Version classiqueVersion mobile

La historiografía francesa del siglo xx y su acogida en España

 | 
Benoît Pellistrandi

II. - Logros y métodos

L’histoire économique française est-elle encore compétitive ?

Is french economic history still competitive?

¿Es todavía competitiva la historia económica francesa?

Gérard Chastagnaret

Résumé

La production française en histoire économique impose-t-elle ses mots, ses méthodes ou force-t-elle l’attention par ses résultats ? À cette question, G. Chastagnaret apporte des éléments de réponse en se fondant sur l’observation de la réception de l’historiographie économique française en Espagne. Partant du constat de sa marginalisation progressive, il montre comment la différence de formation des historiens économistes de part et d’autre des Pyrénées aboutit à des incompréhensions qui se prolongent par des méthodes et des problématiques distinctes, mais aussi à cause de centres d’intérêts parfois divergents. Pourtant, tout indique, dans le renouvellement des enquêtes et des recherches, le bénéfice que les deux communautés scientifiques auraient à retirer d’une meilleure connaissance réciproque

Texte intégral

  • 1 R. Reich, L’économie mondialisée.

1Le titre est provocateur mais, à mon grand regret, je dois avouer qu’il n’est pas de moi. Il m’a été proposé par Benoît Pellistrandi dans le but, je pense, non d’aguicher le chaland, mais d’afficher, de la manière la plus expressive possible en ces temps de mondialisation, un problème auquel sont sensibles tous ceux qui sont, comme nombre d’entre nous, à cheval entre deux historiographies, espagnole et française : celui de l’audience en Espagne de la production française en histoire économique. À ceux d’entre vous qui seraient heurtés par le traitement du savoir comme d’une marchandise, le registre de la mondialisation offre des ressources sémantiques plus sophistiquées, mais tout aussi brutales sur le fond. On peut ainsi, au risque de surestimer les enjeux du savoir historique, ranger les historiens parmi les « manipulateurs de symboles » qui, dans le cadre de la division ternaire chère à Robert Reich, occupent les positions stratégiques puisqu’ils participent à l’identification et à la résolution de problèmes1. Ce qui revient à formuler la question suivante : la production française en histoire économique impose-t-elle ses mots, ses méthodes ou force-t-elle l’attention par ses résultats ?

2Quelle que soit sa forme, la question initiale soulève en fait de multiples difficultés. La première concerne l’observateur, à qui le fait d’être partie prenante, même très modestement, dans l’objet de la réflexion, devrait retirer l’essentiel de sa légitimité. J’assume pleinement toutes les ambiguïtés de mon statut d’aujourd’hui. Je les aggraverai même puisque, pour des raisons de compétence ou de moindre incompétence, je centrerai mon propos sur l’histoire contemporaine avec, pour excuse majeure, le fait qu’elle cristallise les problèmes avec une force particulière. Mon principal argument de défense est que j’ai travaillé seulement de manière secondaire sur l’espace français et que la présence des historiens français sur le terrain espagnol ne concerne pas vraiment notre propos.

3Sur le fond, le simple état des lieux constitue déjà un problème sérieux. Je lui consacrerai la première partie de mon propos, sans méconnaître le caractère lacunaire et discutable d’une entreprise qui appellerait beaucoup de nuances, notamment en fonction des sous-disciplines. Je me hasarderai ensuite à quelques réflexions sur les facteurs qui peuvent expliquer l’ampleur des évolutions et même sans doute des bouleversements intervenus depuis une trentaine d’années. Ces observations me conduiront à proposer une nouvelle formulation au débat. Pour rester dans le registre économique, le cadre de réflexion sous-jacent à la question initiale se limite à l’analyse de l’offre, et dans un sens unilatéral. Ne faut-il pas s’interroger aussi sur la demande et, finalement, sur la réciprocité des relations scientifiques ?

Le constat : la France marginalisée

4Chacun le sent bien : l’historiographie économique française n’occupe désormais qu’une place secondaire, voire marginale, dans le cadre conceptuel de nos collègues espagnols ou dans leurs références bibliographiques. Le temps, pourtant proche, où Ernest Labrousse, Pierre Vilar, Pierre Chaunu ou Emmanuel Le Roy Ladurie constituaient les références majeures en termes de méthodologie – notamment avec l’histoire sérielle – comme de résultats paraît désormais révolu.

  • 2 La Revista de Historia Económica (citée RHE) est publiée à Madrid, d’abord dans le cadre du Centro (...)
  • 3 La Revista de Historia Industrial (citée RHI) est publiée par le Departament d’Historia i Instituti (...)

5J’ai essayé de rechercher quelques indicateurs factuels à ce qui pourrait n’être qu’une impression superficielle par un dépouillement des deux grandes revues espagnoles d’histoire économique, La Revista de Historia Económica2, publiée à Madrid depuis 1983, et la Revista de Historia Industrial3, publiée à Barcelone depuis 1992. Je me suis attaché principalement aux comptes rendus d’ouvrages, qui sont à la fois un révélateur des centres d’intérêt et une offre de lecture.

  • 4 Jacques Maurice, El anarquismo andaluz. Campesinos y sindicalistas (1868-1936), Barcelone, Crítica, (...)
  • 5 Bartolomé Bennassar, Valladolid en el Siglo de Oro. Una ciudad de Castilla y su entorno agrario en (...)
  • 6 Denis Menjot, Fiscalidad y sociedad. Los murcianos y el impuesto en la Baja Edad Media. Murcie, Aca (...)
  • 7 Pierre Ponsot, Atlas de historia económica de la Baja Andalucía, Séville, Editoriales Andaluzas Reu (...)
  • 8 Alain Huetz de Lemps, Vignobles et vins d’Espagne, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 19 (...)
  • 9 Montemayor, Tolède entre fortune et déclin, Limoges, PULIM, 1996. Compte rendu par Hilario Rodrígue (...)
  • 10 Robert Fossier, Historia del campesinado en el Occidente medieval, Barcelone, Crítica, 1985. Compte (...)

6Pour la Revista de Historia Económica, le bilan est dépourvu d’ambiguïté. Alors que les ouvrages anglais ou américains font l’objet de trois à six comptes rendus par numéro, ceux consacrés en seize ans à des ouvrages d’auteurs français sont, au total, toutes périodes confondues, au nombre de dix-sept. Encore ce chiffre comprend-il des ouvrages sur l’Espagne, publiés directement en espagnol, comme celui de Jacques Maurice sur l’anarchisme andalou4, traduits en castillan, comme la thèse de Bartolomé Bennassar sur Valladolid5, ou parus en français, ceux de Denis Menjot sur Murcie médiévale6, de Pierre Ponsot sur la Basse-Andalousie7, d’Alain Huetz de Lemps sur les vignobles espagnols8 et de Julián Montemayor sur Tolède à l’époque moderne9. Onze recensions seulement sont consacrées à des ouvrages français sur des thèmes non proprement hispaniques. Deux d’entre elles portent sur des travaux d’histoire médiévale, dont un, de champ très large, fait l’objet d’une version castillane10.

