Version classiqueVersion mobile

L’empire des exilés

 | 
Thomas Glesener

Conclusion

Texte intégral

1Pour quelles raisons les exilés de Flandre ont-ils joui d’autant de privilèges en Espagne alors que ni Philippe V ni ses successeurs n’ont jamais envisagé sérieusement de reconquérir les Pays-Bas ? Cette question a hanté cette recherche pendant de nombreuses années, sans trouver de réponse dans les modèles proposés par l’historiographie. D’un côté, l’histoire impériale enseignait que ces communautés d’expatriés étaient des médiateurs politiques par excellence entre des territoires distants. L’exemple italien montrait en effet que les exilés avaient joué un rôle actif dans la politique de reconquête des royaumes cédés par l’Espagne lors du traité d’Utrecht. Tout laissait donc penser que le maintien des droits de la nation flamande était l’indice d’une politique flamande de l’Espagne. Or, la grande discrétion des Flamands dans la diplomatie espagnole tout comme le désintérêt manifeste de Philippe V pour les anciennes provinces flamandes montraient qu’il n’en était rien, et que ce modèle était inopérant pour le cas étudié. Il restait alors à se tourner vers la politique intérieure, comme y invitaient les études dix-huitiémistes sur l’État bourbonien, pour chercher dans la mise en place des nouvelles institutions de la Nueva Planta les raisons de l’ascension socioprofessionnelle des exilés de Flandre. Cette historiographie offrait alors un autre canevas explicatif qui plaçait les Flamands parmi les « étrangers » recrutés par Philippe V pour imposer des formes nouvelles de gouvernement dans un pays et dans des régions qui y étaient foncièrement hostiles. Or, là encore, la confrontation avec les sources ne permettait pas de corroborer ce modèle. Ce dernier ne pouvait être validé qu’au prix d’une construction statistique aux critères discutables, qui s’avérait de surcroît sans rapport avec les expériences des acteurs sociaux puisque rien dans les fonctions occupées par les Flamands dans les institutions royales ne les distinguait de leurs homologues espagnols.

2Par conséquent, plutôt que de déduire la fonction du modèle, cette recherche a procédé à une reconstitution patiente des inscriptions sociales et spatiales d’un groupe d’exilés installés dans les emplois de la maison militaire pour comprendre, à hauteur d’homme, les mécanismes de formation d’un collectif qui se revendiquait d’une appartenance flamande. Il est apparu que le ciment de cette petite société reposait sur l’exercice d’un certain nombre de droits, concédés peu de temps après l’avènement de Philippe V, à des familles flamandes originaires des régions francophones des Pays-Bas en partie passées sous domination française au cours du xviie siècle. Favorables à l’union dynastique, celles-ci se sont engagées très tôt en faveur du duc d’Anjou qu’elles ont rejoint dans la Péninsule pour l’aider à se maintenir sur le trône des Rois Catholiques. En rétribution de leurs services, ces droits ont eu la particularité de permettre à quelques dizaines de familles de jouir d’accès réservés aux privilèges de la haute élite militaire, à égalité de droit et de légitimité avec les Espagnols. Dès lors, les officiers flamands ont bien constitué une élite politique et militaire, non pas parce qu’ils occupaient des fonctions spécifiques dans l’État royal en vertu de leur origine étrangère, mais au contraire, parce qu’ils jouissaient des mêmes accès que les autres pour atteindre des fonctions équivalentes. C’est donc un processus d’égalisation qui était à l’œuvre — que nous avons désigné comme l’équilibre des nations — et non un processus de différenciation.

3Ce constat a permis de desserrer l’étau interprétatif où se trouvaient ces exilés pour étudier leur participation à un système de production des élites militaires qui a été institutionnalisé au profit des vétérans de la guerre de Succession. L’habileté politique de quelques « patrons » flamands a consisté à ériger ces droits en un double symbole : un lieu de mémoire, d’une part, représenté par le souvenir des sacrifices consentis par la noblesse flamande pour permettre à Philippe V et ses descendants de s’asseoir sur le trône des Rois Catholiques ; et un projet politique, d’autre part, qu’a été l’ambition avortée mais jamais reniée de réunir l’Europe catholique sous la tutelle des Bourbon. La longévité de ces droits s’explique précisément par la capacité des officiers de se revendiquer de figures du roi associées à ces symboles (le souverain des Pays-Bas, le chef de famille ou le roi de guerre) et que les Bourbon n’ont jamais vraiment reniées jusqu’à l’extrême fin du xviiie siècle. Par conséquent, ces exilés flamands ont bien joué un rôle de médiation, comme le suggérait l’historiographie impériale, mais moins dans le cadre de l’ancienne monarchie que dans celui de l’alliance dynastique. Ils mettaient pour cela à profit leurs réseaux familiaux et leurs soutiens politiques en France, et dans une moindre mesure en Italie, pour contribuer à structurer socialement un espace politique toujours en devenir. Cela explique aussi pourquoi, dans la seconde moitié du xviiie siècle, les familles d’officiers issues des Pays-Bas autrichiens se sont détournées progressivement du service de l’Espagne, alors que celles issues de la Flandre française ont continué de s’y investir massivement. Si les références à l’ancienne vassalité subsistent, celle-ci a été profondément reconfigurée par la mémoire du philippisme et la promesse du bourbonisme.

