Version classiqueVersion mobile

L’empire des exilés

 | 
Thomas Glesener

Chapitre vii

La fin d’un monde

Texte intégral

1Les tensions croissantes entre le roi et l’aristocratie militaire ont affecté directement les microsociétés de l’exil flamand. À cet égard, les années 1780 constituent un tournant au cours duquel les derniers patrons de la nation s’effacent, les solidarités corporatives se désagrègent et les réseaux transnationaux se disloquent. Ces transformations rapides se produisent sous l’effet conjugué des réformes administratives et de l’essor du clientélisme royal qui, de Floridablanca à Godoy, ont confisqué les moindres espaces d’autonomie que les officiers avaient pu sauvegarder. À cela s’ajoutent des rivalités internes provoquées par l’ascendant pris dans les régiments flamands par les familles d’officiers les mieux intégrées localement. Le fossé se creuse avec leurs pairs, lesquels sont restés attachés à leur noyau familial d’origine et envisagent encore le service d’Espagne sur le mode du transit. Les événements révolutionnaires en France frappent ces derniers de plein fouet en désorganisant les réseaux transnationaux construits à la faveur de l’alliance dynastique. Mais ils affectent plus généralement l’ensemble des régiments flamands car ceux-ci sont accusés de favoriser la contagion révolutionnaire en Espagne en continuant de recruter à l’étranger.

2Ces changements ne signifient pas que les « Flamands » sont forcés de quitter l’Espagne, ou que le rejet des « étrangers » provoque leur expulsion. Bien au contraire, la plupart des familles issues de l’exil flamand restent dans la Péninsule bien au-delà des années 1780, nombre d’entre elles achevant une assimilation complète au sein des élites espagnoles et hispano-américaines. Cette période ne marque pas non plus la fin des corps flamands de la maison militaire : la compagnie flamande de la garde du corps perdure jusqu’en 1807, et les gardes wallonnes se maintiennent jusqu’en 1821. Ce qui disparaît rapidement à partir des années 1780, ce sont les microsociétés qui ont prospéré depuis la fin de la guerre de Succession à l’ombre du privilège de nation. Ce privilège, nous l’avons dit, ne tient pas seulement dans le nom d’un régiment ou dans un article d’ordonnance, il est la garantie d’un espace d’autonomie au sein d’une institution qui permet des pratiques sociales particulièrement endogamiques. En l’occurrence, ce sont les espaces d’autonomie des chefs de corps de la maison militaire qui ont permis l’émergence de sociétés originales ancrées dans les grandes villes de garnison, à Madrid et Barcelone, et qui se sont développées autour de l’exploitation collective des ressources offertes par le contrôle des emplois militaires. La désagrégation de ces relations sociales à la fin du siècle marque le déclin effectif de la nation flamande, la suppression des noms des unités n’ayant éliminé que des labellisations administratives qui étaient devenues des coquilles vides.

3La désagrégation des configurations sociales de l’exil flamand marque aussi un tournant dans l’histoire politique et institutionnelle de l’Espagne au xviiie siècle. Car cette société a perduré tant que les lignages flamands qui contrôlaient les grands emplois de la maison militaire sont parvenus à défendre leur autonomie. Or, celle-ci reposait sur un capital politique constitué de trois héritages : la mémoire impériale qui a justifié le maintien de la fiction de la sujétion des Flamands au roi d’Espagne, la mémoire dynastique qui s’est nourrie des services rendus aux Bourbon en France et en Italie, et la mémoire du philippisme qui a entretenu le souvenir des sacrifices du conflit successoral. Par conséquent, l’épuisement de ce capital politique, qui ne suffit plus par lui-même à garantir l’autonomie des chefs de corps, est riche d’enseignements sur la façon dont l’économie de la grâce se réorganise dans les monarchies de Charles III et Charles IV.

I. — La nation à l’agonie

Le prix de l’intégration locale

4Les assauts de Floridablanca contre la maison militaire n’auraient peut-être pas eu le même impact s’ils n’étaient survenus dans un contexte de crise et de division au sein des officiers des corps flamands. Ces divisions trouvent leur origine au milieu du siècle, lorsque la disparition des derniers vétérans du conflit successoral ouvre une période d’incertitude sur la question de savoir qui peut jouir des droits de la nation. Les conflits qui surgissent à ce moment pour redéfinir les contours de la communauté d’ayants droit plongent le régiment dans la crise.

  • 1 Toute l’affaire dans AGS, GM, 2308. Elle est analysée en détail dans Glesener, inédite, pp. 275-28 (...)

5Entre 1758 et 1760, une querelle survenue entre les officiers des gardes wallonnes et leur colonel, le comte de Priego, est le premier symptôme visible des nouvelles tensions que traverse cette corporation militaire1. Le 13 septembre 1758, un aide-major du régiment, André Vriesen, se plaint au colonel de rumeurs qui circulent à son sujet parmi les officiers. Il demande en conséquence qu’une enquête interne soit ouverte pour faire la lumière sur ces accusations. Entre le 5 mars et le 10 mai 1759, les enquêteurs interrogent trente-sept officiers casernés à Barcelone qui accablent tous sans exception Vriesen. Les accusations portent d’abord sur des soupçons de malversations dans la liquidation de la succession du comte de Glimes, le précédent colonel, dont Vriesen a été chargé en qualité d’habilitado du régiment. Mais elles incriminent aussi un groupe d’officiers, réputé être à la botte du nouveau sergent-major, Philippe Witz de la Bouchardrie, lequel tiendrait régulièrement des conciliabules chez lui — on parle d’un Consejo de Flandes —, dans le but de semer la zizanie entre les officiers du corps. D’ailleurs, André Vriesen se voit systématiquement reprocher de briser l’unité et la solidarité qui régnaient entre les officiers. Nombreux exemples à l’appui, l’un des témoins estime que Vriesen a été

  • 2 AGS, GM, 2308, déclaration de Bonifacio Descalcy.

sur le point de conduire [le régiment] à sa perte en raison de la discorde et de la zizanie, qu’avec le sergent-major et ceux de son parti, il a su susciter parmi les officiers qui, avant, ont toujours vécu dans la plus grande union et harmonie2.

6Ce conflit prend une tournure plus grave car les officiers mettent en cause le colonel, le comte de Priego, pour le soutien qu’il accorde au sergent-major, Philippe Witz. D’ailleurs, à la fin de l’enquête, Pierre Dubarlet, le lieutenant-colonel, prend la tête de ce qui devient une véritable fronde des officiers contre Priego. Âgé de quatre-vingts ans, il est le doyen des officiers et l’un des derniers vétérans de la guerre de Succession. L’affaire s’envenime davantage lorsque Dubarlet élève une requête au secrétaire de la guerre pour faire annuler un règlement pris par Priego en 1755, peu après son accession à la tête du régiment, qui augmentait les prérogatives du sergent-major par rapport à celles du lieutenant-colonel. Par deux fois, le secrétaire Richard Wall ordonne en vain aux officiers de se soumettre à l’autorité de leur colonel. En mai 1760, il lui faut convoquer une junte de généraux pour leur imposer l’obéissance. La sanction est sans appel : Dubarlet est mis à la retraite anticipée à Madrid, avec interdiction de retourner à Barcelone ; les officiers se voient imposer le silence sur cette affaire ; et le comte de Priego est blanchi de toutes les accusations portées contre lui.

  • 3 Voir chap. v et vi.

7Ce conflit oppose deux manières de concevoir l’organisation sociale au sein du régiment entre les vieux officiers d’un côté et un jeune colonel de l’autre. Jean Juste de Croÿ Havré, comte de Priego, est le neveu et le fils des deux premiers colonels des gardes wallonnes. Homme de Cour, de peu d’expérience militaire, nous avons vu dans les deux précédents chapitres que son profil tranche avec celui de ses prédécesseurs, puisque non seulement il est le premier à disposer par son mariage d’une grande fortune en Espagne, mais il réside en permanence à la Cour et non plus à Barcelone avec ses officiers3. Par conséquent, en 1754, Priego arrive à la tête d’un régiment tenu par une corporation d’officiers relativement soudée puisqu’elle est constituée pour l’essentiel des parentèles des vétérans de la guerre de Succession. Celles-ci partagent toutes une mémoire commune, liée aux fondateurs du corps, portée dans le conflit par Dubarlet, le doyen d’âge, lequel défend un gouvernement corporatif où les aînés (les capitaines) sont associés à la gestion. Or, Priego, bien qu’il soit le neveu du premier colonel, ne partage pas cette culture forgée dans les casernes de Catalogne. Depuis la Cour, il entend reprendre la main sur le régiment en s’appuyant sur les officiers gestionnaires de l’état-major dont l’autorité, comme on le sait, a toujours été limitée dans la maison militaire. Propulsés aux fonctions logistiques malgré leur jeune âge, Philippe Witz, le sergent-major, et André Vriesen, un des aide-majors, sont la cible de leurs pairs, accusés de faire le jeu du colonel en prétendant supplanter les capitaines. Par conséquent, les accents dramatiques de ce conflit, qui met en jeu, aux dires des officiers, l’existence même du régiment, proviennent du basculement produit par le renforcement du pouvoir du colonel et le redressement de la hiérarchie au détriment des liens horizontaux.

  • 4 Andújar Castillo, 1991, pp. 275-276.
  • 5 Entre 1770 et 1789, sur 161 familles représentées dans les gardes wallonnes, il n’y a qu’une petit (...)

8Les tensions portent principalement sur les critères de recrutement des jeunes officiers. La gestion corporative des capitaines a privilégié jusque-là les hijos del cuerpo. L’expression fait référence à une ancienne coutume militaire qui consiste à accorder aux fils d’officiers une dispense d’âge pour qu’ils puissent commencer à servir dès l’âge de douze ans au lieu des dix-huit ans requis, de sorte qu’ils devancent ensuite les autres recrues par leur ancienneté4. Dans les gardes wallonnes, cette coutume bénéficie aux officiers qui ont fondé une famille en Espagne et dont les enfants, ou les neveux, sont en mesure d’être reçus très jeunes comme cadets dans le régiment et de s’y maintenir sans salaire puisqu’ils continuent de vivre avec leurs parents. En revanche, les officiers qui n’ont pas fondé de famille en Espagne ne peuvent bénéficier des avantages de cette coutume, car ils ne peuvent faire venir des Pays-Bas des enfants aussi jeunes. Quand bien même le pourraient-ils, ils auraient les plus grandes difficultés à les entretenir plusieurs années sur leur seul salaire. Dès lors, à mesure qu’une partie du corps des officiers s’est sédentarisée en Espagne, une inégalité d’accès aux emplois s’est installée entre les recrues nées sur place et celles venues du nord de l’Europe. Au départ, ce privilège ne concernait qu’un nombre très réduit de recrues, toutefois, à mesure que les officiers se sont intégrés localement, le nombre de hijos del cuerpo a augmenté. Si on se reporte au tableau analysé précédemment (Tableau 9, chap. iv), on se souvient qu’en 1788 37,5 % des officiers sont nés en Espagne (contre 2,2 % en 1719). La plupart d’entre eux sont des descendants d’officiers philippistes de la première heure, nés en Catalogne où leurs familles se sont implantées, et qui continuent de porter un patronyme d’origine francophone ou néerlandophone5.

  • 6 AGR, FP, Ursel, 449, lettre du comte de Priego à Bénédicte d’Ursel, Aranjuez, 12 mai 1777. En 1774 (...)

9Face à ce phénomène, le comte de Priego entend relancer le recrutement depuis l’étranger, tant pour affaiblir les dynasties d’officiers que pour continuer à faire du régiment un pôle d’attraction pour les grandes maisons de Flandre. Pour lui, un recrutement qui n’apporterait plus du sang neuf, et qui se limiterait aux seules familles d’exilés en voie de sédentarisation conduirait le régiment à sa perte. Il cherche donc à freiner l’entrée des enfants d’officiers nés en Espagne et à susciter des candidatures nouvelles aux Pays-Bas6. Cependant, l’ordre du tableau, c’est-à-dire la progression à l’ancienneté imposée par les officiers et contrôlée par le secrétaire, fait obstacle à sa politique. En effet, pour rendre les carrières attractives depuis l’étranger, il faut accéder directement aux emplois rémunérés (enseigne) et garantir une progression rapide. C’est ainsi que le sergent-major défendait la politique de Priego :

  • 7 AGS, GM, 2324, lettre de Charles Hautregard à Philippe Cabanes, Barcelone, février 1775.

Il est nécessaire que [le comte de Priego] encourage les enfants des familles les plus illustres avec un certain nombre d’avantages dont celui de les promouvoir rapidement, de sorte que […] ils puissent être proposés aux emplois qu’on leur a promis. Car, sans cette promesse, il serait impossible de trouver des gentilshommes flamands qui acceptent de venir, avec un voyage aussi dispendieux, pour servir longtemps comme simples cadets. Les enfants des officiers ne souffrent pas de cette situation puisque, depuis l’âge de douze ans, ils sont admis comme cadets, et continuent les exercices qui correspondent à une éducation militaire dans la maison de leurs parents sans occasionner autant de dépenses7.

  • 8 AGS, GM, 2312, lettre du comte de Priego à Ricardo Wall, Buen Retiro, 4 juin 1760.
  • 9 AGS, GM, 2324. Tous les acheteurs proviennent des Pays-Bas ou de France. Seules deux enseignes son (...)
  • 10 Cette naissance illégitime donne lieu à un procès retentissant qui va jusqu’à Rome. Voir : Mémoire (...)

10Réticent à établir une telle distinction entre les officiers, ce n’est que ponctuellement que le secrétaire appuie la politique de relance du recrutement à l’étranger. En 1760, une demande de Priego de nommer par préférence aux charges d’enseigne les candidats provenant des Pays-Bas est déboutée, le secrétaire de la guerre exigeant que toute dérogation à la règle de l’ancienneté fasse l’objet d’une dispense royale8. Aussi, en 1768, Priego fait valoir les difficultés économiques du régiment pour obtenir l’autorisation de vendre directement 23 emplois d’enseigne, ce qui lui permet d’attirer d’un coup autant de nouvelles familles dans son régiment9. De plus, pour éviter de recourir à la dispense, Priego tente d’introduire une nouvelle pratique qui consiste à sélectionner les candidats sur la base de leur « nationalité ». Prenant l’article 1 des ordonnances des gardes d’infanterie au pied de la lettre, il déboute les recrues qui ne sont pas strictement originaires des Pays-Bas. En 1758, Priego refuse l’entrée d’Alberto Ruiz Castro T’Serclaes, le petit-fils issu d’une fille illégitime du prince de T’Serclaes, au motif de son origine espagnole10. Priego justifie son refus au regard des ordonnances

  • 11 AGS, GM, 2306, lettre du comte de Priego à Sebastián de Eslava, Valence, 12 avril 1758. D’autres t (...)

qui ne lui permettent pas d’entrer dans le régiment en raison de l’exclusion des Espagnols, et que leur introduction peut causer des mauvais effets en raison des nombreuses demandes qu’entraînerait cet exemple, et la désaffection que cela causera probablement, et même certainement, à la nation flamande11.

11Priego procède en réalité à une redéfinition de l’appartenance à la nation flamande en la fondant sur le critère du lieu de naissance alors qu’elle reposait jusque-là sur la proximité des candidats avec les familles d’officiers. En définissant la nation comme un territoire, Priego dépolitise considérablement les droits de la nation qui étaient ceux des fils à succéder aux emplois de leurs pères. Par la même occasion, Priego entend se passer des dispenses royales pour pouvoir accorder la priorité aux candidats en provenance des Pays-Bas. Par conséquent, en jugeant les arguments de Priego irrecevables, le secrétaire de la guerre défend l’autorité du roi, mais il défend également les intérêts des familles de l’exil :

  • 12 AGS, GM, 2306, note du secrétaire de la guerre à Ferdinand VI [1758].

