Version classiqueVersion mobile

Inmigración, trabajo y servicio doméstico

Parte I. Inmigración urbana y mercados de trabajo

Migrations et travail en famille

Recenser les entreprises familiales des maçons migrants en banlieue parisienne entre la fin du xixe et le début du xxe siècle

Manuela Martini

Texte intégral

Recenser l’entreprise familiale ?

  • 1 Voir par exemple Majumdar, 2012 ; Fernández Pérez, Puig, 2007 ; Guillèn, 2001.
  • 2 Sharma, 2015.
  • 3 Landes, 2003, p. 236.

1Depuis quelques années, l’entreprise familiale est sur le devant de la scène de la business history. Les colloques, les volumes collectifs, les études monographiques se multiplient pour les pays du monde occidental mais aussi, de plus en plus, pour les pays en développement1. L’indice le plus significatif de la légitimité retrouvée de ce champ d’études est la création aux États-Unis en 1984 du Family Firm Institute, puis en Europe du Family Business Network en 1990 visant à promouvoir des enquêtes et des symposiums multidisciplinaires, et enfin la fondation en 1998 d’une revue, Family Business Review, ayant désormais une assise reconnue2. Cette tendance s’est affirmée à tel point que l’un des critiques le moins indulgents des archaïsmes du capitalisme familial, David Landes, a récemment esquissé en guise d’ego-histoire un jugement beaucoup plus nuancé de cette forme d’organisation industrielle en soulignant sa pérennité : « L’entreprise familiale n’est pas morte et demeure un atout important pour le développement économique. À condition qu’elle sache affronter la concurrence »3.

  • 4 Fernández Pérez, Colli (dir.), 2015. Pour des exemples de grandes entreprises familiales européenn (...)

2En abordant la question de manière beaucoup plus systématique, comparatiste et globale, un volume récent couvrant un vaste éventail de contextes historiques met explicitement en exergue, dès son intitulé, l’« endurance » de l’entreprise familiale4. Sa plasticité et sa capacité de s’ajuster à des contextes économiques et sociaux radicalement différents en termes de valeurs et hiérarchies sociales sont lues comme un gage de sa vitalité à l’heure actuelle.

  • 5 Une synthèse historiographique récente dans Daumas, 2012.
  • 6 Pour une bibliographie couvrant plusieurs secteurs, voir Joly, 2013. Dans une très vaste bibliogra (...)

3Que ce soit au niveau mondial, européen ou national, une large partie de cette production en pleine floraison porte sur les grandes entreprises familiales et les dynasties entrepreneuriales. Les historiens de l’entreprise se sont emparés avec beaucoup de conviction d’un proverbe répandu dans le Lancashire au xixe siècle : « clogs to clogs in three generations », décliné dans sa version française en « des sabots aux sabots en trois générations »5. Ils se sont ainsi appliqués à expliquer les stratégies dynastiques des dirigeants des grandes entreprises, les causes de leurs succès et, de plus en plus souvent, de leurs échecs. Les études monographiques sont particulièrement nombreuses pour certains secteurs économiques. En France, la sidérurgie et le bâtiment font figure d’activités productives privilégiées tant les entreprises familiales y ont été puissantes et durables6.

  • 7 Ce travail s’inscrit dans une recherche plus large qui a nourri le volume Martini, 2016.
  • 8 Cette étude est citée dans le rapport adressé à Hervé Novelli, secrétaire d’État au commerce, arti (...)
  • 9 Lemercier, 2004.
  • 10 Je reprends ici les considérations avancées par Karm, 2004, pp. 20-33.
  • 11 Pour une revue de l’abondante littérature sur Le Play et ses épigones, voir Cardoni, 2012a et 2012 (...)

4Cet article s’inscrit dans le sillon du renouvellement de l’intérêt pour l’entreprise familiale et porte sur un segment de la structure industrielle peu étudié pour l’époque contemporaine : la petite entreprise familiale dans le bâtiment7. Quoique non quantifiée par les statistiques publiques, la dimension familiale concerne autant les moyennes et les grandes que les petites entreprises. Voire plus, comme le montrent les estimations dont nous disposons désormais de ce phénomène pour l’époque très contemporaine. Selon les études publiées par le Family Business Network, 83 % des entreprises françaises étaient en 2007 des entreprises familiales et rassemblaient 49 % de l’emploi. Parmi ces entreprises familiales, 84 % employaient moins de 10 salariés8. Ces études sont récentes et les enquêtes dont elles rendent compte sont présentées comme le résultat d’un effort visant à combler une lacune dans la mensuration statistique, et par là même dans la prise en compte de cette forme d’organisation industrielle par l’administration étatique. En effet, elles n’ont pas tort en affirmant que les recensements industriels ou de la population sont muets sur l’entreprise familiale tout au long du xxe siècle. Ce sont les établissements et les entrepreneurs individuellement recensés qui ont concentré les efforts des statisticiens en charge de définir les objectifs des enquêtes industrielles et des dénombrements de la population active9. Cela va sans doute de pair avec la reconnaissance tardive en droit français du statut juridique de l’entreprise, dépourvue de personnalité juridique jusqu’aux années 1970, et avec l’absence d’une législation spécifique, y compris à l’heure actuelle, concernant l’entreprise familiale10. Toutefois, au-delà de la reconnaissance juridique, ce mode particulier d’organisation de l’activité économique aurait pu faire l’objet d’une observation statistique, comme il l’a été d’un point de vue sociologique par les réformateurs sociaux se réclamant de l’école leplaysienne entre la seconde moitié du xixe et le début du xxe siècle11.

  • 12 Topalov, 1999b, p. 446.
  • 13 Désrosières, Thévenot, 1988, p. 10.
  • 14 Topalov, 1999b, pp. 451-455.
  • 15 Topalov, 1994, pp. 324-328. Voir également Salais, Baverez, Reynaud, 1986, pp. 29-40.
  • 16 La distinction entre le « patron dirigeant un établissement » et le « façonnier » n’est pas nette (...)

