Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inmigración, trabajo y servicio doméstico

Parte III. Inmigración urbana, parcours sociolaborales y servicio doméstico

Mobilité urbaine et service domestique à Charleville (années 1850-1870)

Fabrice Boudjaaba et Vincent Gourdon

Texte intégral

  • 1 Pour plus de détails sur cette enquête, voir Boudjaaba, Gourdon, Rathier, 2010 et Rathier, Ruggiu, (...)

1Depuis quelques années, avec l’aide initiale de l’Agence nationale de la recherche, une grande enquête intitulée « Mobilités, populations, familles en France du Nord de la fin du xviie siècle à la fin du xixe siècle » mobilise une équipe internationale autour de la ville française de Charleville1. Ce projet de démographie historique urbaine, qui consiste à étudier sur deux siècles la population de cette ville, comporte plusieurs axes correspondant aux grandes questions qui mobilisent actuellement au niveau international les spécialistes d’histoire sociale urbaine ou d’histoire des populations. Parmi ces axes principaux, figure le thème de la mobilité (immigration, émigration, mobilité intra-urbaine) des populations citadines du passé. Les sources disponibles dans le cas de Charleville permettent de l’aborder par le biais d’une approche nominative qui va plus loin qu’une vision uniquement agrégée du phénomène. Grâce à cette approche, désormais privilégiée dans les enquêtes de démographie urbaine, il devient possible de saisir les parcours individuels dans leur complexité et leur diversité tout en échappant aux limites d’une simple réflexion par le « cas ».

2C’est en nous plaçant dans cette perspective méthodologique que nous nous intéresserons ici à la mobilité d’une catégorie particulière d’acteurs urbains, les domestiques, souvent décrits dans les études historiques comme le groupe mobile par excellence. Nous analyserons leurs parcours en ville, qu’ils se traduisent par des installations ou par des émigrations hors de la cité, en les replaçant dans le contexte général du brassage démographique urbain. L’enquête sur Charleville, qui se déploie sur la longue durée, offre la possibilité de traiter les rapports entre service domestique, migrations et marché du travail dans des contextes socio-économiques et politiques assez variés. Dans le cas présent, nous avons choisi la période de la fin du Second Empire et du début de la Troisième République, au cours de laquelle la ville connaît une forte croissance démographique liée à son développement industriel. Comment se positionne le service domestique dans cette phase spécifique de dynamisme ? Comment s’opère le choix de cette voie professionnelle ? Peut-on repérer des mécanismes spécifiques de mobilité de la domesticité ?

Charleville et ses recensements

  • 2 Pour cette courte présentation de l’histoire de la ville, nous nous appuyons tout particulièrement (...)

3Il convient tout d’abord de présenter l’enquête et le terrain choisi. L’enquête s’appuie sur les recensements de Charleville (devenue en 1966 Charleville-Mézières), une ville française située au Nord-Est du pays, à proximité de la frontière belge (carte 1), dont l’histoire est singulière à plus d’un titre2.

Situation de la ville de Charleville

Situation de la ville de Charleville

© Anne Varet-Vitu, CRH, CNRS-EHESS, 2015.

Une ville « neuve » à vocation industrielle

  • 3 Gonel, 2006.
  • 4 Robinet, 1965-1966.

4Charleville est en effet une création récente au plan historique, puisqu’elle est née en 1606 de la volonté d’un prince, Charles de Gonzague, duc de Nevers. Cette « ville neuve » est alors destinée à devenir la capitale d’une petite principauté indépendante relevant du Saint-Empire Romain Germanique, la principauté d’Arches. Comme la plupart des villes neuves de l’époque moderne, elle possède un plan géométrique3, et le prince soucieux de la peupler accorde des privilèges aux habitants qui s’y installeraient : pas de droits de douane pour exporter les produits des manufactures, droit d’asile pour les délinquants et criminels (1620), accueil de juifs4.

5La ville ne conserve cependant pas longtemps son indépendance. Elle est rattachée au Royaume de France au tout début du xviiie siècle, tout en conservant un certain nombre de privilèges urbains jusqu’en 1789. En réalité, la présence française est massive dès les années 1660, car cette cité de frontière est vue avec méfiance par la monarchie des Bourbons. En 1687-1688, même s’il continue de reconnaître la souveraineté des Gonzague, Louis XIV ordonne la destruction des fortifications de la ville, et l’administration locale passe sous domination française. Avec la Révolution, la cité se résigne à perdre ses spécificités et à devenir une ville française comme les autres. Elle accueille alors le siège épiscopal du département des Ardennes, tandis que sa rivale et voisine Mézières obtient le siège de chef-lieu du département.

6Située sur la Meuse en amont de Liège, Charleville acquiert dès sa naissance une importante activité marchande, mais, plus original, elle affirme très vite une vocation industrielle. Elle se spécialise en effet depuis le xviie siècle dans la fabrication de clous et dans celle des armes. En 1688 y est fondée une manufacture royale, française, d’armes, qui connait un fort développement dans la seconde moitié du xviiie siècle. C’est là que sont produits les célèbres fusils modèle 1777, qui équipent l’armée française au moment de la guerre d’indépendance américaine, mais surtout lors des guerres de la Révolution et du Premier Empire. Sous Napoléon, Charleville se hisse au rang de deuxième manufacture de l’Empire, derrière Saint-Étienne.

La population de Charleville de 1733 à 1886

La population de Charleville de 1733 à 1886

Source : Archives départementales des Ardennes, Recensements municipaux de Charleville.

7Ce dynamisme économique se traduit au plan démographique. Dès la fin du xviie siècle, la ville regroupe environ 4 000 habitants. Elle stagne dans la première moitié du xviiie siècle (4 517 habitants en 1742), mais croît fortement dans le demi-siècle suivant : 8 000 habitants en 1789, 9 000 à la fin du Premier Empire.

  • 5 La ligne vers Paris est inaugurée en 1858, celle vers Sedan en 1859, celle vers Rivet et la Belgiq (...)

8S’ensuit une période plus difficile, car la chute de Napoléon entraîne un effondrement de la demande d’armes : la manufacture, désormais considérée comme trop proche de la frontière et donc exposée en cas de conflit, est même fermée en 1836. La ville parvient néanmoins à renouer avec la croissance sous le Second Empire. L’arrivée du chemin de fer5, le développement des échanges sur la vallée de la Meuse, la présence locale de banquiers dynamiques favorisent une nouvelle expansion industrielle, autour de quatre grands secteurs : la clouterie, la métallurgie, la verrerie, la brosserie. C’est aussi durant cette période que la ville abandonne son mode de production traditionnel de type proto-industriel, au sein duquel des « marchands-fabricants » urbains distribuaient commandes et matières premières à des travailleurs dispersées dans les villages alentours. La production se concentre désormais dans des grandes unités mécanisées au sein-même de la ville et de ses faubourgs en expansion, et la force de travail se replie sur l’espace urbain. Bénéficiant de l’arrivée de nombreux migrants venus de la région mais aussi de l’étranger (de Belgique essentiellement), la population s’accroît à vive allure, et c’est à peine si ce mouvement est freiné par la guerre franco-prussienne et l’occupation de la ville entre janvier 1871 et juillet 1873 : alors que jusqu’aux années 1840, le nombre d’habitants stagne autour de 9 000, il bondit à 12 000 habitants en 1873, pour atteindre environ 16 000 en 1886.

Une source exceptionnelle: les recensements annuels de Charleville

  • 6 Lévy-Vroelant, 1989.

9Cependant, au-delà de cette trajectoire originale de ville à vocation industrielle à la fois ancienne et durable, l’intérêt majeur de Charleville pour les études de démographie historique urbaine réside dans le fait qu’elle possède une collection de recensements absolument exceptionnelle. En effet, après avoir tenu un « livre de bourgeoisie » dès 1622 (avec le nom des nouveaux habitants), les autorités municipales ont entamé en 1698 et jusqu’en 1789 la confection de recensements annuels. Lors de la Révolution et de l’Empire, elles ont suivi les directives nationales obligeant à tenir régulièrement des recensements. Puis après 1815, elles ont repris les recensements annuels, et ce jusqu’en 1940. Au même moment, les communes françaises à quelques exceptions près (comme Versailles)6 se contentaient de recensements quinquennaux.

10Charleville est donc une des très rares villes françaises pour lesquelles un suivi annuel des habitants est réalisable, la seule à l’époque moderne. En outre, l’amplitude chronologique des informations est remarquable : les données existent sur plus de deux siècles, ce qui est assez exceptionnel en Europe. Bien entendu, il faut compter avec des années manquantes (1732, 1740-1741) ou des périodes plus lacunaires (la première moitié du xixe siècle ou l’entre-deux-guerres) et prendre garde au fait que le contenu des recensements évolue, notamment en fonction des instances demandeuses (administrations municipales ; instances nationales sous la Révolution).