Il est contradictoire avec la considération et l’estime que Votre Majesté porte à la nation flamande, parce que l’exclusion des Espagnols doit s’entendre, dans l’esprit de l’ordonnance, pour les soldats […] et non dans la [classe] distinguée des cadets lorsque ceux-ci jouissent d’un quartier flamand, comme c’est le cas pour le petit-fils du prince de T’Serclaes Tilly. En guise d’exemple, il y a dans les gardes wallonnes, les Montoliu, Grimau, Zamora et d’autres patronymes espagnols. Il semble que rien de mieux puisse contribuer à encourager, plutôt qu’à refroidir, l’attachement de la nation flamande à ce service que de voir que même les enfants de Flamandes et de pères espagnols ont le droit d’être promus officiers dans ce régiment12.

  • 13 Voir chap. vi.
  • 14 AGS, GM, 2327, lettre du comte de Priego au comte de Ricla, Madrid, 1 janvier 1777.

12Ces dissensions internes sont venues nourrir et accentuer la lutte d’influence entre golillas et arandistas pour la reprise en main de la maison militaire13. Le scandale de 1778 qui a conduit à la démission du comte de Priego n’aurait sans doute pas atteint de telles proportions sans le ressentiment d’une partie des capitaines envers le colonel. En effet, Enrique Van Asbroeck, le capitaine par qui le scandale est arrivé, et qui a agi vraisemblablement dans cette affaire comme agent de Floridablanca, est également un officier très intégré localement, né et marié en Espagne. Lui et ses trois frères, tous officiers dans les gardes wallonnes, constituent une de ces petites dynasties qui entend contrôler les emplois en vertu des droits hérités de l’exil flamand. En 1777, Enrique a fait les frais de la politique du comte de Priego, puisque son fils, Juan Bautista, âgé de onze ans, s’est vu refuser une charge d’enseigne au motif que ces emplois devaient être réservés aux recrues venues des Pays-Bas14. Six semaines plus tard, Enrique envoyait au secrétaire son rapport incendiaire sur la gestion des comptes du régiment.

13Qu’est-ce que la « nation flamande » ? Qui peut jouir des droits qui lui sont associés ? S’agit-il des recrues issues de l’exil flamand en Espagne ou de celles qui sont nées en Flandre ? Ce sont ces questions de fond que le conflit des années 1758-1760 entre le colonel et les officiers a posées. Né d’une volonté du colonel d’enrayer l’appropriation des emplois par les descendants des familles d’exilés, et en particulier celles qui se sont sédentarisées en Espagne, ce conflit a mis en jeu autant les équilibres internes de pouvoir que le consensus sur les critères de recrutement qui s’appuyaient sur une mémoire collective transmise dans les familles de l’exil. Cette crise des liens socioprofessionnels a fragilisé la cohésion entre les officiers alors que celle-ci était déjà mise à mal par la relance du clientélisme royal sous le ministère du comte de Foridablanca.

Les effets du clientélisme royal

  • 15 Sur les dynasties d’officiers des gardes espagnoles, voir le cas des familles basques et navarrais (...)
  • 16 Voir chap. iii.
  • 17 Plusieurs exemples dans AGS, GM, 2226, 2228 et 2230.

14À privilèges égaux, les officiers des gardes wallonnes constituent depuis l’origine une corporation beaucoup plus fermée que leurs homologues des gardes espagnoles. Pourtant, les pratiques corporatives et endogamiques dans les deux régiments ont été similaires : de puissantes dynasties d’officiers se sont constituées, les capitaines ont prétendu avec plus ou moins de succès cogérer le régiment, le colonel a possédé l’exclusivité dans la présentation des jeunes officiers au roi15. Cependant, dans les gardes espagnoles, les candidatures aux emplois d’officiers ont toujours été beaucoup plus nombreuses. Dès les années 1720, les demandes affluent vers le colonel, le nombre de cadets en attente de promotion s’accroît, la durée des carrières s’allonge, et la secrétairerie, même si elle n’empiète pas sur les prérogatives du colonel, est amenée à intervenir pour canaliser les candidatures16. Rien de cela ne s’est produit dans les gardes wallonnes, bien au contraire, puisqu’il est fait mention régulièrement de la difficulté de trouver des candidats pour couvrir tous les emplois17. Cette différence entre les deux régiments se maintient jusqu’à la fin des années 1770, avant de se résorber progressivement en deux temps.

15Tout d’abord, en 1778, la démission du comte de Priego et la vacance de l’emploi de colonel ont rendu le pouvoir aux capitaines. Comme en 1734, lors de la première longue vacance de la charge, c’est le lieutenant-colonel qui assure le commandement intérimaire. À l’époque, cette situation avait permis aux capitaines de renforcer leur emprise sur le régiment en plaçant systématiquement leurs parents aux emplois, créant de ce fait une forte cohésion sociale entre les officiers. En 1778, cette cohésion sociale s’est fragmentée en raison de la compétition pour l’accès aux emplois entre les familles intégrées localement et celles qui étaient restées ancrées aux Pays-Bas. Il n’existe plus de consensus sur les critères requis pour reconnaître un candidat « flamand », certains considérant que la proximité avec les familles de l’exil flamand prime, alors que d’autres estiment que seule l’origine géographique doit entrer en ligne de compte. À cause de ces dissensions, le secrétaire de la guerre a été de plus en plus souvent sollicité pour arbitrer les conflits, ce qui l’a amené à intervenir dans le processus de sélection des cadets, un domaine jusque-là réservé au colonel. Or, avec la vacance de cette charge, des demandes arrivent fréquemment sur la table du secrétaire de la guerre, le plus souvent après avoir été déboutées par le commandant intérimaire des gardes wallonnes. Le secrétaire ne s’autorise pas encore à nommer les cadets de sa propre initiative, mais il demande des comptes sur les motifs du refus, notamment quand le candidat affirme avoir été rejeté parce qu’il n’était pas « flamand ».

  • 18 AGS, GM, 2330, lettre de Vicente Foxa y Balay au comte de Ricla, Madrid, 22 novembre 1778.
  • 19 AGS, GM, 2340, lette d’Antonio Foxa y Balay à Miguel de Múzquiz, Gérone, 12 avril 1783.
  • 20 AGS, GM, 2337, lettre du baron de Spanghen à Miguel de Múzquiz, Madrid, 18 avril 1781 ; AGS, GM, 2 (...)
  • 21 AGS, GM, 2330, lettre de Luis Blondel Drouhot à Miguel de Múzquiz, Madrid, avril 1783.
  • 22 AGS, GM, 2340, lettre d’Antonio Foxa y Balay à Miguel de Múzquiz, Gérone, 12 avril 1783.

16Un exemple illustre la façon dont la conflictualité pour l’accès aux emplois accélère la redéfinition de l’appartenance à la nation flamande. Enrique Van Asbroeck et Luis Blondel Drouhot, deux des officiers-commissaires qui ont fait tomber le comte de Priego, ont été l’objet de représailles de la part de leurs pairs quand ils ont cherché à placer des parents dans le régiment. En 1778, un neveu de Blondel, Vicente Foxa y Balay s’adresse au secrétaire car on vient de lui refuser une charge de cadet, au motif que « son père est catalan », bien qu’il compte cinq officiers dans sa famille maternelle18. En 1783, c’est son frère, Antonio Foxa y Balay qui est débouté au motif qu’il n’est ni enfant du corps, ni né de père flamand19. En 1786, c’est aussi un neveu de Van Asbroeck, Angel Castilla Van Asbroeck, qui s’est vu refuser l’accès « parce que son premier nom n’est pas flamand20 ». Luis Blondel dénonce la cabale dont sa famille est l’objet depuis qu’il a participé à la commission contre le comte de Priego, il y voit l’authentique motif du problème qui a conduit « à refuser d’admettre un de mes neveux avec l’excuse que son père est espagnol21 ». Son neveu dénonce lui aussi l’absurdité des arguments avancés puisqu’il connaît de nombreux officiers dont « ni le père ni la mère ne sont flamands, et n’ont pas de quartiers flamands22 ».

  • 23 AGS, GM, 2345, lettre du baron de Spanghen à Pedro Lerena, Madrid, 11 juillet 1785.

17Les rivalités internes ont affaibli la cohésion sociale des officiers et avec elle les formes labiles, basées sur l’interconnaissance, d’appartenance à la nation flamande. Dans ce contexte, il s’agit de produire une nouvelle définition indépendante des relations personnelles qui ne sont plus à même d’assurer le compromis et de réguler l’accès aux emplois. Or, à une époque où 40 % des officiers sont nés en Espagne, le lieu de naissance n’est plus un critère pertinent pour établir qui peut légitimement se revendiquer flamand. Dès lors, c’est en vertu de l’ascendance flamande, en particulier du côté paternel, que se reconstruit de façon conflictuelle une définition de l’appartenance à la nation. De plus en plus, lorsque des demandes arrivent sur la table du secrétaire de la guerre, il s’agit de trancher sur la légitimité ou l’illégitimité d’une candidature en raison de la présence ou de l’absence de « quartiers flamands ». En 1784, Joseph de Trazegnies, capitaine du régiment, appuie la candidature de ses petits-neveux, Antonio Belluga y Trazegnies et Pedro Meseguer y Belluga, tous deux petits-fils de sa sœur, Emmanuelle de Trazegnies, en raison du « quartier flamand » qu’ils possèdent. Dans le rapport qu’il remet au secrétaire, le lieutenant-colonel justifie son refus parce qu’ils ne sont pas « fils de gentilshommes flamands, conformément aux articles de l’ordonnance », précisant qu’il s’est toujours opposé aux officiers qui « se prévalant d’un quartier flamand ont demandé d’introduire dans le régiment leurs petits-enfants et neveux, nés du côté de leurs filles ou de leurs sœurs23 ».

  • 24 La réglementation sur l’usage du français dans les gardes wallonnes est très tardive. Le 2 juillet (...)
  • 25 Les officiers acquièrent vite la maîtrise du castillan. Les correspondances privées de Charles de (...)
  • 26 AGS, GM, 2326, lettre de Sébastien Vandenborcht au comte de Ricla, Madrid, 5 mai 1776.

18En plus des « quartiers », un nouvel argument fait son apparition dans les critères de sélection des candidats : celui de la langue. Les gardes wallonnes étaient en effet réputées pour user de la langue française dans leur fonctionnement quotidien, même si cela n’avait jamais fait l’objet d’aucun règlement24. Il s’agissait plutôt d’une concession du roi, afin d’inciter les officiers franco-flamands à venir servir en Espagne, bien que le plurilinguisme semble avoir été la pratique courante25. À la même époque, dans certaines demandes d’emploi, on trouve l’argument que le candidat parle le français, parfois accompagné d’une attestation de son maître de langues26. Certains officiers en viennent à déplorer la mauvaise qualité de la langue pratiquée dans le régiment, à l’image de Louis Hyacinthe van der Straten, qui demande à son frère « un bon dictionnaire français » car, dit-il,

  • 27 AEN, van der Straten, 505, lettre de Louis Hyacinthe van der Straten à Charles Joseph van der Stra (...)

la nécessité de savoir et de parler le castillan et même certains patois qui en dérive nous rend très négligents sur notre langue, joint à cela qu’ici au régiment on parle un français si corrompu et si dégoûtant que si on n’est pas sur ses gardes on finit par se croire à la tour de Babel mêlant des expressions espagnolisées27.

19Les nouveaux critères de recrutement privilégient les officiers qui, bien que nés en Espagne, peuvent se prévaloir par leur patronyme, par la connaissance du français ou par la fréquentation des cercles d’officiers, d’une ascendance flamande. L’appartenance à la nation flamande ne repose donc plus sur une mémoire de l’exil ni sur l’unique critère de la naissance, mais sur une condition flamande qui se construit selon la logique des quartiers nobiliaires, mêlant origine familiale et reconnaissance sociale.

20Cette nouvelle logique comporte des effets pervers car, sommés de justifier leurs refus, souvent pour des raisons peu louables, les commandants intérimaires ont dû produire des critères vérifiables et quantifiables par la secrétairerie. Ce faisant, au cours des années 1780, ils ont offert au ministre ce qu’Ensenada avait tant désiré, à savoir un droit de regard sur le recrutement, mais surtout la définition de critères prétendument objectifs, permettant de juger de l’idonéité des candidats indépendamment des liens d’interconnaissance. Les officiers flamands ont donc participé, malgré eux, à la codification de leur identité professionnelle donnant ainsi prise aux nouvelles logiques gestionnaires de l’administration militaire.

  • 28 AGS, GM, 2345, lettre du marquis de San Rafael à Pedro Lerena, Andújar, 7 juillet 1785.
  • 29 AGS, GM, 2330, lettre de Juan Ascensio de Ezterripa au comte de Ricla, mars 1779.
  • 30 AGS, GM, 2337, lettre de Rafael Llegat de Vila à Miguel de Múzquiz, Barcelone, 27 juin 1781.
  • 31 Entre 1779 et 1788, sur 37 candidatures arrivées directement à la secrétairerie de la guerre, le m (...)

21Ce système se stabilise au cours des années 1780, et permet de contenir effectivement un afflux croissant de demandes qui arrivent directement sur la table du secrétaire de la guerre. Elles émanent de candidats dont le lien avec l’exil flamand originel est très ténu, quand elles n’ont tout simplement rien à voir de près ou de loin avec la Flandre. En 1783, le marquis de San Rafael demande que ses deux fils « soient dispensés d’être nés en Espagne » compte tenu que ses grands-parents maternels étaient originaires des Pays-Bas28. En 1779, Juan Ascensio de Ezterripa, conseiller au conseil des ordres, demande au secrétaire de faire entrer un de ses fils dans les gardes wallonnes « étant descendant par sa lignée maternelle de la ville de Lille, dans les états de Flandre29 ». En 1781, Rafael Llegat, originaire de Barcelone, demande de l’emploi dans les gardes wallonnes avec dispense du quartier flamand « même s’il a un [quartier] étranger par sa mère qui est italienne30 ». Ces demandes montrent que les nouveaux critères ont été rapidement intégrés par les candidats. Elles placent en tout cas le secrétaire en position d’arbitre : à partir du moment où l’appartenance à la « nation » se définit selon une série de critères objectivés, le roi est en mesure d’en accorder la dispense. Au long des années 1780, le ministre consulte systématiquement les commandants intérimaires à propos des demandes qui lui sont envoyées en droiture et, dans la grande majorité des cas, il suit leur avis31. Par conséquent, si ce nouveau système de sélection permet encore aux officiers de contrôler le recrutement, ce contrôle n’a jamais été aussi fragile car il ne tient plus qu’au bon vouloir du roi.

  • 32 Voir AGS, GM, 2330, 2335, 2337 et 5949.
  • 33 AGS, GM, 5944, ordre royal, 31 janvier 1789.

22La rupture décisive intervient donc dans un deuxième temps, à la charnière des années 1790, lorsque les demandes d’emplois auprès du secrétaire augmentent brusquement : entre 1789 et 1791, trente et une candidatures arrivent chez le ministre, soit presque autant qu’au cours des dix années précédentes. Ces demandes continuent de provenir de descendants de la troisième génération de l’exil flamand, qui ont souvent perdu leur patronyme, et n’ont plus que des liens très lâches avec les officiers du régiment. Mais les candidats espagnols, stricto sensu, sans aucun lien avec les Pays-Bas ni avec la moindre ascendance flamande, se présentent également en demandant la dispense des quartiers flamands32. Cet afflux, qui coïncide avec l’avènement de Charles IV, modifie l’attitude du ministre dans la mesure où ce dernier cesse de suivre systématiquement l’avis du commandant des gardes wallonnes. En décembre 1788, quelques jours après la mort de Charles III, François Subiratz, natif d’Avignon, fils du comte du même nom, demande à prendre du service comme cadet. Consulté, le commandant du régiment rend un avis négatif au motif de l’origine française du candidat. Un premier ordre royal du 19 janvier 1789 suit l’avis du commandant et déboute le candidat. Toutefois, quelques jours plus tard, le roi, « informé postérieurement des qualités distinguées de ce prétendant et des services particuliers que ses ancêtres ont rendu à la couronne », annule l’ordre précédent et l’admet dans le régiment en le dispensant « de la qualité de Flamand33 ». Entre 1789 et 1790, sur vingt demandes, le secrétaire admet onze candidats, dont six sans même consulter le commandant du corps.

