Version classiqueVersion mobile

Les marchands français de Cadix et la crise de la Carrera de Indias (1778-1828)

 | 
Arnaud Bartolomei

Chapitre ii

Une communauté marchande prospère

Les assises de la colonie française de Cadix à l’époque du comercio libre

Texte intégral

  • 1 Sée, 1925 ; Dornic, 1954 ; Dermigny, 1959-1960 ; Ozanam, 1968 ; Carrière, 1970.
  • 2 Blanc, inédit ; Zylberberg, 1993 ; Lespagnol, 1996 ; Chamboredon, inédite ; Eouzeou, inédit ; Lupo(...)

1Il n’existe pas de consensus parmi les historiens sur la question de la prospérité de la colonie française de Cadix à l’époque du comercio libre. Nombre d’entre eux considèrent en effet que la colonie avait déjà perdu beaucoup de son éclat dans le dernier tiers du xviiie siècle et qu’elle n’exerçait plus sur le port andalou cette domination sans partage qu’on lui attribue généralement pour les décennies centrales du siècle1. La politique de redressement national mise en œuvre par Charles III, d’abord, puis les nouvelles règles du jeu instaurées par les réformes de 1778, avaient effectivement eu parmi leurs principaux objectifs de mettre un terme à la position avantageuse qu’occupaient les négociants français dans le commerce colonial de Cadix. Les résultats de cette offensive contre les intérêts français ne furent cependant vraisemblablement pas à la hauteur des espoirs de leurs promoteurs, et il paraît aujourd’hui établi que les réformes de 1778, pas plus qu’elles n’étaient parvenues à détourner le commerce colonial du port andalou, n’entamèrent les solides positions qu’occupaient les négociants français dans les affaires de la ville. C’est du moins l’impression qui se dégage des nombreuses études menées depuis une vingtaine d’années sur le sujet2 et de l’analyse à laquelle nous nous sommes livré ici des « assises » de la colonie marchande française, à savoir des différentes branches qui constituaient son activité et de ses profits.

  • 3 Girard, 1932.
  • 4 Ibid., pp. 462 sqq.
  • 5 Savary, Le parfait négociant, pp. 156-157.

2En fait, cette divergence de points de vue sur la situation de la colonie française de la ville à la veille de la Révolution française ne tient pas tant aux données historiques proprement dites, qu’à leur interprétation et à la définition même de l’objet étudié : s’agit-il du commerce français de Cadix – à savoir le commerce des produits français – ou du commerce des Français de Cadix – à savoir celui auquel se livraient les négociants français installés dans la place ? Très proches à l’époque décrite par Albert Girard dans son étude magistrale (le xviie siècle), ces deux réalités ont ensuite eu tendance à s’éloigner, contribuant ainsi à brouiller notre vision des choses3. Dans son étude, Girard s’appuyait en effet principalement sur deux sources pour dresser son précieux tableau du commerce français à Cadix : le mémoire de l’intendant Patoulet, d’une part, qui décrit l’importance respective des différents pays européens dans l’approvisionnement de la Carrera de Indias et souligne la prépondérance française en la matière ; le passage consacré, d’autre part, par Jacques Savary au commerce de Cadix dans Le parfait négociant4. Dans ce célèbre chapitre, Savary décrit les négociants français installés à Cadix comme des sortes d’agents des « meilleures maisons de Paris ou Lyon », chargés de recevoir les marchandises qui leur sont expédiées par leurs « parents » demeurés au pays et de les placer dans la Carrera de Indias, par l’intermédiaire des célèbres testaferros (prête-noms) espagnols5. À l’époque décrite par Girard, la prospérité du commerce français à Cadix et la présence marchande française en Andalousie étaient donc inextricablement liées, l’essor de l’un reposant sur le dynamisme de l’autre. Un tel schéma, que rien ne permet en l’état actuel de contester pour le xviie siècle, ne correspond cependant plus à la réalité mise en évidence pour l’époque du comercio libre, durant laquelle les sorts du commerce français, d’une part, et de la colonie française, d’autre part, apparaissent dorénavant largement dissociés. En effet, si les négociants français continuent d’assurer l’essentiel des échanges commerciaux liant Cadix à la France, leurs activités sont désormais loin de se limiter à cette seule branche, et il est devenu commun de trouver des toiles de Silésie ou des quincailleries britanniques dans leurs magasins. Ils ont su aussi tirer parti des processus de spécialisation et de professionnalisation à l’œuvre dans le monde négociant de leur époque et se positionner avantageusement dans le fructueux secteur des « services commerciaux » (banque, armement, assurance). C’est pour ces raisons que le déclin du commerce français à Cadix – qui est bien réel – n’entraîna pas celui de la colonie française de Cadix, qui demeurait, à la fin des années 1780, et encore à la veille de l’instauration du blocus britannique en 1797, la plus puissante et la plus prospère des communautés marchandes de la ville.

Commerce français et commerce des Français

  • 6 À titre d’exemple, nous avons reproduit en annexe un mémoire des fabricants de Nîmes de l’année 17 (...)
  • 7 Zylberberg, 1993, pp. 252 sqq.

3Au xviiie siècle, et notamment dans le dernier tiers du siècle, le commerce français à Cadix fut indéniablement affecté par un mouvement de recul. Il suffirait pour s’en convaincre d’égrener le florilège des lamentations émanant de la nation française, de ses représentants ou encore des industriels français intéressés dans le commerce des Indes6. Tous dénoncent les effets néfastes de la nouvelle politique douanière inaugurée avec les réformes de 1778 et prolongée ensuite par toute une série de mesures ayant pour objectif d’entraver le commerce des articles de France. Incontestablement, la suppression en 1779 du Convenio d’Eminente – un accord vieux d’un siècle qui assurait aux toiles de lin bretonnes un tarif douanier plus avantageux qu’à leurs concurrentes silésiennes – et la prohibition de nombreux articles issus des fabriques de soieries françaises en 1778 et en 1782 constituèrent le point d’orgue de cette politique7. Plus généralement, les mesures du comercio libre, qui visaient à détourner le commerce colonial de Cadix vers des ports moins dépendants des négociants étrangers, devaient également contribuer à l’affaiblissement de l’emprise française sur l’économie espagnole. Quelles furent les conséquences de cette politique protectionniste, principalement dirigée contre les intérêts français en Espagne ?

  • 8 Ibid., pp. 258 sqq. et 393 sqq.
  • 9 Voir le document 1 en annexe de cet ouvrage.
  • 10 Zylberberg, 1993, p. 393.
  • 11 Pour être exact, il faudrait en outre additionner aux exportations allemandes celles provenant de (...)

4Les fragments de balances commerciales disponibles pour la période permettent de répondre à cette question de manière globale, pour l’ensemble des exportations françaises en Espagne8, mais il s’avère plus délicat de formuler une réponse précise pour Cadix. On peut cependant s’y essayer en comparant l’état du commerce français à Cadix dressé par le consul de France en 1785, que nous avons déjà utilisé9, et la balance établie en Espagne en 1792 qui présente l’avantage de ventiler géographiquement les résultats fournis entre les différentes villes espagnoles. Certes, d’une source à l’autre, les nomenclatures diffèrent, et le document de 1785, notamment, qui ne rend compte que des marchandises expédiées depuis les ports français par des navires français, ne livre qu’un état nécessairement partiel de la situation, puisque rien n’interdisait à des navires étrangers de charger dans les ports français des marchandises destinées à Cadix. Selon toute vraisemblance cependant, de telles opérations devaient être limitées, et leur prise en considération ne viendrait, de toute façon, qu’amplifier l’idée d’un très net recul du commerce français qui se dégage déjà des données collectées. En effet, alors qu’en 1785, les navires français avaient apporté à Cadix plus de 34 000 000 livres tournois de marchandises – soit peu ou prou l’équivalent de 136 000 000 reales de vellón –, le montant des exportations françaises à Cadix ne s’élèverait plus qu’à 69 044 661 reales de vellón en 179210. Évidemment, l’évolution de la conjoncture peut expliquer en partie ce décrochage, puisque 1785 avait été une année exceptionnelle, marquée par le boom commercial qui avait fait suite à la longue interruption de la guerre d’Indépendance d’Amérique, alors que 1792 fut une année sans éclat particulier. La position des exportations françaises à cette dernière date n’en confirme pas moins leur recul, qu’attestent, par ailleurs, de nombreux autres témoignages : ainsi, au début des années 1790, les États germaniques étaient devenus, avec 108 475 124 reales de vellón de marchandises expédiées dans le port andalou (presque exclusivement des toiles de Silésie), les premiers fournisseurs des négociants de Cadix, loin devant la France (69 044 661 reales de vellón), l’Angleterre (52 828 385 reales de vellón) et la Hollande (14 663 994 reales de vellón)11. Incontestablement donc, le commerce français, s’il conserve au début des années 1790 un rôle important à Cadix – il représente peu ou prou le cinquième des importations locales –, a nettement reculé au cours de la dernière décennie et n’occupe dorénavant plus la première place. Cette conjoncture défavorable du commerce français eut-elle cependant des répercussions négatives sur les négociants français installés dans la ville ? Plusieurs témoins l’affirment mais, cette fois-ci, les faits ne confirment pas cette opinion et suggèrent au contraire que les colonies françaises installées en Andalousie se portaient remarquablement bien dans l’Espagne de Charles III et Charles IV.

  • 12 Ces deux initiatives furent en effet largement soutenues par les réseaux d’affaires français en Es (...)
  • 13 Voir infra.
  • 14 Zylberberg, 1993, p. 390.

5C’est Michel Zylberberg qui est certainement celui qui a le mieux souligné ce décalage entre un contexte réglementaire devenant objectivement de plus en plus défavorable aux intérêts français en Espagne et une situation effective demeurée, si ce n’est florissante, tout du moins tout à fait satisfaisante. Sa démonstration, précise et érudite, ne manque pas d’arguments. Elle met en exergue, tour à tour, les « flots blancs » qui continuèrent de se déverser tout au long des années 1780 sur la France, la solidité des positions occupées par les colonies marchandes françaises dans les provinces espagnoles, ou encore l’emprise que les banquiers français exercèrent sur les finances publiques espagnoles à l’époque où Cabarrus lançait les vales reales et créait la Banque de Saint-Charles12. Or, dans ce tableau d’ensemble de la « si douce domination » française, Cadix ne fait aucunement pâle figure. Le recensement de 1791, sur lequel nous reviendrons, montre que la colonie française n’avait enregistré aucun recul par rapport à la situation, bien connue, de 177713. Mieux, la documentation relative au séquestre des biens des ressortissants français, décrété en 1793 à la suite de l’entrée en guerre de l’Espagne contre la France, livre l’image d’une colonie puissante, de loin la plus importante des communautés marchandes françaises présentes sur le territoire espagnol. En effet, si les 79 déclarations déposées à Cadix ne représentent que 21,4 % des 369 déclarations qui furent rédigées dans l’ensemble du pays, avec une valeur moyenne de 114 014 reales de vellón par déclaration et un montant global de 9 007 119 reales de vellón, la colonie française de Cadix possède à elle seule 60 % des avoirs français placés sous séquestre14.

  • 15 Voir infra.
  • 16 AGI, Consulados, leg. 1757.
  • 17 Les chiffres globaux portant sur l’ensemble des transactions ont été publiés dans Carrasco Gonzále (...)
  • 18 Ils sont en effet à l’origine de 95 opérations de vente, pour une valeur totale de 2 845 375 reale (...)

6La reconstitution extrêmement rapide de la colonie après la signature de la paix de Bâle entre la France et l’Espagne en 1795 constitue un témoignage supplémentaire de la vigueur des intérêts français à Cadix15. Le dépouillement systématique des livres de courtiers de l’année 1796, conservés par un heureux hasard à l’Archivo General de Indias, prouve que les négociants français avaient alors pleinement retrouvé leurs positions sur la place de Cadix16. Ils apparaissent en effet dans plus du quart des 4 934 opérations commerciales recensées dans les 45 livres de courtiers conservés, avec une importance très variable selon les secteurs : les négociants français ont contracté 20 % des polices d’assurance souscrites cette année-là par l’intermédiaire des courtiers gaditans (424 sur 2 083), ils interviennent dans 23 % des contrats de vente et d’achat de marchandises (457 sur 1 932) et dans près de 50 % des opérations bancaires (437 sur 929)17. Le cas des ventes de produits manufacturés textiles – qui apparaissent dans la source sous les appellations de generos, lienzos ou ropas – est particulièrement emblématique de cette reconquête, par les négociants français, de leurs anciennes positions dominantes sur le marché gaditan puisqu’ils apparaissent, en qualité de vendeurs, dans près de la moitié des transactions passées devant les courtiers18. Cette source ne reflète évidemment pas l’exacte réalité de ce que fut l’activité commerciale à Cadix cette année-là, ne serait-ce que parce qu’il manque les livres de 15 des 60 courtiers alors en activité à Cadix et parce que les courtiers n’intervenaient pas dans toutes les opérations négociées sur la place. On en retiendra cependant l’idée que la colonie française était demeurée, à la veille de l’entrée en guerre de l’Espagne contre l’Angleterre et après la courte parenthèse de la guerre de la Convention, un pilier essentiel de l’activité commerciale de Cadix.

Le commerce des marchands français : un commerce diversifié et ouvert

7Plusieurs éléments doivent être pris en considération pour comprendre les raisons qui permirent aux marchands français de résister au déclin du commerce français : d’abord, il faut rappeler que ce déclin ne fut que partiel – les articles de France continuant de représenter plus du cinquième des importations gaditanes – et que les négociants français, grâce aux liens privilégiés qu’ils parvinrent à maintenir avec leurs partenaires installés en France, conservèrent un quasi-monopole sur ce commerce ; ensuite, il convient de souligner que la colonie marchande française de Cadix ne limitait plus, depuis longtemps, ses activités au seul commerce des articles de France : tant pour les importations que pour les exportations, elle évoluait dorénavant au sein d’un vaste marché européen.

Le commerce d’importation

  • 19 Voir supra.
  • 20 Zylberberg, 1993, p. 408.
  • 21 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasses 810 à 856.
  • 22 On relève, parmi les partenaires de la première, des noms de négociants français (Magon Lefer, Jea (...)
  • 23 Retenons notamment, à titre d’exemple, l’échantillon de 93 procurations octroyées, entre 1730 et 1 (...)

8Les marchands français maintinrent donc constamment leur prépondérance sur le commerce liant Cadix à la France. L’observation du mouvement des navires entrant dans le port de Cadix offre un premier témoignage de cette réalité, comme nous avons déjà eu l’occasion de le souligner19. Il ne faut évidemment pas confondre la consignation des navires et le commerce à proprement parler : les cargaisons des navires consignés aux Français pouvaient être destinées à d’autres acteurs du commerce local. La coïncidence ici relevée n’en constitue pas moins un premier indicateur de l’emprise qu’exerçaient les marchands français de Cadix sur les intérêts commerciaux français en Andalousie. D’autres indices confirment cette réalité et permettent de la préciser. C’est le cas, notamment, des archives privées des négociants qui résidaient en France et possédaient d’importants intérêts dans la Carrera de Indias. Toutes témoignent d’une même réalité : ces négociants n’entretenaient que très rarement une correspondance directe avec des cargadores et correspondaient le plus souvent avec des marchands français de Cadix. Le compulsoire du grand livre de la maison Lecouteulx de Paris, effectué par un tribunal révolutionnaire le 10 septembre 1793, illustre ce fait puisque, à Cadix, leurs correspondants sont tous des négociants français (la maison Lecouteulx, la maison Desportes Brochant et Boom, la compagnie Cabanon) ou des négociants espagnols d’origine française (Domingo Béhic, Eduardo Gough et Francisco de la Iglesia)20. L’étude de la correspondance entretenue par la maison Roux frères de Marseille avec ses partenaires gaditans montre que le cas de la compagnie Lecouteulx n’a rien de singulier. Parmi les 24 négociants de Cadix avec lesquels la compagnie a entretenu une correspondance dans les années 1780, on ne relève aucun cargador21. Ses trois principaux partenaires sont tous d’origine française puisqu’il s’agit des compagnies Magon Lefer frères, Simon Lenormand et Cie, et Eduardo y Jacobo Gough. Il en est de même pour les autres compagnies avec lesquelles elle entretient des relations régulières (Quentin frères et Cie, Sahuc Guillet et Cie, Lecouteulx et Cie, Cayla Solier Cabannes Jugla et Cie, Mercy Lacaze et Cie, A. et L. Jolif et Prasca Arboré et Cie). Les fonds des compagnies Magon et Apuril de Kerloguen de Saint-Malo témoignent que ces négociants, dont l’activité consistait essentiellement en l’exportation de toiles à Cadix, n’étaient pas davantage liés à des négociants espagnols22. Ceux des compagnies lyonnaises ne disent pas autre chose : les maisons lyonnaises installées à Cadix devaient accaparer l’essentiel des exportations de soieries provenant de la vallée du Rhône, comme le suggèrent les multiples indices collectés par Olivier Le Gouic dans son étude23. Ainsi, qu’ils soient banquiers parisiens, négociants marseillais ou exportateurs malouins (ou lyonnais), les acteurs français du commerce de Cadix semblent avoir tous choisi leurs partenaires, de façon préférentielle, au sein de la colonie française de la ville, qui bénéficiait ainsi d’une sorte de monopole de fait sur cette branche du commerce.

  • 24 L’Archivo General de Indias conserve notamment, pour la période postérieure à 1787, les listes de (...)
  • 25 Sur les 2 772 convocations adressées à des négociants de Cadix, dans le cadre des 153 procédures d (...)
  • 26 AHN, Estado, leg. 20242, c. 2, exp. 5, « Compulsa del ramo quarto de los autos de la compañía de M (...)
  • 27 Ainsi parmi les 175 liasses de correspondance passive qui sont recensées dans le fonds de la compa (...)
  • 28 En effet, les négociants espagnols perdaient le droit de commercer avec les Indes s’ils s’associai (...)
  • 29 Chamboredon, inédite, pp. 250-251.
  • 30 Bustos Rodríguez, 2005, p. 183.

9Les sources relatives aux cargadores attestent également que, dans les années 1780, les marchands espagnols, en dépit de leurs velléités d’émancipation de la pesante tutelle étrangère, n’étaient pas parvenus à établir des liaisons directes avec leurs fournisseurs et leurs clients européens. L’abondante documentation judiciaire, conservée dans les archives publiques espagnoles, en fournit une première preuve en révélant l’identité de leurs principaux créanciers24. Parmi ces derniers, les compagnies étrangères de la place occupent des positions souvent prépondérantes. Les compagnies françaises de la place représentent, par exemple, en moyenne 20 % des personnes convoquées aux assemblées de créanciers25. En revanche, les compagnies domiciliées à l’étranger, qui apparaissent au travers de leurs fondés de pouvoirs, constituent une toute petite minorité : sur les 153 procédures de liquidation judiciaire concernant des marchands espagnols qui ont été ouvertes entre 1787 et 1796, seules 5 font apparaître des créanciers installés en dehors de la Péninsule. Le bilan de la compagnie de Manuel Rivero fournit un exemple concret de ce que pouvait être la structure des affaires d’un cargador en activité dans les années 178026. Parmi les 23 compagnies intéressées dans sa faillite survenue en 1790, on relève 12 compagnies espagnoles, 3 compagnies allemandes, 2 compagnies anglaises, 1 compagnie italienne et 5 compagnies françaises. Notons que les compagnies françaises qui représentent un peu moins du quart des créanciers possèdent le tiers des créances actives et qu’aucune d’entre elles n’est extérieure à la place. Les quelques exemples connus de cargadores qui sont parvenus à établir une correspondance directe avec les exportateurs européens des marchandises destinées aux Indes ne remettent pas en cause l’idée d’un quasi-monopole des marchands étrangers sur le commerce d’importation de Cadix, car ils relèvent de cas très particuliers. Ainsi l’inventaire de la compagnie hispano-allemande Iribarren y Schondalh, active dans le commerce de Cadix entre 1777 et 1795, révèle que celle-ci entretenait bien une correspondance très nourrie avec les grandes places européennes, notamment allemandes, d’où étaient importées les toiles de Silésie27. Le caractère binational de cette compagnie qui unit un négociant espagnol et un autre d’origine germanique explique cependant l’originalité de son orientation et ne permet pas d’en faire un cas généralisable, car de telles compagnies « mixtes » étaient tout à fait marginales dans le commerce de Cadix28. De même, l’autonomisation de la firme Roque Aguado qui, après avoir longtemps agi dans l’ombre de la compagnie française Gilly, noua dans les années 1770-1790 des liens directs avec les commerçants d’Europe, s’explique par les fonctions de syndic que les gérants avaient exercées au moment de la faillite de la compagnie française. Ils purent ainsi accéder aux archives privées d’une grande maison étrangère de la place, s’instruire de ses pratiques commerciales, avoir accès à la liste de ses correspondants européens et devenir ainsi les rivaux de leurs anciens partenaires qui s’étaient pourtant vite rétablis sous une nouvelle raison sociale, Simon et Arnail Fornier et Cie29. Nous rejoignons donc totalement Manuel Bustos Rodríguez dans le constat qu’il dresse au terme de son analyse de la question : dans les années 1780, très peu de compagnies espagnoles étaient parvenues à établir des liens directs avec les négociants européens30.

10Cependant, si les négociants français maintinrent leurs positions à Cadix, ce n’est pas tant parce qu’ils surent conserver leur mainmise sur le commerce de France que parce qu’ils réussirent à diversifier leur activité et à prendre part à des secteurs alors en plein essor, comme le commerce des toiles de Silésie ou celui des manufactures anglaises.

  • 31 Sée, 1925, pp. 182-183.
  • 32 Dornic, 1954, p. 312.
  • 33 Chamboredon, inédite, p. 483.

11Le cas du commerce des toiles est de ce point de vue emblématique. Au fil du xviiie siècle, les contrefaçons des toiles bretonnes produites en Silésie avaient supplanté leurs rivales françaises sur les segments inférieurs des marchés créoles et elles étaient donc devenues incontournables dans les assortiments des négociants européens de Cadix. Même les négociants malouins, qui avaient pourtant fondé leur commerce avec Cadix au début du xviiie siècle sur les exportations de toiles de Bretagne, en consignaient à leurs correspondants dans la seconde moitié du siècle31. Il en va de même pour Antoine Grandjean, un petit importateur de soieries lyonnaises, qui en commande également à ses partenaires lyonnais32. En fait, toutes les compagnies françaises, qu’elles appartiennent à l’élite de la colonie ou aux catégories plus modestes – négociants de second ordre et gros boutiquiers –, se livrent à leur commerce. Le cas le mieux documenté est celui de la maison Simon et Arnail Fornier et Cie33. Sur 1 160 expéditions de marchandises diverses dont les Fornier furent les destinataires entre octobre 1768 et mars 1785 – d’un montant total de 3 135 000 pesos –, les toiles représentent plus de la moitié de ces envois (640) et, parmi ces toiles, la répartition entre les trois principales régions productrices s’établit de la manière suivante (tableau 11).

Tableau 11. — Origine des toiles importées par la compagnie Simon et Arnail Fornier et Cie

Silésie 55 %
Bretagne 25 %
Pays-Bas 9 %
Autres (Normandie, Le Mans, Angleterre) 11 %

Source

Chamboredon, inédite, p. 483.

  • 34 Ibid., p. 492.
  • 35 CADN, Cadix, 136PO/260, lettre du 2 septembre 1788.

12La situation semble avoir été très similaire pour le deuxième produit le plus importé par les maisons françaises : les draps de laine. Les négociants français en recevaient des diverses régions françaises spécialisées dans leur production : la Picardie, la Normandie et le Languedoc. Tous les témoignages s’accordent cependant à souligner la très rude concurrence que faisaient aux manufactures françaises les producteurs anglais. Le cas des Fornier reflète bien, une fois encore, la variété des assortiments proposés par les maisons françaises puisque la draperie anglaise représente 28 % de leurs commandes et occupe ainsi la deuxième place après la Picardie (41 %) et devant le Languedoc (18 %)34. Or leur cas n’a rien de singulier. On en veut pour preuve une protestation adressée le 2 septembre 1788 par les députés de la nation française au duc de Vauguyon, alors ambassadeur de France à Madrid35. Dans ce document, les auteurs dénoncent un ordre du roi d’Espagne adressé à l’administrateur de la douane de Cadix, visant à interdire « provisoirement » le chargement des draps étrangers pour les Amériques. Ils estiment la valeur des 1 328 pièces de draps français existant dans les magasins des maisons françaises de la place à 956 160 livres tournois et celles des 2 139 pièces de fabrique étrangère qu’elles possèdent par ailleurs à 962 560 livres tournois, soit une parité quasiment parfaite entre les approvisionnements réalisés en France et ceux réalisés dans d’autres pays européens.

  • 36 Chamboredon, inédite, p. 494.
  • 37 Franch Benavent, 1996.
  • 38 AHN, Concejos, leg. 6341, 11 janvier 1795.

13Le même constat peut être établi pour les soieries, qui occupent le troisième poste des importations de Cadix : si celles provenant de France demeurent largement majoritaires dans les comptoirs des négociants français de la ville, ceux-ci ont également su s’insérer dans d’autres circuits et faire une place dans leurs magasins, tant à la concurrence étrangère (Gênes et Naples) qu’à la production espagnole – valencienne essentiellement – favorisée par les réglementations douanières espagnoles. L’exemple des Fornier est là encore significatif : ils recevaient l’essentiel de leurs soieries de Nîmes (70 %), d’où leur famille était originaire, mais près du tiers de leurs importations provenaient des autres grands centres européens (Naples, Gênes et Lyon)36. Jacques Lousteau et Pierre Fartane, en revanche, s’approvisionnaient presque exclusivement hors de France. Le premier est l’un des principaux importateurs de soieries de Valence à Cadix37. À partir de 1776, il devient le commissionnaire exclusif de la compagnie privilégiée Nuestra Señora de los Desamparados qui lui commet plus de 450 000 reales de marchandises en 3 ans. Il est ensuite contraint de partager cette exclusivité avec le second, Pierre Fartane, l’un de ses anciens commis qui s’était mis à son compte. Ce dernier est l’unique destinataire des 250 000 reales de soieries expédiés par la compagnie valencienne en 1779-1781. Après cette date, Lousteau et Fartane se partagent le marché et reçoivent en tout 580 000 reales de soieries durant les exercices 1782 et 1783. La disparition de la compagnie Nuestra Señora de los Desemparados en 1785 ne semble pas avoir fragilisé les positions de Lousteau dans le secteur puisque, en 1794, il fait valoir dans une requête adressée au gouverneur de Cadix « el fuerte giro que hacemos con las fábricas de Valencia, principal ramo a que estamos dedicados, y de donde recibimos de propia cuenta crecidos surtimientos38 ».

