Version classiqueVersion mobile

Les marchands français de Cadix et la crise de la Carrera de Indias (1778-1828)

 | 
Arnaud Bartolomei

Chapitre v

L’attachement des marchands français à Cadix

Un enracinement sans intégration

Texte intégral

  • 1 Voir supra.

1Les durées des séjours effectués en estos Reinos déclarées par les marchands français de Cadix lors des recensements de 1791 et de 1808, ou en d’autres occasions, témoignent de la profondeur de leur enracinement en Espagne. Au début des années 1790, en effet, plus du quart des membres de la colonie française prétendaient être arrivés en Espagne avant 1760 et y avaient donc effectué un très long séjour (115 sur 415), un peu moins de la moitié s’y étaient installés au cours des années 1760 et 1770 (192), et seul le dernier quart y étaient arrivés après 1781 et n’avaient donc effectué qu’un court séjour en Espagne (108)1. Si ce dernier chiffre confirme que la colonie était constamment renouvelée par d’importants flux migratoires – plus de 25 % des marchands installés à Cadix en 1791 sont arrivés au cours de la décennie précédente et 10 % au cours des trois années immédiatement antérieures au recensement –, il montre également que, quelle qu’ait été leur intention au moment de leur arrivée à Cadix, les marchands français avaient tendance à prolonger leurs séjours sur place. L’enracinement des marchands français paraît encore plus marqué pour les périodes suivantes, en dépit de la dégradation des relations franco-espagnoles consécutive à la Révolution et de la crise que connut alors le commerce colonial de Cadix. À la veille des évènements de 1808, les séjours courts représentent certes encore près de 20 % du total (57 sur les 285 données collectées), mais la part des séjours de plus de 30 ans a fortement augmenté, passant de 28 % à 48 % (136 sur 285). Cela signifie que près de la moitié des marchands français présents à Cadix en 1808 étaient des hommes mûrs, arrivés en Espagne – et vraisemblablement à Cadix – dans les années 1770, avant même la promulgation des décrets du comercio libre. En 1819, la situation n’est guère différente, en dépit des circonstances de la décennie écoulée : à cette date, près de la moitié des marchands français présents à Cadix avaient séjourné en Espagne depuis plus de 30 ans (54 sur 123), et les deux tiers y avaient vécu avant le début de l’intervention napoléonienne (75 sur 123). L’enracinement des marchands français, qui était déjà patent en 1791, ne cessa donc de se renforcer au cours des trois décennies suivantes, ce qui permet d’affirmer que la cause première du maintien d’une puissante colonie marchande française à Cadix, jusqu’au début des années 1820, réside dans le choix d’y rester, ou d’y revenir, que firent la centaine de marchands français qui s’y étaient installés avant la Révolution et qui témoignèrent d’un attachement sans cesse renouvelé envers la place andalouse.

  • 2 La citation est extraite de propos de Pierre-Léopold de Toscane stigmatisant des marchands étrange (...)
  • 3 Dans un rapport rédigé par le Consulado sur le commerce de Cadix en 1788, le séjour à Cadix des ma (...)
  • 4 « Le métier de commissionnaire à Cadix apparaît donc comme une école destinée à former les chefs d (...)
  • 5 Dermigny, 1959-1960 ; Le Barzic, 1974 ; Daridan, 1994.
  • 6 S’appuyant sur les travaux d’Albert Girard et de Louis Dermigny et constatant qu’une quinzaine de (...)
  • 7 En 1776, le consul de France écrit à propos des négociants français : « Beaucoup de nos meilleures (...)
  • 8 « Un petit nombre de nos nationaux établis à Cadix revient en France ; excepté en cinq ou six mais (...)
  • 9 Girard, 1932, p. 553.
  • 10 « Los extranjeros residentes en Cádiz se asimilan hasta tal punto a la ciudad que en muchas ocasio (...)
  • 11 Collado Villalta, García-Baquero González, 1990.

2Comment expliquer un tel attachement dans le contexte commercial déprimé de l’époque ? Les marchands français restèrent-ils à Cadix parce qu’ils s’y étaient attachés et intégrés ? Si elle mérite d’être posée, une telle question se heurte d’emblée à l’idée communément admise qui présente les marchands de l’époque, et notamment les marchands étrangers, comme des êtres foncièrement utilitaristes et « sans aucun attachement au pays2 ». Or, les marchands de Cadix ne semblent pas s’être distingués en la matière, du moins si l’on en croit certains témoins de l’époque3. Concernant la colonie française de la ville, les historiens ont longtemps abondé dans le même sens, insistant sur la superficialité de son enracinement local. Ainsi, Albert Girard, en se fondant sur divers témoignages concordants, soulignait le premier le caractère transitoire des séjours qu’effectuaient les marchands français en Andalousie4. Sa thèse, assimilant Cadix à une sorte de centre de formation de l’élite négociante française, a ensuite été corroborée par les différents travaux menés sur quelques-unes des familles les plus prestigieuses de la place5 et généralisée par Didier Ozanam à l’ensemble de la colonie6. De fait, divers témoins de l’époque, le consul français en premier lieu, insistent sur la faible intégration des marchands français à la société locale7. Ils ne sont cependant pas unanimes : en 1785, le même consul qui, 10 ans plus tôt, décrivait le roulement des cadres au sein des maisons françaises, déplore désormais la tendance des marchands français à épouser des Espagnoles, à s’acclimater à la ville et à se naturaliser8. Les historiens soulignent également cette tendance à l’enracinement. Albert Girard, lui-même, remarquait d’ailleurs que « les séjours en Espagne étant assez longs, il arrivait que le jeune commissionnaire s’y mariait avec une femme du pays […]. Ceux-ci devaient être plus enracinés à Cadix que les autres. Leurs enfants prenaient tout naturellement leur succession sans quitter leur famille. Ils avaient tendance à se fondre parmi les Espagnols9 ». Ramón Solís insiste lui aussi sur la tendance à l’assimilation des marchands étrangers, et Margarita García-Mauriño Mundi souligne l’adhésion des jenízaros aux valeurs de la bourgeoisie gaditane, notamment en matière d’investissement et d’aspiration à l’anoblissement10. Enfin, Antonio García-Baquero González et Pedro Collado Villalta ont fermement contesté la thèse qui fait de Cadix un centre de formation de l’élite mercantile française, en montrant que le système de rotation familiale ne concernait qu’un petit nombre de maisons, alors que la majorité des marchands français à Cadix effectuaient plutôt des séjours longs et épousaient des Espagnoles11.

  • 12 Sur l’opposition entre « migration de maintien », qui suppose la persistance de l’idée d’un retour (...)

3Ces différentes manières de percevoir et d’analyser la question de l’attachement des marchands français à Cadix, tant chez les contemporains que chez les historiens, ne sont cependant pas nécessairement antinomiques. D’abord parce qu’au sein de la colonie, l’éventail des comportements individuels est très large : pour le marchand de passage, ou celui venu effectuer un court séjour, le temps de se former ou de se constituer un capital, Cadix n’est qu’un espace-ressource qu’il quittera aussitôt accompli l’objectif qu’il s’est fixé ; en revanche, d’autres, après un long séjour, renonçaient à l’idée de retour et investissaient totalement leur nouveau lieu de résidence12. Suivant qu’un observateur s’intéresse davantage aux uns ou aux autres, ses conclusions s’en trouvent orientées. La seconde difficulté soulevée par cette question est que la notion d’attachement peut recouvrir trois réalités différentes, qui ne vont pas systématiquement de pair. L’attachement peut se manifester envers la ville dans laquelle le marchand étranger est installé : pour des raisons professionnelles ou sentimentales, il lui est difficile de la quitter, il y prolonge son séjour et finalement s’y enracine. Cet enracinement n’implique cependant pas nécessairement son intégration à la société d’accueil, celle-ci ne prenant corps que s’il se marie en son sein, s’il participe à la vie de la cité, en s’intégrant par exemple aux cercles de sociabilité locaux, et s’il se lie de façon préférentielle à des autochtones plutôt qu’à ses compatriotes. Enfin, lorsque l’étranger adhère aux valeurs et aux normes culturelles de la société d’accueil, qu’il les fait siennes, et qu’il fait, sans restriction, acte d’allégeance envers le pouvoir souverain qui la régit, il semble possible de parler d’assimilation. Ces trois degrés d’attachement, au lieu, à la société locale et à la nation, peuvent s’articuler de façon cohérente dans le parcours d’un individu qui franchit une à une les étapes le menant du statut de transeunte à celui de natural. Le plus souvent cependant, la réalité que l’on découvre prend la forme plus complexe d’une identité métissée.

  • 13 Jeannin, 1980.

4Étudier la question de l’intégration à l’échelle d’une colonie marchande se heurte donc à un double écueil : interpréter, d’une part, l’identité plurielle dont chacun de ses membres est porteur ; ne pas négliger, d’autre part, la diversité des expériences individuelles, qu’il s’avère difficile de réduire sous la forme de modèles types13. À Cadix, les sources relatives à la question sont pourtant abondantes : les recensements de 1791 et 1808 livrent une information systématique sur la durée des séjours, la situation matrimoniale et le statut juridique de chacun des membres de la colonie française ; les actes notariés, les testaments notamment, éclairent sur les réseaux de sociabilité et les pratiques culturelles des marchands français, alors que la documentation sur leurs compagnies et leurs pratiques commerciales permet de préciser l’environnement professionnel au sein duquel ils évoluaient ; les sources consulaires et les dossiers de naturalisation, enfin, viennent compléter le corpus. Croisées à l’échelle d’individus donnés, ces sources offrent la possibilité de dresser une galerie de portraits illustrant les divers profils d’intégration constatés au sein de la colonie. Analysées séparément et exploitées sous un angle statistique, elles permettent de généraliser les constats ainsi dégagés et de mettre en évidence les comportements les plus communs des marchands français de Cadix, ainsi que leurs évolutions au cours de la période.

Quatre portraits de marchands français, quatre profils d’intégration

5Suivant qu’ils résident à Cadix depuis plusieurs décennies ou qu’ils y sont arrivés depuis peu de temps, qu’ils s’y sont mariés ou qu’ils sont demeurés célibataires, qu’ils ont renoncé au statut de transeunte ou qu’ils l’ont conservé jusqu’à leur départ, ou à leur mort, les marchands français à Cadix apparaissent plus ou moins engagés dans un processus d’intégration à la société locale. Chez certains, tous ces critères convergent et dessinent un profil cohérent résolument orienté vers l’idée d’un retour en France ou, au contraire, empreint de la volonté de demeurer à Cadix et de se fondre au sein de la société locale. Ainsi, Jean-Joseph Leydet incarne la première de ces figures tandis que les frères Layus illustrent parfaitement la seconde. Les vies de Jacques Jugla et des frères Béhic sont en revanche plus difficiles à caractériser : le premier, sans jamais manifester le moindre désir de s’intégrer à la société espagnole, a vécu 62 ans à Cadix et y est mort ; les frères Béhic, pour leur part, bien qu’Espagnols par leur naissance, n’ont jamais cessé d’évoluer au sein du milieu français.

Jean-Joseph Leydet, un commis voyageur mort à Cadix

  • 14 La totalité des informations concernant le séjour de Leydet à Cadix sont tirées, sauf mention cont (...)

6Jean-Joseph Leydet est un commis marseillais, mandaté pour une mission commerciale temporaire à Cadix en novembre 1803. Il y mourut durant l’été 1804, probablement de maladie14. Ses papiers personnels contiennent, à côté de l’abondante correspondance qu’il entretenait avec son patron, le négociant marseillais Pierre Collique, une vingtaine de lettres intimes que lui adressèrent son épouse, son père et ses amis, tous demeurés à Marseille. Ces documents permettent de mieux appréhender les conditions de séjour et l’état d’esprit de ces marchands de passage à Cadix.

  • 15 Le 12 novembre 1803, il fait part à Leydet d’un avis qu’il a reçu sur cette compagnie disant « qu’ (...)
  • 16 Les documents décrivant la mission de Jean-Joseph Leydet ont été édités et commentés dans Bartolom (...)

7En 1803, à l’époque où il arriva en Andalousie, Leydet était principalement employé par son patron pour effectuer des missions commerciales délicates à l’étranger. La maison Pierre Collique et Cie, probablement l’une des plus importantes de Marseille, s’était en effet déclarée en cessation de paiements, et ses créanciers avaient exigé une prompte réalisation de ses avoirs avant d’accorder à son principal dirigeant le sauf-conduit qui lui était indispensable pour assurer lui-même la liquidation de ses affaires. Avant de gagner Cadix, Leydet fut donc envoyé à Gênes pour défendre les intérêts de son employeur dans la faillite de la compagnie Liquier. Il se trouvait dans le port ligure lorsque le navire le Bon Victor, de retour de l’Isle de France, arriva à Cadix avec une riche cargaison de denrées coloniales appartenant à l’Association pour le commerce de l’Inde, une société commerciale par actions que dirigeait Pierre Collique. Le navire ne pouvant pas gagner la France en raison de la reprise des hostilités avec l’Angleterre, il fut décidé de liquider l’armement à Cadix. La compagnie Delaville père et fils, réputée pour son expérience dans le commerce des Indes orientales et intéressée dans l’affaire, fut désignée comme consignataire du navire et de sa cargaison. Très vite cependant, Pierre Collique eut des doutes sur la capacité de cette compagnie à remplir cette mission : il avait reçu des avis défavorables sur l’état du crédit de cette dernière, et ces rumeurs furent vite confirmées par le refus de Prudent Delaville de consentir les 200 000 francs d’avances sur le produit de la vente de la cargaison qu’il lui avait demandés15. C’est alors qu’il décide d’envoyer Leydet à Cadix pour surveiller les opérations et qu’il lui écrit à Gênes pour le prier de se rendre le plus rapidement possible dans le port andalou. Sa mission est double : réunir des informations sur le crédit de la compagnie Delaville et, au besoin, lui retirer des mains l’affaire pour la confier à la maison Rivet ; surveiller, ensuite, les opérations de vente de la cargaison et du navire, afin de faire en sorte que le produit soit remis incessamment sur Marseille16. Il est inutile de s’attarder davantage ici sur le déroulement de la mission de Leydet dont nous ne connaissons pas le dénouement, puisqu’il décéda alors qu’une partie de la cargaison – le poivre et les toiles – demeurait invendue et que le sort du navire n’avait toujours pas été fixé. Les papiers privés du commis permettent en revanche de mieux appréhender les conditions de son séjour à Cadix.

  • 17 Le carnet de Leydet contenait les adresses des établissements Philippe Favar et Cie, Jean Ségalas, (...)
  • 18 « Est-il possible, mon cher fils, que sachant la triste situation où j’étais à votre départ pour l (...)
  • 19 Courrier de Mme Leydet née Guirainaut à Jean-Joseph Leydet, 16 mars 1804.
  • 20 Son ami Pellissier lui écrit en apprenant qu’il est sur le point de rentrer : « ton absence me dev (...)
  • 21 Le 5 novembre, elle lui écrit : « Je fais des vœux au ciel pour que Planche obtienne ton rappel ai (...)
  • 22 Pierre Collique à Jean-Joseph Leydet, 12 novembre 1803.

8D’un point de vue matériel, les conditions de vie de Leydet, révélées par son cahier de dépenses, paraissent relativement frugales. Ses loisirs devaient être très réduits et son seul luxe résidait dans les frais de courrier dépensés pour rester en contact avec ses proches. En dépit des multiples contacts dont il disposait à Cadix17, il n’était pas logé chez un négociant et vivait dans une chambre louée 43 francs par mois. Ses repas, pris dans une auberge de la ville, lui coûtaient environ 60 francs par semaine. En comptant les notes de blanchisserie et de perruquier, on peut évaluer à 320 francs par mois ses dépenses, à quoi s’ajoutent quelques notes de tailleur et de menus frais (une livre de cire par exemple). Plus que la modestie de ses conditions matérielles, ce sont cependant les souffrances liées à l’isolement qui retiennent l’attention. À travers les tables de conjugaison des verbes « ser », « estar », « tener » et « haber », qu’il déclinait à tous les temps et à tous les modes sur une feuille de brouillon, transparaît le désarroi d’un marchand arrivant dans un pays dont il ne connaissait ni la langue, ni les coutumes. En outre, en sa qualité de chef de famille, Leydet devait pourvoir aux besoins des siens demeurés au pays. Le 30 janvier 1804, son père lui adresse un courrier plein de détresse pour lui manifester le dénuement matériel dans lequel il se trouve18. Sa jeune épouse semble pour sa part à l’abri du besoin, Pierre Collique lui remettant régulièrement de petites sommes. En mars 1804, elle est cependant priée par sa logeuse de quitter son domicile et fait part de son inquiétude à son mari dont le retour est sans cesse retardé19. Au-delà de ces difficultés d’ordre matériel, les courriers qu’il reçoit de la part de ses proches laissent deviner les blessures intimes causées de part et d’autre par la séparation. Ses amis Pellissier et Planche, également employés chez Pierre Collique, lui témoignent l’impatience dans laquelle ils sont de le retrouver20. Quant aux 15 lettres écrites par sa femme, tout au long de son année d’absence, elles constituent un florilège de marques de tendresse et de souffrance, que l’issue tragique de cette séparation rend d’autant plus touchantes pour le lecteur. En filigrane, on devine qu’il souffrait également de cette séparation : en octobre 1803, il lui demande de faire intervenir Planche auprès de Pierre Collique pour obtenir « son rappel21 » ; en janvier 1804, un mois après son arrivée à Cadix, il la prie de lui envoyer une mèche de ses cheveux, ce qu’elle fait aussitôt ; en mars, il lui reproche de moins lui écrire et de se détacher de lui, elle s’en émeut ; et, jusqu’au bout, il lui cache sa maladie pour ne pas aggraver ses peines. L’émotion que l’on perçoit au travers de cette correspondance contraste avec la froideur avec laquelle Pierre Collique lui demande de se rendre de Gênes à Cadix « en droiture », sans passer « à Marseille, car ça serait une perte de temps inutile22 ».

  • 23 Lorsqu’elle apprend son départ pour Cadix, sa femme lui écrit : « Il faut comme tu le dis se plier (...)
  • 24 « Les affaires vont bien doucement à Marseille. Si tu trouvais là-bas quelque chose qui te convien (...)
  • 25 « Ton retour est donc décidé d’après ce que tu dis à ta femme […] j’en suis on ne peut plus charmé (...)
  • 26 Le courrier débute en ces termes : « J’ignore depuis ta lettre si tu es mort ou en vie » (Planche (...)

9Sans aucun doute, Leydet se trouve à Cadix, en situation de « migration de maintien ». La ville n’est pour lui qu’un espace-ressource, dont dépend son avenir professionnel, à court terme comme à moyen terme, puisqu’il espère de sa mission un avancement et un enrichissement de ses contacts personnels23. En revanche, l’espace qu’il investit sentimentalement est Marseille. Cette situation n’est cependant pas restée figée pendant toute la durée de son séjour et, un temps, il a envisagé de s’établir à Cadix. D’ailleurs, son épouse, constatant que « les affaires vont bien doucement à Marseille », l’y encourage et le presse de la faire venir aussitôt qu’il y sera résolu24. Son ami Pellissier, tout en lui avouant la tristesse que lui aurait causée une telle décision, souligne la chance que représentait pour lui l’opportunité de se « fixer » à Cadix25. Il est vrai que les conditions s’y prêtaient : la faillite de la compagnie Collique le libérait de ses obligations professionnelles à Marseille et la situation commerciale de Cadix était alors florissante. L’idée est finalement abandonnée au début de l’été sans que l’on sache précisément pourquoi. A-t-il vu disparaître une opportunité professionnelle qui lui avait été proposée ? Est-il finalement déçu des conditions de vie offertes par Cadix ? Ou sa maladie est-elle déjà suffisamment avancée pour qu’un tel projet lui paraisse hors de propos ? C’est cette dernière hypothèse qu’il faut visiblement retenir, puisque dans le courrier que lui adresse son ami Planche, le 20 juin 1804, celui-ci avoue à Leydet qu’il ignore s’il sera mort ou en vie lorsqu’il recevra sa lettre26.

  • 27 Selon la belle expression du sociologue Georg Simmel, reprise dans Kaiser, 1999, p. 310.

10Les papiers privés de Leydet offrent un éclairage inédit sur les conditions de vie et les sentiments de ces marchands étrangers de passage à Cadix. Venus en Andalousie pour des raisons strictement professionnelles et pour une durée limitée, certains d’entre eux pouvaient cependant être tentés d’y prolonger leur séjour et de s’y installer durablement. S’il n’était pas décédé prématurément, Leydet serait peut-être devenu lui aussi « un hôte qui reste27 » comme tant d’autres marchands français de la ville venus à Cadix, contraints ou par hasard, sans intention d’y rester, et qui y demeurèrent plusieurs décennies.

Jacques Jugla, un hôte qui est resté

  • 28 Dermigny, 1959-1960, pp. 29 sqq.
  • 29 Son dernier testament octroyé en 1814 est annoté de la date de son décès, qui est intervenu le 23  (...)

11Jacques Jugla est arrivé à Cadix en 1753, à l’âge de 15 ans, pour exercer les fonctions de commis au sein de la compagnie familiale Cayla Solier Cabannes, fondée au début du siècle et alors tenue par ses oncles28. Conformément à ceux qui l’avaient précédé, il n’aurait dû y effectuer qu’un séjour limité (une vingtaine d’années), le temps de se former au métier de négociant, d’assurer la gestion du comptoir et de se constituer ainsi le capital personnel lui permettant de se retirer en France, ou en Suisse, pour y vivre des fonds laissés en commandite à Cadix. Comme Jean-Joseph Leydet, mais dans un cadre différent, Jugla arriva donc à Cadix pour des raisons strictement professionnelles, et son séjour n’avait pas vocation à durer. Comme Leydet, Jugla mourut également à Cadix mais, à la différence du précédent, ce fut au terme d’un séjour de 62 ans29. Ainsi, rompant avec la tradition familiale, Jugla avait choisi de rester à Cadix. Expulsé en 1793, il y revint aussitôt que possible et il y demeura ensuite jusqu’à sa mort (1814), en dépit de la crise commerciale que traversa la ville après 1796 et de la crise franco-espagnole de 1808.