  • 34 AGS, GM, 5931, lettre de Jerónimo Caballero au duc d’Osuna, Madrid, 3 février 1790.

23En réalité, l’afflux des demandes d’emploi est généralisé à toute la maison militaire, et les gardes wallonnes en subissent les effets par rebond. En 1789, alors qu’elles sont depuis longtemps soumises à des sollicitations incessantes, les unités espagnoles sont soudainement submergées par les candidatures en provenance de tout le royaume. Elles émanent de fils de régidors, d’officiers des régiments provinciaux, d’officiers des milices ou de simples vecinos. Les candidats sont reçus en grand nombre au point que le secrétaire doit attirer l’attention du colonel, le duc d’Osuna34. Au mois de juillet 1790, outre les quatre-vingt-quatre cadets réglementaires, il y a vingt surnuméraires et soixante-cinq autres mineurs d’âge reçus sur liste d’attente. Six mois plus tard, les surnuméraires sont passés à vingt-sept et les mineurs d’âge à soixante-treize, soit un total de cent quatre-vingt-quatre cadets. En janvier 1791, le blocage est tel que le duc d’Osuna demande au roi la permission d’interdire l’accès à son régiment jusqu’à nouvel ordre :

  • 35 AGS, GM, 5935, lettre du duc d’Osuna au comte de Campo de Alange, Madrid, 11 janvier 1791.

[Le nombre de cadets] est très considérable. Les retards que les cadets vont irrémédiablement connaître dans leurs promotions, au préjudice du service de Sa Majesté, et les dommages subis par leurs familles qui devront nécessairement subvenir à leurs besoins jusqu’à ce qu’ils soient capitaines, exigent que l’on suspende absolument l’admission de cadets dans le régiment dont j’ai la charge jusqu’à ce que les surnuméraires soient intégrés et que le nombre des mineurs d’âge ait considérablement diminué35.

  • 36 AGS, GM, 2345, minute d’une note de Pedro Lerena, 12 novembre 1785.

24Le roi accède à la demande du duc d’Osuna par un ordre du 21 janvier. C’est à ce moment que la pression exercée sur les gardes wallonnes devient insoutenable. En effet, contre les cent quatre-vingt-quatre cadets des gardes espagnoles, on n’en compte au même moment que cinquante-quatre dans les gardes wallonnes. En 1785, le secrétaire estime qu’il fallait entre huit et neuf ans à un jeune cadet des gardes espagnoles pour espérer obtenir une première promotion, contre une quinzaine de mois dans le régiment wallon36. Les candidatures se reportent donc naturellement vers le régiment des gardes wallonnes.

  • 37 AGS, GM, 5949, lettre de Tomás Martínez de la Torre au comte de Campo de Alange, Madrid, 30 mai 17 (...)
  • 38 AGS, GM, 5949, lettre de Tomás Martínez de la Torre au comte de Campo de Alange, Madrid, 5 novembr (...)

25La démarche suivie par ces individus est expliquée par Tomás Martínez de la Torre, qui se présente comme simple vecino de Cadix. Il sollicite auprès du ministre la dispense du « quartier étranger » pour pouvoir entrer dans les gardes wallonnes, car il n’a pu obtenir de place dans les gardes-marines « par manque de vacances », ni dans la garde du corps « pour la même raison », et encore moins dans les gardes espagnoles « parce qu’en plus d’avoir leur nombre complet, il y a plusieurs surnuméraires37 ». Après avoir essuyé un premier refus, il réitère sa demande six mois plus tard précisant qu’entre-temps il a cherché sans succès à acheter une compagnie dans le nouveau régiment fixe de Malaga. « Informé que Votre Majesté a accepté de recevoir comme cadets plusieurs Espagnols dans les gardes wallonnes en les dispensant du quartier flamand », il demande à obtenir la même grâce38. C’est donc la recherche effrénée d’un emploi militaire qui, par élimination, amène les candidats à frapper à la porte du ministre pour demander à entrer dans les gardes wallonnes par dispense de quartier.

  • 39 AGS, GM, 5949, lettre du baron d’Estaimbourg au comte de Campo de Alange, Madrid, 19 août 1790.
  • 40 AGS, GM, 5949, lettre du baron d’Estaimbourg au comte de Campo de Alange, Madrid, 19 août 1790.
  • 41 AGS, GM, 5950, lettre de Théodore de Croix au comte de Campo de Alange, Madrid, 5 avril 1791.

26Ces dispenses suscitent bien entendu de vives protestations de la part des commandants des gardes wallonnes39. Ceux-ci dénoncent une politique qui va progressivement créer « deux corps d’officiers, l’un de la nation espagnole, qui sera en peu de temps le plus nombreux et l’autre de la flamande, qui sera en minorité ». Cela, estime-t-on, est au préjudice « des privilèges concédés depuis la création du régiment à la noblesse flamande » qui, finançant à grands frais la venue de ses fils en Espagne, finira par se détourner des gardes wallonnes40. Même si Charles IV a accordé au régiment la faveur de lui nommer un nouveau colonel, la donne ne change pas fondamentalement. À peine rentré de la vice-royauté du Pérou, Théodore de Croix proteste tout aussi énergiquement contre les nominations systématiques dans son régiment, sans parvenir pour autant à infléchir la tendance41. Mais le nouveau colonel décède quelques semaines après sa nomination, et c’est Pablo Sangro Mérode, prince de Castelfranco, qui lui succède. Né à Naples, descendant par sa mère de la noblesse flamande, Castelfranco est à l’image des nouveaux officiers du régiment puisque ses liens avec les Pays-Bas relèvent de la reconstruction généalogique. Proche de Godoy, il adopte une attitude beaucoup plus conciliante à l’égard des dispenses royales. Désormais, toutes les demandes transitent par la secrétairerie qui accorde la dispense ou la refuse, le colonel se contentant d’avaliser la décision du roi.

  • 42 AGS, GM, 5950, lettre du prince de Castelfranco au comte de Campo de Alange, Madrid, 8 mars 1792 ; (...)

27En quelques mois, les gardes wallonnes se remplissent de cadets d’origine espagnole sans aucun lien avec le corps, avec l’exil flamand ou avec les Pays-Bas. En mars 1792, sur cinquante-quatre cadets, trente-trois sont Espagnols et la proportion va en augmentant. Plus fragiles, les candidatures en provenance de l’étranger sont les premières à se tarir, tandis que les familles flamandes installées en Espagne résistent un peu mieux. Sur cent trente-trois enseignes reçues entre 1791 et 1800, quinze individus sont originaires d’Europe, trente-huit sont des fils et neveux d’officiers flamands nés en Espagne, et quatre-vingts sont des nouveaux venus, la plupart issus de familles espagnoles. Cette hispanisation fulgurante du corps des officiers altère ce qu’il restait de cohésion interne. « Presque tous les cadets qu’il y a dans le régiment sont des Espagnols qui ignorent le français », constate Castelfranco en 179642. En 1792, un officier récemment arrivé des Pays-Bas déplore la quantité d’intrus, provenant de toute la monarchie, qui peuplent les rangs du régiment :

  • 43 AEN, van der Straten, 606, lettre de Louis Hyacinthe van der Straten à François Sobirats, Madrid, (...)

Nous avons ici entre les deux bataillons quinze ou vingt cadets. Ne soyez pas surpris de cette incertitude sur le nombre, car je ne vois ni ne connais ceux de Cadix, de La Havane, les Péruviens, Mexicains, Louisians ou Cochinchinois qui arrivent à grands flots par ordre du roi ou plutôt par un effet de l’inconséquence du ministre de la guerre et de sa haine contre les corps aux gardes. Le colonel retarde toujours la promotion d’enseignes dans l’espoir de celles à l’infanterie et de faire exclure du corps cette bande d’intrus. Je ne sais s’il y réussira mais je désire bien pour nous tous et en particulier pour M. votre frère que ces cadets-là ne soient pas plus longtemps en place que les évêques constitutionnels43.

28La seule marge de manœuvre du colonel est de freiner l’admission trop nombreuse de candidats pour ne pas obstruer le cursus honorum. Dans une lettre au secrétaire, il rappelle que « je me suis distingué de la manière de penser des colonels et des directeurs du corps, mes prédécesseurs, en ne manifestant aucune opposition à l’admission d’un certain nombre de cadets espagnols, illustres et riches ». Il regrette tout de même la situation actuelle où les candidats affluent vers les gardes wallonnes uniquement parce que l’accès y est moins encombré qu’ailleurs :

  • 44 AGS, GM, 5950, lettre du prince de Castelfranco au comte de Campo de Alange, Madrid, 8 mars 1792.

Au vu du nombre de prétendants espagnols qui, chaque jour, fatiguent l’attention de Sa Majesté en demandant à entrer comme cadets dans le corps dont j’ai la charge, on pourrait penser qu’ils croient qu’il n’y a pas d’autres régiments dans l’armée, ou qu’aucun n’est aussi distingué que celui-ci, mais ce n’est pas de cela dont il s’agit. Le motif qui les anime est uniquement le désir de promotion qu’ils jugent plus facile dans celui-ci que dans tout autre, et non l’amour de la carrière militaire44.

  • 45 AGS, GM, 5949, lettre du prince de Castelfranco au comte de Campo de Alange, Madrid, 28 août 1791. (...)

29Avec Castelfranco, l’attitude du colonel des gardes wallonnes a changé. Il ne cherche plus à se faire le garant d’un espace professionnel réservé, mais s’inquiète de l’attrait massif et désordonné que suscite la maison militaire dans la société espagnole. Partisan d’une modernisation de l’institution, il ne défend plus le privilège de nation45. En accompagnant l’hispanisation du régiment, il s’est attelé avec Godoy à en diminuer les prérogatives. Quoi qu’il en soit, entre 1789 et 1796, par l’attribution des dispenses de quartiers flamands, le recrutement des gardes wallonnes a totalement échappé aux officiers du corps, brisant complètement les dynasties familiales qui avaient constitué l’épine dorsale de l’exil flamand en Espagne.

  • 46 À notre connaissance, le premier auteur à avoir souligné le phénomène est Esdaile, 1988, p. 20-21. (...)

30Comment expliquer cet afflux vers la maison militaire sous Charles IV qui donne l’estocade à l’endogamie professionnelle des corps flamands ? L’engouement pour les emplois militaires, dont nous ne mesurons ici que les effets, n’a fait l’objet d’aucune étude à ce jour46. À défaut de pouvoir identifier l’ensemble des causes, tâchons au moins de discerner trois facteurs possibles.

  • 47 Cepeda Gómez, 1990, p. 39.
  • 48 Andújar Castillo, 2004d, pp. 318-319.
  • 49 Terrón Ponce, 1997, p. 28.
  • 50 AGS, GM, 5916, ordre royal, 20 mars 1792 ; AGS, GM, 5923, ordre royal, 20 mai 1799 ; Gómez Ruiz, A (...)

31Tout d’abord, il y a un incontestable renouveau du militarisme sous Charles IV, alors même que la Révolution française amène l’Espagne à repenser son système de défense en dehors de l’alliance dynastique, et que la part de l’armée passe de 54 % à 70 % dans le total des dépenses de l’État entre 1788 et 179747. Plus largement, il faudrait s’interroger sur l’attrait pour les carrières militaires dans le dernier tiers du xviiie siècle. La multiplication des campagnes de vente d’emplois militaires sous Charles III et le renforcement des milices provinciales sous Floridablanca ont vraisemblablement démocratisé l’accès au métier des armes. Dès 1773, l’inspecteur général de l’infanterie Alexandre O’Reilly attirait l’attention de la secrétairerie sur le « nombre incroyable » d’officiers venus de l’extérieur grâce aux ventes répétées d’emplois48. Cette inflation des vocations militaires a des conséquences sociales qui sont encore mal connues : dès 1769, des édits somptuaires sont publiés pour interdire de placer sur les vêtements des boutons et des galons qui imitent les uniformes49. Dans la dernière décennie du xviiie siècle, les officiers retraités de la maison militaire conservent le droit de porter l’uniforme, des candidats déboutés demandent en compensation de pouvoir revêtir l’habit bleu de la garde du corps, tandis que les officiers actifs ont l’autorisation de porter des signes militaires sur leurs vêtements civils50. Alors que Charles IV, Godoy, le duc d’Osuna se font portraiturer par Goya en uniforme de la garde royale, on imagine que le prestige acquis par l’uniforme, et en particulier celui de la maison du roi, n’est pas étranger à cet engouement (fig. 9 et 10, chap. vi).

  • 51 AGS, GM, 5953, ordre royal, 9 mai 1797 ; voir chap. vi.

32Ensuite, l’attrait pour la maison militaire correspond à la période d’ascension de Manuel Godoy dans la garde du corps. Comme nous l’avons vu, il s’agit d’un moment de reprise en main de l’institution par Charles IV qui cherche à en faire de nouveau le lieu d’exercice du clientélisme royal. D’un point de vue chronologique, il y a coïncidence entre l’explosion du nombre d’officiers généraux et les nominations répétées de cadets dans la maison militaire, ces phénomènes se produisant au moment où Godoy cumule la secrétairerie d’État et la majorité de la garde du corps. Les effets dévastateurs de ce clientélisme militaire ont dû apparaître au grand jour au lendemain de la défaite de la guerre contre la Convention. Alors que les nominations d’officiers généraux s’effondrent à partir de 1796, les nominations de cadets surnuméraires sont interdites dans la maison militaire en 1797, au moment où Godoy tente une vaste réforme de l’armée et des corps privilégiés51. Il semble donc que les années 1789-1796 aient correspondu à une époque où le renouveau du clientélisme royal soit passé en priorité par la voie militaire. Si cette politique a conduit rapidement à l’impasse, elle aura suffi à emporter avec elle les derniers vestiges des sociétés de l’exil flamand.

  • 52 Les Craywinckel (alias Tienda de Cuervo) sont l’une des rares familles implantées en Amérique qui (...)
  • 53 Voir ci-dessous.
  • 54 Andújar Castillo, 2014, pp. 143-146.
  • 55 Hernández Franco, 1984 ; Lynch, 1999, pp. 269-270 ; Andújar Castillo, 2009b.

33En troisième lieu, ne négligeons pas l’impact de la réorganisation des ministères sur l’économie générale de la grâce royale. Une des singularités de cet engouement pour la maison militaire est la forte présence de candidats originaires d’Amérique. Or, jusqu’aux années 1790, les Créoles étaient très peu présents dans la maison militaire et totalement absents des corps flamands52. Symptômes de l’extension à l’échelle impériale du clientélisme royal, les candidats créoles n’hésitent plus à frapper à la porte des gardes wallonnes en s’estimant plus légitimes à servir auprès du roi que les descendants des anciens sujets flamands53. En 1793, la création de la compagnie américaine dans la garde du corps était d’ailleurs censée répondre à cette nouvelle demande, qui se manifeste aussi dans d’autres institutions militaires à la même époque54. Or, l’arrivée de candidatures américaines n’est pas sans rapport avec la disparition progressive d’un ministère spécialisé des Indes. En 1787, la secrétairerie des Indes avait déjà été divisée en deux, l’une pour la grâce et la justice, et l’autre pour le commerce, la guerre et les finances. Le 25 avril 1790, soit au moment où les candidatures commencent à affluer, Floridablanca supprime les secrétaireries des Indes et intègre les affaires américaines dans chaque ministère. Enfin, la réunion formelle d’un conseil des ministres (Junta de Estado), entre 1787 et 1792, a vraisemblablement contribué à mutualiser les ressources de chaque ministère, et à faire en sorte que les emplois militaires ne soient plus l’apanage des seuls militaires de carrière, ni des seuls Péninsulaires, mais soient accessibles à tous ceux qui se sont distingués au service de l’État55. Ce ne sont là que des éléments conjoncturels dont l’examen détaillé dépasse largement le cadre de ce livre. Cependant, en favorisant un nouveau clientélisme militaire, ils ont participé à la délégitimation des droits de la nation flamande.

