Version classiqueVersion mobile

La historiografía francesa del siglo xx y su acogida en España

 | 
Benoît Pellistrandi

Resúmenes

Résumés

Texte intégral

1Jacques Dalarun
GEORGES DUBY
L’importance de l’œuvre de Georges Duby est attestée tant par son ampleur que par sa diffusion qui, loin de se limiter aux cercles des médiévistes, a atteint un public très large. Cela s’explique par la diversité des thèmes abordés – l’histoire des structures sociales et économiques, des mentalités, des femmes, de l’art, des sentiments, des événements – et par la cohérence qui, peu à peu, s’est construite à mesure que l’historien livrait ses ouvrages. La qualité de son écriture, le croisement des regards, les interprétations proposées assurent à Georges Duby une place spécifique dans l’école historique française, dans laquelle l’originalité de sa carrière tient aussi à ses choix intellectuels. Il a su attirer l’intérêt et le regard vers des marges et des bordures dont la mise au jour renouvelait en profondeur la connaissance des sociétés médiévales.

2Reyna Pastor
LA RÉCEPTION EN ESPAGNE DE L’ŒUVRE DE GEORGES DUBY
Dans une historiographie espagnole marquée par la prédominance de l’histoire des institutions et du droit, la réception des ouvrages de Georges Duby, à côté de celles d’autres courants notamment anglo-saxons, contribue, à partir des années 1970, à un profond renouvellement méthodologique et thématique. Qui plus est, la concordance de cette rénovation intellectuelle avec la transition démocratique met au premier plan les réflexions autour du matérialisme historique qui, concernant le Moyen Âge, tournent autour de la seigneurie, qu’elle soit ecclésiastique ou aristocratique. Le raccourcissement des délais entre la parution des livres de G. Duby et leur traduction en espagnol assure une meilleure connaissance de son parcours, inspirant ainsi des recherches similaires dans le domaine ibérique. Ses réflexions sur la notion de mentalité ouvrent des pistes qui progressivement s’approchent d’une anthropologie historique. L’histoire des femmes au Moyen Âge a trouvé en lui un inspirateur de premier plan, même si les propositions actuelles des centres de recherche espagnols dépassent ses problématiques.

3Maurice Aymard
FERNAND BRAUDEL
L’article propose une réflexion sur la structure de l’œuvre de Fernand Braudel qui, articulée en trois livres, La Méditerranée, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, L’identité de la France, se déploie sur près d’un demi-siècle et qui se constitue de trois projets historiques similaires mais distincts. M. Aymard en montre l’unité et la progression analysant les variations des concepts d’espace et de temps, auxquels F. Braudel a eu recours. Réinscrivant ses autres écrits comme autant de jonctions entre ces trois ouvrages majeurs, M. Aymard souligne que F. Braudel reste, malgré tout, l’auteur de La Méditerranée, dont le succès public, à partir des années 1970, avait été précédé d’une réception attentive par les milieux scientifiques internationaux, notamment espagnols. C’est à partir de l’Espagne et des archives de Simancas que Braudel avait mûri sa recherche qui, débordant le cadre ibérique, a eu la géniale intuition d’embrasser la Méditerranée dans son ensemble.

4Mona Ozouf
FRANÇOIS FURET
L’œuvre de François Furet a très tôt suscité des polémiques. Historien de la Révolution française, attaché à la remise en cause de l’interprétation jacobine de celle-ci et privilégiant une lecture politique de l’événement : cette définition de Furet, liée à la parution de son livre écrit avec Denis Richet en 1965, est-elle valable une fois pour toutes ?À une image paradoxale et marginale de François Furet, Mona Ozouf oppose une réinscription de son travail d’historien dans ses multiples dimensions, à commencer par l’appréhension large de la Révolution, non comme un événement limité chronologiquement, mais comme un cycle qui embrasserait notre contemporanéité. De là sa plongée dans une histoire politique qui est autant une histoire intellectuelle qu’une historiographie. De là aussi son combat pour éliminer l’illusion de la nécessité chez les historiens.

