Version classiqueVersion mobile

La historiografía francesa del siglo xx y su acogida en España

 | 
Benoît Pellistrandi

II. - Logros y métodos

L’histoire politique en France

Political history in France

La Historia Política en Francia

Marc Lazar

Résumé

Remise en cause par l’attrait de la sociologie durkheimienne, par l’école des Annales, par la vigueur du marxisme et du structuralisme, l’histoire politique en France connaît un nouveau développement. La consolidation de l’histoire du temps présent dans le champ scientifique y a beaucoup contribué, ainsi que des personnalités dont les travaux ont renouvelé les problématiques (René Rémond, François Furet, Maurice Agulhon…). Fragmentée en plusieurs nébuleuses, l’histoire politique française alimente des débats autour de son objet, de ses rapports aux autres sciences sociales, de la nature des phénomènes qu’elle étudie. Vigoureuse et dynamique, elle n’en risque pas moins, si elle ne s’ouvre pas à la comparaison avec l’histoire d’autres pays, de s’enfermer dans une logique uniquement fondée sur les débats politiques intérieurs et la spécificité nationale française

Texte intégral

  • 1 Voir, notamment, le texte de François Bédarida, pp. 425-432, du présent volume ; H. Rousso, La hant (...)

1L’ampleur du sujet m’incite à limiter mon propos. Je me contenterai de livrer quelques réflexions sur certains développements récents de l’histoire politique en France, en insistant plus particulièrement sur celle dite du temps présent. Depuis trois décennies, cette histoire, qui ne se confine pas à la seule sphère du politique, enregistre une vigoureuse expansion. Sa période chronologique de prédilection s’étend de la seconde guerre mondiale à nos jours. D’un point de vue conceptuel, elle cherche à penser son rapport avec la mémoire, notamment du fait de la présence de nombreux survivants, acteurs et témoins d’un passé qui, souvent, obsède le présent. Elle étend son corpus à de multiples objets autres que les seules sources écrites cependant que ses méthodes d’investigation l’incitent au dialogue avec les autres sciences sociales. Enfin, elle accepte de pratiquer l’expertise sociale et de répondre aux demandes institutionnelles ou sociales1.

2Je n’entends pas dresser un bilan exhaustif des recherches sur la seconde guerre mondiale, Vichy, la Résistance, la guerre d’Algérie, la reconstruction des villes depuis 1945, la mémoire collective, les politiques publiques, les intellectuels, la culture, etc., autant de thèmes qui ont donné lieu à une exceptionnelle moisson de travaux, en particulier à l’Institut d’Histoire du Temps Présent. Je ne prétends pas non plus passer en revue les autres recherches qui ont connu un formidable essor ces dernières années, que ce soit sur le communisme, la vie politique nationale, les relations internationales ou encore l’histoire militaire. Assumant le risque d’être incomplet, voire déséquilibré, dans l’appréciation de cette histoire, j’ai choisi de dégager des tendances générales, de repérer des dynamiques en cours et d’indiquer quelques-uns des problèmes qu’elle pose. Ce sont les évolutions d’ensemble qui m’intéressent et non point une évaluation précise et mesurée d’une historiographie abondante qui nécessiterait, au demeurant, une observation fine des conditions de sa production. Aussi, lorsque je mentionnerai des noms et des titres d’ouvrages, c’est à titre de repères, sans décerner ni bons ni mauvais points, sans dénigrer les uns ou encenser les autres, sans traquer les rivalités de pouvoir ou d’institution qui sont, parfois, étroitement imbriquées dans les postures de recherche.

3Car l’histoire politique du temps présent constitue, moins encore qu’une autre, du fait de ses objets, de son caractère très contemporain et des effets qu’elle peut provoquer dans les débats publics, un domaine complètement apaisé et neutre de la recherche universitaire. En outre, sa situation présente un aspect paradoxal : l’intérêt croissant pour l’objet politique rompt avec une longue atonie, mais il se décline en diverses sensibilités qui ne partagent pas les mêmes présupposés et méthodes. En d’autres termes, l’histoire politique française connaît à la fois un développement incontestable et une réelle fragmentation. Toutefois, le panorama actuel de l’histoire politique française me semble davantage caractérisé par l’existence de nébuleuses que par une structuration en écoles bien organisées : à mon avis, la fluidité et l’ouverture continuent de l’emporter sur l’ossification et la fermeture, même si, dorénavant, se fait jour un certain penchant à l’affrontement qui, si l’avenir devait le confirmer, provoquerait la consolidation des antagonismes. La tendance à rigidifier les courants provient de certains chercheurs ou groupes de chercheurs qui non seulement s’efforcent d’expliciter leurs orientations, ce qui est naturel et même souhaitable, mais encore se définissent par opposition à d’autres sensibilités qu’ils appréhendent comme des ensembles cohérents et rationalisés et à qui ils prêtent des visées hégémoniques.

4Or, le plus frappant est l’exact opposé. L’examen attentif de la production historique amène à constater qu’hormis quelques recherches qui aiment à se situer clairement, la plupart des autres oscillent continûment d’un pôle à l’autre, voire n’hésitent pas revendiquer la pratique d’un bricolage, assez typique des historiens français, qui emprunte aux uns et aux autres. Dans un pareil contexte, l’observation de cette histoire politique suppose doigté et prudence, sous peine, à son tour, de contribuer à figer ce qui dans la réalité ne l’est pas encore. Il s’agit donc de montrer ce qui unit et divise les diverses sensibilités historiographiques en leur sein et entre elles, sans consolider à l’excès leurs postulats et leurs désaccords.

5À cet égard, une ultime remarque s’impose : étant moi-même impliqué dans l’histoire politique par mes propres recherches, et, ajouterai-je à l’attention de ceux qui pratiquent l’histoire et la sociologie de l’histoire et des historiens, appartenant à une institution qui joue en ces domaines un rôle important, mais nullement exclusif et encore moins dominant, j’ai essayé, à une exception près, de m’abstraire de ma propre production, de mes propres idées et de ma propre situation pour établir une présentation la plus distanciée possible. Je laisse aux lecteurs le soin de décider si, au bout du compte, cet objectif leur paraît atteint.

Le développement de l’histoire politique et sa configuration actuelle

6Indice de sa vitalité retrouvée, l’histoire politique a donné matière à de nombreuses études « objectives », autocélébratrices ou critiques. Mais toute considération en ce domaine doit partir d’une donnée fondamentale. En France, l’histoire politique fut longtemps déconsidérée, voire disqualifiée, en tout cas marginalisée sous l’influence d’au moins quatre facteurs, liés en partie entre eux : l’attrait de la sociologie durkheimienne, une certaine conception de l’histoire défendue par des historiens des Annales, la vigueur du marxisme et la domination du structuralisme. Il faudrait évidemment étudier plus profondément et de façon extrêmement nuancée chacun de ces éléments : je me contenterai de consacrer quelques trop rapides mots aux deux premiers d’entre eux pour expliciter ce à quoi je viens de faire allusion et qui est susceptible de soulever des controverses.

  • 2 É. Durkheim et P. Fauconnet, « Sociologie et sciences sociales », t. I, p. 147. Aux faits qu’ils ve (...)
  • 3 P. Birnbaum, Préface ; P. Favre, Naissance de la science politique ; J.-Cl. Filloux, Durkheim et le (...)

