Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De fumées et de sang

 | 
Gérard Chastagnaret

Troisième partie. Le massacre

Chapitre xii

Tous à la manif !

(La tragédie, acte V, scène 1)

Texte intégral

1Jour de victoire promise, commencé comme un jour de fête, terminé dans la panique, jour de sang, de morts innombrables au sens strict du terme, jour d’une année, de l’année d’un jour, el año de los tiros, ce 4 février 1888 a légitimement focalisé l’attention des rares historiens du bassin. Les sources utilisées jusqu’ici peuvent se classer en trois blocs : le rapport du 9 mars de la compagnie anglaise, la presse, le discours de Romero Robledo aux Cortes du 17 février, avec, en complément, quelques documents marginaux, notamment judiciaires. L’ensemble de ces documents a fait l’objet d’une critique historienne sérieuse de la part de María Dolores Ferrero Blanco. Sur cette base, ou une partie de celle-ci, ont été construits des récits de qualité très inégale, certains d’entre eux privilégiant, sciemment ou non mais parfois jusqu’à la caricature, la perspective d’une des parties prenantes.

  • 1 « Conferencia con el alcalde de Zalamea », La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 2. Voir aus (...)
  • 2 « Los sucesos de Rio Tinto », El Imparcial, 12 février 1888, pp. 2-3. Un exemplaire de l’article es (...)
  • 3 Il passe à Riotinto le 7 février, à Tharsis le 8, avant de rejoindre Séville le 9 et reprendre le t (...)

2En dépit de ces faiblesses, la plupart des faits sont établis : la foule, la réunion à la mairie, les tirs, les morts. Restent deux interrogations lourdes, assumées comme telles ou tranchées en général de manière plus péremptoire que convaincante : qui a donné l’ordre de tirer ou, plus largement, comment expliquer le processus aboutissant aux tirs ? Et combien de morts ? Questions délicates auxquelles il est difficile d’apporter des réponses définitives, mais dont l’éclaircissement sera nourri ici de sources nouvelles, jusqu’à présent ignorées ou tout au moins inutilisées. Elles sont de trois ordres : la presse, les sessions des Cortes, les archives ministérielles. Du côté de la presse, j’ai d’abord retrouvé l’entretien, jusqu’ici évoqué sans être cité, donné par l’alcalde de Zalamea au Reformista et reproduit dans La Coalición Republicana du 7 février1. J’ai consulté aussi le numéro du 12 février du quotidien madrilène El Imparcial qui reproduit un long courrier du même alcalde de Zalamea2. Plus généralement, des deux journaux d’opposition de Huelva, La Coalición Republicana s’est révélée le journal le plus utile, moins censuré et plus factuel que El Reformista, organe de la dissidence de Romero Robledo et proche de la Liga et de Ordóñez Rincón, tandis que La Provincia, organe contrôlé par Rio Tinto, cède à l’affabulation pour justifier le massacre et ne présente d’intérêt que pour l’analyse de la polémique. J’ai élargi l’enquête à la presse sévillane, moins soumise que celle de Huelva à une censure qui refuse de dire son nom. El Baluarte, républicain zorrillista déjà cité, et le réformiste El Cronista m’ont apporté de précieux compléments ou éclairages. Pour les Cortes, l’attention s’est focalisée jusqu’ici sur la grande session du 17 février alors que le drame est évoqué dans plusieurs sessions antérieures et notamment dès le lundi 6 : le débat oppose déjà Albareda et Romero Robledo, avec tout l’intérêt d’une confrontation « à chaud », brutale mais instructive aussi bien pour le récit des faits que pour l’imputation des responsabilités. Le dernier apport nouveau repose sur les archives des ministères de la Gobernación et de Guerra. En dépit d’une volonté de transparence affichée, tous les télégrammes de la Gobernación n’avaient pas été divulgués, et encore moins les rapports du gouverneur civil ou du directeur général de la Sécurité : celui-ci arrive à Huelva le 6, consulte toute la documentation du gobierno civil, avant de se rendre sur la zone minière et de revenir à Madrid dès le 11 au matin3. Tout aussi ignorés, les documents internes au ministère de la Guerre sont peut-être encore plus décisifs pour la connaissance des faits : ils émanent de la chaîne de commandement directe des troupes et sont mieux couverts par le secret, en principe et en fait : les télégrammes transmis aux Cortes le 15 février à la demande de Romero Robledo sont peu nombreux — huit seulement — et ne contiennent pas d’information sensible sur l’action des troupes. Leur apport peut être donc novateur, à la fois par l’information et par la vérité du discours : ce sont des militaires qui s’adressent à d’autres militaires, ministre compris, pour rendre compte des interventions ou enquêter sur le respect de procédures parfaitement codifiées. Cette transparence de l’information a toutefois ses limites : la priorité donnée à la forme permet d’évacuer facilement la question des résultats, en l’occurrence le nombre de victimes et, plus profondément, le caractère clos de l’institution militaire n’exclut nullement sa solidarité avec les autres composantes de l’appareil d’État. Le discours interne peut relever des erreurs, voire des fautes, le discours public est celui du fonctionnement harmonieux et efficace de l’ensemble des représentants de l’État.

3L’exploitation de cette volumineuse documentation est donc riche d’informations nouvelles, mais il ne faut en attendre aucun fracas journalistique, sur le « vrai » coupable, encore moins sur le comptage des morts. La quête des responsabilités offre des surprises, ouvre des perspectives nouvelles sans exclure les anciennes, mais on ne saurait pour autant la qualifier de définitive. Informer et éclairer le débat ne veut pas dire le clore, d’autant plus que la quête d’archives n’est jamais terminée. En revanche, l’analyse de ce temps court si épouvantable invite à prospecter aussi un champ nouveau, qui ne manque pas de résonances actuelles : comment plusieurs administrations, avec toutes leurs chaînes de pouvoir, peuvent-elles gérer, en interne et face à la nation, la commission de l’indicible ?

I. — « Un grueso de gente tan formidable »

  • 4 « Los sucesos de Rio Tinto », El Imparcial, 12 février 1888.
  • 5 La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 2.
  • 6 Ibid.
  • 7 « Los sucesos de Rio Tinto », El Imparcial, 12 février 1888.
  • 8 Ibid.
  • 9 « Los sucesos de Rio Tinto », La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 1. José Nogales, directe (...)

