Version classiqueVersion mobile

L’empire des exilés

 | 
Thomas Glesener

Chapitre vi

L’aristocratisation militaire

De la conciliation à la révolte

Texte intégral

1La seconde moitié du xviiie siècle pose en des termes nouveaux un problème ancien, à savoir comment la couronne peut-elle contrôler et transformer une institution militaire dominée depuis la guerre de Succession par des corporations privilégiées ? Dans une monarchie en plein développement économique, le problème ne relève plus de la limitation des dépenses, car il s’agit avant tout de problèmes structuraux soulevés dès les années 1730 sur la forme de l’appareil militaire. Les modes d’accès au généralat, l’unification de la juridiction militaire, la centralisation du commandement de l’armée et le contrôle politique sur l’institution sont des questions qui se heurtent toutes à l’autonomie concédée aux corporations militaires de la maison du roi. Face à ces problèmes, les lignes de fractures ont évolué. Cinquante ans après la fin de la guerre, la capacité de la couronne à entretenir les blessures du passé a montré ses limites face à une nouvelle génération issue autant de l’austracisme que du philippisme, qui n’a pas vécu la guerre civile, et qui a construit ou réinventé son identité nobiliaire autour des institutions militaires philippistes. Pour cette génération, le philippisme cesse d’être cette mémoire de la fidélité à Philippe V, entretenue par le clan des vainqueurs, pour se muer en un discours de défense des institutions fondées par Philippe V qui fédère bien au-delà du cercle étroit des familles philippistes historiques. Dans ce contexte, les factions ne se constituent plus seulement en fonction des histoires familiales, mais autour de la façon de moderniser ou pas ce patrimoine institutionnel, ce qui ouvre de nouvelles brèches au sein des élites militaires entre conservateurs, modérés et réformateurs.

2Les descendants de l’exil flamand n’échappent pas à cette nouvelle dynamique politique. Ceux issus des deuxième et troisième générations installées en Espagne sont largement hispanisés mais ils continuent de partager leurs emplois militaires avec des nouveaux venus acheminés par les chaînes de recrutement. Cette cohabitation crée des tensions importantes — que nous aborderons au chapitre suivant — qui contribuent à affaiblir de l’intérieur les corps flamands alors qu’ils sont soumis à de fortes pressions externes par la contestation croissante des privilèges de nation. Parce qu’ils sont pratiquement tous liés au cercle des philippistes historiques, parce que beaucoup d’entre eux ont encore une position sociale fragile, les officiers des corps flamands se rangent massivement derrière les conservateurs pour défendre un privilège de nation considéré comme une pièce essentielle de l’héritage institutionnel de Philippe V. En raison des tensions internes, les grandes figures de l’exil flamand s’effacent du devant de la scène politique, alors que les maisons de la noblesse espagnole prennent la tête de l’opposition aux réformes. Ce déplacement de la représentation modifie le langage politique : à la place des anciennes références du nacionismo flamand, la défense des privilèges de nation s’inscrit désormais dans un langage traditionnel de défense des droits de la noblesse. Au lieu d’un « retour » de l’ancienne aristocratie — tel que l’historiographie a généralement qualifié ce processus —, il s’agit plutôt d’un processus d’aristocratisation des élites militaires qui, sous la houlette de quelques figures de proue, se réapproprient une ancienne culture nobiliaire de l’opposition.

  • 1 Olaechea, 1969 ; Lluch, 1999.

3La réification des catégories de ce discours politique a introduit de nombreux biais dans l’interprétation qui a été faite de l’émergence de cette faction conservatrice. Considérée comme « aragonaise », « espagnole », ou « nobiliaire », celle-ci a fait l’objet de lectures différentes qui ont eu en commun de gommer son caractère cosmopolite aussi bien que son ancrage dans les institutions fondées par Philippe V1. Or, éclairer ce processus à partir de la participation discrète des officiers flamands permet de décentrer le regard vers des enjeux qui ont été largement négligés. À travers les trois étapes qui structurent ce chapitre, il s’agit de comprendre comment l’attachement de la haute élite militaire aux institutions du premier philippisme a pu la conduire au divorce puis au soulèvement contre le roi.

I. — Le militarisme éclairé

4De 1759 à 1773, la première partie du règne de Charles III est marquée par un renouvellement des liens entre le roi et ses généraux. Par nécessité tout d’abord, car face à une élite qui a pris les rênes de l’État après la destitution d’Ensenada, Charles III choisit de rassembler plutôt que de diviser. Par politique ensuite car, lorsque l’appel à la réforme de la monarchie et de ses colonies retentit, le roi préfère associer les hauts cadres politico-militaires plutôt que de se les aliéner. Le militarisme éclairé désigne donc cette période durant laquelle la couronne s’appuie sur l’aristocratie militaire pour réformer la monarchie, pensant que leurs intérêts réciproques pourraient s’accorder autour d’un projet commun.

  • 2 Id., 1995.

5La trajectoire hors du commun du comte d’Aranda incarne plus que toute autre la quête de la conciliation qui anime les premières années du règne de Charles III. Pedro Abarca de Bolea, Xe comte d’Aranda (1718-1798) est en effet l’un des grands militaires éclairés du xviiie siècle espagnol, issu d’une vieille famille noble d’Aragon, qui a tenté de faire la synthèse entre les intérêts de l’élite militaire et celles de la couronne. Grand lettré, il a voyagé en Europe, il a fréquenté les salons en France et en Prusse, où il a été marqué par la science camérale alors en plein essor. Il en est revenu avec l’idée qu’une grande réforme de l’État et de la société qui se ferait sur le modèle militaire était possible2. Selon Aranda, transposé en contexte espagnol, un tel projet doit s’appuyer sur les institutions militaires léguées par Philippe V à condition de les renforcer et de les réorganiser afin d’en faire le levier de la réforme du gouvernement de la monarchie. Dans cette perspective, il n’y a donc pas d’incompatibilité entre l’ambition réformatrice du roi et les privilèges du généralat. D’ailleurs, pendant quelques années, ce programme de militarisation sert de trait d’union entre la noblesse militaire et les élites éclairées, notamment lorsqu’il est mis en œuvre pour reprendre en main le gouvernement des Indes. En revanche, il a suscité des vives tensions lorsqu’il a été question de l’appliquer dans la Péninsule.

Une restauration philippiste ?

  • 3 Mateos Dorado, 1989 ; Gómez Urdañez, Téllez Alarcia, 2001.
  • 4 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 10 avril 1759 ; V (...)

6En 1759, lorsqu’il accède au trône d’Espagne, Charles III a parfaitement conscience qu’il arrive dans un pays troublé par la longue agonie de Ferdinand VI qui a bloqué le gouvernement et paralysé l’économie de la grâce3. Son arrivée est attendue avec impatience pour relancer un système de rétribution indispensable à l’entretien des clientèles royales. Il n’est plus possible, écrit Charles de Croix, « que cette vaste monarchie reste plus longtemps dans la totale inaction ». Selon lui, « il convient de lui rendre au plus tôt ce mouvement qui lui est aussi nécessaire qu’indispensable4 ». Cependant, l’incertitude plane sur les intentions de Charles III : face à une élite militaire en voie de recomposition autour de son identité nobiliaire, va-t-il rétablir les institutions philippistes et donner raison aux conspirateurs ou bien mener la répression et poursuivre l’œuvre d’Ensenada ?

  • 5 Relación obsequiosa de los seis primeros días (1759), pp. 35-36.
  • 6 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 22 août 1759 ; AG (...)
  • 7 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 21 novembre 1759.
  • 8 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 12 décembre 1759. (...)

7De toute évidence, Charles III a voulu donner à son début de règne l’image d’une grande restauration philippiste. De fait, lorsqu’il débarque à Barcelone le 17 octobre 1759, il est attendu par tous les cadres militaires de la monarchie qui se sont déplacés pour le recevoir5. Le roi est loin d’arriver en terrain inconnu puisqu’il retrouve la plupart des officiers aux côtés desquels il a combattu en Italie. Dans la famille de Croix, cette arrivée est l’occasion de rafraîchir la mémoire de l’ancien roi de Naples que Charles avait accompagné en qualité de garde du corps lors de son premier voyage en Italie en 1731. Ce dernier peut d'ailleurs se targuer d’être « en pays de connaissance », d’autant que le nouvel homme fort du gouvernement, le marquis de Squilace, a été « témoin oculaire de la façon dont j’ai servi dans cette dernière guerre6 ». Son neveu, Philippe, qui a été grièvement blessé à la bataille de Camposanto en 1743, se rend à Saragosse à la rencontre du roi. « Il me marque que le roi l’avait reconnu », écrit Charles. Le neveu profite de l’occasion pour baiser la main du roi et lui remettre un mémoire dans lequel il demande des arriérés de solde7. Le marquis de Croix n’a pas à attendre l’arrivée de Charles III à Madrid pour se voir notifier l’attribution du titre de capitaine général de Galice et l’autorisation, sans l’avoir sollicitée, de se rendre à Madrid. « Je le dois au marquis de Squilace — écrit-il — que j’ai toujours regardé comme mon véritable ami8 ».

  • 9 AGS, DGT, Inv. 2, leg. 44 [Fichoz].
  • 10 Andújar Castillo, 1996c, p. 218.
  • 11 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 19 janvier 1760.
  • 12 AGS, GM, 2275, lettre du prince de Masserano, du duc de Bournonville, du duc de Baños et du marqui (...)
  • 13 AGS, GM, 2275, ordre royal, 27 janvier 1760.
  • 14 AGS, GM, 2311.

8Les signaux donnés par le nouveau monarque envers les officiers de l’armée sont sans équivoque. Le 22 juillet 1760, Charles III ordonne une promotion massive parmi les officiers généraux, nommant d’un coup 66 brigadiers, 39 maréchaux de camp et 22 lieutenants généraux9, dont près de la moitié (46 %) à des officiers issus de la garde royale10. « Sa Majesté répand les grâces à pleine main », écrit le marquis de Croix, un mois après l’entrée du roi à Madrid11. Ces largesses à l’égard des officiers de la maison militaire s’accompagnent de l’abrogation définitive des dernières mesures prises par Ensenada. Le 18 janvier 1760, les trois capitaines et le sergent-major de la garde du corps adressent collectivement une demande au roi pour rétablir l’institution sur le pied antérieur à la réforme de 174812. Charles III accède à la demande et, dans la foulée, restaure les anciennes appellations — espagnole, italienne et flamande — supprimées du temps de son prédécesseur13. La même année, les effectifs des deux régiments de la garde extérieure sont également rétablis, ce qui correspond à une augmentation de 1 020 places dans chaque unité14.

  • 15 Louis XV, Lettres patentes du roi portant abolition du droit d’aubaine et concession de privilèges (...)

9Comme au temps des guerres d’Italie, cette nouvelle restauration militaire s’accompagne d’une reprise de la politique belliciste de l’Espagne après de longues années de neutralité. Cependant, la monarchie hispanique ne joue plus le rôle moteur qu’elle avait eu en Méditerranée. Cette fois c’est la France, engagée depuis 1756 dans la guerre de Sept Ans contre l’Angleterre, qui attend le soutien de son allié espagnol pour tenter de contrer la progression anglaise au Nouveau Monde. Charles III y consent par la signature du troisième Pacte de Famille, le 15 août 1761, auquel se joignent le duc de Parme et le roi des Deux-Siciles. Le retour à la politique des alliances dynastiques participe de la restauration militaire car elle remet en selle les factions bourboniennes qui soutiennent l’union des couronnes française, espagnole et napolitaine. Cette situation est évidemment favorable aux anciennes familles exilées qui continuent d’entretenir des intérêts patrimoniaux et des réseaux denses dans cet espace menacé de division depuis la mort de Philippe V. Le sort de ces sujets de l’entre-deux bourbonien est d’ailleurs explicitement pris en compte lors de la signature de cette troisième alliance dynastique puisqu’elle est suivie de peu par un accord entre la France, l’Espagne et les Deux-Siciles pour l’exemption du droit d’aubaine pour les sujets originaires des royaumes alliés15.

  • 16 Martínez Millán, 2009.
  • 17 Martín Gaíte, 1970, pp. 530-532 ; Precioso Izquierdo, 2017, pp. 261-264.
  • 18 Voir chap. v.
  • 19 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 19 janvier 1760 ; (...)
  • 20 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 12 septembre 1759 (...)
  • 21 AGS, DGT, Inv. 2, leg. 44 [Fichoz] ; Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1991, t. II, p. 272.

10Derrière cette restauration se trouve probablement la main de la reine mère, Isabelle Farnèse, qui en fin de vie regagne de l’influence à la Cour de son fils16. Du moins, les grâces accordées à quelques figures historiques du philippisme soulignent la volonté du roi de renouer avec l’action de son père. En juillet 1760, l’emblématique Melchor Macanaz, enfermé depuis douze ans dans un préside galicien, reçoit l’autorisation de rentrer chez lui à Hellín (Murcie)17. La même année, Charles III décide aussi de rendre justice à titre posthume à la mémoire du comte de Gages, l’ancien commandant du corps expéditionnaire espagnol en Italie, mort en 1753, qui avait sauvé le roi de Naples de la capture à la bataille de Velletri et qui avait été destitué après la mort de Philippe V18. Le roi ordonne l’érection d’un mausolée dans l’église des capucins de Pampelune et le paiement à ses héritiers des arriérés d’une pension pour une valeur de plus de 300 000 réaux. Cette fondation pieuse est une façon explicite de rendre perpétuelle la mémoire du comte de Gages et de rémunérer indéfiniment ses descendants. « Action bien digne du grand monarque qui nous gouverne — estime Charles de Croix — et aussi glorieuse pour la famille que pour la mémoire de ce grand capitaine19 ». Quant au duc de Bournonville, qui a commandé les détachements de la garde du corps lors de l’accueil du roi à Barcelone, il se voit rétablir une pension sur les Indes concédée par Philippe V et suspendue depuis par Ferdinand VI. Cette grâce fait grand bruit car, avec les arriérés, la quantité due est évaluée à plus de 1 440 000 réaux20. Enfin, la nomination en 1760 du duc d’Osuna à la tête des hallebardiers royaux est sans doute la mesure dont la portée symbolique est la plus forte. Écartée de la maison militaire depuis plus de trente ans, la maison d’Osuna signe son retour au sommet de la hiérarchie militaire21.

  • 22 Ozanam, 1975, p. 109.
  • 23 Téllez Alarcia, 2008, pp. 239-252.
  • 24 Gómez Urdañez, 1996, pp. 170-173.
  • 25 Voir annexe III.

11Néanmoins, cette restauration philippiste ne s’accompagne pas d’une grande épuration politique à l’image de celles pratiquées naguère par Isabelle Farnèse ou Ferdinand VI. Certes, les figures les plus en vue de la conspiration antiensenadiste ont été écartées, telles que le duc de Huescar (devenu entre-temps duc d’Albe) qui est démis de ses fonctions de grand maître du roi, ou le comte de Valdeparaiso, le grand écuyer de la reine qui s’était largement compromis dans la cabale22. Pour le reste, le maintien en fonction de Richard Wall à la secrétairerie d’État cumulée à celle de la guerre montre bien qu’il n’est pas question de rompre brutalement avec l’équipe ministérielle qui a renversé Ensenada23. Ce dernier a été rappelé de son exil par Charles III en signe de réhabilitation mais il est maintenu tout de même à l’écart de la vie politique, ce qui montre la réticence du nouveau monarque à s’identifier à un réformisme trop vigoureux24. D’ailleurs, tous les chefs de la maison militaire qui ont participé à la fronde sont maintenus en fonction. Il en va ainsi du marquis de Coria, le fils du duc de Huescar, ou bien du prince de Masserano, du duc de Baños et du marquis de Sarria, le frère du ministre José Carvajal25.

  • 26 García Cárcel, 2002a, pp. 70-86. L’historiographie a mis l’accent sur la restauration philippiste (...)

12Par conséquent, la réhabilitation de grands symboles du philippisme doit être analysée avec précaution car elle ne s’accompagne pas de changement significatif dans la composition du personnel politique et militaire. Le cap consiste plutôt à conforter les hommes en place plutôt que de soutenir une faction contre une autre. En cela, Charles III tranche avec la politique de ses deux prédécesseurs et semble avoir pris acte du processus de réconciliation entre les grandes maisons de l’élite militaire et l’identification de celles-ci avec les institutions nobiliaires bourboniennes. La célébration du philippisme apparaît alors, non plus comme un moyen de diviser les clans, mais comme une façon de manifester l’attachement du roi à un patrimoine institutionnel qui est désormais revendiqué par toute l’élite militaire, y compris celle issue de l’austracisme. Face au réformisme éclairé d’Ensenada, qui a réussi à faire l’unanimité contre lui, le régalisme militaire de Philippe V apparaît avec le recul en mesure de faire consensus. Ce glissement d’une mémoire clivée vers une mémoire partagée était déjà en cours au sein des maisons de la noblesse militaire, mais cette fois, Charles III en prend la direction. Le philippisme de consensus n’est plus exactement le même que celui qui a été portée au sein des familles philippistes historiques : il met l’accent davantage sur le patrimoine institutionnel que sur le souvenir des sacrifices. Recyclée par Charles III, cette mémoire du philippisme s’institutionnalise, elle efface les passions politiques qui l’ont engendrée pour n’en conserver que le symbole de l’alliance entre le roi et son armée. S’il permet de resserrer les liens distendus entre la couronne et une élite militaire en voie d’aristocratisation, ce nouveau contrat sanctuarise les institutions nobiliaires philippistes, ce qui va rapidement provoquer de fortes tensions26.

Codification juridique et conciliation politique

13La recherche de la conciliation politique se joue en grande partie sur le terrain juridique, puisqu’il s’agit d’accorder l’impératif d’unification de la juridiction militaire avec la préservation des grands corporatismes. L’armée espagnole continue en effet d’être régie par une multitude d’ordonnances et de règlements particuliers promulgués depuis le début du siècle, qui font la part belle à quantité de groupes privilégiés. Dès 1749, Ensenada s’était attelé à la rédaction d’une ordonnance unique pour l’ensemble de l’armée en convoquant une junte composée de ses partisans et qui avaient déjà œuvré à réformer l’armée et la maison militaire. Néanmoins, cette première tentative s’était soldée par un échec et la junte s’était séparée en 1751 sans avoir pu produire le règlement attendu.

  • 27 Redondo Díaz, 1984, pp. 395-396.
  • 28 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares (1764) ; Domínguez Nafría, 2011.
  • 29 Domínguez Nafría, 2001, pp. 236-240 ; Terrón Ponce, 2010, pp. 100-111.

14Le 25 janvier 1760, Charles III renoue avec cet objectif en réunissant une seconde junte de généraux pour poursuivre les travaux. La composition de la junte est révélatrice du nouvel esprit qui anime les relations entre le roi et ses généraux. Présidée par le doyen des capitaines généraux de l’armée, le comte de Revillagigedo, la junte est formée de onze membres, parmi lesquels figurent les inspecteurs de chaque arme (infanterie, cavalerie, milices, artillerie), mais aussi les chefs de la maison militaire, représentés par le duc de Bournonville, le marquis de Sarria, le marquis de Villadarias et le prince de Masserano27. La large place laissée à la haute noblesse militaire témoigne d’une volonté de compromis entre réforme et respect des privilèges. Il ne fallait donc pas attendre de cette junte qu’elle révolutionne l’héritage institutionnel de Philippe V, mais qu’elle cherche au contraire à compiler, à synthétiser et au mieux à hiérarchiser la somme des règlements édictés sous les règnes des deux premiers Bourbon. C’est d’ailleurs ce qu’entreprend le premier officier de la secrétairerie de la guerre, José Antonio Portugués, en collationnant l’ensemble des règlements militaires antérieurs à Charles III qu’il édite en dix gros volumes sous le titre de Colección general de las ordenanzas militares28. Le travail de la junte dépasse largement le cadre strict de la réglementation militaire puisqu’il s’engage dans une tentative qui restera unique en Europe de codifier dans un seul texte l’ensemble des domaines relevant de la juridiction militaire. Or, celle-ci s’étant élargie à des pans entiers du gouvernement de la monarchie, plus qu’une ordonnance, c’est à la rédaction d’une véritable constitution militaire que s’attelle la junte. Celle-ci poursuit ainsi l’œuvre d’unification et d’uniformisation réglementaire entamée sous Ferdinand VI en s’efforçant de gommer les logiques corporatistes et juridictionnelles que le premier Bourbon avait introduites. La rédaction de cette nouvelle ordonnance s’inscrit donc pleinement dans une politique qui cherche d’abord la conciliation et l’apaisement plutôt que la transformation en profondeur de l’institution militaire29.

  • 30 Vallecillo, 1861, p. 455.
  • 31 Kuethe, 1986, pp. 3-23.

15En 1762, alors que le travail est toujours en cours, une première ordonnance est publiée, mais elle est immédiatement abrogée sous l’influence de hauts responsables militaires qui estiment qu’elle ne va pas assez loin dans la réorganisation de l’armée30. Ce désaveu est la conséquence de la double humiliation que vient de subir l’Espagne sur la scène internationale, avec la déroute de son armée au Portugal et avec la prise de La Havane par les Anglais. En s’achevant sur un désastre, la guerre de Sept Ans marque une inflexion majeure dans la politique de Charles III puisque la défense de l’Amérique et la restauration de l’autorité royale outre-mer sont désormais placées au centre des priorités31. La politique de conciliation à l’égard de l’aristocratie militaire s’en trouve naturellement affectée, puisque les généraux de l’armée se sont illustrés pendant la guerre par leur inaptitude au commandement : au Portugal, le marquis de Sarria, colonel des gardes espagnoles et commandant en chef des troupes espagnoles, a dû être remplacé en raison de son incompétence, alors qu’à La Havane, le capitaine général de la place, Juan de Prado Portocarrero, a été mis en jugement pour la faible résistance qu’il a opposée aux Anglais. La démission de Richard Wall en 1763, dont le maintien avait assuré la continuité avec le règne de Ferdinand VI, marque la défaite des partisans de la neutralité espagnole, et permet à Charles III d’affirmer davantage son projet de restauration militaire de la monarchie. L’accession de deux Italiens proches de l’ancien roi de Naples aux secrétaireries d’État et de la guerre, respectivement le marquis de Grimaldi et le marquis de Squilace, montre très clairement l’importance majeure que le roi accorde désormais au redressement de son armée.

  • 32 Redondo Díaz, 1984, pp. 392.
  • 33 Ibid., pp. 395-396.
  • 34 Gárate Córdoba, 1975, pp. 124-129 ; Andújar Castillo, 1991, pp. 49-59.
  • 35 Terrón Ponce, 2010, pp. 104-105.
  • 36 Charles III, Ordenanza de S. M. para el régimen y disciplina del Real Cuerpo de Guardias de Corps (...)
  • 37 Charles III, Ordenanzas de S.M. para el régimen, govierno, servicio, y disciplina de los Regimient (...)