7Sociologue intéressé et impliqué dans les combats politiques, auteur de cours consacrés à des sujets politiques (Le socialisme, par exemple) et d’écrits qui inspireront les responsables politiques, Émile Durkheim n’a pas véritablement désigné la politique comme l’une des priorités de la sociologie naissante : en effet, à son avis, elle ne résultait que de « combinaisons qui ne sont jamais semblables à elles-mêmes », ce qui interdisait l’élaboration de lois et donc l’analyse scientifique2. La position dominante des durkheimiens a éclipsé les propositions antagoniques d’autres sociologues qui s’intéressaient à la politique (René Worms, puis plus tard Raymond Aron)3. Cela contribue à expliquer cette étrange situation qui perdure presque jusqu’à nos jours, même si certains changements s’opèrent : l’enseignement de la sociologie politique ne relève guère des départements de sociologie de nos universités et elle est donc professée dans les facultés de droit (au sein des rares départements de science politique, ou, à défaut, dans le cadre des enseignements de science politique à l’intérieur des départements de droit) et dans les IEP de Paris et de province.

  • 4 Voir, notamment, J. Revel, « Micro-analyse et construction du social », Dans un autre genre, Pierre (...)
  • 5 J. Le Goff,« L’histoire nouvelle », p. 215.
  • 6 F. Dosse, L’histoire en miettes, p. 224.
  • 7 P. Schöttler, Lucie Varga.
  • 8 Je suis ici la contribution très stimulante de J.-F. Schaub, « L’histoire politique sans l’État ». (...)
  • 9 J. Le Goff, « L’histoire politique », p. 759.

8À cause précisément de l’influence de Durkheim sur les Annales, qui s’est exercée, entre autres, par l’intermédiaire de François Simiand4, mais aussi du fait de leur stratégie plus générale de positionnement à l’égard du reste des historiens de leur époque, les fondateurs de la revue, Marc Bloch et Lucien Febvre, ont fait de l’histoire politique, notamment sous ses formes d’histoire-récit, d’histoire-chronique et d’histoire diplomatique, leur « bête noire5 ». Cette « négation du politique6 » a longuement caractérisé la plus inventive revue d’histoire. Ce qui ne signifie pas que celle-ci se désintéressait des questions du contemporain ou même de ce que l’on appelle aujourd’hui, le temps présent. Ainsi que le note François Dosse, des articles étaient consacrés à l’URSS, et notamment à ses performances économiques qui fascinaient certains de ses rédacteurs. En revanche, le stalinisme, le nazisme et le fascisme, comme phénomènes politiques, étaient globalement ignorés. Certes, il y eut quelques exceptions notables. Lucien Febvre publia avant-guerre des articles sur le nazisme, il édita entre 1934 et 1937 des textes de Franz Borkenau sur le fascisme, l’Autriche et l’évolution des partis sociaux-démocrates en Europe, tandis que sa correspondance avec Marc Bloch montre qu’il suivait avec attention ces questions7. Par la suite, la revue, tout en s’ouvrant à des problématiques d’histoire sociale de la politique, livrera des contributions non négligeables concernant Vichy (en 1951), Khrouchtchev (en 1960), la Tchécoslovaquie (en 1970) ou encore Mao Zedong (en 1979) : de même, une Annie Kriegel, par exemple, historienne pionnière du communisme, pourra y publier quelques comptes rendus d’ouvrages et un article qui exploraient des domaines peu fréquentés par la majorité de ses collègues publiant dans les Annales8. Car, dans l’ensemble, les rapports plutôt distants avec la politique ont continué. En atteste l’analyse que livre Jacques Le Goff en 1971. Il condamne en termes virulents l’histoire politique traditionnelle, « un cadavre qu’il faut encore tuer », et lui oppose une autre histoire politique de type anthropologique et sociologique dont il dessine les grandes lignes programmatiques, arguant, notamment, de l’impérieuse nécessité de prendre en compte les « profondeurs politiques »9. Sept ans plus tard, le grand médiéviste revenait sur le sujet :

  • 10 Id., « L’histoire nouvelle », pp. 226-227.

Détrôner l’histoire politique, ce fut l’objectif numéro un des Annales et cela reste un souci de premier rang de l’histoire nouvelle, même si [...] une nouvelle histoire politique, ou plutôt une histoire d’une conception nouvelle du politique, doit prendre sa place dans le domaine de l’« histoire nouvelle10 ».

9De la sorte, Jacques Le Goff confirmait la position de recherche de son mouvement tout en la modifiant quelque peu ; en effet, dans la même contribution, il précisait :

  • 11 Ibid., p. 238.

La phobie de l’histoire politique n’est plus un article de foi, car la notion de politique a évolué et les problématiques du pouvoir se sont imposées à l’histoire nouvelle11.

  • 12 Ainsi qu’il ressort de la contribution de J.-F. Schaub, « L’histoire politique sans l’État ».

10En dépit de ces infléchissements qui concernaient avant tout l’histoire médiévale et moderne12, Jacques Le Goff ne cachait pas une réticence fondamentale à l’égard de l’histoire politique, qui

  • 13 J. Le Goff, « L’histoire politique », p. 770.

même de bonne volonté, [...] reste la plus fragile des histoires, la plus sujette à succomber aux vieux démons13.

11En vérité, les apports fondamentaux des Annales sont autres : en particulier, l’exploration de l’économie, du culturel, des mentalités, des pratiques sociales, l’extension presque sans limites des objets de l’investigation historique, le recours à des méthodologies novatrices parfois empruntées à d’autres disciplines (la géographie, la sociologie, la démographie, l’ethnologie, l’anthropologie, etc.), le souci constant de la longue durée. La liste n’est pas close et signale la richesse de ce courant qui, sur le fond, n’accordait à la politique qu’une position marginale. En outre, plus le mouvement des Annales montait en puissance, plus il imposait ses problématiques et ses préoccupations. L’effet de mode qui s’ensuivit dans les médias amplifia son rayonnement. De ce fait, les études historiques sur la politique semblaient quelque peu en perte de vitesse.

12Quoi qu’il en soit de ces diverses raisons, le constat s’impose. Il y eut donc, jusqu’aux années 1960-1970, un étonnant paradoxe : pays politique par excellence, saisi en outre par de nouvelles et fortes fièvres politiques, la France souffrait d’un déficit académique pour la politique. Comme on le sait, cette situation s’est inversée. Aujourd’hui, une nouvelle configuration de l’histoire politique s’ébauche. Une configuration, au sens de Norbert Elias, soit

  • 14 N. Elias, Qu’est-ce que la sociologie ?, p. 158.

un équilibre fluctuant des tensions, un mouvement pendulaire d’équilibre des forces, qui incline tantôt d’un côté, tantôt de l’autre14.

13Quatre mouvances en sont partie prenante. Mais je tiens à répéter qu’il s’agit là de regroupements tout à fait contestables où les classifications tendent à homogénéiser ce qui est souvent divers et particulier. En outre, ces regroupements résultent parfois de conceptualisations élaborées par certains historiens, alors que la majorité des chercheurs n’éprouvent pas la nécessité de théoriser leurs recherches empiriques, au demeurant extrêmement convergentes. Enfin, les noms qui apparaîtront ne sont mentionnés qu’à titre indicatif. Ils servent, en quelque sorte, de balises qui signalent autant de chenaux dans une mer légèrement agitée.

  • 15 Voir notamment R. Rémond (dir.), Pour une histoire politique ; Id., « Le retour du politique» ; Id. (...)

141. – L’histoire politique, organisée autour de René Rémond, composée de différentes strates et générations de chercheurs et qui, en plusieurs occasions, par divers de ses adeptes, a réfléchi sur ses activités et présenté l’état de ses travaux dans des ouvrages et des articles15.