4La manif commence à Zalamea4. Les deux récits de l’alcalde peuvent servir de fil conducteur, surtout le second, donné à El Imparcial par les deux destinataires premiers de la lettre, les deux députés du district minier, tous deux libéraux, le comte de Gomar et Juan Talero, représentant respectivement les districts de Valverde et Aracena. Ce second document, plus long que le premier, est en concordance avec les télégrammes que l’élu a envoyés tout au long de la nuit, au gouverneur et au ministre : ces pierres blanches de loyauté envers le pouvoir lui servent à présent de certificats d’authenticité. Le 3 s’est achevé tard à Riotinto, le 4 commence tôt à Zalamea. Dès minuit, l’alcalde est réveillé par son premier adjoint, toujours à la pointe de l’information et sans doute du combat sur la question des fumées. De nombreux groupes d’habitants parcourent les rues en criant « ¡Abajo los humos! » et frappent aux portes pour appeler à manifester à Riotinto. L’alcalde serait sorti pour les calmer, y serait parvenu difficilement et serait retourné au lit à 3 heures, non sans avoir adressé ses premiers télégrammes — ses premières pierres blanches — au gouverneur et au ministre pour les avertir de la situation et aussi de son comportement responsable. La nuit est courte : dès 7 heures, c’est le réveil définitif, avec l’afflux « en masse » d’habitants des différents villages de la commune. Son premier récit indique que « plus de 600 personnes, hommes, femmes, enfants, pénétrèrent dans la mairie, aux cris de “À bas les fumées ! Vive l’agriculture !”, en demandant au conseil municipal de se mettre à leur tête5 ». Le second confirme la consigne de mobilisation, forte et bruyante : « ¡Abajo los humos! ¡Abajo las teleras! », mais l’alcalde dit ne pas en avoir été averti. Les changements de version les plus sensibles interviennent ensuite. La première est celle d’un élu fier d’avoir assumé ses responsabilités de représentant des intérêts d’un village : « Compte tenu de cela, mon devoir d’alcalde m’obligeait à m’unir à la population et à diriger la manifestation pour la représenter devant le conseil municipal de Rio Tinto, en lui exposant les vœux de tous les habitants du village et de l’ensemble de la commune6. » Tout cela disparaît dans le second récit, au profit de la posture du responsable du maintien de l’ordre. José González affirme avoir cherché à contenir la manifestation à l’intérieur même du village : autrement dit, il aurait proposé la reproduction des rassemblements de fin janvier. La première version est de loin la plus crédible : la mairie joue les premiers rôles depuis des semaines et la marche est annoncée depuis plusieurs jours. José González s’entête néanmoins dans sa seconde posture : lorsque la foule prend la direction de Riotinto, il l’accompagne certes, mais avec un argument imparable : il ne se joignait pas à la foule, il allait à la station du télégraphe pour avertir le gouverneur et demander des renforts. Malchance pour lui, la station est située précisément sur le chemin de Riotinto. Le télégramme est envoyé, mais il a retrouvé la foule : elle l’a empêché de revenir au village et a emmené « beaucoup d’autres personnes, hostiles à ces actions toujours périlleuses, notamment Lorenzo Durán, Manuel Carvajal et d’autres7 ». Dernier acte de bon soldat de l’ordre : il aurait obtenu que les manifestants déposent au bord du chemin tout ce qui pouvait servir d’armes, jusqu’aux simples bâtons. Enfin, il laisse entendre que cette foule n’avait rien de subversif : il n’y avait pas d’armes véritables et la foule avançait « dans une grande explosion de joie et de vivats, à l’ordre, au gouvernement et à M. Albareda8 ». La ficelle est grosse, mais elle n’est sans doute pas inexacte : depuis décembre, et encore plus depuis janvier, Albareda est réellement populaire et l’un des buts de la manifestation est d’appuyer le ministre contre les forces qui veulent empêcher l’application de la loi et de la justice. Les manifestants n’allaient pas à l’affrontement, encore moins au massacre. L’écrivain et journaliste José Nogales, né à Valverde et élevé à Aracena, deux bourgs en lisière du district minier, le dit très bien, dès le 7 février, dans La Coalición Republicana : « Ils ne venaient pas se battre, ils venaient demander et comme preuve de leurs intentions, ils emmenaient leurs femmes et leurs enfants9. » Ils allaient exiger la reconnaissance d’une victoire acquise sur le terrain du droit ; ils étaient accompagnés d’une fanfare : la manifestation était festive autant que revendicative.

  • 10 « Conferencia con el Alcalde de Zalamea », La Coalición Republicana, 7 février 1888.

5On voit bien les raisons du changement d’attitude de José González. Le 5 ou le 6 février à Huelva, il est certes sous le coup de l’émotion, mais il est installé à l’hôtel et reçoit dans un milieu ami, protecteur même, puisqu’il s’adresse au directeur d’un journal, El Reformista, appuyé par Ordóñez Rincón. La présentation que fait de lui l’intervieweur souligne ce climat : « L’alcalde de Zalamea est une personne sympathique et très aimable, jeune, assez cultivé et d’aspect noble et distingué10. » Au fond, c’est Zalamea à Huelva, c’est aussi la Liga, y compris pour l’incitation à assumer le leadership dans la lutte contre les calcinations. Quelques jours après, la situation a bien changé. De retour à Zalamea, José González a compris qu’une des manœuvres du pouvoir, provincial et national, était de se défausser sur les promoteurs de la manifestation. Les risques judiciaires sont considérables. Du coup, il écrit via les deux députés de la province à El Imparcial pour donner au public sa version des faits avant une arrestation éventuelle. Il n’est plus question pour lui d’assumer la responsabilité de la manifestation. En mentionnant les noms d’autres notables de la commune, proches de Serrano Lancha et Ordóñez Rincón, il se dédouane, mais en même temps, il « mouille » ces derniers, qui pèsent socialement bien plus que lui : aucun d’eux n’est responsable, et surtout pas lui seul. Au lendemain du 4 février, l’alcalde de Zalamea défendait la population. À présent, il se défend lui-même.

  • 11 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 8, « Índice de los datos que tomados en el Gobierno de la provinc (...)

