Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La historiografía francesa del siglo xx y su acogida en España

 | 
Benoît Pellistrandi

III. - La presencia francesa en España

Le séminaire parisien de Pierre Vilar

The Paris seminar of Pierre Vilar

El seminario parisino de Pierre Vilar

Bernard Vincent

Résumé

L’importance de Pierre Vilar dans l’historiographie espagnole a occulté son influence en France. À l’École Pratique des Hautes Études, de 1951 à 1976, il a animé un séminaire où la présence d’historiens tant espagnols que français ou d’autres nationalités a permis des débats féconds. Soucieux de toujours associer sa recherche sur la Catalogne et l’Espagne à un cadre théorique, mais aussi géographique, plus vaste, Pierre Vilar a aussi été un maître en France

The influence of Pierre Vilar in Spanish historiography has outshadowed his influence in France, the country where he taught. From 1951 to 1976, Vilar directed a seminar at the École Pratique des Hautes Études, which was attended by historians from France, Spain and other countries. The debates were highly productive. Pierre Vilar always managed to extract theoretical lessons from his research on Catalonia and Spain and to place it within a wider geographical context. In this sense he was an exemplary teacher

La influencia de Pierre Vilar en la historiografía española ha ocultado su influencia en Francia donde ejerció su magisterio. Desde 1951 hasta 1976, el historiador dirigió un seminario en la École Pratique des Hautes Études, al que acudían historiadores españoles y franceses y de otros países. Los debates eran fecundos. Pierre Vilar siempre supo hacer coincidir sus investigaciones sobre Cataluña y España con una reflexión teórica, y también con un marco geográfico más amplio. Por eso fue un maestro ejemplar

Texte intégral

  • 1 La conférence du 20 décembre 1968 a été publiée sous le titre « Histoire économique et histoire gén (...)

1Rosa Congost et Jordi Nadal rappellent ici même l’influence exceptionnelle de Pierre Vilar sur l’histoire espagnole, sur le monde intellectuel espagnol et, serait-on tenté de dire, sur la société espagnole – à travers la société catalane – tout entière, surtout des années 1960 aux années 1980. Aux multiples preuves ou exemples que l’on peut accumuler, j’en ajouterai trois dont j’ai été le témoin. Le 20 décembre 1968, Pierre Vilar donna à la Casa de Velázquez une conférence intitulée « Histoire générale et histoire économique » qui attira beaucoup d’auditeurs parmi lesquels Ramón Carande, José Antonio Maravall, Antonio Domínguez Ortiz, Gonzalo Anes, José Luis Sampedro, etc. Dans une période où la tension était forte – l’état d’exception allait être déclaré quelques jours plus tard par Franco –, la présence de l’historien français était un événement1. Entre le 17 et le 21 décembre 1984 eut lieu le premier congrès d’histoire moderne catalane à Barcelone. Pierre Vilar était naturellement présent et Pasqual Maragall, le maire de la ville, tint à avoir un entretien avec lui. Enfin, en novembre 1998, à l’occasion du congrès Felipe II y el Mediterráneo, réuni à Barcelone, Jordi Pujol fit un discours de clôture où il souligna ses liens étroits à la science historique, se présentant comme un disciple de Pierre Vilar.

2Il ne fait pas de doute que Pierre Vilar a été l’hispaniste français le plus lu par une et même deux générations d’Espagnols. Seule sans doute l’œuvre de Marcel Bataillon a éveillé un écho similaire. Mais alors que l’on peut s’interroger sur les raisons du détachement opéré depuis quelques années par rapport à l’œuvre vilarienne, il convient aussi d’évaluer la place de l’enseignement de Pierre Vilar à Paris. Elle n’est pas l’aspect le plus connu de l’activité de l’auteur de La Catalogne, au point que court parfois l’idée d’une faible attention portée aux travaux de Vilar en France, Il y a à cela en apparence quelques raisons. La vie de Pierre Vilar a, on le sait, été singulièrement marquée par les grandes commotions de la première moitié du XXe siècle : la Guerre civile espagnole l’a éloigné de son poste barcelonais et de ses sources, la seconde guerre mondiale l’a privé de liberté. Ces événements, et une mesure administrative brutale qui l’obligea à abandonner l’Institut français de Barcelone en 1948, paralysèrent la recherche et empêchèrent un développement harmonieux de sa carrière. De surcroît celle-ci fut, dans une première phase, très espagnole. De 1933 à 1948, Pierre Vilar a, outre ses cinq années de captivité, passé neuf ans en Espagne (École des Hautes Études Hispaniques et Institut français de Barcelone) et seulement trois en France (au lycée de Sens et au lycée Carnot de Paris). Et si, nous allons le voir, la deuxième étape a été française, les liens avec l’Espagne sont restés très étroits. Les échanges épistolaires avec nombre d’amis, les voyages fréquents effectués dans la péninsule Ibérique et au premier chef à Barcelone, que l’historien aime sentir vivre depuis l’hôtel Colón, situé face à la cathédrale, les visites régulières à Paris ou à Montero, au Pays Basque français, de Josep Fontana, Jordi Nadal ou Ernest Lluch pour ne citer que quelques noms, les rencontres parisiennes avec les Espagnols de l’exil comme par exemple Claudio Sánchez Albornoz, sont autant d’aspects de cette réalité.

