Version classiqueVersion mobile

Les marchands français de Cadix et la crise de la Carrera de Indias (1778-1828)

 | 
Arnaud Bartolomei

Chapitre iv

Le négoce français à Cadix au temps du blocus britannique (1797-1808)

Victoires et déboires

Texte intégral

1À partir de 1796, le commerce colonial de Cadix se trouva confronté à une crise d’une ampleur inédite. Non seulement il fut quasiment réduit à néant pendant les 9 années durant lesquelles l’Espagne fut en guerre contre l’Angleterre, mais il fut également atteint dans ses fondements mêmes, puisque, du fait de l’autorisation du commerce des pays neutres avec les colonies américaines, des relations directes s’établirent entre l’Europe et l’Empire espagnol. Tous les acteurs du monde mercantile gaditan étaient concernés par cette crise : en premier lieu, les cargadores, qui assuraient le commerce qui s’effectuait entre Cadix et les colonies américaines, mais aussi les marchands étrangers de la ville, qui dépendaient tout autant que les premiers de la dynamique du commerce colonial espagnol. Les marchands français de Cadix notamment avaient fondé leur prospérité sur l’exploitation indirecte du commerce colonial espagnol, qu’ils contribuaient à connecter aux marchés européens et au reste du monde. L’exercice de cette fonction d’intermédiaires entre les cargadores et le négoce européen leur assurait l’essentiel de leurs revenus et constituait la raison même de leur présence à Cadix. Le commerce colonial interrompu, plus rien ne semblait devoir justifier leur maintien dans le port andalou, et la colonie aurait donc dû rapidement décroître si ce n’est après l’instauration du blocus britannique en 1797, du moins après Trafalgar qui sonna le glas des ambitions maritimes françaises et espagnoles. Pourtant, c’est une tout autre réalité que nous enseigne l’évolution de la colonie française durant cette période. Si elle a connu un net déclin par rapport à la situation du début des années 1790, cela est principalement dû à la dégradation des relations franco-espagnoles et aux évènements de 1793 et de 1808. En dehors de ces deux crises majeures, la colonie française ne semble pas avoir été réellement affectée par le marasme de la place : ni en 1797 lors de l’instauration du blocus, ni en 1805 après la défaite de Trafalgar, il n’y eut de départ massif des marchands français de Cadix. Au contraire, la très grande majorité de ceux qui étaient établis dans le commerce de la ville depuis les années 1780 y sont demeurés ou y sont morts durant la période 1796-1808, et nombre d’entre eux y sont encore revenus après 1815 pour reprendre leurs affaires. Cette réalité du maintien à Cadix d’individus réputés rationnels, voire utilitaristes, dans un contexte infiniment plus défavorable que celui qui les avait conduits à s’y installer, amène finalement à s’interroger sur la réalité même de la crise qu’ils eurent à affronter et à se demander si les stratégies qu’ils mirent en œuvre pour contourner le blocus britannique et s’adapter aux nouvelles conditions d’exercice du négoce ne leur permirent pas de préserver la rentabilité de leurs établissements.

  • 1 Marzagalli, 2008b ; Pétré-Grenouilleau, 1997.
  • 2 Carrière, 1973, pp. 111 sqq.
  • 3 Butel, 1974 ; Meyer, 1969.
  • 4 Pétré-Grenouilleau, 1996 ; Marzagalli, 1999 ; Gardey, 2009.

2Une telle question, qui aurait pu paraître sans fondement il y a encore quelques années, mérite aujourd’hui d’être ouvertement posée. L’historiographie récente du négoce européen a en effet largement contribué à renouveler, et à relativiser, l’idée communément admise que les guerres de l’époque révolutionnaire auraient anéanti le négoce maritime. La vision des choses qui faisait de l’année 1793 une « rupture décisive » dans la croissance commerciale française, qu’avaient ancrée les travaux des historiens français des années 1960 et 1970, a notamment été discutée1. Charles Carrière avait certes déjà souligné que la guerre pouvait aussi être « un moteur du commerce ». Mais, il réservait cependant un traitement singulier aux conflits de la fin du xviiie siècle, les French Wars, dont il considérait qu’ils avaient infligé, du fait de leur violence et de leur durée exceptionnelles, un coup d’arrêt « décisif et durable » à la croissance des négoces maritimes marseillais du xviiie siècle, qu’ils avaient « brisée2 ». À Bordeaux et à Nantes, les analyses de Paul Butel ou de Jean Meyer aboutissaient à des conclusions similaires3 et ont également alimenté le procès du bilan économique de la Révolution : partout les négoces maritimes français auraient été anéantis sous le double coup des difficultés intérieures (la Terreur) et extérieures (le blocus britannique, la révolte de Saint-Domingue, puis le blocus continental), lesquelles auraient contribué à casser la croissance du xviiie siècle et à marginaliser durablement les négoces maritimes français au siècle suivant. C’est cette vision catastrophiste des périodes révolutionnaire et impériale que viennent nuancer les travaux menés ces dernières années par des historiens comme Silvia Marzagalli, Olivier Pétré-Grenouilleau ou Philippe Gardey4. À partir des exemples des ports de Bordeaux, Hambourg, Livourne ou Nantes, et sur la base de solides enquêtes quantitatives et prosopographiques, ces historiens ont en effet questionné la validité du triptyque « beau xviiie siècle-rupture révolutionnaire-marginalisation au xixe siècle », en mettant en évidence trois réalités jusque-là largement sous-estimées : d’une part, la crise des négoces maritimes français avait débuté bien avant la Révolution, avec l’épuisement progressif à partir des années 1760 du « modèle antillais », esclavagiste et sucrier, sur lequel la croissance avait été presque exclusivement fondée ; d’autre part, la rupture révolutionnaire ne fut ni aussi radicale, ni aussi catastrophique que l’on ne l’avait longtemps cru, car les négociants des villes portuaires mirent en œuvre des stratégies de contournement des crises similaires à celles qui leur avaient permis de surmonter les divers conflits du xviiie siècle ; enfin, la reprise commerciale après 1815 se fit sur les mêmes bases qu’avant la Révolution et, à Nantes comme à Bordeaux, c’est donc la continuité, bien plus que la rupture, qui caractérise la période charnière entre les époques moderne et contemporaine. Ce nouveau cadre interprétatif a suscité de nombreux travaux consacrés à l’étude des stratégies d’adaptation aux crises de la période révolutionnaire mises en œuvre par les négociants. Le recours au cabotage et aux circuits alternatifs, aux armements en course ou aux « neutres », à l’investissement immobilier ou à la spéculation financière, ont ainsi fait l’objet d’analyses renouvelées, qui ont permis de mieux comprendre comment le milieu négociant avait pu résister à la tourmente et se perpétuer pendant les 2 décennies couvrant la période 1793-1815.

  • 5 Ainsi l’analyse de la « décadence » de Cadix, proposée par Antonio García-Baquero González dans Co (...)

3Indéniablement, la place de Cadix n’a pas bénéficié de cet élan historiographique, et l’opinion dominante est largement demeurée celle d’une rapide décadence du négoce local à la suite de l’interruption du commerce transatlantique et de l’autorisation du commerce des neutres5. Les éléments réunis ici prouvent cependant que loin d’assister passivement à l’effondrement des circuits commerciaux sur lesquels ils avaient fondé leur prospérité, les acteurs marchands de la place, et notamment les négociants français, luttèrent comme leurs homologues européens pour s’adapter à la crise et sauvegarder leurs intérêts. C’est donc à l’histoire de ces stratégies d’adaptation et à l’appréciation critique de leur portée que nous souhaitons nous livrer ici.

L’impact de la crise du commerce colonial sur les activités traditionnelles des négociants français

4Les quatre secteurs sur lesquels était fondée l’activité commerciale des maisons françaises de Cadix – le commerce, la banque, l’armement et l’assurance – dépendaient tous étroitement du commerce colonial de la ville et se trouvèrent donc directement affectés par le blocus maritime britannique. Il est cependant difficile de parvenir à une vision précise des effets de la guerre sur ces activités tant les sources sont inégales selon la branche considérée. La collection du Parte oficial de la Vigía de Cádiz permet de dresser un relevé de l’ensemble des navires consignés aux maisons françaises de la ville pendant cette période et de comparer les résultats obtenus avec ceux des années 1788-1792 déjà exposés. L’exploitation systématique des protocoles notariaux permet, pour sa part, de mener le même type d’analyse comparative pour le secteur bancaire et les assurances. En revanche, les sources relatives à l’activité commerciale proprement dite font défaut et l’on ne peut raisonner, en la matière, qu’à partir de quelques exemples mieux connus.

La contraction des affaires : les exemples de la navigation, de la banque et de l’assurance

  • 6 On relève parmi eux 13 navires marocains, 2 génois, 1 américain et 1 danois (Parte oficial de la V (...)

5L’animation de la navigation touchant le port de Cadix constituait une activité importante des maisons françaises dans les années 1780, notamment pour l’élite de la colonie. Les relevés effectués dans les bulletins maritimes du port de la période du blocus britannique illustrent les difficultés auxquelles elles se trouvèrent confrontées à partir de l’instauration du blocus. Le premier exemplaire du Vigía de l’année 1798 révèle d’emblée l’ampleur du recul des maisons françaises dans le secteur, puisqu’on ne relève aucun navire français parmi les 17 entrés dans le port pendant la semaine écoulée6. De même, les consignataires mentionnés de ces navires sont tous des négociants étrangers ou espagnols : les maisons italiennes Ravina et Picardo accueillent respectivement 4 et 2 navires, le consul américain Isnardi en reçoit 2, la compagnie espagnole Santinaves y Salces 3, et l’unique navire danois est adressé à Renato Boom, le principal négociant et le consul du Danemark. En outre, parmi les 181 bâtiments stationnés dans la baie, un seul arbore le pavillon français, et seulement une dizaine sont consignés à des négociants français – ou d’origine française. Certes, ce dernier chiffre est assez similaire à ceux de la période 1788-1792, mais la situation a en fait bien changé puisque sur ces 11 navires présents dans la baie durant la première semaine de janvier 1798, 9 y sont encore 6 mois plus tard. En réalité, si l’on met à part les navires corsaires et leurs prises, seulement 11 navires consignés à des maisons françaises sont entrés dans le port de Cadix durant l’année 1798, ce qui représente un résultat dix fois moindre que celui des années 1789-1792 (129 par an en moyenne). Le recul est encore plus marqué en valeur relative : les maisons françaises qui accueillaient en moyenne 13 % du total des navires entrant dans la baie à la fin des années 1780 et au début des années 1790 n’en reçoivent désormais plus que 2 %.

  • 7 Le nombre de navires consignés aux maisons françaises est de 13 en 1801, 20 en 1805, 11 en 1806, 9 (...)
  • 8 La répartition est la suivante : la maison de Bernard Lacosta reçoit 6 navires, les maisons Ségala (...)
  • 9 Juan Baudrix, Juan Delotz et Román Larrue y Vienne, qui sont tous trois des jenízaros, ont accueil (...)
  • 10 Près de 70 % des 216 navires ont été consignés à 11 établissements français, parmi lesquels on tro (...)

6En dépit d’une nette amélioration de la situation en 1799 – les maisons françaises sont consignataires de 33 navires cette année-là –, le niveau d’activité des maisons françaises dans le secteur maritime baisse à nouveau dès 1800 (16 navires consignés) et se maintient à un niveau très faible pendant toutes les années de guerre de la période7. La tendance s’inverse en toute logique pendant la paix d’Amiens. En 1802, les membres de la colonie française accueillent 96 navires à Cadix. La reprise s’effectue sur des bases tout à fait similaires à celles des années 1780, puisque la majorité de ces navires arborent le pavillon français (56 %) et près de la moitié (45 %) effectuent la liaison traditionnelle avec les ports de l’Europe du Nord-Ouest ou Marseille. Leurs cargaisons sont constituées le plus souvent de mercancías, parfois de blé ou de vin. Les compagnies qui animent ces trafics sont d’ailleurs peu ou prou les mêmes que pendant la période précédente : au premier rang, on retrouve la maison Quentin frères, qui reçoit 11 navires, dont 10 en provenance de Bretagne, au deuxième, la maison Jugla Demellet et Cie, qui reste spécialisée dans les liaisons entre Marseille et Cadix (3 des 8 navires qu’elle accueille en proviennent), et, ensuite, les maisons Rey et Brandembourg et Ségalas (devenue Ségalas Lovato Hemas), qui accueillent respectivement 12 et 5 navires, également issus des ports français en majorité. Plus en retrait dans cette catégorie, on retrouve d’autres noms connus comme les établissements malouins de Magon Lefer frères et Cie et Joseph Villart, qui reçoivent respectivement 1 et 2 navires provenant de Bretagne, ainsi que les compagnies Delaville père et fils, Rivet et neveux et Sahuc Guillet, qui étaient également des acteurs de premier ordre dans les années 1780. À côté des 45 navires qui approvisionnent Cadix en marchandises européennes, les autres navires évoluent également dans des circuits classiques : 6 navires font escale à Cadix sur la route reliant Marseille au Havre, 9 navires avant de gagner les Indes orientales ou les Antilles, et 15 navires s’en tiennent à une stricte activité de cabotage sur les côtes de la péninsule espagnole. La seule nouveauté réside dans l’importance qu’occupe dorénavant la navigation transatlantique dans l’activité des maisons françaises : elles reçoivent cette année-là 13 navires provenant des États-Unis8, et 8 négociants, d’origine française mais habilités pour le commerce des Indes, accueillent autant de navires provenant de l’Empire espagnol9. Au total, sur l’ensemble des 3 années de la paix d’Amiens, 45 maisons françaises ont accueilli 216 navires selon des modalités tout à fait similaires à celles mises en évidence pour l’année 180210.

  • 11 Viennent ensuite les compagnies Vienne et Larrue (7 navires), Jugla Demellet (7), Philippe Favar ( (...)
  • 12 Avec seulement 19 navires, le pavillon français disparaît quasiment dans le port de Cadix à l’époq (...)
  • 13 Rappelons que durant les années 1797, 1798, 1799, 1801, 1805, 1806 et 1807, le port de Cadix a acc (...)

7La situation est très différente pendant les années de guerre. Sur les 8 années concernées (1798-1801 et 1805-1808), seulement 114 navires ont été consignés à 29 établissements français. On ne relève que 2 compagnies qui ont conservé un rôle d’importance dans le secteur : celle de Bernard Lacosta qui, grâce à ses contacts privilégiés avec les armateurs américains, est beaucoup moins affectée par le blocus (elle reçoit 22 navires), et la compagnie Ségalas Lovato Hemas qui en accueille 1511. Une des raisons essentielles du recul généralisé des maisons françaises réside donc bien dans leur incapacité à s’adapter aux nouvelles conditions imposées par le blocus britannique. Elles ne sont pas parvenues à développer leur rôle dans l’animation de la navigation neutre, qui aurait constitué pour elles l’unique moyen de compenser le recul du pavillon français12. À l’exception du pavillon américain qui figure en bonne place grâce à l’activité de la maison de Bernard Lacosta, les pavillons marocains (9 navires), portugais (8 navires), danois (3 navires) et suédois (2 navires) sont en effet très peu représentés13. En fait, l’essentiel de l’activité des maisons françaises se limite alors à recevoir des navires effectuant le cabotage le long des côtes de la Péninsule avec des cargaisons de vin, d’eau-de-vie, et parfois de blé, provenant de Barcelone, de Valence ou de Málaga, et des cargaisons un peu plus variées provenant d’Algésiras, de Huelva et d’Ayamonte.

  • 14 Bartolomei, 2012c.
  • 15 Maule, De Cádiz y su comercio, p. 69.
  • 16 Ibid.
  • 17 Solís, 2000, pp. 142-143.

8Les secteurs des assurances maritimes et de la banque, qui dépendaient étroitement de la conjoncture du commerce colonial, ont également été profondément affectés par la guerre maritime. En théorie, les assureurs connaissaient les risques liés aux conflits maritimes et les mesures à adopter pour maintenir la rentabilité de leurs établissements (limitation des polices signées, augmentation des primes exigées, sélection de navires naviguant en convoi ou suffisamment armés pour faire face à une attaque corsaire)14. L’histoire des conflits entre l’Espagne et l’Angleterre prouve cependant que ces stratégies ne permettaient pas d’anticiper un événement totalement imprévisible : l’irruption de la guerre. En effet, en septembre 1796 et en novembre 1804, l’Angleterre a ouvert les hostilités avant que la guerre ne soit officiellement déclarée contre l’Espagne. Elle s’est alors emparée de nombreux navires circulant dans la Carrera de Indias. Or ceux-ci ne jouissaient d’aucune protection particulière et avaient été assurés dans un contexte de paix. Leur capture provoqua donc des pertes considérables pour les compagnies d’assurances de la place qui durent soit se déclarer en faillite, soit répercuter ces pertes sur leurs actionnaires. Le comte de Maule estime que les pertes enregistrées durant le premier conflit avec l’Angleterre atteignirent 22 320 000 pesos, soit la valeur des 186 navires capturés durant les seules années 1796 et 1797 ; quant à celles essuyées « solamente en las primeras represalias » de l’année 1804, leur montant se chiffrerait à 44 700 000 pesos fuertes15. Si la totalité de ces pertes ne furent pas entièrement supportées par les compagnies d’assurances locales, puisqu’une partie des risques étaient couverts dans d’autres places, il estime cependant que des « cinquanta y quatro compañías de seguros que habian establecidas en esta plaza [en 1796] todas se arruinaron con más o menos quebrantos, los quales se computaban en 15 000 000 pesos16 ». De fait, la majorité des compagnies d’assurances gaditanes disparurent pendant les conflits avec l’Angleterre : il n’en restait plus que 22 en activité en 1805 et 13 en 180717.

  • 18 Les deux compagnies qui ont encore des directeurs d’origine française à leur tête sont dirigées, d (...)
  • 19 Solís, 2000, p. 142.

9Même si l’implication des maisons françaises dans les assurances maritimes était modeste, la décadence du secteur eut nécessairement des répercussions sur la dizaine d’établissements qui s’étaient spécialisés dans cette branche. De fait, la colonie française ne retrouva plus jamais après 1797 les positions qui avaient été les siennes dans le secteur : les négociants français ne possédaient plus qu’une poignée d’actions dans les compagnies locales, et seules deux d’entre elles furent encore dirigées par des Français après 179618. La situation se dégrada encore dans les années qui suivirent et, après 1805, il n’exista plus qu’une seule compagnie dirigée par un négociant français, André Lacaze19.

  • 20 Une seule traite de 6 849 reales émise à Sedan semble correspondre à un paiement commercial (AHPC, (...)

10Par opposition à la branche des assurances maritimes, directement exposée en cas de guerre maritime, le secteur de la banque aurait pu apparaître comme un secteur privilégié puisque les lettres de change circulaient par voie de terre. De fait, les affaires de banque – acceptation ou recouvrement d’effets pour le compte de tiers – occupent une grande partie dans la correspondance commerciale que les maisons françaises entretenaient avec leurs partenaires européens de l’époque. Pourtant, dans ce domaine aussi, la contraction des affaires a été sévère, comme en témoigne la comparaison entre les protêts dépouillés dans les registres du notaire Ramón García de Menenses en 1793 et en 1808 – deux années marquées par une hausse exceptionnelle des lettres protestées par les maisons françaises en raison des circonstances politiques. Alors qu’en 1793, 93 maisons françaises avaient laissé protester 327 traites d’une valeur globale de 4 477 855 reales ; en 1808, elles ne sont plus que 26 à laisser protester 43 traites d’un montant de 357 292 reales, soit douze fois moins. Cette contraction des volumes de lettres circulant à Cadix reflète avant tout la diminution des échanges commerciaux entre Cadix et l’Europe. On remarque en effet que les petites traites commerciales émises dans les villes industrielles anglaises et françaises, qui représentaient une part substantielle des effets tirés sur les maisons françaises en 1793, ont quasiment disparu20. Le commerce étant l’un des principaux supports de l’activité bancaire des maisons françaises, la crise du premier entraîna mécaniquement une contraction de leurs opérations de change.

11La crise du commerce colonial de Cadix, provoquée par le blocus britannique, a donc eu des effets évidents sur les trois secteurs dans lesquels on peut apprécier quantitativement l’activité des maisons françaises. La situation semble en revanche plus contrastée dans le domaine des transactions commerciales, qu’il est beaucoup plus difficile de saisir dans sa globalité.

Contraction, persistance et redéploiement des circuits commerciaux : un bilan contrasté

12En l’absence de sources douanières précises ou d’informations sur les transactions réalisées par les courtiers de la ville, il est extrêmement difficile d’apprécier quantitativement l’évolution des affaires commerciales des maisons françaises pendant la période du blocus britannique. En fait, les indications fournies par les sources relatives à leur activité sont assez contradictoires : alors que l’idée d’une contraction générale de leurs affaires, conforme à l’évolution générale des échanges de la place, affleure dans les sources, de multiples indices attestent, en revanche, que de nombreux comptoirs français sont demeurés actifs pendant la crise, en empruntant pour cela de nouvelles routes et de nouveaux canaux commerciaux moins directement exposés aux aléas de la guerre maritime.

  • 21 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 836, courrier du 15 février 1803.
  • 22 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 836, courrier du 24 février 1804.
  • 23 « Il n’y a aucune occasion de navire pour votre port » (ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 836, courri (...)
  • 24 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 836, courrier du 15 mars 1805.
  • 25 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 836, courrier du 5 juillet 1805.
  • 26 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 836, courrier du 22 novembre 1805.
  • 27 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 836, courrier du 9 décembre 1806.

13Les indices indirects attestant de l’ampleur de la crise sont divers et concordants. Dans la correspondance passive de la douane de Cadix, par exemple, seuls 20 litiges commerciaux ayant impliqué un négociant français de Cadix ont été relevés entre 1797 et 1810, ce qui signifie une diminution de moitié par rapport aux 13 années précédentes. Les relevés systématiques effectués dans les actes de chancellerie du consulat de France vont dans le même sens : les transactions ayant donné lieu à l’enregistrement d’un acte sont bien moins nombreuses que durant les années 1780 et elles se concentrent très majoritairement sur la courte période de la paix d’Amiens. Cette impression très générale est en outre confirmée par la correspondance commerciale qui donne une idée plus précise de la contraction des affaires. Le fonds Roux ne présente qu’un intérêt secondaire en la matière, étant donné les lacunes de la collection disponible pour la période concernée. Pour les 5 années allant de 1797 à 1801, seules 11 lettres adressées par des négociants de Cadix ont été conservées. À partir de 1803, en revanche, il est possible de suivre une correspondance à peu près complète entre la compagnie marseillaise et l’un de ses nouveaux partenaires à Cadix : la compagnie Veuve de Jean-Baptiste Mallet et fils. Les relations sont nouées dans le contexte porteur de la paix d’Amiens. Les engagements commerciaux de part et d’autre sont très vite significatifs et, dès le deuxième courrier, la maison Mallet prend l’initiative d’expédier 88 « saumons » d’étain à Marseille21. Les projets se multiplient par la suite et, tour à tour, sont envisagées des opérations sur les toiles de Bretagne, le blé ou les cuirs de Buenos Aires. Au total entre 1803 et 1804, la maison Mallet est parvenue à placer à Marseille, par l’intermédiaire de la maison Roux, 256 « saumons » d’étain et 30 balles de jalap. Il est également fait allusion à d’autres opérations commerciales qu’elle mène de concert avec des négociants résidant en France. On apprend ainsi qu’elle importe des toiles de Saint-Malo, possède du sucre en consignation chez Rolland Montrejeaut à Marseille et écoule des produits coloniaux auprès de maisons de Bayonne, du Havre, de Gand et d’Amsterdam. Ces relations commerciales sont peu perturbées par la reprise des hostilités entre la France et l’Angleterre. Misant sur le renchérissement des denrées coloniales que la guerre va entraîner sur les marchés français, les gérants de la compagnie Mallet incitent même leurs partenaires marseillais à « tenir » sur les prix22. Dès septembre 1804 cependant, les tensions grandissantes entre l’Espagne et l’Angleterre assombrissent le climat des affaires et, à partir de janvier 1805, l’impossibilité d’expédier des marchandises entre Cadix et Marseille est pour la première fois évoquée23. Le 15 mars 1805, les gérants de Cadix en sont réduits à espérer que les barres d’étain demeurées invendues pourront être placées à un prix avantageux « dès que les bruits d’une paix prochaine se seront dissipés24 ». Le 5 juillet, ils constatent, dépités, que « les circonstances s’opposent aux désirs que nous entretenons d’activer nos rapports25 », avant de lâcher ce constat lapidaire le 22 novembre : « les affaires sont nulles sur notre place et il n’y a suivant nous que le retour d’une prompte paix qui puisse les activer26 ». La dernière lettre datée du 9 décembre 1806, qui a pour objet une opération bancaire, se termine sur un espoir que l’on devine vain de « voir notre correspondance prendre l’activité dont elle est susceptible27 ».

  • 28 ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, reg. 1, « Registre de la correspondance active de Rivet et neveux de (...)
  • 29 ACCIM, Fonds Solier, LXIX-05, reg. 2, « Registre de la correspondance active de la maison Solier ( (...)
  • 30 ACCIM, Fonds Chauvet, LXIX-62, reg. 10 et 11, « Registre de la correspondance active de la maison (...)
  • 31 ADR, Fonds Guérin, 4 J, liasse 384, « Correspondance passive de Cadix (1792-1810) ».

14Les autres fonds privés consultés à Marseille ou à Lyon renvoient la même image de déclin des affaires menées de concert entre les négociants français de Cadix et leurs partenaires de France. La correspondance de la maison Rivet de Cadix témoigne de l’expectative dans laquelle se trouvaient les négociants de la place après la défaite de Trafalgar : si l’on cherche encore à écouler les stocks de denrées coloniales constitués pendant la paix d’Amiens, toutes les commandes de produits textiles sont suspendues en attendant le « retour de la paix maritime28 ». La correspondance entre les gérants de la maison Solier de Marseille et leur cousin Jacques Jugla, qui dirige à Cadix la compagnie Jugla Demellet et Cie, se limite également à de petites affaires qui n’impliquent jamais de transfert de marchandises entre les deux places : la maison de Cadix prend des intérêts sur des expéditions coloniales armées à Marseille, signe des polices d’assurance pour le compte de ces expéditions et effectue quelques commissions bancaires29. Il en est de même pour la correspondance de la maison Chauvet dans laquelle n’est évoquée qu’une seule affaire : le recouvrement des intérêts d’une opération commerciale datant du début des années 179030. À Lyon, les archives de la Banque Guérin ne comportent que 2 lettres provenant de Cadix pour l’ensemble de la période 1797-1808. Elles ont été rédigées par Guillaume Rey, le gérant de la maison Rey et Brandembourg, et ne traitent que de petites commissions bancaires31.

15L’impression d’un « arrêt » général des affaires, qui se dégage de ces correspondances, est pourtant démentie par divers exemples illustrant au contraire la capacité qu’avaient les négociants à réorienter les circuits d’échange auxquels ils étaient traditionnellement intégrés, afin de les adapter aux nouvelles conditions d’exercice du commerce imposées par le blocus britannique. En témoignent les 3 cas particulièrement bien documentés des maisons Demeure, Jugla et Rivet.

  • 32 Voir supra.
  • 33 L’histoire de la compagnie peut être reconstituée grâce à deux documents qui offrent une vision pr (...)
  • 34 La faillite de la maison parisienne survient quelques mois après que les relations entre la France (...)

16La compagnie Demeure, comme beaucoup d’autres établissements lyonnais de son genre, avait été créée dans le dernier quart du xviiie siècle pour offrir un débouché à sa maison mère, spécialisée dans la production et la commercialisation des étoffes de soie32. Après 1776, Jean-François Demeure avait laissé la gestion du comptoir lyonnais à ses associés et avait pris la résolution de s’installer à Cadix, où il s’était jusqu’alors contenté d’effectuer de simples séjours ponctuels. À la suite d’un contentieux survenu dans les années 1780, il s’était ensuite séparé de son commanditaire et s’était retrouvé seul à la tête des 2 établissements, mais l’activité était demeurée la même : l’importation à Cadix d’articles de soie produits à Lyon et leur écoulement, sur le marché local, auprès des cargadores et des boutiquiers de la ville. En 1793, Jean-François Demeure est expulsé de Cadix, mais il y revient dès 1796 et reprend le cours de ses affaires. À partir de cette époque, cependant, il procède à une restructuration en profondeur de l’organisation de la compagnie et de ses activités, plus adaptée aux conditions du moment33. L’ancienne structure bipolaire de la firme laisse alors la place à une structure tripolaire associant à l’ancienne maison lyonnaise, désormais dirigée par son épouse sous la raison « Femme Demeure et Cie », 2 établissements situés à Cadix et à Paris sous la même raison sociale : « Demeure père et fils Michel et Cie ». La compagnie lyonnaise reste spécialisée dans la fabrication et la commercialisation des étoffes de soie, d’or et d’argent. À Paris, le comptoir tenu conjointement par le fils et le beau-fils de Jean-François Demeure, Pierre Demeure et Bernard Michel, avait en revanche pour principale mission la gestion d’une fabrique de dentelles située dans l’Oise, qui aurait employé jusqu’à 2 000 ouvriers en 1808. La maison parisienne était également chargée de l’expédition des dentelles, par voie de terre, à Cadix. Si l’on en croit le témoignage fourni par le syndic désigné lors de la faillite de l’établissement parisien en 1809, le port andalou constituait alors l’unique débouché de la production34. À Cadix, enfin, Jean-François Demeure assura encore la gestion du comptoir jusqu’à son décès en 1804, puis ce furent son fils François et son beau-fils Bernard Michel qui le remplacèrent – et c’est ce dernier qui se retrouva finalement détenu sur les pontons lors des évènements de 1809. Durant toute cette période, Pierre Demeure déclare qu’« il n’a cessé de faire des expéditions de diverses marchandises à son frère François Demeure, et notamment de dentelles noires, objet principal de sa fabrique » et qu’à l’époque « où les communications furent interrompues avec Cadix [en 1808], il lui était dû plus de 100 000 francs sans comprendre les divers débiteurs de ses nouvelles affaires ». Le comptoir gaditan devait donc consacrer l’essentiel de son activité au placement des dentelles à Cadix et en Andalousie, puisque c’est dans cette aire géographique restreinte que se répartissait l’essentiel de sa clientèle.

