Version classiqueVersion mobile

L’empire des exilés

 | 
Thomas Glesener

Chapitre iii

Survivre au démembrement

La structuration politique de l’exil flamand

Texte intégral

1La crise politique qui éclate en Espagne en 1715 a traditionnellement été lue à l’aune de l’histoire diplomatique, des enjeux de la politique internationale et des humeurs de quelques têtes couronnées. Le scénario a été fixé rapidement après les événements, puis commenté et affiné inlassablement par les historiens depuis le xixe siècle. Il pointe la responsabilité de l’Espagne et l’inconstance du nouveau couple royal formé par Philippe V et Isabelle Farnèse dans la rupture du fragile équilibre européen trouvé à Utrecht. La reine, entourée d’une clique de courtisans italiens, aurait incité Philippe V à dénoncer les clauses du traité d’Utrecht et mené ainsi toute l’Europe dans des guerres désastreuses de reconquête en Italie. Par ailleurs, la mort de Louis XIV aurait ravivé les ambitions françaises de Philippe V en tablant sur un décès prématuré du jeune Louis XV. Sous la régence du duc d’Orléans, la dégradation des liens entre Madrid et Versailles est telle qu’elle conduit à une guerre ouverte entre les deux pays, avant que ceux-ci ne s’emploient avec peine à ressouder une alliance minée par la défiance réciproque. À partir de 1726, devant l’impasse de cette politique française, la reconquête italienne s’impose progressivement comme l’axe essentiel de la politique extérieure espagnole, même si elle hésite sur les moyens d’atteindre ses objectifs, soit en formant une coalition pour la guerre avec la France, soit en trouvant un accord pour la paix avec l’Autriche.

2Lues au prisme des relations internationales, ces dix années de politique étrangère erratique ont rarement été reliées aux troubles internes provoqués par le repli de la monarchie dans la Péninsule. Durant cette période, le roi d’Espagne doit gérer la difficile sortie d’une guerre civile, procéder à la réorganisation de son administration dans un territoire juridiquement unifié, et permettre l’installation durable dans ses domaines des centaines de familles exilées. Or, ces facteurs conditionnent fortement la manière dont l’Espagne cherche à retrouver de l’influence en Europe et en Méditerranée après le démembrement impérial. À la cour d’Espagne, des « lobbys » s’organisent pour redessiner l’espace hispanique en Europe en fonction de leur horizon d’attente qui comporte chacun un réagencement particulier des territoires disloqués. Car le choix de la paix revient à se résigner au repli péninsulaire de la monarchie, tandis que la guerre de reconquête pose la question de la pérennité de l’union dynastique et d’un retour possible de l’Espagne en Italie et aux Pays-Bas. Ce sont là des enjeux qui concernent au premier chef les familles philippistes de toutes origines qui tiennent les structures militaires de la monarchie. Or, la crise de 1715 et l’expulsion brutale de la princesse des Ursins ont rompu le seul lien qui permettait aux clientèles philippistes de tenir ensemble, et a entraîné une dispersion des groupes qui se sont recomposés autour de différents patrons qui ont émergé à la faveur de cette crise.

  • 1 Dubet, 2008, p. 82.

3L’hypothèse qui structure ce chapitre considère que les hésitations de la politique étrangère espagnole sont la conséquence de la fragmentation de ce premier cercle de pouvoir, qui a entraîné l’émergence de lobbys puissants en compétition pour la faveur royale et qui portent chacun une vision de la direction à suivre en matière de politique étrangère. Ces luttes de pouvoir n’opposent plus défenseurs et opposants au régalisme dirigiste. Elles mettent aux prises les philippistes entre eux sur les modalités de la répartition des avantages et des bénéfices de la nouvelle organisation des institutions1. La lente reconstruction d’une politique étrangère stable a nécessité au préalable un rassemblement des réseaux philippistes autour de la reine. La politique belliqueuse en Italie a été le difficile compromis capable de réunir les tenants de l’union dynastique et les partisans de la reconquête impériale. Néanmoins, cette recomposition des clientèles philippistes ne s’est pas faite à l’identique mais bien au prix d’une inflation des privilèges concédés à la haute élite militaire.

4La trajectoire des exilés flamands au cours de cette période troublée permet de comprendre ce processus car ce groupe a renoncé à impulser depuis l’Espagne une reconquête des Pays-Bas. En revanche, il a apporté son soutien à la politique italienne de la reine contre le renforcement des privilèges militaires en Espagne et le maintien de l’alliance dynastique avec la France. Les conditions du ralliement des nouveaux patrons flamands à Isabelle Farnèse montrent le rôle crucial qu’ils ont joué dans la sauvegarde des acquis politiques des vétérans du conflit successoral.

I. — Reconquête impériale et consolidation des élites militaires

  • 2 Martín Gaíte, 1970 ; Castro, 2004, pp. 264-297.

5À la fin de la guerre, les horizons d’attente des factions philippistes sont très différents. Une large frange de l’ancienne noblesse castillane qui a soutenu Philippe V a accepté bon gré mal gré les changements opérés dans le gouvernement en raison des urgences de la guerre. Pour elle, la fin du conflit doit être l’occasion de procéder à certains rééquilibrages, notamment en déverrouillant une économie de la grâce indexée pendant la guerre sur la temporalité courte de l’ère bourbonienne, afin de faire valoir à nouveau les mérites hérités dans le temps long de leurs histoires familiales. Néanmoins, pour les secteurs régalistes les plus radicaux, la guerre civile a offert les conditions idéales pour transformer en profondeur le gouvernement des royaumes. Au lieu d’amorcer la réconciliation, l’approche de la paix doit au contraire inciter à accélérer le train des réformes. Entre 1712 et 1714, un groupe dirigé par la princesse des Ursins, Jean Orry, le confesseur Robinet et Melchor Macanaz, le puissant fiscal du conseil de Castille, reçoit les pleins pouvoirs pour mener ce qui sera considéré comme le cycle de réformes le plus hardi du règne de Philippe V2. Celles-ci visent à asseoir l’autorité royale sur l’ensemble du territoire péninsulaire en abaissant tous les pouvoirs concurrents, tout en renforçant l’appareil politico-militaire mis en place pendant le conflit. Ces mesures ruinent les attentes de la noblesse castillane qui y voit la confirmation de l’érosion de ses positions politiques traditionnelles. Les tensions autour de la forme du gouvernement, de la place et de l’importance des privilèges militaires sont donc vives et elles divisent les groupes qui sont sortis vainqueurs du conflit successoral. Tant que la reine Marie-Louise et la princesse des Ursins tenaient les réseaux philippistes d’une main de fer, ces divergences ont pu être contenues. Cependant, l’effacement des deux femmes provoque une déflagration politique qui fragilise tout l’édifice institutionnel patiemment construit depuis l’avènement de Philippe V.

La grande épuration

  • 3 Baudrillart, 1890, t. I, pp. 610-614 ; Bottineau, 1993, pp. 314-318 ; Bély, 2009.
  • 4 Pontet, 2005, pp. 266-268.

6La disgrâce de la princesse des Ursins, scellée le 23 décembre 1714 lors de son entrevue à Jadraque avec Isabelle Farnèse, a été si spectaculaire que ses commentateurs ont eu tendance à la réduire à un antagonisme personnel3. Or, cet événement apparaît plutôt comme le dénouement inattendu d’une course au clocher à laquelle se livrent les groupes issus du premier cercle de pouvoir pour se gagner le soutien de la nouvelle reine. Embarquée à Livourne et contrainte d’accoster à Marseille, Isabelle Farnèse fait le choix de poursuivre son voyage vers l’Espagne par la voie terrestre. L’occasion est saisie par la reine douairière, Marie-Anne de Neubourg, exilée à Bayonne depuis 1706 en raison de ses sympathies pour l’Archiduc, pour se rendre à sa rencontre à Pau. Malgré les tentatives menées depuis Paris et Madrid pour empêcher l’entrevue, la veuve de Charles II séjourne pendant neuf jours auprès de la nouvelle épouse de Philippe V. Elle est accompagnée du cardinal del Giudice, l’ancien inquisiteur général, exilé lui aussi à Bayonne en raison de son opposition aux réformes de Macanaz4. Cette rencontre aurait décidé du sort de la princesse des Ursins, mais elle est vraisemblablement à l’origine d’une étrange alliance entre une frange de l’aristocratie espagnole ulcérée par le train de réformes mené depuis 1712 et l’entourage italien de la nouvelle reine qui cherche à s’imposer à la cour d’Espagne.

  • 5 Quiñones Villar, Fiestas y recibimiento que hizo Pamplona, 1715, pp. 30-39.
  • 6 Lettre de Giulio Alberoni au comte de Rocca, Madrid, 3 février 1715, dans Alberoni, Lettres intime (...)

7Face à eux, les hauts cadres militaires — les plus proches de la princesse des Ursins — ont échoué à se gagner les faveurs de la nouvelle reine et à la rallier à leurs vues. Le 10 décembre, à peine vient-elle de franchir la frontière que les grands officiers de la garde du corps et des gardes espagnoles, Basques et Navarrais en tête, l’accueillent en grande pompe. À Roncevaux et à Pampelune, ces vétérans, philippistes de la première heure, qui ont bravé toutes les épreuves de la guerre, étalent leurs états de service à l’occasion des festivités en l’honneur de la reine5. Cependant, celle-ci reste visiblement insensible à ces démonstrations de bravoure ; la nouvelle reine n’a pas vécu la guerre civile dans la Péninsule et elle se méfie visiblement de la caste militaire érigée en nouvelle noblesse par Marie-Louise et sa première dame. Le cinglant désaveu infligé à la princesse des Ursins quelques jours plus tard traduit ce refus de la nouvelle reine de reprendre à son compte les cercles philippistes. L’expulsion de la camarera mayor décapite le seul élément fédérateur d’un groupe de pouvoir très hétérogène, lequel éclate et se divise en une multitude de factions qui cherchent à retrouver la faveur royale. « Il y a ici cinq colonies, je veux dire cinq factions, l’espagnole, la française, l’italienne, la flamande et l’irlandaise, qui ont toutes part dans le gouvernement, politique, économique ou militaire6 ». Cette description de la Cour par un proche de la reine témoigne des divisions apparues autour du couple royal : les logiques de nation semblent retrouver de la vigueur alors que l’indifférenciation des origines et des statuts avaient été la marque de fabrique du philippisme.

  • 7 Castro, 2004, pp. 301-322.

8L’alliance de l’entourage de la reine avec une frange de la noblesse hostile aux réformes de gouvernement donne lieu à une vaste offensive politique qui se traduit par la disgrâce de Jean Orry, par l’exil de Melchor Macanaz et par l’annulation des réformes les plus emblématiques menées par ces deux hommes. Il ne s’agit pas d’un retour au statu quo du règne de Charles II, car la confiance conservée par Philippe V à son secrétaire d’État, José Grimaldo, permet de sauvegarder une partie du legs de l’équipe ministérielle précédente7. Néanmoins, pendant les premiers mois de son règne, Isabelle Farnèse se pose en défenseur du gouvernement traditionnel par les conseils, elle dénonce au nom des intérêts des Espagnols l’implication des « étrangers » dans le gouvernement et donne ainsi de gages d’amitié aux membres de l’aristocratie espagnole sur une sortie de guerre qui se dessine comme un retour à des formes ordinaires de gouvernement. Dans un royaume en voie de pacification, cette position témoigne d’une volonté d’en finir avec un gouvernement qui favorise une faction réduite de fidèles et ambitionne de renouer avec une économie de la grâce qui intègre au lieu d’exclure.

  • 8 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, pp. 38-39 et 110.
  • 9 Andújar Castillo, 2008b ; Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, pp. 36-38 et 106-108.
  • 10 AGS, GM, 2231.
  • 11 AGS, GM, 2255, « Comparación de lo que importan al mes y al año los doze batallones de guardias de (...)
  • 12 AGS, GM, 2255 ; Castro, 2004, pp. 284-297. En guise de comparaison, les compagnies de la garde du (...)

9Pour cela, la reprise en main de l’institution militaire constitue une étape indispensable. Érigée selon une logique de clan autour d’un noyau de vétérans, elle est aux mains des anciens protégés de la princesse des Ursins. Cela explique qu’elle ait échappé jusque-là à toute réduction de ses effectifs : la grande revue de 1714, destinée pourtant à amorcer la transition d’une armée en campagne vers une armée permanente, n’a pratiquement eu aucun impact8. Forte d’environ 80 000 hommes, regroupés en 126 régiments d’infanterie (84 espagnols, 4 irlandais, 10 italiens et 27 wallons) et 63 régiments de cavalerie et de dragons, auxquels il faut rajouter plus de 8 500 hommes pour la garde royale, il s’agit d’une armée pléthorique pour une monarchie amputée d’une partie de son empire et qui prépare son retour à la paix9. De plus, la création d’une charge d’inspecteur de l’infanterie étrangère d’Espagne, le 15 décembre 1714, séparée de l’inspection de l’infanterie espagnole, tend à confirmer la structure multinationale de l’armée, et donc à garantir les emplois des exilés10. Plus significatif encore est le coût des corps privilégiés pour les finances de la monarchie. En 1715, les deux régiments de la garde (espagnole et wallonne) coûtent en valeur absolue 50 % plus cher que des régiments ordinaires. Dans la garde du corps, ce rapport passe de un à trois entre un cavalier de la maison militaire et un autre de l’armée11. Avec 8 % des dépenses militaires en 1712, la charge financière représentée par l’entretien des élites militaires philippistes n’a rien de négligeable12.

  • 13 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, pp. 38-39 et 111-112.
  • 14 AGS, GM, 2255, lettre de Miguel Durán au comte San Esteban de Gormaz, Madrid, 26 janvier 1716 ; AG (...)

10Giulio Alberoni, le nouveau favori de la reine, lance donc la première offensive politique du xviiie siècle contre les militaires : la publication de deux décrets, les 10 et 20 avril 1715, entraîne la suppression de 21 régiments d’infanterie (dont 6 italiens et 12 wallons) et de 24 régiments de cavalerie et de dragons13. La garde royale est l’objet des mesures les plus draconiennes lorsqu’un décret, publié le 26 janvier 1716, ordonne la diminution de 50 % des effectifs de la garde du corps par la suppression d’une compagnie espagnole (celle du duc d’Osuna) et de la compagnie flamande. Dans les régiments de la garde, la sanction est encore plus sévère : plus de 75 % des effectifs sont rayés, dont près de la moitié des emplois d’officiers14 (Tableau 1).

Tableau 1. — Réduction des effectifs de la garde royale durant la réforme d’Alberoni (1716)

Corps de la maison militaire Avant la réforme Décret du 26/01/1716 Décret du 12/09/1716
Garde du corps Cie espagnole 1 200 200 300
Cie espagnole 2 200 0 0
Cie italienne 200 200 300
Cie flamande 200 0 0
Garde extérieure Gardes espagnoles 3 900 780 2 800
Gardes wallonnes 3 900 780 2 800
Effectifs totaux 8 600 1 960 6 200
% de réduction - 77,2 % 26,9 %

Sources : AGS, GM, 2255 ; AMAE, CP, Espagne, 249, fos 39-48.

  • 15 Lettre du marquis de Bedmar à Philippe V, 22 janvier 1716, citée dans Guillaume, 1858, pp. 78-80.
  • 16 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 61-62, lettre du duc d’Aytona à Philippe V, 27 janvier 1716 ; AMAE, CP (...)
  • 17 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 39-48, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 28 janvier 171 (...)
  • 18 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 53-60, lettre du duc d’Havré à Philippe V, 27 janvier 1716. Ce documen (...)

11Cette réforme fait grand bruit tant il est évident qu’elle est moins motivée par des questions économiques que politiques. Le marquis de Bedmar, qui a toujours protégé les intérêts des familles bourboniennes des Pays-Bas, avait déjà mis en garde le roi quelques jours avant la réforme contre des mesures trop strictes qui risqueraient de faire fuir tous les officiers vers les armées autrichiennes15. Parmi les commandants de la garde royale, la stupeur est générale : le marquis d’Aytona, colonel des gardes espagnoles, le comte San Esteban de Gormaz et le duc de Popoli, les deux capitaines de la garde du corps, élèvent une protestation16. Mais c’est dans les rangs des officiers flamands, les plus touchés par la réforme, que la réaction est la plus forte. L’état-major des gardes wallonnes se rend auprès de l’ambassadeur de France pour lui demander de faire intervenir le Régent17. Le duc d’Havré remet dans la foulée une représentation véhémente au roi dans laquelle il rappelle les sacrifices de ses officiers pendant la guerre de Succession. Il a visiblement connu une large diffusion et se présente comme un authentique manifeste des valeurs portées par le bourbonisme flamand18. Entre-temps, depuis les garnisons de Tortose et de Tarragone, des lettres collectives des capitaines du régiment sont transmises au secrétaire de la guerre pour dénoncer une trahison :

  • 19 AGS, GM, 2244, lettre des capitaines des gardes wallonnes au duc d’Havré, Tortose, 5 février 1716  (...)

Quand on considère avec combien de désintéressement les officiers du corps sont venus dans ce pays abandonnant leur patrie, avec quel zèle et quelle gloire ils y ont servi leur légitime souverain, et les promesses que le roi nous a fait l’honneur de nous faire tant par la bouche de feu monsieur le duc d’Havré que par la vôtre, il me paraît qu’il est impossible que Sa Majesté puisse présentement nous abandonner et permettre que nous soyons réduits à aller vivre dans un pays usurpé par les armes d’un prince contre lequel nous avons fait gloire de combattre toute notre vie19.

  • 20 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 2-7, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 6 janvier 1716. (...)
  • 21 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 39-48, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 28 janvier 171 (...)

12Face à l’indignation des officiers flamands, Alberoni justifie la réforme par un discours résolument xénophobe par lequel il dénonce les « prétentions importunes d’un grand nombre d’étrangers inutiles au roi d’Espagne et cependant fort à charge des finances20 ». Selon l’ambassadeur de France, ces accents xénophobes servent à complaire aux alliés de circonstances d’Alberoni, à savoir les Grands d’Espagne, « attachés aux anciens usages, ennemis de l’autorité royale […] [et de] tous les partisans déclarés ou secrets de la maison d’Autriche », lesquels seraient à l’origine de la réforme21. Saint-Simon partage cette opinion puisqu’il considère cette réforme comme une victoire des Grands d’Espagne et de leurs parents exilés à Vienne afin d’éliminer les exilés philippistes repliés en Espagne :

  • 22 Saint-Simon, Mémoires, t. V, p. 852.

On s’aperçut que cette faction espagnole mourait d’envie du rappel des exilés, de se délivrer de tous ces étrangers, Italiens, Wallons, Irlandais, etc. Ils s’assemblaient là-dessus entre eux, et ils entretenaient des correspondances secrètes avec les Espagnols retirés à Vienne, même avec quelques-uns qui entraient dans les conseils de l’empereur22.

  • 23 AGS, GM, 4564, lettre d’Eugène de Croix à Miguel Durán, Lille, 29 juillet 1717.

13« La malheureuse étoile des Flamands », c’est avec ces mots qu’Eugène de Croix décrit les attaques dont sa nation est l’objet depuis la fin de la guerre23. Pourtant, cette hostilité envers les Flamands cache une offensive généralisée destinée à purger les élites militaires des plus fidèles soutiens de la princesse des Ursins. En ce sens, la suppression de la compagnie du duc d’Osuna, celui-là même qui avait accepté son emploi au lendemain de l’affaire du banquillo, montre bien que plusieurs de ses pairs parmi la Grandesse ne lui ont pas pardonné cette trahison. Les officiers flamands apparaissent donc comme les boucs émissaires d’une réforme menée en sous-main pour affaiblir le pouvoir des cadres militaires et rétablir la prépondérance du gouvernement des conseils sur le canal ministériel de la guerre.

  • 24 Torras i Ribé, 2005, pp. 217-263 ; Andújar Castillo, 2015, pp. 230-232.
  • 25 Gay Escoda, 1982 ; id., 1997, pp. 90-113.
  • 26 Gay Escoda, 1997, pp. 113-127 ; Caimari Calafat, 2001 ; Castro, 2004, pp. 317-318.
  • 27 AGS, GM, Supl., 239, lettre du duc d’Havré à Miguel Durán, Madrid, 30 juillet 1715 ; Portugués, Co (...)

14En effet, les enjeux de cette réforme militaire doivent être mesurés à l’aune de l’établissement dans la principauté catalane des institutions de la Nueva Planta. À la capitulation de Barcelone, le 12 septembre 1714, l’essentiel de l’armée royale se trouve en Catalogne où commence un lent processus de pacification. Celui-ci prévoit le maintien d’un dispositif militaire important et la construction d’une citadelle pour y caserner deux bataillons de la garde royale24. La présence militaire doit assurer l’ordre public en attendant que la question de la forme du gouvernement de la Catalogne soit tranchée. Or, depuis l’arrivée d’Isabelle Farnèse à Madrid, cette tâche incombe désormais à un conseil de Castille rétabli dans toutes ses prérogatives le 28 mars 1715 et qui cultive une farouche hostilité envers le canal politique du secrétaire de la guerre. Chargé d’établir le système castillan des corregimientos et des audiences en Catalogne et aux Baléares, le conseil veille à prendre le contre-pied de la Nueva Planta d’Aragon, publiée en 1711 au plus fort des réformes régalistes, qui avait donné une large prépondérance aux militaires dans le gouvernement provincial. Le 9 octobre 1715, un premier décret crée douze corregimientos dans la principauté catalane dits « de lettres ou de cape et d’épée », c’est-à-dire placés sous l’autorité du conseil et de la chambre de Castille et attribués la plupart du temps à des juristes25. Le 16 janvier 1716, soit dix jours avant la réforme de la maison militaire, c’est le même esprit qui préside à la publication de la Nueva Planta de Catalogne puisque celle-ci confère à l’audience, le tribunal royal relevant du conseil, une large prépondérance sur le capitaine général26. Ces décisions ont été très largement inspirées par l’intendant de l’armée de Catalogne, José Patiño, qui mène depuis la prise de Barcelone de très durs conflits de juridictions avec les corps privilégiés casernés dans la principauté sur les questions de logement et d’approvisionnement des troupes27.

