Version classiqueVersion mobile

L’empire des exilés

 | 
Thomas Glesener

Introduction

Texte intégral

À Philippe et Olga, mes parents

  • 1 Lettre de Napoléon Ier à Joseph Bonaparte, Chamartin, 5 décembre 1808, dans Napoléon Bonaparte, Co (...)
  • 2 Bardin, Dictionnaire de l’armée de terre, t. IV, p. 2504.
  • 3 Guillaume, Histoire des gardes wallonnes, p. VI.

1« Supprimez le nom de gardes wallonnes, qui est un nom déshonoré et qui est ridicule aujourd’hui ! » Prononcé en 1808, alors qu’il vient d’arriver aux portes de Madrid, cet ordre de Napoléon à son frère Joseph Bonaparte traduit l’incompréhension de l’empereur des Français de voir le roi d’Espagne entouré de troupes composées d’officiers originaires des anciens Pays-Bas1. À dire vrai, il n’y a plus grand monde au début du xixe siècle qui comprenne encore pourquoi les Bourbon d’Espagne ont conservé à leur service des corps flamands alors que les Pays-Bas ont été détachés de la monarchie hispanique près d’un siècle plus tôt. Cédées à l’Autriche en 1713, annexées par la France en 1795, intégrées au royaume de Hollande en 1815 et devenues indépendantes en 1830, les provinces belges sont en effet sorties depuis longtemps du giron de l’Espagne. « C’eut été à peu près comme si Louis Dix-Huit, roi de France et de Navarre, eût attaché à sa maison militaire une garde navarraise », ironise un érudit français de l’époque2. C’est d’ailleurs pour dissiper « l’oubli le plus complet » et « l’espèce de mystère » qui entoure les régiments flamands restés au service de l’Espagne qu’un officier de l’armée belge leur consacre en 1858 la première étude historique3.

  • 4 Guillaume, 1858 ; Du Boscq de Beaumont, 1904 ; Dansaert, 1920 ; Id., 1928 ; Englebert, 1985 ; Jans (...)

2Depuis lors, plusieurs études ont été consacrées à ces « Flamands » partis servir loin de chez eux. Il est vrai que le succès de certains de ces officiers dans l’Espagne du xviiie siècle a eu de quoi interpeller, si ce n’est de fasciner, de nombreux érudits. Des figures telles que Charles et Théodore de Croix, originaires de Lille, devenus respectivement vice-rois du Mexique et du Pérou, ou bien celle du comte de Gages, natif de Mons, commandant des armées espagnoles en Italie et vice-roi de Navarre, ont souvent retenu l’attention. Or, la focalisation sur les cas individuels a occulté les institutions et les dynamiques politiques et sociales qui ont rendu leurs trajectoires possibles. Cette décontextualisation a accentué d’autant plus l’inintelligibilité d’un phénomène qui est pourtant étroitement lié aux changements que connaît l’Espagne au début du xviiie siècle4.

  • 5 Bély, 1990 ; Albareda Salvadó, 2010.
  • 6 Souvent mentionné, l’exil italien en Espagne a été très peu étudié (Maffi, 2011 ; Id., 2015 ; Id., (...)
  • 7 Glesener, 2003 ; Id., 2015.

3En effet, cette présence flamande en Espagne n’a rien d’une collection de cas : elle trouve son origine dans un exil des cadres politiques et militaires des Pays-Bas qui se produit lorsque ces provinces ont été démembrées du reste de la monarchie hispanique au cours de la guerre de Succession d’Espagne. Ce conflit de dimension européenne a opposé la dynastie des Habsbourg d’Autriche à celle des Bourbon de France sur la validité du testament de Charles II qui faisait du duc d’Anjou, le petit-fils de Louis XIV, l’héritier des Rois Catholiques sous le nom de Philippe V. La bataille n’a pas seulement opposé la France et l’Espagne contre les puissances européennes coalisées, elle a aussi profondément divisé les territoires du roi d’Espagne entre partisans des Bourbon et des Habsbourg. Dans la péninsule Ibérique, elle a pris les allures d’une guerre civile lorsque les territoires de l’ancienne couronne d’Aragon ont reconnu le prétendant autrichien, l’archiduc Charles, sous le nom de Charles III. Cette guerre à l’issue longtemps incertaine a débouché sur un compromis forgé lors des négociations du traité d’Utrecht (1713) : Philippe V conservait la couronne espagnole contre la renonciation de ses droits au trône de France et la cession à l’Autriche des Pays-Bas et des possessions italiennes5 (Carte 1). Plutôt que de passer sous la domination autrichienne, des milliers de Flamands, de Napolitains, de Siciliens, de Lombards prennent le chemin de l’exil vers la Péninsule, tout comme des centaines de Castillans, installés parfois depuis plusieurs générations dans ces royaumes, qui choisissent de revenir dans la métropole6. Aux Pays-Bas, ce sont environ dix mille personnes originaires des provinces flamandes et de leurs territoires adjacents (Flandre française, principauté de Liège, Gueldre espagnole, etc.) qui trouvent refuge dans les territoires péninsulaires du roi d’Espagne. La dimension militaire de cet exil est centrale puisque celui-ci s’organise autour du déplacement des familles de quelque quatre mille officiers et soldats de l’armée de Flandre qui ont voulu poursuivre le service espagnol. Il s’agit du mouvement de population le plus important jamais observé entre les Pays-Bas et l’Espagne, d’autant plus qu’il se produit sur une période courte qui va de 1703 à 1714, avec un pic d’affluence en 17107.

Carte 1. — Le démembrement territorial de la monarchie hispanique au début du xviiie siècle

Carte 1. — Le démembrement territorial de la monarchie hispanique au début du xviiie siècle
  • 8 Burbank, Cooper, 2010.
  • 9 Coller, 2014 ; Charbit, 2006.
  • 10 Glesener, 2015.
  • 11 Thomas, Stols, 2000.

4En prenant du recul, cette situation apparaît comme caractéristique des fins d’empires et des mouvements de populations qu’elles provoquent, aussi bien dans l’Ancien Régime qu’à l’époque contemporaine8. Pour s’en tenir au cas de la France, la dimension militaire de l’exil flamand n’est pas sans rappeler l’arrivée sur le sol français des mamelouks égyptiens en 1815 ou bien des harkis algériens « rapatriés » après 19629. Comme ceux-ci, confrontés à un changement de domination, une frange des sujets flamands est restée loyale au roi d’Espagne et est venue chercher sa protection en Castille en abandonnant ses biens. Cependant, à l’inverse de la France, la particularité de la couronne espagnole est l’accueil qu’elle a réservé à ces exilés de l’empire, puisque les conditions de leur installation en Espagne les ont immédiatement constitués en groupes privilégiés. Pour les Flamands, entre 1703 et 1704, avant même le démembrement des Pays-Bas, deux corps de garde ont été créés à la Cour — la compagnie flamande de la garde du corps et le régiment des gardes wallonnes — pour attirer les fils des bonnes familles du pays. À partir de 1710, lorsque l’armée de Flandre se retire en Espagne, ce sont 27 régiments d’infanterie wallonne qui sont autorisés à intégrer l’institution militaire péninsulaire en conservant des emplois réservés pour les Flamands (voir annexes I et II)10. Loin de les laisser cantonnés dans leurs régiments, la couronne leur a ouvert les portes d’un grand nombre de fonctions : charges à la Cour, ambassades, gouvernements provinciaux et jusqu’aux très convoitées vice-royautés américaines. Autant d’emplois politiques de premier plan que des Flamands ont très rarement occupés au cours des deux siècles précédents, alors que les Pays-Bas faisaient partie de la monarchie hispanique11.