16Ces changements ne marquent pas encore de rupture entre Charles III et la haute élite militaire, mais ils entraînent un regain de volontarisme politique de la part du roi. Plus que jamais, pour reprendre en main les territoires d’outre-mer, le roi a besoin de s’appuyer sur des généraux fiables et compétents. Dès 1763, la junte des ordonnances militaires se remet au travail, sans changement majeur dans sa composition, notamment en ce qui concerne la surreprésentation des chefs de la maison du roi32. Charles III n’a donc pas renoncé à parvenir à produire un grand texte qui permette de concilier les intérêts de tous les secteurs de l’institution militaire. Cependant, il devient urgent d’unifier le gouvernement militaire, et de soumettre l’institution dans son ensemble à l’autorité des ministres et de l’administration. Or, le travail de la junte s’éternise sans parvenir à rendre ses conclusions. En 1767, la mort du comte de Revillagigedo fait passer la présidence au comte d’Aranda qui resserre la composition de la junte aux seuls inspecteurs d’infanterie, de cavalerie et des fortifications33. Ce changement permet de faire aboutir le travail par la publication des ordonnances de 1768 qui sont censées constituer le point final de ce long processus réformateur entamé vingt ans plus tôt. Il n’en est pourtant rien puisqu’en guise de constitution, la junte des généraux accouche d’un code militaire de plus de mille pages qui synthétise, précise et hiérarchise les multiples règlements publiés antérieurement, sans innovation particulière34. Cela a pour conséquence de susciter un vif mécontentement parmi les officiers et d’engendrer une nouvelle profusion réglementaire pour en corriger les défauts35. La principale limite de ces ordonnances est qu’elles ne disent rien des corps privilégiés : en 1768, les privilèges de la garde du corps sont confirmés par une nouvelle ordonnance, dont la seule originalité consiste à mettre par écrit des pratiques déjà bien ancrées36. Il en va de même des régiments de la garde extérieure qui sont confirmés dans leurs privilèges par une nouvelle ordonnance en 1773, y compris dans leur indépendance à l’égard des gouverneurs militaires, alors même que les ordonnances générales de 1768 établissaient l’autorité de ces mêmes gouverneurs sur tous les militaires présents dans leur circonscription37. Finalement, sous l’apparence de l’uniformisation, les ordonnances de 1768 ne font qu’entériner l’autonomie des grandes corporations et donc la fragmentation juridictionnelle de l’institution militaire. Il est d’ailleurs significatif que la seule innovation de ces ordonnances soit un code moral du militaire, comme s’il fallait forger l’unité par l’esprit à défaut de l’obtenir par le droit.

17Le travail de codification juridique s’avère donc un instrument bien faible en regard des forces en présence. Il semble d’ailleurs qu’Aranda l’ait achevé sans grand espoir de parvenir à encadrer par ce biais le pouvoir des généraux. Alors que la perspective de la conciliation s’éloigne, Aranda semble déterminé à s’engager dans un bras de fer. Car l’urgence à réformer l’institution militaire ne vise plus seulement à restaurer sa capacité d’action sur la scène internationale. Les grands soulèvements populaires de 1766 ont aussi démontré l’inefficacité totale du gouvernement militaire à garantir le maintien de l’ordre public.

À la recherche d’un chef militaire

  • 38 Andrés-Gallego, 2003, pp. 263-268.
  • 39 López García, 2006, pp. 95-129.
  • 40 AGR, FP, Croix, 12, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Cadix, 8 avril 1766 ; AGR, FP (...)

18La grande révolte de 1766 — le célèbre motín de Esquilache — a radicalement changé les équilibres de pouvoir. Les autorités militaires provinciales se sont révélées d’une grande inefficacité et ont donné raison à ceux qui depuis plusieurs années envisagent de transformer profondément l’institution corregimentaire pour la recentrer sur ses fonctions de police et de justice38. Paradoxalement, à Madrid, la garde royale a non seulement payé un lourd tribut dans la révolte, en particulier les gardes wallonnes qui ont été prises pour cible, mais son rôle dans la protection de Charles III dans sa fuite vers Aranjuez l’a confortée dans ses fonctions de force de sécurité à la Cour39. Cependant, ce fait d’armes n’est pas de nature à occulter les graves problèmes qui minent l’institution militaire, ni à dissiper les soupçons de conspiration qui pèsent sur certaines maisons de l’aristocratie. Pour Charles de Croix, qui a échappé de peu au lynchage par la foule madrilène « car j’étais ami du ministre [Squilace] et wallon », l’affaire est telle qu’elle ne peut en rester là : « La Majesté a été trop outragée et il faut de nécessité qu’elle soit vengée pour éviter à l’avenir d’autres contretemps semblables40 ».

  • 41 Andújar Castillo, 2002a ; Marin, 2003.

19En effet, la révolte est à l’origine de mesures très vigoureuses pour transformer le gouvernement de la ville de Madrid et garantir la sécurité de la Cour. La plus emblématique d'entre elles est la création d’une capitainerie générale de Nouvelle-Castille à Madrid, confiée au comte d’Aranda, et le rétablissement en faveur de ce dernier de la charge de président du conseil de Castille qui avait été abolie par Philippe V41. La décision est sans précédent : la nouvelle capitainerie générale est adossée au prestigieux conseil de Castille, lequel est dirigé pour la première fois par un militaire, étendant ainsi à la Cour la logique du Real Acuerdo, à savoir le cumul de la direction du politique et du militaire. De ce fait, le pouvoir d’Aranda dépasse largement les limites de la capitale puisque, au risque de porter ombrage aux secrétaires d’État, il prétend exercer la tutelle sur l’ensemble des juridictions ordinaires et militaires du royaume. L’expérience politique menée sous l’égide du comte d’Aranda ne peut être envisagée sous l’angle d’une « militarisation » du conseil de Castille, mais plutôt comme une tentative de renforcer le gouvernement militaire de la capitale, en lui adjoignant la prestigieuse présidence du conseil. De plus, en réunissant entre les mêmes mains les deux canaux de gouvernement, il s’agit de mettre un terme aux rivalités entre les juridictions ordinaires et militaires à la Cour et dans une partie de la Castille. Cette expérience est révélatrice des attentes que Charles III place dans ses généraux, puisqu’il leur confie la tâche non plus d’unifier le seul gouvernement militaire, mais d’harmoniser par le haut les différentes juridictions royales.

  • 42 En Catalogne, le combat a été provisoirement perdu puisque le marquis de la Mina, qui a traversé l (...)
  • 43 AGS, GM, 1331 et 1332. Les autres mesures sont les suivantes : la garde royale doit les honneurs a (...)

20Or, les résistances à Madrid sont nombreuses. Pour les chefs de la maison militaire, la création de la capitainerie générale de Nouvelle-Castille ouvre un nouveau front qui transpose à la capitale les clivages existants en Catalogne42. Elle menace en outre de raviver les tensions provoquées en 1746 par la création de l’éphémère gouvernement militaire de Madrid. Car, en se pliant à l’autorité du nouveau capitaine général, les chefs de la maison militaire risquent de perdre l’accès direct au monarque et d’affaiblir leur autonomie juridictionnelle. D’ailleurs, fort de ses nouvelles fonctions, le comte d’Aranda ne tarde pas à entrer en conflit avec les corps privilégiés. Moins d’un mois après sa nomination, il s’étonne auprès du roi qu’il soit maintenu dans la complète ignorance des activités de la garde royale dans la capitale. Entre 1766 et 1770, les plaintes du comte d’Aranda relatives au comportement des chefs de la maison militaire s’accumulent sur la table du secrétaire de la guerre. À chaque fois, le motif est le même : le refus des commandants de la garde de reconnaître l’autorité du nouveau capitaine général sur leurs unités. Dans ces conflits à répétition, le roi appuie systématiquement le comte d’Aranda, lequel obtient au cours de ces années une série de mesures qui limitent considérablement l’autonomie de la maison militaire. Le 8 janvier 1769, une des décisions les plus sévères consiste à transposer à la Cour le système de subordination des régiments de la garde instauré par le marquis de la Mina à Barcelone, de telle sorte que la maison militaire se trouve désormais soumise dans tout le royaume aux capitaines généraux de province43. La résistance des chefs de corps a donc été vaine, du moins dans un premier temps, puisqu’ils n’ont pas été en mesure de s’opposer au comte d’Aranda, qui demeure fermement soutenu par le monarque.

  • 44 En partie étudié dans Andújar Castillo, 2002a.
  • 45 Voir chap. v.

21Les mémoires adressés par Aranda au roi pendant ce long conflit permettent de cerner le projet qu’il nourrit pour l’institution militaire44. Renonçant à uniformiser la juridiction militaire, Aranda cherche avant tout à se faire reconnaître comme le chef unique et incontesté de l’ensemble des individus relevant du fuero militaire. Il se trouve en effet dans une position asymétrique : alors que son autorité de président du conseil de Castille est absolue et incontestée sur l’ensemble des juridictions ordinaires en Espagne, celle de capitaine général de Nouvelle-Castille est bornée dans les limites de la province, et de surcroît contestée dans la capitale par des autorités militaires concurrentes. Le combat mené par Aranda consiste à s’imposer comme le premier chef de l’appareil militaire de la monarchie, vers lequel convergeraient toutes les demandes émanant des officiers, des corps et des juridictions militaires inférieures, sans pour autant supplanter le secrétaire de la guerre qui conserverait la direction politique des affaires militaires. Il s’agit d’une résurgence d’un projet qui était déjà en germe dans le ministère de la guerre qui avait été confié de façon éphémère à Bedmar en 1709 et à Montemar en 1737, et qui traduisait la nécessité d’une direction administrative et technique couvrant toute l’institution militaire45. À la différence de ses prédécesseurs, Aranda n’ambitionne pas un titre ministériel, ce qui évite le conflit de compétences avec le secrétaire de la guerre, mais il s’inspire de la fonction de président du conseil de Castille dont il souhaite calquer l’autorité dans le champ militaire. Aussi, le modèle défendu par Aranda, s’il puise certaines de ses références dans le caméralisme allemand, s’ancre avant tout dans les expériences politiques hispaniques.

  • 46 AGS, GM, 1331, lettre du comte d’Aranda au duc d’Arcos, Madrid, 15 août 1766.
  • 47 Aranda dénonce la « métaphysique » des chefs de la maison militaire qui consiste à distinguer le s (...)
  • 48 AGS, GM, 1331, lettre du comte d’Aranda à Charles III, Madrid, 18 mai 1766.

22D’une part, Aranda entend appliquer à la Cour la logique politique du Real Acuerdo expérimentée dans les territoires de l’ancienne couronne d’Aragon. La Nouvelle-Castille, écrit-il, doit être considérée « comme un Aragon ou une Catalogne pour ce qui concerne le commandement militaire46 ». Autrement dit, il défend la réunion sur sa personne de la direction politique et militaire, avec la prétention de commander sur le militaire à l’échelle de tout le royaume. Il importe donc de décréter que la capitainerie générale de Nouvelle-Castille soit « royale », en raison de sa proximité avec le monarque, ce qui doit lui permettre d’exercer une tutelle sur les capitaineries générales de province et de s’imposer sur les corps de troupes en faction à la Cour. Il conteste donc les arguments avancés par les commandants de la garde royale pour justifier leur autonomie. Selon Aranda, la fonction de garder la personne royale ne peut justifier un traitement particulier qu’à l’intérieur de l’enceinte du palais, mais en aucune manière dans les rues de la ville47. De plus, selon lui, le roi ne peut être le chef de la maison militaire, car « le roi n’est pas un chef ». Les chefs sont au service du monarque pour lui éviter de s’occuper « des décisions matérielles et accidentelles » ; ils se conforment à « l’esprit de ses royales intentions », mais laissent « la Majesté libre pour des pensées plus hautes et plus générales »48. Au mieux, le roi est un « généralissime » qui doit alors commander à tous de la même façon, sans faire de distinction parmi la troupe. Par une nouvelle analogie avec Barcelone, où tous les officiers et les soldats reçoivent les ordres du gouverneur militaire de la ville malgré la présence du capitaine général, Aranda s’interroge si cette répartition des tâches ne doit pas être étendue à toute la monarchie :

  • 49 AGS, GM, 1332, lettre du comte d’Aranda à Charles III, Madrid, 15 mai 1767.

Pourquoi ne puis-je mériter, moi, comme capitaine général, d’être le gouverneur de mon généralissime qu’est Votre Majesté49 ?

  • 50 AGS, GM, 1331, lettre du comte d’Aranda à Charles III, Madrid, 26 juin 1766.

23D’autre part, l’essentiel de l’argumentation d’Aranda repose sur une analogie entre son rang de capitaine général et sa fonction de président du conseil de Castille. Celle-ci est la référence constante à partir de laquelle Aranda est en mesure de penser l’unification du gouvernement militaire, et le pied sur lequel il entend l’élever. Aussi considère-t-il qu’en lui confiant la présidence et le grade de capitaine général, le roi a réuni en lui « les deux plus grandes distinctions de la Couronne et de l’État50 ». Tout l’enjeu consiste donc à ériger la capitainerie générale « royale » de Nouvelle-Castille en équivalent militaire de la présidence du conseil de Castille.

  • 51 Herrero Fernández-Quesada, 1990.

24L’unification du gouvernement militaire prônée par Aranda diffère donc de celle défendue par le marquis de la Ensenada. Pour ce dernier, le despotisme ministériel devait permettre de réformer profondément le fonctionnement de l’institution militaire afin que le secrétaire de la guerre et son administration en contrôlent exactement chacune des parties à travers des règles uniformes. En revanche, Aranda ne remet pas en question le caractère polycéphale et corporatiste de l’institution militaire pour autant que celle-ci soit dominée par la figure d’un chef militaire qui concentre par délégation toute l’autorité royale. Dans un cas, Ensenada prônait une intégration et une articulation à leurs différents niveaux de compétence entre l’administration militaire et l’administration ordinaire, tandis qu’Aranda soutient deux régimes clairement distincts qui ne se rejoignent qu’au sommet dans sa propre personne. Aranda inaugure ainsi une voie originale du militarisme éclairé, qui cherche dans le gouvernement ordinaire de Castille un modèle pour une unification et une centralisation de l’institution militaire par le sommet. Cette voie préfigure la fonction de chef d’état-major des armées, esquissée à la fin du xviiie siècle, qui débouchera finalement sur celle de généralissime incarnée par Manuel Godoy51.

  • 52 AGS, GM, 1331, lettre du comte d’Aranda à Charles III, Madrid, 26 juin 1766.
  • 53 AGS, GM, 2253. En 1744, il a postulé au commandement de la brigade des carabiniers royaux.
  • 54 AGS, GM, 1331, lettre du comte d’Aranda à Charles III, Madrid, 18 mai 1766.
  • 55 AGS, GM, 1331, lettre du comte d’Aranda à Juan Gregorio Muniain, Madrid, 18 août 1766.
  • 56 Sur cette succession, voir : AGR, FP, Ursel, L 445 a et 445 b ; Moreno Meyerhoff, 2000, p. 121 ; U (...)

25Malgré la virulence du conflit avec la maison militaire, l’expérience politique menée par le comte d’Aranda s’inscrit encore dans la politique de conciliation menée par Charles III. Alors que la réforme d’Ensenada a été le théâtre d’une lutte acharnée entre une clientèle ministérielle et une élite militaire pour le contrôle et la transformation des corps de la maison du roi, Aranda ne touche aux prérogatives de la garde royale que dans la mesure où elles empêchent l’émergence de la figure du chef militaire. Pour le reste, écrit-il, « je n’ai jamais rêvé de m’introduire dans le gouvernement intérieur des corps », et il assure veiller autant que possible à « distinguer les chefs de la maison militaire » du reste de la troupe52. La différence essentielle réside dans le fait qu’Aranda fait partie de cette aristocratie militaire, même si lui-même n’a jamais servi dans la garde royale53. Les plaintes qu’il adresse au roi sont d’ailleurs remplies de références aux liens qui l’unissent aux chefs de la maison militaire : « je ne connais pas leurs chefs, si ce n’est comme amis, et aucun ne reçoit de moi le moindre ordre », se défend-il54. Du capitaine de la garde du corps, le duc d’Arcos, il dit apprécier « l’amitié avec laquelle il me traite55 », et on sait par ailleurs qu’Aranda est un parent éloigné du duc de Bournonville, dont il réclamera l’héritage à l’extinction du lignage flamand56. Par conséquent, à la différence d’Ensenada, Aranda n’adopte jamais d’accents xénophobes lorsqu’il critique la position des commandants de la garde. Pas plus qu’il ne conteste l’organisation interne de l’institution, il ne s’en prend aux droits des Flamands :

  • 57 AGS, GM, 1332, lettre du comte d’Aranda à Juan Gregorio Muniain, Madrid, 28 mars 1769.

On ne peut guère m’accuser d’être opposé à leur nation, car j’ai deux arrière-grands-mères, paternelle et maternelle, qui sont de la même nation, et c’est pour moi une sorte de point d’honneur de conserver les gardes wallonnes indemnes de toute insulte57.

  • 58 AGS, GM, 1332, lettre du comte d’Aranda à Charles III, Madrid, 15 mai 1767.

26Cette proximité d’Aranda avec les chefs de la maison militaire a sans doute contribué à faire avancer sa cause. Du moins, alors que la réforme d’Ensenada avait fait l’unanimité contre elle, Aranda n’est pas loin de convaincre certains commandants de la garde, dont le duc de Bournonville, du bien-fondé de son projet58. Le militarisme éclairé a donc bien failli réaliser la synthèse entre les intérêts du roi et ceux des généraux. En tout cas, la figure de chef militaire qu’Aranda a défendue s’est voulue à l’image de la présidence du conseil de Castille, c’est-à-dire comme le point d’articulation entre la volonté du monarque et les intérêts de la noblesse militaire. Cette ambition se fait toutefois au prix d’une déconnexion croissante des institutions relevant du fuero militar avec la juridiction royale ordinaire, nécessitant la médiation d’un officier général entre le ministre et l’armée. Fragile, cette solution a au moins le mérite de fédérer derrière le roi des secteurs de l’élite militaire pourtant très rétifs au changement.

La nouvelle méritocratie américaine

  • 59 Macalister, 1957 ; Campbell, 1978 ; Kuethe, 1986 ; Stein, Stein, 2004.

27Les grandes réformes politiques des Indes ont été le grand chantier du début du règne de Charles III, lequel a permis de mobiliser les élites militaires derrière la bannière royale et de donner corps au projet de conciliation des intérêts des uns et des autres. La décision de militariser les gouvernements américains est en effet une preuve éclatante de la confiance que le roi place encore dans ses généraux. Charles III renoue une nouvelle fois avec l’héritage politique de son père en prolongeant en Amérique la méthode inaugurée par Philippe V dans les territoires de l’ancienne couronne d’Aragon. À la suite de la prise de Cuba, l’inspection générale de l’administration de la Nouvelle-Espagne confiée en 1765 à José Galvez Gallardo inaugure une profonde renégociation du pacte colonial59. Selon toute vraisemblance, la couronne a voulu conférer à cette vaste reprise en main politique des Indes des analogies avec la Nueva Planta de l’ancienne couronne d’Aragon. Du moins le recours aux militaires, et en particulier à ceux issus des corps de nation, manifeste-t-il une volonté de conférer aux décisions royales un caractère spectaculaire. À partir du milieu des années 1760, l’envoi de militaires d’origine étrangère aux Indes met un terme aux réserves d’emplois dans les gouvernements américains, comme Philippe V l’avait fait en Aragon et en Catalogne. Cette décision signifie aussi que l’administration royale en Amérique est désormais ouverte à l’ensemble des élites militaires, sans aucune restriction d’origine.

  • 60 Andújar Castillo, 2008c, pp. 19-50.
  • 61 AGR, Familles, Croix, 13, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 20 octobre 1749

28Or, jusque-là, les officiers nés en Flandre étaient parfaitement conscients de l’inaccessibilité des emplois politiques et militaires aux Indes. Malgré tous les mérites accumulés au service de la dynastie, cette porte leur était restée résolument fermée. Au cours de la première moitié du xviiie siècle, seul Charles Adrien de Sucre, marquis de Preux, natif de Cambrai, ancien mestre de camp d’un tercio wallon, a obtenu en 1708 le gouvernement de Carthagène des Indes. Il s’agit d’un cas unique, vraisemblablement acquis moyennant finance, puisque Sucre a reçu cet emploi à une époque où les ventes de charges aux Indes servaient à financer la guerre60. Pour le reste, comme l’écrivait Charles de Croix, « aucun étranger ne va jamais dans ces pays-là, que par un pur hasard, ou que le corps dans lequel il se trouve y est envoyé dans tout son entier61 ». Aux yeux des militaires flamands, les deux rives de l’Atlantique sont clivées, entre un espace péninsulaire ouvert, où les nations militaires ont acquis des droits d’accès aux grands emplois, et un espace américain fermé. D’ailleurs, alors qu’il a obtenu les gouvernements de Ceuta (1751), d’Andalousie (1754) et de Galice (1755), Charles de Croix ne fait jamais écho dans ses lettres de la moindre réticence, ni de sa part ni de celle de la couronne, à occuper de tels emplois en raison de son origine flamande. Par contre, en 1765, lorsqu’il apprend sa nomination à la vice-royauté du Mexique, il rapporte avoir fait part au roi de son étonnement :

  • 62 AGR, FP, Croix, 12, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 18 novembre 1765.

J’étais pénétré de reconnaissance d’une distinction semblable et d’autant plus honorable et flatteuse pour moi que j’avais moins lieu qu’un autre de pouvoir m’y attendre vu que, outre le péché originel que nous avons tous, j’avais encore celui d’être né Flamand62.

  • 63 Torres Ramírez, 1967 ; Kuethe, 1986, pp. 37-51 ; Recio Morales, 2010a. En 1761, Carlos Beranger, n (...)
  • 64 AGR, FP, Croix, 12, lette de Théodore de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 4 novembre 1765.
  • 65 AGR, FP, Croix, 12, lettre de François de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 3 novembre 1765. (...)
  • 66 Navarro García, 1967, pp. 261-308.
  • 67 Lettre de l’abbé Beliardi au duc de Choiseul, Madrid, 12 mai 1766, citée dans Jansen, 1977, p. 31.
  • 68 Au moment d’embarquer, la Casa de Contratación a fait obstacle au départ de son chirurgien au moti (...)

