Version classiqueVersion mobile

Le détroit de Gibraltar (Antiquité - Moyen Âge). II

 | 
Gwladys Bernard
, 
Aurélien Montel

I. — Agir et gérer

L’administration de la Tingitane sous le califat de Cordoue (ive/xe siècle)

Provincialisation et stratégies impériales

Aurélien Montel

Résumé

Si la politique impériale déployée par les califes omeyyades de Cordoue en rive sud du Détroit a été longuement étudiée, ses modalités pratiques demeurent obscures. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne l’incorporation des territoires conquis à la structure administrative et hiérarchique de l’État cordouan. Les données disponibles permettent ainsi de mettre en lumière un processus de provincialisation particulièrement singulier, quoi qu’il demeure encore mal connu. En assumant le rattachement politique de leurs domaines tingitans à la péninsule Ibérique, les Omeyyades de Cordoue se sont en effet délibérément replacés dans une histoire plus vaste, avec des références à la monarchie wisigothique ou à l’Empire tardif. Ainsi, au-delà de ce qu’elle nous enseigne quant aux stratégies impériales du califat andalou, la provincialisation de la Tingitane par le pouvoir omeyyade questionne directement la pertinence des périodisations académiques, en particulier ici la conquête islamique du début du iie/viiie siècle.

Texte intégral

  • 1 Sur ce tentaculaire dossier, voir les synthèses proposées dans Lévi-Provençal, 1946 ; Id., (...)
  • 2 Les sources les plus anciennes et les plus précises situent la conquête dans les jours qui (...)
  • 3 Ibid., éd. p. 289 et trad. pp. 217-218. Sur l’histoire de Ceuta à l’époque des califes de (...)

1Dans le cadre de la rivalité qui les opposait aux Fatimides, qui avaient proclamé à Kairouan un califat chiite (297/909), les Omeyyades de Cordoue ont développé d’importantes ambitions impériales en direction du Maghreb1. Le premier jalon en a été la conquête de Ceuta par le calife ʿAbd al-Raḥmān III (300/912-350/961), au printemps 319/9312. À cet égard, c’est un évènement majeur, dont les chroniqueurs ont bien saisi la portée. Nostalgique du califat, Ibn Ḥayyān (377/987-469/1076) célèbre la conquête, qui est d’ailleurs un des évènements qu’il décrit le plus en détail, en soulignant que c’est la première fois qu’une conquête ultramarine est effectuée par le souverain d’al-Andalus3.

2Cet épisode vient ensuite ouvrir un siècle singulier. S’il est vrai, comme rappelé en introduction, qu’à l’époque islamique le Détroit fut rarement une frontière, le siècle impérial des Omeyyades de Cordoue se caractérise à cet égard par une grande originalité : pour la seule et unique fois à l’époque islamique, un pouvoir de la rive nord du Détroit prit pied en rive sud, et en organisant tant bien que mal le rattachement administratif. Cette « province » ultramarine du califat andalou devint alors le joyau du dispositif impérial déployé par Cordoue au Maghreb, qui s’étendait, selon des délégations de souveraineté plus ou moins ou souples, jusqu’à Alger.

  • 4 Bernard, 2018, pp. 331-346.
  • 5 Sur la Tingitane tardo-antique, et en particulier le rôle de Ceuta, voir García Moreno, 19 (...)
  • 6 Isidore de Séville, Historia de regibus Gothorum, éd. et trad. de Alonso, 1975, pp. (...)
  • 7 Sur la « reconquête » byzantine de la Bétique, voir Vallejo Girvés, 1993, pp. 99-107. L’em (...)

3Dans la région du Détroit, les Omeyyades de Cordoue ont ainsi réactivé une situation que l’historien peut déjà observer dans l’Antiquité tardive, dans le sillage de la réforme territoriale mise en place par Dioclétien (284-305). Celui-ci a en effet séparé la Maurétanie tingitane des autres Maurétanies pour la rattacher au diocèse des Espagnes (diocesis Hispaniarum), dirigé depuis Mérida4. Les États tardo-antiques ont, à ce titre, assumé l’héritage romain, et eux aussi considéré la péninsule Tingitane, qui se réduit bien souvent à Ceuta dans les sources écrites5, comme étroitement liée à la péninsule Ibérique. Theudis, qui régna à Tolède entre 531 et 548, tenta ainsi de s’emparer de Ceuta, sans toutefois y parvenir6 ; de la même manière, Justinien (527-565) ordonna en 534 à Bélisaire de conquérir la ville, en guise de prélude aux opérations de « reconquête » de la Bétique7.

  • 8 Isidore de Séville, Etymologiae, livre XIV : De Terra, 4, 29, éd. et trad. de Spevak, 2011, pp. 80 (...)
  • 9 Chronique d’Albelda, éd. et trad. de Bonnaz, 1987, p. 11. Dans son étude des repré (...)

4Prenant eux aussi acte de cette réalité, les auteurs de l’Antiquité tardive ont systématiquement considéré la Tingitane comme dépendant de la péninsule Ibérique. C’est en particulier le cas d’Isidore de Séville (570-636), qui, dans ses Étymologies, rappelle que : « L’Espagne […] contient six provinces : la Tarraconaise, la Carthaginoise, la Lusitanie, la Gallécie, et la Tingitane, située en Afrique, de l’autre côté du Détroit (trans freta)8 ». Cette représentation a survécu longtemps, bien davantage que la réalité géopolitique qui l’avait engendrée. Ironiquement, alors même que régnaient les Omeyyades à Cordoue, on continue de la retrouver dans la littérature du royaume des Asturies : ainsi la Chronique d’Albelda, composée à la fin du iiie/ixe siècle, s’ouvre-t-elle par ce ferme rappel que les Espagnes comprennent bien six provinces, dont la Tingitane9. Cette permanence en termes de pensée géographique ne manque pas d’interroger, alors que la conquête islamique est souvent perçue comme un moment de bouleversement géopolitique. De ce point de vue, replacer dans le temps long la question de la provincialisation de la péninsule Tingitane, ainsi que les rapports entretenus avec les pouvoirs de la rive nord, permet de clarifier la situation, et de saisir avec davantage d’acuité la situation du Détroit, dont le caractère stratégique ne s’est jamais démenti.

La conquête islamique et l’époque idrisside (iie/viiie-iiie/ixe siècle)

  • 10 Le comte Julien, qui aurait livré la péninsule Ibérique aux musulmans, a suscité un impo (...)
  • 11 Abār maǧʿa, éd. d’al-Ibyārī, 1989, p. 15 et trad. de James, 2009, p. 47.
  • 12 Martin, 2003, p. 289.

