir être utilisées. Mais il ne faudrait pas faire de ces difficultés d’appréhension une preuve d’inexistence et un argument de disqualification de l’objet de recherche : bien au contraire, cette multiplicité de sources parcellaires doit susciter un intérêt redoublé. L’enquête se fonde d’abord sur ces documents littéraires, sur leur traduction et leur commentaire ; cette démarche analytique justifie une présentation stricte des textes anciens accompagnée de leur traduction dans le cœur même du texte, sans rejet en annexe. L’étude philologique n’est en effet pas ici une annexe de la réflexion, mais son point de départ ; partir des textes et de leur réception, avant même de convoquer les nécessaires lectures contemporaines, permet d’éviter autant que possible la création et l’autojustification de mythes historiographiques, tels que les fameuses « invasions maures sous Marc Aurèle » ou l’existence contestable des « Blastophéniciens ».

26Les sources épigraphiques composent également une part essentielle de la documentation, même si, là aussi, leur étude est loin d’être aisée. En effet, la nature et la provenance de ces sources comme les informations qu’elles dispensent sont particulièrement hétérogènes. Des épitaphes de soldats, mais surtout des diplômes militaires, aident à reconstituer à la fois les mouvements de troupes entre la péninsule Ibérique et les Maurétanies ainsi qu’un petit nombre d’opérations auxquelles ces unités ont participé. L’analyse de cursus éclaire certains épisodes stratégiques, qu’il s’agisse de guerres, d’incursions ou d’expéditions sur les rives de la Méditerranée extrême-occidentale, ou certaines figures essentielles de l’histoire du détroit. L’intérêt offert par l’ensemble de ces documents épigraphiques variés est donc particulièrement vaste, même si les limites qu’ils présentent obligent à les considérer avec prudence. En effet, l’essentiel des inscriptions latines retrouvées en péninsule Ibérique se concentre sur les trois premiers siècles de notre ère ; après le règne de Dioclétien, les témoignages épigraphiques sont presque inexistants, pour des raisons encore discutées. Dans les Maurétanies, le problème n’est pas tant chronologique que spatial : les fouilles et prospections archéologiques, un des moyens de dégager des inscriptions inédites, sont aujourd’hui presque impossibles à réaliser en Algérie et encore relativement rares au Maroc. Enfin, il ne faut pas perdre de vue que l’épigraphie militaire permet de retracer l’histoire des expéditions, des faits d’armes et des conflits, mais beaucoup moins les périodes de paix, traduites fréquemment par un silence des combattants.

  • 46 Voir notamment Amandry, 1987, pp. 1-14 ; Callegarin, 1999.
  • 47 Voir les travaux précurseurs de Salama, 1951 ; Ponsich, 1964 et 1970 ; Roxan, 1973 ; Sillières, 19 (...)
  • 48 Vanney, Ménanteau, 2004, pp. 187-193.
  • 49 Sur Kouass par exemple, voir Callegarin, 2004, pp. 526-529 ; Aranegui Gasco et alii, 2004, pp. 366 (...)

27Les autres types de sources ne sont pas non plus à négliger : les relations politiques entre les cités des espaces ibériques et maurétaniens apparaissent en filigrane des études de monnayage civique46, tandis que le monnayage impérial permet de retracer certains mouvements militaires ou la diffusion de représentations régionales. L’analyse des vestiges archéologiques concourt à retrouver les évolutions des infrastructures routières, des camps fortifiés ou encore les emplacements et limites des cités pendant tout le Haut-Empire47. Certes, les problèmes rencontrés par l’exploration archéologique sont nombreux, en Afrique du Nord et dans une moindre mesure en péninsule Ibérique : les régions intéressantes dans le cadre de cette étude, c’est-à-dire l’Algarve, l’Andalousie et le Sud du pays valencien, ne sont pas des zones actuellement propices aux nouvelles fouilles. L’urbanisation touristique galopante et l’exploitation maraîchère intensive qui y règnent laissent peu de place à l’archéologie48. L’étude des sources archéologiques dans ces régions ibériques et maurétaniennes signifie s’appuyer sur des rapports de fouilles bien souvent anciens et très rarement publiés dans leur intégralité, quoique des publications actuelles permettent heureusement de renouveler les approches pour certains sites49. Cependant, cette réflexion, centrée sur une approche géopolitique globale, n’est pas fondée sur une démarche archéologique, beaucoup plus utile dans une tentative de définition des réseaux commerciaux que politiques.

III. — « Noms de pays, le nom » : géographie, toponymie, morphologie des espaces de l’Extrême Occident

  • 50 Sur ces notions de construction historique des espaces mondialisés, voir notamment les réflexions (...)

28Commencer par une définition géographique des espaces de l’Extrême Occident méditerranéen contemporains constitue des prémisses nécessaires à l’analyse des pratiques et des représentations anciennes de ces territoires. En effet, même si les caractères physiques d’un espace ne déterminent pas les modes de vie des populations qui l’habitent, même si les représentations géographiques sont elles-mêmes tributaires des savoirs d’une époque, le lecteur appréciera un aperçu actuel de ces espaces regroupés sous l’appellation, inusuelle mais commode, d’Extrême Occident méditerranéen. Il s’agit de comprendre le sens de ces dénominations et de voir en outre comment les questions et les concepts forgés aujourd’hui par les géographes à propos de ces « seuils terraqués » que sont les détroits permettent de jeter un regard neuf sur des lieux souvent considérés comme évidents ou connus « de toute antiquité ». Le détroit de Gibraltar, la mer d’Alboran ou le golfe ibéro-marocain, dont les contours apparaissent si nettement dans les photographies satellites, sont avant tout des créations historiques, et des créations relativement récentes, comme les continents qu’ils séparent et bordent50. Les quelques pages qui vont suivre visent à éclairer les espaces du détroit de Gibraltar, afin de prendre conscience de leur nature et de leur rapport avec les « colonnes d’Hercule » des Anciens.

