Version classiqueVersion mobile

L’empire des exilés

 | 
Thomas Glesener

Chapitre premier

Aux sources du bourbonisme flamand

Texte intégral

  • 1 Archives générales du Royaume (Bruxelles) [AGR], Chancellerie autrichienne des Pays-Bas, 51, lettr (...)

1En 1715, lorsque l’empereur Charles VI prend officiellement possession des Pays-Bas, il veut établir au conseil d’État de Bruxelles les membres de la noblesse qui ont soutenu sa cause pendant le conflit successoral. Or, à sa grande surprise, il doit constater que toutes les maisons de la noblesse ont soutenu Philippe V, que la plupart d’entre elles ont encore un parent qui le sert en Espagne, et que ceux qui se présentent comme des partisans de l’Autriche n’ont rallié sa cause que dans les dernières années de la guerre1.

  • 2 Gachard, 1867 ; Id., 1880, pp. 15-88 ; Van Kalken, 1907, pp. 148-188 ; Van Houtte, 1908 ; Pirenne, (...)

2Aussi étrange que cela puisse paraître, les raisons de l’engagement des élites flamandes en faveur de Philippe V n’ont jamais été interrogées, pas plus que son court règne aux Pays-Bas (1700-1711) n’a retenu l’attention des historiens. L’historiographie belge a généralement considéré cette période comme une parenthèse entre le régime espagnol et le régime autrichien durant laquelle l’absolutisme français s’était abattu sur le pays. Les profondes réformes politiques entreprises par Philippe V ont été déconsidérées au motif que, sous couvert de continuité avec la monarchie hispanique, ce règne dissimulait une annexion française pure et simple. Henri Pirenne lui a accolé le néologisme de régime « anjouin » pour désigner ce qui, à ses yeux, n’était qu’un régime croupion qui ne trouvait pas sa place dans le grand récit national. Avant Pirenne et après lui, les historiens ont mis l’accent sur le bon accueil réservé par les « Belges » à l’empereur, qui leur serait apparu comme un libérateur de l’oppression française et comme le garant des institutions traditionnelles fondées par Charles Quint2. Comme trop souvent, le récit historique s’est calqué sur la version des événements produite par les vainqueurs : occultée par le pouvoir autrichien, tue par les élites qui se sont ralliées tardivement à lui, la mobilisation des provinces flamandes en faveur de Philippe V est rapidement tombée dans l’oubli.

3En étudiant la situation politique des Pays-Bas avant et pendant le règne de Philippe V, ce chapitre cherche à comprendre les raisons de cette mobilisation et de son prolongement dans l’exil espagnol. En effet, l’adhésion à la cause bourbonienne plonge ses racines dans la crise politique traversée par les Pays-Bas dans la seconde moitié du xviie siècle et dans l’influence croissante exercée par Louis XIV sur les élites flamandes. Ensuite, à l’avènement de Philippe V, le rôle joué par Louis XIV dans le gouvernement des Pays-Bas explique là aussi l’élargissement de la mobilisation. Loin de se réduire à une annexion, le caractère singulier du régime anjouin tient au fait que les Pays-Bas ont été le théâtre d’une expérience politique inédite, impulsée depuis la cour de France, qui a permis de raviver les liens distendus entre les élites flamandes et Madrid. Ainsi, il apparaît que l’exil n’est pas la simple continuation d’une ancienne fidélité à la monarchie hispanique mais bien le résultat d’un attachement à la nouvelle dynastie, aussi bien à Madrid qu’à Versailles.

I. — La crise du système impérial aux Pays-Bas

L’émiettement de l’autorité royale

  • 3 Ruiz Ibañez, 2014, pp. 935-936.
  • 4 Pirenne, 1923, t. III, pp. 184-194.

4Les Dix-Sept Provinces bourguignonnes relèvent de ces territoires dont l’identité politique et juridique s’est consolidée durant la seconde moitié du xve siècle dans la résistance à l’expansionnisme français. De même qu’en Aragon, en Catalogne ou en Navarre, le processus d’intégration dans l’ensemble impérial de la monarchie hispanique n’a pas entraîné l’imposition d’un régime politique nouveau. Au contraire, le voisinage avec le même ennemi français a incité à préserver les constitutions propres à chaque royaume de manière à renforcer la loyauté vis-à-vis du souverain3. La particularité des Pays-Bas tient à la volonté des Habsbourg d’ancrer juridiquement ces provinces dans l’espace germanique, par leur érection en cercle d’empire (1512), alors que la plupart d’entre elles ont longtemps relevé de la mouvance française. Une autre singularité réside en ceci que chaque principauté a conservé son autonomie car, si le titre de « souverain » des Pays-Bas a parfois été employé, il ne s’agit en réalité que de l’accumulation de titres princiers, la cohésion politique reposant pour l’essentiel sur la présence physique du souverain à la cour de Bruxelles4. Enfin, cette « souveraineté » des Pays-Bas a été renforcée par son identification avec la dynastie des Habsbourg, lorsque Charles Quint a érigé ces territoires en possession personnelle, indivisible et transmissible dans sa lignée sur le modèle des états patrimoniaux des Habsbourg en Autriche (1522). Ces trois éléments sont fondamentaux pour comprendre la manière dont le système de gouvernement impérial s’organise aux Pays-Bas au cours des xvie et xviie siècles. Ils expliquent aussi la dynamique d’émiettement du pouvoir qui se produit dans la seconde moitié du xviie siècle, lorsque l’affaiblissement de l’autorité royale fait surgir de nouvelles polarités.

  • 5 Aerts, Baelde, Coppens et alii, 1995.

5À l’époque de Charles Quint, le gouvernement des Pays-Bas s’organise autour de Bruxelles, l’ancienne capitale des ducs de Bourgogne, afin de ne pas heurter les traditions politiques du pays. Néanmoins, l’empereur ne pouvant plus résider à Bruxelles en permanence, l’autorité royale est confiée à un représentant portant le titre de régent, puis après 1522, de gouverneur-général. Pour compenser cette absence, et ne pas donner le sentiment que les Pays-Bas sont réduits au rang de simple province, cette charge est occupée systématiquement à des membres de la famille royale. En 1531, les premières structures centralisées de gouvernement — les conseils collatéraux (État, privé, finances) — sont formées à Bruxelles pour aider le gouverneur-général à administrer les Dix-Sept Provinces. Le conseil d’État, le plus éminent d’entre eux, est composé de membres de la noblesse flamande qui sont associés de ce fait aux grandes décisions politiques. Le gouverneur-général a autorité sur l’ensemble des affaires, et il prend ses ordres directement auprès du souverain. Leur correspondance en français transite à Madrid par un secrétaire du conseil d’État et à Bruxelles par l’audiencier, un secrétaire du conseil privé. Elle est doublée d’une autre correspondance, privée cette fois, rédigée en français ou en espagnol, et confiée aux secrétaires particuliers. Cette double correspondance constitue en germe les deux canaux de gouvernement, l’un par la voie des conseils, l’autre par la voie réservée. Selon ce schéma, il n’existe pas d’organe politique auprès du souverain spécialisé dans les affaires des Pays-Bas, le gouvernement étant assuré à Bruxelles par le gouverneur-général qui agit comme un véritable alter ego du souverain5.

  • 6 Lefèvre, 1934 ; Esteban Estríngana, 2002b.

6Sous le règne de Philippe II, l’installation définitive de la Cour à Madrid entérine l’absence du souverain à Bruxelles. Au même moment, l’expansion du calvinisme aux Pays-Bas a rapidement obligé le monarque à renforcer sa présence militaire en envoyant depuis l’Espagne des garnisons pour soutenir les efforts jugés insuffisants des troupes du pays. Menée brutalement par le duc d’Albe (1567), cette opération a provoqué la rupture des liens de fidélité des provinces et entraîné la rébellion d’une partie d’entre elles. La réconciliation avec les provinces catholiques, forgée par Alexandre Farnèse (1579), a permis de conjuguer les impératifs de la guerre et l’autonomie politique des provinces. À partir de ce moment, une division des compétences s’est instaurée entre le roi et son gouverneur-général, et donc entre Madrid et Bruxelles : au premier revenait la direction de la guerre, le financement des troupes espagnoles et la conduite des troupes étrangères, tandis que le second conservait la haute main sur les affaires intérieures, dirigeait les conseils collatéraux et gérait la portion congrue des finances de guerre payées par les états provinciaux. Cette séparation a entraîné aussi un dédoublement du gouvernement royal à Bruxelles puisque, aux côtés du gouverneur-général et des conseils, sont apparus de nouveaux agents du roi (secrétaire d’État et de guerre, capitaine général, veedor, etc.) chargés de gérer sur place les prérogatives royales. La plupart de ces hommes du roi étant d’origine espagnole, l’habitude a été prise de désigner cet embryon d’administration comme le gouvernement « espagnol » des Pays-Bas. De fait, la gestion de l’hacienda militaire castillane délocalisée, chargée de distribuer l’argent de Castille (remesas) à destination des tercios espagnols, est devenue la clé du nouveau régime impérial6.

  • 7 Echevarría Bacigalupe, 1998, pp. 151-157 ; Esteban Estríngana, 2010.

7Ce système de double gouvernement a fait preuve d’une étonnante souplesse, en permettant l’autonomie des pouvoirs locaux, tout en arrimant le territoire à la monarchie catholique. Entre 1598 et 1621, le gouvernement des archiducs Albert et Isabelle a constitué l’expérience la plus aboutie de séparation des deux sphères de gouvernement. À cette époque, les Pays-Bas ont été cédés en pleine souveraineté à la sœur et au beau-frère de Philippe II, à l’exception de la conduite et du financement de la guerre qui restaient de prérogative royale. Bien que formellement détachés de la souveraineté du roi d’Espagne, le gouvernement « espagnol » à Bruxelles permettait aux Pays-Bas de rester dans le giron de la monarchie hispanique7.

  • 8 Rabasco Valdés, 1979 ; Vermeir, 2010 ; Hortal Muñoz, 2006.
  • 9 Esteban Estríngana, 2010 ; Hortal Muñoz, 2011b.
  • 10 Vidal Galache, Vidal Galache, 1996 ; García García, 2007.

8La polarité bruxelloise du gouvernement des Pays-Bas n’a donc pas signifié que le monarque ait été dépourvu de moyens d’action depuis la Cour. Car, outre les affaires militaires, il n’a rien cédé non plus de ses prérogatives dans l’attribution des titres et des grands emplois. L’exercice de la grâce royale a constitué l’autre grand versant du système impérial, géré personnellement par le roi. Créé en 1588, la même année que le conseil de la chambre de Castille, le conseil suprême de Flandre et de Bourgogne à Madrid n’a jamais eu les compétences d’un conseil territorial. Comme son homologue castillan, ce conseil n’avait pas pour vocation à se prononcer sur les affaires politiques et militaires du pays mais il devait aider le roi dans la collation des emplois et des honneurs8. C’est donc essentiellement par le biais du clientélisme que le roi a exercé depuis Madrid sa tutelle sur ses possessions flamandes. D’ailleurs, depuis Charles Quint, la présence à la Cour d’un corps d’archers flamands a joué un rôle important dans le développement des clientèles personnelles du roi aux Pays-Bas. Philippe II l’a perfectionné avec le système du tour de rôle qui a permis d’attirer à Madrid les fils des notables des villes pour servir dans les archers, en leur garantissant en retour de bénéficier de charges réservées dans les municipalités flamandes9. De plus, le roi s’est érigé symboliquement en protecteur des Flamands lorsque, en 1606, il a placé sous patronage royal l’hôpital Saint-André à Madrid. Fondé par un ancien archer pour secourir les Flamands nécessiteux de la capitale, cet hôpital a pris place dans un réseau d’institutions censées démontrer l’attachement personnel du roi pour ses vassaux flamands10. Ces institutions flamandes en Espagne ont donc constitué une articulation politique fondamentale entre la Cour et les Pays-Bas car elles ont réactivé en permanence les liens entre le roi et la nation. Par conséquent, si la polarité bruxelloise du gouvernement impérial a été indéniable, l’administration de la grâce et des clientèles royales s’est structurée à Madrid autour du souverain.

  • 11 Rodríguez Hernández, 2007, pp. 64-91.
  • 12 Id., 2011, p. 163.
  • 13 Rooms, 2003 ; Rodríguez Hernández, 2006 ; Storrs, 2007, p. 32.

9La crise économique qui a frappé la Castille à partir des années 1640 a bouleversé les équilibres entre ces pôles de pouvoir puisqu’elle a affaibli directement l’hacienda militaire de Flandre et donc la capacité d’action du roi aux Pays-Bas. Le recul économique n’a toutefois pas été aussi radical que ne l’a longtemps affirmé l’historiographie. La grande mobilisation de 1667 lors de la guerre de Dévolution le prouve : plus de 20 000 hommes ont été levés en Castille et conduits en Flandre, soit un niveau proche de ceux de la fin du xvie siècle. Cependant, ce nombre était très inférieur à la capacité de mobilisation de Louis XIV en France, ce qui a obligé l’Espagne à engager ses maigres moyens pour payer les troupes des princes alliés qui combattaient aux Pays-Bas11. La pratique est devenue systématique à partir des années 1670 lorsque l’Espagne a incité à grand renfort de subsides les Provinces-Unies, l’empereur et les grands princes allemands à participer à la guerre contre la France en émargeant sur la caisse du trésor militaire espagnol en Flandre12. Ce système avait l’avantage de permettre le licenciement immédiat des troupes en cas de retour à la paix. Néanmoins, à partir du moment où la guerre est devenue permanente, il a asséché pratiquement la totalité des finances militaires en provenance de l’Espagne. La conséquence a été la diminution progressive de la part des tercios espagnols dans le contingent de l’armée de Flandre, celle-ci n’étant plus composée que de troupes étrangères et de tercios wallons, financés quant à eux par les aides des provinces et les deniers des officiers flamands qui les commandaient13.

  • 14 Ruiz Ibáñez, 1999 ; Esteban Estríngana, 2001.
  • 15 Van Kalken, 1907, pp. 93-129.
  • 16 Lefèvre, 1934b, pp. 182-193.

10En s’appuyant sur les princes alliés, le roi d’Espagne n’a pas dérogé à son devoir de défense de ses possessions, principe sur lequel reposaient l’édifice de la monarchie et la fidélité des sujets14. Sa réputation s’est trouvée toutefois entachée par l’obligation de transférer cette responsabilité à des opérateurs étrangers. De plus, les envois d’argent depuis la Castille étant notoirement insuffisants, ce sont les finances militaires flamandes qui ont dû éponger les dettes. Dans les faits, la double administration des finances militaires a fini par se confondre en raison de la nécessité de renflouer périodiquement le trésor espagnol en Flandre avec l’argent des provinces15. Or, depuis le milieu du xvie siècle, la domination directe qu’a prétendu exercer le roi aux Pays-Bas s’est entièrement appuyée sur le contrôle de l’argent de Castille. L’unification par défaut des finances militaires, en raison des impayés de l’Espagne, a entraîné l’affaiblissement de la voie ministérielle de la guerre qui prétendait administrer l’acheminement, la distribution et l’emploi des deniers de Castille en Flandre. À partir des années 1670, sans une tutelle forte depuis la Cour, les principales figures de cette administration espagnole aux Pays-Bas ont perdu l’essentiel de leur pouvoir16.

  • 17 Echevarría Bacigalupe, 1998, pp. 377-381.
  • 18 De Schryver, 1965, pp. 47-48 ; Vandenbulcke, 1992, pp. 108-125 ; Thomas, C., 2009, pp. 177-190.
  • 19 Lefèvre, 1934b, pp. 200-203 ; Coppens, 1992.
  • 20 Van Kalken, 1907, pp. 74-92 ; Echevarría Bacigalupe, 1998, pp. 359-361.

11Les défaillances de Madrid ont profité aux ombrageux alliés allemands et hollandais de l’Espagne qui se sont immiscés progressivement dans les affaires intérieures des Pays-Bas, s’autorisant à formuler des projets annexionnistes, parfois même en pactisant secrètement avec l’ennemi français17. Face à ces forces centrifuges, le gouverneur-général n’a pas été en mesure d’opposer de résistance. Le temps des gouverneurs-généraux autonomes était largement révolu car ceux qui ont été nommés à cet emploi sous Charles II ne jouissaient que de très peu de prestige personnel. À une exception près, aucun des gouverneurs-généraux entre 1670 et 1692 n’a été ni de sang royal ni de sang princier. Ils se sont heurtés à la montée en puissance des membres des conseils collatéraux, en particulier des juristes du conseil privé et du conseil des finances, qui se sont solidement implantés dans l’administration royale des Pays-Bas grâce à la vénalité des charges. Le degré d’autonomie acquis par les conseillers, ainsi que leur capacité à contraindre l’action du gouverneur-général, voire à mener une politique propre, reste un chantier à explorer. C’est toutefois à partir des années 1660 que des dynasties de juristes, telles que les d’Ennetières ou les Brouchoven, se sont installées dans les rouages de l’administration centrale des Pays-Bas18. De plus, l’unification des deux haciendas du roi a profité également aux conseillers des finances puisqu’ils ont eu désormais un droit de regard sur l’emploi des rares remesas d’Espagne19. Enfin, les difficultés croissantes qu’ont opposées les états provinciaux au paiement de l’impôt ont permis aux conseillers, grâce à leurs relations personnelles avec les magistrats des villes, d’acquérir une importance politique majeure en tant que médiateurs dans la renégociation du pacte fiscal. En effet, le centre de gravité de la vie politique des Pays-Bas s’est progressivement déplacé vers les députations des états provinciaux. En leur sein, ce sont les villes les plus opulentes, et dans les villes, ce sont les corporations les plus puissantes qui décidaient en dernier ressort du paiement de l’impôt. À l’instar de ce qui se produisait en Castille à la même époque, le gouvernement de Bruxelles a donc dû négocier la fiscalité directement avec les magistrats des villes et bien souvent tenir compte de l’avis des maîtres des quartiers, des métiers et des marchands sur lesquels reposait in fine l’essentiel de l’imposition. À ce jeu, les conseillers de l’administration centrale sont devenus des intermédiaires indispensables à la conservation de la cohésion interne des provinces flamandes20.

  • 21 Storrs, 2007, pp. 182-190.
  • 22 Esteban Estríngana, 2007, pp. 335-342.
  • 23 Consulte du conseil d’État à Charles II, Bruxelles, 26 décembre 1674, dans Correspondance de la Co (...)
  • 24 Consulte du conseil d’État à Charles II, Bruxelles, 26 décembre 1674, dans Correspondance de la Co (...)
  • 25 Esteban Estríngana, 2007.

12À Madrid, les conseils de la monarchie ont également profité de l’affaiblissement de l’autorité royale pour étendre leurs compétences et leur autonomie21. Cette tendance n’a pas épargné le conseil suprême de Flandre et de Bourgogne, dont la présidence est devenue progressivement un emploi convoité par la haute noblesse castillane, et en particulier par les anciens gouverneurs-généraux en descente de charge. Les membres de ce conseil ont cherché à accroître leur ascendant sur le gouvernement de Bruxelles et à soumettre le gouverneur-général et les conseils collatéraux à leurs décisions. Sans moyen d’entretenir une voie ministérielle puissante aux Pays-Bas, Charles II a été contraint d’appuyer les prétentions de son conseil suprême de Flandre pour maintenir sa tutelle sur le gouvernement de Bruxelles22. En 1674, ce conseil, dont les membres sont rémunérés sur les finances des Pays-Bas, a demandé à être payé avant les conseils collatéraux afin d’affirmer l’ascendant de Madrid sur Bruxelles23. Les résistances des conseillers flamands et du gouverneur-général ont été fortes puisque Charles II a dû ordonner à trois reprises, en 1675, 1677 et 1678, que cette mesure soit appliquée24. De plus, en augmentant les rémunérations, la couronne ne voyait pas d’un mauvais œil que le conseil suprême de Flandre devienne une promotion pour les conseillers des conseils collatéraux, achevant ainsi d’inféoder le gouvernement de Bruxelles à celui de Madrid25. En d’autres termes, Charles II n’a pas renoncé à exercer un contrôle sur le gouvernement de Bruxelles mais cela ne passait plus, comme au temps de ses prédécesseurs, par une voie ministérielle qui contournait le gouverneur-général. Le rapport de force s’est déplacé vers les conseils de Madrid et de Bruxelles, le roi se contentant de soutenir les prétentions du conseil central contre ceux des provinces afin d’enrayer les forces centrifuges. Ce faisant il a accentué l’ascendant pris par la noblesse castillane à la cour de Madrid, laquelle entendait transformer le conseil suprême de Flandre en un conseil territorial doté de compétences politiques.

  • 26 Storrs, 2007, pp. 191-230.

13En somme, la crise qu’a traversée la monarchie sous Charles II ne s’est pas traduite par une perte totale de contrôle sur les Pays-Bas faisant passer ceux-ci sous la tutelle des puissances étrangères. À cause de l’affaiblissement économique de la Castille, la voie ministérielle de la guerre a cessé de fonctionner ou, du moins, a été réduite à la correspondance entre le roi et son gouverneur-général. Avec elle, c’est l’ambition royale d’un contrôle direct sur les affaires militaires aux Pays-Bas qui s’est évanoui. Les parcelles de pouvoir que la couronne était parvenue à rassembler entre les mains de ses ministres à Bruxelles se sont éparpillées entre une multitude d’acteurs politiques locaux et étrangers qui ont pu exercer une influence inédite. Dans le gouvernement intérieur, les patriciats urbains ont été sans conteste les grands bénéficiaires de cet affaiblissement de la tutelle royale. À l’échelle provinciale, on a assisté à une sorte de renaissance communale, avec des villes et des corporations qui ont été en mesure de tenir tête au pouvoir royal avec plus de vigueur encore que ne le faisaient les états provinciaux. Au niveau des institutions centrales, les conseils et les tribunaux du roi sont passés sous le contrôle de ces mêmes familles de l’élite urbaine, rendant très théorique l’autorité du gouverneur-général sur les conseils de gouvernement, ce qui a provoqué de fait une autonomisation du gouvernement intérieur des Pays-Bas à l’égard des injonctions de Madrid. Dans le gouvernement extérieur, c'est-à-dire sur les questions relatives à la conduite de la guerre et à son financement, ce sont les princes alliés de Charles II qui ont assumé la charge de défendre les Pays-Bas. Les irrégulières arrivées d’argent en provenance de Castille ont servi dès lors à financer les troupes étrangères et de moins en moins à entretenir les tercios espagnols ou à payer les appointés du roi d’Espagne. Enfin, toute velléité centralisatrice n’a pas disparu à Madrid, mais elle n’est plus revendiquée par le valido ou les secrétaires du roi, mais par le conseil suprême de Flandre, désormais contrôlé par la haute noblesse castillane. Ce processus, jugé traditionnellement comme le signe d’une décadence politique, a été en réalité la manière par laquelle la couronne a permis d’assurer la cohésion de la monarchie à un moment où elle traversait de grandes difficultés. En se délestant de pans entiers de son autorité en faveur de ses sujets et de ses alliés, Charles II est parvenu à contrer des forces centrifuges beaucoup plus puissantes qui menaçaient la cohésion impériale. La « provincialisation » aux Pays-Bas est en effet moins un processus de déliquescence inéluctable de l’autorité royale qu’une réponse organisée de la couronne espagnole26. Dans le cas de la noblesse, elle a permis de limiter l’hémorragie des défections en faveur de Louis XIV.