3À ces faits s’est ajoutée la très singulière diffusion d’une partie de l’œuvre. Pierre Vilar n’a jamais manifesté de zèle à faire connaître ses travaux. Nombre de ses manuscrits lui ont été arrachés par ses amis et élèves, qui souvent se sont chargés de la publication. Et, dans cette démarche, les disciples espagnols ont largement précédé les disciples français. Ainsi Crecimiento y desarrollo, qui regroupe onze essais des plus importants, vit le jour à Barcelone en 1964. Il fallut attendre 1982 pour la publication d’Une histoire en construction : approche marxiste et problématique conjoncturelle, volume aux caractéristiques similaires ; ainsi encore Oro y moneda en la historia (1450-1920) fut-il publié en 1969 à Barcelone et seulement en 1974 à Paris.

4Que la pensée vilarienne ait eu une influence plus intense à Barcelone et Madrid qu’à Paris, cela ne fait pas de doute. Pour autant il ne faut pas sous-estimer l’étendue de sa réception en France. Tout d’abord, l’Histoire de L’Espagne parue en 1947 dans la collection « Que sais-je ? » a connu un considérable succès. La quatrième édition date de 1958, la cinquième de 1962 et la vingtième de 2001. Elle a été passionnément lue par tous ceux – nombreux, puisque 175.000 exemplaires ont été vendus à ce jour – qui voulaient comprendre l’histoire d’un pays qui paraissait alors à la fois si proche et si lointain. Ensuite, Pierre Vilar put enfin, à partir des années 1950, donner toute sa mesure dans le domaine de l’enseignement. En effet, après un séjour d’un an et demi au CNRS puis un ultime poste dans l’enseignement secondaire, au lycée Montaigne de Paris, il fut nommé en 1951 directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (VIe section).

  • 2 « La mémoire vive des historiens », entrevue avec Jean Boutier (avril 1992) dans Dominique Julia et (...)

5Pierre Vilar fut élu par ses pairs lors de la réunion du conseil de l’EPHE du 10 décembre 1950. Une commission d’histoire destinée à étudier les candidatures avait été préalablement composée. Ernest Labrousse la présidait et Fernand Braudel en était le secrétaire ; avec eux siégeaient Gernet, Maurice Lombard, Charles Morazé, Petot et Pierre Renouvin. Après le rapport de Fernand Braudel, un seul des 21 suffrages manqua à Pierre Vilar. Avec lui furent élus deux autres historiens, Jean Meuvret et Paul Leulliot, ainsi que Ruggiero Romano à titre étranger. Une élection si consensuelle montre à elle seule quel était le crédit du candidat auprès des chercheurs français en sciences sociales, et des historiens en particulier. Dans un entretien qu’il a accordé en 1992 à Jean Boutier, Pierre Vilar rappelle que si, à l’origine, il a été géographe, il n’a cessé d’avoir des liens privilégiés avec les historiens et en particulier, lors de son séjour à l’École Normale Supérieure, avec Jean Bruhat, Henri-Irénée Marrou et Alphonse Dupront2. Et de fait, l’enseignement parisien de Pierre Vilar eut dès lors un écho considérable. Le lien principal en fut le séminaire de la VIe section, qu’il anima de manière presque ininterrompue de 1951 à 1988. Au séminaire s’ajoutèrent les nombreuses interventions à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm et à partir de 1963 son enseignement à l’Université de Clermont-Ferrand, puis de 1965 à 1976 à la Sorbonne, où il a succédé à Ernest Labrousse à la chaire d’histoire économique. Si cet enseignement a eu un début tardif, il n’en a pas moins marqué profondément de très nombreux historiens, en particulier entre la parution, en 1962, de La Catalogne dans l’Espagne moderne et le moment de la retraite, survenu en 1976.