11L’intérêt de cette source a suscité, nous l’avons dit, la mise en place d’une enquête de démographie historique urbaine, dont le premier objectif est de suivre nominalement un échantillon représentatif de la population, à savoir les individus dont le nom commence par la lettre B (soit un huitième de la population environ). Une base de données en cours de construction se donne pour but de regrouper toutes les informations disponibles sur deux siècles sur ces individus, non seulement au sein des recensements, mais encore dans les registres paroissiaux et d’état civil, puis dans un second temps dans les sources fiscales et notariales. La saisie des recensements annuels est bien avancée sans être achevée à l’heure actuelle. Le tableau 1 récapitule pour les années qui nous intéressent, à savoir 1856-1876, les recensements dépouillés et saisis dans la base de données, sachant que toutes les listes ont été conservées dans cette période. Ce qui n’est pas le cas en revanche de toutes les années encadrantes : les dénombrements de 1852-1854 et de 1878 sont ainsi perdus.

Tableau 1. — Recensements de la période 1856-1876 dépouillés dans la base

Année Dépouillé Année Dépouillé Année Dépouillé
1856 Oui 1863 Non 1870 Non
1857 Oui 1864 Oui 1871 Non
1858 Oui 1865 Oui 1872 Non
1859 Oui 1866 Oui 1873 Oui
1860 Oui 1867 Oui 1874 Incomplet
1861 Non 1868 Oui 1875 Oui
1862 Non 1869 Oui 1876 Oui

Source : Base de données « Charleville » (Centre Roland Mousnier, Paris).

12Les recensements de Charleville se présentent comme une succession de ménages dont ils décrivent la composition. Pour le xixe siècle, les informations disponibles sont : la date du recensement, le nom du propriétaire du logement du ménage, l’adresse du ménage, les prénoms et noms des individus du ménage, leurs âges, leurs professions, leurs lieux de naissance (naturalité), le nombre de garçons de moins de 6 ans dans le ménage (sans leurs prénoms), le nombre de filles de moins de 6 ans, le nombre d’enfants de moins de 12 ans, enfin les liens existant entre chaque membre du ménage et le chef de ce dernier. On trouve aussi quelquefois des observations marginales, par exemple « décédé », « a quitté la ville », etc., dont le caractère très aléatoire rend l’analyse difficile.

Les domestiques et le brassage démographique de Charleville dans les années 1850-1870.

13La période des années 1850-1870 correspond à Charleville à une phase de forte croissance industrielle et démographique. Quelle place prennent les domestiques dans ce va-et-vient de populations, et de manière plus générale dans un contexte de ville industrielle en pleine expansion ?

Pointer les domestiques

14L’étude de la mobilité des domestiques suppose bien sûr de définir ce groupe. Dans nos années d’observation, les recensements fournissent deux niveaux d’information qui permettent de repérer les individus en question. Tout d’abord, les listes mentionnent pour une grande partie des habitants la profession exercée, ou du moins déclarée. Ensuite, elles indiquent la position de chaque membre du ménage par rapport au chef de famille. Dans ce dernier cas, il peut s’agir d’une relation familiale (épouse, fille, neveu, frère, etc.), mais si l’individu n’est pas membre de la parenté du chef de ménage, d’autres types de liens sont stipulés, comme « commis », « pensionnaire », « domicilié », « logé » et bien entendu « domestique ». Ces éléments sembleraient théoriquement suffisants pour établir la liste des domestiques de la ville, mais en réalité la situation s’avère plus complexe. En effet, les professions déclarées ne sont pas toujours sans ambiguïté : si les termes « servante », « domestique » ou « femme de chambre » ne laissent planer que peu de doutes sur l’emploi exercé, d’autres comme « cuisinière », « cocher » ou « jardinier » peuvent correspondre à des situations qui ne relèvent pas réellement de la domesticité ; c’est-à-dire, à notre sens, un emploi de service qui s’accompagne d’une corésidence du salarié et de son employeur.

15De surcroît, la lecture des différents recensements montre rapidement que l’indication de la position de « domestique » dans le ménage ne suffit pas à repérer tous les membres de ce groupe professionnel. Ainsi dans certaines des listes annuelles, une partie des personnes indiquées comme « domiciliées » exercent aussi la profession de servante ou de domestique. Quant à ceux qui sont censés, d’après le recensement, être accueillis comme « domestiques » dans le ménage, ils déclarent parfois des professions qui s’éloignent du service stricto sensu : au sein de l’échantillon « B » du recensement de 1876, on compte ainsi des supposés « domestiques » qui se définissent comme ramoneur, sellier, garçon boucher, garçon ou demoiselle de magasin, etc.

  • 7 Fin xviiie siècle à Bologne, la grande majorité des domestiques masculins vivent avec leur propre (...)
  • 8 Le cas exceptionnel de Gustave Bodet et d’Élise Lhomme en 1876 est aussi conjoncturel : à la fin d (...)

16Pour établir un échantillon aux frontières cohérentes, il est apparu nécessaire de croiser les informations professionnelles avec celles qui concernaient la position occupée dans le ménage. Dans la plupart de nos analyses, nous avons dès lors retenu comme « domestiques » au sens strict ceux qui déclaraient une profession pouvant correspondre à un travail de serviteur plus ou moins qualifié et qui en même temps logeaient chez un individu non apparenté. Cette définition restrictive a pour défaut d’éliminer a priori les personnes qui se déclarent domestiques mais qui vivraient dans leur propre ménage. Le cas se présente dans certains recensements : en 1876 par exemple, Élise Lhomme, cuisinière, vit avec son mari, Gustave Bodet, qui déclare une profession de « domestique », dans un ménage dont ce dernier est le chef. À Charleville, ce genre d’exemples est néanmoins rare au regard du groupe domestique global, contrairement à ce qui a pu être observé dans certaines villes européennes, par exemple en Italie7. En 1876, Élise Lhomme est ainsi la seule « cuisinière » saisie dans la base à se trouver dans cette situation, les autres demeurant chez leur maître, ainsi que toutes les « servantes » ayant un patronyme commençant par B recensées cette année-là8. De même, dans le recensement de 1864, aucun individu de l’échantillon « B » déclarant une profession domestique certifiée n’est le chef de son propre foyer (ou son épouse).

La mobilité des domestiques, une réalité à nuancer ?

17La grande mobilité des domestiques, en milieu rural comme en milieu urbain, est une idée largement développée par l’historiographie, qu’il s’agisse de l’époque moderne ou de la période contemporaine. L’exemple de Charleville dans les années 1850-1870 ne contredit pas cette image.

Tableau 2. — Ancienneté de résidence à Charleville des 47 domestiques « B » recensés en 1876

Présents Hommes Femmes Total Pourcentage
1876 7 40 47 100,0
1875 4 21 25 53,2
1873 2 17 19 40,4
1869 1 9 10 21,3
1864 1 5 6 12,8
1858 0 3 3 6,4

Source : Base de données « Charleville » (Centre Roland Mousnier, Paris).

18Il est plusieurs façons de s’en convaincre, la première consistant à regarder le temps de présence dans la ville des domestiques recensés une année donnée. Ainsi en 1864, 41 des 49 domestiques « B » enregistrés (soit 83,6 %) ne sont pas signalés dans le recensement de 1859 : ce chiffre est à comparer à la même proportion calculée pour l’ensemble des habitants âgés de plus de six ans en 1864 : 36,4 % (tableau 3a). Le tableau 2, qui porte sur les domestiques « B » enregistrés en 1876, montre que la moitié d’entre eux n’étaient pas à Charleville lors du recensement précédent et à peine un cinquième sept ans plus tôt. De tels niveaux suggèrent que la proportion d’immigrants récents est beaucoup plus élevée parmi les domestiques que parmi la population globale, y compris dans une ville qui comme Charleville connaît alors une très forte croissance démographique nourrie par des migrants.

19Un tel phénomène ne peut se comprendre sans tenir compte du fait que les mêmes domestiques, une fois arrivés à Charleville, ont une forte chance de quitter la ville rapidement.

20Pour mesurer l’ampleur de ce brassage et son niveau spécifique au sein de la population, nous avons concentré l’analyse sur l’année 1864. Pour tous les habitants recensés cette année-là dont les patronymes commencent par la lettre B, nous nous sommes demandé s’ils étaient encore présents à Charleville un an, voire cinq ans plus tard, soit en 1865 et en 1869. L’identité des enfants de moins de six ans étant lacunaire, nos calculs portent uniquement sur les individus de six ans et plus présents lors du recensement de 1864, soit 896 personnes. Par ailleurs, les individus décédés à Charleville (décès constatés dans les actes d’état civil de Charleville ou dans les registres de mutations par décès) dans les intervalles considérés ont été éliminés des calculs. Les tableaux 3a et 3b fournissent donc les taux d’absence (ou de départ) des habitants de 1864 « présumés vivants » au bout d’un an puis de cinq ans. En plus des niveaux globaux de départ de la ville à court et moyen terme, les mêmes tableaux présentent des résultats partiels correspondant à des sous-catégories de populations définies par les variables mentionnées dans les listes de recensement, en particulier l’âge de l’individu (avec une coupure à 21 ans, pour tenir compte de l’âge de la majorité légale en France à l’époque), son sexe, son lieu de naissance, sa position au sein du ménage (c’est-à-dire le lien au chef de ménage). Dans le cas du recensement de 1864, nous l’avons dit, la position de « domestique » dans le ménage correspond toujours à l’exercice effectif d’une profession domestique : cuisinière, femme de chambre, servante, etc.

