Version classiqueVersion mobile

Les marchands français de Cadix et la crise de la Carrera de Indias (1778-1828)

 | 
Arnaud Bartolomei

Conclusion

Texte intégral

  • 1 North, 2005, p. 44.
  • 2 Chastagnaret, Raveux, 2001, p. 15.

1« Ce n’est pas que le postulat de la rationalité soit “faux”. C’est plutôt qu’il ne nous guide en rien dans la compréhension des choix faits par les sociétés humaines dans différents contextes cruciaux1 ». Cette remarque de Douglass North invite résolument à replacer la rationalité et le libre arbitre des agents économiques à leur juste place : un étroit territoire borné par la partialité de l’information dont ils disposent pour prendre leurs décisions et par leur dépendance vis-à-vis de l’environnement dans lequel ils sont insérés. Dans le sillage de cette mise en garde, nous pensons avoir trouvé les principales raisons qui expliquent le maintien d’une colonie marchande française à Cadix pendant les cinq dernières décennies de la Carrera de Indias. Cinq décennies marquées par des contextes éminemment « cruciaux » puisque leurs contemporains furent témoins, tour à tour et parfois simultanément, du démantèlement du monopole commercial dont bénéficiait depuis plus d’un siècle le port, des deux violents affrontements franco-espagnols de 1793 et de 1808, de la guerre maritime que se menèrent inlassablement la France et la Grande-Bretagne jusqu’en 1815 et, finalement, de l’émancipation des colonies américaines. Comprendre les choix que firent les marchands français qui revinrent ou demeurèrent à Cadix, une ville dont le négoce était en pleine déliquescence, ne peut donc pas se faire à l’aune de ce qui nous paraîtrait aujourd’hui comme la décision optimale ou la plus rationnelle – rentrer à Lyon ou à Marseille, devenir banquier à Paris ou assureur à Londres, ou se retirer à Genève –, mais plutôt à l’aune de ce qu’étaient effectivement ces hommes au moment où ils prirent leur décision et de ce que chacun d’entre eux pouvait percevoir de la réalité qui l’entourait en fonction de « son histoire personnelle, [de] sa formation, et plus largement, [de] l’ensemble de son histoire culturelle mobilisée pour la prise de décision2 ». Pour comprendre ces choix, il fallait donc auparavant mieux connaître les hommes qui les firent.

2Pour ce faire, la prosopographie et la démographie historique ont été nos meilleurs alliées, car si une colonie française se perpétua à Cadix, c’est avant tout parce que des centaines de marchands français y vécurent et y exercèrent une activité tout au long de la période. Parmi eux se distingue, immédiatement et à toutes les époques, un noyau dur d’individus totalement intégrés et souvent en voie d’assimilation. Leur choix de demeurer à Cadix ne surprend donc pas : ils s’y étaient mariés, y possédaient la totalité de leurs biens, et ils avaient souvent rompu de longue date avec leur pays natal en adoptant la naturaleza espagnole. Mais, même si leur nombre augmenta constamment au cours de la période, ils ne furent jamais plus de quelques dizaines, pour lesquels la France n’était plus qu’une vague origine familiale. Guère plus nombreux finalement que ne l’était le groupe des marchands « de passage », qui ne cessèrent jamais de se presser à Cadix, y compris au xixe siècle. Leurs profils évoluèrent au cours de la période, les commis et les jeunes négociants en quête d’expérience, parmi lesquels ces individus en transit se recrutaient majoritairement dans les années 1780, cédant peu à peu la place aux agents d’affaires et autres voyageurs de commerce que l’on croise de plus en plus fréquemment à partir des années 1820. Leur nombre évolua cependant assez peu et, jusqu’au milieu du siècle, peut-être plus tard, on comptera toujours quelques dizaines de marchands français fraîchement arrivés dans la ville. Pourquoi venaient-ils à Cadix ? Pour y faire des « affaires ». Pas les mêmes affaires d’un bout à l’autre de la période, ni les mêmes façons de les faire, mais toujours des affaires.

  • 3 Bergeron, 1999 ; Chassagne, 1991 ; Pétré-Grenouilleau, 1997.