29Charles de Croix fait en effet partie des premiers militaires de nation envoyés en Amérique dans le cadre des grandes réformes carolines. Avant lui, en 1763, l’arrivée d’Alexandre O’Reilly à La Havane, commissionné pour réformer les milices à Cuba, avait ouvert le chemin et marqué un pas important dans la réorganisation politique et militaire du Nouveau Monde63. Cependant, avec l’attribution de la plus prestigieuse vice-royauté américaine à un officier flamand, la démonstration d’autorité n’échappe à personne. « De la vie il n’aurait pensé à solliciter pareille commission, n’ayant jamais eu d’exemple, et même contre les lois, qu’un étranger fut commander dans le Nouveau Monde », écrit son neveu Théodore64. Un autre de ses neveux, le comte de Croix, témoigne lui aussi du caractère inédit de la décision, estimant que « le roi n’a rien de mieux à donner ni de plus de confiance, surtout dans le moment présent, et d’autant plus honorable que n’y étant pas espagnol, pour l’y envoyer, le roi doit déroger les lois du pays65 ». Le choix de Charles de Croix s’inscrit donc visiblement dans une campagne de communication politique vis-à-vis des élites créoles et de leurs soutiens dans la Péninsule, surtout quand on sait qu’il est chargé d’orchestrer l’expulsion des jésuites de la Nouvelle-Espagne66. Sans surprise, cette nomination fait des remous à la Cour car elle introduit de nouveaux acteurs et de nouveaux critères de sélection dans la compétition pour les emplois. « Les gens d’ici murmurent toujours sur l’envoi du marquis de Croix pour vice-roi du Mexique », écrit le chargé d’affaires français à Madrid67. Néanmoins, il n’y a pas trace en Espagne d’une campagne d’opposition organisée contre cette décision inédite. Et lorsque les réticences se sont manifestées, elles semblent avoir été moins le fait de la noblesse espagnole que des institutions liées à l’administration des Indes68.

  • 69 Fischer, 1929 ; Thomas, 1941 ; Depalo, 1973.
  • 70 AGS, GM, 1928, [Fichoz] ; AHN, OM, Alcántara, exp. 442.
  • 71 Voir chap. iv.

30Quoi qu’il en soit, la nomination du marquis de Croix au Mexique a créé un précédent. Après lui, son neveu Théodore, qui l’accompagne dans sa suite, est nommé en 1766 gouverneur d’Acapulco, première étape d’une carrière américaine qui l’emmène au commandement de la province de Sonora en 1776, puis à la vice-royauté du Pérou en 178469. Ces exemples ont dû aiguiser les appétits des officiers des gardes wallonnes puisque certains d’entre eux commencent à solliciter spontanément des emplois en Amérique, notamment parmi ceux issus de la deuxième génération qui peuvent se prévaloir de leur naissance espagnole. En 1767, Francisco Douché Dangoustures, un ancien capitaine des gardes wallonnes, natif de Tarragone, est nommé inspecteur de la cavalerie et des milices montées de Nouvelle-Espagne70. Cependant, malgré leur naissance en Espagne, les officiers des régiments flamands n’ont pas un accès automatique aux emplois américains. Car il subsiste un doute sur le droit des militaires servant dans les régiments étrangers à jouir pleinement des droits réservés aux naturels71. C’est du moins en ces termes qu’en 1772 le comte de Priego transmet au secrétaire de la guerre le mémoire de Juan Courten, capitaine de son régiment, natif de Tortose, qui sollicite le gouvernement de Carthagène des Indes. Le ministre demande alors des instructions au roi :

  • 72 AGS, GM, 2318, lettre du comte de Priego au comte de Ricla, l’Escorial, 5 novembre 1772.

Ignorant s’il est de la volonté de Votre Majesté que les officiers des gardes wallonnes puissent occuper des emplois en Amérique, bien que l’on ait déjà vu passer à ces royaumes le marquis de Croix avec son neveu, le chevalier de Croix, ainsi que Francisco Douché, j’ai transmis le mémoire à M. Arriaga [secrétaire d’État aux Indes] pour qu’il le présente à Votre Majesté72.

31La réponse du roi est sans équivoque, comme en témoigne une note marginale :

  • 73 AGS, GM, 2318, lettre du comte de Priego au comte de Ricla, l’Escorial, 5 novembre 1772.

Le roi déclare que les officiers des gardes wallonnes peuvent prétendre, comme les Espagnols, à n’importe quel emploi en Amérique73.

  • 74 AGS, GM, 2340, lettre de Francisco Brias à Miguel de Múzquiz, 16 mai 1784.
  • 75 Fiehrer, 1990.

32La pratique semble donc se normaliser progressivement puisque, dans la seconde moitié du xviiie siècle, des officiers portant des patronymes à consonance étrangère, qu’ils soient nés ou non en Espagne, briguent avec plus ou moins de succès des emplois aux Indes. Ainsi, on sait qu’en 1783, Francisco Brias Molenghien, capitaine des gardes wallonnes, a demandé le commandement de Montevideo74. En 1789, Louis François, baron de Carondelet, natif de Cambrai, aide-major des gardes wallonnes, est envoyé comme gouverneur d’El Salvador. En 1791, il passe à la tête de la Louisiane, avant de finir sa carrière en qualité de commandant général et de président de l’audience de Quito75. Cependant, ces nominations restent rares, ce sont des grâces individuelles et non un droit d’accès collectif reconnu à tous les officiers des régiments flamands. Le principe de l’équilibre des nations qui a pu prévaloir en Espagne dans la nomination des officiers généraux et dans l’accès aux gouvernements provinciaux ne s’applique donc pas aux Indes. Signe que la pratique de postuler à des charges en Amérique reste hasardeuse, cette supplique de Louis Blondel Drouhot, capitaine des gardes wallonnes, natif de l’Artois, qui justifie sa prétention en gommant l’effet que pourrait produire sa naissance étrangère :

  • 76 AGS, GM, 2335, lettre de Louis Blondel Drouhot à Miguel de Múzquiz, camp de San Roque, 18 septembr (...)

Nous ne devons pas être regardés ici comme des étrangers puisque, trente ans avant ma naissance, nous étions vassaux du roi d’Espagne et mes parents et mes oncles n’ont jamais servi un autre monarque76.

  • 77 AEN, van der Straten, 427, lettre de Louis Hyacinthe van der Straten à son oncle, Barcelone, 28 no (...)

33Cette précaution montre bien que les officiers des corps flamands n’ont pas réussi à se forger des droits d’accès aux emplois politiques comme ils l’ont fait dans la Péninsule. Ce n’est pourtant pas faute d’essayer : en 1792, un officier des gardes wallonnes écrivait que son colonel « employait tout son crédit pour faire obtenir des emplois aux personnes qui voudraient passer dans les troupes qui sont en Amérique77 ». Pourtant, si Charles III ouvre l’Amérique aux militaires, il ne réplique pas le principe implicite des quotas, obligeant chacun à postuler en vertu de ses mérites individuels ou familiaux, mais non des droits collectifs de la nation flamande. Cela explique sans doute la fragilité des candidatures d’officiers d’origine flamande qui, bien qu’autorisés à candidater, ont bien du mal à contrer les usages sans le soutien de leur corporation ou de leurs patrons. À ce titre, vu depuis le cas des Flamands, la militarisation de l’Amérique apparaît bien différente de celle de la Catalogne puisqu’elle échappe à ce maillage de droits et d’usages, acquis par la participation à la reconquête du territoire, et qui a permis aux corps flamands d’exercer un certain contrôle sur l’attribution des charges. Charles de Croix a franchi l’Atlantique grâce à son amitié avec le marquis de Squilace, et aux services de sa famille en Espagne et en Italie, autrement dit grâce à son capital politique personnel. Car, au-delà des colonnes d’Hercule, le capital politique de l’exil flamand a perdu toute efficacité.

34Le début des réformes carolines en Amérique s’est donc construit sur base d’une étroite collaboration avec les élites militaires, mais sur des principes différents de ceux en vigueur dans la Péninsule. Alors que les droits de l’aristocratie militaire ont été conservés et renforcés en Espagne, sont passés en Amérique des officiers généraux prêts à céder sur une partie des droits acquis pour continuer de servir docilement les volontés du roi. Le militarisme éclairé du début du règne de Charles III s’exerce donc de façon différenciée selon les territoires, toujours dans un esprit de conciliation, afin de respecter les droits de l’élite militaire. Cependant, une fois les réformes engagées en Amérique, la question de la transformation de l’institution militaire en Espagne ressurgit et conduit cette fois à la rupture définitive entre le roi et les secteurs les plus conservateurs du généralat.

II. — La polarisation

  • 78 Torres Sánchez, 2011.
  • 79 Castro, 2009, pp. 174-183.
  • 80 García Cárcel, 2002c, pp. 207-214.
  • 81 Dedieu, 2005b.

35Le militarisme éclairé du comte d’Aranda a fait la preuve de son incapacité à réformer en profondeur l’institution militaire pour en faire l’instrument de la réforme de l’État et de la société. En face, les membres des conseils et des secrétaireries ont défendu pied à pied leurs domaines respectifs contre les ambitions du chef militaire d’étendre son contrôle sur toutes les sphères du gouvernement78. Progressivement, la résistance des juristes, des letrados et des avocats des bureaux des ministères se mue en offensive, afin de proposer une alternative politique qui ne fasse pas des militaires le pilier incontournable des réformes79. En 1773, la nomination d’Aranda comme ambassadeur à Paris signe l’échec de l’alliance entre Charles III et ses généraux autour du militarisme éclairé. Elle cède le pas à une polarisation croissante des positions autour des secteurs les plus radicaux des deux camps. D’un côté, les hommes de lettres — les golillas — se sont regroupés autour du secrétaire d’État, le marquis de Grimaldi, et du procureur du conseil de Castille, Pedro Campomanes. En face, l’entourage du comte d’Aranda, désormais désigné comme le parti « aragonais », réunit l’essentiel de l’aristocratie militaire, toutes tendances confondues, autour du comte de Ricla, secrétaire de la guerre et cousin d’Aranda80. En 1775, la défaite humiliante essuyée par les troupes espagnoles devant Alger contraint le marquis de Grimaldi à la démission, ouvrant une lutte acharnée entre les deux factions pour le contrôle de la première des secrétaireries. En 1777, la nomination à la secrétairerie d’État de José Moñino, comte de Floridablanca, constitue une défaite cuisante pour l’aristocratie militaire. Cet obscur avocat, fils d’un notaire de l’évêché de Murcie, incarne un tournant bureaucratique de la politique de Charles III marqué par l’avènement de techniciens du droit entièrement dévoués à l’absolutisme royal81. À partir de 1777, ce sont donc les secteurs les plus radicaux des golillas qui l’emportent et qui entraînent à leur tour une radicalisation du parti « aragonais » autour de ses franges les plus conservatrices.

36La constitution des factions politiques à la cour de Charles III est un phénomène bien étudié, mais ses conséquences sur l’institution militaire sont mal connues. Pourtant, il s’agit d’un enjeu central du conflit dont l’analyse permet de remettre en question une série d’idées reçues sur le projet politique porté par le parti « militaire », l’autre nom donné au parti « aragonais », qui ne lui sied pourtant pas mieux.

La lutte pour le contrôle de l’institution militaire

37La polarisation de la vie politique a été un processus lent : il commence à la fin des années 1760 et s’accentue tout au long des années 1770. Contrairement à ce que l’historiographie considère trop souvent, il ne s’agit pas d’un affrontement entre le pouvoir « civil » et le pouvoir « militaire », mais bien d’une lutte acharnée pour le contrôle de l’institution militaire entre militaires réformateurs, soutenus par le clan des golillas, et militaires conservateurs arcboutés sur leurs privilèges. L’institution militaire dans son ensemble devient alors un terrain d’affrontement où chaque camp se barricade dans les institutions qu’il contrôle.

  • 82 Kuethe, 1986, pp. 24-49 ; Parcero Torre, 1998, pp. 226-231.
  • 83 Recio Morales, 2011.

38Le principal héritage du militarisme éclairé est d’avoir fomenté parmi les généraux de l’armée l’ambition réformatrice. Rangés un temps derrière le comte d’Aranda tant que celui-ci incarnait un projet ambitieux de réforme institutionnelle, des militaires éclairés se sont retrouvés isolés après son départ pour Paris, alors que les arandistes se regroupaient autour des secteurs conservateurs. C’est donc en dehors de l’armée que ces militaires réformateurs sont allés chercher des soutiens politiques, en l’occurrence auprès des secrétaires d’État et des membres du conseil de Castille. Cette évolution est illustrée par la trajectoire d’Alexandre O’Reilly : arrivé en Espagne avec ses parents grâce aux filières de l’immigration militaire irlandaise, O’Reilly est représentatif de ces militaires éclairés du xviiie siècle. Comme Aranda, il est entré très jeune dans la carrière des armes et a voyagé en Europe pour parfaire sa formation professionnelle, avant d’impulser des réformes en Espagne. Protégé d’Aranda et du comte de Ricla, O’Reilly a œuvré avec eux à la réforme des institutions militaires en Amérique et en Espagne dans les années 1760. En 1763, il fait brillamment ses premiers pas en politique lorsqu’il est envoyé pour réformer le système de défense de Cuba et de Puerto Rico après les attaques anglaises82. Depuis 1766, il occupe la fonction d’inspecteur général de l’infanterie espagnole et étrangère, qu’il cumule à partir de 1770 avec celle d’inspecteur général des troupes et des milices d’Amérique. À cette époque, il est l’une des principales têtes de l’administration militaire qui œuvre pour la réussite d’une nouvelle militarisation de la monarchie83. Néanmoins, une fois Aranda parti, les relations entre O’Reilly et le comte de Ricla se tendent, ce qui incite le général irlandais à trouver des nouveaux protecteurs dans les rangs des golillas et à œuvrer pour eux au sein de la haute élite militaire.

  • 84 Andújar Castillo, 1997b.
  • 85 Lettre d’Alexandre O’Reilly au comte de Ricla, Madrid, 18 janvier 1775, dans Colón de Larriátegui, (...)
  • 86 En 1769, Wolfgang de Bournonville, comte de Flegnies, succède à son frère à la tête de la compagni (...)
  • 87 Galland-Séguéla, 2008, pp. 103-115.
  • 88 Recio Morales, 2012c.

39De ce fait, au cours des années 1770, l’institution militaire se fragmente entre les partisans des deux camps, regroupés autour de bastions institutionnels. Ainsi, les inspections générales de l’infanterie et de la cavalerie deviennent progressivement de puissants foyers de pouvoir entre les mains des réformateurs, en l’occurrence Alexandre O’Reilly et Antonio Ricardos, qui peuvent compter sur le soutien du secrétaire d’État, le marquis de Grimaldi, et de son successeur, le comte de Floridablanca84. En 1773, après le départ d’Aranda pour Paris, la capitainerie générale de Nouvelle-Castille est rétrogradée à un simple gouvernement militaire qui a fini par échoir à O’Reilly, lequel relance dans la capitale l’offensive contre l’autonomie de la maison militaire85. De l’autre côté, les secteurs conservateurs se sont logiquement retranchés dans les corps privilégiés, que ce soit la garde royale, l’artillerie ou les ingénieurs. À cette époque, les vieilles familles philippistes, telles que les Osuna et les Bournonville, renforcent leur emprise sur la maison militaire86. Cela oblige le camp adverse à manœuvrer en sous-main pour les contrer ou les contourner. En 1770, la création du corps des ingénieurs de la marine entend saper l’hégémonie que prétend exercer le vieux corps des ingénieurs militaires sur l’ensemble du génie87. De même, en 1774, à l’initiative de O’Reilly, la création du collège militaire d’Avila destiné à former les officiers de l’armée devient un autre casus belli. Il vise en effet à réformer en profondeur le corps des officiers et constitue donc une remise en cause du rôle de la maison militaire à fournir les principaux cadres de l’armée88.

  • 89 Andújar Castillo, 1996a, pp. 67-83 ; Domínguez Nafría, 2001, pp. 252-259.
  • 90 Voir chap. v.
  • 91 Domínguez Nafria, 2001, pp. 256-257.
  • 92 Voir chap. ii.

40La réaction des militaires conservateurs ne tarde pas à s’organiser sous la direction du comte de Ricla, nommé en 1772 à la secrétairerie de la guerre. En 1773, Ricla prend l’initiative d’une grande réforme du conseil de guerre pour restaurer son rôle de tribunal suprême militaire, et renforcer la place des militaires au détriment des conseillers de Castille qui y siégeaient de droit. Le conseil de guerre prend les allures d’état-major des armées puisqu’on y trouve désormais le capitaine le plus ancien de la garde du corps, le colonel le plus ancien des régiments de la garde, les inspecteurs généraux d’infanterie, de cavalerie, de dragons, de marine et de milices, ainsi que les commandants de l’artillerie et des ingénieurs. En outre, en tant que secrétaire de la guerre, Ricla siège désormais comme doyen du conseil89. Cette situation n’est pas sans rappeler l’expérience menée en 1737 par le duc de Montemar, lorsqu’il était ministre de la guerre et doyen du conseil de guerre. Ce dernier avait alors lui aussi tenté de renforcer la place des militaires dans le conseil dans le but de le renforcer comme tribunal supérieur unique pour toute l’institution, ce qui avait suscité l’hostilité des corps privilégiés et du conseil de Castille90. Or, en 1773, le contexte a changé : sous la conduite de Ricla, le conseil de guerre se rapproche des corps privilégiés pour les protéger et non plus pour les menacer. En effet, le nouveau règlement du conseil prévoit que celui-ci exerce une juridiction absolue sur tous les individus relevant du fuero militar, incluant en seconde instance ceux des corps privilégiés (maison militaire, artillerie, marine). Les juridictions de première instance sont laissées aux chefs de corps, mais les assesseurs qui étaient chargés de leur exécution sont supprimés et remplacés par des membres du conseil de guerre91. Ce genre de détail en dit long sur le processus à l’œuvre. En effet, on se souvient que ces assesseurs de la maison militaire créés en 1705 et 1718 ont symbolisé l’indépendance juridique de la maison militaire, et qu’ils étaient occupés depuis le début par le conseiller de Castille qui faisait fonction de président de la chambre des alcaldes de l’Hôtel et de la Cour. Cette situation avait permis d’extraire la garde royale de la tutelle de la juridiction du palais (le bureo) et de prévenir les conflits de juridictions avec les tribunaux de la Cour en confiant l’asesoria à des membres de ces instances92. En passant sous la juridiction du conseil de guerre, présidé certes par le secrétaire de la guerre, et en plaçant ses juridictions privatives entre les mains de membres dudit conseil, la maison militaire coupe tout lien avec les juridictions ordinaires. Le processus d’embastionnement des secteurs conservateurs dans les institutions militaires est en cours.

  • 93 Ozanam, 2008a, p. 297.
  • 94 Voir chap. iii.
  • 95 Sur cette junte, voir Solé i Cot, 2008, pp. 178-188 ; Garriga, 1997.
  • 96 Gay Escoda, 1997, pp. 498-530.

41Un autre exemple est donné par le contrôle personnel que le comte de Ricla exerce sur la capitainerie générale de Catalogne, dont il a occupé les fonctions de 1767 à 1772. En 1772, lorsqu’il est désigné à la secrétairerie de la guerre, Ricla ne se démet pas de sa charge comme le veut l’usage et il reste titulaire de cette importante capitainerie générale durant tout son mandat de ministre de 1772 à 1780, des intérimaires se chargeant d’en exercer les fonctions93. Il s’agit d’une situation inédite : Ricla n’est certes pas le premier militaire à occuper la secrétairerie de la guerre, mais aucun de ses prédécesseurs n’a cumulé son ministère avec un gouvernement de province. Cette décision ne peut être anodine quand on sait que la pratique du cumul des emplois en Catalogne a permis d’ériger l’ancienne principauté en bastion de l’élite militaire94. D’ailleurs, les intérimaires qui se substituent à Ricla sont tous issus de la garde royale, et ont déjà accumulé une longue expérience à la tête des gouvernements provinciaux en Catalogne. De plus, au cours de cette période a lieu une nouvelle expérimentation dans le gouvernement de la Catalogne, avec la création en 1775 de la junta de gobierno, une institution collégiale qui réunit les autorités civiles et militaires, à savoir le capitaine général, le régent de l’audience, l’intendant et le corrégidor de Barcelone. Cette institution a eu officiellement pour but d’améliorer la coordination entre les différentes instances de pouvoir en Catalogne pour éviter les conflits de juridictions. Son activité est encore mal connue, mais l’on peut conjecturer qu’il existe un lien entre la réforme du conseil de guerre, qui réunit lui aussi toutes les têtes de l’armée, et celle du gouvernement de la Catalogne. Faut-il y voir une volonté de Ricla d’exercer une tutelle sur les autorités concurrentes ? La junta de gobierno est-elle un moyen de renforcer le bastion militaire catalan en le plaçant sous le contrôle direct du secrétaire de la guerre ? Il n’est pas possible en l’état actuel des connaissances d’y répondre. On peut juste constater le caractère éphémère de cette expérience puisque la junte disparaît en 1781, quelques mois après que Ricla a quitté ses fonctions de secrétaire de la guerre95. Dans la foulée, une reprise en main vigoureuse des institutions provinciales catalanes a lieu sous la houlette du conseil de Castille, provoquant un vaste procès pour corruption qui implique l’intendance et de nombreux militaires en fonction dans la principauté96.

  • 97 Domínguez Nafria, 2001, pp. 268-269.

42À la lumière de ces conflits, il apparaît que les partisans d’Aranda n’incarnent pas un « parti militaire » dans le sens où l’institution militaire n’est pas monolithique et qu’elle est elle-même profondément divisée entre réformateurs et conservateurs. Sous la conduite de Ricla, un réseau d’institutions militaires — la secrétairerie de la guerre, le conseil de guerre, la maison militaire et la capitainerie générale de Catalogne — s’est structuré et a été placé sous le contrôle d’un nombre réduit de généraux. Après l’ambition conquérante du comte d’Aranda d’unifier autour de sa personne le gouvernement ordinaire et militaire du royaume, ses partisans semblent se replier progressivement dans le pré carré traditionnel de la haute élite militaire — ce que n’approuve d’ailleurs pas le propre comte d’Aranda97. En tout état de cause, cette stratégie de l’enfermement ne paie pas puisque les nouveaux bureaucrates au pouvoir ont multiplié leurs clientèles au sein de l’institution militaire, au point de trouver des relais au cœur même des corps privilégiés.

L’offensive bureaucratique contre les corps privilégiés

  • 98 Torres Sánchez, 2013.

43Entre 1777 et 1785, sous l’impulsion du comte de Floridablanca, l’armée est l’objet d’une vaste entreprise d’encadrement bureaucratique qui vise à imposer à tous les niveaux des verrous de contrôle administratif et comptable. La maison militaire n’échappe pas à l’emprise croissante des bureaux de l’administration, même si aucune réforme d’envergure n’est engagée. Point de réduction drastique des effectifs, pas d’épuration politique ni de nouvelles ordonnances, mais une multitude de règlements portant sur des aspects très techniques de l’organisation logistique et de la gestion des deniers du roi à l’intérieur des unités. Aux impératifs de la raison administrative s’ajoute la logique gestionnaire des physiocrates au pouvoir qui préside à une transformation profonde de la monarchie pour soutenir l’intervention espagnole dans la guerre d’Indépendance américaine98. Derrière la technicité des règlements, des décisions apparemment anodines provoquent des bouleversements sans précédent.