Tableau 3a. — La mobilité des habitants de Charleville entre 1864 et 1865 (896 « B » de 6 ans et plus présents dans le recensement de 1864)

Présents en 1864 Total Morts Présumés vivants en 1865 Absents en 1865 Absences parmi les présumés vivants (%) 
Classe d’âge
6-13 ans 119 119 9 7,6
14-20 ans 126 126 22 17,5
21-30 ans 179 179 39 21,8
31-40 ans 157 1 156 18 11,5
41-50 ans 140 1 139 16 11,5
51-60 ans 81 1 80 11 13,8
61-70 ans 62 1 61 8 13,1
71 ans et plus 31 3 28 5 17,9
Sexe
Femmes 440 3 437 74 16,9
Hommes 456 4 452 54 11,9
Origine (naissance)
Charleville 331 1 330 31 9,4
Communes environnantesa 52 52 6 11,5
Ardennes rurales 236 3 233 39 16,7
Ardennes urbainesb 54 2 52 11 21,2
Départements limitrophesc 39 39 6 15,4
Autres départements français 62 62 14 22,6
Belgique 86 86 11 12,8
Autres pays étrangers 12 12 2 16,7
Indéterminée 24 1 23 8 34,8
Position au sein du ménage
Chefs de ménage 327 6 321 48 16,5
Conjoints 214 1 213 26 12,6
Enfants 278 278 23 8,3
Apparentés 16 16 6 37,5
Domestiques 49 49 20 40,8
Commis/Employés 11 11 5 45,5
Domiciliés/Logés 1 1 0 0,0
Présence dans la liste de 1859
Présents 570 6 564 46 8,2
Absents 326 1 325 82 22,2
Total des individus 896 7 889 128 14,4

a Sont ainsi désignées les communes jouxtant directement Charleville ou touchant cette première couronne de communes.

b Il s’agit des communes non-limitrophes qui dépassent 2 000 habitants au recensement de 1851, à savoir : Fumay, Givet, Nouzon, Rethel, Revin, Sedan, Signy-l’Abbaye, Vouziers (voir Le Mée, 1989).

c Sont ici retenus le Nord, l’Aisne, la Marne, la Meuse.

Tableau 3b. — La mobilité des habitants de Charleville entre 1864 et 1869 (896 « B » de 6 ans et plus présents dans le recensement de 1864)

Présents en 1864 Total Morts Présumés vivants en 1869 Absents en 1869 Absences parmi les présumés vivants % 
Classe d’âge
6-13 ans 119 0 119 23 19,3
14-20 ans 126 1 125 52 41,6
21-30 ans 179 7 172 71 41,3
31-40 ans 157 3 154 43 27,9
41-50 ans 140 5 135 28 20,7
51-60 ans 81 4 77 21 27,3
61-70 ans 62 3 59 11 18,6
71 ans et plus 31 9 22 12 54,5
Sexe
Femmes 440 18 422 140 33,2
Hommes 456 14 442 122 27,6
Origine (naissance)
Charleville 331 4 327 63 19,3
Communes environnantes 52 1 51 15 29,4
Ardennes rurales 236 13 223 80 35,9
Ardennes urbaines 54 5 49 16 32,7
Départements limitrophes 39 0 39 15 38,5
Autres départements français 62 3 59 28 47,5
Belgique 86 3 83 24 28,9
Autres pays étrangers 12 2 10 3 30,0
Indéterminée 24 1 23 11 47,8
Position au sein du ménage
Chefs de ménage 327 17 310 83 26,8
Conjoints 214 9 205 51 24,9
Enfants 278 3 275 78 28,4
Apparentés 16 1 15 10 66,7
Domestiques 49 2 47 25 53,2
Commis/Employés 11 0 11 8 72,7
Domiciliés/Logés 1 0 1 1 100,0
Total des individus 896 32 864 262 30,3

Source : Base de données « Charleville » (Centre Roland Mousnier, Paris).

  • 9 Boudjaaba, Gourdon, Rathier, 2010 ; Boudjaaba, Gourdon, 2013.

21Comme ces résultats ont fait l’objet de publications antérieures auxquelles nous nous permettons de renvoyer9 et puisque notre attention se porte essentiellement sur le monde de la domesticité, nous serons brefs sur l’ensemble de ces éléments ; néanmoins les résultats globaux permettent de replacer la mobilité des domestiques dans un contexte migratoire plus ample.

22Au total, dans la cohorte recensée en 1864, 14,4 % des individus sont partis au recensement suivant ; si l’on se concentre uniquement sur les adultes de plus de 21 ans, la proportion est de 15,1 %. Les départs entre deux recensements annuels atteignent des niveaux extrêmement élevés. En cinq ans, ce sont plus de 30 % des individus de six ans ou plus recensés en 1864 qui ont quitté Charleville. Le renouvellement de la population par l’immigration et l’émigration est donc massif dans cette petite cité, et l’impact de la mobilité est de très loin supérieur à celui de la mortalité.

  • 10 Jean-Luc Pinol utilise les listes électorales établies de cinq ans en cinq ans et qui ne contienne (...)
  • 11 Comme les recensements sont rarement établis sur une base annuelle, l’indicateur de mobilité le pl (...)
  • 12 Il s’agit ici d’un niveau annuel réel, et non d’une moyenne annuelle calculée sur une période plus (...)

23Ce brassage situe Charleville à des niveaux proches de ceux de grandes villes françaises, comme Lyon à la fin du xixe siècle (37 % de départs entre 1896 et 1901 parmi les hommes adultes)10, mais aussi européennes ou américaines (Bochum en Allemagne vers 1880, Hamilton au Canada vers 1850, Boston vers 1830, etc.)11. Dans les communes du bassin industriel de Charleroi (Belgique) dans la seconde moitié du xixe siècle, Thierry Eggerickx estime à 10 % environ le taux de départ d’une année sur l’autre12.

  • 13 Pasleau, 1993, p. 230 ; Oris, 1993, p. 197.

24Le départ est souvent rapide. Parmi ceux qui ne sont plus là cinq ans après avoir été recensés (c’est-à-dire en 1869 par rapport à 1864), la moitié environ ont quitté la ville dans la première année (donc dès 1865). Par ailleurs, ce sont bel et bien les immigrants récents qui constituent la majeure partie des futurs émigrants de court et moyen terme. 64 % de ceux qui quittent la ville entre 1864 et 1865 n’étaient pas à Charleville en 1859. Ou pour le dire autrement : 22 % des individus présents en 1864 et installés depuis 1859 ont quitté Charleville en 1865, contre 8 % parmi ceux qui étaient déjà là en 1859. Comme l’ont montré depuis longtemps Suzy Pasleau et Michel Oris à travers les exemples des communes belges du bassin industriel proche de Liège13, l’immigration nourrit l’émigration urbaine. L’intensité de l’émigration de court terme n’est pas contradictoire avec la notion de ville en expansion, elle en est au contraire le résultat et forme un trait constitutif du phénomène de croissance des villes industrielles au xixe siècle.

25Les tableaux 3a et 3b permettent cependant d’identifier les groupes d’individus les plus concernés par l’émigration à un an et à cinq ans. Ils fournissent en effet une pesée brute des pourcentages de départ en fonction d’un certain nombre de catégories présentes dans le recensement de 1864, sans prise en compte des croisements et recoupements entre chacune d’entre elles.

26L’âge apparaît comme une des variables les plus discriminantes : les jeunes de moins de 30 ans (6-13 exclus) sont particulièrement concernés par l’émigration de court terme. C’est le moment de l’apprentissage, du premier établissement professionnel, avant le mariage en général. Le mariage fonctionne en revanche comme un élément de stabilisation. Le taux de mobilité des « conjointes » en fournit un bon indice puisqu’il s’agit du second groupe d’individus le plus sédentaire à un an en 1864-1865 après celui des « enfants », et même du plus stable à 5 ans en 1864-1869.

  • 14 Comme le constate par exemple Lévy-Vroelant, 1989, p. 29 : « le fait d’être né à Versailles représ (...)