  • 35 AHPC, PN, Cadix, reg. 449, fol. 31, testament, 15 janvier 1820.

17Faute de sources comptables, il est difficile d’évaluer les résultats dégagés par cette activité, mais il semble bien qu’il s’agissait d’une affaire rentable. Le maintien du comptoir à Cadix après la mort de Jean-François Demeure en 1804 et le retour à Cadix de François Demeure en 1815, où il se maria peu après, en sont une première preuve35. En outre, les quantités relativement importantes de marchandises envoyées à Cadix en 1808 et le fait que la ville ait constitué l’unique débouché de la production familiale montrent que cette affaire a peu souffert de la crise qui affectait alors le commerce de la place. Les raisons d’un tel succès tiennent essentiellement à l’adoption d’une stratégie commerciale adaptée au nouveau contexte : le redéploiement de l’activité de la firme d’une branche très exposée à la conjoncture maritime – la soierie lyonnaise – vers une branche protégée – la dentelle parisienne. En effet, les articles de soie dépendaient étroitement des aléas du transport maritime, tant pour leurs débouchés – les Indes – que pour l’approvisionnement des fabriques en matière première. Au contraire, le commerce de la dentelle portait sur un article peu pondéreux et à forte valeur ajoutée. Il pouvait donc supporter plus facilement le coût du transport terrestre et trouvait dans les milieux cléricaux et aristocratiques andalous un débouché protégé des incertitudes de la traversée de l’Atlantique. En pratiquant un commerce d’une tout autre nature, celui du blé importé d’Afrique du Nord, mais en recourant à un schéma organisationnel similaire – intégration verticale de diverses filiales, circuit commercial à l’abri de la marine britannique et utilisation du marché régional comme principal débouché –, la maison Jugla Demellet et Cie est également parvenue à conserver une activité commerciale soutenue dans le contexte troublé de l’époque.

18Contrairement à l’établissement de Jean-François Demeure, la compagnie dirigée par Jacques Jugla et son neveu François Demellet se situait au sommet de la hiérarchie mercantile de la place depuis près d’un siècle. Cette maison avait toujours participé à toutes les formes de commerce de la ville, le grand commerce colonial comme le commerce régional, et elle jouait également un rôle majeur, à l’échelle de la place, dans les secteurs de la banque et de l’armement. Le commerce du blé et les relations avec l’Afrique du Nord occupaient déjà une place de choix au sein de ses activités dans la seconde moitié du xviiie siècle. Ils devinrent cependant d’une importance cruciale à l’époque du blocus maritime parce qu’ils se faisaient au moyen de petits caboteurs, échappant aisément au contrôle des croiseurs britanniques.

  • 36 Le comptoir de Mogador courait sous la raison Constant et Cie et avait été fondé en 1776 (Dermigny(...)
  • 37 D’après les livres de courtiers de l’année 1796, la compagnie se situait parmi les premières tant (...)
  • 38 En témoignent la procuration que François Demellet octroie en décembre 1796 à son correspondant de (...)
  • 39 AGI, Consulados, leg. 1757.
  • 40 Parmi les navires consignés à la compagnie, 2 proviennent de Mogador en 1803, 2 d’Oran en 1804, 1 (...)

19Traditionnellement, la maison Cayla Solier Cabanes Jugla et Cie avait joué un rôle de premier plan dans le commerce du blé, qu’elle écoulait à Cadix ou en Andalousie lorsque la récolte régionale était décevante. Aucune région exportatrice n’était négligée et elle recevait du blé des Asturies, de Sardaigne, de Pologne ou de Tunisie. Par ailleurs, le comptoir gaditan entretenait des échanges soutenus avec le Maroc, où il avait disposé d’une sorte de filiale avant 1783 et dans le commerce duquel il demeura très actif jusqu’à la Révolution36. Après 1796, la compagnie se reconstitue rapidement à Cadix sous la raison Jugla Demellet et Cie et elle demeure l’une des plus importantes de la ville37. Elle s’illustre notamment dans les domaines de la banque et de l’armement, mais ne délaisse pas pour autant le commerce : elle exporte des denrées coloniales, importe des biens manufacturés européens et participe également au commerce des produits espagnols. Cependant, alors qu’elle est confrontée à de multiples difficultés dans ses activités liées au commerce colonial38, une branche de ses affaires se développe alors sans entraves : le commerce du blé d’Afrique du Nord. En 1796, les ventes de blé représentent 56 % de ses transactions commerciales réalisées par l’intermédiaire des courtiers gaditans et elle assure, à elle seule, 20 % du total des ventes de blé opérées sur le marché local cette année-là39. L’intérêt de la maison Jugla Demellet pour le commerce du blé ne se dément pas par la suite : plus du tiers des navires qu’elle accueille entre 1798 et 1808 (10 sur 28) sont chargés de blé, et l’Afrique du Nord est la première zone de provenance de ces navires40.

  • 41 CADN, Cadix, 248-368, déclaration et enregistrement d’un procès-verbal d’expertise, 12 août 1805.
  • 42 Voir le document 6 en annexe de cet ouvrage.

20Différents documents extraits des actes de chancellerie du consulat permettent de mieux cerner les modalités de ce commerce. En 1805, Jacques Jugla et Benito de la Piedra, un négociant espagnol de Cadix, font enregistrer par le chancelier du consulat français le résultat de l’expertise d’un échantillon de blé provenant d’une cargaison leur appartenant, entreposée sur la plage d’Algésiras en attendant d’être transportée à Cadix41. De fait, pour introduire les cargaisons de blé d’Afrique du Nord, le recours aux ports d’Algésiras et de Tarifa, situés à seulement quelques kilomètres du Maroc, constituait un des moyens les plus sûrs pour échapper aux croiseurs britanniques. Un autre circuit d’importation est décrit dans une déclaration enregistrée par Jacques Jugla en août 180442. Il y expose que, « ne voulant point accorder [sa] confiance à des gens établis dans ce pays-là », il a résolu d’employer, à Oran, un agent français « possédant la langue arabe », pour y acheter le blé algérien. Il précise par ailleurs que, faute de pouvoir lui faire des remises en numéraire depuis Cadix, en raison de l’interdiction des exportations d’argent, il a été contraint de s’adresser à un correspondant de Gibraltar, Judah Benolier, « qui lui expédiera ce qui sera nécessaire pour l’achat des cargaisons ». Conscient qu’un tel mode de paiement pourrait jeter le doute sur la nature de ce commerce vis-à-vis des corsaires français, Jacques Jugla prend donc la précaution de rappeler, par cette déclaration faite en chancellerie, le statut de neutre dont il bénéficie depuis qu’il est devenu citoyen de Genève en 1793. Ainsi, Jacques Jugla met à profit sa neutralité et crée, à l’abri des corsaires britanniques et français, une filière d’importation du blé algérien reposant sur un marché captif et accessible (l’Andalousie) et une infrastructure commerciale relativement sophistiquée.

  • 43 Voir supra.

21La compagnie David Rivet et neveux était également l’une des plus importantes de la colonie française dans les années 1780. Elle avait réalisé des bénéfices élevés tout au long de la décennie en important à Cadix des produits manufacturés européens et en réexportant les denrées de l’Empire espagnol vers les grands marchés urbains du continent43. Après avoir cessé son activité pendant la guerre de la Convention, la maison est rétablie à Cadix en 1796 et connaît une seconde prospérité, malgré le blocus du port. Les raisons de cette réussite tiennent incontestablement aux efforts réalisés pour restructurer son organisation commerciale et l’adapter au nouveau contexte. C’est dans cette perspective, notamment, que fut ouvert un comptoir en Méditerranée occidentale, d’abord à Gênes, puis à Marseille. Le comptoir génois avait initialement été conçu comme un moyen de maintenir une activité commerciale le temps que durerait l’expulsion d’Espagne. Entre 1793 et 1795, il fut dirigé par Antoine et César Rivet, deux des neveux de David Rivet, le fondateur et le principal gérant de la maison gaditane dans les années 1770 et 1780. En 1796, Antoine Rivet retourne en Andalousie mais le comptoir génois demeure actif sous la direction de César, son jeune cousin. Quelques années plus tard, ce dernier transfère l’établissement à Marseille. Pendant une décennie, les deux comptoirs de la maison Rivet, celui de Cadix et celui installé en Méditerranée, ont fonctionné de concert, faisant preuve d’une complémentarité exemplaire.

  • 44 ACCIM, Fonds Rivet LXIX-58, reg. 5, « Registre de correspondance de la maison Rivet neveux et Cie (...)
  • 45 ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, reg. 5, courrier à Falconnet Gibbs et Cie de Naples, 1er juin 1801.

22La cartographie de leurs réseaux de correspondants permet de mettre en valeur la première caractéristique du binôme formé par les deux établissements : la division de l’espace européen en deux sous-ensembles gérés de façon préférentielle par chaque antenne44. Le réseau de la maison Rivet neveux et Cie de Cadix a conservé la physionomie qu’il avait dans les années 1780 : ses partenaires sont principalement situés dans les ports espagnols méditerranéens (Alicante, Valence, Barcelone) et dans ceux d’Europe (Hambourg, Rouen, Marseille, Bayonne), dans les villes industrielles allemandes (Hirschberg, Reimsbourg, Lauban, Landeshutt, Zittau, Görlitz) et françaises (Sedan, Reims, Amiens, Nogent-le-Rotrou, Quintin, Montolieu, Carcassonne), et dans les principales places bancaires – Paris en tête – qui sont autant de relais indispensables à la réalisation des paiements et des arbitrages. Deux modifications sont cependant intervenues dans la structuration de ce réseau. Premièrement, la maison gaditane entretient dorénavant une correspondance étroite avec des négociants implantés à Algésiras, à Sanlúcar de Barrameda, à Séville et à Málaga, ce qui témoigne de la place nouvelle prise par le marché régional dans l’activité de la compagnie et du rôle grandissant que jouaient dorénavant les avant-ports andalous moins exposés que Cadix aux rigueurs du blocus britannique. La seconde modification réside dans la perte d’influence très nette des correspondants italiens au sein de ce réseau : la compagnie ne dispose plus que de 5 correspondants dans la Péninsule, et l’ensemble des lettres qui leur ont été adressées ne représentent que 3,4 % du volume de sa correspondance. A contrario, l’établissement de César Rivet entretient des liens très étroits avec ses partenaires de la péninsule italienne, alors qu’il est quasiment absent du reste du continent. Cette division géographique répond clairement à une stratégie commerciale cohérente, dont l’objet est d’optimiser la prise de décision commerciale dans un contexte défavorable au négoce maritime. César Rivet s’en explique dans un courrier adressé à une maison napolitaine. Commentant la situation des marchés de la cochenille et de l’indigo – les deux principaux produits exportés par le comptoir gaditan –, César Rivet écrit à son correspondant : « ces deux articles comme encore tous les autres produits des Indes occidentales faisant une branche principale de notre maison de Cadix, donneront lieu […] entre vous et nous, à des relations qu’il nous sera bien agréable de voir atteindre une certaine extension ». Il poursuit en précisant qu’il est également prêt à spéculer sur les autres objets que le commerce avec Naples est susceptible d’offrir, « toutes les fois qu’ils se présenteront bien, surtout si secondant bien nos bonnes dispositions, vous incliniez à joindre votre intérêt au nôtre pour des envois ici [à Marseille]45 ». La fonction du comptoir de César Rivet est donc double : il doit relayer les exportations de denrées coloniales effectuées depuis Cadix, en en facilitant le placement sur les marchés méditerranéens, et diversifier les champs d’action de la firme familiale, en lui permettant de pénétrer sur des marchés dont elle était absente jusque-là. Le dépouillement de sa correspondance confirme que ce furent là les deux principales activités de César Rivet.

23Près du tiers des 43 affaires commerciales évoquées dans la correspondance expédiée entre le 25 août 1800 et le 23 août 1801 par l’établissement de César Rivet consistent en des opérations de placement, sur les marchés méditerranéens ou français, des denrées coloniales reçues de Cadix. Au total, le comptoir a ainsi écoulé 65 surons d’indigo auprès de partenaires italiens, chargés de les placer dans la Péninsule ou au Levant par le biais de leurs propres réseaux de correspondants, 33 surons et 22 caisses de cochenille (placés à Paris, Marseille, Barcelone et au Levant), une cargaison de cuirs de Buenos Aires, qui est expédiée à Livourne, et deux assortiments de baume de cola, vendus à Paris et à Livourne. Ces échanges se poursuivirent, puisque, le 16 août 1801, la maison de Marseille commande à celle de Cadix un assortiment de « café, cuirs et bois ». Pourtant, de multiples obstacles s’opposaient au maintien de tels échanges. L’approvisionnement même à Cadix était devenu plus difficile, puisque la place n’était alimentée que par des canaux alternatifs bien moins performants que ne l’était le commerce direct effectué dans le cadre de la Carrera de Indias avant l’instauration du blocus. L’acheminement vers la Méditerranée était également extrêmement problématique, en raison de la présence de la marine britannique à Gibraltar et le long des côtes thyrréniennes. Pour éviter les croiseurs de la Navy, il fallait tantôt recourir à la voie de terre (entre Cadix et Málaga), tantôt à la navigation neutre, tantôt enfin à de petits caboteurs « bien connus », seuls susceptibles de se faufiler entre les mailles des corsaires ennemis, et il fallait presque toujours combiner ces différentes possibilités. Enfin, compte tenu des surcoûts imposés par ces stratagèmes complexes et du caractère extrêmement imprévisible des arrivages effectués dans les ports italiens, il fallait également composer avec une dernière difficulté : la situation devenue totalement erratique des marchés, qui imposait une très grande réactivité dans la gestion des stocks disponibles. Les multiples ordres et contrordres que César Rivet adresse à ses consignataires italiens tout au long de l’année 1800 nous éclairent finalement sur le principal intérêt de disposer d’une présence en Méditerranée occidentale pour la maison de Cadix : alors qu’il fallait 3 semaines à une information pour parvenir de Marseille à Cadix, et autant pour que les ordres en découlant soient connus du consignataire, la présence d’une antenne fiable et autonome à Gênes ou à Marseille réduisait considérablement ce délai et multipliait ainsi les chances de saisir les bonnes opportunités.

  • 46 Sont notamment évoqués dans la correspondance l’achat de 3 000 caisses de savon de La Canée, celui (...)

24L’établissement de César Rivet s’est cependant aussi attaché à sa seconde mission : la pénétration des circuits commerciaux méditerranéens. Les importations des matières premières du Levant et de produits italiens constituent en effet les deuxième et troisième postes de ses affaires. Du Levant sont notamment importées 206 balles de « coton Kirkayak », vendues à Paris (160 balles) et à Marseille (46). La compagnie prend également deux intérêts de 50 000 et 120 000 francs dans une cargaison de coton de Santoro vendue à Gênes et une autre achetée à Trieste pour le marché marseillais. Plus ponctuellement, la compagnie acquiert d’autres denrées levantines46. En ce qui concerne les produits italiens, on note l’achat de cendres de Sicile (3 transactions), destinées selon toute vraisemblance à la savonnerie marseillaise, celui de laines des Pouilles, de chanvre (700 quintaux sont acquis, en deux fois, à Ancône), d’huile et de soufre.

25Au total, donc, les établissements Rivet de Cadix et Marseille, comme ceux de Jacques Jugla et François Demeure, semblent bien avoir maintenu une importante activité commerciale pendant toute la période du blocus britannique. S’il s’avère difficile de généraliser en l’état leurs exemples à l’ensemble des établissements français présents alors à Cadix, de multiples témoignages viennent cependant confirmer qu’ils ne constituaient en rien des cas singuliers.

  • 47 AGI, Consulados, leg. 891.
  • 48 AHPC, PN, El Puerto de Santa María, reg. 830, fol. 442, partición, 24 avril 1801.
  • 49 AHPC, PN, Cadix, reg. 2600, fol. 482, testamento hecho en virtud de poder, 10 mars 1803.
  • 50 AHN, Concejos, leg. 20 246, ca. 2, exp. 3, 5 août 1799.
  • 51 AGI, Consulados, leg. 503.
  • 52 Bernard Landestoy, Bernard Lacosta, Jaime Fourrat, Raymond Lafforé, Louis Boudon, Román Larrue y V (...)
  • 53 AGI, Consulados, leg. 522.

26Les inventaires des négociants français dressés pendant la période prouvent ainsi que les maisons françaises ont continué, à l’époque du blocus britannique, à recevoir des biens manufacturés européens et à exporter des denrées coloniales américaines. L’inventaire dressé par Pierre Bonnecase en 1807 en vue d’obtenir une carta de naturaleza con licencia para comerciar con las Indias ne précise pas la nature des 815 157 reales de vellón de marchandises qu’il déclare posséder47. La valeur de ces marchandises (plus de 50 000 pesos) comme la part qu’elles représentent dans ses actifs (60 %) démontrent cependant que son comptoir demeurait bien achalandé. L’inventaire des biens de Jean Binalet, décédé au Puerto de Santa María en 1800, révèle pour sa part la présence d’importants stocks de toiles de lin, provenant d’Allemagne ou de Bretagne, et de draps de laine flamands48. Pierre Prat, qui décède au même moment, laisse 104 083 reales de vellón de marchandises dans ses magasins, essentiellement composées de toiles et de draps de Bretagne, de Normandie, de Flandres et de Silésie49. Quant à l’inventaire des biens de Luis Séré, le fils du négociant rouennais Luc-Hippolyte Séré, dressé par un huissier le 4 juin 1799, il mentionne, parmi les actifs, 25 000 pesos de denrées coloniales consignées à la société Midy frères de Rouen50. La composition de ces marchandises – 120 caisses de sucre de La Havane et de Veracruz, 42 balles de coton de Caracas, 5 surons d’indigo et 491 cuirs de Buenos Aires – et le circuit qu’elles ont suivi – achetées à Cadix, elles ont ensuite été consignées chez un correspondant dans un port européen pour y être vendues – suggèrent que la nature du commerce effectué par les maisons françaises avait finalement peu changé depuis 1797. Pour demeurer actifs dans ces circuits commerciaux, les négociants français recouraient aux services de la navigation neutre. Diverses assemblées réunies par le Consulado en 1797 pour décider de la répartition des marchandises récupérées à la suite de naufrages confirment en tout cas que la pratique leur était familière51. Parmi les 27 consignataires de la cargaison du navire danois le Comercio, qui sont réunis le 17 novembre 1797, 13 sont des négociants français de Cadix52. Ils sont 8 (sur 22) à avoir des intérêts dans la cargaison du navire danois le Juan (assemblée du 12 mai 1797) et 6 (sur 30) à en avoir dans la cargaison de l’Estrella de Nantes, un autre navire danois naufragé cette année-là. En 1804, les 21 polices d’assurance contractées, par des négociants français auprès de la compagnie Isasi Montalvo, illustrent la même réalité53.

  • 54 AN, F12, reg. 1831-1832.
  • 55 AHPC, Hacienda, lib. 49, fol. 133.
  • 56 CADN, Cadix, 136PO/245, fol. 226, 17 février 1800.
  • 57 AHPC, PN, Cadix, reg. 4581, fol. 1280, 20 octobre 1808.

27Les requêtes des négociants français réclamant, en 1809, une indemnisation en raison des préjudices subis lors des « événements intervenus en Espagne en 1808 » témoignent en outre que cette situation perdura pendant la seconde phase du conflit54. Les 10 requêtes adressées par des négociants déplorant la saisie de fonds consignés chez des marchands français de Cadix portent presque toutes sur les produits textiles que la France exportait traditionnellement en Andalousie : les négociants bretons Jean-Baptiste Villart et Jean Varenne aîné et fils réclament respectivement 8 et 46 balles de toiles de Bretagne consignées aux établissements Barrère Candelot et Cie pour le premier, Joseph Boutet et Quentin frères pour le second ; Pierre Demeure de Paris déclare avoir expédié à son frère François, installé à Cadix, 102 684 francs de dentelles noires produites dans la fabrique familiale ; la compagnie Vernazobre frères de Thiers mentionne une expédition de 4 000 francs de draps commandés par la compagnie Rivet et neveux et consignés à Frédéric Méjean ; Joseph Pontier réclame la valeur de 7 colis de rubans et de quincaillerie, d’une valeur de 74 064 francs, qu’il a chargés à Nantes à la consignation de sa commandite gaditane dénommée Lapierre Pontier et Cie ; enfin, 2 réclamations émanent de négociants de Bordeaux (Bruno Lafitte) et d’Amiens (Bertera et Herriot) et portent sur 23 571 francs et 33 620 francs de marchandises consignées aux maisons Raynaud et Cie et Bertera et Cie de Cadix. Aucune exploitation quantitative ne peut être réalisée à partir de ces requêtes, étant donné leur caractère partiel. Remarquons cependant que, à l’exception des soieries, tous les produits qui composaient traditionnellement les cargaisons expédiées par les négociants de France à leurs correspondants gaditans sont évoqués : toiles de Bretagne, draps, dentelles et quincaillerie. En revanche, les conditions d’acheminement des marchandises à Cadix ont profondément changé : la totalité des toiles de Bretagne consignées à la maison Quentin frères ont emprunté la voie de terre, via Bayonne, pour gagner Cadix, les dentelles ont également transité par les Pyrénées, et le navire transportant les colis de rubans et de quincaillerie fut contraint à une escale imprévue à Gijón afin d’échapper aux patrouilleurs anglais. La correspondance passive de la douane de Cadix et les actes enregistrés à la chancellerie du consulat confirment les constats dégagés à partir des requêtes de 1809. La correspondance douanière permet, par exemple, de reconstituer les trajectoires de 8 lots de marchandises importées à Cadix. Dans 7 cas, le circuit emprunté peut être qualifié d’alternatif eu égard à la situation d’avant-guerre. Mise à part une caisse de mercerie réclamée par Jean-Pierre Berthon en août 1797, qui a circulé entre Hambourg et Cadix sur un navire espagnol55, les autres affaires portent toutes sur des produits issus de la course française, acheminés par la voie de terre ou ayant transité par le relais des ports de la côte de Huelva. De même, dans les actes de chancellerie du consulat, on relève une déclaration faite par Joseph Cambeilh dans laquelle ce négociant français de Cadix révèle que les 7 barriques de tabac de Virginie chargées pour son compte sur un navire marocain destiné à Livourne l’ont été « sous la simulation neutre56 ». La procuration enregistrée par Jacques Jugla en 1808, pour récupérer à la douane de Badajoz 45 sacs et 116 paquets de coton du Brésil qui y sont détenus, illustre, quant à elle, le caractère stratégique de la route Lisbonne-Badajoz-Bayonne dans le maintien des liaisons commerciales entre la France et l’Amérique57.

28Ces exemples confirment que la guerre complique et entrave le négoce plus qu’elle ne l’anéantit. Différentes stratégies de contournement du blocus existent en effet et permettent aux négociants de maintenir actives leurs entreprises commerciales : redéploiement vers des secteurs commerciaux moins exposés, recours aux neutres, combinaison de la voie de terre et de la voie de mer, cabotage au plus près des côtes pour trouver refuge en cas de menace. En outre, la guerre créait, à Cadix comme ailleurs, de nouvelles opportunités de profit dont les maisons françaises de la ville, notamment, surent tirer parti.

Les opportunités des temps de guerre

  • 58 Carrière, 1973, pp. 465-566.
  • 59 Bergeron, 1999 ; Lespagnol, 1996 ; Pétré-Grenouilleau, 1996 ; Marzagalli, 1999.

29Dans Négociants marseillais, Charles Carrière soulevait le premier la question des effets bénéfiques de la guerre pour le commerce58. Dans un développement intitulé « La guerre, moteur du commerce », il analysait deux opportunités de profit exceptionnelles que les périodes de conflit offraient aux négociants : la guerre de course et la spéculation sur la rareté. Les travaux postérieurs de Louis Bergeron traitant du cas singulier de Paris à l’époque révolutionnaire, d’André Lespagnol consacrés à Saint-Malo, d’Olivier Pétré-Grenouilleau décrivant les adaptations des négociants nantais aux crises de la fin du xviiie siècle, et de Silvia Marzagalli analysant les impacts du blocus continental sur les ports de Bordeaux, Hambourg et Livourne, ont constitué autant d’avancées permettant de mieux appréhender les relations liant le négoce à la guerre59. Comme leurs homologues européens, les négociants français de Cadix se trouvèrent également confrontés, entre 1796 et 1808, aux opportunités induites par le conflit. Trois de ces opportunités suscitèrent des investissements importants de leur part, parfois même un véritable engouement. C’est le cas de la course, en premier lieu, puisque les atouts qui faisaient de Cadix un emporium idéalement situé entre la Méditerranée et l’Atlantique en temps de paix en firent un centre corsaire de premier ordre. Le secteur bancaire, dans une moindre mesure, permit également à ceux qui disposaient de solides réseaux de bénéficier des mouvements monétaires spéculatifs qu’engendrait la conjoncture belliqueuse. Enfin, l’augmentation de la dette publique, conséquence logique de la baisse des revenus douaniers et de la hausse des dépenses militaires, constitue la dernière opportunité de placement que l’Espagne de Godoy offrit à des négociants dont les fonds ne trouvaient plus à s’employer dans les branches traditionnelles du négoce. Ces trois activités ont fait l’objet d’un traitement inégal de la part de l’historiographie locale : l’essor de la course gaditane comme les transformations de l’activité bancaire n’ont presque jamais été décrits alors que la participation du négoce local au financement de la dette publique a fait l’objet d’études de très grande qualité. Les sources, en revanche, abondantes sur ces trois sujets, permettent d’évaluer avec une certaine précision la participation des négociants français à ces secteurs et le profit qu’ils en tirèrent.

La course, mieux qu’un pis-aller ?

  • 60 Carrière, 1973, pp. 526 et 531.
  • 61 À Livourne, sur 17 comptes d’armements corsaires liquidés sous l’Empire, 5 se sont soldés par des (...)

30Si Carrière fait de la course l’un des deux moteurs des affaires en temps de guerre, il ne lui accorde que peu de considération. Elle ne serait qu’une « solution de secours », « un succédané peu désiré », ou encore « un pauvre palliatif, peu considéré par les hommes d’affaires », un pis-aller en quelque sorte60. Les comptes de résultat d’armements corsaires publiés depuis par André Lespagnol, Silvia Marzagalli ou Jacques Perret, témoignent cependant d’une tout autre réalité : activité de substitution, pratiquée faute de mieux, sans aucun doute ; « pauvre palliatif », cela est moins sûr61. Sur cette question, les archives du consulat de France à Cadix offrent une documentation exceptionnelle éclairant l’organisation de l’activité corsaire, son importance pour les négociants français de la ville, sa rentabilité et, enfin, son impact sur l’activité commerciale de la place.

  • 62 AHPC, Cadix, Escribania de Marina, reg. 5910 et 5911.
  • 63 AGI, Consulados, leg. 1757.

