Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Nec plus ultra

 | 
Gwladys Bernard

Préface

Michel Christol

Full text

1Le livre que l’on va parcourir envisage sagement de réécrire un segment de l’histoire impériale de Rome. Non qu’il y ait tout à reprendre ! Mais peut-être convenait-il d’ajuster le regard, puis d’observer sur la longue durée.

2Ajuster le regard. Tel ou tel imperator se glorifie d’avoir ajouté une province. L’acte, tel qu’il est présenté, fait entrer dans la grande lignée des conquérants qui ont assuré, avec l’aide des dieux, le développement de la puissance romaine : l’empire de Rome serait ainsi fait d’additions, élargissant l’une après l’autre la plénitude d’un espace supposé dominé ou administré jusqu’à ce qu’il fût considéré comme l’ensemble du monde habité. Mais les Res Gestae Divi Augusti, ainsi que d’autres sources, et déjà Polybe, n’apprennent-elles pas que la domination de Rome ajoutait à l’établissement et à la construction des provinces d’autres formes de contrôle ? Lorsque l’élite dirigeante, après l’avoir affrontée loin de l’Italie, décida de remplacer elle-même la puissance carthaginoise, elle s’imposait de régler des questions politiques à grande distance de Rome, dans un contexte géographique qui était alors véritablement périphérique. C’était toutefois le prix à payer pour ôter de l’horizon militaire les plus graves dangers qui avaient été supportés durant deux terribles décennies. L’observateur qu’est l’historien se découvre à l’intersection de plusieurs faisceaux d’influences, qui ne s’inscrivent pas nécessairement dans des espaces préétablis. Il apparaît alors que l’Hispania Vlterior est à ce moment-là tout autant pièce d’un espace que l’on dénommera le Circuit du Détroit qu’un complément de l’Hispania Citerior, l’autre Espagne des Romains, et que ce trait doit largement marquer son développement comme province.

3Il fallait prendre les mesures spatiales de cette situation neuve, mais d’une manière approchée. Par les mots d’abord. Par ceux de notre temps. Extrême Occident méditerranéen, si l’on veut, mais l’expression est trop romano-centrée et dans les premiers temps de la présence romaine, c’est sans aucun doute le caractère extrême de la localisation qui importe. La zone d’influence de Marseille, même cité alliée, s’interpose entre le monde italique et le monde ibérique. L’expression est très forte dans la première période envisagée, mais par la suite elle perd sans aucun doute cet effet de caractérisation globalisante. « Circuit du Détroit », « Cercle du Détroit », en ajoutant « de Gadès » ou des « colonnes d’Hercule », donnent davantage l’idée d’une vaste zone ayant ses particularités, « continent » éloigné du monde italique, rapprochant sur un axe maritime deux terres qui avaient connu auparavant les aboutissements des navigations tyriennes : points d’ancrage et relais complémentaires. Mais aussi par les mots des Anciens, ce qui justifie le réexamen d’une littérature très diverse : l’auteur part d’Hésiode, montre comment Hérodote apporte une contribution majeure en plaçant des exploits d’Héraclès sur cette partie-limite du monde habité, insiste souvent sur l’intérêt de Strabon, écrivant à un moment où la vision du monde a été profondément marquée par l’élargissement de la domination romaine et par tous ses effets sur la vie des peuples entrés dans le cadre des provinces. Reprendre les textes, c’est aussi tenter de mieux les comprendre et ainsi dresser les contours d’un univers mythique, puis d’un univers parcouru par Hercule, enfin d’un monde où routes, escales, relais, emporia viennent dessiner des paysages mieux repérés et bien plus familiers.