Les fidélités à l’épreuve de la frontière

14Depuis 1635 et la reprise des hostilités contre l’Espagne, la France n’a eu de cesse de déverrouiller la ceinture des territoires espagnols qui l’enserraient. Après la Catalogne, les Pays-Bas ont été le royaume le plus affecté par la reprise de l’expansion française. En 1660, le mariage de Louis XIV avec la fille de Philippe IV, Marie-Thérèse, a marqué un infléchissement car il a permis au roi de France de revendiquer à nouveaux frais des territoires dont il s’estimait avoir été injustement spolié au cours du xvie siècle. De plus, ces prétentions ont été avivées par la perspective d’une extinction éventuelle de la lignée espagnole des Habsbourg, ce qui aurait permis à Louis XIV de faire valoir ses droits à la succession d’Espagne. En 1667, la guerre de Dévolution a ouvert une longue guerre de trente ans entre la France et l’Espagne pour le contrôle des Pays-Bas, au cours de laquelle l’Artois, la Flandre wallonne, Lille et Douai, le Cambrésis et le sud du Hainaut, sont passés sous domination française (Carte 2).

Carte 2. — Évolution de la frontière entre la France et les Pays-Bas espagnols (1659-1713)

Carte 2. — Évolution de la frontière entre la France et les Pays-Bas espagnols (1659-1713)
  • 27 Guignet, 1990 ; Id., 1997. Grand spécialiste des Pays-Bas passés sous domination française, Philip (...)
  • 28 Lepautre, La Flandre despouillée des habits d’Espagne et revestue à la Françoise (1660) [estampe]  (...)
  • 29 Larmessin, Les justes conquêtes de l’auguste monarque Louis XIV […] en Flandre vient lui rendre se (...)
  • 30 Schaub, 2003 ; Sabatier, Torrione, 2009.

15Si de nombreux travaux ont étudié l’intégration des territoires conquis dans le royaume de France, peu se sont penchés sur le clientélisme exercé par le roi de France durant ces années parmi la noblesse des Pays-Bas restée sous domination espagnole27. Car, durant ces années de conflit, bien loin de camper la seule figure de l’ennemi, Louis XIV a également incarné aux yeux des élites flamandes l’image d’un protecteur capable de pallier les défaillances du roi d’Espagne dans la sauvegarde des intérêts des maisons nobles. Cette politique de captation des fidélités s’est adossée sur une propagande royale qui a su manier les références et les symboles pour soutenir les prétentions du roi de France. Les almanachs publiés à cette époque ont souvent été illustrés par des allégories de la monarchie hispanique incapable de défendre ses possessions, à travers l’image du chapelet qui perdait ses perles, du mauvais attelage, ou de la femme dévêtue (fig. 2)28. On y mettait aussi en scène des provinces flamandes abandonnées par l’Espagne et venant se prosterner au pied du Roi Soleil, le cœur à la main29. Autant de symboles qui présentaient Louis XIV non pas en conquérant mais en légitime successeur du roi d’Espagne parce qu’il en avait hérité les droits et qu’il en assumait les devoirs30. Ainsi, alliés et ennemis de l’Espagne ont-ils partagé les mêmes visées aux Pays-Bas : à grand renfort de moyens militaires, les uns et les autres ont tenté de se forger des partisans parmi les sujets du roi d’Espagne.

Fig. 2. — Le chapelet de l’Espagnol qui se désfile, Paris, Gérard Jollain, 1678 (détail)

Fig. 2. — Le chapelet de l’Espagnol qui se désfile, Paris, Gérard Jollain, 1678 (détail)

© Bibliothèque nationale de France, Paris.

  • 31 Janssens, 1998, pp. 144-161.
  • 32 Pirenne, 1927, t. IV, pp. 262-266 ; Vermeir, 2006, pp. 13-101 ; Esteban Estríngana, 1998.
  • 33 Lettre de Marie-Anne d’Autriche au Connétable de Castille, Madrid, 27 octobre 1668, dans Correspon (...)
  • 34 Lettre de Pedro Fernández del Campo au Connétable de Castille, Madrid, 30 septembre 1668, dans ibi (...)
  • 35 Lettre de Manuel de Liria à Marie-Anne d’Autriche, La Haye, 7 mars 1673, dans ibid., p. 181.
  • 36 AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre (SEG), 282, fo 71, lettre du duc de Villa Hermosa à Charles (...)
  • 37 Lettre de Charles II au marquis de Gastañaga, Madrid, 27 septembre 1685, dans Correspondance de la (...)

16Les élites des provinces dites wallonnes, frontalières avec la France et en partie conquises par elle, ont été particulièrement visées par Louis XIV. Contrairement aux zones urbanisées du nord des Pays-Bas, où les conflits religieux ont éreinté les vieilles maisons, l’ancienne noblesse a conservé dans ces provinces un rôle politique et économique important31. Ces territoires avaient déjà été l’un des bastions de la fronde nobiliaire qui avait agité les Pays-Bas entre 1629 et 1632 : les chefs de grandes maisons de l’Artois et du Hainaut (Epinoy, Bournonville) figuraient parmi les meneurs de la révolte et avaient cherché le secours de la France32. Par la suite, cette noblesse s’était retrouvée en porte-à-faux face aux conquêtes de Louis XIV qui menaçaient directement l’intégrité de leurs patrimoines. En principe, les traités de paix entre la France et l’Espagne, aussi bien à la paix des Pyrénées (1659) qu’au traité d’Aix-la-Chapelle (1668), avaient prévu de préserver les intérêts de ces maisons en garantissant la propriété des biens, sans les soumettre à l’obligation de résidence ou de service militaire33. Cependant, Louis XIV n’a jamais respecté l’accord et chaque regain de tension a été l’occasion d’exercer une pression croissante sur les grands lignages nobles des provinces méridionales des Pays-Bas. Cela a été le cas, le 20 août 1668, au lendemain de la paix d’Aix-la-Chapelle, lorsque le roi de France a menacé de confiscation tous les sujets qui possédaient des propriétés dans les régions cédées par l’Espagne et qui n’y résidaient pas. Bien que la noblesse soit en principe exemptée de cette mesure, Louvois a ordonné le saccage des biens des maisons nobles situés en Artois et en Hainaut pour les forcer à se rallier au Très Chrétien34. En 1673, l’intimidation s’est poursuivie à l’occasion de la guerre de Hollande, lorsque le roi de France a décrété la confiscation des biens des sujets du roi d’Espagne au service des Provinces-Unies, menaçant ainsi directement les biens du prince de Chimay et du comte d’Egmont35. En 1676, une nouvelle ordonnance royale a menacé de confiscation toutes les familles nobles du pays conquis qui avaient encore un parent au service de l’Espagne. Étaient explicitement visées les grandes familles nobles du Hainaut et de la Flandre française : les princes de Robecq, de Chimay, le duc d’Havré, les comtes d’Egmont, de Solre, de Coupigny, de Ribaucourt et le marquis de Deynze36. Ces mesures ont été doublées d’une série de limitations concernant le commerce, la circulation et les contacts de part et d’autre de la frontière, à l’image de l’ordonnance publiée en 1685 interdisant aux Français de se marier à l’étranger37. Ces mesures n’ont généralement pas été appliquées, mais elles ont contribué au fil du temps à façonner un espace frontalier, incitant certaines familles à entreprendre de se détacher de l’Espagne.

  • 38 Fauconpret, 1992.
  • 39 Rowlands, 2010, p. 156 ; Fieffé, 1854, t. I, p. 189. En 1673, les regiments Royal-Wallon et Royal- (...)
  • 40 Saint-Simon, Mémoires, t. IV, pp. 694-695 : ibid., t. VII, p. 353.
  • 41 Vegiano d’Hovel, 1865, t. I, p. 288.
  • 42 Saint-Simon, Mémoires, t. II, p. 1607.
  • 43 Ursel, 1986.
  • 44 Saint-Simon, Mémoires, t. IV, pp. 694-695.

17Davantage que la fermeté, la générosité affichée par Louis XIV a été déterminante pour consolider sa domination sur les provinces nouvellement rattachées et étendre son influence sur celles qui lui échappaient encore. En 1661, l’initiative de Mazarin de fonder le collège des Quatre-Nations à Paris pour y instruire les enfants des noblesses catalane, alsacienne, flamande et piémontaise, a été un moyen d’intégrer les nouveaux territoires conquis mais aussi de susciter des défections dans les rangs des élites des principautés et des royaumes voisins38. Parallèlement, Mazarin a financé en 1656 la formation du régiment Royal-Alsace, et l’année suivante la formation du régiment Royal-Catalan, tandis que plusieurs régiments wallons ont été levés pour y faire servir les sujets des Pays-Bas39. De plus, Louis XIV a reçu à Versailles les membres éminents de la noblesse flamande et les a intégrés au cérémonial de la Cour aux côtés des grandes familles nobles de France40. Grâce à une habile politique matrimoniale, de grandes maisons telles que les Melun, Croÿ, Bournonville, ou Isenghien se sont ménagé une place au sein de la haute noblesse française. En 1655, Ambroise de Bournonville a épousé Lucrèce Françoise de La Vieuville, fille du duc du même nom, pair de France, capitaine de la garde du corps et grand fauconnier de France41. En 1699, le prince de Chimay, chef de la famille de Hennin Liétard, dans l’Artois, a épousé la fille du duc de Nevers, pair de France42. Ces familles ont ainsi intégré au cours du xviie siècle la hiérarchie des honneurs de la noblesse française : en 1652, le duché de Bournonville, situé dans le Boulonnais, a été érigé en duché-pairie pour Ambroise de Bournonville ; en 1661, Alexandre Guillaume de Melun, prince d’Epinoy, a été reçu dans l’ordre du Saint-Esprit, tandis que Philippe-Emmanuel de Croÿ, prince de Solre, y a accédé à son tour en 168843. Cette intégration a toutefois été vivement contestée par les secteurs les plus conservateurs de l’aristocratie française. Les mémoires de Saint-Simon sont pleins de mépris pour ces nouveaux venus qui cherchaient à se faire une place à Versailles44. Le transfuge n’est donc pas sans risque et les familles flamandes qui s’y sont aventurées l’ont fait avec prudence, d’autant que cela les a obligées à des réorganisations très conflictuelles de leur patrimoine.

  • 45 Ibid., t. IV, pp. 216-218.
  • 46 Ibid., t. I, p. 881.
  • 47 Ursel, 1986.
  • 48 AGR, Familles et particuliers (FP), Ursel, W 195, testament d’Alexandre Hyppolite de Bournonville, (...)
  • 49 Ursel, 1986, p. 224.
  • 50 La tentative échoue puisque les biens sis aux Pays-Bas sont confisqués par Charles II à la mort d’ (...)
  • 51 AGR, FP, Ursel, W 195, testament d’Alexandre Hyppolite de Bournonville, Pampelune, 4 janvier 1687.

18Le cas des Bournonville est un exemple éclairant de la manière dont une famille s’est détachée progressivement et partiellement du service de l’Espagne au cours du xviie siècle. Les possessions familiales, situées pour partie dans le Boulonnais et dans l’Artois, c’est-à-dire à la frontière historique entre les domaines des rois de France et des ducs de Bourgogne, ont été très tôt confrontées aux rivalités politiques entre la France et l’Espagne. En 1600, Alexandre de Bournonville (1585-1656), alors au service de l’Espagne puis des archiducs Albert et Isabelle, a obtenu d’Henri IV l’érection d’une terre du Boulonnais en duché de Bournonville, sans que ce titre ne soit reconnu aux Pays-Bas45. Cette déconvenue a peut-être incité Alexandre à prendre la tête de la révolte nobiliaire de 1632 contre Philippe IV, l’obligeant à l’exil à Lyon. Alexandre a profité de cette situation pour réorienter le service royal afin de l’adapter à la distribution spatiale de son patrimoine familial. Son fils puîné, Ambroise, est passé le premier au service de la France tandis que son père lui a fait donation du duché de Bournonville, sous domination du Très Chrétien. L’année suivante, la terre a été érigée en duché-pairie par Louis XIV, Ambroise s’est marié dans la haute noblesse en 1655, et il est devenu gouverneur de Paris en 166046. Entre-temps, le fils aîné, Alexandre Hyppolite, est resté au service de Philippe IV, menant une carrière militaire exemplaire récompensée par le collier de la Toison d’Or (1673) et les vice-royautés de Catalogne (1684) et de Navarre (1686)47. Cependant, le principal souci d’Alexandre Hyppolite a été de consolider son patrimoine puisque son cadet, Ambroise, avait hérité de la dignité de duc et pair de France, tandis que lui, l’aîné, se retrouvait simple comte de Hénin-Liétard dans les Pays-Bas. En 1658, il a passé un accord avec Philippe IV l’autorisant à lier tous les biens de la famille sous domination espagnole et à les ériger en principauté, sous le nom de Bournonville48. Il existait donc désormais un duc de Bournonville en France et un prince du même nom dans les Pays-Bas espagnols. Néanmoins, Alexandre Hyppolite ne s’est pas arrêté en si bon chemin et il a essayé lui aussi d’organiser le détachement de sa famille de l’Espagne pour rejoindre les rangs de la haute aristocratie française. Pour cela, il a placé son fils aîné dans les armées françaises et il a obtenu pour lui les entrées de duc à Versailles en 166049. En 1687, une fois son patrimoine rendu indivisible, Alexandre Hyppolite a fait en sorte que son fils aîné, qui vivait à la cour de France, lui succède à la tête de la principauté de Bournonville dans les Pays-Bas, avec la garantie de conserver ses biens en temps de paix comme en temps de guerre50. Après le patrimoine matériel, il ne restait plus à Alexandre Hyppolite qu’à partager le capital politique accumulé par ses longs services à la couronne d’Espagne. Par testament, il a réparti ainsi le bénéfice de ses mérites entre deux de ses neveux restés au service de Charles II, l’un aux Pays-Bas et l’autre en Catalogne51.

  • 52 Procès intenté par le marquis de Bournonville […] contre le duc et prince de Bournonville [1688].
  • 53 AGR, Conseil Privé, 2 à 5. Dans le dernier tiers du xviie siècle, le conseil privé aux Pays-Bas es (...)
  • 54 Archives nationales (Paris) [AN], G7, 260, fo 112, lettre de Cazier à Michel de Chamillart, Paris, (...)

19En somme, les trajectoires d’Ambroise et d’Alexandre Hyppolite montrent le pouvoir d’attraction qu’ont exercé les titres et les honneurs de France sur la noblesse flamande. Pour en bénéficier, le premier a organisé un détachement complet en implantant sa maison en France, alors que le second est passé au service de la France tout en conservant son patrimoine dans les Pays-Bas espagnols. Ces changements se sont produits en une ou deux générations, c’est-à-dire dans un temps court à l’échelle des temporalités familiales, et ont conduit les maisons nobles à se déchirer dans de longs et coûteux procès. Alexandre Hyppolite de Bournonville n’a pu constituer la principauté de Bournonville aux Pays-Bas qu’en spoliant de leurs biens des membres de sa famille restés fidèles à l’Espagne52. Le prince d’Isenghien, le prince de Chimay ou le duc d’Havré ont été eux aussi empêtrés dans des procès interminables devant les tribunaux en France et aux Pays-Bas pour régler les problèmes de partage et de succession liés à la réorganisation de leur patrimoine. Non seulement ces procès ont mis la noblesse dans une situation financière délicate, mais ils ont aussi obligé les familles à se placer en dépendance plus étroite des arbitrages royaux de part et d’autre de la frontière53. C’est d’ailleurs pour disposer d’un accès direct à la cour de France que des nobles ont soutenu l’idée d’une représentation permanente des Pays-Bas à Versailles. En 1699, le baron d’Itre, envoyé à Paris par le gouverneur-général, a ainsi demandé qu’on lui accorde la résidence indépendante de l’ambassadeur espagnol54.

20À la mort de Charles II, une partie de la noblesse flamande, issue en majorité des provinces méridionales des Pays-Bas, est donc déjà fortement insérée dans les réseaux politiques et aristocratiques français. Alors que le détachement de l’Espagne s’est soldé par de longs et coûteux conflits, la perspective de la succession bourbonienne a offert l’espoir de pacifier les relations entre les branches familiales installées de part et d’autre de la frontière franco-flamande et de les mettre à profit dans le cadre d’une alliance dynastique. Aux yeux de cette noblesse flamande, les prétentions françaises au trône d’Espagne sont donc apparues comme une solution pour sortir d’un clivage mortifère qui les menaçait de déclassement de chaque côté de la frontière. Cela explique aussi pourquoi ces familles n’ont pas complètement abandonné le service de l’Espagne à un moment où elles étaient en position de force pour monnayer leur fidélité.

Maintenir la cohésion impériale

  • 55 Lettre du comte de Monterrey à Marie-Anne d’Autriche, Bruxelles, 11 mars 1671, dans Correspondance (...)
  • 56 Satterfield, 2003, pp. 255-258.
  • 57 AGR, SEG, 621, fo 117, lettre de Charles II au duc de Villa Hermosa, Madrid, 20 avril 1677.
  • 58 AGR, SEG, 620, fo 174, lettre de Marie-Anne d’Autriche au duc de Villa Hermosa, Madrid, 19 juin 16 (...)
  • 59 AGR, SEG, 629, fo 2, lettre du marquis de Gastañaga au conseil des finances, Harelbeke, 3 septembr (...)

21Confrontés aux défections en faveur de Louis XIV, Charles II à Madrid et ses gouverneurs-généraux à Bruxelles ont multiplié les initiatives pour arrimer la noblesse flamande à la monarchie. Dix ans après la fondation du collège des Quatre-Nations à Paris, le gouverneur-général a créé à Bruxelles un séminaire de nobles afin d’éviter que les fils des grandes maisons ne se rendent en France pour apprendre l’équitation et le métier des armes55. En 1676, alors que Louis XIV menaçait de confiscation toutes les familles qui avaient un parent au service de l’Espagne, le gouverneur-général des Pays-Bas a fait publier un placard condamnant à la peine de mort tous les sujets du roi qui abandonnaient le service. Une procédure a d’ailleurs été entamée pour l’exemple — et immédiatement suspendue — contre le baron de Quincy, un colonel de cavalerie, défenseur de Valenciennes, passé à la France avec son régiment56. Néanmoins, tout comme Louis XIV, Charles II n’a agité la menace qu’en l’assortissant de démonstrations de générosité. En effet, à la suite de la publication de l’ordonnance française de 1676 relative aux confiscations, le roi d’Espagne a demandé la liste des maisons menacées et s’est engagé à compenser toutes les pertes qu’elles auraient à subir57. La même année, le prince d’Isenghien a reçu un sursalaire annuel de 6 000 écus en raison des propriétés qui lui avaient été confisquées en France58. En 1689, le duc d’Arschot, le duc d’Havré, le prince de Ligne et le comte d’Egmont, les chefs des quatre plus grandes familles nobles des Pays-Bas, ont reçu chacun une rente annuelle de 4 000 florins en dédommagements des biens saisis59.

  • 60 AGR, SEG, 286, fo 260, lettre de Charles II au marquis de Grana, Madrid, 23 décembre 1683.

22Un difficile rapport de force s’est donc instauré entre la couronne et quelques grandes maisons des Pays-Bas. Ces dernières ont mis en jeu leur fidélité à l’Espagne contre des emplois, des titres et des grâces au risque de tout perdre si elles se montraient trop exigeantes. En face, la couronne a été moralement obligée de compenser par des grâces les pertes subies par ceux de ses sujets qu’elle n’avait pas pu défendre, l’obligeant à confier les premiers emplois militaires du pays à une noblesse qui vacillait entre la France et l’Espagne60.

  • 61 AGR, SEG, 212, fo 208, lettre du duc de Villahermosa à Don Juan José, Bruxelles, 25 mai 1678.
  • 62 Ramos Medina, 2000 ; Diago Hernando, 2001 ; Sánchez Belén, 2009 ; AGR, SEG, 630, f160, lettre de (...)
  • 63 AGR, SEG, 285, fo 295, lettre du marquis de Grana à Charles II, Bruxelles, 5 mai 1683.

23Réputé pour sa proximité avec la cour de France, entouré de parents déjà passés au service de Louis XIV, le duc d’Havré a fait l’objet d’une attention toute particulière de la part de la couronne espagnole en raison de la renommée de sa maison et des signes de fléchissement qu’il manifestait61. On sait notamment qu’il a joué un rôle dans le redéploiement du commerce français aux Pays-Bas après son interdiction en Espagne. En militant pour l’ouverture du commerce des Indes depuis les ports de Flandre, certains nobles flamands ont fait le jeu des intérêts des marchands français. Dans le soutien à la cause bourbonienne, les enjeux patrimoniaux des maisons nobles se sont mêlés à de puissants intérêts commerciaux qui visaient à faire d’Ostende la nouvelle capitale de la contrebande française62. Par conséquent, aux yeux de l’Espagne, le double jeu du duc d’Havré en a fait une figure d’autant plus importante qu’elle était dangereuse. Lorsqu’il a réclamé le gouvernement du Hainaut et le commandement général de la cavalerie étrangère en compensation de plus de 700 000 florins de confiscations, le gouverneur-général a hésité à lui confier des charges aussi importantes pour la défense du pays. Mais pour éviter de s’aliéner définitivement une grande maison, il a conseillé au roi de l’attirer à la cour de Madrid ou de lui assigner une pension sur le domaine royal en Castille63.