4Alors qu’une étude des exilés menée d’en haut aurait amené à cloisonner les individus dans un rôle ou dans un autre, l’intérêt de la démarche adoptée a été de montrer que les officiers flamands ont été en même temps, et alternativement, des élites pleines et entières de la monarchie hispanique et des médiateurs politiques dans l’espace européen. Les caractéristiques de ce collectif montrent donc qu'il a existé un lien entre des phénomènes qui sont habituellement étudiés séparément et qui sont pourtant étroitement imbriqués, à savoir le démembrement impérial, la militarisation de la monarchie et la projection dynastique de l’Espagne en Europe. À plusieurs reprises, les réseaux dynastiques des officiers flamands sont venus au secours de la haute élite militaire lorsque ses privilèges étaient menacés et, à l’inverse, c’est bien la puissance politique de ces élites militaires qui a permis à Philippe V de contrebalancer le repli impérial de l’Espagne en devenant le héraut de la cause dynastique en Europe. Par conséquent, une compréhension exacte du pouvoir acquis par les généraux dans l’Espagne des Bourbon est indissociable de la formation des corporations de nation au sein de l’institution militaire. À la lumière de ces apports, il est possible de proposer une nouvelle lecture de la transformation du gouvernement militaire en Espagne et de la reconfiguration du projet impérial de la monarchie hispanique au xviiie siècle.

I. — « MAMELOUKS ESPAGNOLS »

  • 1 Chateaubriand, Guerre d’Espagne de 1823 (1838).
  • 2 Macalister, 1957 ; Christiansen, 1967 ; Campbell, 1978 ; Ballbé, 1983 ; Seco Serrano, 1984 ; Blanc (...)

5En 1838, Chateaubriand dénonçait par cette expression la tendance des militaires libéraux en Espagne à prendre violemment part à la vie politique1. Depuis lors, la question des origines du militarisme dans les sociétés ibériques et de l’interventionnisme des militaires a fait couler beaucoup d’encre. De très nombreuses études consacrées à ce phénomène caractéristique de la vie politique du xixe siècle ont fixé ses racines lointaines dans le pouvoir accordé aux militaires par les Bourbon en Espagne et aux Amériques, en qualifiant volontiers le régime bourbonien de « monarchie militaire ». Au cours des dernières décennies, cette expression a connu des acceptions différentes, qui sont allées d’une comparaison avec la monarchie prussienne, et donc d’une société totalement militarisée, à l’idée d’un pouvoir militaire autonome garanti par le fuero militar qui aurait donné l’habitude aux militaires de constituer une caste supérieure. Dans les deux cas, que ce soit de façon hégémonique ou autonome, l’émergence d’un pouvoir militaire distinct du pouvoir civil aurait été une caractéristique forte du xviiie siècle espagnol2.

  • 3 Fernández Albaladejo, 2000, p. 23. Voir aussi : Andújar Castillo, 1992 ; Giménez López, 1995 ; Ded (...)