  • 51 On a donc fait le choix d’écrire Extrême Occident avec des majuscules, car il s’agit d’un toponyme (...)
  • 52 Voir Rouquié, 1987.
  • 53 En français contemporain, l’expression géographique « océan Atlantique » ne prend pas de majuscule (...)

29L’expression d’Extrême Occident méditerranéen n’est pas une expression consacrée par l’usage51. Le nom d’« Extrême-Occident » avec un trait d’union, a été utilisé par Alain Rouquié dans les années 1980 pour désigner l’Amérique latine52. L’Extrême-Occident, avec un trait d’union comme un décalque d’Extrême-Orient, est un nom conçu à la fin du xxe siècle depuis l’Europe pour désigner le Sud du continent américain, par opposition à l’Amérique du Nord. Pendant l’Antiquité, dans l’œkoumène composé de trois continents entourés par l’Océan primordial53 et centrés autour de la Méditerranée, l’Ibérie et la Maurétanie sont des terres de confins atlantiques et méridionaux, autrement dit un Extrême Occident méditerranéen. Les colonnes d’Hercule — le seuil de la Méditerranée proche de Gadès (Cadix) et de l’Atlas — représentent une extrémité de l’œkoumène, le monde connu des Anciens. Denys d’Alexandrie, dans sa Description de la terre habitée, un poème didactique publié sous le règne d’Hadrien, décrit ainsi ces espaces :

  • 54 Denys le Périègète, Description de la terre habitée, vv. 57-74 ; trad. Jacob, 1990, p. 87, modifié (...)

Mais à présent, je dirai le passage de la mer occidentale […] en commençant, selon l’ordre de l’alignement, depuis l’Océan occidental, là où, aux confins, se dressent aussi les colonnes d’Héraclès, une grande merveille, près de Gádeira l’extrême, au pied de la colline allongée des Atlantes aux tribus éparses […] Ici et là se trouvent les colonnes : l’une regarde vers l’Europe, l’autre vers la Libye54.

30Le détroit de Gibraltar, symbolisé par les colonnes d’Hercule, « commence » la description du monde connu : il représente la transition, le seuil liquide entre la Méditerranée et l’Atlantique, entre l’Europe et la Libye. Cadix, Gádeira pour les Grecs, et le mont Atlas sont les deux repères continentaux qui, avec les colonnes, font figure de symboles des confins occidentaux de l’œkoumène. Pour désigner ces confins, ces extrêmes situés à l’ouest de la mer Intérieure, l’expression d’Extrême Occident méditerranéen s’impose donc.

  • 55 Diodore de Sicile mentionne les deux versions du mythe en laissant le lecteur libre de trancher, s (...)
  • 56 Duggen et alii, 2003.
  • 57 Ce phénomène a été mis en lumière dans les années 1970 par les géologues : Hsü et alii, 1973. Depu (...)
  • 58 Pour des modélisations récentes du phénomène, voir notamment Loget, Van den Driessche, 2006 ; Garc (...)
  • 59 Explication donnée par la majorité des travaux depuis les années 1970, et encore soutenue aujourd’ (...)
  • 60 Telles sont les conclusions notamment de N. Loget et J. Van den Driessche, partiellement rejointes (...)

31Il convient de s’arrêter à présent sur le détroit de Gibraltar, un des toponymes les plus fréquemment utilisés dans cet ouvrage, bien qu’il ne soit pas antique. Le nom « Gibraltar » vient de djebel Tariq, expression qui signifie littéralement la « montagne de Tariq », le conquérant berbère de la péninsule Ibérique en 711. À travers ce nom transparaissent deux éléments caractéristiques de cet espace : la présence de reliefs montagneux susceptibles de devenir des limites politiques et le souvenir d’une figure mythique de conquête. En contrebas de cette « montagne de Tariq », le détroit de Gibraltar en lui-même constitue le pivot de ces espaces de l’Occident méditerranéen, la coupure entre l’Europe et l’Afrique, le passage entre la Méditerranée et l’Atlantique. Les auteurs anciens appelaient ce détroit les « colonnes d’Héraclès » ou « d’Hercule ». Ils attribuaient la création de cette charnière à Héraclès, qui aurait séparé l’Afrique et l’Europe ou aurait au contraire rapproché les deux rives pour protéger la Méditerranée des monstres marins venus de l’Océan55. Qu’il s’agisse du percement d’un canal ou d’une tentative de fermeture de la mer, l’inspiration de ces mythes est heureuse, car le détroit de Gibraltar est bien un accident géologique dont dépend la survie de la Méditerranée. Il y a plus de 6 millions d’années, l’océan Atlantique et la Méditerranée communiquaient au niveau de l’actuel détroit de Gibraltar, avant que le mouvement d’affrontement des plaques africaine et eurasienne ne vienne très progressivement fermer les chaînes bétique et rifaine, formant ainsi l’actuel « arc de Gibraltar56 ». Cette fermeture de la Méditerranée a provoqué un phénomène important d’évaporation et donc de baisse de plus de 1 000 m du niveau de la mer : cet événement, qui est survenu il y a environ 5,6 millions d’années et qui a duré lui-même 300 000 ans, est connu comme la « crise de salinité messinienne57 ». Pendant cette période, la mer « ancêtre » de la Méditerranée se serait lentement transformée en lago-mare, comme le montrent les dépôts évaporitiques de sel et de gypse messiniens qui abondent sur ses rives. Les précurseurs des fleuves méditerranéens actuels, le Rhône, l’Èbre, le Nil, creusèrent de véritables canyons pour se jeter dans cette mer fermée, dont ils étaient les seuls apports en eau douce. Mais vers 5,3 millions d’années, pour des raisons encore incertaines, la tendance s’inversa : le détroit de Gibraltar se serait assez brutalement rouvert, donnant lieu à un déversement rapide des eaux de l’Atlantique dans la Méditerranée58. Ce Mega-flood, cette inondation soudaine, ne serait peut-être pas due à des raisons tectoniques59, mais davantage au creusement d’un chenal fluvial entre l’Atlantique et la Méditerranée, dont le niveau se serait situé plusieurs kilomètres en contrebas de celui de l’Océan60. Quelles qu’en furent les raisons, cette ouverture salvatrice du détroit de Gibraltar permit le remplissage des bassins méditerranéens grâce au déversement des eaux atlantiques plus froides et moins salées, ce qui sauva la Méditerranée en ralentissant l’évaporation. Les deux versions du mythe héracléen, la fermeture ou la création du détroit sous l’action d’un héros organisateur du cosmos, pressentaient finalement toutes deux cette réouverture d’une brèche accidentelle et bienvenue dans un espace qui tend à l’unité morphologique.

