Version classiqueVersion mobile

L’empire des exilés

 | 
Thomas Glesener

Chapitre ii

Les philippistes

Le clientélisme royal en temps de guerre civile

Texte intégral

1Arrivés à la cour d’Espagne au printemps 1704, les officiers des gardes wallonnes découvrent une situation très différente de celle qu’ils ont laissée à Bruxelles. Alors que la guerre a déjà commencé en Italie et aux Pays-Bas, la Péninsule vit une « drôle de guerre » où l’affrontement ne se livre pas l’épée à la main contre les ennemis de l’Espagne. À la place, ils assistent à une lutte sourde au sein des villes et des institutions du royaume entre les défenseurs des corporatismes et des autonomies locales d’une part, et les partisans du redressement monarchique de l’autre, ces derniers étant eux-mêmes divisés sur l’opportunité ou non d’un rapprochement dynastique entre Versailles et Madrid. L’option bourbonienne des officiers flamands, qui était plutôt consensuelle aux Pays-Bas en 1703, est perçue en Espagne comme un positionnement radical. De fait, arrivés à la Cour par la protection de la princesse des Ursins et de Jean Orry, ces officiers prennent logiquement place dans le premier cercle des régalistes, au plus près de l’entourage français de Philippe V, lequel peine à élargir localement ses réseaux politiques. Considérés par Jean Orry comme une pièce maîtresse du nouveau dispositif des finances militaires, ces hommes se retrouvent donc au cœur d’un affrontement politique qui les érige malgré eux en symbole du régalisme pour les uns et de la tyrannie pour les autres.

  • 1 Par la suite, nous utiliserons le terme francisé de « philippistes » pour désigner ce premier cerc (...)

2Retracer l’intégration des officiers flamands dans les réseaux politiques en voie de constitution à la cour d’Espagne permet d’éclairer sous un jour nouveau la manière dont Philippe V a refondé sa relation aux élites de la monarchie au cours de la guerre de Succession. C’est en effet à l’épreuve de la guerre que la politique nobiliaire de Philippe V, largement influencée au départ par Louis XIV, s’infléchit. D’une politique de ralliement généralisé de la noblesse, elle se transforme sous la houlette de la princesse des Ursins en une politique d’épuration des cadres politiques et militaires afin de constituer un clan aux fidélités éprouvées. Parfois désignée dans la propagande sous le terme de felipistas ou philipinos1, cette nouvelle classe politique est représentée sous les traits de l’idéal type du serviteur délié de toute attache. Hissé au pinacle de l’État en vertu d’une méritocratie radicale qui fait table rase du passé et des conditions sociales héritées, le felipista ne doit son ascension qu’à ses seuls mérites rendus dans le temps court écoulé depuis l’avènement de la dynastie. Aussi utopique soit-elle, cette politique a été mise en œuvre à la faveur des circonstances dramatiques de la guerre pour resserrer les liens entre Philippe V et ses hommes, et elle s’est traduite dans des dispositifs juridiques et institutionnels censés garantir à ce clan le contrôle des principaux rouages de la structure politique et militaire de la monarchie. En l’occurrence, la maison militaire a été l’une des institutions clés de ce processus : l’élargissement de ses privilèges au cours de la guerre a permis d’installer au sommet de l’État des familles de toutes origines et de toutes conditions qui ont accepté de se sacrifier pour la cause de Philippe V. En participant à cette nouvelle dynamique politique, les officiers flamands ont essuyé les pires épreuves mais ils ont aussi bénéficié d’immenses compensations. À l’heure du démembrement des Pays-Bas, les positions acquises dans la Péninsule au cours de la guerre pèseront lourd dans le choix de rester ou non au service de l’Espagne.

I. — Une nouvelle économie de la grâce

  • 2 Lettre de Louis XIV à Michel-Jean Amelot, 16 août 1705, dans Amelot de Gournay, Correspondance de (...)
  • 3 Lettre de Louis XIV à Michel-Jean Amelot, 11 août 1705, dans Amelot de Gournay, Correspondance de (...)
  • 4 SHD, T, A1, 1886, fo 295, lettre du chevalier de Bourck à Michel de Chamillart, Madrid, 28 août 17 (...)

3Depuis son avènement au trône d’Espagne, Philippe V a tenté de suivre les conseils de son grand-père qui l’exhortait à gagner à lui la noblesse espagnole en lui conférant des charges militaires. « Il est très nécessaire, écrivait Louis XIV, que le roi d’Espagne excite ses sujets à le servir dans les emplois de guerre, et qu’il y attache les principales récompenses »2. Pour le roi de France, « c’est par ce moyen qu’il relèvera le courage de la nation, et que ses armées se rempliront de bons officiers ». Car, estimait-il, il fallait écarter les Grands du gouvernement en les traitant « avec tous les égards qui peuvent les flatter et leur faire croire que le roi leur maître veut soutenir une dignité qu’il regarde comme un ornement de son État3 ». Fort de sa propre expérience, Louis XIV considérait la réforme de la garde royale comme le meilleur moyen d’atteindre cet objectif, de manière « à combler d’honneur et de faveurs ceux d’entre eux qui s’attacheraient au service et se mettraient dans les troupes4 ».

  • 5 Corvisier, 1959a ; Rowlands, 1999 ; Drévillon, 2005, pp. 61-95.
  • 6 Gómez-Centurión Jiménez, 1986 ; Sánchez Gómez, 1991 ; Álvarez-Ossorio Alvariño, 2013.

4En effet, cette politique avait été expérimentée en France près de quarante ans plus tôt lorsque Louis XIV avait fait de son armée, et plus particulièrement de sa maison militaire, un grand instrument d’attraction et d’intégration politique de la noblesse5. Cependant, en Espagne, la tâche s’avère compliquée tant l’opposition de l’aristocratie à l’installation de la nouvelle maison militaire est féroce, deux tentatives de militarisation des corps de garde ayant déjà échoué sous les règnes de Philippe IV et Charles II6. De plus, dans le contexte du changement dynastique, avec des clientèles royales faiblement structurées en Castille, la réforme est entreprise depuis les Pays-Bas en s’appuyant sur des sujets non péninsulaires du roi d’Espagne, ce qui ne fait que redoubler l’hostilité de la haute noblesse castillane vis-à-vis de l’institution.

L’impossible domestication

5En 1701, en cédant aux instances du marquis de Louville et en confiant au comte d’Ursel le soin de lever un corps de mousquetaires, Louis XIV a durablement compromis la réussite de la réforme de la maison militaire. Il a en effet conforté la haute noblesse castillane dans le sentiment que cette innovation visait davantage à éloigner le roi de la Grandesse plutôt que de favoriser leur rapprochement.

  • 7 AMAE, CP, Espagne, 122, fos 67-72, lettre du comte d’Arias à Philippe V, Madrid, 9 février 1703. S (...)
  • 8 AMAE, CP, Espagne, 121, fos 4-8, lettre de l’abbé d’Estrées au marquis de Torcy, Saragosse, 5 janv (...)
  • 9 AGP, Histórica, 176, lettre du marquis de Villafranca à Philippe V, Madrid, 11 février 1703. En Fr (...)

6Entrée au service pendant le séjour de Philippe V en Italie, l’arrivée de la compagnie de mousquetaires à Madrid le 2 février 1703 marque le début d’une large offensive contre la réforme de la Cour. En quelques jours, les principales figures institutionnelles du royaume expriment leur mécontentement face à la présence d’un corps d’armée auprès du roi. Dans un mémoire adressé à Philippe V, le président du conseil de Castille préconise la suppression des mousquetaires pour alléger la pression fiscale sur la Castille7. Au sein même du cabinet du roi, le cardinal Portocarrero s’oppose à ce que la compagnie soit à la charge de la couronne de Castille et préconise qu’elle continue d’être payée par la caisse de l’asiento de nègres8. Les critiques les plus vives proviennent de l’intérieur du palais, avec la remontrance présentée par le marquis de Villafranca, grand maître de la maison du roi, qui s’oppose fermement à ce qu’un corps de garde échappe à sa juridiction. Il s’indigne notamment de ce que le comte d’Ursel puisse prendre ses ordres directement du roi, alors que les anciens corps de gardes passent par lui. De plus, il conteste le fait que le roi se soit déclaré capitaine de la compagnie de mousquetaires, et que le comte d’Ursel en soit le lieutenant lui semble tout aussi inconcevable. « C’est une chose inouïe, et qui n’a pas l’air de suivre le bon chemin, parce que Votre Majesté est le maître de ses armées et de ses compagnies, mais il ne sied pas qu’il soit le capitaine de l’une d’entre elles9 ».

  • 10 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII-2, p. 43 ; AMAE, CP, Espagne, 118, fos 4 (...)
  • 11 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 37-43, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 9 août 1705.
  • 12 AMAE, CP, Espagne, 115, fos 201-205, lettre du cardinal d’Estrées à Louis XIV, Madrid, 31 mars 170 (...)

7En formant une garde multinationale laissant une large place aux Espagnols, Jean Orry et la princesse des Ursins apportent une réponse politique censée apaiser les tensions soulevées par des mousquetaires trop facilement identifiés à un corps étranger. Aussi s’agit-il, dans l’esprit des deux concepteurs, de donner les moyens au roi d’Espagne d’appliquer à la lettre la politique louis-quatorzienne d’intégration des élites par le service, et de donner par conséquent le commandement de ces nouvelles unités aux premières maisons de Castille. En janvier 1703, le premier régiment de la garde espagnole a été confié au cardinal Portocarrero en gage d’apaisement après sa sortie fracassante de la junte de cabinet. De même, en novembre, lors de la formation de la garde du corps, le premier choix de Louis XIV et de Philippe V s’est porté sur José Fernández Velasco, duc de Frias, pour commander l’une des deux compagnies espagnoles. Or, il se trouve que ce dernier est détenteur du titre de connétable, une dignité accordée naguère au chef des armées du royaume, ce qui n’aurait donc pas manqué de légitimer la nouvelle garde. Néanmoins, sans doute conscient de l’instrumentalisation dont il est objet, le duc de Frias finit par décliner la proposition10. Les deux compagnies échoient alors à deux Grands d’Espagne, le comte de Sesa et le comte de Lemos, lesquels ne manifestent pourtant guère d’enthousiasme à l’égard du nouveau roi d’Espagne11. Quant au régiment des gardes espagnoles, il est confié au comte d’Aguilar, le fils du comte de Frigiliana, un partisan de la succession autrichienne sous le règne de Charles II qui continue sous Philippe V de s’opposer à la présence des conseillers français au gouvernement12.

  • 13 Dubet, 2009, pp. 235-258 ; Baudrillart, 1890, t. I, pp. 128-175.
  • 14 AGR, FP, Ursel, L 328, lettre d’Eugène de Croix au comte d’Ursel, Madrid, 15 août 1704. Au même mo (...)
  • 15 AGR, FP, Ursel, L 328, lettre d’Eugène de Croix au comte d’Ursel, Madrid, 20 août 1704.
  • 16 AGP, Histórica, 173, lettre du marquis de Montealegre au marquis de Villafranca, Madrid, 2 mars 17 (...)
  • 17 Lettre du duc d’Havré à Michel de Chamillart, 27 juillet 1704, citée dans Jansen, 2003, p. 25.

8La politique d’intégration de l’aristocratie espagnole par le service se met donc en place progressivement, mais elle ne déclenche en rien un engouement pour le service royal. Bien au contraire, dès l’été 1704, deux événements donnent l’occasion à l’opposition nobiliaire de prendre l’ascendant dans l’entourage royal13. Tout d’abord, les rivalités entre les conseillers français de Philippe V provoquent le rappel temporaire à Versailles de Jean Orry, de la princesse des Ursins et de l’abbé d’Estrées. Ces départs successifs laissent les commandants de la garde sans appuis politiques, alors que son établissement est encore fragile. Dans la foulée, la prise de Gibraltar par les Anglais (4 août) est l’occasion saisie par une poignée de Grands pour prendre le contrôle du despacho du roi et d’annuler les réformes en cours. L’étiquette ancienne est rétablie, les appartements du roi sont à nouveau tenus par les Grands et les gentilshommes de la chambre, et la garde du corps n’a plus accès à la personne royale. « Nous ne voyons plus le roi qu’avec une lunette d’approche et personne […] ne passe le haut de l’escalier », écrit un officier de la garde du corps14. Les manifestations de xénophobie se multiplient à la Cour à l’endroit des Français comme des Flamands. Des rumeurs circulent sur la décision des ducs de Medinaceli et de Medina Sidonia de congédier leurs valets français et flamands en leur conseillant de quitter le pays. « On nous menace sourdement de vêpres siciliennes », écrit Eugène de Croix, ajoutant : « pour nous autres Flamands, nous ne songeons plus qu’à notre retraite15 ». Les échauffourées entre l’ancienne et la nouvelle garde se multiplient, laissant patente la désorganisation du service au palais16. Le duc d’Havré, qui doit conduire deux bataillons de gardes wallonnes et espagnoles à Madrid, est assailli à son tour par des paysans qui tuent plusieurs soldats. « L’on nous a traités avec toute la dureté imaginable comme si nous avions été en pays ennemi17 ».

  • 18 SHD, T, A1, 1884, fo 78, lettre du maréchal de Tessé à Michel de Chamillart, camp devant Gibraltar (...)
  • 19 SHD, T, A1, 1884, fo 318, lettre du duc d’Havré à Michel de Chamillart, camp devant Gibraltar, 21 (...)
  • 20 SHD, T, A1, 1884, fo 220, lettre du maréchal de Tessé à Michel de Chamillart, camp devant Gibralta (...)

9Suite à l’attaque anglaise, toute la garde royale reçoit l’ordre de quitter la Cour pour se rendre au siège de Gibraltar. Or, la suppression de la voie réservée pour les finances militaires et le retour à une administration par la voie des conseils laissent les régiments de la garde dans le plus grand dénuement. Entre mars et avril 1705, les officiers de la maison militaire sont contraints de maintenir leurs unités en campagne avec leurs propres deniers ou en s’endettant auprès des officiers de l’armée française18. Au mois d’avril, le duc d’Havré dénonce « les offices du solde » qui refusent de payer les régiments de la garde et il réclame le rétablissement d’un « fond particulier », sans lequel les gardes wallonnes ne peuvent subsister en Espagne19. Quelques jours plus tôt, pour les mêmes raisons, les capitaines des gardes espagnoles ont présenté collectivement leur démission au maréchal de Tessé, le commandant général des troupes à Gibraltar20. Ce dernier l’a refusée mais il plaide la cause de ces officiers à Versailles, en pointant notamment l’inaction de Philippe V. Selon lui, le roi d’Espagne ne peut ignorer que

  • 21 SHD, T, A1, 1884, fo 66, lettre du maréchal de Tessé à Michel de Chamillart, camp devant Gibraltar (...)

L’esprit de la plupart de ceux qui composaient son conseil était de détruire ses gardes espagnoles et wallonnes, qui sont les seules troupes sur lesquelles on puisse compter […] Je les ai soutenues et consolées tant que j’ai pu, mais la cabale souterraine et de particulier à particulier l’emporte, il ne faut plus compter sur ces corps-là, les plus beaux peut-être après les gardes françaises qui fussent en Europe. Madrid ne veut point que le roi ait des gardes. Il n’en aura point. Madrid ne veut point qu’il ait d’armée, il n’en aura point21.

  • 22 SHD, T, A1, 1886, fo 194, lettre de Michel-Jean Amelot à Michel de Chamillart, Madrid, 5 août 1705
  • 23 SHD, T, A1, 1885, fo 68, lettre de Jean Orry à Michel de Chamillart, Bayonne, 14 mai 1705 ; AMAE, (...)
  • 24 SHD, T, A1, 1885, fo 68, lettre de Jean Orry à Michel de Chamillart, Bayonne, 14 mai 1705 ; Guerre (...)

10Pendant cette période, la liste des brimades essuyées par les commandants de la maison militaire s’allonge. Le duc d’Havré a été privé de sa pension de Grand d’Espagne avant d’être arrêté et enfermé à Cadix, alors que son homologue des gardes espagnoles, le comte d’Aguilar est fait prisonnier à Grenade22. Pour d’autres, c’est en serrant les cordons de la bourse que la pression est exercée : le prince de T’Serclaes, capitaine de la garde du corps, a vu ses émoluments divisés par quatre. « Par-là, petit à petit, on le conduit dans la nécessité de demander à s’en retourner en Flandre », écrit Orry. Des deux lieutenants de la même compagnie, le marquis de Lede a été envoyé pour différents prétextes aux Pays-Bas, tandis que le marquis de Bay a été éloigné en Estrémadure23. La compagnie italienne, quant à elle, est toujours à Naples avec le duc de Popoli et n’a pas encore eu l’occasion d’entrer en service. Étrangement, les deux compagnies espagnoles des gardes du corps ont été relativement ménagées. Selon Orry, le fait que le duc de Sesa et le comte de Lemos, tous deux Grands d’Espagne, soient à leur tête a contribué à ce qu’on ne les attaque pas publiquement. Néanmoins, ces derniers ont mené une épuration politique parmi leurs officiers, en visant particulièrement Juan Idiáquez, le sergent-major des gardes du corps, un protégé d’Orry et des Ursins, qui est arrêté et emprisonné à Cadix24.

  • 25 « Mémoire d’Amelot sur l’état des affaires en Espagne jusqu’en 1705 », dans Amelot de Gournay, Cor (...)
  • 26 Dubet, 2009, pp. 261-266.

11Ces événements témoignent de l’extrême difficulté à mettre en œuvre une politique de domestication de la noblesse par la création de corps privilégiés. En l’absence du tandem Orry-Ursins, le fragile édifice institutionnel des finances militaires s’est écroulé hypothéquant toute réforme ambitieuse de l’armée. Durant cette période, la maison militaire n’a survécu que grâce à la ténacité des officiers flamands qui ont compensé sur leurs fonds propres, pendant huit à dix mois, l’assèchement des finances provoqué par le retour à la voie des conseils25. Outre l’aspect financier, c’est également la politique des nominations qui est remise en cause : en cherchant à amadouer les chefs des grandes maisons par la création de corps espagnols au sein de la maison militaire, toute l’institution en est ressortie affaiblie. Par conséquent, au printemps 1705, à l’appel de la reine d’Espagne et du maréchal de Tessé, le retour de Jean Orry et de la princesse des Ursins se prépare. Ils sont appuyés par le nouvel ambassadeur, Michel-Jean Amelot, marquis de Gournay, arrivé au mois de mai 1705 à Madrid. Le retour aux affaires de cette équipe doit préparer le rétablissement d’un canal indépendant des finances militaires afin, notamment, de sauver la garde royale du naufrage26. Cependant, il est vraisemblable que le diagnostic diverge entre Versailles et Madrid quant à la manière de faire plier la noblesse. Alors que Louis XIV on continue de penser que l’établissement définitif de la maison militaire finira par persuader la noblesse espagnole de se soumettre à Philippe V, Orry, Ursins et Amelot semblent avoir pris acte de l’échec d’une politique d’intégration par le service et paraissent décidés à recourir à la manière forte.

Le coup de majesté du banquillo

  • 27 Baudrillart, 1890, t. I, pp. 232-236 ; Bottineau, 1993, pp. 193-200 ; Egido López, 1971, pp. 265-2 (...)

12L’affaire du banquillo est un des événements les plus connus de l’histoire politique du xviiie siècle espagnol. Ce jour-là, le 25 août 1705, le roi a permis au capitaine de la garde du corps de s’asseoir derrière lui pendant l’office de la chapelle royale sur un petit banc (banquillo). Cette décision a été considérée par les Grands d’Espagne comme un affront à leurs privilèges puisqu’ils sont en principe les seuls autorisés à s’asseoir en présence du roi. Le refus des Grands d’assister à la messe dans ces conditions a eu un grand retentissement à l’époque. Le bras de fer engagé entre l’entourage royal et l’aristocratie tourne finalement à l'avantage de Philippe V, lui donnant l’occasion de mener une grande réforme de l'étiquette du palais. Pour de nombreux historiens, ce conflit marque la rupture entre le roi et la haute noblesse espagnole et il est à l’origine de l’ascension des « étrangers » dans l’appareil d’État27.