  • 16 F. Furet, L’atelier de l’histotre ; P. Rosanvallon, « Pour une histoire conceptuelle du politique » (...)

152. – La galaxie historique, rassemblée autour de François Furet et composée, entre autres, de Mona Ozouf, Claude Lefort, Marcel Gauchet ou Pierre Rosanvallon. Ces personnalités très différentes ont ouvert de multiples chantiers de recherches, chacune avec ses propres spécificités mais en partageant néanmoins une volonté commune de réaliser une histoire problème (François Furet) ou une histoire conceptuelle (Pierre Rosanvallon) sur lesquelles j’aurai l’occasion de revenir. Certains d’entre eux ont voulu expliciter leurs démarches, notamment François Furet et Pierre Rosanvallon16. On pourrait y associer Pierre Nora, bien que ce rapprochement soit contestable tant son entreprise historiographique et éditoriale dispose de sa propre autonomie et est marquée du sceau personnel de son maître d’œuvre. Néanmoins, Pierre Nora me semble ériger la politique en lieu central de ses lieux de mémoire en ce que, selon lui, elle fait nation et qu’elle participe par conséquent de la rédaction d’un roman national dont les dernières pages s’écriraient aujourd’hui sous nos yeux. D’autres chercheurs, venus d’autres horizons, pourraient aussi se reconnaître dans cette démarche, même s’ils peuvent, à l’occasion, exprimer quelques désaccords avec le contenu des travaux de François Furet et de ses amis. Ainsi, par exemple, Marc Sadoun ou Dominique Colas, professeurs de science politique, ne dissocient pas la théorie politique de l’histoire.

  • 17 Sans se résumer à cela, relèvent, en partie, de cette approche les travaux de Ph. Buton, Les lendem (...)
  • 18 Voir, à titre d’exemple, C. Delporte, Les journalistes en France et M. Luirard, La région stéphanoi (...)
  • 19 G. Noiriel, Les origines républicaines de Vichy, n. 56, p. 295. Notons que cette proposition est lé (...)
  • 20 Voir M. Offerlé, « De l’histoire en science politique. L’histoire du politiste », ainsi que le poin (...)
  • 21 Y. Déloye, Sociologie historique du politique.

163. – L’histoire sociologisée de la politique, elle-même répartie en trois ensembles. Le premier est constitué par l’histoire sociale de la politique écrite par de nombreux historiens qui n’éprouvent guère le besoin de systématiser leurs approches. Ils s’efforcent d’associer les études politiques avec celles de la société, en soulignant les relations qui s’établissent entre ces deux sphères. Un bon exemple en est fourni par la grande quantité de travaux consacrés aux implantations des partis politiques dans tel ou tel département ou aux relations existant entre la stratégie d’une organisation politique et ses composantes sociologiques17. Relèvent, me semble-t-il, également de cette démarche les recherches qui s’intéressent prioritairement à un groupe social ou à un territoire géopolitique mais débouchent sur une étude de la politique18. Le deuxième ensemble est formé par ceux qui, à l’instar de Gérard Noiriel, se lancent dans des tentatives assez ambitieuses de construction théorique et programmatique. Noiriel, après avoir plaidé pour une histoire sociale du politique, en est venu, avec des sociologues et des politistes, notamment Michel Offerlé, à proposer une socio-histoire du politique. Tout en se défendant d’obéir à une stratégie concertée, ses adeptes ont créé une association qui fit long feu et ils disposent désormais d’une collection chez la maison d’édition Belin. La sociohistoire du politique critique l’histoire de la politique de René Rémond, on aura l’occasion d’en reparler, en lui reprochant notamment de trop accorder d’importance à l’expertise, et elle reproche à l’histoire conceptuelle du politique de faire une part trop belle à la philosophie. Désireuse de se démarquer d’une histoire sociale de la politique, trop « fourre-tout » à son goût, la socio-histoire se définit comme « le courant de recherche qui s’appuie de façon privilégiée sur la sociologie », sachant, comme on le verra, que le terme générique de sociologie se réfère ici, en fait, à une branche bien précise de cette discipline19. Dans d’autres domaines de l’histoire, ces propositions sont assez proches de celles d’un Roger Charrier et d’un Michel Vovelle, qui s’intéressent aux rapports entre les structures, les hommes, les mentalités – ou plutôt les représentations –, la culture et le politique. Enfin, il existe la sociologie historique du politique, promue par une autre sensibilité de la science et de la sociologie politique qui se réfère aux travaux classiques de la sociologie historique comparée, notamment anglo-saxonne (avec, comme figures de proue, Perry Anderson, Barrington Moore, Charles Tilly, Theda Skokpol, etc.), mais souhaite les dépasser en combinant la construction de problématiques sociologiques et le recours à une démarche historique qui passe par l’accès aux archives. Ce faisant, ce courant entreprend une double rupture : avec la sociologie, en mettant l’étude du politique au cœur de sa démarche et avec la science politique modélisatrice, pour y incorporer l’histoire et les pratiques de l’histoire, ce qui ne manque pas d’alimenter des controverses à l’intérieur de cette dernière discipline20. Cette sensibilité – qu’incarnent en France, entre autres, et chacun avec ses marques, Bertrand Badie, Pierre Birnbaum ou Guy Hermet –, dispose désormais d’un manuel de référence21.

  • 22 M. Agulhon, « Conflits et contradictions », p. 299.

174. – Reste l’histoire de type anthropologique, dans laquelle j’aurais tendance à classer Maurice Agulhon et ses proches. Proche de l’histoire sociale puisqu’elle se penche sur la sociabilité et les pratiques sociales de la politique, elle s’en démarque par l’importance qu’elle accorde à la symbolique politique. Il en découle une approche particulière du politique qui se concentre sur les mentalités collectives et entend délibérément se distinguer de celle proposée par l’histoire des idées et des opinions, des politiques théorisées et organisées, qui « n’explique pas la totalité des comportements22 ». Les conséquences en sont notables. Pour Maurice Agulhon,

  • 23 Id., « Politique, images, symboles », pp. 283-284.

Un pouvoir politique [...] n’est pas seulement composé d’hommes qui instaurent et manœuvrent certaines institutions et qui se réclament de certaines idées et procèdent à certaines actions. Il vise à se faire reconnaître, identifier et, si possible, favorablement apprécier grâce à tout un système signes et d’emblèmes, dont les principaux sont ceux qui frappent la vue23.

18Cette définition, qui rompt en partie avec les définitions wébériennes du pouvoir et de la domination politique, converge fortement avec celle d’un anthropologue comme Georges Balandier, qui écrit :

  • 24 G. Balandier, Le pouvoir sur scènes, p. 16.

Le pouvoir établi sur la seule force, ou sur la violence non domestiquée, aurait une existence constamment menacée ; le pouvoir exposé sous le seul éclairage de la raison avait peu de crédibilité. Il ne parvient à se maintenir ni par la domination brutale ni par la justification rationnelle. Il ne se fait et ne se conserve que par la transposition, par la production d’images, par la manipulation de symboles et leur organisation dans un cadre cérémoniel24.

19Encore une fois, remarquons que tous ces courants forment des sensibilités plus que des écoles et ont, évidemment, un point commun : un intérêt fondamental pour l’objet politique. Mais ce qui m’intéresse, c’est de montrer les convergences qui s’opèrent entre ces sensibilités, les divergences qui se manifestent et les enjeux des confrontations qui se nouent.

