Version classiqueVersion mobile

L’empire des exilés

 | 
Thomas Glesener

Chapitre v

L’héritage philippiste ou le conflit des mémoires

Texte intégral

  • 1 León Sanz, 2003b, pp. 323-329.

1La sortie de la guerre de Succession en Espagne est l’histoire d’une réconciliation en trompe-l’œil. À plusieurs reprises, les symboles qui rappelaient douloureusement la violence politique exercée par le premier philippisme ont été effacés. En 1715, les expulsions successives de la princesse des Ursins, de Jean Orry et de Melchor Macanaz ont tenté de gommer l’image d’un régalisme brutal, hostile à l’ancienne noblesse, aux fueros, au gouvernement des conseils et aux privilèges ecclésiastiques. De même, en 1725, la signature du traité de Vienne devait sceller la réconciliation de Philippe V avec la noblesse espagnole exilée en Autriche et lui ouvrir la porte du retour. Pourtant, comme l’ont souligné des travaux récents, ces signes d’apaisement n’ont pas fondamentalement modifié la ligne politique. Le second règne de Philippe V n’a rien renié du premier, ni de l’œuvre politique inachevée, ni des hommes qui l’ont portée, tandis que la réconciliation affichée avec les traîtres d’hier n’a été qu’un jeu de dupes1. Malgré la symbolique de la réconciliation, la continuité politique et institutionnelle tout au long du règne de Philippe V est évidente bien qu’elle soit complexe, ambiguë et profondément conflictuelle.

2Cela explique pourquoi, à la mort de Philippe V, survenue en 1746, son fils, Ferdinand VI, ressente le besoin de mettre en scène son avènement comme le temps du reniement définitif du premier philippisme. Trente ans après la fin du conflit successoral, il n’est plus question de feindre la réconciliation mais d’épurer les arcanes de l’État des cadres du régime précédent et de réhabiliter les laissés-pour-compte. À son tour, Ferdinand VI manie les symboles pour marquer sa volonté de rupture avec son père : le retour en grâce des exilés austracistes se réalise enfin, la ville martyre de Játiva-San Felipe retrouve son statut et sort de sa situation de ville occupée. Des mesures tout aussi symboliques sont prises à l’encontre des familles et des institutions qui ont incarné la continuité du premier philippisme. Le rappel puis l’emprisonnement de Macanaz, qui n’avait jamais cessé de jouir en exil de la protection de Philippe V, est l’un de ces gestes forts, tout comme l’hostilité affichée envers les exilés italiens et flamands, ou encore l’épuration politique des grands lignages philippistes de la Cour et de l’armée. Par conséquent, si la rupture cette fois est franche, Ferdinand VI joue encore sur les mêmes clivages que son père en inversant les termes, et sa politique nobiliaire apparaît comme le miroir inversé de celle de Philippe V. Les braises de la guerre civile sont encore attisées et la mémoire du conflit continue donc de régir l’économie de la grâce puisqu’aux vainqueurs d’hier le fils oppose désormais les vaincus.

3Néanmoins, ce retour de balancier est mené dans un contexte très différent parce que les acteurs en présence n’ont pas vécu le conflit successoral. Les clivages du passé n’ont plus à leurs yeux la même prégnance que pour la génération antérieure, et s’ils entendent déloger les familles philippistes des institutions de la monarchie, c’est avant tout parce qu’elles constituent un obstacle à un programme de réformes inspiré des standards européens. Dès lors, le réformisme éclairé de Ferdinand VI a pris dans ce contexte une orientation spécifique, tant dans la pratique que dans le discours, puisque la « modernisation » de la monarchie se construit contre les institutions et les groupes de pouvoir issus de la guerre de Succession.

4Le sort des exilés flamands et celui de la maison militaire sont les deux fils qui nous permettent de suivre cette évolution puisqu’ils font partie de ces symboles de la continuité politique et institutionnelle du premier philippisme. De la gestion conflictuelle de ces ombrageux serviteurs durant le second règne de Philippe V jusqu’à la grande réforme du marquis de la Ensenada sous Ferdinand VI, le conflit de mémoires a ressurgi à chaque fois que les privilèges de l’exil flamand ont été en jeu.

I. — L’élite militaire et la politique méditerranéenne de l’Espagne

  • 2 Bois, 2012, pp. 322-343.
  • 3 Cette lecture est perceptible chez Domínguez Ortiz, 1976, pp. 55-56, Ozanam, 1985, pp. 634-636 ou (...)

5La politique italienne de Philippe V souffre d’un lourd héritage historiographique qui en a donné une vision biaisée. De 1717 à 1748, le refus espagnol des clauses du traité d’Utrecht a entraîné l’Europe dans de longues et ruineuses guerres qui ont attiré au roi d’Espagne les foudres des élites éclairées de tous les pays, en particulier en France où le projet de paix perpétuelle de l’abbé de Saint-Pierre a été entravé par la politique belliqueuse de l’Espagne2. Le dénigrement de la politique espagnole a été à l’origine d’une actualisation de la légende noire qui a dénoncé l’aliénation de Philippe V vis-à-vis de son épouse, Isabelle Farnèse, dépeinte comme une marâtre ambitieuse, refusant d’accepter que ses enfants soient relégués dans l’ordre de succession. Jouant de l’affaiblissement physique et mental de son mari, exploitant la concupiscence de ce dernier, elle aurait emmené l’Espagne, la France et la moitié de l’Europe dans une lutte acharnée en Italie pour y placer ses deux fils, les infants Charles et Philippe, aux trônes de Naples et de Parme3.

  • 4 Sabatier, 1999, pp. 290-333 ; Bois, 2012, pp. 338-361.
  • 5 Dakhlia, 2005, p. 10.

6Cette représentation caricaturée de la politique espagnole doit beaucoup aux conceptions genrées de l’absolutisme en vogue en Europe au milieu du xviiie siècle. Alors que l’exercice du pouvoir royal doit être guidé par la raison, qu’il requiert un sens de l’État et une gravité toute masculine, la politique belliqueuse de l’Espagne a été associée à l’impulsivité, à l’inconstance et à la jalousie d’une femme soumise à l’influence de ses conseillers étrangers4. L’efféminement de la monarchie hispanique sous la plume des élites éclairées du xviiie siècle a contribué à associer à l’Espagne une série de clichés orientalistes où le caprice des reines et la volupté des alcôves tiennent lieu de politique5. Contrer les effets déformants de ces représentations est une tâche ardue, non seulement en raison de la destruction d’une partie des archives espagnoles lors de l’incendie de l’alcazar de Madrid en 1734, mais aussi parce que cette période complexe de l’histoire de l’Espagne a peu retenu l’attention des historiens.

Le bourbonisme méditerranéen

  • 6 Castro, 2004, pp. 375-380.
  • 7 Ozanam, 2010, pp. 7-12 ; Márquez Redondo, 2012.
  • 8 Pulido Bueno, 1998, pp. 319-328 ; Álvarez-Ossorio Alvariño, 2004c.

7En 1726, après dix ans d’une politique extérieure incertaine, l’entourage de la reine Isabelle Farnèse prend le pouvoir à la faveur d’une aggravation de l’état de santé du roi qui l’empêche désormais de peser sur la direction des affaires politiques. En 1727, nommée gouvernante du royaume, la reine écarte le fidèle secrétaire de son époux, José Grimaldo, afin d’avoir les coudées franches dans la direction des affaires6. Loin de constituer une rupture profonde dans les orientations politiques de la monarchie, il s’agit davantage d’une reprise en main du gouvernement par la reine et la marginalisation des factions qui obstruaient par leurs jeux d’influence l’application stricte de la volonté royale. De ce point de vue, le déplacement de la Cour à Séville entre 1729 et 1733 est une façon pour la reine et son entourage d’asseoir leur autorité7. Cette équipe est dominée par Juan Bautista Orendain, marquis de la Paz, nommé à la secrétairerie d’État, et par José Patiño, qui s’impose comme le principal ministre de la reine de 1730 à 1736, lorsqu’il cumule les secrétaireries des finances, de la marine, de la guerre et de l’État. Avec son frère Baltasar, qui occupe l’ambassade espagnole à Paris, ils sont issus d’une famille espagnole installée depuis plusieurs générations à Milan et qui a pris le chemin de l’exil en 1707. Outre les talents d’administrateur qu’il a éprouvés dans les intendances de Catalogne et de Cadix, José Patiño a l’avantage d’être un fervent partisan de la reconquête de l’Italie en vue de quoi il s’attache à mettre tout en œuvre pour doter la monarchie des moyens de ses ambitions en Méditerranée8.

  • 9 Une remarque déjà formulée de façon précoce par Bethencourt Massieu, 1954, pp. 9-11.
  • 10 Ozanam, 1985 ; Storrs, 2012 ; Fé Canto, inédite, pp. 105-113.

8En effet, la politique italienne de l’Espagne a été trop souvent déconnectée de son cadre méditerranéen9. Les deux grandes campagnes italiennes de l’Espagne pendant les guerres de Succession de Pologne (1733-1738) et de Succession d’Autriche (1742-1748) ont généralement focalisé l’attention. Par contre, les tentatives solitaires de reconquête de la Sardaigne et de la Sicile (1717-1718) ont souvent été négligées et isolées d’autres entreprises méditerranéennes telles que l’expédition de Ceuta (1720), le siège de Gibraltar (1727-1728) et la reconquête d’Oran (1732). Or, des travaux ont montré qu’il s’agit d’une politique coordonnée, dont l’Italie ne constitue qu’un versant, qui vise à reprendre le contrôle de la Méditerranée occidentale, à rétablir des réseaux commerciaux et à bloquer la progression anglaise10. L’installation de la Cour à Séville relève aussi de cette priorité méditerranéenne de la monarchie hispanique qui doit être considérée à sa juste mesure comme un projet de restauration de l’Espagne comme puissance dominante dans l’Europe méridionale.

9Au prix de difficiles tractations, Patiño a obtenu de rallier la France à cette entreprise après que la naissance des premiers héritiers mâles de Louis XV a écarté toute ambiguïté dans le rapprochement dynastique. La signature en 1733 du premier Pacte de Famille sanctionne alors l’adhésion du roi de France au projet de reconquête italienne et son soutien aux prétentions de l’infant Charles au duché de Parme. Le bourbonisme était moribond depuis 1724 et l’échec des mariages croisés de Louis XV et de Louis Ier ; il renaît désormais dans le cadre d’une politique méditerranéenne dirigée par l’Espagne. Alors qu’elle a été généralement dépeinte comme une farouche ennemie de la France, Isabelle Farnèse a été non seulement la cheville ouvrière du renouveau de l’alliance dynastique, mais elle en a pris la direction. Une fois encore, la rupture avec le premier règne de Philippe V est une idée erronée car Isabelle Farnèse renoue avec une politique dynastique active, orientée désormais vers la défense des intérêts de l’Espagne en Méditerranée.

  • 11 Egido López, 1971, pp. 287-293 ; García Cárcel, 2002c, pp. 72-78 ; Kuethe, Andrien, 2014, pp. 133- (...)
  • 12 Bédarida, 1928, pp. 47-54 ; Roura i Aulinas, 1998.

10Or, cette alliance a de nombreux détracteurs aussi bien en France qu’en Espagne. À Madrid, en opposition au bourbonisme méditerranéen, se constitue autour du prince des Asturies une faction qui soutient d’autres priorités géopolitiques davantage tournées vers l’Atlantique et les colonies, et qui prône l’alliance avec le Portugal et l’Angleterre. En effet, en 1729, le mariage de Ferdinand, prince des Asturies, avec Barbara de Braganza, infante de Portugal, a fait de l’antichambre de l’héritier du trône le lieu de regroupement des opposants aux projets méditerranéens de la reine. C’est de là que partiront les critiques adressées à José Patiño et qu’un complot sera ourdi contre lui en 1733, obligeant la reine à abréger le séjour de la Cour à Séville pour rentrer à Madrid et ordonner le confinement de l’héritier et de sa femme11. Ce pôle de contestation doit être mis en balance avec celui qui se constitue au même moment à Naples et à Parme, la cour de l’infant Don Philippe devenant l’un des principaux foyers des partisans de l’alliance dynastique entre la France et l’Espagne. Du moins, c’est à Parme que se concentrent marchands, conseillers, ministres et militaires français, flamands, italiens et espagnols favorables au maintien des relations entre les différents territoires sous la domination des Bourbon12.

  • 13 Andújar Castillo, 2004d, pp. 111-171.

11La dynamique de la guerre en Méditerranée confirme l’alliance ébauchée dès 1716 entre Isabelle Farnèse et l’élite militaire, et elle est l’occasion de réactiver de nombreux symboles qui évoquent la continuité entre le conflit successoral et la guerre en Italie. Comme au début du siècle, grâce à l’alliance dynastique, les vétérans espagnols et français marchent à nouveau côte à côte contre l’ennemi autrichien. Ils sont accompagnés d’une nouvelle génération d’officiers qui n’a pas connu la guerre de Succession mais qui a hérité ses positions des mérites de ses pères. Le recours aux capitaux privés pour lever des troupes a renouvelé la dynamique de la dette, il a renforcé les liens de clientèle entre les ministres et l’élite militaire, tout en permettant à cette jeunesse de gagner rapidement du galon et des titres13.

  • 14 AGS, GM, 2252.
  • 15 Ceballos-Escalera y Gila, 2000, pp. 28-29.

12À l’image de l’union dynastique au temps de Louis XIV, la circulation du personnel militaire d’une Cour à l’autre rappelle leur condition de domestiques de la maison de Bourbon et permet d’intégrer les espaces privés des monarques. En 1732, la garde du corps de l’infant Charles est constituée à partir de trente gardes tirés de la compagnie italienne de Philippe V. Ils sont placés sous le commandement de Lelio Carrafa, marquis d’Arienzo, lui-même parent de Tiberio Carrafa, un philippiste napolitain de la première heure exilé en Espagne14. Les circonstances de la fondation de l’ordre de San Gennaro par le roi des Deux-Siciles constituent un autre exemple du renouveau des formes de service dynastique expérimentées pendant la guerre de Succession d’Espagne. En effet, le 3 juillet 1738, lors de la publication de ses statuts, l’ordre est explicitement conçu comme une distinction en faveur de ceux qui ont montré autant d’attachement à Philippe V qu’à l’infant Charles. Non seulement les chevaliers de San Gennaro sont placés sur le même rang que ceux de la Toison d’Or en Espagne et du Saint-Esprit en France, mais Philippe V obtient le droit de nommer personnellement six chevaliers sur les soixante que compte l’ordre, soulignant ainsi l’unité de la maison de Bourbon. En réalité, au cours de l’année 1738, Philippe V nomme la plupart des grands officiers de la maison civile et militaire de la cour d’Espagne ; il en va ainsi des grands maîtres du roi, de la reine et du prince des Asturies, respectivement les ducs de Mirandola, de Medinaceli et de Gandia. Les capitaines des compagnies espagnole et flamande de la garde du corps, le marquis de Bedmar et le duc de Bournonville, et le capitaine de la compagnie de hallebardiers royaux, le prince de Masserano, font aussi partie de la première promotion des chevaliers de San Gennaro15. On retrouve ainsi la diversité d’origine de l’entourage des rois d’Espagne, aussi bien constitué par les exilés de l’ancienne monarchie que par la vieille aristocratie castillane qui a servi fidèlement les Bourbon. La constitution de l’ordre de San Gennaro témoigne donc de la volonté du roi d’Espagne de faire de Naples un nouveau foyer de la politique dynastique, et de permettre l’émulation d’une nouvelle élite autour des grands ordres espagnol, français et napolitain.

13De son côté, la propagande royale s’attelle aussi à relier le fil des temps en mettant en exergue le caractère dynastique de ces conflits. La conquête des couronnes pour les fils cadets du roi permet de mobiliser l’armée derrière un champion, l’infant Charles en 1733, l’infant Philippe en 1741, qui prennent l’un et l’autre la tête des troupes en Italie. En 1735, Diego de Torres y Villarroel, un auteur à succès, professeur à l’université de Salamanque, publie à Madrid un recueil de vers dédicacé à Isabelle Farnèse qui relate la conquête de Naples par l’infant Charles. Éloge de la maison de Bourbon et des qualités du jeune roi, cet opuscule relate les étapes de la campagne militaire en faisant l’apologie des troupes espagnoles qui ont permis la victoire. Lorsqu’il décrit la marche des régiments vers Naples, l’auteur écrit la strophe suivante :

  • 16 Torres y Villarroel, Conquista del reino de Nápoles por su rey Don Carlos de Borbón, p. 9 : « Mues (...)

L’armée arrogante défile en revue
En rangs serrés et réguliers
À la vue de l’Atlante [Charles]
Chaque soldat acquiert un nouveau brio
Tous jurent de verser pour l’infant
Plus de sang que burent sans retenue
Les champs de bataille que Philippe emporta
D’Almansa, de Brihuega et de Saragosse16

  • 17 En 1721, fray Ambrosio Montánchez avait déjà publié un ouvrage intitulé Avisos morales y políticos (...)
  • 18 Bottineau, 1993, pp. 442-444 et 568-575.

14Cette œuvre illustre la continuité qui est opérée entre la guerre de Succession et la guerre en Italie. Moins abondante qu’au début du siècle, la propagande réactive toutefois des thématiques qui ont connu un grand succès vingt ans plus tôt : militarisme exacerbé, éloge du sang versé, fidélité à la cause dynastique. Point de « carlisme » ni de carlistas, mais la figure du fils est bien calquée sur celle du père, de l’Animoso et du roi de guerre. Charles ne se substitue pas à Philippe, car c’est lui qui mobilise à nouveau son armée et qui reste le chef de la maison de Bourbon. En 1737, Philippe V rendosse l’armure pour se faire portraiturer par Van Loo de la même manière qu’il l’avait été durant la guerre de Succession (fig. 5 et 6)17. Hormis la symbolique guerrière, l’iconographie dynastique tient lieu également de programme politique. Les nombreux tableaux de la famille de Philippe V peints à l’époque par les artistes les plus célèbres, loin de représenter de simples scènes de Cour, sont l’expression du néo-impérialisme de l’Espagne en Méditerranée18. Moins connue que les grandes œuvres de Ranc ou Van Loo, tout en respectant les mêmes codes iconographiques, la représentation d’Isabelle Farnèse et de ses enfants dans le Grand dictionnaire géographique de Bruzen de la Martinière traduit explicitement ce lien entre dynastie et empire (fig. 7). Par conséquent, autour des figures guerrières du père et du fils, aussi bien que des figures domestiques de la famille, une nouvelle génération de militaires est incitée à servir et à défendre les droits des Bourbon. Si l’enjeu dynastique et la politique belliciste ont finalement contribué à dénigrer l’Espagne à l’étranger, il s’agit de puissants outils de mobilisation à destination des élites de la monarchie et des partisans français et italiens de l’union dynastique.