6Par la suite, d’autres historiens ont apporté des rectifications pour rappeler que la militarisation en Espagne n’a jamais été totale et que la question « militaire » au xviiie siècle ne s’est pas opposée au « civil », mais au « juridictionnel ». Le « militaire » a été une forme d’exercice de l’autorité royale, exécutive et administrative, qui s’est opposée à la forme juridictionnelle qui passe par la voie des conseils et des tribunaux. La particularité de l’Espagne bourbonienne est d’avoir recouru abondement, notamment par le biais des institutions de la Nueva Planta, au gouvernement par la voie militaire pour contourner les conseils de la monarchie, ce qui a permis d’étendre l’espace du militaire à des domaines plus larges que les seules troupes réglées. Selon ces spécialistes, un pouvoir militaire autonome au xviiie siècle n’a pu exister, puisqu’au contraire, les officiers chargés d’exercer cette autorité ont été sous le contrôle étroit du secrétaire de la guerre, et donc solidement tenus par le pouvoir politique. Comme l’écrit Pablo Fernández Albaladejo, « l’absence de divergence entre le commandement militaire et le pouvoir effectif bloquait toute possibilité d’autonomisation [d’un pouvoir militaire] ». Dès lors, pour cet auteur, il ne faut pas chercher les origines du militarisme du xixe siècle dans l’Ancien Régime, qui ne peut le concevoir dans ses cadres juridiques, mais bien dans les changements introduits par les révolutions libérales3.

  • 4 Une des rares études à avoir relevé ce point important : Pino Abad, 2001.
  • 5 Un phénomène observé à la même époque en Angleterre, au moment de l’installation de la dynastie de (...)

7S’il confirme la plupart de ces conclusions, ce livre apporte aussi des éléments qui démontrent que l’autonomisation de certains pouvoirs militaires a été possible au sein d’une société d’Ancien Régime, sans qu’il faille recourir pour l’expliquer à l’opposition anachronique entre « militaire » et « civil ». En effet, les travaux mentionnés n’ont pas tenu compte du caractère pluraliste de l’institution militaire qui est traversée elle aussi par des tensions entre les logiques administratives et juridictionnelles. Le fuero militar n’a jamais été unifié et le droit militaire ordinaire s’est toujours heurté à des juridictions militaires locales ou corporatives4. À cet égard, les Bourbon n’ont pas opté pour une option contre l’autre, mais ont entretenu cette ambivalence pour des raisons politiques précises. Pendant la guerre de Succession, dès que le conflit a pris les traits d’une guerre civile, Philippe V s’est assuré de la fidélité d’un clan en favorisant l’émergence de puissantes corporations militaires, placées sous sa tutelle personnelle et auxquelles il a confié les principaux rouages de la monarchie. À la différence de la France, où la militarisation des élites a consisté à écarter progressivement l’ancienne noblesse du pouvoir, l’Espagne a connu un processus de politisation très rapide de l’armée5. Durant ces années, il s’est produit une inversion forte entre condition nobiliaire et condition militaire, obligeant toutes les grandes maisons du royaume à renouveler leur noblesse par le service. Ce processus a été poussé à sa limite lorsque la hiérarchie des grades, indexée sur celle des mérites militaires, a prétendu être érigée en nouvelle hiérarchie politique. Cette économie de la grâce déployée dans le temps court de l’ère bourbonienne a permis l’élévation brutale de nouvelles familles venues de toute l’Europe et issues de toutes conditions. Il est vrai que cette politique n’a pas duré sur le long terme, mais l’institution militaire en a conservé la trace notamment dans les privilèges de nation concédés aux troupes de la maison du roi. Si l’autonomie de ces corporations militaires a été préservée après la guerre, c’est bien parce que le capital politique des familles philippistes est resté intact.

8Dès le début du xviiie siècle, il existe donc une autonomie juridictionnelle des corps privilégiés, mais celle-ci n’a pas posé de problème tant que les hommes qui en bénéficiaient étaient intimement liés au roi et à la famille royale. Mise à l’épreuve par le remariage de Philippe V, cette symbiose a été surtout affectée par le renouvellement générationnel et par l’ambition croissante des secrétaires de la guerre de réguler administrativement cet espace. Selon des modalités et des intentions très différentes, chaque réforme a tenté d’imposer une figure politico-administrative susceptible de réaliser par le haut l’unité juridique de l’institution en détachant les corps privilégiés de leur relation directe au monarque : le ministre de la guerre en 1737, les secrétaires du roi en 1749 et 1780, le capitaine général de Nouvelle-Castille en 1766, l’état-major des armées en 1796 et le généralissime en 1801. Ces réformes ont échoué car elles remettaient en question une mémoire et une temporalité constitutives de l’identité politique des Bourbon d’Espagne, lesquels n’ont visiblement pas oublié qu’ils ne devaient pas la couronne à la fidélité d’un royaume mais à celle de leurs partisans. À chaque fois, la dynamique de la guerre et du crédit a permis de renouveler les mérites et de justifier à nouveau l’étroitesse des liens entre le roi et ses généraux, faisant de la sphère domestique du monarque, non pas le lieu de sa volonté toute-puissante, mais un espace traversé de droits et de devoirs qui le contraignent. Sous cet angle, le débat constitutif des études dix-huitiémistes espagnoles sur la continuité ou la rupture introduite par les Bourbon apparaît bien désuet. Car le rappel permanent des conditions de l’installation de la dynastie en Espagne est un des enjeux fondamentaux de la conflictualité politique au xviiie siècle. Quantité de groupes de pouvoir tiennent leurs privilèges de cette époque et le maintien ou l’effacement de cette temporalité bourbonienne dans l’économie de la grâce affectent directement leurs positions sociales.