Convergences, divergences et enjeux

20Sans même évoquer les rivalités intellectuelles et/ou institutionnelles, je me contenterai d’aborder trois exemples des rapprochements et de désaccords entre les diverses sensibilités historiographiques. Ces trois exemples démontrent également la formation de dispositifs mouvants entre ces sensibilités, selon les sujets de recherche et les méthodes mobilisées.

La construction de l’objet politique

21Les deux premières historiographies s’accordent sur l’autonomie de la politique et sur le fait que, pour reprendre les termes de René Rémond (que, je crois, pourraient signer les amis de François Furet), le politique, sans tenir « tout le reste en sa dépendance »,

  • 25 R. Rémond (dir.), Pour une histoire politique, pp. 383 et 384.

est le lieu de gestion de la société globale, il commande en partie les autres activités ; il définit leur statut, il réglemente leur exercice25.

22Mais ce point d’accord qui unit les deux sensibilités et les oppose aux autres, qui le contestent vigoureusement, s’avère circonscrit. En effet, les courants de René Rémond et de François Furet (par commodité de langage on les désignera parfois du nom de leurs représentants les plus éminents) divergent à propos de la définition du concept de politique, même si dans la pratique ils aboutissent à des conclusions parfois fort proches. Pour simplifier et mettre en valeur les différences, on dira que René Rémond et ses proches insistent davantage sur la politique. Prise dans une acception large, celle-ci intègre

  • 26 R. Rémond, « Le retour du politique », p. 63.

le pouvoir suprême, celui qui s’exerce dans une société globale, à l’intérieur d’un territoire défini par des frontières, disposant du pouvoir de coercition, définissant la règle avec la loi et sanctionnant les infractions[...]. Mais il y a aussi la conquête et la contestation de ce pouvoir, et la relation de l’individu à la société globale politique – d’où l’étude des comportements, des choix, des convictions, des souvenirs, de la mémoire, de la culture26.

23Cette conception de la politique est assez proche de ce que la science politique qualifiait, il y a encore peu, d’étude de la vie politique, tout en lui donnant une grande profondeur de champ, en particulier par le souci d’y intégrer la culture. Comme le note René Rémond, reprenant à son compte une formule de Nicolas Rousellier,

  • 27 Ibid, p. 62.

Je me suis intéressé aux faits politiques « comme expression des faits culturels »27.

  • 28 « Il reste que l’historien, représentant d’une discipline empirique, n’ayant guère le souci de théo (...)
  • 29 « Enfin, la notion de culture politique, qui est en passe d’occuper dans la réflexion et l’explicat (...)
  • 30 S. Berstein, « L’historien et la culture politique » ; Id., « La culture politique » ; Id. (dir.), (...)

24En revanche, François Furet, Claude Lefort et leurs proches pensent le politique en tant que concept philosophique selon lequel la société se pense et s’auto-institue. Pour ces derniers, l’histoire se fonde sur une réflexion empruntée pour une large part à la philosophie politique qui nourrit le questionnement et oriente la recherche empirique : autrement dit, la théorie, en tant que telle, y occupe une place centrale, ce que les premiers (davantage d’ailleurs chez Serge Berstein et Jean-François Sirinelli que chez René Rémond) refusent explicitement, au nom d’une histoire avant tout empirique28. Cela explique, par exemple, que ces deux sensibilités historiques donnent des contenus différents aux notions de cultures et de représentations. Chez Serge Berstein et Jean-François Sirinelli qui les étudient depuis quelques années, ouvrant ainsi un nouveau terrain de recherche que René Rémond avait seulement signalé29, les cultures politiques obéissent à une définition extensive : elles comprennent les idées, les valeurs, les normes, les sensibilités et les représentations, entendues ici comme quelque chose proche des mentalités, soit la façon dont des groupes et des individus se représentent le monde (ce qui montre, au passage, l’influence que les travaux de Maurice Agulhon exercent sur eux, notamment sur Jean-François Sirinelli). Par conséquent, ces cultures peuvent être saisies au niveau d’un pays comme à l’intérieur de ce même pays par familles politiques. Il existe alors une culture de droite et une culture de gauche, comme il existe une culture républicaine, gaulliste, libérale, socialiste, communiste, anarchiste ou démocrate-chrétienne30... À l’inverse, chez Pierre Rosanvallon – je mentionne cet auteur parce que c’est lui qui a proposé une réflexion d’ensemble sur ces problématiques –, c’est le concept, notamment philosophique, qui construit des systèmes de représentations et de cultures politiques :

  • 31 P. Rosanvallon, « Pour une histoire conceptuelle du politique », pp. 99-100.

L’objet de l’histoire conceptuelle du politique est de comprendre la formation et l’évolution de rationalités politiques, c’est-à-dire des systèmes de représentation qui commandent la façon dont une époque, un pays ou des groupes sociaux conduisent leur action et envisagent leur avenir31.

  • 32 M. Agulhon, « Conflits et contradictions », p. 305.

25Les autres sensibilités (histoire sociale de la politique, socio-histoire du politique, sociologie historique du politique, anthropologie historique du politique) se gardent bien de donner une définition claire de la politique. Et pour cause. Dans leur optique, la politique se dilate de manière démesurée puisque, précisément, ces historiographies mettent en exergue l’interaction permanente qui existe entre les domaines du politique, du social, voire du culturel. On pourrait dire, d’une formule synthétique, que pour les chercheurs qui combinent histoire et sociologie, les faits politiques déterminent les faits sociaux tout comme les faits sociaux modèlent les faits politiques ou ont des effets politiques, quand bien même ceux-ci s’exercent selon des modalités qui ne sont pas officiellement répertoriées comme étant politiques. Pour sa part, Maurice Agulhon s’intéresse aux relations qui s’établissent entre la politique et les mentalités collectives, afin de repérer les différences de conception et de perception de la politique selon les groupes sociaux : sa célèbre formule – « Le politique vu du côté de sa réception, c’est notre problème » – résume parfaitement l’une de ses préoccupations essentielles32. Cela contribue à rendre compte, par exemple, de ses recherches et de celles de ses disciples sur la symbolique et les processus de politisation. Mais, ce faisant, l’autonomie du et de la politique s’en trouve singulièrement remise en cause.

Les rapports entre histoire politique et sciences sociales

26En ce domaine, une convergence semble actuellement se profiler. La sensibilité rassemblée autour de Furet avait, dans le passé, fortement critiqué les sciences sociales dans leur ensemble pour affirmer l’autonomie du politique et par réaction à ce qu’elle considérait être une dérive trop marquée de marxisme et de structuralisme : or, là aussi, une évolution récente paraît se faire jour. Du moins chez un Pierre Rosanvallon qui, dans Le peuple introuvable, écrit :

  • 33 P. Rosanvallon, Le peuple introuvable, p. 362.

C’est à un niveau bâtard qu’il faut penser le politique, dans l’entrelacs confus des pratiques et des représentations. Histoire sociale et histoire intellectuelle sont pour cette raison inséparables. Pour le dire autrement, le projet d’une histoire autonome des idées ne saurait avoir aucune consistance33.

27De son côté, René Rémond a toujours proclamé sa volonté de dialogue et d’ouverture avec la science politique et même sa dette à l’égard de celle-ci, en particulier pour ce qui concerne la sociologie électorale et les études de l’opinion publique. Or, la socio-histoire et la sociologie historique du politique doutent de ces affirmations parce qu’elles se réfèrent, très souvent, soit presque exclusivement à la sociologie de Pierre Bourdieu, soit à l’œuvre de Michel Foucault, soit à la sociologie constructiviste qu’elles ne retrouvent pas dans les travaux de « l’école Rémond ». L’anthropologie historique se situe évidemment dans une perspective de collaboration étroite avec l’anthropologie, plus ou moins théorisée (faiblement chez Agulhon, davantage chez certains de ceux qui se réclament de son héritage intellectuel).