  • 61 Pour une description morphologique récente, voir Mareï, inédite, pp. 63-83.
  • 62 Entre la pointe Marroquí en Espagne et la pointe Cires au Maroc.
  • 63 Loget, Van den Driessche, 2006, pp. 342-343.

32Les deux rives du détroit constituent les deux moitiés d’un arc montagneux, interrompu par cet étroit bras de mer du détroit proprement dit, à la fois trait d’union est-ouest et coupure nord-sud. Le détroit de Gibraltar coupe donc un espace continental géologiquement et géographiquement continu61. Ses 14 km de large en son point le plus étroit62 séparent, sur 58 km de longueur, un arc orogénique unique appelé « bético-rifain » ou « arc de Gibraltar ». Cet orogène bético-rifain est né de l’affrontement des plaques eurasienne et africaine ; il représente l’arc le plus occidental d’une série de reliefs constituée à l’époque du plissement alpin63. Il est constitué des cordillères bétiques au nord, qui s’étendent du détroit de Gibraltar jusqu’à Alicante, et du massif rifain au sud, entre Tétouan et Melilla. Le détroit sépare en deux massifs cet arc orogénique bético-rifain, dont le point culminant, le pic Mulhacén, s’élève à 3 842 m.

  • 64 Ces délimitations proviennent de la troisième édition du document de référence publié par l’Intern (...)

33Juridiquement, le détroit de Gibraltar désigne le bras de mer compris entre, à l’ouest, les caps Trafalgar en Espagne et Spartel au Maroc et, à l’est, les pointes Europa (Tarifa) et Almina (Tanger), d’après les délimitations établies au milieu du xxe siècle par l’International Hydrographic Organization64. Ses limites tracées artificiellement « de cap à cap » tranchent un milieu physiquement assez homogène. Pour le navigateur comme le géomorphologue, rien ne permet de distinguer les eaux du détroit de celles de la mer d’Alboran, si ce n’est le franchissement de ces limites juridiques.

  • 65 Pour des développements supplémentaires et une bibliographie récente sur cette notion d’« espace t (...)
  • 66 Cette expression a été forgée assez récemment par deux géographes, L. Ménanteau et J.-L. Vanney, p (...)
  • 67 Ce nom provient de l’îlot d’Alboran (du corsaire Al Borani), situé au centre de cette mer, qui n’a (...)

34Ce détroit, qui appartient à la catégorie des espaces « terraqués », de contact entre terre et eau, constitue un trait d’union entre mer et océan65. Il unit la partie de l’Atlantique appelée golfe ibéro-marocain66 et le bassin le plus occidental de la Méditerranée, la mer d’Alboran67. Cette mer d’Alboran s’étend de la limite orientale du détroit de Gibraltar jusqu’à la ligne comprise entre le Cabo de Gata en Espagne, proche d’Almería, et le cap Fegalo en Algérie, à une vingtaine de kilomètres à l’est d’Oran (carte 1). Le détroit est un seuil entre les eaux froides de l’Atlantique et les eaux plus chaudes et chargées en sel de la Méditerranée. Ce passage présente un écosystème particulier, propice aux migrations des poissons notamment, et possède des possibilités halieutiques très anciennement exploitées.

Carte 1. — Les espaces de l’Extrême Occident méditerranéen à l’époque romaine

Carte 1. — Les espaces de l’Extrême Occident méditerranéen à l’époque romaine
  • 68 Sur les dénominations géographiques antiques, voir le chap. i, partie II de cet ouvrage.
  • 69 Sur la mythologie de l’Extrême Occident, voir le chap. i, partie I de cet ouvrage.
  • 70 Sur les perceptions géographiques antiques, voir le chap. i, partie II de cet ouvrage.
  • 71 Sur les conditions de navigation antique, voir le chap. i, partie III de cet ouvrage.