7Restent neuf comptes rendus de travaux concernant, à des titres divers, la fin de l’Ancien Régime et la période contemporaine. Il s’agit des ouvrages suivants, dans l’ordre chronologique des comptes rendus :

    • 11 François Dosse, L’histoire en miettes. Des « Annales » à la « nouvelle histoire », Paris, La Découv (...)

    François Dosse, L’histoire en miettes, en 198711 ;

    • 12 Emmanuel Chadeau, Annuaire statistique de l’économie française aux XIXe et XXe siècles, t. I : L’éc (...)

    Emmanuel Chadeau, Annuaire statistique de l’économie française12, en 1990 ;

    • 13 Jean-Charles Sournia, Histoire de l’alcoolisme, Paris, Flammarion, 1986. Compte rendu par Juan Pan- (...)

    Jean-Charles Sournia, Histoire de l’alcoolisme13, en 1990 (livre de 1986) ;

    • 14 Claude Jessua, Histoire de la théorie économique, Paris, Presses Universitaires de France, 1991. Co (...)

    Claude Jessua, Histoire de la théorie économique14, en 1993 ;

    • 15 Hervé Monet et Jean-Jacques Santini, L’économie britannique. Le libéralisme à l’épreuve, Paris, Nat (...)

    Hervé Monet et Jean-Jacques Santini, L’économie britannique. Le libéralisme à l’épreuve15, en 1995 ;

    • 16 Jean-Michel Selig, Malnutrition et développement économique dans l’Alsace du XIXe siècle, Strasbour (...)

    Jean-Michel Selig, Malnutrition et développement économique en Alsace au XIXe siècle16, en 1997 ;

    • 17 Jean-Yves Grenier, L’économie de l’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, (...)

    Jean-Yves Grenier, L’économie de l’Ancien Régime17, en 1998 ;

    • 18 Jacques Bottin et Nicole Pellegrin (éd.), Échanges et cultures textiles dans l’Europe préindustriel (...)

    Jacques Bottin et Nicole Pellegrin (éd.), Échanges et cultures textiles18, en 1998 ;

    • 19 Gilles Postel-Vinay, La terre et l’argent. L’agriculture et le crédit en France du XVIIIe au début (...)

    Gilles Postel-Vinay sur La terre et l’argent. L’agriculture et le crédit en France du XVIIIe au début du XXe siècle19, en 1998.

8La liste est tout aussi brève pour la Revista de Historia Industrial, créée, il est vrai, en 1992 seulement. Elle se limite à six ouvrages, énumérés ci-dessous, toujours selon l’ordre chronologique de leur recension :

    • 20 François Robert, Les archives d’entreprises en Rhône-Alpes. Guide documentaire, t. I : Les services (...)

    François Robert, Les archives d’entreprises en Rhône Alpes. Guide documentaire20 ;

    • 21 Maurice Hamon et Dominique Perrin, Au cœur du XVIIIe siècle industriel. Condition ouvrière et tradi (...)

    Maurice Hamon et Dominique Perrin, Au cœur du XVIIIe siècle industriel. Condition ouvrière et tradition villageoise à Saint-Gobain21 ;

    • 22 Denis Woronoff, Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 1994. C (...)

    Denis Woronoff, Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours22 ;

    • 23 Louis Bergeron et Gracia Dorel Ferré, Le patrimoine industriel, un nouveau territoire, Paris, Éditi (...)

    Louis Bergeron et Gracia Dorel Ferré, Le patrimoine industriel, un nouveau territoire23 ;

    • 24 Louis André, Machines à papier. Innovation et transformations de l’industrie papetière en France (1 (...)

    Louis André, Machines à papier. Innovation et transformations de l’industriepapetière en France (1798-1960)24 ;

    • 25 Catherine Omnès, Ouvrières parisiennes. Marchés du travail et trajectoires professionnelles au XXe (...)

    et enfin Catherine Omnès, Ouvrières parisiennes25.

9J’ai tout à fait conscience des insuffisances de cet indicateur, ainsi que de son caractère déformant. J’ai par exemple moi-même contribué à la maigreur des chiffres en ne répondant pas, faute de temps, aux sollicitations des amis de la Revista de Historia Económica. Surtout, dans ces mêmes revues, l’offre d’historiographie française peut passer largement par un autre canal, l’accueil d’articles. Sur ce point, la réponse est aisée, La Revista de Historia Económica ne publie aucun article sur la France, la Revista de Historia Industrial publie six textes. Trois d’entre eux portent sur des sujets concernant directement aussi l’économie espagnole :

    • 26 G. Chastagnaret, « Marsella en la economía internacional del plomo ».

    sur l’industrie du plomb à Marseille26 ;

    • 27 O. Raveux, « El papel de los técnicos ingleses ».

    sur le rôle des techniciens anglais dans l’industrie métallurgique au XIXe siècle27 ;

    • 28 É. Teyssier, « La introducción de los merinos en Francia ».

    sur l’introduction du mérinos en France à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle28

  • 29 G. Dorel Ferré, « Arqueología industrial, pasado y presente ».

10Un troisième texte porte sur un thème d’intérêt majeur pour l’histoire industrielle en général : il s’agit d’une longue interview de Louis Bergeron sur le patrimoine industriel29.

11Restent trois articles portant plus spécifiquement sur des thèmes français :

    • 30 A. Beltran, « París y la electrificación de Francia ».

    sur Paris et l’électrification de la France30 ;

    • 31 M. Lescure, « La demografía empresarial en Francia ».

    sur la démographie des entreprises industrielles en France31 ;

    • 32 X. Daumalin et O. Raveux, « Una revolución industrial ».

    sur l’industrialisation de Marseille32.

12L’offre de connaissances sur l’historiographie économique française est donc sensiblement différente entre les deux revues et invite à nuancer l’image de désintérêt qui m’avait servi de point de départ. Celui-ci reste manifeste pour la Revista de Historia Económica et se traduit sous deux formes différentes. L’une, quantitative, est l’absence d’articles sur la France et la faiblesse numérique des recensions d’ouvrages sur l’hexagone. L’autre, scientifiquement tout aussi grave, est qualitative : si certains choix portent sur des ouvrages importants en termes documentaires ou de problématiques, on trouve aussi des livres plus secondaires, voire de simples manuels pour étudiants. Ce phénomène est intéressant à un double titre, parce qu’il explique en partie la sévérité de la critique et contribue donc à dégrader l’image de la production française, et surtout parce qu’il révèle une absence de repères du domaine considéré, y compris en termes de statut des ouvrages.

  • 33 M. Lévy-Leboyer, Histoire de la France industrielle ; P. Verley, L’échelle du monde.
  • 34 Y. Breton et alii (dir.), La longue stagnation en France.