  • 28 Sur les coups de majesté, voir Bercé, 1996. Une lecture du banquillo et des événements de septembr (...)

13Cependant, l’historiographie a négligé le fait que cette affaire a constitué une étape importante dans l’émancipation des conseillers de Philippe V vis-à-vis de la politique louis-quatorzienne d’intégration de la noblesse par le service. Vu sous cet angle, le banquillo révèle une dimension ignorée : l’affaire aurait été orchestrée par l’entourage du roi d’Espagne pour justifier auprès de Louis XIV un changement d’attitude à l’égard des élites de la monarchie. Loin de constituer une rupture avec la noblesse espagnole, cet incident a permis au contraire de développer localement les réseaux politiques de Philippe V en se basant sur l’attitude observée par les uns et les autres durant la crise. En ce sens, l’affaire du banquillo semble bien avoir été un coup de majesté sans effusion de sang qui inaugure une redéfinition radicale de l’économie de la grâce28.

  • 29 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, p. 146. La mort du marquis de Villafran (...)
  • 30 SHD, T, A1, 1885, fo 175, lettre du duc d’Havré à Michel de Chamillart, Madrid, 9 juin 1705 ; SHD, (...)
  • 31 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 244-304.
  • 32 SHD, T, A1, 1885, fo 175, lettre du duc d’Havré à Michel de Chamillart, Madrid, 9 juin 1705 ; SHD, (...)
  • 33 Dubet, 2009, pp. 274-286.
  • 34 Les premières ordonnances de la garde du corps ont été publiées le 6 juin 1704, pendant la campagn (...)

14La séquence politique qui précède l’incident indique clairement que le nouveau triumvirat formé par Orry, Ursins et Amelot est à la manœuvre. Dès le mois de mai 1705, la détermination de ces ministres à établir définitivement la garde royale avec l’aide du maréchal de Tessé, commandant des troupes françaises en Espagne, ne fait aucun doute. Il s’agit d’un des objectifs de l’ambassade d’Amelot, dont les instructions prévoient d’achever la formation de la nouvelle garde du corps et de l’imposer dans l’étiquette du palais sans égard pour les prérogatives du grand maître29. Néanmoins, la tâche est ardue et l’équipe commence par établir solidement les deux régiments des gardes espagnoles et wallonnes, dont le service à l’extérieur du palais ne heurte pas directement l’étiquette. « Toutes les apparences sont que les choses vont changer de face et que nous aurons lieu d’en être content », écrit le duc d’Havré quelques semaines après l’arrivée d’Amelot et d’Orry30. Le 6 juillet 1705, Philippe V publie une nouvelle ordonnance des gardes d’infanterie qui met la garde espagnole et wallonne sur le pied des gardes françaises, et les détache du contrôle de l’administration militaire en désignant des commissaires particuliers pour passer les revues31. Le roi accède de la sorte à une ancienne revendication du duc d’Havré et des partisans d’une garde royale nettement distinguée des régiments de ligne et placée directement sous l’autorité du roi32. Cette ordonnance accompagne le rétablissement des institutions créées par Orry : le 2 juin, le trésorier général de la guerre est remis en fonction, le 11 juillet, José Grimaldo, est installé aux fonctions de secrétaire de la guerre et des finances, et le 28 juillet, l’ordonnance organisant le financement de la troupe par la « voie réservée » est publiée33. En revanche, les compagnies de la garde du corps, celles qui servent au plus près du monarque, n’ont pas encore bénéficié des retombées de ce nouvel élan politique en raison des fortes résistances à la Cour34.

  • 35 Dubet, 2009, p. 271.
  • 36 AMAE, CP, Espagne, 147, fos 143-149, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 10 juin 170 (...)
  • 37 Lettre de Louis XIV à Michel-Jean Amelot, 21 juin 1705, dans Amelot de Gournay, Correspondance de (...)

15Or, depuis leur retour à Madrid, Ursins et Orry semblent décidés à durcir le ton vis-à-vis de la haute noblesse en recourant si nécessaire à des actions d’éclat. Celles-ci sont préparées en collaboration étroite avec Versailles et visent cette fois à écarter du gouvernement les principaux opposants aux réformes. Le premier de ces coups de force permet à Amelot, Orry et Ursins de prendre l’ascendant sur les membres du cabinet du roi. Au début du mois de juin 1705, ces derniers refusent la proposition de Louis XIV d’envoyer des garnisons françaises dans les places de Guipúzcoa. Philippe V impose sa décision contre l’avis des membres de son cabinet, provoquant la démission de trois Grands d’Espagne en signe de protestation. Sur les conseils de Louis XIV, seules deux démissions sont acceptées, tandis que les autres nobles sont pressés de rester. Il s’agit par là de montrer que les Grands ne sont pas indispensables au gouvernement, et que le roi fait preuve de discernement, ce qui, selon Amelot, contribue à renforcer la fidélité de ceux qui sont restés35. La seconde affaire date également du mois de juin 1705 : elle concerne l’arrestation du marquis de Leganes, dont la versatilité exaspère depuis plusieurs mois les conseillers du roi. Au motif de sa participation supposée à une tentative de soulèvement des villes de Castille en faveur de l’Archiduc, l’interpellation de Leganes fait l’objet d’une mise en scène soigneusement préparée plusieurs semaines à l’avance. Au lieu d’en confier l’exécution au conseil de Castille, Philippe V charge le capitaine de la compagnie flamande des gardes du corps, le prince de T’Serclaes, de procéder à l’arrestation36. Le 2 juin 1705, Leganes est interpellé, emmené jusqu’à Pampelune par un détachement des gardes du corps, et remis aux troupes françaises qui le transportent au château Trompette à Bordeaux37.

  • 38 AMAE, CP, Espagne, 147, fos 280-286, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 22 juillet (...)
  • 39 SHD, T, A1, 1887, fos 46-47, lettre du chevalier de Bourck à Michel de Chamillart, Madrid, 11 sept (...)
  • 40 Saint-Simon, Mémoires, t. II, p. 108. Saint-Simon mentionne des disputes antérieures au banquillo (...)
  • 41 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 37-43, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 9 août 1705.

16L’incident du banquillo doit donc être inscrit à la suite de ces démonstrations d’autorité. Sa préparation remonte d’ailleurs au minimum au mois de juillet 1705. Le 22, la décision a été prise de donner la Grandesse au prince de T’Serclaes, le capitaine de la compagnie flamande, avec des patentes datées du 14 août38. Le but est de régler un problème sur la place du capitaine pendant l’office : selon l’usage en France, il doit se trouver toujours derrière le roi, la question de la station debout ou assise ne se posant pas. Cependant, à Madrid, cette question est de la plus haute importance puisque les Grands sont les seuls laïcs autorisés à s’asseoir à l’office sur un banc qui leur est réservé39. Or, des trois capitaines de la garde du corps, le prince de T’Serclaes est le seul qui n’appartient pas à une famille de la Grandesse. Bien que nous n’ayons pas d’information fiable sur ce point, on peut supposer que T’Serclaes assistait jusque-là à l’office debout derrière le roi, tandis que les deux autres capitaines restaient assis sur le banc des Grands40. La concession de la Grandesse à T’Serclaes doit donc permettre d’établir invariablement le service de la garde du corps à l’office, mais c’est en même temps une provocation puisque la Grandesse devient un attribut associé à la fonction de capitaine de la garde, et non plus une dignité héritée propre de la haute noblesse espagnole. Cette décision intervient alors que Amelot, le maréchal de Tessé et Jean Orry travaillent à la rédaction de l’ordonnance de la garde du corps afin de « mettre l’ordre convenable et d’établir les choses sur un pied qui puisse se soutenir41 ». Pourtant, le problème du siège du capitaine subsiste : si tous les capitaines prennent place sur le banc des Grands alors la fonction est dénaturée et inféodée à l’appartenance au corps de l’aristocratie. D’où la décision, le 25 août, alors que T’Serclaes est de service, de lui donner un petit banc placé juste derrière le roi. La provocation est cette fois évidente puisque le capitaine cumule deux prérogatives jusque-là dissociées, celle de son rang (s’asseoir) et celle de sa fonction (derrière le roi).

  • 42 Carrasco Martínez, 1999 ; Id., 2000, pp. 97-102 ; Álvarez-Ossorio Alvariño, 2001 ; Negredo del Cer (...)

17Le choix du lieu n’est pas anodin. Le roi s’en prend aux Grands dans l’un des rares espaces où l’étiquette leur permet d’apparaître devant lui unis en un seul corps. Ce lieu est chargé symboliquement puisque les Grands l’ont déjà utilisé par le passé pour manifester leur hostilité aux favoris de la reine sous Charles II. La grève de l’office était alors une manière d’exprimer un désaccord avec le roi tout en construisant la solidarité politique du groupe42. Il est évident que l’entourage de Philippe V n’ignore rien de ces antécédents, et qu’en portant le conflit au cœur de la chapelle royale, il pouvait espérer susciter une réaction à peu près similaire.

  • 43 Kamen, 1969, p. 15.
  • 44 SHD, T, A1, 1886, fo 295, lettre du chevalier de Bourck à Michel de Chamillart, Madrid, 28 août 17 (...)

18Enfin, le moment choisi n’est pas non plus le fruit du hasard. Le 4 août, les navires anglais ont débarqué des renforts à Gibraltar un an jour pour jour après la reddition de la place ; le 10 août, le royaume de Valence a été attaqué par la flotte ennemie, et le 22 août, l’Archiduc est arrivé devant Barcelone43. Les conseillers de Philippe V craignent par-dessus tout qu’une petite révolution de palais se produise comme l’année précédente lors de la prise de Gibraltar. « [Les Grands] ont cru pouvoir profiter de la timidité où ces sortes d’alertes mettent ordinairement cette Cour pour détruire le plan que le roi d’Espagne vient de faire pour l’établissement de ses gardes », écrit l’un d’eux44. Par conséquent, la décision de faire asseoir le capitaine de la garde du corps à l’office du 25 août peut apparaître comme un va-tout qui vise à créer la division parmi les Grands, à obliger les « malintentionnés » à se dévoiler publiquement, et ainsi mettre en scène une démonstration d’autorité du roi sur sa Cour au moment où la guerre menace d’embraser la Péninsule. Le déroulement des événements tend à confirmer cette hypothèse.

  • 45 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fo 3 ; Bottin (...)
  • 46 Cité dans Bottineau, 1993, pp. 196-197.
  • 47 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fo 3. Le 28 a (...)

19Le matin du 25 août, avertis on ne sait comment de la présence d’un banquillo, les Grands font savoir à la princesse des Ursins qu’ils ne peuvent se présenter dans ces conditions à la chapelle et demandent que le roi fasse retirer le banc. Après un conciliabule avec Ursins et Amelot, le roi fait avertir les Grands qu’il est disposé à écouter leurs griefs mais qu’il ne reviendra pas sur sa décision. L’après-midi, Philippe V se rend à la chapelle en compagnie des Grands. Ces derniers l’accompagnent à l’intérieur avant de se retirer. Seuls le duc d’Havré, le comte d’Aguilar fils et le marquis de Castel-Rodrigo acceptent de prendre part à l’office à leur place ordinaire45. Les deux capitaines des compagnies espagnoles, le comte de Lemos et le duc de Sesa, font partie des récalcitrants, déclarant « qu’ils étaient duc de Sesa et comte de Lemos avant d’être capitaines de la garde ». Selon eux, « être duc et comte, ils le devaient à Dieu et leurs enfants et leurs descendants le seraient, mais être capitaines de la garde était temporaire et douteux46 ». L’entourage de Philippe V a vraisemblablement sous-estimé l’indignation que susciterait le banquillo parmi les Grands d’Espagne. Car même les plus dévoués d’entre eux sont heurtés par le procédé : le duc d’Havré, dont on connaît les bonnes dispositions à l’égard des Bourbon, ne se rend à l’office que sur ordre exprès de la reine. Il en va de même du marquis de Castel-Rodrigo, l’ancien ambassadeur espagnol en Savoie, devenu grand écuyer de la reine, qui finit par se soumettre aux injonctions de sa maîtresse47.

  • 48 Dubet, 2009, pp. 265 et 280 ; Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso (...)
  • 49 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 109-120, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 2 septembre (...)
  • 50 SHD, T, A1, 1886, f° 295, lettre du chevalier de Bourck à Michel de Chamillart, Madrid, 28 août 17 (...)
  • 51 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 109-120, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 2 septembre (...)

20Au lieu de renoncer, Philippe V décide de pousser un cran plus loin la confrontation en convoquant par écrit les Grands à assister le 30 août au Te Deum en l’honneur de la victoire remportée dans le Piémont par les armées bourboniennes. L’idée de cette convocation vient du duc de Veragua, un Grand d’Espagne, considéré comme fidèle par Amelot et Ursins et récemment nommé au cabinet du roi, qui agit comme agent infiltré dans la Grandesse48. S’il a convaincu sans peine la camarera mayor, Amelot ne cède qu’après avoir trouvé « de la difficulté à faire donner un ordre positif » et choisi de modifier sur le billet quelques termes « qui ne [lui] parurent pas convenables »49. Au final, l’ordre précise que les places assises ne sont pas un signe de distinction lorsqu’elles relèvent de la nécessité du service et donc que le banquillo « n’est pas un nouveau privilège, ni aucune préséance50 ». Avec cette convocation, l’entourage du roi joue son va-tout : soit la Grandesse désobéit en bloc à un ordre direct du roi et ruine toute son autorité, soit la crainte de désobéir brise l’unité de la Grandesse et permet alors de prendre des sanctions individuelles. Si certains d’entre eux viennent à l’office, écrit l’ambassadeur, « ce serait toujours avoir beaucoup gagné, parce que ce ne serait plus une affaire de tout le corps, mais de quelques particuliers seulement51 ».

  • 52 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 109-120, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 2 septembre (...)
  • 53 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 121-129, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 3 septembre (...)
  • 54 Gaceta de Madrid, 1er septembre 1705, cité par Torrione, 1998, p. 56. L’ordonnance des gardes du c (...)

21L’issue de cette nouvelle confrontation est mitigée puisque seuls neuf sur les quarante et un Grands présents à la Cour se rendent à l’office, parmi lesquels on retrouve le duc d’Havré et le marquis de Castel-Rodrigo. Dans l’incertitude, Amelot conseille à Philippe V d’assister au Te Deum depuis une tribune où il se met d’habitude les jours où il n’y a pas d’office et non depuis sa place de cérémonie52. Cependant, même s’il ne peut compter que sur quelques ralliements, l’entourage du roi estime qu’ils sont suffisamment significatifs pour considérer que la Grandesse s’est divisée. Alors qu’il se trouve dans une position de grande faiblesse, Philippe V saisit l’occasion pour renverser la situation en faisant une démonstration de force. Le 31 août, le roi limoge le comte de Lemos et le duc de Sesa, et leurs compagnies de la garde du corps sont données au comte d’Aguilar et au duc d’Osuna. Une épuration politique est également menée dans les conseils : la présidence du conseil d’Aragon est ôtée au duc de Montalto, un des meneurs de la résistance au banquillo, et donnée au comte d’Aguilar, père ; le gouverneur du conseil de Castille, le duc de Montellano, est destitué au profit de Francisco Ronquillo, un client d’Orry connu pour son hostilité aux Grands d’Espagne53. La nouvelle ordonnance de la garde du corps, réglant le service au palais, est publiée le 18 septembre 1705, alors que la Gaceta de Madrid annonce que tous les Grands assistent désormais à l’office54.

  • 55 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fos 11-12.
  • 56 SHD, T, A1, 1887, fo 46, lettre du chevalier de Bourck à Michel de Chamillart, Madrid, 11 septembr (...)

22Cette nouvelle est fausse car le roi continue pendant de longs mois à se rendre à la messe accompagné d’une poignée de Grands. Cependant, la démonstration de force a réussi. Même s’ils sont encore une majorité à résister, les Grands se retrouvent pris en défaut d’obéissance, alors que le roi avait exprimé explicitement sa volonté de ne pas porter atteinte à la dignité de la Grandesse. Certains Grands se rendent immédiatement compte de leur erreur et expriment des regrets vis-à-vis d’une affaire « aussi indifférente et qui dépendait seulement de la volonté du roi55 ». Dans l’entourage de Philippe V, au contraire, l’euphorie a gagné les esprits car « la divine providence donne au Roi Catholique une belle occasion d’établir sans ménagement tout ce qui convient à son service56 ». La stratégie de la provocation et de l’intransigeance a été payante : en suscitant un événement clivant, les Grands ont été obligés de prendre ouvertement parti pour ou contre le roi. Car pour l’entourage de Philippe V, alors que la guerre est sur le point d’embraser la Péninsule, l’heure n’est plus à chercher le ralliement généralisé de la noblesse espagnole mais à fédérer un clan de fidèles, quelle que soit leur origine, ou leur condition. C’est une nouvelle logique qui préside désormais l’économie de la grâce à Madrid et conditionne la politique nobiliaire de Philippe V.

La formation des réseaux philippistes à la Cour

23Jusqu’à l’affaire du banquillo, Louis XIV a continué de défendre la politique de domestication des Grands. Malgré la tension croissante entre Philippe V et la Grandesse, il ne semble pas déceler de signes d’une sédition majeure qui pourrait profiter à l’Archiduc. Selon lui, l’attitude de l’aristocratie espagnole ne doit pas mettre en doute sa fidélité car elle a toujours manifesté son opposition à la militarisation du service à la Cour :

  • 57 Lettre de Louis XIV à Michel-Jean Amelot, Marly, 14 juin 1705, dans Amelot de Gournay, Corresponda (...)

Au reste, les Grands d’Espagne ont toujours témoigné l’opposition qu’ils avaient à l’établissement des compagnies des gardes. Ils craignent l’autorité du roi leur maître, la regardant comme la ruine de leur propre considération, et il y a lieu de croire qu’ils agissent plutôt par de fausses préventions et par le motif de leur intérêt particulier, que par des liaisons secrètes avec les ennemis. Je juge ainsi de leurs intentions, parce qu’ils ont témoigné le même éloignement pour l’établissement des gardes, lorsqu’il a été formé des régiments sous le règne du feu roi Charles Second57.

24Ainsi, au mois de juin 1705, en situant l’origine de la contestation nobiliaire dans la défense traditionnelle des privilèges, le roi de France inscrit les résistances rencontrées par Philippe V dans une temporalité longue. À ses yeux, la situation n’est guère qu’une manifestation ordinaire de la conflictualité politique à laquelle Charles II ou lui-même ont dû faire face lors de leurs tentatives respectives d’établir une maison militaire à la Cour. Cette lecture du conflit incite Louis XIV à adopter une sorte de sévérité bienveillante à l’égard de l’aristocratie espagnole, alors que les conseillers de Philippe V, voyant la guerre à leurs portes, sont déjà dans la logique du clivage où toute contestation est jugée séditieuse. Entre Versailles et Madrid, l’interprétation des événements diverge : d’un côté, ils sont inscrits dans le temps long du rapport de forces entre le roi et le royaume, alors que de l’autre, ils sont lus à la lumière du temps court de la guerre civile qui s’annonce.

  • 58 Lettre de Louis XIV à Michel-Jean Amelot, 20 septembre 1705, dans ibid., t. I, pp. 91-94.
  • 59 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 109-120, lettre d’Amelot à Louis XIV, Madrid, 2 septembre 1705.
  • 60 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, Madrid, 26 octobre 1705, dans Maintenon, Let (...)
  • 61 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, Madrid, 3 septembre 1705, dans Maintenon, Le (...)