5Antonio Morales Moya
LA RÉCEPTION EN ESPAGNE DE FRANÇOIS FURET
La réception de François Furet en Espagne a été tardive. À l’interprétation marxiste de la Révolution, dominante alors, Furet apportait un démenti que d’autres travaux sur le XVIIIe siècle espagnol avaient permis d’appréhender par leur approche renouvelée de l’État et de la politique de réformes « éclairées ». Cependant, la diffusion de la lecture de Furet, notamment lors du Bicentenaire de la Révolution en 1989, a donné lieu à des critiques souvent violentes, allant jusqu’à mettre en cause la valeur à accorder à ses ouvrages. Cette conjoncture espagnole s’explique par la réflexion politique sur le processus même de transition, qui, sur un plan historique, s’incarnait dans des débats aux coordonnées proprement marxistes, celui de la transition du féodalisme au capitalisme. La profonde transformation du panorama mondial et intellectuel à partir des années 1989-1990 rend possible une lecture plus juste de l’œuvre de François Furet.

6Pedro Ruiz Torres
DE LA SYNTHÈSE HISTORIQUE À L’HISTOIRE DES ANNALES. L’INFLUENCE FRANÇAISE SUR LES DÉBUTS DU RENOUVEAU DE L’HISTORIOGRAPHIE ESPAGNOLE
La pauvreté de la tradition historiographique espagnole a été soulignée à l’envi. Il convient cependant, sans sous-estimer le recul que supposa le franquisme et son idéologie conservatrice, d’évaluer les premiers essais de rénovation de l’histoire qui, dès le début du XXe siècle, passaient par une liaison plus étroite avec les sciences sociales et une attention aux débats européens, notamment français. Le nom de Rafael Altamira s’impose comme un point de passage obligé de toute analyse de cette « nouvelle histoire ». Mais d’autres personnalités ont travaillé à cette construction de l’histoire en science : Manuel Sales y Ferré, José Deleito y Piñuela, Pere Bosch Gimpera, Luis Pericot... C’est dans ce mouvement, modeste certes, mais réel, qu’il faut replacer l’action et l’œuvre de Jaume Vicens Vives ainsi que l’influence française de Lucien Febvre et Marc Bloch et leur revue. Le progressif épanouissement d’une historiographie scientifique est ainsi le résultat de la conjonction des efforts de plusieurs générations d’historiens, où maîtres et disciples se sont passé le flambeau de la rénovation.

7Gérard Chastagnaret
L’HISTOIRE ÉCONOMIQUE FRANÇAISE EST-ELLE ENCORE COMPÉTITIVE ?
La production française en histoire économique impose-t-elle ses mots, ses méthodes ou force-t-elle l’attention par ses résultats ? À cette question, G. Chastagnaret apporte des éléments de réponse en se fondant sur l’observation de la réception de l’historiographie économique française en Espagne. Partant du constat de sa marginalisation progressive, il montre comment la différence de formation des historiens économistes de part et d’autre des Pyrénées aboutit à des incompréhensions qui se prolongent par des méthodes et des problématiques distinctes, mais aussi à cause de centres d’intérêts parfois divergents. Pourtant, tout indique, dans le renouvellement des enquêtes et des recherches, le bénéfice que les deux communautés scientifiques auraient à retirer d’une meilleure connaissance réciproque.

8Marc Lazar
L’HISTOIRE POLITIQUE EN FRANCE
Remise en cause par l’attrait de la sociologie durkheimienne, par l’école des Annales, par la vigueur du marxisme et du structuralisme, l’histoire politique en France connaît un nouveau développement. La consolidation de l’histoire du temps présent dans le champ scientifique y a beaucoup contribué, ainsi que des personnalités dont les travaux ont renouvelé les problématiques (René Rémond, François Furet, Maurice Agulhon…). Fragmentée en plusieurs nébuleuses, l’histoire politique française alimente des débats autour de son objet, de ses rapports aux autres sciences sociales, de la nature des phénomènes qu’elle étudie. Vigoureuse et dynamique, elle n’en risque pas moins, si elle ne s’ouvre pas à la comparaison avec l’histoire d’autres pays, de s’enfermer dans une logique uniquement fondée sur les débats politiques intérieurs et la spécificité nationale française.