13La Revista de Historia Industrial n’est pas dans la même situation. Les comptes rendus et articles reçus témoignent d’une attention privilégiée envers certains aspects de la production française : les sources, les études sectorielles, l’industrialisation et le patrimoine industriel. La spécialisation de la revue facilite sans doute la cohérence de la démarche mais l’attention reste sélective. En particulier, l’absence d’une forme de production mérite de retenir l’attention : celle des grandes synthèses d’histoire industrielle qui ont fleuri en France ces dernières années. Seule celle de Denis Woronoff, l’Histoire de l’industrie en France, parue en 1994, retient l’attention de la revue, de manière d’ailleurs très positive. Rien n’est dit sur l’Histoire de la France industrielle, publiée en 1996 sous la direction de Maurice Lévy-Leboyer, ni sur L’échelle du monde de Patrick Verley33. Ce dernier exemple de silence de la revue catalane est d’autant plus significatif que l’auteur est l’un des disciples les plus fidèles de Pierre Vilar, dont on sait le prestige parmi les historiens catalans. Ce silence se retrouve d’ailleurs même lorsque les auteurs ont des liens directs forts avec le milieu scientifique : l’ouvrage codirigé par A. Broder sur la « longue stagnation » ne fait l’objet de recension ni à Madrid ni à Barcelone34.

  • 35 A. Carreras, « La producción industrial española ».

14S’agit-il de rejets ou de choix éditoriaux ? Le décryptage des démarches n’est pas aisé à conduire : d’une part toute revue ne peut qu’être sévèrement sélective à l’égard de la production extérieure et, d’autre part, l’offre de lecture ne doit pas être confondue avec la culture économique des historiens espagnols. Ainsi, Albert Carreras était parfaitement à l’aise dans le maniement des travaux de Markovitch, Crouzet et Lévy-Leboyer dans un article de 1984 paru dans la revue même qui ignore le plus l’historiographie économique française35.

15Cet exemple, dont chacun sait l’éminente qualité, ne doit pas servir d’alibi, mais il invite à se défier des formulations simplistes des problèmes. Il est certain que l’analyse des deux revues montre l’étroitesse de l’information scientifique et de l’offre de lecture sur l’histoire économique française. Ce phénomène exprime et aggrave, de manière cumulative, une perte d’audience.

16Mais cette confirmation de l’hypothèse initiale s’accompagne aussi de la mise au jour de modulations différentes à Madrid et Barcelone. La recherche des racines conduit donc à s’interroger à la fois sur des facteurs généraux et sur des éléments de discrimination.

Une triple divergence

17Il ne faut pas se dissimuler que cette partie de la réflexion est particulièrement périlleuse, en raison de la vanité de toute quête des origines, de la difficulté de réunir des preuves et donc du caractère facilement polémique de toute argumentation. La distinction de trois aspects, les méthodes, les problématiques et les lieux, ne relève que d’un souci de clarté parce qu’ils sont en fait tous trois intimement liés.

Les méthodes

  • 36 M. Margairaz, Histoire économique.
  • 37 Ibid., p. 21.

18Nous touchons là un tabou puisque chaque discipline affirme le partage de ses paradigmes scientifiques. Sans remettre en question cette volonté ni le caractère réellement scientifique des démarches, ni l’effectivité de l’échange entre chercheurs, il faut bien prendre acte de plusieurs réalités de base. La première est la différence des formations. En France, l’histoire économique est toujours restée le fait d’historiens, de formation générale littéraire, éventuellement complétée par une formation statistique ou économique. En Espagne, l’histoire économique relève des sciences économiques et, de fait, elle est de plus en plus construite par des chercheurs eux-mêmes issus de cette filière et qui, dans leur enseignement, s’adressent à des étudiants à l’aise dans le maniement des statistiques et des concepts. Par certains aspects, la difficulté de dialogue entre historiens économistes des deux côtés des Pyrénées se rapproche de celle qui existe, en France même, entre historiens économistes et économistes. Même si, à la différence de la plupart des économistes, les historiens de l’économie partagent tous la même conscience de l’importance du temps long, il ne faut pas sous-estimer cette difficulté, qui revêt un double aspect, de langage – qui devient barrière au lieu d’être vecteur – et surtout de méthode : l’historien économiste espagnol se trouve devant des démonstrations trop littéraires pour être convaincantes ; pour lui, le raisonnement qualitatif ou l’exemple ne sauraient remplacer la démonstration statistique ou l’argumentation selon un modèle mathématique avec représentation graphique. Plusieurs ouvrages récents ne peuvent que renforcer la prévention espagnole. Ainsi, un recueil de textes majeurs d’historiens économistes français, réuni en 1992 par Michel Margairaz, serait inconcevable en Espagne, par son déséquilibre entre le texte et l’appareil statistique36. L’auteur rappelle d’ailleurs les réserves formulées depuis longtemps déjà envers le caractère fruste de l’approche statistique française, la moyenne mobile faisant trop figure d’« arme absolue », selon le mot de François Crouzet37. Le livre même de Denis Woronoff, plus récent encore, puisqu’il est de 1994 avec réédition en 1998, L’histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, est d’une texture « littéraire » propre à dérouter sinon décevoir le lecteur espagnol et cela en dépit de l’intérêt majeur de l’ouvrage, souligné par la recension de Jordi Nadal.

19Le problème n’est pas la légitimité de cette disqualification – nous savons tous que mieux vaut une argumentation qualitative étayée par des sources qu’un discours modélisateur déconnecté du réel –, mais la nature de la représentation de la recherche et son impact sur l’échange scientifique. Or, l’image de l’histoire économique française est celle d’une discipline qui non seulement n’impose plus ses mots ni ses méthodes, mais ne parvient que très partiellement à manier ceux des autres.

Les problématiques

  • 38 P. Mantoux, La Révolution industrielle au XVIIIe siècle.
  • 39 G. Chastagnaret, « L’industrie en Méditerranée ».

20Le problème précédent rejoint très directement celui des interrogations. L’histoire économique française a été pionnière dans l’histoire des mouvements de l’économie, pour la période moderne et pour la transition avec la période contemporaine. Elle n’a jamais eu le même rayonnement pour l’histoire contemporaine elle-même, en particulier pour celle de l’industrialisation, en dépit du caractère pionnier de l’œuvre magistrale de Paul Mantoux38. Les historiens français ont apporté des contributions majeures, mais n’ont pas imposé de grilles de lecture originales, pour des raisons tenant à la prégnance de la « norme anglaise »39 mais aussi à des partis pris problématiques (comme la priorité aux cycles courts chez Labrousse) ou théoriques, qui ont contribué à l’enfermement des travaux et surtout à leur obsolescence rapide. De ce fait, et contrairement à une idée reçue, pour la période contemporaine, le problème me paraît moins celui d’une reconstruction que celui d’une construction.

  • 40 R. Poidevin, France et Allemagne ; R. Girault, France et Russie ; J. Thobie, Intérêts et impérialis (...)

21Or il faut admettre que, même de ce point de vue, l’histoire économique française éprouve des difficultés au cours des dernières décennies. Depuis la fin des années 1960, elle a certes produit des résultats forts, individuellement et collectivement, dans deux domaines : la banque et un domaine qui déborde de la seule économie, celui des relations financières internationales, la thèse d’Albert Broder venant en 1981 couronner un cycle exceptionnel avec notamment les travaux de Poidevin (1969), Girault (1972) et Thobie (1977)40.

  • 41 M, Lévy-Leboyer,« La croissance économique » ; Id. « Prix, profits ».
  • 42 A. Dewerpe, L’industrie aux champs.
  • 43 P. O’Brien et C. Keyder, Two Paths to the 20th Century.