25L’affaire de la chapelle royale est donc menée sans en informer Versailles. Prévenu après coup, Louis XIV désapprouve très vivement la manœuvre estimant que son petit-fils a pris un risque inconsidéré. « Il fallait user de patience et introduire avec le temps, et sous différents prétextes, ce qu’on a voulu faire avec trop de précipitation58 ». Néanmoins, mal informé et tardivement de ce qui se passe à Madrid, le roi de France n’est pas en mesure d’orienter les décisions. Son ambassadeur lui assure avoir tout tenté auprès de Philippe V « pour être moins engagé à des châtiments d’éclat » mais l’attitude des Grands, selon lui, n’a pas laissé d’autre issue59. La princesse des Ursins, essayant elle aussi de justifier cette action, affirme que son succès est venu du « parti qu’on a pris en France de ne point entrer dans cette affaire60 ». Par la suite, elle n’a de cesse de minimiser l’incident, parlant des manœuvres de « quelques fortes têtes », ou de « trois ou quatre des plus opposés »61. En réalité, le conflit s’éternise et l’épreuve de force continue. Alors qu’une politique nobiliaire autonome est en train d’émerger à Madrid, la correspondance politique donne toujours l’impression d’une parfaite concordance de vues entre les deux Cours.

  • 62 Atienza Hernández, 1987.
  • 63 Lettre de Louis XIV à Michel-Jean Amelot, 20 septembre 1705, dans Amelot de Gournay, Correspondanc (...)
  • 64 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 109-120, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 2 septembre (...)
  • 65 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 137-146, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 11 septembr (...)

26Dans la foulée des limogeages, la nomination du duc d’Osuna à la tête de la garde du corps est présentée comme une grande victoire par Philippe V. Chef d’une branche du prestigieux lignage d’Acuña, dont la famille est titulaire de la Grandesse depuis 1520, Francisco Paula, VIe duc d’Osuna, est l’un des plus riches et des plus illustres seigneurs d’Espagne62. L’annonce est d’ailleurs accueillie très favorablement par Louis XIV, qui ne connaît pas l’heureux élu, mais qui ne peut que « louer [son] nom et [ses] titres63 ». Pour le roi de France, la désignation du duc d’Osuna est une façon de sortir par le haut de ce malheureux incident, d’apaiser les relations avec les Grands et de persévérer dans la politique d’intégration de la haute noblesse par le service. D’ailleurs, depuis Madrid, on fait tout pour le conforter dans cette opinion. Selon l’ambassadeur, le duc d’Osuna « n’est nullement dans les principes de ceux qui veulent maintenir les anciens usages » et il est considéré comme un précieux soutien pour favoriser l’établissement définitif de la garde64. D’ailleurs, toujours selon Amelot, depuis la désignation d’Osuna, « des gens de la première qualité demandent de l’emploi dans les gardes65 ».

  • 66 Mercure Galant, décembre 1700, pp. 273-274.
  • 67 AGP, Felipe V, leg. 311 [Fichoz] ; Gómez-Centurión Jiménez, Sánchez Belén, 1998, pp. 28-31.
  • 68 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fo 11.
  • 69 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 137-146, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 11 septembr (...)
  • 70 Fernández de Bethencourt, 1899, t. II, p. 266.
  • 71 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fos 11 et 15.
  • 72 Ibid., fo 39.

27Cependant, la correspondance politique entre Madrid et Versailles ne dit pas que le duc d’Osuna doit moins sa nomination à son nom et à ses titres qu’à sa parfaite soumission aux volontés du roi et de la reine durant l’affaire du banquillo, pas plus qu’elle ne fait état du front de parenté qui vient d’être nommé d’un coup aux principaux emplois de la maison militaire. Le duc d’Osuna a en effet manifesté très tôt son inclination pour la nouvelle dynastie : dès le mois de décembre 1700, il est allé en France à la rencontre de Philippe V pour lui prêter allégeance66. Il a été créé immédiatement gentilhomme de la chambre, il a fait partie des six gentilshommes maintenus en fonction après la réduction drastique de leur nombre en 1701, il a ensuite été chargé d’organiser le voyage de la reine Marie-Louise de Savoie en Espagne67. Osuna n’est donc pas un nouveau venu dans l’entourage de Philippe V, même s’il doit son entrée dans le cercle restreint des protégés de la princesse des Ursins à la retenue qu’il a observée au cours de l’affaire du banquillo en refusant de se joindre à la coalition68. En récompense, il obtient la seconde compagnie de la garde du corps alors que son jeune frère, le comte de Pinto, est désigné à la sous-lieutenance de sa compagnie69. La lieutenance échoit à Mercurio Pacheco, comte San Esteban de Gormaz, l’héritier du marquis de Villena, chef de l’autre branche du lignage des Acuña auquel appartient la maison d’Osuna, et grand partisan de Philippe V70. Le commandement de la première compagnie a été donné au comte d’Aguilar, un ami proche du duc d’Osuna, qui jouissait du commandement du régiment des gardes espagnoles et qui a su se montrer docile lors de l’affaire de la chapelle royale71. Enfin, le connétable de Castille, nommé grand maître de la maison du roi après le banquillo, est le beau-frère du duc d’Osuna, ce qui facilite grandement l’établissement de la garde du corps dans l’étiquette du palais72.

28Le principal enseignement à tirer de ces nominations est qu’elles ne répondent plus à la logique louis-quatorzienne qui avait présidé jusque-là et qui consistait à confier les premiers emplois militaires aux plus grandes familles espagnoles pour les écarter du gouvernement. Si les titres du duc d’Osuna ont maintenu cette illusion, il s’agit en réalité de l’accession à la tête de la maison militaire d’un front de parenté, issu de la clientèle personnelle de Philippe V, et non des réseaux de recommandation de Versailles. Cette fois, la logique n’a pas été celle du saupoudrage des emplois, mais bien celle de la concentration sur un cercle restreint d’individus qui ont su gagner la confiance du monarque.

  • 73 Atienza Hernández, 1987, pp. 338-349.

29Malgré les apparences, le groupe qui se constitue est loin d’être homogène car la parentèle du duc d’Osuna doit composer avec le reste des officiers de la maison militaire, des individus de toutes origines et de toutes conditions. Il n’y a en effet rien de commun entre le duc d’Osuna, qui peut se prévaloir d’appartenir à l’une des plus anciennes maisons de Castille et dont les revenus annuels sont évalués à plus de 2 000 000 de réaux, et Albert de T’Serclaes Tilly, un Liégeois sans fortune, dont la famille porte un titre d’Empire depuis 1622 et qui a été créé Grand d’Espagne un mois avant l’affaire du banquillo73. Le premier doit pourtant s’accommoder de côtoyer le second à égalité de fonction et de rang dans la proximité du monarque.

  • 74 AMAE, CP, Espagne, 125, fos 467-468, lettre de Philippe V à Louis XIV, Madrid, 6 décembre 1703 ; S (...)
  • 75 SHD, T, A1, 1886, fo 244, lettre du chevalier de Bourck à Michel de Chamillart, Madrid, 14 août 17 (...)
  • 76 Andújar Castillo, 2009a ; Guerrero Elecalde, 2012, pp. 314-327.

30À la Cour, autour des corps de la maison du roi, s’agrègent des réseaux politiques qui se sont constitués dans des conditions différentes dans chaque territoire de la monarchie, ce qui explique en bonne partie la disparité des conditions sociales. Dans les corps flamands, derrière le duc d’Havré et les cadets des grandes maisons nobles du Hainaut et de la Flandre wallonne, ce sont les membres de la petite noblesse qui a collaboré avec le régime anjouin qui occupent la plupart des emplois d’officiers. Par contre, la compagnie italienne de la garde du corps formée par le duc de Popoli réunit la fine fleur de la noblesse napolitaine qui a soutenu la cause du roi d’Espagne lors des tumultes politiques du début du règne74. Cette présence est considérée à Madrid comme « une marque évidente que la noblesse de ce pays-là est bien disposée et ne craint aucun changement75 ». Par contraste, dans les corps espagnols, derrière les maisons d’Osuna et de Villena, le rang des officiers est constitué par des hobereaux de province, à l’image des parents du biscayen Juan Idiáquez, un ancien officier espagnol de l’armée de Flandre, recommandé très tôt par le marquis de Bedmar et repéré par Jean Orry. Nommé sergent-major de la garde du corps en 1704, il a été la cheville ouvrière de la formation de cette unité. Loyal durant l’affaire du banquillo, il a profité de la protection de la princesse des Ursins pour faire entrer dans la garde du corps et dans le régiment des gardes espagnoles un grand nombre de ses parents et amis biscayens76.

  • 77 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fo 59.
  • 78 Ibid., fos 19 et 50.

31Ce mélange des genres a alimenté les critiques les plus virulentes du parti aristocratique. Aussi les attaques de Salazar y Castro, qui se fait à cette occasion le porte-parole du duc de Medinaceli, qualifie-t-il Juan Idiáquez d’« arrogant », dont « la communication fréquente avec les rois et les ministres » lui fait ambitionner un rang qui « en aucun temps ni circonstance, n’est proportionné ni à sa petitesse, ni à son ignorance, ni à son mérite »77. De même, les officiers flamands et italiens sont considérés sous la plume du même auteur comme autant d’« hommes obscurs, petits, qui n’ont rien à perdre […] des étrangers dépourvus en Espagne de grandes alliances et de patrimoine78 ». Quant aux quatre capitaines de la garde du corps, qui reçoivent le privilège identique de se situer en permanence derrière le roi, Salazar y Castro y voit une inacceptable annulation des hiérarchies sociales :

  • 79 Ibid., fo 50.

Il est difficilement supportable que deux Grands d’Espagne et deux personnes haut gradées en Flandre et à Naples puissent obtenir cette mission très estimable, et il faut souffrir en outre qu’en préjudice de tant d’hommes de grande condition, on y affecte des personnes non connues, et peut-être pleines de vices pestilentiels et de manières grossières, impropres à l’exercice d’une commission d’une telle importance79.

32Malgré son hétérogénéité, ce premier cercle de fidèles tient ensemble grâce au clientélisme de la princesse des Ursins, la première dame de la reine, qui s’est imposée comme la régulatrice de l’économie de la grâce et répartit les faveurs à proportion des mérites de chacun. Dans une estampe illustrant la présentation du prince des Asturies à la Cour, un graveur français a positionné la princesse au centre de la composition, au pied du trône, tenant l’héritier sur ses genoux et recevant l’hommage de la Cour (fig. 4, p. 000). Il s’agit là d’une métaphore du rôle occupé par la princesse, à la fois protectrice de la continuité dynastique de Philippe V et médiatrice de la faveur royale, une position qui lui permet d’exercer une surveillance étroite du comportement de chacun.

Fig. 4. — La reconnaissance du prince des Asturies pour héritier de la monarchie d’Espagne, faite par les députés des États, Paris, Henry Bonnart, 1710 (détail)

Fig. 4. — La reconnaissance du prince des Asturies pour héritier de la monarchie d’Espagne, faite par les députés des États, Paris, Henry Bonnart, 1710 (détail)

© Bibliothèque nationale de France, Paris.

  • 80 Ibid., fo 116.
  • 81 Saint-Simon, Mémoires, t. IV, p. 688.
  • 82 Bottineau, 1993, p. 204 ; lettre du marquis de Bonnac au marquis de Torcy, Madrid, 6 juin 1712, da (...)
  • 83 Pruvost, 1863, pp. 230-231.
  • 84 López-Cordón Cortezo, 2011, pp. 235-243.

33Les officiers de la nouvelle garde figurent en bonne place dans les réseaux politiques de la camarera mayor. Elle est d’ailleurs critiquée pour la protection qu’elle leur accorde, ses détracteurs voyant en elle la principale « actrice et fondatrice des nouvelles gardes et des prérogatives de ses commandants80 ». D’autres pointent sa préférence pour les serviteurs français ou flamands, ce qui est en partie exact dans la mesure où la princesse soutient les partisans du rapprochement dynastique. Elle tient à faire de Madrid, et non plus de Versailles ou de Bruxelles, le grand pôle d’attraction des défenseurs de l’alliance franco-espagnole. Elle s’attache donc à attirer ceux-ci en Espagne et à les insérer dans les nouveaux réseaux politiques de la Cour par le truchement des dames de la maison de la reine. En 1704, Louise de Gand Sarmiento, native de Mons (Hainaut), duchesse de Montellano par mariage, a été choisie par la princesse des Ursins pour la remplacer pendant son séjour en France. À son retour, Ursins la place comme camarera mayor de la princesse des Asturies, et fait venir son neveu, le marquis de Richebourg, lieutenant-général dans l’armée de Flandre, qui reçoit une sous-lieutenance dans la garde du corps81. En 1712, Anne Marie Césarée de Lanti de Rovere, dame d’honneur de la reine et nièce de la princesse des Ursins épouse le duc d’Havré, le colonel des gardes wallonnes82. En 1713, le jeune couple donne naissance à une fille qui est nommée à quatre mois dame d’honneur de la future princesse des Asturies avec 20 000 livres de rentes83. L’intervention directe de la princesse des Ursins dans des alliances entre les dames de la reine et les militaires du roi montre une volonté de constituer des familles politiques, sans tenir compte des origines sociales et donc parfois en contradiction avec les logiques endogamiques des grandes maisons nobles84.

  • 85 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 109-120, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 2 septembre (...)
  • 86 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fo 83.
  • 87 Bottineau, 1993, p. 298 ; Désos, 2009, pp. 129-131 ; Molina Martín, Vega González, 2010, pp. 165-1 (...)
  • 88 Baudrillart, 1890, t. I, p. 285.

34Cependant, malgré la protection qu’elle accorde aux bourboniens français et flamands, la princesse des Ursins s’attelle à la constitution de ses propres réseaux castillans. Elle garde toutefois à l’esprit la leçon de l’affaire du banquillo : la fidélité de la noblesse ne doit pas être considérée comme naturelle, elle doit être mise à l’épreuve lors d’événements clivants. La première dame s’évertue donc à mettre en scène des incidents politiques à la Cour qui sont autant de provocations destinées à contraindre ses ennemis à se dévoiler85. Par exemple, le 1er novembre est la date commémorative de la disparition de Charles II, mais aussi le jour anniversaire du Dauphin. Entre 1701 et 1704, la fête en l’honneur de l’héritier du trône de France avait été décalée par respect pour la mémoire du dernier Habsbourg. Or, le 1er novembre 1705, le roi ordonne le maintien des réjouissances pour l’anniversaire du Dauphin : les courtisans sont sommés de porter des bijoux pour venir féliciter les rois. Salazar y Castro y voit une manœuvre du « ministère français » pour s’informer de l’attitude de chacun et « accumuler tant et plus leur méfiance », alors qu’il aurait été si simple, selon lui, de décaler les deux célébrations « pour montrer du respect à la mémoire d’un monarque, auquel, par ses dernières volontés, le roi doit tout ce qu’il possède »86. L’année suivante, c’est l’abandon du port de la collerette par Philippe V qui constitue une nouvelle provocation de l’entourage royal pour obliger les courtisans à suivre ou non le roi dans la nouvelle mode vestimentaire, au prix d’une virulente contestation de la part de la faction aristocratique87. De même, en 1707, lorsqu’il s’agit de trouver un prénom à l’héritier de Philippe V, Ursins et Amelot approuvent le choix de « Louis », bien qu’à Versailles il soit trouvé trop « français ». Une fois encore, l’entourage de Philippe V marque sa différence et s’obstine dans ce choix, estimant que cette nouvelle épreuve permettrait de démasquer les véritables opposants. Selon les conseillers du roi, avant l’avènement des Habsbourg, il n’y avait pas eu en Espagne de « Philippe » ou de « Charles », par conséquent, seuls les « francs Autrichiens » pourraient s’opposer à un « Louis »88. On peut donc penser que c’est une leçon de fermeté qui a été tirée de l’affaire du banquillo par la princesse des Ursins, qui nourrit ensuite une politique systématique de mise à l’épreuve des fidélités.

35Cette méthode fait basculer l’économie de la grâce dans le présentisme dans la mesure où chaque événement clivant peut potentiellement redéfinir les positions des uns et des autres. L’actualisation permanente des mérites rend immédiatement caduques la mémoire des services antérieurs, a fortiori s’ils sont hérités. Cette politique de l’épreuve est donc avant tout un basculement d’une temporalité à l’autre : l’économie de la grâce ne se régit plus dans le temps long de l’histoire de la monarchie, mais dans le temps court de l’ère dynastique, lui-même souvent ramené au temps immédiat de l’événement selon les épreuves et les revers endurés par le camp bourbonien. Ce changement de temporalité a été clairement exprimé par Salazar y Castro dans la critique qu’il adresse au duc d’Osuna et à son clan. Il considère qu’en acceptant les emplois au lendemain du banquillo, non seulement ils se sont humiliés, mais ils ont entériné une rupture dont tous auraient à souffrir :

  • 89 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fo 15.

Ils n’ont pas voulu voir les conséquences de l’abandon de leurs prérogatives héritées, pour en acquérir une nouvelle, temporaire, sujette à la volubilité française, et totalement disproportionnée par rapport à leur rang et à leur naissance89.

36La formation de ces clientèles royales à la Cour se produit au moment où la guerre éclate dans la Péninsule, alors que les Bourbon essuient des revers en Espagne, en Italie et aux Pays-Bas. Il s’agit donc d’une économie de la grâce adaptée à un temps de crise, où le sacrifice de soi et de ses biens est érigé en parangon de la vertu politique.

De la faction politique à la corporation militaire

  • 90 San Felipe, Comentarios, t. II, p. 404.

Son caractère était belliqueux et il appréciait les soldats auxquels il a confié les plus grands emplois, jusqu’à leur donner les deux vice-royautés des Indes et les meilleurs gouvernements, ainsi que tous ceux du continent d’Espagne, non sans raison puisque ce sont eux qui au prix de leur sang lui avaient permis à lui et sa famille de conserver la Couronne90.

37Écrite en 1725, cette célèbre citation du marquis de San Felipe à propos de Philippe V rend imparfaitement compte du rapport qui se noue entre le roi et les felipistas au cours de la guerre de Succession. En effet, elle conserve des formulations caractéristiques de la propagande bourbonienne qui a préféré mettre l’accent sur la dimension militaire de l’entourage du roi plutôt que sur sa dimension partisane. Or, au cours du conflit, le corps des officiers généraux et la faction politique tendent de plus en plus à se confondre, en raison du protagonisme croissant joué par la maison militaire dans la constitution de la nouvelle élite politique de la monarchie. L’exaltation des vertus militaires par la propagande recouvre donc un phénomène plus complexe de politisation de l’armée et de militarisation du gouvernement qui doit permettre au roi de placer ses clientèles personnelles dans des secteurs clés de la Cour, de l’armée et de l’État.

  • 91 Portugués, Colección de las ordenanzas militares, t. V, pp. 6-37 et pp. 213-216. Voir annexe IV.
  • 92 Ibid., p. 57.
  • 93 Voir chap. iv.
  • 94 AGS, GM, 2275, lettre de Miguel Coscojuela au marquis de Villadarias, Madrid, 16 février 1760. En (...)

38Après l’épuration consécutive à l’affaire du banquillo, la maison militaire s’est imposée comme le principal bastion philippiste. Elle acquiert très rapidement un statut particulier, qui la détache de la juridiction du palais en raison de son caractère militaire, mais qui la rend également indépendante de la juridiction militaire en vertu de sa proximité avec le roi. Par deux ordonnances, le 18 septembre 1705 et le 22 février 1706, la garde du corps est émancipée de toute dépendance vis-à-vis du grand maître de la maison du roi, mais aussi de la juridiction du conseil de guerre, chaque chef de corps recevant la juridiction complète sur son unité, avec le recours au roi comme seule instance d’appel91. Elle est donc placée en dépendance directe du roi au titre d’une armée personnelle, proscrivant toute médiation entre les chefs de corps et le monarque. En 1708, une ordonnance rappelle le statut particulier des gardes qui sont moins des militaires, au sens strict du terme, que des domestiques du roi détachés pour la guerre, estimant qu’ils « ne doivent pas être tenus pour de simples soldats, ni être désignés comme tels, car ils sont des domestiques de ma maison royale92 ». Cette condition confère aux commandants de la maison militaire un droit d’accès direct au roi pour traiter des affaires de leur unité. Ils sont ainsi les seuls habilités à présenter de nouvelles recrues au roi sans que personne, ni même le secrétaire de la guerre, ne puisse trouver à redire93. À l’image des chefs de corps qui prêtent serment de fidélité entre les mains du roi, le jeune cadet est présenté personnellement au roi pour qu’il lui baise la main. Le chef de corps engage sa responsabilité auprès du roi pour chaque nouvel arrivant, ce qui suffit à prouver sa noblesse et sa nationalité, les deux conditions requises par ordonnance pour accéder aux emplois. De ce fait, en vertu de la confiance accordée aux chefs, la présomption de noblesse bénéficie à tous les candidats. Selon un témoignage postérieur à la guerre, lorsque le roi permet à un cadet de lui baiser la main, « cet acte s’interprète comme une approbation royale solennelle de son idonéité pour cet emploi94 ». L’activation de ces anciennes références à la domesticité permet donc de conférer de la solennité aux clientèles du roi tout en renforçant leur cohésion. Cependant, elles accentuent aussi la césure croissante entre la maison militaire et le reste de l’armée.

