Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nec plus ultra

 | 
Gwladys Bernard

Avertissements

Texte intégral

1Au commencement était la source. Ce livre est fondé sur la relecture, l’analyse et la confrontation des documents littéraires, épigraphiques et numismatiques. Le choix a donc été fait de les présenter au cœur du texte, avec une traduction en regard pour les textes originaux longs de plus de quatre lignes, ou en note de bas de page pour les extraits plus courts, sans les rejeter en annexe. La source constitue en effet la matrice du discours et du raisonnement, pas une illustration ou un prétexte au débat historiographique.

2Les éditions des sources littéraires sont celles des Belles Lettres, dans la Collection des universités de France, ou celles d’autres éditions de référence. Les traductions françaises sont également tirées des mêmes éditions, sauf mention contraire. Les extraits des éditions Les Belles Lettres sont cités avec les références du texte original (livre, chapitre ou paragraphe), non avec la pagination moderne, qui peut varier en fonction des rééditions. Les textes tirés d’autres éditions ou traductions sont indiqués avec les références complètes (situation du passage dans l’œuvre originale et pagination). Les éditions et traductions des auteurs anciens cités à plus de deux reprises sont répertoriées dans les sources. Lorsque l’apparat critique ou le commentaire présent dans une édition font l’objet de remarques, l’ouvrage est également indiqué dans la bibliographie générale, au nom de l’éditeur moderne.

3Les inscriptions et les monnaies sont repérables grâce à leur numérotation dans les corpus de référence, que le lecteur retrouvera dans les abréviations et dans les sources. Pour cet ouvrage qui n’a pas vocation à être un corpus épigraphique, les photographies des inscriptions ne sont pas reproduites — la plupart étant déjà publiées ou disponibles en ligne.

4Les traductions des inscriptions latines ou des extraits d’ouvrages contemporains sont personnelles, comme les réalisations cartographiques (faites avec l’appui technique de Nicolas Lamare). L’orthographe retenue pour les noms et expressions géographiques est celle de l’Imprimerie nationale, du dictionnaire Le Robert ou à défaut de l’Encyclopédie Universalis : rappelons que l’emploi des majuscules ou des minuscules dans ces termes n’est pas une norme, mais une convention, sujette à débat et à évolution. Les textes originaux anciens sont présentés ponctués. Les toponymes anciens figurent en italique pour les distinguer des noms de villes et de régions modernes. Enfin, les signes diacritiques utilisés pour les sources épigraphiques ou littéraires sont explicités ci-dessous.

5Sources épigraphiques

6< > Addition par l’éditeur

7/ Changement de ligne

8( ) Développement du texte

9= Équivalence stricte de deux références épigraphiques

10* Inscription fausse (après une référence épigraphique)

11[-] Lacune brève de longueur indéterminée

12[..] Lacune de deux lettres

13[---] Lacune de longueur indéterminée sur une même ligne

14[A] Lacune restituée

15ạ Lettre incomplète, dont l’identification est probable

16⟦ ⟧ Martelage

17------ Une ou plusieurs lignes manquantes en début ou fin de texte

18Sources littéraires

19< > Addition ou correction de l’éditeur

20[ ] Ajout d’une précision

21/ Changement de vers

22†...† Locus perditus : passage ou mot illisible dans le texte original

23[…] Passage abrégé

24* Racine ancienne hypothétique

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site