22Ces réussites, réelles mais déjà quelque peu datées, ne sauraient masquer les insuffisances dans d’autres domaines. L’essentiel me paraît être que l’histoire économique française n’a pas su pleinement participer à la relance des réflexions sur l’industrialisation. En dépit des articles précurseurs de Maurice Lévy-Leboyer à la fin des années 196041 ou des travaux de chercheurs d’une génération plus récente, comme ceux d’Alain Dewerpe sur la proto-industrialisation italienne42, aucun nom français n’est venu s’imposer dans les débats à côté de ceux de Crafts ou Maxine Berg. Ce sont P. O’Brien et C. Keyder qui, dans un ouvrage paru en 1978, ont le plus fortement revalorisé la voie française vers l’industrialisation43. Et les recherches d’Albert Carreras sur la croissance industrielle n’ont pas trouvé d’équivalent du côté français : l’auteur a dû s’appuyer, au prix d’une réélaboration, sur le travail, déjà quelque peu ancien, de François Crouzet.

Disqualifications spatiales

  • 44 J. Nadal et J. Catalán (éd.), La cara oculta de la industrialización española. Voir aussi G. Chasta (...)

23À ce décalage général est venu s’en ajouter un autre, qui concerne précisément l’un des intérêts majeurs de l’historiographie espagnole d’aujourd’hui. La remise en cause, au cours des années 1970, des conceptions dominantes sur l’industrialisation a libéré les approches en termes de structures, de techniques et de secteurs d’activité. Les recherches sur l’industrialisation en Méditerranée y ont trouvé un nouvel élan, en particulier grâce à Jordi Nadal44. Pour diverses raisons, tenant à l’ancrage des modèles anciens mais aussi au fonctionnement professionnel de la discipline et sans doute, plus profondément, à des représentations différentielles du territoire national, l’histoire économique française a tardé à s’insérer dans ce mouvement et n’en a peut-être pas encore tiré toutes les conséquences.

24L’industrialisation de la France méridionale est longtemps apparue comme seconde, sinon marginale ou anecdotique, et la bibliographie régionale sur le sujet, en forte progression depuis une décennie, a beaucoup tardé à retenir l’attention de l’ensemble des historiens économistes. Les risques de méconnaissance ou de contresens inhérents à une telle cécité n’ont pas toujours été évités, allant parfois jusqu’à donner lieu à des prolongements singuliers, y compris hors de la sphère scientifique.

  • 45 P. Verley, L’échelle du monde, p. 73.
  • 46 Ainsi, les ouvrages de J. Nadal postérieurs à El fracaso de la revolución industrial n’apparaissent (...)

25Un des exemples les plus significatifs de la difficulté de l’historiographie française à porter une attention spécifique à la Méditerranée est sans doute celui de Patrick Verley dans L’échelle du monde, précisément parce qu’il s’agit d’un historien d’une éminente qualité intellectuelle. Dans cette synthèse, exceptionnelle par l’ampleur de la culture et la profondeur de la réflexion, l’auteur perçoit parfaitement, à la suite de Gerschenkron, l’existence de modalités d’industrialisation différentes de la « canonique voie britannique »45, mais le problème du renouvellement des cadres de lecture de l’industrialisation est posé avec beaucoup moins de netteté que dans la bibliographie espagnole, dont l’ouvrage illustre, involontairement, combien elle est mal connue en France46.

  • 47 Cf. notamment O. Raveux, Marseille.

26Il ne faut toutefois pas trop accabler les historiens français. Certains travaux ont joué un rôle précurseur, comme la thèse d’Alain Dewerpe sur l’Italie du Nord – mais aurait-il été prophète en son propre pays ? En France, en effet, les historiens participent d’un cadre général de représentation beaucoup plus large. Un ministre de l’Industrie n’est-il pas allé, au début des années 1990, jusqu’à essayer d’expliquer ce qu’était l’industrie à un public de Marseillais, puisque, selon lui, leur ville ne l’avait jamais connue ? Les évolutions récentes sont surtout très rapides. Les recherches progressent, notamment sur Marseille, en relation étroite avec les travaux conduits à Barcelone ou Athènes47. En ce domaine, l’histoire économique française ne saurait avoir la moindre prétention au leadership, mais simplement à la reconnaissance de son activité. Et de manière au fond très logique, la reconnaissance extérieure a précédé celle de la propre communauté nationale, qui est néanmoins désormais acquise.

  • 48 J.-Y. Grenier, L’économie de l’Ancien Régime.
  • 49 G. Postel-Vinay, La terre et l’argent.

27Archaïsmes du langage et des méthodes, difficultés à s’insérer dans les nouveaux enjeux de l’historiographie, décalages freinant la participation française à la construction des nouveaux objets de l’histoire, en particulier pour l’espace méditerranéen : ce constat abrupt est propre à dédouaner nos collègues espagnols pour leur indifférence ou, au mieux, leur intérêt très sélectif à l’égard de l’histoire économique française. Il soulève en fait deux problèmes. Le premier, auquel chacun aura été sensible, est celui de son caractère partiel et injuste, à l’égard de plusieurs ouvrages et domaines de recherche, comme l’économie d’Ancien Régime, avec l’ouvrage de Grenier48, ou l’histoire rurale, avec les travaux de Postel-Vinay sur le financement des investissements49, deux ouvrages d’ailleurs présentés par la Revista de Historia Económica. Aussi regrettables soient-elles, ces lacunes, dont la liste n’est pas exhaustive, ne modifient pas réellement le constat d’ensemble, sauf si elles sont articulées avec la seconde question : si l’histoire économique française paraît décevante, n’est-ce pas aussi parce que l’on ne sait pas percevoir l’intérêt de plusieurs pans de ses apports, non seulement en termes de savoirs, mais aussi de questionnements et de méthodes ?

Pour une double logique des relations scientifiques

28Jusqu’à présent, j’ai pleinement joué le jeu de la question posée, mais était-ce la bonne question ? Cette réserve, qui pourrait illustrer les limites de la complicité ou de la solidarité universitaires, vise surtout à attirer l’attention sur un biais scientifique inhérent à notre démarche : une réflexion centrée exclusivement sur l’offre, comme je l’ai fait jusqu’ici, empêche de percevoir les problèmes liés à la demande et contient en elle-même une partie des réponses. Il me paraît donc nécessaire de nous interroger aussi sur les responsabilités des historiens espagnols : savent-ils percevoir tout ce que pourrait leur apporter l’historiographie économique française ? La question est propre à rétablir l’équilibre entre les deux versants des Pyrénées pour les ennemis que me vaudra cette intervention. Elle est surtout beaucoup trop abrupte et méconnaît les différences de sensibilité à l’égard de la France que nous avons déjà aperçues à travers la politique des deux revues et qui révèlent sans doute, en profondeur, des nuances dans les paradigmes disciplinaires. Les contraintes de temps et d’efficacité du propos me contraignent pourtant à sacrifier la présentation des différences au profit de celle des enjeux majeurs.