5Le silence des sources sur la rive sud du Détroit dans les siècles qui suivent la fin de l’ordre romain est quasiment total, et le voile ne finit par se lever qu’à la faveur des récits relatant la conquête islamique, qui fournissent parfois quelques éléments sur la situation des domaines conquis. En Tingitane, les seuls indices à la disposition des historiens sont en effet associés à la figure du comte Julien, que la tradition retient comme le fossoyeur de la monarchie wisigothique, qu’il aurait livrée à l’appétit des conquérants musulmans. Omniprésent dans les récits de la conquête, ce personnage demeure particulièrement énigmatique, car à son sujet les sources arabes, et avec elles l’historiographie, peinent à s’accorder10. La version la plus fréquente le présente comme un dignitaire wisigothique, peut-être d’origine berbère, qui gouvernait, depuis Ceuta ou Tanger, les domaines maghrébins des rois de Tolède. Il pourrait bien ne pas avoir été le seul. Les Abār maǧmuʿa, une compilation tardive de traditions relatives à la conquête islamique de la péninsule Ibérique et aux premières décennies d’al-Andalus, précisent en effet que différents dignitaires du royaume wisigothique auraient, à l’image de Julien, tenu d’autres ports du Maghreb — sans, malheureusement, préciser lesquels11. Aucune autre source ne vient cependant confirmer ce fait, que Céline Martin, dans son étude de la géographie politique du royaume des Wisigoths, refuse de tenir pour acquis12.

  • 13 Blankinship, 1994, pp. 199 et 203-219.
  • 14 Djaït, 1967, pp. 88-94.

6Si la conquête islamique de la Tingitane, et en particulier des ports du Détroit, ne fait évidemment aucun doute, leur histoire continue de s’écrire en pointillés pendant les deux siècles qui suivent la geste de Mūsā b. Nuṣayr, rappelé à Damas en 95/714. La région apparaît encore dans les sources classiques à l’occasion de la révolte berbère de 122/740, au cours de laquelle des renforts envoyés depuis Damas furent acculés au Détroit par les rebelles, et contraints pour certains de passer en péninsule Ibérique — mais c’est là le dernier épisode connu avec un semblant de précision13. Faute de sources, l’historien est particulièrement démuni lorsqu’il s’agit de cerner le statut administratif de la région. Hicham Djaït note que c’est un constat qui peut d’ailleurs être étendu à l’ensemble du territoire des anciennes Maurétanies14.

  • 15 Pour des synthèses chronologiques, voir al-ʿArabī, 1983 ; Ismāʿīl, 1991.
  • 16 Shatzmiller, 1982 ; Beck, 1989.
  • 17 Ibid., pp. 68-69.
  • 18 Cressier, 2007, pp. 83-84.
  • 19 Ferhat, 2014, p. 52.

7L’époque idrisside apporte cependant un éclairage nouveau, bien que l’histoire de la dynastie demeure encore très mal connue15. Elle fut en effet réécrite sous les Mérinides, qui ont cherché à tirer profit du développement du chérifisme, et ont complètement repensé l’histoire de cette première période islamique16. En outre, canalisée par les sources médiévales, l’historiographie s’est plutôt focalisée sur les conséquences de la fondation de Fès, et ainsi sur l’orientation nouvelle donnée par la dynastie en direction du sud : la région du Détroit apparaît bien souvent en retrait dans les travaux relatifs au monde idrisside, dont l’organisation territoriale demeure, il est vrai, obscure. La tradition rapporte en effet qu’à la mort d’Idrīs II (213/828), son fils aîné Muḥammad aurait, sur le conseil de sa grand-mère Kanza, partagé avec huit de ses frères le territoire du royaume, se réservant pour lui-même la région de Fès, mais aussi une prééminence symbolique17. La réalité semble avoir été moins harmonieuse, avec l’apparition d’une structure de pouvoir très décentralisée, voire atomisée18. Les données, souvent tardives, et même contradictoires, que nous possédons sur ce partage démontrent que, dans ce contexte, la Tingitane formait une entité distincte, bien individualisée : Tanger et Asilah furent ainsi confiées au même prince, al-Qāsim, qui reçut également, selon certaines versions, Tétouan et Ceuta19.

  • 20 La transition vers l’époque islamique a été étudiée par Siraj, 1994, mais la t (...)
  • 21 Eustache, 1971, p. 203.
  • 22 Manzano Moreno, García-Arenal, 1998, p. 278.
  • 23 Siraj, 1995, pp. 544-555.
  • 24 Al-Bakrī, al-Masālik wa-l-mamālik, éd. de van Leeuwen, Ferré, 1992, t. II, pp. 790-791 e (...)
  • 25 Eustache, 1971, p. 183.
  • 26 Al-Iṣṭaẖrī, al-Masālik wa-l-mamālik, éd. de de Goeje, 1870, p. 39 et trad. de Miquel, 1 (...)

8L’histoire de Tanger à partir du ve siècle reste à écrire, car la ville s’efface de manière presque totale des sources écrites20 ; toutefois, les corpus numismatiques démontrent qu’un atelier de frappe y était actif sous le règne d’Idrīs II21. La trajectoire d’Asilah est en revanche mieux connue. À une date incertaine22, mais assurément au milieu du iiie/ixe siècle, la ville fut en effet (re)fondée, bien qu’Ahmed Siraj ait souligné qu’il n’est pas certain que la ville médiévale ait fleuri à l’emplacement exact de la Zilis antique23. Selon les auteurs médiévaux en effet24, l’habitat médiéval s’y serait développé à partir d’un ribā bâti par les habitants du lieu afin de repousser les attaques des Normands. Le marché (sūq) qui y était organisé trois fois par an attirant de plus en plus de commerçants, des Andalous vinrent y conduire des affaires, et finirent par s’y installer, donnant naissance à la ville médiévale. De ce récit, que l’on peut rapprocher des fondations de Ténès et d’Oran qui sont légèrement plus tardives (respectivement 262/875 et 902/909), il faut surtout retenir l’absence du pouvoir idrisside, qui n’apparaît en aucune manière dans l’épisode, bien que des dirhams y aient, là encore, été émis au nom d’Idrīs  I25. L’apport démographique andalou vient même plutôt souligner l’importance des interconnexions qui courent le long de cet arc atlantique qui s’étire du Rharb jusqu’à Séville. Au ive/xe siècle, le géographe persan al-Iṣṭaẖrī prend d’ailleurs soin d’identifier la ville comme étant le port d’embarquement pour rejoindre al-Andalus situé le plus loin à l’ouest26.