  • 39 AHPC, Protocolos Notariales [dorénavant PN], Cadix, escr. no 19, reg. 4537, 4538 et 4539.
  • 40 Voir la carte en annexe de cet ouvrage.
  • 41 Voir la liste 1 en annexe de cet ouvrage.
  • 42 Les boutiques de Jean Souvielle (42 082 reales de traites tirées de Rochdale, Leeds et Lyon), de J (...)
  • 43 La compagnie Meinadier frères, qui a dû protester 113 610 reales en 2 mois, est débitrice de négoc (...)

14Les 327 lettres de change laissées en souffrance par des Français devant le notaire Ramón García de Menenses en mars 1793, à la suite du séquestre décrété à l’encontre de leurs biens, même si elles ne correspondent pas toutes à des règlements commerciaux, donnent une vision plus globale des régions qui approvisionnaient les marchands français de Cadix et possédaient du crédit sur eux39. Elles confirment le haut degré d’internationalisation atteint par les affaires des maisons françaises de Cadix à cette époque. On remarque en effet, sur la carte que l’on a tirée40, que, si la France arrive en première position, avec 1 210 701 reales à son actif, elle n’a émis que 29 % de la valeur tirée ce mois-ci sur les maisons françaises de la ville. Viennent ensuite l’Angleterre (26 %), l’ensemble Provinces-Unies / Pays-Bas (17 %), les États germaniques (13 %), l’Espagne (8 %) et enfin l’Italie (5 %). L’autre intérêt de cet échantillon de lettres protestées est de permettre, en passant de l’échelle de la colonie à celle des compagnies qui la composent, de mieux cerner le profil des négociants français de Cadix qui jouaient un rôle significatif dans l’importation de marchandises européennes41. La liste des 94 maisons débitrices des traites émises ne saurait évidemment correspondre à la liste exacte des maisons françaises importatrices de marchandises européennes : certains règlements correspondent sans aucun doute possible à des affaires de banque, et non à des paiements commerciaux, et on ne peut exclure que certains gros importateurs ne figurent pas dans la liste, soit parce qu’ils sont parvenus à faire honorer leurs traites en dépit du séquestre (paiement par prête-noms), soit parce qu’ils payaient leurs fournisseurs par d’autres moyens qu’en acceptant des traites (remise de lettres sur la place du fournisseur, envoi de marchandises ou de numéraire, paiement par compensation via un banquier parisien, londonien ou hambourgeois, etc.). Cette liste n’en permet pas moins de dégager quelques grands profils d’importateurs français à Cadix. Ainsi, certaines maisons apparaissent comme résolument généralistes alors que d’autres semblent au contraire beaucoup plus spécialisées. Parmi les premières, figure le cas de Toussaint Monastier, originaire du Champsaur et gérant d’une maison modeste, qui laisse protester plus de 106 359 reales en 13 traites émises à Paris, Marseille, Lyon et Bâle. Le décalage entre la position de son établissement dans la hiérarchie mercantile et l’ampleur des relations commerciales qu’il entretient fournit une parfaite illustration du niveau auquel pouvait se situer une grosse boutique française de Cadix. Plusieurs autres maisons situées au bas de la hiérarchie mercantile de la colonie française ont le même profil42. D’autres compagnies présentent, en revanche, la caractéristique d’avoir une activité très spécialisée d’un point de vue géographique. C’est le cas par exemple des importateurs de produits lyonnais qui se recrutent majoritairement parmi des négociants originaires de Lyon (Neel fils, Antoine Pitra, Demouch et Lastal), mais pas nécessairement (Pierre Ibarnegaray et les frères Lassus sont basque et béarnais). La compagnie Neel fils fournit ainsi un bon exemple d’une filiale créée par un marchand lyonnais pour assurer un débouché à la production de soierie. Les 3 traites qu’elle accepte (54 083 reales) ont en effet toutes été tirées par la société Neel et Cie de Lyon que l’on peut supposer être le commanditaire de la firme gaditane. Plus surprenant est le grand nombre de maisons qui ont des relations privilégiées avec l’Angleterre : 7 compagnies ont ainsi eu à honorer des traites exclusivement émises depuis des places britanniques (Londres, Exeter ou les villes manufacturières des Midlands)43. Enfin, certaines compagnies semblent être spécialisées dans l’importation des marchandises provenant des aires germanique et flamande. C’est le cas de la compagnie Muchada Lépée et Cie qui proteste 10 traites, d’un montant de 75 999 reales, tirées à Hambourg, Gand ou Amsterdam. Les compagnies de Bernard Darhan, Bernard Landestoy, Félix Lafitte et Ferdinand Roger ne se voient présenter que des traites tirées à Hambourg alors que la maison Delaye et fils est la seule compagnie à devoir honorer une traite directement tirée depuis une ville manufacturière allemande (traite de 22 000 reales de Halbais et fils de Reimscheid) et que la compagnie Rivet doit honorer les traites de Von Longerke de Brême.

  • 44 ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, liasse 2.

15Il nous est d’ailleurs possible d’approfondir le cas de cette dernière compagnie, l’une des rares de l’échantillon à appartenir à l’élite de la colonie. Deux de ses bilans sont en effet disponibles pour l’année 1793 : le premier est intitulé « Bilan des affaires de D. Rivet et neveux de Cádiz arrêté le 13 mars 1793 » et correspond à l’ancienne raison sociale de la compagnie qui est en liquidation ; le second est intitulé « État des affaires de Rivet neveux et Cie de Cádiz au 13 mars 1793 » et appartient à la raison sociale de la société en activité44. Pour les affaires en cours, la répartition des créanciers commerciaux de la compagnie est éloquente : l’espace germanique représente un tiers des créanciers et près de 50 % du passif commercial (1 634 205 reales sur les 3 471 453 reales recensés), loin devant l’ensemble Provinces-Unies / Pays-Bas (775 753 reales) et la France (562 179 reales). Viennent ensuite l’Angleterre (233 735 reales), l’Italie (152 968 reales), l’Espagne (110 750 reales) et l’outre-mer (1 863 reales). Le bilan de la société Rivet et neveux, alors en liquidation, confirme que cette orientation de la compagnie n’est pas récente. La Silésie (76 660 reales), les ports hanséatiques (73 101 reales) et les pays flamands (44 321 reales) représentent 83 % d’un passif commercial qui s’élève à 237 037 reales. Les provinces de l’Ouest français et le Languedoc ne pèsent respectivement que 12 et 4 % des sommes que l’ancienne société continue à devoir.

  • 45 Chamboredon, inédite, p. 243.

16On tirera deux conclusions de cette étude des importations des maisons françaises de Cadix. Premièrement, leur horizon commercial ne se limite pas, loin de là, à la France. Si certaines productions françaises conservent de très bonnes positions dans leurs magasins (soieries de Lyon, draps d’Amiens et toiles de Bretagne), les toiles de Silésie et la draperie anglaise occupent dorénavant des places de choix dans leurs assortiments. Le second constat porte sur l’identité des maisons françaises placées en première ligne dans ce commerce d’importation des marchandises d’Europe. Les maisons de niveau inférieur, gros boutiquiers et négociants de second ordre, y sont surreprésentées alors que les maisons de l’élite de la nation sont en retrait. Un courrier des gérants à Cadix de la puissante maison Fornier adressé à Barthélémy Fornier, leur frère et commanditaire de Nîmes, confirme cette répartition des tâches : ils y déclarent en effet désirer donner la priorité aux importations de marchandises européennes car il s’agit, disent-ils, d’un commerce presque exclusivement assuré par des négociants de second ordre, ne disposant pas, contrairement à eux, de moyens suffisants pour tirer pleinement partie des règles du jeu de l’échange à Cadix – la vente à terme, à longue échéance45. Ils soulignent par ailleurs dans ce même courrier que les maisons de premier rang se dédient principalement, de leur côté, aux affaires de banque et d’exportation des fruits des Indes, ce que confirment nos propres observations.

Les circuits des retours : piastres et denrées coloniales

17Importateurs de marchandises manufacturées européennes, les négociants français de Cadix étaient aussi des exportateurs, chargés d’approvisionner leurs correspondants en produits coloniaux américains. On sait que l’essentiel des cargaisons revenant des Indes à Cadix était composé, en valeur, par les métaux précieux extraits des mines du Pérou et du Nouveau-Mexique. Les « fruits », terme générique pour désigner l’ensemble des denrées coloniales, occupaient une position très en retrait mais qui ne cessa de se consolider dans la seconde moitié du xviiie siècle. Parmi ces fruits, les matières tinctoriales produites en Amérique centrale (cochenille, indigo et bois de campêche) occupent une place prépondérante, devant les cuirs de Buenos Aires, le cacao de Caracas et diverses plantes médicinales (quinquina, jalap, salsepareille). En revanche, le sucre, le café et le coton constituent des postes très modestes comparés aux volumes qui en étaient importés depuis les possessions françaises ou anglaises. Leur commerce se développa cependant rapidement dans la Carrera de Indias dans les années 1790, en raison de la crise qui affecta Saint-Domingue à partir de la révolte des esclaves de 1791. Seule une petite partie de ces métaux et de ces denrées d’Amérique était consommée à Cadix et en Andalousie, et l’essentiel était réexporté vers les grandes places commerçantes européennes, d’où ils étaient redistribués dans l’ensemble du territoire européen et bien au-delà – une partie de ces produits étant en fait destinée à l’Asie et à l’Afrique, où ils alimentaient les circuits du commerce des Indes et de la traite négrière. Cadix se trouvait donc au centre de très vastes échanges qui reliaient les producteurs américains, d’un côté, les consommateurs du reste du monde, de l’autre. Or, au sein de ces circuits, les marchands français jouaient un rôle important : ils se procuraient à Cadix, auprès des cargadores, les métaux et les denrées coloniales, et ils se chargeaient ensuite de les expédier à leurs partenaires européens qui, à leur tour, les redistribuaient dans des espaces plus larges.

  • 46 Voir le document 1 en annexe de cet ouvrage.

18La statistique consulaire de 178546, détaillant le contenu et la valeur des cargaisons transportées par les navires français ayant quitté Cadix, fournit un premier indicateur sur la nature des « retours » qu’expédiaient les marchands français de Cadix à leurs partenaires, puisqu’il y a tout lieu de croire qu’ils étaient les principaux affréteurs de ces navires. Au total, un peu plus de 10 millions de livres tournois (10 536 380 livres tournois) de marchandises furent officiellement chargées cette année-là sur les navires français destinés au Havre (et Rouen) et à Marseille – qui reçoivent plus de 95 % des marchandises expédiées en France par ce biais. Or, on constate immédiatement que les métaux précieux et les denrées provenant d’Amérique constituent la quasi-totalité de ces chargements : l’indigo (principalement destiné à Rouen), la cochenille (destiné, cette fois, à Marseille en premier lieu), l’argent et les cuirs représentent, en effet, à eux quatre, plus de 8,5 millions de livres tournois alors que les produits andalous ou espagnols (laine, plomb, cuivre, vin et soude) dépassent à peine le million de livres tournois (1 075 825 livres tournois), le reste se répartissant entre les autres denrées coloniales provenant des Indes (bois de campêche, jalap, salsepareille, quinquina, coton, café…). D’après ce document, les fruits et métaux des Indes constituaient donc plus de 90 % des cargaisons adressées par les négociants de Cadix à leurs partenaires marseillais, havrais et rouennais. Cet ordre de grandeur est d’ailleurs largement confirmé par le dépouillement des 94 connaissements conservés dans le fonds Roux pour la période 1778-1790, qui fournissent une vision précise de la diversité des produits expédiés par 12 compagnies de Cadix, françaises dans leur très grande majorité (9 sur 12), à une compagnie marseillaise de premier rang (tableau 12).

Tableau 12. — Le commerce entre Cadix et Marseille d’après les connaissements du fonds Roux (1778-1790)

Produits Nombre de connaissements Quantité
Cochenille 45 2 217 surons
Piastres 13 423 000 pesos
Vin 12 20 barils + 50 bouteilles
Bois 8 18 009 bûches de campêche + 100 quintaux de « Brasilete »
Sucre 4 12 sacs
Cacao 3 22 sacs
Cuirs 2 1 006 pièces
Laine 2 54 balles
Jalap 2 24 surons
Quinquina 1 12 caisses
Vanille 1 2 paquets
Toiles 1 2 ballots

Source

ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 1139.

19Une même réalité se dégage donc de ces deux séries de données quant à la composition des retours faits par les maisons françaises de Cadix : à côté des piastres et des denrées tropicales – les produits tinctoriaux, notamment –, qui arrivent largement en tête, les produits andalous n’occupent que des positions tout à fait marginales. Pour mieux cerner les circuits commerciaux qu’empruntaient ces retours, les modalités spécifiques de leur commerce et les acteurs qui s’y distinguaient au sein de la colonie, il convient cependant d’étudier séparément chacune de ces deux branches.

  • 47 Courdurié, Rebuffat, 1966, p. 22. La statistique consulaire de 1785 (voir le document 1 en annexe (...)
  • 48 Notons que les frères Fornier prétendaient « répugner » à pratiquer la contrebande et ne s’y livre (...)
  • 49 « La permission pour l’extraction dépendant du caprice de la Banque, on ne peut statuer sur rien d (...)
  • 50 Chamboredon, inédite, p. 554.

20Les circuits empruntés par les piastres gaditanes après leur déchargement, ou transbordement, dans la baie de Cadix, sont bien connus. Le rôle que jouaient des villes comme Bayonne ou Marseille dans la redistribution des piastres, tant vers les marchés européens (Paris, Lyon, Londres, Amsterdam) que vers des destinations plus lointaines (le Levant, les Indes orientales, voire les Antilles), a été mis en valeur par de nombreux travaux. D’après les « Manifestes de marchandises d’entrée dans le port de Marseille », la ville aurait reçu 3 millions de piastres au cours des années 1785-1790, mais cette source sous-estime grandement la réalité47. À cette époque, les exportations de piastres étaient officiellement soumises à l’octroi de permis officiels que les négociants devaient solliciter auprès de la Banque de Saint-Charles, mais ils s’affranchissaient souvent de cette contrainte, en empruntant la « voie économique », terme qu’ils employaient pudiquement pour désigner la contrebande. Même si nombre de négociants prétendaient y répugner48, cette dernière était en effet fréquemment utilisée soit pour contourner un refus de permis d’extraction, dont l’attribution était soumise au « caprice » des autorités49, soit, plus prosaïquement, en raison des 0,75 % d’économie qui résultaient de la différence entre les droits de sortie et le paiement des commissions aux contrebandiers50.

  • 51 Blanc, inédit, p. 28.
  • 52 Lupo, inédit, p. 47.
  • 53 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 855, courrier du 30 mai 1786.
  • 54 Chamboredon, inédite, p. 551.
  • 55 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 826.

21Les études menées sur la base des archives privées de négociants permettent d’avoir une vision assez précise des différentes modalités selon lesquelles se déroulait ce commerce. La correspondance échangée entre les maisons Roux de Marseille et Magon Lefer de Cadix en fournit un premier exemple. Les expéditions, réalisées dans les années 1770-1780, se firent de la manière suivante : en 1774-1776, les 200 000 piastres exportées le sont toutes pour le compte de Claude-Aimé Vincent de Lyon ; en 1776-1777, la compagnie Roux reçoit 30 000 piastres pour son propre compte ; et, en 1785, les 36 000 piastres expédiées le sont pour le compte de Magon Lefer de Cadix51. Par ailleurs, à la même époque, la maison Magon procédait à d’autres envois d’importance pour le compte de maisons parisiennes mais elle utilisait pour cela un autre consignataire que Roux. Le compte à demi entre les compagnies Roux et Verduc, très actif dans les années 1730-1760 (169 affaires répertoriées), avant d’être délaissé dans les années 1760, fournit une autre illustration du fonctionnement de ce commerce : la société Verduc achète les piastres à Cadix et les expédie à Marseille où son correspondant est chargé de les réceptionner, de les vendre à un bon prix sur un marché constamment déficitaire et d’acquérir des lettres sur Cadix, Madrid ou Paris pour lui rembourser son demi d’intérêt52. La procédure est très similaire dans cette affaire également tirée de la correspondance de la maison Roux : le 30 mai 1786, le négociant espagnol Mendoza et la maison française Dubernad Jaureguiberry expédient des piastres à Marseille, à la consignation de la compagnie Roux frères, qui retire 66 920 livres tournois de leur vente ; pour rembourser ses correspondants gaditans, cette dernière les invite à tirer des traites sur elle, payables à Paris53. Un autre exemple bien documenté est celui des frères Fornier qui ont des comptes en participation très actifs tout au long des années 1750-1760 avec leurs correspondants de Londres (Thellusson, Muilman), Paris (Arnail Fornier, Thellusson Necker, puis leurs successeurs Germany Girardot), Lyon (Auriol, Scherer, André, Pomaret Rillet et Couderc Passavant) et Amsterdam (Vernède)54. Enfin, le dépouillement de l’intégralité de la correspondance échangée entre la compagnie de Simon Lenormand de Cadix et la maison Roux frères offre un dernier exemple permettant d’avoir une connaissance précise des modalités d’envoi des 234 000 piastres consignées entre 1785 et 179055. Les opérations sont menées pour le compte de la compagnie gaditane (48 000 pesos en 1785), pour le compte de correspondants parisiens (100 000 pesos pour Pierre Lalanne en 1788) ou madrilène (8 000 pesos pour Cabarrus et Lalanne en 1785) ou dans le cadre d’un compte à demi liant les deux partenaires de Marseille et de Cadix (48 000 pesos en 1789-1790). Comme dans tous les autres exemples évoqués, les maisons de Cadix et Marseille agissent donc tantôt en tant que simples commissionnaires, tantôt en prenant des intérêts dans les envois, mais toujours dans le cadre de circuits plus vastes qui dépassent largement le cadre des seuls échanges entre les deux ports.

  • 56 Simon Lenormand est receveur général des finances. Les banquiers Lecouteulx évoluent également dan (...)
  • 57 Les piastres doivent être chargées sur le navire impérial le Prince de Kaunitz qui, armé par le co (...)
  • 58 Les consignataires de la Compagnie des Indes à Cadix ont été successivement les maisons Béhic, Mag (...)
  • 59 Chamboredon, inédite, p. 562.
  • 60 Dans l’ensemble, les gérants de Cadix semblent peu satisfaits de ce commerce qui offre le plus sou (...)

22Ces divers exemples, parmi d’autres, permettent d’identifier aisément les maisons françaises de Cadix les plus actives dans cette branche du commerce : Magon Lefer, Lenormand, Lecouteulx, Desportes, Cayla Solier, Fornier, Macé, Casaubon Béhic, Verduc, Prasca Arboré, Quentin. Ces compagnies appartiennent toutes à l’élite de la colonie et sont toutes insérées dans de vastes réseaux auxquels participaient par ailleurs des banquiers et des financiers parisiens, proches du pouvoir français56. Le commerce des Indes orientales constitue un autre circuit d’extraction des piastres gaditanes, dont témoignent nos sources, tant à travers des affaires de grande envergure – ainsi les permis de 430 000 piastres obtenus par la maison d’origine nantaise Delaville et la maison franco-flamande Dewulf Morel Sorhaits et Cie57 – qu’à travers des opérations beaucoup plus modestes tels les prêts à la grosse aventure que la maison Magon Lefer octroie à des capitaines naviguant pour le compte de la Compagnie des Indes (170 369 reales en 4 contrats)58. Les exportations banales de piastres, celles qui transitent entre les mains des maisons de Marseille, de Perpignan, d’Oloron-Sainte-Marie ou de Bayonne, sont en revanche plus difficiles à détecter dans les sources. Divers témoignages laissent à penser que ce sont les mêmes grosses maisons qui alimentaient les flux considérables de la finance internationale et du commerce des Indes orientales et ceux, plus modestes, destinés aux négociants européens. Mais qu’en est-il des compagnies plus humbles qui composent le gros de la colonie française ? On ne peut que supposer que les nombreuses maisons béarnaises et basques de Cadix jouaient un rôle dans le trafic qui transitait par Oloron-Sainte-Marie et Bayonne. C’est du moins ce que suggèrent les frères Fornier dans leur correspondance, lorsqu’ils indiquent à la fin des années 1770, qu’ils se retirent du commerce des piastres en raison de la démocratisation du secteur qui rogne les marges alors que la plus grande vigilance des autorités, après l’attribution du monopole d’extraction à la Banque de Saint-Charles, augmente les risques de saisie59. La compagnie Lenormand déclare aussi se retirer de ce commerce, à la fin des années 1780, en raison de la faiblesse des profits qu’elle en tire60. La multitude des « petites maisons » qu’évoquent les frères Fornier, ainsi que les circuits transpyrénéens qu’elles animaient, demeurent cependant invisibles dans nos sources, qui ne mentionnent que la dimension la plus élitiste et la plus internationalisée d’un commerce qu’on ne parvient pas encore à saisir dans toutes ses dimensions.

  • 61 AGI, Consulados, leg. 1757.

23Les denrées coloniales constituent, avec les piastres, la deuxième branche la plus importante du commerce de réexportation des négociants français de Cadix. Elles pouvaient être acquises directement aux Indes en paiement des marchandises qui y avaient été expédiées ou des prêts à la grosse aventure remboursables outre-mer mais, le plus souvent, elles devaient être achetées à Cadix, auprès des cargadores, par l’intermédiaire des courtiers. Les relevés effectués dans les livres de courtiers de l’année 1796 révèlent, en effet, l’importance de telles acquisitions, directement opérées sur le marché par les négociants français de la place61. Sur les 231 opérations d’achat impliquant l’un d’entre eux, 194 portent en effet sur des denrées coloniales provenant d’Amérique. En valeur, leur importance est encore plus manifeste : 10 843 612 reales, sur un total de 12 542 127 reales pour l’ensemble des achats effectués par les négociants français de Cadix (soit 86 %). À côté des denrées américaines, les productions de la terre andalouse – la laine et les métaux non précieux – font pâle figure (à peine un million de reales). Ce sont donc bien les denrées coloniales que les négociants français cherchaient à acquérir en premier lieu sur le marché de Cadix. Trois plus précisément retenaient leur attention à cette époque : le sucre, d’abord, que les Français se sont mis à rechercher activement à Cadix à partir du moment où la révolte des esclaves de Saint-Domingue a tari leur source traditionnelle d’approvisionnement (ils en acquièrent pour 4 324 354 reales, soit le sixième de ce qui fut vendu par l’intermédiaire des courtiers de la ville) ; la cochenille, ensuite, dont ils faisaient un important commerce depuis plusieurs décennies et dont ils accaparent près du quart des quantités échangées à Cadix cette année-là (3 086 379 reales sur 13 595 451 reales) ; l’indigo, enfin, une autre denrée tinctoriale dont ils achètent le sixième de ce qui fut vendu à Cadix par le biais des courtiers (1 830 260 reales sur 11 706 624 reales). Leur achat de 605 284 reales de café est également significatif car leurs opérations sur ce produit représentent plus du tiers de ce qui s’est négocié à Cadix – ce qui, là encore, peut être mis en lien avec la situation catastrophique des importations des Antilles françaises, grandes pourvoyeuses jusque-là de cette denrée. En revanche, pour les autres produits, les quantités acquises sont bien moins significatives. Les achats des marchands français à Cadix semblent donc suivre l’évolution de la demande dans leur pays d’origine. Cependant, là encore, la France ne constituait pas l’unique horizon des négociants français, qui étaient parvenus à s’insérer dans de vastes circuits internationaux couvrant, pour ainsi dire, l’Europe entière.

  • 62 Chamboredon, inédite, p. 505.
  • 63 ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, liasse 2.
  • 64 Les principaux marchés des Rivet sont Gênes (860 000 reales de denrées y sont consignées, dont la (...)

24Quelques exemples mieux connus permettent d’illustrer plus précisément cette réalité et, en premier lieu, celui de la compagnie Simon et Arnail Fornier qui figurait parmi les principaux acteurs du secteur. Les denrées qu’elle se procurait peuvent être réparties en trois postes : les matières tinctoriales (cochenille, indigo et bois de campêche) représentent près de 60 % de ses exportations vers l’Europe entre 1768 et 1786, les comestibles (café, cacao, sucre, tabac, vanille, quinquina, jalap, salsepareille) un quart, et les 15 % restants se composent de matières premières coloniales (cuirs, coton) et de produits andalous ou espagnols (laine, plomb, huile, soude, vin)62. Or, ces denrées loin d’être exclusivement destinées au marché français étaient principalement expédiées vers 5 centres européens : Marseille, l’un des premiers marchés du continent pour la cochenille, en reçoit 7 400 000 reales, puis vient Amsterdam (6 300 000 reales), Gênes (3 800 000 reales), Londres (3 600 000 reales) et enfin Rouen (3 000 000 reales). Le commerce des gérants de la compagnie Rivet et neveux est très similaire à celui de leurs confrères languedociens, tant pour ce qui concerne les produits exportés que pour leurs destinations. Sur les 2 345 463 reales de fruits consignés à l’étranger dont le bilan de la nouvelle société porte témoignage en 1793, la cochenille et l’indigo occupent des positions prépondérantes (respectivement 812 729 et 506 059 reales), devant les plantes médicinales, le cuivre et le coton63. Les seules différences majeures avec le commerce effectué par les frères Fornier s’expliquent par la conjoncture révolutionnaire du début des années 1790 : le sucre – avec 513 659 reales – s’intercale entre la cochenille et l’indigo, et la position de Marseille est très en retrait. À ce détail près, les villes où les Rivet exportent leurs denrées coloniales sont peu ou prou les mêmes que celles où les Fornier expédiaient les leurs64.

  • 65 AHPC, Hacienda, livre 47, 14 avril 1794, lettre de Jean Gérard Bansa à Léon Verry.
  • 66 Blanc, inédit, p. 89.
  • 67 Ainsi, la société Magon Lefer achète la totalité des 500 surons importés par le comte de Reparaz e (...)

25L’importance pour le commerce des denrées coloniales de l’insertion dans des circuits internationaux très ouverts – il faut être constamment informé sur les conditions des marchés pour saisir les opportunités les plus attractives et éviter les situations d’engorgement peu propices aux bonnes affaires – permet finalement de mieux comprendre son caractère élitiste. Les déboires que connaît Léon Verry, un modeste négociant de Cadix, dans sa tentative d’écouler 20 livres de quinquina à Gênes, illustrent a contrario les difficultés auxquelles pouvaient se trouver confrontés les marchands qui ne disposaient que de faibles moyens. Son commissionnaire génois refuse en effet de lui fournir les avances qu’il lui réclame sous prétexte que le marché génois est déjà engorgé par ce produit et que les autres maisons de Cadix l’ont autorisé à « écouler à tout prix » une matière dont il sait « qu’on en est aussi embarrassé à Cadix qu’ici65 ». Seules les maisons françaises qui disposaient des ressources informationnelles et relationnelles les plus performantes pouvaient donc se livrer avec profit à ce commerce. Toutes les mentions relevées dans nos archives le confirment : les principaux acteurs du secteur se recrutent, comme dans le commerce des piastres, au sein de l’élite de la colonie (Magon Lefer, Jugla, Rivet, Verduc, Quentin), et les acteurs plus modestes – tels Léon Verry, Barthélémy Goiran, Galatoire frères ou Jean-Joseph Lassalette – n’apparaissent qu’occasionnellement. L’intrusion de « gâte-métiers » dans un secteur jusque-là réservé à quelques-uns est certes déplorée par les gérants de Magon Lefer, qui dénoncent dans un courrier les pratiques de ces petits négociants qui, par des achats précipités à Cadix, tirent les prix à la hausse66. Néanmoins, elle ne dut guère être significative et ne put donc pas gêner outre mesure les stratégies des grandes maisons, qui s’efforçaient au contraire d’instaurer un monopole à leur seul profit afin de se retrouver en position de force face aux acheteurs européens67.