  • 64 Vermeir, 2009, pp. 321-322 ; Vermeir, 2011.
  • 65 Westerloo, Mémoires, t. I, pp. 50-51.
  • 66 Archivo Histórico Nacional (Madrid) [AHN], Estado, leg. 671, mémoire du prince de Chimay, Pampelun (...)
  • 67 AGR, SEG, 285, fo 295, lettre du marquis de Grana à Charles II, Bruxelles, 5 mai 1683.

24À l’image du duc d’Havré, il est arrivé que les fidélités en Flandre soient récompensées sur des biens en Espagne. Ainsi, à la fin du xviie siècle, pour la première fois depuis Charles Quint, on assiste à un retour de la noblesse flamande à la tête des grands gouvernements politiques et militaires de la monarchie. À la faveur de l’envoi de tercios wallons sur les frontières portugaise et pyrénéenne, des vice-royautés péninsulaires ont échu à des grands nobles des Pays-Bas : le prince de Chimay a occupé celle de Navarre (1685-1686) suivi en 1697 par Jean Charles de Watteville, marquis de Conflans, qui a reçu ensuite un siège au conseil de guerre à Madrid. Alexandre Hyppolite, prince de Bournonville, a obtenu quant à lui la vice-royauté de Catalogne (1686-1690) et celle de Navarre (1686-1690). Avant eux, en Italie, le prince de Ligne avait déjà été nommé tour à tour vice-roi de Sicile (1670-1674), gouverneur de Milan (1674-1678) et avait fini sa vie comme conseiller d’État à Madrid64. « Ce n’étoit pas peu de chose que de parvenir à des vice-royautés quand on étoit pas de la nation dominante », s’exclamait le marquis de Westerloo lorsqu’il faisait le bilan des emplois obtenus par ses pairs65. En effet, par un singulier retournement, la noblesse flamande la plus inconstante dans sa fidélité à Charles II a pu profiter de la situation pour reprendre pied dans l’appareil central de la monarchie. Le paradoxe ne s’arrête pas là puisqu’alors même que sa loyauté vacillait, cette noblesse a pu se targuer des confiscations subies en France comme gage de fidélité à l’Espagne. En 1685, lorsque le prince de Chimay, alors vice-roi de Navarre, a demandé la vice-royauté de Sardaigne, il a argué explicitement du fait qu’il avait perdu « [sa] maison et [son] patrimoine par la malchance des circonstances et du temps » et que cet emploi devait l’aider à se maintenir jusqu’à ce que ses biens reviennent sous la domination du roi66. La concession de ces emplois par Charles II a donc répondu à une obligation morale, même si elle a été aussi plus prosaïquement un moyen d’éloigner des Pays-Bas des chefs de famille dont la fidélité pouvait flancher67.

  • 68 Vermeir, 2009, p. 331.
  • 69 AHN, Nobleza, Osuna, CT 94, f4, lettre du comte de T’Serclaes Tilly au comte de Benavente, Namur (...)

25Cependant, ce retour de la noblesse flamande dans la monarchie ne peut se comprendre sans le soutien des puissantes élites castillanes qui ont pris le contrôle de l’appareil d’État à Madrid. Si les récompenses concédées aux maisons flamandes ont pu empiéter sur un domaine traditionnellement réservé à la haute noblesse castillane, c’est en raison des liens qui se sont multipliés entre les premières maisons de la monarchie. Ainsi, le prince de Barbançon a épousé en 1672 la fille du comte de Frigiliana ; en 1675, le prince de Chimay s’est allié à la fille du comte de la Puebla del Mastre ; le prince de Ligne a marié son fils aîné en 1677 avec la fille du duc de Segorbe, Grand d’Espagne68. De fait, dans le dernier tiers du xviie siècle, les recommandations des grandes familles nobles espagnoles ont été décisives pour obtenir des emplois non seulement en Espagne mais aussi en Flandre69.

  • 70 Vermeir, 2009, pp. 324-235 ; Postigo Castellanos, 1988, pp. 200 et 205 ; Fernández Izquierdo, 2002 (...)

26Le soutien prodigué par la vieille noblesse castillane à ses pairs de Flandre n’a concerné toutefois que les emplois du roi : la noblesse flamande est restée très largement exclue des titres et des bénéfices relevant de la couronne de Castille. Au xviie siècle, à peine une centaine de Flamands (nés de père et mère flamands) ont obtenu un habit d’un des quatre ordres militaires espagnols sur plus de dix mille concessions. À la même époque, malgré des demandes récurrentes, seules quatre familles flamandes jouissaient de la Grandesse d’Espagne : le duc d’Arschot (1530), le comte d’Egmont (1530), le prince de Ligne (1621) et le duc d’Havré (1622)70. Par conséquent, l’accession de la noblesse flamande à des hauts emplois de la monarchie en Espagne et en Italie à la fin du xviie siècle n’a donc en rien entamé la large domination politique des élites castillanes. L’intégration sociale de la noblesse flamande dans l’aristocratie castillane et dans les organes centraux de la monarchie hispanique était donc aussi récente et fragile qu’elle l’était en France.

  • 71 AGR, SEG, 70, fo 1, lettre de Charles II à Alexandre Farnèse, Madrid, 24 janvier 1681 ; lettre de (...)

27Face à l’attraction exercée par Louis XIV, Charles II a été en mesure de renouer les liens avec la noblesse flamande en distribuant les pensions et les emplois et en s’appuyant sur le clientélisme des grandes familles nobles de Castille. L’achat des loyautés a eu un coût politique puisqu’il s’est fait au prix du maintien aux Pays-Bas de structures administratives et militaires démesurées au regard de leur efficacité. Dès les années 1680, des tentatives sont menées pour les réduire, mais elles se heurtent aux craintes du roi de voir les élites flamandes se défiler71. Cette situation a permis à la noblesse de conserver des positions importantes aux Pays-Bas et de nourrir à nouveau des ambitions de carrière dans la Péninsule, ce dont elle avait été privée depuis le milieu du xvie siècle. Cela explique pourquoi le détachement de l’Espagne n’a pas été complet et que la plupart des familles ont conservé un pied de chaque côté de la frontière. La noblesse n’a toutefois pas été la seule à préparer le changement dynastique. Parmi les juristes et les lettrés des tribunaux, des appels au redressement de l’autorité royale se sont fait entendre. Mais contrairement à la noblesse des provinces méridionales, ces groupes n’ont pas placé leurs espoirs du côté de la France mais dans la dynamique impulsée par la maison de Bavière.

Redresser l’autorité royale à Bruxelles

  • 72 Demoulin, 1983 ; De Schryver, 1996 ; Ribot García, 2010 ; López Anguita, 2011.

28En 1692, la nomination au gouvernement-général des Pays-Bas de Maximilien-Emmanuel de Bavière, chef de la puissante dynastie des Wittelsbach, a marqué un tournant important dans les relations entre l’Espagne et ses provinces flamandes. Pendant la dernière décennie du siècle, cette maison a été au centre du jeu diplomatique européen car elle semblait détenir la clé pour une résolution pacifique de la succession d’Espagne. En 1696, soutenu par l’Angleterre et les Provinces-Unies, Charles II a désigné pour son héritier le dernier fils de l’Électeur de Bavière, le jeune Joseph-Ferdinand, alors âgé de trois ans. Après de longues tractations, ce choix a finalement été ratifié par le roi de France et l’empereur. À la faveur de ces négociations, l’Électeur est parvenu à imposer ses conditions, en l’occurrence la promesse d’une cession des Pays-Bas en pleine souveraineté. Pour lui, l’enjeu consistait à renforcer la place des Wittelsbach dans l’Empire afin de concurrencer les Habsbourg dans la compétition pour la couronne impériale. En effet, outre la Bavière et le Palatinat, les deux branches de la dynastie des Wittelsbach dominaient depuis la fin du xvie siècle la principauté épiscopale de Liège (1581) et l’Électorat de Cologne (1583). En 1694, le frère de Maximilien-Emmanuel, Joseph-Clément de Bavière, a accédé à ces deux dignités faisant des principautés situées entre le Rhin et l’Escaut un pré carré bavarois. Ce projet de démembrement des Pays-Bas a été nourri en secret — tant les Habsbourg de Madrid comme de Vienne le rejetaient catégoriquement —, ce qui a amené Maximilien-Emmanuel à se ménager la protection de Louis XIV, l’allié traditionnel des Wittelsbach dans l’Empire. En 1699, la mort inopinée de Joseph-Ferdinand de Bavière a rendu caduques les projets des puissances européennes pour la succession d’Espagne, et a fait renaître les ambitions des Bourbon et des Habsbourg autrichiens. Pour Maximilien-Emmanuel, la couronne espagnole s’éloignait définitivement, et il ne lui restait plus qu’à œuvrer au détachement des Pays-Bas72. Par conséquent, aux yeux des régalistes flamands, la maison de Wittelsbach a semblé être une option solide pour redresser les institutions centrales du gouvernement bruxellois, quitte pour cela à prendre leurs distances avec Madrid.

  • 73 AGR, SEG, 592, fo 255, lettre du marquis de Gastañaga à Charles II, Bruxelles, 5 décembre 1691 ; V (...)
  • 74 Lettre de Charles II à Alexandre Farnèse, Madrid, 25 janvier 1681, dans Correspondance de la Cour (...)

29Depuis le début des années 1680, des juristes ont œuvré au renforcement de l’autorité royale à Bruxelles. La figure emblématique de ce groupe a été Jean de Brouchoven, comte de Bergeyck, ancien conseiller des finances puis du conseil suprême de Flandre à Madrid, nommé en 1688 surintendant et trésorier général des finances de Flandre. Se plaçant au-dessus du conseil des finances et de la moribonde administration des finances espagnoles, Bergeyck a amorcé une unification des finances du roi sous la direction de Madrid73. Cependant, la faiblesse du roi ne lui a pas permis d’agir efficacement : en 1681, une tentative de suppression des charges vénales de l’administration a échoué ; en 1690, c’est la reprise en main du tour de rôle de la garde flamande à Madrid qui n’a pas abouti ; en 1691, une réforme des conseils collatéraux et du conseil suprême de Flandre est également restée au milieu du gué74.

  • 75 Van Kalken, 1907, p. 105 ; Pirenne, 1926, t. V, p. 43.

30La reprise en main souhaitée par Bergeyck ne pouvait se faire sans un puissant représentant du roi à Bruxelles. Or, depuis le début de son règne, Charles II n’a nommé que des gouverneurs de second rang, tous aussi impuissants à capter les fidélités à la cour de Bruxelles que de mettre en œuvre la moindre politique de réformes. Les appels de Bergeyck et des letrados flamands ont été entendu à Madrid. La nomination de l’Électeur de Bavière a cherché à donner une nouvelle impulsion aux efforts de recentralisation du pouvoir à Bruxelles et de réarticulation politique des Pays-Bas avec la cour de Madrid. De son côté, Maximilien-Emmanuel n’avait aucune intention de faire de la simple figuration. Dès son entrée en fonction, il s’est attaché à rendre son lustre d’antan à la cour de Bruxelles, il a engagé des sommes importantes sur ses propres deniers, et il a placé des troupes bavaroises soldées par la trésorerie espagnole dans les garnisons des Pays-Bas75.

  • 76 AGR, Ambassade d’Espagne à La Haye, 173, lettre de Bernaldo de Quiros à Antonio Ubilla, La Haye, 2 (...)
  • 77 De Schryver, 1965, pp. 188-196.

31Cependant, l’Électeur est allé au-delà des attentes de Charles II. Il a mis en œuvre la politique de recentralisation des institutions royales dans la mesure où elle lui servait à prendre l’ascendant sur les conseils collatéraux et à rallier à lui les juristes favorables au redressement de l’autorité royale. Parmi eux, le surintendant des finances, le comte de Bergeyck, a cessé progressivement d’obéir aux injonctions de Madrid pour devenir le principal homme de confiance du gouverneur-général76. À travers les réseaux personnels de Bergeyck, l’Électeur a gagné à sa cause de puissants relais dans les tribunaux royaux de toutes les provinces. À la manière de ce qu’avait fait Pierre Roose au temps d’Olivarès, le comte de Bergeyck a repris le contrôle sur le monde des letrados qui avait profité de l’affaissement de l’autorité royale pour patrimonialiser les charges77. À la différence de Roose qui œuvrait pour Olivarès, Bergeyck a travaillé pour l’Électeur, renforçant ainsi la recentralisation du pouvoir, sans pour autant servir comme un agent de Madrid.

  • 78 AHN, Nobleza, Osuna, CT 101, fo 8, lettre de Martin Léonard Voeller au comte de Monterrey, Bruxell (...)
  • 79 Van Kalken, 1907, pp. 136-137 ; Rooms, 2003, pp. 446-447.
  • 80 AGR, SEG, 308, lettre de Pedro Olmedo à Juan Angulo, Bruxelles, 16 janvier 1693 ; lettre de Bernal (...)

32À Bruxelles, l’Électeur a relancé une vie de Cour fastueuse sur le modèle de Versailles qui lui a permis de tisser ses propres réseaux de clientèle parmi la noblesse du pays. Parmi les dix gentilshommes de chambre nommés en 1692 figurent les princes de Chimay, de Masmines, de Steenhuyse et les marquis de Lede et de Deynze78. Mais Maximilien-Emmanuel n’a pas perdu de vue les enjeux dynastiques de son gouvernement, et il a gardé auprès de lui un parti « bavarois » qui a considérablement gagné en influence à la cour de Bruxelles. On y trouve un certain nombre de Liégeois, dont le prince de T’Serclaes, un ancien mestre de camp d’un tercio wallon, devenu commandant en chef des troupes liégeoises, et qui est revenu en 1697 à Bruxelles comme mestre de camp général de l’armée de Flandre79. Ce monde d’affidés de la maison de Wittelsbach a veillé aux intérêts dynastiques de l’Électeur et a soutenu sa diplomatie personnelle avec les Bourbon80.

  • 81 AGR, Conseil Privé, 4, fo 200, lettre de Charles II à l’Électeur de Bavière, Madrid, 30 janvier 16 (...)
  • 82 AGR, SEG, 291, fo 106, lettre de Charles II à l’Électeur de Bavière, Madrid, 5 décembre 1698.
  • 83 Van Kalken, 1907, pp. 74-92 ; Rodríguez Hernández, 2009.

33En 1699, les partisans de la maison de Bavière ont toutefois déchanté. Non seulement la mort du fils de l’Électeur a écarté les Wittelsbach de la succession d’Espagne, mais une vaste réforme de l’administration des provinces s’est heurtée à un soulèvement des corporations bruxelloises. Dessinée par Bergeyck, elle prévoyait l’affermage d’une série d’impôts, la fin des ventes des charges municipales et l’augmentation des droits d’entrée et de sortie des marchandises81. Elle envisageait aussi la suppression de quantité d’emplois d’officiers qui étaient occupés jusque-là par la noblesse du pays, une mesure impopulaire à laquelle Charles II ne s’était résolu qu’à contrecœur82. Néanmoins, la révolte des métiers a obligé l’Électeur à renoncer aux réformes et l’a contraint à démettre Bergeyck de ses fonctions. Si le calme a été rétabli à Bruxelles, cette révolte a écorné aux yeux des régalistes flamands l’autorité du gouverneur-général et sa capacité à porter un projet ambitieux de réforme83.

34En somme, à la veille de la mort de Charles II, le paysage politique flamand était profondément divisé. Les Bourbon pouvaient compter sur certaines familles de la noblesse des provinces méridionales dont les patrimoines et les loyautés étaient partagés entre l’Espagne et la France. Néanmoins, cette position était loin d’être partagée par l’ensemble des grandes maisons du pays : le roi d’Espagne, le roi d’Angleterre, les Provinces-Unies ou le duc de Bavière ont tous eu des partisans dans les provinces. Ce dernier a longtemps été le champion des juristes des tribunaux royaux de Flandre et du Brabant, mais l’incertitude qui planait sur son sort les a incités à la prudence et à considérer l’option française comme un pis-aller. Quand Philippe V est monté sur le trône, le bourbonisme n’était donc pas l’option la plus répandue aux Pays-Bas. Cependant, le rassemblement s’est produit durant les premiers mois de son règne grâce à une nouvelle impulsion politique venue de Versailles.

II. — La régénération dynastique aux Pays-Bas

35En réduisant le règne de Philippe V aux Pays-Bas à une annexion française, l’historiographie belge a biaisé la compréhension des enjeux politiques qui s’y jouent. Seul un réexamen critique de cette thèse peut permettre de comprendre la singularité du gouvernement des Pays-Bas à cette époque, qui n’est que la traduction pratique du projet de régénération dynastique de la monarchie par la France qui a animé les premières années du règne de Philippe V. Cette expérience politique explique non seulement la vaste mobilisation des élites flamandes en faveur de la cause bourbonienne, mais aussi l’identité politique qui perdure ensuite dans l’exil flamand en Espagne.

Une annexion française ?

  • 84 Gachard, 1867 ; Id., 1880, pp. 15-88 ; Van Kalken, 1907, pp. 148-188 ; Van Houtte, 1908 ; Pirenne, (...)
  • 85 Parmi de très nombreuses mentions, voir : Courtilz de Sandras, La guerre d'Espagne, de Bavière et (...)

36Contemporains et historiens s’accordent sur le fait que Louis XIV aurait passé un accord avec son petit-fils à la veille de son départ pour Madrid par lequel il recevait de Philippe V le droit de commander en son nom aux Pays-Bas et à Milan. Sans obtenir la souveraineté, le roi de France serait néanmoins devenu le véritable maître des provinces espagnoles, tandis que Philippe V ne conservait la dignité royale que nominalement. Ce dédoublement au plus haut sommet de l’État a été vu par l’historiographie comme le fruit de la duplicité de Louis XIV qui, sous prétexte d’administrer les Pays-Bas au nom de l’Espagne, aurait préparé son annexion pure et simple au royaume de France84. Les versions divergent en revanche sur savoir si cette décision a été sanctionnée par un traité, si elle supposait simplement la prise en charge de la défense des provinces, ou s’il s’agissait d’une cession de souveraineté en contrepartie des sommes que le roi de France allait engager pour soutenir militairement son petit-fils. Quoi qu’il en soit, les historiens s’accordent pour considérer que cet accord a été passé directement entre les deux monarques et qu’il témoigne de l’emprise exercée par Louis XIV sur Philippe V85. En réalité, aucun auteur n’a pu produire un document attestant du contenu de cet accord et on en ignore donc la teneur exacte. Seul un examen attentif des archives espagnoles permet d’apporter un éclairage inédit sur la genèse et la nature de cette délégation.

  • 86 Troyano Chicharro, 2006.

37Les décisions qui scellent le sort des Pays-Bas ont été prises en quelques jours. Le 16 novembre 1700, Louis XIV a accepté le testament de Charles II et présenté le duc d’Anjou à l’ambassadeur espagnol à Versailles. Dans les jours qui suivent, les courriers partent aux quatre coins de la monarchie et dans les chancelleries européennes pour informer de l’avènement de la dynastie des Bourbon au trône des Rois Catholiques. Le 22 novembre, la nouvelle parvient à Bruxelles et l’Électeur de Bavière dépêche à Versailles le marquis de Bedmar, gouverneur des armes de l’armée de Flandre, pour rendre hommage à Philippe V et prendre les ordres auprès de lui. Maximilien-Emmanuel de Bavière espère qu’on lui cédera le gouvernement perpétuel des Pays-Bas en récompense de son soutien à la cause bourbonienne. Arrivé le 26 novembre à Marly, Bedmar jouit d’un accueil remarqué de la part de Louis XIV et Philippe V qui lui font l’honneur d’un long entretien privé86.

  • 87 La sortie des troupes bavaroises pose aussi le problème du paiement des arriérés de solde. En 1701 (...)

38L’enjeu de l’entretien, dont on ignore la teneur exacte, est de détacher Bedmar de l’Électeur en lui rappelant son devoir d’obéissance au nouveau roi. Car l’urgence du moment est de s’assurer du contrôle militaire des Pays-Bas en substituant les garnisons hollandaises par des troupes françaises. Mais il s’agit aussi de négocier la sortie des régiments bavarois qui veillent aux intérêts de l’Électeur87. Or, pour Bedmar, le risque est grand de se retrouver confronté à un conflit de loyautés si l’Électeur venait à refuser l’entrée des troupes françaises aux Pays-Bas. De plus, le départ de Philippe V pour l’Espagne étant imminent, Bedmar pourrait se retrouver sans ordre du roi d’Espagne à devoir gérer la situation directement avec Versailles. Pour Louis XIV, l’entrevue avec Bedmar est donc aussi l’occasion de le convaincre que les intérêts du grand-père et du petit-fils sont si étroitement unis qu’il peut sans crainte se fier à lui.

  • 88 AHN, Estado, leg. 1658, consulte du conseil d’État, Madrid, 2 décembre 1700.

39Le 2 décembre, alors que des rumeurs circulent à Madrid sur l’avancée des troupes du maréchal de Boufflers vers la frontière, le frère de Bedmar, le comte de Fuensalida, saisit le conseil de Régence à Madrid pour lui soumettre une question. En cas de refus de l’Électeur, interroge-t-il, Bedmar doit-il obéir au maréchal du roi de France ou au gouverneur-général du roi d’Espagne ? Consultés une première fois, les membres du conseil d’État divergent : pour les uns, il faut rappeler à l’Électeur qu’il doit obéir en tout point aux ordres du roi d’Espagne, sachant que les ordres émanant de Boufflers doivent « être considérés comme dérivés de ceux du [roi d’Espagne] », pour d’autres, un conseil de Régence ne peut rappeler un gouverneur-général des Pays-Bas à l’obéissance alors que le nouveau souverain a été proclamé à Madrid et à Bruxelles, ce qui reviendrait « à mettre le concile par-dessus le Pape ». Les conseillers conviennent qu’il faut demander des éclaircissements au représentant de Louis XIV à Madrid avant de pouvoir prendre une résolution88. Celui-ci suggère de délivrer un ordre confiant la défense du Milanais au roi de France et d’autoriser ce dernier à prendre toutes les mesures utiles pour la Flandre. Le 4 décembre, le conseil d’État se réunit à nouveau et suit la proposition de l’envoyé français, recommandant au conseil de Régence qu’il

  • 89 AHN, Estado, leg. 1658, consulte du conseil d’État, Madrid, 4 décembre 1700.