31Rapportée à l’histoire de la colonie française de Cadix, l’activité corsaire apparaît comme une expérience extrêmement limitée dans le temps. Elle fut peu pratiquée par les négociants français de la place durant les conflits maritimes du xviiie siècle, et après son remarquable essor de la période 1796-1800, elle déclina. Ni pendant la guerre d’Indépendance d’Amérique, ni en 1792, les négociants français ne s’étaient en effet trouvés à la tête d’entreprises corsaires significatives. Cette situation ne changea pas lors de la reconstitution de la colonie en 1795 et il est, de ce point de vue, extrêmement significatif que les 37 prises capturées en octobre 1795 par l’escadre du commandant Richery et conduites dans le port de Cadix en décembre 1795 aient été consignées à Jaime Fourrat, un négociant espagnol d’origine française, qui occupait une position périphérique au sein de la colonie, et que leur liquidation ait été confiée à deux négociants espagnols, Bernardo Lizaur et Gaspar Leal. Ces opérations se révélèrent cependant très fructueuses puisque, en 6 mois, elles rapportèrent 1 255 664 reales pour les 37 navires mis en vente62 et 1 510 326 reales pour les seules cargaisons écoulées par l’intermédiaire des courtiers gaditans63. Les négociants français, probablement impressionnés par l’ampleur de ces sommes, découvrirent l’existence d’une forte demande locale – la très grande majorité des navires avaient été acquis par des négociants gaditans – et ils eurent peut-être connaissance de l’importance de la commission touchée par Jaime Fourrat. De fait, quelques mois plus tard, ils s’engagèrent massivement dans le secteur et transformèrent Cadix en une place corsaire de premier ordre.

  • 64 Retenons, pour comparaison, que Silvia Marzagalli a dénombré 209 armements corsaires à Bordeaux po (...)
  • 65 Sept l’ont été à Marseille, 5 à Bordeaux et Málaga, 3 à Nice et Sanlúcar de Barrameda, 2 à Bayonne (...)

32La documentation consulaire consultée révèle en effet qu’au moins 118 armements corsaires ont croisé dans les environs de Cadix entre 1796 et 1808, ce qui fait incontestablement de la ville l’un des principaux centres d’animation de la course française de l’époque64. Tous ces navires n’ont cependant pas été armés à Cadix : un tiers l’ont été dans un autre port, français le plus souvent65. Ils venaient dans le détroit de Gibraltar pour y pratiquer la course et utilisaient Cadix – où ils disposaient d’un consignataire attitré – comme base arrière pour leurs opérations. Un certain nombre des armements recensés ne sont par ailleurs pas des armements corsaires à proprement parler mais plutôt des armements « en guerre et marchandise », ayant pour mission d’effectuer une traversée commerciale périlleuse et dotés, pour cela, d’une artillerie suffisante pour assurer leur défense et d’une licence leur permettant d’en faire usage. Enfin, il faut préciser que la durée d’activité d’un armement corsaire étant extrêmement variable, certains n’effectuant qu’une seule campagne, d’autres en accomplissant trois ou quatre, il s’avère très difficile d’établir le nombre d’armements français pratiquant simultanément la course dans le détroit de Gibraltar à un moment donné. Il a en revanche été possible de dater avec précision l’année durant laquelle ces navires ont été armés pour la première fois et de reconstituer ainsi une chronologie approximative de l’évolution de l’activité corsaire animée par les négociants français de Cadix (graphique 10).

Graphique 10. — Les dates d’enregistrement des navires corsaires français auprès du consulat de France à Cadix (1797-1808)

Graphique 10. — Les dates d’enregistrement des navires corsaires français auprès du consulat de France à Cadix (1797-1808)

SourceÉlaboration personnelle à partir des fonds du consulat de France à Cadix (CADN).

33Il apparaît clairement sur ce graphique que les négociants français ont massivement investi dans le secteur corsaire à partir de 1797. Au cours des seules années 1797-1801, plus de 83 navires, dotés d’une lettre de marque ou d’une licence en guerre et marchandise, ont été armés à Cadix. Pendant la même période, 21 navires armés dans les mêmes conditions dans un autre port d’Espagne ou de France ont croisé dans le détroit de Gibraltar de façon suffisamment durable pour qu’un consignataire soit engagé à Cadix. Au total, entre 20 et 30 navires devaient croiser simultanément dans les environs au moment de l’apogée de la course française de Cadix.

  • 66 Constatant un phénomène similaire à Bordeaux, Marzagalli l’explique par la création, en 1800, du T (...)

34La paix d’Amiens marqua naturellement un coup d’arrêt net à cette activité, et la reprise des hostilités entre la France et l’Angleterre en 1803 ne se traduisit plus par un engouement similaire à celui de la fin des années 1790. À l’exception de l’année 1805, au cours de laquelle 7 navires furent armés à Cadix, aucun armement n’a plus été effectué dans le port. La nouvelle réglementation adoptée en 1800, afin d’offrir de meilleures garanties aux puissances neutres durement frappées au cours des années précédentes, constitue sans aucun doute la principale cause de ce déclin66. C’est donc entre 1797 et 1801 que la course française connut son « âge d’or » à Cadix pour diverses raisons sur lesquelles il convient de revenir.

35La première condition favorable dont bénéficièrent les armateurs de corsaires gaditans réside naturellement dans la situation de la ville. La zone de course des navires basés à Cadix incluait en effet la totalité du golfe de Cadix, délimité par le détroit de Gibraltar et par le cap Saint-Vincent, à l’extrême sud-ouest du Portugal. Elle s’étendait cependant au-delà, au sud, jusqu’aux Canaries, au nord, jusqu’aux côtes de Galice, et à l’est, à l’ensemble de la Méditerranée occidentale. Les corsaires français pouvaient ainsi arraisonner les navires marchands qui circulaient sur la voie maritime reliant l’Europe du Nord à la Méditerranée, alors principalement desservie par des navires neutres (suédois et danois le plus souvent), par des navires anglais ou par de petites embarcations portugaises. Mais ils avaient également accès à une partie du trafic effectué avec l’Amérique du Sud ou les Antilles, par des navires américains et anglais. Le croisement de ces deux routes commerciales dans les environs de Cadix mettait ainsi à la portée des corsaires locaux un flux constant de navires marchands souvent richement chargés. Pour saisir ces opportunités, il fallait cependant parvenir à mobiliser les importants capitaux et savoir-faire que requérait la pratique corsaire, ce que permit précisément la situation de la colonie française de Cadix après 1796.

  • 67 Ainsi, le navire le Magicien armé le 20 août 1800 par Guillaume Rey n’a coûté que 41 900 reales de (...)
  • 68 Le coût d’acquisition de l’artillerie et des munitions s’élève, par exemple, à 25 467 reales de ve (...)
  • 69 Le nombre moyen de personnes embarquées sur les corsaires armés à Cadix s’élève en effet à 51.
  • 70 Meyer, 1969, p. 155.
  • 71 À la fin des années 1790, le montant de la caution exigée est de 200 000 reales de vellón pour les (...)
  • 72 CADN, Cadix, 136PO/379-380, compte d’armement du Déterminé, 1er avril 1801.
  • 73 CADN, Cadix, 136PO/379-380, compte de résultat du Tigre (s. d.).
  • 74 Rappelons qu’en moyenne, le capital des maisons appartenant à la quatrième classe de la nation fra (...)
  • 75 Voir infra.

36Par opposition aux autres branches du négoce, largement dominées par la mise en concurrence des intérêts individuels, la course se présente comme une entreprise nécessairement collective, ne serait-ce qu’en raison de la lourdeur des investissements qu’elle requiert. En effet, l’armement d’un navire corsaire coûtait cher, plus cher que celui des navires marchands habituellement employés dans la navigation européenne. Le navire ne représente toujours qu’une part minime du coût global d’un armement corsaire mais le doublage des coques en cuivre en renchérit considérablement le coût67. En ce qui concerne l’équipement (voiles, cordages…), c’est naturellement l’achat de l’artillerie qui fait la différence avec un armement classique68. L’avitaillement est également plus coûteux, étant donné la longueur des campagnes et le fait que l’équipage est généralement quatre à cinq fois plus nombreux que celui d’un navire marchand affecté au grand cabotage européen69. Ces effectifs pléthoriques étaient justifiés par le fait qu’il fallait disposer d’un nombre suffisant de marins et de « capitaines de prise » pour conduire à bon port chacun des navires capturés durant la campagne. Le coût représenté par l’équipage (avitaillement et avances) pesait donc lourd dans la mise-hors. Quant à la commission versée à l’armateur, elle s’élevait systématiquement à 5 % du total de la mise-hors alors que Jean Meyer mentionne des taux de 1 à 3 % dans les armements commerciaux nantais du xviiie siècle70. En outre, tout armateur de corsaire devait, pour obtenir une lettre de marque, déposer une caution, d’un montant variable selon les époques71. Il devait aussi désigner un garant susceptible de répondre de tous les dommages qui pourraient être causés par l’armement. Au total, le montant des mises-hors de navires corsaires se révèle donc toujours élevé même s’il varie considérablement d’un armement à l’autre en fonction de la stratégie adoptée par l’armateur. Celui-ci pouvait en effet choisir d’investir de grosses sommes en vue d’une campagne longue au cours de laquelle le corsaire réaliserait plusieurs prises ou choisir de limiter au strict minimum les frais d’armement, en ne recrutant par exemple qu’un seul équipage de substitution, auquel cas une seule prise pourrait être capturée. Ainsi, les 5 comptes d’armement consultés mentionnent des frais de mise-hors allant de 36 960 reales de vellón pour le plus modeste – le Déterminé armé en 1800 par Guillaume Rey72 – à 676 306 reales de vellón pour le plus coûteux – le Tigre armé par Philippe Favar en 179873. Le coût moyen de ces 5 armements s’élève à 384 096 reales de vellón, soit près de 25 000 pesos, une somme plus élevée que le capital social dont disposait un établissement français modeste dans les années 178074. Dans ces conditions, il est naturel que les armateurs français de Cadix, le plus souvent des négociants issus des couches modestes de la colonie75, n’aient pu parvenir à financer leurs entreprises qu’avec le concours de personnes intéressées à leurs armements.

  • 76 CADN, Cadix, 136PO/379-380, compte d’armement du Brutus, 13 octobre 1802.

37Les comptes de corsaires consultés mentionnent rarement les noms des associés et le montant de leurs apports. La seule liste complète est celle du Brutus76. Neuf personnes, physiques et morales, ont participé aux 246 800 reales de vellón nécessaires à son armement. François Mavit, l’armateur, a fourni près du tiers de cette somme (80 000 reales de vellón), le deuxième tiers a été financé par les officiers embarqués sur le navire (à raison de 50 000 reales de vellón pour le capitaine, 26 000 reales de vellón pour le second capitaine, et 10 000 reales de vellón pour un troisième membre de l’équipage). Enfin, 5 établissements de commerce ont avancé le tiers restant : le négociant français Dominique Guillet, lui-même armateur de corsaires, a fourni 35 800 reales de vellón, un négociant génois également domicilié à Cadix (« Étienne Real »), 15 000 reales de vellón, la compagnie « Ruiz Fernández Villedo frères », de Huelva, 10 000 reales de vellón, et les négociants espagnols « François Zelis » de Sanlúcar de Barrameda et « Jean Bardino » de Cadix ont apporté 10 000 reales de vellón chacun. En général, l’entreprise corsaire devait donc réunir, autour de la personne de l’armateur, une petite dizaine de négociants recrutés localement ou en dehors de la place, ainsi que des membres de l’équipage.

  • 77 CADN, Cadix, 136PO/379-380, « Instructions pour le capitaine Richelme, commandant le corsaire fran (...)
  • 78 Ainsi, l’entretien du corsaire le Furet, qui a effectué 13 campagnes, sous la direction de 3 capit (...)

38À ces frais importants suscités par la mise-hors s’ajoutaient en outre des frais de gestion multiples, qui faisaient de l’armement corsaire une entreprise onéreuse. Le premier de ces postes est la rémunération des gestionnaires de l’entreprise – armateur et consignataire – dont le rôle était décisif. Tout au long de sa campagne, ou de ses campagnes successives, le corsaire devait en effet être ravitaillé, réparé en cas d’avarie et administré, chaque escale dans un port donnant lieu à diverses procédures administratives (paiement de droits, déclaration au consulat français, éventuellement quarantaine). La gestion de l’équipage constitue également une tâche complexe : les désistements, les maladies ou les décès sont des événements fréquents qui imposent le recrutement de nouveaux marins. Lorsqu’il ne pouvait pas se charger lui-même de ces différentes tâches, l’armateur devait désigner des fondés de pouvoirs pour appuyer le capitaine dans ses missions et, aussi, le contrôler. Pour cela, les armateurs mettaient à la disposition du capitaine leur réseau de correspondants et ils lui fournissaient une liste d’adresses de négociants résidant dans les principaux ports où le navire pourrait être amené à faire escale77. Or, ces négociants recevaient des commissions chaque fois qu’ils rendaient des services à l’armement corsaire qui leur était consigné. Il en résulte que les débours initiaux de la mise-hors étaient considérablement augmentés au cours de chaque campagne, au point que les associés pouvaient être sollicités pour consentir de nouvelles avances permettant d’y faire face78.

  • 79 Le compte de liquidation du brigantin danois le Lyon, pris par les corsaires français la Couleuvre(...)

39La gestion des prises constitue enfin le dernier poste de dépenses de l’entreprise corsaire. Après sa capture, la prise était, en effet, confiée à un capitaine de prise et elle était conduite dans un port voisin. Lorsque l’armateur ou le consignataire du corsaire résidait dans ce port, il prenait évidemment en charge la liquidation de la prise, mais lorsque la prise était conduite dans un autre port, l’armateur se contentait alors de superviser les opérations et il déléguait la vente à un « consignataire de prise ». Ce dernier touchait une commission de 2 % sur le produit net de la vente. D’autres frais viennent encore s’ajouter. Tout navire capturé devait être jugé « de bonne prise » avant de pouvoir être vendu librement. Le jugement en première instance était rendu par le consul et il impliquait le paiement de divers droits de chancellerie. Souvent il donnait lieu à une expertise préalable afin que soit déterminée l’origine des marchandises transportées, car la nationalité de la cargaison jouait un rôle essentiel dans la détermination du statut de la prise. De même, lorsque la cargaison du navire était constituée de denrées périssables, ou susceptibles de se dégrader, elle devait également être expertisée, débarquée au plus vite et emmagasinée dans un lieu sain. Une fois le jugement de bonne prise du consul prononcé, le navire et sa cargaison pouvaient être vendus. Cependant, en cas d’appel, le produit de la vente devait être remis à un « dépositaire » qui s’en portait garant jusqu’au jugement définitif. Or, ce dépositaire touchait, à son tour, une commission de 2 % sur le montant de la somme dont il avait la charge. La procédure d’appel supposait encore d’autres frais de représentation, puisqu’il fallait alors désigner et rémunérer un fondé de pouvoirs chargé de suivre l’affaire devant le tribunal civil de la Loire-Inférieure (Nantes), où étaient examinées les procédures d’appel des jugements rendus à Cadix. De plus, à partir de 1800, un troisième niveau juridictionnel fut créé : le Tribunal des prises de Paris auprès duquel les décisions des cours d’appel pouvaient être contestées. Au total, les frais de justice pouvaient donc se révéler très lourds79, aussi bien pour les armateurs du corsaire que pour ceux du navire capturé, et il n’est donc pas surprenant que les deux parties aient souvent choisi de transiger en procédant à un accord amiable (relâche de la prise moyennant le paiement d’une indemnité).

40Outre les frais matériels suscités par la mise-hors, l’entreprise corsaire exigeait également un personnel nombreux, spécialisé et, partant, coûteux. L’armateur de corsaire devait donc disposer non seulement d’importantes « capacités » financières – et du soutien d’un banquier pour faire face aux multiples débours occasionnés pendant la campagne – mais aussi d’un solide réseau de partenaires, puisqu’il lui fallait pouvoir s’appuyer sur un bon capitaine, des consignataires dans les principaux ports méditerranéens et atlantiques, un dépositaire et un garant dans sa propre place, et des fondés de pouvoirs à Nantes et à Paris. De ce point de vue, le capital matériel et relationnel qu’avaient accumulé les négociants français avant la guerre et qui se trouvait largement sous-employé depuis l’instauration du blocus britannique constitua une aubaine pour le secteur et lui permit de se développer dans des proportions inédites. La rentabilité offerte par la course fut-elle cependant à la hauteur de cet investissement ? Les éléments réunis ici permettent de formuler une réponse nuancée à cette question : si la course française profita à l’ensemble de la colonie et joua un rôle évident dans le dynamisme démographique dont elle fit preuve à cette époque, elle ne fut une réelle aubaine financière que pour quelques-uns.

41La rentabilité financière de la course doit s’apprécier à un triple niveau : d’abord celui des entreprises corsaires dont les bénéfices sont déterminés par la différence entre le produit obtenu de la liquidation des prises qu’il a capturées et les frais suscités par sa mise-hors et ses campagnes ; ensuite, celui des acteurs individuels du secteur, et notamment des armateurs, puisque leurs bénéfices n’étaient que partiellement liés aux résultats effectifs des entreprises corsaires – un armement déficitaire pouvant demeurer rentable pour son armateur ; enfin, celui de la place et de l’ensemble de ses acteurs, qui pouvaient tirer profit des multiples retombées indirectes de l’activité corsaire.

  • 80 À l’actif de la liquidation sont notamment portés 220 830 reales de vellón tirés de la vente de 1  (...)
  • 81 CADN, Cadix, 136PO/379-380, « État des sommes dues au commissariat français par François Sahuc ».
  • 82 CADN, Cadix, 136PO/379-380, « Compte que rend le citoyen Philippe Favar au commissaire des relatio (...)
  • 83 CADN, Cadix, 136PO/248-252.
  • 84 CADN, Cadix, 136PO/379-380.

42Les résultats de l’entreprise corsaire dépendent, en premier lieu, du produit obtenu de la liquidation des prises et des frais suscités par cette liquidation, lesquels varient considérablement en fonction des sentences rendues. En effet, lorsque la prise est relâchée à la suite d’un jugement défavorable en première instance, les frais jusqu’alors engagés ont généralement été modérés, et les pertes sèches demeurent donc modestes. Au contraire, dans tous les cas où la liquidation donne lieu à une transaction entre le corsaire et les représentants du navire pris, l’affaire est par nature rentable pour le premier puisque, bien qu’il perçoive une somme inférieure à celle qu’il aurait obtenue d’une vente aux enchères, il évite ainsi une longue immobilisation des fonds et écarte l’incertitude d’une procédure en appel. Le plus souvent, cependant, les prises sont vendues, soit publiquement « aux enchères », soit en privé, et font l’objet d’une coûteuse procédure d’appel. Dès lors, il s’avère difficile d’apprécier de façon globale le profit obtenu de la liquidation d’une prise. Certains comptes fournissent cependant des informations précises. Ainsi, la liquidation du brigantin danois le Lyon laisse un profit confortable aux preneurs, en dépit du montant considérable des frais qu’ils ont engagés (163 991 reales de vellón)80. Les relevés du droit de « 5 % pour les Invalides de la Marine », qui était recouvré par le consul sur le produit net des prises, offrent de précieuses indications sur les profits dégagés de leur liquidation. Les 30 594 reales de vellón payés en novembre 1806 par François Sahuc, au titre des 5 prises effectuées par ses corsaires le Dauphin et le Foudroyant, permettent ainsi d’estimer à 611 880 reales de vellón le bénéfice global réalisé (soit plus de 120 000 reales de vellón par prise en moyenne)81. Les 7 prises de la première campagne du Tigre, armé par Philippe Favar, ont rapporté en moyenne 224 200 reales de vellón chacune82. On peut essayer de généraliser ces exemples à partir de 2 séries à peu près homogènes : d’une part, les 33 transactions entre preneurs et représentants des navires pris enregistrées à la chancellerie du consulat83 ; d’autre part, les comptes de liquidation des 15 prises faites par les armements corsaires de Guillaume Rey, le Furet et l’Éclair84. Dans les 2 cas, les résultats sont très variables d’une affaire à l’autre, mais ils concordent en revanche sur le montant moyen obtenu de la liquidation d’une prise, qui semble avoir avoisiné les 150 000 reales de vellón. Pour amortir l’investissement dans un armement corsaire moyen, il fallait donc ramener au moins 3 ou 4 bonnes prises – ce qui était loin d’être systématiquement le cas.

  • 85 CADN, Cadix, 136PO/379-380.
  • 86 Nous avons calculé les taux de profit des armements corsaires à partir du coût total de la mise-ho (...)

43Pour évaluer la rentabilité des armements corsaires, on peut s’appuyer sur 7 comptes retrouvés dans les archives consulaires à Nantes : les 5 premiers ont été établis par Guillaume Rey, l’armateur des navires l’Éclair, le Furet, le Caraïbe, le Magicien et le Déterminé, et les 2 autres concernent les navires le Tigre, armé par Philippe Favar, et le Brutus, armé par François Mavit85. Si l’on s’en tient aux résultats financiers de ces deux derniers armements, les profits réalisés par les corsaires français de Cadix semblent très élevés. Le Brutus, mis en service en janvier 1801 et liquidé le 13 octobre 1802, a rapporté près de 351 151 reales de vellón de bénéfices en 21 mois pour un investissement initial de 262 290 reales de vellón, soit un taux de profit de 67 % en moyenne annuelle86. Les résultats du Tigre sont encore plus spectaculaires : pour un coût de départ de 213 171 reales de vellón, auxquels se sont ajoutés 463 135 reales de vellón dépensés durant les 2 campagnes effectuées – l’une dans le détroit de Gibraltar, l’autre sur les côtes galiciennes –, a été réalisé un profit net de 1 684 092 reales de vellón, soit un résultat de 700 %, dégagé en une seule année, par rapport au montant engagé initialement et de près de 150 % par rapport au total des dépenses. Bien sûr, la représentativité de ces deux exemples est difficile à établir compte tenu du caractère par nature aléatoire de l’activité corsaire. De fait, les résultats des 5 corsaires armés par Guillaume Rey entre décembre 1797 et novembre 1801 sont extrêmement variables, comme en témoigne le tableau 18.

Tableau 18. — Résultats des 5 corsaires armés par Guillaume Rey (1797-1801)

Nom de l’armement Période d’activité Investissement initial (en reales de vellón) Résultat final (en reales de vellón)
Furet 12 décembre 1797 – 1er avril 1801 104 000 272 125
Caraïbe 26 juin 1799 – 5 juin 1800 459 000 – 70 619
Déterminé 1er mai 1800 – 1er avril 1801 36 960 22 146
Éclair 13 août 1800 – 9 mars 1801 431 154 – 481 266a
Magicien 18 août 1800 – 12 novembre 1801 258 253 13 102
Total 1 289 367 – 244 512
a. Précisons que pour l’Éclair, nous ne disposons pas du compte de liquidation finale. Le navire est engagé dans une troisième campagne et il faudrait donc, pour connaître le profit final de l’armement, disposer du produit de la liquidation des prises effectuées au cours de cette campagne et du montant obtenu lors de la revente du bâtiment.

Source

Élaboration personnelle à partir de CADN, Cadix, 136PO/379-380.

44Même s’il ne faut pas tirer de conclusions hâtives de ce résultat globalement négatif, dans la mesure où la troisième campagne de l’Éclair n’est pas achevée, le caractère éminemment incertain de l’activité corsaire apparaît de façon très nette au vu de ces chiffres. Cela d’autant plus que Guillaume Rey a eu la chance de ne perdre aucun de ses corsaires, un événement fâcheux qui devait arriver assez régulièrement et qui privait l’armateur du produit de la revente du navire. Même lorsque le corsaire n’était pas perdu cependant, la liquidation d’un armement pouvait se solder par des pertes, comme le prouve le cas du Caraïbe qui n’a ramené que 4 prises au terme d’une campagne d’un an, ce qui constitue un résultat très décevant compte tenu du coût très élevé de la mise-hors. La campagne du Déterminé illustre, quant à elle, la faible rentabilité d’un petit armement. Probablement échaudé par l’expérience malheureuse du Caraïbe, Guillaume Rey n’investit qu’une somme très réduite dans l’armement de son nouveau corsaire (moins de 37 000 reales de vellón). Les résultats de la campagne, qui a duré 11 mois et s’est limitée au golfe de Cadix, sont proportionnels à cet investissement : très modestes. Seulement 2 navires portugais ont été capturés, dont l’un n’a rapporté que 5 445 reales de vellón. Les 3 campagnes du Furet permettent en revanche de mieux discerner les conditions à réunir pour obtenir des résultats satisfaisants. Le coût de la mise-hors est limité et, avec un équipage de 28 personnes, le Furet n’était pas à même de soutenir de longues campagnes ni de sortir du cadre d’une course strictement côtière. Cependant, contrairement aux autres armements de Guillaume Rey, le Furet a presque toujours pratiqué la course de concert avec d’autres navires français : sur les 16 prises capturées au cours de ses 3 campagnes, il n’a agi seul qu’à deux reprises, dans 2 autres cas, les corsaires ont agi à 2, dans 9 cas à 3, dans un cas à 4 et dans les 3 derniers cas, ils ont été 6, 7 et 8. Or, précisément, les 2 prises qui ont été les plus fructueuses – le navire toscan l’Aurore, dont la liquidation s’est soldée par un gain net de 464 380 reales de vellón, et le navire américain la Marie, dont la vente a rapporté 388 200 reales de vellón – ont été capturées respectivement par 7 et 6 corsaires français. Aussi, même si l’on divise le produit de ces 2 prises par le nombre d’assaillants, les sommes rapportées à Guillaume Rey (66 340 et 64 700 reales de vellón) figurent toutes deux parmi les cinq meilleurs gains réalisés par le Furet (sur un total de 16 prises).

45L’autre enseignement que l’on peut tirer des comptes des armements corsaires de Guillaume Rey est que l’armateur, grâce aux commissions qu’il perçoit, sort presque toujours gagnant de la liquidation d’un armement dont il a la charge et ce, quel que soit le résultat final obtenu. En effet, grâce aux commissions de 5 % perçues tant sur le montant global de la mise-hors que sur le produit brut de chaque prise liquidée, l’armateur s’assure un revenu fixe susceptible de compenser les pertes enregistrées par l’armement ou d’augmenter significativement les gains réalisés. En partant du postulat que Guillaume Rey possédait un cinquième d’intérêt dans chacun des armements dont il a eu la gestion et en ajoutant à la part de bénéfices – ou de pertes – lui revenant dans chaque armement le montant des commissions qu’il a touchées, le tableau 19 a pu être établi. Il rend compte non plus des résultats financiers des armements mais de ceux des investissements réalisés par Guillaume Rey dans l’activité corsaire.

Tableau 19. — Résultats des fonds investis par Guillaume Rey dans les 5 corsaires dont il est l’armateur (1797-1801)

Nom de l’armement Période d’activité Investissement initial supposéa (en reales de vellón) Part dans les résultats de l’armement (en reales de vellón) Montant des commissions perçues (en reales de vellón) Résultat final (en reales de vellón)
Furet 12 décembre 1797 – 1er avril 1801 21 000 54 000 50 000 104 000
Caraïbe 26 juin 1799 – 5 juin 1800 92 000 – 14 000 52 000 38 000
Déterminé 1er mai 1800 – 1er avril 1801 7 392 4 500 12 704 17 204
Éclair 13 août 1800 – 9 mars 1801 86 200 – 96 200 28 350 – 67 850
Magicien 18 août 1800 – 12 novembre 1801 52 000 2 600 51 000 53 600
Total 258 592 – 49 100 194 054 144 954
a. Nous avons considéré que la part de Guillaume Rey dans l’investissement initial comme dans les résultats des corsaires dont il était armateur était de 20 %.

Source

Élaboration personnelle à partir de CADN, Cadix, 136PO/379-380.

46Alors que les individus intéressés à ses armements ont perdu de l’argent, Guillaume Rey en a gagné, avant même que le résultat final de la troisième campagne de l’Éclair ne soit connu. Dans ce dernier cas, les 28 350 reales de vellón de commission ne lui ont pas permis de compenser les 96 200 reales de vellón de pertes enregistrées dans le bilan provisoire. En revanche, les pertes du Caraïbe (14 000 reales de vellón) sont largement effacées par les 52 000 reales de vellón que lui ont rapportés les commissions perçues sur la liquidation des prises et la mise-hors. Remarquons d’ailleurs que si une mise-hors de l’ampleur de celle du Caraïbe était difficilement amortissable pour l’entreprise corsaire, elle constituait plutôt une bonne affaire pour l’armateur lui-même qui s’assurait ainsi une commission élevée avant même que le navire ait quitté le port. Enfin, dans les 3 derniers cas, les commissions ont permis de transformer des performances honorables en très bonnes affaires pour l’armateur puisque le rendement des fonds investis s’établit, en moyenne annuelle, à 82,4 % pour l’armement du Magicien, à 156 % dans le cas du Furet, et à 254 % dans le cas du Déterminé. Le résultat global est naturellement plus modeste étant donné les mauvaises performances de l’Éclair : 56 % en 4 ans, soit 14 % par an. Il l’est encore plus lorsque l’on raisonne en valeurs absolues puisque les 144 954 reales de vellón de profit net ne représentent jamais que 9 277 pesos, soit à peine plus de 2 300 pesos par an, une somme correspondant aux frais de fonctionnement d’un comptoir négociant de premier ordre.

