Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nec plus ultra

 | 
Gwladys Bernard

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage est la version remaniée d’une thèse de doctorat soutenue en septembre 2011 à l’université de Bordeaux III et dirigée par M. Jean-Michel Roddaz. Je tiens à remercier vivement la Casa de Velázquez et son directeur M. Michel Bertrand, ainsi que l’ancienne directrice des publications Mme Catherine Aubert et M. Richard Figuier actuel coordinateur du Service des publications, pour avoir accueilli au sein de la BCV cet ouvrage. J’ai pu effectuer ma thèse grâce à une allocation couplée à l’université de Bordeaux III et à un séjour de deux ans comme membre de l’EHEHI – Casa de Velázquez, alors dirigée par Jean-Pierre Étienvre et Daniel Baloup, pour la section des études anciennes et médiévales. Pour avoir facilité les séjours de recherche au Maroc et à Séville, je remercie M. Aomar Akerraz, directeur de l’INSAP à Rabat, ainsi que M. Antonio Caballos Rufino, professeur et directeur des éditions de l’université de Séville.

2Ce livre n’aurait pu voir le jour sans la collaboration amicale et les échanges nourris avec un grand nombre de chercheurs, de part et d’autre des Pyrénées et du détroit de Gibraltar. Je remercie tout particulièrement et en premier lieu Michel Christol, qui a veillé sur mes premiers pas d’historienne, qui reste un modèle de conduite savante autant qu’humaine, et qui me fait l’honneur de préfacer cet ouvrage. Cet ouvrage doit également beaucoup à Laurent Callegarin, qui m’a suivie, lue, soutenue sans relâche depuis dix ans tant au Maroc qu’à Madrid. François Bérard, Francisca Chaves, François Chausson, Dan et Madalina Dana, Sabine Lefebvre et René Rebuffat ont eu la gentillesse de relire mes travaux, à divers stades et degrés de maturation : je leur sais gré de leurs conseils et de leurs corrections, même si toutes les erreurs qui peuvent encore subsister sont de ma seule responsabilité. Lucia Rossi et Nicolas Lamare m’ont permis d’achever matériellement cet ouvrage et ses figures. Les relectures et la mise en pages ont été assurées avec acuité, rigueur et compétence par Florence Morel. Au Maroc, l’aide de M. Aomar Akerraz, directeur de l’INSAP, s’est avérée déterminante pour les missions de recherche et l’obtention des autorisations nécessaires, et je remercie infiniment Mme Khadija Bourchoug, conservatrice du musée archéologique de Rabat, pour son amical accueil dans son institution.

3Au-delà de cet ouvrage, les discussions passionnantes, parfois passionnées, avec Anthony Álvarez, Jean Andreau, Anne-Florence Baroni, Dario Bernal, Maria-Luisa Bonsangue, François Cadiou, Sylvia Estienne, María Paz García-Bellido, Enrique Gózalbes, Jean-Baptiste Guillaumin, Muriel Hoohs, Anthony Hostein, Zheira Kasdi, Nicolas Lamare, Nicolas Laubry, Patrick Le Roux, Béatrice Le Teuff, Elsa Rocca, Lucia Rossi, Benoît Rossignol, Pierre Rouillard, Coline Ruiz-Darasse, Anthony-Marc Sanz et Nicolas Tran m’ont aidée à cheminer intellectuellement et m’ont invitée à aller plus oultre. Stéphanie Aubert, Roland Béhar, Nelly Labère et Aude Plagnard ont eu la bienveillance de relire les traductions du latin et de l’espagnol. Toute ma famille, notamment mes parents Christine Durand et François Bernard, m’ont soutenue depuis des années, aussi bien à Lyon qu’à Madrid ; ma tante Michèle Bernard Alonso, qui m’a accueillie à bras ouverts dans sa deuxième patrie espagnole, n’aura pu voir malheureusement la fin de l’écriture de ce livre, qui est dédié à sa mémoire. Que soient remerciés pour leur aide les collègues et le personnel de la Casa de Velázquez, notamment Damien Brémont et Morgan Lucas, du CSIC à Madrid, de mon université de Paris 8 et du centre Glotz à Paris, où nombre de ces pages ont été écrites.

4Enfin, ma gratitude va à mon compagnon, Éric Griffon du Bellay, pour son amour, son intérêt et son indulgence dans ces dernières années de labeur.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site