5À vrai dire, il y a une exception au tout début du xxe siècle, en 1901, dans ce silence monotone. L’anomalie mérite de s’y attarder. Le tournant du siècle représente un moment de redéfinition des catégories, comme l’ont justement souligné les démographes historiens, les sociologues et les statisticiens qui ont travaillé sur la construction des classifications et des nomenclatures statistiques en creusant sur les conditions d’élaboration et de production des collectes publiques de données, notamment des recensements. Grâce à ces études révélant les enjeux des productions chiffrées, nous pouvons enfin revenir à ces statistiques du début du siècle en adoptant un regard averti, conscient d’une part des limites de ces chiffrages mais également du fait qu’ils traduisent des objectifs administratifs et s’efforcent d’appréhender des pratiques sociales. Ce qui importe ici est le fait que les constructions statistiques doivent établir une relation avec la société et les activités économiques. Elles « doivent aussi — pour utiliser les mots de Christian Topalov — pour produire des chiffres et être utilisables, composer avec les représentations et les pratiques communes »12. Ces buts et ces arbitrages socio-statistiques ont été passés au crible tout particulièrement en ce qui concerne les catégories socio-professionnelles. Alain Désrosières et Laurent Thévenot ont mis l’accent sur la disparition entre 1891 et 1896 de catégories où se reflétait la dimension familiale du métier13. Il s’agit d’un changement majeur, qui intervient en 1896, comportant l’abandon de toute dimension collective familiale de l’activité productive indépendante et allant de pair avec l’individualisation du travail et son identification avec le travail marchand rémunéré14. De ce moment charnière, Christian Topalov a montré les enjeux socio-administratifs qui ont déplacé la focale sur le travail salarié en parallèle avec la construction de la catégorie de chômeur et son inclusion dans la population active15. Le choix restrictif d’inclure parmi les chômeurs uniquement des salariés sans emploi, en ne prenant en aucun cas compte des « travailleurs intermittents », développe une attention statistique portant sur les « travailleurs isolés » parmi lesquels sont rangés à la fois les artisans, les travailleurs rémunérés au forfait et ceux qui sont employés par plusieurs employeurs16.

  • 17 À l’intérieur de ce groupe hétérogène (« les travailleurs isolés ne peuvent être classés en bloc, (...)
  • 18 Résultats statistiques du recensement général de la population effectué le 4 mars 1906, t. I, p. 5 (...)
  • 19 Martini, 2014 ; Avrane, 2013, pp. 27-37 ; Topalov (dir.), 1999a (« Introduction ») ; Id., 1994, pp (...)

6Les sociologues des classifications statistiques ont en général présenté celle des « isolés » comme une catégorie créée « par défaut », rassemblant les résidus statistiques du travail salarial. Elle l’est sans doute dans la mesure où elle englobe des travailleurs sans employeur fixe, exclus aussi bien de la catégorie des ouvriers et des employés (salariés), que des chômeurs (salariés sans emploi), mais elle peut également être lue comme l’expression d’un intérêt particulier porté aux formes de production microscopiques. Font partie de ce monde productif d’une part des petits patrons travaillant en chambre ou des tâcherons employant quelques compagnons et, d’autre part, des travailleurs « isolés », certes, mais « façonniers, artisans ». Comment expliquer autrement que, tout en les rangeant dans les « isolés », on essaye de distinguer ces derniers des « salariés à emploi irrégulier » pour « l’établissement de certains projets »17. La rupture avec la conception du métier et de l’activité artisanale comme activité de type familial est indéniable, mais la disparition de l’attention pour la petite exploitation familiale n’est pas actée une fois pour toutes en 1896. Ainsi, en 1901, il y a un retour sur la dimension de la famille du façonnier à domicile, du tâcheron travaillant à son compte avec l’aide de membres de sa famille, qui témoigne d’un questionnement encore présent au tournant du siècle même s’il n’a pas pris racine dans les recensements suivants : sans qu’on éprouve le besoin de s’en expliquer, en 1906 la piste ouverte cinq ans plus tôt est explicitement abandonnée18. Le tâtonnement toutefois est l’indice d’une sensibilité fin-de-siècle aux modalités de fonctionnement du travail à domicile encore opératoire au sein du Service du recensement de la Direction du travail au seuil du xxe siècle et qui n’est pas sans lien avec les débats sur la régulation du travail à domicile et l’application de la législation sociale dans les ateliers n’utilisant que la force manuelle19.

  • 20 Ibid., t. I : « Pour faire connaître l’établissement où travaille le recensé, l’industrie collecti (...)
  • 21 Ibid., t. IV, p. 854.
  • 22 L’ouvrage de référence à l’époque est celui de Le Play, L’organisation du travail (1870) réédité e (...)

7Les façonniers et les tâcherons, lorsqu’ils sont eux-mêmes employeurs, doivent indiquer dans la partie gauche de leur bulletin, celle réservée aux indépendants, s’ils le font avec des membres de leur famille20. Ainsi, le tableau xxxiii de la population active indique de manière détaillée la présence de ces derniers dans les petites affaires familiales21. Il en résulte tout d’abord un comptage des membres de la famille aidant les petits indépendants. Le travail à domicile est ici la cible, mais sont aussi pris dans le filet les commerçants et les tâcherons travaillant sur les chantiers avec une équipe de parents. Au tournant du xxe siècle, les débats sur l’« organisation du travail » appellent des chiffrages autour de la toute petite exploitation familiale22.

Exceptions statistiques et travail en famille

  • 23 Résultats statistiques du recensement général de la population effectué le 24 mars 1901, t. IV, ch (...)
  • 24 Avrane, 2013 ; Lespinet-Moret, 2007 ; Topalov (dir.), 1999a ; Horne, 2002.

8De quoi plus particulièrement nous parlent, au-delà de l’enregistrement quantitatif, ces données recueillies par les agents recenseurs, puis élaborées par les statisticiens de l’Office du travail ? Le recensement de 1901 ne se borne pas au simple comptage des auxiliaires familiaux assistant le tâcheron ou le façonnier comme ce sera le cas plus tard dans les recensements de 1954 et 1962. Ils y ajoutent une information précieuse pour notre propos et qui relève d’une préoccupation visant à cerner le fonctionnement de la microentreprise familiale : la participation des membres de la famille est croisée avec celle de la taille des activités concernées. Ce choix statistique unique dans la série des résultats des recensements du xxe siècle est l’indice d’un questionnement précis. Le tableau fourni aurait pu porter sur la totalité des établissements industriels, mais en effet le relevé se borne à enregistrer cette donne de manière détaillée seulement pour les entreprises jusqu’à 10 salariés. Manifestement, cette information statistique traduit une interrogation sur le fonctionnement du travail à domicile ou à façon qui interpelle par sa cible circonscrite et la minutie des données indiquées. S’attachant à cerner la production « en miettes » dans ses plus menues cellules productives, elle révèle une connaissance attentive des mécanismes sous-jacents l’activité de ces entreprises. Les débats parlementaires autour de la loi sur le travail des femmes et des enfants de 1892, et largement relayés au sein d’une palette très diversifiée de sensibilités au sein de la nébuleuse réformatrice, laissent des traces dans les dénombrements du tournant du siècle. Le « cas des ateliers de famille », selon la formulation employée dans la loi de 1892, est traité dans une section spécifique de la présentation de la population active, celui des « Établissements où sont occupés des membres de la famille du chef d’établissement »23. Indéniablement, cet intérêt marqué atteint son acmé à cette époque, comme le montrent des enquêtes d’envergure au début du siècle, notamment celles menées par l’Office du travail, dont ce tableau est l’une des retombées indirectes24.

  • 25 Résultats statistiques du recensement général de la population effectué le 24 mars 1901, t. IV, ta (...)
  • 26 Ibid., tableau iii : « Population active et établissements, par sous-groupes professionnels. Année (...)
  • 27 Ibid., tableau xxxiii : « Petits établissements suivant le nombre des employés et ouvriers. Nombre (...)