47On en conclura que, pour une compagnie comme celle de Guillaume Rey, qui avait appartenu à l’élite de la colonie dans les années 1780, la course apparaît donc bien comme un pis-aller, qui lui a tout juste permis de maintenir son train de vie dans une période difficile. Le cas n’est cependant pas généralisable pour plusieurs raisons. Premièrement, il n’est pas impossible que les armements de Guillaume Rey aient été particulièrement peu productifs si l’on considère que les 2 autres cas connus affichent des résultats bien supérieurs. Ensuite, comme nous le verrons plus en avant, les compagnies appartenant à l’élite se sont en général abstenues de pratiquer la course (cas des maisons Quentin, Ségalas, Rivet, Jugla, Vienne et Larrue) ou se sont engagées de façon bien plus importante dans le secteur (cas des maisons Sahuc Guillet, Mavit Poque, Favar). En revanche, les négociants qui se sont contentés d’armer entre 1 et 5 corsaires appartenaient aux couches inférieures de la hiérarchie mercantile de la place. Or, si un résultat net de 2 300 pesos par an constitue un profit modeste pour une maison de premier ordre, il s’agit en revanche d’un bénéfice honnête, voire satisfaisant, pour des établissements de moindre envergure. La prise en compte de cette réalité permet donc de mieux comprendre la force d’attraction de la course pour les nombreux petits négociants français. Pour un grand nombre d’entre eux, elle dut constituer la raison première de leur maintien à Cadix pendant la période très difficile qui sépare l’instauration du blocus britannique de la signature de la paix d’Amiens. Cela est d’autant plus vrai que la course française ne profita pas seulement aux armateurs qui investissaient dans les entreprises corsaires.

48Les armateurs français n’étaient en effet pas les seuls à tirer profit de la manne financière de la course : par la distribution de dividendes aux personnes intéressées dans les armements et par la rémunération des individus exerçant des fonctions annexes dans le secteur, la course profita d’une façon ou d’une autre à toute la colonie française. En outre, la course française contribua à animer certaines branches du négoce de la ville et bénéficia ainsi à l’ensemble des acteurs commerciaux de la place. Pour apprécier l’ampleur de ces retombées indirectes, il convient cependant au préalable d’estimer le chiffre d’affaires global que suscita la course française – à savoir le produit obtenu de la liquidation de toutes les prises faites par les corsaires français de Cadix.

  • 87 Une liste recense ainsi 97 prises jugées au consulat de France entre le 12 décembre 1795 et le 19  (...)
  • 88 L’adoption d’une telle procédure doit toujours être notifiée au consul qui peut l’autoriser ou la (...)
  • 89 CADN, Cadix, actes de chancellerie, reg. 248-252.

49Pour calculer un tel montant global, il faudrait connaître le nombre exact des navires capturés, la valeur obtenue de la liquidation de chacun d’entre eux et, enfin, le résultat des jugements en appel qui déterminaient, en définitive, à qui revenait le produit des ventes. Faute de disposer d’une information aussi complète, on peut y suppléer en compilant les listes de prises jugées et adjugées au consulat de France87 et en les complétant à partir des documents de chancellerie relatifs aux deux autres procédures de liquidation des prises qui avaient cours : la vente « privée », menée en dehors du cadre légal de l’adjudication publique88, et l’accord amiable, passé entre les preneurs et les représentants des armateurs du navire pris (soit 17 contrats enregistrés dans le cadre de la première procédure et 33 dans celui de la seconde)89. Au total, ces différentes données permettent d’obtenir un ordre de grandeur a minima du nombre de prises effectuées par les corsaires français au cours de la période :

  • au moins 97 prises ont été capturées entre le 12 novembre 1795 et le 19 juin 1798 ;
  • 145 prises ont été vendues à Cadix, selon l’une des trois procédures usuelles, entre le mois de juin 1798 et l’entrée en vigueur de la paix d’Amiens (17 en 1798, 52 en 1799, 45 en 1800, 29 en 1801 et 2 en 1802) ;
  • après la rupture de la paix d’Amiens, seules 22 prises ont été liquidées à Cadix.

50Les sources permettent, en outre, d’évaluer le produit global de ces opérations. Entre le 26 septembre 1798 et le 16 octobre 1806, furent vendus aux enchères, à la chancellerie du consulat de France à Cadix, 433 lots provenant de la liquidation des 122 prises. La valeur moyenne des 181 lots dont les prix sont connus étant de 63 385 reales de vellón, on peut estimer à 25 millions de reales de vellón le montant obtenu des 398 lots adjugés entre 1798 et 1801. À cette somme s’ajoutent, d’une part, le montant des transactions amiables, négociées entre 1798 et 1802, qui se conclurent par le versement d’une indemnité aux preneurs (3 691 271 reales de vellón), et, d’autre part, le montant des ventes privées réalisées en 1799, en 1800 et en 1801 (3 322 259 reales de vellón). Au total, les 145 prises ainsi liquidées à Cadix entre 1798 et 1802 ont donc rapporté un montant global que l’on estime à plus de 32 millions de reales de vellón (soit plus de 2 millions de pesos). Ce chiffre dépasserait en outre probablement les 54 millions de reales de vellón (soit près de 3 500 000 pesos), si l’on y ajoutait le montant auquel on peut estimer les 97 prises liquidées avant cette date. On retiendra donc que la course française a pu générer un chiffre d’affaires moyen d’environ 600 000 pesos par an pendant la période de sa plus grande activité (1796-1801). Pour prendre la mesure de ce résultat, rappelons qu’une maison de la première classe de la nation française possédait, à la fin des années 1780, un capital social oscillant entre 150 000 et 200 000 pesos, et que l’ensemble des fonds sociaux détenus par les maisons françaises représentait environ 4 millions de pesos.

51Notre estimation du chiffre d’affaires de la course française n’est cependant qu’approximative. Il faudrait ajouter à ce chiffre le montant des prises liquidées dans d’autres places que Cadix et soustraire à ce total la valeur des prises jugées légitimes en première instance, mais qui furent finalement déclarées illégitimes en appel ou devant le Tribunal des prises de Paris. Enfin, il faut garder à l’esprit qu’il s’agit d’un chiffre d’affaires brut, dont seule une partie revenait aux armateurs, l’autre étant immobilisée dans le montant de la mise-hors, qui pouvait être totalement perdue lorsque le corsaire était capturé, dans les frais suscités par l’entretien des armements corsaires et dans les frais de liquidation des prises. Il nous fournit cependant un aperçu de la manne financière que représenta la course pour la colonie française de la ville.

52Au moins 68 établissements français furent impliqués, à un moment donné, dans la gestion d’armements corsaires ou seulement intéressés dans leur capital. Leur participation à cette activité varie considérablement d’un cas à l’autre : si près de la moitié d’entre eux n’eurent qu’un rôle périphérique, agissant ponctuellement pour défendre les intérêts d’un ayant droit, fournir une caution, vendre une prise ou contribuer financièrement à l’armement d’un navire, tous les autres ont été au moins une fois armateurs ou consignataires d’un corsaire. En outre, parmi ces derniers, quelques-uns ont été des acteurs majeurs du secteur alors que d’autres n’ont été responsables que dans un petit nombre d’armements, parfois un seul. On peut donc classer les négociants français en 3 catégories en fonction de leur implication dans le secteur : les acteurs majeurs, les acteurs secondaires et les acteurs périphériques.

  • 90 Il s’agit des établissements Teisson et Cie (armateur de 8 corsaires), Jean-Charles Rollier (armat (...)
  • 91 La maison Rivet obtint une commission en guerre et marchandise pour le Mozambique expédié à Marsei (...)
  • 92 Il s’agit de Hippolyte Mordeille, capitaine de navire marchand dans les années 1780, devenu armate (...)
  • 93 C’est le cas de Georges Similier, l’armateur de l’Héraclée, présent à Cadix en 1799 et 1800, de Jo (...)
  • 94 Parmi eux, Étienne Balleras et Charles Moisant, les chefs de 2 maisons appartenant à l’élite de la (...)

53Les établissements Philippe Favar et Cie, Sahuc Guillet et Cie, et Mavit Poque et Cie font incontestablement partie de la première catégorie. Ils ont respectivement armé 13, 14 et 11 corsaires au cours de la décennie et ils ont exercé des fonctions de consignataires pour 5 corsaires armés hors de la place. Les gérants de ces 3 maisons, issus de l’élite de la colonie française, furent en outre des précurseurs dans ce secteur, puisqu’ils se lancèrent dans l’aventure dès 1797. Ils prirent en charge, cette année-là, 11 des 15 armements corsaires français effectués à Cadix. Leur effort se maintint ensuite de façon constante pendant tout le premier conflit contre l’Angleterre et, après la paix d’Amiens, les maisons Sahuc Guillet et Mavit Poque continuèrent de jouer un grand rôle dans le secteur alors que Philippe Favar, retiré à Paris en 1804, liquidait ses affaires. Toujours parmi les acteurs majeurs du secteur, mais à un niveau inférieur, on trouve 13 maisons qui ont armé entre 3 et 8 navires – 52 en tout – et ont exercé par ailleurs de nombreuses responsabilités pour le compte d’armateurs extérieurs à la place ou pour celui d’individus intéressés dans des armements corsaires90. À l’exception de la maison Rey et Brandembourg, qui occupait une position élevée dans la hiérarchie mercantile, il s’agit en général d’établissements modestes disposant de peu de moyens. La course devait donc occuper une place prépondérante, sinon exclusive, au sein de leurs affaires. Les acteurs secondaires de la course française à Cadix sont au nombre de 22. Se trouvent parmi eux quelques vieilles maisons de l’élite de la colonie qui choisirent manifestement de limiter leurs investissements dans le secteur (Rivet, Jugla, et Vienne et Larrue)91. Pour eux, la course ne constitua qu’une branche annexe de leurs négoces. En revanche, la majorité de ces acteurs secondaires appartenaient, dans les années 1780, à la catégorie des petits négociants et des boutiquiers. Simon Boudiguer par exemple, qui devient l’armateur du Tarn en 1799, était autrefois boutiquier. Simon Pemarchand, l’armateur du Démocrate et de l’Anne, n’était pour sa part que commis avant 1791. Jacques Poeyrredon et Charles Filor, boutiquiers, Pierre Lassus et Pierre Lépée, issus respectivement de la troisième et de la quatrième classe de la nation française, et François Sallenave et Fabien Biarrote, qui n’avaient contribué qu’à hauteur de 20 livres tournois lors de la « contribution patriotique » de 1790, se trouvent dans des situations similaires. Pour tous ces individus, la course offrit une opportunité de s’élever dans la hiérarchie mercantile. Les 3 capitaines qui exercèrent les fonctions d’armateur ou de consignataire de navires corsaires peuvent être rattachés au même groupe92. Les 6 derniers armateurs recensés dans ce groupe sont des hommes nouveaux dans le commerce de Cadix. Leur installation en Andalousie fut motivée par l’essor de la course française locale et ils disparurent, le plus souvent, au moment de son déclin93. À la périphérie de ce groupe constitué par les armateurs et consignataires de corsaires gravite, enfin, une nébuleuse d’individus qui bénéficièrent indirectement de la course française gaditane, soit en plaçant des fonds dans des armements, soit en exerçant des fonctions annexes dans le secteur. Trente marchands français se trouvent dans cette situation mais, les sources les concernant étant peu nombreuses, ils étaient certainement davantage. Pierre Bonnecase et Emmanuel Rances, deux négociants installés à Cadix depuis longtemps, d’une part, Michel Carrasquedy, André Gastelu, Pierre Moulia et Cyprien Mourot, d’autre part, ne figurent dans notre liste qu’en qualité d’intéressés dans l’armement corsaire l’Escamoteur. De même, Prudent Delaville, Bernard Liné et Jean Guillaume Serrane n’ont été consignataires de prises qu’une fois chacun alors que Bernard Rover, Bernard Sales et Léonard Mallet se sont seulement portés caution pour des armateurs français de la place. Une dizaine d’autres marchands français apparaissent uniquement comme fondés de pouvoirs d’individus intéressés dans un armement (le plus souvent des membres d’équipage)94. Jean-Pierre Lephaille, notamment, qui a reçu des procurations de 5 personnes différentes, paraît s’être spécialisé dans cette fonction et agit comme une sorte d’agent de recouvrement des intérêts appartenant aux protagonistes, extérieurs à la place, de la course française.

54Pour les maisons constituant l’élite de la colonie française, à l’exception de quatre, la course ne fut donc qu’une activité annexe. En revanche, des dizaines d’établissements, qui exerçaient autrefois le commerce à une petite échelle, trouvèrent dans le métier d’armateur leur principale source de revenus. Par ailleurs, la course attira à Cadix des hommes nouveaux et favorisa l’ascension dans la hiérarchie mercantile de divers boutiquiers, commis et capitaines de navires. On peut donc estimer que, dans les dernières années du xviiie siècle tout du moins, elle fut l’un des principaux facteurs du maintien à Cadix d’une importante colonie marchande française. En outre, elle eut des retombées positives pour l’ensemble des acteurs commerciaux de la place dans la mesure où elle alimenta le marché local en denrées coloniales et en marchandises diverses, à une époque où le blocus britannique perturbait considérablement les liaisons maritimes de la ville.

  • 95 CADN, Cadix, 136PO/197-199.

55Les 3 registres d’adjudications de prises permettent d’apprécier les retombées commerciales de la course française pour le négoce local95. Les 58 navires adjugés à la chancellerie du consulat entre juin 1798 et 1802 furent vendus à très bon marché (60 044 reales de vellón par navire en moyenne) et durent constituer une aubaine pour les armateurs locaux, qui avaient perdu près de 200 bâtiments lors des premières représailles britanniques en 1796 et en 1797. Quant aux cargaisons, elles furent mises en vente dans un contexte de pénurie globalement favorable à l’offre. Les situations diffèrent cependant selon les produits considérés. Les 327 lots de marchandises qui ont été vendus avant la paix d’Amiens se répartissent en 4 catégories : les comestibles, les produits manufacturés, les matières premières et les denrées coloniales. Dans la première, on a recensé 20 lots de céréales (soit, au total, 662 barils de farine, 190 sacs de riz, 430 sacs et 1 500 fanègues de blé), 17 lots de poisson séché (4 250 barils et 13 281 quintaux), 11 lots de vin (648 pipes de vin andalou, 109 barriques et 26 pipes d’eaux-de-vie) et 41 lots de denrées diverses (huile, bière, fromages, viande et légumes secs). Ces denrées ne manquaient pas à Cadix, qui en recevait régulièrement grâce au petit cabotage. Aussi, à l’exception des cargaisons des morutiers britanniques qui se vendirent à des prix élevés, la négociation de ces lots n’eut qu’un impact limité sur le commerce local. Les ventes de produits manufacturés furent également très modestes et ne représentent que 34 lots. Les produits textiles et la quincaillerie, avec respectivement 15 lots et 5 lots, sont étonnamment rares si l’on pense à leur importance dans le commerce maritime européen. Cela peut s’expliquer par l’état de la demande locale : les cargadores étant certainement moins intéressés par ces marchandises qu’ils ne pouvaient plus réexporter aux Indes, les armateurs français devaient donc préférer écouler ce type de cargaisons sur des marchés plus porteurs. Le commerce des matières premières paraît en revanche important. Les produits destinés à la fabrication et à la réparation navale – goudron, cordage, douelles, planches, résine –, notamment, se vendaient bien sur le marché gaditan. C’est cependant dans le domaine des denrées coloniales que l’impact de la course fut le plus significatif. Les 137 lots écoulés se répartissent de la manière suivante (tableau 20).

Tableau 20. — Denrées coloniales adjugées en chancellerie (1798-1802)

Produits Nombre de lots vendus Détail des quantités vendues
Sucre 24 15 909 arrobes, 1 790 caisses, 814 barriques, 78 sacs, 11 balles
Cuirs 22 47 350 unités, 5 tercios
Coton 17 150 arrobes, 763 sacs
Café 11 1 057 sacs, 132 barriques
Tabac 9 412 rouleaux, 111 barriques, 1 022 quintaux
Bois tinctorial 9 5 036 bûches, 600 quintaux
Indigo 6 1 baril, 12 caisses, 225 livres
Cacao 6 1 740 sacs
Rhum 5 69 barriques
Mélasse 3 180 barils
Cochenille 2 207 arrobes
Thé 2 21 caisses
Divers 21 poivre, clous de girofle, muscade, gingembre, tapioca, ipéca, herbes médicinales, cola

Source

CADN, Cadix, 136PO/197-199.

  • 96 Les 207 arrobes de cochenille ne représentent ainsi que 2 % des arrivages officiels de ce produit, (...)

56Les produits caractéristiques de la Carrera de Indias – l’indigo et la cochenille – sont vendus en quantités dérisoires en comparaison des cargaisons qui continuaient d’être déchargées à Cadix par les forceurs de blocus96. Selon toute vraisemblance, les exportateurs créoles privilégiaient toujours le pavillon espagnol pour exporter ce type de produits, ce qui explique que les navires pris par les corsaires français n’en transportaient pas. En revanche, les corsaires français réalisèrent d’importantes saisies de sucre, de coton et de tabac, des denrées produites sur tout le continent américain et transportées par les nombreux navires anglais et neutres effectuant la traversée de l’Atlantique. Il en était de même pour les cuirs qui provenaient essentiellement des provinces de Buenos Aires et de Montevideo, deux régions qui avaient établi des liens commerciaux précoces et étroits avec les négociants des pays neutres. À l’exception du tabac, peu abondant sur le marché gaditan, le commerce de ces produits avait connu un grand essor à Cadix durant les dernières années de la période 1778-1796. À cette époque, toutes les places d’Europe s’adressaient aux négociants gaditans pour s’en procurer et, dans un contexte de pénurie, la course française contribua sans aucun doute à maintenir en activité ces circuits commerciaux. On peut s’en convaincre en comparant les quantités de sucre, de cuirs et de tabac adjugées en chancellerie avec celles importées officiellement durant les années 1798, 1799, 1800 et 1801 (tableau 21).

Tableau 21. — Comparaison entre les quantités de denrées coloniales adjugées en chancellerie et celles importées officiellement à Cadix (1798-1801)

Quantités Sucre (en arrobes) Cuirs (en unité) Tabac (en quintaux)
Adjugées en chancellerie 44 549 47 350 1 022
Importées à Cadix 125 056 101 362 892,5

Sources

CADN, Cadix, 136PO/190-192 ; García-Baquero González, 1972, pp. 141-157.

57Les 44 549 arrobes de sucre adjugées en chancellerie entre 1798 et 1801 représentent plus du tiers des cargaisons déchargées à Cadix par les navires revenant des Indes, alors qu’ont été exclus de ce calcul les 814 barriques, les 78 sacs et les 11 balles que l’on n’a pu convertir en arrobes ; les 47 350 cuirs vendus de la sorte constituent près de 50 % des quantités importées à Cadix. En ce qui concerne le tabac, les cargaisons vendues par les corsaires français dépassent largement celles importées officiellement à Cadix (892,5 quintaux), puisqu’il faut ajouter aux 1 022 quintaux mentionnés ci-dessus 412 « rouleaux » et 111 barriques dont nous ignorons le poids exact.

  • 97 Il s’agit de « Dominique Labaggi » (16 lots), « Marc Anuncio » (11), « Joseph Asapardo » (12), « G (...)
  • 98 CADN, Cadix, 136PO/197, fol. 87.

58Ces quelques exemples prouvent l’importance de la course française dans l’approvisionnement de Cadix pour certains types de produits. Les armateurs de corsaires se plaignent même parfois de la saturation du marché et des bas prix qui leur sont proposés au cours des enchères publiques. Les acheteurs gaditans de ces cargaisons, à condition qu’ils soient parvenus à les réexporter sans difficulté, faisaient donc certainement de bonnes affaires en acquérant ces denrées. Les adjudicataires des lots étant presque toujours mentionnés nominalement dans les procès-verbaux des ventes, il a été possible de mieux cerner ces bénéficiaires indirects de la course française. Un premier groupe d’acheteurs réunit 36 compagnies françaises de Cadix, qui ont acquis 132 des 308 lots pour lesquels l’adjudicataire est nommé. En comparaison, les négociants espagnols et étrangers connus de la place semblent peu intéressés par les ventes aux enchères puisqu’ils n’achètent que 57 lots. Ce chiffre est cependant certainement très en deçà de la réalité car le troisième groupe d’acheteurs, qui représente 119 lots, est composé, selon toute vraisemblance, d’intermédiaires ayant opéré pour le compte de tiers. C’est le cas des 4 courtiers qui, sans mentionner les noms de leurs commettants, déclarent avoir agi en qualité d’intermédiaires. Il en est probablement de même pour 8 autres personnes qui, quoique totalement inconnues sur la place de Cadix, ont réalisé à elles seules 91 transactions97. Il s’agissait selon toute vraisemblance de prête-noms. Naturellement, ils ne mentionnent pas leurs commettants et l’on ne sait s’ils opéraient pour le compte des commerçants espagnols de la place ou pour celui des représentants locaux des propriétaires des cargaisons prises. Il est en revanche certain que cette poignée d’individus, en s’accordant à l’avance sur les prix, contribuait à fausser le bon déroulement des enchères. C’est du moins ce que dénoncent les plaintes adressées au consul par les armateurs français. Dans une lettre datée du 30 août 1799, 6 d’entre eux, constatant la médiocrité des prix auxquels ont été adjugés leurs lots, évoquent « une certaine classe de personnes qui concourent à ces ventes, que ces personnes sont toujours les mêmes et qu’elles se réunissent pour partager le bénéfice des achats que l’une d’elles fait98 ».

59Un dernier secteur du négoce local a bénéficié des retombées de la course française : la banque. En effet, les transactions conclues à la chancellerie du consulat étaient souvent payables en lettres de change sur Paris. Les acquéreurs des lots devaient donc se procurer du papier sur Paris auprès des banquiers locaux. Les armateurs gaditans en avaient également besoin pour payer les honoraires de leurs représentants devant les tribunaux français. De leur côté, les armateurs extérieurs à la place tiraient des lettres sur leurs consignataires pour récupérer le produit de leurs prises. Ces paiements alimentaient donc la circulation des lettres de change dans la place, notamment celle des traites émises ou payables à Paris. Les banquiers français de Cadix, étroitement liés à des maisons parisiennes, étaient certainement les mieux placés pour recouvrer ou fournir ces traites. Certes, ces transactions ne pouvaient leur offrir qu’une maigre compensation, compte tenu des pertes entraînées par l’interruption du commerce des produits coloniaux et des métaux précieux, mais les plus avisés d’entre eux surent saisir cette opportunité et d’autres offertes par le contexte de l’époque pour assurer la pérennité de leurs établissements.

Continuité et réorientation des réseaux bancaires : le temps des arbitrages spéculatifs et de la finance

  • 99 AGI, Consulados, leg. 1757. Dans 177 transactions, 31 établissements français apparaissent en posi (...)
  • 100 Soixante-huit établissements français ont laissé protester au moins une lettre au cours de l’année (...)

60Avant l’expulsion de 1793, les négociants français occupaient de solides positions dans le secteur bancaire, qu’ils retrouvèrent rapidement après la guerre de la Convention. Il n’existe pas pour l’année 1796, pas plus que pour les précédentes, une liste officielle des maisons spécialisées dans le secteur de la banque. Les sources demeurent cependant suffisantes pour repérer les établissements français qui se livraient régulièrement à des opérations bancaires. Les 45 livres de courtiers de l’année 1796, déposés auprès du Tribunal del Consulado, conservent la trace de 356 transactions de lettres de change ayant impliqué au moins un établissement français de la ville99. Par ailleurs, les registres des 30 études notariales de la ville conservent 462 actes dressés à Cadix en 1796, dans lesquels au moins une maison française apparaît en qualité de porteur ou de tiré de la lettre protestée100. Il faut évidemment recouper les informations pour identifier les principaux « négociants-banquiers » de la colonie. Au total, 18 compagnies ont manié 80 % du papier commercial ayant circulé entre les mains des négociants français cette année-là et peuvent être identifiées comme les acteurs importants du secteur (tableau 22).

Tableau 22. — Principaux acteurs français de la circulation des lettres de change à Cadix en 1796 (en nombre de lettres)

Compagnie Donneur des lettres négociées par les courtiers de Cadix Preneur des lettres négociées par les courtiers de Cadix Tiré des lettres protestées à Cadix Porteur des lettres protestées à Cadix Commissionnaire des lettres protestées à Cadix Indiqué des lettres protestées à Cadix Acceptant pour l’honneur des lettres protestées à Cadix
Balleras et Cie 6 1 5 4 2 0 10
Barrère, Dominique 0 12 0 0 0 0 0
Berthon, Jean-Pierre 0 0 11 0 0 0 0
Bidot, Jean-Pierre 17 2 1 3 0 0 0
Christin, Gabriel 0 7 2 5 10 4 1
Covarrubias, Jean-Pierre 23 2 0 4 0 0 0
Delaville et Cie 6 21 28 25 14 0 4
(Jugla) Demellet et Cie 18 9 5 39 48 0 3
Lafforé frères 13 6 0 3 1 0 2
Lousteau et Cie 10 9 1 9 2 0 0
Quentin et Cie (Mallet J.-B.) 0 13 5 4 129 3 0
Rances, Emmanuel 13 2 9 7 0 1 0
Rey et Brandembourg 16 1 78 23 0 0 2
Rivera, Louis de 0 6 14 1 0 0 0
Sahuc Guillet et Cie 1 0 385 21 21 0 0
Sedze, Antoine 0 14 3 0 0 0 0
Ségalas, Jean 6 3 1 26 13 0 7
Vienne et Larrue 12 26 2 26 9 0 4
Total 141 134 550 200 249 8 33
Total obtenu pour l’ensemble de la colonie française 177 200 615 266 326 12 39
Part des 18 principaux acteurs par rapport à l’ensemble de la colonie française (en %) 80 67 83 75 76 67 85

Sources

Élaboration personnelle à partir de AGI, Consulados, liasse 1757 ; AHPC, PN, Cadix, 1796.

  • 101 Dominique Barrère acquiert ainsi près de 200 000 reales en 8 traites sur Hambourg auprès des princ (...)
  • 102 Theodoro Sossima et la compagnie Ricard Bramerel.
  • 103 Antonetti, 1959 ; Zylberberg, 1983.

61Toutes ne méritent pas le titre de « banque ». Ainsi, les établissements de Dominique Barrère, Antoine Sedze, Jean-Pierre Covarrubias, Jean-Pierre Bidot, Louis de Rivera et Jean-Pierre Berthon ne relèvent, par exemple, pas du secteur bancaire, même s’ils se sont montrés actifs sur le marché des changes. Les trois premiers acquièrent régulièrement des lettres de change sur le marché gaditan, certainement pour payer les marchandises qu’ils ont importées101. De même, Jean-Pierre Berthon, qui disparaît de Cadix à l’automne 1796, au moment où il doit honorer une série de traites émises dans des villes manufacturières allemandes, a davantage le profil d’un marchand en difficulté que celui d’un banquier. D’autres maisons méritent, en revanche, pleinement le titre. Les compagnies Jugla Demellet, Vienne et Larrue, Delaville et Ségalas en sont de bons exemples. Elles sont en effet toutes les quatre bien placées dans les métiers les plus emblématiques de l’activité bancaire : le recouvrement des lettres de change (porteur), le service d’acceptation (commissionnaire) et l’acceptation pour l’honneur des lettres demeurées en souffrance sur la place. Cependant, à l’exception de la maison Delaville qui a laissé protester 28 traites, majoritairement émises au printemps 1796 par deux arbitragistes notoires de Livourne et de Gênes102, les trois autres maisons apparaissent très en retrait dans la catégorie des tirés. Cela s’explique par le fait que les maisons de Cadix, contrairement à celles des véritables places bancaires, pratiquaient peu le crédit d’acceptation et se trouvaient donc rarement en situation de laisser protester les traites émises par des clients ayant dépassé les limites du crédit qui leur avaient été ouvertes. Lorsqu’elles apparaissent en qualité de tiré, c’est donc dans le cadre de vastes opérations financières ou spéculatives plutôt que dans celui de la routine bancaire décrite par Michel Zylberberg ou Guy Antonetti à propos des places de Madrid et Paris103. Les 15 traites tirées par Theodoro Sossima sur Prudent Delaville relèvent certainement de telles opérations spéculatives, de même que les centaines de lettres émises sur les maisons Sahuc Guillet et Cie et Rey et Brandembourg, sur lesquelles il convient de revenir car de telles affaires pouvaient se révéler lucratives pour les maisons gaditanes qui acceptaient d’y entrer, en général, comme simples commissionnaires.

  • 104 Voir supra.
  • 105 Bouchary, 1937.
  • 106 La maison parisienne Maupas Guigal a tiré 265 000 reales en 27 traites, la compagnie Lubberts y Ri (...)
  • 107 La justification la plus explicite de leur refus de payer est fournie à l’occasion du protêt des t (...)