6Le second article paraît le 12 février, lendemain du retour à Madrid du directeur général de la Sécurité. Celui-ci est tellement écœuré par la « fausseté » de González qu’il tient à ajouter un commentaire sur l’article dans son rapport, présenté le lendemain. Pour lui, ce personnage, bien connu dans la région pour ses habiletés, n’était nullement contraint. À preuve : le directeur du chemin de fer de la compagnie du Buitrón a informé le gouverneur qu’un garde municipal de Zalamea au sobriquet de Penetro et un autre habitant du village, El Canónigo, faisaient partie du groupe qui a contraint (?) les mineurs du Buitrón à se joindre à la manifestation11. Le directeur de la Sécurité ne se trompe pas sur la manœuvre de González, mais il aurait pu expliquer les raisons de celle-ci : l’alcalde de Zalamea a peur, peur des suites judiciaires, du fait de sa charge publique, et aussi sans doute parce qu’il n’a pas le poids de Serrano Lancha ou de son gendre. Il n’est que l’homme des puissants.

  • 12 La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 2.
  • 13 Diario de sesiones, 17 février 1888, p. 1230.

7La version la plus habile et l’une des mieux informées, parce que l’homme a de solides réseaux, est donnée cinq jours plus tard à la Chambre des députés, par Romero Robledo. C’est aussi l’une des plus sûres : l’ancien ministre de l’Intérieur sait que la moindre inexactitude sera exploitée contre lui. Il a évoqué le drame dans cette enceinte dès le 6 février, mais il a reçu depuis toutes les informations nécessaires à une argumentation impitoyable pour le ministre et protectrice pour les élus et notables de Zalamea. Il rejoint José González sur plusieurs points : une mobilisation à grands cris dans la ligne du rassemblement de la veille, le conseil municipal et les principaux contribuables placés en tête, avec la fanfare du village, l’absence de toute arme, sauf les bâtons pour les vieillards, la jonction avec la manifestation ouvrière venue de Nerva, la nomination de deux commissions séparées. En réalité, selon le correspondant de La Coalición Republicana, le cortège de Nerva est arrivé le premier, dès 11 heures. Une commission issue de ses rangs a déjà rencontré les autorités. Les manifestants de Nerva sont ensuite sortis du village à la rencontre de ceux de Zalamea, bloqués par un officier de la Garde civile. Ce correspondant a pu donc voir très tôt la banderole de Nerva : « ¡Viva el orden! ¡Justicia al obrero! ¡Abajo los humos12! » Romero Robledo en donne une version légèrement déformée mais analogue sur le fond : « ¡Viva el orden público! ¡Abajo los humos! ¡Solo queremos justicia! » Ses informations lui permettent aussi de rapporter la teneur de celle de Zalamea : « ¡Viva el orden público! ¡Viva la agricultura ¡Abajo los humos! » Trois slogans de chaque côté, soigneusement préparés. Deux sont attendus : l’hostilité aux fumées, la défense des intérêts de chaque groupe. Le troisième, commun aux deux, d’exaltation du respect de l’ordre public, est plus surprenant. Il se justifie doublement : c’est à la fois un appel au respect de la loi par les compagnies et une promesse de bonne conduite, accentuée par la présence du drapeau national en tête de la manifestation de Zalamea. Les notables ont tout prévu et ils ont bien fait : arrêtés à l’entrée de Riotinto par le lieutenant de la Garde civile, ils le saluent en clamant « ¡Viva el orden público! ». Celui-ci ne peut que convenir de leur droit à manifester13.

  • 14 AGMM, Asunto 5913, 7, Orden Público, Andalucía, Febrero de 1888, Sucesos de Riotinto, p. 25, télégr (...)
  • 15 Ibid., pp. 80-81.

8La version des autorités ne contredit pas les récits précédents. À 6 heures du soir, le capitaine général, encore ignorant de ce qui est survenu l’après-midi, rassure son ministre : « Les informations que j’ai reçues rapportent uniquement une manifestation pacifique sans que la réunion de divers groupes ait donné lieu au moindre conflit14. » Un télégramme du commandant de la Garde civile, retransmis au ministère seulement le 7 février, confirme les deux temps de la manifestation devant la mairie. D’abord le matin : « entre 10 et 11 heures, une manifestation d’ouvriers s’est présentée devant la mairie de ces mines. Leur slogan était “À bas les fumées et réforme dans les tâches”. Le conseil municipal a reçu une commission issue de cette manifestation, qui s’est retirée peu après dans le plus grand ordre ». Puis celle du début de l’après-midi : « Il était 2 heures lorsque la manifestation mentionnée est revenue sur la place, suivie d’une autre, du village de Zalamea, elle aussi avec une banderole, et peu après d’une autre encore, du village de Nerva, conjointement avec d’autres moins importantes de villages des environs15. »

  • 16 « Los sucesos de Rio Tinto », La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 1.

9Combien sont-ils à Riotinto aux environs de midi ? González donne deux chiffres, non contradictoires : 600 au petit matin, lors du premier rassemblement à la mairie, 2 000 lors de l’arrivée à Riotinto, parce que le cortège s’est nourri de renforts venus de toutes les aldeas de la commune. Ces manifestants auraient retrouvé sur place 4 à 5 000 ouvriers de Rio Tinto. Le résultat en est une estimation globale de 6 à 7 000 manifestants. Ces chiffres donnés ne prennent pas en compte l’afflux de manifestants en provenance de Nerva, et l’estimation souffre d’une arrière-pensée : minimiser le nombre des participants de Zalamea, c’est limiter sa propre responsabilité, c’est aussi minimiser le poids de la mobilisation sur les fumées par rapport aux revendications ouvrières. L’article, déjà cité, de José Nogales, donne l’impression d’un afflux beaucoup plus massif depuis Zalamea : « On peut dire qu’à Zalamea, il ne restait pas plus de 100 personnes16. »

  • 17 Voir télégrammes dans AHN, Interior, série A, 60, 1, 4. Le premier à donner des chiffres sur ce suj (...)
  • 18 Diario de sesiones, 6 février 1888, p. 1038.
  • 19 AGMM, Asunto 5913, 7, Orden Público, Andalucía, Febrero de 1888, Sucesos de Riotinto, p. 73.
  • 20 Ibid., pp. 113-118.
  • 21 « Informe que presenta el Brigadier que suscribe como resultado de la comisión reservada que por el (...)

