La historiografía francesa del siglo xx y su acogida en España

 | 
Benoît Pellistrandi

III. - La presencia francesa en España

La Casa de Velázquez de 1989 à 1996

The casa de Velázquez from 1989 to 1996

La casa de Velázquez de 1989 a 1996

Joseph Pérez

Résumé

C’est dans le contexte d’une mutation de l’université française (loi Savary de 1984) et donc d’une modification du doctorat que Joseph Pérez a développé sa politique à la tête de la Casa de Velázquez. La rédaction d’un nouveau statut (1993) a entériné ces changements. Qualité du recrutement, approfondissement de la coopération avec les partenaires espagnols, multiplication des rencontres scientifiques, définition d’une politique de publication, modernisation et aménagement des locaux ont constitué les axes de l’action de J. Pérez

Texte intégral

Les missions de la Casa De Velázquez

1Quand j’ai pris la direction de la Casa, en janvier 1989, deux questions importantes se posaient : la mise en place d’un nouveau statut pour l’établissement et la préparation d’un contrat quadriennal. Les deux questions étaient liées. Il s’agissait de redéfinir les missions de la Casa.

2Le statut de 1961 devait être mis en conformité avec la loi de 1984 sur l’enseignement supérieur. Il ne donnait pas à la Casa l’autonomie financière et, d’un autre point de vue, il reflétait la situation de l’hispanisme français en 1960 en accordant, dans les Conseils, une représentation particulière à l’université de Paris et aux universités du Midi de la France (Bordeaux, Toulouse et Montpellier). Le développement de l’hispanisme depuis 1960 rendait nécessaire une mise à jour : des départements d’espagnol avaient été créés dans la plupart des universités, ainsi que des équipes de recherche dans le domaine hispanique dans ces mêmes universités et au sein du Centre National de la Recherche Scientifique.

3Les suggestions faites en ce sens, lors de l’élaboration du nouveau statut, ont été retenues. Le décret de 1993 prend acte des évolutions qui se sont produites quatre-vingts ans après la création de l’École des Hautes Études Hispaniques et soixante ans après la première inauguration du palais de la Moncloa : la représentation de la communauté scientifique et artistique n’est plus fixée d’après des critères géographiques qui peuvent varier d’une année à l’autre ; ce sont les commissions compétentes du Conseil National des Universités et du Centre National de la Recherche Scientifique qui sont désormais invitées à désigner leurs représentants au conseil scientifique et, dans une moindre mesure, au conseil artistique.

4Les missions de la Casa de Velázquez sont définies à l’article 2 du décret :

La Casa de Velázquez a pour mission de développer les activités créatrices et les recherches relatives aux arts, aux langues, aux littératures et aux civilisations de l’Espagne et des pays hispaniques et ibériques et de contribuer à la formation d’artistes, de chercheurs et d’enseignants-chercheurs. Elle assure la diffusion des œuvres produites et des recherches menées dans le cadre de sa mission. Elle contribue au développement des échanges artistiques et scientifiques entre la France, d’une part, et l’Espagne et les pays hispaniques et ibériques, d’autre part.

5La Casa se voit ainsi assigner une fonction double : dégager une élite de créateurs et de chercheurs ; développer une coopération franco-espagnole de haut niveau. Ce sont ces objectifs que j’ai exposés, pour l’École des Hautes Études Hispaniques, lors du conseil scientifique extraordinaire du 31 mai 1989 et que je me suis efforcé de mettre en œuvre dès ma prise de fonctions. Leur application pose deux problèmes distincts, mais complémentaires : le recrutement et le devenir des membres, les activités de l’établissement.

Les membres

6Pour résoudre le premier de ces problèmes, je me suis efforcé d’élargir l’éventail des candidatures et d’améliorer la qualité des recrutements et la procédure de sélection. Des notes d’information ont été envoyées aux institutions et aux personnalités susceptibles d’être intéressées, notamment les directeurs de recherche des universités et du Centre National de la Recherche Scientifique, avec une attention particulière pour les secteurs qui, jusqu’alors, connaissaient mal la Casa et les possibilités qu’elle offrait. Cette campagne a donné des résultats. Le nombre des candidats s’est accru d’année en année, ce qui alourdi la tâche des Conseils, mais a permis de retenir des candidatures de qualité.

7En ce qui concerne la section artistique, la mise en place de trois commissions d’admission (une pour les arts plastiques, une deuxième pour la musique, une troisième pour l’audiovisuel) a contribué à trouver un équilibre entre les disciplines. Les plasticiens restent majoritaires, mais des places sont offertes chaque année à des architectes, des compositeurs, des cinéastes ; pour la première fois, en 1993, on a recruté un photographe.