26En 1796, les choses n’avaient pas fondamentalement changé si l’on en croit les opérations relevées dans les livres de courtiers. Certes, les 194 opérations d’achat de denrées coloniales opérées par les Français se répartissent entre 34 acheteurs différents, mais 8 d’entre eux ont assuré à eux seuls plus de 80 % de ces opérations, confirmant ainsi que, derrière son apparente dispersion, le marché continue d’être tenu par une poignée de maisons. On remarque des changements cependant parmi les acteurs qui occupent les premières places : aux côtés des vieilles maisons qui ont historiquement joué les premiers rôles au sein de la colonie – comme la maison Jugla Solier, qui court depuis 1793 sous l’appellation « Francisco Demellet et Cie » et qui a acquis pour 1 558 484 reales de denrées coloniales, ou encore les maisons Ségalas et Cie, Rey et Brandembourg, Vienne et Larrue, et Mallet et Cie qui ont toutes opéré pour des montants supérieurs à 500 000 reales –, quelques nouveaux venus sont parvenus à se glisser au sein de cette élite étroite (François Delaye, Antoine Lafitte, Jean-Pierre Covarrubias ou Ferdinand Roger qui ont tous acheté pour plus de 700 000 reales de denrées). D’autres grands noms de la nation ne se livrent au contraire qu’à des achats très modestes (Delaville, Sahuc, Favar, Eduardo Gough).

27Les petits importateurs de produits textiles, qui composaient le gros de la colonie française à Cadix, comme les maisons les plus prestigieuses spécialisées dans le commerce des piastres et des denrées coloniales, paraissent tous être parvenus à s’adapter aux transformations structurelles du commerce de Cadix à l’œuvre dans les années 1780, notamment en prenant leurs distances avec un commerce « français » alors en déclin et en inscrivant dorénavant plus clairement leurs affaires dans un cadre européen et mondial, offrant de nouvelles opportunités. Le même pragmatisme semble d’ailleurs avoir inspiré leur gouverne en matière de participation au commerce colonial espagnol proprement dit : compte tenu du contexte beaucoup plus concurrentiel qui régnait dans la Carrera de Indias depuis 1778, les négociants français n’hésitèrent pas à délaisser leurs pratiques traditionnelles consistant en l’envoi de pacotilles aux Indes par le biais de prête-noms et en l’octroi de prêts à la grosse aventure aux cargadores, pour privilégier dorénavant la vente directe à Cadix.

Le désengagement des Indes : une bonne opération ?

  • 68 « Les Correspondants de Cadix […] consignent [leurs marchandises] entre les mains d’un, deux ou tr (...)

28Si l’on en croit les auteurs des xviie et xviiie siècles – Jacques Savary, en premier lieu – et les historiens qui ont utilisé leurs témoignages, les négociants étrangers installés en Andalousie plaçaient directement leurs intérêts dans la Carrera de Indias en utilisant pour cela « el disfraz de nombres falsos », à savoir des prête-noms68. La pratique serait apparue très tôt, puisque Savary mentionne qu’elle s’imposa dès les années 1670 lorsque les cargadores cessèrent de payer comptant les biens manufacturés qu’ils se procuraient auprès des marchands européens : ces derniers commencèrent alors à prendre l’habitude de placer directement leurs intérêts dans la Carrera de Indias. Leurs placements se faisaient soit sous la forme de pacotilles qu’ils expédiaient pour leur propre compte aux Indes, soit en utilisant le prêt à la grosse aventure, qui constituait une sorte de vente à terme dans laquelle ils demeuraient partiellement responsables du sort des marchandises, puisque l’emprunteur n’était tenu de rembourser qu’en cas d’issue heureuse de l’expédition maritime sur laquelle couraient les risques. Ces deux pratiques étaient illégales – seuls les « Espagnols » ayant le droit de prendre des intérêts dans les expéditions coloniales –, et elles ne pouvaient se faire que par le biais du recours à des prête-noms, qui signaient la totalité de la documentation officielle requise.

  • 69 En témoigne cette protestation des députés de la nation française contre les velléités du présiden (...)
  • 70 AHPC, PN, Cadix, reg. 4518, fol. 1560.

29Les études consacrées au xviiie siècle évoquent toutes la persistance de ces pratiques mais peinent le plus souvent à fournir des données précises ou quantifiées les concernant. Il ne fait cependant aucun doute qu’elles se maintinrent, jusque tard dans le siècle, comme l’attestent les plaintes professées chaque fois que les autorités espagnoles s’avisaient de remettre en cause une pratique enracinée, d’après leurs défenseurs, depuis des temps immémoriaux69. Les sources notariales apportent d’autres témoignages qui abondent dans le même sens. On en veut pour preuve une declaración effectuée devant notaire le 17 novembre 1780 par Juan Pireneo, un négociant espagnol de Cadix70. Il y énumère les intérêts qu’il a pris dans 15 expéditions coloniales sorties de Cadix entre 1775 et 1780 et il précise :

ces factures, possessions et écritures, bien qu’elles aient été enregistrées à mon nom et chargées pour mon compte, à mes risques et à ma consignation et bien qu’elles aient été octroyées en ma faveur, l’ont toutes été en toute confiance et à la demande et instance du nommé sieur Simon Lenormand, habitant de la ville de Paris […] et je me suis obligé à donner et remettre au sus-dit Simon Lenormand et en son nom au sieur Jean-Baptiste Bartibas et au sieur Jean Ardois, ses fondés de pouvoirs en ladite ville de Cadix, toutes les lettres correspondant aux dits effets.

Ce document atteste donc que Juan Pireneo agit en qualité de simple prête-nom de Simon Lenormand, alors résidant à Paris mais commanditaire d’une société gaditane tenue par Jean-Baptiste Bartibas et Jean Ardois. Les 15 intérêts possédés par Simon Lenormand dans la Carrera, qui font au total 1 120 141 reales, se répartissent de la manière suivante : 512 643 reales en facturas (c’est-à-dire sous la forme d’expéditions directes), 361 664 reales en riesgos (prêts à la grosse aventure), et 245 834 reales en obligaciones.

30Ce témoignage illustre donc les modalités les plus connues selon lesquelles les négociants français plaçaient à Cadix les marchandises qu’ils recevaient de leurs correspondants européens. Étaient-elles cependant aussi généralisées que ne l’ont longtemps affirmé les historiens ? S’il s’avère impossible de répondre à cette question pour l’ensemble du xviiie siècle, la réponse fait en revanche peu de doute pour la période du comercio libre : à cette époque, les négociants français s’étaient largement désengagés du commerce transatlantique, pour des raisons sur lesquelles il convient de revenir.

31L’état des affaires de Simon Lenormand, cité ci-dessus, aide à mieux comprendre comment fonctionnait la pratique des expéditions directes aux Indes par l’intermédiaire de prête-noms et de mieux saisir, par là même, les problèmes qu’elle soulevait. Le document permet en effet de distinguer clairement les 4 niveaux d’intervenants impliqués dans ces ventes : Simon Lenormand (Paris) est le propriétaire du capital et il en est le seul responsable depuis le chargement des marchandises jusqu’à leur vente, il doit disposer de ressources suffisantes pour pouvoir supporter la longue immobilisation de ses capitaux ; Jean-Baptiste Bartibas et Jean Ardois, ses représentants à Cadix, sont chargés de recruter le prête-nom et les commissionnaires auxquels seront confiées les marchandises ; Juan Pireneo est le signataire des contrats de commission (les « cédules ou promesses » évoquées par Savary), des connaissements et des déclarations douanières ; enfin, Felipe Montes de Guevarra, Isidro de la Torre, Manuel Gutierrez de Palacio sont les trois commissionnaires, chargés d’accompagner les marchandises et d’en faire assurer la vente aux Indes, par les soins de leurs propres agents locaux. À la longue immobilisation des capitaux que suppose ce type de placement et aux risques maritimes encourus, la multiplication des intervenants ajoute donc d’autres aléas (celui du détournement notamment) et d’autres coûts : ceux suscités par les commissions qu’il faut verser aux divers partenaires espagnols et les frais engendrés par le comptoir qu’il faut entretenir à Cadix afin de disposer sur place d’agents de confiance, susceptibles de s’assurer de la loyauté des partenaires espagnols et d’assumer la gestion d’affaires délicates, situées aux marges de la légalité.

  • 71 Carrière, 1970.
  • 72 Le document a été reproduit en annexe de cet ouvrage, document 3.
  • 73 C’est le cas de la maison Rey et Brandembourg qui fait appel, dans le cas présenté, à son commandi (...)

32Les problèmes posés sont les mêmes en ce qui concerne les prêts à la grosse aventure. Certes, ces derniers offraient une belle rentabilité, comme l’a magistralement démontré Charles Carrière dans un article demeuré célèbre71. Ce dernier montre en effet qu’au montant très élevé des primes (30, 40 parfois jusqu’à 50 %, y compris en temps de paix) s’ajoutait le bénéfice du change, puisque les sommes prêtées à Cadix en pesos sencillos étaient remboursées en Amérique en pesos fuertes (10 reales 5/8), ce qui garantissait mécaniquement un bénéfice supplémentaire de 33 % pour le prêteur ; il pondère ensuite ces résultats en rappelant la longue immobilisation des capitaux et les différents frais que supposaient de telles opérations. Au total, le rendement final aurait donc été plus modeste, de l’ordre de 20 % par an, ce qui reste très confortable. L’affaire suivante, extraite des fonds de la maison Rey Magneval de Lyon, permet de préciser les mécanismes marchands à l’œuvre dans l’octroi d’un prêt à la grosse aventure72. Dans une note adressée par les gérants de la compagnie Rey et Brandembourg de Cadix à leurs correspondants lyonnais, datée du 28 février 1766, l’intérêt d’un demi que les Lyonnais ont pris dans une grosse octroyée à Cadix est détaillé. Le montant du contrat est de « 8 368.7.12 piastres effectives y compris la prime de 26 % », l’échéance est de 8 mois, et le risque court à l’aller sur deux caissons destinés à Buenos Aires et au retour sur la même valeur en « or ou argent ». On distingue clairement les différents protagonistes de l’affaire : la compagnie Rey Magneval de Lyon a un simple statut d’intéressée ; la compagnie Rey et Brandembourg est à la fois intéressée pour moitié et commissionnaire de la précédente ; Nicolas de Acha est l’emprunteur ; Francisco Sabugo est explicitement désigné comme étant le « prête-nom » ; enfin, Domingo de Basabilbaso est un négociant de Buenos Aires, chargé de recouvrer le prêt à échéance et d’assurer les retours, soit sur le premier navire qui sortira du Río de La Plata à la consignation de Francisco Sabugo, soit en « papier de toute solidité » à Diego Muñoz y Chili, un autre négociant espagnol. On retrouve donc dans cette affaire la même complexité des procédures que dans les affaires de pacotilles expédiées aux Indes et la même multiplicité des intervenants. Il fallait donc pour prêter à la grosse dans la Carrera disposer d’un solide réseau de partenaires, non seulement en Europe, pour collecter les sommes destinées à être immobilisées pendant de longs mois73, mais également à Cadix et outre-mer, afin de s’assurer que les fonds ne cesseraient jamais d’être entre de bonnes mains.

33Ces deux contraintes qui affectent aussi bien les prêts à la grosse aventure que les expéditions de pacotilles contribuent donc à exclure un grand nombre de maisons françaises, les plus modestes, d’une telle pratique. Elles expliquent aussi pourquoi, dans le contexte d’une Carrera de Indias devenue beaucoup plus concurrentielle dans la seconde moitié du xviiie siècle, ces engagements déclinent fortement et ne représentent plus que des placements marginaux pour les négociants français.

  • 74 Bernal Rodríguez, 1992.

34Le déclin de l’usage du prêt à la grosse aventure dans la Carrera de Indias est bien connu puisque, après avoir été constaté par Charles Carrière au sein des archives de la maison Roux frères de Marseille, il a fait l’objet d’une quantification rigoureuse de la part d’Antonio Miguel Bernal. Ce dernier, en se fondant sur des sondages effectués dans l’étude notariale no 25 et en retenant comme base l’année 1710 (indice 100), situe en effet l’apogée de cette pratique dans les années 1760 (indice 164 en 1760 et 130 en 1770), puis son déclin après cette date (indice 54 en 1780, année de guerre, et indice 42 en 1790 alors qu’aucun conflit ne perturbe la Carrera de Indias)74. De fait, la documentation collectée ici, tant sur le prêt à la grosse aventure que sur les expéditions de pacotilles, atteste que ces pratiques n’étaient plus réellement en usage au sein de la colonie française.

  • 75 AHPC, PN, Cadix, reg. 4516-4518.
  • 76 Carrière, 1970.
  • 77 Les profits dégagés sur les pacotilles expédiées aux Indes s’élèvent à 25 % pour la Flotte de 1757 (...)
  • 78 Ibid., p. 447.
  • 79 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasses 810 à 856.
  • 80 Le Gouic, 2011, pp. 416-420.
  • 81 ADR, Fonds Guérin, 4 J 439, Cadix, courrier du 15 mars 1785.
  • 82 ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, liasse 2, « État des affaires de Rivet neveux et Cie de Cádiz au 13 m (...)
  • 83 Sée, 1925, p. 185.

35Ainsi, un échantillon relativement homogène de 31 contrats de prêts commerciaux octroyés par des maisons françaises à des acteurs de la Carrera de Indias (cargadores ou capitaines de navires), relevés dans les registres de l’étude notariale no 19 pour les années 1778-1780, confirme que les maisons françaises qui plaçaient de l’argent à terme dans la Carrera de Indias continuaient d’appartenir toutes à l’élite de la colonie puisque les compagnies Fornier, Rivet, Sahuc, Verduc, Lenormand, Dubernad et Lasserre – qui sont toutes recensées dans les deux premières classes de la nation – représentent 90 % des contrats relevés (96 % en valeur)75. Cependant, l’instrument privilégié pour leurs placements n’est pas le prêt à la grosse aventure (10 contrats sur 31), mais plutôt le contrat d’obligation, dit aussi premio de tierra, qui représente les deux tiers de l’échantillon. En outre, il est fort probable que ces opérations n’aient joué qu’un rôle mineur dans l’ensemble de leurs affaires. Certes, les 607 498 reales placés en prêts à la grosse par Simon Lenormand représentent une somme importante en soi, mais le cas est probablement singulier. Les frères Fornier, de leur côté, avaient délaissé cet investissement après 1768. Les fonds privés et notariaux des deux autres grandes compagnies huguenotes de la ville, les Rivet et les Jugla Solier, renferment également très peu de témoignages sur leurs engagements dans le secteur. La correspondance de la maison Roux, qui avait été avant les années 1760 un acteur assidu sur le marché des grosses gaditanes, confirme cette tendance générale76. Les placements sous forme de pacotilles suivirent une même trajectoire. La compagnie Fornier, qui avait placé de la sorte un tiers des 8 600 000 pesos investis aux Indes entre 1748 et 1767, limita également ses envois de pacotilles aux Indes après la faillite de 1768 et privilégia au contraire la vente directe à Cadix77. Pour ses gérants, les Indes n’étaient plus qu’un « pis-aller » pour écouler les marchandises invendues à Cadix78. Or, son exemple ne semble pas être exceptionnel. À aucun moment, les principaux correspondants de la société Roux frères de Marseille (Lecouteulx, Jolif, Lenormand, Mercy, Magon, Quentin, Sahuc, Verduc, Solier), qui proposent régulièrement des affaires en participation à leurs correspondants marseillais, n’évoquent l’opportunité d’une prise d’intérêt sur un envoi direct aux Indes79. De même, dans les fonds lyonnais, on trouve peu de traces de telles prises d’intérêts directs. Olivier Le Gouic cite bien quelques exemples de placements lyonnais dans des pacotilles ou des prêts à la grosse par l’intermédiaire des compagnies françaises de Cadix, mais il précise par ailleurs que, dans l’ensemble, les exportateurs lyonnais ne semblent « guère avoir le goût du risque et de la spéculation » et préfèrent la vente directe à Cadix, à « de bons débiteurs », plutôt que les chargements pour les Indes80. Une opinion qu’illustre le sort d’une petite pacotille de soie, appartenant à la maison Veuve Guérin de Saint-Chamond, que les gérants de la société Bonneval Olombel de Cadix ont confiée, en 1776, à Joseph Diaz Escandon de Cartagena de Indias : le décès du commissionnaire créole et « les lenteurs incroyables de la part des débiteurs que l’on éprouve dans cette partie des Indes » expliquent que l’affaire s’éternise et se termine 10 ans plus tard par les prières de Jean de Bonneval qui supplie, « de grâce », son correspondant rhodanien de ne plus lui écrire à ce propos afin « d’épargner des ports de lettres inutiles81 ». Quant aux bilans des 2 compagnies Rivet déjà évoqués, ils ne consignent qu’une seule opération correspondant à un envoi direct aux Indes82. La bibliographie ne fournit d’ailleurs guère plus d’exemples sur la question. Henri Sée, qui a travaillé sur le fonds de la compagnie Magon de la Blinaye de Saint-Malo, soutient que les négociants français recouraient à cette pratique, tout en précisant que les Magon avaient pour leur part une nette préférence pour la vente à Cadix83.

  • 84 Voir infra.
  • 85 Lamikiz, 2010.

36Au total, de nombreux indices suggèrent que les intérêts directement pris par les marchands étrangers de Cadix dans la Carrera de Indias diminuèrent fortement à l’époque du comercio libre, peut-être même avant les premiers décrets de 1765. On connaît les interprétations qui ont été apportées à ce déclin, celle de Charles Carrière notamment, qui y voit un signe du « renouveau » espagnol – les cargadores s’émancipant peu à peu de la coûteuse tutelle des négociants étrangers de la ville. De fait, l’essor du secteur des assurances maritimes, qui permit de se préserver des risques de naufrage à moindre coût, confirme l’autonomisation croissante des cargadores vis-à-vis des investisseurs européens84. Plus généralement cependant, l’idée dominante aujourd’hui est que la libéralisation progressive de la Carrera de Indias, à partir de la première suppression des Flottes, contribua à fluidifier les échanges commerciaux, à multiplier le nombre des acteurs qui pouvaient y prendre part et donc à rendre les règles de l’échange plus concurrentielles et les marges de profit plus réduites85. Dans un tel contexte, les pratiques qui supposaient des coûts de transactions très élevés – tels les prêts à la grosse ou les expéditions de pacotilles par l’intermédiaire de prête-noms – et dont la rentabilité n’était possible que dans un contexte très peu concurrentiel cessèrent d’être attractives.

  • 86 Chamboredon, inédite, p. 586.

37Il résulte de ce constat que l’essentiel des marchandises importées d’Europe dans les années 1780 devait être vendu à Cadix, directement aux cargadores ou aux boutiquiers – lesquels absorbaient, par exemple, plus du quart des ventes des Fornier86. Ces ventes n’étaient cependant pas totalement sans risque, puisqu’elles se faisaient à terme, avec des échéances variant entre 1 et 3 mois pour les opérations dites « au comptant », jusqu’à 2 ans pour les ventes qui se faisaient sous la forme d’une obligation hypothécaire, par le biais d’un acte notarié. En fait, le mode de paiement le plus usité pour ce type de commerce était le billet à ordre, dit pagaré en Espagne, qui supposait des échéances d’une durée intermédiaire, allant de 4 à 6 mois. Ces billets présentaient l’intérêt de pouvoir être facilement escomptés auprès de particuliers ou de la Caja de Descuento – l’antenne locale de la Banque de Saint-Charles – et ils offraient donc aux négociants français les mêmes avantages que des ventes au comptant en leur permettant d’optimiser le roulement de leurs affaires.

38À tout point de vue, le commerce qui se faisait à Cadix à la fin du xviiie siècle est très différent de celui que décrivait Savary un siècle plus tôt. Les négociants français ne sont plus de simples « agents », au service de leurs bailleurs de fonds demeurés au pays, pas plus que les négociants espagnols ne peuvent se réduire à de simples prête-noms des marchands étrangers. Les premiers travaillent pour un espace très élargi, dont les frontières se confondent plus ou moins avec celles de l’Europe du négoce – et dont les centres sont aussi bien Londres, Amsterdam ou Gênes que Paris, Lyon, Marseille et Saint-Malo –, alors que les seconds achètent pour leur compte les marchandises européennes à Cadix et écoulent par le même biais les produits qu’ils reçoivent en retour des Amériques. Chaque catégorie d’acteurs semble s’être dorénavant spécialisée sur le segment du marché pour lequel elle est le mieux armée pour affronter la concurrence – la Carrera de Indias pour les cargadores, les relations entre Cadix et l’Europe pour les marchands étrangers. Notons, par ailleurs, que les uns comme les autres étaient secondés dans leurs tâches par diverses institutions commerciales qui accompagnèrent les évolutions en cours – les compagnies d’assurances, par exemple, qui libérèrent les cargadores du prêt à la grosse aventure, ou les institutions bancaires qui, en escomptant les effets de commerce, permirent aux négociants étrangers, même les plus modestes, de vendre à crédit leurs marchandises.

39Comment interpréter de telles évolutions ? Faut-il y voir des conséquences indirectes des réformes libérales de la monarchie espagnole qui, dans la seconde moitié du siècle, s’efforcèrent d’augmenter la concurrence au sein de la Carrera de Indias et contraignirent ainsi les acteurs locaux à améliorer la productivité de leurs opérations ? Ou doit-on analyser ces transformations comme les symptômes plus généraux d’une « révolution commerciale » qui, partout en Europe et dans le monde atlantique, aurait entraîné les mêmes processus de spécialisation et de professionnalisation des acteurs du monde marchand dans les branches du négoce où ils étaient les plus performants ? Les deux hypothèses semblent tout à fait plausibles – et d’ailleurs aucunement incompatibles. De fait, les évolutions qu’ont connues les branches annexes du négoce – la banque, l’assurance et l’armement maritime – confirment que la place de Cadix n’était pas demeurée étrangère aux transformations des pratiques de l’échange qui, entre 1750 et 1850, changèrent les façons de faire du commerce à distance en Europe. Il apparaît en outre certain que les négociants français de la place furent, à l’échelle locale, des acteurs de premier ordre de cette évolution, dont ils surent largement tirer profit.

Les solides positions françaises dans les branches paracommerciales du négoce de Cadix

  • 87 Carrière, 1973, pp. 237 sqq.
  • 88 Jeannin, 1996, pp. 368-369. Pour les évolutions de la seconde moitié du xviiie siècle, voir Chandl (...)

40La participation de négociants aux secteurs de la banque, de l’assurance ou de l’armement maritime ne constitue en rien un fait nouveau au xviiie siècle. Comme l’a parfaitement montré Charles Carrière, la polyvalence constitue même un des traits les plus caractéristiques de la fonction de négociant87. Il est cependant certain que tous les négociants n’étaient pas aussi polyvalents et que des processus de spécialisation et de professionnalisation au sein de chacune des branches du négoce se manifestèrent assez précocement et s’accélérèrent dans la seconde moitié du xviiie siècle88. De fait, partout en Europe, dans les années 1780, l’autonomisation des secteurs paracommerciaux par rapport aux opérations commerciales proprement dites avait beaucoup progressé, ainsi que la spécialisation de certains négociants dans ces branches. Ces processus, que l’on ne connaît encore que très imparfaitement – et que l’on peut regrouper sous l’expression commode et discutable de « révolution commerciale » –, se manifestèrent également à Cadix où ils semblent avoir concerné, en tout premier lieu, les négociants français. Certes, il serait encore bien difficile de dresser des listes formelles distinguant, au sein de la colonie française des années 1780, les banquiers, les assureurs et les agents maritimes d’un côté, et de « purs commerçants », de l’autre. Un petit nombre de négociants français avaient cependant pleinement saisi tout le bénéfice qu’ils pouvaient tirer d’une spécialisation accrue dans des secteurs particulièrement rémunérateurs.

Des banquiers français à Cadix ?

  • 89 Roover, 1953 ; Lapeyre, 1955 ; Lüthy, 1959-1961, notamment p. 452 sqq. pour la définition du « cré (...)
  • 90 Pour l’Almanach royal, édité à Paris, voir Lüthy, 1959-1961, p. 243. Pour Madrid, voir Almanak mer (...)

41Dans l’Europe moderne, l’activité bancaire se confond largement avec les opérations induites par la circulation des lettres de change. Celles-ci servaient en premier lieu d’outils de paiement dans le commerce à distance. Mais elles pouvaient également être émises dans le cadre de spéculation sur les changes ou dans celui d’opérations de crédit dit « renouvelé » – que les historiens médiévistes appellent aussi le « rechange », et Herbert Lüthy, le « crédit par circulation89 ». Enfin, les lettres de change servaient de support aux mouvements financiers plus vastes, liés aux besoins de gouvernements devant effectuer, par exemple, le versement de soldes à des troupes stationnées à l’étranger ou un emprunt sur une place étrangère. Être banquier, c’était donc émettre, acquérir, céder ou recouvrer – ou pour le dire en deux mots « faire circuler » – les titres de paiement suscités par ces différentes opérations. De fait, la nomenclature utilisée dans les guides mercantiles parisiens ou madrilènes reflète cette coïncidence entre activité bancaire et circulation des lettres de change : les premiers distinguent du commun des négociants « les banquiers pour les traites et remises », alors que les seconds, plus précis, proposent une liste des « Casas donde se giran Letras de Cambio para diferentes partes de dentro y fuera del Reyno90 ».

  • 91 Bartolomei, 2007b, p. 110.
  • 92 Carrière, 1973, p. 874.
  • 93 Braudel, 1993, p. 97.
  • 94 Lapeyre, 1955, p. 291.