10Les chiffres officiels sont très différents. Dès le 4 au soir, le gouverneur adresse au ministre une « fourchette » de 12 à 14 000 manifestants, avant de pousser l’estimation à 16 000 un peu plus tard. Il s’agit alors pour lui d’accabler l’alcalde de Zalamea, en le rendant responsable de la venue de 8 000 habitants de sa commune17. Compte tenu de la population globale de Zalamea, 6 228 habitants selon le censo de 1887, aldeas comprises, même en considérant qu’une partie de la population flottante, les transeúntes, a échappé au recensement, le chiffre de 8 000 relève de l’affabulation. Le ministre s’en tiendra d’ailleurs à la première fourchette18. Les chefs militaires impliqués vont encore plus loin dans l’exagération. Dans un rapport adressé au capitaine général dès le 6 février, le lieutenant-colonel Ulpiano Sánchez, qui commande les deux compagnies, parle de 15 à 20 000 manifestants19. Le gouverneur militaire de Huelva, arrivé à Riotinto le 6 février sur ordre du capitaine général, pour enquêter sur l’action de la troupe, mentionne une fourchette de 18-20 00020. L’habileté destinée à justifier l’action de soldats devant une foule compacte et menaçante est si lourde qu’elle n’abuse pas le général de brigade Castro dépêché sur place pour une enquête de commandement21. À l’inverse des pratiques d’aujourd’hui, les représentants civils et militaires du pouvoir exagèrent la manifestation pour atténuer leur propre responsabilité.

  • 22 Le censo de 1887 donne 9 038 habitants pour Minas de Riotinto et 3 260 pour Nerva. Pour la directio (...)
  • 23 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 8, « Índice de los datos que tomados en el Gobierno de la provinc (...)
  • 24 La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 2.

11Au-delà des affirmations intéressées, quel peut être l’ordre de grandeur de la manifestation ? Elle est nourrie des habitants de Zalamea ainsi que de ceux des deux communes minières de Riotinto et Nerva qui comptent alors au total 12 300 habitants selon le censo de 1887, plus de 17 000 selon la direction locale de Rio Tinto22. Cette forte présence des habitants de sa propre commune incite d’ailleurs l’alcalde de Riotinto à donner, comme José González, une estimation modeste de la mobilisation : pour lui, il n’y aurait que 8 à 9 000 personnes23. Une manière pour lui d’essayer de protéger ses administrés. Le correspondant local de La Coalición Republicana, dont les observations, heure par heure, de la journée du 4, méritent de retenir l’attention, donne une estimation de 14 000, moitié de Riotinto, moitié de l’extérieur, Zalamea et Nerva24. L’estimation utilisée par le ministre est donc acceptable, mais plutôt dans la partie basse de la fourchette : au moins 12 000 manifestants sont réunis devant la mairie à partir de 14 heures et, comme le laissait entendre José González, les habitants des deux villages miniers y sont majoritaires.

  • 25 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, télégramme de l’alcalde Alosno au ministre de la Gobernación, 3 f (...)

12Un fait est sûr : la manifestation ne rassemble pas tous les villages du bassin. Ceux de la partie occidentale, autour de Tharsis, ne se déplacent pas, ou guère, à Riotinto, pas même Calañas, l’un des moins éloignés, pourtant très engagé et, après coup, nous le verrons, réellement solidaire. Il y a la distance bien sûr, 30 kilomètres ou plus, qui aurait supposé un départ au milieu de la nuit. Il y a surtout, avec un objectif identique, des combats partiellement distincts. Les cibles, Tharsis ou Rio Tinto, ne sont pas les mêmes : à chacun ses fumées. À l’ouest, le combat juridique a déjà abouti : à Alosno le 3 février, la population n’a plus besoin de forcer la mairie à l’action, mais il lui faut se mobiliser contre la provocation de la compagnie du Lagunazo qui vient de mettre à feu de nouvelles plates-formes de calcination25. À Riotinto, les villages alentour viennent demander l’arrêt de « leurs » calcinations. Les dirigeants antihumistas n’ont-ils pas jugé opportun de faire de la compagnie de Rio Tinto la cible emblématique, suprême, ultime, et donc commune, de l’ensemble de leur combat ou ne sont-ils pas arrivés à faire passer le message ? Les revendications ouvrières, ciblées sur les pratiques de la compagnie, ne facilitaient pas l’élargissement de la lutte, alors même que les sociétés partageaient la plupart d’entre elles, à commencer par le paiement à la tâche. En ce sens, la convergence entre les villages et les ouvriers et, plus largement, la stratégie municipaliste, ont joué contre l’élargissement géographique : la lutte d’ensemble contre les calcinations reste cloisonnée en plusieurs combats locaux. Alors que la population du district minier n’est pas divisée sur le thème des fumées, en ce 4 février, elle est moins rassemblée qu’elle ne le croit et peut-être moins forte qu’il n’aurait fallu pour faire fléchir les pouvoirs. Une question demeurera toujours sans réponse : que se serait-il passé si 30 000 manifestants ou plus avaient bloqué le village ? La compagnie n’aurait sans doute pas fléchi, d’autant que les pollués n’auraient pas tous été « siens », mais le gouverneur aurait-il osé la tuerie ? N’aurait-il pas été contraint de céder partiellement en reconnaissant au moins la validité des délibérations municipales ?

  • 26 Romero Robledo aux Cortes, Diario de sesiones, 17 février 1888, p. 1230.
  • 27 « Lo de Río Tinto », El Baluarte, 7 février 1888, p. 1.

13Ce n’est donc pas une marée humaine, mais c’est beaucoup plus que la foule, déjà nombreuse, des manifestations de Zalamea ou de Riotinto des jours précédents. À 14 heures, les cortèges ont tous rejoint Riotinto et les manifestants s’entassent sur la place, la large rue Perejil qui la prolonge ainsi que dans les rues adjacentes, dans l’attente d’une annonce qui les délivre. La fanfare est au milieu de la place26, la Garde civile à cheval fait rempart devant la mairie que ne menace d’ailleurs nullement la foule. L’affluence est moins forte au moment de la tuerie : à 16 h 30, une partie des manifestants sont déjà rentrés chez eux, las d’attendre et surtout quelque peu affamés. C’est le cas surtout de ceux qui habitent Riotinto : beaucoup regagnent leurs maisons, voisines de la place. Le correspondant de El Baluarte évalue à 8 000 personnes les présents à ce moment-là27. On a beau être en Andalousie, après 4 heures, l’estomac manifeste à son tour…

« Enfin Sa Seigneurie arriva »

  • 28 « Por fin llegó Su Señoría » : le sous-titre est tiré de « Los sucesos de Rio Tinto », La Coalición (...)