15Pour les élites militaires, la trahison de Philippe V ne peut être plus flagrante. Outre l’amputation des trois quarts des emplois de la maison militaire, l’autonomie de la garde royale est menacée dans les garnisons de Catalogne. Désormais, les gouvernements provinciaux échappent aux officiers de l’armée ou bien sont placés sous la coupe d’institutions contrôlées soit par le conseil de Castille soit par l’administration des finances. Cet abandon des militaires philippistes est dû à la convergence d’intérêts de groupes différents : l’entourage de la reine qui cherche à construire de nouveaux réseaux de pouvoir à la Cour, une frange de la noblesse espagnole qui s’ingénie à abattre la nouvelle élite militaire, et le conseil de Castille avec les intendants qui veulent s’imposer en province face aux corps privilégiés et à l’administration militaire. Pris dans ce tir croisé, ce sont les officiers flamands qui paient le prix fort en raison de la proximité de leurs chefs avec la princesse des Ursins et plus généralement de leur identification avec la politique dynastique.

  • 28 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 127-234, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 2 mars 1716. (...)
  • 29 Martín Marcos, 2011, pp. 218-219 ; AMAE, CP, Espagne, 249, fos 150-154, lettre du duc de Saint-Aig (...)

16Cette nouvelle dynamique semble pourtant s’enrayer très rapidement : promulguée le 26 janvier 1716, la réforme de la maison militaire est suspendue quinze jours plus tard28. Les chancelleries européennes imputent ce revirement à l’intervention du Pape qui aurait demandé au roi d’Espagne d’engager des forces armées dans la lutte contre les Turcs29. En réalité, c’est le projet d’une guerre de reconquête en Italie qui émerge et autour duquel les anciens réseaux philippistes vont commencer à se restructurer.

La recomposition des réseaux philippistes

17L’histoire des relations entre l’entourage parmesan de la reine Isabelle et les philippistes napolitains de la première heure reste à écrire. La rencontre à Madrid de ces deux groupes d’Italiens joue vraisemblablement un rôle décisif dans le changement d’attitude d’Isabelle Farnèse à l’égard des élites militaires. Victime comme les autres de l’abaissement des privilèges militaires, le duc de Popoli, capitaine de la compagnie italienne de la garde du corps, avait mis en garde Alberoni sur le danger d’une rhétorique xénophobe pour justifier sa réforme militaire. Selon lui, le favori de la reine

  • 30 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 2-7, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 6 janvier 1716.

n’était pas censé, lui qui était Italien, décrier dans l’esprit du roi la cause des autres étrangers, que c’était favoriser les desseins des Espagnols […] que lorsque ces derniers se seraient servis de lui pour faire éloigner une partie de ceux qui les embarrassent, ils ne manqueront pas de le chasser lui-même30.

18Cette remarque de Popoli peut être lue comme une façon d’initier Alberoni aux usages de la cour d’Espagne. Depuis le début du règne de Philippe V, les discours xénophobes ont été la marque des opposants à l’autorité royale, alors que les défenseurs du roi ont été caractérisés par leur cosmopolitisme. On peut aussi y voir la trace des tentatives menées par les philippistes napolitains d’éloigner les Parmesans récemment arrivés de l’influence de certains Grands d’Espagne. Ce rapprochement se fait à la faveur du projet de reconquête des territoires italiens que mûrissent les exilés napolitains et siciliens depuis le 20 janvier 1716 lorsque la reine a donné naissance à un garçon, l’infant don Carlos, dont les chances d’accéder au trône d’Espagne sont pratiquement nulles. C’est autour du berceau de cet enfant que les Italiens de tous bords voient l’occasion de faire valoir les droits du roi et de la reine d’Espagne en Italie et d’obtenir la révision des traités d’Utrecht. Ce serait une première explication des causes de la suspension de la réforme de la maison militaire, trois semaines après la naissance du premier fils du couple royal.

  • 31 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 39-48, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 28 janvier 171 (...)
  • 32 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 39-48, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 28 janvier 171 (...)
  • 33 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 39-48, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 28 janvier 171 (...)
  • 34 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 77-82, lettre du Régent au duc de Saint-Aignan, Paris, 13 février 1716

19La politique étrangère ne doit toutefois pas minimiser l’impact produit sur le roi par le front commun opposé par tous les commandants de la garde royale. Cette réaction a provoqué l’émoi à la Cour et a eu des répercussions dans plusieurs cours européennes31. Après avoir eu accès aux mémoires remis par les commandants de la garde, l’ambassadeur de France a estimé que les arguments avancés n’avaient « rien de plus fort ni de plus pesant ». Mais, a-t-il souligné, « celui des Wallons surtout fait beaucoup de bruit ». Il rapporte les trois points les plus marquants : l’insistance sur le sacrifice de leurs biens et de leur patrie, la part prise dans le maintien du roi sur le trône, et la demande de suppression totale du régiment si la réforme devait être appliquée32. Il ne se trompe pas sur la force de ces revendications puisqu’il apprend le lendemain que Philippe V « a été fort ébranlé par les différentes représentations33 ». Le respect des engagements pris pendant la guerre à l’égard des familles exilées a donc incontestablement joué un rôle dans la décision, une réforme de cette ampleur signifiant un désaveu complet du roi envers son premier cercle de fidèles. De plus, outre le devoir moral à l’égard des officiers, la maison militaire est un des symboles de la restauration de l’autorité royale entreprise par Philippe V à son avènement. Le Régent, pourtant en grande délicatesse avec son cousin, se fait fort de lui rappeler « le souvenir des difficultés qu’il a trouvées dans le commencement de son règne à surmonter les obstacles que l’on apportait de toutes parts à la formation et à l’entretien des corps qu’il veut supprimer aujourd’hui ». Pour le duc d’Orléans, oublier « combien [ces corps] ont contribué à la défense de sa couronne et à faire respecter son autorité » revient à mettre dangereusement en péril tout le travail de restauration monarchique entrepris depuis quinze ans34. Aussi, en 1716, les privilèges de la maison militaire n’ont-ils rien perdu de leur valeur symbolique ; ils incarnent toujours ce premier philippisme que Philippe V ne peut révoquer sans trahir ses engagements. Le devoir moral du roi envers les familles philippistes explique donc aussi la suspension de la réforme.

  • 35 AGS, GM, 2255.
  • 36 AGS, GM, 2255, lettre de Miguel Durán au marquis de Castel-Rodrigo, Madrid, 29 septembre 1716 ; AG (...)
  • 37 AGS, GM, 2255, lettre de François Varick, Jean de Gages, Jean de Varick, Louis de Porter et Pierre (...)
  • 38 AGS, GM, 2255, lettre de Miguel Durán au duc d’Havré, Buen Retiro, 26 septembre 1716.
  • 39 AMAE, CP, Espagne, 252, fos 280-286, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 29 septembre (...)
  • 40 AGS, GM, 2255, lettre de Miguel Durán à François Varick, Jean de Gages, Jean de Varick, Louis de P (...)
  • 41 AGS, GM, 2255, lettre de Miguel Durán au marquis de Castel-Rodrigo, Madrid, 26 septembre 1716.
  • 42 AMAE, CP, Espagne, 252, fos 100-107, lettre du duc de Saint-Aignan à Huxelles, Madrid, 26 octobre (...)

20Compromis difficile entre les scrupules du roi et l’autoritarisme de la reine, le 12 septembre 1716, la réforme de la garde royale est tout de même appliquée mais dans une version très édulcorée. Les effectifs des deux régiments sont réduits de 27 % (et non plus de 75 %), tout en épargnant les emplois d’officiers, ceux-ci passant de 120 à 112 par régiment (au lieu des 52 initialement prévus) [Tableau 1]35. Face à cette nouvelle réforme, le front qu’avaient opposé les commandants de la maison militaire se divise. Alors que le marquis d’Aytona exécute le nouveau plan dans ses gardes espagnoles, le duc d’Havré s’y refuse et il adresse au nom du corps une requête au roi dans laquelle il demande solennellement la suppression complète des gardes wallonnes36. Face à la démarche de leur colonel, l’unité des officiers se fissure également : alors qu’ils avaient fait bloc derrière le duc d’Havré en janvier, cette fois, des capitaines écrivent au secrétaire de la guerre pour le désavouer37. Profitant de ces dissensions internes, estimant que le duc d’Havré s’est indûment arrogé le droit de s’exprimer au nom du régiment, le roi lui notifie le 26 septembre la cessation de son emploi, sa sortie de la Cour pour Guadalajara où il est prié de rester jusqu’à nouvel ordre38. La portée symbolique de cette décision est telle qu’on attend d’un moment à l’autre l’ordre de suppression définitive du régiment. « Il est certain que le roi d’Espagne ne doit plus regarder les Wallons comme faisant partie de ses sujets », écrit l’ambassadeur de France39. Pendant ce temps, le secrétaire de la guerre tente de faire le tri parmi les officiers en ordonnant l’arrestation de ceux qui incitent leurs homologues à la démission collective, tandis qu’il suspend toutes les demandes de retraite pour se donner le temps de négocier au cas par cas40. Au bout du compte, après avoir vainement tenté de justifier de son attitude, le duc d’Havré obtient l’autorisation de quitter la Péninsule le 28 janvier 1717. Mais l’ordre de suppression du régiment ne vient pas : entre-temps, le marquis de Castel-Rodrigo, capitaine général de Catalogne, a reçu l’ordre de faire appliquer la réforme dans les bataillons casernés dans l’ancienne principauté41. Le 26 octobre, le marquis de Richebourg, capitaine général de Galice, a été nommé à la tête du régiment, mettant un terme aux spéculations sur une éventuelle suppression du corps42. Les gardes wallonnes ont survécu à la crise et, malgré quelques démissions, la grande majorité des officiers reste au service de l’Espagne.

21Comment expliquer que la réforme de la maison militaire ait été finalement appliquée en septembre 1716, même de façon adoucie ? Cette décision peut paraître paradoxale : alors que la recomposition des réseaux philippistes autour de la reine Isabelle a été amorcée et que le projet de reconquête de l’Italie nécessite de préserver les capacités militaires de la monarchie, les généraux de la maison du roi doivent néanmoins subir l’humiliation d’une réforme symbolique. Deux facteurs, l’un d’ordre juridictionnel et l’autre d’ordre politique, expliquent ce choix et témoignent de la complexité des enjeux liés au contrôle de l’institution militaire.

  • 43 AGS, GM, Supl., 239, lettre du duc d’Havré à Miguel Durán, Madrid, 30 juillet 1716.
  • 44 Colón de Larriátegui, Juzgados militares de España, t. II, pp. 124-126 ; Castro, 2004, p. 319.
  • 45 AGS, GM, 2243, lettre du duc d’Aytona à Miguel Durán, Barcelone, 30 mai 1716. Voir aussi : AGS, GM (...)

22La restauration des structures militaires héritées du premier philippisme oppose les soutiens du canal ministériel de la guerre et les chefs des grandes corporations militaires. Ce conflit a été souvent négligé à cause d’une lecture trop simpliste qui n’y a vu qu’une opposition entre les partisans d’un gouvernement « civil » contre les défenseurs d’une option « militariste ». Or, il s’agit avant tout d’une lutte interne aux institutions militaires entre les tenants d’une administration militaire provinciale puissante et les défenseurs des prérogatives de la maison militaire du roi. Ainsi, la Catalogne, où cohabitent les agents des secrétaires d’État en province et les régiments de la garde royale, devient le théâtre de ces vifs affrontements où il n’est pas rare de voir se liguer les agents « civils » et « militaires » des ministres contre les corps privilégiés. D’un côté, José Patiño, l’intendant d’armée, représente l’autorité des secrétaireries d’État, et se heurte aux résistances des officiers de la garde à toute forme de contrôle ou d’ingérence dans la gestion du ravitaillement et du logement. Un temps écarté de l’intendance de Catalogne, Patiño y est revenu au mois de février 1716, d’où il continue à mener la vie dure aux bataillons de la garde casernés dans la principauté43. D’un autre côté, le marquis de Castel-Rodrigo, capitaine général de Catalogne et relais du secrétaire d’État à la guerre, constitue un autre front d’opposition. Inféodé à l’audience de Barcelone par le décret de Nueva Planta, il obtient le 22 novembre 1716 un décret qui inverse la situation obligeant l’audience à transmettre ses avis au conseil de Castille à travers lui et le canal ministériel de la guerre44. Au-dessous du capitaine général, c’est l’administration militaire en voie de structuration dans la province qui ambitionne de contrôler l’ensemble des troupes situées sur son territoire. Le 6 octobre 1715, le comte de Montemar a été nommé gouverneur politique et militaire de Barcelone ; le 30 mai suivant, le colonel des gardes espagnoles déplore déjà l’attitude d’un homme qui « depuis qu’il est venu, ne semble avoir d’autre but que de disputer toutes les distinctions que Sa Majesté a concédées à ses régiments de la garde45 ». Ainsi, la ligne de fracture en Catalogne en 1716 n’oppose pas « militaires » et « civils », mais bien la logique administrative des ministères contre la logique corporative des unités prestigieuses de l’armée royale. Par conséquent, tout laisse penser que la décision finale d’appliquer une réforme même à titre symbolique constitue un compromis entre le besoin de conserver une armée puissante, tout en confortant les agents ministériels en province. La recomposition des réseaux régalistes se fait donc autour des secrétaireries d’État et sur le dos des officiers de la maison militaire.

  • 46 Saint-Simon, Mémoires, t. IV, p. 696.
  • 47 Ibid., p. 696 ; Franclieu, Mémoires, pp. 124-126.
  • 48 Désos, 2009, pp. 138-142.
  • 49 Saint-Simon, Mémoires, t. V, p. 853.

23Le second élément est plus politique dans la mesure où l’application de la réforme est une mesure humiliante qui met à l’épreuve la capacité de soumission des officiers de la garde aux volontés du roi et de la reine. Alors que l’ensemble des chefs de corps obéissent, le duc d’Havré est le seul à sortir du rang. Ce faisant, malgré ses dires, il ne se trouve plus en position de défendre les privilèges de son corps, mais bien l’œuvre politique de la princesse des Ursins et de Jean Orry. C’est d’ailleurs pour cette raison que sa destitution est immédiate : peu après lui, son épouse, Ana Maria de Lanti, nièce de la princesse des Ursins et dame de compagnie de la reine, le suit dans sa disgrâce46. Avec eux, certains officiers notoirement attachés aux conseillers et ministres français abandonnent le régiment, « tout ce qu’il y avait de meilleur » selon Saint-Simon47. C’est le cas du marquis de la Vere, le frère du prince de Chimay, l’une des familles hennuyères les plus proches de Versailles, ou encore de Stéphane Hersan, fils de Gaspar, le chef de la garde-robe du roi et l’une des principales figures de la Casa francesa48. Cette réforme édulcorée du 12 septembre 1716 apparaît donc comme une sorte de nouveau banquillo — Saint-Simon parle d’un « coup d’éclat » — mené par l’entourage de la reine pour tester les fidélités et obliger les plus téméraires à se dévoiler49. Il s’agit d’une purge politique qui vise les bourbonistes et préserve les philippistes, qui élimine les partisans de l’union dynastique et ne conserve que les seuls fervents défenseurs des intérêts du roi d’Espagne. Par cette opération, Isabelle Farnèse reprend en main le premier cercle des généraux philippistes et elle lui imprime sa marque.

24Dans le plus grand secret, la conception du projet de reconquête de l’Italie a permis de nouer une nouvelle alliance entre la reine Isabelle et les factions régalistes de Madrid, refermant ainsi la parenthèse de 1715. La nécessité de conserver l’armée sur le pied de guerre a contribué à rapprocher l’élite militaire de la Cour, au prix d’une purge dans les secteurs bourbonistes les plus radicaux. Dans ce contexte, les exilés flamands ont cessé d’être les victimes expiatoires pour accompagner le mouvement de recomposition des réseaux de pouvoir autour de la nouvelle reine. Seuls le duc d’Havré et les officiers les plus identifiés au bourbonisme historique ont finalement été écartés. Le revirement politique de 1716 n’a toutefois pas rétabli les élites militaires dans toutes leurs prérogatives, car le régalisme en voie de recomposition est avant tout ministériel et ses agents se méfient des ambitions politiques des vétérans de la guerre de Succession. En effet, ces derniers ne s’avouent pas vaincus et ils entendent bien obtenir des contreparties à leur soutien aux nouvelles ambitions italiennes de la monarchie.

Le renforcement des corporatismes militaires

25Le ralliement de l’élite militaire au projet italien n’a pas été une soumission servile aux volontés de la reine mais une négociation très serrée au cours de laquelle l’effort de guerre a valu de monnaie d’échange contre le rétablissement et l’augmentation des privilèges. Ce processus est perceptible à la façon dont les officiers de la maison militaire sont parvenus en quelques années, alors que la guerre a été déclarée en Italie, à récupérer leurs prérogatives et à s’affranchir de toute tutelle ministérielle.

  • 50 AMAE, CP, Espagne, 253, fos 205-209, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 30 novembre (...)

26Nommé le 26 octobre 1716 à la tête des gardes wallonnes, le marquis de Richebourg a été un des grands artisans de ce combat politique. À son entrée en fonction, le maintien des privilèges des exilés flamands est loin d’être acquis. Profitant de la disgrâce du duc d’Havré, des concurrents ont tenté d’en finir avec les gardes wallonnes, à l’image du duc de Berwick qui offre de lever un régiment de trois mille Irlandais pour remplacer les Wallons50. Par conséquent, face à l’urgence, dès le 22 décembre, avec son homologue espagnol le duc d’Aytona, Richebourg élève au roi une requête pour réclamer la totale indépendance de la maison militaire à l’égard de l’administration militaire en province. À leurs yeux, soumettre la garde royale aux capitaines généraux et aux gouverneurs de place équivaut

  • 51 AGS, GM, 2218, lettre du duc d’Aytona et du marquis de Richebourg à Miguel Durán, Madrid, 22 décem (...)

à limiter l’autorité royale […] puisque tous les ordres que ces régiments ont reçus, tant en France qu’en Espagne, sont donnés au nom du roi, comme si Sa Majesté les dictait, et il serait contre son autorité et règlement si l’on autorisait quiconque à ajouter quelque chose là où le roi est le seul à décider, ce qui porte un grand préjudice aux régiments51.

  • 52 BNE, ms. 9049, fos 85-89, « Precisiones de Su Majestad de 11 de enero 1717 sobre algunas dudas sus (...)
  • 53 Gay Escoda, 1988, p. 90.

27Les colonels de la garde royale obtiennent gain de cause : le 11 janvier 1717, l’indépendance complète des régiments de la garde royale à l’égard des commandants militaires territoriaux est décrétée52. Cette mesure est rendue nécessaire par la militarisation croissante des corregimientos catalans : créés en 1715 sous la houlette du conseil de Castille, les douze corregimientos passent entre 1717 et 1718 sous le contrôle du secrétaire de la guerre et sont confiés à des militaires (Carte 3). Aussi le capitaine général de province se trouve-t-il désormais à la tête d’un vaste maillage de corregidors militaires qui peuvent relayer son pouvoir sur toutes les villes et garnisons de sa circonscription53. Par conséquent, les corps privilégiés casernés en Catalogne, craignant de se voir soumis à la juridiction militaire ordinaire, militent pour garantir leur autonomie juridictionnelle.

Carte 3. — Le gouvernement militaire de l’Espagne au xviiie siècle

Carte 3. — Le gouvernement militaire de l’Espagne au xviiie siècle
  • 54 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 353-356.
  • 55 Voir chap. ii.
  • 56 En 1704, la première ordonnance se contente de préciser le service en campagne. « Ordenanza para e (...)

28Celle-ci est définitivement acquise l’année suivante, le 15 juillet 1718, avec la concession aux gardes espagnoles et wallonnes d’un assesseur privé (choisi parmi les alcaldes de l’Hôtel et de la Cour) chargé de prendre connaissance de toutes les affaires civiles et criminelles concernant les soldats et les officiers. Cette mesure aligne ainsi le statut de la garde extérieure sur celle de la garde du corps, l’unification juridictionnelle de la maison militaire étant renforcée par le fait que le même alcalde de l’Hôtel et de la Cour cumule les deux charges d’assesseur54. Cette extension en province de la juridiction militaire du palais n’est pas sans conséquence : jusque-là, le fuero de la maison militaire, créé par l’ordonnance de la garde du corps le 18 septembre 1705, ne s’appliquait qu’à la Cour afin de rendre la nouvelle institution indépendante de la juridiction du grand maître et du Bureo, le tribunal aulique que ce dernier préside55. En revanche, les régiments de la garde, la plupart du temps engagés dans les opérations militaires de la guerre de Succession, n’avaient pas donné lieu à une définition précise de leur statut juridique56. L’extension en province montre bien qu’en 1718, ce ne sont plus les anciens tribunaux de la monarchie qui menacent l’autonomie de la maison militaire mais bien les institutions récentes de la Nueva Planta.

  • 57 Alonso Aguilera, 1977.
  • 58 Dubet, 2008, p. 79.
  • 59 Il s’agit d’une des rares ventes d’emplois dans la maison militaire. Sur les négociations, voir : (...)
  • 60 AGS, GM, 2236, lettre du comte de Lannoy au marquis de La Paz, Madrid, 6 juillet 1726.
  • 61 AHN, Estado, leg. 3488, lettre du duc de Bournonville à Philippe V [1720].