L’épuisement d’un capital politique

  • 56 Voir chap. iv.

34Les droits de la nation flamande en Espagne se sont perpétués tout au long du xviiie siècle par la capacité des officiers des corps flamands de les ériger en symbole de la triple mémoire impériale, dynastique et philippiste. Ce discours, qui fait fond des expériences particulières de nombre d’officiers, a été formalisé en un langage politique au lendemain de la guerre de Succession lorsqu’il s’est agi de conserver les corps flamands après le démembrement des Pays-Bas56. Or, s’il a permis de revendiquer pendant quatre-vingts ans le renouvellement des droits de la nation, ce langage perd progressivement de son efficacité au cours du règne de Charles III.

  • 57 AGS, GM, 2283.
  • 58 En 1787, à la mort du duc d’Osuna, le régiment des gardes espagnoles reste également vacant. Voir (...)

35La mise à l’écart des grandes maisons flamandes du commandement de la maison militaire est le principal symptôme de l’affaiblissement du capital politique de la nation. Ce processus n’a pas été le fruit d’une volonté politique délibérée, comme au temps d’Alberoni ou d’Ensenada. Il a été la conséquence d’une série d’accidents de parcours qui ont été mis à profit par les équipes de Floridablanca pour accentuer leur emprise sur la maison militaire. D’un côté, en 1778, le scandale de la gestion des comptes a contraint Jean Juste de Croÿ Havré, comte de Priego, à la démission de son emploi de colonel des gardes wallonnes, ouvrant une vacance de dix ans à la tête du régiment. De l’autre côté, en 1784, Wolfgang Joseph de Bournonville, comte de Flegnies, le troisième de sa famille à occuper de façon ininterrompue la capitainerie flamande de la garde du corps, meurt sans descendance directe. Pour la première fois, la charge de capitaine ne retombe pas sur un membre des grandes maisons franco-flamandes, mais sur un italien, le prince de Masserano57. Cette mise à l’écart s’inscrit bien évidemment dans les rivalités entre golillas et arandistas, mais plus fondamentalement, elle traduit la fragilité politique de la noblesse issue de l’exil flamand, et l’épuisement d’une légitimité qui les avait rendues jusque-là incontournables58.

  • 59 Guillaume, 1858, pp. 357 ; Devillers, 1890.

36En 1784, la tentative infructueuse de Bruno Lalaing Calazanz, comte de Lalaing, de succéder aux Bournonville montre combien la revendication des droits de la nation a perdu de sa force lorsqu’elle n’est plus portée par les grandes familles historiques de l’exil flamand. Certes, la maison de Lalaing appartient à la haute noblesse des Pays-Bas, mais Bruno Lalaing est issu d’une branche cadette sans grand prestige qui ne s’est pas particulièrement distinguée dans l’exil flamand. Né à Badajoz, il est le fils d’un exilé, capitaine des gardes wallonnes de la première heure devenu commandant général d’Estrémadure, lequel a épousé María Calazanz Abarca, issue de la petite noblesse aragonaise59. Au moment où il postule, Bruno Lalaing est le premier lieutenant de la compagnie flamande et peut donc légitimement prétendre à la capitainerie, bien qu’il soit en concurrence avec les deux héritiers de grandes maisons philippistes castillane et basque, le duc d’Osuna et le duc de Granada Ega. Au cours de l’année 1784, il présente plusieurs mémoires pour solliciter l’emploi de capitaine de la garde du corps. Ces requêtes dénotent une appropriation maladroite du nacionismo flamand par un candidat qui n’a visiblement pas intégré les codes de ce langage politique.

  • 60 AGS, GM, 2283, lettre du comte de Lalaing à Miguel de Múzquiz, mai 1784.
  • 61 AGS, GM, 2284, lettre du comte de Lalaing à Miguel de Múzquiz, Aranjuez, 1er juin 1784.

37Dans un premier temps, le comte de Lalaing se borne à dresser une longue liste de ses états de service et à rappeler qu’il est issu de familles nobles de Flandre et d’Aragon60. Après un premier refus, il devient plus explicite sur l’histoire de sa famille aux Pays-Bas : il rappelle que son père est venu en Espagne « par l’amour qu’il portait à Philippe V, père de Votre Majesté », et énumère les services de ses ancêtres flamands. Il continue toutefois de revendiquer l’emploi au nom de sa double origine, justifiant avec orgueil être issu de rico home « par naturalité et sang d’Aragon61 ». Dans un troisième temps, Lalaing présente une longue généalogie imprimée retraçant l’histoire de la famille de Lalaing. Or, contre toute attente, ce document n’est pas une appropriation du passé prestigieux de la maison de Lalaing qui permettrait de légitimer la prétention à diriger le premier corps de la nation flamande. Il s’agit à la place d’une longue justification pour expliquer pourquoi la branche espagnole des Lalaing ne possède pas en Espagne le même prestige que la maison de Flandre. Concrètement, Bruno Lalaing essaie d’expliquer les raisons pour lesquelles il n’a jamais reçu la Grandesse d’Espagne alors que sa maison aux Pays-Bas a été décorée dix-sept fois de la Toison d’Or. Reconnaissant être issu d’une famille « étrangère », il estime de son devoir de faire connaître ses mérites en Espagne :

  • 62 AGS, GJ, leg. 922, lettre du comte de Lalaing au comte de Floridablanca, Aranjuez, 14 décembre 178 (...)

Si, pour pouvoir recevoir les grâces, tout individu de la République se doit d’exposer les qualités qui le rendent apte à en jouir, cette démarche est d’autant plus indispensable pour une famille étrangère car (bien que sujette et vassale de la couronne espagnole et bien connue dans la Péninsule) il est courant que tous les illustres blasons qui l’anoblissent et l’accréditent, ainsi que l’inclination du prétendant, héritée de ses aînés, à se sacrifier en l’honneur de son souverain, ne soient pas parvenus dans toute leur extension [jusque dans la Péninsule] […] Considérant que sa famille, étant étrangère, bien que notoirement distinguée en Espagne, il se peut qu’elle ne soit pas réputée à la même hauteur que celle à laquelle Dieu l’a constituée62.

  • 63 Cette incompétence est tout de même relative puisque à défaut de la compagnie flamande, il obtient (...)

38Les Bournonville avaient réussi à cultiver leur spécificité flamande pour en faire une ressource politique, à la différence du comte de Lalaing qui éprouve les plus grandes difficultés à construire un discours positif sur son ascendance paternelle. Au lieu de rappeler les services à la dynastie en France et en Espagne, d’insister sur l’image du roi suzerain entouré de ses vassaux ou de mobiliser la mémoire de Philippe V, il se dépeint comme un membre de la noblesse espagnole d’origine flamande. Aussi, son ascendance paternelle, au lieu d’être une ressource politique, est vécue sur le mode de l’incomplétude et de l’imperfection, Lalaing associant « flamand » à « étranger », ce que ni les Bouronville ni aucun des commandants des corps flamands de la maison militaire n’avaient jamais fait avant lui. L’échec du comte de Lalaing relève vraisemblablement d’un défaut de transmission d’une culture politique qui rend malaisée la maîtrise d’un langage corporatif façonné par deux générations d’officiers63.

  • 64 Fisher, 2000, pp. 293-295.

39La délégitimation du nacionismo flamand n’est pas seulement due à l’incompétence politique de ceux qui prétendent l’incarner. Le nombre croissant de candidatures aux emplois des gardes wallonnes émanant des élites du royaume a obligé le secrétaire de la guerre à rendre des arbitrages entre des légitimités concurrentes. À ce titre, les candidatures des Créoles, bien que peu nombreuses (neuf demandes entre 1789 et 1792), ont probablement porté les coups les plus rudes au nacionismo flamand. Du moins, c’est dans une supplique présentée par deux frères originaires du Pérou, Juan Antonio et Juan Pío Tristán, que l’on trouve une critique argumentée des privilèges de la nation flamande. Fils d’un lieutenant-colonel des milices d’Arequipa (Pérou), devenu corrégidor d’Omasuyos (Bolivie), ces deux candidats ont fait le voyage jusqu’à Madrid, dans l’espoir de servir dans la proximité du roi (con inmediación) dans un des régiments de sa garde64. Ils se sont d’abord présentés aux gardes espagnoles mais la liste trop longue des surnuméraires les a découragés. Ils se sont ensuite tournés vers les gardes wallonnes « où, au contraire, le nombre de surnuméraires est très bas », fondant leur prétention sur le fait qu’un arrière-grand-père était originaire du Béarn. Éconduits, ils protestent auprès du roi, estimant que

  • 65 AGS, GM, 5949, lettre de Juan Antonio et Juan Pío Tristán à Charles IV, Madrid, 18 juin 1790.

Les suppliants sont nés vassaux de Votre Majesté et ils [y] ont particulièrement droit en tant qu’Américains, ayant abandonné leurs maisons et pris des risques pour venir se réfugier avec amour et douceur dans l’honneur de servir Votre Majesté. Qui peut servir dans ce corps avec plus d’effort et de loyauté que celui qui se glorifie d’être vassal de Votre Majesté et non un étranger ? Personne ne doit davantage se distinguer que celui qui est né à cinq mille lieues du trône. Et si, dans les compagnies italienne et flamande de la garde du corps, ils alternent avec les Espagnols, sans distinction des lieux de naissance, il semble que l’on doive respecter le même principe dans les gardes wallonnes65.

40La requête des frères Tristán questionne ouvertement la légitimité d’un espace professionnel protégé par un privilège de nation dans la proximité du roi. Il le fait au nom de la nécessité impérieuse pour les sujets du roi d’Espagne de se distinguer personnellement auprès du souverain. Les frères Tristán justifient leur bon droit par l’ampleur des sacrifices consentis pour venir jusqu’au pied du trône. La distance parcourue a dû accroître le sentiment d’injustice de se voir refuser un emploi au motif de leur origine. C’est aussi cet éloignement de la Cour qui rend le service dans la proximité du roi plus nécessaire. Le discours ne s’inscrit pas dans un registre « national » ou « protonational ». Il ne pose pas comme préalable au service l’appartenance à une communauté politique fondée sur le territoire. Il n’y a pas davantage d’appel à une « nationalisation » des corps « étrangers », à l’abolition de leurs privilèges et de leurs signes distinctifs. L’institution en soi pose moins de problème que l’accès à l’institution. Le seul privilège contesté est celui de nation car, dans le mouvement des élites vers le roi, il se dresse comme un obstacle inacceptable. Enfin, les frères Tristán ne remettent pas en question le droit du roi de choisir son personnel, puisqu’ils demandent l’alternance. Ils critiquent le fait que l’entourage du roi soit un espace cloisonné, avec des niches qui leur sont fermées. En somme, la pression sociale des élites du royaume, celle qui naît du désir de servir auprès du monarque, finit par investir la sphère politique du roi. Elle contraint ce dernier à lever un privilège, obsolète certes, mais qui est fondateur tant de l’identité dynastique des Bourbon d’Espagne que de l’identité politique de l’aristocratie militaire.

41Les arguments de ces Créoles ont visiblement eu un impact puisque, au même moment, Théodore de Croix, le nouveau colonel des gardes wallonnes, tente d’empêcher les dispenses de quartiers flamands en actualisant le discours traditionnel du nacionismo flamand. En 1790, il adresse au ministre une virulente protestation contre l’admission d’Espagnols dans son régiment :

  • 66 AGS, GM, 5950, lettre de Théodore de Croix au comte de Campo de Alange, Madrid, 5 avril 1791.

Le devoir m’impose d’attirer l’attention de Votre Excellence, afin que Sa Majesté en soit informée, sur le fait que le roi D. Philippe V, son auguste grand-père, a créé ce régiment à la fin de l’année 1702 et qu’il l’a destiné peu après à la garde de sa personne, étant de sa souveraine intention que le corps des officiers se compose de la première noblesse des Pays-Bas où il trouve son origine, avec exclusion absolue de tous ceux qui ne seraient pas Flamands, à l’image du régiment des gardes espagnoles formé aux mêmes fins, et dans lequel il est interdit d’admettre le moindre étranger66.

42À la différence du comte de Lalaing, Théodore de Croix a parfaitement intégré le discours corporatif de ses nouvelles fonctions de colonel des gardes wallonnes. L’héritage politique de Philippe V, la mémoire des services de la noblesse flamande, l’égalité entre les nations flamande et espagnole, tous les codes du langage politique traditionnel sont respectés. Toutefois, conscient sans doute de la désuétude de ses arguments, Croix actualise le nacionismo flamand, en articulant le respect de la tradition avec des considérations très pragmatiques sur l’utilité de conserver les gardes wallonnes dans une époque de troubles révolutionnaires :

  • 67 AGS, GM, 5950, lettre de Théodore de Croix au comte de Campo de Alange, Madrid, 5 avril 1791.

Par son intelligence et sa perspicacité, Votre Excellence comprendra très bien les raisons qui ont motivé Sa Majesté à maintenir ces corps sur ce pied et non sur un autre car, outre les effets bénéfiques que produit une fière émulation entre deux corps analogues, inséparables et jumeaux, le service royal pourrait y trouver de nombreux avantages dans certaines situations, éloignées et improbables, dont nous voyons néanmoins quelques exemples qui ne manquent pas d’être désagréables67.

  • 68 Voir chap. iii.
  • 69 Voir ci-dessous.

43Aussi allusive soit-elle, l’évocation du contexte politique immédiat dans une défense des droits de la nation flamande constitue une intéressante innovation. Théodore de Croix mentionne en effet la possibilité d’une contagion révolutionnaire en Espagne, et interpelle le roi sur l’utilité de conserver un régiment qui pourrait bien devenir le dernier rempart de la monarchie. Ce faisant, le colonel inscrit la défense des privilèges de la nation dans une autre tradition politique que celle de ses prédécesseurs. En filigrane, ce sont les événements de la révolte de 1766 qui sont évoqués, et le rôle décisif joué par les gardes wallonnes dans la protection de Charles III. Mais c’est également une allusion directe aux journées de juillet 1789, durant lesquelles les gardes françaises ont rejoint le peuple de Paris, laissant sous-entendre que les gardes wallonnes pourraient jouer le rôle des Suisses en France. Quand on sait combien les officiers flamands ont refusé d’être tenus en Espagne pour l’équivalent des gardes suisses, en raison précisément du principe de vassalité et au nom de l’égalité entre les nations, cette adaptation du nacionismo flamand sous la plume de Théodore de Croix est spectaculaire68. Le colonel tourne à son avantage les effets du contexte révolutionnaire qui ont fragilisé l’association classique entre « flamand » et « vassal », au profit d’une résurgence du binôme « flamand » et « étranger »69. Visiblement lucide sur la prégnance du contexte, Théodore de Croix fait de ce rapprochement longtemps préjudiciable une force : en ces temps de troubles, il peut être utile à la couronne de disposer d’un régiment étranger. En retournant le stigmate, Théodore de Croix assume une défense des privilèges qui joue sur les deux tableaux, de la tradition et de la raison politique.