42Pour honorer ou recouvrer une créance, les négociants utilisaient donc presque toujours des effets commerciaux – des lettres de change ou des billets à ordre, leur succédané pour les paiements locaux –, lesquels présentaient de nombreux avantages par rapport aux autres possibilités existantes pour effectuer des paiements91. Ainsi, pour honorer une facture, les négociants pouvaient accepter les traites de leurs créanciers – en les autorisant à tirer sur eux des lettres de change – ou leur procurer des remises, c’est-à-dire des lettres de change qu’ils tiraient ou endossaient en leur faveur. De la même manière, pour recouvrer des créances, les négociants pouvaient tirer des traites sur leurs débiteurs ou recevoir des remises de leur part. En dépit des facilités qu’elle offrait, la lettre de change n’en était pas pour autant cet instrument mercantile parfait que décrit, par exemple, Charles Carrière lorsqu’il évoque l’extinction des « dettes successives » que permettait la pratique de l’endossement, comme si les négociants pouvaient liquider entre eux, sans coût et sans intermédiaire, la totalité de leurs paiements92. L’usage de la lettre de change imposait en fait aux négociants de recourir à une solide infrastructure bancaire comprenant un réseau de places européennes structurant et organisant la négociation et la circulation des effets, des marchés – appelés Bourse, « place des Changes », « Loge » ou « Lonja » selon les lieux et les pays93 – dans lesquels pouvaient être négociés les effets émis ou recherchés, et enfin des professionnels du maniement des lettres de change : agents de change ou courtiers, naturellement, mais aussi commissionnaires en banque, arbitragistes, négociants-banquiers ou, tout simplement, banquiers. Il était, de fait, extrêmement rare qu’un négociant ayant émis une lettre sur une place étrangère puisse trouver aisément, dans son entourage, un confrère ayant précisément besoin d’un tel effet pour ses propres affaires. De même, il était tout aussi rare qu’un négociant, en quête de papier pour honorer une créance, trouvât, sans effort, un autre négociant justement désireux de se dessaisir d’une lettre du montant recherché. De telles coïncidences pouvaient évidemment se produire, notamment sur les places marchandes les plus importantes, celles où se retrouvaient quotidiennement des centaines de porteurs de lettres sur l’étranger. Là, en recourant aux services d’un courtier, il devait être possible d’opérer directement et sans autre intermédiaire sur le marché. Même dans ces places financières de premier ordre, cependant, ce n’était certainement pas le cas de figure le plus fréquent et, a fortiori, de telles coïncidences avaient très peu de chances de se produire dans des places marchandes secondaires, où le marché des changes était beaucoup plus étriqué. C’est la raison pour laquelle le recours à des banquiers – à savoir à des individus dont le métier était de faciliter les paiements des autres – était nécessaire. À l’époque considérée, cependant, la fonction bancaire ne constitue encore que rarement un métier distingué du reste du négoce et caractérise plutôt la position qu’occupe, à un moment donné, le négociant dans la circulation des lettres. En effet, un même individu pouvait tour à tour intervenir sur le marché des changes en qualité de « commerçant », lorsqu’il se trouvait en situation de « change forcé » ou de « change de retour », c’est-à-dire contraint d’opérer à l’achat ou à la vente par les nécessités de son commerce (payer une facture, une prime d’assurance, etc.), ou alors en qualité de « banquier », lorsqu’il se trouvait en situation de « change spéculatif » et qu’il était mû par le seul « appât du gain94 ». Dans tous les cas de figure, le négociant procédait à un arbitrage pour déterminer la combinaison cambiaire la plus favorable (paiement par traites ou par remises, en utilisant des effets émis sur telle ou telle place) ; mais, dans la première situation, il était tenu d’opérer, qu’il gagne ou qu’il perde, alors que dans la seconde, il n’opérait qu’avec la certitude de gagner.

  • 95 Carrière et alii, 1976, pp. 22-23.
  • 96 Antonetti, 1963, p. 243.
  • 97 Bartolomei, 2007b, p. 121.
  • 98 Chamboredon, inédite, p. 578.

43L’activité bancaire ne souffrait, au sein du monde négociant du moins, d’aucune déconsidération morale et était universellement reconnue comme utile puisque, en acquérant les effets proposés en un endroit, en se chargeant de leur recouvrement, en émettant par ailleurs les effets que réclamait le marché ou en acceptant les traites de leurs clients, les banquiers contribuaient à fluidifier et à réguler les circuits des paiements. Pour ce faire, ces négociants-banquiers devaient posséder un solide savoir-faire technique et juridique, être insérés dans un large réseau de partenaires de confiance auxquels pouvaient être déléguées les opérations de recouvrement ou de paiement des effets manipulés, et disposer, enfin, d’un fonds de roulement minimal, afin de pouvoir supporter les délais impliqués par la circulation des lettres de change qui étaient, en général, émises à 3 mois d’échéance. C’est pour cela, qu’en échange de leurs services, il paraissait légitime à tous qu’ils soient rémunérés en percevant un bénéfice, qui comprenait un intérêt pour la période durant laquelle ils se trouvaient en avance sur leur client (l’escompte), le profit (ou la perte) sur le change – à savoir « le prix d’une monnaie en fonction de l’offre et de la demande » – et, enfin, une commission bancaire rémunérant le service rendu95. Cette rémunération variait donc en fonction des cours du change : elle était élevée lorsque le banquier se trouvait en mesure d’offrir du papier sur une place où celui-ci était rare et recherché ou lorsqu’il acquérait les effets en un endroit et à un moment où ils étaient dépréciés, compte tenu de leur abondance ; elle était, en revanche, moindre, dans les cas de figure inverses. Quoi qu’il en soit, il fait peu de doute que les opérations bancaires étaient très rémunératrices : la banque Greffulhe Montz, pour ne retenir que cet exemple très bien documenté, doubla son capital en seulement 3 années d’activité sur la place de Paris96 ; la compagnie Roux frères, sur une place plus modeste comme Marseille, pouvait tirer jusqu’à plusieurs milliers de francs par an de ses activités bancaires97 ; quant à la maison Fornier, à Cadix, dont les gérants souhaitaient pourtant qu’elle soit « un comptoir » plutôt qu’une « banque », elle inscrivit jusqu’à plusieurs milliers de reales de profit bancaire dans ses bilans98.

  • 99 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 817, courrier du 6 juillet 1802.
  • 100 « Béhic, Magon, Verduc et Jugla », dans Chamboredon, inédite, p. 579.
  • 101 Carrière et alii, 1976, pp. 96 sqq.

44La difficulté à l’heure de cerner les contours de la banque française à Cadix est cependant qu’il n’existe pas dans les guides mercantiles locaux, comme à Paris ou à Madrid, de listes des maisons opérant dans le secteur bancaire. Dans une place plus modeste comme l’était le port andalou, aucune distinction formelle n’était faite entre les banquiers et les négociants. De fait, la frontière entre les deux mondes était extrêmement ténue : tous les négociants, jusqu’aux plus modestes, procédaient en effet à des arbitrages lorsqu’ils opéraient en situation de « change forcé » sur le marché, afin de minimiser leurs pertes, ou même de tirer profit des paiements qu’ils avaient à effectuer ou à recouvrer ; par ailleurs, probablement aucun négociant à Cadix n’avait totalement renoncé au commerce pour se spécialiser dans la banque. Ainsi, les gérants de la compagnie Greppi Marliany, pourtant l’une des maisons de la place les plus actives dans le secteur bancaire à la fin du xviiie siècle, refusent une affaire d’importations de toiles de Bretagne au prétexte qu’ils ont désormais délaissé cette branche du négoce, mais c’est pour préciser aussitôt qu’ils se consacrent dorénavant aux « opérations de change et aux achats de fruits des Indes99 ». Doit-on alors considérer qu’il n’y avait aucune maison de banque à Cadix dans la seconde moitié du xviiie siècle ? Ce n’est pas l’avis des témoins de l’époque, qui ne s’y trompent pas lorsqu’ils désignent, à l’image des frères Fornier, les 4 maisons qui « tiennent le change » à Cadix dans les années 1770100. En 1729, c’étaient les compagnies Bréthous, Jolif, Macé et Lecouteulx qui tenaient le haut du pavé101. S’il n’y avait donc pas de maisons françaises exclusivement spécialisées dans la banque à Cadix, il y avait en revanche assurément des maisons françaises qui se livraient très régulièrement aux opérations bancaires – commissions ou arbitrages spéculatifs – et qui en tiraient de substantiels profits. N’étaient-elles réellement que quatre, comme le suggèrent les témoignages cités ci-dessus ? Les différents corpus de sources consultés permettent de répondre précisément sur ce point et de mettre en évidence la diversité des acteurs agissant dans le secteur ainsi que leur inégale implication.

  • 102 Le « domiciliaire » est la personne désignée par le tiré par une clause ajoutée à la lettre lors d (...)

45Pour mener l’étude, 2 échantillons de protêts de lettre de change ont été dépouillés, à deux périodes différentes (1778-1780 et 1793), afin d’identifier quelles étaient les maisons françaises actives sur le marché bancaire à Cadix et de préciser quels étaient les supports de leur activité. Concernant les protêts, précisons seulement qu’il ne s’agit en rien d’une source biaisée, qui ne révélerait que la partie obscure et contentieuse des circulations bancaires. Certes, la faillite d’un négociant s’accompagne toujours d’une série de protêts, mais il est justement très facile de repérer et d’interpréter de telles séries. En fait, pour des raisons extrêmement diverses, des dizaines, peut-être même des centaines, de lettres de change étaient protestées chaque semaine dans toutes les places négociantes européennes, et on peut considérer sans trop de risque que les maisons qui apparaissent régulièrement dans ces protêts, soit en qualité de porteurs des lettres, soit de tirés, soit à d’autres titres – domiciliaires, porteurs de la première, acceptant pour l’honneur102 – étaient les maisons qui étaient placées au cœur d’une intense circulation cambiaire, parce qu’elles maniaient d’importants volumes de papiers commerciaux dans le cadre de leurs affaires ou parce qu’elles jouaient un rôle éminent dans le secteur bancaire. Une fois les principaux acteurs du secteur identifiés, on peut dans un second temps déterminer presque à coup sûr s’ils sont intervenus dans la circulation considérée en qualité de « commerçant » ou de « banquier », en se livrant à une lecture attentive des lettres reproduites in extenso dans les protêts, à l’analyse de la position qu’occupe chaque négociant au sein de la configuration relationnelle que décrivent les endossements successifs, à l’étude de la localisation géographique de ses partenaires directs – le tireur s’il est tiré, le dernier endosseur s’il est porteur… –, et à l’appréciation du montant même de la traite et de divers autres indices. Il a été ainsi possible de définir, pour chacune des périodes considérées, les contours de l’activité bancaire des maisons françaises de Cadix.

46Pour l’année 1778, un simple sondage effectué dans les index des registres des 30 études notariales que comprenait Cadix permet de repérer immédiatement les maisons qui avaient un rôle éminent dans le commerce des lettres de change sur la place. Soixante compagnies françaises figurent en qualité de tirés dans 229 protêts, et 41 apparaissent en position de porteurs dans 248 protêts. C’est parmi ces dernières qu’il est le plus aisé de distinguer les maisons réellement actives dans le secteur bancaire, celles qui recevaient chaque année des dizaines, peut-être des centaines, de lettres à recouvrer sur Cadix et étaient donc amenées à se rendre fréquemment chez le notaire pour faire dresser des protêts. On relève ainsi, parmi les 9 maisons qui apparaissent dans plus de 10 actes, les noms suivants (tableau 13).

Tableau 13. — Les maisons françaises qui ont fait dresser le plus grand nombre de protêts à Cadix (1778)

Compagnies Nombre de protêts
Prasca Arboré et Cie 52
Cayla Solier Cabannes Jugla et Cie 40
Magon Lefer frères et Cie 22
Lecouteulx et Cie 15
Verduc Jolif Séré et Cie 15
Chancel frères 10
Rey et Brandembourg et Cie 10
D. Rivet 10

Source

AHPC, PN, Cadix, toutes les études, 1778.

47Cette liste comprend donc 3 des 4 « banques » mentionnées dans la correspondance des frères Fornier au début des années 1770 (Magon, Verduc et Jugla – la quatrième, la compagnie des frères Béhic, a alors fait faillite), les compagnies Lecouteulx et Chancel, toutes deux très liées à la banque parisienne, la compagnie franco-génoise Prasca Arboré, spécialisée dans le trafic des piastres, et 2 maisons de commerce de haut niveau, la compagnie franco-germanique Rey et Brandembourg et la compagnie languedocienne de David Rivet.

  • 103 AHPC, PN, Cadix, escr. no 19, reg. 4516-4519.
  • 104 AHPC, PN, Cadix, reg. 4518, fol. 1056 (14 septembre 1780), fol. 1344 (19 octobre 1780), et fol. 13 (...)
  • 105 Au total, 5 maisons françaises de Cadix ont participé à la première émission de vales reales : Mag (...)

48Le dépouillement intégral des 133 protêts qui ont été dressés par le notaire Ramón García de Meneses au cours des années 1778-1780 et dans lesquels intervient au moins une maison française permet de préciser l’enquête en fournissant des informations détaillées sur 162 lettres de change demeurées impayées à Cadix103. Les 28 maisons qui ont laissé protester ces traites sont généralement des importateurs de biens manufacturés. Quelques-unes font cependant exception à cette règle et semblent impliquées dans des opérations bancaires. On les repère à l’importance des montants en cause et aux raisons alléguées pour justifier le refus de paiement. Ainsi les traites d’une valeur de 140 000 reales que la maison Rey et Brandembourg refuse d’accepter en juillet 1780 « por el sujeto a cuenta de quien son libradas, y si por honor de la firma de los sacadores » ne laissent guère de doute sur le rôle de commissionnaire joué par la maison gaditane dans cette affaire104. De fait, ces traites ont été tirées par la banque Martin et fils d’Amsterdam à l’ordre de la société Veuve Lalanne de Bayonne. Elles ont ensuite été endossées à l’ordre soit du gouvernement espagnol, soit du banquier Étienne Drouilhet de Madrid, puis remises à la compagnie Magon Lefer frères de Cadix qui a été chargée d’en recouvrer le paiement. Étant donné l’identité des protagonistes de ce réseau bancaire – le banquier madrilène Étienne Drouilhet et la compagnie Veuve Lalanne sont des partenaires de premier ordre de François Cabarrus – et la date à laquelle l’opération a lieu – en octobre 1780, c’est-à-dire au moment de l’arrivée à échéance des lettres de change que Cabarrus s’était engagé à fournir au gouvernement espagnol en contrepartie des 135 millions de reales de vellón de billets mis en circulation lors de la première émission des vales reales –, on peut considérer que la compagnie Rey et Brandembourg fait partie des maisons françaises qui ont accepté, en échange de commissions substantielles, de prêter leur signature pour le lancement des vales reales105. On distingue parmi les protêts des traites tirées sur des maisons françaises, d’autres cas où leur rôle semble s’être limité à la réalisation d’une opération bancaire pour le compte de correspondants européens. Parfois, ce sont des établissements modestes qui sont concernés, ce qui prouve que l’on trouve, à tous les niveaux de la hiérarchie mercantile, des maisons qui acceptaient de prêter leur signature aux grands arbitragistes européens dans le cadre d’opérations bancaires ou de spéculations sur les changes. Quelques acteurs se distinguent cependant, ce qui apparaît de façon particulièrement nette lorsqu’on étudie les protagonistes des autres clauses des lettres.

49Ainsi, parmi les 14 négociants français qui sollicitèrent García de Menenses pour faire protester des traites dont ils étaient porteurs, on retrouve quelques-uns des grands noms de la colonie française, qui font régulièrement protester les remises que leur adressent des banquiers de Paris, Madrid ou Amsterdam, ou des négociants de Marseille, Gênes et Hambourg. C’est le cas, par exemple, de Thomas de la Gervinais, le chef de la maison Magon Lefer, qui fait protester 7 lettres d’un montant de 120 000 reales en 1780, de Jean de Bonneval, de la compagnie Bonneval et Dumas (70 000 reales en 15 remises), de Jean-Laurent Lasserre, de la compagnie Lasserre frères (72 000 reales en 10 remises), ou de Simon Fornier qui a fait protester au cours de la période 193 701 reales en 27 remises. Il reste cependant difficile de déterminer, dans ces cas-là, si ces effets leur ont été remis afin de régler des exportations de piastres et de cochenille, ou s’ils correspondent à des opérations bancaires. En revanche, l’étude des maisons qui apparaissent à d’autres titres que porteur ou tiré des lettres de notre échantillon permet de distinguer de façon plus certaine les compagnies qui ne limitaient pas leurs opérations cambiaires aux seuls nécessités de leur commerce et qui agissaient également en qualité de commissionnaires en banque. On retrouve ainsi parmi les 11 maisons chargées de présenter des lettres à l’acceptation (50 lettres au total) les maisons Delaville (20 lettres), Fornier (9 lettres), Magon Lefer (5 lettres), Dubernad Jaureguiberry (4 lettres), Lasserre frères (3 lettres) et Bonneval et Dumas (3 lettres). Au total, ces 6 compagnies ont été chargées de la quasi-totalité des procédures d’acceptation qui ont donné lieu à un protêt. Le même constat peut être dégagé de l’étude des maisons qui sont désignées par une clause d’indication : sur les 37 lettres concernées, 30 ont été indiquées aux domiciles des compagnies Simon et Arnail Fornier, Lecouteulx et Cie, Cayla Solier Cabannes Jugla, Delaville frères et Magon Lefer. Les compagnies qui acceptent des lettres protestées pour l’honneur du tireur ou de l’un des endossants appartiennent au même milieu. On retrouve ici la compagnie Rey et Brandembourg, qui a accepté 3 traites pour l’honneur de Martin et fils d’Amsterdam (153 000 reales) et les sociétés Delaville frères (4 traites d’un montant de 100 000 reales), Fornier et Cie (12 traites d’un montant de 98 000 reales), Magon Lefer frères et Cie (8 traites d’un montant de 92 000 reales) et Lecouteulx et Cie (7 traites d’un montant de 90 000 reales). Au total, ces 5 maisons ont accepté 533 000 reales d’effets commerciaux qui seraient demeurés impayés sans leur intervention. En général, elles agissent pour l’honneur des maisons de Paris, Amsterdam et Londres qui les avaient désignées par la clause d’indication ou qui leur avaient remis ces lettres à l’acceptation. Viennent ensuite les compagnies Bonneval et Dumas (27 000 reales), Verduc (18 000 reales), Lasserre (14 000 reales), Cayla Solier Cabannes Jugla (10 000 reales) et Dubernad Jaureguiberry (7 000 reales).

  • 106 Ainsi en décembre 1779 et mars 1780, François Dubreuil, un capitaine de corsaire, échange des lett (...)
  • 107 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 855, courrier du 30 mai 1786.
  • 108 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 495, correspondance de Magon de la Balue de Paris (8 mai 1779-24 av (...)
  • 109 Zylberberg, 2001.
  • 110 AHPC, PN, Cadix, reg. 1061-1063 et reg. 4530-4536.
  • 111 ACCIM, Fonds Chauvet, LIX-62, reg. 10, courriers du 3 avril 1793 et du 28 avril 1793.

50En recoupant ces diverses données, on voit donc émerger, parmi les maisons françaises de Cadix, les compagnies qui ont une activité bancaire importante – les maisons Magon Lefer, Solier Jugla, Lecouteulx, Verduc, Rey et Brandembourg, Lasserre, Bonneval et Dumas, Fornier et Delaville – et on peut constater qu’elles appartiennent toute à l’élite de la nation française puisqu’elles ont toutes figuré, à un moment donné, au sein de la première classe de la nation. Il est possible de mieux connaître la nature de leurs activités en étudiant de plus près les circulations cambiaires dans lesquelles elles intervenaient. La maison Magon, par exemple, que l’on retrouve aussi bien associée aux principaux arbitragistes parisiens (Vandenyver, Lavabre Doerner, Magon de la Balue) que dans des opérations plus courantes pour le compte des acteurs locaux106, semble pleinement mériter le nom de banque. Le fonds Roux permet de préciser la nature de certains des flux de traites et de remises à l’origine desquels se trouve cette maison gaditane. En mai 1786 par exemple, les 66 000 livres tournois de traites payables à Paris, que Jean-Pierre Jaureguiberry tire sur la société Roux frères de Marseille pour se rembourser d’un envoi de piastres adressé à ces derniers, sont négociées à Cadix auprès de la compagnie Magon Lefer frères et Cie, laquelle transmet aussitôt les lettres au banquier Magon de la Balue de Paris pour qu’il en assure le recouvrement107. Cet exemple illustre parfaitement le type de services qu’assurait un tel binôme bancaire. Les 2 maisons Magon, à Cadix et à Paris, travaillaient également pour leur propre compte dans le cadre d’arbitrages menés en commun avec la société Roux frères de Marseille, comme en témoignent les 315 898 livres tournois d’effets commerciaux que ces derniers ont remis tout au long des années 1780 à Magon de la Balue pour le compte de la société Magon Lefer frères. Si une partie de cette somme correspond au paiement des 30 000 piastres que la compagnie gaditane avait consignées à Roux frères en 1786, l’essentiel relève d’arbitrages papier entre Cadix, Marseille et Paris108. Le cas de la compagnie Lecouteulx qui entretenait un partenariat similaire avec la banque parisienne de Jacques-Jean Lecouteulx a été étudié par Michel Zylberberg109. Nous nous attacherons donc davantage aux compagnies que Jacques Jugla a dirigées à Cadix. Nous avons en effet intégralement dépouillé les 158 protêts que ce négociant protestant et languedocien a fait dresser à Cadix entre 1785 et 1792110. Ces 158 protêts ont trait à 198 remises émises ou endossées à l’ordre des maisons Cayla Solier Jugla Cabannes et Cie (puis Jugla Solier et Cie), pour un montant total de 1 050 507 reales, assez régulièrement répartis au cours de la période (soit environ 100 000 reales par an). À l’origine de ces remises, on trouve une poignée de maisons localisées dans les principales places bancaires du continent : les banquiers Louis Jullien, Mallet frères, Senn Biderman et Lavabre Doerner à Paris, la maison Ricard frères à Gênes, les banquiers Loubier Teissier à Londres, Fizeaux et Cie à Amsterdam, et Étienne Drouilhet à Madrid, la maison Favre Dragon à Marseille, et les compagnies Claude-Aimé Vincent et Jossinet Vaque à Lyon. La compagnie Vague Bonely à Valence et les négociants Joseph Boutet et Jorge Dorhman à Séville et à Lisbonne complètent par ailleurs ce réseau dans la péninsule Ibérique. Ces différentes compagnies figurent au premier rang des maisons qui lui remettent du papier mais également en tête de celles qui le chargent de recueillir l’acceptation de leurs traites sur Cadix, qui indiquent leurs traites chez lui ou pour l’honneur desquelles il accepte des effets demeurés impayés : incontestablement, elles constituent donc le réseau bancaire sur lequel reposait l’activité de la maison de Cadix. On ne peut pas savoir, en revanche, si les remises de ces maisons étaient effectuées dans le cadre de comptes à demi ou s’il s’agissait de simples commissions de recouvrement, confiées ponctuellement à Jacques Jugla. Les correspondances qui lui sont adressées par la maison Chauvet de Marseille ont précisément pour objet de lui confier de petites commissions bancaires111. Cependant, cette dernière ne fait justement pas partie des contacts réguliers de Jacques Jugla, et on peut donc émettre l’hypothèse que ce dernier entretenait des comptes à demi avec ses partenaires les plus réguliers et se chargeait, à côté de ces opérations d’arbitrage, des nombreuses commissions de recouvrement que lui confiaient les négociants européens ayant besoin d’un service bancaire ponctuel à Cadix.

  • 112 Chamboredon, inédite, p. 569.
  • 113 Ibid., p. 578.
  • 114 AGI, Consulados, leg. 891.

51Les autres maisons distinguées dans notre échantillon concernent des négociants pour lesquels la banque occupait certainement moins d’importance, tout en demeurant une source de revenus non négligeable. La maison Simon et Arnail Fornier en est la meilleure illustration. En dépit des proclamations de ses dirigeants, la compagnie se trouvait au cœur d’une importante circulation d’effets dont elle s’efforçait de tirer le meilleur parti. Pour alimenter les comptes des banques parisiennes chez lesquelles elle domiciliait ses traites, elle disposait de correspondants à Gênes, Marseille, Genève et Amsterdam qui avaient pour mission de lui procurer du papier sur Paris, lorsque les cours de ce papier à Cadix ne permettaient pas de l’acquérir sur place112. On a en outre relevé, dans les protêts que la compagnie a fait dresser à Cadix, un grand nombre de remises faites par ces mêmes banquiers parisiens, ce qui confirme que le sens des flux de lettres était fortement lié aux variations du change. Ainsi, quoique refusant l’appellation de banque, la maison se livrait en permanence à des arbitrages pour assurer les besoins de sa trésorerie, et ces opérations pouvaient laisser de substantiels profits : si les 2 748 reales et les 5 076 reales qu’elle gagne en 1779 et 1780 sont peu de chose, les 11 927 reales amassés en 1781 constituent une somme significative (1 500 pesos, soit deux fois le salaire annuel d’un bon commis)113. On retrouve dans cette même catégorie la maison Delaville. Dans le bilan déposé en 1793 au Consulado afin d’obtenir sa naturalisation, Prudent Delaville déclare au passif 680 902 reales d’effets commerciaux, et à l’actif un cuenta de cambio d’un montant de 470 971 reales114. Si l’on demeure assez loin des 719 415 livres tournois (1 440 000 reales) que la maison Roux frères

  • 115 Carrière et alii, 1976, p. 208.
  • 116 Zylberberg, 1993, p. 370.

52reconnaissait posséder en lettres de change payables à Gênes, Livourne, Venise et Londres, dans son bilan du 30 juin 1791115, il fait peu de doute que les opérations sur les changes de Prudent Delaville ne se limitaient pas aux seules nécessités de son comptoir. D’ailleurs, les 16 traites tirées du Cap-Français sur la Compañía gaditana de Negros dont il a dû recueillir l’acceptation en 1778 témoignent qu’il pouvait être amené à exécuter des commissions bancaires. Il en va de même pour la compagnie Rey et Brandembourg qui « prête » sa signature aux promoteurs du lancement des vales reales en Espagne ou encore pour la compagnie Quentin frères qui, entre deux opérations sur les toiles de Bretagne, se charge de recouvrer les effets sur Cadix que lui confie son partenaire marseillais, la compagnie Roux frères. Un dernier exemple concerne 2 maisons gaditanes qui se situent au milieu de la hiérarchie mercantile de la colonie, les compagnies Galatoire frères et Lafforé frères. En 1785, elles sont sollicitées par Jean-Baptiste Condom, banquier et financier madrilène, alors trésorier du canal d’Aragon, pour soutenir la circulation bancaire dont ce dernier a besoin pour compléter les sommes considérables, mais insuffisantes, empruntées par ailleurs auprès de « vrais » banquiers (9 000 000 reales de vellón auprès des Cincos Gremios, 3 000 000 auprès du marquis de Iranda, 4 500 000 auprès de Magon Lefer frères et Cie)116. Ainsi même des comptoirs commerciaux de second ordre pouvaient profiter des revenus élevés que procurait l’octroi de crédit par circulation, le plus onéreux pour l’emprunteur, et se trouver associés à des opérations financières majeures.