Fig. 5. — Gérard Edelinck, Philippus V Hispaniarum Rex, dans Antonio Ubilla, Successión de el Rey D. Phelipe V Nuestro Señor en la Corona de España […], Madrid, Juan García Infanzón, 1704

Fig. 5. — Gérard Edelinck, Philippus V Hispaniarum Rex, dans Antonio Ubilla, Successión de el Rey D. Phelipe V Nuestro Señor en la Corona de España […], Madrid, Juan García Infanzón, 1704

© Rijksmuseum, Amsterdam.

Fig. 6. — Louis-Michel Van Loo, Philippe V à cheval, 1737, Palais royal, Madrid

Fig. 6. — Louis-Michel Van Loo, Philippe V à cheval, 1737, Palais royal, Madrid

© Patrimonio nacional, Madrid.

Fig. 7. — Louis-Fabricius Dubourg et Pieter Tanjé (graveur), [Le triomphe de la reine Isabelle Farnèse], 1734, dans Antoine-Augustin Bruzen de la Martinière, Le grand dictionnaire géographique et critique, La Haye, 1739, t. II

Fig. 7. — Louis-Fabricius Dubourg et Pieter Tanjé (graveur), [Le triomphe de la reine Isabelle Farnèse], 1734, dans Antoine-Augustin Bruzen de la Martinière, Le grand dictionnaire géographique et critique, La Haye, 1739, t. II

© Bibliothèque nationale de France, Paris.

  • 19 AGS, GM, 2251.
  • 20 Lefdael, Relación distinta de el viage, que en el año de 1732 hizo S.A.R. el Serenísimo Infante de (...)
  • 21 Lobo, Rasgo épico, de la conquista de Oran, pp. 1-3.
  • 22 Clonard, 1853, t. IV, pp. 217-235 ; Guillaume, 1869, pp. 462-466 ; Id., 1876, pp. 192-194 ; Gómez (...)

15Ce renouveau du dynasticisme permet aussi de réaffirmer les liens qui unissent la maison de Bourbon avec les nations qui ont toujours soutenu sa cause. En 1731, lorsque l’infant Charles part prendre possession du duché de Parme, trois exempts sont choisis parmi la garde du corps du roi pour lui servir d’escorte personnelle. Cet équipage est composé d’un Espagnol, le marquis de Villarreal, d’un Italien, le comte de Candell, et d’un Flamand, le marquis de Croix19. Tous les trois sont de jeunes hommes, parents d’officiers qui ont indéfectiblement soutenu Philippe V pendant la guerre de Succession. Ces jeunes officiers symbolisent l’héritage politique du philippisme, mais aussi la fidélité des trois nations de l’ancienne monarchie hispanique, auxquelles s’ajoute la quatrième — l’irlandaise — représentée par un corps de garde formé à l’occasion du voyage et qui défile à Parme au son des hautbois20. En 1732, le célèbre poète militaire, Eugenio Gerardo Lobo, publie un éloge des succès militaires d’Oran à destination des officiers des gardes espagnoles et wallonnes. Panégyrique des valeurs guerrières, cet opuscule est aussi un hommage aux corps qui ont participé à la victoire sur les musulmans. Il donne l’occasion de saluer les services des « quatre nations », et de rappeler les mérites des « Ibériques invincibles », des « Belges illustres » et à travers le nom des régiments de rendre hommage à l’Ulster, « la sainte province, valeureuse, docte et toujours réduite en esclavage », et à la Flandre « martiale dont la force est unie à celle du Hainaut, de Namur et d’Anvers »21. En 1735, enfin, ce sont encore les régiments de nation qui sont en première ligne lorsqu’il s’agit de former la nouvelle armée napolitaine, puisque ce ne sont pas moins de quatre régiments d’infanterie wallonne (Anvers, Bourgogne, Hainaut, Namur) et un régiment irlandais (Limerick) qui sont cédés par Philippe V à son fils22.

16Aussi la politique belliqueuse de l’Espagne en Méditerranée ne doit-elle pas être réduite aux ambitions personnelles d’une reine manipulée par quelques seigneurs italiens. Il s’agit d’un vaste projet de refondation de l’hégémonie espagnole en Méditerranée occidentale qui a trouvé dans les valeurs dynastiques des ressorts de mobilisation autrement plus puissants que ceux de l’ancienne monarchie hispanique. La croisade dynastique permet en effet de renouer avec des symboles et des pratiques qui ont été largement employés au temps de l’union dynastique et qui ont permis de fédérer, bien au-delà des seuls Italiens, l’ensemble des élites militaires philippistes. Par conséquent, si Philippe V est devenu après la mort de Louis XIV le dernier protecteur du bourbonisme, c’est à Isabelle Farnèse qu’il doit d’avoir transformé cet héritage en un nouveau projet impérial pour l’Espagne.

La gestion ambiguë de l’élite militaire

  • 23 Hellwege, 1969 ; Contreras Gay, 1993.
  • 24 Guerrero Elecalde, 2012, pp. 391-474.

17La politique méditerranéenne de l’Espagne a renouvelé et renforcé les privilèges de l’élite militaire, ce qui a constitué une défaite pour ceux qui attendaient le retour à la paix pour entreprendre une réforme de l’institution militaire. Sur ce point, José Patiño entretient une position ambiguë car il a naguère combattu cette élite militaire lorsqu’il était surintendant général de Catalogne mais il se trouve à présent en situation de la soutenir car elle est devenue le fer de lance de sa politique méditerranéenne. Malgré les lacunes documentaires, on sait que Patiño soutient une modernisation de l’armée : grand artisan du développement des milices provinciales, dont l’ordonnance est publiée en 1734, Patiño est le premier à avoir tenté de constituer une armée de réserve permanente, financée par le royaume, et mobilisable à tout moment pour servir d’auxiliaire aux troupes royales23. Or, cette vaste armée organisée par provinces, appuyée sur les municipes, paraît bien éloignée de l’armée des nations et a fortiori des corporatismes militaires de la maison du roi. Rien donc dans la trajectoire et dans les conceptions politiques de Patiño ne le prédispose à soutenir les intérêts des corps privilégiés si ce n’est par pur pragmatisme. Car Patiño ne gouverne pas seul, il doit compter aussi avec le groupe des Basco-navarrais, très proche du couple royal, et dirigé par le puissant Juan Bautista de Orendain, marquis de la Paz, qui occupe la secrétairerie d’État de 1726 à 1734. Or, bien que ces hommes travaillent ensemble, le clan d’Orendain est proche des cercles militaires et il soutient les corps privilégiés qui ont permis à nombre d’entre eux de s’élever dans l’appareil d’État24. Entre les élans réformateurs et la préservation de l’héritage institutionnel, les signaux envoyés aux officiers de la maison militaire sont pour le moins ambigus.

  • 25 Andújar Castillo, 2007b ; Andújar Castillo, 2015, pp. 234-236 ; AGS, GM, 2253, lettre du marquis d (...)
  • 26 Voir annexe III.
  • 27 AGS, GM, 2253, Jacques de la Viefville à José Patiño, Madrid, 17 octobre 1730 ; « Ordenanza para l (...)
  • 28 Vegiano d’Hovel, 1865, t. II, p. 199.

18Entre 1730 et 1731, Jose Patiño est à l’origine de l’extension du statut de la garde royale à deux nouvelles unités — les carabiniers royaux et les grenadiers à cheval — chargées d’appuyer l’armée pendant la campagne en Italie. Ces levées sont confiées à des officiers flamands et catalans dévoués à Patiño, à l’image de Jacques Eustache de la Viesville, un exilé flamand de la première heure qui a financé la formation de la brigade des carabiniers royaux25. Depuis 1707, c’est la seule fois où la maison militaire est agrandie par la création de nouvelles unités et il n’y en aura pas d’autre avant 179326. Si cette décision peut passer pour un soutien aux élites militaires dans leur ensemble, les réticences qu’elle suscite parmi les officiers déjà en place semblent indiquer le contraire. L’hostilité des chefs de la maison militaire a en effet failli faire capoter l’entreprise : l’ordonnance des carabiniers tarde près de deux ans à être publiée, et elle inféode finalement en tout point la brigade aux capitaines de la garde du corps27. Face à ces difficultés, Viefville est contraint de passer au service des Deux-Siciles : en 1738, il fait partie de la première promotion de l’ordre de San Gennaro, avec le grade de lieutenant-général de l’armée napolitaine, avant d’entamer une carrière diplomatique au service du roi de Naples28.

  • 29 Besler, Jauch, Jurídica y legal respuesta a las dudas propuestas por el noble don Joseph Ameller.
  • 30 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, p. 47 ; Schalbetter, 1969, p. 286.
  • 31 Fé Canto, inédite, pp. 464-473.

19Il existe donc un doute sur les intentions réelles qui se cachent derrière la mobilisation dynastique en faveur de la politique méditerranéenne de l’Espagne. Les nouvelles mobilités de service de l’Espagne vers les Deux-Siciles sont-elles la marque du renouvellement de la confiance de Philippe V envers les familles philippistes ou sont-elles au contraire l’occasion d’en délester l’Espagne ? À ce titre, le passage des quatre régiments wallons et d’un régiment irlandais au service du roi de Naples doit être mis en regard des négociations menées en parallèle pour augmenter le nombre de régiments suisses au service de l’Espagne. Arrivée en 1724, on sait que la première unité suisse a entretenu des relations houleuses avec les officiers flamands29, ce qui laisse imaginer l’impression donnée par l’engagement de trois autres régiments en 1734, peu de temps avant la cession des régiments wallons au roi de Naples30. En outre, cette tractation intervient à un moment où l’Espagne cherche à se délester de communautés d’exilés devenues encombrantes. En 1732, deux régiments espagnols sont formés pour occuper la place d’Oran récemment reconquise. Les emplois sont donnés à des exilés oranais dans une politique délibérée de repeupler Oran et d’alléger les finances espagnoles des pensions qui leur avaient été accordées pendant leur exil péninsulaire31. À la lumière de ce précédent, il est probable que les officiers flamands aient eu le sentiment que Patiño cherchait à se débarrasser d’eux en les poussant dans les bras du roi de Naples.

  • 32 Voir annexe III.
  • 33 AGS, GM, 1244, 2290, 2292 et 5453. En 1733, Pedro Figueroa, sergent-major des gardes espagnoles, r (...)
  • 34 AGS, GM, 2230, lettre de Francisca de Guzman à José Patiño, Madrid, 17 décembre 1733 ; AGS, GM, 22 (...)
  • 35 Andújar Castillo, 2001a, p. 118-119 ; Glesener, inédite, pp. 188-189.
  • 36 Luynes, Mémoires, t. II, pp. 165-166.
  • 37 AGS, GM, 2291, lettre de José Horcasitas à José Patiño, décembre 1735.

20Cette mauvaise impression a dû être accentuée par les réticences du ministre à nommer aux charges vacantes de colonels des gardes wallonnes et espagnoles. En effet, en 1733, à la mort du duc d’Osuna, le commandement des gardes espagnoles n’est pas pourvu. L’année suivante, à la mort du marquis de Richebourg, il en est de même dans les gardes wallonnes. Au final, ces deux corps prestigieux restent sans colonels jusqu’en 1741 pour le premier et jusqu’en 1746 pour le second, soit bien au-delà de la mort de Patiño survenue en 173632. Dans les deux cas, ces vacances font retomber le commandement sur des officiers de rang inférieur, soutenus par le ministre33. De plus, à la mort du duc d’Osuna, Patiño refuse d’accéder à la demande de sa veuve de nommer son héritier à la tête du régiment34. Cette décision semble donc bien être une tentative de blocage de la domination du puissant lignage d’Acuña, et de ses deux chefs, le duc d’Osuna et le marquis de Villena, qui se sont partagé depuis la guerre de Succession le commandement des unités espagnoles de la maison militaire35. Cependant, les choses ne semblent pas aussi simples : une rumeur prétend à l’époque que la charge de colonel des gardes espagnoles serait restée vacante car elle aurait été promise au duc d’Osuna36. Or, en 1733, l’héritier du duc d’Osuna n’est âgé que de cinq ans, ce qui expliquerait les réticences du ministre à nommer un enfant à un emploi de cette importance. Par contre, en 1735, le jeune duc entre comme cadet dans le régiment avec une dispense de minorité de manière, vraisemblablement, à préparer la succession37. Les raisons de cette double vacance sont donc plus complexes : la décision de Patiño doit être envisagée comme une tentative de veiller aux intérêts des grandes maisons philippistes tout en évitant la patrimonialisation pure et simple des charges.

  • 38 AGS, GM, 2258.
  • 39 AGS, GM, 2258, lettre du duc de Bournonville à José Patiño, 20 février 1736.

21Plus fondamentalement, les vacances des deux grands régiments de la garde sont le symptôme de la difficulté d’aborder le tournant générationnel entre les vétérans de la guerre de Succession et leurs descendants. Vingt ans après la fin du conflit, la plupart des officiers qui ont participé à la création de la maison militaire ont plus de soixante ans. Autour de la transmission des emplois, se joue bien entendu la longévité et l’effectivité des mérites engrangés par les philippistes de la première heure et leur capacité à faire bénéficier leurs héritiers de ce capital politique. Il est possible que Patiño, lui-même mort en novembre 1736 à l’âge de soixante-dix ans, ait décidé d’accélérer le pas à la fin de sa vie pour permettre à la nouvelle génération de préparer la relève. Du moins, en mars 1736, il décide de mettre à la retraite les plus vieux officiers de la garde du corps pour faire monter une génération de jeunes officiers. Cela permet notamment au duc de Bournonville de proposer son neveu à la première lieutenance de sa compagnie et au duc d’Atri, le capitaine de la compagnie italienne, d’y faire passer son fils38. Ce renouvellement des cadres est donc une façon d’asseoir la continuité familiale dans la maison militaire sans pour autant céder le contrôle sur les emplois. Ainsi, si Bournonville peut placer son neveu en position de le remplacer, Patiño s’oppose à l’octroi d’une survivance qui entérinerait une transmission automatique39.

  • 40 Ozanam, 2008a, p. 313.
  • 41 Ibid., p. 289.
  • 42 Ibid., pp. 303 et 311.
  • 43 Ibid., pp. 297 et 317.
  • 44 Ibid., pp. 295, 299 et 301.

22Enfin, la politique de la chaise vide pratiquée à la tête des deux régiments de la maison militaire doit être rapprochée de celle menée à la même époque à la tête des grandes capitaineries générales de province. En effet, à partir de 1726, les titulaires des principaux gouvernements militaires, majoritairement des vétérans philippistes de la guerre de Succession, sont progressivement éloignés de leur charge, attirés à la Cour, envoyés en campagne ou en mission diplomatique à l’étranger. L’étude de Didier Ozanam sur les capitaines généraux a montré que durant le gouvernement de Patiño la plupart des grands gouvernements provinciaux sont entre les mains de commandants intérimaires. En Navarre, le comte de Torres, un philippiste de la première heure, est titulaire de la vice-royauté depuis 1723 mais il réside à la Cour depuis 172640. Il en est de même en Aragon où le vice-roi, le comte de Siruela, nommé en 1722, a laissé son commandement à des intérimaires depuis 172641. C’est également en 1726 que le capitaine général de Majorque, Patricio Laules, et le capitaine général de Galice, le marquis de Caylus, cessent d’exercer le gouvernement effectif de leur province, officiellement pour raisons de santé pour le premier alors que le second reçoit l’autorisation de résider en France42. La Catalogne et Valence passent aussi sous le régime intérimaire à partir de 1734, après la mort du marquis de Richebourg dans le premier cas et par éloignement du prince de Campoflorido dans le second cas43. À Ceuta, l’envoi du comte de Charny à Naples en 1731 laisse penser que l’emploi est resté vacant. Il en va de même pour les capitaineries générales de Castille et d’Estrémadure où les carences documentaires pour la période sont probablement dues à la vacance de la charge44. Sans éclat ni fracas, José Patiño a donc écarté les grandes figures de l’élite militaire du gouvernement effectif des provinces pour traiter avec des militaires de second rang placés en intérim pour de brèves périodes.

23Les lacunes documentaires du gouvernement de José Patiño laissent planer une ombre sur la situation de la haute élite militaire. La tension a dû être réelle entre une volonté précoce de réformer l’institution militaire et la préservation des privilèges du généralat sur lesquels veille Juan Bautista de Orendain. Il semble que le pragmatisme l’ait emporté tant que la politique méditerranéenne de l’Espagne a servi de cap à l’équipe ministérielle. En tout cas, le gouvernement Patiño-Orendain est l’un des plus calmes de tout le siècle, puisque pas une seule décision n’est venue modifier les privilèges de l’élite militaire, lesquels semblent avoir été sanctuarisés pendant une décennie. Cependant, ce statu quo prend fin avec les morts successives d’Orendain en 1734 et de Patiño en 1736, cédant la place à un groupe de réformateurs qui adoptent une attitude nettement plus hostile envers les cadres militaires de la monarchie.

L’aube des réformateurs

  • 45 Fernández Albaladejo, 1977, pp. 64-74.

24En 1736, la mort de José Patiño ouvre une crise politique dont les circonstances exactes sont encore aujourd’hui mal connues. Avec la disparition du ministre, le contrôle qu’il exerçait sur l’ensemble des affaires du gouvernement se relâche et les groupes de pouvoir qu’il tenait sous sa coupe en profitent pour tenter de reconquérir le terrain. Les années 1736-1741 sont en effet le théâtre d’une petite révolution de palais au cours de laquelle des personnes proches du prince des Asturies prennent brièvement le pouvoir pour imposer leurs vues au sommet de la monarchie. Autour de l’héritier du trône, ce sont des membres de la noblesse, proches du Portugal et de Rome, qui s’imposent avec le soutien de grands financiers qui avaient été écartés des affaires dix ans plus tôt. Sous l’égide du marquis de Torrenueva et de Juan Bautista Iturralde, ces hommes ont à cœur de redresser des finances royales profondément affaiblies par la politique belliqueuse en Méditerranée. En 1739, ils sont à l’origine de la dernière grande banqueroute des finances royales, une manière obsolète de rétablir les comptes, qui s’accompagne d’un vaste plan de diminution de la dépense militaire45. Néanmoins, cette nouvelle équipe n’a pas les coudées franches car les entourages du roi et de la reine veillent inlassablement à protéger les principaux acquis du gouvernement précédent. L’instrument de cette continuité est le Biscayen Sebastián de la Cuadra, marquis de Villarías, nommé à la secrétairerie d’État et à celle de la guerre en 1736, qui tente de prolonger l’action d’Orendain en préservant l’héritage politique du premier philippisme. Car Villarías est un membre éminent du lobby basco-navarrais, et à ce titre, il se montre particulièrement soucieux de protéger les privilèges de l’élite militaire. Aussi, l’année 1736 ouvre-t-elle une lutte sourde au sein des plus hautes instances de la monarchie entre des factions radicalement opposées sur la forme de l’institution militaire et les modalités de son contrôle.

  • 46 AGS, GM, 2258. Il ne s’agit pas formellement d’une survivance, mais d’une promesse qui avait été r (...)
  • 47 Ozanam, 2008a, p. 317.
  • 48 Andújar Castillo, 2010a, pp. 149-150.
  • 49 Montpellier d’Annevoie, 1905 ; Ozanam, 2008b, pp. 705-714.