6Le séminaire de la VIe section a donc été le lieu pivot des recherches de Pierre Vilar. Bien entendu, il a eu, entre autres fonctions, celle de l’accueil et de la formation de chercheurs espagnols et latino-américains et celle de l’examen de questions d’histoire espagnole. Celles-ci étaient d’autant plus importantes dans les années 1950 que Vilar était, à Paris, presque seul à s’y consacrer alors même que la demande « hispanique » était pressante. Fernand Braudel avait bien des relations privilégiées avec Felipe Ruiz Martín, Alvaro Castillo ou Nicolas Cabrillana mais ses contacts avec l’Italie étaient alors autrement plus intenses. Nous avons une bonne illustration du rôle de Vilar en ce domaine grâce aux comptes-rendus que lui-même a fidèlement donnés des travaux de son séminaire. Très souvent, il établit la liste annuelle des participants assidus. Ainsi sont mentionnés au fil des années des Espagnols – Gonzalo Anes Álvarez, Carmen Batlle, Francisco Bustelo, Irene Castells, Aron Cohen, Luis García Ballester, Ernest Lluch, Borja de Riquer, Núria Sales, Nicolás Sánchez Albornoz –, des Latino-Américains – comme la Vénézuélienne Nidia Cárdenas, les Péruviens Héctor Bonilla et Pablo Luna, l’Uruguayen Carlos Rama et le Chilien Álvaro Jara. Les hispanistes français ou relevant d’autres nationalités n’ont pas été en reste : Renato Barahona, Jean-Pierre Berthe, Guy Bourdé, Lucienne Domergue, Jacques Maurice, Joseph Pérez, Nathan Wachtel, Michel Zylberberg.

7Mais l’audience du séminaire allait bien au-delà du milieu hispaniste. Dans ses chroniques, Pierre Vilar cite la présence d’André Berelowitch, Louis Bergeron, Michel de Certeau, François Furet, Jacques Girault, Maurice Godelier, François Hincker, Dominique Julia, Jacques Le Goff, Rémi Pech, Jean-Claude Perrot, Gilles Postel-Vinay, Denis Richet, Jacques Rougerie, Lucette Valensi, Denis Woronoff, etc. De la sorte, le séminaire a réuni durablement des chercheurs d’horizons très différents et aux intérêts très divers.

8La démarche de Pierre Vilar incitait à cette concentration. Le séminaire, programmé initialement sous le titre « Histoire et statistiques économiques », figura longtemps à côté des séminaires de Jean Meuvret, Pierre Goubert, Jean Bouvier, Pierre Jeannin, François Furet, Emmanuel Le Roy Ladurie... dans un ensemble intitulé, de manière significative : « Histoire générale et histoire sociale ». L’une de ses principales et constantes caractéristiques a été de placer les réflexions et les travaux de son animateur sur le monde espagnol moderne et contemporain dans une perspective d’histoire générale ou, pour employer le vocabulaire de Pierre Vilar, d’histoire totale. Les titres des séquences annuelles en témoignent imparfaitement car si « Les études sur la pensée économique espagnole (1955-1958) » ou « L’analyse historique des relations entre croissance économique et structures sociales (le cas de la Catalogne du XVIIIe siècle) » de 1959-1960 sont explicites, derrière l’énoncé de 1961-1962, « Rapports entre structures et conjonctures économiques et pensée économique naissante » se cache l’analyse de textes d’économistes ou de théologiens-économistes du XVIe siècle espagnol tels que Martín de Azpilcueta, Domingo de Soto, Tomás de Mercado et surtout le Memorial para que no salgan dineros de España de Luis Ortiz. Et à propos des « Recherches historiques sur la notion d’accumulation » de 1963-1964, le point de départ a été l’utilisation des comptes d’une exploitation agricole catalane pendant dix ans (1761-1772) et de la correspondance concernant la maison de commerce Alzina, dont l’activité s’exerce entre Catalogne et Amérique.

9Pourtant les références de Vilar n’ont cessé d’être multiples. Quand il aborde le mercantilisme, il examine aussi bien les traités de Montchrestien et de Laffemas ou ceux de Mun et de Josiah Child que des auteurs espagnols et quand il s’agissait des sciences sociales en général, il s’intéresse à François Perroux et à Kusnetz, à Ricœur et à Althusser, à Schumpeter et Keynes, à North et à Fogel, à Akerman et à Poulantzas. De même, Vilar se montra toujours attentif à tous types de travaux récemment publiés : le séminaire examina en 1960-1961 l’étude de Guillermo Lohmann Villena sur le rôle de la famille Espinosa dans la conquête du Pérou et, l’année suivante, celle de Miguel Artola sur les origines de l’Espagne contemporaine, mais tout autant, en 1965-1966, celle de Richard Cobb sur les armées révolutionnaires françaises de 1793 ou, en 1966-1967, celle de Clark sur guerre et société au XVIIe siècle. Enfin les intervenants ponctuels n’appartenaient pas davantage au seul monde hispanique ou hispaniste. Si Fabián Estapé put, dès 1960, présenter les projets de développement économique de l’Espagne de l’époque franquiste, Joseph Pérez dès 1964 ses recherches sur les Comunidades et Richard Herr dès 1972 celles qu’il menait sur la désamortisation, François Furet, en 1963, fit un exposé sur l’entreprise Oberkampf et en 1970, Holmes traita de « structure régionale et résolution industrielle » à partir d’exemples anglais. Dans le cadre du séminaire fut organisé, en 1967-1968, un colloque sur la notion de société féodale qui réunit Claudio Sánchez Albornoz, Boris Porchnev, Roland Mousnier, Ernest Labrousse, Jean Meuvret, Jacques Le Goff...