3Les motivations du gros de la colonie française, à savoir de ceux qui s’établirent durablement à Cadix sans jamais se fondre dans la population locale, sont en revanche plus difficiles à cerner : ils étaient venus à Cadix – comme tous les autres – pour s’enrichir et sans réelle intention d’y rester, mais ils s’y établirent et s’attachèrent finalement à la ville au point de ne plus vouloir, ou de ne plus pouvoir, la quitter. Or, ce sont ces trajectoires – celles d’un Jacques Jugla, d’un Bernard Magon, d’un Guillaume Rey ou d’un Jean-Pierre Lapadu – qui interpellent probablement le plus l’observateur contemporain, soucieux de mieux comprendre les logiques de décision de ces acteurs économiques, évidemment rationnels, qui demeurèrent à Cadix, en dépit de l’irrémédiable déclassement social dans lequel ils se trouvaient entraînés. Pour percer le secret des arbitrages qui les amenèrent à faire de tels choix, l’enquête ne pouvait guère compter sur les sources a priori les plus utiles : les journaux intimes et les correspondances personnelles. Là, les tiraillements et autres dilemmes auxquels tous furent nécessairement confrontés auraient peut-être été mis en lumière. Mais ils auraient pu aussi être une fausse piste, ne livrant que les discours auto-justificateurs formulés a posteriori par des acteurs dépassés par les évènements de leur temps. Il n’a de toute façon pas été possible de recueillir de tels épanchements du for privé et il a donc fallu mobiliser d’autres sources et d’autres façons de les lire. Le recours à la méthode prosopographique, qui permet de dégager quelques trajectoires de vie types, s’est tout d’abord imposé, d’autant plus qu’il était possible de suivre dans cette voie nombre d’éminents historiens qui s’y étaient essayés3. Accumuler les sources pour établir, le plus précisément possible, les conditions historiques qui furent celles du Cadix de l’époque a constitué le second objectif de la recherche, ce qui nous a conduit à renouer – non sans un certain plaisir – avec les belles heures de l’histoire sérielle, que ce soit pour retrouver une conjoncture portuaire encore méconnue ou pour apprécier l’évolution de niveaux de fortune. Au total, l’enquête a permis, si ce n’est de reconstituer la totalité des trajectoires individuelles que suivirent les marchands français de Cadix, du moins de déterminer les deux principales bornes qui délimitaient l’espace à l’intérieur duquel leur libre arbitre pouvait s’exercer. La vision très partielle des évènements qu’ils vivaient constitue la première de ces bornes ; l’attachement qui les lia toujours plus étroitement à Cadix, la seconde.

4Il est évident que les marchands de Cadix n’eurent probablement jamais pleinement conscience du naufrage dans lequel se trouva entraînée la Carrera de Indias à partir des années 1790. Plusieurs raisons expliquent cet aveuglement et, en premier lieu, le caractère irrégulier de la conjoncture du commerce transatlantique de Cadix au cours de la période. Les ruptures provoquées par les deux blocus britanniques de 1797 et 1805 furent sans nul doute d’une brutalité inédite, mais elles laissèrent à chaque fois la place à des épisodes d’euphorie commerciale rappelant les emballements que les négociants européens avaient connus à l’issue de chacun des conflits émaillant le xviiie siècle. En outre, on le sait maintenant, même les blocus les plus rigoureux peuvent être contournés : le recours aux neutres, aux réseaux du petit cabotage et à de nouvelles voies commerciales, inventées pour l’occasion, est venu atténuer, ici comme ailleurs, l’intransigeance britannique. La guerre suscite aussi de nouvelles opportunités, comme la course, dont surent se saisir avec engouement les marchands français. Certes il ne s’agit que d’un pis-aller au négoce, mais cela permet de tenir dans l’attente de la paix maritime. En définitive, la grande majorité des marchands de Cadix purent ainsi croire que la guerre avec l’Angleterre n’était qu’un nouvel épisode du conflit séculaire qui avait opposé les grandes puissances européennes. Ils ne cessèrent d’espérer un prochain retour « à la normale ». Certains, dès Trafalgar pour les plus lucides, finirent par comprendre que la vieille route commerciale de la Carrera de Indias, qui reliait l’Amérique hispanique à l’Europe via l’Andalousie, ne serait plus jamais l’une des voies privilégiées du commerce transatlantique. La majorité ne se résolut cependant à l’évidence qu’au moment de la proclamation des indépendances du Mexique et du Pérou, en 1821. Dans ce tableau d’ensemble, les Français installés à Cadix ne font pas exception. Évidemment, la colonie qu’ils formaient n’était déjà plus que l’ombre d’elle-même en 1821, mais leurs départs avaient été causés par la détérioration des relations franco-espagnoles, bien plus que par la crise de la Carrera de Indias. De fait, sur les quelque 300 Français qui revinrent tenir leurs établissements à Cadix en 1796, seule une toute petite minorité quitta définitivement la place au cours de la décennie qui suivit. La majorité d’entre eux, au contraire, y moururent ou y exercèrent le négoce jusqu’en 1808. Jusqu’au tout début des années 1820, la place continua même à susciter des vocations de l’autre côté des Pyrénées, comme si le mythe de Cadix avait mis plus de temps à s’effacer que son commerce. Après cette date, la situation change. Les disparitions des anciens se multiplient alors que les nouveaux venus ne cherchent plus vraiment à faire souche. C’est à ce moment-là que la colonie française disparaît réellement, la quarantaine de commerçants encore recensés par le consul en 1840 n’ayant plus grand-chose à voir avec ce qu’était une « nation marchande » dans l’Europe moderne. L’aveuglement des marchands français constitue donc sans aucun doute l’une des principales raisons de leur maintien à Cadix : ils ne purent tirer les leçons d’un changement dont ils mirent longtemps à discerner l’ampleur et le caractère définitif.