écrive au duc de Bavière, au gouverneur des armes et au veedor général, que tous les ordres que Sa Majesté Très Chrétienne donne au nom de Votre Majesté, en matière politique, économique et militaire, comme sur les questions de finances, soient ponctuellement obéies, car même s’il ne peut y avoir de doute là-dessus, ce gouvernement [de Régence] doit faire cette démarche pour qu’il n’y ait pas la moindre omission dans le service royal89.

  • 90 Pirenne, 1926, t. V, p. 94.

40Dans un premier temps, le cardinal Portocarrero, le membre le plus éminent du conseil de Régence, avait préconisé d’envoyer l’ordre directement à Louis XIV pour qu’il en informe l’Électeur à Bruxelles, ce qui revenait à contourner Philippe V qui venait d’entamer son voyage pour Madrid. La Régence décide néanmoins d’envoyer à Philippe V les lettres décachetées adressées à Louis XIV et à l’Électeur, afin qu’il approuve les ordres et les transmette lui-même à son grand-père, ce qui serait « plus décent pour ce gouvernement » et permettrait de jouir de sa « puissante intercession ». En parallèle, des copies de ces lettres sont envoyées en droiture à Versailles par le canal de l’ambassade française. Ces documents partent de Madrid le 9 décembre, et il est vraisemblable qu’ils arrivent à Bruxelles vers la fin du mois90.

  • 91 Gachard, 1880, pp. 26-29 ; Pirenne, 1926, t. V, p. 91.

41Le parcours décisionnel apparaît donc bien plus complexe que la manière dont l’historiographie ne l’a décrit. L’initiative revient certes à Louis XIV, elle a vraisemblablement été concertée avec Philippe V avant son départ de Versailles. En revanche, il ne s’agit pas d’une décision arbitraire puisqu’elle émane du conseil de Régence à Madrid saisi par l’entourage du marquis de Bedmar pour savoir auprès de qui ce dernier devait-il prendre les ordres pendant le voyage de Philippe V. Puisque le roi a été proclamé, le conseil de Régence ne s’estime plus autorisé à donner des ordres aux Pays-Bas, préférant confier cette faculté au roi de France. Cette décision n’a donc pas la portée générale qu’on lui attribue puisque l’enjeu n’est pas la cession des Pays-Bas à la France, mais la gestion de l’interrègne jusqu’à ce que Philippe V prenne possession du gouvernement de la monarchie à Madrid. En outre, le cadre est circonscrit aux seules affaires « politiques, économiques et militaires », c’est-à-dire, selon le système du double gouvernement, aux seules compétences qui sont de prérogative royale. Il s’agit avant toute chose d’éviter un affrontement aux conséquences désastreuses entre les troupes françaises et bavaroises. L’élément le plus remarquable est que Louis XIV ne fait pas usage de cette délégation puisque les troupes françaises s’arrêtent à la frontière dans l’attente d’un accord bilatéral entre Louis XIV et l’Électeur. Celui-ci n’est conclu qu’au mois de février 1701, ce qui permet l’entrée aux Pays-Bas des troupes du maréchal de Boufflers et l’évacuation des garnisons hollandaises. Le roi de France gagne définitivement l’Électeur à sa cause en lui garantissant par traité (9 mars 1701) une série d’avantages dont celui de lui conserver son gouvernement aux Pays-Bas pour dix ans et d’appuyer sa candidature à la dignité de roi des Romains91.

42Bien qu’il en ait reçu les pouvoirs, Louis XIV n’a pas eu à exercer de régence sur les Pays-Bas. En faisant entrer ses troupes après l’accord avec l’Électeur, il prend simplement à sa charge la défense des Pays-Bas en tant que nouvel allié de l’Espagne dans le droit fil de ce qui s’était pratiqué sous le règne de Charles II. Cependant, dans la pratique, l’implication de Louis XIV dans les affaires des Pays-Bas va s’accroître rapidement et dans des proportions inédites, ouvrant le pas à une expérience politique originale.

Le laboratoire de l’union dynastique

43Le départ de l’Électeur et l’entrée des troupes françaises laissent une marge importante de manœuvre à Louis XIV. Ce dernier s’emploie à reconstituer l’armée de Flandre afin de permettre aux provinces d’assurer leur défense en cas de guerre. Néanmoins, en quelques mois, de simple protecteur, le roi de France est incité par les ministres du roi d’Espagne à Bruxelles à s’impliquer davantage dans les affaires internes du pays pour contourner les blocages politiques à Madrid.

  • 92 « Connaissances nécessaires pour faire la guerre aux Hollandais par les Pays-Bas espagnols (30 jan (...)
  • 93 Sur les procédures vénales au xviie siècle : Rodríguez Hernández, 2009, pp. 282-289.
  • 94 AGR, Audience, 2340, fo 251, lettre de l’Électeur de Bavière aux états de Brabant, de Flandre et d (...)

44Dès janvier 1701, Louis XIV prend à corps l’épineux problème des finances militaires flamandes. Les données n’ont guère changé : ni le trésor de Castille ni les revenus du roi aux Pays-Bas ne sont en mesure de financer le redressement de l’armée de Flandre, tant en raison des assignations et de l’endettement des caisses que des aides des provinces notoirement insuffisantes92. La principale difficulté réside dans la crise de confiance des élites flamandes vis-à-vis de la solvabilité de la couronne espagnole. Sans la garantie d’un entretien régulier des troupes, les entrepreneurs privés sont très réticents à investir dans la levée de nouvelles compagnies93. Par conséquent, le 14 mars 1701, soit moins d’une semaine après l’accord passé avec l’Électeur, les états provinciaux sont informés que le roi de France prend désormais en charge le paiement des dépenses militaires. Les états doivent cesser le paiement de toutes les assignations sur leurs aides et remettre au gouverneur-général un relevé exact des charges qui grèvent ces revenus94.

  • 95 Désos, 2009, pp. 91-93.
  • 96 Gachard, 1869, pp. 14-15.

45Le financement français de l’armée de Flandre est une mesure inédite qui témoigne de l’implication renforcée des ministres du roi de France dans le gouvernement de la monarchie simultanément à Madrid et à Bruxelles. En effet, une semaine plus tôt, le 7 mars 1701, l’ambassadeur de France, le duc d’Harcourt, a fait son entrée dans le gabinete de Philippe V95. Au même moment, à Bruxelles, des réunions informelles réunissent les ministres du roi d’Espagne et une équipe d’agents français chargés de contrôler l’usage des deniers du roi de France. Parmi ceux-ci, outre le maréchal de Boufflers, colonel des gardes françaises et commandant de l’armée française en Flandre, Jacques-François de Chastenet, marquis de Puységur, maréchal des logis des armées de France, Anne-Alexis de Carqueville, trésorier de l’extraordinaire des guerres, et Louis Dugué de Bagnols, intendant de Flandre, constituent une sorte de gouvernement de l’hacienda militaire française en lieu et place de l’ancien trésor militaire espagnol96.

  • 97 Id., 1868 ; Troyano Chicharro, 2006.
  • 98 Gachard, 1880, pp. 16-17 ; Van Kalken, 1907, pp. 164-165 ; Pirenne, 1926, t. V, p. 95.
  • 99 AMAE, CP, Pays-Bas, 54, fos 240-241, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 4 (...)
  • 100 En 1704, un agent de l’Électeur de Bavière écrit de lui : « Tout le pouvoir réside en lui. C’est a (...)

46Ces agents collaborent étroitement avec les nouveaux hommes forts du gouvernement de Bruxelles, dont le marquis de Bedmar, qui a reçu de l’Électeur, à la demande de Louis XIV, la faculté de gouverner les provinces avec le titre de gouverneur des armes97. Si ce titre ne recouvre en principe que la direction des affaires militaires, Bedmar agit dans les faits comme un véritable gouverneur-général intérim. Or, depuis leur entrevue à Marly, Bedmar reçoit toutes les attentions de Louis XIV : ce dernier appuie sa prétention à la Grandesse d’Espagne en 1701, il lui octroie une gratification annuelle de 2 000 escudos en 1701, et une autre de 10 000 escudos en 1704. Après avoir été le premier et le seul Castillan fait chevalier de l’ordre de Saint-Louis, Bedmar obtient en 1705, toujours par l’intermédiaire de Louis XIV, la vice-royauté de Sicile98. Ces marques durables de protection facilitent la communication entre Versailles et Bruxelles, Bedmar ayant commencé à entretenir une correspondance avec le marquis de Torcy, secrétaire d’État aux affaires étrangères, dès son retour de Paris en décembre 170099. À ses côtés, des agents expérimentés dans le maniement des finances ont pris place, tel que le comte de Bergeyck qui a repris officiellement ses fonctions de surintendant des finances. Aux yeux des ministres français, Bergeyck constitue une pièce maîtresse dans le nouveau dispositif de gouvernement100. Sa réhabilitation et son ralliement témoignent du déplacement progressif du groupe des juristes du giron des Wittelsbach vers celui des Bourbon.

  • 101 AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 79-82, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 10 (...)
  • 102 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 293-301, lettre de Bouffers au marquis de Torcy, Louvain, 27 septembre (...)

47Ministres français et flamands se réunissent donc en un véritable cabinet, dont l’activité est régulièrement mentionnée dans la correspondance entre Bruxelles et Paris. En février 1701, Bedmar affirme avoir reçu des documents de Puységur qu’il a discutés en réunion avec Bergeyck101. En septembre, Boufflers écrit qu’il a été « à Bruxelles pour conférer avec M. le marquis de Bedmar, M. le comte de Bergeyck, M. le comte de Tirimont, et M. de Puységur sur plusieurs choses102 ». L’origine de cette collaboration vient de la nécessité de préparer la réforme des finances et du gouvernement pour accroître les revenus du roi. En effet, l’engagement du roi de France à financer l’armée de Flandre a un caractère transitoire, ce qui rend d’autant plus urgente la réforme des finances. Entre mars et avril 1701, Carqueville et Puységur rédigent un épais mémoire sur l’état des finances des Pays-Bas qui trace les contours d’une vaste réforme fiscale. De crainte que les conseils de Madrid n’apprennent que ce projet a été conçu en dehors du gouvernement de Bruxelles, Bergeyck et Bedmar ont entrepris de rédiger à leur tour un projet de réforme. Les deux équipes communiquent entre elles, inspirées toutes deux par les conseils de Bergeyck :

  • 103 AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 154-155, lettre du marquis de Puységur au marquis de Torcy, Bruxelles, (...)

M. de Bedmar montre son projet de réforme à M. de Bergeyck, et c’est lui qui le conseille là-dessus. C’est lui aussi qui a donné une partie des connaissances pour dresser le projet de réformes que M. de Carqueville doit porter103.

  • 104 AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 154-155, lettre du marquis de Puységur au marquis de Torcy, Bruxelles, (...)

48Au mois d’avril 1701, Puységur est très optimiste sur la rapidité avec laquelle le projet de réforme pourra être mis en œuvre. Selon lui, le tableau des abus commis aux Pays-Bas incitera Philippe V et son conseil à approuver la réforme : « il n’y a rien à craindre, cela se fera facilement104 ». Or, l’obstruction des conseils à Madrid, et notoirement celle exercée par le conseil suprême de Flandre, va rapidement le détromper.

  • 105 AMAE, CP, Espagne, 89, fos 172-173, lettre du marquis de Blécourt au duc de Bouffers, Madrid, 19 m (...)
  • 106 AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 159-162, lettre du marquis de Puységur au marquis de Torcy, Bruxelles, (...)
  • 107 AHN, Estado, 1648, exp. 3, lettre du marquis de Bedmar au conseil d’État, Bruxelles, 31 mars 1701  (...)

49En effet, alors que la réforme de l’armée de Flandre a commencé au mois de mars 1701, le conseil suprême de Flandre s’emploie à dénier au marquis de Bedmar toute légitimité à commander aux Pays-Bas. Pour le conseil, le titre de gouverneur des armes n’a aucune valeur car il a été accordé par l’Électeur de Bavière à la demande de Louis XIV. Bedmar n’est donc pas autorisé à entretenir un canal de communication réservé avec le roi d’Espagne ni à ordonner quoi que ce soit aux conseils centraux de la monarchie105. Le comte de Monterrey, le président du conseil suprême de Flandre, non seulement bloque les patentes de gouverneur des armes, mais il s’attelle à saper l’autorité de Bedmar en ordonnant aux conseils collatéraux de ne pas lui obéir106. En parallèle, Monterrey a profité de l’interrègne pour étendre les compétences du conseil de Flandre. En s’arrogeant un monopole sur toutes les affaires des Pays-Bas, il cherche à le transformer en un véritable conseil territorial. Ce faisant, il empiète sur les compétences de la secrétairerie du Nord du conseil d’État de Madrid, traditionnellement habilitée à traiter les affaires politiques concernant les provinces flamandes107. À Bruxelles, Puységur considère que le comte de Monterrey a profité de l’inexpérience de Philippe V pour prendre l’ascendant sur lui et serait parvenu à lui faire signer tout ce qui lui a été présenté. Comble de l’obstruction, Monterrey est même soupçonné de manœuvrer pour que le roi jure les privilèges des Pays-Bas. Et Puységur de s’étonner de l’audace de Monterrey dans un territoire qu’il sait contrôlé de près par Louis XIV :

  • 108 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 52-53, lettre du marquis de Puységur au marquis de Torcy, Bruxelles, 6 (...)

Jugez, Monseigneur, que puisque M. le comte de Monterrey a la hardiesse de tirer du roi d'Espagne de semblables ordres pour un pays où il sait que Sa Majesté [Louis XIV] est à portée d'avoir connaissance de tout, jugez de ce que ses confrères font à Naples, en Sicile et aux Indes108.

  • 109 Lettre du marquis de Puységur au marquis de Torcy, Bruxelles, 30 juin 1701, cité dans Gachard, 188 (...)

50À ce moment, les agents français et les ministres du roi d’Espagne à Bruxelles réclament à cor et à cri que Louis XIV prenne directement les décisions sans en référer à Madrid : « Sa Majesté ne saurait mieux faire pour l’avancement du roi son petit-fils et le sien que de donner ses ordres en ce pays comme en France », écrit Puységur109. Face aux ordres contraires qu’il reçoit de Madrid, Bedmar lui-même se place sous l’autorité de Louis XIV :

  • 110 Lettre du marquis de Bedmar à Louis XIV, Bruxelles, 9 juin 1701, cité dans ibid.

Comme je suis persuadé que ces ordres ne peuvent pas être conformes aux intentions du roi mon maître, je n’y donnerai aucune exécution, mais je suivrai exactement tous les ordres que Votre Majesté me fera l’honneur de me donner en vertu de ceux que j’ai reçus du roi mon maître d’exécuter tout ce que Votre Majesté trouverait convenable de m’ordonner dans la justice, police, finances et milice de ce pays110.

  • 111 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 46-47, lettre du marquis de Torcy au marquis de Puységur, Paris, 2 jui (...)
  • 112 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 76-78, lettre du duc de Boufflers au marquis de Torcy, Louvain, 7 juin (...)
  • 113 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 159-160, lettre du marquis de Torcy au marquis de Bedmar, Versailles, (...)

51Ce sont donc les agents des deux monarques à Bruxelles qui reviennent sur la délégation faite à Louis XIV et l’appellent à en faire usage. Ce dernier reste sourd à ces demandes, mais il cherche à ouvrir d’autres canaux de communication entre Bruxelles et Madrid pour que son petit-fils soit correctement informé de la situation des Pays-Bas et puisse prendre les décisions qui s’imposent. Dans un premier temps, il demande à Philippe V l’autorisation pour que Bedmar puisse s’adresser directement à lui par la voie réservée de son secrétaire de la junte du Despacho, Antonio de Ubilla, sans passer par le conseil de Flandre111. Parallèlement, les dépêches de Bedmar au roi d’Espagne commencent à circuler par le courrier de Bruxelles à Versailles. Le ministre Torcy transmet ensuite les lettres à l’ambassadeur français à Madrid pour qu’il les remette en main propre au roi « avant l’arrivée de l’ordinaire d’Espagne à Madrid afin que Sa Majesté Catholique soit informée en vrai de toutes choses avant que M. de Monterrey puisse la prévenir112 ». Au bout de quelques semaines, le canal de Versailles s’impose comme le meilleur moyen de communication entre Bruxelles et Madrid. Cette situation accentue l’influence des ministres français, puisque Torcy demande à Bedmar de l’informer du contenu de ses lettres au roi d’Espagne pour que Louis XIV puisse ordonner à ses ministres à Madrid d’appuyer ses requêtes113. En somme, à partir du mois de juin 1701, cette « voie secrète », comme elle est désignée parfois, permet d’établir un canal ministériel entre Bedmar et Philippe V, par le biais du ministre Torcy et de l'ambassade française à Madrid.

  • 114 AMAE, CP, Pays-Bas, 58, fos 135-136, lettre du marquis de Torcy au marquis de Bedmar, 14 février 1 (...)
  • 115 AMAE, CP, Pays-Bas, 58, fo 180, lettre de Louis XIV au marquis de Bedmar, Versailles, 24 février 1 (...)

52Par conséquent, malgré les demandes pressantes, Louis XIV n’use toujours pas de son pouvoir pour donner des ordres à la place de Philippe V, il se contente de faire circuler l’information à travers ses propres canaux diplomatiques. Ainsi, en février 1702, lorsqu’il s’agit de choisir un nouveau gouverneur du Limbourg, Bedmar sollicite directement la nomination à Louis XIV, mais celui-ci refuse et se contente d’écrire à son ambassadeur pour demander un nom au roi d’Espagne114. Peu de temps après, Puységur informe Paris des soupçons qu’il entretient à l’égard du gouverneur de Namur, le comte de Brouay, et insiste pour qu’il soit remplacé de façon urgente. Louis XIV prend alors l’initiative d’écrire à Bedmar pour lui ordonner la destitution du gouverneur, précisant toutefois qu’il lui demande d’exécuter cet ordre en vertu du « pouvoir général » qu’il détient de Philippe V, et « quoique vous n’ayez point encore les ordres que le roi votre maître doit vous envoyer pour cet effet115 ». Par conséquent, bien que le roi de France ne se prive pas d’exercer toute son influence dans la prise de décision, cette voie française n’est rien de moins qu’un canal ministériel traditionnel entre Madrid et Bruxelles qui contourne les institutions polysynodales de la monarchie catholique.

  • 116 Kamen, 1969, pp. 43-44.
  • 117 AMAE, CP, Pays-Bas, 56, fos 121-122, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 2 (...)
  • 118 AGR, Conseil Royal, 42, consulte du conseil Privé au marquis de Bedmar, Bruxelles, 15 février 1702 (...)

53Au mois de septembre 1701, un événement va accentuer l’implication du roi de France dans les affaires des Pays-Bas. Le départ de Philippe V pour Saragosse, Barcelone et l’Italie laisse le gouvernement de Madrid entre les mains du cardinal Portocarrero puis de la jeune reine Marie-Louise de Savoie. Malgré la présence de la princesse des Ursins, première dame de la reine, cette période est marquée par une prise de pouvoir de l’aristocratie castillane dans les conseils de gouvernement116. Cet épisode est mis à profit par le comte de Monterrey pour renforcer son emprise sur Philippe V et le convaincre de jurer la Joyeuse Entrée, nom donné à la charte des privilèges du Brabant117. Il a trouvé en outre à Bruxelles un allié de poids dans la personne d’Albert de Coxie, le chef-président du conseil privé, qui s’oppose farouchement à toute réforme de la fiscalité118. Cette situation rend la communication avec Philippe V de plus en plus compliquée, ce qui oblige Louis XIV à prendre des mesures plus radicales.

  • 119 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 295-301, lettre du duc de Boufflers au marquis de Torcy, Louvain, 27 s (...)
  • 120 AMAE, CP, Pays-Bas, 58, fos 135-136, lettre du marquis de Torcy au marquis de Bedmar, 14 février 1 (...)
  • 121 AMAE, CP, Pays-Bas, 58, fos 34-35, lettre du duc de Boufflers au marquis de Torcy, Bruxelles, 8 ja (...)

54Le 3 octobre 1701, Philippe V approuve un mémoire de Dugué de Bagnols qui propose que le roi de France paie l’ensemble des charges de l’administration des Pays-Bas, et non plus seulement l’armée. En contrepartie, le trésorier général de Flandre doit remettre les revenus du roi directement entre les mains du trésorier général du roi de France aux Pays-Bas et non plus entre celles du veedor, du contador et du pagador119. Il s’agit en somme de placer les revenus et la gestion des finances militaires sous le contrôle des officiers français. Le blocage des conseils à Madrid, l’absence de Philippe V à la Cour et l’augmentation des dépenses de la France aux Pays-Bas incitent donc Louis XIV à s’affranchir complètement de l’avis de son petit-fils pour les affaires militaires et financières en Flandre. Entre octobre 1701 et juillet 1702, le gouvernement de Bruxelles prend ses ordres directement à Versailles, et seuls les nominations aux grands emplois remontent jusqu’à Philippe V par la voie secrète120. Ces lettres au roi d’Espagne continuent de transiter, « à cachet volant » par Boufflers, Torcy, l’ambassadeur de France et le secrétaire du Despacho de Philippe V121. Pour le reste, Bedmar correspond avec les ministres français selon leur département respectif, avec Torcy pour les affaires politiques, et avec Chamillart pour les affaires de la guerre, sans plus passer par l’intermédiaire des agents français à Bruxelles.

  • 122 Elles sont complétées par un second corpus réglementaire publié le 10 avril 1702. Portugués, Colec (...)
  • 123 « Remèdes qu’on peut apporter pour rétablir l’ordre dans les affaires du Pays-Bas et la conduite q (...)