44Le témoignage d’un républicain français, voyageant secrètement en Espagne, montre en tout cas que cette nouvelle association est assez largement partagée. L’auteur laisse sous-entendre, non sans accents critiques, que le maintien des gardes wallonnes sous Charles IV s’explique en bonne part par cette ambivalence, qui en fait à la fois un vestige de l’héritage politique de Philippe V et des services de la nation flamande, mais aussi, dans une période de profonde incertitude, un corps étranger susceptible de devenir le dernier bastion royaliste en cas de soulèvement populaire :

  • 70 Chantreau, Lettres écrites de Barcelonne, pp. 53-54. La même réflexion dans Gorani, Lettre au roi (...)

Charles IV ne sera pas assez impolitique ni assez ingrat pour consentir à cette suppression [des gardes wallonnes], pour laquelle on a si longtemps et si vainement obsédé son prédécesseur. Je dis impolitique, parce que le prince sait que dans l’occasion, cette milice, qui est sans aucune espèce de patrie, est pour le despote qui la soudoie une cohorte de satellites qui lui obéira en aveugle et exécutera, s’il le lui commande, un massacre tel que celui de Thessalonique, qui est le plus atroce dont l’histoire fasse mention. J’ai dit ingrat parce que ce régiment a aidé les Bourbons à s’asseoir sur le trône des Espagnes, que dans la guerre que suscita en Italie l’ambitieuse mère de don Philippe, les gardes wallonnes ont fait des prodiges de valeur, que dans l’insurrection de Madrid en 1766, ce furent les gardes wallonnes qui servirent de rempart à Charles III, qu’ils l’entourèrent, le portèrent pour ainsi dire à Aranjuez, où ce prince s’enfuit lâchement, que ce furent les gardes wallonnes qui tirèrent sur le peuple et le dissipèrent70.

45Parce que les grandes familles franco-flamandes ont été écartées de la tête de la maison militaire, parce que le clientélisme royal et l’engouement pour le service militaire ont exercé une pression insoutenable sur le recrutement des corps flamands, le langage traditionnel du nacionismo ne suffit plus à préserver les privilèges de la nation. La mobilisation des mémoires impériale, dynastique et philippiste paraît de plus en plus inefficace face aux profondes reconfigurations de l’espace politique européen au lendemain de la Révolution française. En dernière instance, sous la houlette de Théodore de Croix, le discours corporatif des gardes wallonnes est sensiblement infléchi pour tenter de marier le philippisme d’hier avec le royalisme contre-révolutionnaire du jour. Ce faisant, pour la première fois sous la plume d’un de ses colonels, les gardes wallonnes sont identifiées à leurs homologues suisses en France. Cette adaptation permet certes de sauver le régiment de la dissolution, mais il ne peut empêcher l’érosion constante de ses privilèges. Car, en raison de la phobie révolutionnaire qui gagne l’Espagne à partir de 1789, les régiments francophones sont suspectés de favoriser la contagion.

Le déséquilibre des nations

  • 71 Juan Vidal, Martínez Ruiz, 2001, pp. 334-341 ; Lynch, 1999, pp. 340-343 ; Bartolomei, 2010.
  • 72 Aymes, 1991, pp. 241-265 ; Alberola Romá, Giménez López, 1994.
  • 73 AGS, GM, 5949, ordre royal, 18 septembre 1790.
  • 74 AGS, GM, 5949, lettre du baron d’Estaimbourg au comte de Campo de Alange, Madrid, 22 octobre 1790.
  • 75 AGS, GM, 5949, lettre du prince de Castelfranco au comte de Campo de Alange, Aranjuez, 6 mai 1791  (...)

46Entre 1789 et 1795, la crainte de la contagion révolutionnaire a conduit le comte de Floridablanca à prendre des mesures très répressives. La circulation des livres et des imprimés a été étroitement encadrée, les tribunaux d’Inquisition ont été mobilisés pour surveiller certaines régions frontalières et une commission a été mise sur pied pour juger les actes de déviance politique71. Lors de la guerre contre la Convention, des manifestations de xénophobie envers les Français ont eu lieu, conduisant parfois, comme à Valence, à un soulèvement populaire et au massacre d’une partie de la colonie française72. Cette fièvre gallophobe n’est pas sans conséquence pour les régiments de la nation flamande, puisque le recrutement militaire est placé sous étroite surveillance par les autorités. Les gardes wallonnes sont directement concernées car le régiment dispose sur la frontière française de plusieurs bureaux de recrutement. Or, par un ordre du 18 septembre 1790, par crainte de l’infiltration révolutionnaire, Floridablanca interdit à toute recrue française d’être reçue dans les troupes du roi d’Espagne73. Dans la foulée, le ministre interdit aux capitaines des gardes wallonnes de recruter à la frontière catalane74. C’est donc à Barcelone que les tensions se cristallisent autour des gardes wallonnes, notamment lorsque le comte de Lacy, capitaine général de Catalogne, prend des mesures autoritaires pour expulser les recrues françaises du corps, ce qui rallume une fois de plus le conflit entre les juridictions militaires75.

47Outre le contrôle du recrutement, la suspicion porte sur la loyauté même du corps à l’égard de la couronne. En 1791, le roi ordonne de masser des troupes à la frontière pour prévenir toute attaque française. Or, le comte de Lacy a déployé des compagnies des gardes espagnoles, tandis que les troupes wallonnes sont restées à Barcelone. Le colonel Castelfranco s’insurge contre le capitaine général qu’il accuse de douter de la fidélité du corps :

  • 76 AGS, GM, 5949, lettre du prince de Castelfranco au comte de Campo de Alange, Madrid, 8 juillet 179 (...)

[Sa décision] a donné lieu à ce que l’on puisse penser, non sans raison, que le comte de Lacy suspecte le régiment des gardes wallonnes, alors que depuis plus de quatre-vingts ans, le corps a prouvé et prouvera toujours qu’il est prêt à offrir aux pieds de Sa Majesté le sacrifice volontaire et enthousiaste de sa vie pour son service. Évidemment, si le comte de Lacy se méfie d’un corps, qui a donné tant de preuves incontestables de sa fidélité depuis si longtemps, parce que ses membres sont étrangers, il me semble qu’à son tour le corps peut légitimement se méfier de tout qui est étranger, ce qui est le cas du comte de Lacy lui-même76.

  • 77 AGS, GM, 5949, lettre du comte de Campo de Alange au prince de Castelfranco, 10 juillet 1791.
  • 78 AGS, GM, 5949, lettre du comte de Campo de Alange au prince de Castelfranco, août 1791.
  • 79 Chantreau, Lettres écrites de Barcelonne, p. 53 ; Gorani, Lettre au roi d'Espagne, p. 11.
  • 80 AGS, GM, 5949, lettre de Joseph Auguste Laporte et José Craywinckel à Pedro Fort Saint Maurin, Bar (...)

48La plainte du colonel impressionne fortement le secrétaire et le roi. Le premier fait répondre à Castelfranco que le mémoire qu’il a transmis « contient une matière si scabreuse et de si dangereuses conséquences que le roi veut prendre le temps de l’examiner et entendre l’avis de personnes expérimentées77 ». Une fois encore, le colonel des gardes wallonnes a mobilisé les vieux principes cosmopolites de l’équilibre des nations pour éviter la stigmatisation de son régiment comme un corps étranger. Il reproche au capitaine général de Catalogne de rompre une convention propre au monde des serviteurs du roi, et de se laisser gagner par une forme de xénophobie jugée caractéristique des milieux populaires, quand elle n’est pas l’expression du nouveau patriotisme qui a gagné la France révolutionnaire78. En effet, au même moment, les témoignages de révolutionnaires de passage en Espagne ne voient dans cette troupe que des mercenaires étrangers, ou encore l’équivalent pour le roi d’Espagne ce que sont « à l’empereur du Maroc ses soldats nègres79 ». Or, aux yeux des officiers des gardes wallonnes, ces discours xénophobes ne rendent pas justice aux liens anciens de fidélité entre le roi et la nation flamande. Selon eux, la faute du comte de Lacy est de donner raison « à la critique de la plèbe, et à ses discours peu réguliers », oubliant les services rendus « à notre roi et à notre patrie »80. Dans son mémoire, Castelfranco pousse le raisonnement de Lacy jusqu’au bout en menaçant de retourner l’accusation contre celui qui l’a prononcé. Ainsi souligne-t-il le danger de laisser s’immiscer au sein du personnel de l’État des discours qui remettraient en question la légitimité des élites militaires en raison de leur cosmopolitisme. À Barcelone, la crainte révolutionnaire et la méfiance envers les Français semblent donc fissurer le consensus qui prévalait parmi les cercles de sociabilités des grandes villes militaires de province.

  • 81 Guillaume, 1876, p. 194.
  • 82 Chantreau, Lettres écrites de Barcelonne, pp. 81-82.
  • 83 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, pp. 304-307.
  • 84 AGS, GM, 5953, lettre des capitaines des gardes wallonnes à Miguel Azanza, Barcelone, 23 janvier 1 (...)
  • 85 AGS, GM, 5954, note du secrétaire de la guerre, 8 août 1799. Guillaume, 1858, pp. 227-228 ; Jansen(...)

49Dans ce contexte, des signes de déséquilibre entre les nations de l’armée apparaissent à la fin du siècle au détriment des corps flamands. Tout d’abord, en 1792, les trois derniers régiments de ligne flamands sont supprimés : celui de Brabant est intégré dans le régiment de Naples le 22 mars, les hommes de celui de Flandre passent au régiment d’Espagne le 28 novembre, et celui de Bruxelles est supprimé le 2 décembre81. Cette mesure est liée à un effondrement du recrutement (sur lequel nous reviendrons), même si des rumeurs prétendent à l’époque que cette réforme aurait été décidée par Floridablanca suite à des démonstrations de sympathie républicaine de la part de certains officiers82. Ensuite, en 1793, pendant la guerre contre la Convention, le duc d’Osuna, colonel des gardes espagnoles, reçoit l’autorisation de lever à ses frais un bataillon supplémentaire de chasseurs. Pendant dix ans, jusqu’à la réforme de Godoy de 1803, l’égalité des effectifs est rompue entre les gardes espagnoles et wallonnes, le premier comptant 600 places de plus, dont 18 emplois d’officiers supplémentaires83. À cela s’ajoute un décrochage des officiers des corps flamands dans les nominations aux grades d’officiers généraux. Alors que cet équilibre avait été conservé, y compris aux heures les plus tendues du gouvernement des golillas, les années 1795-1796 marquent un tournant. Cela vaut une requête collective des officiers des gardes wallonnes au ministre de la guerre demandant que l’on maintienne « l’égalité dans l’attribution des grades84 ». Enfin, en 1798, un contingent de 600 gardes wallons est envoyé au Surinam pour appuyer les troupes hollandaises contre les Anglais. Cette mesure est jugée extrêmement vexatoire pour un régiment de garde censé servir auprès du roi. D’ailleurs, au moins huit officiers présentent leur démission au retour d’une expédition qui s’est soldée par une hécatombe85.

50En somme, les rivalités politiques du règne de Charles III et Charles IV pour le contrôle des corps privilégiés ont affaibli la mainmise des familles de l’exil flamand sur les emplois de leurs régiments, contribuant ainsi à désorganiser les sociétés qui s’étaient constituées autour de ces espaces d’autonomie. De plus, en fragilisant les réseaux familiaux qui reliaient l’Espagne aux Pays-Bas et au nord de la France, la crise révolutionnaire a accéléré le délitement des configurations sociales de l’exil flamand.

II. — La rupture des réseaux transnationaux

51Grâce au service de l’Espagne, pendant trois générations, des familles des Pays-Bas et du nord de la France ont pu compenser leur marginalisation politique consécutive à l’affaiblissement de la cour de Bruxelles comme pôle politique majeur au nord de l’Europe. Par le truchement de l’Espagne, et en apportant leur soutien à la collaboration dynastique avec la France et le royaume des Deux-Siciles, ces familles ont constitué de puissants réseaux de pouvoir qui les ont placées à équidistance de Madrid, de Versailles et de Naples. Cette structuration familiale de l’espace dynastique a permis la mobilité professionnelle, la circulation de la recommandation, la collaboration économique entre des familles dispersées, et finalement le maintien ou le développement dans l’Europe bourbonienne des réseaux qui configuraient déjà l’ancienne monarchie hispanique.

52Par conséquent, à l’échelle des familles, la Révolution française constitue un bouleversement sans précédent car la rupture des Pactes de Famille disloque l’espace où s’étaient construits leurs réseaux transnationaux. Avec ceux-ci, c’est une partie importante de l’assise sociale et économique de ces familles qui s’effondre, aussi bien que l’économie fragile qui régissait la société militaire de l’exil flamand. La réactivation de l’alliance franco-espagnole par la Paix de Bâle (1795) n’y change rien car la rupture est irréversible. L’émigration de la noblesse française en Espagne provoque un amalgame entre la Contre-révolution et les anciens réseaux du service flamand en Espagne. Cela incite les autorités de part et d’autre des Pyrénées à prendre des mesures pour contrôler les circulations et identifier les individus. Progressivement, les officiers des corps flamands sont sommés d’accorder leur lieu de résidence et la localisation de leur patrimoine avec leur allégeance à un État.

L’assèchement du recrutement

  • 86 Glesener, 2012.
  • 87 AGS, GM, 5949.

53Depuis 1769, des bureaux permanents de recrutement tenus par des officiers des gardes wallonnes ont été installés à Liège et à Gênes. Financés conjointement par le trésor royal et les officiers du régiment, cette institution — connue comme la recluta general — devait enrayer la pénurie récurrente de recrues étrangères et fournir l’ensemble des troupes étrangères au service de l’Espagne. Pour les officiers des gardes wallonnes, il s’agissait d’un effort financier considérable pour résoudre un problème crucial, car sans un flux permanent de recrues pour alimenter leurs compagnies, il aurait été impossible de justifier longtemps le maintien de leurs emplois86. Ce système a reposé en grande partie sur l’alliance avec le prince-évêque de Liège, allié traditionnel de la France qui, contre le paiement d’une pension, a autorisé les officiers flamands au service de l’Espagne à recruter dans ses États. Néanmoins, l’acheminement des recrues a été lié à l’alliance franco-espagnole puisque, depuis 1768, c’est par la route maritime que les hommes ont été transportés, de Liège à Givet, avec embarquement à Dunkerque jusqu’à Bilbao. À partir de 1772, la voie terrestre et fluviale est jugée moins onéreuse : les recrues ont alors voyagé de Givet à Barcelone, en passant par Lyon et Perpignan87.

  • 88 AGS, GM, 5950.
  • 89 AGS, GM, 5951, lettre du prince de Castelfranco au comte de Campo Alange, Graus, 13 juin 1794.
  • 90 Schalbetter, 1969 ; Fayard-Duchêne, 2004.
  • 91 AGS, GM, 5954.
  • 92 AGS, GM, 5951.

54La Révolution française, et ses répercussions dans les territoires voisins, désorganise complètement la recluta general. En 1789, une première insurrection populaire à Liège contre le prince-évêque manque d’en finir avec le bureau de recrutement. Floridablanca ayant interdit l’introduction en Espagne de toute recrue française, le chemin terrestre par la France cesse immédiatement et l’acheminement reprend par voie maritime, cette fois par la Hollande jusqu'à Bilbao. En 1792, l’entrée des troupes du général Dumouriez à Liège ne laisse plus aucun espoir : en février de l’année suivante, le colonel des gardes wallonnes ordonne à ses officiers de se retirer de la principauté de Liège88. L’enjeu consiste alors à réorganiser le recrutement vers les zones de l’Europe les moins affectées par la contagion révolutionnaire. Le colonel des gardes wallonnes présente donc une nouvelle organisation de la recluta general qui prévoit l’installation de bureaux à Parme et dans les cantons suisses89. Ces derniers exigent en contrepartie la levée de six compagnies suisses pour les agréger aux gardes wallonnes, afin de redéployer en Espagne les troupes suisses licenciées en France90. Néanmoins, l’accord capote en raison de la difficulté d’accorder le statut de la garde royale avec les privilèges demandés par les cantons pour leurs compagnies91. Du côté de Parme, l’accord fonctionne, mais les officiers des gardes wallonnes ne peuvent recruter directement sur le territoire. Ils doivent se limiter à réceptionner les recrues que des recruteurs privés, assermentés par le gouvernement parmesan, leur remettent. Dans les faits, la qualité des recrues est désastreuse, cet accord permettant surtout d’évacuer vers l’Espagne une foule d’indésirables92. Dans les deux cas, l’invasion française des Cantons en 1798 et de Parme en 1802 met un terme à la collaboration avec l’Espagne, et laisse les régiments étrangers dans le plus grand dénuement.