  • 30 L’un des commanditaires écrit : « M. Jugla pourrait trouver place à Marseille dans la maison de Mr (...)
  • 31 Voir supra.
  • 32 Dermigny, 1959-1960, p. 57.
  • 33 Jugla le désigna systématiquement comme son exécuteur testamentaire et il lui laissa à 2 reprises (...)

12Comment peut-on expliquer une telle trajectoire ? La soumission à l’autorité familiale dicta certainement ses choix jusqu’à un âge avancé. Au début des années 1780, lorsque les commanditaires pensaient retirer les fonds qu’ils avaient investis dans le commerce de Cadix, ils envisagèrent, sans prendre la peine de les consulter, de « placer » Jugla et son cousin Jean Solier, qui dirigeait avec lui la maison, dans une compagnie marseillaise ou dans le commerce de Sète30. Ils avaient alors tous deux la quarantaine. Les choses ne se passèrent cependant pas ainsi, vraisemblablement parce qu’ils refusèrent de se plier à cette injonction et qu’ils choisirent de demeurer à Cadix, quitte à rompre avec certains de leurs commanditaires. On devine aisément les raisons qui ont incité Jean Solier à faire ce choix : il s’était marié à Cadix et y avait fondé une famille. En revanche, les motivations de Jugla sont moins claires. Si les résultats de la compagnie semblent avoir été satisfaisants tout au long des années 1780, il n’en fut vraisemblablement plus de même après 1796, en dépit des efforts qu’il fit pour maintenir et diversifier son activité31. Certes, la compagnie Solier de Marseille traversait alors une situation encore plus difficile et il n’était plus question pour lui d’y trouver un emploi32, mais il avait alors près de 60 ans et son neveu, François Demellet, qui travaillait à ses côtés depuis une dizaine d’années, avait son entière confiance33. Rien ne l’empêchait donc de lui confier ses fonds et de se retirer. Pourtant, Jugla demeura à Cadix jusqu’à sa mort, témoignant ainsi de l’attachement profond qu’il éprouvait pour la ville.

  • 34 Le Gouic, 2005, p. 101.
  • 35 AHN, Concejos, leg. 6349, requête du 5 juin 1793.
  • 36 L’information est consignée en marge de son dernier testament (AHPC, PN, Cadix, reg. 3174, fol. 15 (...)

13Cet attachement ne se manifeste pourtant par aucun des signes que l’on associe habituellement au processus d’intégration de l’étranger à sa société d’accueil : Jugla est demeuré célibataire jusqu’à sa mort, et son activité professionnelle et ses relations sociales étaient très largement orientées vers la communauté française. En outre, sa confession protestante, qu’il ne reniera jamais, constitua, tout au long de sa vie, un obstacle à son intégration à la société espagnole. Il fut inquiété dans les années 1780 par l’Inquisition, ses livres de prières furent saisis34. En 1793, dans une requête qu’il adressa conjointement avec Thomas de la Gervinais, Bernard Magon et Jean de Bonneval au Consejo extraordinario, afin d’obtenir l’autorisation de demeurer à Cadix moyennant le paiement d’un service de 100 000 reales à la Couronne, il prétendit que son intention avait toujours été de « permanecer en España por no tener en su país ningún interés ni relación de familia », mais qu’on lui avait refusé de prêter le serment de fidélité « por ser de religión protestante35 ». Enfin, au moment de son décès, sa religion ne lui permettant pas d’être enterré décemment, il fut enseveli dans un cimetière de Gibraltar36. Contrairement à d’autres protestants de la ville, Jugla n’abjura cependant jamais sa foi, ce qui prouve qu’en dépit de son attachement à la ville, il n’était pas prêt à consentir un tel geste pour se faire accepter au sein de la société d’accueil. Ainsi, Jugla présente la double facette d’un homme extrêmement attaché à Cadix mais aucunement intégré à la société espagnole.

  • 37 Chamboredon, inédite, p. 105.
  • 38 AHPC, PN, Cadix, reg. 4531, fol. 445, testament fait en vertu de pouvoir, 19 février 1791.
  • 39 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 24 février 1795.

14La figure et le parcours de Jugla n’ont rien de singulier au sein de la colonie française. À peu de chose près, on retrouve des trajectoires semblables chez tous ses coreligionnaires. Simon Fornier, arrivé à Cadix à 18 ans en 1749, a attendu toute sa vie d’être « relevé » par un parent plus jeune et a supporté, avec abnégation, son séjour sur place, par obligation envers ses frères et ses parents, commanditaires de la maison. Robert Chamboredon remarque cependant que, après la faillite de 1786, plutôt que de quitter Cadix où plus rien ne le retenait, il décida d’y rester et projeta, un temps, de fonder avec l’aide de ses amis une compagnie d’assurances37. Il mourut finalement à Cadix, après avoir abjuré sa confession protestante dans son dernier testament38. Bien qu’il se soit souvent plaint de ses conditions de séjour dans sa correspondance, il semble qu’il lui ait été insupportable de rentrer en France, déchu, sans capital, sans ami ni foyer, alors qu’il était, au contraire, parfaitement intégré au milieu des négociants français de Cadix. De même, Louis de Ribeaupierre, son associé, demeura à Cadix après la faillite, en devenant courtier. Il s’y maria et y mourut. Antoine Rivet et Jean Abric, tous deux protestants et languedociens, vécurent plusieurs décennies à Cadix jusqu’en 1808, et le second revint même, dès 1815, et y resta jusqu’à sa mort. Les familles Dumas et Chancel, également protestantes, présentent les mêmes caractères. On trouve cependant aussi des catholiques dans une situation similaire. Thomas de la Gervinais, Bernard Magon et Jean de Bonneval revinrent à Cadix en 1796 et y vécurent, avec le statut de transeunte, jusqu’à leur mort. Pierre Desportes, réfugié à Tanger en 1794, supplie les autorités de le laisser revenir à Cadix car, malade, il s’adapte mal au climat local et que, loin de ses amis, il n’a plus les moyens de subvenir à ses besoins39. Dominique Guillet, Bernard Liné, Joseph Villart et Guillaume Rey fournissent autant d’exemples de ces négociants français qui, en dépit des circonstances, revinrent à Cadix après chaque expulsion et y vécurent jusqu’à leur mort sans jamais solliciter leur naturalisation. Du reste, même lorsqu’ils étaient juridiquement intégrés à la société espagnole, certains négociants français continuaient à vivre de façon préférentielle au sein de leur communauté d’origine comme en témoigne l’exemple des frères Béhic.

Les faux-semblants de l’intégration : les frères Béhic

  • 40 García-Mauriño Mundi, 1996, p. 1498.
  • 41 Voir supra.
  • 42 Josefa Béhic avec Gabriel Tanebot, Catalina avec Jean de Bonneval, María Josefa avec Thomas de la (...)
  • 43 En 1796, les trois exécuteurs testamentaires de Domingo Béhic sont Thomas de la Gervinais, Jean de (...)
  • 44 AHPC, PN, Cadix, reg. 4569, fol. 2340, vente de maison, 7 décembre 1803.

15Juan Josef et Domingo Béhic sont deux jenízaros, issus d’une vieille famille du commerce français de Cadix. Après la faillite de leur père en 1772, ils demandèrent leur habilitation pour le commerce des Indes. Mais, elle leur fut refusée car leur père était toujours immatriculé sur les registres consulaires français et qu’il n’avait jamais cessé d’assister aux assemblées de la nation française40. Dans la seconde moitié du siècle, ils demeurent actifs dans le commerce de Cadix sans que l’on puisse déterminer sous quelle nationalité s’exerce leur activité : la compagnie Béhic est recensée dans la liste consulaire de 1777 mais pas ses dirigeants, ce qui constitue un témoignage éloquent de l’ambiguïté de leur situation. De fait, en matière commerciale, les frères Béhic ont manifestement conservé des liens étroits avec la communauté française. Les compagnies d’assurances par actions qu’ils ont dirigées dans les années 1780-1790 réunissent par exemple principalement des actionnaires français41. D’un point de vue social, leur attachement à la France ne se dément pas : si les deux frères sont demeurés célibataires, leurs quatre sœurs se sont mariées avec des négociants français de la place et, à la génération suivante, leurs nièces épousent également des négociants français42. Leurs exécuteurs testamentaires et leurs fréquentations se recrutent également au sein de la colonie française43. Soulignons enfin que Juan Josef Béhic fut nommé, au début du xixe siècle, consul d’Espagne dans la ville de Nice, qui était alors rattachée à la France, une fonction totalement en accord avec sa double appartenance nationale44.

  • 45 María Josefa et Enrica María, qui ont 13 et 10 ans, reçoivent leur éducation au couvent Sainte-Urs (...)
  • 46 Jean-Charles Haurie de Jerez de la Frontera et Auguste Darripe de Málaga.
  • 47 Voir infra.

16Les jenízaros d’origine française et les négociants français naturalisés présentent souvent des trajectoires similaires à celles de la famille Béhic. Román Larrue y Vienne, quoique pratiquant le commerce des Indes, n’en continue pas moins d’évoluer au sein de la sphère d’influence française : son épouse, ses exécuteurs testamentaires et ses associés ont tous des origines françaises. Le cas d’Étienne Balleras est encore plus remarquable. Le fait qu’il soit naturalisé, marié à une Espagnole et qu’il joue un rôle actif dans la Carrera de Indias, ne l’empêche pas d’envoyer ses enfants se former dans des établissements français45, et il marie deux de ses filles à des négociants français résidant en Espagne46. De même, Pierre-Bernard Cabanon marie sa fille à un négociant étranger de Cadix, Renato Boom, et son fils à la fille de Pierre Lenormand. Ces derniers quittent d’ailleurs Cadix pour aller s’installer à Rouen, la ville de leurs grands-parents, où ils seront rejoints une trentaine d’années plus tard par leurs neveux, les fils de Renato Boom et de Gertrude Cabanon47. Prudent Delaville, également naturalisé espagnol, paraît lui aussi intégré au milieu des marchands étrangers de Cadix plutôt qu’à la société d’accueil. En outre, de telles situations ne sont pas le propre des classes supérieures de la colonie française : des individus plus modestes comme Jean-Baptiste Casedevant, Juan Bautista Binalet ou Simon Muchada présentent le même type de parcours. En dépit du grand nombre de ces exemples, on trouve cependant à Cadix des marchands qui paraissent, pour leur part, totalement assimilés à la société espagnole. C’est le cas, par exemple, des frères Layus.

Les frères Layus. Des Espagnols ordinaires ?

  • 48 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 14 janvier 1795 ; AHMC, libros capitulares, lib. 152, fol. 15 (...)
  • 49 Sur la confrérie du Santísimo Víatico, voir infra.

17Le parcours de ces deux courtiers béarnais, rappelé dans la requête qu’ils adressent aux comisiones del comercio exterior en février 1795 et dans la carta de naturaleza qui leur est octroyée au mois de mars de 1795, suggère, en effet, qu’à cette époque ils se sentaient membres à part entière de la nation espagnole48. S’ils sont nés en France, à Morlaàs, dans les années 1730, ils sont installés en Espagne depuis de nombreuses décennies lorsque la guerre entre la France et l’Espagne éclate en 1793 : Jean Layus déclare être arrivé à Cadix en 1747 et Gaspar, en 1760. Ils ont tous les deux épousé des Espagnoles nées à Cadix au début des années 1770 et ils ont « siempre vivido bajo la bandera española sugeto de las leyes de estos Reinos ». Ils possèdent, en outre, des biens fonciers en Espagne d’une valeur supérieure à celle requise pour obtenir une carta de naturaleza. Leur intégration ne se limite cependant pas au respect des critères formels exigés dans le cadre de la procédure de naturalisation. Ils ont prêté le serment de fidélité en 1791, choisissant de faire allégeance au roi d’Espagne, et ils ont confirmé ce geste en participant au financement d’un bataillon de campagne offert par la ville de Cadix pour lutter contre la France. S’agit-il d’une démarche opportuniste visant à faire oublier leurs origines françaises et à protéger leurs intérêts ? On ne peut l’exclure dans la mesure où leur métier de courtier ne pouvait être exercé nulle part ailleurs qu’à Cadix : pour eux, l’expulsion aurait signifié une déchéance certaine. D’autres informations amènent cependant à penser que leur démarche a été sincère. On ne sait quelle importance accorder au rappel des services remplis par leur père en tant que guardia de corps de Felipe V. En revanche, leur participation à la création, en 1783, de la Sociedad patriótica de Sanlúcar de Barrameda et leur affiliation à la confrérie du Santísimo Viático en 1793 constituent des témoignages certains de leur insertion dans les cercles de sociabilité espagnols49.

  • 50 AHPC, Cadix, Gobierno civil, caja 3, exp. 11, « Lista de los individuos franceses y de las otras n (...)
  • 51 AHPC, Cadix, Gobierno civil, caja 4, exp. 7, « Notas remitidas por los comisarios de Barrios, expr (...)
  • 52 AHMC, Cadix, Padrones, lib. 1000, « Padrón de extranjeros », 1er janvier 1791.
  • 53 AHPC, PN, Cadix, reg. 5783, fol. 442 et reg. 4556, fol. 1086.
  • 54 APR, reg. 233, 28 février 1802.
  • 55 Pour l’ensemble des courtiers, la part moyenne des transactions impliquant au moins un marchand fr (...)

18Sont-ils pour autant des Espagnols ordinaires ? Apparemment, les autorités espagnoles ne les perçoivent pas ainsi. Jean Layus est convoqué en 1808 afin de s’expliquer sur les raisons de sa non-participation au serment de fidélité exigé de « los individuos franceses y de las otras naciones que le son agregadas ». Il se justifie en présentant sa carta de naturaleza50. L’année suivante, les deux frères apparaissent de nouveau dans une liste répertoriant « los naturales franceses quedados en esta ciudad, con distinción de su domicilio51 ». Selon toute vraisemblance, ces Espagnols récents sont toujours considérés avec une certaine défiance. De fait, leur engagement dans la voie de l’assimilation ne les avait pas amenés à rompre les liens privilégiés qu’ils entretenaient avec leurs anciens compatriotes. Au moment du recensement de 1791, Jean et Gaspar Layus hébergeaient sous leur toit Pierre Ledeist, un négociant breton arrivé à Cadix depuis peu52. La même année, Gaspar Layus est désigné comme exécuteur testamentaire par Étienne Balleras, un négociant français, et, en 1800, c’est Ferdinand Roger, un autre négociant français, qui choisit Jean Layus comme exécuteur testamentaire53. En 1802, ce dernier est témoin, en compagnie de Pedro Mercy, un jenízaro d’origine française, au mariage de la fille de Raymond Lafforé, un Français naturalisé espagnol54. Dans leurs activités professionnelles, les deux courtiers français ont également conservé des liens étroits avec leurs anciens compatriotes : la moitié des transactions commerciales dans lesquelles ils sont intervenus tout au long de l’année 1796 (62 sur 125) ont été conclues avec au moins un négociant français de la place55.

  • 56 Il s’agit de Juan Dorognen de San Martin. Son mariage avec la fille de Pierre Luzette, qui se prés (...)
  • 57 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 14 avril 1795 ; AGI, Indiferente General, leg. 1536, carta de (...)
  • 58 AHPC, PN, Cadix, reg. 4590, fol. 562, testament, 21 mai 1814.

19De fait, avant 1808, il est difficile d’identifier des négociants d’origine française qui n’aient pas maintenu de tels liens privilégiés avec leurs anciens compatriotes. En 1803, Pierre Luceta, pourtant naturalisé espagnol depuis 1764, marie sa fille à un jenízaro d’origine française56. Jean-Pierre de Irigoyen, le propriétaire d’une fabrique d’estampes, qui, en 1795, déclarait détester les événements révolutionnaires français et qui avait participé financièrement à l’effort de guerre contre son pays d’origine lors de la guerre d’Indépendance, était associé à un négociant français (Étienne Marchand), dont il avait épousé la fille57. Ses exécuteurs testamentaires étaient également français58. Michel Audelin, François Bordas, Jean Dorognen et Joseph Goin, qui ont tous été naturalisés avant 1808, présentent le même type de profil. Même si ces individus avaient rompu tous les liens qui les unissaient à leur pays d’origine, ils continuaient, à Cadix, à fréquenter et à travailler de façon privilégiée avec des Français.

20Bien que les portraits des six négociants français, ou d’origine française, dressés ici relèvent de situations très diverses et illustrent, chacun à leur manière, la notion d’identité plurielle que l’on associe généralement à la figure du marchand étranger, tous présentent cependant certaines caractéristiques communes : ces six négociants français paraissent à la fois profondément attachés à la ville de Cadix, ou tout du moins prêts à s’y installer durablement (Leydet), et, en même temps, peu intégrés à la société espagnole locale du fait des liens très forts qu’ils ont noués au sein de la communauté française – y compris les frères Layus qui sont pourtant les plus engagés dans un processus d’assimilation. L’adoption d’un angle d’observation plus large et le recours à des instruments d’analyse permettant d’appréhender la colonie française dans sa globalité confirment les enseignements dégagés de ces profils et montrent que la colonie française, tout en s’enracinant dans la cité, a constamment conservé une forte cohésion interne, fondée sur la conscience d’intérêts partagés, une identité commune et un tissu de relations interpersonnelles extrêmement dense.

Une colonie peu intégrée à la société locale

  • 59 Voir les listes 2, 3, 4 et 5 en annexe de cet ouvrage.

21Les données contenues dans les recensements de 1791, 1794, 1808 et 1809 permettent d’aborder la question de l’intégration des marchands français à l’échelle de l’ensemble de la colonie59. Elles mentionnent, en effet, pour chaque individu recensé, outre la durée du séjour effectué en Espagne, le statut juridique choisi (transeunte, domiciliado ou naturalizado), la situation matrimoniale et la nationalité de l’épouse. D’autres sources précisent par ailleurs l’environnement relationnel au sein duquel ils évoluaient ou certaines de leurs pratiques culturelles et sociales, qui les singularisaient au sein de la population gaditane. Dans l’ensemble, ces données confirment que les marchands français, à l’exception d’une minorité, ne se fondirent jamais réellement dans la société d’accueil et qu’ils ne cessèrent jamais de former, au contraire, une communauté peu intégrée à la population locale.

L’attachement au statut de « Français »

  • 60 García-Mauriño Mundi, 1999.
  • 61 Le 29 juillet 1807 est enregistrée dans les actes capitulaires de Cadix une Real Orden du 6 juille (...)
  • 62 Herzog, 2006.

22Le statut d’étranger dans l’Espagne était particulièrement complexe puisque, entre le ressortissant étranger proprement dit et le natural espagnol, s’intercalaient pas moins de 4 statuts intermédiaires, donnant accès à des droits différenciés : le statut de jenízaro, qui détermine la condition des fils de marchands étrangers, nés en Espagne ; le statut de naturalizado con licencia para comerciar con las Indias, auquel accèdent les étrangers qui ont obtenu une carta de naturaleza du Conseil des Indes et qui donne accès à la totalité des prérogatives des naturales espagnols ; le statut de naturalizado, que l’on obtient en acquérant une carta de naturaleza du Conseil de Castille et qui ne permet pas de participer au commerce des Indes ; et, enfin, le statut de domiciliado, ou d’avecindado, qui offrent aux étrangers les mêmes droits que les autres membres de la communauté locale au sein de laquelle ils résident mais les privent, en revanche, de l’accès aux charges publiques et au commerce colonial. En outre, ces statuts n’étaient pas figés et ils évoluèrent au cours du siècle. Ainsi, les jenízaros résidant en Andalousie furent un temps exclus du commerce des Indes, avant d’obtenir le droit d’y accéder à l’issue d’un procès qui dura plusieurs décennies60. De même, la période révolutionnaire entraîna, d’abord, la remise en cause, puis la disparition du statut de domiciliado61. Quant aux lois sur la naturalisation, elles furent également amendées à plusieurs reprises. La condition d’étranger était cependant beaucoup moins confuse que ne le laisse supposer cette complexité du droit et reposait en fait sur un principe central, qui a été particulièrement bien mis en exergue par l’historiographie récente : le statut des étrangers en Espagne dépendait avant tout de leur volonté de s’intégrer à leur communauté d’accueil et à la nation espagnole62. Ceux qui souhaitaient s’intégrer sincèrement – et non pas pour des raisons strictement opportunistes – y parvenaient sans rencontrer d’obstacles majeurs et ceux qui souhaitaient demeurer transeuntes y parvenaient également, même si cela leur était interdit du point de vue du droit. À l’aune de ces considérations, désormais communément admises, il apparaît que les marchands français, qui se sont peu naturalisés et ont toujours privilégié le statut de transeunte, ont fait preuve d’une évidente réticence à s’intégrer à la nation espagnole aussi bien durant le xviiie siècle qu’à partir de l’époque révolutionnaire.

23Depuis la Real Cédula du 16 mars 1716, le droit public espagnol établit une nette distinction entre les étrangers avecindados (ou domiciliados) et les étrangers transeuntes. Les premiers n’ont pas accès à la totalité des droits des sujets espagnols – ils sont notamment exclus de l’accès aux charges publiques et au commerce des Indes. Mais, ils sont soumis aux mêmes obligations que les Espagnols, en matière fiscale par exemple, n’ont pas accès aux privilèges garantis aux marchands étrangers par les traités internationaux et relèvent de la juridiction ordinaire. Les transeuntes sont, pour leur part, placés sous la protection de leur consul et des traités, et ils ressortissent d’une juridiction exceptionnelle : d’abord celle des juges-conservateurs, dans la première moitié du siècle, puis celle des gouverneurs militaires, après que cette institution ait été progressivement abandonnée. En théorie, le statut sous lequel était placé un étranger ne relevait pas d’un choix personnel, mais de critères formels : s’il se mariait avec une Espagnole, séjournait plus de 10 ans dans le pays ou acquérait des biens-fonds, l’étranger devenait un vecino. Concrètement, les choses se passaient cependant différemment. Plus que les critères formels, c’est la reconnaissance sociale et l’intégration effective de l’étranger dans la communauté locale au sein de laquelle il résidait qui déterminaient son accession à la vecindad ; et, au contraire, les étrangers qui souhaitaient demeurer sous la protection de leur consul pouvaient conserver le statut de transeunte, y compris après des séjours de plusieurs décennies en Espagne. La monarchie espagnole, consciente que les marchands étrangers privilégiaient le statut de transeunte, qui leur permettait de bénéficier de la protection des traités et de se livrer en toute impunité à la fraude et à la contrebande, essaya bien de lutter contre cette habitude tout au long du xviiie siècle. Mais ces tentatives restèrent dans l’ensemble infructueuses et, grâce aux multiples interventions des consuls et ambassadeurs en Espagne, les marchands étrangers purent conserver la possibilité de décider librement du statut sous lequel ils souhaitaient exercer leur activité. Le recensement de 1791 entérina finalement cette pratique puisqu’il fut, alors, systématiquement demandé aux étrangers d’indiquer le statut pour lequel ils avaient opté et de prêter le serment qui convenait à leur choix – un serment d’allégeance au monarque espagnol et de renoncement à leur protection consulaire pour les domiciliados, un simple engagement à respecter les lois du pays pour les transeuntes.