  • 3 Je remercie Mme Brigitte Mazon, archiviste de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, qui a (...)

10Le séminaire fut un lieu d’échanges intellectuels exceptionnel. Les participants eurent la chance de voir émerger de nombreux textes importants de Pierre Vilar. En 1956, le Temps du Quichotte ; en 1960, Croissance économique et analyse historique, destiné au Congrès de Stockholm ; en 1961, Les primitifs espagnols de la pensée économique : quantitativisme et bullionisme ; en 1967, Histoire économique et économie rétrospective ; sans oublier La Catalogne, qui y prit forme progressivement. Ils virent s’exprimer une pensée pour laquelle tous les observatoires étaient bons, pour peu qu’ils fussent bien instrumentalisés par les praticiens. De la comptabilité d’une entreprise agraire ou industrielle à l’Empire espagnol en passant par la région (ou par la nation) catalane, Vilar a joué de toutes les échelles. Pour cela aussi, son enseignement attirait. Aussi a-t-il été à la fois un des maîtres de l’histoire espagnole et de l’histoire française du XXe siècle3.

Annexes

Annexe. Vingt-cinq ans de séminaire : les thèmes

1951-1952

Structures économiques et histoires nationales dans la formation du capitalisme moderne.

1952-1953

Structures sociales et problèmes nationaux (XIXe-XXe siècles). Procédés d’analyse des structures sociales.

1953-1954

Structures sociales et problèmes nationaux : bourgeoisies et nations. Recherches sur la notion des rapports de production.

1954-1955

Études sur la formation de la bourgeoisie en Espagne et en France (XVIIIe siècle). Recherches sur la notion des rapports de production.

1955-1956

Études sur la pensée économique espagnole (XVIe-XVIIe siècles). Histoire et marxisme devant la pensée contemporaine.

1956-1957

La pensée économique espagnole des XVIe et XVIIe siècles. Les rapports de l’histoire et du marxisme dans la pensée contemporaine.

1957-1958

Études sur la pensée économique espagnole (XVIe-XVIIe siècles). Analyse économique et analyse historique ? Études critiques.

1958-1959

Les notions de croissance, de stagnation et de déclin.

1959-1960

Analyse historique des relations entre croissance économique et sociale (le cas de la Catalogne au XVIIIe siècle). Croissance et développements économiques inégaux.

1960-1961

Études sur l’Espagne contemporaine. Croissance économique et analyse historique.

1961-1962

Rapports entre, d’une part, structure et conjoncture économiques et, d’autre part, pensée économique naissante. Études des entreprises comme élément de l’histoire économique.

1962-1963

Mercantilisme et nation. Libéralisme et nation.

1963-1964

Recherches historiques sur la notion d’accumulation.

1964-1965

Critique historique des sociologies de la guerre : application à la guerre de l’Indépendance espagnole (1808-1814).

1965-1966

Critique historique des sociologies de la guerre (I).

1966-1967

Critique historique des sociologies de la guerre (II).

1967-1968

L’historien devant la notion de structure.

1968-1969

Relations entre théorie et pratique dans la recherche historique.

1969-1970

Méthodes d’analyse des phénomènes de luttes de classes.

1970-1971

Théorie et pratique dans la recherche historique : l’analyse des luttes des classes.

1971-1972

La question nationale.

1972-1973

La problématique classes-nations.

1973-1974

[Pas de données].

1974-1975

Analyse historique des dépendances.

Notes

1 La conférence du 20 décembre 1968 a été publiée sous le titre « Histoire économique et histoire générale », Moneda y Crédito, 168, mars 1969, pp. 3-21. Elle a fait aussi l’objet d’une analyse de Pierre Conard et Bernard Vincent, « Histoire et sociologie : à propos de deux tables-rondes à la Casa de Velázquez », Mélanges de la Casa de Velázquez, 5, 1969, pp. 479-501.

2 « La mémoire vive des historiens », entrevue avec Jean Boutier (avril 1992) dans Dominique Julia et Jean Boutier (éd.), Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Autrement, 1993, pp. 264-293.

3 Je remercie Mme Brigitte Mazon, archiviste de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, qui a mis à ma disposition le dossier des séminaires de Pierre Vilar.

© Casa de Velázquez, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540