35Pour désigner cet ensemble maritime composé du golfe ibéro-marocain, du détroit de Gibraltar et de la mer d’Alboran, l’expression d’Extrême Occident méditerranéen est la plus judicieuse. En effet, les auteurs anciens utilisaient les termes de « colonnes d’Héraclès », de « golfe » ou de « détroit de Gadès »68, pour nommer cette région maritime entre l’Océan — la mer Extérieure — et la Méditerranée — la mer Intérieure, « notre Mer ». Dans l’Antiquité, cette région est vue d’un seul tenant, comme un chenal assez long unissant l’Atlantique et le premier bassin occidental de la mer Méditerranée, à savoir la mer Ibérique. Les mentions de différentes cités, Gadès essentiellement, mais aussi Lixus (Larache au Maroc), Tingi (Tanger), Carteia (San Roque en Espagne), servaient de point de repère plus précis, comme les références mythologiques aux « Portes d’airain du Soleil », à l’« île rouge de Géryon », aux « îles des Bienheureux »69. Considérées depuis les cités grecques, depuis Rome ou Alexandrie, les deux rives d’Ibérie et de la Maurousie étaient vues comme un tout, un ensemble créé par l’action d’un demi-dieu, Héraclès. Les deux colonnes d’Héraclès, les deux amers Calpe (Calpé, le rocher de Gibraltar) et Abila (Abyla, le djebel Moussa), sont une entité inséparable70, symbole d’une limite réputée infranchissable pour la navigation71. À l’ouest des colonnes, le Soleil disparaît dans l’Océan primordial et circumterrestre.

  • 72 Mareï, 2009, pp. 122-124 et, pour un développement plus ample, id., inédite, pp. 43-62.
  • 73 Sur ces questions, voir Vanney, Ménanteau, 2004, pp. 26-27, 32, 39-41, 43. L’Espagne a reconnu dep (...)
  • 74 « Entre 2002 et 2005, sous prétexte de lutte contre les mafias, va se mettre en place dans le golf (...)

36Mais le nom de détroit de Gibraltar actuellement ne fait pas seulement résonner ces distinctions géographiques et morphologiques. La domination de cet espace original est encore un enjeu majeur dans les relations entre les puissances méditerranéennes. Les conflits et négociations ont abouti à créer des statuts administratifs particuliers pour une pluralité d’enclaves politiques : actuellement, le territoire britannique de Gibraltar au nord du détroit fait face au préside de Ceuta, situé sur la rive marocaine de la Méditerranée72. Route maritime essentielle aux ressources naturelles abondantes, seuil stratégique clé, le détroit de Gibraltar a suscité les convoitises et attisé les conflits entre les États environnants. Le détroit de Gibraltar est l’un des rares espaces de l’Europe occidentale à abriter encore des conflits de souveraineté : l’Espagne cherche à récupérer le territoire de Gibraltar, perdu depuis 300 ans, tandis que les présides, ou « places de souveraineté » espagnoles de Ceuta et Melilla sur la côte rifaine, sont revendiqués par le Maroc73. La tension s’est aggravée entre ces deux pays en 2002, à propos de la possession d’un îlot désert situé à 4 km au large de Ceuta, el Islote del Perejil (l’« îlot du Persil »). Le morcellement politique du détroit entre plusieurs autorités et la multiplicité des particularismes juridiques en font une plaque tournante idéale pour toutes sortes de trafics et d’échanges illégaux. Cette situation est aggravée par les fortes disparités économiques entre les deux rives méditerranéennes et l’attrait exercé par les présides ou les Canaries, portes d’entrée de l’espace Schengen, sur les migrants en provenance du continent africain74.

  • 75 Vanney, Ménanteau, 2004, p. 39 ; Le Boedec, 2007.
  • 76 L’idée d’une proximité géographique entre les rives du détroit de Gibraltar hante notamment les tr (...)
  • 77 Près de 100 000 navires circulent chaque année à travers le détroit de Gibraltar : Vanney, Ménante (...)
  • 78 Ce modèle d’« entre-deux » a été notamment élaboré par Mareï, Baron-Yellès, 2013.
  • 79 Ibid., pp. 10-13.

37Si le détroit de Gibraltar est toujours un espace d’une importance stratégique majeure, il est aujourd’hui synonyme de frontière politique, économique et culturelle75. Une série de clivages s’est instaurée entre les deux rives de la Méditerranée, que beaucoup de similitudes et de particularismes partagés contribuent pourtant à rapprocher76. Tandis que les richesses mondiales circulent librement et transitent par les ports de Tanger, Tanger-Med et d’Algésiras77, les pouvoirs publics tentent de contrôler les flux humains sud-nord. Pas moins de cinq États, le Maroc, l’Espagne, Gibraltar, mais aussi le Portugal et l’Algérie, essaient de maintenir ou de développer leur influence sur cet espace crucial. Des logiques multiples et souvent inverses se mêlent dans cet espace modélisé récemment comme un « entre-deux78 », dont les flux centraux importent autant voire davantage que les rives. Des forces d’intégration (création de structures transcontinentales, comme des réseaux de câbles sous-marins par exemple, ou le projet de tunnel), de diffusionnisme (rayonnement international de pôles régionaux), de « débordement » (prise de possession et exercice d’intérêts lointains sur la zone du détroit) ou encore de compartimentage (multiplicité des enclaves et des législations nationales) s’affrontent aujourd’hui entre et sur les littoraux de la Méditerranée extrême-occidentale79.

IV. — Directions choisies

  • 80 Arnaud, 2005, p. 15. Sur les conditions de navigation antique, voir le chap. i, partie III de cet (...)
  • 81 Sur les perceptions géographiques antiques, voir le chap. i, partie II de cet ouvrage.
  • 82 Sur la mythologie de l’Extrême Occident, voir le chap. i, partie I de cet ouvrage.

