Version classiqueVersion mobile

Les marchands français de Cadix et la crise de la Carrera de Indias (1778-1828)

 | 
Arnaud Bartolomei

Annexes

Documents d’archives

Texte intégral

Document 1. — « État général de l’importation et exportation du commerce de France à Cadiz pendant l’année 1785 ». Importation

Port en tonneaux Ports d’où ils viennent Quantité de Bâtiments Quantités et qualités des marchandises venues de France et leur valeur Total du fret d’importation
2 289 Marseille 18 187 Caisses soyries ou dorures — à 12 000# — £ 2 244 000105 Dittes chapeaux de Marseille et Lyon — à 4 000# — £ 420 000155 Dittes Bas de soye — à 5 000# — £ 775 00026 Dittes Ouvrages de modes — à 3 000# — £ 78 000322 Dittes Quincaillerie — à 1 500# — £ 483 00056 Balles de Draps — à 6 000# — £ 336 00022 Ballots de Camelots — à 6 000# — £ 132 00012 Balles de toile de Suisse — à 1 500# — £ 18 00034 Caisses de meubles — à 800# — £ 27 2009 Balles de coton filé de Jérusalem — à 1 000# — £ 9 000165 Caisses ou Barriques droguerie — à 1 200# — £ 198 0002 Caisses Pelleteries — à 750# — £ 1 50084 Douzaines Peaux de veaux — à 21# — £ 1 7648 Caisses de Livres — à 1 000# — £ 8 00020 Balles de Laine de chevreaux — à 550# — £ 11 000213 Quintaux de cire — à 200# — £ 42 60027 Caisses de Bougies — à 300# — £ 8 1005 Caisses d’Horlogerie — à 2 400# — £ 12 000182 Caisses de Parfumerie — à 400# — £ 72 000105 Quintaux de café — à 100# — £ 10 50022 Balles Papier peints — à 600# — £ 13 20039 Caisses de fayence — à 150# — £ 5 850420 Caisses divers Comestibles — à 250# — £ 105 000210 Dittes Bouteilles vuides — à 40# — £ 4 4001 243 Tonneaux de Bled — à 280# — £ 348 000136 Sacs de Riz — à 40# — £ 5 440Total : £ 5 370 174 50 466
4 094 Havre et Rouen 23 906 Balles Lainage — à 8 000# — £ 7 248 000212 Caisses soyeries ou dorures de Lyon — à 12 000# — £ 2 544 000552 dittes Toiles Blancard — à 1 100# — £ 607 200572 Caisses Merceries — à 8 000# — £ 4 576 00095 Dittes Chapeaux dont 58 Castor de Paris — à 120 000# et 37 de Lyon — à 6 000# — £ 918 00028 Dittes Meubles — à 800# — £ 22 400202 Dittes divers Comestibles — à 250# — £ 50 50027 Dittes Livres — à 1 000# — £ 27 00023 Dittes Estampes — à 1 000# — £ 23 000143 Dittes ou Barriques Quincaillerie — à 1 500# — £ 214 50041 Dittes Bougies — à 600# — £ 24 60045 Boucauds de fayence — à 100# — £ 4 50043 Balles de Papier peint — à 600# — £ 25 80014 Caisses Bouteilles vuides — à 40# — £ 56016 Douzaines Peaux de Veaux — à 21# — £ 336Total : £ 16 286 396 84 976
1 359 Saint-Vallery 8 645 Balles lainages d’Amiens — à 5 000# — £ 3 225 000 25 492
905 Saint-Malo 6 2 712 Balles Bretagnes Etroites de 100 pièces chaque balle — à 1 250# — £ 3 390 0001 004 Dittes Bretagnes Larges de 60 pièces — à 1 000# — £ 1 004 00010 640 Aunes Toile à voile — à 20 sols / l’aune — £ 10 640Total : £ 4 404 640 31 151