  • 27 Vallvé Bermejo, 1988, p. 44 ; Gozalbes Busto, 1993-1994 ; Ferhat, 2014, pp. 51 (...)
  • 28 L’archéologie a pu, in situ, éclaircir un certain nombre de problématiques. Po (...)
  • 29 Ibn al-Abbār, al-ulla al-siyarāʾ, éd. de Monès, 1985, t. I, p. 100.
  • 30 Ferhat, 2014, p. 52.
  • 31 Al-Bakrī, al-Masālik wa-l-mamālik, éd. de van Leeuwen, Ferré, 1992, t. II, p. 781 et tra (...)
  • 32 Eustache, 1971.
  • 33 Voir les divers travaux de Mohamed Chérif, notamment Chérif, 1996, qui montre que les Az (...)

9Le cas de Ceuta, qui traverse alors une véritable zone d’ombre documentaire27, est nettement plus problématique28. Longtemps après les faits, Ibn al‑Abbār (595/1199-658/1260) crédite bien Idrīs Ier d’avoir pris la ville en 173/78929, mais il est le seul à le faire — et en tout état de cause, la ville n’apparaît que tardivement dans les récits du partage qui suivit la mort d’Idrīs II30. En outre, des fragments de l’œuvre maîtresse du géographe andalou al-ʿUḏrī (393/1003-478/1085) soulignent que la ville était alors, au moins depuis le milieu du iiie/ixe siècle, dirigée par une famille locale, les Banū ʿIṣām31. Ceux-ci seraient les descendants immédiats de Maǧaks(ān), un Berbère de la tribu des Ghomara, à qui la tradition attribue la reconstruction de la ville après qu’elle fut ruinée par les habitants de Tanger, à une date incertaine. Bien que les sources rapportent que les Banū ʿIṣām auraient reconnu le pouvoir des Idrissides, ceux-là n’ont sans doute jamais exercé à Ceuta qu’un pouvoir distant : l’absence de la ville parmi les ateliers monétaires de la dynastie ne manque pas d’interpeller32. Ceuta cultivait donc manifestement une forme de distance vis-à-vis du pouvoir, manifestant des velléités d’autonomie qui ne sont pas sans rappeler d’autres épisodes de son histoire à l’époque médiévale33.

  • 34 Fierro, 1997, pp. 272-275.
  • 35 Ibn ayyān, Muqtabis II-1, éd. de Makkī, p. 130 et trad. de Corriente, Makkī, 2001, p. 147.
  • 36 Al-imyarī, Kitāb al-raw al-miʿār, éd. de ʿAbbās, 1984, p. 80.
  • 37 Ibn ʿIārī, Bayān, éd. de Colin, Lévi-Provençal, 1950, t. I, p. 203 et trad. d (...)

10Pour sa part, le pouvoir omeyyade de Cordoue surveillait très attentivement la région du Détroit. Déjà ʿAbd al-Raḥmān Ier (138/756-172/788), conscient de ses enjeux stratégiques, avait confié la charge de gouverneur d’Algésiras à un Berbère, Yaḥyā b. Kaṯīr al-Layṯī, dont la famille était précisément originaire de l’autre côté du Détroit — peut-être des environs de Ceuta si l’on en croit des sources tardives34. L’attention de l’État andalou pour la région du Détroit ne fait aucun doute : al-Ḥakam Ier (180/796-206/822) choisit, en 191/807, de faire la paix avec Charlemagne, « motivé par l’apparition sur l’autre rive d’Idrīs b. ʿAbd Allāh al‑Ḥasanī35 ». D’après al-Ḥimyarī (viiie/xive siècle), la fondation de Pechina (271/884) aurait même été voulue par l’émir Muḥammad (238/852-273/886) en personne, précisément afin d’assurer la sécurité des circulations maritimes36. Dans ce contexte, l’influence que prête al-ʿUḏrī aux « juristes andalous » (« fuqahāʾ li-l-Andalus ») présents à Ceuta37, qui gravitaient en particulier autour du dernier des Banū ʿIṣām, al-Riḍā, est loin d’être anodine.

  • 38 Manzano Moreno, García-Arenal, 1998, pp. 282-283.

11Aussi la Tingitane idrisside vivait-elle — au moins ses ports — en partie tournée vers la péninsule Ibérique, malgré la volonté des émirs de Fès de la rattacher à leurs domaines, plutôt tournés vers le sud, voire vers le Sahara38. Dans un contexte où l’atomisation politique a affaibli la capacité centralisatrice du pouvoir, où l’urbanisation de l’intérieur des terres était encore balbutiante, et les itinéraires encore polarisés par le littoral, Ceuta a su — contrairement à Tanger — acquérir une importante autonomie. Les Omeyyades de Cordoue surent capter cette dynamique à leur profit, et remarquablement exploiter la situation.

La création d’une province omeyyade en Tingitane (première moitié du ive/xe siècle)

  • 39 Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. de Chalmeta, Corriente, ub, 1979, pp.  (...)
  • 40 Ibn Abī Zarʿ, Raw al-Qirās, éd. de Benmansour, 1999, pp. 106-107 et trad. de Huici Mir (...)
  • 41 Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. de Chalmeta, Corriente, ub, 1979, pp.  (...)
  • 42 Ferhat, 2014, p. 57.

12Grâce à la richesse de l’information fournie par Ibn Ḥayyān, qui livre dans son Muqtabis deux versions détaillées de l’évènement, la conquête de Ceuta est l’un des épisodes de la politique maghrébine du califat de Cordoue que nous saisissons le mieux39. Dans les deux cas, l’enchaînement des faits est similaire : le calife aurait pris possession de Ceuta à la demande de ses habitants qui, excédés par le gouvernement des Idrissides, auraient demandé à recevoir un gouverneur cordouan. Ainsi, ʿAbd al-Raḥmān III se serait contenté, dans sa mansuétude, de satisfaire leurs exigences, en rétablissant l’ordre et la justice, prérogatives califales par excellence. Peut-être les choses ont-elles été plus complexes. Une version d’inspiration « marocaine », dont le Raw al-Qirās d’Ibn Abī Zarʿ — écrit au début du viiie/xive siècle — est le plus ancien témoin, offre un rôle nettement moins glorieux au calife andalou, qui aurait purement et simplement extorqué la ville de Ceuta aux Idrissides, qui avaient pourtant consenti à lui céder Tanger40. Dans tous les cas, le soutien des élites de la ville au califat de Cordoue est assuré, car l’ordre andalou n’y fut jamais remis en cause, même lorsque les Idrissides lancèrent une expédition pour tenter de reprendre la ville41. Cela pourrait indiquer l’existence de ce qu’Halima Ferhat a défini comme un véritable parti « pro-omeyyade », gagné à la cause cordouane42.