  • 99 Le comte de Ricla (1772-1780) et Miguel de Múzquiz (1780-1784) ont été des secrétaires de la guerr (...)
  • 100 Andújar Castillo, 1997b ; Drévillon, 2005, pp. 47-49.
  • 101 Glesener, inédite, pp. 149-155.

44L’objectif non affiché de ces mesures est pourtant bien la réduction de l’autonomie des chefs de corps. Vu depuis les bureaux de l’administration militaire, encore à l’époque de Charles III, le fonctionnement interne des unités de la garde royale est d’une opacité complète. Seul le marquis de la Ensenada avait cherché à s’introduire de force dans cet espace réservé avec les conséquences que l’on sait. Par la suite, les arandistes ont contrôlé la secrétairerie de la guerre et ont ainsi pu préserver les corps privilégiés des intrusions ministérielles99. Par conséquent, au lieu d’attaquer de l’extérieur, le clan des golillas va favoriser (ou inciter) la conflictualité interne aux corps de la maison du roi, afin de pouvoir intervenir en qualité d’arbitre. La stratégie passe par l’augmentation des prérogatives des officiers chargés de la gestion logistique et financière du corps (aide-major, sergent-major), afin d’éroder les espaces d’autonomie des chefs d’unité100. À partir du milieu des années 1770, cette politique inverse progressivement le rapport de force au sein des unités : grâce aux nouvelles règles comptables, les officiers gestionnaires prennent progressivement l’ascendant sur les chefs de corps101.

  • 102 Voir chap. iii.
  • 103 Glesener, inédite, pp. 290-294.

45En 1777, un premier conflit survient au sein des gardes wallonnes entre le colonel, le comte de Priego, et un de ses capitaines, Enrique Van Asbroeck. Ce dernier est l’un des deux capitaines-commissaires choisis chaque année par le colonel pour contrôler et contresigner les comptes de l’habilitado, c’est-à-dire l’officier payeur chargé de délivrer les salaires à chaque compagnie. Cette procédure a été mise en place à la suite de l’ordre du 7 août 1712 qui accordait aux colonels le monopole absolu sur la gestion financière interne de leur régiment. À défaut d’un verrou de contrôle extérieur, les officiers ont obtenu de leur colonel le droit de vérifier annuellement l’état des comptes avant de les faire remonter à la trésorerie générale. Ce système n’a jamais fait l’objet du moindre règlement, il s’agit d’un rééquilibrage interne organisé sous la pression des officiers102. L’efficacité de ce système de contrôle a été très relative étant donné que les commissaires ont toujours validé les comptes de l’habilitado ; la procédure est donc davantage une mesure symbolique par laquelle le colonel reconnaît aux capitaines un droit de regard sur sa gestion discrétionnaire des deniers du roi103. Or, en 1777, Enrique Van Asbroeck, l’un des deux commissaires de cette année-là, détourne l’usage de cette procédure afin de dénoncer effectivement ce qu’il juge être des malversations. À son homologue, qui se désolidarise immédiatement de lui, il lui reproche de

  • 104 AGS, GM, 2330, lette d’Enrique Van Asbroeck à José Trazegnies, Madrid, 22 février 1777.

considér[er] l’emploi de commissaire comme une simple obligation qu’il fallait exécuter, et que donc nous devions laisser faire, et ne pas faire davantage que nos prédécesseurs. Je vous avertis que j’ai décidé d’élever l’affaire104.

  • 105 AGS, GM, 2330, lettre d’Enrique Van Asbroeck au comte de Ricla, Madrid, 11 mars 1777.
  • 106 AHN, OM, Santiago, exp. 9022 ; AGS, GM, 2231. Il est le fils de Jean-Baptiste Van Asbroeck, offici (...)
  • 107 Fayard, 1982, pp. 163 et 204.
  • 108 AHPM, 21278, fos 15-19, testament d’Enrique Van Asbroeck, Madrid, 18 mai 1783.
  • 109 Ozanam, 1998, pp. 72-74.

46Le rapport de Van Asbroeck est très virulent : il dénonce le manque de rigueur dans la comptabilité, il critique le laxisme du colonel et laisse planer un doute sur une possible collusion entre les capitaines et l’habilitado. Il s’en prend donc aussi bien à ses pairs qu’au chef de corps, présentant une liste de paiements suspects pour une somme estimée à 765 942 réaux105. L’affaire prend rapidement de l’ampleur et le secrétaire de la guerre, le comte de Ricla, pourtant au mieux avec le comte de Priego, ne parvient pas à l’étouffer. Le scandale éclate en effet quelques jours après la prise de pouvoir des golillas au gouvernement : le 26 février 1777, Floridablanca accède à la plus haute fonction de l’État, tandis que le 11 mars, Enrique Van Asbroeck remet son rapport. Le lien entre Floridablanca et Van Asbroeck n’est pas attesté directement : né à Malaga en 1722, Van Asbroeck appartient à la seconde génération d’une famille d’exilés flamands106. La singularité de cet individu tient essentiellement à son degré d’intégration parmi les familles de letrados, notamment les conseillers de Castille, ce qui est plutôt rare pour un militaire d’origine étrangère107. Plus significatif encore est le lien entre Van Asbroeck et José Anduaga Galimberti, désigné pour son exécuteur testamentaire, et qualifié de « mon neveu » dans un testament rédigé par Van Asbroeck en 1783108. Anduaga est en effet connu pour avoir été le secrétaire de l’ambassade d’Espagne à Londres lorsque José Moñino, futur comte de Floridablanca, y officiait109. Il n’est donc pas possible d’affirmer avec certitude que Van Asbroeck ait agi en service commandé pour Floridablanca, mais un faisceau d’indices permet de le considérer comme un membre des clientèles des golillas.

  • 110 AGS, GM, 2330, consulte du conseil de guerre, Madrid, 19 juin 1777 ; AGS, GM, 2330, consulte du co (...)
  • 111 AGS, GM, 2232, « Noticia de los reparos más sustanciales que se han encontrado en las cuentas gene (...)
  • 112 AGS, GM, 2332, lettre de Martín Álvarez Sotomayor au comte de Ricla, Madrid, 16 mai 1778.
  • 113 AGS, GM, 2332, lettre du comte de Priego à Charles III, Madrid, 7 septembre 1778.
  • 114 Toutes les délibérations de la junte dans AGS, GM, 2332. Entre 1782 et 1783, Guillaume signale la (...)

47Ces circonstances ont vraisemblablement donné à l’affaire une tournure politique : le 17 juin, le conseil de guerre rend un avis dans lequel il condamne l’insubordination de Van Asbroeck et exige qu’il présente des excuses publiques au colonel ; le 17 juillet, une seconde consulte du conseil confirme l’exactitude du rapport de Van Asbroeck et le félicite d’avoir fait son devoir110. À la suite, le roi désigne Martín Álvarez Sotomayor, alors maréchal de camp et inspecteur général des milices, pour présider une junte composée de trois capitaines-commissaires. C’est la première fois depuis la création de la maison militaire par Philippe V qu’une personne extérieure à l’institution se penche sur la gestion interne d’un des régiments. En trois mois, la junte va essayer de reconstituer une gestion des comptes complètement désorganisée et dont la plupart des traces écrites a disparu. Le rapport de Martín Álvarez Sotomayor ne peut apporter les preuves d’un détournement, faute de documents, mais il apparaît que les officiers chargés de passer les contrats avec les fournisseurs ont agi sans aucun contrôle et que les capitaines ont utilisé la masse du régiment comme une caisse privée sur laquelle ils payaient des avances ou remboursaient des dettes à leurs créanciers personnels111. De manière générale, le président de la junte pointe un manque absolu de rigueur dans la tenue des comptes, incrimine le laisser-aller du colonel et recommande de remédier rapidement à ces dysfonctionnements en publiant un nouveau règlement112. Le comte de Ricla tente de protéger le comte de Priego, mais l’affaire est allée trop loin : le 7 septembre 1778, prétextant sa mauvaise santé, le comte de Priego demande au roi son congé définitif avec permission de résider hors des royaumes d’Espagne113. Dans les mois qui suivent, alors que le régiment est envoyé au siège de Gibraltar, la junte s’attelle à rédiger un règlement sur la gestion économique des régiments de la garde. Publié le 25 mai 1780, il soumet désormais les deux corps les plus importants de la maison militaire au contrôle comptable de l’administration royale114.

  • 115 Boufflers, Journal inédit du second séjour au Sénégal, pp. 137-138 : « Le roi d’Espagne ne veut po (...)

48Qu’un colonel de la garde royale, Grand d’Espagne, soit poussé à la démission à la suite d’une dénonciation d’un de ses capitaines est un événement suffisamment rare pour provoquer une déflagration dans les coulisses du palais115. La dimension politique de cette affaire est essentielle : il s’agit manifestement d’un épisode méconnu de la lutte entre arandistas et golillas qui entraîne l’abolition d’un des privilèges de la maison militaire les plus jalousement gardés depuis la fondation de l’institution. De plus, les officiers des gardes wallonnes sortent considérablement affaiblis de cette affaire puisque Priego n’est pas remplacé et que le régiment reste sans colonel pendant dix ans.

  • 116 AGS, GM, 2283, lettre des capitaines de la garde du corps à Miguel de Múzquiz, Madrid, 2 janvier 1 (...)
  • 117 Glesener, 2007, pp. 319-328.

49Au début des années 1780, des événements similaires se produisent dans la garde du corps, alors que la secrétairerie de la guerre est passée sous la férule de Pedro Lerena, une créature du comte de Floridablanca. Cette période est marquée par une progressive prise de contrôle par le secrétaire des voies privilégiées de promotion. D’un côté, en 1782, le roi impose à toutes les recrues de commencer depuis le premier échelon (garde, cadet) tandis que les emplois réservés dans la cavalerie aux cadets de la garde du corps sont drastiquement limités. Dans les faits, cela revient à réduire à néant la petite voie privilégiée car, sans possibilité de promotion vers l’armée, les cadets sont obligés de rester dans le cursus, ralentissant considérablement l’avancement116. Par ailleurs, les capitaines des compagnies perdent toute capacité d’influence dans le choix des exempts. Dès lors que le roi ne suit plus leurs recommandations, la grande voie privilégiée échappe aux capitaines. L’impuissance croissante des chefs de corps sur le recrutement se fait au profit du sergent-major qui devient progressivement l’informateur privilégié du secrétaire de la guerre. De plus en plus souvent, lorsque des charges sont vacantes, il est sollicité pour remettre un avis sur l’opportunité de la pourvoir à l’ancienneté ou non. Malgré sa position subordonnée, le sergent-major acquiert un pouvoir important, ce qui exacerbe les tensions avec les trois capitaines117.

  • 118 AGS, GM, 2284, lettre du marquis de Ruchena à Miguel de Múzquiz, Saint Ildefonse, juillet 1783.
  • 119 AGS, GM, 2284, lettre du marquis de Ruchena à Pedro Lerena, Saint Ildefonse, 11 août 1786.
  • 120 AGS, GM, 2284, lettre du marquis de Ruchena à Pedro Lerena, Saint Ildefonse, 11 août 1786.
  • 121 AGS, GM, 2284, ordre royal, 23 août 1786.
  • 122 AGS, GM, 2284, lettre des capitaines de la garde du corps à Pedro Lerena, Saint Ildefonse, 25 août (...)

50En 1783, les capitaines essaient de faire destituer le sergent-major, le marquis de Ruchena, en l’accusant de détournement d’argent. Ce dernier, arguant de son intégrité, dénonce une tentative « dirigée uniquement à priver le sergent-major des facultés que son emploi lui confère, et dont il a toujours usé depuis la création du corps118 ». En 1785, c’est au tour du marquis de Ruchena de passer à l’offensive contre les capitaines dénonçant les désordres du gouvernement intérieur des compagnies, notamment en matière de recrutement. Il pointe le manque de discipline, le favoritisme et l’insubordination qui règnent avec l’assentiment des capitaines des trois compagnies. Sa critique porte sur l’arbitraire dans le choix des gardes. Selon lui, « la plupart d’entre eux sont admis par échange de services, liens personnels, solidarités régionales », ce qui a donné une très mauvaise réputation au corps, estime-t-il, car « on murmure, au grand dam du corps et de ceux qui le gouvernent, que les emplois se donnent seulement par intérêt119 ». Par ailleurs, il accuse les capitaines d’entretenir par favoritisme une répartition inégale du service et une insubordination permanente. « Il n’y a pas un officier dans le corps qui soit obéi, ni qui ose se faire obéir120 ». Ruchena conclut en proposant un règlement qui place sous son contrôle toute l’organisation du service de la garde du corps. Quinze jours plus tard, le 23 août 1786, le roi promulgue un règlement qui reprend mot pour mot les recommandations du sergent-major, en précisant qu’elles ne doivent pas altérer les prérogatives qu’il a concédées par ordonnance aux capitaines121. Toutefois, pour ceux-ci, le désaveu est tel qu’ils élèvent une virulente protestation au secrétaire122 :

  • 123 AGS, GM, 2284, lettre du prince de Riccia à Pedro Lerena, Saint Ildefonse, 31 août 1786.

[La décision du roi] en vérité nous a mortifiés et nous a blessés profondément attendu qu’elle porte préjudice à la dignité de nos emplois et de notre honneur. Alors que nous avons toujours tâché de servir avec le plus de zèle possible et avec tout l’amour du roi, avec ce que sous-entend ce règlement, on nous jette au visage que nos services ne méritent pas l’approbation de notre bienveillant souverain123.

  • 124 AGS, GM, 2284, lettre de Manuel Pacheco à Pedro Lerena, l’Escorial, 22 novembre 1786.
  • 125 AGS, GM, 2284, lettre du prince de Riccia à Pedro Lerena, Madrid, 3 novembre 1786.
  • 126 AGS, GM, 2284, « Método y reglas que ha resuelto el rey observe el Real Cuerpo de Guardias de Corp (...)

51Les capitaines essaient de justifier leur gestion : le capitaine espagnol soutient que certains individus ne peuvent en aucun cas être traités comme les autres « car ce serait contre la dignité de leur naissance, et surtout parce que le roi l’interdit124 ». Le capitaine italien, quant à lui, estime que l’on ne peut demander aux candidats originaires d’Italie de présenter autant de papiers pour prouver leurs qualités. Selon lui, le système de recrutement repose sur la confiance accordée au capitaine à qui il revient de sélectionner les candidats et de se porter garant pour eux devant le roi125. Par ces arguments, les remontrances des capitaines cherchent à démontrer qu’un cadre réglementaire imposant une égalité de traitement est incompatible avec la nature de leur emploi et celle d’un corps privilégié. Cependant, le roi n’en tiendra pas compte puisqu’un règlement complet est publié le 27 novembre 1786 et qu’une junte de généraux est convoquée pour l’intégrer dans les ordonnances de la garde du corps126.

52En dix ans, des règlements très précis ont enserré les corps de la maison militaire dans un carcan normatif strict au profit des officiers gestionnaires de chaque unité. Ces règlements ont la particularité de ne pas toucher aux prérogatives de la garde royale, et en l’occurrence de ne pas modifier fondamentalement les ordonnances générales qui la régissent. Ils codifient en fait une série de pratiques non écrites qui échappaient à tout cadre normatif et relevaient du pouvoir discrétionnaire des chefs de corps. En l’occurrence, la gestion financière chez les colonels des régiments ou le recrutement chez les capitaines de la garde du corps faisaient partie de ces marges d’autonomie sur lesquelles chaque commandant fondait la dignité de son emploi. Dans les deux cas, face aux dénonciations de malversation ou de corruption, les commissaires diligentés pour enquêter ne font que relever des pratiques conformes à l’usage observé depuis la fondation de la maison militaire. Néanmoins, aux yeux des bureaucrates, ces pratiques ont perdu toute forme de légitimité et elles doivent être remplacées par de nouvelles procédures qui réduisent les chefs de corps à un rôle de simples exécutants. Logiquement, ce tournant bureaucratique marque une victoire des secteurs les plus radicaux des golillas sur la frange la plus conservatrice de l’oligarchie militaire.

Un parti « espagnol » très cosmopolite

  • 127 Ces caractéristiques ont été définies par Olaechea, 1969, pp. 33-56, reprises dans Gómez Pellejero (...)
  • 128 Andrés-Gallego, 2003, pp. 287-291 ; Egido López, 1971, pp. 306-307 ; Id., 1989 ; Recio Morales, 20 (...)

53Le projet politique porté par les arandistes a longtemps été caricaturé par l’historiographie, qui l’a souvent réduit à une faction nobiliaire essentiellement d’origine aragonaise, qui a eu partie liée avec l’austracisme et, à ce titre, qui aurait été nostalgique du pactisme et des fueros. Hostile aux étrangers qui entourent le roi, elle aurait milité pour rendre le pouvoir à la vieille noblesse d’épée qui fournissait l’essentiel de ses rangs. Les différents noms dont cette faction a été affublée (aragonais, espagnol, militaire) témoignent d’une lecture qui voit dans les arandistes le retour de la noblesse traditionnelle et qui leur accorde un rôle précurseur dans la formation d’un discours proto-patriotique127. Cette interprétation s’appuie sur un certain nombre de textes dont les catégories du discours ont été décontextualisées et extrapolées. La campagne pamphlétaire orchestrée contre Alexandre O’Reilly et le marquis de Grimaldi a notamment conduit à un amalgame entre un langage politique de mobilisation collective et la réification des adhésions que ces discours étaient censés susciter128. Cette interprétation ne résiste pas à la confrontation avec les faits, notamment dans le rapport qu’entretiennent les arandistas aux institutions militaires et aux nations qui les composent.

  • 129 Morange, 1984.
  • 130 Chantreau, Lettres écrites de Barcelonne à un zélateur de la liberté, p. 91.

54Si toutes les familles de l’exil flamand n’ont pas rallié Aranda, force est de constater qu’elles se sont massivement identifiées avec son combat. Derrière cette noblesse « espagnole », on trouve la plupart des maisons anciennes et récentes qui ont servi les Bourbon depuis trois générations au sommet de l’appareil militaire. Parmi elles se trouvent donc la plupart des familles d’exilés — flamandes, italiennes, françaises et irlandaises — arrivées au début du siècle et qui, sédentarisées ou non, figurent parmi les maisons de la haute noblesse en vue à la Cour. Mention a déjà été faite du lien de parenté entre le comte d’Aranda et le duc de Bournonville. Il en va de même de Jean Juste de Croÿ Havré, qui a obtenu son titre de comte de Priego par son alliance avec cette ancienne maison andalouse. Sa sœur, Marie-Anne de Croÿ Havré, née en France, mariée au marquis d’Ariza, a rejoint elle aussi les rangs de la haute noblesse espagnole. Son fils aîné, Felipe Palafox Centurión, comte de Montijo, a fait une carrière dans les gardes wallonnes, avant de devenir successivement gentilhomme de la chambre du prince des Asturies (1774), puis commandant de la compagnie des hallebardiers royaux (1780) et grand écuyer de la future reine Maria Luisa. Le comte de Montijo et son fils après lui ont été les principaux instigateurs de l’agitation nobiliaire, le premier sous Charles III et le second sous Charles IV129. Le degré d’intégration des anciens exilés dans les dynamiques nobiliaires est tel qu’il ne reste guère que les titres et les patronymes pour rappeler leur origine. En 1789, un voyageur français disait du comte de Lacy, le fils d’un exilé irlandais devenu capitaine général de Catalogne, qu’il était « irlandais, ou plutôt un catalan de race irlandaise, car il a vu le jour à Barcelone130 ».

  • 131 AHN, OM, Montesa, exp. 421. Ont témoigné le comte d’Aranda, président du conseil de Castille, le c (...)
  • 132 AHN, Carlos III, exp. 83. Ont témoigné le duc d’Arcos et le comte de Bournonville, capitaines de l (...)
  • 133 Olaechea, 1969, p. 124 ; Terrón Ponce, 1997, pp. 119-120.
  • 134 Fernán Nuñez, Vida de Carlos III, t. II, pp. 222-251 ; Morel-Fatio, 1890 ; Moxó, 1977.

55De plus, bien qu’elles n’en fassent pas étalage, ces élites entretiennent le cosmopolitisme en se montrant très promptes à accueillir et à intégrer de nouveaux venus. À ce titre, les cas du prince de Salm et du duc de Crillon sont exemplaires. Le premier est le fils cadet d’un prince d’Empire, natif d’Anvers, entré à vingt et un ans au service de l’Espagne, tandis que le second est un lieutenant-général français, natif d’Avignon, âgé de quarante-cinq ans en 1762 lorsqu’il franchit les Pyrénées. L’un et l’autre ont bénéficié des largesses du roi : Salm a fait une carrière militaire en quatre ans tandis que Crillon a été fait Grand d’Espagne et capitaine général des armées. Or, bien qu’ils doivent leur ascension à la protection royale, tous deux ont été accueillis et reconnus par l’aristocratie « espagnole ». En 1768, lorsque le prince de Salm reçoit un habit et une commanderie dans l’ordre de Montesa, toute la haute noblesse militaire se presse pour déclarer en faveur du jeune impétrant131. En 1780, quand c’est au tour de duc de Crillon de présenter des témoignages de noblesse pour recevoir la croix de l’ordre de Charles III, ce sont encore des figures de l’aristocratie militaire qui se portent garantes132. Pourtant, malgré la similitude de leurs trajectoires, les deux hommes connaissent des fortunes diverses. En 1781, le duc de Crillon est nommé par le comte de Floridablanca pour commander l’expédition de Minorque au détriment du comte d’Aranda. Cet épisode bien connu de la lutte entre arandistas et golillas fait basculer Crillon dans le camp adverse, ce qui provoque immédiatement contre lui une campagne de dénigrement à caractère xénophobe133. À l’inverse, le prince de Salm, dont la sœur s’est alliée au duc de l’Infantado, reste dans le giron de la haute aristocratie militaire, et ses neveux seront des figures éminentes du parti aristocratique sous le règne de Charles IV134.

56Ces exemples montrent que la faction nobiliaire en voie de constitution à la Cour ne recoupe pas les appartenances d’origine. Au sein d’une élite fondamentalement cosmopolite, le clivage n’oppose pas les « Espagnols » aux « étrangers », puisque les uns et les autres se retrouvent dans chaque camp. Toutefois, ce sont essentiellement les « étrangers » passés du côté des golillas, à l’image de O’Reilly ou de Crillon, qui ont le plus eu à souffrir des campagnes xénophobes. Le principal enseignement à retirer de l’agitation xénophobe des arandistas est que ce type de discours a changé de camp. Jusque-là, autant sous Alberoni que sous Ensenada, le discours des réformateurs contre les privilèges de la maison militaire s’est accompagné d’accents xénophobes. Dans les deux cas, la fabrique des élites militaires basée sur les privilèges des nations hérités de la guerre de Succession avait été visée. Cette fois, c’est cette aristocratie militaire, naguère dénigrée pour son cosmopolitisme, qui s’approprie le discours xénophobe en jetant l’opprobre sur quelques individus d’origine étrangère, comme pour mieux gommer l’extrême variété des origines au sein de son propre camp. Aussi, la portée de ces attaques doit être considérablement relativisée, car elles n’ont pas de valeur d’opinion générale en dehors des mobilisations ponctuelles. Par exemple, en 1782, lorsqu’Aranda dénonce avec véhémence la préférence faite à Crillon pour diriger l’expédition de Minorque, il s’empresse de nuancer son propos :

  • 135 AGP, Fernando VII, 108, fos 85-90, lettre du comte d’Aranda au prince des Asturies, Paris, 26 juin (...)