29Il me paraît nécessaire de présenter deux cas de figure, celui où la France est anormalement absente des débats péninsulaires et celui où, par son originalité, l’historiographie française devrait jouer un rôle majeur, voire pionnier dans la réflexion de nos collègues espagnols. En aucun cas, il ne s’agit pour moi de pratiquer le balancement rhétorique qui consisterait à revaloriser ce que j’ai disqualifié dans un premier temps : je ne perds pas de vue nos insuffisances, mais, pour moi, elles ne suffisent pas à définir ce qu’est l’historiographie française.

La France oubliée dans les débats

  • 50 J. M. Valdaliso, « Algunas reflexiones » ; G. Tortella, « Comentario a las reflexiones » ; S. Coll,(...)

30L’historiographie française est présente dans plusieurs domaines de recherche. Il en est ainsi par exemple pour l’histoire du textile avec l’abondance des références aux travaux de Serge Chassagne, pour l’histoire des chemins de fer avec l’attention de Javier Vidal pour les travaux de François Caron, ou de celle de l’électricité, avec le souci de Caries Sudrià de nourrir sa réflexion de comparaisons avec la France. Il me paraît cependant plus important ici de souligner les manques dont je ne prendrai qu’un exemple, celui de l’histoire des entreprises, particulièrement vivante en Espagne depuis les années 1990 et objet, en 1994, d’une très vive controverse dans la Revista de Historia Económica entre, d’une part, J. M. Valdaliso et, de l’autre, G. Tortella et S. Coll50. Sans entrer dans le fond du débat, hors de propos ici, deux aspects sont importants pour notre propos :

  • L’omniprésence de la référence anglo-saxonne, qu’un lecteur ironique pourrait juger parfois proche de l’américanolâtrie ;

    • 51 J. M. Valdaliso, « Las diversas caras de la historia empresarial en España ».

    L’absence de toute référence française, y compris dans l’article consacré par Valdaliso en 1996 dans la Revista de Historia Industrial à plusieurs publications récentes51.

  • 52 E. Chadeau, L’industrie aéronautique.

31Cette lacune est surprenante à un double titre. Tout d’abord, il s’agit d’un secteur où la France a fait preuve d’une antériorité certaine, avec par exemple, dès les années 1980, les thèses d’A. Baudant sur Pont-à-Mousson (1980), de C. Omnès sur Vallourec et de J.-P. Daviet sur Saint-Gobain (1988), ou avec des études de secteur, comme la thèse d’E. Chadeau sur l’industrie aéronautique en France52. Par ailleurs, et quelle que soit sa place dans la typologie proposée par Valdaliso, la production française aurait pu alimenter utilement la réflexion méthodologique, voire déontologique pour des travaux que je m’abstiendrai de citer. Ne pas inclure la France dans le champ d’observation me paraît réduire à la fois le domaine d’étude et aussi, dans une certaine mesure, le cadre de réflexion.

Originalités françaises

32La question se pose avec encore plus de force pour les domaines où les chercheurs français ont fait émerger de nouveaux domaines ou proposé des cadres originaux. Ces apports peuvent se situer à trois niveaux différents, intimement associés mais qu’il peut être commode de distinguer pour l’exposition : les champs, les théories, les méthodes.

  • 53 P. Minard, La fortune du colbertisme.
  • 54 A. Thépot, Les ingénieurs des Mines.

33Les champs d’abord, avec un seul exemple. Dans un pays aussi marqué que l’Espagne, depuis les Bourbons, par les modèles administratifs français, ne faudrait-il pas exploiter réellement les pistes ouvertes par les recherches sur le haut personnel technique d’État, celles de Philippe Minard sur les inspecteurs des manufactures53 et d’André Thépot sur les ingénieurs du Corps des Mines54 ? Le risque de la méconnaissance est aussi celui du contresens, avec par exemple la confusion possible, dans une comparaison mal maîtrisée, entre des statuts différents d’ingénieurs.

  • 55 B. Lepetit, « Sur les dénivellations de l’espace économique ».

34Pour la théorie, je retiendrai volontairement deux exemples très différents. Le premier, qui est d’ailleurs aussi innovation de méthode, puisqu’il y a eu traitement statistique lourd et original de l’espace économique français du XIXe siècle, est le fait d’un historien, Bernard Lepetit, sur le fonctionnement différentiel des espaces économiques55. À tort peut-être, je n’ai pas connaissance que son entreprise ait suscité de profonds échos en Espagne.

  • 56 R. Boyer, La théorie de la régulation. Une analyse critique.

35Le second exemple concerne la science économique, dans laquelle nos amis espagnols sont tellement plus à l’aise que nous. L’une des nouveautés théoriques majeures des deux dernières décennies est l’émergence, puis la construction de la théorie de la régulation, à partir de la thèse de Michel Aglietta en 1974 (Accumulation et régulation du capitalisme en longue période. Exemple des États-Unis [1870-1970], Paris I - Sorbonne) et des travaux de Robert Boyer, auteur d’articles fondateurs, puis d’un ouvrage magistral56. La régulation s’entend au sens de mode de reproduction des structures d’une société. Cette théorie dit s’inscrire dans le fil de la démarche labroussienne en affirmant que chaque société possède la conjoncture de ses structures, et elle s’intéresse à l’ensemble des relations qui fonde une société en refusant la fiction d’un « homo economicus ».

  • 57 R. Boyer et Y. Saillard, Théorie de la régulation. L’état des savoirs.

36Sans pouvoir affirmer qu’elle soit ignorée, je n’ai pas le sentiment que cette théorie soit réellement connue en Espagne. L’ouvrage de synthèse publié en 199657 compte, parmi ses quarante-six auteurs, trente-huit Français, deux Américains, deux Japonais, un Italien, un Norvégien, un Marocain, un Mexicain, mais la Péninsule n’apparaît ni parmi les auteurs, ni au nombre des centres d’intérêt, pourtant encore plus larges que l’origine des auteurs. Je ne cherche nullement ici à défendre l’intérêt de cette théorie, qui peut être discutée, y compris dans son substrat historique, mais la discrétion espagnole est d’autant plus étonnante que l’école de la régulation met l’histoire au cœur de sa démarche et qu’elle suscite un véritable engouement aux États-Unis. Lui manque-t-il un véritable label américain ? Ou bien la réflexion sur les modes de régulation successifs du capitalisme depuis le XIXe siècle heurte-t-elle des sensibilités néolibérales ? À moins, plus simplement, que les tenants d’une histoire économique « dure » ne rejettent une théorie qui veut s’ancrer dans le mouvement des sociétés ?

37On touche là le dernier point, celui des méthodes. Et si la faiblesse majeure de l’histoire économique française, son manque d’ancrage dans la science économique, ses concepts et ses méthodes, était aussi l’une de ses originalités positives, voire l’un de ses points forts ? En d’autres termes, les lacunes du côté de l’économie ne trouvent-elles pas une contrepartie dans les liens avec les sciences sociales ? La question se pose avec d’autant plus de force que les économistes français eux-mêmes trouvent de plus en plus de vertus à leurs propres historiens, dont ils commencent à assumer l’intérêt pour les perspectives de longue durée et pour l’intégration d’une dimension anthropologique et politique à l’analyse économique : je pense aussi bien aux travaux de Pierre-Cyrille Hautcœur sur les assurances qu’à ceux du GDR du CNRS sur les économies méditerranéennes, autour de Bertrand Bellon et Henri Regnault. Les historiens économistes espagnols me semblent, pour l’heure, moins sensibles à l’ouverture pluridisciplinaire que certaines autres catégories de chercheurs : ceux d’histoire sociale, sortis de leur long enfermement dans une histoire militante, et même les géographes : plusieurs, dans le cadre d’une approche traditionnelle des sociétés dans la durée, savent parfaitement intégrer les sciences sociales, notamment pour la démographie, et utilisent largement une bibliographie française abondante et de qualité pour l’étude des migrations.