62Ces 2 compagnies avaient, comme les précédentes, des activités bancaires routinières. En témoignent les 23 et 21 traites dont elles ont été respectivement chargées d’assurer le recouvrement. Ce qui retient cependant l’attention parmi leurs interventions sur le marché des changes, c’est le grand nombre de traites qu’elles ont laissé protester. Ces traites sont généralement liées à deux types de transactions en net développement durant la période des guerres révolutionnaires et impériales : les arbitrages spéculatifs et les affaires financières. Le premier point a déjà été évoqué à propos des spéculations massives qui eurent lieu sur la livre tournois en 1793104. Bien que ces opérations n’aient pas été propres aux troubles monétaires nés des guerres révolutionnaires, il est certain que les « manieurs d’argent » furent particulièrement actifs à cette époque et que leurs entreprises furent très lucratives105. Aussi, les négociants français de Cadix, comme ceux de tous les autres ports du continent, acceptèrent de prêter leur signature afin de toucher des commissions bancaires. Les 75 traites que la compagnie Rey et Brandembourg a laissé protester, principalement durant le premier trimestre de l’année 1796, en fournissent une preuve indiscutable. Au total, 95 % des 1 325 693 reales tirés sur elle l’ont été dans une place bancaire européenne (Paris, Londres, Amsterdam et Gênes), ce qui constitue un premier indice de l’origine non commerciale du papier qu’elle acceptait. Cette première impression est confirmée par la configuration des opérations : les traites ont été très majoritairement émises par un petit nombre de compagnies puisque 4 des 10 tireurs recensés sont à l’origine à eux seuls de plus de 86 % des sommes concernées106 ; en outre, ces 4 compagnies ont agi dans des laps de temps très courts, parfois en un seul jour. Le rôle de la maison Rey et Brandembourg dans ces opérations est d’ailleurs explicitement rappelé par ses gérants au moment des protêts : ils déclarent à chaque fois n’être que de simples commissionnaires et rejettent l’entière responsabilité du non-paiement des lettres sur les tireurs107. La maison Sahuc Guillet a également pris part à des spéculations comparables, notamment avec la compagnie Lubbert y Dumas de Hambourg qui a tiré sur elle, en une journée, 42 traites d’une valeur totale de 1 151 700 reales, et avec la compagnie Ricard Bramerel de Gênes qui a émis sur elle, à la fin du mois d’octobre, 377 600 reales en 23 traites qui furent négociées dans les plus brefs délais sur les marchés de Gênes, de Livourne et de Barcelone. Aussi importantes soient-elles, ces spéculations apparaissent cependant de modeste envergure quand on les compare au circuit financier dans lequel s’est trouvée impliquée la compagnie Sahuc Guillet dans les premiers mois de l’année.

  • 108 Voir supra.
  • 109 AHPC, PN, Cadix, reg. 1696, fol. 167.
  • 110 CADN, Cadix, 136PO/244, fol. 8, déclaration de Dominique Guillet, 10 mars 1796.
  • 111 AHPC, PN, Cadix, reg. 5790, fol. 163, protêt de non-paiement, 15 avril 1796.

63Parmi les 347 traites qu’elle a laissé protester en 1796, 272 se rapportent en effet à une affaire dirigée, depuis Paris, par le banquier Magon de la Balue. L’origine de l’opération réside dans la volonté du gouvernement français de disposer dans les plus brefs délais des fonds résultant de la vente des prises faites par l’escadre du commandant Richery et conduites à Cadix à l’automne 1795108. À cet effet, le gouvernement français charge le banquier Magon de la Balue d’émettre et de placer, sur les marchés monétaires européens, des traites sur la maison Sahuc Guillet et Cie, à laquelle le consul de France à Cadix, dépositaire du produit des prises, doit remettre les fonds qui permettront de les honorer. Le 12 décembre 1795, Magon de la Balue tire donc, sur la compagnie Sahuc Guillet, 126 traites d’un montant total de 244 472 doublons (7 816 704 reales), à l’ordre d’un prête-nom, la société Declereck et fils. Des copies de ces traites sont aussitôt expédiées aux gérants de la maison Quentin frères et Cie de Cadix pour qu’ils recueillent les acceptations. Le 3 février 1796, à un mois de l’échéance, Dominique Guillet est cependant contraint de laisser protester les traites qui lui sont présentées car « les traites devant servir à leur paiement que lui a remis M. Declereck fils sur le consul de France ont été protestées faute d’acceptation109 ». Dès l’émission des traites cependant, Magon de la Balue avait été averti que les lenteurs éprouvées dans la liquidation des prises ne permettraient pas au consul de disposer des fonds nécessaires au moment de l’échéance. Il avait donc pris d’autres dispositions pour remédier à ce contretemps en faisant appel aux services du marquis d’Iranda, un financier madrilène d’origine française110. Celui-ci devait remettre à la maison Sahuc Guillet 1 100 000 livres tournois en lettres de change sur Cadix afin de lui permettre d’honorer les 146 nouvelles traites, d’une valeur totale de 221 320 doublons (7 082 240 reales), tirées sur elle par Magon de la Balue. Fort de ces garanties, les dirigeants de la compagnie Sahuc Guillet acceptent cette fois-ci les traites, et Magon de la Balue commence donc à les mettre en circulation. Il utilise pour cela les services de divers correspondants résidant dans les principales places bancaires du continent : à Gênes, la compagnie Tansard aîné parvient à placer 38 traites, à Amsterdam, c’est la maison Van den Iven qui en place 33, la maison Langevin de Hambourg en négocie 10, la compagnie Tansard Bodin de Lyon, 5, et, par l’intermédiaire du banquier Louis Jullien, 14 traites sont remises à « la commission des 31 » de Marseille qui les utilise pour payer des cargaisons de blé livrées par deux négociants de la place. Les autres traites sont négociées auprès de banquiers parisiens qui les remettent directement à Cadix pour en obtenir le paiement. À l’échéance des lettres cependant, Dominique Guillet, en dépit des acceptations qu’il avait fournies, est contraint une nouvelle fois de les laisser protester au motif qu’« il n’a pas encore reçu du marquis d’Iranda de Madrid les fonds que ce dernier devait lui remettre pour le paiement de cette opération qui appartient au gouvernement français111 ».

  • 112 Bergeron, 1999 ; Zylberberg, 1993.

64Si cette affaire a encore un caractère exceptionnel en 1796, elle est d’une certaine manière annonciatrice de la tournure qu’allaient prendre les opérations bancaires espagnoles au cours de la période suivante marquée, comme l’ont magistralement exposé Louis Bergeron et Michel Zylberberg, par des spéculations financières de grande envergure liant la banque parisienne, les financiers madrilènes et, dans des positions tout à fait périphériques, les négociants des ports, parmi lesquels on retrouve certains négociants français de Cadix112. En témoigne notamment l’exemple de la compagnie Jugla Demellet qui, après avoir incarné la routine bancaire à laquelle se livraient traditionnellement les maisons françaises spécialisées dans l’émission et le recouvrement des paiements induits par le commerce colonial, réorienta ses réseaux vers les secteurs de la finance pour pallier au tarissement de la circulation cambiaire dans la place.

65Au cours de la période 1797-1807, Jacques Jugla, le principal gérant de la maison Jugla Demellet, a fait protester, par l’intermédiaire du notaire Ramón García de Menenses, 326 lettres de change dont il était chargé d’assurer le recouvrement au moment où elles venaient à échéance et 208 autres dont il devait seulement recueillir l’acceptation. Au total, au cours de ces 11 années, Jacques Jugla a donc fait protester 534 lettres, d’une valeur totale de plus de 10 000 000 reales (les données extraites des 395 protêts dressés sont présentées dans les graphiques 11a et b : Les lettres de change protestées à la demande de la maison Jugla Demellet et Cie [1797-1807]).

Graphique 11a. — Nombre de protêts de lettres de change dressés à la demande de la maison Jugla Demellet et Cie (1797-1807)

Graphique 11a. — Nombre de protêts de lettres de change dressés à la demande de la maison Jugla Demellet et Cie (1797-1807)

Source

Graphique 11b. — Valeur des lettres de change présentées à l’acceptation et au paiement par la maison Jugla Demellet et Cie qui ont été protestées entre 1797 et 1807

Graphique 11b. — Valeur des lettres de change présentées à l’acceptation et au paiement par la maison Jugla Demellet et Cie qui ont été protestées entre 1797 et 1807

Source

Source

Élaboration personnelle à partir de AHPC, PN, Cadix, reg. 4549-4579.

66Le volume des lettres dont il était porteur, à l’exception d’un pic très marqué en 1805, est relativement stable tout au long de la période : chaque année, une vingtaine de lettres en moyenne ont donné lieu à un protêt, et les valeurs en jeu oscillent entre 200 000 et 400 000 reales. En revanche, la courbe des lettres dont il devait recueillir l’acceptation montre une très nette tendance à la hausse. Alors que leur nombre est très faible dans les années 1797-1801 – il n’y a jamais plus de 10 lettres protestées par an, et leur valeur ne dépasse jamais les 100 000 reales –, il augmente brusquement à partir de 1802 (47 lettres et près de 600 000 reales) et, à l’exception de l’année 1804, il se maintient à ce haut niveau au cours des années suivantes. En valeur, le point culminant se situe en 1807 (1 740 000 reales). Au total, si l’on considère l’ensemble des lettres remises à Jacques Jugla, deux périodes se distinguent nettement : avant et après la signature de la paix d’Amiens. Avant 1802, les résultats se caractérisent par leur régularité et leur niveau relativement faible, deux traits qui dénotent une forte continuité avec la période précédente. À partir de 1802, les résultats sont systématiquement très élevés : ils dépassent toujours les 500 000 reales par an. En outre, ils sont beaucoup plus irréguliers comme en témoignent les deux pics de 1805 et 1807. L’année 1802 constitue donc une charnière entre deux périodes qu’il convient d’analyser séparément.

  • 113 Voir infra.

67Durant la première phase du conflit avec l’Angleterre, l’activité bancaire de la compagnie de Jacques Jugla, telle qu’elle nous apparaît dans les protêts, paraît s’inscrire dans le droit fil de ce qu’elle était dans les années 1780 et s’organise principalement autour de deux fonctions : le recouvrement de traites commerciales tirées sur les marchands de la ville et les arbitrages monétaires menés en partenariat avec les négociants des principales places bancaires du continent. En dépit de quelques traites dont l’origine commerciale ne fait guère de doute, le premier poste est très en retrait dans notre échantillon. Les lettres émises dans les places bancaires représentent près des trois quarts des effets remis à Jacques Jugla, et le montant total des lettres dont la valeur est inférieure à 10 000 reales, soit la valeur moyenne des traites utilisées pour des paiements commerciaux, correspond à moins de 10 % de l’ensemble. Il faut cependant se garder de surinterpréter le faible nombre des traites émises en paiement de marchandises exportées car, dans de tels cas, la dette du tiré envers le tireur est effective, et les lettres donnent donc moins souvent lieu à des protêts. Ce sont donc les arbitrages monétaires auxquels participe Jacques Jugla que documente, en premier lieu, notre échantillon. On remarque immédiatement que ceux-ci ne présentent guère d’originalité par rapport à la période précédente et que les correspondants habituels de Jacques Jugla dans ce genre d’affaires sont d’ailleurs souvent ceux avec lesquels il entretenait des relations anciennes113. En dépit du blocus britannique, les pratiques bancaires de Jacques Jugla s’inscrivent donc globalement dans la continuité de la période précédente. Il se peut que la nature du papier utilisé dans les arbitrages évolue, la part des traites correspondant à des paiements commerciaux diminuant au profit d’effets exclusivement bancaires. Mais les circuits d’acheminement des lettres et les principes sur lesquels est fondée leur circulation demeurent inchangés : il s’agit de collecter dans les places bancaires et dans les ports européens les lettres qui sont émises sur Cadix afin d’en assurer le recouvrement.

  • 114 AHPC, PN, Cadix, reg. 4566, fol. 1969 et 1970.

68Après 1802, l’augmentation du nombre des lettres remises à Jacques Jugla, qui ont donné lieu à des protêts, résulte de la combinaison d’au moins trois facteurs : d’une part, avec la paix d’Amiens, la reprise des affaires commerciales réactive les flux de paiement entre Cadix et l’Europe ; d’autre part, la fragilité accrue des milieux négociants européens se traduit par une augmentation des faillites et donc des impayés ; enfin, la place de Cadix se trouve impliquée, pendant et après la paix d’Amiens, dans de vastes opérations monétaires dirigées par les banquiers et les financiers de Paris et Madrid. La reprise d’intenses liaisons commerciales entre Cadix et l’Europe constitue en effet la première cause de l’augmentation des valeurs protestées constatée en 1802, 1803 et 1804. Sur l’ensemble de ces trois années, les lettres remises à Jacques Jugla valant moins de 10 000 reales représentent la moitié des effets qu’il fait protester, et le pourcentage des lettres émises dans les grandes places bancaires européennes recule de 72 % à 53 %. Les deux petites traites, de 1 200 et 2 782 reales, tirées par François Debray d’Amiens sur le négociant gaditan Louis de Rivera et remises à Jacques Jugla le 28 août 1802 par Jacques Récamier constituent deux exemples représentatifs de la réapparition du papier commercial dans les opérations bancaires de Jacques Jugla114. Les spéculations sur les changes ne sont pas non plus absentes, et on constate donc que le recouvrement des créances commerciales et les arbitrages monétaires internationaux demeurent deux des principaux supports de son activité. La masse des effets qu’il fait protester au cours de l’année 1805 révèle cependant qu’une grande partie des affaires qu’il traitait à cette époque provenaient d’horizons nouveaux.

  • 115 Pour des études plus précises sur les questions financières sous l’Empire et notamment sur la cris (...)

69L’augmentation vertigineuse du nombre d’effets protestés à Cadix en 1805 ne peut être interprétée comme une simple réplique de la crise financière qui a frappé l’ensemble des places bancaires européennes à partir de l’automne 1805115. En effet, la répartition des protêts sur l’année laisse apparaître trois vagues successives : une première en janvier-février qui entraîne le non-paiement de 37 traites, une deuxième en juillet-août qui se traduit par le rejet de 34 traites, et une troisième en octobre-novembre au cours de laquelle 30 traites émises durant l’été sont protestées. Plus qu’un événement ponctuel provoquant des protêts en cascade, la cause d’un nombre aussi élevé d’impayés réside donc dans une dégradation d’ensemble du climat des affaires, qui fragilise autant les négociants gaditans que ceux des autres places bancaires du continent. Dans un tel contexte, les négociants au bord de la faillite sont en général contraints de recourir à des expédients coûteux ou risqués pour équilibrer leur trésorerie : le crédit « par circulation » et l’agiotage. Or, les négociants de Cadix comme leurs partenaires de Paris semblent y avoir eu de plus en plus recours au cours de l’année. À Cadix, on relève en effet un nombre inhabituel de protêts mettant en cause la responsabilité du tiré : 12 traites sont protestées en raison de son absence, 15 en raison de son retrait des affaires, dans 14 cas, le tiré mentionne ses difficultés de trésorerie, et dans 3 autres cas, il évoque la suspension de ses paiements. Souvent, cependant, les responsables des protêts gaditans sont des banquiers français : la signature de Jacques Récamier, qui fait faillite à l’automne, et celle de la compagnie Grandin Carcenac ont ainsi fait l’objet de nombreux protêts à Cadix (à hauteur de 170 000 reales pour le premier et de 140 000 reales pour la seconde). L’impression d’ensemble qui se dégage de ces opérations est celle d’une fuite en avant. Les lettres de change émises paraissent rarement fondées sur des opérations commerciales habituelles : si l’on trouve encore un certain nombre de traites émises dans des villes industrielles ou commerciales – 3 à Altona, une à Birmingham, une à Leeds, 2 à Randers, 2 à Saint-Étienne, une à Solingen –, la part des lettres émises à Amsterdam (26), Gênes (5), Hambourg (8), Madrid (10) et Paris (39) remonte à 67 % et celle des lettres d’un montant inférieur à 10 000 reales n’est plus que de 4 %. Les rumeurs qui ont circulé dès l’automne 1804 sur une prochaine reprise des hostilités entre l’Espagne et l’Angleterre, puis le début de la guerre et le climat d’incertitude qui s’ensuivit, ont dû à nouveau favoriser les opérations d’agiotage sur le cours des monnaies. Les traites infondées émises par des banquiers parisiens en difficulté et les acceptations de négociants gaditans au bord de la faillite ont également alimenté les circuits monétaires. Cette vaste circulation de créances douteuses est encore amplifiée par les nombreux effets que les réseaux financiers tirent sur les négociants de la ville.

  • 116 Les traites sont protestées le 8 août et le 24 septembre 1805 (AHPC, PN, Cadix, reg. 4575, fol. 26 (...)
  • 117 AHPC, PN, Cadix, reg. 4575, fol. 3687.
  • 118 Les lettres ont des montants moyens de 150 000 à 180 000 reales de vellón et sont tirées à des éch (...)

70À partir de 1804, en effet, la place de Cadix se trouve impliquée dans de vastes opérations financières dirigées depuis Paris et Madrid. L’historiographie a largement rendu compte de la faillite du « système » mis en œuvre par Jean-Gabriel Ouvrard pour assurer le financement du gouvernement français à partir de ressources, plus ou moins effectives, ponctionnées sur l’Espagne. L’affaire se termina en 1805, par la suspension des « Négociants réunis » et par la crise qui frappa Paris à l’automne. L’apparition de plusieurs protagonistes majeurs de ces opérations parmi les maisons qui remettent du papier à Jacques Jugla constitue un des traits les plus marquants de son activité bancaire révélée par les protêts de la période 1805-1807. Durant l’été 1805, la banque Hogger, chargée par les financiers madrilènes de lever des emprunts sur le marché financier d’Amsterdam, confie en effet à Jacques Jugla le recouvrement de 180 000 reales de traites sur le marquis de la Iglesia116. Le 24 novembre 1805, elle lui remet encore 20 traites tirées sur la maison Ségalas, d’une valeur totale de 666 600 reales, pour qu’il en recueille l’acceptation117. Au début de l’année 1805, le financier parisien Desprez, l’un des principaux acteurs des opérations menées par les « Négociants réunis », charge pour sa part Jacques Jugla du recouvrement de 38 traites tirées sur Cadix dont la valeur totale s’élève à 732 000 reales. Enfin, tout au long de l’année 1807, Jacques Jugla est chargé de présenter à l’acceptation de la maison gaditane Benito de la Piedra y Cia 16 traites d’un montant total de 1 718 928 reales, qui ont toutes été tirées en novembre 1804 par Miguel Sixto Espinosa, le directeur de la Caja de Consolidación, à l’ordre de la société Ouvrard y Vandenberghe de Madrid118.

  • 119 La compagnie a toujours participé à de nombreux arbitrages monétaires mais elle ne figurait pas pa (...)
  • 120 Parmi les 22 compagnies qui lui ont remis, au cours de cette période, des effets à recouvrer à plu (...)
  • 121 C’est surtout au sein de l’internationale protestante, à laquelle Jacques Jugla était intégré, que (...)

71L’identité des protagonistes de ces effets et les valeurs très élevées sur lesquelles ils portent ne laissent aucun doute sur leur origine financière et attestent donc de l’insertion de Jacques Jugla dans les réseaux de la finance européenne. Peut-on pour autant conclure qu’il a réorienté son activité bancaire, voire qu’il est devenu un financier ? Cela paraît excessif, même s’il est vrai que Jacques Jugla était demeuré jusqu’alors largement étranger à de telles opérations119. Les maisons qui lui remettent des effets au cours de la période 1797-1807 appartiennent d’ailleurs souvent aux anciens circuits bancaires européens : la moitié de ses principaux correspondants pour les affaires de banque étaient déjà liés avec lui dans les années 1780, et la majorité de ses nouveaux partenaires sont des maisons de commerce réputées, situées dans les ports méditerranéens et atlantiques120. Son réseau, ébranlé par les bouleversements des années 1790, qui avaient entraîné la disparition de nombre de ses correspondants121, a donc été reconstruit, après 1797, sur les mêmes bases que la période précédente. Les opérations réalisées en partenariat avec les financiers de Madrid et de Paris n’ont eu lieu qu’à partir des années 1804-1805 et n’ont guère été prolongées au-delà. Plutôt que d’une rupture brutale avec ses anciennes pratiques, il convient donc de parler d’une ouverture pragmatique vers de nouveaux horizons.

  • 122 La banque Greffulhe, par exemple, rendait gratuitement ce service à ses clients dans les années 17 (...)

72Selon toute vraisemblance, Jacques Jugla n’intervenait dans les vastes mouvements de fonds liés à l’agiotage, aux opérations de crédit « par circulation », et à la finance qu’en qualité de commissionnaire et, vraisemblablement, il n’engageait ses propres fonds, dans le cadre de comptes à demi d’arbitrage, que dans les réseaux bancaires traditionnels auxquels il était intégré. La masse des affaires relevant de ses nouvelles fonctions est cependant considérable. Elle illustre l’importance qu’ont pu prendre, à la suite de la paix d’Amiens et de sa rupture, les spéculations monétaires et financières au sein de l’activité bancaire d’un négociant de Cadix. Cet exemple soulève cependant deux interrogations que seules des recherches plus amples et des sources plus riches permettraient de résoudre : les gains retirés de ce nouveau type d’affaires suffisaient-ils à compenser le manque à gagner induit par le tarissement des flux de paiements commerciaux liant Cadix et l’Europe ? La maison Jugla Demellet constitue-t-elle un cas singulier dans le monde de la banque française de Cadix ? Il est impossible de se prononcer sur la première question faute de sources comptables probantes. De fait, on ne peut même pas déterminer si le service d’acceptation qu’il a été amené à rendre pour les financiers de Madrid, Paris et Amsterdam faisait l’objet d’une rémunération122. Gageons cependant que ce service entraînait le versement d’une rémunération. Quant à la seconde question, il faudrait disposer d’études similaires sur les compagnies Rivet, Delaville, Ségalas, Vienne et Larrue, Rey et Brandembourg et Quentin pour pouvoir y répondre. Notons cependant que plusieurs de ces établissements apparaissent associés à de telles opérations dans les échantillons de protêts dépouillés pour la période concernée. Il ne serait donc pas surprenant que les autres maisons françaises aient bénéficié des mêmes opportunités que Jacques Jugla.

Les placements dans la dette publique espagnole : vales reales et desamortización

  • 123 Le montant total des emprunts réalisés par la Couronne auprès du Consulado de Cadix entre 1793 et (...)

73Les conflits dans lesquels l’Espagne s’est trouvée engagée dans le dernier quart du xviiie siècle ont plongé la Couronne dans une crise financière d’une ampleur inédite. La première émission des vales reales en 1779 avait ainsi été directement dictée par la participation du pays à la guerre d’Indépendance d’Amérique, et les suivantes, en 1793, 1797 et 1799, le furent par la guerre de la Convention et la guerre contre l’Angleterre. Ce dernier conflit, en raison de sa durée et de la rupture des relations commerciales avec les colonies qu’il provoqua, nécessita cependant des solutions nouvelles. Les dernières émissions de vales reales étant insuffisantes, il fut nécessaire d’emprunter auprès des consulados des villes espagnoles et à l’étranger. En outre, ces émissions successives de vales reales eurent un effet catastrophique sur leur cours et aboutirent finalement, à partir de 1798, à la mise en vente d’une partie des biens du clergé (desamortización de Godoy). Ces différentes opérations financières constituèrent autant d’opportunités de placement pour les négociants de Cadix qui disposaient alors de grandes quantités de fonds inutilisés dans le commerce123. Les marchands français de la ville, sans être réellement en première ligne, ne restèrent pas étrangers à ces investissements.

  • 124 Id., 1987, p. 147 ; García-Baquero González, 1972, p. 155.
  • 125 León Carlos Alvárez Santalo et Antonio García-Baquero González ont totalisé plus de 20 millions de (...)
  • 126 CADN, Cadix, 136PO/251, fol. 77, compulsoire des papiers de la compagnie Hedembaig Lapadu.
  • 127 Voir infra.
  • 128 Les 21 et 25 mars 1806, les gérants de la compagnie écrivent à Jean Hartman de Hirschberg, Frédéri (...)

74Dès les premières émissions de vales reales, les négociants de Cadix s’étaient distingués par l’importance de leurs acquisitions. En dépit de la dévaluation de leur cours à partir de la seconde moitié des années 1790, l’engouement des négociants gaditans pour ces billets, qu’ils utilisaient comme monnaie d’échange dans leur commerce et comme placement, ne se démentit pas. Ils auraient possédé, au début du siècle, entre le quart et le tiers des billets alors en circulation en Espagne124. Les études menées à partir des inventaires après décès des négociants andalous confirment l’importance qu’occupaient alors les vales reales dans leurs patrimoines125. En ce qui concerne les négociants français, les témoignages attestant d’un engouement similaire sont cependant rares. Si, à partir du début des années 1790, il était devenu très difficile de pratiquer le commerce à Cadix sans avoir recours aux vales reales dans les transactions mercantiles courantes, tout indique que les négociants français subissaient cette situation plus qu’ils ne la souhaitaient. Les diverses lettres de change que des négociants français ont fait protester en 1796, parce que les tirés souhaitaient les honorer en vales reales et non en monnaie effective, témoignent de leurs réticences à en recevoir. La correspondance que les gérants de la compagnie Hedembaig Lapadu entretinrent, à l’époque, avec leurs parents et commanditaires vivant à Sallies, fourmille de plaintes concernant la masse des vales reales dont ils se trouvaient « engorgés126 ». Les 8 inventaires de biens consultés pour la période confirment cette impression : 2 seulement mentionnent d’importantes quantités de vales reales parmi les actifs – ceux du courtier Jean-Baptiste Bordas et du négociant retiré des affaires, Jean Binalet – mais dans les 6 autres, la part des vales reales est plutôt faible127. Les bilans de la compagnie Rivet ne les mentionnent pas non plus. Cependant, les gérants de cette dernière en avaient placé de grandes quantités auprès de leurs correspondants allemands et ils se chargeaient de recouvrer le montant des intérêts produits chaque année (4 %), probablement en échange d’une commission128.

  • 129 Voir, par exemple, AHPC, PN, Cadix, reg. 4560, fol. 5512, reg. 46, fol. 386, reg. 5577, fol. 497 e (...)
  • 130 ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, reg. 1.
  • 131 AHPC, PN, Cadix, reg. 4580, fol. 822, protêt, 25 juin 1808.

75Les inventaires après décès renseignent sur le faible niveau des placements à long terme réalisés par les négociants français dans les vales reales. Ils se révèlent en revanche insuffisants pour prendre la mesure des opérations d’agiotage à court terme que ces derniers réalisaient sur des effets dont le cours était soumis à des variations constantes. Les livres de courtiers de 1796 montrent que la participation des négociants français aux spéculations sur les vales reales avait été très limitée, probablement parce que le besoin de liquidités dans le commerce ne leur permettait pas alors d’immobiliser des fonds dans de telles opérations. La dégradation de la conjoncture commerciale dans les années qui suivirent changea cependant la donne. De fait, divers témoignages attestent que les opérations d’agiotage se sont multipliées après 1797. Durant l’hiver 1799-1800 et tout au long de l’année 1800, par exemple, des opérations d’arbitrage international basées sur des achats de vales reales sont évoquées dans les protêts gaditans. Ainsi, alors qu’en 1796, la totalité des lettres de change tirées sur Cadix précisaient que leur paiement devait se faire « en monnaie d’or ou d’argent et non en vales reales », les traites reproduites dans de nombreux protêts établis en 1799 et 1800 sont expressément libellées en vales reales129. Dans certains cas, les négociants de Cadix n’étaient que de simples commissionnaires dans ces opérations. Il leur arrivait cependant aussi d’engager leurs fonds propres. Ainsi, le 22 juillet 1806, les gérants de la compagnie Rivet proposent à leur partenaire bayonnais, la maison Dubrocq et Cie, l’affaire suivante : « il s’agit d’acheter des vales un tiers pour vous deux tiers pour nous […] dans le but de les réaliser lorsque la conclusion de cette paix désirée le rendra convenable à l’intérêt commun. Nous allons chercher à nous en procurer par nos traites sur Paris et Hambourg 40 ou 50 000 réaux en métallique destinés au susdit emploi130 ». Les protêts dressés durant le mois de mai 1808 prouvent également que de nombreux négociants français de Cadix étaient alors directement impliqués dans des spéculations sur le cours des vales reales. Le 26 mars 1808, par exemple, Jean Loustalet prête une valeur en numéraire à Manuel María Nadal en échange de la remise de 10 vales reales de 600 pesos chacun, à l’agio de 45 % – c’est-à-dire à un cours correspondant à 45 % de leur valeur nominale. Le contrat stipule qu’à l’échéance de 3 mois, le négociant espagnol rachètera ses billets au cours du jour. Le jour même, Jean Loustalet endosse le pagaré en faveur d’un tiers, José María Grove, qui le cède à son tour à Jean-Pierre Covarrubias le 8 avril suivant, lequel en est porteur au moment du protêt131. La première transaction correspond donc à un prêt gagé sur des vales reales. Mais elle se double d’une spéculation sur le cours des vales reales, puisque selon qu’ils s’apprécient ou se déprécient durant les 3 mois à courir, le prêteur ou l’emprunteur sera avantagé. Les endossements suivants relèvent également de l’agiotage. Diverses autres opérations de vente à terme de vales reales, dans lesquelles l’agio est fixé à l’avance, impliquent des négociants français. De telles pratiques, dont les auteurs ne pouvaient espérer que des profits très modérés, illustrent les expédients auxquels purent avoir recours les maisons françaises à une époque où la guerre s’éternisait.