55Cette nouvelle situation permet alors d’envisager des mesures énergiques en vue d’accélérer la réforme des institutions. Le 18 décembre 1701, à l’initiative de Louis XIV, sont publiées les ordonnances militaires de Flandre qui modifient profondément l’organisation de la troupe et celle de l’administration militaire122. C’est aussi l’occasion d’exhumer le projet de réforme du gouvernement de Bruxelles, désigné comme le plan de M. Carqueville bien que Bergeyck en soit l’inspirateur, et qui était resté lettre morte. À la mi-décembre, le plan est rédigé sous forme d’ordonnance et Puységur se rend à Paris pour convaincre Louis XIV de le faire exécuter123. Néanmoins, au grand dam de ses ministres, le roi de France ne délibère pas sur une matière d’une telle importance sans l’accord de son petit-fils. Envoyée en janvier 1702, l’ordonnance n’est finalement signée par Philippe V à Naples que le 2 juin, ouvrant la voie à la première réforme de gouvernement des Bourbon dans la monarchie hispanique.

  • 124 Recueil des ordonnances des Pays-Bas autrichiens, t. I, pp. 231-239 ; De Schryver, 1965, pp. 310-3 (...)
  • 125 AN, G7, 260, lettre du marquis de Bedmar à Michel de Chamillart, Bruxelles, 8 novembre 1703. Sur l (...)

56Cette ordonnance tant attendue à Bruxelles fait sauter une série de verrous qui limitaient l’autorité royale depuis plus d’un siècle. De toutes les options en compétition au xviie siècle, c’est celle défendue par les « Bavarois » qui l’emporte, à savoir le recentrement de l’autorité royale autour de sa polarité bruxelloise. Comme prévu, le conseil de Flandre à Madrid est supprimé et les trois conseils collatéraux sont fusionnés en un seul conseil royal présidé par le comte de Bergeyck, nommé officiellement surintendant des finances et ministre de la guerre, et contrôlant directement les intendants créés dans chaque province124. Cette réforme du gouvernement ouvre la voie à une remise à plat des finances des provinces à laquelle Bergeyck s’attelle au cours des années suivantes, afin d’alléger les charges du trésor militaire français125.

  • 126 De nombreux exemples dans : AHN, Estado, leg. 1415, 1490-1 et 1648. Bedmar et Bergeyck corresponde (...)
  • 127 L’idée d’un secrétaire d’État pour la Flandre, un temps envisagé par Carqueville, n’est pas retenu (...)
  • 128 Voir notamment AMAE, CP, Pays-Bas, 60, f° 91 et 150.
  • 129 AMAE, CP, Pays-Bas, 62, fos 204-205, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 2 (...)
  • 130 Cette abondante correspondance est conservée au Service historique de la Défense (Vincennes) [SHD] (...)

57La création du conseil royal permet de rétablir la correspondance réservée entre Bruxelles et Madrid126. À la cour d’Espagne, aucun organe spécialisé dans les affaires de Flandre ne vient donc remplacer le conseil suprême de Flandre, le conseil d’État retrouvant sa position centrale127. La voie secrète de Versailles ne cesse pourtant pas de fonctionner : des courriers réservés à Philippe V transitent encore par la cour de France jusqu’au début de l’année 1703 et le retour du roi à Madrid128. Cependant, elle tend progressivement à redevenir une simple correspondance particulière entre Bedmar et Torcy, qui vise essentiellement à recommander des proches du gouverneur par le canal de l’ambassadeur de France à Madrid129. Par contre, le trésor militaire français continuant à financer l’armée de Flandre, la correspondance entre le gouvernement de Bruxelles et Chamillart perdure jusqu’à la fin des hostilités130.

58La France a-t-elle donc annexé les Pays-Bas en 1700 ? La réponse est négative, même s’il est incontestable qu’entre 1700 et 1702 l’implication de la France dans les affaires de Flandre a suivi une courbe exponentielle. Néanmoins, si son influence est illimitée sur toutes les matières, Louis XIV ne prend des décisions effectives que sur les questions relevant des finances militaires et de l’organisation de l’armée, et ce uniquement à partir du moment où le trésor militaire français a pris en charge le paiement de l’armée de Flandre. Pour tout ce qui relève de la grâce ou de la réforme du gouvernement, même si les dossiers sont étroitement étudiés dans les bureaux de Versailles, les décisions sont prises par Philippe V. Cette répartition des matières n’est pas neuve en soi : elle a été pratiquée par Philippe III sous le gouvernement des Archiducs, elle a existé aussi sous Charles II lorsque la couronne, incapable d’assurer seule la défense des Pays-Bas, a demandé l’aide des princes alliés. Les acteurs de ces événements, s’ils ont parfaitement conscience du caractère extraordinaire de la situation, n’ont pas le sentiment d’apporter des solutions nouvelles. Le ministre Torcy écrivait à ce propos :

  • 131 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, f° 78, lettre du marquis de Torcy au duc de Boufflers, Versailles, 12 juin (...)

Il est bien juste qu[e Louis XIV] ordonne, faisant toutes les dépenses. Le roi d’Angleterre n’a jamais rien fait pour l’Espagne approchant de ce que Sa Majesté fait présentement. Il était cependant maître dans les Pays-Bas pendant la dernière guerre131.

59On voit ainsi en pratique ce que signifie la régénération politique à travers l’union dynastique. L’analyse du processus de décision aux Pays-Bas montre qu’elle correspond à une stratégie politique d’interconnexion des canaux ministériels français et espagnols afin de contourner et de vaincre les résistances des institutions de la monarchie hispanique. La « voie secrète », en faisant circuler les dépêches par les circuits diplomatiques français, a ainsi renforcé la traditionnelle « voie réservée » entre le roi d’Espagne et ses ministres à Bruxelles, et permis le succès de la première réforme des conseils de la monarchie. Il en va de même du soutien du trésor militaire français à la réforme de l’armée de Flandre : si le principe du recours à un prince étranger pour défendre les Pays-Bas a déjà été utilisé au siècle précédent, cette fois le système va plus loin puisque la substitution transitoire des finances ordinaires par le trésor français a permis de réformer en profondeur les institutions de la monarchie. Dans les deux cas, la collaboration dynastique, à travers un réseau d’intermédiaires jouissant de la plus haute confiance auprès des deux monarques, a fait en sorte qu’une information jugée fiable circule à nouveau entre la cour d’Espagne et ses provinces bourguignonnes, donnant ainsi l’occasion au roi de discerner et de récompenser les plus méritants de ses sujets.

Vénalité militaire et clientélisme politique

60Un aspect remarquable du régime anjouin est d’avoir réussi en très peu de temps à resserrer des liens passablement distendus entre le roi d’Espagne et ses sujets flamands. Car rien ne prédisposait les élites flamandes à se ranger sans heurts derrière leur nouveau monarque. S’il existe des secteurs favorables au rapprochement avec la France, la classe dirigeante est profondément morcelée entre les clientèles politiques des princes alliés de l’Espagne, parmi lesquels le duc de Bavière est le plus ombrageux.

  • 132 Westerloo, Mémoires, t. I, p. 186-190 ; AHN, Estado, leg. 1284, consulte du conseil de Flandre, Ma (...)
  • 133 AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fo 15, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 10 janv (...)
  • 134 AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 26-31, lettre du marquis de Westerloo au marquis de Bedmar, Anvers, 25 (...)
  • 135 Le 26 novembre 1700, le prince de Chimay a rendu hommage à Philippe V à Versailles. Il est suivi q (...)

61Un épisode méconnu illustre les tensions qui agitent la cour de Bruxelles au moment de la transition dynastique. Au mois de décembre 1700, l’Électeur organise les obsèques de Charles II à la cathédrale Sainte-Gudule et il convoque les chevaliers de la Toison d’Or pour y assister. Ces derniers, réunis la veille en chapitre, décident de ne pas participer à la cérémonie estimant que cette convocation n’est pas conforme. Selon eux, l’Électeur outrepasse ses facultés en leur demandant de paraître réunis en corps autour de lui. Lors d'obsèques royales, le corps du souverain est réputé présent et donc le gouverneur-général ne peut prétendre le représenter à cette occasion132. Humilié, Maximilien-Emmanuel de Bavière informe Philippe V et Louis XIV de l’insubordination des grandes familles du pays et ordonne leur sortie immédiate de la Cour. Le 17 janvier, il fait arrêter et emprisonner le marquis de Westerloo, le marquis de Richebourg et le prince d’Acquaviva133. L’affaire fait grand bruit car elle a été perçue unanimement comme un acte de sédition de la noblesse au moment le plus inopportun de la transition dynastique, alors que Philippe V n’avait pas encore atteint Madrid et que Louis XIV tentait de négocier l’éloignement de l’Électeur. Cependant, comme le marquis de Westerloo le proclame dans ses lettres, les chevaliers ont voulu exprimer leur attachement à Philippe V en limitant les velléités souverainistes de l’Électeur134. En toile de fond se dessine un rapport de force entre les partisans d’un gouvernement bruxellois puissant et autonome et une haute noblesse favorable au rapprochement avec la France, dont les principaux membres ont déjà fait le voyage à Versailles pour se prosterner aux pieds de Philippe V avant son départ pour Madrid135.

  • 136 Recueil des ordonnances des Pays-Bas autrichiens, t. I, pp. 18-19.
  • 137 Glesener, 2011b, pp. 192-193.
  • 138 Westerloo, Mémoires, t. I, p. 193 ; Parker, 1991, pp. 321-322 ; Rodríguez Hernández, 2009, p. 296.

62Après le départ de l’Électeur pour Munich, les tensions s’apaisent et les positions se rapprochent. Le rassemblement derrière Philippe V se produit grâce à la mise en route immédiate de la réforme de l’armée de Flandre et aux garanties offertes par le trésor français de subvenir à l’entretien des troupes. La réforme se déroule en deux étapes : la première, au cours de l’année 1701, s’appuie exclusivement sur l’investissement privé grâce à la publication de deux placards (3 mars et 24 novembre 1701) par lesquels le gouverneur-général exhorte « toute la noblesse à prendre des emplois dans les troupes » en garantissant aux investisseurs « que nous rendrons un compte exact à Sa Majesté de l’empressement et du zèle que chacun d’eux aura témoigné pour son service »136. Le succès est au rendez-vous puisqu’au total, pour la seule année 1701, 160 compagnies d’infanterie et 31 de cavalerie sont formées avec des fonds privés. La seconde étape, au cours de l’année 1702, se caractérise par un changement de méthode car le vivier d’entrepreneurs militaires commence à se tarir. Il s’agit alors d’encourager de nouvelles vocations en allégeant les charges d’investissement par la mise à contribution des villes. Cette étape correspond à l’implication croissante des bureaux français dans les affaires flamandes et au durcissement de la politique fiscale du régime anjouin. Cette fois, les contrats portent sur des régiments entiers à des conditions particulièrement avantageuses pour les investisseurs. En 1702, ce sont 15 régiments d’infanterie et au moins 3 de dragons qui sont ainsi formés137. Au total, la réforme de l’armée de Flandre est un succès incontestable : en 1703, elle compte environ 37 000 hommes, soit plus de trois fois les effectifs à l’avènement de Philippe V. Ces chiffres ne sont importants que par rapport à la fin du règne de Charles II, mais ils restent en dessous des grandes mobilisations du règne de Philippe IV. Cependant, avec 26 000 hommes, la part des troupes du pays revient dans la tranche élevée de ce que les provinces ont fourni par le passé à l’armée royale138.

  • 139 Ursel, 2004, t. II, pp. 141-142.
  • 140 AGR, Audience, 1007.
  • 141 AGR, FP, Ursel, L 325, lettre du marquis de Westerloo au comte d’Ursel, Ostende, 6 octobre 1700 ; (...)
  • 142 AGR, Audience, 1007. Nicolas Joseph, Jean-Philippe (fils), Joseph Hyacinthe et Jean Nicolas (neveu (...)
  • 143 Lettre du marquis de Puységur au marquis de Torcy, 10 avril 1701, citée dans Gachard, 1880, pp. 52 (...)

63La haute noblesse n’a pas manqué d’être au rendez-vous afin de marquer son attachement à la nouvelle dynastie. Au mois de janvier 1701, les compagnies de la garde de la cour de Bruxelles, dite des chevaux blancs et des chevaux gris, vestiges dans l’ancienne garde des ducs de Bourgogne, sont redressées et rééquipées. On y retrouve à la tête quelques chefs des grandes familles nobles du pays, notamment le marquis de Richebourg, Philippe de Schetz, comte de Millam, et Wolfgang Guillaume de Bournonville, marquis de Sars139. Au même moment, le prince de T’Serclaes, le marquis de Lede, le duc d’Havré, le comte de Brouay et le comte de Hornes lèvent des compagnies franches de 100 hommes, dites de Charles Quint140. La levée de troupes attire aussi des nobles flamands partis servir dans les armées des princes voisins, aussi bien en Hollande, en Lorraine ou dans l’Empire. Ainsi, par exemple, le comte d’Ursel ou le marquis de Westerloo, qui s’étaient détournés du service de l’Espagne pour celui de l’Empire, reviennent à Bruxelles pour y chercher de l’emploi141. Outre la haute noblesse, les élites urbaines constituent le gros des bataillons des entrepreneurs militaires. Les réseaux personnels du comte de Bergeyck fournissent à eux seuls nombre d’officiers recruteurs, alors que lui-même a financé quatre compagnies pour sa propre famille142. Grâce à lui, des familles des patriciats urbains telles que les Della Faille et Dusmet en Flandre, les Glimes dans le Brabant, ou les Dumont de Gages au Luxembourg, qui joueront un rôle important dans l’Espagne du xviiie siècle, prennent du service, et se placent ainsi sous la protection des hommes forts du gouvernement de Bruxelles143.

  • 144 AHN, Estado, leg. 1648, exp. 2, consulte du conseil d’État, Madrid, 12 avril 1701.
  • 145 AMAE, CP, Pays-Bas, 56, fo 167, lettre du duc de Boufflers au marquis de Torcy, Bruxelles, 18 nove (...)
  • 146 AHN, Estado, leg. 1415, lettre de l’Électeur de Bavière au conseil d’État, Bruxelles, 22 janvier 1 (...)

64Ce succès témoigne de la confiance retrouvée des particuliers dans l’investissement militaire. On le doit, bien sûr, aux conditions avantageuses des levées et aux garanties offertes par le trésor français. Mais une autre raison de ce succès provient du circuit court de la décision et des retours rapides sur l’investissement qui permettent de redynamiser l’économie de la grâce. En effet, l’attribution des contrats de levée est contrôlée par le « cabinet » de Bruxelles en relation étroite avec le ministre français de la guerre, tandis que la cour de Madrid reste à l’écart du processus de décision144. Ainsi, Bedmar, en concertation avec Chamillart, nomme les nouveaux officiers de l’armée de Flandre et les salaires correspondants sont versés par le trésor militaire français, sans attendre les lettres patentes qui sont censées être délivrées à Madrid. En 1701, le prince de Spinola a été nommé brigadier de l’armée de Flandre sans en obtenir les patentes car Bedmar « n’a reçu aucune réponse de Madrid, non plus que sur les autres brigadiers et officiers généraux nommés par Sa Majesté145 ». En 1706, la liste des officiers généraux nommés depuis 1701 est envoyée à Madrid afin que leurs patentes soient délivrées : elle fait état de pas moins de 8 lieutenants généraux, 10 maréchaux de camps et 33 brigadiers. Le secrétaire des dépêches, José Grimaldo, signe les patentes tout en indiquant que le nombre d’officiers généraux « est plus élevé que ce qui est nécessaire aux troupes que Sa Majesté a dans ce pays146 ».

  • 147 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fo 237-238, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 7 (...)
  • 148 AHN, Estado, leg. 689.
  • 149 AMAE, CP, Pays-Bas, 58, fos 45-47, lettre du marquis de Torcy au duc de Boufflers, 12 janvier 1702
  • 150 AHN, Estado, leg. 1491-2, Décret royal, Madrid, janvier 1705. D’autres exemples dans : AHN, Estado (...)

65À la différence des grades militaires, les titres, les pensions et les bénéfices relèvent de la prérogative exclusive du roi d’Espagne. Le processus de décision reste donc entre les mains des conseils centraux de la monarchie. Néanmoins, l’interconnexion des circuits ministériels franco-flamands est déterminante pour orienter le choix. Les recommandations, le plus souvent appuyées par les ministres de Louis XIV, transitent alors par la « voie secrète » pour arriver jusqu’au roi sans que le conseil suprême de Flandre ne puisse faire obstruction. De la sorte, à la demande de Bedmar et de Torcy, le prince de T’Serclaes est récompensé dès le mois de mai 1702 par un collier de la Toison d’Or pour son rôle dans la réussite de la réforme de l’armée de Flandre147. La haute noblesse ne manque pas non plus de bénéficier des retombées de cet accès privilégié au roi : le prince de Ligne reçoit la Grandesse d’Espagne en 1703, le prince de Chimay et le comte de Hornes reçoivent chacun 18 000 florins de pension, et le marquis de Westerloo est distingué par une rente de 2 000 doublons sur les biens confisqués aux rebelles napolitains148. L’accès réservé au roi ne bénéficie pas seulement aux grandes familles du pays, il permet aussi à Bedmar et Bergeyck de recommander un grand nombre d’officiers recruteurs. En janvier 1702, Bedmar obtient l’autorisation de Philippe V et de Louis XIV de réserver aux familles des officiers de l’armée les panes de abadía, c’est-à-dire des pensions de collation royale sur les abbayes du pays destinées traditionnellement aux veuves et aux orphelins149. De la sorte, le gouvernement de Bruxelles dispose des moyens pour donner des marques particulières d’attention aux officiers recruteurs qui se sont investis dans la réforme de l’armée de Flandre. C’est le cas de Fernando de la Puente honoré d’une pension sur le couvent de La Trinité à Luxembourg pour « les bons et fidèles services du capitaine François Ambroise d’Herzelles », son cousin, et l’un des capitaines recruteurs des levées de 1701150. En somme, investir dans la réforme de Flandre ne signifie pas seulement acquérir un emploi militaire, il permet de participer à un nouveau réseau de pouvoir qui s’est mis en place autour du gouvernement de Bruxelles et qui dispose, à travers Versailles, d’un accès réservé au roi.

  • 151 Archivo General de Simancas (AGS), Guerra Moderna (GM), 2231, Revue des régiments wallons par le c (...)
  • 152 AGR, Conseil Royal, 504-1.
  • 153 AGS, GM, 2231, Revue des régiments wallons par le comte de Soupat, Jaca, 13 janvier 1715.
  • 154 AGR, FP, Ursel, L 328, Acte de ratification de l’achat d’une cornette de mousquetaires au comte d’ (...)

66Néanmoins, l’attrait exercé par les réseaux dynastiques à Bruxelles s’étend au-delà des frontières des Pays-Bas et incite des investisseurs à rejoindre le service de l’Espagne. Les plus nombreux sont issus de l’armée française en quartier aux Pays-Bas : sans lien familial avec la Flandre, ils ont l’avantage de se trouver sur place et d’être recommandés par le maréchal de Boufflers ou directement par Versailles. C’est le cas du comte de Saint-Léger, un parent de Boufflers, qui a servi dans les mousquetaires et les gardes françaises de Louis XIV, et qui finance la formation d’un régiment d’infanterie wallonne en 1702151. Le baron de Neuville et le baron de Cerretani, respectivement capitaine et lieutenant-colonel au service de la France, font également partie des colonels recruteurs de 1702152. Ces entrepreneurs militaires font profiter leurs proches de ces nouvelles opportunités : il n’est donc pas rare de voir un régiment de pied wallon, telle que celui formé par Jean Godfroid de Fayolle en 1711, dont les deux tiers des officiers sont originaires du Périgord, la région d’origine du colonel153. La protection du maréchal de Boufflers a aussi permis le retour au service d’Espagne de nombreuses familles issues de la Flandre et du Hainaut passés sous domination française. C’est le cas de la famille de Croix, originaire de la petite noblesse lilloise, qui avait abandonné le service de l’Espagne dans la seconde moitié du xviie siècle. Pourtant, en 1702, Eugène de Croix, vend sa compagnie de cavalerie en France, et investit dans la réforme de l’armée aux Pays-Bas154.

  • 155 Ibid.
  • 156 AHN, Estado, leg. 1648, lettre du marquis de Bedmar au conseil d’État, Bruxelles, 31 mars 1701 ; A (...)
  • 157 Ibid.

67Signalons également quelques cas isolés qui témoignent néanmoins de la diversité des trajectoires qui convergent aux Pays-Bas. Protégés par la maison de Bavière, des Allemands ou des Liégeois se retrouvent dans les rangs de l’armée du roi d’Espagne, tel ce Mathias Rasquinet, naturel de Liège, au service de l’Électeur de Cologne, qui lève en 1702 une compagnie de cavalerie pour l’Espagne155. Le cas d’Alexandre de Bay, un Franc-Comtois, parti servir dans les armées hollandaises au cours des années 1690 est aussi emblématique. Vivement recommandé par Bedmar, il revient à Bruxelles en conservant son grade et son emploi, avant de devenir l’un des grands généraux de l’armée espagnole pendant le conflit successoral156. Tout aussi insoupçonnés sont les parcours de certains Irlandais jacobites, passés dans les armées du roi de France après l’exil de Jacques II à Saint-Germain-en-Laye, et qui de là rejoignent le service de l’Espagne aux Pays-Bas. En 1715, lors d’une revue des troupes, pas moins de 31 capitaines d’origine irlandaise sont recensés dans les régiments wallons157.

  • 158 AMAE, CP, Pays-Bas, 60, fos 215-222, lettre du marquis de Bedmar à Philippe V, Bruxelles, 16 novem (...)
  • 159 Guerrero Elecalde, 2005 ; Id., 2009a ; Id., 2012, pp. 293-389.