25La faction militariste est la première à revenir en force sur le devant de la scène, une fois libérée des brides que Patiño lui avait imposées. Particulièrement significative est la décision du roi, le 15 novembre 1736, quelques jours après le décès de Patiño, d’accorder au duc de Bournonville la permission pour que son neveu lui succède dans son emploi de capitaine de la garde du corps46. À la suite, une série de nominations a lieu entre les mois d’août et de novembre 1737 qui rétablit des titulaires à la tête des grandes capitaineries générales de province. En Andalousie, à Valence, en Galice, à Grenade, en Estrémadure, en Castille, en Navarre et en Catalogne, le gouvernement des intérimaires prend fin. Parmi les promus, on assiste à de véritables réhabilitations politiques à l’image de celle du marquis de Caylus, poussé vers la sortie en Galice sous Patiño, et qui revient comme capitaine général de Valence47. En outre, le nombre d’officiers français et flamands nommés à cette occasion est surprenant, puisque six des huit capitaineries leur reviennent. Les raisons de cette surreprésentation ne sont pas élucidées : l’historiographie n’a pas manqué d’y voir une preuve supplémentaire de la mainmise des « étrangers » mais sans doute faut-il nuancer cette affirmation48. Les nominations du comte de Roydeville en Andalousie, du comte de Glimes en Catalogne, du comte d’Itre en Galice, ou du marquis de Caylus à Valence, tous historiquement liés à l’armée de Flandre et à la fondation de la maison militaire, doivent être considérées comme des victoires pour la faction militariste, et comme un renouvellement spectaculaire du principe de l’équilibre des nations. En revanche les trajectoires de Pierre Boisseau Chateaufort, nommé en Castille, ou du comte de Marcillac, nommé à Grenade, sont moins liées aux corps privilégiés et leurs nominations sont probablement poussées par le camp adverse49.

  • 50 Cerro Nargánez, 1998, pp. 531-538.
  • 51 Andújar Castillo, 1996a, pp. 55-56 ; Bellido Andréu, 2009. Pour une mise au point sur le sujet : G (...)
  • 52 L’occultation de la secrétairerie de la guerre à cette époque est accentuée par le partage des fon (...)
  • 53 Castro, 2004, pp. 226-230 ; Domínguez Nafría, 2001, pp. 173-191.
  • 54 Andújar Castillo, 1996a, pp. 54-55.

26En tout cas, l’avantage pris par la faction militariste semble bien maigre en regard des tentatives menées au même moment pour en limiter le pouvoir. Si le marquis de Villarías, secrétaire de la guerre, incarne la direction politique de l’institution militaire et la continuité avec le gouvernement précédent, il doit désormais compter avec le duc de Montemar nommé le 18 mars 1737 doyen du conseil de guerre avec le titre de ministre de la guerre. Auréolé de ses services en Italie, Montemar est un militaire de premier plan issu de l’entourage du prince des Asturies et l’une des figures éminentes de l’opposition au gouvernement de Patiño50. Cette situation a créé une direction bicéphale de l’institution militaire dans laquelle les compétences du secrétaire de la guerre sont progressivement absorbées par le nouveau ministre de la guerre. Curieusement, le dédoublement de la fonction ministérielle n’a pas fait à ce jour l’objet d’une étude sérieuse. Il faut reconnaître que la grande visibilité de Montemar à cette époque dans la gestion des affaires militaires a occulté celle du secrétaire, entraînant la confusion chez les historiens entre l’une et l’autre fonction51. En réalité, il s’agit bien de deux charges distinctes qui traduisent la rivalité politique exacerbée au sommet de l’État sur la forme à donner au gouvernement militaire52. Le dédoublement n’est pas pour autant une solution inédite : entre 1709 et 1714, le marquis de Bedmar avait porté le titre de ministre de la guerre alors que la secrétairerie de la guerre et des finances était entre les mains de José Grimaldo. Bedmar était en principe chargé de conseiller le secrétaire sur les promotions et de gérer les problèmes logistiques de l’armée en campagne. Néanmoins, ces compétences recoupant en partie celles dévolues au secrétaire, Bedmar avait déjà dû demander des clarifications53. En 1737, la nomination de Montemar fait référence à ce précédent, la nouveauté résidant dans l’association entre la charge de ministre et celle de doyen du conseil de guerre. Considérée à tort comme le signe d’un renforcement de la polysynodie, la fonction de Montemar doit être envisagée comme une tentative de création d’une direction administrative unique de l’institution militaire, secondée par un conseil de guerre composé d’officiers généraux qui agirait comme un tribunal supérieur de la juridiction militaire54.

  • 55 Domínguez Nafría, 2003 ; Pérez Fernández-Turégano, 2004.
  • 56 AGS, GM, 319 et 1514. Plusieurs affaires où Montemar reçoit ses instructions à travers le secrétai (...)

27Cette situation se comprend mieux si on la compare au gouvernement de la marine, pour lequel on dispose d’études plus détaillées. En effet, au début du siècle, une première tentative de créer un ministère de la marine en la personne du duc de Veragua a tourné court. Comme son homologue de la guerre, il s’agissait de doter l’armada d’une direction administrative et technique soumise à la direction politique. Cette idée ressurgit le 14 mars 1737 lorsqu’un décret crée la fonction d’amiral confiée pour l’occasion à l’infant Don Philippe. Elle réactive l’ancienne fonction de ministre de la marine mais en la dotant de compétences élargies. L’amiral détient en effet la gestion politique et administrative de l’armada, secondé par une junte de marine composée d’officiers généraux. Son domaine de compétence est tel qu’il marginalise le secrétaire de la marine au profit du secrétaire de l’amirauté qui communique entre l’infant et le roi55. Au regard de l’amirauté, le ministère de la guerre de Montemar apparaît donc comme une copie imparfaite, créée quatre jours plus tard, sans instruction précise ni véritable pouvoir sur un conseil de guerre entre les mains des letrados. D’ailleurs, malgré ses tentatives, Montemar ne parvient pas à militariser le conseil ni à le faire évoluer vers un état-major des armées équivalent à la junte de la marine. Si Montemar peut correspondre directement avec le roi sur certaines matières, le secrétaire de la guerre reste une pièce incontournable du gouvernement militaire56. Cette relative faiblesse du ministère de la guerre en regard de l’autorité accordée à l’amirauté en dit long sur le degré de résistance de l’armée en comparaison de celui de la marine. La raison est simple puisque la création d’une direction administrative de l’armée priverait les chefs des corps privilégiés d’accès direct au roi et à son secrétaire.

  • 57 Pérez Fernández-Turégano, pp. 467-476.
  • 58 Sánchez-Blanco, 2013, pp. 92-106.

28Aussi bien l’amirauté que le ministère de la guerre sont des expériences politiques éphémères. En 1741, lorsque les hommes du prince des Asturies sortent défaits de l’affrontement politique, les secrétaireries sont rétablies dans leurs compétences, le ministère de la guerre est supprimé tandis que l’amirauté reste une coquille vide jusqu’à sa suppression en 174857. Néanmoins, cette expérience témoigne d’une tentative précoce de réformer le gouvernement militaire en Espagne selon les principes émergents de la science camérale. Elle se caractérise par la recherche de l’unité normative de l’institution, la rationalisation et l’uniformisation de son gouvernement placé entre les mains des militaires. Elle entretient une méfiance envers le gouvernement politique de l’armée, incarné ici par le secrétaire de la guerre, considéré comme l’instrument de l’exercice de l’arbitraire royal, de la faveur et du passe-droit58. Si cette tentative échoue en 1741, elle sera réactivée par d’autres réformateurs dans la seconde moitié du xviiie siècle. De ce fait, l’expérience politique des années 1737-1741 constitue le premier épisode largement méconnu de l’affrontement entre les élites éclairées et les grandes corporations militaires.

  • 59 Voir chap. iii.
  • 60 Luynes, Mémoires, t. II, p. 165.
  • 61 AGS, GM, 2292, ordre royal, 11 août 1737.
  • 62 AGS, GM, 2263, lettre des capitaines de la garde du corps à Casimiro Uztariz, Saint-Ildefonse, 27 (...)

29En effet, durant le ministère de Montemar, la maison militaire constitue l’une des principales cibles du gouvernement, et elle s’érige en réaction en principal foyer de résistance de l’élite militaire. Vétéran de la guerre de Succession, ancien exempt de la garde du corps, Montemar appartient à bien des égards à la haute élite militaire qu’il combat. Son expérience comme gouverneur militaire de Barcelone, et les conflits très durs qu’il a menés contre les bataillons de la garde royale casernés dans la ville l’ont sans doute convaincu du danger représenté par les particularismes militaires59. En tout cas, en sa qualité de ministre de la guerre, Montemar va tenter de placer les corps de la maison militaire sous sa coupe. Pour lui, les vacances des gardes wallonnes et espagnoles, voulues par Patiño pour protéger les intérêts des grandes familles philippistes, se révèlent une aubaine car elles permettent de subordonner les commandants intérimaires. « Les colonels travaillent directement avec le roi — commente le duc de Luynes — mais les lieutenants-colonels travaillent avec le premier commis de M. de Montemar, ministre de la guerre60 ». La volonté de Montemar de donner à ces vacances un caractère permanent transparaît lorsque le ministre autorise les lieutenants-colonels à se loger dans les sites royaux au même titre que s’ils étaient colonels61. Dans la garde du corps, le ministre s’appuie également sur des officiers subalternes pour concurrencer le pouvoir des capitaines, initiant de la sorte une longue rivalité interne entre les chefs de corps et le sergent-major, ce dernier leur étant en théorie subordonné, mais devenant au fil du temps l’agent du ministre62.

  • 63 AGS, GM, 1514.
  • 64 AGS, GM, 2261, lettre du duc de Montemar au marquis de Villarías, Madrid, 6 décembre 1740.
  • 65 Andújar Castillo, 2007b, p. 298.

30Toutefois, les unités les plus prestigieuses de la maison militaire ont été relativement épargnées en regard de l’action menée par Montemar contre les corps les plus récents, créés sous le gouvernement de Patiño. En 1737, la démission d’Eustache de la Viesville, commandant de la brigade de carabiniers royaux, et son passage au service de Naples sont la conséquence de l’influence croissante de Montemar. Entre 1737 et 1739, une lutte sourde oppose le ministre de la guerre et le secrétaire de la guerre sur le contrôle de la brigade. Elle s’achève en faveur de Montemar lequel parvient à nommer à la tête du corps un de ses proches, le marquis de Villadarías, et à détacher la brigade de l’autorité du secrétaire63. En 1740, c’est au tour de la compagnie de grenadiers, formée par les frères Marimón, des Catalans proches de Patiño, de faire l’objet des convoitises du ministre de la guerre. À l’occasion de la vacance de la capitainerie, Montemar recommande la suppression de la compagnie dans le cadre d’un plan d’économie64. Cette fois, le roi ne suit pas la proposition de Montemar, n’offrant toutefois qu’un sursis provisoire à cette unité puisqu’elle est finalement supprimée en 174965.

  • 66 AGS, GM, 2292.
  • 67 Voir chap. iii ; Solé i Cot, 2008, pp. 130-133.
  • 68 Colón de Larriátegui, Juzgados militares de España, t. II, pp. 127-129.

31Un autre front s’ouvre en Catalogne autour de la prépondérance de la maison militaire sur les institutions provinciales, un problème que le nouveau ministre de la guerre connaît bien. En 1737, les régiments de la garde reçoivent l’ordre d’abandonner leurs garnisons en Catalogne et de se répartir dans de nouveaux cantonnements en Castille66. Le 30 mai 1741, suite à une consulte du conseil de Castille, une longue ordonnance de 550 articles est publiée pour redéfinir les compétences du capitaine général en Catalogne. Il s’agit d’une remise en cause radicale du décret de Nueva Planta du 22 novembre 1716 qui avait établi l’autorité du canal militaire du capitaine général et du secrétaire de la guerre sur l’audience et le conseil de Castille67. Prise quelques mois avant le renversement de l’équipe ministérielle, cette nouvelle ordonnance fait long feu. Le 3 février 1742, à la demande du capitaine général, le comte de Glimes, l’ordonnance est annulée et les clauses du décret de 1716 sont rétablies68. Deux mois plus tard, toute l’élite militaire barcelonaise peut s’embarquer pour combattre en Italie sans craindre de voir l’audience s’emparer de son bastion. Une fois encore, la dynamique de la guerre en Méditerranée a permis de conserver les privilèges militaires en Catalogne.

  • 69 Pontet, 2005.
  • 70 Bois, 2012, pp. 368-373 ; Felices de la Fuente, 2012, pp. 201-212.
  • 71 Lluch, 1999, pp. 62-92.
  • 72 Torres Sánchez, 2013, p. 295. À sa mort, Philippe V a laissé 134 192 078 réaux d’impayés à son arm (...)
  • 73 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 13 juin 1739.
  • 74 AGR, FP, Croix, 13, lettre de Balthasar de Jauche au marquis d’Heuchin, Madrid, 28 juillet 1739.

32Entre 1737 et 1741, l’hostilité affichée envers la haute élite militaire s’accompagne d’une réhabilitation discrète de la mémoire de l’austracisme. Il n’est pas anodin qu’en 1738 Philippe V autorise le retour en Espagne de Marie-Anne de Neubourg, la veuve de Charles II, après un exil de trente-deux ans à Bayonne69. Cette décision est symptomatique d’un lent retour en grâce des vaincus d’hier qui accompagne un processus de réconciliation avec les exilés espagnols en Autriche. Il s’agit de mettre en œuvre les clauses du traité de Vienne (1738) qui a apaisé provisoirement les relations entre l’Espagne et l’Empire70. Entre 1734 et 1741, pour la première fois depuis la guerre de Succession, des imprimés circulent en Espagne pour défendre les droits des anciens austracistes, et dans certains cas pour revendiquer pour la Catalogne et l’Aragon un retour au gouvernement antérieur à 171471. Par ailleurs, la banqueroute organisée de 1739 a signifié la suspension des paiements de toutes les pensions et des doubles soldes, lesquelles constituent pour nombre d’exilés une source indispensable de revenus pour se maintenir au service de l’Espagne. Elle dissipe aussi tout espoir de paiement des immenses arriérés de soldes accumulés depuis la guerre de Succession : l’héritage du premier philippisme est aussi constitué de cette économie de la guerre financée en partie sur les deniers des officiers et qui incitent les familles à rester au service de l’Espagne72. Cette décision, estime Charles de Croix, « réduit une infinité d’honnêtes gens pour ainsi dire à la mendicité73 ». Son oncle, Balthasar de Jauche, se retrouve aussi dans une situation délicate — « tout le monde est dans le même cas, depuis le premier jusqu’au dernier » — regrettant la signature du traité de paix « car dans le temps de la guerre la plus vive, l’argent ne nous a jamais manqué74 ». Par conséquent, le décret de 1739 n’est pas seulement une énième banqueroute des finances royales, elle est aussi une mesure politique qui entend couper les vivres aux élites militaires, affectant particulièrement les exilés impériaux qui n’ont pas d’autre source de revenus. Mis en regard, la réhabilitation de l’austracisme et l’assèchement des pensions des philippistes dessinent une politique mémorielle qui cherche à rééquilibrer l’économie de la grâce en desserrant l’étau d’une temporalité politique qui continue de se déployer dans le temps court de l’ère bourbonienne.

  • 75 García Cárcel, 2002d.
  • 76 Meneses y Toledo, Lucero de origen, honores, privilegios y exempciones de Reales Guardias de Corps (...)
  • 77 Sesse Broto y Coscojuela, Comentario, epitome, equestre, origen, pp. 4-24.
  • 78 Meneses y Toledo, Lucero de origen, honores, privilegios, p. 15.

33Pour l’élite militaire, au contraire, il convient de rappeler en permanence le caractère fondateur du conflit successoral et sa valeur de rupture temporelle dans le comput des mérites. Elle n’est donc pas indifférente à cette politique révisionniste, même s’il n’est pas facile de le percevoir dans les sources à une époque où l’écriture de l’histoire récente est étroitement surveillée75. Seuls deux petits ouvrages publiés en 1738 et 1739 par deux cavaliers de la compagnie espagnole de la garde du corps témoignent d’une réaction des secteurs proches de la haute élite militaire76. Ces publications ne traitent pas frontalement des tensions politiques du moment, mais elles rappellent les services rendus à la couronne par la maison militaire depuis près de quarante ans. Dans les deux cas, le règne du premier Bourbon et la guerre de Succession sont considérés comme des événements fondateurs qui justifient les privilèges accordés à la garde du corps77. Ce faisant, les deux auteurs brossent une brève histoire de l’Espagne qui se réduit à l’ère bourbonienne : avec Julián Sesse Broto, le récit commence à l’avènement de Philippe V, tandis qu’avec Diego Meneses « l’Espagne vivait dans l’obscurité » jusqu’à l’avènement du duc d’Anjou78. Par conséquent, dans une période de fortes tensions politiques autour des privilèges des élites militaires, la réponse des officiers espagnols se porte sur le terrain mémoriel. Il s’agit de réaffirmer le rôle fondateur de l’avènement de Philippe V et de la guerre qui l’a suivi, leur caractère de rupture profonde dans l’histoire de l’Espagne, car dans cette temporalité courte, les privilèges des élites militaires se trouvent pleinement justifiés.

34Le gouvernement d’Iturralde, de Montemar et des grands financiers a tourné court. En effet, en 1740, la mort soudaine de l’empereur Charles VI relance la guerre en Europe, en particulier en Italie, provoquant le retour en force des partisans de la reine ce qui précipite la chute des ministres proches du prince des Asturies. Avec ce basculement, les principales mesures prises par Montemar sont abolies, le ministère de la guerre est supprimé et avec lui est reporté sine die la tentative de doter l’armée espagnole d’une direction administrative. Sur ces entrefaites, un corps expéditionnaire de plus de 30 000 hommes est parti en Italie à la fin de l’année 1741, au rang desquels figure pratiquement la totalité de la maison militaire. Montemar obtient une sortie honorable puisqu’il prend la tête de cette armée, de surcroît avec la charge de colonel des gardes espagnoles, qui était restée vacante depuis huit ans. Loin de signifier la fin des luttes politiques autour des corps privilégiés, la reprise de la guerre marque seulement le déplacement en Italie du centre de gravité des rivalités politiques. Car la nouvelle alliance dynastique entre la France et l’Espagne pour la conquête du trône de Parme replace une nouvelle fois les héritiers du philippisme sur le devant de la scène, étalant au grand jour leur pouvoir et leur influence.

Le dernier printemps du bourbonisme flamand

  • 79 Baudrillart, 1905, t. V, pp. 163-173 ; Luynes, Mémoires, t. IV, pp. 375-478 ; Argenson, Mémoires, (...)
  • 80 Pirenne, 1926, t. V, pp. 221-229 ; Baudrillart, 1905, t. V, pp. 9-13. Ce projet d’échange de Parme (...)