27Des divergences entre les sexes sont aussi visibles : globalement, les femmes partent davantage d’une année sur l’autre ou sur l’intervalle de cinq ans. On soulignera ensuite le rôle important joué par l’origine géographique (plus précisément le lieu de naissance indiqué dans le recensement). De manière attendue, dans les tableaux, les natifs de Charleville sont les moins mobiles des habitants, phénomène classique que l’on retrouve dans bien d’autres villes14. Les personnes nées dans les communes environnant Charleville (Mézières, Mohon, Etion, etc.) se situent quant à elles légèrement en dessous de la moyenne de l’échantillon global. Les résidents venus de zones plus éloignées sont d’évidence les plus susceptibles de repartir à brève échéance, en particulier les Français venus des autres communes du département des Ardennes, des départements limitrophes (Nord, Aisne, Marne, Meuse) ou des autres départements. Ces fort taux de départ concernent beaucoup moins les étrangers. En 1869 par exemple, la proportion de Belges recensés en 1864 toujours présents à Charleville atteint 71,1 %, soit un peu plus que la proportion observée dans l’échantillon global (69,7 %) ou chez les natifs des communes proches de Charleville (70,6 %), alors que la moitié à peine des Français nés dans des départements éloignés est toujours là.

28La position de l’individu dans son ménage de recensement constitue enfin un élément fortement discriminant. Globalement, les membres du cœur nucléaire de la famille, à savoir les chefs de famille, leur éventuelle épouse, et leurs enfants, sont les plus stables. À l’inverse, l’ensemble composite des individus « apparentés » au chef de ménage sans en être le conjoint ou l’enfant (neveux, nièces, cousins, beaux-parents, etc.), des domestiques, et des commis et autres employés logés chez leurs patrons et maîtres, sont très volatiles : près de 40 % ont quitté la ville entre le recensement de 1864 et 1865, 60 % environ en 1869.

29En pesée brute, la catégorie des « domestiques », ici repérés non par le biais de leur définition professionnelle dans le recensement, mais par leur lien indiqué au chef de ménage, présente bel et bien une intense mobilité de court terme, mais elle rejoint celle d’autres groupes de personnes qui se situent comme eux à la marge des ménages nucléaires. L’émigration de court terme apparaît même plus forte chez les commis et employés logés chez leurs patrons.

Tableau 4. — Départs de Charleville à un et cinq ans. Échantillon global de 1864

1864-1865 (887 observations) 1864-1869 (862 observations)
Odds Ratio Std. Error P>|z| Odds Ratio Std. Error P>|z|
Position dans le ménage en 1864 : Référence = chef de ménage ou épouse
Enfants 0,2960575 0,1283254 0,005*** 1,112974 0,3501773 0,734
Apparentés 2,8249 1,593116 0,066* 4,565757 2,681626 0,010***
Domestiques 2,955364 1,126801 0,004*** 2,213963 0,769504 0,022**
Commis/Employés 2,952974 2,055464 0,120 4,941202 3,609748 0,029**
Origine : Référence = Charleville
Communes limitrophes 1,115368 0,5407961 0,822 1,886398 0,6519183 0,066*
Ardennes rurales 1,328994 0,372452 0,310 2,261347 0,4837908 0,000***
Ardennes urbaines 1,954787 0,8107101 0,106 2,060076 0,7266871 0,040**
Départements voisins 1,497797 0,7580436 0,425 2,533278 0,9696732 0,015**
Départements éloignés 1,960788 0,7688064 0,086 3,416011 1,100071 0,000***
Belgique 0,7190925 0,3051737 0,437 1,572675 0,4922069 0,148
Autres pays étrangers 1,583575 1,369906 0,595 1,613282 1,182691 0,514
Origine indéterminée 3,738612 1,965646 0,012** 3,161528 1,511436 0,016**
Âge en 1864 : Référence = 31-50 ans
6-20 ans 3,049512 1,350023 0,012** 1,625418 0,5491694 0,151
21-30 ans 2,277094 0,6435814 0,004*** 2,115752 0,4967526 0,001***
51 ans et plus 1,297443 0,3836074 0,378 1,181514 0,2850429 0,489
Sexe : Référence = homme
Femme 1,246041 0,2667014 0,304 1,209874 0,1971866 0,242
Nombre de ménages avec homonymes en 1864 : Référence = 0
1 ou 2 1,006569 0,2922686 0,982 0,7735343 0,1703258 0,244
3 à 8 1,299008 0,3745739 0,364 0,9631001 0,2166356 0,867
9 et plus 0,9103397 0,2827303 0,762 0,7000316 0,1635673 0,127
LR chi2(19) = 67,89 Prob > chi2 = 0,0000 LR chi2(19) = 77,47 Prob > chi2 = 0,0000

* Significatif à 0,10 ; ** significatif à 0,05 ; *** significatif à 0,01.


Source : Base de données « Charleville » (Centre Roland Mousnier, Paris).

  • 15 Dans ce tableau, nous avons retenu une variable construite à partir des informations contenues dan (...)

30Si l’on croise dans un modèle économétrique l’ensemble des variables dont nous disposons pour expliquer le départ entre deux recensements (tableau 4)15, la modalité « domestique » au sein de la variable « position dans le ménage » confirme que ce groupe fait partie des plus mobiles à un an et à cinq ans, toutes choses égales par ailleurs. Le risque de départ dans l’année est près de trois plus élevé que pour les chefs de ménage ou leurs conjoints. Mais, une fois encore, le modèle fait apparaître que les domestiques appartiennent à un groupe plus large d’individus très mobiles qui rassemblent aussi les commis/employés et les « apparentés » au chef de ménage. A cinq ans, ces deux catégories présentent même des risques de départ de Charleville supérieurs à ceux des domestiques.

Les profils variés des domestiques carolopolitains

31La forte mobilité des domestiques dans les villes du xixe siècle ne constitue pas une surprise historiographique. Au-delà de ce constat attendu, il paraît intéressant dans le cas de Charleville de cerner des profils, des trajectoires et les modalités de cette mobilité. Il est habituel de dépeindre globalement les domestiques urbains comme des jeunes femmes venues de leurs campagnes pour se constituer rapidement un pécule, une dot, afin de repartir et de se marier au village. Ce stéréotype, sans être faux bien entendu, apparaît en l’espèce quelque peu réducteur. Si l’on s’en tient à nos statistiques globales, on constate par exemple que la moitié des domestiques présents à Charleville en 1864 ne sont pas partis au bout de cinq ans… En clair, si beaucoup partent vite, on peut aussi dire que d’autres témoignent d’une indéniable stabilité. La prise en compte de l’hétérogénéité des profils de servantes et serviteurs est l’enjeu des développements à venir.

  • 16 Comme indiqué précédemment, nous considérons ici comme domestiques uniquement ceux qui, exerçant c (...)

32Avant d’analyser les trajectoires individuelles, il convient d’observer cette diversité dans les portraits collectifs du groupe des domestiques que nous fournissent les recensements successifs de la ville dans la période. Cinq années ont été sélectionnées entre 1859 et 1876. Pour chacune d’entre elles, nous avons rassemblé des informations sur l’ensemble des domestiques16 portant un patronyme commençant par la lettre B.

  • 17 La proportion de femmes parmi les domestiques dépasse systématiquement les trois-quarts : c’est le (...)
  • 18 Voir le cas de Florence en 1841 (Casalini, 2009, p. 123). Pour l’Italie méridionale, voir Da Molin(...)
  • 19 Dans la population totale de l’échantillon « B », les enfants de moins de six ans sont ici intégré (...)
  • 20 Ce n’est pas une spécificité de Charleville : la part des domestiques dans les villes européennes (...)
  • 21 Minvielle, 2013. Nous reprenons les proportions indiquées page 38 et les données brutes du tableau (...)
  • 22 Citons par exemple le cas de la commune espagnole de Leioa, près de Bilbao : entre 1889 et 1905, c (...)

33Le nombre d’individus concernés, en large majorité des femmes17, est assez limité : entre 30 et 45 personnes par recensement (tableau 5). Charleville est à l’époque une ville industrielle, massivement peuplée d’ouvriers et d’artisans, où le marché de l’emploi hors domesticité est dynamique. Par ailleurs, les élites aristocratiques, grandes employeuses de domesticité18, y sont quasiment absentes. Seule une minorité de familles bourgeoises — négociants, manufacturiers, professions libérales, auxquelles s’ajoutent quelques commerçants et aubergistes… mais alors le domestique se confond presque avec un employé de l’établissement — sont en mesure d’en embaucher, et ce en nombre restreint. Si l’on en croit les données de l’échantillon « B », la part des domestiques dans la population totale, tous âges et sexes confondus19, s’élève logiquement à moins de 5 %. La faiblesse de ce niveau s’inscrit dans une tendance lourde à la baisse depuis le xviiie siècle20 : Stéphane Minvielle a ainsi montré que la proportion de ménages carolopolitains accueillant au moins un domestique est passé d’environ un quart en 1755 (22,6 %) à un cinquième (19,4 %) en 1810 puis un huitième (12,6 %) en 185621. Au sein de ce trend décroissant, la fin du Second Empire apparaît non sans surprise comme une phase de pause. Le nombre absolu de domestiques mais également leur part relative dans la population urbaine parviennent même à remonter, contrairement au constat habituel qui voit la part des domestiques baisser dans les villes connaissant une importante croissance industrielle22.

