Version classiqueVersion mobile

Les marchands français de Cadix et la crise de la Carrera de Indias (1778-1828)

 | 
Arnaud Bartolomei

Préface

Gérard Chastagnaret

Texte intégral

1Transgression, rigueur, nouveauté : tels sont les maîtres-mots de ce beau livre. Transgression parce qu’il franchit allègrement plusieurs frontières de la recherche historique, de surcroît parmi les mieux établies. Arnaud Bartolomei aurait pu concentrer sa recherche sur une réussite, et même une double réussite : celle du grand port impérial de la Péninsule au xviiie siècle au moment de sa plus grande splendeur, les dernières décennies du siècle, en dépit de – ou grâce à – l’instauration du comercio libre en 1778, et de celle d’une colonie marchande qui fut l’une des principales animatrices et bénéficiaires de la place tout au long de la période. Il y avait là de quoi faire une thèse solide, un ouvrage brillant. Le terrain n’était pas en friche, mais il était loin d’être entièrement labouré. À partir d’une parfaite connaissance de la bibliographie, Arnaud Bartolomei a compris qu’il y avait mieux à faire, en travaillant autrement, et d’abord en décalant le sujet. Il a donc bousculé les bornes chronologiques, notamment celles du terme de l’étude, qu’il repousse bien au-delà de 1797, jusqu’à 1823 et même plus loin, puisqu’il présente, avec bonheur, les grands traits de la reconversion et d’un nouveau cycle de prospérité, certes relative, du port à partir de la fin des années 1820. Cette extension du temps est combinée avec un croisement disciplinaire tout à fait pertinent. Ascète de l’usage de la lettre de change, forçat volontaire de l’analyse statistique des protêts, Arnaud Bartolomei est un spécialiste reconnu de l’étude des techniques bancaires. L’ouvrage témoigne de sa maîtrise des méthodes et des codes de l’histoire économique, tels que l’histoire sérielle du mouvement des marchandises, l’analyse des mécanismes du crédit et des règlements, ainsi que des comptabilités marchandes. Mais il nous ouvre aussi à bien d’autres horizons, depuis le fonctionnement institutionnel d’une communauté jusqu’à l’histoire culturelle de groupes sociaux et d’individus en des temps qui furent ceux des Lumières bien avant d’être ceux des bouleversements de la Révolution et des guerres napoléoniennes.

2L’objet est donc original : suivre une colonie marchande, un groupe social, des individus, bien au-delà de leur période de forte visibilité, jusqu’au moment où la communauté qu’ils forment ne devient plus que l’ombre de ce qu’elle fut. Le succès n’était pas assuré, par le risque de redondance avec d’autres études pour la période glorieuse, par le double péril du silence des sources et de l’insignifiance de l’apport pour la période d’effilochage de cette présence marchande. Le résultat est pourtant une vraie réussite, grâce à la maîtrise méthodologique de l’auteur, grâce aussi à une autre qualité, fondamentale pour l’historien, la passion, l’obsession des sources. Arnaud Bartolomei a travaillé à Paris, Nantes, Marseille, Madrid, Séville et beaucoup aussi à Cadix où, grâce à la Casa de Velázquez, il a pu séjourner pendant deux années, se pénétrer du cadre de vie de « ses » marchands, cet univers paradoxal d’une ville ouverte sur le monde et close sur elle-même, où, en dépit de l’étirement des rues, l’on n’est jamais loin de ses partenaires ou concurrents, où l’on se salue sur la Alameda, où l’on peut surveiller le départ ou le retour de ses navires depuis le rivage ou la torre de sa demeure, où les Français peuvent à la fois se fondre dans une société cosmopolite, même si le mot est encore anachronique, et disposer de lieux de sociabilité propres, y compris la chapelle française du couvent de San Francisco, au décor baroque exceptionnel.

3À la différence de tant de travaux au titre racoleur, l’ouvrage donne plus qu’il ne promet. Sa perspective de l’histoire du commerce gaditan à la charnière des siècles, appuyée sur une parfaite connaissance de la bibliographie ainsi que sur une recherche originale, propose une remise en cause de plusieurs repères communément admis. 1796 ne sonne pas le glas du grand commerce colonial. Certes, la conjoncture devient heurtée, avec des moments catastrophiques pour l’activité, mais le blocus anglais n’est jamais complet, et il reste encore de belles années, après la paix d’Amiens, ou encore à partir de 1809. Le terme véritable de l’aventure coloniale est repoussé à 1823 : Cadix est victime d’Ayacucho plus que des guerres européennes. Et surtout l’activité ne se limite pas au commerce colonial : le port se trouve au croisement de deux systèmes de communication et d’échanges, l’un atlantique et l’autre méditerranéen, sur lesquels l’auteur apporte des informations nourries et convaincantes. Enfin, l’ouvrage donne un éclairage nouveau sur le deuxième quart du xixe siècle. Cadix est durement éprouvé, mais ne s’endort pas, à la faveur du développement de deux fonctions : celle d’escale dans le cadre d’un cabotage européen – surtout français – entre Méditerranée et Atlantique, celle de port d’exportation des productions andalouses en direction de l’Europe du Nord.