  • 63 Bartolomei, 2011c.
  • 64 Brilli, inédite ; Recio Morales, 2012.

24Il demeure malaisé de connaître précisément les choix statutaires qu’effectuèrent les marchands français de Cadix au cours du xviiie siècle car, jusqu’à la Real Cédula de 1791, les tentatives mises en œuvre par la Couronne pour obtenir le recensement systématique des étrangers au sein de ces deux catégories furent sans effet. Selon toute vraisemblance, une très grande majorité de marchands français – plus des trois quarts ? – avaient cependant opté pour le statut de transeunte. En témoignent les quelque 400 individus recensés sur la liste consulaire de 1777, les multiples témoignages relatifs à ce sujet relevés dans la correspondance des consuls ou, encore, les résultats du recensement de 1791, qui vit les deux tiers des membres de la colonie française confirmer leur allégeance envers la France. Le très petit nombre de marchands français ou d’origine française identifiés sur les listes de commerçants naturalisés ou de jenízaros habilités à Cadix vient à son tour confirmer que, dans l’ensemble, peu de membres de la colonie s’étaient réellement engagés dans un processus d’intégration. Bien que l’accès à ces derniers statuts ait été moins aisé qu’à la vecindad, notamment en raison de la surveillance jalouse qu’exerçait le Consulado, il est en effet certain que les obstacles légaux ne suffisent pas à expliquer cette faible inclination des Français pour la naturalisation. En effet, dès lors qu’ils étaient en mesure d’apporter la preuve qu’ils avaient effectivement rompu avec leur consul et leurs anciens compatriotes et qu’ils avaient renoncé à leurs privilèges, les prétendants à la naturalisation ou l’habilitation l’obtenaient facilement, même lorsqu’ils ne respectaient pas strictement la totalité des critères formels exigés d’eux63. On peut donc légitimement considérer que si peu de marchands français de Cadix accédèrent à la naturalisation et au commerce colonial au xviiie siècle, c’est parce qu’ils ne le souhaitaient pas. En ce sens, la colonie française se distingue bien des « diasporas silencieuses » génoise et irlandaise, dont les membres privilégièrent au contraire des stratégies d’intégration et de pénétration légale du commerce colonial espagnol64.

  • 65 AGI, Indiferente General, leg. 1536.
  • 66 Ruiz Rivera, 1988, pp. 220-244.
  • 67 AN, AF III, ca. 63, dossier 251, « Rapport au Directoire Exécutif sur les réclamations des Françai (...)
  • 68 Voir supra.

25La période révolutionnaire provoqua une nette inflexion de cette tendance historique, sans pour autant remettre en cause l’attachement des marchands français pour leur statut de ressortissant étranger. Certes, le nombre de cartas de naturaleza octroyées par le Conseil des Indes à des marchands français de Cadix augmenta fortement après 1791 – passant de 5 pour l’ensemble du xviiie siècle à 14 pour la seule période 1791-180865. En ce qui concerne les jenízaros d’origine française habilités pour le commerce colonial, leur nombre passa de 14 pour la période antérieure à 1791 à 23 pour les deux décennies suivantes66. Mais ces deux données, rapportées au nombre des marchands français ou d’origine française qui auraient pu légalement prétendre à la naturalisation ou à l’habilitation, témoignent que ces choix demeurèrent très largement minoritaires, y compris dans le nouveau contexte politique de la fin du siècle. De même, le nombre élevé de marchands français qui avaient opté pour le statut de domiciliado en 1791 n’est pas nécessairement significatif, car il reflétait la crainte d’être l’objet de représailles tout autant que leur réelle volonté de s’intégrer à la nation espagnole. D’ailleurs, nombre d’entre eux renièrent leur serment d’allégeance à la monarchie espagnole après la signature de la paix en 1795 et demandèrent à être réintégrés dans le giron de la colonie française – ce qui suscita des débats passionnés au sein du Directoire entre un ministère des Relations extérieures, prompt à passer l’éponge sur cet égarement des marchands français résidant en Espagne, et un ministère de la Justice, beaucoup plus intransigeant en la matière67. De la même façon, le serment d’allégeance à Ferdinand VII que prêtèrent 178 marchands français durant l’été 1808 ne peut être retenu comme un témoignage sincère de leur volonté d’intégration, puisque, contrairement à ce qui s’était passé en 1791, tous les ressortissants français – y compris les marchands – qui refusaient le serment s’exposaient cette fois-ci au séquestre de leurs biens et à leur expulsion d’Espagne. La Junte centrale de Séville ne s’y trompa d’ailleurs pas et considéra leur serment comme sans effet, ce qui entraîna finalement la prise de représailles très sévères à leur encontre68.

  • 69 Voir supra.
  • 70 Voir supra.
  • 71 AMAE, CCC, Cadix, reg. 100, courrier du 20 novembre 1818.

26En fait, tout au long de la période 1796-1808 et de nouveau après 1815, c’est bien l’attachement à la nationalité française qui caractérise en premier lieu les marchands français de Cadix, même si l’enracinement de la colonie dans son ensemble ne cessait de se renforcer et même si la part de ceux qui choisissaient de s’intégrer à la nation espagnole augmenta régulièrement. Ainsi, en 1796, les marchands français répondirent massivement présents à l’appel du consul de France lorsque ce dernier les réunit afin de reconstituer « la factorerie française de Cadix69 ». Dans les années qui suivirent, ces institutions tombèrent en désuétude, mais les Français ne perdirent ni l’habitude de se réunir pour défendre leurs intérêts particuliers, ni celle de pratiquer le négoce sous la protection de leur consul. L’importante participation aux plébiscites organisés sous le Consulat et l’Empire confirme l’attachement sans cesse renouvelé des marchands français à leur pays d’origine, en dépit des bouleversements institutionnels et politiques qui ne cessaient de l’affecter70. De même, la double Restauration des Bourbons en France et en Espagne ne provoqua pas non plus de changement majeur. Les marchands français conservèrent l’habitude de se réunir régulièrement – dorénavant en dehors de tout cadre institutionnel formel –, comme ils l’avaient fait sous l’Ancien Régime ou pendant la période révolutionnaire, soit pour témoigner de leur fidélité envers leur souverain, soit pour défendre leurs privilèges. Et lorsqu’en 1818, ils furent sommés de prêter un serment de fidélité au roi d’Espagne, les marchands français réagirent comme ils l’avaient toujours fait auparavant : ils allèrent trouver leur consul et lui affirmèrent qu’ils se « résigneraient plutôt à être expulsés d’Espagne que de renoncer aux droits de citoyens français71 ». Les pétitions signées tout au long des années 1820 et de nouveau à l’époque de l’abolition de la franchise du port de Cadix (1831) témoignent que les Français continuaient de se placer sous la protection de leur pays d’origine, même après que celui-ci ait perdu une grande partie de son influence politique auprès de la Cour de Madrid.

  • 72 Girard, 1932 ; Rambert, 1959 ; Stein, 1989 ; Hermann, 2004 ; Recio Morales, 2012.

27Cette loyauté, sans cesse renouvelée, des marchands français envers leur nation d’origine et leurs réticences à se fondre dans la nation espagnole amènent finalement à questionner les fondements mêmes de cet attachement à la France, qui semble à bien des égards se réduire à un attachement aux « droits de citoyen français », voire aux seuls privilèges commerciaux garantis par les traités. La littérature disponible sur l’importance qu’occupaient ces derniers dans les pratiques commerciales des marchands étrangers, et sur la lutte que leur déclara la monarchie espagnole dans la seconde moitié du xviiie siècle, est très importante72. Si on laisse de côté les privilèges douaniers qui ne bénéficiaient pas à proprement parler à des individus, mais plutôt à certaines catégories de marchandises, trois privilèges commerciaux se distinguent plus particulièrement des traités de paix signés par la monarchie durant la seconde moitié du xviie siècle : l’exemption de visite des domiciles, celle des navires, et la juridiction spécifique dont dépendaient les étrangers. Ces privilèges permettaient notamment de couvrir les pratiques frauduleuses auxquelles se livraient les commerçants étrangers et expliquent dans une large mesure pourquoi ils y étaient extrêmement attachés, pourquoi la monarchie espagnole s’efforça de les démanteler dans la seconde moitié du siècle et pourquoi ils furent défendus vigoureusement par les consuls et les ambassadeurs en poste en Espagne.

  • 73 AHPC, Aduana, lib. 57, « Rentas generales, libro de ordenes ».
  • 74 Ibid.
  • 75 Girard, 1932, p. 270.
  • 76 Cette question est, par exemple, le premier point abordé dans le mémoire adressé au duc de Duras, (...)
  • 77 CADN, Cadix, 136PO/260, correspondance départ des députés, courrier du 16 juin 1780.

28Incontestablement, les immunités dont bénéficiaient les domiciles et les navires étrangers constituaient les privilèges auxquels les marchands étrangers étaient les plus attachés. Ainsi, le domicile privé et les magasins des négociants étrangers ne pouvaient être visités par les représentants des autorités espagnoles qu’en présence d’un agent consulaire de leur nation. Associées à l’inviolabilité de leurs livres de comptes et à l’autorisation de tenir ces derniers en langue étrangère, ces diverses prérogatives représentaient des garanties essentielles pour la protection du secret commercial et donnaient ainsi la possibilité aux négociants étrangers de se livrer dans la plus totale impunité à des pratiques absolument contraires aux lois espagnoles comme l’envoi de marchandises aux Indes, l’octroi de prêt à la grosse aventure à des cargadores ou l’exportation de piastres sans autorisation légale. Les restrictions imposées au droit de visite des navires permettaient pour leur part aux négociants de se livrer à la contrebande la plus éhontée au vu et au su de tous. Les douaniers espagnols devaient, en effet, avertir plusieurs jours à l’avance le capitaine d’un navire suspect de leur intention de l’inspecter, et la visite ne pouvait avoir lieu qu’en présence d’un représentant consulaire de la nation du navire concerné. Dans les faits, ces deux restrictions, ainsi que les caractéristiques de la baie, offraient aux négociants étrangers de multiples opportunités de se livrer sans trop de risque à la contrebande. Un ordre adressé à la douane de Cadix le 18 octobre 1779 décrit les modalités de cette pratique : « con pretexto de que los dueños de los generos no acuden a recogerlos, se han mantenido en Cádiz abordo de algunos navios franceses, ingleses y holandeses quatro meses y más las mercaderias, como si fuera puerto franco, teniendo por este medio en el mar unos almacenes para introducir en tierra o en los navios de America y otras partes sin pago de derechos de entrada73 ». Un autre ordre de même nature daté du 6 octobre 1778 témoigne, quant à lui, du rôle joué par les consuls étrangers dans la défense de ces pratiques face aux contrôles douaniers. Il évoque l’attitude du consul britannique qui, convoqué pour assister à une visite, « se excusó con frivolos pretextos para dar lugar a que no se hiciese el reconocimiento, o que quando se llegase a executar fuese inutil, porque se habia transbordado el fraude » et d’ajouter « no es este el primer caso, pues han occurido otros en que han hecho igual resistencia los Consules de Potencias extrangeras, logrando con especiosas protestas y siniestras interpretaciones de los Tratados de Paces la consumación de los fraudes en perjuicio de la Real Hacienda74 ». Ainsi, comme l’avait déjà constaté Albert Girard pour le xviie siècle, « les privilèges n’étaient au fond qu’une espèce d’autorisation de frauder75 », et cette situation était d’autant plus difficile à combattre pour les autorités espagnoles que les négociants étrangers bénéficiaient d’une protection sans réserve de la part de leurs autorités consulaires. Le troisième privilège auquel étaient plus particulièrement attachés les marchands étrangers était celui qui leur permettait d’échapper à la juridiction ordinaire – supposée peu clémente, coûteuse et peu diligente – et de relever, au contraire, de juridictions extraordinaires, supposées bienveillantes à leur égard (consuls étrangers, juges-conservateurs et justice militaire). Aucune recherche n’est encore parvenue, à ce jour, à apporter la preuve que ces juridictions spécifiques étaient réellement plus favorables aux étrangers que les juridictions ordinaires. Il est cependant largement établi et prouvé que les autorités diplomatiques étrangères veillèrent à défendre ces droits et qu’elles protestèrent vivement à chaque fois qu’ils furent contestés. Les instructions adressées aux ambassadeurs de France au milieu du xviiie siècle ne manquent pas d’insister sur la nécessité d’obtenir la nomination d’un juge-conservateur pour la nation française, à une époque où la Cour madrilène s’efforçait de démanteler cette institution76 ; et, 30 ans plus tard, c’est le droit des étrangers de bénéficier du fuero militar, à son tour menacé, qui était défendu avec vigueur par les députés et le consul français de Cadix77.

  • 78 Rambert, 1959.
  • 79 L’instruction de 1752 est, de ce point de vue, particulièrement significative puisqu’elle recomman (...)
  • 80 AN, AE BI, reg. 280, courrier du 7 janvier 1772.
  • 81 CADN, Cadix, 136PO/260, correspondance départ des députés, courrier du 16 juin 1780.
  • 82 CADN, Cadix, 136PO/260, correspondance départ des députés, courrier du 4 juillet 1786.

29De fait, la période caroline (1759-1788) fut caractérisée par une vaste entreprise de remise en cause systématique des privilèges dont bénéficiaient les marchands étrangers – les Français en premier lieu – en Espagne. Les désillusions suscitées par la signature du Pacte de famille et la faiblesse dont fit preuve la diplomatie française dans la défense de l’« autorisation de frauder » dont bénéficiaient ses ressortissants ont notamment été mises en exergue78. Peut-on pour autant soutenir que, à la veille de la Révolution française, il ne restait plus rien de ces privilèges et que le statut de transeunte ne représentait plus aucun avantage particulier pour se livrer à une pratique commerciale profitable ? Il est indéniable que les instructions adressées aux ambassadeurs nommés en Espagne changèrent de ton à partir du ministère de Maurepas et eurent de plus en plus tendance à faire preuve de fermeté dans la dénonciation des abus commis par les marchands français79. Il est certain également que ni les navires de la Marine royale française, ni la maison du consul de France à Cadix ne furent plus mis à la disposition des trafics frauduleux de piastres des négociants français comme ils avaient pu l’être dans la première moitié du siècle. Pour autant, il semblerait très abusif de prétendre que les commerçants étrangers avaient perdu tous leurs avantages. Ainsi, la colonie française de Cadix ne cessa jamais de bénéficier de la chaîne de protection diplomatique, à laquelle participaient les députés de la nation, le consul en poste à Cadix, l’agent général de la Marine nommé à Madrid, et l’ambassadeur de France. À tous les niveaux, cette chaîne hiérarchique était activée pour contrer les projets de réforme espagnols visant à restreindre les privilèges de la nation française et, dans l’ensemble, elle obtint presque toujours gain de cause. En 1772, par exemple, le consul de France à Cadix écrivit à l’ambassadeur de France à Madrid et au ministre de la Marine pour protester contre les velléités du président de la Casa de la Contratación d’interdire la participation des négociants français au commerce colonial via les prête-noms80. En 1780, ce sont les députés de la nation française de Cadix qui rédigèrent un mémoire dénonçant le vieux projet de la monarchie espagnole visant à priver de la jouissance de leurs privilèges tous les négociants installés dans la Péninsule depuis plus de 10 ans81. Et en 1786, les mêmes députés écrivent à l’ambassadeur pour le remercier d’avoir obtenu des « ministres de Sa Majesté Catholique » l’annulation de la cédule du 16 mars qui prévoyait l’obligation de présenter au Consulado les contrats de société des établissements français à Cadix82.

  • 83 AHPC, Aduana, lib. 56, orden du 7 juillet 1803.
  • 84 AHPC, Aduana, lib. 49, orden du 1er août 1797.
  • 85 AHPC, Aduana, lib. 49, orden du 8 août 1797.

30Globalement, les privilèges résistèrent donc à l’offensive caroline et ils demeurèrent même en vigueur pendant toute la période révolutionnaire, en dépit des bouleversements qui affectèrent alors les rapports entre la France et l’Espagne. Au début du xixe siècle, le gouverneur de Cadix continuait de recevoir des instructions de Madrid lui rappelant les privilèges dont jouissaient les Français et notamment le fait que « las convenciones entre Espana y Francia de 2 de enero de 1768 y 24 de diciembre de 1786 no permita que las visitas de los buques franceses en los Puertos y Bahias destinados y habilitado para el comercio, se puedan hacer sino en presencia de los comisarios y Agentes mercantiles de la República83 ». Ainsi, ni la guerre de 1793 entre la France et l’Espagne, ni l’instauration de la République en France n’avaient entraîné de remise en cause des principales dispositions des traités diplomatiques de l’Ancien Régime. De fait, après le traité de Bâle, les négociants français revenus à Cadix continuèrent d’utiliser les mêmes canaux pour se défendre contre les « abus » de l’administration locale. Ainsi, un courrier du 1er août 1797 révèle qu’en réponse à l’intervention de l’ambassadeur de France auprès du Principe de la Paz, il a été décidé de « conceder al ciudadano Juan Maria Serrane del comercio de Cádiz la reexportación de una partida de medias de seda de color », qui lui avait été confisquée en raison de la prohibition touchant cet article, prohibition que ce dernier prétendait ignorer84. De la même manière, une semaine plus tard, il est demandé à la douane de Cadix, « en atención a la recomendación que ha mediado el Sr Embajador de la Republica francesa, que se le permita al ciudadano Lucas Hipolito Séré la devolución a Francia de dicha pieza de muselina » également introduite par erreur85.

  • 86 Voir supra.
  • 87 Voir supra.
  • 88 CADN, Cadix, 136PO/238, sf, « établissement d’une compagnie d’assurances » ; 136PO/251, fol. 77, « (...)

31Les questions de la remise en cause des privilèges et de leur défense sont aujourd’hui l’objet d’un intérêt renouvelé de la part des historiens, et divers travaux en cours permettront probablement de parvenir à des appréciations plus justes sur leur portée. On peut cependant d’ores et déjà établir que la faiblesse dont aurait fait preuve la diplomatie française à l’époque de la signature du Pacte de famille ne fut pas si dommageable aux intérêts français en Espagne. En cessant de couvrir les excès les plus criants auxquels se livraient les marchands français à Cadix, l’ambassadeur de France et l’agent général de la Marine parvinrent ainsi à conserver une certaine influence à Madrid, dont ils ne cessèrent de faire profiter l’ensemble des ressortissants français en Espagne. Si les vaisseaux du roi de France ne furent plus, par exemple, utilisés pour faciliter les sorties illégales des piastres, les bons contacts qu’avait su nouer Édouard Boyetet à la Cour furent en revanche bien utiles à ses anciens confrères de Cadix lorsqu’ils sollicitèrent des permis d’extraction dans les années 177086 – ce qui explique in fine pourquoi les « flots blancs » d’argent continuèrent à franchir les Pyrénées. De la même manière, c’est parce que les consuls de France maintinrent constamment des relations de confiance avec les gouverneurs militaires en poste à Cadix qu’ils obtenaient le plus souvent gain de cause dans les multiples litiges qui ne cessèrent jamais d’opposer les marchands français aux agents locaux de l’administration espagnole, y compris dans les années 1820, à une époque où le rapport de force entre la France et l’Espagne n’était plus nécessairement favorable à la première87. Par ailleurs, il est dorénavant établi que les services que les consuls rendaient à leurs ressortissants ne peuvent être réduits à la protection qu’ils leur assuraient face aux vexations de l’administration espagnole. La sécurité juridique qu’offrait la chancellerie du consulat aux actes qui étaient enregistrés en son sein facilitait par exemple la circulation des capitaux entre les négociants de France et leurs compatriotes à Cadix. L’enregistrement en 1782 de l’acte de la compagnie d’assurances que dirigeait depuis Marseille Jean Payan, mais dont l’actionnariat se trouvait majoritairement localisé à Cadix, tout autant que le compulsoire des livres de comptes de la société Hedembaig Lapadu et Cie auquel se livra le consul de France à Cadix en 1819, à la demande des héritiers des commanditaires béarnais, fournissent deux belles illustrations du rôle que jouait la chancellerie consulaire dans la sécurisation des intérêts commerciaux de tous les ressortissants français, de ceux qui étaient présents dans la ville comme de ceux qui n’y résidaient pas88. Il en était de même lorsque le consul transmettait à ses ressortissants les assignations que lui envoyait la justice française ou qu’il diligentait localement des enquêtes pour retrouver un mauvais débiteur. Les négociants français installés à Cadix savaient aussi pouvoir compter sur l’intervention de leur consul pour protéger les intérêts de leurs héritiers ou de leurs partenaires s’ils décédaient à Cadix, ou encore pour obtenir des secours ou un rapatriement en France en cas de nécessité. En définitive, être négociant français à Cadix ne signifiait pas seulement pouvoir jouir de privilèges commerciaux permettant la fraude, mais plus généralement bénéficier d’un ensemble beaucoup plus large de droits et de protections attachés à la nationalité française.

  • 89 Voir supra.
  • 90 Voir supra.