5Comment expliquer la loyauté d’une partie des élites flamandes envers le roi d’Espagne au point de préférer l’exil à la conservation de leur patrimoine ? Pourquoi l’Espagne, au moment où son empire européen a été démembré, a-t-elle ouvert aussi largement les portes à ceux qui lui sont restés fidèles ? Dans quelle mesure l’afflux massif de ces exilés et les conditions de leur accueil ont-ils transformé l’Espagne et son gouvernement ? Pour tenter de répondre à ces questions, il convient de se tourner vers une riche historiographie espagnole qui, à la différence des travaux menés en Belgique, s’interroge depuis longtemps sur le sens politique à donner à la présence au sommet de l’État bourbonien de ces individus qu’elle a considérés tour à tour comme des « étrangers » ou comme des « vassaux » du roi d’Espagne.

I. — L’étrange régime

  • 12 Ozanam, 1993 ; Id., 1995. Ce travail a été poursuivi dans Id., 2008a. Voir aussi Bennassar, 2004.
  • 13 Andújar Castillo, 1998 ; Caimari Calafat, 2003 ; Castellano Castellano, 2003 ; Dedieu, 1998 ; Irle (...)
  • 14 Andújar Castillo, 2004e ; Id., 2015, pp. 228-230.

6Dans deux articles pionniers, Didier Ozanam a été le premier à tenter d’expliquer les raisons de l’ascension sociale de ces militaires flamands, italiens et irlandais dans l’Espagne des Bourbon. Selon lui, ce phénomène résulte de la nécessité de Philippe V de trouver un substitut à la noblesse espagnole, considérablement discréditée aux yeux du roi par son manque de formation et son attachement à la polysynodie. Il fallait donc au nouveau monarque un personnel plus docile, plus ouvert aux idées nouvelles et moins inséré dans les réseaux de pouvoir de l’aristocratie espagnole pour mettre en œuvre le processus de « restauration de l’État espagnol12 ». À la suite des travaux d’Ozanam, d’autres recherches ont précisé ce que l’hispaniste français avait formulé, en particulier dans le cadre des territoires rebelles de l’ancienne couronne d’Aragon. Là plus qu’ailleurs, la présence d’un personnel « étranger » aurait été indispensable en raison du caractère sensible de ces territoires. Des agents de confiance, sans liens avec les élites traditionnelles, étaient nécessaires pour imposer les institutions nouvelles, dites de la Nueva Planta, et mater une population frondeuse13. Le maintien de régiments étrangers (flamand, italien, irlandais, suisse) dans l’armée espagnole, et notamment dans la prestigieuse maison militaire du roi, aurait répondu à ce besoin de la couronne d’attirer à elle des « étrangers » et de les faire accéder, à travers un profil de carrière spécifique, aux fonctions auxquelles la couronne ne pouvait se permettre de placer des Espagnols14.

  • 15 Désos, 2009.

7Si elle a le mérite de présenter une explication globale et cohérente, cette interprétation postule une rupture forte au sein du personnel de l’État royal entre « Espagnols » et « étrangers », et associe à chacun d’entre eux des types de comportements politiques et professionnels. Regroupés sous l’étiquette « étrangers », tous ces Flamands, Français, Italiens ou Irlandais apparaissent alors comme des hommes nouveaux capables d’insuffler de nouvelles pratiques et d’appliquer des réformes qui devaient permettre de moderniser l’Espagne15. Cependant, cette lecture omet le fait que chacun de ces groupes entretenait des relations anciennes avec la monarchie hispanique. On imagine donc mal pourquoi des Flamands ou des Italiens seraient soudainement devenus des hommes nouveaux ou des étrangers aux yeux du roi d’Espagne.

  • 16 Pellistrandi, 2002 ; García Cárcel, 2002b ; Fernández Díaz, 2014.

8Cette interprétation s’inscrit dans la tradition des études dix-huitiémistes espagnoles qui se sont constituées autour d’une réflexion sur la nature de l’État bourbonien à partir d’une série de présupposés. Parmi ceux-ci, l’avènement de Philippe V aurait introduit une rupture profonde dans l’histoire constitutionnelle de l’Espagne. Le premier Bourbon aurait tourné le dos à un héritage impérial respectueux des autonomies locales, au gouvernement traditionnel par la voie des conseils et des tribunaux, ainsi qu’à l’ancienne alliance qui unissait la couronne et le clergé. Il aurait au contraire jeté brutalement les bases d’un État centralisé et, à ce titre, il aurait joué un rôle déterminant dans la constitution politique et territoriale de la nation espagnole. Selon cette perspective, la guerre de Succession d’Espagne a été considérée comme une lutte entre deux modèles politiques que chacune des deux dynasties en présence incarnait. Curieusement, alors que l’étude du xviiie siècle a été — et est toujours — un champ des luttes politiques et mémorielles (libéraux contre conservateurs, nationalisme espagnol contre nationalisme catalan), ces présupposés ont été très largement admis16 et intégrés dans le débat académique autant que dans le débat public.

  • 17 Menéndez Pelayo, Historia de los heterodoxos españoles, cité par García Cárcel, 2002c, p. 37.

9Dans le cas qui nous intéresse, la conséquence est la rétroprojection des codes de la nationalité du xixe siècle sur l’Espagne du xviiie siècle. Les Bourbon ayant fondé l’État espagnol, il ne fait pas de doute que c’est à l’aune de la souveraineté territoriale et de la production du droit par l’État que les appartenances sont désormais définies. Le traité d’Utrecht de 1713, en sanctionnant le démembrement de l’empire européen de la monarchie hispanique, apparaît alors comme une césure qui a transformé légalement la condition des individus originaires de Flandre ou d’Italie, de sujets en étrangers. Cette catégorisation vient en soutien à une description de l’État bourbonien comme un régime politique nouveau, contraire au caractère des Espagnols et qui a donc eu besoin d’étrangers pour s’imposer par la force. Déjà, en 1882, l’historien conservateur Marcelino Menéndez Pelayo ne disait pas autre chose. Il n’avait pas de mots assez durs pour qualifier la horde d’étrangers qui avaient envahi l’Espagne avec l’avènement de Philippe V. Il dénonçait ainsi les « généraux étrangers [qui] commandaient systématiquement nos armées » et les aventuriers et les courtisans français, irlandais et italiens qui se sont abattus sur l’Espagne « telle une nuée de sauterelles, pour achever de nous piller et de nous ruiner, sous le prétexte de réformer nos finances et de nous civiliser »17.

10L’historiographie des « étrangers » s’inscrit donc dans les cadres traditionnels des études dix-huitiémistes, elles-mêmes nourries d’une tradition intellectuelle nationale qui s’interroge inlassablement sur la forme et la nature de l’État bourbonien, en partant du postulat de la rupture et de l’antagonisme des modèles politiques. En enfermant dans la catégorie « étrangers » des groupes aux trajectoires très diverses, elle les a coupés de leur passé et de leurs liens avec la monarchie hispanique, contribuant à décrire un État bourbonien neuf et dépourvu d’assise sociale dans les royaumes ibériques. Elle a aussi oblitéré toute autre façon de penser les appartenances qui ne soit pas en termes de nationalité et de statut légal. Or, tout étatiste que soit l’Espagne du xviiie siècle, la société espagnole demeure massivement structurée par le pluralisme juridictionnel et les liens interpersonnels.