  • 43 Crónica del moro Rasis, éd. de Catalán, de Andrés, 1975, p. 245, qui cite Isidore de Séville, Hist (...)
  • 44 Peut-être est-ce pour cette raison également que l’archevêque de Tolède Jiménez de Rada (...)
  • 45 Sur ce volet du programme idéologique omeyyade, voir Elices Ocón, inédite.

13Réinvestissant le passé préislamique de la péninsule Ibérique pour y ancrer le pouvoir des Omeyyades de Cordoue, les auteurs de l’époque califale ont eux-mêmes choisi d’inscrire la victoire de ʿAbd al-Raḥmān III dans une histoire plus longue. Ainsi, dans les Abār mulūk al-Andalus, Aḥmad et ʿĪsā al-Rāzī (m. 344/955 et 379/989) mentionnent spécifiquement la tentative (ratée) de Theudis contre Ceuta43, évidemment pour mieux exalter le succès du calife andalou, mais aussi pour souligner cette continuité dans les objectifs des souverains ibériques de contrôler la rive sud du Détroit44. Ainsi, à l’époque où le moine Vigile terminait la dernière continuation de la Chronique d’Albelda, qui réaffirmait l’appartenance de la Maurétanie tingitane à l’Espagne, les califes de Cordoue mettaient en place une politique impériale qui prenait appui, au moins en termes discursifs, sur des références similaires. La démarche n’est pas anodine : en construisant une continuité avec les pratiques des souverains antérieurs, y compris dans les rapports entretenus avec l’autre rive, les Omeyyades démontraient leur attachement viscéral à la terre qui les avait accueillis45.

  • 46 Les publications traitant de l’organisation territoriale de l’Andalus omeyyade n’en parl (...)
  • 47 Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. de Chalmeta, Corriente, ub, 1979, p. 3 (...)
  • 48 Id., Muqtabis V, éd. pp. 315 et 391, et trad. pp. 237 et 292.
  • 49 Ibn ʿIārī, Bayān, éd. de Colin, Lévi-Provençal, 1950, t. I, p. 234 et trad. de Fagnan, (...)
  • 50 Manzano Moreno, 2008, pp. 514-525.

14La continuité est manifeste également dans les pratiques politiques et administratives, car la conquête de Ceuta fut immédiatement suivie par la création d’une province ultramarine, qui ne paraît jamais avoir vraiment suscité l’intérêt de l’historiographie46. Le processus de provincialisation ne fait pourtant aucun doute : Ibn Ḥayyān évoque des gouverneurs (« ʿummāl ») de Ceuta dès 319/93147. Il est cependant vrai que les modalités du processus sont très peu claires. En premier lieu, l’emprise territoriale de cette entité reste parfaitement inconnue, car si Ceuta y était évidemment incluse, les sources ne mentionnent jamais que « les districts qui en dépendent » (« ʿamaluhā48 »). Il n’est pas certain que les autres ports dont l’État cordouan a fait la conquête à la même époque, c’est-à-dire Asilah, Melilla, et peut-être Tanger, y aient été intégrés, et en particulier Asilah qui reçut, d’après Ibn ʿIḏārī, son propre gouverneur en 320/93249. On peut d’ailleurs relever que le territoire considéré n’est jamais désigné par le terme de « kūra » qui, dérivé du grec chôra, désigne la « province » dans la nomenclature officielle de l’administration omeyyade50, bien qu’il semble en posséder tous les attributs, et jouisse d’une pleine individualité juridique et administrative.

  • 51 Ibn ʿIārī, Bayān, éd. de Colin, Lévi-Provençal, 1950, t. I, p. 203 et trad. d (...)
  • 52 Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. de Chalmeta, Corriente, ub, 1979, p. 3 (...)
  • 53 Ibid., p. 382, trad. p. 282.
  • 54 Meouak, 1993a, p. 378.
  • 55 Ibn aldūn, ʿIbar, éd. de Šahāda, Zakkār, 2000, t. VII, p. 50 et trad. de Cheddadi, 2002-2012, t. (...)

15Les gouverneurs de la province sont assez bien connus, pour le règne de ʿAbd al-Raḥmān III tout au moins. La minutie du Muqtabis nous permet d’en connaître un certain nombre, grâce aux listes de nomination annuelles copiées par l’auteur. Ce sont les données les plus précises que nous possédons, en tout cas pour la période 319/931-330/942. Ibn ʿIḏārī a pour sa part fourni une liste similaire dans les pages qu’il a dédiées à l’histoire de Ceuta, mais celle-ci entre quelquefois en contradiction avec les données d’Ibn Ḥayyān ; elle présente toutefois l’intérêt de démontrer la continuité des nominations jusqu’à la mort du calife, en 350/96151. Les gouverneurs de Ceuta ont fréquemment été suppléés par un autre dignitaire qui, doté de fonctions militaires, avait autorité sur la garnison laissée sur place comme sur la flotte qui y séjournait occasionnellement. Pour le règne de ʿAbd al-Raḥmān III, on repère en particulier Muḥammad b. Aṣbaġ b. Ḥizb Allāh, qui, qualifié de āib Sabta52, puis de qāʾid du calife53, survécut à plusieurs gouverneurs « civils ». Cette double autorité est une pratique attestée dans d’autres provinces en tension du califat, en particulier dans la Marche supérieure, où le qāʾid al-kūra apparaît plus fréquemment que le gouverneur civil54. Ces dignitaires étaient probablement accompagnés d’un personnel administratif sur lequel on ne sait rien, mais que l’on devine important : Ibn H̱aldūn (732/1332-808/1406) rapporte ainsi qu’Ibn Abī ʿĀmir al-Manṣūr (367/978-392/1002) envoya à Ceuta au début de son « règne » divers « agents de l’État » (« riǧāl al-dawla55 »).

  • 56 La pratique n’est peut-être pas originale, et pourrait avoir été éprouvée par les Wisigo (...)
  • 57 «  ǧamaʿa lahu al-ʿamalayn taqwiyya li-yaddihiʿala al-qiyyām bi-amr al-ʿidwat (...)
  • 58 López Martínez de Marigorta, 2020, pp. 237-238.
  • 59 Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. de Chalmeta, Corriente, ub, 1979, p. 3 (...)
  • 60 Ibid., éd. p. 448, trad. p. 337.