Que Votre Altesse ne pense pas que je suis opposé aux étrangers car, bien au contraire, je les tiens dans la meilleure opinion, choisissant ceux qui le méritent le plus […] Le prince se doit à ses vassaux, comme ceux-ci se doivent à lui. Le prince se doit également aux étrangers qui, depuis leur premier service n’ont pas porté d’autre uniforme. Il y en a, et de très dignes, sous les ordres desquels j’ai servi avec beaucoup d’estime135.

  • 136 Voir ci-dessus.
  • 137 Carrasco Martínez, 1999.

57Dans cet extrait, Aranda ne conteste pas le cosmopolitisme de la noblesse de service, qu’il a et qu’il continue de fréquenter assidûment. Car, comme Ensenada avant lui, il estime cette diversité justifiée au nom des principes méritocratiques. Même chez Aranda, il n’y a pas de xénophobie de principe, lui qui reconnaissait par ailleurs son ascendance flamande136. Par conséquent, bien plus qu’un discours proto-national, sans doute faut-il voir dans le recours à la xénophobie la réappropriation par les arandistas d’une culture nobiliaire de l’opposition, nourrie des expériences politiques des xvie et xviie siècles, et qui permet de faire passer pour « espagnoles » des élites sociales profondément cosmopolites et hétérogènes137.

58La polarisation de la vie politique entre arandistas et golillas a incontestablement tourné à l’avantage de ces derniers. Après avoir réduit les chefs de corps à de simples exécutants de la volonté royale, les logiques administratives et le contrôle bureaucratique ont pénétré les rouages de l’institution militaire et des corps privilégiés. Cependant, les arandistes peuvent se prévaloir d’avoir limité la casse en préservant les privilèges formels : les corps de la maison militaire restent les premiers de l’armée, leur autonomie juridictionnelle a été encadrée mais préservée, la structure corporative est intacte, et il n’y a toujours aucune direction militaire unifiée ni d’état-major commun qui pourraient leur porter ombrage. Les corps privilégiés ont été solidement arrimés à l’appareil administratif de l’armée, mais l’institution militaire n’a pas été unifiée. Lorsqu’il s’éteint en 1788, Charles III devait savoir que les succès remportés sur l’aristocratie militaire étaient fragiles, d’autant qu’il n’ignorait pas que celle-ci avait trouvé auprès de son héritier un protecteur bienveillant. Pourtant, contre toute attente, Charles IV va poursuivre l’action de son père avec un acharnement inégalé.

III. — Le despotisme militaire

59Monté sur le trône le 14 décembre 1788, Charles IV est confronté sept mois plus tard à la Révolution française qui provoque un bouleversement complet de la politique intérieure et extérieure de l’Espagne. Le roi cherche à tout prix à maintenir l’alliance avec la France, et il s’appuie pour cela sur l’équipe de Floridablanca à qui il a renouvelé sa confiance. Néanmoins, les divergences entre Charles IV et son premier ministre s’accentuent à mesure que ce dernier prône la rupture de l’alliance pour éviter la contagion révolutionnaire. Après la proclamation de la Constitution (3 septembre 1791), Floridablanca devient un obstacle aux relations diplomatiques avec la France, ce qui conduit à sa destitution le 28 février 1792. Charles IV se tourne alors vers la faction concurrente et rappelle le vieux comte d’Aranda pour lui confier les rênes de la monarchie. Celui-ci a conservé de son ambassade à Paris de nombreux contacts en France et il est chargé d’œuvrer au maintien de l’alliance franco-espagnole. Toutefois, la chute de la monarchie constitutionnelle en France, lors de la journée du 10 août 1792, suivie de la proclamation de la République, marquent une nouvelle rupture. Non seulement le conflit avec la France devient inéluctable mais Charles IV s’affranchit aussi des hommes du passé en décidant de se séparer du comte d’Aranda huit mois après son rappel. Le roi propulse alors au sommet de l’État une créature du couple royal, Manuel Godoy, jeune garde du corps totalement inconnu, qui accède à la secrétairerie d’État le 11 novembre 1792.

60L’arrivée de Godoy constitue un tournant décisif dans les relations de la couronne à l’aristocratie militaire dans la mesure où l’institution militaire fait l’objet d’une très vigoureuse reprise en main. Elle est menée par le nouveau secrétaire d’État qui cumule ses fonctions avec celles de sergent-major de la garde du corps. Deux enjeux majeurs rythment cette période extrêmement tendue : d’une part, il s’agit de faire de l’armée et des corps privilégiés l’instrument du gouvernement de la monarchie à travers un clientélisme militaire exacerbé. D’autre part, il s’agit d’unifier à marche forcée l’institution militaire sous une direction unique car, à deux reprises, pendant la guerre des Pyrénées contre la France (1793-1795) et pendant la guerre des Oranges contre le Portugal (1801), le commandement de l’armée espagnole a fait preuve de sa totale inefficacité. Pour y parvenir, Godoy entreprend de soustraire la maison militaire à l’autorité exclusive du roi, un défi contre lequel tous les gouvernements précédents ont buté. Afin de ne pas renouveler les erreurs du passé, le jeune secrétaire d’État choisit de concentrer sur sa personne l’ensemble des pouvoirs au prix d’un abaissement spectaculaire de l’aristocratie militaire.

Les ambiguïtés d’un nouveau roi

  • 138 AGS, GM, 5913.
  • 139 Voir Graph. 1 plus bas.
  • 140 AGS, GM, 5944, ordre royal, Madrid, 14 janvier 1789.
  • 141 AGS, GM, 5916.
  • 142 AGS, GM, 5913, ordre royal, 11 avril 1789. L’acte précise que la nomination est due au « particula (...)
  • 143 AGS, DGT, inv. 2, leg. 73 [Fichoz].

61Les premiers pas de Charles IV ont ressemblé à ceux de son père, c’est-à-dire prudents, afin d’inscrire son règne dans la continuité de celui de son prédécesseur. Ni l’autorité de Floridablanca, ni les mesures qu’il a prises à l’encontre des gardes royales, n'ont été remises en question138. Toutefois, le roi a donné des gages de ses bonnes dispositions à une aristocratie militaire qu’il sait frondeuse. Le 14 janvier 1789, une grande promotion de 109 officiers généraux est décrétée, ce qui permet de compenser les retards accumulés dans l’avancement puisque Charles III n’avait nommé que 11 officiers généraux depuis 1785139. Le même jour, Théodore de Croix, vice-roi du Pérou, est nommé à la tête des gardes wallonnes tandis que le IXe duc d’Osuna succède à son père au commandement des gardes espagnoles. Charles IV met ainsi fin à la vacance des deux grands régiments de la maison militaire en y rétablissant des familles philippistes historiques140. Le 7 avril, le prince de Riccia, le capitaine de la compagnie italienne, ancien sommelier de corps du roi des Deux-Siciles, nommé personnellement par Charles III, est mis à la retraite141. Il est remplacé par Vicente Imperiali, marquis d’Oyra, un proche de Charles IV qui le servait jusque-là en qualité de gentilhomme142. Le 19 septembre 1789, le jour de l’ouverture des Cortès de Castille, ce sont encore 50 officiers généraux qui sont promus143. Quatre jours plus tard, lorsque le prince Ferdinand vient baiser la main de son père en tant que nouveau prince des Asturies, le peintre Luis Paret immortalise la scène dans un célèbre tableau. Au premier plan, tout le banc de la Grandesse d’Espagne apparaît revêtu du grand uniforme bleu des officiers généraux de l’armée tandis que les capitaines de la garde du corps, à l’arrière-plan, forment un cordon derrière la famille royale (fig. 8). Peint deux ans après l’événement, ce tableau met en scène une aristocratie militaire qui vient d’être fraîchement restaurée dans toutes ses prérogatives.

Fig. 8. — Luis Paret y Alcázar, Serment de Ferdinand VII comme prince des Asturies (23 septembre 1789), 1791, Musée du Prado, Madrid (détail)

Fig. 8. — Luis Paret y Alcázar, Serment de Ferdinand VII comme prince des Asturies (23 septembre 1789), 1791, Musée du Prado, Madrid (détail)

© Museo del Prado, Madrid.

  • 144 Colón de Larriátegui, Juzgados militares de España y sus Indias, t. II, pp. 220-221 ; AGS, GM, 595 (...)
  • 145 AGS, GM, 5913, lettre des capitaines de la garde du corps à Charles IV, Madrid, 6 décembre 1789 ; (...)
  • 146 AGS, GM, 5914, lettre de Bartolomé Escobar, Carlos Pusterla et Felipe Laloux à Jerónimo Caballero, (...)
  • 147 AGS, GM, 5915, ordre royal, Palais, 22 janvier 1791. L’ordonnance de 1792 formalise le fait. Orden (...)
  • 148 AGS, GM, 5914, Relation des festivités destinées à la Gaceta de Madrid.
  • 149 AGS, GM, 5914, Relation des festivités destinées à la Gaceta de Madrid.

62En effet, les événements révolutionnaires de l’été 1789 ont tôt fait de dissiper la tiédeur de Charles IV envers ses chefs militaires. Alors que les tensions s’accentuent avec Floridablanca, le roi entreprend de resserrer clairement les liens avec eux en leur rendant les privilèges qui leur ont été ôtés durant le règne précédent. Le 20 novembre 1789, le roi annule toutes les mesures prises par son père depuis le motín d’Esquilache de 1766, ce qui rend aux gardes espagnoles et wallonnes leur totale indépendance à l’égard des juridictions militaires territoriales, rappelant que « la fonction principale de ce corps est de faire la garde à la personne royale », et non d’être considéré comme une troupe de garnison144. Dans la foulée, à la demande de leurs trois capitaines, le roi accorde le même traitement aux compagnies de la garde du corps145. Le 18 avril 1790, le roi rétablit la petite voie privilégiée en accordant à tous les cadets le grade de capitaine de cavalerie et aux simples gardes celui de lieutenant146. Il restaure ainsi la garde du corps dans sa fonction de vivier des capitaines de cavalerie de l’armée. De surcroît, en associant un grade à la charge de cadet, ceux-ci peuvent désormais postuler de droit à toutes les compagnies vacantes et pas seulement à celles qui leur étaient réservées. Cette décision resserre fermement les liens de Charles IV avec l’aristocratie militaire, sachant que le roi se déclare à cette occasion colonel de la garde du corps, une marque de faveur totalement inédite depuis l’avènement de la dynastie147. L’événement est célébré le 25 avril par quatre jours de festivités à Aranjuez, avec une messe en l’honneur des rois à laquelle ont assisté « non seulement les capitaines des trois compagnies et leurs officiers supérieurs, mais également de nombreux Grands, des grands officiers du palais, des ministres, des ambassadeurs, les officiers des gardes espagnoles et wallonnes, des membres des secrétaireries et d’autres individus distingués148 ». La façade de la caserne de la garde royale à Aranjuez est illuminée par plus de seize mille lampions représentant les armes de Castille et le lys de France. Au terme des festivités, le roi a demandé à Manuel Pacheco, capitaine de la compagnie espagnole, qu’il fasse connaître « sa satisfaction à ses gardes149 ».

  • 150 Esdaile, 1988, pp. 18-19.

63Comment interpréter ce rapprochement spectaculaire entre Charles IV et la haute aristocratie militaire au cours de l’année 1790 ? Faut-il y voir une conséquence de l’éloignement progressif de l’équipe ministérielle de Floridablanca et l’amorce d’un rapprochement avec les arandistas ? S’agit-il, comme certains l’ont suggéré, de resserrer les liens entre la maison militaire et le roi afin d’éviter des défections similaires à celles des gardes françaises lors de la prise de la Bastille150 ? Cette réconciliation n’est-elle pas un prélude destiné à apaiser l’aristocratie militaire pour mieux la reprendre en main ? En tout cas, à la même époque, le roi et la reine fréquentent le jeune garde du corps, Manuel Godoy, et s’appliquent à le propulser au sommet de la maison militaire.

La reprise en main

  • 151 Glesener, 2007.

64Toujours mentionnée mais jamais étudiée, la carrière militaire de Godoy a été négligée par l’historiographie qui s’est toujours focalisée sur sa trajectoire politique. Pourtant, Godoy a accédé à l’intimité du couple royal grâce à son emploi dans la garde du corps, et il a conservé ensuite des fonctions dans la maison militaire jusqu’en 1798, soit longtemps après son entrée à la secrétairerie d’État en novembre 1792. La carrière militaire de Godoy n’a donc rien d’anecdotique, elle apparaît au contraire fondamentale pour comprendre aussi bien son ascension, sa politique militaire, que les événements de 1808 qui ont précipité sa chute151.

  • 152 La Parra López, 2002, pp. 62-64.
  • 153 AGS, GM, 2286, lettre de Manuel Pacheco à Jerónimo Caballero, Madrid, 30 décembre 1788.
  • 154 AGS, GM, 2286, lettre de Manuel Pacheco à Jerónimo Caballero, Madrid, 26 février 1789 ; AGS, GM, 5 (...)
  • 155 AGS, GM, 5913, lettre de Manuel Pacheco à Jerónimo Caballero, Madrid, 13 décembre 1789 ; La Parra (...)
  • 156 Des exemples de carrière plus rapides existent : en 1736, le comte de Flegnies, le neveu du duc de (...)

65En 1784, lorsqu’un certain Manuel Godoy apparaît dans les papiers de la garde royale, rien ne laisse présager du chemin qu’il va parcourir. Le jeune hidalgo estréménien, âgé de dix-sept ans, n’a pas les relations nécessaires pour entrer dans la garde royale par la grande porte et prétendre bénéficier de la voie privilégiée de promotion. Son frère, Luis, sert déjà comme simple cavalier dans la garde du corps sans y exercer d’influence particulière. Après plusieurs mois d’attente, Manuel y entre à son tour comme simple garde, grâce à l’appui d’un proche de la famille, Miguel Trejo, premier lieutenant de la compagnie espagnole152. Sa carrière est des plus médiocres jusqu’à la fameuse chute de cheval survenue en septembre 1788. L’influence de l’héritier du trône et de son épouse sur la trajectoire de Godoy ne fait pas l’ombre d’un doute. Trois mois après sa rencontre avec les princes, et quinze jours après l’accession de ceux-ci à la couronne espagnole, Manuel obtient sa première promotion à la charge de cadet surnuméraire153. À partir de ce moment, la carrière de Godoy connaît une forte accélération. En février 1789, il devient cadet ; en mai, il est nommé exempt surnuméraire154 ; en décembre, il obtient un bâton d’exempt avec l’habit de Saint-Jacques et la commanderie de Valencia del Ventoso155. L’hidalgo va mettre deux ans et demi pour atteindre les premiers emplois de la maison militaire, soit moins de temps que ce qu’il a dû patienter pour obtenir sa première promotion. Jusqu’en 1790, la carrière de Godoy est rapide pour une personne de son extraction sociale mais, dans l’ensemble, elle n’est pas exceptionnelle156.

  • 157 AGS, GM, 2286, lettre de Manuel Pacheco à Jerónimo Caballero, Madrid, 30 décembre 1788.

66Étrangement, la protection royale n’est jamais clairement affichée dans la documentation administrative. Entre 1789 et 1790, c’est au motif de ses capacités de gestion que Godoy progresse dans le corps. Dès le départ, l’ascension de Manuel s’inscrit dans les emplois à caractère logistique et s’appuie sur un discours méritocratique157. Le souci du trône de justifier son favoritisme autrement que par l’expression de son bon vouloir est une constante dans la trajectoire de Godoy ; le roi cherchant à normaliser une trajectoire qui, aux yeux de tous, est de plus en plus hors normes.

  • 158 La Parra López, 2002, pp. 84-85.
  • 159 AGS, GM, 5915, lettre du marquis de Ruchena au comte de Campo de Alange, Madrid, 10 janvier 1791.
  • 160 AGS, GM, 5915, ordre royal, 16 janvier 1791.
  • 161 AGS, GM, 5915, ordre royal, 10 février 1791.
  • 162 AGS, GM, 5915, ordre royal, 16 juillet 1791.
  • 163 AGS, GM, 5915, ordre royal, 27 septembre 1791.
  • 164 AGS, GM, 5915, ordre royal, 20 novembre 1791. Depuis 1704, les capitaines et le sergent-major de l (...)
  • 165 AGS, GM, 5916, ordre royal, 21 février 1792.

67À partir de 1791, la carrière de Godoy entre dans une nouvelle phase. Le jeune Manuel s’installe dans l’entourage du couple royal comme l’un des principaux conseillers, bien que cette faveur ne se traduise pas encore par des emplois politiques158. Par contre, dans la garde, Manuel effectue un bond inédit dans l’histoire de la maison militaire et qui transforme radicalement l’institution. Ainsi, le 11 janvier 1791, Godoy est proposé par le sergent-major à l’emploi d’aide-major général, sans que celui-ci soit vacant, au motif que le candidat possède « une jeunesse prompte et efficace, une présence d’esprit, un désir de se distinguer, et […] tout ce qui est réputé génial chez un commandant159 ». Le 15 du mois, le roi accepte la proposition et décrète le lendemain le rétablissement du second poste d’aide-major général supprimé depuis la réforme d’Ensenada. Charles IV déclare en outre que le grade de brigadier est désormais couplé à cet emploi160. Moins d’un mois plus tard, le 10 février, le roi régule la graduation des officiers supérieurs de la garde du corps, octroyant le rang de maréchal de camp aux deux aides-majors généraux. Dans les faits, Antonio Barradas, l’un des deux concernés, jouit déjà de ce grade, ce qui signifie que cette mesure bénéficie uniquement à Manuel Godoy161. En juillet 1791, le roi ouvre le chemin à son protégé jusqu’au premier échelon de l’état-major. Le 16, le marquis de Ruchena, sergent-major, est « promu », ce qui l’oblige à libérer son poste que le roi accorde aussitôt à Godoy, avec le grade de lieutenant-général attenant162. À partir de ce moment, toutes les distinctions retombent systématiquement sur la charge de sergent-major. Le 27 septembre 1791, Charles IV décrète que « compte tenu de la distinction de l’emploi de sergent-major », son titulaire obtient le droit de porter sur son couvre-chef le même panache blanc que les trois capitaines163. Le 20 novembre, un nouveau décret modifie les entrées dans la chambre des rois pour permettre à Godoy d’accéder à la chambre de la reine164. Enfin, au début de l’année 1792, le sergent-major obtient l’égalisation de son salaire avec celui des capitaines, chacun perçevant 60 000 réaux annuels en qualité de lieutenants-généraux en service165.

  • 166 AGS, GM, 5915, ordre royal, 22 janvier 1791.
  • 167 Ordenanza de S.M. para el gobierno, régimen y disciplina del real cuerpo de guardias de corps, pp. (...)

68Traditionnellement, l’accélération de la carrière de Godoy dans la garde du corps a été considérée comme le simple reflet de la considération croissante du couple royal à son égard. Sa carrière militaire n’aurait été qu’un prélude avant l’accès aux véritables responsabilités politiques. Or, replacée dans la longue durée de l’histoire de la maison militaire, l’ascension de Godoy apparaît comme un véritable processus de réforme de l’institution. En effet, à partir de 1791, sa progression sort des sentiers balisés de la voie privilégiée, et chaque nouvelle grâce modifie les rapports internes de pouvoir. D’ailleurs, parallèlement, un programme de révision des ordonnances de la garde du corps a commencé. Le 22 janvier, sept jours après avoir nommé Godoy à l’emploi d’aide-major général, le roi ordonne la convocation d’une junte pour établir un nouveau règlement, dans laquelle son protégé siège au titre de son nouvel emploi166. Le contenu des débats n’est pas connu, mais l’on sait que la junte s’est réunie régulièrement durant les six premiers mois de l’année. Au terme, l’assemblée a produit une nouvelle ordonnance, publiée le 12 mars 1792, qui détaille en plus de cinq cents pages les règles du service de la garde du corps. En réalité, cette ordonnance est taillée pour Godoy : elle compile les règlements précédents en les adaptant pour qu’ils se conforment aux nouvelles prérogatives du sergent-major. Ce dernier est proclamé inspecteur du corps, toutes les propositions aux emplois passent par lui, et il est le seul habilité à proposer des candidats pour les charges de l’état-major. De ces nouvelles prérogatives, l’élément le plus déterminant est incontestablement le rôle dévolu au sergent-major comme juge particulier de la garde du corps, y compris dans les affaires qui concernent les capitaines. Ces derniers sont de ce fait dépouillés de leur juridiction sur leur compagnie, laquelle est unifiée pour les trois compagnies et centralisée autour du sergent-major167. En érigeant le sergent-major en interlocuteur principal d’une administration bureaucratique, l’ordonnance de 1792 apparaît donc comme le point culminant de l’œuvre de Floridablanca, ce qui peut paraître paradoxal puisque ce dernier a été destitué deux semaines avant la publication de l’ordonnance. Et pourtant, alors que l’historiographie oppose traditionnellement les deux hommes, vu depuis la maison militaire, Godoy s’inscrit incontestablement dans la continuité du premier ministre de Charles III.

69Par conséquent, la carrière militaire de Godoy n’a rien d’une frivolité du couple royal, elle s’inscrit au contraire dans un processus de reprise en main de la maison militaire orchestré par Charles IV. En rendant à cette carrière son caractère profondément politique, un coin du voile peut être levé sur les raisons du choix de Godoy pour remplacer Aranda au mois de novembre 1792 : ce n’est pas un simple favori qui accède aux commandes de la monarchie, c’est un militaire qui a déjà œuvré à rétablir l’autorité du roi dans le bastion le plus fermé de l’aristocratie militaire.

Le clientélisme militaire

70Paradoxalement, alors qu’il occupe la première fonction politique de l’État, le nouveau duc d’Alcudia ne se démet pas de sa charge de sergent-major de la garde du corps. Cette situation s’explique par l’importance que Godoy attribue à l’institution dans sa stratégie politique, mais aussi par la nécessité de continuer à contrôler étroitement ce pré carré de l’aristocratie militaire.

  • 168 Ibid.
  • 169 AGS, GM, 5916, ordre royal, 22 avril 1792 ; AGS, GM, 5916, ordre royal, 8 mai 1794.
  • 170 Kuethe, 1986, pp. 152-153 ; Goncalvès, 2008, pp. 232-234.
  • 171 AGS, GM, 5920, ordre royal, 26 novembre 1797.
  • 172 AGS, GM, 5920, ordre royal, 10 novembre 1797.
  • 173 AGS, GM, 5920, ordre royal, 8 novembre 1797.