32Il serait probablement abusif de réduire l’attachement aux « droits des citoyens français », exprimé à maintes reprises par les négociants français de Cadix au cours de la période, au seul désir de jouir de l’« autorisation de frauder » qu’offraient les privilèges. Ces derniers ne sont en effet qu’un aspect d’une condition juridique plus large, comprenant par ailleurs un ensemble de droits, de devoirs et de loyautés qui forment finalement ce qu’il est convenu d’appeler une « citoyenneté ». Or, il n’était probablement pas aussi simple, même pour des individus réputés utilitaristes, de renoncer à cette citoyenneté, d’en jouer ou d’en faire un usage strictement instrumental. À Cadix, ceux qui s’y essayèrent échouèrent et furent constamment dénoncés par des autorités publiques peu dupes vis-à-vis de leurs intentions – aussi bien les Français transeuntes qui tentèrent de faire allégeance tardivement à l’Espagne lors de l’expulsion de 179389, que ceux qui, au contraire, avaient prêté le serment en 1791 et tentèrent de revenir dans le giron français en 179590. Incontestablement, l’appartenance nationale des marchands français de Cadix et leur attachement à leur patrie d’origine constituèrent donc des obstacles majeurs à leur intégration à la société espagnole. Cela d’autant plus que cette appartenance tendit, dans le contexte de l’époque, à alimenter une conscience identitaire marquée, qui contribua à les singulariser de plus en plus au sein de la population gaditane.

Une identité française ?

  • 91 AHMC, libros capitulares, lib. 146, fol. 350.
  • 92 Defourneaux, 1963, p. 116.
  • 93 Comellas García-Llera, 1976, p. 26.
  • 94 Ozanam, 1974.

33De nombreux contemporains se montraient sensibles à la singularité dont faisaient preuve les marchands français dans leur façon de se comporter, au regard des normes en vigueur dans la société gaditane. En 1788, le conseil municipal de la ville, consulté sur l’opportunité de rétablir, à Cadix, un théâtre français, rejeta vigoureusement ce projet en rappelant le « mal ejemplo que daban los extranjeros con sus modas, trajes y vicios91 ». Marcelin Defourneaux, citant les papiers de l’abbé Beliardi, rapporte également que « les Espagnols […] haïssaient et soumettaient à des vexations les Français en particulier, parce qu’il y a un grand nombre d’entre eux, établis en Espagne, qui possèdent des maisons très riches, vivent avec prodigalité et à la française et condamnent les us et coutumes d’Espagne92 ». De même, José Luis Comellas García-Llera, se fondant sur les récits des voyageurs du xviiie siècle, constate que les Français « conservaient leurs coutumes, ainsi que leurs clubs ou lieux de réunions, leurs centres, leurs chapelles et même leurs zones réservées dans les cimetières93 ». Or, ces témoignages décrivant une manière de vivre « à la française » ne sont pas de simples stéréotypes. Il y a par exemple bien eu, entre 1769 et 1779, un théâtre français à Cadix, soutenu financièrement par l’élite marchande de la colonie94. Après y avoir investi des sommes considérables, les négociants français le laissèrent cependant disparaître à la fin des années 1770 et se contentèrent dès lors des théâtres espagnol et italien que comptait la ville. La colonie française possédait également son « club », la Casa de la Camorra. Ce lieu dédié à la sociedad y recreo des négociants français fut fermé, en 1791, car il était suspect aux yeux de l’Inquisition d’organiser des réunions secrètes. Les rapports d’Inquisition rédigés à l’époque le décrivent ainsi :

  • 95 Enciso Recio, 1959, pp. 259-260.

Ceux qui la composent sont, dans leur majorité, des étrangers de la nation française, et l’auteur de ce rapport ignore encore si un Espagnol s’y est inscrit. Chaque individu est doté de sa propre clé et peut y accéder aux heures convenues (qui paraissent être nombreuses), la porte étant de ce fait continuellement fermée […] seuls les membres peuvent s’y introduire et il ne serait pas difficile d’en dresser une liste. Cette maison est située au numéro 213 de la rue Empedrador. À l’intérieur, il y a un billard et d’autres jeux propres à distraire les personnes de bonne éducation, mais l’auteur de ce rapport suspecte que les fins de cette assemblée secrète soient plus sérieuses et moins licites95

  • 96 Toujours d’après les papiers de l’Inquisition, il semblerait que les Français avaient l’habitude d (...)
  • 97 Lorsque, en 1790, des mesures furent prises pour restreindre les horaires d’ouverture des cafés su (...)
  • 98 La ville comprenait une vingtaine de librairies, dont 4 ou 5 tenues par des Français (Ozanam, 2000 (...)
  • 99 Chamboredon, inédite, p. 206.

34Pour Luis Miguel Enciso Recio, qui a étudié les papiers de l’Inquisition de l’époque, la Casa de la Camorra n’était cependant ni une loge maçonnique ni une organisation politique, mais tout simplement un lieu de sociabilité où se retrouvaient les gens de bonne compagnie. On sait, par ailleurs, que les négociants français avaient leurs propres lieux de promenade96, qu’ils devaient se réunir dans les cafés tenus par leurs compatriotes97, fréquenter les diverses librairies françaises de la ville98 et se retrouver entre eux, dans un cadre privé pour des dîners, des tertulias ou des séjours à la campagne99.

  • 100 Parmi les 819 ouvrages inventoriés dans la bibliothèque gaditane du cargador Sebastián Martínez, 3 (...)
  • 101 L’abonnement annuel au théâtre français coûtait 250 pesos pour une loge et 60 pesos pour une place (...)

35Plus qu’une barrière entre les Français et les Espagnols, cependant, ces pratiques culturelles semblent avoir distingué, à Cadix, les élites négociantes, d’une part, françaises, espagnoles et étrangères, et les couches populaires de la ville d’autre part. De fait, le rayonnement de la culture française était important au sein de l’élite des cargadores, qui fréquentait, elle aussi, le théâtre, les librairies et les dîners français100. Quant aux catégories inférieures de la colonie française, elles ne pouvaient avoir qu’un accès limité à ces loisirs coûteux, réservés aux gens « aisés »101. Si ces pratiques culturelles élitaires ne dessinent donc pas les contours de l’identité française, le rapport à la religion permet, en revanche, de l’appréhender de façon plus nette.

36Contrairement à la plupart des autres colonies marchandes de l’époque, la colonie française de Cadix ne possédait pas sa propre confrérie religieuse. En fait, ce sont les députés élus par le corps de la nation française qui assumaient les tâches garantissant la cohésion communautaire et habituellement dévolues à ce type d’institution. Ils géraient les ressources de la communauté et se chargeaient d’assister les pauvres, assuraient l’entretien de la splendide chapelle baroque que les Français possédaient dans le couvent San Francisco et finançaient l’organisation des célébrations « nationales » (fête de saint Louis, commémoration des deuils, des avènements et des naissances survenus au sein de la dynastie régnant en France). Ainsi, des missions qui, à Cadix et ailleurs en Europe, étaient gérées dans le cadre d’une organisation religieuse – la confrérie – relevaient, pour les marchands français de la ville, d’une autorité strictement laïque, puisque les députés étaient désignés au sein d’une assemblée réunissant tous les négociants français de la ville, quelle que soit leur obédience. De fait, le caractère laïc de l’organisation de la communauté marchande française reflète la spécificité de son identité religieuse, que l’on entrevoit également dans les dispositions testamentaires prises par les marchands français.

  • 102 Pascua Sánchez, 1990.
  • 103 Ibid., pp. 341, 363 et 375.
  • 104 Presque tous les testaments octroyés par des protestants se caractérisent par la concision de leur (...)

37En matière de dispositions testamentaires, la singularité des comportements des marchands français, au sein de la population gaditane, peut être appréciée grâce à la comparaison entre nos propres échantillons de testaments et les enquêtes réalisées à l’échelle de l’ensemble de la population gaditane102. Cette dernière n’était pas demeurée étrangère au mouvement de sécularisation des sociétés européennes du xviiie siècle, puisque la part des testaments précisant le lieu d’inhumation du testateur, l’habit dont il souhaitait être revêtu et le nombre de messes devant être dites pour le repos de son âme – pour ne retenir que ces trois exemples – était passée d’environ la moitié du nombre de testaments enregistrés en 1775 à un peu moins du quart en 1800103. En dépit de cette évolution très marquée des comportements religieux dans le dernier quart du xviiie siècle, les testaments des négociants français étudiés se distinguent nettement du reste. Si l’on fait abstraction de quelques cas résolument atypiques, il apparaît très nettement que la pratique religieuse des marchands français était beaucoup moins démonstrative que celle de la population gaditane, même en prenant comme référence, pour cette dernière, l’année 1800. En effet, seuls 20 testaments sur les 138 dépouillés (soit 14,49 %) stipulent explicitement le lieu où le testateur souhaite être inhumé, ils ne sont que 13 à évoquer l’habit (soit 10 % de l’ensemble des testaments de marchands, un résultat presque trois fois inférieur à la moyenne gaditane), et le pourcentage des testaments dans lesquels des messes sont commandées s’élève à 13,04 %, soit un taux quatre fois inférieur à celui de l’ensemble de la population. En outre, de nombreux testaments de Français font preuve de la plus grande circonspection, quand ils ne laissent pas franchement transparaître leur athéisme104. Ainsi, les Français paraissent nettement moins préoccupés que le reste des habitants de la ville par les aspects matériels et spirituels de leur enterrement. De même, lorsqu’ils prévoient des dons, les testateurs français les destinent bien plus volontiers à des œuvres caritatives qu’à des fondations pieuses ou des institutions religieuses – ce qui les distingue là encore nettement des autres habitants de la ville.

  • 105 Le cas de Prudent Delaville, qui a cotisé sans discontinuité entre 1793 et 1800, illustre cette hy (...)

38Dans leur grande majorité, les marchands français paraissent finalement avoir été à l’avant-garde du processus de sécularisation dans lequel s’engage la société gaditane en cette fin de siècle. Seule une minorité d’entre eux adhèrent aux manifestations les plus traditionnelles de la religiosité espagnole (affiliation à une confrérie dont on porte l’habit le jour de l’enterrement, choix d’une chapelle comme lieu de sépulture, commande d’un grand nombre de messes pour le repos de son âme et legs importants à des fondations pieuses). Or, il s’agit précisément de la minorité regroupant les individus engagés sur la voie de l’assimilation à la nation espagnole. En témoignent notamment les fonds de la confrérie de l’Esclavitud del Santísimo Viático. Cette institution avait été fondée en 1792 et elle était rattachée à l’une des paroisses situées au cœur du quartier commerçant de Cadix, celle du Rosario. Elle recrutait très majoritairement ses membres au sein des différentes communautés marchandes de la ville. On trouve ainsi, aux côtés d’une majorité d’affiliés d’origine espagnole, 28 membres d’origine française, 26 Irlandais et des Allemands, des Italiens et des Flamands. Parmi les Français, on compte 24 négociants qui, dans leur très grande majorité, étaient tous en voie d’assimilation : 5 d’entre eux sont des jenízaros, 7 étaient sur le point d’acquérir la naturalisation espagnole ou venaient de l’obtenir depuis peu, 8 avaient opté pour le statut de domiciliado en 1791 et, finalement, seuls les 4 derniers étaient des transeuntes. Cette surreprésentation, au sein de la confrérie, des marchands français les plus engagés dans un processus d’intégration traduit le fait que les Français demeurés attachés aux manifestations traditionnelles de la religiosité baroque étaient ceux qui avaient le plus tendance à s’assimiler à la société espagnole105.

  • 106 Le consul de France rapporte, par exemple, un événement survenu à l’occasion de la fête de Pâques, (...)

39Même après des séjours prolongés en Espagne, les marchands français conservaient le plus souvent une identité singulière qu’illustre notamment, qu’ils soient catholiques ou protestants, leur rapport à la religion. Cette singularité ne constituait pas une barrière hermétique entre les deux communautés, française et espagnole, et n’empêchait pas qu’elles cohabitent de façon relativement sereine. Cependant, cette différence culturelle était réelle et elle explique certainement pourquoi l’intégration, et plus encore l’assimilation, ont été des phénomènes minoritaires au sein de la colonie française. Même si elle alla en s’atténuant dans le dernier quart du xviiie siècle, du fait de la sécularisation de la société gaditane, la conscience de l’altérité des marchands français devait être aiguë, notamment au sein des classes populaires espagnoles. Ces dernières, encouragées par l’Inquisition, demeuraient animées de sentiments anti-français, dont le consul de France se fit le témoin à plusieurs reprises106. Ce climat d’hostilité, qui ne s’est jamais traduit par des agressions physiques, dut contribuer à conforter les Français dans le sentiment qu’ils demeuraient des étrangers en Espagne. Les évènements révolutionnaires qui éclatèrent en France en 1789 accentuèrent, en outre, ces tensions.

  • 107 Defourneaux, 1963, p. 129.
  • 108 Il s’agit de Prudent Delaville et de Servais Millet, voir supra.
  • 109 Au plébiscite de 1802, 139 Français de Cadix ont voté oui et seulement 8 ont voté non, et ils sont (...)
  • 110 Voir supra.

40Tous les témoignages à notre disposition montrent en effet que la Révolution de 1789 fut bien accueillie par la colonie française de Cadix. Les autorités locales se montrèrent immédiatement inquiètes devant l’afflux des diarios y folletos apportant des nouvelles des événements parisiens et devant la liberté de parole dont faisaient preuve les négociants français, y compris dans des espaces publics107. Cet engouement semble avoir été général : seuls deux négociants de la ville refusèrent de participer à la « contribution patriotique » de 1790108. En outre, à l’enthousiasme des débuts semble avoir succédé, à la fin de la décennie, une profonde adhésion à l’idée républicaine. Après 1796, en effet, l’« invasion » des ouvrages français continue, de multiples conflits éclatent à propos du port de la « cocarde tricolore » et, en 1807, une loge maçonnique française est créée à Cadix, sous l’impulsion d’officiers de la flotte française stationnée dans la baie. Au-delà de ces manifestations radicales, c’est cependant l’enracinement de l’idée républicaine dans la conscience collective des marchands français qui constitue le fait marquant de l’époque. Lors des plébiscites de soutien à Bonaparte, organisés au début du xixe siècle, les Français de la ville participent massivement et votent unanimement en faveur du nouveau régime109. Cette adhésion aux principes de 1789 contribua à attiser l’hostilité larvée que les classes populaires de Cadix nourrissaient envers les Français. Les débuts de la guerre, en 1793, libérèrent ces sentiments anti-français, qui n’occasionnèrent cependant jamais des violences comparables à celles qui eurent lieu à Valence au même moment. Le rétablissement de l’alliance franco-espagnole en 1796 ne permit cependant pas de rétablir le climat de confiance qui avait globalement régné avant la Révolution. Les actes de violence, plus ou moins spontanés, qui furent perpétrés contre les civils français en mai 1808 l’attestent110. Ainsi, la diffusion de l’idéologie révolutionnaire à Cadix renforça le sentiment national français, tant par l’adhésion qu’elle suscita au sein de la colonie, que par le gouffre que cette adhésion contribua à creuser avec les classes populaires espagnoles fondamentalement hostiles à ces idées nouvelles.

  • 111 Jean-Pierre Bidot, dans sa requête adressée aux concejos extraordinarios, assure ne s’être jamais (...)
  • 112 Ainsi, le texte de la carta de naturaleza octroyée à Jean-Mathieu Lacoste, qui reprend les princip (...)
  • 113 Voir supra.
  • 114 La carta de naturaleza de Jean-Mathieu Lacoste précise qu’il s’est rendu à Philadelphie lors de l’ (...)

41En contrepartie, la Révolution conforta dans leurs convictions des marchands qui s’étaient déjà détachés de la France. L’hostilité exprimée par plusieurs marchands français envers le mouvement révolutionnaire est parfois avérée et elle dut en conduire certains à renoncer définitivement à l’idée de retourner en France un jour. Le cas de Prudent Delaville est, de ce point de vue, emblématique. Ce catholique pratiquant, arrivé jeune à Cadix, marié à une Espagnole et père d’une famille nombreuse, était demeuré fidèle à la France jusqu’en 1789, comme en témoigne son assiduité aux assemblées de la nation française. Il rompt alors soudainement avec sa patrie d’origine et obtient en quelques années, sans aucune difficulté étant donné sa richesse, la naturalisation espagnole. Il ne fut pas le seul dans cette situation. Dans les requêtes qu’ils adressent aux autorités espagnoles pour obtenir leur naturalisation ou l’autorisation de revenir à Cadix, de nombreux marchands français font valoir leur hostilité envers la Révolution111, leur attachement à la religion112, les contributions qu’ils ont offertes à la Couronne espagnole au moment du conflit avec la France113, ou leur refus de rentrer en France au moment de l’expulsion114.

42Ainsi, la Révolution accentua, sans aucun doute, la conscience qu’avaient les marchands français de leur altérité vis-à-vis du reste de la population gaditane, tout autant que la méfiance de cette dernière à leur égard. Elle accéléra, en outre, le détachement de la partie la mieux intégrée de la colonie française. Au total, cette conscience identitaire marquée contribua probablement à dissocier la communauté française du reste de la société locale et à renforcer, au contraire, sa cohésion interne. Aussi, loin de n’apparaître que comme un ensemble d’individus unis par leur seule origine commune, la colonie présente en fait l’image d’une communauté vivante et soudée par d’étroites relations personnelles et professionnelles.

Une colonie soudée par d’étroites relations personnelles et professionnelles

43La faible intégration des marchands français dans la société gaditane et la forte cohésion, au contraire, de la colonie qu’ils formaient se manifestent au premier abord à travers deux traits qui caractérisent leur situation matrimoniale : d’une part, la nette prépondérance du célibat au sein de la colonie, d’autre part, leur inclination, lorsqu’ils se marient, à se lier avec des femmes françaises ou d’origine française.

  • 115 Certains contrats de société interdisaient d’ailleurs aux associés de se marier avec des Espagnole (...)
  • 116 Fernández Pérez, 1997, pp. 251 sqq.

44Si l’on en croit le recensement de 1791, peu susceptible d’erreur en la matière, sur les 308 marchands français alors présents à Cadix, 198 étaient célibataires (64,3 %), 99 mariés (32,1 %), et 11 veufs (3,6 %). En outre, le quart des individus mariés déclarent l’être avec une épouse française qui, le plus souvent, devait d’ailleurs résider en France. Au total, seuls 22 % des marchands français (67 sur 308) étaient donc mariés à une Espagnole. La situation a peu changé en 1808, en dépit du vieillissement et de l’enracinement croissant des marchands français. La part des célibataires demeure majoritaire (52 %) et celle des individus mariés à une épouse espagnole ne s’élève qu’à 33 %. En 1819, en revanche, la situation s’est inversée, et les célibataires ne représentent désormais plus que le tiers des marchands français qui sont revenus vivre à Cadix. Dans les recensements suivants, la part des célibataires redevient ensuite très largement majoritaire (65 % en 1837 et 54 % en 1840), ce qui est lié à la transformation que connaît alors la colonie française qui ne regroupe dorénavant presque plus que des voyageurs de commerce et des marchands de passage. Sur l’ensemble de la période, la prépondérance du célibat est nette parmi les marchands français, même si elle diminua significativement à la suite des expulsions de 1793 et de 1808 – qui écrémèrent la colonie en écartant définitivement de la ville d’abord les individus qui n’y avaient pas fondé de famille. Cette fréquence du célibat dans la communauté marchande française ne peut être liée à la moyenne d’âge ou au statut social des individus qui la composaient, puisque la colonie comprenait très majoritairement, et de plus en plus, des hommes mûrs et durablement installés. Chez ces derniers, les réticences à se marier semblent donc plutôt résulter de choix délibérés, liés à des considérations commerciales ou à l’espoir de rentrer un jour s’établir en France. Se marier à Cadix supposait en effet de se voir appliquer la loi civile du pays, très contraignante en matière successorale, puisque la veuve avait droit à la moitié des acquêts, ce qui représentait une menace pour la survie de la compagnie à laquelle le défunt était associé115. Or les avantages d’un mariage avec une Espagnole, susceptibles de compenser cette contrainte, étaient faibles. Les conclusions de Paloma Fernández Pérez sur la question du mariage à Cadix, que confirment totalement nos propres observations, montrent en effet que, dans la majorité des cas, aucune dot n’était offerte à la future épouse ou seulement une dot de très faible valeur116. Les époux se mariaient donc tard, une fois fortune faite, non pour acquérir le capital nécessaire au lancement de leurs affaires mais, plutôt, pour fonder une famille. Les enjeux commerciaux liés au mariage avec une Espagnole étant très limités pour les marchands français, la décision de prendre une épouse à Cadix relevait d’un choix strictement personnel – celui de fonder une famille – et, pour cela, les marchands français semblent avoir préféré attendre leur retour en France, du moins jusqu’à la fin du xviiie siècle. Vraisemblablement, la situation évolua ensuite et, au fur et à mesure que leurs séjours sur place s’allongeaient, de plus en plus de marchands français semblent s’être résolus à se marier localement. Jusqu’en 1808, cependant, ils restèrent minoritaires et, surtout, ils manifestèrent une préférence sans cesse renouvelée pour des mariages les unissant à d’autres familles françaises.

  • 117 Voir supra.
  • 118 Deux d’entre elles ont épousé Bernard Magon et Jean Jolif, des négociants appartenant, comme leur (...)
  • 119 Voir supra.
  • 120 Eouzeou, inédit.
  • 121 Gertrude Violet, Ana Gil, Josefa Pimentel, Teresa Agniel, Antonia Pitot, Teresa Archimbaud, Juana (...)
  • 122 Fernández Pérez, 1997, pp. 162 sqq.