68Enfin, le cas des officiers des tercios espagnols de l’armée de Flandre mérite d’être souligné tant il illustre l’importance du soutien des finances françaises dans l’attractivité des réseaux dynastiques à Bruxelles. Eux aussi ont participé à la réforme sur leurs propres deniers en mettant les six tercios sur le pied des nouveaux régiments. Aidés par le trésor français, dix-huit capitaines sont envoyés en Espagne pour y lever des hommes, et quelques autres partent à Naples pour fournir les tercios italiens. La prise en charge par les finances françaises du recrutement des tercios espagnols et italiens permet alors l’inscription de leurs officiers dans les canaux bruxellois de la recommandation, à l’image d’un des capitaines recruteurs, Juan Idiáquez Eguía, qui est très vite remarqué et recommandé par Bedmar « pour son intégrité, son zèle et sa capacité158 ». Les protections acquises en Flandre par Juan Idiáquez joueront un rôle déterminant dans la confiance que Philippe V lui accordera à son retour en Espagne : non seulement il deviendra l’un des principaux acteurs de la formation de la garde du corps, mais il sera l’un des initiateurs de l’ascension des Basques à la cour d’Espagne159.

69La réforme de l’armée de Flandre de 1701-1702 n’est pas exceptionnelle par son ampleur ou par ses méthodes, mais bien parce qu’une telle mobilisation d’hommes et de capitaux se produit sans aucune impulsion de Madrid. Le soutien des structures politiques et financières de la France a joué un rôle fondamental dans la réussite de cette entreprise. Le trésor militaire français, en se substituant aux remesas d’Espagne et aux aides des provinces, a fourni les garanties nécessaires à l’investissement. De ce fait, le circuit de la décision en matière militaire s’est réduit au canal réservé entre Bruxelles et Versailles. Quant à la « voie secrète », en créant un circuit de dérivation jusqu’à Madrid, elle a permis de relancer l’économie de la grâce entre le roi et ses sujets des Pays-Bas en accordant aux entrepreneurs militaires les marques attendues de reconnaissance.

70Aussi la collaboration dynastique aux Pays-Bas permet-elle d’y affermir la légitimité politique de Philippe V. Alors qu’en Italie et en Espagne les dissensions apparues à la fin du règne de Charles II entre partisans des Bourbon et des Habsbourg ressurgissent très rapidement après l’avènement de Philippe V, aux Pays-Bas, sans que le territoire ait eu les honneurs d’une visite royale, les actions menées depuis Versailles permettent d’arrimer les élites à la nouvelle dynastie. Par conséquent, lorsqu’arrive le moment de réformer la cour de Madrid, et que les Bourbon cherchent des sujets de confiance sur lesquels s’appuyer, c’est tout naturellement vers les Pays-Bas — et plus précisément vers l’armée de Flandre — que leurs regards se tournent.

Un cheval de Troie dans la monarchie

  • 160 Peña Izquierdo, inédite ; González Mezquita, 2007 ; Hamer Flores, 2013.
  • 161 Glesener, 2011a, pp. 79-83 ; Id., 2011c, pp. 204-208.

71À Madrid, les difficultés rencontrées par Philippe V pour rétablir l’autorité royale sont bien connues. La résistance des Grands et des conseils de la monarchie, l’absence du roi pendant son voyage en Italie, sont autant de facteurs qui ont empêché le nouveau monarque de s’imposer à la Cour160. Dès 1701, le précepteur et principal conseiller de Philippe V, le marquis de Louville, a identifié le problème. Il a défendu depuis lors l’idée que le rétablissement de l’autorité royale devait commencer par la création d’une garde qui assurerait non seulement la sécurité personnelle du monarque mais permettrait aussi d’y faire respecter sa volonté. La formation d’un corps d’armée à la Cour est le premier grand chantier politique engagé par les Bourbon en Espagne. Il connaît de longues vicissitudes avant d’aboutir à sa forme définitive en 1705. Cette réforme mobilise très largement les élites flamandes car l’armée de Flandre est devenue entre-temps le principal vivier des cadres militaires des Bourbon161. Le régime anjouin ne doit donc pas être envisagé comme une expérience politique limitée aux Pays-Bas puisqu’il offre aux bureaux de Versailles de nouveaux moyens d’action pour réformer les institutions castillanes.

  • 162 AMAE, CP, Espagne, 89, fos 192-212, lettre de [Louville] au marquis de Torcy, [Madrid], 19 mai 170 (...)
  • 163 « Instruction du roi au sieur comte de Marsin, lieutenant général de ses armées, allant à Madrid a (...)

72La première étape de ce chantier est dominée par l’idée que la réforme de l’armée doit précéder la réforme du gouvernement. Cette ligne politique est en train d’être expérimentée avec succès aux Pays-Bas, puisque depuis le mois de mars la réforme de l’armée a débuté sans toucher aux institutions de gouvernement. Louville entend mettre en œuvre ce principe à la Cour : dans un mémoire rédigé le 19 mai 1701, il propose des moyens concrets pour protéger la vie du roi et le mettre « en état d’ordonner avec succès tout ce qu’il juge nécessaire pour le rétablissement de la monarchie162 ». Selon lui, l’autorité du roi dépend de sa capacité à disposer d’une armée composée de troupes d’élite, fidèles et disciplinées, dont il faudrait tirer un nombre d’hommes suffisant pour former une nouvelle garde. Le 7 juillet suivant, les instructions au comte de Marcin, l’ambassadeur de France à Madrid, reprennent presque mot à mot les arguments développés par Louville : la militarisation de la garde est considérée comme le prélude à la réforme du gouvernement, et ordre est donc donné de lever un régiment de 1 500 hommes et de le mettre en garnison à Madrid163.

  • 164 Saint-Simon, Mémoires, t. III, p. 174 ; lettre du duc de Beauvillier à Philippe V, Marly, 10 septe (...)

73Le problème de Louville est de trouver des hommes fidèles pour composer cette nouvelle garde. Contrairement à une idée répandue dans l’historiographie, il n’y a pas chez lui de défiance de principe envers les élites espagnoles. D’ailleurs, en attendant la formation de la garde royale, ce sont les tercios de cavalerie de Catalogne, commandés par le marquis de Gastañaga, qui assurent la protection du monarque. Ce militaire basque avait fait partie des quelques nobles espagnols membres de la délégation partie à Bayonne accueillir Philippe V. Il bénéficie depuis lors de la confiance de Louville qui ne cesse de vanter ses mérites au roi de France164.

  • 165 AMAE, CP, Espagne, 89, fos 192-212, lettre de [Louville] au marquis de Torcy, [Madrid], 19 mai 170 (...)
  • 166 Lizerand, 1933, pp. 121-142.
  • 167 Glesener, 2014, pp. 109-119 ; Ursel, 1997, pp. 162-177.

74Cependant, Gastañaga fait exception dans les réseaux de clientèle de Louville qui sont très mal insérés dans les cercles de pouvoir de la Péninsule. Cela incite ce dernier à privilégier l’envoi d’une garde suisse ou française, même si pour des raisons politiques évidentes, il se résout à recommander la constitution d’une garde composée de Flamands ou d’Italiens165. Or, de tous les territoires de la monarchie hispanique, c’est aux Pays-Bas que Louville dispose des meilleurs relais. Le conseiller de Philippe V appartient à une faction politique à Versailles composée du duc de Beauvillier, l’ancien précepteur du duc d’Anjou, et d’Adrien Maurice de Noailles, comte d’Ayen, héritier de la puissante maison de Noailles, qui a soutenu l’archevêque de Cambrai, Fénelon, lors de la querelle du quiétisme166. Cette faction compte en outre avec le marquis de Puységur qui vient d’être envoyé à Bruxelles par Louis XIV. Enfin, la préférence flamande de Louville tient à ses liens personnels avec un riche anversois, Conrad Albert de Schetz, comte d’Ursel, que Louville pousse à présenter un projet de levée de cent mousquetaires pour servir à la cour d’Espagne167.

  • 168 AMAE, CP, Pays-Bas, 58, fo 26, lettre du duc de Boufflers au marquis de Torcy, Bruxelles, 6 janvie (...)
  • 169 Sanz Ayán, 2002, pp. 563-581 ; Dedieu, 2011, pp. 96-97 ; Andújar Castillo, 2004d, pp. 67-70.
  • 170 Sanz Ayán, 1995, pp. 139-156.
  • 171 Id., 2002, p. 581.

75Pour la réalisation du projet, Louville est en effet rapidement contraint de se tourner vers des capitaux privés. D’un côté, la résistance du conseil des finances à Madrid empêche de faire reposer la nouvelle garde sur les finances castillanes168. De l’autre, à la différence des Pays-Bas, Louis XIV n’est pas disposé à engager le trésor français dans la réforme de l’armée en Espagne. Par conséquent, Louville s’appuie sur des fonds privés provenant des réseaux politico-financiers impliqués dans l’union dynastique. En effet, dans sa proposition présentée au mois de novembre 1701, le comte d’Ursel demande que les mousquetaires soient payés par la compagnie de l’asiento de negros. Il s’agit d’une société privée financée par des capitaux français et espagnols créée le 14 septembre 1701 par un accord entre les deux couronnes par lequel Philippe V concédait le monopole de la fourniture d’esclaves aux colonies américaines. La compagnie est dirigée par Hubert Hubrecht, un financier hollandais associé à l’espagnol Bartolomé Flon, l’un des principaux financiers de la couronne espagnole169. Le capital de la compagnie est détenu à hauteur de 50 % par Louis XIV et Philippe V, tandis que le reste est entre les mains du duc d’Orléans, de François Saupin, secrétaire du roi de France, de Stéphane Landais, trésorier général de l’artillerie, et de Samuel Bernard, un des principaux banquiers de Louis XIV170. Aussi le financement de ce premier corps de garde repose-t-il sur une caisse totalement indépendante du trésor castillan et du trésor français, mais étroitement liée aux intérêts d’un groupe politico-financier qui est en phase de constitution autour des nouvelles opportunités offertes par l’union dynastique171.

  • 172 Le 5 janvier 1702, le marquis de Bedmar se limite à publier un placard annonçant la levée de la co (...)
  • 173 Lettre du duc de Beauvillier à Philippe V, Versailles, 12 mars 1702, dans Lizerand, 1933, pp. 498- (...)

76Au cours de l’année 1702, la compagnie de mousquetaires est levée aux Pays-Bas, sans la participation du gouvernement de Bruxelles, puisque les charges d’officiers sont vendues par Ursel et les patentes sont délivrées par Louis XIV172. Composée de Français et de Flamands, dont les frères d’Ursel et de Louville, elle est en outre encadrée par trois mousquetaires français choisis et détachés par Louis XIV. Une fois levés et montés, les mousquetaires d’Ursel embarquent à Toulon sur un navire français pour rejoindre Philippe V à Naples. À partir de ce moment, les ordres de paiement de la troupe sont signés par le roi d’Espagne, transmis par Louville à Paris au duc de Beauvillier, qui les remet aux gestionnaires de la compagnie de l’asiento, lesquels font livrer l’argent là où la compagnie se trouve173.

77Ainsi, face aux blocages politiques à Madrid, la toute première levée de troupes pour l’Espagne s’est faite en dehors de tous les circuits et les canaux institutionnels. Menée par un entrepreneur militaire, financée par une compagnie privée, portée par une faction courtisane de Versailles avec ses relais à Madrid et à Bruxelles, intégrée dans la suite de Philippe V en dehors de la cour de Madrid, la compagnie de mousquetaires a contourné les institutions de la monarchie hispanique en recourant à des canaux informels constitués par des personnes qui prospèrent dans l’espace privé des rois de France et d’Espagne. Louis XIV a soutenu cette entreprise parce qu’il fallait assurer à tout prix la sécurité de son petit-fils, même si cela revenait à donner beaucoup de poids au clan de Beauvillier dans les affaires d’Espagne. Par conséquent, en parallèle, Louis XIV a pris d’autres initiatives pour doter son petit-fils d’une armée de confiance, en s’appuyant cette fois sur le gouvernement de Bruxelles.

  • 174 De Schryver, 1965, pp. 310-318.

78Le succès des réformes aux Pays-Bas a montré en effet le bien-fondé de la méthode privilégiant de commencer par l’armée avant de s’attaquer au gouvernement. Le 9 janvier 1702, une fois achevée la reconstitution de l’armée de Flandre, la réforme des conseils collatéraux et des finances a été entreprise sans susciter d’opposition majeure, donnant désormais tout pouvoir aux hommes fidèles à la dynastie, ce qui a offert aussi de nouveaux moyens d’action au roi de France174. Le gouvernement de Bruxelles récemment réformé devient progressivement la principale plate-forme à partir de laquelle les ministres français de Versailles tentent de constituer une garde royale pour Philippe V.

  • 175 SHD, T, A1, 1528, fos 254-260, lette du marquis de Puységur à Louis XIV, [Bruxelles], 25 décembre (...)
  • 176 AMAE, CP, Pays-Bas, 60, fos 215-219, lettre du marquis de Bedmar à Philippe V, Bruxelles, 16 novem (...)
  • 177 Les candidats pressentis à la charge de colonel ont été le duc d’Aremberg, le prince de Ligne, le (...)
  • 178 SHD, T, A1, 1566, fo 178, lettre du marquis de Bedmar à Michel de Chamillart, Bruxelles, 27 novemb (...)
  • 179 SHD, T, A1, 1566, fo 323, « État des officiers du régiment des gardes flamandes que le roi a ordon (...)

79Le projet de création de ce nouveau régiment — que l’on commençait à désigner comme la « garde wallonne » — était en préparation à Versailles depuis le mois de décembre 1701, mais il n’a été approuvé formellement par Philippe V que le 17 octobre 1702175. À la différence des mousquetaires, cette opération est portée par le ministre français de la guerre, Michel de Chamillart, et par le gouvernement de Bruxelles, avec le financement des aides provinciales des Pays-Bas176. Les ministres sélectionnent les cadres du régiment parmi les grandes maisons de la noblesse des Pays-Bas, la plupart originaires du Hainaut en raison des liens étroits qu’elles entretiennent avec la France. Ainsi, le duc d’Havré, protégé du maréchal de Boufflers, l’emporte face au prince de Chimay et au marquis de Richebourg pour commander le régiment177. Les charges d’officiers ne sont pas vendues mais attribuées par le marquis de Bedmar qui reçoit la faculté de nommer les officiers « pour cette fois seulement et afin de ne pas perdre de temps178 ». Même si un placard est publié à Bruxelles pour appeler les volontaires, tous les emplois ont été donnés aux membres de la haute noblesse ouvertement bourbonienne et aux familles qui s’étaient impliquées dans la réforme de l’armée et du gouvernement des Pays-Bas. Ainsi, le prince de T’Serclaes a obtenu deux emplois pour ses neveux, le marquis de Bournonville y a placé un fils, tandis que le prince de Chimay, le marquis de Deynze, le marquis de Richebourg et le duc d’Havré y ont placé un frère ou un neveu. Les autres officiers procèdent des petites élites urbaines et des membres de l’administration royale à Bruxelles : on y trouve un parent du secrétaire du nouveau conseil royal, Pedro Rivanegro, un fils du marquis de Roisin, le nouvel intendant du Hainaut, un fils de Ferdinand Della Faille, un des nouveaux colonels vénaux de la réforme de l’armée. Enfin, comme pour les mousquetaires, certains officiers sont directement détachés de l’armée française, à l’image de M. de Servy, choisi personnellement par Louis XIV, et M. de Joncré, un aide de camp du maréchal de Boufflers179.

  • 180 AGR, Conseil Royal, 549, fo 8, « État du paiement des officiers et soldats du régiment des gardes (...)
  • 181 AN, G7, 260, fo 315, lettre du marquis de Bedmar à Michel de Chamillart, Bruxelles, 8 novembre 170 (...)
  • 182 Glesener, 2011c, pp. 198-203.
  • 183 AMAE, CP, Espagne, 115, fos 122-130, lettre du cardinal d’Estrées à Louis XIV, Madrid, 17 mars 170 (...)

80Des difficultés n’ont toutefois pas tardé à apparaître. Si la levée des hommes a pu être financée sur les aides provinciales, celles-ci n’ont pas pu payer les salaires élevés qui avaient été promis aux officiers des gardes wallonnes180. En outre, sans la garantie du trésor français, la crise de confiance a rapidement ressurgi entre le gouvernement de Bruxelles et les villes de Flandre. « Aucun ne veut s’engager avec le roi [d’Espagne] qui n’a aucun crédit, écrit Bedmar, parce qu’on n’a jamais tenu parole ci-devant à ceux qui ont avancé leur argent181 ». Face à ce problème, deux partis s’affrontent dans l’entourage des Bourbon : d’une part, Bedmar et Boufflers à Bruxelles se posent en protecteurs des familles bourboniennes flamandes et demandent à ce que Louis XIV finance ce régiment avec le trésor militaire français182. D’autre part, rassemblés derrière le nouvel ambassadeur de Louis XIV à Madrid, le cardinal d’Estrées, les partisans d’une position « isolationniste » défendent une participation limitée de la France dans les affaires espagnoles et, sans l’affirmer ouvertement, souhaitent l’abandon de la réforme de la garde pour éviter au trésor français de devoir en assumer le financement183.

  • 184 Glesener, 2005, pp. 231-233.

81Entre-temps, en février 1703, l’entrée de la compagnie de mousquetaires à Madrid, de retour du voyage d’Italie, a levé une vague de réactions hostiles parmi la noblesse et les conseils, ce qui fait basculer Louis XIV en faveur des détracteurs de la réforme184. Le 14 mai 1703, alors que les gardes wallonnes n’ont pas encore quitté les Pays-Bas, Louis XIV ordonne le retrait de leur statut de garde royale et la division du corps en deux régiments d’infanterie ordinaire :

  • 185 SHD, T, A1, 1649, fo 100, lettre de Louis XIV au duc de Villeroy, Versailles, 14 mai 1703 ; SHD, T (...)

Il ne convient pas au roi d’Espagne de faire passer [les gardes wallonnes] à Madrid. Cette nation verrait avec peine leur roi gardé par des étrangers. Il convient encore moins de laisser ce régiment en Flandre sur le pied qu’il est : il coûterait presque le double des autres et vous savez que je suis chargé de cette dépense185.

  • 186 SHD, T, A1, 1649, fo 75, lettre du duc de Villeroy à Michel de Chamillart, camp de Tongres, 11 mai (...)

82À plus d’un titre, ce premier désengagement français marque un tournant. Tout d’abord, il signe la relégation du gouvernement de Bruxelles qui pendant une courte période a pu rêver de revenir au centre du jeu politique de la monarchie grâce à l’impulsion de Versailles. En renonçant à agir à partir des Pays-Bas espagnols, Louis XIV affaiblit non seulement les ministres et les généraux au pouvoir à Bruxelles, mais il renonce à assumer sa position de protecteur de la noblesse flamande. Or, celle-ci a soutenu le régime anjouin moins par amour pour l’Espagne que par la perspective de l’union dynastique et du rapprochement avec Versailles. À l’annonce de cette décision, les cris d’orfraie poussés par Bedmar et Boufflers traduisent autant le cinglant désaveu qu’ils viennent d’essuyer que la crainte de voir toute la noblesse flamande se retourner contre les Bourbon186. Par ailleurs, ce désengagement redéfinit les formes de la participation de la France dans la réforme des institutions de la monarchie hispanique. Si Louis XIV a accepté de se substituer provisoirement aux finances espagnoles pour permettre la réforme de l’armée et du gouvernement aux Pays-Bas, il exclut d’en faire de même pour l’Espagne. Aux yeux du roi de France, les gardes wallonnes sont appelées à constituer l’embryon de la nouvelle armée espagnole, et à ce titre elles doivent être financées exclusivement sur les deniers de la monarchie hispanique. C’est donc un changement de cap de la politique réformiste qui s’amorce, puisque le principe d’une réforme de l’armée qui précéderait celle du gouvernement n’est tenable qu’avec l’apport de financements extraordinaires, qu’ils proviennent du trésor français ou de capitaux privés. Par conséquent, cette décision donne du crédit à des ministres tels que Jean Orry qui prônent depuis longtemps que la réforme des finances espagnoles précède la formation d’une nouvelle armée.

  • 187 Dubet, 2009, pp. 172-184.

83Le projet de Jean Orry constitue une voie médiane entre la faction isolationniste du cardinal d’Estrées et les factions interventionnistes du clan Beauvillier et du gouvernement de Bruxelles. Orry soutient fermement la réforme de la garde royale, pour laquelle il demande l’appui politique de Louis XIV, sans pour autant réclamer un financement français. Au contraire, contre ceux qui veulent s’appuyer sur les réseaux dynastiques pour financer la réforme de l’extérieur, il défend une méthode qui consiste à restaurer en priorité l’autorité du roi sur les finances castillanes pour faire reposer ensuite les dépenses militaires sur les recettes ordinaires. Son objectif est de créer un canal ministériel des finances militaires composé d’un secrétaire des dépêches de la guerre et d’un trésorier général qui permettrait ainsi d’exercer un contrôle sur le conseil des finances187.

  • 188 AN, G7, 1092, lettre de Jean Orry à Michel de Chamillart, Madrid, 30 août 1702.

Réfléchissez sur mon raisonnement — écrit-il à Chamillart — il faut remédier aux désordres où sont les affaires du roi d’Espagne pour lui assurer de quoi se soutenir. On ne peut entreprendre d’y travailler qu’après que le roi aura donné une forme dans ses conseils qui le délivre de la dépendance dans laquelle il se trouve. Pour cela, il est question de donner à Sa Majesté quelque sûreté pour sa personne et pour sa Maison, et qu’à cet effet il y ait une garde convenable et un nombre de troupes réglées. C’est ce qu’on ne peut faire sans argent, et pour avoir de l’argent, il faut remédier aux désordres où sont ses affaires. Cela s’appelle un enchâssement dont on ne peut espérer de voir la fin188.

  • 189 Dubet, 2009, pp. 193-200.

84Au cours de l’été 1703, cette nouvelle méthode s’impose progressivement à Versailles. Le 2 septembre, Orry a obtenu la création de la charge de secrétaire des dépêches de la guerre avec la nomination de son proche collaborateur le marquis de Canales. Le 19 septembre, le projet d’édit nommant le comte de Moriana à la trésorerie générale de la guerre est prêt189.

  • 190 SHD, T, A1, 1653, fo 200, lettre de Michel de Chamillart au marquis de Bedmar, Fontainebleau, 23 s (...)
  • 191 AMAE, CP, Espagne, 118, fos 40-41, lettre de Jean Orry à Michel de Chamillart, Madrid, 3 octobre 1 (...)