29Le renforcement des privilèges de la garde royale est étroitement lié à la participation des élites militaires aux campagnes de Sardaigne et de Sicile. L’autonomie juridictionnelle en Catalogne est décrétée alors que Barcelone est devenue, depuis le mois de juillet 1717, la grande base opérationnelle où les préparatifs de la guerre ont lieu dans le plus grand secret. En novembre 1717, un corps expéditionnaire de 8 000 hommes, auquel participent les gardes royales, attaque la Sardaigne à la surprise générale des cours européennes. Au mois de juillet 1718, c’est au tour de la Sicile d’être envahie par les troupes espagnoles. Les deux expéditions sont commandées par un exilé flamand, le marquis de Lede, récemment promu à la direction générale de l’infanterie de l’armée espagnole57. Elles renouvellent l’engrenage de l’endettement car elles exigent des dépenses que la couronne ne peut assumer : en Sicile, les officiers n’ont perçu que 7 mensualités sur 2858 ; en 1719, les deux régiments de la maison militaire sont augmentés pour former deux mastodontes de 4 200 hommes chacun, financés sur les deniers des officiers contre des emplois dans les nouvelles unités59 ; en 1726, le lieutenant-colonel des gardes wallonnes se plaint que les finances royales doivent encore au régiment des arriérés de solde à hauteur de 1 120 134 réaux60. La participation financière est également compensée par d’importantes mesures symboliques, notamment après la disgrâce d’Alberoni à la fin de l’année 1719. C’est le moment où le duc de Bournonville obtient le rétablissement de la compagnie flamande de la garde du corps, restaurant ainsi les droits d’accès des exilés flamands au système de promotion des élites militaires61. La première campagne d’Italie permet donc de poursuivre la dynamique de la guerre de Succession, les exilés de Flandre continuant d’unir leurs destinées à celle de la couronne espagnole par les liens du crédit et de la dette, contre la reconnaissance pleine et entière de leurs privilèges militaires.

  • 62 Kamen, 1964 ; Castro, 2004, p. 335-342 ; Torres Sánchez, 2011, pp. 177-199.

30La restauration des prérogatives de la maison militaire doit aussi être mise en regard des difficiles équilibres entre les nouvelles institutions introduites par la Nueva Planta. En effet, l’extension et l’unification du fuero de la maison militaire se produisent dix jours après la publication conjointe, le 4 juillet 1718, de l’instruction des intendants et d’une ordonnance qui unifie les finances royales par la création d’une trésorerie générale unique qui met un terme (provisoire) au principe d’une trésorerie séparée de la guerre. Œuvres d’Alberoni, ces mesures sont bien connues : elles font des intendants le rouage essentiel de l’administration politique et fiscale en province et, en tant qu’interlocuteurs privilégiés des secrétaireries des finances et de la guerre, la clé du contrôle de la dépense militaire sur les lieux de casernement. De ce fait, les intendants prennent le pas d’une part sur le conseil de Castille, en se voyant attribuer nombre de compétences relevant des corrégidors, et d’autre part sur les capitaines généraux de province, puisqu’ils réduisent considérablement leur marge de manœuvre en matière économique62. Cette coïncidence est donc significative du compromis forgé par les commandants de la garde royale : au moment où Alberoni impose la figure de l’intendant à tous les rouages de l’administration royale en province, les privilèges de la maison militaire sont renforcés. Il est en effet vraisemblable que les officiers des gardes espagnoles et wallonnes aient bénéficié de l’ascension des intendants, au moins indirectement, par l’abaissement des capitaines généraux et des commandants militaires de place. En tout cas, à partir de 1718, les conflits de juridictions entre la garde royale et les autorités militaires de Catalogne s’apaisent.

  • 63 Castro, 2004, p. 359.
  • 64 Parmi de nombreux travaux, voir : Escartín Sánchez, 1995 ; Gay Escoda, 1997 ; Giménez López, 1987.
  • 65 AGS, GM, 2234, conflit avec le commandant militaire de Tarragone (1721) ; AGS, GM, Supl., 145, con (...)

31La trêve est néanmoins de courte durée puisque la chute d’Alberoni à la fin de l’année 1719 remet en question le pouvoir des intendants. Le fragile équilibre des pouvoirs en Catalogne se lézarde à nouveau et les cartes sont rebattues entre les principaux acteurs institutionnels. Concernés au premier chef, le conseil de Castille et le capitaine général de Catalogne se retrouvent en position d’alliés objectifs pour demander la suppression des intendants63. C’est chose faite en partie, en mars 1721, lorsque les intendants de province sont supprimés. Il ne subsiste que les intendants d’armée avec des compétences toujours fortes en matière de contrôle de la dépense militaire, mais réduites sur les corregimientos militaires qui retrouvent ainsi toute leur autonomie64. Cette nouvelle répartition des pouvoirs renforce les compétences du capitaine général lequel, à travers le réseau des corrégidors militaires, entend exercer à nouveau un contrôle sur les troupes casernées dans sa circonscription. En Catalogne, le marquis de Castel-Rodrigo reprend l’offensive contre les officiers de la garde royale, en appuyant systématiquement les prérogatives des corrégidors militaires contre les privilèges de la maison du roi. Entre 1721 et 1723, les altercations sont nombreuses, surtout à Barcelone, relançant la rivalité entre les juridictions militaires ordinaire et corporative65.

  • 66 Giménez López, 2001, pp. 416-417.
  • 67 AGS, GM, 2226, Le marquis de Richebourg cumule les revenus de capitaine général de province (120 0 (...)
  • 68 Gay Escoda, 1997, p. 558.
  • 69 Ozanam, 2008a, p. 180.
  • 70 AGS, GM, 2226.
  • 71 AGS, DGT, inv. 2, leg. 24 [Fichoz].
  • 72 Abbad, Ozanam, 1992, p. 152.
  • 73 Fernández Vega, 1982, t. II, pp. 302 et 356-357 ; Andújar Castillo, 2004a, p. 303.

32Pour endiguer cette nouvelle menace, les officiers des corps privilégiés entreprennent une lente prise de contrôle des corregimientos militaires de Catalogne. En 1723, la mort du marquis de Castel-Rodrigo dans les grandes inondations de Madrid marque le début de cette conquête de l’administration militaire provinciale66. Le 28 août 1724, trois jours avant la mort de Louis Ier, alors que l’entourage de Philippe V se prépare à son retour, le marquis de Richebourg, colonel des gardes wallonnes, est nommé à la tête de la capitainerie générale de Catalogne67. Montemar, qui a occupé l’intérim du gouvernement pendant deux ans, reçoit en 1726 le commandement général intérimaire de la Navarre puis celui des côtes de Grenade, autant de promotions qui l’éloignent de la capitale catalane68. En 1727, le comte de Roydeville, un ancien capitaine des gardes wallonnes devenu gouverneur d’Alicante, le remplace à la tête du gouvernement politique et militaire et du corregimiento de Barcelone69. À un niveau inférieur, des officiers de la garde royale sont également placés à des postes clés : dès 1724, la lieutenance du roi de la place de Barcelone est donnée à François Varick, qui cumule ses fonctions avec celle de capitaine des gardes wallonnes70. En 1727, Francisco Carrillo Biedma, un ancien capitaine des gardes espagnoles, lui succède71. Cette prise de contrôle des institutions politiques et militaires de Barcelone a failli s’étendre à l’intendance. À deux reprises, en 1716-1717 et en 1720-1724, José Pedrajas a été intendant de Catalogne, un vétéran de l’armée de Flandre qui a participé à la formation des gardes wallonnes en qualité de commissaire particulier du régiment de 1703 à 171372. Cette politique de nomination systématique d’officiers de la maison militaire a des effets immédiats : les conflits de juridictions entre la garde royale et les gouvernements militaires cessent. Le cumul des emplois permet donc de préserver les prérogatives de la maison militaire tout en renforçant l’administration militaire en province. Car, une fois à la tête des gouvernements militaires, les officiers de la garde contribuent à renforcer ces instances notamment vis-à-vis de l’intendance. « Il faut pendre un intendant pour effrayer les autres », aurait dit Richebourg lorsqu’il était capitaine général de Galice et qu’il se heurtait à son intendant de province73. Cette maxime, il l’applique en Catalogne pour assurer la prépondérance d’une administration militaire aux mains des officiers des corps privilégiés. Ainsi, ceux-ci ont-ils pu apparaître en ces temps troublés comme un recours pour imposer et stabiliser les institutions militaires en Catalogne.

33Ce qui se passe en Catalogne au milieu des années 1720 n’est qu’une illustration locale d’un phénomène d’ampleur plus vaste, à savoir le recours aux élites militaires pour stabiliser les structures du gouvernement provincial, dont la mise en place depuis la fin de la guerre s’est révélée chaotique. Avec la montée en puissance de José Patiño à partir de 1726, lequel a pourtant été en son temps un farouche ennemi des privilèges de la maison militaire, les officiers de ces corps privilégiés vont établir un quasi-monopole sur l’administration politique et militaire de certaines provinces. La militarisation de la Catalogne n’était pas un processus prévisible en 1715, il a été le fruit du lobbying intense des grandes corporations militaires qui en ont fait leur bastion. Alors que l’édifice institutionnel qui a façonné l’élite militaire philippiste a failli être balayé en 1715, dix ans plus tard, il ressort plus stable et plus puissant, permettant aux vétérans de la guerre de Succession de contrôler l’accès au généralat.

La fabrique militaire des élites

34Les convulsions politiques des années 1715-1726 ont finalement renforcé le processus de politisation de l’armée entamé pendant le conflit successoral. Marquée à l’origine par le double impératif de domestiquer la haute noblesse espagnole et d’attirer des sujets fidèles dans la Péninsule, la maison militaire a rapidement dérivé vers un système censé garantir à un clan politique le contrôle des rouages politico-militaires de la monarchie. Cette nouvelle orientation s’est matérialisée par le lien organique établi entre la garde royale et les gouvernements provinciaux. Conçu en temps de guerre civile, ce système aurait dû être progressivement démantelé après la guerre. Néanmoins, la haute élite militaire a troqué son soutien au projet de reconquête italienne contre le maintien et le renforcement de cet édifice institutionnel qui acquiert sa forme définitive dans les années qui suivent la fin de la guerre de Succession.

35La colonne vertébrale du système repose sur les privilèges de la maison militaire qui permettent l’accélération des carrières. Cette institution s’impose comme une sorte d’école militaire qui garantit à ses membres des débouchés rapides et prestigieux. Le système de double graduation, importé de France, permet qu’à emploi égal un officier de la maison militaire jouisse d’un grade et d’un revenu supérieurs à un officier d’un régiment de ligne. Ainsi, un capitaine d’un régiment de la garde ou un exempt de la garde du corps bénéficient généralement du grade de colonel de l’armée de ligne. Cet avantage offre un avancement plus rapide dans l’échelle des grades et permet d’atteindre à un âge relativement précoce les grades convoités du généralat (brigadier, maréchal de camp, lieutenant-général et capitaine-général).

  • 74 Andújar Castillo, 1991, p. 248.
  • 75 Id., 1996c, pp. 86 et 91.

36Dans les régiments de la garde, la double graduation permet un accès lent mais sécurisé au généralat car les carrières sont soumises à la loi du rang, désigné aussi comme « l’ordre du tableau », c’est-à-dire l’avancement à l’ancienneté. Ce principe a été imposé et respecté par les colonels et leurs quarante-deux capitaines afin de limiter autant que possible un exercice intempestif de la grâce royale. La loi du rang est une contrainte car elle suppose des carrières monotones mais elle limite le risque de se faire devancer par des individus bien recommandés en Cour. Par conséquent, celui qui n’entre pas dès son plus jeune âge dans le régiment a très peu de chance d’y obtenir ensuite un emploi. Il en ressort des profils de carrière homogènes, caractérisés par leur longueur (vingt-deux ans en moyenne pour atteindre l’emploi de capitaine, contre dix-sept dans un régiment ordinaire)74. Au terme, il y a l’assurance d’atteindre le généralat, puisque 75 % à 80 % des capitaines des gardes espagnoles et wallonnes atteignent un grade d’officier général et jouissent ainsi en fin de carrière de revenus confortables75.

  • 76 Dedieu, 1998b ; Giménez López, 1991.

37Il en va tout autrement des carrières dans la garde du corps, où les dérogations à la loi du rang sont progressivement devenues la norme. Elles sont concédées le plus souvent lorsqu’il s’agit de pourvoir une charge d’exempt, qui est l’emploi situé à peu près au milieu du cursus honorum, au-dessus des officiers subalternes (sous-brigadiers et brigadiers) et au-dessous des officiers supérieurs (sous-lieutenants et lieutenants). La charge d’exempt est particulièrement convoitée car une de ses fonctions consiste à assurer la protection individuelle des infants et de la famille royale. Plus décisif encore, l’emploi est associé au grade de colonel de cavalerie et donne ainsi la possibilité de prétendre ensuite au commandement d’un régiment ou d’occuper un gouvernement modeste de province76. Les candidats sont généralement des jeunes cadets de la garde du corps ou de jeunes officiers d’autres régiments de l’armée qui cherchent à accélérer leur progression de carrière. L’enjeu consiste à obtenir à un âge précoce un bâton d’exempt qui permet ensuite, par l’ancienneté accumulée dans le grade de colonel, d’accéder rapidement au généralat.

  • 77 Ces calculs portent sur 325 nominations aux emplois d’exempts, dans les trois compagnies de la gar (...)

38Ce système de promotion, dit des « voies privilégiées », ne figure dans aucune ordonnance puisqu’il est basé sur le principe de la dispense, laquelle dépend exclusivement du bon vouloir du roi. Chaque vacance d’exempt est en effet l’occasion d’une vaste mobilisation des réseaux de pouvoir à la Cour afin de décrocher les recommandations indispensables pour infléchir la grâce royale. Ces luttes d’influence sont d’autant plus acharnées qu’il n’y a que 24 places d’exempts dans la garde du corps (8 par compagnie), et que le roi consent régulièrement à donner un bâton à l’ancienneté et non à la dispense. D’après nos calculs, environ 55 % des charges d’exempt ont été données par dispense au cours du xviiie siècle, ce qui en fait un bien d’autant plus recherché qu’il n’est pas systématique77. Chacune des trois compagnies de la garde du corps dispose donc de cette voie d’accès privilégiée aux portes du généralat. Les capitaines n’ont pas le contrôle de la dispense royale, mais ils exercent clairement un pouvoir d’influence sur le roi au moment de l’attribution des bâtons d’exempt puisqu’ils sont chargés de présenter la liste des candidats. Le roi est libre de suivre ou non la proposition du capitaine, mais l’avis de ce dernier est généralement pris en compte. Il s’agit là d’une ressource politique considérable de l’emploi de capitaine de la garde du corps, car il se trouve en position de favoriser nombre de ses protégés.

  • 78 AGS, Estado, lib. 483.

39Par ailleurs, l’arrivée répétée de candidats bien recommandés au milieu de la hiérarchie des officiers a eu pour effet de rompre tout cursus honorum linéaire au sein de la garde du corps. D’un côté, beaucoup de jeunes officiers passent seulement quelques années dans une compagnie le temps d’accumuler de l’ancienneté dans le grade de colonel et partent ensuite tenter leur chance sur le marché des grands emplois politiques et militaires. De l’autre, on trouve des sous-officiers plus âgés, moins bien recommandés, qui ont commencé leur carrière depuis le rang de simple cavalier de la garde et qui sont systématiquement bloqués dans leur progression lorsqu’il s’agit d’atteindre la charge d’exempt. Face à ce goulot d’étranglement, et afin de ne pas décourager les simples cavaliers et les sous-officiers de poursuivre le service, une voie privilégiée mineure existe à leur niveau. Depuis 1710, chaque capitaine de la garde du corps s’est vu attribuer un certain nombre d’emplois d’officiers dans les régiments de cavalerie ordinaire pour pouvoir y nommer ses hommes les plus méritants78. Ainsi se reproduit à une échelle inférieure le même dispositif, la « grande voie privilégiée » produit des colonels alors que la « petite voie privilégiée » produit des lieutenants ou des capitaines.

40Par conséquent, les avantages des carrières effectuées dans la maison militaire se déclinent différemment selon les unités. Alors que les officiers des régiments tablent sur le système de la double graduation pour se garantir un accès sûr au généralat au terme d’une longue carrière réglée à l’ancienneté, les officiers de la garde du corps comptent sur leurs réseaux à la Cour pour obtenir la dispense royale qui leur donnera accès à un véritable ascenseur professionnel. Les premiers sont enclins à rester dans la maison militaire jusqu’à la retraite ou bien à s’orienter en fin de carrière vers les gouvernements provinciaux. En revanche, les seconds, lorsqu’ils sont bien recommandés, ont très tôt des trajectoires mobiles et diversifiées vers les grands emplois de la monarchie. Dans les deux cas, même si les profils sont différents, la domination des officiers de la maison militaire sur l’institution militaire est incontestable puisqu’ils captent 30 à 50 % des promotions d’officiers généraux alors qu’ils ne représentent guère plus de 7 à 8 % des effectifs globaux en temps de paix. De plus, cette domination s’exerce clairement au détriment des officiers issus des régiments de ligne : ceux-ci se heurtent à un véritable plafond de verre puisque leurs chances d’ascension diminuent à mesure qu’ils progressent dans la hiérarchie militaire (Tableaux 2 et 3).

Tableau 2. — Origine et destination professionnelles des officiers de la maison militaire (1703-1808)

Arme Grade associé Âge moyena Emploi antérieur Emploi postérieur
Capitaines de la garde extérieure Infanterie Colonel 41 Garde extérieure (97 %) Garde extérieure (67 %)
Autre (3 %) Gouvernement province (27 %)
Armée (2 %)
Cour (1 %)
Autre (3 %)
Exempts de la garde du corps Cavalerie Colonel 31 Garde du corps (68 %) Garde du corps (44 %)
Armée (21 %) Armée (19 %)
Maison militaire (7 %) Gouvernement province (18 %)
Aucun service (4 %) Cour (13 %)
Autre (6 %)
a. Âge moyen au moment de la nomination.

Source : Fichoz. D’après un échantillon de 546 capitaines et 325 exempts nommés entre 1703 et 1808, dont les carrières sont connues.

Tableau 3. — Nombre d’officiers généraux issus de la maison militaire (1703-1808)

Nombre Garde du corps Garde extérieure Total (sans doublonsa)
Capitaine-général 71 24 (34 %) 17 (24 %) 35 (49 %)
Lieutenant-général 630 120 (19 %) 157 (25 %) 252 (40 %)
Maréchal de camp 1 152 196 (17 %) 265 (23 %) 426 (37 %)
Brigadier 2 205 287 (13 %) 463 (21 %) 727 (33 %)
Total 4 058 627 (15 %) 902 (22 %) 1 440 (35 %)
a. Le total des officiers de la maison militaire ne correspond pas à l’addition des deux colonnes précédentes car certains officiers sont passés par les régiments de la garde extérieure et par la garde du corps. Le total a été calculé sans doublons.

Source : Fichoz.

  • 79 Daniel, Histoire de la milice françoise, t. I, p. 176 ; Drévillon, 2005, pp. 68-71 ; Bodinier, 200 (...)
  • 80 Voir chap. v.

41Si le cadre institutionnel est similaire à celui de Louis XIV, Philippe V lui a donné une orientation bien différente. Aucun régiment en France n’a monopolisé le généralat à la manière des gardes espagnoles et wallonnes, et si la voie privilégiée existe dans la garde du corps française, elle n’a visiblement pas été utilisée de façon aussi régulière. De plus, la charge d’exempt en France a été associée au grade de capitaine et non de colonel comme en Espagne, ce qui n’a pas permis d’en faire un accélérateur aussi puissant. Au contraire, l’action de la monarchie française a tendu à limiter l’accès de jeunes officiers inexpérimentés aux premières fonctions de l’armée. Depuis 1727 et jusqu’à la Révolution, plusieurs règlements ont visé à renforcer le cursus honorum de la garde du corps. Des bâtons d’exempt ont certes été donnés par dispense en dehors des compagnies, mais par préférence à des officiers expérimentés issus de la cavalerie de ligne79. Alors que le favoritisme a tenté d’être enrayé en France dès le début du xviiie siècle, il n’a été contesté que très brièvement en Espagne, lors des réformes du marquis de la Ensenada80.

  • 81 AGS, GM, 2241, ordre royal, 4 novembre 1714 ; AGS, GM, 4560, lettre d’Eugène de Croix à Miguel Dur (...)

42Outre les privilèges de leurs corps, les officiers de la maison militaire ont également réussi à conserver en partie la mainmise qu’ils exerçaient sur les gouvernements provinciaux pendant la guerre. Durant le conflit, rappelons-le, il n’existait pas deux carrières séparées entre la maison militaire d’une part et les gouvernements provinciaux de l’autre. Lorsque les premiers gouverneurs militaires apparaissent à la faveur des reconquêtes militaires, ces fonctions sont attribuées en cumul aux principaux officiers de l’armée et de la maison du roi. Cette pratique a correspondu à la politique de fidélisation menée par l’entourage de Philippe V et de concentration des grands emplois sur un nombre réduit d’individus. Il faut attendre la fin de la guerre — et l’ordonnance du 4 novembre 1714 qui intimait aux officiers de la garde royale de choisir entre leur emploi dans la maison militaire et leur gouvernement provincial — pour que ce système de cumul se transforme en système de promotion81.

  • 82 Ozanam, 2008a, p. 27. Les auteurs divergent sur la question de savoir s’il existe ou non un cursus (...)