35Comme les précédentes, la troisième campagne d’Italie (1742-1748) permet à un certain nombre de figures de l’exil flamand de retrouver de la visibilité et de l’influence politique. Après les incertitudes du gouvernement Patiño et les tensions de celui de Montemar, des officiers flamands connaissent un retour en grâce inédit depuis vingt ans. Une fois encore, cette embellie est due au rapprochement spectaculaire de la France et de l’Espagne suite à la mort du cardinal de Fleury en 1743, lequel s’était efforcé de limiter l’engagement français dans la politique méditerranéenne espagnole. Ce cycle coïncide avec le début du gouvernement personnel de Louis XV et le renforcement des liens dynastiques. Il est marqué par la signature du Second Pacte de Famille le 25 octobre 1743, et atteint son point culminant avec le mariage du Dauphin Louis-Ferdinand avec l’infante María Teresa le 23 février 174579. Cette alliance donne les moyens à l’Espagne de s’impliquer davantage dans la guerre de Succession d’Autriche et de réaffirmer des droits sur ses anciens territoires passés sous domination impériale. En Italie, l’objectif principal est d’assurer à l’infant Don Philippe le trône de Parme. Cependant, pour la première fois depuis le traité d’Utrecht, cette guerre est aussi l’occasion pour l’Espagne de revendiquer ses droits sur les Pays-Bas. Considérée comme une solution de secours en cas de perte du duché de Parme, la constitution des Pays-Bas en royaume indépendant pour l’infant Don Philippe est envisagée pendant plusieurs années comme une piste pour sortir du guêpier italien. Ce projet est d’ailleurs à l’origine de l’invasion des Pays-Bas par la France en 1745, qui permet ensuite aux Bourbon de négocier leur restitution à l’Autriche contre le maintien de l’infant à Parme lors du traité d’Aix-la-Chapelle de 174880.

  • 81 Mémoire du duc de Noailles à Louis XV, 24 août 1746, dans Louis XV, Correspondance de Louis XV et (...)
  • 82 Luynes, Mémoires, t. V, pp. 123-126.
  • 83 Terlinden, 1950-1951.

36Ce double contexte d’union dynastique et de revendication espagnole en Flandre explique le retour en force des personnalités les plus identifiées avec le bourbonisme de part et d’autre des Pyrénées. À Versailles, le vieux maréchal de Noailles, le vétéran de la guerre de Succession d’Espagne et l’un des anciens chefs de file du parti de la princesse des Ursins, fait son entrée dans le cabinet du roi. Ardent défenseur de l’alliance dynastique, il incite Louis XV à se rallier aux vues des Rois Catholiques pour permettre à l’infant Don Philippe d’obtenir une souveraineté en Italie81. En Italie, ce sont également les partisans de l’union des couronnes et les défenseurs des ambitions espagnoles à Parme et à Naples qui sont à l’honneur. Au lendemain de la mort de Fleury, Jean Bonaventure Dumont de Gages, un officier des gardes wallonnes de la première promotion, remplace Montemar à la tête du corps expéditionnaire espagnol en Italie. À travers cette nomination, la couronne espagnole met en avant ses militaires les plus identifiés avec la France : Gages est alors perçu autant comme un général pugnace que comme l’homme le plus apte à s’entendre avec le maréchal de Maillebois, le commandant des troupes françaises en Italie. Ce dernier a d’ailleurs reçu la Grandesse d’Espagne ce qui n’était plus arrivé à un général français depuis le conflit successoral, non sans susciter la colère de quelques nobles espagnols82. Cette collaboration dynastique sur le terrain militaire s’avère à la hauteur de toutes les attentes : les victoires remportées par Gages sur les Autrichiens, notamment à Camposanto en 1743 et à Velletri en 1744, lui valent une renommée internationale. À Velletri, l’action de Gages permet de sauver in extremis le roi des Deux-Siciles de la capture et empêche les Autrichiens de s’emparer de Naples. Les grâces vont littéralement pleuvoir sur ses épaules tant en Espagne que dans le royaume des Deux-Siciles : à Madrid, il est successivement nommé capitaine général des armées (1743), chevalier de la Toison d’Or (1745) et il reçoit le titre de comte de Gages (1745). À Naples, il est décoré de l’ordre de San Gennaro (1744) et nommé gentilhomme de la chambre du roi (1744)83.

  • 84 Tomboy, 1999, pp. 6-7.
  • 85 AHN, Consejos, leg. 8978. Cette démonstration lui vaut l’obtention d’un titre de Castille à vendre (...)
  • 86 D’après Fichoz.

37À la cour d’Espagne, les militaires flamands qui s’efforcent d’incarner le bourbonisme se mobilisent, en particulier après la conquête française des Pays-Bas. Confiants dans ce rapprochement dynastique, des anciens exilés flamands, retournés aux Pays-Bas, reviennent demander de l’emploi à Madrid84. À l’occasion des célébrations du traité d’Aranjuez (7 mai 1745), qui resserre le Pacte de famille entre Madrid, Versailles et Naples et l’élargit à la République génoise, le duc de Bournonville finance une grande parade militaire dans la campagne d’Aranjuez85. Le 5 septembre, une promotion d’officiers généraux rompt exceptionnellement l’équilibre des nations en faveur des officiers flamands : huit brigadiers, deux maréchaux de camp et deux lieutenants-généraux sont promus dans les gardes wallonnes86. Cette effervescence parmi les officiers flamands n’est pas sans rapport avec la santé déclinante de Philippe V qui fait craindre que l’amitié avec Louis XV tourne court. Par conséquent, la fin prochaine de leur vieux protecteur incite les patrons flamands à redoubler d’activité à la Cour pour conserver de la visibilité politique.

  • 87 Ozanam, 2001, pp. 30-31.
  • 88 Voir ci-dessus.
  • 89 Lettre de Louis XV au duc de Noailles, camp de Steen, 12 mai 1746, dans Louis XV, Correspondance d (...)
  • 90 Noailles, Mémoires, t. III, p. 445 ; Luynes, Mémoires, t. VII, p. 330-331 ; Argenson, Mémoires, t. (...)
  • 91 AMAE, MD, Espagne, 155, fos 243-246, lettre du duc de Bournonville au duc de Noailles, Madrid, 18 (...)

38De part et d’autres des Pyrénées, cette mobilisation des partisans de l’union cherche à faire durer l’embellie dynastique. L’ambassade extraordinaire du maréchal de Noailles à Madrid en 1746, soit quelques semaines avant la mort de Philippe V, est une opération menée depuis Versailles pour soutenir le parti dynastique à Madrid alors que la fin du roi est proche87. Ni l’émissaire ni le moment ne sont fortuits. Ce n’est pas un hasard non plus si cette ambassade est l’occasion de demander à Philippe V d’accorder à Michel Joseph de Bournonville, par ailleurs cousin du maréchal de Noailles, la survivance de sa compagnie de la garde du corps en faveur de son neveu. On se rappelle que Bournonville convoitait cette survivance depuis plus de dix ans, mais que les réticences du ministre Patiño, puis le retournement des équilibres politiques à sa mort, l’avaient empêché d’atteindre son but88. Le caractère symbolique d’une telle décision se doit d’être souligné car il met en lumière l’étroite imbrication de l’alliance dynastique et de la légitimité des privilèges des exilés flamands en Espagne. En effet, quand on sait à quel point Michel Joseph de Bournonville a cherché à incarner la nation flamande, cette décision est une façon de lier la pérennité des mérites des exilés de Flandre à celle de l’union de la maison de Bourbon. Il s’agit de montrer à la cour d’Espagne la volonté de Philippe V que ce double héritage lui survive, alors qu’au même moment, Louis XV vient de rentrer dans Bruxelles à la tête de ses troupes et a fait lever deux régiments royaux aux Pays-Bas89. Les contemporains sont d’ailleurs unanimes sur l’importance de cette décision, la plupart des relations de l’ambassade de Noailles mentionnent la concession de cette grâce comme une preuve éclatante d’amitié entre la France et l’Espagne90. Le duc de Bournonville lui-même a bien conscience que le geste de Philippe V vient de renouveler l’alliance contractée au début du siècle. Il entend dès lors lui donner toute la résonance possible, d’autant que le roi décède trois semaines plus tard. Lors des funérailles, devant la Cour rassemblée, il feint un malaise et confie son bâton de capitaine de la garde du corps à son neveu pour qu’il le remplace. De la sorte, Michel Joseph rend effective la grâce que le roi lui a faite et passe symboliquement son bâton de commandement à son héritier devant la dépouille du duc d’Anjou91.

  • 92 AGR, FP, Croix, 12, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Espello, 6 décembre 1744.
  • 93 AGR, FP, Croix, 13, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 6 juillet 1739 : « L’ (...)
  • 94 Baudrillart, 1901, t. IV, pp. 500-501.
  • 95 López-Cordón Cortezo, 2011, pp. 238-241.
  • 96 AGS, GM, Supl., 175 ; AGS, GM, 4256 ; Guillaume, 1858, pp. 289-292.

39Cette embellie dynastique permet aussi de renforcer, depuis Madrid, les autres foyers du bourbonisme à Versailles et Parme. Sous la houlette d’Isabelle Farnèse, plusieurs femmes flamandes jouent un rôle décisif dans la structuration de ces réseaux de pouvoir. En effet, l’un des relais d’influence de la reine est passé par la constitution des maisons des infants et des infantes dans lesquelles elle a favorisé des épouses et des sœurs des officiers flamands au service de l’Espagne. En 1745, lorsque l’infante María Teresa part rejoindre son mari le Dauphin à Versailles, la duchesse de Bournonville, l’épouse du capitaine de la garde du corps, occupe une place remarquée dans la suite92. Il en va de même dans la maison d’Élisabeth de France, fille de Louis XV, arrivée en Espagne en 1739 à la suite de son mariage avec l’infant Don Philippe. La reine d’Espagne s’était occupée de constituer la maison de la princesse française en lui détachant quelques-unes de ses dames de compagnie parlant couramment le français. C’est donc à Madrid, puis à Parme à partir de 1748, que trois exilées flamandes rejoignent l’entourage de l’infante Élisabeth : la marquise de Lede, Marie Catherine de Bassecourt Thieulaine et Jeanne de Brias. Des trois, la première est sans conteste la plus influente : Anne Marie de Croÿ Roeulx, veuve du marquis de Lede, a été nommée en 1738 première dame de l’infante93. En 1748, lorsque le couple part prendre possession du duché de Parme, la marquise de Lede quitte Madrid pour l’Italie, où elle exerce une influence politique non négligeable à la cour des Bourbon-Parme jusqu’à sa retraite en 175394. Plus discrètes, les deux autres appartiennent à des familles d’exilés flamands de la première heure. Marie Catherine de Bassecourt Thieulaine, native de l’Artois, est arrivée en 1705 en Espagne. En 1733, elle est nommée dame de la reine Isabelle Farnèse puis, en 1741, elle devient gouvernante de la première fille de l’infant Don Philippe. Elle exerce par la suite à Parme les fonctions de gouvernante auprès des deux autres enfants de Don Philippe. En 1765, lorsque la cadette, Maria Luisa, épouse le prince des Asturies, le futur Charles IV, elle revient à Madrid où elle décède en 177095. Enfin, la carrière de Jeanne de Brias est moins connue que celles des deux précédentes : on sait qu’elle a été dame de chambre de l’infante de Parme, avant de revenir en Espagne vers 1747. Elle est la fille d’un officier des gardes wallonnes et n’a pas moins d’une dizaine de parents au service de l’Espagne96.

  • 97 Vázquez-Gestal, 2013, pp. 217-224.
  • 98 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, camp de l’Escarène, 12 août 1 (...)
  • 99 Válgoma y Díaz-Varela, 1953.
  • 100 AGR, FP, Croix, 12, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Velletri, 23 octobre 1744 ; A (...)

40Sans fonction politique officielle, ces femmes ne sont pourtant pas moins des agents de la reine d’Espagne et elles interviennent dans les jeux de pouvoir entre courtisans français, espagnols et italiens dans l’entourage des infants97. Elles ont notamment mis leur position à profit pour favoriser un certain nombre d’exilés flamands en Espagne. C’est le cas de Mme de Lede qui soutient les prétentions de son propre fils en utilisant les contacts et le crédit dont elle jouit à Madrid, à Versailles, à Parme et à Naples98. Marie Catherine de Bassecourt est arrivée en Espagne accompagnée de quatre frères qui ont pris du service dans les gardes wallonnes, et qui se sont engagés dans les guerres d’Italie avec leur régiment. Grâce à leurs services, mais aussi par le truchement de leur sœur, deux d’entre eux, André et Procope François, obtiennent du roi des Deux-Siciles des titres napolitains : le titre de marquis de Bassecourt (1736) pour le premier et celui de comte de Santa Clara (1748) pour le second99. Au-delà de leur proche parenté, ces femmes constituent de puissants relais de pouvoir pour les militaires flamands au service de l’Espagne. En 1744, alors qu’il convoite la brigade des carabiniers royaux, Charles de Croix parvient à exploiter toutes les ressources offertes par le rapprochement dynastique : à Madrid, il obtient la recommandation de Mme de Lede ; à Paris, il mobilise sa famille lilloise auprès de l’ambassadeur espagnol ; tandis que depuis l’Italie où il se trouve, il décroche la recommandation du roi des Deux-Siciles100. Par conséquent, autour de ces exilées flamandes, ce sont de puissants réseaux de pouvoir à l’échelle dynastique qui se remettent en marche, avec une efficacité redoutable tant que dure le rapprochement franco-espagnol.

  • 101 Gómez Urdañez, 1996, pp. 67-72.

41C’est précisément pour contrer cette influence que d’autres acteurs attendent dans l’ombre la mort de Philippe V pour s’emparer du pouvoir. L’équipe ministérielle du prince des Asturies, le futur Ferdinand VI, se constitue en Italie, au cours des nombreux conflits au sein du corps expéditionnaire espagnol entre partisans de l’alliance dynastique et les défenseurs d’un désengagement de l’Espagne. En effet, en 1741, Zenon Somodevilla, futur marquis de la Ensenada, est nommé intendant général de l’armée d’Italie, secrétaire d’État et de guerre de l’infant Don Philippe, et son grand maître l’année suivante. Il devient donc l’un des premiers conseillers de l’infant, mais également l’homme de Philippe V dans l’entourage du jeune prince. À la cour de Don Philippe, le marquis de la Ensenada noue des liens avec le marquis de la Mina, l’un des principaux généraux de l’armée espagnole, mais aussi avec l’aide de camp de l’infant, le duc de Huescar, fils d’une famille austraciste exilée à Vienne et récemment rentrée en grâce à Madrid. Le séjour d’Ensenada en Italie ne dure pas puisqu’il est rappelé en 1743 à Madrid, à la faveur d’un changement ministériel mené par les hommes du prince des Asturies, en l’occurrence le duc de Montemar et José Carvajal, lesquels le propulsent aux secrétaireries d’État de la marine, des finances et de la guerre101. Cette faction regroupe ainsi des généraux de l’armée d’Italie, la haute noblesse à Madrid proche du prince Ferdinand et le nouveau ministre de la monarchie. En ignorant la matrice italienne dans la constitution de cette opposition politique à la fin du règne de Philippe V, l’historiographie a négligé l’importance des enjeux liés au contrôle des structures militaires qui sont pourtant au cœur du projet politique porté par l’équipe ministérielle qui prend le pouvoir avec l’avènement de Ferdinand VI.

  • 102 Ozanam, 1975, p. 9.
  • 103 AGS, GM, 2249.
  • 104 Kamen, 1969, p. 111.
  • 105 Ozanam, 1975, p. 9.
  • 106 AGS, GM, 2137, lettre du marquis de la Mina au marquis de la Ensenada, 31 janvier 1744 : « Bellísi (...)

42En effet, bien avant la mort de Philippe V, l’entourage du prince des Asturies s’est déjà employé à prendre le contrôle de la maison militaire en évinçant les dernières familles philippistes historiques pour y placer des protégés du marquis de la Ensenada. En 1743, la mort du marquis de Bedmar a laissé la compagnie espagnole de la garde du corps vacante. Ce dernier était le dernier représentant d’une famille espagnole philippiste — celle des marquis de Villena — encore présente dans la maison militaire. Sa succession ouvre un conflit à la Cour : d’un côté, le comte de Montijo, grand majordome de la reine Isabelle Farnèse, appuie la prétention de son frère, le marquis de Mancera, premier lieutenant dans la compagnie espagnole102. En face, autour de Barbara de Braganza, le marquis de la Ensenada, José Carvajal, gouverneur du conseil des Indes, et le duc de Montemar, colonel des gardes espagnoles, appuient la candidature de Fernando Silva Alvárez Toledo, duc de Huescar. Les deux candidats mis aux prises sont assez représentatifs des enjeux du conflit. D’une part, le comte de Mancera est issu d’une famille philippiste de la première heure, et a effectué une carrière fulgurante dans la garde du corps sous la protection du duc d’Osuna103. De l’autre, Fernando Silva est né à Vienne, où son père a dû s’exiler en raison de sa fidélité à l’Archiduc104. Il est revenu en Espagne en 1725 pour tenter de rentrer en grâce. En 1739, il a gagné en importance à la Cour en devenant l’héritier par sa mère du puissant lignage des ducs d’Albe. Néanmoins, il doit son retour en force au marquis de la Ensenada qu’il a rencontré durant la campagne d’Italie alors que le ministre n’était encore que secrétaire d’État du duc de Parme105. En somme, un candidat protégé par quelques-unes des figures clés du règne de Philippe V, qui a gravi les échelons de la garde royale sous les auspices du duc d’Osuna, est opposé au fils d’un partisan de l’Autriche qui n’a guère prêté que des services mineurs durant le règne du premier Bourbon, sans jamais passer par la garde. En s’appuyant sur Huescar, Ensenda favorise le retour des vaincus pour bouter les derniers lignages philippistes hors de la maison militaire. L’issue de cette lutte de factions penche irrémédiablement en faveur des partisans du marquis de la Ensenada et de la princesse Barbara de Braganza, lesquels voient dans la nomination de Huescar à la tête de la compagnie espagnole le signe d’une prochaine victoire sur les généraux philippistes106.

  • 107 Baudrillart, 1905, t. V, pp. 427-436.
  • 108 Luynes, Mémoires, t. VII, p. 258. AGS, GM, 2161, lettre du marquis de la Ensenada au marquis de la (...)
  • 109 Argenson, Mémoires, t. III, pp. 124-125.