28Néanmoins, cette évolution actuelle des rapports entre histoire et sciences sociales amène à formuler trois remarques d’inégale importance.

29Tout d’abord, les rapports différenciés des historiens aux sciences sociales (notamment, la sociologie, la science politique et l’anthropologie) contribuent à expliquer les différentes approches méthodologiques des spécialistes de l’objet politique : certains choisissent la macro-histoire, d’autres une perspective assez influencée par la micro-histoire, certains règlent leur focale sur les institutions vues d’en haut alors que d’autres se penchent sur la réception de la politique, ses usages sociaux, ses modalités d’appropriation, etc. Ils rendent compte également des controverses qui se déclenchent sur la manière de combiner le social, le culturel et le politique selon que les historiens se réfèrent ou non à telle ou telle discipline ou, encore, qu’ils choisissent telle ou telle école au sein d’une autre discipline.

  • 34 J.-Cl. Passeron, Le rationnement sociologique, en particulier le chap. 111.

30Deuxième remarque : la convergence entre historiens sur la nécessité d’un dialogue avec les sciences sociales repose sur un compromis épistémologique – implicite ou explicite, selon les auteurs – assez largement accepté. Il consiste à renoncer à l’unification – illusoire – des sciences humaines et sociales, et à rechercher plutôt une intégration. Cela suppose d’accepter l’idée qu’aucune science sociale ne peut se suffire à elle seule et, parallèlement, que l’articulation entre disciplines relève elle-même d’une histoire qui n’est pas fixée une fois pour toutes mais peut évoluer. Enfin, il ne s’agit pas d’imposer l’hégémonie d’une discipline sur les autres mais de pratiquer des synergies en respectant les différences de « savoir-faire », ainsi que le précise Jean-Claude Passeron34. Néanmoins ces ambitions programmatiques butent sur certains obstacles.

31Notamment sur la question de l’articulation entre social et politique. Ainsi, pour le dire rapidement, l’histoire sociale de la politique, la socio-histoire, la sociologie historique du politique et l’anthropologie historique veulent élargir la définition et donc les investigations du politique : elles affichent leur souci constant de repérer les interactions en œuvre entre idées, institutions, organisations et comportements politiques, groupes sociaux et représentations culturelles. Leur démarche évoque irrésistiblement le bilan des recherches des anthropologues politistes que dressait Georges Balandier, il y a près d’un quart de siècle :

  • 35 G. Balandier, Anthropologie politique, p. 230.

Ils ont aussi révélé certains des détours que la politique emprunte dans ses cheminements ; elle est présente dans les sociétés les plus démunies, comme elle reste agissante dans les situations les plus défavorables à sa manifestation35.

32En fait, les désaccords surgissent sur l’agencement des influences réciproques entre ces instances. Ainsi, la déclaration d’intention d’Yves Déloye ne peut que susciter l’approbation générale :

  • 36 Y. Déloye, Sociologie historique du politique, p. 27. L’auteur fait, aux pp. 14-27, une présentatio (...)

Faire une histoire sociale du politique capable d’établir les logiques sociales à l’œuvre dans la vie politique, mais aussi une histoire politique du social apte à identifier l’empreinte du politique sur le social36.

  • 37 M. Gauchet, « L’élargissement de l’objet historique », p. 144 et p. 134, souligné dans le texte. Vo (...)
  • 38 Je me permets de renvoyer, entre autres, à M. Lazar, « La culture communiste ».

33Cependant, il serait périlleux d’appréhender le politique comme l’expression quasi mécanique du social. Or l’inclination est récurrente en France, aussi bien chez les sociologues – du fait de l’empreinte durkheimienne et de la constitution de la sociologie comme science des faits sociaux ayant eu tendance à se désintéresser de l’étude des phénomènes politiques –, que chez les historiens marqués par l’école des Annales (du moins d’un certain courant au sein de cette école) ou par le marxisme, et pour lesquels les structures économiques saisies dans la longue durée modèlent le social qui, à son tour, détermine le reste. Tout au contraire, le social « brut de décoffrage » n’existe pas : il est lui-même le produit d’une construction historique, de l’action concertée et réfléchie des acteurs au terme d’un processus culturel et politique qu’il s’agit de reconstituer. Ainsi est-il nécessaire de méditer les fortes remarques de Marcel Gauchet, pour qui l’histoire politique englobe l’histoire sociale – car « ce qui assure la cohérence globale des sociétés, c’est l’élément politique » – et qui propose « de réintégrer la part réfléchie de la conduite des acteurs, les idées qu’ils s’en forment, les traductions qu’ils essaient de s’en procurer37 ». Il y a là matière d’un débat déjà engagé et qui sera, sans conteste, appelé à se développer dans les années à venir. J’ajouterai ici ma seule note plus personnelle. En effet, mes travaux sur le communisme m’ont amené à considérer que celui-ci n’est pas seulement le reflet du social mais qu’il résulte d’une étroite interaction entre politique et social au sein de laquelle le premier structure, pour l’essentiel, le second en tant qu’organisation, idéologie, croyances, culture et identité. Ce faisant, il procure des instruments cognitifs que s’approprient les acteurs sociaux, de manière inégale selon leurs possibilités et les conjonctures. Il leur offre ainsi l’occasion de se repérer, de s’identifier, de s’orienter, de se déterminer et d’agir. Il est vrai, néanmoins, que ces processus peuvent se produire, en particulier dans les milieux populaires, hors des lieux institutionnels de la politique, à travers des attitudes en apparence infrapolitiques, voire dissociées de la politique, en décalage par rapport aux discours officiels, par le biais d’un langage codé, d’un gestuel singulier, de rituels spécifiques et de symboliques particulières38. Tout compte fait, ces difficultés présentes à penser le politique et le social n’ont rien de nouveau. Elles renvoient à une dissociation, presque structurelle en France, entre l’histoire de l’idée et celle du fait : or, comme le note Marc Sadoun,

  • 39 M. Sadoun, Introduction, pp. 21-24.

L’idée ne dit pas toute la vérité du réel [...], mais, sans elle, on est bien convaincu que l’explication reste pauvre et infirme39.

34Troisième et dernière remarque. Les rapports entre histoire et social provoquent le retour plus ou moins revendiqué d’une histoire totale. L’histoire totale est refusée officiellement par René Rémond – mais implicitement présente chez Jean-François Sirinelli, avec son histoire culturelle de la politique ou ses études d’institutions à trois dimensions (chronologique, sociologique et culturel, au sens large) –, et par l’histoire sociale, la sociologie historique et l’anthropologie : elle est aussi explicitement revendiquée par Pierre Rosanvallon dans plusieurs de ses plus récentes interventions et par Marcel Gauchet, qui explique qu’une recherche, fut-elle partielle, peut esquisser une perspective d’ensemble, voire participer d’une histoire totale en tant qu’elle

  • 40 M. Gauchet, « L’élargissement de l’objet historique », p. 144. Précisons que ces propos de Marcel G (...)

se propose de rendre intelligible l’organisation d’ensemble et les interactions des différentes composantes d’une collectivité à l’intérieur d’une séquence donnée40.

  • 41 Voir, sur ce sujet, les remarques de H. Coutau-Bégarie, Le phénomène « Nouvelle histoire », pp. 92- (...)