9Quoique limitée, l’information est néanmoins précieuse pour cerner un nombre important d’établissements. Non seulement la proportion des établissements entre 1 et 4 « employés ou ouvriers » pour les industries de transformation est de 85,3 % en 1901, mais ils rassemblent 23,1 % de la population active25. Si on y ajoute une partie des 731 548 hommes et des 907 504 femmes « isolés » qui selon les estimations « visant à réduire l’arbitraire » seraient pour un bon quart du total des artisans ou des façonniers et non des travailleurs « irréguliers », sans doute susceptibles de mobiliser à l’occasion des membres de leur famille, on atteint la proportion considérable de 32,4 % des actifs des industries de transformation26. Mais sans aller plus loin sur ce chemin qui n’a pas attiré l’attention des statisticiens recenseurs, bornons-nous aux façonniers avec au moins un employé déclarés dans les relevés du recensement. Comment se distribue la présence de membres de la famille selon la taille des établissements pris en compte dans cette première et unique tentative de comptage au niveau national ? À un niveau général, on peut tout d’abord remarquer que plus l’entreprise augmente en taille, moins de membres de la famille sont employés dans ces établissements27. Tout secteur confondu, y compris agriculture et pêche, le travail en famille semble concerner 29,78 % des établissements avec un « employé ou ouvrier » contre 23,5 % pour ceux employant deux à trois travailleurs, et 12,7 % pour ceux entre 4 et 10 employés. Cette répartition offre une confirmation explicite du poids, réellement incontournable, de cette aide familiale pour les indépendants travaillant avec un seul employé.

10Cette répartition est également présentée selon sa ventilation par secteur. C’est à ce niveau que ces données deviennent plus éclairantes car elles mettent en évidence une gradation sectorielle de la dimension familiale de l’activité productive qui n’était pas entièrement prévisible.

  • 28 Ibid., pp. 308-310. Sur la « petite industrie » familiale, voir Du Maroussem, 1891-1892.
  • 29 Résultats statistiques du recensement général de la population effectué le 24 mars 1901, t. IV, pp (...)

11Dans les petites entreprises du « terrassement et construction en pierre » employant un travailleur, 16 796 « établissements » sur 28 576, soit 59 %, une portion considérable, emploient un membre de la famille de leur chef, tandis que seulement 21 % des établissements employant deux à trois travailleurs le font. Alors que pour l’ensemble des entreprises de transformation (« Groupe 4 » de la classification), la part des établissements employant des membres de la famille est respectivement 43 % et 19 %. L’équation entre toute petite entreprise et entreprise familiale apparaît ici saisie dans toute son étendue pour l’ensemble de l’industrie, mais il est frappant de constater que la présence de membres de la famille est particulièrement significative dans la composition de la force de travail de la microentreprise du bâtiment (60,7 % des établissements employant un seul travailleur, presque deux points en plus que la moyenne de l’ensemble de la filière construction). Certes les activités de « travail des pierres et terres au feu », réunissant la briqueterie, la céramique de bâtiment ou la poterie, dépassent le 68 % des établissements avec un seul employé et défient toute concurrence, mais la construction les talonne avec la « taille de pierres précieuses » (61,7 %), « la taille de pierre et le moulage » (61,5 %) et le « travail des pailles, plumes, cris » (59,2 % également). Même la pourtant familiale « industrie textile » vient derrière avec 51,7 % (mais 42 % des établissements employant deux ou trois employés recrutent des auxiliaires familiaux) et l’« industrie du bois » est encore plus loin avec 49,2 % des entreprises employant un seul travailleur et 22,25 % de celles avec deux ou trois employés28. Au total, environ 600 000 petits patrons employant 1 à 10 travailleurs sur 2 183 418, soit 27,5 % (environ 1 sur 4), déclarent explicitement employer un membre de leurs familles (450 000), et certains (150 000) en font travailler deux à quatre29.

  • 30 Cela est souligné notamment pour les établissements agricoles (ibid., p. 184).

12Ces données nous permettant d’apercevoir l’entreprise familiale affichée en tant que telle et d’en mesurer l’importance selon la taille des entreprises sont rares. La disparition de ces tableaux dès le recensement suivant peut être lue comme une perte d’intérêt intentionnelle dans un contexte institutionnel qui s’oriente vers une conception du travail compris comme travail marchand rémunéré. Il est possible aussi de lire dans la sèche notation de l’omission de ce « paragraphe » dans l’introduction du recensement de 1906 la volonté de ne pas intervenir dans le débat en cours sur la régulation du travail à domicile en fournissant des données dont on connaissait les limites (liées à l’appréciation des agents recenseurs)30. Dans les deux cas, cette décision contribue à ensevelir durablement le travail des auxiliaires familiaux dans les méandres obscurs des arrière-boutiques.

  • 31 Martini, 2014.
  • 32 Schweitzer, 2002 ; Maruani, Meron, 2012.
  • 33 Battagliola, 2000 ; Maruani, 2000 ; Schweitzer, 2002.

13Il faut attendre le recensement de 1954 pour retrouver dans les recensements un comptage des aides familiales non rémunérées, les unpaid family workers, cette fois sous l’impulsion du Bureau International du Travail (BIT) qui, depuis 1937, a introduit cette catégorie dans la classification de la population active selon le statut (Classification internationale d’après la situation dans la profession/ International Classification by Status in Employment ICSE)31. Les études socio-historiques sur le travail des femmes ont insisté sur la sous-estimation de ces données, surtout en agriculture32. De manière significative, en 1954 les collaborateurs familiaux sont regroupés parmi les non-salariés, avec les entrepreneurs y compris individuels, mais sans que les liens avec les uns ou les autres soient explicités33. Ainsi, aucune précision sur la distribution selon la taille n’est enregistrée dans les résultats des recensements publiés après la Seconde Guerre mondiale. De plus, l’intérêt qu’ils suscitent est intermittent. De nouveau comptés en 1974, les membres de la famille aidant le chef d’établissement ne le seront pas lors du recensement de 1968, en témoignage d’un intérêt fluctuant vis-à-vis de cette forme d’organisation industrielle.

  • 34 Du Maroussem, 1891-1892.
  • 35 Zarca, 1993. Les relations intrafamiliales ont été étudiées d’un point de vue ethnographique dans (...)

14Pour avoir une idée du poids de l’entreprise familiale dans le bâtiment sur la fin des Trente Glorieuses, il faut se tourner vers les enquêtes conduites par les sociologues Bernard Zarca et Pierre Tripier, les premiers à prendre en compte la dimension familiale des activités productives dans le bâtiment après les enquêtes de Du Maroussem sur les charpentiers et les ébénistes de la fin du xixe siècle34. Selon ces études, les entreprises artisanales à cette époque sont éminemment familiales : la famille est mobilisée dans toutes les étapes de l’activité productive et de la gestion suivant des critères genrés, les hommes sur les chantiers et les femmes dans la gestion et la relation avec les clients. Les épouses notamment collaborent massivement à l’activité familiale : dans les années 1970, environ 70 % d’entre elles travaillent régulièrement dans les entreprises artisanales du bâtiment35.