43À la mort de Philippe V, le 9 juillet 1746, toute l’ancienne élite militaire se sait donc menacée. D’autant plus que la mort en couches de María Teresa, l’épouse espagnole du Dauphin, quelques jours après son père, a réduit à néant les espoirs que les partisans de l’alliance dynastique avaient placé dans l’avènement prochain d’une infante d’Espagne au trône de France. Alors que l’embellie dynastique s’étiole, l’étoile des officiers flamands décline. À Versailles, le maréchal de Noailles est désavoué, tandis qu’en Italie, les tensions au sein de l’armée d’Italie éclatent au grand jour107. Les revers essuyés par les armes espagnoles aux batailles de Plaisance et du Tidone ont scellé le sort du comte de Gages. Accusé d’une trop grande proximité avec la France, il est destitué de ses fonctions le 15 août 1746 et remplacé par le marquis de la Mina108. L’événement connaît un grand retentissement, il est interprété comme le signe que Ferdinand VI veut placer exclusivement des Espagnols aux grands emplois de la monarchie109. Pourtant, les bastions de l’exil flamand résistent encore : alors que la plupart des unités de la maison militaire sont passées sous le contrôle des proches d’Ensenada, la compagnie flamande du duc de Bournonville, grâce à la survivance in extremis qu’il a obtenue de Philippe V, est la dernière à échapper à la nouvelle équipe ministérielle. Une fois encore, les corps flamands apparaissent comme l’un des noyaux durs de cette élite militaire. Cela explique en partie pourquoi la grande réforme de l’armée et des corps privilégiés entamée en 1748 par le marquis de la Ensenada cible tout particulièrement les privilèges de la nation.

II. — Réforme et conflit de mémoires

Méritocratie et xénophobie

  • 110 Anderson, M. S., 1990, pp. 157-195 ; Corvisier, 1997, pp. 110-119 ; Büsch, 1997.

44L’entourage d’Ensenada nourrit une conception de l’institution militaire commune à de nombreux acteurs politiques de l’Europe des Lumières. Pour ces derniers, l’armée ne doit plus seulement être un outil de la puissance des princes, elle doit devenir aussi un instrument de mobilisation des populations et d’organisation du royaume. Selon ces préceptes, le statut militaire ne peut pas être l’apanage des soldats, il doit être étendu au plus grand nombre des sujets de manière à faire de l’administration militaire le grand instrument du gouvernement intérieur et de la mobilisation des forces productives du royaume. L’embrigadement généralisé n’a pas seulement vocation à constituer une grande armée de réserve, il vise avant tout à inculquer la discipline et à susciter l’émulation des sujets pour le service du roi. En ce sens, les grades et les distinctions militaires ne peuvent en aucun cas être tenus pour des privilèges réservés à une élite sociale en vertu de sa naissance, mais bien ouverts et accessibles à tous ceux qui se sont distingués par leurs mérites personnels. À cette époque, la Prusse constitue aux yeux des Lumières un modèle de société dans lequel l’armée, bien que distincte, n’est pas séparée du corps social. Dès lors, pour de nombreux auteurs, le corporatisme militaire, quand il n’est pas tout simplement le stigmate des régimes autoritaires, représente avant tout une forme archaïque de service du roi qui empêche la mutation de l’armée d’une institution strictement militaire composée de professionnels de la guerre vers un modèle utopique d’organisation sociale dominée par la figure du soldat-citoyen110.

  • 111 Moya Torres y Velasco, Manifiesto universal de los males envejecidos, pp. 454-456.

45Comme ailleurs en Europe, ces conceptions ont fait souche en Espagne durant le règne de Philippe V, donnant lieu à des propositions de réforme des corps privilégiés de la maison militaire. Sous le gouvernement de Patiño, Francisco de Moya Torres dans son Manifiesto universal a proposé l’une des formulations les plus précises d’un projet de transformation de l’institution militaire qui modifierait profondément la nature et les fonctions assignées à la garde royale. En faisant des milices — qu’il appelle également « les gardes royales du royaume » — le grand instrument de mobilisation des populations, Moya proposait de transformer la garde du roi en lieu de promotion des miliciens les plus méritants. Il ne contestait pas le recours aux troupes étrangères, mais elles devaient selon lui être organisées selon un régime propre, totalement déconnecté des autres institutions, et en particulier de la maison du roi, qui devait être un lieu exclusif d’émulation des sujets du royaume111. Certaines de ces conceptions ont été partiellement mises en œuvre par Patiño ou par Montemar, bien que l’obstacle des privilèges de la maison militaire n’ait jamais été levé.

  • 112 Vicente Algueró, 1984 ; Ozanam, 1975, p. 99 ; Andújar Castillo, 2004d, p. 67.
  • 113 AGS, GM, Supl., 603, fo 27, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordeñana, camp de Spoturno, 8 s (...)
  • 114 Une partie de la correspondance personnelle du marquis de la Mina se trouve dans AGS, GM, Supl., 6 (...)
  • 115 Fernández Albaladejo, 2001, pp. 512-521 ; Id., 2004.

46La capacité de résistance des corporations militaires explique la radicalité des mesures prises par l’entourage du marquis de la Ensenada. Celles-ci ont été inspirées en grande partie par le marquis de la Mina qui a été la cheville ouvrière de la réforme de l’armée. Né en 1690 dans une famille de la noblesse sévillane, il a mené sa carrière militaire à l’écart de la maison du roi et des gouvernements provinciaux112. Militaire éclairé, proche de la princesse des Asturies, il a pu prendre la mesure de la capacité de nuisance des généraux lorsqu’il était à la tête du corps expéditionnaire espagnol en Italie (1746-1748), et en particulier celle des officiers flamands, représentés à l’époque par le comte de Gages113. Cette expérience est visiblement à l’origine de sa conviction qu’une réforme profonde de l’armée est nécessaire et qu’elle doit régler en priorité le problème des corps privilégiés. Les textes laissés par le marquis de la Mina témoignent de la façon dont cette critique du corporatisme militaire se teinte d’accents xénophobes lorsqu’il s’en prend aux privilèges acquis dans l’armée par certaines nations114. Loin d’être l’expression d’un sentiment national en gestation ou une tentative précoce de nationaliser l’armée, il s’agit d’une modalité espagnole d’expression de l’hostilité manifestée par les administrateurs éclairés contre les corporatismes militaires. Confrontés à une aristocratie militaire cosmopolite, les réformateurs espagnols ont doublé la critique classique des privilèges militaires de celle plus originale des privilèges de nation115.

47La correspondance du marquis de la Mina montre clairement que sa critique de la maison militaire se nourrit de l’environnement intellectuel de l’époque. En 1747, il écrit à propos de la mutinerie d’un détachement de gardes du corps survenue à Lunel (Languedoc) :

  • 116 AGS, GM, 2265, lettre du marquis de la Mina au marquis de la Ensenada, Menton, 21 juin 1747.

Le premier statut d’un garde du corps est de protester et de défendre avec arrogance qu’il n’est pas un soldat et qu’il ne doit obéissance, et même courtoisie, qu’à ses officiers. Tant que les gardes se composeront de gens qui n’ont pas servi et qui prendront seulement le nom de soldat pour la liberté et le privilège, ces mêmes inconvénients persisteront. Les gardes devraient être des hommes qui ont servi au minimum deux ou trois ans dans les régiments de ligne, et qui ont appris les principes et les règles de la milice, en obéissant à un sergent et à un caporal avec la même soumission qu’au colonel116.

  • 117 AGS, GM, 2159, lettre du marquis de la Mina au marquis de la Ensenada, Cañe, 22 octobre 1746 ; AGS (...)
  • 118 AGS, GM, 2238, lettre de Louis Romet à José Patiño, Madrid, 18 décembre 1728 ; AGS, GM, 2240, lett (...)
  • 119 AGS, GM, Supl., 603, fo 65, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordeñana, Montpellier, 12 mars (...)

48Mais cette critique éclairée se nourrit aussi de son expérience personnelle et des combats qu’il a menés en Italie contre l’influence des nations militaires, et en particulier du lobby formé par les officiers des gardes wallonnes. Chargé de constituer les promotions d’officiers généraux, il a dû reléguer des officiers méritants pour ménager les susceptibilités des chefs de corps qui voulaient le contraindre à respecter l’équilibre des nations117. De ce point de vue, le cas du comte de Grosberg, évoqué précédemment, a constitué un exemple éclairant. Parent des Wittelsbach, il a été appuyé par le ministre plénipotentiaire de Bavière à Madrid, ce qui lui a permis en une douzaine d’années d’obtenir une charge de capitaine des gardes wallonnes, ce qui est une carrière extrêmement rapide au regard du cursus ordinaire118. Mina entretient la pire opinion à son égard — « un véritable fou, sans exagérer, au point de l’attacher » — et l’écarte de la promotion de 1747, ce qui lui vaut les foudres des officiers wallons119. Aux yeux de Mina, Grosberg cristallise ce que la pratique de l’équilibre des nations peut produire de pire, rapprochant de ce fait la figure de l’étranger et celle du parvenu.

  • 120 Mina, Máximas para la guerra, p. 391.
  • 121 Ibid., pp. 386-389.
  • 122 AGS, GM, 2267, lettre du marquis de la Mina au marquis de la Ensenada [1747] ; Mina, Máximas para (...)
  • 123 AGS, GM, 2265, lettre du marquis de la Mina au marquis de la Ensenada, Menton, 21 juin 1747.

49Par conséquent, Mina développe un discours réformateur aux accents patriotiques qui prend la défense des intérêts des « Espagnols » contre les « étrangers », pointant explicitement par ce terme les exilés qui prospèrent en Espagne grâce aux privilèges de nation. Il s’étonne notamment que la garde du corps ne soit composée que d’une seule compagnie espagnole et de deux étrangères. Il dénonce également les méfaits de la voie privilégiée dans les compagnies de la garde du corps, estimant que Philippe V a dévoyé le modèle original en conférant aux exempts le grade de colonel, au lieu de les cantonner dans celui de lieutenant-colonel comme en France120. Il juge tout aussi injuste que les gardes espagnoles et wallonnes soient sur le même pied, alors qu’en France, les Suisses sont subordonnés aux gardes françaises121. Il s’interroge par ailleurs sur les raisons pour lesquelles « de nombreux corps de l’armée ont des noms in partibus tels que Belgia, Batavia, Ultonia, alors que Dieu a donné tant de provinces qui peuvent donner des noms honorables à leurs régiments, s’appelant Valence et Murcie, et non Limerick et Frise122 ». Toutefois, même si elle met l’accent sur les « étrangers », la critique de Mina porte sur l’ensemble des élites militaires, espagnoles comprises. Dans son réquisitoire contre la piètre qualité des gardes du corps, il s’empresse de préciser : « la compagnie espagnole n’est pas la moins infectée de toutes123 ».

  • 124 AGS, GM, Supl., 603, fo 58, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordeñana, Draguignan, 26 janvie (...)
  • 125 AGS, GM, Supl., 603, fo 65, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordeñana, Montpellier, 12 mars (...)
  • 126 Mina, Máximas para la guerra, p. 394.

50Ce discours xénophobe s’inscrit par conséquent dans une défense des valeurs méritocratiques. Selon les termes de Mina, « il n’y a pas d’autre nation que le bon et le mauvais, même si je préfère les miens, lorsque l’égalité [de compétences] permet d’exprimer un penchant124 ». Il ne s’oppose donc pas au cosmopolitisme des serviteurs royaux pour autant que l’économie de la grâce se régisse selon les mérites individuels et non selon des droits collectifs hérités. « Par droit d’hospitalité, le bon étranger est digne des piétés du prince, à égalité avec le national, pour autant qu’il ait du mérite125 ». Le recours aux étrangers ne pose pas problème mais c’est bien de la forme de leur service dont il est question. « Il convient d’avoir des étrangers, mais je demande de quelle façon devons-nous les avoir126 ? ». En contestant l’équilibre des nations, les voies privilégiées de la garde du corps, Mina s’en prend au cœur du système de promotion des cadres militaires et de sa capacité à produire une élite cosmopolite. Sa critique dresse le bilan d’un système censé à l’origine promouvoir les plus méritants, mais qui avec le temps a été dévoyé en un système de reproduction des élites. Mina le juge sévèrement surtout quand il permet à de jeunes étrangers sans mérites personnels de venir occuper des fonctions élevées en Espagne :

  • 127 AGS, GM, Supl., 603, fo 65, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordeñana, Montpellier, 12 mars (...)

Le malheur a voulu, comme vous dites, que sans autre mérite que de ne pas être de la terre, [certains] se sont ménagé des fortunes et des grâces qu’ils n’auraient jamais obtenues dans leur pays127.

  • 128 Dans sa correspondance, Charles de Croix associe la réforme d’Ensenada à une révolution conservatr (...)

51Dans l’ardeur du conflit politique, la nuance entre la critique des nations et la critique des étrangers est mince. Le ton xénophobe des réformateurs est en partie retourné contre eux par les officiers flamands qui se déclarent injustement mis à l’écart malgré les services qu’ils rendent à la couronne128. Conscient de l’ambiguïté de son action et de son discours, Mina se plaint de devoir à chaque fois préciser sa pensée. Sa critique porte sur une méritocratie dévoyée mais elle ne remet pas en question le droit du roi de choisir les meilleurs parmi ses serviteurs :

  • 129 AGS, GM, Supl., 603, fo 61, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordeñana, Aix, 19 février 1747.

Jamais je n’ai été opposé à ce qu’on récompense le bon étranger, mais j’ai toujours réprouvé la préférence que nous sommes en train de donner depuis quarante-six ans, au préjudice et détriment des nôtres, à un tas d’inutiles qui nous privent du fruit de nos efforts et nous méprisent. Et le fait est que cette distinction si juste, ils me la déforment et finissent par dire que je les hais129.

52Mina critique en filigrane la temporalité qui régit encore l’économie de la grâce royale et qui permet aux descendants des exilés philippistes de jouir du capital politique engrangé pendant la guerre de Succession. Selon lui, puisque le principe des mérites hérités a été réintroduit, alors l’ère bourbonienne ne peut être le temps de référence absolu. Le retour à une temporalité longue, qui corresponde à celle de l’histoire de la monarchie hispanique, constitue un impératif de justice puisqu’il doit permettre aussi aux héritiers des austracistes espagnols de ne pas rester éternellement à l’écart des honneurs en raison des erreurs commises par la génération de leurs pères.

53Une lecture anachronique des discours patriotiques et xénophobes des ensenadistes a eu tendance à abuser les historiens. Le nacionismo espagnol est bien sûr une réponse au principe de l’équilibre des nations, mais il est aussi un outil d’une critique plus fondamentale de la reproduction sociale de l’élite militaire permise par les institutions créées pendant le premier philippisme. En remettant en question cet héritage institutionnel, la réforme militaire d’Ensenada met aux prises de puissants enjeux politiques et mémoriels. Sans faire table rase, elle consiste à redresser le système pour lui rendre ses vertus premières. Si elle s’en prend avec une grande virulence aux privilèges de nation, ce n’est pas pour exclure les étrangers du service du roi mais pour en finir avec les privilèges hérités et faire en sorte que ces officiers s’évertuent comme les autres à ne devoir les grâces royales qu’à leurs mérites individuels.

Le privilège de nation menacé

  • 130 Andújar Castillo, 2005, p. 524.

54Après Alberoni en 1716, la réforme d’Ensenada est la seconde tentative de réduction de la dépense militaire par la contraction des effectifs. À l’approche du grand congrès de paix d’Aix-la-Chapelle (1748), les promoteurs de cette réforme ont voulu enfin ramener l’armée à de justes proportions et ainsi mener à son terme un programme politique envisagé dès la fin du conflit successoral, mais que les guerres d’Italie n’ont pas permis de concrétiser (Tableau 11). Aussi le marquis de la Mina a-t-il prévu la réduction d’un cinquième des effectifs de l’armée, en la faisant passer de près de 73 000 à 58 000 hommes, les unités de la garde royale étant particulièrement affectées par la diminution130.

Tableau 11. — Réduction des effectifs de la garde royale durant la réforme d’Ensenada (1748)

Garde du corps Garde extérieure Grenadiers royaux Carabiniers royaux Total
Avant réforme 900 8 400 150 600 10 050
Après réforme 400 6 360 0 360 7 120
% de réduction 55 % 24,3 % 100 % 40 % 29,2 %

Sources : AGS, GM, 2267 ; Andújar Castillo, 2005, p. 531 ; Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1991, t. II, pp. 275-277 et 224-228.

55À la différence d’Alberoni, cette réforme ne manie pas seulement l’outil de la réduction des effectifs pour mater les corps privilégiés. Ensenada frappe le cœur de la fabrique des élites en abolissant un à un les privilèges qui assuraient aux officiers de la maison militaire la prépondérance dans les structures politiques et militaires de la monarchie. Ces mesures peuvent être résumées en cinq points.

  • 131 AGS, GM, 2268, lettre du marquis de Campofuerte au marquis de la Ensenada, Madrid, 11 septembre 17 (...)
  • 132 AGS, GM, 2266, lettre du duc de Bournonville, du comte de Bournonville, du prince de Masserano et (...)

56Tout d’abord, la décision la plus emblématique a consisté à réduire le grade associé à l’emploi d’exempt de la garde du corps, de colonel à lieutenant-colonel, et de diminuer le nombre d’exempts de 24 à 18. Aussi technique puisse-t-elle paraître, cette décision revient à abolir la voie privilégiée de promotion qui offrait dans chaque compagnie de la garde du corps un ascenseur professionnel vers le généralat à des jeunes officiers. De même, la « petite » voie privilégiée, celle qui réservait des compagnies de cavalerie aux simples gardes du corps, est également visée par la réforme131. Dans les deux cas, c’est l’existence même de la garde du corps comme vivier des cadres de l’armée qui est mis en cause, ce qui ne manque pas de susciter une plainte conjointe des trois capitaines auprès de la reine132.

  • 133 Voir chap. ii.
  • 134 AGS, GM, 2267 ; AGS, GM, 2269, lettre du marquis de Villadarias au marquis de la Ensenada, Madrid, (...)

57Une deuxième mesure emblématique concerne le contrôle du recrutement des jeunes officiers qui jusque-là était une prérogative jalousement gardée par les chefs de corps dans un entretien personnel avec le roi. Aucun rapport ni aucune enquête n’avaient lieu sur l’origine sociale des individus, la procédure reposant sur le crédit du chef de corps qui engageait à chaque fois sa responsabilité devant le roi sur les qualités du candidat133. Ce privilège a eu deux conséquences : l’inflation du nombre de cadets surnuméraires, d’une part, et, de l’autre, l’origine sociale douteuse de plusieurs d’entre eux. L’entourage du marquis de la Ensenada décide alors de mettre un terme à cette situation en limitant le nombre de cadets et en ordonnant une vaste enquête sur les qualités des gardes présents dans chaque compagnie. De plus, tous les nouveaux impétrants sont désormais obligés de présenter à la secrétairerie de la guerre des preuves de noblesse et de catholicité avant d’être admis dans le corps134. En imposant un contrôle administratif sur le recrutement des officiers, la réforme entend limiter l’autonomie des chefs de corps et briser les logiques endogamiques dans l’attribution des emplois.

  • 135 Voir chap. iii.
  • 136 AGS, GM, 2297, ordre royal, août 1747.
  • 137 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 412-531.