45Les cas de Jean Béhic, dont les 4 filles, nées à Cadix, ont épousé des négociants français117, de Pierre Verduc, qui a marié de la même manière ses 4 filles118, et d’Étienne Balleras119, illustrent en effet de la meilleure manière les pratiques endogames régnant au sein de la communauté marchande française de la ville. Tous les témoignages concordent en effet pour dire que ces exemples n’ont rien de singulier. Ainsi, parmi les 16 négociants bretons qui s’étaient mariés avec une Espagnole à Cadix, 10 avaient épousé en fait la fille d’un négociant français de la place120. De même, l’échantillon constitué pour la présente étude, qui porte sur 267 mariages contractés entre la seconde moitié du xviiie siècle et la première décennie du xixe siècle, confirme la double propension des marchands français à épouser les filles de leurs compatriotes et à unir leurs propres descendantes à des Français. Certes, sur 230 épouses de marchands français identifiées, on ne dénombre que 58 épouses françaises. Mais, parmi les 172 épouses qui ne sont pas françaises, 48 sont les filles de marchands français de Cadix et 9 autres portent un patronyme qui suggère qu’elles ont également des origines françaises121. Au total, la moitié des marchands français mariés, recensés dans notre échantillon, l’étaient donc avec une Française, ou une femme dont l’un des ascendants au moins était français, ce qui est très élevé compte tenu de la faiblesse du nombre de femmes françaises ou d’origine française présentes à Cadix. Un même constat se dégage plus manifestement encore lorsqu’on s’intéresse à l’identité des gendres des marchands français, pour lesquels le problème du « stock » de conjoints disponibles localement ne se posait pas. L’échantillon comprend ici 77 filles de marchands français qui sont nées à Cadix. Parmi elles, 48 ont épousé un marchand d’origine française résidant à Cadix (62,3 %), 7 un négociant français résidant en France ou en Espagne (9 %), 5 un négociant étranger de Cadix (6,5 %), et seules 17 d’entre elles ont épousé un Espagnol sans ascendant français (22 %). Une partie de ces mariages endogames s’expliquent, selon toute vraisemblance, cette fois-ci, par des enjeux commerciaux. C’est le cas notamment des négociants ou des marchands qui ont épousé la fille de leur associé : il s’agissait là d’une pratique très répandue à Cadix, où l’on parle de yernocracía pour évoquer le rôle que jouaient les gendres dans la pérennité des compagnies familiales122. De telles alliances, nouées entre associés d’une même compagnie, ne correspondent cependant qu’à un petit nombre des mariages contractés entre les négociants français et les filles de leurs confrères. Plus fondamentalement, ces unions endogames semblent donc refléter les affinités existant entre des familles qui appartenaient à un même milieu social, qui avaient l’habitude de se côtoyer et qui partageaient des valeurs et une identité commune. Cette hypothèse qui suggère qu’il existait d’étroites relations personnelles au sein de la colonie française est d’ailleurs largement confirmée par les enseignements tirés des testaments des marchands français qui, à travers les mentions des exécuteurs testamentaires désignés, livrent une image probablement assez fidèle de leur environnement relationnel le plus immédiat.

46Les 170 actes dépouillés – soit environ le quart des testaments enregistrés par des Français à Cadix – permettent d’identifier, une fois retranchées les 40 épouses qui ont été désignées par leurs maris, 390 exécuteurs testamentaires de sexe masculin. Leur répartition en fonction de leur origine nationale est la suivante (tableau 24).

Tableau 24. — Origine nationale des exécuteurs testamentaires des marchands français de Cadix

Origine Nombre
« Français » et « d’origine française » 327
Espagnol 48
Autre 15
Total 390

Source

Élaboration personnelle à partir de 170 testaments de marchands français conservés à l’AHPC.

47La très grande majorité des exécuteurs testamentaires des marchands français de Cadix sont donc également français (70 %) ou « d’origine française » (14 %). Dans 4 % des cas seulement, l’exécuteur testamentaire désigné ne réside pas à Cadix. Il s’agit alors systématiquement d’une personne résidant en France, un parent le plus souvent. Les exécuteurs testamentaires espagnols sont en revanche très en retrait, ils ne représentent que 12 % de l’ensemble, et la proportion de ceux qui sont issus des autres colonies étrangères de la ville est très faible (4 %). On remarque par ailleurs que les différentes catégories sociales de la colonie française obéissent aux mêmes règles. La proportion des exécuteurs testamentaires français ou d’origine française atteint 84 % chez les négociants, 79 % chez les boutiquiers et 93 % chez les commis. Ces résultats montrent donc des comportements homogènes. Ils soulignent cependant que les boutiquiers avaient certainement davantage tendance à s’intégrer à la société espagnole, alors que les commis, dont le capital social était restreint à Cadix – ils sont le plus souvent célibataires et fraîchement arrivés – et qui travaillaient surtout au sein de comptoirs français, désignaient presque toujours leurs compatriotes. Les 8 testaments de femmes françaises dépouillés suggèrent par ailleurs que celles-ci se comportaient de la même manière que les hommes puisque, parmi les 24 exécuteurs qu’elles ont désignés, figurent 19 Français et seulement 4 Espagnols. La seule catégorie qui adopte un comportement singulier en la matière est celle des jenízaros. Les exécuteurs testamentaires qu’ils désignent sont certes très majoritairement français ou d’origine française (85 %), mais ici près d’un exécuteur testamentaire sur deux est lui-même un jenízaro.

48Des indicateurs comme le choix d’une épouse ou d’un exécuteur testamentaire attestent de l’existence de liens personnels privilégiés entre marchands français. Un même constat peut être tiré de l’analyse de leur entourage professionnel : là aussi, les relations de confiance les plus fortes étaient très majoritairement nouées au sein de la colonie.

49Les relations professionnelles des marchands français peuvent être appréhendées à trois niveaux différents en fonction de la plus ou moins grande pérennité des liens envisagés et du degré plus ou moins élevé de confiance qu’ils supposent. Schématiquement, trois sphères relationnelles peuvent être distinguées : celle des relations contractuelles nouées sur le marché, le temps d’une transaction ; celle des relations contractuelles nouées en dehors du marché, dans le cadre d’une collaboration poussée mais non formalisée par un contrat de compagnie ; celle enfin des relations professionnelles quotidiennes et étroites existant au sein d’une même compagnie formalisée par un acte de société. Or, on constate immédiatement que plus la relation considérée est étroite et pérenne, plus la communauté d’identité entre les partenaires est forte : ainsi, face au marché qui apparaît comme le lieu par excellence du cosmopolitisme et des échanges transnationaux, le comptoir se présente comme une réelle « entreprise nationale », alors qu’au niveau intermédiaire des collaborations et des coalitions informelles, les résultats sont plus nuancés.

  • 123 Ainsi la maison Magon Lefer comptait 5 gérants et 5 commis en 1777, alors que le comptoir de la co (...)
  • 124 Elles sont relativement nombreuses comme en témoigne la liste non exhaustive suivante (entre paren (...)
  • 125 Ainsi au sein de la compagnie Durand Christin et Cie se côtoient Pierre Durand, qui est lyonnais, (...)
  • 126 Bustos Rodríguez, 1995, p. 156.

50L’environnement professionnel d’un négociant est d’abord constitué par l’ensemble des personnes qu’il côtoie et qui exercent des responsabilités avec lui au sein d’un même comptoir. Il s’agit là incontestablement du cercle de confiance le plus étroit, car il réunit toutes les personnes qui, quel que soit leur statut (associé ou non, négociant ou commis), ont accès aux ressources de la compagnie – non seulement les marchandises en magasin et la caisse, mais aussi les informations contenues dans les livres de comptes et les registres de correspondance. D’une compagnie à l’autre, le nombre de ces individus varie considérablement en fonction de l’organisation interne adoptée et de la position de la société dans la hiérarchie mercantile de la place123. Mais, dans tous les cas, on ne peut qu’être frappé par l’homogénéité nationale qui caractérise la composition des maisons gaditanes françaises. En effet, les firmes dans lesquelles les associés sont issus de nations différentes sont très rares. Si l’on excepte les cas des sociétés auxquelles étaient associés des enfants de négociants français, nés en Espagne124, seules 3 compagnies sont réellement mixtes : la compagnie Prasca Arboré et Cie, qui associe 2 négociants français (Joseph Arboré et Dominique Bernède) à un négociant génois naturalisé espagnol (Juan Andrés de Prasca), la société Rey Brandembourg et Cie au sein de laquelle se côtoient 3 négociants lyonnais (Guillaume, Philippe et Pierre Rey) et un négociant d’origine allemande (Jean-Frédéric Brandembourg), et, enfin, la maison franco-flamande Dewulf Morel Sorhaits et Cie (dans laquelle seul Jean Sorhaits est français). En revanche, il ne semble pas pertinent de retenir au nombre de ces compagnies mixtes les compagnies franco-genevoises car les Suisses francophones n’étaient pas à proprement parler des étrangers pour leurs partenaires français et, d’ailleurs, ils étaient le plus souvent immatriculés auprès du consulat français de Cadix125. Les maisons françaises de Cadix constituaient donc bien des cellules très homogènes du point de vue de l’identité nationale de leurs associés, ce qui signifie que les négociants français travaillaient et vivaient au quotidien presque exclusivement en compagnie de leurs compatriotes. Cette homogénéité nationale est encore renforcée par le recrutement des commis qui s’effectuait également de façon prioritaire au sein de la communauté nationale. Ainsi, d’après le recensement de 1773, on peut estimer que 74,6 % des commis employés dans les compagnies françaises étaient français, ce qui constitue un taux particulièrement élevé comparé à ceux des compagnies italiennes (59,6 %) ou flamandes (19 %), qui recourent beaucoup moins à un tel recrutement endogène. Seuls les Irlandais qui recrutent des compatriotes à 78,8 % présentent un comportement comparable à celui des Français126.

  • 127 Le plus souvent, il s’agit de frères (Jolif, Dechegaray, Lasserre, Chancel, Lafforé, Lesca, Malibr (...)
  • 128 Les 17 maisons françaises dans cette situation sont les suivantes : Magon Lefer, Bonneval Dumas, F (...)
  • 129 Rappelons en outre que ces pourcentages ne prennent pas en compte les commis non français travaill (...)
  • 130 Le cas le plus célèbre est celui des frères Fornier qui, faute de descendant pour les remplacer (l (...)
  • 131 Ainsi une compagnie de Cadix publie une annonce le 10 janvier 1803 dans le Diario mercantil de Cád (...)

51On peut affiner cette étude de la composition humaine des compagnies françaises de Cadix, en prenant en considération le critère des origines familiales et provinciales du personnel travaillant dans les comptoirs, ce que permet la liste consulaire de 1777 qui fournit des informations particulièrement précises en la matière. L’importance de l’élément familial dans la composition des compagnies gaditanes a été soulignée par tous les historiens de la colonie française. Cette idée mérite cependant d’être relativisée. En effet, si des cellules familiales sont à la base de presque toutes les compagnies gaditanes et si une partie des commis sont également recrutés dans cette sphère, il est très rare qu’une compagnie ait pu se limiter à ce seul apport. Parmi les 36 compagnies de négoce qui, en 1777, ont plus d’un gérant, seules 10 comprennent exclusivement des associés portant un même patronyme127. Il en est de même pour les commis, puisque parmi les 175 commis recensés la même année, seuls 21 (12 %) portent le même patronyme que l’un des associés. De même, le poids du recrutement provincial, réel, ne doit pas être surévalué. Les associations entre négociants français issus de provinces totalement différentes étaient par exemple fréquentes – c’est le cas de 17 des 36 compagnies recensées128. Quant aux commis, s’ils étaient majoritairement recrutés dans les localités d’origine des gérants (44,4 %), ou dans leurs provinces d’origine (19,9 %), plus du tiers d’entre eux n’avaient aucune origine géographique commune avec leurs employeurs (35,6 %)129. Il ne semble pas indispensable de s’attarder sur les raisons qui amenaient les négociants français de Cadix à privilégier leurs parents ou leurs proches dans le recrutement du personnel qu’ils allaient être amenés à côtoyer quotidiennement et entre les mains duquel reposeraient la totalité des secrets de l’entreprise : les mécanismes de la recommandation et de la solidarité familiale devaient agir pleinement en la matière. Il est en revanche plus intéressant de s’interroger sur les limites de ce recrutement de proximité et d’évoquer au moins trois raisons qui le rendaient insuffisant pour pourvoir aux besoins des comptoirs gaditans. Tout d’abord, la famille ne représentait pas un vivier inépuisable propre à assurer le renouvellement du personnel rendu nécessaire par les départs et les décès survenus à Cadix, d’autant que les descendants, lorsqu’il y en avait, n’étaient pas nécessairement disposés, ou aptes, à exercer le commerce130. De fait, la compétence du personnel semble avoir été une préoccupation constante des négociants. En témoignent les annonces publiées dans la presse mercantile pour recruter des commis ou, encore, les lettres circulaires que les sociétés récemment constituées adressaient à leurs correspondants pour obtenir leur confiance et dans lesquelles elles détaillaient les compétences de leurs gérants131. Il n’est donc pas impossible que les compagnies aient préféré recruter du personnel qualifié aux compétences reconnues plutôt que des proches dont la formation – ou la motivation – était approximative. Il faut enfin souligner que l’évolution de chaque compagnie au cours de son existence l’éloignait peu à peu de la forme familiale originelle qui avait été la sienne au moment de sa formation. La promotion interne des commis, les rencontres faites à Cadix ou lors de séjours en France, les restructurations intervenues après des faillites constituent autant de facteurs amenant les compagnies françaises à s’éloigner de leur configuration familiale initiale.

  • 132 Voir supra.

52Cependant, s’il était fréquent d’élargir le recrutement de la compagnie au-delà de la sphère familiale, il était en revanche beaucoup plus rare de le faire au-delà de la sphère nationale. C’est ce que prouvent le cas des compagnies de commerce françaises, mais aussi celui, déjà évoqué, des compagnies d’assurances par actions : ces sociétés qui unissaient des dizaines d’actionnaires avaient presque toujours une très forte coloration nationale132. Cette préférence vis-à-vis des compatriotes qui est indiscutable au niveau du comptoir s’efface, en revanche, totalement à l’échelle plus vaste du marché, où les relations intercommunautaires l’emportent largement.

  • 133 Les négociants français et italiens représentent, pour leur part, 17 % et 7 % des débiteurs (ACCIM (...)
  • 134 Aux côtés des 38 créanciers espagnols, on ne dénombre que 7 établissements français (5 compagnies (...)
  • 135 Chamboredon, inédite, pp. 226 sqq.
  • 136 AGI, Consulados, leg. 1757. Dans ces 455 transactions, les négociants français apparaissent à 513  (...)

53En effet, les négociants français ne privilégiaient pas leurs compatriotes dans leurs transactions commerciales nouées localement. Les bilans des compagnies Rivet et Delaville illustrent bien cette réalité : à Cadix, ces deux maisons entretiennent des relations bien plus étroites avec les négociants espagnols qu’avec d’autres Français. Ainsi les négociants espagnols représentent 75 % des débiteurs de la compagnie Rivet133, et les cargadores sont également majoritaires parmi les partenaires de la compagnie Delaville (68 % des créanciers et 73 % des débiteurs)134. Robert Chamboredon a dressé le même constat à propos de la compagnie des frères Fornier : à Cadix, elle n’entretient de relations commerciales qu’avec des négociants espagnols, et ses seuls partenaires français sont des boutiquiers auprès desquels elle écoule environ le quart des marchandises qu’elle reçoit d’Europe135. De nombreux autres cas de compagnies françaises témoignent de la même réalité. Les 41 livres de courtiers de l’année 1796, conservés à l’Archivo General de Indias, confirment de leur côté que, sur le marché local, les négociants français de Cadix entretenaient des relations bien plus étroites avec les commerçants espagnols qu’avec leurs compatriotes. Sur les 455 transactions commerciales relevées, dans lesquelles au moins une compagnie française est partie prenante, seules 58 impliquent deux établissements français (12,5 %), 47 un établissement français et un autre étranger (10,5 %), et 351 un établissement français et un commerçant espagnol (77 %)136.

  • 137 Voir supra.

54La rivalité commerciale semble donc avoir constitué un puissant frein à la constitution d’ententes entre les compagnies de la colonie, alors que de telles ententes auraient pu les mettre en situation de force sur le marché local. De fait, les tentatives connues de monopolisation d’un produit ont toujours été menées à l’initiative de compagnies agissant dans leur seul intérêt et non dans le cadre d’alliances concertées137. En fait, les maisons françaises, qui proposaient et recherchaient toutes les mêmes produits, étaient en situation de concurrence, et non de complémentarité, vis-à-vis des cargadores. Doit-on pour autant conclure que la communauté d’identité, qui jouait pourtant un rôle majeur dans le recrutement interne des compagnies, n’avait aucune influence dans la gestion de leurs affaires locales ? Cette hypothèse, tout à fait crédible lorsqu’on analyse les opérations commerciales contractées sur le marché par l’intermédiaire des courtiers, doit en revanche être nuancée dès lors que l’on s’intéresse à la sphère des relations commerciales nouées en dehors du marché.

55Entre la firme et le marché se situe un espace intermédiaire qui est celui des alliances, des ententes et parfois de la collusion entre des acteurs qui, tout en demeurant autonomes, mutualisent, de façon plus ou moins ponctuelle, une partie de leurs ressources, de leurs informations et de leurs moyens, pour parvenir à un objectif commun. Nous parlerons à ce propos de partenariat privilégié par opposition à l’association, qui relève d’une relation organique plus forte, et à la simple relation contractuelle nouée sur le marché le temps d’une transaction. Au niveau de ces ententes, l’impératif de la confiance entre les partenaires est moins prononcé qu’au sein de la firme. Il l’est en revanche beaucoup plus qu’au niveau du marché, car les alliances sont souvent informelles et peuvent se situer aux marges de la loi, ce qui interdit toute possibilité de recourir à un arbitrage institutionnel.

  • 138 AGI, Consulados, leg. 503 et 522.
  • 139 Ainsi la part des créanciers français s’élève à 100 % dans la liquidation de Joseph Casabona, 66 % (...)
  • 140 Zylberberg, 1993, pp. 351 sqq. ; Tedde de Lorca, 1988, pp. 130 sqq.
  • 141 Ibid., p. 131.
  • 142 Zylberberg, 1993, p. 352.

56Un premier exemple de la surreprésentation des négociants français de Cadix dans l’entourage commercial de leurs confrères apparaît dans les listes de créanciers des compagnies en liquidation judiciaire. Le contraste est en effet grand entre la place réduite qu’occupe la colonie dans les opérations commerciales des négociants français et le poids qu’elle représente dans ces listes, puisque sur les 789 convocations adressées aux créanciers locaux des 32 établissements français en cessation de paiement entre 1787 et 1796, 415 l’ont été à des établissements français, soit 53 % du total138. Ainsi, alors que les Français n’assurent que 10 à 20 % du chiffre d’affaires de leurs compatriotes, ils représentent en revanche près de la moitié des intéressés dans le passif de ceux qui ont fait faillite. Cela est somme toute logique pour les boutiquiers français, qui s’approvisionnaient en priorité auprès des négociants de la nation139. Mais cela est également le cas dans les faillites des maisons françaises de premier ordre : la part de leurs créanciers français s’élève, en effet, à 68 % pour Jean-Pierre Jaureguiberry, 57 % pour Étienne Laborde, 53 % pour Louis de Ribeaupierre, 50 % pour Joseph Trouchet, 47 % pour la compagnie Verduc Jolif Séré, ou encore 40 % pour celle des frères Fornier. Les travaux concernant les plans de sauvetage que les négociants français mirent en œuvre, au moment de la crise des années 1787-1789, pour éviter la faillite de leurs compatriotes, permettent de mieux comprendre cette situation140. Étienne Laborde, par exemple, reçut en 1787 le soutien des maisons Magon, Lecouteulx, Verduc, Galatoire et Béhic qui acceptèrent de lui avancer 140 000 pesos pour l’aider à se rétablir. Il bénéficia également de facilités d’escompte de ses effets auprès de la Caja de Descuento, au comité directeur de laquelle siégeait Pierre Lenormand141. En 1789, ce fut le tour d’Emmanuel Rances et de la société Verduc Jolif Séré de bénéficier du soutien de l’élite de la colonie française et de la Caja de Descuento : le premier reçut une avance de 760 000 pesos auxquels souscrivirent 17 maisons, essentiellement françaises, et la seconde 230 000 pesos. Les billets souscrits par ces maisons furent ensuite escomptés auprès de la Caja afin de leur procurer des liquidités. Ces secours se révélèrent cependant vains, et, au printemps 1789, les deux maisons suspendirent leurs paiements. D’autres opérations de soutien similaires eurent lieu au même moment. Dans un courrier adressé au négociant malouin Gil Apuril de Kerloguen, les gérants de la compagnie David Rivet et neveux évoquent la situation de « Pierre Lagarde, Emmanuel Rances, Verduc, Malagamba, Barrère et Sarrasin, Lecourt Martinville » qui sont « enlacés les uns par les autres par des billets à ordre dont Simon Lenormand et Cie avait escompté grand nombre à 2 % par mois » et qui « se voyant à la veille de manquer se liguèrent sous les auspices de Messieurs Lenormand, Magon, Lecouteulx, Galatoire, Quentin pour se soutenir au moyen de l’argent que ceux-ci leur avancèrent142 ». Ces opérations de soutien expliquent l’importance occupée par les négociants français de Cadix dans le passif de leurs confrères faillis : plus que leur activité commerciale courante, les bilans établis reflètent les solidarités financières mobilisées pour surmonter les difficultés du moment.

  • 143 Les 11 courtiers français, ou d’origine française, sont : Étienne Dirandat (qui est intervenu dans (...)
  • 144 Ainsi la clientèle des courtiers Pierre Mercy et Pierre Lacaze, deux anciens négociants français r (...)
  • 145 Il s’agit des courtiers José María Gadeyne, Jean-Baptiste Guinea, Jean-Baptiste Pecarrere et Felip (...)
  • 146 C’est le cas de Pierre Lacaze et Pierre Mercy, les anciens gérants de la compagnie Mercy Lacaze et (...)
  • 147 AGI, Consulados, leg. 1757.
  • 148 Seul Pierre Mercy a un garant espagnol en la personne de Juan Antonio Ximenez.