43Cependant, malgré ce découplage, les officiers de la maison militaire ont conservé un avantage décisif en raison de leurs accès privilégiés au généralat. En effet, si aucune ordonnance n’encadre précisément les nominations aux gouvernements de province, et que celles-ci relèvent en principe du bon vouloir du roi, il se trouve que le monarque choisit toujours ses gouverneurs parmi ses généraux. On constate en effet une progressive hiérarchisation des gouvernements provinciaux sur les grades de l’armée et sur l’ancienneté : plus le gouvernement est prestigieux et mieux rémunéré, plus son titulaire est un haut gradé avec beaucoup d’années de service. Cette règle répond certes à des impératifs institutionnels car le gouverneur militaire doit commander les troupes qui se trouvent dans sa juridiction, et il importe donc qu’il soit de grade et d’ancienneté supérieurs aux officiers de garnison. Selon ces critères, Didier Ozanam a montré que les capitaineries générales de Valence, de Catalogne, de Navarre et d’Aragon deviennent les plus prestigieuses et il se trouve que ce sont aussi celles qui ont le plus de troupes casernées sur leur territoire82. Ces régularités dans la nomination des capitaines généraux montrent donc que le libre choix du roi est régi selon des règles qui tendent à se stabiliser, selon un schéma classique de routinisation bureaucratique de la décision royale. Ce système ne fait donc que reproduire les inégalités de départ dans les carrières militaires entre les officiers de l’armée et de la maison militaire, ce qui assure à ces derniers un avantage compétitif dans la course aux emplois.

  • 83 D’autres études ont effectué les mêmes calculs avec des résultats différents selon les critères re (...)

44L’analyse prosopographique à l’échelle de la Péninsule confirme cette prépondérance, puisque 21 % des gouverneurs militaires et 32 % des capitaines généraux de provinces sont des officiers de la garde royale, alors qu’ils représentent moins de 8 % de l’ensemble des officiers de l’armée. Les concentrations régionales sont un autre élément important : l’ancienne couronne d’Aragon n’est pas seulement plus dense en circonscriptions militaires (voir Carte 3), elle comporte aussi une part plus importante d’officiers issus de la maison militaire puisque ceux-ci représentent 28 % des nominations à l’échelle provinciale et 34 % à l’échelle des capitaineries générales. Dans la couronne d’Aragon, la Catalogne est sans conteste le bastion des officiers de la maison militaire puisqu’ils représentent 41 % des gouverneurs provinciaux et que la capitainerie générale a été accordée dans 45 % des cas à l’un des leurs83.

Tableau 4. — Part des officiers issus de la maison militaire dans les emplois de gouvernement provincial au xviiie siècle

Circonscription militaire Péninsule (+ présides africains) Couronne d’Aragon Catalogne
Nombre d’officiers Garde royale Nombre d’officiers Garde royale Nombre d’officiers Garde royale
Capitainerie générale 308 109 (32 %) 128 43 (34 %) 31 14 (45 %)
Gouvernement militaire 1 031 218 (21 %) 447 125 (28 %) 154 63 (41 %)
Effectif total 1 339 227 (17 %) 575 168 (29 %) 185 77 (42 %)

Source : Fichoz.

45Le contrôle des corps privilégiés sur la Catalogne est le résultat du combat politique, mené entre 1715 et 1726, par les officiers de la maison militaire. Alors que les juridictions du conseil de Castille et du secrétaire des finances récupéraient du terrain partout sur le territoire péninsulaire, les officiers de la maison militaire sont parvenus à établir un quasi-monopole sur l’administration provinciale catalane. À ce titre, la Catalogne est le seul territoire où le système du cumul des emplois se maintient en dépit de l’interdiction prononcée en 1714. Entre 1715 et 1808, les officiers d’état-major des gardes espagnoles et wallonnes occupent pendant 54 années (dont 14 en intérim) la capitainerie générale de Catalogne tout en conservant leurs emplois militaires. En dehors de ce territoire, seule Cadix présente une situation équivalente, puisque le corregimiento et le gouvernement militaire ont été occupés de 1714 à 1736 par deux officiers de la compagnie espagnole de la garde du corps (annexe V). Ce phénomène est visiblement très courant sous le règne de Philippe V, puis tend à se raréfier dans la seconde moitié du xviiie siècle.

  • 84 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix à sa sœur, Madrid, 6 janvier 1749.

46Aucun texte n’encadre cette pratique qui tient visiblement à des habitudes qui se sont imprimées dans le fonctionnement politique et administratif. En 1749, lorsque Jean de Gages, lieutenant-colonel des gardes wallonnes, reçoit la vice-royauté de Navarre, on s’interroge dans son entourage si cette faveur suppose la rétention de son emploi dans la maison militaire car, écrit Charles de Croix, selon « différents exemples qu’il y a eu autrefois plusieurs officiers généraux de ces corps ont été employés aux Indes ou ailleurs et, malgré cela, n’ont pas laissé que de conserver les emplois qu’ils y avaient84 ». La survivance du cumul en Catalogne revêt vraisemblablement un caractère symbolique puisqu’il s’agit d’un vestige institutionnel du philippisme qui subsiste précisément là où la victoire de Philippe V s’est jouée et où le pouvoir des vétérans de la guerre de Succession est resté intact. En ce sens, au même titre que la voie privilégiée de la garde du corps, le cumul des emplois en Catalogne peut être considéré comme un autre de ces privilèges non écrits constitutifs de l’héritage philippiste.

47Les années 1715-1726 ont permis de consolider un système de promotion des élites militaires inventé pendant la guerre à un moment où une utopie régaliste avait imaginé un État royal militarisé confié aux plus fidèles partisans de la cause philippiste. Ce système se régit selon des principes couchés sur le papier des ordonnances, mais l’essentiel tient dans des pratiques non écrites. L’accès aux voies privilégiées de promotion, l’influence des corporatismes militaires, le cumul et le contrôle des gouvernements catalans sont les trois piliers communs à la haute élite militaire. Or, chacun d’entre eux a été érigé sur le principe d’équilibre des nations de manière à ménager des accès équivalents aux officiers flamands et dans une moindre mesure aux Italiens. À la différence de leurs homologues espagnols, la conservation des privilèges de la maison du roi après la guerre a été vitale pour les officiers flamands car ils conditionnaient leur maintien et leur statut en Espagne. L’acharnement des Flamands à défendre les droits de leur nation a joué un rôle déterminant dans la préservation de l’ensemble de la structure militaire héritée de la guerre.

II. — La politisation des droits de la nation

48À la sortie de la guerre, les grandes figures du bourbonisme flamand qui avaient été à l’origine de la création de la maison militaire ont été emportées. Le prince de T’Serclaes et le marquis de Bay sont morts en 1715, tandis que le duc d’Havré et son proche entourage ont été expulsés en 1716. Les corps flamands ont failli être anéantis par la réforme d’Alberoni : la compagnie de la garde du corps a été supprimée, privant ainsi les officiers flamands des emplois les plus prestigieux qui leur assuraient de rester au contact de la famille royale. Les régiments de ligne wallons, passés en 1710 de l’armée de Flandre à celle d’Espagne, étaient encore au nombre de 27 en 1714 ; ils ne sont plus que 8 en 1716. Les seuls à tirer leur épingle du jeu sont les officiers des gardes wallonnes : après avoir risqué une diminution de 75 % de leurs effectifs, ils parviennent au final à sauver l’essentiel de leurs emplois.

49Les unités balayées et le commandement décapité, des décombres de l’exil flamand émergent de nouveaux acteurs qui vont s’atteler à restaurer les droits de la nation. Cependant, en cette période de grande incertitude sur le cap politique de la monarchie hispanique en Europe, les officiers flamands se divisent sur la meilleure façon d’y parvenir. Sur quelles bases refonder les droits de la nation flamande alors que les Pays-Bas ont été démembrés de la monarchie hispanique ? Pour certains, puisque l’heure est à la contestation du traité d’Utrecht, la mémoire de l’ancienne monarchie et des liens de sujétion qui unissaient les Flamands à leur monarque peut encore légitimer des droits en Espagne. Pour d’autres, le bourbonisme fondateur, malgré le revers qu’il vient d’essuyer, doit rester au cœur de l’identité politique de l’exil flamand. Ici, c’est la mémoire des familles de la frontière franco-flamande qui prime et des services rendus au temps du régime anjouin. Pour d’autres encore, les droits de la nation n’ont pas à être justifiés par des mérites obtenus ailleurs qu’en Espagne : l’exil flamand a gagné sa légitimité à Almansa, à Saragosse et à Barcelone, c’est-à-dire dans les batailles de la guerre de Succession. En ces temps incertains, la mémoire commune du philippisme demeure le plus sûr capital politique des militaires flamands.

50La compétition pour le contrôle des régiments flamands s’accompagne donc de définitions concurrentes de la nation et des droits qui la fondent. En filigrane, derrière chaque option, il y a une représentation particulière de Philippe V : celle du roi d’Espagne, souverain légitime des Pays-Bas ; celle de Philippe de Bourbon, le petit-fils de Louis XIV, devenu le chef de la dynastie en Europe ; celle de Felipe el Animoso, le roi de guerre qui a reconquis son royaume grâce à ses militaires. Chacune de ces figures du monarque est associée à un projet politique, à une représentation de la monarchie, à un rapport particulier du roi aux élites. À cette époque, la versatilité de la politique étrangère du couple royal, qui joue lui aussi de ces références, ne va pas aider les exilés flamands à s’accorder sur la meilleure façon de refonder les droits de leur nation. La crise institutionnelle se double d’une crise interne qui met aux prises les maisons flamandes restées au service de l’Espagne. C’est donc dans le rapport de force pour le contrôle des emplois militaires que les familles de l’exil flamand tentent de reconstruire une identité politique propre qui puisse justifier durablement les privilèges acquis en Espagne.

Des « patrons » en compétition pour la représentation

51Depuis le départ de la princesse des Ursins et du duc d’Havré, l’influence politique des exilés flamands s’est effondrée. Dans ce champ de ruines émergent au premier plan de nouvelles figures, toutes issues des réseaux de clientèle de l’ancienne dame d’honneur, toutes liées aux réseaux bourboniens versaillais mais qui ont su négocier habilement la transition politique.

  • 85 Ozanam, 2008a, pp. 190-191.
  • 86 AMAE, CP, Espagne, 253, fos 279-284, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 22 décembre (...)

52Le premier d’entre eux, Guillaume de Melun, marquis de Richebourg, est le chef d’une branche cadette des princes d’Epinoy lesquels sont passés au service de la France dans la seconde moitié du xviie siècle. Comme les Croÿ Havré, son inscription dans les clientèles de la noblesse française n’est pas étrangère à son engagement précoce pour Philippe V : il a participé à la réforme de l’armée aux Pays-Bas, un de ses parents a pris de l’emploi dans les gardes wallonnes, lui-même est arrivé en Espagne en 1704 grâce à la protection de la princesse des Ursins et il a obtenu une sous-lieutenance lors de la formation de la compagnie flamande de la garde du corps. Pendant la guerre, il a cumulé son emploi avec la capitainerie générale de Galice (1706), il a commandé l’armée d’Estrémadure (1708) et il a fait partie de la première promotion d’officiers nommés au grade de capitaine général d’armée en 171085. Lors de la crise de 1715, il a judicieusement profité de la protection du confesseur Daubenton et de celle de sa tante, la duchesse de Montellano, pour se rapprocher d’Alberoni, ce qui lui a valu de remplacer le duc d’Havré à la tête des gardes wallonnes86.

  • 87 Castro, 2004, pp. 364-365.

53Le second, Jean-François de Bette, marquis de Lede, a également fait partie des premiers généraux flamands qui ont rejoint Philippe V dans la Péninsule dès 1703 après avoir activement participé à la réforme de l’armée de Flandre comme directeur général de l’infanterie. Il a brièvement commandé la compagnie de mousquetaires (1703) mais s’est surtout distingué à la fin de la guerre comme gouverneur de Tarragone (1713), de Barcelone (1715) et comme commandant général et président de l’audience de Majorque (1715). Proche lui aussi de la princesse des Ursins, il s’est très vite imposé dans l’entourage d’Isabelle Farnèse en prenant fait et cause pour la reconquête italienne. Il connaît une ascension fulgurante après sa nomination à la tête des corps expéditionnaires en Sardaigne (1717), en Sicile (1718) puis à Ceuta (1720). Il est promu à la direction générale de toute l’infanterie (1717) et voit ses services récompensés par la Grandesse d’Espagne (1720). Considéré à l’époque comme le général le plus influent, il n’a pas perdu ses soutiens à Versailles, puisque le rapprochement dynastique du début des années 1720 ne fait que renforcer sa position à la cour d’Espagne. Il fait d’ailleurs partie du cabinet du roi durant le bref règne de Louis Ier (1724), avant d’être écarté du pouvoir au retour de Philippe V et d’Isabelle Farnèse87.

  • 88 Saint-Simon, Mémoires, t. IV, p. 627.
  • 89 AMAE, CP, Espagne, 252, fos 291-298, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 14 octobre 1 (...)
  • 90 AHN, Consejos, leg. 8977 ; Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 82.

54Enfin, le troisième, Michel Joseph de Bournonville, baron de Capres, nous l’avons vu, a attendu l’évacuation de l’armée de Flandre en 1710 pour rejoindre Philippe V en Espagne. Étroitement lié à la noblesse française par sa famille — il est le cousin du duc de Noailles — il n’a guère éprouvé de difficulté à se placer sous la protection de la princesse des Ursins, ce qui lui a valu la promesse de Philippe V d’obtenir la survivance de la compagnie flamande de la garde du corps. Hormis le gouvernement militaire de Gérone (1712), il n’occupe pas de grands emplois pendant la guerre. En revanche, sa fidélité à la princesse des Ursins ne se dément pas puisqu’il est son envoyé personnel au congrès d’Utrecht pour négocier l’obtention d’un duché dans le Limbourg88. Son opportunisme lors de la transition politique de 1714-1716 a fait couler beaucoup d’encre dans les chancelleries : alors qu’on le soupçonne de défendre à Madrid les intérêts de la princesse des Ursins, il collabore sans retenue aux intrigues des princes italiens exilés à Madrid89. Cette attitude est payante puisqu’il obtient le titre de duc de Bournonville (titre de Castille) avec la Grandesse d’Espagne en 1717, et parvient à faire rétablir en sa faveur en 1720 la compagnie flamande de la garde du corps90. Comme le marquis de Lede, mais de façon beaucoup plus durable, il parvient à conserver les faveurs de l’entourage de la reine Isabelle tout en gardant de solides soutiens dans la haute noblesse française.

  • 91 Lettre de Giulio Alberoni au comte de Rocca, Madrid, 3 février 1715, dans Alberoni, Lettres intime (...)
  • 92 Saint-Simon, Mémoires, t. VIII, pp. 255-258.
  • 93 Voir ci-dessous.

55À l’heure où le traité d’Utrecht est remis en cause à Madrid, et que l’Espagne cherche à nouer des alliances pour entreprendre la reconquête de l’Italie, ces hommes essaient de jouer un rôle politique de premier plan en tentant d’organiser l’exil flamand en un « parti flamand » dont ils prendraient la direction. Plusieurs documents mentionnent à cette époque la constitution à la cour d’Espagne d’un groupe de Flamands sans que l’on sache vraiment de qui il est composé, ni quelles sont ses ambitions. Alberoni parle à cette époque des « cinq colonies » de la Cour, dont la flamande91, alors que Saint-Simon mentionne des factions « nationales », dont l’une aurait été dirigée par le marquis de Lede92. On sait aussi qu’en 1719, lorsqu’il demande le rétablissement de la compagnie flamande de la garde du corps, le duc de Bournonville justifie sa demande par la perspective pour Philippe V de récupérer un jour les Pays-Bas. Selon lui, la protection accordée aux exilés à Madrid est une façon pour le roi d’Espagne de continuer à revendiquer les territoires perdus et à réaffirmer son « droit aussi légitime à la souveraineté des Pays-Bas, étant descendant directe de la maison de Bourgogne93 ».

  • 94 Álvarez-Ossorio Alvariño, 2007a ; Sánchez Márquez, 2011.
  • 95 AMAE, CP, Pays-Bas, 70, fos 55-60, lettre du Chevalier Rossy à Chalon du Blé, Bruxelles, 18 octobr (...)
  • 96 Par conséquent, le court conflit franco-espagnol de 1719 a été vécu comme un moment très critique (...)

56Ce sont là les rares indices qui attestent des velléités de ces nouvelles figures de l’exil flamand de structurer un lobby politique à la Cour pour soutenir une reconquête espagnole des Pays-Bas. Cette situation contraste avec celle des seigneurs napolitains et siciliens exilés dans la Péninsule qui ont profité de la crise de 1715 pour gagner en influence. Ceux-ci ont abandonné leurs domaines pour préserver les sommes considérables qu’ils ont investies dans des prêts à la couronne espagnole (juros) et qui étaient directement menacés par la séparation des territoires. De plus, nombreux sont les membres de la noblesse espagnole qui possèdent des terres et des rentes dans les territoires italiens, à la différence des Pays-Bas, et sont donc prêts à soutenir le révisionnisme italien94. Les officiers flamands ne peuvent compter sur de tels soutiens, surtout depuis la crise de 1715, et même les plus fortunés d’entre eux ne possèdent pas autant de biens que leurs homologues italiens. Par ailleurs, aux Pays-Bas, l’éloignement de la France et de l’Espagne a conduit à l’effondrement des soutiens de Philippe V. Ceux qui n’ont pas pris le chemin de l’exil espagnol se sont repliés dans le nord de la France et regardent davantage vers Versailles que vers Madrid. En 1715, un agent du roi de France à Bruxelles explique que « [le parti] qui a subsisté pendant quelque temps en faveur du roi d’Espagne est entièrement tombé ». Les tensions restent pourtant fortes aux Pays-Bas mais elles opposent les partisans de la France, de l’Autriche et de la Bavière95. Par conséquent, les exilés flamands de Madrid sont isolés alors qu’eux-mêmes ne semblent pas convaincus de l’utilité d’inciter l’Espagne à faire cavalier seul dans les provinces flamandes. Il s’agit là d’une dernière raison de l’absence d’un révisionnisme flamand structuré à Madrid : les nouvelles figures de l’exil flamand restent fidèles au bourbonisme qui les a amenées à suivre Philippe V et elles œuvrent donc davantage pour un rapprochement avec la France que pour un retour de l’Espagne aux Pays-Bas96.

  • 97 Saint-Simon, Mémoires, t. VIII, pp. 103-104.
  • 98 Ibid., pp. 351-355.
  • 99 AGR, FP, Croix, 12, lettre d’Eugène François de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 25 novembre 17 (...)
  • 100 Mercure de France, avril 1722, pp. 160-162.

57Avec la signature de la paix franco-espagnole de 1720, le bourbonisme semble retrouver quelques couleurs pour la première fois depuis la fin de la guerre. Au lieu d’asseoir leur position à Madrid sur une improbable reconquête de la Flandre, les têtes de l’exil flamand préfèrent donc réactiver les réseaux bourboniens pour retrouver une place privilégiée dans les cercles franco-espagnols de pouvoir. Le cas du duc de Bournonville est sans conteste le plus emblématique : en 1721, alors que les mariages croisés du Dauphin et du prince des Asturies sont sur le point de sceller la réconciliation des deux couronnes, il obtient d’être nommé ambassadeur d’Espagne à Paris97. Or, cette candidature a été poussée par son cousin français, le duc de Noailles, lui-même vétéran de la guerre de Succession et proche de Philippe V, qui n’est plus guère en faveur à la cour du Régent. Car ce dernier continue d’entretenir une grande défiance à l’égard du roi d’Espagne et il voit dans l’arrivée de Bournonville le retour en grâce des anciens protégés de Mme des Ursins. Le Régent doit donc user de toute son influence pour convaincre Philippe V de lui retirer l’emploi, ce que ce dernier finit par accepter pour préserver la fragile alliance98. Malgré cet échec sur la scène internationale, Bournonville continue de donner à Madrid des démonstrations de francophilie. En décembre 1721, un détachement de sa compagnie de garde du corps, récemment rétablie, accompagne l’infante Maria Ana Victoria jusqu’à Irún. Il accueille en retour la nouvelle princesse des Asturies, Louise Élisabeth d’Orléans, et l’escorte jusqu’à Lerma où sont célébrées ses noces avec le prince Louis99. Quelques mois plus tard, lors de la remise du collier de la Toison d’Or à l’ambassadeur de France, le marquis de Maulevrier, il se distingue encore en parrainant le nouveau chevalier100.

  • 101 Castro, 2004, pp. 364-365.
  • 102 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. II, pp. 546-547.

58À l’image de Bournonville, il est probable que de nombreux exilés flamands aient continué de parier sur le retour prochain d’une alliance forte avec la France, notamment en raison de l’état de santé de Philippe V et d’une éventuelle montée sur le trône du jeune Louis. À juste titre, l’accession du fils de la défunte reine Marie-Louise pouvait laisser augurer la fin de la parenthèse italienne en Espagne, de même que la prochaine majorité de Louis XV en France permettait d’espérer un regain d’intérêt à Versailles pour l’union dynastique. La façon dont un philippiste flamand de la première heure tel que le marquis de Lede gravite autour de la chambre du prince des Asturies prouve que ces perspectives-là étaient prises au sérieux. D’ailleurs, suite à la proclamation de Louis Ier en 1724, Lede entre dans la junte de cabinet du roi, occupant ainsi un rang politique qu’aucun autre Flamand, ni avant lui ni après lui, n’a atteint101. Le timide rapprochement franco-espagnol de 1720-1724 est donc l’occasion pour Philippe V de donner à nouveau quelques marques de satisfaction à la nation flamande. En dehors des grâces personnelles, la plus emblématique a sans doute été la validation, le 16 mars 1721, des grades militaires attribués aux Pays-Bas à l’époque du régime anjouin. En ce contexte d’alliance dynastique, c’est une façon pour Philippe V d’honorer la mémoire du bourbonisme flamand, mais aussi d’asseoir la légitimité des vétérans de l’armée de Flandre dans l’armée espagnole en reconnaissant la continuité de leurs mérites en dépit du démembrement du territoire102.