53C’est donc comme un secteur partagé entre, d’une part, des banquiers qui sont loin d’avoir renoncé au commerce et, d’autre part, des commerçants bien intégrés dans les circuits de la banque qu’il faut concevoir la banque française de Cadix. Cette situation a peu évolué à la fin de la période considérée, même si de nouveaux acteurs et de nouveaux supports de la circulation cambiaire sont apparus dans le contexte de la Révolution française.

  • 117 AHPC, PN, Cadix, reg. 4537-4539.

54Pour l’année 1793, l’échantillon de protêts dépouillés dans les registres notariaux de l’étude no 19 est beaucoup plus significatif que pour la période 1778-1780, en raison de la mise sous séquestre des biens des négociants français qui fut décrétée à partir de la mi-mars 1793 : comme les lettres de change étaient généralement émises à 3 mois de terme, on peut considérer que la quasi-totalité de celles qui furent tirées contre des négociants français au cours du trimestre qui a précédé le séquestre (15 mars) demeurèrent impayées. Au total, les 355 protêts dépouillés ont trait à 422 lettres de change impliquant au moins un négociant français de Cadix en qualité de tiré, de porteur de la lettre ou d’acceptant pour l’honneur. La valeur totale de ces lettres est de 5 262 139 reales117. Cet échantillon permet donc d’obtenir une vision précise des mouvements bancaires auxquels participaient les 94 compagnies françaises qui furent contraintes de laisser protester ces traites au cours du printemps 1793.

  • 118 Voir supra.
  • 119 Sur les 62 lettres qui composent le premier échantillon, les compagnies Jugla Solier et Magon Lefe (...)
  • 120 Bonneval et Dumas, qui se déclare en faillite en 1785, Fornier et Cie (1786), Lasserre frères (178 (...)

55On a déjà souligné que ces traites correspondaient souvent à des remboursements pris sur leurs partenaires gaditans par les exportateurs européens de biens manufacturés118. Mais, cet échantillon porte également témoignage de l’intense activité bancaire à laquelle participait l’élite des maisons françaises au début des années 1790. En effet, la masse énorme des effets émis depuis les 6 grandes places bancaires du continent s’explique avant tout par les sommes considérables que les banquiers qui y résidaient ont tirées sur 5 maisons françaises de Cadix qui, à elles seules, ont laissé protester 80 traites (24 % de l’ensemble), pour un montant total de 1 871 000 reales (43 % de l’ensemble). Quatre de ces 5 maisons figuraient déjà parmi les principaux acteurs du secteur durant la période précédente puisqu’on retrouve, au premier rang, les compagnies Magon Lefer frères (920 000 reales en 45 traites), Jugla Solier (364 000 reales), Quentin frères (220 000 reales) et Lecouteulx et Cie (165 000 reales). Seule la maison d’Étienne Balleras est nouvelle dans ce groupe. L’analyse des autres protagonistes de ces lettres de change – porteur, porteur de la première, indiqué, acceptant pour l’honneur – confirme d’ailleurs que ces maisons méritent pleinement d’être considérées comme les plus actives dans le domaine de la banque. Ainsi, Jacques Jugla a fait protester 68 lettres de change (804 000 reales) dont il est le porteur et qui lui avaient été adressées dans le courant du premier trimestre 1793. Ce chiffre est considérable si l’on considère qu’il ne reflète que 3 mois d’activité de la compagnie et qu’il ne rend compte que des remises qui lui ont été faites sur des maisons françaises – les autres compagnies de la place n’ayant pas été affectées par le séquestre. Avec 28 lettres protestées (265 000 reales), la maison Magon Lefer figure en seconde position, devant la compagnie de Jean Ségalas (27 lettres et 251 000 reales). Ces maisons occupent en outre les premiers rangs parmi les 20 compagnies qui ont été chargées de recueillir l’acceptation des traites émises sur Cadix ou qui ont été indiquées pour se substituer au tiré en cas de défaillance119. Enfin les compagnies Jugla Solier et Magon Lefer font également partie de celles qui ont réglé le plus grand nombre de traites dans le cadre de la procédure d’acceptation pour l’honneur (135 845 reales en 18 traites pour la première et près de 48 000 reales en 7 traites pour la seconde). Au total, la liste des négociants-banquiers français n’a presque pas été modifiée par rapport à la période 1778-1780. Quelques acteurs majeurs ont disparu, emportés par la vague de faillites qui a frappé la colonie française à la fin des années 1780120, et il y a quelques nouveaux venus comme Étienne Balleras ou les deux correspondants locaux du banquier parisien Jean-Louis Grenus, Jean Ségalas et Philippe Favar. Mais dans l’ensemble, le secteur demeure dominé par les 3 maisons qui se distinguaient déjà au cours de la période précédente : Magon Lefer frères, Jugla Solier et Cie, et Lecouteulx et Cie. Une étude plus précise des circuits cambiaires auxquels s’intègrent ces maisons prouve cependant que si les acteurs de la banque sont demeurés les mêmes, leurs pratiques ont connu des changements substantiels.

  • 121 Antonetti, 1963, p. 191 ; Bouchary, 1937, p. 70.

56L’espace géographique dans lequel les négociants français font des affaires fournit un premier éclairage sur les nouvelles pratiques de l’époque. En effet, les places bancaires françaises – Paris et Lyon – ont vu leur importance sensiblement augmenter dans les remises qui sont faites sur Cadix (passant de 30 % en 1778-1780 à 47 % en 1793), ce qui est lié aux spéculations sur la baisse du change français auxquelles se livraient alors les banquiers de ces deux villes. Le principe de ces spéculations est connu : anticipant sur une nouvelle baisse de la livre tournois par rapport aux devises étrangères, les capitalistes français transféraient massivement leurs fonds à leurs partenaires européens et les recouvraient 3 mois plus tard en tirant des traites sur ces mêmes partenaires et en négociant ces traites à Paris ou Lyon ; si entre les deux dates, la livre tournois avait effectivement baissé, ils obtenaient de la négociation de leurs traites des sommes bien supérieures à celles qu’ils avaient engagées 3 mois plus tôt121. Cette participation des négociants-banquiers de Cadix à des spéculations monétaires de grande ampleur, en qualité de simples commissionnaires selon toute vraisemblance, se confirme lorsqu’on étudie l’identité de leurs partenaires. Ainsi, si les traites tirées sur Magon Lefer émanent principalement de banquiers d’Amsterdam et de Londres, les 265 000 reales qui lui sont remis proviennent très majoritairement de banquiers parisiens (Lavabre Doerner, Vandenyver, Delessert, Baguenault et Magon de la Balue). Il en est de même lorsqu’on analyse le papier manipulé par la compagnie Jugla Solier : si on lui présente essentiellement des traites tirées à Amsterdam, Gênes et Londres, les remises qui lui sont faites sont surtout fournies par des banquiers parisiens (Lavabre Doerner, Greffulhe Montz, Rilliet et Cie) et le banquier lyonnais Claude-Aimé Vincent qui acquiert, en février 1793, 140 000 reales en traites sur les marchands français de Cadix et les expédie à son partenaire gaditan dans le courant du mois de mars. Les autres destinataires de ces remises sont les deux correspondants locaux de Jean-Louis Grenus, Jean Ségalas et Philippe Favar. Notons que les lettres remises à ces maisons françaises proviennent le plus souvent des grands centres qui approvisionnaient en biens manufacturés les marchands français de Cadix (la Silésie, Saint-Malo, Morlaix, Saint-Quentin, Exeter, Hambourg et Rouen). À cette époque, les spéculations bancaires auxquelles participaient les négociants français avaient donc encore pour support les effets induits par le commerce maritime de Cadix.

  • 122 AHPC, PN, Cadix, reg. 4537, fol. 908 (16 mars 1793).

57Des circuits bancaires autres que celui visant à spéculer sur la baisse de la livre tournois se dessinent à travers les protêts des négociants français, sans que l’on puisse en comprendre le fonctionnement de façon aussi nette. Ainsi la compagnie Quentin frères se voit contrainte de laisser protester 200 000 reales en 2 traites tirées par Loubier Teissier de Londres, « valor recibido de los señores Ricardo Muilman y Cia », à l’ordre du comte de Prasca de Cadix, lequel avait fait escompter les effets par la Caja de Descuento122. La compagnie Lecouteulx Desportes et Cie, quoique très en retrait dans notre échantillon, participe également à ces mouvements monétaires, en acceptant 145 000 reales de traites tirées par leur partenaire madrilène (Augustin Queneau), à l’ordre de la Banque de Saint-Charles. À un niveau inférieur, on relève d’autres mouvements de fonds qu’il est difficile d’interpréter comme des paiements commerciaux. Étienne Balleras se voit présenter 85 000 reales en 7 traites émises par Jean de Chapeaurouge de Hambourg, 38 000 reales en 3 traites de Joaquin de Romana, le commissionnaire des Cincos Gremios Mayores à Hambourg, 50 600 reales en 3 traites de Wernier y Harsten d’Amsterdam, et une traite de 25 600 reales tirée par Vandenyver et Cie de Paris : au total près de 200 000 reales d’effets à honorer qui ont tous été émis entre le 31 décembre 1792 et le 8 mars 1793 (2 mois), ce qui constitue une somme très importante pour une compagnie qui n’était encore qu’une boutique en 1777.

58Il ne fait donc aucun doute que pendant ce premier trimestre 1793, les principaux banquiers de la colonie française ont prêté leurs signatures aux grands arbitragistes de Paris, Madrid, Londres et Amsterdam, dans le cadre de spéculations massives sur des cours devenus erratiques. Cependant, on constate qu’à côté de ces opérations d’envergure, les flux de traites et de remises de nature commerciale ne s’interrompent pas et que les échanges auxquels participent les marchands de Cadix demeurent le principal pilier de l’activité bancaire de la ville. Ainsi, même pour une compagnie comme celle de Jacques Jugla, qui est impliquée dans les grands arbitrages monétaires, la routine du négoce fondée sur le recouvrement de lettres qui lui sont confiées en commission ou dans le cadre de comptes à demi a dû suivre son cours, comme en témoignent les deux effets qui lui sont adressés par la compagnie Chauvet frères de Marseille ou la présence d’une dizaine de traites tirées au Puy-en-Velay, à Reims, à Reimscheid ou à Leeds parmi les lettres qui lui sont remises.

  • 123 Zylberberg, 1983.

59Cadix ne peut être considérée comme une place bancaire. À l’image des hommes qui la composent et l’animent, la place gaditane pratique peu le crédit d’acceptation et la domiciliation des traites, deux rôles qui, en Espagne, sont exclusivement dévolus à Madrid123. De même, l’activité d’escompte de la Caja de Descuento est peu importante si on la compare à celle de la Banque de Saint-Charles de Madrid ou de la Caisse d’escompte de Paris. Quant au papier qui circule sur la place, il repose principalement sur les paiements induits par le commerce colonial. C’est à Madrid, Paris ou Amsterdam que se négocient les prêts sollicités par la Couronne espagnole et que se décident les grandes opérations de spéculation sur les cours des monnaies. Si les négociants locaux acceptent de prêter leur signature pour faciliter ces opérations, c’est en qualité de commissionnaires bien plus que d’associés. Plutôt que comme une place bancaire, il semble donc plus juste de considérer Cadix comme une « place de change », une ville qui se trouve au centre d’une importante circulation de lettres de change en raison de l’ampleur de son commerce et de la position particulière que lui confère son rôle de fournisseur de piastres à l’ensemble du continent. Les quantités considérables de lettres qui étaient tirées, négociées ou recouvrées à Cadix dans le cadre de cette intense circulation n’en suscitaient pas moins une importante activité bancaire et de substantiels profits pour ceux, parmi lesquels les grandes maisons de négoce françaises, qui étaient insérés dans de puissants réseaux internationaux. Dans un autre domaine, celui de l’activité maritime, on retrouve un schéma tout à fait similaire.

Armement et activité maritime

  • 124 D’après le Parte oficial de la Vigía de Cádiz, le nombre des entrées de navires dans le port est d (...)
  • 125 Les entrées de navires américains passent de 19 en 1784 et 29 en 1785 à 55 en 1790 et 1791, avant (...)

60Si l’on en croit le bulletin maritime du port, à la fin du xviiie siècle, Cadix se situe à un niveau d’activité très proche de celui des autres grands ports européens de la même époque. À l’instar de Marseille, par exemple, le port andalou reçoit ainsi bon an, mal an, près d’un millier de navires chaque année – un chiffre qui n’inclut pas la noria des petites embarcations effectuant un strict cabotage régional124. La diversité des pavillons des navires entrant dans la baie confirme par ailleurs le caractère fortement internationalisé de ce port. Si le pavillon espagnol occupe la première place, avec un total de 2 669 entrées de navires relevées dans les 203 bulletins composant notre échantillon (décembre 1788-janvier 1793), il ne représente que le tiers du trafic du port (8 424 entrées de navires), qui se répartit ainsi entre les autres grandes nations maritimes du continent : d’abord l’Angleterre (1 563 entrées), puis la France (1 069) et le Portugal (835), et ensuite les Provinces-Unies (515), le Danemark (476) et la Suède (298). Notons qu’avec 471 entrées de navires, les jeunes États-Unis, dont les résultats suivent une pente largement ascendante, viennent s’intercaler entre les deux puissances maritimes nordiques125. Par l’importance et la diversité de son trafic, Cadix apparaît donc bien comme une place maritime de premier ordre dans le système atlantique du xviiie siècle. Les négociants de la ville profitaient largement de l’activité et des bénéfices suscités par ce secteur, mais selon des modalités qui varient grandement suivant qu’ils aient été espagnols ou étrangers. Les premiers armaient les centaines de navires expédiés aux Indes, alors que les seconds, exclus de fait de la Carrera de Indias, étaient plutôt actifs dans les liaisons maritimes entre Cadix et le reste de l’Europe. Dans ce secteur, c’est cependant avant tout comme consignataires de leurs correspondants européens qu’ils intervenaient, si l’on en croit les sources collectées sur l’activité maritime des négociants français de la ville.

  • 126 Carrasco González, 1999, p. 136.

61Au vu des dépouillements effectués, il est en effet possible d’affirmer que les négociants français de Cadix n’entretenaient qu’une activité d’armement très résiduelle : seulement, 10 transactions de navires ont été recensées dans les protocoles notariaux et 16 dans les actes de chancellerie, ce qui est très peu au vu de la masse documentaire manipulée. En outre, sur ces 26 transactions, 15 ont été réalisées pour le compte de maisons marseillaises et seulement 11 pour celui de la maison gaditane concernée. Par ailleurs, sur les 27 ventes de navires consignées dans les livres de courtiers de l’année 1796, aucune n’implique une maison française126. À Cadix, les négociants français étaient donc moins des armateurs que des consignataires de navires, une fonction peu connue, dont il convient de rappeler les tâches et le mode de rémunération, avant de présenter les maisons françaises qui l’exerçaient.

  • 127 Par exemple, Meyer, 1969.
  • 128 Carrière, 1973, p. 592.
  • 129 En 1779, les gérants de la compagnie Verduc de Cadix achètent un navire pour le compte de Jean Pay (...)
  • 130 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 855, courrier du 5 septembre 1766 de Cayla Solier Cabannes Jugla et (...)
  • 131 CADN, Cadix, 136PO/239, fol. 481, obligation de la compagnie Verduc Jolif Séré en faveur du navire (...)
  • 132 CADN, Cadix, 136PO/238, fol. 303 (5 juin 1781), 309 (13 juin 1781) et 310 (14 juin 1781).
  • 133 AHPC, PN, Cadix, reg. 4518, sans fol., reclamación (4 novembre 1780).
  • 134 CADN, Cadix, 136PO/241, fol. 343, protêt de mer (6 décembre 1788).

62Si la fonction d’armateur a fait l’objet d’études précises de la part des historiens du négoce127, celle de consignataire de navire est beaucoup moins souvent évoquée dans l’historiographie du commerce maritime. Charles Carrière évoque la volonté des négociants marseillais de ne pas armer de navires en direction des ports de la façade atlantique et d’Europe du Nord, car ils préféraient, sur ces liaisons, exercer la fonction de consignataire. Un tel choix leur aurait garanti « un bénéfice sans risque » à tel point que « certains en recevaient le plus clair de leurs profits128 ». Il ne décrit cependant pas « la série d’opérations » que le consignataire était chargé d’effectuer à chaque escale de navire, ni les modalités de sa rémunération, ce que permettent en revanche d’entrevoir nos sources. Le consignataire agit en fait comme une sorte de fondé de pouvoirs des armateurs qu’il représente dans la gestion du navire qu’ils lui adressent. Sa première mission est d’assister le capitaine dans les démarches administratives à effectuer auprès des autorités portuaires (paiement des droits portuaires, déclaration à la douane, quarantaine) ou auprès du consul de la nation dont le navire arbore le pavillon (paiement des droits consulaires). De même, lorsqu’un navire est pris par des corsaires, c’est le consignataire qui fait les démarches nécessaires pour plaider sa cause devant les tribunaux compétents et qui le récupère en cas de libération. Au-delà de ces tâches administratives, la fonction de consignataire pouvait cependant recouvrir une réalité beaucoup plus large. Certains étaient ainsi chargés d’acheter des navires pour le compte de leur commettant, de les armer et de les leur expédier. Le plus souvent, il s’agit de simples armements sur leur lest vers les ports de résidence des commettants ; mais il arrive aussi que le consignataire prenne en charge l’intégralité de la mise-hors (l’ensemble des frais induits par l’armement du navire). Il en est ainsi, par exemple, des navires que les consignataires gaditans expédièrent dans l’outre-mer français, pendant la guerre d’Indépendance d’Amérique, avec des cargaisons de produits destinés à la consommation des colons129. Dans de tels cas, la fonction de consignataire ne se distingue plus vraiment de celle de l’armateur. Enfin, le consignataire pouvait aussi être amené à liquider un navire dont l’armateur souhaitait se défaire. La règle était cependant qu’en dehors de ces cas particuliers, le rôle du consignataire se limitait à effectuer les démarches administratives, à avancer les fonds requis par le capitaine et à l’aider à se constituer un fret de retour. En effet, si les capitaines possédaient normalement des fonds suffisants pour honorer leurs dépenses, ils devaient disposer de contacts locaux pour les assister en cas de frais imprévus survenus durant leur traversée ou leur escale. Ainsi en va-t-il pour un capitaine tombé malade durant son séjour à Cadix130, ou pour un autre contraint de faire des avances non prévues à l’équipage131. Et lorsque la relâche s’éternise dans le port de Cadix, les frais engagés par le consignataire s’élèvent. En juin 1781, la maison Verduc fait enregistrer à la chancellerie du consulat les 4 comptes de dépenses relatifs aux navires le Prince de la Paix, le Pirrha, le Saint-Jean-Baptiste et la Gracieuse qui sont mouillés à Cadix depuis le mois de novembre 1780. Les dépenses s’élèvent au total à 388 720 reales de vellón, pour les 7 mois de relâche de ces navires132. Le plus souvent, il faut réparer les avaries qu’a subies le navire durant sa traversée. Dans ce cas, le consignataire demande au consulat de nommer des experts pour évaluer le montant des travaux et, après consultation des armateurs, il les fait réaliser dans les chantiers navals locaux. Le consignataire est aussi chargé de surveiller le capitaine et de s’assurer de sa loyauté vis-à-vis des armateurs. Ainsi, le 4 novembre 1780, Jean-François Dubernad, consignataire du navire suédois la Corona, fait une réclamation auprès du consulat afin de rectifier le protêt de mer que le capitaine a enregistré la veille et qui se révèle « lleno de hechos falsificados ». Il y dénonce l’attitude du capitaine qui, en raison de ses « errores personales », n’est pas sorti de Sanlúcar de Barrameda avec le convoi destiné pour Marseille et s’est réfugié dans la baie de Cadix le jour suivant au lieu de s’efforcer de le rattraper133. Le 6 décembre 1788, c’est la maison Veuve Tomati, consignataire de la barque les Deux frères, qui proteste de l’attitude du capitaine Jean Pelleau, celui-ci ayant refusé le fret qui lui était proposé pour son retour sur Bordeaux, prétextant un arrangement pris avec une autre compagnie de la place134.

  • 135 CADN, Cadix, 136PO/250, fol. 87, déclaration (23 décembre 1817).
  • 136 Avec un tel taux de commission, la maison Verduc aurait ainsi pu toucher plus de 18 000 reales de (...)

63Pour ces diverses tâches, le consignataire est rémunéré par les armateurs, mais selon des modalités qui nous échappent. Un pourcentage du fret perçu par les armateurs lui serait-il systématiquement reversé ? Ou bien ne perçoit-il qu’une commission lorsqu’il engage des frais pour le navire dont il a la gestion ? On sait que, dans la pratique corsaire, le consignataire de prise touche une commission sur le produit de la prise, et le consignataire du corsaire en touche une sur l’ensemble des bénéfices dégagés par l’armement. Dans le cas de la consignation marchande, le mode de rémunération est moins connu. Un document tardif évoque le montant d’une commission de 5 % perçue par Guillaume Rey sur le montant des réparations qu’il a fait effectuer sur le sloop français l’Alexandre, dont il avait la charge135. Pour un montant total de 10 024 reales de vellón de réparations, il perçoit ainsi la somme de 512.7 reales de vellón, qui est loin d’être dérisoire et qui n’a pu représenter en outre qu’une partie de sa rémunération. À raison d’une dizaine de navires par an, de telles commissions étaient suffisantes pour dégager des profits significatifs136. C’est probablement ce qui explique l’intérêt que suscitait cette activité auprès des maisons françaises les plus importantes de la colonie.

  • 137 Nous ne disposons que de 3 exemplaires du Vigía pour le 1er semestre de l’année 1779 (conservés da (...)
  • 138 Les maisons Cayla Solier Cabannes Jugla, Verduc Jolif Séré et Lecouteulx s’adjugent à elles seules (...)

64Cela est en effet indéniablement le cas pendant la période de la guerre d’Indépendance d’Amérique (1779-1783), pour laquelle nous disposons d’une première série de documents. Pendant ce conflit, le port de Cadix, profitant d’abord de sa neutralité, puis de sa position avantageuse sur les routes transocéaniques, constitua une véritable tête de pont pour les armateurs marseillais, enclavés en Méditerranée du fait de la domination exercée par les Britanniques sur le détroit de Gibraltar137. Cadix jouait, en effet, pour le plus grand profit des négociants français de la place qui prenaient en charge les diverses opérations induites, le rôle d’un port de rupture de charge entre, d’une part, une navigation océanique (Cadix – États-Unis / Antilles) effectuée sous le pavillon français par des navires dotés de commissions en course et marchandise et, d’autre part, une navigation méditerranéenne pour laquelle les armateurs préféraient recourir au pavillon neutre ou à des convois armés afin de franchir sans encombre le détroit de Gibraltar. Au total, 17 maisons françaises de la place ont pris part à cette activité d’armement suscitée par le contexte de la guerre d’Indépendance. Parmi elles, se distinguent les maisons Verduc (12 opérations) et Mercy Lacaze (7). Viennent ensuite toutes les maisons de l’élite française de la place : Lecouteulx (4), Cayla Solier Cabannes Jugla (3), Fornier (3), Delaville (2), Rey et Brandembourg (1). À peu de chose près, ce sont d’ailleurs les mêmes compagnies qui apparaissent comme consignataires des navires confiés à des maisons françaises au premier semestre 1779138.

  • 139 Dermigny, 1959-1960.

65La seconde série documentaire, qui comprend la quasi-totalité des bulletins édités entre le mois de décembre 1788 et celui de janvier 1793, confirme l’impression de concentration du secteur qui se dégage de la première. Au total, au cours de ces 4 années, si 516 navires ont été consignés à 42 compagnies françaises, 4 maisons se distinguent immédiatement, puisqu’elles représentent plus de la moitié des consignations relevées (297 cas, soit 58 % du total). On retrouve d’abord, en première position, la maison Jugla Solier qui a accueilli 89 navires pendant ces 4 années. Il s’agit dans les deux tiers des cas de navires français naviguant entre Cadix et Marseille, ce qui s’explique par les liens étroits que la compagnie entretenait avec les maisons marseillaises, et notamment avec les compagnies Solier et Rabaud qui appartiennent au même réseau de la banque protestante. Ainsi, les gérants de la société sont les consignataires de 11 navires armés pour les Indes orientales par les 2 maisons marseillaises, d’abord sous le pavillon savoyard, puis, à partir de 1791, sous le pavillon français. Ces expéditions, bien connues grâce à l’ouvrage de Louis Dermigny139, faisaient escale à Cadix pour y charger des piastres, et la maison Jugla Solier, qui possédait des intérêts dans ces armements, apparaissait comme un consignataire naturel pour ces navires. En outre, la maison Jugla Solier a également accueilli 9 navires reliant Marseille aux Antilles et 7 navires faisant route vers la façade atlantique européenne. Elle jouait également un rôle notoire dans les liaisons avec le Maroc puisque 8 navires provenant des ports français de l’Atlantique et allant vers le royaume chérifien lui sont consignés et qu’elle est probablement intéressée dans l’armement de la tartane la Languedocienne qui s’est arrêtée à Cadix à l’aller et au retour des deux expéditions effectuées entre Marseille et Mogador en 1790 et 1791. En dehors de l’accueil de ces navires faisant une simple escale à Cadix, la maison Jugla Solier était également spécialisée dans les liaisons entre Marseille et Cadix puisqu’au moins 27 des navires qui lui sont consignés faisaient la navette entre les deux ports, dont 3 de façon récurrente : le Ville de Cadix qui effectue 6 rotations entre 1789 et 1792, le Décidé (4 en 1791-1792), et le Baron de Copet (3 en 1789-1790). Dans ces derniers cas, il est fort probable qu’il se soit agi de navires armés par ses soins ou sur lesquels elle possédait des intérêts.

66Les maisons Magon Lefer et Lecouteulx, qui ont été consignataires de 72 et 54 navires, présentent un profil très similaire à la précédente. La première reçoit essentiellement des navires français (70), faisant dans la majorité des cas une simple escale commerciale à Cadix (44). Parmi ces derniers, on retrouve les expéditions coloniales qui font étape à Cadix pour y charger des piastres : 7 de ces navires sont destinés aux Indes orientales, soit dans le cadre des expéditions de la Compagnie des Indes, dont la compagnie Magon a longtemps été le correspondant attitré, soit dans le cadre d’armements privés au départ de Marseille ou de Saint-Malo ; 20 autres navires sont destinés aux Antilles, tous en provenance de Marseille où la compagnie bénéficie de solides contacts. En dehors de ces expéditions coloniales, elle accueille les navires de la grande route commerciale française qui relie Marseille aux ports bretons et normands et sur laquelle Cadix constitue une étape commerciale et maritime importante. Enfin, comme la maison Jugla Solier, elle joue également un rôle dans la navigation de débouché qui touche Cadix. En 1789 et en 1792, les gérants de la compagnie accueillent 5 navires chargés de blé destiné à la consommation locale, deux provenant de Mazagan, la première année, et deux provenant de Tunis, la seconde. Ils sont également très liés avec les ports exportateurs de toiles : Saint-Malo, dont ils sont originaires et où ils conservent des parents, Morlaix et Le Havre. Au moins 9 navires faisant la navette entre l’Ouest français et Cadix leur sont adressés entre 1789 et 1792. La compagnie Lecouteulx s’inscrit également dans ce même schéma qui associe navigation d’escale et navigation de débouché, avec cependant quelques nuances dans les destinations. On retrouve dans son activité les expéditions destinées à l’océan Indien, puisque, en sa qualité de commissionnaire de la Compagnie des Indes, elle accueille elle aussi 5 navires faisant escale sur la route reliant Lorient et Pondichéry et un autre provenant de Marseille. Elle est également impliquée dans les liaisons avec le Maroc : elle reçoit aussi bien des navires chargés de blé venant de Mazagan que des navires provenant de la côte atlantique française et s’y destinant. Elle diffère en revanche des 2 maisons précédentes par le fait qu’elle ne reçoit aucun navire reliant la France aux Antilles alors qu’elle entretient des liens étroits avec les États-Unis. Ainsi, entre 1789 et 1792, elle est le consignataire de 11 des 14 navires américains accueillis par des maisons françaises de la place, ce qui témoigne de ses contacts avec les maisons de Charleston, Baltimore et Philadelphie.