9Elena Hernández Sandoica
L’HISTOIRE POLITIQUE ET L’HISTOIRE CONTEMPORAINE ESPAGNOLE
L’histoire politique contemporaine en Espagne a vécu ses mutations en même temps que celles de la société espagnole dans son ensemble. Indissociable de la transition démocratique, de la transformation de l’université – et, très concrètement, de l’institutionnalisation de l’histoire contemporaine –, l’histoire politique présente une diversité à la fois réelle et illusoire. Ce paradoxe tient d’une part à la permanence de l’histoire politique, qui rend vaine toute problématique de « retour de », similaire à la situation française et, d’autre part, aux divergences existant entre les historiens quant à l’objet et aux méthodes de l’histoire politique.

10Yves-Marie Bercé
L’APPARITION RÉCENTE D’UNE HISTOIRE DITE CULTURELLE
L’histoire culturelle bénéficie actuellement d’un effet de mode qui, au-delà de la visibilité qu’elle en tire, trahit aussi une définition à la fois large et floue. Il convient d’abord de retracer ses origines – l’histoire littéraire –, ses évolutions avec le passage par l’histoire des mentalités, la conquête qu’elle a faite de nouveaux champs – l’histoire du livre, des représentations – et enfin ses enrichissements problématiques liés aux variations propres à chaque époque étudiée. Une histoire culturelle du Moyen Âge ne partage ni les mêmes objets ni les mêmes ambitions que celle de l’époque contemporaine. Pour cette dernière, l’extension à la dimension politique d’enquêtes attentives aux phénomènes culturels contribue puissamment à la fortune présente de l’histoire culturelle. L’apport de la bibliographie étrangère à la connaissance de l’histoire française est décisif, ainsi que ses propositions méthodologiques, qu’il s’agisse de l’Alltagsgeschichte ou de la micro-histoire. Par sa richesse et son succès, l’histoire culturelle n’est-elle pas tentée de devenir une histoire totale ?

11Manuel Peña Díaz
L’HISTORIOGRAPHIE FRANÇAISE DANS L’HISTOIRE CULTURELLE DE L’ÉPOQUE MODERNE ESPAGNOLE
Plus qu’une histoire de la culture, souvent limitée à l’étude des élites ou du folklore, l’histoire culturelle est un nouveau regard posé sur des situations vécues. Longtemps marginalisée, elle a acquis ses lettres de noblesse grâce aux travaux de José Antonio Maravall, Miquel Batllori et Julio Caro Baroja, restés cependant sans véritable descendance. À leur côté, l’influence de l’hispanisme français, représenté par Marcel Bataillon, Joseph Pérez, Augustin Redondo, François Lopez, Bartolomé Bennassar, etc., a été considérable tant dans les problématiques et les thématiques que pour la méthodologie. C’est ainsi, par exemple, que l’histoire du livre est devenue un champ de recherches fécondes qui s’ouvraient à l’influence d’autres auteurs comme Roger Charrier. L’histoire des mentalités, telle que la « nouvelle histoire » française la pratiquait, a suscité des débats et engendré des adaptations en Espagne. Mais aujourd’hui, l’enjeu historiographique est de trouver un discours qui permette de rendre compte de la pluralité et de la polysémie des pratiques culturelles de l’Espagne à l’époque moderne.

12Pierre Guichard
DE L’ESPAGNE MUSULMANE À AL-ANDALUS
C’est en 1976, avec le livre Al-Andalus. Estructura antropólogica de una sociedad islámica en Occidente, que Pierre Guichard opère un renversement historiographique décisif dans l’étude de l’Espagne musulmane. Dans la présente contribution, il examine les antécédents de ses travaux et le développement des pistes qu’il a ouvertes, notamment les critiques. La récupération du terme al-Andalus suppose aussi une restriction : elle écarte de fait l’étude des musulmans placés sous domination chrétienne et celle des morisques. Cependant, elle permet de sortir d’une historiographie par trop nationaliste et de poser les questions spécifiques à une domination politique, territoriale et sociale islamique. L’historiographie française et espagnole sont étroitement liées dans leur exploration parallèle ou commune d’al-Andalus. Les relations scientifiques anciennes entre des personnalités marquantes sont devenues des relations institutionnalisées entre centres de recherches. Elles portent aussi l’empreinte de l’histoire de la présence européenne au Maghreb et de la décolonisation. Enfin, le recours de plus en plus fort à l’archéologie, auquel ont contribué de nombreux chercheurs français avec l’aide de la Casa de Velázquez, a enrichi les connaissances et multiplié les hypothèses proposées au débat. C’est dans ce contexte général que Pierre Guichard retrace les grands apports de la recherche actuelle.