38Pour conclure sur ces éléments de définition, cet espace du détroit de Gibraltar n’est pas un « donné » physique éternel et absolu : ses limites actuelles sont des amers choisis par convention lors de conférences internationales, et non des frontières morphologiques claires. Le détroit n’est pas un point, mais un espace qui unit le golfe ibéro-marocain et la mer d’Alboran. Ces trois espaces de l’Extrême Occident méditerranéen ont été nommés et circonscrits de façon récente d’après des enjeux politiques. Le détroit de Gibraltar n’est pas un repère cartographique existant de toute éternité : c’est un nœud défini par un rapport de forces stratégiques et par des échanges humains et économiques. Depuis le début du Ier millénaire avant notre ère, le détroit de Gibraltar constitue une croisée entre l’Afrique et la péninsule Ibérique, entre les mondes atlantique et méditerranéen. Les cités construites sur les rives de l’Extrême Occident méditerranéen, de Gadès à Lixus, de Carthago Noua (Carthagène, Espagne) à Siga (Takembrit, Algérie), ont été fondées comme des têtes de pont pour les navigations méridiennes (nord-sud) et transversales (est-ouest). Cette étude ne se limite donc pas aux seuls 750 km2 que compte actuellement le détroit de Gibraltar proprement dit, mais au quadrilatère de 115 000 km2 qui inclut l’intérieur des terres et dont les quatre cités sus-citées constituent les angles. Le détroit stricto sensu n’a pas concentré l’essentiel des relations entre la péninsule Ibérique et la Maurétanie, bien au contraire : les routes occidentales, par la traversée du golfe ibéro-marocain, et orientales, via la mer d’Alboran, semblent avoir été davantage fréquentées que la liaison apparemment la plus rapide. Les difficultés de navigation entre les deux rives du détroit, mais aussi des choix politiques ou des impératifs stratégiques ont incité les navigateurs, les commerçants, les généraux à emprunter des voies diverses, moins directes, mais plus adaptées à des objectifs qui ne se limitent jamais à battre de simples records de vitesse80. En outre, la vision et la description de ces espaces géographiques dans l’Antiquité différaient largement de celles que les moyens d’observation et de représentation cartographique actuels nous permettent d’avoir81. Enfin, les premières mentions et représentations de ces espaces ne sont pas issues d’un discours scientifique qui tendrait à décrire fidèlement un référent, mais de récits mythiques, qui citent et localisent les espaces du détroit de Gibraltar d’après des logiques symboliques et poétiques82.

39C’est par cette première esquisse de l’Extrême Occident méditerranéen que je commencerai cette étude. En effet, les mythographes et poètes grecs, dès le viie siècle av. J.-C., ont cité des espaces et des peuples situés « au-delà de l’Océan », au couchant, aux frontières entre le monde des hommes et celui des êtres surnaturels. À partir du vie siècle av. J.-C., une certaine tradition mythographique a fixé les deux derniers travaux d’Héraclès dans cet Extrême Occident méditerranéen. Le héros aurait même distingué la mer Intérieure de l’Océan en créant un détroit entre les deux et en élevant des colonnes sur ses rives. Ces colonnes d’Héraclès, à partir du iiie siècle av. J.-C., ont été peu à peu situées sur les rives du détroit de Gibraltar, où s’ouvrait un Océan désormais fermement distingué de la Méditerranée. Quand et pourquoi les colonnes d’Héraclès ont-elles pris place sur les rives du détroit de Gibraltar ? Comment ces espaces ont-ils été imaginés, décrits et parcourus à la fin de la République romaine ?

40Une fois ces discours et ces parcours étudiés dans le premier chapitre, les chapitres suivants retraceront chronologiquement les évolutions des relations politiques entre les espaces ibériques et maurétaniens. Le deuxième chapitre s’ouvrira par l’étude des premiers contacts directs entre Rome et les espaces ibériques et maurétaniens : la deuxième guerre punique, les dispositions stratégiques d’Hannibal et la recherche d’alliés en Afrique vont conduire la puissance romaine à traverser le détroit des colonnes pour la première fois, afin de consolider son emprise sur la péninsule Ibérique. Au ier siècle av. J.-C., cette politique d’appui stratégique dans les royaumes maurétaniens se développe fortement au cours des guerres civiles romaines, où chaque camp en présence va chercher à assurer ses prises et son réseau d’alliés en Méditerranée extrême-occidentale. La mise en place du Principat augustéen va changer profondément la donne au tournant de notre ère : l’intégration des espaces ibériques à l’empire s’achève, tandis que commence celle des espaces maurétaniens, qui se fait en étroite synergie avec les ressources militaires de la péninsule Ibérique. Ce moment d’intenses solidarités stratégiques, qui culmine lors de la conquête et s’achève avec la guerre civile de 69 apr. J.-C., fera l’objet du troisième chapitre. À la fin du ier siècle apr. J.-C. s’ouvre une période de « proximité parallèle » pour les provinces ibériques et maurétaniennes, dont les trajectoires restent proches, mais sont distinctes tout au long des iie et iiie siècles malgré les quelques soubresauts militaires, jusqu’à être de nouveau réunies à la toute fin du siècle dans le même ensemble administratif : ce long moment fera l’objet du quatrième et dernier chapitre de l’ouvrage.

  • 83 C’est là la définition traditionnelle de la stratégie, différenciée classiquement de la tactique, (...)
  • 84 C’est ainsi que Thucydide présentait notamment le rôle de Périclès : Romilly, 1956, pp. 180-239.

