Version classiqueVersion mobile

Les marchands français de Cadix et la crise de la Carrera de Indias (1778-1828)

 | 
Arnaud Bartolomei

Résumés

Résumé

Texte intégral

1Qu’est-ce qui guide les acteurs économiques dans les choix cruciaux qu’ils sont amenés à faire au cours de leur vie ? Le seul « goût du lucre » ? Ou des arbitrages plus complexes, intégrant des considérations politiques, sociales et culturelles ? Cette question ancienne, mais toujours d’actualité, aussi bien au sein des sciences sociales que dans le débat public, est abordée ici à partir de l’observatoire singulier des quelque 500 marchands français qui s’étaient installés à Cadix au xviiie siècle pour bénéficier de la situation commerciale exceptionnelle du port andalou – alors la « tête de pont » de la Carrera de Indias, la grande route du commerce colonial espagnol. Au cours des dernières décennies du siècle, ils virent en effet s’effondrer, une après l’autre, toutes les conditions favorables qui avaient suscité leur installation en Andalousie : le monopole du commerce colonial dont jouissait Cadix fut d’abord démantelé en 1778 par les réformes du comercio libre qui ouvrirent les colonies espagnoles à l’ensemble des grands ports de la Péninsule ; le port se trouva ensuite durablement marginalisé dans les échanges atlantiques à la suite des défaites navales de l’Espagne face à l’Angleterre (cap Saint-Vincent 1796 et Trafalgar 1805) et du processus d’émancipation coloniale qui gagna les colonies américaines à partir de 1810 ; enfin, l’alliance franco-espagnole qui avait permis à la « nation française » de Cadix de bénéficier d’un climat politique propice tout au long du xviiie siècle laissa place, à partir de la période révolutionnaire, à des relations beaucoup plus conflictuelles entre les deux États qui s’opposèrent notamment au moment de la guerre de la Convention (1793-1795) et de la guerre d’Indépendance (1808-1813). Pourtant, en dépit de cette dégradation généralisée de leur situation, les marchands français de Cadix demeurèrent constamment attachés à la ville, ils ne la quittèrent que lorsqu’ils y furent contraints au moment des guerres franco-espagnoles et ils y revinrent nombreux à chaque fois qu’ils le purent en 1796, comme en 1815. Pour quelles raisons ? Comment expliquer leur attachement à une ville qui n’offrait alors plus aucune des conditions qui avaient suscité leur installation ? C’est à cette question centrale que s’efforce de répondre cet ouvrage à travers la reconstitution systématique des trajectoires que suivirent les marchands français de Cadix dans les temps troublés des guerres révolutionnaires, de l’épopée napoléonienne et de l’émancipation des colonies espagnoles.

2Pour ce faire, l’ouvrage propose cinq chapitres qui éclairent tantôt l’évolution du contexte général de la ville, tantôt la trajectoire exceptionnelle suivie par sa colonie française. Le premier pose le cadre et s’intéresse uniquement à Cadix, d’un bout à l’autre de la période, voire au-delà, puisqu’il embrasse également les décennies qui suivirent la bataille d’Ayacucho (1824) et l’abolition du comercio libre (1828), pour intégrer dans le cadre de l’étude le renouveau éphémère que connut la place à l’époque de la franchise du port (1829-1831) et celui, plus durable, qui lui permit de renouer avec la croissance dans les décennies centrales du xixe siècle. Il vient ainsi combler l’absence d’une synthèse commode réunissant dans un même mouvement l’histoire de la ville au moment de l’apogée de la Carrera de Indias puis celle de son déclin et de sa seconde prospérité au xixe siècle. Les deux chapitres suivants retracent l’histoire la colonie française pendant cette longue période charnière qui sépare les époques moderne et contemporaine. Le chapitre ii met d’abord en évidence les assises sur lesquelles reposaient la puissance et la prospérité de la colonie à la veille de la Révolution française. Il souligne la résistance dont elle avait su faire preuve face aux attaques des réformateurs espagnols, mais aussi l’extrême dépendance dans laquelle elle se trouvait vis-à-vis d’un commerce colonial espagnol qu’elle contribuait à connecter au reste de l’économie-monde européenne et dont elle tirait l’essentiel de ses revenus. Le chapitre iii décrit le déclin irrémédiable de cette puissante communauté qui perdit simultanément la position privilégiée qu’elle occupait dans le système atlantique et l’essentiel de ses membres. Il montre que si, sur le temps long, la place sut se réinventer et redevenir un centre majeur du négoce espagnol au xixe siècle, la colonie française, elle, n’y parvint pas et finit par disparaître. Il met cependant en évidence la chronologie singulière de ce déclin, qui ne fut pas linéaire et qui fut scandé par les grandes ruptures politiques de 1793 et 1808, bien plus que par le blocus britannique ou le délitement final de la Carrera de Indias. Incontestablement, la colonie résista tant qu’elle le put, et ses membres ne quittèrent la ville que lorsqu’ils y furent contraints. Dès lors, c’est à l’analyse de cet attachement à Cadix, de la part d’individus supposés rationnels et prompts à la mobilité, que s’attachent les deux derniers chapitres. Le quatrième détaille les stratégies d’adaptation et de contournement du blocus maritime britannique que mirent en œuvre les marchands français de la ville entre 1796 et 1808 et propose une appréciation critique de leur succès. Il montre ainsi que si les négociants français surent se faire armateurs de corsaires, manieurs d’argent ou propriétaires terriens pour compenser les pertes qu’ils enregistraient par ailleurs, ces activités ne furent jamais que des pis-aller, qui ne purent au mieux que ralentir le déclassement dans lequel les entraînait la crise de la Carrera de Indias. Le dernier chapitre, enfin, s’interroge sur l’enracinement local des marchands français et sur leur niveau d’intégration à la société andalouse, en se demandant si leur choix de rester sur place ne résidait finalement pas avant toute chose dans l’attachement à la vie qu’ils y avaient construite. Ce faisant, il invite à repenser le rapport qu’entretenaient les négociants avec leur milieu – la place – et livre ainsi une clé essentielle à la compréhension de la trajectoire que suivirent ces centaines de marchands français qui restèrent à Cadix envers et contre tout.

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search