II. — L’empire des nations

  • 18 Cardim, Herzog, Ruiz Ibáñez, Sabatini (éd.), 2012 ; Clavero, 1986 ; Elliott, 1992 ; Hespanha, 1989 (...)
  • 19 En 1960, ce chemin a été ouvert par l’ouvrage pionnier de Domínguez Ortiz, 1996. Sur les développe (...)
  • 20 Crespo Solana (éd.), 2010 ; García García, Recio Morales (éd.), 2014 ; Ruiz Ibañez, Pérez Tostado (...)
  • 21 Descimon, Ruiz Ibañez, 2005 ; Pérez Tostado, 2008 ; Recio Morales, 2010b.
  • 22 Alonso Acero, 2006 ; Planas, 2015 ; Sandoval Parra, 2014 ; Schaub, 1999.

11Depuis le milieu des années 1990, une autre historiographie s’est employée à écrire une histoire différente de ces collectifs de Flamands, d’Irlandais et d’Italiens. Elle se nourrit des apports conjugués de l’histoire impériale et de l’histoire du droit qui ont profondément renouvelé l’étude de la monarchie hispanique à l’époque des Habsbourg. Prenant le contre-pied de l’histoire de l’État moderne, elle a mis l’accent sur le pluralisme juridictionnel, le caractère polycentrique des espaces impériaux et la dimension morale et contractuelle de la relation aux élites locales pour expliquer la cohésion politique de la monarchie18. Un des apports majeurs de cette historiographie est d’avoir mis en évidence le rôle clé joué par les « nations » dans l’articulation des territoires. Par ce terme, elle désigne des privilèges accordés par le roi d’Espagne à des individus regroupés selon des logiques territoriales, afin de les inciter à s’installer dans les domaines du roi en contrepartie de leur participation au développement de l’économie et de l’industrie, ou bien de leur contribution à la défense des intérêts du roi ou de la religion19. Longtemps étudiée dans le cadre des communautés marchandes, les plus visibles en raison de leur haut degré d’institutionnalisation, la politique des « nations » a également mis en évidence des formes labiles de gouvernement permettant au roi d’Espagne de se gagner des fidélités dans et hors de ses frontières en dispensant des faveurs à des communautés d’expatriés20. L’accueil des catholiques persécutés, notamment français, anglais et irlandais, particulièrement étudié au cours des dernières années, a dessiné les contours d’une politique du refuge catholique dans les territoires hispaniques21. Néanmoins, les protections accordées aux dissidents des régences du Maghreb, aux dignitaires de la Perse safavide ou aux juifs d’Oran ont montré le caractère généralisé d’une forme d’exercice du pouvoir impérial qui ne se réduit pas à la seule défense de la foi22.

12Cette historiographie des nations, longtemps spécialisée dans les xvie et xviie siècles, est en train d’opérer une révolution silencieuse dans les études dix-huitiémistes. Car, en Espagne, la charnière entre la monarchie des Habsbourg et celle des Bourbon est aussi une frontière professionnelle entre des domaines de spécialité qui n’ont pas toujours communiqué entre eux. Qui plus est, dans une communauté scientifique plutôt rétive au débat historiographique, cette lente pénétration des concepts de l’histoire impériale s’est produite discrètement à la faveur du transfuge chronologique d’un certain nombre d’historiens dix-septiémistes. Or, là où la révolution opère, c’est bien dans le brouillage de la distinction entre deux formes de l’État, qui justifiait la spécificité des études dix-huitiémistes.

  • 23 Un constat posé par Storrs, 2013, pp. 19-21.
  • 24 Thompson, 1994.

13En effet, les formes impériales de gouvernement ont constitué pendant longtemps un point aveugle des recherches sur le xviiie siècle. D’un côté, le territoire péninsulaire étant unifié et non plus fragmenté, seule l’étude de l’administration royale permettait d’apprécier les changements à l’œuvre. La société des corps et des privilèges arbitrée par le roi appartenait au passé ; tout au plus pouvait-elle être un facteur de résistance, mais en aucun cas un élément de changement23. De l’autre, la progressive conversion de l’Espagne au nouvel ordre international semblait une évidence, avec la guerre et la diplomatie en guise de piliers exclusifs de la politique étrangère24. Par conséquent, en négligeant la persistance des nations, les études dix-huitiémistes ont accordé peu d’importance aux formes de médiation politique qu’elles permettaient entre des territoires distants. Focalisées sur les revers militaires et diplomatiques de la monarchie hispanique, elles en ont conclu au recul généralisé de l’Espagne en Europe.

  • 25 Une tentative pionnière de relire la question des « étrangers » à l’aune des « nations » : Dedieu, (...)
  • 26 Recio Morales, 2007a ; Downey, 2010.
  • 27 Álvarez-Ossorio Alvariño, 2004a ; Id., 2004c ; Id., 2007a ; Andújar Castillo, 2008a ; Bianchi, 201 (...)
  • 28 Cette perspective est très largement partagée par les travaux récents consacrés aux empires qui co (...)

14Or, la prise en compte des nations permet de lire différemment la carte de l’Europe au xviiie siècle et d’apprécier autrement le rôle de l’Espagne. Il s’agit aussi de prendre au sérieux les catégories endogènes des acteurs de l’époque puisque le vocabulaire des nations est toujours en usage au xviiie siècle et que ces collectifs continuent de se définir comme tels. De plus, cette perspective a restitué un peu de profondeur temporelle à ces « étrangers » sans passé, elle les a extraits d’une catégorie englobante qui les réduisait à un rôle d’exécutants pour les inscrire dans la diversité de leurs histoires particulières25. Elle a notamment ranimé l’attention portée aux Irlandais, et incité à relier leurs trajectoires spectaculaires dans l’Espagne du xviiie siècle à une histoire longue du refuge catholique. Les Bourbon sont apparus alors, non plus comme des recruteurs de mercenaires, mais comme les continuateurs des Habsbourg par le renouvellement d’une protection ancienne26. De même, les rares travaux consacrés aux exilés italiens ou aux jenízaros espagnols rapatriés d’Italie ont montré comment ces groupes de pouvoir se sont repositionnés à la cour d’Espagne après le démembrement et ont œuvré à la reconquête des territoires qu’ils continuent de considérer comme partie intégrante de la monarchie hispanique. Il ne s’agit donc plus d’individus isolés, chargés d’appliquer docilement des réformes, mais de factions organisées qui avaient leur propre agenda politique27. Plus généralement, cela a permis de déceler dans l’Espagne centralisatrice des Bourbon la persistance des formes anciennes de gouvernement et d’ouvrir un espace pour penser la manière dont Philippe V et ses successeurs ont reconfiguré l’identité impériale et catholique de la monarchie hispanique28.

  • 29 Caro Baroja, 1969 a ouvert la voie à une série de travaux sur la hora (l’heure suprême) de telle o (...)
  • 30 C’est le cas des Basques et des Navarrais, étudiés par Imízcoz Beunza, 1996 et 2012, et Guerrero E (...)