  • 140 Bustos Rodríguez, 2005, p. 438. Sur les fonctions de consignataire des consuls nordiques, voir Mül (...)
  • 141 Nous savons d’ailleurs par une correspondance du fonds Roux que ce navire appartenait à la compagn (...)

67La quatrième et dernière maison de ce groupe a un profil plus singulier : il s’agit de la maison franco-germanique Rey et Brandembourg à laquelle 82 navires ont été consignés entre 1789 et 1792. La diversité même des pavillons qu’elle reçoit la distingue des trois précédentes : 29 navires sont français, 25 hollandais, et 20 nordiques (15 danois, 2 prussiens, 2 suédois et 1 russe). Les navires qu’elle accueille sont en outre très divers, un seul lui étant consigné plus d’une fois. Il semblerait donc que cette maison joue un rôle que l’on pourrait apparenter à celui des agents maritimes contemporains, qui agissent en qualité de consignataires professionnels et non comme les correspondants de quelques armateurs donnés. D’ailleurs, l’un de ses principaux associés, le Suédois Jean-Frédéric Brandembourg, avait exercé, dans les années 1760 et 1770, les fonctions de consul de Suède et de Russie, ce qui en faisait le correspondant presque incontournable des capitaines provenant de ces pays140. Cela ne semble plus être le cas à la période considérée puisque ce sont dorénavant les navires hollandais et danois qui constituent le gros de sa clientèle ; l’orientation nordique de son activité demeure cependant très marquée. Ainsi, 10 navires chargés de bois provenant de Memel lui sont consignés entre 1789 et 1791. Comme elle, les autres compagnies qui composent notre échantillon paraissent également spécialisées dans une branche de la navigation gaditane. Ainsi, les compagnies bretonnes se consacrent souvent à l’accueil des navires malouins et morlaisiens chargés de toiles : par exemple, 20 des 32 navires accueillis par la société Quentin frères proviennent de Saint-Malo ou y sont destinés. De même, la compagnie Galatoire apparaît systématiquement comme consignataire d’un navire faisant la navette entre Cadix et Saint-Malo, le brigantin la Bonne foi, qui lui est consigné à 7 reprises au cours de ces 4 années. Les ports normands ont aussi leurs agents attitrés : la compagnie Séré reçoit 9 navires provenant du Havre et de Saint-Valéry-en-Caux, et la compagnie d’origine parisienne Godet Ségalas est consignataire de 4 navires faisant la navette entre Cadix et Le Havre et de 5 autres qui relient Marseille au Havre. La compagnie nantaise Delaville accueille, à elle seule, 11 des 18 navires en provenance ou à destination de Nantes, et le port de Nantes apparaît dans la moitié des parcours des navires qui lui sont consignés. Les compagnies bayonnaises Dechegaray et Lesca sont, quant à elles, spécialisées sur les lignes incluant les ports de la côte nord de l’Espagne et accueillent essentiellement des navires arborant le pavillon espagnol. La compagnie Bourt et neveux, en sa qualité de consignataire de la Real Compañía Marítima, reçoit aussi uniquement des navires espagnols. Les compagnies Sahuc Guillet et Lenormand se distinguent également dans ce groupe. La première apparaît notamment dans les liaisons entre Ostende et Cadix, puisqu’elle reçoit 5 navires impériaux assurant ce trajet. Elle arme cependant aussi une navette sur la ligne Marseille – Cadix, la Marianne, qui effectue 5 rotations entre 1789 et 1792141. La seconde a une activité plus diffuse mais se distingue quand même par l’accueil de 6 navires céréaliers en provenance du Maroc pendant l’hiver 1789-1790. Enfin, les 28 dernières compagnies de notre liste n’ont accueilli en tout que 71 navires (14 % de l’ensemble), et elles apparaissent donc comme des acteurs tout à fait mineurs dans ce secteur. Il s’agit en général de compagnies situées dans les catégories les plus basses de la colonie française, ce qui confirme qu’il existe bien un lien étroit entre la position qu’occupe une compagnie dans la hiérarchie mercantile de la place et l’ampleur de son activité dans le secteur maritime.

68Deux idées peuvent donc être dégagées de l’analyse de l’activité maritime des maisons françaises de Cadix. Tout d’abord, elles jouent essentiellement un rôle passif dans l’organisation de la navigation qui dessert Cadix : elles interviennent dans le secteur en qualité de consignataires des armateurs français et semblent n’avoir armé que très peu de navires elles-mêmes. Elles devaient cependant tirer d’importants profits de ce secteur, sans courir le moindre risque, et c’est ce qui explique que ce soient les maisons les plus puissantes de la colonie qui aient accaparé ce marché et les bénéfices qu’il générait. En second lieu, il faut insister sur la grande dépendance de cette activité vis-à-vis de la dynamique plus globale du commerce colonial de Cadix. En effet, qu’il s’agisse d’une navigation de débouché, destinée à alimenter la Carrera de Indias en marchandises européennes, ou d’une navigation d’escale, ayant pour fonction la redistribution des produits coloniaux américains, le commerce colonial du port andalou apparaît bien comme le principal moteur de l’activité maritime à laquelle participent les négociants français. Cette dépendance envers la Carrera de Indias est en revanche moins marquée dans le secteur de l’assurance, dans lequel Cadix est parvenu à s’imposer, à la fin du xviiie siècle, comme une place majeure à l’échelle du continent européen.

La gestion des risques maritimes : l’assurance

  • 142 Carrière, 1970 ; Bernal Rodríguez, 1992.
  • 143 Les compagnies d’assurances par actions sont apparues à Cadix dans les années 1760. Trente ans plu (...)
  • 144 Sur la rentabilité des compagnies d’assurances par actions, voir Bartolomei, 2012c.
  • 145 AGI, Consulados, leg. 1757.
  • 146 CADN, Cadix, 136PO/241, fol. 220, procuration, 3 juin 1788.
  • 147 CADN, Cadix, 136PO/243, fol. 319 (31 décembre 1792), 136PO/248, fol. 258 (2 février 1805) et 136PO (...)
  • 148 CADN, Cadix, 136PO/239, fol. 42, procuration, 3 mai 1783.
  • 149 CADN, Cadix, 136PO/240, fol. 459, procuration, 24 mars 1787.
  • 150 CADN, Cadix, 136PO/243, fol. 251, procuration, 18 juin 1792.

69Compte tenu de l’importance de son commerce, Cadix a constamment constitué, au cours du xviiie siècle, un marché international du risque maritime de premier ordre. Pour faire face à l’immensité de leurs besoins en la matière, les acteurs du négoce local devaient en effet faire appel aux capitaux européens. Ces derniers étaient notamment drainés par le biais des prêts à la grosse aventure octroyés aux cargadores par les négociants étrangers installés sur place. Les historiens ont cependant souligné les changements profonds intervenus dans ce secteur dans le dernier tiers du xviiie siècle : d’une part, le recours au prêt à la grosse aventure aurait décliné au profit de formes de financement associant le prêt de terre et la signature de polices d’assurance142 ; d’autre part, l’offre assurantielle locale aurait alors connu une très forte croissance, qu’illustre notamment la multiplication des compagnies d’assurances par actions durant les années 1780 et 1790143. Ces compagnies, qui offraient de solides opportunités de profit à leurs actionnaires, rencontrèrent en effet un grand succès auprès des négociants gaditans, qui souscrivirent pour plus de 25 millions de pesos d’actions dans le secteur144. Elles contribuèrent ainsi à transformer une place structurellement déficitaire et dominée par les intérêts étrangers en l’un des acteurs importants du marché européen de l’assurance. De fait, une partie des capitaux disponibles à Cadix était employée hors de la place. Ainsi, près du quart des polices contractées par des négociants français de la place par l’intermédiaire des courtiers gaditans en 1796 portent sur des expéditions ne concernant pas le commerce de Cadix et pouvant relier aussi bien deux ports européens entre eux (Gênes – Marseille ou Gênes – Livourne, par exemple, ou encore Porto – Saint-Pétersbourg) qu’un port européen à un port situé hors du continent (aux Antilles françaises le plus souvent)145. Les protocoles notariaux et les actes de chancellerie du consulat renferment de nombreux exemples de tels placements réalisés en dehors de la place. En 1793, par exemple, les 4 compagnies d’assurances françaises Lasserre, Jaureguiberry, Béhic et Bonneval prennent chacune 160 000 reales d’intérêts dans les armements de la compagnie Senn Biderman destinés aux Indes146. En 1792, Prudent Delaville, qui agit à titre individuel, octroie deux procurations pour recouvrer 320 000 et 352 000 reales de primes dues par les négociants marseillais Antoine Patot et Timothée Reboul, pour des polices signées sur des marchandises naviguant entre Saint-Domingue et Marseille, et une troisième pour recouvrer 177 784 reales dus par Mangon Laforest de Lorient, pour une police signée sur un navire destiné à Pondichéry147. Les Lecouteulx assurent, quant à eux, Samuel Bérard de Lorient également pour des expéditions allant ou revenant des Indes148, et les compagnies d’assurances de Domingo Béhic et Jean de Bonneval sont intéressées en 1787 sur des chargements de tabac importés des États-Unis par la ferme des tabacs de Paris149. Même le modeste négociant Pierre Lesca est l’assureur d’une expédition négrière reliant La Rochelle à l’Afrique150.

70Ces exemples confirment le rôle que jouait dorénavant Cadix sur le marché international des assurances maritimes. Ils prouvent également que les négociants français n’étaient pas demeurés étrangers à l’essor de l’activité assurantielle et qu’ils l’avaient même soutenu par des initiatives personnelles et collectives dont il est possible d’évaluer l’ampleur.

  • 151 AHPC, Cadix, PN, reg. 1674, fol. 1122 et reg. 1687, fol. 1591.
  • 152 La formation de la compagnie dirigée par les frères Béhic remonte à 1779 (Zylberberg, 1993, p. 359 (...)
  • 153 On relève notamment la présence de Juan Jacobo Gahn et Diego Duff, qui sont respectivement consuls (...)
  • 154 Sur les 9 maisons de la première classe de la nation recensées cette année-là, 8 ont pris des acti (...)

71Les Français participèrent activement au secteur de l’assurance, dans le cadre de compagnies par actions comme dans le cadre d’initiatives plus limitées (comptes d’assurances en participation ou signature de polices à titre individuel). Ainsi, parmi les compagnies par actions, une dizaine étaient dirigées par des négociants français. La plus célèbre d’entre elles est celle dirigée par les frères Béhic, qui nous est connue par les 2 contrats de reconduction signés en 1785 et 1791151. Elle avait été fondée à la fin des années 1770 et semble avoir été la première créée à l’initiative de membres de la colonie française, alors que les plus anciennes compagnies espagnoles étaient apparues plus précocement, dans les années 1760152. En 1785, elle est dotée d’un capital de 900 000 pesos, probablement l’un des plus considérables de la place, réparti entre 63 actionnaires. Les négociants français exercent presque toutes les responsabilités au sein de la compagnie : les 2 directeurs, leur suppléant, et 3 des 4 conseillers, chargés d’assister et de surveiller les directeurs, sont issus de la colonie – il s’agit respectivement de Domingo et Juan Josef Béhic, Jean de Bonneval et des gérants des compagnies Magon Lefer, Dechegaray et Lecouteulx. Au niveau de l’actionnariat, on relève 29 compagnies françaises parmi les 45 actionnaires présents à Cadix, et leur nombre s’élève à 47 sur 63 si on leur adjoint les compagnies qui ont reçu une procuration pour représenter un actionnaire ne résidant pas dans le port andalou. Au total, le négoce français contrôle 70 des 90 actions, le reste se répartissant entre des négociants, étrangers ou espagnols, tous issus de l’élite mercantile de la place153. On constate également qu’à l’exception d’une maison, tous les principaux acteurs du négoce français sont intéressés dans la compagnie154. On peut donc réellement parler d’un projet collectif de l’élite du négoce français de la place.

  • 155 AHPC, PN, Cadix, 2571-728 et 4529, sf [29 octobre 1789].
  • 156 Pour la compagnie de Jean de Bonneval, voir AHPC, PN, Cadix, 3674-243, fianza (25 juin 1796). Pour (...)
  • 157 CADN, Cadix, 136PO/238, sf, « établissement d’une compagnie d’assurances » (24 mai 1782).
  • 158 En 1784, les gérants de la compagnie Delaville frères informent les banquiers parisiens Mallet frè (...)

72Les autres compagnies d’assurances « françaises » présentent les mêmes caractéristiques que celle dirigée par les frères Béhic, même si elles sont plus modestes et si leur singularité nationale est moins prononcée. Ainsi la compagnie d’assurances dirigée par Pierre Mercy et André Lacaze, les anciens dirigeants de la société commerciale Mercy et Lacaze qui a fait faillite en 1785, et celle dirigée par Jean-Laurent Lasserre, lequel a également dû suspendre ses affaires commerciales en 1786, sont dotées lors de leur formation en 1787 et 1789 d’un capital de 400 000 pesos pour la première et de 500 000 pesos pour la seconde155. Les 2 compagnies recrutent leurs actionnaires dans le même milieu que la compagnie des frères Béhic, puisqu’on retrouve, parmi leurs principaux actionnaires, les noms de Jugla Solier, Magon Lefer, Godet Ségalas, Domingo Béhic, Dechegaray frères, Simon Lenormand, Barrère et Sarrasin et Jean-Pierre Jaureguiberry. Au moins 4 autres compagnies d’assurances, en activité en 1793, étaient également dirigées par des négociants français ayant fait faillite dans les années 1780 (Jean de Bonneval, Jean-Pierre Jaureguiberry, Étienne Laborde et Dominique Galatoire)156. Si l’on ajoute à ces 7 compagnies celle qui avait été fondée en 1782, à l’initiative du négociant marseillais Jean Payan et qui était dotée d’un capital de 900 000 livres tournois (240 000 pesos), réparti entre les principales maisons françaises, étrangères et espagnoles de la place157, on obtient un total de 8 compagnies d’assurances dirigées par les intérêts français de la place. En dehors de ces compagnies dirigées par des membres de la colonie, les intérêts pris par les négociants français dans les autres compagnies de la place sont en revanche très modestes. Au total, il apparaît certain que les négociants français avaient pleinement pris part au mouvement de création de compagnies d’assurances dans les années 1780 et qu’ils durent donc bénéficier des profits, sûrs et réguliers en temps de paix, que garantissaient ces sociétés à leurs directeurs et à leurs actionnaires158.

  • 159 Chamboredon, inédite, p. 618.
  • 160 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 843, courrier du 6 novembre 1787.
  • 161 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 843, courrier du 18 décembre 1787.
  • 162 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 843, liasse 826, courrier du 27 octobre 1789.
  • 163 AGI, Consulados, leg. 891.

73Ces prises de participation dans les compagnies par actions ne représentent en outre qu’une part de l’investissement des négociants français dans le secteur. En effet, divers témoignages attestent qu’ils n’hésitaient pas à pratiquer l’assurance à titre individuel ou dans le cadre de comptes en participation avec des négociants résidant dans d’autres places. Les polices signées par des particuliers sont fréquentes, et leurs signataires se recrutent aussi bien au sein de l’élite de la colonie (Magon Lefer, Jugla Solier, Lecouteulx, Verduc Jolif Séré) que dans ses couches plus modestes (Laurent Labé, Étienne Delabat, Pierre Lesca). Quelques exemples, mieux connus, permettent de préciser les modalités de ces participations. Ainsi, la compagnie des frères Fornier a placé dans le secteur environ 100 000 pesos par an entre 1770 et 1785, une somme qui est tout à fait significative puisqu’elle correspond à la moitié du capital des petites compagnies d’assurances par actions de la place159. Le fonds Roux révèle de son côté les initiatives de deux autres maisons françaises de Cadix. Le 6 novembre 1787, les gérants de la compagnie Sahuc Guillet de Cadix constatent dans une lettre adressée à la société marseillaise Roux frères que « comme ordinairement les primes chez vous sont plus modiques, nous oserions croire qu’il y aurait à gagner de prendre des risques ici pour se faire récupérer chez vous160 ». Un mois plus tard, leurs offres se font plus précises et ils proposent à Roux frères de s’engager à hauteur de 8 000 pesos dans les assurances qu’ils prennent à Cadix « tant en participation que pour le compte de divers amis de l’étranger qui par notre direction prennent un risque modéré sur chaque vaisseau dans le cas de nous convenir161 ». De même, lorsque la compagnie Simon Lenormand et Cie demande aux gérants de Roux frères de faire dresser par un « bon courtier de Marseille, un tableau des primes d’assurance générales sur votre place » ainsi qu’une note sur le mouvement portuaire du port provençal, on devine qu’elle projette d’y procéder à des opérations d’assurance, ou de réassurance162. Prudent Delaville entretenait le même type de compte d’assurance, ou de réassurance, en participation avec ses partenaires nantais. On dénombre dans le bilan qu’il a déposé au Consulado en 1793 pas moins d’une vingtaine de comptes d’assurances, pour plusieurs centaines de milliers de reales, avec des négociants de France (notamment la compagnie Delaville de Nantes) ou avec des compagnies par actions de la place (Béhic, Lasqueti, Jaureguiberry, Bonneval, Valverde, Mathew, Murgui, Lobo, Saenz Pardo, Imbrecht, Eche, Ortuño et Lacaze)163. Les sommes concernées, qui représentent jusqu’à 30 % des sommes totales inscrites au passif et jusqu’à 10 % de celles qui le sont à l’actif, prouvent l’importance qu’occupait cette activité pour ce négociant.

74Enfin, comme dans les branches de la banque et de l’armement maritime, les négociants français de Cadix participaient également au secteur de l’assurance en qualité de simples commissionnaires de leurs partenaires européens qui, en échange d’une modeste rémunération, les chargeaient de contracter des polices pour leur compte. Cela doit être le cas des nombreux contrats négociés par l’intermédiaire des courtiers en 1796, dans lesquels le port de Cadix est totalement étranger à l’expédition concernée. L’étude de la documentation notariale et consulaire confirme d’ailleurs l’existence de telles pratiques. À partir d’un échantillon de 35 polices d’assurance qui ont été prises par des négociants français de Cadix au cours de la période 1777-1793, constitué de cartas de pago y abandono et de procurations octroyées à Cadix, on constate en effet que, dans la majorité des cas, les assurances sont contractées pour le compte d’armateurs européens. Nous avons peu d’indications sur les montants des commissions versées dans de tels cas (probablement aux alentours de 0,5 %), mais leur existence ne fait en revanche aucun doute.

75Tous les éléments présentés ci-dessus illustrent les formes très diverses que prenait la participation des négociants français dans le secteur de l’assurance. Mais quelle importance revêtait cette branche au sein de leurs affaires ? Les éléments documentaires collectés ici permettent, si ce n’est de répondre fermement à cette question, du moins d’esquisser une typologie des différents acteurs du secteur.

  • 164 Ainsi les 16 000 pesos pris en 1779 par la compagnie Verduc sur une expédition de denrées colonial (...)

76Pour les maisons qui constituent l’élite de la colonie, l’assurance apparaît comme secondaire, une branche du négoce à laquelle on ne s’intéresse que lorsque des conditions exceptionnelles garantissent une rentabilité optimale. Ainsi des compagnies comme Magon Lefer, Jugla Solier, Lecouteulx ou Lenormand n’acceptent de prêter leurs signatures qu’à des taux supérieurs à ceux habituellement pratiqués sur le marché164. Elles semblent n’intervenir que lorsque les assurés, après avoir démarché l’ensemble des protagonistes de la place, n’ont plus d’autre choix que de se résoudre à payer les primes élevées qu’elles exigent. De même, elles ne s’engagent sur le marché français que lorsque le contexte leur est favorable : en 1778-1779 et en 1792-1793, par exemple, elles profitent de la tension qui règne sur les marchés hexagonaux en raison des conflits contre l’Angleterre pour assurer les expéditions coloniales de leurs partenaires français. Le cas de la compagnie Sahuc Guillet qui s’efforce de réassurer à bon marché à Marseille les polices signées à Cadix à des taux plus élevés ou, au contraire, celui de la compagnie Delaville qui couvre, à Cadix, les polices signées à Nantes dans un contexte belliqueux, s’inscrivent dans des logiques similaires. Enfin si ces négociants souscrivent tous de nombreuses actions dans les sociétés d’assurances fondées par des Français à Cadix, ces participations ne représentent jamais que des parts infimes de leurs capacités et semblent principalement motivées par le désir de soutenir des confrères en difficulté.

  • 165 AHPC, PN, Cadix, 4539, fol. 3097, poder para testar (10 décembre 1789).
  • 166 Ainsi, le négociant espagnol Pedro Saenz de Santa María y Carassa qui était directeur d’une compag (...)

77À côté de ces assureurs pragmatiques, la colonie comprend aussi un certain nombre de négociants pour lesquels l’assurance est devenue l’unique ressource. C’est le cas des négociants qui, après avoir vu leurs affaires sombrer dans la crise commerciale de la fin des années 1780, se sont reconvertis en directeurs d’une compagnie d’assurances par actions. Les premiers à ouvrir la voie sont les frères Béhic, Domingo et Juan Josef, qui avaient essuyé une faillite retentissante aux débuts des années 1770. Bénéficiant du soutien de leurs anciens partenaires commerciaux et d’une solide expérience du négoce, ils sont à l’origine de la plus importante compagnie d’assurances de la place dans les années 1780 et ils prennent des participations dans au moins 5 autres compagnies de la ville. Au total, en plus des 160 000 pesos qu’ils possédaient dans le capital de leur propre compagnie, ils détenaient au moins 54 000 pesos dans les autres compagnies de la place. D’autres négociants français, ayant également fait faillite dans les années 1780, ont suivi leur voie : les anciens gérants de la société Mercy Lacaze et Cie, Jean-Pierre Jaureguiberry, Jean de Bonneval, Jean-Laurent Lasserre, Étienne Laborde, les frères Galatoire et Servais Millet. Barthélémy Fornier semble avoir également envisagé cette hypothèse à la veille de son décès165. Au total, ce sont une dizaine de négociants français qui se sont ainsi réfugiés dans le secteur de l’assurance au lendemain de faillites qui avaient absorbé leurs capacités financières mais laissé intacts leur réputation, leurs réseaux locaux et leur expérience du commerce. En cumulant les commissions que leur garantissait la fonction de directeur et les dividendes des actions souscrites, ces négociants pouvaient s’assurer un revenu suffisant pour leur éviter le déclassement166.

  • 167 Ibid., p. 352.
  • 168 AGI, Consulados, leg. 522.
  • 169 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 842, courrier du 5 novembre 1779.

78Enfin, un dernier groupe réunit de petits négociants au capital insuffisant pour exercer le commerce dans des conditions viables et pour lesquels l’assurance représentait une modeste source de revenus. C’est le cas, par exemple, de Juan Antonio Ucelay, un négociant espagnol d’origine française dont l’activité s’était longtemps limitée à l’exercice de la fonction de prête-nom pour des maisons françaises167. Dans le bilan qu’il dépose au moment de sa faillite en 1789, il déclare ne posséder comme actifs que 10 actions dans 9 compagnies d’assurances de la place – soit au total 98 000 pesos d’intérêts. Les syndics précisent qu’il faudra attendre la liquidation de ces compagnies pour savoir s’il en résultera des pertes ou des gains pour la masse des créanciers168. Laurent Labé, qui ne nous est connu que par la police d’assurance de 1 000 livres tournois qu’il a signée sur un armement à la charge de la compagnie Rey et Brandembourg et qui se révèle incapable de payer l’indemnisation réclamée, relève sans aucun doute de ce même prolétariat du négoce, qui vivote en spéculant sans le moindre fonds effectif169.

79Ainsi, très relative à l’échelle de la colonie, l’importance du secteur de l’assurance pour les négociants français de la place apparaît réellement lorsqu’on se place à l’échelle du comptoir. Si cette branche n’est qu’un pis-aller pour les maisons françaises qui, indépendamment de leur position dans la hiérarchie mercantile, n’y voient qu’une source annexe de profit, elle devient vitale pour un certain nombre de négociants qui ne disposent plus, ou n’ont jamais disposé, des fonds nécessaires pour exercer d’autres activités plus rémunératrices. Dans tous les cas, elle vient apporter sa contribution à la masse globale des profits que les négociants français dégageaient de leurs négoces à Cadix, à l’époque du comercio libre.

Les profits : essai de bilan

  • 170 Les descriptions faites dans les récits de voyageurs de passage à Cadix dans la seconde moitié du (...)
  • 171 Girard, 1932, p. 468. Un siècle plus tard, dans un mémoire adressé à Charles III, le comte de Flor (...)
  • 172 Savary, Le parfait négociant, p. 163.
  • 173 Le mémoire est intitulé « Mémoire général sur le commerce qui se fait aux Indes Occidentales par C (...)
  • 174 Sée, 1925, p. 187 ; Carrière, 1970, p. 237.