  • 93 AGS, GM, 5951.
  • 94 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, pp. 307-311.
  • 95 AGS, GM, 5953, lettre du prince de Castelfranco à Manuel Godoy, Madrid, 24 octobre 1796 ; AGS, GM, (...)
  • 96 AGS, GM, 5953, mémoire de Pedro d’Huart et Francisco Álvarez Campaña, San Roque, 22 octobre 1797.
  • 97 AGS, GM, 5952, lettre du baron de Triest à Juan Álvarez Faria, Barcelone, 1er février 1797 ; AGS, (...)
  • 98 AGS, GM, 5954, lettre de José Bureau à Antonio Cornel Ferraz, Madrid, 31 octobre 1799.

55La désorganisation des réseaux de recrutement survient à la veille de la guerre des Pyrénées au cours de laquelle les gardes wallonnes paient un lourd tribut en vies humaines et font face à des désertions massives. En 1794, il manque 1 095 hommes au régiment ; en 1795, il y a 1 590 places vacantes93. Il y a donc un lien direct entre l’affaiblissement des corps flamands en Espagne et l’assèchement du recrutement. Au cours de ces années, les gardes wallonnes se maintiennent en intégrant des soldats tirés des unités espagnoles ou irlandaises, jusqu’à ce que la réforme de 1803 réduise ses effectifs de 1 000 hommes94. Cette situation oblige les officiers à s’endetter lourdement pour trouver à tout prix des recrues. Plusieurs d’entre eux, écrasés par la dépense et les dettes, finissent par renoncer à leur emploi95. En 1797, Pedro d’Huart, arguant du fait qu’il a perdu tous ses biens pendant la Révolution, demande à permuter sa charge de lieutenant de la garde avec Francisco Álvarez Campaña, capitaine du régiment de Jaén. Ce dernier, qui a déjà acheté sa compagnie, peut se targuer du fait qu’il a « plus de richesses qu’il en faut pour briller dans un corps de garde96 ». La même année, c’est encore le cas du baron de Triest et d’Albert Perigault qui demandent tous deux à être agrégés dans l’infanterie, le second alléguant avoir contracté 6 000 réaux de dettes pendant la campagne contre la France97. En 1799, José Bureau doit à son tour renoncer à son emploi en raison de son incapacité à rembourser les dettes qu’il a accumulées98.

56Face à cette crise du recrutement, les capacités de crédit des officiers, pourtant maintes fois éprouvées, semblent ne plus suffire. Sans doute faut-il y voir une conséquence des réformes de Floridablanca relatives à la gestion interne des comptes du régiment. En l’absence des « caisses noires » qui permettaient jusque-là de mutualiser les coûts du recrutement, il est probable que les officiers les plus fragiles économiquement aient dû abandonner le régiment. Par ailleurs, l’émigration de la noblesse française s’est appuyée sur les réseaux de l’exil flamand, contribuant à semer la confusion entre le bourbonisme flamand et la Contre-révolution.

L’amalgame de l’exil et de l’émigration

  • 99 Vidalenc, 1963, pp. 214-217.
  • 100 AGR, FP, Croix, 10, « Reflections surannées, fruit du déseuvrement et de l’ennui que doit éprouver (...)
  • 101 AEN, Franc-Waret, 86, lettre d’Alexandre-Louis de Croix à Charles IV, s. d. ; AEN, Franc-Waret, 14 (...)
  • 102 AHN, OM, Santiago, exp. 895 ; Goethals, 1857, t. II, p. 416.
  • 103 Lasso de la Vega, 1916.
  • 104 Fernández de Bethencourt, 1897, t. V, p. 341.

57Les Pays-Bas et l’Allemagne ont été les principales destinations de l’émigration nobiliaire du nord de la France. Seul un nombre réduit de familles ont mobilisé leurs réseaux espagnols pour chercher refuge au sud des Pyrénées99. Comme d’autres chefs de maison nobles de la Flandre française, le marquis d’Heuchin a tenté de s’adapter aux événements révolutionnaires. En 1792, il émigre à Spa, puis à Aix-la-Chapelle, avant de se retirer à Paderborn jusqu’en 1801100. Dépouillé de ses biens par les confiscations révolutionnaires, il tente, en vain, d’user une dernière fois du capital politique accumulé par sa famille au service des Bourbon pour obtenir de Charles IV la concession d’un domaine en Amérique et l’attribution de la grande croix de l’ordre de Charles III101. D’autres ont eu plus de chance, à l’image du marquis de Bassecourt qui parvient à émigrer à Barcelone pour y retrouver sa famille102. C’est aussi le cas de quelques grandes figures de l’émigration française en Espagne qui sont parvenues à activer les liens forgés au cours du siècle par l’exil flamand. Ainsi, le représentant à Madrid du comte de Provence, le frère cadet de Louis XVI, est le duc d’Havré, petit-fils et neveu de trois colonels des gardes wallonnes103. Un autre personnage important de l’émigration française en Espagne est le vicomte de Gand, maréchal de camp en France, émigré en 1790. Il appartient à une vieille famille flamande passée sous domination française et compte encore plusieurs parents qui servent à cette époque dans la compagnie flamande de la garde du corps104. Pour certaines de ces familles, l’émigration contre-révolutionnaire offre donc paradoxalement l’occasion du regroupement.

  • 105 Voyages et aventures des émigrés français, t. II, p. 79.
  • 106 AHN, Estado, Carlos III, exp. 550.
  • 107 AGS, GM, leg. 5949.
  • 108 Scott, 1990, pp. 14-27.
  • 109 Glesener, 2015.

58L’intégration des émigrés dans les cercles constitués par l’aristocratie militaire cosmopolite se fait d’ailleurs naturellement. « L’Espagne était à leurs yeux une seconde France », écrit un observateur de l’époque105. En 1791, lorsqu’il reçoit du roi d’Espagne la grande croix de l’ordre de Charles III, le vicomte de Gand est entouré du comte d’Aranda, d’Alonso Solis Wignacourt, duc de Montellano, de Luis Pignatelli, comte de Fuentes, de Jacobo Fitz James Stuart, duc de Liria, et du duc d’Havré, soit quelques-uns des principaux représentants de cette noblesse militaire d’origine flamande, italienne, irlandaise et espagnole réunie pour l’occasion autour de l’émigration française106. Dans ces conditions, il est normal que les émigrés aient d’abord cherché de l’emploi dans les troupes existantes, et notamment dans la maison militaire où ils peuvent compter sur de solides appuis parmi les commandants et les officiers. En 1790, la comtesse de Montijo appuie une demande du duc d’Havré pour que son fils, Louis, capitaine au service de France, puisse entrer dans les gardes wallonnes. Dans sa demande, le duc d’Havré rappelle les services de sa famille en Espagne, et estime que son fils « a beaucoup de motif pour être attaché à ce régiment que ma famille a levé pendant la guerre qui a mis la couronne d’Espagne sur la tête de Philippe V107 ». On trouve des situations similaires dans le cas des Irlandais, dont les privilèges ont été abolis en France par la Révolution, et qui émigrent avec la noblesse française vers l’armée des Princes, tandis que d’autres rejoignent leurs parents en Espagne108. En somme, à quelque quatre-vingts ans de distance, l’émigration contre-révolutionnaire s’appuie sur la mémoire du bourbonisme flamand pour demander la protection du roi d’Espagne109.

  • 110 Marcillac, Histoire de la guerre entre la France et l'Espagne, pp. 190 et 247 ; Gutiérrez Garcia-B (...)

59D’une certaine manière, l’émigration aurait donc pu compenser les bouleversements de la Révolution en justifiant le maintien des privilèges de la nation flamande pour entretenir les nouveaux émigrés avec les emplois des anciens exilés. Cependant, il n’en a pas été ainsi. D’une part, parce que l’essentiel de l’émigration en Espagne ne provient pas du nord de la France ou des Pays-Bas, qui sont les foyers historiques du bourbonisme flamand. Elle est constituée par le clergé réfractaire et par la petite noblesse du sud-ouest de la France, laquelle lève ses propres régiments pour lutter contre la République, mais obtient aussi massivement des emplois dans les gardes wallonnes. L’hispanisation des gardes wallonnes au cours des années 1790 est aussi en partie une catalanisation par l’arrivée d’émigrés en provenance du Roussillon110. Ensuite, à partir de 1795 et le rapprochement franco-espagnol, la présence des émigrés en Espagne devient encombrante pour Charles IV. Les décrets d’interdiction de séjour ou d’expulsion vers Majorque ou les Canaries s’enchaînent entre 1795 et 1799. Si ces mesures visent surtout à donner des gages à la France, elles excluent définitivement toute marque publique de reconnaissance du roi d’Espagne envers les émigrés français. Par un curieux retournement, les officiers des corps flamands, qui avaient souffert en 1789 du soupçon de sympathies révolutionnaires, se retrouvent en 1795 en porte-à-faux par leur proximité avec la Contre-révolution. L’émigration ne régénère donc pas l’exil, au contraire, puisque la persécution menée en France a fait rapidement l’amalgame entre les uns et les autres.

Service et patrimoine

  • 111 Sur les négociations particulières, voir celles entreprises par la famille de Carondelet à Cambrai (...)
  • 112 AMAE, CP, Espagne, 642, fo 149, lettre du marquis del Campo à Charles Delacroix, Paris, 30 août 17 (...)

60Après la signature du traité de Bâle en 1795, qui marque la réconciliation franco-espagnole, de nombreux officiers retournent au pays pour tenter de mettre de l’ordre dans leurs affaires. Arrêtés par les autorités françaises, ils constatent à leurs dépens qu’ils ont été inscrits sur les listes d’émigrés et que leurs biens ont été confisqués. Ils doivent alors prouver l’ancienneté de la résidence et du service dans la Péninsule pour se démarquer de l’émigration contre-révolutionnaire. Le règlement se fait au cas par cas, le plus souvent par l’intermédiaire des familles restées au pays, parfois grâce à l’intervention de l’ambassadeur espagnol à Paris111. En 1796, ce dernier demande aux autorités françaises que vingt-deux officiers des régiments flamands soient rayés des listes d’émigrés, arguant du fait qu’ils étaient en Espagne avant 1789112. Dans la plupart des cas, ces officiers sont amenés à déclarer leur attachement à l’Espagne et à renoncer ainsi de façon plus ou moins explicite à la citoyenneté française.

  • 113 AMAE, CP, Espagne, 642, fo 5.
  • 114 AMAE, CP, Espagne, 661, fo 20.
  • 115 AMAE, CP, Espagne, 661, fo 15.
  • 116 AMAE, CP, Espagne, 662, fo 382 ; AEN, van der Straten, 505, lettre de Louis Hyacinthe van der Stra (...)
  • 117 Wallon, Histoire du tribunal révolutionnaire de Paris, t. I, p. 272.

61En 1796, Jean de Bassecourt, brigadier des armées espagnoles âgé de soixante-quatorze ans, né en France d’une famille au service des Bourbon d’Espagne depuis la guerre de Succession, est arrêté lors d’un séjour à Paris alors qu’il mène des démarches pour récupérer ses biens confisqués dans l’Artois. Au préfet de police, il déclare qu’il servait l’Espagne depuis 1746 et reconnaît avoir porté les armes contre la France lors de la dernière guerre. Il est néanmoins libéré sur l’intervention du ministre français des affaires étrangères qui estime qu’« étant au service d’Espagne et revêtu de l’ordre militaire de Saint-Jacques, il ne peut être considéré comme citoyen français mais il semble qu’il doit être envisagé comme étant par son ordre et ses services naturalisé espagnol113 ». En 1801, par l’intermédiaire de l’ambassadeur espagnol à Paris, Louis Albert Peregault, officier au service de l’Espagne depuis 1788, demande « à ne pas être astreint, en sa qualité d’espagnol, à prêter serment de fidélité à la constitution française114 ». La même année, Alexandre Butron, capitaine des gardes wallonnes, et son épouse, Marie Alexandrine Desclaibet, sont en négociation pour récupérer leur patrimoine confisqué dans le département du Nord. L’ambassadeur espagnol fait valoir que la demande de ce couple, dont les membres sont « nés français, mais tous deux domiciliés en Espagne avant la Révolution », est légitime car « vu leurs qualités étrangères, ils ne sont point assujettis aux lois concernant l’émigration115 ». En 1802, le vicomte de Gand, un émigré notoire, essaie tout de même de rentrer en possession de ses biens, en justifiant du fait qu’il a obtenu une autorisation de Louis XVI pour se rendre en Espagne en 1791. De plus, il s’estime lui aussi « naturalisé dès 1786 par sa qualité de Grand d’Espagne, sur le service militaire qu’il y fait et sur la décoration de l’ordre de Charles III qu’il y a reçue non comme étranger mais comme naturel espagnol116 ». Dans d’autres cas, plus rares, il arrive que l’officier incriminé renonce au service de l’Espagne et choisisse de rester en France. En 1793, Jean de Valicourt, sous-lieutenant aux gardes wallonnes, est arrêté à Paris. Comparaissant devant le tribunal révolutionnaire pour émigration, « il proteste contre cette qualification et déclare qu’il n’avait plus l’intention de reprendre le service en Espagne117 ».

  • 118 Allier, Cerclet, Manuel de l’émigré.

62Dans la plupart des cas, ces déclarations d’attachement à l’Espagne sont obtenues sous la contrainte. Car, jusque-là, ces officiers avaient fait de l’espace dynastique un lieu de circulation des biens et des personnes qui rendait compatibles le service militaire en Espagne et la jouissance des biens et des titres qu’ils possédaient en France. Les mesures de rétorsion à l’égard de l’émigration criminalisent plus largement le service étranger, obligeant désormais les officiers à se déterminer plus explicitement, ce qui fragilise d’autant plus leur capacité à maintenir un patrimoine dispersé de part et d’autre des Pyrénées. En effet, même s’ils sont rayés de la liste des émigrés, cela ne signifie pas pour autant qu’ils recouvrent la pleine jouissance de leurs biens. À partir de 1791, les obstacles juridiques dressés par la République pour empêcher les émigrés de percevoir des rentes et des pensions à l’étranger vont bien au-delà des simples menaces de confiscation contre un groupe déterminé. Ils visent plus largement à rendre incompatible la résidence à l’étranger — et a fortiori le service étranger — et la possession de biens en France118.

  • 119 Bartolomei, 2010.
  • 120 AEN, van der Straten, 504, lettre de Louis Marie van der Straten à Louis Marie Joseph van der Stra (...)
  • 121 AEN, van der Straten, 504, lettre de Louis Marie van der Straten à Louis Marie Joseph van der Stra (...)
  • 122 AEN, van der Straten, 505, lettre de Louis Marie van der Straten à Charles Joseph van der Straten, (...)
  • 123 AEN, van der Straten, 505, lettre de Louis Marie van der Straten à Charles Joseph van der Straten, (...)
  • 124 AEN, van der Straten, 516, ordre royal, San Lorenzo, 17 octobre 1805.