41Un point est nécessaire sur le sens à donner à ce mot de stratégie, qui reviendra tout au long de cette étude. La stratégie dans l’Antiquité n’est pas seulement conçue comme la mise en œuvre des moyens nécessaires à l’obtention d’une issue heureuse lors d’un conflit armé83, mais aussi comme la prévision des événements futurs et la capacité à planifier la victoire sur un ennemi réel ou supposé. Le stratège dans la cité grecque classique n’est pas seulement un général en chef, il devient le plus haut magistrat de la collectivité, dont les décisions conditionnent l’avenir de ses concitoyens84. À Rome, la guerre étant l’un des fondements majeurs de l’organisation de la cité, la stratégie est à la fois une compétence indispensable et un domaine réservé aux plus hauts magistrats détenteurs de l’imperium, c’est-à-dire du pouvoir de décision suprême en matière civile et militaire dans les limites de leur prouincia, zone sur laquelle s’exerce leur commandement. Or, sous l’Empire, les Maurétanies échappent au contrôle des légats impériaux disposant de légions et de l’imperium ; elles sont placées sous la responsabilité de simples procurateurs équestres : est-ce à dire qu’elles sont stratégiquement dépendantes des provinces voisines dirigées par des légats impériaux et occupées par des armées légionnaires ? Là encore, les apparences d’importance stratégique négligeable que revêtiraient les provinces maurétaniennes sont trompeuses : le nombre des troupes stationnées dans les Maurétanies, qui devient rapidement plus grand que celui de l’armée de la péninsule Ibérique, suffit à contester cette image de parent pauvre. Plus qu’une éternelle et forte sujétion des Maurétanies à l’Hispanie, c’est en fait une vision stratégique large et mouvante qui s’impose progressivement à la puissance romaine dans ces régions de l’Extrême Occident.

  • 85 Luttwak, 1976.

42Bien loin d’une « Grand Strategy » telle que la concevait Edward Luttwak, une stratégie totale, planifiée à l’avance par une administration militaire centrale soucieuse de la défense de l’Empire et de ses sujets85, le terme de stratégie sera entendu ici comme un ensemble pragmatique de choix limités visant à assurer le succès militaire à moindres coûts dans une région donnée. Les trois derniers chapitres s’attacheront donc à étudier l’existence d’une éventuelle prise en considération stratégique de l’ensemble des espaces du détroit de Gibraltar à des époques données, afin de tirer parti des atouts militaires et politiques présentés par chacune des rives de la Méditerranée.

Notes

1 « quando venimmo a quella force stretta, / ov’Ercole segno li suoi riguardi, / accioché l’uom’ piu oltre non si metta » (« quand nous arrivâmes à ce passage étroit / où Hercule plaça, en signe, ses deux bornes, / afin que l’homme plus outre ne passât » [Dante, Enfer, chant XXVI, vv. 107-109 ; trad. et commentaire Portier, 1973, pp. 499-500]).

2 Strabon, III, 5, 5-6.

3 Lucien, Histoires vraies, I, 5-7.

4 Rosenthal, 1971, pp. 204-228.

5 L’usage d’une majuscule à l’initiale d’empire (ou Empire) romain fait débat : ici, sur le modèle de Nicolet, 1988, la majuscule sera réservée à l’emploi de l’expression « Empire romain » dans son sens politique d’État, de construction monarchique particulière. « L’empire romain » sans majuscule désigne l’emprise géographique de Rome, quel que soit le régime politique concerné. Ainsi devra-t-on écrire : « la République romaine a conquis un empire deux siècles avant de devenir un Empire ».

6 Voir Hurlet, 2014, pp. 13-33.

7 D’après l’expression judicieuse de Jean Andreau, dans sa modération du colloque organisé par Laurent Callegarin (Casa de Velázquez, Madrid) et Dominique Valérian (Université Lyon 2), « Le détroit de Gibraltar, à la croisée des mers et des continents (Antiquité – Moyen Âge) », Colegio de España – Cité universitaire internationale de Paris, 3-5 décembre 2014.

8 L’histoire méditerranéenne « connectée », renouvellement principal de l’historiographie méditerranéenne depuis les travaux fondateurs de F. Braudel, montre les relations entre les rives et les territoires très différents des espaces méditerranéens, constitués de « micro-régions » mouvantes, mais toujours en contact sur la très longue durée par cabotage, liens culturels et commerciaux : voir Horden, Purcell, 2000.

9 Sur la mobilité des personnes et les contrôles en Méditerranée, voir Kaiser, Moatti, 2004 et 2009 ; sur les connexions culturelles entre la Méditerranée et le monde ibérique, les migrations, les identités culturelles et les métissages, voir Demougin, Caballos, 2006 ; Jiménez Díez, 2008. Pour une approche globale et un tour d’horizon de cette réflexion, voir Dan, Trinquier, à paraître.

10 Ce terme, connoté et réducteur, qui renvoie sans cesse à une fiction des origines aussi bien qu’à un passé colonial récent, est peu souvent utilisé en latin : on peut donc avantageusement s’en passer pour préciser au maximum la pensée et éviter de reprendre les anciens mots des colonisateurs, aujourd’hui parfois brandis dans le réveil des fiertés nationales et identitaires.

11 Tarradell, 1959 et 1960, p. 61.

12 Pour un bilan complet sur ce paradigme, voir Coltelloni-Trannoy, Bridoux, Brouquier-Reddé, 2016, not. pp. 1-6 ; Bernal Casasola, 2016 ; Bernard, 2016, pp. 121-123.

13 Bernal Casasola, 2016, p. 33, présente un tableau récapitulatif commode des évolutions de l’expression.

14 Ponsich, Tarradell, 1965, pp. 98-99 ; Ponsich, 1975, p. 672, 677 ; Gózalbes, 2001 et 2002b, pp. 133-135 ; Bernal Casasola, Pérez Rivera, 2001, pp. 876-878.

15 Coltelloni-Trannoy, Bridoux, Brouquier-Reddé, 2016, pp. 2-4.

16 Voir Blázquez, 1967, pp. 29-30 ; López Pardo, 1988, pp. 741-784.

17 Voir Pons Pujol, 2006 et surtout Papi, 2016.

18 Les travaux entrepris depuis une dizaine d’années sur cette zone vont dans ce sens : voir notamment Callegarin, 2000, 2004, 2008 et le précieux bilan de Bernal Casasola, 2016.