13Bernard Vincent
LE SÉMINAIRE PARISIEN DE PIERRE VILAR
L’importance de Pierre Vilar dans l’historiographie espagnole a occulté son influence en France. À l’École Pratique des Hautes Études, de 1951 à 1976, il a animé un séminaire où la présence d’historiens tant espagnols que français ou d’autres nationalités a permis des débats féconds. Soucieux de toujours associer sa recherche sur la Catalogne et l’Espagne à un cadre théorique, mais aussi géographique, plus vaste, Pierre Vilar a aussi été un maître en France.

14Rosa Congost et Jordi Nadal
L’INFLUENCE DE L’ŒUVRE DE PIERRE VILAR SUR L’HISTORIOGRAPHIE ET LA CONSCIENCE ESPAGNOLES
La vie et l’œuvre de Pierre Vilar tournent autour de la Catalogne, la région et la réalité par laquelle il a abordé l’histoire de l’Espagne. Il s’attacha particulièrement à conjuguer sa pratique historienne avec une réflexion théorique sur l’histoire, et il y parvint par un recours quasi permanent à des exemples empruntés à la situation catalane. Mais cette donnée ne peut se comprendre qu’à la lumière de la biographie de Vilar, de ses séjours prolongés en Catalogne et des amitiés qu’il y a nouées. Son insertion dans les milieux universitaires espagnols a été telle que c’est par là que lui est venue la reconnaissance académique, à laquelle il convient d’ajouter celle de ses lecteurs. La fécondité de l’œuvre de Pierre Vilar demande à être soulignée, au moment même où l’éclipse intellectuelle du marxisme pourrait faire croire, à tort, à sa caducité. Les livres de Vilar continuent d’aider les Espagnols à mieux penser leur histoire.

15Jaime Contreras
UN CERTAIN STYLE DE VIE. RÉFLEXIONS SUR L’ŒUVRE DE BARTOLOMÉ BENNASSAR
Bartolomé Bennassar a « inventé », au sens premier du mot, Valladolid. Sa thèse sur la ville castillane est née d’une interrogation plus vaste sur le destin de l’Espagne : de l’apogée du XVIe siècle à la décadence du XVIIe siècle. Partageant la vie des Vallisolétains de l’après-guerre (1950), Bennassar a aimé la ville dont il a brossé le portrait le plus complet possible avant de s’engager plus avant dans l’explication de l’histoire de l’Espagne. Déjà abordées dans sa thèse, les mentalités, et notamment ce que met à jour le fonctionnement de l’Inquisition, seront l’objet de ses recherches et de ses écrits. La nature politique du Tribunal de l’Inquisition et les conséquences idéologiques et spirituelles de son action sont soulignées par Bennassar. On les retrouvera dans son ouvrage intitulé L’homme espagnol. Attitudes et mentalités du XVIe au XIXe siècle. J. Contreras souligne ainsi la cohérence de l’œuvre de Bennassar et son rôle décisif dans l’élucidation de grands débats historiques et historiographiques.

16Pierre Chaunu
MES ESPAGNES
Ce texte autobiographique retrace les rapports de Pierre Chaunu avec l’Espagne, depuis sa thèse sur le commerce transatlantique de Séville jusqu’à la biographie de Charles Quint, parue en 2000, qu’il a cosignée avec Michèle Escamilla.

17François Chevalier
LA CASA DE VELÁZQUEZ, LIEU DE FORMATION ET DE DIFFUSION DE LA RECHERCHE FRANÇAISE (I)
Directeur de 1967 à 1979, F. Chevalier retrace dans sa communication les grandes lignes de son action, fondée sur une ouverture de la Casa à de nouvelles disciplines (économie, sociologie, etc.), à des méthodes de pointe (l’informatique) et à des chantiers nouveaux. La création de l’équipe interdisciplinaire de Séville, chargée d’étudier les problèmes du Midi de l’Espagne, illustre la mise en œuvre de cette politique. Une annexe à sa communication, due à Antonio Miguel Bernal, retrace en détail les résultats des recherches menées par l’équipe de Séville.