986 Morlaix 8 2 244 Balles Créées Etroites de 6 pièces — à 750# — £ 1 683 000246 Dittes Larges idem — à 1 140# — £ 280 44019 Dittes Entre Larges — à 900# — £ 17 100541 Dittes Bretagnes Etroites de 100 pièces — à 1 250# — £ 676 250234 Dittes idem Larges de 60 pièces — à 1 000#£ 234 000 — 164 Douzaines Peaux de veaux — à 21# — £ 3 44428 769 Aunes Toiles à voile — à 20 sols — £ 28 769Total : £ 2 923 003 40 563
1 284 Nantes 8 585 Balles Bretagnes Etroites de 100 pièces — à 1 250# — £ 731 250187 Dittes Larges de 60 pièces — à 1 000# — £ 187 00091 Dittes Toiles de Cholet de 60 pièces — à 1 600# — £ 145 60028 Dittes Mouchoirs de Cholet — à 2 000# — £ 56 0001 025 Douzaines Peaux de veaux — à 21# — £ 21 5257 Caisses Mercerie — à 2 400# — £ 16 80010 Quintaux de caffé — à 100# — £ 1 000105 Barriques Pierres à fusil — à 50# — £ 5 2506 Caisses Bougies — à 600# — £ 3 60013 Ballots Etamines — à 1 600# — £ 20 80024 Idem de Cuirs tannés — à 800# — £ 59 20029 Balles Papier peint — à 600# — £ 17 400256 Tonneaux de farines — à 280# — £ 71 680169 Idem de Bled — à 260# £ 43 940Total : £ 1 381 045 24 508
935 Bordeaux 9 647 Tonneaux de farines — à 300# — £ 194 100235 Dittes de Brée — à 240# — £ 57 12032 Dittes de Vin — à 600# — £ 19 20078 Quintaux de Sucre — à 100# — £ 7 80035 Dittes de Caffé — à 100# — £ 3 500Total : £ 281 720 24 220
640 Bayonne 6 485 Tonneaux de farines — à 300# — £ 145 520151 Dittes de Brée — à 240# — £ 36 24056 Caisses Eau de vie d’Andaye — à 60# — £ 3 360Total : £ 185 120 17 248
12 492 86 Bâtiments français venant des ports de France avec des Marchandises du Royaume, qui ont fait de fret en tout 298 622
2 668 St Ander 16 2 590 Tonneaux de Bled 51 800
606 Bilbao 4 451 Ditts Idem 9 020
385 Cartagène 3 353 Ditts Idem 8 825
114 Alicante 1 108 Ditts d’Orge 8 700
290 Salou 3 248 Ditts Eau de vie 5 952
982 Gênes 8 83 Caisses Soyeries, 22 Caisses Bas de Soye, 56 Ballots de Toiles, 120 Caisses Quincailleries, 47 Ballots de Papier, 800 sacs de riz 22 302
245 Fiume 2 245 Tonneaux de Bois 6 370
2 014 Sicile 12 1 905 Ditts de Bled 45 720
1 355 Ostende 8 1 314 Balles de toiles, 63 Balles de lainages, 42 Balles Cuirs Tannés, 22 Caissons de Dentelles, 40 Caisses de fil, 102 Barils de Cloux 48 590
260 Hambourg 2 416 Caisses de toiles de Silésie, 84 demi marquettes de cire, 42 Caisses Verreries, 8 Caissons de Chandelles 7 987
265 Amsterdam 1 256 Tonneaux de Bled 7 680
913 Mogador 6 722 Ditts de Bled, 913 Quintaux de Cire 18 050
360 Baltimore 2 440 Ditts de farine 11 560
1 096 9 Bâtiments venus de relâche qui ont chargé quelques marchandises pour France, comprises dans le total de l’importation
2 694 21 Idem de relâche qui n’ont rien chargé
26 941 Tonneaux 184 Bâtiments français arrivés à Cadix en 1785 545 178

Document 1. — « État général de l’importation et exportation du commerce de France à Cadiz pendant l’année 1785 ». Exportation