58Deux autres mesures visent à hiérarchiser les juridictions militaires en subordonnant celle des corps privilégiés à la juridiction militaire ordinaire. En effet, en campagne ou en garnison, les hommes de la maison militaire ont mis un zèle tout particulier à ne vouloir obéir qu’à leurs propres officiers en raison de la primauté qu’ils ont toujours accordée aux hiérarchies corporatives sur la hiérarchie ordinaire des grades militaires135. Fort de l’expérience des guerres d’Italie, Ensenada a commencé par déclarer incompatible l’exercice d’un commandement dans la garde et celui d’un commandement d’armée en campagne, ce qui revient dans les faits à exclure les officiers de la garde de la direction de la guerre136. La seconde décision concerne l’épineux problème des relations entre les bataillons de la garde royale et les gouverneurs militaires de province, aussi bien dans les garnisons de Catalogne qu’à la Cour. L’objectif poursuivi par l’équipe d’Ensenada est de revenir sur les privilèges acquis et de soumettre la garde royale à l’autorité de l’administration militaire du territoire. Ces mesures donnent lieu en 1750 à la publication d’une nouvelle ordonnance des régiments de la garde, dont nous détaillerons les principaux enjeux ultérieurement137.

  • 138 AGS, GM, 2269, lettre d’Antonio Barradas au marquis de la Ensenada, Madrid, 24 novembre 1750.

59Enfin, une dernière décision de portée symbolique traduit la volonté d’insuffler dans les corps privilégiés une nouvelle culture du mérite. Ensenada oblige en effet les gardes et les jeunes officiers de la maison militaire à suivre des cours de mathématiques dans des académies militaires créées à cet effet. À Barcelone, c’est dans l’académie des ingénieurs militaires que les jeunes officiers doivent se rendre, tandis qu’à Madrid une académie a été fondée dans la caserne des gardes du corps. Placées sous la protection du ministre, ces institutions doivent permettre, selon l’instigateur du projet, « plus d’application, moins d’oisiveté et plus de garantie que cette noblesse ne se laisse aller, et au contraire qu’elle se dote des qualités nécessaires pour le service du roi138 ».

  • 139 AMAE, MD, Espagne, 155, fos 252-255, lettre du duc de Bournonville au duc de Noailles, Madrid, 29 (...)
  • 140 AGS, GM, 2265, 2266 et 2267. En 1749, lors de la réforme des maisons royales, la duchesse de Bourn (...)

60De cette vaste entreprise de réorganisation interne de la maison militaire, les privilèges de nation ne pouvaient sortir indemnes tant ils sont imbriqués dans les pratiques institutionnelles. Symbole de la nation, l’équipe d’Ensenada a tenté tout d’abord d’extirper la famille de Bournonville de la compagnie flamande de la garde du corps, la seule unité qui n’était pas encore passée sous le contrôle des hommes du ministre. En 1749, Michel Joseph de Bournonville, alors âgé soixante-dix-neuf ans, est le dernier vétéran de la guerre de Succession encore à la tête d’un corps de la maison du roi. La survivance de sa charge en faveur de son neveu, laborieusement acquise lors de l’ambassade de Noailles en 1746, a été annulée quelques semaines après la mort de Philippe V139. Avant même que la réforme de la garde du corps ne soit appliquée, le duc de Bournonville a perdu toute influence sur la voie privilégiée et sur le recrutement des officiers, ses propositions étant systématiquement retoquées par la secrétairerie de la guerre140. Grâce à la correspondance de Charles de Croix, on sait que le contrôle de la voie privilégiée de la compagnie flamande est au cœur des enjeux. En 1747, alors qu’il cherche un emploi pour son neveu, le marquis de Croix écrit :

  • 141 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Nîmes, 22 décembre 1747.

Le canal flamand n’a presque plus de crédit aujourd’hui et pour obtenir quelque grâce il faut absolument se livrer aux Espagnols, sans quoi il n’y a rien à faire et c’est en conséquence le parti que je veux aussi prendre, car il est trop tard à présent pour penser à aucun autre. Mais je ne cesserai pas pour cela d’être toujours bon Flamand141.

  • 142 Lettre de Benjamin Keen à Abraham Castres, Madrid, 10 septembre 1750, dans Keene, The Private Corr (...)
  • 143 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Ceuta, 30 novembre 1752.
  • 144 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Ceuta, 30 novembre 1752.
  • 145 AHPM, 17816, fos 793-799, testament de François Joseph, duc de Bournonville, Madrid, 11 avril 1756 (...)

61Entre 1746 et 1752, différentes manœuvres sont entreprises pour écarter le neveu Bournonville de la succession de la compagnie. Comme il est de santé délicate, il est incité à aller prendre les eaux aux Pays-Bas, ce qui permet de nommer le duc de Baños capitaine surnuméraire de la garde du corps avec faculté de remplacer les titulaires en cas de maladie142. Pour Charles de Croix, il s’agit là du dernier acte de l’affrontement, car si le duc de Bournonville venait à mourir, le duc de Baños lui succéderait de droit. « Ainsi plus de compagnie flamande pour les Flamands — écrit-il — il y a longtemps que l’on cherche à leur ôter et je crois qu’enfin l’on y est parvenu. Le temps nous dira si je me trompe143 ». Le pronostic avisé du marquis de Croix n’est démenti in extremis que par les puissants soutiens de la famille de Bournonville en France. En 1752, à la mort du vieux duc de Bournonville, son neveu lui succède grâce à l’intervention du duc de Duras, son cousin, qui vient d’arriver comme ambassadeur à la cour d’Espagne144. Comme Noailles en 1746, Duras sauve la mise des Bournonville en Espagne et permet à la famille de se maintenir à la tête de la compagnie flamande. Deux ans plus tard, au lendemain de la chute d’Ensenada, le nouveau duc de Bournonville ne fera pas mystère de sa proximité avec les conspirateurs qui ont précipité le départ du ministre145.

  • 146 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 177-178.
  • 147 AGS, GM, 2267, « Lista de los cadetes y guardias de corps de la compañía flamenca [1749] ». À part (...)
  • 148 AGS, GM, 2269, lettre du marquis de Villadarias au marquis de la Ensenada, Madrid, 24 novembre 175 (...)

62Cependant, la remise en question des privilèges de nation ne se limite pas à l’hostilité envers le duc de Bournonville. La décision la plus emblématique reste le changement de nom des trois compagnies de la garde du corps qui ne sont plus désignées par leur nation mais par des chiffres, de un à trois, la première désignant l’espagnole, la deuxième l’italienne et la troisième la flamande146. La portée symbolique de cette mesure est indéniable car elle enterre le vieux principe de représentation des nations à la Cour. Elle n’annule toutefois pas la composition multinationale de la garde du corps, qui reste inscrite dans l’ordonnance, mais elle retire aux chefs de corps un symbole qui les identifiait comme les protecteurs de leur nation respective. Désormais, le ministre impose aux chefs de corps le contrôle de la « nationalité » des impétrants. Dans les bureaux du ministre, la liste des cadets et des gardes de la compagnie flamande est établie selon quatre catégories de « nationalité » : « Français », « Espagnols », « Flamands et Wallons sous la domination française » et « Wallons ou Flamands des États que possède la reine de Hongrie »147. La vérification de la nationalité est indissociable de celle de la noblesse et de la catholicité, toutes concourant à placer le secrétaire de la guerre en position d’arbitre du recrutement capable de débouter les candidats proposés par les chefs de corps. Cette mesure est guidée par des préoccupations très pragmatiques afin de lever progressivement le cloisonnement national du recrutement. Comme l’écrit un proche collaborateur d’Ensenada, par « raison politique » il convient de trancher si « la garde du corps doit être composée d’officiers étrangers ou naturels », car la pression des candidatures sur les unités espagnoles est beaucoup plus forte que sur les unités italiennes ou flamandes148.

63Ensenada cherche donc à transformer les nations en catégories administratives pour s’arroger le contrôle du recrutement. Il rompt avec l’ancienne conception de la nation, entendue comme un privilège, dont la législation royale se gardait bien de définir les contours, car il s’agissait précisément d’une prérogative des chefs de corps que de veiller à sélectionner les ayants droit. Alors que cette définition de la nation reposait sur une base contractuelle éminemment politique, la logique administrative qu’Ensenada tente de lui substituer revient à placer tout le pouvoir entre les mains des agents de la secrétairerie de la guerre. On retrouve l’influence de la science camérale qui ordonne, clarifie et organise les nations militaires tout en les vidant de toute signification politique.

L’unification du gouvernement militaire

64L’offensive contre les corporatismes militaires a été également livrée en province et à la Cour lorsque la nouvelle équipe ministérielle a tenté d’imposer le pouvoir du secrétaire de la guerre par l’extension de la juridiction militaire ordinaire. En Catalogne, à la fin de la guerre, on sait que les officiers de la garde royale ont pris le contrôle des charges du gouvernement militaire afin d’imposer la juridiction militaire sur ses concurrentes et de s’assurer par la même occasion qu’elle n’empiéterait pas sur leurs propres privilèges. Pour Ensenada, l’enjeu consiste à inverser la logique : il entend reprendre le contrôle de la juridiction militaire là où elle a été accaparée par les corporations et à établir l’autorité des gouverneurs militaires sur l’ensemble des institutions militaires présentes sur le territoire. Loin de s’opposer au canal ministériel de la guerre, les ensenadistes tentent au contraire d’étendre, d’imposer et d’unifier le gouvernement militaire partout où la garde royale y fait obstacle.

  • 149 Hernández, 1995, pp. 32-42.
  • 150 AGS, GM, 2297 ; voir chap. iii.
  • 151 Fernández Hidalgo, 1987, pp. 176-186.
  • 152 AGS, GM, 2264, lettre du duc de Bournonville au marquis de la Ensenada, Madrid, 29 décembre 1746.
  • 153 Fernández Hidalgo, 1987, pp. 186-190.

65Le 24 juillet 1746, quinze jours à peine après l’avènement de Ferdinand VI, c’est à Madrid que l’offensive est lancée en choisissant d’y implanter un gouvernement militaire. La capitale n’avait pas été concernée jusque-là par les institutions de la Nueva Planta, le gouvernement de la ville continuant de se régir à parts égales entre la municipalité et le conseil de Castille qui nomme le corrégidor et les alcaldes de l’Hôtel et de la Cour149. À la différence de la Catalogne, où son implantation a accompagné la refondation des institutions municipales et provinciales, la garde royale s’est insérée à Madrid dans le tissu juridictionnel existant. En l’occurrence, peu de temps après la création de la garde du corps, il a été décrété que la fonction d’assesseur du tribunal de la garde serait toujours occupée par le conseiller de Castille qui préside la chambre des alcaldes. Il s’est agi d’un compromis qui, en plaçant la juridiction de la garde du corps sous la tutelle du conseil de Castille, a tenté de prévenir les conflits de juridictions dans la capitale150. Or, sous l’impulsion d’Ensenada, le nouveau gouverneur militaire de Madrid brise cet équilibre car il doit également assumer les fonctions de gouverneur de la chambre des alcaldes, ce qui étend de facto sa juridiction sur la garde royale151. À l’annonce de cette nouvelle, les capitaines de la garde du corps s’affairent pour obtenir la séparation de la fonction d’assesseur de celle de gouverneur de la chambre des alcaldes. Plutôt que de passer sous la tutelle d’un militaire, ils demandent à ce que ce soit un simple conseiller de Castille qui continue de diriger le tribunal de la garde152. On voit ainsi le chemin parcouru par les officiers de la maison militaire depuis le début du siècle : alors que le conseil de Castille avait constitué une menace lors de la création de la nouvelle garde royale, c’est en défendant désormais les prérogatives de ce même conseil qu’ils cherchent à échapper à la coupe de l’administration militaire. Cette attitude est significative du glissement des chefs de la maison militaire vers des positions que l’on pourrait qualifier de conservatrices, en plaçant davantage leur autonomie juridictionnelle sous la protection des institutions traditionnelles de la monarchie pour échapper au regain de dynamisme de la voie ministérielle de la guerre. Heureusement pour les officiers de la garde du corps, cette réforme menée à la hâte débouche sur un échec : non seulement le gouverneur militaire suscite l’hostilité immédiate de la municipalité, du conseil de Castille et de la chambre des alcaldes, mais le titulaire, le comte de Maceda, a été très maladroitement choisi parmi les derniers partisans de l’équipe ministérielle antérieure. Face aux difficultés, il est destitué le 14 octobre 1747 et, avec lui, le gouvernement militaire de Madrid est supprimé153.

  • 154 AGS, GM, 2290 et AGS, GM, 2293. Glimes a demandé l’emploi de colonel à quatre reprises, en 1736, d (...)
  • 155 En 1746, alors qu’il commande l’armée espagnole d’Italie, Mina écrit à Agustín Ordeñana, le bras d (...)
  • 156 Andújar Castillo, 1998, p. 512.
  • 157 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 412-531 ; AGS, GM, 2305, lettr (...)
  • 158 AGS, GM, 2305, délibération de la junte des généraux au marquis de la Ensenada, Madrid, 12 septemb (...)

66L’échec essuyé à Madrid n’empêche pas Ensenada de repartir à la charge en Catalogne dès l’année suivante en tentant de reprendre en main une administration militaire très largement contrôlée par les officiers des corps privilégiés. Le premier enjeu concerne l’emploi de capitaine général de Catalogne, occupé depuis sa création en 1714 (à l’exception des années 1715-1723), par des officiers flamands de la garde royale. Depuis 1734, c’est Ignace-François de Glimes, lieutenant-colonel des gardes wallonnes, qui occupe la fonction. En 1746, il est nommé colonel de son régiment, ce qui justifie de l’appeler à la Cour et ainsi de l’éloigner de Barcelone et de ses officiers casernés en Catalogne154. À partir de ce moment, la fonction de capitaine général est confiée en intérim à des proches d’Ensenada, le marquis de Campofuerte en 1746, puis le marquis de la Mina en 1748155. À la veille de la réforme de la maison militaire, ce dernier se trouve donc en position de la faire appliquer dans le bastion catalan. De fait, en septembre 1749, Mina reçoit un ordre du roi qui soumet les régiments de la garde casernés dans sa juridiction à sa seule autorité156. L’année suivante, Ensenada publie une nouvelle ordonnance qui subordonne les officiers de la garde aux officiers subalternes des places militaires, ce qui relance immédiatement le conflit entre la juridiction militaire et les corps privilégiés157. Ensenada s’empresse alors de réunir une junte de généraux pour trancher l’affaire. Composée essentiellement de ses proches collaborateurs, elle ne fait que confirmer les ordonnances en se contentant de préciser que l’autorité donnée aux officiers des places fortes « ne doit pas être tenu[e] pour un honneur, mais pour une disposition qui doit permettre à la garnison d’être prompte et effective158 ».

  • 159 AGS, GM, 2270, lettre du marquis de la Mina au marquis de la Ensenada, Barcelone, 22 mai 1751 ; Po (...)
  • 160 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 550. En 1752, Ensenada renforce (...)

67En 1751, c’est en matière d’exercice de la justice qu’Ensenada s’en prend à l’autonomie des corps de la garde royale. Le 11 juin, sur le conseil du marquis de la Mina, ordre est intimé à l’ensemble des corps privilégiés de rendre compte des sentences prononcées en première instance par les conseils de guerre de chaque unité auprès de l’audience de la province dans laquelle ils se trouvent. De ce fait, Ensenada revient sur le principe de l’autonomie juridictionnelle conférée à la maison militaire en 1705, mais atteint aussi l’objectif visé lors de la création avortée du gouvernement militaire de Madrid en 1747, à savoir de faire de l’audience, et de son président le capitaine général, la juridiction de seconde instance pour l’ensemble de la troupe159. La domination du capitaine général de Catalogne et des gouverneurs militaires provinciaux est donc désormais complète sur les corps privilégiés casernés dans l’ancienne principauté160.

  • 161 Gay Escoda, 1988, pp. 91-92.

68S’il parvient à mater les corps privilégiés en Catalogne, Ensenada n’arrive toutefois pas à reprendre en main complètement l’administration militaire catalane. Il a certes placé à sa tête l’un de ses plus fidèles protégés, le marquis de la Mina, mais une partie des corregimientos militaires de la principauté restent entre les mains d’officiers issus des rangs de la maison militaire. À ce titre, la Catalogne continue de jouir d’un statut d’exception et de rester à l’écart des réformes de l’administration provinciale entreprise par Ensenada. En 1749, avec le rétablissement des intendances de province, la fonction de corrégidor des villes capitales est unie à celle du nouvel intendant. Il s’agit ainsi de placer sous le contrôle du secrétaire des finances les corregimientos qui restaient encore sous la tutelle du conseil de Castille. Or, bien évidemment, Barcelone échappe à cette réforme : son corrégidor continue de cumuler la fonction de gouverneur militaire et reste placé sous l’autorité du secrétaire de la guerre. La même année, un autre décret limite à trois ans la durée de mandat de tous les corrégidors, qu’ils soient intendants ou militaires, et les soumet à l’enquête de résidence en fin de charge. Une fois encore, la mesure ne s’applique pas en Catalogne en raison de la résistance des officiers à subir une inspection par un juge considéré comme inférieur à eux. Malgré le volontarisme d’Ensenada, la réforme du gouvernement de la Catalogne demeure incomplète : la prépondérance des officiers des corps privilégiés a été diminuée, mais les officiers de l’armée qui les ont substitués ne sont pas moins attachés à l’identité militaire de la province. Le marquis de la Mina a cautionné lui-même cette situation, en soutenant les prérogatives de ses corrégidors, ce qui explique peut-être pourquoi il est parvenu à sauver sa tête lors de la destitution de son protecteur161.

La réaction aristocratique

  • 162 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 22 juillet 1754.
  • 163 Colón de Larriátegui, Juzgados militares de España, t. II, pp. 130-132 ; Solé i Cot, 2008, p. 162.
  • 164 AGS, GM, 2272, lettre des capitaines de la garde du corps à Ferdinand VI, Buen Retiro, 10 janvier (...)
  • 165 AGS, GM, 2273 ; Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 195.

69Dans la nuit du 20 au 21 juillet 1754, deux compagnies de la garde du corps quadrillent les rues autour de la résidence du marquis de la Ensenada. L’exempt chargé de l’opération se saisit du ministre et l’emmène sous escorte hors de Madrid. Au même moment, les proches du marquis sont également arrêtés et emprisonnés. « Cette résolution de la part de Sa Majesté est des plus fortes qui se soient jamais vues », commente le lendemain Charles de Croix162. Le conseil de Castille tente de profiter de la crise politique pour restaurer son pouvoir sur les juridictions militaires provinciales. Mais, à la différence de la crise de 1715, cette restauration avorte au bout de quelques semaines et les lobbies militaires ont tôt fait de recouvrer toute leur autonomie163. Le 10 janvier 1755, soit moins de six mois après le départ d’Ensenada, les trois capitaines de la garde du corps adressent collectivement au roi une demande pour que l’on rende aux exempts le grade de colonel, afin de rétablir la clé de voûte du système de reproduction des élites militaires164. Le 30 mai suivant, le roi accède à leur demande, inaugurant un processus lent mais continu de restauration des prérogatives de l’aristocratie militaire165.