71Dans le premier cas, Godoy a perçu toute l’utilité qu’il pouvait retirer de sa position de sergent-major pour développer sa propre clientèle politique. Autour de sa charge, tout d’abord, il met en place un petit secrétariat pour l’aider à administrer l’institution168. Il obtient pour chacune de ces fonctions une équivalence de grade dans la hiérarchie des compagnies de manière à permettre à leurs titulaires d’y être promus169. Le secrétariat du sergent-major, et plus largement l’état-major de la garde du corps, deviennent des lieux de promotion pour les protégés de Godoy que celui-ci place ensuite dans les compagnies. Néanmoins, les nouvelles prérogatives du duc d’Alcudia lui permettent d’envisager les choses de façon plus ambitieuse encore. En 1793, la création d’une quatrième compagnie réservée aux naturels d’Amérique est un instrument dédié au développement des réseaux politiques du favori. Placée sous son autorité personnelle, elle devait permettre aux fils des élites créoles de venir servir à la Cour. Dans les faits, seuls une soixantaine de candidats venus des colonies se présentent. Ils sont vraisemblablement tous des clients de Godoy, comme l’illustre le cas de Joaquín Beltrán Santa Cruz, fils et héritier du comte de San Juan de Jaruco, le chef d’une des grandes maisons de l’aristocratie sucrière de La Havane. Après avoir vainement cherché à acheter un régiment de milices à Cuba, Joaquín est passé à la Cour où il devient l’un des intimes de Godoy. En 1793, il est nommé exempt de la nouvelle compagnie américaine. Deux ans plus tard, il retourne dans son île natale en qualité de sous-inspecteur général de l’armée, un poste qui n’avait jamais été occupé auparavant par un Créole170. Cet exemple montre que le passage dans la garde du corps est suivi d’une nomination à des emplois clés de l’administration royale. Pour la première fois depuis la fondation de la maison militaire, les débouchés que Godoy offre à ses clients ne sont plus strictement militaires. Parmi de nombreux exemples, nous avons le cas de José Clavijo, de la compagnie italienne, qui quitte la maison militaire pour la Chambre principale des comptes171. Pedro Calderón, de la compagnie américaine, obtient un emploi d’officier des finances dans la caisse royale de Cuenca en Nouvelle-Grenade172, tandis que Francisco Rodríguez, garde dans l’unité espagnole, est envoyé comme visiteur des rentes du tabac dans la province de Guadalajara173. En plaçant d’anciens gardes du corps à des emplois clés de l’administration fiscale, Godoy brise l’étanchéité qui a prévalu durant tout le xviiie siècle entre les carrières militaire et administrative. Le sergent-major se sert donc de sa position dans la garde du corps pour mettre un œuvre un processus que l’on pourrait qualifier de néo-militariste.

  • 174 Martínez Ruiz, 1995, p. 45-59 ; Andújar Castillo, 2008d, pp. 204-211.
  • 175 Andújar Castillo, 2003a ; Id., 2008d. Sur la politique clientéliste de la couronne, notamment dans (...)

72En effet, à cette époque, l’armée semble devenir ce vivier renouvelé du clientélisme royal. Pour les seules années 1793 à 1795, ce sont 601 officiers généraux qui sont promus, dont 341 pour la seule année 1795, ce qui représente autant que les nominations des treize années précédentes. Envisagées dans la longue durée, ces vagues de promotion constituent une rupture indéniable (Graph. 1)174. On sait également que cette période correspond à une très large ouverture de l’institution militaire à de nouveaux secteurs de la société, notamment les milieux négociants et particulièrement ceux implantés en Amérique, dans un contexte de développement tous azimuts du clientélisme royal175. Il s’agit donc bien d’un renouvellement profond des cadres militaires — mais aussi politiques et administratifs — qui est orchestré par Manuel Godoy. Si celui-ci ne se démet pas de son emploi de sergent-major, c’est qu’il lui permet de contrôler le plus vieux bastion institutionnel de l’aristocratie militaire et d’en faire une pièce maîtresse de sa politique clientéliste.

Graph. 1. — Nominations d’officiers généraux au cours du xviiie siècle

Graph. 1. — Nominations d’officiers généraux au cours du xviiie siècle

Source : Fichoz

  • 176 AGS, GM, 5919, lettre de Manuel Godoy à Charles IV, l’Escorial, 24 janvier 1795.

73En 1795, le renversement de la hiérarchie entre le sergent-major et les capitaines est acté lorsque Godoy écrit un mémoire au roi pour lui proposer une réorganisation de la garde du corps. De deux mesures phares, la première vise à réduire le nombre et le grade des officiers supérieurs, considérant qu’ils sont trop nombreux et leur rang trop élevé176. La seconde mesure consiste à proclamer le sergent-major chef de la garde du corps :

  • 177 AGS, GM, 5919, lettre de Manuel Godoy à Charles IV, l’Escorial, 24 janvier 1795.

Dans l’hypothèse, Sire, que ce corps est le plus fidèle et le plus prompt au service de Sa Majesté s’il est bien organisé, et qu’à l’inverse, il peut devenir le plus ruineux et le plus dangereux, je demande à Votre Majesté qu’elle déclare que son inspecteur et sergent-major soit Grand d’Espagne, de la même manière que l’ordonnance le prévoit pour les capitaines, ou capitaine général des armées […] Un général qui impose est le seul qui puisse mener le gouvernail de cette barque neuve et mal construite, dont les défauts proviennent du fait que ce corps ne s’est jamais considéré militaire, et que ses chefs ont cru que savoir monter à cheval suffisait à remplir l’emploi qu’ils exercent177.

  • 178 AGS, GM, 5919, lettre de Manuel Godoy au comte de Campo de Alange, 29 mars 1795.
  • 179 AGS, GM, 5919, lettre du comte de Campo de Alange à Manuel Godoy, 27 janvier 1795 ; AGS, GM, 5919, (...)

74Selon cette proposition, le sergent-major doit désormais occuper, en tant que chef du corps, la première place juste derrière le roi, suivi des officiers de l’état-major. Les capitaines sont donc physiquement écartés de la personne royale et renvoyés au rang de simples commandants à la tête de leur compagnie. Dans un ordre du mois de mars, Godoy va jusqu’à exiger des capitaines qu’ils défilent à la tête de leur compagnie lorsque le sergent-major passe la revue d’inspection178. Le roi accepte la mesure et la publie pratiquement in extenso. Il transmet en outre ses félicitations à son favori pour le bien-fondé de son initiative179.

  • 180 Voir chap. ii.
  • 181 AGS, GM, 5950, lettre de Théodore de Croix au comte de Campo de Alange, Madrid, 5 avril 1791.
  • 182 Demerson, 1971. Ce texte a été immédiatement censuré par Godoy.
  • 183 Pedro de Alcántara Téllez Girón y Pacheco, duque de Osuna, « Sistema militar para España que propo (...)

75À l’extrême fin du xviiie siècle, la dispute entre Godoy et les capitaines porte sur la proximité avec le monarque : il s’agit de leur retirer le privilège fondateur de 1704 d’être les personnes physiquement les plus proches du souverain, Godoy se posant en intermédiaire incontournable entre le roi et sa maison militaire. Ce conflit est un écho inversé de celui du banquillo, puisque les capitaines de la garde du corps se trouvent aujourd’hui dans la position occupée jadis par les Grands d’Espagne lors de l’incident dans la chapelle royale180. Comme la Grandesse à l’époque, l’aristocratie militaire est bien décidée à conserver en l’état les privilèges concédés par Philippe V, même si la figure de ce fondateur est désormais une référence embarrassante. Certes, la mémoire du premier Bourbon est utile pour dénoncer les attaques contre la lettre des ordonnances, les privilèges des capitaines autant que ceux des nations181. Mais l’esprit de l’institution tel qu’il a été imaginé par Philippe V, en tant que lieu de rétribution et de formation des cadres les plus dévoués à la personne du roi, ne constitue plus une référence pour une aristocratie qui estime que ces emplois militaires lui reviennent de droit. Par conséquent, dans la construction de l’opposition nobiliaire, Philippe V apparaît davantage comme un repoussoir, la défense des acquis du philippisme passant par un effacement de la mémoire du fondateur, et l’inscription de ces acquis dans la longue chaîne des privilèges attenants à la condition nobiliaire. En 1794, le comte de Teba, l’un des membres éminents du parti aristocratique, a présenté à l’académie royale d’histoire un pamphlet contre la politique nobiliaire de Philippe V qui allait en ce sens182. De même, en 1796, le duc d’Osuna, colonel des gardes espagnoles, a rappelé dans un imposant mémoire l’appartenance de la maison militaire à la domesticité du roi, en vertu de ses fonctions dans l’enceinte du palais, pour justifier de conserver un traitement séparé de l’armée. Aussi, sans même mentionner Philippe V, il défend la constitution de la maison militaire au nom de l’ordre du palais, distinct de l’ordre de l’État, s’appropriant de vieilles références de la culture aulique des grands officiers de la couronne qui avaient servi au début du siècle pour empêcher la création d’un corps militaire à la Cour183.

76Si le conflit à l’intérieur de la maison militaire s’achève sur une victoire de Godoy, la trêve est de courte durée. En effet, des membres éminents de l’aristocratie ont conservé l’oreille du roi, et l’incapacité du favori à transformer dans son ensemble l’appareil militaire de la monarchie se révèle être, comme au temps de ses prédécesseurs, l’obstacle sur lequel il trébuche.

Le chemin d’Aranjuez

  • 184 Les papiers de la maison militaire postérieurs à 1800 ont probablement disparus pendant la guerre (...)

77La dernière étape des relations entre le roi, Godoy et la maison militaire est mal connue en raison de la dispersion de la documentation. Le fonds consacré à la garde royale dans les archives de la secrétairerie de la guerre ne va pas au-delà de 1800. Nous n’avons pu retrouver pour la période ultérieure que des documents épars, complétés par les apports des correspondances privées184. Il a été néanmoins possible de réunir suffisamment d’informations pour confirmer ce qui a été esquissé antérieurement, à savoir que les tentatives de Godoy pour mater l’aristocratie militaire ne font que s’accentuer durant cette dernière étape, et conduisent les officiers de la maison royale à ourdir le complot d’Aranjuez.

  • 185 Cepeda Gómez, 1986 ; Martínez Ruiz, 1991 ; Id., 1995.
  • 186 Esdaile, 1988, pp. 40-44 ; Andújar Castillo, 1997a.

78En 1796, Godoy échoue à mener à bien une grande réforme de l’armée. À l’issue de la guerre de la Convention, la modernisation s’avère pourtant indispensable tant le clientélisme militaire a créé un corps d’officiers hypertrophié, trop jeune et inexpérimenté, et qu’un budget militaire colossal a été dilapidé dans l’entretien de troupes professionnelles rendues exsangues par la désertion185. Le prince de la Paix remet le 26 février 1796 un plan à Charles IV dans lequel il propose de réformer le recrutement, de créer des camps d’entraînement et des académies militaires. Cette initiative donne lieu à la convocation, le 16 avril suivant, d’une junte composée de vingt-trois officiers généraux chargés de repenser complètement la structure de l’armée. On sait que la commission s’est divisée entre réformateurs et conservateurs autour du sort réservé aux corps privilégiés. Les premiers ont demandé la suppression des gardes wallonnes et la réforme des gardes espagnoles pour en faire un espace de promotion pour les officiers de l’armée. En face, l’immobilisme de quelques officiers généraux a suffi à bloquer toute avancée. Godoy s’était pourtant efforcé de déminer le terrain à l’avance, puisque la commission ne comptait que trois officiers de la maison militaire, dont lui-même, sur les vingt-trois membres présents. Le seul véritable opposant politique du secrétaire d’État était le duc d’Osuna, le colonel des gardes espagnoles, qui est parvenu à mener un travail de sape suffisamment efficace pour conduire la junte à un échec après deux mois de négociation186.

  • 187 Domergue, 1982, p. 107.
  • 188 Soler Pascual, 1990, p. 211.
  • 189 La Parra López, 2002, pp. 153 et 200-217 ; García Cárcel, 2002, pp. 267-268 ; Juan Vidal, Martínez (...)

79À la suite de ce succès, l’aristocratie militaire a manœuvré pour éloigner Godoy du pouvoir. En 1797, Osuna a tenté de publier une nouvelle édition de l’ouvrage de Diego Meneses Toledo, Lucero de origen, honores, privilegios y exempciones de Reales Guardias de Corps, imprimé une première fois en 1738. Ce texte, qui défendait les privilèges de la maison militaire, se heurte à la censure de Godoy et ne peut voir le jour187. Néanmoins, les généraux ne désarment pas : la même année, une première conspiration contre le favori du couple royal, qui mêle réformateurs et vieille aristocratie militaire, est déjouée188. Finalement, regroupée autour du duc d’Osuna et du duc de l’Infantado, cette faction a profité de la pression exercée par le Directoire sur Charles IV pour obtenir, le 28 mars 1798, la destitution de Godoy de la secrétairerie d’État et de son emploi de sergent-major. Le retrait de Godoy n’a toutefois pas affecté les godoyistes qui tiennent tous les rouages du gouvernement. Si Godoy ne revient effectivement aux affaires qu’en 1801, on sait que son absence du pouvoir pendant trois ans ne dure en réalité que quelques mois. Dans l’ombre, Godoy entretient des liens de proximité avec Jovellanos, Caballero et Urquijo qui président durant cet intervalle aux destinées de la monarchie. De plus, jusqu'en 1799, l’oncle de Godoy, Juan Manuel Alvárez Faria, continue à occuper la charge de secrétaire de la guerre189.

  • 190 La Parra López, 2002, pp. 214-215 ; AGS, GM, 5922, ordre royal, 29 novembre 1798.
  • 191 AGS, GM, 5921. Lors de l’annonce de la vacance de l’emploi de sergent-major, il est spécifié « por (...)
  • 192 AGS, GM, 5921, ordre royal, 19 juin 1799. Le marquis de Branciforte a également été le parrain de (...)

80Néanmoins, l’effacement temporaire de Godoy, et surtout son départ de la garde du corps, permet aux chefs de la maison militaire de reprendre pied dans l’institution. Comme un geste de réconciliation, Charles IV et son épouse se font portraiturer en 1799 et 1801 par Francisco de Goya dans deux tableaux équestres où l’un et l’autre arborent l’uniforme de la maison militaire. C’est la première fois que des souverains espagnols sont représentés revêtus d’un uniforme militaire. La scène est très éloignée des portraits équestres de Felipe el Animoso : ce n’est plus le philippisme historique qui est évoqué, mais bien le philippisme institutionnalisé par lequel le roi renouvelle son alliance avec ses généraux en se portant garant de la préservation de leurs privilèges (fig. 9 et 10). Cette période voit en effet un début de restauration de la maison militaire par un détricotage des mesures prises par Godoy. L’emploi de sergent-major est restitué au marquis de Ruchena, le même qui avait été « promu » en 1792 pour libérer la charge pour Godoy190. Mais cette parenthèse est de courte durée car le prince de la Paix gagne à nouveau en influence et parvient à enrayer le rétablissement des privilèges de la garde royale. Ruchena est d’ailleurs la première victime : en juin 1799, il doit abandonner son emploi et reçoit les honneurs de conseiller d’État, ce qui a toutes les allures d’une destitution pure et simple191. À sa place, le marquis de Branciforte, ancien vice-roi de Nouvelle Espagne, qui a déjà occupé la capitainerie de la compagnie italienne, et qui se trouve être le beau-frère de Godoy, accède au premier rang de la garde du corps192.

Fig. 9. — Francisco Goya, La reine María Luisa à cheval [en uniforme de la garde du corps], 1799, Musée du Prado, Madrid

Fig. 9. — Francisco Goya, La reine María Luisa à cheval [en uniforme de la garde du corps], 1799, Musée du Prado, Madrid

© Museo del Prado, Madrid.

Fig. 10. — Francisco Goya, Charles IV à cheval [en uniforme de la garde du corps], 1800-1801, Musée du Prado, Madrid

Fig. 10. — Francisco Goya, Charles IV à cheval [en uniforme de la garde du corps], 1800-1801, Musée du Prado, Madrid

© Museo del Prado, Madrid.

  • 193 En 1801, durant la campagne du Portugal, les critiques formulées en privé par Godoy à l’égard des (...)
  • 194 AGP, Real Capilla, leg. 156-5, ordre royal, l’Escorial, 12 novembre 1801. L’ordre publie in extens (...)
  • 195 La Parra López, 2002, pp. 232-253.

81C’est donc une guerre de l’ombre que se livrent l’entourage de Godoy et l’aristocratie militaire, jusqu’au retour définitif du prince de la Paix au pouvoir en 1801. La guerre des Oranges contre le Portugal ouvre le dernier épisode de cette relation tumultueuse lorsque l’inefficacité du haut commandement a prouvé une nouvelle fois l’urgence de réformer l’armée et la maison militaire193. Cependant, Godoy choisit une voie inédite : à partir de 1801, il ne reprend pas possession de ses fonctions de secrétaire d’État ni de sergent-major de la garde du corps. À la place, le 4 octobre 1801, il se fait désigner généralissime de toutes les armes de mer et de terre, un nouvel emploi qui ne se confond ni avec la secrétairerie d’État ni avec celle de la guerre qui continuent d’exister par ailleurs194. En réalité, contrairement à ce que peut laisser penser l’intitulé de la charge, les compétences de Godoy ne se limitent pas aux affaires militaires, mais à tout ce qui concerne la direction de la monarchie. Le généralissime réunit un chef politique et un chef militaire sur une même personne, laquelle dicte sa volonté aux ministres, et ne reçoit ses instructions que du roi, quand il n’agit pas de sa propre initiative. Comme l’a démontré une abondante bibliographie, entre 1801 et 1808, on assiste à un véritable abandon de la part des rois de la puissance royale en faveur du prince de la Paix195.

  • 196 Sur ces précédents, voir chap. v et vi.

82Considérée parfois comme la première dictature militaire de l’histoire de l’Espagne contemporaine, cette fonction de généralissime doit être envisagée à la lumière des tentatives antérieures d’unifier la juridiction militaire. Face au risque d’empiétement sur les privilèges des corporations militaires, c’est par le haut que les tentatives d’unification ont été réalisées, en élargissant les compétences du conseil de guerre en 1737 et 1773, ou en créant une direction administrative de l’armée avec un ministère de la guerre en 1715 et 1737. En 1766, sous l’égide du comte d’Aranda, une autre tentative a eu lieu, cette fois en adossant la fonction de chef militaire à la présidence du conseil de Castille, une façon de renforcer l’autorité militaire par le recours à une charge politique prestigieuse196. La création du généralissime s’inscrit dans cette continuité, tout en introduisant deux nouveautés majeures. D’une part, cette fonction ne pratique plus le cumul des attributions politiques et militaires, principe fondateur du gouvernement de la Nueva Planta, mais la seule dimension militaire prévaut désormais et elle jouit d’elle-même de prérogatives politiques, sans adjonction d’une autre fonction. D’autre part, cette figure de chef militaire, naguère cantonnée à la simple direction technique de l’armée, supplante à présent les secrétaires d’État, aussi bien de la guerre que des autres départements, puisqu’elle ne souffre aucune médiation entre elle et le roi. En somme, les attributions du généralissime ressemblent à s’y méprendre à celles d’un capitaine de la garde du corps qui ferait les fonctions de premier ministre. Peut-être Godoy n’a-t-il jamais cessé de s’inspirer de la maison militaire pour réorganiser le gouvernement de la monarchie à son sommet. En tout cas, alors qu’il est au faîte du pouvoir, le prince de la Paix cherche encore à s’emparer personnellement du commandement de la garde royale.

  • 197 Ozanam, 1998, pp. 426-427 ; AEN, van der Straten, 605, lettre de Paulin d’Aigremont à Louis Hyacin (...)
  • 198 AEN, van der Straten, 504, lettre de Louis Hyacinthe van der Straten à Louis Joseph van der Strate (...)

83Le pouvoir de l’aristocratie militaire apparaît dans toute sa démesure quand on voit qu’elle est encore en mesure de résister pendant cinq longues années au tout-puissant généralissime. Pourtant, dès 1801, la correspondance des officiers des gardes wallonnes montre que tout le monde s’attend à une grande réforme de la maison militaire. Les commandants de la garde royale ont été éloignés : le duc d’Osuna, colonel des gardes espagnoles, depuis son rôle dans la junte des généraux de 1796, a été envoyé en ambassade en Russie et vit depuis dans un demi-exil à Paris. Le prince de Castelfranco, colonel des gardes wallonnes, pourtant proche de Godoy, a été nommé au début de l’année 1802 à l’ambassade de Vienne, ce qui est vu comme un signe de l’imminence de la réforme197. « La personne qui a toute l’influence n’aime pas les corps de la maison du roi », écrit un officier des gardes wallonnes, tandis que le généralissime vient d’imposer à la garde royale de lui rendre les honneurs198.

  • 199 La Parra López, 2002, pp. 350-352.
  • 200 Castells, 1970.
  • 201 Pérez Samper, 1973, pp. 147-150, citation p. 149. Voir aussi : AGR, FP, Ursel, L 445 b, lettre du (...)
  • 202 Herrero Fernández-Quesada, 1990 ; Id., 1992, pp. 363-387. Godoy rencontre davantage de succès dans (...)
  • 203 AEN, van der Straten, 605, lettre de Paulin d’Aigremont à Louis Hyacinthe van der Straten, Leganes (...)

84Cependant, Godoy doit suspendre son action en raison de l’influence croissante du prince des Asturies, autour duquel, comme vingt ans plus tôt, l’aristocratie militaire a commencé à se réunir. Le mariage de Ferdinand avec María Antonia de Bourbon, fille du roi de Naples, a joué de ce point de vue un rôle décisif199. Célébrée le 10 octobre 1802, cette union est l’occasion d’un rapprochement dynastique entre les maisons d’Espagne et des Deux-Siciles qui renouent avec la tradition des mariages croisés. Comme en 1721, en 1731, en 1743 ou en 1761, cette dernière grande célébration de l’alliance dynastique dans une Europe en révolution est favorable à la haute élite militaire. La Cour se déplace à Barcelone, le vieux fief du philippisme, pour y accompagner les infants. Mais les symboles ont perdu de leur éclat : en 1759, quand la Cour était venue accueillir Charles III, les autorités militaires et les corps privilégiés étalaient tout leur prestige dans la ville. Désormais, le capitaine général commande deux compagnies de migueletes et ce sont les membres des collèges et des métiers de Barcelone qui escortent la famille royale. Les réformes de Floridablanca sont passées par là, suivies d’une révolte populaire en 1789, qui ont eu raison du pouvoir des militaires sur la ville au profit des riches milieux négociants200. Cependant, le temps des mariages, Charles IV rejoue une vieille partition qui célèbre la parfaite union de la monarchie et de ses généraux : 28 lieutenants généraux sont promus, 67 maréchaux de camps, 60 brigadiers et 119 colonels. Face à une telle débauche de grâces, un ambassadeur écrit : « en Espagne, ils ont perdu la tête et ils ne savent plus que faire pour dilapider pour ces noces. Les inimitiés les plus invétérées se sont converties en caresses201 ». En effet, comme bien des fois au cours du siècle, les célébrations dynastiques offrent un répit à l’aristocratie militaire. Alors qu’il avait proposé au début de l’année 1802 un vaste plan pour réformer l’armée, notamment en la dotant d’un état-major permanent, Manuel Godoy doit faire marche arrière. Comme les précédentes, cette tentative se heurte aux corps privilégiés qui n’ont rien voulu céder de leur relation directe avec le roi et de leur autonomie juridictionnelle202. « Il paraît que le roi a refusé le plan de l’armée disant que ce n’était pas le moment203 », commente un officier flamand à cette occasion.