Tableau 5. — Domestiques de l’échantillon « B » de Charleville, 1859-1876

1859 1864 1869 1875 1876
Population « B » 845 1 043 1 173 1 309 1 337
Domestiques « B » 34 (4,0 %) 49 (4,7 %) 57 (4,9 %) 42 (3,2 %) 47 (3,5 %)
Dont femmes 30 43 45 36 40
Dont hommes 4 6 12 6 7
Part des hommes 11,8 % 12,2 % 21,1 % 14,3 % 14,9 %

Source : Base de données « Charleville » (Centre Roland Mousnier, Paris).

34Le conflit franco-prussien de 1870, qui s’est traduit par une longue et rude occupation de la ville par les troupes étrangères, marque une rupture de tendance. En 1875 et en 1876, alors que la population de la ville a malgré tout augmenté depuis l’avant-guerre, le nombre de domestiques a chuté et la domesticité ne représente plus qu’un individu sur 30 environ. Les effectifs masculins sont même divisés par deux en quelques années.

35Les recensements permettent quelquefois de mieux cerner l’activité précise des personnes concernées (tableau 6). Côté masculin, les dénominations professionnelles se concentrent essentiellement autour du terme « domestique » ; on ne trouve aucune mention d’un « valet de chambre », ni encore d’un « précepteur » ou d’un « maître d’hôtel ». Côté féminin, la diversité est un peu plus grande. La qualification de « servante » est majoritaire, mais les listes mentionnent aussi des « femmes de chambre » et des « cuisinières ». Des professions plus spécialisées comme « gouvernante », « préceptrice », « dame de compagnie » ou même « nourrice sur lieu » sont absentes. À en juger par l’échantillon « B », la domesticité de Charleville ne semble pas recrutée dans un éventail de compétences très élevées.

Tableau 6. — Professions déclarées des domestiques « B » à Charleville, 1859-1876

Sexe Profession 1859 1864 1869 1875 1876
Hommes Domestique 3 6 10 5 6
Cuisinier 1
Garçon de cuisine 1
Cocher 1
Servant/serviteur 1 1
Total 4 6 12 6 7
Femmes Domestique 3 3
Cuisinière 5 5 4 2 3
Femme de chambre 3 4 4
Servante 21 33 37 30 34
Indéterminée 1 1 1
Total 30 43 45 36 40

Source : Base de données « Charleville » (Centre Roland Mousnier, Paris).

36Si les professions semblent assez concentrées, les âges des domestiques sont eux fort variables (tableau 7). Côté féminin, la majorité est jeune, c’est-à-dire âgée de moins de 30 ans. Les femmes de 21-29 ans sont cependant plus nombreuses que les mineures légales. Dans aucun des cinq recensements dépouillés, on ne compte de domestiques ayant moins de 17 ans. Le « modèle » de la petite bonne adolescente est loin de résumer la situation des servantes de Charleville dans la période. Au contraire, une partie conséquente des domestiques féminines a plus de 30 ans, et certaines dépassent allègrement ce seuil : en 1876 par exemple, la doyenne de l’échantillon a 60 ans. La part des domestiques âgés (plus de 30 ans) est également forte du côté masculin : ils sont majoritaires dans deux des recensements étudiés, cependant le nombre de personnes concernées est trop réduit pour tirer des conclusions fermes.

37On constate un vieillissement tendanciel des domestiques entre 1859 et 1869. Mais ce processus semble une nouvelle fois s’interrompre après la guerre de 1870. La réduction du nombre de domestiques entre 1869 et 1875-1876 ne se traduit pas par un vieillissement du stock existant, mais au contraire par un rajeunissement, signe d’un important renouvellement du groupe dans les dernières années d’étude.

Tableau 7. — Âge des domestiques « B » de Charleville, 1859-1876

Sexe Âge 1859 1864 1869 1875 1876
Hommes 0-20 ans 1 1 1 1 2
21-29 ans 3 1 5 4 3
30 ans et plus 0 (0,0 %) 4 (66,7 %) 6 (50,0 %) 1 (16,7 %) 2 (28,6 %)
Âges connus 4 6 12 6 7
Femmes 0-20 ans 8 10 7 2 8
21-29 ans 16 20 17 18 15
30 ans et plus 6 (20,0 %) 13 (30,2 %) 21 (46,7 %) 15 (42,9 %) 17 (42,5 %)
Âges connus 30 43 45 35 40

Source : Base de données « Charleville » (Centre Roland Mousnier, Paris).

  • 23 De nouveau, citons parmi bien d’autres exemples le cas de la ville de Leioa en Espagne : en 1905, (...)
  • 24 La situation est identique dans le recensement de 1810 (Minvielle, 2013, p. 40).

38Dernier critère bien renseigné dans les recensements, l’origine apparaît tout aussi diverse parmi les domestiques (tableau 8). La plupart des études sur les villes européennes montre que la proportion de natifs est très faible dans ce groupe professionnel23, et Charleville ne déroge pas à cette règle : dans nos différents échantillons annuels, on ne compte au maximum qu’un carolopolitain de naissance (une carolopolitaine en l’occurrence)24. Les familles de Charleville dirigent visiblement leurs enfants des deux sexes vers d’autres professions, dans un contexte local de forte demande en main-d’œuvre. Le recrutement des domestiques s’opère pour beaucoup dans les communes du département des Ardennes, plutôt rurales et généralement non limitrophes de Charleville. Parmi les femmes, on compte néanmoins des domestiques nés dans d’autres départements, souvent limitrophes (Aisne et Meuse surtout). Après 1875, celles qui viennent de départements plus éloignées sont plus nombreuses, alors que l’effectif total de servantes a baissé : on compte en particulier des natives de la Moselle (trois en 1876) mais aussi du Haut-Rhin (trois en 1875), sans doute des rapatriées d’Alsace-Moselle après que ce territoire a été annexé par l’Empire allemand.

Tableau 8. — Lieu de naissance des domestiques « B » de Charleville, 1859-1876

Sexe Lieu de naissance 1859 1864 1869 1875 1876
Hommes Charleville
Autres communes des Ardennes 2 7 2 2
Départements limitrophes*
Autres départements 1
Belgique 4 4 4 3 3
Luxembourg/Allemagne 1 1
Indéterminé 1
Total 4 6 12 6 7
Femmes Charleville 1 1 1
Autres communes des Ardennes 16 24 22 20 24
Départements limitrophes* 4 1 2 4 2
Autres départements 3 2 4 5
Belgique 8 12 12 5 6
Luxembourg/Allemagne 1 1 1
Indéterminé 1 2 6 2 1
Total 30 43 45 36 40

*Les départements considérés comme limitrophes sont la Meuse, la Marne, l’Aisne et le Nord.

Source : Base de données « Charleville » (Centre Roland Mousnier, Paris).

Le suivi des trajectoires des domestiques

39Les analyses menées nous ont ainsi permis de définir les caractéristiques majeures de cette population mais leur caractère agrégé ne permet pas pour autant de mettre en évidence des profils-types de domestiques, et encore moins de décrire les parcours de vie de ces individus au sein de la ville de Charleville. C’est pourquoi il nous est rapidement apparu qu’un changement de l’échelle d’analyse s’imposait pour saisir la variété et la complexité de ces parcours de vie.

40L’intérêt de la base de données constituée autour des recensements carolopolitains réside notamment dans le fait qu’elle offre la possibilité de suivre, d’année en année, des individus qui se déclarent comme domestiques au sein de la ville durant plusieurs décennies, et pour notre période d’observation actuelle, sur près d’un quart de siècle pour les parcours les plus complets. Mais l’avantage décisif de la base pour comprendre la multiplicité des parcours tient principalement à deux éléments. D’une part, parce qu’elle est nominative et exhaustive pour les individus « B », la base autorise le suivi des domestiques tout au long de leur temps de présence à Charleville, et pas seulement durant la période où ils sont domestiques. La base permet en effet d’identifier des individus par de multiples attributs (âge, lieu de naissance), ce qui rend aisé leur suivi même lorsqu’ils ont quitté la domesticité et qu’ils se sont mariés et installés en tant que chef de leur propre foyer et, par là même, de resituer leur expérience de domestique dans une approche plus ample, sur le plan temporel, de leur parcours de vie. D’autre part, nous sommes en mesure, grâce à la base, de resituer, le cas échéant, ce parcours individuel dans la domesticité dans le cadre plus large d’un environnement familial ou plus globalement d’un réseau de relations facilitant l’insertion professionnelle dans la ville de ces individus dont très peu, nous l’avons vu, sont carolopolitains de naissance (et aucun dans la cohorte des domestiques de 1859 qui nous intéresse particulièrement dans cette section). Nous pouvons ainsi identifier par le lieu de naissance et le patronyme un certain nombre de parents présents simultanément ou successivement dans la ville et qui sont susceptibles de former des relais efficaces pour trouver une place ou s’installer en ville. La base peut ainsi rendre compte de l’insertion non seulement dans un réseau de domestiques présents en 1859, mais encore dans celui des domestiques présents d’autres années (mais pas en 1859). Par exemple, la base nous indique si une sœur d’une domestique considérée a pu être servante en ville quelques années auparavant ou encore si tel ou tel domestique s’insère dans une filière « villageoise » de mobilité – nous songeons en particulier aux cas d’employés de service qui seraient originaires des mêmes communes que leurs patrons.