  • 166 Ozanam, 1975 ; Gómez Urdañez, 1996, pp. 108-173.
  • 167 Voir notamment : Coxe, 1846, t. III, p. 377.
  • 168 Gómez Urdáñez, 1999 ; Téllez Alarcia, 2002, pp. 93-138 ; Id., 2008, pp. 161-192.

70Qui est derrière cette conspiration et quelles sont leurs motivations ? Une ancienne tradition historiographique a mis l’accent sur les enjeux de politique internationale et sur l’influence des cours étrangères sur Ferdinand VI. En effet, la neutralité adoptée par Ferdinand VI depuis le traité d’Aix-la-Chapelle en 1748 n’est du goût ni de l’Angleterre ni de la France qui cherchent l’une et l’autre à rallier l’Espagne à leur cause dans la rivalité qui les oppose. À ce jeu, les ministres de Londres sont les plus actifs puisqu’ils gagnent le soutien du tandem formé par José Carvajal, premier ministre de Ferdinand VI, et du duc de Huescar, l’ancien capitaine de la garde du corps devenu grand maître du roi, appuyés par Richard Wall, un militaire irlandais exilé en Espagne, qui occupe l’ambassade espagnole en Angleterre. Cette faction parvient à saper la confiance que le roi a placée en Ensenada en l’accusant de vouloir rompre la neutralité, ce qui provoque sa destitution et l’accession d’une partie des conspirateurs aux plus hautes charges de l’État166. La participation de Wall au complot a souvent été montée en épingle par l’historiographie traditionnelle pour juger de l’action déloyale des « étrangers » en Espagne, faisant de Wall le pion de la politique britannique, tout comme Ursins et Orry avaient été les instruments de la politique française sous Philippe V167. Or, des travaux récents ont montré qu’il n’en était rien : autant Wall qu’Ensenada ont agi loyalement cherchant l’un et l’autre à rétablir la paix et à préserver les intérêts de Ferdinand VI. L’historiographie cherche donc aujourd’hui les causes de la chute d’Ensenada davantage dans les rivalités internes à la monarchie hispanique plutôt que dans une prétendue cabale menée depuis l’étranger168.

  • 169 Téllez Alarcia, 2008, pp. 57-58.
  • 170 Lettre du duc de Huescar à José Carvajal, 14 mai 1747, dans Carvajal y Lancáster, La diplomacia de (...)
  • 171 AGS, GM, 2269, lettre du marquis de la Ensenada au prince de Masserano, Buen Retiro, 1er septembre (...)
  • 172 AHPM, 17816, fos 793-799, testament de François Joseph, duc de Bournonville, Madrid, 11 avril 1756 (...)
  • 173 García Cárcel, 2002c, p. 148.

71La trajectoire des deux plus fervents opposants à Ensenada, le duc de Huescar et Richard Wall, permet de lever en partie le voile sur cette affaire. Ce tandem illustre cette alliance inédite entre l’ancienne noblesse espagnole qui a rallié l’Archiduc au début du siècle, et la nouvelle élite de service qui doit tout aux Bourbon. Certes, ni l’un ni l’autre n’a participé au conflit successoral, mais le duc de Huescar est né à Vienne pendant l’exil de son père, un austraciste notoire, tandis que Wall, né à Nantes, d’un jacobite irlandais et d’une mère française, a fait sa carrière militaire en Espagne grâce à ses soutiens parmi la noblesse française169. La répugnance de Huescar à l’égard de Wall ne fait pas de doute, mais par calcul politique et par estime personnelle, il fait l’éloge de ses qualités qui « compensent son défaut d’être étranger170 ». Plus fondamentalement, le ralliement de Huescar à la conspiration, lui qui avait été un fidèle soutien d’Ensenada, montre qu’il y a eu une scission interne parmi les ensenadistes entre la haute noblesse et les réformateurs. En effet, le duc de Huescar, le duc de Baños ou le marquis de Sarria, ont été les membres de cette faction nobiliaire alliée d’Ensenada qui a pris le contrôle de la maison militaire grâce à l’appui du ministre. Cependant, une fois en place, ces hommes se sont employés à freiner l’action réformatrice d’Ensenada171. De son côté, Wall n’a certes jamais bénéficié des avantages de la maison militaire, mais c’est un lieutenant général qui a fait carrière dans les régiments étrangers. Son ascension professionnelle a permis d’agréger autour de lui nombre d’exilés, notamment irlandais, mais aussi flamands, dont le duc de Bournonville qui a soutenu activement le parti des conspirateurs172. De plus, après la chute d’Ensenada, la secrétairerie de la guerre passe entre les mains de Sebastián de Eslava, capitaine général des armées et un des derniers vétérans de la guerre de Succession. L’événement n’est pas anodin puisque, depuis la création de la secrétairerie, c’est la première fois qu’elle est occupée par un ancien officier de la garde royale173.

  • 174 AGP, Histórica, 74, exp. 99. On sait qu’il a obtenu le régiment par sa sœur, Marie Anne de Croÿ, m (...)
  • 175 AGS, GM, Exp. Perso., leg. 43, exp. 40.
  • 176 AHPM, 17813, fos 438-468.

72Le rapprochement des héritiers du philippisme et de l’austracisme à l’occasion de la conspiration antiensenadiste peut aussi être illustré par la trajectoire singulière de Jean Juste de Croÿ Havré, comte de Priego, nommé en décembre 1754 à la tête du régiment des gardes wallonnes, soit quelques mois après le départ d’Ensenada. Cette décision de la nouvelle équipe ministérielle a un caractère symbolique indéniable puisqu’il s’agit du fils cadet du dernier duc d’Havré, un bourboniste de la première heure, colonel des gardes wallonnes, expulsé d’Espagne en 1716 pour son opposition à la réforme d’Alberoni. Né à Madrid quelques mois avant l’exil de ses parents, Jean Juste a vécu en France avant de revenir en Espagne en 1742 pour rejoindre le cercle étroit des Grands d’Espagne grâce à son mariage avec sa cousine, la comtesse de Priego. S’il n’est pas directement impliqué dans la conspiration contre Ensenada, il est étroitement lié à la faction nobiliaire qui l’a provoquée et sa proximité avec la camarilla de la reine Barbara est notoire174. Paradoxalement, bien qu’il s’agisse du neveu du fondateur du régiment, Jean Juste n’a pas conservé de liens avec les officiers du corps. Il correspond à l’archétype du militaire courtisan qui a passé plus de temps dans les salons que sous les drapeaux. Son expérience de commandement se limite à quatre années passées au service du roi de France, tandis qu’en Espagne il a occupé les fonctions de gentilhomme de la chambre du roi, après avoir servi quelque temps comme aide de camp de l’infant Don Philippe en Italie175. Grâce à son mariage, il dispose dans la région de Cordoue d’une assise territoriale considérable qui lui procure des revenus de plusieurs dizaines de milliers de réaux176. À la différence des colonels de la garde wallonne qui l’ont précédé, le comte de Priego réside en permanence à la Cour et il ne cumule plus son emploi avec la capitainerie générale de Catalogne, ce qui avait permis aux autres colonels de conserver dans les garnisons de la principauté la proximité avec leurs officiers. Par conséquent, l’attribution des gardes wallonnes au comte de Priego, si elle a pu être considérée comme le rétablissement d’une ancienne maison philippiste à la tête de la maison militaire, remet en réalité le corps à un grand noble qui doit son retour en Espagne à ses liens avec la haute aristocratie espagnole, plutôt qu’à ses services à la couronne. Finalement, malgré l’antagonisme de leurs histoires familiales, entre le duc de Huescar, le fils d’un noble espagnol austraciste, et le comte de Priego, le fils d’un noble flamand bourboniste, l’écart s’est considérablement réduit.

  • 177 Voir chap. iv.

73La conspiration contre Ensenada peut donc apparaître comme le résultat d’une recomposition des alliances au sein des élites politiques. Tant Philippe V que Ferdinand VI ont joué sur les divisions nées de la guerre de Succession pour contrôler les élites de la monarchie, le premier protégeant sa vie durant ses fidèles soutiens alors que son fils s’est attelé au retour en grâce des vaincus pour reprendre en main l’institution militaire. Cette noblesse austraciste a soutenu la politique d’Ensenada tant qu’elle lui a permis l’accès aux corps privilégiés, mais quand le ministre a entrepris de réformer la maison militaire pour en faire un instrument du renouvellement des élites, il a fait l’unanimité contre lui. Ni la noblesse issue de l’austracisme ni les héritiers du philippisme n’avaient intérêt à se voir écarter d’une institution qui garantissait leur reproduction sociale au sommet de l’État royal. Pour les uns, l’accès aux institutions nobiliaires créées par Philippe V constitue désormais un enjeu essentiel de leur retour en grâce, même si leurs pères les ont combattues naguère. Pour les autres, l’hostilité à Ensenada s’explique évidemment par l’attachement à la maison militaire, mais elle est aussi le signe d’une génération qui se considère comme partie intégrante de la noblesse espagnole. Les fils ne partagent plus avec leurs pères le sentiment d’appartenir à une élite militaire fraîchement adoubée sur le champ de bataille, qui doit exclusivement sa position à la faveur royale et à ses emplois militaires. Une partie de cette seconde génération s’est solidement implantée à la Cour et en province, elle s’est alliée à la noblesse locale, quand elle n’a pas contribué à la réhabilitation de maisons austracistes exilées. Avec leurs titres de Castille, leurs biens-fonds et leurs majorats, les descendants des philippistes sont plus prompts à s’identifier à la noblesse traditionnelle qu’à une noblesse de service177.

  • 178 Bédat, 1973, p. 143 ; Soubeyroux, 1995 ; Andújar Castillo, 2004c.

74Un examen plus détaillé permettrait à coup sûr de montrer précisément les modalités de cette recomposition sociale des élites de la monarchie autour de l’identité noble et de la défense des institutions nobiliaires bourboniennes. Car, contrairement à ce que l’historiographie a trop souvent affirmé, la réaction aristocratique qui se structure dans la seconde moitié du xviiie siècle ne cherche pas à abolir l’œuvre politique des Bourbon. Elle est sans doute moins attachée à la dynastie elle-même qu’aux institutions qu’elle a fondées. Car la maison militaire, le séminaire des nobles de Madrid ou les académies royales sont des lieux où la recomposition aristocratique s’opère, autant d’institutions créées par les Bourbons et vraisemblablement sans lesquelles cette aristocratie ne pourrait se penser comme telle178. Ce processus se produit donc dans et autour des institutions royales et non pas en dehors ou contre elles. Apanage des vainqueurs du conflit successoral, ces institutions deviennent progressivement le patrimoine partagé d’une aristocratie réconciliée sur le dos d’Ensenada.

 

75La réforme d’Ensenada est la manifestation spectaculaire de l’impérieuse nécessité de refonder une armée conçue en temps de guerre civile et qui a servi d’instrument de domination et de reproduction sociale des vainqueurs. Le corporatisme militaire et les accès privilégiés aux charges politiques sont en complet décalage avec les aspirations d’une nouvelle classe politique qui nourrit d’ambitieux projets pour l’institution militaire dans le cadre d’une grande réforme de la société. Le malaise s’est déjà fait sentir sous le règne de Philippe V et des tentatives ont été menées pour reprendre le contrôle des bastions de l’élite militaire. Néanmoins, malgré les mouvements de surface, l’indéfectible soutien du couple royal aux familles philippistes a rendu vaine toute tentative de transformation des équilibres de pouvoir au sein de l’armée. La réforme d’Ensenada a prétendu mener ce grand changement en mettant en procès le fonctionnement des institutions militaires du premier philippisme qui a favorisé leur confiscation par un clan en vertu des services rendus à la dynastie depuis le début du siècle. Le nacionismo espagnol porté par les réformateurs n’a rien à voir avec une prise de conscience d’un sentiment proto-national qui émergerait en dehors de tout contexte. Il s’agit d’une réponse aux corporatismes des nations militaires tout autant que l’expression de la volonté de se réapproprier le temps long de l’histoire de la monarchie hispanique par-delà l’avènement des Bourbon. En cherchant à renouer le fil des temps par la réhabilitation des vaincus d’hier, Ensenada a ravivé une fois encore les blessures du conflit successoral pour tenter de réformer les institutions créées par Philippe V. Cette stratégie lui a valu des alliés de circonstance parmi les héritiers de l’austracisme, mais elle n’a pas pris en compte un processus social et culturel à l’œuvre depuis plusieurs années qui se caractérise par le rapprochement des maisons austracistes et philippistes à l’écart du pouvoir royal, et par la recomposition de l’identité nobiliaire autour des institutions fondées par le premier Bourbon. La façon dont les élites militaires se mobilisent à l’occasion de la conspiration antiensenadiste révèle combien la défense de ces institutions fédère désormais au-delà des clivages hérités du conflit successoral. Cette fronde montre aussi ce dont cette aristocratie recomposée est capable lorsqu’elle ne dispose plus du soutien du monarque. Et c’est au nom de la défense de l’héritage institutionnel de la dynastie, avec lequel elle s’identifie complètement, qu’elle s’oppose violemment au premier ministre du roi. Par conséquent, sa position stratégique au cœur de l’État et au plus près du roi en fait un acteur politique incontournable pour toute transformation de l’institution militaire.

Notes

1 León Sanz, 2003b, pp. 323-329.

2 Bois, 2012, pp. 322-343.

3 Cette lecture est perceptible chez Domínguez Ortiz, 1976, pp. 55-56, Ozanam, 1985, pp. 634-636 ou Bottineau, 1993, pp. 327-329. Sur une critique historiographique de ces interprétations, voir : Vázquez-Gestal, 2013, pp. 172-187. Sur l’intérêt renouvelé porté actuellement à Isabelle Farnèse, voir : Fragnito (éd.), 2009.

4 Sabatier, 1999, pp. 290-333 ; Bois, 2012, pp. 338-361.

5 Dakhlia, 2005, p. 10.

6 Castro, 2004, pp. 375-380.

7 Ozanam, 2010, pp. 7-12 ; Márquez Redondo, 2012.

8 Pulido Bueno, 1998, pp. 319-328 ; Álvarez-Ossorio Alvariño, 2004c.

9 Une remarque déjà formulée de façon précoce par Bethencourt Massieu, 1954, pp. 9-11.

10 Ozanam, 1985 ; Storrs, 2012 ; Fé Canto, inédite, pp. 105-113.

11 Egido López, 1971, pp. 287-293 ; García Cárcel, 2002c, pp. 72-78 ; Kuethe, Andrien, 2014, pp. 133-165.

12 Bédarida, 1928, pp. 47-54 ; Roura i Aulinas, 1998.

13 Andújar Castillo, 2004d, pp. 111-171.

14 AGS, GM, 2252.

15 Ceballos-Escalera y Gila, 2000, pp. 28-29.

16 Torres y Villarroel, Conquista del reino de Nápoles por su rey Don Carlos de Borbón, p. 9 : « Muestra passa el ejército arrogante/ En filas muy iguales separado/ Y a la dichosa vista de el Athlante/ Nuevo brio adquirió cada soldado/ Todos juran verter por el Infante/ Mas coral que bebieron desatados/ Los campos bello, que Philipo goza/ De Almansa, de Brihuega, y Zaragoza. »

17 En 1721, fray Ambrosio Montánchez avait déjà publié un ouvrage intitulé Avisos morales y políticos para príncipes, eclesiásticos y militares qui réactivait la figure de Philippe V en roi de guerre. Fernández Albaladejo, 2000, pp. 19-22. En 1725, un célèbre portrait équestre de Philippe V par Jean Ranc, conservé au musée du Prado, le présentait déjà sous les traits du roi de guerre.

18 Bottineau, 1993, pp. 442-444 et 568-575.

19 AGS, GM, 2251.

20 Lefdael, Relación distinta de el viage, que en el año de 1732 hizo S.A.R. el Serenísimo Infante de España don Carlos, pp. 9 et 14.

21 Lobo, Rasgo épico, de la conquista de Oran, pp. 1-3.

22 Clonard, 1853, t. IV, pp. 217-235 ; Guillaume, 1869, pp. 462-466 ; Id., 1876, pp. 192-194 ; Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, p. 47.

23 Hellwege, 1969 ; Contreras Gay, 1993.

24 Guerrero Elecalde, 2012, pp. 391-474.

25 Andújar Castillo, 2007b ; Andújar Castillo, 2015, pp. 234-236 ; AGS, GM, 2253, lettre du marquis de Castelar à Jacques de la Viefville, Madrid, 8 août 1730 ; AGS, GM, 2253, « Noticias reservadas al Exmo Señor marqués de Castelar, ministro de la guerra, del estado en que se halla de hombres, y caballos, y armas, y equipaje la brigada de carabineros reales (Gandesa, 8 septembre 1730) ».

26 Voir annexe III.

27 AGS, GM, 2253, Jacques de la Viefville à José Patiño, Madrid, 17 octobre 1730 ; « Ordenanza para la brigada de carabineros reales (Séville, 7 mars 1732) », AGS, GM, 2253.

28 Vegiano d’Hovel, 1865, t. II, p. 199.

29 Besler, Jauch, Jurídica y legal respuesta a las dudas propuestas por el noble don Joseph Ameller.

30 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, p. 47 ; Schalbetter, 1969, p. 286.

31 Fé Canto, inédite, pp. 464-473.

32 Voir annexe III.

33 AGS, GM, 1244, 2290, 2292 et 5453. En 1733, Pedro Figueroa, sergent-major des gardes espagnoles, reçoit le commandement intérim du régiment, en l’absence du lieutenant-colonel, José Armendariz, alors vice-roi du Pérou. Engagé en Italie, Figueroa reçoit en 1734 la vice-royauté de Sicile avec la faculté de conserver son emploi. En 1734, Ignace de Glimes, lieutenant-colonel des gardes wallonnes, reçoit le commandement intérim du régiment et succède au marquis de Richebourg, également en intérim, à la capitainerie générale de Catalogne.

34 AGS, GM, 2230, lettre de Francisca de Guzman à José Patiño, Madrid, 17 décembre 1733 ; AGS, GM, 2230, lettre de José Patiño à Francisca de Guzman, Madrid, 23 décembre 1733.

35 Andújar Castillo, 2001a, p. 118-119 ; Glesener, inédite, pp. 188-189.

36 Luynes, Mémoires, t. II, pp. 165-166.

37 AGS, GM, 2291, lettre de José Horcasitas à José Patiño, décembre 1735.

38 AGS, GM, 2258.

39 AGS, GM, 2258, lettre du duc de Bournonville à José Patiño, 20 février 1736.

40 Ozanam, 2008a, p. 313.

41 Ibid., p. 289.

42 Ibid., pp. 303 et 311.

43 Ibid., pp. 297 et 317.

44 Ibid., pp. 295, 299 et 301.

45 Fernández Albaladejo, 1977, pp. 64-74.

46 AGS, GM, 2258. Il ne s’agit pas formellement d’une survivance, mais d’une promesse qui avait été refusée jusque-là. Voir ci-dessus.