4L’essentiel est bien néanmoins l’étude de cette colonie marchande, toujours forte de plusieurs centaines d’individus, en dépit d’importantes fluctuations à partir des années 1790. Ils se situent dans tous les domaines du négoce : le commerce, malgré un certain désengagement de la Carrera de Indias dès avant l’institution du comercio libre, la banque, l’armement et la consignation, l’assurance maritime, souvent refuge des plus modestes ou des plus malchanceux. Les solidarités d’origine n’empêchent nullement la concurrence, mais elles émergent dès que les liens deviennent pérennes et surtout elles s’affirment au quotidien dans le fonctionnement des maisons : les trois quarts des employés des compagnies françaises sont eux-mêmes français, une proportion dépassée seulement par les Irlandais ! Les crises imposent des pratiques alternatives. La participation de maisons françaises à la « course » offre un exemple saisissant de ces opportunités de temps de guerre au rendement en fait très inégal. L’esprit d’initiative ne suffit pas toujours pour survivre au malheur des temps. À partir de l’hiver 1808-1809 s’ouvre le temps des confiscations, des représailles, avec l’épisode, ignoré jusqu’ici, d’internements de plusieurs centaines de civils français sur des navires démâtés dans la baie de Cadix, ces sinistres pontones que l’on avait cru réservés aux marins de l’escadre française. Internement, exil et, pour une minorité hispanisée, maintien sur place : la colonie française éclate. Elle se reconstituera, a minima, après 1815, pour entrer dans une longue agonie. La présence française à Cadix reste pourtant significative mais ses membres ne sont en rien les héritiers de la grandeur passée. La présentation de plusieurs trajectoires individuelles contrastées, suivies jusque dans l’intimité familiale, aide à comprendre le mouvement d’ensemble. Pour tous, l’intérêt professionnel si longtemps stimulant et porteur d’attentes au-delà de crises que l’on croit passagères, pour d’autres, le lieu de naissance, dans le cas des jenízaros, des engagements familiaux et, aussi, surtout pour les plus âgés, cette force des choses, ce poids des décennies qui ont créé autant de liens, économiques et affectifs, dans la presqu’île qu’elles distendaient les liens familiaux avec la France. Toutes ces synergies, qui ont fait la communauté française de Cadix, qui l’ont prolongée, s’affaiblissent peu à peu et l’emportent avec elles. Les Français de Cadix n’ont plus la force ni la volonté de s’inscrire dans les nouvelles dynamiques : ils laissent les Anglais emporter un xérès accommodé à leur goût.

5Au fait : colonie ou communauté ? L’hétérogénéité des parcours, des statuts et des droits afférents à chacun, celle des activités, des cultures d’origine, invite à poser la question. En réalité, l’attachement à la nationalité française, la loyauté envers son pays ne font aucun doute, même si on l’a quitté depuis des décennies, même si l’on est né en Espagne. Cette revendication d’identité française repose certes en partie sur des privilèges et des protections consulaires, mais sur beaucoup plus aussi, sur une culture en prise directe avec les Lumières. La majorité des Français de Cadix sont importateurs et lecteurs d’ouvrages et de folletos subversifs. Peu engagés dans les confréries, ils distinguent de fait la sphère publique et la sphère privée et respectent la liberté de conscience : les négociants français protestants – par ailleurs très discrets sur leur appartenance religieuse – purent se sentir parfaitement à l’aise aux côtés de leurs compatriotes. Lecture sécularisée de la société, adhésion publique aux principes de la Révolution, et même, à l’initiative d’officiers de Marine, création en 1807 d’une loge maçonnique : autant de marqueurs identitaires « clivants », à l’intérieur même de la communauté, et surtout à l’extérieur de celle-ci. On comprend mieux ainsi que les prudences ou les assurances données aux autorités locales n’aient pas freiné l’hostilité du petit peuple ni empêché les mesures de précaution et surtout de répression prises par les autorités.

6Des déracinés nationaux, familiaux, religieux, culturels constitués en une communauté de fait autant que de droit, une communauté hétérogène, puissante, vivante, identifiable au point de n’avoir point besoin de drapeau : à travers Cadix, et par la grâce d’un ouvrage remarquablement documenté, construit et écrit, Arnaud Bartolomei ouvre un champ nouveau à l’exploration des dynamiques économiques et sociales de la France depuis l’absolutisme finissant jusqu’à la Restauration.

7Pour terminer, osons un anachronisme : la communauté française de Cadix, des expatriés économiques sur le spot des affaires alors le plus chaud de la planète, qui avaient su concilier dynamisme, ténacité, respect des règles du pays d’accueil et attachement aux valeurs de leur nation. Les Français à Cadix, ou comment emporter, sans giberne ni baïonnette, les Lumières et la Révolution avec soi !

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search