  • 58 A. Mouttet, Les logiques de l’entreprise.

38L’expérience déjà ancienne que j’ai de la fréquentation du milieu des historiens économistes espagnols m’a montré que, en dépit de son dynamisme, il n’était pas épargné par l’épuisement de certaines problématiques – le congrès de la Asociación Española de Historia Económica tenu à Saint-Sébastien en 1993 en avait été pour moi l’illustration – et que certaines approches souffrent d’un trop grand cloisonnement disciplinaire à l’égard des autres sciences sociales. L’économie seule est une voie réductrice pour traiter du « capital humain », et toute la réflexion espagnole sur le travail gagnerait à connaître un ouvrage aussi riche et ouvert dans ses approches que celui d’Aimée Mouttet sur l’organisation du travail dans l’industrie française de l’entre-deux-guerres58.

39On pourrait multiplier les exemples de fécondité du croisement des sciences sociales. Ainsi les théories de la décision sont loin d’épuiser les voies réelles et les enjeux de la décision économique. Dans ces conditions, en dépit de ses faiblesses, la France peut offrir les voies d’une relance ou d’un approfondissement, à deux titres différents : par ses propres travaux, y compris les plus atypiques, ou par ses méthodes d’emprunt aux autres sciences sociales. Cet éloge de l’hétérodoxie n’a rien de paradoxal : chacun sait que les avancées scientifiques se font aux marges des disciplines ou par des croisements disciplinaires. Au fond, en dépit de ses faiblesses, l’exemple français est une invitation positive à se défier des puretés disciplinaires : il n’est de science forte que de science métissée.

Conclusion : un chantier partagé

40On ne saurait imaginer deux visages plus différents d’une même discipline. D’un côté, une histoire économique forte, en nombre et en qualité, de plus en plus solidement ancrée dans une culture économique anglo-saxonne, de l’autre, une histoire économique souvent incertaine dans ses concepts et ses méthodes, de plus en plus marginalisée dans les centres d’intérêt des étudiants et des chercheurs, et pour laquelle les appuis institutionnels prennent parfois des allures d’assistance à malade. Mon propos a sans doute creusé les oppositions, ignoré les points de contact, mais il n’a pas créé artificiellement les divergences et les déséquilibres. Il a su surtout voulu montrer que, loin de conduire au constat de séparation des esprits, ces figures des contraires traçaient le chemin des rencontres nécessaires.

41Imaginons le parcours idéal de l’apprenti chercheur qu’aucun de nous ne cesse jamais d’être, celui d’une double formation acquise par des séjours alternés en France et en Espagne. Cette formation conduirait à des questionnements économiquement rigoureux mais ouverts sur les évolutions globales des sociétés et cela dans l’humilité la plus profonde à l’égard du document, ce qui est sans doute la différence la plus profonde de la démarche française à l’égard d’une histoire modélisante, dont on sait trop qu’elle sert plus souvent la carrière de ses promoteurs que l’avancée des savoirs.

42Est-ce vraiment une utopie, ou la simple anticipation d’une nécessité, à laquelle il importe de faire face ? Celle de la rencontre de deux historiographies nationales qui ont besoin de se vivifier mutuellement. La première urgence est pédagogique, puisque l’une n’a plus conscience de cette nécessité et que l’autre n’a toujours pas clairement compris ni la gravité de sa situation ni les voies possibles de reconstruction. Le reste sera affaire d’institutions et de volonté d’aboutir. L’essentiel, pour la vitalité de l’histoire économique des deux pays est de retrouver, sans refus d’autres ouvertures mais avec fermeté, une direction méridienne et de parcourir, dans les deux sens cette fois, les chemins qui, pour avoir été trop exclusivement fréquentés du Sud vers le Nord pendant des décennies, étaient tombés en déshérence.

Bibliographie

Bibliographie

Beltran, Alain, « París y la electrificación de Francia », RHI, 9, 1996, pp. 39-52 (cité A. Beltran,« Paris y la electrificación de Francia »).

Boyer, Robert, La théorie de la régulation. Une analyse antique, Paris, La Découverte, 1986 (cité R. Boyer, La théorie de la régulation. Une analyse antique).

Boyer, Robert, et Yves Saillard, Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1996 (cité R. Boyer et Y. Saillard Théorie de la régulation. L’état des savoirs).

Breton, Yves, Albert Broder et Michel Lutfalla (dir.), La longue stagnation en France. L’autre grande dépression (1873-1897), Paris, Economica, 1997 (cité Y. Breton et alii [dir.], La longue stagnation en France).

Broder, Albert, Le rôle des intérêts économiques étrangers dans la croissance de l’Espagne au XIXe siècle, thèse d’État soutenue à l’université de Paris I - Sorbonne, 1981 (inédite), [cité A. Broder, Le rôle des intérêts économiques étrangers].

Carreras, Albert, « La producción industrial española, 1842-1981 : construcción de un índice anual », RHE, 2(1), 1984, pp. 127-157 (cité A. Carreras, « La producción industrial española »).

Chadeau, Emmanuel, L’industrie aéronautique en France (1900-1950). De Blériot à Dassault, Paris, Fayard, 1987 (cité E. Chadeau, L’industrie aéronautique).

Chastagnaret, Gérard, « Marsella en la economía internacional del plomo (mediados del XVII - mediados del XIX) », RHI, I, 1992, pp. 11-38 (cité G. Chastagnaret, « Marsella en la economía internacional del plomo »).
— « La Méditerranée ou l’industrialisation masquée », Alliages, 24-25, 1995, pp.296-306 (cité G. Chastagnaret, « L’industrialisation masquée »).
— « L’industrie en Méditerranée. Une histoire en construction », Méditerranée, 3-4, 1997, pp. 5-22 (cité G. Chastagnaret, « L’industrie en Méditerranée »).

Coll, Sebastián, « El profesor Valdaliso, a vueltas con la historia de la empresa », RUE, 11(3), pp. 627-630, 1993 (cité S. Coll, « El profesor Valdaliso »).

Daumalin, Xavier, et Olivier R Aveux, « Una revolución industrial en el área mediterránea. Marsella (1831-1865) », RHI, 13, 1998, pp. 37-57 (cité X. Daumalin et O. Raveux, « Una revolución industrial »).

Dewerpe, Alain, L’industrie aux champs. Essai sur la proto-industrialisation en Italie du Nord (1800-1850), Rome, École française de Rome, 1985 (cité A. Dewerpe, L’industrie aux champs).