35Or, on le sait, ces intentions n’ont rien de nouveau et l’expérience des années 1960 n’a pas été concluante en la matière, car soit la perspective de l’histoire totale représente un horizon – ce qui, par définition, ne peut constituer un programme de recherche –, soit elle prétend ouvrir un vrai un champ de recherche qui, sur la base de l’expérience du passé, s’avère impossible à exploiter41.

L’approche de la démocratie

  • 42 Elle a même été au programme de l’agrégation d’histoire, sous l’intitulé « La démocratie aux États- (...)
  • 43 P. Rosanvallon, Le sacre du citoyen, p. 449, souligné dans le texte.

36Longtemps ignorée, la démocratie est désormais fortement étudiée par les historiens42 : mais selon des modalités quelque peu différentes. Du côté de René Rémond, l’insistance est notamment portée sur l’histoire de l’opinion, des partis, des institutions et, désormais, sur la dimension culturelle des systèmes et des comportements politiques ou encore sur la nécessité du comparatisme. Chez René Rémond et ses adeptes, la démocratie est conçue, avant tout, comme une synthèse réussie (la synthèse républicaine) ou, de temps à autre, remise en question. Pierre Rosanvallon, quant à lui, privilégie les questions de l’individu, de la représentation et de la « très difficile formulation d’une théorie positive de la démocratie43 ». Les trois autres sensibilités s’intéressent davantage aux modalités d’imposition et de diffusion de l’idée démocratique en se répartissant selon deux lignes interprétatives, l’une qui souligne l’appropriation républicaine et démocratique par « les masses », l’autre, influencée par la sociologie de Pierre Bourdieu, qui entend dévoiler les formes subtiles et violentes symboliquement de domination qui seraient à l’œuvre dans le processus de démocratisation et qu’il faudrait dévoiler.

37En conclusion, nous pointerons quelques problèmes de l’histoire politique du temps présent.

  • 44 Voir les travaux de P. Rosanvallon, notamment L’État en France de 1789 à nos jours et, récemment, c (...)
  • 45 N. Roussellier, Le parlement de l’éloquence.
  • 46 S. Audouin-Rouzeau et A. Becker, « Violence et consentement » ; Id., Retrouver la guerre. Dans ces (...)

38Si, en dépit de ses divergences, l’histoire politique en France a réalisé d’incontestables percées, elle présente néanmoins un bilan contrasté. Des avancées évidentes se réalisent sur de nombreuses questions (l’opinion, les partis, le suffrage universel, l’État44, le communisme, le socialisme, le fascisme, la seconde guerre mondiale, les rapports entre histoire et mémoire, les intellectuels, etc.) ; des chantiers sont en cours (sur les cultures politiques, les assemblées parlementaires45, le rôle de la guerre dans la conception de la politique au XXe siècle, dans la lignée des livres de George Mosse, qui inspirent en partie ceux de Stéphane Audoin-Rouzeau et d’Annette Becker sur « la culture de la guerre »46). En revanche, on ne peut que constater d’étonnantes et troublantes béances : le désintérêt pour les questions juridiques ou encore, la présence encore très clairsemée des historiens français sur le nazisme.

  • 47 S. Audoin-Rouzeau, Préface, p. xv.
  • 48 H.-G. Haupt, « La lente émergence d’une histoire comparée ».

39Mais surtout, la vitalité de l’histoire politique en France ne concerne que la France : à l’instar des autres spécialités de l’histoire, « elle a accentué sa tendance au repli sur le pré carré national47 ». En conséquence, elle ne s’intéresse guère aux autres pays et rencontre les plus grandes difficultés à procéder à une histoire comparative. Heinz-Gerard Haupt attribue cela à trois facteurs principaux : la tradition de l’histoire régionale et locale, l’importance des débats de politique intérieure et autour des grands paradigmes, et la spécificité nationale, qui tourne de façon presque obsessionnelle autour de la Révolution française48. À l’évidence, l’histoire politique, ou mieux les histoires politiques françaises, dont j’espère avoir montré un peu de la richesse y compris dans les controverses qui opposent ses différents producteurs, doit désormais sortir de ses frontières pour mener des investigations sur d’autres pays et pratiquer le comparatisme.

Bibliographie

Bibliographie

Agulhon, Maurice, « Politique, images, symboles dans la France post-révolutionnaire », dans Maurice Agulhon, Histoire vagabonde (3 vol.), t. I : Ethnologie et politique dans la France contemporaine, Paris, Gallimard, 1988, pp. 283-318 (cité M. Agulhon, « Politique, images, symboles »).
— « Conflits et contradictions dans la France contemporaine », dans Maurice Agulhon, Histoire vagabonde (3 vol.), t. II : Idéologies et politique dans la France du XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1988, pp. 283-306 (cité M. Agulhon, « Conflits et contradictions »).

Audoin-Rouzeau, Stéphane, préface à George L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme, Paris, Hachette-Littératures, 1999, pp. I-XVII (cité S. Audoin-Rouzeau, Préface).

Audouin-Rouzeau, Stéphane, et Annette Becker, « Violence et consentement : “la culture de guerre” du premier conflit mondial », dans Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997, pp. 251-271 (cité S. Audoin-Rouzeau et A, Becker, « Violence et consentement »).
—14-18. Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000 (cité S. Audoin-Rouzeau et A. Becker, Retrouver la guerre).

Balandier, Georges, Anthropologie politique, Paris, Presses Universitaires de France, rééd. 1984.
— Le pouvoir sur scènes, Paris, Balland, rééd. 1992.

Baruch, Marc-Olivier, Servir l’État français, Paris, Fayard, 1997.

Berstein, Serge, « L’historien et la culture politique », Vingtième siècle, 35, juillet-septembre 1992, pp. 67-77.
— « La culture politique », dans Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997, pp. 371-386.
— « Nature et fonction des cultures politiques », dans Serge Berstein (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, Seuil, 1999.

Birnbaum, Pierre, préface à Émile Durkheim, Le socialisme, Paris, Presses Universitaires de France, 1971, pp. 5-26 (cité P. Birnbaum, Préface).

Bourdieu, Pierre, « Sur les rapports entre la sociologie et l’histoire en Allemagne et en France », entretien avec Lutz Raphael, Actes de la recherche en sciences sociales, 106-107, mars 1995, pp. 108-112 (cité P. Bourdieu, « Sur les rapports entre la sociologie et l’histoire »).

Bourdieu, Pierre, Roger Chartier et Robert Darnton, « Dialogue à propos de l’histoire culturelle », Actes de la recherche en sciences sociales, 59, septembre 1985, pp. 86-93.

Buton, Philippe, Les lendemains qui déchantent. Le Parti communiste français à la Libération, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1993 (cité Ph. Buton, Les lendemains qui déchantent).

Coutau-Bégarie, Hervé, Le phénomène « Nouvelle histoire », Paris, Economica, 1983.

Déloye, Yves, Sociologie historique du politique, Paris, La Découverte, 1996.

Déloye, Yves, et Bernard Voutat (éd.), Autour de la sociologie historique du politique. Épistémologie, méthodes et expériences. Actes du colloque Lausanne (17-18 décembre 1998), à paraître (cité Y, Déloye et B. Voutat [éd.], Autour de la sociologie historique du politique).

Delporte, Christian, Les journalistes en France (1880-1950). Naissance et construction d’une profession, Paris, Seuil, 1999 (cité C. Delporte, Les journalistes en France).

Dosse, François, L’histoire en miettes, Paris, Presses-Pocket, rééd. 1997.