16Il est enfin attesté que cette province ultramarine a parfois été gérée conjointement avec celle d’Algésiras afin d’optimiser la gestion des eaux du Détroit, stratégiques pour les califes andalous56. Ibn Ḥayyān souligne ainsi, et la formule est primordiale, qu’Umayya b. Isḥāq, qui était gouverneur d’Algésiras et fit la conquête de Ceuta, « réunit en sa personne les deux fonctions, afin qu’il lui soit plus facile d’exercer le contrôle sur la côte57 ». Là encore, c’est une pratique courante dans le répertoire administratif andalou, attestée à la même époque avec la gestion conjointe des kūra-s d’Elvira et de Pechina dans les années 320/93058. La situation s’est reproduite au moins à deux reprises au cours de l’époque califale : en 324/935-936, lorsque ʿUmar b. ʿAbd al-ʾAzīz et Muḥammad b. Aḥmad reçurent la gestion conjointe des deux territoires59, puis, en 327/938-939, lorsqu’ils furent remplacés par Muḥammad b. Aḥmad b. Abī ʿUṯmān et Yaḥyā b. Muḥammad b. al-Layṯ, avec les mêmes prérogatives60.

  • 61 Picard, 2003, p. 168 ; Id., 2015, pp. 157 et 316 ; encore dans cet ouvrage.
  • 62 Trente-sept lettres almohades, éd. de Lévi-Provençal, lettre no XIV, p. 74.

17Il est cependant remarquable que les Omeyyades de Cordoue soient restés attachés au caractère spécifique de la province de Tingitane. Jamais en effet ils n’ont créé de province « des deux rives » (« ʿidwatayn »), contrairement à ce qu’a régulièrement affirmé Christophe Picard61. Cette entité est en effet une innovation almohade, qui n’a fait son apparition que dans une lettre adressée par le calife ʿAbd al-Mu’min (527/1133-558/1163) en 551/1156 aux ālaba almohades de Ceuta : cette province originale est alors définie comme l’espace qui s’étend entre Ceuta, Tanger, Tarifa, Algésiras et Malaga62.

L’extension en direction du sud (fin du ive/xe siècle)

  • 63 Sur cet évènement, voir Montel, 2020.
  • 64 Mafāir al-Barbar, éd. de Yaʿla, 1996, p. 153 ; Ibn aldūn, ʿIbar, éd. de Šahāda, Zakkār, 2000, t (...)

18Pendant quatre décennies, et malgré un certain nombre de vicissitudes sur lesquelles il serait trop long de revenir en détail ici, cette province ultramarine du califat de Cordoue est restée cantonnée à un chapelet de ports, éventuellement au cordon littoral de la péninsule Tingitane. Dans les années 360/970, l’État andalou a cependant tiré grand profit du désengagement des Fatimides des affaires de l’Occident après leur installation au Caire en 362/973 : al-Ḥakam II ordonna une grande campagne militaire, qui fut couronnée par l’élimination du pouvoir idrisside et la conquête de Fès à l’été 363/97463. C’est là un tournant majeur. En effet, dans les dernières décennies du siècle, les contours de la province ultramarine évoquée plus haut paraissent s’être calqués sur les conquêtes andalouses : si aucun auteur ne l’écrit de manière explicite, il semble bien que celle-ci se soit en effet progressivement étirée vers le sud, pour incorporer ces territoires conquis par les armes, et donc entrés pleinement dans les territoires du califat andalou. À ce titre, le déplacement du siège des institutions provinciales de Ceuta à Fès, qui eut lieu en 375/986 à l’initiative d’al-Ḥasan b. ʿAbd al-Wadūd al-Sulamī est une évolution considérable, qui vient consacrer la centralité de cette nouvelle ville, mais aussi, par corollaire, le recul de celles du Détroit64.

  • 65 Par exemple Mafāir al-Barbar, éd. de Yaʿlā, 1996, pp. 161 et 170.
  • 66 Contrairement aux cultures politiques de l’Islam d’Orient, le vizirat était, e (...)
  • 67 Sur la révolte des Maġrāwa, dont les principaux lignages étaient des alliés fidèles du c (...)
  • 68 Lévi-Provençal, 1950, t. II, pp. 268-271.
  • 69 Ballestín Navarro, 2004, pp. 54-62 et 74-85.

19En dépit de son extension territoriale, il ne semble pas que ce territoire ultramarin ait été subdivisé en circonscriptions de rang inférieur, même si des sources tardives évoquent, au pluriel, des « provinces du Maghreb » (« kuwwar al-Maġrib65 »). Il paraît au contraire avoir conservé toute son unité, dans la mesure où les récits médiévaux n’y mettent jamais en scène qu’un seul gouverneur. Il n’est pas impossible que celui-ci se soit vu, au contraire, distingué par un statut particulier. On repère en effet dans les sources que les gouverneurs envoyés par Cordoue de l’autre côté du Détroit dans les années 370/980 portent quasiment tous le titre viziral (wazīr)66. En outre, dans un contexte de crise, à l’issue d’une révolte qui ternit la fin du « règne » d’al-Manṣūr, la province fut même reprise en main par son fils et futur successeur aux fonctions de chambellan du califat (āǧib), ʿAbd al-Malik al-Muẓaffar (392/1002-398/1008)67. Pour rendre compte de cette réalité, Évariste Lévi-Provençal a fait le choix de parler de « vice-royauté de Fès68 » — l’analogie n’est cependant pas très heureuse, par la comparaison qu’elle induit immanquablement avec l’empire colonial espagnol d’époque moderne. Rendant compte de l’importance stratégique du Maghreb dans la construction du pouvoir d’al-Manṣūr69, le fait est pourtant que cet épisode vient confirmer l’originalité du statut de la province ultramarine, qui reçut à cette occasion son plus auguste visiteur.

Le retour au Détroit (fin du ive/xe siècle-début du ve/xie siècle)

  • 70 Sur ces évènements, qui ont été abondamment glosés par les chroniqueurs médiévaux, voir (...)

20Quoi qu’il en soit, à mesure que les limites de la province ultramarine s’étendaient ou se resserraient en fonction des conquêtes, des révoltes et des reconquêtes, le Détroit est resté le cœur, voire l’âme, des domaines maghrébins du califat d’al-Andalus. Par deux fois, face aux troupes fatimides menées jusqu’à l’Atlantique par Ǧawhar en 357/958-959, puis face au Ziride Buluqqīn qui avait le même objectif (368/979), les domaines omeyyades se sont vus réduits à l’espace défendu par les remparts de la ville70. La province se contracta une nouvelle et dernière fois sur les ports du Détroit à l’orée du ve/xie siècle, mettant en lumière le manque de moyens de l’État andalou pour le contrôle de l’intérieur des terres, finalement abandonné à des agents locaux en 397/1006. Ce dernier repli illustre surtout la contradiction majeure qui oppose la volonté d’expansion andalouse vers le sud et les enjeux stratégiques de la maîtrise du Détroit, jugés prioritaires.