41Bien entendu, les conditions de l’installation en ville que nous percevons à travers la consultation de la base de données ne reflètent que partiellement les réseaux d’entraide qui peuvent faciliter leur insertion professionnelle et urbaine dans la mesure où la base de données ne relève systématiquement que les individus « B » et que certaines années n’ont pas été encore intégrées. Le réseau de relations familiales est en effet principalement repérable sur une base patronymique qui sous-estime forcément l’étendue des relations possibles, par l’alliance notamment. Mais, nous semble-t-il, la base autorise déjà de ce point de vue un approfondissement réel de nos analyses par rapport à la démarche qui consiste à observer les domestiques en partant du seul relevé des individus mentionnés comme tels dans un recensement.

42À ces réserves près, nous avons pu ainsi suivre les parcours carolopolitains des 34 domestiques « B » recensés en 1859 — dont le tableau 9 rend compte de manière synthétique — et mettre en évidence différents types de parcours de domestiques. Si, comme nous l’avons vu, cette population se signale par une grande mobilité par rapport à la mobilité moyenne des habitants, le groupe rassemble également nombre d’individus dont le parcours s’éloigne sensiblement de ce modèle. Ainsi, les 34 domestiques présents au recensement de 1859 apparaissent en moyenne 5,8 années sur les 14 recensements d’observation (étalés entre 1856 et 1876), mais il n’en est que 5 qui soient présents uniquement en 1859 et 5 autres qui ne figurent que dans deux recensements (des chiffres qui exagèrent la mobilité puisque certaines listes annuelles n’ont pas été dépouillées).

43Catherine Balthazard est une de ces figures fugitives. Lors de sa seule apparition au recensement de 1859, cette jeune fille de 18 ans, venue d’Arlon en Belgique est enregistrée comme femme de chambre chez Adrien Petit. Pauline Barard offre un profil similaire. Elle a 17 ans en 1859 et, originaire de l’Aisne, elle n’est présente que cette année-là dans un recensement de Charleville. Ces deux femmes apparaissent donc comme particulièrement mobiles et semblent entrer à la perfection dans le modèle classique d’une domesticité correspondant à une phase transitoire et brève de l’existence précédant, par exemple, le mariage lors du retour au village.

44Mais à l’inverse de ces dix domestiques visibles dans un ou deux recensements, 11 individus sont repérables durant la quasi-totalité ou la totalité de la période d’observation (soit dans dix recensements annuels ou plus sur 14 recensements dépouillés). L’extrême mobilité n’est donc pas une caractéristique partagée par l’ensemble de cette population. Un tiers de l’échantillon parvient à s’insérer de manière définitive ou pour le moins durable dans la ville. Pour autant, la sédentarisation dans la ville ne signifie pas l’immobilité professionnelle. Sur les 11 individus qui s’installent durablement à Charleville, seuls trois restent domestiques. La carrière de domestique est donc une voie peu empruntée dans la durée. En tout cas, la majorité de celles et ceux qui restent à Charleville ne le font pas pour demeurer dans cette profession. Sept se marient et quittent la domesticité tout en restant à Charleville, la huitième s’installe à la tête de son propre ménage tout en étant célibataire. Il semble que les hommes domestiques ont plus de facilité à sortir de cette profession, à quitter leur position de domestique au sein du ménage de leur patron pour s’installer à la tête de leur propre ménage (même s’ils peuvent rester domestiques sans pour autant vivre chez leur maître). Mais les effectifs sont trop limités pour l’affirmer de manière assurée.

45Pour illustrer ces parcours d’insertion durable dans la ville, prenons le cas de Monique Barre. Cette domestique de 23 ans en 1859, originaire de Fépin dans le département des Ardennes, est présente jusqu’à la fin de période d’observation (1876). Née le 31 mai 1836, elle est la fille de Lambert Barre, un ouvrier forgeron. Elle travaille en 1859 chez Félix Nonnon, rentier, et occupe la même position en 1860. On la retrouve « cuisinière » en 1865. Elle a alors changé de maître et travaille pour Pol Nanquette, un autre rentier. Elle est déclarée « servante » en 1866, « domestique » en 1867, et à nouveau « cuisinière » en 1868 et 1869 toujours chez Pol Nanquette. En 1873 et dans les années suivantes (jusqu’en 1876), elle n’apparaît plus comme domestique mais est recensée en tant qu’épouse de Joseph Guillaudin, cabaretier sur la place de la Gare. Elle est alors sans profession déclarée.

46Ce dernier exemple indique que la domesticité n’est pas nécessairement un frein au mariage sur place. Celle-ci n’est donc pas forcément le moyen de financer une union ailleurs (dans le village d’origine). Mariage et domesticité sont même deux états qui peuvent quelquefois coexister. Quatre de nos domestiques se marient sans quitter immédiatement leur métier, mais en s’installant à la tête de leur propre ménage au bout de quelques années seulement. Trois d’entre eux ont d’ailleurs rencontré leur conjoint chez leur patron (cas 8, 22, 25 du tableau 9).

47Il convient de citer de nouveau ici le cas de Gustave Bodet, inscrit en 1859 comme domestique chez Thomas Chaffoureaux, brasseur. Il a alors 29 ans et vient d’Andrimont en Belgique. Chez son patron, il travaille aux côtés d’une cuisinière de 37 ans, Charlotte Vasselet. En 1860, une nouvelle servante vient la remplacer, Marie-Jeanne Paruitte, 36 ans. Puis, en 1864, alors que cette dernière et Gustave Bodet sont toujours au service de Chaffoureaux, deux jeunes domestiques de 28 ans chacune viennent les rejoindre, Joséphine Mercier et Élise Lhomme. Au recensement suivant, en 1865, Gustave Bodet a épousé Élise Lhomme qui travaille comme cuisinière avec lui, toujours chez Chaffoureaux. De son côté, Joséphine Mercier est déjà repartie. En 1866, le jeune couple de domestiques est toujours installé chez le même patron ; il y loge jusqu’en 1869. Mais en 1873, 1874 et 1875, Gustave Bodet est déclaré chef de son propre ménage, 15 avenue de la Gare. Il semble qu’il dispose d’un logement indépendant à la même adresse que son patron pour lequel il continue de travailler. Sa femme est toujours mentionnée comme « cuisinière ». La domesticité apparaît donc ici comme un état durable mais pas immuable. Tout en restant dans le métier, Gustave Bodet a une trajectoire de vie qui comprend de sensibles transformations. S’il correspond au profil attendu du jeune domestique célibataire en début de période, il offre une image bien différente quinze années plus tard : celle d’un domestique marié vivant de manière indépendante.

48Le parcours des domestiques et leur insertion dans la ville s’effectuent également selon des modalités très différentes selon l’existence ou non de relais susceptibles de faciliter leur installation. 16 des 34 domestiques présents en 1859 semblent ne pas bénéficier de soutiens, notamment familiaux, au sein de Charleville. Aucun lien n’a pu être établi avec d’éventuels parents dans la ville ou avec des individus originaires de la même commune qu’eux. Cette absence de relais au sein de la ville se traduit par une durée moyenne de présence à Charleville plus faible. Ces domestiques « isolés » — au regard des informations contenues dans la base —, restent en moyenne 4 ans en ville (4 années d’observation, donc sans doute davantage en réalité).

49À l’inverse, les 18 domestiques pour lesquels la base de données a permis de mettre en évidence l’existence de relais, familiaux ou non, restent plus durablement en ville (7 ans et demi d’observation en moyenne).