  • 204 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, pp. 307-311 ; AEN, van der Straten, 495, « Reglamento del (...)
  • 205 AEN, van der Straten, 605, lettre de Paulin d’Aigremont à Louis Hyacinthe van der Straten, Leganes (...)

85Mais ce répit est de courte durée puisque l’offensive reprend dès que les lampions s’éteignent. Le 8 avril 1803, Godoy publie une ordonnance de réforme des deux régiments de la garde extérieure, renouant avec la méthode éprouvée par Alberoni et Ensenada de diminution des effectifs204. La troupe est amputée de 30 % des soldats, mais ce sont les officiers qui sont le plus durement touchés avec une réduction de 50 % des emplois (Tableau 12). « Cuantos bofetones ! », s’exclame un officier des gardes wallonnes en découvrant le texte de l’ordonnance, « tout le monde ici est mécontent de la réforme […] il est certain que c’est une cochonnerie et ceux qui l’ont faite ont sûrement leurs projets et n’en resteront pas là205 ».

  • 206 Morange, 1984, pp. 35-37 ; La Parra López, 2002, pp. 348-358 ; Seco Serrano, 1978, pp. 147-152 ; E (...)
  • 207 Esdaile, 1988, p. 62 ; Herrero Fernández-Quesada, 1992, pp. 387-390.
  • 208 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, pp. 344-352.
  • 209 Esdaile, 1988, p. 59. Cette substitution, présentée par Esdaile comme permanente, ne semble avoir (...)
  • 210 Clonard, Memorias para la historia de las tropas de la casa real de España, pp. 192-194.

86En l’absence des deux colonels, en s’appuyant sur des officiers à l’intérieur des régiments, la réforme de Godoy est appliquée. Néanmoins, il reste le noyau dur de la garde du corps, le premier et le plus prestigieux corps de la maison militaire, qui reste encore hors d’atteinte. Bien qu’il soit l’homme le plus puissant de la monarchie, Godoy est obligé de freiner ses ardeurs et doit agir avec prudence. Car, de 1802 à 1806, date de la mort prématurée de la princesse des Asturies, la lutte entre les godoyistes et le parti aristocratique est acharnée206. En 1804, Godoy a été forcé de démettre de la capitainerie générale d’Andalousie son plus fidèle allié, Tomás de Morla, ce dernier ayant commis l’imprudence de demander publiquement une réforme de la garde du corps207. À défaut de réforme, le généralissime multiplie les humiliations : en 1805, sa garde personnelle intègre le cadre institutionnel de la maison militaire par son rattachement officiel à la brigade des carabiniers royaux208. À partir de ce moment, à plusieurs reprises, la garde d’honneur du généralissime se substitue à la garde du corps pour assurer la protection du roi209. Dans le même esprit, le 20 août 1806, Godoy accorde aux six régiments d’infanterie de la marine les mêmes privilèges et prérogatives que les corps de la maison militaire. En intégrant des bataillons forts de près de 15 000 hommes dans la garde royale, Godoy rend les corps historiques numériquement minoritaires dans la maison militaire210.

  • 211 La Parra López, 2002, p. 360. Le 13 janvier 1807, il a été nommé Amiral général et Protecteur du c (...)
  • 212 La Parra López, 2002, p. 360 ; Mercader Riba, 1983, p. 73.
  • 213 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, pp. 263-266.
  • 214 En 1797, Godoy a été nommé colonel-général des Suisses, une charge qui n’avait existé qu’en France (...)

87En 1806, la mort de la princesse des Asturies donne l’avantage à Godoy et lui permet de porter les coups décisifs contre le dernier carré aristocratique. Le 26 juin 1807, le généralissime se fait nommer commandant, directeur et inspecteur de tous les corps au service immédiat du monarque211. Il s’agit d’une fonction équivalente à celle du sergent-major de la garde du corps, si ce n’est qu’elle s’étend à toute la maison militaire. La même année, l’emprise de Godoy sur les corps privilégiés s’accentue, suite à la mort du duc d’Osuna, l’un des piliers de l’opposition aristocratique, ce qui lui permet de placer son propre frère, Diego, à la tête des gardes espagnoles212. À ce moment, le pouvoir du prince de la Paix sur la maison militaire est tel qu’il peut décréter, le 20 juillet 1807, une réforme de la garde du corps. Le nouveau règlement supprime 25 % des effectifs (Tableau 12) en réduisant à trois le nombre de compagnies, qui ne sont plus désignées par nations, mais par des chiffres213. La même année, Godoy autorise les régiments suisses, qu’il commande personnellement depuis 1797, à tenir garnison dans Madrid214.

Tableau 12. — Réduction des effectifs de la garde royale durant les réformes de Godoy (1803-1807)

Garde extérieure (1803) Garde du corps (1807)
Soldats Officiers Soldats Officiers
Avant réforme 8 494 370 800 68
Après réforme 6 026 196 600 51
% de réduction 29 % 47 % 25 % 25 %

Source : Esdaile, 1988, p. 59 ; Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1996, t. IV, pp. 263-266 et 307-311.

88L’humiliation infligée aux familles traditionnelles de l’aristocratie militaire ne peut être plus grande. Celles-ci ont été soumises de force à l’autorité du généralissime, lorsqu’elles n’ont pas été tout simplement écartées des corps privilégiés. En 1807, personne, en dehors du roi lui-même, n’a jamais exercé une telle autorité sur la maison militaire. Un pamphlet publié l’année suivante sous l’allure d’une remontrance du prince Ferdinand à son père traduit l’état d’esprit de l’aristocratie militaire envers Godoy :

  • 215 Representación del príncipe de Asturias, Don Fernando (ahora nuestro rey y señor), a su padre Don (...)

Quel est le dessein caché, Sire, derrière les manœuvres qu’il a ourdies pour détruire les gardes du corps ? Quel autre but a-t-il eu en réussissant à réduire de moitié les forces des bataillons des gardes d’infanterie que de laisser Vos Majestés sans défense contre ses méfaits en les privant de ces corps fidèles et incorruptibles, et les laissant sans aucune défense ou presque, alors qu’en même temps il augmente continuellement et démesurément sa garde personnelle215 ?

  • 216 La Parra López, 2007.
  • 217 Martí Gilabert, 1972, pp. 26-39.

89Alors qu’elle met en garde Charles IV contre le risque d’un coup d’état, c’est dans ses propres rangs que l’aristocratie militaire mûrit des projets de mutinerie. Le 27 octobre 1807, la conspiration dite de l’Escorial destinée à renverser le favori est découverte. Elle a été préparée dans la chambre du prince Fernando, autour du marquis d’Ayerbe, du duc de l’Infantado et d’Escoiquiz, le précepteur du prince. Godoy parvient à démanteler le complot et obtient de Charles IV la mise aux arrêts de l’héritier du trône216. La victoire est de courte durée car l’opposition est loin d’avoir désarmé. Pendant ce temps, Napoléon, l’ombrageux allié, dont les troupes sont entrées dans la Péninsule, assiste à la crise ouverte entre le roi d’Espagne et son fils217.

  • 218 Ibid., pp. 113-157 ; Esdaile, 1988, pp. 65-68.

90Le dénouement est connu : dans la soirée du 17 mars, à Aranjuez, une altercation entre des membres de la garde du généralissime et des paysans donne le feu vert à ce qui, sous les allures d’une émeute populaire, est incontestablement une révolution de palais. Les têtes de l’opposition aristocratique — les Montijo, Osuna, Palafox et Infantado — poussent les officiers de la maison militaire à la mutinerie. La garde royale joue le rôle central dans ces deux journées d’affrontement avec les partisans du généralissime. Le 18, le roi et la reine destituent Godoy pour ramener le calme. Le matin du 19, une délégation dirigée par le colonel des gardes wallonnes informe Charles IV que la maison militaire n’offrira sa loyauté qu’au prince Ferdinand. Dans la journée, le roi abdique en faveur de son fils218.

  • 219 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, p. 265.
  • 220 Ibid., p. 352 ; Moxó, 1977.

91Observées depuis la maison militaire, les journées qui suivent le motín ont l’allure d’une restauration militaire. Le premier jour de son règne, le 20 mars, Ferdinand VII annule les règlements de 1792, 1795 et 1807 de la garde du corps et remet en vigueur celui de 1769219. La garde du généralissime est dissoute, le frère de Godoy est emprisonné et les gardes espagnoles sont données à l’un des grands meneurs de la conspiration d’Aranjuez, le duc de l’Infantado220. Toutefois, si l’aristocratie militaire est parvenue à se débarrasser du favori, elle vient de faire le jeu de Napoléon qui se pose désormais en arbitre du jeu politique espagnol. La convocation à Bayonne de Charles IV et Ferdinand VII ouvre un enchaînement d’événements qui conduisent à la chute des Bourbon d’Espagne. La haute noblesse militaire n’avait sans doute pas prévu les conséquences de son action. Engagée dans la logique de la confrontation avec le roi et les ministres réformateurs, elle a ajusté sa réponse à la violence des attaques menées contre elle par Godoy.

 

  • 221 Álvarez Junco, 2001, pp. 119-144.

92Les tensions politiques entre les généraux et la couronne sont rapidement tombées dans l’oubli en raison des événements de l’été 1808 qui bouleversent le visage de l’Espagne. Les chefs de la maison militaire, ralliés tardivement à la cause nationale après avoir reconnu Joseph Ier, cherchent à conserver leur influence en s’attribuant un rôle dans le déclenchement du mouvement insurrectionnel contre l’occupant français. N’hésitant pas à récrire le passé récent, les conspirateurs ont fait du complot nobiliaire d’Aranjuez l’acte fondateur de la geste nationale, ce qui convient finalement bien aux libéraux dont l’obsession est de conférer aux événements de 1808 une dimension révolutionnaire221. En 1811, les commandants de la garde du corps justifiaient ainsi devant les Cortès de Cadix leur désobéissance au nom de l’intérêt national :

  • 222 Exposición que hace a las Cortes generales y extraordinarias el Real Cuerpo de Guardias de Corps, (...)

Ce corps a été le premier qui a poussé le cri de l’indépendance et de la liberté, et il a été à l’origine de l’insurrection espagnole. Quand il voit la nation réunie dans cet auguste congrès, duquel émane la sécurité du citoyen, le respect de ses droits, et qu’il entrevoit déjà les bienfaits d’une sage constitution qui expulsera pour toujours l’arbitraire, il ne peut que s’exclamer : sacrés efforts ceux que j’ai faits à Aranjuez222 !

  • 223 Diario de Sesiones de las Cortes Generales, 539, 6 avril 1812, pp. 3015-3016 ; ibid., 593, 20 juin (...)
  • 224 Bellanger, 1895 ; Lacolle, 1901 ; Bodinier, 2005 ; Rowlands, 2013.
  • 225 Diario de Sesiones de las Cortes Generales, 779, 23 février 1813, pp. 4743-4744 ; Actas de las ses (...)

93En gommant le caractère complotiste et nobiliaire du motín, les chefs de la maison militaire ont effacé par la même occasion les raisons profondes de cette mutinerie. Cela leur permet au moins de traverser sans trop de difficulté la rupture constitutionnelle, sans que leur légitimité ou leurs privilèges soient ébranlés. En avril 1812, les unités de la garde participent aux cérémonies de proclamation de la Constitution, les officiers et leurs bataillons viennent à tour de rôle prêter serment de fidélité à la Loi fondamentale, et ils sont chargés de la protection du bâtiment où se réunissent les Cortès223. Cette situation contraste très nettement avec le sort de la maison militaire en France, devenu un objet de fixation pour les révolutionnaires qui obtiennent son démantèlement dès le mois d’août 1789, et perpètrent le massacre des gardes du corps à Versailles au mois d’octobre, suivi de celui des gardes suisses aux Tuileries en 1792224. En Espagne, il faut attendre l’année 1813 pour que la réforme de la maison militaire soit mise à l’ordre du jour. Décrétée le 25 mai, elle affirme le caractère méritocratique de l’institution, l’ouvre largement aux officiers du rang, quelle que soit leur origine sociale, et supprime les différences de grades avec l’armée225. Cette transformation radicale, inspirée par les députés libéraux, fait basculer une grande partie des officiers de la maison militaire dans la réaction et explique leur soutien à la restauration absolutiste de Ferdinand VII en 1814.

94Ériger le motín en point de départ de la rupture constitutionnelle relève bien d’une réinvention du passé qui s’explique par l’effort désespéré de la haute élite militaire de conserver ses positions institutionnelles, dans une époque de bouleversement politique qu’elle n’a ni prévu ni initié. Par le recours au vocabulaire patriotique, la temporalité nationale se substitue à la temporalité bourbonienne qui est pourtant celle dans laquelle s’inscrivait l’aristocratie militaire quand elle s’est soulevée à Aranjuez. Car c’est bien pour empêcher la reprise en main des institutions militaires philippistes par Charles IV que le complot a été ourdi. Il s’agit là du dénouement tragique de trente années de conflits au cours desquelles le fossé n’a cessé de se creuser entre le roi et le premier cercle de ses officiers. Totalement identifiée avec l’héritage institutionnel philippiste, qu’elle considère désormais comme un attribut indissociable de sa condition nobiliaire, la haute élite militaire s’est autorisée à déposer le titulaire de l’autorité royale pour rétablir la tradition dynastique.

Notes

1 Olaechea, 1969 ; Lluch, 1999.

2 Id., 1995.

3 Mateos Dorado, 1989 ; Gómez Urdañez, Téllez Alarcia, 2001.

4 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 10 avril 1759 ; Valero, La Maja del barquillo (1759).

5 Relación obsequiosa de los seis primeros días (1759), pp. 35-36.

6 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 22 août 1759 ; AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 12 décembre 1759.

7 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 21 novembre 1759.

8 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 12 décembre 1759. Dans une autre lettre, il parle de « M. le marquis de Squilace, mon ancien ami et mon protecteur », AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 26 décembre 1759.

9 AGS, DGT, Inv. 2, leg. 44 [Fichoz].

10 Andújar Castillo, 1996c, p. 218.

11 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 19 janvier 1760.

12 AGS, GM, 2275, lettre du prince de Masserano, du duc de Bournonville, du duc de Baños et du marquis de Villadarias à Charles III, Madrid, 18 janvier 1760.

13 AGS, GM, 2275, ordre royal, 27 janvier 1760.

14 AGS, GM, 2311.

15 Louis XV, Lettres patentes du roi portant abolition du droit d’aubaine et concession de privilèges aux sujets des rois d’Espagne et des Deux-Siciles (1762). Elle est suivie d’une convention identique pour les sujets du duc de Parme. Louis XV, Lettres patentes du roi, portant ratification d’une convention conclue entre le roi et l’infant d’Espagne, duc de Parme, pour l’exemption réciproque du droit d’aubaine (1769).

16 Martínez Millán, 2009.

17 Martín Gaíte, 1970, pp. 530-532 ; Precioso Izquierdo, 2017, pp. 261-264.

18 Voir chap. v.

19 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 19 janvier 1760 ; AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 18 août 1760. En 1766, un épais volume est édité en l’honneur du comte de Gages : œuvre du capucin Tomás de Burgui, il reprend l’éloge funéraire de l’ancien vice-roi de Navarre et des sonnets en l’honneur de Charles III et Richard Wall en remerciement de la reconnaissance posthume accordée à Gages. Burgui, Honras del Excelentissimo Conde de Gages, Virrey de Navarra (1766).

20 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 12 septembre 1759 ; AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin La Corogne, 19 janvier 1760.

21 AGS, DGT, Inv. 2, leg. 44 [Fichoz] ; Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1991, t. II, p. 272.

22 Ozanam, 1975, p. 109.

23 Téllez Alarcia, 2008, pp. 239-252.

24 Gómez Urdañez, 1996, pp. 170-173.

25 Voir annexe III.

26 García Cárcel, 2002a, pp. 70-86. L’historiographie a mis l’accent sur la restauration philippiste opérée par Charles III dans les années 1770, lorsqu’elle est érigée au rang de référence officielle pour légitimer les grandes réformes politiques et administratives menées par le comte de Campomanes. Par contre, cette première restauration de la mémoire militaire de Philippe V au début des années 1760 est restée dans l’ombre.

27 Redondo Díaz, 1984, pp. 395-396.

28 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares (1764) ; Domínguez Nafría, 2011.

29 Domínguez Nafría, 2001, pp. 236-240 ; Terrón Ponce, 2010, pp. 100-111.

30 Vallecillo, 1861, p. 455.

31 Kuethe, 1986, pp. 3-23.

32 Redondo Díaz, 1984, pp. 392.

33 Ibid., pp. 395-396.

34 Gárate Córdoba, 1975, pp. 124-129 ; Andújar Castillo, 1991, pp. 49-59.

35 Terrón Ponce, 2010, pp. 104-105.

36 Charles III, Ordenanza de S. M. para el régimen y disciplina del Real Cuerpo de Guardias de Corps (1768).

37 Charles III, Ordenanzas de S.M. para el régimen, govierno, servicio, y disciplina de los Regimientos de Guardias de Infantería Española, y Walona (1773). Les autres grands corps privilégiés de l’artillerie et des ingénieurs reçoivent aussi des ordonnances particulières. Galland-Séguéla, 2008, pp. 89-102.

38 Andrés-Gallego, 2003, pp. 263-268.

39 López García, 2006, pp. 95-129.

40 AGR, FP, Croix, 12, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Cadix, 8 avril 1766 ; AGR, FP, Croix, 12, Cadix, 15 avril 1766.

41 Andújar Castillo, 2002a ; Marin, 2003.

42 En Catalogne, le combat a été provisoirement perdu puisque le marquis de la Mina, qui a traversé la conspiration antiensenadiste sans encombre, tient toujours la capitainerie générale d’une main de fer et a réussi à conserver la suprématie sur la garde royale que lui avaient octroyée les réformes d’Ensenada. Vicente Algueró, 1988.

43 AGS, GM, 1331 et 1332. Les autres mesures sont les suivantes : la garde royale doit les honneurs au comte d’Aranda (ordre du 20 juin 1766) ; les aide-majors de la garde du corps doivent prendre les ordres auprès du comte d’Aranda en l’absence du roi (ordre du 19 juillet 1766) ; les compétences du comte d’Aranda sont maintenues en présence du roi (ordre du 4 juin 1767) ; les régiments de la garde doivent observer certains points des ordonnances générales de l’armée (ordre du 29 novembre 1770).

44 En partie étudié dans Andújar Castillo, 2002a.

45 Voir chap. v.

46 AGS, GM, 1331, lettre du comte d’Aranda au duc d’Arcos, Madrid, 15 août 1766.

47 Aranda dénonce la « métaphysique » des chefs de la maison militaire qui consiste à distinguer le statut des bataillons casernés dans et hors de Madrid. AGS, GM, 1332, lettre du comte d’Aranda à Charles III, Madrid, 15 mai 1767.

48 AGS, GM, 1331, lettre du comte d’Aranda à Charles III, Madrid, 18 mai 1766.

49 AGS, GM, 1332, lettre du comte d’Aranda à Charles III, Madrid, 15 mai 1767.

50 AGS, GM, 1331, lettre du comte d’Aranda à Charles III, Madrid, 26 juin 1766.

51 Herrero Fernández-Quesada, 1990.

52 AGS, GM, 1331, lettre du comte d’Aranda à Charles III, Madrid, 26 juin 1766.

53 AGS, GM, 2253. En 1744, il a postulé au commandement de la brigade des carabiniers royaux.

54 AGS, GM, 1331, lettre du comte d’Aranda à Charles III, Madrid, 18 mai 1766.

55 AGS, GM, 1331, lettre du comte d’Aranda à Juan Gregorio Muniain, Madrid, 18 août 1766.

56 Sur cette succession, voir : AGR, FP, Ursel, L 445 a et 445 b ; Moreno Meyerhoff, 2000, p. 121 ; Ursel, 1986, pp. 262-265.

57 AGS, GM, 1332, lettre du comte d’Aranda à Juan Gregorio Muniain, Madrid, 28 mars 1769.

58 AGS, GM, 1332, lettre du comte d’Aranda à Charles III, Madrid, 15 mai 1767.

59 Macalister, 1957 ; Campbell, 1978 ; Kuethe, 1986 ; Stein, Stein, 2004.

60 Andújar Castillo, 2008c, pp. 19-50.

61 AGR, Familles, Croix, 13, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 20 octobre 1749.

62 AGR, FP, Croix, 12, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 18 novembre 1765.

63 Torres Ramírez, 1967 ; Kuethe, 1986, pp. 37-51 ; Recio Morales, 2010a. En 1761, Carlos Beranger, natif de Barcelone, fils de l’ingénieur français Charles Beranger, est passé au Pérou comme capitaine de la garde du vice-roi Amat. Il occupe la surintendance des mines de Huancavelica, puis le gouvernement de Chiloé au Chili. Guarda, 1997.

64 AGR, FP, Croix, 12, lette de Théodore de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 4 novembre 1765.

65 AGR, FP, Croix, 12, lettre de François de Croix au marquis d’Heuchin, La Corogne, 3 novembre 1765. Voir aussi : AGR, FP, Croix, 12, lettre de Mlle d’Heuchin au marquis d’Heuchin, Mons, 28 octobre 1765 ; AEN, Franc-Waret, 424, lettre du marquis d’Heuchin au comte de Groesbeek, La Prévôté, 16 septembre 1765.

66 Navarro García, 1967, pp. 261-308.

67 Lettre de l’abbé Beliardi au duc de Choiseul, Madrid, 12 mai 1766, citée dans Jansen, 1977, p. 31.

68 Au moment d’embarquer, la Casa de Contratación a fait obstacle au départ de son chirurgien au motif de sa nationalité française. Ibid., p. 31.