8Une procédure analogue a été adoptée pour les recrutements à l’École des Hautes Études Hispaniques dès 1990, avant que le statut de 1993 la rende officielle : les dossiers ont été répartis entre trois commissions d’admission (Espagne ancienne et médiévale, Espagne moderne, Espagne contemporaine) ; le directeur désigne un rapporteur pour chacun d’eux ; les auditions donnent l’occasion aux candidats de préciser leurs objectifs. Après avoir entendu tous les candidats, chaque commission recommande un certain nombre d’entre eux pour l’admission. Le conseil scientifique arrête la liste définitive des nouveaux membres en s’efforçant de respecter un double équilibre : entre les commissions et entre les disciplines.

9Le rôle des commissions consiste à faire un premier tri en classant les candidats en trois catégories : ceux qu’on souhaite recruter en raison de mérites et d’aptitudes qui paraissent les recommander particulièrement ; ceux qui ne sont manifestement pas dignes d’entrer à la Casa ou dont la candidature est jugée prématurée ; ceux, enfin, pour lesquels on hésite et qu’on pourrait admettre dans la limite des places disponibles. Les commissions ont bien fonctionné : lorsque le total de leurs propositions est égal au nombre de postes vacants, les Conseils ont entériné leur choix ; quand le total des propositions est supérieur au nombre de postes vacants, les Conseils revoient les cas douteux.

10En règle générale, les commissions et les Conseils se sont trouvés d’accord sur des points importants :

  • Recruter des candidats dont le programme de recherche était soigneusement défini et qui paraissaient en mesure de le mener à bien dans un délai de deux ans. On est revenu à l’application des textes réglementaires en ce qui concerne les renouvellements pour une troisième année. Compte tenu du nombre élevé des candidatures, la troisième année, en effet, doit conserver un caractère exceptionnel. Le doctorat actuel exige une préparation moins longue que l’ancienne thèse d’État. Avant de recommander un recrutement, les commissions s’assurent que le candidat a bien cerné les limites de son sujet et qu’il a repéré, au cours de séjours de courte durée – par exemple, comme boursier –, les bibliothèques et les dépôts d’archives susceptibles de l’intéresser. Dans ces conditions, on peut parfaitement réunir l’essentiel de la documentation en deux ans de séjour à la Casa, rédiger sa thèse et la soutenir dans les mois qui suivent de façon à se présenter aux concours ouverts dans les universités ou au Centre National de la Recherche Scientifique. C’est ce que font la plupart des membres. Restent les cas particuliers ; il peut s’en produire et le règlement n’écarte pas cette hypothèse ; il appartient aux conseils d’apprécier les raisons invoquées et de se prononcer. À mon sens, le renouvellement pour une troisième année ne saurait se justifier par des motifs de convenance personnelle ou parce qu’on aurait pris du retard dans la recherche des documents. C’est l’École des Hautes Études Hispaniques qui peut avoir intérêt à ce que tel de ses membres reste à la Casa une année de plus pour participer, en marge de ses travaux personnels, à un projet collectif en coopération avec un centre de recherche français ou espagnol ou encore pour nouer et resserrer des liens avec la communauté scientifique. Dans tous les cas, les Conseils restent souverains pour prendre une décision ;

    • 1 Attaché temporaire d’enseignement et de recherches ; professeur agrégé. Ces statuts offrent aux che (...)

    Si les membres de l’École sortis depuis 1989 ont pu, à quelques exceptions près, trouver des postes en attendant de poser leur candidature dans une université ou au Centre National de la Recherche Scientifique, c’est qu’ils possédaient les titres requis pour devenir ATER ou PRAG1 ; l’expérience montre que la seule qualité d’ancien membre de l’École des Hautes Études Hispaniques ne suffit pas à procurer un débouché. On en a tiré la leçon en recrutant de préférence des candidats titulaires d’une agrégation, d’un CAPES, d’un diplôme de l’École des Chartes... Le conseil scientifique ne fait pas preuve d’un attachement excessif aux titres universitaires ; il agit sagement en se préoccupant à l’avance de ce que deviendront les membres à la sortie de la Casa. Or, de ce point de vue, la preuve est faite que, quelle que soit la qualité de leur thèse, les anciens membres de l’École des Hautes Études Hispaniques ont beaucoup de difficultés à trouver un emploi dans l’Université s’ils ne sont ni agrégés ni capétiens. Les dispositions réglementaires destinées à faciliter la réinsertion des anciens membres des écoles françaises à l’étranger sont restées jusqu’ici lettre morte ; les universités sont libres de leurs recrutements. Comme, d’autre part, l’admission dans le cadre des chercheurs du Centre National de la Recherche Scientifique reste aléatoire, la conclusion s’impose : le problème du reclassement des membres doit être résolu avant leur entrée à la Casa. L’expérience des années 1989-1996 est concluante et elle est confirmée a contrario par les déboires qu’ont connus naguère d’autres anciens membres ;