  • 36 Lescure, 1983, p. 14 et pp. 47-51.
  • 37 Voir Enquête annuelle d’entreprise. Bâtiment et Travaux Publics, Résultats généraux, 1968-69, p. 3 (...)

15Certes les données agrégées au niveau national sur l’entreprise familiale font toujours défaut, mais ces enquêtes mettent en lumière un lien étroit entre entreprise familiale et petite taille de l’entreprise, et indéniablement le bâtiment a été l’un des secteurs où la polarisation entre la très grande et la très petite entreprise a été la plus marquée pendant tout le xxe siècle. Avant la période de l’entre-deux-guerres, on peine à parler de grande entreprise dans la branche. En 1906, sur 660 000 actifs, seulement 5,54 % travaillent dans des entreprises employant plus de 100 salariés36. Malgré l’amorce d’une tendance à la concentration dans l’entre-deux-guerres, la dispersion du bâtiment apparaît sans ambiguïté et constitue son trait distinctif dans le secteur industriel. Tandis que dans l’industrie un tiers des emplois concernent les entreprises de moins de cinq salariés, dans le bâtiment celles-ci rassemblent la moitié des effectifs selon le recensement de 1931. Ces proportions écrasantes se confirment dans le recensement de 1954, comme les économistes de l’époque ne manquent pas de le remarquer, et c’est seulement dans les années 1960 que le niveau de concentration de la branche s’accroit sensiblement. L’effet macroscopique de ce processus est la consolidation d’une structure industrielle polarisée entre très grandes et petites entreprises que la crise des années 1970-1980 contribuera à accentuer37.

L’arrivée des petits entrepreneurs étrangers

16Durablement pulvérisé, le bâtiment est également marqué au xxe siècle par une deuxième particularité, ayant trait cette fois à la composition de sa main-d’œuvre. D’un point de vue quantitatif, le secteur du BTP a connu au xxe siècle une expansion extraordinaire de ses effectifs et une diversification considérable des origines de ses ouvriers. Dans l’entre-deux-guerres s’amorce en effet un deuxième phénomène marquant depuis les commentaires des observateurs contemporains : l’accroissement de la main-d’œuvre étrangère et de l’entrepreneuriat immigré.

  • 38 Guichard, Noiriel (dir.), 1997. Récemment, voir Noiriel, 2007 et Rosental, 2011.

17Connaître la présence des étrangers dans la structure socio-professionnelle de la population active devient un but des statisticiens de l’Office du travail dès la fin du xixe siècle. Les historiens des migrations ont mis en lumière les enjeux plus généraux de cette attention de l’administration qui a trait à la définition de la nationalité et à la construction d’un clivage institutionnel entre nationaux et non-nationaux38. Ce qui importe ici est de remarquer la coïncidence, qui mériterait une enquête ad hoc, entre une réflexion sur l’élaboration statistique de la présence des étrangers au sein de la population active et la mise en place d’un nouveau système pour recenser les catégories et les statuts socio-professionnels à la fin du xixe siècle. Celui de 1891 est également le premier recensement prenant en compte les professions des étrangers et en 1896 l’importance des élaborations statistiques liées au dénombrement des professions des étrangers est telle que la publication des résultats de ce dépouillement est conçue en un volume à part.

  • 39 Résultats statistiques du recensement général de la population effectué le 7 mars 1926, t. I, part (...)

18Sans doute l’opération de croiser les variables liées à la nationalité et à la présence des étrangers dans les différentes activités économiques était l’une des priorités des volumes spécifiquement consacrés aux étrangers. Des nombreux tableaux en détaillent la répartition jusqu’au niveau des départements. Et jusqu’à ce niveau intermédiaire du maillage territorial, ils ont été appréhendés, selon leur nationalité, par statut professionnel et par secteur d’activité. Il est ainsi possible de suivre l’évolution de la présence des étrangers selon leur statut dans les différentes branches industrielles dès le tournant du siècle. De façon significative, dès 1906, la part des étrangers atteint 10,8 % parmi les actifs du bâtiment. À partir de 1926, elle dépasse celle des autres branches industrielles, avec un pourcentage qui s’élève à 23 % de l’ensemble des actifs de ses différents corps de métier : deux travailleurs sur dix du BTP sont étrangers. À cette date, les Italiens représentent plus de la moitié des étrangers du bâtiment et 13,7 % de l’ensemble des salariés de la branche. Grâce à la présentation des données recueillies par département et par nationalité, il est possible d’observer la répartition géographique différentielle de cette présence. Dans le département de la Seine, les Italiens s’imposent encore plus sur la main-d’œuvre de la branche qu’au niveau national. En particulier, en Seine-Banlieue on comptait 6 083 individus de nationalité italienne, soit 15 % de l’ensemble de la population active du « terrassement et construction », avec une surreprésentation de quelques points dans la banlieue par rapport à la moyenne nationale39. Désormais, sur dix étrangers du bâtiment, sept sont des Italiens en banlieue parisienne.

  • 40 Blanc-Chaléard, 2000 ; Fourcaut (dir.), 1988.
  • 41 Pour une présentation et une analyse détaillée de ces sources, voir Martini, 2016.

19La percée statistique de certaines nationalités dans le bâtiment au niveau local est encore plus marquée. À cette échelle, il est possible d’utiliser les listes nominatives des recensements afin de détecter l’émergence d’un nouvel entrepreneuriat de la construction, sa composition par origine géographique et quelques-unes de ses caractéristiques « démographiques » : notamment l’âge et les formes familiales dans lesquelles ses membres évoluent au moment du recensement. L’historiographie des migrations et celle de la ville ont montré jusqu’à quel point la banlieue parisienne est un observatoire privilégié pour étudier ces phénomènes de manière rapprochée40. L’Est parisien, et en particulier la proche banlieue orientale appartenant au département de la Seine jusqu’en 1962, constitue le terrain d’une enquête empirique plus large qui a pour cible spécifique dans cet article les entrepreneurs de la maçonnerie de Nogent-sur-Marne41. À partir du tout début du xxe siècle font leur apparition à Nogent des entrepreneurs de la maçonnerie d’origine italienne qui s’ajoutent aux quelques indépendants d’origine limousine et à un petit contingent d’entrepreneurs de maçonnerie locaux : une petite dizaine d’affaires au total en 1901.

20Dans l’entre-deux-guerres, le groupe des entrepreneurs de la maçonnerie actifs à Nogent-sur-Marne, tout en se transformant ultérieurement d’un point de vue des origines, s’accroît sensiblement : il passe de 17 indépendants en 1921 à une trentaine en 1931.