80Les flots d’argent qui étaient déchargés à Cadix par les navires revenant des Indes ont contribué à créer le mythe d’une ville où il était facile de s’enrichir rapidement170. La réalité commerciale de la place apparaît cependant beaucoup plus prosaïque : les métaux précieux constituaient une marchandise comme les autres, et leur commerce, qui n’offrait qu’une rentabilité fragile, n’était réellement pratiqué à une échelle significative que par un petit nombre de maisons. D’une manière générale, la question des profits commerciaux réalisés à Cadix n’a cessé d’être débattue dès le xviie siècle, et les discours des témoins de l’époque n’aident guère à la trancher tant ils paraissent contradictoires. Les moralistes espagnols de l’époque dénonçaient déjà les bénéfices exorbitants, et partant scandaleux, que les marchands étrangers présents en Andalousie obtenaient grâce à leur mainmise sur les cargadores. Un libelle espagnol de 1686 déplore, par exemple, le renchérissement exceptionnel d’une toile de Bretagne qui, acquise 2 reales sur son lieu de production, est vendue 4 reales à Cadix et 8 reales aux Indes171. Jacques Savary, l’auteur du Parfait négociant, insiste plutôt sur la cherté des coûts de transaction dans le commerce de la Carrera – ils représenteraient jusqu’à 50 % de la valeur des marchandises –, la longueur des délais de paiement et la difficulté d’y réussir172. L’intendant Patoulet, auteur d’un rapport très circonstancié sur le commerce de Cadix en 1686, parvenait quant à lui, en pondérant les plus-values commerciales du montant des frais et en les ramenant à l’échelle de l’année, à des estimations de 6-8 % de bénéfice sur une vente au comptant à Cadix et 15-20 % pour une vente aux Indes par l’intermédiaire de prête-noms173. De tels taux de profit pour les opérations commerciales réalisées à Cadix, qu’évoquent d’autres témoignages relevés dans la bibliographie disponible174, correspondent-ils cependant encore à la réalité de la période du comercio libre, réputée plus difficile pour les négociants de la place ? Les sources apportant des éléments de réponse à une telle question sont rares. Elles s’avèrent cependant suffisamment convergentes pour dégager le constat suivant : à l’époque du comercio libre, il était demeuré tout à fait possible aux négociants étrangers de s’enrichir dans le commerce de Cadix.

Des difficultés réelles, mais non générales, dans les années 1780

  • 175 García-Baquero González, 1998, p. 45.
  • 176 Id., 2003, p. 269.
  • 177 En 1783, Simon Fornier écrit à son frère : « depuis quelques années la tournure des affaires a si (...)
  • 178 Le montant des utilidades déclarées par les maisons de la nation passe de 710 000 pesos en 1753 (s (...)

81Il convient de rappeler ici, en premier lieu, que la période du comercio libre, qui s’est traduite à Cadix par une croissance soutenue des échanges, de l’activité maritime et bancaire et du secteur des assurances, a pourtant été vécue par les marchands de la place comme une période de crise175. L’accroissement de la concurrence, suscité par la libéralisation du commerce et par l’arrivée massive de nouveaux acteurs avec le retour de la paix en 1783, aurait entraîné une baisse des marges de profit des entreprises et une augmentation sans précédent des faillites déclarées. Tous les commerçants de la place n’auraient pas nécessairement été touchés au même degré par cette crise : d’après les cargadores qui ont témoigné lors de l’enquête de 1787, les marchands étrangers de Cadix auraient bénéficié de la hausse des échanges sans être pour autant exposés au nouveau climat concurrentiel régnant dans la Carrera et auraient donc pleinement profité de la conjoncture du comercio libre176. Ce n’est évidemment pas le sentiment qui se dégage à la lecture des écrits des représentants des marchands français, lesquels insistent sur les conséquences catastrophiques entraînées par les réformes et traduisent une certaine nostalgie vis-à-vis de la période antérieure, comme en témoignent ces propos des frères Fornier qui déplorent une époque où « tout est bouleversé et changé de face177 ». Les sources comptables attestant d’une telle réalité sont cependant rares. Les enquêtes réalisées dans le cadre de la réforme fiscale de la única contribución (1753, 1762 et 1773) suggèrent effectivement que les revenus commerciaux de la colonie française avaient considérablement diminué au cours des années 1760, mais les conditions dans lesquelles la dernière de ces enquêtes fut réalisée ont amené les historiens à refuser d’accorder un quelconque crédit aux déclarations faites par les négociants français178.

  • 179 CADN, Cadix, reg. 258, fol. 5, 55 et 136, assemblées des 17 juin 1778, 24 mai 1783 et 6 avril 1791

82Pour la période postérieure à 1778, nous ne disposons plus de sources fiscales qui permettraient de fournir une idée, même approximative, des résultats financiers des maisons françaises. Les contributions prélevées par le consulat français pour renflouer les caisses de la nation française, régulièrement déficitaires, offrent cependant un témoignage intéressant sur l’évolution de la répartition des profits au sein de la nation française179. Les maisons de la première classe qui avaient fourni 40 % de la contribution de 1778 (2 400 pesos) voient leur part décroître à chaque nouvelle contribution : elles ne représentent plus que 30 % en 1783 et 23 % en 1791. La part des classes inférieures demeure stable (9 et 8 % pour le corps des boutiquiers en 1783 et 1791, 5 % pour la cinquième classe à chaque contribution). Ce sont donc les classes intermédiaires qui ont supporté l’essentiel de la différence. Ce recul relatif de la première classe au profit des classes intermédiaires constitue un premier indice concret des difficultés croissantes que connurent les maisons composant l’élite de la nation dans les années 1780. Il ne permet cependant pas de généraliser leurs difficultés à l’ensemble de la colonie, ni même d’affirmer que ces maisons ont alors cessé d’enregistrer des résultats bénéficiaires puisque leurs profits ont pu diminuer tout en se maintenant à des niveaux satisfaisants.

  • 180 AGI, Consulados, leg. 503 et 522.
  • 181 L’historiographie ne se fait l’écho que des faillites de Verduc Kerloguen Payan et Béhic survenues (...)

83Un second indicateur vient cependant confirmer l’existence de difficultés réelles pour les maisons françaises de Cadix dans les années 1780 : le nombre – et l’ampleur – des faillites survenues au cours de la décennie. La documentation sur les faillites des maisons françaises est très inégale. On dispose cependant d’une source de premier ordre : les listes de créanciers dressées par l’administration du Consulado afin de convoquer les personnes intéressées dans les procédures de liquidation judiciaire des sociétés ou des individus insolvables. Les deux liasses dépouillées à l’Archivo General de Indias recensent ainsi plus de 219 concursos, ou juntas, réunis au Consulado aux cours des années 1787-1797, dont 30 concernent des établissements français180. Complétées avec les informations recueillies par ailleurs, ces données ont permis de dresser une liste, probablement complète, de 51 établissements de commerce français qui se sont trouvés en cessation de paiement entre 1778 et 1796, soit un nombre considérable si on le compare avec la période antérieure181. La courbe chronologique laisse apparaître deux pics clairement marqués en 1788-1789 et 1796, qui correspondent aux difficultés plus générales que traverse la place, comme en témoigne la hausse concomitante de l’ensemble des procédures collectives engagées devant le Consulado ces années-là. De fait, la première vague de faillites, qui culmine en 1789, correspond au contrecoup du krach de l’année 1786 et la seconde vague, qui débute en 1796, reflète les difficultés nouvelles nées des guerres de la période révolutionnaire.

  • 182 Pour la compagnie Mercy Lacaze et Cie, voir ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 838, courrier du 3 juin (...)
  • 183 Zylberberg, 1993, pp. 351-356.

84La conjoncture ne peut cependant être tenue pour seule responsable de ces phénomènes : les faillites ne frappent pas aveuglément, et les maisons qui tombent ont toujours une part de responsabilité dans leur déchéance. On en veut pour preuve le fait que les maisons Delaville, Jugla Solier, Lecouteulx, Magon Lefer, Rey et Brandembourg, Rivet et Sahuc Guillet, qui ont toutes été intéressées dans plus de 10 liquidations survenues au cours de la période, sont parvenues à traverser ces turbulences sans faillir, voire en maintenant un haut niveau de rentabilité comme l’illustre le cas de la compagnie Rivet sur lequel nous reviendrons. La cessation de paiement résulte donc au moins autant d’erreurs de gestion que des événements conjoncturels. Les cas des faillites des maisons Mercy Lacaze et fils (1784) et Simon et Arnail Fornier et Cie (1786), qui ont chuté en raison des engagements considérables pris envers des débiteurs peu fiables, en sont la meilleure preuve182. Outre ces erreurs de gestion imputables aux défaillances des gérants, il faut également évoquer le cas des opérations de soutien et de participations croisées auxquelles se livraient solidairement des maisons pour surmonter des difficultés de trésorerie jugées temporaires. De telles pratiques, décrites par Michel Zylberberg, permettent d’expliquer bien des cas de faillites survenues au sein de la colonie française en 1788 et 1789183. La vague de faillites de la seconde moitié des années 1780 ne permet donc pas d’entériner l’hypothèse que l’époque du comercio libre aurait été synonyme d’une crise généralisée pour les établissements français de Cadix. En fait, la majorité des négociants français qui avaient maintenu une gestion saine de leurs affaires ont pu surmonter la crise et même conserver un niveau de rentabilité tout à fait satisfaisant si l’on en croit les informations éparses, recueillies dans la documentation privée et notariale.

La norme : des profits honnêtes et réguliers

85La réalité des profits commerciaux des maisons françaises peut être mise en lumière directement par l’analyse des résultats financiers des compagnies, ou indirectement, en étudiant l’évolution du patrimoine privé des négociants. L’analyse de la trajectoire, ascendante ou descendante, qu’ont suivie les établissements au sein de la hiérarchie mercantile de la place fournit enfin un dernier indicateur qui permet de généraliser les constats tirés d’informations relativement hétérogènes.

  • 184 Bartolomei, inédite, pp. 244-247.

86Nous disposons d’informations, plus ou moins précises, sur le niveau des profits réalisés par 18 établissements de commerce français – allant de la petite boutique à la maison de première classe – ayant eu une activité à Cadix au cours de la période 1750-1807184. Ces données permettent de dégager 3 enseignements sur la question. Premièrement, la norme pour les maisons françaises de Cadix, dans les années 1780, est de réaliser des profits, que l’on peut qualifier de moyens puisqu’ils se situent le plus souvent dans une fourchette allant de 8 à 15 % (5 des 10 résultats connus). Des profits bien plus élevés sont cependant fréquents comme en témoignent le cas, un peu particulier probablement, de la boutique Raynaud et Sieurac, ceux des petits établissements de commerce de Jean-François Demeure et Bernard Darhan, ou encore celui de la compagnie Rivet qui appartient à l’élite de la colonie et qui a comptabilisé 348 043 pesos de profit à ses actionnaires entre 1779 et 1789 alors qu’elle ne disposait que de 150 000 pesos de capital. Les pertes, qui sont rares, sont liées à des événements conjoncturels bien identifiés : la crise commerciale de 1772, qui est la cause des pertes essuyées par la maison Fornier cette année-là, ou le début de la guerre en 1779, qui entraîne celles enregistrées par la compagnie Cayla Solier. Un deuxième enseignement peut être tiré de ces données : le niveau de rentabilité n’est pas lié à la position qu’occupe l’établissement dans la hiérarchie mercantile. Ainsi le boutiquier Jean Raynaud connaît des résultats exceptionnels – il double son capital entre 1789 et 1792 – alors que la maison Lenormand, dont les commanditaires sont le receveur général des finances Simon-Emmanuel-Julien Lenormand et le banquier madrilène François Cabarrus, et qui dispose d’un capital de 300 000 pesos, atteint péniblement l’équilibre, en dépit d’une activité de premier rang dans le domaine de la banque et de l’exportation des piastres. Si les commanditaires des maisons Rivet et Fornier pouvaient s’estimer satisfaits des dividendes qui leur étaient distribués par ces maisons appartenant à l’élite de la colonie, il en allait de même pour Louis Cabaret, auquel le petit comptoir d’importation de soieries lyonnaises dont il était le commanditaire a rapporté 130 000 reales pour une mise de fonds de 40 000 reales, ou pour Bernard Darhan qui, après avoir débuté avec un capital cortísimo, a accumulé 75 000 pesos de profit en 9 ans. Dans l’ensemble, aucun élément ne vient donc entériner l’idée d’un tassement des taux de profit au cours de la période qui fait suite aux décrets du comercio libre. Cette réalité, qui contredit les témoignages des contemporains, est d’ailleurs largement confirmée par les informations collectées sur l’évolution du patrimoine privé des négociants français de la place.

  • 185 Ibid., pp. 254-257.
  • 186 Sur les 35 testaments de commerçants mariés dépouillés, seuls 17 mentionnent qu’une dot a été vers (...)

87La collecte des informations sur le patrimoine privé des individus s’est révélée plus fructueuse que celle relative aux profits des compagnies, et ce, en raison de la coutume civile castillane qui attribue systématiquement à l’épouse la moitié des gananciales (acquêts) que le ménage a obtenus le temps de son union. Les inventaires réalisés après décès sont donc extrêmement précis et détaillent les capitaux possédés par chacun des conjoints au moment du mariage (dot de l’épouse, apport de l’époux), ainsi que les héritages perçus pendant la durée de l’union. Si de tels inventaires sont relativement rares dans les archives notariales, puisqu’ils étaient le plus souvent réalisés sous seing privé, cette pratique amenait cependant les négociants à préciser systématiquement dans leurs testaments le montant des dots qu’avaient reçues leurs épouses et celui de leurs apports personnels au ménage. À partir de ces données, toute information relative au montant atteint par le patrimoine d’un individu à un moment donné de son existence permet donc de calculer la progression de sa fortune personnelle depuis son mariage. En procédant selon la même méthode que celle utilisée pour analyser les profits commerciaux, des informations disponibles sur l’évolution des patrimoines de 27 individus – 16 négociants, 5 boutiquiers et 6 commis – ont pu être réunies185. D’après cet échantillon, l’époque du comercio libre a bien correspondu à une période d’enrichissement généralisé au sein de la colonie française. Dans 14 cas, les gains cumulés durant le séjour à Cadix peuvent être qualifiés d’« élevés » ou de « très élevés », dans 9 cas, ils sont « faibles » ou « moyens », et dans 5 cas seulement, l’expérience gaditane se solde par des pertes pour celui qui avait tenté d’y faire fortune. Au nombre de ces derniers, notons la présence de 2 négociants et d’un boutiquier ayant fait faillite (Simon Fonier, Raphaël Dubois et Jacques Poyerredon). On relève également la présence dans ce groupe d’un commis et de Dominique Morel, un négociant qui, au terme d’un séjour de 28 ans à la tête d’un petit comptoir commercial, n’est pas parvenu à laisser un patrimoine suffisant pour assurer l’avenir de sa famille, sa succession se limitant à quelques meubles et à un peu d’argenterie. Ce dernier cas est cependant marginal comparé aux divers exemples de petits marchands, voire de simples commis, qui, partis de très bas, sont parvenus à se constituer un patrimoine leur assurant une aisance relative (Pierre Lassaleta, Joseph Poey, Michel Audelin, Honoré Lieutaud, Étienne Marquis, Étienne Balleras, Ferdinand Roger, Antoine et Laurent Eymar). Au vu de ces résultats, c’est donc bien l’enrichissement qui apparaît comme la norme au sein de la colonie. Cet enrichissement est d’ailleurs d’autant plus significatif que les négociants français apparaissent rarement comme des « héritiers » : les fonds dont ils disposent au moment de leur mariage sont en général de faible importance et les apports extérieurs au commerce dont ils ont bénéficié durant leur carrière sont également limités. En effet, on ne peut être que surpris par la faiblesse des dots que recevaient leurs épouses et par la modestie du capital que les époux déclaraient posséder au moment de leur mariage186. De même, les héritages que recevaient les négociants français durant leur séjour à Cadix étaient le plus souvent composés de biens fonciers de faible valeur localisés en France.

  • 187 La moyenne des 16 résultats qui composent notre échantillon s’établit à 3 831 pesos / an alors que (...)
  • 188 Jean Binalet, Pierre-Bernard Cabanon, Antoine et Laurent Eymar, Étienne Marquis et naturellement É (...)

88Si cet enrichissement, uniquement alimenté par les profits commerciaux, a été soutenu, on ne peut en revanche qu’être surpris par sa modestie compte tenu de la fourchette à l’intérieur de laquelle se situe la norme de la moyenne annuelle des gains (entre 3 000 et 8 000 pesos). Naturellement, il s’agit là de résultats nets puisque la totalité des sommes consacrées à l’entretien du ménage en sont exclues. Il n’en demeure pas moins que ces résultats sont très en deçà de ceux des 12 cargadores étudiés, selon les mêmes principes, par Antonio García-Baquero González187. La différence constatée entre les 2 échantillons peut refléter les écarts entre les niveaux de fortune des individus retenus – les cargadores de García-Baquero étant en moyenne trois fois plus riches que nos marchands qui se recrutent à tous les niveaux de la hiérarchie mercantile de la place. Elle peut également traduire l’évolution du contexte commercial constaté à Cadix puisque notre échantillon couvre presque exclusivement la période du comercio libre (1760-1800), alors que celui de García-Baquero couvre la période antérieure (1740-1780). De fait, nos données suggèrent que les revenus des grosses fortunes gaditanes – représentées dans notre échantillon par Prudent Delaville, Jean-Baptiste Mallet et Jean-François Sahuc – progressèrent alors moins vite que ceux de la classe moyenne négociante188, ce qui confirme l’idée que la classe moyenne négociante aurait été la principale bénéficiaire de la conjoncture des années du comercio libre. Ce constat peut d’ailleurs être généralisé à partir de l’analyse d’un dernier indice : celui de la mobilité des compagnies françaises au sein de la hiérarchie mercantile de la nation.

  • 189 Le montant minimal des fonds que devait posséder une maison de commerce pour appartenir à l’une de (...)

89L’analyse des 4 listes consulaires de 1778, 1783, 1785 et 1791, qui recensent les maisons françaises en fonction de leurs capacités financières, permet de suivre, indirectement, l’évolution du capital dont disposaient les compagnies recensées au sein de la nation189. Se trouve ainsi confirmée l’existence d’un processus d’enrichissement généralisé des compagnies françaises à Cadix. Si l’on s’en tient aux maisons françaises recensées au consulat en 1791, leur évolution au sein de la hiérarchie est en effet la suivante (tableau 14).

Tableau 14. — La mobilité des compagnies françaises siégeant en 1791 au sein du corps de la nation française

Compagnies apparues après 1785 23
Compagnies s’étant élevées dans la hiérarchie depuis 1785 17
Compagnies s’étant maintenues à un même niveau depuis 1785 19
Compagnies ayant régressé dans la hiérarchie depuis 1785 3
Total 62

Source

Élaboration personnelle à partir de Ozanam, 1968.

90Le premier point important est le nombre très élevé de compagnies nouvelles : plus du tiers des compagnies françaises ont été fondées entre 1785 et 1791. Certaines d’entre elles ont été créées à l’initiative d’individus qui étaient déjà présents dans la place – soit qu’ils y aient exercé des fonctions de commis, soit qu’ils y soient arrivés sans réelle intention de s’y fixer – mais la majorité (19) ont été formées par de nouveaux venus. Dans les deux cas, ces créations traduisent l’attractivité du commerce local dans la seconde moitié des années 1780, ainsi que sa capacité de résilience : les maisons faillies à la suite de la crise de 1786 ont vite été remplacées. L’autre phénomène marquant de la période est l’ascension, au sein de la hiérarchie interne de la nation française, de 17 compagnies. Au total, plus de 40 % des compagnies qui ne sont pas nouvelles ont changé de classe et se sont élevées dans la hiérarchie. Le cas de la compagnie Delaville qui appartenait à la troisième classe en 1763, à la seconde lors des recensements de 1778, 1783 et 1785, et qui intègre la première classe en 1791, fournit l’exemple le plus spectaculaire de cette mobilité ascendante. Il est cependant singulier, et la norme correspond plutôt à un passage des deux dernières classes vers les classes intermédiaires (troisième et deuxième), ce qui confirme donc bien l’ascension de la classe moyenne négociante, déjà révélée par l’étude des patrimoines privés.

Conclusion

91Incontestablement, le contexte commercial de Cadix a changé dans les années 1780. Les décrets de libéralisation de la Carrera, la mise en œuvre d’une politique protectionniste ferme, la forte croissance qui a fait suite au retour de la paix en 1783, puis le krach commercial qui s’en est suivi, l’apparition des vales reales et de la Banque de Saint-Charles, et la concurrence accrue provoquée par l’afflux de nouveaux venus dans un commerce en expansion, ont pu donner l’impression aux contemporains que la place traversait une crise sans précédent et qu’il ne serait plus possible d’y prospérer dans les mêmes conditions qu’auparavant. Les faits présentés ici à la fois confirment et infirment cette impression diffuse. D’abord, l’augmentation du nombre des faillites est indiscutable, et même si son interprétation demeure malaisée – la faillite ne frappe pas aveuglément, même en période de crise –, elle constitue un premier symptôme qui a contribué à marquer les esprits. La diminution des marges de profit, surtout pour les gros monopoleurs habitués à la situation confortable du temps des Flottes, constitue un deuxième fait marquant de la période. Il s’agissait là d’un des objectifs explicitement poursuivis par la Couronne espagnole, qui, en rendant les échanges dans la Carrera plus réguliers, entendait diminuer les marges des gros exportateurs qui avaient été jusque-là les principaux bénéficiaires du système de pénurie induit par le monopole et la navigation en convoi. Cependant, ces mesures ne détériorèrent pas les positions qu’occupait Cadix dans la Carrera de Indias et, surtout, elles n’affectèrent pas de la même manière tous les acteurs de la place. Les importateurs français de produits manufacturés européens, qui vendaient en petites quantités et à des clients diversifiés, tirèrent pleinement profit d’une demande soutenue. Même si leurs marges devaient être plus modestes que celles dégagées dans les années 1750 par les prestigieuses maisons de la nation française, ils furent nombreux à édifier de belles fortunes à l’époque du comercio libre. Quant aux maisons de l’élite, elles trouvèrent dans les réexportations de produits coloniaux, alors en plein essor, et dans le développement des secteurs paracommerciaux de fructueux substituts au commerce direct avec les Indes, dont elles semblent s’être désengagées. Aussi, elles continuèrent à dégager des bénéfices. Dans l’ensemble, les résultats des comptoirs français sont donc caractérisés par une rentabilité soutenue pendant la période du comercio libre, ce qui explique d’ailleurs le dynamisme démographique dont fit preuve la nation – et plus généralement le négoce local – à la veille de la Révolution française.

92Cette prospérité a cependant un revers pour la colonie française de Cadix : la dépendance vis-à-vis de la Carrera de Indias. En effet, si l’on excepte une participation significative de quelques maisons françaises à l’important commerce céréalier qui se faisait à l’époque avec l’Afrique du Nord, les tentatives sans lendemain d’établir des liaisons commerciales avec les jeunes États-Unis ou, encore, les intérêts pris, toujours par une poignée de maisons de haut rang, dans des circuits alternatifs – comme ceux de la traite négrière ou ceux des cargaisons indiennes –, il apparaît que la quasi-totalité des échanges auxquels participaient les Français à Cadix dépendait directement ou indirectement de la Carrera de Indias. Même le commerce avec l’Andalousie était extrêmement peu développé. Une partie des importations de produits français était bien écoulées auprès de la clientèle régionale mais celle-ci se recrutait justement très majoritairement au sein de la classe marchande enrichie par le commerce colonial. Quant aux exportations des produits du cru, elles pesaient peu de chose dans les cales des navires quittant Cadix. Au total, c’est donc sous l’aspect d’une colonie prospère mais fortement dépendante de la Carrera de Indias qu’apparaît la colonie française à la veille de l’effondrement de ce dernier en 1797.

Notes

1 Sée, 1925 ; Dornic, 1954 ; Dermigny, 1959-1960 ; Ozanam, 1968 ; Carrière, 1970.

2 Blanc, inédit ; Zylberberg, 1993 ; Lespagnol, 1996 ; Chamboredon, inédite ; Eouzeou, inédit ; Lupo, inédit ; Le Gouic, 2011.

3 Girard, 1932.

4 Ibid., pp. 462 sqq.

5 Savary, Le parfait négociant, pp. 156-157.

6 À titre d’exemple, nous avons reproduit en annexe un mémoire des fabricants de Nîmes de l’année 1792 (document 2).

7 Zylberberg, 1993, pp. 252 sqq.

8 Ibid., pp. 258 sqq. et 393 sqq.

9 Voir le document 1 en annexe de cet ouvrage.

10 Zylberberg, 1993, p. 393.

11 Pour être exact, il faudrait en outre additionner aux exportations allemandes celles provenant de Prusse qui s’élèvent à 27 661 079 reales de vellón. Avec 53 % des exportations gaditanes contre 22,6 % à la France, la supériorité allemande apparaît alors indiscutable.

12 Ces deux initiatives furent en effet largement soutenues par les réseaux d’affaires français en Espagne, et notamment par le négoce français de Cadix (Zylberberg, 1993, pp. 265-342).

13 Voir infra.

14 Zylberberg, 1993, p. 390.

15 Voir infra.

16 AGI, Consulados, leg. 1757.

17 Les chiffres globaux portant sur l’ensemble des transactions ont été publiés dans Carrasco González, 1999. Ceux concernant les seuls négociants français ont été élaborés à partir de cette source : AGI, Consulados, leg. 1757.

18 Ils sont en effet à l’origine de 95 opérations de vente, pour une valeur totale de 2 845 375 reales, sur un total de 208 opérations répertoriées d’un montant global de 6 439 552 reales (Carrasco Gónzalez, 1999, p. 136).

19 Voir supra.

20 Zylberberg, 1993, p. 408.

21 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasses 810 à 856.

22 On relève, parmi les partenaires de la première, des noms de négociants français (Magon Lefer, Jean-Pierre Lacomme, Jean Victor, Joseph Villart, Barrère et Forcade, et Carricaburu Touan et Cie) et le négociant d’origine britannique, Domingo Terry. De même, les correspondants de Gil Apuril de Kerloguen – les maisons Rivet, Jugla Solier, Cabanon, Espeleta et Verduc Jolif Séré – sont tous d’origine française (Zylberberg, 1993, pp. 343-358).

23 Retenons notamment, à titre d’exemple, l’échantillon de 93 procurations octroyées, entre 1730 et 1778, par des négociants de Lyon à des mandataires à Cadix : 37 des 39 procurateurs désignés sont des négociants français, et la très grande majorité des clients cités dans les procurations sont également français (Le Gouic, inédite, pp. LI sqq.).

24 L’Archivo General de Indias conserve notamment, pour la période postérieure à 1787, les listes de participants aux assemblées de créanciers qui étaient convoquées lorsqu’un négociant de Cadix se trouvait en situation de cessation de paiement (AGI, Consulados, leg. 503 et 522).

25 Sur les 2 772 convocations adressées à des négociants de Cadix, dans le cadre des 153 procédures de liquidation judiciaire de marchands espagnols recensées au cours de la période 1787-1796, 523 ont été envoyées à des négociants français, soit 19 % du total.

26 AHN, Estado, leg. 20242, c. 2, exp. 5, « Compulsa del ramo quarto de los autos de la compañía de Manuel Rivero e hijos », 9 février 1791.

27 Ainsi parmi les 175 liasses de correspondance passive qui sont recensées dans le fonds de la compagnie, 80 contiennent des lettres provenant d’Allemagne (dont 51 de localités de Silésie). Viennent ensuite l’Espagne (16 liasses), la France (14), la Hollande (12), l’Italie (10), la Suisse (9), l’Angleterre (8) et les Pays-Bas (7), dans AHPC, Fonds Marqués de Purullena, c. 22, exp. 16, « Inventario de los libros, paquetes y cartas y demas papeles relativos a la compañía que se tituló I y S ».