85La réforme des finances étant enclenchée, la constitution d’un corps d’armée peut reprendre. Le projet de formation des gardes wallonnes renaît donc de ses cendres, mais il n’est plus piloté depuis Versailles, mais bien depuis Madrid où Orry a reçu le soutien de la princesse des Ursins et de la reine Marie-Louise. Le 23 septembre, c’est à la demande de Philippe V que Louis XIV ordonne le rétablissement des gardes wallonnes190. Ce régiment prend désormais place dans un vaste plan de création d’une maison militaire porté par le tandem Orry-Ursins. Présenté en octobre 1703, il crée quatre compagnies de gardes du corps réparties par nations (deux espagnoles, une italienne, une flamande) et deux régiments d’infanterie (espagnol et wallon) qu’il finance par le canal ministériel des finances militaires castillanes. Le nouveau plan s’affiche sans ambages comme un moyen de réduire l’autorité du grand maître, le chef de la maison du roi (mayordomo mayor). En effet, la réforme prétend établir solidement, au cœur du palais, des unités militaires qui ne dépendent pas de la maison civile, ni de son chef, mais du secrétaire de la guerre et du trésorier général191.

  • 192 AMAE, CP, Espagne, 125, fo 276, lettre de Louis XIV à Philippe V, 23 octobre 1703 ; AMAE, CP, Espa (...)
  • 193 Lettre du marquis de Louville au duc de Beauvillier, 24 mars 1703, dans Mémoires secrets sur l'éta (...)
  • 194 AMAE, CP, Espagne, 125, fos 356-357, lettre de Philippe V à Louis XIV, Madrid, 7 novembre 1703 ; A (...)

86La proposition d’Orry et Ursins ne reçoit pas un accueil enthousiaste à Versailles : Louis XIV n’est pas opposé à la formation de compagnies de garde du corps, mais il l’estime prématurée192. En réalité, le roi de France voit d’un mauvais œil une réforme dont il a perdu le contrôle. Par ailleurs, ce plan est vivement combattu par le clan Beauvillier qui soutient la compagnie des mousquetaires et les groupes financiers versaillais qui assurent sa subsistance. Conscients de cette opposition, Orry et Ursins s’emploient en coulisses à mobiliser leurs contacts à Paris pour espacer les paiements de la compagnie et étouffer économiquement les mousquetaires193. De plus, ils s’affranchissent progressivement de la tutelle des réseaux courtisans de Versailles en s’appuyant sur l’autorité de Philippe V. Le 7 novembre 1703, sur le conseil d’Orry et d’Ursins, Philippe V écrit à son grand-père pour l’informer qu’en raison des menaces qui pèsent sur sa sécurité personnelle il a pris unilatéralement la décision d’appliquer le nouveau plan de réforme194.

  • 195 Le 10 novembre 1703, Louville quitte Madrid ; le 21 décembre, le comte d’Ursel est expulsé de la C (...)
  • 196 AMAE, CP, Espagne, 124, fo 430, lettre de Philippe V au prince de T’Serclaes, 31 juillet 1703 ; AM (...)
  • 197 AMAE, CP, Espagne, 136, fos 160-165, lettre de l’abbé d’Estrées au marquis de Torcy, Madrid, 22 fé (...)

87La nouvelle méthode renforce donc l’autorité des conseillers de Philippe V et écarte de la conduite de la réforme les groupes de pouvoir constitués autour des bureaux de Versailles. D’une part, Orry et Ursins prennent l’ascendant sur le clan de Beauvillier, ce qui scelle le sort du marquis de Louville, du comte d’Ursel et de ses mousquetaires195. Ces événements marquent la défaite d’une option politique qui assurait un contrôle sur la garde royale depuis Versailles, à partir de capitaux privés français. D’autre part, en remettant sur pied les gardes wallonnes, abandonnées par Louis XIV, Orry et Ursins étendent leur patronage sur la noblesse flamande bourbonienne. Sans soutien à Versailles, Bedmar et une grande partie des élites flamandes trouvent leur salut dans les réseaux de pouvoir en voie de constitution autour des conseillers français de Philippe V. Signe du renforcement des liens entre Madrid et Bruxelles, le 31 juillet 1703, Philippe V a ordonné au prince de T’Serclaes, l’une des chevilles ouvrières de la réforme de l’armée aux Pays-Bas, de venir à la Cour avec six officiers généraux flamands pour prendre le commandement des troupes d’Espagne196. T’Serclaes n’est autre que le beau-frère du marquis de Canales, le proche collaborateur d’Orry qui a été propulsé à la nouvelle secrétairerie des dépêches de la guerre. Les liens entre Orry, Canales et T’Serclaes illustrent l’imbrication étroite entre la réforme des finances et le commandement des troupes, tout autant que la nouvelle géographie de pouvoir dans l’espace des Bourbon qui place les officiers flamands en dépendance plus étroite de Madrid197. Par conséquent, le 25 décembre 1703, lorsque le duc d’Havré et les officiers des gardes wallonnes quittent les Pays-Bas pour Madrid, ils ne répondent déjà plus aux injonctions de Versailles mais bien à celles des grands ministres français de la cour d’Espagne.

 

88En 1702, une estampe intitulée La couronne d’Espagne affermie sur la tête de Philippe V par la protection de Louis le Grand représente deux allégories de la vérité et de la justice protégeant et confortant le duc d’Anjou sur son trône (fig. 3). Elle met en scène une représentation inédite des relations entre la France et l’Espagne où il n’est plus question de succession ou de substitution de l’une à l’autre, pas plus qu’elle ne figure l’alliance entre deux couronnes mises sur un pied d’égalité. Ce document témoigne de façon métaphorique de l’expérience politique inachevée de régénération politique de la monarchie hispanique entreprise dans le cadre de l’union dynastique. Ici, l’union ne signifie pas l’alliance, mais l’imbrication, celles des réseaux politiques et des finances, par lesquels Louis XIV a ambitionné de régénérer le corps atone de la monarchie hispanique en lui prêtant ses veines pour lui injecter du sang et rétablir sa force.

Fig. 3. — La couronne d’Espagne affermie sur la tête de Philippe V par la protection de Louis le Grand, Paris, H. Bonnart, 1702 (détail)

Fig. 3. — La couronne d’Espagne affermie sur la tête de Philippe V par la protection de Louis le Grand, Paris, H. Bonnart, 1702 (détail)

© Bibliothèque nationale de France, Paris.

89Dans les faits, cette expérience n’a véritablement été mise en œuvre qu’aux Pays-Bas : les troupes françaises ont suppléé le devoir de défense du roi d’Espagne, les finances françaises ont provisoirement mis les provinces sous perfusion pour réformer l’armée et le gouvernement, et enfin les circuits ministériels français ont servi de dérivatifs pour contourner les obstacles institutionnels entre Madrid et Bruxelles. Durant cette brève période, la communication entre les élites flamandes et leur souverain légitime a été médiatisée par le roi de France, ce qui a paradoxalement relancé la dynamique politique du mérite et de la grâce et permis de rassembler des élites passablement divisées derrière Philippe V. L’autorité royale rétablie aux Pays-Bas, le territoire irrigué par des canaux d’information fiables, Louis XIV a envisagé un temps d’impulser la réforme de l’armée en Espagne depuis Bruxelles. Ce projet a toutefois fait long feu en raison de la faiblesse des finances flamandes et du refus de Louis XIV de perfuser la Castille comme il l’a fait pour la Flandre.

90Le désengagement français de 1703 de la réforme de la garde royale constitue le premier coup d’arrêt du projet bourbonien de régénération de la monarchie hispanique. Les provinces bourguignonnes, redevenues pendant quelques mois le cœur de la monarchie, retournent rapidement à la périphérie non sans susciter un immense désarroi parmi les élites flamandes. Abandonnée par celui qui incarnait à ses yeux l’autorité royale, la noblesse bourbonienne flamande trouve de nouveaux protecteurs dans l’entourage de Philippe V. Ces derniers ont renoncé à une logique de régénération qui attendrait son salut de l’extérieur, et œuvrent inlassablement à rétablir l’autorité royale en réformant de l’intérieur les institutions de la monarchie hispanique. Ce faisant, ils contribuent à réorganiser autour de Philippe V les réseaux du bourbonisme flamand délaissés par Versailles.

91Le 23 mai 1706, la déroute de Ramillies, en faisant basculer pratiquement la totalité des Pays-Bas sous le contrôle des Alliés, rouvre des brèches profondes au sein des élites flamandes. Écrasée par les réformes fiscales du régime anjouin, la majorité des élites urbaines a retourné sa veste et a accueilli les troupes anglo-hollandaises en libératrices. Les derniers inconditionnels de Philippe V se sont repliés à Namur, dernière province encore sous le contrôle des Bourbon, ou alors ont reflué vers les deux grands refuges du bourbonisme flamand, le nord de la France et la cour d’Espagne. Dans le premier cas, les familles flamandes reprennent un processus d’intégration social et territorial entamé un siècle plus tôt, alors que dans le second cas, elles arrivent au milieu d’une guerre civile à l’issue incertaine qui est en passe de modifier profondément la relation du roi d’Espagne à ses sujets.

Notes

1 Archives générales du Royaume (Bruxelles) [AGR], Chancellerie autrichienne des Pays-Bas, 51, lettre de Francisco Antonio Navarro au marquis de Rialp, Bruxelles, 14 février 1715.

2 Gachard, 1867 ; Id., 1880, pp. 15-88 ; Van Kalken, 1907, pp. 148-188 ; Van Houtte, 1908 ; Pirenne, 1926, t. V, pp. 87-105 ; Van Kalken, 1938, pp. 350-355 ; De Schryver, 1965, pp. 216-337 ; Id., 1981, pp. 483-97 ; Id., 2006 ; Moreau de Gerbehaye, 1995.

3 Ruiz Ibañez, 2014, pp. 935-936.

4 Pirenne, 1923, t. III, pp. 184-194.

5 Aerts, Baelde, Coppens et alii, 1995.

6 Lefèvre, 1934 ; Esteban Estríngana, 2002b.

7 Echevarría Bacigalupe, 1998, pp. 151-157 ; Esteban Estríngana, 2010.

8 Rabasco Valdés, 1979 ; Vermeir, 2010 ; Hortal Muñoz, 2006.

9 Esteban Estríngana, 2010 ; Hortal Muñoz, 2011b.

10 Vidal Galache, Vidal Galache, 1996 ; García García, 2007.

11 Rodríguez Hernández, 2007, pp. 64-91.

12 Id., 2011, p. 163.

13 Rooms, 2003 ; Rodríguez Hernández, 2006 ; Storrs, 2007, p. 32.

14 Ruiz Ibáñez, 1999 ; Esteban Estríngana, 2001.

15 Van Kalken, 1907, pp. 93-129.

16 Lefèvre, 1934b, pp. 182-193.

17 Echevarría Bacigalupe, 1998, pp. 377-381.

18 De Schryver, 1965, pp. 47-48 ; Vandenbulcke, 1992, pp. 108-125 ; Thomas, C., 2009, pp. 177-190.

19 Lefèvre, 1934b, pp. 200-203 ; Coppens, 1992.

20 Van Kalken, 1907, pp. 74-92 ; Echevarría Bacigalupe, 1998, pp. 359-361.

21 Storrs, 2007, pp. 182-190.

22 Esteban Estríngana, 2007, pp. 335-342.

23 Consulte du conseil d’État à Charles II, Bruxelles, 26 décembre 1674, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, t. V, pp. 204-205.

24 Consulte du conseil d’État à Charles II, Bruxelles, 26 décembre 1674, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, t. V, pp. 204-205 ; lettre de Charles II au duc de Villa Hermosa, Madrid, 16 juin 1678, dans ibid., t. V, p. 307.

25 Esteban Estríngana, 2007.

26 Storrs, 2007, pp. 191-230.

27 Guignet, 1990 ; Id., 1997. Grand spécialiste des Pays-Bas passés sous domination française, Philippe Guignet a laissé volontairement cette question de côté, estimant qu’elle n’était pas pertinente.

28 Lepautre, La Flandre despouillée des habits d’Espagne et revestue à la Françoise (1660) [estampe] ; Burke, 1995, pp. 72-73.

29 Larmessin, Les justes conquêtes de l’auguste monarque Louis XIV […] en Flandre vient lui rendre ses hommages et lui offrir son cœur (1668) [estampe].

30 Schaub, 2003 ; Sabatier, Torrione, 2009.

31 Janssens, 1998, pp. 144-161.

32 Pirenne, 1927, t. IV, pp. 262-266 ; Vermeir, 2006, pp. 13-101 ; Esteban Estríngana, 1998.

33 Lettre de Marie-Anne d’Autriche au Connétable de Castille, Madrid, 27 octobre 1668, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, t. V, pp. 63-64.

34 Lettre de Pedro Fernández del Campo au Connétable de Castille, Madrid, 30 septembre 1668, dans ibid., pp. 64-65 ; Pirenne, 1926, t. V, p. 23.

35 Lettre de Manuel de Liria à Marie-Anne d’Autriche, La Haye, 7 mars 1673, dans ibid., p. 181.

36 AGR, Secrétairerie d’État et de Guerre (SEG), 282, fo 71, lettre du duc de Villa Hermosa à Charles II, Bruxelles, 17 février 1677.

37 Lettre de Charles II au marquis de Gastañaga, Madrid, 27 septembre 1685, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, t. V, p. 471.

38 Fauconpret, 1992.

39 Rowlands, 2010, p. 156 ; Fieffé, 1854, t. I, p. 189. En 1673, les regiments Royal-Wallon et Royal-Vierset sont levés dans les provinces conquises des Pays-Bas. Par la suite, d’autres régiments wallons ont été levés pour l’armée française : Piettemont (1677), Lallement (1678), Boufflers (1688), Robecq (1688), Mérode (1688), Solre (1688).

40 Saint-Simon, Mémoires, t. IV, pp. 694-695 : ibid., t. VII, p. 353.

41 Vegiano d’Hovel, 1865, t. I, p. 288.

42 Saint-Simon, Mémoires, t. II, p. 1607.

43 Ursel, 1986.

44 Saint-Simon, Mémoires, t. IV, pp. 694-695.

45 Ibid., t. IV, pp. 216-218.

46 Ibid., t. I, p. 881.

47 Ursel, 1986.

48 AGR, Familles et particuliers (FP), Ursel, W 195, testament d’Alexandre Hyppolite de Bournonville, Pampelune, 4 janvier 1687.

49 Ursel, 1986, p. 224.

50 La tentative échoue puisque les biens sis aux Pays-Bas sont confisqués par Charles II à la mort d’Alexandre Hyppolite. AGR, SEG, 629, fos 73-76, lettre de Charles II au marquis de Gastañaga, Aranjuez, 30 mai 1691.

51 AGR, FP, Ursel, W 195, testament d’Alexandre Hyppolite de Bournonville, Pampelune, 4 janvier 1687.

52 Procès intenté par le marquis de Bournonville […] contre le duc et prince de Bournonville [1688].

53 AGR, Conseil Privé, 2 à 5. Dans le dernier tiers du xviie siècle, le conseil privé aux Pays-Bas est assailli de demandes de moratoires de la part des maisons nobles pour leur permettre de surseoir au paiement de leurs créances.

54 Archives nationales (Paris) [AN], G7, 260, fo 112, lettre de Cazier à Michel de Chamillart, Paris, 30 janvier 1701.

55 Lettre du comte de Monterrey à Marie-Anne d’Autriche, Bruxelles, 11 mars 1671, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, t. V, p. 102. Ce séminaire de nobles, parfois qualifié d’« École de la guerre », ne doit pas être confondu avec l’Académie militaire fondée en 1675. Voir Barrios Gutiérrez, 1983, pp. 19-35.

56 Satterfield, 2003, pp. 255-258.

57 AGR, SEG, 621, fo 117, lettre de Charles II au duc de Villa Hermosa, Madrid, 20 avril 1677.

58 AGR, SEG, 620, fo 174, lettre de Marie-Anne d’Autriche au duc de Villa Hermosa, Madrid, 19 juin 1675.

59 AGR, SEG, 629, fo 2, lettre du marquis de Gastañaga au conseil des finances, Harelbeke, 3 septembre 1689.

60 AGR, SEG, 286, fo 260, lettre de Charles II au marquis de Grana, Madrid, 23 décembre 1683.

61 AGR, SEG, 212, fo 208, lettre du duc de Villahermosa à Don Juan José, Bruxelles, 25 mai 1678.

62 Ramos Medina, 2000 ; Diago Hernando, 2001 ; Sánchez Belén, 2009 ; AGR, SEG, 630, f160, lettre de Charles II au duc de Bavière, Madrid, 23 juin 1694.

63 AGR, SEG, 285, fo 295, lettre du marquis de Grana à Charles II, Bruxelles, 5 mai 1683.

64 Vermeir, 2009, pp. 321-322 ; Vermeir, 2011.

65 Westerloo, Mémoires, t. I, pp. 50-51.

66 Archivo Histórico Nacional (Madrid) [AHN], Estado, leg. 671, mémoire du prince de Chimay, Pampelune, 12 novembre 1685.

67 AGR, SEG, 285, fo 295, lettre du marquis de Grana à Charles II, Bruxelles, 5 mai 1683.

68 Vermeir, 2009, p. 331.

69 AHN, Nobleza, Osuna, CT 94, f4, lettre du comte de T’Serclaes Tilly au comte de Benavente, Namur, 9 juin 1688. Il le remercie pour son soutien à la nomination du marquis de Richebourg au gouvernement du Hainaut ; AHN, Nobleza, Osuna, CT 240, f50 ; CT 114, fos 23-24, lettres du duc d’Havré au comte de Benavente, 13 avril 1688 ; au duc de Pastrana, 12 avril 1690 ; au duc de l’Infantado, 24 mars 1693. Il demande leur protection pour obtenir le gouvernement du Hainaut.

70 Vermeir, 2009, pp. 324-235 ; Postigo Castellanos, 1988, pp. 200 et 205 ; Fernández Izquierdo, 2002, p. 109.

71 AGR, SEG, 70, fo 1, lettre de Charles II à Alexandre Farnèse, Madrid, 24 janvier 1681 ; lettre de Charles II à Alexandre Farnèse, Madrid, 25 janvier 1681, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, t. V, p. 354 ; lettre de Charles II à l’Électeur de Bavière, Madrid, 5 février 1692, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, p. 545.

72 Demoulin, 1983 ; De Schryver, 1996 ; Ribot García, 2010 ; López Anguita, 2011.

73 AGR, SEG, 592, fo 255, lettre du marquis de Gastañaga à Charles II, Bruxelles, 5 décembre 1691 ; Van Houtte, 1908 ; De Schryver, 1965, pp. 146-154.

74 Lettre de Charles II à Alexandre Farnèse, Madrid, 25 janvier 1681, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, t. V, p. 354 ; consulte du conseil d’État, Bruxelles, 5 septembre 1682, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, pp. 380-381 ; Décret de Charles II, Madrid, 13 février 1685, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, p. 464 ; décret de Charles II, Madrid, 24 juillet 1691, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, pp. 531-532 ; décret de Charles II, Madrid, 27 novembre 1691, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, t. V, p. 524.

75 Van Kalken, 1907, p. 105 ; Pirenne, 1926, t. V, p. 43.

76 AGR, Ambassade d’Espagne à La Haye, 173, lettre de Bernaldo de Quiros à Antonio Ubilla, La Haye, 21 janvier 1699.

77 De Schryver, 1965, pp. 188-196.

78 AHN, Nobleza, Osuna, CT 101, fo 8, lettre de Martin Léonard Voeller au comte de Monterrey, Bruxelles, 9 avril 1692.

79 Van Kalken, 1907, pp. 136-137 ; Rooms, 2003, pp. 446-447.

80 AGR, SEG, 308, lettre de Pedro Olmedo à Juan Angulo, Bruxelles, 16 janvier 1693 ; lettre de Bernaldo de Quiros à Charles II, La Haye, 3 novembre 1694, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, t. V, p. 619 ; lettre de Bernaldo de Quiros à Charles II, La Haye, 4 décembre 1694, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, pp. 620-621 ; lettre de Charles II à Bernaldo de Quiros, Madrid, 21 décembre 1696, dans Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas, p. 653.

81 AGR, Conseil Privé, 4, fo 200, lettre de Charles II à l’Électeur de Bavière, Madrid, 30 janvier 1698.

82 AGR, SEG, 291, fo 106, lettre de Charles II à l’Électeur de Bavière, Madrid, 5 décembre 1698.

83 Van Kalken, 1907, pp. 74-92 ; Rodríguez Hernández, 2009.

84 Gachard, 1867 ; Id., 1880, pp. 15-88 ; Van Kalken, 1907, pp. 148-188 ; Van Houtte, 1908 ; Pirenne, 1926, t. V, pp. 87-105 ; Van Kalken, 1938, pp. 350-355 ; De Schryver, 1965, pp. 216-337 ; Id., 1981, pp. 483-97 ; Id., 2006 ; Moreau de Gerbehaye, 1995.

85 Parmi de très nombreuses mentions, voir : Courtilz de Sandras, La guerre d'Espagne, de Bavière et de Flandre, p. 342 ; Gachard, 1880, p. 24 ; Baudrillart, 1890, t. I, pp. 71-72 ; Legrelle, 1901, t. IV, p. 96 ; Pirenne, 1926, t. V, p. 94.

86 Troyano Chicharro, 2006.

87 La sortie des troupes bavaroises pose aussi le problème du paiement des arriérés de solde. En 1701, on estime que la couronne espagnole doit plus de 6 000 000 de florins aux États de Hollande, 1 200 000 florins à l’Électeur de Brandebourg, et 96 800 florins au roi d’Angleterre. « Mémoire sur l’état présent des affaires du Pays Bas espagnol (1701) », Archives du ministère des Affaires étrangères (Paris) [AMAE], Correspondance politique (CP), Pays-Bas, 57, fos 349-357.

88 AHN, Estado, leg. 1658, consulte du conseil d’État, Madrid, 2 décembre 1700.

89 AHN, Estado, leg. 1658, consulte du conseil d’État, Madrid, 4 décembre 1700.

90 Pirenne, 1926, t. V, p. 94.

91 Gachard, 1880, pp. 26-29 ; Pirenne, 1926, t. V, p. 91.

92 « Connaissances nécessaires pour faire la guerre aux Hollandais par les Pays-Bas espagnols (30 janvier 1701) », AN, G7, 260 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 79-82, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 10 février 1701 ; « États des revenus de Sa Majesté Catholique dans les Pays-Bas (1701) », AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 395-400.