15La réinterprétation de la présence étrangère à la lumière de la catégorie de nation constitue donc un progrès indéniable pour les études dix-huitiémistes, même si on peut regretter qu’elle néglige le temps court du changement politique. En effet, en soulignant la permanence des nations par-delà le changement dynastique, elle a omis de chercher à comprendre ce qui change avec l’avènement de Philippe V. En multipliant les études par communautés, focalisées sur les facteurs internes de cohésion, et souvent chargées d’une dimension culturaliste, l’historiographie des nations a réifié ses objets en autant d’acteurs collectifs dont le tableau des spécificités a rendu vaine toute tentative de compréhension globale des changements introduits par Philippe V29. Si l’on peut faire grief à l’historiographie dix-huitiémiste traditionnelle sa conception rigide de l’État, au moins a-t-elle pris la mesure de ce changement et a-t-elle cherché, à travers l’accent mis sur les « étrangers », à en fournir une explication d’ensemble. En revanche, victime des impératifs de la spécialisation universitaire, l’historiographie des nations ne s’est pas donné les moyens de saisir les dynamiques politiques et sociales transversales à chacun de ces groupes. En outre, elle s’est particulièrement focalisée sur les communautés étrangères en les faisant peu ou pas dialoguer avec d’autres groupes de pouvoir qui se structurent dans les territoires espagnols selon des logiques comparables, reproduisant les effets de frontière historiographique entre Espagnols et étrangers qu’elle prétendait pourtant dépasser30.

16Cette limite tient au fait que l’historiographie des nations n’est pas sortie d’une certaine histoire de l’État (impérial en l’occurrence) qui fait l’économie d’une réflexion sur ses catégories d’analyse. Or, si le vocabulaire des nations relève bien des catégories endogènes, leur signification s’inscrit dans une culture juridique qui n’a pas toujours été correctement explicitée.

III. — La nation : communauté ou institution ?

  • 31 Anderson, B., 1996. De nombreux exemples dans Villar García, Pezzi Cristóbal (éd.), 2003. Voir aus (...)
  • 32 Álvarez-Ossorio Alvariño, García García (éd.), 2004.

17Dans l’historiographie espagnole, il existe aujourd’hui deux manières de procéder à l’étude des nations. La première, et la plus courante, opère un abus de langage en posant l’analogie implicite entre « nation » et « communauté ». La nation est alors définie comme un groupe d’individus originaires d’un territoire donné qui partagent une série de liens jugés primordiaux tels que la langue, la parenté biologique ou des coutumes. Il s’agit donc d’une donnée sociologique et culturelle de fait qui concerne l’ensemble de ces individus, indépendamment de la densité réelle des liens qui les unissent, à l’image des « communautés imaginées » de Benedict Anderson31. L’autre manière consiste à traiter la nation comme une institution au sens étroit du terme, c’est-à-dire dans sa dimension légale et ordonnancée, et qui se traduit par l’étude des confréries, des hôpitaux ou des consulats de nation. Ces deux approches ne sont pas nécessairement antagoniques. Au contraire, elles se complètent mutuellement en considérant que ces institutions sont l’émanation et l’expression de la vie communautaire et qu’elles permettent de conférer de la visibilité au groupe, notamment dans les lieux de pouvoir que sont les villes ou la Cour. L’attribution de privilèges par la couronne serait une action relativement neutre, qui ne ferait que manifester l’intérêt que le roi porte à des communautés déjà constituées32. Ainsi, l’existence de ces communautés est souvent pensée comme antérieure et indépendante de leur institutionnalisation et de leur reconnaissance par les privilèges royaux.

  • 33 Ce rôle de représentation accordé à certains individus souffre difficilement la concurrence. Sur l (...)

18Or, cette perspective omet que l’acte de concession se fait toujours au nom d’une communauté abstraite — « immémorielle » selon les termes de l’époque — mais qu’il concerne de facto un ou plusieurs individus, récemment arrivés ou installés depuis longtemps, qui sont investis d’un rôle de représentation. La fondation des nations est donc toujours localisée dans un temps et dans un lieu, même si elle prétend concerner une communauté anhistorique. Elle concerne en outre toujours des pensions, des emplois ou des privilèges dont le bénéfice est réservé à la « nation ». Cette définition est volontairement vague, puisqu’il revient aux récipiendaires de structurer un collectif en vertu du rôle de médiation qu’ils ont reçu du roi. Au mieux ceux-ci seront-ils capables d’incarner cette fonction de représentation, au mieux seront-ils en mesure de fédérer autour d’eux un groupe qui se reconnaîtra dans la « nation »33. Ce mécanisme relève des procédures ordinaires des fondations royales qui prévoient que des biens relevant du domaine royal soient dédiés à une cause — en l’occurrence, le bien de la « nation » — et qu’ils soient administrés par des représentants chargés de veiller à leur correcte application. Dans les faits, ces représentants se trouvent investis du pouvoir de délimiter une communauté d'ayants droit. Le collectif — terme que nous privilégierons à celui de communauté — est donc postérieur à la concession, et sa constitution est étroitement liée aux conditions de l’accord passé avec le roi et aux modalités de sa mise en œuvre par les récipiendaires. Les nations doivent donc être analysées à l’aune des mécanismes des fondations royales et, par conséquent, il faut garder à l’esprit que les collectifs institués sont désignés par des termes éminemment politiques.

  • 34 Cerutti, Vallerani, 2015.
  • 35 Swidler, 1986.

19La faiblesse de l’historiographie des nations est d’avoir considéré les termes de « Flamands », « Irlandais » ou « Napolitains » comme des termes neutres, renvoyant à des groupes sociaux déjà là. Lorsqu’elles se dispensent d’une enquête approfondie, certaines études se contentent d’extraire des sources des catégories de discours des acteurs et de tenir pour une réalité sociologique ce qui relève d’un langage politique. Or, avant d’être des catégories sociales, ce sont d’abord des catégories politiques qui désignent une relation que la fondation royale est censée matérialiser. Les droits concédés aux « Irlandais » s’inscrivent dans une tradition politique qui met l’accent sur une représentation du roi en archétype du défenseur de la foi ; ceux concédés aux « Flamands » insistent le plus souvent sur le roi dépeint en souverain de la monarchie, mais aussi en héritier des ducs de Bourgogne. En instituant des collectifs, les fondations de nation permettent de mettre en scène certaines « facettes » de la dignité royale, auxquelles correspondent des droits et des devoirs particuliers qui engagent le roi autant qu’ils l’obligent. Les décrets royaux qui concèdent des droits de nation, tout autant que les requêtes, les mémoires, les suppliques, par lesquelles les individus les revendiquent, sont parsemés de références à ces collectifs. Il convient de prendre au sérieux ces documents qui sont des actions par lesquelles les liens politiques se forgent et s’actualisent, et dans lesquels, loin d’être en position de déférence vis-à-vis du monarque, les suppliants participent à la construction d’un univers normatif34. De même, les processus de constitution des communautés d’ayants droit passent par l’établissement de critères d’appartenance (langue, patronyme, vêtement, etc.) généralement mentionnés dans les constitutions ou dans les conflits pour l’accès à ces droits. Bien souvent, ces critères ont été surinvestis par les historiens qui y ont vu les précieuses caractéristiques sociologiques qui définiraient les groupes. Ce faisant, ils les ont pris pour des données de fait, alors qu’elles sont loin d’être stables et qu’elles sont là avant tout pour activer, préserver et perpétuer des droits35. Or, en négligeant la dimension performative des textes et des actions, l’historien fige les processus et essentialise des catégories qu’il transpose ensuite dans son analyse. Il en vient alors à tenir pour un récit explicatif ce qui relève d’une grammaire politique codifiée, et se trouve donc en situation de répliquer une représentation de l’État royal que celui-ci entendait donner de lui-même.