Marseille 734 Surons de Cochenille — à 3 000# — £ 2 102 000210 Ditts Indigo — à 2 400# — £ 504 00036 120 Cuirs en poil — à 15# — £ 541 800343 Balles de Laine — à 360# — £ 123 480315 Barrils de Vin — à 75# — £ 23 6255 Surons de Granille — à 1 125# — £ 5 62522 Dits de Cacao — à 150# — £ 3 3008 572 Quintaux de Plomb — à 30# — £ 257 160168 Caisses de Quinquina — à 600# — £ 100 8009 100 Quintaux Bois de Campêche — à 8# — £ 72 8001 900 Quintaux de Cuivre — à 65# — £ 123 50068 Caisses de Jalap — à 120# — £ 8 1607 Dittes Cotton — à 840# — £ 5 880138 Dittes Salsepareille — à 260# — £ 35 800500 Dittes de Soude — à 6 — £ 3 000Argent chargé par la Banque de St Charles et par divers particuliers — £ 1 088 300Total : £ 4 999 310
Havre et Rouen 1 120 Balles de Laine — à 360# — £ 403 2001 134 Surons Indigo — à 2 400# — £ 2 712 000134 Dits Cochenille — à 3 000# — £ 402 00040 800 Cuirs en poil — à 15# — £ 612 000190 Caisses Quinquina — à 600# — £ 114 0008 270 Quintaux Bois de Campêche — à 8# — £ 66 160900 Caisses de fruits — à 25# — £ 22 500710 Barrils de Vin — à 75# — £ 53 25095 Caisse Jalap — à 120# — £ 11 400660 Quintaux de Cuivre — à 65# — £ 42 900Argent chargé par la Banque de St Charles — £ 656 000Total : £ 5 095 000
Saint Valléry 2 440 Quintaux Bois de Campêche — à 8# — £ 19 520
Saint Malo Na Il n’y a point eu d’exportation cette année pour St Malo
Morlaix 220 Caisses de fruits — à 26# — £ 5 50050 Barrils de Vin — à 75# — £ 3 750Total : £ 9 250
Nantes 5 200 Cuirs en poil — à 15# — £ 78 0003 Surons Indigo — à 2 400# — £ 7 20010 Caisses Quinquina — à 600# — £ 6 000100 Quintaux Bois de Campêche — à 8# — £ 80022 Barils de Vin — à 75# — £ 1 65010 Balles Salsepareille — à 260# — £ 2 6005 Dittes Jalap — à 120# — £ 600Total : £ 96 850
Bordeaux 14 000 Cuirs en poil — à 15# — £ 210 00034 Barils de Vin — à 75# — £ 2 550350 Quintaux Bois de Campêche — à 8# — £ 2 800431 Quintaux de Cuivre — à 65# — £ 28 01510 Caisses Quinquina — à 600# — £ 6 000Total : £ 249 365
Bayonne 1 280 Cuirs en poil — à 15# — £ 19 200304 Surons de Cacao — à 150# — £ 45 60025 Barils de Vin — à 75# — £ 1 875Total : £ 66 675

Document 1. — « État général de l’importation et exportation du commerce de France à Cadiz pendant l’année 1785 ». Récapitulation

Importation Exportation
Marseille 5 370 394 4 999 310
Havre et Rouen 16 286 396 5 095 410
St Vallery 3 225 000 19 520
St Malo 4 404 640 0
Morlaix 2 923 003 9 250
Nantes 1 381 045 96 850
Bordeaux 281 720 249 365
Bayonne 185 120 666 675
34 057 318 10 536 380

1Document 1. — « État général de l’importation et exportation du commerce de France à Cadiz pendant l’année 1785 ». Nombre des Bâtiments Espagnols et autres Etrangers arrivés à Cadiz en 1785, et Ports d’où ils viennent

2132 Bâtiments Espagnols Venant de l’Amérique, dont 51 de La Havane, 5 de Caracas, 3 de Buenos-Ayres, 14 de Montevideo, 2 de Cumana, 5 de Cartagène, 3 de Honduras, 25 de Vera Cruz, 13 de La Guayra, 5 de Campêche, 1 de Puerto Rico et 5 de Lima