  • 103 Saint-Simon, Mémoires, t. VIII, pp. 351-355 ; Noailles, Mémoires, t. III, pp. 188-191 ; Ozanam, 19 (...)

59Cependant, en 1724, la mort prématurée de Louis Ier, le retour de Philippe V sur le trône et la répudiation de l’infante Maria Ana Victoria ont une nouvelle fois douché les espoirs de ceux qui misaient sur un rapprochement franco-espagnol. Par déception ou par opportunisme, le duc de Bournonville accompagne alors le revirement de la politique étrangère espagnole. En 1726, quelques mois après la signature du traité de Vienne qui marque la réconciliation entre l’Espagne et l’Autriche, il est nommé ambassadeur extraordinaire auprès de l’empereur, et dans la foulée il est envoyé comme ministre plénipotentiaire au congrès de Soissons pour y défendre l’alliance autrichienne face aux ministres anglais103. En deux ans, la situation a donc basculé : alors que Bournonville espérait s’imposer comme le meilleur intermédiaire des relations hispano-françaises en capitalisant sur la mémoire du bourbonisme flamand, il se trouve renvoyé à sa condition d’ancien sujet du roi d’Espagne chargé d’œuvrer au rapprochement hispano-autrichien. L’intermédiation politique que rêve d’incarner Bournonville oscille donc toujours en fonction des aléas de la politique extérieure de l’Espagne, ce qui l’oblige à jongler avec des héritages politiques différents.

  • 104 La clef du cabinet des princes de l’Europe, janvier 1727, p. 41.
  • 105 Lettre de Melchor Macanaz, Bruxelles, 15 juin 1725, citée dans Precioso Izquierdo, inédite, p. 264 (...)
  • 106 Mercure de France, mars 1726, pp. 591-592.
  • 107 Liste des titres de noblesse, chevalerie et autres marques d’honneur (1738).

60Depuis cette position stratégique à Vienne, Bournonville a-t-il pu impulser une politique flamande pour l’Espagne, indépendante de l’union dynastique ? Sans doute la fonction qu’il occupe l’entrave plus qu’elle ne sert ses intérêts puisqu’il est chargé de faire la paix entre Madrid et Vienne et non de raviver les tensions entre les deux Cours sur le statut des Pays-Bas. Son ambassade a toutefois été l’occasion de donner quelques marques de l’intérêt de Philippe V pour ses anciens territoires du nord de l’Europe. On sait ainsi qu’en allant prendre ses fonctions à Vienne, Bournonville est passé par Paris, où il s’est arrêté à Vincennes pour faire sa cour à la veuve de Louis Ier. Il s’est ensuite rendu à Bruxelles où, selon un journal du temps, il « n’a exécuté aucune commission104 ». Néanmoins, ce détour bruxellois de l’ambassadeur espagnol en partance pour Vienne est loin d’être anodin. L’année précédente, le plénipotentiaire espagnol au congrès de Cambrai, le marquis de Beretti Landi, s’était retiré à Bruxelles où il a tenu le rôle, sans titre officiel, de représentant permanent de l’Espagne aux Pays-Bas. Selon les termes de Macanaz qui l’accompagnait, l’accueil des « bons Flamands » avait été très positif, certains d’entre eux ayant « commencé à sécher leurs larmes par le réconfort de voir un jour leurs anciens rois et de traiter à nouveau avec leurs Espagnols tant aimés »105. Le passage de Bournonville à Bruxelles s’inscrit donc dans le prolongement de cette politique discrète de l’Espagne aux Pays-Bas qui se mène sans grande ostentation pour ne pas froisser l’empereur. Évaluer la solidité et l’influence des derniers soutiens de Philippe V, sans doute est-ce ainsi qu’il faut interpréter le passage de ces deux ambassadeurs à Bruxelles. En tout cas, Bournonville a pu rassurer les familles investies dans le service d’Espagne en démentant les rumeurs qui couraient à l’époque sur une possible suppression des compagnies flamandes et italiennes de la garde du corps en gage de paix vis-à-vis de l’empereur106. De plus, durant son ambassade, le sort des exilés s’améliore puisque l’empereur publie le placard qui reconnaît les titres accordés pendant le règne de Philippe V aux Pays-Bas107. La carrière diplomatique du duc de Bournonville s’arrête en 1728, lorsqu’il revient à Madrid sans avoir réussi à imposer les ambitions espagnoles en Italie au congrès de Soissons. Sa trajectoire illustre les hésitations des grandes figures de l’exil flamand, qui s’adaptent à la politique étrangère erratique de l’Espagne, à défaut de pouvoir l’orienter, à cause de leur incapacité à former un lobby à la cour d’Espagne ni à structurer des relais dans les cours étrangères.

61Leur faiblesse sur la scène internationale n’a pas empêché ces patrons flamands de consolider leur position en Espagne. Pour cela, la prise en main des corps militaires a été indispensable afin de disposer des accès à la Cour et de contrôler les emplois, deux ressources nécessaires pour structurer des clientèles parmi les familles de l’exil flamand. Cette compétition oppose les deux hommes forts du moment, le duc de Bournonville et le marquis de Richebourg, qui se partagent les charges les plus prestigieuses de la maison militaire et s’y imposent avec plus ou moins de succès.

La corporation des Wallons

62Parmi les unités flamandes en Espagne, le commandement du régiment des gardes wallonnes est l’enjeu de toutes les convoitises. Vacant depuis l’expulsion du duc d’Havré, il permet de contrôler un grand nombre d’emplois, les plus rémunérateurs et les plus recherchés. En 1716, la nomination du marquis de Richebourg à la tête du régiment lui donne les moyens de s’imposer comme le nouveau patron de l’exil flamand. Cependant, il se heurte à une fronde d’officiers qui n’a pas été étrangère à la destitution du duc d’Havré et qui n’entend pas se laisser soumettre par un colonel tout-puissant, notamment en matière économique.

  • 108 Voir chap. ii.
  • 109 AGS, GM, 2243, lettre du duc d’Havré à Miguel Durán, Madrid, 30 décembre 1715.

63L’enjeu du contrôle de l’argent dans les gardes wallonnes n’est pas une mince affaire puisqu’il faut se rappeler que les officiers ont accumulé des dettes importantes pendant la guerre pour se maintenir au service de l’Espagne. Or, depuis 1712, le colonel a obtenu le contrôle absolu des comptes du régiment, notamment pour pouvoir gérer à sa guise le passif accumulé vis-à-vis des marchands parisiens qui ont fourni directement le régiment pendant la crise économique de 1709108. À la fin de la guerre, ce pouvoir exorbitant du colonel est remis en question par les capitaines qui demandent un droit de regard sur la gestion des comptes. En 1715, quelques mois avant sa disgrâce, le duc d’Havré a dû affronter une fronde des officiers contre sa gestion opaque des comptes, ce qui l’a amené à dénoncer les manœuvres du gremio (corporation) des capitaines qui tentait, selon lui, de former « une république dans laquelle, par la pluralité des voix, ils seraient despotiques, et le colonel [serait] l’exécuteur de leurs volontés109 ».

  • 110 Van Gelder, 2011.
  • 111 AGS, Estado, 7479, lettre d’Antonio de Castro à José Grimaldo, Namur, 26 juin 1716 et Namur, 10 oc (...)
  • 112 AGS, Estado, 7479, lettre d’Antonio de Castro à José Grimaldo, Namur, 23 octobre 1716 ; AMAE, CP, (...)
  • 113 Archivo General de Navarra (AGN), Tribunales reales, Archivo secreto del Consejo Real, Titulo 4, F (...)
  • 114 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 77-82, lettre du Régent au duc de Saint-Aignan, Paris, 13 février 1716

64Le protagonisme croissant des capitaines en matière économique s’explique aussi par la pression qui s’exerce sur leurs biens alors que, par le traité de la Barrière (15 novembre 1715), le transfert de souveraineté des Pays-Bas des Anglo-hollandais vers l’empereur a commencé. Cette prise de possession du gouvernement de Bruxelles par les Autrichiens s’accompagne des premières mesures répressives à l’encontre des exilés philippistes. Le 16 mai 1716, Charles VI publie un placard confisquant tous les biens des Flamands restés au service de Philippe V et annulant tous les « emplois, grâces, honneurs et pensions » accordés durant le régime anjouin110. Après avoir renouvelé le décret à trois reprises, la résistance des villes flamandes qui plaident pour le maintien du commerce avec l’Espagne a obligé l’empereur à en atténuer la teneur, et finalement à en suspendre l’exécution111. Néanmoins, les agents impériaux s’occupent de recenser les biens des exilés et menacent à tout moment d’appliquer le décret dans toute sa rigueur112. La pression augmente d’un cran lorsque, le 14 septembre 1716, soit deux jours après l’application de la réforme des gardes wallonnes, Philippe V publie à son tour un décret de confiscation des biens sis en Espagne de tous les Flamands passés au service de l’empereur. Riposte tardive aux décrets de l’empereur, son application est suspendue dès le 18 novembre, mais elle agit comme un puissant instrument de dissuasion envers les officiers tentés d’abandonner le service d’Espagne113. Enfin, la dégradation des relations entre la France et l’Espagne accule encore davantage les officiers originaires de la Flandre française. Car, bien qu’il n’y ait pas eu de décret de confiscation, le Régent est occupé à réduire les effectifs de l’armée française et il fait savoir aux officiers des gardes wallonnes à Madrid qu’aucun d’entre eux ne pourra reprendre du service en France114.

  • 115 AGS, GM, 4560, lettre du comte de Glimes à Miguel Durán, Paris, 8 juillet, 1715 ; AGS, GM, 4562, l (...)
  • 116 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 346. Le 1er novembre 1716, les (...)

65Rejetés par la France, menacés par l’Autriche s’ils restent en Espagne, menacés par l’Espagne s’ils repartent aux Pays-Bas, les officiers des gardes wallonnes mènent une négociation difficile au cours des années 1716 et 1717 sur les conditions de leur maintien au service de Philippe V. Durant toute l’année 1716, de nombreux documents attestent d’une intense activité parmi eux pour mettre leur patrimoine à l’abri d’éventuelles confiscations115. Par ailleurs, ils assouplissent leur position vis-à-vis des réformes militaires d’Alberoni pour autant qu’ils aient la garantie que leurs emplois soient conservés. Cela explique le changement d’attitude des officiers entre la première et la seconde réforme de leur régiment au cours de l’année 1716. En janvier, ils ont fait corps derrière leur colonel dans une opposition farouche à la réforme, alors qu’en septembre, une fois les emplois garantis par le secrétaire de la guerre, ils se sont désolidarisés de lui. En contrepartie, le corps des officiers obtient du ministre des avantages dans la gestion économique du régiment qui contrebalancent le pouvoir du colonel116.

  • 117 Cette affaire est analysée au chap. vi.
  • 118 Glesener, 2012, pp. 247-249.

66Un autre volet des tractations se déroule directement entre le colonel et les officiers, à l’insu de la secrétairerie, donnant naissance à une forme de cogestion des comptes. C’est du moins ce que l’on sait à partir des sources laissées par un scandale financier qui secoue le régiment en 1777, et qui pousse son colonel à la démission117. Ce scandale met à jour un système interne de contrôle des comptes mis en place en 1716 pour limiter le pouvoir du colonel et qui perdure jusqu’au règne de Charles III. Chaque année, deux « habilités » du régiment choisis parmi les officiers, l’un à Madrid et l’autre à Barcelone, sont chargés d’assurer la gestion quotidienne des fonds. En fin d’année, ils remettent leurs comptes au colonel, lequel désigne parmi les officiers deux capitaines-commissaires pour les vérifier. Une fois les comptes validés, le colonel les transmet à la trésorerie générale. Ce mode de fonctionnement n’est pas prévu par les ordonnances, qui ne détaillent d’ailleurs pas la manière dont la gestion interne de l’argent doit être menée. Ce procédé a permis d’entretenir des caisses noires constituées des reliquats de l’argent versé par la trésorerie au régiment, ainsi que des sommes payées par les capitaines à leur prise de fonction, l’ensemble s’élevant en certaines occasions jusqu’à 3 000 000 de réaux118. Ce mécanisme occulte de contrôle et de redistribution des fonds a permis de rééquilibrer le pouvoir du colonel et de donner aux officiers une plus grande sécurité économique.

  • 119 AGS, GM, 2138 et 2243. Sous les ducs d’Havré, l’emploi de sergent-major a été occupé par des proch (...)
  • 120 Ozanam, 2008a, pp. 148-149.
  • 121 AGS, GM, 2237, lettre du comte de Zweveghem au marquis de Castelar, camp de Gibraltar, 13 juin 172 (...)
  • 122 AGS, GM, 2240. En 1733, quelques mois avant la mort de Richebourg, le comte de Becelaer démissionn (...)
  • 123 AGS, GM, 2290.

67Ces importantes concessions aux capitaines ont également eu des répercussions dans la répartition des grands emplois du régiment. À la différence des ducs d’Havré, Richebourg n’a pas pu avoir le contrôle exclusif de l’état-major : en 1717, s’il obtient la nomination d’un de ses proches, le comte de Lannoy, au poste de sergent-major, il doit composer avec le comte de Glimes, l’un des capitaines frondeurs, qui a été nommé à la lieutenance-colonelle119. Ce système de cogestion nourrit de fortes rivalités entre le colonel et son second. En 1724, lorsque Richebourg est nommé à la capitainerie générale de Catalogne, Glimes est éloigné à Zamora comme capitaine général des Frontières-de-Castille120. Cela n’empêche pas les capitaines de mener un coup de force pour prendre le contrôle de l’état-major : en 1727, le comte de Lannoy libérant son emploi de sergent-major, Richebourg propose son neveu, le comte de Becelaer, pour le remplacer. Mais cette initiative se heurte à l’opposition farouche des capitaines qui parviennent à obtenir la nomination de l’un d’entre eux en vertu du principe de l’ancienneté121. La défaite est cinglante pour Richebourg qui voit désormais son état-major aux mains d’officiers issus du rang, ce qui hypothèque sérieusement la possibilité d’une transmission de son emploi dans sa famille122. Il s’agit non seulement de l’échec d’une direction aristocratique du régiment, mais aussi du système de gestion partagée entre le colonel et les capitaines. En effet, le succès de ces derniers est complet lorsqu’en 1734, à la mort de Richebourg, la charge de colonel n’est pas pourvue et reste vacante pendant douze ans. Revenu à Barcelone après dix ans passés à la frontière portugaise, le comte de Glimes, le lieutenant-colonel, prend la direction du régiment pour vingt ans123. Il est le seul cas au xviiie siècle d’un officier issu du rang qui a atteint le commandement d’un corps de la maison militaire.

  • 124 AGS, GM, 2218-2220, 2222, 2224-2226, 2232-2240, 2289-2302.

68Cet épisode sanctionne l’échec de la haute noblesse hennuyère, Croÿ-Havré et Melun-Richebourg, francophile et bourbonienne, à s’imposer durablement à la tête des gardes wallonnes face au corps des capitaines qui détient l’essentiel du pouvoir jusqu’au milieu du xviiie siècle. Par cette victoire, les capitaines obtiennent le contrôle total sur le recrutement des jeunes officiers. L’endogamie professionnelle devient alors la règle, ce qui permet la constitution d’authentiques dynasties d’officiers : un examen exhaustif des propositions aux charges de cadets et d’enseignes révèle qu’entre 1716 et 1754 les parents d’officiers ont été systématiquement prioritaires dans l’attribution des emplois124. Par conséquent, si le contrôle familial du régiment par la haute noblesse a échoué, il est substitué par une forme collégiale de patrimonialisation des emplois.

  • 125 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 228. En 1704, la première ordon (...)
  • 126 AGS, GM, 2292, lettre du comte de Glimes à Casimiro Uztariz, Barcelone, 17 août 1737.
  • 127 Glesener, 2011b.

69Notons au passage que cette pratique de l’entre-soi ne se soucie guère de l’origine géographique des nouvelles recrues. Les ordonnances édictent des clauses de nationalité très vagues qui n’ont pas vocation à être contraignantes125. Jusqu’au milieu du xviiie siècle, ces clauses ne sont ni précisées ni modifiées, et aucun dispositif administratif n’a été mis en place pour vérifier l’origine géographique des postulants. Les officiers ont donc toute liberté pour décider de qui est « Flamand », et est considérée comme tel toute personne qui participe aux réseaux de sociabilités du corps. D’ailleurs, lorsque des conflits surviennent sur la nomination d’un candidat extérieur, il n’est jamais fait mention des clauses de « nation » stipulées dans les ordonnances mais de l’absence de liens avec les officiers. En 1737, Juan de Dios Machin de Zudañes, cadet de gardes wallonnes, se plaint au secrétaire de n’avoir jamais été proposé à une charge d’enseigne par le colonel « au motif que je suis Espagnol, et pour aucune autre raison ». Sommé de s’expliquer, le comte de Glimes déclare que « ne le connaissant pas, et ne connaissant pas davantage ses oncles, je n’ai pas pu présenter au roi un officier dont je n’avais pas toutes les assurances de ses mérites et de ceux de son lignage126 ». L’identité corporative des gardes wallonnes telle qu’elle est élaborée par les familles d’officiers n’oppose donc pas « Flamands » et « Espagnols », mais se construit selon une distinction entre membres et non-membres d’un microcosme socioprofessionnel127.

  • 128 Guerrero Elecalde, 2012, pp. 350-366.

70Cette solidarité corporative n’empêche pas toutes les nominations en provenance de la secrétairerie, mais elle parvient à les réduire considérablement et donc à protéger les emplois d’une concurrence trop rude. Cette situation est très différente du régiment des gardes espagnoles, où les demandes d’emplois sont nombreuses et où le ministre a pris l’habitude d’intervenir dans les nominations. En 1720, Pedro Bernardo Villareal de Béarriz, un philippiste navarrais influent, a dû se démener pour faire entrer un de ses fils comme cadet dans les gardes espagnoles. Il vit d’ailleurs comme « un petit triomphe » d’obtenir pour lui une enseigne à peine quatre ans plus tard puisqu’il y avait « deux cent quatre-vingts cadets et pas plus de dix enseignes128 ». En 1731, face à un tel afflux, le duc d’Osuna doit demander au secrétaire que l’on attribue des lieutenances dans l’armée à son régiment pour permettre à 57 cadets de poursuivre leur carrière. Selon le sergent-major des gardes espagnoles, il est indispensable d’offrir d’autres débouchés aux cadets, sinon

  • 129 AGS, GM, Supl., 239, lettre du marquis de Graciareal à José Patiño, 1731.

on porte préjudice au désir de la jeunesse de tout le corps de la noblesse d’Espagne qui s’intéresse au service royal, et qui depuis quelques années afflue au régiment des gardes espagnoles, en raison du grand nombre qui y entre chaque jour, et de la longue attente [pour une enseigne]129.

71À la lumière de ce témoignage, on apprécie le grand privilège qu’ont obtenu les officiers des gardes wallonnes de pouvoir contrôler l’accès aux emplois, alors que les candidats se pressent aux portes des gardes espagnoles. Au sein de la maison militaire, les officiers des gardes wallonnes ont pu se constituer en une puissante corporation jouissant d’une situation privilégiée, au détriment de la haute noblesse flamande qui a échoué à contrôler ce régiment. Lorsque ce microcosme professionnel commencera à se déliter, les officiers wallons évoqueront souvent avec nostalgie cette époque comme celle où régnaient « l’harmonie » et la « concorde » au sein du corps. Ces mots désignent en fait l’espace d’autonomie concédé par la couronne aux officiers après la crise de 1715 pour s’assurer de leur maintien au service de l’Espagne.

L’équilibre discret des nations

  • 130 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. II, pp. 202-203.
  • 131 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, p. 278.
  • 132 Voir chap. ii.

72Le pouvoir des officiers des gardes wallonnes ne se mesure pas seulement dans les équilibres internes du régiment, il s’exerce également vis-à-vis du secrétaire de la guerre pour préserver les intérêts du corps. En effet, à la différence des officiers irlandais qui jouissent explicitement d’un privilège qui stipule qu’ils « doivent être réputés natifs espagnols et leurs régiments doivent alterner avec ceux de la nation espagnole130 », les Flamands n’ont jamais bénéficié d’une garantie aussi explicite d’égalité de traitement. Sur ce point, la tradition héritée des Habsbourg ne leur est pas favorable puisque dans l’armée de Flandre les tercios espagnols ont toujours eu la préséance sur les troupes wallonnes. La première grande ordonnance militaire de Philippe V, promulguée en Flandre en 1702, a renouvelé cette tradition en établissant une hiérarchie protocolaire donnant l’avantage aux régiments espagnols sur les italiens et les wallons131. En 1707, ce même ordre de préséance a été introduit dans la maison militaire, mais uniquement pour le service de la garde du corps, la compagnie flamande se trouvant ainsi reléguée en troisième position132. Même si elle revêt un caractère technique destiné à organiser le service, cette hiérarchie protocolaire présente le risque de se transformer en hiérarchie politique. Après le démembrement impérial et la crise de 1715, les officiers des gardes wallonnes veillent donc scrupuleusement à ce que l’égalité de traitement avec leurs homologues des gardes espagnoles soit scrupuleusement respectée afin d’éviter la relégation dans l’accès aux privilèges de la haute élite militaire.