21Selon les registres municipaux des taxes professionnelles, ce groupe est formé principalement de petits entrepreneurs stratifiés en trois couches : « entrepreneurs maçons », « maîtres maçons », « maçons à façon ». Si l’on croise ces données avec celles des listes nominatives des recensements, où plus de la moitié de ces entrepreneurs et travailleurs indépendants sont recensés avec leurs ménages et les employeurs sont indiqués, il est possible d’affirmer sans hésitation qu’un dénominateur commun à ces entrepreneurs, transversal aux différent segments de la structure industrielle, est le fait qu’ils sont à la tête d’entreprises familiales. Que ce soit au sommet ou dans les strates les plus infimes et éclatés d’un tissu professionnel extrêmement pulvérisé, les entrepreneurs travaillent avec leurs frères, beaux-frères, oncles et enfants, et sans doute aussi avec leurs cousins.

22Ce dernier lien de parenté n’est pas visible à travers les listes nominatives des recensements de la population, mais d’autres sources permettent d’étayer la palette complète des liens de parentèle en présence. Les livres de paye de l’entreprise Cavanna et Taravella, fondée à Nogent en 1920 et employant jusqu’à 70 ouvriers en 1931, attestent dès son origine d’une dense participation rémunérée à l’activité familiale de différents membres de la parentèle des deux fondateurs de l’entreprise, comprenant frères, beaux-frères, cousins germains et cousins au deuxième degré.

  • 42 Ibid., chap. viii.

23Surtout, ils révèlent un deuxième, et plus décisif encore, trait du caractère familial de ces activités économiques : la gestion entièrement familiale de la firme. L’entreprise C & T est dirigée par les deux fondateurs avec l’aide de l’un de leurs frères comme chef de chantier. Après leur retraite, c’est l’un de leurs enfants qui dirige l’entreprise : se pérennise ainsi une gestion strictement associée au noyau étroit de la famille des fondateurs même lorsque l’élargissement de l’entreprise a amené les gestionnaires à s’orienter vers un recrutement des chefs d’équipe dans un cadre non strictement familial42.

Cerner la petite entreprise familiale migrante en banlieue

  • 43 Colli, Rose, 2008, pp. 195-196.

24Les chercheurs qui se sont intéressés aux entreprises familiales ont traditionnellement axé leur définition autour de trois aires d’implication dans l’entreprise : la propriété, la gestion et la capacité d’assurer une transmission familiale de l’entreprise, où des héritiers de la génération des fondateurs occupent une position significative dans la gouvernance de l’entreprise43.

25Toutes les enquêtes de gestionnaires et ethnologues dont nous disposons sur la petite entreprise du bâtiment, de même que les entretiens et archives familiales utilisés pour cette étude, permettent d’affirmer que plusieurs de ces critères, notamment l’influence sur la gestion de l’entreprise, sont généralement réunis et permettent de définir une écrasante majorité de ces entreprises actives dans la banlieue parisienne comme familiales.

26Même en observant des sources plus pauvres que les archives d’entreprise mais indiquant les noms des associés, comme c’est le cas pour les patentes, ou celui des employeurs des ouvriers et des employés pour listes nominatives des recensements, il est possible de considérer une large partie de ces entreprises comme telles.

  • 44 Martini, 2016, chap. iii.
  • 45 Lazare Ponticelli est mort le 12 mars 2008, à 110 ans. Il était le dernier combattant français de (...)

27En ce qui concerne une bonne moitié des indépendants de Nogent, nous pouvons affirmer avec certitude que dans l’entre-deux-guerres il existe différentes formes d’exploitation familiale de l’entreprise, qu’il s’agisse de l’association entre entrepreneurs liés par des relations de parentèle ou de la participation à l’activité d’enfants, de collatéraux ou d’autres membres de la famille. Prenons, par exemple, l’entreprise Ponticelli. Les deux frères Céleste et Lazare sont d’abord tâcherons, juste avant la Première Guerre mondiale, puis rentrent en Italie appelés au front après un engagement de quelques mois dans la légion étrangère, et s’associent enfin à leur retour en 1921 pour fonder une entreprise de montage, levage et construction de cheminées44. Lazare Ponticelli, le dernier des poilus45, était surtout, et c’était là toute sa fierté, un entrepreneur ayant fondé une entreprise dont la raison sociale, Ponticelli frères, résumait entièrement le sens exclusivement familial qu’il attribuait à son succès. La participation d’associés ou de capitaux apportés par des partenaires extérieurs à la famille a été toujours considérée accessoire par Lazare. Aujourd’hui encore, alors que Ponticelli frères est une multinationale et que son directeur général n’est plus un membre de la famille depuis 2008, la propriété appartient à un holding familial qui possède 80 % des actions. Or, dans le cas des Ponticelli, comme dans celui des Cavanna-Taravella, les enfants des fondateurs sont très tôt, dès la fin des années 1930, associés à la vie de l’entreprise.

28Ces entreprises pratiquent à cette époque la règle du travail en famille des garçons, voire des filles, comme en témoigne aussi Madeleine Toni, fille d’un autre petit entrepreneur nogentais issu des Apennins émiliens comme les Cavanna et les Ponticelli, et déjà à son compte avant la Seconde Guerre mondiale :

  • 46 Milza, Blanc-Chaléard, 1995, p. 82.

Mon père a été artisan par ici. Pas très longtemps. Il avait comme ouvriers mon frère et mon cousin Jean. Un jour ma sœur, qui était au chômage, lui a dit : « Papa, tu n’as pas besoin de quelqu’un ? Eh bien oui… viens ». Elle s’est donc déguisée en maçon. Elle partait à bicyclette travailler à Champigny. Et c’est elle qui travaillait le plus46.

29Dans l’entre-deux-guerres, c’est une forme particulière d’entreprise familiale que l’on voit apparaître très nettement, aussi bien parmi les entrepreneurs migrants établis que parmi les nouveaux venus : celle qui associe les enfants des fondateurs à l’entreprise familiale.

30Alors que les entrepreneurs locaux et limousins employaient déjà leurs enfants, les entreprises crées par des migrants issus du Nord de l’Italie avant la Première Guerre mondiale n’employaient que des proches de la même génération. Aucun de ces entrepreneurs n’avait hérité le métier de son père. En revanche, dans les recensements des années 1920 et 1930, à la deuxième génération, en l’occurrence surtout les garçons de la maisonnée, qu’ils soient nés en Italie ou en France, sont très fréquemment employés par leurs pères. C’est le cas pour plus d’un quart de l’ensemble des indépendants présents sur la place de Nogent, 8 sur 31, en 1931. Cette typologie familiale-entrepreneuriale n’est pas l’apanage uniquement des Italiens, elle apparaît également lorsqu’on se tourne vers des entrepreneurs locaux, tels les Misgault et les Rameau, ou vers des Limousins tels les Aussudre ou les Gouny.