Dorel Ferré, Gracia, « Arqueología industrial, pasado y presente. Entrevista a Louis Bergeron, presidente del International Commitee for Conservation of the Industrial Heritage », RHI, 7, 1995, pp. 169-195 (cité G. Dorel Ferré, « Arqueología industrial, pasado y presente »).

Girault, René, Les relations économiques et financières entre la France et la Russie de 1887à 1914, Lille, 1972 (cité R. Girault, France et Russie).

Grenier, Jean-Yves, L’économie de l’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude ; Paris, Albin Michel, 1996 (cité J.-Y. Grenier, L’économie de l’Ancien Régime).

Lepetit, Bernard, « Sur les dénivellations de l’espace économique en France dans les années 1830 », Annales ESC, 6, 1986, pp. 1243-1272 (cité B. Lepetit, « Sur les dénivellations de l’espace économique »).

Lescure, Michel, « La demografía empresarial en Francia. Primer balance de las investigaciones históricas en curso », RHI, 10, 1996, pp. 201-212 (cité M. Lescure, « La demografía empresarial en Francia »).

Lévy-Leboyer, Maurice, « La croissance économique en France au XIXe siècle », Annales ESC, 2, 1968, pp. 788-807 (cité M. Lévy-Leboyer, « La croissance économique »).
— « L’héritage de Simiand. Prix, profits et termes d’échange au XIXe siècle », Revue historique, 493, janvier-mars 1970, pp. 77-120 (cité M. Lévy-Leboyer, « Prix, profits »).
— Histoire de la France industrielle, Paris, Larousse, 1996 (cité M. Lévy-Leboye R, Histoire de la France industrielle).

Mantoux, Paul, La Révolution industrielle au XVIIIe siècle, Paris, 1906, rééd. en 1959, Paris, Génin (cité P. Mantoux, La Révolution industrielle au XVIIIe siècle).

Margairaz, Michel, Histoire économique (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Larousse, 1992 (cité M. Margairaz, Histoire économique).

Minard, Philippe, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998 (cité P. Minard, La fortune du colbertisme).

Mouttet, Aimée, Les logiques de l’entreprise. La rationalisation dans l’industrie française de l’entre-deux-guerres, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1997 (cité A. Mouttet, Les logiques de l’entreprise).

Nadal, Jordi, El fracaso de la revolución industrial en España (1814-1913), Barcelona, Ariel, 1975 (cité J. Nadal, El fracaso de la revolución industrial).

Nadal, Jordi, et Jordi Catalán (éd.), La cara oculta de la industrialización española. La modernización de los sectores no líderes (siglos XIX-XX), Madrid, Alianza, 1994 (cité J. Nadal et J. Catalán [éd.], La cara oculta de la industrialización española).

O’Brien, Patrick, et Caglar Keyder, Two Paths to the 20th Century : Economic Growth in Britain and France (1780 to 1914), Londres-Boston, G. Allen & Unwin, 1978 (cité P. O’Brien et C. Keyder, Two Paths to the 20th Century).

Poidevin, Raymond, Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne entre 1898 et 1914, Paris, 1969 (cité R. Poidevin, France et Allemagne).

Postel-Vinay, Gilles, La terre et l’argent. L’agriculture et le crédit en France du XVIIIe au début du XXe siècle, Paris, Albin Michel, 1998 (cité G. Postel-Vinay, La terre et l’argent).

Raveux, Olivier, « El papel de los técnicos ingleses en la industria metalúrgica y mecánica del norte del Mediterráneo (1835-1875). Una primera aproximación », RUI, 6, 1994, pp. 143-161 (cité O. Raveux, « El papel de los técnicos ingleses »).
— Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 1998 (cité O. Raveux, Marseille).

Reich, Robert, L’économie mondialisée, Paris, Dunod, 1993 (cité R. Reich, L’économie mondialisée).

Revista de Historia Económica (citée RUE), Madrid.

Revista de Historia Industrial (citée RHI), Barcelone.

Teyssier, Éric, « La introducción de los merinos en Francia a finales del siglo XVIII y principios del siglo XIX. La pérdida del monopolio español de una materia prima », RHI, 11, 1997, pp. 11-43 (cité É. Teyssier, « La introducción de los merinos en Francia »).

Thépot, André, Les ingénieurs des Mines du XIXe siècle. Histoire d’un corps technique d’État, t. I : 1810-1914, Paris, ESKA, 1998 (cité A. Thépot, Les ingénieurs des Mines).

Thobie, Jacques, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman, Paris, 1977 (cité J. Thobie, Intérêts et impérialisme français).

Tortella, Gabriel, « Comentario a las reflexiones sobre la historia empresarial del profesor Valdaliso », RHE, 11(3), 1993, pp. 623-625 (cité G. Tortella, « Comentario a las reflexiones »).

Valdaliso, Jesús María, « Algunas reflexiones sobre la historia empresarial y su desarrollo en España », RHE, 11(2), 1993, pp. 417-435 (cité J. M. Valdaliso, « Algunas reflexiones »).
— « Las diversas caras de la historia empresarial en España. Un comentario sobre algunas publicaciones recientes »,
RHI, 9, 1996, pp. 175-180 (cité J. M. Valdaliso, « Las diversas caras de la historia empresarial »).

Verley, Patrick, L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997 (cité P. Verley, L’échelle du monde).

Notes

1 R. Reich, L’économie mondialisée.

2 La Revista de Historia Económica (citée RHE) est publiée à Madrid, d’abord dans le cadre du Centro de Estudios Constitucionales, puis, à partir de 1992, par l’université Carlos III. Depuis 1995, elle est éditée par la Fundación Empresa Pública.

3 La Revista de Historia Industrial (citée RHI) est publiée par le Departament d’Historia i Institutions Economiques de la Facultat de Ciencies Economiques i Empresarials de l’Université Centrale de Barcelone.

4 Jacques Maurice, El anarquismo andaluz. Campesinos y sindicalistas (1868-1936), Barcelone, Crítica, 1990. Compte rendu par Juan Pro Ruiz, RHE, 9(1), 1991, pp. 229-233.

5 Bartolomé Bennassar, Valladolid en el Siglo de Oro. Una ciudad de Castilla y su entorno agrario en el siglo XVI, Valladolid, Ayuntamiento de Valladolid, 1983. Compte rendu par Bartolomé Yun Casalilla, RHE, 1(1), 1983, pp. 199-201.

6 Denis Menjot, Fiscalidad y sociedad. Los murcianos y el impuesto en la Baja Edad Media. Murcie, Academia de Alfonso X el Sabio, 1986. Compte rendu par Miguel Ángel Ladero Quesada, RHE, 5(2), 1987, pp. 393-396.

7 Pierre Ponsot, Atlas de historia económica de la Baja Andalucía, Séville, Editoriales Andaluzas Reunidas, 1986. Compte rendu par Andrés Moreno Mengíbar, RHE, 6(I), 1988, pp. 211-214.

8 Alain Huetz de Lemps, Vignobles et vins d’Espagne, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1993. Compte rendu par Juan Luis Pan-Montojo González, RHE, 13(2), 1995, pp. 368-371.