  • Sans exclure les candidats à l’habilitation, on a privilégié le recrutement de jeunes chercheurs engagés dans la préparation d’une thèse.

11Les recrutements posent des problèmes qu’on n’a pas toujours su résoudre d’une manière satisfaisante. Pour l’École des Hautes Études Hispaniques, on est frappé par certaines lacunes. On regrette, par exemple, l’absence prolongée d’arabisants ; la recherche française paraît se désintéresser de l’Islam d’Occident. Il y aurait aussi une réflexion à mener sur un phénomène relativement récent : à quoi tient la désaffection pour des domaines qui ont fait autrefois la renommée de la recherche française ? Pourquoi tant d’agrégés d’espagnol se détournent-ils des travaux sur la littérature ? Les sujets, pourtant, ne manquent pas, y compris sur les grands auteurs, comme l’ont montré les séminaires qui se sont tenus à la Casa depuis 1990. On a été heureux de relever l’arrivée, en 1993, d’un philosophe qui entendait étudier l’œuvre d’Ortega y Gasset, mais la plus grande partie de l’époque contemporaine reste en friche : entre la fin du règne de Ferdinand VII (1833) et les années 1930, rien ou presque ! En revanche, les recherches sur le franquisme et le retour à la démocratie attirent les jeunes chercheurs, mais c’est quelquefois par un détour : au lieu d’aller dans les archives, on étudie les superstructures idéologiques (la presse, le cinéma...). Les directeurs de recherche devraient veiller à redresser cette situation et le conseil scientifique pourrait les y aider. Il ne serait pas inutile d’envisager de « flécher » tous les ans quelques postes afin d’encourager les vocations dans des orientations que le conseil jugerait prioritaires.

Les activités

12La section artistique compte treize pensionnaires et un boursier de la Ville de Paris, sélectionnés par le conseil artistique, et trois boursiers espagnols, respectivement désignés par la Mairie de Valence, par la Diputación Provincial de Zaragoza et par la Junta de Andalucía, soit au total dix-sept artistes de toutes disciplines.

13De 1989 à 1996, l’effort s’est concentré sur trois objectifs complémentaires :

  • aider les artistes à tirer profit d’une situation nouvelle ;

  • intégrer l’institution dans le contexte artistique espagnol ;

  • développer les relations avec des institutions espagnoles et françaises poursuivant des buts analogues, afin de mieux jouer ce rôle d’échange entre la France et l’Espagne qui est l’une des raisons d’être de la Casa de Velázquez.

14Les activités artistiques connaissent deux points forts : les manifestations statutaires de mai, à la Casa, et de septembre, à Paris. C’est l’occasion de présenter au public l’ensemble des travaux des membres : une exposition des œuvres réalisées par les peintres, les sculpteurs, les graveurs et les architectes ; un concert où les musiciens font entendre ce qu’ils ont composé au cours de leur séjour ; enfin, la projection du film de notre cinéaste.

15La coopération avec la Calcografía Nacional a été une belle réussite. Tous les ans était publiée une plaquette de six gravures associant trois artistes français et trois espagnols, l’ensemble formant une collection à laquelle, en 1989, on a donné le nom symbolique d’« Île des Faisans » (Isla de los Faisanes) en souvenir du lieu où Louis XIV rencontra l’infante espagnole qui devait devenir reine de France. Cette publication était accompagnée d’une exposition de groupe à la galerie de gravure de l’académie espagnole des Beaux-arts.

16Les liens avec le Centre de diffusion de la musique contemporaine ont pris une structure institutionnelle. Les compositeurs de la Casa bénéficient ainsi de lieux de concert, à l’Auditorio Nacional et au Círculo de Bellas Artes. De plus, ils participent au Festival international de musique contemporaine d’Alicante et le Centro para la Difusión de la Música Contemporánea leur passe tous les ans commande d’une œuvre.