50Deux d’entre eux trouvent à s’employer chez un patron originaire de la même commune. Ainsi Marguerite Belle fait-elle une carrière, complète semble-t-il, de domestique dans la même maison. En 1859, elle a 43 ans et travaille depuis au moins 1856 comme servante chez Charles Gouilly, un marchand pâtissier, marié et père de trois enfants. Marguerite est née à Pure (Ardennes), comme sa maîtresse Antoinette Prestal. Après la mort de celle-ci en 1860, elle reste au service de Charles Gouilly, sans interruption jusqu’en 1875 (elle a alors 59 ans) bien que les trois enfants de la maison aient quitté le foyer familial. Entre 1860 et 1864, Charles Gouilly est devenu rentier. Il s’est remarié à Désirée Poncelet, qui a 53 ans en 1864 et est originaire de Charleville, mais il conserve Marguerite comme domestique. Au total, Marguerite Belle offre l’exemple plutôt rare — le profil tant recherché, dans la littérature du xixe siècle tout au moins, de la domestique fidèle et serviable — d’une grande stabilité dans le métier (et dans la même maison) dont le point de départ est l’origine géographique commune entre la maîtresse et sa domestique.

51Mais ce type de relais par l’origine géographique commune n’est pas le plus courant ; la forme la plus manifeste d’insertion et de mobilisation des réseaux de connaissance lors du séjour à Charleville de ces domestiques est clairement de nature familiale. On observe fréquemment la présence simultanée et/ou successive sur une courte période de nombreuses fratries — de sorories surtout — de domestiques. 16 sur les 34 serviteurs de la cohorte 1859 bénéficient du soutien d’un frère ou, plus souvent encore, d’une sœur préalablement présents en ville ou bien sont eux-mêmes le relais d’un frère ou d’une sœur lorsque ceux-ci parviennent à Charleville. Cette importance des fratries/sorories comme relais facilitant l’insertion et l’installation durable en ville atteint ici des proportions tout à fait significatives.

52Les Besonhe offrent un bon exemple de fratrie embrassant de conserve la profession de domestique. Originaires de Vencimont en Belgique, le frère et les deux sœurs ont toutefois des parcours différents dans le métier. Adèle, 26 ans en 1856, reste au service de Joseph Provin, un ancien négociant originaire de Reims, sans discontinuer de 1856 à 1876, s’occupant de la maison de son maître et de ses deux enfants, puis seulement de son employeur une fois les enfants partis du foyer. Son frère cadet, Constant, 25 ans en 1856, est moins stable puisqu’il a deux employeurs entre 1856 et 1860, année au cours de laquelle il quitte la domesticité pour s’installer avec sa femme Florentine Docquier. Il apparait ensuite et jusqu’en 1866 comme « garçon de magasin ». Enfin, Louise, la plus jeune sœur, n’arrive quant à elle à Charleville qu’en 1859 : elle a alors 19 ans. Sa présence en ville est plus épisodique. Domestique en 1859 chez Caroline Blanchet, célibataire de 45 ans et rentière, elle reste peu de temps à son service, puisqu’elle disparaît des recensements jusqu’en 1864, année où nous la retrouvons comme « servante » chez Michel de Villantroys, un rentier de 77 ans, une place qu’elle occupe jusqu’en 1868.

53Un autre bel exemple de fratrie (ou plutôt de sororie) servile est fourni par les sœurs Brion. Augustine Brion, née en 1828 et originaire de Montcy-Notre-Dame (Ardennes), apparaît pour la première fois dans le recensement de 1858 comme servante chez Jean-Louis Berteaux. Elle est encore domestique en 1859 mais dès 1860, elle est l’épouse « sans profession » de Joseph Spybrouck, terrassier, qui vient d’Eppes, dans l’Aisne. Elle sort donc rapidement de la domesticité. Mais il ne s’agit pas pour autant d’une domestique isolée qui ne fait qu’un bref passage en ville. Elle a sans doute été introduite à Charleville grâce au relais de sa jeune sœur puînée, Julie, née en 1832, qui est présente en ville depuis 1857, d’abord comme servante chez Étienne Perreau, un ingénieur originaire de Dijon vivant avec sa vieille mère de 69 ans et sa jeune nièce de 33 ans, puis, en 1859, comme cuisinière chez Paul-Eugène Regnault, fabricant de clous. Julie n’est cependant pas le seul point d’appui d’Augustine. Sa cadette Uranie, née en 1835, est également servante à Charleville dès 1857, chez Maximilien Vagnier, un marchand-tanneur. Uranie, bien qu’elle soit la plus jeune, constitue sans doute un relais pour Augustine, mais également pour Julie puisqu’elle est servante chez Regnault en 1858 et y fait venir cette dernière en 1859.

54Ces fratries et sorories forment, semble-t-il, la forme la plus répandue de mobilisation de la parenté dans le projet migratoire des domestiques. Mais, comme les cas des sœurs Brion ou de la famille Besonhe l’illustrent, cela ne signifie pas nécessairement que les parcours de chacun se ressemblent au sein de ces fratries et sorories. Le fait de venir en ville en disposant de relais familiaux ne se traduit pas toujours par une plus grande stabilité géographique ou professionnelle. Julie Brion reste moins de quatre années à Charleville tandis qu’Uranie et l’aînée Augustine quittent rapidement la domesticité pour se marier et rester durablement en ville.

55En effet, Uranie Brion, au recensement de 1864, est enregistrée comme épouse de Louis Monnier, ouvrier charpentier, natif de Saint-Malo, qui a 30 ans. Elle est déclarée sans profession. En 1865, elle a un enfant et héberge sa mère Marie Caillaux, 76 ans, venue sans doute de Montcy-Notre-Dame, le village natal des trois sœurs. De 1866 à 1869, elle vit avec son mari, ses deux enfants et sa mère. Après 1873, elle réside avec son mari et ses trois enfants, sa mère étant vraisemblablement décédée. Quant à Augustine Brion, qui s’est mariée très vite en 1860, son destin est moins « heureux » puisqu’elle est absente de Charleville au milieu des années 1860 et que nous la retrouvons en 1868 et 1869 accueillie au domicile d’une quatrième sœur, Aglaé, une blanchisseuse, veuve avec trois enfants. Il est probable qu’Augustine est elle-même veuve à cette date.

  • 25 Sage Pranchère, 2016.
  • 26 Arrizabalaga, Burgos-Vigna, Yusta (dir.), 2011, pp. 11-12. L’ouvrage comporte plusieurs exemples h (...)

56À partir de l’observation du cas d’Augustine, ce sont donc trois destins de domestiques que la base permet de suivre et ceux de quatre sœurs. La grande majorité des domestiques ne migrent donc pas seuls et le suivi de ceux de la cohorte 1859 donne plutôt l’impression d’une bonne insertion et d’une mobilisation étonnamment forte de la famille au sein même de la ville de Charleville. Autre élément important, la présence de réseaux proprement féminins : ce n’est pas en suivant une migration masculine (père, frère) qu’un certain nombre de ces servantes arrivent en ville, mais à la suite d’une première mobilité engageant une sœur aînée ou cadette. Ces mouvements migratoires et professionnels par sorories25 sont un argument supplémentaire illustrant la présence de stratégies féminines autonomes, une thématique longtemps négligée par l’historiographie mais qui fait à l’heure actuelle l’objet de nombreux travaux26.

Conclusion

57L’analyse des données agrégées disponibles dans la base sur les domestiques présents à Charleville, couplée au suivi longitudinal d’un échantillon d’individus recensés en 1859, confirme un certain nombre d’éléments bien établis par l’historiographie sur les domestiques urbains, mais elle permet aussi de mettre en évidence la complexité et la variété de leurs parcours de vie. De manière assez attendue, les domestiques carolopolitains apparaissent comme une population plus instable que la moyenne des habitants de la ville mais ce modèle est loin d’être universel. Un certain nombre de domestiques en effet s’installent durablement en ville, mais ils le font souvent en quittant la domesticité. En somme, il faut se garder d’envisager la domesticité urbaine prénuptiale uniquement comme une forme de migration temporaire destinée à favoriser le retour et l’installation au village d’origine. Beaucoup sortent également de la domesticité par la voie d’un mariage en ville et d’une installation définitive dans cet environnement urbain.

58De ce point de vue, il faut insister sur le fait que si l’instabilité professionnelle et le caractère transitoire du métier de domestique sont des réalités largement partagées, l’instabilité géographique, au sens d’une présence brève en ville, est beaucoup moins répandue qu’on ne pouvait s’y attendre.

59L’exemple carolopolitain dans la seconde moitié du xixe siècle illustre également à merveille la notion de « chaîne migratoire » que la qualité des recensements et de la base démographique en cours de construction permettent d’observer in situ. Le nombre de fratries ou de sorories de domestiques est étonnamment élevé à Charleville. Pour autant, à rebours de l’idée selon laquelle les chaines migratoires serviraient souvent un projet d’implantation définitive, il convient de souligner que cette forte mobilisation de la parenté n’entraîne pas forcément une installation durable dans la ville. Les individus bénéficiant de relais à Charleville restent certes en moyenne plus longtemps en ville, mais à l’intérieur même d’une fratrie de domestiques, les parcours de vie peuvent largement diverger : tandis que l’un n’apparait que dans un ou deux recensements, signe d’un passage éphémère dans la cité, son frère ou sa sœur s’installe, sinon définitivement, du moins dans le long terme. En ce sens, bénéficier de relais familiaux en ville apparaît moins comme un outil d’implantation définitive en ville que comme un moyen de faciliter l’accès au marché urbain du travail domestique. Cette opportunité professionnelle peut alors être mise au service de projets variés : installation définitive en ville, réorientation professionnelle, retour au village, etc.