47 Ozanam, 2008a, p. 317.

48 Andújar Castillo, 2010a, pp. 149-150.

49 Montpellier d’Annevoie, 1905 ; Ozanam, 2008b, pp. 705-714.

50 Cerro Nargánez, 1998, pp. 531-538.

51 Andújar Castillo, 1996a, pp. 55-56 ; Bellido Andréu, 2009. Pour une mise au point sur le sujet : Glesener, 2016.

52 L’occultation de la secrétairerie de la guerre à cette époque est accentuée par le partage des fonctions entre le marquis de Villarías, titulaire de la charge, et Casimiro Uztariz, qui en exerce la fonction. Nava Rodríguez, 1994, pp. 164-165 ; Franco Rubio, 1996, pp. 136-137.

53 Castro, 2004, pp. 226-230 ; Domínguez Nafría, 2001, pp. 173-191.

54 Andújar Castillo, 1996a, pp. 54-55.

55 Domínguez Nafría, 2003 ; Pérez Fernández-Turégano, 2004.

56 AGS, GM, 319 et 1514. Plusieurs affaires où Montemar reçoit ses instructions à travers le secrétaire de guerre.

57 Pérez Fernández-Turégano, pp. 467-476.

58 Sánchez-Blanco, 2013, pp. 92-106.

59 Voir chap. iii.

60 Luynes, Mémoires, t. II, p. 165.

61 AGS, GM, 2292, ordre royal, 11 août 1737.

62 AGS, GM, 2263, lettre des capitaines de la garde du corps à Casimiro Uztariz, Saint-Ildefonse, 27 septembre 1739. Sur le conflit entre les capitaines et l’état-major de la garde du corps, voir Glesener, 2007, pp. 319-328.

63 AGS, GM, 1514.

64 AGS, GM, 2261, lettre du duc de Montemar au marquis de Villarías, Madrid, 6 décembre 1740.

65 Andújar Castillo, 2007b, p. 298.

66 AGS, GM, 2292.

67 Voir chap. iii ; Solé i Cot, 2008, pp. 130-133.

68 Colón de Larriátegui, Juzgados militares de España, t. II, pp. 127-129.

69 Pontet, 2005.

70 Bois, 2012, pp. 368-373 ; Felices de la Fuente, 2012, pp. 201-212.

71 Lluch, 1999, pp. 62-92.

72 Torres Sánchez, 2013, p. 295. À sa mort, Philippe V a laissé 134 192 078 réaux d’impayés à son armée et 113 647 066 réaux à la maison royale, soit 47 % du total de la dette léguée à Ferdinand VI.

73 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 13 juin 1739.

74 AGR, FP, Croix, 13, lettre de Balthasar de Jauche au marquis d’Heuchin, Madrid, 28 juillet 1739.

75 García Cárcel, 2002d.

76 Meneses y Toledo, Lucero de origen, honores, privilegios y exempciones de Reales Guardias de Corps ; Sesse Broto y Coscojuela, Comentario, epitome, equestre, origen, calidades, prerrogativas &a del Real Cuerpo de Guardias de Corps. Quelques années plus tôt, les Monteros de Espinosa, le plus ancien corps de garde de la maison royale qui a survécu aux réformes bourboniennes, a également publié une histoire apologétique dédicacée à Philippe V pour défendre ses privilèges. Escalera, Origen de los Monteros de Espinosa, su calidad, exercicio, preeminencias y exempciones.

77 Sesse Broto y Coscojuela, Comentario, epitome, equestre, origen, pp. 4-24.

78 Meneses y Toledo, Lucero de origen, honores, privilegios, p. 15.

79 Baudrillart, 1905, t. V, pp. 163-173 ; Luynes, Mémoires, t. IV, pp. 375-478 ; Argenson, Mémoires, t. II, pp. 275-277.

80 Pirenne, 1926, t. V, pp. 221-229 ; Baudrillart, 1905, t. V, pp. 9-13. Ce projet d’échange de Parme contre les Pays-Bas est à nouveau exhumé pendant la guerre de Sept Ans lors du traité d’alliance entre la France et l’Autriche.

81 Mémoire du duc de Noailles à Louis XV, 24 août 1746, dans Louis XV, Correspondance de Louis XV et du maréchal de Noailles, t. II, pp. 216-222.

82 Luynes, Mémoires, t. V, pp. 123-126.

83 Terlinden, 1950-1951.

84 Tomboy, 1999, pp. 6-7.

85 AHN, Consejos, leg. 8978. Cette démonstration lui vaut l’obtention d’un titre de Castille à vendre pour compenser la dépense effectuée.

86 D’après Fichoz.

87 Ozanam, 2001, pp. 30-31.

88 Voir ci-dessus.

89 Lettre de Louis XV au duc de Noailles, camp de Steen, 12 mai 1746, dans Louis XV, Correspondance de Louis XV et du maréchal de Noailles, t. II, pp. 209-211 ; Fieffé, 1854, t. I, p. 278 ; Corvisier, 1964, t. I, p. 269. Les régiments Royal-wallon et Boufflers-wallon sont levés en 1744 et réformés en 1748. À ce propos, Charles de Croix écrivait : « Dites-moi je vous prie s’il est vrai que M. de Boufflers a obtenu l’agrément de pouvoir lever un régiment de la nation pour M. son fils. Cela serait une belle sortie pour une infinité de jeunesse du pays ». AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Velletri, 18 septembre 1744.

90 Noailles, Mémoires, t. III, p. 445 ; Luynes, Mémoires, t. VII, p. 330-331 ; Argenson, Mémoires, t. III, p. 64 ; AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Plaisance, 12 juin 1746.

91 AMAE, MD, Espagne, 155, fos 243-246, lettre du duc de Bournonville au duc de Noailles, Madrid, 18 juillet 1746.

92 AGR, FP, Croix, 12, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Espello, 6 décembre 1744.

93 AGR, FP, Croix, 13, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 6 juillet 1739 : « L’emploi qu’on a donné à Mme de Lede est d’autant plus gracieux pour elle qu’elle ne l’avait pas demandé et marque bien la confiance qu’on a en elle ».

94 Baudrillart, 1901, t. IV, pp. 500-501.

95 López-Cordón Cortezo, 2011, pp. 238-241.

96 AGS, GM, Supl., 175 ; AGS, GM, 4256 ; Guillaume, 1858, pp. 289-292.

97 Vázquez-Gestal, 2013, pp. 217-224.

98 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, camp de l’Escarène, 12 août 1747.

99 Válgoma y Díaz-Varela, 1953.

100 AGR, FP, Croix, 12, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Velletri, 23 octobre 1744 ; AGR, FP, Croix, 12, lettre de Charles de Croix à Mlle d’Allennes, Pesaro, 30 mars 1745 ; AGR, FP, Croix, 12, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Campomorone, 13 juin 1745.

101 Gómez Urdañez, 1996, pp. 67-72.

102 Ozanam, 1975, p. 9.

103 AGS, GM, 2249.

104 Kamen, 1969, p. 111.

105 Ozanam, 1975, p. 9.

106 AGS, GM, 2137, lettre du marquis de la Mina au marquis de la Ensenada, 31 janvier 1744 : « Bellísima elección, amigo, los dos capitanes de guardia de corps. No pueden ser mejores cada uno por su camino. Brilla la justicia y la piedad de los Amos… ». L’autre capitaine est celui de la compagnie italienne, le prince de Masserano, également soutenu par le marquis de la Ensenada, et nommé le 21 janvier 1744. D’autres proches d’Ensenada sont placés aux postes clés de la maison militaire : en 1743, Nicolas Carvajal, le frère de José Carvajal alors gouverneur du conseil des Indes, passe d’un régiment d’infanterie à la lieutenance colonelle des gardes espagnoles. En 1744, les deux aide-majors de la garde du corps sont le marquis de Bondadreal et le marquis de Villadarias, deux créatures d’Ensenada AGS, GM, 2137, lettre du marquis de la Mina au marquis de la Ensenada, camp de Valle de San Juan, 8 avril 1744 ; AGS, GM, Supl., 603, fo 165, lettre du marquis de Villadarias à N., Naples, 31 décembre 1748.

107 Baudrillart, 1905, t. V, pp. 427-436.

108 Luynes, Mémoires, t. VII, p. 258. AGS, GM, 2161, lettre du marquis de la Ensenada au marquis de la Mina, Buen Retiro, 28 juillet 1746.

109 Argenson, Mémoires, t. III, pp. 124-125.

110 Anderson, M. S., 1990, pp. 157-195 ; Corvisier, 1997, pp. 110-119 ; Büsch, 1997.

111 Moya Torres y Velasco, Manifiesto universal de los males envejecidos, pp. 454-456.

112 Vicente Algueró, 1984 ; Ozanam, 1975, p. 99 ; Andújar Castillo, 2004d, p. 67.

113 AGS, GM, Supl., 603, fo 27, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordeñana, camp de Spoturno, 8 septembre 1746. De Glimes, il écrit : « No me acuerdo que haya conquistado un reino desde que perdió la Saboya, y reparo que a mí el recordarlo me produjo poco después un destierro », AGS, GM, Supl., 603, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordeñana, Aix-en-Provence, 23 décembre 1746.

114 Une partie de la correspondance personnelle du marquis de la Mina se trouve dans AGS, GM, Supl., 603. Les réflexions ont ensuite fait l’objet d’une publication : Mina, Máximas para la guerra.

115 Fernández Albaladejo, 2001, pp. 512-521 ; Id., 2004.

116 AGS, GM, 2265, lettre du marquis de la Mina au marquis de la Ensenada, Menton, 21 juin 1747.

117 AGS, GM, 2159, lettre du marquis de la Mina au marquis de la Ensenada, Cañe, 22 octobre 1746 ; AGS, GM, Supl., 603, fo 42, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordenanda, Tarascon, 23 novembre 1746.

118 AGS, GM, 2238, lettre de Louis Romet à José Patiño, Madrid, 18 décembre 1728 ; AGS, GM, 2240, lettre de Louis Romet à José Patiño, Madrid, 19 août 1733 ; AGS, GM, 2293, lettre de Louis Romet au marquis de Villarías, Madrid, 3 décembre 1739 ; AGS, GM, 2240, lettre de comte de Grosberg à José Patiño, Barcelone, 20 juin 1733 ; AGS, GM, 2240, lettre du marquis de Richebourg à José Patiño, Barcelone, 12 septembre 1733.

119 AGS, GM, Supl., 603, fo 65, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordeñana, Montpellier, 12 mars 1747.

120 Mina, Máximas para la guerra, p. 391.

121 Ibid., pp. 386-389.

122 AGS, GM, 2267, lettre du marquis de la Mina au marquis de la Ensenada [1747] ; Mina, Máximas para la guerra, p. 392.

123 AGS, GM, 2265, lettre du marquis de la Mina au marquis de la Ensenada, Menton, 21 juin 1747.

124 AGS, GM, Supl., 603, fo 58, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordeñana, Draguignan, 26 janvier 1747.

125 AGS, GM, Supl., 603, fo 65, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordeñana, Montpellier, 12 mars 1747.

126 Mina, Máximas para la guerra, p. 394.

127 AGS, GM, Supl., 603, fo 65, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordeñana, Montpellier, 12 mars 1747.

128 Dans sa correspondance, Charles de Croix associe la réforme d’Ensenada à une révolution conservatrice qui veut abolir toutes les institutions créées par Philippe V, rétablir le système de gouvernement du temps de Charles II, et jeter les étrangers hors du pays. AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, camp de Castellaro, 27 octobre 1747 ; AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Montpellier, 20 mars 1748.

129 AGS, GM, Supl., 603, fo 61, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordeñana, Aix, 19 février 1747.

130 Andújar Castillo, 2005, p. 524.

131 AGS, GM, 2268, lettre du marquis de Campofuerte au marquis de la Ensenada, Madrid, 11 septembre 1749 ; Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 172-175.

132 AGS, GM, 2266, lettre du duc de Bournonville, du comte de Bournonville, du prince de Masserano et d’Andrés Gutiérrez à Barbara de Braganza, Buen Retiro, 11 décembre 1748.

133 Voir chap. ii.

134 AGS, GM, 2267 ; AGS, GM, 2269, lettre du marquis de Villadarias au marquis de la Ensenada, Madrid, 24 novembre 1750.

135 Voir chap. iii.

136 AGS, GM, 2297, ordre royal, août 1747.

137 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 412-531.

138 AGS, GM, 2269, lettre d’Antonio Barradas au marquis de la Ensenada, Madrid, 24 novembre 1750.

139 AMAE, MD, Espagne, 155, fos 252-255, lettre du duc de Bournonville au duc de Noailles, Madrid, 29 août 1746.

140 AGS, GM, 2265, 2266 et 2267. En 1749, lors de la réforme des maisons royales, la duchesse de Bournonville, dame de la reine, a perdu son emploi. Lettre de Benjamin Keen à Abraham Castres, Madrid, 11 avril 1749, dans Keene, The Private Correspondence of Sir Benjamin Keene, pp. 117-118 ; Luzzi Traficante, 2013, pp. 569-571.

141 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Nîmes, 22 décembre 1747.

142 Lettre de Benjamin Keen à Abraham Castres, Madrid, 10 septembre 1750, dans Keene, The Private Correspondence of Sir Benjamin Keene, pp. 252-253.

143 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Ceuta, 30 novembre 1752.

144 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Ceuta, 30 novembre 1752.

145 AHPM, 17816, fos 793-799, testament de François Joseph, duc de Bournonville, Madrid, 11 avril 1756. Le duc de Bournonville nomme Richard Wall pour exécuteur testamentaire. Sur le rôle de ce dernier dans la chute d’Ensenada : Téllez Alarcia, 2002a.

146 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 177-178.

147 AGS, GM, 2267, « Lista de los cadetes y guardias de corps de la compañía flamenca [1749] ». À partir de la nouvelle ordonnance de 1750, toutes les ternes des gardes wallonnes mentionnent l’origine du candidat.

148 AGS, GM, 2269, lettre du marquis de Villadarias au marquis de la Ensenada, Madrid, 24 novembre 1750.

149 Hernández, 1995, pp. 32-42.

150 AGS, GM, 2297 ; voir chap. iii.

151 Fernández Hidalgo, 1987, pp. 176-186.

152 AGS, GM, 2264, lettre du duc de Bournonville au marquis de la Ensenada, Madrid, 29 décembre 1746.

153 Fernández Hidalgo, 1987, pp. 186-190.

154 AGS, GM, 2290 et AGS, GM, 2293. Glimes a demandé l’emploi de colonel à quatre reprises, en 1736, deux fois en 1740 et en 1741.

155 En 1746, alors qu’il commande l’armée espagnole d’Italie, Mina écrit à Agustín Ordeñana, le bras droit d’Ensenada : « Digá Ud. al jefe que no se olvide de asegurarme el mando de Cataluña », AGS, GM, Supl., 603, lettre du marquis de la Mina à Agustín Ordeñana, camp de Spoturno, 8 septembre 1746.

156 Andújar Castillo, 1998, p. 512.

157 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 412-531 ; AGS, GM, 2305, lettre du marquis de la Mina au marquis de la Ensenada, Barcelone, 30 août 1751.

158 AGS, GM, 2305, délibération de la junte des généraux au marquis de la Ensenada, Madrid, 12 septembre 1751.

159 AGS, GM, 2270, lettre du marquis de la Mina au marquis de la Ensenada, Barcelone, 22 mai 1751 ; Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 548.

160 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 550. En 1752, Ensenada renforce le rôle des commissaires particuliers sur les régiments de la garde. Deux d’entre eux s’installent de façon permanente à Barcelone pour passer les troupes en revue. AGS, GM, 2305.

161 Gay Escoda, 1988, pp. 91-92.

162 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 22 juillet 1754.

163 Colón de Larriátegui, Juzgados militares de España, t. II, pp. 130-132 ; Solé i Cot, 2008, p. 162.

164 AGS, GM, 2272, lettre des capitaines de la garde du corps à Ferdinand VI, Buen Retiro, 10 janvier 1755.

165 AGS, GM, 2273 ; Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 195.

166 Ozanam, 1975 ; Gómez Urdañez, 1996, pp. 108-173.

167 Voir notamment : Coxe, 1846, t. III, p. 377.

168 Gómez Urdáñez, 1999 ; Téllez Alarcia, 2002, pp. 93-138 ; Id., 2008, pp. 161-192.

169 Téllez Alarcia, 2008, pp. 57-58.

170 Lettre du duc de Huescar à José Carvajal, 14 mai 1747, dans Carvajal y Lancáster, La diplomacia de Fernando VI, pp. 193-194.

171 AGS, GM, 2269, lettre du marquis de la Ensenada au prince de Masserano, Buen Retiro, 1er septembre 1750. On sait ainsi qu’une nouvelle ordonnance de la garde du corps était en préparation, mais qu’elle n’a jamais été publiée en raison des réticences du duc de Huescar. Le même Huescar, à peine installé à ses nouvelles fonctions, a tenté de placer ses parents à la tête des autres corps de la garde royale, reproduisant les logiques endogamiques de la vieille garde philippiste. Lettre du duc de Huescar à José Carvajal, Versailles, 6 mars 1747, dans Carvajal y Lancáster, La diplomacia de Fernando VI, pp. 151-153 ; AGS, GM, 2269.

172 AHPM, 17816, fos 793-799, testament de François Joseph, duc de Bournonville, Madrid, 11 avril 1756 ; Téllez Alarcia, 2007 ; Id., 2008, pp. 57-98.

173 García Cárcel, 2002c, p. 148.

174 AGP, Histórica, 74, exp. 99. On sait qu’il a obtenu le régiment par sa sœur, Marie Anne de Croÿ, marquise d’Ariza, qui a intrigué elle-même auprès de sa belle-sœur, Rosa María Castro Centurión, première dame de la reine Barbara de Braganza. Croÿ-Solre, Journal, t. I, p. 296.

175 AGS, GM, Exp. Perso., leg. 43, exp. 40.

176 AHPM, 17813, fos 438-468.

177 Voir chap. iv.

178 Bédat, 1973, p. 143 ; Soubeyroux, 1995 ; Andújar Castillo, 2004c.

Table des illustrations

Titre Fig. 5. — Gérard Edelinck, Philippus V Hispaniarum Rex, dans Antonio Ubilla, Successión de el Rey D. Phelipe V Nuestro Señor en la Corona de España […], Madrid, Juan García Infanzón, 1704
Crédits © Rijksmuseum, Amsterdam.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4091/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 6. — Louis-Michel Van Loo, Philippe V à cheval, 1737, Palais royal, Madrid
Crédits © Patrimonio nacional, Madrid.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4091/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 7. — Louis-Fabricius Dubourg et Pieter Tanjé (graveur), [Le triomphe de la reine Isabelle Farnèse], 1734, dans Antoine-Augustin Bruzen de la Martinière, Le grand dictionnaire géographique et critique, La Haye, 1739, t. II
Crédits © Bibliothèque nationale de France, Paris.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4091/img-3.png
Fichier image/png, 1,3M

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search