  • 36 Un bon exemple est donné par les hussards hongrois au service de la France : Tóth, 1999.
  • 37 Linhardt, 2010.
  • 38 Sur les modèles politiques comme « constructions stratégiques », voir Dubet, Ruiz Ibáñez, 2010, pp (...)
  • 39 Mansel, 1984.
  • 40 Enloe, 1980 ; Martínez Millan, 2004 ; Veinstein, 2013.

20Toute la difficulté de l’étude des nations vient du fait que ces collectifs sont des institutions, au même titre qu’une lignée, une maison ou une famille peuvent l’être, à ceci près que la concession royale est décisive dans le processus d’institutionnalisation. À ce titre, l’existence des nations est étroitement liée à leur dimension publique, au double sens du terme, car ces droits s’adossent à des formes de bien commun dont le roi se porte garant, lesquelles sont rendues manifestes par l’exercice de ces droits au vu et au su de tous. Les nations sont donc insérées dans une représentation que l’État royal donne de lui-même, laquelle leur confère une signification et leur assigne des fonctions36. La sociologie contemporaine de l’État a désigné ces collectifs comme des « groupes à existence erronée » qui comme bien d’autres collectifs d’agents permettent d’exposer et de décrire l’action de l’État37. À leur façon, chaque nation est constitutive de ce que les historiens appellent des « modèles politiques » et que les sociologues désignent comme des « théories de l’État », chaque modèle attribuant à ces collectifs des caractéristiques sociologiques rudimentaires38. Par exemple, les pouvoirs autoritaires se représentent volontiers par le biais de collectifs constitués d’individus sans famille, sans biens, sans droits et sans passé, car l’anomie sociale est supposée renforcer la fidélité personnelle39. En revanche, la dimension impériale de l’État s’exprime plus volontiers par la division des serviteurs du prince en groupes organisés selon leurs régions d’origine. En accentuant leurs différences par l’exacerbation de certains traits culturels, il s’agit d’insister sur la capacité de médiation de ces agents entre la Cour et les territoires40.

  • 41 Corvisier, 1964, t. I, pp. 543-565 ; Crone, 1980 ; Pipes, 1981.
  • 42 Bourdieu, 2012, p. 13.

21À ramener l’étude des comportements sociaux aux seules dimensions pour lesquels ces collectifs ont été constitués, l’histoire sociale renonce à sa portée critique et, au contraire, participe à la réification des modèles politiques41. L’étude de ces collectifs ne sert alors qu’à illustrer le fonctionnement d’une forme étatique qui a été posée a priori, reproduisant à l’infini ce qui semble être des lois d’airain de l’histoire de l’État valables en tout lieu et en tout temps. Pierre Bourdieu mettait en garde contre les énoncés généraux auxquels la sociologie politique arrivait souvent. « S’il est si facile de dire des choses faciles sur [l’État], c’est précisément parce que nous sommes pénétrés en quelque sorte par cela même que nous devons étudier42 ».

22Il importe donc d’inverser la perspective et de partir des conditions concrètes de fondation d’une nation flamande dans le contexte de l’exil impérial, des droits qui ont été concédés, des représentants qui ont été investis et des modalités de constitution d’une communauté d’ayants droit. Il s’agit aussi de comprendre quelle « théorie de l’État » a présidé à cette fondation, dans quel rapport au roi la nation a-t-elle été instituée, quelles sources de légitimité a-t-elle procuré aux acteurs. Il est nécessaire enfin de prendre en compte l’évolution de ce dispositif, la façon dont il a été reconfiguré, selon les changements qui ont affecté le collectif. Cette perspective permet non seulement d’aborder au plus près les expériences sociales des acteurs, mais il peut aussi nous éclairer sur les légitimités concurrentes à une époque où le repli impérial dans la Péninsule a produit une grande instabilité politique. En ce sens, cette recherche se définit comme une histoire sociale du politique menée au ras du sol afin de comprendre, à travers l’étude dense d’un collectif de nation, quelles figures royales ont été mobilisées par les exilés pour obtenir et justifier le maintien de leurs droits en Espagne après le démembrement impérial.

IV. — Figures du roi et droits de la nation

  • 43 Crespo Solana, 2002a ; Id., 2003b.
  • 44 Bien que d’un usage plus rare, le terme valones est aussi employé, le plus souvent comme adjectif (...)

23Qu’est-ce que « Flamand » veut dire dans la pratique politique de l’Espagne bourbonienne ? Cette question, qui a été à l’origine de la démarche adoptée dans cette recherche, peut revêtir des réponses de difficulté croissante selon la façon dont on la considère. Depuis le xvie siècle, les termes Flandes et flamencos sont les mots les plus couramment utilisés en Espagne pour désigner par métonymie les Pays-Bas sous domination espagnole ainsi que l’ensemble de ses habitants. S’ils comportent une dimension géographique indéniable, ces termes revêtent aussi une signification politique qui éclaire différents aspects de la relation que le roi entretient avec ce territoire. Il met d’abord l’accent sur les liens de sujétion entre le roi et les Flamands à travers le rappel de la souveraineté du roi d’Espagne sur les Pays-Bas. C’est ce principe qui sous-tend la fondation des institutions flamandes à Madrid et dans certaines villes espagnoles, en particulier les fondations hospitalières de Saint-André-des-Flamands43. Néanmoins, sous d’autres aspects, le terme Flandes renvoie également à l’histoire dynastique des Habsbourg : il rappelle l’origine bourguignonne de la maison, il évoque le statut patrimonial des états bourguignons et renvoie inévitablement aux liens du sol qui unissent Charles Quint à son pays natal. Plusieurs institutions créées à la Cour au xvie siècle en ont conservé la trace, à l’image du conseil de Flandre (consejo supremo de Flandes y Borgoña) ou de la garde des archers (noble guardia de archeros de corps ou de Borgoña)44.

  • 45 Hespanha, 1989, pp. 404-414 ; Id., 1997.
  • 46 Par nacionismo, nous désignons les discours de revendications des droits associés à une nation. No (...)

24Ces formulations mobilisent des figures différentes du roi, dépeint tour à tour en souverain ou en chef de famille, et déclinent une série de droits différents selon que l’on définisse les Flamands comme des sujets du roi d’Espagne ou les vassaux de la maison de Habsbourg. Ces figures du roi se construisent selon des fonctions attribuées traditionnellement à la dignité royale (justicier, protecteur de la religion, tête de la république, chef de la maison, etc.) mais qui s’articulent, comme on le voit ici, avec des événements particuliers qui ont scellé l’alliance de la couronne avec un territoire. Ces représentations dessinent les contours de « paradigmes de légitimation », selon l’expression d’Antonio Hespanha, qui permettent autant aux agents du roi d’agir dans ce territoire qu’aux individus qui en relèvent de revendiquer des droits auprès du roi45. Malgré (ou à cause) des remous qui ont agité les relations entre le roi d’Espagne et les Pays-Bas, sujétion au monarque et vassalité à la maison sont les deux registres les plus courants qui ont structuré le nacionismo flamand au cours des xvie et xviie siècles46.

  • 47 Instructive est la redéfinition du lien à la Bourgogne pour soutenir la légitimité d’une dynastie (...)

