Version classiqueVersion mobile

L’empire des exilés

 | 
Thomas Glesener

Résumés

Résumé

Texte intégral

1En 1713, le traité d’Utrecht sanctionne le démembrement de la monarchie hispanique et son repli dans la péninsule Ibérique, en obligeant le roi d’Espagne à abandonner ses possessions en Italie et aux Pays-Bas qui lui avaient assuré une domination sans partage sur le continent depuis deux siècles. Traditionnellement, cet événement est considéré comme l’acte de décès des anciennes formations impériales en Europe, il marquerait la relégation des puissances méditerranéennes et confirmerait l’émergence des États souverains qui ont forgé « l’équilibre européen ». Il aurait également accentué un processus long et inéluctable de déclin de l’Espagne, la perte de ses territoires européens n’étant que le lointain prélude à l’effondrement de son empire colonial en Amérique. Enfin, sous la houlette de la nouvelle dynastie des Bourbon, sur les décombres de la monarchie hispanique, les bases de l’État espagnol auraient été jetées : fragiles fondations d’un pouvoir aux mains d’étrangers qui auraient imposé une centralisation autoritaire aux Aragonais et aux Castillans.

2Ce livre étudie le processus de sortie d’empire de l’Espagne et entend démontrer que cette césure n’a pas été aussi franche qu’on ne l’a affirmé. Il s’intéresse au sort des milliers d’exilés flamands, essentiellement des militaires, qui ont abandonné les Pays-Bas pour la Péninsule pour rester sous la domination du roi d’Espagne. À travers eux, cette étude interroge les circonstances et les modalités du repli impérial et ses conséquences sur la société espagnole. Cet exil massif souligne en effet la capacité du roi d’Espagne à se maintenir comme un pôle de captation des loyautés politiques en Europe, tandis que ces exilés jouent en retour un rôle considérable dans la structuration des nouvelles ambitions impériales de l’Espagne. Les conditions de l’accueil de ces réfugiés politiques dans la Péninsule ont rendu cette situation possible : loin de rester cantonnés à des positions subalternes, le roi d’Espagne leur ouvre très largement les portes des hautes charges à la Cour et dans les gouvernements provinciaux. Principal bastion institutionnel, les exilés flamands conserveront pendant un siècle des privilèges spécifiques dans la maison militaire du roi, ce qui leur permet de se constituer en une puissante élite de pouvoir. À travers la reconstitution des dynamiques et des inscriptions sociales des microsociétés militaires de l’exil flamand, ce livre entend mettre à jour les horizons politiques d’un collectif d’expatriés et les conditions de son ancrage dans la société et l’État espagnol. En décryptant à hauteur d’homme les horizons d’attente de ces exilés, cette étude cherche à montrer que la façon dont les Bourbon ont reconfiguré l’héritage impérial de l’Espagne a été tributaire de la compétition entre des groupes de pouvoir.

3Cet ouvrage est composé de sept chapitres organisés selon un déroulement chronologique qui court de la fin du xviie siècle à la guerre d’indépendance. Le premier chapitre est consacré aux circonstances qui ont permis à Louis XIV de se forger des fidélités parmi les élites des Pays-Bas, ainsi qu’aux modalités de participation de ce noyau de bourboniens flamands aux premières réformes de la monarchie. En déplaçant la focale vers l’Espagne, le deuxième chapitre examine les transformations de la politique nobiliaire au cours de la guerre de Succession qui permettent d’attirer dans le giron de Philippe V des élites flamandes qui regardaient davantage vers Versailles que vers Madrid. En indexant l’économie de la grâce sur la participation à l’effort de guerre, en conférant à des corporations militaires privilégiées le soin de contrôler les rouages de l’État, Philippe V a élevé les exilés de Flandre et l’ensemble des vétérans du conflit successoral aux premiers emplois de la monarchie. Le troisième chapitre étudie la difficile sortie de la guerre et les tentatives avortées de limitation des privilèges des généraux de l’armée. La participation des exilés de Flandre à la reprise de la guerre en Europe a été en effet âprement négociée contre la préservation et l’augmentation de leurs privilèges. Le quatrième chapitre marque une pause dans le déroulé chronologique pour examiner les inscriptions sociales et spatiales des officiers flamands. Il souligne, d’une part, la façon dont les réseaux familiaux des exilés ont permis de maintenir des liens entre les anciens territoires de la monarchie hispanique, tout autant qu’ils ont structuré l’espace en devenir de l’Europe des Bourbon. Par ailleurs, il met en lumière les processus d’intégration locale d’une partie des exilés par des alliances avec la noblesse et les patriciats urbains de l’ancienne couronne d’Aragon. À la seconde génération, les droits de la nation sont apparus de moins en moins justifiés par la condition exilaire de leurs ayant-droits, mais davantage comme un vestige politique qui favorisait la reproduction d’une élite sociale. Cette question fait l’objet du chapitre cinq puisqu’il montre comment les appels pressants à une réforme de l’institution militaire se sont heurtés aux puissants corporatismes militaires. Les chapitres six et sept traitent de la montée de ces tensions entre le roi et une élite militaire en voie d’aristocratisation, laquelle s’est réinventée une identité nobiliaire sur base de l’appropriation des institutions créées par Philippe V. Progressivement, la figure du fondateur, le cosmopolitisme originel, la mémoire dynastique, se sont estompés au profit d’un discours nobiliaire et patriotique qui inscrit ces institutions dans le temps long de l’histoire du royaume et de ses élites naturelles. Pressés par l’abolition de la royauté en France de reprendre en main l’institution militaire, Charles IV, et son favori Manuel Godoy, ont tenté de reprendre en main une élite militaire devenue incontrôlable. Or ils ont fait l’amère expérience de l’attachement de l’aristocratie militaire aux institutions philippistes puisque celle-ci a préféré se soulever et déposer le roi plutôt que d’abandonner la place qu’elle occupait depuis un siècle derrière le trône.

4Fragile lobby dynastique devenu le noyau dur de l’aristocratie militaire, l’exil flamand permet de mettre à jour la manière dont s’est constitué le pouvoir des généraux dans l’Espagne du xviiie siècle. En effet, l’analyse de cette microsociété démontre que des phénomènes habituellement étudiés séparément sont pourtant étroitement imbriqués, à savoir le démembrement impérial, la militarisation de la monarchie et sa projection dynastique en Europe. Au bout du compte, la longévité des droits de la nation flamande montre à quel point l’Espagne des Bourbon est restée durablement marquée par les événements tragiques du conflit successoral.

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search