28 En effet, les négociants espagnols perdaient le droit de commercer avec les Indes s’ils s’associaient avec des étrangers.

29 Chamboredon, inédite, pp. 250-251.

30 Bustos Rodríguez, 2005, p. 183.

31 Sée, 1925, pp. 182-183.

32 Dornic, 1954, p. 312.

33 Chamboredon, inédite, p. 483.

34 Ibid., p. 492.

35 CADN, Cadix, 136PO/260, lettre du 2 septembre 1788.

36 Chamboredon, inédite, p. 494.

37 Franch Benavent, 1996.

38 AHN, Concejos, leg. 6341, 11 janvier 1795.

39 AHPC, Protocolos Notariales [dorénavant PN], Cadix, escr. no 19, reg. 4537, 4538 et 4539.

40 Voir la carte en annexe de cet ouvrage.

41 Voir la liste 1 en annexe de cet ouvrage.

42 Les boutiques de Jean Souvielle (42 082 reales de traites tirées de Rochdale, Leeds et Lyon), de Jean-Pierre Lannes (38 594 reales de Paris, Hambourg, Gand et Londres), de Rouvière fils (17 805 reales de Lyon et Saint-Malo), de Jean Pessacq (14 763 reales de Londres et Saint-Quentin) et les maisons de commerce d’Antoine Sedze, de Claude Léard et de Taxil et Garat relèvent de cas de figure similaires.

43 La compagnie Meinadier frères, qui a dû protester 113 610 reales en 2 mois, est débitrice de négociants de Londres (Bize Lewis et Bordenave, Mitchell), de Birmingham (Shipton et Glover) et de Sheffield (Greavet et Woodhead). Le profil de la compagnie Tanto et Cie est très similaire : elle proteste des traites de Londres (Kuhff et Grellet), Rochdale (Holt et Cie), Leeds (Matheuman) et Exeter (Tucker), soit au total près de 90 000 reales. Les compagnies de Jean-Pierre Castillon (18 850 reales en traites de Manchester et Exeter), Paul Lallée (7 850 reales de Leeds et Exeter), Lecture et Gastambide (26 000 reales de Leeds), Magendie et Herriou (46 900 reales de Rochdale) et Julien Mondière (20 500 reales de Birmingham) complètent la liste.

44 ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, liasse 2.

45 Chamboredon, inédite, p. 243.

46 Voir le document 1 en annexe de cet ouvrage.

47 Courdurié, Rebuffat, 1966, p. 22. La statistique consulaire de 1785 (voir le document 1 en annexe de cet ouvrage) est également très partielle puisque les auteurs estiment les importations marseillaises cette année-là à plus de 732 000 piastres – soit près de 4 millions de livres tournois – alors que le consul ne mentionne qu’un million de livres tournois d’exportation vers Marseille (sur navires français).

48 Notons que les frères Fornier prétendaient « répugner » à pratiquer la contrebande et ne s’y livrer qu’en raison des pressions exercées sur eux par leurs partenaires européens (Chamboredon, inédite, p. 554). Les gérants de Simon Lenormand et Cie déclarent pour leur part qu’ils « n’ont jamais eu et n’auront jamais dans l’idée de les [les piastres] exposer au risque de contrebande » (ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 1139, courrier du 26 août 1785).

49 « La permission pour l’extraction dépendant du caprice de la Banque, on ne peut statuer sur rien de fixe et par conséquent déterminer des envois à l’avance » (courrier de Magon Lefer frères et Cie à Roux frères, Cadix, 29 novembre 1785, cité dans Courdurié, Rebuffat, 1966, p. 17).

50 Chamboredon, inédite, p. 554.

51 Blanc, inédit, p. 28.

52 Lupo, inédit, p. 47.

53 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 855, courrier du 30 mai 1786.

54 Chamboredon, inédite, p. 551.

55 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 826.

56 Simon Lenormand est receveur général des finances. Les banquiers Lecouteulx évoluent également dans les hautes sphères de la finance et de la banque parisienne, ainsi que Jean-Baptiste Magon de la Balue.

57 Les piastres doivent être chargées sur le navire impérial le Prince de Kaunitz qui, armé par le comte de Proly d’Anvers à Lorient, a pour destination la Chine et dont le retour est prévu à Trieste (AHN, Estado, leg. 4008).

58 Les consignataires de la Compagnie des Indes à Cadix ont été successivement les maisons Béhic, Magon et Lecouteulx.

59 Chamboredon, inédite, p. 562.

60 Dans l’ensemble, les gérants de Cadix semblent peu satisfaits de ce commerce qui offre le plus souvent un « bénéfice bien mince ou peu engageant » (ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 826, courrier du 19 mai 1786).

61 AGI, Consulados, leg. 1757.

62 Chamboredon, inédite, p. 505.

63 ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, liasse 2.

64 Les principaux marchés des Rivet sont Gênes (860 000 reales de denrées y sont consignées, dont la totalité du sucre), Londres (514 518 reales), Rouen (420 332 reales) – ces 3 ports reçoivent au total les deux tiers des consignations –, puis Hambourg, Marseille, Amsterdam, Livourne, Barcelone et Paris.

65 AHPC, Hacienda, livre 47, 14 avril 1794, lettre de Jean Gérard Bansa à Léon Verry.

66 Blanc, inédit, p. 89.

67 Ainsi, la société Magon Lefer achète la totalité des 500 surons importés par le comte de Reparaz en 1777, alors que les maisons Verduc et Jugla Solier en achètent respectivement 100 et 300 surons en 1785 (ibid., p. 85).

68 « Les Correspondants de Cadix […] consignent [leurs marchandises] entre les mains d’un, deux ou trois Espagnols, qui passent sur les galions pour aller aux Indes en faire commerce, lesquels donnent leurs cédules ou promesses de rendre compte à leur retour de la vente ou de l’échange qu’ils auront fait de ladite marchandise » (Savary, Le parfait négociant, p. 162). Sée, 1925, p. 179.

69 En témoigne cette protestation des députés de la nation française contre les velléités du président de la Casa de la Contratación de la faire cesser : « Toutes les nations étrangères jouissent dans la ville, depuis un temps immémorial, de la prérogative de pouvoir faire du commerce dans les Amériques espagnoles sous le prête-nom de négociants espagnols et recevoir le retour de leurs fonds sous les mêmes prête-noms sans encourir la confiscation et sans être molestées » (Lettre des députés de la nation adressée au roi le 7 janvier 1772, citée dans Boisrouvray, 1936, p. 178).

70 AHPC, PN, Cadix, reg. 4518, fol. 1560.

71 Carrière, 1970.

72 Le document a été reproduit en annexe de cet ouvrage, document 3.

73 C’est le cas de la maison Rey et Brandembourg qui fait appel, dans le cas présenté, à son commanditaire lyonnais. Ces réseaux de collecte pouvaient cependant être beaucoup plus vastes, comme le prouve l’exemple de la maison Fornier qui, entre 1748 et 1767, a offert des participations à 508 individus, dans 400 contrats de grosse qu’elle avait signés à Cadix (Chamboredon, inédite, pp. 366 sqq.).

74 Bernal Rodríguez, 1992.

75 AHPC, PN, Cadix, reg. 4516-4518.

76 Carrière, 1970.

77 Les profits dégagés sur les pacotilles expédiées aux Indes s’élèvent à 25 % pour la Flotte de 1757, 14 % en 1760, 6 % en 1765 (Chamboredon, inédite, pp. 430-431). En 1772, Jean-Arnail Fornier justifiait d’ailleurs auprès de son frère Barthélémy le choix de ne plus avoir recours aux envois directs de pacotilles aux Indes par cette formule certainement excessive : « De tout temps, les Indes ont ruiné les étrangers et enrichi les Espagnols » (ibid., p. 332).

78 Ibid., p. 447.

79 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasses 810 à 856.

80 Le Gouic, 2011, pp. 416-420.

81 ADR, Fonds Guérin, 4 J 439, Cadix, courrier du 15 mars 1785.

82 ACCIM, Fonds Rivet, LXIX-58, liasse 2, « État des affaires de Rivet neveux et Cie de Cádiz au 13 mars 1793 ».

83 Sée, 1925, p. 185.

84 Voir infra.

85 Lamikiz, 2010.

86 Chamboredon, inédite, p. 586.

87 Carrière, 1973, pp. 237 sqq.

88 Jeannin, 1996, pp. 368-369. Pour les évolutions de la seconde moitié du xviiie siècle, voir Chandler, 1977 ; Chapman, 1992 ; Verley, 1997.

89 Roover, 1953 ; Lapeyre, 1955 ; Lüthy, 1959-1961, notamment p. 452 sqq. pour la définition du « crédit par circulation » ; Antonetti, 1963.

90 Pour l’Almanach royal, édité à Paris, voir Lüthy, 1959-1961, p. 243. Pour Madrid, voir Almanak mercantil o Guía.

91 Bartolomei, 2007b, p. 110.

92 Carrière, 1973, p. 874.

93 Braudel, 1993, p. 97.

94 Lapeyre, 1955, p. 291.

95 Carrière et alii, 1976, pp. 22-23.

96 Antonetti, 1963, p. 243.

97 Bartolomei, 2007b, p. 121.

98 Chamboredon, inédite, p. 578.

99 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 817, courrier du 6 juillet 1802.

100 « Béhic, Magon, Verduc et Jugla », dans Chamboredon, inédite, p. 579.

101 Carrière et alii, 1976, pp. 96 sqq.

102 Le « domiciliaire » est la personne désignée par le tiré par une clause ajoutée à la lettre lors de l’acceptation, pour assurer en son nom le paiement. Le « porteur de la première » est la personne à laquelle le tireur d’une lettre remet un premier exemplaire de la traite émise pour qu’il la présente à l’acception du tiré ; en cas de refus de ce dernier, il est chargé de faire dresser le protêt de non-acceptation. Il est généralement désigné par une clause spécifique dans la lettre définitive (dite « indication ») et constitue un recours en cas de refus de paiement du tiré. L’« acceptant pour l’honneur », enfin, est celui qui accepte d’honorer une traite protestée par le tiré, pour l’honneur de la personne qu’il désigne lors de la rédaction du protêt.

103 AHPC, PN, Cadix, escr. no 19, reg. 4516-4519.

104 AHPC, PN, Cadix, reg. 4518, fol. 1056 (14 septembre 1780), fol. 1344 (19 octobre 1780), et fol. 1345 (19 octobre 1780).

105 Au total, 5 maisons françaises de Cadix ont participé à la première émission de vales reales : Magon Lefer, Cayla Solier Cabannes Jugla, Lecouteulx et Cie, Lasserre frères, et Rey et Brandembourg (Tedde de Lorca, 1988, p. 35). Les maisons Lecouteulx et Magon Lefer participèrent également à la troisième émission qui eut lieu en 1782 et reçurent respectivement, en échange de leurs acceptations, 3 336 et 2 178 vales reales, ce qui leur assura des commissions d’un montant de 75 543 reales de vellón pour la première et 49 815 reales de vellón pour la seconde (Zylberberg, 1993, p. 275).

106 Ainsi en décembre 1779 et mars 1780, François Dubreuil, un capitaine de corsaire, échange des lettres de change sur Paris dont il est le porteur contre du numéraire (CADN, Cadix, 136PO/238, fol. 104, 3 décembre 1779, fol. 170, 15 avril 1780).

107 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 855, courrier du 30 mai 1786.

108 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 495, correspondance de Magon de la Balue de Paris (8 mai 1779-24 avril 1787).

109 Zylberberg, 2001.

110 AHPC, PN, Cadix, reg. 1061-1063 et reg. 4530-4536.

111 ACCIM, Fonds Chauvet, LIX-62, reg. 10, courriers du 3 avril 1793 et du 28 avril 1793.

112 Chamboredon, inédite, p. 569.

113 Ibid., p. 578.

114 AGI, Consulados, leg. 891.

115 Carrière et alii, 1976, p. 208.

116 Zylberberg, 1993, p. 370.

117 AHPC, PN, Cadix, reg. 4537-4539.

118 Voir supra.

119 Sur les 62 lettres qui composent le premier échantillon, les compagnies Jugla Solier et Magon Lefer apparaissent à 14 et 15 reprises, devant les maisons Godet Ségalas (3 traites) et Lecture et Gastambide (4 traites). Au sein du second échantillon, la maison Jugla Solier apparaît également dans plus du tiers des lettres indiquées chez un négociant français (20 sur 57), devant Rivet et neveux (7), Favar et Cie (5), et Magon Lefer (3).

120 Bonneval et Dumas, qui se déclare en faillite en 1785, Fornier et Cie (1786), Lasserre frères (1786), Dubernad Jaureguiberry (1788) et Verduc Jolif Séré (1789).

121 Antonetti, 1963, p. 191 ; Bouchary, 1937, p. 70.

122 AHPC, PN, Cadix, reg. 4537, fol. 908 (16 mars 1793).

123 Zylberberg, 1983.

124 D’après le Parte oficial de la Vigía de Cádiz, le nombre des entrées de navires dans le port est de 1 079 en 1784, 1 194 en 1785, 1 198 en 1788, 998 en 1789, 970 en 1790, 1 014 en 1791, 1 141 en 1792 et 837 en 1795. Il est par ailleurs précisé que « ademas de los Buques expresados, han entrado mayor numero de Embarcaciones menores Españolas, de diferentes Especies, con frutos de las Costas de Africa, Levante y Poniente ». Pour le trafic de Marseille : Carrière, 1973, p. 381.

125 Les entrées de navires américains passent de 19 en 1784 et 29 en 1785 à 55 en 1790 et 1791, avant de culminer, loin devant la France, à 142 en 1792.

126 Carrasco González, 1999, p. 136.

127 Par exemple, Meyer, 1969.

128 Carrière, 1973, p. 592.

129 En 1779, les gérants de la compagnie Verduc de Cadix achètent un navire pour le compte de Jean Payan de Marseille, le rebaptisent le Loup-Garou et l’expédient à la Martinique avec une cargaison de « briques, vin rouge de Provence, huile, savons, chandelles, amandes, lentilles, fromages, saucissons, dragées, salaisons, faïence, roues » (CADN, Cadix, 136PO/238, fol. 27, commission en guerre et marchandise, 19 juin 1779).

130 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 855, courrier du 5 septembre 1766 de Cayla Solier Cabannes Jugla et Cie à Roux frères.

131 CADN, Cadix, 136PO/239, fol. 481, obligation de la compagnie Verduc Jolif Séré en faveur du navire l’Alexandre de Nantes, capitaine Moreau (8 mars 1785).

132 CADN, Cadix, 136PO/238, fol. 303 (5 juin 1781), 309 (13 juin 1781) et 310 (14 juin 1781).

133 AHPC, PN, Cadix, reg. 4518, sans fol., reclamación (4 novembre 1780).

134 CADN, Cadix, 136PO/241, fol. 343, protêt de mer (6 décembre 1788).

135 CADN, Cadix, 136PO/250, fol. 87, déclaration (23 décembre 1817).

136 Avec un tel taux de commission, la maison Verduc aurait ainsi pu toucher plus de 18 000 reales de vellón (1 200 pesos) pour les frais engagés par les relâches à Cadix des 4 navires le Pirrha, le Saint-Jean-Baptiste, la Gracieuse et le Prince de la Paix.

137 Nous ne disposons que de 3 exemplaires du Vigía pour le 1er semestre de l’année 1779 (conservés dans les papiers d’Édouard Boyetet, l’agent de la Marine à Madrid ; voir AHN, Estado, leg. 4008). Les actes de chancellerie du consulat de France à Cadix renferment, cependant, des documents sur 51 opérations d’armement-désarmement réalisées à Cadix, par des maisons françaises de la place, pour le compte d’armateurs marseillais (36), bordelais (8), nantais (3), bayonnais (2), rouennais (1) ou antillais (1) (CADN, Cadix, 136PO/238 et 239).

138 Les maisons Cayla Solier Cabannes Jugla, Verduc Jolif Séré et Lecouteulx s’adjugent à elles seules près de la moitié des 74 consignations recensées dans les 3 bulletins portuaires consultés.

139 Dermigny, 1959-1960.

140 Bustos Rodríguez, 2005, p. 438. Sur les fonctions de consignataire des consuls nordiques, voir Müller, 2004.

141 Nous savons d’ailleurs par une correspondance du fonds Roux que ce navire appartenait à la compagnie Sahuc Guillet (ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 843, courrier du 19 octobre 1787).

142 Carrière, 1970 ; Bernal Rodríguez, 1992.

143 Les compagnies d’assurances par actions sont apparues à Cadix dans les années 1760. Trente ans plus tard, on en comptait plusieurs dizaines, mais les chiffres diffèrent fortement d’une source à l’autre : le comte de Maule en dénombre 54 en 1796 (De Cádiz y su comercio, p. 69) alors que l’Almanak mercantil o Guía en recense 89 la même année et que 77 directeurs de compagnies avaient été convoqués par le gouverneur de la place en septembre 1793 afin d’assister à la lecture d’une Real Orden concernant le secteur (AGI, Consulados, leg. 503). En outre, à côté des compagnies collectives ayant fait l’objet d’un acte notarié en bonne et due forme, de nombreux particuliers agissaient sur le marché, soit dans le cadre de « comptes d’assurances » en participation, soit à titre strictement individuel.

144 Sur la rentabilité des compagnies d’assurances par actions, voir Bartolomei, 2012c.

145 AGI, Consulados, leg. 1757.

146 CADN, Cadix, 136PO/241, fol. 220, procuration, 3 juin 1788.

147 CADN, Cadix, 136PO/243, fol. 319 (31 décembre 1792), 136PO/248, fol. 258 (2 février 1805) et 136PO/249, fol. 149 (12 mai 1807).

148 CADN, Cadix, 136PO/239, fol. 42, procuration, 3 mai 1783.

149 CADN, Cadix, 136PO/240, fol. 459, procuration, 24 mars 1787.

150 CADN, Cadix, 136PO/243, fol. 251, procuration, 18 juin 1792.

151 AHPC, Cadix, PN, reg. 1674, fol. 1122 et reg. 1687, fol. 1591.

152 La formation de la compagnie dirigée par les frères Béhic remonte à 1779 (Zylberberg, 1993, p. 359). Les deux premières compagnies d’assurances par actions identifiées par Antonio García-Baquero González (1976, p. 413) ont été fondées en 1763 à l’initiative de deux négociants espagnols : Francisco Rodríguez Morzo et Francisco Montes.

153 On relève notamment la présence de Juan Jacobo Gahn et Diego Duff, qui sont respectivement consuls du Danemark et d’Angleterre, des négociants étrangers José Marliany, Domingo Terry, Antonio O’Duyer, Juan Barry, Thomas Patricio Ryan, et des négociants espagnols Nicolas Enrile, Juan Manuel Sarria, Carlos Lorenzo Jennet.

154 Sur les 9 maisons de la première classe de la nation recensées cette année-là, 8 ont pris des actions (Jugla Solier et Cie, Magon Lefer frères, Rivet et neveux, Lecouteulx et Cie, Bonneval et Dumas, Sahuc Guillet et Verduc Jolif Séré) ; seule la compagnie Quentin frères ne participe pas. On peut aisément adjoindre à ce groupe d’élite la maison Lenormand qui n’était pas recensée sur les listes de la nation, Jean-Laurent Lasserre et Domingo Béhic qui ont longtemps appartenu à l’élite avant de faire faillite, et diverses maisons qui, quoique figurant dans des classes inférieures, appartiennent au même milieu professionnel (Godet Ségalas, Delaville frères, Rey et Brandembourg, Dechegaray frères, Jean-Pierre Jaureguiberry et Cie, et Millet et Douat).

155 AHPC, PN, Cadix, 2571-728 et 4529, sf [29 octobre 1789].

156 Pour la compagnie de Jean de Bonneval, voir AHPC, PN, Cadix, 3674-243, fianza (25 juin 1796). Pour celle de Jean-Pierre Jaureguiberry, voir AGI, Consulados, leg. 522, courriers à Juan Vicente Marticorena (1793-1795). Pour les deux dernières, voir AGI, Consulados, leg. 503, liste des directeurs de compagnies d’assurances convoqués par le gouverneur en septembre 1793.

157 CADN, Cadix, 136PO/238, sf, « établissement d’une compagnie d’assurances » (24 mai 1782).

158 En 1784, les gérants de la compagnie Delaville frères informent les banquiers parisiens Mallet frères que Dominique et Pierre Galatoire ont fondé une compagnie d’assurances destinée à leur laisser « une bonne commission annuelle » (Zylberberg, 1993, p. 356). En ce qui concerne la rémunération des actionnaires, voir Bartolomei, 2012c, pp. 89-91.

159 Chamboredon, inédite, p. 618.

160 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 843, courrier du 6 novembre 1787.

161 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 843, courrier du 18 décembre 1787.

162 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 843, liasse 826, courrier du 27 octobre 1789.

163 AGI, Consulados, leg. 891.

164 Ainsi les 16 000 pesos pris en 1779 par la compagnie Verduc sur une expédition de denrées coloniales à Marseille sont facturés à 2,75 % par les assureurs espagnols et la compagnie française Galatoire alors que les maisons Jugla Solier et Magon Lefer exigent une prime de 3 % (AHPC, PN, Cadix, 4517, fol. 1580, carta de pago y abandono [21 octobre 1779]).

165 AHPC, PN, Cadix, 4539, fol. 3097, poder para testar (10 décembre 1789).

166 Ainsi, le négociant espagnol Pedro Saenz de Santa María y Carassa qui était directeur d’une compagnie et actionnaire dans 8 autres aurait tiré 394 228 pesos de ces activités entre 1784 et 1788 (Zylberberg, 1993, p. 362).

167 Ibid., p. 352.

168 AGI, Consulados, leg. 522.

169 ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 842, courrier du 5 novembre 1779.

170 Les descriptions faites dans les récits de voyageurs de passage à Cadix dans la seconde moitié du xviiie siècle en sont le meilleur exemple. José Luis Comellas García-Llera (1976, p. 17) en cite de nombreux extraits, parmi lesquels on peut retenir les suivants : « Cádiz es una ciudad de las más opulente de España y en la que circula más el dinero » ; « Las riquezas habían introducido allí mucho lujo y sigue siendo la ciudad de España donde más hay » ; « No hay sitio en Europa donde el dinero sea más abundante y corre más » ; « La ciudad de Cádiz respira los placeres, el lujo y la riqueza ».

171 Girard, 1932, p. 468. Un siècle plus tard, dans un mémoire adressé à Charles III, le comte de Floridablanca dénonce les commerçants gaditans qui sont « acostumbrados al monopolio dentro de un solo puerto, y a unas ganancias de un ciento y dos por ciento » (cité dans Izard, 1974, p. 300).

172 Savary, Le parfait négociant, p. 163.

173 Le mémoire est intitulé « Mémoire général sur le commerce qui se fait aux Indes Occidentales par Cadix par lequel on en peut pénétrer à fond toutes les circonstances et juger des moyens que le Roy devra prendre pour en étendre ou au moins en conserver à ses sujets les avantages ». Il est publié presque intégralement dans Morineau, 1984, pp. 326-343.

174 Sée, 1925, p. 187 ; Carrière, 1970, p. 237.

175 García-Baquero González, 1998, p. 45.

176 Id., 2003, p. 269.

177 En 1783, Simon Fornier écrit à son frère : « depuis quelques années la tournure des affaires a si fort varié que j’ose avancer que si ces anciens négociants qui après avoir géré ici les premières maisons pendant nombre d’années et qui se sont retirés en France, ou sont morts, tels la Balue, Verduc, Solier, Lecouteulx, revenaient prendre le timon des affaires, ils seraient des plus embarrassés, car aujourd’hui tout est bouleversé et changé de face » (Chamboredon, 1991, p. 52).

178 Le montant des utilidades déclarées par les maisons de la nation passe de 710 000 pesos en 1753 (soit 46 % des revenus commerciaux de la place) à 470 000 pesos en 1762 (42 %), avant de s’effondrer à 150 000 pesos en 1773 (17 %). Cependant, les résultats fournis pour 1773 n’ont donné lieu, contrairement à ceux de 1753 et 1762, à aucune contre-enquête de la part des autorités (Bustos Rodríguez, 2005, p. 161).

179 CADN, Cadix, reg. 258, fol. 5, 55 et 136, assemblées des 17 juin 1778, 24 mai 1783 et 6 avril 1791.

180 AGI, Consulados, leg. 503 et 522.

181 L’historiographie ne se fait l’écho que des faillites de Verduc Kerloguen Payan et Béhic survenues en 1772. Il s’agissait de maisons de premier rang, et on peut donc supposer que beaucoup de petites affaires mineures ont été négligées tant par les témoins contemporains que par les historiens qui se sont intéressés à la colonie. Il n’en demeure pas moins que l’on recense près d’une dizaine de faillites de maisons de ce niveau au cours des années 1780 (Mercy Lacaze et Cie en 1784, Bonneval et Dumas en 1785, Fornier et Lasserre en 1786, Dubernad Jaureguiberry et Étienne Laborde en 1788, Verduc Jolif Séré et Cie, Barrère et Sarrasin et Cie et Lafforé et fils en 1789, et Lenormand en 1792). L’ampleur prise par le phénomène des faillites au cours des années 1780 n’est donc pas contestable.

182 Pour la compagnie Mercy Lacaze et Cie, voir ACCIM, Fonds Roux, LIX, liasse 838, courrier du 3 juin 1785. En ce qui concerne la compagnie Fornier, voir Chamboredon, inédite, p. 599.

183 Zylberberg, 1993, pp. 351-356.

184 Bartolomei, inédite, pp. 244-247.

185 Ibid., pp. 254-257.

186 Sur les 35 testaments de commerçants mariés dépouillés, seuls 17 mentionnent qu’une dot a été versée et, dans 9 cas seulement, la dot dépasse les 10 000 pesos. Sur 27 testaments qui mentionnent le montant dont disposait l’époux au moment de son mariage, la valeur de cet apport est inférieure à 10 000 pesos dans la moitié des cas (dont 6 cas dans lesquels l’époux déclare s’être marié sans aucun capital).

187 La moyenne des 16 résultats qui composent notre échantillon s’établit à 3 831 pesos / an alors que celle des 12 cargadores est de 10 044 pesos / an (García-Baquero González, 1976, p. 511).

188 Jean Binalet, Pierre-Bernard Cabanon, Antoine et Laurent Eymar, Étienne Marquis et naturellement Étienne Balleras ont tous obtenu des résultats similaires ou supérieurs aux représentants de ces compagnies de l’élite, en partant de bien plus bas dans la hiérarchie mercantile.

189 Le montant minimal des fonds que devait posséder une maison de commerce pour appartenir à l’une des cinq classes composant la nation française était de 200 000 pesos pour la première, 75 000 pesos pour la deuxième, 40 000 pesos pour la troisième, 20 000 pesos pour la quatrième, et 8 000 pesos pour la cinquième (Ozanam, 1968, p. 278).

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search