  • 71 ʿIyā b. Mūsā, Tartīb al-madārik, éd. de Ibn Tāwayt et ali (...)

21Les sources médiévales ont conceptualisé l’éclatement, en 400/1009, de la seconde fitna andalouse, qui mit fin au califat omeyyade, comme libérant les domaines maghrébins de leur allégeance aux Omeyyades, dont la dynastie connut alors, il est vrai, de funestes péripéties. Ceuta a pourtant continué à partager la trajectoire de ce complexe début de ve/xie siècle andalou. Natif de Ceuta, ʿIyāḍ b. Mūsā (476/1083-544/1149) considérait ainsi que le dernier cadi omeyyade de la ville fut Yūsuf b. Ḥammūd : or, ce dernier avait été nommé à ce poste par le calife Sulaymān al-Mustaʿīn (410/1009 ; 403/1013-407/1016), et exerça ses fonctions jusqu’à sa mort en qu’en 428/103671.

  • 72 Ibn ʿIārī, Bayān, éd. de Colin, Lévi-Provençal, 1950, t. III, pp. 113-114 et (...)
  • 73 Les proches du calife sont d’ailleurs restés circonspects quant à ce choix de (...)
  • 74 Sur le califat hammudide, voir Wasserstein, 1993 ; Rosado Llamas, 2005.

22En 403/1013, ce même calife prit la décision de récompenser les alliés berbères qui l’avaient épaulé durant les premières années de la fitna en leur attribuant des terres. Confirmant que la province ultramarine du califat existe encore malgré les vicissitudes du temps, Ibn ʿIḏārī précise alors que les territoires de l’autre rive furent partagés entre deux princes issus d’une branche de la famille idrisside, ʿAlī b. Ḥammūd, qui reçut le gouvernement de Ceuta, et son cadet al-Qāsim b. Ḥammūd, qui reçut pour sa part le gouvernement d’Algésiras, Tanger et Asilah72. Cette partition est difficile à expliquer au vu des pratiques omeyyades, qui ne paraissent jamais avoir envisagé leurs territoires ultramarins, nous l’avons dit, autrement que comme une province unique. A-t-elle visé à satisfaire la famille hammudide en lui distribuant deux dignités au lieu d’une seule73 ? Tout au plus peut-on remarquer que cette démarcation rappelle manifestement le partage effectué à la mort d’Idrīs II, évoqué plus tôt, sans qu’il ne soit possible de déterminer si, dans ce cas, le pouvoir omeyyade a délibérément convoqué cette référence. Profitant des troubles introduits par la fitna, les Hammudides ont alors développé un projet original, puisque ʿAlī revendiqua le titre califal en 407/101674. Bien qu’éphémère, cette tentative, qui s’insère parfaitement dans cette histoire partagée, démontre que la Tingitane est restée étroitement intégrée à des dynamiques ibériques y compris après la fin du califat, si ce n’est jusqu’aux conquêtes almoravides de la fin du siècle.

 

23Il apparaît donc que les pratiques omeyyades de gestion du Détroit s’inscrivent dans une histoire beaucoup plus longue que celle de ce ive/xe siècle que l’historiographie considère encore comme le siècle impérial de l’Occident musulman, et dans une temporalité beaucoup moins resserrée que celui de la période islamique. Les Omeyyades de Cordoue en avaient d’ailleurs conscience, brouillant eux-mêmes cette rupture pour s’inscrire au contraire dans une continuité, de représentations mais aussi de pratiques. En ce sens, cette question majeure, et encore jalonnée de zones d’ombres, de la provincialisation de la Tingitane et de ses rapports avec la péninsule Ibérique vient directement questionner la pertinence des périodisations académiques, et en particulier les bouleversements classiquement associés à la conquête islamique.

24Sur les premiers siècles de la période islamique, le littoral de la Tingitane est donc resté arrimé à la péninsule Ibérique, parfois fermement dans le cas de certains ports comme Ceuta. Des dynamiques nouvelles sont à l’œuvre, adossées à un important processus d’urbanisation, mais aussi à de puissantes dynamiques politiques : cette évolution a finalement permis le développement d’un territoire cohérent à l’échelle du Maroc actuel, ancré autour de pôles urbains plus ou moins éloignés du Détroit. Paradoxalement, bien qu’elle se caractérise par un processus de provincialisation, l’époque des Omeyyades de Cordoue a directement contribué à ce phénomène de détachement de la Tingitane. Si, pendant les premières décennies, la province ultramarine mise en place par l’État andalou est restée cantonnée à un chapelet de ports sur le littoral du Détroit, l’extension de la province vers le sud prend déjà acte de ces évolutions. Adossé à la progression des troupes andalouses à l’intérieur des terres, mais aussi au caractère stratégique des itinéraires qui partent en direction du Sahara, le choix de Fès comme capitale provinciale au détriment de Ceuta, décidé en 375/986, est à cet égard extrêmement significatif, même si l’épisode n’a finalement été qu’éphémère.

25À ce titre, la réelle rupture n’est donc pas intervenue au moment de la conquête, ni même à l’apparition d’un État autonome au Maghreb occidental. Elle paraît au contraire intervenir à la fin du ve/xie siècle, à l’issue de plusieurs siècles de maturation de l’intérieur du Maroc, marqués en particulier par un important processus d’urbanisation. Il est alors devenu possible de happer le littoral de la Tingitane et d’en détacher la majeure partie de l’orbite ibérique ; sous les Almoravides puis les Almohades, cette poussée géopolitique venue de l’intérieur du Maroc, voire de l’orée du désert, a même pu permettre l’incorporation d’al-Andalus. Bien que s’inscrivant dans un héritage pluriséculaire en ce qui concerne l’administration du Détroit, les dynasties berbères ont ainsi renversé la polarisation géographique de la région pour plusieurs siècles.

Notes

1 Sur ce tentaculaire dossier, voir les synthèses proposées dans Lévi-Provençal, 1946 ; Id., 1950, t. II, pp. 86-109, 184-196 et 259-272 ; Vallvé Bermejo, 1967 ; Id., 1992, pp. 178-190, 218-224 et 244-251 ; Guichard, 1999 ; Tahiri, 2003 ; Ballestín Navarro, 2004, pp. 134-149 et 151-195 ; Montel, inédite, pp. 52-188.