69 Fischer, 1929 ; Thomas, 1941 ; Depalo, 1973.

70 AGS, GM, 1928, [Fichoz] ; AHN, OM, Alcántara, exp. 442.

71 Voir chap. iv.

72 AGS, GM, 2318, lettre du comte de Priego au comte de Ricla, l’Escorial, 5 novembre 1772.

73 AGS, GM, 2318, lettre du comte de Priego au comte de Ricla, l’Escorial, 5 novembre 1772.

74 AGS, GM, 2340, lettre de Francisco Brias à Miguel de Múzquiz, 16 mai 1784.

75 Fiehrer, 1990.

76 AGS, GM, 2335, lettre de Louis Blondel Drouhot à Miguel de Múzquiz, camp de San Roque, 18 septembre 1780.

77 AEN, van der Straten, 427, lettre de Louis Hyacinthe van der Straten à son oncle, Barcelone, 28 novembre 1792.

78 Torres Sánchez, 2011.

79 Castro, 2009, pp. 174-183.

80 García Cárcel, 2002c, pp. 207-214.

81 Dedieu, 2005b.

82 Kuethe, 1986, pp. 24-49 ; Parcero Torre, 1998, pp. 226-231.

83 Recio Morales, 2011.

84 Andújar Castillo, 1997b.

85 Lettre d’Alexandre O’Reilly au comte de Ricla, Madrid, 18 janvier 1775, dans Colón de Larriátegui, Juzgados militares de España y sus Indias, t. II, pp. 303-305 ; lettre du duc d’Osuna au comte de Ricla, Madrid, 17 février 1775, dans ibid., pp. 305-310.

86 En 1769, Wolfgang de Bournonville, comte de Flegnies, succède à son frère à la tête de la compagnie flamande. En 1770, le VIIIe duc d’Osuna est promu des hallebardiers royaux au commandement des gardes espagnoles. Voir annexes III et VII.

87 Galland-Séguéla, 2008, pp. 103-115.

88 Recio Morales, 2012c.

89 Andújar Castillo, 1996a, pp. 67-83 ; Domínguez Nafría, 2001, pp. 252-259.

90 Voir chap. v.

91 Domínguez Nafria, 2001, pp. 256-257.

92 Voir chap. ii.

93 Ozanam, 2008a, p. 297.

94 Voir chap. iii.

95 Sur cette junte, voir Solé i Cot, 2008, pp. 178-188 ; Garriga, 1997.

96 Gay Escoda, 1997, pp. 498-530.

97 Domínguez Nafria, 2001, pp. 268-269.

98 Torres Sánchez, 2013.

99 Le comte de Ricla (1772-1780) et Miguel de Múzquiz (1780-1784) ont été des secrétaires de la guerre proches d’Aranda. La nomination de Pedro de Lerena (1785) marque le basculement de la secrétairerie dans le camp des golillas. García Cárcel, 2002c, p. 221.

100 Andújar Castillo, 1997b ; Drévillon, 2005, pp. 47-49.

101 Glesener, inédite, pp. 149-155.

102 Voir chap. iii.

103 Glesener, inédite, pp. 290-294.

104 AGS, GM, 2330, lette d’Enrique Van Asbroeck à José Trazegnies, Madrid, 22 février 1777.

105 AGS, GM, 2330, lettre d’Enrique Van Asbroeck au comte de Ricla, Madrid, 11 mars 1777.

106 AHN, OM, Santiago, exp. 9022 ; AGS, GM, 2231. Il est le fils de Jean-Baptiste Van Asbroeck, officier du régiment de Flandre, arrivé en Espagne vers 1710. Ce dernier épouse en 1715, à Gérone, Marie Thérèse T’Kint, originaire d’Anvers. De son mariage, Jean-Baptiste a eu huit enfants, tous nés en Espagne. Quatre de ses fils prennent du service dans les gardes wallonnes, dont Enrique. En 1756, Enrique a épousé Agueda Agraz Cardenas, fille d’un militaire italien. AHPM, 21278, fos 6-11 et 18-23, testament d’Agueda Agraz, Madrid, 26 mars 1783.

107 Fayard, 1982, pp. 163 et 204.

108 AHPM, 21278, fos 15-19, testament d’Enrique Van Asbroeck, Madrid, 18 mai 1783.

109 Ozanam, 1998, pp. 72-74.

110 AGS, GM, 2330, consulte du conseil de guerre, Madrid, 19 juin 1777 ; AGS, GM, 2330, consulte du conseil de guerre, Madrid, 17 juillet 1777.

111 AGS, GM, 2232, « Noticia de los reparos más sustanciales que se han encontrado en las cuentas generadas del regimiento de reales guardias walonas […] (Madrid, 16 mai 1778) ».

112 AGS, GM, 2332, lettre de Martín Álvarez Sotomayor au comte de Ricla, Madrid, 16 mai 1778.

113 AGS, GM, 2332, lettre du comte de Priego à Charles III, Madrid, 7 septembre 1778.

114 Toutes les délibérations de la junte dans AGS, GM, 2332. Entre 1782 et 1783, Guillaume signale la démission d’une dizaine d’officiers, sans que l’on sache si cela est en rapport avec le nouveau règlement. Guillaume, 1858, p. 188.

115 Boufflers, Journal inédit du second séjour au Sénégal, pp. 137-138 : « Le roi d’Espagne ne veut point nommer au régiment des gardes wallonnes parce qu’il ne peut pas se persuader que l’ancien colonel ait donné sa démission ».

116 AGS, GM, 2283, lettre des capitaines de la garde du corps à Miguel de Múzquiz, Madrid, 2 janvier 1782. Déjà en 1781, le secrétaire avait refusé d’accorder le rang de premier capitaine de l’armée aux cadets de la garde du corps. AGS, GM, 2284, lettre des cadets de la garde du corps à Miguel de Múzquiz, Madrid, 15 juillet 1781.

117 Glesener, 2007, pp. 319-328.

118 AGS, GM, 2284, lettre du marquis de Ruchena à Miguel de Múzquiz, Saint Ildefonse, juillet 1783.

119 AGS, GM, 2284, lettre du marquis de Ruchena à Pedro Lerena, Saint Ildefonse, 11 août 1786.

120 AGS, GM, 2284, lettre du marquis de Ruchena à Pedro Lerena, Saint Ildefonse, 11 août 1786.

121 AGS, GM, 2284, ordre royal, 23 août 1786.

122 AGS, GM, 2284, lettre des capitaines de la garde du corps à Pedro Lerena, Saint Ildefonse, 25 août 1786.

123 AGS, GM, 2284, lettre du prince de Riccia à Pedro Lerena, Saint Ildefonse, 31 août 1786.

124 AGS, GM, 2284, lettre de Manuel Pacheco à Pedro Lerena, l’Escorial, 22 novembre 1786.

125 AGS, GM, 2284, lettre du prince de Riccia à Pedro Lerena, Madrid, 3 novembre 1786.

126 AGS, GM, 2284, « Método y reglas que ha resuelto el rey observe el Real Cuerpo de Guardias de Corps en el detall del servicio (27 novembre 1786) ». La junte est créée le 25 janvier 1787. Elle est composée du sergent-major, des trois capitaines, du lieutenant général Horacio Borghese et des maréchaux de camp marquis de Velamazán et Francisco Zarzana.

127 Ces caractéristiques ont été définies par Olaechea, 1969, pp. 33-56, reprises dans Gómez Pellejero, 2002b, pp. 124-125. Une vision des arandistes comme héritiers politiques de l’austracisme est défendue essentiellement par l’historiographie catalane. Voir Lluch, 1995 et Id., 1999, pp. 129-162.

128 Andrés-Gallego, 2003, pp. 287-291 ; Egido López, 1971, pp. 306-307 ; Id., 1989 ; Recio Morales, 2007b. Pour un autre point de vue, voir Iglesias, 1996, pp. 276-277 et les commentaires de Schaub, 2001 ; Id., 2007.

129 Morange, 1984.

130 Chantreau, Lettres écrites de Barcelonne à un zélateur de la liberté, p. 91.

131 AHN, OM, Montesa, exp. 421. Ont témoigné le comte d’Aranda, président du conseil de Castille, le comte de Priego, le duc de Bournonville, le duc d’Osuna et le marquis de Sarria, tous chefs de corps de la maison militaire. Les chefs des principales maisons témoignent également : les ducs d’Albe, de Medinaceli, de Medina Sidonia, de Béjar, de Frias, et les comtes de Miranda et de Baños. Tous ont des charges à la Cour et certains sont très proches du prince des Asturies.

132 AHN, Carlos III, exp. 83. Ont témoigné le duc d’Arcos et le comte de Bournonville, capitaines de la garde du corps, le comte de Ricla, secrétaire de la guerre, le duc de Losada, grand sommelier du roi, le duc d’Osuna, colonel des gardes espagnoles, et le duc d’Almodovar, ambassadeur espagnol à Londres.

133 Olaechea, 1969, p. 124 ; Terrón Ponce, 1997, pp. 119-120.

134 Fernán Nuñez, Vida de Carlos III, t. II, pp. 222-251 ; Morel-Fatio, 1890 ; Moxó, 1977.

135 AGP, Fernando VII, 108, fos 85-90, lettre du comte d’Aranda au prince des Asturies, Paris, 26 juin 1781. Document cité en partie dans Iglesias, 1996, p. 277.

136 Voir ci-dessus.

137 Carrasco Martínez, 1999.

138 AGS, GM, 5913.

139 Voir Graph. 1 plus bas.

140 AGS, GM, 5944, ordre royal, Madrid, 14 janvier 1789.

141 AGS, GM, 5916.

142 AGS, GM, 5913, ordre royal, 11 avril 1789. L’acte précise que la nomination est due au « particular aprecio que el rey hace de su persona ».

143 AGS, DGT, inv. 2, leg. 73 [Fichoz].

144 Colón de Larriátegui, Juzgados militares de España y sus Indias, t. II, pp. 220-221 ; AGS, GM, 5956, lettre du duc d’Osuna à Jerónimo Caballero, Madrid, 1er avril 1790.

145 AGS, GM, 5913, lettre des capitaines de la garde du corps à Charles IV, Madrid, 6 décembre 1789 ; AGS, GM, 5913, ordre royal, Palais, 11 décembre 1789.

146 AGS, GM, 5914, lettre de Bartolomé Escobar, Carlos Pusterla et Felipe Laloux à Jerónimo Caballero, Madrid, 29 mars 1790 ; AGS, GM, 5914, lettre de Manuel Pacheco, le marquis d’Oyra et le prince de Masserano à Jerónimo Caballero, Aranjuez, 10 avril 1790 ; AGS, GM, 5914, ordre royal, Aranjuez, 18 avril 1790.

147 AGS, GM, 5915, ordre royal, Palais, 22 janvier 1791. L’ordonnance de 1792 formalise le fait. Ordenanza de S.M. para el gobierno, régimen y disciplina del real cuerpo de guardias de corps, p. 217. Sur la tentative de Philippe V de s'attribuer un grade dans sa maison militaire, voir chap. ii, pp. 71-72.

148 AGS, GM, 5914, Relation des festivités destinées à la Gaceta de Madrid.

149 AGS, GM, 5914, Relation des festivités destinées à la Gaceta de Madrid.

150 Esdaile, 1988, pp. 18-19.

151 Glesener, 2007.

152 La Parra López, 2002, pp. 62-64.

153 AGS, GM, 2286, lettre de Manuel Pacheco à Jerónimo Caballero, Madrid, 30 décembre 1788.

154 AGS, GM, 2286, lettre de Manuel Pacheco à Jerónimo Caballero, Madrid, 26 février 1789 ; AGS, GM, 5913, lettre de Manuel Pacheco à Jerónimo Caballero, Madrid, 26 mai 1789.

155 AGS, GM, 5913, lettre de Manuel Pacheco à Jerónimo Caballero, Madrid, 13 décembre 1789 ; La Parra López, 2002, pp. 81-82.

156 Des exemples de carrière plus rapides existent : en 1736, le comte de Flegnies, le neveu du duc de Bournonville, âgé de seize ans, passe de garde à exempt en moins d’un an. En 1754, Horacio Borghese, recommandé par le pape Benoît XIV, est passé de cadet à exempt avec un mois et demi d’ancienneté. AGS, GM, 2269, lettre du prince de Masserano à Sebastián de Eslava, Buen Retiro, 19 août 1754 ; Ozanam, 1998, pp. 192-193.

157 AGS, GM, 2286, lettre de Manuel Pacheco à Jerónimo Caballero, Madrid, 30 décembre 1788.

158 La Parra López, 2002, pp. 84-85.

159 AGS, GM, 5915, lettre du marquis de Ruchena au comte de Campo de Alange, Madrid, 10 janvier 1791.

160 AGS, GM, 5915, ordre royal, 16 janvier 1791.

161 AGS, GM, 5915, ordre royal, 10 février 1791.

162 AGS, GM, 5915, ordre royal, 16 juillet 1791.

163 AGS, GM, 5915, ordre royal, 27 septembre 1791.

164 AGS, GM, 5915, ordre royal, 20 novembre 1791. Depuis 1704, les capitaines et le sergent-major de la garde du corps ont les mêmes entrées dans la chambre du roi que les chefs de la maison civile du roi, AGP, Histórica, Caja 184, ordres royaux, 12 juin 1704 et 17 août 1704.

165 AGS, GM, 5916, ordre royal, 21 février 1792.

166 AGS, GM, 5915, ordre royal, 22 janvier 1791.

167 Ordenanza de S.M. para el gobierno, régimen y disciplina del real cuerpo de guardias de corps, pp. 169-187.

168 Ibid.

169 AGS, GM, 5916, ordre royal, 22 avril 1792 ; AGS, GM, 5916, ordre royal, 8 mai 1794.

170 Kuethe, 1986, pp. 152-153 ; Goncalvès, 2008, pp. 232-234.

171 AGS, GM, 5920, ordre royal, 26 novembre 1797.

172 AGS, GM, 5920, ordre royal, 10 novembre 1797.

173 AGS, GM, 5920, ordre royal, 8 novembre 1797.

174 Martínez Ruiz, 1995, p. 45-59 ; Andújar Castillo, 2008d, pp. 204-211.

175 Andújar Castillo, 2003a ; Id., 2008d. Sur la politique clientéliste de la couronne, notamment dans l’administration locale du royaume, voir Windler, 1997, pp. 171-229.

176 AGS, GM, 5919, lettre de Manuel Godoy à Charles IV, l’Escorial, 24 janvier 1795.

177 AGS, GM, 5919, lettre de Manuel Godoy à Charles IV, l’Escorial, 24 janvier 1795.

178 AGS, GM, 5919, lettre de Manuel Godoy au comte de Campo de Alange, 29 mars 1795.

179 AGS, GM, 5919, lettre du comte de Campo de Alange à Manuel Godoy, 27 janvier 1795 ; AGS, GM, 5919, « Plan militar y económico para dar nueva planta a las cuatro compañías del real cuerpo de su guardia de corps (Aranjuez, 27 janvier 1795) ». En 1795, le voyageur anglais W. Beckford rapporte que Godoy s’est fait bâtir un palais monumental à Aranjuez, dans la rue del Príncipe, à côté de celui du duc d’Osuna, le colonel des gardes espagnoles. Le témoin signale que le prince de la Paix a fait ériger un étage supplémentaire par rapport au bâtiment de son voisin, et que les balcons en façade sont plus nombreux et plus grands. La Parra López, 2002, p. 281.

180 Voir chap. ii.

181 AGS, GM, 5950, lettre de Théodore de Croix au comte de Campo de Alange, Madrid, 5 avril 1791.

182 Demerson, 1971. Ce texte a été immédiatement censuré par Godoy.

183 Pedro de Alcántara Téllez Girón y Pacheco, duque de Osuna, « Sistema militar para España que proponía el duque de Osuna, cuando se trató de una organización nueva de nuestro ejército y se formó para ello la Junta de Generales en 1796 », BNE, ms. 10866, fos LVIIvo-LVIIIro.

184 Les papiers de la maison militaire postérieurs à 1800 ont probablement disparus pendant la guerre civile espagnole. Voir Introduction, pp. 15-16. Le fonds van der Straten des Archives de l’État à Namur (AEN) conserve beaucoup de lettres sur la période 1796-1804 qui permettent de compenser cette lacune.

185 Cepeda Gómez, 1986 ; Martínez Ruiz, 1991 ; Id., 1995.

186 Esdaile, 1988, pp. 40-44 ; Andújar Castillo, 1997a.

187 Domergue, 1982, p. 107.

188 Soler Pascual, 1990, p. 211.

189 La Parra López, 2002, pp. 153 et 200-217 ; García Cárcel, 2002, pp. 267-268 ; Juan Vidal, Martínez Ruiz 2001, pp. 371-375.

190 La Parra López, 2002, pp. 214-215 ; AGS, GM, 5922, ordre royal, 29 novembre 1798.

191 AGS, GM, 5921. Lors de l’annonce de la vacance de l’emploi de sergent-major, il est spécifié « por exoneración del marques de Ruchena ».

192 AGS, GM, 5921, ordre royal, 19 juin 1799. Le marquis de Branciforte a également été le parrain de Godoy lors de la remise de la Grandesse, La Parra López, 2002, pp. 86 et 173.

193 En 1801, durant la campagne du Portugal, les critiques formulées en privé par Godoy à l’égard des corps privilégiés sont cinglantes. AHN, Estado, leg. 2821, lettre de Manuel Godoy à la reine María Luisa, Badajoz, 18 mai 1801 : « Vuestra Majestad se reirá cuando le refiera algunas cosas de esta juventud. Pero, por Dios, que al final de la campaña reformé Vuestra Majestad la mitad de guardias walonas y toda su oficialidad. No solo es inútil sino perjudicial ». AHN, Estado, leg. 2821, lettre de Manuel Godoy à la reine María Luisa, Badajoz, 30 mai 1801. Ces documents ont été signalés par Esdaile, 1988, p. 59.

194 AGP, Real Capilla, leg. 156-5, ordre royal, l’Escorial, 12 novembre 1801. L’ordre publie in extenso la lettre de Godoy à Charles IV ; Escudero, 1975, pp. 35-39.

195 La Parra López, 2002, pp. 232-253.

196 Sur ces précédents, voir chap. v et vi.

197 Ozanam, 1998, pp. 426-427 ; AEN, van der Straten, 605, lettre de Paulin d’Aigremont à Louis Hyacinthe van der Straten, Leganes, 18 février 1802.

198 AEN, van der Straten, 504, lettre de Louis Hyacinthe van der Straten à Louis Joseph van der Straten, Madrid, 7 septembre 1801.

199 La Parra López, 2002, pp. 350-352.

200 Castells, 1970.

201 Pérez Samper, 1973, pp. 147-150, citation p. 149. Voir aussi : AGR, FP, Ursel, L 445 b, lettre du chevalier de Lannoy au duc d’Ursel, Barcelone, 6 octobre 1802.

202 Herrero Fernández-Quesada, 1990 ; Id., 1992, pp. 363-387. Godoy rencontre davantage de succès dans la réforme de la marine puisqu’il parvient à établir et à conserver un conseil de l’amirauté, véritable état-major de la marine, par ordre royal du 27 février 1803, Vázquez Cienfuego, 2012, pp. 480-481.

203 AEN, van der Straten, 605, lettre de Paulin d’Aigremont à Louis Hyacinthe van der Straten, Leganes, 12 mai 1802) ; AEN, van der Straten, 605, lettre de Paulin d’Aigremont à Louis Hyacinthe van der Straten, Leganes, 22 décembre 1802 ; AGP, Fernando VII, caja 1, exp. 4, « Reglamentos constitucionales para una nueva organización, división y gobierno del ejército, aprobados por S.M. a propuesta del Generalísimo de todas sus armas (1802) ».

204 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, pp. 307-311 ; AEN, van der Straten, 495, « Reglamento del nuevo pie y fuerza en que han de establecerse los regimientos de reales guardias de infantería españolas y walonas (8 avril 1803) ».

205 AEN, van der Straten, 605, lettre de Paulin d’Aigremont à Louis Hyacinthe van der Straten, Leganes, 17 avril 1803.

206 Morange, 1984, pp. 35-37 ; La Parra López, 2002, pp. 348-358 ; Seco Serrano, 1978, pp. 147-152 ; Egido López, 1995.

207 Esdaile, 1988, p. 62 ; Herrero Fernández-Quesada, 1992, pp. 387-390.

208 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, pp. 344-352.

209 Esdaile, 1988, p. 59. Cette substitution, présentée par Esdaile comme permanente, ne semble avoir eu lieu qu’en quelques occasions. Voir : Holland, The Spanish Journal, p. 133.

210 Clonard, Memorias para la historia de las tropas de la casa real de España, pp. 192-194.

211 La Parra López, 2002, p. 360. Le 13 janvier 1807, il a été nommé Amiral général et Protecteur du commerce, prenant ainsi la tête du conseil de l’Amirauté, créé quatre ans plus tôt. Ce titre très prestigieux, donné traditionnellement à des membres de la famille royale, n’avait plus été attribué depuis 1737. Vázquez Cienfuego, 2012, pp. 482-495.

212 La Parra López, 2002, p. 360 ; Mercader Riba, 1983, p. 73.

213 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, pp. 263-266.

214 En 1797, Godoy a été nommé colonel-général des Suisses, une charge qui n’avait existé qu’en France et qui avait été supprimée à la Révolution. La Parra López, 2002, p. 569 ; Godoy, Memorias, t. II, p. 322.

215 Representación del príncipe de Asturias, Don Fernando (ahora nuestro rey y señor), a su padre Don Carlos IV, pp. 37-38.

216 La Parra López, 2007.

217 Martí Gilabert, 1972, pp. 26-39.

218 Ibid., pp. 113-157 ; Esdaile, 1988, pp. 65-68.

219 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, p. 265.

220 Ibid., p. 352 ; Moxó, 1977.

221 Álvarez Junco, 2001, pp. 119-144.

222 Exposición que hace a las Cortes generales y extraordinarias el Real Cuerpo de Guardias de Corps, p. 10.

223 Diario de Sesiones de las Cortes Generales, 539, 6 avril 1812, pp. 3015-3016 ; ibid., 593, 20 juin 1812, p. 3345 ; ibid., 632, 14 août 1812, p. 3537 ; Actas de las sesiones secretas de las Cortes Generales, 10 avril 1812, p. 611 ; ibid., 11 août 1812, pp. 698-699.

224 Bellanger, 1895 ; Lacolle, 1901 ; Bodinier, 2005 ; Rowlands, 2013.

225 Diario de Sesiones de las Cortes Generales, 779, 23 février 1813, pp. 4743-4744 ; Actas de las sesiones secretas de las Cortes Generales, 3 octobre 1813, pp. 53-54.

Table des illustrations

Titre Fig. 8. — Luis Paret y Alcázar, Serment de Ferdinand VII comme prince des Asturies (23 septembre 1789), 1791, Musée du Prado, Madrid (détail)
Crédits © Museo del Prado, Madrid.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4092/img-1.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Graph. 1. — Nominations d’officiers généraux au cours du xviiie siècle
Crédits Source : Fichoz
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4092/img-2.png
Fichier image/png, 90k
Titre Fig. 9. — Francisco Goya, La reine María Luisa à cheval [en uniforme de la garde du corps], 1799, Musée du Prado, Madrid
Crédits © Museo del Prado, Madrid.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4092/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 10. — Francisco Goya, Charles IV à cheval [en uniforme de la garde du corps], 1800-1801, Musée du Prado, Madrid
Crédits © Museo del Prado, Madrid.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4092/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search