  • 132 CADN, Cadix, 136PO/267-268.

76Si les placements réalisés par les négociants français dans la dette espagnole semblent avoir été modestes – et limités à des opérations spéculatives –, ceux effectués dans la dette française demeurent en revanche prisés. En témoignent les procurations octroyées par les Français de Cadix, à la chancellerie du consulat, en faveur de banquiers parisiens pour qu’ils recouvrent les intérêts de leurs rentes. Pour la période 1797-1808, on relève 89 procurations de ce type, émanant de 62 individus – 51 marchands français et 11 parents proches. Dix-neuf autres personnes qui ne figurent pas dans cet échantillon, mais apparaissent dans les 2 registres de certificats de vie conservés pour les périodes 1796-1802 et 1806-1808132, possédaient également des titres de rente français. Au total, au moins 81 titulaires de titres de rente peuvent ainsi être dénombrés au sein de la colonie. Ces rentiers proviennent de tous les milieux sociaux : les négociants issus de l’élite mercantile sont nombreux (Jugla, Magon, Bonneval, Lasserre, Guillet, Béhic, Delaville, Rivet, Mallet…) mais l’on trouve également des individus plus modestes (Pierre Blaye est recensé comme un « individuo del comercio con posada » dans le recensement de 1808, Jacques Bertrand, Pierre Hermil, Théodore Mirmont et Louis Oyon sont des boutiquiers). On distingue aussi dans cette liste un très grand nombre d’individus d’origine française, devenus espagnols par leur naissance ou par naturalisation : José Carlos et Antonio Guillet, Esteban Delabat, Juan Esteban Delotz, Claudio Antonio Jourdan, Fernando Meres, Josef María Victor, Isaac Jogues, Luis Josef Barrère et naturellement Domingo Béhic, tous nés à Cadix, alors qu’Étienne Balleras et François Bordas ont été naturalisés dans les années 1790. Ainsi, même les individus a priori les plus intégrés continuaient d’orienter leurs placements vers la dette française. Simple héritage parental ou réalisme économique ? Faute de connaître les modes d’acquisition de ces titres de rente, il n’est pas possible de répondre à cette question. On peut en revanche constater qu’en matière de placements fonciers, la situation est sensiblement différente puisque les biens vendus dans le cadre de la desamortización de Godoy ont rencontré un réel succès auprès des négociants français de la ville.

  • 133 En témoigne le cas d’Antoine Rouvière. En 1805, il autorise son épouse à vendre les biens qu’il po (...)

77Les procurations enregistrées à la chancellerie du consulat de France à Cadix pour acheter, vendre, prendre possession ou administrer des biens situés en France sont très utiles pour connaître le patrimoine foncier que les marchands français de la ville possédaient de l’autre côté des Pyrénées. Les 51 documents relevés au cours de la période 1797-1808 permettent d’identifier 43 propriétaires de biens-fonds situés en France. Leurs caractéristiques, comme les profils de leurs propriétaires, diffèrent peu par rapport à la période précédente. Toutes les couches de la colonie française sont concernées, et les biens possédés, le plus souvent des maisons urbaines ou des petits domaines agricoles situés dans les localités d’origine des propriétaires, semblent avoir été majoritairement acquis par la voie successorale. Les achats de biens fonciers augmentent cependant : 13 ont été relevés contre seulement 8 pour la période 1778-1796. Les opportunités créées par les ventes des biens nationaux qui ont eu lieu dans les années 1790 expliquent une partie de ces achats. Quelques négociants ont en effet acquis des domaines, ou complété ceux dont ils avaient hérité, dans le cadre de ventes publiques. Ces achats ne sont cependant pas assez nombreux pour que l’on puisse parler d’un véritable engouement envers le marché foncier français. D’ailleurs, les procurations octroyées afin de céder des biens sont encore plus nombreuses que celles ordonnant des acquisitions (15 contre 13). Et toujours plus de marchands français de Cadix choisissent de vendre les biens dont ils ont hérité en France, pour mener des opérations commerciales ou pour faire face à une situation devenue dramatique133. En Espagne, par contre, la situation est très différente : on assiste, parallèlement à la desamortización de Godoy, à une augmentation très marquée du nombre de marchands français possédant des biens-fonds en Andalousie et à l’émergence d’une classe de propriétaires fonciers au sein de la colonie.

  • 134 On trouve des listes de marchands ayant acquis des biens pendant la desamortización de Godoy dans (...)
  • 135 Schmidt, 1990, pp. 255-260.

78Des 37 marchands français, propriétaires de biens en Espagne, identifiés dans les années 1780, 18 étaient encore présents à Cadix après 1796. Les recherches réalisées dans les sources locales et la bibliographie consacrée à la desamortización de Godoy134 permettent d’ajouter à cette liste les noms de 18 autres marchands français devenus propriétaires fonciers en Andalousie après 1796. Au total, si le nombre de propriétaires français de biens-fonds en Andalousie paraît stable d’une époque à l’autre, leur proportion au sein de la colonie française a fortement augmenté. Les ventes des biens ecclésiastiques et l’autorisation de la vente des biens nobiliaires, décrétées en septembre 1798, constituent sans aucun doute le principal facteur de cette évolution. Non seulement, elles libérèrent un marché de la terre jusque-là entravé par les règles de la mainmorte, mais elles offrirent en outre une occasion unique aux porteurs de vales reales de s’en défaire à moindre coût. De fait, sur les 42 achats effectués par les marchands français recensés, la très grande majorité concerne des biens mis aux enchères durant la desamortización de Godoy. Huit marchands français figurent même parmi les acheteurs les plus importants de la période : leurs acquisitions portent sur 10 terres et 21 maisons, situées à Jerez de la Frontera (Bernard Lacosta), à Cadix (François Bordas, Antoine Eymar, Ciprien Recur et Bernard Rover), au Puerto de Santa María (Juan Bautista Binalet et Étienne Meinadier) et à Puerto Real (Nicolas Moreau), le tout pour une somme globale de 2 534 352 reales de vellón135. Cette liste est cependant incomplète. Les protocoles notariaux des années 1800-1802 de l’étude no 19 conservent 8 actes d’achat de maisons à Cadix, non mentionnés par Peer Schmidt, d’un montant total de 1 081 612 reales de vellón. Ces témoignages partiels suggèrent que les marchands français de Cadix ont investi plusieurs millions de reales de vellón dans le marché foncier durant la première décennie du siècle. Des chiffres aussi importants s’expliquent par les conditions de vente extrêmement avantageuses de ces transactions : outre le fait qu’elles pouvaient être acquittées en vales reales – option qui fut unanimement choisie dans les cas connus –, la procédure de la vente aux enchères permit d’acquérir des biens pour un prix inférieur à leur valeur réelle et, dans certains cas, les acquéreurs bénéficièrent même de facilités de paiement.

  • 136 AHPC, PN, Cadix, reg. 4565, fol. 1072, vente de maison, 5 mai 1802.
  • 137 Nous en avons la preuve formelle pour Antoine Eymar et Antoine-Vincent Labraque.

79Quoique partielles, les informations disponibles sur les 12 marchands français, ou d’origine française, qui ont effectué ces acquisitions, permettent d’entrevoir leurs motivations et soulignent une évolution majeure comparée aux achats réalisés dans les années 1780. À l’époque, l’acquisition de biens-fonds répondait à divers objectifs : loisir, logement, naturalisation et, plus rarement, placement. Plusieurs éléments montrent que, dorénavant, c’est cette dernière raison qui prime. Ainsi la localisation des biens a changé : El Puerto de Santa María et Jerez de la Frontera, les deux hauts lieux de la viticulture provinciale, ont largement supplanté les lieux de villégiature traditionnels (Chiclana de la Frontera, la Isla de León). En outre, il semble qu’il faille écarter comme motif à de tels achats la volonté de satisfaire aux critères requis pour obtenir la naturalisation : 8 des 12 acquéreurs sont demeurés français pendant tout leur séjour à Cadix, 2 sont nés à Cadix (Juan Bautista Binalet et José Carlos Guillet), et Étienne Balleras et Bernard Lacosta étaient déjà naturalisés lorsqu’ils ont procédé à leurs achats. Selon toute vraisemblance, ces investissements fonciers ont donc été réalisés à des fins strictement économiques (investissement productif dans le secteur agricole ou placement). Pour François Bordas, déjà à la tête d’un important patrimoine immobilier, pour Nicolas Moreau, qui achète deux maisons à Puerto Real et une troisième à Cadix, et pour Bernard Rover, qui achète deux maisons à Cadix, la nature rentière du placement paraît claire. Jean-Pierre Lannes, pour sa part, revend l’une des deux maisons qu’il a acquises contre une somme en monnaie effective, deux ans plus tard136. Dans ce cas, l’achat immobilier a donc été utilisé pour convertir des vales reales en numéraire sans subir trop de pertes sur le change. Ceux qui n’ont acheté qu’une seule maison à Cadix (Ciprien Récur, Antoine-Vincent Labraque, Jean-Baptiste Bourt et Antoine Eymar) ont certainement dû l’utiliser pour se loger137. Pour Juan Bautista Binalet, Bernard Lacosta et Étienne Meinadier qui achètent des terres dans les terroirs viticoles – 4 terres au Puerto de Santa María et autant à Jerez de la Frontera pour les deux premiers, une seule terre au Puerto de Santa María, mais d’une valeur de 416 000 reales de vellón, pour le troisième –, il s’agit en revanche d’investissements productifs dans un secteur agricole alors en plein essor.

80En France, les placements effectués par les marchands français de Cadix n’ont pas augmenté après 1796. Dans les années 1780, nombre de ces marchands y possédaient déjà de petits biens-fonds, le plus souvent hérités, et ils étaient également nombreux à placer une partie de leurs actifs dans la dette française. En Espagne, en revanche, la situation a sensiblement évolué. Les placements directs dans la dette ont eu peu de succès au sein de la colonie. Par le biais de leurs activités commerciales, les négociants français manipulaient cependant d’importantes quantités de vales reales. Quelques-uns les ont conservés, comme un placement leur assurant un petit revenu sûr, d’autres ont spéculé sur leur cours très changeant, mais les plus avisés sont certainement ceux qui s’en sont servis pour acquérir les propriétés foncières libérées par la desamortización de Godoy. Parmi la dizaine d’acquéreurs identifiés, certains réalisèrent ainsi des investissements conséquents et, pour la première fois, une classe de propriétaires fonciers apparaît au sein de la colonie. Ainsi, à l’image de leurs homologues européens, les négociants français de Cadix semblent avoir su saisir les différentes opportunités de profit que leur offrait la conjoncture belliqueuse. Leur permirent-elles de pallier le manque à gagner enregistré dans le commerce colonial et de prolonger la dynamique d’enrichissement personnel et d’ascension sociale qui les avait portés au xviiie siècle ? Pour répondre à une telle question, un essai de bilan global de la rentabilité des comptoirs français – et non plus un état des lieux sectoriel de leurs activités – s’impose.

Essai de bilan : des profits déclinants ou factices

81Bien que les établissements de commerce français de Cadix aient été créés et développés dans le sillage de la Carrera de Indias, ils n’ont pas disparu après 1797, en dépit de l’interruption du commerce colonial de Cadix. Sur l’ensemble de la période 1797-1808, le nombre d’établissements en activité est en effet stable, les faillites ne sont pas plus nombreuses qu’auparavant, et il n’y a pas non plus d’augmentation significative du nombre de retraits du négoce ou de celui des départs. Mieux, la majeure partie des comptoirs français semblent être parvenus à maintenir un certain niveau d’activité, en recourant pour cela aux diverses stratégies de contournement de la crise qui s’offraient à eux. Peut-on pour autant en conclure que les établissements français ont conservé le niveau de rentabilité qu’ils avaient atteint dans les années 1780 et qu’ils sont finalement demeurés étrangers à la crise, la franchissant sans dommage ? Il faudrait pouvoir, avant de valider un tel constat, s’assurer que les gains obtenus dans les activités alternatives développées par les marchands français ont bien compensé la contraction des échanges coloniaux traditionnels et ont permis de maintenir les niveaux d’enrichissement mis en évidence pour la période précédente. Or, les pièces réunies ici, bien qu’elles n’offrent qu’une vision partielle des choses, ne permettent aucunement de valider une telle assertion et suggèrent plutôt le contraire : selon toute vraisemblance, et à quelques exceptions près, les profits des comptoirs français de Cadix ont décliné pendant la période du blocus britannique, et leurs gérants se sont appauvris.

La compagnie Rivet neveux et Cie : un exemple incontestable de réussite commerciale en temps de crise

82Les bilans laissés par les diverses firmes qui ont couru à Cadix, Gênes ou Marseille sous la raison « Rivet neveux et Compagnie » constituent les seules pièces comptables formelles en notre possession. Incontestablement, ils témoignent du maintien d’une rentabilité satisfaisante, pendant toute la première décennie du xixe siècle, pour cette firme dont les gérants ont su adapter l’organisation et l’activité au nouveau contexte et, surtout, suspendre « à temps » leurs opérations.

  • 138 ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, reg. 2, « Bilan des affaires de Rivet neveux et Cie de Marseille, dep (...)

83À première vue, la nouvelle organisation de la firme Rivet mise en œuvre après 1793 a été bénéfique à ses deux comptoirs. Concernant l’établissement de Gênes et Marseille, l’extrait du compte de profits et pertes relatif à la période allant du 31 mai 1801 au 31 décembre 1803 (31 mois) montre en effet une rentabilité satisfaisante. Dotée d’un capital de 200 000 francs, la compagnie a dégagé 85 316 francs de profit, soit un résultat annuel moyen de 16,25 %138. Pour les périodes antérieures et postérieures, il n’existe pas de document aussi précis. Un tableau récapitulatif des intérêts respectifs de César et Antoine Rivet dans les résultats financiers de la société (tableau 23) permet cependant d’apprécier l’évolution de sa rentabilité durant les 15 premières années du xixe siècle.

Tableau 23. — Participation de César et Antoine Rivet aux résultats de la compagnie Rivet neveux et Cie de Marseille (31 mai 1801 – 31 décembre 1814)

Périodes couvertes par les bilans Bénéfices Pertes
1er bilan (31 mai 1801 – 31 décembre 1803) 24 832,18
2e bilan (1er janvier 1804 – 31 décembre 1806) 18 388,01
3e bilan (1er janvier 1807 – 31 décembre 1809) 4 770,20
4e bilan (1er janvier 1810 – 31 décembre 1810) 19 297,17
5e bilan (1er janvier 1811 – 31 décembre 1811) 6 732,33
6e bilan (1er janvier 1812 – 31 décembre 1813) 13 994,8
7e bilan (1er janvier 1814 – 31 décembre 1814) 469,6
Total 57 683,33 30 799,70
Solde 26 883,63

Source

ACCIM, Fonds Rivet, LIX-58, reg. 2. Ce tableau récapitulatif des intérêts de chacun des deux principaux associés de la compagnie est daté du 21 avril 1815 et ne porte pas de titre.

  • 139 Sur la crise commerciale française de l’année 1810, voir Bergeron, 1999, pp. 293 sqq.

84Sur l’ensemble de la période, la société a été rentable puisque chacun des deux principaux associés de la compagnie s’est vu créditer de 26 883 francs de profit. Étant donné le montant de leur intérêt, 60 000 francs chacun, la rentabilité moyenne de leur investissement apparaît cependant extrêmement réduite : 3,39 % par an. Le taux de profit dégagé durant chaque période est cependant très variable. Les deux années de la paix d’Amiens se traduisent par un résultat nettement positif (16,25 % par an), de même que les deux années qui suivent sa rupture (15,30 % par an). La situation se dégrade ensuite à partir de 1807 et se solde par de petites pertes au cours de l’exercice suivant (1807-1809). Le résultat de l’année 1810 est catastrophique, il entraîne une perte équivalente à près de 30 % du capital investi et annule, en une seule fois, la totalité des profits dégagés entre 1804 et 1806139. Après 1812, la société redevient bénéficiaire et le demeure jusqu’au retour de la paix.

  • 140 Il quitte vraisemblablement Cadix dans le courant de l’été 1808, après avoir octroyé une procurati (...)
  • 141 Ibid.

85En ce qui concerne la firme andalouse, on peut se référer aux 14 bilans conservés des 4 sociétés Rivet qui se sont succédé à Cadix : les 2 premiers, datés de 1793 et 1797, sont des bilans de liquidation de la raison David Rivet et neveux, arrêtée en 1791 ; les 5 suivants, échelonnés entre le 13 mars 1793 et le 30 avril 1804, concernent la société Rivet neveux et Cie qui fut active de 1791 à 1796 ; 3 bilans renseignent sur la société Rivet neveux et Cie, dite « société de 1796 », qui fut dissoute en 1802 ; et, enfin, les 3 derniers bilans rendent compte de l’activité de la « société de 1802 » qui prit la suite de la précédente sous la même raison sociale. Il fut mis un terme à cette dernière compagnie le 31 décembre 1806, et ses actifs furent confiés à une nouvelle société, dite « société de 1807 », dont le rôle se limita certainement à la liquidation des affaires pendantes. Même si Antoine Rivet ne quitta Cadix que durant l’été 1808, à la suite des « événements d’Espagne », la décision de liquider la compagnie avait en effet été prise auparavant, pendant l’été 1806140. L’étude des résultats financiers des deux dernières sociétés actives à Cadix, celle de 1796 et celle de 1802, révèle pourtant que les gérants étaient parvenus à maintenir le haut niveau de rentabilité atteint dans les années 1780, en dépit d’une conjoncture commerciale beaucoup plus difficile. Au moment où « la société de 1796 » fut mise en liquidation, son compte de profits et pertes laissait apparaître un résultat positif de 541 500 reales alors que son capital social s’élevait à 1 120 000 reales, soit un résultat de 48,34 % pour une période de 52 mois (du 1er mars 1796 au 31 juillet 1801). En moyenne annuelle, le taux de profit s’établit donc à 11,15 %, ce qui est très honorable compte tenu du contexte. En outre, au moment de la liquidation, les deux tiers des actifs étaient composés de marchandises (de la cochenille, de l’indigo et du coton principalement), et 105 000 reales avaient d’ores et déjà été distribués aux associés sous la forme de levées : on peut donc estimer que la majeure partie de ces profits ont effectivement été distribués au terme de la liquidation. En ce qui concerne la « société de 1802 », créée le 1er août 1801 et arrêtée le 31 décembre 1806 (soit 65 mois), ses résultats sont tout simplement exceptionnels : avec un capital réduit à 960 000 reales, elle a réalisé 1 941 267 reales de profit, soit un total de 202 % pour l’ensemble de la période et une moyenne annuelle de 37,29 %. La répartition de ce résultat fut cependant très inégale : la totalité de ces profits semblent avoir été dégagés avant le 31 mai 1804, et les deux dernières années se soldèrent par un résultat proche de zéro. C’est à cette époque que dut être prise la décision d’arrêter la compagnie et de liquider ses intérêts. Antoine Rivet resta cependant à Cadix pour procéder à « la réalisation des actifs », dès que « le retour de la paix » le permettrait, et au remboursement de la « mise de fonds, dépôts et bénéfices » des associés141.

86Cette dernière remarque souligne cependant la principale difficulté que suppose l’interprétation de telles pièces comptables : comment être certain que les « profits » inscrits dans le compte de profits et pertes ont été effectifs et bel et bien distribués ? En fait, la question se pose principalement pour les résultats de la « société de 1801 » puisque les avoirs de la « société de 1796 » étaient pour l’essentiel composés de denrées coloniales et qu’ils avaient été répartis entre les actionnaires sous la forme de levées ou de distributions de dividendes. Les choses sont en revanche plus complexes pour la société suivante. Le chiffre de 1 941 267 reales de profit apparaît pour la première fois dans le bilan du 31 mai 1804, et il est reproduit à l’identique dans celui du 31 août 1808. La compagnie n’aurait donc, a priori, obtenu aucun profit, ni subi aucune perte, entre ces deux dates – ce qui est somme toute logique puisqu’elle a cessé son activité. On retrouve ensuite cette somme, augmentée à hauteur de 2 308 547 reales, dans le dernier bilan de la « société de 1802 », établi à Cadix le 31 juillet 1817 par Antonio Pizano, l’associé gaditan de la firme, chargé de sa liquidation après l’expulsion de 1808. Ces 2 300 000 reales inscrits comme profits constituent l’essentiel du passif de la société – aux côtés de 200 000 reales dus à des créanciers nominaux et à un compte « blé en participation » –, mais existent-ils réellement ? Selon toute vraisemblance, la réponse est positive puisque l’on peut suivre l’évolution des actifs recensés en 1804 et leur liquidation effective. Ainsi les 4 millions d’« existances en magasin » se réduisent à 700 000 reales dans le bilan de 1808 et à néant dans celui de 1817, les 1 400 000 recensés en caisse ont évidemment disparu dès le second bilan, et les 3 200 000 reales de créances nominales recensées en 1804 – le poste le plus délicat à réaliser – ont été réduits à 1 800 000 reales en 1808 et 816 622 reales en 1817. À cette dernière date, outre ce dernier montant correspondant aux créances nominales, n’est portée à l’actif qu’une somme de 2 505 969 reales qui est inscrite au débit de la « société de 1807 ». On en déduit donc que les gérants ont alors renoncé à recouvrer les 800 000 reales de créances qu’ils considèrent dorénavant comme nulles et qu’ils ont transféré la totalité des sommes restantes vers la « société de 1807 », dont la seule fonction est vraisemblablement de procéder à la répartition des profits entre les associés qui sont les seuls créanciers de la nouvelle société.

87Ainsi, les sorts à la fois comparables et divergents des antennes de Marseille et de Cadix de la société Rivet livrent plusieurs enseignements sur les possibilités de profit offertes par le négoce européen à l’époque des guerres napoléoniennes. Ils confirment d’abord que les années de la paix d’Amiens furent exceptionnelles pour les négociants européens. Ils montrent ensuite qu’il était également possible de dégager d’importants profits en temps de guerre, puisque les deux comptoirs furent largement bénéficiaires entre 1797 et 1801. Ils prouvent cependant aussi que des pertes considérables pouvaient être enregistrées à cette époque – comme l’atteste le cas du comptoir marseillais en 1810. Et ils nous livrent finalement un utile enseignement : les négociants qui suspendirent leurs opérations « à temps » purent capitaliser leurs gains, alors que ceux qui maintinrent coûte que coûte leur activité s’exposèrent à une mauvaise fortune. C’est vraisemblablement cette dernière situation que vécurent les dizaines de marchands français de Cadix qui, à l’inverse des Rivet, n’avaient pas interrompu à temps leurs affaires et ne sortirent pas indemnes de la période du blocus britannique.

À l’échelle de la colonie, des résultats beaucoup plus décevants

  • 142 AHPC, PN, Cadix, 4560, sf, testament, 10 novembre 1800.
  • 143 AHPC, PN, Cadix, reg. 4601, fol. 807.
  • 144 Zylberberg, 1993, p. 479.
  • 145 Bartolomei, 2012b, pp. 85 et 98.

88Le maintien d’une compagnie en activité à Cadix ne peut être retenu comme un signe suffisant de sa bonne santé financière. Ainsi, si les maisons de banque tenues par Jacques Jugla et Román Larrue continuent d’évoluer au sein de réseaux unissant l’élite des négociants européens et si elles font preuve d’une même longévité, clairement exceptionnelle dans le contexte de l’époque – puisqu’elles sont toutes les deux encore en activité au début des années 1820 –, leurs résultats financiers ne semblent en revanche pas coïncider avec leur situation commerciale. C’est du moins ce que suggèrent les testaments rédigés par deux de leurs gérants. En 1800, Barthélémy Joly, l’un des associés gérants de la maison Jugla Demellet et Cie, déclare en effet que ses intérêts dans la compagnie constituent ses seuls biens et précise que « por las circunstancias no podrá ser de muchas cosas142 ». Román Larrue, de son côté, qui avait apporté 9 500 pesos lors de son mariage en 1770 et avait hérité, au cours de sa vie, de nombreux biens – un vínculo créé par son grand-père maternel, 16 000 livres tournois que lui a léguées son oncle, Pierre Ducourneau, et 39 000 pesos que lui a cédés son ex-associé, Jean Desbarbes –, ne prévoit que des legs très modestes dans le testament qu’il rédige en 1819 : 500 pesos pour son épouse, 500 pesos pour son fils, 200 pesos pour son petit-fils, 150 pesos pour son associé, et 100 pesos pour son commis. Il précise, en outre, que si ces legs dépassent le cinquième de son patrimoine – le seuil maximal autorisé par la loi castillane –, ils devront être réduits en proportion. À cette époque, Román Larrue n’est donc même pas certain de posséder un capital de 7 500 pesos143. Le cas de la maison Delaville est encore plus significatif : tout en demeurant active durant toute la période, cette compagnie réputée être, au début des années 1790, l’une des plus riches du pays voit son crédit se dégrader sur les places européennes. En 1803, Joseph Villart, un négociant français de la place, écrit aux gérants de la banque parisienne Mallet père et fils et Cie à son propos : « Depuis longtemps, on ne reconnaît à cette maison aucun courant d’affaires évidemment fructueuses. Elle se soutient à l’ombre d’un ancien crédit144 ». L’année suivante, le négociant marseillais Pierre Collique, qui lui a confié la gestion d’une affaire délicate – la liquidation d’un navire revenant des Indes orientales, mais qui ne peut franchir le détroit de Gibraltar en raison de la rupture de la paix d’Amiens –, est lui aussi informé de la fragilité de son partenaire gaditan et il est contraint d’envoyer en Andalousie l’un de ses meilleurs agents pour s’assurer « de la solidité des remises » que Delaville lui fera145.

89Le cas de la compagnie de Jean-Pierre Lapadu, demeurée active dans le commerce de Cadix jusqu’au tout début des années 1830, si l’on en croit les guides mercantiles, est encore plus emblématique de ce que peut cacher l’apparente pérennité d’un nom dans le monde négociant. L’inventaire que dresse Antoine-Vincent Ducasse, son neveu et exécuteur testamentaire, en présence du consul de France, est éloquent sur l’état de ses affaires : alors que les bureaux regorgent de papiers, les magasins sont quasiment vides. En effet, outre les effets personnels du défunt, sont recensés dans son bureau et ses appartements une soixantaine de livres de comptes de la compagnie couvrant la période 1766-1829, des créances sur des négociants de la ville d’un montant de 116 047 reales de vellón, 6 reçus de prêts au gouvernement, plusieurs centaines de vales reales valant au total 12 850 pesos, les titres de propriété d’une maison située à San Fernando, et une bibliothèque comprenant 164 livres. En revanche, les magasins donnent une impression de désolation, comme en témoigne la description qu’en fait Antoine-Vincent Ducasse :

  • 146 CADN, Cadix, 136PO/404, « Inventaire après décès des papiers, effets et mobilier trouvés en la mai (...)

Nous sommes descendus dans un magasin au rez-de-chaussée qui contenait les objets suivants : une table ordinaire évaluée à quarante réaux de vellón, une baignoire abîmée par le temps sans valeur, sept caissons contenant divers vieux papiers comme reçus, factures, comptes courants et notes de prix courants et deux vieilles malles sans serrure vides. Nous avons trouvé dans le magasin, jetés pêle et mêle [sic] comme plusieurs portes d’armoire, des morceaux de bois de lit et chaises rompues, lesquels nous ont paru de nulle valeur, un ballot de mouchoirs de Cholet contenant vingt-deux pièces, ensemble sept cent soixante-huit mouchoirs. Plus cinquante-six pièces toiles à robes dites caladares146.

Sa fortune, quoique substantielle en valeur nominale (plus de 400 000 reales de vellón), est en fait essentiellement composée de vales reales dévalués et de créances commerciales difficilement recouvrables. Cet exemple témoigne de la meilleure manière de ce qui semble avoir été la réalité de bien des négociants français de l’époque : de nombreuses compagnies sont demeurées actives au sein du monde négociant, sans obtenir pour autant des résultats à la hauteur de ceux qu’elles avaient connus auparavant, ni peut-être même dégager encore le moindre profit. C’est du moins l’impression générale qui se dégage de l’analyse des fortunes personnelles dont on peut suivre l’évolution.