63Du côté espagnol, de fortes pressions s’exercent aussi sur les familles d’officiers mais pour des raisons différentes. Contrairement aux marchands français, les militaires n’ont pas été sommés de demander des lettres de naturalité, ou encore de prêter serment de fidélité au roi119. Si la crainte de la contagion révolutionnaire a brièvement fragilisé le consensus autour du cosmopolitisme des élites militaires, globalement, elle n’a pas provoqué une remise en question de l’appartenance des officiers d’origine flamande à la communauté des sujets. Il n’y a donc pas un processus de nationalisation de l’armée, entendu comme l’affirmation du service militaire comme une prérogative des naturels de l’Espagne. On constate néanmoins qu’un certain nombre de mesures sont prises pour entraver la mobilité des officiers des gardes wallonnes en dehors de l’Espagne. En 1795, le traité de Bâle a rétabli en principe la liberté de circulation entre la France et l’Espagne, mais cette mesure est restée sans effet pour les officiers puisqu’ils éprouvent de grandes difficultés à obtenir des congés pour se rendre en France ou aux Pays-Bas120. Le 10 novembre 1798, un décret pris en concertation avec le Directoire interdit explicitement aux officiers français et flamands de quitter l’Espagne tant qu’une paix générale n’est pas conclue en Europe121. Cette décision bloque pratiquement toute possibilité de mobilité hors d’Espagne pour les officiers des gardes wallonnes, les demandes de congé devant obtenir l’accord de Manuel Godoy et des autorités françaises. Face à ces difficultés, des officiers démissionnent tandis que d’autres tentent de franchir la frontière sans autorisation, déguisés en simples voyageurs122. On assiste donc à une convergence d’intérêts entre le Directoire, qui fait pression sur l’Espagne pour entraver autant que possible les circulations d’individus jugés suspects d’affinités royalistes, et le gouvernement de Manuel Godoy qui voit dans le contrôle des mobilités un moyen supplémentaire pour éroder les privilèges des corps flamands. Ces mesures incitent donc beaucoup d’officiers à la démission : « tous nos compatriotes s’en vont et il ne restera bientôt plus que les gens de ce pays », écrit Louis Marie van der Straten123. En 1803, suite à la réforme de la garde extérieure, le paiement des retraites d’officiers est menacé et des rumeurs prétendent que celles-ci ne seront plus attribuées que sur mérites exceptionnels. Le 17 octobre 1805, un ordre royal décrète finalement que les officiers des gardes wallonnes ne peuvent percevoir leur retraite que s’ils résident en Espagne124. En fin de compte, ces mesures reviennent à imposer la résidence prolongée aux officiers, ce qui contribue à détourner définitivement du régiment les candidats en provenance de France ou des Pays-Bas au profit des recrues espagnoles ou de celles issues des familles flamandes insérées localement.

  • 125 Archivo General de Indias (AGI), Estado, 27, n° 27, lettre du marquis de Branciforte au prince de (...)
  • 126 AGI, Estado, 28, n° 44, lettre de Miguel Azanza à Miguel Cayetano Soler, Mexico, 27 juillet 1799.
  • 127 AEM, du Mont de Gages, n° 65, créances du feu comte de Gages sur des biens sis au Mexique, 1827.
  • 128 AGR, FP, Ursel, L 445a et 445b.
  • 129 Le 24 septembre 1808, pendant la guerre franco-espagnole, Napoléon a décrété la confiscation de to (...)

64La difficulté croissante à percevoir des revenus espagnols hors de la Péninsule ne concerne pas seulement les salaires et les retraites, mais plus généralement la jouissance des biens meubles et immeubles que les familles de l’exil flamand ont accumulés en Espagne au cours du siècle. En effet, à la fin du xviiie siècle, de nombreuses maisons françaises ou flamandes perçoivent en Espagne des pensions et des revenus divers hérités de leurs parents décédés au service du Roi Catholique. Avec le temps, la circulation des biens n’a plus seulement été entrante, des familles vers les officiers pour les aider à se maintenir au service du roi, mais aussi sortante, des officiers vers leurs héritiers restés au pays. Or, avec la guerre contre la Convention, les premières mesures de rétorsion sont prises pour empêcher ces capitaux de quitter l’Espagne. En 1794, un décret suspend le paiement de la pension de 1 500 doublons sur le mercure du Mexique, concédée par Philippe V au duc de Bournonville en 1721, et qui est perçue depuis 1784 par ses héritiers aux Pays-Bas125. Le cas Bournonville sert de précédent pour interrompre le versement d’une autre pension de 1 000 doublons sur le mercure du Mexique perçue par les héritiers du comte de Gages. Selon le décret, la France punissant ses ressortissants qui servent sous d’autres drapeaux, le roi d’Espagne ne peut continuer « de satisfaire des sommes considérables à une personne résidant dans des domaines étrangers126 ». En 1803, la résidence est déclarée obligatoire par Charles IV pour quiconque prétendrait jouir d’une pension sur les domaines du roi d’Espagne, ce qui complique considérablement les affaires des ayants droit des officiers flamands vivant en France et aux Pays-Bas127. En toile de fond se joue la question de l’unité des patrimoines qui ont été constitués à cheval sur plusieurs pays. Une institution telle que le majorat a pu protéger ces biens dispersés, à l’image de celui fondé par le duc de Bournonville en 1738. Disputé entre le duc d’Ursel à Bruxelles et le comte d’Aranda à Madrid, il fait l’objet d’un procès long de vingt-cinq ans entre 1791 et 1816. Ne pouvant se prévaloir d’être l’héritier le plus immédiat, le duc d’Ursel s’efforce en vain de délier les biens pour tâcher de récupérer ceux situés hors d’Espagne128. Mais rares sont les officiers flamands qui ont constitué leurs biens en majorats, rendant plus facile le démembrement entre les héritiers en Espagne et en Flandre, et laissant libre cours au roi d’Espagne de s’immiscer dans les successions pour en exclure les non-résidents129.

65Les événements révolutionnaires ouvrent un long processus d’alignement progressif de la résidence et de la localisation du patrimoine, déstructurant ainsi les réseaux économiques qui sous-tendaient le service flamand en Espagne. Cela oblige les officiers à renoncer à une partie de leurs biens situés hors de la Péninsule ou bien à se retirer du service du Roi Catholique. Cette lente réorganisation des biens distend progressivement les liens familiaux. Certes, les relations subsistent par-delà les Pyrénées, mais elles sont de moins en moins appuyées sur une collaboration économique et professionnelle. C’est dans ce contexte de démembrement des réseaux familiaux que les officiers flamands sont confrontés à l’effondrement de la monarchie hispanique en 1808.

Afrancesados et caudillos

  • 130 Mercader Riba, 1983, p. 73.
  • 131 Conard, 1910, pp. 43-59.

66En 1808, le comportement des officiers des gardes wallonnes ne diffère pas de celui du reste des élites militaires. Acteurs du motín d’Aranjuez, ils participent à l’arrestation de Godoy et à l’abdication de Charles IV en faveur de Ferdinand VII. Lors du coup de force de Napoléon à Bayonne, les chefs de la maison militaire se rangent derrière Joseph Bonaparte. Le prince de Castelfranco et le duc de l’Infantando, les colonels des régiments des gardes wallonnes et espagnoles, reconnaissent Joseph Ier et sont confirmés par ce dernier dans leurs emplois130. Les officiers des gardes wallonnes, dispersés sur le territoire avec leurs bataillons, suivent la même ligne de conduite. L’attitude ambiguë des officiers de la garnison de Barcelone lors de la prise de la ville par les Français leur vaudra un procès après la guerre131. Le soulèvement général de l’Espagne au mois de mai 1808 ne les fait pas fléchir. Comme la plupart des officiers généraux de l’armée espagnole, ce n’est qu’après la victoire des troupes patriotes à Bailén (18-22 juillet 1808) que les défections se produisent dans le camp joséphiste. À la fin de l’année 1808, en ordre dispersé, les compagnies des gardes wallonnes ont toutes rejoint les armées nationales.

  • 132 Hocquellet, 2001, pp. 145-150.
  • 133 Lasa Moreno, 1988 ; Canales, 2001 ; Lladonosa Pujol, 1971, pp. 53-54.

67Le ralliement joséphiste des officiers des gardes wallonnes au début des événements de 1808 s’explique-t-il par l’ancien attachement à la France ? Les Bonaparte ont-ils été perçus comme la nouvelle dynastie capable de réunir à nouveau les Pays-Bas, la France et l’Espagne dans un même espace politique ? Sans doute cela a-t-il pu jouer dans certains cas, même si les positions royalistes et l’attachement à la religion catholique semblent avoir été de loin majoritaires. En ce sens, les officiers flamands ou d’origine flamande n’ont pas eu un comportement différent des élites espagnoles de souche. Piliers de l’État bourbonien, ils se sont effondrés avec lui à la capture de Ferdinand VII. Ils ont rallié le mouvement patriotique après coup, pour la plupart au nom de la défense de la monarchie catholique. Cela n’empêche pourtant pas certains d’entre eux d’amorcer avec succès la transition « nationale » puisque, comme la plupart des membres de l’aristocratie militaire, ils se retrouvent parfois à siéger dans les juntes provinciales132. À Calatayud (Aragon), c’est le cas du baron de Warsage, capitaine des gardes wallonnes, qui s’attelle à lever des miliciens et à organiser la junte locale. À Solsona (Catalogne), Francisco Javier Cabanes, enseigne au même régiment, a joué également ce rôle avant de rejoindre les rangs de l’armée régulière. Tous deux sont nés en Espagne, de père ou de grand-père flamands, et sont issus de familles qui se sont totalement intégrées dans les sociétés locales133. Ces caudillos ne sont pas sans en rappeler d’autres, de l’autre côté de l’Atlantique, tels que Bernardo O’Higgins au Chili ou Vicente Sucre au Venezuela, eux aussi descendants de l’exil militaire de la guerre de Succession. Seul le patronyme rappelle ce passé lointain et révèle à quel point l’élite militaire cosmopolite du début du siècle a fini par se confondre avec les élites locales hispaniques.

  • 134 En 1824, lorsque Ferdinand VII instaure une commission de liquidation de la dette publique pour so (...)
  • 135 Duchesne, 1967.

68Il n’en demeure pas moins que les liens entre les Pays-Bas et l’Espagne n’ont pas disparu totalement. Les correspondances familiales en attestent, puisqu’on trouve encore des lettres échangées entre les branches espagnoles et flamandes durant tout le xixe siècle. Mais ces relations ne s’articulent plus autour du contrôle et de l’obtention des emplois militaires de la garde royale. En 1818, lorsque le régiment des gardes wallonnes est définitivement supprimé, il n’était déjà plus qu’une coquille vide composée essentiellement d’officiers espagnols et de quelques lointains descendants hispanisés de l’exil flamand. Néanmoins, les officiers retirés aux Pays-Bas continuent de s’intéresser aux affaires d’Espagne, ne serait-ce que pour veiller à leurs intérêts134. La correspondance des van der Straten montre que cette famille, très investie dans les gardes wallonnes jusqu’au début du xixe siècle, a pesé sur les relations hispano-belges après la création du royaume de Belgique en 1830. Cela laisse d'ailleurs en suspend la question de savoir dans quelle mesure les anciens réseaux du service militaire en Espagne ont joué un rôle structurant dans l’expansion économique et coloniale de la Belgique dans le monde hispanique au milieu du xixe siècle135.

 

69L’historiographie continue de véhiculer l’idée que la marginalisation puis la suppression des corps étrangers seraient la conséquence d’un processus de nationalisation de l’armée initié par les réformes de Charles III et encouragé par la vieille noblesse d’épée regroupée dans le parti « espagnol ». Les éléments apportés dans ce chapitre et dans le précédent indiquent que cette idée doit être révisée. D’une part, les officiers des nations militaires, en particulier ceux issus de l’exil flamand, ont été des piliers de la réaction aristocratique. Ils ont pleinement participé à la mutation qui s’opère parmi les généraux de l’armée au cours du règne de Charles III, à savoir la réappropriation par une noblesse de service très hétérogène d’une identité aristocratique commune. D’autre part, il n’y a jamais eu de volonté de « nationaliser » l’armée chez les ministres de Charles III, mais bien d’étendre le contrôle administratif sur des corporations militaires qui se prévalaient de la juridiction personnelle du roi pour préserver leur autonomie. Ces réformes ont certes fragilisé les droits de la nation flamande, mais elles ne sont pas directement à l’origine de leur déclin.

70Les divisions internes au corps des officiers sur la définition de l’appartenance à la nation flamande constituent un premier élément. Les tensions croissantes entre natifs d’Espagne et natifs des Pays-Bas ont eu raison des solidarités corporatives qui avaient permis de contrôler l’attribution des emplois. Ensuite, l’extraordinaire essor du clientélisme royal à la fin du xviiie siècle a rendu de plus en plus intolérable aux yeux des élites du royaume la conservation d’emplois réservés à la nation flamande dans la proximité du souverain. Les demandes pressantes émanant des quatre coins de la monarchie ont obligé le roi à faire de nouveau de sa maison militaire un espace d’émulation ouvert, et non plus de la réserver à quelques familles en vertu d’une ancienne loyauté. Enfin, les événements révolutionnaires en France et leur contagion aux Pays-Bas ont ruiné le soubassement économique du service flamand en Espagne. Par ailleurs, en brisant définitivement l’alliance dynastique, ils ont sapé toute légitimité au bourbonisme qui avait été l’un des fondements de l’identité politique de l’exil flamand.

Notes

1 Toute l’affaire dans AGS, GM, 2308. Elle est analysée en détail dans Glesener, inédite, pp. 275-281.

2 AGS, GM, 2308, déclaration de Bonifacio Descalcy.

3 Voir chap. v et vi.

4 Andújar Castillo, 1991, pp. 275-276.

5 Entre 1770 et 1789, sur 161 familles représentées dans les gardes wallonnes, il n’y a qu’une petite dizaine d’officiers originaires de la Péninsule, portant un patronyme hispanique, et sans lien connu avec les Pays-Bas ou la France. Parmi ceux-ci, la moitié est née en Catalogne et ce sont généralement des proches des anciennes familles de l’exil flamand. Cela témoigne du caractère massivement endogamique du recrutement.

6 AGR, FP, Ursel, 449, lettre du comte de Priego à Bénédicte d’Ursel, Aranjuez, 12 mai 1777. En 1774, Priego fait obstacle à l’admission des fils d’Antoine Gilman, ingénieur, nés en Espagne et recommandés par Charles de Croix. AGR, FP, Croix, 11, lettre du comte de Priego à Charles de Croix, Paris, 9 mai 1774. Face aux réticences de Priego, Charles de Croix se désole : « Que voulez-vous ? C’est le monde d’aujourd’hui : nos pères, par ce que nous voyons chaque jour, n’ont rien fait qui vaille, et il faut de nécessité nous mettre à la mode et changer par conséquent tout ce qu’ils avaient cru devoir faire pour le plus grand bien et le meilleur service de leurs maîtres », AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 1er août 1774.

7 AGS, GM, 2324, lettre de Charles Hautregard à Philippe Cabanes, Barcelone, février 1775.

8 AGS, GM, 2312, lettre du comte de Priego à Ricardo Wall, Buen Retiro, 4 juin 1760.

9 AGS, GM, 2324. Tous les acheteurs proviennent des Pays-Bas ou de France. Seules deux enseignes sont vendues dans la Péninsule à Juan et Pedro Goossens, d’une famille de marchands de Bilbao.

10 Cette naissance illégitime donne lieu à un procès retentissant qui va jusqu’à Rome. Voir : Mémoire et consultation sur la légitimité de la princesse Albertine de T’Serclaes-Tilly, 1784.

11 AGS, GM, 2306, lettre du comte de Priego à Sebastián de Eslava, Valence, 12 avril 1758. D’autres tentatives dans AGS, GM, 2324 et 2327.

12 AGS, GM, 2306, note du secrétaire de la guerre à Ferdinand VI [1758].

13 Voir chap. vi.

14 AGS, GM, 2327, lettre du comte de Priego au comte de Ricla, Madrid, 1 janvier 1777.

15 Sur les dynasties d’officiers des gardes espagnoles, voir le cas des familles basques et navarraises dans Guerrero Elecalde, 2012, pp. 334-370.

