Version classiqueVersion mobile

L’empire des exilés

 | 
Thomas Glesener

Remerciements

Texte intégral

1Remercier toutes les personnes qui m’ont aidé et soutenu au cours de cette longue recherche reviendrait à dresser l’inventaire incertain d’une tranche de vie. Qu’il me soit néanmoins permis, tout d’abord, d’exprimer ma gratitude à ceux qui ont été mes maîtres et qui ont encadré cette recherche à ses débuts, Michel Bertrand et Franz Bierlaire, dont la confiance et l’amitié à mon égard n’ont eu d’égal que leur patience dans l’attente de la publication. Ce travail doit beaucoup à Jean-Pierre Dedieu et à Francisco Andújar Castillo, avec lesquels, de vive voix ou par le truchement des textes, je n’ai cessé de dialoguer. Mes remerciements vont également à Bernard Vincent et à Bruno Bernard qui ont accepté de faire une lecture attentive de ma thèse et de me prodiguer leurs conseils lors de la soutenance.

2Cette recherche a compté sur le soutien de plusieurs institutions qui m’ont accordé leur confiance au cours de ces années. L’université de Liège, tout d’abord, et sa dynamique équipe de modernistes aujourd’hui dirigée par Annick Delfosse. Le laboratoire Framespa de l’université de Toulouse, ensuite, qui a été un vivier de rencontres et un carrefour unique de collaborations. La Casa de Velázquez, surtout, et son directeur de l’époque, Gérard Chastagnaret, qui m’ont offert des conditions exceptionnelles de travail pendant deux ans. Enfin, l’université d’Aix-Marseille me permet depuis huit ans de développer mes recherches dans l’écrin du laboratoire Telemme. Que ses directeurs, Maryline Crivello, Xavier Daumalin et Laure Verdon, trouvent ici l’expression de ma gratitude, notamment pour leur soutien à cette publication. J’ai une pensée également pour l’équipe administrative du laboratoire qui rend au quotidien nos vies de chercheurs plus faciles et plus agréables.

3Le personnel de l’Archivo General de Simancas mérite une mention particulière, tant la qualité de leur accueil fait de cette institution un lieu tout à fait singulier. Je voudrais remercier spécialement Isabel Aguirre, dont l’amabilité et le professionnalisme, renouvelés séjour après séjour, ne m’ont jamais fait défaut.

4Un nombre incalculable d’amis et de collègues m’ont fait l’amitié de me permettre de discuter certains aspects de ce travail. Je pense en particulier à Antonio Alvárez-Ossorio, Sophie Baby, Sami Bargaoui, Arnaud Bartolomei, Simona Cerutti, Emmanuelle Chapron, Jocelyne Dakhlia, Anne Dubet, Aurélia Dusserre, Alicia Esteban Estríngana, Jérémie Foa, Bernardo García García, Isabelle Grangaud, Enrique García Hernán, Bertrand Haan, Guillaume Hanotin, Héloïse Hermant, Juan Hernández Franco, Manuel Herrero Sánchez, Claire Judde de Larivière, Antonio Jiménez Estrella, Davide Maffi, Jean-Baptiste Maudet, M’hamed Oualdi, Hervé Pennec, Natividad Planas, Francisco Precioso Izquierdo, Jean-Philippe Priotti, Roberto Quirós Rosado, Oscar Recio Morales, José Javier Ruiz Ibañez, Eddy Stols, Werner Thomas, Jean-Paul Zuñiga. Chacun à leur manière, ils et elles ont été, et continuent d’être, des sources d’inspiration.

5La présence chaleureuse de ma famille et de mes amis a également accompagné ces années de recherche. Je pense en particulier à Ángel Bernaldo de Quiros et à Pablo Mucientes qui, par la convivialité de leur accueil, ont aussi eu leur part dans la réalisation de cet ouvrage. Qu’ils trouvent ici l’expression de ma reconnaissance.

6Enfin, tout ceci serait vain sans l’affection de Marlène qui a toujours su me prodiguer le soutien et les encouragements nécessaires. Quant à Félix et Juliette, que le plaisir de griffonner ces pages puisse compenser le temps que je n’ai pu leur consacrer.

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search