3186 dits aussi Espagnols employés au cabotage

4226 dits Anglais, dont 20 de Terreneuve, 25 de Londres, 108 des autres ports d’Angleterre, 5 de la Baltique, 19 de Gibraltar, 26 des Côtes d’Espagne, 6 de Mogador, 17 des Côtes d’Italie, en outre une frégate de Guerre

553 dits Hollandais, dont 22 d’Amsterdam, 1 de Hambourg, 1 d’Ostende, 13 de la Baltique, 5 des Côtes du Portugal, 8 des Côtes d’Espagne et 3 des Côtes d’Italie

634 dits Impériaux, dont 4 d’Amsterdam, 3 de Rotterdam, 3 de Hambourg, 6 d’Ostende et 18 des Côtes d’Espagne et d’Italie

799 dits Danois, dont 3 de St Pétersbourg, 26 de la Baltique, 19 de Hambourg, 2 de Baltimore, 4 d’Amsterdam, 3 d’Ostende, 5 de Copenhague et 37 des Côtes d’Espagne et d’Italie

883 dits Suédois, dont 2 de Stockolm, 2 de Gottembourg, 6 de Hambourg, 25 de la Baltique, 9 des ports d’Angleterre, 6 des Côtes du Portugal, 5 de Mogador et 28 des Côtes d’Espagne et d’Italie

974 dits Portugais, dont 1 de Montevideo, 12 de Lisbonne, 9 de Setubal, 4 de Oporto et 48 petits bâtiments employés au transport du sel aux Côtes d’Espagne

1014 dits Génois, dont 1 de La Havane et 13 des Côtes d’Espagne et d’Italie

1140 dits, dont 21 Napolitains et 19 Vénitiens des Côtes d’Espagne et d’Italie

1232 dits Ragusois, dont 6 de Lisbonne et 26 des Côtes d’Espagne et d’Italie

138 dits, dont 4 Russes de Riga, 2 Prussiens d’Helginsor et 2 Toscans de Gargenti en Sicile

1429 dits Américains, dont 4 de New York, 9 de Boston, 11 de Baltimore, 1 d’Angleterre et 3 des Côtes d’Espagne

151 010

16184 Bâtiments marchands français cy dessus, en outre une frégatte de guerre

171 194 Bâtiments de toutes nations, arrivés à Cadix en 1785, en outre 2 de guerre

18Cadix, 12 mars 1786

19de Montgelas

Source

AN, AE BIII, 349, « État général du commerce du 12 mars 1786 ». La matérialité de ce document qui réunit sur un même folio plié en huit les deux tableaux des importations (à gauche) et des exportations (à droite) et, en dessous, la « Récapitulation » et la liste des entrées de navires, classés par pavillons, a été reproduite le plus fidèlement possible.

Document 2. — « Mémoire présenté à Monsieur Dumouriez, Ministre des Affaires étrangères, par les fabricants de Bas de Nisme » (1792)

20[dans la marge : « envoyé copie à M. Bourgoing à Madrid et au consul de France à Cadix, le 26 mai 1792 »]

21La ville de Nimes se trouve sur le point de voir la fortune d’un grand nombre de ses citoyens entièrement perdue, une fabrique qui occupait plus de trente mille ouvriers est menacée de sa ruine,

22Les fabricants de Bas de la ville de Nimes expédièrent à leurs cometants de Cadix en l’année 1786 et sous la bonne foi de leur libre entrée, de parties considérables de bas de soye à grand coins, couleurs et Broderies Bigarrées propres à la seule consommation des Indes Espagnoles.