17Enfin, des expositions ponctuelles ont été organisées autour des œuvres des membres : à Valdepeñas, à León, à Albacete... En France, une sélection des plasticiens a été présentée, en 1991, à l’École des Beaux-Arts de Saint-Étienne, puis à la Maison des arts Georges-Pompidou, à Cajarc. La principale réalisation de mon mandat est née d’une convention de coopération signée avec le Conseil général de Loire-Atlantique ; elle donne l’occasion aux plasticiens de présenter une sélection de leurs œuvres au domaine de La Garenne-Lemot, près de Nantes.

18La section scientifique a repris le nom que lui avait donné en 1909 son fondateur, Pierre Paris, celui d’École des Hautes Études Hispaniques. Les mots ont leur importance. On avait tendance, en Espagne et même en France, à prendre la Casa pour une institution culturelle parmi d’autres, chargée de maintenir la présence française à l’étranger et de servir de relais pour les échanges scientifiques. Cet aspect n’a pas été perdu de vue, mais en rappelant que la section scientifique est d’abord une école, comme celles d’Athènes et de Rome, et qu’elle est l’un des cinq établissements français à l’étranger placés sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, on a voulu lui redonner toute sa dimension : centre de formation pour de jeunes chercheurs en même temps que lieu d’accueil et d’échanges.

19L’École compte dix-huit membres. Jusqu’en 1991, trois d’entre eux faisaient l’objet d’un recrutement particulier ; ils formaient l’équipe pluridisciplinaire d’Andalousie. Cette équipe, créée en 1970, avait fini, au fil des ans, par perdre de vue ses objectifs scientifiques ; les liens avec les universités et les organismes de recherche s’étaient distendus ; quand j’ai pris la direction de la Casa, en 1989, elle était devenue, en fait, une sorte de prestataire de services pour la Junta de Andalucía qui lui confiait par contrat la réalisation d’études et d’enquêtes ponctuelles sur l’aménagement du territoire, les équipements touristiques du littoral, etc. Avec l’accord du conseil scientifique, on a mis fin à une expérience intéressante, mais qui, au bout de vingt ans, paraissait avoir épuisé ses capacités de renouvellement. Les trois postes qui lui étaient destinés ont été affectés à des recrutements normaux. Il reste que l’idée de réserver quelques postes à des recherches ciblées mérite d’être retenue.

20Il m’est apparu que la politique scientifique de la Casa pouvait et devait assurer une fonction fondamentale dans la formation à la recherche et par la recherche et dans la préparation des doctorats. Cette fonction implique plusieurs conséquences :

  • L’accueil de jeunes chercheurs, soit comme membres de l’École des Hautes Études Hispaniques, soit comme boursiers de courte durée, recrutés au niveau du DEA. Pour ces chercheurs, le séjour à la Casa est l’occasion d’une formation sur le terrain. C’est vrai pour les archéologues, les géographes, les agronomes, les sociologues, les ethnologues…, mais aussi pour les historiens de la société et de la littérature : les dépôts d’archives et les bibliothèques sont pour eux l’équivalent des laboratoires dans les sciences physiques ;

  • L’intégration de ces chercheurs dans des structures d’accueil souples et appropriées : tutorat, équipes de recherche. De ce point de vue, les conventions de coopération avec des universités et de grands organismes de recherche français et espagnols constituent un élément déterminant de la politique de l’établissement : ces conventions garantissent un niveau de formation pour les membres en même temps qu’elles sont de nature à faciliter leur réinsertion à la sortie de la Casa.

21Trois axes se dégagent tout naturellement des activités scientifiques de la Casa : l’archéologie, l’Espagne moderne, l’Espagne contemporaine. Ces axes constituent les objectifs prioritaires de la Casa et les membres ont été invités à s’y associer en fonction de leur compétence et de leur spécialité. Ces orientations de recherche sont suffisamment souples pour permettre aux initiatives individuelles de trouver leur place. Il est souhaitable de préserver, à la Casa, l’existence d’un secteur de recherche libre de façon à respecter les projets individuels qui peuvent être l’amorce de programmes plus structurés à développer plus tard ; mais il paraît indispensable de renforcer les structures de travail collectif et les équipements, de mettre l’accent sur les priorités, de concentrer les moyens sur des objectifs précis, assortis d’un calendrier d’exécution et d’un plan de financement.

22En archéologie, l’effort principal a porté sur le regroupement et la rationalisation d’une série de recherches conduites jusque-là en ordre dispersé par d’anciens membres :

  • L’étude de la ville antique et de son territoire dans la péninsule Ibérique dans la longue durée, de l’apparition de l’agglomération entourée de murailles à l’époque du bronze jusqu’au Bas Empire ;

  • L’élargissement de la recherche sur le peuplement ibéro-islamique : mise en évidence des modèles selon lesquels se modifie le peuplement de la basse Antiquité et apparaît un peuplement médiéval fortement marqué par les apports arabo-maghrébins ; développement des études sur l’habitat médiéval...