16 Voir chap. iii.

17 Plusieurs exemples dans AGS, GM, 2226, 2228 et 2230.

18 AGS, GM, 2330, lettre de Vicente Foxa y Balay au comte de Ricla, Madrid, 22 novembre 1778.

19 AGS, GM, 2340, lette d’Antonio Foxa y Balay à Miguel de Múzquiz, Gérone, 12 avril 1783.

20 AGS, GM, 2337, lettre du baron de Spanghen à Miguel de Múzquiz, Madrid, 18 avril 1781 ; AGS, GM, 2345, lettre d’Angel Castilla Van Asbroeck à Pedro Lerena, Valladolid, 20 octobre 1786.

21 AGS, GM, 2330, lettre de Luis Blondel Drouhot à Miguel de Múzquiz, Madrid, avril 1783.

22 AGS, GM, 2340, lettre d’Antonio Foxa y Balay à Miguel de Múzquiz, Gérone, 12 avril 1783.

23 AGS, GM, 2345, lettre du baron de Spanghen à Pedro Lerena, Madrid, 11 juillet 1785.

24 La réglementation sur l’usage du français dans les gardes wallonnes est très tardive. Le 2 juillet 1803, à la demande du colonel, obligation est faite à tous les candidats de présenter un examen de français. AEN, van der Straten, 516, ordre royal, Madrid, 2 juillet 1803. En 1815, un nouveau règlement établit le français comme langue exclusive des officiers des gardes wallonnes, Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, p. 317.

25 Les officiers acquièrent vite la maîtrise du castillan. Les correspondances privées de Charles de Croix et de ses neveux, du baron de Carondelet et de Louis Hyacinthe van der Straten sont émaillées d’hispanismes et de mots castillans. Dans le régiment, beaucoup de soldats ne comprennent pas le français, ce qui oblige à lire les ordonnances en espagnol : AGS, GM, 2224. De même, un catéchisme pour les soldats des gardes wallonnes est publié en français, espagnol, italien et allemand : Barralis, Catecismo para el uso de los Reales Guardias Valones, 1777.

26 AGS, GM, 2326, lettre de Sébastien Vandenborcht au comte de Ricla, Madrid, 5 mai 1776.

27 AEN, van der Straten, 505, lettre de Louis Hyacinthe van der Straten à Charles Joseph van der Straten, Leganes, 25 juin 1797.

28 AGS, GM, 2345, lettre du marquis de San Rafael à Pedro Lerena, Andújar, 7 juillet 1785.

29 AGS, GM, 2330, lettre de Juan Ascensio de Ezterripa au comte de Ricla, mars 1779.

30 AGS, GM, 2337, lettre de Rafael Llegat de Vila à Miguel de Múzquiz, Barcelone, 27 juin 1781.

31 Entre 1779 et 1788, sur 37 candidatures arrivées directement à la secrétairerie de la guerre, le ministre n’est allé qu’une seule fois à l’encontre du rapport du chef de corps. L’exception concerne Barthélemy de l’Église, natif d’Avignon : AGS, GM, 2345.

32 Voir AGS, GM, 2330, 2335, 2337 et 5949.

33 AGS, GM, 5944, ordre royal, 31 janvier 1789.

34 AGS, GM, 5931, lettre de Jerónimo Caballero au duc d’Osuna, Madrid, 3 février 1790.

35 AGS, GM, 5935, lettre du duc d’Osuna au comte de Campo de Alange, Madrid, 11 janvier 1791.

36 AGS, GM, 2345, minute d’une note de Pedro Lerena, 12 novembre 1785.

37 AGS, GM, 5949, lettre de Tomás Martínez de la Torre au comte de Campo de Alange, Madrid, 30 mai 1790.

38 AGS, GM, 5949, lettre de Tomás Martínez de la Torre au comte de Campo de Alange, Madrid, 5 novembre 1790.

39 AGS, GM, 5949, lettre du baron d’Estaimbourg au comte de Campo de Alange, Madrid, 19 août 1790.

40 AGS, GM, 5949, lettre du baron d’Estaimbourg au comte de Campo de Alange, Madrid, 19 août 1790.

41 AGS, GM, 5950, lettre de Théodore de Croix au comte de Campo de Alange, Madrid, 5 avril 1791.

42 AGS, GM, 5950, lettre du prince de Castelfranco au comte de Campo de Alange, Madrid, 8 mars 1792 ; AGS, GM, 5952, lettre du prince de Castelfranco à Miguel Azanza, Madrid, 7 juin 1796. Dans la garde du corps, la préférence a été également donnée aux candidats espagnols sur les étrangers par un ordre de 1797. AGS, GM, 5920, lettre de Manuel Godoy à Juan Álvarez Faria, Madrid, 26 décembre 1797.

43 AEN, van der Straten, 606, lettre de Louis Hyacinthe van der Straten à François Sobirats, Madrid, 16 juin 1792.

44 AGS, GM, 5950, lettre du prince de Castelfranco au comte de Campo de Alange, Madrid, 8 mars 1792.

45 AGS, GM, 5949, lettre du prince de Castelfranco au comte de Campo de Alange, Madrid, 28 août 1791. Il a pris des mesures pour stimuler l’application des cadets et des officiers de son régiment, mais il déplore qu’ils soient tous « más ocupados de la memoria de su antiguedad que de los medios para ser preferidos en las propuestas ». AGS, GM, 5950, lettre du prince de Castelfranco au comte de Campo de Alange, Madrid, 20 novembre 1792.

46 À notre connaissance, le premier auteur à avoir souligné le phénomène est Esdaile, 1988, p. 20-21. Il est mentionné sans plus d’analyse dans Cepeda Gómez, 1990, p. 42 et quelque peu développé dans Andújar Castillo, 2003a, pp. 254-258.

47 Cepeda Gómez, 1990, p. 39.

48 Andújar Castillo, 2004d, pp. 318-319.

49 Terrón Ponce, 1997, p. 28.

50 AGS, GM, 5916, ordre royal, 20 mars 1792 ; AGS, GM, 5923, ordre royal, 20 mai 1799 ; Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, p. 286.

51 AGS, GM, 5953, ordre royal, 9 mai 1797 ; voir chap. vi.

52 Les Craywinckel (alias Tienda de Cuervo) sont l’une des rares familles implantées en Amérique qui ont fourni des officiers aux gardes wallonnes. Voir chap. iv.

53 Voir ci-dessous.

54 Andújar Castillo, 2014, pp. 143-146.

55 Hernández Franco, 1984 ; Lynch, 1999, pp. 269-270 ; Andújar Castillo, 2009b.

56 Voir chap. iv.

57 AGS, GM, 2283.

58 En 1787, à la mort du duc d’Osuna, le régiment des gardes espagnoles reste également vacant. Voir annexe III.

59 Guillaume, 1858, pp. 357 ; Devillers, 1890.

60 AGS, GM, 2283, lettre du comte de Lalaing à Miguel de Múzquiz, mai 1784.

61 AGS, GM, 2284, lettre du comte de Lalaing à Miguel de Múzquiz, Aranjuez, 1er juin 1784.

62 AGS, GJ, leg. 922, lettre du comte de Lalaing au comte de Floridablanca, Aranjuez, 14 décembre 1784.

63 Cette incompétence est tout de même relative puisque à défaut de la compagnie flamande, il obtient finalement la charge de grand écuyer du prince des Asturies. AGS, GJ, leg. 922.

64 Fisher, 2000, pp. 293-295.

65 AGS, GM, 5949, lettre de Juan Antonio et Juan Pío Tristán à Charles IV, Madrid, 18 juin 1790.

66 AGS, GM, 5950, lettre de Théodore de Croix au comte de Campo de Alange, Madrid, 5 avril 1791.

67 AGS, GM, 5950, lettre de Théodore de Croix au comte de Campo de Alange, Madrid, 5 avril 1791.

68 Voir chap. iii.

69 Voir ci-dessous.

70 Chantreau, Lettres écrites de Barcelonne, pp. 53-54. La même réflexion dans Gorani, Lettre au roi d'Espagne, pp. 10-11.

71 Juan Vidal, Martínez Ruiz, 2001, pp. 334-341 ; Lynch, 1999, pp. 340-343 ; Bartolomei, 2010.

72 Aymes, 1991, pp. 241-265 ; Alberola Romá, Giménez López, 1994.

73 AGS, GM, 5949, ordre royal, 18 septembre 1790.

74 AGS, GM, 5949, lettre du baron d’Estaimbourg au comte de Campo de Alange, Madrid, 22 octobre 1790.

75 AGS, GM, 5949, lettre du prince de Castelfranco au comte de Campo de Alange, Aranjuez, 6 mai 1791 ; AGS, GM, 5949, lettre du comte de Campo de Alange au comte de Lacy, Aranjuez, 18 juin 1791 ; AGS, GM, 5950, lettre du comte de Lacy au comte de Campo de Alange, Barcelone, 26 décembre 1792.

76 AGS, GM, 5949, lettre du prince de Castelfranco au comte de Campo de Alange, Madrid, 8 juillet 1791.

77 AGS, GM, 5949, lettre du comte de Campo de Alange au prince de Castelfranco, 10 juillet 1791.

78 AGS, GM, 5949, lettre du comte de Campo de Alange au prince de Castelfranco, août 1791.

79 Chantreau, Lettres écrites de Barcelonne, p. 53 ; Gorani, Lettre au roi d'Espagne, p. 11.

80 AGS, GM, 5949, lettre de Joseph Auguste Laporte et José Craywinckel à Pedro Fort Saint Maurin, Barcelone, 30 juin 1791.

81 Guillaume, 1876, p. 194.

82 Chantreau, Lettres écrites de Barcelonne, pp. 81-82.

83 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, pp. 304-307.

84 AGS, GM, 5953, lettre des capitaines des gardes wallonnes à Miguel Azanza, Barcelone, 23 janvier 1796.

85 AGS, GM, 5954, note du secrétaire de la guerre, 8 août 1799. Guillaume, 1858, pp. 227-228 ; Jansen, 2003, pp. 171-176.

86 Glesener, 2012.

87 AGS, GM, 5949.

88 AGS, GM, 5950.

89 AGS, GM, 5951, lettre du prince de Castelfranco au comte de Campo Alange, Graus, 13 juin 1794.

90 Schalbetter, 1969 ; Fayard-Duchêne, 2004.

91 AGS, GM, 5954.

92 AGS, GM, 5951.

93 AGS, GM, 5951.

94 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, pp. 307-311.

95 AGS, GM, 5953, lettre du prince de Castelfranco à Manuel Godoy, Madrid, 24 octobre 1796 ; AGS, GM, 5954, lettre du prince de Castelfranco à Juan Álvarez Faria, Madrid, 15 novembre 1798.

96 AGS, GM, 5953, mémoire de Pedro d’Huart et Francisco Álvarez Campaña, San Roque, 22 octobre 1797.

97 AGS, GM, 5952, lettre du baron de Triest à Juan Álvarez Faria, Barcelone, 1er février 1797 ; AGS, GM, 5952, lettre d’Albert Perigault à Juan Álvarez Faria, Aranjuez, 1er février 1797.

98 AGS, GM, 5954, lettre de José Bureau à Antonio Cornel Ferraz, Madrid, 31 octobre 1799.

99 Vidalenc, 1963, pp. 214-217.

100 AGR, FP, Croix, 10, « Reflections surannées, fruit du déseuvrement et de l’ennui que doit éprouver tout être qui a habité très longtemps la France avec de la fortune et qui depuis trois ans végètte à Paderborn (1797) ».

101 AEN, Franc-Waret, 86, lettre d’Alexandre-Louis de Croix à Charles IV, s. d. ; AEN, Franc-Waret, 143, lettre de M. Sauvaignat y Ferrer au marquis d’Heuchin, Aranjuez, 9 juin 1791.

102 AHN, OM, Santiago, exp. 895 ; Goethals, 1857, t. II, p. 416.

103 Lasso de la Vega, 1916.

104 Fernández de Bethencourt, 1897, t. V, p. 341.

105 Voyages et aventures des émigrés français, t. II, p. 79.

106 AHN, Estado, Carlos III, exp. 550.

107 AGS, GM, leg. 5949.

108 Scott, 1990, pp. 14-27.

109 Glesener, 2015.

110 Marcillac, Histoire de la guerre entre la France et l'Espagne, pp. 190 et 247 ; Gutiérrez Garcia-Brazales, 2005.

111 Sur les négociations particulières, voir celles entreprises par la famille de Carondelet à Cambrai, ADN, L, 1179, no 32 ; ou celles de la famille d’Oultremont à Liège, Archives du Château de Warfusée, Oultremont, Famille, nos 70-72. Voir aussi le témoignage d’un officier basque français engagé dans la garde du corps : Sibas, Notice historique sur M. de Sibas, pp. 15-18.

112 AMAE, CP, Espagne, 642, fo 149, lettre du marquis del Campo à Charles Delacroix, Paris, 30 août 1796.

113 AMAE, CP, Espagne, 642, fo 5.

114 AMAE, CP, Espagne, 661, fo 20.

115 AMAE, CP, Espagne, 661, fo 15.

116 AMAE, CP, Espagne, 662, fo 382 ; AEN, van der Straten, 505, lettre de Louis Hyacinthe van der Straten à Charles Joseph van der Straten, Madrid, 12 avril 1798.

117 Wallon, Histoire du tribunal révolutionnaire de Paris, t. I, p. 272.

118 Allier, Cerclet, Manuel de l’émigré.

119 Bartolomei, 2010.

120 AEN, van der Straten, 504, lettre de Louis Marie van der Straten à Louis Marie Joseph van der Straten, Léganés, 5 avril 1796 ; AEN, van der Straten, 504, lettre de Louis Marie van der Straten à Louis Marie Joseph van der Straten, Madrid, 20 juillet 1797.

121 AEN, van der Straten, 504, lettre de Louis Marie van der Straten à Louis Marie Joseph van der Straten, Madrid, 20 décembre 1798.

122 AEN, van der Straten, 505, lettre de Louis Marie van der Straten à Charles Joseph van der Straten, Madrid, 19 novembre 1798.

123 AEN, van der Straten, 505, lettre de Louis Marie van der Straten à Charles Joseph van der Straten, Barcelone, 3 décembre 1802.

124 AEN, van der Straten, 516, ordre royal, San Lorenzo, 17 octobre 1805.

125 Archivo General de Indias (AGI), Estado, 27, n° 27, lettre du marquis de Branciforte au prince de la Paix, Mexico, 28 février 1798.

126 AGI, Estado, 28, n° 44, lettre de Miguel Azanza à Miguel Cayetano Soler, Mexico, 27 juillet 1799.

127 AEM, du Mont de Gages, n° 65, créances du feu comte de Gages sur des biens sis au Mexique, 1827.

128 AGR, FP, Ursel, L 445a et 445b.

129 Le 24 septembre 1808, pendant la guerre franco-espagnole, Napoléon a décrété la confiscation de tous les biens des Espagnols en France (y compris dans les départements belges). Le 25 mars 1814, après la défaite de l’empereur, le gouverneur général de Belgique restitue aux Espagnols le droit d’administrer leurs biens. Journal officiel du gouvernement de la Belgique, t. I, no 18, p. 121.

130 Mercader Riba, 1983, p. 73.

131 Conard, 1910, pp. 43-59.

132 Hocquellet, 2001, pp. 145-150.

133 Lasa Moreno, 1988 ; Canales, 2001 ; Lladonosa Pujol, 1971, pp. 53-54.

134 En 1824, lorsque Ferdinand VII instaure une commission de liquidation de la dette publique pour solder les comptes de l’État, un groupe d’anciens officiers se mobilise pour réclamer les retraites impayées. AEN, van der Straten, 523.

135 Duchesne, 1967.

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search