23Une partie de ces bas fut retirée de la Douane après avoir aquité les droits d’Entrée, d’autres y furent laissés en attendant qu’on eut occasion de les vendre ; et une 3e partie n’arriva a Cadix qu’au mois de janvier 1787, précisément au moment de la publication d’un Edit qui prohibait l’entrée et sortie de ces marchandises, de manière que celles qui se trouvèrent en Douane furent arrêtées et réputées de contrebande de même que celles qui étaient déjà retirées dans les magasins après avoir aquité des droits d’Entrée,

24Les Négociants et Armateurs Espagnols qui avaient demandé ces Bas de soye, pénétrés du Tort fait aux fabricants de Nismes réclamèrent de concert avec eux contre l’Edit prohibitif qui aurait du en bonne justice accorder un terme suffisant pour les Ventes et expéditions de ces sortes de Bas qui ne peuvent avoir du débouché ailleurs qu’en Espagne, qu’on en Juge par l’Echantillon ci-joint d’un de ces bas. Enfin après avoir retenu ces Bas de soye près de cinq années, le Gouvernement d’Espagne permit aux propriétaires de les retirer de la Douane de Cadix, de les y vendre et expédier aux Indes, mais sous une condition qui rend cette permission entièrement nulle, puisqu’on exige des Espagnols qui voudront charger ces Bas de soye de Nimes pour les Indes de les assortir avec une pareille quantité de ceux du même genre des fabriques d’Espagne, tandis qu’il est notoire qu’il ne s’en trouve pas de semblables dans les dites fabriques. […]

25Enfin le long séjour de la totalité (se portant à trois ou quatre mille douzaines) soit à la Douane ou dans des magasins humides en ont tellement dégradé la qualité qu’il ne pourrait se vendre qu’à perte et il est de la justice du Gouvernement Espagnol d’indemniser les propriétaires et de leur permettre sans retard de les vendre publiquement à Cadix sans aucune Gene, avec pouvoir aux acheteurs Espagnols de les expédier aux Indes tels qu’ils sont sans les assujetir à les assortir avec ceux des fabriques d’Espagne.

26Telle est la Conclusion de ce Mémoire et la Justice que les Intéressés sousignés attendent avec confiance des soins et du zèle de Monsieur Dumouriez en faveur de tous les français oprimés dans leurs personnes ou dans leur bien

27Rolland Mavit et Cie, les frères Charbonel et Cie, Pelonbros et Fraissinet, Jn Belon et Cie, Meinadier Ollive et Cie, p procuration de Vve Jn Ls Jaullaud, Vidalon, Frédéric Bros, E. Fraissinet, Fs Almaric et Dumas, Difaques et fils, Bousquet Routon et Cie, Paris frères, Ls Maystre, Bruguières frères, Ducailar et Teulon, Nadalac, Teuton frères, Cazoing Lagrande Ch Thournel, F. Guisquel, Rolland Abric Germain et Cie, Mare Ribotère, Louis Maigre et Cie, Veyrun frères et Cie, Dausneron frère, Billé, Ribot, Soche neveu et Alexandre Roubel, Alexandre Bousquet et Cie, Vve Ls Jatugneux Jatugneux Colomb et Cie, Roux frères, Martin frères et Cie.

Document 3. — Note d’un prêt à la grosse aventure octroyé par la maison Rey et Brandembourg de Cadix (1766)

  • 1 « ps » est l’abréviation de « piastres » (ou pesos).

28Note d’un contrat de grosse de ps 8368.7.121 y compris la prime de 26 % passé le 17 juillet 1765 par devant notaire entre don Nicolas de Acha, notre débiteur, et don Francisco Sabugo, notre prête-nom, payable à Buenos Aires à don Domingo de Basabilbaso et, en son absence, à son chargé de procuration, à huit mois, en piastres effectives et sous les conditions suivantes, les risques de l’aller et de retour à courir. A savoir :

29Risque de l’aller.

30Sur deux caissons marqués NC no 151 et 152, chargés par ledit Nicolas de Acha pour son compte et risque sur le vaisseau espagnol nommé la Galera Esperanza, maestre don Balthasar de Arrillaga, parti en août 1765 pour Buenos Aires.

31Risque de retour.

32Des mêmes ps 8368.7.12 sur or ou argent qui sera chargé par ledit don Domingo Basabilbaso sur le premier vaisseau qui rétrogradera sous partie de registre après l’échéance des huit mois à la consignation de don Francisco Sabugo, notre prête-nom.

33Nota.