Durkheim, Émile, et Paul Fauconnet, « Sociologie et sciences sociales », dans Émile Durkheim, Textes, I : Éléments d’une théorie sociale, Paris, Éditions de Minuit, 1975.

Elias, Norbert, Qu’est-ce que la sociologie ?, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1991.

Favre, Pierre, Naissance de la science politique en France (1870-1914), Paris, Fayard, 1989 (cité P. Favre, Naissance de la science politique).
— « De l’histoire en science politique. Pour une évaluation plus exigeante des fondements de la socio-histoire du politique », dans Pierre Favre (dir.), Enseigner la science politique, Paris, L’Harmattan, 1998, pp. 203-216 (cité P. Favre, « De l’histoire en science politique »).

Filloux, Jean-Claude, Durkheim et le socialisme, Genève, Droz, 1977.

Furet, François, L’atelier de l’histoire, Paris, Champs-Flammarion, rééd. 1988.

Gauchet, Marcel, « Changement de paradigme en sciences sociales ? », Le Débat, 50, mai-août 1988, pp. 165-170.
— « L’élargissement de l’objet historique », Le Débat, 103, janvier-février 1999, pp. 131-147.

Giddens, Anthony (dir.), Durkheim on Politics and State, Cambridge, Polity Press, 1986.

Haupt, Heinz-Gerard, « La lente émergence d’une histoire comparée », dans Jean Boutier et Dominique Julia (dir.), Passés recomposés, Paris, Autrement, 1995, pp. 196-207.

Kriegel, Annie, « Les communistes français et la question du pouvoir (1929-1939) », Annales ESC, 6,1966, pp. 1245-1258 (cité A. Kriegel, « Les communistes français »).
— Préface à Émile Durkheim, Le socialisme, Paris, Retz, 1978, p. 11-15 (cité A. Kriegel, Préface).

Lachaise, Bernard, Le gaullisme dans le Sud-Ouest au temps du RPF, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1997 (cité B. Lachaise, Le gaullisme dans le Sud-Ouest).

Lacroix, Bernard, Durkheim et le politique ; Paris, Presses de la FNSP, 1981.

Lazar, Marc, « Forte et fragile, immuable et changeante... La culture communiste », dans Serge Berstein (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, Seuil, 1999, pp. 215-242 (cité M. Lazar, « La culture communiste »).

Le Goff, Jacques, « L’histoire nouvelle », dans Jacques Le Goff, Roger Chartier et Jacques Revel, La nouvelle histoire, Paris, CEPL, 1978.
— « L’histoire politique est-elle toujours l’épine dorsale de l’histoire ? » repris dans Jacques Le Goff, Un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1999, pp. 755-770 (cité J. Le Goff, « L’histoire politique »).

Letamendia, Pierre, Le Mouvement républicain populaire. Histoire d’un grand parti français, Paris, Beauchesne, 1995 (cité P. Letamendia, Le Mouvement républicain populaire).

Luirard, Monique, La région stéphanoise dans la guerre et dans la paix (1936-1951), Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1980 (cité M. Luirard, La région stéphanoise).

Lukes, Steven, Émile Durkheim, his Life and his Work, Londres, Allen Lane, 1973 (cité S. Lukes, Émile Durkheim).

Mélonio, Françoise, Tocqueville et les Français, Paris, Aubier, 1993.

Mucchielli, Laurent, La découverte du social. Naissance de la sociologie en France, Paris, La Découverte, 1998 (cité L. Mucchielli, La découverte du social).

Noiriel, Gérard, « Une histoire sociale du politique est-elle possible ? », Vingtième siècle, 24, octobre-décembre 1989, pp. 81-96.
— Qu’est-ce que l’histoire contemporaine ?, Paris, Hachette-Supérieur, 1998.
— Les origines républicaines de Vichy, Paris, Hachette-Littératures, 1999.

Offerlé, Michel, « De l’histoire en science politique. L’histoire du politiste », dans Pierre Favre (dir.), Enseigner la science politique, Paris, L’Harmattan, 1998, pp. 217-230.

Passeron, Jean-Claude, Le raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1991.

Rémond, René, « Le retour du politique », dans Agnès Chauveau et Philippe Tétard (dir.), Questions à l’histoire du temps présent, Bruxelles, Complexe, 1992, pp. 55-64.
— Introduction à Serge Berstein et Pierre Milza (dir.), Axes et méthodes de l’histoire politique, Paris, Presses Universitaires de France, 1998, pp. XI-XVIII (cité R. Rémond, Introduction).
— (dir.), Pour une histoire politique, Paris, Seuil, 1988.

Revel, Jacques, « Micro-analyse et construction du social », dans Jacques Revel (dir.), feux d’échelle. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard - Le Seuil, collection « Hautes Études », 1996, pp. 16-19.

Rosanvallon, Pierre, « Pour une histoire conceptuelle du politique. Note de travail », Revue de synthèse historique, 1-2, janvier-juin 1986, pp. 93-105 (cité P. Rosanvallon, « Pour une histoire conceptuelle du politique »).
— L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990.
— Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992 (cité P. Rosanvallon, Le sacre du citoyen).
— « Faire l’histoire du politique », Esprit, 443, février 1995, pp. 25-42.
— « Le politique », dans Jacques Revel et Nathan Wachtel (éd.), Une école pour les sciences sociales. De la VIe Section à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, Cerf - Éditions de l’École des Hautes Études Sciences Sociales, 1996, pp. 299-311.
— Le peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, Gallimard, 1998 (cité P. Rosanvallon, Le peuple introuvable).

Roussellier, Nicolas, Le parlement de l’éloquence, Paris, Presses de Sciences-Po, 1997.

Rousso, Henry, La hantise du passé, Paris, Textuel, 1998.

Sadoun, Marc, introduction à Marc Sadoun (dir.), La démocratie en France, t. I : Idéologies, Paris, Gallimard, 2000, pp. 9-26 (cité M. Sadoun, Introduction).

Schaub, Jean-Frédéric, « L’histoire politique sans l’État. Mutations et reformulations », dans Carlos Barros (éd.), Historia a debate. Actas del Congreso Internacional (Santiago de Compostela, 1993), t. III : Otros enfoques, Saint-Jacques-de-Compostelle, Historia a Debate, 1995, pp. 217-235 (cité J.-F. Schaub, « L’histoire politique sans l’État »).

Schöttler, Peter, Lucie Varga. Les autorités invisibles, Paris, Cerf, 1991 (cité P. Schöttler, Lucie Varga).

Sirinelli, Jean-François, « Le retour du politique », dans Robert Franck (dir.), Écrire l’histoire du temps présent, Paris, CNRS-IHTP, 1993, pp. 263-274.
— « De la demeure à l’agora. Pour une histoire culturelle du politique », dans Serge Berstein et Pierre Milza (dir.), Axes et méthodes de l’histoire politique, Paris, Presses Universitaires de France, 1998, pp. 381-398 (cité J.-F. Sirinelli, « De la demeure à l’agora »).

Sirinelli, Jean-François, et Éric Vigne, « Des cultures politiques », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, t. II : Cultures, Paris, Gallimard, 1992, pp. I-XI.

Sirinelli, Jean-François, et Bernard Guenée, « L’histoire politique », dans François Bédarida (dir.), L’histoire et la métier d’historien en France (1945-1995), Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1995, pp. 301-312.

Notes

1 Voir, notamment, le texte de François Bédarida, pp. 425-432, du présent volume ; H. Rousso, La hantise du passé ; ou, pour une vision critique qui bascule souvent dans la polémique, G. Noiriel, Les origines républicaines de Vichy, chap. I.