18Didier Ozanam
LA CASA DE VELÁZQUEZ, LIEU DE FORMATION ET DE DIFFUSION DE LA RECHERCHE FRANÇAISE (II)
D. Ozanam propose un regard sur les trois périodes (1947-1950, 1963-1969, 1979-1988) qu’il a passées à la Casa de Velázquez d’abord comme boursier, puis comme secrétaire général et enfin comme directeur. Il s’attache à montrer l’état des relations entre les milieux scientifiques espagnols et français, leur évolution et le rôle de catalyseur que la Casa est amenée à jouer tant par ses missions propres (organisation de colloques, de recherches collectives, publications...) que par les travaux des membres qu’elle accueille.

19Joseph Pérez
LA CASA DE VELÁZQUEZ DE 1989 À 1996
C’est dans le contexte d’une mutation de l’université française (loi Savary de 1984) et donc d’une modification du doctorat que Joseph Pérez a développé sa politique à la tête de la Casa de Velázquez. La rédaction d’un nouveau statut (1993) a entériné ces changements. Qualité du recrutement, approfondissement de la coopération avec les partenaires espagnols, multiplication des rencontres scientifiques, définition d’une politique de publication, modernisation et aménagement des locaux ont constitué les axes de l’action de J. Pérez.

20Miguel Ángel Ladero Quesada
TRAJECTOIRES ET GÉNÉRATIONS. UN BILAN CRITIQUE : LE MOYEN ÂGE
De l’étudiant de Valladolid au professeur de l’Université Complutense, M. Á. Ladero Quesada retrace à partir de son exemple personnel, qu’il se défend d’ériger en modèle pour une génération, les liens qu’il a entretenus avec l’historiographie française. Rappelant l’importance fondatrice des grands ouvrages de Lucien Febvre, Marcel Bataillon, Fernand Braudel et Pierre Vilar dans le renouveau historiographique, il souligne que l’influence qu’ont pu exercer les historiens français dépendait à la fois des enquêtes menées et des curiosités propres à la communauté scientifique espagnole. D’où le rôle et l’influence d’autres écoles historiographiques. L’auteur ébauche ainsi une large fresque des apports problématiques et documentaires qu’un dialogue fécond entre Espagnols et Français a générés, pour le plus grand profit de la connaissance du passé médiéval. Mais il ne sous-estime pas pour autant la crise que vit la science historique dans une société qui abandonne progressivement une culture spéculative et littéraire pour une autre intuitive et essentiellement visuelle, appelant ainsi à une collaboration plus proche entre les historiens des deux pays.

21Pablo Fernández Albaladejo
« ET EGO IN ARCADIA »
Dans les années 1970, le recours à l’historiographie française a signifié pour les historiens de l’Espagne moderne le renouvellement des méthodes et des problématiques qui permettait la rupture avec la vision officielle et franquiste de l’« Espagne impériale ». Même si l’on peut attribuer à J. Vicens Vives un rôle décisif dans la rénovation historiographique, l’influence française a été déterminante pour le succès de celle-ci. Cela tient à des noms propres – Pierre Vilar, Fernand Braudel –, mais aussi à un regard nouveau porté sur l’histoire de l’Espagne par une génération d’étudiants. C’est désormais « l’histoire des vaincus » qui comptait, et non plus l’histoire métaphysique et officielle. À cette aspiration, l’école des Annales répondait par l’exemple et la méthode et donnait aux jeunes doctorants de l’époque les moyens de proposer une autre lecture de l’histoire moderne espagnole.