14La foule n’est pas là pour entendre des discours contre les calcinations ou en faveur des demandes ouvrières28. Dans les deux cas, elle est déjà convaincue. La seule intervention qu’elle attende depuis le balcon de la mairie, c’est l’annonce de sa victoire : l’abandon des calcinations et celle, au moins, de la prise en considération des demandes ouvrières. Ce qui se passe, pendant des heures, à l’intérieur du bâtiment, est donc essentiel. Pour les manifestants, peu importent les péripéties. Seule compte l’issue, l’annonce finale, qui tarde à venir. Et pour cause.

  • 29 Voir AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, « Relación de los sucesos ocurridos en el pueblo de Río Tint (...)
  • 30 AFRT, 100, B, 8, Rio Tinto Report, pp. 8-9.
  • 31 La Libertad, 9 février 1888.

15À l’intérieur, les manifestants constituent deux commissions, très probablement décidées à l’avance, l’une pour les villages, l’autre pour les ouvriers. L’alcalde de Zalamea fait partie de la première, à son corps défendant assurera-t-il dans sa lettre à El Imparcial. Tornet est bien dans la commission ouvrière29. Lorenzo Serrano est présent à l’intérieur de la mairie mais, devant le blocage, ne s’éternise pas. Le rapport interne de la compagnie ironise sur le fait qu’il va prendre un rafraîchissement chez un compère du village avant de regagner Zalamea où il arrive, in safety, au moment même de la fusillade30. Un journal gouvernemental de Huelva, très prohumista, La Libertad, se gardera d’insulter l’avenir en insistant sur la coercition exercée par les manifestants sur Serrano Lancha comme sur l’alcalde31. Les commissions demandent à être reçues par le conseil municipal.

  • 32 Diario de sesiones, 17 février 1888, p. 1230.
  • 33 Lettre de José González, reproduite dans « Los sucesos de Rio Tinto », El Imparcial, 12 février 188 (...)

16À partir de quand le sont-elles ? Les horaires divergent en fonction des intérêts des parties. L’alcalde de Zalamea indique uniquement l’heure d’arrivée à Riotinto, vers midi. Il précise que l’entrée dans la mairie est intervenue après formation des deux commissions. Nommé, à son corps défendant (!), dans celle de Zalamea, il est donc entré avec les commissions dans la mairie de Riotinto pour rencontrer les édiles et leur exposer les deux types de revendications : celles des ouvriers pour lesquelles il est demandé à la mairie de jouer un rôle d’intermédiaire, celle du village contre les fumées. Romero Robledo précise que le conseil municipal avait déjà franchi une étape en reconnaissant que « les fumées ou les émanations d’acide sulfureux étaient nuisibles pour la santé32 ». C’est sans doute une allusion à la réponse donnée par l’alcalde le 17 janvier à la pétition que des représentants de communes voisines lui avaient remise le 9. Il ne paraissait donc pas irréaliste de demander à ce même alcalde d’aller au bout de cette logique, jusqu’à l’interdiction des calcinations. Dans les faits, le conseil municipal gagne du temps, par un double discours. Le premier adjoint sort au balcon et s’adresse aux manifestants en leur annonçant que le conseil va se prononcer sur les deux demandes. À l’intérieur du bâtiment, on explique aux membres des deux commissions, dont José González, que le conseil attend le gouverneur pour prendre la résolution « qui serait jugée appropriée33 ». En clair, il fera ce que leur dira le gouverneur. Une attitude exactement opposée à celle des autres communes du bassin, qui ont osé prendre leurs responsabilités. D’où un premier soupçon : ce geste est-il simple déférence envers l’autorité ou habillage préalable d’une décision déjà concertée entre la compagnie et le gouverneur ? Romero Robledo le rappellera crûment : le conseil est composé, pour l’essentiel, de salariés de Rio Tinto, à commencer par l’alcalde Parejo, contremaître écartelé entre deux devoirs. Selon le commandant de la Garde civile, Parejo se serait adressé à la foule pour lui demander de se disperser et il ajoute :

  • 34 AGMM, Asunto 5913, 7, Orden Público, Andalucía, Febrero de 1888, Sucesos de Riotinto, pp. 82-83, té (...)

Les commissions s’employèrent à soutenir les efforts de l’alcalde parce que leur but était aussi d’éviter les conflits, mais les uns comme les autres virent leurs espoirs déçus : les manifestants, certes avec un comportement encore pacifique et assurant que sous aucun motif ils ne troubleraient l’ordre public, refusèrent de quitter la place et les rues avoisinantes où ils étaient installés tant que la municipalité n’aurait pas délibéré sur leurs revendications. Face à tout cela, le soussigné, avec le gros de la force qu’il commandait, contenait la foule en évitant toute altération de l’ordre public34.

17Les manifestants sont têtus mais ne menacent toujours pas l’ordre public puisque quelques dizaines de gardes civils suffisent à les contenir.

18Le temps s’étire, se traîne même, parce qu’il faut le faire durer, même si la foule le trouve de plus en plus long. La Coalición Republicana osera ironiser sur des élus contraints de « tenir » plus de trois heures :

  • 35 « Los sucesos de Rio Tinto », La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 1.

Pauvres conseillers. Ils luttaient avec le souhait de plaire aux manifestants parce que leurs prétentions étaient justes et ils tremblaient à l’idée que le gouverneur les inclurait peut-être dans la liste noire des séditieux. Pendant plus de trois heures, ils durent garder la mairie, la manifestation et les commissions35.

  • 36 Voir AHN, Interior, série A, 60, 1, 5, « Nota de los antecedentes y sucesos de las Minas de Rio-Tin (...)