23Il convient de repenser la place de l’archéologie à la Casa. Une campagne de fouilles coûte cher ; on ne peut les multiplier au gré des initiatives individuelles. Avec le programme « Islam d’Occident », la Casa a tenté d’appréhender une réalité historique – le peuplement, dans toutes ses composantes – en mettant en œuvre, de la protohistoire à la fin de l’époque islamique, des méthodologies semblables parmi lesquelles figurent, en plus de la fouille archéologique, la prospection sous toutes formes, la géophysique, la géographie historique, la photographie aérienne, la cartographie analytique... Dans le domaine médiéval, la Casa a participé activement au développement de l’archéologie islamique au Maroc, où les problématiques et les objectifs étaient analogues.

24Les recherches traditionnelles sur l’Espagne moderne, jusqu’ici dispersées dans plusieurs directions, auraient gagné à être structurées et coordonnées. On a envisagé des confrontations pluridisciplinaires entre historiens, linguistes, littéraires, et la réalisation d’entreprises communes : dictionnaires biographiques des élites espagnoles, constitution de banques de données, éditions de textes et de chroniques à caractère historique, études sur la vie politique, économique, religieuse et culturelle, sur les minorités et les marginalités, la religion et la religiosité, la place de la femme dans la société espagnole... De ce point de vue, les recherches de caractère prosopographique, comme celle qui a commencé à se mettre en place pour les élites espagnoles (ordres militaires, personnel politique, haute administration, clergé...) leur recrutement, leur formation et leur rôle, ont été particulièrement intéressantes.

25Il ne s’agit pas de transformer la Casa en centre de recherche ; ce n’est pas sa vocation et elle manquera toujours de la continuité nécessaire pour mener à bien des projets de longue durée. En revanche, il convient de tenir compte de sa spécificité : établissement ouvert à l’ensemble de la communauté scientifique concernée par l’Espagne et les pays hispaniques, elle se doit de développer une politique de recherche propre qui prenne en charge les priorités nationales et les besoins de la coopération franco-espagnole.

26De 1989 à 1996, l’École a développé trois types d’activités :

  • Des séminaires de recherche, au rythme d’un par trimestre et par section. Conçus comme des écoles doctorales, ces séminaires ont réuni des spécialistes français et étrangers autour de thèmes précis. Ils ont permis de faire le point sur une question, en insistant sur les aspects méthodologiques et les perspectives de recherche plutôt que sur les résultats déjà connus. Ils étaient ouverts aux membres de l’École, aux chercheurs de la communauté scientifique et aux étudiants de doctorat des universités espagnoles ou françaises. Chaque fois que la chose est possible, les membres ont été invités à présenter l’état d’avancement de leurs travaux, à expliquer le but, les moyens, les méthodes et les résultats de leurs recherches. Ces séminaires ont souvent été reconnus par les universités espagnoles avec lesquelles la Casa avait signé des conventions de coopération ; ils entraient ainsi dans le cycle de doctorat de ces universités et leur succès témoigne de leur efficacité ;

  • Des colloques ou des tables rondes organisés avec des centres de recherche français ou espagnols ayant signé avec la Casa des conventions de coopération. Les thèmes, les dates, les participants étaient fixés d’un commun accord et les manifestations financées à part égale par les divers partenaires. Quatre institutions, en particulier, méritent d’être citées dans ce cadre : en France, l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, en Espagne l’Institut Juan Gil-Albert d’Alicante, l’université d’Alcalá et le Consejo Superior de Investigaciones Científicas ;

  • Des manifestations ponctuelles, pour lesquelles la Casa se bornait à mettre ses locaux à la disposition des organisateurs. C’est ainsi que, depuis 1989, l’université Complutense de Madrid a pris l’habitude d’organiser, en début d’année, en collaboration avec la Casa, des journées d’anthropologie historique ; c’est l’occasion de réunir autour d’un thème des spécialistes de divers pays et disciplines. Des universitaires français y sont chaque fois invités pour confronter leurs points de vue avec des collègues britanniques et espagnols.

27Dans le cadre des cours déconcentrés du Collège de France, la Casa a reçu à plusieurs reprises des professeurs de cet établissement : Mme Héritier-Augé, MM. Bernard Irigoin, Jean Delumeau, Nathan Wachtel.