  • 95 Voir chap. iii.
  • 96 Voir chap. iii.
  • 97 AHN, Estado, leg. 493, ordre royal, Madrid, 12 mars 1707.
  • 98 Pardo González, 1915.

39Les privilèges de la maison militaire offrent en effet à ses officiers des conditions de carrière qui leur assurent le monopole sur les premiers grades de l’armée. Alors que l’armée de ligne reste soumise au contrôle de l’administration militaire, les corps de garde sont régis par la faveur et la recommandation au détriment de toute règle. Elle permet donc des ascensions professionnelles rapides, à un âge très jeune, notamment dans les compagnies de la garde du corps95. Non seulement les carrières sont plus rapides dans la maison du roi, mais les officiers progressent plus vite dans la hiérarchie en vertu du système de la double graduation qui leur permet d’atteindre à un âge relativement précoce les grades convoités du généralat (brigadier, maréchal de camp, lieutenant-général et capitaine-général)96. Ce décrochage entre les carrières de la maison du roi et celles de l’armée est sanctionné par une décision du 12 mars 1707 qui stipule qu’en récompense de « l’honneur qu’ils ont de garder ma personne » et des « bons services qu’ils m’ont rendus », les officiers de la garde royale obtiennent la préséance absolue sur tous les officiers de l’armée, quel que soit le grade ou l’ancienneté97. Au regard de leur nombre, la domination des officiers de la maison militaire sur le reste de l’armée apparaît clairement lors de la création du grade de capitaine général en 1710 : lors de la première promotion, 7 des 12 promus sont ou ont été des officiers supérieurs de la maison militaire98.

  • 99 Giménez López, 1987 ; Caimari Calafat, 2001 ; Blesa Duet, 2005, pp. 139-180 ; Muñoz Rodríguez, 201 (...)

40La double condition de domestique et de militaire permet ainsi de façonner juridiquement l’autonomie des clientèles politiques de Philippe V. Ce processus se produit alors que la guerre a commencé dans la Péninsule et que, à Valence et en Aragon, des villes sont reconquises par les armes. Placés à la tête des armées, les officiers de la garde royale sont souvent désignés pour occuper le gouvernement provisoire de ces territoires, ajoutant ainsi à leurs fonctions militaires des fonctions politiques99. Le célèbre décret du 29 juin 1707 abolissant les fueros de Valence a ouvert la voie à une militarisation progressive du gouvernement provincial qui offre une manne d’emplois prestigieux aux militaires de la maison du roi. Ainsi, en 1706, les deux capitaines des compagnies espagnoles, le comte d’Aguilar et le duc d’Osuna, ont été désignés respectivement directeur général de l’infanterie et capitaine-général d’Andalousie. La même année, le prince de T’Serclaes, capitaine de la compagnie flamande, est fait vice-roi de Navarre, tandis qu’Alexandre de Bay, lieutenant dans la même compagnie, est nommé capitaine général d’Estrémadure et directeur général de la cavalerie. Le cumul et la concentration des charges politiques, administratives et militaires sont des caractéristiques importantes de ces premières années de la guerre qui traduisent la confiance accordée par le monarque à un nombre restreint de hauts officiers. Dès le départ s’introduit donc l’idée d’une hiérarchie au sein de l’institution militaire entre un groupe très privilégié qui jouit des premiers grades de l’armée, sert dans les corps de garde à la Cour et gouverne dans les places de province, et le reste des officiers de l’armée de ligne. Par conséquent, l’amour de Philippe V pour les militaires, exprimé par la propagande et immortalisé par le marquis de San Felipe, doit être relativisé à l’aune de cette profonde césure entre la masse des officiers et une haute élite militaire qui évolue dans la proximité du roi.

  • 100 Funerales exequias (1707), pp. 6-11. Cette célébration a eu un écho notable dans la ville de Madri (...)

41Ce processus de politisation de l’armée entamé depuis les corps de la garde royale n’est jamais mentionné dans la propagande royale. Celle-ci ne met pas particulièrement en évidence la maison militaire, pas plus que les nations qui la compose. En lieu et place, la propagande bourbonienne se caractérise par une exaltation du courage des soldats, notamment au lendemain de l’annus horribilis de 1706, au cours de laquelle les armées bourboniennes ont reflué partout en Europe. Alors que la couronne vacille sur la tête de Philippe V, la victoire inespérée remportée à Almansa le 25 avril 1707 rétablit l’équilibre des forces et permet aux Bourbon de reconquérir une partie du territoire perdu en Castille et à Valence. Les célébrations de cette victoire mettent l’accent sur le sacrifice des soldats tombés pour conserver la couronne de Philippe V, selon le même canevas que celui suivi par le marquis de San Felipe. Dans le collège impérial des Jésuites à Madrid, un fort en étoile de près de sept mètres de haut est reconstitué pour rendre un hommage public aux héros d’Almansa. Parmi les représentations allégoriques qui ornent le monument, plusieurs d’entre elles font référence au sang versé pour maintenir la couronne de Philippe V : ainsi, une balance est figurée, dont le plateau le plus lourd est occupé par une tête traversée par une baïonnette, tandis que l’autre plateau élève une couronne. Une autre image montre un cœur transpercé par une épée laissant couler le sang jusqu’aux racines de deux plants de lys. Une troisième allégorie représente une couronne renversée dont les pointes s’enfoncent dans les paumes de deux mains dressées, le sang coulant le long des bras « faisant ainsi allusion au fait d’avoir maintenu par leur sang dans cette bataille la couronne d’Espagne ». Enfin, une dernière série fait allusion à la mémoire de ces sacrifices : les soldats tombés y consolent une allégorie de la ville d’Almansa en évoquant leur vie meilleure qui leur vaut « une reconnaissance perpétuelle »100.

42En réalité, dans le vocabulaire politique, il n’existe pas de terme pour désigner les partisans de Philippe V, et c’est sous la thématique de la fidélité et du sacrifice du soldat que les valeurs du philippisme sont diffusées. Le terme de « philippiste » apparaît tardivement dans la propagande sans jamais vraiment se généraliser. En 1711, dans un feuillet en l’honneur des soldats tombés à Villaviciosa, ces hommes qui ont scellé de leur sang le testament de Charles II sont appelés les Philipenses. En paraphrasant l’Épître aux Philippiens de Saint Paul, dans laquelle le 13e apôtre exhorte les Macédoniens à rester fidèles à l’Évangile, l’auteur salue dans les soldats défunts les Philipenses d’Espagne qui, en acceptant de brandir l’épée du côté de la justice et du mérite, ont permis « l’élévation du Vème des Philippes ».

  • 101 Muñoz, Oración gratulatoria fúnebre (1711), pp. 30-31. Nous soulignons le passage. Voir aussi : Cu (...)

Ô généreux Philippiens […] Ô légitimes fils de notre aimée Mère l’Espagne, envieux de la gloire de vos ancêtres, vous avez non seulement choisi Philippe pour votre monarque légitime, mais vous avez aussi souffert les tourments ultimes pour assurer glorieusement sa défense afin que renaisse le phénix de la loyauté de ses cendres gelées101.

  • 102 « Second hommage des Espagnols retournez à Charles III et retraite des Philippins (1706) ». Dans c (...)

43Dans la propagande bourbonienne, la référence aux « Philippiens » est ambiguë. Si elle permet de consolider l’identité politique de l’entourage de Philippe V, elle trahit aussi la fragilité de l’assise sociale du nouveau monarque. Comme le montre cet extrait, les « Philippiens » ne sont pas l’ensemble des sujets, ce sont les fils les plus « généreux » de la « Mère Espagne », qui ont « choisi Philippe », et qui ont accepté de souffrir « les tourments ultimes ». En parlant de « Philippiens », la propagande dévoile la nature clanique de l’adhésion au monarque. Celle-ci n’est plus une obligation acceptée par tous, qui découle de la condition de sujet, mais elle relève désormais du choix personnel de quelques-uns qui se révèlent être, de ce fait, la sanior pars du royaume. De Philippe V, le monarque luttant contre un intrus, il ne reste que Philippe, le chef de clan, luttant contre Charles, son rival. En d’autres termes, « Philippiens » est un mot de la guerre civile qui prend acte de la profonde division des royaumes et reconnaît implicitement que la légitimité du monarque n’est plus incontestable. Cela explique sans doute pourquoi le terme est relativement rare du côté bourbonien alors qu’il est plus courant dans les pamphlets austracistes102.

  • 103 Sánchez Llanes, 2014.
  • 104 Vicent López, 2001 ; González Cruz, 2009, pp. 113-126.

44La figure du soldat a donc constitué un substitut honorable à celle du partisan. À travers l’image du chef militaire au milieu de ses hommes, il a été possible de représenter le clan des fidèles sans abaisser pour autant la dignité royale. Les nombreux travaux consacrés à la propagande bourbonienne ont montré la préoccupation constante des thuriféraires de Philippe V de mettre l’accent sur les liens individuels d’amour des sujets envers leur roi103. Cette réduction du lien politique à la simplicité des liens d’affection interindividuels présente d’un côté une image accessible du roi et, de l’autre, valorise la condition de simple sujet, au détriment des formes institutionnelles et corporatives de la fidélité politique. Dans les libelles de l’époque, les références à la noblesse sont peu nombreuses, les royaumes en tant que corps politiques de la monarchie ont été effacés, la symbolique des nations est inexistante. En temps de crise, le roi est réduit à sa condition charnelle ce qui lui permet d’enjamber toute forme de représentation du royaume pour entrer en contact direct avec le « peuple »104.

  • 105 Drévillon, 2005, pp. 289-315.
  • 106 Cornette, 2000, pp. 293-315 ; Borreguero Beltrán, 2003.

45La représentation de l’armée et du service militaire suit la même logique. L’insistance sur le soldat est une façon de prendre le contre-pied d’une représentation convenue du service des armes qui l’associe à la condition nobiliaire et le considère comme un attribut propre de celle-ci105. Comme le domestique, la figure du soldat permet au contraire de gommer toute référence à une identité nobiliaire préexistante, la condition militaire n’étant pas érigée en attribut d’un corps social mais comme l’expression de l’amour et du renoncement à soi. Ce sont donc des références, elles aussi très anciennes, qui sont mobilisées par la propagande et qui mettent en scène le roi en chef de guerre au milieu d’une armée de soldats — et non d’officiers ou de nobles — égaux par leur amour au roi et par leur disposition au sacrifice106.

46Cette culture du soldat-domestique impulsée aux heures les plus graves de la guerre a légitimé la création de corporations militaires privilégiées afin de consolider les clientèles royales. Avec elles, c’est un système qui se met en place pour permettre aux plus méritants des « philippistes » d’accéder facilement aux plus hautes sphères de l’État, sur base de la seule confiance qui unit le roi à son premier cercle de fidèles. Insérés dans ces nouvelles clientèles, membres à part entière de la maison militaire, les officiers flamands ont été saisis dans cette dynamique politique qui les a propulsés aux premiers emplois de la monarchie. S’ils en ont tiré de grands bénéfices, ils ont dû aussi prouver leur fidélité alors que les défaites essuyées aux Pays-Bas rendaient leur situation en Espagne plus fragile que jamais.

II. — Du bourbonisme au philippisme

Genèse de l’exil flamand

  • 107 Gachard, 1880, pp. 61-87 ; De Schryver, 1965, pp. 284-310.
  • 108 Ursel, 2004, t. II, p. 174.

47Le 23 mai 1706, la défaite bourbonienne de Ramillies aux Pays-Bas révèle la brèche qui s’est creusée au sein des élites flamandes vis-à-vis de Philippe V. Entre 1703 et 1705, le gouvernement de Bruxelles, sous la férule du comte de Bergeyck, a pris des mesures extrêmement impopulaires pour soutenir l’effort de guerre107. La défaite de Ramillies et la prise de Bruxelles par les troupes anglo-hollandaises sont donc accueillies comme une libération par une frange des élites restées au pays. Comme ailleurs dans la monarchie, l’austracisme aux Pays-Bas s’est constitué autour des élites sociales et politiques qui n’ont pas reçu de Louis XIV et de Philippe V les retombées attendues de leurs services. Parmi les nouveaux austracistes, on retrouve une partie des officiers de finances de l’ancien gouvernement espagnol des Pays-Bas qui avaient été marginalisés par les réformes de Bedmar et Bergeyck, ou des bourboniens de la première heure qui ont fait les frais des rivalités politiques, tels que le marquis de Westerloo ou le comte d’Ursel. Ce dernier s’était retiré dans ses terres du Brabant depuis son expulsion de la cour d’Espagne ; la défaite de Ramillies lui offre l’occasion de revenir à Bruxelles et d’obtenir sa nomination au conseil d’État lors du rétablissement des conseils collatéraux par les Alliés108.

  • 109 Gachard, 1880, pp. 135-170.
  • 110 L’arrestation et le repli forcé dans le nord de la France a été une technique employée dans le cas (...)
  • 111 Lettre de Gracia au comte d’Ursel, Madrid, 29 novembre 1706, citée dans Ursel, 2004, t. II, p. 161
  • 112 AHN, Estado, leg. 1484, lettre de l’Électeur de Bavière au conseil d’État, camp de Candel, 23 août (...)

48La bataille de Ramillies constitue donc un événement clé dans la différenciation aux Pays-Bas entre bourboniens et austracistes. Du côté français, tout espoir n’est pas perdu de reconquérir le terrain perdu : en 1708, une grande offensive en Flandre essaie de renverser la situation, mais la déroute d’Audenarde (11 juillet) et la prise de Lille (22 octobre) brisent ce dernier élan. Alors que Louis XIV mène désormais une guerre défensive pour empêcher l’invasion de la France, le régime anjouin s’est replié à Namur, la dernière province encore contrôlée par les Bourbon109. Par conséquent, alors que le bourbonisme avait largement fédéré les élites aux Pays-Bas, la situation militaire après Ramillies dessine désormais les contours des deux factions opposées articulées autour des villes de Bruxelles et de Namur. À Madrid, l’attitude des élites flamandes est dès lors scrutée minutieusement car elle détermine l’appartenance à l’un ou l’autre camp110. Ainsi, les derniers amis du comte d’Ursel à Madrid lui font savoir avec amertume que « vous vous êtes notés en cette cour [d’Espagne] pour ceux qui se sont signalés affectionnés aux ennemis faisant des festins magnifiques111 ». En 1708, alors que l’Électeur de Bavière recommande le marquis de Deynse pour une pension, le conseil d’État de Madrid demande à être informé « de la manière dont ledit comte de Coupigny, son fils, et [lui], se sont comportés depuis le jour de la bataille de Ramillies112 ».

  • 113 Certains auteurs ont avancé qu’il avait été demandé aux Flamands repliés en France de prêter serme (...)
  • 114 Fieffé, 1854, t. I, p. 190. Voir aussi : AGR, CR, 548, « Règlement auxquels les commis de l’extrao (...)
  • 115 Il n’est pas simple d’évaluer l’attractivité du service espagnol après 1706, lorsque la guerre sem (...)

49Pour les Bourbon, le déplacement des élites vers des territoires restés sous leur contrôle constitue une preuve de fidélité113. Namur, le nord de la France ou la cour d’Espagne sont donc les trois refuges possibles pour les bourbonistes flamands. Il est très difficile de chiffrer précisément la manière dont ces derniers se sont répartis entre ces régions, mais le nord de la France a vraisemblablement dû être la destination privilégiée. La plupart des familles y ont des parents et ils y disposent de biens et d’accès à la Cour. De surcroît, tant que la guerre se poursuit et que l’armée de Flandre reste financée par le trésor français, il y a une grande porosité entre le service de l’Espagne et celui de la France114. Si la retraite en France apparaît comme un choix plus sûr, l’exil espagnol s’inscrit plutôt dans la continuité du soutien au projet d’union dynastique qui a animé les cadres du régime anjouin. Alors que Louis XIV renonce progressivement à exercer sa protection sur les élites flamandes, les plus fervents défenseurs de l’union des deux couronnes ont vraisemblablement considéré que le dernier espoir de voir ce projet aboutir dépendait désormais du maintien de Philippe V sur le trône d’Espagne. Madrid, par le truchement de l’entourage français du roi, se renforce donc comme un grand pôle de captation des partisans du bourbonisme115.

  • 116 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, 40-57.
  • 117 AHN, Estado, leg. 493, ordre royal, Madrid, 12 mars 1707.

50Pourtant, après 1706, servir dans la Péninsule constitue un choix plus risqué que jamais car les défaites essuyées par les Bourbon aux Pays-Bas ont fragilisé les deux unités flamandes de la maison militaire. En effet, les revers militaires ont obligé Philippe V à adoucir sa politique répressive vis-à-vis des élites espagnoles en leur donnant des gages de bienveillance. Par rapport aux premières années du règne, où les Flamands ont occupé une place de premier plan dans l’entourage du roi, le rééquilibrage s’opère progressivement. C’est d’ailleurs à cette époque que surviennent les premières disputes de préséance entre les compagnies de la garde du corps, les Espagnols réclamant la primauté sur les autres. L’ordonnance du 10 mars 1707 est un difficile compromis ; publiée en pleine débâcle, elle doit consolider l’ancrage espagnol de la dynastie sans porter un affront cinglant aux noblesses italienne et flamande. Dès lors, la préséance est donnée à la première compagnie espagnole, suivie de l’italienne, puis de la seconde compagnie espagnole devant la flamande116. Le 12 mars, un autre règlement stipule à son tour qu’à grade égal les officiers des gardes espagnoles auront toujours la préséance sur ceux des gardes wallonnes117. On voit ainsi que les pertes territoriales aux Pays-Bas et en Italie ont des conséquences sur le statut de ces nations dans le service à la Cour. Du moins, ces événements sont instrumentalisés par les philippistes espagnols pour prendre l’ascendant sur leurs homologues italiens et flamands. Il ne s’agit certes que d’un ordre de préséance, mais pour les officiers flamands, il présage un possible déclassement politique en cas d’abandon définitif de la Flandre par l’Espagne.

  • 118 AHN, Estado, leg. 1491-1 ; AHN, Estado, leg. 1491-2 ; AHN, Estado, leg. 1491-3. A fortiori, des ti (...)
  • 119 Glesener, 2014c, pp. 312-313.
  • 120 AHN, Estado, leg. 1491-2 ; AHN, Estado, leg. 1491-3.

51En effet, la conquête des Pays-Bas menace non seulement les positions acquises en Espagne mais aussi l’accès aux sources de l’honneur. Tant que les provinces flamandes restent sous la domination de Philippe V, même de façon résiduelle, le monarque peut dispenser en toute légitimité les grâces sur le domaine royal des Pays-Bas. Ainsi, le marquis de Bay (1703), le marquis d’Itre (1703), le marquis de Winterfelt (1706), le baron d’Huart (1707), le comte de Lalaing (1708), le baron de Reynogm (1710), le comte de Roydeville (1710) sont des titres flamands accordés à des officiers flamands servant en Espagne118. Il s’agit d’une ressource essentielle car, pendant le conflit successoral, ces militaires ont eu des accès très limités aux titres et honneurs du domaine de Castille. Seuls trois habits des ordres militaires espagnols ont ainsi été concédés à des officiers flamands entre 1701 et 1714, et un seul a obtenu une lettre de naturalité pour jouir d’une pension sur l’archevêché de Tolède119. En revanche, l’essentiel des pensions accordées à ces officiers ou à leur famille le sont sur les bénéfices ecclésiastiques de collation royale aux Pays-Bas120.