73Les tensions entre les deux régiments surgissent dès 1714, lorsque leurs officiers respectifs doivent organiser le service dans la garnison de Barcelone. Les officiers des gardes wallonnes ont lancé les premiers l’offensive : estimant que les deux régiments sont jumeaux, ils exigent d’alterner dans les fonctions avec les officiers espagnols, non seulement selon leur grade mais aussi selon leur ancienneté. Cette défense de l’alternance selon l’ancienneté n’est pas neutre puisque les gardes wallonnes ont été créées en 1703 et les espagnoles en 1704, ce qui donne de fait l’avantage aux officiers wallons sur les espagnols. Ce principe est donc logiquement contesté par les officiers des gardes espagnoles qui estiment que leur corps doit toujours avoir la préséance sur celui des gardes wallonnes, en vertu du principe édicté par les ordonnances de l’armée de 1702 et celles de la garde du corps de 1707. De part et d’autre, on s’appuie sur des précédents datant de la guerre de Succession ainsi que sur une exégèse savante des ordonnances pour faire valoir son bon droit. Exacerbée par la cohabitation des régiments dans les garnisons de Catalogne, cette rivalité contraint la secrétairerie à se saisir de l’affaire au cours de l’année 1718 et à consulter les principaux protagonistes pour trancher le problème.

74L’un d’eux, le comte de Lannoy, sergent-major des gardes wallonnes, soutient résolument l’alternance. Il réfute la validité des autres ordonnances pour régler les rapports entre les deux régiments, évoque l’égalité de principe qui a animé l’organisation du service depuis la création des corps et rappelle les exemples qui se sont produits pendant la guerre. Le comte de Lannoy insiste donc sur les enjeux de l’égalité de traitement : si les régiments de la garde ont été créés sur le modèle français, il est inconcevable que les gardes wallonnes servent en Espagne à la manière des Suisses en France :

  • 133 AGS, GM, Supl., 239, lettre du comte de Lannoy à Miguel Durán, Madrid, 1er janvier 1720.

J’espère que Sa Majesté daignera considérer que les Wallons sont ses vassaux, comme les Espagnols, et non des troupes étrangères ni auxiliaires, raison pour laquelle ils ont laissé leurs parents et leurs biens pour poursuivre le service dans ses armées royales sans jamais avoir connu d’autre souverain133.

  • 134 AGS, GM, Supl., 239, lettre du duc d’Aytona à Miguel Durán, Madrid, 3 janvier 1720.

75En face, le duc d’Aytona, le colonel des gardes espagnoles, entend trancher l’indétermination dans laquelle se trouvent les gardes wallonnes. « Que ces messieurs déclarent s’ils veulent être réglés comme les Suisses en France ou comme les Wallons en Espagne134 ». Dans les deux cas, selon lui, les Wallons doivent être soumis aux Espagnols : si on s’en tient à la législation espagnole, les ordonnances de l’armée et de la garde du corps donnent l’avantage aux Espagnols ; et si la règle française est appliquée, la nation espagnole doit aussi avoir la préférence « comme cela s’observe en France, entre la nation française et la suisse ». En s’appuyant sur le code militaire de Louis XIV établi par le chevalier de Sparre, Aytona considère que les gardes wallonnes, à l’image des gardes suisses, doivent céder en toutes circonstances la préséance aux troupes espagnoles, même s’il s’agit d’une simple compagnie de l’armée, ce qui revient dans les faits à faire de ce régiment le premier des troupes étrangères mais le dernier après toutes les troupes espagnoles :

  • 135 AGS, GM, Supl., 239, lettre du duc d’Aytona à Miguel Durán, Madrid, 3 janvier 1720.

Si le règlement de France est celui qui a réglé le nôtre, pourquoi doit-on permettre aux Wallons de prétendre et de disputer des privilèges aussi universellement établis, aussi explicitement mentionnés dans les ordonnances […] et qui ont été conservés aussi indéfectiblement135 ?

  • 136 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 352.
  • 137 AGS, GM, Supl., 239, lettre du marquis de Lede au marquis de Castelar, Madrid, 24 avril 1721.
  • 138 AGS, GM, Supl., 239, lettre du duc de Popoli à Miguel Durán, Madrid, 31 janvier 1720.
  • 139 AGS, GM, Supl., 239, lettre du marquis de Castelar à Philippe V [1721]. Nous soulignons.
  • 140 La préséance entre les régiments de l’armée est rappelée par l’ordonnance du 12 juillet 1728 (lib. (...)

76Le trait le plus significatif de cette affaire est le refus des ministres du roi, et du roi lui-même, de trancher la question. En 1718, un premier règlement affirme que le service entre les officiers des deux corps doit se régler selon les ordonnances, en attendant une autre résolution du roi136. Consultés par le secrétaire de la guerre, le duc de Popoli, capitaine de la garde du corps, et le marquis de Lede, directeur général de l’infanterie, reconnaissent tous deux la gravité du problème et la nécessité impérieuse d’un arbitrage. Cependant, l’un et l’autre se déclarent incompétents pour rendre un avis et appellent à la formation d’une junte, le marquis de Lede demandant à être dispensé d’y participer « pour qu’on ne puisse croire qu’étant Flamand je puisse être partial137 ». Le duc de Popoli se contente alors de recommander que ces deux régiments servent « comme des frères […] l’espagnol comme frère aîné et le wallon comme cadet138 ». En 1721, une junte est réunie dans la maison du marquis de Bedmar à Madrid, en présence du duc de Popoli, du marquis de Lede et des deux lieutenants-colonels des régiments concernés, José Armendariz et le comte de Glimes. Cette junte ne parvient pas davantage à trancher le différend : le marquis de Castelar, récemment nommé à la secrétairerie de la guerre, conseille d’ailleurs au roi de ne pas trancher « tant la question est ardue ». Selon lui, les ordonnances sont favorables aux Espagnols car elles ont été fondées sur ce qui se pratique en France, cependant, il estime que les Wallons ne peuvent être considérés comme les Suisses, parce que « les Suisses ne sont pas vassaux de France, et les Wallons le sont de Votre Majesté139 ». Dix ans plus tard, alors que les ordonnances générales de l’armée de 1728 viennent de réaffirmer la hiérarchie des nations, le conflit de préséance ressurgit dans les mêmes termes140. Une fois encore, tandis que le secrétaire de la guerre est appelé à arbitrer le conflit, son malaise est flagrant. Dans une note adressée à José Patiño, le marquis de Castelar développe son opinion sur le sujet :

  • 141 AGS, GM, Supl., 239, lettre du marquis de Castelar à José Patiño, [1729].

En d’autres occasions, il a été tenté de régler le service [entre les deux régiments] mais, face aux difficultés, le silence a été imposé, parce que la moindre diminution de l’autorité des Espagnols excite la nation, et la moindre modération imposée aux Flamands revient à désavouer une nation et un corps qui ont servi avec beaucoup de distinction […] Il y a une grande différence entre les régiments de la garde du roi et ceux de France parce qu’en France, l’un est français, nation dominante, et l’autre suisse, nation de capitulation, mais en Espagne, tous deux sont de nations qui sont, ont été, et sont considérées vassales du roi, et ainsi je crois les maximes du duc d’Osuna […] mal fondées141.

77La question n’est donc pas tranchée et le ministre se contente d’ordonner aux officiers de respecter les ordonnances existantes. Le refus des ministres du roi d’établir une hiérarchie entre les deux régiments montre à quel point la mobilisation des droits de la nation par les officiers des gardes wallonnes exerce une réelle influence sur les décisions.

78Ce lobbying en faveur d’un équilibre s’observe aussi dans la nomination des officiers généraux. Un document rare, datant de 1747, montre la pression à laquelle sont soumis les proches du secrétaire de la guerre lors de la préparation des promotions d’officiers généraux, car le colonel des gardes wallonnes joue de son influence pour obtenir des promotions dans son régiment. Dans une lettre privée, le marquis de la Mina, commandant général de l’armée d’Italie, explique les difficultés et les scrupules qu’il affronte dans sa tâche :

  • 142 AGS, GM, Supl., 603, fo 61, lettre du marquis de la Mina à Agustín de Ordeñada, Aix-en-Provence, 1 (...)

J’enverrai la consulte qu’on me demande sur la promotion, mais elle me fait passer de mauvais moments, parce qu’elle va m’engranger une quantité infinie d’ennemis et bien peu de reconnaissance […]. Il y a des gens de distinction qui, même si je les oublie, ont du soutien, et d’autres qui n’ont que leurs mérites parce qu’ils sont plus jeunes et qu’ils ne sont pas recommandés, mais à mon avis ils sont ceux qui conviennent le mieux […]. Dans cette promotion, les Wallons crieront pour leur comte de Grosberg, maréchal de camp plus ancien que les autres, mais un fou déclaré, sans exagérer, au point de devoir l’attacher142.

  • 143 AGS, GM, 2295, lettre du comte de Glimes au marquis de la Ensenada, Madrid, 5 août 1744.

79La correspondance administrative ne permet pas habituellement ce genre de confession. Tout au plus conserve-t-elle les plaintes fermes et policées des commandants des gardes wallonnes lorsqu’ils estiment que leurs officiers ont été lésés en comparaison de leurs homologues des gardes espagnoles. En 1744, le comte de Glimes se plaignait que l’on ne respectait pas le principe d’égalité entre les deux régiments « formés sur un même pied, avec les mêmes honneurs et prérogatives, [qui ont] toujours été égaux dans les grades et les grâces que le roi leur a décernés ». Il accompagnait sa plainte de la liste des officiers promus dans les gardes espagnoles et des demandes équivalentes pour les officiers wallons143. À la lumière de ces traces fragmentaires, l’analyse des promotions tend à confirmer la capacité des chefs de corps, et en particulier les Wallons, à faire respecter une égalité de principe entre les deux grands régiments de la maison militaire. À partir du premier tiers du xviiie siècle, lorsque les avancements collectifs se généralisent, on constate que les promotions ne sont pas exactement identiques dans les deux régiments mais que l’équilibre a été globalement respecté (Tableau 5).

Tableau 5. — Nominations au grade de brigadier dans les gardes espagnoles et wallonnes lors des avancements collectifs (1707-1795)

Nombre de promus Gardes espagnoles Gardes wallonnes
1707 13 2 0
1711 13 0 0
1719 22 0 0
1727 13 1 1
1734 16 4 4
1735 49 3 4
1741 70 10 8
1745/09 30 3 8
1745/11 8 4 1
1747 51 8 6
1754 55 7 7
1760 66 6 5
1763 66 9 9
1770 43 2 3
1775 27 2 2
1779 46 2 3
1783 37 10 11
1791 38 3 3
1795 129 10 8
Total 792 86 83

Source : Fichoz.

  • 144 AGS, GM, 2235, lettre du marquis de Richebourg au marquis de Castelar, Madrid, 3 décembre 1723.
  • 145 AGS, GM, 2305, lettre de Richard Wall au comte de Priego, Madrid, 14 novembre 1759.
  • 146 Fichoz.
  • 147 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Port Sainte-Marie, 29 décembr (...)

80Qu’en est-il des promotions extérieures au régiment, notamment lorsqu’il s’agit de pourvoir un gouvernement provincial ? À ce niveau, les corporations militaires n’exercent pas une influence hégémonique, car elles doivent tenir compte de rapports de force qui les dépassent dans un environnement hautement compétitif. Il semble même que les Flamands soient plutôt défavorisés à cause de réseaux politiques plus restreints qui ne leur permettent pas toujours d’exercer un lobbying efficace. Dès lors, au plus haut niveau de l’État, le secrétaire de la guerre procède à des rééquilibrages afin que les officiers des corps de chaque nation puissent avoir des débouchés équivalents dans l’administration territoriale. Les indices sont rares mais ils témoignent que l’équilibre des nations constitue également à ce niveau une règle implicite. Par exemple, on sait qu’il arrive au secrétaire de correspondre avec le colonel du régiment des gardes wallonnes sur l’attribution de gouvernements provinciaux aux officiers du corps. En 1723, le marquis de Richebourg remercie ainsi le secrétaire de sa protection car elle permet « [au] régiment et [à] ses officiers d’expérimenter si souvent la générosité royale144 ». En 1759, lorsque le gouvernement d’Oran vient à vaquer, le ministre Richard Wall, voulant que l’emploi retombe « sur un officier aux qualités à la hauteur de cet emploi », s’adresse au colonel des gardes wallonnes pour qu’il incite les capitaines de son régiment à postuler145. Des récurrences indiquent dans certains cas que la mort d’un gouverneur d’origine flamande incite à en nommer un autre de la même nation : à Oran, précisément, Thomas Durrolet, Charles Van den Borck et Charles Prevost, tous natifs des Pays-Bas et issus des régiments flamands, se succèdent de 1734 à 1772146. Hormis la Catalogne, la Galice est aussi une destination courante pour les officiers généraux français ou flamands. La capitainerie générale est successivement occupée de 1706 à 1766 par le marquis de Richebourg, le marquis de Caylus, le comte d’Itre et le marquis de Croix. En 1755, à la mort du comte d’Itre, Charles de Croix précise que la Cour a été marquée par cette disparition car c’était « l’unique officier qui nous restait de nos anciens Flamands », en l’occurrence il s’agissait du dernier vétéran flamand de la guerre de Succession arrivé en Espagne lors de la formation de la maison militaire147. Deux jours après l’annonce de sa mort, Charles de Croix est désigné pour lui succéder sans que l’on sache exactement si ce choix est une simple grâce individuelle ou une manière de prolonger les mérites de la nation flamande. Il semble donc vraisemblable que, sans être systématique, un souci d’équilibre global entre les nations a pu jouer dans les nominations aux gouvernements provinciaux. C’est du moins ce qu’il ressort d’une note adressée en 1737 au roi par le duc de Montemar, ministre de la guerre :

  • 148 Cité dans Gay Escoda, 1997, p. 561, n. 4 et dans Dedieu, 1998, p. 494, n. 15.

Le commandement de la Catalogne étant actuellement confié au comte de Glimes, Flamand, et le gouvernement de la citadelle [de Barcelone] au marquis de Verboom, de la même nation, il a été et il est convenable pour le service de Votre Majesté que celui de la place de Barcelone soit conféré à un Espagnol ou un Italien pour consoler ces deux nations148.

  • 149 Voir chap. iv.
  • 150 Voir chap. vi.

81Même s’ils sont globalement comparables, les chiffres montrent des déséquilibres un peu plus prononcés dans l’accès aux gouvernements provinciaux par rapport aux grades d’officiers généraux. En effet, à effectifs égaux, 83 officiers des gardes espagnoles contre 64 dans les gardes wallonnes ont accédé en premier emploi à un gouvernement provincial. La plus grande facilité d’accès des officiers espagnols tient principalement à la possibilité de prétendre à des emplois en Amérique, alors que les officiers wallons sont davantage concernés par les charges en Catalogne. Cette préférence catalane s’explique par la familiarité des officiers avec cette région où ils ont résidé longtemps et où ils ont noué des liens dans les sociétés locales149. Par conséquent, l’équilibre des nations sur les gouvernements territoriaux n’est pas tout à fait symétrique, mais les différences se compensent. Très présents en Catalogne, et plus largement dans la Péninsule, les officiers des gardes wallonnes ne franchissent pas l’Atlantique, en raison des clauses de naturalité qui résistent encore jusqu’aux années 1760150.

Tableau 6. — Localisation des gouvernements provinciaux occupés par des officiers des gardes espagnoles et wallonnes (première affectation) [1703-1808]

Gardes espagnoles Gardes wallonnes
Nombre d’officiers concernés 83 64
Catalogne 28 (34 %) 34 (53 %)
Aragon 4 (4 %) 7 (11 %)
Valence 5 (6 %) 6 (9 %)
Castille 23 (28 %) 11 (17 %)
Amérique 17 (20 %) 1 (2 %)
Autre 6 (8 %) 5 (8 %)

Sources : Fichoz ; Antonio Alcedo, « Estado de los oficiales que ha tenido el Regimiento de Guardias Españolas » ; Manuel Lapeña, « Catálogo de los oficiales que ha habido en el regimiento de Reales Guardias Españolas » ; Guillaume, 1858.

  • 151 Ozanam, 1995 ; Andújar Castillo, 1998, pp. 517-518.
  • 152 Curieusement, l’ambassadeur de France à Madrid a produit ce qui est sans doute la seule liste des (...)

82La question de la présence de militaires flamands à la tête des provinces espagnoles a donc été mal posée par l’historiographie. Celle-ci a considéré que les Bourbon avaient ménagé aux Flamands une place spécifique au sein dans l’appareil d’État, notamment dans les régions sensibles de la monarchie, en raison de leur caractère d’« étrangers », afin d’y disposer d’un personnel de confiance151. Or, cette lecture ne tient pas compte des puissants rapports de force qui s’exercent au sein de l’institution militaire pour l’attribution des grands emplois de la monarchie. En l’occurrence, cette présence flamande relève avant tout de la capacité d’influence des officiers des gardes wallonnes et de leur combat permanent pour préserver des accès équivalents aux privilèges de la haute élite militaire. L’équilibre des nations que l’on observe dans les grands emplois militaires constitue une sorte d’arbitrage que le roi exerce entre de puissantes corporations militaires qui veillent chacune à ne pas être lésées. Cela explique pourquoi aucun texte ni aucun règlement ne codifie cet équilibre, et qu’il n’existe aucun document dans les archives espagnoles qui dresse un état des officiers généraux ou des gouverneurs de province selon leur origine152. Cet équilibre relève d’une pratique qui n’est pas régie par un système rigide de quotas mais selon le principe de la pesée globale. Il laisse au roi une marge de manœuvre mais il encadre également l’exercice libre de son choix, du moins tant que le monarque s’estime moralement lié vis-à-vis des corporations de nation.

83En conférant une haute valeur politique à un conflit de préséance, en l’inscrivant dans l’histoire récente de la monarchie, en persuadant que le rang du régiment détermine la condition individuelle de ses membres, les officiers des gardes wallonnes sont parvenus à faire de l’équilibre avec leurs homologues espagnols un enjeu essentiel de leur maintien au service de Philippe V. Dès lors, cette égalité concédée par le roi acquiert aux yeux de tous, y compris de ceux qui la contestent, une signification inédite qui transcende le cadre de la maison militaire. En l’occurrence, elle exprime la volonté du roi d’Espagne de tenir les Flamands pour ses sujets et de les considérer également dignes et légitimes à jouir de ses grâces. Il s’agit donc bien d’un compromis politique, dont la formulation reste discrète car elle va à l’encontre de la plupart des règlements militaires qui tendent à donner la préséance aux officiers espagnols sur les flamands. Mais elle renouvelle le principe d’indifférenciation entre les nations qui a été à l’origine de la fondation de la maison militaire en conférant les mêmes droits d’accès aux privilèges de la haute élite militaire. Cet accord maintient donc la fiction de la vassalité et la mémoire du philippisme comme des références légitimes sur lesquelles les officiers des gardes wallonnes s’appuient pour préserver leurs droits. Néanmoins, la corporation des Wallons n’est pas la seule à défendre les droits de la nation puisque, à la tête de la compagnie flamande de la garde du corps, le duc de Bournonville entend lui aussi représenter la nation auprès du roi.

Le protecteur des Flamands

  • 153 AMAE, CP, Espagne, 252, fos 291-298, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 14 octobre 1 (...)
  • 154 AHN, Consejos, leg. 8977 [Fichoz].
  • 155 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix à Mlle d’Allennes, Madrid, 27 avril 1761.

84Si les grandes maisons de l’exil flamand n’ont pas réussi à prendre le contrôle des gardes wallonnes, Michel Joseph de Bournonville n’a pas renoncé à l’ambition de structurer l’exil autour de sa famille en s’appuyant sur la maison militaire. En 1711, il avait obtenu la survivance de la compagnie flamande de la garde du corps, dont il n’a pu jouir en raison de sa suppression lors de la réforme d’Alberoni en 1716. À cette époque, on sait qu’il cherche par tous les moyens à obtenir la charge de colonel des gardes wallonnes, sans succès puisqu’elle est échue au marquis de Richebourg153. Trois mois après la nomination de ce dernier, les attributions du titre de duc de Bournonville et de la Grandesse d’Espagne apparaissent comme des formes de compensation qui lui permettent de rester dans le premier cercle des nobles flamands à la Cour154. Sa vie durant, Bournonville va espérer prendre sa revanche et ravir le commandement des gardes wallonnes. Dans sa correspondance, Charles de Croix se faisait l’écho des prétentions que Michel Joseph « forma à son arrivée dans ce pays et qu’il a conservée[s] jusqu’à sa mort mais toujours inutilement, c’est-à-dire celle[s] d’avoir le régiment des gardes wallonnes », afin de rendre « pour ainsi dire ce régiment héréditaire dans sa famille »155. Ces tentatives restent vaines, car les Bournonville ne parviendront pas à s’emparer des gardes wallonnes ni à réunir les grands corps de la nation flamande dans leur famille. À défaut, Michel Joseph de Bournonville a œuvré au rétablissement de la compagnie flamande, qu’il a obtenu le 9 juin 1720, trouvant ainsi un poste très prestigieux à partir duquel il a cherché à s’imposer malgré tout comme le principal représentant de la nation auprès du roi.