28Enfin, la Casa s’est associée, en 1989, aux manifestations autour du bicentenaire de la Révolution française et de la commémoration du cinquantième anniversaire de la mort d’Antonio Machado ; en 1990, au cinquantième anniversaire de la mort de Manuel Azaña, en 1992, à celles du cinquième centenaire de la découverte de l’Amérique (d’abord, en organisant dans ses locaux une exposition de livres et manuscrits rares sur les premiers voyages de découverte, quelques semaines avant que l’ensemble soit dispersé au cours d’une vente publique à Paris, puis en participant au montage d’une grande exposition sur le paysage méditerranéen dans le cadre de l’Exposition universelle de Séville), en 1993 aux journées « Montaigne et l’Espagne » à l’occasion du quatrième centenaire des Essais. Elle a accueilli, en novembre 1991, la Fondation Nationale des Sciences Politiques, venue présenter ses activités et ses travaux à Madrid sous la conduite de MM. René Rémond et Alain Lancelot. Elle a organisé, en novembre 1991, autour de MM. Robert Badinter et Francisco Tomás y Valiente, présidents des Conseils constitutionnels de France et d’Espagne, des journées sur la place de la loi en droit comparé.

29Toute activité scientifique menée dans le cadre de la Casa suppose la collaboration avec les universitaires et avec les chercheurs espagnols. Il s’agissait moins d’assurer le prolongement et le rayonnement de la recherche française – comme l’écrivait Maurice Legendre en 1929, « Les Français ne viennent plus [à la Casa] pour donner un enseignement, mais pour le recevoir » – que de l’enrichir au contact des expériences et des orientations de la recherche espagnole. Cette collaboration scientifique franco-espagnole a été développée grâce à des accords institutionnels. Une vingtaine de conventions ont été signées avec le Centre National de la Recherche Scientifique, avec plusieurs laboratoires français (Maison de l’Orient méditerranéen, Maison des Pays ibériques), avec des établissements français d’enseignement supérieur (Universités de Toulouse - Le Mirail, Bordeaux III, Paris III, Paris IV, École des Hautes Études en Sciences Sociales, École d’Architecture de Lyon), avec des universités et des organismes de recherche espagnols (Universités de Grenade, de Saragosse, de Séville, Complutense de Madrid, Autónoma de Barcelone, d’Alcalá, Université nationale d’enseignement à distance [UNED], Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Instituto Geográfico Nacional, Instituto de Cultura Juan Gil-Albert d’Alicante, Instituto de Estudios Almerienses), avec la Diputación General d’Aragón, la Diputación Provincial de Badajoz, la Junta de Andalucía, la Ville de Valence. Cette liste ne doit pas faire illusion. Quelques-unes de ces conventions ont été signées à l’occasion d’une manifestation déterminée, puis n’ont pas eu de suite. D’autres conventions, en revanche, ont fonctionné d’une manière exemplaire et donné lieu à des actions communes, aussi bien dans le domaine artistique que scientifique : échanges de chercheurs et de boursiers, tables rondes, séminaires, coéditions, expositions, etc.

Boursiers et hôtes de passage

30À côté des membres, la Casa a accueilli aussi des boursiers temporaires. En règle générale, on a donné une priorité absolue aux étudiants engagés dans la préparation d’une thèse et ce n’est qu’exceptionnellement qu’on examinait les autres candidatures. On a estimé, en effet, que les maîtres de conférences des universités – à plus forte raison les professeurs – ont à leur disposition d’autres moyens de mener à bien leurs travaux de recherche (aides aux jeunes chercheurs, congés sabbatiques, crédits de mission des grands organismes d’enseignement ou de recherche, etc.). Dans tous les cas, les boursiers de la Casa n’étaient jamais livrés à eux-mêmes ; les directeurs d’études étaient là pour les conseiller, les aider dans leurs démarches et assurer un tutorat. Les bourses ont représenté un élément non négligeable dans la politique de l’établissement. Un séjour en Espagne, même de courte durée, donnait l’occasion de se familiariser avec le pays et constituait une bonne préparation pour une candidature éventuelle à l’École des Hautes Études Hispaniques.

31Conformément à la tradition, la Casa a continué à recevoir, pour des séjours n’excédant pas un mois et dans la limite des chambres disponibles, des hôtes de passage français ou étrangers : personnalités invitées à participer aux manifestations de l’établissement ou qui ont besoin de venir à Madrid pour quelques jours dans le cadre de leurs travaux. Ces hôtes de passage permettaient aux membres d’entrer en contact avec des personnalités du monde artistique ou scientifique et de profiter de leur expérience et de leurs conseils. Des rencontres informelles ont été organisées dans cette intention, chaque fois que la chose a été possible, avec l’accord des intéressés et l’expérience s’est avérée positive.