31À côté de cette configuration verticale associant père et fils, on rencontre également un type de collaboration familiale, au niveau d’une même génération, qui était très présente avant la Première Guerre. Les associations entre frères ou beaux-frères constituent, en effet, une forme fréquente d’entreprise familiale que l’on peut observer dans ce territoire banlieusard. Elle est la seule forme détectable d’entreprise familiale assurée avant la Première Guerre mondiale pour les migrants comme on l’a vu, mais elle est également pratiquée après 1919 dans les premières phases d’existence de certaines entreprises. Parmi les nouveaux arrivés sur la scène de l’indépendance à Nogent, il y a au moins deux autres entreprises qui sont le fruit d’une association fondée sur des liens familiaux horizontaux, entre frères ou beaux-frères. Il s’agit d’associations qui débordent sur les choix résidentiels, reliant habitation et intérêts économiques et fondées sur des liens de parenté entre individus d’une même génération. Ces liens multiples apparaissent nettement dans le cas des deux sociétés que nous avons déjà mentionnées : la Ponticelli frères et la Cavanna et Taravella créée par Dominique Cavanna et Dominique Taravella, des entreprises qui survivent à toutes les vicissitudes institutionnelles et économiques du xxe siècle et dans lesquelles s’impliqueront d’abord les enfants, puis les petits-enfants des fondateurs. Comme pour bien des petits entrepreneurs migrants nogentais, une véritable symbiose professionnelle et résidentielle les caractérise.

32Globalement, à Nogent, les entrepreneurs se distinguent des ouvriers de la maçonnerie par la forme élargie de leurs familles. Travail en famille et ménages complexes vont souvent de pair. En 1921, plusieurs de ces entrepreneurs vivent dans des ménages comportant un ou plusieurs membres de leur famille étendue, voire deux noyaux familiaux. Ils contribuent ainsi à renforcer la part des ménages étendus dans le milieu des travailleurs de la maçonnerie, qui est assez importante à cette date (un peu plus que 18 %, car elle concerne 31 ménages dont le chef de famille ou l’un de ses membres est un maçon sur 231). La génération des parents est assez présente dans ces ménages élargis (17 sur 31), toutefois un bon tiers concerne la cohabitation avec des membres de la famille de la même génération que le chef de du ménage : des frères, beaux-frères, cousins ou amis.

  • 47 Martini, 2016.

33Cette cohabitation caractérise le ménage des trois frères Ponticelli, déclarant exercer différents métiers de la construction, maçon, fumiste et briquetier, et qui en 1921 cohabitent encore avec leur mère blanchisseuse, Philomène, avant de se transférer à la porte d’Ivry et de fonder l’entreprise de levage et de construction de cheminées évoquée plus haut. Célibataires, ils forment un ménage fondé sur le partage des ressources qui constitue le levier de la fondation de leur entreprise47. Une motivation semblable pousse sans doute à la cohabitation la famille étendue des Gouny de Mogriat, dans la Creuse, où un père « patron cimentier » et son épouse partagent le foyer avec leur fils, métreur, et sa jeune femme dans une même habitation du centre-ville de Nogent.

34Pour les candidats à l’entrepreneuriat, la coopération économique, en particulier au moment de la mise en place de l’entreprise ou en cas de problèmes de trésorerie, peut passer par une phase, temporaire, de mise en commun du foyer. Loger et nourrir un proche peut servir aussi à économiser le versement d’un salaire supplémentaire.

35Le jeune René Ponticelli a été très tôt familiarisé à la vie de chantier, comme « mousse » de son père Bonfiglio, omniprésent sur le terrain de réalisations qui vont s’étendre au-delà de la région parisienne après 1938. Jean Taravella est le commis de l’entreprise familiale fondée par son père et son oncle avant de partir au front et de mourir de maladie lorsqu’il est prisonnier des Allemands. Son jeune frère Louis Taravella le remplace par la suite et ses trois enfants après la Seconde Guerre mondiale y seront apprentis puis compagnons salariés, et, respectivement, en suivant l’ordre de naissance, chef de chantier, chef d’équipe et chauffeur.

36Même si en 1931 les configurations familiales diffèrent considérablement de celles de 1921 et comportent une réduction des ménages élargis et une disparition des générations des parents, on remarque cependant deux phénomènes intimement liés à l’exploitation familiale de l’entreprise qui étaient très marqués dix ans plus tôt. D’une part, une certaine affection pour les ménages élargis de la part des immigrés provinciaux et transalpins récents, d’autre part, la présence de conglomérats résidentiels de ménages apparentés, souvent installés dans les mêmes immeubles. Sur la fin de l’entre-deux-guerres, on assiste à une séparation des foyers de ses membres ; ce processus toutefois s’accompagne d’une forte proximité résidentielle de ces ménages nucléaires apparentés et impliqués à différents titres à l’activité de l’entreprise : participation à la gestion ou à l’activité productive, propriété de la raison sociale, des capitaux fixes, du patrimoine immobilier indivis.

  • 48 Ibid. Voir les Archives privées Ponticelli Frères (« Dépôt de l’Assemblée générale constitutive du (...)

37Peut-on considérer comme une coïncidence le fait que presque la moitié de ces entrepreneurs ont parmi leurs employés des enfants ou sont associés de leurs frères ou beaux-frères ? Ponticelli frères désormais installés dans l’Est parisien, comme Cavanna-Taravella à Nogent ou Quagliaroli frères à Champigny, constituent autant de déclinaisons de cette imbrication serrée entre association économique et résidentielle. Une fois lancée leur activité, les trois frères Ponticelli déménagent à la porte d’Ivry, où Céleste et Bonfils vivent dans le même immeuble du 63 de la rue de Paris d’Ivry-sur-Seine, à quelques centaines de mètres du siège et du dépôt de l’entreprise, situés au 69 avenue d’Ivry à Paris, tandis que Lazare s’installe à proximité, au Kremlin-Bicêtre, où il passera le reste de ses jours48.

38La co-résidence demeure une pratique diffuse pour la nouvelle vague des immigrés des années 1920. Les jeunes entrepreneurs, ceux depuis peu à leur compte dans les années 1930, sont de nouveau très bien représentés dans ce petit groupe. Loin de s’installer en rupture avec les formes anciennes de la mobilisation de la famille comme ressource, les entrepreneurs nouvellement arrivés sur la scène de la construction nogentaise continuent de maintenir un modèle de vie qui implique des relations étroites, économiques et résidentielles, avec des membres de leur maisonnée.

Conclusion

  • 49 Dans le sens utilisé par Zalio, 1999, p. 185.

39L’utilisation conjointe des listes des recensements et des monographies entrepreneuriales et familiales permet d’esquisser un portrait de groupe d’une configuration sociale nouvelle49, celle des petits entrepreneurs migrants. Au niveau microscopique du territoire banlieusard, on aperçoit tout d’abord la dimension généralisée, voire omniprésente pour les nouveaux arrivés sur la scène productive du bâtiment, de cette dimension familiale pour bon nombre des petites entreprises de la maçonnerie.