22Jordi Canal
ADMONITIONS, MYTHES ET CRISES. RÉFLEXIONS AUTOUR DE L’INFLUENCE FRANÇAISE SUR LA RECHERCHE ESPAGNOLE EN HISTOIRE CONTEMPORAINE
Jordi Canal propose les réflexions personnelles d’un historien jeune, qui ne prétend pas incarner à lui seul sa génération, arrivée à la pratique de l’histoire au moment où s’amorçait le recul de l’influence française dans le champ de l’histoire contemporaine, outre les phénomènes de traductions et de circuits universitaires. L’apogée de l’école anglo-saxonne, autour de personnalités comme Raymond Carr, ou encore la critique marxiste de l’école des Annales, conjuguées au climat politique de la transition démocratique expliquent cette situation. En Catalogne, le rayonnement de Pierre Vilar demande de nuancer les premières analyses et d’offrir un autre panorama. Cependant, dans tous les cas, la critique d’un certain sectarisme marxiste est nécessaire pour lever les ambiguïtés et surmonter les faiblesses du débat historiographique en Espagne.

23Julio Aróstegui
LA THÉORIE DE L’HISTOIRE EN FRANCE ET SON INFLUENCE SUR L’HISTORIOGRAPHIE ESPAGNOLE
L’historiographie espagnole a subi les influences conjuguées des écoles historiques française, allemande et anglo-saxonne, dont on pourrait esquisser la chronologie. La théorie de l’histoire – une expression d’origine française – repose sur la capacité des historiens à proposer une théorisation de leur objet et de leur pratique. En Espagne, c’est un exercice auquel les historiens ne se sont guère livrés, à l’exception des tenants du marxisme. Une théorie de l’histoire relève plus d’une théorie de la société et des sciences sociales que d’un discours de la méthode historique. Il existe cependant des auteurs dont la réflexion a porté sur la construction théorique de l’histoire et dont les œuvres reflètent les influences extérieures et les apports originaux. À travers l’examen de trois historiens, Rafael Altamira (1866-1951), Jaime Vicens Vives (1910-1960) et Manuel Tuñón de Lara (1915-1997), Julio Aróstegui nous propose ainsi un itinéraire espagnol à travers le siècle.

24Juan-Sisinio Pérez Garzón
L’HISTORIEN EN ESPAGNE : CONDITIONNEMENTS ET VICISSITUDES D’UNE CORPORATION
Les conditions socioculturelles de l’avènement de l’historien sont intimement liées, en Espagne comme en France, à la consolidation de l’État libéral au cours du XIXe siècle. Les aléas politiques ont continué de peser sur les historiens espagnols et sur leur vocation à définir et dire l’identité nationale. La saignée intellectuelle de l’exil d’après 1939 brisa net les effets de la rénovation historiographique du premier tiers du XXe siècle et ce n’est que grâce à quelques personnalités isolées et dans le cadre d’une lutte pour se libérer du joug de la dictature que, dans les années 1970, un saut qualitatif de renouveau des études historiques fut fait. Aujourd’hui, c’est dans le cadre d’une université de masse et d’un enseignement secondaire modernisé que les historiens et les professeurs d’histoire exercent leur profession. L’absence de débats théoriques, les règles et les codes en usage dans la corporation, le cloisonnement des spécialités et des chronologies sont autant de freins à l’expression libre des enjeux de la pratique de l’histoire en Espagne. Sans une profonde réforme de ces mécanismes plus ou moins implicites, les historiens actuels ne répondront pas à la demande sociale de la nouvelle société espagnole.

25François Bédarida
LE STATUT DE L’HISTORIEN EN FRANCE
Forts d’un prestige ancien et reconnu, les historiens en France participent puissamment à la définition de l’identité nationale. Une double tradition, née au XIXe siècle, assure aux historiens une place décisive dans le débat national. La « révolution » des Annales a redéfini la place de l’histoire dans le débat intellectuel, mais paradoxalement cette domination évidente s’est accompagnée dans les années 1950-1960 d’un déclin social de l’historien. L’avènement de l’histoire du temps présent, les changements des rapports de la société française au temps et à la mémoire modifient une nouvelle fois le statut de l’historien, qui semble appelé à devenir le « régisseur du temps ». Expert social, érudit désintéressé, gardien de la mémoire : si le rôle de l’historien varie selon les sensibilités et les réflexions, il n’en demeure pas moins essentiel à la société : c’est de la place qu’on lui accorde que dépend notre rapport au temps passé.

© Casa de Velázquez, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search