25Dans quelle mesure le démembrement impérial a-t-il modifié les formes de légitimation politique dont les Flamands ont pu se prévaloir en Espagne ? Sous Philippe V, trois événements ont modifié les termes de la relation au roi. La guerre civile, tout d’abord, qui a obligé les partisans de Philippe V à d’immenses sacrifices pour lui conserver la couronne. L’exil, ensuite, puisque les individus qui s’identifient à la nation sont pour l’essentiel des vétérans de l’armée de Flandre qui ont abandonné leur maison. Le rapprochement dynastique, enfin, qui a conduit de nombreux Flamands à voir dans Louis XIV le véritable protecteur de la nation. Il s’agit donc d’un champ d’expérience nouveau qui mobilise des figures royales différentes de celles du nacionismo traditionnel. Ce contexte préside à la refondation des droits de la nation en Espagne au bénéfice de nouveaux récipiendaires qui vont à leur tour élaborer de nouveaux critères d’appartenance à la communauté des ayants droit. La catégorie de « Flamand » se trouve alors chargée de nouvelles significations qui sont associées à de nouveaux rapports au roi qui se sont forgés au cours de ces épreuves47. En ce sens, le collectif des Flamands se construit sur un feuilletage de droits, qui fait fond des expériences politiques antérieures mais qui, telle une roche sédimentaire, en agrège de nouveaux sous l’effet d’événements plus ou moins traumatiques.

  • 48 Linhardt, 2012, p. 9.
  • 49 Enriquez de Navarra, Laurel histórico y panegyrico real, pp. 27-28.

26Le moment de la transition dynastique en Espagne peut être rapprochée de ce que Dominique Linhardt appelle une « épreuve d’État », et qu’il définit comme une « séquence qui se détache de la trame du procès social et qui a pour caractéristique que l’État y devient objet d’une incertitude et d’une scrutation collective »48. Pour le dire dans la langue des historiens, il s’agit d’une période brève où l’ébranlement des loyautés politiques a incité des groupes de pouvoir à promouvoir de nouvelles figures royales pour justifier la transformation des modes de gouvernement et la redéfinition de l’économie de la grâce. Ce faisant, l’incertitude politique de cette époque n’est pas seulement liée à la compétition pour le trône entre deux dynasties. Elle se joue aussi au sein du camp bourbonien sur la question de savoir qui est vraiment le roi parmi les différentes figures royales qui se télescopent. En 1708, un partisan de Philippe V parlait de son époque comme « d’un temps où il semble que l’édifice de cette monarchie soit sorti de son axe49 ». On peut lire dans ces mots, nous semble-t-il, une façon d’exprimer ce sentiment d’incertitude sur les règles qui président désormais au gouvernement de la monarchie. Car chaque figure se déploie dans une temporalité différente, elle mobilise une mémoire et des références politiques spécifiques qui génèrent à leur tour des droits et des devoirs particuliers.

  • 50 Sur la dimension mémorielle des conflits politiques en Espagne au xviiie siècle : Fernández Albala (...)

27Les droits de la nation flamande ont été refondés à cette époque, un collectif s’est constitué et il a gardé la trace, encapsulée dans des pratiques écrites et non écrites, des devenirs possibles de la monarchie à cette époque. Le fait qu’ils n’aient pas été abolis après la guerre est instructif de la longévité des formes de légitimité qui ont présidé à leur concession. Cela témoigne non seulement de la permanence des anciens cadres impériaux, mais aussi d’un processus extraordinairement long de sortie de la guerre civile50. Les droits de la nation, et le collectif qui s’en réclame, conservent la mémoire des épreuves qu’ont été le conflit successoral et le démembrement impérial. Cette mémoire est actualisée par le recours à un langage spécifique, par l’exercice routinier de pratiques sociales, par la présence visible dans certains lieux ou par la revendication de privilèges parfois minuscules. Suivre l’évolution de ces pratiques au long cours, jusqu’à l’orée du xixe siècle, observer la façon dont de nouvelles épreuves les reconfigurent, tel a été le fil rouge de cet ouvrage.

28Ce livre propose une plongée dans les méandres de l’institution militaire espagnole au xviiie siècle, dans ses conflits assumés et ses non-dits, ses promesses tenues et ses projets avortés, dans les modèles qui ont inspiré sa transformation et les mémoires concurrentes qui l’ont façonnée. Car c’est dans les replis, parfois très techniques, des pratiques institutionnelles que se logent des dispositifs que les acteurs ont investi d’une signification politique insoupçonnée. La revendication des droits de la nation flamande ne prend sens que dans ce contexte, qui ne lui est pas spécifique, et qu’elle permet d’éclairer sous un jour nouveau. Ce livre prétend donc élucider les conditions politiques qui ont permis à des exilés de Flandre de se fondre dans la haute élite militaire espagnole tout en revendiquant un siècle durant leur appartenance à la nation flamande. Pour cela, il lève le voile sur le processus de constitution des corporatismes militaires qui ont permis la formation d’une aristocratie militaire profondément cosmopolite, même si elle a éprouvé de grandes difficultés à s’assumer comme telle. À la lumière de l’histoire des exilés de Flandre, la militarisation des élites politiques au xviiie siècle apparaît alors comme une conséquence du démembrement de la monarchie et de la reconfiguration du projet impérial de l’Espagne par Philippe V.

V. — Les cadres d’une enquête

  • 51 Glesener, inédite.
  • 52 Ce fonds conserve l’ensemble de la correspondance entre le secrétaire de la Guerre et les chefs de (...)
  • 53 Il s’agit des papiers des familles de Croix et d’Ursel aux Archives générales du Royaume (AGR) à B (...)
  • 54 AGR, FP, Croix, 9-13. Cette correspondance est complétée par d’autres documents conservés dans le (...)
  • 55 Ce croisement des sources administratives et privées pour l’étude des sociétés militaires a déjà é (...)
  • 56 L’accès et l’initiation à cette base de données ont été facilités par Jean-Pierre Dedieu. Qu’il tr (...)

29Cette enquête, issue d’une thèse de doctorat remaniée et enrichie, a dû composer avec un certain nombre de difficultés documentaires51. Les exilés de Flandre n’ont en effet laissé aucun texte programmatique, aucun document imprimé, aucune production proprement intellectuelle qui permettraient de restituer l’unité d’une pensée ou d’un discours. C’est dans les sources administratives et dans la correspondance ordinaire entre les officiers flamands et la couronne qu’il faut donc déceler les modalités de constitution de ce collectif et les revendications qu’il a portées. Le fonds du bureau de la maison militaire de la Secrétairerie de la guerre conservé aux archives générales de Simancas constitue la colonne vertébrale de ce corpus. Il s’agit d’une documentation inédite couvrant les années 1715-1800 qui permet d’analyser en détail l’histoire institutionnelle des corps privilégiés qui ont formé le cœur politique de l’exil flamand52. Le second corpus est composé de correspondances privées d’officiers conservées dans les archives à Bruxelles, Namur et Lille53. La plus remarquable d’entre elles est celle de la famille de Croix puisqu’elle comporte environ 900 lettres depuis l’Espagne vers Lille, dont 600 sont des courriers adressés par Charles de Croix (fig. 1) à son frère, le marquis d’Heuchin, entre 1737 et 177654. Cette documentation offre une visibilité exceptionnelle sur la vie quotidienne des officiers flamands, leurs ambitions, leurs attentes et leurs échecs ; elle permet aussi de découvrir en eux des commentateurs inlassables de la vie politique espagnole et des transformations de l’institution militaire. Les auteurs fournissent quantité d’informations sur des aspects méconnus des réformes qui apparaitraient sans cela comme strictement techniques ou anecdotiques au regard de la documentation administrative55. Les sources notariales constituent le troisième corpus, composé pour l’essentiel de testaments localisés dans les lieux de casernement des corps flamands (Madrid et Barcelone), ainsi que dans les archives militaires de Ségovie. Ils nous ont offert des informations très riches sur la vie matérielle des officiers, mais aussi sur la composition de leurs entourages dans les sociétés locales. D’autres fonds ont été mobilisés, cette fois de manière ponctuelle, pour apporter des éclairages sur des aspects précis de cette recherche. C’est le cas des archives des conseils à Bruxelles, des enquêtes de pureté de sang du conseil des ordres, des archives du palais royal de Madrid, de la documentation du ministère de la Guerre à Vincennes, de la correspondance de l’ambassadeur français à la cour d’Espagne, et de quelques fonds municipaux où des sondages ont été effectués. Enfin, cet ouvrage repose sur l’analyse prosopographique d’environ 1 400 officiers qui ont servi dans les gardes wallonnes et dans la compagnie flamande de la garde du corps, dont le traitement a été permis et enrichi par la base de données Fichoz (CNRS)56. Un échantillon d’une trentaine de familles a fait l’objet d’un traitement plus approfondi, notamment grâce aux apports des sources notariales et de la correspondance privée.