85Fort de cette situation, le duc de Bournonville et ses successeurs ont cherché à mettre à profit les prérogatives de leur emploi pour s’ériger en protecteurs de la nation flamande, tant à l’égard du roi que vis-à-vis des officiers exilés et de leurs familles. Dans la supplique qu’il adresse au roi en 1720 pour demander le rétablissement de la compagnie flamande, Michel Joseph réinscrit la maison militaire de Philippe V dans l’histoire longue de la maison de Bourgogne, en soulignant le rôle de médiation et de représentation qu’ont joué les Flamands expatriés à la cour d’Espagne. Comme les officiers des gardes wallonnes, il mobilise donc le vieux répertoire de la vassalité à une époque où le révisionnisme d’Utrecht a le vent en poupe. Il considère la garde du corps comme l’héritière institutionnelle des anciens archers, « dont le capitaine et le reste des officiers, par privilège particulier, devaient être Flamands ». Selon lui, le maintien d’institutions flamandes à la cour d’Espagne est la plus sûre garantie de rendre effectifs les droits du roi sur les Pays-Bas, car ainsi ses ennemis « ne pourront perdre de vue la justice et le droit de Votre Majesté à les posséder, ni négliger les marques d’intérêt que Votre Majesté aura données à cet égard ». Selon lui, le rétablissement

  • 156 AHN, Estado, leg. 3488, lettre du duc de Bournonville à Philippe V [1720].

avivera et maintiendra l’amour à Votre Majesté et à cette monarchie de ces vassaux lorsqu’ils verront l’attention et le souvenir [memoria] que Votre Majesté leur accorde avec la juste distinction de les avoir et de les maintenir aussi près de sa personne156.

86Alors que les références politiques au bourbonisme et au philippisme ont été majoritaires pendant le conflit successoral, la fin de la guerre voit ressurgir le discours traditionnel du nacionismo flamand. Le duc de Bournonville entend par ce moyen conférer aux corps flamands de la maison militaire un rôle identique à celui qu’occupaient les anciennes institutions de la nation à la cour des Habsbourg, à la différence qu’il s’agit désormais de faire valoir les droits du roi sur les Pays-Bas dans le contexte de démembrement de la monarchie. L’enjeu consiste à desserrer l’étau de la temporalité bourbonienne qui avait régi l’économie de la grâce pendant le conflit successoral et à réinscrire les privilèges des Flamands dans l’histoire de la monarchie.

  • 157 Guerrero Elecalde, 2012, pp. 328-334.

87À la suite de la crise de 1715, les Flamands ne sont pas les seuls à diversifier leurs références politiques en se réappropriant la mémoire des royaumes. À titre de comparaison, dans son étude sur les Basques à la cour de Philippe V, Rafael Guerrero Elecalde a montré comment des groupes de parenté associés au premier philippisme ont réussi à traverser les bouleversements politiques de l’après-guerre à l’aide d’une « politique de prestige », en l’occurrence une vaste campagne de promotion de la culture et de la langue basque par le biais d’une intense activité éditoriale157. Cette diversification n’est donc visiblement pas spécifique aux exilés flamands mais elle apparaît plutôt comme une conséquence du morcellement des clientèles royales après la crise de 1715. Elle est un moyen pour certains magnats issus des cercles philippistes de conserver de l’influence en ancrant des privilèges récents du philippisme dans l’histoire longue d’un royaume dont ils s’estiment les représentants auprès du roi. Cette résurgence du nacionismo flamand est donc moins un retour aux sources qu’une réinvention de la tradition qui inscrit les droits acquis par les vétérants de la guerre de Succesion dans le marbre des anciennes constitutions des royaumes.

88Cette réappropriation ne se fait pas pour autant au détriment des références au bourbonisme et au philippisme qui restent toujours bien présentes dans le discours ad hoc que le duc de Bournonville élabore. En 1736, lorsqu’il sollicite la survivance de la compagnie flamande pour son neveu, il procède à une reformulation des droits de la nation, en référence cette fois à l’ancienne fidélité qui unit les grandes familles flamandes avec la dynastie des Bourbon tant en France qu’en Espagne. Trois ans après la signature du premier Pacte de Famille, le moment est propice puisque les relations entre Versailles et Madrid sont bien meilleures qu’elles ne l’étaient en 1720. Dès lors, Bournonville justifie sa prétention par « mon intention d’établir et de conserver ma maison sous la protection de Votre Majesté », rappelant l’exemple de Louis XIV qui « a attiré et établi dans ses domaines des maisons très connues et parmi celles de Flandre, celle d’Egmont, de Montmorency, d’Epinoy, de Melun ». Bournonville mobilise ces références dynastiques pour rappeler le rôle de protection que les Bourbon ont assumé depuis le xviie siècle à l’égard des maisons de la noblesse flamande. Accorder la survivance à son neveu serait une manière pour le roi de « manifester qu’il protège et conserve les maisons connues de Flandre », de sorte qu’il pourrait « en attirer d’autres avec d’autant plus d’amour que la nouvelle de la protection royale de Votre Majesté se répandrait de proche en proche ». De cette façon, le roi marquerait sa reconnaissance du « zèle et de l’amour des Flamands pour Vos Majestés », eux qui

  • 158 AGS, GM, 2258, lettre du duc de Bournonville à José Patiño, Madrid, 20 février 1736.

sacrifiant leurs vies et patrimoines, abandonnant leur patrie, pour venir servir Votre Majesté comme ils le feront toujours tant en temps de paix comme en temps de guerre, laissant leurs familles exposées sans aucun remède, puisqu’on ne peut douter qu’elles ne sont ni considérées ni protégées par le souverain qui jusqu’à présent occupe le pays158.

89En somme, sous la plume du duc de Bournonville, un langage politique inédit se constitue en réalisant la synthèse entre trois traditions distinctes : le discours traditionnel du nacionismo, tel qu’il est pratiqué depuis le xvie siècle par les Flamands d’Espagne ; le registre du bourbonisme, qui exalte en particulier la mémoire de quelques grandes familles flamandes et hennuyères passées au service de Louis XIV au xviie siècle ; et enfin la mémoire des services et des sacrifices des philippistes flamands pendant la guerre de Succession d’Espagne. Cette stratégie est un succès puisque Michel Joseph parvient à conserver son emploi dans sa famille sans interruption de 1720 à 1784. Cette continuité familiale durant 64 ans à la tête d’un corps de la maison militaire est exceptionnelle : même la famille d’Osuna, qui est restée très longtemps à la tête de la garde royale, n’est pas parvenue à s’installer aussi durablement à un même emploi (annexe VII).

  • 159 AGS, GM, 2251, lettre du duc de Bournonville à José Patiño, Séville, 31 mai 1732.
  • 160 AGS, GM, 2276, lettre du duc de Bournonville au marquis de Squilace, Aranjuez, 16 mai 1764.

90Cette position institutionnelle est stratégique car elle permet aux Bournonville de tisser de solides clientèles au sein des familles de l’exil flamand. Certes, la garde du corps n’offre pas les mêmes ressources que le grand régiment des gardes wallonnes, puisqu’elle compte à peine une vingtaine d’emplois d’officiers et que leur attribution est souvent décidée directement par le roi. Par contre, la charge de capitaine offre l’avantage d’une grande proximité avec le monarque et une capacité d’influence sur les grâces que le roi donne à travers les voies privilégiées. Or, le duc de Bournonville exerce cette influence auprès du roi au nom de la protection des intérêts de la nation flamande en Espagne. Lorsqu’il cherche à faire passer un de ses protégés par la voie privilégiée de sa compagnie, il demande la dispense d’ancienneté par un effet de bienveillance du roi envers la nation. En 1732, lorsqu’il présente son neveu à un emploi d’exempt, le duc de Bournonville l’appuie en rappelant au roi l’attention et la protection qu’il a toujours portée « aux maisons distinguées de la nation flamande159 ». En 1764, Enrique de Roben y Verboom, le petit-fils du fondateur du corps des ingénieurs, est recommandé par le duc de Bournonville lequel rappelle les services des parents du candidat « tous sujets de la plus grande distinction en Flandre qui se sont sacrifiés pour le service royal ». Ces mérites, insiste Bournonville, rendent le prétendant « digne des récompenses de Votre Majesté afin d’encourager l’émulation parmi la noblesse de cette nation160 ».

91Cette capacité d’influence est la clé du pouvoir exercé par les Bournonville sur les exilés flamands. Ils sont en mesure d’offrir une alternative aux profils de carrière longs et uniformes proposés par les gardes wallonnes et les régiments de ligne. Par la grande voie privilégiée, le duc de Bournonville permet à de jeunes officiers qui ont commencé leur carrière dans les gardes wallonnes d’accéder rapidement au grade de colonel par un bâton d’exempt dans la compagnie flamande de la garde du corps avant de postuler au commandement d’un régiment de ligne wallon. Par la petite voie privilégiée, Bournonville offre aux simples gardes de sa compagnie l’occasion de trouver des débouchés réservés dans les emplois de lieutenants et de capitaines des régiments de cavalerie. La circulation de ces officiers par l’effet de la protection de la famille de Bournonville structure un espace de promotion réservé, totalement appuyé sur le crédit dont elle dispose auprès du roi.

  • 161 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Nîmes, 22 décembre 1747.
  • 162 AGR, FP, Croix, 13, lettre de Balthazar de Jauche au marquis d’Heuchin, Madrid, 30 septembre 1726. (...)

92Le « canal flamand », c’est le nom que Charles de Croix a donné à ce circuit forgé par le patronage des Bournonville161. Pendant quarante ans, la famille de Croix a construit son ascension professionnelle en Espagne en bénéficiant de la protection des Bournonville. Par trois fois, en 1726, en 1748 et en 1760, les membres de cette famille ont obtenu l’un des précieux bâtons d’exempt dans la compagnie flamande de la garde du corps, ce qui leur a permis d’atteindre à un âge précoce les portes du généralat162. Les profils de carrière de Charles de Croix et de ses neveux sont à cet égard très similaires : ils ont entamé la carrière à seize ou dix-sept ans comme enseigne dans les gardes wallonnes ou dans un régiment d’infanterie wallonne, avant d’atteindre par la voie privilégiée de la garde du corps, alors qu’ils sont âgés de vingt-six à trente-six ans, soit directement un commandement de province, soit un emploi de colonel dans les régiments d’infanterie wallonne. Aussi Charles de Croix reconnaissait-il que

  • 163 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, camp de Plaisance, 12 juin 17 (...)

Ce corps entre [l]es mains [du duc de Bournonville] est une ressource considérable pour les gens du pays à qui il peut faire plaisir, et rendre de grands services, sans y mettre rien du sien163.

  • 164 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix à Mlle d’Allennes, Madrid, 6 janvier 1749.
  • 165 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix à Mlle d’Allennes, Madrid, 6 janvier 1749.

93L’importance de ce « canal flamand » doit être considérée à la lumière de l’environnement hautement concurrentiel pour l’obtention des emplois militaires prestigieux. Car la capacité des officiers flamands à candidater avec succès sur des emplois hors des corps flamands est beaucoup plus faible. En 1749, Charles de Croix manœuvre pour faire donner à son neveu un emploi très recherché de colonel d’un régiment de cavalerie qui a le désavantage pour lui d’être sur le pied espagnol. Il signale en effet que « ces sortes de régiment de cavalerie [sont] aujourd’hui beaucoup plus difficiles à obtenir, surtout pour les étrangers164 ». Par contre, la même année, lorsqu’il candidate à la lieutenance-colonelle des gardes wallonnes, il a bon espoir d’être choisi : « c’est que je me trouve aujourd’hui pour ainsi dire le seul de la nation qui puisse y prétendre avec quelque espèce de raison et de justice165 ». Raison et justice, ce sont là les principaux leviers qui permettent d’accéder plus facilement aux charges dans les corps flamands. En l’absence de soutiens politiques puissants qui permettraient de concourir à armes égales sur tous les emplois, les charges réservées permettent au moins de faire valoir les droits de la nation flamande, et de recourir à l’appui de ceux qui prétendent l’incarner pour les obtenir.

  • 166 Pour certains exilés flamands, la protection de la haute noblesse espagnole leur a permis de faire (...)

94Malgré leur position stratégique, les Bournonville ne sont pas les seuls relais à la Cour, et ils ne détiennent pas le seul canal de promotion. Le pouvoir de cette famille s’exerce en priorité sur les officiers flamands qui disposent de peu d’accès à la Cour et pour lesquels les solidarités d’origine constituent l’unique ressource mobilisable166. D’ailleurs, Charles de Croix, qui a longtemps profité du patronage des Bournonville, a fini par s’en émanciper à mesure qu’il a construit ses propres réseaux à la Cour. En 1761, alors qu’il est capitaine général de Galice, il a gagné suffisamment d’autonomie pour porter un jugement sévère sur cette famille à un moment où elle cherche encore à s’établir à la tête des gardes wallonnes :

  • 167 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix à Mlle d’Allennes, Madrid, 27 avril 1761.

Je ne souhaite pas qu[e la famille de Bournonville] parvienne jamais à remplir son objet. Les Flamands n’y trouveraient nullement leur compte car quoiqu’elle se vante hautement d’en être le père et le protecteur, il n’en est rien absolument. Tout au contraire, elle s’imagine que tout lui est dû et il n’y a aucun de cette race [= les Bournonville] qui n’envie les grâces que le roi peut faire à quelques-uns d’entre eux [= les Flamands] et qui ne les ressente même véritablement, surtout quand elles regardent des personnes qui ne leur doivent rien, ni par leurs talents ni par leur naissance, et qui se trouvent par leurs emplois en place de pouvoir leur causer de l’ombrage167.

  • 168 Glesener, 2015, p. 358. En 1720, le comte de Rohan, qui a participé à la conspiration contre le Ré (...)

95En somme, la famille de Bournonville a reproduit autour de sa compagnie de la garde du corps et de sa voie privilégiée ce que les dizaines de familles d’officiers ont fait autour des emplois des gardes wallonnes, à savoir des réseaux de recrutement étroitement contrôlés qui, à l’ombre des droits de la nation flamande, permettent de forger des accès protégés à des emplois convoités. Des candidats de toutes origines, et pas seulement des natifs des Pays-Bas, bénéficient de ces accès à partir du moment où ils s’inscrivent dans ces réseaux de clientèle. En l’occurrence, une des forces du duc de Bournonville est d’avoir étendu le bénéfice des droits de la nation flamande aux officiers français qui viennent demander de l’emploi en Espagne168. Cette pratique alimente d’ailleurs une certaine mémoire de la nation flamande que les Bournonville prétendent incarner, celle du bourbonisme flamand qui a été à l’origine de la fondation de la maison militaire.

96Les corps flamands de la garde royale ont donc subi des processus de patrimonialisation très contrastés qui ont été tributaires des rapports de force propres à chaque unité. L’autonomie et l’endogamie ont été des caractéristiques communes et ce de façon beaucoup plus prononcée que dans les corps espagnols où la demande sociale externe a incité très tôt le roi à intervenir dans l’attribution des emplois. Par conséquent, les corps flamands constituent au sein des élites militaires un noyau dur, non pas parce qu’il est fermé, mais parce que l’accès est tenu par des groupes familiaux qui prétendent conserver le droit de recruter par eux-mêmes. Or, ce droit est reconnu et respecté par la couronne espagnole pendant plus de trois-quarts de siècle après le démembrement de la monarchie, car il a été érigé par les officiers flamands en un lieu de mémoire, que les Bourbon ne peuvent renoncer à honorer sans se renier eux-mêmes.

 

97Entre 1715 et 1726, les exilés flamands ont joué un rôle fondamental dans la sauvegarde des institutions militaires privilégiées créées pendant la guerre de Succession. Si toutes les familles philippistes avaient intérêt à leur conservation, ceux-là jouaient dans cette bataille leur statut et leur maintien en Espagne. Très affaiblis politiquement par la rupture des liens dynastiques, cibles privilégiées de l’entourage d’Isabelle Farnèse qui entendait solder sur leur dos le passif du premier philippisme, les officiers flamands de la maison du roi ont réussi à lier leur sort à la nouvelle politique impériale de l’Espagne en Europe contre le renforcement des privilèges de l’élite militaire dans la Péninsule. Accès prioritaire au généralat, corporatisme militaire et mainmise sur le gouvernement provincial en Catalogne sont les principaux acquis de cette décennie de tensions politiques au cours de laquelle le régalisme conduit par Isabelle Farnèse a misé sur la guerre extérieure pour éteindre les dissensions intérieures. À ces trois piliers, les exilés flamands ajoutent le principe de l’équilibre des nations qui leur assure une présence démesurée dans les arcanes de l’État royal au regard de leur nombre et de leur poids politique. La récupération et l’actualisation du nacionismo par les exilés de Flandre ont permis de construire un véritable langage politique de revendication de droits, qui a réactivé en permanence une mémoire composite nourrie du souvenir de l’ancienne monarchie, du bourbonisme flamand et du premier philippisme. Or, la monarchie espagnole du second règne de Philippe V n’a renié aucun de ces trois héritages dont se revendiquent les exilés flamands pour conserver leur accès privilégié au généralat. Forts de ce capital politique, les exilés flamands vont progressivement pénétrer les sociétés locales tout en renforçant les liens avec leurs régions d’origine. Les mobilités professionnelles, d’une part, les stratégies patrimoniales, de l’autre, vont ainsi continuer de structurer un espace impérial qui a pourtant été disloqué par le traité d’Utrecht.

Notes

1 Dubet, 2008, p. 82.

2 Martín Gaíte, 1970 ; Castro, 2004, pp. 264-297.

3 Baudrillart, 1890, t. I, pp. 610-614 ; Bottineau, 1993, pp. 314-318 ; Bély, 2009.

4 Pontet, 2005, pp. 266-268.

5 Quiñones Villar, Fiestas y recibimiento que hizo Pamplona, 1715, pp. 30-39.

6 Lettre de Giulio Alberoni au comte de Rocca, Madrid, 3 février 1715, dans Alberoni, Lettres intimes, p. 365. Saint-Simon dresse quelques années plus tard un portrait identique des factions à la cour d’Espagne. Saint-Simon, Mémoires, t. V, p. 852.

7 Castro, 2004, pp. 301-322.

8 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, pp. 38-39 et 110.

9 Andújar Castillo, 2008b ; Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, pp. 36-38 et 106-108.

10 AGS, GM, 2231.

11 AGS, GM, 2255, « Comparación de lo que importan al mes y al año los doze batallones de guardias de infantería y otros doze de infantería ordinaria… (1716) » ; AGS, GM, 2255, « Estado de la paga de la caballería en un mes de 30 días según el reglamento actual (1716) ».

12 AGS, GM, 2255 ; Castro, 2004, pp. 284-297. En guise de comparaison, les compagnies de la garde du corps de Louis XIV absorbent 0,1% des dépenses militaires en France. En Espagne, la part de la même unité s’élève à 2,5%. Lynn, 1997, p. 78.

13 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, pp. 38-39 et 111-112.

14 AGS, GM, 2255, lettre de Miguel Durán au comte San Esteban de Gormaz, Madrid, 26 janvier 1716 ; AGS, GM, 2255, lettre de Miguel Durán au duc d’Havré, Madrid, 26 janvier 1716 ; Bourgeois, 1909, pp. 180-181.

15 Lettre du marquis de Bedmar à Philippe V, 22 janvier 1716, citée dans Guillaume, 1858, pp. 78-80.

16 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 61-62, lettre du duc d’Aytona à Philippe V, 27 janvier 1716 ; AMAE, CP, Espagne, 249, fos 39-48, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 28 janvier 1716.

17 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 39-48, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 28 janvier 1716 ; fos 39-48, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 28 janvier 1716.

18 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 53-60, lettre du duc d’Havré à Philippe V, 27 janvier 1716. Ce document a été reproduit dans Guillaume, 1858, pp. 90-99 ; Pruvost, 1863, pp. 229-233.

19 AGS, GM, 2244, lettre des capitaines des gardes wallonnes au duc d’Havré, Tortose, 5 février 1716 ; AGS, GM, 2244, lettre des capitaines des gardes wallonnes au duc d’Havré, Tarragone, 3 février 1716.

20 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 2-7, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 6 janvier 1716. En avril 1716, la chambre de Castille entame une enquête sur la gestion des fonds de l’hôpital Saint-André des Flamands, ce qui a dû accentuer le sentiment d’une offensive généralisée contre la présence flamande en Espagne. Vidal Galache, Vidal Galache, 1996, pp. 65-74.

21 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 39-48, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 28 janvier 1716.

22 Saint-Simon, Mémoires, t. V, p. 852.

23 AGS, GM, 4564, lettre d’Eugène de Croix à Miguel Durán, Lille, 29 juillet 1717.

24 Torras i Ribé, 2005, pp. 217-263 ; Andújar Castillo, 2015, pp. 230-232.

25 Gay Escoda, 1982 ; id., 1997, pp. 90-113.

26 Gay Escoda, 1997, pp. 113-127 ; Caimari Calafat, 2001 ; Castro, 2004, pp. 317-318.

27 AGS, GM, Supl., 239, lettre du duc d’Havré à Miguel Durán, Madrid, 30 juillet 1715 ; Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. II, pp. 76-78 ; Pulido Bueno, 1998, pp. 106-123. Patiño mène un conflit très dur avec le corps des ingénieurs pour limiter ses compétences en matière de dépenses. Voir : Muñoz Corbalán, 1993, pp. 312-320 ; Alberola Romá, 1995. Au même moment, il tente de soumettre le contrôle comptable des régiments de la garde à la trésorerie générale. AGS, GM, 2243, lettre de Pedro Paredes à Miguel Durán, Barcelone, 29 décembre 1715 ; AGS, GM, 2243, lettre du duc d’Havré à Miguel Durán, Madrid, 30 décembre 1715.

28 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 127-234, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 2 mars 1716. Cette suspension concerne les deux régiments de la garde. La réforme de la garde du corps est appliquée le 1er février 1716. Cette dernière s’étend aussi aux derniers officiers appointés de la garde dite des « chevaux blancs » à Bruxelles ; c’est-à-dire les vestiges de l’ancienne garde des ducs de Bourgogne. Archivo Histórico de Protocolos de Madrid (AHPM), 12 816, fo 316.