40La publication des informations concernant la participation des membres de la famille aidant le façonnier cesse d’être effectuée au niveau national après le recensement de 1901, mais à l’échelle des municipalités il est possible de tirer des listes nominatives des recensements de nombreux indices de cette dimension familiale de leur activité pour les indépendants qui se déclarent entrepreneurs ou patrons maçons. Puisque la notation de l’employeur demeure pour les recensements de l’entre-deux-guerres, il est possible de détecter pour un nombre significatif de cas, sans doute en dessous de la réalité mais néanmoins considérable, des formes certaines de collaboration familiale. Au moins la moitié des indépendants recensés en 1931, mais vraisemblablement plus encore, ont embauché ou sont associés à des membres de leur famille. Cette présence se traduit dans l’entre-deux-guerres, d’une part, dans des formes spécifiques de gestion, et notamment l’association entre frères et le travail des enfants dans l’entreprise et, d’autre part, dans des choix résidentiels spécifiques, en particulier dans la proximité des ménages impliqués dans l’activité familiale. Elle est associée également à une surreprésentation des familles des entrepreneurs migrants parmi les ménages étendus.

  • 50 Pour une analyse de l’économie des petites entreprises du bâtiment, voir Bonneuil, Martini, 2015.

41L’imbrication entre sphère familiale et activité entrepreneuriale qui se dessine est frappante. Rien dans ces sources ne permet cependant d’inférer quoi que ce soit sur le comportement de ces entreprises familiales en tant qu’unités productives. Comment s’articulent les différents cercles familiaux dans une gestion économique devant faire face à des contraintes hétérogènes ? Uniquement à l’échelle plus réduite encore de la prise de décision au sein de l’entreprise, il est possible d’apercevoir de quelle manière l’articulation entre environnement économique et famille se traduit dans les choix de gestion des acteurs50. La pérennité de quelques-unes de ces entreprises familiales, capables de surmonter l’écueil des difficultés économiques des années 1930 et de la Seconde Guerre mondiale, autorise cependant à prendre au sérieux l’hypothèse de leur capacité à agencer de manière cohérente sur le terrain ces injonctions apparemment contradictoires.

Notes

1 Voir par exemple Majumdar, 2012 ; Fernández Pérez, Puig, 2007 ; Guillèn, 2001.

2 Sharma, 2015.

3 Landes, 2003, p. 236.

4 Fernández Pérez, Colli (dir.), 2015. Pour des exemples de grandes entreprises familiales européennes, voir Colli, 2006 ; Joly, 2013 ; Fernández Pérez, Puig, 2007.

5 Une synthèse historiographique récente dans Daumas, 2012.

6 Pour une bibliographie couvrant plusieurs secteurs, voir Joly, 2013. Dans une très vaste bibliographie, voir, pour la sidérurgie, Woronoff, 2001, et, pour le bâtiment, la récente monographie de Barjot, 2014.

7 Ce travail s’inscrit dans une recherche plus large qui a nourri le volume Martini, 2016.

8 Cette étude est citée dans le rapport adressé à Hervé Novelli, secrétaire d’État au commerce, artisanat et petite entreprise par Mellerio, 2009. Pour une définition de l’entreprise familiale, voir Tagiuri, Davis, 1996, p. 200.

9 Lemercier, 2004.

10 Je reprends ici les considérations avancées par Karm, 2004, pp. 20-33.

11 Pour une revue de l’abondante littérature sur Le Play et ses épigones, voir Cardoni, 2012a et 2012b.

12 Topalov, 1999b, p. 446.

13 Désrosières, Thévenot, 1988, p. 10.

14 Topalov, 1999b, pp. 451-455.

15 Topalov, 1994, pp. 324-328. Voir également Salais, Baverez, Reynaud, 1986, pp. 29-40.

16 La distinction entre le « patron dirigeant un établissement » et le « façonnier » n’est pas nette car ce dernier est compté comme un « établissement » même s’il travaille seul et sans aucun membre de sa famille. Ainsi, lorsqu’on définit l’établissement comme « la réunion de plusieurs personnes travaillant habituellement en commun, en un lieu déterminé, sous la direction d’un ou de plusieurs représentants d’une même raison sociale qui constituent le ou les chefs de l’établissement », on insiste sur le fait que les façonniers qui travaillent chez eux ne doivent pas être rattachés à l’établissement « qui leur fournit de l’ouvrage » (Résultats statistiques du recensement général de la population effectué le 24 mars 1901, t. I, partie i, p. 26). Selon le Rapport d’Émile Levasseur au ministre du Commerce, de l’industrie, des postes et des télégraphes du 10 juin 1904, pour la première fois le dépouillement est fait par un service central du recensement, il s’agit du même service qui en 1896 a dépouillé « la partie professionnelle des bulletins du recensement » (Levasseur, Rapport, pp. i-xxiii, cité p. ii) ; voir Lespinet-Moret, 2007.

17 À l’intérieur de ce groupe hétérogène (« les travailleurs isolés ne peuvent être classés en bloc, soit parmi les patrons, soit parmi les salariés »), on propose de définir des découpages internes, et d’en faire des tableaux, avec une tentative de « circonscrire l’arbitraire », comme le déclarent les rédacteurs, en répartissant les travailleurs entre, d’un côté, « les petits patrons, artisans, façonniers » et, de l’autre, « les salariés à emploi irrégulier », Résultats statistiques du recensement général de la population effectué le 24 mars 1901, t. IV, p. 177 et tableau p. 178. Et lorsque les « isolés » n’ont pas donné d’indications concernant leur situation (90 000 hommes et 126 000 femmes, soit respectivement 4 % et 6 % des isolés de sexe masculin et féminin selon le recensement de 1906), les rédacteurs de l’introduction à la partie sur la population active en 1906, admettent, en reprenant à l’identique les arguments du recensement de 1901 : « pour circonscrire l’arbitraire […], dans les cas douteux, que les travailleurs isolés de situation indéfinie pouvaient être répartis entre les deux groupes : petits patrons et salariés, proportionnellement au nombre des travailleurs isolés ayant fourni sur leur bulletin des indications suffisantes pour permettre cette répartition » ; et terminent en soulignant la précision accrue de cette répartition par rapport à celle de 1901 (ibid., t. I, partie ii, p. 111).

18 Résultats statistiques du recensement général de la population effectué le 4 mars 1906, t. I, p. 5. Une notation très sèche précise : « Le paragraphe relatif aux membres de la famille employés, comme auxiliaires, par l’ouvrier à façon travaillant à domicile a été supprimé ; par contre, dans la partie relative aux employés et ouvriers sans emploi, on a demandé si le manque d’emploi est dû à la maladie ou bien à une autre cause ».

19 Martini, 2014 ; Avrane, 2013, pp. 27-37 ; Topalov (dir.), 1999a (« Introduction ») ; Id., 1994, pp. 325-330. D’ailleurs, dans le rapport du recensement de 1896, lorsqu’on crée la catégorie des « isolés » est remis en cause le caractère résiduel de la catégorie : « ils sont peut-être en voie de disparition mais ne semblent pas près pour autant de disparaître » (Résultats statistiques du recensement des industries et professions, t. IV, pp. cxxxv-cxxxvi).