2 Les sources les plus anciennes et les plus précises situent la conquête dans les jours qui précèdent le vendredi 3 rabīʿ I 319/26 mars 931 : voir ʿArīb ibn Saʿd, Mutaar, éd. de R. P. A. Dozy, 1849-1851, t. II, p. 220 et trad. de Castilla Brazales, 1992, p. 220 ; Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. de Chalmeta, Corriente et ub, 1979, p. 289 et trad. de Viguera Molins et Corriente, 1981, p. 218.

3 Ibid., éd. p. 289 et trad. pp. 217-218. Sur l’histoire de Ceuta à l’époque des califes de Cordoue, voir Hita Ruiz, Villada Paredes, 2003 ; Ferhat, 2014, pp. 49-71.

4 Bernard, 2018, pp. 331-346.

5 Sur la Tingitane tardo-antique, et en particulier le rôle de Ceuta, voir García Moreno, 1988 ; Hita Ruiz, Villada Paredes, 2002 ; Villaverde Vega, 2001 ; Vallejo Girvés, 2004-2005 ; García Moreno, 2013 ; Álvarez Jiménez, 2018.

6 Isidore de Séville, Historia de regibus Gothorum, éd. et trad. de Alonso, 1975, pp. 242-243. Sur le conflit entre Byzantins et Wisigoths pour le contrôle de la région du Détroit, voir Villaverde Vega, 2001, pp. 358-366.

7 Sur la « reconquête » byzantine de la Bétique, voir Vallejo Girvés, 1993, pp. 99-107. L’empereur pourrait avoir mis en place à cette occasion une province originale, y compris en regard de l’héritage romain, que l’Anonyme de Ravenne appelle la Maurétanie gaditane (ibid., p. 351).

8 Isidore de Séville, Etymologiae, livre XIV : De Terra, 4, 29, éd. et trad. de Spevak, 2011, pp. 80-81.

9 Chronique d’Albelda, éd. et trad. de Bonnaz, 1987, p. 11. Dans son étude des représentations géographiques et historiques qui se dégagent des chroniques mozarabes, Reeves, 2016 ne dit mot de ce thème précis. Cette conception maximaliste du territoire ibérique, qui disparut ensuite car elle est absolument absente des modèles impériaux formulés dans le royaume de León (Sirantoine, 2013), fut plus tard convoquée par la Castille tardo-médiévale et moderne au moment de légitimer la conquête des présides d’Afrique, à la fin du xve siècle (Devereux, 2011).

10 Le comte Julien, qui aurait livré la péninsule Ibérique aux musulmans, a suscité un important intérêt de la part des historiens des xixe et xxe siècles. Pour un bilan historiographique et historique, voir Chalmeta, 1994, pp. 113-122, où sont notamment listées toutes les traditions relatives à ce personnage dans les sources arabes.

11 Abār maǧʿa, éd. d’al-Ibyārī, 1989, p. 15 et trad. de James, 2009, p. 47.

12 Martin, 2003, p. 289.

13 Blankinship, 1994, pp. 199 et 203-219.

14 Djaït, 1967, pp. 88-94.

15 Pour des synthèses chronologiques, voir al-ʿArabī, 1983 ; Ismāʿīl, 1991.

16 Shatzmiller, 1982 ; Beck, 1989.

17 Ibid., pp. 68-69.

18 Cressier, 2007, pp. 83-84.

19 Ferhat, 2014, p. 52.

20 La transition vers l’époque islamique a été étudiée par Siraj, 1994, mais la trajectoire de la ville après la conquête islamique n’a malheureusement été, à ce jour, que résumée (Gozalbes Busto, 1980).

21 Eustache, 1971, p. 203.

22 Manzano Moreno, García-Arenal, 1998, p. 278.

23 Siraj, 1995, pp. 544-555.

24 Al-Bakrī, al-Masālik wa-l-mamālik, éd. de van Leeuwen, Ferré, 1992, t. II, pp. 790-791 et trad. de McGuckin de Slane, 1859, pp. 254-255 ; Ibn ʿIārī, Bayān, éd. de Colin, Lévi-Provençal, 1950, t. I, pp. 233-236 et trad. de Fagnan, 1901, t. I, pp. 339-343. Ce dernier récit est emprunté à l’œuvre, perdue, du géographe al-Warrāq, qui écrivit à la demande du calife al-Ḥakam II (350/961-365/976) une grande géographie du Maghreb, dans laquelle il inséra d’importants développements historiques. Ceux-ci furent abondamment exploités par les auteurs plus tardifs, comme ce fut le cas du récit relatif à Asilah, qu’Ibn ʿIḏārī crédite explicitement comme un emprunt à cet auteur.

25 Eustache, 1971, p. 183.

26 Al-Iṣṭaẖrī, al-Masālik wa-l-mamālik, éd. de de Goeje, 1870, p. 39 et trad. de Miquel, 1973, p. 233.

27 Vallvé Bermejo, 1988, p. 44 ; Gozalbes Busto, 1993-1994 ; Ferhat, 2014, pp. 51-53.

28 L’archéologie a pu, in situ, éclaircir un certain nombre de problématiques. Pour les principales conclusions, voir Hita Ruiz, Villada Paredes, 2002 ; Hita Ruiz, Suárez Padilla, Villada Paredes, 2008.

29 Ibn al-Abbār, al-ulla al-siyarāʾ, éd. de Monès, 1985, t. I, p. 100.

30 Ferhat, 2014, p. 52.

31 Al-Bakrī, al-Masālik wa-l-mamālik, éd. de van Leeuwen, Ferré, 1992, t. II, p. 781 et trad. de McGuckin de Slane, 1859, p. 237 ; Ibn ʿIārī, Bayān, éd. de Colin, Lévi-Provençal, 1950, t. I, p. 203 et trad. de Fagnan, 1901, t. I, p. 294 ; Ibn aldūn, ʿIbar, éd. de Šahāda, Zakkār, 2000, t. IV, p. 181, t. VI, pp. 282 et 289 et trad. de Cheddadi, 2002-2012, t. II, pp. 335 et 342.

32 Eustache, 1971.

33 Voir les divers travaux de Mohamed Chérif, notamment Chérif, 1996, qui montre que les Azafides cultivèrent une indépendance de fait vis-à-vis des Almohades puis des Mérinides — et en particulier la contribution présentée dans ce volume.