34Que considérant le temps que restent souvent en charge les vaisseaux à Buenos Aires, quoique dans cette occasion il n’y aie pas lieu de le présumer vu la quantité de navires qui s’y trouvent sur le point de revenir, nous avons cependant donné ordre à don Domingo Basabilbaso que s’il y avait lieu de le soupçonner, il fit remise de ces fonds après leur rentrée à don Diego Muñoz y Chili en papier de toute solidité et au mieux de notre avantage, en lui recommandant de ne pas manquer de saisir la première occasion favorable pour nous les faire passer, c’est-à-dire de profiter du premier vaisseau qui viendra sous partie de registre pour charger cette somme à la consignation et pour compte de don Francisco Sabugo, notre prête-nom.

35Intérêt de Messieurs Rey Magneval et Cie dans le contrat ci-dessus.

  • 2 « rte » est l’abréviation de « réaux de plate » (ou reales de plata).

36Principal, rte ……………… 44 438.92

37Frais de copie d’écriture …… 64

38Courtage et commission, 2 % ……

3944 502.9

40dont nous débitons Messieurs Rey et Magneval et Cie pour leur tenir compte de ces fonds à la rentrée.

41Cadix, 28 février 1766

42Rey et Brandembourg

Document 4. — Extrait des registres des délibérations de la nation française à Cadix (1796)

43Ce jourd’hui premier floréal de l’an 4e de la République française une et indivisible.

44Dans l’assemblée générale de la nation française à Cadix convoquée par le général Roquesante, consul de la République française en cette ville, la ditte assemblée composée des citoyens Bonnat, Laurançon, Pitra, Malibran, Monestier, Lannes, Line, Lannes, Permarchan (simon), Moncial, Bourt, Muchada, Capdepon, Ledeist, Serre, Descoubet, Goiran, Lafuente, Barbes, Pons, Candelot, Biarrote, Lassus, Lassus, Ramade, Joffrion, Elissalde, Sarthou, Caupel, Darget, Pessacq, Michel Jean, Poque, Lacomme, Caillier, Superviele, Carrere, Guillet, Bertera (ph), Montillet, Nogué, Demeure, Lapadu, Lieutaud, Deshommets, Leblond, Hermil, Rambaud, Casenave, Mendisco, Lettelier, Denis, Rivet, Campaneu, Rivet, Guillet, Diaque, Garat, Devillas, Roquelaure, appelle la ditte assemblée par des billets d’invitation du citoyen consul, adressés à chacun des individus de la nation portée dans le registre d’immatricule et à eux distribués lesquels sont ici présents.

45Le citoyen consul a dit,

46Il est bien doux pour moi que la confiance dont m’a honorée le gouvernement m’ait mis à même de vous convoquer à l’effet de vous voir réuni dans la maison consulaire de la République française en cette ville, et que ma place me fournisse une nouvelle occasion de servir mon pays en épousant vos intérêts.

47Croyez citoyens que tout ce qui vous intéresse est cher au gouvernement, et que ses intentions sont que les enfants de la Patrie qui sont restés fidèles à leur devoir, et qui vont former cette colonie, jouissent par les agents, de tous les avantages auxquels tout vrai républicain a droit de prétendre et que la loi vous assure, oui, citoyens n’en doutez pas ! Tous les instants que je passerai parmi vous tendront constamment à épouser vos intérêts, à en être défenseur officieux, et à me rendre digne de votre confiance et de votre estime.

48Le Directoire Exécutif s’attend, citoyens, à voir régner parmi vous cette harmonie fraternelle qui doit exister entre des frères, et qui est si nécessaire à la prospérité du commerce, le Directoire, citoyens, vous engage par ma bouche à respecter les mœurs et les usages du pays dans lequel vous êtes, et à vous tenir unis ensemble par ce lien cordial, qui doit tous vous faire rendre au même but.

49Aucun de vous, citoyens, n’a été exempt de privation et de peine, je le sais, et le gouvernement n’est que trop pénétré de cette vérité, mais aussi aucun de vous, je pense, ne diffère, de sentiments, et j’aime à croire que tous les français qui sont ici présents feraient encore aujourd’hui le sacrifice de leur fortune et de leur sang pour sauver la chose publique s’il était nécessaire.