4Il ne faut pas tout aborder du côté des Romains. Ils sont des acteurs majeurs certes, mais leurs provinces d’Ibérie ont été longtemps immergées dans des univers qu’ils maîtrisaient mal. L’un des effets des longues guerres contre les peuples celtibères a été de renforcer les contacts entre la péninsule Ibérique et les terres africaines d’en face, celles des Maures et celles des Numides, puis la contrepartie fut l’engagement pour d’autres théâtres d’opérations d’auxiliaires ibériques. Le Circuit du Détroit avait été déjà le lieu de déplacements de troupes, et surtout d’échanges de soldats, tels les mouvements qu’avaient ordonnés les Carthaginois. Les épisodes de la vie diplomatique et de la vie militaire avaient ainsi rapproché plus qu’on ne le pensait les sociétés qui vivaient de part et d’autre et que l’on a été trop souvent tenté d’aborder isolément : l’arrivée de Rome n’imposa pas une séparation entre deux mondes. Durant le ier siècle av. J.-C., les événements du temps de Sertorius, puis de Pompée et de César montrèrent que ces grands épisodes de la vie politique de la République finissante se réglaient aussi loin de Rome et de l’Italie : le monde maurétanien ne se trouvait-il pas à mi-chemin entre l’Africa et l’Hispanie ? Sans risquer le paradoxe, cette période qui s’achève avec l’étape de la colonisation et de la « municipalisation » de la rive méridionale du Détroit constitue une phase décisive pour le resserrement des liens entre des territoires qui ne sont pas à distinguer parce qu’ils appartiendraient l’un à l’Europe, l’autre à l’Afrique, ou bien parce que l’un serait province et que l’autre serait un « royaume-client » détenu par un roi « ami et allié du peuple romain ». C’est aussi un long moment durant lequel, peu à peu, les distances ne restent plus que géographiques, tous les pays que l’on vient d’évoquer, et surtout les provinces, se rapprochant de l’Italie pour les divers aspects de leur évolution. Au terme de ce moment, longuement et méticuleusement présenté au début du chapitre iii, le tournant augustéen est important car, en rendant l’Hispania Vlterior au peuple romain, le prince entérinait les résultats d’une évolution politique, économique et sociale, que Strabon peu après allait proposer en modèle. Mais c’était un signe dont l’intérêt concernait vraisemblablement l’ensemble du Circuit du Détroit, c’est-à-dire aussi les terres d’en face, confiées à la garde de Juba II. La puissance militaire n’était pas très éloignée, car elle se trouvait en Citérieure, mais elle n’était pas présente dans toute son ampleur dans le Circuit du Détroit : la province la plus pacifiée se situait aux limites du monde habité, ad Oceanum, comme disent les textes gravés sur les bornes routières que fit installer Auguste.

5Un autre point acquis par les analyses qui se succèdent dans les chapitres suivants concerne les variations de l’ancrage de la puissance militaire, distante en péninsule Ibérique, mais désormais active dans la province qui constitue la partie méridionale du Circuit du Détroit. La narration que fournit Tacite des événements des années 68-70 montre bien combien l’armée de péninsule Ibérique a connu une régression de son influence, comme l’ont souligné des travaux déjà anciens. En revanche, en se substituant à celle du roi de Maurétanie, la puissance romaine a dû assumer des responsabilités jusque-là déléguées. Peu à peu, ce n’est plus au nord du Détroit que s’ancre le facteur de stabilisation qu’est l’armée. C’est au sud, ce qui fait apparaître un autre phénomène géopolitique, car on doit s’intéresser de plus en plus à la Maurétanie tingitane et la distinguer de sa fausse sœur jumelle, la Maurétanie césarienne. En effet, même si le royaume de Bocchus, puis de Juba, s’étendait de la Kabylie jusqu’à l’Océan, il n’avait qu’une unité assez factice. En dépit des ressemblances de leurs dénominations, les deux Maurétanies constituaient des univers plus disjoints qu’on ne le pense. Les envisager comme des « îles » n’est pas rechercher le paradoxe à tout prix : cette formule de Brent Shaw, reprise par Gwladys Bernard, a plus de sens qu’on ne serait prêt à l’admettre à première vue, surtout si on s’attache à redresser des interprétations surannées, qui supposaient des réunifications fréquentes des deux provinces, comme s’il fallait par ce biais répondre avec une intensité accrue aux menaces des peuples provinciaux et aux risques qui provenaient des marges prédésertiques.

6Si la mainmise sur le royaume de Maurétanie s’est réalisée avec le concours des troupes d’Hispanie, peu à peu les deux provinces qui furent constituées suivirent des chemins divergents pour ce qui est des solidarités militaires. Leurs garnisons furent, l’une plus proche de la péninsule Ibérique, l’autre de plus en plus à distance et plus ouverte à des contacts avec les armées du monde danubien. Mais, renversement qui s’exprime clairement dans les faits à la fin du Principat de Marc Aurèle, c’est désormais l’armée de Tingitane qui assure, quand il le faut, la sécurité et les équilibres de la paix dans le Circuit du Détroit. C’était un signe que s’était engagée une nouvelle étape de l’histoire de longue durée qui nous est relatée. Mais sans que, pour longtemps encore, s’altèrent les échanges et les connivences entre les deux rives. À parts égales, pourrait-on dire, comme l’auteur a toujours tenté de le montrer, en recherchant avec soin et rigueur où étaient les points névralgiques, les lieux marquants, les courants, les flux ou les orientations d’influences, leur variabilité ou les modifications de leur intensité.

7Comme on peut le lire aussi à plusieurs reprises, l’ouvrage trempe dans la complexité des héritages ou des traditions historiographiques. Dès le départ, il fait s’interroger sur le nec plus ultra de Dante et le Plus oultre de Charles Quint, et à la fin réfléchir aux pesanteurs qu’exprime la notion de « province transfrétane » remodelée à partir des auteurs latins tardifs, notamment Isidore de Séville. Il ne faut pas sous-estimer le poids ou l’influence des relectures des légendes, de l’histoire ou de la géographie. Ce sont aussi des objets d’histoire.

© Casa de Velázquez, 2018

Terms of use: http://www.openedition.org/6540