  • 147 L’acte de dissolution énumère au titre des actifs 513 487 reales en marchandises et 755 941 reales(...)
  • 148 AHPC, PN, Cadix, reg. 4556, fol. 1086.
  • 149 AHPC, PN, Cadix, reg. 3168, fol. 999.
  • 150 Son apport s’élevait à 172 272 pesos lors de son mariage en 1785.
  • 151 AHPC, PN, Cadix, reg. 1703, fol. 370.
  • 152 AHPC, PN, El Puerto de Santa María, reg. 830, fol. 442.
  • 153 AHPC, PN, Cadix, reg. 4539, fol. 499.
  • 154 AHPC, PN, Cadix, reg. 5801, fol. 458.
  • 155 L’inventaire après décès des biens d’Antoine-Vincent Labraque recense 52 913 pesos d’actif et aucu (...)

90Certes, divers témoignages prouvent que le cas des Rivet n’est pas exceptionnel et que d’autres négociants sont également parvenus à traverser sans trop de dommage les difficiles années du blocus maritime. Le compte de liquidation de la compagnie des frères Rivares, dont la dissolution est décidée en 1805, montre un large excédent147. L’étude des patrimoines personnels des marchands français confirme aussi que d’autres fortunes ont résisté à la crise. En 1800, Ferdinand Roger prévoit, dans son testament, un legs de 15 360 pesos à son épouse, qui s’ajoute à la moitié des acquêts réalisés durant leur union, laquelle lui revient de droit148. De même, en 1811, les legs ordonnés par Louis de Rivera prouvent que sa fortune n’a pas été trop malmenée : son testament prévoit 18 900 pesos de dons pieux et la distribution de plus de 16 000 pesos répartis entre ses frères (13 000 pesos en tout), ses parents pauvres (3 000 pesos), ses domestiques et son coiffeur (330 pesos)149. S’il déclare ne pas connaître exactement le montant de son patrimoine, il estime que ces divers legs ne dépasseront pas le seuil légal autorisé. Avec un actif que l’on peut ainsi évaluer à 150 000 pesos, son capital demeurait important même s’il n’avait pas augmenté depuis son mariage150. De même, Jean-Baptiste Mallet, Jean Binalet, Jean-Baptiste Bordas, Antoine et Laurent Eymar laissent des héritages conséquents à leurs héritiers : le patrimoine de Jean-Baptiste Mallet s’élève à 163 000 pesos lors de son décès en 1800, soit le triple de ce qu’il déclarait posséder au moment de son mariage en 1771151 ; la même année, celui de Jean Binalet s’élève à 201 210 pesos (contre 33 000 pesos déclarés lors de son mariage en 1763)152 ; en 1803, celui de Jean-Baptiste Bordas, même une fois prise en compte la dépréciation des vales reales qui constituent l’essentiel de ses avoirs, dépasse les 120 000 pesos153 ; et les deux associés de la maison Eymar, Antoine et Laurent, laissent respectivement 108 000 et 67 000 pesos, en 1806 et 1807154. À une échelle inférieure, Antoine-Vincent Labraque, Jean Bonnemaison et Pierre Prat lèguent des sommes plus modestes, mais non négligeables pour des individus qui appartenaient au monde du petit négoce et de la boutique155. Faute de connaître avec précision les montants que possédaient ces individus au moment où la crise débuta, il est difficile de savoir dans quelle mesure ils se sont enrichis, ou appauvris, pendant cette période.

  • 156 Il ne lui reste plus alors que 2 000 reales de vellón de vaisselle, 3 000 reales de vellón en marc (...)
  • 157 Il possédait 17 000 pesos lors de son mariage à Cadix et ne déclare que 4 200 pesos en 1808 (AHPC, (...)
  • 158 AHPC, PN, El Puerto de Santa María, reg. 865, fol. 422, 30 mai 1808.
  • 159 En 1811, il déclare renoncer à un legs de 2 000 pesos fait en faveur de son épouse dans son testam (...)
  • 160 Thomas de la Gervinais déclare ne posséder aucun bien si ce n’est une rente de 847 francs qu’il lè (...)
  • 161 En 1811, le fils du courtier français Jean Marchant, José Marchant, alors âgé de 39 ans, adresse u (...)
  • 162 Son exécuteur testamentaire, Josef Darhan, déclare qu’il ne possède aucun actif en dehors des vête (...)

91Face à ces exemples de résistance à la crise, les cas avérés de déclassement social sont cependant plus nombreux et ne laissent aucun doute sur les raisons qui ont conduit certains négociants ou certains marchands à régresser dans la hiérarchie des fortunes : tous mettent en cause les malheurs du temps. L’épouse de Joseph Casabona qui se déclare dans la plus grande indigence dans le testament qu’elle rédige en 1800, en vertu du pouvoir dont l’a dotée son mari décédé, met l’infortune du ménage sur le compte de « lo calamitoso del tiempo156 ». Le constat est le même pour Jean Sorhaits, dont le patrimoine a été divisé par trois depuis son mariage et qui évoque les pertes causées par la guerre157, ou encore, pour Jean-Pierre Casaux dont les fonds « han disminuido considerablemente por los atrasos experimentados con el motivo de la guerra158 ». Pierre-Bernard Cabanon, dont la fortune avait beaucoup augmenté à la fin du xviiie siècle, est obligé de renoncer, dans son testament de 1811, à de nombreux legs qu’il avait prévu de faire 10 ans plus tôt159. La situation de Bernard Magon et Thomas de la Gervinais, les deux gérants de la prestigieuse maison Magon Lefer frères et Cie, est encore plus significative. Après avoir déposé le bilan au début du siècle, les deux anciens dirigeants, qui sont demeurés à Cadix, ne semblent plus posséder que quelques titres de rente français et ils acquièrent des charges de courtiers pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles160. Les nombreuses requêtes pour devenir courtier, émanant d’anciens négociants, qui sont adressées au Consulado à l’époque, confirment que leur cas n’est pas unique161. Au début du xixe siècle, la fonction de courtier devient pour les négociants de Cadix ce qu’était pour eux, à la fin du siècle précédent, celle de directeur de compagnie d’assurances : le dernier moyen offert aux négociants ruinés de retrouver une activité dans le négoce. La situation de Ciprien Tanto, qui était devenu courtier en 1804, après avoir beaucoup œuvré dans le secteur de la course à la fin des années 1790, atteste cependant que cette profession n’offrait guère de garantie. Dans un contexte commercial déprimé, elle lui permit à peine de survivre et il mourut dans le plus grand dénuement162.

  • 163 AHPC, PN, Chiclana, reg. 326, fol. 68.
  • 164 L’actif comprend principalement 26 405 reales de vellón de meubles, 123 479 reales de vellón de ma (...)

92Parfois, le déclassement ne se laisse pas voir au premier abord. Cela est notamment dû au décalage pouvant exister entre les niveaux de richesse annoncés en valeur nominale et la réalité de ce que valent effectivement ces fortunes de papier. Le cas de Jean-Pierre Lapadu, évoqué ci-dessus, est à cet égard emblématique. Il en est de même pour Bernard Lassaleta qui consent, en 1813, des avances d’hoirie d’un montant de 10 000 pesos à chacun de ses trois héritiers. Ce sont là des sommes importantes, mais qui sont libellées en vales reales et non en monnaie effective. Quant à la dot de 60 000 reales de vellón, en effectif, qu’il a promise à sa fille lors de son mariage avec un officier militaire, elle n’a été versée qu’à hauteur de 7 500 reales de vellón163. Bernard Lassaleta revendiquait pourtant un patrimoine personnel de 122 750 pesos en effectif 20 ans plus tôt. La trajectoire est la même pour Jean-Mathieu Lacoste, un négociant également arrivé à Cadix au milieu des années 1770, qui n’a que les apparences de la richesse : alors que, en valeur nominale, le total de ses actifs recensés, qui atteint 2 646 085 reales de vellón, dépasse très largement le passif (420 054 reales de vellón), la réalité est en fait très différente puisque les actifs incluent 1 762 350 reales de vellón de créances considérées comme « perdues » ou « mauvaises »164. Au total, sur les 175 794 reales de vellón que reçoit chaque héritier, la part représentée par les actifs liquides n’atteint que 10 % (soit 17 140 reales de vellón, à peine plus de 1 000 pesos). Jean-Mathieu Lacoste, pour sa part, possédait un capital de 20 000 pesos lors de son mariage en 1800. Dans ce cas, il y eut un réel processus de paupérisation de cette famille.

Le déclassement de la colonie française en perspective

  • 165 AGI, Consulados, leg. 891.
  • 166 AHPC, Cadix, reg. 3204, fol. 456.
  • 167 Ibid.
  • 168 AHPC, Cadix, reg. 2624, fol. 189, pouvoir, 3 septembre 1823.
  • 169 AHPC, Cadix, reg. 3935, fol. 573 et reg. 4668, fol. 19.
  • 170 CADN, Cadix, 136PO/251, fol. 50, acte de notoriété, 3 janvier 1819.
  • 171 CADN, Cadix, 136PO/252, fol. 220, procuration, 20 mai 1826.
  • 172 Ramos Santana, 1987 ; Titos Martínez, 1980 ; Ruiz Vélez-Frías, 1977.

93L’adoption d’une perspective plus large, prenant notamment en compte le devenir des héritiers des négociants français qui avaient fait le choix de demeurer dans le négoce de Cadix après 1797, permet de mieux saisir l’ampleur du déclassement qui frappa ces familles. Les cas des familles Delaville et Magon fournissent probablement, là encore, les meilleurs exemples de ce qu’il advint aux héritiers des familles déclassées de Cadix. Parmi les héritiers de Prudent Delaville, aucun ne parvint en effet à retrouver le niveau de fortune de leur père, qui possédait en 1792, au moment de sa naturalisation, « un caudal tan quantioso que se reputa por el más opulento del país165 ». Son fils aîné, Juan Francisco, qui était né en 1777, demeura sans discontinuer à Cadix et exerça le métier de négociant, d’abord aux côtés de son père, puis seul, après son décès en 1811. Dans le testament qu’il fait dresser à Cadix le 12 avril 1829, deux semaines avant de mourir, il précise que son patrimoine se limite aux intérêts qu’il possède dans la succession de sa mère, dont la liquidation demeure pendante de celle de la maison de commerce de Prudent Delaville père et fils, en liquidation depuis des années166. Dix-huit ans après la mort de son père, Juan Francisco n’était donc toujours pas en mesure de savoir s’il retirerait quelque chose de l’immense fortune familiale que ses parents avaient constituée à la fin du siècle précédent. La situation de ses sœurs, qui avaient pourtant fait de beaux mariages, ne témoigne pas non plus d’une quelconque aisance. Juana María, par exemple, avait épousé un prestigieux négociant français de Málaga, Antoine Manescau, mais ce dernier fit faillite en 1814, après s’être installé à Cadix167. Josefa, pour sa part, s’était remariée en 1806, après le décès de son premier mari (le négociant irlandais Juan Robert), avec un aristocrate espagnol, Josef María Beyens y Beyens « conde de Villamar »168. Ce dernier portait un titre prestigieux mais il ne semble pas avoir été riche. En 1849, leur fils aîné, Felix Beyens y Delaville, qui se déclare dans son testament « secretaría de SM », mentionne n’avoir apporté aucun fonds lors de son mariage et n’avoir reçu aucune dot à cette occasion. Vingt-cinq ans plus tard, dans un second testament, il se définit comme propriétaire et ne mentionne comme capital que les 85 000 reales de biens-fonds que son épouse a reçus par héritage169. Leurs deux fils, qui ont alors quitté Cadix « por sus carreras », ne sont pas démunis puisque l’un est avocat et l’autre, ingénieur. C’est cependant par leurs capacités propres, et non grâce à la fortune de leur arrière-grand-père, qu’ils sont parvenus à conserver une place au sein de la bourgeoisie espagnole. La similitude entre cette trajectoire familiale et celle des héritiers de Bernard Magon ne manque pas de surprendre. Ce dernier, qui avait terminé sa carrière comme simple courtier, ne laissa aucun capital significatif à ses héritiers. Ses deux fils, Josef María et Bernardo María, commencèrent donc tous les deux leur carrière au bas de l’échelle sociale. Le premier avait 31 ans en 1819 et il vivait à Madrid où il était « employé à la comptabilité des affaires de Monsieur le duc de Hijos170 ». Le second, qui avait 10 ans de moins, demeura au Puerto de Santa María et exerça les fonctions de « commis-négociant » pendant au moins une dizaine d’années171. Selon toute vraisemblance, ces quelques exemples ne sont pas singuliers, et les autres héritiers connus, qu’ils soient demeurés dans le négoce de Cadix ou aient opté pour des carrières dans les ordres ou dans l’armée, n’eurent pas des vies plus faciles. En définitive, un seul nom issu de la colonie française émerge de la bibliographie consacrée aux élites gaditanes du xixe siècle : celui de Juan Pedro Muchada172. Ce fils d’un modeste négociant français traversa en effet la période sans faillir et mena, en parallèle de ses affaires, une belle carrière politique puisqu’il fut regidor entre 1837 et 1841 et député de la ville aux Cortes.

  • 173 Hourcade, inédit.
  • 174 AHPC, PN, Cadix, reg. 4566, fol. 1947.
  • 175 Annuaire général du commerce et de l’industrie.

94Par opposition à ces exemples de déclassés, les trajectoires des membres de la colonie française, ou de leurs héritiers, qui avaient quitté Cadix avant le naufrage de son commerce colonial, paraissent avoir été plus heureuses. Une vingtaine d’entre eux ont pu être localisés dans les guides mercantiles ou les sources notariales. Leurs trajectoires ne brillent pas par leur originalité : soit ils apparaissent comme « retirés du négoce », soit comme négociants ; et, le plus souvent, ils sont retournés vivre dans les régions dont ils étaient issus. Là encore, il n’est cependant pas possible de déduire leur situation commerciale d’une simple mention dans un almanach, et il est donc difficile de se prononcer sur leur réussite ou leur échec. Quelques exemples mieux connus prouvent cependant qu’il fut possible d’avoir une vie commerciale fructueuse dans le négoce européen « après Cadix ». C’est le cas de César Rivet et de ses héritiers qui contribuèrent à la renaissance commerciale de Marseille sous la Restauration, avant de devenir de véritables notables sous le Second Empire173. Les descendants de Pierre-Bernard Cabanon connurent, pour leur part, un sort similaire à Rouen. Bernardo, le fils de ce modeste courtier de Cadix, quitta en effet l’Andalousie pour s’installer à Rouen en 1792, et il y prospéra. En 1802, son père se flattait de le voir diriger « una Casa de comercio de las más acreditadas174 ». Cinquante ans plus tard, la maison de commerce qu’il avait fondée avait encore pignon sur rue, et sa pérennité était assurée puisqu’on relève l’existence à Rouen, dans un guide mercantile de 1841, d’une compagnie intitulée Bernard Cabanon et fils, et, au Havre, d’une autre intitulée Boom frères, que dirigeaient Renato et Sebastián Boom, deux autres petits-fils de Pierre-Bernard Cabanon, qui avaient quitté Cadix dans les premières décennies du siècle175.

  • 176 Maldonado Rosso, 1988 ; Lignon-Darmaillac, 2004.
  • 177 Ramos Santana, 1987, p. 49.
  • 178 Ibid., p. 50.
  • 179 Ibid., p. 110.
  • 180 Ibid., p. 102.
  • 181 Ibid., p. 93.
  • 182 CADN, Cadix, 136PO/392, « Recensement des Français résidant dans la circonscription consulaire de (...)

95Notons enfin, avant de conclure, que plusieurs familles françaises surent tirer parti du renouveau commercial que connurent le port et la province de Cadix dans le deuxième tiers du xixe siècle. C’est évidemment le cas des négociants qui prospérèrent après avoir investi dans le vignoble de Jerez de la Frontera, alors en plein essor. Mais si l’on retrouve la trace d’une dizaine de patronymes français parmi les propriétaires terriens qui produisaient les vins de Jerez de la Frontera au xixe siècle (Domecq, Beigbeder, Pemartin, Haurie, Lacosta, Lagarde, Binalet, Dastis et Soles), les deux seuls qui parvinrent à fonder des dynasties réellement renommées – Pierre Domecq et Pierre Beigbeder – étaient complètement étrangers à la colonie française de Cadix176. De la même façon, les 4 grandes familles françaises qui se firent un nom dans le négoce gaditan des décennies prospères du milieu du siècle – Sicre, Conte, Badel et Lacave – n’avaient aucun lien avec la génération des négociants qui étaient arrivés à Cadix à l’époque du comercio libre et qui avaient été frappés de plein fouet par le déclin de son commerce colonial. Ainsi, Antoine Sicre, arrivé en 1822, fut l’un des principaux agents maritimes français de la ville durant les années 1820 et 1830 et il participa activement, avec son frère François-Louis, à la création de plusieurs des grandes sociétés anonymes qui dominèrent le capitalisme gaditan dans la seconde moitié du siècle. En 1847, François-Louis est l’un des directeurs d’une société de navires à vapeur dénommée La Hispano Cubana, Sociedad Mercantil Marítima de los Señores Sicre, García y Cía, qui disposait d’un capital de 400 millions de reales et qui assurait des liaisons avec La Havane, Gênes, Le Havre et Séville177. Quant à Antoine Sicre, il possédait 500 actions de la Compañía Española de Navigación, une autre société maritime dotée de 40 millions de reales de capital, qui fut fondée en 1861178. Les deux fils d’Antoine, Louis-Antoine et Antoine, qui étaient nés à Cadix et étaient immatriculés auprès du consulat de France, assurèrent ensuite la relève. Ils figurent également parmi les actionnaires de 4 des 12 grandes sociétés bancaires qui furent fondées à Cadix dans la seconde moitié du siècle179. Le parcours d’Auguste Conte, originaire du Béarn, est très similaire. Il arrive à Cadix en 1821 et il est vite rejoint par des parents (Pierre-Joseph et Auguste-Honoré). Comme Antoine Sicre, il possède 500 actions dans le capital de la Compañía Española de Navigación et, comme ce dernier, il investit massivement dans le secteur bancaire : il est actionnaire de 5 sociétés fondées à Cadix. Ses fils François-Auguste et Joseph-Marie Conte, également immatriculés au consulat de France, furent même directeur et secrétaire du Crédito Comercial de Cádiz, une banque fondée en 1860180. Bernard Badel fut, pour sa part, l’un des 9 fondateurs du Banco de Cádiz en 1846, institution à laquelle il avait apporté un capital de 1 111 111 reales de vellón181. Quant à Pierre Lacave, qui est recensé comme « négociant en vins et bois du Nord, banquier » dans le recensement consulaire de 1891, il est également le descendant d’une famille qui s’était installée à Cadix au xixe siècle, et non pendant la période précédente182.

96Ainsi, si des Français parvinrent encore à se faire un nom dans le négoce gaditan du xixe siècle, aucun d’entre eux n’était l’héritier de l’une des familles qui avaient prospéré au siècle précédent dans le commerce colonial de la ville. En dépit des richesses et des savoir-faire qu’elles avaient accumulés à l’époque du comercio libre et des stratégies de contournement de la crise qu’elles mirent en œuvre après 1797, aucune des familles qui avaient fait le choix de demeurer à Cadix ne semble donc être parvenue à surmonter le naufrage de la Carrera de Indias.

Conclusion

97Le fait que des dizaines de comptoirs français aient continué d’être actifs dans le négoce de Cadix à l’époque du blocus maritime ne signifie pas que les affaires demeurèrent fructueuses. S’il s’avère difficile de tirer des conclusions fermes à partir de la vingtaine d’exemples reconstitués, l’impression d’ensemble est cependant que, derrière l’apparente stabilité du monde négociant qui caractérise la période 1796-1808, les fortunes paraissent avoir souffert de la crise. Certes, dans quelques cas, apparemment isolés, des profits ont continué à être dégagés avec régularité, du moins jusqu’à la rupture de la paix d’Amiens. Le plus souvent cependant, les patrimoines sont demeurés au niveau qu’ils avaient atteint en 1796 ou ont été engloutis sous le flot des mauvaises créances et de la dépréciation des vales reales. Ainsi s’est trouvé enrayé, voire inversé, le processus d’accumulation du capital qui avait caractérisé la période précédente.

98Pourtant, dans leur très grande majorité, les marchands français ont fait le choix de demeurer à Cadix et n’en sont partis qu’en 1808, sous la contrainte. Pourquoi ces hommes réputés rationnels et âpres au gain n’avaient-ils pas quitté Cadix plus tôt ? Pourquoi sont-ils demeurés dans une place qui les appauvrissait et entraînait leur déclassement ? Pourquoi ne rentrèrent-ils pas en France pour y finir leur carrière, ou leur vie, dans des conditions qui ne pouvaient être que meilleures que celles qu’ils connaissaient à Cadix ? Pour répondre à ces questions, il convient d’explorer ce qui attachait réellement – si ce n’est la recherche de l’enrichissement – les négociants français à Cadix et de se demander donc, en premier lieu, s’ils ne restèrent pas en Andalousie parce qu’ils y avaient fondé des familles, s’étaient intégrés à sa société locale et avaient finalement définitivement rompu tous liens avec leur pays d’origine.

Notes

1 Marzagalli, 2008b ; Pétré-Grenouilleau, 1997.

2 Carrière, 1973, pp. 111 sqq.

3 Butel, 1974 ; Meyer, 1969.

4 Pétré-Grenouilleau, 1996 ; Marzagalli, 1999 ; Gardey, 2009.

5 Ainsi l’analyse de la « décadence » de Cadix, proposée par Antonio García-Baquero González dans Comercio colonial y guerras revolucionarias (1972), continue de faire autorité encore aujourd’hui (voir, par exemple, Bustos Rodríguez, 2005, pp. 497 sqq.).

6 On relève parmi eux 13 navires marocains, 2 génois, 1 américain et 1 danois (Parte oficial de la Vigía de Cádiz, no 1, 8 janvier 1798).

7 Le nombre de navires consignés aux maisons françaises est de 13 en 1801, 20 en 1805, 11 en 1806, 9 en 1807 et seulement 4 en 1808.

8 La répartition est la suivante : la maison de Bernard Lacosta reçoit 6 navires, les maisons Ségalas Lovato Hemas et Pierre Beigbeder et Cie, 2 chacune, et les maisons Quentin frères, Haurie et Cie, et Lafforé frères, 1 chacune.

9 Juan Baudrix, Juan Delotz et Román Larrue y Vienne, qui sont tous trois des jenízaros, ont accueilli 3 navires, les négociants naturalisés Jean-Pierre de Irigoyen, Louis de Rivera et Raymond Lafforé en ont reçu 4, et le dernier navire a été consigné à la compagnie Covarrubias et Tonnies que l’on suppose être dotée d’une licence spéciale.

10 Près de 70 % des 216 navires ont été consignés à 11 établissements français, parmi lesquels on trouve exclusivement des établissements qui étaient déjà installés et actifs dans le secteur dans les années 1780 : Jugla Demellet (21 navires), Ségalas Lovato Hemas (21), Bernard Lacosta (21), Lafforé frères (15), Rey et Brandembourg (14), Vienne et Larrue (14), Quentin frères (12), Delaville père et fils (8), Louis de Rivera (8), Étienne Balleras (7) et François Bordas (7).

11 Viennent ensuite les compagnies Vienne et Larrue (7 navires), Jugla Demellet (7), Philippe Favar (6), Sahuc Guillet (5) et Emmanuel Rances (5). En revanche, les compagnies Delaville, Balleras, Lafforé, Rey et Brandembourg, Rivera et Bordas qui s’étaient toutes distinguées pendant la paix d’Amiens reçoivent toutes moins de 5 navires durant les années de conflit.

12 Avec seulement 19 navires, le pavillon français disparaît quasiment dans le port de Cadix à l’époque du blocus.

13 Rappelons que durant les années 1797, 1798, 1799, 1801, 1805, 1806 et 1807, le port de Cadix a accueilli 232 navires danois et 92 navires suédois, ce qui signifie que les maisons françaises n’ont accueilli respectivement que 1 et 2 % des navires arborant ces pavillons. Et, en dépit du rôle important de la maison de Bernard Lacosta, les maisons françaises n’ont accueilli que 4 % des navires américains.

14 Bartolomei, 2012c.

15 Maule, De Cádiz y su comercio, p. 69.

16 Ibid.

17 Solís, 2000, pp. 142-143.

18 Les deux compagnies qui ont encore des directeurs d’origine française à leur tête sont dirigées, d’une part, par la société « Mercy et Lacaze » et, d’autre part, par Domingo Béhic et Servais Millet. La première compte 11 actionnaires français (AHPC, PN, Cadix, reg. 4546, fol. 92), alors que la seconde en compte 15. Cette dernière avait repris son activité en 1796, avant de se déclarer en cessation de paiement en 1798 (AGI, Consulados, leg. 522).

19 Solís, 2000, p. 142.

20 Une seule traite de 6 849 reales émise à Sedan semble correspondre à un paiement commercial (AHPC, PN, Cadix, reg. 4581, fol. 954).

21 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 836, courrier du 15 février 1803.

22 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 836, courrier du 24 février 1804.

23 « Il n’y a aucune occasion de navire pour votre port » (ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 836, courrier du 15 janvier 1805).

24 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 836, courrier du 15 mars 1805.

25 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 836, courrier du 5 juillet 1805.

26 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 836, courrier du 22 novembre 1805.

27 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 836, courrier du 9 décembre 1806.

28 ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, reg. 1, « Registre de la correspondance active de Rivet et neveux de Cadix (1806-1807) ».

29 ACCIM, Fonds Solier, LXIX-05, reg. 2, « Registre de la correspondance active de la maison Solier (1798-1819) ».

30 ACCIM, Fonds Chauvet, LXIX-62, reg. 10 et 11, « Registre de la correspondance active de la maison Chauvet (1793-1794 et 1797-1799) ».

31 ADR, Fonds Guérin, 4 J, liasse 384, « Correspondance passive de Cadix (1792-1810) ».

32 Voir supra.

33 L’histoire de la compagnie peut être reconstituée grâce à deux documents qui offrent une vision précise de son fonctionnement : l’inventaire dressé à la suite du décès de Jean-François Demeure, survenu à Cadix en 1804 (CADN, État civil, Cadix, reg. 1, 11 août 1804), et la déclaration déposée par Pierre Demeure, l’un de ses fils, en 1809, devant la commission chargée d’indemniser les victimes de la « révolution d’Espagne » (AN, F12, 1831-1832, 29 juin 1809).

34 La faillite de la maison parisienne survient quelques mois après que les relations entre la France et l’Espagne ont été interrompues, ce qui corrobore ce témoignage.

35 AHPC, PN, Cadix, reg. 449, fol. 31, testament, 15 janvier 1820.

36 Le comptoir de Mogador courait sous la raison Constant et Cie et avait été fondé en 1776 (Dermigny, 1959-1960, p. 36).

37 D’après les livres de courtiers de l’année 1796, la compagnie se situait parmi les premières tant pour le commerce des lettres de change que pour celui des marchandises (Carrasco González, 1999, pp. 132-142).

38 En témoignent la procuration que François Demellet octroie en décembre 1796 à son correspondant de Gibraltar pour faire valoir son statut de neutre et obtenir la restitution des 692 caisses de sucre chargées sur un navire danois destiné à Gênes et intercepté par des corsaires britanniques (AHPC, PN, Cadix, reg. 45483, fol. 481, 22 décembre 1796), ou encore la trajectoire suivie par les 161 sacs de coton appartenant à Jacques Jugla retenus à la douane de Badajoz durant l’été 1808 : ils avaient été achetés à Lisbonne et devaient être acheminés à Bayonne par la voie de terre (AHPC, PN, Cadix, reg. 4581, fol. 1280, 20 octobre 1808).

39 AGI, Consulados, leg. 1757.

40 Parmi les navires consignés à la compagnie, 2 proviennent de Mogador en 1803, 2 d’Oran en 1804, 1 de Tanger en 1806 et 2 de Salé en 1807. En outre, 2 navires provenant de Gibraltar et Tarifa en 1802 et 1805, l’un chargé de cire et l’autre de blé, venaient également, selon toute vraisemblance, d’Afrique du Nord (Parte oficial de la Vigía de Cádiz, 1798-1808).

41 CADN, Cadix, 248-368, déclaration et enregistrement d’un procès-verbal d’expertise, 12 août 1805.

42 Voir le document 6 en annexe de cet ouvrage.

43 Voir supra.

44 ACCIM, Fonds Rivet LXIX-58, reg. 5, « Registre de correspondance de la maison Rivet neveux et Cie de Marseille (1800-1801) » et reg. 1, « Registre de correspondance de la maison Rivet neveux et Cie de Cadix (1806-1807) ».

45 ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, reg. 5, courrier à Falconnet Gibbs et Cie de Naples, 1er juin 1801.

46 Sont notamment évoqués dans la correspondance l’achat de 3 000 caisses de savon de La Canée, celui de 1 500 quintaux de laine de Tunis, et un projet d’acquisition de safran à Livourne.