19 Actas del I Came, 1954.

20 Pour un vaste panorama et une réflexion approfondie sur ce paradigme, son histoire et son actualité, voir notamment Callegarin, 2016.

21 Interprétation donnée notamment par Pons Pujol, 2006, pp. 70-72. Cette hypothèse est loin d’être certaine, notamment dans sa traduction institutionnelle, mais sa formulation est intéressante.

22 Richardson, 2008, pp. 182-194.

23 López Pardo, 1987a.

24 Actas del I Came, 1954.

25 Étienne, 1954, sur Volubilis ; Le Glay, 1954, sur les « trouvailles ibériques d’Algérie » ; Thouvenot, 1954.

26 Balil, 1954 ; García y Bellido, 1954.

27 Cherchell, CIL, VIII, 21031.

28 « Este es el sentido epitafio de un emigrante español, precursor de los miles y miles que, desde hace un siglo, se van a la misma Argelia donde murió el ecijano, a abrir el camino de la civilización por montes y desiertos. Entonces como ahora » (García y Bellido, 1954, p. 377).

29 Tarradell, 1960, p. 61.

30 Papi, 2016.

31 Ripoll Perelló, 1988. Il existe trois autres tomes, chacun sous la même direction et issus du même colloque : t. II : Historia de la Edad Media ; t. III : Historia Moderna y Contempóranea ; t. IV : Geografía y varios. Seul le premier tome intéresse notre étude, mais l’ambition de ce projet d’histoire totale et diachronique est à souligner.

32 Souville, 1988.

33 Notamment Cara Barrionuevo et alii, 1988 ; Roca Roumens, Fernández García, 1988 ; Mangas, 1988.

34 Storch de Gracía y Asensio, 1988 ; Santos Yanguas, 1988 ; Abad Varela, 1988 ; Castro Gasalla, 1988.

35 Certains de ces articles sont par ailleurs très intéressants, mais les objets qu’ils étudient sont souvent trop limités pour éclairer la vaste question des échanges interprovinciaux dans la région du détroit : Villaverde Vega, 1988.

36 Voir Osuna, 1988.

37 Ripoll Perelló, Ladero Quesada, 1995.

38 Voir Callegarin, inédite.

39 Des comptoirs tels que Malaca (Málaga), Sexs / Sexi (Almuñecar), Abdera ou Lixus, longtemps attribués à la colonisation punique et non phénicienne.

40 Callegarin, inédite, pp. 165-247.

41 Ibid., pp. 516-630.

42 Ibid., annexes, pp. 761-806 et 807-867.

43 Ibid., p. 2.

44 Braudel, 1969, pp. 41-83.

45 Voir les positions les plus radicales de Pons Pujol, 2016 et surtout Papi, 2016.

46 Voir notamment Amandry, 1987, pp. 1-14 ; Callegarin, 1999.

47 Voir les travaux précurseurs de Salama, 1951 ; Ponsich, 1964 et 1970 ; Roxan, 1973 ; Sillières, 1990 et 1995.

48 Vanney, Ménanteau, 2004, pp. 187-193.

49 Sur Kouass par exemple, voir Callegarin, 2004, pp. 526-529 ; Aranegui Gasco et alii, 2004, pp. 366-367 ; Kbiri Aloui, 2007 ; Bridoux et alii, 2009, 2010, 2011 ainsi que les « chroniques Kouass » en ligne, 2011-2015. Sur Rirha, voir Callegarin et alii, 2016.

50 Sur ces notions de construction historique des espaces mondialisés, voir notamment les réflexions de Christian Grataloup (Grataloup, 2009) ; id., contribution à paraître dans Dejugnat, Des boscs-Plateaux, Haushalter.

51 On a donc fait le choix d’écrire Extrême Occident avec des majuscules, car il s’agit d’un toponyme précis et caractérisé, mais sans trait d’union, car l’expression ne désigne pas un « Extrême-Occident » absolu consacré par un usage fréquent. P. Moret dans son habilitation à diriger des recherches encore inédite a fait le même choix (Moret, inédite, vol. 1).

52 Voir Rouquié, 1987.

53 En français contemporain, l’expression géographique « océan Atlantique » ne prend pas de majuscule au nom commun, puisque c’est l’adjectif qui marque la caractérisation du nom qui la porte (comme dans « péninsule Ibérique » ou « mer Méditerranée »). Cependant, l’acception de ce terme d’Océan est différente dans l’Antiquité, puisqu’il s’agissait alors d’un nom propre désignant non seulement une unique étendue maritime, mais également une divinité, ce qui justifie l’emploi de la majuscule.

54 Denys le Périègète, Description de la terre habitée, vv. 57-74 ; trad. Jacob, 1990, p. 87, modifiée.

55 Diodore de Sicile mentionne les deux versions du mythe en laissant le lecteur libre de trancher, selon l’habitude des mythographes : Diodore, IV, 18, 3. Voir Jourdain-Annequin, 1982, p. 246 et le chap. i, partie I de cet ouvrage.

56 Duggen et alii, 2003.

57 Ce phénomène a été mis en lumière dans les années 1970 par les géologues : Hsü et alii, 1973. Depuis, la littérature scientifique est relativement abondante, les controverses concernant les origines ou la durée de cette « crise » restant nombreuses. Pour une mise au point générale, voir Rouchy, 1999, pp. 104-108 et en dernier lieu Blanc, 2002.

58 Pour des modélisations récentes du phénomène, voir notamment Loget, Van den Driessche, 2006 ; García-Castellanos et alii, 2009.

59 Explication donnée par la majorité des travaux depuis les années 1970, et encore soutenue aujourd’hui, malgré l’absence de faille active dans la région du détroit : Hsü et alii, 1973, et en dernier lieu Hodell et alii, 2001.