9Dans le dernier quart du xviiie siècle, à mesure que les privilèges des généraux ont été retranchés, on peut discerner l’émergence d’un pouvoir militaire en voie d’autonomisation dans le rapprochement entre la secrétairerie, la maison militaire et le conseil de guerre. L’enjeu ici n’est plus la seule défense de l’autonomie juridictionnelle des corporations militaires, mais la déconnexion croissante au sein de l’institution militaire d’un secteur qui revendique une relation non médiatisée avec le roi. Néanmoins, cette revendication porte de moins en moins sur la proximité réelle avec le monarque que sur les institutions censées la garantir. La violence avec laquelle Floridablanca et surtout Godoy ont procédé au réarrimage de toute l’institution militaire à l’appareil politique et administratif de l’État royal a provoqué le soulèvement de l’aristocratie militaire. La mutinerie d’Aranjuez demeure une révolte d’une noblesse de service qui ne peut plus concevoir sa position sociale en dehors des institutions qui lui garantissent une relation immédiate au roi, à l’exclusion de toute tutelle politique ou administrative. Si la démonstration de force va jusqu’à la déposition du roi lui-même, il n’a jamais été question d’assumer le pouvoir, mais de remplacer le titulaire de la dignité par un autre, qui respecte l’identité dynastique de la couronne. Cette mutinerie n’est donc en rien le premier pronunciamiento militaire du xixe siècle. C’est la lecture patriotique et populaire qui en a été donnée par la suite qui l’a instituée comme tel, créant ainsi un mythe national qui servira à légitimer les ambitions politiques des militaires aux xixe et xxe siècles.

II. — L’HORIZON DYNASTIQUE DE LA MONARCHIE HISPANIQUE

10Ce livre interroge également le processus de récupération de l’héritage impérial des Habsbourg par la dynastie des Bourbon, en apportant un éclairage sur la manière dont une partie des élites flamandes a reconfiguré ses liens politiques, de Charles II à Louis XIV puis de Louis XIV à Philippe V. Depuis plusieurs années, l’historiographie française a largement démontré comment s’est opérée au cours du xviie siècle la translatio imperii du Roi Catholique vers le Roi Très Chrétien. Cette stratégie a permis au roi de France de s’ériger en figure de proue du catholicisme, de reprendre à son compte l’ambition universelle de la monarchie catholique et de se présenter en légitime successeur du roi d’Espagne dans les territoires qu’il a annexés. En revanche, moins connue est la translatio nationum, ou comment Louis XIV s’est posé en protecteur des nations, garant de la foi et des privilèges, afin de détacher des clientèles politiques qui relevaient naguère de la mouvance du Roi Catholique. Ce procédé a permis d’attirer dans le giron du roi de France aussi bien les catholiques irlandais exilés sur le continent que la noblesse flamande des provinces méridionales des Pays-Bas. Ce déplacement des loyautés ne doit pas être lu sur le mode du transfuge ou de la trahison mais comme le cœur même de l’exercice du pouvoir impérial, où la fidélité envers un protecteur est indexée sur sa capacité à assumer un certain nombre de devoirs.

11Déployée dans le cadre d’une rivalité avec l’Espagne, cette politique change de nature à l’extrême fin du xviie siècle, dès lors que l’horizon d’attente n’est plus l’abaissement de l’Espagne au profit de la France, mais l’union des deux couronnes. Les espaces frontaliers et les communautés de l’entre-deux cessent d’être des enjeux disputés pour devenir les lieux et les acteurs de l’articulation politique, sociale et économique des deux monarchies. Au début du xviiie siècle, la mobilisation des références dynastiques est une façon de réduire les clivages politiques et territoriaux entre la France et l’Espagne afin de lever les barrières à la circulation des hommes et des capitaux. Le bourbonisme est cette dynamique politique qui reconfigure l’ambition impériale de Louis XIV selon une logique familiale qui érige les liens de parenté entre les souverains en vecteurs de l’intégration des territoires. Résurgence de pratiques éprouvées au Moyen Âge, cette stratégie politique n’est pas propre à la France puisqu’elle atteint une échelle inégalée un peu partout en Europe entre la fin du xviie siècle et le milieu du xviiie siècle.