2 É. Durkheim et P. Fauconnet, « Sociologie et sciences sociales », t. I, p. 147. Aux faits qu’ils venaient d’énumérer (les guerres, les traités, les intrigues des cours et des assemblées, les actes des hommes d’État), les deux auteurs opposaient les institutions, qui « tout en évoluant, conservent leurs traits essentiels pendant de longues périodes et même, parfois, dans toute la suite d’une même existence collective ».

3 P. Birnbaum, Préface ; P. Favre, Naissance de la science politique ; J.-Cl. Filloux, Durkheim et le socialisme ; A. Giddens (dir.), Durkheim on Politics and State ; A. Kriegel, Préface ; B. Lacroix, Durkheim et le politique ; S. Lukes, Émile Durkheim ; F. Mélonio, Tocqueville et les Français ; L. Mucchielli, La découverte du social.

4 Voir, notamment, J. Revel, « Micro-analyse et construction du social », Dans un autre genre, Pierre Bourdieu estime que la réussite de l’école des Annales tient au fait qu’elle aurait présenté « une forme adoucie, édulcorée et euphémisée » de l’héritage de Durkheim (P. Bourdieu, R. Chartier et R. Darnton, « Dialogue à propos de l’histoire culturelle », p. 89). Le sociologue a réitéré plusieurs fois sa féroce critique des Annales, notamment dans P. Bourdieu, « Sur les rapports entre la sociologie et l’histoire ».

5 J. Le Goff,« L’histoire nouvelle », p. 215.

6 F. Dosse, L’histoire en miettes, p. 224.

7 P. Schöttler, Lucie Varga.

8 Je suis ici la contribution très stimulante de J.-F. Schaub, « L’histoire politique sans l’État ». L’article d’A. Kriegel s’intitule « Les communistes français ».

9 J. Le Goff, « L’histoire politique », p. 759.

10 Id., « L’histoire nouvelle », pp. 226-227.

11 Ibid., p. 238.

12 Ainsi qu’il ressort de la contribution de J.-F. Schaub, « L’histoire politique sans l’État ».

13 J. Le Goff, « L’histoire politique », p. 770.

14 N. Elias, Qu’est-ce que la sociologie ?, p. 158.

15 Voir notamment R. Rémond (dir.), Pour une histoire politique ; Id., « Le retour du politique» ; Id., Introduction ; J.-F. Sirinelli, « Le retour du politique » ; J.-F. Sirinelli et B. Guenée, « L’histoire politique » ; J.-F. Sirinelli, « De la demeure à l’agora ».

16 F. Furet, L’atelier de l’histotre ; P. Rosanvallon, « Pour une histoire conceptuelle du politique » ; Id., « Faire l’histoire du politique » ; Id., « Le politique ».

17 Sans se résumer à cela, relèvent, en partie, de cette approche les travaux de Ph. Buton, Les lendemains qui déchantent ; P. Letamendia, Le Mouvement républicain populaire ; ou encore B. Lachaise, Le gaullisme dans le Sud-Ouest.

18 Voir, à titre d’exemple, C. Delporte, Les journalistes en France et M. Luirard, La région stéphanoise.

19 G. Noiriel, Les origines républicaines de Vichy, n. 56, p. 295. Notons que cette proposition est légèrement contradictoire avec la présentation de la collection « Socio-Histoires », rédigée par le même Gérard Noiriel en compagnie de Michel Offerlé, qui en appelle à « des formes d’hybridation entre histoire et sciences sociales » dans « une perspective pluraliste, mais exigeante, [qui] rejette toutes formes d’impérialisme disciplinaire » (Lettre de Belin, mai 1999). Voir aussi G. Noiriel, « Une histoire sociale du politique est-elle possible ? » ainsi que Qu’est-ce que l’histoire contemporaine ?

20 Voir M. Offerlé, « De l’histoire en science politique. L’histoire du politiste », ainsi que le point de vue opposé de P. Favre, « De l’histoire en science politique » ; et Y. Déloye et B. Voutat (éd.), Autour de la sociologie historique du politique.

21 Y. Déloye, Sociologie historique du politique.

22 M. Agulhon, « Conflits et contradictions », p. 299.

23 Id., « Politique, images, symboles », pp. 283-284.

24 G. Balandier, Le pouvoir sur scènes, p. 16.

25 R. Rémond (dir.), Pour une histoire politique, pp. 383 et 384.

26 R. Rémond, « Le retour du politique », p. 63.

27 Ibid, p. 62.

28 « Il reste que l’historien, représentant d’une discipline empirique, n’ayant guère le souci de théoriser [...] » (S. Berstein, « Nature et fonction des cultures politiques » [p. 10]) est une formulation courante. Cette position, reprise plusieurs fois dans ce même texte, est régulièrement rappelée par son auteur et partagée par Jean-François Sirinelli,

29 « Enfin, la notion de culture politique, qui est en passe d’occuper dans la réflexion et l’explication des phénomènes politiques une place à proportion du vide qu’elle vient de combler, implique une continuité dans la très longue durée » (R. Rémond [dir.], Pour une histoire politique, p. 30).

30 S. Berstein, « L’historien et la culture politique » ; Id., « La culture politique » ; Id. (dir.), Les cultures politiques en France ; J.-F. Sirinelli et É. Vigne, « Des cultures politiques J.-F. Sirinelli, « De la demeure à l’agora ».

31 P. Rosanvallon, « Pour une histoire conceptuelle du politique », pp. 99-100.

32 M. Agulhon, « Conflits et contradictions », p. 305.

33 P. Rosanvallon, Le peuple introuvable, p. 362.

34 J.-Cl. Passeron, Le rationnement sociologique, en particulier le chap. 111.

35 G. Balandier, Anthropologie politique, p. 230.

36 Y. Déloye, Sociologie historique du politique, p. 27. L’auteur fait, aux pp. 14-27, une présentation succincte, mais à notre avis contestable, des différents rapports des historiens du politique au social.

37 M. Gauchet, « L’élargissement de l’objet historique », p. 144 et p. 134, souligné dans le texte. Voir aussi, du même auteur, « Changement de paradigme en sciences sociales ? ».

38 Je me permets de renvoyer, entre autres, à M. Lazar, « La culture communiste ».

39 M. Sadoun, Introduction, pp. 21-24.

40 M. Gauchet, « L’élargissement de l’objet historique », p. 144. Précisons que ces propos de Marcel Gauchet nous semblent hautement suggestifs et éclairants, même s’ils sont discutables.

41 Voir, sur ce sujet, les remarques de H. Coutau-Bégarie, Le phénomène « Nouvelle histoire », pp. 92-100.

42 Elle a même été au programme de l’agrégation d’histoire, sous l’intitulé « La démocratie aux États-Unis et en Europe (1918-1989) », entre 1998 et 2000.

43 P. Rosanvallon, Le sacre du citoyen, p. 449, souligné dans le texte.

44 Voir les travaux de P. Rosanvallon, notamment L’État en France de 1789 à nos jours et, récemment, ceux de M.-O. Baruch, Servir l’État français.

45 N. Roussellier, Le parlement de l’éloquence.

46 S. Audouin-Rouzeau et A. Becker, « Violence et consentement » ; Id., Retrouver la guerre. Dans ces dernières notes, je me contente de signaler, à titre indicatif, quelques recherches.

47 S. Audoin-Rouzeau, Préface, p. xv.

48 H.-G. Haupt, « La lente émergence d’une histoire comparée ».

© Casa de Velázquez, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search