34 Fierro, 1997, pp. 272-275.

35 Ibn ayyān, Muqtabis II-1, éd. de Makkī, p. 130 et trad. de Corriente, Makkī, 2001, p. 147.

36 Al-imyarī, Kitāb al-raw al-miʿār, éd. de ʿAbbās, 1984, p. 80.

37 Ibn ʿIārī, Bayān, éd. de Colin, Lévi-Provençal, 1950, t. I, p. 203 et trad. de Fagnan, 1901, t. I, p. 294.

38 Manzano Moreno, García-Arenal, 1998, pp. 282-283.

39 Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. de Chalmeta, Corriente, ub, 1979, pp. 288-300 et trad. de Viguera Molins, Corriente, 1981, pp. 217-226.

40 Ibn Abī Zarʿ, Raw al-Qirās, éd. de Benmansour, 1999, pp. 106-107 et trad. de Huici Miranda, 1964, p. 168.

41 Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. de Chalmeta, Corriente, ub, 1979, pp. 290-294 et trad. de Viguera Molins, Corriente, 1981, pp. 219-221.

42 Ferhat, 2014, p. 57.

43 Crónica del moro Rasis, éd. de Catalán, de Andrés, 1975, p. 245, qui cite Isidore de Séville, Historia de regibus Gothorum, éd. et trad. de Alonso, 1975, pp. 242-243. Cette anecdote, peut-être incorporée à la littérature califale par l’intermédiaire de l’Orose arabe, fut ensuite intégrée par al-ʿUḏrī à sa grande somme géographique, où vint finalement la puiser Ibn ʿIḏārī au début du viiie/xive siècle (voir Ibn ʿIārī, Bayān, éd. de Colin, Lévi-Provençal, 1950, t. I, p. 203 et trad. de Fagnan, 1901, t. I, p. 293).

44 Peut-être est-ce pour cette raison également que l’archevêque de Tolède Jiménez de Rada (c. 1170-1247) prend soin de mentionner la conquête de Ceuta par ʿAbd al-Raḥmān III, dont il décrit pourtant le règne en quelques lignes seulement (Jiménez de Rada, Historia arabum, XXXI, 18-19, éd. de Lozano Sánchez, 1993, p. 47).

45 Sur ce volet du programme idéologique omeyyade, voir Elices Ocón, inédite.

46 Les publications traitant de l’organisation territoriale de l’Andalus omeyyade n’en parlent pas, ou alors succinctement, sans jamais prendre en compte les spécificités géographiques du Détroit (Arjona Castro, 1980 ; Vallvé Bermejo, 1986 ; Manzano Moreno, 2008).

47 Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. de Chalmeta, Corriente, ub, 1979, p. 315 et trad. de Viguera Molins, Corriente, 1981, p. 237.

48 Id., Muqtabis V, éd. pp. 315 et 391, et trad. pp. 237 et 292.

49 Ibn ʿIārī, Bayān, éd. de Colin, Lévi-Provençal, 1950, t. I, p. 234 et trad. de Fagnan, 1901, t. I, p. 341.

50 Manzano Moreno, 2008, pp. 514-525.

51 Ibn ʿIārī, Bayān, éd. de Colin, Lévi-Provençal, 1950, t. I, p. 203 et trad. de Fagnan, 1901, t. I, p. 294.

52 Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. de Chalmeta, Corriente, ub, 1979, p. 350 et trad. de Viguera Molins, Corriente, 1981, pp. 262-263.

53 Ibid., p. 382, trad. p. 282.

54 Meouak, 1993a, p. 378.

55 Ibn aldūn, ʿIbar, éd. de Šahāda, Zakkār, 2000, t. VII, p. 50 et trad. de Cheddadi, 2002-2012, t. II, p. 805.

56 La pratique n’est peut-être pas originale, et pourrait avoir été éprouvée par les Wisigoths. Dans son récit de la conquête d’al-Andalus, Ibn ʿAbd al-Ḥakam (c. 187/803-257/871) présente en effet le comte Julien comme le maître (āhib) de Ceuta et d’Algésiras (Ibn ʿAbd al-akam, Futū Mir wa-l-Maġrib wa-l-Andalus, éd. et trad. de Gateau, 1948, pp. 83-87).

57 «  ǧamaʿa lahu al-ʿamalayn taqwiyya li-yaddihiʿala al-qiyyām bi-amr al-ʿidwat al-muṭṭarafa al-mulk » (Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. de Chalmeta, Corriente, ub, 1979, pp. 288-289 et trad. de Viguera Molins, Corriente, 1981, p. 217).

58 López Martínez de Marigorta, 2020, pp. 237-238.

59 Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. de Chalmeta, Corriente, ub, 1979, p. 391 et trad. de Viguera Molins, Corriente, 1981, p. 292 (idem.).

60 Ibid., éd. p. 448, trad. p. 337.

61 Picard, 2003, p. 168 ; Id., 2015, pp. 157 et 316 ; encore dans cet ouvrage.

62 Trente-sept lettres almohades, éd. de Lévi-Provençal, lettre no XIV, p. 74.

63 Sur cet évènement, voir Montel, 2020.

64 Mafāir al-Barbar, éd. de Yaʿla, 1996, p. 153 ; Ibn aldūn, ʿIbar, éd. de Šahāda, Zakkār, 2000, t. VII, pp. 28, 40 et trad. de Cheddadi, 2002-2012, t. II, pp. 777 et 792.

65 Par exemple Mafāir al-Barbar, éd. de Yaʿlā, 1996, pp. 161 et 170.

66 Contrairement aux cultures politiques de l’Islam d’Orient, le vizirat était, en al-Andalus, essentiellement honorifique (Meouak, 1993b).

67 Sur la révolte des Maġrāwa, dont les principaux lignages étaient des alliés fidèles du califat andalou depuis les années 310/920, voir Montel, 2019.

68 Lévi-Provençal, 1950, t. II, pp. 268-271.

69 Ballestín Navarro, 2004, pp. 54-62 et 74-85.

70 Sur ces évènements, qui ont été abondamment glosés par les chroniqueurs médiévaux, voir les synthèses proposées par Idris, 1962, t. I, pp. 55-60 ; Dachraoui, 1981, pp. 230-234 ; Halm, 1996, pp. 396-401.

71 ʿIyā b. Mūsā, Tartīb al-madārik, éd. de Ibn Tāwayt et alii, 1980-1983, t. VII, p. 280.

72 Ibn ʿIārī, Bayān, éd. de Colin, Lévi-Provençal, 1950, t. III, pp. 113-114 et trad. de Maíllo Salgado, 1993, p. 103.

73 Les proches du calife sont d’ailleurs restés circonspects quant à ce choix de récompenser ainsi des Alides, qualifiés de « vipères » (abnāš) : voir ibid., éd. p. 114 et trad. p. 104.

74 Sur le califat hammudide, voir Wasserstein, 1993 ; Rosado Llamas, 2005.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search