20 Ibid., t. I : « Pour faire connaître l’établissement où travaille le recensé, l’industrie collective à laquelle il collabore, la partie inférieure du bulletin est, comme en 1896, divisée en deux parties : la moitié de gauche est réservée aux renseignements fournis : 1) par les patrons dirigeant un établissement ; 2) par les ouvriers à domicile. Les uns et les autres doivent indiquer le nom et l’adresse de l’exploitation qu’ils dirigent, le chiffre du personnel qu’ils emploient ; les ouvriers à domicile doivent, en outre, indiquer combien parmi leurs auxiliaires sont membres de la famille », pp. 21-22 ; « Les ouvriers travaillant à façon, chez eux, ne doivent pas être rattachés à l’établissement qui leur fournit de l’ouvrage », p. 26. Il est intéressant de remarquer l’effort de séparer le travail domestique pour les soins de la famille de celui pour les activités productives du patron : « Les domestiques qui servent évidemment à l’industrie du patron doivent être comptés parmi les ouvriers », p. 26. Plus loin, on revient sur ce que la catégorie des « isolés » regroupe : « on a rangé dans cette catégorie à la fois des patrons n’occupant aucune aide, des façonniers travaillant librement chez eux pour le compte d’une maison qui leur fournit le travail, des ouvriers à emploi irrégulier » (ibid., t. IV, pp. 177-178). Ainsi, pour le « terrassement et construction » (la catégorie industrielle 4Q du recensement), on compte, sur un total de 117 264 isolés (19,53 % du total des effectifs de la catégorie), 21 663 petits patrons (18,5 % des isolés) et 95 601 (81,5 %) travailleurs à emploi irrégulier (plus 22 travailleuses à emploi irrégulier parmi les femmes), pp. 178-179.

21 Ibid., t. IV, p. 854.

22 L’ouvrage de référence à l’époque est celui de Le Play, L’organisation du travail (1870) réédité en 1890 par la Société d’économie sociale. Sur les antécédents de ce texte et l’audition de Le Play à la Commission du Luxembourg présidée par Louis Blanc le 20 mars 1848, lors de la discussion sur l’organisation du travail, voir en particulier, dans la très vaste bibliographie sur Le Play, Tomasi, 1997 ; Savoye, Cardoni (dir.), 2007 ; Cottereau, 2007.

23 Résultats statistiques du recensement général de la population effectué le 24 mars 1901, t. IV, chap. ii, sous-partie xii, pp. 308-311, avec un tableau indiquant les pourcentages tirés des chiffres absolus du tableau xxxiii, pp. 854-861.

24 Avrane, 2013 ; Lespinet-Moret, 2007 ; Topalov (dir.), 1999a ; Horne, 2002.

25 Résultats statistiques du recensement général de la population effectué le 24 mars 1901, t. IV, tableau « Répartition des établissements industriels (non compris les entreprises de transport) [Sections 3-4 et Groupe 9B]. Chiffres absolus et pourcentages », p. 190.

26 Ibid., tableau iii : « Population active et établissements, par sous-groupes professionnels. Années 1901 et 1896 », pp. 505-507.

27 Ibid., tableau xxxiii : « Petits établissements suivant le nombre des employés et ouvriers. Nombre de ceux dont le chef occupe des membres de sa famille », pp. 854-861.

28 Ibid., pp. 308-310. Sur la « petite industrie » familiale, voir Du Maroussem, 1891-1892.

29 Résultats statistiques du recensement général de la population effectué le 24 mars 1901, t. IV, pp. 500-501. Il faut également remarquer que les entreprises de 1 à 10 employés ou ouvriers représentent 68,6 % du total des établissements et il est fort probable qu’un certain nombre des 928 393 établissements déclarant n’employer aucun travailleur ou des 2 160 000 « travailleurs isolés » classés parmi les « petits patrons » profitent à l’occasion d’une main-d’œuvre familiale (ibid., p. 306).

30 Cela est souligné notamment pour les établissements agricoles (ibid., p. 184).

31 Martini, 2014.

32 Schweitzer, 2002 ; Maruani, Meron, 2012.

33 Battagliola, 2000 ; Maruani, 2000 ; Schweitzer, 2002.

34 Du Maroussem, 1891-1892.

35 Zarca, 1993. Les relations intrafamiliales ont été étudiées d’un point de vue ethnographique dans Bessière, Gollac, 2008, et dans Bessière, 2014. Sur le travail en famille du point de vue historique, voir plus globalement Martini, Bellavitis, 2014 et Bellavitis, Martini, Sarti (dir.), 2016.

36 Lescure, 1983, p. 14 et pp. 47-51.

37 Voir Enquête annuelle d’entreprise. Bâtiment et Travaux Publics, Résultats généraux, 1968-69, p. 31 ; Barjot, 2006, p. 332  et 1991 ; Lescure, 1983, p. 47.

38 Guichard, Noiriel (dir.), 1997. Récemment, voir Noiriel, 2007 et Rosental, 2011.

39 Résultats statistiques du recensement général de la population effectué le 7 mars 1926, t. I, partie v, p. 382.

40 Blanc-Chaléard, 2000 ; Fourcaut (dir.), 1988.

41 Pour une présentation et une analyse détaillée de ces sources, voir Martini, 2016.

42 Ibid., chap. viii.

43 Colli, Rose, 2008, pp. 195-196.

44 Martini, 2016, chap. iii.

45 Lazare Ponticelli est mort le 12 mars 2008, à 110 ans. Il était le dernier combattant français de la Première Guerre mondiale (Guyot et alii, 2007). Sur Ponticelli entrepreneur et son entreprise, voir Martini, 2016, chap. vii.

46 Milza, Blanc-Chaléard, 1995, p. 82.

47 Martini, 2016.

48 Ibid. Voir les Archives privées Ponticelli Frères (« Dépôt de l’Assemblée générale constitutive du 12 juillet 1932 », notaire J. Regnier). Je suis reconnaissante à Claude Ponticelli, petit-fils de Bonfils Ponticelli et actuel président de la Holding qui détient 80 % de la propriété de l’entreprise, pour avoir mis à ma disposition ces documents. Par la suite, Céleste, chez qui la famille avait l’habitude de se réunir pour le repas dominical, déménagera à Paris, au 53 de la rue des Gobelins, toujours à proximité de l’entreprise. Encore aujourd’hui, le siège de Ponticelli Frères, un exemple parfait de path dependency, se trouve dans le 13e arrondissement de Paris, au 5 de la place des Alpes, tandis que la Direction générale et les services centraux de l’entreprise sont désormais installés à Emerainville, dans le Val-de-Marne. Voir également le site de l’entreprise Ponticelli Frères.

49 Dans le sens utilisé par Zalio, 1999, p. 185.

50 Pour une analyse de l’économie des petites entreprises du bâtiment, voir Bonneuil, Martini, 2015.

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search