Services communs

32La bibliothèque, instrument de travail privilégié, possède des fonds importants qu’on a cherché à enrichir encore. À ma demande, le Conseil d’administration a émis le vœu que les usagers lui envoient les ouvrages qu’ils publient : quand on met à profit régulièrement les ressources de la bibliothèque, il est naturel qu’on fasse hommage à la Casa des travaux qu’on a réalisés en partie grâce à elle. La bibliothèque offre des facilités : les lecteurs peuvent accéder directement aux rayons. Cela présente – hélas ! – des inconvénients : trop de livres disparaissaient, comme on disait pudiquement. Nous ne pouvions pas nous résigner à cette situation. Il a donc fallu prendre des mesures : la magnétisation des livres et l’installation d’un portique pour dissuader les emprunteurs indélicats. Pour mener à bien cette opération, qui concernait 90.000 volumes, des mesures exceptionnelles ont été prises : augmentation du crédit de reliure, augmentation des crédits de vacations pour recruter du personnel temporaire.

33Le service des publications a été entièrement organisé au cours de mon mandat selon les principes suivants :

  • aménagement des locaux pour les adapter à leur fonction et y installer le personnel et le matériel nécessaire ;

  • mise en place d’un personnel spécialement formé. De ce point de vue, la nomination d’un secrétaire aux publications a déchargé le secrétaire général de l’une de ses activités les plus lourdes. L’année 1991-1992 a permis de mettre en œuvre la politique des publications autour de deux axes prioritaires ;

  • définition d’une politique des publications : la Casa avait longtemps hésité à la mettre au point. Elle avait perdu, en 1961, la prestigieuse collection de la Bibliothèque de l’École des Hautes Études Hispaniques, restée juridiquement propriété de l’université de Bordeaux ; c’est seulement en 1965 qu’elle a inauguré la série des Mélanges de la Casa de Velázquez, ; dans les années suivantes, elle avait lancé un certain nombre de séries : Archéologie, Sciences sociales, Études et documents, Bibliothèque de la Casa de Velázquez. À partir de 1989, j’ai conduit la réflexion sur tous les aspects de la politique éditoriale : conception des collections, contenus, formats, maîtrise des ouvrages, financement, réalisation technique, diffusion et vente.

34Les Mélanges – recueils d’articles dont le fil directeur était le seul classement chronologique interne – sont désormais constitués par trois fascicules distincts – Antiquité et Moyen Âge, Espagne moderne, Espagne contemporaine. Avec une présentation rénovée, la nouvelle publication a opté pour une forme qui devait lui assurer une meilleure diffusion, tant sur le plan des ventes que sur celui des échanges. La présentation en trois fascicules offre en effet une plus grande homogénéité de contenu, favorisant en outre, par la différence de prix entre l’ancien volume global et le fascicule isolé, une vente potentielle auprès des particuliers. Sur le plan du contenu, l’effort est allé dans le sens d’une plus grande homogénéité : sur les dix à douze articles d’un fascicule, on s’est efforcé de conserver un tiers d’articles « libres » (surtout ceux donnés par des membres) et à organiser les autres autour de thèmes comme les activités de l’établissement (séminaires ou rencontres n’ayant pas forcément vocation à être publiés intégralement). Sous cette forme, les Mélanges, tout en restant la revue de l’École, ont gagné en cohésion et en intérêt et ont pu prétendre devenir une vraie revue scientifique.

35La Collection de la Casa de Velázquez est venue regrouper les ouvrages placés sous la responsabilité éditoriale de la Casa ou publiés en collaboration. La présentation en a été remaniée ; on a retenu pour la couverture des illustrations en pleine page et en couleurs, pour la quatrième de couverture un texte de présentation ; l’image de la Casa est rappelée dans un logo.

36La Bibliothèque de la Casa de Velázquez continue à accueillir les thèses des membres. La formule de la nouvelle thèse lui convient tout à fait et son format est adapté à la majorité des cas. On s’est efforcé aussi d’en améliorer la présentation, notamment en faisant relier les volumes.

37En règle générale, sous mon mandat, la Casa de Velázquez a été son propre éditeur. Toutefois, pour un certain nombre de publications, il nous est arrivé de publier en coédition en liaison avec des partenaires liés à nous par contrat (universités de Saragosse, Complutense de Madrid, CSIC...). Il a été décidé d’autre part de ne plus accorder de subventions à des éditeurs extérieurs, universitaires ou privés.