60 Telles sont les conclusions notamment de N. Loget et J. Van den Driessche, partiellement rejointes par les études de D. García-Castellanos et son équipe, qui ont mis en lumière la brutalité et la soudaineté du phénomène : 90 % du total des eaux écoulées de l’Atlantique à la Méditerranée se seraient déversés en deux ans maximum, le niveau de la mer serait monté de 10 m par jour pendant cette période. Voir Loget, Van den Driessche, 2006 ; García-Castellanos et alii, 2009.

61 Pour une description morphologique récente, voir Mareï, inédite, pp. 63-83.

62 Entre la pointe Marroquí en Espagne et la pointe Cires au Maroc.

63 Loget, Van den Driessche, 2006, pp. 342-343.

64 Ces délimitations proviennent de la troisième édition du document de référence publié par l’International Hydrographic Organization (IHO) intitulé Limits of Oceans and Seas, après des séries de conférences internationales destinées à fixer les limites maritimes et les régimes juridiques des eaux du globe : IHO, 1953. Voir aussi la révision consacrée à la Méditerranée et ses subdivisions : IHO, 2002, no 23.

65 Pour des développements supplémentaires et une bibliographie récente sur cette notion d’« espace terraqué », voir Mareï, inédite, pp. 63-64 ; Mareï, Baron-Yellès, 2013, p. 2.

66 Cette expression a été forgée assez récemment par deux géographes, L. Ménanteau et J.-L. Vanney, pour désigner le large golfe océanique qui s’ouvre entre les rivages portugais, espagnol et marocain : voir Vanney, Ménanteau, 2004.

67 Ce nom provient de l’îlot d’Alboran (du corsaire Al Borani), situé au centre de cette mer, qui n’abrite actuellement qu’une dizaine de militaires espagnols : voir Gutiérrez Castillo, 2003, pp. 1-8.

68 Sur les dénominations géographiques antiques, voir le chap. i, partie II de cet ouvrage.

69 Sur la mythologie de l’Extrême Occident, voir le chap. i, partie I de cet ouvrage.

70 Sur les perceptions géographiques antiques, voir le chap. i, partie II de cet ouvrage.

71 Sur les conditions de navigation antique, voir le chap. i, partie III de cet ouvrage.

72 Mareï, 2009, pp. 122-124 et, pour un développement plus ample, id., inédite, pp. 43-62.

73 Sur ces questions, voir Vanney, Ménanteau, 2004, pp. 26-27, 32, 39-41, 43. L’Espagne a reconnu depuis formellement l’existence de Gibraltar par la visite du ministre espagnol des Affaires étrangères le 22 juillet 2009 sur le rocher, mais les incidents sont toujours nombreux entre la Guardia civil et les gardes-côtes gibraltariens qui s’accusent mutuellement d’intrusions.

74 « Entre 2002 et 2005, sous prétexte de lutte contre les mafias, va se mettre en place dans le golfe [ibéro-marocain] une frontière d’un nouveau genre, qu’aucun traité ne justifie, invisible et non cartographiable, électronique autant qu’économique, l’écart de vie entre les deux rives du détroit étant incomparablement plus grand que celui séparant les deux Californies » (ibid., p. 180). Le Boedec, 2007.

75 Vanney, Ménanteau, 2004, p. 39 ; Le Boedec, 2007.

76 L’idée d’une proximité géographique entre les rives du détroit de Gibraltar hante notamment les travaux de F. Braudel, inspiré par le géographe René Lespès : « Le Canal méditerranéen, comme l’a appelé René Lespès […] n’est pas, dans la masse continentale des mondes ibérique et nord-africain, une barrière, mais une rivière qui unit plus qu’elle ne sépare, qui fait de l’Afrique du Nord et de l’Ibérie un seul monde » (Braudel, 1966, I, pp. 107-108). Voir ci-dessus pour une réflexion plus approfondie sur cet axiome de proximité nord-sud défendu par F. Braudel.

77 Près de 100 000 navires circulent chaque année à travers le détroit de Gibraltar : Vanney, Ménanteau, 2004, p. 180 et Mareï, 2012 ; sur le trafic maritime et ses risques écologiques, voir également J. Bérajano, « Trop étroit Détroit », La Vanguardia, 22 décembre 2007, repris dans Courrier international, 28 décembre 2007. Sur les échanges commerciaux mondialisés à travers le détroit, voir Mareï, inédite, pp. 269-301 et 2012.

78 Ce modèle d’« entre-deux » a été notamment élaboré par Mareï, Baron-Yellès, 2013.

79 Ibid., pp. 10-13.

80 Arnaud, 2005, p. 15. Sur les conditions de navigation antique, voir le chap. i, partie III de cet ouvrage.

81 Sur les perceptions géographiques antiques, voir le chap. i, partie II de cet ouvrage.

82 Sur la mythologie de l’Extrême Occident, voir le chap. i, partie I de cet ouvrage.

83 C’est là la définition traditionnelle de la stratégie, différenciée classiquement de la tactique, qui est « la mise en œuvre de moyens divers pour remporter un succès provisoire » (Le Bohec, 2007, p. 12). Cette conception empruntée aux théoriciens de l’histoire militaire ne rend pas compte de toute la richesse du terme de « stratégie » aux époques anciennes.

84 C’est ainsi que Thucydide présentait notamment le rôle de Périclès : Romilly, 1956, pp. 180-239.

85 Luttwak, 1976.

Table des illustrations

Titre Carte 1. — Les espaces de l’Extrême Occident méditerranéen à l’époque romaine
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4377/img-1.png
Fichier image/png, 99k

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site