Fig. 1.Juan Patricio Morlete Ruiz, Charles François de Croix, marquis de Croix [vice-roi du Mexique], 1771, Musée national d’histoire, Mexico

Fig. 1. — Juan Patricio Morlete Ruiz, Charles François de Croix, marquis de Croix [vice-roi du Mexique], 1771, Musée national d’histoire, Mexico

Reproducción autorizada por el Instituto Nacional de Antropología e Historia, Ciudad de México.

30La structure de cet ouvrage suit un déroulement chronologique qui court de la fin du xviie siècle à la guerre d’indépendance. Le premier chapitre est consacré aux circonstances qui ont permis à Louis XIV de se forger des fidélités parmi les élites des Pays-Bas, ainsi qu’aux modalités de participation de ce noyau de bourboniens flamands aux premières réformes de la monarchie. En déplaçant la focale vers l’Espagne, le deuxième chapitre examine les transformations de la politique nobiliaire à la faveur de la guerre civile qui ont permis d’attirer dans le giron de Philippe V des élites flamandes qui regardaient davantage vers Versailles que vers Madrid. En indexant l’économie de la grâce sur la participation à l’effort de guerre, en conférant à des corporations militaires privilégiées le soin de contrôler les rouages de l’État, Philippe V a élevé les exilés de Flandre et l’ensemble des vétérans aux premiers emplois de la monarchie. Le troisième chapitre étudie la difficile sortie de la guerre et les tentatives avortées de limitation des privilèges des généraux de l’armée. La participation des exilés de Flandre à la reprise de la guerre en Europe a été en effet âprement négociée contre la préservation et l’augmentation de leurs privilèges. Le quatrième chapitre marque une pause dans le déroulé chronologique pour examiner les inscriptions sociales et spatiales des officiers flamands. Il souligne, d’une part, la façon dont les réseaux familiaux des exilés ont permis de maintenir des liens entre les anciens territoires de la monarchie hispanique, tout autant qu’ils ont structuré l’espace en devenir de l’Europe des Bourbon. Par ailleurs, il met en lumière les processus d’intégration locale d’une partie des exilés par des alliances avec la noblesse et les patriciats urbains de l’ancienne couronne d’Aragon. À la seconde génération, les droits de la nation sont apparus de moins en moins justifiés par la condition exilaire de leurs ayants droit, mais davantage comme un vestige politique qui favorisait la reproduction d’une élite sociale. Cette question fait l’objet du chapitre cinq qui montre comment les appels pressants à une réforme de l’institution militaire se sont heurtés aux puissants corporatismes militaires. Les chapitres six et sept traitent de la montée de ces tensions entre le roi et une élite militaire en voie d’aristocratisation, laquelle s’est réinventé une identité nobiliaire sur base de l’appropriation des institutions créées par Philippe V. Progressivement, la figure du fondateur, le cosmopolitisme originel, la mémoire dynastique, se sont estompés au profit d’un discours nobiliaire et patriotique qui inscrivait ces institutions dans le temps long de l’histoire du royaume et de ses élites naturelles. Pressés par l’abolition de la royauté en France de reprendre en main l’institution militaire, Charles IV, et son favori Manuel Godoy, ont poussé ce combat jusqu’au bout de sa logique. Or, ils ont fait l’amère expérience de l’attachement de l’aristocratie militaire aux institutions philippistes puisque celle-ci a préféré se soulever et déposer le roi plutôt que d’abandonner la place qu’elle occupait depuis un siècle derrière le trône.

Notes

1 Lettre de Napoléon Ier à Joseph Bonaparte, Chamartin, 5 décembre 1808, dans Napoléon Bonaparte, Correspondance de Napoléon Ier, t. XVIII, p. 114.

2 Bardin, Dictionnaire de l’armée de terre, t. IV, p. 2504.

3 Guillaume, Histoire des gardes wallonnes, p. VI.

4 Guillaume, 1858 ; Du Boscq de Beaumont, 1904 ; Dansaert, 1920 ; Id., 1928 ; Englebert, 1985 ; Jansen, 1977 ; Id., 1989 ; Id., 2003.

5 Bély, 1990 ; Albareda Salvadó, 2010.

6 Souvent mentionné, l’exil italien en Espagne a été très peu étudié (Maffi, 2011 ; Id., 2015 ; Id., 2016). Voir un état de la question dans : Recio Morales, 2015. Sur les jenízaros espagnols : Álvarez-Ossorio Alvariño, 2004c. Conquise en 1708 par le dey d’Alger, Oran connaît aussi un exil vers la Péninsule. Fé Canto, inédite.

7 Glesener, 2003 ; Id., 2015.

8 Burbank, Cooper, 2010.

9 Coller, 2014 ; Charbit, 2006.

10 Glesener, 2015.

11 Thomas, Stols, 2000.

12 Ozanam, 1993 ; Id., 1995. Ce travail a été poursuivi dans Id., 2008a. Voir aussi Bennassar, 2004.

13 Andújar Castillo, 1998 ; Caimari Calafat, 2003 ; Castellano Castellano, 2003 ; Dedieu, 1998 ; Irles Vicente, 1997 ; Id., 2003 ; Recio Morales, 2012a ; Torras i Ribé, 2005.

14 Andújar Castillo, 2004e ; Id., 2015, pp. 228-230.

15 Désos, 2009.

16 Pellistrandi, 2002 ; García Cárcel, 2002b ; Fernández Díaz, 2014.

17 Menéndez Pelayo, Historia de los heterodoxos españoles, cité par García Cárcel, 2002c, p. 37.

18 Cardim, Herzog, Ruiz Ibáñez, Sabatini (éd.), 2012 ; Clavero, 1986 ; Elliott, 1992 ; Hespanha, 1989 ; Id., 1993 ; Ruiz Ibañez, 1999.

19 En 1960, ce chemin a été ouvert par l’ouvrage pionnier de Domínguez Ortiz, 1996. Sur les développements récents de cette historiographie, voir Recio Morales, 2011a.