Tableau 9. — Parcours de vie à Charleville des 34 domestiques « B » présents en 1859

Nom 1856 1857 1858 1859 1860 1864 1865 1866 1867 1868 1869 1873 1874 1875 Réseau réperé à Charleville Nombre d’années
1 Balthazard, Catherine isolée 1
2 Barard, Pauline isolée 1
3 Barbason, Félicie fratrie 2
4 Barre, Monique isolée 10
5 Barret, Félicie isolée 4
6 Bastogne, Marie-Josèphe isolée 4
7 Baudrit, Jean-Baptiste fratrie 3
8 Beaudrie, Eugénie M M fratrie 14
9 Beaudoin, Joséphine fratrie 2
10 Beaudoin, Virginie fratrie 4
11 Beck,
Marie
isolée 3
12 Belle, Marguerite village 10
13 Bergny, Joséphine isolée 4
14 Bernard, Angélique M M isolée 10
15 Bernard, Stéphanie isolée 1
16 Besonhe, Adèle fratrie 14
17 Besonhe, Constant fratrie 14
18 Besonhe, Louise fratrie 6
19 Billy, Julienne village 3
20 Bisvin, Florentine isolée 1
21 Blin,
Marie
isolée 2
22 Bodet, Gustave M M M M isolé 11
23 Bosonhe, Virginie fratrie 4
24 Bourlicot, Marie-Louise isolée 1
25 Brabant, Augustine isolée 5
26 Braconnier, Bernard M isolé 5
27 Brion, Augustine V V fratrie 5
28 Brion,
Julie
fratrie 4
29 Brion,
Uranie
fratrie 12
30 Brochard, Clarice fratrie 2
31 Brodart, Marie-Jeanne fratrie 12
32 Buche, Eugénie isolée 2
33 Buisson, Emélie fratrie 10
34 Buisson, Marie-Anne C C C fratrie 14
     vit  à Charleville mais n’est plus domestique
     vit à Charleville et est domestique

M : Marié(e) ; V : Veuve ; C : Célibataire.

Source : Archives départementales des Ardennes, Recensements municipaux de Charleville.

Notes

1 Pour plus de détails sur cette enquête, voir Boudjaaba, Gourdon, Rathier, 2010 et Rathier, Ruggiu, 2013.

2 Pour cette courte présentation de l’histoire de la ville, nous nous appuyons tout particulièrement sur Cart, Courbière, Dromby, 1991 et Hubert, 1854.

3 Gonel, 2006.

4 Robinet, 1965-1966.

5 La ligne vers Paris est inaugurée en 1858, celle vers Sedan en 1859, celle vers Rivet et la Belgique en 1861.

6 Lévy-Vroelant, 1989.

7 Fin xviiie siècle à Bologne, la grande majorité des domestiques masculins vivent avec leur propre famille et non chez leur maître, Sarti, 2005b. De même, à Florence en 1841, la plupart des domestiques de sexe masculin vivent en résidence autonome, Casalini, 2009, p. 123. Pour l’Italie méridionale à l’époque moderne, Da Molin, 2014, p. 81.

8 Le cas exceptionnel de Gustave Bodet et d’Élise Lhomme en 1876 est aussi conjoncturel : à la fin des années 1860, les deux vivent mariés chez leur patron.

9 Boudjaaba, Gourdon, Rathier, 2010 ; Boudjaaba, Gourdon, 2013.

10 Jean-Luc Pinol utilise les listes électorales établies de cinq ans en cinq ans et qui ne contiennent que des hommes (Pinol, 1991, pp. 228-231).

11 Comme les recensements sont rarement établis sur une base annuelle, l’indicateur de mobilité le plus souvent utilisé par les historiens est le taux de départ annuel moyen calculé sur une période de cinq ans ou dix ans. À Charleville en 1864-1869, la mortalité étant déduite, il se situe à 6,26 % pour les hommes (tous les âges confondus), et un peu plus pour les femmes. Dans la ville canadienne d’Hamilton, Michael Katz obtient côté hommes un taux d’environ 7 % entre 1851 et 1861 (Katz, 1975, p. 122). À Bochum, c’est 7,92 % dans les années 1880, un niveau quasiment identique à celui de Boston vers 1830, 7,91 % ; sur ce thème, voir Pinol, 1991, p. 231.

12 Il s’agit ici d’un niveau annuel réel, et non d’une moyenne annuelle calculée sur une période plus longue, Eggerickx, 2010, pp. 299 et 308.

13 Pasleau, 1993, p. 230 ; Oris, 1993, p. 197.

14 Comme le constate par exemple Lévy-Vroelant, 1989, p. 29 : « le fait d’être né à Versailles représente un facteur de stabilité : parmi ceux qui demeurent sur place plus de 15 ans, 42 % sont nés à Versailles alors qu’ils sont seulement 15 % parmi ceux qui ne restent qu’une année ». Même constat à Lyon (Pinol, 1991, chap. 7).

15 Dans ce tableau, nous avons retenu une variable construite à partir des informations contenues dans la base de données, à savoir le nombre de foyers incluant une personne ayant le même patronyme que l’individu « ego ». L’idée est de mesurer l’impact d’un éventuel réseau familial en ville, dont cet indicateur fournit une approximation.

16 Comme indiqué précédemment, nous considérons ici comme domestiques uniquement ceux qui, exerçant cette profession, sont accueillis dans le ménage de leur patron.

17 La proportion de femmes parmi les domestiques dépasse systématiquement les trois-quarts : c’est le cas le plus fréquent dans les villes européennes de l’époque, même si l’on trouve des exceptions comme Madrid ou Milan où la part des hommes est d’environ 40 % dans les années 1860 (Sarti, 2007, p. 27).

18 Voir le cas de Florence en 1841 (Casalini, 2009, p. 123). Pour l’Italie méridionale, voir Da Molin, 2014, p. 82.

19 Dans la population totale de l’échantillon « B », les enfants de moins de six ans sont ici intégrés.

20 Ce n’est pas une spécificité de Charleville : la part des domestiques dans les villes européennes pré-industrielles de l’époque moderne dépasse régulièrement les 10 % (en 1784, par exemple, ils représentaient 13,27 % des habitants de Dijon (Gutton, 1981, p. 73). Pour une synthèse, Sarti, 2007, p. 25.

21 Minvielle, 2013. Nous reprenons les proportions indiquées page 38 et les données brutes du tableau 6 de la page 41. Les calculs de Stéphane Minvielle porte sur les ménages dont le chef a un patronyme commençant par la lettre B.

22 Citons par exemple le cas de la commune espagnole de Leioa, près de Bilbao : entre 1889 et 1905, celle-ci connaît une forte phase d’industrialisation et la proportion d’individus qualifiés de domestiques dans les listes de ménages passe de 2,2 % à 1,1 % (González Portilla [dir.], 2010, p. 151). La ville de Rostock en Allemagne connaît également une phase d’industrialisation à la fin du xixe siècle et la proportion de domestiques et employés (servants and employees) logés dans des ménages non apparentés baisse de 14,5 % en 1867 à 6,5 % en 1900 (Szołtisek et alii, 2011, pp. 249-250).

23 De nouveau, citons parmi bien d’autres exemples le cas de la ville de Leioa en Espagne : en 1905, trois-quarts des domestiques recensés ne sont pas natifs de la commune, contre 45 % de la population globale (González Portilla, 2010, pp. 122 et 139). À Paris en 1869, dans le quartier de la rue du Bac, seul un domestique sur 50 à 60 est né dans la ville (Gaillard, 1997, p. 140).

24 La situation est identique dans le recensement de 1810 (Minvielle, 2013, p. 40).

25 Sage Pranchère, 2016.

26 Arrizabalaga, Burgos-Vigna, Yusta (dir.), 2011, pp. 11-12. L’ouvrage comporte plusieurs exemples historiques et contemporains de migrations féminines « autonomes », depuis les servantes norvégiennes d’Amsterdam au xviie siècle jusqu’aux actuelles domestiques marocaines en Espagne.

Table des illustrations

Titre Situation de la ville de Charleville
Crédits © Anne Varet-Vitu, CRH, CNRS-EHESS, 2015.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4269/img-1.png
Fichier image/png, 188k
Titre La population de Charleville de 1733 à 1886
Crédits Source : Archives départementales des Ardennes, Recensements municipaux de Charleville.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4269/img-2.png
Fichier image/png, 19k

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540