38En ce qui concerne les locaux, en arrivant à la Casa, je me suis trouvé devant un projet visant à transformer l’ancien garage en salle polyvalente susceptible d’accueillir tour à tour expositions, concerts, projections et conférences. Le projet a fait l’objet d’études approfondies, confiées à des architectes et à des experts. Les conclusions ont été inquiétantes. Certes, on peut tout faire, même transformer un garage en salle polyvalente, mais dans quelles conditions et à quel prix ? Il était indispensable, d’abord, d’augmenter la hauteur sous plafond en creusant le sol sur un ou deux mètres. Or, la Casa actuelle est construite sur les ruines de l’ancienne ; par endroits, on a réutilisé des matériaux pour étayer les fondations et, en creusant, on prenait le risque de rencontrer des obstacles imprévus. Il fallait ensuite prévoir l’éclairage des cimaises et l’isolement acoustique d’une salle située à une centaine de mètres d’une autoroute. Enfin, pour garantir la sécurité des œuvres exposées, il était indispensable de prévoir un accès à la salle depuis l’intérieur de la Casa, de telle sorte que le concierge pût contrôler les allées et venues des visiteurs. Cela exigeait des travaux – l’installation d’un escalier intérieur – qui auraient entraîné soit l’amputation du patio, l’une des plus belles parties de la Casa, soit la destruction partielle de certaines pièces, c’est-à-dire, dans tous les cas, des modifications importantes dans la structure actuelle. Pour couronner le tout, les architectes ont attiré mon attention sur une dernière incertitude : l’ancien garage est situé au-dessous d’une terrasse faite en pierres poreuses et friables ; il fallait donc prendre des mesures pour assurer l’étanchéité de la future salle polyvalente. J’ai fait chiffrer le coût des travaux à effectuer ; le total dépassait de beaucoup les possibilités budgétaires de la Casa, sans parler des nombreuses incertitudes qui subsistaient : étanchéité, état du sous-sol, etc.

39Dans ces conditions, il m’a paru plus sage de revoir l’ensemble de la question. Avec l’accord du Conseil d’administration, je me suis orienté vers d’autres solutions : réaménager une partie des locaux existants pour les adapter aux besoins nouveaux qui sont apparus depuis une dizaine d’années. C’est ainsi que j’ai fait équiper une salle d’informatique en libre service pour les membres, les boursiers et les hôtes de passage, que j’ai affecté au service des publications et au laboratoire d’archéologie des locaux fonctionnels, que j’ai fait réaménager et moderniser plusieurs ateliers d’artistes, remodeler le restaurant et, enfin et surtout, doter la Casa d’une salle des actes digne et pratique. L’ancienne salle de réunion n’était guère commode ; son acoustique était déficiente ; les locaux étaient assortis d’une mezzanine à laquelle on accédait par un escalier intérieur... On a procédé à un réaménagement complet : la mezzanine et l’escalier intérieur ont été supprimés ; on a installé, au rez-de-chaussée, une salle de réunion équipée d’écrans mobiles et de projecteurs, en apportant un soin particulier à l’éclairage, si bien que la salle des actes peut maintenant servir, selon le cas, pour les réunions scientifiques et pour des expositions temporaires. Au-dessus de la salle ont pris place deux pièces plus petites pouvant accueillir une vingtaine de personnes chacune ; l’une peut servir de lieu de réunion pour petits groupes, l’autre a été mise à la disposition des membres logés à l’extérieur qui y trouvent bureaux, vestiaires et placards. L’ancien garage a été entièrement remodelé ; on y a installé des ateliers, des studios (musique, photographie), des réserves pour tableaux, sculptures et publications.

40Pour mener à bien ces efforts, j’ai pu compter sur la collaboration d’un personnel compétent, dévoué et efficace : Jean-Gérard Gorges, Michel Sarre, Laurence Camous, Paul Aubert, André Bazzana, Patrice Cressier, Dominique Roux..., et aussi sur le personnel rémunéré sur le budget de l’établissement, non moins compétent, dévoué et efficace, et auquel j’ai le devoir de rendre hommage.

Notes

1 Attaché temporaire d’enseignement et de recherches ; professeur agrégé. Ces statuts offrent aux chercheurs, notamment les doctorants, un service plus ou moins allégé, dans l’enseignement supérieur, compatible avec la poursuite et l’achèvement de leurs recherches.

© Casa de Velázquez, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.