20 Crespo Solana (éd.), 2010 ; García García, Recio Morales (éd.), 2014 ; Ruiz Ibañez, Pérez Tostado (éd.), 2015.

21 Descimon, Ruiz Ibañez, 2005 ; Pérez Tostado, 2008 ; Recio Morales, 2010b.

22 Alonso Acero, 2006 ; Planas, 2015 ; Sandoval Parra, 2014 ; Schaub, 1999.

23 Un constat posé par Storrs, 2013, pp. 19-21.

24 Thompson, 1994.

25 Une tentative pionnière de relire la question des « étrangers » à l’aune des « nations » : Dedieu, 1996b.

26 Recio Morales, 2007a ; Downey, 2010.

27 Álvarez-Ossorio Alvariño, 2004a ; Id., 2004c ; Id., 2007a ; Andújar Castillo, 2008a ; Bianchi, 2015 ; Gallo, 2001 ; Maffi, 2011 ; Id., 2015 ; Marchena Fernández, 2008.

28 Cette perspective est très largement partagée par les travaux récents consacrés aux empires qui contestent l’idée d’une évolution linéaire des empires plurinationaux vers les États-nations est aujourd’hui fortement remise en question. Voir : Burbank, Cooper, 2010, pp. 443-459.

29 Caro Baroja, 1969 a ouvert la voie à une série de travaux sur la hora (l’heure suprême) de telle ou telle communauté pour souligner sa réussite politique au xviiie siècle. À sa suite : Torres Sánchez (éd.), 2010 ; Aranburuzabala, 2012. Pour une critique : Glesener, 2011a ; Imízcoz Beunza, 2011 et Precisoso Izquierdo, Hernández Franco, 2016. Actuellement, en forçant à peine le trait, on peut dire que l’historiographie nationaliste catalane est la seule à insister sur la rupture opérée par la dynastie des Bourbon (souvent d’ailleurs au prix de la réactivation des clichés les plus éculés sur l’absolutisme bourbonien), alors que le reste de l’historiographie espagnole insiste davantage sur la continuité entre Habsbourg et Bourbon. Sur ce sujet : Fernández Díaz, 2014.

30 C’est le cas des Basques et des Navarrais, étudiés par Imízcoz Beunza, 1996 et 2012, et Guerrero Elecalde, 2012 ; de certains secteurs de la société murcienne : Muñoz Rodríguez, 2014 ; des Catalans ou des Valenciens restés fidèles à Philippe V : Andújar Castillo, 2015 ou Giménez López, 2007. Une tentative récente d’envisager les nations, aussi bien étrangères que provinciales, dans : García García, Recio Morales (éd.), 2014.

31 Anderson, B., 1996. De nombreux exemples dans Villar García, Pezzi Cristóbal (éd.), 2003. Voir aussi : Crespo Solana, 2001 ; Id., 2003a.

32 Álvarez-Ossorio Alvariño, García García (éd.), 2004.

33 Ce rôle de représentation accordé à certains individus souffre difficilement la concurrence. Sur les conflits entre les « anciennes » et les « nouvelles » nations marchandes dans les villes espagnoles, voir : Recio Morales, 2012b ; Glesener, 2014a.

34 Cerutti, Vallerani, 2015.

35 Swidler, 1986.

36 Un bon exemple est donné par les hussards hongrois au service de la France : Tóth, 1999.

37 Linhardt, 2010.

38 Sur les modèles politiques comme « constructions stratégiques », voir Dubet, Ruiz Ibáñez, 2010, pp. 216-218. Sur les théories de l’État et la façon dont elles produisent des formes de légitimité disponibles pour les acteurs sociaux : Skornicki, 2015.

39 Mansel, 1984.

40 Enloe, 1980 ; Martínez Millan, 2004 ; Veinstein, 2013.

41 Corvisier, 1964, t. I, pp. 543-565 ; Crone, 1980 ; Pipes, 1981.

42 Bourdieu, 2012, p. 13.

43 Crespo Solana, 2002a ; Id., 2003b.

44 Bien que d’un usage plus rare, le terme valones est aussi employé, le plus souvent comme adjectif pour désigner aux Pays-Bas des groupes ou des régions d’expression française. Son usage le plus courant provient de l’administration militaire espagnole qui classe les unités par la langue usuelle de leurs officiers ; par tercios valones ou infantería valona sont identifiées les troupes royales des Pays-Bas financées par les deniers des états provinciaux.

45 Hespanha, 1989, pp. 404-414 ; Id., 1997.

46 Par nacionismo, nous désignons les discours de revendications des droits associés à une nation. Nous l’empruntons à Pablo Fernández Albaladejo qui a forgé le terme pour expliciter le discours patriotique de l’œuvre de Feijoo. Fernández Albaladejo, 2001.

47 Instructive est la redéfinition du lien à la Bourgogne pour soutenir la légitimité d’une dynastie française au trône d’Espagne dans Torre de Ginés, Antídoto de la memoria, 1707, pp. 69 et 90.

48 Linhardt, 2012, p. 9.

49 Enriquez de Navarra, Laurel histórico y panegyrico real, pp. 27-28.

50 Sur la dimension mémorielle des conflits politiques en Espagne au xviiie siècle : Fernández Albaladejo, 2001 et 2004 ; García Cárcel, 2002a et 2002b. Plus largement, sur les institutions comme lieux de mémoire : Revel, 1995 ; Douglas, 2004, pp. 105-119.

51 Glesener, inédite.

52 Ce fonds conserve l’ensemble de la correspondance entre le secrétaire de la Guerre et les chefs de corps relative aux questions militaires entre 1715 et 1800. Il existait un autre fond, conservé au palais royal jusqu’en 1932, date de son transfert à la caserne de la Montaña (Madrid). La caserne et ses archives ont été détruites lors de l’assaut donné par les troupes républicaines en juillet 1936. On ne connaît pas exactement la nature des documents disparus. On peut toutefois le déduire à partir des lacunes existantes aujourd’hui dans la documentation : correspondance avec le ministre de la guerre postérieure à 1800 ; fonds du tribunal de la garde royale ; correspondance avec les institutions de la Cour relative au service de la garde dans le palais.

53 Il s’agit des papiers des familles de Croix et d’Ursel aux Archives générales du Royaume (AGR) à Bruxelles, van der Straten Ponthoz aux Archives de l’État à Namur (AEN) et Carondelet aux Archives départementales du Nord à Lille (ADN).

54 AGR, FP, Croix, 9-13. Cette correspondance est complétée par d’autres documents conservés dans le fonds du château de Franc-Waret aux Archives de l’État à Namur. Une partie des lettres a été publiée à la fin du xixe siècle, dans une version expurgée des considérations familiales. Croix, Correspondance du marquis de Croix.

55 Ce croisement des sources administratives et privées pour l’étude des sociétés militaires a déjà été expérimenté avec succès dans Loriga, 1991.

56 L’accès et l’initiation à cette base de données ont été facilités par Jean-Pierre Dedieu. Qu’il trouve ici l’expression de notre sincère reconnaissance.

Table des illustrations

Titre Carte 1. — Le démembrement territorial de la monarchie hispanique au début du xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4086/img-1.png
Fichier image/png, 71k
Titre Fig. 1. — Juan Patricio Morlete Ruiz, Charles François de Croix, marquis de Croix [vice-roi du Mexique], 1771, Musée national d’histoire, Mexico
Crédits Reproducción autorizada por el Instituto Nacional de Antropología e Historia, Ciudad de México.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/4086/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search