12Le régime anjouin aux Pays-Bas a été l’un des théâtres où le projet d’union dynastique a été mis en œuvre. Il a consisté à établir des liens denses entre les sphères privées des souverains, à y interconnecter les canaux ministériels, et à permettre aux clientèles politiques de répondre indistinctement aux injonctions de l’une ou l’autre tête de l’union. Selon toute vraisemblance, cette expérience a été l’amorce d’un processus qui aurait pu se prolonger si les deux couronnes avaient un jour été réunies. En tout cas, des factions courtisanes, des clientèles politiques, des groupes financiers, ont rapidement vu tout le profit qu’ils pourraient tirer d’un tel décloisonnement des espaces politiques à l’échelle de l’Europe et se sont fortement investis dans le soutien à la dynastie aussi bien en France que dans les territoires du roi d’Espagne. Sans prendre au sérieux l’horizon d’attente dynastique de ces individus, à s’en tenir aux seules logiques de sujétion, il n’est pas possible de comprendre ce qui apparaît alors comme un brouillage des loyautés.

13Ce projet dynastique a généralement peu retenu l’attention des historiens car il fait partie des formes politiques éphémères et non advenues qui ne trouvent jamais place dans les livres d’histoire. Au mieux, le projet d’union dynastique est-il considéré jusqu’aux renonciations réciproques et à la mort du Roi Soleil, lequel semble emporter avec lui ce qui restait de tout projet impérial en France. Chez les historiens de l’Espagne, l’ambition française de Philippe V est reléguée au rang d’une simple nostalgie entretenue par quelques domestiques français, tandis que la politique des Pactes de famille est lue au prisme d’un simple jeu d’alliances diplomatiques et militaires entre des États totalement autonomes. Plus généralement, l’idée que les Bourbon en général puissent avoir été porteurs d’une ambition impériale en Europe est un impensé historiographique, tant cette période est associée à la construction étatique de la nation espagnole. Dès lors, en recourant ad nauseam à la psychologisation du couple royal, l’historiographie n’a pu expliquer la politique belliqueuse de l’Espagne autrement que par la fragilité mentale d’un roi et la frustration d’une marâtre ambitieuse.

14Or, l’étude des transferts de loyauté des élites flamandes montre que Philippe V récupère le projet dynastique abandonné par Louis XIV, et qu’il recueille en Espagne les partisans flamands, aussi bien qu’italiens, irlandais ou français, de l’union dynastique. La géopolitique des exilés flamands examinée à hauteur d’homme montre que les loyautés politiques forgées dans l’ancienne monarchie hispanique ont été solubles dans le nouvel espace dynastique. C’est donc depuis Madrid que ce projet est reconfiguré par Isabelle Farnèse qui, en s’appuyant sur les exilés des anciens territoires européens, s’en sert comme arme de la politique méditerranéenne de l’Espagne. Les relations entre Madrid, Naples et Parme restent encore aujourd’hui mal connues, du moins au-delà d’une simple histoire des relations diplomatiques entre États. Or, c’est à l’aune de leur structuration dynastique, par l’interconnexion des espaces privés des monarques, qu’il convient de les envisager, afin de comprendre comment se recompose la domination du roi d’Espagne dans l’espace de l’ancienne monarchie. Car il n’y a pas lieu de penser que le projet impérial porté par l’Espagne disparaisse en Europe en 1713 : il ne repose simplement plus sur les corps politiques des royaumes mais demeure dans les espaces privés des monarques, qui en ont réservé les bénéfices à une élite cosmopolite qui a cru un temps s’être affranchie des contraintes sociales et légales des ancrages territoriaux.

Notes

1 Chateaubriand, Guerre d’Espagne de 1823 (1838).

2 Macalister, 1957 ; Christiansen, 1967 ; Campbell, 1978 ; Ballbé, 1983 ; Seco Serrano, 1984 ; Blanco Valdés, 1988.

3 Fernández Albaladejo, 2000, p. 23. Voir aussi : Andújar Castillo, 1992 ; Giménez López, 1995 ; Dedieu, 2007.

4 Une des rares études à avoir relevé ce point important : Pino Abad, 2001.

5 Un phénomène observé à la même époque en Angleterre, au moment de l’installation de la dynastie des Hanovre : Smith, 2015.

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search