57Les liens que les négociants entretenaient avec les courtiers révèlent le même type de relations privilégiées entre des acteurs commerciaux ayant une origine commune. Il convient de rappeler ici l’importance que revêtait, pour un négociant, l’entretien de rapports de confiance avec les courtiers de sa place. Le courtier était en effet le détenteur d’une partie de la mémoire et de l’information commerciales des firmes qui l’employaient. Du fait de son rôle d’intermédiaire dans leurs transactions commerciales et bancaires, il connaissait l’état de leurs stocks, le poids de leurs engagements et la situation de leur caisse. Il constituait donc un partenaire incontournable pour obtenir des renseignements sur l’état des marchés ou sur la situation des divers acteurs de la place. Or on constate, en étudiant la composition de la clientèle des 41 courtiers qui ont déposé leurs livres de comptes en 1796, que les négociants français s’adressaient de façon très majoritaire à des courtiers également français. La part des négociants français dans les transactions négociées cette année-là passe en effet de 27 %, si on considère l’ensemble des courtiers de la ville, à plus de 49 %, si l’on ne retient que les 11 courtiers d’origine française143. Si les disparités sont grandes d’un courtier à l’autre144, on constate que, dans presque tous les cas, les négociants français sont surreprésentés au sein de la clientèle des courtiers français. Le constat s’accentue encore si on ne relève que les clients récurrents des courtiers français, ceux qui avaient recours à leurs services à plus de 5 reprises dans l’année : à l’exception de Pierre-Bernard Cabanon dont les principaux clients sont le plus souvent nordiques (le Danois Boom, les Flamands Vandervenet et Lobé, l’Anglais Murphy) et de Jean-Baptiste de Espeleta dont le principal client est un cargador (Gaspar Leal), tous les autres n’ont que des Français comme clients réguliers. Les résultats apparaissent symétriquement opposés lorsqu’on s’intéresse aux 30 courtiers non français de la place : seuls 4 d’entre eux ont une clientèle française significative145. Comment expliquer cette préférence des négociants français pour des courtiers de même origine qu’eux ? Les affinités nationales – la langue notamment – ont pu jouer un rôle. Les relations de sociabilité entre marchands aussi : en général, les courtiers français avaient auparavant exercé le négoce et fréquenté, à ce titre, les assemblées du corps de la nation française où ils avaient pu connaître ceux qui sont devenus par la suite leurs clients146. Il faut également prendre en compte l’existence de liens de dépendance personnelle entre les courtiers et les négociants, résultant de l’obligation faite aux premiers de nommer un garant – fiador – lorsqu’ils acquéraient leur office. Une liste recensant une centaine de fiadores désignés dans la seconde moitié du xviiie siècle montre que les négociants français se portèrent garants de courtiers gaditans à 30 reprises147. Pour les 8 courtiers français en activité en 1796 dont nous connaissons le fiador, il s’agit d’un Français dans 7 cas148. Ainsi les négociants français qui aidaient les courtiers français à s’installer devaient attendre en retour les services que ces derniers pouvaient leur rendre.

  • 149 Le premier se voit confier les affaires de Joseph-François Lieutaud (AHPC, PN, Cadix, reg. 4538, f (...)
  • 150 Le montant des commissions est de 5 % pour le recouvrement d’effets bancaires réalisé par Román La (...)
  • 151 Le parent désigné peut être d’origine française comme dans les cas de Pierre Gastambide qui désign (...)

58Une dernière étude relative à l’identité des partenaires de confiance des négociants français peut être menée à partir du recensement des individus qu’ils employèrent comme mandataires pour assurer la gestion de leurs biens lors de l’expulsion de 1793. Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, les négociants français ne confièrent pas de façon exclusive la gestion de leurs affaires à ceux de leurs compatriotes qui échappèrent à l’expulsion. Certes, des négociants franco-espagnols comme le jenízaro Román Larrue y Vienne ou les naturalizados Prudent Delaville et Ferdinand Roger ont été sollicités149. Mais, sur les 42 négociants français expulsés dont nous connaissons le fondé de pouvoirs, seulement 16 ont choisi de déléguer la gestion de leurs affaires à un compatriote, alors que 18 optaient pour un Espagnol de la place et 6 pour un négociant étranger. Ainsi, en dépit de l’enjeu – les fondés avaient accès à la totalité des ressources de leurs commettants et ces derniers n’avaient aucun moyen d’exercer un contrôle sur leurs actes –, les négociants français ne manifestèrent pas de préférence systématique pour leurs compatriotes. Diverses raisons peuvent être évoquées pour expliquer cette situation. D’une part, les négociants français ne semblent pas avoir accordé de traitement de faveur à leurs confrères expulsés comme en témoigne le montant élevé des commissions versées par les gérants de la société Hedembaig Lapadu à leurs deux fondés, Prudent Delaville et Román Larrue y Vienne, pour des prestations qui se révélèrent de surcroît contestables150. D’autre part, les négociants français ont privilégié avant toute chose des individus recrutés dans leur environnement personnel ou professionnel immédiat – parents, associés, partenaires de confiance –, et cet environnement, qui pouvait recouper les frontières de la colonie, ne s’y limitait pas151. Ce dernier exemple prouve donc que des relations de confiance pouvaient tout à fait être nouées entre les négociants français et des étrangers en dehors du cadre contractualisé du marché. Elles ne sont cependant pas la norme.

59Un ensemble de raisons qu’il s’avère difficile de démêler – attachement aux droits liés à la nationalité française, conscience identitaire affirmée, cohésion communautaire forte – permettent de mieux comprendre ce qui faisait obstacle à l’intégration et à l’assimilation des marchands français dans la population espagnole locale. Cet attachement à la citoyenneté, à l’identité et à la communauté françaises explique finalement pourquoi, en dépit de l’enracinement toujours plus poussé des marchands qui la composaient, la colonie ne se fondit pas dans la société gaditane et se perpétua à Cadix. Il explique aussi pourquoi elle fut victime de violentes représailles en 1793 et en 1808 : elle n’avait jamais cessé d’être considérée comme un corps étranger. Il ne nous éclaire en revanche pas sur les raisons profondes qui attachaient à Cadix les quelque 200 marchands français qui, faisant fi des multiples difficultés de leurs temps, s’obstinèrent à y vivre et à y revenir chaque fois qu’ils le purent.

Cerner au plus près l’attachement des Français à Cadix

60Les marchands français qui avaient exercé le commerce à Cadix avant la Révolution française étaient 180 à être encore actifs dans les négoces de la ville en 1808 – soit, peu ou prou, les deux tiers d’une communauté marchande qui comprenait alors 282 individus. Dix ans plus tard, ils représentaient encore près de la moitié de la maigre colonie, qui s’était reconstituée après 1815 (50 sur 124). Ainsi, des dizaines de marchands français, qui avaient connu Cadix dans les dernières années de sa splendeur, y résidaient encore 20 ou 30 ans plus tard, alors que l’emporio del orbe n’était plus que l’ombre de lui-même. Les raisons qui expliquent leurs choix de rester ne se laissent pas deviner aisément. On peut cependant essayer de les cerner plus précisément en exploitant sous un angle nouveau le matériau statistique disponible sur leurs profils individuels et en recoupant ces informations avec des sources plus personnelles, qui laissent transparaître les motivations plus intimes des décisions qui furent prises.

61Les marchands français qui sont demeurés à Cadix, et qui souvent y sont morts, ont pour première caractéristique commune d’avoir fait le choix de revenir dans le port andalou en 1796, à l’issue d’un conflit – la guerre de la Convention – qui avait annihilé la puissante colonie existant avant la Révolution. Ainsi, parmi les 533 marchands français installés dans le commerce de Cadix en 1791, 309 firent le choix d’y revenir après la signature du traité de Paix de 1795 alors que 224 ne revinrent vraisemblablement jamais en Andalousie. Ce qui distingue ces deux populations n’apparaît pas au premier abord. En effet, ceux qui revinrent n’étaient pas nécessairement plus enracinés que les autres. Ainsi, en 1791, la part des individus déclarant être arrivés en Espagne depuis plus de 30 ans est sensiblement la même dans les deux groupes (56 % pour les premiers, 57 % pour les seconds). De même, les marchands qui déclaraient n’être arrivés en Andalousie que depuis quelques années en 1791 ne sont pas significativement moins nombreux parmi ceux qui sont revenus : sur les 110 identifiés en 1791, 50 firent le choix de revenir et 60 celui de quitter définitivement Cadix. De façon plus surprenante, le critère du mariage ne distingue pas fondamentalement non plus les deux groupes. Tout au plus relève-t-on que la part des individus célibataires est plus élevée au sein du second que du premier (56 % contre 48 %) et que les marchands qui renoncèrent à Cadix avaient plus tendance à être mariés avec des Françaises que les autres – ils sont 38 % dans ce cas, contre 18 %. Dans la mesure où plus de la moitié des individus qui revinrent en 1796 n’étaient pas mariés avec des Espagnoles, on retiendra cependant que la situation matrimoniale ne suffit pas à expliquer l’ampleur du phénomène des retours. Un troisième critère distingue en revanche plus nettement les deux populations étudiées : celui de la position occupée par les individus dans la hiérarchie mercantile de la place. Ainsi, les Français qui ne revinrent jamais à Cadix étaient pour près de la moitié d’entre eux de simples commis, dont l’établissement en Andalousie n’était pas lié à la possession d’un capital – matériel et relationnel – sur place. A contrario, les boutiquiers, qui constituent probablement la catégorie la moins mobile et la plus enracinée du monde marchand, ont beaucoup plus souvent fait le choix du retour : ils sont 96 dans ce cas, soit le tiers du total des individus revenus à Cadix, alors qu’ils ne sont qu’une trentaine à avoir renoncé. Souvent, d’ailleurs, ces boutiquiers avaient adopté le statut de domiciliado au moment de la crise révolutionnaire et n’avaient quitté que très temporairement Cadix à l’automne 1794 lorsque la crise franco-espagnole atteignit son paroxysme. C’est donc le fait d’être « établi » en Andalousie, d’y posséder un capital, plus que la durée du séjour déjà effectué ou la situation matrimoniale, qui apparaît comme le critère le plus significatif pour distinguer les deux groupes de marchands français – ceux qui sont revenus et ceux qui sont partis. Les témoignages plus personnels collectés au gré des dépouillements confirment cette première impression.

62La centaine de requêtes adressées aux Comisiones del Comercio exterior del Consejo extraordinario par les marchands français qui avaient été « internés » en Andalousie en 1794 et qui souhaitaient revenir à Cadix constituent un corpus relativement homogène permettant de mieux cerner ce qui attachait effectivement les marchands à la ville où ils s’étaient établis et ce qui y rendait leur présence indispensable. Les récits de vie auxquels se livrent les auteurs pour infléchir la rigueur des autorités sont certes en partie stéréotypés, et peut-être même partiellement formalisés en amont – certains agents madrilènes ayant été employés par plusieurs marchands français. Les arguments mis en avant n’en constituent pas moins un éclairage intéressant sur la façon dont les marchands de l’époque présentaient et se représentaient l’attachement au lieu.

  • 152 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 16 avril 1795.
  • 153 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 13 novembre 1794.
  • 154 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 26 janvier 1795.
  • 155 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 11 janvier 1795.
  • 156 Antoine Faurie mentionne avoir « contribuido al Rey con sumas considerables en derecho de un vasto (...)
  • 157 Ainsi, Julien Mondière explique avoir laissé « beaucoup d’existence dans ses magasins, qui ne peuv (...)
  • 158 Laurent Dastis évoque ses difficultés pour recouvrer ses créances, alors que ses créanciers, inqui (...)
  • 159 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 30 avril 1795.
  • 160 « Los remitentes del estrangero, no solo detengan el curso de las negociaciones entabladas sino qu (...)
  • 161 Ibid.
  • 162 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 13 janvier 1795.
  • 163 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 16 janvier 1795.
  • 164 AHN, Concejos, leg. 6341, requête de Nicolas Petit et Pierre Duviau du 31 mars 1795.

63Assez naturellement, c’est leur intégration à la société espagnole et leur loyauté envers la Couronne que mettent en avant les auteurs des requêtes, qui mentionnent presque tous leur situation familiale, l’ancienneté de leur installation en Andalousie, leur attachement à la religion catholique et leur « détestation » des évènements révolutionnaires. La rupture avec la communauté d’origine – ses assemblées, son consul et ses privilèges – est également toujours systématiquement décrite et datée. Les requérants n’hésitent cependant pas à sortir de ce registre et à multiplier les arguments de nature économique, qu’ils estiment probablement plus appropriés pour infléchir une administration qu’ils savent encore largement acquise aux principes mercantilistes. Ainsi, nombreux sont ceux qui font valoir l’importance du capital qu’ils employaient dans le commerce et la « misère » dans laquelle se trouvent réduites leurs familles depuis leur internación. À ce jeu-là, les « fabricants », conscients de leur importance, sont les plus prolixes. Félix Lafitte, directeur d’une fabrica de lozas de pedernal, assure ne pas se soucier de son sort personnel mais s’inquiéter uniquement pour le devenir d’une manufacture « si utile à l’Espagne qui dispose d’importantes richesses naturelles152 ». Jean-Baptiste de Espeleta rappelle que ses fonderies travaillent en premier lieu pour la Real Armada qu’elles approvisionnent en « planchas de cobres, embras de timón y otros utiles para el servicio de los buques153 ». Jean-Pierre de Irigoyen fait valoir, pour sa part, que la fabrique de pintados qu’il dirige emploie 200 personnes « de los cuales unos oficiales españoles que ganan hasta 40 reales de vellón por dia154 ». Il mentionne par ailleurs qu’il est incapable d’honorer les 70 000 pesos qu’il doit à la Compañia de Filipinas, l’un de ses principaux fournisseurs. D’autres ne manquent pas de développer les conséquences dramatiques qu’entraînerait leur faillite personnelle sur des pans entiers de l’économie espagnole. Les intérêts de la soierie valencienne sont ainsi mis en avant par ses consignataires attitrés, les associés de la firme Jacques Lousteau et Cie155. De même, nombreux sont ceux qui évoquent les revenus dont se trouverait privée la Real Hacienda s’ils ne pouvaient reprendre leurs affaires156. Plus souvent, ce sont les risques de faillites en cascade, dans lesquelles se trouveraient nécessairement impliqués les négociants espagnols, qui sont exposés par des marchands français qui n’hésitent pas à se faire pédagogues pour l’occasion157. Le même souci pédagogique transparaît lorsque les marchands français s’efforcent d’instruire les autorités espagnoles du fonctionnement du giro, le roulement des affaires : pour honorer ses échéances, il est nécessaire de réaliser les existencias stockées et les actifs détenus sur des débiteurs qui n’hésitent pas à profiter de la situation pour ne pas payer leurs dettes158 ; très vite, c’est donc le crédit des requérants qui se trouvera menacé, à savoir leur « opinion mercantile » comme l’explique finement Pierre Tanto « que se considera muy proximo a una total ruina de su credito y opinión mercantil159 ». Jean Irigoyen détaille le processus par lequel ses fournisseurs, instruits de sa situation, se détournent de lui et s’efforcent de se « couvrir » en exigeant des remboursements anticipés sur les marchandises déjà expédiées160. Dans ces conditions, il déclare avoir dû honorer « dans la précipitation » des paiements qui auraient pu être beaucoup plus avantageux s’ils les avaient étalés dans le temps et il demande l’autorisation de revenir à Cadix pour pouvoir « reducir sus negociaciones, areglar su casa, dar salidas a algunas existencias y proporcionar las cosas a las circunstancias actuales161 ». Il en est de même pour Pierre Raynaud, qui déplore le fait que, depuis son départ de Cadix, « se defieren los cobros, se retiran las comisiones, decae el credito162 », ou pour Bernard Landestoy dont « les correspondants européens, qui prennent l’internement pour un prétexte, ont tiré sur lui 90 000 pesos de lettres qu’il a dû accepter pour soutenir le crédit de sa maison alors que ses propres débiteurs, profitant de la situation, diffèrent leurs remboursements163 ». Ainsi, les marchands français se présentent comme étant pris en tenailles entre, d’une part, des créanciers qui les pressent et, d’autre part, des débiteurs qui se dérobent, ce que résume l’un d’entre eux dans une formule lapidaire : « los cobros se dificultan, los pagos instan164 ».

  • 165 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 30 décembre 1794, avis du gouverneur du 20 mars 1795.
  • 166 C’est le cas de Jean de Aragon, qui a laissé sa boutique à son épouse « qui n’a pas d’intelligence (...)
  • 167 Ainsi Pierre Callier déplore qu’en son absence, sa boutique « se manejaba con indolencia por perso (...)
  • 168 Le commis désigné par les frères Millada est parti en Amérique (AHN, Concejos, leg. 6341, requête (...)
  • 169 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 23 mai 1795 de Jean et Pierre Géminard.
  • 170 Bernard Lignette explique ainsi que ses fondés privilégient « naturellement » leurs propres affair (...)
  • 171 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 1er février 1795.
  • 172 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 20 février 1795.
  • 173 AHN, Concejos, leg. 6349, requête du 6 août 1793.
  • 174 Paul Lallée souligne ainsi que ses commis « bien que compétents ne peuvent décider sans le consult (...)
  • 175 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 31 mars 1795.
  • 176 L’expression se trouve dans la requête des associés de la firme Jacques Lousteau et Cie (AHN, Conc (...)
  • 177 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 26 janvier 1795.
  • 178 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 5 mai 1795.
  • 179 C’est le cas de François Galinié qui, à côté de ses négoces personnels, exerce habituellement la f (...)

64À ce discours qu’elles semblent entendre parfaitement, les autorités espagnoles opposent leur bon sens administratif : les marchands français n’ont qu’à confier leurs affaires à de « bons » commissionnaires espagnols, qui ne manquent pas à Cadix. Ainsi, Pierre Girout, un fabricant madrilène de papiers peints, qui s’inquiétait pour le sort de Charles Filor, son corresponsal y depositario à Cadix, s’entend répondre par la voix du gouverneur de la ville que « la confiance et les connaissances n’étant pas si perturbées » dans la place, il pourra y trouver sans difficulté de nouveaux partenaires, et notamment « entre ellos muchos buenos españoles que se hisiesen cargos de sus comisiones165 ». L’argument est cependant vivement combattu par les marchands français qui mettent presque tous en avant la difficulté qu’ils ont à trouver de bons mandataires – honnêtes et compétents – pour assurer la gestion de leurs affaires en leur absence. Certains, notamment ceux qui ont désigné leur épouse ou un parent proche, se plaignent de l’incompétence de leurs fondés166. D’autres dénoncent des fondés indolents167, instables168, malades169 ou, tout simplement, trop occupés par leurs propres affaires170. Plus encore que la qualité de leurs fondés, de nombreux Français soulignent cependant l’impossibilité même dans laquelle ils se trouvent de confier leurs intérêts à un tiers, nécessairement extérieur à leurs affaires et qui ne peut pas prendre certaines décisions à leur place. La responsabilité liée à l’octroi d’un crédit est par exemple évoquée par Julien Mondière qui remarque que « les ventes se faisant habituellement à crédit, aucun fondé ne souhaite s’exposer à être responsable des mauvais résultats171 ». Il en est de même pour d’autres décisions stratégiques – sur la constitution ou la liquidation des stocks, par exemple – qui doivent être constamment prises, en fonction des entrées d’argent, de la résolution des affaires précédentes et des paiements arrivant à échéance. La connaissance des produits que commercialise la firme, de l’état des marchés sur lesquels elle opère et des acteurs avec lesquels elle est en relation – la mémoire de ses affaires en quelque sorte – constituent autant d’informations indispensables à la bonne marche d’un négoce qu’il s’avère extrêmement difficile de transmettre. Ainsi, Ferdinand Roger, qui a pu rester à Cadix parce qu’il est naturalisé, réclame le retour de son magasinier, de son caissier et de son teneur de livre car sans eux, qui sont les seuls « au fait de ses affaires », son négoce est entré en décadence172. Jean Binalet, également naturalisé, confesse la même dépendance envers son principal commis qui « porte tout le roulement et la correspondance de sa maison, avec une parfaite connaissance de ses intérêts » et qui est le seul à pouvoir « l’instruire de ses affaires173 ». Paul Lallée, Jean Barbier et Jean Lalanne, qui prétendent être chacun « la única persona instruida » de leurs affaires, déplorent aussi la décadence dans laquelle sont entrées leurs compagnies respectives depuis leur absence174. Quant à Nicolas Petit et Pierre Duviau, s’ils mentionnent l’honnêteté de leur fondé, ils déplorent en revanche sa méconnaissance des usages spécifiques de la place de Cadix175. Privés de l’accès à leurs livres, d’autres évoquent la difficulté dans laquelle ils se trouvent de procéder à la réalisation de leur bilan, l’indispensable « baromètre » des affaires de commerce176 – François Galinié allant même jusqu’à déclarer ne plus savoir « quien le es deudor, ni quien acreedor177 ». Jean-Pierre Bidot résume finalement la situation en mentionnant que sa maison de commerce a souffert de « grandes detrimentos por falta de su inmediata direccion y presencia178 ». Même pour les commis et les courtiers, il semble impossible de travailler dans des villes où les affaires sont « d’une autre nature qu’à Cadix179 ».

  • 180 Savary, Le parfait négociant, livre IV, chap. viii, p. 320. Sur la difficulté des opérations de re (...)
  • 181 Voir supra.

65En filigrane, les requêtes des marchands français dessinent donc les contours de négociants que l’on découvre beaucoup plus sédentaires que l’on ne se l’imagine habituellement et d’une activité qui nécessite une présence effective permanente au cœur de la place pour pouvoir être exercée correctement. Il s’agit probablement là d’un des facteurs les plus susceptibles d’expliquer l’attachement à Cadix que témoignèrent, tout au long de la période, de nombreux marchands français de la ville : inquiets à l’idée de perdre tous les intérêts qu’ils possédaient sur place, ils différèrent constamment leurs départs, jusqu’à ce qu’ils ne soient finalement contraints de partir par les évènements de 1808. Certes, la situation de crise de l’été 1794 n’est pas commune, et il fait peu de doute que les marchands français expulsés de la ville, tout comme leurs fondés d’ailleurs, connurent alors des difficultés exceptionnelles pour écouler leurs marchandises ou recouvrer leurs créances. Nous savons cependant qu’il était toujours délicat de confier de telles opérations commerciales à des tiers, les commissionnaires ayant tendance à privilégier la vente de leurs propres marchandises, et les recouvrements étant toujours plus difficiles à réaliser lorsque ne s’exerce pas sur les débiteurs la « fermeté mâle et résolue » de leur créancier, pour reprendre la belle expression de Jacques Savary180. Les listes de « mauvaises créances » qui figurent dans les inventaires de biens des Français décédés à Cadix révèlent ce même trait de la mentalité négociante, cette même difficulté à renoncer à des actifs, qui a pu faire obstacle à la mobilité des marchands français tout au long de la période. A contrario, ceux qui, à l’image d’Antoine Rivet, eurent la possibilité de laisser à Cadix un fondé parfaitement au fait de leurs affaires – en l’occurrence son associé Diego Pizano qui, parce qu’il était espagnol, demeura à Cadix pendant toute la période de la guerre d’Indépendance – eurent au contraire la possibilité de partir l’esprit tranquille et ne perdirent qu’une petite partie des « existences » et des créances qu’ils avaient laissées sur place au moment de leur départ181.