47 AGI, Consulados, leg. 891.

48 AHPC, PN, El Puerto de Santa María, reg. 830, fol. 442, partición, 24 avril 1801.

49 AHPC, PN, Cadix, reg. 2600, fol. 482, testamento hecho en virtud de poder, 10 mars 1803.

50 AHN, Concejos, leg. 20 246, ca. 2, exp. 3, 5 août 1799.

51 AGI, Consulados, leg. 503.

52 Bernard Landestoy, Bernard Lacosta, Jaime Fourrat, Raymond Lafforé, Louis Boudon, Román Larrue y Vienne, Jean Millade, Jean-Louis Castera, Jean Ségalas, Guillaume Tanto, Félix Lafitte, Jean-Pierre Covarrubias et François Lagarde.

53 AGI, Consulados, leg. 522.

54 AN, F12, reg. 1831-1832.

55 AHPC, Hacienda, lib. 49, fol. 133.

56 CADN, Cadix, 136PO/245, fol. 226, 17 février 1800.

57 AHPC, PN, Cadix, reg. 4581, fol. 1280, 20 octobre 1808.

58 Carrière, 1973, pp. 465-566.

59 Bergeron, 1999 ; Lespagnol, 1996 ; Pétré-Grenouilleau, 1996 ; Marzagalli, 1999.

60 Carrière, 1973, pp. 526 et 531.

61 À Livourne, sur 17 comptes d’armements corsaires liquidés sous l’Empire, 5 se sont soldés par des pertes, 4 par des gains modestes (moins de 20 000 francs), 3 par des gains moyens situés entre 20 000 et 100 000 francs et les 5 derniers dépassent les 100 000 francs (Marzagalli, 1999, pp. 289 sqq.). André Lespagnol souligne la rentabilité aléatoire des armements corsaires et emploie l’expression de « loterie corsaire » pour désigner les résultats obtenus par les armateurs, certains enregistrant des pertes, la majorité de maigres bénéfices et un petit nombre réalisant des profits spectaculaires (1995, pp. 143 sqq.). Il conclut cependant son étude de la course malouine à l’époque de Louis XIV en constatant que la course a été un « efficace moteur d’accumulation » (1996, p. 401). Pour La Rochelle, Jacques Perret détaille les comptes de deux armements de la période révolutionnaire et impériale, qui ont laissé respectivement 1 400 000 et 735 995 francs, et parle d’une manière générale des « honorables profits » de la course (2012, pp. 222, 249 et 250).

62 AHPC, Cadix, Escribania de Marina, reg. 5910 et 5911.

63 AGI, Consulados, leg. 1757.

64 Retenons, pour comparaison, que Silvia Marzagalli a dénombré 209 armements corsaires à Bordeaux pour la période 1793-1814 (1999, p. 113). Patrick Crowhurst a, pour sa part, recensé 220 corsaires armés à Dunkerque entre 1793 et 1801, 143 à Saint-Malo, 132 à Nantes, 95 à Boulogne, 91 à Bordeaux et 33 à Marseille (1989).

65 Sept l’ont été à Marseille, 5 à Bordeaux et Málaga, 3 à Nice et Sanlúcar de Barrameda, 2 à Bayonne, 1 à La Rochelle, Santa Cruz de Tenerife et Tanger. Les 10 autres ne nous sont pas connus.

66 Constatant un phénomène similaire à Bordeaux, Marzagalli l’explique par la création, en 1800, du Tribunal des prises de Paris en 1800. Celui-ci, en instaurant un traitement impartial des litiges relatifs aux prises neutres, aurait provoqué une nette diminution du rendement financier de la course française (1999, p. 113).

67 Ainsi, le navire le Magicien armé le 20 août 1800 par Guillaume Rey n’a coûté que 41 900 reales de vellón auxquels il faut cependant ajouter 25 010 reales de vellón pour le doublage de la coque (CADN, Cadix, 136PO/379-380, compte d’armement du Magicien, 20 août 1800). En ce qui concerne l’Éclair, armé en 1800 par Guillaume Rey, le rapport entre le coût du navire et celui du doublage est le même puisque le premier s’élève à 96 000 reales de vellón et le second à 57 975 reales de vellón (ibid., compte d’armement de l’Éclair, 12 août 1800).

68 Le coût d’acquisition de l’artillerie et des munitions s’élève, par exemple, à 25 467 reales de vellón pour l’Éclair, soit le quart du prix du navire (ibid.).

69 Le nombre moyen de personnes embarquées sur les corsaires armés à Cadix s’élève en effet à 51.

70 Meyer, 1969, p. 155.

71 À la fin des années 1790, le montant de la caution exigée est de 200 000 reales de vellón pour les navires armés en Espagne (voir, par exemple, CADN, Cadix, 136PO/245, sf., 5 août 1800). Dans les années suivantes, son montant est porté à 37 000 francs, soit l’équivalent de 289 000 reales de vellón (CADN, Cadix, 136PO/192, lettre de marque de l’Entreprenant, 12 juillet 1805).

72 CADN, Cadix, 136PO/379-380, compte d’armement du Déterminé, 1er avril 1801.

73 CADN, Cadix, 136PO/379-380, compte de résultat du Tigre (s. d.).

74 Rappelons qu’en moyenne, le capital des maisons appartenant à la quatrième classe de la nation française s’élevait à 20 000 pesos.

75 Voir infra.

76 CADN, Cadix, 136PO/379-380, compte d’armement du Brutus, 13 octobre 1802.

77 CADN, Cadix, 136PO/379-380, « Instructions pour le capitaine Richelme, commandant le corsaire français le Brutus », 15 janvier 1801.

78 Ainsi, l’entretien du corsaire le Furet, qui a effectué 13 campagnes, sous la direction de 3 capitaines différents, entre le 9 septembre 1798 et le 31 mars 1800, a coûté au total 410 957 reales de vellón, soit quatre fois plus que les frais de mise-hors proprement dits qui s’élevaient à 104 000 reales de vellón (CADN, Cadix, 136PO/379-380, compte de débours du Furet, 11 octobre 1801).

79 Le compte de liquidation du brigantin danois le Lyon, pris par les corsaires français la Couleuvre, l’Aigle et l’Hippolyte, daté du 1er juin 1800, fait ainsi état de 67 241 reales de vellón versés à Théodose Danet de Nantes pour le jugement en appel et prévoit une provision de 40 000 reales de vellón pour le jugement qui doit avoir lieu à Paris (CADN, Cadix, 136PO/245, fol. 310, compte de liquidation d’une prise, 5 juin 1800). On peut mesurer l’ampleur de ces frais en les rapportant au produit brut de la liquidation de la prise (402 682 reales de vellón, soit 23 %). Le compte de liquidation du chébec anglais la Fortune de guerre, capturé par le corsaire français le Furet, mentionne des frais similaires : les 67 626 reales de vellón déboursés pour le jugement à Paris – dont 57 443 reales de vellón payés au citoyen Jean-Louis Grenus pour des « frais extraordinaires » – représentent un sixième du produit brut de la prise (CADN, Cadix, 136PO/379-380).

80 À l’actif de la liquidation sont notamment portés 220 830 reales de vellón tirés de la vente de 1 398 « pains de plomb » et 118 729 reales de vellón provenant de la vente de 165 balles de lin, alors que les 163 991 reales de vellon de frais s’expliquent par la provision faite en prévision des procédures à mener devant le Tribunal des prises de Paris (40 000 reales de vellón), par les honoraires payés à Théodose Danet, le représentant à Nantes (15 237 reales de vellón), et par la commission versée à l’armateur (20 134 reales de vellón). Au total, chacun des 3 armateurs intéressés dans la prise reçoit 79 563 reales de vellón (CADN, Cadix, 136PO/245, fol. 310, compte de liquidation d’une prise, 5 juin 1800).

81 CADN, Cadix, 136PO/379-380, « État des sommes dues au commissariat français par François Sahuc ».

82 CADN, Cadix, 136PO/379-380, « Compte que rend le citoyen Philippe Favar au commissaire des relations commerciales de la République française en Andalousie » (s. d.).

83 CADN, Cadix, 136PO/248-252.

84 CADN, Cadix, 136PO/379-380.

85 CADN, Cadix, 136PO/379-380.

86 Nous avons calculé les taux de profit des armements corsaires à partir du coût total de la mise-hors. Dans le cas du Brutus, on obtient donc les résultats suivants : au débit de l’armement, on relève 262 290 reales de vellón pour la mise-hors et 263 059 reales de vellón pour les frais divers, survenus durant la campagne et lors de la liquidation de l’armement, soit un total de 525 349 reales de vellón ; au crédit sont comptabilisés 782 000 reales de vellón pour le produit net des prises revenant à l’armateur, 74 000 reales de vellón obtenus de la revente du navire et 20 500 reales de vellón résultant de la réintégration des avances consenties à l’équipage, soit un total de 876 500. La différence laisse donc un bénéfice net de 351 151 reales de vellón.

87 Une liste recense ainsi 97 prises jugées au consulat de France entre le 12 décembre 1795 et le 19 juin 1798 (CADN, Cadix, 136PO/379-380), et 3 registres renferment par ailleurs les actes liés aux 122 adjudications publiques organisées dans la chancellerie du consulat entre le 26 septembre 1798 et le 16 octobre 1806 (CADN, Cadix, 136PO/197-199).

88 L’adoption d’une telle procédure doit toujours être notifiée au consul qui peut l’autoriser ou la refuser, car son rôle est de veiller à ce qu’aucun des intéressés au produit de la prise (capitaine, équipage, associés de l’armement) ne soit lésé par une manœuvre de collusion.

89 CADN, Cadix, actes de chancellerie, reg. 248-252.

90 Il s’agit des établissements Teisson et Cie (armateur de 8 corsaires), Jean-Charles Rollier (armateur de 4 corsaires et fondé de pouvoirs d’un armateur résidant hors de Cadix), Auguste Thibal (armateur de 6 corsaires), Jean Guillaume Taillefer (armateur de 4 corsaires et fondé d’un armateur), Guillaume Rey, le gérant de l’ancienne maison Rey et Brandembourg (armateur de 5 corsaires et consignataire d’un autre), Frédéric Méjean (armateur de 5 corsaires, consignataire de 2 autres et fondé de pouvoirs des armateurs du navire les Deux frères), Joseph-François Lieutaud (il participe à l’armement de 6 corsaires, quatre fois en qualité d’armateur, une fois en tant que consignataire et une fois en tant que simple intéressé), Pierre Ibarnegaray (armateur de 4 corsaires), Jacques Jacot (armateur de 3 corsaires), Cambeilh frères (armateur de 3 corsaires), Jean Bonnat aîné (armateur de 3 corsaires), Jean Barhen (armateur de 3 corsaires et fondé de pouvoirs d’un armateur extérieur à la place) et, enfin, Joseph Pollan (il arme 3 corsaires, est le consignataire d’un quatrième et le fondé de pouvoirs des armateurs de l’Intrépide).

91 La maison Rivet obtint une commission en guerre et marchandise pour le Mozambique expédié à Marseille en 1801. Les maisons Jugla Demellet et Vienne et Larrue n’ont été consignataires que d’un seul navire au cours de la période : la première de l’Alerte, armé par la compagnie Ricard frères de Gênes en 1803, et la seconde du Brillant, armé par la compagnie Chegaray frères de Bayonne en 1804.

92 Il s’agit de Hippolyte Mordeille, capitaine de navire marchand dans les années 1780, devenu armateur de l’Hippolyte à Cadix en 1799, avant de devenir le capitaine d’un corsaire après la paix d’Amiens, d’André Pauquet, l’armateur du Courrier de Cadix en 1801, et de Claude Armynot, qui arma le Côte d’or en 1805 après avoir été le capitaine de l’Éole en 1799.

93 C’est le cas de Georges Similier, l’armateur de l’Héraclée, présent à Cadix en 1799 et 1800, de Joseph Beauregard, l’armateur de l’Afrique (1798-1799), de Jacques Sautel, l’armateur du Vengeur (1800), d’Yves Barre, l’armateur de l’Escamoteur (1801), et de François Michel, l’armateur de la Couleuvre (1805). En revanche, Charles Bergé, le consignataire de la Caille en 1803, est demeuré à Cadix jusqu’en 1808.

94 Parmi eux, Étienne Balleras et Charles Moisant, les chefs de 2 maisons appartenant à l’élite de la colonie française.

95 CADN, Cadix, 136PO/197-199.

96 Les 207 arrobes de cochenille ne représentent ainsi que 2 % des arrivages officiels de ce produit, recensés par García-Baquero González (1972, pp. 141-157) pour les années 1798, 1799, 1800 et 1801.

97 Il s’agit de « Dominique Labaggi » (16 lots), « Marc Anuncio » (11), « Joseph Asapardo » (12), « Georges Montañez » (8), « Étienne Penasco » (8), « Pierre Sorela » (13), « Antoine Picardo » (15) et « Dominique Pintado » (8). Seuls ces deux derniers portent des patronymes connus dans le négoce de Cadix.

98 CADN, Cadix, 136PO/197, fol. 87.

99 AGI, Consulados, leg. 1757. Dans 177 transactions, 31 établissements français apparaissent en position de donneur des lettres négociées à Cadix par l’intermédiaire de courtiers et, dans 200 transactions, 45 établissements français apparaissent en position de preneur. Dans certains cas, la transaction est conclue entre 2 maisons françaises. Au total, 58 maisons françaises ont pris part à 356 transactions.

100 Soixante-huit établissements français ont laissé protester au moins une lettre au cours de l’année, et 53 autres, porteurs de lettres payables à Cadix, ont fait dresser un protêt. Au total, 92 établissements français distincts apparaissent dans ces 462 protêts.

101 Dominique Barrère acquiert ainsi près de 200 000 reales en 8 traites sur Hambourg auprès des principaux négociants allemands de la place et 4 autres sur Londres. Il en est de même pour Antoine Sedze qui se procure 6 traites sur Hambourg, 7 sur Londres et 1 sur Amsterdam.

102 Theodoro Sossima et la compagnie Ricard Bramerel.

103 Antonetti, 1959 ; Zylberberg, 1983.

104 Voir supra.

105 Bouchary, 1937.

106 La maison parisienne Maupas Guigal a tiré 265 000 reales en 27 traites, la compagnie Lubberts y Rike d’Amsterdam 275 000 reales en 15 traites, et les établissements londoniens Boyd y Benfield et Smith Atkinson ont tiré tous deux 10 traites sur la maison de Cadix, pour une valeur totale de 275 000 reales et de 325 000 reales.

107 La justification la plus explicite de leur refus de payer est fournie à l’occasion du protêt des traites de la compagnie Lubberts y Rike, dans lequel ils déclarent « avoir attendu jusqu’à ce jour que leur parviennent les fonds qui devaient servir pour le paiement de ces traites, ce qui ne s’est pas produit, et en l’absence de ces fonds, ils ne sont pas dans l’obligation de les honorer » (AHPC, PN, Cadix, reg. 3674, fol. 221).

108 Voir supra.

109 AHPC, PN, Cadix, reg. 1696, fol. 167.

110 CADN, Cadix, 136PO/244, fol. 8, déclaration de Dominique Guillet, 10 mars 1796.

111 AHPC, PN, Cadix, reg. 5790, fol. 163, protêt de non-paiement, 15 avril 1796.

112 Bergeron, 1999 ; Zylberberg, 1993.

113 Voir infra.

114 AHPC, PN, Cadix, reg. 4566, fol. 1969 et 1970.

115 Pour des études plus précises sur les questions financières sous l’Empire et notamment sur la crise de l’automne 1805, nous renvoyons aux travaux suivants : Merino, 1982 ; Zylberberg, 1993, pp. 517-544.

116 Les traites sont protestées le 8 août et le 24 septembre 1805 (AHPC, PN, Cadix, reg. 4575, fol. 2630 et 2912).

117 AHPC, PN, Cadix, reg. 4575, fol. 3687.

118 Les lettres ont des montants moyens de 150 000 à 180 000 reales de vellón et sont tirées à des échéances allant de 20 à 35 mois ; voir ibid., reg. 4578, fol. 308, 14 mars 1807.

119 La compagnie a toujours participé à de nombreux arbitrages monétaires mais elle ne figurait pas parmi les compagnies françaises de la place qui ont prêté leur signature en 1779 lors de la première émission des vales reales (voir supra).

120 Parmi les 22 compagnies qui lui ont remis, au cours de cette période, des effets à recouvrer à plus de trois reprises au moins, 11 sont d’anciens partenaires avec lesquels il entretenait déjà des relations bancaires dans les années 1780, et 11 sont des nouveaux. Parmi les anciens, on relève les maisons Arabet Gautier (Barcelone), Calandrini (Genève), Drouilhet (Madrid), Dubrocq (Bayonne), Hogger (Amsterdam), Roux (Marseille), Solier (Marseille), Thurbet (Marseille), Boutet (Séville), Ricard frères (Gênes) et Elliot Devereux (Málaga). Les nouveaux partenaires sont les compagnies Arabet Arabet (Alicante), Alexandre Betbeder (Bayonne), Delarue (Gênes), Desprez (Paris), Israël Dehn (Hambourg), Martin Puech (Paris), Mathiessen et Sillem (Hambourg), Jacques Récamier (Paris), Metzener y Koosen (Lisbonne), Llauger Roura (Barcelone), Doxat et Divett (Londres).

121 C’est surtout au sein de l’internationale protestante, à laquelle Jacques Jugla était intégré, que les disparitions ont été les plus nombreuses : Clavel Matheus (Rouen), Lavabre Doerner (Paris), Rilliet (Paris), Loubier Teissier (Londres), Senn Biderman (Paris), Jossinet Vaque (Lyon). Parmi les nouveaux partenaires cependant, les compagnies Arabet d’Alicante et Delarue de Gênes sont tenues par la banque protestante, ce qui témoigne d’une certaine continuité dans les fidélités de Jacques Jugla.

122 La banque Greffulhe, par exemple, rendait gratuitement ce service à ses clients dans les années 1789-1793.

123 Le montant total des emprunts réalisés par la Couronne auprès du Consulado de Cadix entre 1793 et 1802 est estimé à 62 162 000 reales (Tinoco Rubiales, 1982, p. 381). En ce qui concerne les biens mis en vente à Cadix dans le cadre de la desamortización de Godoy, leur nombre s’élève à 1 870 et la valeur obtenue de leur cession à près de 127 000 000 reales (Gómez Oliver, González de Molina, 1994, p. 210).

124 Id., 1987, p. 147 ; García-Baquero González, 1972, p. 155.

125 León Carlos Alvárez Santalo et Antonio García-Baquero González ont totalisé plus de 20 millions de reales de vellón, en vales reales, dans les 58 inventaires après décès des comerciantes al por mayor sévillans qu’ils ont exploités, soit une somme correspondant à 16,5 % du total de leurs actifs (1980, p. 129). Il n’existe pas d’études similaires pour les commerçants de Cadix mais, selon toute vraisemblance, la part des vales reales devait être encore plus importante.

126 CADN, Cadix, 136PO/251, fol. 77, compulsoire des papiers de la compagnie Hedembaig Lapadu.

127 Voir infra.

128 Les 21 et 25 mars 1806, les gérants de la compagnie écrivent à Jean Hartman de Hirschberg, Frédéric Alexandre Finkh et Kirchoff fils de Lauban, et Veuve de Lambertz fils de Brême pour les informer qu’ils tiennent à leur disposition le montant de leurs intérêts, soit, respectivement, 3 633, 2 612, 4 513 et 13 908 reales. Le montant nominal des vales reales dont ces 4 compagnies ont confié la gestion à la maison Rivet s’élève alors à 616 473 reales (ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, reg. 1).

129 Voir, par exemple, AHPC, PN, Cadix, reg. 4560, fol. 5512, reg. 46, fol. 386, reg. 5577, fol. 497 et reg. 46, fol. 404.

130 ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, reg. 1.

131 AHPC, PN, Cadix, reg. 4580, fol. 822, protêt, 25 juin 1808.

132 CADN, Cadix, 136PO/267-268.

133 En témoigne le cas d’Antoine Rouvière. En 1805, il autorise son épouse à vendre les biens qu’il possède à Saint-Quentin « pour subvenir à ses besoins pressants et acquitter des dettes légitimes et urgentes » (CADN, Cadix, 136PO/248, fol. 434).

134 On trouve des listes de marchands ayant acquis des biens pendant la desamortización de Godoy dans deux références : Schmidt, 1990 ; Gómez Oliver, González de Molina, 1987.

135 Schmidt, 1990, pp. 255-260.

136 AHPC, PN, Cadix, reg. 4565, fol. 1072, vente de maison, 5 mai 1802.

137 Nous en avons la preuve formelle pour Antoine Eymar et Antoine-Vincent Labraque.

138 ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, reg. 2, « Bilan des affaires de Rivet neveux et Cie de Marseille, depuis le 31 mai 1801 jusqu’au 31 décembre 1803 ».

139 Sur la crise commerciale française de l’année 1810, voir Bergeron, 1999, pp. 293 sqq.

140 Il quitte vraisemblablement Cadix dans le courant de l’été 1808, après avoir octroyé une procuration générale à ses associés espagnols, Diego et Antonio Pizano, le 4 juin (AHPC, PN, Cadix, 2615-303). La décision de liquider les affaires de la compagnie avait cependant été prise durant l’été 1806, et il n’était demeuré à Cadix que pour veiller à la liquidation des actifs, comme en témoignent les courriers adressés aux commanditaires le 1er juillet pour leur annoncer la non-reconduction de la société (ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, reg. 1, courriers à Jean Rivet de Saint-Hippolyte, Veuve de David Rivet de Nîmes et Daniel Rivet de Nîmes).

141 Ibid.

142 AHPC, PN, Cadix, 4560, sf, testament, 10 novembre 1800.

143 AHPC, PN, Cadix, reg. 4601, fol. 807.

144 Zylberberg, 1993, p. 479.

145 Bartolomei, 2012b, pp. 85 et 98.

146 CADN, Cadix, 136PO/404, « Inventaire après décès des papiers, effets et mobilier trouvés en la maison qu’habitait le sieur Pierre Lapadu », 16 octobre 1829.

147 L’acte de dissolution énumère au titre des actifs 513 487 reales en marchandises et 755 941 reales en créances, soit un actif total de 1 269 428 reales, tandis que le passif est estimé à 461 789 reales (AHPC, PN, Cadix, reg. 2617, fol. 14).

148 AHPC, PN, Cadix, reg. 4556, fol. 1086.

149 AHPC, PN, Cadix, reg. 3168, fol. 999.

150 Son apport s’élevait à 172 272 pesos lors de son mariage en 1785.

151 AHPC, PN, Cadix, reg. 1703, fol. 370.

152 AHPC, PN, El Puerto de Santa María, reg. 830, fol. 442.

153 AHPC, PN, Cadix, reg. 4539, fol. 499.

154 AHPC, PN, Cadix, reg. 5801, fol. 458.

155 L’inventaire après décès des biens d’Antoine-Vincent Labraque recense 52 913 pesos d’actif et aucune dette (AHPC, PN, Cadix, reg. 2621, fol. 1052, 4 mars 1813). Les patrimoines de Jean Bonnemaison et Pierre Prat s’élèvent à 40 000 pesos en 1797 pour le premier (AGI, Consulados, leg. 891) et 5 700 pesos en 1803 pour le second (AHPC, PN, Cadix, reg. 2600, fol. 482).

156 Il ne lui reste plus alors que 2 000 reales de vellón de vaisselle, 3 000 reales de vellón en marchandises, et 20 000 à 30 000 reales de vellón de « mauvais crédits » alors qu’en 1796, son patrimoine s’élevait à 68 000 reales de vellón (AHPC, PN, Cadix, reg. 940, fol. 118).

157 Il possédait 17 000 pesos lors de son mariage à Cadix et ne déclare que 4 200 pesos en 1808 (AHPC, PN, El Puerto de Santa María, reg. 865, fol. 351).

158 AHPC, PN, El Puerto de Santa María, reg. 865, fol. 422, 30 mai 1808.

159 En 1811, il déclare renoncer à un legs de 2 000 pesos fait en faveur de son épouse dans son testament de 1802, en raison des « circunstancias actuales » (AHPC, PN, Cadix, reg. 4584, fol. 64).

160 Thomas de la Gervinais déclare ne posséder aucun bien si ce n’est une rente de 847 francs qu’il lègue à sa fille (AHPC, PN, Cadix, reg. 4581, fol. 1830, testament 23 décembre 1808). Son fils, pour sa part, a reçu en avance d’hoirie une charge de courtier et il exerce cette profession au xixe siècle. En 1804, Bernard Magon, dorénavant courtier, octroie une procuration pour vendre 2 titres de rente qu’il possédait en son nom (CADN, Cadix, 136PO/248, fol. 186).

161 En 1811, le fils du courtier français Jean Marchant, José Marchant, alors âgé de 39 ans, adresse une requête au Consulado afin d’obtenir une charge de courtier. Il était habilité dans la Carrera de Indias depuis 1802 (AGI, Consulados, leg. 1757, requête pour devenir courtier, 10 juillet 1811). La même année, Luis Burin, également de père français et habilité, fait valoir qu’il a 6 enfants et exhibe une pétition de soutien signée par une dizaine de négociants de la place alors que Rafael María Lacaze, dans la même situation, mentionne que son père et son oncle, André Lacaze et Pierre Mercy, furent courtiers avant lui et qu’il s’est instruit à leurs côtés. Il propose, par ailleurs, un don de 1 000 pesos au Consulado (ibid., 10 juillet 1811 et 8 septembre 1811). Un an plus tôt, le marchand français Jean-Baptiste Laplaza déclarait être dans la plus grande indigence : cela faisait 50 ans qu’il exerçait le commerce à Cadix et, étant donné les circonstances, il avait été contraint d’interrompre son activité (ibid., 10 juillet 1810). Seuls José Marchant et Rafael María Lacaze obtinrent satisfaction et, au total, on recense 12 courtiers d’origine française sur les 60 que comptait la place en 1812 (AGI, Consulados, leg. 1757, liste de courtiers, 25 mai 1812).

162 Son exécuteur testamentaire, Josef Darhan, déclare qu’il ne possède aucun actif en dehors des vêtements de son usage, de quatre couverts d’argent et d’une montre en or. Il énumère par ailleurs les diverses dettes qu’il a dû honorer pour le compte du défunt – une facture auprès d’une boutique de « comestibles », une autre chez un tailleur, le loyer de son appartement et les frais de funérailles – qui s’élèvent au total à 4 029 reales de vellón (AHPC, PN, Cadix, reg. 5401, fol. 1014, testament fait en vertu de pouvoir, 19 septembre 1817).

163 AHPC, PN, Chiclana, reg. 326, fol. 68.

164 L’actif comprend principalement 26 405 reales de vellón de meubles, 123 479 reales de vellón de marchandises, 63 544 reales de vellón de liquidités en caisse, 488 806 reales de vellón de biens immobiliers (8 maisons et une terre à Jerez de la Frontera), 46 960 reales de vellón de bonnes créances et 116 377 reales de vellón de titres de créance sur le gouvernement (emprunts de 1798, 1810 et 1812). Le reste, 1 762 350 reales de vellón, se compose de créances « perdues » ou « mauvaises » sur plus de 600 débiteurs (AHPC, PN, Cadix, reg. 3202, fol. 599, 29 août 1828).

165 AGI, Consulados, leg. 891.

166 AHPC, Cadix, reg. 3204, fol. 456.

167 Ibid.

168 AHPC, Cadix, reg. 2624, fol. 189, pouvoir, 3 septembre 1823.

169 AHPC, Cadix, reg. 3935, fol. 573 et reg. 4668, fol. 19.

170 CADN, Cadix, 136PO/251, fol. 50, acte de notoriété, 3 janvier 1819.

171 CADN, Cadix, 136PO/252, fol. 220, procuration, 20 mai 1826.

172 Ramos Santana, 1987 ; Titos Martínez, 1980 ; Ruiz Vélez-Frías, 1977.

173 Hourcade, inédit.

174 AHPC, PN, Cadix, reg. 4566, fol. 1947.

175 Annuaire général du commerce et de l’industrie.

176 Maldonado Rosso, 1988 ; Lignon-Darmaillac, 2004.

177 Ramos Santana, 1987, p. 49.

178 Ibid., p. 50.

179 Ibid., p. 110.

180 Ibid., p. 102.

181 Ibid., p. 93.

182 CADN, Cadix, 136PO/392, « Recensement des Français résidant dans la circonscription consulaire de Cadix ou de passage le 12 avril 1891 ».

Table des illustrations

Titre Graphique 10. — Les dates d’enregistrement des navires corsaires français auprès du consulat de France à Cadix (1797-1808)
Légende SourceÉlaboration personnelle à partir des fonds du consulat de France à Cadix (CADN).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 11a. — Nombre de protêts de lettres de change dressés à la demande de la maison Jugla Demellet et Cie (1797-1807)
Légende Source
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 11b. — Valeur des lettres de change présentées à l’acceptation et au paiement par la maison Jugla Demellet et Cie qui ont été protestées entre 1797 et 1807
Légende Source
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search