19Après coup, le conseil trouvera le maquillage juridique adéquat : c’est seulement à partir de 3 h 20 que s’ouvre la séance extraordinaire à huis clos. La manœuvre est double : le temps déjà passé avec les commissions, deux heures environ, se trouve ainsi gommé et les représentants des ouvriers et de Zalamea deviennent des fauteurs de troubles puisqu’ils ont forcé les portes d’une réunion officielle. Miracle ! Le gouverneur arrive peu après, vers 4 heures36 : ils n’ont donc eu le temps de prendre aucune délibération. À défaut de la tenir, il est donc temps de leur retenir la main.

  • 37 Voir rapport de Ulpiano Sánchez, AGMM, Asunto 5913, 7, Orden Público, Andalucía, Febrero de 1888, S (...)
  • 38 Diario de sesiones, 12 janvier 1888, p. 527.

20Le gouverneur arrive en effet, avec deux compagnies — 120 soldats selon le correspondant de El Baluarte, 180 selon le ministre — d’un régiment d’infanterie, celui de Pavía, qui ont rejoint le train du gouverneur peu après Huelva, à La Niebla37. Il traverse la foule sous les vivats et les applaudissements. Des vivats chaleureux, sincères, pour une raison simple, déjà à l’œuvre dans le légalisme des banderoles : le gouverneur est le représentant d’un gouvernement dont le ministre de l’Intérieur a déclaré à la Chambre le 12 janvier : « sacrifier ces villages, rendre stérile un morceau de ma patrie et le convertir en une espèce de désert, l’actuel ministre de la Gobernación ne le fera jamais38 ». Les petites gens de Zalamea ne voient pas que ce même gouverneur a suspendu ou annulé tous les arrêtés d’interdiction précédents, y compris tout récemment celui de El Alosno, sans en référer au ministre. On leur a dit que la loi est de leur côté, que le gouvernement est avec eux : cela doit suffire. Ils veulent faire seulement ce qu’ont réussi ceux d’El Alosno en décembre : pousser les élus de Riotinto à franchir le pas, à prendre, enfin, la décision qui leur rendra leur vie, qui leur rendra la vie. Les deux compagnies s’installent sur la place sans provoquer pour l’heure la moindre inquiétude : les manifestants ne sont pas des subversifs, mais bien au contraire un petit peuple qui a soif de justice.

  • 39 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, « Relación de los sucesos ocurridos en el pueblo de Río Tinto el (...)
  • 40 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 17, « Acuerdo del Ayuntamiento… ».

21Ce qui se passe ensuite à l’intérieur du bâtiment échappe aux correspondants de presse. Restent les traces institutionnelles, le témoignage des acteurs et les informations du réseau de Romero Robledo. Dans l’un de ses rapports, le gouverneur met en scène son arrivée, sa descente du train, sa marche immédiate vers la mairie, sa traversée d’une populace composée selon lui surtout de gens extérieurs au village, sans mention de la chaleur de la foule — un vrai film muet au temps de la photographie. Au premier étage de la mairie, dans l’antichambre de la salle des séances, il rencontre l’alcalde, le juge municipal, lui aussi un homme des compagnies, des habitants de Zalamea « accompagnés d’un individu nommé Maximiliano Tornet ». Il entre ensuite dans la salle des séances où il assume immédiatement la présidence de la session39. Selon le compte rendu établi par la mairie, le gouverneur s’enquiert des commissions en attente derrière la porte. Il lui aurait été répondu qu’il y en avait deux, une de Zalamea et l’autre de Nerva, cette dernière appellation permettant de dissimuler deux choses à la fois : les revendications ouvrières et la participation massive des habitants du village40. Les deux commissions sont reçues et présentent leurs revendications respectives. Selon la mairie et selon le rapport du gouverneur, celui-ci aurait répondu en deux points. Il était hors de question de laisser voter une décision sous la pression ou sous la force et que, dans ces cas, la délibération serait de toute façon révoquée. En revanche, une fois le calme et la sérénité rétablis, le conseil serait libre d’adopter la décision qu’il voudrait.

  • 41 « Los sucesos de Rio Tinto », El Imparcial, 12 février 1888.
  • 42 « Los sucesos de Rio Tinto », La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 1.
  • 43 Ibid., p. 2.

22La posture est apparemment d’un juridisme irréprochable, ce qui est d’ailleurs le but recherché par le gouverneur comme par la mairie. En réalité, le gouverneur se livre à une véritable provocation, par son attitude même. En dépit de son souci de ménager le pouvoir, José González rend compte de la stupeur générale : « Vous ne pouvez vous figurer l’impression douloureuse qui m’envahit quand je notai l’attitude brusque et de parti pris du gouverneur, qui écoutait avec le plus grand mépris et incrédulité tout ce qu’on lui exposait41. » Autoritarisme, prévention, mépris, ces appréciations se retrouvent dans la plupart des journaux, à l’exception de ceux stipendiés par l’entreprise ou favorables au gouvernement. À défaut de pouvoir rapporter des propos exacts, Romero Robledo se contente de parler du « ton guerrier » du représentant de l’État. Sur le fond, c’est le refus de toute avancée, même symbolique, en direction des manifestants. La Coalición Republicana résume clairement ses propos : « il dit qu’il maintiendrait l’ordre (qui n’avait nullement été perturbé) avec la force dont il disposait et que, si la municipalité votait l’interdiction des calcinations, il annulerait la délibération, comme il l’avait fait pour El Alosno42 ». Le gouverneur lève le masque : il n’est pas le représentant d’un ministre défenseur des villages, mais l’homme qui assume de nouveau une dissidence manifeste au moins depuis l’annulation de la délibération de El Alosno. Ce qui se passe à Riotinto lui permet même d’afficher son argument, ou son alibi : la contrainte des populations sur les élus. Le même journal donne une version légèrement discordante, sous la plume de son correspondant qui n’était pas lui-même dans la mairie : Bravo y Joven aurait dit que la question des fumées ne pouvait être résolue que par le gouvernement, autrement dit par la loi ou tout au moins un décret43. La divergence reste minime : c’est de toute façon le rejet en bloc de la stratégie municipaliste engagée depuis près de deux ans.