  • 121 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, p. 297.
  • 122 SHD, T, A1, 1886, fo 303, « Conditions pour la levée des deux bataillons d’augmentation que le roi (...)
  • 123 AGR, Conseil Royal, 549, fos 238-238, lettre de Chamillart à N., Versailles, 18 février 1707.
  • 124 AHN, Estado, leg. 495-1, lettre du duc d’Havré à José Grimaldo, mars 1707.

52De plus, le maintien des provinces flamandes sous la domination de Philippe V permet aussi de sécuriser des sources de financement nécessaires à la poursuite du service dans la Péninsule. Car le régime anjouin et le trésor militaire français continuent de fournir aide et assistance au régiment des gardes wallonnes. En juin 1705, chaque régiment de la maison militaire a dû doubler ses effectifs, passant de 1 400 à 2 800 hommes chacun, sans intervention de l’hacienda espagnole121. Le duc d’Havré est alors obligé de se tourner vers le comte de Bergeyck à Bruxelles et le trésor français afin de solliciter l’aide qu’il ne reçoit pas de l’Espagne. Chamillart, le ministre de la guerre, lui propose une solution : la moitié des effectifs sont levés par le comte de Bergeyck sur les finances des Pays-Bas, tandis que le ministre s’engage à fournir l’autre moitié sur le trésor français. De plus, Chamillart prête 100 000 livres au duc d’Havré pour habiller les recrues, qui devront être remboursées sur les paiements à venir de la masse du régiment par le trésor espagnol122. Cependant, ce dernier n’est toujours pas en mesure de payer. À deux reprises, en 1706 et en 1707, le régiment des gardes wallonnes recrute encore avec l’aide du gouvernement des Pays-Bas ou du trésor militaire français jusqu’à ce que Chamillart refuse de continuer à payer à la place de l’hacienda espagnole123. Cette décision accentue les difficultés économiques des officiers qui sont obligés de rembourser sur leurs fonds propres les dettes contractées auprès de leurs fournisseurs à Paris et Toulouse124. Malgré la réforme des finances militaires espagnoles, le régiment des gardes wallonnes reste donc dépendant économiquement du gouvernement dynastique des Pays-Bas. Par conséquent, la perte des provinces est autant redoutée que le désengagement financier de la France aux Pays-Bas.

  • 125 AGR, FP, Croix, 9, lettre d’Eugène de Croix au marquis d’Heuchin, Villalba, 5 juin 1711.

53Alors que le territoire ne cesse de se rétrécir en Flandre, le service des Flamands en Espagne se mue lentement en un exil politique à l’issue incertaine. Certes, l’accès aux privilèges de la haute élite militaire les a élevés au sommet de l’appareil d’État, mais la situation semble bien fragile tant leur ancrage social, économique et politique reste lié à aux réseaux politico-financiers des partisans de l’union dynastique. Dans ce contexte, il n’est pas certain que les grâces militaires reçues en Espagne soient en mesure de compenser les titres et les revenus dispensés sur le domaine des Pays-Bas. En 1711, Eugène de Croix était « toujours persuadé que rien n’est moins stable que la fortune dans notre métier en Espagne125 ». À cette époque, le désengagement militaire de la France précipite l’abandon définitif des Pays-Bas et laisse les officiers flamands sans soutien. Désormais, leur sort repose entre les seules mains de Philippe V.

La crise de 1709 et ses conséquences

54Le répit offert au camp bourbonien après la victoire inespérée d’Almansa (25 avril 1707) a été de courte durée en raison des revers essuyés par Louis XIV aux Pays-Bas qui l’ont placé sur la défensive. Dès lors, l’alliance franco-espagnole se fissure : au mois de juin 1709, engagé dans une paix séparée avec l’Angleterre et l’Empire, Louis XIV annonce à son petit-fils le retrait de ses troupes d’Espagne. Après celle de 1706, la seconde annus horribilis commence en septembre 1709, lorsque le rappel de l’ambassadeur Amelot signe la fin de la collaboration dynastique. Tandis qu’il part se mettre à la tête de ses troupes, Philippe V ne peut désormais compter que sur ses propres forces puisque la totalité de l’effort de guerre repose à présent sur les seules finances de la monarchie. De surcroît, les conditions climatiques désastreuses des hivers 1708 et 1709 provoquent une crise financière sans précédent. La cherté du grain rend insoutenable le paiement des sommes exigées par les fournisseurs de vivres à l’armée. Les conséquences sur le plan militaire ne se font pas attendre : pendant la campagne de 1710, l’armée espagnole est écrasée à deux reprises, à Almenar (27 juillet), où Philippe V manque de peu de perdre la vie, et à Saragosse (20 août). Le 9 septembre, face à la progression des troupes de l’Archiduc, la famille royale doit abandonner une nouvelle fois Madrid. Alors que la situation de Philippe V paraît désespérée, Louis XIV consent à renoncer aux négociations de paix et à renvoyer ses troupes en Espagne. Les 8 et 10 décembre 1710, deux victoires décisives des troupes bourboniennes à nouveau réunies se produisent à Brihuega et à Villaviciosa rétablissant l’équilibre des forces dans la Péninsule. La mort inopinée de l’empereur Joseph Ier, le 17 avril 1711, achève de renverser la situation : l’élection de l’Archiduc à la couronne impériale disloque la coalition internationale et son départ de Barcelone pour Vienne le 27 septembre laisse désormais peu de doute sur l’issue de la guerre dans la Péninsule.

  • 126 Andújar Castillo, 2008b, pp. 108-129.
  • 127 Caro Baroja, 1969 ; Aquerreta González, 2001a ; Id., 2001b ; Torres Sánchez, 2010 ; Dedieu, 2011 ; (...)
  • 128 Andújar Castillo, 2010c ; Saavedra Vázquez, 2012 ; Felices de la Fuente, 2012, pp. 193-201.

55Entre 1709 et 1711, le retrait de la France a contraint Philippe V à augmenter les effectifs de ses troupes d’environ 20 000 hommes, passant de quelque 57 000 à plus de 75 000 hommes, et à les entretenir sans les secours financiers de la France126. Amputé de ses territoires européens, abandonné par le trésor français, Philippe V n’a plus d’autre choix que d’approfondir la réforme des finances ordinaires de Castille afin de les mettre en état de soutenir seules tout l’effort de guerre. Durant la phase transitoire, Philippe V a dû s’appuyer sur des grandes familles de marchands et de financiers espagnols, sur les patriciats urbains les plus fidèles, et en dernier recours sur les militaires eux-mêmes. Dans le premier cas, comme l’illustre l’exemple des Navarrais, les liens qui se nouent à cette occasion entre des groupes financiers et la monarchie vont être durables et permettre à quantité d’entre eux de pénétrer les arcanes de l’administration royale127. Dans le deuxième cas, les demandes financières extraordinaires de la couronne et les levées d’hommes sont négociées âprement par les élites urbaines au prix de titres, de charges et d’honneurs qui ont été donnés en compensation des efforts consentis128. Le troisième cas — celui des officiers de l’armée — est resté curieusement dans l’ombre, alors que l’extension d’un grand nombre de privilèges militaires trouve son origine dans le soutien financier des officiers durant cette période de crise. Dans le cas qui nous occupe, le maintien d’une armée de « nations » en Espagne après le démembrement de la monarchie est étroitement lié à la participation financière des officiers flamands pendant la crise de 1709.

  • 129 SHD, T, A1, 1886, fo 194, lettre de Michel-Jean Amelot à Michel de Chamillart, Madrid, 5 août 1708
  • 130 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, p. 299.
  • 131 AGS, Estado, leg. 483, lettre de Philippe V aux ducs d’Aytona et d’Havré, novembre 1709.
  • 132 AHN, Estado, leg. 77, lettre de Juan Antonio Gutiérrez de Carriazo à José Grimaldo Madrid, 17 juin (...)
  • 133 AHN, Estado, leg. 779, lettre du duc d’Havré à José Grimaldo, Madrid, 15 mars 1712.
  • 134 AHN, Estado, leg. 493, ordre royal, Madrid, 12 mars 1707 ; AHN, Estado, leg. 779, lettre du duc d’ (...)

56En effet, avec le désengagement de la France, les corps flamands sont confrontés à l’assèchement des financements extraordinaires en provenance de Flandre ou de Versailles, et ils ne peuvent compter désormais que sur l’hacienda castillane. Ce transfert a été initié dès 1703 avec la création de la secrétairerie et de la trésorerie générale de guerre mais il n’est toujours pas achevé en 1708129. Or, en 1709, alors qu’il n’est pas encore en mesure de payer correctement ses troupes, Philippe V demande de nouveaux efforts aux officiers de sa maison militaire pour financer l’augmentation des effectifs. Chaque régiment de la garde doit passer de 2 800 à 4 200 hommes, sans que les officiers ne puissent espérer le moindre secours des trésors français et espagnol130. À une requête conjointe des deux colonels, Philippe V fait répondre qu’il s’engage à soutenir les officiers alors que « [ses] finances royales ne sont pas en mesure de fournir toute l’assistance que vous demandez », précisant qu’il s’en remet à « votre zèle et votre amour pour écarter les obstacles et conclure ce service »131. Entre 1710 et 1712, les officiers financent pratiquement seuls les levées et l’entretien de leurs compagnies. Malgré des demandes répétées des colonels, ils ne reçoivent aucun secours de l’hacienda royale : en 1711, le trésorier général estime que durant la période écoulée les officiers n’ont perçu que 10 % de leurs salaires132. La même année, le duc d’Havré évalue à 2 279 640 réaux la dette du trésor royal à l’égard de son régiment, une grande partie de cet argent ayant été emprunté par Havré et quelques officiers auprès de marchands et de financiers parisiens133. Par ailleurs, si l’ensemble de la maison militaire a été mis à contribution, les maigres secours de l’hacienda espagnole ont été accordés en priorité aux officiers espagnols. En 1711, ceux-ci bénéficient du fruit d’une campagne de vente d’emplois aux Indes qui leur permet de combler les retards de paiement pour un montant de 3 600 000 réaux, alors que leurs homologues flamands ne perçoivent rien134.

  • 135 Guillaume, 1858, pp. 60-68.

57À défaut d’être remboursée, la contribution des officiers flamands à l’effort de guerre est compensée par des garanties politiques. En 1710, à plusieurs reprises, Philippe V donne des gages de sa détermination à conserver des emplois réservés à la « nation flamande » dans la garde royale, et donc à préserver l’accès aux privilèges de la haute élite militaire. Le 20 août, lors de la bataille de Saragosse, Charles Antoine de Croÿ, duc d’Havré, est tué à la vue du roi en même temps qu’une quinzaine d’officiers et plus d’un millier de soldats des gardes wallonnes. Dix jours plus tard, grâce à la protection de Mme des Ursins, son frère et héritier, Jean-Baptiste, lui succède dans sa charge de colonel135. Cette transmission a lieu lors d’une entrevue avec Philippe V au cours de laquelle le roi se serait engagé à préserver en toutes circonstances le régiment des gardes wallonnes. Aucun document n’atteste formellement de cette promesse, bien que plusieurs témoignages postérieurs y fassent référence. En 1716, lorsqu’il est question de diminuer le corps, le duc d’Havré rappelle au roi cette entrevue en ces termes :

  • 136 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 53-60, lettre du duc d’Havré à Philippe V, 27 janvier 1716. Cet engage (...)

Vous m’assurâtes, Sire, avec la défunte reine, que jamais Votre Majesté n’oublierait les preuves de zèle que toute ma nation venait de lui signer de son propre sang ; qu’elle voulait nous devoir la gloire de la rétablir sur son trône et qu’elle n’aurait de plus grande satisfaction de s’y voir tranquille que pour répandre des grâces et des bienfaits, même des honneurs, sur tant de dignes officiers, entre les mains desquels elle remettait entièrement sa personne, m’ordonnant de les en assurer136.

  • 137 « Real cedula para la dirección de la Masa en los dos regimientos (7 août 1712) », Portugués, Cole (...)
  • 138 AGS, GM, 2241, lettre du duc d’Havré à Miguel Durán, Madrid, 30 décembre 1715.
  • 139 Bottineau, 1993, p. 204 ; AGS, GM, 2241, lettre du duc d’Havré à Miguel Durán, Madrid, 30 décembre (...)

58Outre les garanties sur la pérennité du régiment, le duc d’Havré a reçu de plantureux avantages économiques pour compenser ses pertes. Le 7 août 1712, un ordre royal confie aux seuls colonels l’inspection et la direction de la masse des régiments de la garde, c’est-à-dire l’ensemble du contrôle financier sur la gestion interne des comptes, déniant de ce fait tout droit de regard non seulement à l’administration royale mais également aux officiers137. Bien qu’elle soit commune aux gardes wallonnes et espagnoles, cette décision profite avant tout au duc d’Havré qui peut ainsi rembourser sur la masse du régiment les dettes qu’il a héritées de son frère à l’égard des marchands français138. Si elle donne satisfaction aux chefs de corps, cette gestion discrétionnaire est lourde d’implications car elle délègue tout pouvoir aux colonels pour gérer les millions de réaux qu’ils sont censés percevoir de la trésorerie générale. Par ailleurs, le duc d’Havré a épousé deux mois plus tôt la nièce de la princesse des Ursins lors d’une cérémonie dont le roi et la reine ont été les témoins, d’aucun ne se privant pas d’insinuer que ce privilège était la conséquence directe de ce mariage139. L’autonomie dans la gestion économique fonde durablement le pouvoir et l’indépendance des régiments de la garde faisant des charges de colonel des emplois particulièrement convoités.

  • 140 Lettre du duc de Bourgogne à Philippe V, Versailles, 22 avril 1709, dans Louis, dauphin de France, (...)
  • 141 Ce même type de garantie est donné ponctuellement lorsque des officiers sont tués au combat. En 17 (...)

59Un autre signe de l’engagement du roi envers la « nation » a été donné en 1711, lorsque la survivance de la compagnie flamande de la garde du corps est concédée à Michel Joseph de Bournonville, baron de Capres. Ce dernier est un cadet d’une des grandes maisons flamandes passées au service de la France au cours du xviie siècle, il a combattu aux Pays-Bas jusqu’en 1710 avant de se replier vers l’Espagne avec les recommandations de ses soutiens à Versailles140. Entre 1710 et 1711, les deux principaux corps de la nation flamande sont donc reconduits, l’un dans la famille des ducs d’Havré, l’autre par promesse à la famille de Bournonville. La première grâce renouvelle la confiance royale aux bourbonistes flamands de la première heure, alors que la seconde l’étend aux officiers de l’armée de Flandre récemment repliés en Espagne141.

60À travers ces indices, il est possible de dessiner les contours de ce qui ressemble à un pacte tacite entre Philippe V et les chefs flamands de la maison militaire. En compensation de leur fidélité et de leur contribution économique durant la crise de 1709, ils ont reçu des garanties politiques sur la perpétuation des emplois et de l’accès réservés aux privilèges de la haute élite militaire. Néanmoins, cette négociation ne se joue pas seulement dans la Péninsule, elle concerne aussi les centaines d’officiers de l’armée de Flandre qui ont soutenu la cause bourbonienne jusqu’au bout et se retrouvent encerclées dans le dernier réduit namurois par les troupes anglo-hollandaises.

L’armée des exilés

  • 142 Gachard, 1880, pp. 287-322 ; Baudrillart, 1890, t. I, pp. 372-374 ; Van Kalken, 1938.

61En 1709, Louis XIV tente de se sortir du guêpier flamand où les revers essuyés par ses troupes menacent de se transformer en déroute et d’ouvrir une brèche jusqu’à Paris. La bataille de Malplaquet (11 septembre) permet de freiner l’avancée ennemie et d’empêcher une invasion de la France par sa frontière nord. Les négociations séparées de paix entamées par Louis XIV visent à profiter de ce faible avantage afin d’obtenir une sortie honorable de la guerre. L’un des enjeux de la négociation porte sur la cession en pleine souveraineté des provinces flamandes à l’Électeur de Bavière. À la fin de l’année 1709, ce dernier s’est installé à Compiègne pour y soutenir ses prétentions, tandis que le roi de France dépêche à Madrid un agent pour convaincre Philippe V de la nécessité d’abandonner les Pays-Bas142.

  • 143 AHN, Estado, leg. 2574, fo 14, lettre de Philippe V au comte de Bergeyck, Valladolid, 3 juin 1709  (...)
  • 144 AGS, GM, 4557, lettre de José del Arce à José Grimaldo, Namur, 30 janvier 1710. Daniel Voisin, sec (...)

62Cette situation laisse planer le plus grand doute sur le sort de l’armée de Flandre qui, rappelons-le, est financée depuis 1701 sur le trésor français. À Madrid, Philippe V hésite sur l’attitude à adopter : le 3 juin 1709, il prend avis auprès du comte de Bergeyck sur l’utilité de se servir de ces troupes pour défendre ce qu’il reste des Pays-Bas ou bien de les appeler en Espagne pour compenser un retrait prévisible des contingents français143. En filigrane, c’est la question du démembrement de la monarchie qui se joue puisqu’il apparaît clairement que le roi d’Espagne ne va pas pouvoir soutenir l’effort militaire sur tous les fronts sans l’aide des finances françaises. Au début de l’année 1710, c’est l’option du transfert de l’armée de Flandre vers l’Espagne qui l’emporte, entérinant de fait l’abandon des Pays-Bas par Madrid et préfigurant ainsi la cession l’année suivante des provinces à l’Électeur de Bavière. Louis XIV précipite la décision en décrétant la fin du financement français de l’armée de Flandre et en ordonnant le licenciement complet des régiments. Bergeyck refuse d’exécuter les ordres et se rend à Versailles où il obtient du roi de France une dernière aide financière pour permettre le passage des troupes en Espagne144.

  • 145 AGR, Conseil Royal, 548, lettre du comte de Bergeyck à Pedro Zuñiga, 14 avril 1710 ; Gómez Ruiz, A (...)
  • 146 AGR, Conseil Royal, 548 ; AGS, GM, 2231.
  • 147 AGS, GM, 2231 ; AGR, Conseil Royal, 548, lettre de Pedro Zuñiga au comte de Bergeyck, Bayonne, 10 (...)
  • 148 AGS, GM, 4557, lettre de José de Arce à José Grimaldo, Namur, 30 janvier 1710.

63Sur le papier, l’opération n’est pas négligeable : entre 1710 et 1713, ce sont 35 régiments d’infanterie et 18 régiments de cavalerie et de dragons qui quittent les Pays-Bas pour l’Espagne145. En réalité, ces régiments n’ont plus qu’une existence virtuelle puisqu’ils ne sont composés que des officiers qui ont choisi volontairement de poursuivre le service en Espagne. À titre d’exemple, le régiment d’Ibañez compte 37 officiers, 26 sous-officiers et 36 soldats ; celui de Storff est composé de 30 officiers pour 38 soldats146. Au total, en 1715, sur 27 régiments d’infanterie wallonne passés en revue, il y a 974 officiers pour environ 2 600 soldats147. À ces officiers du rang s’ajoutent les officiers généraux composant les états-majors des places de Flandre, soit 16 maréchaux de camp et 14 lieutenants-généraux148.

  • 149 AGS, GM, 4557, lettre de José de Arce à José Grimaldo, Namur, 20 février 1710 ; AGS, GM, 4557, Fra (...)
  • 150 AGS, GM, 4557, lettre de José de Arce à José Grimaldo, Namur, 13 février 1710 ; AGS, GM, 4557, let (...)