9 Montemayor, Tolède entre fortune et déclin, Limoges, PULIM, 1996. Compte rendu par Hilario Rodríguez de Gracia, RHE, 16(3), 1998, pp. 819-824.

10 Robert Fossier, Historia del campesinado en el Occidente medieval, Barcelone, Crítica, 1985. Compte rendu par Elisa C. de Santos Canalejo, RHE, 4(2), 1986, pp. 425-428. L’autre ouvrage est celui de Guy Bois, La mutation de Van mil. Lourmand, village mâconnais de l’Antiquité au féodalisme, Paris, Fayard, 1989. Compte rendu par Gaspar Feliu, RHE, 8(3), 1990, pp. 682-688.

11 François Dosse, L’histoire en miettes. Des « Annales » à la « nouvelle histoire », Paris, La Découverte, 1987. Compte rendu par Fernando G. Jaén, RHE, 5(3), 1987, pp. 601-603.

12 Emmanuel Chadeau, Annuaire statistique de l’économie française aux XIXe et XXe siècles, t. I : L’économie nationale aux XIXe et XXe siècles, Paris, Presses de École Normale Supérieure, [988. Compte rendu par Antonio Gómez Mendoza, RHE, 8(2), 1990, pp. 489-491.

13 Jean-Charles Sournia, Histoire de l’alcoolisme, Paris, Flammarion, 1986. Compte rendu par Juan Pan-Montojo González, RHE, 9(1), 1990, pp. 218-221.

14 Claude Jessua, Histoire de la théorie économique, Paris, Presses Universitaires de France, 1991. Compte rendu par Carlos Rodríguez Braun, RHE, 12(2) 1993, pp. 454-456.

15 Hervé Monet et Jean-Jacques Santini, L’économie britannique. Le libéralisme à l’épreuve, Paris, Nathan, 1992. Compte rendu par Juan Carlos Frías, RHE, 13(1), 1995, pp. 184-187.

16 Jean-Michel Selig, Malnutrition et développement économique dans l’Alsace du XIXe siècle, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1996. Compte rendu par José Miguel Martínez Carrión, RHE, 15(3), 1997, pp. 662-666.

17 Jean-Yves Grenier, L’économie de l’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel, 1996. Compte rendu par María Teresa Pérez Picazo, RUE. 16(2), 1998, pp. 581-584.

18 Jacques Bottin et Nicole Pellegrin (éd.), Échanges et cultures textiles dans l’Europe préindustrielle. Actes du colloque (Rouen, 17-19 mai 1993), numéro hors série de la Revue du Nord, [Lille], 1996. Compte rendu par Hilario Casado Alonso, RHE, 16(2), 1998, pp. 585-587.

19 Gilles Postel-Vinay, La terre et l’argent. L’agriculture et le crédit en France du XVIIIe au début du XXe siècle, Paris, Albin Michel, 1998. Compte rendu par Juan Carmona Pidal, RHE, 16(3), 1998, pp. 824-827.

20 François Robert, Les archives d’entreprises en Rhône-Alpes. Guide documentaire, t. I : Les services d’archives publics, Lyon, Maison Rhône-Alpes des Sciences de l’Homme, 1993. Compte rendu par Jordi Nadal, RHI, 4, 1993, pp. 199-200.

21 Maurice Hamon et Dominique Perrin, Au cœur du XVIIIe siècle industriel. Condition ouvrière et tradition villageoise à Saint-Gobain, Paris, Éditions PAU, 1993. Compte rendu par Josep M. Delgado Ribas, RHI, 7, 1995, pp. 224-225.

22 Denis Woronoff, Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 1994. Compte rendu parjordi Nadal, RHI, 8, 1995, pp. 211-213.

23 Louis Bergeron et Gracia Dorel Ferré, Le patrimoine industriel, un nouveau territoire, Paris, Éditions Liris, 1996. Compte rendu par Juan Helguera Quijada, RHI, 10, 1996, pp. 235-238.

24 Louis André, Machines à papier. Innovation et transformations de l’industrie papetière en France (1798-1960), Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1996. Compte rendu (joint à celui de Gary Bryan Magee, Productivity and Performance in the Paper Industry. Labour, Capital and Technology in Britain and America [1860-1914], Cambridge, Cambridge University Press, 1997) par Miquel Gutiérrez i Poch, RHI, II, 1997, pp. 247-250.

25 Catherine Omnès, Ouvrières parisiennes. Marchés du travail et trajectoires professionnelles au XXe siècle, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1997. Compte rendu par Carmen Sarasúa García, RHI, 12, 1997, pp. 265-269.

26 G. Chastagnaret, « Marsella en la economía internacional del plomo ».

27 O. Raveux, « El papel de los técnicos ingleses ».

28 É. Teyssier, « La introducción de los merinos en Francia ».

29 G. Dorel Ferré, « Arqueología industrial, pasado y presente ».

30 A. Beltran, « París y la electrificación de Francia ».

31 M. Lescure, « La demografía empresarial en Francia ».

32 X. Daumalin et O. Raveux, « Una revolución industrial ».

33 M. Lévy-Leboyer, Histoire de la France industrielle ; P. Verley, L’échelle du monde.

34 Y. Breton et alii (dir.), La longue stagnation en France.

35 A. Carreras, « La producción industrial española ».

36 M. Margairaz, Histoire économique.

37 Ibid., p. 21.

38 P. Mantoux, La Révolution industrielle au XVIIIe siècle.

39 G. Chastagnaret, « L’industrie en Méditerranée ».

40 R. Poidevin, France et Allemagne ; R. Girault, France et Russie ; J. Thobie, Intérêts et impérialisme français ;et A. Broder, le rôle des intérêts économiques étrangers.

41 M, Lévy-Leboyer,« La croissance économique » ; Id. « Prix, profits ».

42 A. Dewerpe, L’industrie aux champs.

43 P. O’Brien et C. Keyder, Two Paths to the 20th Century.

44 J. Nadal et J. Catalán (éd.), La cara oculta de la industrialización española. Voir aussi G. Chastagnaret, « L’industrialisation masquée ».

45 P. Verley, L’échelle du monde, p. 73.

46 Ainsi, les ouvrages de J. Nadal postérieurs à El fracaso de la revolución industrial n’apparaissent pas dans la bibliographie de l’ouvrage.

47 Cf. notamment O. Raveux, Marseille.

48 J.-Y. Grenier, L’économie de l’Ancien Régime.

49 G. Postel-Vinay, La terre et l’argent.

50 J. M. Valdaliso, « Algunas reflexiones » ; G. Tortella, « Comentario a las reflexiones » ; S. Coll, « El profesor Valdaliso ».

51 J. M. Valdaliso, « Las diversas caras de la historia empresarial en España ».

52 E. Chadeau, L’industrie aéronautique.

53 P. Minard, La fortune du colbertisme.

54 A. Thépot, Les ingénieurs des Mines.

55 B. Lepetit, « Sur les dénivellations de l’espace économique ».

56 R. Boyer, La théorie de la régulation. Une analyse critique.

57 R. Boyer et Y. Saillard, Théorie de la régulation. L’état des savoirs.

58 A. Mouttet, Les logiques de l’entreprise.

© Casa de Velázquez, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search