« Ya ven V. Señores, no se puede con esa gente »

23Les membres de la commission voient aussitôt la catastrophe imminente : près de 10 000 personnes, de plus en plus impatientes, ne sont venues que pour entendre des paroles de victoire. Un rejet pur et simple, c’est le risque de débordements incontrôlables. Stupeur chez les responsables de la manifestation, et tout particulièrement chez les représentants de Zalamea. Stupeur générale. Tous les témoignages, celui de José González, ceux adressés aux journaux locaux, ceux reçus par Romero Robledo, disent que les membres des commissions « supplient » le gouverneur de laisser, « par charité chrétienne » selon Romero Robledo, quelques espoirs aux manifestants pour faciliter la dissolution et un retour dans le calme vers les villages ; les mots « charité », « quelques espérances » reviennent dans la plupart des témoignages. Refus brutal. Même le compte rendu du conseil municipal mentionne que les délégués les plus remontés (« más alterados ») avertissent alors le gouverneur qu’ils ne répondent plus de ce que peut faire le peuple. Tout ce que Bravo y Joven accepte de faire, c’est de s’adresser lui-même aux manifestants.

  • 44 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, « Relación de los sucesos ocurridos en el pueblo de Río Tinto el (...)
  • 45 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 17, « Acuerdo del Ayuntamiento… ».

24Vaniteux, bravache, borné et surtout stupide : son intervention, au balcon central de la mairie est une véritable provocation. Certes pas sous sa plume dans son compte rendu au ministre : l’autoprésentation de son propos est un modèle d’enjolivement : « Le gouverneur parut au balcon pour conseiller aux masses de se retirer, en laissant le Conseil libre de décider ce qu’il estimait le plus conforme aux intérêts de ses administrés44. » Un modèle surpassé par le compte rendu du Conseil : « Messieurs, ayez l’obligeance de vous retirer dans le calme. Le Conseil délibérera quand la sérénité sera revenue et quand ne s’exercera ni pression ni contrainte à son égard. Lui-même ne permettait pas de le faire dans de telles circonstances, parce que c’était contraire à la loi45. » Aucune de ces fleurs de rhétorique selon les autres témoins. Il se montre en réalité d’une extrême brutalité, et donc d’une suprême maladresse. Selon José González, il répète à la foule son discours aux commissions,

  • 46 « Los sucesos de Rio Tinto », El Imparcial, 12 février 1888.

qu’ils devaient se disperser, puisque, mis au courant des pressions invoquées, il n’accepterait pas que le Conseil prenne aucun accord sous cette pression, encore moins en sa présence. Si le Conseil le faisait, il annulerait aussitôt la délibération, comme il avait annulé celle de El Alosno et comme il les annulerait toutes, sur quoi il termina son allocution46.

  • 47 La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 2.
  • 48 Diario de sesiones, 17 février 1888, p. 1031.

25La Coalición Republicana est plus lapidaire : « le Gouverneur parut au balcon et, avec une mine dure et énergique, il déclara que si la foule ne se dispersait pas, il se verrait dans la dure épreuve de faire usage de la force47 ». Romero Robledo confirme48. Les manifestants avaient applaudi le représentant d’un gouvernement protecteur ; ils se trouvent devant un puissant qui se vante d’avoir saboté l’action des mairies et, de fait, aussi celle de son ministre de tutelle. Rien ne paraît plus le retenir, ni la fidélité au gouvernement, ni le respect de la hiérarchie, ni le respect de la vie, ni même apparemment le sens politique, puisqu’il ne peut ignorer que toute répression violente n’aura pas seulement des conséquences humaines.

26Le propos ne passe pas. Le gouverneur le dit lui-même :

  • 49 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, « Relación de los sucesos ocurridos… », s.d.

Le public ne prêtait pas attention et exprimait son mécontentement par des cris de « dehors ! » et des sifflets. De ce fait, convaincu de l’inutilité de ses efforts, le gouverneur se retira du balcon, non sans avoir conseillé auparavant aux manifestants de laisser libre la voie publique s’ils ne voulaient pas provoquer un grave conflit49.

  • 50 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 17, « Acuerdo del Ayuntamiento… ».
  • 51 AGMM, Asunto 5913, 7, Orden Público, Andalucía, Febrero de 1888, Sucesos de Riotinto, pp. 84-85, té (...)

27Le compte rendu municipal va dans le même sens : « Dans ces moments suprêmes, beaucoup de cris fusèrent, interrompant ce monsieur : “nous ne partirons pas d’ici”50. » Le commandant de la Garde civile note le changement d’attitude de la foule : « Il fut interrompu par des cris négatifs, quelques sifflets et des mots irresponsables51. » Ce n’est pas la foule qui n’est pas à sa place, mais ce personnage qui trahit le gouvernement et le peuple, qui a trahi l’espoir.

  • 52 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 17, « Acuerdo del Ayuntamiento… ».

28Le gouverneur rentre aussitôt et aurait déclaré : « Ya ven V. Señores, no se puede con esa gente52. » « Vous voyez, messieurs, on ne peut rien faire avec ces gens-là » : la phrase sonne plus juste que les précédents propos rapportés par le secrétaire de séance : pas besoin de l’édulcorer, de la rendre politiquement correcte parce qu’on peut y voir un simple constat de l’état de la foule. En réalité, elle dit beaucoup plus, non sur la foule, mais sur le gouverneur lui-même, sur son mépris des manifestants, sur son impuissance à nouer une négociation et sans doute aussi, sur la décision déjà prise. Le secrétaire croit noter un argument, il enregistre un alibi et surtout un aveu.

Notes

1 « Conferencia con el alcalde de Zalamea », La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 2. Voir aussi Ferrero Blanco, 1999, p. 203.

2 « Los sucesos de Rio Tinto », El Imparcial, 12 février 1888, pp. 2-3. Un exemplaire de l’article est conservé à AHN, Interior, série A, 60, 1, 6. Larges extraits du texte original en annexe V.3.

3 Il passe à Riotinto le 7 février, à Tharsis le 8, avant de rejoindre Séville le 9 et reprendre le train pour Madrid le 10 au matin. AHN, Interior, série A, 60, 1, 5, 1, « Apuntes sobre los sucesos… », p. 2.

4 « Los sucesos de Rio Tinto », El Imparcial, 12 février 1888.

5 La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 2.

6 Ibid.

7 « Los sucesos de Rio Tinto », El Imparcial, 12 février 1888.

8 Ibid.

9 « Los sucesos de Rio Tinto », La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 1. José Nogales, directeur de la publication, ne signe jamais ses articles, écrits au nom du journal, mais personne n’a de doute sur leur auteur, ni la justice, lorsqu’elle poursuit Nogales, ni les historiens, par exemple Ferrero Blanco, 1999, pp. 94-95.