64Cet ensemble très hétérogène est formé par les entrepreneurs militaires qui ont levé des compagnies en 1701-1702 et par des membres des familles éminentes qui ont soutenu le comte de Bergeyck et le régime anjouin. Pour eux, le choix de l’Espagne s’explique d’abord pour des raisons économiques : sans le financement français, ce qu’il reste du régime anjouin n’est plus en mesure de les rémunérer. Alors qu’il faudrait 900 000 florins pour payer tous les salaires des ministres et des militaires restés fidèles à Philippe V, le comte de Bergeyck parvient à peine à tirer 350 000 florins des deux provinces de Namur et du Luxembourg restées sous son contrôle149. De plus, le refuge dans le nord de la France a perdu de son attrait depuis que Louis XIV cherche à signer la paix avec les puissances maritimes, ce qui annonce une contraction drastique des effectifs militaires. C’est d’ailleurs pour la même raison que de nombreux officiers français ou irlandais au service de Louis XIV profitent du transfert de l’armée de Flandre pour passer au service de l’Espagne150. Dans ces conditions, l’exil dans la Péninsule devient la seule solution pour poursuivre la guerre et espérer ainsi conserver à terme les emplois.

  • 151 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, pp. 34 et 108.
  • 152 AGR, FP, Croix, 9, lettre d’Eugène de Croix à la marquise d’Heuchin, Cervera, 12 septembre 1711.
  • 153 AGS, GM, 4557, lettre de José de Arce à José Grimaldo, Namur, 30 janvier 1710.
  • 154 AGR, Conseil Royal, 548, lettre du comte de Bergeyck à Pedro Zuñiga, Namur, 12 mars 1710.

65En Espagne, l’afflux de ces exilés de Flandre, auxquels s’ajoutent à partir de 1713 les officiers de 14 régiments évacués de Sicile, inquiète plus qu’il ne rassure car les finances espagnoles ne sont pas en mesure de nourrir toutes ces bouches151. Depuis la Péninsule, Eugène de Croix voit avec crainte ce « temps où tous les officiers généraux de Flandre arrivent pour s’établir ici, chacun avec des prétentions et des protections152 ». Car, derrière cette migration de centaines d’officiers sont à la manœuvre le comte de Bergeyck et le marquis de Bedmar, les deux grands artisans de la réforme de l’armée de Flandre, l’un et l’autre veillant à ce que ceux qui ont levé des compagnies en 1701 conservent le bénéfice de leurs mérites. Bergeyck s’efforce de convaincre le plus grand nombre d’officiers de rejoindre la Péninsule au motif que « si l’on défend l’Espagne, on défend également les Pays-Bas, et que les affaires se présentent si bien là-bas qu’il n’y a rien à craindre153 ». En réalité, il n’a aucune garantie sur le maintien de leurs emplois une fois les Pyrénées franchies, d’autant plus que les officiers arrivent à la tête d’un nombre très réduit de soldats. Bergeyck les incite donc à recruter secrètement en France durant le voyage afin d’arriver à Pampelune à la tête de compagnies complètes et équipées154. Avant le départ, il leur a fourni pour cela des sommes importantes car, écrit-il à l’un des colonels,

  • 155 AGR, Conseil Royal, 548, lettre du comte de Bergeyck à Senoucq, Namur, 10 mars 1710 ; AGR, Conseil (...)

Votre réputation et celle de toute la nation dépend d’être en état de servir en arrivant. On a déjà en Espagne une grande idée de la nation par le régiment des gardes wallonnes qui a servi avec tant de distinction. Je l’ai encore augmentée dans l’esprit du roi pour les régiments qui marchent en Espagne155.

  • 156 AGS, GM, 4557, lettre du marquis de Bedmar à José Grimaldo, Madrid, 22 mars 1710 ; AGS, GM, 4557, (...)

66De plus, pour soutenir les militaires flamands, Bedmar demande que l’on envoie des instructions à l’ambassadeur espagnol à Paris pour écarter systématiquement les officiers étrangers, en l’occurrence les Français, qui voudraient passer au service de l’Espagne. Selon lui, le roi doit secourir en priorité les troupes qui sont composées de « vassaux [de Sa Majesté] et de quelques autres qui ont versé leur sang pour son service156 ». On peut supposer que la cour de France ait eu un intérêt particulier à encourager le départ d’officiers vers l’Espagne de manière à se délester d’un nombre important de solliciteurs. Du moins, entre 1710 et 1712, de nombreuses recommandations en provenance de Versailles sont données à des officiers cherchant à retrouver en Espagne un emploi équivalent à celui qu’ils abandonnaient en Flandre. Dès lors, bien que l’union dynastique soit entrée en crise, l’influence de Versailles dans le reclassement en Espagne des cadres du régime anjouin n’est pas négligeable. Dans les faits, quand les officiers arrivent au début de l’été 1710, les besoins militaires de Philippe V sont tels que les régiments sont immédiatement intégrés en l’état dans les armées péninsulaires et prennent part aux grandes batailles d’Almenar et de Saragosse.

67La crise de 1709-1711 a constitué un contexte favorable au resserrement des liens entre le roi et ses officiers flamands en raison du secours militaire et financier qu’ils ont apporté à la couronne pendant une période extrêmement critique. Ceux qui étaient sur place ont obtenu des garanties sur la pérennité de leurs emplois, alors que ceux qui étaient restés en Flandre ont été accueillis et intégrés dans l’armée espagnole. Les emplois militaires deviennent donc les prébendes précaires pour récompenser ces sujets dont la fidélité a été éprouvée jusqu’au dernier degré. Par conséquent, en ces temps de crise aiguë pour Philippe V, alors que l’annus horribilis de 1709 a provoqué de nouvelles défections au sein des élites espagnoles, les services des exilés de l’empire vont mériter aux yeux de l’entourage du roi des récompenses bien supérieures aux simples emplois militaires.

Refonder la noblesse par l’exil

  • 157 Cette définition est empruntée à Günter Barudio, citée dans Fernández Albaladejo, 2000, p. 15.
  • 158 Cremades Griñan, 1986 ; Herzog, 2003, pp. 64-93.

68Comment rétribuer les exilés flamands en Espagne ? Cette question s’est invitée dans le jeu politique à mesure que le démembrement impérial a fait affluer vers la Péninsule des centaines de Flamands venus se placer sous la protection de Philippe V. En perdant la possibilité d’attribuer des grâces sur le domaine des Pays-Bas, il ne reste au roi que les grâces militaires à disposition (grades, emplois, gouvernements) pour récompenser la fidélité des non régnicoles. Ce problème réactive en réalité un vieux pivot de la dynamique politique de l’Ancien Régime, à savoir celui de la disponibilité patrimoniale du pays et de ses gens, selon une définition classique du dominium absolutum157. L’exil philippiste place le roi d’Espagne face aux limites de sa capacité à disposer à sa guise des biens du royaume, sachant que la Castille et l’Aragon, confrontées de longue date à la prédation du pouvoir royal, ont bâti un arsenal juridique pour réserver ces biens aux seuls naturels des royaumes158.

  • 159 AHN, Estado, leg. 1491-1, consulte du conseil d’État à Philippe V, Madrid, 19 novembre 1709.
  • 160 AHN, Estado, leg. 1491-1, consulte du conseil d’État à Philippe V, Madrid, 20 septembre 1712.
  • 161 AHN, Estado, leg. 1491-1, consulte du conseil d’État à Philippe V, Madrid, 2 mai 1715 ; AGS, GM, 2 (...)

69Le cas de Jean-Claude Prudhom illustre toute la difficulté de récompenser les services des sujets flamands après que les Pays-Bas sont sortis de la domination de Philippe V. Natif de Dole, ancien membre du conseil des finances de Bruxelles, Prudhom atteste de plus de quarante ans de service à la couronne espagnole, dont six à Madrid en qualité d’écuyer de la reine Marie Louise d’Orléans, épouse défunte de Charles II. Actif sous le régime anjouin, il a collaboré aux réformes du gouvernement à Bruxelles ce qui lui a valu d’excellents rapports de la part du conseil d’État à Madrid. Cependant, après la perte des Pays-Bas, il s’est replié avec le gouvernement de Bergeyck à Namur, puis s’est rendu en Espagne lorsque ses biens ont été confisqués. De 1707 à 1715, il a présenté de nombreux mémoires pour obtenir le paiement de ses arriérés de soldes afin de pouvoir se maintenir dans la Péninsule et subvenir aux besoins de sa famille restée en Flandre « n’ayant pas eu les moyens de l’emmener dans un lieu du domaine de Votre Majesté ». En 1707, il a d’abord postulé à une intendance de Castille, d’Estrémadure ou d’Andalousie, sans succès malgré un avis favorable du conseil d’État. En 1709, il a demandé que son salaire de conseiller soit situé sur la trésorerie de la guerre en Espagne, à nouveau sans succès159. En 1712, il a réclamé que ses pertes soient compensées tour à tour par l’attribution d’une pension sur les biens confisqués en Castille, par la concession d’un habit d’un ordre militaire ou par le produit de la vente d’une charge d’alguacil de la cour des comptes de Mexico. Le conseil d’État suggère alors de le récompenser par la concession d’un titre de Castille avec autorisation de le vendre. Cette grâce est cependant rejetée par le roi qui estime qu’elle « provoquerait des inconvénients et de l’indécence en avilissant des dignités qui doivent être considérées et traitées avec estimation160 ». En 1715, Prudhom finit par obtenir l’emploi de corregidor de Guadix en Andalousie161.

  • 162 AGS, GM, 4560, lettre d’Eugène de Croix à Miguel Durán, Paris, 15 avril 1715.
  • 163 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 307-311.

70Cet exemple montre qu’à force de sollicitations les exilés flamands parviennent à obtenir des emplois en dehors de leurs régiments de nation. Si elle venait à se généraliser, cette pratique est potentiellement dangereuse car elle peut exciter une concurrence néfaste pour le roi entre les Castillans et les exilés de l’empire. Face à cette difficulté, Philippe V a envisagé d’augmenter les charges militaires réservées aux Flamands : en 1714, la rumeur court qu’un corps de carabiniers flamands va être levé avec « des officiers des Pays-Bas venus en dernier lieu en Espagne162 ». Mais, dans le contexte du retour à la paix, c’est plutôt en libérant des charges militaires existantes que le roi cherche à augmenter sa capacité rétributive. Ainsi, un ordre du 4 novembre 1714, ultérieurement renouvelé, interdit aux officiers de cumuler deux emplois militaires pour faire de la place pour les officiers exilés venus de Flandre et d’Italie163 :

  • 164 AGS, GM, 2241, lettre de Miguel Durán au marquis de Bay, Madrid, 15 mars 1715.

Les troupes que Sa Majesté avait en Flandre, à Milan, à Naples et en Sicile s’étant réunies en Espagne et s’étant agrégées aux armées de ces domaines […], tout comme les officiers qui servaient et se maintenaient dans les différentes parties de la monarchie sur les finances de ces provinces, cette dépense repose aujourd’hui sur les revenus limités des finances royales en Espagne. Sur ce continent, il ne peut y avoir suffisamment d’emplois pour occuper avec décence tous ceux qui, par la réduction de la monarchie, se trouvent dans le besoin […] Sa Majesté se trouve dans l’embarras et dans le sentiment de ne pas avoir assez d’emplois de distinction pour consoler et accommoder dignement tant d’officiers restés sans occupation164.

  • 165 AGR, FP, Croix, 9, lettre d’Eugène de Croix à la marquise d’Heuchin, Villalba, 5 juin 1711.
  • 166 AGR, FP, Croix, 9, lettre d’Eugène de Croix à la marquise d’Heuchin, Cervera, 12 septembre 1712.
  • 167 AGS, GM, 4564, lettre d’Eugène de Croix à Miguel Durán, Lille, 29 juillet 1717.

71À l’échelle des individus, cette indisponibilité des biens du royaume accentue considérablement l’incertitude de leur condition sociale et économique en Espagne. En 1711, alors qu’il est sous-lieutenant de la garde du corps et gouverneur de Tortose, Eugène de Croix se considère en situation de grande fragilité165. Cette précarité ressentie par un officier pourtant parmi les mieux lotis tient au caractère instable des emplois militaires. Aussi Eugène de Croix a-t-il cherché par différents moyens à sécuriser ses sources de revenus pour éviter les « revers de fortune », dont « cette Cour en est moins à l’épreuve qu’aucune autre »166. En 1707, il est l’un des trois Flamands à avoir obtenu une commanderie d’un ordre militaire. Par la suite, en 1712, il a payé 5 000 ducats pour obtenir une lettre de naturalité et une bulle l’autorisant à jouir d’une pension sur l’archevêché de Tolède167. Malgré ses plaintes, Eugène de Croix est un privilégié qui est parvenu à stabiliser sa position en Espagne en obtenant des revenus qui ne sont pas stricto sensu militaires.

  • 168 Archivo histórico de la villa de Madrid (AHVM), Secretaría, 2-394-63 ; 2-348-24 et 2-348-25.
  • 169 AHVM, Secretaría, 2-394-63, délibération de la députation de Madrid adressée à Philippe V, Madrid, (...)

72À la même époque, d’autres exilés tentent aussi, avec l’appui du roi, d’obtenir des lettres de naturalité pour accéder aux précieuses pensions ecclésiastiques. À partir de 1715, de nombreuses demandes sont présentées par le roi aux conseils des villes représentées aux Cortès de Castille, les seules habilitées à délivrer de telles lettres168. Or, dans la plupart des cas, les magistratures urbaines opposent une farouche résistance. À la demande de naturalité en faveur du comte de Sassateli pour qu’il puisse jouir d’une pension de 2 000 ducats sur l’archevêché de Tolède, le conseil de Madrid rechigne. Il est certes conscient que le roi « ne dispose pas d’autres moyens de rémunérer les nombreux étrangers qui se sont distingués dans le service de Votre Majesté à l’occasion des nombreuses guerres récentes qu’a eues cette couronne ». Toutefois, pour ne pas dépouiller les naturels de leurs biens et enrichir à leurs dépens d’autres royaumes, le conseil refuse la demande estimant que les mérites des naturels « dépasse[nt] largement tous les mérites des étrangers malgré tout ce qui est fait pour les rendre équivalents »169. Les lettres sont généralement accordées mais le corregidor doit pour cela imposer la volonté du roi en s’appuyant sur la minorité du conseil (sanior pars). L’accès aux biens du royaume n’est donc pas impossible pour les exilés mais il oblige à des négociations ardues qui engagent le roi. Malgré sa volonté, Philippe V n’est donc pas en mesure d’accorder aux exilés philippistes toutes les garanties nécessaires à leur implantation durable dans le royaume.

  • 170 Kamen, 1969, pp. 328-331.
  • 171 Blesa Duet, 2005, pp. 25-30.

73En réalité, ces tractations hasardeuses, menées au coup par coup après la guerre, sont la conséquence de l’échec de projets beaucoup plus ambitieux mûris pendant le conflit pour favoriser l’installation des exilés philippistes en Espagne. En effet, depuis 1707, la confiscation des biens des austracistes dans le royaume de Valence n’a pas été qu’une mesure punitive. Il s’agissait de dégager des moyens pour compenser les pertes subies par les sujets restés fidèles à Philippe V. Menées sous la houlette de Melchor Macanaz, les confiscations ont ainsi permis de distribuer plus de 15 millions de réaux aux familles philippistes, qu’elles soient originaires de Castille, d’Aragon, d’Italie, des Pays-Bas ou d’Irlande. Ainsi, en 1708, Jacques Fitz James, duc de Berwick, un des grands généraux de Philippe V, a été récompensé de ses services par la création du titre de duc de Jérica et Liria, avec la concession de droits de perception des impôts royaux dans les deux villes valenciennes et la propriété sur tous les biens confisqués170. La même année, après la prise de Játiva, une expérience de renouvellement des élites locales a été menée en concédant les terres et les maisons confisquées aux austracistes à des philippistes espagnols, italiens et irlandais171.

  • 172 AHN, Estado, leg. 2973. Il s’agit de quatre consultes non datées, écrites par Macanaz, accompagnée (...)

74Ces cas isolés ont pris une toute autre ampleur à partir de 1710, lorsqu’il a été envisagé de publier un décret général qui ordonnerait en même temps la confiscation générale des biens des austracistes et leur cession aux philippistes les plus distingués. Dans une série de consultes au conseil d’État, le confesseur du roi, le père Robinet, l’un des défenseurs les plus acharnés de l’autorité royale, et Melchor Macanaz, alors administrateur des biens confisqués en Aragon, ont justifié la légitimité du procédé qui devait à terme « établir une noblesse sûre ». En effet, Macanaz part du principe que le crime de lèse-majesté, lorsqu’il est notoire, autorise le roi par sa seule volonté à se saisir de tous les biens d’un sujet rebelle172. Valable pour tous les biens libres, il étend ce droit aux majorats en prenant soin de distinguer les majorats constitués de biens hérités de particuliers, pour lesquels la confiscation ne porte que sur l’usufruit durant la vie du coupable, tandis qu’elle est perpétuelle pour les majorats constitués à partir de biens cédés sur le domaine royal (fiefs, rentes, titres, etc.), qui sont de ce fait réincorporés. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit d’établir si la responsabilité pour crime de lèse-majesté est individuelle ou si elle concerne l’ensemble du lignage. Macanaz, en procédant par analogie entre l’hérésie et la trahison, penche en faveur de la seconde option : à l’image des sentences rendues par les tribunaux d’Inquisition, les personnes rendues coupables de félonie engagent leur descendance. De plus, Macanaz limite la portée juridique des traités de paix, lesquels peuvent seulement imposer la restitution des biens hérités de particuliers, mais en aucun cas obliger le roi à rendre les biens réincorporés au patrimoine royal. En toile de fond, le juriste murcien se fait le chantre de conceptions régalistes radicales qui, au nom de la fiction historique d’un domaine royal progressivement démembré en faveur de la noblesse, affirment le caractère temporaire des patrimoines nobiliaires. Sur cette base juridique, Macanaz estime que le roi est libre de réincorporer les biens des sujets félons et de les attribuer à ceux qui se sont distingués à son service, même si ceux-ci n’ont aucun lien avec le royaume. À ses yeux, cette capacité du roi à faire et défaire la noblesse par l’attribution de titres ou la confiscation de biens constitue un droit inaliénable. Il est donc du devoir de Philippe V non seulement de punir les traîtres, mais de permettre aux fidèles serviteurs de s’installer et de prospérer dans le royaume. D’ailleurs, écrit-il, la noblesse actuelle est la descendante de ces familles venues de loin dans les époques antérieures pour servir en Espagne. Selon Macanaz, la guerre de Succession offre une occasion unique de « régénérer la noblesse », selon le vieux principe qui préconise de régénérer l’élite en l’épurant :

  • 173 AHN, Estado, leg. 2973.

Il n’y a pas de moment plus propice que maintenant pour élever les sujets dignes des honneurs du roi, alors qu’on ne compte plus les familles illustres et les officiers de distinction qui, de régions étrangères, sont venus servir et servent pendant cette guerre […] Les souverains les plus politiques que le monde a connu ont encouragé à faire venir dans leurs royaumes, à la place de leurs vassaux rebelles, la noblesse, le courage, les lettres et la vertu des royaumes étrangers173.

75Il est dès lors de l’intérêt et du devoir du roi d’accorder sa protection aux premières maisons d’Italie et de Flandre « car il est naturel qu’[elles] restent ici, car elles ont perdu leurs biens et elles n’ont pas voulu reconnaître un autre souverain ». Macanaz se livre alors à des considérations très politiques sur la manière d’imposer cette décision. Selon lui, il faut, par un même décret, punir les uns et récompenser les autres. Pour éviter les accusations de favoritisme à l’égard des étrangers, il est impératif que le coup soit fort (« aturdidos del golpe ») pour que les mécontents se taisent :

  • 174 AHN, Estado, leg. 2973.

Ceux qui murmurent resteront sans voix lorsqu’ils verront que tous [les étrangers] sont désormais vassaux d’Espagne, vivant dans le royaume, et qu’ils verront tant de noblesse établie avec des biens en Espagne, et qu’ils prendront conscience qu’ils devront vivre avec elle. Alors, de peur, aucun d’entre eux n’osera plus parler174.

  • 175 AHN, Estado, leg. 2973.