5Peut-on cependant avoir la certitude qu’ils auraient agi différemment s’ils avaient eu une conscience plus nette des évènements ? Auraient-ils réellement pu prendre d’autres décisions que celles qu’ils prirent, compte tenu de ce qu’ils étaient ? Ces questions, encore plus passionnantes, invitent à explorer les chemins de la path dependence (dépendance au sentier), après ceux de la bounded rationality (rationalité limitée), pour emprunter à la discipline économique deux de ses notions les plus porteuses. Certes, seule une petite minorité de marchands français avaient définitivement renoncé à l’idée d’un retour en France. Mais les autres, tout en attendant les conditions qui leur permettraient d’y rentrer un jour, finirent par s’enraciner dans une société au sein de laquelle ils demeureraient pourtant à jamais des étrangers. Or, les conditions pour rentrer devinrent de plus en plus difficiles, et la possibilité d’un départ sans dommage devint de plus en plus improbable avec le temps. Déjà, avant la crise, il n’était pas si simple de quitter Cadix sans perdre le capital, matériel et immatériel, qui y avait été accumulé. Le système de rotation des hommes au sein des grandes maisons de négoce françaises de la ville avait constitué au xviiie siècle une solution efficace à ce problème. Mais, il se grippa ensuite, pour une part parce que la relève ne vint plus – ou de moins en moins –, pour l’autre parce que la volonté de partir s’amenuisait avec les années. Tel fut, par exemple, le destin du vieux Simon Fornier, qui ne fut jamais relayé et qui demeura à Cadix jusqu’à sa mort, d’abord par sens du devoir envers sa famille, ensuite parce que la vie l’ayant définitivement fixé en Andalousie, son retour en France n’avait dorénavant plus de sens. Son cas, qui est loin d’être unique, confirme une évidence : l’homme n’est en rien conforme à cet agent économique rationnel mû par le seul appât du gain, qu’a érigé en paradigme la science économique contemporaine, et il peut aussi se laisser dominer par d’autres passions et d’autres affects, susceptibles de lui dicter sa destinée, y compris à l’encontre de tout bon sens économique. En l’occurrence cependant, l’exemple de ces marchands français de Cadix invite à dépasser ce premier constat tant, dans leur cas, l’enracinement social et affectif à Cadix semble avoir été second par rapport à l’enracinement professionnel. C’est parce qu’ils restèrent à Cadix qu’ils finirent par s’y enraciner – en y fondant une famille ou pas, d’ailleurs – et non le contraire. Une question demeure donc en suspens : pourquoi le négoce, activité a priori propice à la mobilité, contribua-t-il à fixer durablement toute une génération de marchands français à Cadix ? Nous pensons que la réponse à cette interrogation essentielle réside dans ce qui fonde les pratiques et la matérialité mêmes de l’échange à l’époque. Loin d’être cette activité fluide, désincarnée et dématérialisée, que l’on a longtemps décrite en s’appuyant sur une lecture certainement trop rapide des évolutions qu’avaient expérimentées les instruments du commerce au cours des siècles, le négoce de l’époque continue au contraire d’apparaître comme une pratique extrêmement personnalisée, reposant en premier lieu sur l’intuitu personæ et le crédit dont jouit un individu au sein de la place dans laquelle il est établi. Le négociant doit avoir « pignon sur rue » pour accéder à l’ensemble des ressources que la place est susceptible de lui offrir et il doit aussi assurer et rassurer ses confrères par sa présence quotidienne à leurs côtés, lors des assemblées de la Bourse de la ville. Loin de son comptoir, il n’a plus accès à ses archives, qui renferment la mémoire de ses affaires, et il ne peut pas davantage solliciter ses débiteurs, qui profitent de son absence pour différer leurs obligations. Partir ne lui est finalement possible que s’il trouve quelqu’un pour le représenter et le remplacer dans tous les actes qu’il doit accomplir au jour le jour. Faute de quoi, partir revient à perdre à coup sûr. La chose devient certes envisageable, si le gain mis en balance en vaut la peine. Mais que pouvait espérer un marchand français de Cadix, à moitié ruiné par ses déboires andalous, d’un départ vers une ville où il devrait tout recommencer à zéro et où il lui faudrait se refaire un nom et une situation ? Ce sont là des paris que peuvent tenter des hommes jeunes et entreprenants, ou alors des individus parfaitement intégrés dans des réseaux solidement établis ou des structures transnationales leur garantissant un point de chute sûr. Mais peu de négociants français revenus à Cadix en 1796 avaient encore de tels profils et pouvaient donc être certains que leur avenir serait plus heureux ailleurs. Dès lors, le choix qu’ils firent de rester apparaît finalement comme tout à fait rationnel, du moins tout à fait conforme à ce qu’ils étaient et à l’expérience du monde qu’ils avaient acquise au cours de leur vie. L’histoire des marchands français de Cadix est en définitive celle d’individus, semblables en cela à bien d’autres, qui, parce qu’ils ne surent pas ou ne purent pas se réinventer, se trouvèrent marginalisés par le processus du changement et qui sortirent finalement de l’histoire par la petite porte après avoir écrit l’une des plus belles pages des négoces maritimes français au xviiie siècle.

Notes

1 North, 2005, p. 44.

2 Chastagnaret, Raveux, 2001, p. 15.

3 Bergeron, 1999 ; Chassagne, 1991 ; Pétré-Grenouilleau, 1997.

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search