93 Sur les procédures vénales au xviie siècle : Rodríguez Hernández, 2009, pp. 282-289.

94 AGR, Audience, 2340, fo 251, lettre de l’Électeur de Bavière aux états de Brabant, de Flandre et de Luxembourg, Bruxelles, 14 mars 1701.

95 Désos, 2009, pp. 91-93.

96 Gachard, 1869, pp. 14-15.

97 Id., 1868 ; Troyano Chicharro, 2006.

98 Gachard, 1880, pp. 16-17 ; Van Kalken, 1907, pp. 164-165 ; Pirenne, 1926, t. V, p. 95.

99 AMAE, CP, Pays-Bas, 54, fos 240-241, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 4 décembre 1700.

100 En 1704, un agent de l’Électeur de Bavière écrit de lui : « Tout le pouvoir réside en lui. C’est autant le ministre du Roi Très Chrétien que du roi d’Espagne. Il évite tout ce qui pourrait déplaire aux ministres de France, et par la facilité que ceux-ci trouvent de faire par lui tout ce qu’ils veulent, ils lui donnent tout le crédit et l’autorité ». Richard au baron de Simeoni, ministre électoral à Madrid, 26 décembre 1704, cité dans Gachard, 1880, p. 128.

101 AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 79-82, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 10 février 1701.

102 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 293-301, lettre de Bouffers au marquis de Torcy, Louvain, 27 septembre 1701 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 56, fos 226-227, lettre du duc de Boufflers au marquis de Torcy, Bruxelles, 14 décembre 1701 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 140-142, lettre du duc de Boufflers au marquis de Torcy, Louvain, 13 juillet 1701.

103 AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 154-155, lettre du marquis de Puységur au marquis de Torcy, Bruxelles, 19 avril 1701. Seul le mémoire de Carqueville est connu : « Mémoire sur l'état présent des affaires du Pays Bas espagnol (1701) », AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 349-357.

104 AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 154-155, lettre du marquis de Puységur au marquis de Torcy, Bruxelles, 19 avril 1701.

105 AMAE, CP, Espagne, 89, fos 172-173, lettre du marquis de Blécourt au duc de Bouffers, Madrid, 19 mai 1701.

106 AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 159-162, lettre du marquis de Puységur au marquis de Torcy, Bruxelles, avril 1701.

107 AHN, Estado, 1648, exp. 3, lettre du marquis de Bedmar au conseil d’État, Bruxelles, 31 mars 1701 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 48-49, lettre du marquis de Puységur au marquis de Torcy, Bruxelles, 2 juin 1701.

108 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 52-53, lettre du marquis de Puységur au marquis de Torcy, Bruxelles, 6 juin 1701.

109 Lettre du marquis de Puységur au marquis de Torcy, Bruxelles, 30 juin 1701, cité dans Gachard, 1880, p. 24, n. 1.

110 Lettre du marquis de Bedmar à Louis XIV, Bruxelles, 9 juin 1701, cité dans ibid.

111 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 46-47, lettre du marquis de Torcy au marquis de Puységur, Paris, 2 juin 1706 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 73-74, lettre de Louis XIV au marquis de Bedmar, Versailles, 12 juin 1701.

112 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 76-78, lettre du duc de Boufflers au marquis de Torcy, Louvain, 7 juin 1701.

113 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 159-160, lettre du marquis de Torcy au marquis de Bedmar, Versailles, 20 juillet 1701.

114 AMAE, CP, Pays-Bas, 58, fos 135-136, lettre du marquis de Torcy au marquis de Bedmar, 14 février 1702.

115 AMAE, CP, Pays-Bas, 58, fo 180, lettre de Louis XIV au marquis de Bedmar, Versailles, 24 février 1702.

116 Kamen, 1969, pp. 43-44.

117 AMAE, CP, Pays-Bas, 56, fos 121-122, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 28 octobre 1701 ; AHN, Estado, leg. 1281, lettre du conseil d’État au marquis de Bedmar, Bruxelles, 19 novembre 1701.

118 AGR, Conseil Royal, 42, consulte du conseil Privé au marquis de Bedmar, Bruxelles, 15 février 1702 ; lettre du duc de Boufflers au marquis de Torcy, 28 septembre 1701, cité dans Gachard, 1864, p. 90.

119 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 295-301, lettre du duc de Boufflers au marquis de Torcy, Louvain, 27 septembre 1701.

120 AMAE, CP, Pays-Bas, 58, fos 135-136, lettre du marquis de Torcy au marquis de Bedmar, 14 février 1702.

121 AMAE, CP, Pays-Bas, 58, fos 34-35, lettre du duc de Boufflers au marquis de Torcy, Bruxelles, 8 janvier 1702.

122 Elles sont complétées par un second corpus réglementaire publié le 10 avril 1702. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, pp. 238-275 et 276-351. La seconde ordonnance a été publiée en français dans : Recueil des ordonnances des Pays-Bas autrichiens, t. I, pp. 199-223. Voir aussi : Borreguero Beltrán, 2001 ; Andújar Castillo, 2002c ; Id., 2004b.

123 « Remèdes qu’on peut apporter pour rétablir l’ordre dans les affaires du Pays-Bas et la conduite qu’on estime qu’on doit y tenir (1701) », AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 365-375 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 226-227, lettre du duc de Boufflers au marquis de Torcy, Bruxelles, 14 décembre 1701.

124 Recueil des ordonnances des Pays-Bas autrichiens, t. I, pp. 231-239 ; De Schryver, 1965, pp. 310-338.

125 AN, G7, 260, lettre du marquis de Bedmar à Michel de Chamillart, Bruxelles, 8 novembre 1703. Sur les réformes fiscales de Bergeyck, voir : De Schryver, 1965, pp. 284-310 ; Gachard, 1880, pp. 61-87.

126 De nombreux exemples dans : AHN, Estado, leg. 1415, 1490-1 et 1648. Bedmar et Bergeyck correspondent soit avec Antonio de Ubilla, le secrétaire du Despacho, soit avec José Pérez de la Puente, le secrétaire de la secrétairerie du Nord du conseil d’État.

127 L’idée d’un secrétaire d’État pour la Flandre, un temps envisagé par Carqueville, n’est pas retenue. « Remèdes qu’on peut apporter pour rétablir l’ordre dans les affaires du Pays-Bas et la conduite qu’on estime qu’on doit y tenir (1701) », AMAE, CP, Pays-Bas, 57, f° 375.

128 Voir notamment AMAE, CP, Pays-Bas, 60, f° 91 et 150.

129 AMAE, CP, Pays-Bas, 62, fos 204-205, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 28 octobre 1703.

130 Cette abondante correspondance est conservée au Service historique de la Défense (Vincennes) [SHD], Terre (T), A1. Sur le paiement de l’armée de Flandre par l’extraordinaire des guerres, voir AN, G7, 1075, 1092 et 1093.

131 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, f° 78, lettre du marquis de Torcy au duc de Boufflers, Versailles, 12 juin 1701.

132 Westerloo, Mémoires, t. I, p. 186-190 ; AHN, Estado, leg. 1284, consulte du conseil de Flandre, Madrid, 1er mai 1701.

133 AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fo 15, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 10 janvier 1701 ; AGR, FP, Ursel, L 325, lettre du marquis de Westerloo au comte d’Ursel, citadelle d’Anvers, 2 février 1701.

134 AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 26-31, lettre du marquis de Westerloo au marquis de Bedmar, Anvers, 25 janvier 1701.

135 Le 26 novembre 1700, le prince de Chimay a rendu hommage à Philippe V à Versailles. Il est suivi quinze jours plus tard par le duc d’Havré qui obtient l’autorisation d’accompagner le roi à Madrid. Ubilla, Succesión de el rey D. Phelipe V, pp. 31-32.

136 Recueil des ordonnances des Pays-Bas autrichiens, t. I, pp. 18-19.

137 Glesener, 2011b, pp. 192-193.

138 Westerloo, Mémoires, t. I, p. 193 ; Parker, 1991, pp. 321-322 ; Rodríguez Hernández, 2009, p. 296.

139 Ursel, 2004, t. II, pp. 141-142.

140 AGR, Audience, 1007.

141 AGR, FP, Ursel, L 325, lettre du marquis de Westerloo au comte d’Ursel, Ostende, 6 octobre 1700 ; AGR, FP, Ursel, L 325, lettre du marquis de Westerloo au comte d’Ursel, Ostende, 15 octobre 1700.

142 AGR, Audience, 1007. Nicolas Joseph, Jean-Philippe (fils), Joseph Hyacinthe et Jean Nicolas (neveux) lèvent chacun une compagnie d’infanterie entre mars et avril 1701.

143 Lettre du marquis de Puységur au marquis de Torcy, 10 avril 1701, citée dans Gachard, 1880, pp. 52-53, n. 1 ; « Mémoire sur l’état présent des affaires du Pays Bas espagnol (1701) », AMAE, CP, Pays-Bas, 57, fos 349-357.

144 AHN, Estado, leg. 1648, exp. 2, consulte du conseil d’État, Madrid, 12 avril 1701.

145 AMAE, CP, Pays-Bas, 56, fo 167, lettre du duc de Boufflers au marquis de Torcy, Bruxelles, 18 novembre 1701.

146 AHN, Estado, leg. 1415, lettre de l’Électeur de Bavière au conseil d’État, Bruxelles, 22 janvier 1706.

147 AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fo 237-238, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 7 septembre 1701 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 59, fos 99-101, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 22 mai 1702.

148 AHN, Estado, leg. 689.

149 AMAE, CP, Pays-Bas, 58, fos 45-47, lettre du marquis de Torcy au duc de Boufflers, 12 janvier 1702.

150 AHN, Estado, leg. 1491-2, Décret royal, Madrid, janvier 1705. D’autres exemples dans : AHN, Estado, leg. 1491-1 et leg. 1491-3.

151 Archivo General de Simancas (AGS), Guerra Moderna (GM), 2231, Revue des régiments wallons par le comte de Soupat, Jaca, 13 janvier 1715.

152 AGR, Conseil Royal, 504-1.

153 AGS, GM, 2231, Revue des régiments wallons par le comte de Soupat, Jaca, 13 janvier 1715.

154 AGR, FP, Ursel, L 328, Acte de ratification de l’achat d’une cornette de mousquetaires au comte d’Ursel par Eugène-François de Croix, Frelinghien, 20 juillet 1702 ; Archives départementales du Nord, Tabellion Lille, 2706, fo 43, Acte de vente de la compagnie de dragons d’Eugène François de Croix, Lille, 14 avril 1703.

155 Ibid.

156 AHN, Estado, leg. 1648, lettre du marquis de Bedmar au conseil d’État, Bruxelles, 31 mars 1701 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 55, fos 237-238, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Torcy, Bruxelles, 7 septembre 1701.

157 Ibid.

158 AMAE, CP, Pays-Bas, 60, fos 215-222, lettre du marquis de Bedmar à Philippe V, Bruxelles, 16 novembre 1701.

159 Guerrero Elecalde, 2005 ; Id., 2009a ; Id., 2012, pp. 293-389.

160 Peña Izquierdo, inédite ; González Mezquita, 2007 ; Hamer Flores, 2013.

161 Glesener, 2011a, pp. 79-83 ; Id., 2011c, pp. 204-208.

162 AMAE, CP, Espagne, 89, fos 192-212, lettre de [Louville] au marquis de Torcy, [Madrid], 19 mai 1701.

163 « Instruction du roi au sieur comte de Marsin, lieutenant général de ses armées, allant à Madrid ambassadeur de Sa Majesté », dans Recueil des Instructions données aux ambassadeurs, t. XII, p. 14 ; Noailles, Mémoires, t. II, pp. 49-62.

164 Saint-Simon, Mémoires, t. III, p. 174 ; lettre du duc de Beauvillier à Philippe V, Marly, 10 septembre 1701, dans Lizerand, 1933, p. 484.

165 AMAE, CP, Espagne, 89, fos 192-212, lettre de [Louville] au marquis de Torcy, [Madrid], 19 mai 1701.

166 Lizerand, 1933, pp. 121-142.

167 Glesener, 2014, pp. 109-119 ; Ursel, 1997, pp. 162-177.

168 AMAE, CP, Pays-Bas, 58, fo 26, lettre du duc de Boufflers au marquis de Torcy, Bruxelles, 6 janvier 1702.

169 Sanz Ayán, 2002, pp. 563-581 ; Dedieu, 2011, pp. 96-97 ; Andújar Castillo, 2004d, pp. 67-70.

170 Sanz Ayán, 1995, pp. 139-156.

171 Id., 2002, p. 581.

172 Le 5 janvier 1702, le marquis de Bedmar se limite à publier un placard annonçant la levée de la compagnie et faisant appel « à la noblesse des provinces de ce pays et aux autres personnes qui ont des moyens », Recueil des ordonnances des Pays-Bas autrichiens, t. I, p. 18, n. 1.

173 Lettre du duc de Beauvillier à Philippe V, Versailles, 12 mars 1702, dans Lizerand, 1933, pp. 498-499 ; La duchesse de Beauvillier au marquis de Louville, 29 mai 1702, dans Mémoires secrets sur l'établissement de la maison de Bourbon, t. I, pp. 259 et 357-358.

174 De Schryver, 1965, pp. 310-318.

175 SHD, T, A1, 1528, fos 254-260, lette du marquis de Puységur à Louis XIV, [Bruxelles], 25 décembre 1701 ; AMAE, CP, Espagne, 94, fos 358-359, « Mémoire pour le régiment d’infanterie de la garde flamande et wallonne du Roi Catholique (1702) ». Par crainte de perdre la main sur la réforme, la faction de Beauvillier tente au même moment de faire financer par le trésor français la levée d’un régiment espagnol de cavalerie en Catalogne et d’en confier le commandement à leur protégé, le marquis de Gastañaga. Néanmoins, la mort de ce dernier en octobre 1702 et les résistances politiques à la cour de Madrid conduisent le projet à l’échec, achevant de convaincre les ministres français que la réforme de l’armée ne pouvait être menée depuis l’Espagne. AMAE, CP, Espagne, 101, fos 239-246, lettre de Louis XIV au comte de Marcin, 14 septembre 1702 (14/09/1702) ; AMAE, CP, Espagne, 101, fos 287-296, lettre du comte de Marcin à Louis XIV, camp de Luzarra, 26 septembre 1702 ; AMAE, CP, Espagne, 122, fos 7-8, lettre du marquis de Blécourt au [marquis de Torcy], Madrid, 2 février 1703 ; AMAE, CP, Espagne, 125, fos 281-283, lettre de Philippe V à Louis XIV, Madrid, 5 octobre 1703 ; Saint-Simon, Mémoires, t. II, p. 279 ; Clonard, 1928, pp. 156-157.

176 AMAE, CP, Pays-Bas, 60, fos 215-219, lettre du marquis de Bedmar à Philippe V, Bruxelles, 16 novembre 1702.

177 Les candidats pressentis à la charge de colonel ont été le duc d’Aremberg, le prince de Ligne, le duc d’Havré, le marquis de Richebourg, le prince de Chimay, le marquis de Westerloo, le prince de T’Serclaes, le baron de Capres et le marquis de Deynze. AMAE, CP, Espagne, 89, fos 225-232, lettre de [Puységur] à [Torcy], décembre 1701 ; SHD, T, A1, 1528, fos 254-260, lettre du marquis de Puységur à Michel de Chamillart, 25 décembre 1701 ; AMAE, CP, Pays-Bas, 61, fos 442 et 444, lettre du duc d’Havré au marquis de Torcy, Bruxelles, 28 octobre 1702. Voir la liste chronologique de tous les commandants de la maison militaire en Espagne, annexe III.

178 SHD, T, A1, 1566, fo 178, lettre du marquis de Bedmar à Michel de Chamillart, Bruxelles, 27 novembre 1702.

179 SHD, T, A1, 1566, fo 323, « État des officiers du régiment des gardes flamandes que le roi a ordonné de former aux Pays-Bas, pour passer en Espagne (1702) » ; AGR, Conseil Royal, 549, « État des officiers qui composent le régiment d’infanterie des gardes flamandes du roi (Bruxelles, 3 juin 1703) ».

180 AGR, Conseil Royal, 549, fo 8, « État du paiement des officiers et soldats du régiment des gardes françaises (1703) » ; SHD, T, A1, 1649, fo 212, « Détail de la solde qui doit être payée au régiment des gardes wallonnes du roi d’Espagne (22 mars 1703) ».

181 AN, G7, 260, fo 315, lettre du marquis de Bedmar à Michel de Chamillart, Bruxelles, 8 novembre 1703.

182 Glesener, 2011c, pp. 198-203.

183 AMAE, CP, Espagne, 115, fos 122-130, lettre du cardinal d’Estrées à Louis XIV, Madrid, 17 mars 1703 ; AMAE, CP, Espagne, 115, fos 315-322, lettre du cardinal d’Estrées à Louis XIV, Madrid, 20 avril 1703.

184 Glesener, 2005, pp. 231-233.

185 SHD, T, A1, 1649, fo 100, lettre de Louis XIV au duc de Villeroy, Versailles, 14 mai 1703 ; SHD, T, A1, 1649, fos 103, 105, 106, lettres de Louis XIV à Boufflers, Bedmar et Puységur.

186 SHD, T, A1, 1649, fo 75, lettre du duc de Villeroy à Michel de Chamillart, camp de Tongres, 11 mai 1703 ; SHD, T, A1, 1649, fo 78, lettre du duc de Boufflers à Michel de Chamillart, camp de Bomershoven, 11 mai 1703 ; SHD, T, A1, 1649, fo 150, lettre du marquis de Bedmar à Michel de Chamillart, Bruxelles, 21 mai 1703.

187 Dubet, 2009, pp. 172-184.

188 AN, G7, 1092, lettre de Jean Orry à Michel de Chamillart, Madrid, 30 août 1702.

189 Dubet, 2009, pp. 193-200.

190 SHD, T, A1, 1653, fo 200, lettre de Michel de Chamillart au marquis de Bedmar, Fontainebleau, 23 septembre 1703.

191 AMAE, CP, Espagne, 118, fos 40-41, lettre de Jean Orry à Michel de Chamillart, Madrid, 3 octobre 1703.

192 AMAE, CP, Espagne, 125, fo 276, lettre de Louis XIV à Philippe V, 23 octobre 1703 ; AMAE, CP, Espagne, 120, fos 173-180, lettre de [Torcy] à Jean Orry, Fontainebleau, 23 octobre 1703.

193 Lettre du marquis de Louville au duc de Beauvillier, 24 mars 1703, dans Mémoires secrets sur l'établissement de la maison de Bourbon, t. II, pp. 34-35.

194 AMAE, CP, Espagne, 125, fos 356-357, lettre de Philippe V à Louis XIV, Madrid, 7 novembre 1703 ; AMAE, CP, Espagne, 118, fos 190-198, lettre de l’abbé d’Estrées, la princesse des Ursins et Jean Orry à Louis XIV, Madrid, 7 novembre 1703.

195 Le 10 novembre 1703, Louville quitte Madrid ; le 21 décembre, le comte d’Ursel est expulsé de la Cour, tandis que la compagnie est démantelée au mois de janvier 1704 pour se fondre dans la nouvelle structure de la garde du corps. AMAE, CP, Espagne, 118, fos 183-186, lettre du marquis de Louville à [Torcy], Madrid, 3 novembre 1703 ; AGR, FP, Ursel, L 328, lettre du marquis de Torcy au comte d’Ursel, Versailles, 16 septembre 1703 ; AGR, FP, Ursel, L 328, lettre du marquis de Torcy au comte d’Ursel, Fontainebleau, 23 octobre 1703 ; AGR, FP, Ursel, T 29, lettre d’Aertessens à [Eugène de Croix ?], Bruxelles, 3 janvier 1704 ; AGR, FP, Ursel, L 328, lettre d’Eugène de Croix au comte d’Ursel, Madrid, 18 janvier 1704 ; Ursel, 2004, t. II, p. 156. Ursel a dénoncé plusieurs fois à Versailles les intrigues menées contre sa compagnie. Jusqu’au bout, Torcy a maintenu Ursel dans l’illusion qu’il avait toujours le soutien de Louis XIV. En dédommagement, Ursel reçoit la futura du gouvernement de Mons. AHN, Estado, leg. 1490-3. Ordre royal, 20 décembre 1703.

196 AMAE, CP, Espagne, 124, fo 430, lettre de Philippe V au prince de T’Serclaes, 31 juillet 1703 ; AMAE, CP, Pays-Bas, fo 168, lettre de T’Serclaes au marquis de Torcy, camp de Saint-Gilles, 24 août 1703 ; AGR, Conseil Royal, 548, lettre du comte de Bergeyck aux officiers généraux de l’armée de Flandre, [septembre] 1703 ; Saint-Simon, Mémoires, t. II, p. 397 ; Baudrillart, 1890, t. I, pp. 161-162.

197 AMAE, CP, Espagne, 136, fos 160-165, lettre de l’abbé d’Estrées au marquis de Torcy, Madrid, 22 février 1704 : « Le prince de T’Serclaes est un bon homme, mais incapable et qui ne pensera que par Canales et Canales par Orry ». L’alliance entre T’Serclaes et le marquis de Canales est renouvelée en 1713 par le mariage du neveu du premier, Eugène d’Inmerselle, comte de Broeckhoven, alors gouverneur de Cadix et sous-lieutenant de la compagnie flamande des gardes du corps, avec la fille du second. Vegiano d’Hovel, 1865, t. II, p. 1212.

Table des illustrations

Titre Carte 2. — Évolution de la frontière entre la France et les Pays-Bas espagnols (1659-1713)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4087/img-1.png
Fichier image/png, 249k
Titre Fig. 2. — Le chapelet de l’Espagnol qui se désfile, Paris, Gérard Jollain, 1678 (détail)
Crédits © Bibliothèque nationale de France, Paris.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4087/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 3. — La couronne d’Espagne affermie sur la tête de Philippe V par la protection de Louis le Grand, Paris, H. Bonnart, 1702 (détail)
Crédits © Bibliothèque nationale de France, Paris.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4087/img-3.png
Fichier image/png, 1,7M

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search