76Si ces nouvelles familles doivent se substituer à l’ancienne noblesse, il convient qu’elles n’en adoptent pas les travers. Macanaz accorde dès lors une grande importance à la manière dont le roi doit les récompenser. Ainsi, lorsqu’il cédera des biens-fonds, le roi n’en donnera que l’usufruit, à la manière des commanderies des ordres militaires précise-t-il ; la pleine propriété n’étant accordée qu’à quelques-uns qui auront prouvé leur attachement sur le long terme. Dans l’esprit de Macanaz, la vaste entreprise de réintégration au domaine royal des biens de particuliers par les confiscations ne vise donc pas autre chose que de rendre à nouveau disponibles pour le roi des terres et des revenus. Par ailleurs, pour maintenir ces familles au service, Macanaz estime que de nouvelles charges militaires doivent être créées afin de les entretenir avec décence et de leur offrir la possibilité de renouveler leurs mérites. Ce faisant, il appelle à mettre « toute l’Espagne en gouvernements » (« poner toda España en gobiernos »), c’est-à-dire étendre la militarisation des gouvernements provinciaux, déjà expérimentée dans les royaumes d’Aragon et de Valence, à la Castille afin « d’y entretenir les officiers qui se sont distingués avec honneur, ce qui ressusciterait partout la bravoure à la vue de la meilleure noblesse […] et les vassaux seraient mieux gouvernés175 ».

  • 176 AHN, Estado, leg. 2973, « Relación de los españoles y de algunos otros que se han empleado en el s (...)

77À la suite de ces consultes, des listes de serviteurs de la couronne, napolitains, irlandais, flamands et espagnols, qui ont perdu leurs biens durant la guerre, ont été dressées. Elles consignent les principaux membres des conseils, de la maison du roi et des gouvernements provinciaux, tout en précisant à la fin que l’ensemble des officiers généraux de l’armée et l’ensemble des colonels, ainsi que les veuves et les orphelins de militaires, devaient être considérés176. Aussi ce grand projet de refondation de la noblesse d’Espagne prévoyait-il d’élever tous les officiers de l’armée, à partir du grade de colonel, en nouvelle élite sociale du pays.

  • 177 Sur le cas des militaires britanniques en Suède au xviie siècle, voir : Ailes, 2002, pp. 58-105. À (...)
  • 178 Kamen, 1969, pp. 309-360.
  • 179 Hormis la maison militaire, c’est le cas par exemple du conseil des ordres, qui a été réformé pend (...)
  • 180 Felices de la Fuente, 2012, pp. 193-275.

78Ce projet n’a évidemment pas abouti. Il ne s’agissait pourtant pas d’une simple utopie politique puisqu’il existe d’autres exemples, dans d’autres contextes et sous d’autres latitudes, où un tel projet a été mis en œuvre avec succès177. Les raisons de cet échec sont donc circonstancielles : l’opposition farouche du conseil de Castille, les procès intentés par les familles des austracistes, ont eu raison de cette politique de confiscations qui a finalement rapporté très peu à la couronne178. Malgré l’échec, ce projet constitue un élément fondamental pour comprendre la politique nobiliaire des Bourbon au xviiie siècle. En effet, il formule explicitement une ambition politique radicale qui anime une partie de l’entourage de Philippe V au début du règne. Même si celle-ci ne se concrétise pas, même si elle est refoulée par la suite, elle constitue l’un des piliers de la relation entre le roi et les vétérans de la guerre de Succession, dont certaines institutions ont conservé la trace179. Car cette volonté radicale de création d’une noblesse de service à partir des familles philippistes est l’aboutissement ultime de la réorganisation de l’économie de la grâce initiée lors de l’affaire du banquillo : la guerre civile a ouvert une nouvelle temporalité dans le décompte des mérites et toutes les dignités sociales doivent être mesurées à l’aune des actes posés dans le temps court de l’ère bourbonienne. À vrai dire, c’est davantage la modalité que la finalité du projet qui échoue. Le grand remplacement de la noblesse traditionnelle par une noblesse de service n’aura pas le caractère collectif, brutal et punitif qu’avait envisagé Macanaz. Après la guerre, la formation d’une noblesse de service se poursuit mais elle reprend le cours ordinaire d’une économie de la grâce plus apaisée qui procède au cas par cas180.

79Avec l’échec des confiscations, c’est aussi l’idéal d’une égalité complète entre philippistes espagnols et européens qui s’évanouit. Limitée dans l’accès aux biens du royaume, la couronne ne peut pas accélérer autant qu’elle l’aurait voulu l’intégration des exilés dans la noblesse locale. La promesse demeure, le capital politique aussi, mais la pénétration des philippistes européens au sein des élites du royaume sera finalement un processus lent et inégal au lieu d’être instantané et général. À défaut de titres et de biens disponibles, poner toda España en gobiernos est la leçon de Macanaz qui aura la plus longue postérité notamment dans l’ancienne couronne d’Aragon. La multiplication des gouvernements militaires est l’une des réponses de la couronne à l’échec de la politique de confiscations et à l’indisponibilité des biens du royaume. Elle permet au roi de disposer à sa guise d’une manne d’emplois qui échappent aux lois du royaume et au contrôle du conseil de Castille pour entretenir cette nouvelle noblesse de service, et en particulier les exilés philippistes venus de toute l’Europe. La militarisation de la couronne d’Aragon au début du xviiie siècle est donc bien une des conséquences du démembrement de l’empire européen du roi d’Espagne.

 

80La guerre dans la Péninsule est une authentique guerre civile qui a vu s’affirmer un processus de factionnalisation bien plus marqué que dans les autres territoires de la monarchie. À travers une analyse détaillée de l’affaire du banquillo et de ses conséquences se dégagent les modalités de la transformation profonde qui s’opère à cette occasion dans la politique nobiliaire de Philippe V. Caractérisé par une mise à l’épreuve constante des loyautés, le philippisme se construit autour d’une économie de la grâce fondée sur la suspicion, qui se déploie dans le temps court de l’ère bourbonienne, quand ce n’est pas dans l’instantanéité du temps de la guerre. Si les épurations politiques se succèdent, cette politique vise aussi à concentrer les grâces sur un nombre réduit de familles afin de fédérer un clan de fidèles dévoués à la cause de Philippe V. Profondément hétérogènes, soit dans les conditions sociales soit dans les origines géographiques, ces clientèles royales reçoivent au cours de la guerre une série de privilèges militaires qui les propulsent au sommet de l’État royal, soit à la Cour, soit dans les armées en campagne ou encore dans les provinces reconquises. La maison militaire du roi constitue l’un des réduits de ces « philippiens » caractérisé par le corporatisme, l’autonomie juridictionnelle et le cumul des emplois afin d’ériger l’institution en vivier des cadres politiques de la monarchie bourbonienne.

81Les officiers flamands venus servir en Espagne bénéficient dans cette dynamique qui leur a ouvert les portes du premier cercle de pouvoir à Madrid tout en les contraignant à un douloureux aggiornamento politique. En effet, à leur arrivée, leurs horizons d’attente s’inscrivaient dans le projet d’union dynastique dont ils avaient pu expérimenter les premiers succès aux Pays-Bas, suscitant de vives attentes, en particulier parmi les familles dont les maisons étaient situées de part et d’autre de la frontière franco-flamande. Or, de 1703 à 1709, les reculades successives de Versailles et le resserrement des clientèles à Madrid obligent ces officiers à placer leur sort entre les mains de Philippe V au moment le plus critique de la guerre. Car non seulement la couronne vacille sur la tête du duc d’Anjou mais la conquête des Pays-Bas par les ennemis a rendu très incertain le maintien des Flamands au service de l’Espagne. Pourtant, cette double fragilité a scellé un pacte tacite avec Philippe V : en contrepartie de leur contribution à l’effort de guerre, ces officiers ont reçu des garanties quant à la pérennité de leurs emplois en Espagne et au maintien de l’accès aux privilèges de la haute élite militaire. À cette époque, des projets ont été formés pour donner les moyens aux philippistes de toutes origines, dont les exilés flamands, de s’ériger en nouvelle élite sociale en leur confiant les biens confisqués à la noblesse espagnole austraciste. Bien qu’aucun de ces projets n’ait abouti, ils témoignent du degré d’engagement de Philippe V envers ceux qui ont soutenu sa cause. Il s’agit là d’un authentique pacte, refoulé par la suite, mais qui subsistera dans une série de symboles et de privilèges qui conserveront la mémoire de cette promesse.

82À l’épreuve de la guerre, le bourbonisme flamand est devenu l’une des composantes de l’édifice fragile du philippisme. Il continue d’incarner ce projet dynastique de structuration d’un nouvel espace politique à l’échelle de l’Europe occidentale, même si celui-ci paraît plus éloigné que jamais à la fin de la guerre. À Versailles, la défaite politique des partisans de l’union des deux couronnes a été scellée par les renonciations réciproques de 1712-1713. C’est donc à Madrid, autour des ministres français et des officiers flamands, que subsiste encore le dernier foyer vivace du bourbonisme. Les choses auraient pu en rester là si la mort de la reine Marie-Louise, le 14 février 1714, et l’expulsion de la princesse des Ursins par la nouvelle reine Isabelle Farnèse, le 23 décembre suivant, n’avaient décapité d’un coup les réseaux philippistes patiemment tissés au cours de la guerre. Sans la main de fer de Marie-Louise et celle de sa première dame, l’unité de cette récente noblesse de service éclate en une multitude de groupes qui cherchent à recomposer des alliances pour sauver les acquis de la guerre. Dans cette débandade, à l’heure de la rupture des liens avec la France, la présence des exilés flamands, les plus identifiés avec l’union dynastique, est remise en question.

Notes

1 Par la suite, nous utiliserons le terme francisé de « philippistes » pour désigner ce premier cercle de fidèles du roi. Notons que l’historiographie espagnole utilise indistinctement les termes de « borbonismo » ou « felipismo » pour qualifier l’adhésion à la cause des Bourbon pendant la guerre de Succession. Selon nous, ces termes recouvrent deux réalités qui ne doivent pas être confondues. Le premier terme désigne les manifestations de soutien à la dynastie qui se produisent partout en Europe et qui accordent à la France un rôle central. Le second terme caractérise un processus spécifique à l’Espagne de renforcement de l’autorité royale à travers la constitution des clientèles politiques de Philippe V.

2 Lettre de Louis XIV à Michel-Jean Amelot, 16 août 1705, dans Amelot de Gournay, Correspondance de Louis XIV avec M. Amelot, t. I, p. 81.

3 Lettre de Louis XIV à Michel-Jean Amelot, 11 août 1705, dans Amelot de Gournay, Correspondance de Louis XIV avec M. Amelot, t. I, p. 73.

4 SHD, T, A1, 1886, fo 295, lettre du chevalier de Bourck à Michel de Chamillart, Madrid, 28 août 1705.

5 Corvisier, 1959a ; Rowlands, 1999 ; Drévillon, 2005, pp. 61-95.

6 Gómez-Centurión Jiménez, 1986 ; Sánchez Gómez, 1991 ; Álvarez-Ossorio Alvariño, 2013.

7 AMAE, CP, Espagne, 122, fos 67-72, lettre du comte d’Arias à Philippe V, Madrid, 9 février 1703. Sur ce rapport, voir : Baudrillart, 1890, t. I, p. 150.

8 AMAE, CP, Espagne, 121, fos 4-8, lettre de l’abbé d’Estrées au marquis de Torcy, Saragosse, 5 janvier 1703 ; AMAE, CP, Espagne, 121, fos 95-100, lettre du cardinal d’Estrées à Louis XIV, 11 janvier 1703.

9 AGP, Histórica, 176, lettre du marquis de Villafranca à Philippe V, Madrid, 11 février 1703. En France, Louis XIV s’est déclaré capitaine de plusieurs de ces corps de garde. Par contre, en Espagne, une fois la compagnie de mousquetaires dissolue, cette pratique ne se renouvelle plus jusqu’à Charles IV, lequel se proclame colonel de la garde du corps en 1792. Marie, 1967, pp. 165-167 ; Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1995, t. IV, pp. 254-260.

10 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII-2, p. 43 ; AMAE, CP, Espagne, 118, fos 40-41, lettre de Jean Orry à Michel de Chamillart, Madrid, 3 octobre 1703 ; AMAE, CP, Espagne, 125, fo 276, lettre de Louis XIV à Philippe V, 23 octobre 1703 ; AMAE, CP, Espagne, 120, fos 173-180, lettre du marquis de Torcy à Jean Orry, Fontainebleau, 23 octobre 1703 ; AMAE, CP, Espagne, 125, fos 368-369, lettre de Philippe V à Louis XIV, Madrid, 14 novembre 1703.

11 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 37-43, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 9 août 1705.

12 AMAE, CP, Espagne, 115, fos 201-205, lettre du cardinal d’Estrées à Louis XIV, Madrid, 31 mars 1703 ; AMAE, CP, Espagne, 124, fos 251-258, lettre du cardinal d’Estrées à Louis XIV, Madrid, 2 juillet 1703 ; Castellví, Narraciones históricas, t. I, p. 151 ; Coxe, 1846, t. I, p. 87.

13 Dubet, 2009, pp. 235-258 ; Baudrillart, 1890, t. I, pp. 128-175.

14 AGR, FP, Ursel, L 328, lettre d’Eugène de Croix au comte d’Ursel, Madrid, 15 août 1704. Au même moment, Philippe V se désengage nettement de la réforme de l’étiquette, exigeant seulement d’être servi par ses domestiques français. Gómez-Centurión Jiménez, 1996, pp. 984-985.

15 AGR, FP, Ursel, L 328, lettre d’Eugène de Croix au comte d’Ursel, Madrid, 20 août 1704.

16 AGP, Histórica, 173, lettre du marquis de Montealegre au marquis de Villafranca, Madrid, 2 mars 1705.

17 Lettre du duc d’Havré à Michel de Chamillart, 27 juillet 1704, citée dans Jansen, 2003, p. 25.

18 SHD, T, A1, 1884, fo 78, lettre du maréchal de Tessé à Michel de Chamillart, camp devant Gibraltar, 13 mars 1705 ; SHD, T, A1, 1884, fo 178, lettre du maréchal de Tessé à Michel de Chamillart, camp devant Gibraltar, 28 mars 1705.

19 SHD, T, A1, 1884, fo 318, lettre du duc d’Havré à Michel de Chamillart, camp devant Gibraltar, 21 avril 1705.

20 SHD, T, A1, 1884, fo 220, lettre du maréchal de Tessé à Michel de Chamillart, camp devant Gibraltar, 4 avril 1705.

21 SHD, T, A1, 1884, fo 66, lettre du maréchal de Tessé à Michel de Chamillart, camp devant Gibraltar, 11 mars 1705.

22 SHD, T, A1, 1886, fo 194, lettre de Michel-Jean Amelot à Michel de Chamillart, Madrid, 5 août 1705.

23 SHD, T, A1, 1885, fo 68, lettre de Jean Orry à Michel de Chamillart, Bayonne, 14 mai 1705 ; AMAE, CP, Espagne, 150, fos 119-123, lettre de la princesse des Ursins au marquis de Torcy, avril 1705.

24 SHD, T, A1, 1885, fo 68, lettre de Jean Orry à Michel de Chamillart, Bayonne, 14 mai 1705 ; Guerrero Elecalde, 2012, pp. 314-327.

25 « Mémoire d’Amelot sur l’état des affaires en Espagne jusqu’en 1705 », dans Amelot de Gournay, Correspondance de Louis XIV avec M. Amelot, t. I, p. 131.

26 Dubet, 2009, pp. 261-266.

27 Baudrillart, 1890, t. I, pp. 232-236 ; Bottineau, 1993, pp. 193-200 ; Egido López, 1971, pp. 265-267 ; Kamen, 1969, p. 110 ; Gómez-Centurión Jiménez, 1996, pp. 986-990 ; Désos, 2009, pp. 133-135 ; Terrasa Lozano, 2013.

28 Sur les coups de majesté, voir Bercé, 1996. Une lecture du banquillo et des événements de septembre 1705 en terme de « coup politique » a déjà été suggérée dans Dubet, 2009, pp. 270-274.

29 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, p. 146. La mort du marquis de Villafranca, le 9 juin 1705, facilite considérablement la tâche. L’emploi n’est pas pourvu malgré les sollicitations répétées du duc d’Albe. Saint-Simon, Mémoires, t. II, pp. 629-630.

30 SHD, T, A1, 1885, fo 175, lettre du duc d’Havré à Michel de Chamillart, Madrid, 9 juin 1705 ; SHD, T, A1, 1885, fo 237, lettre du chevalier de Bourck au maréchal de Tessé, Madrid, 12 juin 1705 ; SHD, T, A1, 1886, fo 13, lettre de Michel-Jean Amelot à Michel de Chamillart, Madrid, 3 juillet 1705 ; SHD, T, A1, 1886, fo 193, lettre de Michel-Jean Amelot à Michel de Chamillart, Madrid, 5 août 1705. Les régiments des gardes espagnoles et wallonnes sont payés, et chacun est augmenté de deux bataillons.

31 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 244-304.

32 SHD, T, A1, 1885, fo 175, lettre du duc d’Havré à Michel de Chamillart, Madrid, 9 juin 1705 ; SHD, T, A1, 1886, fo 13, lettre de Michel-Jean Amelot à Michel de Chamillart, Madrid, 3 juillet 1705.

33 Dubet, 2009, pp. 274-286.

34 Les premières ordonnances de la garde du corps ont été publiées le 6 juin 1704, pendant la campagne de Portugal, pour éviter de froisser les prérogatives des grands officiers de la maison du roi. Rédigées à la hâte, elles ne prévoient que le service en campagne et ne stipulent rien sur le service au palais. AGP, Histórica, 184, « Ordonnance formant les quatre compagnies de la garde du corps », camp royal près de Casteldavid, 12 juin 1704 ; SHD, T, A1, 1787, fos 39-40, lettre du marquis de Puységur à Michel de Chamillart, Madrid, 21 janvier 1704 ; SHD, T, A1, 1787, fo 278, « Projet pour la garde et guet près la personne de Sa Majesté Catholique ».

35 Dubet, 2009, p. 271.

36 AMAE, CP, Espagne, 147, fos 143-149, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 10 juin 1705.

37 Lettre de Louis XIV à Michel-Jean Amelot, 21 juin 1705, dans Amelot de Gournay, Correspondance de Louis XIV avec M. Amelot, t. I, pp. 60-61 ; Noailles, Mémoires, t. II, pp. 352-353 ; Saint-Simon, Mémoires, éd. de Chéruel, t. V, pp. 234-236 ; Baudrillart, 1890, t. I, p. 233.

38 AMAE, CP, Espagne, 147, fos 280-286, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 22 juillet 1705 ; AHN, Consejos, leg. 8976, exp. 178.

39 SHD, T, A1, 1887, fos 46-47, lettre du chevalier de Bourck à Michel de Chamillart, Madrid, 11 septembre 1705 ; Saint-Simon, Mémoires, t. II, pp. 103-104.

40 Saint-Simon, Mémoires, t. II, p. 108. Saint-Simon mentionne des disputes antérieures au banquillo sur la place du capitaine. Le 9 août 1705, Amelot dénonce le « grand désordre » de la garde du corps, en raison de « la nonchalance des deux capitaines espagnols, le comte de Lemos et le duc de Sesa ». AMAE, CP, Espagne, 148, fos 37-43, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 9 août 1705.

41 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 37-43, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 9 août 1705.

42 Carrasco Martínez, 1999 ; Id., 2000, pp. 97-102 ; Álvarez-Ossorio Alvariño, 2001 ; Negredo del Cerro, 2001 ; Hermant, 2012.

43 Kamen, 1969, p. 15.

44 SHD, T, A1, 1886, fo 295, lettre du chevalier de Bourck à Michel de Chamillart, Madrid, 28 août 1705.

45 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fo 3 ; Bottineau, 1993a, p. 196.

46 Cité dans Bottineau, 1993, pp. 196-197.

47 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fo 3. Le 28 août, lors d’un office célébré dans le monastère de San Felipe, seul le prince de T’Serclaes et le marquis de Castel-Rodrigo accompagnent le roi. AMAE, CP, Espagne, 148, fos 61-68, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 28 août 1705.