  • 182 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 5 mai 1795.
  • 183 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 4 février 1795.
  • 184 AHN, Concejos, leg. 6341, requêtes du 26 février et du 10 mars 1795.
  • 185 Rappelons que Juan et Domingo Béhic, Pierre Mercy, André Lacaze, Jean-Pierre Jaureguiberry, Jean d (...)
  • 186 AHN, Concejos, leg. 6349, requête du 5 juin 1793.
  • 187 Voir supra.

66D’autres arguments, enfin, décrivant d’autres formes d’attachement, plus intimes, à la place affleurent aussi dans les requêtes de marchands français. Certains évoquent leurs difficultés à « s’acclimater » aux conditions offertes par les villes où ils se sont réfugiés et déplorent divers problèmes de santé qui seraient liés à leur éloignement de Cadix. C’est le cas par exemple de Jean-Pierre Bidot, réfugié à Cabra, qui évoque « le mal de piedra, con detención de orina », dont il souffre en raison de sa difficulté à s’adapter à un autre climat que celui de Cadix182. Pierre Desportes, qui est âgé de plus de 70 ans et qui a vécu plus de 50 ans à Cadix, déclare aussi dans sa requête ne pas parvenir à s’accoutumer au climat de Tanger où il a trouvé refuge après avoir été expulsé en 1794183. Le même s’avoue par ailleurs dans l’incapacité de subvenir à ses besoins sans le soutien de « algunos sugetos generosos, o agradecidos, que por caridad socorran sus urgentes necesidades ». Cet argument mettant en avant le capital relationnel sur lequel les marchands français pouvaient compter à Cadix est également développé par Jean Naudin et André Gallarda, qui évoquent tous deux le soutien que leur accordaient leurs « amis » lorsqu’ils vivaient à Cadix et dont ils se trouvèrent privés après leur départ184. Incontestablement, la situation de ces individus âgés, souvent arrivés en Espagne dans leur prime jeunesse, rejoint celle de tous ces négociants français qui sont restés à Cadix après y avoir essuyé une faillite car, leur réputation étant demeurée intacte, ils continuèrent de bénéficier du soutien de leurs amis et de leurs anciens confrères et purent ainsi subvenir à leurs besoins en devenant directeurs de compagnies d’assurances ou courtiers185. Après de longs séjours en Andalousie, c’était dorénavant là qu’ils disposaient du capital relationnel indispensable à leur subsistance ou au maintien de leur activité dans le négoce, alors que souvent, à l’image d’un Jacques Jugla, ils n’avaient dorénavant plus « ningun interés ni relación de familia » dans leur pays natal186. Le vieux Simon Fornier qui, grâce au soutien de ses amis, put vivre à Cadix jusqu’à sa mort – quitte à devoir renoncer à sa confession protestante pour pouvoir y être enterré dignement187 – plutôt que de rentrer, failli et désœuvré, en France pour y vivre aux dépens d’une famille dont il s’était détaché, illustre finalement de la meilleure façon la problématique du déracinement à laquelle durent se trouver confrontés nombre des marchands français de Cadix, semblables en cela à bien d’autres émigrés séparés de leur pays d’origine par plusieurs décennies d’expatriation.

Conclusion

67Plus que leur intégration, ou même que leur enracinement, c’est donc leur établissement à Cadix qui apparaît comme la principale cause de leur attachement à la place. Leur établissement personnel et familial, naturellement, mais avant toute chose, leur établissement professionnel. S’établir dans le négoce, c’est d’abord disposer d’un comptoir ou d’une boutique, ayant pignon sur rue, au cœur du quartier commerçant de la ville. Un tel instrument est en effet indispensable pour être connu et reconnu au sein du monde marchand local. Mais, s’établir localement est aussi un moyen incontournable pour connaître la place, ses us, ses acteurs et les opportunités qu’elle est susceptible d’offrir. Fréquenter les assemblées de la nation, la Casa de la Camorra ou le paseo de l’Alameda, les séances de la Bourse de la calle Nueva et les cafés qui la bordent, avoir une loge au théâtre ou ses entrées dans les tertulias organisées chez les « amis » ou dans leur casa de recreo à Chiclana de la Frontera ou sur la Isla de León, constituent autant de pratiques par lesquelles un négociant pouvait consolider sa position dans la société marchande locale et augmenter ainsi son crédit ou, pour citer Pierre Tanto, son « opinión mercantile ». Connaître le consul, un administrateur de la douane, le gouverneur de la ville, un notaire et des courtiers sont d’autres atouts qui facilitent toujours tôt ou tard la pratique du négoce. Savoir à qui on peut vendre à crédit, à qui on peut confier ses intérêts et de qui on peut prendre le papier viennent compléter la longue liste des capacités qu’acquiert un négociant au cours de son séjour dans une place et qu’il perdrait immédiatement s’il redevenait nomade ou gyrovague comme l’étaient les marchands du Moyen Âge. La mobilité et le voyage ne sont évidemment pas étrangers au négociant, qui doit encore occasionnellement se déplacer pour régler un gros contentieux, fréquenter une foire incontournable ou élargir son réseau de connaissances. Le déménagement de son établissement constitue en revanche une opération qui lui est peu familière car elle est périlleuse : il risque toujours de perdre beaucoup, à commencer par ses multiples créances, qui ne sont jamais parfaitement sécurisées et qui sont toujours susceptibles d’être différées si l’on ne veille pas à presser fermement les débiteurs.

68Il reste que pour s’établir commercialement à l’étranger, il faut disposer d’agents qui acceptent de quitter leur patrie et de s’installer si ce n’est définitivement, du moins durablement, dans un pays qui n’est pas le leur. Au xviiie siècle, une partie des négociants français avaient trouvé une solution originale à ce problème : les gérants se succédaient au sein de comptoirs qui demeuraient. Cela permettait de profiter des avantages de la pérennité d’un établissement, tout en évitant les affres d’un exil trop prolongé à ceux qui les tenaient. Solution fragile, cependant, et qu’il devint de plus en plus difficile de pratiquer avec la dégradation du climat des affaires à la fin du siècle. Ceux qui étaient établis à Cadix, et qui n’avaient pas d’alternatives, furent donc contraints d’y revenir en 1796 et d’y demeurer le plus longtemps possible, le temps de liquider des affaires qu’il s’avéra toujours plus difficile de conclure. C’est ainsi qu’ils s’enracinèrent, se résolurent à fonder des familles sur place et parfois finirent par renoncer définitivement à l’idée d’un retour, en rompant avec la protection offerte par le consulat français et en prêtant allégeance à la Couronne espagnole. Ceux qui suivirent une telle trajectoire, d’abord très minoritaires, furent toujours plus nombreux au fur et à mesure que les évènements historiques rendaient plus précaire la condition de Français en Espagne. La majorité des marchands français firent cependant le choix inverse et, tout en s’enracinant, conservèrent leur fidélité à leur pays d’origine, soit qu’ils y aient trouvé un avantage, soit qu’un tel renoncement leur ait paru inconcevable.

Notes

1 Voir supra.

2 La citation est extraite de propos de Pierre-Léopold de Toscane stigmatisant des marchands étrangers « qui ne restent à Livourne que pour leur intérêt personnel, sans aucun attachement au pays » (Fettah, 2007, p. 468).

3 Dans un rapport rédigé par le Consulado sur le commerce de Cadix en 1788, le séjour à Cadix des marchands de la ville est par exemple décrit en ces termes : « No ha sido esta ciudad otra cosa […] que mera residencia temporal de los que vienen de todas partes y se dedican al comercio : hacen sus fortunas y se retiran ricos a sus provincias, donde se arraigan y mejoran sus casas » (Pérez Serrano, 1992, p. 34).

4 « Le métier de commissionnaire à Cadix apparaît donc comme une école destinée à former les chefs de maison en France. En principe, on ne faisait qu’un séjour plus ou moins long à Cadix et, quand l’âge venait, on rentrait au pays natal riche d’expérience, pour être remplacé par un parent plus jeune qui se formait à son tour aux affaires » (Girard, 1932, pp. 552-553).

5 Dermigny, 1959-1960 ; Le Barzic, 1974 ; Daridan, 1994.

6 S’appuyant sur les travaux d’Albert Girard et de Louis Dermigny et constatant qu’une quinzaine de commis et d’apprentis, recensés dans l’enquête consulaire de 1777, étaient employés dans les établissements de leurs parents, Didier Ozanam en conclut que « la plupart des maisons françaises sont donc des entreprises à caractère familial, confiées à des gens jeunes. La durée de leur séjour est variable ; en général elle n’excède pas dix ou quinze ans » (1968, p. 286).

7 En 1776, le consul de France écrit à propos des négociants français : « Beaucoup de nos meilleures maisons de commerce sont conduites par les fils ou parents de personnes habitant en France, et ceux-ci après plusieurs années de travail, font place à d’autres et vont, à l’aide de leur fortune, acheter des charges dans leur province ou y jouir d’un revenu » (Boisrouvray, 1936, p. 180).

8 « Un petit nombre de nos nationaux établis à Cadix revient en France ; excepté en cinq ou six maisons comme les Lecouteulx, les Magon, et qu’il faut plutôt regarder comme des établissements où vont se former des jeunes gens, les autres ou se marient avec des Espagnoles ou, en vieillissant, trouvent le climat nécessaire à leur conservation et y finissent leurs jours. Et combien se sont naturalisés Espagnols ! » (Ozanam, 1968, p. 287).

9 Girard, 1932, p. 553.

10 « Los extranjeros residentes en Cádiz se asimilan hasta tal punto a la ciudad que en muchas ocasiones, en momentos decisivos, renunciaban a su nacionalidad adoptando la española » (Solís, 2000, p. 78) ; García-Mauriño Mundi, 1999.

11 Collado Villalta, García-Baquero González, 1990.

12 Sur l’opposition entre « migration de maintien », qui suppose la persistance de l’idée d’un retour chez le migrant, et « migration de rupture », qui suppose son abandon, voir Rosental, 1990, p. 1410. Cette analyse tirée de l’observation des comportements migratoires des provinciaux à Paris au xixe siècle rejoint totalement la perception de l’étranger qui sous-tend le droit et la pratique administrative dans l’Espagne moderne : les migrants relevaient, en effet, de 2 catégories, domiciliado ou transeunte, suivant qu’ils aient ou non renoncé à l’« idée de retour ».

13 Jeannin, 1980.

14 La totalité des informations concernant le séjour de Leydet à Cadix sont tirées, sauf mention contraire, de ses papiers déposés, après son décès, à la chancellerie du consulat (CADN, Cadix, 136PO/404). Le fonds comprend une centaine de lettres professionnelles et privées et des papiers divers (factures, comptes…).

15 Le 12 novembre 1803, il fait part à Leydet d’un avis qu’il a reçu sur cette compagnie disant « qu’elle a point ou très peu de crédit ». Un mois plus tard, il l’avertit que « la situation de leur commerce ne leur permettra pas de nous faire les avances que nous leur avons demandées ».

16 Les documents décrivant la mission de Jean-Joseph Leydet ont été édités et commentés dans Bartolomei, 2012b.

17 Le carnet de Leydet contenait les adresses des établissements Philippe Favar et Cie, Jean Ségalas, Quentin frères, Vienne et Larrue, Fleetwood Arguibel et Cie, Veuve de Renato Boom et Cie, Jean Carricaburu et Jugla Demellet et Cie, auprès desquels il avait été recommandé par divers correspondants de Pierre Collique.

18 « Est-il possible, mon cher fils, que sachant la triste situation où j’étais à votre départ pour le pays étranger, vous ayez poussé l’indifférence à ne donner aucun ordre pour me donner quelque soulagement » (courrier de Leydet père à Jean-Joseph Leydet, 31 janvier 1804).

19 Courrier de Mme Leydet née Guirainaut à Jean-Joseph Leydet, 16 mars 1804.

20 Son ami Pellissier lui écrit en apprenant qu’il est sur le point de rentrer : « ton absence me devenait de plus en plus pesante, je languis de te savoir en route » (courrier de Pellissier à Jean-Joseph Leydet, 30 juillet 1804).

21 Le 5 novembre, elle lui écrit : « Je fais des vœux au ciel pour que Planche obtienne ton rappel ainsi que tu me le demandes, ne désirant rien si ardemment que le plaisir de te revoir ».

22 Pierre Collique à Jean-Joseph Leydet, 12 novembre 1803.

23 Lorsqu’elle apprend son départ pour Cadix, sa femme lui écrit : « Il faut comme tu le dis se plier aux circonstances vu que cela peut faire ton avantage […] et servir à ton avancement et te faire connaître » (8 décembre 1803).

24 « Les affaires vont bien doucement à Marseille. Si tu trouvais là-bas quelque chose qui te convient et que tu fusses bien aise de rester dans ce pays, je me hâterais de t’y joindre » (8 avril 1804). Le 22 juin, elle lui écrit encore : « Si tu te décides à rester en Espagne, fais-moi part de suite de ta résolution et ne diffère pas le plus tard possible de me rappeler auprès de toi ».

25 « Ton retour est donc décidé d’après ce que tu dis à ta femme […] j’en suis on ne peut plus charmé ; en cela comme tu le verras, je pense plus à moi qu’à ton avantage qui eut été de te fixer en Espagne, mais, que veux-tu, je suis égoïste et ne puis m’en défaire » (courrier de Pellissier à Jean-Joseph Leydet, 30 juillet 1804).

26 Le courrier débute en ces termes : « J’ignore depuis ta lettre si tu es mort ou en vie » (Planche à Jean-Joseph Leydet, 20 juin 1804).

27 Selon la belle expression du sociologue Georg Simmel, reprise dans Kaiser, 1999, p. 310.

28 Dermigny, 1959-1960, pp. 29 sqq.

29 Son dernier testament octroyé en 1814 est annoté de la date de son décès, qui est intervenu le 23 septembre 1815 (AHPC, PN, Cadix, reg. 3174, fol. 1593, testament, 6 octobre 1814).

30 L’un des commanditaires écrit : « M. Jugla pourrait trouver place à Marseille dans la maison de Mr Favre [Favre Dragon et Cie] qui fera bientôt sa retraite […] M. Solier pourrait tout de même se fixer dans ladite ville et à défaut à Cette où on trouverait moyen de le bien colloquer » (Dermigny, 1959-1960, p. 36).

31 Voir supra.

32 Dermigny, 1959-1960, p. 57.

33 Jugla le désigna systématiquement comme son exécuteur testamentaire et il lui laissa à 2 reprises sa procuration générale, avec mission d’assurer la gestion de sa compagnie en son absence : en 1793, lors de l’expulsion des Français d’Espagne, puisque François Demellet, en sa qualité de citoyen vaudois, n’était pas concerné, et en 1800, année durant laquelle il séjourna à Madrid.

34 Le Gouic, 2005, p. 101.

35 AHN, Concejos, leg. 6349, requête du 5 juin 1793.

36 L’information est consignée en marge de son dernier testament (AHPC, PN, Cadix, reg. 3174, fol. 1593, testament, 6 octobre 1814). De fait, les protestants qui mouraient à Cadix n’avaient pas le droit d’être enterrés dans le cimetière de la ville. Louis Rivet, par exemple, qui mourut en 1800, fut enterré « dans le sable sur le bord de la mer à l’endroit nommé Puntales parce [qu’il] était protestant », ce dont témoignèrent, par une déclaration solennelle, plusieurs négociants de la ville en 1821 (CADN, Cadix, 136PO/251, fol. 154, 2 mai 1821).

37 Chamboredon, inédite, p. 105.

38 AHPC, PN, Cadix, reg. 4531, fol. 445, testament fait en vertu de pouvoir, 19 février 1791.

39 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 24 février 1795.

40 García-Mauriño Mundi, 1996, p. 1498.

41 Voir supra.

42 Josefa Béhic avec Gabriel Tanebot, Catalina avec Jean de Bonneval, María Josefa avec Thomas de la Gervinais, et Salvadora avec Jean Drouilhet. Leur nièce María Ana Saturnina Bonneval y Béhic épouse Jean-François Sahuc puis Antoine Bauveret en secondes noces, Angela Bonneval y Béhic se marie avec Jean-Baptiste Sarrasin et Josefa Juana a convolé avec Servais Millet.

43 En 1796, les trois exécuteurs testamentaires de Domingo Béhic sont Thomas de la Gervinais, Jean de Bonneval et Servais Millet (AHPC, PN, Cadix, reg. 4546, fol. 925, 23 avril 1796). Il a lui-même été choisi comme exécuteur testamentaire par Jean Jugla en 1768, 1769 et 1771 (AHPC, PN, Cadix, reg. 1045, fol. 294, reg. 1046, fol. 245, reg. 1048, fol. 258), et par Victor Seguin en 1778 (AHPC, PN, Cadix, reg. 2564, fol. 522). Il a également été désigné, avec son frère, Juan Josef Béhic, comme exécuteur testamentaire de Servais Millet en 1786 (AHPC, PN, Cadix, reg. 4547, fol. 1185). Tous deux fréquentaient, par ailleurs, les frères Fornier (Chamboredon, inédite, p. 206).

44 AHPC, PN, Cadix, reg. 4569, fol. 2340, vente de maison, 7 décembre 1803.

45 María Josefa et Enrica María, qui ont 13 et 10 ans, reçoivent leur éducation au couvent Sainte-Ursule de Pau alors que leur frère Juan Josef Ramón, qui n’a que 9 ans, a été placé dans « una escuela colegio de Oloron », la ville natale d’Étienne Balleras (AHPC, PN, Cadix, reg. 5783, fol. 442, 6 mai 1789).

46 Jean-Charles Haurie de Jerez de la Frontera et Auguste Darripe de Málaga.

47 Voir infra.

48 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 14 janvier 1795 ; AHMC, libros capitulares, lib. 152, fol. 154.

49 Sur la confrérie du Santísimo Víatico, voir infra.

50 AHPC, Cadix, Gobierno civil, caja 3, exp. 11, « Lista de los individuos franceses y de las otras naciones que le son agregadas que no se han presentado al juramiento de fidelidad », 26 octobre 1808.

51 AHPC, Cadix, Gobierno civil, caja 4, exp. 7, « Notas remitidas por los comisarios de Barrios, expresivas de los naturales franceses quedados en esta ciudad, con distinción de su domicilio », 21 mars 1809.

52 AHMC, Cadix, Padrones, lib. 1000, « Padrón de extranjeros », 1er janvier 1791.

53 AHPC, PN, Cadix, reg. 5783, fol. 442 et reg. 4556, fol. 1086.

54 APR, reg. 233, 28 février 1802.

55 Pour l’ensemble des courtiers, la part moyenne des transactions impliquant au moins un marchand français de la place s’établit à 20 % (AGI, Consulados, leg. 1757).

56 Il s’agit de Juan Dorognen de San Martin. Son mariage avec la fille de Pierre Luzette, qui se présente à la chancellerie du consulat en tant que « négociant français établi en cette ville, connu sous le nom de Pedro Luceta », est évoqué dans la donation d’un ensemble de biens fonciers situés en Béarn faite par ce dernier au jeune ménage (CADN, Cadix, 136PO/247, fol. 271).

57 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 14 avril 1795 ; AGI, Indiferente General, leg. 1536, carta de naturaleza, 21 mars 1811.

58 AHPC, PN, Cadix, reg. 4590, fol. 562, testament, 21 mai 1814.

59 Voir les listes 2, 3, 4 et 5 en annexe de cet ouvrage.

60 García-Mauriño Mundi, 1999.

61 Le 29 juillet 1807 est enregistrée dans les actes capitulaires de Cadix une Real Orden du 6 juillet 1807 stipulant que « se explore la voluntad de los Extranjeros sobre si quieren ser mirados como transeuntes o naturalizados » (AHMC, libros capitulares, lib. 163). À partir de cette date, le statut de domiciliado, déjà affaibli par les évènements consécutifs de la guerre de la Convention, ne fut donc officiellement plus reconnu.

62 Herzog, 2006.

63 Bartolomei, 2011c.

64 Brilli, inédite ; Recio Morales, 2012.

65 AGI, Indiferente General, leg. 1536.

66 Ruiz Rivera, 1988, pp. 220-244.

67 AN, AF III, ca. 63, dossier 251, « Rapport au Directoire Exécutif sur les réclamations des Français en Espagne exclus de la matricule consulaire pour cause du serment qu’ils ont prêté ».

68 Voir supra.

69 Voir supra.

70 Voir supra.

71 AMAE, CCC, Cadix, reg. 100, courrier du 20 novembre 1818.

72 Girard, 1932 ; Rambert, 1959 ; Stein, 1989 ; Hermann, 2004 ; Recio Morales, 2012.

73 AHPC, Aduana, lib. 57, « Rentas generales, libro de ordenes ».

74 Ibid.

75 Girard, 1932, p. 270.

76 Cette question est, par exemple, le premier point abordé dans le mémoire adressé au duc de Duras, le 24 juin 1752 (Mézin, Ozanam, 2011, p. 376).

77 CADN, Cadix, 136PO/260, correspondance départ des députés, courrier du 16 juin 1780.

78 Rambert, 1959.

79 L’instruction de 1752 est, de ce point de vue, particulièrement significative puisqu’elle recommande au nouvel ambassadeur de demander aux consuls « d’avertir tous les Français d’éviter toutes sortes de contrebande » (Mézin, Ozanam, 2011, p. 378).