50Les temps sont passés où les agents du gouvernement exerçaient leurs fonctions avec impudeur et sacrifiaient les intérêts de leurs concitoyens aux leurs, le temps est arrivé où les français par leurs succès et leurs travaux, sont devenus des hommes libres ; soyons donc, citoyens, dignes de cet inappréciable don de la nature et jouissons de cet avantage, que la crainte et l’égoïsme soient bannis de toutes les âmes, que la cocarde nationale qui a fait trembler les ennemis de la République, soit pour vous le point de ralliement, qui doit être celui de tout vrai Français ; je vous invite donc à la porter, et de vous rendre par cet acte de patriotisme, et par votre conduite dignes de la protection du Gouvernement et de son appui.

51Après quoi, le citoyen Consul a proposé de procéder au choix de six anciens négociants pour commissaires de la nation à l’effet de nommer quatre sujets éligibles dont deux devront être reconnus, par la voie du sort députés de la nation.

52Sur quoi, il a été procédé de suite au choix des dits commissaires et ce choix est tombé sur les citoyens Garat, Malibran, Magon Campaneu, Serre, Antoine Rivet et Dumas.

53Après quoi, sur la proposition faite par le citoyen consul à la ditte assemblée s’il ne lui paraissait pas convenable de ne point différer l’élection des deux députés qui, aux termes du règlement de 1728, est indiquée à deux jours après l’élection des commissaires, la ditte assemblée a délibéré unanimement qu’il lui paraissait plus expédient de procéder dans la séance de ce jour à leur nomination.

54Sur quoi, le citoyen consul, et les six dits commissaires, se sont retirés dans un appartement séparé, pour y procéder au sus-dit choix, qui est tombé sur quatre sujets éligibles, qui sont les citoyens Pemarchan, Bertera, Monastier et Capdepon, desquels nous ayant été mis sur quatre billets et tirés au sort, il est tombé sur les citoyens Pemarchan et Bertera, qui ont été reconnus avec approbation générale de toute la nation, pour ses députés dont le premier par la même voie du sort a été le citoyen Pemarchan et le second le citoyen Bertera, lesquels ont prêté le serment d’usage, ainsi que le citoyen Poirel chancelier du consulat de la République Française à Cadix, après quoi la séance a été levée au consulat de la République Française à Cadix, les jour et an que dessus et ont signé :

55roquesante, consul, s pemarchand, 1er député, phe bertera, poirel, chancelier, malibran, commissaire, fs dumas, commissaire, f serre, commissaire, garat, commissaire, campaneu commissaire, a rivet, commissaire, laurenzon, bonnat ainé, pitra, monastier, js fs lieutaux, letellier, jp lannes, js lannes, pre carrère, ramade, m superviele, pre ledeist, jh caillier, hte montillet, pre hermil, deshommets, leblond, antoine guillet, jh rambaud, pre pons, pre montiel, jn diaque, js darget, Biarrote, jn lassus, simon muchada, jn lassus, vcent sarthou, ls denis, ab lapadu, lt lafuente, jn lacomme, bd liné, joffrion, mel jean, pre descoubet, jn lassus, elissalde, hy goiran, guintrand, d rossary, jn casenave, villard, d guillet, candelot, nogué, jn pessacq, devillas, jnb bourt, bd mendisco, pour absence du citoyen paul dujourdain, roquelaure.

56Collationné à Cadix le 3 floréal an 4

Document 5. — Copie de la lettre écrite par plusieurs négociants français établis à Cadix au consul de France à Cadix (1825)

57Monsieur le consul, informés par la circulaire que vous nous avez fait l’honneur de nous adresser le 15 courant, des démarches que vous avez eu la bonté de faire, d’abord auprès de son Excellence le Ministre des Affaires étrangères et ensuite auprès de M. le lieutenant Général Vte Gudin [sic], commandant de la division, dans le but de préserver les négociants français établis dans cette ville, des effets de l’ordonnance de SMC, rendue le 22 janvier et publiée dans la gazette du 3 courant, nous venons vous présenter le juste tribut de notre reconnaissance.