29 Martín Marcos, 2011, pp. 218-219 ; AMAE, CP, Espagne, 249, fos 150-154, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 17 février 1716 ; AMAE, CP, Espagne, 249, fos 174-178, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 24 février 1716.

30 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 2-7, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 6 janvier 1716.

31 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 39-48, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 28 janvier 1716 : « Il m’est revenu de plusieurs endroits que quelques-uns des ministres étrangers qui sont ici n’avaient pu s’empêcher de tenir divers discours sur la réforme dont il est question » ; Mercure historique, octobre 1716, p. 461.

32 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 39-48, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 28 janvier 1716.

33 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 39-48, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 28 janvier 1716.

34 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 77-82, lettre du Régent au duc de Saint-Aignan, Paris, 13 février 1716.

35 AGS, GM, 2255.

36 AGS, GM, 2255, lettre de Miguel Durán au marquis de Castel-Rodrigo, Madrid, 29 septembre 1716 ; AGS, GM, 2255, lettre du duc d’Havré à Miguel Durán, Madrid, 20 septembre 1716.

37 AGS, GM, 2255, lettre de François Varick, Jean de Gages, Jean de Varick, Louis de Porter et Pierre de Corte à Miguel Durán, Tortose, 29 septembre 1716.

38 AGS, GM, 2255, lettre de Miguel Durán au duc d’Havré, Buen Retiro, 26 septembre 1716.

39 AMAE, CP, Espagne, 252, fos 280-286, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 29 septembre 1716.

40 AGS, GM, 2255, lettre de Miguel Durán à François Varick, Jean de Gages, Jean de Varick, Louis de Porter et Pierre de Corte, Madrid, 3 octobre 1716 ; AGS, GM, 2243, lettre du marquis Dubus à Miguel Durán, Lérida, 1er mars 1717.

41 AGS, GM, 2255, lettre de Miguel Durán au marquis de Castel-Rodrigo, Madrid, 26 septembre 1716.

42 AMAE, CP, Espagne, 252, fos 100-107, lettre du duc de Saint-Aignan à Huxelles, Madrid, 26 octobre 1716. Le successeur du duc d’Havré est Charles de Montmorency, prince de Robecq. Il est nommé le 29 septembre et meurt le 13 octobre suivant. Le régiment aurait été proposé au marquis de Franclieu, lequel a refusé par solidarité avec le duc d’Havré. Franclieu, Mémoires, pp. 125-126.

43 AGS, GM, Supl., 239, lettre du duc d’Havré à Miguel Durán, Madrid, 30 juillet 1716.

44 Colón de Larriátegui, Juzgados militares de España, t. II, pp. 124-126 ; Castro, 2004, p. 319.

45 AGS, GM, 2243, lettre du duc d’Aytona à Miguel Durán, Barcelone, 30 mai 1716. Voir aussi : AGS, GM, 2218, lettre du comte de Montemar à au marquis de Castel-Rodrigo, Barcelone, 6 juin 1716 ; AGS, GM, 2218, lettre du marquis de Castel-Rodrigo à Miguel Durán, Barcelone, 25 juin 1716.

46 Saint-Simon, Mémoires, t. IV, p. 696.

47 Ibid., p. 696 ; Franclieu, Mémoires, pp. 124-126.

48 Désos, 2009, pp. 138-142.

49 Saint-Simon, Mémoires, t. V, p. 853.

50 AMAE, CP, Espagne, 253, fos 205-209, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 30 novembre 1716 ; AMAE, CP, Espagne, 253, fos 272-278, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 22 décembre 1716.

51 AGS, GM, 2218, lettre du duc d’Aytona et du marquis de Richebourg à Miguel Durán, Madrid, 22 décembre 1716.

52 BNE, ms. 9049, fos 85-89, « Precisiones de Su Majestad de 11 de enero 1717 sobre algunas dudas suscitadas en cuanto al modo de hacer el servicio en las plazas de los dos regimientos de guardias de infantería española y walona ».

53 Gay Escoda, 1988, p. 90.

54 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 353-356.

55 Voir chap. ii.

56 En 1704, la première ordonnance se contente de préciser le service en campagne. « Ordenanza para el servicio, disciplina y mando de los dos regimientos de guardias de infantería española y walonas (29 septembre 1704) », dans Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 228-243. Le 6 juillet 1705, le roi publie une ordonnance complète pour les deux régiments. Il s’agit en réalité d’une transposition trait pour trait de l’ordonnance des gardes françaises. « Ordenanzas que llaman de Francia, sacadas de las que sirven para las guardias de Su Majestad Cristianísima; y que manda Su Majestad por la resolución de arriba, se observen en los regimientos de guardias de infantería españolas y walonas », dans ibid., t. V, pp. 244-304.

57 Alonso Aguilera, 1977.

58 Dubet, 2008, p. 79.

59 Il s’agit d’une des rares ventes d’emplois dans la maison militaire. Sur les négociations, voir : AGS, GM, 2233, 2234 et 2246.

60 AGS, GM, 2236, lettre du comte de Lannoy au marquis de La Paz, Madrid, 6 juillet 1726.

61 AHN, Estado, leg. 3488, lettre du duc de Bournonville à Philippe V [1720].

62 Kamen, 1964 ; Castro, 2004, p. 335-342 ; Torres Sánchez, 2011, pp. 177-199.

63 Castro, 2004, p. 359.

64 Parmi de nombreux travaux, voir : Escartín Sánchez, 1995 ; Gay Escoda, 1997 ; Giménez López, 1987.

65 AGS, GM, 2234, conflit avec le commandant militaire de Tarragone (1721) ; AGS, GM, Supl., 145, conflit avec le lieutenant du roi de Barcelone (1722) ; AGS, GM, 2223, conflit avec le capitaine général (1722) ; AGS, GM, 2226, conflit avec le lieutenant du roi de Barcelone (1725).

66 Giménez López, 2001, pp. 416-417.

67 AGS, GM, 2226, Le marquis de Richebourg cumule les revenus de capitaine général de province (120 000 réaux annuels), avec une ayuda de costa de 60 000 réaux, ainsi que ses salaires de capitaine (12 000 réaux annuels) et de colonel (20 000 réaux annuels) des gardes wallonnes.

68 Gay Escoda, 1997, p. 558.

69 Ozanam, 2008a, p. 180.

70 AGS, GM, 2226.

71 AGS, DGT, inv. 2, leg. 24 [Fichoz].

72 Abbad, Ozanam, 1992, p. 152.

73 Fernández Vega, 1982, t. II, pp. 302 et 356-357 ; Andújar Castillo, 2004a, p. 303.

74 Andújar Castillo, 1991, p. 248.

75 Id., 1996c, pp. 86 et 91.

76 Dedieu, 1998b ; Giménez López, 1991.

77 Ces calculs portent sur 325 nominations aux emplois d’exempts, dans les trois compagnies de la garde du corps, entre 1704 et 1808.

78 AGS, Estado, lib. 483.

79 Daniel, Histoire de la milice françoise, t. I, p. 176 ; Drévillon, 2005, pp. 68-71 ; Bodinier, 2005, pp. 32-34.

80 Voir chap. v.

81 AGS, GM, 2241, ordre royal, 4 novembre 1714 ; AGS, GM, 4560, lettre d’Eugène de Croix à Miguel Durán, Paris, 15 avril 1715.

82 Ozanam, 2008a, p. 27. Les auteurs divergent sur la question de savoir s’il existe ou non un cursus honorum à la tête des gouvernements provinciaux. Pour Jean-Pierre Dedieu et Francisco Andújar, ce cursus existe (Andújar Castillo, 2004a, p. 286 ; Dedieu, 1998b, pp. 492-493), alors que Didier Ozanam considère qu’il n’y a pas de régularité suffisante pour le prouver (Ozanam, 2008a, p. 30).

83 D’autres études ont effectué les mêmes calculs avec des résultats différents selon les critères retenus. Nous avons tenu compte ici des nominations de titulaires et d’intérims, ainsi que des gouvernements militaires relevant des territoires sous juridiction des ordres militaires. Il s’agit de critères plus larges que ceux choisis par les autres études. Ils ont produit des résultats légèrement inférieurs à ceux donnés par nos prédécesseurs. Par exemple, en travaillant sur les seuls titulaires des capitaineries générales, Didier Ozanam a retenu 190 officiers dont 72 issus de la maison militaire, soit 37,9 % (Ozanam, 2008a, p. 21). Voir aussi : Andújar Castillo, 1998, pp. 517-518 ; Id., 2000, pp. 87-91.

84 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix à sa sœur, Madrid, 6 janvier 1749.

85 Ozanam, 2008a, pp. 190-191.

86 AMAE, CP, Espagne, 253, fos 279-284, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 22 décembre 1716. Sur Richebourg, voir les commentaires dans Saint-Simon, Mémoires, t. V, pp. 720-721.

87 Castro, 2004, pp. 364-365.

88 Saint-Simon, Mémoires, t. IV, p. 627.

89 AMAE, CP, Espagne, 252, fos 291-298, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 14 octobre 1716 ; AMAE, CP, Espagne, 253, fos 63-67, lettre du Régent au duc de Saint-Aignan, Paris, 2 novembre 1716 ; Saint-Simon, Mémoires, t. VIII, p. 341.

90 AHN, Consejos, leg. 8977 ; Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 82.

91 Lettre de Giulio Alberoni au comte de Rocca, Madrid, 3 février 1715, dans Alberoni, Lettres intimes, p. 365.

92 Saint-Simon, Mémoires, t. VIII, pp. 255-258.

93 Voir ci-dessous.

94 Álvarez-Ossorio Alvariño, 2007a ; Sánchez Márquez, 2011.

95 AMAE, CP, Pays-Bas, 70, fos 55-60, lettre du Chevalier Rossy à Chalon du Blé, Bruxelles, 18 octobre 1715. Ces affirmations doivent être nuancées puisqu’à la même époque on assure à l’agent de Philippe V aux Pays-Bas le « véritable amour que ces provinces conservent toujours à la mémoire de la domination de l’Espagne regrettée plus que jamais ». AGS, Estado, Bruselas, leg. 7480, lettre d’Antonio de Castro à José Girmaldo, Namur, 2 avril 1717. Voir aussi : Van Gelder, 2010 et Id., 2011.

96 Par conséquent, le court conflit franco-espagnol de 1719 a été vécu comme un moment très critique par les officiers flamands. AGR, FP, Croix, 9, lettre d’Eugène de Croix au marquis d’Heuchin, Valence, 3 janvier 1719 ; AGR, FP, Croix, 9, lettre d’Eugène de Croix au marquis d’Heuchin, Valence, 18 janvier 1719.

97 Saint-Simon, Mémoires, t. VIII, pp. 103-104.

98 Ibid., pp. 351-355.

99 AGR, FP, Croix, 12, lettre d’Eugène François de Croix au marquis d’Heuchin, Madrid, 25 novembre 1721 ; García García, 2001.

100 Mercure de France, avril 1722, pp. 160-162.

101 Castro, 2004, pp. 364-365.

102 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. II, pp. 546-547.

103 Saint-Simon, Mémoires, t. VIII, pp. 351-355 ; Noailles, Mémoires, t. III, pp. 188-191 ; Ozanam, 1998, pp. 101-103 ; León Sanz, 2003b, pp. 320-323.

104 La clef du cabinet des princes de l’Europe, janvier 1727, p. 41.

105 Lettre de Melchor Macanaz, Bruxelles, 15 juin 1725, citée dans Precioso Izquierdo, inédite, p. 264 ; Martín Gaíte, 1970, pp. 315-321.

106 Mercure de France, mars 1726, pp. 591-592.

107 Liste des titres de noblesse, chevalerie et autres marques d’honneur (1738).

108 Voir chap. ii.

109 AGS, GM, 2243, lettre du duc d’Havré à Miguel Durán, Madrid, 30 décembre 1715.

110 Van Gelder, 2011.

111 AGS, Estado, 7479, lettre d’Antonio de Castro à José Grimaldo, Namur, 26 juin 1716 et Namur, 10 octobre 1716 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 71, fos 170-171, lettre du chevalier de Rossy à Chalon du Blé, Bruxelles, 23 juin 1716 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 72, fos 6-7, lettre du chevalier de Rossy à Chalon du Blé, Bruxelles, 14 juillet 1716.

112 AGS, Estado, 7479, lettre d’Antonio de Castro à José Grimaldo, Namur, 23 octobre 1716 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 71, fos 65-66, lettre du chevalier de Rossy à Chalon du Blé, Bruxelles, 28 février 1716 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 71, fos 100-101, lettre du chevalier de Rossy à Chalon du Blé, Bruxelles, 3 avril 1716 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 71, fos 164-166, lettre du chevalier de Rossy à Chalon du Blé, Bruxelles, 15 juin 1716 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 72, fos 6-7, lettre du chevalier de Rossy à Chalon du Blé, Bruxelles, 14 juillet 1716 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 72, fos 116-118, lettre du chevalier de Rossy à Chalon du Blé, Bruxelles, 23 octobre 1716.

113 Archivo General de Navarra (AGN), Tribunales reales, Archivo secreto del Consejo Real, Titulo 4, Fajo 1, exp. 43.

114 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 77-82, lettre du Régent au duc de Saint-Aignan, Paris, 13 février 1716.

115 AGS, GM, 4560, lettre du comte de Glimes à Miguel Durán, Paris, 8 juillet, 1715 ; AGS, GM, 4562, lettre du baron d’Huart à Miguel Durán, Metz, 17 mars 1716 ; AGS, GM, 4562, lettre du prince de Ventimilla à Miguel Durán, Bruxelles, 19 juin 1716 ; AGS, GM, 4562, lettre du comte de Glimes à Miguel Durán, Dinant, 6 août 1716 ; AHPM, Juan Francisco Sanz, 13 567, fo 1, acte de cession des biens en Flandre du comte de Roydeville à Marie Jeanne Le Roy, sa sœur, Madrid, 2 janvier 1716 ; AHPM, Juan Francisco Sanz, 13.567, fo 4, acte de cession des biens en Flandre du comte d’Arschot à la comtesse de Berlo, sa sœur, Madrid, 4 février 1716 ; AHPM, Juan Francisco Sanz, 13 567, fos 57 et 63, pouvoir de Jean de Brouchoven à son frère pour le partage d’un héritage, Madrid, 24 juillet et 9 août 1716.

116 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 346. Le 1er novembre 1716, les capitaines wallons obtiennent 20 places de gratification, ce qui constitue une augmentation significative de salaire. Le 1er mai 1717, ils reçoivent 5 places supplémentaires. Suite aux plaintes des capitaines des gardes espagnoles, qui ne jouissent que de 15 places, la gratification leur est étendue. AGS, GM, 2243, ordre royal, 9 avril 1718 ; Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 351.

117 Cette affaire est analysée au chap. vi.

118 Glesener, 2012, pp. 247-249.

119 AGS, GM, 2138 et 2243. Sous les ducs d’Havré, l’emploi de sergent-major a été occupé par des proches : Charles Florent de Mérode, comte de Mérode (1703-1706) et Alexandre Gabriel Hennin Liétard, marquis de la Vere (1706-1717). L’un et l’autre ont abandonné le service d’Espagne à la suite du duc d’Havré en 1716.

120 Ozanam, 2008a, pp. 148-149.

121 AGS, GM, 2237, lettre du comte de Zweveghem au marquis de Castelar, camp de Gibraltar, 13 juin 1727.

122 AGS, GM, 2240. En 1733, quelques mois avant la mort de Richebourg, le comte de Becelaer démissionne de son emploi et se retire du service de l’Espagne. Le même jour, le comte de Lannoy, le frère de l’ancien sergent-major, démissionne également. C’est donc le proche entourage du marquis de Richebourg qui abandonne le régiment.

123 AGS, GM, 2290.

124 AGS, GM, 2218-2220, 2222, 2224-2226, 2232-2240, 2289-2302.

125 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 228. En 1704, la première ordonnance des régiments de la garde extérieure mentionne dans son préambule que les deux corps doivent être composés « de vassaux du roi, l’un de la Nation espagnole, et l’autre de Wallons ».

126 AGS, GM, 2292, lettre du comte de Glimes à Casimiro Uztariz, Barcelone, 17 août 1737.

127 Glesener, 2011b.

128 Guerrero Elecalde, 2012, pp. 350-366.

129 AGS, GM, Supl., 239, lettre du marquis de Graciareal à José Patiño, 1731.

130 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. II, pp. 202-203.

131 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, p. 278.

132 Voir chap. ii.

133 AGS, GM, Supl., 239, lettre du comte de Lannoy à Miguel Durán, Madrid, 1er janvier 1720.

134 AGS, GM, Supl., 239, lettre du duc d’Aytona à Miguel Durán, Madrid, 3 janvier 1720.

135 AGS, GM, Supl., 239, lettre du duc d’Aytona à Miguel Durán, Madrid, 3 janvier 1720.

136 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 352.

137 AGS, GM, Supl., 239, lettre du marquis de Lede au marquis de Castelar, Madrid, 24 avril 1721.

138 AGS, GM, Supl., 239, lettre du duc de Popoli à Miguel Durán, Madrid, 31 janvier 1720.

139 AGS, GM, Supl., 239, lettre du marquis de Castelar à Philippe V [1721]. Nous soulignons.

140 La préséance entre les régiments de l’armée est rappelée par l’ordonnance du 12 juillet 1728 (lib. I, tit. 10). Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. III, pp. 44-45 ; AGS, GM, Supl., 239, lettre du duc d’Osuna au marquis de Castelar, Séville, 14 février 1729.

141 AGS, GM, Supl., 239, lettre du marquis de Castelar à José Patiño, [1729].

142 AGS, GM, Supl., 603, fo 61, lettre du marquis de la Mina à Agustín de Ordeñada, Aix-en-Provence, 19 février 1747 ; AGS, GM, Supl., 603, fo 65, lettre du marquis de la Mina à Agustín de Ordeñada, Montpellier, 12 mars 1747.

143 AGS, GM, 2295, lettre du comte de Glimes au marquis de la Ensenada, Madrid, 5 août 1744.

144 AGS, GM, 2235, lettre du marquis de Richebourg au marquis de Castelar, Madrid, 3 décembre 1723.

145 AGS, GM, 2305, lettre de Richard Wall au comte de Priego, Madrid, 14 novembre 1759.

146 Fichoz.

147 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Port Sainte-Marie, 29 décembre 1755.

148 Cité dans Gay Escoda, 1997, p. 561, n. 4 et dans Dedieu, 1998, p. 494, n. 15.

149 Voir chap. iv.

150 Voir chap. vi.

151 Ozanam, 1995 ; Andújar Castillo, 1998, pp. 517-518.

152 Curieusement, l’ambassadeur de France à Madrid a produit ce qui est sans doute la seule liste des officiers généraux du roi d’Espagne avec mention individuelle de leur origine. AMAE, CP, Espagne, 332, fos 367-368, « Liste des officiers généraux du roi d’Espagne en l’année 1724 » (annexe VI).

153 AMAE, CP, Espagne, 252, fos 291-298, lettre du duc de Saint-Aignan au Régent, Madrid, 14 octobre 1716.

154 AHN, Consejos, leg. 8977 [Fichoz].

155 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix à Mlle d’Allennes, Madrid, 27 avril 1761.

156 AHN, Estado, leg. 3488, lettre du duc de Bournonville à Philippe V [1720].

157 Guerrero Elecalde, 2012, pp. 328-334.

158 AGS, GM, 2258, lettre du duc de Bournonville à José Patiño, Madrid, 20 février 1736.

159 AGS, GM, 2251, lettre du duc de Bournonville à José Patiño, Séville, 31 mai 1732.

160 AGS, GM, 2276, lettre du duc de Bournonville au marquis de Squilace, Aranjuez, 16 mai 1764.

161 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Nîmes, 22 décembre 1747.

162 AGR, FP, Croix, 13, lettre de Balthazar de Jauche au marquis d’Heuchin, Madrid, 30 septembre 1726. Voir l’échange de correspondance autour de l’attribution du bâton d’exempt à l’un des neveux du marquis de Croix. AGS, GM, 2265, lettre du duc de Bournonville au marquis de la Ensenada, Madrid, 1er avril 1747 ; AGR, FP, Croix, 10, lettre du duc de Bournonville à Charles de Croix, Madrid, 10 avril 1747 ; AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, Nice, 13 novembre 1747.

163 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix au marquis d’Heuchin, camp de Plaisance, 12 juin 1746.

164 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix à Mlle d’Allennes, Madrid, 6 janvier 1749.

165 AGR, FP, Croix, 10, lettre de Charles de Croix à Mlle d’Allennes, Madrid, 6 janvier 1749.

166 Pour certains exilés flamands, la protection de la haute noblesse espagnole leur a permis de faire carrière, y compris dans la compagnie flamande de la garde du corps. AHN, Nobleza, Osuna, CT 150, D.17, lettre du duc de Bournonville au duc de Béjar, Cadix, 2 août 1729 ; AHN, Nobleza, Osuna, CT 150, D. 18, lettre du duc de Bournonville au duc de Béjar, Séville, 13 mai 1733.

167 AGR, FP, Croix, 11, lettre de Charles de Croix à Mlle d’Allennes, Madrid, 27 avril 1761.

168 Glesener, 2015, p. 358. En 1720, le comte de Rohan, qui a participé à la conspiration contre le Régent, trouve refuge dans la compagnie flamande. En 1742, un jeune colonel exilé de France pour des questions d’honneur, le marquis de Conflans, suit le même chemin.

Table des illustrations

Titre Carte 3. — Le gouvernement militaire de l’Espagne au xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4089/img-1.png
Fichier image/png, 121k

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search