Version classiqueVersion mobile

Les marchands français de Cadix et la crise de la Carrera de Indias (1778-1828)

 | 
Arnaud Bartolomei

Avertissements

Texte intégral

1Le présent ouvrage est la version éditée d’une thèse de doctorat, qui a été soutenue à l’université de Provence en 2007 sous le titre La Bourse et la vie. Destin collectif et trajectoires individuelles des marchands français de Cadix, de l’instauration du comercio libre à la disparition de l’Empire espagnol (1778-1824) et dont le tapuscrit est disponible en ligne. C’est la raison pour laquelle l’appareil critique a sensiblement été allégé : seules les notes et les annexes essentielles à la démonstration ont été conservées, la bibliographie ne mentionne que les ouvrages cités dans le corps du texte, et l’inventaire des sources n’a pas été reproduit ici. L’essentiel de l’argumentaire a en revanche été conservé et a même été enrichi des conclusions des divers travaux que nous avons eu l’occasion de réaliser depuis la soutenance de la thèse. Il nous a en revanche paru utile de repousser de quatre ans le terme de l’étude afin d’intégrer différents apports historiographiques récents de la première importance. La bataille d’Ayacucho (1824), malgré son importance symbolique, n’a en effet provoqué ni la disparition de « l’Empire espagnol », dont l’histoire se prolonge jusqu’en 1898 et qui a fait l’objet de l’ambitieux programme de recherche GLOBIBER, ni celle de la Carrera de Indias, qui ne fut officiellement abolie, comme l’a rigoureusement démontré Marina Alfonso Mola dans un article publié en 2005, qu’en 1828 avec la suppression des décrets du comercio libre. En dépit de cet ajustement, nous avons cependant gardé la liberté d’enjamber cette borne chronologique qui délimite notre objet, chaque fois que cela était nécessaire pour mettre en perspective et suivre plus en avant dans le xixe siècle les trajectoires empruntées par le port de Cadix et les marchands français qui s’y étaient installés.

2En ce qui concerne les normes retenues pour l’orthographe des citations et des patronymes, pour la traduction des termes en espagnol et pour la conversion des monnaies, les principes ont été les suivants. L’orthographe et la ponctuation des citations d’époque ont été modernisées afin d’en permettre une meilleure compréhension. Les citations en espagnol ont été laissées dans leur langue originelle lorsqu’elles ne posaient pas de difficulté de compréhension pour un lecteur non hispanophone. Lorsqu’elles ont été traduites en français, elles l’ont été par nos propres soins.

3L’orthographe des patronymes des 1 236 marchands français de Cadix, qui sont à la base de notre travail, a été unifiée selon la forme qui apparaissait le plus fréquemment dans les sources françaises. Nous n’avons pas détaché les particules des patronymes chaque fois que les individus concernés ne le faisaient pas eux-mêmes dans leurs autographes : ainsi, nous avons écrit, entre autres, François Demellet pour François de Mellet et Lecouteulx ou Lenormand au lieu de Le Couteulx et Le Normand. Concernant les prénoms, nous les avons systématiquement employés dans leur forme francisée pour tous les individus nés en France, dans leur forme espagnole pour ceux qui étaient nés en Espagne. Nous avons notamment appliqué cette règle dans le cas des enfants des marchands français, nés à Cadix. En revanche, pour tous les autres marchands et compagnies, espagnols et européens, qui sont cités dans ce travail, nous avons conservé l’orthographe des noms, prénoms et raisons sociales telle qu’elle nous apparaissait dans les sources. De même, pour tous les prénoms et noms extraits de sources citées ou reproduites en annexe, nous avons conservé l’orthographe et la langue originelle du document concerné.

4Nous avons en outre choisi de ne pas traduire en français des expressions comme Carrera de Indias, Casa de la Contratación, Consulado, vales reales ou desamortización. Nous avons également choisi de ne pas traduire les noms des 4 principales monnaies espagnoles utilisées pour exprimer les valeurs (reales [de plata], pesos [sencillos], pesos fuertes et reales de vellón).

5Les normes de conversion des monnaies adoptées pour unifier, chaque fois que cela était utile, l’unité monétaire dans laquelle sont exprimées les valeurs sont les suivantes :

  • 1 peso (sencillo) = 8 reales = 15 reales de vellón 5/8
  • 1 peso fuerte = 10 reales 5/8 = 20 reales de vellón
  • 1 doublon = 32 reales
  • 1 livre tournois (ou 1 franc) = 2 reales
  • 1 livre sterling = 50 reales

6Les fonds d’archives consultés ont été abrégés de la manière suivante :

  • ACCIM : Archives de la chambre de commerce et d’industrie de Marseille (Marseille)
  • ADR : Archives départementales du Rhône (Lyon)
  • AGI : Archivo General de Indias (Séville)
  • AHMC : Archivo Histórico Municipal de Cádiz (Cadix)
  • AHN : Archivo Histórico Nacional (Madrid)
  • AHPC : Archivo Histórico Provincial de Cádiz (Cadix)
  • AMAE : Archives du ministère des Affaires étrangères (La Courneuve)
  • AN : Archives nationales (Paris)
  • APR : Archivo de la Parroquia de Nuestra Señora del Rosario (Cadix)
  • CADN : Centre des archives diplomatiques de Nantes (Nantes)

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search