58Cette ordonnance nous avait justement alarmé, mais grâce au zèle et aux sages mesures de notre représentant, nous voilà désormais sans inquiétude. Vous remerciant mile fois pour avoir prévenu nos craintes, nous vous promettons de nous conformer exactement à tout ce que vous voudrez bien nous prescrire dans quelque circonstance que ce puisse être ; vos lumières, votre prudence et dévouement étant pour nous la plus solide garantie de franchise que nous assurent les traités.

59C’est avec le plus vif empressement, Monsieur le Marquis, que nous saisissons cette occasion pour vous témoigner combien nous nous estimons heureux d’avoir pour chef et défenseur, un mandataire aussi recommandable, et il ne nous resterait rien à désirer si notre gouvernement, d’ailleurs si paternel, daignait prêter l’oreille aux justes réclamations que vous ne cessez de lui faire dans l’intérêt général du commerce français, et jeter quelques regards de bienveillance sur ceux de ses sujets que leurs propres intérêts ou le besoin de créer des débouchés aux produits des manufactures françaises, appellent dans ce pays.

60Nous osons espérér, Monsieur le Consul, que vous voudrez bien être l’interprète de notre reconnaissance auprès de M. le lieutenant général Vte Gudin [sic], pour l’empressement avec lequel il a eu la bonté d’accorder son appui pour seconder vos démarches en notre faveur.

61C’est avec les sentiments de la plus profonde reconnaissance et en nous recommandant de nouveau à votre active protection que nous avons l’honneur d’être etc…

62Signatures : Dome Lagarde, Aug Conte, Et Boisson, P. et Ant. Sicre, Arnaud, Desolme, Badel et cie, Damourette, Eymard, Elizague, Delaville, Gme Rey, Pre Lapadu, Bd Liné, Ducournaud, Simonnet, Mourot, Finietz, Pley, Darhan, Casaubon frères et cie, Campagne, Mathieu Lacoste, Albert, Bonnecase

Document 6. — La maison Jugla Demellet et Cie et le commerce du blé d’Afrique du Nord (1804)

63Monsieur,

64Nous vous prions de vouloir admettre et faire coucher sur vos registres la déclaration que nous allons vous faire, afin que nous puissions en faire usage dans le cas que notre propriété neutre (notre maison étant suisse) soit compromises par des armateurs français.

65Ayant projeté de tirer des grains d’Oran, Arzeu, Arisgon ou autres ports de la côte d’Afrique, et ne voulant point accorder notre confiance à des gens établis dans ce pays-là, nous avons décidé d’y envoyer ad hoc le sieur Jacques Faurel possédant la langue arabe, il se fixera vraisemblablement à Oran où il se trouve à ces heures, et il aura des agents aux autres ports. Ne pouvant lui envoyer des fonds d’ici pour exploiter ce commerce, l’extraction des espèces n’étant point permise, nous nous sommes adressés au sieur Judah Benolier de Gibraltar qui lui expédiera ce qui sera nécessaire pour l’achat des cargaisons pour notre compte et risque, et qui s’en remboursera de la manière que nous lui avons prescrite. Mais comme ce moyen intermédiaire par Gibraltar que nous adopterons pourrait donner lieu à des soupçons touchant la véritable propriété malgré l’expression qui en sera insérée dans les connaissements, nous vous déclarons, Monsieur, que ces affaires seront entièrement pour notre compte, le sieur Faurel ne pouvant point en faire pour aucun autre, et si par la suite le cas l’exige nous espérons que vous nous accorderez un témoignage authentique de l’exposition que nous vous en faisons.

66Nous avons l’honneur d’être avec une parfaite considération votre très humble serviteur.

67Jugla Demellet et Cie.

Notes

1 « ps » est l’abréviation de « piastres » (ou pesos).

2 « rte » est l’abréviation de « réaux de plate » (ou reales de plata).

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search