10 « Conferencia con el Alcalde de Zalamea », La Coalición Republicana, 7 février 1888.

11 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 8, « Índice de los datos que tomados en el Gobierno de la provincia de Huelva, se han tenido presente para la redacción del informe del Director General, sobre los sucesos que tuvieron lugar en Río Tinto el 4 de febrero de 1888 », doc. no 4, « Ferrocarriles de Buitrón y Zalamea a San Juan del Puerto. Dirección » (lettre au gouverneur, du 5 février) ; AHN, Interior, série A, 60, 1, 5, 1, « Apuntes sobre los sucesos… », pp. 13-14 et 18.

12 La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 2.

13 Diario de sesiones, 17 février 1888, p. 1230.

14 AGMM, Asunto 5913, 7, Orden Público, Andalucía, Febrero de 1888, Sucesos de Riotinto, p. 25, télégramme du capitaine général de Séville au ministre de la Guerre, 4 février 1888, 6 heures du soir.

15 Ibid., pp. 80-81.

16 « Los sucesos de Rio Tinto », La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 1.

17 Voir télégrammes dans AHN, Interior, série A, 60, 1, 4. Le premier à donner des chiffres sur ce sujet est adressé à 22 h 15. Voir aussi, AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, « Relación de los sucesos ocurridos en el pueblo de Río Tinto el día 4 del actual », document ni daté ni signé, mais œuvre du gouverneur. Parlant à la troisième personne, il se vante d’avoir attiré l’attention du juge « sur la conduite du village de Zalamea qui a cherché à imposer à cette municipalité une résolution déterminée, 8 000 personnes, autorités locales à leur tête, se présentant dans un village comme celui de Riotinto qui endurait depuis trois jours les conséquences d’une grève imposante comme l’était celle de 6 000 ouvriers mineurs ».

18 Diario de sesiones, 6 février 1888, p. 1038.

19 AGMM, Asunto 5913, 7, Orden Público, Andalucía, Febrero de 1888, Sucesos de Riotinto, p. 73.

20 Ibid., pp. 113-118.

21 « Informe que presenta el Brigadier que suscribe como resultado de la comisión reservada que por el Excmo Sr Capitán General del distrito de Andalucía se le confirió en 9 del presente mes, en cumplimiento de lo que le ordenó el Excmo Ministro de la Guerra en telegrama reservado del mismo día » (ibid., pp. 128-138).

22 Le censo de 1887 donne 9 038 habitants pour Minas de Riotinto et 3 260 pour Nerva. Pour la direction de la compagnie, les chiffres de fin d’année sont de 10 744 habitants pour Riotinto et 6 435 pour Nerva. AFRT, 100, B, 8, Rio Tinto Report, p. 34.

23 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 8, « Índice de los datos que tomados en el Gobierno de la provincia de Huelva, se han tenido presente para la redacción del informe del Director General, sobre los sucesos que tuvieron lugar en Río Tinto el 4 de febrero de 1888 », doc. n° 17, « Acuerdo del ayuntamiento de Río Tinto del 4 de febrero de 1888 ».

24 La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 2.

25 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, télégramme de l’alcalde Alosno au ministre de la Gobernación, 3 février 1888.

26 Romero Robledo aux Cortes, Diario de sesiones, 17 février 1888, p. 1230.

27 « Lo de Río Tinto », El Baluarte, 7 février 1888, p. 1.

28 « Por fin llegó Su Señoría » : le sous-titre est tiré de « Los sucesos de Rio Tinto », La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 1.

29 Voir AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, « Relación de los sucesos ocurridos en el pueblo de Río Tinto el día 4 del actual », s.d.

30 AFRT, 100, B, 8, Rio Tinto Report, pp. 8-9.

31 La Libertad, 9 février 1888.

32 Diario de sesiones, 17 février 1888, p. 1230.

33 Lettre de José González, reproduite dans « Los sucesos de Rio Tinto », El Imparcial, 12 février 1888. Voir aussi le discours du 17 février 1888 de Romero Robledo. Diario de sesiones, 1887-1888, p. 1230.

34 AGMM, Asunto 5913, 7, Orden Público, Andalucía, Febrero de 1888, Sucesos de Riotinto, pp. 82-83, télégramme du capitaine général de Séville au ministre de la Guerre, 4 février 1888, 6 heures du soir.

35 « Los sucesos de Rio Tinto », La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 1.

36 Voir AHN, Interior, série A, 60, 1, 5, « Nota de los antecedentes y sucesos de las Minas de Rio-Tinto ».

37 Voir rapport de Ulpiano Sánchez, AGMM, Asunto 5913, 7, Orden Público, Andalucía, Febrero de 1888, Sucesos de Riotinto, pp. 41-42. Voir aussi « Lo de Rio Tinto », El Baluarte, 7 février 1888, et discours de Albareda aux Cortes, Diario de sesiones, 18 février 1888, p. 1270.

38 Diario de sesiones, 12 janvier 1888, p. 527.

39 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, « Relación de los sucesos ocurridos en el pueblo de Río Tinto el día 4 del actual », s.d.

40 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 17, « Acuerdo del Ayuntamiento… ».

41 « Los sucesos de Rio Tinto », El Imparcial, 12 février 1888.

42 « Los sucesos de Rio Tinto », La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 1.

43 Ibid., p. 2.

44 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, « Relación de los sucesos ocurridos en el pueblo de Río Tinto el día 4 del actual », s.d.

45 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 17, « Acuerdo del Ayuntamiento… ».

46 « Los sucesos de Rio Tinto », El Imparcial, 12 février 1888.

47 La Coalición Republicana, 7 février 1888, p. 2.

48 Diario de sesiones, 17 février 1888, p. 1031.

49 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, « Relación de los sucesos ocurridos… », s.d.

50 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 17, « Acuerdo del Ayuntamiento… ».

51 AGMM, Asunto 5913, 7, Orden Público, Andalucía, Febrero de 1888, Sucesos de Riotinto, pp. 84-85, télégramme du capitaine général de Séville au ministre de la Guerre, 4 février 1888, 6 heures du soir.

52 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 17, « Acuerdo del Ayuntamiento… ».

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540