80 AN, AE BI, reg. 280, courrier du 7 janvier 1772.

81 CADN, Cadix, 136PO/260, correspondance départ des députés, courrier du 16 juin 1780.

82 CADN, Cadix, 136PO/260, correspondance départ des députés, courrier du 4 juillet 1786.

83 AHPC, Aduana, lib. 56, orden du 7 juillet 1803.

84 AHPC, Aduana, lib. 49, orden du 1er août 1797.

85 AHPC, Aduana, lib. 49, orden du 8 août 1797.

86 Voir supra.

87 Voir supra.

88 CADN, Cadix, 136PO/238, sf, « établissement d’une compagnie d’assurances » ; 136PO/251, fol. 77, « compulsoire des papiers de la compagnie Hedembaig Lapadu ».

89 Voir supra.

90 Voir supra.

91 AHMC, libros capitulares, lib. 146, fol. 350.

92 Defourneaux, 1963, p. 116.

93 Comellas García-Llera, 1976, p. 26.

94 Ozanam, 1974.

95 Enciso Recio, 1959, pp. 259-260.

96 Toujours d’après les papiers de l’Inquisition, il semblerait que les Français avaient l’habitude de se réunir « en el paseo de la Alámeda o en la plaza de San Antonio por las tardes » (ibid., p. 258).

97 Lorsque, en 1790, des mesures furent prises pour restreindre les horaires d’ouverture des cafés susceptibles de favoriser la propagation des idées révolutionnaires, Bernard Dusol, cafetier français et député du gremio, dénonce, dans un rapport adressé au gouverneur, « los perjuicios que produce dicho reglamento, pues los cafés […] donde antes se reunían los comerciantes después de cerrar sus lonjas a deshogarse y tratar sus especulaciones de comercio » (ibid., pp. 270-271).

98 La ville comprenait une vingtaine de librairies, dont 4 ou 5 tenues par des Français (Ozanam, 2000, p. 176).

99 Chamboredon, inédite, p. 206.

100 Parmi les 819 ouvrages inventoriés dans la bibliothèque gaditane du cargador Sebastián Martínez, 380 livres sont en espagnol, 333 en français, 92 en italien et 14 en latin (García-Baquero González, 1988, p. 42). La poétesse gaditane María Gertrudis Hore, fille et épouse de négociants irlandais de la ville, lisait également le français (Morand, 2006, p. 26). La table des Fornier, qui était largement ouverte à l’élite négociante française, accueillait également le comte de Prasca, un négociant génois naturalisé espagnol, et des Espagnols comme les frères Aguado (Chamboredon, inédite, p. 206).

101 L’abonnement annuel au théâtre français coûtait 250 pesos pour une loge et 60 pesos pour une place d’orchestre. Même le prix unitaire d’une place d’orchestre, 5 reales, devait être prohibitif pour des commis qui gagnaient rarement plus de 2 000 reales à l’année. Le gouverneur de la ville souligne d’ailleurs que le théâtre français est un spectacle pour « gens riches ou au moins aisés » (Ozanam, 1974, p. 211). Il en est de même pour le prix des livres. En témoignent les ouvrages de la bibliothèque de Sebastián Martínez, estimés en moyenne à 90 reales pièce lors de l’inventaire (García-Baquero González, 1988, p. 34).

102 Pascua Sánchez, 1990.

103 Ibid., pp. 341, 363 et 375.

104 Presque tous les testaments octroyés par des protestants se caractérisent par la concision de leurs invocations religieuses. Celui de Pierre Abric, réalisé en 1800, qui ne comprend aucune invocation est cependant une exception (AHPC, PN, Cadix, reg. 5126, fol. 244). Le testament d’Auguste Thibal, enregistré la même année à la chancellerie du consulat, se contente de la formule protocolaire suivante : « Considérant l’incertitude de sa dernière heure, le citoyen, Jean Antoine Auguste Thibal, né à Montpellier » (CADN, Cadix, 245, fol. 444). Les dernières volontés de Jean Casère, un commis voyageur mort à Cadix en 1820, rédigées dans un cadre privé, ne comportent aucune invocation religieuse et ne contiennent aucune disposition particulière concernant l’enterrement (CADN, Cadix, 136PO/251, fol. 128).

105 Le cas de Prudent Delaville, qui a cotisé sans discontinuité entre 1793 et 1800, illustre cette hypothèse puisqu’il semble se distinguer de la majorité de la colonie française par une sensibilité réactionnaire : il a refusé de contribuer au don patriotique de 1790 et il accueille sous son toit, en 1791, l’abbé Delaville, un prêtre réfractaire (AHN, Estado, leg. 555, courrier du 5 juillet 1791).

106 Le consul de France rapporte, par exemple, un événement survenu à l’occasion de la fête de Pâques, en 1776 : selon la tradition, un boutiquier espagnol avait suspendu un judas à la porte de sa boutique mais il y avait ajouté l’inscription suivante « regardez bien que je suis français ». Commentant l’affaire, le consul souligne : « la foule assemblée et vomissant d’injures contre la Nation française arrêtait tous les Français qui passaient dans cette rue et leur présentait avec raillerie et avec des gestes brutaux l’objet de son mépris » (Le Gouic, 2005, p. 77).

107 Defourneaux, 1963, p. 129.

108 Il s’agit de Prudent Delaville et de Servais Millet, voir supra.

109 Au plébiscite de 1802, 139 Français de Cadix ont voté oui et seulement 8 ont voté non, et ils sont 247 à se déplacer pour voter lors du plébiscite de 1804 – dont 241 en faveur du nouveau régime (AMAE, CCC, Cadix, reg. 94, courrier du 6 messidor an 10 ; reg. 95, courrier du 12 thermidor an XII).

110 Voir supra.

111 Jean-Pierre Bidot, dans sa requête adressée aux concejos extraordinarios, assure ne s’être jamais compromis avec les « maximes françaises qu’il a publiquement dénoncées car il est Catholique Apostolique Romain », et Joseph Casabona déclare qu’il « regarde avec aversion les événements actuels qui s’y déroulent [en France] » (AHN, Concejos, leg. 6341, requêtes des 5 et 25 février 1795). En général, cependant, les requérants se contentent de rappeler leur attachement à la religion catholique et leur fidélité envers le roi d’Espagne.

112 Ainsi, le texte de la carta de naturaleza octroyée à Jean-Mathieu Lacoste, qui reprend les principaux points de son dossier, précise qu’il a fait preuve d’une « conduite irrépréhensible, avec chrétienté et la plus exacte dévotion et assistance aux offices sacrés et aux autres actes de piété » (AHMC, libros capitulares, lib. 151, fol. 363).

113 Voir supra.

114 La carta de naturaleza de Jean-Mathieu Lacoste précise qu’il s’est rendu à Philadelphie lors de l’expulsion de 1793 et non en France d’où « a émigré toute sa famille, qui appartient à la noblesse » (AHMC, libros capitulares, lib. 151, fol. 363).

115 Certains contrats de société interdisaient d’ailleurs aux associés de se marier avec des Espagnoles. C’était notamment le cas au sein de la maison Solier et lorsque, en 1776, Jean Solier enfreignit la règle et se maria, qui plus est à une catholique d’origine irlandaise, il provoqua l’indignation des commanditaires genevois (Dermigny, 1959-1960, p. 31).

116 Fernández Pérez, 1997, pp. 251 sqq.

117 Voir supra.

118 Deux d’entre elles ont épousé Bernard Magon et Jean Jolif, des négociants appartenant, comme leur père, à la première classe de la nation française, et les deux autres ont épousé les associés de ce dernier, Jean Payan et Gil Apuril de Kerloguen.

119 Voir supra.

120 Eouzeou, inédit.

121 Gertrude Violet, Ana Gil, Josefa Pimentel, Teresa Agniel, Antonia Pitot, Teresa Archimbaud, Juana Badie, Francisca Crouzet et Josefa Crouzet. Dans certains cas, nous savons, avec certitude, qu’il s’agit de petites-filles de négociants français de la place (Ana Gil, Josefa Pimentel).

122 Fernández Pérez, 1997, pp. 162 sqq.

123 Ainsi la maison Magon Lefer comptait 5 gérants et 5 commis en 1777, alors que le comptoir de la compagnie Moreau et Cie était tenu par le seul Nicolas Moreau (Ozanam, 1968, pp. 312 et 318).

124 Elles sont relativement nombreuses comme en témoigne la liste non exhaustive suivante (entre parenthèses l’associé né à Cadix) : Delaye Dufoo et Cie (Vincente Dufoo), Mercy et Lacaze et fils (Andrés Lacaze), Delaville père et fils (Juan Francisco Delaville), Bernard Lassaleta et fils (Josef Eugenio Lassaleta), Delotz frères (Juan Esteban Delotz), Sahuc Guillet et Cie (Juan Bautista et Antonio Guillet)… Le cas de la compagnie Béhic est particulier : la maison est recensée en 1777 sur les listes consulaires mais ce n’est pas le cas de ses 2 gérants, Domingo et Juan Josef Béhic, qui sont tous deux nés à Cadix.

125 Ainsi au sein de la compagnie Durand Christin et Cie se côtoient Pierre Durand, qui est lyonnais, et Gabriel Christin, qui est suisse mais qui est recensé sur la liste consulaire. Les compagnies Courant Bridel et Taxil et Garat sont dans la même situation. Au sein de la compagnie Jugla Solier Demellet, Jacques Jugla est associé à son neveu François Demellet qui est suisse.

126 Bustos Rodríguez, 1995, p. 156.

127 Le plus souvent, il s’agit de frères (Jolif, Dechegaray, Lasserre, Chancel, Lafforé, Lesca, Malibran). Dans le cas des maisons nîmoises Rivet et Bruguière, il s’agit en revanche d’une relation oncle – neveu.

128 Les 17 maisons françaises dans cette situation sont les suivantes : Magon Lefer, Bonneval Dumas, Fornier, Cayla Solier Cabanes Jugla, Sahuc Guillet, Prasca Arboré, Millet et Douat, Durand Christin, Delabat, Danglade, Rey et Brandembourg, Lecture et Gastambide, Lebras, Cavaillé, Delaye Dufoo, Verduc Kerloguen Payan, Vial et Montaut.

129 Rappelons en outre que ces pourcentages ne prennent pas en compte les commis non français travaillant dans les compagnies.

130 Le cas le plus célèbre est celui des frères Fornier qui, faute de descendant pour les remplacer (les gérants gaditans sont demeurés célibataires, et leur neveu s’est orienté vers une carrière juridique), durent recruter en dehors de la sphère familiale.

131 Ainsi une compagnie de Cadix publie une annonce le 10 janvier 1803 dans le Diario mercantil de Cádiz pour recruter un teneur de livres en partie double qui « además de su probidad y exactitud sepa seguir una correspondancia en diferentes idiomas, a lo menos en Espanol y Francés ». En ce qui concerne les circulaires, mentionnons celle rédigée par la compagnie Galatoire en 1773, qui insiste sur la « longue Expérience des opérations de cette Place » et le « Zèle » de ses gérants, celle de Joseph Bourt qui précise, au moment où il associe son neveu Jean-Baptiste en 1785, que ce dernier « après plusieurs années de travail dans la maison a fait les preuves de son aptitude », ou encore celle de Jean-François Bessy qui rappelle « l’expérience et les connaissances que notre Sr J.-F. Bessy s’est acquises, à la suite d’un nombre d’années qu’il a eu l’avantage de travailler dans le Comptoir de Mrs Magon Lefer Frères et Cie, sans nul doute une des plus respectables maisons d’ici » (ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 855, 3 décembre 1773, 11 janvier 1785 et 1er décembre 1789).

132 Voir supra.

133 Les négociants français et italiens représentent, pour leur part, 17 % et 7 % des débiteurs (ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, reg. 2).

134 Aux côtés des 38 créanciers espagnols, on ne dénombre que 7 établissements français (5 compagnies d’assurances, un commis, et une maison ayant fait faillite) et 5 établissements étrangers (AGI, Consulados, leg. 891, inventaire de Prudent Delaville).

135 Chamboredon, inédite, pp. 226 sqq.

136 AGI, Consulados, leg. 1757. Dans ces 455 transactions, les négociants français apparaissent à 513 reprises en qualité d’acheteurs (236 cas) ou de vendeurs (277). La majorité des achats portent sur des denrées coloniales (183), principalement le sucre, la cochenille et l’indigo. Parmi les ventes, les textiles (95 opérations) et les comestibles (29 opérations dont 19 pour le blé) viennent au second plan après les denrées coloniales qui représentent 138 opérations.

137 Voir supra.

138 AGI, Consulados, leg. 503 et 522.

139 Ainsi la part des créanciers français s’élève à 100 % dans la liquidation de Joseph Casabona, 66 % dans celle de Jean Casedaban, 59 % dans celle d’Auger Montaut, 65 % dans celle d’Antoine Bringuier, 77 % dans celle de François Laforest, et 83 % dans celle de Laurent Albert.

140 Zylberberg, 1993, pp. 351 sqq. ; Tedde de Lorca, 1988, pp. 130 sqq.

141 Ibid., p. 131.

142 Zylberberg, 1993, p. 352.

143 Les 11 courtiers français, ou d’origine française, sont : Étienne Dirandat (qui est intervenu dans 95 transactions), Jean Vial (25), Pierre Lacaze (142), Louis de Ribeaupierre (166), Claude-Marie Chambovet (82), Jean-Baptiste Bordas (288), Pierre-Bernard Cabanon (199), Gaspar Layus (125), Jean-Baptiste de Espeleta (60), Jacinthe Martinville (368) et Pierre Mercy (109).

144 Ainsi la clientèle des courtiers Pierre Mercy et Pierre Lacaze, deux anciens négociants français reconvertis en courtiers après avoir fait faillite, est française à 78 % et 75 % alors que Pierre-Bernard Cabanon et Jacinthe Martinville n’ont que 16 % et 20 % de clients français.

145 Il s’agit des courtiers José María Gadeyne, Jean-Baptiste Guinea, Jean-Baptiste Pecarrere et Felipe de los Heros.

146 C’est le cas de Pierre Lacaze et Pierre Mercy, les anciens gérants de la compagnie Mercy Lacaze et Cie, de Louis de Ribeaupierre qui était associé de la compagnie des frères Fornier au moment où elle fit faillite, de Pierre-Bernard Cabanon et de Claude-Marie Chambovet.

147 AGI, Consulados, leg. 1757.

148 Seul Pierre Mercy a un garant espagnol en la personne de Juan Antonio Ximenez.

149 Le premier se voit confier les affaires de Joseph-François Lieutaud (AHPC, PN, Cadix, reg. 4538, fol. 1380, protesto, 18 avril 1793) et une partie de celles de la société Hedembaig Lapadu frères et Cie, laquelle s’adresse par ailleurs à Prudent Delaville (CADN, Cadix, 136PO/251, fol. 77, compulsoire des livres de la compagnie Hedembaig Lapadu frères et Cie, 21 septembre-10 décembre 1819). Ferdinand Roger prend en charge, quant à lui, les affaires de Pierre Legret (AHPC, PN, Cadix, reg. 4538, fol. 2509, poder general, 18 juillet 1793).

150 Le montant des commissions est de 5 % pour le recouvrement d’effets bancaires réalisé par Román Larrue y Vienne et de 3 % pour les ventes de marchandises effectuées par Prudent Delaville. Dans un courrier du 15 septembre 1797, Pierre Lapadu constatait que « Mr Delaville s’est écarté en tout point de nos ordres, mais il a eu cela de commun avec tous les autres dépositaires des effets des Français expulsés et on ne saurait lui en faire un reproche, chacun faisait pendant la guerre comme il pouvait et non comme il voulait » (CADN, Cadix, 136PO/251, fol. 77).

151 Le parent désigné peut être d’origine française comme dans les cas de Pierre Gastambide qui désigne son fils né en Espagne ou de Thomas de la Gervinais et Jean de Bonneval qui choisissent Domingo Béhic, leur beau-frère, également né en Espagne. Mais il peut aussi n’avoir aucun lien avec la France, ainsi Pierre Champagne désigne son épouse espagnole, Édouard Descoubet désigne le beau-père de son associé, Juan Josef Chamoro, qui est espagnol, et Pierre Champenois et Jacques Monastier désignent le beau-père d’un négociant français, Alejandro Tajardo, qui est également espagnol.

152 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 16 avril 1795.

153 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 13 novembre 1794.

154 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 26 janvier 1795.

155 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 11 janvier 1795.

156 Antoine Faurie mentionne avoir « contribuido al Rey con sumas considerables en derecho de un vasto comercio que por espacio de este tiempo ha seguido » (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 1er juin 1795). Raymond Heguiluz et Paul Lallée recourent aux mêmes arguments (AHN, Concejos, leg. 6341, requêtes du 17 février et du 30 avril 1795), de même que Guillaume Tanto qui explique que « ne pouvant vendre [ses marchandises en magasin], il ne peut honorer ses obligations envers la Real Hacienda » qu’il estime à 30 000 reales (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 22 janvier 1795).

157 Ainsi, Julien Mondière explique avoir laissé « beaucoup d’existence dans ses magasins, qui ne peuvent se vendre en raison de son absence », ce qui l’empêche d’honorer les traites tirées sur lui venant à échéance puisque « les lettres et billets tirés contre lui doivent être payés avec la valeur des effets qu’il conserve dans ses magasins » (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 1er février 1795).

158 Laurent Dastis évoque ses difficultés pour recouvrer ses créances, alors que ses créanciers, inquiets, exigent de prompts remboursements (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 4 février 1795).

159 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 30 avril 1795.

160 « Los remitentes del estrangero, no solo detengan el curso de las negociaciones entabladas sino que llenos de desconfianza han procurado ponerse a cubierto » (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 14 avril 1795).

161 Ibid.

162 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 13 janvier 1795.

163 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 16 janvier 1795.

164 AHN, Concejos, leg. 6341, requête de Nicolas Petit et Pierre Duviau du 31 mars 1795.

165 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 30 décembre 1794, avis du gouverneur du 20 mars 1795.

166 C’est le cas de Jean de Aragon, qui a laissé sa boutique à son épouse « qui n’a pas d’intelligence en ce domaine » (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 19 mai 1795), de Joseph Casabona, qui en a fait de même et se plaint de « la debilidad y corta inteligencia propia de su sexo » de son épouse, et de Félix Lafitte, qui a désigné, pour sa part, un beau-frère qui, « n’étant pas du commerce », ne peut liquider les marchandises laissées en magasin (AHN, Concejos, leg. 6341, requêtes du 25 février et du 26 janvier 1795). Laurent Dastis regrette, de son côté, avoir dû laisser sa boutique à « un individu fidèle mais de peu d’intelligence en la matière », et Pierre Soles, également boutiquier, évoque aussi un fondé honnête mais « qui ne connaît pas les produits et n’a pas de crédit pour les négociations » (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 4 février 1795).

167 Ainsi Pierre Callier déplore qu’en son absence, sa boutique « se manejaba con indolencia por personas extrañas » (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 22 mai 1795).

168 Le commis désigné par les frères Millada est parti en Amérique (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 21 mai 1795).

169 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 23 mai 1795 de Jean et Pierre Géminard.

170 Bernard Lignette explique ainsi que ses fondés privilégient « naturellement » leurs propres affaires à celles d’un « ami » (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 24 avril 1795). L’épouse de Pierre Raynaud souligne que « el apoderado que eligió en la precipitación de su salida no puede continuamente asistir y se retira cada paso por tiempos dilatados a su vecindario de San Lucar par atender sus propios negocios » (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 13 janvier 1795). Guillaume Tanto se plaint de ne pas avoir trouvé de fondé qui puisse « dedicarse a sus negocios », car Pedro Jaurregui, qui avait été initialement désigné, a dû renoncer au bout d’un mois étant donné la charge de travail supplémentaire que cela représentait (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 22 janvier 1795).

171 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 1er février 1795.

172 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 20 février 1795.

173 AHN, Concejos, leg. 6349, requête du 6 août 1793.

174 Paul Lallée souligne ainsi que ses commis « bien que compétents ne peuvent décider sans le consulter, sa présence est indispensable pour le bilan que tout bon négociant fait en fin d’année » (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 17 février 1795). AHN, Concejos, leg. 6341, requêtes des 26 et 28 février 1795 de Jean Barbier et Jean Lalanne.

175 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 31 mars 1795.

176 L’expression se trouve dans la requête des associés de la firme Jacques Lousteau et Cie (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 11 janvier 1795).

177 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 26 janvier 1795.

178 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 5 mai 1795.

179 C’est le cas de François Galinié qui, à côté de ses négoces personnels, exerce habituellement la fonction de commis et qui évoque l’impossibilité de travailler à Cordoue, « dans une ville où le giro est d’une autre nature qu’à Cadix » (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 26 janvier 1795). Le courtier Claude-Marie Chambovet remarque aussi qu’il ne peut exercer le courtage à Osuna, où il est réfugié, car cette ville « n’est pas une place de commerce » (AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 14 février 1795).

180 Savary, Le parfait négociant, livre IV, chap. viii, p. 320. Sur la difficulté des opérations de recouvrement, nous renvoyons à deux de nos contributions dédiées à la question (Bartolomei, 2012b, notamment pp. 94-96 ; 2014, notamment pp. 308-314) et plus généralement à l’ensemble du no 66 de la revue Entreprises et histoire, qui regroupe plusieurs articles consacrés aux fonctions des commis voyageurs en Europe à l’époque moderne et au xixe siècle.

181 Voir supra.

182 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 5 mai 1795.

183 AHN, Concejos, leg. 6341, requête du 4 février 1795.

184 AHN, Concejos, leg. 6341, requêtes du 26 février et du 10 mars 1795.

185 Rappelons que Juan et Domingo Béhic, Pierre Mercy, André Lacaze, Jean-Pierre Jaureguiberry, Jean de Bonneval, Jean-Laurent Lasserre, Étienne Laborde, les frères Galatoire, et Servais Millet sont tous devenus directeurs de compagnies d’assurances dans les années 1780 après avoir fait faillite à Cadix et que Barthélémy Fornier y songea également (voir supra). Claude-Marie Chambovet, Pierre Lacaze, Louis de Ribeaupierre, Bernard Magon, Thomas de la Gervinais, Pierre-Bernard Cabanon, Jean-Baptiste de Espeleta et Cyprien Tanto sont, pour leur part, devenus courtiers après leur faillite.

186 AHN, Concejos, leg. 6349, requête du 5 juin 1793.

187 Voir supra.

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search