48 Dubet, 2009, pp. 265 et 280 ; Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fos 3-4.

49 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 109-120, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 2 septembre 1705.

50 SHD, T, A1, 1886, f° 295, lettre du chevalier de Bourck à Michel de Chamillart, Madrid, 28 août 1705.

51 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 109-120, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 2 septembre 1705.

52 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 109-120, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 2 septembre 1705.

53 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 121-129, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 3 septembre 1705 ; AMAE, CP, Espagne, 148, fos 137-146, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 11 septembre 1705 ; Dubet, 2009, pp. 272-273.

54 Gaceta de Madrid, 1er septembre 1705, cité par Torrione, 1998, p. 56. L’ordonnance des gardes du corps du 18 septembre 1705, intitulée Sobre prerogativas, servicio, disciplina y mando de las compañías de guardias de corps, a été communiquée aux chefs de la maison du roi sous forme manuscrite. AGP, Histórica, 184 ; BNE, ms 9558, fos 3-8. Elle n’a été publiée que le 22 février 1706, date à laquelle elle est reprise dans Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 6-37.

55 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fos 11-12.

56 SHD, T, A1, 1887, fo 46, lettre du chevalier de Bourck à Michel de Chamillart, Madrid, 11 septembre 1705.

57 Lettre de Louis XIV à Michel-Jean Amelot, Marly, 14 juin 1705, dans Amelot de Gournay, Correspondance de Louis XIV avec M. Amelot, t. I, pp. 56-60.

58 Lettre de Louis XIV à Michel-Jean Amelot, 20 septembre 1705, dans ibid., t. I, pp. 91-94.

59 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 109-120, lettre d’Amelot à Louis XIV, Madrid, 2 septembre 1705.

60 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, Madrid, 26 octobre 1705, dans Maintenon, Lettres inédites de Mme de Maintenon, t. III, pp. 236-238.

61 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, Madrid, 3 septembre 1705, dans Maintenon, Lettres inédites de Mme de Maintenon, t. III, pp. 211-212 ; lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, Madrid, 30 septembre 1705, dans ibid., pp. 223-226 ; lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, Madrid, 4 octobre 1705, dans ibid., pp. 227-229 ; lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, Madrid, 26 octobre 1705, dans ibid., pp. 236-238 ; lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, Madrid, 6 novembre 1705, dans ibid., pp. 243-249.

62 Atienza Hernández, 1987.

63 Lettre de Louis XIV à Michel-Jean Amelot, 20 septembre 1705, dans Amelot de Gournay, Correspondance de Louis XIV avec M. Amelot, t. I, pp. 91-94.

64 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 109-120, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 2 septembre 1705.

65 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 137-146, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 11 septembre 1705 ; SHD, T, A1, 1887, fo 46, lettre du chevalier de Bourck à Michel de Chamillart, Madrid, 11 septembre 1705.

66 Mercure Galant, décembre 1700, pp. 273-274.

67 AGP, Felipe V, leg. 311 [Fichoz] ; Gómez-Centurión Jiménez, Sánchez Belén, 1998, pp. 28-31.

68 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fo 11.

69 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 137-146, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 11 septembre 1705.

70 Fernández de Bethencourt, 1899, t. II, p. 266.

71 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fos 11 et 15.

72 Ibid., fo 39.

73 Atienza Hernández, 1987, pp. 338-349.

74 AMAE, CP, Espagne, 125, fos 467-468, lettre de Philippe V à Louis XIV, Madrid, 6 décembre 1703 ; SHD, T, A1, 1885, fo 68, lettre de Jean Orry à Michel de Chamillart, Bayonne, 14 mai 1705 ; SHD, T, A1, 1885, fo 237, lettre du chevalier de Bourck au maréchal de Tessé, Madrid, 12 juin 1705 ; AMAE, CP, Espagne, 148, fos 61-69, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 28 août 1705.

75 SHD, T, A1, 1886, fo 244, lettre du chevalier de Bourck à Michel de Chamillart, Madrid, 14 août 1705.

76 Andújar Castillo, 2009a ; Guerrero Elecalde, 2012, pp. 314-327.

77 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fo 59.

78 Ibid., fos 19 et 50.

79 Ibid., fo 50.

80 Ibid., fo 116.

81 Saint-Simon, Mémoires, t. IV, p. 688.

82 Bottineau, 1993, p. 204 ; lettre du marquis de Bonnac au marquis de Torcy, Madrid, 6 juin 1712, dans Maintenon, Lettres inédites de Mme de Maintenon, t. VI, pp. 49-50.

83 Pruvost, 1863, pp. 230-231.

84 López-Cordón Cortezo, 2011, pp. 235-243.

85 AMAE, CP, Espagne, 148, fos 109-120, lettre de Michel-Jean Amelot à Louis XIV, Madrid, 2 septembre 1705 ; lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 8 décembre 1714, dans Maintenon, Lettres inédites de Mme de Maintenon, t. IV, p. 522-527.

86 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fo 83.

87 Bottineau, 1993, p. 298 ; Désos, 2009, pp. 129-131 ; Molina Martín, Vega González, 2010, pp. 165-172.

88 Baudrillart, 1890, t. I, p. 285.

89 Luis Salazar y Castro, « Relación de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo », fo 15.

90 San Felipe, Comentarios, t. II, p. 404.

91 Portugués, Colección de las ordenanzas militares, t. V, pp. 6-37 et pp. 213-216. Voir annexe IV.

92 Ibid., p. 57.

93 Voir chap. iv.

94 AGS, GM, 2275, lettre de Miguel Coscojuela au marquis de Villadarias, Madrid, 16 février 1760. En fait, les capitaines se fient aux recommandations qui, comme le rapporte un ancien officier, sont considérées comme « testigos verbales » de la noblesse du candidat. AGS, GM, 2275, lettre de Andrés Colomo à Miguel de Coscojuela, Madrid, 15 février 1760.

95 Voir chap. iii.

96 Voir chap. iii.

97 AHN, Estado, leg. 493, ordre royal, Madrid, 12 mars 1707.

98 Pardo González, 1915.

99 Giménez López, 1987 ; Caimari Calafat, 2001 ; Blesa Duet, 2005, pp. 139-180 ; Muñoz Rodríguez, 2014, pp. 222-237.

100 Funerales exequias (1707), pp. 6-11. Cette célébration a eu un écho notable dans la ville de Madrid. Une galerie a été dressée pour permettre aux personnes assistant à l’office de voir la composition en surplomb. L’afflux est tel le jour de la célébration que les portes de l’église restent ouvertes au public pendant deux jours. Voir aussi : Triguillos, Descripción de las exequias, y túmulo que por los ilustres soldados muertos en la Batalla de Brihuega (1712).

101 Muñoz, Oración gratulatoria fúnebre (1711), pp. 30-31. Nous soulignons le passage. Voir aussi : Curioso plantel matizado de muchos floridos conceptos (1711), fos 328-331.

102 « Second hommage des Espagnols retournez à Charles III et retraite des Philippins (1706) ». Dans cette estampe imprimée en Flandre, il est conseillé à Philippe V et à ses « Philippins » de prendre leur retraite aux Philippines pour « y vivre sûrement et convertir beaucoup des nations païennes ». Les termes « austracista » et « austracismo » renvoient à une notion qui s’est imposée dans l’historiographie espagnole pour désigner les partisans de la maison de Habsbourg. Arrieta, 2001.

103 Sánchez Llanes, 2014.

104 Vicent López, 2001 ; González Cruz, 2009, pp. 113-126.

105 Drévillon, 2005, pp. 289-315.

106 Cornette, 2000, pp. 293-315 ; Borreguero Beltrán, 2003.

107 Gachard, 1880, pp. 61-87 ; De Schryver, 1965, pp. 284-310.

108 Ursel, 2004, t. II, p. 174.

109 Gachard, 1880, pp. 135-170.

110 L’arrestation et le repli forcé dans le nord de la France a été une technique employée dans le cas d’un personnage de marque tel que le marquis de Verboom, ingénieur général. Muñoz Corbalán, 2015, pp. 41-43.

111 Lettre de Gracia au comte d’Ursel, Madrid, 29 novembre 1706, citée dans Ursel, 2004, t. II, p. 161.

112 AHN, Estado, leg. 1484, lettre de l’Électeur de Bavière au conseil d’État, camp de Candel, 23 août 1708.

113 Certains auteurs ont avancé qu’il avait été demandé aux Flamands repliés en France de prêter serment de fidélité à Philippe V, ce dont nous n’avons pas trouvé trace. Wauwermans, 1891.

114 Fieffé, 1854, t. I, p. 190. Voir aussi : AGR, CR, 548, « Règlement auxquels les commis de l’extraordinaire des guerres de ce département doivent se conformer pour le paiement à commencer du premier mai 1710 des troupes d’Espagne qui ont été mises à la solde du Roy ».

115 Il n’est pas simple d’évaluer l’attractivité du service espagnol après 1706, lorsque la guerre semble perdue pour les Bourbon aux Pays-Bas. Un indice est donné par les variations d’effectifs dans le régiment des gardes wallonnes en faction à Madrid. Entre 1706 et 1708, pour huit officiers qui demandent à se retirer en Flandre, quarante et un arrivent des Pays-Bas pour prendre du service. D’après Guillaume, 1858.

116 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, 40-57.

117 AHN, Estado, leg. 493, ordre royal, Madrid, 12 mars 1707.

118 AHN, Estado, leg. 1491-1 ; AHN, Estado, leg. 1491-2 ; AHN, Estado, leg. 1491-3. A fortiori, des titres de Flandre sont aussi donnés ou vendus aux officiers de l’armée de Flandre : comte Le Marié (1704), baron d’Ostiche (1704), baron de Maercal (1705), baron de Vander Noot (1706), baron de Groesbeek (1706), comte d’Elsius (1711), baron Baert de Barentode (1711).

119 Glesener, 2014c, pp. 312-313.

120 AHN, Estado, leg. 1491-2 ; AHN, Estado, leg. 1491-3.

121 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, p. 297.

122 SHD, T, A1, 1886, fo 303, « Conditions pour la levée des deux bataillons d’augmentation que le roi demande à M. le duc d’Havré pour son régiment des gardes wallonnes (août 1705) » ; AGR, Conseil Royal, 549, fos 190-193.

123 AGR, Conseil Royal, 549, fos 238-238, lettre de Chamillart à N., Versailles, 18 février 1707.

124 AHN, Estado, leg. 495-1, lettre du duc d’Havré à José Grimaldo, mars 1707.

125 AGR, FP, Croix, 9, lettre d’Eugène de Croix au marquis d’Heuchin, Villalba, 5 juin 1711.

126 Andújar Castillo, 2008b, pp. 108-129.

127 Caro Baroja, 1969 ; Aquerreta González, 2001a ; Id., 2001b ; Torres Sánchez, 2010 ; Dedieu, 2011 ; Guerrero Elecalde, 2012, pp. 217-291.

128 Andújar Castillo, 2010c ; Saavedra Vázquez, 2012 ; Felices de la Fuente, 2012, pp. 193-201.

129 SHD, T, A1, 1886, fo 194, lettre de Michel-Jean Amelot à Michel de Chamillart, Madrid, 5 août 1708.

130 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, p. 299.

131 AGS, Estado, leg. 483, lettre de Philippe V aux ducs d’Aytona et d’Havré, novembre 1709.

132 AHN, Estado, leg. 77, lettre de Juan Antonio Gutiérrez de Carriazo à José Grimaldo Madrid, 17 juin 1711.

133 AHN, Estado, leg. 779, lettre du duc d’Havré à José Grimaldo, Madrid, 15 mars 1712.

134 AHN, Estado, leg. 493, ordre royal, Madrid, 12 mars 1707 ; AHN, Estado, leg. 779, lettre du duc d’Havré à José Grimaldo, Madrid, 21 février 1712 ; AHN, Estado, leg. 595-1, fo 41. Sur cette vente d’emplois Andújar Castillo, 2008c, pp. 251-283.

135 Guillaume, 1858, pp. 60-68.

136 AMAE, CP, Espagne, 249, fos 53-60, lettre du duc d’Havré à Philippe V, 27 janvier 1716. Cet engagement du roi s’est visiblement ancré durablement dans la mémoire collective du régiment. La même année 1716, alors que les emplois sont menacés, une lettre collective des capitaines rappelait au duc d’Havré que « le roi nous a fait assurer par la bouche de feu Monsieur votre frère et celle de Votre Excellence que telle chose n’arriverait jamais ». AGS, GM, 2244, lettre des capitaines des gardes wallonnes au duc d’Havré, Tarragone, 3 février 1716.

137 « Real cedula para la dirección de la Masa en los dos regimientos (7 août 1712) », Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 305-307.

138 AGS, GM, 2241, lettre du duc d’Havré à Miguel Durán, Madrid, 30 décembre 1715.

139 Bottineau, 1993, p. 204 ; AGS, GM, 2241, lettre du duc d’Havré à Miguel Durán, Madrid, 30 décembre 1715.

140 Lettre du duc de Bourgogne à Philippe V, Versailles, 22 avril 1709, dans Louis, dauphin de France, Lettres du duc de Bourgogne au roi d’Espagne, t. II, p. 9.

141 Ce même type de garantie est donné ponctuellement lorsque des officiers sont tués au combat. En 1710, alors que son frère vient d’être tué au siège de Saragosse, le baron de Potelsberg obtient de lui succéder dans son emploi de capitaine des gardes wallonnes. Guillaume, 1858, p. 62.

142 Gachard, 1880, pp. 287-322 ; Baudrillart, 1890, t. I, pp. 372-374 ; Van Kalken, 1938.

143 AHN, Estado, leg. 2574, fo 14, lettre de Philippe V au comte de Bergeyck, Valladolid, 3 juin 1709 ; lettre du duc de Bourgogne à Philippe V, Versailles, 26 juin 1709, dans Louis, dauphin de France, Lettres du duc de Bourgogne au roi d’Espagne, t. II, pp. 19-20.

144 AGS, GM, 4557, lettre de José del Arce à José Grimaldo, Namur, 30 janvier 1710. Daniel Voisin, secrétaire d’État à la guerre, fournit à Bergeyck une aide de 50 000 livres pour faire passer 15 régiments en 1710. Bergeyck lève à crédit 400 000 florins supplémentaires pour organiser ce premier départ. Les 12 régiments restants aux Pays-Bas continuent d’être entretenus par le trésor français jusqu’à leur passage en Espagne entre 1711 et 1713. AGR, Conseil Royal, 548, lettre du comte de Bergeyck au marquis de Bedmar, Namur, 7 mars 1710 ; AGR, Conseil Royal, 548, lettre de Daniel Voisin au comte de Bergeyck, Paris, 15 mai 1710.

145 AGR, Conseil Royal, 548, lettre du comte de Bergeyck à Pedro Zuñiga, 14 avril 1710 ; Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, pp. 29-39 et 103-112.

146 AGR, Conseil Royal, 548 ; AGS, GM, 2231.

147 AGS, GM, 2231 ; AGR, Conseil Royal, 548, lettre de Pedro Zuñiga au comte de Bergeyck, Bayonne, 10 mai 1710.

148 AGS, GM, 4557, lettre de José de Arce à José Grimaldo, Namur, 30 janvier 1710.

149 AGS, GM, 4557, lettre de José de Arce à José Grimaldo, Namur, 20 février 1710 ; AGS, GM, 4557, Francisco Aranda de Quintanilla à José Grimaldo, Namur, 27 février 1710.

150 AGS, GM, 4557, lettre de José de Arce à José Grimaldo, Namur, 13 février 1710 ; AGS, GM, 4557, lettre du marquis de Bedmar à José Grimaldo, Madrid, 22 mars 1710.

151 Gómez Ruiz, Alonso Juanola, 1989, t. I, pp. 34 et 108.

152 AGR, FP, Croix, 9, lettre d’Eugène de Croix à la marquise d’Heuchin, Cervera, 12 septembre 1711.

153 AGS, GM, 4557, lettre de José de Arce à José Grimaldo, Namur, 30 janvier 1710.

154 AGR, Conseil Royal, 548, lettre du comte de Bergeyck à Pedro Zuñiga, Namur, 12 mars 1710.

155 AGR, Conseil Royal, 548, lettre du comte de Bergeyck à Senoucq, Namur, 10 mars 1710 ; AGR, Conseil Royal, 548, « État de l’argent qui a été versé à chaque régiment avant son départ pour l’Espagne (14 avril 1710) ».

156 AGS, GM, 4557, lettre du marquis de Bedmar à José Grimaldo, Madrid, 22 mars 1710 ; AGS, GM, 4557, lettre du marquis de Bedmar à José Grimaldo, Madrid, 24 mars 1710 ; AHN, Estado, leg. 845, lettre du marquis de Bedmar à José Grimaldo, Madrid, 20 août 1712.

157 Cette définition est empruntée à Günter Barudio, citée dans Fernández Albaladejo, 2000, p. 15.

158 Cremades Griñan, 1986 ; Herzog, 2003, pp. 64-93.

159 AHN, Estado, leg. 1491-1, consulte du conseil d’État à Philippe V, Madrid, 19 novembre 1709.

160 AHN, Estado, leg. 1491-1, consulte du conseil d’État à Philippe V, Madrid, 20 septembre 1712.

161 AHN, Estado, leg. 1491-1, consulte du conseil d’État à Philippe V, Madrid, 2 mai 1715 ; AGS, GM, 2233.

162 AGS, GM, 4560, lettre d’Eugène de Croix à Miguel Durán, Paris, 15 avril 1715.

163 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 307-311.

164 AGS, GM, 2241, lettre de Miguel Durán au marquis de Bay, Madrid, 15 mars 1715.

165 AGR, FP, Croix, 9, lettre d’Eugène de Croix à la marquise d’Heuchin, Villalba, 5 juin 1711.

166 AGR, FP, Croix, 9, lettre d’Eugène de Croix à la marquise d’Heuchin, Cervera, 12 septembre 1712.

167 AGS, GM, 4564, lettre d’Eugène de Croix à Miguel Durán, Lille, 29 juillet 1717.

168 Archivo histórico de la villa de Madrid (AHVM), Secretaría, 2-394-63 ; 2-348-24 et 2-348-25.

169 AHVM, Secretaría, 2-394-63, délibération de la députation de Madrid adressée à Philippe V, Madrid, 29 septembre 1715.

170 Kamen, 1969, pp. 328-331.

171 Blesa Duet, 2005, pp. 25-30.

172 AHN, Estado, leg. 2973. Il s’agit de quatre consultes non datées, écrites par Macanaz, accompagnées d’un avis du père Robinet.

173 AHN, Estado, leg. 2973.

174 AHN, Estado, leg. 2973.

175 AHN, Estado, leg. 2973.

176 AHN, Estado, leg. 2973, « Relación de los españoles y de algunos otros que se han empleado en el servicio y no se hallan en las relaciones particulares según lo que por ahora se tiene presente (s. d.) » ; AHN, Estado, leg. 2973, « Memoria de las casas de los caballeros napolitanos que han sido enteramente despojados de todas sus haciendas (s. d.) » ; AHN, Estado, leg. 2973, « Relación de oficiales irlandeses (s. d.) » ; AHN, Estado, leg. 2973, « Relación de viudas de oficiales irlandeses que perdieron sus maridos en el servicio del rey (s. d.) ». Une liste de Flamands est mentionnée mais elle ne figure pas dans le dossier.

177 Sur le cas des militaires britanniques en Suède au xviie siècle, voir : Ailes, 2002, pp. 58-105. À propos des mamelouks du beylicat de Tunis, voir : Oualdi, 2011, pp. 115-206.

178 Kamen, 1969, pp. 309-360.

179 Hormis la maison militaire, c’est le cas par exemple du conseil des ordres, qui a été réformé pendant la guerre pour réserver les commanderies aux seuls militaires. Giménez Carrillo, 2012a.

180 Felices de la Fuente, 2012, pp. 193-275.

Table des illustrations

Titre Fig. 4. — La reconnaissance du prince des Asturies pour héritier de la monarchie d’Espagne, faite par les députés des États, Paris, Henry Bonnart, 1710 (détail)
Crédits © Bibliothèque nationale de France, Paris.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4088/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search